Vous êtes sur la page 1sur 18

CHAPITRE II

PRE
DIMENSIONNEMENT
DES ELEMENTS
STRUCTURAUX

15
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

Le prédimensionnement a pour but ‘’ le pré-calcul’’ des dimensions des différents éléments


résistants de la structure. Ces dimensions sont choisies selon les préconisations du
RPA99/V2003 ; BAEL 91 et du CBA93.

1. Evaluation des charges et surcharges


1.1. Charges permanentes « G » DTR (B.C.22)
1.1.1. Charges permanentes du plancher en corps creux d’étage courant :

Figure II-I : Description du plancher en corps creux d’étage courant

Matériaux Epaisseur Poids volumique Poids Surfacique


(cm) (kg/𝑚3 ) (Kn/m²)
Carrelages 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 3 1800 54
Dalle en corps creux 20 1360 272
Enduit en plâtre 2 1000 20
Cloison en brique 10 1000 100
5,30
Tableau II-I : Charges permanentes du plancher en corps creux d’étage courant

16
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

1.1.2. Charges permanentes du plancher en dalle pleine :

Matériaux Epaisseur Poids volumique Poids Surfacique


(cm) (kg/𝑚3 ) (Kn/m²)
Carrelages 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 3 1800 54
Dalle pleine 15 2500 375
Enduit en plâtre 2 1000 20
Cloison en brique 10 1000 100
6,33
Tableau II-2 : Charges permanentes du plancher en dalle pleine

1.1.3. Charges permanentes du Balcon :

Matériaux Epaisseur (cm) Poids volumique Charge permanente


(kg/m) Kn/m²
Carrelages 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 3 1800 54
Dalle pleine 15 2500 375
Cloison 10 900 90
6,03
Tableau II-3 : Charges permanentes du balcon

17
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

1.1.4. Charges permanentes d’escalier :


1.1.4.1. Paillasse :

La paillasse est une dalle en pente intégrant les marches d’une volée. Les charges y afférentes sont
représentées dans le tableau suivant :

Matériaux Epaisseur Poids volumique Charge permanente


(cm) (kg/𝑚3 ) Kn/m²
Carrelages (H+V) 2 2200 69,14
Mortier de pose (H+V) 2 2000 62,85
Lit de sable 2 1800 36
Marche / / 212,5
Dalle en béton / 2500 443,9
Enduit en plâtre 1,5 1000 35,5
8,60
Tableau II-4 : Charges permanentes de la paillasse
1.1.4.2. Le palier :
C’est la plateforme entre l’escalier et les différentes pièces desservies sur un étage. Le palier peut être
aussi un plancher de repos, intégré dans un escalier tournant par exemple. Les charges y afférentes sont
indiquées dans le tableau suivant :

Matériaux Epaisseur Poids volumique Charge permanente


(cm) (kg/𝑚3 ) Kn/m²
Carrelages 2 2200 44
Mortier de pose 2 2000 40
Lit de sable 2 1800 36
Dalle Pleine 15 2500 400
Enduit en plâtre 3 1000 30
5,50
Tableau II-5 : Charges du palier

1.2. Surcharges « Q » :
Les valeurs de surcharges inhérentes aux différents éléments sont indiquées dans le tableau suivant :

Plancher terrasse 1,00 KN/m²


Plancher à usage d’habitation 1,5 KN/m²
Plancher à usage commercial 5 KN/m²
Balcon 3,5 KN/m²
Escalier 2,5 KN/m²
Tableau II-6 : Surcharges

18
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

2. Prédimensionnement des éléments de dalles :


Les dalles sont composées de corps creux et d’une dalle de compression ferraillée par treillis
soudés reposant sur des poutrelles en béton armé, placées suivant le sens le plus petit afin de
limiter la flèche.
Ainsi l’épaisseur des dalles à corps creux dépend aussi bien des conditions d’utilisation que de
résistance.

Figure II-2 : Eléments de dalle

2.1. Les planchers :


Les planchers de béton sont des éléments structurels de planchers réalisés à partir d’éléments
préfabriqués ou non, essentiellement dont le principal matériau mis en œuvre est le béton.
Les planchers doivent répondre aux mêmes critères que les murs porteurs à savoir :
2.1.1. Résistance et stabilité
- Supporter les charges d’utilisation
- Résistance à la flèche.
- Durabilité

19
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

2.1.2. Etanchéité et protection


- A l’air
- Aux effractions
- Au feu
2.1.3. Isolation thermique et acoustique
- Isolant thermique (par exemple au-dessus d’un garage)
- Isolant acoustique (bruits d’impacts, …)
2.1.4. Fonctions techniques
- Facilité de mise en œuvre
- Liaisons avec les porteurs verticaux
- Passage des gaines
De ce fait, l’épaisseur minimum des planchers doit satisfaire les Conditions ci-après :
2.1.4.1. Condition de coupe-feu

 e = 7 cm pour (01) heure de coupe-feu.


 e = 11 cm pour (02) heures de coupe-feu.
 e = 17,5 cm pour (04) heures de coupe-feu.
2.1.4.2. Condition acoustique :
La protection contre les bruits aériens exige une épaisseur minimale de 16 cm
2.1.4.3. Condition de résistance à la flexion :
(𝐿𝑥𝑚𝑎𝑥 , 𝐿𝑦𝑚𝑎𝑥 )
𝑒≥
22,5
345
𝑒 ≥ 22,5 = 15,33 𝑐𝑚  𝑒 ≥ 15,33 𝑐𝑚

Donc l’épaisseur à retenir est de : (16+4) cm


2.2. Les dalles en béton armé :
Les dalles sont des planchers en béton armé à âme pleine.
Elles sont soit entièrement coulées en place, soit en partie préfabriquées (prédalles), soit
entièrement préfabriquées.
Dans notre cas le plancher à considérer est le plancher à dalle pleine (âme pleine)
Le pré dimensionnement de ce dernier se fera selon ses portées et sa résistance à la flexion en
utilisant les équations suivantes :

20
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

𝐿 𝐿
 Dalles reposant sur deux appuis : 35𝑥 < 𝑒 < 30𝑥
𝐿𝑥 𝐿
 Dalles reposant sur trois ou quatre appuis : < 𝑒 < 40𝑥
50

𝐿𝑥 : est la petite portée du panneau le plus sollicité.


Dans notre cas les dalles qui se reposent sur trois appuis ont une portée égale à :
𝐿𝑥 = 348 𝑐𝑚  6,96 < 𝑒 < 8,7
On adoptera donc une épaisseur de e =15 cm.

3. Pré dimensionnement des Balcons :


L’épaisseur de la dalle pleine sera déterminée par la condition de la résistance à la flexion soit :
150
𝑒𝑝 ≥ 𝐿/10 𝑒𝑝 ≥ = 15 𝑐𝑚
10

On prend donc : 𝑒𝑝 = 15 𝑐𝑚

4. Pré dimensionnement des escaliers :


Un escalier est une construction architecturale constituée d’une suite régulière de marches, ou
degrés, permettant d’accéder à un étage, de passer d’un niveau à un autre en montant et
descendant. Le terme a pour origine étymologique « scala », en latin qui veut dire échelle.
Une cage d’escaliers est la partie ou espace d’un bâtiment, qui comprend un escalier reliant
verticalement plusieurs étages ou niveaux d’élévation.
4.1. Caractéristiques techniques :
L’escalier en lui-même est composé de différents éléments de structure comme les marches ou
la rampe. Le vocabulaire lié à l’escalier concerne aussi des éléments invisibles qui permettent de
faire des mesures pour bien le concevoir et l’implanter, tels que le giron ou l’échappée. D’autres
composants se situent autour de l’escalier et améliorent son confort et sa sécurité.
On distingue donc les éléments suivants :
- La marche :
C’est une surface plane de l’escalier sur laquelle on pose le pied pour monter ou descendre. On
distingue deux types de marche :
- La marche droite de forme rectangulaire,
- la marche balancée de forme trapézoïdale. Elle permet dans les escaliers balancés, le
changement de direction.
- La contremarche :
C’est la partie verticale située entre deux marches.
- Le nez de marche :
C’est le bord avant de la marche, en saillie par rapport à la contremarche inférieure.
21
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

- Le giron :
C’est la largeur ou la profondeur d’une marche d’escalier ; les dimensions du giron peuvent être
diminuées ou augmentées dans les angles d’un escalier tournant, en fonction du type de
marche. Les girons des marches des escaliers intérieurs varient de 27 à 32 cm.
- La trémie :
C’est l’ouverture ménagée dans un plancher permettant le passage d’escalier
- L’échappée :
C’est la hauteur libre de passage mesurée à l’aplomb des marches. On distingue deux types
d’échappée :
- La hauteur mesurée entre deux volées de marches superposées, cette distance est
habituellement égale à une hauteur sous plafond, soit approximativement 2,50m.
- La hauteur minimum de passage mesurée entre la marche et le bord de la trémie de
l’escalier. Cette distance ne doit pas, en principe, être inférieure à 1,90 m.
- Le pallier : (déjà défini en 1.1.4.2.)
- La volée :
C’est l’ensemble des marches d’un escalier, compris entre deux paliers consécutifs. L’escalier
peut comporter plusieurs volées séparées par un palier de repos.
- L’échiffre ou mur d’échiffre :
Il désigne le mur sur lequel prennent appui les marches d’un escalier.
- La dénivelée.
C’est la hauteur totale franchie par un escalier. Dans le cas d’un escalier intérieur, elle est égale
à la hauteur libre sous plafond augmentée de l’épaisseur du plancher d’arrivée. La dénivelée est
aussi appelée hauteur à monter ou hauteur d’escalier.
- Le reculement :
C’est la longueur de l’escalier projetée au sol. Le reculement définit l’encombrement de
l’escalier.
- L’emmarchement :
C’est la largeur utile de l’escalier, mesurée entre murs et entre limons.
- La hauteur de marche :
C’est la distance verticale qui sépare le dessus d’une marche du dessus de la marche suivante.
Les hauteurs des marches des escaliers intérieurs varient de 17 à 20 cm.
- La balustrade ou garde-corps :
C’est une barrière de sécurité qui longe l’escalier et/ou le palier.
- Le poteau :
C’est le premier élément de la balustrade, posé sur le sol avant le départ d’escalier.

22
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

- La main courante :
C’est une barre fixée au mur qui permet de prendre appui en montant ou descendant l’escalier.
Elle peut aussi être posée sur une rampe d’escalier, du côté opposé au mur.

Figure II-3 : Différents éléments d’un escalier

23
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

4.1.1. Escalier de l’entre sol :


L’escalier à ce niveau sera composé de deux volées parallèles et d’un palier intermédiaire, il reliera l’E-sol
au RDC, la hauteur d’étage est de : H=3,06 m

Figure II-4 : Escalier à deux volées parallèles et à un palier intermédiaire

La formule de Blondel permet de déterminer la hauteur de la marche comme suit :


59𝑐𝑚 ≤ 𝑔 + 2ℎ ≤ 66𝑐𝑚 15,5𝑐𝑚 ≤ ℎ ≤ 19𝑐𝑚
Pour : h=17cm et g=28cm
𝐻 306
On aura : 𝑁𝑐 = = = 18
ℎ 17

On a donc 18 contre marches entre chaque étage soit 9 contre marches entre chaque palier.
Le nombre de marches étant égal au nombre de contre marches moins un, on a :
𝑁𝑚 = 9 − 1 = 8 𝑚𝑎𝑟𝑐ℎ𝑒𝑠 , soit 16 marches entre chaque étage.
4.1.1.1. Inclinaison de la paillasse :
ℎ 17
𝑇𝑔𝛼 = 𝑔 = 30 = 0,57 𝛼 = 29,7°

1,53
Longueur de la paillasse est de : 𝐿𝑣 = sin 𝛼 = 2,95 𝑚

24
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

4.1.1.2. Epaisseur de la paillasse :


L’épaisseur de l’escalier est comprise entre :
𝐿 𝐿
≤ 𝑒𝑝 ≤
30 20
9,83 ≤ 𝑒𝑝 ≤ 14,75

On prend : 𝑒𝑝 = 15 𝑐𝑚

Ce calcul est valable pour l’ensemble des étages à l’exception du rez-de-chaussée qui présente
une hauteur supérieure à celle des autres étages (H=3,4m au lieu de 3,06m).
4.1.2. Escalier du Rez-de-chaussée :
L’escalier à ce niveau sera composé de Trois volées parallèles et de deux paliers intermédiaires ;
il reliera le RDC au Premier étage.

Figure II-5 : Escalier à trois volées et à deux paliers intermédiaires

La formule de Blondel permet de calculer la hauteur « h » de la marche comme suit :


59𝑐𝑚 ≤ 𝑔 + 2ℎ ≤ 66𝑐𝑚 15,5𝑐𝑚 ≤ ℎ ≤ 19𝑐𝑚
Pour : h=17cm et g=30cm
𝐻 340
On a : 𝑁𝑐 = = = 20
ℎ 17

On obtient donc :
- 20 contre marches entre chaque étage d’où 8 contre marches entre chaque palier et 3
contre marches entre les paliers intermédiaires, d’où :

25
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

- Le nombre de marches entre le RDC et le palier de repos étant égal au nombre de contre
marches moins un on a : 𝑁𝑚 = 8 − 1 = 7 𝑚𝑎𝑟𝑐ℎ𝑒𝑠. Comme nous avons par ailleurs,
le nombre de marches entre deux paliers de repos = 2, ceci nous donne un nombre de
marches entre chaque étage de : (2 × 7) + 2 = 16.
4.1.2.1. Inclinaison de la paillasse :
ℎ 17
𝑇𝑔𝛼 = 𝑔 = 30 = 0,57 𝛼 = 29,54°

- La longueur de la paillasse entre le palier du RDC et le palier intermédiaire est de :


136
𝐿𝑝 = = 2,76 𝑚
sin 𝛼
- La longueur de la paillasse entre les paliers intermédiaires est de :
34
𝐿𝑝 = sin 𝛼 = 0,7 𝑚

4.1.2.2 Epaisseur de la paillasse :


L’épaisseur de l’escalier est comprise entre :
𝐿 𝐿
≤ 𝑒𝑝 ≤
30 20
9,2 ≤ 𝑒𝑝 ≤ 13,8

On prend : 𝑒𝑝 = 15 𝑐𝑚

26
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

5. Pré dimensionnement des éléments porteurs :


5.1. Pré dimensionnement des poutres
Les poutres sont des éléments en béton armé de section (bxh) qui assurent la transmission des
charges et surcharges des planchers aux éléments verticaux (Poteaux, voiles…).
Le prédimensionnement se fait selon le BAEL 91 et les vérifications selon le RPA99/2003
𝐿 𝐿
≤ℎ ≤
15 10
Les dimensions des poutres doivent respecter l’article 7.5.1 du RPA 99 à savoir :
 𝑏 ≥ 20 𝑐𝑚
 ℎ ≥ 30 𝑐𝑚

 ≤ 4.0
𝑏
 𝑏𝑚𝑎𝑥 = 1,5 ℎ + 𝑏1
Sachant que :

 L= longueur de la travée de la poutre.


 h : hauteur de la section.
 b : base de la poutre (0,3h ≤ b ≤ 0,8h)
Dimensions à respecter pour les poutres
Pour les différentes longueurs de travée nous avons les valeurs de h et de b comme suit :
3.90 3.90
𝐿1 = 3,90 m → ≤ ℎ1 ≤  0,26 ≤ ℎ1 ≤ 0,39
15 10
3.85 3.85
𝐿2 = 3,85 m → ≤ ℎ2 ≤  0,256 ≤ ℎ2 ≤ 0,385 on prend : h = 35 cm
15 10
3.80 3.80
𝐿3 = 3,80 m → 15
≤ ℎ3 ≤ 10
 0,253 ≤ ℎ3 ≤ 0,38
3.90 3.90
𝐿4 = 3,60 m → ≤ ℎ1 ≤  0,24 ≤ ℎ4 ≤ 0,36
15 10

D’où : 0,3×35 ≤ b ≤ 0,8×35 10.5 ≤ 𝑏 ≤28


pour une plus grande sécurité, on prend b = 30 cm
ℎ 35
= = 1,16 < 4 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑉é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒𝑠 𝑝𝑟𝑖𝑛𝑐𝑖𝑝𝑎𝑙𝑒𝑠
{ 𝑏 30
ℎ 35
= = 1,16 < 4 𝐶𝑜𝑛𝑑𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑉é𝑟𝑖𝑓𝑖é𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒𝑠 𝑠𝑒𝑐𝑜𝑛𝑑𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠
𝑏 30
On opte pour des poutres de section (30 x 35) cm²

27
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

6. Prédimensionnement des poteaux :


Le calcul de la section du béton se fera au flambement sous l’action de la compression centrée.
Les règles du CBA93 préconisent de prendre la section réduite (en enlevant une bande de
largeur de 2cm sur toute la périphérie de la section droite) afin de tenir compte de la
ségrégation du béton.
6.1. Principe :
Le calcul de la section du béton sera fait en compression simple, qui sera basé uniquement sur
la descente des charges.
6.2. Etapes de calcul :
- On considère le poteau le plus sollicité.
- On calcule la surface reprise par le poteau.
- On détermine les charges et les surcharges qui reviennent au poteau.
- On mènera le calcul à l’ELU (BAEL91) et la vérification d’après le RPA99/2003
D’après l’article B.8.4.1 du CBA93 : l’effort normal Ultime Nu agissant sur un poteau doit être au
plus égal à la valeur suivante :
𝐵 ×𝑓
𝑟 𝑐28 𝐴×𝑓𝑒
𝑁𝑢 ≤ 𝛼 × ( 0,9×𝛾 )+( )……. (6)
𝑏 𝛾𝑠

Avec :

 𝛾𝑏 : Coefficient de sécurité du béton tel que :


𝛾𝑏 = 1,5 𝑒𝑛 𝑠𝑖𝑡𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢𝑟𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑜𝑢 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑖𝑡𝑜𝑖𝑟𝑒.
{
𝛾𝑏 = 1,15 𝑒𝑛 𝑠𝑖𝑡𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑎𝑐𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡𝑒𝑙𝑙𝑒.
 𝛾𝑠 : Coefficient de sécurité de l’acier tel que :
𝛾𝑠 = 1,15 𝑒𝑛 𝑠𝑖𝑡𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢𝑟𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑜𝑢 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑖𝑡𝑜𝑖𝑟𝑒.
{
𝛾𝑠 = 1 𝑒𝑛 𝑠𝑖𝑡𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑎𝑐𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡𝑒𝑙𝑙𝑒.
 𝑁𝑢 = 1,35 G + 1,5 Q
G : poids propre des éléments qui sollicitent le poteau considéré.
Q : surcharge d’exploitation qui sollicite le poteau

 α : Coefficient de réduction destiné à tenir compte à la fois des efforts du second ordre
et de l’excentricité additionnelle.

28
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

0,85
𝛼= 𝑝𝑜𝑢𝑟 ∶ 𝜆 < 50
𝜆 2
(1 + 0,2 ( ) )
35
50 2
{𝛼 = 0,6 × ( ) 𝑝𝑜𝑢𝑟 ∶ 50 ≤ 𝜆 ≤ 70
𝜆
 λ : Elancement du poteau considéré
 B : aire totale de la section du poteau
 𝐴𝑠 : Section d’acier minimale.
 𝑓𝑐28 : contrainte de compression du béton à 28 jours ( 𝑓𝑐28 = 30 𝑀𝑝𝑎 )
 𝑓𝑒 : contrainte limite élastique des aciers (𝑓𝑒 = 400𝑀𝑝𝑎)
 𝐵𝑟 : la section réduite d’un poteau obtenue en déduisant de la section réelle 1 cm
d’épaisseur sur toute sa périphérie tel que :
 Poteaux rectangulaires 𝐵𝑟 = (𝑎 − 0,02) × (𝑏 − 0,02) m²
Du BAEL 91 on aura la valeur de 𝐵𝑟 :

𝐾 × 𝛽 × 𝑁𝑢
𝐵𝑟 ≥
𝜃 × 𝑓𝑏𝑢 0,85 × 𝑓𝑒𝑑
0,9 + 100
Tel que :

 K = 1,10 si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours.


 K = 1,20 et 𝑓𝑐28 est remplacer par 𝑓𝑡𝑗 si plus de la majeure partie des charges est
appliquée avent 28 jours.
 K = 1 pour les autres cas.
0,85𝑓 0,85×30
𝑓𝑏𝑢 = 𝜃×𝛾𝑐28 = 1×1,5 = 17 𝑀𝑝𝑎
 { 𝑓𝑒
𝑏
400
𝑓𝑒𝑑 = 𝛾 = 1,15 = 348 𝑀𝑝𝑎
𝑠
 𝑓𝑐28 : résistance à la compression du béton 𝑓𝑐28 = 30 Mpa
 𝑓𝑒 : limite d’élasticité de l’acier utilisé 𝑓𝑒 = 400 Mpa
 𝛾𝑏 = 1,5
 𝛾𝑠 = 1,15
 θ : est en fonction de la durée T d’application des combinaisons d’action :
o θ = 1 si T > 24h
o θ = 0,9 si 1ℎ ≤ 𝑇 ≤ 24ℎ
o θ = 0,85 si T < 1h

29
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

On aura donc :

1 × 1,2 × 𝑁𝑢 × 10−3
𝐵𝑟 ≥ × 104 = 0,55 𝑁𝑢 (𝑐𝑚2 )
1 × 17 0,85 × 348
0,9 + 100

6.3. Calcul des surfaces revenant au poteau le plus sollicité :


Dans notre cas le poteau central est le plus sollicité ; il a une surface offerte de :
S = 3,425 × 3,05 = 10,45 m²
6.4. Calcul des charges et surcharges revenant au poteau :
6.4.1. Niveau terrasse
Plancher : 𝑁𝑔 = 𝑆 × 𝐺 = 10,31 × 5,38 = 55,47 𝐾𝑁

Poutre Transversal : 𝑁𝑔 = 𝜌𝐵𝐴 × 𝑏 × ℎ × 𝐿𝑝𝑡 = 25 × 0,3 × 0,35 × 3,675 = 9,65 𝐾𝑁

Poutre longitudinale : 𝑁𝑔 = 𝜌𝐵𝐴 × 𝑏 × ℎ × 𝐿𝑝𝑙 = 25 × 0,3 × 0,35 × 3,4 = 8,81 𝐾𝑁

 𝑁𝑔𝑡𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 = (55,47 + 9,65 + 8,81) × 10% = 81,32 𝐾𝑁 (Majoration de 10% car poteau
voisin de rive)
6.4.2. Etage courant (8éme)
Plancher : 𝑁𝑔 = 𝑆 × 𝐺 = 10,31 × 5,38 = 55,47 𝐾𝑁

Poteau : 𝑁𝑔 = 𝜌𝐵𝐴 × 𝑏 × ℎ × ℎ𝑒 = 25 × 0,35 × 0,35 × 3,06 = 9,37 𝐾𝑁

Poutre Transversal : 𝑁𝑔 = 𝜌𝐵𝐴 × 𝑏 × ℎ × 𝐿𝑝𝑡 = 25 × 0,3 × 0,35 × 3,675 = 9,65 𝐾𝑁

Poutre longitudinale : 𝑁𝑔 = 𝜌𝐵𝐴 × 𝑏 × ℎ × 𝐿𝑝𝑙 = 25 × 0,3 × 0,35 × 3,4 = 8,81 𝐾𝑁

 𝑁𝑔7é𝑚𝑒 = (55,47 + 9,65 + 8,81 + 9,37) × 10% = 91,63 𝐾𝑁

Surcharge : 𝑁𝑞1 = 𝑄 × 𝑆 = 1,5 × 10,31 = 15,465 𝐾𝑁

 𝑁𝑢7é𝑚𝑒 = 1,35 × (𝑁𝑔𝑡𝑒𝑟𝑎𝑠𝑠𝑒 + 𝑁𝑔7é𝑚𝑒 ) + 1,5(𝑁𝑞1 + 𝑁𝑞2) = 1,35 × (81,32 + 91,63) +


1,5 × (15,465) = 256,68 𝐾𝑁
 𝐵𝑟 ≥ 0,55 × 252,99 = 139,14 𝑐𝑚²
252,99×10−2
Donc : 𝑏 ≥ + 0,02 = 7,7 cm
0,35−0,02

30
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

Les résultats complets sont indiqués dans le tableau suivant :

G G G G Nu
Etage Nq Nu Br AxB
Plancher Poteau Poutre Total cumulé
Etage8 55,47 0 18,46 81,323 0 109,79 109,79 60,38 35x35
Etage7 55,47 9,37 18,46 91,63 15,465 146,90 256,69 141,18 35x35
Etage6 55,47 9,37 18,46 91,63 15,465 146,90 403,59 221,97 35x35
Etage5 55,47 9,37 18,46 91,63 15,465 146,90 550,48 302,77 35x35
Etage4 55,47 9,37 18,46 91,63 15,465 146,90 697,38 383,56 35x35
Etage3 55,47 9,37 18,46 91,63 15,465 146,90 844,28 464,35 35x35
Etage2 55,47 9,37 18,46 91,63 15,465 146,90 991,18 545,15 35x35
Etage1 55,47 12,24 18,46 94,787 15,465 151,16 1142,34 628,29 40x40
RDC 55,47 13,6 18,46 96,283 15,465 153,18 1295,52 712,53 40x40
E-sol 55,47 12,24 18,46 94,787 15,465 151,16 1446,68 795,67 40x40
Tableau II-7 : Prédimensionnement des poteaux

Remarque :
Pour conférer aux poteaux une meilleure résistance aux sollicitations sismiques, il est
recommandé de donner à ceux d’angles et de rives des sections comparables à celles des
poteaux centraux RPA99 (Art.7.4.1).

6.5. Vérification des exigences de l’article 7.4.1 du RPA99 :


min(𝑏1 ; ℎ1 ) ≥ 25𝑐𝑚
ℎ𝑒
min(𝑏1 ; ℎ1 ) ≥
20
1 𝑏1
≤ ≤4
{ 4 ℎ1
Niveaux (axb) min(𝑏1 ; ℎ1 ) ≥ 25𝑐𝑚 ℎ𝑒 1 𝑏1 𝐂𝐨𝐧𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬
min(𝑏1 ; ℎ1 ) ≥ ≤ ≤4
20 4 ℎ1
Niveau E-sol->1 (35x35) min(35; 35) ≥ 25𝑐𝑚 min(35; 35) ≥ 17 1 Vérifiée
≤1≤4
4
Niveau 2 -> 8 (40x40) min(40; 40) ≥ 25𝑐𝑚 min(40; 40) ≥ 17 1 Vérifiée
≤1≤4
4
Tableau II-8 : Vérification du Rpa99v2003

31
Chapitre II Pré dimensionnement des éléments structuraux

7. Prédimensionnement des voiles :


Les voiles servent d’une part à contreventer le bâtiment en reprenant les charges horizontales
(séisme, vents…) et d’autre part à reprendre les efforts verticaux qu’ils transmettent à la
fondation.
D’après le RPA99/V2003 (Art 7.7.1) « Les éléments satisfaisants la condition (L ≥ 4e) sont
considérés comme des voiles, contrairement aux éléments linéaires ».
Où : “L“ et “e“ sont respectivement la portée et l’épaisseur du voile.
D’après le RPA 99 (Art 7.7.1) « l’épaisseur minimale est égale à 15 cm », de plus l’épaisseur doit
être déterminée en fonction de la hauteur libre d’étage ℎ𝑒 et des conditions de rigidité aux
extrémités comme indique la figure ci-après :

Figure II-6 : Représentation de l’épaisseur minimal des voiles


Donc : 𝑒 ≥ max(15 𝑐𝑚 ; 22𝑒 )
310
𝑒 ≥ max(15 𝑐𝑚 ; 22
= 14,09)  𝑒 = 20 𝑐𝑚

32