Vous êtes sur la page 1sur 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Les montants absorbés annuellement par la corruption


au Mexique, selon un rapport de l’OCDE publié en
Mexique: une ministre en guerre contre
novembre dernier, correspondent à l’équivalent de
la corruption qu’elle juge intrinsèque au 10 % de son produit intérieur brut (PIB).
néolibéralisme
PAR CLÉMENT DETRY
ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 10 JUIN 2019

Irma Eréndira Sandoval Ballesteros. © DR

Le président mexicain López Obrador le 4 juin 2019. © Reuters / Gustavo Graf Le Mexique, qui plus est, était jusqu’en mai
Y a-t-il encore un espoir dans la lutte contre de cette année l’un des deux seuls pays latino-
la corruption et l’impunité des abus de l’État au américains où personne n’avait été inculpé en lien
Mexique ? La nomination de l’économiste hétérodoxe avec la monumentale affaire de corruption liée au
Irma Sandoval Ballesteros au poste clé de secrétaire à groupe brésilien Odebrecht. Ce scandale de pots-
la fonction publique a suscité de vives attentes au sein de-vin milliardaires, régulièrement chroniqué dans
de la société civile. Elle s’explique sur les premières Mediapart, a plongé le Pérou dans l’instabilité
mesures de sa politique, dans un entretien à Mediapart. politique, de même que les gouvernements de Michel
Mexico (Mexique), correspondance.– Comme Temer au Brésil (2016-2018) et Lenín Moreno en
beaucoup d’amateurs de fromage, Irma Eréndira Équateur en ont été fortement ébranlés. Rien à
Sandoval Ballesteros croit que le gruyère a des trous. signaler, à ce stade, au Mexique d’Enrique Peña Nieto
La secrétaire à la fonction publique du gouvernement (2012-2018), non plus qu’au Venezuela autoritaire de
mexicain en déduit la métaphore selon laquelle l’État Nicolás Maduro.
mexicain que lui a laissé l’administration de l’ex- Dans ce contexte, Sandoval Ballesteros, 47 ans, est
président Enrique Peña Nieto est un « État-gruyère », l’une des personnes sur lesquelles le nouveau président
par les trous duquel l’économie du pays s’échappe. de gauche du pays compte pour parvenir à l’«
annihilation de la corruption » et à la création d’une «
véritable démocratie soumise au droit et respectueuse
de l’opposition ». C’est ce qu’avait promis Andrés
Manuel López Obrador (AMLO), de manière très
ambitieuse, au cours de la campagne présidentielle qui
a abouti à son triomphe électoral en 2018.
Aussi l’administration de Sandoval Ballesteros fait-
elle office, dans la théorie du projet de nation de la
« Quatrième transformation » formulé par López
Obrador (et que Mediapart a déjà présenté ici), de
« pivot » des politiques de lutte contre la corruption,
de renforcement du système de transparence et
d’éradication de l’espionnage illégal au sein de l’État.

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

Vaste programme, pour la fille d’un homme qui fut une mois au secrétariat à la fonction publique, plus de deux
figure de la politique mexicaine pendant des décennies millions de fonctionnaires fédéraux ont été obligés de
et dont les dossiers le concernant rempliraient « déclarer leurs biens et conflits d’intérêts.
plusieurs caisses » dans les registres d’espionnage de Dans la foulée, plus de 6 000 procédures dites de
l’ex-Direction fédérale de sécurité (DFS, 1947-1985). « responsabilisation administrative » étaient en cours
Sans doute Pablo Sandoval Ramirez a-t-il été « l’une contre des fonctionnaires de l’administration fédérale.
des cibles d’espionnage prioritaires de la Direction Au moins 400 d’entre eux ont été suspendus ou exclus
fédérale de sécurité, pendant des décennies ». C’est définitivement de la fonction publique, en parallèle à
tout du moins ce qu’avance la ministre, dans un l’adoption de 112 amendes pour un montant total
entretien accordé à Mediapart. Elle dit aussi avoir d’environ 30,6 millions d’euros.
échangé sur le sujet avec l’actuel directeur des archives
Tous les membres du gouvernement, en outre, ont dû
AGN, Carlos Ruiz Abreu.
rendre publiques les informations patrimoniales, ainsi
L’espionnage de ce leader universitaire, syndical et que les conflits d’intérêts les concernant. AMLO l’a
paysan de l’État du Guerrero (sud du Mexique), exigé publiquement, avec Irma Sandoval flanquée à
ex-dirigeant du Parti communiste mexicain et ex- ses côtés, lors d’une conférence de presse matinale, au
conseiller national du Parti pour la révolution début de l’année. Une membre du gouvernement, Olga
démocratique (PRD), aurait commencé lors de son María del Carmen Sánchez Cordero, s’est d’ailleurs
implication dans le mouvement étudiant de 1968 et vue contrainte de corriger la version publique de sa
se serait poursuivi jusqu’en 1985, année au-delà de déclaration patrimoniale, à la suite de l’omission,
laquelle il n’existe pas encore de registre public lié aux révélée par le quotidien Reforma, d’un appartement de
activités des services de renseignement. luxe dont elle est copropriétaire à Houston, au Texas.
Deux incarcérations préventives, mais aussi des Cette croisade anticorruption commence à attirer des
menaces de mort de la part d’un ex-gouverneur de critiques dans les médias envers le « zèle », voire le
l’État… Le parcours politique du père d’Irma a « fondamentalisme anticorruption » de la ministre,
certainement renforcé la priorité que celle-ci a donnée tandis que la responsable vient d’annoncer un premier
à la lutte contre l’espionnage de la société civile par train de sanctions administratives et financières contre
l’État. D’autant que son entrée au gouvernement, en deux personnalités puissantes liées à l’administration
décembre 2018, est intervenue deux ans après une présidentielle précédente : l’ex-directeur du groupe
affaire d’espionnage de journalistes et activistes pétrolier Pemex, Emilio Lozoya Austin, et son
liée au logiciel israélien « Pegasus ». ancien bras droit Edgar Torres Garrido.
Le premier fait également, depuis mai, l’objet
d’une inculpation du Parquet général de la
République (FGR) pour son implication présumée
dans les schémas de corruption électorale du groupe
Odebrecht.
Depuis mai, les services d’Irma Sandoval Ballesteros
Le président mexicain López Obrador le 4 juin 2019. © Reuters / Gustavo Graf enquêtent aussi sur le cas de Carlos Lomelí Bolaños,
« Nous rendrons impossible la surveillance massive préfet du gouvernement fédéral dans l’État de Jalisco.
et indiscriminée des communications privées des Dans une enquête récente, l’ONG Méxicanos contra
citoyens par les autorités », avait déjà promis la la corrupción y la impunidad (MCCI) relie neuf
ministre, au cours d’un forum organisé le 26 mars entreprises pharmaceutiques différentes à la famille
avec des chercheurs et des activistes. Dès son premier de cette personne, lesquelles ont obtenu plusieurs

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

marchés publics de fourniture de médicaments pour C’est pourquoi sa mission ne peut se limiter à
des montants millionnaires sous l’administration la détection, puis la sanction, des malversations
d’AMLO. commises par les seuls agents publics. Sandoval veut
La première réaction du président a consisté à balayer aussi éloigner l’État des entreprises qui cooptent ses
d’un revers de la main l’enquête de MCCI en administrations pour biaiser les marchés publics et
conférence de presse matinale, la qualifiant de « s’exempter des normes qui devraient s’appliquer à
manœuvre politicienne ». Mais face à la pression elles. Selon ses propres mots, il convient d’« éliminer
de l’opinion publique, le mandataire a finalement de l’État les intérêts distincts de l’intérêt général ».
annoncé qu’Irma Sandoval se saisirait du dossier. La Car la ministre née à Acapulco est convaincue qu’au
ministre doit dire, courant juin, si des mesures telles Mexique comme ailleurs, « la corruption ne vient pas
qu’une suspension de Carlos Lomelí ainsi qu’une de l’État ».
transmission de son dossier à la justice doivent être Et elle le sait d’autant mieux que sa carrière n’est
prises. Les éditorialistes locaux évoquent un « moment pas celle d’une femme politique traditionnelle. Irma
de vérité » pour la championne anticorruption du Sandoval Ballesteros était, jusqu’à sa nomination par
gouvernement, son « baptême du feu ». AMLO au sein du gouvernement, une universitaire
Protéger les lanceurs d’alerte engagée politiquement dans le Mouvement de
régénération nationale (Morena), le parti du président
Irma Sandoval Ballesteros assure à Mediapart qu’elle et de la majorité de ses ministres. Cette économiste
n’a rien perdu de la « radicalité » de ses jeunes années dirigeait, depuis sa création en 2005, le Laboratoire
de militantisme, au sein du Conseil général de grève de recherche sur la corruption et la transparence de
des classes prépas de l’Université nationale autonome l’Unam.
de Mexico (Unam), comme dans le cadre des comités
universitaires de soutien au soulèvement néozapatiste Dans ses travaux universitaires, Irma Sandoval
de 1994. Ballesteros s’est imposée comme une chercheuse
pionnière des analyses dites « structurelles » de la
C’est d’ailleurs lors d’une « réunion intergalactique corruption. L’ex-économiste de l’Unam est persuadée
pour l’humanité et contre le néolibéralisme » que l’augmentation vertigineuse de la corruption,
convoquée au fin fond du Chiapas par l’Armée
zapatiste de libération nationale (EZLN) qu’elle a dans une nation classée 138e sur les 180 pays dans
rencontré, il y a 23 ans, celui qui est aujourd’hui son lesquels Transparency International mesure l’indice de
époux, l’universitaire et présentateur d’émissions télé perception de la corruption (IPC), se nourrit d’un «
John Ackerman, de nationalité américaine. retard de transition démocratique » causé par la «
cooptation de l’État et la sortie de pans entiers de
« L’existence, au Mexique, d’un système de l’action publique de l’horizon de surveillance étatique
transparence étatique avancé piloté par l’Institut et citoyenne ».
national d’accès à l’information (INAI) n’a empêché
ni l’augmentation de la corruption ni le maintien La corruption serait ainsi un phénomène « structurel
d’une politique d’espionnage généralisé de la » du capitalisme néolibéral. Dans un article que
population », estime la secrétaire d’État. « Les l’ex-chercheuse a écrit pour un centre d’études
mécanismes actuels ignorent la complexité et la relié à l’université de Harvard, l’augmentation de
multiplicité des conflits d’intérêts qui ont prospéré à la corruption est décrite comme la « conséquence
la faveur de la privatisation rampante de l’État », structurelle » de la « prolifération des privatisations,
poursuit-elle. des délégations de service public et des partenariats
public-privé ». Cette poussée se serait révélée

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

« d’autant plus incontrôlable » dans les pays où la pourquoi la protection des éventuels lanceurs d’alerte
libéralisation de leur économie ne s’accompagne pas est une priorité pour notre administration », assure-t-
d’une surveillance citoyenne de l’action publique. elle.
La carrière universitaire d’Irma Sandoval Ballesteros Comme son champ se limite, en théorie, à la fonction
a véritablement décollé grâce à ses séjours dans publique fédérale, sa stratégie d’endiguement de la «
de prestigieuses universités aux États-Unis, après corruption structurelle » ne pourra se déployer qu’à
plusieurs années de relative incompréhension par ses l’aide d’une « armée de lanceurs d’alerte », qu’elle
pairs. « Il n’y en avait que pour les politiques de espère voir émerger dans le secteur privé mais aussi
renforcement de la culture de la légalité et pour les celui de la fonction publique locale. Elle veut les doter
théories responsabilisant l’État… Le coupable de la de « la protection la plus étendue qui puisse exister »,
corruption, dans le cadre du consensus de Washington assure-t-elle à Mediapart. À défaut de pouvoir instruire
[les mesures libérales préconisées par le FMI et la elle-même les dénonciations en provenance de ces
Banque mondiale dans les années 1990 – ndlr], était deux autres secteurs, la ministre tente tout de même,
nécessairement l’État, un malade à soigner à grands avec ses moyens limités, de soutenir les initiatives qui
coups de privatisations », regrette-t-elle. les encouragent…
Mais à force de persévérance, l’économiste La question de l’élaboration d’une loi fédérale
hétérodoxe contribuera finalement à marquer la de protection des lanceurs d’alerte reste cependant
tendance que suivront, à partir du milieu des années incertaine. La proposition existante pour une loi
2000, une grande partie de ses pairs spécialisés générale de protection des témoins et dénonciateurs
dans la corruption. « Irma a fortement contribué à d’actes de corruption doit sa présence au Sénat
l’émergence d’une vision de la corruption comme une fédéral à un parlementaire appartenant à
structure insérée dans un système, à la différence des l’opposition. Son examen, par ailleurs, ne figure
conceptions en faisant une simple conduite criminelle toujours pas à l’ordre du jour du pouvoir législatif,
», renchérit, depuis Harvard, l’universitaire Lawrence malgré une majorité écrasante de Morena et de ses
Lessig, bon connaisseur de ses travaux. alliés dans les deux chambres.
Dès lors, Irma Sandoval Ballesteros est bien Irma Sandoval, pendant ce temps, travaille sur des
consciente que la surveillance et les sanctions à dispositions de protection des dénonciateurs dans le
l’encontre des fonctionnaires mexicains sont à la fois cadre du plan de travail annuel du comité de
nécessaires et insuffisantes. « Le véritable moteur de la coordination du Système national anticorruption
lutte contre la corruption se trouve dans le processus (SNA). Mais ce document s’avèrenon contraignant
de démocratisation et de changement de régime. C’est pour les pouvoirs publics.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
directs et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Marie-Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Société des Amis de Mediapart. Paris.

4/4