Vous êtes sur la page 1sur 53

SOUS-ACTIVITE 1.

COLLECTE ET MISE A JOURS DES DONNEES GENERALES ET


SPECIFIQUES DE CINQ BRIQUETERIES MAROCAINES: UNE
INDUSTRIELLE, DEUX SEMI- INDUSTRIELLES ET DEUX
TRADITIONNELLES

DRISS KHOMSI
PhD, Ing. EMI, Génie de l’ENV.
!: +212-661.22.93.29
Email: drkhomsi@gmail.com

1
Table  des  matières  
1   INTRODUCTION  ........................................................................................................................  5  
1.1   CCAC  EN  BREF  ..............................................................................................................................  5  
1.2   PARTICIPATION  DU  MAROC  .............................................................................................................  6  
2   APERÇUS  SUR  LA  PROBLEMATIQUE  DU  CARBONE  NOIR  ............................................................  6  
2.1   DEFINITION  DU  CARBONE  NOIR  .......................................................................................................  6  
2.2   EMISSIONS  DU  CARBONE  NOIR  ........................................................................................................  7  
2.3   EFFETS  DU  CARBONE  NOIR  ..............................................................................................................  8  
2.3.1   EFFETS  CLIMATIQUES  ...................................................................................................................  8  
2.3.2   EFFETS  SUR  LA  SANTE  PUBLIQUE  ET  ECOSYSTEMES  ............................................................................  8  
3   CADRE  LEGISLATIF  ET  INSTITUTIONNEL  REGISSANT  L’ATMOSPHERE   .........................................  9  
4   OBJECTIFS  DU  PROJET  .............................................................................................................  13  
5   SPECIFICITES  DU  PROJET  .........................................................................................................  14  
6   LES  PRINCIPALES  ETUDES  MAROCAINES  SUR    LE  SECTEUR  DES  BRIQUETERIES  .........................  15  
6.1   ETUDE  D’ANALYSE  DU  POTENTIEL  DE  LA  FILIERE  BRIQUES  ET  TUILES  AU  MAROC  ......................................  16  
6.2   ETUDE  ELABORATION  DES  VALEURS  LIMITES  DES  EMISSIONS  DES  SECTEURS  DES  BRIQUETERIES  ET  DES  
CERAMIQUES  .......................................................................................................................................  17  
6.3   BENCHMARK  ENERGETIQUE  ET  PROTECTION  DE  L’ENVIRONNEMENT  DANS  LES  BRIQUETERIES  AU  MAROC  ....  18  
7   AUDITS  ENVIRONNEMENTAUX  DES  UNITES  DE  BRIQUETERIES  ................................................  20  
7.1   APPROCHE  METHODOLOGIQUE  ......................................................................................................  20  
7.1.1   COLLECTE  DES  DONNEES  DE  BASE  ................................................................................................  20  
7.1.2   LE  FORMULAIRE  D’AUDIT  ENVIRONNEMENTAL  ...............................................................................  21  
7.1.3   DEROULEMENT  DES  AUDITS  ........................................................................................................  21  
7.1.4   DEPOUILLEMENT  DES  FORMULAIRES  ET  UTILISATION  DU  SIG  ............................................................  22  
7.1.5   CHOIX  DES  CINQ  UNITES  A  VISITER  ET  A  ANALYSER  ..........................................................................  22  
8   RESULTAT  ET  RAPPORTS  DES  VISITES  ET  ANALYSES  DES  CINQ  BRIQUETERIES  RETENUES  .........  25  
8.1   BRIQUETERIE  INDUSTRIELLE  :  BRIQUETERIE  SLAOUI  ......................................................................  26  
8.1.1   DONNEES  GENERALES  ................................................................................................................  26  
8.1.2   PROCEDE  DE  FABRICATION  DES  BRIQUES  .......................................................................................  27  
8.1.3   LES  INTRANTS  ..........................................................................................................................  29  
8.1.4   LIGNE  DE  PRODUCTION  ET  EQUIPEMENTS  MECANIQUES  ...................................................................  30  
8.1.1   TYPE  DE  SECHOIR  ET  FOUR  .........................................................................................................  31  
8.1.2   PRODUITS  FINIS  ........................................................................................................................  35  
8.1.3   STOCKAGE  DE  PRODUITS  FINIS  .....................................................................................................  36  
8.1.4   ATELIER  ET  MAGASIN  DE  PIECES  DE  RECHANGE  ..............................................................................  37  
8.2   BRIQUETERIES  SEMI-­‐INDUSTRIELLES  :  SOLARGIL  &  BRIQUETERIE  MY  RACHID  .................................  37  
8.2.1   DONNEES  GENERALES  ................................................................................................................  37  
8.2.2   PROCEDE  DE  FABRICATION  DES  BRIQUES  .......................................................................................  38  
8.2.3   LES  INTRANTS  ..........................................................................................................................  38  
8.2.4   LIGNE  DE  PRODUCTION  ET  EQUIPEMENTS  MECANIQUES  ...................................................................  40  
8.2.5   TYPE  DE  SECHOIR  ET  FOUR  .........................................................................................................  42  
8.2.6   PRODUITS  FINIS  ........................................................................................................................  43  
8.3   BRIQUETERIES  TRADITIONNELLES  :  MAGZARI  &  DAKKOUK  .............................................................  44  
8.3.1   DONNEES  GENERALES  ................................................................................................................  44  
8.3.2   PROCEDE  DE  FABRICATION  DES  BRIQUES  .......................................................................................  44  

2
8.3.3   LES  INTRANTS  ..........................................................................................................................  47  
8.3.4   LIGNE  DE  PRODUCTION  ET  EQUIPEMENTS  MECANIQUES  ...................................................................  48  
8.3.5   SECHAGE  ET  TYPE  DE  FOUR  .........................................................................................................  48  
8.3.6   PRODUITS  FINIS  ........................................................................................................................  50  
  9  CONCLUSIONS  ET  RECOMMANDATION  ..................................................................................  51  
9.1   CONCLUSIONS  .............................................................................................................................  51  
9.2   RECOMMANDATION  .....................................................................................................................  52  

LISTE  DES  TABLEAUX  

TABLEAU  1:  VALEURS  LIMITES  GENERALES  DE  REJETS  DANS  L’ATMOSPHERE  AU  MAROC  .........................................  10  
TABLEAU  2:  VALEURS  LIMITES  GENERALES  DE  REJETS  DANS  L’ATMOSPHERE  DES  BRIQUETERIES  (MAROC  ET  AUTRES  PAYS)
 .....................................................................................................................................................  11  
TABLEAU  3:  VALEURS  LIMITES  GENERALES  DE  REJETS  DANS  L’ATMOSPHERE  DES  BRIQUETERIES  AU  MAROC  ...............  12  
TABLEAU  4:  CONSISTANCE  DES  ACTIVITES  PRINCIPALES  ET  DES  SOUS-­‐  ACTIVITES  CORRESPONDANTES  ........................  14  
TABLEAU  5:  NOMBRE  DE  BRIQUETERIES  POUR  LES  GRANDES  REGIONS  DU  MAROC  ................................................  16  
TABLEAU  6:  CAPACITES  DE  PRODUCTION  EN  2005  ET  EN  2006  .........................................................................  17  
TABLEAU  7:  RECAPITULE  LE  PROJET  DE  VALEURS  LIMITES  .................................................................................  18  
TABLEAU  8:  COMPARAISON  DE  LA  CONSOMMATION  ELECTRIQUE  ET  EN  COMBUSTIBLE  ..........................................  19  
TABLEAU  9:  SOMMAIRE  DES  MESURES  POTENTIELLES  .......................................................................................  19  
TABLEAU  10:  LOCALISATION  DES  BRIQUETERIES  VISITEES  ..................................................................................  23  
TABLEAU  11:  LOCALISATION  DU  L’ECHANTILLON  DE  DES  5  BRIQUETERIES  RETENUES  .............................................  24  
TABLEAU  12:  DONNEES  GENERALES  .............................................................................................................  26  
TABLEAU  13:  PRODUCTION  ET  CONSOMMATIONS  EN  EAU  ET  ENERGETIQUE  .........................................................  29  
TABLEAU  14:  LIGNE    DE  PRODUCTION,  EQUIPEMENTS  MECANIQUES    ET  APPAREILS  ...............................................  31  
TABLEAU  15:  PRODUITS  FINIS  ......................................................................................................................  35  
TABLEAU  16:  DONNEES  GENERALES  .............................................................................................................  38  
TABLEAU  17:  PRODUCTION  ET  CONSOMMATIONS  EN  EAU  ET  ENERGETIQUE  .........................................................  39  
TABLEAU  18:  LIGNE    DE  PRODUCTION  ET  EQUIPEMENTS  MECANIQUES  ................................................................  40  
TABLEAU  19:  PRODUITS  FINIS  ......................................................................................................................  43  
TABLEAU  21:  PRODUCTION  ET  CONSOMMATIONS  EN  EAU  ET  ENERGETIQUE  .........................................................  48  
TABLEAU  22:  PRODUITS  FINIS  :  BRIQUES  PLEINES  ............................................................................................  50  
TABLEAU  23:  EVOLUTION  DU  NOMBRE  DES  BRIQUETERIES  MAROCAINES  ENTRE  2006  ET  2015  ..............................  51  
 
 
LISTE  DES  FIGURES  
 
FIGURE  1  :  PHOTOS  DU  CARBONE  NOIR  ET  DU  SUIS  ...........................................................................................  7  
FIGURE  2  :  EMISSIONS  MONDIALES  DU  CARBONE  NOIR  .....................................................................................  8  
FIGURE  3  :  CARTE  MONDIALE  DES  PARTENAIRES  INTERNATIONAUX  DE  LA  CCAC  (2015)  ........................................  15  
FIGURE  4  :  LOCALISATION  DES  UNITES  VISITEES  ...............................................................................................  24  
FIGURE  5  :  LOCALISATION  DES  5  BRIQUETERIES  RETENUES  ................................................................................  25  
FIGURE  6  :  PHOTO  DE  LA  BRIQUETERIE  SLAOUI  .........................................................................................  26  
FIGURE  7  :  PHOTOS  D’ARGILES  UTILISEES  .......................................................................................................  27  
FIGURE  8  :  PHOTOS  DU  FUEL,  COKE  DE  PETROLE  ET  DU  BOIS  UTILISES  PAR  BRIQUETERIE  SLAOUI   .......................  30  
FIGURE  9  :  PHOTOS  DES  EQUIPEMENTS  MECANIQUES    ET  APPAREILS  PRINCIPAUX  ..................................................  32  
FIGURE  10  :  SECHOIRS  –  BRIQUETERIE  SLAOUI  ..........................................................................................  33  
FIGURE  12  :  PHOTOS  DU  FOUR  TUNNEL  ........................................................................................................  34  
FIGURE  13  :  PHOTOS  ZONES  D’ENTREE  ET  DE  SORTIE  DU  FOUR  TUNNEL  ..............................................................  34  

3
FIGURE  14  :  PHOTOS  CENTRALE  NOURRICE  ....................................................................................................  35  
FIGURE  15  :  PRODUITS  FINIS  DE  LA  BRIQUETERIE  SLAOUI  ............................................................................  36  
FIGURE  16  :  PHOTO  DES  AIRES  DE  STOCKAGE  DES  PRODUITS  FINIS  ......................................................................  36  
FIGURE  17  :  PHOTOS  DE  L’ATELIER  ET  PIECES  DE  RECHANGE  .............................................................................  37  
FIGURE  18:  PHOTOS  BRIQUETERIES  SOLARGIL  &  MY  RACHID  .......................................................................  37  
FIGURE  19:  FILIERE  DE  PRODUCTION  DE  BRIQUES  ............................................................................................  38  
FIGURE  20  :  PHOTOS  DES  ARGILES  UTILISEES  PAR  LES  DEUX  UNITES  ....................................................................  39  
FIGURE  21  :  PHOTOS  DES  GRIGNONS  D’OLIVE  UTILISES    PAR  SOLARGIL  ET  BRIQUETERIE  MY  RACHID  ................  40  
FIGURE  22  :  PHOTOS  DES  EQUIPEMENTS  MECANIQUES    ET  APPAREILS  PRINCIPAUX  –  EXEMPLES  DE  SOLARGIL  .........  41  
FIGURE  23  :  PHOTOS  D’UNE  CHAMBRE  DU  SECHOIR  A  CHAMBRES  –  EXEMPLE  DE  SOLARGIL  .................................  42  
FIGURE  24  :  PHOTOS  DU  FOUR  OFFMANN  –  SOLARGIL  .................................................................................  42  
FIGURE  25  :  PHOTOS  DE  PRODUIT  FINI-­‐  EXEMPLE  DE  SOLARGIL  .......................................................................  43  
FIGURE  26  :  PHOTOS  DU  QUARTIER  INDUSTRIEL  GAADA  A  LA  VILLE  DE  FES  ...........................................................  44  
FIGURE  27  :  MOULES  EN  BOIS  UTILISE  POUR  LE  MODELAGE  ..............................................................................  45  
FIGURE  28  :  SECHAGE  NATUREL  AU  NIVEAU  DES  DEUX  UNITES  ...........................................................................  46  
FIGURE  29  :  DISPOSITION  DES  BRIQUES  SECHEES  .............................................................................................  47  
FIGURE  30  :  MATIERES  PREMIERES  ...............................................................................................................  47  
FIGURE  31  :  FOURS  TRADITIONNELS  –  MAGZARI  ..........................................................................................  49  
FIGURE  32  :  FOUR  TRADITIONNEL  –  DAKKOUK  ............................................................................................  50  
FIGURE  33  :    PHOTOS  DES  PRODUITS  FINITS  DES  UNITES  TRADITIONNELLES  ..........................................................  50  
FIGURE  34  :  FOURS  TRADITIONNELS  POUR  LA  CUISSON  DES  PRODUITS  DE  LA  POTERIE  MAROCAINE  ..........................  52  
 

   

4
1 Introduction

Le présent livrable consiste essentiellement dans l’élaboration du premier rapport lié aux visites,
investigations et interviews avec les responsables de cinq briqueteries bien choisies pour la
collecte et la mise à jour des données existantes par type de briqueteries que ce soit industrielle
(une seule unité), semi-industrielle (deux unités) ou artisanale (deux unités). Les données ciblées
relatives aux cinq briqueteries concernent leur localisation, leur taille, leur production, les
intrants utilisés et les différentes consommations: thermiques, électriques ainsi que leur demande
en eau.

Le rapport de la sous-action 1.1 fait patie du projet lié à l’initiative brique proposée par la
Coalition pour le Climat et l’Air Pur (CCAC) qui est une initiative internationale volontaire,
soutenant des actions à effets rapides visant à (1) faire progresser les efforts de réduction des
polluants de courte durée de vie, SLCP (essentiellement le Méthane, le Carbone Noir et HFC),
ayant un impact sur plusieurs fronts : santé publique, sécurité alimentaire et énergétique et le
climat et ; (2) à gérer les changements climatiques à court terme.

La CCAC a développé et développe encore plusieurs initiatives de collaboration, promouvant la


réduction à court terme des SLCP à échelle mondiale, en faisant participer des parties prenantes
de haut niveau, en sensibilisant et en mobilisant les ressources et en menant des actions
transformatrices dans les principaux secteurs d'émissions.

Les objectifs escomptés à travers la réalisation de ces audits de la sous-action 1.1 étaient de
découler sur des projets de minimisation des émissions du Carbone Noir (CN) et les autres
polluants émis par les briqueteries dont les résultats sont palpables et concrets et permettront la
minimisation de l’impact négatif sur l’environnement de manière qu’elles soient en accord avec
les objectifs du changement climatique et pour améliorer l’efficience énergétique, la santé et les
moyens de subsistance.

1.1 CCAC en bref

Crée en février 2012 par six gouvernements et le Programme des Nations Unies pour
l’Environnement, UNEP,
La CCAC est centrée sur la réalisation d’initiatives d’action dans plusieurs secteurs, dont les
suivants :
• les véhicules et moteurs diesel lourds;
• la production de briques;
• le secteur des déchets solides municipaux;
• la production gazière et pétrolière;
• l’agriculture.

Les résultats attendus de la CCAC sont multiples et peuvent être résumés en quatre cibles :

•Amélioration et création de nouveaux plans d’action nationaux visant à réduire les


émissions de SLCP, y compris par la détermination et l’élimination d’obstacles par le
renforcement de la capacité et la mobilisation de soutien.

5
• Sensibilisations aux SLCP et aux stratégies d’atténuation.
•Promotion de pratiques exemplaires mettant de l’avant les efforts réussis de réduction
des SLCP.
• Amélioration de la compréhension scientifique des SLCP et des stratégies d’atténuation.

1.2 Participation du Maroc

Le Maroc a élaboré un certain nombre de politiques et de lois visant à améliorer la qualité de l'air,
notamment grâce à un effort de remplacer les vieux véhicules et de réglementer l'importation de
véhicules.
Par ailleurs, le Maroc dispose d’un cadre juridique environnemental solide dont fait parie la loi
n°13-03 relative à la lutte contre la pollution de l’air et pour l’année en cours (2015), le
Royaume s’est doté d’un Projet de norme du secteur de la briqueterie qui a été élaboré et
finalisé avec les professionnels du secteur notamment la Fédération des Matériaux de
Construction (FMC) et l’Association Professionnelle des Briquetiers (APB).

Le Maroc, qui est l’un des membres, et l’un des principaux partenaires de la CCAC depuis 2014,
s’est engagé avec la CCAC sur l’une de ces cinq initiatives liée à la réduction des polluants
climatiques à courte durée de vie dans le secteur des Briqueteries, notamment l’atténuation des
effets du carbone noir et d’autres polluants de la production de briques.
Le Maroc est aussi l'un des 14 pays où la version révisée qui a produit l'initiative SNAP (Appuis
à la planification nationale de l'action sur SLCPs) dans quatre autres pays est en cours de
déploiement.

2 Aperçus sur la problématique du Carbone Noir

2.1 Définition du Carbone Noir

D’après l’Agence Américaine de Protection de lEnvironnement, EPA, le Carbone Noir (CN) est le
composant le plus absorbant de la lumière de la matière particulaire (‘PM= Particulate Matter’ en
anglais). Il est formé par la combustion incomplète des combustibles fossiles, des biocarburants et
de la biomasse. Il n’est pas un gaz à effet de serre, mais il réchauffe l'atmosphère en interceptant
la lumière du soleil et en l'absorbant.

Le CN est émis directement dans l’atmosphère sous forme de particules fines (PM2.5) et il est , en
masse, la forme la plus efficace de la matière particulaire PM pour absorber l'énergie solaire par
unité de masse dans l'atmosphère.

Par ailleurs, ces particules fines, PM2.5, dont le diamètre des particules est inferieur à 2.5 microns
sont jugées à poser les plus grands risques pour la santé . En raison de leur petite taille (environ
1/30ieme de la largeur moyenne d'un cheveu humain), ces particules peuvent se loger
profondément dans les poumons.

Le CN existe donc sous forme de particules flottantes dans l’atmosphère et il est une
composante importante de la suie: une mixture complexe absorbante de la lumière qui contient
aussi du Carbone Organique.

6
Figure 1 : Photos du Carbone Noir et du Suis

Photo du Carbone Noir


Photo C : Carbone Noir

Sous licence CC BY-SA 2.5 via Wikimedia


Posfai et al. Soot & Sulfate Aerosol
Commons (2015)

2.2 Emissions du Carbone Noir

Les émissions totales du CN mondial en 2000 ont été estimées à environ 8,4 millions de tonnes.
L’Asie, certaines régions d'Afrique et d’autres régions de l’Amérique latine (Amérique Centrale et
Amérique du Sud) sont parmi les régions émettant les plus grandes quantités de CN.

En effet, les fours traditionnels pour la cuisson des briques en Asie du Sud sont une source
majeure du CN. Par ailleurs, le CN et l'ozone dans la basse atmosphère sont des polluants
atmosphériques nocifs qui ont des impacts climatiques régionaux et mondiaux négatifs
importants. Ils perturbent les pluies tropicales affectant ainsi les moyens de subsistance de
millions de personnes et impactent aussi négativement la santé humaine menant à des décès
prématurés dans le monde entier.

Le noircissement des surfaces de neige et de glace causé par le CN augmente leur absorption en
lumière du soleil, qui, avec le réchauffement climatique, accentue la fonte de neige et de glace
dans le monde entier, y compris dans l'Arctique, l'Himalaya et d'autres régions glacées et
enneigées. Ce qui affecte ainsi le cycle de l'eau.

D’après l’EPA, la figure ci-dessous présente les émissions du CN de l’Asie, l’Afrique et l’Amérique
Latine par rapport aux émissions du globe terrestre :

7
Figure 2 : Emissions Mondiales du Carbone Noir

Emissions du Carbone Noir en Giga-grammes, Emissions Mondiales du Carbone Noir

(T. Bond, 2007) (EPA: www.epa.gov)

2.3 Effets du Carbone Noir

2.3.1 Effets climatiques

le CN influence le climat par:

- Son absorbtion directe de la lumière;

- La réduction de la réflectivité (albédo) de la neige et de la glace grâce à son depot sur ces
surfaces;

- Son interaction avec les nuages.

Grâce à ces mécanismes, le CN a été lié à une série d'impacts climatiques, y compris :

- Des temperatures d’autant plus élevées que jadis

- Des Fontes accélérées de la glace et de la neige.

- Les Régions sensibles telles que l'Arctique et l'Himalaya sont particulièrement vulnérables aux
effets du réchauffement et de fusion causés par le CN.

2.3.2 Effets sur la santé publique et écosystèmes

Le CN contribue aux effets néfastes sur la santé humaine, les écosystèmes et la visibilité associés
aux particules ambiantes fines du PM2.5.

8
- À court terme et à long terme l'exposition aux PM2.5 sont associées à un large éventail d'impacts
sur la santé de l'homme, y compris sur les effets respiratoires et cardiovasculaires ainsi qu’une
morte prématurée.

- L’EPA suppose que de nombreuses composantes de PM2.5 comme le CN sont associés à des
effets néfastes sur la santé. Les preuves scientifiques limitées actuellement disponibles sur les
effets sanitaires du CN sont généralement conformes à ceux du PM2.5 . Aucun doute n’existe sur
les effets cardiovasculaires et respiratoires du CN.

3 Cadre législatif et institutionnel régissant l’atmosphère

Sur le plan institutionnel, le Maroc dispose d’un cadre légale relatif à la pollution de l’air :

- Loi cadre de cadre n° 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur de


l’environnement.

- La loi n° 13-03 relative à la protection de la qualité de l’air : qui développe un cadre général
de lutte contre la pollution atmosphérique en introduisant des mesures destinées à réglementer
les activités nocives pour la qualité de l’air.

- Le décret n°2-09-631 fixant les valeurs limites de dégagement, d’émission ou de


rejet de polluants dans l’air émanant de sources de pollution fixes et les
modalités de leur contrôle. (Publié par le Bulletin officiel BO n° 5862 du 5 août 2010)
un délai de grâce de 5 ans.

- Le décret n°2-09-286 fixant les normes de qualité de l’air et les modalités de surveillance de
l’air. (Bulletin officiel n°5806 du 21 janvier 2010)

- Projet de Norme du Secteur de la B riqueterie (2015)

Les principales dispositions de la loi n° 13-03 relatives à la protection de la qualité de l’air sont :

! Le principe général d’interdiction d’émettre, de dégager et de jeter dans l’atmosphère des


polluants au delà des normes fixées par voie réglementaire;
! Le principe de la surveillance en continue de l’atmosphère;
! Le principe de la planification;
! Le contrôle et la détection des sources de pollution fixe et mobile susceptibles de porter
atteinte à la santé de l’homme et à l’environnement en général
! L’incitation;
! Les sanctions.

Ayant pour objectif de fixer des valeurs limites d’émissions générales ou sectorielles et les
modalités de leur contrôle, les valeurs limites générales d’émissions concernent :

! Poussières;
! Substances inorganiques essentiellement sous formes de poussières;
! Substances inorganiques sous formes de gaz ou de vapeur;
! Substances organiques sous formes de gaz ou de vapeur ou de particules;
! Substances cancérigènes.

Les Valeurs Limites générales de rejets dans l’atmosphère au Maroc selon le Décret n°2-09-631
sont présentées dans le tableau suivant :

9
Tableau 1: Valeurs Limites générales de rejets dans l’atmosphère au Maroc

Substances N°  de  la  classe Normes


3
Débits  massiques Seuils  limites  mg/m
3
Poussières ≥  0.5  kg/h ≤  50  mg/m  

3
Substances   Classe  1 ≥  1  g/h ≤  0.2  mg/m
inorganiques  
essentiellemen Classe  2 ≥  5  g/h ≤  1  mg/m
3

t  sous  forme  de  


poussières Classe  3 ≥  25  g/h 3
≤  5  mg/m

3
Substances   Classe  1 ≥  10  g/h ≤  1  mg/m
inorganiques  
essentiellemen Classe  2 ≥  50  g/h ≤  5  mg/m
3

t  sous  forme  de  


gaz  ou  de   Classe  3 ≥  300  g/h
3
≤  30  mg/m
vapeur
3
Classe  4 ≥  5000  g/h ≤  500  mg/m
3
Substances   Classe  1   ≥  0.1  kg/h ≤  20  mg/m
organiques  sous  
forme  de  gaz,  de   3
Classe  2 2.0  kg/h ≤  100  mg/m
vapeurs  ou  de  
particules
3
Classe  3 ≥  3.0  kg/h ≤  150  mg/m

3
Substances   Classe  1 ≥  0.5  g/h ≤  0.1  mg/m
cancérigènes
3
Classe  2 ≥  5  g/h ≤  1  mg/m

Classe  3 ≥  25  g/h ≤  5  mg/m

Par ailleurs le Maroc est cours d’élaborer des Valeurs Limites d’Emission (VLES) pour les
secteurs d’activités suivants :

! Les 04 activités liées aux transformations de phosphate


! Les unités de raffinage de pétrole
! Les centrales thermiques
! Cimentiers
! Incinération des déchets

10
Les deux tableaux ci-dessous récapitulent respectivement les Valeurs Limites d’émission
internationales et celles du Maroc et les Valeurs Limites d’émission relatives au secteur
Briqueteries.

Tableau 2: Valeurs Limites générales de rejets dans l’atmosphère des Briqueteries (Maroc et
autres pays)

Valeurs limites d’émissions PROJET DE


Mesures usines au
Maroc
NORMES
D'EMISSIONS
Polluants France Allemagne Sénégal Banque Normes
(mg/Nm3) Entrée Sortie
(mg/m 3 ) (mg/Nm 3 ) (mg/Nm 3 ) Mondiale Marocaines
(mg/Nm 3 ) sources Briqueterie fours atomiseur
fixes
(mg/Nm 3 )
Poussières
(MPS) 40 10 - 50 50 50 19,3 63,8

0.05 à
Métaux 1 - 0.5 - 1/Métal - -
10
lourds

Anhydride 146-
300 50 - 400 500 500 47
sulfureux 2955

193-
Oxyde - - 150000 600 500 600 411-583
8613
d'azote

50 - 30 30 50 - -
HCl

- - 2000 20 - - - -
COT

5 - 250 5 5 5 - -
HF

Valeurs limites d’émissions PROJET DE


Mesures usines au
Maroc
NORMES
D'EMISSIONS
Polluants France Allemagne Sénégal Banque Normes
(mg/Nm 3 ) Entrée Sortie
(mg/m 3 ) (mg/Nm 3 ) (mg/Nm 3 ) Mondiale Marocaines
(mg/Nm 3 ) sources Briqueterie fours atomiseur
fixes
(mg/Nm 3 )
Poussières
(MPS) 40 10 - 50 50 50 19,3 63,8

0.05 à
Métaux 1 - 0.5 - 1/Métal - -
10
lourds

Anhydride 146-
300 50 - 400 500 500 47
sulfureux 2955

193-
Oxyde - - 150000 600 500 600 411-583
8613
d'azote

50 - 30 30 50 - -
HCl

- - 2000 20 - - - -
COT

5 - 250 5 5 5 - -
HF

11
Tableau 3: Valeurs Limites générales de rejets dans l’atmosphère des Briqueteries au
Maroc

PROJET DE
VALEURS
Types de polluants LIMITES Maroc
(mg/Nm 3 )

M PS 50
Poussières

M ETAUX
METAUX LOURDS 1/M étal
LOURDS

Oxydes de soufre (anhydride sulfureux et


anhydride sulfurique) exprim és en SO 2 500
anhydride sulfureux

Oxydes d'azote (monoxyde d'azote et


dioxyde d'azote), exprimés en dioxyde NO 2 600
d'azote

Composés chlorés inorganiques sous


forme de gaz ou de vapeur exprimés en HCL 50
acide chlorhydrique

Fluor et ses composés, sous forme de gaz


ou de vapeur, exprimés en acide HF 5
fluorhydrique

12
4 Objectifs du Projet

L’Initiative de la production des briqueteries au Maroc vise plusieurs objectifs. Entre autres :
- Promouvoir les meilleures pratiques pour minimiser les émissions du secteur des briques
ayant un impact sur plusieurs fronts : santé publique, sécurité alimentaire et énergétique et le
climat ;
- Appuyer le gouvernement marocain, par l'intermédiaire du Ministère Délégué de
l'Environnement, à développer un Plan National et une Politique visant à l'amélioration de
l'environnement du secteur de briqueteries ;
- Estimer les ressources financières requises pour l’implantation du Plan National ;
- Aider à l’élaboration d'un projet pilote de transfert de technologie pour être soumis à de
multiples mécanismes de financement (FEM, GIZ, fonds d'affectation spéciale du CCPA).

Quatre phases sont envisagées pour atteindre le Plan National :

1- L’Evaluation cadre du secteur des briqueteries au Maroc ;


2- La quantification des émissions générées par les briqueteries ;
3- L’élaboration du Plan National pour l’amélioration de l’environnement des briqueteries
et la recherche de ressource financière pour améliorer la technologie des briques ;
4- L’établissement d’un guide pour la prévention et la réduction de la pollution de l’air
émise par les briqueteries.

Les objectifs de la première phase, objet du présent contrat, du plan national sont donc :

➢ Améliorer la collecte et la mise à jour des données existantes sur le secteur de


briqueteries au Maroc et sa contribution aux émissions de polluants climatiques de courte durée
de vie ;
➢ Atteindre l’évaluation cadre du secteur de fabrication des briques pour aider à
l’élaboration du plan national qui vise à améliorer le secteur des briqueteries au Maroc ;
➢ Accroître la sensibilisation des gouvernements national et local, des réseaux régionaux,
du secteur privé, et des fournisseurs de technologie travaillant dans le secteur de la fabrication de
la brique des impacts, sur l'environnement et sur la santé, de la production des briques ainsi que
les opportunités de réduire les émissions des polluants climatiques à courte durée de vie ;
➢ Développer le Document de projet pour le FEM sur le secteur de fabrication des briques
en mettant l'accent sur les impacts et mesures d'atténuation et le potentiel de réduction des GES
et des émissions des SLCP.

Cette première phase : l’Evaluation cadre du secteur des briqueteries au Maroc, est
scindée elle même en deux activités principales interconnectées :

(1) Activité 1 : Développent de l’évaluation cadre du secteur des briqueteries au Maroc


(2) Activité 2 : Développent du Document du Project pour le GEF.

Chacune de ces deux activités est divisée en sous-activités, lesquelles sont sanctionnées par des
livrables correspondants, qui sont résumées dans le tableau ci-dessous.

En ce qui concerne le présent document, la sous-activité 1.1 a pour objet principal de procéder
dans un premier temps au choix judicieux d’un échantillon représentatif de cinq briqueteries de
différents types parmi la population mère de briqueteries et ensuite de les auditer et de procéder
à la collecte et à la mise à jours des données existantes en relation avec leur localisation, leur
taille, leur production, leur type, les intrants utilisés et les différentes consommations:
thermiques, électriques ainsi que leur demande en eau.

13
Tableau 4: Consistance des activités principales et des sous- activités
correspondantes

Sous-
Consistance
activité

Collecte et mise à jour des données existantes


1.1
par type de brique,

Cartographie de la répartition géographique


1.2
des types de briques par région au Maroc,

Procéder à une évaluation des émissions du


1.3 cycle de vie du carbone noir et des autres
polluants (CO, CH4 , CO2 et SO2 ),
ACTIVITE 1
Analyse et description du cadre institutionnel
1.4
relatif à la production de briques au Maroc,

Développement d'une 'boîte à outils' de


sensibilisation en mettant l'accent sur la
1.5
situation actuelle du secteur de briqueteries au
Maroc en relation avec leurs impacts,

Organisation d'un atelier de sensibilisation


1.6
nationale

Développement de la note succincte et le


2.1
formulaire de l'identification du projet (PIF),

Présentation du document de projet provisoire


2.2
pour le PNUE / FEM et le PNUE,
ACTIVITE 2
Préparation des documents de projet avec la
2.3
contribution des parties prenantes,

Présentation du document de projet PNUE /


2.4
FEM.

5 Spécificités du Projet

" Il est le premier nouveau projet particulier lié à la problématique du carbone noir dans le
secteur brique au Maroc;
" Il est différent des autres projets réalisés au Maroc dans le secteur briques en termes de
sa nature sa dimension;
" Il est caractérisé par son pertinent sujet et son appartenance aux projets de dimension
internationale qui ne cessent de s’accroitre (104 partenaires internationaux de la CCAC :

14
gouvernements nationaux, organisations intergouvernementales, entreprises, institutions
scientifiques, et la société civile);
" Sa portée est très large et multidisciplinaire (soutien gouvernemental, législation,
pollution, énergie, santé, environnement, bienêtre de la population, …) et il couvre
pratiquement tous les types de briqueteries (artisanales, semi-industrielle et
industrielles) disponibles au Maroc;
" Il est caractérisé par la diversité des opérateurs, acteurs et des parties prenantes de haut
niveau;
" Le projet en cours est lié aux autres projets réalisés dans le secteur brique à l’échelle
nationale, cependant sa principale spécificité est d’être lié aux impacts négatifs sur
l’homme et son environnement et aux potentialités d’atténuation des émissions de Gaz à
Effet de Serre (GES) et des émissions des polluants climatiques de courte durée (SLCP).
" Par ailleurs le projet vise à sortir avec une stratégie bien claire pour l’élaboration d’un
plan national dédié à l’amélioration de l’environnement du secteur brique tout en
proposant des voies de financement crédibles pour l’amélioration de la technologie brique
au royaume du Maroc.

Figure 3 : Carte mondiale des partenaires internationaux de la CCAC (2015)

© 2015 CCAC

6 Les Principales Etudes Marocaines sur le Secteur des Briqueteries

Chronologiquement, trois importantes études ont été réalisées sur le secteur des briqueteries à
savoir :

(1) 2006: Etude d’analyse du potentiel de la Filière Briques et Tuiles au M aroc;

15
(2) 2010: Elaboration des Valeurs Limites des Emissions des Secteurs des
Briqueteries et des Céramiques ;

(3) 2013: Benchm ark énergétique et protection de l’environnement dans les


briqueteries au M aroc.

6.1 Etude d’analyse du potentiel de la Filière Briques et Tuiles au


Maroc

-­‐ Cette étude a été réalisée par le Ministère de l’Industrie et du Commece 2006 avec le
soutien financier du programme de l’Union Européenne.

-­‐ C’est la première étude qui a déclaré que le parc des briqueteries marocaines est
constitué de trois types de briqueteries : l’artisanale, la semi-industrielle et l’industrielle
avec trois types de fours bien identifiés : le four Traditionnel/Artisanal, le four Offmann et
le four Tunnel respectivement.

-­‐ La capacité de production maximale correspond bien aux unités industrielles (72%) bien
que leur nombre (28 unités) est inferieur à celui des unités semi-industrielles (46 unités),
vu que leur importante capacité de production par unité industrielle et le caractère
continu de leur activité. En deuxième rang, viennent les unités semi-industrielles (26%) et
finalement les unités traditionnelles (3%).

-­‐ Cette étude, comme les deux autres mentionnées ci-dessus sur secteur des briqueteries,
ne précisent ni la typologie détaillée des briqueteries ni leur distribution géographique
selon le découpage administratif des régions du royaume. L’information disponible est liée
à leur ventilation sans précision sur leurs types sur les régions du royaume :

Tableau 5: Nombre de briqueteries pour les grandes régions du Maroc

Briqueteries
Grandes régions
Nombre Pourcentage

Nord 55 65,5%

Centre 27 32,1%

Sud 2 2,4%

Total 84 100%

-­‐ Elle affirme que la majorité absolue est localisée aux régions Nord et Centre.

16
-­‐ Par ailleurs, elle est principalement focalisée sur des échantillons de briqueteries
industrielles et semi-industrielles. Les 12 briqueteries artisanales reportées sur ces
études n’ont pas été traitées et de ce fait leurs localisations sur les régions du royaume,
leurs caractérisations et leurs productions font défaut.

Tableau 6: Capacités de production en 2005 et en 2006

Capacités de
Nombre de Nombre de production
Technologie Pourcentage de
production
briqueteries fours (Millions de
Tonnes/an)
Industrielle
Fours tunnels 28 32 2,8 72%
Semi industrielle
Fours Hoffmann 46 46 1 26%
Artisanale
Fours
12 12 0,1 3%
Traditionnels

6.2 Etude Elaboration des Valeurs Limites des Emissions des


Secteurs des Briqueteries et des Céramiques

-­‐ Cette étude a été réalisée et financée par le Ministère Délégué de l’Environnement (MDE)
en 2010. Elle est constituée de deux missions :

- Mission I: Diagnostic des branches industrielles des industries céramiques et des


briqueteries;
- Mission II : Proposition de valeurs limites des émissions atmosphériques en tenant
compte de leurs nature et quantité et des meilleures techniques de
dépollution

-­‐ Cette étude a vu naissance car Le MDE visait à mettre en place un projet de normes pour
sensibiliser les industriels à maîtriser leurs émissions gazeuses en minimisant leurs
rejets de polluants.

-­‐ Cette étude traite en même temps les émissions des industries céramiques et des
briqueteries (Bati Chaouia).

-­‐ Nul part dans l’étude on a évoqué le mot carbone noir qui est très visible au niveau des
cheminées dans ce type d’industrie.

-­‐ L’étude a proposée des valeurs limites des polluants atmosphériques qui ont été adoptées
pour les briqueteries et élaborées, au niveau du Projet de Valeurs Limites au Maroc en
concertations et discutions avec les professionnels notamment :

-­‐ la Fédération des Matériaux de Construction (FMC) ;

- L’Association Professionnelle des Briquetiers (APB) ;

17
Tableau 7: Récapitule le Projet de Valeurs Limites

PROJET DE
VALEURS
Types de polluants LIMITES Maroc
(mg/Nm 3 )

M PS 50
Poussières

M ETAUX
METAUX LOURDS 1/M étal
LOURDS

Oxydes de soufre (anhydride sulfureux et


anhydride sulfurique) exprim és en SO 2 500
anhydride sulfureux

Oxydes d'azote (monoxyde d'azote et


dioxyde d'azote), exprimés en dioxyde NO 2 600
d'azote

Composés chlorés inorganiques sous


forme de gaz ou de vapeur exprimés en HCL 50
acide chlorhydrique

Fluor et ses composés, sous forme de gaz


ou de vapeur, exprimés en acide HF 5
fluorhydrique

6.3 Benchmark énergétique et protection de l’environnement dans


les briqueteries au Maroc

-­‐ Cette étude est la plus récente sur le secteur de briqueteries qui a été réalisée par le MDE
en 2013 avec le soutien financier de la GTZ.

-­‐ L’objectif de cette étude est d’évaluer, sur la base d’une sélection de briqueteries
marocaines, l’efficacité de l’utilisation de l’énergie en comparaison avec la consommation
moyenne usuelle sur le plan international, rendue possible par la technique et la
technologie.

-­‐ C’est une étude qui a été consacrée uniquement aux six briqueteries industrielles.
Chacune des usines est dotée du four Tunnel (four continu) et d’un séchoir Anjou (séchoir
continu)

-­‐ Aucun nombre des unités semi-industrielles et artisanales n’a été évoqué dans cette
étude et aucune analyse de ces types de briqueteries n’a été considérée.

-­‐ Le prix pour les briques est de l’ordre de 30 Euros par tonne et l’énergie constitue 39% des
coûts de revient d’une briqueterie au Maroc.

-­‐ Pour la production des briques, la quantité d’énergie requise est presque identique autant
pour la cuisson que pour le séchage. Le séchoir est souvent alimenté par l’air chaud de la
zone de refroidissement du four.

18
-­‐ Comparée avec d’autres fours sur le plan international, la consommation de combustible
des fours dans les six briqueteries visitées est comparable et se situe dans une fourchette
allant de 770 à 1246 kJ/kg de briques.

-­‐ Le temps de cuisson des briqueteries visitées varie de 21 à 26h et est supérieur à la valeur
moyenne de 18,5h pour les briqueteries européennes similaires. Cette valeur se trouve
dans la gamme usuelle de briqueteries modernes sur le plan international.

-­‐ Les briqueteries visitées équipées avec des séchoirs continus à flux longitudinal sans
brassage présentant un temps de séchage de 3 à 5 h.

-­‐ La consommation d’énergie de séchage pour les six unités qui se trouve dans une plage
allant de 600 jusqu’à 900 kJ/kg et, par conséquent, est plus haute dans l’essentiel que la
consommation des nouveaux séchoirs installés en Europe.

Le tableau suivant représente la comparaison entre les consommations spécifiques moyennes :


électrique et en combustible des briqueteries visitées savec celle des briqueteries sur le plan
international.

Tableau 8: Comparaison de la consommation électrique et en combustible

Maroc International
Consommation Unité

Combustible 1305 1295


kJ/kg

Electrique 44 53
kWh/T

-­‐ Le sommaire des mesures potentielles proposées par l’étude pour l’optimisation
énergétique et impacts environnementaux sont présentées dans le tableau suivant :

Tableau 9: Sommaire des mesures potentielles

Nombre de mesures et impacts


Mesures et potentiels
énergétiques et environnementaux
Nombre de mesures
7 à 11 par usine
proposées

Potentiel moyen
3.643 T d’huile lourde par usine
d’économie de
par an
combustible
Potentiel moyen
39.500 MWh par usine par an
d’économie d’énergie
Potentiel moyen de
9.110 t CO2 par usine par an
réduction de CO2

19
7 Audits environnementaux des unités de briqueteries

7.1 Approche méthodologique

7.1.1 Collecte des données de base

Tenant compte de la nature du projet et de ses objectifs et en vue de garantir au maximum


l’aboutissement et le succès du projet, le consultant a fait recours à l’approche participative. Cette
approche revêt d’une grande importance pour le déroulement de ce travail dans les règles de l'art.

En effet, des réunions ont été tenues avec les représentants du Ministère Délégué de
l’Environnement (MDE), en vue d’identifier leurs attentes et d’épouser leurs perspectives pour la
réalisation de ce projet.

Cette démarche a permis d’affiner l’approche méthodologique, et de se concerter avec les


représentants du MDE sur :

− Les objectifs attendus ;


− Le planning d’intervention sur les briqueteries ;
− Les formulaires d’enquêtes ;
− Les briqueteries à auditer ;
− Le mode de déroulement des enquêtes au niveau des briqueteries;
− Le mode d’échantillonnage ainsi que le choix des unités à auditer.

La caractérisation générale des briqueteries devait être faite sur la base de la documentation
existante. Cette caractérisation devait permettre au consultant de disposer des éléments
permettant la catégorisation des briqueteries selon leur localisation, taille, nature des activités,
production, intrants, demande en eau, les puissances électriques et la source et la nature
d’énergie thermique utilisée. L’objectif étant le choix de cinq briqueteries représentatives, devant
faire l’objet d’un audit détaillé.

En effet, les études réalisées sur le secteur de briques ne précisent ni la typologie détaillée des
briqueteries ni leur distribution géographique selon le découpage administratif des régions du
royaume. Ces études ont été principalement focalisées sur des échantillons de briqueteries
industrielles et semi-industrielles. Les 12 briqueteries artisanales reportées sur ces études n’ont
pas été traitées et de ce fait leurs localisations sur les régions du royaume, leurs caractérisations
et leurs productions font défaut.

Par ailleurs, les contraintes rencontrées pour recueillir dans des délais raisonnables, les
informations requises ont imposé le changement de l’approche et un contact direct a été effectué
chaque fois que c’est possible auprès des représentants des briqueteries pour le recueil de
l’information.

20
Plusieurs briqueteries de différents types ont donc été visitées. Des réunions et des interviews
ont été tenues avec les différents responsables des briqueteries pour collecter les informations
requises.

Parallèlement à ces contacts, les études et documents recueillis au fur et à mesure du


déroulement du projet et communiqués au consultant par le MDE, de l’Association
Professionnelle des Briquetiers (APB) et du Ministère de l’Industrie, du Commerce de
l’Investissement et de l’Economie Numérique étaient dépouillés et analysés.

7.1.2 Le formulaire d’audit environnemental

Un formulaire d’audit environnemental conçu par les soins du consultant (voir model en annexe)
et rempli lors des investigations sur le terrain a servi de base pour les données permettant de
caractériser le maximum possible des briqueteries à partir desquelles un échantillon
représentatifs, renfermant les trois catégories des briqueteries implantées au royaume, de cinq
unités faisant l’objet de l’audit environnemental détaillé seront sélectionnées.

Pour chaque unité retenue, le formulaire d’audit environnemental commence par la définition de
la localisation, la superficie totale, les intrants, l’origine de la matière première, les
consommations en eau, en électricité et la source et les quantités du combustible utilisé, la
production ainsi que d’autres informations liées aux équipements et aux machines utilisées.

Le formulaire a été rempli par le consultant à travers des interviews avec les responsables des
usines au niveau des briqueteries visitées et analysées.

7.1.3 Déroulement des audits

En concertation avec le MDE une liste de 24 briqueteries a été arrêtée. Un planning de


déroulement des audits a été concerté avec le MDE.

Après l’étape de concertation primordiale pour l’adhésion des briquetiers, des réunions
d’information et de sensibilisation ont été tenues ayant pour but d’apporter des éclaircissements
sur la nature du projet, ses objectifs et la nécessité des industriels à coopérer.

Le recueil des informations a été fait directement sur site des briqueteries par le consultant.
Toutes les briqueteries sélectionnées ont été visitées par le consultant qui a examiné de près les
différentes unités de production, le process et les impacts ressentis lors de ces investigations de
terrain.

Les réponses aux questions diverses ont été communiquées par les gestionnaires à chaque fois
que ceux-ci disposaient de l’information.

Certaines informations, notamment concernant les différentes consommations (eau, électricité,


intrants, carburant) ont été communiquées au consultant à l’issue de l’audit.

21
7.1.4 Dépouillement des formulaires et Utilisation du SIG

Tous les formulaires d’audit environnemental ont été dépouillés. Les documents communiqués
par le MDE, l’APB et le Ministère de l’Industrie, du Commerce de l’Investissement et de
l’Economie Numérique ont été étudiés.

7.1.5 Choix des Cinq unités à visiter et à analyser

7.1.5.1 Critères de choix

Le choix des unités à auditer a été dicté par un ensemble de critères en relation avec l’objectif de
l’étude. L’échantillon des cinq unités à visiter et à analyser devait être constitué, conformément
aux termes de référence, d’une briqueterie industrielle, de deux briqueteries semi-industrielles et
de deux briqueteries artisanales. Par ailleurs, il doit tenir compte de la distribution géographique
des unités et de leur concentration, comme ça était précisé par les études antérieures, au niveau
du nord et du centre du Maroc.

De ce fait, les critères retenus ont reposé sur le choix des unités caractérisées par :

− Le respect de la typologie des briqueteries demandées au niveau des termes de référence;

− La distribution spatiale des unités au niveau du Maroc ;

− L’importance de l’existence des briqueteries au niveau des régions du Maroc.

En respectant la représentativité de l’échantillon, la disponibilité de l’information, la


collaboration des briquetiers et le respect des critères de choix ci-dessus, le consultant a pu
déterminer une liste de 24 briqueteries constituées de trois briqueteries industrielles, de cinq
semi-industrielles et de seize traditionnelles:

La carte ci-dessous montre bien la couverture de l’échantillon des zones de concentration de


l’existence des briqueteries du centre au nord et de l’est à l’ouest du Maroc.

22
Tableau 10: Localisation des briqueteries visitées

Région
Nom de l'unité Nom bre Ville Province Type Etat
économ ique
Briqueteries
FES- en
traditionnelles 10 SIDI HARAZEM FES Traditionnel
BOULMANE activité
Al Gaada
Briqueteries
MEKNES- en
traditionnelles 2 MEKNES MEKNES Traditionnel
TAFILALET activité
de M eknès
RABAT-
Briqueteries
SALE- en
traditionnel de 1 SALE SALE Traditionnel
ZEMMOUR- activité
Salé
ZAER
Briqueteries
TANGER- en
traditionnelles 3 CHEFCHAOUEN CHEFCHAOUEN Traditionnel
TETOUAN activité
de Chefchaouen
EXTRABRIK (ex MEKNES MEKNES- en
1 MEKNES Industriel
ISMAILIA) BANLIEUE TAFILALET activité
RABAT-
BRIQUETERIE SALE- en
1 SALE SALE Industriel
SLAOUI ZEMMOUR- activité
ZAER
REGION DE en
NOVA BRIQ 1 NADOR NADOR Industriel
L'ORIENTAL activité
RABAT-
POTERIE SALE- Semi- En
1 SALE SALE
DEM NATE ZEMMOUR- industriel Arrêt
ZAER
BRIQUETTERIE REGION DE Semi- en
1 NADOR NADOR
MY RACHID L'ORIENTAL industriel activité
BRIQUETERIE TANGER- Semi- en
1 CHEFCHAOUEN CHEFCHAOUEN
SIF LAOU TETOUAN industriel activité
CERAMICA DE TANGER- TANGER- Semi- en
1 TANGER
TANGER ASSILAH TETOUAN industriel activité
TANGER- Semi- en
SOLARGIL 1 TETOUAN TETOUAN
TETOUAN industriel activité

7.1.5.2 Les unités retenues pour l’audit

Afin d’avoir la représentativité typologique, régionale et spatiale un échantillon de cinq


briqueteries a été retenu. Le tableau et la carte ci-dessus récapitulent l’échantillon retenu pour
l’audit détaillé.

23
Figure 4 : Localisation des unités visitées

Tableau 11: Localisation du l’Echantillon de des 5 briqueteries retenues

Type Production
Région
Nom de l'unité Ville Province en briques
économique
(T/j)
BRIQUETERIE RABAT-SALE-
SALE SALE Industriel 550
SLAOUI ZEMMOUR-ZAER

TANGER- Semi-
SOLARGIL TETOUAN TETOUAN industriel 88
TETOUAN

BRIQUETTERIE REGION DE Semi-


NADOR NADOR industriel 36
MY RACHID L'ORIENTAL

MAGZARI SIDI HARAZEM FES FES-BOULMANE Traditionnel 1.5

TANGER-
DAKKOUK CHEFCHAOUEN CHEFCHAOUEN Traditionnel 1.5
TETOUAN

24
Figure 5 : Localisation des 5 briqueteries retenues

Par ailleurs, pour les unités semi-industrielles, en plus du respect des critères de choix des unités
à retenir mentionné parmi l’échantillon des cinq briqueteries, SOLARGIL et BRIQUETERIE MY
RACHID ont été retenues pour leur faible et moyenne production (88 et 36 T/j respectivement).

De même les unités MAGZARI et DAKKOUK faisant partie des unités traditionnelles qui sont
retenues pour introduire la continuité ou non de la production à l’échelle de l’année. L’unité
MAGZARI est en activité pendant toute l’année, alors que l’activité de l’unité DAKKOUK est
saisonnière comme nous allons voir dans la suite du rapport.

8 Résultat et rapports des visites et analyses des cinq briqueteries retenues

Les audits tels qu’ils ont été réalisés ont permis de ressortir les données de base liées à la
typologie, la production, les intrants, les consommations en eau, en électricité et en carburants,
les matières premières, les produits finis etc.

Les formulaires détaillant toutes les données de production de ces cinq briqueteries et celles
relatives aux résultats des audits ont été élaborées par unité.

Pour chaque type de briqueteries, la présentation des résultats des audits respectera le canevas
suivant :

- Données générales sur l’unité ;

- Procédé de fabrication des briques ;

- Les intrants ;

- La production et les consommations en eau, en électricité et en carburants ;

- Lignes de production et équipements mécaniques ;

25
- Types de séchoir et de four ;

- Produits finis

8.1 Briqueterie industrielle : BRIQUETERIE SLAOUI

8.1.1 Données générales

La Briqueterie SLAOUI est située à la ville de Salé, à 10 km environ de la capitale du Maroc. De


point de vue production, elle occupe le 3ième rang (550 T/j) des unités industrielles après la
Briqueterie BATI CHAOUIA (800 T/j) localisée à la ville de Settat et SOLABRIQ (700 T/j)
localisée à la ville de Berchid.

Figure 6 : Photo de la BRIQUETERIE SLAOUI

Ces données générales sont présentées dans le tableau suivant :

Tableau 12: Données générales

Unité Valeur
Superficie globale Ha 12
Permanent 160
Nombre des employés
Saisonnier 0
Nombre de jours de travail par an j/an 240

Nombre d'heures de travail par jour h/j 24

26
8.1.2 Procédé de fabrication des briques

En plus de l’extraction et du transport de l'argile à partir des carrières de Rommani (environ 85


Km) et de Khemisset (environ 80 Km) et de la région proche de Rabat-Salé dans des camions de
30-40 tonnes qui a lieu à la première phase, et l'emballage des briques dans la phase finale, les
principales différentes étapes de la production sont:

Préparation
de l'Argile Façonnage   Séchage Cuisson

8.1.2.1 Préparation de la pâte

Les matières premières utilisées par l’unité sont constituées de 50% d’argile de Rommani, 40%
d’argile de Khemisset et 10% d’argile rouge de la région proche de Rabat-Salé.

Figure 7 : Photos d’argiles utilisées

L’objectif de cette phase est multiple et important :


- éliminer les cailloux et les impuretés ;
- émietter les argiles et obtenir la granulométrie souhaitée ;
- doser les composants et former les mélanges ;
- homogénéiser et humidifier ces mélanges en vue d’obtenir une bonne plasticité de la pâte.

La phase de préparation de la pâte comprend donc deux opérations :


(1) le broyage et le malaxage et ;
(2) le dosage et le mélange des matières premières.

27
La première opération dont le but est de se débarrasser des impuretés est réalisée par le passage
des matières premières par un désintégrateur afin d’éjecter les pierres et impuretés puis par un
broyeur à 2 mm.

La deuxième opération a pour objectif d’optimiser la qualité des matières premières où les trois
types d’argile sont dosés en respectant les pourcentages mentionnés ci-dessus avec l’ajout d’eau,
une première humidification à 20% d’humidité, ayant lieu au niveau du mouilleur mélangeur,
permettant une mise en forme facile de l’argile.

Le produit ainsi obtenu est mis dans une zone de stockage d’argile préparée, d’une capacité d’une
semaine (environ 2000 m²), et de temps à autre humidifié selon la température ambiante.

8.1.2.2 Façonnage

Le façonnage plastique faisant partie de la phase de fabrication proprement dite a


essentiellement deux rôles :
- donner à la pâte une cohésion suffisante. La cohésion, partiellement développée au niveau
de la phase de préparation, est parachevée grâce :

(1) à l’élimination de l’air occlus dans l’argile c’est la désaération par création de
vide ;

(2) à l’amélioration de la plasticité par un mouillage additionnel et par une


intensification de la compression de la pâte ;

- donner à la pâte la forme désirée pour le produit.

Au niveau de l’unité, cette opération commence par un deuxième broyage de finition au niveau du
laminoir (taille des grains < 1 mm) et puis par le passage de l’argile par le groupe à vide
monoblock pour la seconde hydratation de l’argile broyée qui passera par la mouleuse : la
machine de moulage.

Le mélange argileux obtenu sous pression sera en premier lieu transformé en bandes creuses au
travers d’une filière à l’extrémité d’une extrudeuse (mouleuse) qui seront ensuite découpées en
briques par un coupeur à barre.

8.1.2.3 Séchage

Le séchage est l’avant dernière étape de la fabrication. Les briques crues ainsi fabriquées doivent
perdre une grande partie de leur teneur en eau avant de subir le dernier traitement thermique
final. En effet, la cuisson des briques humides conduit à un risque plus grand de fissuration et
d’éclatement du produit.

Les produits façonnés sont donc ensuite séchés pour éliminer l’eau de fabrication (15 à 30% par
rapport au poids sec de la brique). Après leur passage dans le séchoir, les produits ne contiennent
que 1 à 2% d’eau résiduelle. Cette opération prend une durée moyenne de 3 à 4h au niveau des
séchoirs de l’unité.

Les briques crues seront chargées mécaniquement dans des étagères qui vont vers les séchoirs
Anjou.

28
8.1.2.4 Cuisson

Les briques séchées n’ont pas encore leurs véritables qualités céramiques. Afin de leur permettre
d’acquérir la résistance mécanique, la stabilité à l’humidité, la résistance aux intempéries, il est
nécessaire de les soumettre à la cuisson à des températures élevées de 900 à 1150 °C. La cuisson
permet donc de consolider thermiquement les briques séchées.

Cette opération doit être conduite de façon à obtenir des briques de caractéristiques fonctionnelles
satisfaisantes et aussi régulières que possible. Il s’agit de mélanger intimement le combustible
avec l’air de combustion dans les bruleurs, de diluer ce mélange dans un excès d’air important
pour ramener la température des flammes à la température de cuisson désirée pour le mélange
argileux et enfin de soumettre tous les produits de l’empilage aux mêmes effets thermiques.

Au niveau de l’usine, une empileuse de wagons récupérera les briques séchées à la fin du circuit
de séchage pour les introduire dans le circuit de cuisson ayant lieu au niveau du four Tunnel.

8.1.3 Les intrants

Les matières premières utilisées pour la fabrication des briques au niveau de l’unité industrielle
sont les argiles de Rommani, de Khemisset et de la région de Rabat-Salé. Le tonnage d’argile
journalier consommé de 700 T/j. L’usine ne pratique pas l’ajout d’éléments dégraissants car la
qualité de l’argile utilisée est jugée par le briquetier comme étant adéquate pour l’aptitude du
mélange argileux au façonnage et aux propriétés mécanique après cuisson.

La production, demande en eau et consommations électrique et en carburants


Le tableau ci-dessous résume la production en briques, la demande en eau et les consommations :
électrique et en carburants.

Tableau 13: Production et consommations en eau et énergétique

Désignation Unité Valeur


Production en briques T/j 700
Demande en Eau m3/j 9000

Consommation
Kwh 8,5 x 106
électrique

Carburants
Fuel T/j 900
Coke de pétrole T/j 4450
Bois T/j 9000

Il est à noter que le fuel et le coke de pétrole sont utilisés pour la production de l’énergie
thermique pour la cuisson des briques alors que le bois est utilisé comme carburant pour chauffer
l’air pour l’opération de séchage.

29
Figure 8 : Photos du Fuel, Coke de Pétrole et du Bois utilisés par BRIQUETERIE
SLAOUI

Fuel Lourd Coke de Pétrole Bois

8.1.4 Ligne de production et équipements mécaniques

La briqueterie SLAOUI est dotée de deux lignes de production qui prennent naissance après le
deuxième mouilleur mélangeur à deux arbres. Chaque ligne est constituée d’un groupe à vide
monoblock attaché à un mouilleur mélangeur, d’un coupeur de brique, d’un séchoir continu et
rapide. L’unité industrielle est dotée de deux fours Tunnel dont seulement un en activité. Le
tableau ci-dessous résume les équipements mécaniques et appareils dont dispose l’usine.

30
Tableau 14: Ligne de production, équipements mécaniques et appareils

Désignation Type Nombre


Désintégrateur - 1
Broyeur < 2 mm 1
Mouilleur Mélangeur à 2 arbres - 1
Distributeurs-Doseurs linéaires - 1
Laminoir-Finisseur à cylindre < 1 mm 1
Mouilleur Mélangeur à 2 arbres - 1
Groupe à vide monoblock - 2
Mouilleur Mélangeur à 2 arbres - 2
Coupeur de Brique Coupeur à barre 2
Anjou-rapide à
Séchoir 2
balancelles
2 dont
Four Tunnel seulement 1 en
activité

8.1.1 Type de Séchoir et Four

8.1.1.1 Séchoirs

Les deux séchoirs Anjou de fabrication type franco-italienne à base d’air forcé, sont des séchoirs
continus et rapides à balancelles. L’air chaux de séchage est à hauteur de 10% d’air récupéré du
four tunnel et à hauteur de 90% d’air chauffé au niveau de la chambre de combustion du bois. La
durée du séchage est en moyenne de 3 à 4h.

31
Figure 9 : Photos des équipements mécaniques et appareils principaux

Distributeurs-Doseurs Exemple de Moule Mouleuse (Extrudeuse)


linéaires

Laminoir-Finisseur à cylindre Groupe à vide Monoblock Mouilleur Mélangeur à 2


arbres

Coupeur de Briques Séchoir Anjou Four Tunnel

32
Figure 10 : Séchoirs – BRIQUETERIE SLAOUI

Figure 11 : Séchoirs – Zone d’entrée, Chambre de combustion du bois

8.1.1.2 Fours

L’usine est dotée de fours Tunnel continus à feu fixe et charge mobile. En effet, la chambre à feu
est localisée à un endroit précis du tunnel et ce sont les produits empilés sur des wagons qui sont
poussés à l’intérieur du four tunnel où ils avancent progressivement au fur et à mesure qu’un
nouveau wagon est introduit dans le four.

Ce type d’appareils dont la longueur est de l’ordre de 110m, 5m de largeur et de 4m de hauteur


environ est constitué de trois zones principales : (1) la zone de préchauffage ; (2) la zone de
cuisson correspondant au palier de cuisson (1000 à 1200 °C) et (3) la zone de refroidissement.

33
Figure 12 : Photos du four Tunnel

Il est équipé à l’entrée de deux portes successives, la première permettra aux wagons d’être dans
un huit clos au niveau de la zone de pré-four avant l’ouverture de la seconde porte qui est la porte
directe du four proprement dit. Cette zone communique avec la zone de refroidissement des
briques cuites. Le système de double porte est prévu à la fois pour la sécurité des ouvriers et
également pour l’économie de la chaleur qui sera retenue par la porte extérieure. A la sortie du
four, on rencontre le même système de portes.

Figure 13 : Photos Zones d’entrée et de Sortie du four Tunnel

Le toit du Tunnel est équipé:


- d’une centrale nourrice pour la régularisation de l’approvisionnement en fuel qui est
relativement facilement combustible ;
- de deux centrales pour le fuel et de neuf groupes pour le coke de pétrole ;
- de groupe de ventilateurs centrifuges ;
- de conduites de récupération de chaleur qui sont dirigées vers le pré-four et le séchoir.

34
Figure 14 : Photos Centrale nourrice

Ce four évolué est équipé de régulations automatiques, contrôlées par ordinateur assurant une
cuisson régulière et une automatisation des mouvements des wagons en entrée et en sortie.
L’inconvénient principal est lié au temps de démarrage et d’arrêt nécessitant pratiquement une
semaine. Ceci a obligé le briquetier à travailler de manière continue et sans arrêt.

La durée totale du passage des 24 wagons au niveau des trois compartiments du four est de
l’ordre de 24h avant d’arriver à l’air de stockage des produits finis. La durée de la cuisson
proprement dite est inférieure à 8h.

8.1.2 Produits finis

La briqueterie SLAOUI produit quatre types de briques perforées :

Tableau 15: Produits finis


Dimensions
Désignation
LxlxH
Super (H20) 250 x 100 x 70
B12 280 x 100 x 70
B8 280 x 100 x 100
B6 280 x 160 x 100

35
Figure 15 : Produits finis de la BRIQUETERIE SLAOUI

8.1.3 Stockage de produits finis

Les briques produites sont stockées au niveau de l’usine dans des aires de stockage à l’air libre.

Figure 16 : Photo des aires de stockage des produits finis

36
8.1.4 Atelier et Magasin de pièces de rechange

L’usine possède un atelier pour les réparations de secours et rapides des équipements et il est
doté d’un magasin de pièces de rechange.

Figure 17 : Photos de l’Atelier et pièces de rechange

8.2 Briqueteries Semi-industrielles : SOLARGIL & BRIQUETERIE


MY RACHID

8.2.1 Données générales

La briqueterie SOLARGIL est localisée à la ville de Tétouan et fait partie de la région de Tanger-
Tétouan alors que l’unité BRIQUETERIE MY RACHID est localisée à la ville de Nador qui est
située à la région de l’oriental.

Figure 18: Photos Briqueteries SOLARGIL & MY RACHID

SOLARGIL BRIQUETERIE MY RACHID

37
Les données générales des deux unités semi-mécaniques sont regroupées dans le tableau suivant :

Tableau 16: Données générales


BRIQUETERIE
Unité SOLARGIL
MY RACHID
Superficie globale ha 2.0 2.5
permanent 55 60
Nombre des employés
saisonnier 6 0
Nombre de jours de travail
j/an 365 320
par an
Nombre d'heures de travail
h/j 8 8
par jour

8.2.2 Procédé de fabrication des briques

Quel que soit la nature de la briqueterie, le procédé de fabrication, qui est constitué de la
préparation de l’argile, le façonnage, le séchage et finalement la cuisson, reste le même sauf que
pour ces deux unités semi-mécaniques il y’a moins de matériels et d’équipements mécaniques au
niveau de la préparation de l’argile, des circuits de séchage, de cuisson et de stockage du produit
fini. Schématiquement la chaine de production de base est présentée dans la figure suivante :

Figure 19: Filière de production de briques

8.2.3 Les intrants

L’argile (appelée localement ‘Farriche’) utilisée par l’unité industrielle SOLARGIL est extraite à
partir de la carrière aux environs de la ville de M’diq à une distance de 25 Km dont le tonnage
journalier consommé est de 90 T/j.

38
Figure 20 : Photos des argiles utilisées par les deux unités

SOLARGIL BRIQUETERIE MY RACHID

Pour la BRIQUETERIE MY RACHID, l’usine utilise l’argile extraite à 7 Km environ de la ville de


Nador. Le tonnage journalier consommé est de 60 T/j.

Aucune des deux unités semi-mécaniques n’ajoute d’éléments dégraissants vu la qualité de


l’argile utilisée.
La production, demande en eau et consommations électrique et en carburants
Le tableau ci-dessous résume la production en briques, la demande en eau et les consommations :
électrique et en carburants

Tableau 17: Production et consommations en eau et énergétique

BRIQUETERIE
Désignation Unité SOLARGIL
MY RACHID
Production en briques T/j 88 36
Demande en Eau m3/j 34 34
Puissance électrique
KVA 500 150
appelée
Carburants
Gasoil T/j - 0.1
Grignon d’olive sec T/j 14* 1.5

Pour l’unité SOLARGIL, le grignon d’olive sec utilisé correspond à la consommation énergétique
du four Offmann uniquement. L’opération de séchage utilise uniquement l’air chaud recyclé à
partir du dit four (technologie espagnole).

39
Figure 21 : Photos des Grignons d’olive utilisés par SOLARGIL et BRIQUETERIE MY
RACHID

SOLARGIL BRIQUETERIE MY RACHID

Il est à préciser que le gasoil utilisé par la BRIQUETERIE MY RACHID est relatif à la
consommation du matériel roulant à l’intérieur de l’usine (semi-mécanique).

8.2.4 Ligne de production et équipements mécaniques

Les deux unités sont dotées chacune d’une seule ligne de production. Cette ligne est constituée
d’un groupe à vide monoblock attaché à un mouilleur mélangeur, d’un coupeur de brique, d’un
séchoir continu et rapide.
De même, les deux unités sont dotées d’un seul four Offmann chacune. Le tableau ci-dessous
résume les équipements mécaniques dont dispose ces deux unités.

Tableau 18: Ligne de production et équipements mécaniques

BRIQUETERIE MY
Désignation Type SOLARGIL
RACHID
Concasseur - 1 1
Séparateur électrostatique de
- 1 -
métaux
Désintégrateur - 1 -
Broyeur - 1 1
Mouilleur Mélangeur à 2 arbres - 1 1
Distributeurs-Doseurs linéaires - 1 1
Laminoir-Finisseur - 1 1
Groupe à vide monoblock - 1 1
Mouilleur Mélangeur à 2 arbres - 1 1
Coupeur de Brique Coupeur à barre 1 1

Séchoir Statique à chambres 4* 6

Four Offmann 1 1
* : SOLARGIL utilise 1 séchoir à la fois, de manière alternative.

40
Figure 22 : Photos des équipements mécaniques et appareils principaux – Exemples
de SOLARGIL

Concasseur séparateur Mouleuse (Extrudeuse)


électrostatique Désintégrateur
de métaux

Distributeurs-Doseurs Groupe à vide Monoblock Mouilleur Mélangeur à 2 arbres


linéaires

Coupeur de Briques Séchoir statique à chambres Four OFFMANN

41
8.2.5 Type de Séchoir et Four

L’opération de séchage est assurée au niveau des deux unités par des séchoirs statiques ou
séchoirs à chambres à grande ventilation impliquant un coût de séchage plus élevé en
investissement et en exploitation. Chaque chambre est remplie de briques crues, posées sur des
étagères et est séchée de façon individuelle par de l’air qui y brassé, les caractéristiques de l’air
variant avec le temps. Le fonctionnement continu selon la demande est à l’origine de l’emploi d’un
grand nombre de chambres similaires (ici, 4 à 6 chambres pour les unités SOLARGIL et la
BRIQUETERIE MY RACHID respectivement). Chaque chambre est ventilée de façon séparée.

Au niveau de SOLARGIL, l’air de ventilation est totalement récupéré sur le four offmann selon la
technologie espagnol alors qu’il vient du four offmann et de la chaudière où le combustible est le
grignon d’olive pour l’unité BRIQUETERIE MY RACHID. La durée du séchage est de 2 et 3 jours
respectivement pour les unités SOLARGIL et BRIQUETERIE MY RACHID.

Figure 23 : Photos d’une chambre du séchoir à chambres – Exemple de SOLARGIL

Les fours Offmann utilisés par les deux unités industrielles sont des fours continus à charge fixe
(briques séchées) et feu mobile. En effet, une fois la cuisson effectuée dans un tronçon du four, on
laisse le feu s'éteindre et le tronçon suivant est alimenté en combustible. De cette manière, le feu
se déplace de l’entrée à la sortie du four en 1 semaine environ pour les deux unités.

Figure 24 : Photos du Four Offmann – SOLARGIL

42
La circulation de l'air est bien maitrisée. Avant d'arriver au foyer de la combustion du grignon
d’olive en question, l'air frais venant de l'extérieur du four traverse au préalable les briques cuites
encore chaudes, ce qui accélère leur refroidissement et réchauffe cet air. À l'inverse, l'air brûlant
provenant de la combustion préchauffe les briques venant des séchoirs et qui vont être cuites. La
chaleur de l'espace situé au-dessus du four est également utilisée pour sécher le grignon d’olive
qui est le seul combustible utilisé au niveau du four offmann par les deux unités. La durée totale
du passage des briques à travers les fours des deux unités est de l’ordre d’une semaine environ.

8.2.6 Produits finis

Les produits finis fabriqués par les deux unités sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 19: Produits finis


Dimensions
L’unité industrielle
LxlxH
SOLARGIL 260 x 120 x 70
240 x 130 x 50
BRIQUETERIE
240 x 130 x 70
MY RACHID
240 x 130 x 70*
*: La BRIQUETERIE MY RACHID produit la brique pleine de 240 x 130 x 70
selon la demande du marché.

Figure 25 : Photos de produit fini- Exemple de SOLARGIL

43
8.3 Briqueteries Traditionnelles : MAGZARI & DAKKOUK

8.3.1 Données générales

La briqueterie MAGZARI est localisée au quartier industriel Gaada à la ville de Fès et faisant
partie de la région de Fès-Boulmane alors que l’unité DAKKOUK est localisée à la ville de
Chefchaouen, située à la région de Tanger-Tétouan.

Figure 26 : Photos du quartier industriel Gaada à la ville de Fès

Les données générales des deux unités artisanales sont regroupées dans le tableau suivant :

Tableau 20: Données générales

Unité MAGZARI DAKKOUK


Superficie globale m² 1 200 1 500
permanent 6 2
Nombre des employés
saisonnier 4 2
Nombre de jours de travail par
j/an 320 120
an
Nombre d'heures de travail par
h/j 8 8
jour

8.3.2 Procédé de fabrication des briques

Quel que soit la nature de la briqueterie, le procédé de fabrication, qui est constitué de la
préparation de l’argile, le modelage (façonnage), le séchage et finalement la cuisson, reste le
même sauf que pour ces deux unités artisanales il n’y a pas de matériels ou d’équipements
mécaniques pour la préparation de l’argile. Le séchage est naturel. La cuisson a lieu au niveau
des fours traditionnels.

Le matériel traditionnel se résume donc à l’utilisation de marteaux, pioches, pelles et brouettes. Il


est à souligner que pour ces unités artisanales, seule la brique pleine est produite.

44
8.3.2.1 Préparation d’argile

a- Unité MAGZARI
Le premier travail de l’ouvrier malaxeur est de briser les gros blocs d’argile en petites dimensions
à l’aide d’un marteau. Puis l'argile est mise dans un bassin de 2 x 2 x 0,5 m3 rempli d'eau à 75 %
et lorsqu’il est plein, il est laissé pendant une journée pour permettre à l'argile de s’imprégner
d’elle-même et se déliter. Aucune intervention n'a lieu pendant ce laps de temps.

Puis la pâte est mise dans un deuxième bassin du même volume et elle est mélangée par l’ouvrier
pour devenir modulable et souple et par la suite, elle est laissée pour une autre journée sans
autre intervention.

b- Unité DAKKOUK
Pour cette unité, l’ouvrier malaxeur prépare l’argile sur terre, sans utilisation de bassins, en lui
ajoutant de l’eau en la mélangeant afin de devenir souple et modulable.

8.3.2.2 M odelage

a- Unité MAGZARI
La pâte jugée bonne pour le travail de modelage, est découpée en blocs parallélépipédiques au fur
et à mesure des besoins et est amenée à l’ouvrier spécialisé, le terrab, à l’aide d’une brouette.

Avec son moule, sorte de cadre-gabarit de 0.27 x 0.28 x 0.05 m (voir figure suivante), en bois léger,
séparé en deux compartiments égaux par une planchette dans le sens de la longueur, posé à terre,
bien plat, l’ouvrier rempli à la main les deux compartiments du moule de la pâte en la tassant
avec la paume de sa main. Puis il soulève le moule par le manche et deux briques pleines bien
moulées se détachent. L’opération dure une vingtaine de secondes.

Figure 27 : Moules en bois utilisé pour le modelage

MAGZARI DAKKOUK

b- Unité DAKKOUK
Pour cette unité, le modelage se pratique de la même manière.

45
8.3.2.3 Séchage

a- Unité MAGZARI
La paire de briques ainsi fabriquée rentre dans la phase de séchage. Peu à peu l’aire où la paire
de briques est déposée se couvre de briques d’argile molle, grise, posées à plat pour le séchage au
soleil. Par moment, un ouvrier dresse les briques de chant, afin qu’elles sèchent sur toutes les
faces.

b- Unité DAKKOUK
L’opération de séchage est pratiquée de la même manière que pour l’unité MAGZARI.

Figure 28 : Séchage naturel au niveau des deux unités

MAGZARI DAKKOUK

8.3.2.4 Cuisson

Pour l’unité MAGZARI, les briques séchées sont disposées de chant en évitant qu’elles ne se
touchent pour que l’air circule librement entre elles. Une fois le nombre de briques séchées
atteint la capacité du four traditionnel qui est dans cette unité de 9000 briques environ, elles
seront placées dans le four et l’opération de cuisson sera démarrée.

Pour l’unité DAKKOUK, la capacité du four est un peu plus que l’unité MAGZARI. Elle est de
12 000 briques. La disposition des briques séchées en attente de la cuisson, et en garantissant la
circulation libre de l’air est présentée dans la figure suivante :

46
Figure 29 : Disposition des briques séchées

8.3.3 Les intrants

L’argile jaune utilisée par l’unité MAGZARI est extraite à partir de la carrière aux environs de la
ville de Fès à une distance de 10 Km dont le tonnage journalier consommé est de 2 T/j.

Pour l’unité DAKKOUK, l’usine utilise l’argile extraite d’un terrain privé à 2 Km environ de la
ville de Chefchaouen. Le tonnage journalier consommé est de l’ordre de 1.9 T/j.

Figure 30 : M atières premières

MAGZARI DAKKOUK

La production, demande en eau et consommations électrique et en carburants

47
Le tableau ci-dessous résume la production en briques, la demande en eau et les
consommations en carburants :

Tableau 21: Production et consommations en eau et énergétique

Désignation Unité MAGZARI DAKKOUK


Production en briques T/j 1.5 1.5
Demande en Eau m3/j 1.3 1.1
Carburants
Bois T/j 0.6 0.4
Grignon d’olive brut T/j 2.1 -
Sciure de bois T/j 2.2 -

8.3.4 Ligne de production et équipements mécaniques

Les deux unités sont dotées chacune d’une seule ligne de production artisanale où le matériel
utilisé se résume aux marteaux, pioches, pelles et brouettes et moule.

L’unité MAGZARI est dotée de quatre fours traditionnels pratiquement de même capacité et qui
fonctionnent en alternance alors que l’unité DAKKOUK n’en dispose que d’un seul.

8.3.5 Séchage et type de Four

Comme mentionné ci-dessus, le séchage est naturel au niveau des deux unités. Cette opération
durera selon les saisons de l’année de trois à quatre jours pour l’unité MAGZARI et pour l’unité
DAKKOUK, cette période est moins contraignante et elle est de 2 à 3 jours car l’unité a une
activité saisonnière.

Les deux unités utilisent des fours intermittents. La période de cuisson pour l’unité MAGZARI est
de l’ordre de 6 à 7h puis les briques cuites resteront au four pour se refroidir pendant une période
de 3 jours. Une fois refroidies les briques sont déchargées du four et sont déposées dans des aires
de stockage dédiées aux produits finis.

48
Figure 31 : Fours traditionnels – M AGZARI

49
La période de cuisson pour l’unité DAKKOUK est de l’ordre de 24h environ et le temps total de
passage dans le four est de 4 jours dont 3 jours correspondant à la période de refroidissement.

Figure 32 : Four Traditionnel – DAKKOUK

8.3.6 Produits finis

Les produits finis fabriqués par les deux unités sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Tableau 22: Produits finis : Briques pleines

Dimensions
L’unité industrielle
LxlxH
MAGZARI 270 x 130 x 40
DAKKOUK 250 x 110 x 40

Figure 33 : Photos des produits finits des unités traditionnelles

MAGZARI DAKKOUK

50
9 Conclusions et Recommandation

9.1 Conclusions

La sous-activité 1.1 a bien atteint son objectif tracé au niveau des termes de référence. A partir la
population mère des diverses briqueteries marocaines constituées d’unités industrielles, semi-
industrielles et artisanales, un échantillon bel et bien représentatif a été choisi selon les principes
de l’échantillonnage. Les cinq briqueteries retenues pour l’audit industriel ont été analysées sur
les plans : mise à jours des données générales existantes, typologie, intrants, ligne de production,
différentes consommations thermiques et électriques ainsi que sur leur demande en eau. D’autres
informations relatives aux équipements et appareils ont été aussi analysées.

En confrontant les résultats des sous-actions 1.1 et 1.2 avec ceux des études antérieures on peut
constater qu’il y’a une migration des briquetiers marocains vers les unités type industriel. Ceci
est clair à partir du tableau récapitulatif suivant :

Tableau 23: Evolution du nombre des briqueteries marocaines entre 2006 et 2015

Nombre
Briqueteries
Etudes antérieures
Actuellement (2015)
(2006)

Industrielles 28 38

Semi-industrielles 46 21

Artisanales 12 77

Non renseignées - 22

Non localisées - 4

Total 86 162

En effet on n’est passé de 28 unités industrielles en 2006 a 38 unités en 2015 (augmentation de


46%) et l’inverse pour le cas des unités semi-industrielles (diminution plus que 100%). Cette
constatation reste provisoire jusqu'à ce qu’on identifie les 22 unités localisées et non renseignées.

Pour les briqueteries artisanales qui n’ont pas bien été étudiées au niveau des études antérieures
ont eu beaucoup de soin dans cette étude et elles ont pratiquement été localisées. Leur nombre est
passé de 12 unités à 77 unités.

L’examen des fours traditionnels montre bien que ces fours ne sont pas dotés de cheminées et en
conséquence leurs émissions avec ses fortes concentrations en carbone noir impactent
négativement de manière très forte les ouvriers et le staff de ces unités ainsi que l’environnement
immédiat.

Il est à souligner que l’administration marocaine, conciente du problème de la forte pollution


atmosphérique génerée par les briqueteries artisanalles, elle les a concentré dans un premier
temps, dans des quartiers et des villes bien spécifiés (Salé, Chefchaouen, Fès, Meknès, Marrakech
et Safi) avant de résoudre leur problème environnemental objet du présent projet.

51
Par ailleurs, les principaux commentaires sur les trois types briqueteries marocaines sont:
# Nul par au niveau des briqueteries visitées et/ou auditées on a évoqué le plan
d’exploitation des carrières;
# Peu de connaissances des argiles exploitées;
# Simplicité des préparations du mélange argileux;
# Peu ou absence de contrôle sur la distribution de l'humidité à partir du mélange;
# Pas de matières premières autres que l'argile, est ajoutée au mélange de matériaux tels
que la liquéfaction pour réduire la teneur en eau du produit brut et réduire l'énergie du
séchage;
Pour les récents investissements avec l’introduction de nombreuses nouvelles lignes avec
des séchoirs artificiels et les fours à tunnel, parfois il ne il agit que de lignes de
récupération de l’ancienne technologie.

9.2 Recommandation

Puisque le soucis principal de la CCAC est la minimisation des émissions de polluants


climatiques de courte durée de vie, le consultant a constaté qu’il y’a une autre source de
production du Carbone Noir, et des autres polluants de courte durée, bien importante que le
secteur de la briqueterie. C’est le secteur artisanal de la Poterie Marocaine qui fait partie de la
terre cuite.

Figure 34 : Fours Traditionnels pour la cuisson des produits de la poterie marocaine

Quelques produits de la Poterie Marocaine

Quartier des potiers à la ville Four Traditionnel Four Traditionnel de Poterie


de Zerhoun (Maroc) Ville de Demnate

52
A titre indicatif au niveau du site industriel Saada à deux km de la ville de Marrakech vers la
route d’Essaouira (Douar Al Fekhara) et d’après le Réseau d’Associations du Sud pour
l’Environnement et le Développement Durable, le RAMSEDD , l’activité de la poterie compte
plus d’une centaines d’ateliers d’artisans dont chacun dispose d’un à deux fours traditionnels en
moyenne utilisant le grignon d’olive brut et le bois comme carburants. Cette activité génère plus
que 5000 journées de travail/an et fait travailler 800 à 1200 ouvriers dont la majorité sont
analphabètes.

A l’échelle du Maroc, le RAMSEDD précise qu’il y’a plus de 1000 ateliers artisanaux environ
repartis sur une trentaine de villes dont les principaux se trouvent à Fès, Rabat, Salé,
Casablanca, Marrakech, Meknès, Tanger, Oujda etc.

Les productions de la poterie marocaine font défauts et la ventilation exacte du secteur de la


poterie à l’échelle nationale n’est pas connue vu le caractère informel du secteur.

Dès lors le consultant recommande à ce qu’une attention particulière sera consacrée à ce secteur
pollueur de même nature que le secteur de la briqueterie avec beaucoup plus d’émissions de
carbone noir et des autres polluants climatiques de courte durée de vie sachant qu’il s’agit du
deuxième produit artisanal exportés par le Maroc.

53

Vous aimerez peut-être aussi