Vous êtes sur la page 1sur 8

David VIEL – Le 09 06 2019

L’Avenir

Quel est mon but


et/ou mon objet dans la vie ?
Pour être au « courant »
ou « dedans » (… dans ce que j’aurai à-faire ;
ce lien être-avoir).

Du moment d’être en vie,


vous êtes obligé
d’avoir un Je (de ressortir dans un sens)
= d’avoir un esprit,
pour interagir avec la matière
celle qui sera votre vie (vécu).

Ça vous collera à la peau,


vous vous fixez là,
vous ressortez dans un sens,
pour être reconnu.
Les gens ensuite vous le reconnaissent,
pour être affecté
et/ou dedans (« légitimé » dans votre fonction).
Vous serez, dans ce qui vous reviendra ;
ce sera votre « centre » de gravité (votre « trou », « milieu »)
ce sera votre « marque » de fabrique
= votre lien avec la « terre » (ce qui ressort, ce que vous permettrez).
Pour ressortir sous ce jour (vous vous ferez « connaître » sous ce jour ou ce trait).

David VIEL – Le 09 06 2019


Je rappelle que c’est ça,
qui caractère l’être
et qui fait,
que la personne se révèle sous un jour (qu’elle ressort de ce qu’elle ne réalise pas encore du fait de
se le permettre).

Dans tous les cas


même sans que cela vous soit reconnu,
du moment d’être comme ça,
ça vous reviendra
pour continuer à avoir à faire.
Vous ferez dans ce qui vous est propre (familier)
pour être « dedans »
être au « courant »
et/ou avoir à faire (faire ce lien être-avoir,
et/ou connaissance dans le sens qui est le « vôtre » ;
et cela même si cela ne vous est pas reconnu
et/ou permis).

Au fond de moi,
j’ai besoin d’ordre ;
c’est à dire que les gens aient ce qu’ils méritent.
Or dans ce monde,
les gens ne sont pas à leur place
et/ou n’ont pas ce qu’ils méritent (ça manque d’ordre
malgré les apparences censées prendre pour encore le « valoir »
ou le « pouvoir » sans le « valoir » et le « pouvoir » tant que cela …
ce n’est pas brillant).

L’objet,
étant que les gens soient à leur place ;
c’est à dire qu’ils soient reconnu pour ce qu’ils sont
et ce qu’ils font,

David VIEL – Le 09 06 2019


et non qu’ils aient ce qu’ils veulent.
Pour être selon eux,
en droit
= sans limite
ou dans un monde « idéal »
= libéral,
où au centre,
il y a une organisation qui n’a pas réellement de limite,
ou réellement conscience de ce qu’elle permet,
tout en se le permettant.

Il faut que ce qu’ils se permettent,


sans voir le mal,
leur retombe dessus
pour le réaliser (et encore …).
C’est mon intention,
mon objet,
ou mon but (mon être a projeté, a émis ça,
pour que ça lui revienne forcément dans ce sens ou ce temps
… « bon courage ». Non pour moi, mais pour les autres et l’Autre).

Les choses ainsi ne leur plairont pas,


puisque ça leur retombera dessus,
lorsqu’ils font du mal
ou ce qu’ils prétendent (ce mal sans le voir,
pour se le permettre).
Non pour le reconnaître,
mais belle et bien pouvoir sentir,
une « confiance »,
qui provient de cette influence là ;
celle où les autres, l’Autre,
sont concrètement sous le charme,
neutres

David VIEL – Le 09 06 2019


et/ou dé-faits.
Du fait de prendre la « confiance »,
sans être mis en face
de leur responsabilité ;
c’est à dire d’avoir l’avenir
que les autres, l’Autre n’a,
n’ont plus,
pour se figurer ça ;
sans avoir pour autant,
ce qu’ils se figureront,
pour que ça puisse « prendre ».
Lorsque ça « prend »,
les autres, l’Autre,
leur revient,
leur reviennent (sont conquis, neutres ou plus « là »).

Ce type de profil,
savent se vendre !
Pour être cru,
et non « pris » …
pour ce qu’ils sont et
ce qu’ils font.
Traduction : ils ne sont pas remis à leur place,
au contraire ! Ils prennent la confiance,
pour que les choses leur reviennent,
avec le temps,
ce temps.
Pour qu’il n’y ait plus de justice, d’ordre
et/ou de sens
= ce qui reviendra aux gens dans ce sens
ne sera pas juste
mais belle et bien pour justifier,
légitimer,

David VIEL – Le 09 06 2019


donner raison,
le poids
à ceux qui ont pris le droit,
sans avoir été détecté
et/ou sans voir le mal
mais belle et bien le « jour ».

Ils ne sont pas là pour être juste,


pour se révéler dans ce sens,
mais pour avoir ce sentiment de « pouvoir »
et/ou pour qu’il n’y ait pas de limite à leur volonté ;
= pas réellement de limite
à leurs sujets,
après s’être fixé
dans le « milieu »,
qu’ils ont « intégré ».

J’insiste sur le fait,


que ce type de profil,
savent se vendre !!
Ils enchantent,
embrouillent,
neutralisent,
ceux qui les empêchent,
de « réussir » dans leur entreprise
et/ou dans ce qu’ils se figurent honnêtement être la vie (que la vie est comme ça).
Et le système libéral,
leur offre ce cadre,
et/ou ce sentiment de le « pouvoir »
= ce sentiment de « liberté »,
de « légitimité »
pour ne pas « mourir » de leur personne ;
mais belle et bien pouvoir renforcer leur sort (je)

David VIEL – Le 09 06 2019


et cela sans risque de connaître de fin
et/ou de chute à leur « production » (« usine à gaz »).

Dans ce sens,
ce n’est pas faire preuve d’âme
et/ou de conscience,
mais belle et bien ne pas ou ne plus, avoir de limite
afin de pouvoir être « célébré » (dans ce sens)
afin de pouvoir être « bien » (cultivé)
sans l’être tant que cela à féliciter
sauf lorsque ça (ce qu’ils permettent, projettent) prend ;
pour s’étendre dans ce sens …
C’est à dire voir les autres, l’Autre,
leur revenir
non pour le réaliser ça
mais belle et bien pouvoir « s’en féliciter » (pour être proche du « centre »
et/ou de ce qu’ils se figurent dans ce sens là ; ce centre là)
sans être pour autant,
tant à féliciter (mais pour cela faudrait-il le réaliser
et/ou être arrêté).

Sans qu’ils le réalisent (changer)


et/ou être arrêté
les apparences qu’ils projettent,
pour avoir ce qu’ils veulent « à la fin » (dans ce sens)
feront illusion,
pour le « pouvoir »
= ils auront un avenir (une « chance », du « peau » ... un « mérite » ; un retour)
celui que les autres, l’Autre n’a,
n’auront plus,
du fait d’être leur ombre (l’ombre de leur « réussite »)
= de leur revenir.

David VIEL – Le 09 06 2019


Dans ce sens,
je le rappelle
… Cela s’appelle posséder son monde
avec les conséquences que ça impliquera,
sur le devenir du monde,
tout en étant « dedans ».

Ça affecte l’être,
autant que l’être peut changer ça,
à condition de se révéler sous ce jour.
Un jour
qui est à l’opposé,
de ce qui tend à s’étendre,
pour réellement le « pouvoir »
dans un sens,
qui n’est pas si ordinaire que ça (et pas dans le bon sens ; à condition de le réaliser)
et/ou, à souhaiter.

Honnêtement, à quoi va ressembler l’avenir (les choses) dans ce sens ? Sans le réaliser et/ou
l’arrêter.

Diagnostique :
1/ Ce type de profil sans limite, et sans conscience (vide de sens et/ou sans avenir sauf en ayant
cette influence là sur les autres, l’Autre) savent se vendre
2/ Les responsables ne le voient pas, pour les croire et non alors, être pris pour ce qu’ils sont et font
(être arrêté)
3/ L’avenir qu’ils ont ou qu’ils se figurent, est celui que les autres, l’Autre n’ont plus, pour avoir ce
sentiment de « pouvoir » ou de « puissance ». Dont l’écho vient du temps passé, celui où les autres,
l’Autre est, sont Conquis, Neutres ou plus « là » dans les faits.

David VIEL – Le 09 06 2019


Titre + Intro

L’Avenir

Qu’est-ce que je veux dans la vie ? De l’ordre et/ou de la justice. Pour que les gens soient
concrètement à leur place et/ou qu’ils aient, ce qu’ils méritent au fond. Et non que les apparences,
celles qu’ils permettent aient raison du monde de là à dérégler les choses, l’ordinaire (ou ce qui
revient à une personne) à ce point.
Sans le réaliser ça, ça sera pour générer une masse qui devront leur revenir, les servir afin de ne pas
perdre ce qu’ils estimeront leur revenir sans que ça doive pour autant leur revenir (sauf si l’histoire
dont ils sont à l’Origine continue à prendre pour encore le « valoir », sans le « valoir » tant que ça).

David VIEL – Le 09 06 2019