Vous êtes sur la page 1sur 6

LES MINES DE LA MESETA MÉRIDIONALE ET DU HAUT ATLAS OCCIDENTAL 229

5.7- Azegour, gîte métasomatique à Cu, Mo, W (Haut Atlas occidental) /


Azegour Cu-Mo-W Metasomatic Deposit (Western High Atlas)
H. IBOUH1, M. HIBTI2, A. SAIDI2, A. TOUIL2

Points clés : La mine d’Azegour correspond à des skarns Substances exploitables : Cuivre, molybdène, tungstène
développés dans les carbonates cambriens sur le flanc
oriental d’un granite hercynien. Ces skarns sont minéral- Etat et historique : Mine fermée depuis 1971, mais sus-
isés en cuivre, molybdène et tungstène. ceptible de réouverture prochaine. C’est l’une des plus
anciennes mines du Maroc. A l’époque moderne, les tra-
Highlights : The Azegour mine corresponds to skarns de- vaux sur le gisement d’Azegour ont débuté dès 1920,
veloped in the Cambrian limestones of the eastern enve- menés par les sociétés des mines Beni-Aicha et Entifa,
lope of a Variscan granite. The skarn mineralization qui ont cédé leurs permis à la Société minière de Falta en
includes copper, molybdenum and tungsten.
1930, qui à son tour les cède à la Société Le Molybdène
Localisation : La mine se situe à 65 km au SW de Marra- (Heim, 1934). C’est en effet le molybdène qui a été ex-
kech. On y accède par une route sinueuse de 15 km à par- ploité entre 1930-1946, avec une moyenne annuelle de
tir du village d'Amizmiz (fig. 5.7.1). GPS : N 31°08’59’’, 200 t/j de concentré à 85% de MoS2. Les réserves deve-
W 8°18’14’’, alt. 1500 m. nant insuffisantes (évaluées à 500 000 tonnes de minerai
à 0.2%), le molybdène fut abandonné au profit du cuivre
découvert dans le site depuis 1941. Durant la période
1
Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences et Techniques, Département de Géo-
logie, Labo. Géo-Sciences et Environnement, Bd A. Khattabi BP 549, 40000 Gué-
liz Marrakech. E-mail : h.ibouh@uca.ma d’exploitation du cuivre, jusqu’en 1971, 535 000 tonnes
2
Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences et Techniques, Département de Géo- ont été extraites, donnant 28 000 tonnes de concentré à
27% du cuivre. Le tungstène, quant à lui, fut découvert
logie, Labo. Géoressources et Environnement (URAC 42), Bd A. Khattabi BP 549,
40000 Guéliz Marrakech. E-mail : m.hibti@gmail.com ; a.saidi@fstg-marra-
kech.ac.ma,touil@fstg-marrakech.ac.ma dans la mine d’Azegour en 1950, une usine de traitement

FIG. 5.7.1 : Localisation du gisement d’Azegour sur un extrait de la carte routière du Maroc au millionième (Michelin).
FIG. 5.7.1 : Location of the Azegour mine on the Michelin road map, scale 1/1 000 000.
230 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 9

fut installée mais les résultats restèrent insatisfaisants. seta occidentale ; voir vol. 1, p. 86 et suivantes). Plus pré-
Ainsi 60 tonnes à 44% du WO3 ont été extraites, alors cisément, la mine est localisée dans l’auréole de méta-
que les réserves estimées étaient de 300 000 tonnes à morphisme thermique du granite d’Azegour, à la base de
0.2%. Suite à l’épuisement des réserves en cuivre et les la zone d’injections filoniennes granitiques (fig. 5.7.2).
teneurs décevantes du tungstène et du molybdène, la L’ensemble est recouvert en discordance par la série cré-
mine fut définitivement arrêtée le 30/9/1971. Durant sa tacée-tertiaire subatlasique (fig. 5.7.3 A). Le Trias et le
période d’activité, la mine d’Azegour a produit au total Lias sont absents, probablement du fait de l’érosion du Ju-
900 000 tonnes de minerai à teneur moyenne de 1,4 à rassique supérieur-Crétacé inférieur, bien identifiée en Me-
2,8% Cu, 0,2 à 0,7% MoS2 et 0,35 WO3. seta sud-occidentale (cf. vol. 8, circuit C14, pp. 67-69).
Après la fermeture, le BRPM a encore poursuivi des re- Description du gisement : Les skarns minéralisés sont dé-
cherches importantes jusqu’en 1996 (Anonyme, 1996). Un veloppés dans les formations du Cambrien inférieur cal-
permis de 16 km2 a été repris par Ouiselsat Mine depuis caire (kic, fig. 5.7.2), partie supérieure de l’étage où des
2004, puis vendu en Mars 2011 à l’explorateur minier ca- bancs de calcaires à archéocyathes sont interstratifiés dans
nadien Maya Gold and Silver www.mayagoldsilver.com. les termes volcano-détritiques, par ailleurs dominants. On
Cadre géologique : La mine se situe dans le flanc nord du notera l’importance des formations volcano-détritiques et
Bloc paléozoïque du Haut Atlas occidental, dans la zone pyroclastiques de composition calco-alcaline (tufs et
subatlasique septentrionale (fig. 5.7.2). Le secteur miné- brèches dacitiques à andésitiques, grauwackes) aussi bien
ralisé appartient à l’enveloppe d’un pluton granitique (gra- dans le Cambrien inférieur que dans le Cambrien moyen
nite et diorite quartzique) calco-alcalin (Amenzou & (km) de la région.
Badra, 1996) ou alcalin (Aït Ayyad, 2000) intrusif dans des Ces formations cambriennes sont structurées en bandes
séries plissées et métamorphiques d’âge cambrien et or- subméridiennes. Le plissement hercynien y est intense, de
dovicien (zone centrale de la chaîne hercynienne de Me- direction NNE-SSW. Il est daté du Namuro-Westphalien

FIG. 5.7.2 : Extrait de la carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille d’Amizmiz (Labriki, 1996). kic/v/st : Cambrien inférieur calcaire/volcanique/schisteux ; kmsm/so :
Cambrien moyen, schistes et grauwackes verts/schistes et orthoquartzites ; ors : Ordovicien, schistes bioturbés, grès ; hv : Viséen gréso-pélitique; Hγ : granite hercynien ; Hfγ :
filons granitiques ; n2-3 : Crétacé inférieur continental ; n4-6 : Barrémo-Albien, marnes blanches ; c1 : Cénomanien, marnes versicolores ; c2 : Turonien, calcaires ; c3-6 : Sé-
nonien : grès et marnes rouges ou vertes, calcaires ; e4 : Eocène moyen, calcaires coquilliers et marnes blanches.
FIG. 5.7.2 : Excerpt of the geological map of Morocco, scale 1/100 000, Amizmiz sheet (Labriki, 1996).
LES MINES DE LA MESETA MÉRIDIONALE ET DU HAUT ATLAS OCCIDENTAL 231

FIG. 5.7.3 : A) Vue de la mine d’Azegour (regard vers le


nord-ouest) ; B) Echantillon de molybdénite en paillettes
dont la concentration se fait en bordure des roches volca-
niques cambriennes ; C) Cristaux de grenat andradite bien
individualisés dans les skarns ; D) Echantillon de grena-
tite, très abondante dans le district d’Azegour ; E) Chalco-
pyrite, principale minéralisation cuprifère concentrée sur
la bordure des roches carbonatées ; F) Echantillon de py-
roxénite (diopside-hédenbergite) qui forme une carapace
entre les roches carbonatées et les grenatites ; G) Fluorine
blanche à violette ; H) Plis de fluage dans les calcaires au
contact du granite d’Azegour ; I) Wollastonite en masse fi-
breuse, dans les skarns au contact du granite d’Azegour.
Echelle : 10 cm (4 inches). A-G : clichés A. Soulaimani.
FIG. 5.7.3 : A) View of the Azgour mine, looking north-west-
ward ; B) Lamellar molybdenite sample from a concentra-
tion close to Cambrian volcanics ; C) Andradite garnet
crystals well developed in the skarns ; D) Grenatite sam-
ple, very abundant in the Azegour district ; E) Chalcopy-
rite, main Cu mineralization found close to the carbonates ;
F) Pyroxenite sample (diopside-hedenbergite) forming a
shell between the carbonate and grenatite rocks ; G) White
and violine fluorite. H) Disharmonic folding of the Cam-
brian limestones in contact with the granite ; I) Wollas-
tonite from fibrous mass within the skarns against the
Azegour granite. Scale : 10 cm (4 inches). A-G : Courtesy
A. Soulaimani.

dans toute cette partie de la chaîne (cf. vol. 1) et s’est dé- Ma (Mrini et al., 1992), ce qui daterait du même coup la
veloppé ici en condition de métamorphisme de faible degré minéralisation de l’Autunien. On doit considérer cet âge
(faciès des schistes verts), avec formation d’un clivage comme provisoire, en attendant des datations U-Pb zir-
schisteux de plan axial, parallèle à la stratification et à fort con plus robustes. Un âge carbonifère supérieur, entre
pendage est (Labriki, 1996 ; Aït Ayyad, 2000). 290-280 Ma, est plus vraisemblable par comparaison
A proximité du granite, une zone de métamorphisme ther- avec le massif du J. Tichka, peu au SW (Gasquet et al.,
mique (auréole de contact, schistes tachetés à cordiérite) 1992), et mieux en accord avec le caractère syntectonique
apparaît sur une épaisseur de plus d’un kilomètre : c’est du granite (Lagarde, 1987 ; Aït Ayyad et al., 2000). No-
dans cette auréole que se situent les skarns minéralisés tons que sur le plan géochimique, les analyses ont mon-
(fig. 5.7.3 C). Le système de filons granitiques (pegma- tré aussi le caractère hyperalumineux du granite, avec
tites, aplites) associés à l’intrusion se développe plus lar- une oxydation intense probable pendant les dernières
gement, jusqu’à 5 km du toit du granite. La mise en place étapes de refroidissement, ce qui explique sa couleur rose
du granite a été datée par la méthode Rb-Sr à environ 270 (Aït Ayyad et al., 2000).
232 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 9

Dans l’ensemble du gisement, les corps minéralisés se pré- clusions de galéno-bismuthinite dans la chalcopyrite et de
sentent sous forme de lentilles, amas ou stocks liés le plus très petites concentrations de bismuth natif, accompagné
souvent aux grenatites et aux calcaires métamorphiques (fig. d’un peu de bismuthinite dans des filonnets de calcite tardifs
5.7.4). Un métamorphisme métasomatique est à l’origine des comportant aussi des minéraux de nickel, d’argent, de co-
skarns et de leurs minéraux silico-carbonatés tels que la schee- balt, d’uranium (Von der Weid , 1941 ; Permingeat, 1957 ; El
lite, la wolframite, la wollastonite et l’idocrase. Les idocrasites Amrani, 1984). A quelques kilomètres au nord d’Azegour
et les grenatites (fig. 5.7.3 D) à grossulaire et dupracite mi- (Tiguelilt), dans la même bande de calcaires cambriens qu’à
néralisées en béryllium, souvent faiblement radioactives, for- Azegour, un petit amas de mispickel, avec chalcopyrite, mar-
ment des « colonnes » allongées suivant la direction des cassite et pyrrhotite, est relativement riche en bismuth natif
calcaires métamorphiques, du côté où ces calcaires sont voi- (Permingeat, 1954). La fluorine, peu développée, est locali-
sins des roches volcaniques. Ces colonnes peuvent coïncider sée à Azegour, particulièrement dans les lentilles de grena-
en partie avec des colonnes faiblement minéralisées en mo- tites au sein des calcaires métamorphiques proches du
lybdénite, ou être indépendantes. La forme exacte de ces co- granite. Elle est associée avec la scheelite et un peu de pyrite
lonnes n’a pu être établie. La wollastonite forme localement (Permingeat, 1957). Dans ce gisement, on remarque la pré-
des amas ou filons de « wollastonitite » où les cristaux, très sence de quelques « colonnes » de tactites à pyrite, à côté des
purs, atteignent des longueurs décimétriques (fig. 5.7.3, photo colonnes à scheelite et chalcopyrite similaires à celles à gra-
I) ; ces amas dépendraient d’intensification locales du flux phite de Sidi Bou-Othmane (Jebilet ; voir vol. 8, circuit C15).
thermique (Berrada et al., 2011). Le béryllium a été découvert dans le gisement d’Azegour
Le cuivre, quant à lui, se présente sous forme de chalco- (Agard, 1965 ; Agard et al., 1966 ). Les plus fortes ano-
pyrite, bornite, chalcocite et cuivre gris. Il se rencontre au- malies sont systématiquement liées à une variété d’ido-
tour du granite et hors de l’auréole du métamorphisme. Le crase, la dupracite, de couleur brune ou vert foncé,
plomb et le zinc sont sous forme de galène et blende dans présentant une notable teneur en fer dans le réseau où le
la zone de Tizgui et la mine d’Azegour. Le fer se mani- béryllium serait dispersé. Les teneurs vont jusqu’à 0.6%
feste dans la zone de Toulkine dans des roches à silicates de BeO pour les variétés les plus ferrifères.
calciques (Hannich, 2002).
Interprétation génétique : Les gîtes métasomatiques
Minéralogie : Elle est dominée par l’assemblage molybdé- comme ceux d’Azegour correspondent à une importante
nite (fig. 5.7.3B), chalcopyrite (fig. 5.7.3 E), scheelite et py- classe de gisements formés par déplacement d'éléments au
rite et chalcopyrite intimement liée à des amphiboles, sein d'un fluide de haute température percolant dans la
pyroxènes et grenats (Zerhouni, 1988). On note de rares in- roche. Il s'agit de phénomènes associés aux intrusions gra-

FIG. 5.7.4 : Coupe de la mine passant 200 m au nord du village d’Azegour, d’après Permingeat (1957). Une structure en plis serrés d’axe sub-
méridien se laisse deviner dans le Cambrien. Les lentilles minéralisées se placent dans une masse de grenatites entre calcaires purs et schistes,
la molybdénite est la plus proche du granite, la sheelite est plus écartée et la chalcopyrite au contact des calcaires.
FIG. 5.7.4 : Cross-section of the mine 200 m north of Azegour Village, after Permingeat (1957). Tight N-trending folds appear in the Cambrian
formations. Mineral lenses are contained in the grenatite mass between the pure limestones and the schists, with molybdenite close to the gran-
ite, sheelite a little bit farer and chalcopyrite next to the limestones.
LES MINES DE LA MESETA MÉRIDIONALE ET DU HAUT ATLAS OCCIDENTAL 233

nitiques et affectant particulièrement les roches carbona- AMENZOU M. & BADRA L. (1996) : Les granites d’Azegour et de Brikine
tées. Les roches qui en résultent sont constituées de sili- (Maroc) : implication génétique d’après la typologie des zircons.
C. R. Acad. Sci., 323, 213–220.
cates calciques, fréquemment à Al, Fe, Mg ou Mn, à grain
AIT AYYAD N., REIBERO M. L., SOLA A. R., MOREIRA M. E., DIAS R.,
grossier, formées par remplacement métasomatique, es-
BOUABDELLI M., EZZOUHAIRI H. & CHARIF A. (2000) : Le granite
sentiellement siliceux, de roches carbonatées au contact d’Azegour (Maroc) : cartographie géochimique et interprétation
d'un intrusif. Un skarn minéralisé diffère d’une zone mé- géodynamique. Comun. Inst. Geol. Min., 87, 155-164.
tamorphique de contact ordinaire par son caractère sou- ALANSARI A., BAJDDI A. & ZOUHAIR M. (2009) : Mise en evidence d’une
vent discordant (avec des bandes monominérales évolution verticale dans la minéralogie et la typologie des mi-
localement discordantes sur le litage) et un enrichissement néralisations à Cu-Zn-Pb-Ag-Ba de Tighardine : Apport à l’ex-
ploration minière dans le Haut Atlas occidental (Maroc). Notes
en Fe-Mn et en volatils (Kwak, 1987). Les gisements po- et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 530, 31-44.
lymétalliques de ce type sont désignés comme « type
BERRADA S.H., HAJJAJI M. & BELKABIR A. (2011) : Mineralogical and
CRD » (Carbonate Replacement Deposits). geochemical features of the wollastonite deposit of Azegour,
High Atlas (Morocco). J. Afr. Earth Sci., doi: 10.1016/j.ja-
Un gisement analogue est décrit environ 15 km à l’est
frearsci.2011.03.008
d’Azegour ; il s’agit du gisement de Tighardine à caractère
EL AMRANI E.H.I. (1984) : Contribution à l’étude pétrologique, minéra-
polymétallique (Alansari et al., 2009). La minéralisation logique, métallogénique et de pétrologie structurale des forma-
est dominée par la galène, la sphalérite, la chalcopyrite, le tions de la région d’Azegour (Haut Atlas occidental, Maroc).
cuivre gris, la pyrrhotite, la pyrite et des minéraux d’argent. Thèse Doct. 3ème cycle, Fac. Sci. Nancy I, France.
La minéralisation se présente sous forme de lentilles dis- FRIZON DE LAMOTTE D., ZIZI M., MISSENARD Y., HAFID M., EL AZZOUZI
continues, qui jalonnent une faille normale à composante M., MAURY R.C., CHARRIÈRE A., TAKI Z., BENAMMI M. &
MICHARD A. (2008) : The Atlas system : The Geology of Mo-
décrochante dextre, de direction N20 et de pendage 45°NW.
rocco. Structure, Stratigraphy, and Tectonics of the Africa–At-
Les lentilles minéralisées sont localisées à la base d’une lantic–Mediterranean Triple Junction, in : Michard A., Saddiqi
barre dolomitique située au-dessus des pélites noires d’une O., Chalouan A., Frizon de Lamotte D. (Eds.). Lect. Notes Earth
série d’âge cambrien inférieur. La partie supérieure (amont) Sci., 116, Springer Verl, Berlin, Heidelberg, 424 p.
de ces lentilles minéralisées est dominée par la barytine à GASQUET D., LETERRIER J., MRINI Z. & VIDAL P. (1992) : Petrogenesis of
laquelle s’associent localement les sulfures, le quartz et les the Hercynian Tichka plutonic complex (Western High Atlas,
Morocco) : Trace element and Rb-Sr and Sm-Nd isotopic con-
carbonates. Selon Alansari et al. (2009), la mise en place de straints. Earth Planet. Sci. Lett., 108, 29-44.
la minéralisation est contrôlée par deux facteurs : un facteur
KWAK T.A.P. (1987) : W-Sn skarn deposits. Amsterdam, Elsevier, 451 p.
tectonique, suggéré par la mise en place le long d’une faille,
HANNICH M. (2002) : Gisements d’Azegour (Mo, W, Cu), in : Barodi et al.,
et un facteur magmatique, dans la mesure où la minérali- (Eds), Méthodes et techniques d’exploration minière et principaux
sation apparaît contrôlée par une intrusion granitique ca- gisements au Maroc, Rapport du projet JICA/BRPM, 329 p.
chée au-dessous du gisement. HEIM A. (1934): The molybdenum mine at Azegour, Morocco. Soc. Econ.
Geol. 29, 76–83.
Remerciements : Les auteurs expriment leurs remercie-
LABRIKI M. (1996) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille
ments au Pr. A. Michard pour sa collaboration active à la
d’Amizmiz. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n°372.
mise au point de cette fiche, et au Pr. H. Ouanaimi pour sa
LAGARDE J. L. (1987) : Les plutons granitiques hercyniens, marqueurs
lecture critique et ses remarques. de la déformation crustale: la déformation hercynienne post-vi-
séenne de la Meseta marocaine. Hercynica, 1, 29-37.
Références
MRINI, Z., RAFI, A., DUTHOU, J.L. & VIDAL, P. (1992) : Chronologie Rb/Sr
Anonyme (1986) : Géologie des gîtes minéraux marocains (2ème édition) des granitoïdes hercyniens du Maroc, conséquences. Bull. Soc.
tome I : Substances métalliques et non-métalliques associées ; Géol. Fr. (n. s.) 3, 281–291.
Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 276, 1-318. OUNAIMI H. (1989) : Evolution sédimentaire et tectonique de la partie
Anonyme (1990) : Panorama de l'industrie minière, tome 2, Publ. Minist. orientale du massif ancien du Haut Atlas. Doctorat d’Univ.
Energie Mines, Direct. Mines, Rabat, Maroc. Montpelier, 1 carte h-t., 402 p.
PERMINGEAT F. (1954 a) : Découverte du bismuth natif à Tiguelilt (Haut
Anonyme (1996) : Fiche Azegour. In : Plan de développement minier,
Atlas central). Notes Serv. Géol. Maroc, n° 9, 93-95.
Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environne-
ment, Rabat, inédit, 3 p. PERMINGEAT F. (1957) : Le gisement de molybdène, tungstène et cuivre
d'Azegour. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 141, 284 p.
AGARD J. (1965) : Découverte du béryllium dans la minéralisation du gite
de wolfram, molybdène et cuivre d’Azegour (Haut Atlas, VON DER WEID F. (1941) : Le gisement de molybdénite d'Azegour et la
Maroc) et dans celle de Manganèse de Guettara (Sud Algérien). région des Guedmioua (Atlas de Marrakech, Maroc). Disserta-
C. R. Acad. Sci., Paris, 261, 4179- 4180. tion, Université de Genève, 88 p.
AGARD J., CHATENET R. & MAZÉAS J.P. (1966) : Prospection au bérylliu- ZERHOUNI Y. (1988) : Contribution à l’étude géologique de la région
mètre et découverte du béryllium dans les tactites en bordures du d’Azegour et des minéralisations en Mo, W, Cu et Fe. Haut Atlas
massif granitique d’Azegour (Haut Atlas). Mines & Géol., Dir. de Marrakech-Maroc. Thèse Doct. 3ème cycle. Univ. Cadi Ayyad
Mines Géol. Rabat, 8, n° 24, 47-50. Marrakech, 185 p.
PAO : Omar BELFKIRA
omarbelfkira@gmail.com