Vous êtes sur la page 1sur 37

Ch. 3.

Le contrat de transport
international!
Ch. 3. Transport de marchandises

Introduction – Enjeux de la réglementation

Faciliter le commerce international

Sûreté : terrorisme, piraterie


Ch. 3. Transport de marchandises

Introduction – Définition du contrat de transport

•  Professionnel
•  Obligation de déplacement
•  Transport de personnes / marchandises

➡  Contrats voisins :
▹ Contrat de mise à disposition de véhicules
▹ Contrat de prestation de services (contrat de commission de
transport, contrat de transit, contrat de manutention, etc.)
▹ Contrat d’affrètement (« charte-partie »)
Ch. 3. Transport de marchandises

Introduction – droit applicable

Choix des parties dans le


contrat
Règlement Rome I
Lieu d’établissement du
transporteur
Transport

Conventions internationales (Vilnus, La Haye Visby….)


Ch. 3. Transport de marchandises

1. Transport terrestre
2. Transport maritime
3. Transport aérien
4. Transport multimodal
Ch. 3. Transport de marchandises

1. Transport terrestre
1. Transport terrestre

1.1.Transport routier international

1.2.Transport ferroviaire international


1. Transport terrestre

1.1.Transport routier international


1.1.Transport routier international

■  Convention relative au Contrat de transport


international de Marchandises par Route (CMR) de
Genève du 19 mars 1956

■  Entrée en vigueur en France en 1961

■  Large adoption (> 50 Etats parties)


1.1.Transport routier international

Champ d’application

•  à titre onéreux
transport •  Lieu de prise en charge et lieu de livraison
routier intern. situés dans des Etats différents, dont l’un est
partie à la CMR (peu importe les Etats
traversés)
•  Toutes marchandises, sauf transport funéraire,
déménagement, colis postal

•  Titre de transport unique


1.1.Transport routier international

Conclusion du contrat

■  Rédaction d’une lettre de voiture : document facultatif


(mais contenu réglementé)

→  En 3 exemplaires :
■  1er exemplaire : remis au chargeur
■  2ème exemplaire : feuille de route (accompagne la
marchandise, remise au destinataire
■  3ème exemplaire : conservé par le transporteur
1.1.Transport routier international
Responsabilité du transporteur

■  Le transporteur est débiteur d’une obligation de résultat

→  Principe : responsabilité du transporteur de son fait ou


du fait de ses substitués
→  Exceptions générales : →  Exceptions particulières :
⤷  Faute de l’ayant-droit ⤷  Emploi autorisé de véhicule
découvert
⤷  Vice de la marchandise ⤷  Absence / défectuosité de
⤷  Force majeure l’emballage
⤷  M a n u t e n t i o n p a r
destinataire / expéditeur
⤷  Dénomination inexacte
⤷  Marchandise par nature
exposée à une perte ou
avarie
1.1.Transport routier international

Réparation
Perte : indemnité = valeur de la
marchandise + prix transport + frais
(max 8,33 DTS / kilo)
3 hypothèses

Retard : forfait (< prix du transport)

Avarie : indemnité limitée à la


dépréciation subie

+ Déplafonnement si déclaration de valeur, dol ou faute inexcusable


= réparation intégrale
1.1.Transport routier international

Faute inexcusable : “Est inexcusable la faute délibérée qui


implique la conscience de la probabilité du dommage et son
acceptation téméraire sans raison valable”.
1.1.Transport routier international

Délais de prescription de l’action en justice

1 an à compter de la livraison

3 ans en cas de dol ou fraude

Régime de forclusion (preuve)

Dommages apparents (examen rapide) : réserves


CMR adressées au transporteur « au plus tard au moment
de la livraison »
Dommages non apparents : 7 jours à compter de la
livraison pour adresser des réserves au transporteur
1. Transport terrestre

1. 2. Transport ferroviaire international


1.2.Transport ferroviaire international

Droit applicable

CIM (Rome, 1933) CIV (Rome, 1933)

COTIF
(Convention relative aux transports
internationaux ferroviaires, Berne, 1980)

èModifiée par les Règles de Vilnius en


1999 (non ratifié par la France)
1.2.Transport ferroviaire international

Domaine d’application

èApplication à tout contrat de transport ferroviaire de


marchandises à titre onéreux

èLorsque le lieu de prise en charge et le lieu de livraison


sont situés dans deux Etats membres différents (peu
importe nationalité ou siège des parties au contrat)

èou un seul Etat membre + clause de référence à la


COTIF (clause paramount)
1.2.Transport ferroviaire international

Principes généraux

•  Transporteur : transporteur contractant avec l’expéditeur

•  Transporteur substitué : pas de contrat avec l’expéditeur


•  Unité de transport intermodal : unité de changement
(conteneurs, caisses mobiles…)

•  Règles impératives (convention contraire nulle, sauf si


responsabilité et obligations du transporteur plus lourdes)
1.2.Transport ferroviaire international

Conclusion du contrat

•  Le contrat est constaté par la « lettre de voiture » (modèle


uniforme, papier ou électronique)
•  Le contrat demeure consensuel (pas de forme obligatoire)
•  La lettre de voiture est un moyen de preuve (+ réserves
motivées si nécessaire)
1.2.Transport ferroviaire international

Exécution du contrat
Par principe, les parties déterminent
librement à qui incombent le
chargement et le déchargement
Ou :
Chargement / A défaut d’accord, le transporteur est
déchargement responsable du chargement /
déchargement des colis
Et :
L’expéditeur demeure responsable de
l’emballage
1.2.Transport ferroviaire international

Exécution du contrat

Principe Obligation de résultat du transporteur (avarie, perte,


dommage, dépassement délais)

Causes - Faute de l’ayant droit


d’exonération - Vice de la marchandise
- Force majeure

Présomption de Envoi réalisé dans circonstances dangereuses (wagon


découvert, chargement par l’expéditeur, déchargement par
non-responsabilité
destinataire, animaux…

→  Renversement de la charge de la preuve :l’ayant droit


doit prouver que le dommage n’a pas pour cause ces
circonstances
1.2.Transport ferroviaire international

Réparation
•  Perte totale ou partielle = valeur usuelle de la marchandise
lors de la prise en charge + prix du transport, droits de douane
et frais
➙  Max 17 DTS / Kg de matière manquante

•  Avarie = montant de la dépréciation


➙ Max montant perte totale

•  Exceptions = dol et faute inexcusable


➙Déplafonnement
Ch. 3. Transport de marchandises

2. Transport maritime
2.Transport maritime

Un maquis de conventions internationales

■  Convention de Bruxelles 25 août 1924 pour l’unification


de certaines règles en matière de connaissance, dite
« Règles de La Haye », modifiées le 23 juin 1968 par les
« Règles de Visby »

■  « Règles de Hambourg » du 31 mars 1978 (non ratifiées par


la France)
■  « Règles de Rotterdam » du 23 septembre 2009 (Pas en
vigueur)
2.Transport maritime

Champ d’application : 3 hypothèses

- Connaissement émis dans un


Etat contractant
« Règles de La -  Transport au départ d’un port
Haye-Visby »: d’un Etat contractant

- Clause du connaissement
(clause paramount)

Exceptions d’application : animaux vivants, transport en pontée et


affrètement par charte-partie
2.Transport maritime

Distinction du connaissement et de la charte-partie

Fréteur Affréteur
(armateur) (marchand)

Charte-partie (charterparties)
2.Transport maritime

Conclusion du contrat de transport

Connaissement (Bill of lading – BL)

Transporteur Chargeur

Contrat de vente
(ou autres)

Réceptionnaire
(Destinataire ou
ayants-droit)
2.Transport maritime

Exécution du contrat de connaissement


•  Déclarer la nature et valeur des
Obligations marchandises (Règles de Rotterdam
du chargeur prévoient une obligation de conformité :
marchandises appropriées au transport)
•  Paiement du fret (prix convenu)

•  Assurer la bonne navigabilité du navire


Obligations du
•  Chargement / chargement – arrimage /
transporteur désarrimage
•  Livrer au porteur du connaissement
•  Pas d’obligation de célérité
2.Transport maritime

Responsabilité du transporteur

Principe Responsabilité en cas de perte ou d’avarie

Causes -  Due diligence du transporteur (diligent et


professionnel)
d’exonération
-  La « faute nautique »
-  Guerre
-  Grèves
-  Insuffisance d’emballage
-  Sauvetage ou tentative de sauvetage de vies ou de
biens en mer
-  Etc.
Ch. 3. Transport de marchandises

3. Transport aérien
3.Transport aérien

Convention internationale
■  Convention de Montréal du 28 mai 1999 (dite CM)

Champ d’application

■  Point de départ et point d’arrivé situés dans deux Etats


parties à la Convention de Montréal (même en cas
d’escale dans un Etat non contractant)
3.Transport aérien

Conclusion du contrat
■  Contrat consensuel

■  Remise de la Lettre de Transport Aérien (LTA) (non


représentatif à la différence du connaissement)
■  Fonction probatoire

Obligations du transporteur :

■  Obligation de célérité (responsabilité pour faute)


■  Obligation de livraison à personne déterminée
■  Droit de rétention en cas de non paiement
3.Transport aérien

Responsabilité du transporteur

Principe Responsabilité en cas de perte ou d’avarie, pendant le


transport (aérien, transbordement, chargement, livraison) =>
responsabilité au-delà de la période de transport strictement
aérienne
Causes -  Pas de due diligence (≠ transport maritime
d’exonération -  Vice propre marchandise
-  Emballage défectueux
-  Faits de guerre ou conflits armés
-  Fait du prince (si force majeure)

➡  Réparation 16,5837 DTS / kg (déplafonnée en cas de


faute ou de dol du transporteur ou préposé)
Ch. 3. Transport de marchandises

4. Transport multimodal
4.Transport multimodal

Règles applicables
Application distributive (successive)

Ou :
3 hypothèses Application étendue à l’ensemble de la
chaine (Ex. CMR, COTIF)
Ou :
Convention TMI, Genève, 24 mai 1980
4.Transport multimodal

Solutions pratiques

• Document types (CNUDCED et CCI)

• Projet européen : ISIC (Integrated Services in the Intermodal Chain)