Vous êtes sur la page 1sur 4

paragraphe 4: La coexistence entre le fond de commerce

traditionnel et le fond de commerce électronique.

Avec la révolution numérique le monde a évolué. Non seulement les gens sont de plus en
plus connectés, mais également les industries se tournent davantage vers des collaborations entre
elles et l’utilisation de systèmes intelligents, on parle ainsi de l’industrie. Au niveau du commerce,
l’évolution est aussi présente. On constate que les consommateurs utilisent maintenant des
davantage fournis par le commerce électronique .
Aujourd’hui, ce secteur est en plein essor et avec les nouvelles technologies, qui permettent d’être
facilement connectées à Internet, les opportunités d’actes d’achats en lignes ont de plus en plus
aisées, Le fond de commerce électronique est donc un sujet actuel, dont l’importance ne cessera de
croître dans les années à venir, d’où l’intérêt d’avoir un aperçu de la situation présente et de ses
perspectives , Et par le quête des commerçants pour résister dans ce type de commerce ils essaient
de faire évolué leur technique et leur mécanismes pour exploité leur fond dune manier efficace face
a la concurrence existante dans le commerce électronique .
Dès lors l’exploitation d’un fond de commerce électronique par un commerçant port sur l’un des
deux formes suivantes :
Soit premièrement par élargissement dune l’activité d’un fond de commerce traditionnel en créant
des nouvelles sections dans le réseau numérique ou deuxièmement par la création d’un fond de
commerce indépendant par son activité de tout autre fond traditionnel.
pour aborder cette question coexistence on doit traiter cette question dans deux paragraphes;
la première port sur la fusion du fond de commerce électronique avec le fond de commerce
traditionnel.
la deuxième port sur la séparation entre l'origine et la section dans le fond de commerce
électronique

A -la fusion du fond de commerce électronique avec le fond de commerce traditionnel :

A but de faire face a la concurrence existante dans le commerce électronique on peut crée une
ou plusieurs section d un fond de commerce pour élargie son activité dans le monde virtuel dans ce
cas la L’exploitation d’un fond de commerce existe sous différentes formes, des simples boutiques
en ligne aux sites d’échanges, en passant par les plateformes de prestations de service. Avant de se
lancer, une PME doit réfléchir au modèle qui lui convient le mieux.
Soit par un commerce classique d'une entreprise vers des consommateurs, c'est-à-dire la vente de
biens ou de services à des clients particuliers depuis un site internet, ou soit par la forme d'un site de
vente exclusivement sur internet ou d'un complément virtuel à un magasin physique. Le but est
d'augmenter sa clientèle et sa visibilité par la vente en ligne. Les revenus proviennent des ventes aux
particuliers.
Exemples :Les sites dits de vente privée constituent une sous-catégorie . Le principe consiste à offrir
de fortes réductions sur des produits pendant une période limitée. En général, les utilisateurs
doivent s'être inscrits au préalable en tant que membre afin de consulter les offres.
Exemples de vente privée: eboutic.ch, fashionfriends.ch, my-store.ch, myprivateboutique.ch,
qoqa.ch, deindeal.ch.
Il existe également un fond de commerce spécialise dans le commerce entre une entreprise à
d'autres entreprises. Il s'agit d'échanges entre deux commerçants ou entre un fournisseur et une
entreprise par exemple. Les revenus de ce type proviennent donc de la vente de bien sou de services
aux entreprises.
Penchons-nous sur la différence entre les deux types d’un fond de commerce on examine les
éléments corporels et incorporels. D’emblée, on comprend que le caractère dématérialisé d'un fond
de commerce électronique va quelque peu modifier la façon d’aborder les choses… Ce qui est acquis
pour un fond de commerce traditionnel ne l’est pas forcément pour une boutique en ligne…
Il existe des différences entre les ressources tangibles d’un commerce traditionnel et celles d’un
fond de commerce électronique , On notera que les locaux et les équipements d’exploitation
n’existent pas dans le cas d’un commerce électronique, ou du moins dans d’autres proportions que
dans un commerce classique. Le nom de domaine remplit à la fois la fonction de désignation de
l’entreprise et de localisation du commerçant dans le cyber espace.
D’autre part, le fond de commerce électronique ne connaît pas les mêmes contraintes territoriales,
ni le même rapport à la clientèle qu’un fond de commerce traditionnel. L’espace sur internet est
illimité et l’hébergement du nom de domaine d’un site de internet , qui fait office de bail
commercial, a un caractère transfrontière. A l’inverse, le commerce classique est limité à l’espace
géographique des locaux dans lesquels l’activité est exercée, ainsi qu’au territoire des marques
commerciales qu’il exploite.

a)Des éléments spécifiques au fonds de commerce électronique assimilable au fonds de commerce


traditionnel

Les spécificités du commerce électronique lui ont permis d’occuper aujourd’hui une place très
importante au sein de l’économie mondiale.
Ripert définit le fonds de commerce comme « une propriété incorporelle consistant dans le droit à la
clientèle qui est attaché au fonds par les éléments servant à l’exploitation ». Comme le souligne à juste
titre Monsieur Ripert c’est l’ingéniosité et le talent du commerçant qui a réuni les différents éléments
permettant d’attirer de la clientèle et de générer des bénéfices, qui doivent être mis en valeur. Au vu
de cette définition rien n’empêche d’assimilé le fonds de commerce électronique au fonds de
commerce classique. Malgré tout il convient d’observer des spécificités du fonds de commerce virtuel.
La spécificité première du fonds de commerce électronique provient de son aspect immatériel, virtuel
ou encore dématérialisé. Cette particularité a des effets directs sur plusieurs attributs du fonds de
commerce classique.
Tout d’abord la clientèle attenante au fonds de commerce virtuel est particulière dans le sens où elle
beaucoup plus vaste. Un site internet est accessible des quatre coins du monde. Nul besoins de se
déplacer pour avoir accès aux produits et aux services d’un commerçant. Internet a ouvert le marché
et ainsi favorisé la concurrence entre les différents acteurs. De plus, il est très facile de rapporter la
preuve de l’existence d’une clientèle relative à un site internet étant donné que chacun d’eux dispose
d’outil permettant de comptabilisé le nombre de consultation quotidienne. Une visite sur la page
internet d’un site peut être assimilée à un client potentiel.
Tout ceci nous amène sur le phénomène de « dématérialisation » entre le commerçant et le client.
Certes le client potentiel n’entre pas directement en contact avec le commerçant au sens strict du
terme, mais il entre en contact avec le site internet du commerce. Cette situation est comparable à la
situation de la vente par correspondance. Lorsqu’un client commande par le biais d’un catalogue il
n’entre pas directement en relation avec le vendeur et pourtant l’existence de la clientèle n’est pas
remise en cause.
Mis à part ces éléments spécifiques, le fonds de commerce électronique est formé de divers
composants qui rappellent le fonds de commerce traditionnel.

b)L’existence d’éléments communs encourageant la reconnaissance du fonds de commerce


électronique.

En tant qu’universalité, le fonds de commerce regroupe des éléments essentiels et des éléments
accessoires. Les éléments essentiels sont aussi les plus importants sur le plan économique et c’est
donc eux qui posent le plus de problème sur
le plan juridique. Il convient de distinguer, la clientèle, le nom commercial, l’enseigne, le droit au bail…
Comme nous l’avons vu au cours du paragraphe précédent le fonds de commerce électronique
possède bien une clientèle. Mais il est nécessaire de vérifier que la clientèle soit réelle, personnelle et
licite. Précédemment nous avons vu qu’il était aisé de vérifier l’existence d’une clientèle d’un site par
le biais d’outil de calcul informatique.
Quant à l’existence d’une clientèle propre ? Comme pour les entreprises « classiques » les entreprises
opérant sur un réseau internet procèdent à de nombreux investissement pour devenir les plus
compétitifs. De plus la gestion et la mise à jours du site représente un coût important pour le
commerce. Les e-commerçants sont obligés de mettre leurs talents en action pour réussir à attirer des
clients était donné l’étendue de la concurrence existante sur le web. Mais la présence d’un nombre
très important de concurrent n’empêche pas le principe de la clientèle propre.
Il est aussi évident de parler de clientèle licite car internet proscrit sévèrement les activités illégale.
Se pose maintenant la question de la dépendance d’un site marchand vis-à-vis de son fournisseur de
réseau. Certains juristes ont pensé rapprocher cette situation à la dépendance des buvettes situées
dans un hippodrome. L’assemblée Plénière du 24 avril 1970 a estimé que les buvettes situées dans un
hippodrome ne disposaient pas de clientèle propre étant donné que Pour affronter la concurrence
existante dans le domaine du commerce électronique on peut créer à côté d’un fond de commerce
une ou plusieurs branches a but d’élargir l’activité commerciale, cette branche ne tient pas la
personnalité morale non pas parce que le fond de commerce na l’appartient pas aussi mais parce que
on le considère comme une branche qui suive le fond originel dans son activité .
Si la possibilité de créer des branches des fonds de commerce permet à ce dernier de élargi son activité
géographiquement et de ramener plus de clientèle, autrement dit l’exploitation d’un fond de
commerce traditionnel le commerce électronique regroupe tous les échanges et toutes les
transactions qu’une entreprise peut être amenée à faire au travers d’un média électronique ou d’un
réseau. commerce, c’est un signe distinctif que le professionnel va reproduire dans ses documents
publicitaires administratif et éventuellement sur sa devanture. La loi offre aussi aux sites internet une
protection, la présentation des pages-écrans, des animations ou encore des arborescences sont
protégés s’ils ont été préalablement déposés à l’INPI

Le fonds de commerce virtuel dispose aussi d’éléments matériels comparables à un fonds de


commerce classique. Pour exercer son activité un e-commerce doit posséder des locaux pour
regrouper les personnes qui vont travailler à la maintenance et à la gestion du site. Ensuite pour
vendre des produits par internet un commerçant doit bien évidemment avoir un stock de produit pour
pouvoir après vendre des produits.

Enfin on peut dire que la relation entre un fond de commerce électronique et le fond de commerce
traditionnel n’est qu'une relation complémentaire ou les commerçants bénéficient des avantages
offrant par l’informatique a but de faire évolues leur fonds et leur bénéfices.

B- La distinction entre l’origine et la section dans le fond de commerce électronique

dans plusieurs cas on peut trouve des fonds de commerces appartiennent a la même société a cause
de la diversité de ses activités , et si chaque fond de commerce entre eux a ses propres clients
indépendant aux autres fonds .
Et bien sur un seul fond de commerce peut se décliné à plusieurs branches par l’exécution d’une
même activité commerciale dans des lieux différents où ont est face a une société qui a plusieurs
branches par les quelles elle exerce son activité commercial , dans ce cas la on dit que le fond de
commerce qui se Déclin en plusieurs fonds, dans le côté juridique chaque fond est traité d’une
manière indépendant tant que il à son propre lieu et une clientèle différent où la loi peut être
appliquée sans tenir compte les autres fonds.
Si la distinction entre l’origine et la section dans le fond de commerce traditionnel est facile a cause
de plusieurs critères ; (activité ,lieux) plus tôt c’est pas le cas ou le fond de commerce électronique
en connaissant que la création d’une branche électronique d’un fond de commerce ne change rien
au niveau de la nature de produits servi mais le changement ne frappe que la façon de demander et
de distribuer de ce service .
Même si on suppose que le fond de commerce doit avoir une personnalité morale les branches
électronique ne jouissant pas de cette personnalité : c'est le même cas pour les fond de commerce
traditionnel , ni aussi de l’indépendance financière du fond original.
Par rapport à l’évolution d’une activité d’un fond de commerce traditionnel ,cette opération est plus
ou moins difficile car la création d’un nouveau site change l’adresse qui constitue un problème de
rattachement entre les différents fonds , à cause de ca les fond de commerce créant des raccourcis
porte sur la nouvelle activité uniquement , la distinction entre un nouveau fond de commerce et un
site internet est difficile peut créer une fragmentation chez la Clientèle qui ne connaissent pas dans
ce cas la distinction entre l’origine et la section électronique .

+ ‫عيسى كتب االصل التجاري االلكتروني‬


+ Laurent SOULTANBEIEFF :L’E-COMMERCE D’AUJOURD’HUI ET SES PERSPECTIVE
+ www.kmu.admin.ch