Vous êtes sur la page 1sur 32

CH V Dynamique des Fluides Réels

1 - Généralités
Etudier l’écoulement d’un fluide réel revient à résoudre l’équation de
Navier-Stokes.
Mais en pratique, cette équation ne peut se résoudre analytiquement
qu’en posant des hypothèses simplificatrices.

Notamment, on va devoir distinguer deux grands types d’écoulement :


en régime laminaire ou en régime turbulent

colorant

laminaire transitoire turbulent


CH V - Dynamique des Fluides Réels

LA TURBULENCE

Quand l’écoulement d’un liquide est le siège de multiples


tourbillons, on dit que cet écoulement est turbulent. Au contraire
si l’écoulement semble se faire de manière bien parallèle, on parle
d’écoulement laminaire.
CH V - Dynamique des Fluides Réels

M M
z
x

wM wM

laminaire
turbulent

t t

En régime laminaire, on pourra En régime turbulent, on devra


généraliser l’équation de Bernoulli utiliser des relations empiriques
en introduisant la notion de pertes de généralement déterminées
charge dues à la viscosité. expérimentalement
CH V - Dynamique des Fluides Réels

Comment caractériser le régime d’un écoulement ?

 c’est le résultat des travaux d’Osborne. Reynolds :


Il a réalisé une étude systématique du régime d’écoulement en
fonction des différents paramètres intervenant dans le problème :
débit, viscosité, géométrie de la conduite...

Il a ainsi montré que la transition du régime laminaire au régime


turbulent ne dépend pas séparément
de chacun des paramètres mais d’une
seule grandeur les regroupant tous.
 le nombre de Reynolds
vD vD
Re  
 
 : masse volumique []=M.L-3
 : viscosité []=M.L-1.T-1
 : viscosité cinématique []=L2.T-1 [Re]=0
v : vitesse[v]=L.T-1
D : diamètre [D]=L
CH V - Dynamique des Fluides Réels

 Le nombre de Reynolds est donc une grandeur sans dimension.


 La transition d’un régime laminaire à un régime turbulent
s’observe pour Re  2000 = Rec (nombre de Reynolds critique)

laminaire turbulent Re
0 Rec On peut étendre le domaine où le
régime est laminaire au delà de Rec,
à condition de prendre certaines
précautions (éviter les perturbations)

 En tout état de cause, on sait que l’écoulement est laminaire si


son nombre de Reynolds est inférieur à 2000 (quelles que soient
les perturbations subies par le système).
CH V - Dynamique des Fluides Réels

2 - Ecoulement laminaire & Pertes de charge


régulières
Partons de l’équation de Navier-Stokes obtenue pour un fluide
newtonien incompressible :

Pour un écoulement stationnaire, on a :

0
D’où :
CH V - Dynamique des Fluides Réels

 2   
( p   gz  1
2
v )   v  2  v
Projetons cette égalité vectorielle le long d’une ligne de courant :

0
//

Puis projetons sur chacun des 3 trois axes d’un repère cartésien :
CH V - Dynamique des Fluides Réels

Soit :

Supposons alors que l’écoulement laminaire s’effectue suivant l’axe x.


Dans ces conditions, on a :

et si on pose :

charge
(pression totale)
CH V - Dynamique des Fluides Réels

0 0

Mais d’après l’équation de continuité :

D’où :  Cte ( x, y , z )
Pt

fonction fonction
de x de y et z

On peut en déduire que la charge


varie linéairement avec la distance
x
parcourue par le fluide.
on peut déjà supposer que
que la charge diminue avec
la progression de l’écoulement.
CH V - Dynamique des Fluides Réels

Pt
Pt1  Pt 2  Pt
Pt1
Pt
Pt2

x1 x2 x

dPt
 p1   gz1  1
2
v12  p2   gz2  12 v22  ( x2  x1 )
dx
pression totale pression totale perte de charge
en (1) en (2) régulière

Il reste alors à caractériser le gradient de pression totale .


CH V - Dynamique des Fluides Réels

3 - Ecoulement de Poiseuille
Considérons l’écoulement laminaire d’un fluide dans une conduite
cylindrique, de rayon R, posée à l’horizontale :
r
z 
y
Dans ces conditions, on peut
x écrire :

Par ailleurs, l’équation de continuité impose :


0

0
Et la géométrie du système est telle qu’il y a symétrie de
révolution :

Donc, finalement :
CH V - Dynamique des Fluides Réels

Par conséquent, le Laplacien s’exprime comme :

0 0

Et il s’en suit :
 C te  A

fonction fonction
de x de r

Il est alors possible d’en déduire le profil de vitesse v(r)


par simple intégration :
CH V - Dynamique des Fluides Réels

Constantes à déterminer à l’aide


des conditions aux limites

Au contact des parois de la conduite, en r = R, le fluide est


immobile :

Sur l’axe de la conduite, en r=0, la vitesse est nécessairement


de valeur finie :

A
D’où : et  v(r )   (R2  r 2 )
4
profil de vitesse
parabolique
R
x Remarque : pour avoir v(r)>0  r<R,
il faut que A<0
CH V - Dynamique des Fluides Réels

R
x avec

La pression totale (la charge)


diminue avec la progression du fluide
Calcul du débit volumique à
travers une section du tube :

où r

dr

où et

  dPt  4
 qv    D
128   dx 
CH V - Dynamique des Fluides Réels

On peut alors définir une vitesse


moyenne de l’écoulement :

Par ailleurs, si l’on considère une conduite de longueur L, la perte de


charge totale s’exprime :

R
x1 x2 x
Cte

-L
Remarque : on constate que la perte de charge est proportionnelle à la
distance parcourue  on dit que la perte de charge est régulière.

Or, on a trouvé l’expression du débit :

il s’agit de la formule de Poiseuille


CH V - Dynamique des Fluides Réels

On peut encore exprimer la perte de charge totale en fonction du


débit ou de la vitesse moyenne de l’écoulement :
CH V - Dynamique des Fluides Réels

4 - Coefficient de perte de charge


Il est d’usage d’exprimer la perte de charge en fonction de la pression
cinétique de l’écoulement dans la conduite : 2
1
2
v m

Dans ce cas :

L

D

Donc, pour un écoulement laminaire dans une


coefficient sans
conduite, on a : dimension

où est le coefficient de perte de charge régulière.

Remarque : ceci n’est valide que pour Re<2000.


CH V - Dynamique des Fluides Réels

On peut alors généraliser l’équation de Bernoulli :

L3 singularités
A D1 D2
D3
L1 L4
L2 D4 D5
PtA  pA  gz A  1
v A2 D6 B
2

PtB  pB  gzB  1
vB2 L5
2
L6

PtA  PtB  Pt

équation de Bernoulli généralisée


CH V - Dynamique des Fluides Réels

Remarque : cette équation reste valable même si l’écoulement n’est


pas laminaire (Re>2000) ; la seule différence réside en l’expression
du coefficient de perte de charge régulière qui doit être déterminé
expérimentalement ou tiré d’abaques (  64/Re).

Il nous reste alors à étudier les pertes de charge dues aux


singularités...
CH V - Dynamique des Fluides Réels

5 - Pertes singulières - Théorème de Bélanger


Considérons l’écoulement d’un fluide incompressible dans une conduite
horizontale présentant un élargissement brusque, ce qui constitue une
singularité :

S1
zone de
stagnation S2

Dû à son inertie, le fluide ne suit pas complètement les changements


brusques de direction : il se crée des zones de turbulences où il y a
dissipation d’énergie. Ces zones, où le fluide est globalement stagnant,
sont responsables de pertes de charge singulières.
CH V - Dynamique des Fluides Réels

P2
P1
x

S1
volume de
contrôle S2

On choisit un volume de contrôle sur lequel on applique le théorème


d’Euler.
On supposera que sur une même section (en amont et en aval du
rétrécissement) les vitesses et pressions sont uniformes  on néglige
donc les pertes de charge régulières au cours du rétrécissement.

Dans ces condition, par projection sur l’axe x, on obtient :

projection sur x de la résultante des forces exercées


sur le volume de contrôle.
CH V - Dynamique des Fluides Réels

P2
P1
x

S1
volume de
contrôle S2

projection sur x de la résultante des forces exercées


sur le volume de contrôle.
 poussée en amont :
 contre-poussée en aval :
 poussée de la paroi verticale sur la partie stagnante du fluide :
où (lois de l’hydrostatique)
CH V - Dynamique des Fluides Réels

P2
P1
x

S1
volume de
contrôle S2

Or, le fluide étant supposé incompressible, on doit avoir conservation


du débit massique :

Par conséquent :
CH V - Dynamique des Fluides Réels

P2
P1
x

S1
volume de
contrôle S2

perte de charge
due à la singularité

Exprimons cette perte de charge en fonction de la pression cinétique


dans la conduite amont :
CH V - Dynamique des Fluides Réels

P2
P1
x

S1
volume de
contrôle S2

Finalement, on obtient :

2
nombre sans dimension : K  (1  S1 S2 )
coefficient de perte de charge singulière
due à un élargissement brusque
CH V - Dynamique des Fluides Réels

On peut ainsi compléter l’équation de Bernoulli généralisée :


L3 singularités
A D1 D2
D3
L1 L4
L2 D4 D5
D6 B

L5
L6

coefficients de perte de charge singulière associés à


chaque singularité rencontrée au cours de l’écoulement

Listons quelques singularités typiques...


CH V - Dynamique des Fluides Réels

S2
Elargissement brusque S1
Coude brusque

Rétrécissement brusque S c S2 Coude arrondi



D R

S1 S2
Divergent Convergent S2


 Sc

Entrée brusque Entrée progressive


Entrée d’une canalisation
K  0,5 K  0,04
CH V - Dynamique des Fluides Réels

6 – Ecoulement avec échange d’énergie


Considérons un écoulement entre deux points (1) et (2) d’un
fluide réel dans une conduite. On suppose éventuellement,
qu’il existe entre (1) et (2) des machines hydrauliques.
On note :
-J12 : Somme de toutes les pertes de charge, singulière et
linéaires entre les sections (1) et (2).
Pn : Puissance nette mécanique échangée entre le fluide et les
machines éventuellement placées entre (1) et (2).

Le Théorème de Bernoulli prend la forme générale suivante :


CH V - Dynamique des Fluides Réels

7 - Pertes de charge en régime turbulent


En régime turbulent, le profil de vitesse dans une conduite
cylindrique n’est plus parabolique : à cause des turbulences, les
vitesses sont uniformisées sur un large domaine. On observe
cependant une brusque variation de vitesse au voisinage des parois.

écoulement laminaire écoulement turbulent

On peut donc toujours utiliser l’équation de Bernoulli généralisée,


mais les coefficients de perte de charge régulière  devront être
déterminés expérimentalement, ou bien tirés d’abaques ou de lois
empiriques.
CH V - Dynamique des Fluides Réels

Diagramme de Moody :

coefficient de perte
de charge régulière

64

Re

nombre de Reynolds rugosité relative


des parois de la conduite
CH V - Dynamique des Fluides Réels

On fait souvent appel à des formules empiriques plus simples


valables pour des cas particuliers et dans un certain domaine du
nombre de Reynolds:

Dans un régime d’écoulement turbulent lisse : 2000 < Re< 105

Formule de Blasius
Dans un régime d’écoulement turbulent rugueux : Re> 105

Formule de Blench

avec :
- ε : rugosité de la surface interne de la conduite (mm)
- D : diamètre intérieur de la conduite (mm)
GPEE- ENSA CH V - Dynamique des Fluides Réels

8 - Pertes de charge - Conclusions


 Des formules empiriques ou des abaques sont utilisées pour
avoir des ordres de grandeur correctes des pertes de charge:

– calculs très précis inutiles: installations toujours dimensionnées


avec un coefficient de sécurité pour une adaptation à des
fonctionnements imprévus.

• Pour diminuer l'ensemble des pertes de charge dans une canalisation,


afin de diminuer les coûts de fonctionnement dus aux pompes, il faut:
– diminuer la longueur de canalisation
– diminuer le nombre d'accidents sur la canalisation
– diminuer le débit de circulation
– augmenter le diamètre des canalisations
– faire circuler des liquides le moins visqueux possible
– utiliser des matériaux de faible rugosité

• Néanmoins, les procédés de fabrication imposent parfois des


contraintes d'ordre supérieur (viscosité élevée des produits utilisés,
débits forts imposés...).