Vous êtes sur la page 1sur 230

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique


Université colonel El Hadj Lakhder
Batna
Faculté des sciences
Département des sciences de la terre et de l’univers
Mémoire en vue de l’obtention du diplôme de Magister en
Aménagement du territoire.
Option : Dynamique des milieux physiques et risques naturels.

Analyse des contraintes physiques et potentialité


d’aménagement dans la vallée d’Oued Abdi
Approche systémique

Présenté par :

BAALA FATIMA

Membres du jury :

Titre Nom et prénom Grade Université


d’origine
présidente Dridi Hadda Professeur Univ .Batna
Examinateur Hadjab Makhloufi Maitre de conférences Univ- M’sila
Examinateur Gettouche Med Said Professeur USTHB
Examinateur Yahiaoui Abdelouaheb Maitre de conference Univ .Batna
Rapporteur Kalla Mahdi Professeur Univ .Batna

Année universitaire 2011/2012


Remerciement
Je remercie le bon Dieu qui m’a donné la patience et la force pour
atteindre mes buts.

Je tiens à présenter mes humbles et sincères remerciements, ainsi


que ma profonde gratitude à mon promoteur, le professeur kalla
Mahdi, Le directeur du Laboratoire de recherche « Risques Naturels
et Aménagement du Territoire » LRNAT pour tous ses conseils
judicieux et son soutien tout au long de la préparation de ce travail,
ainsi que pour sa patience et son aide précieux.

Je tiens à exprimer ma gratitude à Mme Dridi Hadda pour ses


conseils judicieux et fructueux.

Je souhaite également remercier Monsieur Yahiaoui Abdelouahab


d'avoir accepté de juger mon travail.

Mes sincères remerciements a mon mari Yahyaoui Habibi qui a été


toujours à mes cotés, ainsi pour ses conseils et ses explications très
précieuses.

Il est également de mon devoir de remercier ma reconnaissance aux


cadres de la circonscription des forets de commune Thniet El Abed.

Enfin je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidé pour achever ce
travail.

Baala Fatima
Dédicace
Je dédie ce modeste travail :

A mes très chers parents.

Mon très cher mari

À mes chers frères

Mes chères sœurs.

À toute ma grande famille Baala et Habibi

A tous mes amis et à tous ceux qui sont proches et chères.

A tous mes enseignants.

Baala Fatima
TABLE DES MATIERES

Introduction générale

Partie 01 : Description de la zone d’étude


Chapitre 1 : description physique

1. Situation de la zone d’étude 6


2. Les caractéristiques topographiques 9
3. La géologie 13
4. La pédologie 21
5. Hydrogéologie et morphologie 24
6. Les caractéristiques du couvert végétal 25
Conclusion 26
Chapitre 2 : les paramètres morphométriques
1. Les paramètres géométriques 28
1.1. Surface du Bassin 28
1.2. La Morphologie / Forme 28
1.3. La topographie / Relief 28
1.3.1. La courbe hypsométrique 28
1.3.2. Le rectangle équivalent 30
1.3.3. Les altitudes caractéristiques 31
1.3.4. Les indice de pente 32
2. Caractéristiques du réseau hydrographique 33
2.1. Topologie des cours d’eau 33
2.2. Longueur et pente 34
2.3. Degré de développement du réseau hydrographique 35
Conclusion 38
Chapitre 3 : l’étude hydroclimatique
1. les précipitations 40
2. La température 52
3. le vent 55
4. Le Gelées 55
5. La neige 56
6. Synthèse climatique 57
7. Analyse statistique des données pluviométriques 73
8. Les débits maximums 77
9. L’hydrogramme des crues 79
Conclusion 83
Chapitre 4 : les caractéristiques socio-économiques
1. Situation administrative 85
2. Organisation administrative 85
3. Population 87
4. Les caractéristiques économiques 90
5. L’évacuation des eaux usées (Assainissement) 94
6. Tourisme 95
Conclusion 96
Partie 02 : analyse des contraintes physiques par approche systémique
Chapitre 1 : télédétection et cartographie de l’occupation du sol
1. Méthodologie d’approche 99
2. Les différentes phases d’analyse d’image LANSAT 103
2.1. Composition colorée 103
2.2. Correction géométrique 105
2.3. Classification de la composition colorée 105
2.4. Choix des zones d’entraînement 107
2.5. Missions d’échantillonnages et réalité de terrain 107
2.6. Application de l’algorithme de maximum de vraisemblance 109
Chapitre 2 : analyse des contraintes physiques du BV
1. La morphologie du bassin versant de l'Oued Abdi 121
2. Contraintes de lithologie 143
3. La contrainte climat 149
Conclusion 157
Partie 03 : modélisation des capacités du milieu à l’aide d’un Sig pour un aménagement intégré de
la vallée
Chapitre 1 : analyse multicritère et cartographie de synthèse
1. Méthodologie 160
2. Pondération des données 163
3. Réalisation de la carte des contraintes physiques 170
Conclusion 173
Chapitre 2 : formes d’adaptation et proposition d’aménagement
1. Forme d’adaptation des hommes dans une zone à forte contrainte 175
2. Propositions d’aménagement 182
Conclusion générale
Bibliographie
Les annexes
Introduction générale
L’homme est aujourd’hui confronté à des problèmes globaux liés à
l’anthropisation rapide des milieux naturels. Ainsi, les constructions, les
aménagements multiples, l’exploitation des sols ou encore le contrôle des eaux
courantes, modifient fortement l’environnement naturel qui devient alors siège de
déséquilibres profonds. Fortement investis, ces espaces, où se conjuguent des aléas
naturels forts et des enjeux considérables, deviennent des territoires à risques. Les
gestionnaires se retrouvent alors confrontés au dilemme de l’aménagement des
espaces à fortes contraintes, où la coexistence de contraintes de nature radicalement
différentes est source de risques aggravés.

Le bassin versant de l’Oued Abdi, situé sur le versant méridional du massif


des Aurès, Constitue une zone de montagne caractérisée un relief accentué, un climat
semi –aride et un couvert végétal dégradé. L’ensemble de ses aspects associés à
l’occupation des sols présentent clairement la réalité d’une vulnérabilité confirmée.

Nul doute que le choix porté sur l’aménagement intégré et durable des zones
montagneuses dans les Aurès et particulièrement la vallée d’Oued Abdi, objet de
l’étude en question, n’est pas fortuit.

L’analyse de ses contraintes en particulier et leurs complexités imposent


aujourd'hui l'utilisation de méthodes et de moyens performants pour la gestion de
l'information géographique. C'est dans cette optique que s'intègre notre travail de
recherche qui a pour objectif principal, de développer une méthode basée sur
l’intégration des images satellitaires et de données cartographiques dans un système
d’information géographique (SIG) pour l’identification et la cartographie des zones
à fortes contraintes physiques. Ce SIG permettra la spatialisation numérique des
contraintes dans le bassin versant de l’Oued Abdi, nécessaire à une planification
territoriale, de la manière la plus optimisée possible.

Problématique :

La vallée d’Oued Abdi comme toutes les vallées de montagnes font l’objet
d’une organisation de l’espace intimement liée aux contraintes du milieu, un milieu
dont les géo systèmes et l’écosystème sont d’une fragilité extrême.
A ce titre tout aménagement ou action de développement doit se faire sur la
base d’une connaissance précise des mécanismes régissant la dynamique du milieu.

Quels sont les espaces à fortes contraintes et comment envisager ou réaliser une
combinaison entre eux ? Quelles solutions adopter pour concilier ces contraintes
antagonistes et limiter l’émergence de la fragilité du système ?

Objectif :

L’objectif de notre étude est de caractériser cet espace par une approche
systémique permettant une discrétisation organisée en unités systémique, aussi fine
que possible pouvant se traduire par des valeurs numériques que fournissent les
facteurs ou les paramètres de la vulnérabilité.

La finalité est une modélisation des capacités du milieu à l’aide d’un SIG
adéquat.

De cette analyse découleront des propositions d’aménagement répondant aux


aptitudes du milieu.

Plan de travail :

Afin de pouvoir aborder l’ensemble des aspects relatifs à ce thème la démarche


adoptée pour mener à bien cette étude est la suivante :

 La première partie présente la zone d’étude à travers ses composantes


notamment l’étude du milieu physique et les différentes caractéristiques tels
que la topographie, la géologie et la lithologie et identifier les caractéristiques
morpho métriques et hydrographiques, les conditions climatiques, et la réalité
socio économie du bassin versant.
 La seconde partie, en se basant sur le diagnostic effectué, identifie et analysé
les contraintes et les potentialités de l’espace étudié plus particulièrement les
contraintes physique par approche systémique dégageant les paramètres de la
vulnérabilité.
 La troisième partie c’est une modélisation des capacités du milieu à l’aide
d’un SIG pour un aménagement intégré de la vallée d’Oued Abdi.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
Ce chapitre est consacré à l’étude des caractéristiques géographique du bassin versant,
à savoir les aspects topographique, géologique, morphologique et végétal.

Pour la géologie, nous nous sommes basés sur les travaux de Laffitte 1939, pour
décrire la structure et les différentes formations litho-stratigraphiques.

1. Situation de la zone d’étude :

1.1. Situation géographique :

Le Bassin versant de l’Oued Abdi est situé dans le piedmont Sud des Aurès ; il fait
partie du grand bassin hydrographique de Chott Melrhir ; il est limité au Nord par le
Bassin versant des hauts plateaux constantinois ; à l’Est par le Bassin versant de
l’Oued El Abiod ; à l’Ouest par le Bassin versant de l’Oued Al Hai.

Le Bassin est cadré par les coordonnées géographiques suivant :

Latitude : 34° 92’39’’ et 35° 35’81’’ Nord.

Longitude : 5° 74’80’’ et 6° 38’38’’ Est.


Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi

Carte N° : 01 localisation géographique de la zone d’étude


Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi

Carte N° 02 : Localisation et situation du Bassin versant d’Oued Abdi


Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
2. Les caractéristiques topographiques :
2.1. Les reliefs :
2.1.1. Les montagnes :

La morphologie de surface de la vallée d’Oued Abdi est caractérisée par des terrains
accidentés qui sont limité par :

 Au Nord : Dj El Mahmel avec 2321 m d’altitude.


 A l’Est Dj El Azreg à 1937 m d’altitude.
 A l’Ouest en trouve Dj Bousse avec 1789 m.

2.1.2. Les piedmonts :

S’installant entre les plaines et les montagnes, ce sont des surfaces d’accumulation à
pente douce et régulière.

2.1.3. Les plaines :

Le Bassin est caractérisé par une forme allongée, du Nord Est vers le Sud Ouest, c’est
une plaine de montagne qui est entourée à l’Ouest par Dj. Kromet el Dib de 1000 m
d’altitude et à l’Est par le Dj. El Azreg à 1937 m.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi

Carte N° : 03
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi

La carte hypsométrique présente les déférentes altitudes dans le bassin qui varient
entre 200 m au sud et 2300 m au Nord.

2.2. Les pentes :


La pente est l’inclinaison d’une surface exprimée en degrés ou en pourcentage par
apport au plan de l’horizon. Parmi les classifications des pentes qui existent, nous
avons retenu celle de la FAO destinée à la cartographie des états érosifs des sols.

D’après les cartes topographiques à l’échelle 1/50 000 et logiciel Map Info 8.0 et a
l’aide de module Vertical Mapper 2.6 nous avons réalisé la carte de pente de notre
zone.

Il apparait donc que l’espace se décline selon les classes et les valeurs :

La classe 0-3 % : occupe une superficie de 55.25 Km2 soit 7.99 % du bassin versant.

La classe 3-12,5 % : caractérise la zone des piedmonts avec une superficie de 229.65
Km2 de la surface totale avec un pourcentage de 33.23 %.

La classe 12.5-25 % : elle occupe une superficie très importante de 273.6 Km2 de la
surface totale du bassin versant avec un pourcentage de 39.59 %.

La classe plus de 25 % : elle occupe une superficie de 132.5 Km2 de la surface totale
du bassin versant avec un pourcentage de 19.17 %.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi

Carte N° : 04
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
3. La géologie :

L’étude des faciès géologiques du bassin versant est sur la recherche de R. Laffitte
en 1939 ainsi que l’étude hydrogéologique de la vallée d’Oued Abdi réalisée par
SONATRACH en 1999.

3.1. Stratigraphie :

3.1.1. TRIAS

A Menaa

A la sortie de Menaa sur la route menant vers Nouader, s’observent des argiles
violacées et rouges, ainsi que de fines passées centimétriques de gypse souvent
fibreux ; l’ensemble parfois associé à des barres décimétriques de calcaires
dolomitique que l’on retrouve vers le sommet de la série et qui pourraient être
rattachées au crétacé.

A Nara

Aux environs de Nara, s’observent des gypse et marnes bariolées analogues à ceux de
Menaa. On observe également au Nord du chef lieu de Nara, la présence de marne
jaune-verdâtre avec des niveaux de calcaire (qu’on rattache au Cénomanien basal) au
sein desquels, le Trias vient intruder ces formations.

Aux piedmont du flanc Nord de l’anticlinal du Djebel Azreg qui vient surplomber
Nara, il est important de signaler la présence de ce même Trias tel que décrit
précédemment, sauf qu’ici, sa disposition vis-à-vis des formations lithologiques sur
lesquelles il vient en intrusion, livre une optique de sa cinématique de mise en place ,
dans la mesure où il est carrément en contact direct avec des formations du Crétacé
inférieur ( probablement le Barrémo-Aptien, dont la succession est la suivante : bancs
de calcaire et calcaire gréseux d’une épaisseur à métrique avec des joints marneux
verdâtre ) très plissées.

3.1.2. CRETACE

Nous axons l’essentiel de la description, aux formations traversées de puis le


Valanginien jusqu’au Maestrichtien. Les limites ou zones de passage d’une série à une
autre, restent relatives, du fait de la similitude des faciès de certaines séries et de la
difficulté d’identifier leurs fossiles caractéristiques ; sauf quand il y a une nette
opposition entre séries successives, l’une où les grés dominent montant jusque dans
l’Albien, l’autre, en est dépourvue débutant avec le Cénomanien.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
a. VALANGINIEN

La succession qu’on a pu observer au Nord Ouest du village Oughanime, se résume à


des marnes jaune –verdâtre d’une centaine de mètre d’épaisseur, des grés calcaireux
d’échelle métrique ainsi que des calcaires pisolithiques massifs d’une vingtaine de
mètre d’épaisseur.

Vers le sommet de la série, on peut distinguer les calcaires gréseux avec des niveaux
marneux.

b. HAUTIRIVIEN

Toujours dans la même localité à Oughanime, ce qu’on a pu considérer comme étant


la base de l’Hautérivien, débute par un enrichissement en bancs de calcaires gréseux
d’échelle métrique et qui s’échelonne sur une dizaine de mètre d’épaisseur, puis la
tendance gréseuse commence à devenir importante.

c. BARREMIEN

On a pu observer la succession suivante au niveau de la crête du village de Braied : la


base est caractérisé par la disparition de la tendance calcairo-gréseuse du toit de
l’’hautérivien et l’apparition de banc de grés d’échelle métrique avec des
intercalations de marne et / ou argile.

d. APTIEN

Au niveau de l’axe Oughanime – Ouarka, la limite inférieur de l’Aptien est difficile à


préciser, car sa base est gréseuse jusqu’au à un niveau où l’on commence à avoir des
bancs de calcaire d’échelle décimétrique à métrique, dans lesquels, alternant des bancs
centimétriques de calcaire avec des passées marneuses vertes.

Vers le sommet de la série, des bancs de grés réapparaissent avec une échelle
métrique et des joints argileux décimétriques, marquant probablement le passage vers
l’Albien basal. La série peut être estimée à une quarantaine de mètre d’épaisseur.

e. ALBIEN

Aux environs d’Amentane ; la base de l’Albien, débute par une alternance de grés et
de marnes, mais également des alternances de marnes bigarrées et de grés rouge. La
limite supérieure de l’étage est généralement plus visible de loin, car dans le flanc
Nord-Ouest de l’anticlinal de l’Azreg, que ce soit à Oughanime- Ouarka, au Sud
Ouest de Menaa ou à Chir, elle correspond à une rupture de pente du relief due à ce
que les marnes cénomaniennes ont été facilement déblayées par l’érosion, tendis que
les assises gréseuses du Crétacé inférieur, donnant des reliefs assez accentués.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
f. CENOMANIEN

Le Cénomanien est très développé tout autour du Crétacé inférieur le long de


l’affleurement de l’Oued Abdi en amont de Béni Souik (vers Amentane ) la série
Cénomanien présente la succession suivante en remontant la série stratigraphique :
Calcaires et marnes d’environ 100m d’épaisseur, alternances de calcaires et marnes,
de calcaires marneux indurés présentant des plaquage d’huîtres. L’épaisseur est
estimée à environ 200 mètres pour toute la série stratigraphique.

Il est important de noter qu’entre Ouarka et Menaa, il n’y a seulement que la partie
inferieur de l’étage qui est visible, sous forme d’alternance de marnes et de calcaires.
Plus loin, il n’existe plus à ce niveau que des marnes verdâtres.

Au niveau de Chir et tout au long de la vallée de Oued Abdi, le Cénomanien a une


composition très uniforme, avec à la base des marnes peu fossilifères à de empreintes
de Céphalopodes, puis vers le sommet on a des marnes et des calcaires.

g. TURONIEN

Le Turonien, forme une auréole régulière à la périphérie de l’anticlinal Azreg,


interrompue seulement vers le Sud Ouest par le Trias de Menaa, intrusif, l’Oligocène
et le Miocène, transgressifs, Ceci est bien visible sur la carte établie par R.LAFFITE
(1939).

Au niveau de la vallée D’Oued Abdi, les masses calcaires du Turonien disparaissent


au Nord Est, vers Menaa, sous le Miosène. Lorsque l’étage réapparait, à partir de Chir
et surtout la rive droite de l’Oued Abdi, il est formé de la manière suivante : marne,
calcaire et marne, coiffés au sommet par des bancs de calcaire massif d’environ 05
mètres d’épaisseur.

Le Turonien a une composition homogène, formé de marne à la base, de calcaire


marneux et de calcaire au sommet, formant des corniches calcaires typiques dans le
paysage du domaine Atlasique.

h. SENONIEN (Conaicien, Santonien et le Maestrichien)

Dans la zone étudiée, le Conaicien, Santonien et le Maestrichien , n’ont pu être


identifies avec exactitude, il y a une difficulté dans l’établissement d’une limite
précise entre les étages, provenant du fait que les deux localités types où ils affleurent
très éloignées de part et d’autre des versants de deux bassins différents.

De plus, en sillonnant la région du côté du versant Nord du Djebel Bous, au Sud du


Djebel Mahmel et au Sud Est de Tissidelt, les termes inférieurs des étages sont mal
représentés.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
On n’a pas pu identifier les marnes noires et les marnes crayeuses caractéristiques de
la base de ces étages, telles que décrites dans l’esquisse géologique établie par
R.LAFFITE (1939). Cependant, le Maestrichien est facilement identifiable de part et

d’autre (au Nord et au Sud) du synclinal de Bouzina, où il forme carrément des


masses calcaires sur les crêtes du Djebel Bous et Djebel Mahmel.

3.1.3. TERTIAIRE

Il est représenté dans la zone étudiée par l’Eocène (Landénien et Lutétien),


l’Oligocène et le Miocène indifférencié.

a. LANDENIEN

Le landénien est représenté à Oued Bouzina, par des Barres calcaires d’échelle
métrique avec des intercalations de niveaux argileux ou des marnes de couleur rouge.

b. LUTETIEN

Quant au Lutétien, toujours à Oued Bouzina (au Nord Est de Tissidelt), il débute par
des argiles présentant des passées gypseuses d’échelle centimétrique, puis surmonté
par des barres de calcaire d’échelle décimétrique à métrique puis l’ensemble est
surmonté par une alternance d’argile verte et des bancs gypseux d’échelle métrique et
des bancs de calcaire centimétrique à métrique.

c. OLIGOCENE

L’Oligocène est très bien identifié à Bouzina, notamment à Tissidelt (Sud Est de
Bouzina), où il débute à sa base au niveau d’un affleurement de l’Oued Bouzina, par
des argiles et de marnes d’environ une centaine de mètre d’épaisseur, au sein
desquelles on retrouve des passées latérales gypseuses d’échelle centimétrique.

Au-dessus de ces argiles, viennent se déposer des grés d’épaisseur métrique, des
conglomérats et des poudings très grossiers dont les éléments peuvent atteindre 30 à
50 cm de diamètre.

Vers la moitié sommitale de la série, on notera la présence de conglomérats et des


poudings centimétriques. Le toit de la série est marqué par une dalle de grés
conglomératique d’une trentaine de mètre d’épaisseur, venant coiffer le sommet de
Djebel Tissidelt.

En passant au niveau du village de Tagoust, plus précisément à Ali Ouyaha, où


affleure le Lutétien, une vision de loin se dégage sur le plan de la disposition de
l’assise basale et sommitale de l’Oligocène, qui est marquées conjointement par les
grés conglomératiques qu’on avait décrits précédemment au niveau de Tissidelt.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
En effet, on remarque que la série inférieure de l’oligocène parait concordante avec le
Lutétien dans l’axe des synclinaux, alors que les séries moyenne et supérieure
(presque horizontales) sont discordantes sur les terrains antérieurs.

D’après R.LAFFITE (1939), les marnes et les grés rouges du synclinal de Bouzina,
évoquent la sédimentation dans des bassins fermés, analogue aux Chotts actuels
d’Afrique du Nord, sous un climat subtropical, voisin de celui sous lequel se forment
actuellement les latérites, autres couches continentales rouge ; alors que les poudings
et les conglomérats signalés précédemment dans les séries moyenne et supérieure qui
indiquent une érosion très vive, suppose un relief accentué comme celui qui devait
effectivement exister à cette époque, puisque c’est de cette dernière que datent
probablement les plissement principaux qui relevèrent à la verticale la série crétacée (
notamment au niveau du flanc Nord du Djebel Azreg ), sur laquelle repose le
Miocène, encore horizontal aujourd’hui dans le centre du massif.

d. MIOCENE

Le Miocène est représenté par de nombreux lambeaux conservés dans la vallée de


l’Oued Abdi, et les dépressions du vaste synclinal de Bouzina. A l’Oued de la
commune de Menâa, il présente la succession suivante ; Conglomérats à éléments
empruntés, pour la majeure partie au Trias sous – jacent, des galets, des marnes
verdâtres et à un niveau moindre par un deux bancs de calcaire d’échelle métrique au
sommet de la série.

A Nirdi : en remontant une rive de l’Oued Nirdi vers Ain Zina, on peut signaler un
remplissage de couches rouge, argileuses surtout qui ne peuvent être datées
directement, mais à cause de leur faciès, R.LAFFITE 1939 les rattache au Miocène
continental, dont elles peuvent représenter la base. Ces dernières, peuvent surmontées
par des grés, des sables bruns ou rouges et au sommet par des poudings rouges.

La série inférieure existe dans le synclinal de Bouzina. Ces sédiments, ont dû se


déposer dans les dépressions analogues aux Chotts actuels, comme le prouve la
présence de nombreux bancs de gypse dans les couches argileuses de base. Les
apports devaient être de plus des intenses vers le milieu et à la fin de cette période,
amenant d’abord des sables et graviers, puis des poudings au sommet.

La présence de ces poudings indique une érosion plus active qui est probablement la
conséquence d’une accentuation du relief due aux mouvements épirogéniques qui
affectèrent le massif à ce moment.

3.2. Lithologie :

La lithologie influe sur la morphologie de détail de la zone et surtout la dynamique


érosive ; elle donne, d’autre part, une idée sur la perméabilité des terrains.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
Par ailleurs elle constitue une contrainte majeur a l’aménagement du territoire surtout
dans les terrains constitués par des formations tendre.

Le tableau suivant présente les différentes unités lithologiques de la vallée d’Oued


Abdi à partir de l’étude géologique précédente.

Tableau N° 01 : La lithologie dans le bassin versant du l’Oued Abdi.

Etage Signature Lithologie


Quaternaire q Alluvions ancien et récentes
Pliocène p Poudingues
Pontien sup m3 Sables grossiers, grés sableux bruns
Pontien inf m2 Marnes, grés et sables rouges
Miocène inf marin M1 Marne
Calcaire, grés, mollasses, sable
Oligocène o Marnes rouge, grés, conglomérats
Lutétien el-ll Marnes blanches
Landénien elll Calcaires massifs
Paléocène ev-lv Marnes blanches, calcaires
Maèstrichtien c8-b Calcaires
Companien c8-a Marnes noires, marnes crayeuses
Coniacien et Santonien c7 Marnes et calcaires
Turonien c6 Calcaires et marnes
Cénomanien c5-4 Calcaires, marnes et marno-calcaires
Albien c3-1 Grés et marnes rouges, verts
Marnes, calcaires, grés
Aptien cl-ll Grés et marnes rouge, verts
Calcaires, dolomies, marnes, grés
Barrémien clll Grés, graviers, marnes rouges, verts
Hautérivien clv Calcaires gréseux, grés
Valanginien cv Marnes, calcaires, grés
Portlandien et Berriasien J7 Calcaires et calcaires marneux
Kimeridgien sup J6-b Marnes et calcaires marneux
Trias T Gypses, marnes

Nous pouvons distinguer deux types de faciès, l’un dure représenté par les calcaires et
les poudingues, très localisé dans l’espace ; l’autre tendre matérialisée par les marnes
et les gypses, très répondue.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi

Carte N° : 05
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
3.3. Tectonique :

a. Cassures et fissures :

A Oued Tassrift : on a localisé une branche d’un accident décrochant dextre à


composante chevauchante, de direction Nord Ouest-Sud Est, à regard vers le Nord et
une vergence Sud. En sillonnant Oued Tassrift d’amont en aval, on à pu suivre le
décalage de l’assise basale du Maestrichtien et des séries antérieures (Fig. N°01)

A Chir : une autre cassure, a été également observée à la station de Chir, présentant
un jeu normal, affectant essentiellement les formations Albo-Aptiennes. Elle est de
direction NNW (Fig. N° 02)

SE NW

Fig. N° 01 : Coupe effectuée sur la rive droite d’Oued Tassrift (Menaa)

Présence d’un accident décrochant important de composante inverse (chevauchant), de


regard Nord et vergence vers le Sud. R.LAFFITE 1939

NW
SE

Aptien
Albien

Cénomanien

Oued. Abdi Oligocène

Miocène

Fig. N° 02 : Coupe effectuée à Chir : faille normale décrochant affectant les séries Albo-
Aptiennes.

La succession des séries du SE au NW est la suivante : Aptien, Albien, Cénomanien, le Miocène


discordant R.LAFFITE 1939

Au NW, on a le massif calcaire du Maestrichtien


Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
4. La pédologie :

Les différentes unités de sol sont décrites à partir de la carte du sol de l’Algérie «
feuille Biskra et Tébessa » a échelle 1/500 000 dressé de 1948 à 1954 par M.J-H
Durand.

a) Les sols alluviaux basiques :

Ils se caractérisent par une profondeur important, une charge caillouteuse moyenne
(galets et caillou), une texture équilibré sablo- limono- argileuse. Un pH légèrement
alcalins, même calcaire sans aucun effet sur les cultures.
Ces sols représentent 12.52 km soit 1.81 % de la surface, localisent dans la partie sud
du bassin (Djemourah et Branis).
b) Les sols calcaires humifères :
Ces sols occupent une superficie important de 439.8 km soit 63.64 % de surface totale
du bassin, se situent au niveau des montagnes sous couvert forestier. Ils se distinguent
par une charge caillouteuse élevée (cailloux et pierres) rendant le travail du sol
difficile sous la forêt, ces contraintes sont partiellement composées par la nature de
l’horizon C les racines des arbres se pénètrent facilement.
c) Les sols insaturés humifères :
Ces sols localisent dans la partie Est du Bassin (Dj El Azreg, Nara), présentes une
superficie de 67.40 km soit 9.75 %.
Ils apparaissent au niveau de la zone montagneuse ou le relief est accidenté, ils se
caractérisent par une texture limono- sablo- argileuse. Les carbonates y sont rares.
d) Les sols éoliens d’ablation :
Ils se caractérisent par une faible profondeur, une charge caillouteuse élevée et une
structure moins favorable, compactes et moins aérée se qui les rend asphyxiant.
Ils occupent une faible superficie au Sud du Bassin égale à 4.70 km soit 0.68 % de la
surface totale.
e) La roche mère :
La roche mère apparaitre beaucoup plus dans la partie Sud de la vallée d’Oued Abdi,
il présente 166.6 km soit 24.10 % de surface totale.
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi

Fig N° 03: la répartition des sols dans le bassin versant de


l'Oued Abdi

Les sols alluviaux basiques

Les sols calcaires


humifères
Les sols insaturés
humifères
Les sols éoliens
d’ablation
La roche mère
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi

Carte N° : 06
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
5. Hydrogéologie et morphologie :
Selon L'anonyme (2008) L'hydrogéologie et la morphologie de bassin versant de
l’Oued Abdi sont résumes dans le tableau suivant :
Tableau N° 02 : l'hydrogéologie et la morphologie du Bassin versant de l’Oued Abdi.
Unités Stratigraphie Cadre morpho Litho faciès Caractère
physiques structural Hydrogéologique
Dj. Mahmel Crétacé Succession de Marnes Bassin a noyaux
Oued Taga supérieur synclinaux et argileuses aux peu perméables
Oued Abdi cénomanien, d’anticlinaux. fonds des et des flancs
Oued crétacé moyen bassins de carbonatiques à
Bouzina miocène formation perméabilité très
inférieur. carbonatées des élevée
Continentale flancs
éocène marin
moyen.
Vallée de Oligocène Flancs Nord de Dépôts récents Absence de
l’Oued Abdi continentale l’anticlinal du le long du lit à nappes
miocène Dj. Azreg épaisseur phréatique d’une
inférieur, réduite certaine
crétacé structures importance au
moyen. environnantes dessous du lit
carbonatiques. tandis qu’on peut
supposer une
alimentation à
partir des reliefs
environnants
Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
6. Les caractéristiques du couvert végétal :
La végétation est l’un des facteurs physiques qui a une influence directe sur
l’écoulement pluvial et l’érosion hydrique des sols. En effet plus le couvert végétal est
dense plus la résistance au ruissellement est importante.par ailleurs il constitue une
source permanente pour les activités humaine.

A partir des différentes visites du terrain nous pouvons conclure que :

 Dans les monts de Dj. Azreg où le micro climat est Subhumide on trouve les
forêts de Cèdre et de Pin d’Alep, tandis que les versants de Dj.Mahmel sont
caractérisés par les forêts de Chêne-vert aux abords de la région de Menaa.
 L’intensité du couvert végétal est diminuée du Nord vers le Sud en raison de la
différence d’altitude et l’exposition topographique.
 A l’aval du bassin versant on trouve la végétation steppique présentée par
l’Armoise et le Genévrier de Phénicie.

Photo. N° 01 : Armoise et Genévrier de Phénicie (Chir) Photo. N° 02 : Chène vert (Thniet El Abed)

Photo. N° 03 : palmiers (Djemourah)


Chapitre 01 : description physique du bassin versant de L’Oued Abdi
Conclusion :

La morphologie de surface de la vallée d’Oued Abdi est caractérisée par des terrains
accidentés qui sont limités au Sud Est par les Chaines de montagnes Djebel Azreg et
Tagchrirt et au Nord Ouest par le Djebel Mahmel, et la plus part des terres du bassin
ont une pente forte varie entre 12.5 25 %.

Les variations de faciès sont nombreuses ; à la approche de la vallée d’Oued Abdi et


du Flan Nord Ouest du Djebel Azreg, on observe une invasion de l’ensemble de la
série Crétacé et tertiaire par des grés et les carbonates, ainsi que des éléments
détritiques aux dépend des niveaux argilo-marneux.

La situation géographique de la vallée de l’Oued Abdi dans le massif des Aurès


présente une grande variété des formations végétales distribuées selon les
caractéristiques climatiques du Nord vers le Sud et les caractéristiques topographiques
de cette zone montagneuses.
Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
Ce chapitre est réservé à l’analyse quantitative de la morphologie de notre bassin
versant. Le bassin versant est une unité physique qui possède un fonctionnement
propre et des réponses hydrologiques dictées par les paramètres morphométriques et
leurs interactions.

1. Les paramètres géométriques :


La caractérisation géométrique d’un bassin versant peut être abordée à l’aide de
certain indices caractéristiques, quantitatifs. Ces indices nécessitent d’abord la
connaissance et les mesures de deux paramètres de base indispensable, en
l’occurrence, la surface du bassin versant et son périmètre.

1.1. Surface du Bassin :


La surface du bassin versant est la première et la plus importante des caractéristiques.
La digitalisation des limites du bassin versant sous le logiciel Map Info 8.0 a permis
de définir les caractéristiques géométriques suivantes :

La superficie du bassin versant A = 691 km2


Le périmètre du bassin versant P = 182 km

1.2. La Morphologie / Forme :


1.2.1. L’indice de forme (kc) :
L’indice de compacité de GRAVELUIS résulte de la comparaison du périmètre d’un
bassin à d’un cercle équivalent ayant même surface. Il caractérise la forme du bassin
versant en différenciant les bassins allongés plus ramassées.
D’où:
P: périmètre du basin versant en km. Kc = 0.28
A : surface du bassin versant en km2.
Si le kc = 1 forme ramassée (cercle) ce qui implique un temps de concentration court.
Si le kc > 1.12 forme allongée.

Kc = 0.28 Kc = 1.93

Le bassin versant de L’Oued Abdi à une forme allongée.


1.3. La topographie / Relief :
1.1.1. La courbe hypsométrique :
Le relief est caractérisé par la courbe hypsométrique, il joue un rôle primordial dans la
détermination des agents qui influent sur le bassin.
Pour tracer la courbe on porte sur l’axe des ordonnée les tranche d’altitude et sur
l’abscisse les pourcentages cumulés des surfaces partielles.
Le tableau ci-dessous présente les différentes tranches d’altitude du bassin versant de
l’Oued Abdi :
Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
Tableaux N° 03 : la répartition altimétrique du bassin versant de l’Oued Abdi.

Tranche Surface Surface partielle Surface partielle Surface partielle


d’altitude (m) partielle Si cumulé Si (Km2) Si (%) Si cumulé (%)
(Km2)
2305-2200 1.78 1.78 0.26 0.26
2200-2000 12.85 14.63 1.86 2.11
2000-1800 31.72 46.35 4.59 6.70
1800-1600 75.76 122.11 10.96 17.67
1600-1400 130.34 252.45 18.86 36.53
1400-1200 117.90 370.35 17.06 53.59
1200-1000 105.98 476.33 15.33 68.93
1000-800 85.32 561.65 12.34 81.28
800-600 58.01 619.66 8.39 89.67
600-400 41.84 661.5 6.05 95.73
400-200 29.50 691 4.26 99.99

2400
2200
2000
1800
1600
Altitude en m

1400
1200
1000
800
600
400
200
0
0 H5% 20 40 H50 % 60 80 H95%100

Surface partielle cumulé en %

Fig. N° 04 : courbe hypsométrique du bassin versant du l’Oued Abdi


A partir de cette courbe on détermine :
L’altitude à 95 % de la surface, (H 95 %) = 610 m

L’altitude à 5 % de la surface, (H 5 %) = 2060 m, l’altitude médiane, (H 50 %) = 1440 m


Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
1.3.2. Le rectangle équivalent :
Le rectangle équivalent de M.Roche est définie comme étant le rectangle de longueur
( L ) et de largeur ( l ) qui à la même surface ( S ), même périmètre ( P ), même indice
de compacité (KC ) et même hypsométrie que le bassin versant étudié, les courbes de
niveau sont des droites parallèles aux petits côtés du rectangle et l'exutoire étant
assimilé à l’ un des petits côtés.
On détermine les dimensions du rectangle équivalent par les applications suivantes :

Longueur équivalente (L) :

 2 
L = Kc A 1  1   1.12  
1.12   Kc  
 

L = 82.19 km
Largeur équivalente (l) :

 2 
l = Kc A 1  1   1.12  
1.12   Kc  
 
l = 8.41 km

Avec :

Kc : Indice de compacité

A: Surface du B.V en km2

Fig. N° 05: Rectangle équivalent du bassin versant du l’Oued Abdi


Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
1.3.3. Les altitudes caractéristiques :
1.3.3.1. Les altitudes maximale et minimale :
Elles sont obtenues directement à partir de cartes topographiques. L'altitude maximale
représente le point le plus élevé du bassin tandis que l'altitude minimale considère le
point le plus bas, généralement à l'exutoire.
Ces deux données deviennent surtout importantes lors du développement de certaines
relations faisant intervenir des variables climatologiques telles que la température, la
précipitation et le couvert neigeux. Elles déterminent l'amplitude altimétrique du
bassin versant et interviennent aussi dans le calcul de la pente.

H max = 2305
m
H min = 200 m

1.3.3.2. L’altitude moyenne :


L'altitude moyenne se déduit directement de la courbe hypsométrique ou de la lecture
d'une carte topographique. On peut la définir comme suit :

L’altitude moyenne : H =
 Si  Hi H = 1204 m
A
Où :

Hi : l’altitude moyenne entre deux courbes de niveau (m).

Si : surface partielle entre deux courbes de niveau (Km2).

A: Surface du B.V en km2

1.3.3.3. L’altitude médiane :

L'altitude médiane correspond à l'altitude lue au point d'abscisse 50% de la surface


totale du bassin, sur la courbe hypsométrique.

L’altitude médiane, (H 50 %) = 1440 m

H 50 % = 1440 m
Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
1.3.4. Les indices de pente :
1.3.4.1. L’indice de pente moyenne (Im) :

C’est le rapport entre la dénivelée totale du bassin versant (D) et la longueur du


H
rectangle équivalent (L). Im = H = H max – H min
L

L : la longueur de rectangle équivalent en (km) Im = 2305  200 Im = 25.61 m/km


82.19

1.3.4.2. L’indice de pente de M.ROCHE (IP) :

(IP) est la moyenne de la racine carré des pentes mesurées sur le rectangle
équivalent et pondérées par la surface :
n
1
IP =
L

i 1
aidi

L : longueur du rectangle équivalent en (m).

ai : Les fractions de la superficie ().

di : dénivelé entre deux courbes de niveau en (m).

1 IP = 0.15
IP = (43.14)
82190

1.3.4.3. L’indice de pente global (Ig) :

Sur la courbe hypsométrique on prend les points tels que la surface supérieure ou
inférieure soit égale à 5% de la surface, on aura les altitudes H5 et H95 entre lesquelles
D
s’inscrivent 90% de la surface du bassin, et la dénivelée Ig =
L

D = H5 - H95. L : la longueur de rectangle équivalent en (km)

2060  610 Ig = 17.64 m/km


Ig =
82.19

1.3.4.4. Dénivelée spécifique (Ds) :

La dénivelée spécifique permet de définir les différents types de relief des bassins
versants Ds = Ig A

Ds = 463.70 m
Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
D’où : le bassin versant de l’Oued Abdi présente un relief fort d’après la
classification de l’ORSTOM, 260 < Ds < 500

Tableau N° 04 : La classification de l'ORSTOM

Classe de relief Ds (m) Type de relief


R1 Ds < 10 Très faible
R2 10 < Ds < 25 Faible
R3 30 < Ds < 50 Assez faible
R4 60 < Ds < 100 Modéré
R5 110 < Ds < 250 Assez fort
R6 260 < Ds < 500 Fort
R7 Ds > 500 Très fort

2. Caractéristiques du réseau hydrographique :


Le réseau hydrographique est l’ensemble des cours d’eau et les affluents permanents
ou temporaires par lesquelles s’écoulent toutes les eaux de ruissellement vers
l’exutoire du bassin versant.

2.1. Topologie des cours d’eau :

2.1.1. Classification des talwegs :


La classification utilisée, est celle de Schum qui définit un ordre de tronçons de
talwegs à partir d'une règle simple :"d'ordre x + 1, tous tronçons de talweg formés par
la réunion de deux cours d'eau d'ordre x".

Tableau N° 05 : Classification, nombre de cours d'eau et leur longueur.

Classes Nombre (Nx) Longueur (Lx) Km Longueur moyen ( Lx )


1 3601 1650,61 0,46
2 862 541,82 0,63
3 188 241,75 1,28
4 35 143,49 4,10
5 8 55,52 6,94
6 2 45,22 22,61
7 1 9,70 9,70
Totale 4697 2688,11 45,72
Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
2.2. Longueur et pente :
2.2.1. La pente moyenne du cours d’eau principal (Ic):

La pente moyenne est une caractéristique important qui renseigne sur la topographie
du bassin, elle exprime le rapport entre la différence d’altitude des points maximum et
minimum du talweg principale sur la longueur de ce cours d’eau.

: Dénivelée entre deux points (max et min) en m.

L : longueur du talweg principale en km

Ic = 22.55 m/km

2.2.2. Profil en long:

Ce profil est tracé à partir des cartes topographiques qui couvrent le Bassin versant en
tenant compte de l’altitude et de la longueur du cours d’eau.

Fig. N° 06: Profil en long de la vallée de l’Oued Abdi


Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
2.3. Degré de développement du réseau hydrographique :
2.3.1. La densité de drainage (Dd):
La densité de drainage est donnée par l’équation :
n

 Lx
x 1
Dd = km/km2
A

x : étant d’ordre des talwegs classés selon SHUMM de 1 à s.


Lx : La longueur totale cumulée des talwegs de l’ordre x en (km)
A : La surface du bassin en (km2)

2688,11
Dd  Dd = 3.89 km/km2
691

2.3.2. Coefficient de torrentialité (Ct):

Données par la formule suivant : Ct = F1 x Dd. D'où : F1 = N 1

A
N 1 : nombre de talwegs d'ordre 1. A: surface du bassin versant en (km 2)

Dd : Densité de drainage en km/km2 F1 = 5.21 Ct = 20.27


2.3.3. Le temps de concentration (Tc) :

Le temps de concentration Tc est considéré comme un temps caractéristique de


l’écoulement sur un bassin versant. Il est définit comme le temps que met l’eau
tombée au point le plus éloigné en amont du bassin versant pour arriver a l’exutoire.

La formule de Giandotti :

4 A  1.5LP
TC 
0.8 DH
Tc : temps de concentration du bassin versant en heures

A : Superficie du bassin versant en (km 2) =691 km2

L : Longueur du cours d’eau principal en (km) = 93.34 km

DH : différence entre l’altitude moyenne et l’altitude minimale du bassin versant en


mètre. H moy = 1204 m, H min = 200 m

(9 h 40m 12 s)
Tc = 9.67 heures
Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
2.3.4. Vitesse d’écoulement (Vc) :

Elle est donnée par l’expression suivante : Avec :

Vc : vitesse d’écoulement de l’eau en m/s.

Lp : langueur du talweg principal = 93.34 km = 93340 m.

Tc : temps de concentration = 9.67 heures = 34812 s.

Vc= 2.68 m/s


Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 07
Chapitre 02 : les paramètres morphométriques du bassin versant de
l’Oued Abdi
Tableau N° 06 : récapitulation des caractéristiques morpho métriques du bassin
versant de l’Oued Abdi.

Surface (A) 691 km2


Périmètre (P) 182 km
Indice de Gravilius (kc) 1.93
Longueur du rectangle équivalent (L) 82.19 km
Largeur de rectangle équivalant (l) 8.41 km
Altitude maximale (H max) 2305 m
Altitude moyenne (H moy) 1204 m
Altitude minimale (H min) 200 m
Altitude médiane (H 50%) 1440 m
Altitude 5% (H 5%) 2060 m
Altitude 95% (H95%) 610 m
Indice de pente de roche (IP) 0.15
Indice de pente globale (Ig) 17.64 m/km
Indice de pente moyenne (Im) 25.61m/km
La pente moyenne (Ic) 22.55 m/km
Vitesse d’écoulement (vc) 2.68 m/s
Dénivelée spécifique (Ds) 463.7 m
Densité de drainage (Dd) 3.89 km/km2
Coefficient de torrentialité (ct) 20.27
Temps de concentration (Tc) 9.67 heures
Longueur du talweg principale 93.34 km

Conclusion

L'étude réalisée nous donne des indications sur l'organisation du réseau


hydrographique de la vallée d’Oued Abdi, autrement dit sur l'un des facteurs
déterminants un fonctionnement hydrologique torrentiel. Dans une région au relief
accusé, la structuration du réseau hydrographique se révèle potentiellement favorable
à des épisodes violents.

Par ailleurs, les caractères morphométriques du bassin versant présentés dans les
différents paramètres, nous donnent une indication sur les déférentes altitudes, la
classification de relief selon les indices de pente calculée qui indique un relief fort.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
L’approche climatique est abordée par les caractéristiques des précipitations annuelles
à l’échelle des saisons pour montrer l’impact du relief sur la répartition spatiale des
précipitations.

L’étude climatique basée sur les données de précipitations et des températures, nous
permet de donner un bref aperçu sur leur répartition dans le temps et dans l’espace.

Elle permet de définir le bilan hydrique, en se basant sur l’étude de l’évaporation et du


ruissèlement, par conséquent elle détermine le taux d’infiltration nécessaire à
l’alimentation et renouvellement des aquifères par les pluies.

1. les précipitations :

1.1. Equipement du Bassin versant :

Il existe 4 stations pluviométriques à l’intérieur du bassin versant de l’Oued


Abdi, les caractéristiques de ces stations sont représentées sur le tableau N° 07

Tableaux N° 07 : les caractéristiques des stations pluviométriques.

Nom de Code Altitude Coordonnée Coordonnée


station de station (Z) m Lambert géographique
X Y X Y
Bouzina 06 13 02 1350 814 225,6 6°05'55" 35°15'50"

Thniet 06 13 03 1330 814 222,2 6°11'24" 35°15'05"


El Abed
Menaa 06 13 04 983 801,25 213,25 6°00'20" 35°10'38"
Djamourah 06 13 05 485 886,5 201,5 5°84'92"
35°07'67"
Source des données : A.N.R.H de Biskra
Période d’observation 1972-2007 pour les stations (T.Abed, Menaa, Djemourah), et1972-
2002 pour la station de Bouzina.

1.1.1. Contrôle de l’homogénéité des séries par la méthode des doubles cumuls :

L’état initial des données pluviométriques sont représenté sur la Fig. N° 07


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

4,5
4
3,5
3
T.Abed
2,5
Menaa
2
Bouzina
1,5 Djemourah
1
0,5
0
1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010

Fig. N° 07 : .l’état initial des données pluviométriques


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 08
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Cette méthode permet de comparer des totaux cumulés de deux stations se situant
dans une même région climatique et à des distances relativement faibles à condition
qu’il existe d’une part une liaison positive significative entre les totaux annuels et que
d’autre part les séries présentent une distribution normale.

Fig. N° 08: Méthode des doubles cumule avant correction


T.Abed en fonction de Batna
4000
3500 y = 0,832x - 161,8
3000 R² = 0,978
2500
2000
1500
1000
500
0
0 1000 2000 3000 4000 5000

Fig. N° 09: Méthode des doubles cumule après correction


T.Abed en fonction de Batna
12000,00
y = 0,822x - 38,61
10000,00
R² = 0,992
8000,00
6000,00
4000,00
2000,00
0,00
0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000

1.1.2. Le comblement des lacunes :

Certaines stations représentent des lacunes, le comblement à été fait avec la


méthode de corrélation et régression linéaire.

Dans nous calcule de comblement des lacunes nous avons employé la formule
de régression linéaire suivantes Y=aX+b.
Cette opération ce faite à l’aide de Microsoft office Excel 2007.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
1.1.3. Précipitation annuelle et leur irrégularité :

La variation annuelle des précipitations pour la station de Bouzina sur une


période de 1972-2002 et de 1972-2007 pour les stations de T. Abed, Menaa,
Djemourah est représentée sur la Fig. N°10

Le régime pluviométrique dans le bassin versant est caractérisé par l’irrégularité


annuelle, exprimé par le rapport Avec :

P : pluie annuelle en mm

P moy : pluie moyenne annuelle en mm

Si : >1 année humide

<1 année sèche


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued Abdi

600,00

500,00

400,00

Bouzina
300,00 T,Abed
Menaa
Djemourah
200,00

100,00

0,00

Fig. N° 10 : Variation annuelles des précipitations


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Le classement des années humides et sèches et leurs valeurs caractérisant se figure
dans le tableau N° 08

Tableaux N° 08 : les années sèches et humides des stations pluviométriques

Station Pluie Années sèches Années humides


moyenne Nombre P min Année Nombre P max Année
(mm/an) (mm) (mm)
Bouzina 299,15 16 148 1993 15 467 1990
T.Abed 284,32 19 39,70 1973 17 542,90 1972
Menaa 260,20 21 100,48 1978 15 529,70 1981
Djemourah 143,44 20 21,90 1974 16 302,50 2003

 Station de Bouzina : le maximum de la pluviosité a été observé en 1990 avec


467 mm, alors que le minimum est de 148 mm en 1993.
 Station de T .Abed : la hauteur annuelle des précipitations pour la période
considéré varie de 39,70 mm en 1973 à 542,90 mm en 1972.
 Station de Menaa : le maximum de la pluviométrie durant la période
considéré a été observé en 1981avec 529,70 mm, alors que le minimum est de
100,48 mm en 1978.
 Station de Djemourah : le maximum de la pluviométrie pendant 36 ans est
observé en 2003 avec 302,50 mm, et en 1974 avec 21,90 mm.

1.1.4. Répartition mensuelle et saisonnière des précipitations :

Le tableau ci-dessous montre une variabilité annuelle des précipitations pour les
stations :

 Bouzina pour une période de 1972-2002.


 T. Abed, Menaa, Djemourah pour une période de 1972-2007.

Tableaux N° 09 : Répartition mensuelle des précipitations.

Mois J F M A M J J A S O N D Annuel
Bouzina 15,90 27,28 27,67 26,83 26,57 17,07 5,59 15,98 37,57 41,76 29,91 27,02 299,15
T Abed 19,48 24,70 30,30 27,25 24,27 16,64 4,31 13,56 45,46 26,08 24,16 28,11 284,32
Menaa 20,03 22,79 26,69 24,95 22,48 12,80 4,52 13,34 31,78 25,16 26,30 29,36 260,20
Djemourah 1755 16,60 11,33 19,02 13,44 4,32 1,46 5,45 13,38 10,65 16,01 14,23 143,44
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

50,00
45,00
40,00
35,00
Bouzina
30,00
25,00 T,Abed
20,00 Menaa
15,00 Djemourah
10,00
5,00
0,00
J F M A M J J A S O N D

Fig. N° 11 : Répartition mensuelle des précipitations


Tableaux N° 10 : Répartition saisonnière des précipitations.

Les stations pluviométrie Automne Hiver Printemps Eté Annuel


Bouzina P (mm) 109,24 70,2 81,07 38,64 299,15 mm
P (%) 36,52 23,47 27,10 12,92
T,Abed P (mm) 95,7 72,29 81,82 34,51 284,32 mm
P (%) 33,66 25,43 28,78 12,14
Menaa P (mm) 83,24 72,18 74,12 30,66 260,2 mm
P (%) 31,99 27,74 28,49 11,78
Djemourah P (mm) 40,04 48,38 43,79 11,23 143,44 mm
P (%) 27,91 33,73 30,53 7,83

120
100
Bouzina
80
T,Abed
60
Menaa
40
Djemourah
20
0
Automne Hiver Printemps Eté

Fig. N° 12 : Répartition saisonnière des précipitations


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Les graphes dressés des Fig. N° 11,12 montre que

 La station de Bouzina présente un minimum de précipitation moyenne


mensuelle de 5.59 mm en Juillet et un maximum de précipitation moyenne
mensuelle de 41.76 mm en Octobre durant la période de 1972-2002.

Au cours de la période de 1972-2007 :

 La station de Thniet El Abed présente un minimum égal à 4.31 mm en


Juillet et un maximum de 45.46 mm en Septembre.
 La station de Menaa : le minimum de précipitation moyenne mensuelle est
égal à 4.52 mm en Juillet. Le maximum de précipitation moyenne mensuelle
est observé en Septembre avec 31.78 mm.
 La station de Djemourah présente un minimum de précipitation moyenne
mensuelle de 1.46 mm en Juillet et un maximum de 19.02 mm en Avril.

Pour les stations de Bouzina, T Abed et Menaa les pluies de l’Automne sont plus
importantes avec des pourcentages de 36.52 %, 33.66 %,31.99 % (la saison la plus
humide est l’Automne), que la saison la plus sèche est l’été avec des pourcentages de
12.92 %,12.14 %,11.78 %.

Pour la station de Djemourah la saison la plus humide est l’Hiver avec un pourcentage
de 33.73 %, et la saison plus sèche est l’été avec un pourcentage de 7,83 %.

1.1.5. Estimation de la lame d’eau précipitée sur le bassin versant :

Plusieurs méthodes sont utilisées pour calculer la lame d’eau moyenne


précipitée sur le bassin versant, les plus connues sont :

1.1.5.1. La moyenne arithmétique :

Une simple moyenne arithmétique de N poste, intéresse une surface, peut être
une estimation valable de la lame d’eau tombé sur S.
N
1
P
N
 Pi
i 1

Pi : précipitation moyenne annuelle à la station i (mm).

N: nombre total des stations pluviométriques.


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableaux N° 11 : calcul de la moyenne pluviométrique dans le bassin versant de
l’Oued Abdi par la méthode de moyenne arithmétique (1972-2008).

Nom de station Altitude (m) Pi (mm)


Bouzina 1350 299.15
Thniet el Abed 1330 284.32
Menaa 983 260.20
Djamourah 485 143.44
P moy = 246.77 mm

1.1.5.2. La méthode des isohyètes :

Les isohyètes sont définis comme le lieu des points d’égale hauteur de
précipitation pour une période considéré. Pour tracer de telles courbes il faut
implicitement effectuer des interpolations entre les postes.

A partir de la carte pluviométrique tracée par ANRH pour les périodes (1922-
1960) et (1969-1989) le planimétrage des inter-isohyètes enregistré dans le tableau
suivant :

Tableaux N° 12 : calcul de la moyenne pluviométrique dans le bassin versant de


l’Oued Abdi par la méthode des isohyètes.

Isohyètes des Pi (mm) Si (km2) Si*Pi


hauteurs (mm)
>450 475 36.05 17123.75
400-450 425 42.92 18241
350-400 375 51.33 19248.75
300-350 325 136.4 44330
250-300 275 164.1 45127.5
200-250 225 121.8 27405
150-200 175 105.8 18515
< 150 125 32.53 4066.25
Total 691 194057.25
P moy = 280.83 mm

La précipitation moyenne est calculée par la formule :


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
n

S P i i
Pmoy  i 1
S
Pi : Précipitation moyenne entre deux isohyètes successives en (mm).

Si: surface entre deux isohyètes successives en km2

S: surface total du bassin versant en km2.

1.1.5.3. Utilisation du graphique de SELTZER (les trois lois d’Algérie) :

SELTZER montre que les précipitations en Algérie subit à trois influences


dans leur répartition : l’altitude, la longitude (les précipitations augment de l’Ouest
vers l’Est), et l’éloignement à la mer.

La lecture sur la graphique de SELTZER donne une valeur pluviométrique moyenne


de 300 mm sur le bassin versant de l’Oued Abdi. Fig. N° 13

Fig. N° 13 : Graphique de P. SELTZER (les trois lois d’Algérie)


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 09
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
2. La température :

Ce paramètre joue un rôle essentiel dans l’évaluation du déficit d’écoulement qui


intervient dans l’estimation du bilan hydrologique.

Tableaux N° 13 : les températures moyennes mensuelles des deux stations Bouzina et


Menaa 1986-1996

Station Bouzina Menaa


Moi T Min T Max T Moy T Min T Max T Moy

J -0.58 8.4 3.91 0.82 10.9 5.86


F 0.89 10.13 5.51 2.29 12.63 7.46
M 4.23 14.1 9.17 5.63 16.57 11.1
A 6.71 17.0 11.86 8.11 19.49 13.8
M 12.03 23.2 17.61 13.43 25.77 19.6
J 16.52 28.6 22.6 17.92 31.08 24.5
J 18.54 30.9 24.72 19.94 33.46 26.7
A 20.1 32.8 26.5 21.5 35.5 28.5
S 14.87 26.6 20.74 16.27 29.13 22.7
O 9.18 19.9 14.54 10.58 22.42 16.5
N 2.72 12.4 7.56 4.21 14.91 9.56
D -0.86 8.1 3.62 0.54 10.58 5.56
Source : ANRH

Le manque d’équipement en station climatique dans le bassin versant, nous oblige


d’estimer les températures de la station T.Abed et la station de Djemourah par une
méthode qui utilisent le gradient thermique déterminé par P.SELTZER (1913-1938),
où :

 Les températures minimales décroissent par 0.45 c° chaque 100 m d’altitude.


 Les températures maximales décroissent par 0.70 c° chaque 100 m d’altitude.

Exemple de calcule pour la station de T.Abed

( – )
T min T.Abed = T min Bouzina – [ ]

( )
T min T.Abed = T min Bouzina - [ ]

T min T.abed = T min Bouzina – (-0.09)


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
( )
T max T.Abed = T max Bouzina - [ ]

T max T.Abed = T max Bouzina – (- 0.14)


( )
Tmin Djemourah = T min Menaa - ]
( )
Tmax Djemourah = Tmax Menaa - ]

Les coefficients de décroissances thermiques en fonction des altitudes conclue sur le


tableau N° 14

Tableaux N° 14 : gradient thermique de bassin versant de l’Oued Abdi

Stations Altitude T c° Coefficients


Bouzina 1350 Min 0
Max 0
T.Abed 1330 Min -0.09
Max -0.14
Menaa 983 Min 0
Mix 0
Djemourah 485 Min -2.24
Max -3.49
Les températures obtenues par cette méthode sont porté sur le tableau N° 15

Tableaux N° 15 : les températures moyennes mensuelles des deux stations T.Abed et


Djemourah 1986-1996

Station T.Abed Djemourah


Mois T Min T Max T Moy T Min T Max T Moy
(m) (M) (m) (M)

J -0.49 8.54 4.02 3.06 14.39 8.72


F 0.98 10.27 5.62 4.53 16.12 10.32
M 4.32 14.24 9.28 7.87 20.06 13.96
A 6.8 17.14 11.97 10.35 22.98 16.66
M 12.12 23.34 17.73 15.67 29.26 22.46
J 16.61 28.74 22.67 20.16 34.57 27.36
J 18.63 31.04 24.83 22.18 36.95 29.56
A 20.19 32.94 26.56 23.74 38.79 31.26
S 14.96 26.74 20.85 18.51 32.62 25.56
O 9.27 20.04 14.65 12.82 25.91 19.36
N 2.81 12.54 7.67 6.45 18.4 12.42
D -0.77 8.24 3.73 2.78 14.07 8.42
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableaux N° 16 : les températures moyennes annuelles des quartes stations 1986-
1996

Station T C°
Thniet El Abed 14.13
Bouzina 14.03
Menaa 15.99
Djemourah 18.84

35 35

30 30

25 25

20 Max 20 Max
15 Moy 15 Moy

10 Min 10 Min

5 5

0 0
J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D
-5 -5

Fig. N° 15 : Variation des Températures moyennes Fig. N° 14 : Variation des Températures


mensuelles station de Bouzina (1986-1996) moyennes mensuelles station de T. Abed (1986-
1996)
45 40
40 35
35 30
30
25
25 Max Max
20
20 Moy Moy
Min 15 Min
15
10 10

5 5

0 0
J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D

Fig. N° 17 : Variation des Températures moyennes Fig. N° 16 : Variation des Températures


mensuelles station de Djemourah (1986-1996) moyennes mensuelles station de Menaa (1986-
1996)
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Les donnés et les courbes représentatives montrent que la zone d’étude possède deux
saisons bien distinctes :

 L’Eté avec de fortes chaleurs ou on enregistre la valeur max de 31.26° dans la


station de Djemourah (aval d’Oued Abdi).

 et l’Hiver avec des gelées soit la valeur min de 3.62° enregistrée dans la
station de Bouzina.

3. le vent :

La zone d’étude est exposé aux vents forte a l’Automne et plus vulnérable au début
d’été, les vents locaux sont généralement plus dominants dans la direction Sud- Ouest
au Nord- Est. On été la zone est exposé par les vents du Siroco (vents chauds et secs)

Tableaux N° 17 : la vitesse moyenne mensuelle de vent en m/s station de T. Abed


Mois S O N D J F M A M J J A

Vitesse de 3,42 2,65 3,32 3,13 3,25 3,32 2,80 4,07 3,87 4,11 3,55 3,95
vent m/s
Source: P.D.A.U T.Abed

La vitesse moyenne annuelle est de l’ordre de 3.45 m/s.

Vitesse moyenne minimale est de 2,65 m/s.

Vitesse moyenne maximale est de 4,07 m/s.

Fig.N° 18: Vitesse moyenne mensuelle des vents


(station de T. Abed)
5

0
S O N D J F M A M J J A

4. Le Gelées : La gelée à une grande influence sur la période végétative donc il


devient une contrainte majeure pour l’agriculture. Par ailleurs il constitue un risque
élevé pour les conducteurs des véhicules surtout la période hivernale.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableaux N° 18 : le nombre de jours de gelée B.V Oued Abdi

Mois S O N D J F M A M J J A
Nombre de 00 00 02 15 16 13 10 01 00 00 00 00
jours
Source : P.D.A.U.T.Abed

Fig.N° 19 :Nombre de jours de gelée (B.V Oued Abdi)


18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
S O N D J F M A M J J A

Sur la totalité du bassin versant les gelées sont fréquentes environ 57 jours (total
annuel), s’étalent sur 6 mois de l’année, à la fin d’Automne au début de printemps
avec une fréquence importante de Décembre à Mars.
Les gelées hivernales, quant à elles constituent une menace pour certaines cultures
maraîchères et les espèces arboricoles à floraison précoce.

5. La neige :
Les neiges tombées sur les montagnes constituent un réservoir important pour les
eaux souterrains et les cours d’eaux. Par cotre elle devient une contrainte pour les
habitants des montagnes et les utilisateurs de la route.

Photo N° 04 : la chute de la neige dans les sommets

d’Oued Abdi (Goureza)


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

La chute de la neige dans la vallée Oued Abdi est un peu constante pendant 15
jours d’après SELTZER.1946, dans les altitudes Sup 1000 m (Thniet El Abed,
Bouzina, les sommets da la bordure Nord Est du bassin versant (Dj Mahmel 2321 m),

6. Synthèse climatique :
6.1. Le diagramme Ombrothermique de Gaussen et Bagnouls :

Il s’agit de la représentation de deux courbes relatives à deux paramètres


climatiques principaux qui sont la température et la précipitation.

On utilise cette méthode pour déterminer la période sèche et la période humide.

Pour Gaussen et Bagnouls le climat sec est celui où la totalité des précipitations
exprimé en (mm) est inferieur ou égale au double des températures moyennes.

P (mm) 2T (°C), cette relation permet d’établir un diagramme pluviométrique sur


lequel les précipitations sont portées à une échelle double des températures.

P(mm) T C° P(mm) T C°

60 30 60 30

50 25 50 25

40 20 40 20
Période sèche Période sèche
P (mm)
P(mm)

T C°
T C)

30 P. humide P. humide 15 30 P. humide 15

20 10 20 P. humide 10

10 5 10 5

0 0 0 0
J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D
Mois Mois

Fig. N°21 : diagramme Ombrothermique de Fig. N°20 : diagramme Ombrothermique


Gaussen et Bagnouls Station de Bouzina de Gaussen et Bagnouls Station de
T.Abed
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

P(mm) T C° P(mm) T C°

60 35 50 30
Période sèche
50 Période sèche 30
40 25
25
40 P. humide P. humide20
P (mm)

P (mm)
20 30

T C°

T C°
30 15
15
20
20 10
10
10 10 5
5
0 0 0 0
J F M A M J J A S O N D J F M A M J J A S O N D
Mois Mois

Fig. N° 23 : diagramme Ombrothermique de Fig. N°22 : diagramme Ombrothermique


Gaussenet Bagnouls Station de Djemourah de Gaussen et Bagnouls Station de Menaa

L’analyse de diagramme de Gaussen distingue deux périodes : sèche et humide

 Station de T.Abed : présente une période sèche qui s’étale au début d’Avril
jusqu'à la fin d’Aout, et une période humide qui s’étale au début de
Septembre jusqu'à le mois d’Avril.
 Station de Bouzina : présente une période sèche qui s’étale au début d’Avril
jusqu'à Septembre, et une période humide qui s’étale a la moitie de Septembre
jusqu'à la fin de Mai.
 Station de Menaa : qui se trouve au centre du bassin versant, on a une
période sèche qui s’étale au début d’Avril jusqu'à la fin d’Octobre, et une
période humide qui s’étale au début d’Octobre jusqu'à la fin de Mars.

 Station de Djemourah : qui se trouve au Sud du bassin, on a une période


sèche qui s’étale au début de Février jusqu'à la fin de Novembre, et une
période humide qui s’étale au début de Décembre jusqu'à la fin de Janvier.

6.2. Climagramme d’Emberger :

En 1932, L. Emberger proposa une formule permettant le calcule de l’indice d’aridité


annuel, en tenant compte des précipitations et de la température.

Cette formule s’écrit :

Q : Quotient pluvio-thermique d’Emberger


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
P : précipitation moyenne annuelle en (mm)

M : la moyenne des maxima du mois le plus chaud en kalven (°K)

m : la moyenne des minimal du mois le pus froids en kalven (°K)

T en (°K) = T en (°C) + 273.2

T : la moyenne des minima de la saison froide en (°C)

Les résultats sont reportés dans le tableau suivant :

Tableaux N° 19 : Les valeurs de Q d’Emberger

Station P (mm) M m Q
(°C) (°K) (°C) (°K)
T.Abed 284.32 32.94 306.14 -0.77 272.43 29.15
Bouzina 299.15 32.8 306 -0.86 272.34 30.73
Menaa 260.20 35.5 308.7 0.54 273.74 25.55
Djemourah 143.44 38.79 311.99 2.78 275.98 13.54

La représentation de ces valeurs sur le Climagramme d’Emberger, nous constatons


que :

 Les stations de T.Abed et Bouzina : sont situe dans la zone climatique semi
aride à Hiver Froid.
 La station de Menaa : se situe dans la zone climatique aride à Hiver Frais.
 La station de Djemourah : se situe dans la zone climatique aride à Hiver
Tempéré.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

Fig. N°24 : Climagramme d’Emberger


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
6.3. Le bilan hydrique :

La connaissance du bilan d’eau d’une région consiste à évaluer la répartition des


précipitations entre l’écoulement, l’infiltration et l’évaporation. On regroupe sous le
terme d’évapotranspiration ou déficit d’écoulement l’ensemble des phénomènes
physiques (évaporation) et biologiques (transpiration) qui restituent l’humidité des
sols à l’atmosphère.

6.3.1. L’évapotranspiration potentielle (ETP) :

L’évapotranspiration potentielle est la quantité d’eau qui serait évaporée ou transpirée


à partir d’un bassin versant si l’eau disponible pour l’évapotranspiration n’était pas un
facteur limitant.

 Formule de THORNTHWAITE

THORNTHWAITE a proposé également une formule basée essentiellement sur les


températures de l’air, avec :

T a
ETP  16(10 ) .K
I
ETP : évapotranspiration potentielle en (mm)

T : température moyenne mensuelle en (°C)

I : indice thermique annuelle soit la somme des indices de chaleur mensuelle


1, 514
12
t
I   i Avec i    .
1 5

a : l’exposant climatique donnée par la formule

a  (1.6 / 100) I  0.5

L’évapotranspiration potentielle mensuelle corrigée est obtenue à partir de la formule


suivante : ETP corrigée = ETP .K

K : coefficient de correction qui dépend du mois et de la latitude de lieu.

Les résultats de calcule de l’ETP selon THORNTHWAITE sont présentés dans les
tableaux 20, 21,22 ,23.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableau N° 20 : calcule de l’ETP station de T, Abed
Mois T C° i ETP K ETP I a
calculé corrigée
J 4,02 0,71 7,63 0,87 6,64 65 1,54
F 5,62 1,19 12,78 0,85 10,86 65 1,54
M 9,28 2,55 27,68 1,03 28,51 65 1,54
A 11,97 3,74 40,97 1,09 44,66 65 1,54
M 17,73 6,79 75,03 1,21 90,79 65 1,54
J 22,67 9,86 109,55 1,21 132,56 65 1,54
J 24,83 11,31 126,03 1,23 155,02 65 1,54
A 26,56 12,53 139,81 1,16 162,18 65 1,54
S 20,85 8,68 96,3 1,03 99,19 65 1,54
O 14,65 5,09 55,92 0,97 54,24 65 1,54
N 7,67 1,91 20,64 0,86 17,75 65 1,54
D 3,73 0,64 6,8 0,85 5,78 65 1,54
annuel 14,13 65 719,14 808,18

Tableau N° 21 : calcule de l’ETP station de Bouzina


Mois T C° i ETP K ETP I a
calculé corrigée
J 3,91 0,68 7,46 0,87 6,49 64,38 1,53
F 5,51 1,15 12,6 0,85 10,71 64,38 1,53
M 9,17 2,5 27,48 1,03 28,30 64,38 1,53
A 11,86 3,69 40,74 1,09 44,41 64,38 1,53
M 17,61 6,72 74,6 1,21 90,27 64,38 1,53
J 22,6 9,81 109,27 1,21 132,22 64,38 1,53
J 24,72 11,24 125,34 1,23 154,17 64,38 1,53
A 26,5 12,48 139,41 1,16 161,72 64,38 1,53
S 20,74 8,61 95,81 1,03 98,68 64,38 1,53
O 14,54 5,03 55,64 0,97 53,97 64,38 1,53
N 7,56 1,86 20,45 0,86 17,59 64,38 1,53
D 3,62 0,61 6,63 0,85 5,64 64,38 1,53
annuel 14,03 64.38 715,43 804,17
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableau N° 22 : calcule de l’ETP station de Menaa
Mois T C° i ETP K ETP I a
calculé corrigée
J 5,86 1,27 10,12 0,87 8,80 76,46 1,72
F 7,46 1,83 15,33 0,85 13,03 76,46 1,72
M 11,1 3,34 30,37 1,03 31,28 76,46 1,72
A 13,8 4,65 44,17 1,09 48,15 76,46 1,72
M 19,6 7,91 80,77 1,21 97,73 76,46 1,72
J 24,5 11,09 118,57 1,21 143,47 76,46 1,72
J 26,7 12,63 137,47 1,23 169,09 76,46 1,72
A 28,5 13,94 153,79 1,16 178,40 76,46 1,72
S 22,7 9,88 103,98 1,03 107,10 76,46 1,72
O 16,5 6,09 60,07 0,97 58,27 76,46 1,72
N 9,56 2,66 23,49 0,86 20,20 76,46 1,72
D 5,56 1,17 9,24 0,85 7,85 76,46 1,72
annuel 15,99 76.46 787,37 883.37

Tableau N° 23 : calcule de l’ETP station de Djemourah


Mois T C° i ETP K ETP I a
calculé corrigée
J 8,72 2,32 13,3 0,87 11,57 95,54 2,02
F 10,32 2,99 18,69 0,85 15,89 95,54 2,02
M 13,96 4,73 34,42 1,03 35,45 95,54 2,02
A 16,66 6,18 49,19 1,09 53,62 95,54 2,02
M 22,46 9,72 89,94 1,21 108,83 95,54 2,02
J 27,36 13,1 134 1,21 162,14 95,54 2,02
J 29,56 14,73 156,66 1,23 192,69 95,54 2,02
A 31,26 16,03 175,39 1,16 203,45 95,54 2,02
S 25,56 11,82 116,79 1,03 120,29 95,54 2,02
O 19,36 7,76 66,63 0,97 64,63 95,54 2,02
N 12,42 3,96 27,18 0,86 23,37 95,54 2,02
D 8,42 2,2 12,39 0,85 10,53 95,54 2,02
annuel 18,84 95.54 894,58 1002,46
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
6.3.2. L’évapotranspiration réelle (ETR) :

On appelle évapotranspiration réelle, la quantité d’eau, généralement exprimée en


millimètres, évaporée ou transpirée par le sol, les végétaux et les surfaces libres d’un
bassin versant .

A. Formule de TURC :

TURC a proposé une formule permettant d’évaluer directement l’ETR annuelle


moyenne d’un bassin à partir de la hauteur annuelle de pluie et de la température
moyenne annuelle.

Avec :

ETR : évapotranspiration réelle en mm /an.

P : précipitation moyenne mensuelle en mm.

L : pouvoir évaporant (L = 300 + 25 T + 0.05 T3).

T : température moyenne mensuelle en (°C).

Nous obtenons les résultats suivants :

Tableau N° 24 : calcule de l’ETR annuelle par la méthode de TURC.


Station T (°C) P (mm) L ETR (mm)
T.Abed 14.13 284.32 794.30 280.40
Bouzina 14.03 299.15 788.83 292.80
Menaa 15.99 260.20 904.16 262.46
Djemourah 18.84 143.44 1105.35 149.80

B. Méthode de WUNDT :
L’abaque de WUNDT modifier par coutagne permet de déduire la valeur de l’ETR ou
De en prenant de considération la température moyenne annuelle (°C) et les
précipitations annuelle (mm)
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableau N° 25 : calcule de l’ETR annuelle par la méthode de WUNDT.

Station T (°C) P (mm) ETR (mm) % précipitations


T.Abed 14.13 284.32 285 100.23
Bouzina 14.03 299.15 290 96.94
Menaa 15.99 260.20 260 99.92
Djemourah 18.84 143.44 180 125.48

C. Méthode de P. Verdeil (1988):

P. Verdeil à établi un abaque bi logarithmique pour les régions semi arides en tenant
compte uniquement des précipitations annuelles.

Tableau N° 26 : calcule de l’ETR annuelle par la méthode de P.Verdeil.


Station P (mm) ETR (mm) % précipitations
T.Abed 284.32 270 94.96
Bouzina 299.15 282 94.26
Menaa 260.20 255 98.00
Djemourah 143.44 140 97.60
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

Bouzina Menaa
T.Abed
Djemourah

Fig. N° 25: évaluation de l’évapotranspiration réelle (ETR) en fonction des températures


moyennes et des précipitations – Abaque de WUNDT modifier par Coutagne -
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

P (mm)

T.Abed Bouzina

Menaa

Djemourah

ETR (mm)

Fig. N° 26: Abaque pour le calcul de déficit d’écoulement en Algérie


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
D. Méthode de M.Coutagne :

Cette méthode fait intervenir les températures et les précipitations, elle s’écrit de la
manière suivante :

De = ETR = P - P2

Avec 

De : déficit d’écoulement ETR en (mm)

P : précipitation moyenne annuelle en (mm), pour l’application numérique est en m


pour la condition de la formule.

T : température moyenne annuelle en C°.

Cette formule ne sera valable qu’après la vérification de la condition suivante :

<P<

Exemple de calcule

Station de T.Abed :

P = 284.32 mm = 0.284 m

T = 14.13 C°

= 0.359 Donc = 0.348 et = 1.392

La méthode de Coutagne est inapplicable pour la station de T.Abed >P

D’après les calcule effectués des autres stations, la valeur des précipitations moyenne
annuelle n’est pas comprise entre l’intervalle <P<

Donc la méthode de Coutagne est inapplicable pour notre calcule de ETR.

E. Méthode de THORNTHWAITE :

Le bilan de THORNTHWAITE fait intervenir l’ETP et les précipitations, pour le


calcule de ETR, deux cas se présentent : 1er cas : p  ETP  ETR = ETP

2ème cas : p  ETP  ETR = p + RFU


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Bilan hydrique selon THORNTHWAITE :

Cette méthode est basée sur la notion de réserve en eau facilement utilisable (RFU).

On admet que le sol est capable de stocker une certaine quantité d’eau (RFU) ; cette
eau peut être reprise pour l’évaporation par l’intermédiaire des plantes.

La quantité d’eau stockée dans la RFU est bornée par 0(la RFU vide) et RFU Max
(capacité maximale de la RFU qui est de l’ordre de 0 à 200 mm suivant les sols et
sous sols considérées, avec une moyenne de l’ordre de 100 mm.

Dans notre région en prend RFU = 30 mm

On établit un bilan à l’échelle mensuelle, à partir de la pluie du mois P, de l’ETP et de


la RFU.

 Si : P > ETP alors : ETR = ETP


 Si P < ETP alors : ETR égale à la précipitation
 Si P = ETP, les précipitations sont suffisantes pour alimenter le sol mais il n’y
aura pas surplus pour alimenter la RFU.

Les résultats des calculs du bilan hydrique pour les stations (T. Abed, Bouzina, Menaa
Djemourah) sont portes sur les tableaux suivants.

Tableau N°27 : calcul du bilan hydrique selon THORNTHWAITE (Station de T


.Abed)

Mois S O N D J F M A M J J A annuel
P (mm) 45,46 26,08 24,16 28,11 19,48 24,70 30,30 27,25 24,27 16,64 4,31 13,56 284,32
ETP 99,19 54,24 17,75 5,78 6,64 10,86 28,51 44,66 90,79 132,56 155,02 162,18 808,18
-53,73 - 6,41 22,33 12,84 13,84 1,79 - -66,52 -115,9 -150,7 -148,6
P-ETP 28,16 17,41
ETR 45,46 26,08 17,75 5,78 6,64 10,86 28,51 44,66 36,86 16,64 4,31 13,56 257,11
RFU 0 0 6,41 28,74 30 30 30 12,59 0 0 0 0
De 53,73 28,16 0 0 0 0 0 0 33,93 115,9 150,7 148,6 551,02
Ex 0 0 0 0 11,58 13,84 1,79 0 0 0 0 0 27,21

Formule de vérification :
∑ ∑ (257,11 + 27,21 = 284.32)
∑ ∑ (257,11 + 551,02 = 808.13)
L’examen du bilan hydrique montre que :
La RFU atteint son maximum au mois de Janvier, Février et Mars et s’annule au mois
de Mai, et se commence à reconstituer au mois de Novembre.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Le déficit agricole s’observe durant la période allant du mois de Mai jusqu’à Octobre.
Un excédent de l’ordre 27,21 mm, soit 9,57 % des précipitations est enregistré
pendant les mois de Janvier, Février et Mars.
Tableau N° 28 : calcul du bilan hydrique selon THORNTHWAITE (Station de
Bouzina)

Mois S O N D J F M A M J J A annuel
P (mm) 37,57 41,76 29,91 27,02 15,9 27,28 27,67 26,83 26,57 17,07 5,59 15,98 299,15
ETP 98,68 53,97 17,59 5,64 6,49 10,71 28,3 44,41 90,27 132,22 154,17 161,72 804,17
- - 12,32 21,38 9,41 16,57 -0,63 - -63,7 -115,2 -148,6 -145,7
P-ETP 61,11 12,21 17,58
ETR 37,57 41,76 17,59 5,64 6,49 10,71 28,3 44,41 38.36 17,07 5,59 15,98 269.47
RFU 0 0 12,32 30 30 30 29,37 11,79 0 0 0 0
De 61,11 12,21 0 0 0 0 0 0 51,91 115,2 148,6 145,7 534,73
Ex 0 0 0 3,7 9,41 16,57 0 0 0 0 0 0 29,68
Formule de vérification :
∑ ∑ (269,47 + 29,68 = 299,15)
∑ ∑ (269,47 + 534,73 = 804,2)
La RFU commence à se reconstituer au mois de Novembre, atteint son maximum au
mois de Décembre, Janvier et Février, et s’annule au mois du Mai, alors le déficit
agricole s’étant de mois de Mai au mois d’Octobre.
Un excédent de 29,68 mm est enregistré pendant les mois de Décembre, Janvier et
Février, soit 9,92 % des précipitations.
Tableau N° 29 : calcul du bilan hydrique selon THORNTHWAITE (Station de
Menaa)

Mois S O N D J F M A M J J A annuel
P (mm) 31,78 25,16 26,3 29,36 20,03 22,79 26,69 24,95 22,48 12,8 4,52 13,34 260,2
ETP 107,1 58,27 20,2 7,85 8,8 13,03 31,28 48,15 97,73 143,47 169,09 178,4 883,37
- - 6,1 21,51 11,23 9,76 -4,59 -23,2 -75,25 -130,7 -164,6 -165,1
P-ETP 75,32 33,11
ETR 31,78 25,16 20,2 7,85 8,8 13,03 31,28 48,15 24,69 12,8 4,52 13,34 241,6
RFU 0 0 6,1 27,61 30 30 25,41 2,21 0 0 0 0
De 75,32 33,11 0 0 0 0 0 0 73,04 130,7 164,6 165,1 641,87
Ex 0 0 0 0 8,84 9,76 0 0 0 0 0 0 18,6
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Formule de vérification :
∑ ∑ (241,6 + 18,6 = 260,2)
∑ ∑ (241,6 + 641,87 = 883,4)
Le déficit agricole s’observe durant la période allant du mois de Mai jusqu’à au mois
d’Octobre
La RFU s’observe durant le mois de Novembre jusqu’à Avril, et atteint son
maximum au mois de Janvier et Février.
Un excédent de 18,6 mm est enregistré pendant les mois de Janvier et Février, soit
7,14 % des précipitations.
Tableau N° 30 : calcul du bilan hydrique selon THORNTHWAITE (Station de
Djemourah)

Mois S O N D J F M A M J J A annuel
P (mm) 13,38 10,65 16,01 14,23 17,55 16,6 11,33 19,02 13,44 4,32 1,46 5,45 143,44
ETP 120,29 64,63 23,37 10,53 11,57 15,89 35,45 53,62 108,83 162,14 192,69 203,45 1002,46
-106,9 - -7,36 3,7 5,98 0,71 - -34,6 -95,39 -157,8 -191,2 -198
P-ETP 53,98 24,12
ETR 13,38 10,65 16,01 10,53 11,57 15,89 21,72 19,02 13,44 4,32 1,46 5,45 143,44
RFU 0 0 0 3,7 9,68 10,39 0 0 0 0 0 0
De 106,9 53,98 7,36 0 0 0 13,73 34,6 95,39 157,8 191.2 198 858.96
Ex 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

Formule de vérification :
∑ ∑ (143,44 + 0 = 143,44)
∑ ∑ (143,44 + 858,96 = 1002,4)
Le déficit agricole est s’étale presque toute l’année (de mois de Mars jusqu’à
Novembre), tandis que la RFU se reconstituer au mois de Décembre et s’annule au
mois de Mars, atteint son maximum au mois de Février.
Le tableau ci-dessous récapitule des différentes valeurs d’ETR obtenue par
différentes méthodes, ainsi que la valeur d’ETP.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableau N° 31 : Comparaison des différentes Valeurs d’ETP et l’ETR

Paramètres Méthodes T.Abed Bouzina Menaa Djemourah


mm % mm % mm % mm %

ETP (mm) Thornthwaite 808,18 284,25 804,17 268,81 883,37 339,49 1002,46 698,87

ETR (mm) TURC 280,40 98,62 292,80 97,87 262,46 100 149,80 104,43

WUNDT 285 100,23 290 96,94 260 99,92 180 125,48

Verdeil 270 94,96 282 94,26 255 98,00 140 97,60

Thornthwaite 257,11 90,42 269,47 90,07 241,6 92,85 143,44 100

Ce tableau montre que :


L'ETR selon Thornthwaite qui est obtenue à partir du bilan hydrique donne des
valeurs assez proches à la réalité, car dans la station de Djemourah ETR=P, par contre
avec la méthode de Turc ETR > P.
Pour la station de T. Abed, ETR est de 257,11 mm soit 90,42 % des précipitations,
pour la station de Bouzina ETR est 269,47 mm soit 90,07 %, la station de Menaa, elle
est de 241,6 mm soit 92,85 % et enfin pour la station de Djemourah, elle est de
143.44 mm soit 100 % des précipitations.

6.3.3. Calcule du ruissellement et de l’infiltration :


a) Estimation du ruissellement (R) :
Le ruissellement est calculé d’après la formule de TIXIRONT BARKALOFF :
Cette formule est applicable en zone aride et semi aride

( )
R : ruissellement en (mm).
P : pluviométrie annuelle en (mm).
ETP : évapotranspiration potentielle moyenne annuelle en (mm).
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableau N° 32 : calcule de ruissellement R
Station P (mm) ETP (mm) R (mm) % précipitations
T.Abed 284.32 808.17 11.72 4.12
Bouzina 299.15 804.17 13.79 4.61
Menaa 260.20 883.37 7.52 2.89
Djemourah 143.44 1002.46 0.97 0.67

b) L’infiltration (I) :
Ce paramètre est très important du point de vue hydrologique, pour l’estimer on
applique la formule initiale du bilan hydrique
P = ETR + R + I
P : précipitation moyenne annuelle en mm.
ETR : évapotranspiration réelle moyenne annuelle en mm.
R : ruissellement moyen annuel en mm.
I : infiltration moyenne annuelle en mm.
I = [P – (ETR + R)]
Tableau N° 33 : calcule de l’infiltration I
Station P (mm) ETR (mm) R (mm) I (mm) % précipitations
T.Abed 284,32 257,11 11,72 15,49 5,44
Bouzina 299,15 269,47 13,79 15,95 5,33
Menaa 260,20 241,6 7,52 11,08 4,25
Djemourah 143,44 143,44 0,97 -0.97 0
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
7. Analyse statistique des données pluviométriques :

7.1. Analyse statistique des données pluviométriques annuelles :

7.1.1. Ajustement a une loi normale (Gauss) :

La fonction de répartition

U : est la variable réduite de Gauss. Elle est donnée par :

La transformation X = X +U. est l’équation de la droite de Henry sur un papier à


probabilité gaussienne

X : Précipitation moyenne annuelle en mm

 : L’écart type
U : Variable de Gauss

Calcul de quantiles :
Xp = X+ Up

Up : correspond à une fréquence théorique F (u) donc une probabilité d’apparition.

7.1.1.1. Station de T.Abed : La série pluviométrique est formée de 36 valeurs (1972-


2007), est ajustée à la loi normale (Gauss).

Statistique de base :

Nombre d'observations 36
Minimum 39
Maximum 542
Moyenne 284
Ecart-type 121
Médiane 263
Coefficient de variation (Cv) 0.427
Coefficient d'asymétrie (Cs) 0.526
Coefficient d'aplatissement (Ck) 2.66
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
700,00

600,00
Ajustement à une loi Normale
500,00 Station De T.Abed
400,00
pluie annuelle (mm)

300,00

200,00

100,00 X = 284.33 + 121.14 U


0,00

-100,00

-200,00
-2,500 -2,000 -1,500 -1,000 -0,500 0,000 0,500 1,000 1,500 2,000 2,500
(moyenne=284,33 écart-type=121,14 taille 36 et I.C. à 95%)

Fig. N° 27 : Répartition statistique des pluies annuelles selon la loi normale (Gauss) Station
T .Abed

Test d’adéquation :

Nombre de classe 8
Degré de liberté 5
X2 12.44

Tableau N° 34 : précipitation fréquentielles : Station T .Abed 1972-2007

Fréquences 0.5 0.8 0.9 0.95 0.98 0.99 0.999


Période de retour (ans) 2 5 10 20 50 100 1000
Variable de Gauss 0.00 0.84 1.28 1.64 2.05 2.32 3.09
Précipitation (mm) 284.33 386.27 439.60 483.63 533.18 566.20 658.72

Les Autres stations sont présentée dans les annexe

7.2. Analyse statistique des pluies journalières maximales :

On a les données des pluies journalières maximales des stations Bouzina sur une
période de 1972-2000 et Menaa sur une période de 1971-2007 (ANRH Constantine).

Pour les stations de T.Abed et Djemourah, on utilise la formule de BODY pour


estimer les pluies journalières maximales.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
7.2.1. Ajustement a une loi de Gumbel :

( ) ( )
La fonction de répartition :

F(x) : fréquence au non dépassement FND

X, X0 : coefficient d’ajustement

Calcul de quantiles :
U = (x – x0) présente sous forme :
X= u + x0
Avec u = - [ln (- ln (F(x))] où : u c’est la variable réduite de Gumbel

7.2.1.1. Station de Menaa :

La série est formée de 37 valeurs (1971-2007), tronquée de 8 valeurs.

Les pluies journalières maximales sont considérées comme valeurs extrêmes ajustées
à la loi de Gumbel.

Statistique de base :

Nombre d'observations 29
Minimum 14.0
Maximum 98.0
Moyenne 38.0
Ecart-type 17.4
Médiane 36.0
Coefficient de variation (Cv) 0.456
Coefficient d'asymétrie (Cs) 1.73
Coefficient d'aplatissement (Ck) 6.05

140

Ajustement à une loi de Gumbel


pluie journalière maximale en

120
Station de Menaa
100

80
(mm)

60

40

20

0 Pjmax= 13.51 u +30.66


-20
-2,000 -1,000 0,000 1,000 2,000 3,000 4,000 5,000
(mode=30,66 gradex=13,51 taille=29 et I.C. à 95%)

Fig. N°28 : Répartition statistique des pluies maximales journalières selon la loi de Gumbel
Station de Menaa
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Test d’adéquation :

Nombre de classe 7
Degré de liberté 4
X2 3.59

Tableau N° 35 : Pluie journalière fréquentielle Pjmax : Station de Menaa

Fréquences 0.5 0.8 0.9 0.95 0.98 0.99 0.999


Période de retour (ans) 2 5 10 20 50 100 1000
Variable réduite de Gumbel 0.37 1.50 2.25 2.97 3.90 4.60 6.91
Pjmax (mm) 35.65 50.92 61.05 70.78 83.35 92.80 124.01

7.2.1.2. Les stations de T .Abed et Djemourah :

En raison de manque des pluies journalière maximale de ces stations nous oblige
d’estimé par la formule de BODY.

La formule de Body se donne par la formule suivant :

Pjmax = 0.0525 Pan + 18.6 Avec Pan : pluie annuelle en (mm)

On applique cette formule sur les séries pluviométriques de Djemourah et T.Abed, les
résultats sont éclairés sur les annexes.

a. Station de T.Abed :

Ajustement a une loi de Gumbel :

La série est formée de 36 valeurs (1972-2007) .Les pluies journalières maximales sont
considérées comme valeurs extrêmes ajustées à la loi de Gumbel.

Statistique de base :

Nombre d'observations 36
Minimum 20
Maximum 47
Moyenne 33.1
Ecart-type 6.41
Médiane 32
Coefficient de variation (Cv) 0.194
Coefficient d'asymétrie (Cs) 0.505
Coefficient d'aplatissement (Ck) 2.71
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

70,00
pluie journalière maximale (mm)

60,00
Ajustement à une loi de Gumbel
50,00
Station de T.Abed

40,00

30,00
Pjmax= 4.96 u +30.67
20,00

10,00

0,00
-2,000 -1,000 0,000 1,000 2,000 3,000 4,000 5,000
(mode=30,67 gradex=4,96 taille=36 et I.C. à 95%)

Fig. N° 29 : Répartition statistique des pluies maximales journalières selon la loi de Gumbel
Station de T.Abed

Test d’adéquation :

Nombre de classe 8
Degré de liberté 5
X2 3.56

Tableau N° 36 : Pluie journalière fréquentielle Pjmax : Station de T.Abed

Fréquences 0.5 0.8 0.9 0.95 0.98 0.99 0.999


Période de retour (ans) 2 5 10 20 50 100 1000
Variable réduite de Gumbel 0.37 1.50 2.25 2.97 3.90 4.60 6.91
Pjmax (mm) 32.50 38.11 41.83 45.40 50.01 53.48 64.94

Pour les stations de Bouzina et Djemourah les résultats de l’ajustement à une loi de
Gumbel sont éclairés sur les annexes.

8. Les débits maximums :

Le manque des données hydrométriques dans la zone étudie, et pour déterminé les
crues, nous oblige d’estimé les débits de pointe par la formule de TURAZZA qui
s’écrit comme suite :
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

Formule de TURRAZA : ( )

Avec :

Q max (F%) : débit max de fréquence et de durée donnée (m3/s).

C : coefficient de ruissellement.

Les valeurs de coefficient de ruissellement sont présentées sur le tableau suivant :

Tableau N° 37 : les valeurs de C en fonction de la fréquence (SOGREAH 1986)

Période de retour (ans) 2 10 100 1000


F% Fréquence 0.5 0.9 0.99 0.999
Valeur de C 0.3 0.6 0.7 0.8

Ptc : la hauteur de la pluie de fréquence et durée considérée.

Ptc = Pjmax * (Tc / 24) b

Pjmax : pluie journalière maximale de fréquence donnée (mm)

Tc : temps de concentration, Tc = 9.67 h

b : l’exposant climatique, b = 0.26 d’après BODY.

S : surface du bassin versant de l’Oued Abdi, S = 691 km2.

Les résultats de calcule sont présenté dans les tableaux suivant :

Tableau N° 38 : les débits maximum fréquentielles Station de T.Abed

Période de retour (ans) 2 10 100 1000


Pjmax (mm) 32.50 41.83 53.48 64.94
Ptc (F%) 25.65 33.02 42.22 51.27
Q max (F%) 152.74 393.25 586.63 814.14

Tableau N° 39 : les débits maximum fréquentielles Station de Bouzina

Période de retour (ans) 2 10 100 1000


Pjmax (mm) 30.32 50.55 75.83 100.69
Ptc (F%) 23.93 39.90 59.86 79.49
Q max (F%) 142.49 475.19 831.73 1262.26
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableau N° 40 : les débits maximum fréquentielles Station de Menaa

Période de retour (ans) 2 10 100 1000


Pjmax (mm) 35.65 61.05 92.80 124.01
Ptc (F%) 28.14 48.19 73.26 97.90
Q max (F%) 167.56 573.92 1017.92 1554.61

Tableau N° 41 : les débits maximum fréquentielles Station de Djemourah

Périoe de retour (ans) 2 10 100 1000


Pjmax (mm) 25.54 30.86 37.51 44.03
Ptc (F%) 20.16 24.36 29.61 34.76
Q max (F%) 120.04 290.11 411.42 551.97

9. L’hydrogramme des crues :

L’hydrogramme des crues c’est la courbe qui indique la variable des débits
d’un cours d’eau en fonction du temps. Il permet d’estimer les caractéristiques des
crues : pointe de la crue, volume de la crue, le temps de montée, temps de décente, et
le temps de base.

La forme de l’hydrogramme de la crue est déterminée selon la méthode de


SOKOLOVSKI qui assimile l’hydro gramme à deux équations paraboliques :

1. L’équation de montée de la crue :

Qtm = Q max % (t / Tm)2

2. L’équation de décrue :

Qtd = Q max % [(Th – T) / Td]3

Avec :

Qt : débit partiel à l’instant t

Q max : débit maximum d’une fréquence % donnée

Tm : temps de montée de la crue (Tm = Tc = 9.67 h)

Td = temps de décrue (Td = γ * Tm)

Td = 4* 9.67 = 38.68 h

Th = Tm + Td = 9.67 + 38.68
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Th = 48.35 h

γ : coefficient évalué en fonction de la taille du cours d’eau, de la perméabilité et


de taux de boisement du bassin versant (γ = 4)

Les résultats sont portés sur les annexes

900
800 2 ans

700 10 ans
600 100 ans
débit (m3/s)

500 1000 ans


400
300
200
100
0
-100 0 10 20 30 40 50 60

Temps (h)

Fig. N° 30 : l’hydrogramme des crues station de T.Abed

1400

1200 2 ans
10 ans
1000
100 ans
Débits m3/s

800 1000 ans


600

400

200

0
0 10 20 30 40 50 60
Temps (h)

Fig. N° 31 : l’hydrogramme des crues station de Bouzina


Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

1800
1600 2 ans
1400 10 ans
1200 100 ans
Débits m3/s

1000 1000 ans


800
600
400
200
0
0 10 20 30 40 50 60
Temps (h)
Fig. N°32 : l’hydrogramme des crues station de Menaa

600,00

500,00 2 ans
10 ans
400,00
Débits m3/s

100 ans

300,00 1000 ans

200,00

100,00

0,00
0 10 20 30 40 50 60
Temps (h)

Fig. N° 33 : l’hydrogramme des crues station de Djemourah

Le phénomène de la crue est lie à l’intensité des pluies.


Lorsque le cours d'eau entre en crue et se répond sur son lit majeur, il permet la
création d'une vaste étendue de terrains : la zone inondable ou plaine alluviale.
Cependant, l'utilisation de ces zones inondables par l'homme (agriculture,
urbanisation…) à de graves conséquences parce que, elles constituent la seule source
de vie pour les habitants de la vallée.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi

Terrains à risque
Oued Abdi
D’inondation

Photo. N°05 : Terrains à risque d’inondation dans le bassin versant de l’Oued Abdi (Menaa)

Selon les données reçus auprès des anciens paysans de la vallée d’Oued Abdi, les
terrains et les terrasses alluviales étaient submergées par les crues annuelles et surtout
en été qui se caractérise par des pluies qui se produisent sous la forme de violentes
averses de fin de journée.

Ces crues constituent une contrainte majeure pour l’agriculture sur ses terrains par ses
dommages annuels mais elles trouvent le courage, la solidarité et l’intention des
habitants qui présentent une image réelle de leurs souffrances dans l’aménagement
des jardins inondables.
L’effet des ses crues est bien présenté dans le bassin voisin, celui d’Oued Labiod. La
crue du 03/04 Mai 2006 avec des dégâts évalués à plus de 35 Milliard de centimes, ce
qui représente un chiffre énorme pour une éventuelle compensation surtout pour les
ouvrages réalisés à long terme (ponts, routes,…) détruits pendant cette crue
catastrophique.
Chapitre 03 :l’étude hydro climatologique du bassin versant de l’Oued
Abdi
Conclusion :
La région d’Oued Abdi de part sa position géographique est soumise
essentiellement à l’influence de deux régimes climatiques :

 Le versant septentrional est humide : climat méditerranéen et reçoit en


moyenne de 291,73 mm de pluie (Bouzina et Teniet El Abed), et une
température moyenne de 14,08 c°. Selon le Climagramme d’Emberger ses
deux stations situent dans la zone climatique semi aride à Hiver Froid.
 Le versant méridional : dont le réseau hydrographique est plus développé
avec un climat pratiquement saharien, reçoit en moyenne 201,82 mm de pluie
(Menaa, Djemourah), et une température moyenne de 17,21 c°. ces dernières
stations situent dans la zone climatique aride à Hiver Tempéré.

On conclue aussi que l’évapotranspiration potentielle (ETP) augmente vers le Sud et


cette partie aval enregistré un déficit agricole presque toute l’année.

L’irrégularité pluviométrique et des températures est en fonction de l’altitude (la


répartition hypsométrique) et de l’exposition des reliefs.

Les terrasses alluviales de la vallée étaient submergées par les crues annuelles et
surtout en été qui se caractérise par des pluies sous la forme de violentes averses de
fin de journée.
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi
Dans ce chapitre, nous insistons, surtout, sur l’activité humaine, à savoir la
population et les enjeux socio-économiques, partie prenante de la vulnérabilité du
milieu.

1. Situation administrative :

Sur le plan administratif, La vallée de l’Oued Abdi est située à environ 80 km au Sud
de la ville de Batna, à 25 km Au Nord Ouest d’Arris, et à 60 km au Nord Est de
Biskra, il s’étale sur deux wilaya ; celle de Batna avec une superficie de 546 Km et
celle de Biskra de l’ordre 145 Km ; il englobe 7 communes :

- Bouzina, Theniet el Abed, Chir, Menaa, à l’Amont.


- Tigharghar, Djemourah, Branis à l’Aval.

2. Organisation administrative :
Tableaux N° 42 : les communes du bassin versant de l’Oued Abdi

Daïra Commune
Thniet El Abed Thniet El Abed, Chir, Oued Taga
Bouzina Bouzina, Larbaa
Menaa Menaa, Tigharghar
Djemourah Djemourah
Branis Branis
Source : D.P.A.T
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 10
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi
3. Population :

C’est une population à caractère rural inégalement repartie sur le territoire de


l’Oued Abdi, cette situation est due surtout au relief de la région qui est une zone
montagneuse avec ses spécificités en matière de développement et l’aménagement.

La répartition de la population est d’autant plus maitrisée par les conditions du milieu
naturel (zone montagneuse), le climat, l’exposition, les pentes mais aussi elle est
soumise à ses besoins.

Tableaux N° 43 : Classement des Communes selon leur taille de population en 2008

Commune Population 31/12/2008 hab


Menaa 13 531
Bouzina 13 344
Thniet El Abed 11 408
Tigharghar 6 854
Chir 5 474
Source : D.P.A.T.Batna

5474

13531 Menaa
6854
Bouzina
T,Abed

11408 Tigharghrar
13344
Chir

Fig.N° 34 : Classement des communes selon leur


taille de population en 2008

3.1. Densité de population :

La rareté des terrains urbanisables et les limites de développement de toute la vallée


d’Oued Abdi ont encouragé un développement anarchique de toute la zone en
l’absence d’un aménagement cohérent et rationnel.
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi
Tableaux N° 44 : la densité de la population par commune en 31/12/2008.

Commune Surface km2 Population Densité Hab. /Km2


Theniet el Abed 107.64 11 349 106
Chir 78.28 5 478 70
Bouzina 194.47 13 377 69
Menaa 187.88 13 422 72
Tigharghar 229.87 6 803 30
Source : D.P.A.T Batna

La densité est apparait nettement bien au niveau des grandes agglomérations (T.Abed,
Bouzina, Chir, Menaa) souvent mieux équipées par ses infrastructures et ses
équipements. La population est repartie le long de l’Oued Abdi et de la R N n° 87 où
se localisent la majeure partie des habitants, cette situation facilite leur déplacement et
favorisent les différents activités commerciales, s’ajout à ce là la qualité des services
offerts (santé, sécurité,..).

30
Theniet el Abed
106
72 Chir
Bouzina
Menaa
69 Tigharghar
70

Fig N° 35 : la densité de la polulation par


commune en 2008

3.2. L’évolution de population :

Tableaux N°45 : l’évolution de la population à travers les communes entre 5 R.G.P.H

Commune Surface R.G.P.H R.G.P.H R.G.P.H R.G.P.H R.G.P.H


km2 1966 1977 1987 1998 2008
Theniet el Abed 107.64 1 709 6 300 9 362 10 471 11 349
Chir 78.28 1 159 4 700 5 632 5 539 5 478
Bouzina 194.47 4 777 9 200 12 272 13 888 13 377
Menaa 187.88 2 738 6 000 8 831 11 855 13 422
Tigharghar 229.87 2 195 4 800 5 620 6 066 6 803
Source : D.P.A.T Batna
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi

Fig. N° 36: l’évolution de la population à travers les communes entre 5 R.G.P.H

Le tableau suivant montre l’évolution des taux d’accroissement de la population


entre 5 R.G.P.H à travers les différentes communes.

Tableaux N°46 : l’évolution des taux d’accroissement de la population entre 5


R.G.P.H

Commune Taux d’accroissement %


1966-1977 1977-1987 1987-1998 1998-2008
Theniet el Abed 11.46 3.91 1.02 0.80
Chir 12.09 1.80 -0.15 -0.11
Bouzina 6.33 2.86 1.12 -0.37
Menaa 7.47 3.82 2.66 1.24
Tigharghar 7.45 1.57 0.69 1.15
Total 44.8 13.96 5.34 2.71

Source : D.P.A.T Batna

D’après les tableaux et la figure représentative en remarque une diminution dans le


nombre d’habitants entre l’année 1998 et 2008 dans les communes de Chir et
Bouzina. Cette diminution est expliquée par l’exode rural vers les villes de Batna,
Arris et Biskra pour la recherche de meilleures conditions de travail comme le
commerce et l’industrie.
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi
4. Les caractéristiques économiques :

4.1. Le secteur agricole :

4.1.1. Commune de Thniet El Abed

L’agriculture est assez peu développée dans la commune de Thniet El Abed, qui est
dû à deux facteurs :

 Le premier facteur est le relief accidenté qui n’offre pas de grandes surfaces
agricoles du fait que la région est montagneuse et les terres sont à fortes
pentes. A cet effet, les terres cultivables sont localisées aux piémonts des
montagnes ainsi qu’aux bords de l’Oued où se trouvent les terres alluviales.

 Le second facteur c’est l’insuffisance des ressources hydriques de surface.

Tableaux N° 47 : Répartition des terres (commune de Thniet El Abed)

Occupation des terres Superficie (Ha)


Surface totale de la commune 10764
Forêts et maquis 4000
Surface agricole totale 5200
Terres improductives des exploitations agricoles 145
Parcours et pacage 898
S.A.U total 4157
Surfaces irriguées 100
Céréaliculture 2100
Blé dure 1300
Orge 800
Culture maraichères 19
Fourrage (orge en verts) 100
Prairies naturelles 20
Arboriculture 79
Source : P.D.A.U Thniet El Abed

La commune de Thniet El Abed est une région montagneuse, elle accuse un déficit en
terres et en eau, ce qui se traduit par une surface agricole utile faible soit 38.62 % de
la superficie de la commune. La S.A.U constitué prés de 80 % des terres agricoles.

Les céréalicultures s’étend sur une surface de 2100 ha, soit environ 50.52 % de la
S.A.U. Les terres plantées occupent une superficie de 79 ha (pommiers, poiriers,
abricotiers).
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi
Globalement les terres agricoles de la commune se repartissent en 898 ha de parcours
et pacage, 79 ha arboriculture, 2100 ha céréaliculture et 20 ha de prairies naturelles.

Il est à signaler que les parcelles exploitées pour les cultures vivriers (autosuffisance),
ce qui les exclus de l’aide étatique, car pour bénéficie de cette aide la parcelle avoir
plus de 20 arcs et avoir un acte de propriété, ce qui est très rare à Thniet El Abed.

S’agissant de l’habitat rural, dont bénéficie les riverains leur revient très couteux
(décapage important, terrain accidenté, éloignement).

4.1.2. Répartition de la S.A.U par commune et par habitant

Tableaux N° 48 : Répartition de la S.A.U par commune et par habitant a fin 2008

Commune Population Surface S.A.U S.A.U S.A.U SAU


(Ha) Total Irriguée Total Irriguée
(Ha) (Ha) (Ha/Hab.) (Ha/Hab.)
Theniet el Abed 11 408 10764 4157 100 0,3643 0,0087
Chir 5474 7828 1814 25 0,3313 0,0045
Bouzina 13 344 19447 6313 210 0,4730 0,0157
Menaa 13 531 18788 5051 150 0,3732 0,0110
Tigharghar 6854 22987 5602 50 0,8173 0,0072
Source : D.P.A.T Batna

A partir de ce tableau on remarque que la commune de Bouzina représente une


superficie agricole utile de 6313 ha soit 32.46 % de la superficie de la commune, et
5051 ha dans la commune de Menaa soit 26.88 %, et 5602 ha dans la commune de
Tigharghar soit 24.37 %, et enfin la commune de Chir représente une S.A.U de 1814
ha soit 23.17 % de la superficie de la commune.

Fig. N° 37 : Répartition de la S.A.U par commune et par habitant a fin 2008


Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi
L’importance de la surface agricole utile est largement tributaire de la nature des
structures de relief.

Tableaux N° 49 : Répartition des infrastructures d’élevage et les machines agricoles


Commune Infrastructure d’élevage Machinisme agricole
Poulaillers Etables tracteurs Matériel récolte
Thniet El .Abed 3 - - -
Bouzina 3 - 18 -
Menaa 5 - 6 -
Tigharghar 2 - - -
Chir 1 - 4 -
par commune

Source : D.P.A.T Batna

4.1.3. Les équipements agricoles :

Le tableau suivant représente les infrastructures d’élevage et les machine agricole qui
se trouvent dans les communes d’Oued Abdi.

A partir de ce tableau on a observé 13 poulaillers entre les 5 communes. Un nombre


insuffisant due aux conditions climatiques, ainsi une insuffisance en matière de
machinisme agricole ce qui indique l’utilisation de matériel traditionnel.

4.1.5. Les équipements hydrauliques :

La vallée de l’Oued Abdi est caractérisée par une nappe phréatique très évaluée est
exploitée pour les déférent besoins tel que les puits, les forages et les sources.

Tableaux N° 50 : La répartition des ouvrages hydraulique dans le bassin versant de


l’Oued Abdi.

Commune Ouvrages Hydrauliques (u) Irrigation (ha)


Puits Forages Sources Bassin Goutte à Aspersion
d’accumulations goutte
Thniet El Abed 325 50 8 3800 m3 1580 -
Bouzina 94 33 18 2500 // 17 08
Menaa 63 10 18 200 // - -
Tigharghar 27 06 5 - - -
Chir 137 - 5 1050 // 27 -
Source : D.P.A.T Batna
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi

Fig. N° 38 : Répartition des ouvrages hydraulique par commune

D’après le tableau n° 50 et la Fig. n° 38 on a remarqué que l’existence des puits est


très important dans la vallée d’Oued Abdi où se trouve 325 puits dans la commune de
Thniet El Abed, et 137 dans la commune de Chir, tandis que les communes de
Bouzina et Menaa enregistre respectivement 94 et 63 puits. Ces chiffres nous donnent
indication sur l’utilisation des eaux de surface en présence des sources naturelles
d’eau dans les deux communes de Menaa et Bouzina.

4.1.6. L’élevage :

Tableaux N° 51 : La répartition du l’élevage par commune.

Commune Cheptel (têtes) Petit élevage


Ovin Bovin Caprin Camelin Aviculture Aviculture Apiculture
chair ponte
Thniet El 1500 50 4200 - 2000 sujets - 4877 RP
Abed
Bouzina 6012 21 6857 - 6000 // - 1433 //
Menaa 212 122 8748 - 16000 // - 2740 //
Tigharghar 363 03 6260 - 2000 // - 1374 //
Chir 180 04 1200 - - - 1154 //
Source : D.P.A.T Batna
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi

Fig. N° 39 : Répartition de l’élevage par commune

D’après la Fig. n° 39 le cheptel dans la vallée de Oued Abdi se compose d’une


grande partie de caprin avec une proportion de 76.32% et cela est du à l’adaptation de
ce type aux conditions climatiques et topographiques de la montagne.

Commune de Thniet El Abed

Cheptel : l’élevage est une activité qu’on ne peut dissocier de l’agriculture. La


composante caprine et ovine demeurent importantes, elles représentent respectivement
73 % et 26 %. Alors que l’espèce bovine représente 0.86 % du cheptel.
Aviculture : la commune dispose de trois poulaillers d’une capacité de 2000 sujets
parce que les conditions climatiques et morphologiques de cette zone ne se prêtent pas
à cette activité.
Apiculture : la production de miel est étroitement liée au comportement des abeilles
ainsi que l’environnement des ruches. Nous avons recensé à travers le territoire de la
commune un nombre de 4877 ruches entre traditionnelles et modernes, leur
production est estimée entre 4 et 5 kg/ruche. Cependant une contrainte majeure
apparait, c’est celle de la nécessité de transhumance de ruche.
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi
5. L’évacuation des eaux usées (Assainissement) :

L’assainissement est devenu une préoccupation de même niveau que l’AEP,


cette préoccupation exprimée par les communes et les citoyens face au problème posé
par le rejet des eaux usées rentre dans le cadre de la lutte contre la pollution de
l’environnement, des rivières et des nappes phréatiques.

Toutes les rejets des eaux de la majorité des agglomérations sont évacuées
directement dans les Oueds principalement Oued Abdi et Oued Bouzina engendrent
une pollution des nappes ou des puits limitrophes sans traitement préalable à
l’exception de Menaa qui possède un bassin de décantation d’une capacité de 500 m3.

L’assainissement des agglomérations a pour objet d’assurer l’évacuation de


l’ensemble des eaux usées et pluviales, ainsi que leur rejet dans les exutoires natures
et obéissant aux exigences de la santé publique.

Tableaux N° 52 : Etat du réseau d’assainissement à travers les communes.

Commune Population Longueur du réseau Taux de branchement


(ml) (%)
Theniet el Abed 11 349 17001 89
Chir 5 478 6539 65
Bouzina 13 377 16151 72
Menaa 13 422 21798 95
Tigharghar 6 803 14078 74
Source : D.P.A.T Batna
Chapitre 04 : les caractéristiques socio-économiques du bassin versant de
l’Oued Abdi
6. Tourisme :

La vallée de l’Oued Abdi attachante par sa variété et sa beauté. A 37 km de Batna a


partir de Tazoult ou a partir d’Arris (route du col de Thniet Baali 1725 m) on y accède
au Nord par le col de Thniet Ressas à 1750 m ou tout l’itinéraire est limité par ces
dechras, petites et perchées au dessus des terrains de culture, tel que : TELTZ,
AIDOUS, THENIET EL ABED, NOUADER, SIDI BELKHIR, CHIR, MENAA,
NARA, AMANTANE.

La vallée d’Oued Abdi se caractérise par ses spécificités, culturelles, historiques,


artisanales, et les sites typiques tel que Menaa (dechra typique), Tagoust, Chir et
surtout Bouzina sont des villages de même type, et les sites naturels (Djebel Mahmel
2321 m).
Certain site ont une valeur historique et culturelle bien établie tel que le Grenier de
Baloul dans la commune de Menaa : Une Guelaa classée patrimoine national en 1993.

Photo. N° 06 : Grenier de Baloul commune Menaa

Conclusion

 L’évolution de la population on générale est en augmentation continue


jusqu’à le recensement de 2008 qui indique une décroissance liée à
l’exode des travailleurs vers les villes voisines.
 La population de la vallée d’Oued Abdi se centralise beaucoup plus dans
les agglomérations secondaires que dans le chef lieu de la commune donc
une population rurale avec des conditions de travail dans le secteur
agricole.
 Du point de vue agricole, cette région des Aurès est connue
particulièrement par l’arboriculture (les pommiers à Bouzina et les
Abricotiers à Menaa) et la culture des céréales en cours d’extension au
niveau de Nirdi.
 Le secteur agricole se base sur des moyens traditionnels donc une
nécessité de modernisation de se secteur.
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
Dans ce chapitre nous avons essayé de connaitre les différentes formes
d’occupation des sols sur la totalité du bassin versant d’Oued Abdi pour mieux
étudier, analyser et comprendre les interactions avec les autres éléments du milieu
physique.

La réalisation de cette carte nous oblige d’utiliser la télédétection comme outil


adéquat qui offre la possibilité de découvrir le terrain avec les images satellitaires.

Le terme « Télédétection » désigne «l’ensemble des connaissances et techniques


utilisées pour déterminer des caractéristiques physiques et biologiques d’objets par
des mesures effectuées à distance, sans contact matériel avec ceux –ci.»

Dans ce vaste ensemble, la télédétection spatiale correspond aux techniques


d’observation de la terre à partir de satellites, qui utilisent les propriétés du
rayonnement électromagnétique. (Françoise D, 1995).

1. Méthodologie d’approche :

Dans notre cas nous avons utilisé les images du satellite LANDSAT, qui couvrent
le bassin versant de l’Oued Abdi, la première image représente la partie Nord et la
deuxième représente la partie Sud du Bassin.

1.1. Le satellite LANDSAT :

Le programme d’observation de surface terrestre « Landsat » est le plus ancien des


Etat Unis, sept satellites Landsat ont été lancés depuis juillet 1972. Le dernier d’entre
eux, Landsat 7, marque une nouvelle orientation dans le programme afin de réduire le
coût des données et d’augmenter la couverture globale de la terre.
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
Tableau N° 53 : les caractéristiques de satellite LANDSAT 7

LANDSAT 7 ETM+
Pays USA
Date de lancement 15 avril 1999
Altitude 705 km
Capteur ETM +
Type Radiomètre à balayage
Bandes spectrales 1. (0.45 - 0.52 Mm)
2. (0.52 - 0.60 Mm)
3. (0.63 - 0.69 Mm)
4. (0.76 - 0.90 Mm)
5. (1.55 – 1.75 Mm)
6. (10.4 – 12.5 Mm)
7. (2.08 – 2.35 Mm)
Pan (0.52-0.90 Mm)
Résolution spatiale 30*30 m
Bande 6 :120*120 m
Pancro : 15*15 m
Dimension d’une scène 185*172 km
Stéréoscopie Oui
Fréquence de passage 16 jours
Vocation Végétation, occupation du sol et
cartographie
particularité Grande variété spectrale
Source : Bensaid A, 2006.
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
1.2. Les étapes de réalisation de la carte d’occupation du sol :

Données satellitaire Cartes topographiques


Scènes 194/35 du 02/04/2001 1/50000
Scènes 194/36 du 15/04/2000

Choix des canaux

ETM + 4, ETM +3, ETM +1

Composition colorée (choix des


échantillons)

Terrain Classification

Mission Validation de la
d’échantillonnage classification

Correction géométrique Extracteur des points


Réalité de terrain de l’image classifiée d’appui

Restitution Carte d’occupation


cartographique
du sol

Fig. N°40 : Schéma méthodologique pour la réalisation de la carte d’occupation du


sol.
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
1.3. Présentation du logiciel utilisé (ENVI 4.0) :

Le logiciel ENVI est un logiciel commercial complet de traitement d’images de


télédétection optiques et radar. Toutes les méthodes de traitement d’images de
corrections géométriques, radiométriques, de démixage radiométrique, de
classification et de mise en page cartographique sont présentes.
D’autres outils relatifs à la visualisation et à la modélisation de données
topographiques sont aussi disponibles. Aussi, il est aussi important de signaler que le
logiciel ENVI est conçu en langage IDL et offre donc des moyens de programmation
évoluée, (Soudani k, 2006).
En général, le logiciel dispose essentiellement de tous les outils nécessaires au
traitement d’images dans différentes disciplines, et permet pour chacun
d’implémenter sa propre stratégie d’analyse.
Ouverture d’une image sous ENVI :

Display 1

Scroll Zoom

Fig. N° 41 : image satellitaire sous ENVI 4.0

La figure N° 41 représente la recopie d’écran de l’image LANDSAT lue à l’aide du


logiciel ENVI 4.0.
Le logiciel ENVI à l’avantage de présenter l’image avec trois agrandissements, trois
fenêtres sont disponible : la fenêtre principale Display 1, le Scroll et le Zoom. Le
carré rouge sur la fenêtre Scroll permet de d’éliminer la zone géographique qui
s’affichera sur la fenêtre Display.
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi

2. Les différentes phases d’analyse d’image LANSAT :


Le traitement d'image commence par l'extraction du secteur d'intérêt et la correction
géométrique de l'image LANDSAT dans le système de référence UTM/WGS 84,
fuseau 32. Les techniques d'amélioration de contraste permettent ensuite d'augmenter
la qualité visuelle de l'image.

Carte N° 11 : Localisation de la zone d’étude suivant le système de projection UTM par


rapport au territoire national

2.1. Composition colorée :

La composition colorée a été obtenue à partir d’une superposition de trois canaux


(ETM + 4, ETM +3, ETM +1) de la scène.

La composition colorée a été utilisée comme une image de départ afin de guider les
traitements d’images, l’échantillonnage au sol et l’extraction des points d’appui pour
une éventuelle correction géométrique.
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° 12 : la composition colorée canaux B4, B3, B1 (la partie Nord du bassin
versant d’Oued Abdi Scènes 194/35 du 02/04/2001

Carte N° 13 : la composition colorée canaux B4, B3, B1 (la partie Sud du bassin
versant d’Oued Abdi Scènes 194/36 du 15/04/2000
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
2.2. Correction géométrique :
Les corrections géométriques permettent de compenser en totalité ou une partie ces
déformations de distorsion. Pour rendre le résultat superposable à un système de
représentation cartographique, il est nécessaire d’appliquer une correction
géométrique. Dans cette étude, la rectification est effectuée par l’acquisition des
points amers figurant à la fois sur la composition colorée et sur les cartes
topographiques (projection UTM fuseau 32). (Benmessaoud H ,2009)

2.3. Classification de la composition colorée :


L'apparition de la télédétection spatiale a entraîné le développement de nombreuses
méthodes de traitement de l'information numérique fournie par les satellites
actuellement disponibles.
Toutes s’appliquent à identifier, puis regrouper (on appelle cette démarche
classification) les différents thèmes d'après leurs signatures spectrales. Dans le cas de
la classification supervisée, l’opérateur définit a priori les classes qu’il désire
constituer et recueille un certain nombre de réalités terrain se rapportant à chacune des
classes qu’il envisage de mettre en évidence. La méthode repose alors sur l’hypothèse
suivante : la distribution statistique des réponses radiométriques de chaque classe
caractérise l’objet physique correspondant. Celle-ci sert donc à établir les plages
radiométriques pour lesquelles un pixel donné correspond à une classe donnée. La
réalité de terrain est ainsi garante de la relation existante entre le terrain et la
classification finale effectuée.
C’est le mode supervisé qui a été choisi pour réaliser la classification de la zone
d’étude. La méthode du maximum de vraisemblance a été retenue pour la
classification de la composition colorée. Cette méthode est considérée comme une
technique puissante de classification. La règle de décision de cette méthode est basée
sur la probabilité d’un pixel d’appartenir à une classe particulière. (Bensaid A, 2006).
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
La figure 42 illustre les différentes étapes de la classification supervisée.

Localisation et saisie des échantillons


retenus pour la classification sur la
composition colorée

Analyse du fichier statistique


des échantillons

Classification

Analyse de la matrice de confusion

Confusion entre classes

Non
Oui

Interprétation visuelle
Groupements de classes en
confusion

Classification définitive

Fig. N° 42 : les différentes étapes de la classification supervisée


Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi

2.4. Choix des zones d’entraînement :


La parie Nord du bassin versant :
- Foret claire
- Maquis (chêne vert)
- Reboisement
- Sol nu à texture marneuse (sol rouge)
- Sol nu à texture rocheuse
- Céréaliculture
- Arboriculture
La partie Sud du bassin versant :
- Maquis plus dégradé (genévrier de Phénicie)
- Sol nu à texture marneuse
- Sol nu à texture rocheuse
- Arboriculture (palmier)
- Sol nu à texture sableuse
La classification supervisée peut être lancée en appliquant la méthode statistique du
maximum de vraisemblance. D’après le logiciel ENVI 4.0, qui permet de définir les
zones tests par la fonction « région of interest ».

2.5. Missions d’échantillonnages et réalité de terrain :

Pour la réalisation et la conception de la carte d’occupation du sol de bassin versant


d’Oued Abdi, nous nous sommes appuyés sur les données de contact de terrain.
Ils ont porté sur des parcelles suffisamment homogènes, avec reconnaissance de la
nature de l'occupation des sols. L'usage d'un GPS a facilité la collecte des
coordonnées des centres des parcelles.

Photo. N° 06 : Maquis claire de chêne vert Photo. N° 07 : Terrains nu à texture rocheuse Dj


Mahmel
(T. Abed)
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi

Photo. N° 08 : Céréalicultures (Gourza) Photo. N° 09 : Maquis plus dégradé genévrier de


Phénicie (Chir)

Photo. N° 10 : Arboriculture (Oued Abdi) Photo. N° 11 : Terrains nu à texture marneuse


Bouzina (sol rouge)

Photo. N° 12 : Terrains nu à texture sableuse (Branis) Photo. N° 13: Arboriculture et palmier (Amentane)
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
2.6. Application de l’algorithme de maximum de vraisemblance :
La classification supervisée se déroule en deux étapes :
La première étape consiste à sélectionner des zones de l’image dont on connaît la
vraie occupation du sol. Ces zones sont appelées régions d’intérêt Regions of interest
sous ENVI.
Utiliser ensuite ces zones comme références à la généralisation sur l’ensemble de
l’image.
2.6.1. Choix des zones d’intérêt
Menu Tools – Region of Interest – ROI Tool.

Fig. N° 43 : Boite de dialogue illustre l’étape de choix des zones d’intérêt


Dans la boîte de dialogue ROI Tool – Validez l’option Off. Ensuite, Affichez sur le
même écran, la fenêtre principale et le zoom. Choisissez ensuite une zone homogène.
Utilisez ensuite l’outil Edit dans ROI Tool pour affecter un nom à cette zone test.
Cliquez ensuite sur zoom dans la fenêtre ROI Tool et commencez alors la délimitation
de la zone test.
- Utiliser le bouton gauche de la souris pour entourer la zone test.
- Cliquez deux fois sur le bouton droit de la souris pour terminer.

Fig. N° 44 : Boite de dialogue ROI Tool


Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
Refaite cette même opération pour les autres zones de référence
Délimitez les classes suivantes :

Fig. N° 45 : la délimitation des zones d’entrainement dans l’image

Dans la boîte de dialogue ROI Tool – cliquez sur Off pour arrêter les sélections.
Ensuite dans le menu File – Save ROIs – Select All Items – Choose puis donnez un
nom au fichier qui contiendra les différentes régions sélectionnées.

Fig. N° 46 : Boite de dialogue illustre l’étape Save Rois


Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
2.6.2. La classification supervisée :
On a utilisé la méthode de Maximum de vraisemblance
Menu principal ENVI- Classification- Supervised – Maximum likelihood

Fig. N° 47 : Boite de dialogue illustre la classification supervisée par la méthode de


Maximum de vraisemblance
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le Bassin versant de l’Oued Abdi
Carte N° 14 : la classification supervisée par maximum de vraisemblance LANDSAT 2001
(La partie Nord du bassin versant d’Oued Abdi)
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le Bassin versant de l’Oued Abdi
Carte N° 15 : la classification supervisée par maximum de vraisemblance LANDSAT 2000
(La partie Sud du bassin versant d’Oued Abdi)
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
La carte finale d’occupation du sol du bassin versant de l’Oued Abdi représente des
informations très importantes par l’identification et l’inventaire de l’espace, en
général les cultures, les terrains nus, ainsi que les formations forestières sont bien
identifiables.

2.6.3. Validation de la classification :

Pour la validation de la classification, nous avons estimé le pourcentage des pixels


correctement classés à l’intérieur de chaque polygone test.
La matrice de confusion illustre la performance de la classification.

Fig. N° 48 : la méthode de réalisation de matrice de confusion


Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le Bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 16
Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le Bassin versant de l’Oued Abdi
Tableau .N° 54 : Matrice de confusion de la classification de l’image LANDSAT 2001 (La partie Nord du Bassin versant)

Classes Arboriculture Terrains nu Céréalicultures Maquis Reboisement Foret claire Terrains nu Total
rocheuse marneuse
Nom classé 0 0 0 0 0 0 0 0
Arboriculture 276 0 0 0 0 0 0 276
Terrains nu 0 480 0 25 4 3 1 513
rocheuse
Céréalicultures 5 2 36 3 5 0 0 51

Maquis 0 71 13 34 7 4 0 129
Reboisement 0 35 5 15 14 2 0 71
Foret claire 0 181 6 4 4 27 0 222
Terrains nu 0 2 0 0 0 0 103 105
marneuse
Total 281 771 60 81 34 36 104 1367

Indice kappa = 0.60

Précision générale de la classification = 70.95 %


Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le Bassin versant de l’Oued Abdi

Tableau .N° 55 : Matrice de confusion de la classification de l’image LANDSAT 2000 (La partie Sud du bassin versant)

Classes Arboriculture Terrains nu Terrains nu Maquis Terrains nu sableuse Maquis plus Total
rocheuse marneuse dégradé
Nom classé 0 0 0 0 0 0 0
Arboriculture 653 1 0 0 0 0 654
Terrains nu 4 566 1 5 1 6 583
rocheuse
Terrains nu 0 1 438 1 0 0 440
marneuse
Maquis 0 43 5 8 0 23 79
Terrains nu 0 32 32 3 66 41 174
sableuse
Maquis plus 1 1 3 11 8 116 140
dégradé
Total 658 644 479 28 75 186 2070

Indice kappa = 0.85

Précision générale de la classification = 89.22 %


Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi
2.6.4. Interprétation des résultats :

A l’aide des données de télédétection nous avons mis en évidence les grandes
recompositions spatiales des différents types d’occupation du sol ainsi que leur surface.
Les résultats sont mentionnés dans le tableau suivant.
Tableau .N° 56 : Pourcentage des unités d’occupation du sol dans le bassin versant de
l’Oued Abdi.

Unité d'occupation du sol Superficie en km2 Superficie en %


Terrains nu à texture rocheuse 119.31 17.25
Terrains nu à texture marneuse 13.29 1.92
Terrains nu à texture sableuse 140.81 20.36
Maquis 197.91 28.64
Céréalicultures 63.24 9.15
Arboriculture 11.54 1.67
Maquis plus dégradé 123.41 17.85

Reboisement 20.46 2.96

Foret claire 1.42 0.20


Chapitre 01 : Télédétection et cartographie de l’occupation du sol dans le
Bassin versant de l’Oued Abdi

Arboriculture
Terrains nu à texture marneuse
Céréalicultures
Terrains nu à texture rocheuse
Terrains nu à texture sableuse
Maquis
Maquis plus dégradé
Reboisement
Foret claire

Fig N° 49 : le pourcentage des unités de l'occupation du sol dans


le bassin versant de l'Oued Abdi

L’occupation des sols dans la vallée d’Oued Abdi se défère du Nord vers le Sud.

La lithologie dans la partie Nord du Bassin versant est constituée par des alternances des
calcaires et des marnes présentent des terrains nus rocheux essentiellement des calcaires
et des terrains nus à textures marneuse, ces terrains défavorables à la construction, les
travaux au sol sont difficiles pour la réalisation, la morphologie de terrain est très
accidenté, dans la partie Sud on se trouve des grés présentes des terrains nus à texture
sableuse. Par ailleurs ces terrains nus sont exposés à l’érosion hydrique et à la
désertification.

Le couvert végétale est dominée par les formations de Maquis claire de chêne vert dans la
partie Nord dégradé vert le Sud par des Formations steppiques tel que le genévrier de
Phénicie et l’armoise.

Les cultures irriguées se localisent le long de l’Oued Abdi, sur des pentes faibles
présentes des plaines alluviales, ces derniers constitués par des sols alluviaux à haut
potentiel agronomique. Dans la parie Nord ces culture généralement sont des
arboricultures et maraichage, par contre dans la partie Sud on se trouve des palmiers plus
l’arboriculture.

L’occupation des sols constitue une contrainte majeure pour le développement et


l’aménagement du territoire dans cette vallée surtout les terrains nus qui couvrent la
grande partie du bassin.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
Divers sens sont donnés au terme de contrainte. Dans son acception la plus courante, cette
notion est synonyme de contraignant, et des lors, la contrainte vient " en opposition " à quelque
chose. Dans le cadre théorique du possibilisme, la contrainte est un facteur limitant et la société
doit la surmonter ou s’y adapter.

Une contrainte est un élément permanent dont l’homme doit tenir compte pour s’installer
ou développer ses activités.

Ici, la vallée d’Oued Abdi présente de nombreuses contraintes. Mais il faut remarquer
que ces contraintes ne sont pas uniquement négatives. Elles dépendent en fait de la façon
dont la société les prend en compte. Ces contraintes sont donc plutôt perçues comme
positives par les touristes qui voient dans la vallée d’Oued Abdi un site « naturel »
préservé et sauvage.
1. La morphologie du bassin versant de l'Oued Abdi :

L’analyse morphologique nous permet de dégager certaines contraintes du milieu liées aux reliefs
et leur configuration. La caractérisation du relief se fera sur la base de deux critères :
L’altitude et la pente et donnera lieu à une carte des unités morphologiques.

Les méthodes modernes à caractère numérique sont aujourd’hui plus que nécessaire en
raison de leur précision telle que le modèle numérique du terrain MNT et ses dérivées.

1.1. Elaboration du modèle numérique de terrain (MNT) :

Le modèle numérique de terrain est définit comme étant une représentation numérique
d’une surface continue. Bien que les MNT soient initialement développés pour la
modélisation du relief, il permet être utilisés pour modéliser la variation continuelle de
n’importe quel autre variable Z sur une surface bidimensionnelle.

1.1.1. Etapes de création du MNT :

 Acquisition des données : l’acquisition des données altimétriques a été faite par
numérisation des courbes de niveau à partir de la mosaïque de 5 cartes topographiques à
l’échelle de 1/50 000 (Arris Est, Arris Ouest, Tkout Ouest, El Kantara Est, Biskra Est).
 Traitement des données : a l’aide de logiciel MapInfo Professional 8.0 et d’après le
module Vertical Mapper 2.6, les courbes de niveau sont transformées en points avec la
fonction « poly-to-point » qui permet de transformer les polylines en points en
sauvegardant les même attributs d’origine, cette transformation est une étape nécessaire
pour faire l’interpolation et générer le MNT et ces dérivés.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
On peut résumer notre démarche pour la génération du MNT comme suite :

 Digitalisation des courbes de niveau ;

 Transformation des polylines en points ;

 Interpolation par la méthode de triangulation ;

 Obtention du MNT et ces dérivés.

1.1.2. Génération du MNT et produit dérivés :

La fonction de Vertical Mapper 2.6 « Grid Manager » permet de créer les différents
produits dérivés (carte des pentes, carte d’exposition …).

Fig. N° 50 : Boite de dialogue illustre le Grid Manager

1.1.3. Visualisation en 3D :

L’outil Grid View permet de créer une visualisation en 3D qui donne une idée sur la
morphologie de Bassin versant.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi

Carte N° : 17
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
A partir du modèle 3D du terrain en peut observer deux types de relief :

- Un relief élevé entre 1200 m et 2300 m d’altitude dans la partie Nord du bassin versant et
constitue les montagnes et leurs piémonts.
- Des reliefs peu élevés entre 200 m et 1000 m d’altitude présenté par les plaines alluviales
et les vallées.

Photo. N° 14: le début du Bassin versant de


l’Oued Abdi avec 2100 m d’altitude

- La zone de Goureza-

Photo. N°15 : l’extrémité du Bassin


versant de l’Oued Abdi avec 200 m
d’altitude – la zone de Branis -
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 18
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
Le Bassin versant de l’Oued Abdi est caractérisé par une déclivité très forte, les paysages
sont à reliefs fortement escarpés, c’est un milieu physique accidenté et difficilement
accessible, formé par deus montagnes opposées donnant naissance de la vallée Oued
Abdi.

Cette zone est divisée en deux sous zones :

 Sous zone 1 : représente les montagnes.

Ces massifs sont entrecoupés par de nombreux Bassin, ceci révèle l’importance de la
tectonique qui a affecté la région des Aurès.

- Entre l’Oued Bouzina et l’Oued Abdi le massif du Mahmel.

Massif du Mahmel :
Cette chaîne importante sépare la vallée de l'Oued Bouzina de la haute vallée de l'Oued
Abdi.
De l'autre côté de cette gorge le massif se continue très étroit, très raide, véritable
muraille présentant trois ou quartes coupures profondes suivies par des chemins.
Cette chaîne s'appelle djebel Talilit (1171 m), djebel Tiloucache (922 m), Draa Kroumet
Ed Dib puis elle forme le bord droit des gorges des Beni Souik et se termine au dessus et
au Nord de la petite oasis de Guedila.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi

Montagne

Piémont

Plaine alluviale

Photo N° 16 : La morphologie physique diversifiée et contrastée (Baali-T.Abed)

 Sous zone 2 : regroupe les vallées et les plaines alluviales.

C’est un ensemble de cuvettes et de dépôts quaternaires qui a subit le même processus de


formation durant les périodes pluvieuse. La formation de nombreuse petites plaines
alluviales le long des crues et de l’accumulation des Oueds au début du quaternaire.

Ces plaines présentent des sols alluviaux à haut potentiel agronomique.


Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
1.1.4. Les produits dérivés du MNT :

A. Carte des pentes :


A partir du MNT on a réalisé la carte des pentes présentée dans la description physique
de la zone d’étude (Partie 1- Chapitre 1), en se basant sur la classification de la FAO qui
prendre cinq classes de pentes.

1. Analyse des déférentes classes de pente dans le bassin versant.

Tableau N° 57 : la répartition des pentes dans le bassin versant de l’Oued Abdi

Classe de pente Superficie (km2) Pourcentage Description


%
0-3 % 55,25 7,99 Faible
3-12,5 % 229,65 33,23 Moyenne
12,5-25 % 273,6 39,59 Forte
Sup 25 % 132,5 19,17 Très forte

% 0-3

% 12,5-3

25-12,5
%

Fig N° 51 : la répartition des pentes dans le bassin


versant de l'Oued Abdi
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi

Arboriculture et Photo. N°17 : classe de pente (0-3 %)


maraichage dans la partie Nord du bassin versant
Oued Abdi de l’Oued Abdi (T. Abed)

0-3%

Photo. N°18 : classe de pente (0-3 %) dans la


partie Sud du bassin versant de l’Oued Abdi
(Djemourah)

0-3%

Oued Abdi
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
La classe 0-3 % :

Il présente 55.25 km2 soit 7.99 % de la superficie totale du bassin, se sont des terrains faible
pentes se localisent le long de l’Oued Abdi et sont occupés par l’arboriculture et le maraichage.

Ces terrains sont inondables et à risque de glissement.

Sup 25 %

12.5- 25 %

3-12.5 %

0-3 %

Photo. N°19 : déférent classe de pente dans le bassin versant d’Oued Abdi (T. Abed)
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 19
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
La classe 3-12.5 % :

Il présente 229.65 km2 soit 33.23 % de la superficie, c’est des terrains à pentes moyenne se
localisent sur les versant Est et Ouest du bassin.

Le nom disponibilité des terrains favorables à la construction a poussé les gens à construire le
long de la route nationale n°87.

Les terrains favorable à la construction sont constitué par des glacis alluviaux, la pente est
inferieur à 15 %, les travaux au sol sont facile à réaliser. Ces terrains sont à priori favorables aux
constructions.

La classe 12.5- 25 % :

Présente 273.6 km2 soit 39.59 % de la superficie, c’est terrains se caractérise par une pente forte,
se localisent sur les versants Nord Est et Sud Ouest de l’Oued Abdi. Les paysages sont à reliefs
fortement escarpés. Ces zones présentent des contraintes pour l’aménagement.
Les terrains moyennement favorables à la construction sont constitués des pentes variant entre
12.5 et 25 %.

Ils sont constitués par des glacis alluviaux. Les travaux au sol sont moyennement difficiles à la
réalisation.

La classe sup 25 % : présente 132.5 km2 soit 19.17 %, se sont des terrains à très forte pentes se
localise dans les sommets des montagnes.
Les terrains défavorables à la construction sont constitué de pente supérieure 25 % et les travaux
au sol très difficiles à réaliser. Les terrassements, fouilles et tranchées sont difficiles à réaliser.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi
Carte N° : 20
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
2. Analyse de la contrainte pente (Cas spécifiques)

Pour mieux analyser les contrainte pente on a essayé de faire un zoom sur une partie du
bassin versant, et pour cela on a choisi deux communes : (T.Abed en Amont et Menaa
dans la partie Aval du bassin).

La région de Thniet El Abed :

La commune de Thniet El Abed est une bourgade perchée sur les hauteurs des Aurès, elle
est située au Sud du chef lieu de la wilaya de Batna à 25 km de la localité d’Arris et 60
km de la ville de Batna. Elle se trouve sur la RN n° 87 qui relie Batna à Biskra.

Elle se localise le long de la vallée d’Oued Abdi qui constitue une ressource en eau et en
végétation.

L’agglomération secondaire de T.Abed est située au Sud Ouest du chef lieu à une
distance d’environ 2.5 km. Elle est bâtie sur une colline, entouré par des terrains ravinés.
Avec des pentes raides dépassant 20 % et la morphologie des terrains est très accidentée.
Les extensions urbaines sont pratiquement impossibles, vu les pentes des terrains et la
nature rocheuse du sol.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 21
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableau N° 58 : Répartition superficie des pentes (Thniet Al Abed)

Classe de pente Superficie (km2) Pourcentage %


0-3 % 5.25 5.00
3-12.5 % 57.16 54.59
12.5-25 % 49.57 47.34
Sup 25 % 3.07 2.93

% 3-0

% 12,5-3

25-12,5
%

Fig N° 52: le pourcentage des pentes dans la commune de


Thniet Abed
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi
Carte N° : 22
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
La classe 0-3 % : il présente 5.25 km2 soit 5 % de la superficie, se sont des terrains à
faible pentes se localisent le long de l’Oued Abdi et sont occupés par l’arboriculture et le
maraichage.

La classe 3-12.5 % : il présente 57.16 km2 soit 54.59 % de la superficie de T.Abed, c’est
des terrains à pentes moyennes se localisent sur les versant de l’Oued Abdi. Le nom
disponibilité des terrains favorables à la construction a poussé les gens à construire le
long de la route nationale n°87.

La classe 12.5- 25 % : présente 49.57 km2 soit 47.34 % de la superficie, c’est terrains se
caractérisé par une déclivité forte, les paysages sont à reliefs fortement escarpés. Ces
zones présentent des contraintes pour l’aménagement.

La classe sup 25 % : présente 3.07 km2 soit 2.93 %, se sont des terrains à très forte pente
se localise dans les sommets des montagnes.

La région de Menaa :
La région de Menaa présente une topographie d’ensemble à caractère montagneuse, où
alternent reliefs très élevés et dépressions :
 Au nord, les sommets des Djebels Bouss et Mekhlouf culminent à 1500 mètres
d’altitude.
 Au centre, le Djebel El Azreg, qui marque la démarcation entre la partie nord et la
partie sud de la commune, culminent à 1937 mètres d’altitude.
 Les dépressions nord, avoisinent les 1000 mètres d’altitudes, tandis que les
dépressions atteignent quant à elles 750 mètres à leur niveau le plus situé à la
limite sud de la commune.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
Les pentes
La classe de pentes comprises entre 0-3 % :
Se sont des terrains à faible pentes se localisent le long de l’Oued Abdi et sont occupés par
l’arboriculture et le maraichage.

La classe de pentes comprises entre 3 et 12,5%:

Ses terrains se localisent dans les piémonts et terrasses alluviales présente une pente
modérée. Moyennant des techniques et mesures antiérosives, elle est favorable au
développement d’une agriculture intensive à semi intensive (selon l’intensité de la pente)
sur les sols à structure géologique plus ou moins stable, c’est aussi une classe favorable à
la réalisation d’infrastructures techniques, sociales et économiques, mais avec coûts
légèrement plus onéreux qu’en plaine.

La classe de pentes comprises entre 12,5 et 25 %:

Cette classe, qui correspond aux dépressions du sud et Nord Ouest de la région, présente
une pente relativement importante.

Concernant l’aspect agricole, l’utilisation souhaitable des terres au niveau de cette classe
doit privilégier l’arboriculture fruitière et autres cultures pérennes fixatrices du sol au
détriment des cultures annuelles et notamment les grandes cultures, dont les travaux du
sol favorisent l’érosion et accélèrent son processus.

De même les mesures et techniques antiérosives au niveau de cette classe sont non
seulement recommandées mais impératives.

Concernant les infrastructures sociales, techniques et économiques, leur réalisation devra


prendre en considération les spécificités locales, ce qui suppose des aménagements
appropriés et des surcoûts considérables.

La classe de pentes supérieures à 25%:


C’est une classe, qui correspond aux chaînes montagneuses traversant la région, présente
une pente excessivement forte, constituant de ce fait une contrainte majeure pour la
pratique des activités agricoles et un handicap pour la réalisation des infrastructures
socioéconomiques. A ce titre, l’occupation souhaitable du sol au niveau de cette classe
privilégie la sylviculture.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi
Carte N° : 23
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
B. La carte d’exposition du relief :
L’exposition des reliefs a une grande influence sur la répartition des précipitations et les
températures qui se répercutent directement sur le couvert végétal et l’installation
humaine.

La carte d’exposition obtenue à partir du modèle numérique de terrain se déclinent en 9


classes (N, NE, E, SE, S, SW, W et NW en plus d’une classe pour le relief plat).

Les chaines de montagnes ont la direction générale Nord Est-Sud Ouest, et sont
parallèles entres elles, avec une décroissance d’altitude du Nord vert le Sud.

Les piémonts qui s’orientent vers le Nord-Ouest constituent des zone d’implantation des
petits villages anciens sur le long de la vallée de Oued Abdi pour des conditions de
sécurité (près de foret).Par ailleurs, le couvert végétal est dense sur ses piémonts.

Photo. N°20 : Habitat ancien sur le piémont exposé en Nord Ouest (Chir)
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 24
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
2. Contraintes de lithologie :

La lithologie (nature géologique des roches de surface) donne une indication sur la
résistance des sols à l’érosion et à défaut de la carte pédologique elle permet d’avoir un
aperçu sur la nature des sols et leur utilisation souhaitable.
Tableau N° 59 : la résistance des sols dans le bassin versant de l’Oued Abdi
Lithologie Superficie Description
(km2)

calcaires massifs 71 très résistant

calcaires 31

calcaires, dolomies, marnes, grés 35

calcaires et marnes 60 résistant

calcaires, grés, mollasses 47

calcaires et calcaires marneux 20

calcaires gréseux, grés 19

grés, graviers, marnes rouges, verts 28

poudingues 4 moyennement résistant

marnes blanches, calcaires 31

marnes, grés et sables rouges 57

marnes rouges, grés, conglomérats 100

marnes et calcaires 7

marnes et marno-calcaires, calcaires 43

marnes, calcaires, grés 57

marnes et calcaires marneux 15


marnes blanches 18 non résistant (résistance
tendre)
marnes noires, marnes crayeuses 0

alluvions anciennes et récentes 36

gypses, marnes 12

sables grossiers, grés sableux bruns 0

Tableau N° 60 : la répartition superficie de la résistance dans le bassin versant de l’Oued


Abdi

La résistance Superficie (km2) Pourcentage %


Très résistance 137 19.82
Résistant 174 25.18
Moyennement résistant 314 45.44
Non résistant 66 9.55

Formations très résistant

Formations résistant

Formations
moyennement résistant
Formation non résistant

Fig N° 53: la répartition superficie de la résistance dans le


bassin versant de l'Oued Abdi

Les cartes suivant présentes la répartition des formations moyennement et non résistant
dans le BV.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 25
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 26
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
2.1. Etude de cas spécifique sur la contrainte lithologie :

La région de Menaa :
La carte lithologique, dressé à partir esquisse géologique de l’Aurès par R.LAFFITTE
.1939, indique que le territoire de Menaa est couvert principalement par trois formations
lithologiques :
 Les calcaires et dolomies durs, qui occupent la presque totalité de la région. Ce
sont des formations résistantes à l’érosion, dont les sols sont de qualité médiocre,
mais pouvant convenir selon les endroits aux plantations d’arboriculture rustique
et aux reboisements.
 Les marnes, qui occupent les piémonts et terrasses d’Oued Abdi de la partie nord
de la région. Ce sont des roches très sensibles à l’érosion et aux glissements de
terrains, tout comme elles constituent un support très médiocre pour les activités
agricoles et la construction.
 Le trias (gypse), qui occupe les reliefs du centre correspondant au djebel El
Azreg. C’est une formation saline, qui contribue en amont à la salinité des eaux et
des sols.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 27
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
3. La contrainte climat : Les facteurs climatiques tels que la pluviométrie et la
température jouent un rôle important dans les activités agricoles dans la vallée d’Oued
Abdi.

3.1. Les gradients :

3.1.1. L’évaluation du gradient pluviométrique altitudinal

L’Altitude exerce une influence permanente sur les éléments de climat, dans notre cas
d’étude on doit examiner l’influence de l’altitude sur la variation des précipitations. Pour
mieux cerner les quantités de pluie que reçoit le bassin versant de l’Oued Abdi à
différentes altitudes, nous avons essayé de calculer le gradient pluviométrique altitudinale
à partir des données des stations existantes. Pour cela nous avons utilisé le logiciel
STATISTICA 6.0 pour calculer les fonctions des droites de régression.

Tableau N° 61: les caractéristiques des stations pluviométriques dans le bassin versant et
hors du bassin

Nom de Code Altitude Coordonnée Coordonnée Période Source de


station de (Z) m Lambert géographique d’observation donnée
station
x y x y

Bouzina 06 13 02 1350 814 225,6 6°05'55" 35°15'50" 1972-2002 ANRH Biskra


(30 ans)
Thniet 06 13 03 1330 814 222,2 6°11'24" 35°15'05" 1972-2007 ANRH Biskra
El Abed (35 ans)
Menaa 06 13 04 983 801,25 213,25 6°00'20" 1972-2007 ANRH Biskra
35°10'38"
(35 ans)
Djamourah 06 13 05 485 886,5 201,5 5°84'92" 35°07'67" 1972-2007 ANRH Biskra
(35 ans)
Ain Touta 06 12 03 917 790 235.9 5°90’30” 35°38’90” 1974-2004 Rerboudj.A
(30 ans) 2005
Tiffelfel 06 15 11 740 821.9 207.65 6°22’90” 35°11’50” 1973-2007 ANRH Biskra
(35ans)
Médina 06 15 03 1526 846.45 231.1 6°52’10” 35°32’30” 1975-2004 ANRH
(30 ans) constantine
T’kout 06 15 05 998 829.15 210.5 6°30’80” 35°14’80” 1970-2008 ANRH Biskra
(38ans)
S’gag 06 12 04 1660 816.5 236.4 6°20’30” 35°38’6” 1970-1993 Rihani.A
(23 ans) 2008
Station hors du bassin versant de l’Oued Abdi
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
Tableau N° 62 : le gradient pluviométrique dans le bassin versant de l’Oued Abdi

Stations Altitude (m) Pluie moyenne annuelle (mm/an)


Bouzina 1350 299.15
Thniet El Abed 1330 284.32
Menaa 983 260.20
Djemourah 485 143.44
Ain Touta 917 262.37
Tiffelfel 740 172.35
Médina 1526 412.03
T’kout 998 255.5
S’gag 1660 418

Gradient altitudinale annuelle globale:

Pluie (mm)
450
y = 0,23x + 23,358
400 R² = 0,9087
350
300
250
200
150
Pluie moyenne annuelle
100
(mm/an)
50
0 Altitude(m)
0 500 1000 1500 2000

Fig N° 54: le gradient pluviométrique du bassin versant


d'Oued Abdi

On a remarqué que sur une dénivellation de 865 m (Djemourah 485 m jusqu'à Bouzina
1350 m), la relation (Précipitation / Altitude) est de type linéaire. Cette relation complexe
peut être remplacée par l’équation de droite :

P (h) = a (h) + b.

a et b : sont des valeurs calculées en fonction de (P) et (H) des stations par le
STATISTICA 6.0.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
L’équation de la droite de régression est la suivante : P = 0.23 (H) + 23.35

Le gradient pluviométrique altitudinale globale est de l’ordre de 18 mm/100m, avec un


coefficient de corrélation de 0.90. Notons que le gradient trouvé demeure valable pour le
versant Sud de l’Aurès.

3.1.2. L’évaluation du gradient thermique altitudinal

Tableau N° 63 : le gradient thermique dans le bassin versant de l’Oued Abdi

Stations Altitude (m) Température moyenne annuelle (C°)


Bouzina 1350 14.03
Thniet El Abed 1330 14.13
Menaa 983 15.99
Djemourah 485 18.84

Température (C°)
20
y = -0,0056x + 21,512
18
R² = 0,9997
16
14
12
10
8
6 Température moyenne
4 annuelle (C°)
2
0 Altitude (m)
0 500 1000 1500

Fig N° 55: le gradient thermique du bassin versant d'Oued


Abdi

La relation (température / Altitude) est de type linéaire. Cette relation complexe peut être
remplacée par l’équation de droite : P (h) = a (h) + b.

L’équation de la droite de régression est la suivante : T = -0.005 (H) + 21.51

Le gradient thermique altitudinale globale est de l’ordre de – 0.56 c°/100m, avec un


coefficient de corrélation de 0.99.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
3.2.. L’indice d’aridité :

L’aridité peut s’exprimé quantitativement par différents indices d’aridité conventionnels


et empirique, la plus part est un simple rapport hydro thermique fondé les conditions de
l’écoulement fluvial.

On distingue trois degrés d’aridité : (Hyperaride, Aride, Semi aride)

 Indice de Demartonne :

En 1925, Emmanuel Demartonne a proposé une formule climatologique qui permet de


calculer un indice appelé « indice d’aridité », en fonction de la température et de la
précipitation. L’indice est illustré par la formule suivant :

Avec :

P : pluviométrie moyenne annuelles en (mm)

T : température moyenne annuelle en (°C).

Selon la valeur de I, il a retiré le classement suivant :

20 < I < 30: climat tempéré

10 < I < 20: climat semi aride

7.5 < I < 10: climat steppique

5 < I < 7.5: climat désertique

I < 5: climat hyper aride

Tableau N° 64 : l’indice d’aridité en fonction de l’altitude

Altitude (m) Indice d’aridité Pluie (mm) Type de climat


299 - 486 3.21 - 4.98 97.36 - 143.08 climat hyper aride
556 -734 5.49 - 6.85 156.22 - 188.26 climat désertique
864 - 1085 7.92 - 9.86 211.66 – 251.44 climat steppique
1119 - 1953 10.1 - 19.77 257.56 - 407.68 climat semi aride
1972 - 2305 20.04 – 25.25 411.1 – 471.04 climat tempéré
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi

Indice d’aridité
30

25 y = 0,0101x - 0,635
R² = 0,9836
20

15

10
indice d'aridité
5

0 Altitude(m)
0 500 1000 1500 2000 2500
Fig N° 56 : la relation altitude/indice d'aridité dans le
bassin versant d'Oued Abdi
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued Abdi

Carte N° : 28
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
3.3. L’influence du climat sur l’agriculture irriguée d’Oued Abdi

Les facteurs climatiques tels que la pluviométrie et la température jouent un rôle important
dans les activités agricoles dans la vallée d’Oued Abdi.

On a essayé de comparé entre deux station déférent dans le bassin versant pour une vue bien
clair sur l’influence des paramétrés (longitude, latitude, altitude) sur la répartition des pluies et
la température.

Les deux stations sont (Thniet el Abed et Menaa).

Les coordonnées géographiques :

Longitude Latitude Altitude


Thniet el Abed 6°11'24" 35°15'05" 1330
Menaa 6°00'20" 35°10'38" 983

D’après L’indice d’aridité de Demartonne, la région de Thniet El Abed caractérisé par un


climat semi aride, par contre la région de Menaa caractérisé par un climat steppique.

Menaa plus proche du Sahara qu’à Thniet El Abed, et surtout plus bas en altitude, connaît une
sécheresse estivale encore plus accusée. La température est plus élevée qu’à T .Abed et les
précipitations sont moins importantes.

Le mois de Mai annonce les débuts de la sècheresse estivale, principalement caractéristique


du climat local, donc les jardiniers se préparent à irriguer leurs cultures.

A Menaa sur la période 1972/2007, il n’est tombé en moyenne que 22.4 mm de pluie en Mai,
12.8 mm en Juin, 4.5 mm en Juillet, 13.3 mm en Août et 31.7 mm en Septembre.

Ces pluies se produisent sous la forme de violentes averses de fin de journée.

L’on prévoit un orage dans la montagne plus au Nord, mais parfois il touche également
Menaa, et peut durer deux heures ou plus.
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi

Fig N° 57: Les précipitations moyennes mensuelles sur 35 ans


1972/2007 à Menaa
35

30

25

20

15

10

0
J F M A M J J A S O N D
Lors de
bels
orages, les oueds montent rapidement, alimentés par les eaux de pluie ainsi que par les eaux
d’irrigation que l’on laisse filer jusqu’aux cours d’eau.

Les 2-3 jours qui suivent l’averse, si celle-ci été assez importante, il n’est pas nécessaire
d’irriguer. L’eau des Oued Bouzina et Abdi, s’écoulent alors vers les jardins d’Ouarka et
d’Amentane situé plus à l’aval sur les rives de l’Oued Abdi.

A partir du mois d’octobre, les précipitations deviennent normalement suffisantes et


l’irrigation arrête à Menaa.

Toutefois, lorsque les pluies s’espacent trop, on irrigue quelque 2, 3,4 fois les jardins.

En fait, les précipitations à Menaa se concentrent essentiellement en automne et au printemps.

Fig N° 58: Répartition saisonnière des précipitation à


Menaa 1972/2007

100

80

60

40

20

0
Automne Hiver Printemps Eté
Chapitre 02 : Analyse des contraintes physiques du bassin versant de l’Oued
Abdi
La différence d’altitude entre Menaa et T. Abed, est sans doute à l’origine du léger décalage
dans le temps des pluies de printemps.

En Novembre-Décembre ou en Mars-Avril, lorsque la rencontre entre la masse d’air polaire et


celle d’air tropical intervient au cours d’une période relativement froide, les précipitations
sont neigeuses en montagnes.

A partir de 1100 m d’altitude dans la moitié Nord du massif de l’Aurès, l’enneigement peut
durer 10 jours, et 15 jours dès 1300 m. (Alexandra.S 1985). Cet enneigement constitue des
réservent d’eau importantes pour toute la saison chaude suivante. La fonte des neiges
alimentent en surface les oueds et en profondeur par infiltration dans les masses
montagneuses calcaires, les sources.

A Menaa (983 m), les chutes de neige ne dépassant guère 4-5 jours par an et surtout, la neige
ne restent pas : ce sont les gelées qui sont plus à craindre.

L’irrigation s’impose donc à Menaa de Mai à Septembre, dans la troisième partie on a vue la
forme d’adaptation contre cette sécheresse par des systèmes d’irrigation traditionnelle.

Conclusion :

L’étude réalisée nous permet d’identifier les différentes contraintes physiques du bassin
versant d’Oued Abdi qui se diffèrent d’un point à l’autre (en Longitude – Latitude et en
Altitude). Mais le plus important, c’est l’analyse des interactions entre les différentes
contraintes (Pente, lithologie, climat).

Pour une meilleure gestion et analyses de ses contraintes sur la totalité du bassin versant,
l’utilisation des systèmes d’information géographiques sera nécessaire et constitue un outil
adéquat dans ce cas.
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
Les méthodes traditionnelles de cartographie s’avèrent lentes et souvent onéreuses
pour répondre efficacement aux besoins immédiats. Ces dernières années, le concept de
couches d’information et leurs dérivées utilisées aujourd’hui par un outil nouveau sous le nom
de "Systèmes d’information géographique" est devenue un outil incontournable pour la
plupart des études d’aménagement.

L’apparition de la cartographie numérique permet d’alléger considérablement les


manipulations. Cette dernière sous-entend un ensemble de techniques qui vont d’une simple
aide informatique au dessin jusqu'à la constitution de systèmes d’information géographique.

1. Méthodologie :

Notre démarche méthodologique s’appuie sur le recueil, le traitement et l’analyse spatiale


des données de chaque contrainte physique pour une meilleure compréhension des
différentes interactions entre eux :

 La morphologie du bassin versant grâce à l’exploitation d’un MNT et de données


dérivées telles que les pentes.
 Les contraintes physiques de lithologie.
 L’occupation du sol.
 Le climat. .

1.1. Choix du logiciel :

Le logiciel MapInfo offre la possibilité de travailler très facilement sur des entités

Vectoriels et rasters.

Il fournit une variété de fonctionnalités de visualisation parmi les :

 Ouvertures multiples de tables ;


 Gestion de l'affichage et de l'étiquetage des couches ;
 Création et modification d'analyses thématiques ;
 Manipulation des vues ;
 Recherche d'informations associées à une couche ;
 Gestion des unités et des projections :
1.2. Les données collectes sont deux types :
 Les données alphanumériques:
Les données alphanumériques représentent les statistiques des différents indicateurs collectés
auprès des différents organismes.

Les communes (recensement de la population)

La direction de l’agriculture (statistiques agricoles)


Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
L’A.N.R.H. (données climatique)

La direction de forêt (Surfaces des forêts, des reboisements,…..), et d'autres données obtenues
dans différentes directions des wilayas de Batna, Biskra, de services communaux, organismes
concernés (DPAT, DSA,…).

 Les données cartographiques :


Ces données cartographiques et sont tirées des cartes ou d’autre support.

Dans notre zones on utilisé :


 Les cartes topographiques scannées de : Arris Est, Arris Ouest, T’kout Est, El
kantara Est, Biskra Est 1/50 000 (année 2000) pour la réalisation des
déférentes cartes du bassin versant.
 La carte géologique de R.L’AFFITTE 1/200 000 (1939).
 Les images satellitaires de Landsat ETM + (Scènes 194/35 du 02/04/2001 et
Scènes 194/36 du 15/04/2000), pour la réalisation de la carte d’occupation du
sol.
 La carte pluviométrique de l’Algérie du nord établie par l’ANRH 1/500000
 La carte des sols d’Algérie (Biskra et Tebessa) 1/500000.

1.3. Constitution de la base de données numérique :


Dans un système d’information géographique, pour que toutes les informations puissent être
mise en relation, elles doivent bien évidement être mesurées par rapport au même système de
références.
Les variables numériques :
Les données de base nécessaires au traitement étaient disponibles sous forme cartographique, les
données suivant représentent les déférentes cartes que nous avons digitalisées pour la création de
la carte finale des contraintes physiques dans la vallée d’Oued Abdi.
 Classe des pentes
 Résistance des matériaux
 Occupation des sols
 Type de climat
Les quatre thèmes sont décrits par des polygones fermés à l’intérieur de la région, et aux
quelles sont attribués les codes des classes déjà décrits dans les cartes originales. Ce sont des
codes qui servent de clé dans la base relationnelle attachée à chaque à thème.
L’application du SIG sur la région d’étude a permis d’établir rapidement des cartes, de
réunir, dans un système, des données de sources différentes et les combiner entre elles, plus
important encore pour la procédure de décision.
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
Le SIG à permis d’associer aux polygones les paramètres déterminant les contraintes et
potentialités de chacun.

A. Les pentes :
La structure de la couche de la pente sous Map Info se présente de la manière suivant :
Tableau N° 65 : la structure de la couche pente
Champs Type Exemple d’une entité
(ligne)

ID Entier 1
Min Flottant 0
Max Flottant 3
Superficie Flottant 55.25 km2
Classe Entier 1

B. Lithologie :
La structure de la couche de lithologie sous Map info se présente de la manière suivant :
Tableau N° 66 : la structure de la couche lithologie
Champs Type Exemple d’une entité
(ligne)

ID Entier 1
Lithologie Caractère Calcaires massifs
Superficie Flottant 71km2
Classe Entier 1
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse

C. Occupation du sol :
La structure de la couche occupation du sol sous Map info se présente de la manière suivant :
Tableau N° 67 : la structure de la couche occupation du sol
Champs Type Exemple d’une entité
(ligne)

ID Entier 1
Type de l’occupation du Caractère Maquis claire
sol
Superficie Flottant 197.91km2
Classe Entier 1

D. Climat :
La structure de la couche climatique sous Map info se présente de la manière suivant :
Tableau N° 68 : la structure de la couche climatique
Champs Type Exemple d’une entité
(ligne)

ID Entier 1
Indice d’aridité Flottant 8
Etage Caractère Semi aride
Pluie Flottant 143 mm
Classe Entier 1

2. Pondération des données :


L’analyse de la première partie nous a permis de définir les caractéristiques physiques de
bassin versant à partir des cartes réalisée.
Pour facilité le travail nous avons choisi le mode de pondération en fonction de la contrainte
à l’utilisation ou à l’exploitation ou inversement les potentialités ; dans le but de faire une
combinaison entre les paramètres de milieu physique, plus la valeur de la pondération et
grande plus la contrainte est forte.
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
2.1. Les pentes :
La procédure de notation des classes, est la suivant :

Tableau N° 69 : pondération des données en fonction de la contrainte pente

Classe de pente Valeur de la Contrainte


(%) pondération
0-3 1 Faible
3-12,5 2 Moyenne
12,5-25 3 Forte
Sup 25 4 Très Forte

On considère que la zone la plus stable est inférieur à 3 % et pour la quelle on attribué la
valeur (1) dans ce cas, plus la valeur numérique est grande, plus la contrainte est forte.
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse

Carte N° : 29
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
Les résultats de la contrainte pente représentés dans la carte précédente qui constitue la
répartition de cette contrainte à travers le bassin versant, indique clairement les espaces à forte
pente qui se localisent sur les versants Nord – Ouest et Sud – Est tandis que les autres
espaces à faible pente se trouvent au long de la vallée.
2.2. Lithologie :
Des valeurs ont été attribuées aux différents degrés de résistance des matériaux.
Tableau N° 70 : pondération des données en fonction de la contrainte lithologie
Résistances des matériaux Valeur de la pondération Contrainte
Résistances très forte 1 Très faible
Résistance forte 2 Faible
Résistance moyen 3 Moyenne
Résistances tendre 4 Forte

Pour les calcaires massifs et les calcaires on à données la valeur (1) car ces roches sont très
résistant et se repartissent au Nord du bassin versant, alors que pour les calcaire marneux et
calcaires gréseux résistant, nous avons attribué la valeur (2).
Les marno-calcaires et les marnes rouges plus les grés moyennement résistantes, nous avons
attribuée la valeur (3).
Les marnes, les gypses et les alluvions comme roche meuble sont représentés par la valeur
(4).
Plus la valeur numérique est grande, plus la contrainte est forte.
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse

Carte N° : 30
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
2.3. L’occupation du sol :
Tableau N° 71 : pondération des données en fonction de la contrainte de l’occupation du sol

classe Valeur de la pondération Contrainte


Densité forte 1 Très faible

Densité moyenne 2 Faible


Densité faible 3 Moyenne
Densité très faible 4 Forte

La valeur (1) correspond à une forte densité. La valeur (4) pour une densité très faible
(terrains nus et maquis plus dégradé).
Plus la valeur numérique est grande, plus la contrainte est forte.

2.4. Climat :
Tableau N° 72 : pondération des données en fonction de la contrainte de climat

classe Valeur de la pondération Contrainte


Climat tempéré 1 Très faible
Climat semi aride 2 Faible
Climat steppique 3 Moyenne
Climat désertique 4 Forte
Climat hyper aride

La valeur (1) correspond à un climat tempéré (la partie Nord du BV), la valeur (4) pour un
climat désertique et hyper aride (la partie Sud du BV), ce qui implique une contrainte forte (la
sécheresse).
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse

Carte N° : 31
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse

Carte N° : 32
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
3. Réalisation de la carte des contraintes physiques :

Toutes les contraintes physiques susceptibles d'intervenir dans l'aménagement du territoire ont
été cartographiées sur le bassin versant d’Oued Abdi, à savoir les pentes, leur exposition, la
lithologie, et le climat.

Pour n’importe quel espace du B.V en peut évaluer et spatialiser la contrainte physique
résultante de la combinaison entre deux contraintes ou plus et selon notre choix.

3.1. Superposition des couches (pente, friabilité des matériaux, occupation du sol,
aridité):

Les quatre couches ont été superposées par l’option (Table- Ajouter) sur Map Info.
L’élaboration de la carte de synthèse a été l’aboutissement de plusieurs combinaisons entre
les différentes couches.

La succession des différentes opérations s’est déroulée comme suit:

On a choisie une seule couche et on a superposé les d’autres couches par l’option (Table-
Ajouter) sur Map Info.

Fig. N°59 : Boite de dialogue illustre la superposition des couches et l’option Table ajouter
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
La démarche suivie pour avoir la carte finale est représentée dans l’organigramme suivant :

Données Images satellitaires Travaille de


Données alphanumériques
cartographiques Landsat terrains
(relevées (GPS)

Cartes topographiques,
Cartes d’occupation du sol Données climatiques
carte géologiques, carte
des sols ….

Correction et vérification de la base à la réalité de terrain

Collection des
informations
SIG : saisie, gestion et analyse sur terrain

Couche de Couche de Couche Couche


pente lithologie climatique
Occupation
des sols

SIG : superposition des couches

Carte des contraintes physique

Fig. N° 60 : Organigramme méthodologique


Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse

Carte N° : 33
Chapitre 01 : Analyse multicritère et cartographie de synthèse
3.2. Synthèse : analyse de la carte de spatialisation des contraintes physiques :

Dans le bassin versant de l’Oued Abdi les contraintes physiques se manifeste généralement en
quatre classes de valeur correspondant à des intensités.

Classe 1 : contrainte faible

Les terrains de cette classe sont caractérisé par une topographie plaine, la pente ne dépasse
pas le 3 %, une intensité forte du couvet végétale (foret claire, arboriculture, reboisement), la
lithologie est généralement calcaires et grés.

Classe 2 : contrainte moyenne

Cette classe est caractérisée par une pente modérée (3-12.5 %), et une lithologie de résistance
forte représentée par des calcaires marneux et calcaires gréseux, une densité moyenne du
couver végétale (maquis claire).

Classe 3 : contrainte forte

Cette classe est caractérisée par un relief de pente varie entre 12.5 à 25 % et une lithologie de
résistance moyenne représenté par des marno-calcaire, une intensité faible de couvert (maquis
plus dégradé)

Classe 4 : contrainte très forte

Les terrains de cette classe caractérisée par une lithologie tendre (marne, alluvions, sable), par
un relief accidenté de pente supérieur à 25 % et des terrains nu (rocheuse, marneuse,
sableuse).

Conclusion :

La méthode adoptée nous a permet la spatialisation des contraintes physique sur l’ensemble
du bassin versant d’Oued Abdi dans une carte finale.

Cette carte constitue un document qu’il faut prendre en considération dans tous types
d’aménagement ainsi un document de base pour analyser et prendre les décisions en matière
de gestion de ce territoire.
Chapitre 02 : Formes d’adaptation dans la vallée d’Oued Abdi et proposition
d’aménagement
Le milieu physique est un facteur déterminant pour l’implantation humaine, la
réalisation des infrastructures de base, les équipements et la stimulation des activités
économiques. Par conséquent, sa parfaite connaissance constitue un préalable pour toute
action d’aménagement et de développement du territoire.
A ce titre, l’étude du milieu physique a pour finalité, dans la perspective du développement
rural et local, d’identifier et de caractériser les différents espaces du territoire et de mettre en
évidence les opportunités de développement ainsi que les contraintes à prendre en
considération dans toute action de préservation et de valorisation du milieu et des potentialités
naturelles.
1. Forme d’adaptation des hommes dans une zone à forte contrainte

1.1. La construction sur terrains en pente :

Dans le bassin versant de l’Oued Abdi les agglomérations urbaines est localisée sur une zone
à forte contrainte. La majorité de ces zones se localisent dans la partie Nord ouest et Sud Est
du Bassin versant.

La construction en pente impose toujours un terrassement qui intervient dans tout type de
constructions nécessitant une bonne base (maisons, routes, immeubles...) et qui pourrait souffrir de
pressions, glissement de terrain du à leurs poids ou aux efforts qu'elles supportent.

Fig. N° 61 : Méthode de construire sur un terrain en pente

L’adaptation de l’homme à la contrainte pente est clairement présentée dans la vallée d’Oued
Abdi par des constructions traditionnelles et récentes.

Les photos prises sur terrain schématisent les formes de cette adaptation.
Chapitre 02 : Formes d’adaptation dans la vallée d’Oued Abdi et proposition
d’aménagement

Photo N°21 : Menaa (village ancien) Photo N°22 : chir

Photo N°24 : Beni Souik


Photo N°23 : Thniet El Abed

Les Photos N°21, 22, 23,24 : construction bâties sur des terrains en pente à travers la vallée d’Oued Abdi
Chapitre 02 : Formes d’adaptation dans la vallée d’Oued Abdi et proposition
d’aménagement
1.2. L’agriculture « Une adaptation aux conditions climatiques »

Dans les jardins irrigués de Menaa, l’arboriculture s’est largement répandue. Les vergers
succèdent aux vergers.

De rares espaces sont consacrés aux cultures maraichères.

Cette arboriculture s’est de plus, spécialisée. Des pommiers, des poiriers, des pruniers,
figuiers, grenadiers, de la vigne poussent dans les vergers, mais c’est d’abord l’abricotier que
l’on plante.

Les vergers

Oued Abdi

Photo N° 25: les jardins irrigués de Menaa

En aval du bassin versant on trouvent l’olivier et les palmiers.


Chapitre 02 : Formes d’adaptation dans la vallée d’Oued Abdi et proposition
d’aménagement

L’homme a essayé de s’adapter à cette contrainte depuis longtemps, cette adaptation est
fortement représentée dans le choix de plante pour chaque climat ainsi le système d’irrigation.

Photo N° 26 : l’opuntia planté sur des terrains en pente


(Menaa)

Photo N° 27 : l’olivier (Tigharghar)

Photo N° 28 : l’apiculture (Tigharghar)


Chapitre 02 : Formes d’adaptation dans la vallée d’Oued Abdi et proposition
d’aménagement

1.3. Les cultures en terrasses

« Des terroirs en terrasses construits ou simplement aménagés par l’homme »:

Pour mettre en valeur les pentes, les habitants de la vallée ont aménagés en terrasses, presque
horizontales, qui s’alignent sur les courbes de niveaux. Selon le degré d’inclinaison de la
pente, « les terrasses s’élargissent ou s’allongent perpendiculairement aux oued et aux
principaux canaux ».

A Menaa, le terroir de fond de vallée constitue dans l’ensemble, simplement un aménagement


du site de confluence des Oueds Abdi et Bouzina. Il a suffi de murettes de pierres sèches de
moins d’un mètre de hauteur pour aménager les anciennes terrasses alluviales.

Les premières pentes des djebels et les versants raides des vallées de l’Oued Abdi et de
l’Oued Bouzina, ont été véritablement remodelés en marches d’escalier. (Alexandra.S 1985)

Photo N° 29 : des terrasses alluviales aménagées par l’homme (Nord du BV)

Photo N° 30 : des murettes en pierres sèches


(Sud du BV)
Chapitre 02 : Formes d’adaptation dans la vallée d’Oued Abdi et proposition
d’aménagement

1.4.1. Les systèmes d’irrigation :

 A Menaa, une irrigation par dérivation

Les jardins de Menaa sont irrigués à partir des eaux dérivées des Oueds Bouzina et Abdi.

Des sources qui débouchent tout le long de ces cours d’eau participent à leur alimentation.

Sur l’Oued Bouzina et sur l’Oued Abdi, plusieurs barrages (ousar en chaouia) ont été
construits en terres et en pierre et plus récemment en béton (quelque uns seulement), pour
dériver les eaux des cours d’eau vers des canalisations, dont les têtes se trouvent branchées
directement sur les barrages.

L’eau canalisée, s’écoule ensuite par simple gravité jusqu'à des jardins où elle est répartie en
temps et à tour de rôle. A moins que, le nombre de jardins étant restreints, chacun se serve
quand il le souhaite.

Fig. N° 62 : canalisation des eaux qui s’écoule par gravité


Chapitre 02 : Formes d’adaptation dans la vallée d’Oued Abdi et proposition
d’aménagement

Photo N°31 : l’irrigation d’un jardin : L’eau du canal principal est détournée vers le jardin (Menaa)

 Des jardins en terrasses, irrigués par captage de sources.

Derrière de djebel Menaa, au Nord de la vieille dechra, trois ensembles de jardins


s’accrochent aux pentes du djebel Bous.

L’eau qui sert à les irriguer, provient de sources. Elles débouchent à quelques dizaines de
mètres à l’aval des jardins. Leurs eaux sont conduites par de petits canaux, jusqu'à des bassins
réservoirs, où elles sont stockées avant d’être utilisées à l’irrigation des jardins.

A Arich, nous avons noté l’existence d’une source et d’un unique bassin.

Temacint anigit (supérieure) et Temacint andi (inferieur) sont alimentées respectivement par 2
et 1 source. A chaque source correspond un bassin.

De là, les eaux sont réparties vers les jardins jusqu’aux parcelles les plus bases, tandis que
vers le haut, elle saute en cascade d’un niveau à l’autre.
Chapitre 02 : Formes d’adaptation dans la vallée d’Oued Abdi et proposition
d’aménagement

2. Propositions d’aménagement :

La prise en considération des contraintes du milieu dans l’aménagement du territoire nécessite


la détermination d’une stratégie globale très précise :

 Prendre en compte les éléments essentiels d’un développement durable de toute la


vallée d’Oued Abdi
 s’inspirant des traditions anciennes des habitants par une fine adaptation aux
contraintes du milieu :
 Système d’irrigation traditionnel
 Mode de constructions
 Orientation des constructions pour des conditions climatiques.
 Utiliser les habitudes du milieu sur le plan cultural.
 Envisager des petits et moyen transiteur concernant des produits de terroir ou un label
de qualité.
 Envisager des moyens modernes de stockage (chambre froide)
 Envisager la valorisation des potentialités touristiques avec artisanat et activité
culturelle locale.
 L’assainissement : Réfléchir à un système de réseau inter communal avec une station
d’épuration en aval, Si non revenir au système de fosse septique seule garantie d’un
environnement propre et sain
 Eviter les rejets des eaux usées domestiques et industriels dans l’oued qui constitue la
source unique d’eau d’irrigation
 Pour la conservation de la réserve souterraine en eau et en repense à la contrainte
climatique, il faut identifier l’ensemble des emplacements potentiels des petites
retenues collinaires faciles à réaliser et à entretenir et permettent de mobiliser des
quantités d’eau nécessaire pour l’agriculture
 Valoriser le domaine de l’apiculture par l’encouragement et la valorisation du savoir
faire des habitants dans ce domaine.
Conclusion générale
Par leur importance les écosystèmes montagneux revêtent en Algérie, un intérêt
particulier de par leur fragilité sur le plan physique et les conditions socio - économiques
qu’ils offrent à leurs populations.

La vallée d’Oued Abdi se montre comme un échantillon représentatif de cette situation


pour une approche d’aménagement intégrée et durable qui tient compte à la fois de ses
contraintes physiques et de ces potentialités.

Notre étude à travers une analyse laisse apparaître les principaux faits saillants
suivants:

- Une morphologie physique contrastée dominée par un relief fortement accidenté où 59


% de son territoire présentent des pentes supérieures à 12.5 %. Les espaces de plaines
sont très limités et le plus souvent encaissés dans la vallée. Ainsi une lithologie fragile
et non résistante.
- Un écosystème fragile et une végétation relativement dégradée. La configuration de
l’occupation des sols laisse apparaître certaines zones relativement bien protégées par
le couvert végétal notamment au niveau des versants exposées vers le Nord Ouest.
Néanmoins les autres secteurs sont dans l’ensemble dénudés et le couvert végétal très
faible ce qui les laisse fortement exposées aux différents facteurs de dégradation.
- La grande partie du bassin versant est soumise à un climat semi aride et aride et
marque une insuffisance en matière d’eau qui présente une source rare.
- Les enjeux socio – économiques montrent clairement le déficit entre les potentialités
réelles du milieu et les besoins de la population.
D’une manière générale tous les éléments étudiés témoignent de présence de plusieurs
contraintes physiques, d’une mauvaise gestion de l’espace et d’une exploitation anarchique et
irrationnelle des ressources naturelles hypothéquant ainsi toutes perspectives de
développement efficace et rentable.

L’apport de la géomatique, comme outil d’étude du milieu, se voit dans la combinaison et la


superposition des différentes contraintes physiques par le biais du système d’information
géographique qui a donné une dimension dynamique aux informations du terrain, mais aussi
dans l’utilisation de l’imagerie satélitale et son apport dans l’étude de l’occupation des sols.
La possibilité d’une simulation des situations les plus réalistes est très possible avec de tel
outil.

Les technologies d'observation de la Terre (Télédétection) jouent un rôle majeur dans l'étude,
et le suivi des changements environnementaux tel que l’occupation des sols.

Cependant l’étude des niveaux de vulnérabilité, des différentes entités d’occupation des sols,
n’a été établi que par le traitement d’image, surtout dans de telle zone.

La technique de SIG utilisée a permis la création d’une base de données sur toutes les
contraintes physiques du bassin versant pour une meilleure analyse des potentialités du milieu
en matière d’aménagement du territoire.

. Ces technologies ouvrent ainsi la voie à la mise en place de systèmes d'alerte précoce,
et permettent aux politiques et décideurs de définir des stratégies adéquates dans le cadre d'un
développement durable.

Enfin, cette étude présente la première carte des contraintes physiques dans la vallée
d’Oued Abdi, où les potentialités d’aménagement sont faible et nécessitent une stratégie
globale, et qui reste un document d’aide à la décision.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

1. Alexandra S. (1985) : l’évolution des activités et de l’habitat a Menaa


(Aurès).Université de Paris IV. Maitrise de Géographie.
2. Adjali .S. (1986) : Habitat traditionnel dans les Aurès, le cas de la vallée de l’Oued
Abdi. Edition du CNRS. Annuaire de l’Afrique du Nord tome XXV.
3. Baala.F, Houbib H. (2008) : l’utilisation d’un SIG pour une caractérisation
pluviométrique du massif de l’Aurès. L’approche statistique et la variabilité spatiale.
(Mémoire d’ingénieur)

4. Ballais J.L. (1981) : Recherches géomorphologiques dans les Aurès (Algérie). Thèse
doctorat- Université de Paris I, annexes + Cartes.

5. Benmessaoud H. (2009) : étude de la vulnérabilité a la désertification par des


méthodes quantitatives numériques dans le massif des Aurès (Algérie) (Thèse de
doctorat).
6. Bensaid A. (2006) : SIG et télédétection pour l’étude de l’ensablement dans une
zone aride : le cas de la wilaya de Naâma (Algérie). (Thèse de doctorat en
géographie), Université Es.Senia, Oran -Algérie-.
7. Bet HYDRAMED, (2008) : Schéma directeur de gestion des déchets solides urbains
de la commune de Bouzina. Wilaya de Batna.
8. Bouhata R. (2007) : Analyse de la dynamique des sebkhas et son impact sur la
dynamique du risque d’inondation dans les dépressions endoréiques situé entre Zana et
Madghassen à l’aide de l’imagerie satellitaire LANDSAT. (Mémoire de magister)

9. Bougherara .A et Lacaze .B (2009) : Etude préliminaire des images LADSAT et


ALSAT pour le suivi des mutations agraires des Ziban (extrême Nord Est du Sahara
algérien) de 1973 à 2007. Ecole Normale Supérieur de Constantine .Algérie

10. Bordin, P. (2002) : Sig concepts, outils et données.

11.CENEAP. Mai (2010) : Etude d’aménagement urbain et du territoire de la commune


de Menaa. Commune de Menaa Wilaya de Batna
12. Delartigue, L. (1904) : monographie de l’Aurès.

13. Françoise D, C. W. (1995) : Télédétection et systèmes d'information urbains .


14. Guettouche M.S. (2006) : cours de télédétection. USTHB Alger

15. Guellouh.S. (2009) : Les causses et les conséquences du glissement de terrain de


lycee de Menaa. (Mémoire de licence) .Université de Batna

16. Haoues CH. (2008) Evaluation par analyse multicritère du risque d’érosion dans la
vallée de Oued Labiod (Approche systémique), (Mémoire de magister)

17.Hamel A. (2009) : Hydrogéologie des systèmes aquifères en pays montagneux a


climat semi aride.cas de la vallée d’Oued El Biod(Aurès). Mémoire de magistère
.université Mentouri Constantine.
18. Habibi y. (2011) : Apport de la géomatique pour l’évaluation du risque d’érosion des
sols dans le bassin versant de Bouzina. Mémoire de magistère. Université de Batna.
19. LAFFIT R. (1939) : Géologie des Aurès- Tome I et Tome II, Paris + Esquise
géologique des Aurès au 1/200 000

20. Marc C. (2003) : Société d’étude et de recherche sur L’Aurès antique, revus annuelle
N° 1 Paris. Page 100.
21. Marc C. (1988) : Rhumel Revue de science de la terre et aménagement N°6.
Publication de l’institut des sciences de la terre de l’université de Constantine,
Algérie.
22. Malim S, Slimani H. (2010) : le problème d’assainissement dans la vallée d’Oued
Abdi et son impact sur l’environnement. Étude perspective. Approche par les SIG.
(Mémoire d’ingénieur)

23. Mehemai. F. (2009) : essai de modélisation de l’écoulement et risques d’inondation


dans le piedmont Nord Est des Aurès. Approche géo systémique. Mémoire de
magistère. Université de Batna.
24. Monographie de la Wilaya de Batna 2009 .D.P.A.T.

25. M. Pouget. (1890) : les relations SOL-VEGETATION dans les steppes Sud
Algéroise. Ed p 569.
26. Oumessad et Med. (2004) : Etude de la dégradation du milieu naturel par analyse
multicritères. Applique sur B V d’Oued Zaiane(Soummam). U S T H B
27. Pascal B. (2002) : Map Info V6.5 V1 fonctionnalité de base. Institue géographique
national. Ecole nationale des Sciences géographiques .CERSIG
28. Pascal B. (2002) : Map Info V6.5 V2 Fonctions spécialisées et utilisation du logiciel.
Institue géographique national. Ecole nationale des Sciences géographiques .CERSIG
29. Pascal B. (2002) : Map Info V6.5 V3 gestion de table BDMS par lien ODBC. Institue
géographique national. Ecole nationale des Sciences géographiques .CERSIG
30. P.D.A.U: Plan directeur d'aménagement urbain (bureau d’étude Thniet El
Abed).Wilaya de batna

31. Rihani A. (2008) : Etude hydrogéologique du bassin de Bouzina (sous bassin versant
de l’Oued Abdi, Massif des Aurès), (Mémoire de magister).

32. Seltzer P. (1946): Le climat de l’Algérie. Travaux de l’institut de météorologie et de


physique du globe de l’Algérie. Univ- d’Algérie. 220 p

33. Steinberg J. (2002) : Cartographie, systèmes d’information géographique,


Télédétection. Ed. Armand Colin. Paris
34. Sonatrach. (1999) : Etude hydrogéologique de la vallée d’Oued Abdi et Bouzina.
Wilaya de Batna

35. Soudani K. (2006) : Exploration d’image de télédétection et quelque traitement et


analyse élémentaires. Faculté des sciences d’Orsay-Université Paris-Sud XI

36. Soudani K. (2006) : correction atmosphérique, géométrique et classification des


images de télédétection sous ENVI. Faculté des sciences d’Orsay-Université Paris-Sud
XI

37. Soudani K. (2006) : mise en forme cartographique d’une classification. Faculté des
sciences d’Orsay-Université Paris-Sud XI

38. Yannick M. (2000) : Analyse spatiale et mise en place de systèmes d’information


pour l’évaluation de la vulnérabilité des territoires de montagne face aux risques
naturels, (Thèse de doctorat), Université Joseph Fourier – Grenoble I.

‫مذكزة‬. ‫ ) التحىالث الحضزيت في منطقت جبليت حالت مزاكز منطقت وادي عبدي االوراس‬9002 ( ‫مدور وليد‬
‫جامعت قسنطينت‬.‫ماجيستار‬
‫مذكزة‬.‫ ) االستصالح الزراعي بين االمكانياث و العىائق حالت واد عبدي‬9002 ( ‫ حسين بزعي‬. ‫فتيحة كربوب‬
.‫جامعت باتنت‬.‫مهندس دولت‬
Liste des Abréviations

Abréviation Signification
D.P.A.T Direction de la Planification et Aménagement du Territoire
A.N.R.H Agence Nationale des Ressources Hydriques
P.D.A.U plan directeur d’aménagement et d’urbanisme
R.G.P.H Recensement Général de la Population et d’Habitat
S.A.U Superficie Agricole Utile
A.E.P alimentation en eau potable
ENVI Environment for visualising image
IDL Interactive Data Langage – Research System
ETM + Enhanced Thematic Mapper Plus
GPS Global Positionnement System
MNT Modèle Numérique de Terrains
3D 3dimention
Dj Djebel
R.N route nationale
SIG Système d’Information Géographique
ID identification
BV Bassin versant
Liste des Cartes

N° Intitulé page
01 Localisation géographique de la zone d’étude 07
02 Localisation et situation du BV 08
03 Carte hypsométrique 10
04 Carte des pentes 12
05 Carte géologique 19
06 Carte pédologique 23
07 Carte du réseau hydrographique 37
08 La répartition des stations pluviométriques 42
09 Carte pluviométrique 51
10 Situation administrative du bassin versant de l’Oued Abdi 86
11 Localisation de la zone d’étude suivant le système de projection UTM par 103
rapport au territoire national
12 La composition colorée canaux B4, B3, B1 (la partie Nord du bassin 104
versant de l’Oued Abdi) scènes 194/35 du 02/04/2001
13 La composition colorée canaux B4, B3, B1 (la partie Sud du bassin 104
versant de l’Oued Abdi) scènes 194/36 du 15/04/2000
14 La classification supervisée par maximum de vraisemblance LANDSAT 112
2001 (la partie Nord du bassin versant de l’Oued Abdi)
15 La classification supervisée par maximum de vraisemblance LANDSAT 113
2000 (la partie Sud du bassin versant de l’Oued Abdi)
16 Carte d’occupation du sol 115
17 Visualisation en 3D du bassin versant de l’Oued Abdi 123
18 Modèle numérique de terrain du bassin versant de l’Oued Abdi 125
19 Carte de pente classe 0-3 % du bassin versant de l’Oued Abdi 131
20 Carte de pente classe 12.5-25 % du bassin versant de l’Oued Abdi 133

21 Modèle numérique de terrain commune de T.Abed 135

22 Carte des pentes commune de T.Abed 137


23 Carte des pentes commune de Menaa 140

24 Carte de l’exposition 142

25 Localisation des formations moyennement résistant dans le bassin versant 145


de l’Oued Abdi

26 Localisation des formations non résistant dans le bassin versant de l’Oued 146
Abdi

27 Carte lithologique commune de Menaa 148

28 Carte d’aridité du bassin versant de l’Oued Abdi 154

29 Contrainte de pente 164

30 Contrainte de lithologie 166

31 Contrainte occupation du sol 168

32 Contrainte de climat 169

33 Carte des contraintes physiques 172


Liste des figures

N° Intitulé page
01 Coupe effectuée sur la rive droite d’Oued Tassrift (Menaa) 20
02 Coupe effectuée à Chir : faille normale décrochant affectant les séries Albo- 20
Aptiennes.
03 La répartition des sols dans le bassin versant de l’Oued Abdi 22

04 courbe hypsométrique du bassin versant du l’Oued Abdi 29


05 Rectangle équivalent du bassin versant du l’Oued Abdi 30
06 Profil en long de la vallée de l’Oued Abdi 34
07 l’état initial des données pluviométriques 41
08 Méthode des doubles cumule avant correction (T.Abed en fonction de Batna) 43

09 Méthode des doubles cumule après correction (T.Abed en fonction de Batna) 43

10 Variation annuelles des précipitations 45


11 Répartition mensuelle des précipitations 47
12 Répartition saisonnière des précipitations 47
13 Graphique de P. SELTZER (les trois lois d’Algérie) 50
14 Variation des Températures moyennes mensuelles station de T.Abed (1986- 54
1996)
15 Variation des Températures moyennes mensuelles station de Bouzina (1986- 54
1996)
16 Variation des Températures moyennes mensuelles station de Menaa (1986-1996) 54
17 Variation des Températures moyennes mensuelles station de Djemourah (1986- 54
1996)
18 Vitesse moyenne mensuelle des vents (station T.Abed) 55

19 Nombre de jours de gelée (station T.Abed 56


20 diagramme Ombrothermique de Gaussen et Bagnouls Station de T.Abed 57
21 diagramme Ombrothermique de Gaussen et Bagnouls Station de Bouzina 57
22 diagramme Ombrothermique de Gaussen et Bagnouls Station de Menaa 58
23 diagramme Ombrothermique de Gaussenet Bagnouls Station de Djemourah 58
24 Climagramme d’Emberger 60
25 évaluation de l’évapotranspiration réelle (ETR) en fonction des températures 65
moyennes et des précipitations – Abaque de WUNDT modifier par Coutagne -
26 Abaque pour le calcul de déficit d’écoulement en Algérie 66
27 Répartition statistique des pluies annuelles selon la loi normale (Gauss) Station 74
T .Abed
28 Répartition statistique des pluies maximales journalières selon la loi de Gumbel 75
Station de Menaa
29 Répartition statistique des pluies maximales journalières selon la loi de Gumbel 77
Station de T.Abed

30 l’hydrogramme des crues station de T.Abed 80

31 l’hydrogramme des crues station de Bouzina 80

32 l’hydrogramme des crues station de Menaa 81

33 l’hydrogramme des crues station de Djemourah 81

34 Classement des Communes selon leur taille de population en 2008 87

35 la densité de la population par commune en 31/12/2008 88

36 l’évolution de la population à travers les communes entre 5 R.G.P.H 89

37 Répartition de la S.A.U par commune et par habitant a fin 2008 91

38 Répartition des ouvrages hydraulique par commune 93

39 Répartition de l’élevage par commune 94

40 Schéma méthodologique pour la réalisation de la carte d’occupation du sol. 101

41 image satellitaire sous ENVI 4.0 102

42 les différentes étapes de la classification supervisée 106

43 Boite de dialogue illustre l’étape de choix des zones d’intérêt 109

44 Boite de dialogue ROI Tool 109

45 la délimitation des zones d’entrainement dans l’image 110


46 Boite de dialogue illustre l’étape Save Rois 110

47 Boite de dialogue illustre la classification supervisée par la méthode de 111


Maximum de vraisemblance

48 la méthode de réalisation de matrice de confusion 114

49 Le pourcentage des unités de l’occupation du sol dans le bassin versant 118

50 Boite de dialogue illustre le Grid Manager 122

51 la répartition des pentes dans le bassin versant de l’Oued Abdi 128

52 Le pourcentage des pentes dans la commune de T.Abed 136

53 la répartition superficie de la résistance dans le bassin versant de l’Oued Abdi 144

54 le gradient pluviométrique dans le bassin versant de l’Oued Abdi 150

55 le gradient thermique dans le bassin versant de l’Oued Abdi 151

56 La relation altitude/indice d’aridité dans le bassin versant de l’Oued Abdi 153

57 Les précipitations moyennes mensuelles sur 35 ans à Menaa 156

58 Répartition saisonnière des précipitations à Menaa 1972/2007 156

59 Boite de dialogue illustre la superposition des couches et l’option Table ajouter 170

60 Organigramme méthodologique 171

61 Méthode de construire sur un terrain en pente 175

62 Canalisation des eaux qui s’écoule par gravité 180


Liste des photos

N° Intitulé page
01 Armoise et Genévrier de Phénicie (Chir) 25

02 Chène vert (Thniet El Abed) 25


03 palmiers (Djemourah) 25

04 la chute de la neige dans les sommets d’Oued Abdi (Goureza) 56

05 Grenier de Baloul commune Menaa 95


06 Maquis claire de chêne vert (Thniet El. Abed) 107

07 Terrains nu à texture rocheuse Dj Mehmel 107

08 Céréalicultures (Goureza) 108

09 Maquis plus dégradé genévrier de Phénicie (Chir) 108

10 Arboriculture (Oued Abdi) 108

11 Terrains nu à texture marneuse Bouzina (sol rouge) 108

12 Terrains nu à texture sableuse (Branis) 108


13 Arboriculture et palmier (Amentane) 108
14 le début du Bassin versant de l’Oued Abdi avec 2100 m d’altitude - la 124
zone de Goureza

15 l’extrimité du Bassin versant de l’Oued Abdi avec 200 m d’altitude – la 124


zone de Branis -

16 La morphologie physique diversifiée et contrastée (T.Abed) 127

17 classe de pente (0-3 %) dans la partie Nord du bassin versant de l’Oued 129
Abdi (T. Abed)
18 classe de pente (0-3 %) dans la partie Sud du bassin versant de l’Oued 129
Abdi (Djemourah)
19 déférent classe de pente dans le bassin versant d’Oued Abdi (T. Abed) 130
20 Habitat ancien sur le piémont exposé en Nord Ouest (Chir) 141
21 Menaa (village ancien) 176
22 chir 176
23 Thniet El Abed 176
24 Beni Souik 176
25 les jardins irrigués de Menaa 177
26 Le cactus plantés sur des terrains en pente 178
27 L’olivier (tigharghar) 178
28 L’apiculture (tigharghar) 178
29 Les terrasses alluviales aménagées par l’homme en pente (Nord du BV) 179
30 Des murettes en pierres sèches (Sud du BV) 179
31 L’irrigation d’un jardin (Menaa) 181
Liste des tableaux
N° Intitulé page
01 La lithologie dans le bassin versant du l’Oued Abdi. 18
02 L'hydrogéologie et la morphologie du Bassin versant de l’Oued Abdi. 24
03 La répartition altimétrique du bassin versant de l’Oued Abdi. 29
04 La classification de l'ORSTOM 33
05 Classification, nombre de cours d'eau et leur longueur. 33
06 récapitulation des caractéristiques morpho métriques du bassin versant de 38
l’Oued Abdi.
07 les caractéristiques des stations pluviométriques 40
08 les années sèches et humides des stations pluviométriques 46
09 Répartition mensuelle des précipitations. 46
10 Répartition saisonnière des précipitations. 47
11 calcul de la moyenne pluviométrique dans le bassin versant de l’Oued 49
Abdi par la méthode de moyenne arithmétique (1972-2008).
12 calcul de la moyenne pluviométrique dans le bassin versant de l’Oued 49
Abdi par la méthode des isohyètes.
13 les températures moyennes mensuelles des deux stations Bouzina et 52
Menaa 1986-1996
14 gradient thermique de bassin versant de l’Oued Abdi 53

15 les températures moyennes mensuelles des deux stations T.Abed et 53


Djemourah 1986-1996

16 les températures moyennes annuelles des quartes stations 1986-1996 54

17 la vitesse moyenne mensuelle de vent en m/s station de T. Abed 55


18 le nombre de jours de gelée station de T.Abed 56
19 Les valeurs de Q d’Emberger 59
20 calcule de l’ETP station de T, Abed 62
21 calcule de l’ETP station de Bouzina 62
22 calcule de l’ETP station de Menaa 63
23 calcule de l’ETP station de Djemourah 63
24 calcule de l’ETR annuelle par la méthode de TURC 64
25 calcule de l’ETR annuelle par la méthode de WUNDT. 64
26 calcule de l’ETR annuelle par la méthode de P.Verdeil. 65
27 calcul du bilan hydrique selon THORNTHWAITE (Station de T .Abed) 68
28 calcul du bilan hydrique selon THORNTHWAITE (Station de Bouzina) 69
29 calcul du bilan hydrique selon THORNTHWAITE (Station de Menaa) 69
30 calcul du bilan hydrique selon THORNTHWAITE (Station de 70
Djemourah)
31 Comparaison des différentes Valeurs d’ETP et l’ETR 71
32 calcule de ruissellement R 72
33 calcule de l’infiltration I 72
34 précipitation fréquentielles : Station T .Abed 1972-2007 74
35 Pluie journalière fréquentielle Pjmax : Station de Menaa 76
36 Pluie journalière fréquentielle Pjmax : Station de T.Abed 77

37 les valeurs de C en fonction de la fréquence (SOGREAH 1986) 78

38 les débits maximum fréquentielles Station de T.Abed 78

39 les débits maximum fréquentielles Station de Bouzina 78

40 les débits maximum fréquentielles Station de Menaa 79

41 les débits maximum fréquentielles Station de Djemourah 79

42 les communes du bassin versant de l’Oued Abdi 85

43 Classement des Communes selon leur taille de population 87

44 la densité de la population par commune en 31/12/2008 88

45 l’évolution de la population à travers les communes entre 5 R.G.P.H 88

46 l’évolution des taux d’accroissement de la population entre 5 R.G.P.H 89

47 Répartition des terres (commune de Thniet El Abed) 90

48 Répartition de la S.A.U par commune et par habitant a fin 2008 91

49 Répartition des infrastructures d’élevage et les machines agricoles par 92


commune

50 La répartition des ouvrages hydraulique dans le bassin versant de l’Oued 92


Abdi

51 La répartition du l’élevage par commune. 93

52 Etat du réseau d’assainissement à travers les communes. 95

53 les caractéristiques de satellite LANDSAT 7 100

54 Matrice de confusion de la classification de l’image LANDSAT 2001 (la 116


partie Nord du Bassin versant)

55 Matrice de confusion de la classification de l’image LANDSAT 2000 (la 117


partie Sud du bassin versant)
56 Pourcentage des unités d’occupation du sol dans le bassin versant de 118
l’Oued Abdi.

57 la répartition des pentes dans le bassin versant de l’Oued Abdi 128

58 Répartition superficie des pentes (Thniet Al Abed) 136

59 la résistance des sols dans le bassin versant de l’Oued Abdi 143

60 la répartition superficie de la résistance dans le bassin versant 144

61 les caractéristiques des stations pluviométriques dans le bassin versant et 149


hors du bassin

62 le gradient pluviométrique dans le bassin versant de l’Oued Abdi 150

63 le gradient thermique dans le bassin versant de l’Oued Abdi 151

64 l’indice d’aridité en fonction de l’altitude 152

65 la structure de la couche pente 162

66 la structure de la couche lithologie 162

67 la structure de la couche occupation du sol 162

68 la structure de la couche climatique 163

69 pondération des données en fonction de la contrainte pente 163

70 pondération des données en fonction de la contrainte lithologie 165

71 pondération des données en fonction de la contrainte de l’occupation du sol 197

72 pondération des données en fonction de la contrainte de climat 167


Ajustement à une loi de Gauss des quatre stations

Tableaux n°01 : Ajustement à une loi de Gauss Station de T.Abed

Taille n= 36 Moyenne= 284,332064


Ecart-
type= 121,140275 I.C. à (en%)= 95 U Gauss= 1,9604
Valeurs de Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeur Valeur Borne Borne
départ classées classement expérimentale réduite expérimentale théorique inférieure supérieure
542,90 39,70 1 0,0139 -2,201 39,70 17,72 -74,66 80,03
39,70 99,96 2 0,0417 -1,732 99,96 74,51 -3,43 128,79
99,96 132,40 3 0,0694 -1,480 132,40 105,02 34,38 155,43
304,60 148,70 4 0,0972 -1,298 148,70 127,12 61,51 175,01
510,53 174,23 5 0,1250 -1,150 174,23 144,97 83,21 191,01
208,90 178,10 6 0,1528 -1,025 178,10 160,21 101,58 204,85
268,20 188,18 7 0,1806 -0,913 188,18 173,71 117,70 217,25
334,20 205,20 8 0,2083 -0,812 205,20 185,96 132,20 228,63
482,70 208,12 9 0,2361 -0,719 208,12 197,28 145,47 239,27
238,00 208,80 10 0,2639 -0,631 208,80 207,88 157,79 249,36
521,22 208,90 11 0,2917 -0,548 208,90 217,93 169,34 259,03
208,12 214,46 12 0,3194 -0,469 214,46 227,54 180,29 268,39
293,33 218,78 13 0,3472 -0,392 218,78 236,80 190,73 277,51
352,33 235,41 14 0,3750 -0,318 235,41 245,79 200,75 286,47
434,81 238,00 15 0,4028 -0,246 238,00 254,56 210,44 295,32
218,78 238,33 16 0,4306 -0,175 238,33 263,18 219,86 304,12
235,41 242,53 17 0,4583 -0,104 242,53 271,69 229,05 312,90
293,87 257,70 18 0,4861 -0,035 257,70 280,13 238,06 321,71
496,56 268,20 19 0,5139 0,035 268,20 288,54 246,95 330,60
375,64 293,33 20 0,5417 0,104 293,33 296,98 255,76 339,62
325,83 293,87 21 0,5694 0,175 293,87 305,48 264,55 348,81
178,10 303,65 22 0,5972 0,246 303,65 314,10 273,34 358,22
303,65 304,60 23 0,6250 0,318 304,60 322,88 282,19 367,91
242,53 307,00 24 0,6528 0,392 307,00 331,87 291,15 377,94
311,00 311,00 25 0,6806 0,469 311,00 341,13 300,28 388,38
208,80 325,83 26 0,7083 0,548 325,83 350,73 309,63 399,32
148,70 334,20 27 0,7361 0,631 334,20 360,78 319,30 410,88
257,70 340,10 28 0,7639 0,719 340,10 371,38 329,39 423,19
188,18 352,33 29 0,7917 0,812 352,33 382,70 340,03 436,46
132,40 375,64 30 0,8194 0,913 375,64 394,95 351,42 450,96
214,46 434,81 31 0,8472 1,025 434,81 408,45 363,82 467,08
307,00 482,70 32 0,8750 1,150 482,70 423,70 377,65 485,45
238,33 496,56 33 0,9028 1,298 496,56 441,54 393,66 507,15
205,20 510,53 34 0,9306 1,480 510,53 463,65 413,23 534,29
340,10 521,22 35 0,9583 1,732 521,22 494,15 439,87 572,10
174,23 542,90 36 0,9861 2,201 542,90 550,94 488,63 643,32
Tableaux n°02 : Ajustement à une loi de Gauss Station de Menaa

Taille n= 36 Moyenne= 260,195862


Ecart-
type= 91,9426184 I.C. à (en%)= 95 U Gauss= 1,9604
Valeurs de Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeur Valeur Borne Borne
départ classées classement expérimentale réduite expérimentale théorique inférieure supérieure
216,50 100,48 1 0,0139 -2,201 100,48 57,84 -12,27 105,14
198,80 150,90 2 0,0417 -1,732 150,90 100,95 41,79 142,14
204,08 161,40 3 0,0694 -1,480 161,40 124,10 70,49 162,36
245,60 166,80 4 0,0972 -1,298 166,80 140,88 91,08 177,22
351,90 168,00 5 0,1250 -1,150 168,00 154,42 107,55 189,37
308,60 178,20 6 0,1528 -1,025 178,20 165,99 121,49 199,87
100,48 186,70 7 0,1806 -0,913 186,70 176,24 133,73 209,28
178,20 195,30 8 0,2083 -0,812 195,30 185,54 144,73 217,92
339,60 196,30 9 0,2361 -0,719 196,30 194,13 154,80 226,00
529,70 198,80 10 0,2639 -0,631 198,80 202,17 164,15 233,65
262,00 201,00 11 0,2917 -0,548 201,00 209,80 172,92 240,99
186,70 203,00 12 0,3194 -0,469 203,00 217,09 181,23 248,09
195,30 204,08 13 0,3472 -0,392 204,08 224,12 189,15 255,02
418,42 205,90 14 0,3750 -0,318 205,90 230,94 196,76 261,82
310,20 208,15 15 0,4028 -0,246 208,15 237,60 204,12 268,54
166,80 216,50 16 0,4306 -0,175 216,50 244,14 211,26 275,21
161,40 236,20 17 0,4583 -0,104 236,20 250,60 218,24 281,88
254,98 243,30 18 0,4861 -0,035 243,30 257,00 225,08 288,57
205,90 245,60 19 0,5139 0,035 245,60 263,39 231,82 295,31
201,00 250,70 20 0,5417 0,104 250,70 269,79 238,51 302,16
271,58 254,98 21 0,5694 0,175 254,98 276,25 245,18 309,13
243,30 262,00 22 0,5972 0,246 262,00 282,79 251,86 316,28
203,00 267,27 23 0,6250 0,318 267,27 289,45 258,57 323,63
196,30 271,58 24 0,6528 0,392 271,58 296,27 265,37 331,24
339,40 292,50 25 0,6806 0,469 292,50 303,30 272,30 339,16
374,60 302,41 26 0,7083 0,548 302,41 310,59 279,40 347,47
236,20 308,60 27 0,7361 0,631 308,60 318,22 286,74 356,24
168,00 310,20 28 0,7639 0,719 310,20 326,27 294,40 365,59
208,15 339,40 29 0,7917 0,812 339,40 334,86 302,47 375,66
267,27 339,60 30 0,8194 0,913 339,60 344,15 311,11 386,66
250,70 351,90 31 0,8472 1,025 351,90 354,40 320,52 398,90
445,60 374,60 32 0,8750 1,150 374,60 365,97 331,03 412,84
380,99 380,99 33 0,9028 1,298 380,99 379,51 343,17 429,31
302,41 418,42 34 0,9306 1,480 418,42 396,29 358,03 449,91
292,50 445,60 35 0,9583 1,732 445,60 419,45 378,25 478,60
150,90 529,70 36 0,9861 2,201 529,70 462,55 415,25 532,66
Tableaux n°03 : Ajustement à une loi de Gauss Station de Bouzina

Taille n= 31 Moyenne= 299,139787


Ecart-
type= 91,1161865 I.C. à (en%)= 95 U Gauss= 1,9604
Valeurs de Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeur Valeur Borne Borne
départ classées classement expérimentale réduite expérimentale théorique inférieure supérieure
344,61 148,00 1 0,0161 -2,142 148,00 104,00 29,04 153,17
297,69 157,20 2 0,0484 -1,661 157,20 147,79 85,03 190,55
157,20 184,80 3 0,0806 -1,401 184,80 171,49 114,91 211,19
459,50 190,10 4 0,1129 -1,211 190,10 188,77 136,44 226,50
385,30 191,50 5 0,1452 -1,057 191,50 202,79 153,72 239,13
418,43 196,20 6 0,1774 -0,925 196,20 214,84 168,40 250,14
190,10 208,00 7 0,2097 -0,807 208,00 225,58 181,33 260,10
253,07 218,50 8 0,2419 -0,700 218,50 235,38 193,00 269,32
326,40 242,00 9 0,2742 -0,600 242,00 244,49 203,72 278,03
184,80 244,00 10 0,3065 -0,506 244,00 253,08 213,71 286,36
347,84 246,22 11 0,3387 -0,416 246,22 261,28 223,13 294,42
415,50 253,07 12 0,3710 -0,329 253,07 269,18 232,08 302,31
218,50 253,98 13 0,4032 -0,245 253,98 276,85 240,67 310,09
293,70 280,80 14 0,4355 -0,162 280,80 284,37 248,97 317,82
378,70 293,70 15 0,4677 -0,081 293,70 291,78 257,04 325,55
244,00 297,69 16 0,5000 0,000 297,69 299,14 264,94 333,34
300,80 300,80 17 0,5323 0,081 300,80 306,50 272,73 341,24
350,77 311,00 18 0,5645 0,162 311,00 313,91 280,46 349,31
467,00 326,40 19 0,5968 0,245 326,40 321,43 288,19 357,61
196,20 341,10 20 0,6290 0,329 341,10 329,10 295,97 366,20
311,00 344,61 21 0,6613 0,416 344,61 337,00 303,86 375,15
148,00 347,84 22 0,6935 0,506 347,84 345,20 311,92 384,57
253,98 350,77 23 0,7258 0,600 350,77 353,79 320,25 394,56
341,10 378,70 24 0,7581 0,700 378,70 362,90 328,96 405,28
393,00 385,30 25 0,7903 0,807 385,30 372,70 338,18 416,95
427,61 393,00 26 0,8226 0,925 393,00 383,44 348,14 429,88
242,00 415,50 27 0,8548 1,057 415,50 395,49 359,15 444,56
280,80 418,43 28 0,8871 1,211 418,43 409,51 371,77 461,84
208,00 427,61 29 0,9194 1,401 427,61 426,79 387,09 483,37
191,50 459,50 30 0,9516 1,661 459,50 450,49 407,73 513,25
246,22 467,00 31 0,9839 2,142 467,00 494,28 445,11 569,24
Tableaux n°04 : Ajustement à une loi de Gauss Station de Djemourah

Taille n= 36 Moyenne= 143,445705


Ecart-
type= 69,0585124 I.C. à (en%)= 95 U Gauss= 1,9604
Valeurs de Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeur Valeur Borne Borne
départ classées classement expérimentale réduite expérimentale théorique inférieure supérieure
69,10 21,90 1 0,0139 -2,201 21,90 -8,54 -61,20 26,98
37,00 31,60 2 0,0417 -1,732 31,60 23,83 -20,60 54,78
21,90 35,30 3 0,0694 -1,480 35,30 41,22 0,95 69,96
123,69 37,00 4 0,0972 -1,298 37,00 53,83 16,42 81,12
150,10 55,20 5 0,1250 -1,150 55,20 64,00 28,79 90,25
190,90 69,10 6 0,1528 -1,025 69,10 72,69 39,27 98,13
31,60 90,90 7 0,1806 -0,913 90,90 80,39 48,46 105,20
103,20 93,20 8 0,2083 -0,812 93,20 87,37 56,72 111,69
229,60 96,50 9 0,2361 -0,719 96,50 93,82 64,29 117,76
102,50 99,50 10 0,2639 -0,631 99,50 99,86 71,31 123,51
142,80 102,50 11 0,2917 -0,548 102,50 105,59 77,89 129,02
55,20 103,20 12 0,3194 -0,469 103,20 111,07 84,13 134,36
135,61 114,50 13 0,3472 -0,392 114,50 116,35 90,08 139,56
172,10 118,70 14 0,3750 -0,318 118,70 121,47 95,80 144,66
196,20 121,70 15 0,4028 -0,246 121,70 126,47 101,32 149,71
118,70 123,69 16 0,4306 -0,175 123,69 131,39 106,69 154,72
196,49 127,13 17 0,4583 -0,104 127,13 136,24 111,93 159,73
121,70 135,61 18 0,4861 -0,035 135,61 141,05 117,07 164,76
127,13 142,33 19 0,5139 0,035 142,33 145,84 122,14 169,82
197,70 142,80 20 0,5417 0,104 142,80 150,65 127,16 174,96
231,82 144,60 21 0,5694 0,175 144,60 155,50 132,17 180,20
93,20 150,10 22 0,5972 0,246 150,10 160,42 137,18 185,57
114,50 172,10 23 0,6250 0,318 172,10 165,42 142,23 191,09
207,13 189,70 24 0,6528 0,392 189,70 170,54 147,33 196,81
210,75 190,90 25 0,6806 0,469 190,90 175,82 152,54 202,76
189,70 195,89 26 0,7083 0,548 195,89 181,30 157,87 209,00
90,90 196,20 27 0,7361 0,631 196,20 187,03 163,38 215,59
208,40 196,49 28 0,7639 0,719 196,49 193,07 169,13 222,61
35,30 197,70 29 0,7917 0,812 197,70 199,52 175,20 230,17
99,50 207,13 30 0,8194 0,913 207,13 206,51 181,69 238,43
96,50 208,40 31 0,8472 1,025 208,40 214,20 188,76 247,63
302,50 210,75 32 0,8750 1,150 210,75 222,89 196,65 258,10
277,80 229,60 33 0,9028 1,298 229,60 233,07 205,77 270,47
144,60 231,82 34 0,9306 1,480 231,82 245,67 216,93 285,94
195,89 277,80 35 0,9583 1,732 277,80 263,06 232,12 307,49
142,33 302,50 36 0,9861 2,201 302,50 295,43 259,91 348,10
Analyse statistique des données pluviométriques annuelles

Station de Menaa :

La série pluviométrique est formée de 36 valeurs (1972-2007), est ajustée à la loi normale
(Gauss).

Statistique de base :

Nombre d'observations 36
Minimum 100
Maximum 529
Moyenne 260
Ecart-type 91.9
Médiane 244
Coefficient de variation (Cv) 0.354
Coefficient d'asymétrie (Cs) 0.957
Coefficient d'aplatissement (Ck) 3.44

600,00

500,00 Ajustement à une loi Normale


Station de Menaa
pluie annuelle (mm)

400,00

300,00

200,00

X = 260.20 + 91.94 U
100,00

0,00

-100,00
-2,500 -2,000 -1,500 -1,000 -0,500 0,000 0,500 1,000 1,500 2,000 2,500
(moyenne=260,20 écart-type=91,94 taille 36 et I.C. à 95%)

Fig. N° 07 : Répartition statistique des pluies annuelles selon la loi normale (Gauss) Station de Menaa
Test d’adéquation :

Nombre de classe 8
Degré de liberté 5
X2 5.33
Tableau N° 05 : précipitation fréquentielles : Station de Menaa 1972-2007

Fréquences 0.5 0.8 0.9 0.95 0.98 0.99 0.999


Période de retour (ans) 2 5 10 20 50 100 1000
Variable de Gauss 0.00 0.84 1.28 1.64 2.05 2.32 3.09
Précipitation (mm) 260.20 337.56 378.04 411.46 449.06 474.13 544.35

Station de Bouzina

La série pluviométrique est formée de 31 valeurs (1972-2002), est ajustée à la loi normale
(Gauss).

Statistique de base :

Nombre d'observations 31
Minimum 148
Maximum 467
Moyenne 299
Ecart-type 91.1
Médiane 297
Coefficient de variation (Cv) 0.305
Coefficient d'asymétrie (Cs) 0.156
Coefficient d'aplatissement (Ck) 1.85

600,00

500,00 Ajustement à une loi Normale


Station de Bouzina
pluie annuelle (mm)

400,00

300,00

200,00 X = 299.14 + 91.12 U

100,00

0,00
-2,500 -2,000 -1,500 -1,000 -0,500 0,000 0,500 1,000 1,500 2,000 2,500
(moyenne=299,14 écart-type=91,12 taille 31 et I.C. à 95%)

Fig. N° 08 : Répartition statistique des pluies annuelles selon la loi normale (Gauss) Station de
Bouzina
Test d’adéquation :

Nombre de classe 7
Degré de liberté 4
X2 1.74

Tableau N° 06: précipitation fréquentielles : Station de Bouzina 1972-2002

Fréquences 0.5 0.8 0.9 0.95 0.98 0.99 0.999


Période de retour (ans) 2 5 10 20 50 100 1000
Variable de Gauss 0.00 0.84 1.28 1.64 2.05 2.32 3.09
Précipitation (mm) 299.14 375.81 415.93 449.05 486.31 511.15 580.74

Station de Djemourah

La série pluviométrique est formée de 36 valeurs (1972-2007), est ajustée à la loi normale
(Gauss).

Statistique de base :

Nombre d'observations 36
Minimum 21
Maximum 302
Moyenne 143
Ecart-type 69
Médiane 139
Coefficient de variation (Cv) 0.483
Coefficient d'asymétrie (Cs) 0.185
Coefficient d'aplatissement (Ck) 2.37
400,00

350,00
Ajustement à une loi Normale
300,00
station de Djemourah
pluie annuelle (mm)

250,00

200,00

150,00

100,00 X = 143.45 + 69.06 U


50,00

0,00

-50,00

-100,00
-2,500 -2,000 -1,500 -1,000 -0,500 0,000 0,500 1,000 1,500 2,000 2,500
(moyenne=143,45 écart-type=69,06 taille 36 et I.C. à 95%)

Fig. N° 09 : Répartition statistique des pluies annuelles selon la loi normale (Gauss) Station de
Djemourah

Test d’adéquation :

Nombre de classe 8
Degré de liberté 5
X2 6.22

Tableau N° 07 : précipitation fréquentielles : Station de Djemourah 1972-2007

Fréquences 0.5 0.8 0.9 0.95 0.98 0.99 0.999


Période de retour (ans) 2 5 10 20 50 100 1000
Variable de Gauss 0.00 0.84 1.28 1.64 2.05 2.32 3.09
Précipitation (mm) 143.45 201.56 231.96 257.06 285.30 304.13 356.87
Tableaux n°08: Pluie journalière maximale de Menaa 1971/2007

Années pjmax
1971 47,5
1972 42,5
1973 33,1
1974 37,1
1975 21,9
1976 98,4
1977 28,6
1978 31,1
1979 27,9
1980 36,3
1981 35,2
1982 32,8
1983 50,2
1984 41,3
1985 41,2
1986 39,3
1987 43
1988 27,1
1989 35,3
1990 24
1991 38,8
1992
1993
1994 22,9
1995 40,6
1996 14,4
1997 60,7
1998 19,1
1999 18,9
2000
2001
2002
2003
2004
2005 75
2006 50,8
2007
Tableaux n°9: Pluie journalière maximale de Bouzina 1972/2000

Années pjmax
1972
1973 33,2
1974
1975
1976
1977
1978 21,5
1979
1980 28
1981 24,5
1982 21
1983 25
1984 26,5
1985 50
1986 29
1987 35
1988 46
1989 34
1990 23
1991 41
1992 31
1993 16
1994 24,5
1995 35
1996
1997 80
1998 21
1999 44
2000 27
Tableaux n°10: Pluie journalière maximale de T.Abed 1972/2007

Années P an pjmax
(mm)
1972 542,90 47,10
1973 39,70 20,68
1974 99,96 23,85
1975 304,60 34,59
1976 510,53 45,40
1977 208,90 29,57
1978 268,20 32,68
1979 334,20 36,15
1980 482,70 43,94
1981 238,00 31,10
1982 521,22 45,96
1983 208,12 29,53
1984 293,33 34,00
1985 352,33 37,10
1986 434,81 41,43
1987 218,78 30,09
1988 235,41 30,96
1989 293,87 34,03
1990 496,56 44,67
1991 375,64 38,32
1992 325,83 35,71
1993 178,10 27,95
1994 303,65 34,54
1995 242,53 31,33
1996 311,00 34,93
1997 208,80 29,56
1998 148,70 26,41
1999 257,70 32,13
2000 188,18 28,48
2001 132,40 25,55
2002 214,46 29,86
2003 307,00 34,72
2004 238,33 31,11
2005 205,20 29,37
2006 340,10 36,46
2007 174,23 27,75
Tableaux n°11: Pluie journalière maximale de Djemourah 1972/2007

Années p (mm) Pjmax


1972 69,10 22,23
1973 37,00 20,54
1974 21,90 19,75
1975 123,69 25,09
1976 150,10 26,48
1977 190,90 28,62
1978 31,60 20,26
1979 103,20 24,02
1980 229,60 30,65
1981 102,50 23,98
1982 142,80 26,10
1983 55,20 21,50
1984 135,61 25,72
1985 172,10 27,64
1986 196,20 28,90
1987 118,70 24,83
1988 196,49 28,92
1989 121,70 24,99
1990 127,13 25,27
1991 197,70 28,98
1992 231,82 30,77
1993 93,20 23,49
1994 114,50 24,61
1995 207,13 29,47
1996 210,75 29,66
1997 189,70 28,56
1998 90,90 23,37
1999 208,40 29,54
2000 35,30 20,45
2001 99,50 23,82
2002 96,50 23,67
2003 302,50 34,48
2004 277,80 33,18
2005 144,60 26,19
2006 195,89 28,88
2007 142,33 26,07
Ajustement à une loi de Gumbel des quatre stations

Tableaux n°12: Ajustement à une loi de Gumbel Station de T.Abed

Taille 36 Xo= 30,67


n=
g= 4,96 I.C. à 95 U 1,9604
(en%)= Gauss=
Valeur Valeur Ordre de Fréquence Variable Valeur Valeur Borne Borne
s de s
départ classée classemen expérimental réduite expérimental théoriqu inférieur supérieur
s t e e e e e
47,10 20,68 1 0,014 -1,453 20,68 23,46 19,25 25,86
20,68 23,85 2 0,042 -1,156 23,85 24,93 21,35 27,09
23,85 25,55 3 0,069 -0,981 25,55 25,80 22,57 27,84
34,59 26,41 4 0,097 -0,846 26,41 26,47 23,49 28,44
45,40 27,75 5 0,125 -0,732 27,75 27,03 24,26 28,95
29,57 27,95 6 0,153 -0,631 27,95 27,54 24,93 29,43
32,68 28,48 7 0,181 -0,537 28,48 28,00 25,53 29,87
36,15 29,37 8 0,208 -0,450 29,37 28,43 26,08 30,30
43,94 29,53 9 0,236 -0,367 29,53 28,84 26,60 30,72
31,10 29,56 10 0,264 -0,287 29,56 29,24 27,09 31,13
45,96 29,57 11 0,292 -0,209 29,57 29,63 27,55 31,55
29,53 29,86 12 0,319 -0,132 29,86 30,01 27,99 31,97
34,00 30,09 13 0,347 -0,056 30,09 30,39 28,42 32,39
37,10 30,96 14 0,375 0,019 30,96 30,76 28,84 32,82
41,43 31,10 15 0,403 0,095 31,10 31,14 29,24 33,27
30,09 31,11 16 0,431 0,171 31,11 31,51 29,64 33,73
30,96 31,33 17 0,458 0,248 31,33 31,90 30,04 34,20
34,03 32,13 18 0,486 0,327 32,13 32,29 30,43 34,69
44,67 32,68 19 0,514 0,407 32,68 32,68 30,81 35,20
38,32 34,00 20 0,542 0,489 34,00 33,09 31,20 35,74
35,71 34,03 21 0,569 0,574 34,03 33,51 31,60 36,30
27,95 34,54 22 0,597 0,663 34,54 33,95 32,00 36,89
34,54 34,59 23 0,625 0,755 34,59 34,41 32,41 37,52
31,33 34,72 24 0,653 0,852 34,72 34,89 32,83 38,19
34,93 34,93 25 0,681 0,955 34,93 35,40 33,28 38,90
29,56 35,71 26 0,708 1,065 35,71 35,95 33,74 39,68
26,41 36,15 27 0,736 1,183 36,15 36,53 34,23 40,51
32,13 36,46 28 0,764 1,312 36,46 37,17 34,76 41,43
28,48 37,10 29 0,792 1,454 37,10 37,88 35,33 42,46
25,55 38,32 30 0,819 1,614 38,32 38,67 35,97 43,62
29,86 41,43 31 0,847 1,797 41,43 39,58 36,70 44,95
34,72 43,94 32 0,875 2,013 43,94 40,65 37,54 46,54
31,11 44,67 33 0,903 2,280 44,67 41,98 38,57 48,51
29,37 45,40 34 0,931 2,631 45,40 43,72 39,92 51,11
36,46 45,96 35 0,958 3,157 45,96 46,33 41,92 55,02
27,75 47,10 36 0,986 4,270 47,10 51,85 46,10 63,35
Tableaux n°13: Ajustement à une loi de Gumbel station de Bouzina

Taille 22 Xo= 26,34


n=
g= 10,76 I.C. à (en%)= 95 U 1,9604
Gauss=
Valeurs Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeur Valeur Borne Borne
de
départ classées classement expérimentale réduite expérimentale théorique inférieure supérieure
33,2 16 1 0,023 -1,331 16 12,02266 -0,6339 18,29931
21,5 21 2 0,068 -0,988 21 15,7133 5,38257 21,42193
28 21 3 0,114 -0,777 21 17,98386 8,95092 23,47612
24,5 21,5 4 0,159 -0,609 21,5 19,79277 11,6926 25,21385
21 23 5 0,205 -0,462 23 21,37484 13,9985 26,8256
25 24,5 6 0,250 -0,327 24,5 22,82973 16,0301 28,3967
26,5 24,5 7 0,295 -0,198 24,5 24,21163 17,8716 29,97711
50 25 8 0,341 -0,073 25 25,55523 19,5744 31,60153
29 26,5 9 0,386 0,050 26,5 26,88589 21,1737 33,29734
35 27 10 0,432 0,175 27 28,2245 22,6972 35,08861
46 28 11 0,477 0,302 28 29,59024 24,1689 36,99882
34 29 12 0,523 0,433 29 31,00259 25,6118 39,05336
23 31 13 0,568 0,570 31 32,48324 27,0493 41,28237
41 33,2 14 0,614 0,717 33,2 34,05817 28,5072 43,72441
31 34 15 0,659 0,875 34 35,76077 30,0159 46,43187
16 35 16 0,705 1,049 35 37,63678 31,6136 49,47968
24,5 35 17 0,750 1,246 35 39,75317 33,353 52,98099
35 41 18 0,795 1,475 41 42,21577 35,3138 57,11834
80 44 19 0,841 1,753 44 45,20939 37,6308 62,21441
21 46 20 0,886 2,115 46 49,10681 40,5715 68,92477
44 50 21 0,932 2,650 50 54,86908 44,819 78,94628
27 80 22 0,977 3,773 80 66,94651 53,5165 100,156
Tableaux n°14: Ajustement à une loi de Gumbel station de Djemourah

Taille 36 Xo= 24,50


n=
g= 2,83 I.C. à 95 U 1,9604
(en%)= Gauss=
Valeur Valeur Ordre de Fréquence Variable Valeur Valeur Borne Borne
s de s
départ classée classemen expérimental réduite expérimental théoriqu inférieur supérieur
s t e e e e e
22,23 19,75 1 0,014 -1,453 19,75 20,39 17,99 21,76
20,54 20,26 2 0,042 -1,156 20,26 21,23 19,19 22,46
19,75 20,45 3 0,069 -0,981 20,45 21,72 19,88 22,89
25,09 20,54 4 0,097 -0,846 20,54 22,11 20,41 23,23
26,48 21,50 5 0,125 -0,732 21,50 22,43 20,85 23,52
28,62 22,23 6 0,153 -0,631 22,23 22,72 21,23 23,79
20,26 23,37 7 0,181 -0,537 23,37 22,98 21,57 24,05
24,02 23,49 8 0,208 -0,450 23,49 23,23 21,89 24,29
30,65 23,67 9 0,236 -0,367 23,67 23,46 22,18 24,53
23,98 23,82 10 0,264 -0,287 23,82 23,69 22,46 24,77
26,10 23,98 11 0,292 -0,209 23,98 23,91 22,72 25,00
21,50 24,02 12 0,319 -0,132 24,02 24,13 22,98 25,24
25,72 24,61 13 0,347 -0,056 24,61 24,34 23,22 25,48
27,64 24,83 14 0,375 0,019 24,83 24,55 23,46 25,73
28,90 24,99 15 0,403 0,095 24,99 24,77 23,69 25,98
24,83 25,09 16 0,431 0,171 25,09 24,98 23,92 26,24
28,92 25,27 17 0,458 0,248 25,27 25,20 24,14 26,51
24,99 25,72 18 0,486 0,327 25,72 25,42 24,36 26,79
25,27 26,07 19 0,514 0,407 26,07 25,65 24,58 27,09
28,98 26,10 20 0,542 0,489 26,10 25,88 24,81 27,39
30,77 26,19 21 0,569 0,574 26,19 26,12 25,03 27,71
23,49 26,48 22 0,597 0,663 26,48 26,37 25,26 28,05
24,61 27,64 23 0,625 0,755 27,64 26,63 25,49 28,41
29,47 28,56 24 0,653 0,852 28,56 26,91 25,74 28,79
29,66 28,62 25 0,681 0,955 28,62 27,20 25,99 29,20
28,56 28,88 26 0,708 1,065 28,88 27,51 26,25 29,64
23,37 28,90 27 0,736 1,183 28,90 27,84 26,53 30,11
29,54 28,92 28 0,764 1,312 28,92 28,21 26,83 30,64
20,45 28,98 29 0,792 1,454 28,98 28,61 27,16 31,22
23,82 29,47 30 0,819 1,614 29,47 29,06 27,52 31,88
23,67 29,54 31 0,847 1,797 29,54 29,58 27,94 32,64
34,48 29,66 32 0,875 2,013 29,66 30,19 28,42 33,55
33,18 30,65 33 0,903 2,280 30,65 30,95 29,01 34,67
26,19 30,77 34 0,931 2,631 30,77 31,94 29,78 36,15
28,88 33,18 35 0,958 3,157 33,18 33,43 30,91 38,38
26,07 34,48 36 0,986 4,270 34,48 36,57 33,30 43,13
Tableaux n°15 : Ajustement à une loi de Gumbel Station de Menaa

Taille 29 Xo= 30,66


n=
g= 13,51 I.C. à (en%)= 95 U 1,9604
Gauss=
Valeurs Valeurs Ordre de Fréquence Variable Valeur Valeur Borne Borne
de
départ classées classement expérimentale réduite expérimentale théorique inférieure supérieure
47,5 14,4 1 0,017 -1,401 14,4 11,73128 -1,4209 18,8145
42,5 18,9 2 0,052 -1,086 18,9 15,99192 4,9929 22,37781
33,1 19,1 3 0,086 -0,896 19,1 18,54856 8,7439 24,6137
37,1 21,9 4 0,121 -0,749 21,9 20,54278 11,6006 26,42691
21,9 22,9 5 0,155 -0,622 22,9 22,25156 13,9887 28,04022
98,4 24 6 0,190 -0,508 24 23,79052 16,084 29,54869
28,6 27,1 7 0,224 -0,402 27,1 25,22064 17,9775 31,00414
31,1 27,9 8 0,259 -0,302 27,9 26,57899 19,723 32,43946
27,9 28,6 9 0,293 -0,205 28,6 27,89055 21,3558 33,87791
36,3 31,1 10 0,328 -0,110 31,1 29,1736 22,9008 35,33746
35,2 32,8 11 0,362 -0,016 32,8 30,44253 24,3768 36,83295
32,8 33,1 12 0,397 0,078 33,1 31,70947 25,799 38,37745
50,2 35,2 13 0,431 0,172 35,2 32,98533 27,181 39,98319
41,3 35,3 14 0,466 0,268 35,3 34,28053 28,5348 41,66232
41,2 36,3 15 0,500 0,367 36,3 35,60563 29,8725 43,42764
39,3 37,1 16 0,534 0,468 37,1 36,97186 31,2061 45,29339
43 38,8 17 0,569 0,573 38,8 38,39176 32,5483 47,27617
27,1 39,3 18 0,603 0,683 39,3 39,87993 33,9131 49,39616
35,3 40,6 19 0,638 0,800 40,6 41,45402 35,3166 51,67869
24 41,2 20 0,672 0,924 41,2 43,13613 36,7778 54,15651
38,8 41,3 21 0,707 1,059 41,3 44,95506 38,3204 56,87334
22,9 42,5 22 0,741 1,206 42,5 46,94972 39,9752 59,88943
40,6 43 23 0,776 1,371 43 49,17517 41,7848 63,29117
14,4 47,5 24 0,810 1,559 47,5 51,71354 43,8113 67,20868
60,7 50,2 25 0,845 1,780 50,2 54,69613 46,1531 71,85128
19,1 50,8 26 0,879 2,051 50,8 58,3536 48,9809 77,58818
18,9 60,7 27 0,914 2,406 60,7 63,1527 52,6387 85,16842
75 75 28 0,948 2,935 75 70,29858 58,0113 96,52936
50,8 98,4 29 0,983 4,052 98,4 85,3752 69,185 120,6605
Analyse statistique des pluies journalières maximales

Station de Bouzina :

La série est formée de 29 valeurs (1972-2000), tronquée de 7 valeurs.

Les pluies journalières maximales sont considérées comme valeurs extrêmes ajustées à la loi
de Gumbel.

Statistique de base :

Nombre d'observations 22
Minimum 16
Maximum 80
Moyenne 32.5
Ecart-type 13.9
Médiane 28.5
Coefficient de variation (Cv) 0.427
Coefficient d'asymétrie (Cs) 2.08
Coefficient d'aplatissement (Ck) 6.67

120
pluie journalière maximale (mm)

100
Ajustement à une loi de Gumbel
80 Station de Bouzina

60

40

20 Pjmax= 10.76 u +26.34

-20
-2,000 -1,000 0,000 1,000 2,000 3,000 4,000 5,000
(mode=26,34 gradex=10,76 taille=22 et I.C. à 95%)

Fig. N° 10 : Répartition statistique des pluies maximales journalières selon la loi de Gumbel
Station de Bouzina
Test d’adéquation :

Nombre de classe 6
Degré de liberté 3
X2 0.36

Tableau N° 16 : Pluie journalière fréquentielle Pjmax : Station de Bouzina

Fréquences 0.5 0.8 0.9 0.95 0.98 0.99 0.999


Période de retour (ans) 2 5 10 20 50 100 1000
Variable réduite de Gumbel 0.37 1.50 2.25 2.97 3.90 4.60 6.91
Pjmax (mm) 30.32 42.48 50.55 58.29 68.30 75.83 100.69

Station de Djemourah :

Ajustement a une loi de Gumbel :

La série est formée de 36 valeurs (1972-2007)

Les pluies journalières maximales sont considérées comme valeurs extrêmes ajustées à la loi
de Gumbel.

Statistique de base :

Nombre d'observations 36
Minimum 19
Maximum 34
Moyenne 25.7
Ecart-type 3.59
Médiane 25.5
Coefficient de variation (Cv) 0.140
Coefficient d'asymétrie (Cs) 0.170
Coefficient d'aplatissement (Ck) 2.5
50,00
45,00
Ajustement à une loi de Gumbel
Pluie journalière maximale en (mm)

40,00 Station de Djemourah


35,00
30,00
25,00
20,00
Pjmax = 2.83 u + 24.50
15,00
10,00
5,00
0,00
-2,000 -1,000 0,000 1,000 2,000 3,000 4,000 5,000
(mode=24,50 gradex=2,83 taille=36 et I.C. à 95%)

Fig. N° 11: Répartition statistique des pluies maximales journalières selon la loi de Gumbel
Station de Djemourah

Test d’adéquation :

Nombre de classe 8
Degré de liberté 5
X2 8.00

Tableau N° 17 : Pluie journalière fréquentielle Pjmax : Station de Djemourah

Fréquence 0.5 0.8 0.9 0.95 0.98 0.99 0.999


Période de retour (ans) 2 5 10 20 50 100 1000
Variable réduite de Gumbel 0.37 1.50 2.25 2.97 3.90 4.60 6.91
Pjmax (mm) 25.54 28.74 30.86 32.90 35.53 37.51 44.03
Les crues des quatre stations selon la méthode de SOKOLOVSKI

Tableaux n°18:les crues dans la station de Bouzina

temps h 2 ans 10 ans 100 ans 1000 ans


0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
1,50 3,43 11,43 20,01 30,37
3,00 13,71 45,74 80,05 121,49
4,50 30,86 102,91 180,12 273,35
6,00 54,86 182,94 320,21 485,96
7,50 85,71 285,85 500,32 759,31
9,00 123,43 411,62 720,47 1093,40
9,67 142,49 475,19 831,73 1262,26
10,50 133,51 445,25 779,33 1182,73
12,00 118,26 394,39 690,30 1047,62
13,50 104,22 347,55 608,32 923,20
15,00 91,33 304,58 533,10 809,05
16,50 79,55 265,30 464,36 704,72
18,00 68,83 229,55 401,79 609,77
19,50 59,12 197,17 345,11 523,75
21,00 50,37 167,99 294,03 446,23
22,50 42,53 141,84 248,26 376,77
24,00 35,55 118,55 207,50 314,91
25,50 29,38 97,96 171,47 260,22
27,00 23,96 79,91 139,87 212,27
28,50 19,26 64,22 112,41 170,60
30,00 15,21 50,74 88,80 134,77
31,50 11,78 39,28 68,76 104,35
33,00 8,91 29,70 51,98 78,89
34,50 6,54 21,82 38,18 57,95
36,00 4,64 15,47 27,07 41,09
37,50 3,14 10,49 18,36 27,86
39,00 2,01 6,71 11,75 17,83
40,50 1,19 3,97 6,95 10,55
42,00 0,63 2,10 3,68 5,58
43,50 0,28 0,94 1,64 2,49
45,00 0,09 0,31 0,54 0,82
46,50 0,02 0,05 0,09 0,14
48,35 0,00 0,00 0,00 0,00
Tableaux n°29 : les crues dans la station de Djemourah

temps h 2 ans 10 ans 100 ans 1000 ans


0 0,00 0,00 0,00 0,00
1,5 2,89 6,98 9,90 13,28
3 11,55 27,92 39,60 53,13
4,5 26,00 62,83 89,10 119,53
6 46,21 111,69 158,39 212,50
7,5 72,21 174,51 247,49 332,04
9 103,98 251,30 356,38 478,13
9,67 120,04 290,11 411,42 551,97
10,5 112,48 271,83 385,50 517,19
12 99,63 240,78 341,46 458,11
13,5 87,80 212,18 300,91 403,71
15 76,94 185,95 263,70 353,79
16,5 67,02 161,97 229,70 308,17
18 57,99 140,15 198,75 266,64
19,5 49,81 120,38 170,71 229,03
21 42,44 102,56 145,44 195,13
22,5 35,83 86,59 122,80 164,75
24 29,95 72,38 102,64 137,71
25,5 24,75 59,81 84,82 113,79
27 20,19 48,79 69,19 92,82
28,5 16,22 39,21 55,60 74,60
30 12,82 30,98 43,93 58,93
31,5 9,92 23,98 34,01 45,63
33 7,50 18,13 25,71 34,50
34,5 5,51 13,32 18,89 25,34
36 3,91 9,44 13,39 17,97
37,5 2,65 6,40 9,08 12,18
39 1,70 4,10 5,81 7,80
40,5 1,00 2,43 3,44 4,61
42 0,53 1,28 1,82 2,44
43,5 0,24 0,57 0,81 1,09
45 0,08 0,19 0,27 0,36
46,5 0,01 0,03 0,05 0,06
48,35 0,00 0,00 0,00 0,00
Tableaux n°20 : les crues dans la station de Menaa

temps h 2 ans 10 ans 100 ans 1000 ans


0 0 0 0 0
1,5 4,03 13,81 24,49 37,41
3 16,13 55,24 97,97 149,63
4,5 36,29 124,29 220,44 336,66
6 64,51 220,95 391,89 598,51
7,5 100,80 345,24 612,33 935,17
9 145,15 497,15 881,75 1346,65
9,67 167,56 573,92 1017,92 1554,61
10,5 157,00 537,76 953,79 1456,67
12 139,07 476,33 844,83 1290,25
13,5 122,55 419,76 744,50 1137,03
15 107,40 367,86 652,44 996,44
16,5 93,55 320,42 568,31 867,94
18 80,94 277,25 491,73 751,00
19,5 69,53 238,14 422,37 645,06
21 59,24 202,89 359,85 549,58
22,5 50,01 171,31 303,83 464,03
24 41,80 143,18 253,95 387,85
25,5 34,54 118,32 209,85 320,49
27 28,18 96,51 171,18 261,43
28,5 22,65 77,57 137,57 210,11
30 17,89 61,28 108,68 165,99
31,5 13,85 47,45 84,15 128,52
33 10,47 35,87 63,62 97,16
34,5 7,69 26,35 46,73 71,37
36 5,45 18,68 33,13 50,60
37,5 3,70 12,67 22,47 34,31
39 2,37 8,11 14,38 21,96
40,5 1,40 4,80 8,51 12,99
42 0,74 2,54 4,50 6,88
43,5 0,33 1,13 2,01 3,06
45 0,11 0,37 0,66 1,01
46,5 0,02 0,06 0,11 0,17
48,35 0 0 0 0
Tableaux n°21 : les crues dans la station de T.Abed

temps h 2 ans 10 ans 100 ans 1000 ans


0 0 0 0 0
1,5 3,67 9,46 14,11 19,58
3 14,7 37,84 56,46 78,35
4,5 33,07 85,16 127,03 176,3
6 58,8 151,39 225,84 313,43
7,5 91,88 236,55 352,88 489,74
9 132,3 340,64 508,15 705,23
9,67 152,74 393,25 586,63 814,14
10,5 143,11 368,47 549,67 762,84
12 126,76 326,37 486,87 675,69
13,5 111,71 287,61 429,05 595,45
15 97,89 252,05 376 521,82
16,5 85,27 219,55 327,51 454,53
18 73,78 189,97 283,38 393,29
19,5 63,37 163,17 243,41 337,81
21 53,99 139,02 207,38 287,81
22,5 45,59 117,37 175,1 243
24 38,1 98,1 146,35 203,11
25,5 31,48 81,07 120,93 167,84
27 25,68 66,13 98,65 136,9
28,5 20,64 53,14 79,28 110,03
30 16,3 41,98 62,63 86,92
31,5 12,62 32,5 48,49 67,3
33 9,54 24,57 36,66 50,88
34,5 7,01 18,05 26,93 37,37
36 4,97 12,8 19,09 26,49
37,5 3,37 8,67 12,94 17,96
39 2,15 5,55 8,28 11,49
40,5 1,27 3,28 4,9 6,8
42 0,67 1,73 2,59 3,6
43,5 0,3 0,77 1,15 1,6
45 0,09 0,25 0,38 0,52
46,5 0,01 0,04 0,06 0,08
48,35 0 0 0 0
RESUME :

Les territoires montagneux revêtent un intérêt particulier de par leur fragilité sur le plan
physique et les conditions socio - économiques qu’ils offrent à leurs populations. Le Bassin
versant d’Oued Abdi situé sur le versant méridional des Aurès ‘’Est Algérie ‘’ se montre
comme un échantillon représentatif de cette situation.

Ce travail de recherche a pour objectif l’utilisation de la géomatique comme outil pour


l’étude des contraintes physiques du milieu par une approche systémique, en faisant usage
des systèmes d’information géographique (SIG) pour la spatialisation et l’analyse de ses
différentes contraintes. Par ailleurs l’usage de la télédétection par le traitement et
l’exploitation des images satellitaires LANDSAT à permis la connaissance et le mode
d’occupation du sol. En associant un plan spatial les différentes contraintes physiques et leur
niveau, et l’articulation des enjeux socio-économiques. L’utilisation de la géomatique nous a
permis d’analyser et de manipuler plusieurs paramètres et critères relevant du milieu. Cette
approche nous a permis de spatialiser et superposer plusieurs couches d’information qui
constitue un diagnostic de la situation actuelle et un document pour les aménageurs et les
décideurs.

Mots clés : Bassin versant, Contraintes, Potentialités d’aménagement, Oued Abdi,


Géomatique, SIG, télédétection.

ABSTRACT :

The mountainous territories dress a particular interest due to their fragility on the physical
plan and the conditions socio - economic which they offer to their populations. The Pond
overturning of Oued Abdi situated on the Southern hillside of the Aurès '' Est Algérie '' shows
itself as a representative sample of this situation.

This research work has for objective the use of the geomatics as the tool for the study of the
physical constraints of the environment(middle) by a systematic approach By making use
systems of geographical information ( SIG) for the spatializing and the analysis of its various
constraints. Besides the use of the remote detection by the treatment and the exploitation of
the satellite images LANDSAT to licence the knowledge and the mode of land use. By
associating a spatial plan the various physical constraints and their level, and the articulation
of the socioeconomic stakes. The use of the geomatics allowed us to analyze and to
manipulate several parameters and criteria recovering from the environment. This approach
allowed us to spatialiser and to stack several coats(layers) of information which establishes a
diagnosis of the current situation and a document for the planners and the decision-makers.

Keywords: Pond overturning, constraints, Potentialities, Oued Abdi, Geomatics, SIG, remote
detection.