Vous êtes sur la page 1sur 34

PROJET : PROJET D’APPUI AU SECTEUR DE L’ENVIRONNEMENT (PASE)

PAYS : ANGOLA

RAPPORT D’ÉVALUATION DU PROJET

Date :Février 2009

Chef de projet : Andy Khumbanyiwa, spécialiste foresterie, OSAN.4


Membres de l’équipe : H. Shalaby, environnementaliste principal, OSAN.4
R. Nyirenda, consultant environnementaliste
E. Ofori-Anyinam, consultant analyste financier
ÉQUIPE
D’ÉVALUATION Chef de Division sectoriel : Ken. B. Johm
Directeur sectoriel : A. Abou Sabaa
Directeur régional : F. Black

Kisa Mfalila : Environnementaliste OSAN.4


Goke Oladapo : Agroéconomiste OSAN.3
Walter Odhiambo : Agroéconomiste OSAN.1
Pairs évaluateurs Joseph Ribero : Expert passation des marchés OSAN.1
Akpem. Beyuo : Chargé de décaissement FFCO.3
Siham Mohamed-Ahmed : Consultant OSAN.4
Moses Ayiemba : Spécialiste passation des marchés ORPF.1
ANGOLA
PROJET D’APPUI AU SECTEUR DE L’ENVIRONNEMENT (PASE)
TABLE DES MATIÈRES
ÉQUIVALENCES MONÉTAIRES iii
EXERCICE iii
POIDS ET MESURES iii
SIGLES ET ACRONYMES iii
INFORMATION RELATIVE AU PRÊT iv
RÉSUMÉ DU PROJET v
CADRE LOGIQUE BASÉ SUR LES RÉSULTATS vi
CALENDRIER DU PROJET viii
PARTIE A – ORIENTATION STRATEGIQUE ET JUSTIFICATION ................................................................ 1
1. 1 Liens du projet avec la stratégie et les objectifs du pays................................................................................. 1
1.2 Justification de l’intervention de la Banque .................................................................................................... 1
1.3 Coordination des bailleurs de fonds ................................................................................................................ 3
PARTIE B – DESCRIPTION DU PROJET............................................................................................................ 3
2.1 Objectif du projet ............................................................................................................................................ 3
2.2 Composantes du projet.................................................................................................................................... 4
2.3 Solution technique retenue et autres options envisagées................................................................................. 5
2.4 Type de projet ................................................................................................................................................. 5
2.5 Coût des projets et dispositions financières .................................................................................................... 6
2.6 Domaine et population cibles du projet........................................................................................................... 6
2.7 Processus participatif de conception et de mise en œuvre du projet ............................................................... 7
2.8 Expérience du groupe de la Banque, enseignements reflétés dans la conception du projet. ........................... 7
2.9 Indicateurs clés de performances .................................................................................................................... 8
PARTIE C – FAISABILITÉ DU PROJET.............................................................................................................. 9
3.1 Impacts environnementaux et sociaux ............................................................................................................ 9
3.2 Impacts sociaux............................................................................................................................................. 11
3.3 Réinstallation involontaire ............................................................................................................................ 12
PARTIE D – MISE EN OEUVRE ........................................................................................................................ 13
4.1 Dispositions de mise en œuvre (passation des marchés, décaissement et audit) ........................................... 13
4.2 Suivi .............................................................................................................................................................. 17
4.3 Gouvernance ................................................................................................................................................. 18
4.4 Durabilite ...................................................................................................................................................... 19
4.5 Gestion des risques........................................................................................................................................ 19
4.6 Gestion des connaissanaces .......................................................................................................................... 19
PARTIE E –INSTRUMENTS ET AUTORITÉ JURIDIQUES ............................................................................ 21
5.1 Instrument juridique ...................................................................................................................................... 21
5.2 Conditions liées à l’intervention de la Banque.............................................................................................. 21
5.3 Conformité avec les politiques de la Banque ................................................................................................ 21
PARTIE F – CONCLUSION ET RECOMMANDATION................................................................................... 21
ANNEXES ............................................................................................................................................................ 22
Annexe I : Comparaison indicateurs socioéconomiques ....................................................................................... 23
Annexe II : Tableau du portefeuille de la Banque en Angola................................................................................ 24
Annexe III : Carte de la zone du projet.................................................................................................................. 25

1
Les annexes techniques figurent dans le document d’exécution du projet (DEP). Elles comprennent les tableaux donnant le détail des
coûts, les modalités d’exécution, les processus de décaissement et de passation des marchés, la faisabilité du projet, y compris l’analyse
économique et financière. Le présent rapport doit être examiné au regard du DEP et du rapport de préparation du projet.
DEVISES ET MESURES
(Février 2009)

1 UC = 1,63362 dollar EU

EXERCICE
1er janvier – 31 décembre

POIDS ET MESURES
Système métrique
1 tonne métrique = 2 204 livres (lbs)
1 kilogramme (kg) = 2,200 lbs
1 mètre (m) = 3,28 pieds (ft)
1 millimètre (mm) = 0,03937 pouce (“)
1 kilomètre (km) = 0,62 mile
1 hectare (ha) = 2.471 acres

SIGLES ET ACRONYMES

BE Bureau extérieur
CC Changement climatique
CCNUCC Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
CGRC Cellule de gestion du risque climatique
CPP Comité de pilotage du projet
DSP Document de stratégie pays
DSRP Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté
DSRPG Document de stratégie de réduction de la pauvreté du gouvernement
EIE Étude d’impact environnemental
FEM Fonds pour l’environnement mondial
GDT Gestion durable des terres
GPN Avis général de passation des marchés
GRN Gestion des ressources naturelles
INABIO Institut pour la biodiversité
M.L Monnaie locale
MINAG Ministère de l’Agriculture
MINAMB Ministère de l’Environnement
NBSAP Stratégies et plans d’action nationaux pour la. biodiversité
OC Organisation communautaire
OMD Objectif du Millénaire pour le développement
ONG Organisation non gouvernementale
PANA Plan d’action national d’adaptation aux changements climatiques
PMR Pays membre régional
PNUE Programme des Nations Unies pour l’environnement
PNUD Programme des Nations Unies pour le développement
RAP Rapport d’achèvement de projet
RMP Revue à mi-parcours
S&E Suivi et évaluation
UE Union européenne
UNCBD Convention des Nations Unies sur la diversité biologique
UNCCD Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification
ii

Informations sur le prêt

Information sur le client

EMPRUNTEUR : Gouvernement de l’Angola

ORGANE D’EXÉCUTION : Ministère de l’Environnement (MINAMB)

Plan de financement

Source Montant Instrument


(million d’UC)

FAD 12,00 Prêt


Gouvernement de l’Angola 1,33 Fonds de contrepartie
COÛT TOTAL 13,33

Information clés sur le financement de la BAD

Prêt FAD 12 millions d’UC


Type d’intérêts* S/O
Différentiel de taux d’intérêt* S/O
Autres commissions* 0,75 % Commission de service
Commission d’engagement* 0,5 %
Autres commissions * (type, b. points)
Durée 40 ans
Différé d’amortissement 10 ans
TRIF, VAN (scénario de base) S/O
TRIE (scénario de base) S/O

Calendrier – Principaux jalons (prévus)

Approbation de la Note conceptuelle Juin 2008


Approbation projet Février 2009
Entrée en vigueur Juin 2009
Clôture Juin 2014
Dernier décaissement Juin 2015
Dernier remboursement Juin 2059
iii

RÉSUMÉ DU PROJET
1.1 Aperçu du projet
Le Projet d’appui au secteur de l’environnement (PASE) proposé est un projet national visant
à renforcer la capacité institutionnelle du ministère de l’Environnement (MINAMB), du
ministère de l’Agriculture (MINAG), d’autres ministères techniques, d’organisations non
gouvernementales (ONG), de la société civile, des gouvernements provinciaux, ainsi que des
collectivités et communautés locales, pour leur permettre de planifier et mettre efficacement
en œuvre une gestion durable des ressources naturelles, une adaptation aux changements
climatiques et des interventions de protection de l’environnement, et de mettre en application
la législation sur l’environnement et des directives pour l’EIE. Le projet a trois (3)
composantes principales : i) la gouvernance environnementale, le renforcement des capacités
et des institutions ; ii) la conservation de l’environnement et la gestion des ressources
naturelles intégrées ; et iii) la gestion de projet. Le projet sera mis en œuvre sur cinq ans. Son
coût total est de 13,3 millions d’UC. Il sera financé sur un prêt d’un montant de 12,0 millions
d’UC. Le Gouvernement angolais (GdA) fournira les fonds de contrepartie pour un montant
de 1,33 million d’UC.
1.2 Évaluation des besoins
L’Angola est confronté à toute une variété de problèmes environnementaux résultant des
séquelles d’une longue guerre civile, qui a entraîné une pauvreté généralisée, une utilisation
non durable des ressources naturelles, la mise en place d’un cadre réglementaire médiocre, et
une faible application des lois. En 2002, la Banque a financé une étude sur l’investissement
dans l’environnement achevée en 2006. L’étude a produit trois résultats clés : i) le Rapport sur
l’état de l’environnement en Angola ; ii) la création d’un système d’informations
environnementales et d’une cellule base de données ; et iii) la production de notes/propositions
de projets susceptibles d’être rentables. Le gouvernement a donc demandé à la Banque de
financer le projet proposé qui est une consolidation des propositions de projets identifiées par
l’étude.

1.3 Valeur ajoutée de la Banque


L’avantage comparatif et la valeur ajoutée de la Banque par rapport à ce projet réside dans
l’expérience et la connaissance générale acquises lors de la réalisation de l’Étude de
l’investissement dans l’environnement financée par la Banque, achevée en 2006. En outre, la
Banque a accumulé une expérience pendant la mise en œuvre réussie de son portefeuille de
gestion de l’environnement et des ressources naturelles dans différents pays membres
régionaux (PMR).
1.4 Gestion de la connaissance
La conception du projet s’est appuyée sur la connaissance acquise lors de la conception et de
l’exécution de projets similaires en Angola et dans d’autres PMR. Elle s’est également
inspirée de projets conçus par d’autres partenaires au développement. La connaissance et
l’expérience seront également capturées au cours de l’exécution du projet grâce à un système
de suivi et évaluation qui sera mis en place. À l’avenir, une telle connaissance et expérience
seront déterminantes pour la conception et la gestion de projets similaires en Angola et dans
d’autres PMR. Les résultats du projet montreront aux parties prenantes comment mettre en
pratique la connaissance acquise pour une meilleure gestion des ressources naturelles
disponibles du pays, gestion axée sur les résultats. Les résultats produits lors de l’exécution du
projet seront également partagés au sein de la Banque, avec d’autres partenaires au
développement ainsi que d’autres PMR concernés.
iv

CADRE LOGIQUE AXÉ SUR LES RÉSULTATS


OBJECTIFS INDICATIFS DU CALENDRIER/
RÉSULTATS COUVERTURE INDICATEURS DE EXISTENCE DE BASE HYPOTHÈSES ET
HIÉRARCHIE DES OBJECTIFS
ATTENDUS ET THÈME (POPULATION CIBLE) PERFORMANCE RISQUES
BASE OBJECTIF
BUT : Impacts Hypothèse :
1. Réduire la pauvreté par la promotion de 1.1 Réduction de la Population de l’Angola Enquêtes sur les ressources Taux de déforestation à Taux de déforestation réduit à 0,3 % i) Les ministères
moyens d’existence durables, sur base d’un déforestation et d’autres naturelles pour déterminer le taux 0,8 % sectoriels et le secteur
contrôle et d’une gestion efficaces de formes de dégradation de de déforestation et la dégradation privé coopèrent pour
l’environnement et des ressources naturelles. l’environnement. des autres ressources naturelles appliquer les directives
Nombre de directives EIE pour le EIE
1.2 Les ressources naturelles Population de l’Angola secteur Aucune directive Au moins 3 directives sectorielles en Risque :
disponibles de l’Angola sont sectorielle en application application, en particulier pour ii) La législation sur
gérées sur une base durable l’agriculture, l’eau et le l’environnement est
développement rural appliquée.
le Gouvernement
angolais as renforcé les
mécanismes de suivi et a
initie un processus de
dissémination de la
législation
environnemental
OBJECTIF DU PROJET : Résultats du projet Risque :
Renforcer la capacité institutionnelle du 1. La politique et la 1. Le ministère de l’Environnement 1. Nombre de politiques 1. Anciennes politiques 1. Une politique environnementale a) Réduction naturelle du
gouvernement et des autres institutions-parties législation sur et les partenaires concernés par la environnementales mises en de l’environnement et des révisée est mise en œuvre et des lois personnel formé, qualifié
prenantes pour une protection efficace de l’environnement sont revues gestion de l’environnement œuvre et renforcement du cadre ressources naturelles et révisées sur l’environnement sont et expérimenté
l’environnement et la gestion durable des et révisées [ministère de l’Agriculture et du législatif et réglementaire législation appliquée et appliquées
ressources naturelles Développement rural (MINADER) mauvaise collaboration La banque engagerons le
etc. interministérielle gouvernement afin
d’effectue les reformes
2. La GDT, l’EIE et les 2. L’unité de CRM (CRM-gestion des institutionnelles pour
processus de prise en compte 2. Les populations des provinces 2. Nombre de secteurs et risques climatiques) est créée ; la améliorer les conditions
des risques climatiques sont ciblées par le projet d’interventions dans lesquelles la GDT, l’EIE et les processus de prise de travail des
intégrés aux interventions GDT, l’EIE et les processus de en compte des risques climatiques sont professionnels
pour le développement prise en compte des risques intégrés dans les interventions de
climatiques sont intégrés développement Risque :
3. Les directives sectorielles b) Les mines terrestres
d’EIE sont appliquées pour 3. Nombre d’interventions de 3. Toutes les nouvelles interventions touchent la population
les secteurs concernés 3. L’agriculture,, les ressources en développement examinées en de développement sont étudiées en rurale et affectent la
. eau, le développement rural ainsi profondeur en utilisant les profondeur en utilisant les directives production agricole et la
que le le secteur privé directives d’EIE. d’EIE et celles de prise en compte des gestion des ressources
risques climatiques. naturelles.
4. Le MINAMB, le MINAG et La banque entame le
4. Renforcement des d’autres ministères techniques, les 4. Nombre de membres concernés 4. Le personnel du MINAMB et des dialogue avec le govt.
capacités humaines et ONG, les OC, les institutions du personnel du MINAMB et des autres institutions sont formés (40 D’Angola afin de
institutionnelles dans le universitaires et de recherche, le institutions collaboratrices qui diplômés / niveau de maîtrise en s’assurer que le
secteur secteur privé et les gouvernements sont formés, et planification et science, 120 cours professionnels, 50 déminage du pays et
locaux ainsi que les communautés mise en œuvre efficace d’une formés en langues officielles des surtout de la zone du
locales nouvelle politique banques ; 200 inspecteurs ; 100 projet est effectué
environnementale, et application techniciens et 40 juges)
v

de la législation sur Hypothèse :


5. Toute la population angolaise l’environnement c) Le GOA (GOA-
5. Toute la population est impliquée gouvernement angolais)
5. Renforcement de la 5. Toute la population impliquée dans l’adaptation environnementale, la maintient une stabilité
gestion de l’environnement 1. MINAMB et les ministères dans le plan national d’adaptation GRN, le changement climatique. politique, la sécurité et
en Angola techniques de l’Environnement/RN environnemental, la GRN et le adhère aux objectifs de la
changement climatique politique et de la
législation sur
ACTIVITÉS 1. Nombre de politiques l’environnement.
2. Population angolaise y compris le environnementales examinées,
A. Gestion de l’environnement, renforcement MINUA, les ministères techniques révisées et mises en œuvre ainsi
des capacités et des institutions Résultats du projet de l’environnement/RN, le secteur que le cadre juridique et
Coût de la composante : 7.98 millions UC privé réglementaire appliqué

1 Examen des politiques environnementales et de 1. Anciennes politiques,


la législation pour s’assurer que les réformes 2. Nombre de programmes et stratégies et lois, en 1. Les politiques environnementales
appropriées sont mises en œuvre 1. Les politiques et la 3 a) le MINAMB, les ministères d’interventions de développement place. Mauvaise sectorielles sont révisées, et les
stratégie du secteur sont techniques, les ONG, les OC, le étudiés suivant les directives application des lois. stratégies sont mises en œuvre, et les
actualisées et mises en œuvre secteur privé, les institutions de d’EIE lois révisées ainsi que le cadre
et la législation sur l’env. et recherche et universitaires ainsi que réglementaire sont appliqués
les cadres réglementaires communautés locales,
2 Fixation de normes d’EIE spécifiques au sont révisés et appliqués. 3 a) Nombre de membres de 2. Décret sur
secteur et de directives pour la prise en compte personnel formés et nombre de l’environnement 2. Les programmes et interventions de
des risques climatiques. 2. Les directives EIE et de matériels de bureau fournis promulgué mais pas de développement sont étudiés en
prise en compte des risques 3 b) le MINAMB, la CGRC, directives d’EIE en place profondeur suivant les directives
climatiques pour tous les l’INABIO et l’Unité de conventions d’EIE.
secteurs sont élaborés et des Nations Unies
3. Développement des structures institutionnelles e appliquées 3 a) Faible capacité
formation du personnel concerné humaine et
3. a) Formation du personnel 3 b) Nombre de nouvelles unités institutionnelle et 3 a) Le personnel du MINAMB et
du MINAMB, des ministères créées et soutenues/nombre de mauvaise coordination d’autres institutions partenaires sont
techniques, des ONG, des matériels de bureau et moyens inter et intra sectorielle formés et planification, mise en œuvre Le gouvernement remplit
OC, du secteur privé, des opérationnels fournis et coordination efficace des activités ses obligations dans le
institutions de recherche et - sectorielles. cadre du prêt y compris
universitaires ainsi que des la mise à disposition des
communautés locales, fonds de contrepartie

3 b) Appui à la création et/ou 3 b) Les unités nouvellement créées


la formation du personnel des sont suffisamment dotées de personnel Respect des pratiques
de la CGRC, de l’INABIO et formé, équipées et entièrement transparentes de
de l’Unité de conventions des opérationnelles passation des marchés et
Nations Unies, nouvellement fiduciaires.

Les ministères techniques


participants, les ONG, les
OC, le secteur privé, les
institutions de recherché
et universitaires ainsi que
les communautés locales
sont engagés à la mise en
œuvre du projet
vi

B. Protection et gestion intégrées des


ressources naturelles
Coût de la composante : 4.02 millions UC -

À travers 4 sites pilotes, démontrer et promouvoir Démontrer et promouvoir Toutes les nations, y compris les Nombre de technologies et Promouvoir l’adoption des meilleures
l’adoption les meilleures pratiques en Gestion l’adoption de la synergie et bénéficiaires du projet meilleures pratiques adoptées pratiques dans la GDT, la protection
durable des durable des terres des meilleures pratiques au dans la GDT, la protection de la de la biodiversité, l’adaptation du
que la protection de la biodiversité eniveau communautaire dans biodiversité et l’adaptation changement climatique
aux changements les 3 unités des conventions au changement climatique.
climatiques des Nations Unies
(CCNUCC, CBD, CCD)

Formation des bénéficiaires/ Bénéficiaires du projet ainsi que Nombre de cours/ateliers de 25 cours/ateliers de formation et
organisation d’ateliers leurs communautés locales formation et journées sur le journées sur le terrain ont été
terrain organisés, ainsi que le organisés. Au total 4.000 bénéficiaires
nombre de participants ont profité des interventions.

Une campagne nationale de Toute la nation Nombre de campagnes Des campagnes de sensibilisation ont
sensibilisation du public est environnementales entreprises été entreprises à travers des rencontres
organisée ainsi que la presse écrite et
Rapports d’avancement du projet électronique
Mise en œuvre opportune et Équipe de facilitateurs du projet
maintien des opérations dans (PFT), le MINAMB, les ministères Aucun débordement des indicateurs de
le budget. techniques, les ONG, les OC, le performance du projet, du calendrier et
secteur privé, les institutions de du budget
recherche/universitaires et les
bénéficiaires du projet

C. Gestion du projet
Coût de la composante : 1,33 million UC

Origine des fonds (million UC) :


FAD 12,00
GdA 1,33
Total 13,33
vii

CALENDRIER DU PROJET (Juin 2009 – Juin 2014)


RAPPORT ET RECOMMANDATION DU PRÉSIDENT DU GROUPE DE LA BAD,
À L’ATTENTION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION, SUR UNE PROPOSITION
DE PRÊT À L’ANGOLA POUR LE PROJET D’APPUI AU SECTEUR DE
L’ENVIRONNEMENT (PASE)

La Direction soumet le rapport et les recommandations ci-dessous relatifs à une


proposition d’octroi à l’Angola d’un prêt de 12,00 millions d’UC pour le financement du
Projet d’appui au secteur de l’environnement (PASE). Le prêt sera remboursé sur 40 ans,
avec un différé d’amortissement de 10 ans, une commission d’engagement de 0,5 % et un
taux d’intérêt fixe de 0,75 %.

PARTIE A – ORIENTATION STRATÈGIQUE ET JUSTIFICATION


1. 1 Liens du projet avec la stratégie et les objectifs du pays

1.1.1 Une mission de mise à jour du Document de stratégie pays (DSP) a été effectuée en
avril 2008. La mise à jour du DSP couvre la période 2008-2009. Les principaux piliers
identifiés pour l’appui de la Banque sont : i) la réduction de la pauvreté par une amélioration
de l’offre de services sociaux et un accès accru aux facteurs de productions ; et ii) la création
d’un environnement favorable au développement du secteur privé. Le projet proposé est
interdisciplinaire et trouve ses racines dans les deux piliers du DSP mis à jour. Il importe de
relever que la mise à jour du DSP a identifié les projets prioritaires suivants dans les secteurs
de l’agriculture, de l’environnement/des ressources naturelles : a) le Projet d’appui au secteur
de l’environnement et b) le Projet de développement rural intégré du bassin du fleuve
Okavango.

1.1.2 Le présent projet vise à renforcer le cadre juridique, politique, institutionnel et


réglementaire soutenant la conservation de l’environnement et la gestion durable des
ressources naturelles du pays. Il permettra d’examiner l’impact social et environnemental des
projets des secteurs tant privé que public et de s’assurer que les efforts de développement
sont socialement souhaitables et respectueux de l’environnement. Le projet insiste sur une
approche systématique pour s’assurer que les initiatives de développement des secteurs
public et privé favorisent une utilisation durable des ressources naturelles, tout en améliorant
les processus de gouvernance, de participation et de l’étude d’impact environnemental (EIE).

1.1.3 Le Gouvernement de la République d’Angola a adopté le Document de stratégie


pour la réduction de la pauvreté (DRSP) couvrant la période 2003-2007. L’objectif globale du
DRSP est de consolider la paix et l’unité nationale en améliorant les conditions de vie du
peuple angolais, et d’encourager les groupes les plus vulnérables à prendre une part active
dans les processus de développement économique et social. Le PNRC identifie cinq piliers
prioritaires : a) la création d’un cadre macroéconomique propice à la croissance et à la
réduction de la pauvreté ; b) le développement des secteurs sociaux ; c) le développement
rural et les opérations de déminage dans l’ensemble du pays ; d) la réhabilitation des
infrastructures de base ; et e) le renforcement des capacités institutionnelles et l’amélioration
de la gouvernance. Ce projet est conforme aux dispositions du DRSP notamment pour les
secteurs prioritaires (c) et (e).

1.2 Justification de l’intervention de la Banque

1.2.1. L’Angola a pour seule richesse sa biodiversité. Les scientifiques sont d’accord pour
dire que la biodiversité angolaise est l’une des plus importantes du continent africain. Sur les
5 000 espèces de plantes estimées, environ 1 260 sont endémiques, ce qui fait de l’Angola le
2

deuxième pays africain le plus riche en plantes endémiques. La diversité des mammifères est
aussi l’une des plus grandes du continent. Les forêts occupent environ 35 % du territoire
national, tandis que la zone côtière, longue de plus de 1 600 km, est riche en espèces de
poissons. Le pays est également riche en pétrole et en ressources minérales, dont le diamant.
La tendance récente à la dégradation de l’environnement est une menace pour les ressources
halieutiques et pose un problème de surexploitation des plantes, d’érosion des sols, de
pollution des terres, de l’eau et de l’air, alors que la vulnérabilité aux changements
climatiques suscite des inquiétudes pour la durabilité de l’environnement.

1.2.2 En 2002, la Banque a financé une étude sur l’investissement dans le secteur de
l’environnement en Angola. Cette étude a été achevée en 2006. Elle a, entre autres, mis en
place une base solide pour la réduction de la pauvreté par une exploitation durable des
ressources naturelles du pays et par la création d’un cadre de sensibilisation aux problèmes de
l’environnement. L’étude a produit à trois résultats clés : i) le rapport sur l’état de
l’environnement en Angola ; ii) la création d’un système d’information environnemental et
d’une cellule base de données ; et iii) la production de notes/propositions de projet
potentiellement rentables. Le Gouvernement de l’Angola a donc demandé à la Banque de
financer le projet proposé qui est une consolidation des propositions de projet générés par
l’étude.

1.2.3 Parmi les principaux défis auxquels ce secteur est confronté, l’étude a identifié
notamment : i) des capacités humaines et institutionnelles insuffisantes en matière de
planification et de mise en œuvre des politiques relatives aux ressources naturelles et à
l’environnement ; ii) des politiques, stratégies et lois environnementales dépassées et
incapable de répondre aux défis actuels observés dans le secteur ; iii) une application
insuffisante des lois environnementales ; et iv) une faible collaboration intra et intersectorielle
entre les différentes institutions impliquées dans la gestion des ressources naturelles et la
conservation de l’environnement. L’intervention proposée fait suite à l’étude et a pour but de
soutenir les efforts entrepris par le Gouvernement pour lever les contraintes et résoudre les
problèmes du secteur.

1.2.4 Le projet repose également sur l’engagement pris par le Gouvernement de mettre en
œuvre les trois conventions du Sommet de la Terre : la Convention des Nations Unies sur la
diversité biologique (UNCBD), la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la
désertification (UNCCD) et la Convention cadre des Nations Unies sur les changements
climatiques (CCNUCC). Le ministère de l’Environnement (MINAMB), qui est la principale
institution en charge de la mise œuvre des conventions des Nations Unies, a des capacités
humaines et institutionnelles insuffisantes en matière de planification, de coordination et de
mise en œuvre des projets soutenant ces conventions. C’est pourquoi, la Banque s’est
engagée à aider le Gouvernement angolais à accomplir ses obligations dans le cadre des
conventions des Nations Unies
3

1.3 Coordination des bailleurs de fonds


Taille
Secteur ou sous-secteur
PIB Exportations Main d’œuvre
Secteur
16,5% [11,7%]
environnemental/GRN
Acteurs – Dépenses publiques annuelles (moyenne de 2002/2004 et 2006/2007)**
Bailleurs de
Gouvernement UE 48 dollars EU 66,45%
fonds
Millions de
33,733 dollars EU 72.233 dollars EU UNICEF 2,5 dollars EU 3,46%
dollars EU
PNUD/
Gouvernement 8 dollars EU 11,07%
espagnol
% 46,7% 53.3% PNUD 2 dollars EU 2,76%
GTZ/gov
3,2 dollars EU 4.40%
allemand
FEM/PNUD 0,20 dollar EU 0.28%
FEM/PNUE 0,41 dollar EU 0.57%
FEM/PNUD 3,5 dollars EU 4.84%
FEM/PNUD 0,349 dollar EU 0,48%
FAD 7,28 dollars EU 10,10%
Niveau de coordination des bailleurs de fonds TOTAL 72,233 dollars EU
Existence de groupes de travail thématiques O
Existence de SWAp ou d’approches sectorielles intégrées N
Implication de la BAD dans la coordination des bailleurs de fonds *** O
* le plus approprié ** Années [année 1 à année 2] *** pour ce secteur ou sous secteur

1.3.1 Parmi les activités financées par les bailleurs de fonds dans le secteur des ressources
naturelles et de l’environnement, on peut citer : i) le Projet de développement de la pêche
artisanale financé par la Banque ; ii) le Projet national en faveur de la biodiversité financé par
le FEM ; iii) les Plan d’action nationaux d’adaptation (PANA) financé par le FEM/PNUE ;
iv) la réhabilitation des parcs nationaux et les projets d’intégration des anciens combattants
financés par la GTZ (agence pour la coopération technique allemande)/gouvernement
allemand ; v) le Projet d’assainissement et d’environnement financé par l’UE ; vi), le Projet
d’hygiène publique et d’assainissement de l’environnement financé par l’UNICEF ; vii) le
Projet de gestion durable des terres financé par le PNUD et viii), le Projet d’alimentation en
eau, d’hygiène public et d’assainissement de l’environnement cofinancé par le PNUD et le
gouvernement espagnol.

1.3.2 Il existe en Angola un cadre fort de coordination des bailleurs de fonds dans le
secteur des ressources naturelles et de l’environnement. Les réunions des bailleurs de fonds
se tiennent sur une base mensuelle. Au cours de celles-ci, les bailleurs de fonds se partagent
les connaissances et les expériences acquises lors de leurs interventions respectives dans le
secteur. La coordination de ces réunions se fait par rotation. À l’heure actuelle, l’UE joue le
rôle moteur. Au cours de ces réunions de collaboration, le MINAMB met les bailleurs de
fonds au courant de l’état d’avancement de tous les projets entrepris dans le secteur. La
Banque mettra bientôt en place un bureau extérieur (BE) en Angola. Une fois installé, celui-ci
jouera un rôle déterminant dans la coordination des bailleurs de fonds, la gestion du
portefeuille et la promotion du dialogue entre les pays.

PARTIE B – DESCRIPTION DU PROJET


2.1 Objectif du projet

2.1.1 Le but du secteur est de contribuer à la réduction de la pauvreté et à une amélioration


durable des conditions de vie des populations à travers un contrôle et une gestion efficaces
des ressources naturelles et la conservation de l’environnement. L’objectif du projet est de
4

renforcer la capacité institutionnelle du Gouvernement et d’autres institutions parties


prenantes en matière de conservation de l’environnement et de gestion durable des ressources
naturelles. Le projet comprend trois (3) composantes principales : i) la gouvernance
environnementale, le renforcement des capacités et la consolidation des institutions ; ii) la
gestion et la conservation intégrées des ressources naturelles ; et iii) la gestion de projets.
2.2 Composantes du projet

No Nom des composantes Coût estimé Description des composantes


(million UC)
1 Gouvernance 7.98 ƒ Examen et révision des politiques, des lois et des
environnementale, stratégies environnementales.
renforcement des ƒ Mise en œuvre des politiques, des lois et des stratégies
capacités et environnementales revues.
consolidation des ƒ Renforcement du cadre réglementaire et mise en
institutions application des lois environnementales.
ƒ Formation de 40 membres du personnel, du niveau de la
maîtrise/ Masters, dans les domaines de la biodiversité,
de la gestion des ressources naturelles, de l’étude
d’impact environnemental, des changements climatiques
et de la gestion durable des terres ; envoi de 120
membres du personnel à des stages professionnels de
courte durée ; la formation de 50 membres du personnel
aux langues officielles de la Banque ; formation de 200
inspecteurs aux procédures et à l’élaboration des
rapports d’étude d’impact environnemental ; formation
de 100 techniciens au processus et à la méthodologie
d’étude d’impact environnemental (EIE) ; et rappel des
connaissances de 40 juges en matière de mise en
application et de respect des lois environnementales.
ƒ Développement pour l’EIE de directives spécifiques
destinées aux secteurs particulièrement concernés tels
que l’agriculture, l’eau, la foresterie, le développement
rural et les mines.)
ƒ Promotion de la concertation et de la participation
publiques à la conservation de l’environnement et à la
gestion durable des ressources naturelles.
ƒ Mise en place/renforcement de la Cellule de gestion du
risque climatique (CGRC), de l’Institut national pour la
biodiversité (INABIO) / Institut de L’Environnement et
d’une Cellule chargées des conventions des Nations
Unies.
2 Gestion intégrée des 4.02 ƒ Mise en place de quatre (4) sites pilotes dans les
ressources naturelles et provinces de Namibe, Kuando-Kubango, Huambo et
conservation de Cabinda afin de démontrer et de promouvoir la synergie
l’environnement. et les pratiques modèles en matière de gestion durable de
l’utilisation des terres, de conservation de la
biodiversité, d’adaptation aux changements climatiques,
et l utilisation de technologies environnementales
propres
ƒ Lancement d’une campagne nationale de sensibilisation
à l’environnement.
ƒ Organisation de 25 cours/ateliers de formation pour les
bénéficiaires du projet et les comités locaux
3 Gestion de projets 1,33 ƒ Planification, gestion, coordination et mise en œuvre des
activités du projet.
ƒ Suivi et évaluation
ƒ Assistance technique
ƒ Acquisition des équipements de bureaux et véhicules
appropriés
ƒ Ressources opérationnelles des projets.
5

2.3 Solution technique retenue et autres options envisagées

2.3.1 L’approche adoptée pour ce projet comprend à la fois des interventions de


renforcement des capacités institutionnelles et une autonomisation des communautés locales
afin de leur permettre de jouer un rôle actif dans la conservation de l’environnement et la
gestion durable des ressources naturelles du pays. Les interventions au niveau institutionnel
visent à renforcer les capacités du MINAMB, du MINAG et d’autres parties prenantes
concernées dans les secteurs de l’eau, de la pêche, de la foresterie et des mines, les ONG et
les OC, les institutions universitaires et de recherche, le secteur privé, ainsi que les pouvoirs
publics provinciaux et locaux, en matière de planification et mise en œuvre de la gestion des
ressources naturelles (GRN), d’interventions de conservation de l’environnement et de mise
en application des lois appropriées. Au niveau de la communauté, le projet vise à démontrer
les pratiques modèles, à autonomiser les communautés et à promouvoir l’adoption des
technologies destinées à améliorer la gestion durable des terres (GDT), l’adaptation aux
changements climatiques (CC), et la conservation de la biodiversité.

2.3.2 La possibilité de créer une cellule de coordination de projet (CCP) a été envisagée. Il
a cependant été décidé d’intégrer les activités du projet dans le cadre institutionnel du
MINAMB. Le projet renforcera donc les capacités du MINAMB à gérer les projets ou
programmes environnementaux, aussi bien qu’à agir en tant que chef de file de la gestion
durable des ressources naturelles du pays, de l’adaptation aux changements climatiques et de
la conservation de l’environnement. Cette solution présente l’avantage de maintenir une
mémoire institutionnelle et de garantir la durabilité après l’expiration des financements
accordés par la Banque.

Tableau B.1
Options envisagées pour le projet et raisons de leur rejet
Nom des Brève description Raison du rejet
options
Soutien Il a été envisagé de mettre Le modèle adopte une combinaison de
institutionnel l’accent sur le renforcement des renforcement des capacités institutionnelles et
capacités institutionnelles. d’autonomisation des communautés locales. Il
présente une durabilité intrinsèque. De plus, le
gouvernement angolais a fortement insisté
pour que les initiatives communautaires soient
intégrées au projet.
CGP Cellule de gestion de projet La conception du projet a choisi d’intégrer les
distincte activités du projet dans le cadre institutionnel
du MNAMB. Aucune cellule de gestion de
projet (CGP) distincte ne sera mise en place.
Une équipe composée de membres du
personnel soutenus par des consultants sera par
contre constituée en tant qu’équipe de
facilitation du projet (EFP). Ceci permettra de
renforcer les capacités du MINAMB, de
constituer une mémoire institutionnelle et
d’assurer la durabilité après l’expiration des
financements accordés par la Banque.

2.4 Type de projet

Il s’agit d’un projet d’appui institutionnel autonome. Il fait suite à une intervention
précédente, l’étude de l’investissement dans le secteur de l’environnement financée par la
Banque en 2002. Cette étude a été achevée en 2006. Des résultats et des indicateurs clés de
6

performance ont été spécifiquement assignés au projet et seront régulièrement examinés. Le


modèle adopté se propose d’atteindre cet objectif de la façon la plus efficace, de résoudre les
défaillances et les problèmes identifiés dans le secteur à travers l’étude de l’investissement
dans le secteur de l’environnement financée par la Banque.

2.5 Coût des projets et dispositions financières

Le coût total du projet, imprévus compris, est estimé à 13,33 millions d’UC. Le
projet sera financé par un prêt de 12 millions d’UC et une contribution de contrepartie de
1,33 million UC. La mission d’évaluation de la Banque a discuté et convenu avec le
MINAMB et d’autres intervenants importants, du plan de financement ainsi que des
modalités du prêt spécifiées dans ce document.
Remarque : Taux de change utilisé dans les tableaux ci-dessous : [1 UC = 1,63362 dollar EU (juillet 2008)]

Tableau B.3
Sources de financement [montants en millions d’équivalents UC]
SOURCE F.E. % L.C. % TOTAL % du total
FAD 9,60 80 % 2,40 20 % 12,00 90 %
GOUVERNEMENT 1,13 85 % 0,20 15 % 1,33 10 %
TOTAL 10,73 2,60 13,33 100 %
80,5 % 19,5 % 100 %

Tableau B.4
Evaluation des coûts du projet par composantes [montants en millions d’équivalents UC]
ÉLÉMENT millions d’UC
DEV. M.L. Total % du total
Composante 1 – Lois, gouvernance, renforcement des
7,08 0,90 7,98 59,86%
capacités et consolidation des institutions.
Composante 2 – Gestion et conservation intégrée des
3,54 0,48 4,02 30,16%
ressources naturelles
Composante 3 – Gestion de projet 1,09 0,24 1,33 9,98%
TOTAL COSTS 11,71 1,62 13,33 100,0%
87,85% 12,15% 100,0%

Tableau B.5
Coûts du projet par catégories de dépenses [montants en millions d’équivalents UC]

PRET FAD GOVERNEMENT TOTAL


CATEGORIES
F.E L. C Total F.E. Total
BIENS 3,181 0,770 3,951 0,000 0,598 0,598 4,549
TARVAUX 2,888 0,597 3,485 0,000 0,625 0,625 4,110
SERVICES 3,531 1,033 4,564 0,000 0,000 0,000 4,564
FONCTIONNEMENT 0,000 0,000 0,000 0,000 0,107 0,107 0,107
TOTAL 9,600 2,400 12,00 0,000 1,330 1,330 13,330

2.6 Domaine et population cibles du projet

2.6.1 Le projet couvrira l’entièreté du pays. Les bénéficiaires du projet seront le


gouvernement et la population de l’Angola. Les bénéficiaires directs comprennent le
MINAMB ; d’autres ministères et agences techniques intervenant dans le secteur incluant
l’agriculture et le développement rural, l’eau, la pêche, la foresterie ; des ONG ; les OC ; le
secteur privé ; les institutions universitaires et de recherche ; et les pouvoirs publics
provinciaux et locaux. Entres autres, un total de 40 membres du personnel seront formés, au
niveau de la maîtrise, dans les domaines de la biodiversité, de la gestion des ressources
naturelles, de l’étude d’impact environnemental, des changements climatiques et de la gestion
durable des terres ; 120 membres du personnel iront suivre une formation professionnelle de
courte durée ; 50 membres du personnel seront formés aux langues officielles de la Banque ;
7

200 inspecteurs seront formés aux procédures et à l’élaboration des rapports d’étude d’impact
environnemental ; 100 techniciens du MINAMB seront formés à la méthodologie et au
processus d’étude d’impact environnemental (EIE) ; et rappel des connaissances de 40 juges
en matière de mise en application et de respect des lois environnementales révisées. Une
évaluation des besoins sera réalisée, et un processus participatif axé sur la demande permettra,
sur la base de ces besoins, d’identifier les membres du personnel à former.

2.6.2 Parmi les bénéficiaires du projet figurent également les communautés locales,
notamment les femmes dont les moyens d’existence dépendent des ressources naturelles. Des
cours et des ateliers taillés sur mesure seront organisés afin de les sensibiliser davantage et de
favoriser leur participative active à différentes interventions visant la conservation de
l’environnement, la gestion durable des ressources naturelles et l’application de technologies
environnementales. On estime à 8 000 les bénéficiaires du projet qui devraient tirer avantage
des initiatives pilotes de gestion des ressources naturelles des communautés qui seront mises
en place sur une base participative et axée sur la demande. Les sites de démonstration sont
prévus dans les provinces de Namibe, Kuando-Kubango, Huambo et Cabinda. Parmi les
technologies à promouvoir sur les sites pilotes, on peut citer : la conservation des forêts,
l’apiculture, la culture d’arbres fruitiers, l’agroforesterie, la récupération de l’eau, l’élevage,
l’aménagement de terres à bois, et la création d’installations de production de biogaz.
2.7 Processus participatif de conception et de mise en œuvre du projet

2.7.1 Pendant la réalisation de l’étude de l’investissement dans le secteur de


l’environnement de 2002-2006, un certain nombre d’ateliers a été organisé afin de recueillir
le point de vue des principaux intervenants et de discuter des résultats de l’étude. Au cours
des missions de préparation et d’évaluation du projet, des consultations ont réuni des
représentants des ministères, des organisations non gouvernementales, du secteur privé, des
institutions de recherche et universitaires, des OC, des communautés locales et des résidents
des bailleurs de fonds présents en Angola, dont la Banque mondiale, l’UE et le PNUD.

2.7.2 Le modèle du projet se propose d’accroître la participation des pouvoirs publics


provinciaux et locaux et des communautés locales à la prise de décision en matière de
planification, mise en œuvre, suivi et évaluation (S&E) de différentes activités du projet. Des
comités locaux seront mis en place au niveau des communautés. Ces comités joueront un rôle
moteur dans l’identification des sites de réalisation des activités de démonstration, dans la
planification et le contrôle de la mise en œuvre des initiatives communautaires dans le cadre
du projet. Ils seront également impliqués dans la communication en temps voulu de
feedbacks au PFT et aux pouvoirs publics locaux, sur des questions relatives à la
conservation de l’environnement, à la gestion durable des ressources naturelles, et à
l’application des principes de l’EIE et de technologie dite environnementale. Au cours de la
première année de mise en œuvre, des sites spécifiques seront sélectionnés pour le projet à
travers un processus participatif axé sur la demande, en vue de l’exécution des activités de la
composante II. Ces sites seront choisis sous la supervision conjointe du ministère de
l’Environnement (MINAMB) et du ministère de l’Agriculture (MINAG). Les différentes
institutions impliquées seront représentées dans le Comité de pilotage du projet (CPP).
2.8 Expérience du groupe de la Banque, enseignements reflétés dans la conception
du projet.

2.8.1 Dans la conception du projet, des leçons pertinentes ont été tirées de différents
projets en cours et achevés financés par la Banque et d’autres partenaires au développement
en Angola et dans les PMR. Les résultats et les recommandations de l’étude de
8

l’investissement dans le secteur de l’environnement financée par la Banque, réalisée entre


2002 et 2006, ont également inspiré la conception et les composantes du projet.

2.8.2 Une évaluation effectuée en 2007 a montré que les performances générales du
portefeuille actuel de la Banque en Angola sont faibles. Certains défis auxquels ce
portefeuille est confronté sont : i) les délais entre l’approbation des projets, la signature des
prêts et l’entrée en vigueur des projets ; ii) les retards au démarrage des projets, des activités
opérationnelles telles que le recrutement des prestataires de services et le lancement des
activités des projets ; iii) le faible taux de décaissement ; iv) les retards dans le décaissement
des fonds de contrepartie ; v) la connaissance insuffisante des règles et procédures de la
Banque par le personnel des cellules de mise en œuvre des projets ; et vi) une piètre
communication et/ou des difficultés à travailler dans les langues officielles de la Banque.

2.8.3 La conception du projet intègre des stratégies destinées à atténuer les problèmes
susmentionnés. Entre autres, des conditions minimales ont été fixées pour l’entrée en vigueur du
prêt et le premier décaissement. Il devrait être facile pour le Gouvernement angolais de remplir
ces conditions sans délais après l’approbation du projet par le Conseil d’administration. Pendant
le démarrage du projet, le personnel du MINAMB impliqué dans la mise œuvre des projets sera
assisté dans l’élaboration d’un programme de mise en œuvre axé sur les résultats et limité dans
le temps, un plan de passation des marchés et un calendrier des décaissements. De plus, le projet
prévoit la formation du personnel du MINAMB qui sera directement impliqué dans la mise en
œuvre et la gestion de projet, notamment en ce qui concerne les procédures de passation des
marchés et de décaissement, afin d’assurer une exécution efficace et efficiente des activités du
projet. À travers un dialogue constant avec le Gouvernement angolais, celui-ci sera convaincu de
libérer, en temps voulu, les fonds de contrepartie comme stipulé dans le plan de financement du
projet. Une formation de courte durée dans les langues officielles de la Banque est prévue pour
le personnel. De plus, les documents importants seront traduits en portugais, notamment les
documents d’appel d’offres.

2.9 Indicateurs clés de performances

Les indicateurs clés de performance (KPI) du projet comprendront :

i) Mise en œuvre de la révision des politiques et stratégies environnementales dans les


secteurs sélectionnés incluant l’agriculture, l’eau, la pêche, la foresterie et les mines.

ii) Mise en application des lois environnementales révisées

iii) Élaboration des directives EIE et mise en application dans l’examen des interventions
socioéconomiques dans les secteurs sélectionnés mais non limités à l’agriculture,
l’eau, les infrastructures et les mines.

iv) Elaboration de principes de technologie environnementale appliquée au niveau des


communautés

v) Réduction de la déforestation de 0,8 à 0,3 % dans les sites pilotes.

vi) Promotion d’une collaboration plus étroite entre les principaux acteurs de la
conservation de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles, notamment
le MINAMB, les principaux ministères techniques (agriculture, eau, pêches,
foresterie), les universités et institutions de recherche, les ONG, les OC, le secteur
privé, les pouvoirs publics provinciaux et locaux, et les communautés locales.
9

vii) Formation, au niveau de la maîtrise, de 40 membres du personnel du MINAMB et de


diverses institutions participantes, dans les domaines de la protection de
l’environnement, de la gestion des ressources naturelles, de la conservation de la
biodiversité et de la gestion des ressources naturelles ; envoi de 120 membres du
personnel à différents stages professionnels de courte durée ; formation de 50
membres du personnel dans les langues officielles de la Banque ; formation de 200
inspecteurs à l’étude d’impact environnemental, à l’audit environnemental et à
l’application des lois ; formation de 100 techniciens aux processus de l’EIE ; et
rafraichissement des connaissances de 40 juges en matière d’application des lois
environnementales révisées.

viii) Quatre (4) sites de démonstration (Huambo, Kuando-Kubango, Cabinda et Namibe)


mis en place pour promouvoir l’adoption des pratiques modèles en matière
d’utilisation durable des terres, d’adaptation aux changements climatiques, de
conservation de la biodiversité au niveau de la communauté et d’ application de
technologie environnementale au niveau des communautés.

ix) Organisation de 25 cours/ateliers de formation, destinés aux bénéficiaires du projet.

x) Organisation de 5 cours/ateliers sur l’application de technologies environnementales

xi) Lancement d’une campagne nationale de sensibilisation à l’environnement.

xii) Environ 8 000 bénéficiaires du projet tirant avantage des activités du projet dans les
sites pilotes de démonstration.

xiii) Soutien à la mise en place, construction/installation du mobilier et des équipements de


bureau et à la formation du personnel de l’institut pour la biodiversité (INABIO).

xiv) Soutien à la mise en place d’une cellule de gestion des risques climatiques (CGRC) et
fourniture d’une formation du personnel, du mobilier et des équipements de bureau,
ainsi qu’introduction de la prise en compte des risques climatiques dans les secteurs
de l’agriculture, l’eau, la pêche et la santé.

xv) Soutien à la consolidation de la cellule multilatérale existante, à travers la formation


du personnel et la fourniture de l’équipement et du mobilier de bureau, afin de
renforcer sa mission pour intégrer la coordination des activités exécutées au titre des
trois conventions des Nations Unies (CCNUCC, UNCBD et UNCCD).

PARTIE C – FAISABILITÉ DU PROJET

3. Impacts environnementaux et sociaux

3.1 Impacts environnementaux

3.1.1 Le projet a été classé en Catégorie III par la Banque. En tant que tel, il ne comporte
aucun impact environnemental négatif significatif. Les impacts environnementaux positifs
escomptés incluent le renforcement des capacités du secteur en matière de protection de
l’environnement, de gestion durable des ressources naturelles du pays, ainsi que d’adaptation
aux effets des changements climatiques.

3.1.2 Le projet contribuera à la mise en place, à la construction, à l’aménagement et à


l’affectation de personnel de l’institut pour la biodiversité (INABIO) et l’institut de
l’environnement. L’INABIO participera, notamment, à la mise en œuvre des politiques de
conservation de la nature, à la gestion des zones protégées nationales, à l’organisation de
10

cours de formation périodiques à la gestion des ressources naturelles et à la conservation de


l’environnement, destinés au personnel de différents ministères techniques, au secteur privé,
aux ONG, aux OC ainsi qu’aux communautés locales. L’Institut de l’Environnement sera
responsable de fournir des cours spécialisés aux employés du MINAMB et aux
organisations partenaires en éducation environnementale, gestion de l’environnement, et
autres. Les employés ayant été formes seront impliques dans la formation d’autres
employés.
3.1.3 Le projet est destiné à aider le Gouvernement de l’Angola à contenir la détérioration
et la dégradation des ressources naturelles du pays et à introduire les pratiques modèles dans
la gestion soutenable des ressources naturelles, l’adaptation aux changements climatiques et
la protection de l’environnement. Il contribuera également à créer et renforcer les capacités
humaines et institutionnelles, à mettre en place des directives pour l’EIE, à améliorer la
gouvernance, à soutenir l’examen et la révision des politiques et stratégies concernées ainsi
que l’application de la législation, et à assurer le respect des réglementations en vigueur. Le
projet aidera les secteurs clés à se conformer aux dispositions de la Loi sur la gestion
environnementale et aux règlements de l’EIE, à travers le développement de directives
sectorielles pour l’étude d’impact environnemental (EIE). Il favorisera également
l’intégration des préoccupations environnementales dans la préparation des initiatives de
développement socioéconomique.

3.2 Impact des changements climatiques

3.2.1 Le changement climatique constitue un des principaux problèmes de notre époque et


sape les efforts déployés en faveur de la réduction de la pauvreté et de la réalisation des
Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Au cours des dernières années,
certaines des provinces de l’Angola ont souffert de conditions météorologiques extrêmes,
notamment des sécheresses, des crues brutales et d’autres catastrophes climatiques. Celles-ci
ont eu des conséquences dévastatrices pour la production alimentaire, les moyens de
subsistance des communautés locales et les infrastructures routières. Ce projet contribuera à
la formation du personnel à l’évaluation des risques climatiques et à l’élaboration de
stratégies appropriées d’adaptation aux changements climatiques.

3.2.2 L’Angola a cinq (5) zones écologiques : i) désert ; ii) zone semi-aride ; iii) savane
sèche ; iv) savane humide ; et v) forêt tropicale humide. Les différentes zones écologiques
ont été affectées à des degrés divers par les changements climatiques. En suivant une
approche participative et axée sur la demande, le projet mettra en place des sites pilotes visant
à faire aux communautés la démonstration des pratiques modèles et de la synergie entre les
trois conventions des Nations Unies (UNCCD, UNCBD et CCNUCC).

3.2.3 Les sites de démonstration seront établis dans quatre (4) zones écologiques – aucun
de ces sites ne sera établi dans la zone désertique. Ils seront installés dans les provinces de
Namibe, Huambo, Kuando-Kubango et Cabinda afin de promouvoir l’adoption des pratiques
modèles de gestion soutenable des terres, de conservation de la biodiversité et d’adaptation au
changement climatique. Certaines des technologies à promouvoir sur les sites pilotes
incluront notamment la conservation des forêts, l’apiculture, la culture d’arbres fruitiers,
l’agroforesterie, la récupération de l’eau, l’établissement de terres à bois et des installations
de production de biogaz. On estime à environ 5 000 le nombre de bénéficiaires du projet qui
profiteront des initiatives pilotes de gestion des ressources naturelles des communautés qui
seront mises en œuvre en suivant une approche participative et axée sur la demande.
11

3.2.4 Le projet appuiera également les efforts du gouvernement visant à établir une cellule
de gestion des risques climatiques (CGRC) au sein du MINAMB, dont le rôle consistera à
assurer une gestion systématique du risque climatique lié aux initiatives de développement,
en tant que partie intégrante de la planification gouvernementale normale et de l’intégration
des stratégies d’adaptation au changement climatique. Les ressources du projet seront
utilisées pour former au moins cinq (5) membres du personnel affectés à la CGRC afin qu’ils
obtiennent des diplômes équivalant à la maîtrise et possèdent ainsi les compétences et
connaissances requises en matière d’adaptation aux changements climatiques, de
conservation de l’environnement, de GRN durable et de gestion durable des terres. Le projet
fournira également les ressources opérationnelles destinées à faciliter le travail de la CGRC
en matière de prise en compte des risques climatiques dans les différentes interventions mises
en œuvre dans des secteurs clés tels que l’agriculture, l’eau, la pêche, la santé et les
infrastructures de développement.
3. 3 Impact sur l’égalité entre les hommes et les femmes

3.3.1 Le projet aura des résultats positifs en matière d’égalité entre les hommes et les
femmes grâce à un certain nombre d’initiatives prévues dans la conception du projet. Un
certain nombre de cours et d’ateliers de formation ont été inclus dans la conception du projet
en vue de sensibiliser les bénéficiaires du projet et de renforcer leurs compétences et
connaissances en matière de gestion durable des ressources naturelles, d’adaptation au
changement climatique et de conservation de l’environnement. Le projet soutiendra
l’autonomisation des communautés locales, et notamment des groupes de femmes, en matière
de gestion des ressources naturelles et de mise en œuvre de plans nationaux d’adaptation au
changement climatique. De plus, le projet prévoit la mise en place de cellules
communautaires de démonstration destinées à promouvoir l’adoption de pratiques modèles et
de technologies telles que l’agroforesterie, les terres à bois, l’apiculture, la culture d’arbres
fruitiers, la récupération de l’eau, la gestion durable des terres et les installations de
production de biogaz.

3.3.2 Les femmes constitueront au moins 50 % de l’ensemble des bénéficiaires du projet.


Étant donné le rôle essentiel joué par les femmes dans la gestion des ressources naturelles et
l’impact que le conflit civil a eu sur la population angolaise, la participation des femmes sera
relativement élevée. Cette participation dans les initiatives pilotes qui seront entreprises au
sein des communautés devrait être élevée du fait que les activités telles que la culture des
arbres fruitiers, l’agroforesterie, l’établissement de terres à bois, la gestion du bétail et les
installations de biogaz sont des activités majoritairement dominées par les femmes. Des
revenus supplémentaires devraient être générés par des activités telles que l’apiculture, la
vente des fruits et des produits des parcelles d’agroforesterie. Ces revenus supplémentaires
pourraient rendre plus durables les moyens de subsistance des ménages et contribuer à
améliorer la santé des femmes et des enfants. L’introduction des technologies susmentionnées
pourra également augmenter la productivité des exploitations agricoles, les revenus des
ménages et la qualité de vie des bénéficiaires du projet.

3.4 Impacts sociaux

3.4.1 Le projet produira une vaste gamme d’avantages qui bénéficieront à la population
angolaise tout entière. La protection de l’environnement et la gestion soutenable et intégrée
des ressources naturelles du pays sont essentielles au développement durable. Le projet
appuiera l’examen et la révision des politiques et stratégies environnementales. Il favorisera
également l’élaboration de directives EIE propres aux secteurs afin de garantir que les
initiatives de développement sont respectueuses de l’environnement. De plus, le projet
12

renforcera l’application des lois en fournissant une formation appropriée aux inspecteurs
environnementaux et aux membres de l’appareil judiciaire. Cela consolidera les capacités du
MINAMB et des institutions concernées à assurer une protection adéquate de
l’environnement et une gestion soutenable des ressources naturelles au profit des générations
d’Angolais présentes et futures.

3.4.2 Les moyens de subsistance de la majorité de la population angolaise dépendent des


ressources naturelles. Le projet vise à enrayer la dégradation et la détérioration
environnementales des ressources naturelles et à amorcer un processus qui renversera la
tendance et rétablira des pratiques de gestion durable des ressources naturelles. Les
communautés locales devraient bénéficier de l’écotourisme si les ressources naturelles et la
conservation de la biodiversité sont rétablies. Une participation active des communautés
locales permettra de garantir que ces objectifs sont atteints.
3.4.3 Les activités de la composante II démontreront et diffuseront les pratiques modèles
en matière de gestion durable de l’utilisation des terres, de changement climatique et de
conservation de la biodiversité. Ces pratiques sont spécifiques à chacune des zones
écologiques et seront mises en œuvre en suivant une approche participative et axée sur la
demande. Certaines des activités envisagées comprennent, entre autres, l’agroforesterie, la
culture d’arbres fruitiers, la récupération de l’eau, la gestion du bétail, les installations de
production de biogaz, le reboisement, la conservation de la forêt naturelle. Elles auront des
répercussions profondes sur l’amélioration des revenus des ménages, l’augmentation de la
productivité agricole, l’adaptation aux changements climatiques, l’accroissement de la
sensibilisation à la gestion durable des ressources naturelles et l’amélioration des moyens de
subsistance.

3.5 Réinstallation involontaire

Le projet n’impliquera aucune réinstallation involontaire.


13

PARTIE D – MISE EN OEUVRE


4. Dispositions de mise en œuvre (passation des marchés, décaissement et audit)

4.1 Dispositions de mise en œuvre

Le ministère de l’Environnement (MINAMB) est l’organe d’exécution et aura la


responsabilité de la supervision de l’ensemble de la mise en œuvre du projet. Les activités du
projet seront intégrées dans le cadre institutionnel et l’ensemble des activités du MINAMB.
Une équipe de facilitation du projet (EFP) sera constituée au sein du MINAMB, afin de gérer
les activités au quotidien. Cette EFP sera dirigée par un coordinateur de projet (CP ). Celui-ci
sera assisté par : i) un spécialiste de la passation des marchés ; ii) un comptable ; iii) un
spécialiste du suivi et évaluation (S&E) ; et iv) un specialiste de gestion de l’environnement.

Un conseiller technique international fournira une assistance technique à MINAMB


pour une periode de trois ans. Six (6) experts seront recrutes a partir d’une liste nationale
restreinte pour des contrats de courte duree pendant le mise en œuvre du projet. Ceux-ci
incluront : i) un spécialiste de la conservation de l’environnement ; ii) un spécialiste du droit
de l’environnement ; iii) un spécialiste de la gestion du changement climatique/des ressources
naturelles ; iv) un socioéconomiste/spécialiste de l’égalité entre les hommes et les femmes ;
v) un spécialiste des directives EIE ; et g) un spécialiste institutionnel / programmes de cours.
L’Angola possède des spécialistes de haute qualification et d’expérience qui peuvent
entreprendre ces contrats comme spécifié dans la conception du projet. Le MINAMB
désignera également, parmi son personnel provincial, quatre (4) coordinateurs de terrain (CT)
pour chacune des quatre (4) zones ecologiques. Ces CT collaboreront étroitement avec le
personnel du MINAG et des autres ministères techniques, ainsi qu’avec les ONGs, les
institutions universitaires et de recherche et les communautés locales impliquées dans la mise
en œuvre du projet. Les ressources du projet serviront à régler les salaires et indemnités de
travail du coordinateur du projet, du personnel de l’équipe de facilitation et Et des 4
coordinateurs.

A travers l’équipe de facilitation, le MINAMB collaborera étroitement avec les


ministères techniques concernés et les autres parties prenantes, afin de garantir une mise en
œuvre efficace des activités du projet. Cela inclura l’identification du personnel à former dans
les différentes institutions participantes ; l’identification des institutions au sein desquelles du
personnel devra être envoyé en formation ; la conduite de la formation des bénéficiaires du
projet ; l’organisation de campagnes nationales de sensibilisation à l’environnement ;
l’évaluation des besoins de formation du personnel des différentes institutions parties
prenantes ; à travers une approche participative, l’identification des sites et la mise en place
des unités pilotes communautaires axées sur la demande, pour démontrer la synergie entre la
gestion durable des terres (GDT), l’adaptation au changement climatique (CC) et la
conservation de la biodiversité.

Les principales responsabilités de l’EFP, avec l appui du conseiller technique et des


experts nationaux seront : a) d’aider le MINAMB et les institutions partenaires à examiner
et réviser la législation, les politiques et les stratégies relatives à l’environnement ; b)
d’élaborer des directives sectorielles détaillées pour l’étude d’impact environnemental (EIE) ;
c) de créer l’institut pour la biodiversité (INABIO) et en examiner les programmes de cours ;
d) de mettre en place une Cellule de gestion des risques climatiques (CGRC) et en définir les
termes de référence ainsi que le programme de travail ; et e) de renforcer la Cellule
multilatérale afin d’améliorer son mandat en y intégrant la coordination des activités liées aux
trois conventions des Nations Unies (CCNUCC, UNCBD et UNCCD).
14

Un Comité de pilotage du projet (CPP) sera mis en place. Le Vice-ministre chargé


de l’environnement au MINAMB, ou son représentant le présidera. Le Comité sera composé
de représentants : i) du MINAMB ; ii) du ministère de l’agriculture (MINAG) ; iii) du
ministère des Finances ; iv) du ministère du Plan ; ; et v) de l’organisation de coordination
des ONG. Le MINAMB assurera le secrétariat des réunions du comité. D’ autres agences
seront appellees a sieger en tant qu’ observatrices. Le CPP se reunira au moins 2 fois par an
afin de revoir et d approuver les plans de travail annuels et les budgets, ainsi que de resoudre
les issues interagences qui pourraient entraver la bonne marche du projet.

Dispositions de passation des marchés et de décaissement

Les dispositions de passation des marchés sont résumées dans les Tableaux 5.2 a) et
b) ci-dessous. Toutes les passations de marchés de biens, de travaux et de services de
consultants, financés par la Banque, devront se conformer aux Règles et procédures pour
l’acquisition des biens et travaux de la Banque ou, le cas échéant, aux Règles et procédures
pour l’utilisation des consultants, en utilisant les documents d’appel d’offres standard de la
Banque. Les dispositions de passation des marchés sont reprises dans le Tableau 5.2 a) ci-
dessous.
Tableau 5.2a
Dispositions de passation des marchés [en montanten millions d’équivalents UC]
DISPOSITIONS DE PASSATION DES MARCHÉS (MILLIONS d’UC)
LISTE
CATÉGORIES AOI AUTRES NFB TOTAL
RESTREINTE
Biens :
Mobilier pour le MINAMB [0,037] 0,037 [0,037] 0,037
Équipement pour le MINAMB et autres
[0,635] 0,635 [0,635] 0,635
agences
Mobilier et fournitures pour l’institut national de
[1,673] 1,673 [0,421] 0,421 0,598 [2,094] 2,692
la biodiversité (INB)
Equipement, fournitures et cheptel pour les
[0,971] 0,971 [0,971] 0,971
projets pilotes
Equipement pour la gestion du projet [0,214] 0,214 [0,214] 0,214
SOUS TOTAL BIENS [1,075] 1,075 [2,278] 2,278 0,598 [3,951] 4,549
Travaux de génie civil :
Construction
Institut national de la la biodiversité [2,820] 2,820 0,625 |2,820] 3,445
Réhabilitation
Bureaux du MINAMB et des agences, et
[0,665] 0,665 [0,665] 0,665
projets pilotes
SOUS TOTAL TRAVAUX DE GÉNIE CIVIL [2,344] 2,344 [0,665] 0,665 0,625 [3,485] 4,110
Services de consultance :
Services professionnels (génie civil) [0,626] 0,626 [0,626] 0,626
Programme de formation (sous-régional et
[0,698] 0,698 [0,698] 0,698
national)
Services de consultance et d’assistance
technique, y compris la traduction des [1,134] 1,134 [1,134] 1,134
documents de projets
Assistance technique pour les programmes et
ateliers, séminaires et campagnes nationales [0,743] 0,743 [0,743] 0,743
de sensibilisation à l’environnement
Assistance technique institutionnelle/gestion de
[1,008] 1,008 [1,008] 1,008
projet
Formation locale en milieu de travail [0,205] 0,205 [0,205] 0,205
Audits annuels [0,150] 0,150 [0,150] 0,150
SOUS TOTAL SERVICES [0,903] 0,903 [3,661] 3,661 [4,564] 4,564
Coûts de fonctionnement :
Gestion de projet 0,107 0,107
SOUS TOTAL GESTION DE PROJET 0,107 0,107
TOTAL [3,419] 3,419 [3,846] 3,846 [3,661] 3,661 1,330 [12,00] 13,330
Remarque : Les chiffres entre parenthèses sont les différents montants financés par le prêt FAD ; *
« Autres » comprend : appels d’offres nationaux, consultations à l’échelon national, commandes directes et travaux en régie; **
Non financé par la Banque : éléments financés par le gouvernement
15

 
Etant donné le nombre des petits contrats qui devront être traités, en particulier dans
le cadre des appels d’offres nationaux (AON) et des consultations à l’échelon national (CN),
et la nécessité de maintenir une mise en œuvre soutenue, seuls les contrats de biens et de
travaux exécutés à travers des appels d’offres internationaux (AOI) et les AON évalués à plus
de 100 000 UC nécessiteront un examen préalable de la Banque à toutes les étapes du
processus. Les passations de marchés non AOI et les AON inférieurs à 100 000 UC seront
examinés à postériori et ne nécessiteront pas l’approbation préalable de la Banque. D’autres
méthodes de passation des marchés, reprises dans le Tableau 5.2 b) ci-dessous s’appliqueront
aux éléments indiqués ci-après :

Tableau 5.2 (b)


Détails des autres méthodes de passation des marchés (millions d’UC)
Procédure Acquisitions Maximum Maximum
par contrat en cumul
Consultation à l’échelon national Mobilier pour le MINAMB 0,020 0,037
Consultation à l’échelon national Equipement pour le MINAMB et les autres 0,020 0,635
agences
Appel d’offres national Equipement, fournitures et cheptel pour les 0,020 0,871
projets pilotes
Appel d’offres national Mobilier et fournitures de l’institut de la 0,200 1,019
biodiversité (INABIO) / Institut de
l’environnement
Consultation à l’échelon national Réhabilitation des bureaux du MINAMB et 0,100 0,665
des agences, et sites du projet sur le terrain
Consultation à l’échelon national Equipement pour la gestion de projet 0,020 0,214
Consultation à l’échelon national Coûts de fonctionnement 0,107
Formation locale sur les lieux de Personnel du MINAMB et des agences 0,020 0,205
travail
Négociation directe avec les Programmes de formation (sous-régionaux/ - 0,598
institutions de formation nationaux)
TOTAL 4,351

Biens

Le marché des divers équipements destinés à l’Institut national de la biodiversité


(INABIO) d’un montant total de 1,075 million d’UC se attribué selon les procédures d’appel
d’offres international (AOI). Les contrats de biens seront attribués par la procédure d’appel
d’offres national (AON). Ces marchés concernent l’acquisition des équipements, fournitures
et cheptel pour les projets pilotes, ainsi que le mobilier et les fournitures de l’Institut national
de la biodiversité (INABIO Tous les marchés relatifs à la fourniture de mobiliers et
d’équipements destinés au MINAMB, aux autres agences participantes, à la gestion du projet,
d’un montant total de 0,993 million d’UC, seront passés par consultation de fournisseurs à
l’échelon national (CN).
 
Travaux de génie civil

Le marché de génie civil pour la construction de l’Institut national de la biodiversité


d’un montant total estimé à environ 2,344 million d’UC, sera passé selon les procédures
d’Appel d’offres international (AOI). Les marchés de génie civil relatifs à la réhabilitation de
divers bureaux et structures du MINAMB, d’autres agences, et des sites de démonstration
dont le montant total est évalué à environ 0,665 million d’UC seront passés par consultation à
l’échelon national. La valeur de chacun des dix contrat est inférieur à 350 000 UC.
16

Services de consultance et formation

La passation des marchés pour les services de consultance et d’assistance technique,


et les services d’audit tels que détaillés au Tableau 5.2 a) ci-dessus, sera effectuée
conformément aux Règles et procédures pour l’utilisation de consultants de la Banque. Le
processus de sélection de consultants s’effectuera à travers une liste restreinte et la méthode
d’évaluation sera celle basée sur la qualité et le prix, tandis que pour les services d’audit la
méthode de sélection sera basée sur le moindre coût. Toutefois, pour les consultants
individuels, la méthode de sélection reposera sur la procédure de la Banque en matière de
sélection de consultants individuels. La formation du personnel des universités et collèges se
fera par négociation directe avec les institutions respectives.

Pour les contrats estimés à plus de 200.000 UC pour les cabinets de consultants et de
50.000 UC pour les consultants individuels, l’avis à manifestation d’intérêt devra être publié
sur UNDB online et sur le site Internet de la Banque. Pour les contrats estimés à moins de
200.000 UC attribués à des cabinets de consultants et de 50.000 UC attribués à des
consultants individuels, l’Emprunteur peut limiter la publication des avis à manifestation
d’intérêt dans les journaux nationaux et régionaux. Toutefois, tout consultant éligible, qu’il
soit régional ou non, peut exprimer son intention de faire partie de la liste restreinte.

Procédures et règlements nationaux

Les lois et règlements nationaux de l’Angola en matière de passation des marchés


n’ont été ni examinées ni reconnues acceptables. Les procédures de la Banque s’appliqueront
donc à tous les marchés passés au titre du projet.
Organe d’exécution

Le MINAMB sera responsable de la passation des marchés de biens/travaux/services


de consultance/services de formation. Les ressources humaines, la capacité, l’expertise et
l’expérience du MINAMB ne sont pas suffisantes pour effectuer ces passations de marchés.
Le projet prévoit le recrutement d’un spécialiste en passation des marchés, afin d’aider le
MINAMB en la matière. En plus de ce spécialiste, le projet recrutera également d’autres
personnels, notamment un comptable ainsi qu’un spécialiste du suivi et évaluation (S&E).

Avis général de passation de marchés

Le texte de l’avis général de passation de marchés a été approuvé par le


Gouvernement de l’Angola et le MINAMB et sera envoyé pour publication dans
Development Business, après approbation de la proposition de prêt par le Conseil
d’administration.
Procédures d’examen

Les documents suivants sont sujets à examen et à approbation par la Banque, avant
leur mise en circulation :
• Avis spécifiques de passation de marchés
• Documents d’invitation à la pré-qualification
• Documents de soumission ou demandes de propositions des consultants
• Rapports d’évaluation des soumissions ou rapports sur l’évaluation des
propositions des consultants, y compris les recommandations pour l’attribution
des contrats
17

• Avant-projets des contrats, lorsque les avant-projets inclus dans les documents
d’appel à la concurrence ont été modifiés.

Plan de passation des marchés

La Banque examinera les dispositions prises par l’emprunteur pour la passation des
marchés dans le cadre d’un plan de passation des marchés, pour s’assurer de leur conformité
avec l’accord de prêt et ses Règles en la matière. Le plan de passation des marchés couvrira
une période initiale d’au moins 18 mois. L’emprunteur mettra à jour ledit plan tous les ans ou
selon que de besoin, mais toujours sur les 18 mois suivants pendant la durée de mise en
œuvre du projet. Toute proposition de révision du plan de passation des marchés sera soumise
à la Banque pour approbation préalable.
Dispositions de décaissement
Les méthodes du compte spécial et de paiement direct seront utilisées pour les
décaissements des ressources du prêt, conformément aux procédures spécifiées dans le
Manuel de décaissement de la Banque. Le MINAMB ouvrira et maintiendra deux comptes
spéciaux : l’un en devises étrangères pour la réception des fonds du prêt et l’autre en monnaie
locale. Le MINAMB ouvrira également un compte sur lequel le Gouvernement versera sa
contribution de contrepartie. Ces comptes seront ouverts dans des banques acceptables pour
la Banque.

Les décaissements sur le compte spécial seront effectués si l’Emprunteur soumet un


programme de travail annuel, ainsi qu’un budget estimé pour une période d’au moins six
mois. Le MINAMB aura la responsabilité générale de la coordination des opérations sur ces
comptes. La Banque pourra réapprovisionner le compte spécial, à condition que l’avance
immédiatement précédente ait été utilisée et justifiée à au moins 50 %, et que les avances
antérieures aient été entièrement justifiées. Le MINAMB maintiendra à tout moment des
enregistrements séparés pour tous les décaissements effectués par la Banque. Les fonds
seront décaissés à partir du compte spécial sur base du plan de travail annuel approuvé et des
budgets.

Dispositions pour les audits

Le MINAMB sera responsable à tout moment de la maintenance satisfaisante et


professionnellement acceptable des enregistrements comptables et des registres des actifs
conformément aux directives de la Banque. De plus, le MINAMB garantira que des systèmes
de contrôles internes adéquats sont maintenus. Les comptes du projet seront audités chaque
année par une entreprise d’audit indépendante, recrutée selon un processus de liste restreinte
approuvée par la Banque. Les rapports annuels d’audit seront soumis à la Banque, au plus
tard six (6) mois après la fin de chaque exercice annuel. Le MINAMB soumettra également
des rapports d’avancement trimestriels et annuels, conformément aux directives du Groupe de
la Banque relatives aux rapports.

4.2 Suivi

Pour le suivi et évaluation du projet un nombre d échéances ont été établies pendant
les 5 ans de mise en œuvre du projet afin de garantir que les activités sont mise en œuvre
comme prévues. Des rôles et responsabilités ont été assignes a des membres spécifiques de
l’EFP comme indique ci bas.
18

Calendrier échéance Processus de suivi/Rétroaction


Année 1 Examen des politiques et de la législation Spécialiste S&E et coordinateur du projet
environnementale
Année 1 Élaboration des directives EIE sectorielles Spécialiste S&E et coordinateur du projet
Année 1 Application des directives EIE Spécialiste S&E, coordinateur du projet,
agents de terrain
Année 1 Création/renforcement de la CGRC, de l’INABIO et de Spécialiste S&E et coordinateur du projet
la Cellule multilatérale de coordination des activités des
conventions des Nations Unies.
Année 1 Mise en place des sites/cellules pilotes de démonstration Spécialiste S&E, coordinateur du projet,
agents de terrain
Années 1-5 Mise en œuvre Bénéficiaires, MINAMB, provinces et
responsables de terrain
Années 1-5 Rapports d’audit Annuellement par le MINAMB et le
coordinateur du projet
Année 2 Prise en compte des risques climatiques, promotion Spécialiste S&E, coordinateur du projet,
GDT, CC/biodiversité IGA agents de terrain
Année 3 Examen à moyen terme Spécialiste S&E, coordinateur du projet,
agents de terrain
Année 4 Achèvement de toute la formation de courte durée Spécialiste S&E, coordinateur du projet
Année 5 Achèvement de toute la formation et rapport Spécialiste S&E, coordinateur du projet
d’achèvement du projet

4.3 Gouvernance

4.3.1 Les principales questions de gouvernance ont trait aux procédures de soumission et
de passation des marchés des différents contrats dans le cadre du projet. Afin d’éviter toute
irrégularité dans les processus de soumission, les règles et procédures standard de la Banque
seront utilisées. De plus, le Comité de pilotage du projet (CPP) jouera un rôle important de
supervision, pour garantir que les procédures de passation des marchés sont bien
transparentes et concurrentielles. Des représentants des différentes parties prenantes siègeront
au Comité directeur du projet, comme indiqué à la section 4.1.1. Le CPP approuvera les plans
de travail et les budgets, et fournira au MINAMB les politiques et des directives de mise en
œuvre. En outre, il suivra de près l’état d’avancement de la mise en œuvre.

4.3.2 Les bénéficiaires du projet, au niveau provincial et communautaire participeront à la


prise de décision à toutes les étapes du projet, telles que la planification, la mise en œuvre, le
suivi et évaluation. Des comités locaux seront mis en place au niveau des communautés. Ils
auront un rôle majeur à jouer dans l’identification des sites de démonstration, la planification
et la mise en œuvre du suivi des initiatives communautaires dans le cadre du projet, ainsi que
dans la communication à l’équipe de facilitation du projet et aux institutions
gouvernementales locales en temps voulu de feedbacks sur des sujets relatifs à la protection
de l’environnement, à la gestion durable des ressources naturelles et à l’application des
directives EIE. Le modèle du projet inclut également des initiatives et technologies
communautaires participatives, basées sur la demande. Les comités locaux consulteront les
parties prenantes de leurs zones respectives, afin de garantir que les technologies choisies
satisfont les exigences et les besoins exprimés. Cela engendrera une appropriation du projet et
de ses résultats.

4.3.3 Il est prévu qu’un audit annuel soit effectué dans le cadre du projet, couvrant tous les
aspects de la mise en œuvre, y compris les livres de comptes et la passation des marchés. Le
MINAMB maintiendra à jour les livres de comptes et les registres des actifs du projet. Les
livres de comptes et les registres des actifs seront audités par une entreprise d’audit
indépendante, afin de garantir que les ressources du projet sont effectivement utilisées aux
fins prévues.
19

4.4 Durabilité

4.4.1 Le modèle du projet prévoit le renforcement des capacités humaines et


institutionnelles du MINAMB, des autres ministères techniques, des pouvoirs publics
provinciaux, des ONG, du secteur privé et des organisations communautaires impliqués dans
la conservation de l’environnement et la gestion des ressources naturelles. La durabilité du
projet sera assurée par la rétention du personnel formé, dont les connaissances et les
compétences auront été renforcées. Des mesures de protection contre le départ du personnel
passeront par l’amélioration des conditions de service du personnel formé, et la promotion
d’un transfert actif de compétences et de technologie à tous les niveaux.

4.4.2 Un total de 25 cours/ateliers de formation est prévu pour les comités locaux et les
bénéficiaires du projet. Ces cours visent à renforcer la sensibilisation des bénéficiaires du
projet à la conservation de l’environnement et à la gestion des ressources naturelles, ainsi que
l’habilitation des communautés locales à la gestion de leur environnement. Cela permettra
aux communautés locales d’assumer un rôle moteur dans la planification, la mise en œuvre et
le suivi des activités du projet. Les interventions envisagées pour les initiatives pilotes
communautaires seront participatives et axées sur la demande et viseront le renforcement de
la capacité des communautés à s’adapter à la gestion durable des terres, à la conservation de
la biodiversité et au changement climatique. Cela devrait garantir que les bénéficiaires du
projet mettent en œuvre des activités répondant à leurs besoins et à leurs exigences. Les
comités locaux, renforcés grâce au projet, constitueront une plateforme viable pour d’autres
interventions socioéconomiques extérieures à celui-ci. En outre, les capacités de
planification, de mise en oeuvre et de suivi seront utiles pour de futurs projets.

4.4.3 Généralement, les activités initiées par le projet sont soutenues par les
mécanismes/approches suivants : i) un engagement fort du Gouvernement vis-à-vis du
processus de décentralisation et de réformes institutionnelles ; ii) le renforcement des
capacités institutionnelles et humaines des pouvoirs publics centraux et locaux, des ONG, du
secteur privé, ainsi que des communautés locales ; iii) l’habilitation des communautés locales
et leur implication dans la planification, la mise en œuvre et le suivi du projet ; iv) une
approche participative, axée sur la demande, permettant de baser les technologies introduites
sur l’intérêt des bénéficiaires et de s’assurer qu’elles répondent aux besoins exprimés par
ceux-ci ; v) des liens efficaces avec les projets liés à la production agricole.

4.5 Gestion des risques

Ce projet présente deux risques principaux : a) la réduction naturelle du personnel


formé dans le cadre du projet. Pour atténuer ce risque, la Banque incitera le Gouvernement de
l’Angola à garantir que les réformes institutionnelles nécessaires seront mises en œuvre pour
améliorer les conditions de service des professionnels formés et du personnel expérimenté. b)
les mines antipersonnel représentent encore un risque pour la population rurale et affectent
les activités de gestion des ressources agricoles et naturelles dans les zones rurales. Pour
atténuer ce risque, la Banque établira un dialogue avec le Gouvernement de l’Angola en vue
d’assurer un déminage rapide de tout le pays, et en particulier de la zone du projet.

4.6 Gestion des connaissances

4.6.1 Le projet devrait générer des connaissances, des leçons et des expériences
considérables, qui constitueront une valeur ajoutée et formeront une base de connaissances
capable d’éclairer la conception et la gestion de projets similaires futurs dans d’autres PMR.
Ces connaissances seront principalement le fruit de la mise en œuvre du modèle adopté pour
20

le projet, des dispositions de mise en œuvre impliquant les pouvoirs publics centraux et
provinciaux, les ministères techniques et les communautés locales, des processus de passation
des marchés et de décaissement. Un système de S&E systématique sera mis en place afin de
fournir périodiquement des informations sur l’avancement du projet et les contraintes
rencontrées. Ces informations renseigneront le MINAMB, les bénéficiaires du projet, le
Comité directeur du projet et les différentes parties prenantes, sur les actions à entreprendre
pour y remédier.

4.6.2 L’institut national de la biodiversité / l’Institut de l’Environnement abriteront


plusieurs initiatives de recherche et de formation qui devraient améliorer le savoir de la
biodiversité de l’Angola. Ceci devrait générer des données sur les pratiques et gestion
environnementale en cours. En plus, les deux instituts vont pouvoir octroyer des diplômes
aux futurs experts et a un personnel qualifie afin de mettre en œuvre des projets relies a
l’environnement et a la biodiversité. Les deux instituts vont aussi fournir de l information
environnementale aux parties intéressées et aux organisations partenaires.

4.6.3 Les missions de supervision de la Banque, des rapports d’étape trimestriels et annuels,
les rapports de revue à mi-parcours et d’audit, ainsi que le rapport d’achèvement du projet
seront également des opportunités d’acquérir des connaissances sur les aspects pertinents de
la conception du projet, les modalités de sa mise en œuvre, les processus de passation des
marchés et de décaissement, l’impact sur les bénéficiaires du projet, ainsi que sur les réponses
apportées par le Gouvernement. Les différents ensembles de connaissances générés seront
analysés et périodiquement partagés avec d’autres départements/cellules au sein de la
Banque, avec d’autres partenaires au développement, ainsi qu’avec les PMR.
21

PARTIE E –INSTRUMENTS ET AUTORITÉ JURIDIQUES


5.1 Instrument juridique

Un prêt du FAD d’un montant de 12,0 millions d’UC sera utilisé pour financer le
Projet d’appui au secteur de l’environnement de l’Angola.
5.2 Conditions liées à l’intervention de la Banque

A. Conditions préalables à l’entrée en vigueur de l’accord de prêt et du protocole


de subvention
L’entrée en vigueur de l’accord de prêt sera soumise à l’exécution, par
l’Emprunteur, des dispositions de la section 5.01 des conditions générales applicables aux
accords de prêt. En plus le gouvernement s’engage à mettre à disposition du projet un espace
suffisant pour le projet devant abriter l’équipe de facilitateurs du projet (EFP)

B. Conditions préalables au premier décaissement

L’Emprunteur aura :

i) Nommé un coordinateur du projet dont les qualifications et l’expérience sont


acceptées par le FAD ;

ii) Ouvert un compte spécial, dans une institution financière acceptée par le
Fonds, où seront versées les ressources du prêt, et deux comptes en monnaie
locale dans une banque commerciale acceptée par le Fonds, où seront versés a)
les ressources du prêt FAD ; et b) les fonds de contrepartie du gouvernement ;

C. Autres Conditions
i) Fournie la preuve de la création d’un comité directeur pour le projet,
comprenant les représentants : i) du MINAMB ; ii) du ministère de
l’Agriculture (MINAG) ; iii) du ministère des Finances ; iv) du ministère du
Plan; v) d’un représentant des organisations de coordination des ONG ; Le
ministère de l’Environnement (MINAMB) assurera le secrétariat des réunions
du comité.

ii) MINAMB s engage à déployer les membres du personnel suivants dont les
compétences et expérience devraient être acceptables par le Fonds: i) d’un
spécialiste de passation des marchés ; ii) un comptable ; iii) un spécialiste du
suivi et évaluation (S&E) ; et iv) un specialiste de gestion de l’environnement.

5.3 Conformité avec les politiques de la Banque


Ce projet est en conformité avec toutes les politiques en vigueur de la Banque

PARTIE F – CONCLUSION ET RECOMMANDATION


La Direction recommande que le Conseil d’administration approuve la proposition
de prêt du FAD de 12,0 millions d’UC au Gouvernement d’Angola, pour les objectifs et
matières fixés, et aux conditions stipulées dans le projet.
22

ANNEXES
Annexe I

Angola
INDICATEURS SOCIO-ECONOMIQUES COMPARATIFS

Pays en Pays
Année Angola Afrique Dévelop- Déve-
pement loppés
Indicateurs de Base
RNB par Habitant $EU
Superficie ('000 Km²) 1 247 30 307 80 976 54 658
Population totale (millions) 2007 17,0 963,7 5 448,2 1 223,0 2500

Population urbaine (% of Total) 2007 56,0 39,8 43,5 74,2 2000

Densité de la population (au Km²) 2007 13,7 31,8 65,7 23,0 1500

Revenu national brut (RNB) par Habitant ($ EU) 2006 1 980 1 071 2 000 36 487 1000

Participation de la Population Active - Total (%) 2005 41,3 42,3 45,6 54,6 500

Participation de la Population Active - Femmes (%) 2005 46,3 41,1 39,7 44,9 0

Valeur de l'Indice sexospécifique de dévelop. humain 2005 0,439 0,486 0.694 0,911

2001

2002

2003

2004

2005

2006
Indice de développement humain (rang sur 174 pays) 2005 162 n.a. n.a. n.a. Angola Afrique
Population vivant en dessous de $ 1 par Jour (%) 2001-04 68,0 34,3 … …
Indicateurs Démographiques
Taux d'accroissement de la population totale (%) 2007 2,8 2,3 1,4 0,3
Taux d'accroissement de la population urbaine (%) 2007 4,8 3,5 2,6 0,5
2007 46,1 41,0 30,2 16,7
Taux de croissance démographique
Population âgée de moins de 15 ans (%) (%)
Population âée de 65 ans et plus (%) 2007 2,4 3,5 5,6 16,4 3,5
Taux de dépendance (%) 2007 94,3 80,1 56,0 47,7 3,0
Rapport de Masculinité (hommes pour 100 femmes) 2007 97,3 99,3 103,2 94,3 2,5
Population féminine de 15 à 49 ans (%) 2007 23,1 24,2 24,5 31,4 2,0
Espérance de vie à la naissance - ensemble (ans) 2007 42,7 54,2 65,4 76,5 1,5
Espérance de vie à la naissance - femmes (ans) 2007 44,3 55,3 67,2 80,2 1,0
Taux brut de natalité (pour 1000) 2007 47,3 36,1 22,4 11,1
2007 20,5 13,2 8,3 10,4
0,5
Taux brut de mortalité (pour 1000)
Taux de mortalité infantile (pour 1000) 2007 131,9 85,3 57,3 7,4 0,0

2007 230,8 130,2 80,8 8,9

2002

2003

2004

2005

2006

2007
Taux de mortalité des moins de 5 ans (pour 1000)
Indice synthétique de fécondité (par femme) 2007 6,4 4,7 2,8 1,6 Angola Afrique
Taux de mortalité maternelle (pour 100000) 2005 1 400 724 450 8
Femmes utilisant des méthodes contraceptives (%) 2001-04 6,2 26,6 61,0 75,0
Indicateurs de Santé et de Nutrition
Nombre de médecins (pour 100000 habitants) 2005 16,5 39,6 78,0 287,0
Nombre d'infirmières (pour 100000 habitants) 2005 245,4 120,4 98,0 782,0 Espérance de vie à la naissance
(ans)
Naissances assistées par un personnel de santé qualifié 2006 47,4 50,4 59,0 99,0
Accès à l'eau salubre (% de la population) 2004 53,0 62,3 80,0 100,0 71
Accès aux services de santé (% de la population) 2004 24,0 61,7 80,0 100,0 61
51
Accès aux services sanitaires (% de la population) 2004 31,0 45,8 50,0 100,0 41
Pourcent. d'adultes de 15-49 ans vivant avec le VIH/SIDA 2005 3,7 4,7 1,3 0,3 31
21
Incidence de la tuberculose (pour 100000) 2005 268,8 300,7 275,0 18,0 11
1
Enfants vaccinés contre la tuberculose (%) 2006 65,0 83,7 85,0 93,0
2002

2003

2004

2005

2006

2007
Enfants vaccinés contre la rougeole (%) 2006 48,0 75,4 78,0 93,2
Insuffisance pondérale des moins de 5 ans (%) 2003-04 … 28,6 27,0 0,1
Apport journalier en calorie par habitant 2004 2 178 2 436 2 675 3 285 Angola Afrique
Dépenses publiques de santé par habitant (en % du PIB 2005 1,5 2,4 1,8 6,3
Indicateurs d'Education
Taux brut de scolarisation au (%)
Primaire - Total 2002-05 91,0 96,4 91,0 102,3
Primaire - Filles 2002-05 69,0 92,1 105,0 102,0 Taux de mortalité infantile
(Pour 1000 )
Secondaire - Total 2002-05 16,5 44,5 88,0 99,5
Secondaire - Filles 2002-05 16,8 41,8 45,8 100,8 160
Personnel enseignant féminin au primaire (% du total) 2002-05 41,0 47,5 51,0 82,0 140

Analphabétisme des adultes - Total (%) 2006 43,3 33,3 26,6 1,2 120

Analphabétisme des adultes - Hommes (%) 2006 17,1 25,6 19,0 0,8 100
80
Analphabétisme des adultes - Femmes (%) 2006 45,8 40,8 34,2 1,6 60
Dépenses d'éducation en % du PIB 2005 2,4 4,5 3,9 5,9 40
20
Indicateurs d'Environnement 0
Terres arables en % de la superficie totale 2005-07 2,4 6,0 9,9 11,6
2002

2003

2004

2005

2006

2007

Taux annuel de déforestation (%) 2000-07 0,2 0,7 0,4 -0,2


Taux annuel de reboisement (%) 2000-07 1,0 10,9 … … Angola Afrique
Emissions du CO2 par habitant (tonnes métriques) 2005-07 0,5 1,0 1,9 12,3

Source : Base des données du Département de la Statistique de la BAD; dernière mise à jour: Juillet 2008
Banque Mondiale WDI; ONUSIDA; UNSD; OMS, UNICEF, WRI, PNUD, Rapports nationaux
Notes: n.a. Non Applicable ; … : Données non disponible;
Annexe II
Tableau du portefeuille de la Banque en Angola

Projet État Secteur Date Date de Date Fin Mt net %


d’approbation signature entrée en décaiss. approuvé Décaiss.
vigueur (millions)
Projet de développement En cours Agric. 24/11/05 29/12/05 14/09/06 31/12/12 17,2 4,1
rural de Bom Jesus
Calenga
Projet de développement En cours Agric. 30/10/02 20/01/03 10/06/04 31/12/09 7,0 38,8
de la pêche artisanale
Projet d’alimentation en APVD Alim. eau/ 28/11/07 - - - 12,0 0
eau et d’assainissement de Assain.
Simbe, et appui
institutionnel
Projet d’appui à En cours Éducation 5/12/01 28/03/02 28/01/03 31/12/07 8,73 9,9
l’éducation de base à
Format
Project de réinsertion des En cours Enseign. 12/11/03 28/05/04 13/01/06 31/12/10 3,78 4,52
groupes Defawo techn./
profess.
Programme de En cours Santé 13/11/02 23/01/03 12/09/03 31/12/07 6,5 13,3
réhabilitation des services
de santé
Appui à la gestion APVD Appui 14/11/07 - - - 5,9 0
financière (PAGEF) institut.
Annexe III
Carte de la zone du projet