Vous êtes sur la page 1sur 11

Introduction :

Pour la réalisation d'un projet immobilier, la plomberie fait partie des


étapes indispensables. Ainsi, le rôle d'un professionnel de ce secteur
appelé plombier est incontournable. Ce dernier peut accomplir plusieurs
tâches. Il peut intervenir pour l'installation ou la réparation des
compteurs, de la robinetterie et des systèmes sanitaires ou des
canalisations.

Pourtant, quand on vous dit plomberie, vous pensez directement aux


tuyaux qui fuient et aux canalisations bouchées ? La plomberie est
pourtant un domaine bien plus large que les simples dépannages en
urgence ! Découvrez avec nous en quoi consiste la plomberie sanitaire.

I)- Plomberie :
Définition et règlementation :

La plomberie sanitaire concerne l’alimentation et la distribution en eau


potable des habitations, l’installation des appareils sanitaires, la
production d’eau chaude et l’évacuation des eaux usées vers les égouts
ou fosses d’épuration.

Comme tous les domaines du bâtiment, la plomberie est réglementée.


Pour disposer d'une installation de plomberie sanitaire performante et
sûre, il convient de respecter les normes et les DTU (Documents
Techniques Unifiés).

II)- Installation :
1)- Alimentation en eau :
Le réseau d’alimentation en eau potable est complexe et mobilise de
nombreuses interventions pour que vous puissiez ouvrir le robinet et
bénéficier d’une eau propre et saine. L’eau subit de nombreux
traitements pour être acheminée, via le réseau de distribution, à notre
robinet. Elle doit répondre à des normes strictes quant à sa qualité et
son aptitude à être consommée. En outre, elle doit aussi garantir une
certaine pression et un débit constant.
En ce qui concerne l’eau, l’acidité ou la basicité (pH) et la dureté (TH)
sont deux composantes déterminantes.
Potentiel Hydrogène (PH) :
Une eau trop acide peut engendrer une réaction chimique dans les
tuyauteries à l’origine d’une corrosion importante. L’acidité de l’eau pose
de ce fait un problème pour les cumulus notamment, donc il est
recommandé de ne pas mélanger les métaux des tuyauteries, comme le
cuivre et l’acier.
Dureté de l’eau :
La dureté de l’eau (présence de calcaire) dépend directement de la
nature du sol dans laquelle elle est captée. Plus votre eau est dure, plus
elle contient de calcaire, et plus il y aura de dépôts dans votre tuyauterie.
Alors que, une eau trop douce expose également la tuyauterie à une
forte corrosion, rendant l’eau nocive pour la santé. Pour éviter les
problèmes de calcaire, il faut disposer des filtres.
Ainsi, une bonne eau, est une eau qui a :
 un pH compris entre 6,5 et 6,8 ;
 un TH (dureté) compris entre 10 et 15.
La circulation de l’eau
Généralement, l’alimentation en eau se fait par un réseau communal ou
privé. Celui-ci amène l’eau à l’habitation par une canalisation principale
sur laquelle est installé un compteur d’eau dont il faut garantir une
certaine pression et un débit constant.
Pression de l’eau :
Généralement, fixée à environ 3 bars par la compagnie de distribution.
Débit :
Généralement, chaque appareil sanitaire a un débit minimal qui est
normalisé et qui vous indique le diamètre nécessaire pour les
canalisations d’alimentation en eau à mettre en œuvre.
Tableau des dimensions des alimentations :
Appareil Débit Diamètre intérieur Coefficient
(l/s) minimum des
canalisations (mm)
Évier 0.2 12 2.5
Lavabo 0.2 10 1.5
Bidet 0.2 10 1
< ou = 150
l:3
Baignoire 0.33 13 180 l : 3.3
240 l : 3.9
260 l : 4.1
300 l : 4.5
Douche 0.20 12 2
Poste 0.33 12 2
d'eau/robinet 1/2
Poste 0.42 13 2
d’eau/robinet 3/4
WC avec 0.12 10 0.5
réservoir de
chasse
WC avec robinet 1.50 Au moins le Ø du robinet 1
de chasse
Lave-mains 0.10 10 0.5
Machine à laver 0.20 10 1
Lave-vaisselle 0.10 10 1
Diamètre intérieur arrondi à la dimension courante supérieure :
Dans le cas où plusieurs appareils sont repris sur une même
canalisation, le diamètre intérieur de la canalisation est donné en
sommant les coefficients des appareils repris sur la canalisation :
Somme des coefficients des appa diamètre intérieur arrondi à
reils sanitaires la dimension courante
supérieure
2-3 12mm
4-7 16mm
8-15 20mm

SECTIONS DES TUYAUX :


On prévoit généralement les diamètres intérieurs suivants :

2)- Installation sanitaire


Une installation sanitaire commence après le compteur d’eau et se
termine par l’évacuation des eaux usées au niveau du raccordement des
égouts ou bien de votre système d’épandage privé.

a) -Le compteur d’eau :

Le compteur est destiné à évaluer votre consommation en eau sur


une durée donnée. Ce n’est pas anecdotique, puisqu’il fait foi en matière
de facturation. Chaque compteur d’eau présente un numéro de série qui
lui est propre. En outre, il est scellé pour assurer la protection contre les
tentatives frauduleuses. Il est placé en aval du réseau et en amont de
votre installation. Comme il est impossible de quantifier précisément la
consommation en eau de votre logement, la mesure se fait sur le débit
réel de l’eau de votre canalisation.

b) -Surpresseur :

Le surpresseur est un élément facultatif de votre réseau privé


d’alimentation en eau. Cet équipement permet d’augmenter la pression.
Une pression faible étant bien plus rare qu’une pression élevée, cet
équipement est peu utilisé. L’eau qui arrive dans votre logement est
généralement à pression constante, environ trois bars au compteur. Il est
cependant possible, lors de l’ouverture de vos robinets, que la pression
soit insuffisante. Si elle est à moins de 0,3 bar au robinet qui se trouve le
plus lésé en pression, vous pouvez investir dans un surpresseur.

c)-Réducteur de pression :

Le réducteur de pression est une autre option de votre installation


sanitaire. Il permet, comme son nom l’indique, de réduire la pression
lorsque cette dernière est trop importante. Lorsque vous fermez vos
robinets, si vous entendez des claquements (les fameux « coups de
bélier ») dans la canalisation, vous avez peut-être besoin d’un réducteur
de pression. Ces bruits proviennent de la surpression des canalisations
qui peuvent alors être endommagées tout autant que certains appareils
de production d’eau chaude.

d)- L’anti bélier :

Si vos canalisations font du bruit et grondent parfois, vous êtes


certainement en présence de « coups de bélier ». Votre installation
sanitaire peut alors en souffrir.
Il est conseillé d’utiliser un anti-bélier lorsque vous constatez des bruits
dans vos canalisations à la fermeture des robinets. Ces derniers
résultent d’une brutale montée de la pression. Un autre type de coup de
bélier, vibratoire, vient d’un robinet mal monté ou abîmé. Le changement
ou la réparation de ce robinet met alors fin à ces vibrations

e)-Filtre anticalcaire :
Le système le plus courant de filtre anticalcaire est une cartouche
contenant des poly phosphates : l’eau passe à l’intérieur et le calcaire
reste en suspension dans l’eau au lieu de se déposer. En fonction de la
dureté de votre eau, le filtre est à remplacer plus ou moins souvent.

f) -adoucisseur d’eau :

L’adoucisseur a la même fonction que les différents systèmes


anticalcaires (cartouche, magnétique ou électrique), mais il est plus
fiable, à condition de bien l’entretenir. Il permet de traiter la dureté de
l’eau par un procédé physico-chimique.

g) - L’eau chaude sanitaire :

Le système de chauffe de l’eau chaude sanitaire (ECS), compris dans


votre installation, peut-être électrique ou à gaz. Un complément solaire
est toujours possible. Qu’ils fonctionnent au gaz ou à l’électricité, les
appareils doivent répondre à vos besoins, c’est-à-dire produire
suffisamment d’eau chaude, tant pour votre usage personnel que pour le
chauffage. Ils peuvent être à production instantanée (chauffe-eau ou
chauffe-bain) ou au contraire, à production continue afin d’alimenter un
cumulus.

3)-L’évacuation des eaux usées :

Une fois distribuée et consommée, c'est-à-dire après avoir été usée,


l'eau doit être rejetée par une canalisation raccordée à un réseau
d’évacuation communal ou à un réseau privé (fosse septique).
Le terme eaux usées englobe deux types de rejet :
- les eaux dites ménagères, c'est-à-dire les écoulements des
éviers, douches, lavabos et divers appareils ménagers. Les eaux
ménagères sont rejetées dans des descentes ;
-les eaux vannes, c'est-à-dire les rejets des toilettes. Elles sont
évacuées dans des chutes (chutes d'aisance).
Les eaux pluviales ne sont pas considérées comme usées, car elles ne
sont que collectées et évacuées hors des bâtiments dans des descentes
indépendantes.

Les siphons :
Le siphon est un élément important de votre canalisation. Il évite la
remontée des mauvaises odeurs dans votre habitation et permet
l’évacuation des eaux usées. Il faut aussi obligatoirement qu’il ait une
garde d’eau d’environ 50 mm
SECTION DES TUYAUX ET PENTE
La section d’une canalisation d’évacuation d’eau n’est pas choisie au
hasard. Elle dépend de l’appareil sanitaire.
On conseille les diamètres intérieurs suivants :
Appareil Diamètre intérieur minimal (mm)
Bidet 30
Lavabo 30
Lave-mains 30
Evier 33
Lave-linge 33
Lave-vaisselle 33
Baignoire, douche 40
W-C à chasse directe 80
La section de la canalisation qui évacue l’eau de plusieurs appareils en
même temps doit avoir une section proche de la somme des sections
des appareils.
Les diamètres minimaux pour les chutes d’eaux usées :

Appareil Nombre Diamètre intérieur


minimal (mm)
W-C 1 ou plusieurs 90
1 à 3 appareils autres
Baignoire, évier, que baignoire ou 1 50
lavabo, douche, baignoire au plus
bidet, lave-main, 4 à 10 appareils 65
machine à laver incluant 2 baignoires
au plus

PENTE :
Pour que l’eau ne stagne pas et s’évacue, il faut que les canalisations
soient en pente.
Une pente de 3 à 5 cm par mètre convient à tous les appareils
sanitaires. Dans certains cas, on se satisfera d’une pente de 1 cm/m. On
évitera cependant les pentes trop fortes qui entraînent une évacuation
trop rapide de l’eau provoquant des bruits d’écoulement et le risque
d’une dépression.

La récupération de l’eau de pluie


Le principe est simple, il consiste à recueillir l'eau des gouttières et à la
stocker dans une cuve spéciale à enterrer ou à placer dans le sous-sol.
L'eau de pluie récupérée par l'intermédiaire des gouttières transite par
un filtre qui la débarrasse des impuretés telles que les feuilles mortes.
Les impuretés sont évacuées vers l'égout. Un système de pompe se met
en marche dès qu'un robinet de l'installation est ouvert. En cas de pluie
très abondante, la fosse est munie d'un trop-plein qui évacue l'eau vers
égout ou un puits filtrant.
En cas de sécheresse prolongée, un dispositif permet de remplir la fosse
avec l'eau du réseau. Les cuves de sous-sol ont une capacité de 1000
litres environ.
Cette eau non-potable pourra servir ultérieurement à l'arrosage du jardin,
au lavage de la voiture, mais aussi pour alimenter le lave-linge et les
chasses d'eau des toilettes.

III)- Les appareils sanitaires :


Avant d’installer son équipement sanitaire, il faut prendre le temps de le
choisir en tenant compte de différents facteurs : la place dont vous
disposez, le niveau de confort souhaité, vos goûts personnels et bien sûr
votre budget. Il faut aussi penser à des considérations plus pratiques.
1)-Le lavabo :
Il fait partie de l’équipement sanitaire de la salle de bain et existe dans
de nombreuses formes et coloris (lavabo simple ou double, mais aussi
lave-mains pour les toilettes). Il répond à divers modes de fixation qui
conditionnent son installation.
Les trois types de matériaux les plus utilisés sont les suivants :
- Porcelaine vitrifiée (porcelaine sanitaire ou grès emmaille)
- Matière synthétique
- Tôle emmaillée.
Raccordement à l’alimentation :
Pour installer un lavabo, il faut le raccorder à l’alimentation en eau
chaude et froide avec des flexibles.
Raccordement à l’évacuation :

Pour raccorder le lavabo à l’évacuation, il suffit de monter le siphon,


qu’il soit en plastique ou décoratif, à la sortie de la bonde, sans oublier le
joint pour l’étanchéité.
2)-La baignoire :
L’installation d’une baignoire se fait en général contre un mur, mais il est
aussi possible de la placer dans un angle ou en îlot, tout dépend de la
place dont vous disposez.

Types de matériaux :
-Fonte emmaillée.
-Tôle emmaillée
-Matériau synthétique
-Polyester

Pose :
Les baignoires sont posées en équilibre stable sur le sol. La mise à
L’horizontale des bords s’effectue en réglant le bâti. La finition des cotes
doit s’effectuer de manière a de qu’ils soient étanches à l’eau et que
l’évacuation reste accessible.
3)-La douche :

La douche est un endroit où l’on se lave debout. La douche peut


également servir à une toilette partielle, pour se laver les cheveux ou les
pieds, par exemple.
La personne qui se douche va se laver et se rincer à fond. La douche
doit donc être suffisamment spacieuse pour ne pas entraver les
mouvements.

Types de matériaux :
-grès vitrifié
-porcelaine vitrifiée
-tôle emmaillée
-matière synthétique
-aluminium
-acier inoxydable

Nous serons très attentifs à l’étanchéité a l’eau entre le mur (ou plusieurs
murs) et le receveur de douche. Pour éviter de répandre de l’eau sur le
sol a proximité de la douche, on utilisera un rideau de douche ou une
paroi de douche. Les types, coloris et prix de ces dernières sont très
variés.

4) La toilette :
Les toilettes dont nous disposons aujourd’hui sont « à l’anglaise ».
Généralement en faïence, en grès cérame ou bien en céramique, ils se
posent de préférence après le revêtement de sol. Ils sont tous équipés
d’abattants fixés sur la cuvette et d’un système de chasse d’eau.
L’installation des toilettes doit être prévue en fonction du système
d’évacuation, du type de chasse d’eau et de la qualité du sol (stable et
plan).

IV)-Les équipements sanitaires :

1)-Robinetterie :

a) -Pose de la robinetterie :

L’installation de la robinetterie commence par la pose du joint torique


entre le robinet et le dessus de l’évier. Ensuite, le robinet doit être
positionné dans le trou prévu à cet effet. Le joint en caoutchouc et
l’écrou doit également être installés en dessous de l’évier. La dernière
étape consiste à serrer l’écrou pour fixer le robinet.

b) - Pose de la bonde :

La bonde permet de vider l’eau dans les canalisations. Il convient de la


monter avant l’installation de l’évier.
La bonde est équipée d'un système de blocage pour arrêter totalement
l'écoulement de l'eau si c'est nécessaire, par exemple pour faire tremper
la vaisselle sale. Elle est vendue avec :
- Un joint de fixation ;
- Une vis de fixation ;
- Un système de verrouillage et de déblocage de l'eau ;
- En option, un receveur d'eau pour éviter la remontée des mauvaises
odeurs

c)- Raccordement à l’alimentation :

Le raccordement à l’alimentation en eau chaude et froide s’effectue à


l’aide de flexibles, celui de l’évacuation se fait à l’aide du siphon. Pour ce
faire, montez vos flexibles raccordés au robinet sur l’alimentation en eau
chaude et froide. Au besoin, posez un joint s’il n’est pas fourni. Si vous
ne voulez pas utiliser de flexibles, prenez des raccords bicônes ou à
collet battu. N’oubliez pas la vanne d’arrêt qui se positionne sur l’eau
chaude et froide juste avant vos flexibles.

2) Tuyauterie :

Longtemps, le cuivre a été la référence en la matière. Mais les


nouveaux matériaux offrent aujourd’hui de nombreuses possibilités. Les
règles de l’art restent toutefois identiques pour vous assurer un réseau
fiable et efficace. Le choix des tuyaux dépend du liquide qu'ils
achemineront et de leur application. Que ce soit le diamètre, le matériau
ou l'élément raccordé, tous ces paramètres doivent être pris en
considération.

Les matériaux :

En matière de tuyaux de canalisation, le choix est important :

- La tuyauterie en cuivre, la plus classique, existe sous deux


formes, le cuivre recuit ou le cuivre écroui.
- La tuyauterie en PVC remplace le plomb qui est désormais
interdit. Elle est principalement utilisée pour l’évacuation des eaux
usées.
- La tuyauterie en PER remplace petit à petit le cuivre ; il en existe
de plusieurs variétés pour des usages différents.
- La tuyauterie multicouche, dérivée des tubes en PER, assure une
étanchéité parfaite, mais son installation demande un outillage
spécifique.
- La plomberie sans soudure ou en PVC surchloré ne peut pas être
cintrée, mais a malgré tous des usages très intéressants.
- La tuyauterie flexible est très utile si l’accès aux canalisations est
difficile.

Les problèmes sanitaires et solutions :

1) La fuite d’eau :
C’est sans doute un des problèmes les plus fréquents en plomberie.
Et c’est également un problème à régler au plus vite. En effet, une fuite
est tout d’abord synonyme de gaspillage d’eau. Ensuite, selon son
emplacement, un écoulement d’eau va bien vite causer d’importants
dégâts et même représenter un danger. Bien entendu, nous ne faisons
pas référence à une fuite située au niveau d’un robinet mais plutôt
d’une fuite au niveau d’un tuyau. Dans ce dernier cas, la fuite peut
entraîner un court-circuit, endommager la peinture ou la tapisserie et
même provoquer des dégâts chez les voisins. Il convient donc de réagir
le plus vite possible en coupant l’eau puis en appelant sans attendre un
plombier.
La canalisation bouchée
La canalisation bouchée est un autre problème, qui revient souvent.
Malgré de bonnes habitudes, vous pouvez constater un ralentissement
de l’écoulement de l’eau. Il existe alors diverses techniques pour
déboucher une canalisation. Vous pouvez par exemple utiliser certains
mélanges maisons, notamment à base de bicarbonate et de vinaigre
blanc. En parallèle, vous pouvez utiliser la technique de la ventouse pour
déloger le bouchon. Et si le bouchon vous résiste, vous aurez toujours la
possibilité d’appeler une entreprise de débouchage pour faire le travail.

Les problèmes de robinets


Enfin, les robinets peuvent être à l’origine de divers problèmes. Tout
d’abord, nous pouvons faire référence à l’usure des joints, qui amène
une difficulté à ouvrir ou fermer les robinets. Ensuite, les robinets
peuvent présenter une fuite. En fonction de la problématique, il faudra
alors opter pour une réparation ou carrément pour un changement du
robinet défectueux.

Vous aimerez peut-être aussi