Vous êtes sur la page 1sur 36

Mercredi 3 novembre 2010 -

Paris et Londres signent Obama : le désamour


t Pourquoile bilan du président américain,
àmi-mandat, neconvainc pas les électeurs. P. 6 et 16-17

un accord sans précédent


sur leurs forces nucléaires
t Les deux puissances vont lancer une coopération technologique sur les ogives nucléaires
t Ce point figure dans le traité de défense franco-britannique conclu mardi 2 novembre

L
es deux puissances nucléaires européen- sées pour les armes atomiques, le tournant est Concrètement, la France va permettre aux
nes ouvrent une page inédite dans l’histoi- majeur, car il touche au cœur de la fabrication Britanniques de vérifier l’état des matières des-
re de leurs forces de frappe respectives. des arsenaux et de leur entretien. tinées à leurs ogives, en leur offrant un accès
Pour la première fois, la France et le Royaume- Négocié depuis des mois, ce virage devait aux technologies du site de Valduc, en Bourgo-
Uni vont lancer une coopération touchant à la être consacré, mardi2 novembre, par la signatu- gne (Côte-d’Or), rattaché à la direction des appli-
vérification des matières qui entrent dans la re à Londres d’un traité de défense entre les cations militaires du Commissariat à l’énergie
fabrication de leurs têtes nucléaires. deux pays, à l’occasion d’un sommet réunis- atomique (CEA). De la matière fissile sera ainsi
Hautement sensible, ce rapprochement ne sant le président français, Nicolas Sarkozy, et le transportée du Royaume-Uni vers Valduc pour
remet pas en cause, souligne-t-on de part et premier ministre britannique, David Cameron. y être testée et soumise à des simulations,
d’autre, l’indépendance des deux dissuasions Adossé au premier, un second traité, concer- avant d’être rapatriée.
nucléaires. Mais, portant sur un aspect techni- nantla coopération scientifique dans le nucléai- Natalie Nougayrède
que qui concerne la fiabilité des matières utili- re, sera signé dans la foulée. a Lire la suite page 5

«LeMonde Dépenses de l’Etat: grosses


Economie» coupes, petites économies
Lors du meeting
Etats-Unis Chômage, Budget 2011 Le gouvernement prévoit de réaliser démocrate
pauvreté : des niveaux record ; au moins 5 milliards d’euros d’économies sur à Boston,
croissance : des signes de les dépenses pour réduire le déficit public. Mais cela le 16 octobre.
ralentissement Supplément ne suffira pas à faire baisser les dépenses totales. Page 9 AFP/Saul LOEB

Deux hommes, deux pinsons


Jour après jour, l’exode des chrétiens d’Orient et un grand film russe
Cinéma Accompagnant le corps de sa femme, un

D
ifficile de parler de « terro- Islamisme, guerres, conflits tiens encore sur place, l’Irak est le abrite toujours la plus forte pro- homme voyage avec son ami sur les bords de la Volga
risme aveugle » quand des divers, notamment israélo-pales- pays du Moyen-Orient qui a portion de chrétiens.
prêtres et des fidèles assis- tinien, pauvreté, les causes sont connu la plus forte hémorragie Un ensemble de raisons écono-
afin d’accomplir le rituel funéraire des Meria, un peuple
tant à la messe dominicale sont nombreuses qui expliquent ce ces dernières décennies. Une accé- miques, politiques, démographi- disparu. Avec « Le Dernier Voyage de Tanya »,
tués dans leur église, à la veille de drame : les chrétiens fuient les lération est à l’œuvre depuis l’in- ques et religieuses explique cette Aleksei Fedorchenko signe un somptueux récit.
la Toussaint. C’est ce qui vient de lieux qui sont le berceau de leur vasion américaine de 2003 et les lente évaporation. Mais, depuis Parmi les autres sorties de la semaine, « L’Homme qui
se passer à Bagdad, où une prise foi. L’archevêque de Kirkouk, violences qui en ont découlé. quelques années, le clergé et les voulait vivre sa vie », film inclassable, où Eric Lartigau
d’otages s’est achevée dans un autre ville irakienne, disait redou- Le problème concerne toute la fidèles mettent surtout en avant
bain de sang, dimanche 31 octo- ter un « exode mortel » lors du région. Pour le jésuite égyptien l’islamisation croissante des socié-
suit la trajectoire de Paul, un avocat, interprété par
bre, après l’intervention de l’ar- synode consacré aux chrétiens Samir Khalil Samir, l’un des arti- tés dans lesquelles ils vivent. « Les Romain Duris, entre confort social et aspiration
mée irakienne. Bilan : plus de cin- d’Orient, du 10 au 24 octobre, au sans du synode, la disparition des musulmans ne distinguent pas artistique. Pages 20 à 22
quante morts, en majorité des Vatican. chrétiens d’Orient n’est pas « une religion et politique », rappelaient
femmes et des enfants. simple hypothèse » : en un siècle, les évêques lors du synode.
La prise d’otages visait la com- la population chrétienne de Tur- Pour les communautés concer-
munauté chrétienne du pays, Editorial quie est passée de 20 % à 0,2 %. nées, au-delà de l’islam radical,
UK price £ 1,50

régulièrement prise pour cible Sur la même période, la part des c’est désormais la confrontation
par les « milices islamistes » qui Le gouvernement français, qui chrétiens dans les pays qui ont vu au quotidien avec un islam politi-
déstabilisent l’Irak depuis la chu- a accueilli 1 300 chrétiens d’Irak naître et prospérer le christianis- que qui rend difficile la survie de
te de Saddam Hussein. Ce nou- depuis 2008, a proposé, lundi me est passée de 15 % à 6 % aujour- la culture et des traditions chré-
veau jalon tragique d’une histoire 1er novembre, d’en recevoir 150 d’hui. En l’absence de statistiques tiennes.
récente, qui en compte beaucoup autres. Ils rejoindront dans l’exil fiables, les chiffres communé- Le Vatican a dit son désarroi. Il
d’autres, ne manquera pas d’ali- près de la moitié de la population ment admis font état de quelque ne devrait pas être seul : l’exode
menter une tragédie en cours chrétienne d’Irak qui a fui le pays 20 millions de personnes sur une des chrétiens d’Orient est un dra-
depuis plusieurs années : l’exil depuis une vingtaine d’années. population de 350 millions, au me qui nous concerne tous. p
des chrétiens d’Orient. Avec quelque 500 000 chré- Proche et Moyen-Orient. Le Liban Lire page 7

Le regard de Plantu M. Mitterrand


défend la Maison
de l’histoire
de France

L
e ministre de la culture
répond aux historiens qui,
dans une tribune au Monde,
critiquaient la finalité de la Maison
de l’histoire de France. Ces détrac-
teurs dénonçaient notamment
unetentative defiger l’histoire.Fré-
déric Mitterrand voit dans ces criti-
ques a priori du projet un mal fran-
çais. Il plaide la nécessité de ponc-
tuer notre récit national de repè-
res, de dates et de personnages,
nécessaires à sa compréhension.
La Maison « sera un lieu où le passé
vit au contact de la modernité,
ouvert aux débats, aux invitations
et aux rencontres », assure-t-il. p
Lire page 15
Algérie 150 DA, Allemagne 2,00 ¤, Antilles-Guyane 2,00 ¤, Autriche 2,40 ¤, Belgique 1,40 ¤, Cameroun 1 500 F CFA, Canada 4,25 $, Côte d’Ivoire 1 500 F CFA, Croatie 18,50 Kn, Danemark 25 KRD, Espagne 2,00 ¤, Finlande 2,50 ¤, Gabon 1 500 F CFA, Grande-Bretagne 1,50 £, Grèce 2,20 ¤, Hongrie 700 HUF, Irlande 2,00 ¤, Italie 2,20 ¤, Luxembourg 1,40 ¤, Malte 2,50 ¤,
Maroc 10 DH, Norvège 25 KRN, Pays-Bas 2,00 ¤, Portugal cont. 2,00 ¤, Réunion 1,90 ¤, Sénégal 1 500 F CFA, Slovénie 2,20 ¤, Suède 30 KRS, Suisse 3,00 CHF, Tunisie 2,00 DT, Turquie 6,00 TL, USA 3,95 $, Afrique CFA autres 1 500 F CFA,
24 heures dans le monde 0123
Mercredi 3 novembre 2010

Les gens Les faits Les chiffres


ros d’économie sur ces dépenses. Au menu sont inscrites la suppression t Economie
t Gilles Dufeigneux aInternational
nommédélégué
aux grands
AuxEtats-Unis,scrutinsdifficiles
de 31 638 postes de fonctionnaires (par le non-remplacement de la moitié
des départs en retraite), des mesures de restriction du train de vie de
l’Etat (200 millions d’économie nettes), ainsi qu’une baisse de 600 mil-
120000
événements sportifs pourBarackObamaetlesdémocrates lions nette des subventions, allocations et aides sociales notamment.
Le gouvernement souhaite stabiliser à 37,6 milliards d’euros les dépen- foyers devraient
Le président Barack Obama et ses alliés démocrates semblaient en très
mauvaise posture avant les élections de mi-mandat du mardi 2 novem-
ses dites « de guichet » dont le nombre de bénéficiaires augmente avec la
crise. Enfin, le nombre d’emplois aidés passera de 400 000 en 2010 à sortir du fichier
bre aux Etats-Unis, sur fond de mécontentement économique aigu.
Lundi 1er novembre, une dernière série de sondages a confirmé la ten-
340 000 en 2011. Lire page 9
des personnes
dance de ces dernières semaines : les républicains et leur aile ultra-
conservatrice, le Tea Party, devraient rafler la majorité à la Chambre des surendettées
représentants et entamer considérablement la majorité au Sénat. Les aEnvironnement Selon la ministre de l’économie,
démocrates devraient également perdre une poignée de sièges de gou-
verneurs. Désaccord entre associations et Christine Lagarde, les mesures
entrées en vigueur lundi 1er novem-
Au total, les Américains doivent renouveler les 435 sièges de la Cham-
bre des représentants. Ils doivent aussi désigner 37 nouveaux sénateurs experts sur les effets du Grenelle bre devraient permettre à un
ménage surendetté sur six de sor-
sur 100 et 37 postes de gouverneurs sur 50. Lire pages 6, 16 et 17 tir du fichier. Selon Mme Lagarde,
n Sur Lemonde.fr : Le suivi en direct des résultats à partir de 2,6 millions de français sur les
4 heures du matin, mercredi 3 novembre. Infographie animée : Tout 9 millions qui ont recours au cré-
comprendre des élections de mi-mandat. Blogs : « Obama sur tou- dit à la consommation sont en dif-
L’ex-collaborateur de François tes les radios » et « Des élections à 4 milliards de dollars ». ficulté pour rembourser. Le nom-
Fillon, qui avait démissionné le bre de surendettés a augmenté de
9 septembre après avoir été sus-
pendu de ses fonctions, a été nom- Paris et Londres inaugurent 15 % entre septembre 2008 et sep-
tembre 2009.
mé, samedi 30 octobre, délégué
interministériel aux grands événe- un partenariat militaire inédit t Population
ments sportifs. L’ex-chef de cabi-
net adjoint du premier ministre
avait été contrôlé en état d’ébriété
A l’occasion d’un sommet bilatéral à Londres, Nicolas Sarkozy et David
Cameron devaient signer, mardi 2 novembre, un traité ouvrant la voie à
un partage de technologies à partir de 2014 destiné à vérifier les matières
6millions
par des policiers qu’il avait insul-
tés, à Paris, dans le 5e arrondisse-
entrant dans les têtes nucléaires. Cela se fera dans un laboratoire com-
mun implanté à Valduc, près de Dijon. Un centre de recherche britanni- d’agents
ment. M. Dufeigneux, 46 ans, est,
par ailleurs, conseiller municipal
que sera, en parallèle, ouvert à Aldermaston aux spécialistes des deux
pays. Par ailleurs, la Grande-Bretagne et la France vont créer une « force chargés
(centriste) de Vannes (Morbihan)
et conseilleur régional. (PHOTO :
expéditionnaire conjointe » de plusieurs milliers d’hommes qui sera
mobilisable pour des opérations extérieures bilatérales ou sous dra- du recensement
MAXPPP) peaux de l’OTAN, de l’ONU ou de l’Union européenne.
En plus de ces deux projets phares, Paris et Londres ont décidé de parta- Le rapport de suivi des 268 décisions négociées en octobre 2007 à la en Chine
t Christine Boutin ger, à partir de 2020, leurs deux porte-avions. Plus largement, les deux faveur du Grenelle de l’environnement devrait être remis, mardi La Chine a commencé, lundi
pays devaient annoncer, mardi, une série de projets militaires communs 2 novembre, au ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo. Les auteurs 1er novembre, le recensement
«vraisemblablement» et d’accords destinés à rapprocher leurs industries de défense en matière recensent 52 mesures qui nécessitent « une réorientation stratégique décennal de sa population esti-
candidate en2012 de sous-marins, de drones ou de missiles. Lire page 5 ou une remobilisation significative ». mée à plus de 1,33milliard d’indivi-
Onze mesures « dépassées » doivent être « redéfinies ». Restent une cin- dus fin 2009. Six millions d’em-
La présidente du Parti chrétien-
quantaine de mesures (18 %) dont les engagements sont « réalisés », ployés gouvernementaux vont
démocrate (PCD), Christine Boutin,
selon les auteurs du rapport, et 60 % qui sont « en cours de réalisation sillonner le pays pendant un
66ans, a annoncé sa probable can-
didature à l’élection présidentielle
aFrance sans difficulté particulière à ce jour ». Cette évaluation plutôt encoura- mois. De nombreux Chinois pour-
de 2012, dans un entretien publié
par Le Figaro, mardi 2 novembre.
La police grecque intercepte un colis geante des effets du Grenelle est en décalage avec l’appréciation des
associations de défense de l’environnement, beaucoup plus sévères.
raient être tentés d’échapper au
recensement, notamment les quel-
«Nous aurons un candidat à la pré-
sidentielle, vraisemblablement
piégé destiné à Nicolas Sarkozy (PHOTO : AFP) Lire page 4 que 200 millions de « migrants »,
partis des campagnes pour tra-
moi, car la France a besoin d’un
cap, d’une espérance, d’un enthou-
Après l’Eyjafjöll, un autre volcan vailler dans les villes, qui n’ont
aucun statut légal.
siasme en ces temps difficiles de
mondialisation», a estimé l’ancien-
islandais pourrait entrer en éruption
Six mois après le nuage de cendres de l’Eyjafjöll, qui avait paralysé l’espa- t Emploi
ne ministre de la ville, chargée par
Nicolas Sarkozy de rédiger un rap-
port sur la « justice sociale et la
mondialisation», qu’elle doit
ce aérien européen, les géologues islandais ont annoncé, lundi 1er novem-
bre, qu’un autre volcan, le Grimsvötn, émet des signes avant-coureurs
d’une éruption. Le cours d’eau du glacier, sous lequel gronde le volcan, a
8,9%
remettre avant le 15 décembre.
triplé de volume dans la nuit de dimanche à lundi. En 2004, le déborde-
ment de ce lac avait été suivi d’une éruption. des jeunes
t Matthias Langhoff diplômés
condamne l’expulsion aEconomie au chômage en
desRoms par la France
Le dramaturge franco-allemand La France et la Russie créent Grande-Bretagne
Matthias Langhoff, 69 ans, ancien
directeur du Berliner Ensemble, un consortium de chantiers navals Selon une étude de l’organisation
indépendante britannique Higher
invité du Festival national de théâ- La police grecque a déjoué, lundi 1er novembre, plusieurs tentatives d’at- La compagnie russe unifiée de construction navale OSK et le groupe Education Careers Services Unit,
tre de Roumanie, a vivement criti- tentat aux colis piégés, adressés à Nicolas Sarkozy ainsi qu’aux ambassa- français de construction navale militaire DCNS ont signé, lundi publiée lundi 1er novembre, 8,9 %
qué, lundi 1er novembre, à Buca- des du Mexique, des Pays-Bas et de Belgique, à Athènes. Deux hommes, 1er novembre, un accord de coopération prévoyant la création d’un de nouveaux diplômés étaient à
rest, le gouvernement français âgés de 22 et 24 ans, soupçonnés d’appartenir à des groupuscules d’extrê- consortium commun. Cet accord intervient juste avant l’expiration, la recherche d’un emploi six mois
pour sa politique d’expulsion des me gauche ont été interpellés. L’affaire a été confiée à la brigade antiterro- le 5 novembre, de l’appel d’offres lancé par la Russie pour un navire après avoir quitté l’université. Il
Roms. « Je suis gêné d’apparaître riste. (PHOTO : REUTERS) de type Mistral. La DCNS a annoncé le 26 octobre qu’elle était prête à s’agit du plus fort taux de chôma-
maintenant en Roumanie en tant livrer un Mistral à Moscou, « sans restrictions ». ge de ces jeunes depuis 1993 où il
que Français. »
Les députés débattent des coupes Les discussions ont longtemps buté sur la question du transfert de
technologie. Le nouveau consortium pourrait participer à des
avait culminé à 11,6 %. Ce sont les
diplômés dans le domaine des

Société éditrice du « Monde » SA


Président du directoire, directeur
franches prévues dans le budget 2011 appels d’offres pour la construction de « navires civils et militaires »,
a déclaré le PDG de la DCNS, Patrick Boissier. La France est en négocia-
nouvelles technologies qui ont le
plus de mal à trouver du travail
de la publication : Eric Fottorino Les députés devaient commencer, mardi 2 novembre, l’examen du volet tion avec la Russie depuis 2009 pour la vente du navire de guerre (16,3 %), suivis des ingénieurs en
Vice-président, directeur général : David Guiraud dépenses du budget 2011. L’Etat a l’ambition de réaliser 5 milliards d’eu- Mistral. électronique (13,3 %).
Secrétaire général du directoire :
Pierre-Yves Romain
Directeur du « Monde » : Eric Fottorino
Directeur adjoint : Laurent Greilsamer
Editeur : Michel Sfeir
Directrice de la rédaction : Sylvie Kauffmann
Directeurs éditoriaux : Gérard Courtois
L’histoire Salvatore Aloïse (Rome, correspondance) Les scores
et Alain Frachon. t Tennis
Rédacteurs en chef : Jean-Jacques Bozonnet,
Michel Kajman, Franck Nouchi, Isabelle Talès,
Didier Pourquery (« Le Monde Magazine »).
Chef d’édition : Françoise Tovo.
La minijupe est bannie de Castellammare Simon passe, Clément
et Llodra cassent
Directrice artistique : Sara Deux. Le Français Gilles Simon a battu

A
Veille de l’information : Eric Azan. vant de se rendre à Castellammare di avant l’été 2011 et la « décadence vestimen- de l’ordre. Pensée, au départ, pour lutter (6-3, 6-3) le Russe Sergiy Stakhovs-
Secrétaire général : Jean-Pierre Giovenco
Médiatrice : Véronique Maurus Stabia, ville du bord de mer non loin taire » déchaînée, selon lui, par les premiè- contre la microcriminalité, cette redéfini- ky, lundi 1er novembre à Valence
Conseil de surveillance : Louis Schweitzer, de Naples, mieux vaut consulter le res chaleurs. tion du rôle des maires, au fil d’arrêtés (Espagne); Arnaud Clément a été
président. Gilles van Kote, vice-président règlement sur la sécurité urbaine que le « Castellammare, province de Naples ou plus ou moins farfelus, n’en finit pas de défait (6-4, 6-2) par un autre Russe
Le Monde est édité par la Société éditrice du «Monde» SA
Durée de la société : 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
maire, Luigi Bobbio, un ancien magistrat, de Téhéran ? », s’est interrogée une associa- donner des idées « géniales » aux plus zélés Teimuraz Gabashvili. A Bâle (Suis-
Capital social : 149 017 497 ¤. Actionnaire principal : Le Monde SA. épaulé par son adjoint à la sécurité, un tion de défense des consommateurs, tandis d’entre eux. se), Michael Llodra a été sorti (4-6,
Rédaction :80,boulevardAuguste-Blanqui,75707Paris ancien général, vient de promulguer. que des groupes féministes montaient au Les exemples sont variés. Ils vont des res- 7-5, 6-3) par l’Américain John Isner.
Cedex13 Tél. :01-57-28-20-00 ;télécopieur :01-57-28-21-21
Abonnements :partéléphone:deFrance0-825-000-778. Car il s’agit d’une série de normes très créneau en organisant des sit-in en miniju- trictions des commerces de kebabs qui « nui-
(0,15TTC/min) ;del’étranger:(33)3-44-31-80-48ou pointilleuses avec, entre autres, l’interdic- pe devant la mairie pour protester contre ce sent aux traditions culinaires locales » de plu- t Voile
www.lemonde.fr/abojournal/Changementd’adresse
etsuspension :0-825-022-021(0,15TTC/min) tion de porter des minijupes trop courtes, bond en arrière. sieurs communes, à l’obligation d’accrocher Franck Cammas en tête
des décolletés trop généreux, des jeans un crucifix aux murs dans des lieux publics de la Route du rhum
0123 est édité par la Société Editrice du Monde (SA).
taille basse ou encore de prendre des bains Des crucifix dans les bars comme les bars, introduite par la municipa- Franck Cammas, sur Groupama3,
La reproduction de tout article est interdite sans l’accord de l’adminis-
tration. Commission paritaire des publications et agences de presse
de soleil dans les parcs de la ville et de se Mais le maire n’en démord pas. Tout en lité de Trivolzio, en Lombardie, en réponse à était en tête de la Route du rhum,
n° 0712 C 81975 ISSN 0395-2037 balader torse nu loin des plages. Jurer ou se défendant d’être un bigot, cet élu de droi- la décision de la Cour européenne de suppri- mardi 2 novembre à 7 h 40.
« troubler les autres » avec un « langage cru » te confirme vouloir remettre sa ville dans le mer les crucifix dans les salles de classe.
est aussi sanctionné. Les amendes encou- droit chemin. Il assure que les agents de la Avant la minijupe, la palme du règlement t Hippisme
Président : David Guiraud rues vont de 25 euros à 500 euros. police municipale n’iront pas, le mètre à la le plus saugrenu revenait au maire de Furo- Un binôme français
Directrice générale :
Bénédicte Half-Ottenwaelter PRINTED IN FRANCE La raison de ce tour de vis ? « Restaurer le main, vérifier la longueur des minijupes, re, en Campanie, qui a interdit les nains de emporte la Melbourne Cup
décor urbain » qui, selon M. le maire, est mais qu’ils se limiteront à juger d’un coup jardins, coupables « d’altération de la natu- Le cheval français, Americain,
mis à mal par le laisser-aller, en ville, des d’œil. S’il se prend pour un shérif, c’est qu’il re ». Sans parler du premier citoyen de Salug- monté par le Français Gérald Mos-
80, bd Auguste-Blanqui, touristes et des habitants. Cet ayatollah a de bonnes raisons. gia, au Piémont, qui, pour sa part, suggère sé, a emporté la Melbourne Cup
75707 PARIS CEDEX 13
Tél : 01-57-28-39-00
Imprimerie du Monde
12, rue Maurice-Gunsbourg,
local, comme il a été surnommé par beau- A l’été 2008, le gouvernement Berlusco- de remplacer le jet de riz sur les mariés par (Australie), l’une des courses les
Fax : 01-57-28-39-26 94852 Ivry cedex coup de ses concitoyens, a pris les devants, ni avait transformé les maires en gardiens « de plus délicats pétales de rose ». p plus réputées au monde.
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Page trois

Seize ans après l’attentat contre l’avion du président Habyarimana, le juge Trévidic
s’est rendu à Kigali pour déterminer d’où sont partis les tirs. Une première

Rwanda: la vérité en ligne de mire


C
’est l’enquête de la dernière
chance. Celle qui peut établir
la vérité sur un drame
jamais éclairci depuis sei-
ze ans, ou bien se heurter,
une fois de plus, aux raisons
d’Etat. Aussi étonnant que cela paraisse,
aucune investigation matérielle n’a
jamais été menée par la justice sur le
crash de l’avion du président rwandais
qui, le 6 avril 1994, a donné le signal du
génocide dont ont été victimes
800 000 personnes, des Tutsi et des
Hutu modérés.
Pour la première fois, un juge d’ins-
truction français vient de passer une
semaine à Kigali accompagné d’une équi-
pe d’experts et d’avocats, pour tenter de
faire la lumière sur les tirs de missile qui,
en abattant le Falcon 50 du président
Juvénal Habyarimana, ont fait basculer
le Rwanda dans l’horreur.

La culpabilité du camp
Kagamé, sans faire
de l’actuel président
le responsable
du génocide, signifierait
que le chef de l’Etat a pris
le risque d’un massacre
de son peuple
pour prendre le pouvoir
Qui a tiré ? Les extrémistes hutu hosti-
les au partage du pouvoir avec les Tutsi
qu’avait accepté le président Habyarima-
na ? C’est la thèse du régime actuel du pré-
sident Paul Kagamé, dominé par les Tut-
si. Ou des soldats agissant sur ordre de ce
dernier qui, à la tête d’une armée rebelle,
cherchaient à s’emparer du pouvoir,
comme l’a conclu le juge français Jean- Pour la première fois, un juge d’instruction français, Marc Trévidic
Rubungo
Louis Bruguière en 2006, provoquant la (au centre), a passé une semaine à Kigali, accompagné d’une équipe Point de chute de l’avion
rupture par Kigali des relations diploma- d’experts et d’avocats, pour tenter de faire la lumière sur les tirs de missile Domaine
militaire du président
Cyaruzinge Habyarimana
tiques avec Paris ? qui ont abattu le Falcon 50 du président Juvénal Habyarimana. STEVE TERRILL/AFP
sur sa propre résidence
Chacune de ces hypothèses renvoie à
un lieu de tir : le camp militaire de cette enquête. Son prédécesseur, le juge Trévidic n’a pas le droit à l’erreur. Il a fait
le 6 avril 1994 à 20 h 25
Kanombe tenu par les Forces armées Bruguière, chargé en 1998 de l’enquête en sorte que ses investigations à Kigali,
rwandaises (FAR, loyalistes), qui atteste- ouverte sur plainte des victimes françai- effectuées sous le regard de la justice
rait de la culpabilité du régime Habyari- ses du crash, ne s’était jamais rendu sur rwandaise comme le veut la loi, soient Aéroport
mana, ou la colline de Masaka où des élé- les lieux. Crainte pour sa sécurité et incontestables. Il a effectué sa visite en international
ments du Front patriotique rwandais conviction d’une obstruction des autori- présence d’un avocat des parties civiles Vers Kibongo
de Kigali
(FPR) de Paul Kagamé se seraient infil- tés rwandaises actuelles, allèguent ses françaises et de deux défenseurs des Gihanga
trés, selon l’enquête du juge Bruguière. partisans. Parti pris de charger Kagamé Rwandais mis en cause. Afin d’atténuer
« La vérité viendra de la balistique », pour atténuer la responsabilité de la le risque d’une future « bataille d’ex- RDC OUGANDA TANZ.
insiste l’un des protagonistes de ce dos- France, qui soutenait Habyarimana, perts », il a aussi accepté la présence à ses
sier qui, depuis seize ans, empoisonne le rétorquent ses contempteurs. côtés d’experts militaires britanniques.
Kigali Domaine militaire
climat entre Paris et Kigali. Cette vérité Fondant ses accusations sur des témoi- En 2009, ces derniers, dans un rapport Lac Kivu La ferme Masaka
de Kanombe,
n’intéresse pas seulement les familles gnages convergents, le juge Bruguière commandité par les autorités rwan- aurait été investie par
RWANDA des Forces armées
les rebelles du Front
des victimes françaises du crash, qui ont avait cru pouvoir se passer d’investiga- daises, ont accrédité la thèse de Kigali rwandaises (FAR,
porté plainte. La culpabilité du camp tions en terrain rwandais. Mais plusieurs incriminant les extrémistes hutu. Selon loyalistes) patriotique rwandais (FPR)
Kagamé, sans faire de l’actuel président de ses témoins se sont rétractés, rendant eux, les preuves matérielles ne sont
50 km BURUNDI 1 km
le responsable du génocide – qui a des plus nécessaire que jamais le recueil de « plus disponibles ». Mais leur travail est
racines anciennes et fut organisé par ses preuves matérielles. Parallèlement, le contesté car les témoignages contredi- Deux hypothèses pour le point de départ des missiles
adversaires –, signifierait que le chef de rétablissement des relations franco- sant la version gouvernementale ne leur qui ont touché l’avion du président Habyarimana
l’Etat a pris le risque d’un massacre de rwandaises à la fin de 2009 a rendu possi- avaient tout simplement pas été commu-
son peuple, pour prendre le pouvoir. ble un transport sur les lieux, inenvisa- niqués. un cartographe, un spécialiste des missi- d’identifier le type de missile utilisé. A
C’est peu dire que le séjour rwandais geable en période de glaciation diploma- Pour approcher la vérité, le magistrat les et un autre des explosifs ainsi qu’un son tour, ce renseignement peut aider à
du juge parisien Marc Trévidic, du 11 au tique. français s’est fait accompagner de formateur spécialisé dans le pilotage des identifier le camp du tireur et à détermi-
18 septembre, marque un tournant dans Héritier d’un aussi lourd passé, le juge cinq experts, tous civils : un géomètre, Falcon 50, l’avion en cause. ner si ce dernier était ou non un profes-
A la nuit tombée – le moment du dra- sionnel. « Il n’est pas facile d’abattre un

Le chemin vers les assises est semé d’obstacles me –, cet aréopage, escorté par des mili-
taires et accompagné de hauts magis-
trats rwandais, s’est transporté sur les
avion en vol », insiste un proche de l’en-
quête.
Déjà, le transport sur les lieux a per-
deux zones possibles de tir. « Nous avons mis de disqualifier certains témoins : le
MÊME si l’expertise de l’attentat qui, le experts – et leur auteur. Ainsi, les défen- d’autant plus incertaine que Kigali dis- attendu la nuit pour voir passer les avions lieu où ils disent s’être trouvés ne per-
6 avril 1994, a coûté la vie aux douze seurs des personnalités rwandaises pose encore de huit jokers pour retarder et vérifier les hypothèses, notamment en met pas physiquement de distinguer les
occupants de l’avion du président rwan- visées insistent sur l’imprécision des l’enquête, en la personne des huit digni- étudiant la propagation des sons. Nous deux zones possibles de tir.
dais Juvénal Habyarimana aboutit à des témoignages affirmant que les missiles taires du régime qui restent visés par les avons emmené les témoins de l’époque L’observation d’un champ de papyrus
conclusions scientifiques précises, il res- sont partis de la colline de Masaka mandats d’arrêt internationaux délivrés sur les lieux et les avons interrogés pour boueux et infesté de serpents a fragilisé
tera à les convertir en vérité judiciaire. contrôlée par les rebelles du Front par le juge Bruguière en 2006. confronter leurs dires à la réalité du ter- le témoignage de celui qui disait s’y être
Le chemin risque d’être long. patriotique rwandais (FPR) de Paul Les autorités rwandaises, en autori- rain », raconte l’un des acteurs de cette caché. Mais c’est le croisement des
Tandis que Me Emmanuel Bidanda, Kagamé. sant l’un d’entre eux à être interrogé par reconstitution. De multiples relevés GPS conclusions scientifiques avec les témoi-
avocat de la famille d’une victime fran- le juge Trévidic et à lui faire de nouvel- et photographiques doivent permettre gnages, qui devrait permettre d’éliminer
çaise du crash, espère que le rapport des Les huit jokers de Kigali les déclarations – au risque d’une mise aux experts de reconstituer en 3D par définitivement certaines hypothèses.
experts permettra d’« envisager la clôtu- Ils gardent aussi en réserve la thèse en examen –, peuvent obtenir une pro- informatique la trajectoire du Falcon 50 « Les experts ne diront pas qui a fait le
re de l’instruction », Me Bernard Main- d’une machination des Forces armées longation de l’instruction. C’est précisé- présidentiel. coup, nuance une source éclairée. Mais
gain, qui défend des personnalités rwan- rwandaises (FAR, loyalistes) destinée à ment ce que Kigali a réussi avec Rose Cruciale mais encore inconnue, la ils détermineront les scénarios les plus
daises mises en cause dans l’attentat par accuser le FPR. En revanche, si l’experti- Kabuye, une des personnalités visées position de l’appareil au moment où il a probables. » Leur copie est attendue d’ici
le juge Bruguière, en doute. Il estime se privilégie l’hypothèse de tirs venant par un mandat d’arrêt. En 2008, cette été touché par deux missiles, doit être à mars 2011.
que le dossier demeure « bouffi de mani- du camp de Kanombe, tenu par les FAR, proche du président Kagamé a fait irrup- enfin déterminée. Elle sera croisée avec L’équation du crash déclencheur du
pulations » qu’il faut impérativement il sera difficile de soutenir que les rebel- tion dans le dossier, obligeant le juge à la localisation des débris toujours pré- génocide rwandais n’aura probablement
démonter. les se sont infiltrés dans cette forteresse le rouvrir au moment même où il s’ap- sents sur place, afin de déduire le lieu des pas été totalement résolue, mais plu-
Les avocats fourbissent déjà les argu- gouvernementale. prêtait à le renvoyer pour jugement tirs. sieurs de ses innombrables inconnues
ments destinés à dissocier le lieu des tirs La proximité d’un renvoi de l’affaire devant une cour d’assises. p En parallèle, la position de l’avion au auront enfin été levées. p
– qui pourrait être identifié par les devant une cour d’assises apparaît Ph. B. moment de l’impact devrait permettre Philippe Bernard
4 Planète 0123
Mercredi 3 novembre 2010

Sauver le lac Tchad Disparition de Camille www.rencontresaverroes.net


Des dirigeants politiques africains se sont Le dernier ours autochtone des Pyrénées, Camille, Les rencontres d’Averroès, conçues pour
engagés, dimanche 31 octobre, à lutter contre n’a pas donné signe de vie depuis des mois «penser la Méditerranée des deux rives», se
l’assèchement du lac Tchad. Le lac pourrait être et est considéré comme mort. La dernière photo tiennent dans la région marseillaise du 4novembre au
classé « patrimoine de l’humanité » et une de l’animal, présent côté espagnol, remonte
autorité serait chargée d’arbitrer les conflits au 5 février. La vingtaine d’ours réintroduits 19décembre. Les trois tables rondes serontconsacrées
d’usage de l’eau entre les quatre pays riverains. dans les Pyrénées viennent de Slovénie. à la protection de l’écosystème en Méditerranée.

Grenelle de l’environnement: peut mieux faire


Un rapport estime qu’un cinquième des mesures décidées à l’automne 2007 devront être réorientées

C
ritiqué pour la gestion chao- dénoncent de plus en plus d’entor- que de laFrance en faveur de la pro-
tique de la pénurie de carbu- ses au contrat d’octobre 2007. tection de l’environnement, ou
rants, attaqué dans son pro- Une dizaine d’entre elles ont pré- l’interdiction des lampes à incan-
pre camp sur l’hypothèse d’une senté un contre bilan, mardi descence…
nomination à Matignon, le minis- 2 novembre, devant le ministère La catégorie intermédiaire, cel-
tre de l’écologie, de l’énergie, du de l’écologie. Le Réseau Action Cli- le des engagements « en cours de
développement durable et de la mat, acteur du Grenelle, qui fédè- réalisation sans difficulté particu-
mer, Jean-Louis Borloo, devrait re entre autres Greenpeace et le lière à ce jour », est celle qui peut le
trouver quelque réconfort, mardi Comité de liaison des énergies plus donner matière à interpréta-
2 novembre, à la lecture du rap- renouvelables, a récemment tion : les échéances considérées
port d’évaluation du Grenelle de publié un communiqué virulent sont lointaines, et l’appréciation
l’environnement. qui dénonce notamment « l’ab- de la progression des dossiers
Réalisé sous la direction du cli- sence criante de mesures de ruptu- varie selon les acteurs. La réalisa-
matologue Jean Jouzel, du pédia- re, structurantes et efficaces » sur tion de la trame verte et bleue de
tre Alain Grimfeld, du sénateur le dossier climatique. protection de la biodiversité, par
UMP Jean-François Le Grand et de Au contraire, Eric Duvaud, res- exemple, est classée dans cette
l’ancienne syndicaliste et actuelle ponsabledu départementdévelop- catégorie, malgré un affaiblisse-
présidente de Vigeo Nicole Notat, pement durable d’Ernst & Young, a ment récent de son statut juridi-
tous anciens présidents de grou- une vision « plutôt positive du que et les difficultés à avancer sur
pes de travail du Grenelle, il a été un dossier aussi lourd.
coordonné par le cabinet de
conseil Ernst & Young, sélectionné
Desgroupes de travail Y figure également l’objectif de
division par deux des pesticides
par appel d’offres. Ce travail de sui- se reconstitueront d’ici à 2018, bien qu’il soit jugé inat-
vi des 268 décisions négociées en
octobre 2007, financé par le minis-
afin d’élaborer teignable dans une grande partie
du monde agricole. « Pour les enga-
tère de l’écologie à hauteur de des propositions gements rangés dans cette catégo-
60 000 euros, faisait partie des
promesses de l’époque.
pour débloquer rie, une mobilisation dans la durée
des acteurs est nécessaire, mais il
Certes, le rapport ne dresse pas les dossiers à l’arrêt n’existe pas d’obstacles incontour-
un bilan aussi positif que le minis- nables à la réalisation des objec-
tre lui-même, qui affirme réguliè- changement opéré en trois ans ». tifs », justifie M. Duvaud.
rement que tous les engagements « Quand on plonge dans le détail Enfin, certains dossiers sont
initiaux ou presque sont tenus. des dossiers, on s’aperçoit que beau- jugés en retard ou en panne :
Les auteurs de l’étude recensent de coup de choses sont faites, le dis- report de l’étiquetage environne-
leur côté 52 mesures, soit environ cours sur la mort du Grenelle est un mental des produits de grande Le « bonus-malus » a d’abord profité aux marques nationales. Ici, parking Renault sur le port
une sur cinq, qui nécessitent « une non-sens », estime l’expert, qui consommation à 2011, difficultés de Gennevilliers. P. ALLARD/REA
réorientation stratégique ou une explique que son équipe a travaillé du fret ferroviaire, faible adhé-
remobilisation significative » pour à partir d’entretiens avec les res- sion au niveau le plus exigeant
surmonter « les difficultés ou les
retards constatés ».
Onze mesures, jugées dépas-
ponsables du ministère de l’écolo-
gieetd’analysede documentsjusti-
fiant de l’avancement des dossiers.
de la certification à la « haute
valeur environnementale » par
les agriculteurs…
Un bonus-malus automobile plus sévère
sées, doivent être « redéfinies ». Parmi les engagements réalisés De nombreux engagements
Mais les auteurs considèrent tout figurent l’adoption d’une loi sur touchant à la fiscalité figurent aus- LE DISPOSITIF du bonus-malus, nué de 148 g par km en 2007 à 100 euros de 116 à 125 g. L’achat
de même que 18 % des engage- les organismes génétiquement si parmi les mesures en souffran- destiné à réduire le nombre de 132,8 g en 2010. d’une voiture émettant de 156 à
ments sont « réalisés », et surtout modifiés (OGM), le développe- ce : taxe carbone, bien sûr, mais véhicules les plus polluants et à Le bonus-malus a « connu un 160 g était sanctionné d’un malus
que près de 60 % sont « en cours de ment rapide des filières solaire et aussi écotaxe sur les poids lourds, soutenir une filière automobile succès dépassant les attentes », dit de 200 euros, 750 entre 161 et
réalisation, sans difficulté particu- éolienne, l’augmentation des sur- audit des mesures fiscales défavo- menacée par la crise, devrait être le « rapport d’évaluation du Gre- 195 g, 1 600 entre 196 e t 245 g,
lière à ce jour ». faces en agriculture biologique, le rables à la biodiversité, évalua- renforcé chaque année, selon Les nelle de l’environnement », rendu pour finir par une pénalité de
Une lecture en décalage avec classement de 20 % de la zone éco- tion de l’impact environnemen- Echos (vendredi 29 et samedi public mardi 2 novembre. La moi- 2 600 euros au-dessus de 245 g.
celle de certaines associations de nomique exclusive en aires mari- tal des outils économiques, des 30 octobre), et non plus tous les tié des voitures neuves achetées L’abaissement de 5 g du seuil
défense de l’environnement, qui nes protégées, l’action diplomati- subventions, et des dépenses fis- deux ans ainsi que l’avait pro- entre janvier et septembre don- de déclenchement du bonus en
cales existantes… grammé le Grenelle de l’environ- naient droit à un bonus. 2011, soit à 120 g d’émission de
Le « new deal écologique » trois ans après Le ministère de l’écologie, qui se nement. « On peut aller plus vite Mais ce dispositif, qui a profité CO2, avait été prévu lors du Grenel-
félicite de la tonalité « positive » que prévu et réduire chaque année d’abord aux constructeurs natio- le de l’environnement. Cette
Octobre 2007 Les négociations Juin 2010 Vote de la loi Grenel- d’un rapport « indépendant », l’accès au bonus et au malus », a naux, précise le ministère, revient mesure sera donc reconduite dès
entre les cinq collèges au sein des le 2. La gauche dénonce les entend y donner suite. Les grou- expliqué au Monde le ministre de cher alors que le gouvernement 2012. Le seuil de déclenchement
groupes de travail du Grenelle de « renoncements » du gouverne- pes de travail du Grenelle se l’écologie, Jean-Louis Borloo. souhaite faire des économies. Il a du malus diminuera, lui, de 5 g en
l’environnement (patronat, syndi- ment et vote contre. reconstitueront en novembre, La France se placerait déjà en coûté 500 millions d’euros – 2011 puis probablement autant en
cats, associations, Etat, collectivi- afin d’élaborer des propositions tête des pays européens les moins 750 millions de dépenses pour le 2012. Selon Les Echos, le ministère
tés locales) aboutissent à Novembre 2010 Le rapport établi pour débloquer les dossiers à l’ar- polluants dans ce domaine : « les bonus contre 250 millions de de l’économie serait même tenté
268engagements. Nicolas Sarko- par Ernst & Young, sous l’autorité rêt. Des décisions devraient être émissions de CO2 des véhicules recettes du malus. de l’abaisser de 10 g en 2012 pour
zy parle de « new deal écologique». d’anciens président de groupes annoncées en décembre. p achetés en France sont inférieures Aujourd’hui, l’acheteur d’un réduire encore le coût du disposi-
de travail, estime que près de Gaëlle Dupont de 12,7 g à la moyenne européen- véhicule émettant moins de 61 g tif. La décision finale interviendra
Juillet 2009 Vote à la quasi-una- 80 % des engagements sont réali- ne », précise M. Borloo. Selon une de CO2 au kilomètre reçoit une pri- lors de la discussion du projet de
nimité des groupes politiques de sés ou en cours de réalisation. n Sur le Web Site du ministère : étude des constructeurs automo- me de 5 000 euros, 1 000 de 61 à loi de finances rectificative. p
la loi Grenelle 1. Relance attendue en décembre. developpement-durable.gouv.fr biles, le taux d’émission a dimi- 95 g, 500 euros de 96 à 115 g et Rémi Barroux

Les femmes africaines contribuent à leur tour à la «fuite des cerveaux» Climat Un mur contre le
Pacifique aux îles Marshall
Les îles Marshall veulent construi-
Une étude montre que la moitié des migrantes vers les pays de l’OCDE sont diplômées de l’enseignement supérieur re une digue pour se protéger de la
montée des eaux liées au réchauf-
fement. Nombre d’îles et d’atolls

L
a fuite des cerveaux se conju- l’Allemagne et de l’Autriche, la cès des femmes à l’enseignement Sachant que la part des femmes famille bénéficiaire d’un transfert. de cet archipel situé dans le Pacifi-
guait jusqu’à présent large- part des diplômées dans la popula- supérieur a progressé plus vite diplômées en Afrique dans la Et parmi ces migrantes, 20 % sont que sont à moins d’un mètre
ment au masculin. Bien que tion émigrée ne dépasse pas 20 %. que celui des hommes, par effet de population active est très basse diplômées, contre 18 % des hom- au-dessus du niveau de la mer.
les femmes représentent près Il est au contraire saisissant en rattrapage. Au niveau mondial, la (2,4 %), on imagine l’ampleur de la mes, selon M. Marfouk. «Nous voulons prévenir l’érosion et
d’un migrant sur deux (49 %), Amérique du Nord et en Australie, population des femmes éduquées perte pour les pays d’origine. Le Maroc, qui s’est doté il y a empêcher les inondations», a décla-
leurs migrations sont communé- où plus de 60 % des migrantes afri- a augmenté de 68 % – jusqu’à Cette émigration-là pèse sur les trois ans d’un Conseil consultatif ré Philip Muller, ambassadeur des
ment attribuées au regroupement caines ont fait des études supérieu- 105 % dans les pays les moins déve- pays d’origine de façon peut-être des Marocains de l’étranger, a créé îles Marshall à l’ONU, en lançant
familial et concerneraient des per- res. Cette proportion est encore loppés – tandis que celle des hom- plus grave que celle des hommes. un « groupe de travail sur la ques- un appel aux dons à hauteur de
sonnes non qualifiées. plus importante parmi les migran- mes a augmenté de 42 % (71 % dans Car il est établi que l’éducation des tion du genre ». Animé par Amina 14millions d’euros pour financer
Dansuneétudeintitulée«L’émi- tes d’Asie (44 %). La comparaison les pays les moins développés). femmes est un élément essentiel Ennceiri, qui travaille à l’Office un mur de 5 kilomètres du côté le
gration des femmes qualifiées, porte sur l’année 2000, la seule du développement, avecdes consé- français des migrations internatio- plus exposé au vent de l’atoll de
une composante occultée de la fui- qui permette pour l’instant de Conséquences en chaîne quences en chaîne sur la mortalité nales,il s’est employé ces deux der- Majuro, où vit plus de la moitié
te des cerveaux africains », Abdels- comparer valablement tous les « Pour la grande majorité des infantile, l’éducation des enfants nières années à réunir ces Marocai- des 55000 habitants. – (AFP.)
lamMarfouk, chercheur àl’Univer- pays de l’OCDE. paysafricains, le phénomènede fui- et leur santé. En outre, « même si nes de tous âges et tous milieux.
sité catholique de Louvain, en Bel- Entre 1990 et 2000, le nombre te des cerveaux affecte davantage elles sont, globalement, moins bien « De plus en plus de femmes par- Météo Haïti menacé par la
gique, démonte ces « clichés ». de migrantes qualifiées a augmen- les femmes que les hommes », affir- rémunérées que les hommes tent seules, indique Mme Ennceiri. tempête tropicale Tomas
Les femmes constituent non té de 73 %, passant de 5,8 millions à me M. Marfouk qui estime que migrants, les femmes transfèrent Elles deviennent de fait chefs de Depuis lundi 1er novembre, lesauto-
seulement une large part de la 10,1 millions quand, dans le même «les femmes africaines les plus édu- une proportion plus importante de famille. Leur influence est donc pré- rités haïtiennes préparent le dépla-
migration africaine vers les pays temps, le pourcentage des fem- quées constituent le groupe le plus leurs revenus vers les pays d’origi- pondérante pour le Maroc. » Parmi cement de dizaines de milliers de
de l’OCDE (44 %), mais elles sont de mes migrantes non qualifiées n’a mobile internationalement ». ne », assure M. Marfouk. elles, de plus en plus de diplômées, personnes, en prévision de l’arri-
surcroît diplômées de l’enseigne- progressé « que » de 22 %. Partout Dans certains pays, comme la L’exemple du Maroc le prouve : confirme-t-elle. Mais pour le vée de la tempête tropicale Tomas,
ment supérieur pour plus de la dans le monde, à l’exception de République démocratique du la contribution des Marocaines qui Maroc comme pour le reste de qui pourrait toucher le pays dans
moitié d’entre elles. Le phénomè- l’Afrique centrale, cette propor- Congo, le Nigeria ou la Tunisie, le ont émigré dans un pays de l’OCDE l’Afrique, le phénomène touche les prochains jours. Elles redou-
ne n’est guère visible en Europe tion a été supérieure à celle des taux d’émigration des femmes représente 5,4 % du produit inté- davantage les pays arabes ou le tent son impact sur les villes de
où, à l’exception du Royaume-Uni hommes. La raison de cette explo- qualifiées est dix fois supérieur à rieur brut (PIB) de ce pays où 11 % Liban par exemple que l’Europe. p tentes abritant les survivants du
et dans une moindre mesure de sion tient en partie au fait que l’ac- celui des hommes qualifiés. de la population vit dans une Brigitte Perucca séisme du 12janvier. – (AFP.)
0123
Mercredi 3 novembre 2010 International 5

Paris et Londres scellent


le rapprochement
de leurs forces nucléaires
Des traités de défense et de coopération scientifique
dans le nucléaire militaire doivent être signés à Londres
aaa Suite de la première page En formant ce duo technologi- ci interdit tout transfert à des pays
que, la France attachée à la dissua- tiers d’informations ayant trait au
Devant la Chambre des commu- sion ménage l’avenir et réduit son nucléaire. « L’interface entre les
nes, lundi 1er novembre, M. Came- risque d’isolement dans une Euro- chargesnucléairesetlesmissiles bri-
ron a voulu lancer un message ras- pe où le nucléaire militaire n’a pas tanniques est le fruit de la coopéra-
surant à ceux qu’un tel lien avec la que des partisans. Les conseillers tion entre Londres et Washington »,
France pourrait incommoder. « Le de M. Sarkozy mettent en exergue rappelle-t-il.
partenariat, oui. L’abandon de la la « longue durée » dans laquelle Par une relance spectaculaire
souveraineté, non », a-t-il souligné. s’inscrit cette nouvelle coopéra- de leur coopération dans la défen-
Chacun trouve son compte dans tion, le traité sur le nucléaire étant se, Paris et Londres cherchent à
ce rapprochement sans précédent.
Le partage des coûts liés à la mise en
place, à partir de 2014, d’un labora-
« conclu pour cinquante ans ».

« Confiance inégalée »
enrayer le risque de marginalisa-
tion stratégique de l’Europe. Un
triangle nucléaire entre la France,
Dix-sept accords, et des sommets annuels
toire franco-britannique commun Le Royaume-Uni, de son côté, le Royaume-Uni et les Etats-Unis
à Valduc entraînera des économies accède à des technologies qu’il ne semble se dessiner, si l’on se sou- LE TRAITÉ DE DÉFENSE qui devait de sommets annuels. Outre les vale d’attaque intégrée» franco-bri-
appréciables. La France et le Royau- maîtrise pas, du fait de la dépen- vient que la France avait noué, en être signé entre la France et le deux traités – dont le contenu tannique doit être déployée, impli-
me-Uni,signatairesdutraitéd’inter- dance de son arsenal envers les 1996, alors qu’elle achevait sa der- Royaume-Uni, mardi 2 novembre n’est pas encore rendu public –, quant deux porte-avions équipés
diction des essais nucléaires de Etats-Unis, héritée des années nière campagne d’essais nucléai- à Lancaster House, à Londres, suc- quinze accords seront annoncés de catapultes. Des équipements
1996, rationalisent l’effort nécessai- 1950. Londres démontre une capa- res, une coopération avec les Amé- cède à celui conclu en 1947 entre qui préfigurent une mutualisation seront développés en commun
re à la préservation d’arsenaux qui citéà nouer avec la France une rela- ricains concernant la sûreté et la les deux pays. Il vise à « développer de certaines capacités militaires et pour les « futures générations de
reposent sur des stocks fixes de tion spéciale dans le nucléaire, sus- fiabilité des armes. la coopération entre nos forces industrielles. L’un des plus signifi- sous-marins nucléaires» (sans
matière fissile. Ces stocks, qui ceptible d’exister en parallèle avec L’Elysée décrit ce nouveau lien armées et leur déploiement catifs porte sur la création d’une concerner les missiles ni la propul-
vieillissent,doiventêtreentretenus. celle qui le lie à Washington. Les nucléaire avec Londres comme la conjoint», indique-t-on à l’Elysée. «force expéditionnaire commune sion nucléaire).
Sur le plan politique, la France Britanniques ont d’ailleurs pris clé de voûte des autres coopéra- Le traité de 1963 entre la France et interarmées» pouvant être utili- D’autres coopérations portent
trouveparcetaccordlemoyend’ar- soinde tenir leurs partenairesamé- tions–danslemilitaireconvention- l’Allemagne comportait aussi un sées «y compris dans des opéra- sur les satellites, le ravitaillement
rimer le Royaume-Uni au « club ricains informés des négociations. nel–devantêtreannoncéesausom- volet consacré à la défense. tions de haute intensité». en vol, les drones, la cybersécurité
nucléaire ». Un résultat précieux L’expert François Heisbourg, de met de Londres. « Cela signifie, dit Par son ampleur, et par le fait A l’inverse de la brigade franco- et les équipements antimines
pour les Français, qui ont observé laFondationpour la recherchestra- un conseiller de M. Sarkozy, que que le domaine nucléaire est allemande, cette force franco-bri- maritimes. La mise en place d’un
avec appréhension cette année le tégique, estime que ce nouveau nous avons atteint un niveau de ouvertement inclus au travers tannique ne sera pas permanente «maître d’œuvre européen uni-
débat politique en Grande-Breta- lien franco-britannique « impres- confiance inégalé dans l’Histoire. d’un traité distinct, la coopération mais «disponible avec un préavis, que » pour les missiles convention-
gne sur la pertinence d’engager de sionnant » pose la question de sa C’estcepas franchidans lenucléaire qui s’ouvre arrime les deux défen- pour des opérations bilatérales, au nels permettra, en outre, selon
grosses dépenses pour moderniser conformité avec une législation qui permet d’aller plus loin dans ses nationales « pour des décen- sein de l’OTAN, ou en coalition », l’Elysée, des économies financières
la force de frappe, dans un contexte américaine (loi McMahon) datant tous les autres domaines. » p nies », commente-t-on à l’Elysée. précise-t-on à l’Elysée. «allant jusqu’à 30 %». p
delourdes contraintes budgétaires. desdébuts delaguerrefroide.Celle- Natalie Nougayrède Des bilans d’étape auront lieu lors D’ici à 2020, une «force aérona- N. No.
6 International 0123
Mercredi 3 novembre 2010

Les républicains américains


se préparent déjà pour
la course de la présidentielle
Les résultats des élections de mi-mandat, à commencer par ceux
des Tea Parties, vont peser sur les futures primaires républicaines

New York sénateur de Pennsylvanie Rick diviser. Mais qui peut prédire quel
Correspondant Santorum… Une liste loin d’être sera le poids politique des Tea Par-
exhaustive. ties dans un an ? Lorsqu’on regar-

G
alvaudée parfois, l’expres- De fait, le Parti républicain, plus de de près, peu de républicains ont
sion reste pourtant exacte : divisé qu’il n’y paraît sur les pers- répercuté leurs mots d’ordre
les élections législatives pectives politiques et les rapports d’abrogation totale de la loi Oba-
américaines de mi-mandat consti- à entretenir avec la mouvance ma sur l’assurance-maladie, ou
tuent pour beaucoup une rampe ultraconservatrice des Tea Parties, encore de privatisation de l’assu-
de lancement vers le scrutin prési- n’a pas vu émerger en son sein un rance-chômage et des caisses de
dentiel. Le système politique des dirigeant inspirant le consensus. retraite.
Etats-Unis est ainsi fait que partis L’avenir des ambitieux sera Sarah Palin, le 28 octobre, en meeting à Anchorage (Alaska). JOHN MOORE/GETTY/AFP
et gouvernants sont quasi
constamment en campagne, avec
Tous attendent grandement tributaire de la confi-
guration politique dessinée par Idéologue conservateur de
que la carte politique
des échéances électorales tous les
deux ans.
Mardi soir 2 novembre, la cam-
américaine se clarifie.
ces élections. Et tous ceux qui envi-
sagent de concourir pour la prési-
dence scruteront de près le bilan
renom, M. Gingrich dispose lui
aussi d’un appareil logistique – le
Réseau pour des solutions politi-
Fox News, une chaîne,
pagne pour l’élection présidentiel-
le américaine en 2012 aura officieu-
Tous savent aussi
que partir trop tôt
des candidats Tea Parties aux élec-
tions du 2 novembre.
ques américaines – qui a financé
divers candidats aux scrutins de
trois candidats
sement commencé. Sauf extraor- Après s’être tenu à l’écart, mardi. Tous ont profité de ces élec-
dinaire, Barack Obama devrait peut coûter très cher M. Romney s’est beaucoup dépen- tions pour avancer leurs propres
être candidat à sa propre succes- sé dans cette campagne pour s’atti- pions. Tous attendent que la carte New York désormais une invitée régulière,
sion. Qui affrontera-t-il ? Les pre- A ce jour, seule Mme Palin est rer leurs faveurs. Il dispose de la politique américaine se clarifie. Correspondant tout comme l’est Newt Gingrich,
miers résultats, côté républicain, accueillie dans certains meetings fortune personnelle la plus impo- Tous savent aussi que partir trop autre candidat officieux à la candi-
feront immédiatement l’objet de par des cris : « Run, Sarah ! » (« Sois sante, et a conservé l’essentiel de tôt peut coûter très cher. Parmi les possibles candidats dature républicaine. Mais le qualifi-
spéculations. candidate, Sarah »). Elle a décrit sa la structure logistique héritée de Autant éviter de se retrouver républicains à l’élection présiden- catif « invité » n’exclut pas l’idée de
Sarah Palin, l’ex-numéro deux feuille de route : aucune conces- sa candidature aux primaires dans la situation connue il y a tielle de 2012, trois sont, à des rétribution.
du « ticket » emmené par John sion à l’actuelle Maison Blanche, républicaines de 2008. Il dispose deux ans par l’ex-maire de New degrés divers, rémunérés par la Dans cette seconde liste appa-
McCain en 2008, se découvri- et faire des Tea Parties le vecteur d’un fonds important pour finan- York, Rudy Giuliani : il s’était trou- chaîne Fox News, du magnat ultra- raissent de nombreuses personna-
ra-t-elle un peu plus, même si elle idéologique et organisationnel cer les campagnes électorales d’al- vé à court d’argent avant que la conservateur Rupert Murdoch. lités conservatrices, dont l’inévita-
ne confirme rien formellement ? déterminant du (de la) futur(e) can- liés qu’il se choisit, sans trop avoir course des primaires ne soit termi- Déjà candidat à la nomination ble Karl Rove. Principal conseiller
A l’inverse, on sait que Mitt Rom- didat(e) républicain(e). Et elle a besoin de la manne du « système née. L’analyste politique de l’agen- en 2008, Mike Huckabee figure sur de George Bush jusqu’à la fin
ney, poussé en dehors de la cour- menacé le parti, s’il rechigne, de le Fox ». ce de presse AP assure que, dans la liste des animateurs attitrés de août2007, il était embauché après
se il y a deux ans, ne devrait pas l’entourage de la plupart des candi- la chaîne. Il y est particulièrement son départ de la Maison Blanche
profiter de l’occasion pour officia- dats, un consensus s’est fait jour choyé. Sa causerie, diffusée chaque par News Corp., la structure faîtiè-
liser son ambition connue de ras- La composition du Congrès sortant pour estimer qu’en démarrant samedi et rediffusée le lendemain re de l’empire Murdoch. Depuis, il
sembler la droite américaine der- Démocrates Républicains très tôt, l’épuisante et coûteuse à une heure de grande écoute a page ouverte dans la rubrique
rière son nom. campagne de 2008 a été préjudi- (20-21heures), bénéficie du cré- éditoriale du Wall Street Journal et
Beaucoup d’autres candidats LA CHAMBRE LE SÉNAT ciable à leur camp. neau horaire occupé en semaine apparaît souvent sur Fox News.
putatifs pour 2012 sont cités. Com- DES REPRÉSENTANTS Un risque que le gouverneur par Bill O’Reilly, un animateur Celui que beaucoup considè-
2 indépendants
me Mike Huckabee, ex-pasteur Haley Harbour résume ainsi : vedette historique de Fox. A lon- rent comme un expert en marke-
baptiste et ex-gouverneur de l’Ar- mieux vaut « garder sa poudre gueur d’émission, M. Huckabee a ting politique s’est aujourd’hui
kansas, qui fut l’ultime adversaire sèche ». Car, plus que jamais, l’ar- tout loisir d’évoquer ses thèmes de positionné comme pivot entre l’ap-
de John McCain dans son camp il y
a deux ans ; Tim Pawlenty, gouver-
257 178 57 41 gent sera le nerf de la prochaine
campagne présidentielle. Les élec-
prédilection, dont l’intangibilité
du verbe biblique ou le caractère
pareil du Parti républicain, la mou-
vance des Tea Parties et leurs finan-
neur du Minnesota ; Newt Gin- 435 100 tions du 2 novembre, avec leur pro- criminel de l’homosexualité. Dès ciers mutuels. Son employeur,
grich, ex-speaker (président) de la membres membres fusion de publicités politiques son échec à l’élection primaire du Rupert Murdoch, n’hésite pas lui
Chambre des représentants sous payées par des organismes désor- Parti républicain en 2008, Fox lui a non plus à mettre la main à la
Le mardi 2 novembre, l’intégralité de la Chambre des représentants sera
l’administration Clinton ; John réélue et 37 sièges du Sénat seront renouvelés. Les électeurs renouvelleront mais autorisés à masquer l’origine offert de l’accueillir. poche. En août, il a par exemple
Thune, sénateur du Dakota du en outre 37 postes de gouverneur, et se prononceront sur certaines de leurs fonds, en auront fait une La chaîne a fait de même avec offert 1million de dollars
Sud ; Mitch Daniels, gouverneur questions soumises à référendum. démonstration plus spectaculaire Sarah Palin après la défaite du « tic- (720 000euros) à l’Association des
de l’Indiana ; Haley Harbour, gou- que jamais. p ket » républicain à l’élection prési- gouverneurs républicains. p
verneur du Mississippi ; ou l’ex- SOURCE : CONGRÈS DES ÉTATS-UNIS Sylvain Cypel dentielle. L’égérie du Tea Party est S. C.

L’info naît ici...


La Turquie lève la censure contre le site Internet YouTube
Dans un pays où de nombreux sujets, comme la question kurde, restent tabous, le réseau social
Facebook est aujourd’hui menacé par de multiples plaintes déposées devant la justice
paris
Istanbul que, et souhaité la levée des restric- teurs d’Internet, avait déclaré l’OS- 40 millions de personnes utilisent
89fm Correspondance tions restantes.
Un rapport de l’OSCE publié en
CE. De plus, certaines des justifica-
tions officielles sont totalement
Internet. L’utilisation de serveurs
mandataires, les « proxy », s’est

A
près quasiment trois janvier, rédigé par un expert turc, arbitraires et politiques, et sont généralisée pour accéder aux sites
années de censure, le site avait recensé plus de 3 700 sites donc incompatibles avec les enga- interdits. En 2009, YouTube faisait
Internet de partage de Internet bloqués par la justice gements de l’OSCE en matière de ainsi partie des cinq sites les plus
RFI OBTIENT LES 3 vidéos YouTube est de nouveau pour des motifs divers. Des édi- liberté d’expression. » visités, en dépit des sanctions judi-
accessible en Turquie, depuis le L’organisation Reporters sans ciaires, et même le premier minis-
PRIX VARENNE POUR LA RADIO 31 octobre. L’interdiction sur le ter-
ritoire turc avait été prononcée en
En 2009, YouTube frontières (RSF) a ajouté en 2010 la
Turquie à sa liste des « ennemis
tre, Recep Tayyip Erdogan, avait
reconnu l’avoir utilisé.
ET FELICITE SES 3 LAUREATES mai2008 par un juge de Sivas (est). faisait partie des cinq d’Internet ». « Les sujets tabous ont Lamobilisation citoyennea éga-
La justice, saisie d’une quarantaine
de plaintes contre YouTube, avait
sites Internet les plus notamment à voir avec Atatürk,
l’armée, les questions de minorités,
lement forcé le gouvernement à
trouver une solution : l’Associa-
estimé insultantes des vidéos sati- visités en Turquie principalement les Kurdes et les tion turque des technologies de
riques postées depuis la Grèce et Arméniens, et la dignité nationa- l’Internet (INETD) a multiplié les
Premier Prix : Stefanie SCHÜLER décrivant Mustafa Kemal « Ata- teurs de blogs ou des réseaux le », indique RSF. La plupart des recours, y compris par une plainte
türk» comme « homosexuel». sociaux comme MySpace.com, fer- sites kurdes d’information restent devant la Cour européenne des
« On les appelle les Kokobés: le tabou du handicap en Haïti » Tout blasphème contre le héros mé pendant un mois, ont égale- censurés. droits de l’homme de Strasbourg.
national, fondateur de la Républi- ment été verrouillés. Mais les restrictions d’accès à la Mais déjà un nouveau scandale
que turque en 1923, est passible « Bloquer l’accès en Turquie est Toile ont été facilement contour- menace de perturber la commu-
d’une peine de prison. Cette censu- une atteinte au droit des utilisa- nées, dans un pays où au moins nauté des internautes turcs. Le site
Deuxième Prix : Natacha VESNITCH re judiciaire contre YouTube, l’un Facebook, dont la Turquie est l’un
des sites Internet les plus populai- Le PKK dément être à l’origine de l’attentat d’Istanbul des plus gros utilisateurs, avec
« Silence de plomb sur les camps roms du Kosovo » res, avait été vivement critiquée en 25 millions de membres, est à son
Turquie, y compris par le président Les chefs de la guérilla kurde du turc depuis 1984, a d’ailleurs toursous lamenace d’une interdic-
Abdullah Gül, qui avait réclamé Parti des travailleurs du Kurdis- annoncé avoir prolongé jus- tion. Une trentaine de décisions de
une solution pour lever le blocage. tan (PKK), retranchés dans les qu’aux élections de juin 2011 un justice ont déjà réclamé le blocage
Prix du Jeune Journaliste : Marie NORMAND Le site, propriété de Google, a sup- montagnes du Kurdistan ira- cessez-le-feu unilatéral en du site par l’autorité des télécoms,
« Birmanie: aux côtés de la rébellion Shan » primé les vidéos incriminées. kien, ont nié toute implication vigueur depuis août. a confirmé Binali Yildirim, et l’un
Soulagé, le ministre turc des dans l’attentat-suicide qui a fait Lundi soir, le maire de Diyarba- des responsables du site, Trevor
transports, Binali Yildirim, égale- 32 blessés, dimanche 31 octo- kir, Osman Baydemir, membre Johnson, a confirmé que Facebook
ment chargé des nouvelles techno- bre, sur la place Taksim, en influent du parti kurde légal se préparait à une telle éventualité.
logies, a déclaré que « le sens com- plein cœur d’Istanbul, la capita- (BDP, Parti pour la paix et la A l’origine de la procédure, le
mun a finalement prévalu ». le turque. démocratie), a appelé le gouver- chef du parti kémaliste (CHP, parti
La représentante de l’Organisa- L’ex-député kurde Ahmet Türk a nement et l’armée turcs à res- républicain du peuple), Kemal
tion pour la sécurité et la coopéra- dénoncé « une provocation » pecter la trêve prononcée par le Kiliçdaroglu, a réclamé le retrait
tion en Europe (OSCE) chargée de contre les tentatives de négocia- PKK et à cesser les opérations d’unepagedusitele décrivantcom-
... Et l’info devient mondiale laliberté des médias, DunjaMijato- tions. La rébellion autonomiste militaires dans le sud-est du me un membre du PKK.p
vic, a salué, lundi, la décision tur- kurde, qui lutte contre l’Etat pays. – (Corresp.) Guillaume Perrier
0123
Mercredi 3 novembre 2010 International 7

Ladisparition mystérieuse de Le massacre de Bagdad accentue


deux Egyptiennescoptesqui
seseraientconverties à l’islam le désarroi des chrétiens d’Irak
La France a proposé d’accueillir en urgence 150 membres d’une communauté chrétienne
diminuée par un exode que l’instabilité du pays, depuis 2003, n’a cessé d’amplifier
Q ue sont devenues les deux
épouses de prêtres coptes
les forums de discussions des
sites islamiques. Le site YouTube

L
égyptiens qui avaient fui le abonde de vidéos à la gloire de es Etats-Unis et l’Union euro- tués lors de l’assaut donné dans la fidèles endeuillent la minorité un « crime lâche ». Il a affirmé
domicile conjugal ? En Egypte, ces ces « martyres, victimes du terro- péenne (UE) ont condamné soirée de dimanche par l’armée ira- chrétienne d’Irak, alimentant qu’« Al-Qaida et les résidus de l’an-
deux affaires opposant, en 2004 risme de l’Eglise copte ». l’attaque contre la cathédrale kienne pour mettre fin à la prise « l’exode mortel » redouté par l’ar- cien régime cherchent la déstabili-
et 2010, communautés coptes et « L’histoire de ces femmes a syrienne catholique de Bagdad, d’otages. Alors que des survivants chevêquede Kirkouk, lors du syno- sation, à raviver les conflits confes-
musulmanes autour de suspi- déclenché la colère de la rue égyp- dimanche 31 octobre, et renouvelé affirmaient avoir également iden- de consacré aux chrétiens sionnels et à inciter les Irakiens à
cions de conversions forcées et de tienne qu’Al-Qaida veut exploiter leur « soutien » à l’ensemble de la tifié des soldats américains lors de d’Orient qui s’est tenu du 10 au quitter leur pays ». Plusieurs mil-
disparitions, continuent de susci- en apparaissant comme le défen- population irakienne. Lors de la l’assaut contre la cathédrale, l’ar- 24 octobre au Vatican. Près de la liers d’entre eux ont trouvé refuge
ter tensions et rancœurs. seur des droits des femmes musul- prière de l’Angélus, à Rome, lundi mée américaine a démenti, lundi, moitié des chrétiens irakiens ont dans les provinces kurdes du nord
Personne cependant ne s’atten- manes, analyse Hossam Tamam, 1er novembre, le pape Benoît XVI a y avoir participé, reconnaissant choisi l’exil au cours des vingt der- du pays ; d’autres ont immigré en
dait à ce qu’Al-Qaida s’empare de un journaliste égyptien spécialis- aussicondamné«la violenceabsur- toutefois que « des équipes de nières années. Syrie et en Jordanie, qui se mon-
la polémique. Lundi 1er novembre, te de l’islam politique. Al-Qaida de et féroce de ce très grave atten- conseillers se trouvaient près du trent désormais moins accueillan-
l’Etat islamique d’Irak, groupe affi- espère renforcer son capital de sym- tat » et renouvelé son « appel affli- lieu du drame ». « Déstabilisation » tes. Certains tentent aussi de
lié à la nébuleuse de Ben Laden, pathie en Egypte, plus grand Etat gé pour la paix » au Moyen-Orient. Cette attaque perpétrée contre Le patriarche chaldéen de Bag- rejoindre la diaspora installée aux
revendique la prise d’otages, la arabe sunnite où se côtoient toutes La prise d’otages d’une centaine la petite communauté syrienne dad, Emmanuel III Delly, a réclamé Etats-Unis ou en Europe.
veille, de l’église syriaque-catholi- les forces islamiques, officielles, de fidèles venus assister à la messe catholique (40 000 personnes) est davantage de « protection pour Le gouvernement français, par
que de Bagdad, et adresse un ulti- comme les autorités d’Al-Azhar, ou dominicale par des membres d’Al- la plus meurtrière survenue tous les croyants et pour tous les la voix du ministre de l’immigra-
matum… à l’Eglise copte d’Egypte. officieuses, comme les Frères Qaida s’est soldée par la mort de contre la minorité chrétienne gens sans exception », relayant une tion, Eric Besson, s’est dit prêt à
Cette dernière dispose de quaran- musulmans et autres. » deux prêtres, de quarante-six fidè- d’Irak (500 000 à 600 000 fidèles) demande de la minorité chrétien- accueillir en urgence 150 person-
te-huit heures pour « libérer » les les, en majorité des femmes et des depuis l’invasion du pays par les ne,critique sur la politique des diri- nes, en priorité des « personnes
deux femmes « retenues prison- « Al-Qaida sur le Nil » enfants, ainsi que de sept mem- Américains en 2003. geants irakiens et l’absence de gou- blessées dans l’attentat et leur
nières dans des monastères ». « Sa stratégie consiste à tirer bres des services de sécurité ira- Régulièrement, des enlève- vernement, plus de huit mois famille ». Depuis 2008, la France a
La première, Wafa Constantine, profit d’une inquiétude mondiale kiens. Une soixantaine de person- ments de chrétiens par des milices après la tenue des législatives. accueilli quelque 1 300 chrétiens
avait quitté son mari et s’était autour du sort des chrétiens nes ont été blessées, dont une ving- islamistes, des attentats contre Le premier ministre Nouri d’Irak dans le cadre d’un program-
convertie à l’islam. La seconde, d’Orient sachant que cela captera taine grièvement. des commerces chrétiens, des Al-Maliki, qui devrait être recon- me lié à la situation irakienne.p
Camilla Chehata, en aurait fait l’attention médiatique, ajoute Les cinq assaillants ont aussi été lieux de culte, des religieux ou des duit dans ses fonctions, a dénoncé Stéphanie Le Bars
autant. Pour calmer la communau- M. Tamam. Il s’agit de revenir sur
té copte qui, à chaque fois, est des- scène après avoir perdu du crédit
cendue dans la rue dénonçant des en Egypte et dans le monde musul-
«enlèvements », et pour éviter des man. »
affrontements communautaires, L’Egypte doit-elle s’inquiéter
l’Etat égyptien a procédé de façon de ces menaces ? « Al-Qaida sur les CASDEN, la banque de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture
similaire. Les deux femmes ont rives du Nil, c’est tout au plus des
été « récupérées» par les services groupuscules d’une dizaine d’indi-
de sécurité et remises à l’Eglise. vidus qui peuvent, peut-être, réus-
La colère a alors changé de sir un coup d’éclat à l’occasion,
camp, une partie des musulmans relativise M. Tamam. Mais cet ulti-
s’émouvant du « retour forcé » à matum est plus une tentative de
la chrétienté de ces « sœurs » masquer l’échec de son projet poli-
converties à l’islam ainsi que du tique en Irak et de provoquer un
silence qui semble leur avoir été, ultime sursaut chez ceux qui sont
depuis, imposé par l’Eglise. sensibles au thème de la séquestra-
« Séquestration dans le monas- tion par l’Eglise de femmes
tère de Wadi Natroun », « meurtre [converties à l’islam]. » p
de Wafa Constantine » et autres Cécile Hennion
rumeurs ont envahi les blogs et (Beyrouth, correspondante)

En Israël, vent de fronde


contre les ultra-orthodoxes
Les étudiants manifestent contre les avantages
financiers octroyés aux seuls élèves des yeshivas

Jérusalem mariés ayant au moins trois


Correspondant enfants, n’ayant pas d’autre reve-
nu et ne possédant pas de voiture.
CASDEN Banque Populaire - 77424 Marne-la-Vallée cedex 2 - Société Anonyme Coopérative de Banque Populaire à capital variable

L
a présence de 7 000 à Ils sont 11 000 dans ce cas.Pour ten-
10 000 étudiants, selon les ter de revenir à un semblant de
sources, rassemblés devant la principe d’égalité, les partis reli- Pour intéresser
résidencedupremierministre,Ben- gieux ont proposé que tous les étu-
yamin Nétanyahou, dans la soirée diants réunissant ces critères
mon banquier, il manque
de lundi 1er novembre, aura consti- soient aidés, ce qui n’a convaincu des zéros à mon compte !
tué un événement, surtout dans un personne : il n’y a que dans les
- Crédit photo : Christophe Boulze

pays où il n’existe pas de tradition yeshivas que l’on rencontre des


de contestation estudiantine. «Bibi étudiants de 20 ans ayant trois Dans ma banque,
[le surnom de M. Nétanyahou], enfants ! on est tous égaux...
réveille-toi, les étudiants valent
mieux que ça ! », « Les haredim au Rédemption… un peu chère
travail : ça suffit la fainéantise ! », Au-delà des étudiants, c’est la Elle est coopérative
pouvait-on lire sur les banderoles. place singulière de la communau-
Haro sur les haredim, les ultra- té ultra-orthodoxe au sein de la et je me sens en confiance.
orthodoxes, ou plutôt sur les avan- société israélienne qui est posée.
tages financiers qu’ils perçoivent Les haredim représentent 10 % de
de l’Etat, tel était le cri de rallie- la population israélienne (7,6 mil-
ment de cette manifestation forte- lions d’habitants).
Siret n° 784 275 778 00842 - RCS Meaux.

mentencadréeparlapolice.Lacolè- La majorité des hommes de la


re des étudiants israéliens, qui a communauté ne travaille pas, n’ef-
donné lieu à des monômes dans fectue pas de service militaire, et
plusieurs villes du pays, est tour- leur mode de vie – ils habitent des
née vers la loi sur les yeshivas, ces quartiers homogènes constitués
écoles talmudiques fréquentées en ghettos –, les met presque en
par les étudiants ultra-orthodoxes. marge de la société.
Pendant des années, l’Etat a Or l’évolution de leur commu-
financé ces établissements consa- nauté n’est pas encourageante :
crés à l’étude de la Torah sans que alors que, en 1979, seuls 20,9 % des
personne y trouve à redire. Jusqu’à hommes ne travaillaient pas, ils
ce que la Cour suprême interdise sont 65 % aujourd’hui. Avec un
en juin cette pratique, au motif taux de natalité trois fois supérieur
qu’elle est discriminatoire envers à celui de la moyenne nationale, la La CASDEN affirme ses valeurs d’entraide et de solidarité et donne à tous les enseignants et
les autres étudiants qui, eux, ne communauté haredi croît à une les personnels techniques et administratifs la possibilité de réaliser leurs projets dans les meilleures
sont pas aidés par l’Etat. vitesse sans égale, tout en s’appau- conditions. Partager avec vous une relation de confiance, à la CASDEN c’est une priorité.
Les partis religieux ont menacé vrissant toujours plus.
deretirerleursoutienaugouverne- La colère des étudiants révèle un
ment si le budget en faveur des malaise plus profond : les haredim
yeshivas n’était pas reconduit. assurent que leurs prières sauvent
M. Nétanyahou, qui a besoin d’eux, l’âmedupeuplejuif.Maisbonnom-
a prévu dans le projet de budget bre d’Israéliens voient en eux des
111 millions de shekels (22 millions parasites de la société laïque tout
REJOIGNEZ-NOUS SUR WWW.CASDEN.FR OU CONTACTEZ-NOUS AU 0826 824 400
(0,15 € TTC/min en
d’euros) au profit des yeshivas. en estimant que cette rédemption L’offre CASDEN est également disponible dans le Réseau Banque Populaire. France métropolitaine)
Ces subventions bénéficient commence à coûter cher. p
aux étudiants ultraorthodoxes Laurent Zecchini
8 International & Europe 0123
Mercredi 3 novembre 2010

Lavisite de M.Medvedev aux îles Kouriles Une femme à la tête


ouvre une crise entre la Russie et le Japon du plus grand
Tokyo rappelle son ambassadeur à Moscou en réaction au bref séjour du président russe
dans des îles annexées par les Soviétiques au lendemain de la seconde guerre mondiale syndicat italien
Moscou
Susanna Camusso, 55 ans, a grandi au sein de
Correspondance la Confédération générale italienne du travail

C
e sont quatre minuscules
îles, habitées par moins de Rome primaires. » Une autre façon de
15 000 personnes, mais elles Correspondant direquesanomination estunemis-
empoisonnent les relations russo- sion qu’elle ne pouvait pas refuser.

S
japonaisesdepuis la fin de lasecon- on téléphone portable sonne Réputée dure en négociation,
de guerre mondiale. Occupées par Blowin’in the Wind de Bob méthodique et « bosseuse », elle a
les Soviétiques au lendemain de la Dylan, elle allume cigarette multiplié les déclarations ces der-
défaite japonaise, les îles Kouriles sur cigarette, elle a obtenu son per- niers jours pour affirmer qu’elle
du Sud sont, depuis, revendiquées mis bateau avant son permis de «ne serait pas celle qui dit toujours
par Tokyo. Soixante-cinq ans après conduire, elle à 55 ans, des yeux non ». Les prémices d’un change-
la guerre, Russes et Japonais n’ont couleur de glacier, elle est milanai- ment de cap dans l’histoire de ce
pas encore signé de traité de paix se. Voilà pour les détails qui syndicat réputé intransigeant ?
en raison de ce conflit concernant pimentent les biographies. Son opposition aux propositions
les « Territoires du Nord », selon la Pour le reste Susanna Camusso, du patronat et du gouvernement
dénominationjaponaise de l’archi- qui deviendra, mercredi 3 novem- ont rompu l’unité syndicale avec
pel, une région isolée mais riche en bre, la première femme à prendre les autres confédérations plus
ressources halieutiques. les rênes de la Confédération géné- réformistes (UIL et CISL d’obédien-
Dmitri Medvedev est le pre- rale italienne du travail (CGIL), le ce catholiques) et isolé la CGIL.
mier chef d’Etat russe (ou soviéti- plus ancien (fondé en 1906), le Le syndicat s’est notamment
que) à fouler le sol des îles Kouri- plus grand (près de 6 millions d’ad- opposé à la réforme du statut des
les. « Je n’ai pas à le cacher, je veux hérents) et le plus à gauche des ouvriers de l’automobile réclamé
que les nôtres restent ici », a affir- syndicats italiens, est un pur pro- parFiatpour accentuerlaproducti-
mé, lundi 1er novembre, le prési- duit de la formation interne. vitédansles sitesitaliens. «Il nesuf-
dent lors d’une rencontre avec la « Je n’ai pas choisi de faire du fit pas de dire qu’il faut rendre le
population locale. Les 15 000 Japo- Le président Medvedev en visite aux îles Kouriles, lundi 1er novembre. MIKHAÏl KLIMENTYEV/NOVOSTI/REUTERS syndicalisme, dit-elle, mais cela marché du travail plus flexible, il
nais qui habitaient l’archipel peut devenir une aventure extraor- faut aussi parler emploi, innova-
avant-guerre ayant été expulsés a franchi un pas supplémentaire conditions étaient en place [pour] politique intérieure. La visite dinaire. » Et une profession. A 55 tion, formation », prévient-elle.
vers le Japon par les Soviétiques, la et a annoncé, mardi 2 novembre, le avancer avec la Russie » sur toutes décriée de Dmitri Medvedev se ans, Susanna Camusso n’a jamais Elle pose ainsi les termes du débat
population actuelle est essentielle- rappel à Tokyo de l’ambassadeur les questions en suspens, notam- produit également dans un travaillé dans une usine ou une qu’elle entend conduire avec le
ment russe. de son pays en Russie. ment sur le dossier des Kouriles. contexte géopolitique tendu entreprise. De ses débuts dans la rugueux directeur général de Fiat,
Le déplacement de Dmitri Med- Pourle chef dela diplomatie rus- Comment expliquer le change- autour de l’espace maritime japo- fédération de la métallurgie à Sergio Marchionne.
vedev – une brève escale de trois se, Sergueï Lavrov, l’attitude japo- ment de ton alors que M. Medve- nais. En septembre, un bateau de Milan à son ascension au poste de Dans ses nouvelles fonctions,
heures – a été immédiatement naise est « inacceptable ». « C’est dev a annoncé, dès septembre, sa pêcheurs chinois était interpellé numéro deux, dans les bureaux elle sera amenée à se confronter
condamné par Tokyo. Après avoir notre territoire, le président a fait par les garde-côtes japonais près situés Corso d’Italia, à Rome, elle a avec l’autre « dame de fer » du syn-
parlé d’une visite « très regretta-
ble », selon l’expression du pre-
un déplacement dans une région
russe », a souligné le ministre des
L’initiative décriée se d’un ensemble d’îlots revendiqués
par les deux pays.
dédié trente-cinq ans de sa vie à la
CGIL.
dicalisme transalpin : Emma Mar-
cegaglia, présidente de la Confin-
mier ministre Naoto Kan, le Japon affaires étrangères. produit à un moment Le déplacement officieldu prési- dustria (le Medef italien). Celle-ci
Régulièrement évoquée lors
des rencontres bilatérales, la ques-
de tension dans les dent Medvedev à Pékin, au
moment même de cette crise,
L’autre « dame de fer »
Son accession au secrétariat
ne cesse de critiquer l’immobilis-
me du gouvernement dont elle
RUSSIE tion des Kouriles n’a jamais été relations avait été l’occasion pour les deux général, où elle succède à Gugliel- attend des mesures en faveur des
Mer
PÉNINSULE
DE KAMTCHATKA
réglée. Boris Eltsine avait évoqué
un temps le retour de l’archipel
sino-japonaises capitales de signer une déclaration
évoquant la « résistance conjointe
mo Epifani, n’est ni un hasard ni
même une opportunité, mais la
entreprises.
De son côté, la CGIL revendique
d’Okhotsk
Iles Kouriles aux Japonais, sans lendemain, et [durant la guerre] contre les fascis- conséquenced’unparcoursdemili- une plus grande solidarité (notam-
Vladimir Poutine, alors président, volonté d’effectuer un déplace- tes et les militaristes (…), fonde- tante dans une organisation tou- ment à travers une réforme fiscale)
SAKHALINE avait proposé à Tokyo de repren- ment officiel « très bientôt » dans ment de notre relation stratégique jours marquée par ses origines envers les travailleurs et les retrai-
Iles
dre le contrôle de deux des quatre les îles Kouriles ? actuelle ». communistes. tés,à l’heure où le taux de chômage
CHINE administrées îlots, une suggestion rejetée par le La presse russe jugeait, lundi, Un ton pour le moins indélicat à « Je n’aurais jamais pensé pou- frise les 8,5 % (11 % en tenant comp-
par la Russie et Japon. que la réaction – outrée – des Japo- l’égard de Tokyo, alors que Dmitri voir devenir secrétaire générale, te des personnes au chômage tech-
Vladivostok revendiquées par le Japon Depuis, l’arrivée de Dmitri Med- nais à cette annonce aurait Medvedev est attendu au Japon, le a-t-elle confié. Mais la CGIL est une nique).
vedev semblait annoncer un cer- convaincu le président de pro- 12 novembre, pour le sommet organisation, un réseau. Nous Deux femmes contre Silvio Ber-
JAPON tain réchauffement avec Tokyo. Le grammer la visite pour ne pas lais- annuelde la Coopération économi- n’avons pas le culte du leader, le lusconi ? Par les temps qui cou-
premier ministre japonais avait ser l’impression que Tokyo pou- que Asie-Pacifique (APEC). p secrétaire général n’est même pas rent c’est presque un symbole. p
1 000 km
affirmé en juin que « de bonnes vait interférer sur une question de Alexandre Billette désigné dans un congrès, ni lors de Philippe Ridet

En Afrique du Sud, Jacob Zuma limoge sept ministres Uruguay


La loi d’amnistie du régime militaire
Le chef de l’Etat remanie son équipe face aux «graves difficultés» économiques et aux critiques déclarée inconstitutionnelle
MONTEVIDEO. La Cour suprême uruguayenne a déclaré inconstitution-
Johannesburg ministres en cours de mandat. à de graves difficultés en matière « Il faut que nos compatriotes per- nelle l’application d’une loi d’amnistie à une vingtaine de cas d’assassi-
Correspondance Moins d’un an et demi après son de chômage, de pauvreté et d’iné- çoivent une amélioration visible nats politiques présumés, dont est accusé l’ancien dictateur Juan Maria
accession au pouvoir, Jacob Zuma galités dans le pays, le gouverne- dans la fourniture d’eau, d’électri- Bordaberry, a-t-on appris lundi 1er novembre, à Montevideo. La Cour

L
es Sud-Africains viennent de a annoncé, dimanche 31 octobre, le ment se doit de travailler plus cité, des services de santé, d’éduca- suprême ne peut se prononcer qu’au cas par cas, et ne peut pas invali-
découvrir que les ministres limogeage de sept ministres et le vite », a justifié le dirigeant sud- tion, de sécurité sociale, de sécuri- der une loi dans son ensemble. Elle considère néanmoins inconstitu-
n’étaient pas inamovibles. changement de portefeuille pour africain. té et une série d’autres besoins tionnels plusieurs articles de la loi dite de « caducité », qui a longtemps
Depuis l’avènementde la démocra- deux autres. essentiels », a rappelé le prési- empêché toute poursuite contre les militaires coupables de violations
tie, en 1994, les gouvernements de Quatorze nouveaux vice-minis- Créer 5 millions d’emplois dent sud-africain. des droits de l’homme pendant la dictature (1973-1985). Cette loi, rati-
Nelson Mandela et Thabo Mbeki tres ont été nommés. « Etant don- « Ces ministres n’ont pas été « La plupart des ministres en fiée par référendum, divise le gouvernement de gauche, qui souhaite-
s’étaient très rarement séparés de né que nous continuons à faire face bons et le président Zuma a pris la charge de ces questions n’ont toute- rait la voir annulée pour être en conformité avec les normes internatio-
bonne décision en les démettant de fois pas été affectés par ce remanie- nales en matière de droits de l’homme. – (AFP, EFE.) p
leurs fonctions (…). Ce changement ment », relève Susan Booysen, pro-
est un signe positif d’une nouvelle fesseure de sciences politiques à Cuba Libération prochaine de trois détenus politiques
volonté de rendre des comptes », a l’université de Witswaterand, à LA HAVANE. Trois détenus cubains, dont Adrian Alvarez, le plus ancien
commenté un responsable de l’Al- Johannesburg. « Jacob Zuma, pour- prisonnier politique, seront prochainement libérés et expulsés en Espa-

Emprise chinoise liance démocratique (DA), le prin-


cipal parti d’opposition. Critiquée
pour sa gestion de la crise d’appro-
suit-elle, est un stratège astucieux :
il veut montrer aux gens qu’il les a
écoutés tout en profitant pour ren-
gne, ce qui portera à cinquante le nombre total de détenus relâchés
depuis juillet, a annoncé, lundi 1er novembre, l’Eglise catholique. M. Alva-
rez purge depuis 1985 une peine de trente ans de prison pour « espion-
sur les métaux stratégiques visionnement électrique, la minis-
tre des entreprises publiques, Bar-
forcer son pouvoir politique. »
Dépeint comme un dirigeant fai-
nage » et « atteinte à la sécurité d’Etat » après avoir volé des armes à des
« fins de rébellion » lorsqu’il effectuait son service militaire. – (AFP, EFE.)
bara Hogan, a été remplacée. ble il y a encore quelques semaines,
Le ministre du travail, Memba- Jacob Zuma poursuit son opération Etats-Unis Soudan : M. Obama prolonge les sanctions
Par Olivier Zajec thisi Mdladlana, fait aussi partie derepriseenmaindupouvoiraprès WASHINGTON. Le président Barack Obama a décidé de maintenir pour
des partants. La semaine dernière, son succès lors de la dernière réu- au moins un an supplémentaire les sanctions économiques américai-
le gouvernement a annoncé qu’il nion du Congrès national africain nes contre le Soudan, a annoncé, lundi 1er novembre, la Maison Blanche,
comptait créer 5 millions d’em- (ANC), le parti au pouvoir, tenue en à deux mois de la date d’un référendum d’autodétermination du sud
plois au cours de la prochaine septembre à Durban. Il n’a pas hési- du pays. – (AFP.)
décennie. téàrévoquer l’influentministre des
Le taux de chômage devrait communications, Siphiwe Nyanda, Guantanamo Le Canada consent à rapatrier Omar Khadr
ainsi passer de 25 % à 15 % de la accusé de corruption. MONTRÉAL. Le gouvernement canadien a confirmé, lundi 1er novembre,
population active. Pour y parve- Le président de l’ANC a aussi qu’il accepterait de rapatrier son jeune ressortissant arrêté à 15 ans en
nir « nous avons besoin d’attein- nommé ministres deux anciens Afghanistan, Omar Khadr, condamné à huit ans de prison pour crime
dre une croissance de plus de 6 % présidents de la Ligue des jeunes de guerre en vertu d’un accord de plaider-coupable. – (AFP.)
par an », a déclaré le ministre des du parti (Ancyl).
finances, Pravin Gordhan, Une façon de s’assurer leur sou- Kosovo Une motion de censure contre le gouvernement
devant le Parlement le 27 octo- tien alors que se profile en 2012 la PRISTINA. Le Parlement kosovar devait se prononcer, mardi 2 novem-
bre. Selon lui la croissance sera conférence de l’ANC qui décidera bre, sur une motion de censure à l’encontre du premier ministre,
NOVEMBRE 2010 de 3 % en 2010 alors que, l’an der- si Jacob Zuma pourra ou non se Hashim Thaci, qui, si elle est votée, devrait entraîner la chute du gouver-
nier, la locomotive économique représenter à la tête du pays en nement et des élections législatives dès la fin de l’année. Un tel dévelop-
Chez votre marchand de journaux. – 4,90 € du continent noir a vécu sa pre- 2014. p pement risquerait de retarder le dialogue à venir avec la Serbie, que les
mière récession en dix-sept ans. Sébastien Hervieu Européens souhaitent voir débuter le plus tôt possible. – (AFP.)
0123
Mercredi 3 novembre 2010 France 9

Dépenses de l’Etat: grosses coupes, petites économies


Les députés doivent avaliser les quelque 5 milliards d’euros de réductions de dépenses inscrites au budget 2011

P
ostes supprimés, mètres car- Dans ce cadre, le gouvernement
rés réduits, achats rationali- Les aides et les subventions, principal poste d’économie se donne pour objectif de quasi-
sés et, surtout, aides et sub- RÉPARTITION DES DÉPENSES DU BUDGET DE L’ÉTAT DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT, D’INVESTISSEMENTS ment stabiliser, à 37,6 milliards, les
ventions sociales ou économiques dépenses dites « de guichet » – les
en milliards d’euros ET D’INTERVENTIONS
amputées… Ce sont, au bas mot, 356,88 allocations et aides versées auto-
5 milliards d’euros d’économies 352,35 matiquement, dès lors que le béné-
brutes que l’Etat prévoit de réali- Fonctionnement Fonctionnement défense ficiaire répond à des conditions
Charge des intérêts 42,45 45,38
ser sur ses dépenses en 2011 afin de (immobilier, 6,8 % prédéfinies.
contribuer à réduire le déficit
de la dette Cette stabilisation passera par
achats...)
public. Les députés vont devoir y 8,4 % 1,5 milliard brut d’économies. Car
donnerleur aval à compter de mar- Pensions 35,06 36,66 ces dépenses évoluent naturelle-
di 2 novembre, à travers l’examen 274,84 ment : elles sont indexées sur l’in-
B Investissements Subventions
des crédits inscrits au budget, mis- Participation 18,15 18,24 Plafond flation et le nombre de bénéficiai-
sion par mission (santé, justice, 10,3 % aux opérateurs res augmente. Le coût de la seule
au budget de l’UE fixe de 2010
sécurité, travail, logement…). de l’Etat indexation sur les prix représente-
à 2013
« C’est une étape importante. Concours aux collectivités 53,08 52,89 (Météo France, rait 1,1 milliard en 2011.
Autre
Une inflexion profonde, durable », Ademe...)
0,0 0,7 dépenses
relève le ministre du budget, Fran-
çois Baroin. Pourtant, ces coupes
Autre affectation
6%
20,6 % La dépense publique
de recettes
ne feront pas baisser les dépenses
47,9 % s’apparente
totales de l’Etat. Tout juste contri-
bueront-elles – sous réserve d’être
Masse salariale 82,07 82,74 à un supertanker
Interventions
menées à bien – à maintenir au (Rsa, aide au logement...)
dont il est difficile
niveau de 2010 (près de 275 mil-
liards d’euros) les dépenses hors
de modifier
Le gouvernement veut plafonner, sur les trois ans qui
charge des intérêts de la dette et viennent, les dépenses de l’Etat au niveau de 2010, soit la trajectoire
des retraites des fonctionnaires. près de 275 milliards d’euros, hors charges des intérêts
C’est que la dépense publique, de la dette et retraites des fonctionnaires. Outre le « On fait le pari qu’il n’y aura
et celle de l’Etat en particulier, s’ap- Dépenses de fonctionnement, 121,54 120,90 non-remplacement de la moitié des fonctionnaires pas, pour la première fois, d’aug-
parente à un supertanker dont il d’investissements partant en retraite, le gel des dotations aux collectivités mentation en valeur. Ce sera diffici-
est difficile de modifier la trajectoi- et d’interventions et la réduction des frais de fonctionnement, l’essentiel le à tenir », relève M. Carrez. S’il ne
re, un navire d’autant moins de l’effort d’économies portera sur les dépenses touche pas au RSA ou à d’autres
manœuvrable qu’il s’alourdit d’intervention, c’est-à-dire les aides sociales et allocations sociales, l’Etat va sup-
naturellement avec le temps. Cet- économiques. primer l’exonérationsur les cotisa-
te dépense « est rigide » et sa réduc- 2010 2011 tions patronales des particuliers
tion « ne pourra se faire que lente- SOURCES : RAPPORT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE, MINISTÈRE DU BUDGET employeurs (400 millions d’éco-
ment», relève Gilles Carrez,rappor- nomie), ou encore aligner la date
teur général (UMP) du budget à postes équivalents temps plein en de façon automatique, la masse Les dépenses de fonctionne- encore plus : 200 millions. « Sans d’ouverture des droits de l’alloca-
l’Assemblée nationale. 2 011. Une économie brute de salariale progressera même d’envi- ment Des mesures de réduction envergure », conclut M. Carrez tion d’aide au logement sur celle
810 millions d’euros, dont la moi- ron 700 millions en 2011. du « train de vie » de l’Etat ont été dans son rapport sur le budget. des minima sociaux (gain de
La masse salariale Pour mainte- tié sera rétrocédée aux agents et C’est pourquoi, outre le gel, au détaillées fin juin : réduction des Cela tient d’abord au fait que 120 millions).
nir les dépenses de l’Etat au niveau 210 millions réaffectés au finance- niveau de 2010, des dotations qu’il surfaces immobilières, suppres- l’« assiette » à laquelle s’applique- L’enveloppe des dépenses « dis-
2010, le gouvernement va poursui- ment de revalorisations décidées verse aux collectivités (53 mil- sion d’avantages (voitures et loge- ront ces mesures sera limitée à crétionnaires » devrait quant à elle
vre sa politique de non-remplace- antérieurement. liards d’euros), l’Etat va faire por- ments de fonction), rationalisa- 10,4 milliards d’euros. En sont être ramenée de 21,9 milliards à
ment de la moitié des fonctionnai- L’économie devrait donc être ter l’effort d’économie sur ses tiondes achats… Toutefois, l’écono- exclus les crédits de fonctionne- 21,3 milliards. Dans ce domaine,
res partant en retraite. Cela se tra- de moins de 200 millions. Et com- dépenses de fonctionnement et mie brute restera faible : 500 mil- ment de la défense. Tout comme l’Etat va par exemple « partager »
duira par la suppression de 31 638 me certains mécanismes jouent d’intervention. lions d’euros. L’économie nette ceux relatifs à la vie politique, le financement de la formation
culturelle et associative en raison professionnelle pour économiser

La conversion à la «règle d’or» se fait attendre de l’organisation des élections de


2012. N’y figurent pas non plus les
subventions aux opérateurs de
330 millions d’euros. Il va ainsi
transférer des compétences à l’As-
sociation de gestion du fonds pour
l’Etat (643 organismes comme le l’insertionprofessionnelle des per-
LA « RÈGLE D’ÉQUILIBRE » des aux députés. «Le premier ministre c’est-à-dire une trajectoire d’effort dans la Constitution, des principes Centre national d’études spatiales, sonnes handicapées (30 millions)
finances publiques, voulue par démarrera les consultations au Par- structurel de consolidation budgé- qu’il a violés tous les jours. Nous l’Institut national du cancer…), et prélever 300 millions sur le
Nicolas Sarkozy et inspirée de la lement auprès des commissions taire ». Il a aussi invité à conférer disons non », explique le député dont une partie en finance le fonc- Fonds paritaire de sécurisation
« règle d’or » allemande, a fait compétentes pour faire un premier une compétence exclusive aux (PS) Pierre-Alain Muet. « Il n’a tionnement. des parcours professionnels. Les
beaucoup parler d’elle avant l’été. tour de piste. » L’objectif est de lois financières en matière de pré- même pas respecté la règle qu’il a Par ailleurs, l’économie brute partenaires sociaux dénoncent la
Fin août, le premier ministre, «voir, au premier semestre 2011, où lèvements obligatoires. fait voter pour la Caisse d’amortis- sera rognée par « la mobilisation manœuvre.
François Fillon, s’est engagé à nous pourrons avancer », puis de « C’est autour de cela que nous sement de la dette sociale et qui de 400 millions d’euros pour cou- Les emplois aidés, dont le nom-
ouvrir « dès septembre une phase «définir les modalités d’une réfor- avons commencé à réfléchir et que interdisait d’allonger sa durée de vrir l’organisation des G8 et G20 et bre doit être ramené de 400 000
de consultation » politique sur ce me de notre loi fondamentale ». les premières consultations se vie », ajoute-t-il. respecter des engagements pris sur en 2010 à 340 000 en 2011 (avec
dispositif qui fixerait l’obligation mèneront », a précisé M. Baroin, Chez les centristes, la position la mission justice », relève M. Car- subventions étatiques réduites),
à tout nouveau gouvernement de « Plafond et plancher » voulant croire que, « au-delà de est un peu plus ouverte. Une dis- rez. Le gouvernement récupérera constitueront un autre poste d’éco-
s’engager sur une trajectoire abou- Ces consultations s’appuieront nos divergences politiques, une position constitutionnelle peut néanmoins 100 millions sur… les nomie. « On sacrifie l’emploi alors
tissant à l’équilibre budgétaire. sur les travaux menés, au premier révision constitutionnelle, même à « aider le gouvernement », fait crédits d’entretien routier. qu’il faudrait le soutenir », dénon-
Et depuis, plus rien. Le sujet res- semestre, par la commission pilo- quelques encablures d’une échéan- valoir le député (Nouveau Centre) ce le député (PS) Pierre-Alain
te malgré tout d’actualité, si l’on tée par Michel Camdessus (ex-gou- ce présidentielle, est atteignable ». Charles de Courson. « La réduction Les aides et les subventions L’es- Muet. Fin septembre, le nombre
en croit le ministre du budget, verneur de la Banque de France et C’est loin d’être acquis. Une révi- des déficits, la nouvelle trajectoire sentiel de l’effort portera sur les de chômeurs était au plus haut
François Baroin. Compte tenu des ex-directeur général du Fonds sion de la Constitution suppose des finances publiques, l’inspira- dépenses d’intervention de l’Etat. depuis juin 1999. « Là encore, cela
perspectives de remaniement, monétaire international). Elle a de réunir deux tiers de suffrages tion d’un nouveau regard sur la L’enveloppe consacrée à ces alloca- ne sera pas facile » de tenir l’objec-
c’est toutefois au prochain gouver- préconisé que les futures lois- exprimés par les parlementaires. logique de dépense, peuvent faire tions, aides sociales et économi- tif, avance M. Carrez, « car chacun
nement qu’il reviendra de mener cadres de programmation des Donc d’avoir l’appui d’une partie l’objet d’un consensus et se retrou- ques et subventions devra baisser sait que, lorsque la situation de
à bien ce dossier. finances publiques fixent pour de l’opposition. Or, celle-ci y ver noir sur blanc dans notre de 600 millions en net. Pour y par- l’emploi est complexe, il est très dif-
«Les discussions doivent com- chaque année « un plafond de paraît peu disposée. Constitution », veut croire venir, « cela suppose des écono- ficile de faire des sacrifices sur les
mencer d’ici à la fin de l’année», a niveau de dépenses et un plancher « Ce gouvernement prétend ins- M. Baroin. p mies brutes de 3,7 milliards », préci- contrats aidés ». p
assuré M. Baroin, le 20 octobre, des mesures nouvelles en recettes, crire dans une loi organique, voire Ph. L. C. se M. Carrez. Philippe Le Cœur

A l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer et l’opposition trouvent un modus vivendi


Après avoir demandé la démission du président de l’Assemblée, la gauche accepte de reprendre sa place dans les organes délibératifs

M
ardi 2 novembre, pour la PCF, Verts, PRG, PG) demandaient fonctions. L’opposition, quant à suels. Compte tenu de la rémission « Vous pourrez constater que, lement, M. Accoyer souligne qu’il
première fois depuis un la démission de M. Accoyer, esti- elle, voit son rôle réduit à la portion sur le front du mouvement contre sur nombre de sujets qui vous tien- lui paraît « essentiel, pour le Parle-
mois et demi, la conféren- mant qu’il n’était « plus digne » de congrue, en dépit des droits théori- la réforme des retraites, chacun nent à cœur, je prends dans ces let- ment comme pour la qualité du
ce des présidents, qui, chaque présider l’institution (Le Monde du ques qu’étaient censés lui accorder considère qu’il convient de revenir tres des engagements précis », travail législatif, que le recours à la
semaine, arrête l’organisation des 29septembre). la révision constitutionnelle de à un fonctionnement plus apaisé écrit M. Accoyer, reconnaissant à procédure accélérée soit le plus
travaux de l’Assemblée nationale, Au-delà de l’épisode des retrai- juillet 2008 et le nouveau règle- etdetrouveruneissue àcettesitua- demi-mot que les récriminations limité possible ».
devrait enfin pouvoir se réunir au tes, ce « coup de sang» de l’opposi- ment de l’Assemblée. tion de blocage institutionnel. de l’opposition n’étaient pas tota- Le président de l’Assemblée rap-
complet. L’opposition avait en tion était le révélateur d’une situa- Après des échanges épistolaires, lement infondées. Concernant le pelle également aux présidents
effet résolu, à la suite de la décision
de Bernard Accoyer, président de
tion de plus en plus tendue au
Palais-Bourbon. Et même malsaine
M. Accoyer peine le président de l’Assemblée natio-
nale et les présidents des groupes
droit de tirage pour la création de
commissions d’enquête, il confir-
de commission qu’il est « très atta-
ché » à la publicité des débats en
l’Assemblée nationale, de clore les pour le fonctionnement de l’insti- à asseoir son autorité, de l’opposition ont fini par se ren- me qu’« il s’agit bien d’un droit » et commission, ce que ceux-ci rechi-
explications de vote personnelles
sur le projet de réforme des retrai-
tution. D’un côté, l’exécutif presse
pour voir ses textes adoptés dans
mais, élu pour la contrer, mardi 19 octobre, pour
mettre à plat les points de conten-
que « les commissions permanen-
tes ne doivent pas abuser du droit
gnent à mettre en œuvre. Pour la
discussion du projet de loi sur les
tes afin d’en accélérer le vote, le les délais les plus brefs, quitte à durée de la législature, tieux. A l’issue de cette rencontre, d’amendement dont elles dispo- retraites, l’examen en commis-
15septembre,desuspendresaparti-
cipation aux organes délibératifs
bousculer quelque peu les usages.
Le groupe majoritaire, l’UMP, sous
il ne peut être relevé M. Accoyer a répondu, par écrit,
aux demandes qui lui avaient été
sent pour dénaturer les proposi-
tions de résolution ou les vider de
sion a ainsi eu lieu à huis clos.
Reste à voir si le gouverne-
del’Assemblée(bureauetconféren- la houlette de son président, Jean- de ses fonctions formulées, en joignant copie à sa leur sens ». Ce dont l’UMP ne ment, comme la majorité, repren-
ce des présidents). François Copé, se fait fort de sou- lettredes courriersqu’il avaitadres- s’était pas privée pour empêcher, dront à leur compte ces bonnes
Faitsans précédent, dans un tex- mettre le fonctionnement de l’As- Depuisun mois, M.Accoyer s’est sés au ministre chargé des rela- notamment, la constitution intentions. L’opposition les a
tecosigné par l’ensembledes dépu- semblée à ses propres contraintes. efforcé de « rétablir les conditions tions avec le Parlement, Henri de d’une commission d’enquête sur cependant jugées suffisantes
tés de l’opposition, les présidents M. Accoyer, contesté de toutes d’un dialogue serein ». La situation Raincourt, et aux présidents de les sondages commandée par l’Ely- pour réintégrer les structures déli-
de groupes et porte-parole de tou- parts, peine à asseoir son autorité sociale ne s’y prêtait guère, favori- commission afin d’améliorer le sée. bératives de l’Assemblée. Il fallait
tes les composantes de la gauche mais, élu pour la durée de la législa- sant plutôt les postures martiales fonctionnementdes travauxparle- Dans la lettre adressée au minis- bien trouver une sortie de crise. p
représentées à l’Assemblée (PS, ture, il ne peut être relevé de ses que les accommodements consen- mentaires. tre chargé des relations avec le Par- Patrick Roger
10 France 0123
Mercredi 3 novembre 2010

La voie vers la direction de


l’UMP se dégage pour M.Copé
L’actuel secrétaire général, Xavier Bertrand, devrait redevenir ministre

C
’est un lent processus de cela ne change rien. J’ai quelques part de sa volonté de faire entrer
sédimentation, assez fragile idées assez précises de la manière des « poids lourds » au gouverne-
encore pour être balayé par dont doit fonctionner le parti. J’en ment. M. Copé a refusé. Alain Jup-
une vague un peu forte. Jamais, ai fait part au président », pé se laisse désirer, et répète qu’il
cependant, l’« offre de service » fai- confie-t-il, sans se livrer plus veut avoir les coudées franches.
te par Jean-François Copé à Nicolas avant. M. Bertrand fait moins de maniè-
Sarkozy pour diriger l’UMP n’a Dans l’attente du remanie- res. Il espère obtenir, en récompen-
semblé aussi près d’aboutir. se de sa bonne conduite, un poste
« Il tient la corde », constate un
responsable du parti, pourtant
«En lui donnant important : l’écologie, la défense,
ou un ministère de la santé aux
peu désireux de voir le patron des l’UMP, Sarkozy se dit contours élargis.
députés de l’UMP réussir son
« OPA » sur la maison-mère, lancée
qu’il pourra François Fillon, dont l’hypothè-
sede l’arrivée à la tête du parti avait
début septembre. « C’est ce qui se le contrôler» été évoquée, en est aujourd’hui
dessine », concède un autre. L’inté- un opposant de l’actuel bien loin. M. Sarkozy lui en avait
ressé, qui ne veut pas trébucher patron des députés soumis l’idée cet été, lorsqu’ils se
dans la dernière ligne droite, reste sont rencontrés au cap Nègre (Var). M. Copé, lors des Journées parlementaires de l’UMP à Biarritz, en septembre. P. TOHIER/PHOTOMOBILE
peu loquace : « Rien n’est fait, assu- ment, la question du secrétariat Mais, selon ses proches, M. Fillon a
re-t-il. Le mouvement à l’UMP, s’il a général de l’UMP semble s’être posé une condition : être élu par les qui a assuré au Parisien qu’elle se M. Sarkozy étaient tendus, appa- mission du développement dura-
lieu, procédera du remaniement décantée… faute de combattants. militants. M. Sarkozy a refusé tout sentait « capable » d’occuper la raît donc de plus en plus probable. ble, a le profil idoine. Toutefois,
au gouvernement. Tout dépend du Xavier Bertrand, l’actuel déten- net. Le président de la République fonction. Elle ne dispose cepen- « En lui donnant l’UMP, Sarkozy se Jean Leonetti, actuel vice-prési-
choix du premier ministre. » teur du poste, qui avait un temps entend en effet rester le seul dant pas des mêmes atouts. dit qu’il pourra le contrôler. Copé dent du groupe, serait lui aussi
Pour autant, le président du paru s’accrocher à son fauteuil, ne « vrai» patron de l’UMP. L’arrivée de M. Copé à la tête de sera obligé d’être loyal pendant la légitime. « Il n’y a pas de match
groupe UMP de l’Assemblée natio- fait pas mystère, désormais, de Une adversaire de dernière l’UMP, encore impensable il y a campagne présidentielle. Il aime- entre Christian et Jean, assure
nale se tient dans les starting- son envie de redevenir ministre. minute s’est déclarée : la secrétaire quelques mois tant les rapports rait bien avoir des assurances sur M. Copé, mais je sais que Jean rêve
blocks. « Pour moi, Fillon ou Borloo, M. Sarkozy, assure-t-il, lui a fait d’Etat à la famille, Nadine Morano, entre le patron des députés et sa marge de manœuvre, mais il d’entrer au gouvernement. De tou-
n’en a aucune. C’est Sarkozy qui te façon, Jean est un ami. » Il est aus-
fera l’organigramme, comme tou- si membre du Parti radical, que
jours », estime un opposant de l’ac- préside M. Borloo.
tuel patron des députés. Il lui fau- M. Copé n’a pas ralenti pour
dra aussi gérer les mouvances cen- autant la promotion de son club,
tristes, qui ne cessent de vouloir Génération France, qu’il cherche à
affirmer leur existence. placer en « pole position » dans la
Dans l’hypothèse où le secréta- course aux idées pour 2012. Le par-
riat général de l’UMP lui revien- ti a-t-il programmé une conven-
drait, M. Copé veut pouvoir s’ap- tion sur l’éducation, mercredi
puyer sur la présidence du groupe 3 novembre ? Lui a réuni un collo-
UMP de l’Assemblée nationale en que sur le même thème dès la
y « plaçant » un fidèle, même si, semaine dernière. Ce quia fait grin-
présente rappelle-t-il, « il est impossible de cer des dents à la direction de
maîtriser une élection au groupe ». l’UMP, où M. Copé n’a pas que des
Son bras droit, Christian Jacob, amis. p
organisateur des clubs Généra- Pierre Jaxel-Truer
tion France et président de la com- et Patrick Roger

Nadine Morano se positionne en candidate des militants

Nadine Morano fait campagne à les coopérations internationa-


sa manière : avec aplomb. « Je les ». Mme Morano se voit en can-
me sens tout aussi capable que didate « des militants, qui sont la
Jean-François Copé de diriger force vitale de l’UMP ». Et des
l’UMP », assure-t-elle. Au femmes. « Je pense qu’il faut
moment où M. Copé semble plus arrêter de penser qu’il n’y a que
proche que jamais d’obtenir le les hommes qui peuvent être les
fauteuil de secrétaire général du numéros 1 », martèle-t-elle.
parti, voilà que la pétulante La députée de Toul (Meurthe-et-
secrétaire d’Etat à la famille déci- Moselle) refuse d’être considé-
de à son tour de se positionner. rée comme une simple candida-
ENTRÉE GRATUITE Fidèle parmi les fidèles de Nico- te de témoignage. « C’est quoi,
las Sarkozy, elle décline un pro- un poids lourd ? Un poids lourd,
gramme en trois points. « Plus c’est un poids plume qui a un
de pédagogie », « renforcer le jour tanné un poids lourd », assu-
débat d’idées » et « développer re-t-elle.

Tout savoir pour choisir Politique


DSK, «le prochain» président
pour «Newsweek»
votre grande école L’hebdomadaire américain consacre cette semaine sa couverture au
directeur général du Fonds monétaire international (FMI), avec ce titre :
« Le prochain ». Et ce sous-titre : « Dominique Strauss-Kahn prêt à diriger
la France… ou le monde ? » Dans les pages intérieures, l’article, titré « The
top guy » (le gars au sommet), démarre en indiquant que le Français est
« maintenant au sommet du monde », mais que « ce n’est peut-être pas
là qu’il veut réellement être ». Faisant remarquer qu’« à 61 ans, DSK n’a
ENTRÉE GRATUITE. INSCRIVEZ-VOUS VITE ! jamais été aussi adulé », le magazine décortique le « problème » qui se
pose à lui : « Doit-il rester à son poste au FMI, son mandat expirant fin
www.salon-grandes-ecoles.com 2012 ? Ou doit-il démissionner et revenir en France l’an prochain pour
être candidat à l’élection présidentielle début 2012? » «Le temps est comp-
té », ajoute le magazine, notant que, s’il choisit l’option France 2012, il
Samedi : 13 heures - 19 heures - Dimanche : 10 heures - 17 heures devra faire face à des « problèmes politiques et personnels » : son rapport
aux femmes et, « plus problématique et possiblement fatal pour ses
chances à la présidentielle », son rapport au Parti socialiste. p
S
GRANDE
IDE DES IDE DES

IDE DES
GRANDE S GRTO
OLES GU OLES GU
DES ÉCANDES ÉCS
DET
U S GRU ANRDESLE ÉCOL
S GRAN
S ES
DES
M. Borloo favorable à un « Grenelle de la fiscalité »
OLES GU ES GUIDE GUIDE ES GUIDE DE GUIDE DES
ÉCOLES
GUIDEES DES GR
GUIDE
AN DES ÉCANDES ÉCOL
DES GRIDE DES GRIDE
GU
DE S
AN S GRAN DE
DE IDE DES GRAN
S
500
ÉC OL S ÉCOLES éc
DE GRANDE ANDES
DES
GUIDE ES GUIDE
olS
Sce
mDEerGU
es
ÉC
GR DES
OL ES
Le ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo, considère que « si on doit
-SÉRIE

ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESSGU GU


ÉCOLES ÉCOLES S ÉCOL
IDE ES
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GR coSm
e DE ÉCOLESDESuÉC rsOL S
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DE
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS ÉCOLES GUÉCOLES GU
ANDE dAN
S GR
gé AN
n ie
S GRANDE
etOLdES GUIDE ES GUIDE DEESS
’in DE réformer la fiscalité en profondeur, ça ne peut pas être uniquement l’af-
HORS

GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GRANDES ÉCANDES ÉCOLANDES ÉCOLDES


GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DES GR DES GRAN DES
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS ÉCOLES GUÉCOLES GU
AN AN DE DE S S
GUIDE
ÉCOLES ÉCOLES GU ÉCOLES
IDE faire de spécialistes ». « Ce sont des choix (…) tellement cruciaux qu’il faut
GR
GUIDEES DES GR DES GRANE DES GRAN DES GRANDES GRANDESS GRANDESGRANDES
GUIDE GUID
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESSGU
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GR
IDE GUIDE DE GUIDE DE IDE DES IDE DES
ÉCOLES ÉCOLES S ÉCOLES SGUÉCOLES GU
ANDE ANDE
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DES GRANDES GRANDE
DES ÉC
OLES
S
y associer, dans le cadre d’un Grenelle, le monde économique, les syndi-
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS ÉCOLES GUÉCOLES GU IDE DES
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GRANDES ÉCANDES ÉCOLANDES ÉCOLDES
OLES GU ES GUIDE ES
cats, les collectivités, pour définir ensemble les grands choix de la Fran-
EN VENTE DÈS LE 8 NOVEMBRE
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DES GR DES GRAN DES
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS ÉCOLES GUÉCOLES GU ES GUIDE ES GUIDEOLES
OL
ce », explique-t-il dans un entretien au Parisien mardi 2 novembre.
ide des
S
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDE GRANDES ANDES ÉC ANDES ÉC DES ÉC OL
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DES GR DES GRAN DES

Le gu
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS ÉCOLES GUÉCOLES GU OLES GU
IDE
ES GUIDE ES

es
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GRANDES ÉCANDES ÉCOLANDES ÉCOLDES
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DES GR DES GRAN DES M. Borloo se dit « persuadé qu’en six à neuf mois, on pourrait bâtir

grand
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS ÉCOLES GUÉCOLES GU
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GRANDES ÉCANDES ÉCOLANDES ÉCOLDES
OLES GU
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DES GR DES GRAN DES
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS ÉCOLES GUÉCOLES GU OLES GU
IDE

IDE
ES GUIDE ES

ES GUIDE ES ensemble un nouveau système de fiscalité pour les vingt ans à venir ».
s
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GRANDES ÉCANDES ÉCOLANDES ÉCOLDES

école
IDE DE E DE DE S S GR
IDE GUIDE DE GUIDE DE IDE DES GRIDE S GR AN S
GU ES GUIDE

IDE
GU ES GUIDE DE
GUID
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESSGU
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GR
GUIDE
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESSGU
DE
ÉCOLES ÉCOLES S ÉCOLES SGUÉCOLES GU

ÉC
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GR
OL
DE
ES
S ANDE GRANDE GRANDES ÉCANDES
OL ES
S
ÉC DES ÉCOL S ÉCOL
AN AN
ES
S
IDE GUIDE DE GUIDE DE IDE DES GRIDE DES
GU ES GU
DE GRANDES ÉCANDES
DE
OLES

OLES
CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX Ile-de-France Avis négatif du Conseil d’Etat
IDE DE DE IDE DE S a S GR DES
GU ES GUIDE GUIDE DEe S GR
ép
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCsOLleESba GUc ou unGU
OLESso
e prIDE olES
écOL GUIDE ES GUIDE DE GUIDE DES
S ÉC nÉC OL ES ES
ANDES DES ÉCANDES ÉCOLANDES ÉCOLDES
GRAN DES GRAN
IDE
GU ES GUIDE com
■ Ap
DE S
rèANDE
GR
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCAd
en t ch
DE S
GUIDEOLES GUio
m
oisir
GR
miss OL
■ ANDES ÉC
IDE
nsES
DE S
paGU
GR ANles
llè DES
raIDE
e d’em
GR DES GR S GRAN
ploi GUIDE ES GUIDE DE GUIDE DES
ÉCOLES S ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS
sur le schéma d’aménagement de la région
GRAN DES GRAN S GR mGR
odANDES AN DE AN
GUIDEES GUIDE DE
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉC
GRAN DES GR■AN Quel(
DE
GUIDEOLES GU
S
s) bac(s
GRANDE S us
IDE DEré
) pour
S ÉCOL
GRAN
S GR
ES GUIDE
DE ÉCou
Snc
? GR
us DES IDE DES
sir
ES GU OLES GUIDE
OLrs
DES ÉC
GR AN
ES GU
AN DE
DES GRIDE DES
S ÉCOLANDES ÉCOLDES
ES Dans un avis qui devait être transmis, mardi 2 novembre, au gouverne-
GUIDEES GUIDE DES GUIDE ■DE
co
loAN
laGR upe S GRANDE
à SGU GR AN
lesDE
IDE DE IDE DES DES GRIDE DES
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESSGU
To IDE
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GR
ÉCOL ES ES GU GU IDE
ÉCOL DES ÉCOLES S ÉCOLES S ÉCOLES
AN ANDE
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DES GRANDES GRANDE
GU
DE S
ment, le Conseil d'Etat estime que le schéma directeur de la région Ile-
ÉCOL DES ÉCOLESDES ÉCOLESS ÉCOLES GUÉCOLES GU IDE DES
GRAN DES GRAN S GRANDE S GRANDES GRANDES ÉCANDES ÉCOLANDES ÉCOL
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE GUIDE DES IDE DES GR IDE DES GR
OL ES ES GU GU
OLES GU ES GU IDE ES
de-France (Sdrif), voté en septembre 2008 par le conseil régional, est
ÉC DES ÉC OL S ÉC OL ÉCOL ES OL ES
GRAN DES GRANDES GRANDESS GRANDES ÉC
GUIDEES GUIDE DE GUIDE DE
ÉCOL DES ÉCOLES
incompatible avec la loi sur le Grand Paris de juin 2010 et le Grenelle de
GRAN
l’environnement. La loi fixe un objectif de construction de 70 000 loge-
EN PARTENARIAT AVEC ments par an quand le Sdrif prévoit la localisation de 60 000 loge-
ments par an. Le gouvernement peut passer outre cet avis ou décider de
faire valider le Sdrif par un vote au Parlement. – (AFP.)
0123
Mercredi 3 novembre 2010 France 11

Quatre mois après les émeutes, Grenoble Latueriedubar


veut panser les plaies de la Villeneuve desMarronniersde
La rénovation urbaine du quartier sera accélérée. Les policiers y sont toujours présents en masse
Marseilleauxassises
Grenoble
Correspondant
Le truand corse Ange-Toussaint Federici est
jugé pour la mort de trois malfaiteurs en 2006

L
’image est celle d’une plaie en
voie de cicatrisation. Quatre
mois après les émeutes qui Aix-en-Provence Patrick Simeoni – dans une clini-
ont émaillé, en juillet, le quartier (Bouches-du-Rhône) que marseillaise et sous un faux
de la Villeneuve, zone sensible du Envoyé spécial prétexte – un accident de moto
sud de Grenoble, la vie des 12 000 aggravéparunemorsuredechien –

C
habitants de cette ancienne cité e soir du 4 avril 2006, les il avait été opéré le lendemain
modèle construite dans les années clients du bar des Marron- matin. Il s’était enfui dans l’après-
1960 a repris son cours. Les scènes niers, à Marseille, qui midi, en abandonnant des vête-
de violence, qui avaient opposé s’étaient attablés pour suivre le ments sur lesquels les enquêteurs
une poignée de jeunes aux forces match de football entre le Milan avaient retrouvé des résidus de tir.
de l’ordre après la mort de Karim AC et l’Olympique lyonnais, ne se Empreintes ADN aidant,ces der-
Boudouda, tué par la police après sont probablement pas souvenus niers n’avaient pas tardé à décou-
le braquage du casino d’Uriage (Isè- des quatre buts inscrits lors de ce vrir que ce Patrick Simeoni n’était
re), ont agi comme un accélérateur pourtant mémorable quart de autre qu’Ange-Toussaint Federici,
des projets de rénovation urbaine finale de la Ligue des champions. déjà condamné pour attaque à
prévus par les pouvoirs publics. Trois d’entre eux sont morts, tom- main armée et sorti de prison en
Resté pendant de nombreuses bés sous les rafales des tirs de kala- novembre 2003. Devant le juge,
semaines sous le feu des projec- chnikov, de fusils à pompe et de celui-ci a reconnu avoir reçu une
teurs, le quartier fait l’objet depuis pistolet semi-automatique. balle au bar des Marronniers, le
lesévénements d’une intense com- Parmi eux, Farid Berrahma, soir du massacre, tout en niant son
munication de la part de la préfec- 39 ans, dit « le rôtisseur », ainsi sur- appartenance à la bande de tueurs.
ture de l’Isère et de la municipalité nommé parce qu’il s’était spéciali- Selon ses dires, il attendait un ami
PS de Grenoble, qui ont accéléré le sé dans la « voiture barbecue » : un en buvant un verre d’eau lorsque
renforcement et l’implantation de véhicule auquel il mettait le feu les bandits ont attaqué. Son ami
leur politique. La Villeneuve, frap- après y avoir placé le cadavre de l’aurait aidé à partir, avant l’arri-
pée par un taux de chômage Quartier de la Villeneuve, à Grenoble, le 31 juillet. ROLLAND QUADRINI/KR IMAGES PRESSE ses victimes. Ce caïd d’origine algé- vée des policiers.
important et une forte délinquan- rienne, né à Salon-de-Provence
ce, espère ainsi pouvoir bénéficier
de l’attention qu’elle suscite doré-
300autres appartements vont éga-
lement subir dès 2013 un lifting
Pour mener à bien cette opéra-
tion de réhabilitation urbaine, la
ce quotidienne qui s’était faite
plus discrète au lendemain des
(Bouches-du-Rhône) et issu des
cités sensibles, était une figure du
C’est un épisode d’une
navant chez les pouvoirs publics. destiné à constituer des « unités municipalité va engager dès l’an- incidents, « pour ne pas attiser les milieu marseillais. guerre entre truands :
La mise en application d’un plan
global d’actions et de mesures,
plus petites, mieuxsécurisées et ain-
si plus facilement gérables », préci-
née prochaine le relogement des
personnes concernées « dans les
violences ».
« Il n’était pas question de fanfa-
L’un de ses tueurs présumés,
Ange-Toussaint Federici, 50 ans,
Corso-Marseillais
dont certaines étaient déjà « en ges- se Hélène Vincent, adjointe au mai- quartiers voisins ». « Il n’est pas ronner, et ces consignes de précau- dit « Santu », comparaît devant la d’un côté contre
tation ou définies de longue date »,
a été récemment « rappelée » à la
re, en charge du secteur 6, dont fait
partie la Villeneuve.
impossible que certains habitants
« historiques », très attachés à ces
tion sont toujours de rigueur, insis-
te Brigitte Jullien, directrice dépar-
cour d’assises d’Aix-en-Provence
(Bouches-du-Rhône), du mardi 2
Marseillais d’origine
presse locale par les élus de la ville. lieux, rechignent à être relogés, tementale de la sécurité publique au vendredi 5 novembre. Ce berger maghrébine de l’autre
« En recadrant nos réflexions et en
réorientant les politiques amorcées,
Pour certains explique M. Motte. Nous savons
que l’action de fond que nous entre-
de l’Isère. Aujourd’hui, une brigade
de terrain contrôle chaque jour les
corse de Venzolasca (Haute-Corse)
qui répond d’« homicides volontai- Cet agriculteur corse, qui fut un
pour certaines, il y a près de dix ans, habitants, les prenons sur le quartier va nécessi- étages et les parties communes res commis en bande organisée », temps aux côtés des nationalistes
nous voulons assumer notre part de
responsabilité dans ce qui s’est pas-
événements de juillet ter de l’opiniâtreté pour s’inscrire
dans la réalité. »
pour déloger les trafiquants. Car
des armes continuent de circuler. »
encourt la réclusion criminelle à
perpétuité. Le malfaiteur, connu
de l’ex-Mouvement pour l’autodé-
termination (MPA) et d’un de ses
sé. L’objectif principal, c’est désor- ont au moins «eu le Côté forces de l’ordre, la Ville- Au cœur du quartier, les ten- pour son appartenance au grand anciens responsables – Antoine
mais d’ouvrir le quartier sur le reste
de la ville et de le sécuriser », détaille
mérite d’amorcer une neuve fait également l’objet d’une
attention toute particulière. Des
sions sont toujours vives entre les
forces de police et certains jeunes,
banditisme, a été arrêté à Paris, le
12 janvier 2008, place de La Made-
Nivaggioni, assassiné le 18 octobre
à Ajaccio –, est suspecté d’être le
Jean-Philippe Motte, adjoint à la prise de conscience» cendres du bitume et des carcasses qui évoquent même une « guerre leine, en possession d’un reçu déli- chef d’une équipe de malfaiteurs
politique de la ville. de voitures calcinées a germé un entre deux gangs ». Une haine affi- vré par les services de la mairie originaires de la plaine orientale.
Dans les cartons depuis 2008, la A cette « résidentialisation » de dispositif de présence policière chée au quotidien. « Ces gamins d’Amiens relatif à l’établissement Selon toute probabilité, la tuerie
démolition partielle du n˚ 50 de la l’habitat, qui devrait coûter renforcé. Le secteur et le centre préfèrent gagner 150 euros par d’un passeport au nom de Giorda- du bar des Marronniers n’est
galerie de l’Arlequin (soit 5 % des 71 000 euros par logement, va commercial Grand’Place, qui joux- jour en surveillant les entrées d’im- no, et d’une somme de 3 275 euros. qu’un épisode d’une guerre entre
1 700 logements qu’elle compte), s’ajouter un rééquilibrage des sta- te le quartier, sont sécurisés cha- meubles. Pour eux, nous sommes Combien étaient-ils, visage truands : Corso-Marseillais d’un
immeuble devant lequel a été tué tutsdes appartements pour favori- que jour par une cinquantaine de des ennemis », constate Brigitte encagoulé, à faire irruption ce mar- côté contre Marseillais d’origine
Karim Boudouda, débutera en ser l’accession à la propriété et ain- gendarmes et de CRS, qui qua- Julien. di 4 avril 2006 vers 21 heures, dans maghrébine de l’autre.
2013. Les entrées des immeubles et si, espèrent les élus, revenir vers drillent la zone de treize heures à Les policiers se sont également cedébit de boissons du 13e arrondis- Au milieu des années 1990,
les coursives qui mènent à plus de mixité sociale. deuxheures du matin.Une présen- heurtés à un mur dans leur enquê- sement de la cité phocéenne ? Farid Berrahma avait été proche
te sur les émeutes de l’été : malgré Huit, dix ? Les témoins présents duparrain marseillais Francis Van-

«L’identité des habitants a été mise à mal» plusieurs descentes, toujours très
médiatisées, les forces de l’ordre
ne sont pas parvenues à interpel-
sur les lieux,à l’instar de KaderGas-
mi, 52 ans, blessé au pied lors de la
fusillade, n’en savent rien. Ils n’ont
verberghe, dit « le Belge », abattu
en 2000 à Paris. Il avait été impli-
qué dans des affaires de trafic de
ler les auteurs des violences. La vu que du feu. stupéfiants qui lui avaient valu
QUATRE MOIS ont passé, et certai- maient pas de la nuit, et les par la souffrance qui résulte des quasi-totalité des jeunes hommes D’autres témoins, des voisins d’être interpellé dans le sud de l’Es-
nes images des incidents apparais- enfants faisaient des cauchemars. difficultés de son quotidien. Mais arrêtés ont ainsi été relâchés, faute alertés par le vacarme des tirs, ont pagne en novembre 2001, et
sent encore de manière très nette Les rapports entre les jeunes et les également par un désir de réhabi- de preuves. aperçu des hommes s’enfuyant à condamné à dix ans de prison
dans les souvenirs des habitants. adultes sont également restés ten- liter une image bafouée. Du point de vue de certains bord de plusieurs véhicules – une avant son extradition vers la Fran-
Notamment celle des hélicoptères dus un bon moment, raconte «Ce qui a surtout choqué les habitants, les événements du Audi A4, une BMW et une Alfa ce en 2004.
et « leur bourdonnement inces- Myriam Kendsy, directrice du cen- habitants, c’est que l’identité du mois de juillet ont au moins « eu le Romeo 156 break. L’un d’eux assu- Sorti de prison, Farid Berrahma,
sant », qui ont balayé les façades tre social de l’Arlequin, l’un des quartier, et donc la leur, ait été mise mérite d’amorcer une prise de re qu’un des membres du groupe, qu’on appelait aussi « l’Indien » à
des immeubles de leurs puissants « sous-quartiers » de la Villeneuve. à mal. Les habitants n’ont pas com- conscience ». Mais ils rappellent visiblement blessé, avait été éva- cause de sa chevelure, n’avait eu
projecteurs. « Et qui nous ont Mais la vie et cette précarité qu’ils pris pourquoi on les associait tous également que la Villeneuve est cué par ses complices à bord d’une de cesse de reprendre ses positions
empêchés de dormir plusieurs assument ont repris leur cours. » à des gangsters », souligne Bruno aujourd’hui davantage pointée du Clio de couleur grise. Sur les lieux sur le marché des stupéfiants et
nuits d’affilée », se rappelle un Au centre de santé de l’Arle- Caron, l’un des psychiatres du cen- doigt par la population des quar- de la tuerie, outre des douilles, des des machines à sous implantées
habitant. quin, médecins et psychiatres, à tre de santé. «C’est un épisode diffi- tiers voisins. « Depuis cet été, le ogives et des cartouches de cali- dans la région marseillaise. Quel-
Avec le recul, une majorité d’en- qui les habitants se confient cha- cile qui a été digéré très vite car quartier est devenu le mouton noir bres divers, les policiers avaient ques jours avant son assassinat, le
tre eux confient avoir été moins que jour, confirment la tendance. c’est une population habituée à de Grenoble, conclut une habitan- découvertune trace de sang chemi- 23 mars 2006, Roch Colombani, un
marqués par les voitures brûlées Partagée entre un sentiment de être confrontée à une société dure, te. Les gens de l’extérieur ont peur nant sur une vingtaine de mètres. voyou corse, était tué par balles.
que par « les descentes policières et rejet à l’encontre du « comporte- et qui entretient un rapport délicat d’y pénétrer. Pourtant, il a retrouvé C’est l’ADN qui en a été extrait Pour les policiers, cette exécution
la caricature à l’extrême dans les ment intrusif de la police » et « d’in- à l’autorité », ajoute Philippe son calme. Le plus rageant, c’est qui trahira Ange-Toussaint Federi- serait à l’origine de l’expédition
reportages télévisés de l’ensemble compréhension face aux violences Pichot, médecin généraliste qu’on paie tous pour les velléités de ci. Au cours de la fusillade, celui-ci a vengeresse au bar des Marron-
de la Villeneuve ». « Les gens ne sor- de certaines minorités », la popula- depuis onze ans à l’Arlequin.p pouvoir d’une poignée de caïds. » p été atteint d’une balle au genou. niers. p
taient plus de chez eux, ne dor- tion a été rapidement rattrapée B. P. Benoît Pavan Admis sous une fausse identité – Yves Bordenave

Avec Le Monde
du vendredi 5 daté samedi 6 novembre

Grands Prix de la finance solidaire :


proclamation des lauréats
SUPPLÉMENT MENSUEL
DE 8 PAGES
12 Economie 0123
Mercredi 3 novembre 2010

En hausse En baisse Les cours du jour ( 02/11/10, 10h01 )


Euro 1 euro : 1,3926 dollar (achat)
Total Apple Or Once d’or : 1354,50 dollars
Le groupe pétrolier a annoncé, le 1er novembre, Nombre d’utilisateurs britanniques de l’iPhone4 Pétrole Light sweet crude : 83,35 dollars
qu’il investira 5 milliards d’euros en 2010-2015 sont arrivés en retard au travail le 1er novembre, à
dans la R &D pour améliorer son efficacité énergé- cause d’une défaillance du réveil intégré, qui ne Taux d’intérêt France : 2,804 (à dix ans)
tique et réduire ses émissions à effet de serre. s’est pas mis automatiquement à l’heure d’hiver. Taux d’intérêt Etats-Unis : 2,636 (à dix ans)

En Inde, le secteur
de la microfinance
risque de s’effondrer
Les pouvoirs publics ont décidé d’intervenir face
à la hausse du nombre d’emprunteurs surendettés
New Delhi tains cas, à des suicides», lit-on dans que la solvabilité des emprunteurs
Correspondance l’arrêté du gouvernement. Sa déci- qui a tiré la croissance du secteur.
sion donne un répit aux surendet- Attirés par des retours sur inves-

A
près des années de croissan- tés tout en menaçant de faillite les tissements élevés et des risques
ce exponentielle, le secteur organismes de microfinance. Avec apparemment limités, puisque les
de la microfinance en Inde 37 % de leur activité concentrée organismesdemicrocréditenregis-
risquela crisede liquidités. Enquel- dans le seul Andhra Pradesh, c’est trentmoinsdedéfauts derembour-
ques semaines, une cinquantaine tout le secteur qui est menacé. sement que les banques classiques, Bombay : cette femme a emprunté 13 000 roupies (210 euros) à une société de microfinance
de villageois surendettés se sont «Nous risquons un effondrement», les investisseurs se sont multipliés. pour démarrer son entreprise de fabrication de colliers. DANISH SIDDIQUI/REUTERS
suicidés dans l’Andhra Pradesh, un adéclaré à l’AFP Vijay Mahajan, pré- Le secteur a connu une croissance
Etatdusudde l’Inde,incitantlegou- sidentdu Réseau indien des institu- annuelle moyenne de 107 % mer. Que les fonds d’investisse- taux d’intérêt pour éviter les liste des « secteurs prioritaires »
vernement régional à publier un tions de microfinance (MFIN). entre 2004 et 2009 et pèse 6,7 mil- ment ont peu à peu remplacé les surendettements et sauver le sec- qui, en Inde, doivent bénéficier
arrêtépunissantd’unepeinedepri- L’entrée en Bourse de la premiè- liards de dollars. Mais chaque nou- sociétés de micro-emprunteurs au teur ? Entre des coûts de distribu- d’au moins 40 % du total des cré-
son les percepteurs de dette qui re société indienne de microfinan- veau microcrédit ne sort pas néces- capital des organismes. Et que les tion élevés– les recouvreurs de det- dits accordés par une banque. Le
« harcèlent» leurs clients. ce, SKS Microfinance, n’est pour- sairementune familledela pauvre- membres du conseil d’administra- tes ont besoin d’aller chez leurs Réseauindiendemicrofinancepré-
Des villageois, soutenus par des tantpas lointaine.Le16 août2010, à té. De nombreux emprunts ser- tion de SKS sont en partie rémuné- clients toutes les semaines – et le fère l’autorégulation et va, dès jan-
politiciens locaux, refuseraient Bombay, des micro-emprunteuses vent, en fait, à en rembourser rés en fonction de la performance coût de l’argent emprunté par les vier, établir un code de conduite,
déjà de rembourser leurs revêtues de leurs plus beaux saris d’autres. Dans l’Andhra Pradesh, de l’entreprise en Bourse. organismes de microcrédit, les puis mettre à la disposition de ses
emprunts. « Ils sont exploités par les avaient ouvert la séance en son- ceux qui se sont suicidés en avaient L’effondrement du secteur taux peuvent difficilement des- membres une base de données
institutions privées de microfinan- nant le gong sous les applaudisse- contracté jusqu’à sept ou huit affecterait les banques qui versent cendre au-dessous de 24 %. contenant les informations finan-
ce, à travers des taux d’intérêt d’usu- ments des investisseurs. « Nous auprès d’organismes différents. 80 % des fonds utilisés dans le En octobre, la Banque centrale a cières de tous les emprunteurs.
riersetdesmoyens derecouvrement emmenons les pauvres vers les mar- microcrédit. Mais aussi les pau- créé une commission qui propose- «Maisuneautorégulation,avecseu-
de dettes coercitifs qui conduisent à chés de capitaux », se félicitait alors Code de conduite vres, qui, sans microcrédit, dépen- radanslesprochainsmoisunsystè- lement 80 % des acteurs du secteur,
leur appauvrissement et, dans cer- SKS Microfinance, qui venait de Ces organismes ont-ils été victi- draient des usuriers et de leurs me de régulation. Pour assainir le sansrègles ni sanctions, est impossi-
lever plus de 350 millions de dol- mes de la folie des grandeurs ? « Le taux d’intérêt pouvant atteindre secteur, une des solutions consiste- ble», estime M.Sinha.p
27 millions de clients actifs lars (251 millions d’euros). critère de retour sur investissement 100 % par mois. Faut-il abaisser les rait à retirer la microfinance de la Julien Bouissou
Ce symbole d’une Inde sortant est privilégié au détriment des indi-
Financement L’argent du sec- de la pauvreté grâce aux marchés cateurs de performance sociale »,
teur vient en majorité des ban- financiers est bien éloigné de la réa- regrette Royston Braganza, direc-
ques publiques (43 %), des ban- lité. Quelques semaines plus tard, teur du fonds Grameen Capital
ques privées (36 %) et des inves- dix-sept clients de SKS, surendet- India Limited, spécialisé dans la

LA VIE OFFRE BIEN PLUS QU’UNE VOLVO. PROVOQUER


tisseurs institutionnels (17 %). tés, se suicidaient dans l’Andhra microfinance. La priorité donnée à
Pradesh. La société a reconnu les la recherche de capitaux, au nom
Les institutions Dix d’entre elles faits,maisellearejetétouterespon- de l’éradication de la pauvreté, a
totalisent 80% des encours d’em-
prunt. SKS Microfinance, le lea-
sabilité en expliquant que sa
« manière éthique de faire de la
transformé des ONG en de vérita-
bles établissements commerciaux. SE DÉROBER PLUTÔT QUE S’ENRÔLER. DOUBLER PLUT
LA NOUVELLE VOLVO S60.
der, compte 7 millions de clients microfinance n’a pas pu provoquer C’est ce qu’analyse MS Sriram, pro-
contre 200 000 en 2005. Son ces tragédies ». « Les institutions de fesseur à l’Institut indien de mana-
cours boursier a chuté de 19 % microfinance ont prêté sans se sou- gement d’Ahmedabad, dans une
depuis début octobre. cier de savoir si les emprunteurs étude publiée en mars.
étaient solvables, rétorque Sanjay En épluchant les comptes des
Nombre de clients actifs 27 mil- Sinha, directeur du cabinet de plus grandes institutions de micro-
lions. conseil Micro-Crédit Ratings Inter- finance, qu’a-t-il découvert ? Que
national. Leur système de contrôle des philanthropes à la tête d’orga-
Les emprunts à risque Ils repré- est inexistant. Et les employés qui nismes de microcrédit se sont ver-
sentent 0,4 % des actifs des orga- travaillent sur le terrain manquent sé des rémunérations qu’un direc-
nismes de microcrédit contre envi- de formation. » teur d’une banque d’investisse-
ron 2 % dans le secteur bancaire. C’est l’afflux de capitaux plus ment n’oserait même pas récla-

Neufansaprèssondépart,Marks&Spencer
envisagedereprendrepiedenFrance
Une nouvelle stratégie d’expansion à l’étranger va être annoncée

Londres de tous les magasins sur le conti- àl’international.Eneffet, auRoyau-


Correspondant nent, entraînant la suppression de me-Uni, la marque souffre de la
3 500 emplois. La méthode avait concurrence des grandes chaînes

L
’emblématiquegroupe de dis- suscitéunevivepolémiqueenFran- de prêt-à-porter, branchées et bon
tribution britannique Marks ce, obligeant le groupe à suspendre marché, comme H & M, Zara, ou
& Spencer (M & S) aimerait son projet et à revendre finale- Top Shops. Dans l’alimentation,
racheter les magasins français ment, en octobre 2001, ses 18 maga- son deuxième métier après l’ha-
cédés en 2001 dans le cadre de son sins dans l’Hexagone aux Galeries billement, M & S est coincé entre
retrait d’Europe occidentale, selon Lafayette, dont celui du boulevard les grands épiciers généralistes et
la presse londonienne du Haussmann où se situe aujour- diversifiés comme Tesco et Sains-
1er novembre. d’hui le « Lafayette Maison ». buryetledistributeurhautdegam-
Le groupe doit annoncer le me Waitrose. De plus, les incertitu-
9novembre une nouvelle stratégie Retrouver un rang mondial des de la reprise économique inci-
d’expansion à l’étranger. Dans ce Arrivé à la tête de la compagnie tent les ménages à privilégier le
cadre,la plus quecentenaire « insti- en 2004, Stuart Rose avait estimé meilleurrapport qualité-prix,com-
tution» anglaise aurait pris langue que cette réorientation sur le mar- me en témoigne le succès d’Asda
avec Les Galeries Lafayette pour ché britannique avait été une grave (Wal-Mart).
explorer le rachat de certains de ses erreur commerciale. Depuis, il s’est M. Bolland, qui a redressé aux
anciens magasins, ce que dément employé à redonner à M & S un forceps le distributeur WmMorris-
l’enseigne phare du boulevard rang mondial. En suivant l’exem- son,veutqu’àtermel’étrangerfour-
Haussmann. M & S a également ple du leader du secteur, Tesco, nisse un cinquième des ventes.
contacté le groupe El Corte Inglés M.Rose a tissé un réseau de sites en Mais remettre un pied en France va
*Prix public TTC conseillé pour une Volvo S60 T3 Stop & Start 150 ch kinetic. Présentée avec option peinture métallisée 750 €, soit
pour tenter de reprendre pied en Europedel’Est,danslespaysduGol- se révéler compliqué : il y a
Gamme Volvo S60 : consommation Euromix (l/100 km) : 5,3/9,9 - CO2 rejeté (g/km) : 139/231. Volvo Automobiles France - RCS Versail
Espagne,où ilpossédaitneufmaga- fe et en Asie, surtout en Chine et en neuf ans, le groupe avait cédé des
sins. La société britannique s’est Inde. Il s’agit cependant, dans la emplacements de choix, dont les

NOUVELLE VOLVO S60. LA VOLVO D’ENFER.


refusée à tout commentaire. majorité des cas, de franchises. prix ont, entre-temps, explosé.
En mars 2001, M & S, dirigé à Désigné en mai 2010 à la direc- Enfin last but not least, encore faut-
l’époque par le Belge Luc Vandevel-
de, ancien patron de Promodès,
tion générale d’un fleuron du com-
merce d’outre-Manche retombé en
il que les acheteurs de l’époque se
transforment en vendeurs. Ce qui
VOLVODENFER.VOLVOCARS.FR
avait annoncé une réorganisation langueur,son successeur,MarcBol- est loin d’être acquis. p
choc avec la fermeture immédiate land, entend poursuivre les efforts Marc Roche
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Economie 13

Lechangementdecapannoncé
Social
Hausse de 80% du salaire minimum
dans le textile au Bangladesh
Les employés du textile au Bangladesh ont vu leur salaire minimum
augmenter de près de 80 %, lundi 1er novembre, après des semaines de
parlaFedsuscitequestionsetpolémiques
protestation cet été. Le gouvernement a annoncé qu’il poursuivrait les
entreprises qui n’appliqueraient pas cet accord. Les quelque 4 500 entre- LaRéservefédéraleaméricainedévoilerale3novembrelesmodalitésdesonassouplissementmonétaire
prises du secteur, qui fabriquent des vêtements pour des marques occi-
dentales telles que Wal-Mart, H&M, Zara ou Marks &Spencer, vont

A
devoir verser aux ouvriers un salaire mensuel d’au moins 3 000 taka près des semaines de sus- reprise. Sans en être l’esclave, la
(30 euros). Le minimum salarial précédemment fixé en 2006 était de pense, la Réserve fédérale Une politique monétaire au service de l’emploi Réserve fédérale sait qu’elle doit
1662 taka. L’annonce de cette hausse fin juillet avait provoqué de violen- américaine (Fed) devrait TAUX DIRECTEUR DE LA FED TAUX DE CHÔMAGE, en % tenircomptedesattentesdesinves-
tes manifestations d’ouvriers, entraînant la fermeture d’usines dans la lever le voile, mercredi 3 novem- (RÉSERVE FÉDÉRALE tisseurs.
périphérie de la capitale Dacca. Les syndicats avaient demandé une plus bre, sur les modalités d’un nou- AMÉRICAINE), en % 9,6 Une annonce très inférieure aux
forte augmentation, en vain. Les violences avaient cessé avec l’arresta- veau « round » d’assouplissement 10 chiffres qui circulent risquerait de
tion de cinq dirigeants syndicaux, dont l’un d’entre eux est encore en monétaire destiné à soutenir l’éco- 6 provoquerunchoc sur lesmarchés.
9
prison, et les poursuites engagées contre des centaines d’employés nomie. Un programme qui consis- 5 Les estimations évoquent un mon-
ayant pris part aux manifestations. – (AFP.) p te, pour la banquecentrale, à rache- 8 tant initial de 500 milliards de dol-
ter des obligations d’Etat et qu’elle 4 lars sur un semestre.
7
Entrée en vigueur de mesures n’a jusqu’ici expérimenté qu’en
période de crise.
3
Quels sont les risques ? La pers-
2 6
pour combattre le surendettement Rarement décision de politique
monétaireaurasuscité tant d’inter-
5
pective de ce « QE2 » est pourtant
loin de faire l’unanimité, au sein de
Le dispositif de lutte contre le surendettement des particuliers, prévu rogations et de polémiques aux 1 0,25 la Fed et ailleurs. Les plus orthodo-
dans la loi Lagarde sur le crédit à la consommation, est entré en vigueur Etats-Unis. Son efficacité, son bien- 0 4 xes soulignent qu’en faisant mar-
lundi 1er novembre, après son adoption en juin par le Parlement. Désor- fondé, les risques qu’elle compor- cher la planche à billets, la Fed
mais, dans le cas où un plan de remboursement est respecté sans inci- te, divisent profondément les 2007 2008 2009 2010 2007 30 sept. 2010 prend le risque d’un emballement
dent, l’inscription au Fichier national des incidents de remboursement experts. Certains s’alarment de SOURCE : BLOOMBERG incontrôlé des prix. Elle pourrait
des crédits aux particuliers (FICP) est ramenée de dix à cinq ans. Les voir la Fed banaliser un instru- aussi encourager la formation
ménages surendettés ne pourront plus faire l’objet de mesures unilaté- ment souvent comparé à une santé du marché de l’emploi est simplement pas le baisser davanta- d’une nouvelle « bulle » du crédit,
rales de la part de leur banque, notamment la fermeture du compte ou « arme nucléaire ». Au moment l’un des mandats de la Fed, au ge car celui-ci est déjà quasi nul reproduisant les erreurs qui ont été
de saisies d’huissier, le temps que leur procédure aboutisse. Environ d’en annoncerle détail,la Fed pour- même titre que la stabilité des prix. depuis la mi-décembre 2008. C’est à l’origine de la crise de 2007. En
9 millions de personnes utilisent le crédit à la consommation et 2,6 mil- rait bien faire valoir qu’elle n’avait Sur ce deuxième front, la ban- pourquoi elle s’apprête à lancer outre, une telle politique n’est pas
lions se trouvent en difficulté de remboursement. Parmi elles, le nom- tout simplement pas le choix. que centrale ne peut non plus se une nouvelle vague de « quantitati- indolore sur la valeur du dollar, au
bre de surendettés (750 000 fin juin) a augmenté d’environ 15 % entre montrer satisfaite : l’inflation croît ve easing». risque d’alimenter les tensions sur
septembre 2008 et septembre 2009. – (AFP.) p Pourquoi la Fed doit-elle agir ? actuellement au rythme très faible Cette politique que les experts le marché des changes.
La reprise, aux Etats-Unis, est plus de 0,8 %, bien en deçà de sa cible ont rebaptisée « QE2 » revient en Depuis que la Fed a fait connaî-
Finance Hausse inattendue des taux en Australie qu’hésitante. L’immobilier ne se implicite, fixée entre 1,7% et 2 %. Le réalitéàcréerdelamonnaieexnihi- tre ses intentions, fin septembre, le
La Banque de réserve d’Australie (RBA) a surpris les marchés, mardi reprend pas. Les Américains rechi- président de la Fed, Ben Bernanke, lo.Autrement dit, la banque centra- billet vert a dégringolé face à pres-
2 novembre, en annonçant une hausse d’un quart de point de son princi- gnent à consommer. Les statisti- craint plus que tout de voir s’en- le va injecter des centaines de mil- que toutes les grandes devises. La
pal taux directeur à un plus haut de deux ans de 4,75 %. Cette décision ques officielles publiées vendredi clencher une spirale déflationniste liards de dollars dans le circuit Chine dénonce une création moné-
est une manœuvre préventive face au risque d’inflation. – (Reuters.) 29 octobre ont révélé que la crois- où la baisse des prix et des salaires financier américain en rachetant taire « hors de contrôle ». L’Europe
sance au troisième trimestre n’a découragerait l’investissement et des bons du Trésor à long terme. s’inquiète de la remontée brusque
Jean-Claude Juncker demande à la BCE de s’exprimer été que de 2 % en rythme annuel. la consommation. L’objectif? Maintenir les taux d’in- de l’euro qui fragilise sa reprise.
d’une seule voix Un niveau insuffisant pour relan- La Réserve fédérale est égale- térêt à de très bas niveaux et tenter Enfin et surtout, le succès de
La Banque centrale européenne (BCE) devrait s’exprimer d’une seule cer la « job machine ». ment poussée à agir pour des rai- ainsi de relancer le crédit. l’opération est loin d’être garanti !
voix, a déclaré le président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker, dans A 9,6 %, le taux de chômage res- sonspolitiques. Unefranche victoi- La Fed n’en est pas à son coup Dans quelle mesure des taux bas
un entretien au quotidien Die Welt lundi 1er novembre. Selon M. Juncker, te à des sommets historiques et re des républicains aux élections d’essai. En 2008 et 2009, elle a déjà inciteront-ils les banques à desser-
il existe une discipline verbale au sein de l’Eurogroupe et il faudrait que pourrait même dépasser à nou- demi-mandat, mardi, restreindrait procédé à de tels achats pour plus rer les vannes du crédit et les ména-
« cela soit aussi le cas à la BCE », a-t-il réclamé après les prises de position veau les 10 % si l’activité ne retrou- la marge de manœuvre de Barack de 1700 milliards de dollars, afin de ges à emprunter ? Il reste une der-
discordantes du patron de la Bundesbank Axel Weber. – (AFP.) ve pas vite du tonus. Or la bonne Obama. Difficile, dans ces condi- contrerleseffetsdelacrisefinanciè- nière option à la Fed, évoquée dans
tions, de compter sur un nouveau re. Jusqu’où est-elle aujourd’hui le compte rendu de ses dernières
plan de relance budgétaire. L’insti- prête à aller? réunions : se fixer un objectif d’in-
tution monétaire serait donc seule C’est la question qui obsède les flation plus explicite et plus élevé.
à avoir les coudées franches pour marchés. Plutôt qu’’annoncer un Une façon de jouer sur les antici-
tenter de soutenir la reprise. montant spectaculaire, il semble pations des ménages et des entre-

R PLUTÔT QU’ESPÉRER. ATTISER PLUTÔT QU’APAISER.


acquis que l’institut d’émission prises pour les inciter à consom-
Comment va-t-elle s’y prendre ? opterapourunedémarcheprogres- mer et à investir sans attendre les
L’armedutauxdirecteurestaujour- sive : un programme susceptible hausses de prix à venir.p

TÔT QUE SUIVRE. C’EST POURQUOI VOUS CONDUISEZ d’hui obsolète : la Fed ne peut tout d’être ajusté selon le rythme de la Marie de Vergès

Le premier vol Paris-Bagdad accompagne


la prudente reprise des relations d’affaires
La compagnie Aigle Azur reconnaît que le début de l’exploitation
de cette ligne sera difficile. Le problème de la sécurité en Irak n’est pas réglé

Bagdad En quête « de nouvelles destina- ment exige un environnement


Envoyé spécial tions à fort potentiel dans un rayon «sécurisé », facturé par les sociétés
de moins de six heures de vol autour spécialisées à partir de 1 000 dol-

L
’arrivée du vol ZI 117 de la com- deParis», AigleAzurajetésondévo- lars par personne et par jour. Les
pagnie française Aigle lu sur Bagdad avec le soutien du contraintes de sécurité imposent
Azuren provenance de Paris a gouvernement français. Un an de aussi des coûts aux compagnies
provoqué, dimanche 31 octobre, un pourparlers ont débouché sur la aériennes. L’escale de quelques
moment d’effervescence comme signature d’un accord bilatéral heures opérée sur l’aéroport inter-
l’aéroport international de Bagdad, entre la France et l’Irak après une national par l’Airbus d’Aigle Azur
dont le tarmac est quasi-désert, en mission menée par la Direction et le personnel naviguant exige la
connaît rarement. Présenté com- générale de l’aviation civile miseenplaced’un dispositifdesur-
me « historique » par Anne-Marie (DGAC), en particulier sur les ques- veillance et de protection très serré
Idrac, secrétaire d’Etat au commer- tions de sécurité. évalué par la compagnie à près de
ceextérieur, quiaccompagnait une 150 euros par voyageur pour un
délégation d’une soixantaine d’en- Des projets avortés billet facturé entre 1 265 et 2 400
treprises venues participer à la L’exploitation d’une ligne régu- euros aller-retour.
Foire de Bagdad, ce vol inaugural lière vers Bagdad n’est pas un pari Une liaison directe vers Paris
marque la reprise des liaisons gagné d’avance. En 2009, le sué- pourrait cependant attirer des Ira-
aériennes entre l’Irak et les dois Nordic Airways a tenté, en kiens disposant des moyens de
pays occidentaux, interrompues vain, d’établir une liaison. Lufthan- voyager vers la France : pour l’an-
depuis la première guerre du Golfe saa préférérenoncer,faute declien- née 2010, l’ambassade de France
en 1990. Il préfigure une desserte tèle à un Munich-Bagdad, laissant devrait accorder quelque
régulière (deux allers-retours heb- sa filiale Austrian Airlines desser- 4 000 visas, moitié plus que l’an-
domadaires)àpartirdejanvier 2011 vir Erbil, dans le Kurdistan. « Nous née précédente. Pour autant, Aigle
par Aigle Azur. sommes très confiants, mais nous Azuradmetqu’il lui faudraimpéra-
Fondée en 1946 par Sylvain Floi- savons que ce projets’inscrit dans la tivement drainer des voyageurs en
rat (qui dirigea ensuite Europe 1 durée. Inévitablement, la première provenance de toute l’Europe, des
NOUVELLE VOLVO S60 À PARTIR DE 27 900€*. puis Matra) pour desservir l’Afri- année ne sera pas facile », prévient Etats-Unis et même d’Asie.
Equipée en série du système de freinage automatique City Safety que du Nord, le Liban et l’Indochi- Meziane Idjerouidene, vice-prési- Aussi des contacts ont-ils été
et en exclusivité du Système de Détection des Piétons (option). ne,cette compagnie a été reprise en dent du conseil de surveillance noués avec plusieurs compagnies
2001 par le groupe GoFast, proprié- d’Aigle Azur. en vue de négocier des accords de
té de la famille franco-algérienne La compagnie a pris soin de ne pré-acheminement. Y compris
Idjerouidene. Exerçant l’essentiel pas surdimensionner son investis- avecAir France.La compagnie fran-
de son activité entre la France, le sement et choisi un Airbus A-319, le çaise, qui a obtenu de figurer dans
prix public TTC conseillé du modèle présenté 28 650€.
Maghreb, le Mali et le Portugal, plus petit appareil de sa flotte (132 l’accord bilatéral franco-irakien,
lles n° 479 807 141. 34 rue de la Croix de Fer - 78100 Saint-Germain-en-Laye.
Aigle Azur (1,7 million de passagers sièges). Malgré la décrue relative pourrait, en principe, elle aussi
en 2009) se définit comme spécia- des attentats et le redémarrage ouvrirune lignerégulière versBag-
listedes« niches»–ceslignesrenta- espéré des flux commerciaux vers dad. Pour l’heure, elle reste sur une
bles que délaissent les grands grou- l’Irak, on ne se bouscule pas encore prudente réserve, préférant visi-
pes.Elle fut la première, en 2002, à pour prospecter les marchés – éva- blement observer à quel rythme
rétablir des liaisons régulières avec lués entre 400 et 600 milliards de s’engagera la reconstruction de
l’Algériequisortaitàpeinedestrou- dollars – de la reconstruc- l’Irak. p
bles engendrés par le GIA. tion.A Bagdad, le moindre déplace- Jean-Michel Normand
14 Economie Mercredi 3 novembre 2010
0123

La Chine contribue Ecofrictions


àlabonnesantédel’Afrique L’aide française au développement sans pilote
subsaharienne,selon le FMI
L
a France n’a pas à s’enorgueillir de sa politi- constatons qu’elle accroît les inégalités ». 2009 pour le compte de l’Etat l’engagement de
La croissance y atteindra 5% en 2010 et 5,5% en qued’aide aux pays en développement qui En fait, la France est tiraillée entre plusieurs 6,2 milliards de dollars de dons et prêts en
semble dépourvue de pilote et de stratégie. objectifs. Le Quai d’Orsay et le ministère de l’in- faveur du développement.
2011, grâce à un commerce réorienté vers l’Asie La partie concernant l’aide publique au déve- térieur aimeraient que l’APD serve à la sécurité, Echaudé par la bronca médiatique qui a
loppement (APD) du projet de loi de finances donc à créer des emplois pour contenir l’immi- accompagné sa nomination en mai en raison de
2011, qui devait être discutée mardi 2 novembre gration et à éviter que le désespoir ne se mue en sa proximité supposée avec Nicolas Sarkozy,

L
a solidité du développement Une présence à l’Assemblée nationale, n’a pas été accompa- terrorisme. Dov Zerah, son directeur, refuse de répondre
économique de l’Afrique sub- gnée des documents qui auraient permis d’ap- Le ministère de l’économie et des finances aux questions sur l’inquiétude de son person-
saharienne n’en finit pas de
croissante précier la pertinence des 8,6 milliards d’euros cherche comme à son habitude à minorer les nel, palpable dans les tracts syndicaux.
surprendre, et la Chine et l’Asie ne PART DE LA CHINE de dépenses annoncées. dépenses, ce qui le conduit, par exemple, à inté- D’ailleurs, le monde syndical et celui des ONG
sont pas étrangères à cette résilien- DANS LES ÉCHANGES Aussi, les organisations non gouvernemen- grer dans le budget les 159 millions d’euros de la ne sont pas plus bavards, ce qui trahit le désar-
ce face à la récession mondiale. DE L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE tales (ONG) regroupées dans l’association Coor- taxe « Chirac » sur les billets d’avion qui devai- roide ces acteurs du développement face àl’ave-
Le Fonds monétaire internatio- en % du total dination Sud dénoncent-elles par la voix de ent être additionnels, donc hors budget. nir de l’institution qui gère l’aide publique.
nal (FMI) a confirmé, mardi 16 13,6 leur président, Jean-Louis Vielajus, « l’opacité Ce n’est pas le rajout du bleu-blanc-rouge
2 novembre, qu’elle serait l’une
des rares régions du monde à pour-
12 inédite » du budget en préparation.
D’autant, dit celui-ci, que « 30 % de l’APD
Les ONG regroupées dans dans le logo de l’Agence – pour complaire aux
parlementaires désireux de visibilité pour les
suivre son accélération en 2011 8 7,8 n’est pas de l’aide, mais de l’allégement de dette, l’association Coordination Sud bonnes œuvres de la France – qui les rassurera,
avec un taux de croissance du pro-
duit intérieur brut (PIB) de 5,5 %,
4 3,4 des frais d’écolage pour les étudiants étrangers,
notamment chinois, et des crédits pour les
dénoncent «l’opacité inédite» car le gouvernement n’a toujours pas publié la
lettre de mission de Dov Zerah et les objectifs
succédant à un très honorable 5 % 0 départements d’outre-mer, par exemple du budget préparé qui lui ont été fixés. En revanche, tout le monde
en 2010. 2000 2005 2009 400 millions d’euros pour Mayotte ». Pire, la sait que Bercy veut 10 % d’économies sur la mas-
Le champion sera la République SOURCE : FMI France ne tient pas ses promesses. Elle aurait Plus de secrétaire d’Etat à la coopération se salariale de l’AFD. Qui fera les frais de cette
démocratique du Congo, qui relève dû consacrer 0,51 % de son revenu national brut depuis la démission d’Alain Joyandet en juillet, rigueur ? Quelles missions, quels pays seront
d’un long effondrement (+ 10,6 % 2009, la part de la Chine dans le à l’APD ; son effort sera limité à 0,47 % en 2011. un ministre des affaires étrangères, Bernard abandonnés ?
en 2010 et + 8,7 % en 2011), suivi de total des exportations et des Elle pointera en la matière à la dernière place Kouchner, donné partant lors du prochain Pendant ce temps, l’administration Obama
l’Ethiopie (+ 8 % et + 8,5 %). Le petit importations de l’Afrique subsaha- des pays riches de l’Union européenne. remaniement ministériel : les méchantes lan- a choisi de privilégier le soutien à l’agriculture
Liberia, longtemps martyrisé, rienne était supérieure à celle de la Bonne nouvelle, les dons augmenteront gues disent qu’à partir du moment où la politi- des pays pauvres plutôt que l’aide alimentaire.
connaîtra une accélération impres- plupart des autres pays. Comme le significativement, soit 220 millions d’euros à que d’aide au développement risque de se limi- Pour ce faire, il a associé l’USDA, le ministère de
sionnante (+6,3% et + 9,5 %). Même montre le graphique ci-dessus, cet- répartir entre 14 pays très pauvres, contre ter à préserver les marchés de la France et son l’agriculture, et l’USAID, l’équivalent de l’AFD.
les cinq pays les moins perfor- te part est passée de 3,4 % en 2000 175 millions en 2010. « Mais ils étaient de accès à l’uranium et au pétrole, il n’est pas Les Britanniques, eux, ont opté sans ambiguïté
mants durant la crise devraient à 13,6 % en 2009. 350millions d’euros en 2006 et la Grande-Breta- besoin de grands stratèges. L’Elysée suffira. pour la voie de l’aide multilatérale plutôt que
renouer avec la croissance, à savoir La part des exportations de l’An- gne y consacre un milliard, déplore M. Vielajus. D’autant qu’on retrouve le même flotte- pour l’aide bilatérale. Volonté au-delà de nos
le Botswana, l’Erythrée, les Seychel- gola vers les pays en développe- L’idée force qui prévaut est que la croissance ment à l’étage de l’exécution, à l’Agence françai- frontières, pagaille en deçà. p
les, le Tchad et le Zimbabwe. ment d’Asie a augmenté de réduit automatiquement la pauvreté. Or, nous se de développement (AFD) qui a assuré en Alain Faujas
22 points entre 2005 et 2010 et
Dépendances atteint 50 %. Autre pays pétrolier,
Certes, les douloureuses politi- le Nigeria a profité de cette aspira-
ques d’ajustements structurels des
années 1990 avaient produit leurs
tion dans une moindre mesure,
soit 6,75 points de mieux et 10,5 % La vie des entreprises
fruits. « A la veille des chocs mon- des exportations vers l’Asie.
diaux de la période 2007-2009, la LeFMI en conclut que «la dépen- Bourse L’AMF critique Assurances tre, six mois après l’explosion de
situation économique de la plupart
des pays de la région était bonne :
dance accrue de la région à l’égard
de la demande des pays en dévelop-
la façon dont LVMH est
monté au capital d’Hermès Groupama monte au capital sa plate-forme dans le golfe du
Mexique. BP indique avoir dû pro-
croissance régulière, inflation fai-
ble, solde budgétaire viable, réser-
pement d’Asie a certainement aidé
àatténuer les effets de la crise finan-
Dans un entretien accordé, mardi
2 novembre, aux Echos, Jean-Pierre de l’assureur italien Fondiaria-SAI visionner dans ses comptes
7,7 milliards de dollars de plus au
ves de change en hausse et dette cière mondiale et aidera à mainte- Jouyet, président de l’Autorité des L’assureur français Groupama va prendre 17 % de Premafin, le holding troisième trimestre du fait de cet-
publique en baisse», se félicitent les nir la croissance sur la trajectoire marchés financiers (AMF), regrette de la famille Ligresti qui contrôle l’assureur italien Fondiaria-SAI (Fon- te catastrophe, portant à 39,9 mil-
experts du Fonds. actuelle dans certains pays ». que la réglementation boursière SAI), en finançant près des deux tiers d’une augmentation de capital de liards le montant global des som-
« Lorsque les chocs sont surve- Tout n’est pas rose pour autant ait permis à Bernard Arnault d’ac- 225,7millions d’euros, vient d’annoncer Premafin. A l’issue de cette reca- mes mises de côté. – (AFP.)
nus, poursuivent-ils, ces pays ont et les statistiques font apparaître cumuler secrètement des parts au pitalisation, la famille Ligresti ne disposera plus du contrôle absolu du
pu manier avec adresse leurs politi- de grandes fragilités, comme en sein du groupe de luxe Hermès. holding. Selon le quotidien économique Il Sole 24 Ore, l’homme d’affai- Assurances L’américain
ques budgétaires et monétaires témoigne le recul du PIB réel par Les « equity swaps », c’est-à-dire res Vincent Bolloré aurait joué un rôle central dans ces négociations. Ambac proche
pour atténuer les effets négatifs du habitant à Madagascar (– 4,5 %) et des options d’achat ne sont pas M. Bolloré et Groupama sont alliés au sein du pacte d’actionnaires de la du dépôt de bilan
bouleversement soudain du com- en Erythrée (– 1,3 %) en 2010. Aucu- comptabilisés au même titre que banque d’affaires italienne Mediobanca, pivot du capitalisme transal- Le rehausseur de crédit en difficul-
merce, des prix et des flux de finan- ne sagesse budgétaire et aucune les actions dans les calculs pour les pin. Grâce à cette opération, Groupama avancera ses pions en Italie, le té Ambac a annoncé, le lundi
cements internationaux. » recette en provenance de matières franchissements de seuil, ce qui a marché étranger le plus important pour le groupe. – (AFP.) p 1er novembre, qu’il ne rembourse-
La modification de la structure premières ne résistent à l’instabili- permis à M.Arnault d’attendre le rait pas des traites dues le jour
des échanges commerciaux a joué té politique. p moment d’exercice de ces options, mises à prix entre 26 et 29dollars, ces. L’introduction en Bourse même, soulignant qu’il envisa-
également un rôle important. En Al. Fs. représentant 14 % du capital d’Her- ont indiqué lundi 1er novembre des devrait permettre au Trésor de geait un dépôt de bilan, avec ou
mès, pour faire la déclaration offi- sources bien informées. Au prix réduire sa part dans le capital de sans le soutien de ses créanciers.
cielle de sa participation, deux ans évoqué, cette opération valorise- GM, de 61 % à 50%. – (AFP.) Dans la foulée, l’action s’est effon-
Le point de vue des chroniqueurs de l’agence économique
après le début de son offensive. rait GM à environ 50 milliards de drée à Wall Street de 50,15 % à
Reuters Breakingviews Automobile GM veut lever
dollars (35,8 milliards d’euros), soit
sensiblement le même niveau que
Pétrole BP provisionne
40 milliards de dollars
41,45cents. Le groupe, dont le
métier d’origine est de mutualiser
10 milliards de dollars Ford, le deuxième constructeur pour la marée noire le risque de défaut de paiement
A Wall Street, certaines traditions avec son retour en Bourse
Le constructeur automobile améri-
américain qui a réussi à échapper
au dépôt de bilan durant la crise.
Le groupe pétrolier britannique
BP a annoncé, le 2 novembre,
des collectivités locales et des Etats
américains, s’était diversifié dans
ont la vie dure cain General Motors (GM) se prépa-
re à mettre sur le marché à la mi-
La mise à prix pourrait intervenir
vers le 17novembre, avec une pre-
avoir réalisé un bénéfice net de
1,785 milliard de dollars (1,28 mil-
des activités d’assurance de crédit
plus risquées. Il lutte depuis plu-
novembre 365 millions d’actions mière cotation le 18, selon ces sour- liard d’euros) au troisième trimes- sieurs mois pour sa survie. – (AFP.)

L
’actionnaire est toujours la se salariale d’un cinquième. Pour-
cinquième roue du carrosse tant, le montant de la rémunéra-
dans les banques d’affaires.
Aujourd’hui plus que jamais, où
tion a augmenté de plus de 10 %
pour représenter 49 % du revenu Marchés Retrouvez l’ensemble des cotations sur notre site Internet :http://finance.lemonde.fr
celui-ci investit plus de capitaux de l’établissement, tandis que la
pour un taux de rendement rentabilité financière, d’un ordre VALEURS DU CAC40 LES BOURSES DANS LE MONDE 2/11, 10h01
moins élevé. de grandeur tout à fait décent à Mardi 2 novembre 9h45 Pays Indice Dernier
cours
% var. Maxi
2010
Mini
2010
PER

Prenons l’exemple de Gold- 19,7 %, a été divisée par deux par Valeur Dernier
cours
Cours
préc.
% var.
/préc.
% var.
31/12
Plus
haut
Plus
bas
Divid.
net
Code
ISIN FRANCE CAC 40 3836,58 2/11 -0,12 4088,18 11/1 3287,57 25/5 11,80
man Sachs. Ses revenus ont reculé rapport à 2009. ACCOR .........................◗ 29,49 29,39 0,36 12,72 30,74 22,25 1,05 T FR0000120404 ALLEMAGNE DAX Index 6605,85 2/11 0,01 6670,90 1/11 5433,02 5/2 11,80
de 14 % au cours des neuf pre- Certaines banques donnent AIR LIQUIDE .......................◗ 93,27 93,74 -0,50 20,01 96,93 70,59 2,25 T FR0000120073
ROYAUME UNI FTSE 100 index Erreu - -
ALCATEL-LUCENT ...........◗ 2,49 2,49 0,24 4,70 2,70 1,83 0,16 T FR0000130007
miers mois de l’année, et le pour- l’impression d’avoir trouvé la bon- ALSTOM ............................◗ 36,39 36,36 0,08 -25,83 55,14 35,42 1,24 T FR0010220475 ETATS-UNIS Dow Jones ind. 11124,62 2/11 0,06 11258,01 26/4 9614,32 2/7 12,50
centage affecté à la paie des sala- ne formule. Chez Morgan Stanley, ARCELORMITTAL................ 23,47 23,52 -0,21 -27,07 35,45 21,33 0,16 A LU0323134006 Nasdaq composite 2504,84 2/11 -0,10 2535,28 26/4 2061,14 1/7 18,20
riés a de surcroît été abaissé de si le poids de la masse salariale a AXA ....................................◗ 13,15 13,11 0,34 -20,47 17,60 11,51 0,55 T FR0000120628
BNP PARIBAS ACT.A ........◗ 51,92 52,17 -0,48 -7,12 60,38 40,81 1,50 T FR0000131104 JAPON Nikkei 225 9159,98 2/11 0,06 11408,17 5/4 8796,45 1/9 15,40
4 points, ce qui fait que la masse bondi à un peu plus de 12 % pour BOUYGUES .......................◗ 31,39 31,64 -0,82 -13,84 40,56 30,40 1,60 T FR0000120503 PER - Price Earning Ratio (ou cours/bénéfice) : cours de Bourse divisé par le bénéfice par action estimé pour l'exercice
salariale y a été réduite de 22 %. le moment sur 2010, les recettes CAP GEMINI ......................◗ 36,84 36,70 0,35 15,22 40,30 30,20 0,80 T FR0000125338 courant. PER : FactSet JCF Estimates ; données : la Cote Bleue. n/d : valeur non disponible.
CARREFOUR .....................◗ 38,80 38,80 -0,01 15,61 41,28 31,81 1,08 T FR0000120172
Impressionnant. Mais les action- ont progressé quatre fois plus CREDIT AGRICOLE ............◗ 11,70 11,74 -0,38 -5,34 13,78 7,87 0,45 T FR0000045072
(Publicité)
naires ont perdu bien davantage : vite. Le capital ayant été relevé DANONE ............................◗ 45,69 45,71 -0,04 6,68 46,88 39,34 1,20 T FR0000120644 SICAV ET FCP
la rentabilité financière des parts d’un peu moins du tiers, l’ensem- EADS ...................................◗ 19,16 19,12 0,18 36,03 19,70 13,29 0,17 T NL0000235190
EDF ......................................◗ 32,62 32,83 -0,65 -21,52 42,84 30,14 0,60 S FR0010242511 SÉLECTION publiée sous la
ordinaires s’est effondrée d’un ble est a priori acceptable. Mais ESSILOR INTL ....................◗ 47,76 47,66 0,22 14,40 51,17 40,84 0,70 T FR0000121667 responsabilité de l'émetteur Multi-promoteurs
tiers pour tomber à 13,2 % et ce en pour les actionnaires, le taux de FRANCE TELECOM ............◗ 17,23 17,23 0,06 -1,12 17,92 14,01 0,60 A FR0000133308
Dernier cours connu le 2/11 à 9h CM-CIC EUROPE 23,63 28/10
partie parce que le capital de la rentabilité financière est à peine GDF SUEZ ...........................◗ 28,40 28,46 -0,23 -6,22 30,77 22,64 0,67 S FR0010208488
Valeur Cours date Fonds communs de placements
LAFARGE ...........................◗ 41,15 41,53 -0,92 -28,82 63,00 35,57 2,00 T FR0000120537
banque a augmenté de 28 %. supérieur à 11 %. L’OREAL ............................◗ 85,83 85,61 0,26 10,04 88,00 70,90 1,50 T FR0000120321
en euro valeur CM-CIC EURO ACTS C 19,90 28/10
CM-CIC SELECT.PEA 7,66 28/10
La balance a l’air plus équili- A une époque où Wall Street vit LVMH MOET HEN. ............◗ 113,10 113,35 -0,22 44,30 119,40 74,19 1,30 S FR0000121014
CM-CIC MID EUROPE 20,46 28/10
MICHELIN...........................◗ 56,92 57,39 -0,82 9,97 64,49 48,12 1,00 T FR0000121261
brée pour JPMorgan. Si la quote- de grands bouleversements – NATIXIS ..............................◗ 4,35 4,37 -0,41 22,70 4,90 3,06 0,45 T FR0000120685
CM-CIC TEMPERE C 170,36 28/10
CM-CIC DYN.EUROPE 33,65 28/10
part de la paie y a légèrement aug- celui de la réglementation n’étant PERNOD RICARD...............◗ 63,89 63,81 0,13 6,64 68,64 54,89 0,61 A FR0000120693
CM-CIC FRANCE C 32,54 28/10
menté, la masse salariale globale pas des moindres –, il est un prin- PEUGEOT............................◗ 28,44 28,75 -1,06 20,18 29,95 17,92 1,50 T FR0000121501
CM-CIC EQUILIBRE C 71,23 28/10
PPR .....................................◗ 117,05 117,30 -0,21 38,95 120,50 81,00 3,30 T FR0000121485
a baissé de 15,5 %, c’est-à-dire de cipe sacré que les financiers conti- PUBLICIS GROUPE ...........◗ 36,20 36,20 n/d 27,00 37,61 27,66 0,60 T FR0000130577
Fonds communs de placements CM-CIC DYN.INTERN. 26,73 28/10
ECUREUIL BENEFICESRESPONSABLES 39,07 28/10 CM-CIC OBLI C.T.D 135,34 29/10
quelques points de moins que ses nuent de respecter scrupuleuse- RENAULT............................◗ 39,36 39,66 -0,77 8,73 43,80 26,56 3,80 T FR0000131906
ECUREUIL ACTIONS EUROPEENNES C 16,11 28/10 CM-CIC MID FRANCE 32,40 28/10
SAINT-GOBAIN..................◗ 33,70 33,80 -0,30 -11,48 40,28 27,81 1,00 T FR0000125007
revenus mais tout autant que sa ment : celui qui veut que l’intérêt SANOFI-AVENTIS .............◗ 50,43 50,44 -0,02 -8,41 58,90 44,01 2,40 T FR0000120578 ECUREUIL CAPIPREMIERE C 2900,36 28/10
rentabilité financière. Le hic : la du personnel de la banque, et non SCHNEIDER ELECTRIC .....◗ 104,40 103,75 0,63 27,66 104,50 72,00 2,05 T FR0000121972 ECUREUIL OBLI CAPI C 61,77 28/10
SOCIETE GENERALE .........◗ 42,22 ECUREUIL PROFIL 90 D 33,74 28/10
banque a tourné avec 20% de capi- celui de ses propriétaires, prime 42,59 -0,89 -13,76 53,12 29,70 0,25 T FR0000130809
ECUREUIL PROFIL 75 D 38,26 28/10
STMICROELECTR. .............◗ 6,26 6,31 -0,73 -2,55 8,08 5,16 0,06 A NL0000226223
taux en plus, ce qui signifie que la avant tout. p SUEZ ENV. ..........................◗ 14,09 14,15 -0,49 -12,65 17,86 12,46 0,65 S FR0010613471 ECUREUIL EURIBOR 1261,07 1/11 Fonds communs de placements
ECUREUIL EXPANSION C 18482,00 1/11 CM-CIC DYN.INTERN. 26,73 28/10
part du fardeau a été plus lourde Antony Currie TECHNIP.............................◗ 62,60 62,78 -0,29 26,72 64,85 45,14 1,35 T FR0000131708
ECUREUIL INVESTISSEMENT D 44,46 28/10 CM-CIC OBLI C.T.D 135,34 29/10
TOTAL .................................◗ 39,16 39,25 -0,22 -12,98 46,73 35,66 1,14 S FR0000120271
pour les actionnaires. et Nicholas Paisner UNIBAIL-RODAMCO ........◗ 148,25 147,75 0,34 -3,55 167,00 119,85 20,00 D FR0000124711 ECUREUIL MONEPREMIERE C 2385,70 1/11 CM-CIC OBLIGATIOND 26,40 29/10
Le capital de Crédit suisse a à (Traduction de Christine Lahuec) ECUREUIL SECURIPREMIERE C 2610,66 28/10 CM-CIC MID FRANCE 32,40 28/10
VALLOUREC .......................◗ 75,19 75,45 -0,34 18,36 81,61 60,35 3,50 T FR0000120354
ECUREUIL TRESORERIE C 66,95 1/11 CM-CIC PLANBOURSEC 18,58 28/10
peine varié depuis l’an dernier. Les VEOLIA ENVIRON. .............◗ 21,02 21,05 -0,12 -9,08 26,49 17,96 1,21 T FR0000124141
ECUREUIL OBLI EURO D 268,44 28/10 CM-CIC TEMPERE C 170,36 28/10
VINCI...................................◗ 38,33
investisseurs ont donc apparem- n Sur breakingviews.com VIVENDI ..............................◗ 20,11
38,44
20,20
-0,29
-0,45
-2,90
-3,29
44,98
21,47
33,01
16,18
1,10
1,40
S
T
FR0000125486
FR0000127771 ECUREUIL MONEPREM.INSTC 117481,64 1/11 CM-CIC EURO ACTS C 19,90 28/10
CM-CIC FRANCE C 32,54 28/10
ment toutes les raisons d’applau- Plus de commentaires sur l’actualité Cours en euros.
.......................................................................................
◗ : valeur pouvant bénéficier du service de règlement différé (SRD). # : valeur faisant l'objet d'un contrat d'animation.
dir à sa décision de réduire la mas- économique et financière. Plus haut et plus bas : depuis le 1/1/2010. n/d : valeur non disponible. A : acompte, S : solde, T : totalité.
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Débats Décryptages 15

La Maison de l’histoire de France est une chance pour la recherche


Sa mission: donner des repères au public, loin des débats idéologiques

T
out grand projet culturel, cause la qualité du travail ni leur engage- toutes les facettes de notre histoire acces- nales en construisant un nouveau centre
novateur et ambitieux, susci- ment. Mais plutôt en raison des sollicita- sibles : ses ombres et ses lumières, ses à Pierrefitte-sur-Seine, confié à un archi-
te dans notre pays son lot de
critiques et de controverses. Frédéric Mitterrand tions en tout genre qui privilégient l’im-
médiat aux dépens de la perspective, l’ac-
grands noms et ses inconnus, ses passages
obligés comme ses chemins de traverse.
tecte de renom, le site initial conservant
en ses murs certains fonds patrimo-
Ce fut le cas pour le Centre tualité par rapport à la chronologie du pas- Elle sera un lieu où le passé vit au contact niaux, comme ses initiatives d’exposi-
Pompidou, le Grand Louvre et Ministre de la culture sé, l’émotion, au demeurant légitime, au de la modernité, ouvert aux débats, aux tion et de consultation propres, l’ensem-
sa pyramide, le Musée du quai Branly, et de la communication détriment du raisonnement cependant invitations et aux rencontres, relié natu- ble gardant évidemment sa totale autono-
pour ne citer que quelques exemples par- indispensable. Les contempteurs du rellement aux autres établissements qui mie juridique et administrative. Et qui
mi de nombreuses institutions vilipen- pour l’histoire ne se dément pas. Cet inté- roman national et de l’histoire des grands traitent de l’histoire : musées, sites histori- peut soutenir sérieusement qu’il ne reste-
dées avant même d’exister et très majori- rêt se renouvelle et s’enrichit constam- hommes, des dates et des batailles ont fait ques, universités, centres de recherche… ra pas de place pour la Maison de l’histoi-
tairement appréciées dès leur ouverture ment grâce au travail des historiens. Mais justice à juste titre d’une certaine manière Une maison qui s’inscrit ainsi dans toute re de France sur le site parisien, lorsque
par nos concitoyens mais aussi par les visi- il dépasse largement le cadre de la recher- de percevoir et de transmettre l’histoire. la géographie du savoir et de l’étude qui toutes les archives disposeront désor-
teurs étrangers. Le syndrome de la tour Eif- che universitaire et de ses contributions Mais encore faudrait-il que les bases et s’étend sur l’ensemble de notre territoire mais d’espaces nettement plus vastes et
fel, en somme, dont le charitable oubli a fondamentales. Il s’exprime ainsi sous de l’enchaînement des événements, éclairés et bien évidemment au-delà de nos fron- mieux agencés ?
englouti la liste des adversaires parfois nombreuses formes où se confrontent des par tout ce qu’ont apporté les différentes tières. Car aborder notre histoire en fai- Comme l’écrivait Georges Clemenceau
éminents et célèbres, mais en l’occurrence appréciations naturellement divergen- sant abstraction de celle du reste du mon- en d’autres circonstances bien plus cruel-
plutôt mal inspirés.
Il en va de même aujourd’hui pour le
tes : dans le domaine de l’édition, de la
presse, des manifestations culturelles et
Clovis n’est pas de serait tout simplement absurde.
On peut d’ailleurs s’étonner que les
les, « s’entre-tuer ne peut pas être la princi-
pale occupation de la vie ». En s’appuyant
projet de Maison de l’histoire de France et patrimoniales, des médias audiovisuels – le grand-père contradicteurs les plus résolus du projet sur un conseil scientifique rassemblant
son installation prévue au sein du vaste
domaine parisien des Archives nationa-
dont les émissions historiques sont massi-
vement suivies. Tant elles sont innombra-
de Marie-Antoinette, ne remettent pas en cause la pertinence
d’institutions semblables aux Etats-Unis
de nombreux historiens, la Maison de
l’histoire de France est en train de naître ;
les. Qu’il suscite des questions, des interro- bles et en plein essor, il est impossible de 1515 est bien autre chose ou à Londres, et ne tarissent pas d’éloges tous les concours sont les bienvenus, et je
gations, voire des résistances, cela est plus
que naturel. Confronter les sources et les
citer ici toutes les manifestations de cette
adhésion collective à la volonté d’appren-
qu’un numéro sur l’exposition actuelle du Deutsches his-
torisches Museum de Berlin abordant un
leur fais pleinement confiance pour l’ac-
compagner et l’animer. p
points de vue, c’est précisément ce qui est dre, de débattre et de comprendre, dont de portable!» chapitre particulièrement sombre et dou-
au cœur de l’écriture de l’histoire, science les Rendez-vous de l’Histoire de Blois vien- loureux de cette histoire de l’Allemagne f Sur Lemonde.fr
et pratique en perpétuelle évolution dans nent encore de donner l’exemple. Refuser écoles historiques, et en particulier celle dont on sait à quel point elle peut être « La Maison de l’histoire de France est un projet
sa manière de considérer le passé et dans cette évidence et renoncer à cet élan serait des Annales, soient encore connus. L’an- consensuelle. dangereux», par Roger Chartier (Collège de Fran-
les enseignements qu’elle tire pour le pré- l’expression d’une bien grande frilosité et goisse et le désarroi des enseignants, dont Dans ces conditions, l’implantation, ce), Arlette Farge (EHESS), Jacques Le Goff
sent et l’avenir, comme dans les méthodes d’un repli sur l’entre-soi des spécialistes la contribution est essentielle pour l’équi- dûment validée par le président de la (EHESS), etc. ; « Toute une histoire », par Fran-
qu’elle applique. Mais on est en droit d’at- contre lesquels s’élève précisément le pro- libre de notre société et de notre vie République, de la Maison de l’histoire de çois Loncle, député de l’Eure ; « La Maison de
tendre des arguments dégagés de tout a jet de la Maison de l’histoire de France. citoyenne, méritent bien que l’on réponde France sur le site parisien des Archives est l’histoire de France, l’avant-poste de la prési-
priori et de toute idéologie, plutôt que la Il existe en même temps un fort cou- à leurs attentes. Clovis n’est pas le grand- naturelle. Loin d’être affaiblie, la place dentielle ? », par Vincent Duclert, historien ; « La
contestation expéditive d’un regroupe- rant de nostalgie qui porte sur ce qu’était père de Marie-Antoinette, 1515 est bien des archives au sein même de la mémoire Maison de l’histoire de France doit être mise à
ment de quelques historiens et de syndi- l’enseignement de l’histoire et ce qu’il autre chose qu’un numéro de portable ! de notre pays s’en trouvera renforcée. On l’abri de l’esprit de chapelle », par Laurent
cats peu enclins au dialogue. serait devenu. Non du fait des professeurs Mais il s’agit d’une maison, et non d’un rappellera que l’Etat fait un effort budgé- Gervereau, président du Réseau des musées de
En effet, l’intérêt du plus large public d’histoire, dont nul ne songe à remettre en musée, qui aura pour ambition de rendre taire considérable pour les Archives natio- l’Europe.

Ouvrir des négociations Imposer le capital, une idée simpliste


sur les conditions de travail C’est l’accroissement de la productivité
qui rétablira les finances publiques

L
’adoption par le Parlement de la
réformedes retraites,le mercre-
di 27 octobre, va laisser dans le
Gaëtan Gorce

A
pays comme un goût d’amertu- gauche, toutes tendances mêmes revenus sont taxés en moyenne à
me ! Est-ce parce que chacun confondues,un nouveautré- hauteur de 17 %, soit 1,4 % du PIB avec ici
sait que cette réforme, qui aura
mis des millions de personnes dans la rue,
Député (PS) de la Nièvre
Vice-président du groupe socialiste,
sor caché a été trouvé. Qu’il
s’agisse de restaurer l’équili- Jean Peyrelevade encore une répartition inconnue entre
revenus immobiliers, intérêts, plus-values
n’est qu’un faux-semblant qui laisse radical et citoyen bre des finances publiques, et dividendes.
entier le problème du financement de d’engager de nouvelles Economiste 17%deprélèvement,est-cetropbas?Cer-
notre système social ? Sans doute ! Est-ce tre de faire l’économie des exonérations de actions de solidarité nationale ou d’assurer tainement. Faut-il augmenter ce taux ?
parce qu’une fois de plus notre pays s’est charges qui, outre leur coût exorbitant, l’avenir de notre régime de retraites, l’im- de combien l’on parle. Lisons sur ce sujet le Sans aucun doute, tant est déplorable l’état
révélé incapable de régler un des plus gra- favorisent les emplois les moins qualifiés position des revenus du capital fournira rapport 2009 du Conseil des prélèvements de nos finances publiques. Cela change-
ves problèmes auxquels il est confronté ? et bloquent les évolutions de salaire. Une les ressources nécessaires. Sans doute faut- obligatoires. Il est éloquent : « Les revenus ra-t-il la dimension du problème que nous
Probablement ! Mais peut-être, et surtout, partie de ces crédits pourrait être recyclée il demander à nos hommes politiques d’al- du patrimoine des ménages au sens de ce avons à résoudre pour redresser le pays ?
est-ce parce que chacun a bien conscience dans le soutien à la négociation d’entrepri- ler voir de plus près quel est le contenu réel rapport ne figurent ni dans les données fis- En aucun cas.
que l’on est passé à côté de la véritable se sur l’organisation du travail. Il faut en de cette caverne d’Ali Baba. calesnidans lescomptesnationaux.En l’ab- Naviguons toujours par estimation et
question : celle du travail. effet absolument privilégier une approche Le capital présente un double avantage : sence de données consolidées, il a fallu pro- recoupemententredonnéesfiscalesetdon-
La crise des retraites est en effet d’abord globale qui inclue la pénibilité ; les condi- il est à la fois impopulaire et anonyme. On céder par estimation et recoupement pour nées de comptabilité nationale. L’impôt
une crise du travail. Au-delà du rejet susci- tions de maintien dans l’emploi des peut donc, sans inconvénient, proposer de déterminer l’ordre de grandeur de l’assiette sur le revenu et la CSG représentent un peu
té par l’attitude du président de la Républi- seniors, en mettant en place une vraie ges- le taxer fortement : personne ne s’élèvera et des prélèvements obligatoires correspon- plus de 10 % des revenus d’activité des
que, c’est bien le malaise ressenti à l’égard tion prévisionnelle des carrières; l’adapta- pour le défendre. Dans le même temps, le dants (impôt sur le revenu et contributions ménages. Si on y ajoute les cotisations
du travail tel qu’il est organisé qui a unifié tiontemps detravail/tempsfamilialetl’ac- prélèvement sur les revenus du travail est sociales). » sociales (part salariale), le prélèvement
dans un même mouvement toutes les cès des jeunes à l’entreprise. assimilé, à tort, à un prélèvement sur les atteint 20 % des mêmes revenus d’activité.
générations, les unes repoussant l’idée de
rester plus longtemps au travail dans de
Cette évolution devra aussi être accom-
pagnée par l’Etat à travers une série de
seuls salariés. Le combat est inégal, qui
entraîne une conclusion uniforme : taxons
Tous les impôts Ajoutons les prestations sociales (retraites,
chômage et assurance-maladie) aux reve-
mauvaises conditions, les autres de devoir réformes:confiée àl’Association nationale plus lourdement les revenus du capital et finissent toujours nus et déduisons la totalité des cotisations,
bientôt y entrer par la porte de la précarité.
C’est ce profond malaise au travail, relevé
pourlaformationprofessionnelledesadul-
tes (AFPA), l’orientation systématique et
la France sera sauvée.
Qui faire payer, puisqu’il faut bien sortir
par être payés part patronale incluse: on est à 30 %.
On peut décider d’aligner l’imposition
par toutes les enquêtes, dramatiquement obligatoire des jeunes sortant sans qualifi- de l’anonymat au moment de faire le chè- par les ménages, avec des revenus du capital sur celle des reve-
illustré par France Télécom, qui rend la
réforme des retraites impossible.
cation du système scolaire vers les mis-
sions locales afin de les faire bénéficier
que, les entreprises ou les ménages ? Alour-
dirles charges des entreprises,quelle qu’en
une perte de compétitivité nus du travail, cotisations sociales compri-
ses (ne devrait-on pas ouvrir en contrepar-
d’un bilan et d’une formation ; la mobilisa- soit la nature, alors que notre système pro- au passage si la perception tie un droit spécifique à prestations socia-
Il y a un immense tion des crédits de la formation profession-
nelle en faveur des actions de mobilité pro-
ductif connaît une vraie crise de compétiti-
vité aurait des effets désastreux. L’impôt
initiale porte exagérément les aux bénéficiaires de ces revenus?).
Pourcefaire,ilfaudraitporterleprélève-
besoindans ce pays fessionnelle,etc. Onlevoit, ilyaunimmen- sur les bénéfices est-il un impôt sur le tra- sur l’appareil productif» ment moyen de 17 % à 30 %, soit une majo-
d’une grande politique se besoin dans ce pays d’une grande politi-
que du travail.
vail ou sur le capital?
On voitbienque laquestionn’a guèrede Admirons le caractère ubuesque de la
ration des trois quarts (resterait à traiter de
son éventuelle progressivité, ce qui n’est
du travail» Certes,on auraitpu s’y atteler viala mise sens. En outre, si l’obtention d’un taux de situation, propice au déploiement de tou- pas une mince question). Le chiffre est
en place des 35 heures et c’était là l’ambi- croissanceplus élevépassepar uneamélio- tes les démagogies : on ne sait pas exacte- considérable. Il ne représente cependant
Et s’il est une négociation d’urgence à tion affichée par ses promoteurs. Faute de ration de notre productivité, donc par une ment de quoi est faite la ressource qu’on a en recettes publiques supplémentaires
ouvrir, n’en déplaise à la CFDT pour laquel- temps, le chantier fut à peine entamé. Les accumulation de capital dans les entrepri- l’intention de mobiliser pour redresser le que 1 % du PIB. Rappelons que le déficit
lej’aiungrandrespect,cen’estpassurl’em- politiquessuiviesdepuislorssontenrevan- ses, il serait stupide de l’y taxer davantage. pays. annuel est de 8 % du même PIB.
ploi des jeunes mais bien sur l’organisa- chetoutesallées danslemauvaissenspuis- Au demeurant, Thomas Piketty, écono- Que disent les estimations, puisqu’il La somme est bonne à prendre, mais ce
tion et les conditions du travail qu’elle doit qu’il n’a été question que d’augmenter les miste proche du PS, nous l’explique très faut s’en contenter ? Que les revenus du n’est qu’un apport partiel à la solution de
porter. La réalité à laquelle nous sommes horaires, en particulier les heures supplé- bien:«Inévitablement,les entreprisesréper- capital des ménages représentaient nos multiples difficultés. Il faut décidé-
confrontés est simple, presque trop : le tra- mentaires. Il ne fait aucun doute que notre cutent tout ce qu’elles paient soit sur leurs 150 milliards d’euros en 2007, dont on ne ment en convaincre les Français : le redres-
vailestaujourd’huiexclusivementconcen- pays doit développer sa capacité de tra- salariés (en réduisant les salaires), soit sur connaît pas la composition exacte, soit 8 % sement du pays demandera un effort
tré sur les 30-50 ans. On exige d’eux un vailler et de produire, mais cela doit résul- leurs actionnaires (en réduisant les dividen- du produit intérieur brut (PIB). Que ces d’une tout autre ampleur. p
effort de productivité tel qu’il puisse à la ter d’une volonté collectivedes partenaires des ou en accumulant moins de capital en
fois permettre de relever le défi de la com- sociaux et aboutir à une hausse du taux leur nom), soit sur les consommateurs (en
pétitivité et contribuer pour la plus grande d’emploi des jeunes comme des seniors. augmentant leurs prix). » Tous les impôts
part aux charges de la nation, à commen-
cer par l’éducation et les retraites.
Seule une mutation du travail, c’est-à-dire
un saut qualitatif, pourra garantir ce saut
finissent toujours par être payés par les
ménages, avec une perte de compétitivité Sur Lemonde.fr
C’est à cette absurdité qu’il faut s’atta- quantitatif. La crise du travail que nous au passage si la perception initiale porte
quer en priorité et en privilégiant le dialo- connaissonsaujourd’huin’estpassansrap- exagérément sur l’appareil productif. Jean-Jacques Benaim, professeur de et la réponse aux crises, et Michel
gue social. L’axe d’une telle discussion port avec le malaise ressenti en 1968 dans On sait ainsi de quoi l’on parle : des management, et Elodie Benaim, juriste : Barnier, membre de la Commission euro-
devra être la volonté du politique de dépla- le monde ouvrier à l’égard des méthodes impôts sur les revenus du patrimoine des « Kerviel : une explication managériale » ; péenne chargé du marché intérieur et des
cer le financement d’une partie des char- fordistes. Il devait déboucher sur un ralen- ménages (revenus fonciers et immobiliers, Kristalina Georgieva, membre de la Com- services: « Doter l’Europe d’une capacité
ges sociales – en particulier la santé – de la tissement de la productivité annonciateur dividendes et intérêts perçus). Le progrès mission européenne chargée de la coopé- de réponse aux désastres : un devoir de
cotisation sur l’impôt. Cela devra permet- de la crise des années 1970. p est notable mais insuffisant. Reste à savoir ration internationale, l’aide humanitaire responsabilité et de solidarité ».
16 Décryptages Enquête 0123
Mercredi 3 novembre 2010

Leparadoxe
Obama
Deux ans après son
élection triomphale,
le président des
Etats-Unis présente
un bilan honorable,
mais ne parvient
plus à convaincre.
Les Américains médiable : à la même période de 1982, la
cote de Ronald Reagan était de 42 %.

ne l’écoutent plus, Côté bilan, Barack Obama a été « aussi


productif que Franklin Roosevelt ou Lyndon

et lui semble Johnson»,indiqueleprofesseurJamesThur-


ber, directeur du centre d’études présiden-

se résigner à cette tielles de l’American University à Washing-


ton. Il a empêché l’économie de « tomber

incompréhension. dans le gouffre » et sauvé l’industrie auto-


mobile. Il a passé une réforme de la santé

Que s’est-il passé? donttouslesprésidentsdémocratesmoder-


nes avaient rêvé, une réforme financière
trop limitée aux yeux de la gauche mais qui
lui a aliéné Wall Street. Il a donné aux étu-
diants des prêts abordables, interdit aux
compagnies de cartes de crédit d’augmen-
ter les taux d’intérêt sans préavis, étendu le
service national de volontariat. Il a nommé
Corine Lesnes deuxfemmesàlaCoursuprême(cedontles
électricesblanchesneluisaventpasparticu-

I
l fallait un certain courage pour lièrement gré, si on en croit les sondages). Il
aller affronter Jon Stewart, mais a obligé les compagnies pétrolières à finan-
Barack Obama n’en manque pas. cer la restauration de l’écosystème de la
Et, de toute façon, il n’a pas le choix. Louisiane…
Le comédien, qui présente une sor- Ses compatriotes le jugent pourtant
te de vrai faux journal tous les soirs sévèrement. «Beaucoup voient cela comme
sur la chaîne Comedy Central, est sans le paradoxe de la présidence Obama, dit le
pitié mais il est suivi par quelque 2 mil- politologue Thomas Mann, de la Brookings
lions de personnes, principalement des Institution. Des accomplissements législa-
jeunes, la catégorie d’électeurs qui ne s’in- tifs historiques mais pas de remerciement
téresse que de très loin, généralement, du public, au contraire.» Pour le professeur
aux élections de mi-mandat, et dont le pré- Stephen Wayne, expert de la présidence
sident américain a absolument besoin s’il américaine à l’université Georgetown, à
veut conserver une majorité. Washington, l’explication est simple : «Les
Une semaine avant le scrutin du
2 novembre, Barack Obama a donc partici-
pé à l’émission satirique, une première
Il a même admis
pour un président en exercice. Il revenait qu’il devrait modifier
d’un rassemblement à Philadelphie – sa
troisième visite en moins d’un mois en
le slogan «Yes we can»
Pennsylvanie, un Etat qu’il avait gagné pour y ajouter un «mais»
avec 10 points d’avance en 2008 mais où il
s’efforce maintenant de sauver le candi- choses n’ont pas changé assez rapidement
dat démocrate au Sénat. L’un de ces Etats De haut en bas et de gauche à droite : Sarah Palin avec son fils lors d’un meeting du Tea Party à Phoenix pour satisfaire les Américains. Barack Oba-
de vieille tradition industrielle, où les (Arizona) ; Barack Obama à l’usine Chrysler de Detroit (Michigan), le 30 juillet ; lors du « Daily Show », émission ma a dépensé 1,5 trillion de dollars, et il n’a
démocrates penchaient pour Hillary Clin- satirique de Jon Stewart sur la chaîne Comedy Central. JOSHUA LOTT/GETTY IMAGES, PETE SOUZA/WHITE HOUSE PHOTO, CHARLES DHARAPAK/AP pas grand résultat à présenter.»
ton pendant les primaires de 2008 – com- Les républicains lui reprochent d’avoir
me le confirment les sondages, la classe reprenant les mêmes gens, a-t-il repris. Et sident. Mais sur ce point, je suis en profond raideur dans le regard comme s’il avait été cru avoir un mandat pour transformer
ouvrière blanche ne s’est jamais vraiment je me souviens quand vous avez recruté désaccord avec vous. Trente millions de per- blessé. Il a reconnu qu’il n’avait « pas trans- l’Amérique, alors qu’il avait été élu grâce à
ralliée à Barack Obama. Larry Summers. Je me suis dit : “On dirait sonnes vont avoir une assurance grâce à formé » le système politique à Washing- un message, optimiste mais flou. Dans une
Jon Stewart l’a abordé d’entrée sur la vraiment exactement la même person- cette réforme. Il y a en ce moment une fem- ton, mais que dans l’urgence il avait choisi interview-bilan au New York Times Magazi-
déception de la gauche, deux ans après les ne…” » Larry Summers, tête de Turc de la me dans le New Hampshire qui n’a pas de « travailler avec ». Il a même admis qu’il ne du 17 octobre, le président admet des
grandes envolées de 2008. Il a voulu gauche démocrate, était le secrétaire au besoin de vendre sa maison pour obtenir devrait modifier le slogan « Yes we can » erreurs.Nonpassurlefondmaissurlatacti-
savoir ce qu’étaient devenues les promes- Trésor de Bill Clinton lorsqu’a été signée la son traitement contre le cancer. Et elle ne pour y ajouter un « mais ». Oui, « nous le que.Il s’en veut de s’être laissé enfermerpar
ses de la campagne. Où étaient « l’espoir » loi autorisant la dérégulation financière pense pas que c’est timide. » pouvons mais cela ne va pas arriver en une ladroite dansle portrait classique dudémo-
et le «changement »? Le président a répon- en décembre 2000. La Maison Blanche a L’animateur n’a pas eu l’air impression- nuit »…. cratene pensant qu’à «taxer et dépenser». Il
du que les circonstances n’avaient pas tou- annoncé qu’il partirait après les élections. né. Il a laissé échapper une expression Deux ans après son triomphe électoral, estime avoir accompli 70 % de ses promes-
jours été optimales (une récession, Barack Obama a encaissé. Sous les rires, familière : « Dude ! » Dès le lendemain, les Barack Obama a les cheveux qui grison- ses de campagne.
deux guerres, un pays en proie au « décli- Jon Stewart a enfoncé le clou, de l’« auda- commentateurs ont relevé que pour la nent sérieusement, a fait récemment Traité «comme un chien », a-t-il dit, par
nisme », une marée noire, des tentatives ce » – autre slogan de campagne – devenue première fois, on s’était adressé au « chef remarquer le ministre de la défense, lesrépublicains,critiquéjusqu’àtoutrécem-
d’attentat). Mais Jon Stewart a insisté. « Je introuvable à la « timidité » de la réforme du monde libre » en lui disant « hé, mec ! », Robert Gates. Son taux d’approbation est ment par son camp, Barack Obama semble
me souviens que vous disiez : on ne peut de l’assurance-santé. « Jon, j’aime bien ou « dis-donc, mon gars ! » Sur l’instant, stationnaire (46 % depuis plusieurs mois, résignéàl’incompréhensionactuelle.Ilvou-
pas s’attendre à des résultats différents en votre show, a poliment interrompu le pré- Barack Obama n’a rien montré, sinon une contre 68 % en janvier 2009). Rien d’irré- lait être un démocrate d’un genre différent.
Le destin aura voulu qu’il doive présider à

Pour ses détracteurs, un président distant, snob et élitiste une expansion massive de la dette et à des
nationalisations. Ses discours, qui étaient
lus et relus, sont couverts par les clameurs
du Tea Party. Le pays ne l’écoute plus.
Obama a commencé sa présidence en
BILL CLINTON, le 42e président des Etats- que d’empathie peut poser problème. Les raisons de douter de notre capacité à faire il joue aux cartes dans Air Force One avec plaidant pour une « nouvelle fondation »
Unis, est réputé pour sa faculté d’empa- cols bleus ne se reconnaissent pas en lui. notre travail. » Le professeur Wayne a ses aides. « La raison pour laquelle la politi- économique pour le XXIe siècle, qui repose-
thie. Sa réponse adressée en 1992 à un chô- «Pour les Américains, il y a une composan- consacré son livre aux contradictions qui que semble si dure, en ce moment, disait-il rait sur une réforme de la santé, l’indépen-
meur - « Je ressens votre douleur » - est te émotionnelle à la présidence », expli- animent le président américain. Certains il y a quelques semaines à un groupe de dance énergétique et une réforme de l’édu-
devenue une expression populaire. Clin- que Stephen Wayne, qui termine un livre traits lui ont permis d’être élu, d’autres donateurs du Massachusetts, c’est que les cation. Rapidement, la Maison Blanche a
ton ne fait qu’un avec l’auditeur, même sur le thème « Obama contre lui-même ». vont en sens contraire. « Pendant la cam- faits et la science ne prennent pas toujours étébousculée par l’imprévu etparl’actuali-
quand il parle de l’état de l’économie : « Ils aiment avoir une connexion avec leur pagne, il parlait de transformation. Main- le dessus. Nous sommes programmés à ne té: la colère populaire contre les bonus des
« J’aimerais vous y voir, au volant d’une président mais qu’il ait aussi des qualités tenant, il joue le rôle de leader transaction- pas penser clairement quand nous avons banquiers, la révolte Tea Party contre l’em-
locomotive lancée dans la pente à 300 km hors du commun. Il faut qu’il soit comme nel, dit-il. Il a une très grande confiance peur. Et le pays a peur. » prise grandissante du gouvernement. Elle
heure et l’arrêter en 10 secondes !», lançait- eux, mais un peu meilleur. » dans son jugement. En même temps, il Les conservateurs ont trouvé cette analyse a perdu ce que les conseils en communica-
il fin octobre lors d’un meeting. Quand la marée noire a souillé le golfe du recherche assidûment le consensus. » présomptueuse (Obama « ramène » sa tion appellent la «narration ».
Barack Obama, lui, répugne à mettre en Mexique, en avril, Barack Obama n’a mon- Quand Bill Clinton dit à son auditoire de science) et méprisante pour le commun Un an et demi après, les Américains ne
scène sa sensibilité. Selon les confidences tré aucun signe de colère. Spike Lee, le focaliser sa colère sur un point particulier, des électeurs qui, apeurés, se trompent comprennent pas pourquoi le taux de chô-
de son entourage au National Journal, il cinéaste, l’a mis au défi : « Pour une fois, de sorte qu’elle lui permette de «clarifier quand ils s’inquiètent du déficit. Des poli- magereste supérieur à 9 % alors quele gou-
ne dévoile rien, et s’il aime à prendre explosez ! » Mais le chroniqueur Jonathan son jugement » plutôt que de « l’obscur- tologues ont l’impression de revivre l’épo- vernement a passé un plan de relance de
l’avis de tous ses collaborateurs, y com- Capehart a expliqué au Washington Post cir», nul ne trouve à y redire. Quand que du « vaste complot de droite » dénoncé 787 milliards de dollars (564,6 milliards
pris ceux qui ne sont pas préparés à le pourquoi le président doit se garder de Barack Obama dit un peu la même chose, en 1998 par Hillary Clinton. Bill Clinton dit d’euros) en février 2009. Ils sont persuadés
donner, il ne communique pas facile- manifestations excessives. « Nous, les il subit les attaques des conservateurs. On avoir «déjà vu le film, en 1994. J’ai appelé le que l’effort n’a pas servi à grand-chose,
ment le sien. Il est d’humeur égale, Afro-Américains, apprenons très jeunes à le traite de «snob », d’élitiste. Pourtant il président Obama l’autre jour et je lui ai dit : conviction largement alimentée par les
« jamais trop animé, jamais trop abattu ». contenir nos émotions afin de ne pas appa- ne rate jamais une occasion de parler de “décontractez-vous. Ils ne disent rien sur républicains. Quand Barack Obama a pris
Certains stratèges estiment que ce man- raître menaçants et de ne pas donner des l’équipe locale de football ou de basket. Et vous qu’ils n’aient dit contre moi” ». p ses fonctions, le chômage était de 7,7 %.
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Enquête Décryptages 17

Sera-t-il
candidat
en 2012?
EN JANVIER, avant le passage de la réfor-
me de la santé, Barack Obama a laissé
échapper qu’il préférerait être un « très
bon président qui ne ferait qu’un mandat »
qu’un « médiocre président qui en ferait
deux». Les conservateurs ayant sauté sur
l’occasion de propager l’idée du mandat
unique, il a préféré arrêter les spécula-
tions. Dans une interview au National Jour-
nal, fin octobre, il a laissé entendre qu’il se
représenterait en 2012. Et Joe Biden, le vice-
président, inquiet probablement des
rumeurs selon lesquelles Hillary Clinton
serait sur le « ticket », s’est empressé d’an-
noncer qu’il avait été sollicité par son
patron pour être de nouveau son colistier.
Selon un sondage du Pew Research Center,
47 % des Américains souhaitent que
Barack Obama se représente, contre 43 %
qui ne le souhaitent pas. (En 1982, 36% seu-
lement des citoyens souhaitaient que
Ronald Reagan soit de nouveau candidat.
Il a remporté l’élection avec 18 points
d’avance.)
Barack Obama n’ignore pas qu’il a la démo-
graphie pour lui. L’électorat blanc, qui lui
fait défaut aujourd’hui, à part chez les jeu-
nes, est condamné à rétrécir. « En 2012,
Obama pourrait ne remporter que 40 % du
vote blanc et gagner quand même, grâce
aux minorités», expliquait récemment
Ron Brownstein, du National Journal. Les
électeurs non « anglos» étaient 14 % en
1994, 25 % en 2008. Ils sont moins pessi-
mistes sur l’avenir du pays. Ils continuent
de penser que leurs enfants connaîtront
un sort meilleur que le leur. Et ils croient
dans les bienfaits du gouvernement. Ceux-
là vivent encore le rêve américain. p

les malades. L’essentiel de la réforme, les


Bourses d’échanges et l’obligation de sous-
crire à une assurance, n’entreront en
vigueur qu’en 2013-2014. La majorité des
Américains ne voient pas les avantages
immédiats et s’inquiètent de voir leurs pri-
mes augmenter. Ils sont maintenant une
majorité à souhaiter l’abrogation de la loi.
Lacampagnedesrépublicainscontrelepro-
jet n’a pas été dénuée de succès.
Nombre d’analystes pensent que le tex-
te était trop volumineux. Les républicains
ont eu beau jeu d’effrayer les militants sur
l’inévitable bureaucratie qu’engendrerait
une loi de près de 2 000 pages. De la loi
Glass-Steagall de 1933 à la création de la
Securities and Exchange Commission
(SEC), le gendarme de la Bourse, en 1934,
« les éléments de la régulation financière
ont été assemblés un par un », souligne le
chercheur MichaelLind, delaNew America
Foundation, un think tank de gauche.
Barack Obama compte s’opposer farou-
chement à toute tentative de remettre en
cause la réforme. « Il est persuadé qu’il a rai-
son, dit le professeur Wayne, du fait que la
réforme s’adresse aux plus démunis. Mais
les gens ne veulent pas de politique de redis-
tribution. Nous ne voulons pas payer de
notre poche les soins de santé des pauvres. »
Barack Obama l’a lui-même reconnu : il
n’a pas réussi à convaincre les Américains
du bien-fondé de sa politique économique.
«Etant donné le nombre de choses qui nous
arrivaient, nous avons probablement passé
plusdetemps àessayer deprendreles mesu-
res adéquates qu’à penser à la politique,
a-t-il dit au New York Times. Mais on ne
peut pas négliger le marketing, les relations
publiques et l’opinion publique. »
Même aveu au National Journal : la cri-
Le président Barack Obama, à la Maison Blanche. PETE SOUZA/WHITE HOUSE PHOTO se économique a monopolisé son atten-
tion, et il n’a pas eu le temps de communi-
Un mois plus tard, 600 000 emplois professeur Wayne, alors que les gens ont ger leur dette plutôt que de consommer, serait ce qui pourrait « le plus aider » les quer son programme « d’une manière
supplémentaires avaient disparu. Et l’impression que leur situation ne s’amélio- elle a choisi de réduire les prélèvements Américains ordinaires. cohérente ».
600 000 de plus en mars. « L’administra- re pas ». obligatoires. Beaucoup n’ont même pas « A-t-il eu tort de l’imposer au lieu de se Les exemples abondent de perceptions
tion a eu l’impression qu’il fallait agir très L’histoire des réductions d’impôts est remarqué le changement sur leur fiche de concentrer sur l’économie ?, demande Tho- erronées. Les républicains ont fait passer
vite, dit le professeur Wayne, et que le exemplaire. Un tiers du montant du plan paie. mas Mann. D’après moi, les choix qu’il a l’idéequel’administration était«anti-busi-
tempsmanquaitpourunprogrammed’em- de relance (soit 288 milliards de dollars) a Selon le New York Times, Barack Obama faits étaient raisonnables. Il n’y a pas beau- ness ». Or, les profits des entreprises ont
plois fédéraux. » été consacré à des crédits d’impôts. Dans regrette de ne pas avoir été plus tacticien. Il coup de preuves que s’il avait agi autre- augmenté de 62 % entre mi-2009 et
Les démocrates expliquent que sans le un pays aussi obsédé par les taxes, la mesu- aurait pu omettre les baisses d’impôts ment l’économie serait dans une situation mi-2010, selon les statistiques du départe-
« stimulus package », le taux de chômage re aurait dû être célébrée. En fait, elle est dans le plan de relance, pense-t-il, et « lais- différente. » Mais le chercheur estime que ment du commerce (pour les petites entre-
serait de 12 %, selon l’Office budgétaire du passée inaperçue. Selon un sondage du ser les républicains insister » pour les obte- M. Obama a été trop patient. Pendant que prises,c’estsanschangement).Labaseigno-
Congrès. Des milliers de professeurs New York Times, 90 % des Américains igno- nir. Ce qui aurait pu lui permettre de forcer les sénateurs prolongeaient les débats, re que les banques qui ont bénéficié du
seraient sans emploi. Dans ses meetings de rent que leurs impôts ont diminué depuis l’opposition à accepter un compromis. trop contents d’avoir les caméras braquées plan de sauvetage ont commencé à rem-
campagne, Bill Clinton essaye de convain- que Barack Obama est président (de D’aprèsJonathanAlter,auteurd’unehis- sur la porte de leur salle de réunion, les bourser, etc. Curieusement, le secteur des
cre ses compatriotes : « Le trou était pro- 400 dollars par contribuable, 800 dollars toire de la première année du mandat, républicains agitaient la base et le Tea Par- communications de la Maison Blanche
fond, de 3 000 milliards. Le plan de relance pour les couples). 30 % sont même persua- Barack Obama a pris, seul contre tous, la ty s’organisait. n’est pas affecté par le remaniement de fait
était d’à peine 800 milliards. Il n’était pas dés qu’ils ont augmenté. décisionde mettrela loiimposant une cou- Deux dispositions de la loi seulement qui est intervenu depuis l’été dans l’entou-
destiné à nous sortir du trou mais à nous Il est vrai que l’administration a voulu verture médicale universelle au premier sont entrées en application. L’une autorise rage présidentiel, même si David Axelrod,
permettre de nager au lieu de couler. » Mais raffiner. Plutôt que d’envoyer un chèque, rang de ses priorités législatives. Il lui était les enfants à bénéficier de la couverture de le conseiller stratégique, est donné partant
il est difficile de créditer le président pour comme l’avait fait George Bush, et risquer venu pendant la soirée historique de l’élec- leurs parents jusqu’à 26 ans. L’autre inter- après les midterms pour préparer la cam-
un emploi qui « n’a pas disparu, souligne le de voir les Américains épargner ou épon- tionprésidentielle 2008, que cette réforme dit aux compagnies de refuser de couvrir pagne 2012. p
18 Décryptages Analyses 0123
Mercredi 3 novembre 2010

La partition de l’Afghanistan, Ecologie Hervé Kempf


Train ivre dans la nuit
une fausse bonne idée
J e lis le dossier n˚69 de la revue
Pour la science consacré à l’éner-
gie. On y trouvera une utile pré-
ment, c’est le silence. Ces déchets
vont d’un endroit où on ne sait
quoi faire de ceux qui s’y trouvent,
sentation des problèmes concer- la Hague, vers un endroit où on les

U
n spectre hante l’Afghanistan : la parti- de») se limiterait à « dissuader » les talibans du nant le charbon, le pétrole, le stocke en surface, Gorleben, sans
tion. A mesure que la guerre s’enlise, Sud d’élargir leur zone d’influence. Enfin, le der- nucléaire, le solaire, le vent, la savoir qu’en faire. Il était prévu de
l’idée de diviser le pays selon des lignes
de clivage ethnique progresse. Aux yeux de ses
Analyse nier texte, paru sur le site américain Politico
sous la signature de Robert Blackwill,
fusion thermonucléaire, etc. L’en-
semble est orienté par l’idée que
les enfouir, mais cela se révèle
impossible, pour des raisons aussi
promoteurs, elle seule permettrait d’éviter la ex-conseiller adjoint pour la sécurité nationale nous allons vers « la transition bien géologiques que politiques –
reconquête intégrale de l’Afghanistan par les Frédéric Bobin deGeorge W. Bush, radicalise la réflexion enpro- énergétique». Une perplexité sai- le refus déterminé d’une majorité
talibans.Leprojetestàcestadepurementthéori- Correspondant régional en Inde posant sans fard une « partition de facto » entre sit cependant le lecteur : des éner- des citoyens allemands. Cette
que, mais il faut prendre au sérieux sa lente un Sud taliban et un Nord antitaliban. Comme gies, mais… à consommation impasse n’est propre ni à la France
maturation, sur le terrain afghan comme chez de l’Occident en Afghanistan, à savoir prévenir John Chipman, Robert Blackwill suggère que la constante? La question de la réduc- ni à l’Allemagne : aux Etats-Unis,
certains analystes occidentaux. Car il peut s’im- le retour des camps d’Al-Qaida. Or cet objectif prévention du risque Al-Qaida dans le Sud s’or- tion de la consommation ne en Grande-Bretagne, en Espagne,
poser comme l’ultime recours, si la situation premier – et accessoirement le but originel de ganiseà partirdecetteplace fortepro-occidenta- sera-t-elle pas abordée ? En fait, si, on ne sait quoi faire des déchets
politico-militaire devait évoluer dans un sens l’intervention militaire en Afghanistan déclen- le du Nord. « Le ciel de l’Afghanistan pachtoun à la fin, par deux pauvres pages nucléaires, dont la radioactivité
contraireauxintérêtsoccidentauxou auxmino- chée par les attentats du 11-Septembre – passe, doit être noir de drones et d’avions de la coali- d’entretien avec un chercheur bel- durera des milliers d’années. Pour-
rités ethniques afghanes. Or une telle formule pensent ces auteurs, par un affaiblissement ou tion», écrit-il. ge spécialiste de psychologie socia-
est le type même de la fausse bonne idée. Elle
serait même la recette d’un nouveau chaos.
un contournement de l’Etat central afghan et
non par son renforcement. C’est un brutal ren-
Cette littérature relèverait de la fantaisie aca-
démique si ellene rencontrait un écho en Afgha-
le. Manifestement, les concepteurs
de ce numéro ont été les premiè-
Refus d’envisager les
versement de perspective au regard de toute nistan, au sein des communautés non-pachtou- res victimes de l’aveuglement col- économies d’énergie,
L’Afghanistan est une nation multiethnique
composée de quatre grands groupes : les Pach-
l’entreprise politique conduite en Afghanistan
par la communauté internationale depuis 2001.
nes.Ces dernièress’inquiètent deplus enplusde
la perspective d’un retour au pouvoir des tali-
lectif qui nous pousse à ignorer
l’hypothèse de la décroissance de
refus de reconnaître
touns(environ 45% dela population),lesTadjiks bans qui réinstallerait l’hégémonie historique la consommation d’énergie. Or, si qu’il n’y a pas
(23 %), les Hazaras chiites (10 %) et les Ouzbeks
(8,5 %). En gros, les Pachtouns sont concentrés
Quatre textes importants, publiés récem-
ment, illustrent cette nouvelle pensée sur le
des Pachtouns sur l’Afghanistan. La montée des
tensions ethniques dans le Nord entre, d’un
l’on considère aussi bien la ten-
sion sur les ressources que la
aujourd’hui de
dans le sud du pays et les non-Pachtouns dans le devenirafghan.Dansla hiérarchiede l’audace,le côté, les Tadjiks, Hazaras et Ouzbeks et, de menace du changement climati- réponse à la question
nord. L’insurrection recrutant principalement
chez les Pachtouns, on devine aisément la
premier – A New Way Forward, rapport signé de
l’Afghanistan Study Group, un panel d’experts
l’autre, les poches minoritaires pachtounes –
porte d’entrée des incursions talibanes – confor-
que, l’objectif de réduction de la
consommation d’énergie dans les
des déchets nucléaires
conclusion qu’en tirent les tenants de la parti- américains – récuse l’option de la construction te les chantres séparatistes d’une sorte de Ligue pays riches mérite autant d’atten-
tion. Devant l’impasse actuelle, ces derniers de l’Etat et la «création d’un Etat afghan unifié» du Nord à l’afghane. tion que celui du développement tant, presque tous les gouverne-
recommandent d’abandonner le Sud pachtoun pour préconiser un « pouvoir décentralisé ». Le des énergies renouvelables. ments encouragent la « renaissan-
aux talibans pour mieux sanctuariser l’OTAN deuxième, un article (« Defining Success in Il faut être conscient du risque. Une partition Mais s’agit-il d’un aveuglement ce du nucléaire », en repoussant
dans le Nord à majorité non-pachtoune, où l’in- Afghanistan»)delarevueForeign Affairs(juillet- ouvrirait une boîte de Pandore, rallumant une collectif ou d’un aveuglement des aux petits-enfants le soin de se
surrection est plus limitée. août) signé de Stephen Biddle, Fotini Christia et guerre interethnique dont l’Afghanistan a déjà classes dirigeantes ? Voici un autre débrouiller avec ce tas de déchets.
Ce scénario de la fracture géographique est le J.Alexander Thier, propose de renforcer l’«auto- souffert, dans les années 1990, après le départ exemple de déni d’une réalité Refus d’envisager les économies
plus radical des « plans B » qui fleurissent à la nomie locale », évoquant même l’idée d’une des Soviétiques. L’imbrication et l’emboîtement dérangeante par ce qui nous tient d’énergie, refus de reconnaître
veille de la grande révision stratégique annon- «souveraineté mixte » entre l’Etat central et les des communautés sont tels qu’une reconfigura- lieu d’élite. A la fin de cette semai- qu’il n’y a pas aujourd’hui de
cée par l’administration Obama à la fin de l’an- pouvoirs régionaux. tion des territoires se traduirait inévitablement ne, un train chargé de containers réponse à la question des déchets
née. Divergents dans leurs conclusions, tous ces Le troisième texte, une tribune (10 septem- par un « nettoyage ethnique ». Plutôt que d’être enfermant une quantité énorme nucléaires: nous filons tel un train
« plans B » partagent le même présupposé : il bre) dans l’International Herald Tribune de John « dissuadés », les talibans auraient toutes les de radioactivité va traverser la ivre dans la nuit épaisse, en fei-
faut renoncer à la chimérique vision du State Chipman, directeur de l’International Institute chances de profiter de ce nouveau chaos en se France à destination de l’Allema- gnant de croire qu’il n’y a pas de
building(constructiondel’Etat)etàla tropambi- for Strategic Studies (IISS) de Londres, appelle de posant en hérauts authentiques du nationalis- gne. Nous n’en saurions à vrai dire terminus et que le voyage ne s’arrê-
tieuse doctrine de la contre-insurrection ses vœux un « Etat plus fédéral » avec un « redé- me afghan. Périlleux retour de flamme. p rien si Greenpeace et le Réseau Sor- tera jamais. Mais les passagers
(gagner le « cœur » des communautés locales) ploiement» dans le Nord des troupes étrangères tir du nucléaire ne nous en avaient sont-ils bien d’accord avec les
pour se recentrer sur l’intérêt sécuritaire« vital » dont la mission (de type « force de réaction rapi- Courriel : bobin@lemonde.fr informés; du côté du gouverne- chauffeurs de la locomotive ? p

OFFRE RÉSERVÉE À NOS LECTEURS Le livre du jour


Questions sur la confiance
0123
C
’est une sorte d’incantation table du casino », à coup de bonus confiance des électeurs à travers
permanente. Mais plus on y et de stock-options, sans y voir une apparente proximité ou fran-
EN PARTENARIAT AVEC recourt, moins elle opère : matière à scandale. « Le nombre de chise. Ce qui lesamène àse pronon-
responsablespolitiques, économis- chômeurs explose du fait de leurs cer sur ce qu’ils ne savent pas, à fai-
tes, dirigeants d’entreprise en pratiques antérieures qui ont cassé re des promesses qu’ils ne peuvent
appellent à la confiance des la dynamique de la croissance. tenir, à s’engager sur des évolu-
citoyens, qui, en retour, sont de Mais cela ne les émeut pas, écrit tions qu’ils ne contrôlent pas.
plus en plus méfiants à leur égard, Mme Marzano. Dans de telles condi- Exemple parmi d’autres, le pré-
de même qu’envers les médias, les tions, comment la confiance peut- sident Sarkozy proclame à latélévi-
prêtres, les juges, etc. Se profile ain- elle renaître ? » sion, en janvier, que le chômage va
si une « société de la défiance » où baisser, quelques semaines avant
la peurgagneet lesoupçon se diffu- la publication de chiffres officiels

VENTE PRIVÉE
Pari humain
se. A la confiance se substitue le Entre-temps, les gestionnaires montrant qu’il augmente. Ainsi, le
contrat signé, le « tout-sécuritai- des comptes de particuliers sont pouvoir accroît-il la méfiance des
re », le contrôle ou le doute systé- plutôt devenus des vendeurs de citoyens. Et comment un gouver-
matique qui mène aux théories du « produits » qui leur rapportent nement peut-il exercer légitime-
complot. une commission que de réels ment son pouvoir si le peuple n’a
conseillers. « Que deux Français plusconfiance en lui,interroge gra-
Le Contrat de défiance sur trois n’aient plus confiance vement l’auteure.
LES GRANDS VINS Michela Marzano
Grasset, 320 pages, 19 euros
dans les conseils donnés par leur
banque devrait faire réfléchir »,
La confiance s’est peu à peu
réduite à un simple produit de

DE BORDEAUX En prenant plusieurs exemples-


clés, la philosophe Michela Marza-
constate, en janvier, Jean-Pierre
Jouyet, président de l’Autorité des
marchés financiers.
supermarché qu’il faudrait acqué-
rir pour mieux se vendre soi-
même, poursuit Mme Marzano. Elle
no,professeure à l’université Paris- A Rome, rappelle l’auteure, le s’inscrit en faux contre l’idéologie
Descartes, examine les causes de débiteur défaillant risquait la managériale qui pense que la seule
cette méfiance généralisée. Deux mort, tandis qu’au XVIIe siècle, confiance digne de ce nom est la
CHÂTEAU PEYRABON, jours après la faillite de la banque notamment, la parole donnée confiance en soi, comme si on pou-
d’affaires Lehman Brothers, Lau- engageait honneur et réputation ; vait ne dépendre de personne.
CHÂTEAU GISCOURS, Jusqu’à rence Parisot, présidente du la confiance était « un socle com- En convoquant sans en abuser

- 60 %*
Medef, exprime son entière munautaire, un postulat nécessai- ni alourdir son propos les grands
LE G DE GUIRAUD, confiance dans la solidité des éta- re à la mise en place du lien social ». philosophes, Mme Marzano analyse
blissements bancaires français, « Le gouvernement ment », pro- la nature des liens de confiance à
COS D’ESTOURNEL, capables « d’absorber ce choc ». clamaient ces dernières semaines travers les âges. Pour conclure que
La crise des prêts hypothécaires certaines des pancartes des mani- sans elle, le monde social devien-
CHÂTEAU LYNCHBAGES... américains (subprimes) a festants contre la réforme des draitinvivable, et qu’elle estun for-
contraint l’Etat à adopter un plan retraites. Pour rompre avec des midable pari humain, avec ses ris-
de sauvetage de plusieurs mil- hommes politiques jugés trop dis- quesqu’ilvaut deprendre poursor-
liards d’euros. A peine rétablis, les tants et trop secrets, leurs succes- tir d’angoisses paralysantes. p
financiers sont retournés « à la seurs cherchent à regagner la Martine Jacot

DU 28 AU 31 OCTOBRE 2010
Correspondance
COMMANDEZ EN LIGNE OU PAR TÉLÉPHONE Une lettre de Jeannette Bougrab
www.wineandco.com/lemonde Après la publication de notre « J’ai été étonnée du passage En effet, les choses ne se sont

N° Vert 0800 1000 20 Appel gratuit du lundi au vendredi de 9 h à 18 h.


enquête sur la Haute Autorité de
lutte contre les discriminations et
pour l’égalité (Halde), titrée «Malai-
concernant une prétendue “tenta-
tive avortée” de cumul d’une rému-
nération avec l’indemnité de mon
pas passées ainsi et j’ai refusé
d’aborder cette question compte
tenu de la procédure judiciaire qui
*réduction appliquée sur prix catalogue wineandco.com ou prix constaté
se à la Halde » (Le Monde daté prédécesseur, qui serait restée “let- m’oppose au Canard enchaîné à ce
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION 3-4 octobre), sa nouvelle présiden- tre morte” à la suite d’un article du sujet et qui est actuellement en
te, Jeannette Bougrab, nous écrit : Canard enchaîné. cours. »
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Disparitions 19

Leader syndical espagnol Emir de Ras


Al-Khaïmah

Marcelino Camacho SaqrAl-Qassimi

L
e cheikh Saqr bin Mohammad
Al-Qassimi, souverain de Ras
Al-Khaïmah, l'un des sept membres

I
ls ne nous ont pas fait reculer, ils ne de la Fédération des émirats arabes unis,
nous ont pas fait plier, ils ne nous est mort le 27 octobre. Âgé, probablement,
domestiqueront jamais » : c’est la de 90 ans, il était le plus vieux souverain
phrase la plus connue du dirigeant de la péninsule arabique.
syndical espagnol Marcelino Sa dynastie avait régné sur les eaux du
Camacho, mort le vendredi 29 octo- Golfe, jusqu'à ce que la marine britannique
bre, à Madrid, à l’âge de 92 ans. transforme la Côte des Pirates en Côte de la
Rares ont été en Espagne les voix discor- Trêve, au milieu du XIXe siècle. Descendant
dantes à ne pas saluer le rôle joué par ce des Qawassim, comme la famille régnante
grandsyndicalistedansla transition démo- de l'émirat de Charjah, Saqr bin Moham-
cratique qui a suivi la dictature franquiste mad, né en 1920 (ou en 1918 selon les sour-
(1939-1975). Une multitude d’anonymes,
de dirigeants politiques et syndicaux et de
1918 ou 1920 Naissance
1948 Arrive au pouvoir
21 janvier 1918 Naissance 1972 Rejoint la Fédération
à Osma la Rasa dans la province des émirats arabes unis
de Soria (Espagne) 27 octobre 2010 Mort
1935 Adhésion au Parti communiste
espagnol
1957 Retour en Espagne ces) était parvenu au pouvoir en 1948 à Ras
1967 Condamnation à vingt ans Al-Khaïmah, possession la plus proche du
de prison au « Procès 1001 » détroit d'Ormuz, jouxtant le sultanat
1976 Création des Commissions d'Oman, après en avoir évincé son oncle.
ouvrières ; il en est le secrétaire général Laférulebritanniqueparvenueàsonter-
29 octobre 2010 Mort à Madrid me, en 1970, il avait été le dernier à rejoin-
dre la fédération rassemblant les sept émi-
rats égrenés le long de la côte du Golfe,
personnalités, parmi lesquels le premier entreleQataretOman,en1972.Uneréticen-
ministre, José-Luis Zapatero, le vieux diri- ce liée en partie à la crainte de devoir subir
geant communiste Santiago Carrillo et la tutelle des dynasties Nahyane et Mak-
même le fils du roi Juan Carlos, le prince toum, les souverains d'Abou Dhabi et de
des Asturies, sont venus se recueillir Dubaï. Saqr bin Mohammad Al-Qassimi
devant la dépouille de Marcelino Camacho souhaitait aussi des garanties sur le sou-
dans l’auditorium du siège des Commis- ANTONIO SUAREZ tien de la nouvelle entité à propos de deux
sions ouvrières (CCOO), le syndicat qu’il îles dont il revendiquait la souveraineté,
avait fondé en 1976. il obtient l’autorisation de revenir en Espa- Camacho : « Il a été un grand combattant son éternel gilet de laine tricoté par sa fem- occupées militairement par l'Iran quel-
Né le 21 janvier 1918 à Osma la Rasa dans gne, et commence à travailler comme ouvrier qui a joué un rôle de premier plan me deviendront les symboles, aux yeux ques mois auparavant. Ce soutien politi-
la province de Soria au nord de Madrid, ouvriermétallurgiste dansl’entreprise Per- dans la naissance des Commissions ouvriè- du monde, de ce syndicalisme courageux queneluifutjamaismarchandé.Lagénéro-
Marcelino Camacho était le fils d’un garde- kins Hispania. res dont le rôle a été essentiel dans la lutte qui affrontait une dictature brutale. sitéd'AbouDhabi permità Ras Al-Khaïmah
barrière militant de l’Union générale des Le régime franquiste qui se réclamait contre le franquisme. » En 1976, les Commissions ouvrières de sortir du sous-développement.
travailleurs (UGT). du national-syndicalisme avait interdit les Pour les communistes, qui sont isolés et deviennent un syndicat légal qui sera un Le cheikh Saqr avait désigné en 1974
Dèsl’âge de17ans, iladhèreau Parti com- syndicats depuis 1939 pour les remplacer subissentuneterrible répression,l’intégra- des acteurs du retour à la démocratie. Pen- comme prince héritier son fils aîné, Khalid.
muniste espagnol. Nous sommes en 1935, par une organisation syndicale unique tiondans les syndicatsverticauxvase révé- dant dix ans avant d’en devenir le prési- Ce dernier avait pris progressivement des
un an avant la guerre civile (1936-1939), dépendant étroitement de l’Etat, que l’on ler une tactique efficace. C’est Marcelino dent, Marcelino Camacho occupera le pos- responsabilités dans l'émirat jusqu'à ce
durant laquelle le jeune militant s’engage qualifie de syndicalisme « vertical ». Camacho qui va mener cette politique te de secrétaire général des Commissions. qu'il soit dépossédé en 2003 de son titre au
dans l’aviation. Après la défaite de la Répu- avecsuccès.En 1964,il organise laCommis- Dans le même temps, il est élu député de profit de son cadet, Saoud, formé aux Etats-
blique, Marcelino Camacho échappe à Fidélité indéfectible au PCE siondestravailleursdela métallurgie,l’em- Madrid à deux reprises pour le PCE. Il est Unis mais présenté parfois comme plus
l’exécution, il est condamné à douze ans de Les opposants au régime, réduits à la bryon des futurs Commissions ouvrières. membredu comité central de ce parti, qu’il conservateur même si son arrivée au pou-
prison pour « participation à la rébellion ». clandestinité, s’immisçaient dans ces syn- Deux ans plus tard, en 1966, il est empri- ne quittera jamais. voir à Ras Al-Khaïmah a coïncidé avec un
Enfermé dans les terribles camps d’in- dicats verticaux pour organiser les luttes sonné dans la prison de Carabanchel. Il y En 1985, il organise la première grève décollage économique marqué par la mul-
ternement où les franquistes feront payer ouvrières. Marcelino Camacho devient fera de nombreux séjours, neuf ans au générale en Espagne depuis le retour de la tiplication de zones franches. Ecarté du
très cher à leurs adversaires les trois ans de rapidement le délégué de son usine. total, au point que sa femme choisira ce démocratie pour protester contre la réfor- pouvoir par la maladie depuis des années,
résistance, il finit par être transféré à Tan- Au début des années 1960, il se rend quartier de Madrid pour y habiter et pou- me du régime des retraites imposée par le le cheikh Saqr avait été hospitalisé à Abou
ger. Il s’en évade en 1943 pour se réfugier clandestinement à Paris où il rencontre voir plus facilement lui rendre visite. gouvernement socialiste de Felipe Gonza- Dhabi au mois de février. Cet effacement
dans la zone marocaine sous domination pour la première fois Santiago Carrillo. Le En 1967, lors du « Procès 1001 », il est lez. Les Commissions ouvrières sont avait relancé la rivalité entre l'actuel prince
française,puisenAlgérieoùvivent denom- dirigeant historique du Parti communiste condamné à vingt ans de prison avec aujourd’hui le premier syndicat espagnol héritier et son aîné. La querelle a été arbi-
breux républicains espagnols. C’est là qu’il espagnol (PCE), joint au téléphone par Le d’autres dirigeants syndicaux. Il ne sera et revendiquent plus d’un million d’adhé- tréepar laFédérationquiaapportésonsou-
va rencontrer et épouser Josefa Samper Monde, se souvient parfaitement de cette libéré qu’après la mort de Franco en 1975. rents. p tien à Saoud dès la mort de son père.p
avec laquelle il aura deux enfants. En 1957, rencontre et évoque avec émotion son ami Sa silhouette fragile, ses dons d’orateur et Michel Lefebvre Gilles Paris

Ecrivain néerlandais Theodore C.


Sorensen
Harry Mulisch Il fut l’un des plus proches collaborateurs
du président américain John Fitzgerald
Kennedy (1917-1963), rédigeant, notam-
ment, bon nombre de ses discours impor-
tants. Theodore C. Sorensen est mort

L
e sens de l’histoire, l’ambivalence et rencontré sa femme, née à Anvers dans ler, sa physionomie, ses gestes, son com- dimanche 31 octobre dans un hôpital new-
du bien et du mal, la faute, la respon- une famille juive de Francfort. portement. Il y a 100 000 livres sur lui, yorkais, à l’âge de 82 ans.
sabilité… : tels sont les thèmes du Pendant l’Occupation, Mulisch père ne bien plus que sur Staline. Il y a 100 000 Un « speechwriter » ? Impossible de rédui-
grand écrivain Harry Mulisch, mort d’un cachera pas ses sympathies nazies. Il ira théories expliquant son destin. Mais aucu- re à cette seule fonction ce juriste, qui
cancer, samedi 30 octobre, à Amsterdam. même jusqu’à diriger la banque où les ne ne vous fait dire : “Voilà je le tiens”. » avait commencé à travailler – jeune : il
Agé de 83 ans, lauréat des plus hautes dis- juifs néerlandais étaient contraints de C’est pourquoi l’écrivain s’était lancé était né le 8 mai 1928 à Lincoln (Nebraska)
tinctions littéraires de son pays, Mulisch déposer leurs avoirs, avant d’être un défi : donner un fils au Führer. Un fils – pour le sénateur John Kennedy au
était souvent cité comme nobélisable. envoyés dans les camps. « On l’appelait imaginaire, Siegfried, qu’Hitler aurait eu début des années 1950 : il avait rapide-
Un événement historique peut-il défi- l’Institut des voleurs », disait Harry avec Eva Braun. En le plaçant ainsi dans ment joué un rôle très important auprès
nir un être ? Harry Mulisch en était Mulisch. « une situation extrême, celle de la paterni- du futur 35e président des Etats-Unis.
convaincu. Il répétait : « Je suis la deuxiè- Grâce aux appuis de son père, le jeune té », et en observant son comportement, Grande était, par exemple, la dette de
me guerre mondiale. » Ses racines, son his- Harry et sa mère éviteront la déportation. Harry Mulisch se livrait, disait-il, à « une John Kennedy à son égard pour la part pri-
toire, son œuvre, étaient pour lui l’illus- En 1945, le père d’Harry Mulisch est forme d’expérimentation de la pensée ». Il se dans la préparation de Profiles in Coura-
condamné à trois ans de prison. Son fils voulait piéger son personnage dans le ge (1956), livre à succès qui valut à John
assiste à son arrestation. Il a 18 ans. « filet de la fiction ». Mais il confiait que, Kennedy un prix Pulitzer. Plus tard, il fut
29 juillet 1927 Naissance à Haarlem en écrivant, il avait senti qu’il s’appro- aussi l’inspirateur de la lettre de John Ken-
(Pays-Bas) Hantise chait de « zones trop dangereuses ». Pour nedy au dirigeant soviétique Nikita Krout-
1983 « Siegfried » (Gallimard) Dès lors, la seconde guerre mondiale AP/BAS CZERWINSKI se protéger, il s’était inventé un double, chev qui contribua, en 1962, au dénoue-
1984 « L’Attentat » (Calmann-Lévy), ne cessera de le hanter. Dans son essai sur Rudolph Herter, qui faisait écran entre le ment de la crise des missiles de Cuba,
adapté au cinéma en 1986 le procès d’Adolf Eichmann paru aux un personnage de L’Attentat (adapté au dictateur nazi et lui. moment dramatique de la guerre froide.
30 octobre 2010 Mort à Amsterdam Pays-Bas en 1961 (L’Affaire 40/61, Galli- cinéma par le Néerlandais Fons Radema- Passionné de musique, d’histoire des Après l’assassinat à Dallas de son
mard, 2003) comme dans la plupart de kers en 1986, Golden Globe Award et sciences, de philosophie et de théologie – « patron », dont il souvent été décrit com-
ses grands romans – Noces de pierre (Cal- Oscar du meilleur film étranger). comme l’illustre aussi La Découverte du me l’alter ego aussi efficace que discret, il
tration même de cet immense drame, mann Lévy, 1985), L’Attentat (Calmann- En 2003, l’écrivain avait reçu Le Monde ciel, ce très beau best-seller international quitta dès le début de 1964 la Maison
dans sa monstruosité incompréhensible Lévy, 1984) ou le très troublant Siegfried dans sa maison d’Amsterdam, au pied du adapté au cinéma en 2001 par le réalisa- Blanche. Il mena dès lors une carrière de
et son absurde complexité. (Gallimard 1983) – on en revient toujours Singelgracht. Longue silhouette au teur néerlandais Jeroen Krabbé avec l’ac- juriste et de mémorialiste de l’administra-
Né à Haarlem, aux Pays-Bas, le à ce qu’Harry Mulisch nomme « la regard bleu ciel derrière ses fines lunet- teur Stephen Fry, Harry Mulisch ne man- tion. Ses tentatives, dans les années 1970,
29 juillet 1927, Harry Mulisch se voyait Tache », ou « l’Enigme », ou encore « le tes, il expliquait comment, dans Sieg- quait pas d’irriter quelques-uns de ses de retour dans la vie publique furent des
comme le fruit d’une « idylle noire ». Son Trou noir ». fried, il avait tenté d’approcher au plus compatriotes. Il laisse une œuvre ambi- échecs. Il avait, à partir du milieu des
père, originaire de l’Empire austro-hon- Un trou d’où l’on ressort avec l’idée près le personnage d’Hitler. Et comment tieuse et raffinée qui continuera long- années 2000 pris fait et cause pour un
grois, avait été officier dans l’armée autri- que « tout le monde est coupable et inno- ce livre constituait le point d’orgue de sa temps de nous habiter par sa puissance et jeune sénateur démocrate nommé
chienne pendant la première guerre mon- cent en même temps », comme le suggère, quête. « J’ai beaucoup écrit sur le IIIe Reich, sa lucidité. p Barack Obama, qui allait devenir le 44e
diale. En 1921, il avait émigré aux Pays-Bas de façon volontairement dérangeante, disait-il. J’ai toujours été fasciné par Hit- Florence Noiville président des Etats-Unis. p
20 Cinéma 0123
Mercredi 3 novembre 2010

ppp excellent ppv à voir pvv pourquoi pas vvv à éviter

Voyage envoûtant aux confins de l’histoire russe


Aleksei Fedorchenko s’appuie sur un rituel funéraire d’un peuple oublié, les Meria, pour réaliser un film somptueux

Le Dernier Voyage La beauté, c’est le mouvement Pour le connaître, de deux choses


de Tanya lent qui emporte ces deux hom- l’une : demander aux pinsons qui
mes entre les vestiges de la culture en sont témoins ou aller au ciné-
ppp meriaet le dernier hommagequ’ils ma. L’occasion n’est après tout pas

Ç
a commence comme Les vont rendre à une femme adorée. si fréquente de découvrir un film
Oiseaux d’Alfred Hitchcock, Le fleuve, avec ses majestueux russe de ce calibre.
film dans lequel Tippi lacis, son envoûtante profondeur, Cette perle tombe en pleine
Hedren achète une paire fait tenir ensemble le passé et le année France-Russie, qui célèbre la
d’aimables perruches, prélude au présent,la vie et la mort. Révéré tel- production artistique russe. Côté
déferlementdela mort californien- le une source d’immortalité par la cinéma, nombre de manifesta-
ne. A mille lieues de là, aux abords civilisation païenne de ce peuple tions (à Paris, Honfleur, Toulou-
du fleuve Volga, Aist, photographe ancien, il accueillera les cendres du se…) annoncent l’émergence d’une
officiel dans une usine de papier et corps de Tanya que les deux hom- « nouvelle vague» d’auteurs. Celle-
mémorialiste d’une peuplade mes, sur sa rive déserte, auront fait ci peine à émerger. Après avoir mis
oubliée, lesMeria, achète deux pin- amoureusement brûler. vingt ans à juguler l’effondrement
sons sur un marché. A son arrivée à de sa production, le cinéma russe a
l’usine, Miron, son patron et ami, Précarité charnelle reconquis une part de son marché
lui annonce la mort de sa femme. Il Cette longue séquence, magnifi- (25 %) par le seul fait des superpro-
désire qu’il l’accompagne inciné- que et silencieuse, est le pivot d’un ductions commerciales, du type
rer le corps sur les lieux de leur film qui nous mène à la transcen- Night Watch (2004), de Timur Bek-
lune de miel. dance en nous épargnant sa pom- mambetov. Cela explique la rareté
Le film sera l’histoire de ce voya- pe. Le Dernier Voyage, hymne à la desa distributionen France,où l’on
ge, en compagnie des pinsons. précaritécharnelle età la perpétua- découvre pourtant de loin en loin
Deux hommes mûrs transfigurés tion de la vie, se livre pour cela à d’excellentes surprises.
par la tristesse, réunis par la poésie une érotisation de l’absence. Le Retour (2003), d’Andreï Zvia-
d’un rituel de deuil immémorial, y Tel flash-back réinvente, avec guintsev, Koktebel (2005), de Boris
traversent des paysages d’élégie. une vitalité sensuelle, un rite au Khlebnikov et Alexeï Popogrebs-
Autantdirequ’Hitchcock cèderapi- cours duquel de jeunes naïades ky, ou Mon bonheur, de l’Ukrai-
dement le pas à Tarkovski. On est tressent des papillotes multicolo- nien Sergueï Loznitsa (sortie le Deux hommes mûrs réunis par la poésie d’un rituel de deuil immémorial. MEMENTO FILMS
en Russie, où la mélancolie est par- res à la toison de la jeune mariée. 17 novembre) : autant de films qui
fois si voluptueuse qu’elle en Telle rencontre sur le chemin du prennent, à l’instar du Dernier
devient désirable.
Lerécit est mené,en voix off, par
Aist, quelque part depuis un futur
retour met en scène deux jolies
filles pâmées, sans le corps des
hommes qui leur font l’amour.
Voyage de Tanya, la forme d’un
road-movie dans les provinces de
l’ex-empire. Perte des traditions,
Aleksei Fedorchenko: «Demandez-vous
indéterminé, surplombant les évé-
nements sans jamais les déflorer.
Le mystère, lui, affleure par
révélations successives : Aist
élégie de la filiation et quête des
origines semblent devoir justifier
combiendepeuplesasuppriméslaFrance!»
Cechoixdenarrationouvreàl’inté- aurait-il aussi aimé Tanya ? Se cette errance dans le pays inté-
riorité en même temps qu’il intro- serait-elle donnée à lui, pour rédi- rieur, d’où la voix russe du cinéma
duit une distance qui trouvera son mer son couple stérile ? Hitchcock célèbre l’exil universel. p Entretien J’avais 35 ans. Ensuite, j’ai pris la ans, peut être quatre films ont été
explicationà l’extrêmefin duvoya- refait ici surface : Miron aurait-il Jacques Mandelbaum décision de changer radicalement rentables, sur près de mille pro-
ge. Signé par un réalisateur de entraîné Aist dans ce périple par Agé de 44 ans, Aleksei Fedorchen- de vie et j’ai fait mon premier film duits. Ce n’est pas vraiment du
44 ans inconnu en France, Le Voya- vengeance ? On suit cette piste Film russe d’Aleksei Fedorchenko. ko signe, avec Le Voyage de Tanya, de fiction, Premier sur la lune. business.
ge de Tanya est un film saturé de incertaine, jusqu’au moment où le Avec Igor Sergeyev, Yuriy Tsurilo, Yuliya son cinquième long-métrage, le Pouvez-vous parler de ce pre- A Cannes, Nikita Mikhalkov a été
beauté et de mystère. film dévoile son terrible secret. Aug. (1 h 15.) premier à sortir en France. mier documentaire ? accusé par des cinéastes russes
Un autre réalisateur devait fai- de siphonner les aides d’Etat.
Comment l’ancien documentaris- re ce film mais il a finalement Qu’en pensez-vous ?
te que vous êtes a-t-il été attiré refusé. Le film s’appelait David. Je n’ai pas signé la pétition
EUROPACORP PRESENTE par ce scénario très onirique ? C’était l’histoire d’un garçon juif. mais je vais intégrer la nouvelle

« UNE VRAIE RÉUSSITE ! »


C’est le troisième film que Il a bien marché en festival, a eu union qu’ont créée les signatai-
nous faisons ensemble avec Denis des prix, je ne m’y attendais pas. res. C’est une organisation indé-
Osokin, l’auteur du roman et du Cette histoire n’a rien à voir avec pendante qui essaye de défen-
scénario. Il a déjà écrit cinq scéna- vous ? dre les droits des cinéastes. La
LAURENT RUQUIER - ON N’EST PAS COUCHÉ rios pour moi et travaille actuelle-
ment sur le sixième. Chacun est
Non. Je ne suis pas juif, je ne
suis pas meria.
première est ancienne, elle s’oc-
cupe des vieux réalisateurs, de
meilleur que le précédent, diffé- Selon le dossier de presse, vous leur trouver une pension, un
rent de ce que font les autres, de avez produit plus de 80 films... endroit pour se loger, mais pas
ce qui se fait dans le monde. Les On recevait de l’argent de l’Etat de la vie cinématographique.
histoires intéressantes, nouvelles, et on faisait du cinéma avec. Donc tous les jeunes, mais
ne sont pas si nombreuses. Lors- J’étais plus l’organisateur que le aussi des cinéastes plus âgés
que l’on tombe sur une telle perle, producteur. comme Sokourov, Guerman le
on ne se pose pas de question. C’est plus difficile aujourd’hui ? père, et Iosseliani en sont partis,
Vous intéressiez-vous aux Meria Oui. Il n’y a pas assez de salles pour fonder la nouvelle. Siéger
avant de lire ce roman ? de cinéma. Je ne suis même pas parmi ces gens-là est un hon-
Comme tout le monde, je sûr qu’il y en ait 2 000 sur tout le neur pour moi. p
savais qu’avant l’arrivée des Sla- territoire. C’est donc très difficile Propos recueillis par
ves il y avait des peuples finnois de faire un film rentable. En dix Isabelle Regnier
au nord de la Russie. Une partie
d’entre eux a survécu, comme les
Mari. D’autres, comme les Meria,
ont disparu, assimilés par les Rus-
ses. C’est plus ou moins tout ce
que je connaissais du sujet. L’his-
PHILIPPE JAROUSSKY
toire de la Russie préchrétienne a CHANTE
toujours été négligée, dans les
temps soviétiques comme dans
celui des tsars. Le passé païen n’in-
CALDARA
téressait personne.
Cette recherche d’une ethnie dis- À LA RECHERCHE
parue fait-elle écho au sort fait
aux Tchétchènes aujourd’hui ?
D’UN TRÉSOR PERDU
Non. Demandez-vous combien
de peuples a supprimés la France ! “Philippe Jaroussky sublime ce maître
Je ne parle pas d’un problème rus- immense et délaissé. Ici ne règnent
se mais d’un problème commun. qu’extase et finesse. Emmanuelle Haïm et
Des ethnies disparaissent tous les Philippe Jaroussky éclairent cette œuvre
jours. Il n’existe que 6 000 lan- d’une rare sincérité émotionnelle.
gues sur la Terre. Chaque année Merci : ce sont des projets de cette
on en perd une trentaine. On peut qualité qui transforment la musique dite
calculer dans combien de temps il
savante en événement populaire.” Classica
n’en restera qu’une.
Avant de faire des films, vous
produisiez ?
A l’origine, je n’avais pas envie
de faire du cinéma. J’ai d’abord tra-
© 2010 EuropaCorp - TF1 Films Production - CIBY 2000

vaillé comme économiste dans


une grande usine de pièces déta-
chées pour l’aérospatiale puis je
suis entré, comme économiste Journée spéciale
toujours, dans un studio de ciné- Philippe Jaroussky
ma. Pendant plus de dix ans, j’y ai le 5 novembre sur
Création originale :

travaillé sur des postes adminis- Radio Classique


UNE COPRODUCTION EUROPACORP TF1 FILMS PRODUCTION CIBY 2000 AVEC LA PARTICIPATION DE CANAL + ET DE CINECINEMA EN ASSOCIATION AVEC COFINOVA 6 AVEC ROMAIN DURIS MARINA FOIS - L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE - NIELS ARESTRUP
BRANKA KATIC ERIC RUF ET CATHERINE DENEUVE DIRECTEUR DE PRODUCTION DIDIER HOARAU 1ER ASSISTANT REALISATEUR FABIEN VERGEZ DIRECTEUR DE LA PHOTOGRAPHIE LAURENT DAILLAND A.F.C. DECORS OLIVIER RADOT COSTUMES ANNE SCHOTTE
tratifs. Je me suis inscrit à la facul-
MONTAGE JULIETTE WELFLING CASTING PIERRE-JACQUES BENICHOU SON PIERRE EXCOFFIER GWENNOLE LEBORGNE DOMINIQUE GABORIEAU DAMIEN LAZZERINI REGISSEUR GENERAL GREGORY BARRAU A.F.R MUSIQUE ORIGINALE EVGUENI ET
SACHA GALPERINE SCENARIO ADAPTATION ET DIALOGUES DE ERIC LARTIGAU & LAURENT DE BARTILLAT D’APRES LE ROMAN DE DOUGLAS KENNEDY UN FILM DE ERIC LARTIGAU PRODUIT PAR PIERRE-ANGE LE POGAM té des scénaristes au VGIK, l’école
www.lhommequivoulaitvivresavie-lefilm.com de cinéma de Moscou, pour pou-

3 NOVEMBRE
voir mieux communiquer avec
les réalisateurs et les scénaristes.
Et c’est par hasard que j’ai fait
mon premier documentaire.
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Cinéma 21
ppp excellent ppv à voir pvv pourquoi pas vvv à éviter

Un ticket pour la rédemption Les films de la semaine


nRetrouvez l’intégralité ont moins que ceux de The
Eric Lartigau tourne le dos à la comédie et aux conventions dramatiques du cinéma français de la critique sur Lemonde.fr Social Network. p T. S.
nKill Me Please
Film franco-belge
L’homme qui voulait pppexcellent d’Olias Barco (1 h 35).
vivre sa vie Le Dernier Voyage Dans l’étrange clinique du doc-
de Tanya teur Kruger, de riches patients
ppv Film russe dépressifs ou en phase termina-

P
arce qu’il est tout à fait inat- de Aleksei Fedorchenko (1 h 15). le viennent se payer une eutha-
tendu, ce film suscite par sa nasie de luxe. Jusqu’au jour où
seule apparition un supplé- les paysans du coin, saisis de
ment de sympathie. Tout le mérite ppvà voir folie, se révoltent et attaquent
de L’homme qui voulait vivre sa vie Buried le lieu. Ce joyeux carnage brico-
est de faire fructifier ce capital de Film hispano-américain lé en noir et blanc revendique
départ et de transformer la curiosi- de Rodrigo Cortés (1 h 34). l’héritage d’un glorieux prédé-
té bienveillante des premières Des filles en noir cesseur, intitulé C’est arrivé
séquences en un intérêt très vif. Film français près de chez vous. Mais l’histoi-
C’est que de bout en bout, le film se de Jean-Paul Civeyrac (1 h 25). re, comme chacun sait, ne se
tient à cet adjectif déjà employé : L’homme qui voulait vivre répète pas. p J. M.
inattendu. sa vie nLe Plein Pays
De la maison Europacorp, qui Film français Documentaire français
domine en ce moment le box-offi- d’Eric Lartigau (1 h 55). d’Antoine Boutet (58 minutes).
ce avec Les Petits Mouchoirs et La Princesse Sisyphe, réincarnation d’un per-
Arthur 3, du réalisateur d’Un ticket de Montpensier sonnage de Beckett, nouveau
pour l’espace, on n’attendait pas Film français Facteur Cheval ? Depuis quaran-
cette balade romanesque quichan- de Bertrand Tavernier (2 h 19). te ans, dans le Lot, un homme
ge sans cesse de registre et d’espa- nEn présence d'un clown charrie des pierres, creuse des
ce,sanspour autant perdre sacohé- Film suédois galeries souterraines qu’il orne
rence. Eric Lartigau s’est inspiré d’Ingmar Bergman (1 h 58). de dessins primitifs, tout en
d’un roman que Douglas Kennedy (« Le Monde » daté 1er novembre) fustigeant les femmes repro-
avait situé aux Etats-Unis. Le rapa- Paul Exben (Romain Duris) doit faire face à la rage froide de Sarah (Marina Foïs). NICOLAS GIRAUD ductrices qui mènent le monde
triement en Europe de la trajectoi- de la surpopulation à sa perte.
re imprévisible de Paul Exben passe, juste le temps d’être impé- La métamorphose de Paul pas- Lartigau et Laurent de Bartillat, pvvpourquoi pas Le plasticien Antoine Boutet
(Romain Duris) est un trait inspiré. riale) lui annonce qu’elle ne sera se bien par le crime. Le temps que avec Emmanuelle Bercot) détaille nDraquila, l’Italie observe, fasciné, ce marginal qui
Avocat d’affaires, Paul conseille à bientôt plus là, il découvre que celui-ci soit commis et ses consé- avec un peu de malice. Dans notre qui tremble exécute une œuvre artistique
un jeune héritier de renoncer à ses Sarah le trompe, qui plus est avec quences assumées, le film prend monde on ne peut révéler son Documentaire italien quasi folle, loin du monde
aspirations créatrices s’il veut un photographe (Eric Ruf), la voca- de la noirceur, se tend sur le ryth- talent seulement à soi-même, il de Sabina Guzzanti (1 h 30). social. p J.-L. D.
jouir de son patrimoine. Epoux et tion à laquelle Paul a renoncé. me du thriller. Et puis l’allure se fautaussi accepter d’être immédia- L’ex-journaliste de la RAI pour- nLes Yeux ouverts
père de famille, il doit faire face à la relâche, le visage de Romain Duris tement connu. La conclusion, dra- suit son combat contre Silvio Documentaire français
rage froide de Sarah (Marina Foïs, Un air post-traumatique – qui sait si bien se crisper – prend matique et juste, laisse Paul en sus- Berlusconi en mettant en cause de Frédéric Chaudier (1 h 33).
toxique) et à l’incompréhension Tout est réuni pour une de ces un air post-traumatique et Paul se pens, pendant qu’en bas de l’écran la gestion du tremblement de Tourné dans la Maison Jeanne-
de ses jeunes enfants. La peinture catastrophes conjugales et crimi- laisse aller au volant d’une vieille on reste pareillement sidéré de terre de L’Aquila, survenu le Garnier à Paris, où sont adminis-
du malheur des nantis est compo- nelles qui sont le pain quotidien voiture, voire à une dérive routiè- s’être fait embarquer dans cette 6 avril 2009. Le travail journalis- trés des soins palliatifs à des
sée à la bonne distance, avec une ducinéma français. Mais on a à pei- re qui l’amène jusqu’aux monta- aventure. p tique, qui met en évidence la malades pour la plupart en fin
compassion atténuée par le souci ne passé le quart du film, et ce qui gnes du Monténégro. Thomas Sotinel privatisation de la protection de vie, ce documentaire fait
du détail. va venir défie tranquillement les Reprenant son appareil photo, civile, est impressionnant. Le irruption, avec violence, dans
Bientôt la prospérité tristounet- conventions. Il vaut mieux lire ce il devient enfin l’homme qu’il vou- Film français d’Eric Lartigau, avec traitement des victimes du l’intimité des mourants et de
te de la vie de Paul s’effiloche : sa qui suit après avoir vu L’homme lait être jadis. Mais cette rédemp- Romain Duris, Marina Foïs, Branka tremblement de terre, réduites leurs proches. Un habillage
patronne (Catherine Deneuve qui qui voulait vivre sa vie. tion a un prix, que le scénario (de Katic. (1 h 55) au rôle de comparses de la réali- sédatif – séquences animées,
satrice et héroïne, suscite un plans de Paris où la vie conti-

L’œil d’Antoine d’Agata dans l’objectif de Romain Duris autre type d’impression, plutôt
déplaisante. p T. S.
nFair Game
nue, musique – voudrait atté-
nuer la douleur, mais accentue
le malaise. p T. S.
Film américain
ROMAIN DURIS est un excellent négro une semaine pendant le Arbid. « Pour ce film inspiré de ma visage, il a choisi les expressions de de Doug Liman (1 h 46).
photographe. Dans le film d’Eric tournage, en octobre 2009. Il a vie, j’ai fait un vrai boulot avec l’ac- son personnage, tandis que moi, Inspiré d’un épisode peu glo- vvvon peut éviter
Lartigau, on le voit opérer sur le mis ses pas dans ceux de Romain teur Melvil Poupaud, pour chaque j’éclairais son visage avec des lam- rieux de l’invasion de l’Irak, nJackass 3D
terrain, puis tirer ses images dans Duris. Il a photographié là où on geste, y compris les scènes sensuel- pes, à main levée. » l’unique long-métrage améri- Film américain
la chambre noire, les sécher sur voit Duris déclencher. Il raconte : les. » Au Monténégro, lieux et sen- La dernière nuit, d’Agata a choi- cain présenté en compétition de Jeff Tremaine (1 h 16).
un fil, et surtout les exposer, en « Marina Foïs, la compagne d’Eric, sations restent indissociables : si 70 images. Il a ensuite conçu lors du dernier Festival de Can- Phénomène de société au début
grand format, dans une galerie avait une carte postale d’une de son errance sur le port, sa rencon- l’exposition que l’on voit dans le nes arrive bien tard. Naomi des années 2000, « Jackass » est
d’art contemporain du Monténé- mes photos, chez elle, un corps dis- tre avec les dockers au travail, sa film. Sans être présent dans la Watts et Sean Penn interprètent une émission de télévision
gro. Ses œuvres ? La baie de Kotor tordu de femme nue au Mexique. visite dans un camp de Roms, un galerie au moment de l’accrocha- l’espionne Valerie Plame et le dans laquelle une bande de
mouillée par la brume, avec des Elle a dû parler de moi à Eric. Elle bar animé où il est resté cinq heu- ge. « J’ai indiqué les formats, les diplomate Joseph Wilson, victi- types se fait souffrir en faisant
pinces à linge qui flottent au pre- lui a offert aussi des tirages de res à boire et à prendre des photos blocs d’images au scénographe. » mes de la vengeance de la Mai- des cascades absurdes. Le phé-
mier plan ; une série de profils de moi. Pendant toute la conception – « j’ai fini ivre mort ». Il ajoute : « Beaucoup d’images son Blanche après que le second nomène s’est émoussé, mais les
Gitans ; des dockers sur le port ; du film, Eric s’est nourri de mes Il se souvient aussi de cette vont rester dans mon œuvre, et je eut remis en cause la version producteurs ont continué de
un chien qui sent la mort… Ces images. Il est venu me voir à Mag- demande de Lartigau : réaliser un les exposerai à nouveau. Notam- officielle des buts de guerre l’exploiter, pour le cinéma
images troublantes de beauté, num, et il m’a demandé d’aller autoportrait de Duris. « C’est sur- ment les portraits de Gitans qui américains. La dénonciation notamment. Premier Jackass
c’est Antoine d’Agata, 49 ans, qui loin, d’inventer les photos du film. réaliste. Faire l’autoportrait d’un ont un bon degré d’abstraction. » tombe à plat et le portrait de ce film à sortir en France,
les a prises. Membre de l’agence Je suis aussi méfiant avec tout ce autre, et en plus d’un personnage Antoine d’Agata n’a pas encore couple hors du commun sem- Jackass 3D commence de maniè-
Magnum, il photographie sa vie qui peut me divertir. Mais j’ai senti de fiction… Nous sommes partis vu le film. Trop pris, trop sur la ble prisonnier des contraintes re potache, pour virer au bout
et son errance comme une perfor- que c’était vital pour Eric, et je me une heure avec Romain nous iso- route. C’est bien dans l’esprit d’un qu’impose le respect de modè- d’un moment au scatologique.
mance, transformant tout en suis prêté au jeu. » ler dans une maison abandonnée. artiste qui, depuis quelques les encore vivants. Valerie Pla- Les participants vomissent en
chair vivante : les lieux, les amis, Antoine d’Agata s’y était déjà Je lui ai confié un appareil numéri- années, passe tout son temps à me et Joseph Wilson ont eu plus direct, et face à l’écran, on n’est
les objets, les femmes. livré en 2006, sur le tournage que, j’ai fait les réglages, il l’a bran- créer plutôt qu’à montrer. p de chance que Mark Zuckerberg. pas loin de les accompagner dans
D’Agata s’est rendu au Monté- d’Un homme perdu, de Danielle di à bout de bras, braqué sur son Michel Guerrin Les spectateurs de Fair Game en leur geste. p Isabelle Regnier

L’amour au temps des guerres de religion Un film sur les dissidents musicaux égyptiens
couronné en Tunisie
Présidé par Raoul Peck, le jury des Journées cinématographiques de Car-
De la nouvelle de Mme de La Fayette, Bertrand Tavernier fait un film plein de bruit et de fureur thage a attribué, lundi 1er novembre, son premier prix, le Tanit d’or, à
Microphone, deuxième long-métrage du jeune réalisateur égyptien
Ahmad Abdalla. Tourné à Alexandrie, produit en dehors des grandes
La Princesse de ce qui fit justement le malheur de C’estainsi qu’ilimagineque lecom- que le personnage de Chabannes, structures du cinéma égyptien, le film dépeint la scène musicale semi-
Montpensier la princesse : le désir. te de Chabannes se retire de la vie amoureux trop vieux de condi- clandestine de la grande ville, entre hip-hop et rock. – (AFP.)
Puisque le texte de Mme de La militaire après avoir commis un tion trop modeste, humilié par les
ppv Fayette est à la portée de tout un crime impardonnable et que l’im- circonstances, est le plus singulier Abbas Kiarostami et Miguel Cohan primés à Valladolid

A
u cinéma, l’adaptation litté- chacun (entre autres sur Wikisour- maturité du prince de Montpen- de la nouvelle et du film. Les cinéastes Abbas Kiarostami et Miguel Cohan se sont partagé, same-
raire procède souvent de ce.org), on se contentera d’aligner sier est compensée par ses talents A celui-ci, Bertrand Tavernier a di 30 octobre, l’Epi d’or, plus haute distinction de la 55e Semaine interna-
l’élagage. Sachant qu’une les prétendants aux faveurs de militaires. donné un aspect bondissant venu tionale de cinéma (Seminci) de Valladolid, en Espagne. L’Iranien a été
page de scénario correspond en Marie de Montpensier (Mélanie tout droit d’Hollywood. A l’occa- primé pour Copie conforme, l’Argentin pour son premier long-métrage,
gros à une minute de film, il faut Thierry) : son époux, le prince, Dialogues encombrants sion du dernier Festival Lumière à Sin retorno (« Sans retour »). – (AFP)
couper, couper et encore couper. catholique, brave jeune homme La distribution fait appel à de Lyon, on a entendu le réalisateur
Or, qu’elle fût lasse ou paresseu- (Grégoire Leprince-Ringuet), Hen- jeunes acteurs qui se prêtent plus dire toute l’irritation que lui inspi- Les mutilations en relief affirment leur emprise
se, Mme de La Fayette a fait tenir les ri de Guise, prédateur au cœur ou moins bien aux exigences de la raient jadis les films de cape et sur le box-office américain.
nombreuses tribulations de la encore tendre (Gaspard Ulliel), reconstitution historique (heureu- d’épée dont le héros était générale- Il suffit qu’un long-métrage soit distribué en relief pour lui assurer la
princesse de Montpensier en Henri, duc d’Anjou et futur roi de sement pour eux et pour la costu- ment interprété par Jean Marais. première place au box-office nord-américain. Après le règne des blessu-
quelques feuilles, dont Bertrand France (Raphaël Personnaz) et le mière Caroline de Vivaise, en ces Mal photographiés, mal chorégra- res volontaires de Jackass 3D en tête la semaine passée, voici venu le
Tavernier a fait un film de 140 comte de Chabannes, de plus bas- années, la fraise n’a pas encore phiés, ces Bossu, Capitaine Fracas- temps des tortures de fiction de Saw 3D. Le septième Saw a engrangé
minutes. se extraction mais d’âme plus hau- atteint son plein développement). se ou Trois Mousquetaires ne com- 24,2 millions de dollars de recettes pour son premier week-end d’exploi-
A ce récit de l’âge classique, qui te que ses cadets (Lambert Wilson). Non que l’un ou l’autre soit blaient jamais les attentes que sus- tation, devançant Paranormal Activy 2, RED et Jackass 3D.
dépeint les tourments d’une Ces gentilshommes partagent meilleur, mais ils ont tous à négo- citaient leurs affiches. Mme de La
jeune femme bien née, objet de la leur temps entre la guerre et la cier des passages difficiles, des dia- Fayette est devenue, à son corps Mort du metteur en scène George Hickenlooper
passion des plus grands princes galanterie. Bertrand Tavernier a logues encombrants qui les font défendant, l’instrument de la Quelques semaines après la première de son dernier film, Casino Jack,
français à la veille du massacre de entrecoupé les émois de Marie (et parfois trébucher. Mélanie Thierry revanche de Tavernier sur cette au Festival de Toronto, le réalisateur américain George Hickenlooper
la Saint-Barthélemy, l’auteur de Mélanie Thierry sait très bien en particulieroscille entrela super- frustration de jeunesse. p est mort, le 30 octobre, à Denver (Colorado), où il devait présenter son
Que la fête commence (peinture s’émouvoir – sur son visage pas- be aristocrate et le désarroi d’une T. S. long-métrage, une biographie du lobbyiste républicain Jack Abramoff,
réaliste et républicaine de la sent presque tous les péchés capi- teen-ager du XXIe siècle, au point interprété par Kevin Spacey. Selon la police, citée par les sites Variety et
Régence) a ajouté ses fantasmes taux, de la colère à la luxure) d’épi- de mettre par moments en danger Film français de Bertrand Tavernier, Deadline Hollywood, les causes de sa mort seraient naturelles. George
de réalisateur, ses élans de ciné- sodes guerriers qui viennent rap- tout l’édifice. C’est finalement de avec Mélanie Thierry, Lambert Wilson, Hickenlooper avait 47 ans. Il avait réalisé entre autres Factory Girl, une
phile. L’assemblage est baroque, peler que cette noblesse raffinée Lambert Wilson qu’on gardera la Grégoire Leprince-Ringuet, Gaspard biographie de l’actrice Edie Sedgwick, et avait dirigé Mick Jagger dans
souvent instable, mais porté par menait une guerre civile atroce. plus forte impression. Il faut dire Ulliel, Raphaël Personnaz. (2 h 19.) The Man from Elysian Fields.
22 Cinéma 0123
Mercredi 3 novembre 2010

ppp excellent ppv à voir pvv pourquoi pas vvv à éviter

La mort, quête adolescente de l’absolu Un homme


Jean-Paul Civeyrac suit la révolte de deux jeunes filles et livre un beau film romantique
et un cercueil
Des filles en noir
Sous la terre d’Irak, un brillant exercice de style
ppv

D
eux héroïnes aux ongles
noirs, vêtements sombres, Buried campagne téléphonique visant à
yeux ténébreux. L’une obtenir sa libération. L’appareil a
prompte à s’ouvrir les veines au ppv étélaissé par ses ravisseurs qui veu-

A
rasoir, l’autre prévenant son petit vanttout, Buriedpeut sepré- lent faire savoir qu’ils le tiennent
copain qu’elle pense à la mort cha- valoir d’un record mondial, en otage et obtenir une rançon.
que fois qu’il n’est pas près d’elle. celui du huis clos le plus exi- Entre ses planches de bois,
Elles se prénomment Noémie et gu. En entrant dans la salle, vous Conroyseheurteauxjoies desstan-
Priscilla. Ces inséparables adoles- vousengagezàpasserquatre-vingt- dards automatisés (il a appelé le
centes pourraient sacrifier au culte dix minutes dans un cercueil. Vous 911, le numéro d’urgence améri-
du gothique, hanter les cimetières y partagerez le triste sort de Paul cain), de la bureaucratie entrepre-
sous la lune, idolâtrer les films Conroy (Ryan Reynolds), un neuriale(leséchanges avecsasocié-
funèbres de Tim Burton. Elles sont camionneur américain qui a eu la té sont d’une grande cruauté) et,
plutôt adeptes du vague à l’âme, mauvaise idée de partir en Irak comme on est dans un film écrit
des tourments du crépuscule, de la chercher sinon fortune du moins parun Américain, àl’absence d’une
soif d’absolu. Romantiques une paie moins modeste. Réalisé femme qui s’est éloignée de lui.
d’aujourd’hui. par un Espagnol sur un scénario
L’un des grands mérites de Jean- américain, Buried (en français Suant et soufflant
Paul Civeyrac est de redonner à ce « enterré ») fait donc partie de ces Si l’on admet l’artificialité de la
courant ses lettres de noblesse. exercices de style que l’on voit situation (il y a sûrement des
Trop souvent caricaturé en symp- périodiquement apparaître depuis moyens plus simples de mon-
tôme de fièvres et de pâmoisons qu’Hitchcock a tourné un film sur nayer un otage pour des ravisseurs
sentimentales, le romantisme est la guerre sans jamais sortir d’un irakiens poursuivis par les forces
culte ardent d’une passion sans Noémie et Priscilla (Elise Lhomeau et Léa Tissier), adeptes du vague à l’âme. CAROLE BETHUEL canot de sauvetage (Lifeboat, 1944). américaines),on est forcé de se ren-
partage, ivresse d’infini et révolte. Sans atteindre l’élégance de ce dre à la tension que font naître la
Il est ferment de révolutions qui de ses injusticespolitiques et socia- un cousin à la libido incontrôlée Plus qu’au Virgin Suicides, de modèle, ce second long-métrage mise en scène de Rodrigo Cortés et
enflammèrent le XIXe siècle, et l’un les : « Pourquoi faire des études ? que Priscilla, en liaison téléphoni- Sofia Coppola (1999), c’est à la du jeune cinéaste espagnol réussit le jeu suant et soufflant de Ryan
de ses disciples, Théophile Gau- Pourdevenir chômeuse? Pour sefai- que avec Noémie, va jusqu’au bout révolte contre l’absurdité du mon- à communiquer l’invraisemblable Reynolds. Bien sûr, la caméra tri-
tier, prôna la nécessité de « mettre re exploiter ? Pour exploiter les de son affinité élective. de des héros du Diable probable- angoisse de son principal person- che, on voit le pauvre homme fil-
la planète à l’envers ». C’est ce dont autres ? » Liées par un pacte suici- Ceux qui connaissent l’univers ment, de Robert Bresson (1977), nage tout en acquérant, au fil des mé de très haut, de profil… Bien
rêvent secrètement ces deux jeu- daire, elles annoncent un jour en de Jean-Paul Civeyrac retrouve- que renvoient Des filles en noir. minutes, une dimension satirique sûr, les incidents se font de plus en
nes filles, qui nous rappellent l’in- classe qu’elles mettront ensemble ront une obsession de la perte d’in- C’est à la fameuse réplique dévastatrice. On pourrait faire plus improbables (la plupart des
défectible amitié unissant jadis la fin à leurs jours, comme Kleist qui nocence, de l’amour au-delà de la finale du Pickpocket (1959), de valoir que Buried en dit autant sur spectateurs de Buried partiront à la
blonde Caroline von Günderode et se tua avec sa bien-aimée. mort,dudeuilimpossible etdel’ab- Bresson, que l’on pense en la présence américaine que Green recherched’un téléphoneaussi per-
la brune Bettina Brentano, deux sence du disparu comblée par la voyant Noémie lutter contre son Zone et Fair Game réunis, avec une formant), mais l’image de cet hom-
romantiques allemandes contem- La musique comme soupape présence de son fantôme. L’impor- désespoir : « Quel drôle de chemin économie de moyens admirable. me abandonné 6 pieds sous terre
poraines d’Heinrich von Kleist. Cette inadaptation à la société tance, aussi, de la musique comme il m’a fallu prendre pour aller jus- Conroy se réveille donc enfer- fait quand même une belle méta-
Jeunes filles d’aujourd’hui, Noé- se manifeste aussi dans la famille. soupape de survie et métronome qu’à toi ! » p mé dans un cercueil après l’atta- phore des dégâts entraînés par l’ir-
mie et Priscilla ne sont pas seule- Noémie est en friction avec sa d’une élégante mise en scène. L’Or- Jean-Luc Douin que de son convoi, quelque part au ruption des Etats-Unis en Irak. p
ment unies par leur désespoir mère, Priscilla squatte chez sa phée, de Gluck, berce ici la solitude nord de Bagdad. Il dispose d’un bri- T. S.
d’avoir été toutes deux trahies par sœur où elle se sent « boulet ». C’est d’une survivante en proie à sa soli- Film français de Jean-Paul Civeyrac. quet et d’un smartphone qui capte
un garçon, elles ressentent un après un repas d’anniversaire au tude coupable, inconsolable Avec Elise Lhomeau, Léa Tissier, Elise un signal assez fort pour que l’en- Film hispano-américain de Rodrigo
dégoût du monde contemporain, cours duquel elle est agressée par Eurydice. Caron, Roger Jendly. (1 h 25.) terré vivant puisse entamer une Cortés, avec Ryan Reynolds. (1 h 34.)
© Fred Toulet / Opéra national de Paris

Les mise
Noces de Figaro
en scène de Giorgio Strehler
en direct de L’Opéra Bastille
Mercredi 3 novembre à 20h35
france3.fr

à voir ou à revoir sur


0123
Mercredi 3 novembre 2010 & Vous 23

Cerdan sort sa griffe


Juste avant de mourir brutalement dans un accident d’avion en
1949, Marcel Cerdan avait décidé de lancer une collection de vête-
ments de sport et d’accessoires de boxe à son nom. Le champion,
en route pour New York où l’attendait Edith Piaf, espérait profiter
de sa renommée après le titre mondial obtenu un an plus tôt. Quel-
ques modèles furent produits, mais jamais vendus. Les traces de la
collection imaginée par le boxeur ont été découvertes, en 2003,
par son petit-fils Nicolas Cerdan. Il n’a jamais remis la main sur
les créations de son grand-père mais uniquement sur des
photos de quelques pièces. Un point de départ qui lui a per-
mis de lancer en 2008, une ligne de polos, shorts et
boxers à l’esprit vintage, désormais commercialisée dans
une quarantaine de points de vente en France et en Espa-
gne. Pour Noël, la marque propose trois sacs en cuir cho-
colat et quelques accessoires. La griffe vient par ailleurs de
confier à Maxel Invest le soin de concevoir, fabriquer et dis-
tribuer une ligne de sous-vêtements pour homme, femme et
enfant. En vente à partir du printemps 2011. p J. Mo. (PHOTOS MARCEL
CERDAN HERITAGE)

La fibre optique arrive


lentement dans les foyers
Les offres Internet à très haut débit se multiplient,
mais moins de 2% des Français y ont pour l’instant accès

Technologie S’ils témoignent du débit réelle- Avec plus de 4,2 millions foyers
ment constaté, ces résultats doi- raccordables et plus de

D
epuis mardi 2 novembre, vent être analysés avec précaution. 400 000 abonnés, c’est Numerica-
Bouygues Telecom com- La vitesse constatée chez Free et ble qui arrive en tête. Darty et Bou-
mercialise sa Bbox Fibre, SFR, le deuxième du classement de ygues Telecom utilisent ce réseau
une offre triple play (Internet, DegroupTest, doit être relativisée. pour proposer leurs offres. Orange
télévision et téléphone) à très «Ceschiffressontdonnésàtitreindi- a équipé 644 000 foyers dont
haut débit. L’opérateur rejoint catif, car le faible nombre d’accès 48 000 se sont abonnés à ses servi-
ainsi le cercle des fournis- testés (moins de 5 000) ne permet ces. SFR a raccordé 300 000 foyers
seurs d’accès à Internet (FAI) qui pas d’établir une véritable tendan- dont 50 000 abonnés. Free est
utilisent la fibre optique pour ce », précisent les auteurs de l’étu- quant à lui plus discret sur ses chif-
transmettre les données. de. « La vitesse constatée chez le fres. « Nous devrions compter
Ce mode de transmission est en client dépend aussi de son équipe- 10 000 abonnés à la fin de l’année.
théorieleplus rapide. Ledébitpeut, ment, les ordinateurs doivent être Ilsdevraients’élever à plusieurscen-
en principe, atteindre 100 méga- par exemple paramétrés correcte- taines de milliers fin 2011 tandis
bits par seconde, alors que l’ADSL que 4 millions de prises devraient
– technique actuellement la plus Quasiment aucun être installées d’ici à 2013 », indique
répandue – n’offre qu’un débit de Maxime Lombardini, directeur
30 Mbits par seconde. abonné ne dispose général d’Iliad, la maison mère de
Le confort est perceptible : actuellement d’un Free.
l’échange de mails devient instan- A l’exception de Numericable,
tané, un film en haute définition se débit de 100Mbits tous les opérateurs ont pris du
télécharge en un peu plus d’une par seconde retard dans le câblage en fibre opti-
minute contre plus de treize minu- que des zones urbaines. Pour leur
tes avec une connexion ADSL déli- ment pour pouvoir profiter du défense, le cadre réglementaire de
vrantundébitde 8Mbitspar secon- débit maximum », note Yves Par- la pose de la fibre optique n’a été
de, la vitesse moyenne d’un accès fait, directeur du projet fibre pour finalisé qu’au printemps.
de ce type. la France chez Orange. Le câblage se fait en deux
La rapidité de la fibre optique Plus important, avec des débits temps. Il faut d’abord tirer des
s’apprécie également en matière constatés par DegroupTest large- câbles dans les rues. Dans les
de télévision. Elle permet de regar- ment supérieurs à 35 Mbits par immeubles, la copropriété choisit
der simultanément, sur deux pos- seconde, la fibre garde tout son un opérateur qui câblera l’immeu-
tes, des chaînes émises en haute attrait par rapport à la connexion ble. La désignation doit se faire lors
définition, ce qui est quasiment ADSL. Elle autorise des télécharge- d’une assemblée générale. Toute-
impossible avec l’ADSL. mentssimultanés de donnéesoule fois, chaque copropriétaire reste
Les vitesses de transfert affi- visionnagede plusdeux chaînesde libre de choisir son FAI, le réseau
chées par les opérateurs dans télévision haute définition et étant « mutualisé », c’est-à-dire
leur communication restent demain des programmes en 3D. qu’il est accessible à tous.
néanmoins toutes théoriques. Cependant, bien peu de Français Dans la pratique, les choses Orange a équipé 644 000 foyers en fibre optique. RODOLPHE ESCHER.ABACAPRESS.COM POUR ORANGE
Quasiment aucun abonné ne dis- peuvent accéder à la fibre optique sont un peu différentes. Pour pou-
pose actuellement d’un débit de aujourd’hui. Selon une étude que voir choisir un opérateur (autre ne équiper l’appartement d’une est dédiée à un opérateur) et les dif- Reste un dernier frein à la mon-
100 Mbits par seconde. Selon vient de publier l’Idate, avec 1,46 % que celui qui a équipé l’immeu- prise optique. férents acteurs s’échangent les tée en puissance de la fibre : son
DegroupTest, une société qui des foyers équipés, la France se pla- ble), il faut encore que celui-ci dis- Ces obstacles donnent une lon- informations pour faciliter le pas- prix. Si le montant de l’abonne-
éprouvent les connexions Inter- ce quinzième des pays européen pose d’un réseau au pied du bâti- gueur d’avance à l’opérateur sage de l’un à l’autre. « Avec l’accé- ment est le même que pour
net, la vitesse de transfert varie en matière d’accès à l’Internet à ment. Il faut ensuite que sa fibre ayant équipé l’immeuble sur ses lération du déploiement du réseau l’ADSL chez Free, il faut débourser
en réalité entre 51,58 Mbits par très haut débit, juste derrière l’Ita- optique soit connectée au réseau concurrents. Mais la compétition fibré, le nombre d’abonnés va 5 euros supplémentaires men-
seconde pour le plus rapide lie. Très loin derrière la Lituanie, le de l’immeuble… Et si toutes ces est désormais ouverte : plusieurs décoller », prédit Pierre-Alain Alle- suels au minimum chez les
(Free) et 36,06 pour le plus lent numéro un, où 20,96 % des foyers conditions sont remplies, il fau- fibres sont en effet posées vers cha- mand, directeur général des autres opérateurs. p
(Numericable). sont abonnés à la fibre optique. dra encore qu’un technicien vien- que appartement (chaque fibre réseaux chez SFR. Joël Morio

Le Pera Palas d’Istanbul retrouve son lustre et son ambiance Belle Epoque
Rénové de fond en comble, le célèbre palace, ancien point de chute des passagers de l’Orient-Express, veut renouer avec une clientèle fortunée

Voyage Le palace a rouvert ses portes le ristes du monde entier. La lumiè- ascenseur en bois verni est l’une cienne Constantinople. L’hôtel pée par Mata Hari, la 304 par
1er septembre, après plus de quatre re du jour entre désormais dans des pièces phare du Pera Palas. fut le premier bâtiment raccordé Sarah Bernhardt, et la 107, dans
Istanbul années de fermeture et une réno- les pièces du bâtiment et illumine Installé en 1892, pour l’ouverture à l’électricité. un coin avec vue sur la Corne
Correspondance vation complète. « Des parquets à l’entrée, en s’engouffrant dans de l’hôtel, il fut le deuxième Pour retrouver l’atmosphère d’or, était la favorite de Greta Gar-
la façade, nous avons tout restau- des coupoles de verre, à la maniè- ascenseur électrique d’Europe de cette époque, il suffit de frap- bo. Le roi George V, l’empereur

V
endredi 29 octobre, ré, sans modifier la structure histo- re des hammams ottomans d’Is- après celui de la tour Eiffel, à per à la porte de la chambre 101, Guillaume II, le chah d’Iran, Sza-
450 convives – smoking et rique du rez-de-chaussée », expli- tanbul. Le bar anglais du rez-de- Paris, précise Selbin Okyay, la où le fondateur de la République, Sza Gabor, Alfred Hitchcock, Rita
chapeau de tulle – se sont que Pinar Kartal Timer, la directri- chaussée, jauni par le tabac, où directrice adjointe. Il reste en par- Mustafa Kemal « Atatürk », a pas- Hayworth et Hemingway y
pressés au Pera Palas pour partici- ce de l’établissement. Les colon- Ernest Hemingway passait des fait état de marche. sé quelques nuits à partir de 1917. séjournèrent…
per au « bal de la République » mar- nes de marbre et les lustres en cris- heures à siroter du whisky, a été Impossible d’y séjourner. La piè- Le palace, édifié par l’architecte
quant l’anniversaire de la Républi- tal, les plafonds Art déco et les rafraîchi. Modernité occidentale ce a été transformée en musée à levantinAlexandre Vallaury, archi-
que turque. Le célèbre hôtel de meubles anciens, le savant mélan- Quelques touches plus contem- Construit par la Compagnie la gloire du leader national. tecte majeur qui fit également
luxed’Istanbul,récemment restau- ge de style néoclassique européen poraines ont été ajoutées, tels que internationale des wagons-lits Les clients peuvent en revan- construire le siège de la Banque
ré,veut ainsifaire revivre l’ambian- et de décoration orientale, ont été l’inévitable spa et une petite pisci- pour offrir un point de chute aux che réserver la chambre 411, qui ottomane et le bâtiment principal
ce Belle Epoque . A la chute de l’Em- soigneusement préservés. Mais le ne. Vingt-trois millions d’euros passagers exigeants de l’Orient- était celle d’Agatha Christie. La du Musée archéologique d’Is-
pire ottoman, il était réputé pour palace qui se morfondait dans la ont été investis dans la rénova- Express, le train qui reliait Paris romancière aurait commencé à y tanbul, est l’un des monuments
ses bals républicains, où la haute poussière et la pénombre depuis tion par le propriétaire, un arma- à Istanbul via Venise, le Pera écrire Le Crime de l’Orient- historiques de la ville. Le témoin
bourgeoisie laïque venait danser plus d’un siècle a pris un sérieux teur turc. Palas était le symbole de la Express après un voyage en train d’une époque. p
la valse et le tango. coup de jeune pour attirer les tou- Dans un coin de l’hôtel, le vieil modernité occidentale dans l’an- jusqu’à Istanbul. La 105 a été occu- Guillaume Perrier
24 Météo & Jeux Ecrans 0123
Mercredi 3 novembre 2010

< -5° -5 à 0° 0 à 5° 5 à 10° 10 à 15° 15 à 20° 20 à 25° 25 à 30° 30 à 35° 35 à 40° > 40° Chronique Franck Nouchi
Mercredi 3 novembre H En Europe
Le piège
980
10
15 D
Beaucoup de grisaille 03.11.2010 12h TU

Lille 100
0
Reykjavik
D
12 15

C
www.meteonews.fr ’était le mercredi 30 juin. 2012 ? Nommer Baroin ? Ce serait
Cherbourg 55 km/h 995
13 16 Amiens 985 Oslo Helsinki
0 St-Pétersbourg Recevant les députés UMP faire un bien beau cadeau à Jac-
50 km/h 12 15 Stockholm 100
Rouen Châlons- à l’Elysée, Nicolas Sarkozy ques Chirac. Copé ? Il n’en a pas
en-champagne
11 15 Riga Moscou 5 leur avait confié qu’il procéde- la moindre envie, sachant le pos-
PARIS
11 12
Edimbourg 101
Caen Metz
Copenhague
rait à « une réorganisation de te piégé. Balladur ? Le mentor de
Brest 12 16
12 16 995 0
15 16
10 12
Strasbourg Dublin 101 Minsk l’UMP et du gouvernement après Nicolas Sarkozy n’apparaîtrait-il
Rennes
13 17 Orléans
D
7 14 Londres
Amsterdam Berlin
Bruxelles Prague
Varsovie
la réforme des retraites, en octo- pas comme le « vrai » président ?
Nantes 11 15 Kiev bre ». Je souhaite « être le maître Guéant ? Pas très alléchant com-
Besançon 1000 Munich Vienne
13 17 1020 Paris Berne Budapest du temps », avait-il alors ajouté. me affiche en vue de 2012. Chris-
7 13
Poitiers Dijon
Zagreb
Odessa
Depuis cette annonce, un specta- tine Lagarde ? Pas vraiment le
11 16 9 13 Milan
Belgrade
Bucarest cle inédit sous la Ve République genre à recoller les morceaux
0
Chamonix
Rome Sofia102 est proposé aux Français : une avec l’électorat populaire.
Clermont-Ferrand 2 11
A
Barcelone
Barcelone
Limoges 10 14 Lyon Madrid
Istanbul campagne de premiers ministra- Reste deux hypothèses encore
12 15
25 km/h 7 14 bles. Interviews, petites phrases, assez peu explorées par les exé-
A
Lisbonne
Lisbonne Ankara
51

5
10

102 livres, tout y passe et dans tous


Séville Athènes
Grenoble Tunis
D
Tunis

15 km/h
Bordeaux
14 18
6 16
Rabat
Alger
Beyrouth
les registres. Jusqu’à cette décla-
ration de Jean-Louis Borloo,
Copé? Il n’en a pas
Nice
A Anticyclone
Front chaud
D Dépression
Front froid
Tripoli
Tripoli

Jérusalem dimanche, sur Canal+ : « Cette la moindre envie,


Biarritz
Toulouse
12 18
Montpellier
10 20
Marseille
11 19
13 19 Occlusion Thalweg
Le Caire
espèce de débat, que je trouve
honnêtement assez inélégant à
sachant le poste piégé.
15 17 Scandinavie Averses et fraîcheur s’imposeront
En Europe Riga faiblepluie 7 10 New Delhi beautemps 19 29
l’égard du premier ministre et Balladur? Guéant?
Perpignan
Amsterdam aversesmodérées 12 14 Rome assezensoleillé 14 20 New York beautemps 7 12 des équipes en place, ne reflète
13 21 Ajaccio 19 18 2 17
21 km/h
Athènes assezensoleillé 17 Sofia assezensoleillé 4
8
Pékin beautemps
17 29
pas la réalité. Au fond, il va y gètes de l’action du chef de l'Etat.
Températures à l’aube 1 22 l’après-midi 9 20 Barcelone beautemps 14 20 Stockholm aversesmodérées 7 Pretoria bienensoleillé
Belgrade assezensoleillé 8 16 Tallin pluiemodérée 6 8 Rabat beautemps 14 20 avoir un choix politique. » Une dissolution surprise du Par-
Berlin éclaircies 6 13 Tirana assezensoleillé 14 22 Rio de Janeiro bienensoleillé 19 28
Saint Hubert Lever 07h39 Lever 04h07 Berne assezensoleillé 5 14 Varsovie averseséparses 9 14 Séoul bienensoleillé 2 13 « Inélégant », le mot est joli pour lement, tout d’abord. L’idée est
Coeff. de marée 79 Coucher 17h25 Coucher 15h38 Bruxelles faiblepluie 11 14 Vienne assezensoleillé 8 15 Singapour risqueorageux 26 32 caractériser ce qui ressemble de tentante mais dangereuse. Et
Bucarest assezensoleillé 8 17 Vilnius faiblepluie 8 10 Sydney assezensoleillé 14 21
Budapest éclaircies 5 14 Zagreb averseséparses 10 15 Téhéran assezensoleillé 12 17 plus en plus à une machine infer- puis une cohabitation Sarkozy-
Jeudi 11 15 16
Aujourd’hui Copenhague aversesmodérées 9 Dans le monde Tokyo beautemps nale que le chef de l'Etat a lui- Aubry pourrait vite tourner au
14 16 14 16 Dublin averseséparses 11 15 Alger averseséparses 16 18 Tunis averseséparses 14 20
La grisaille s'imposera sur les Edimbourg éclaircies 7 10 Amman beautemps 12 24 Washington beautemps 3 14 même actionnée et qu’il ne sait cauchemar. Resterait alors le
Helsinki pluiemodérée 7 8 Bangkok assezensoleillé 24 28 Wellington beautemps 13 16 plus arrêter. Qui nommer à Mati- coup de maître : convaincre
deux-tiers nord du pays, 15 18 Istanbul assezensoleillé 15 18 Beyrouth beautemps 25 28 Outremer
occasionnant quelques bruines par Kiev éclaircies 6 13 Brasilia risqueorageux 18 25 Cayenne risqueorageux 24 32 gnon ? Borloo ? « Je suis profondé- Dominique Strauss-Kahn d’aller
La Valette risqueorageux 18 20 Buenos Aires risqueorageux 17 31 Fort-de-Fr. risqueorageux 28 29
endroits. Le soleil parviendra à percer 15 18 11 17 Lisbonne bienensoleillé 14 21 Dakar bienensoleillé 26 32 Nouméa risqueorageux 24 26 ment radical, centriste, social- à Matignon. Newsweek s’interro-
ici ou là en cours d'après-midi. Les Ljubljana brouillard 9 13 Djakarta risqueorageux 25 31 Papeete bienensoleillé 25 28 démocrate », confiait-il diman- ge cette semaine dans un long
8 17 Londres éclaircies 13 17 Dubai beautemps 27 34 Pte-à-Pitre risqueorageux 25 28
régions du sud-est seront plus Luxembourg pluiemodérée 10 12 Hongkong beautemps 19 24 St-Denis assezensoleillé 24 27 che à Anne-Sophie Lapix au ter- article très élogieux : « Doit-il res-
privilégiées puisque le soleil s'y Madrid beautemps 6 21 Jérusalem beautemps 15 24 me d’un vibrant plaidoyer en ter à la tête du FMI au premier
15 20 9 18 Moscou cielcouvert 3 7 Kinshasa risqueorageux 23 32 Météorologue en direct
imposera. Une grande douceur Nicosie beautemps 16 26 Le Caire bienensoleillé 22 30 faveur de la « justice sociale ». plan de la scène mondiale ? Ou
au 0899 700 703
régnera. 12 18 Oslo trèsnuageux 8 9 Mexico averseséparses 10 23 1,34 € l’appel + 0,34 € la minute Convainquant à la télévision, doit-il démissionner pour se pré-
Prague éclaircies 4 12 Montréal assezensoleillé -1 6 7 jours/7 de 6h30-18h
13 20 Reykjavik éclaircies -1 0 Nairobi risqueorageux 16 24 a-t-il pour autant l’étoffe d’un senter à l’élection présidentielle
Jours suivants premier ministre ? « La fonction 2012 ? » Selon une « relation fémi-
Vendredi Samedi Dimanche de premier ministre exige une nine », DSK serait actuellement
L’ E S PA C E E N
solidité, une stabilité qui sont les « au régime », ce qui est, note
Nord-Ouest 11
D O UA L A
12 7
16 15 12 P R E M I U M V O YA G E U R deux éléments principaux de ce Newsweek, « une préparation
que doit être l’homme ou la fem- habituelle pour des apparitions

Ile-de-France

1731
13 13 8 T TC
15 15 11 by me qui exerce cette fonction », télévisées ».
Nord-Est 12 11 7
expliquait, un rien venimeux, Alors ? Matignon ou 2012 ? Mal-
13 13 10 A/R François Bayrou, dimanche sur heureusement pour Nicolas
Sud-Ouest 12 11 11 airfrance.fr Europe 1. Sarkozy, la seconde hypothèse
18 17 13 Et sinon ? Garder Fillon ? Et pour- est, de loin, la plus probable.
Sud-Est 8 10 9 Tarif hors frais de service, soumis à conditions au départ de Paris. quoi pas, en ce cas, lui laisser la Le maître du temps reste pris à
19 18 15 possibilité de se présenter en son propre piège. p

Les jeux Les soirées télé


Mots croisés n˚10-262 Sudoku n˚10-262 Solution du n˚10-261
Mardi 2 novembre Mercredi 3 novembre
TF 1 TF 1
Retrouvez nos grilles sur www.lemonde.fr 4 9 6 8 5 3 7 1 2
4 9 8 1 3 5 9 2 7 8 4 6 20.35 Football. 20.45 Mentalist.
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 1 12 7 2 8 1 6 4 5 3 9 Ligue des champions (1re phase, 4e journée, Série. L’Alliance de Cléopâtre. Culture et
1 9 8 5 9 7 3 2 1 6 4 groupe B) : Benfica Lisbonne - Lyon. En direct. dépendance (S2, 17 et 18/23) U ; D’un art à
I 6 4 3 5 1 9 2 8 7 22.54 Appels d’urgence. Agressions, l’autre (saison 1, 13/23). Avec Simon Baker.
7 6 8 5 2 7 1 4 8 6 9 5 3 violence gratuite, guerre des bandes V (85 min). 23.15 Fringe.
Série. Les Anciens Cobayes. Allers-retours
3 1 4 2 9 5 6 7 8
II
3 9
5
8
6
7
2
6
3
4
7
1
8
3
4
2
9
5
1
FRANCE 2 temporels (saison 2, 17 et 18/23, 95 min) V.
III 20.35 Je vous ai compris :
7 2 1 Facile de Gaulle 1958-1962.
FRANCE 2
IV Téléfilm. Serge Moati. Avec Patrick Chesnais, 20.35 Contes et nouvelles
6 8 7
Complétez toute la
grille avec des chiffres Hubert Saint-Macary, Catherine Arditi (Fr., 2010). du XIXe siècle.
V allant de 1 à 9. 22.10 De Gaulle et l’Algérie : Série. L’Affaire blaireau. Crainquebille (saison 5).
5 Chaque chiffre ne doit le prix du pouvoir. Documentaire (2010). 22.35 Chez Maupassant.
VI être utilisé qu’une 23.10 Face aux Français... Série. La Parure (saison 1, 2/8).
3 6 7 seule fois par ligne,
conversations inédites (120 min). 23.05 Dans l’univers de... (120 min).
VII par colonne et par
2 3 8 carré de neuf cases. FRANCE 3 FRANCE 3
VIII http://yangeorget.blogspot.com/2009/12/sudokus.html 20.35 King Kong ppp 20.35 Les Noces de Figaro.
Film Peter Jackson. Avec Naomi Watts, Jack Opéra de Mozart. Par l’Orchestre de l’Opéra
IX Black, Adrien Brody (EU - NZ, 2005) U. national de Paris, dir. Philippe Jordan. Avec
X Loto 23.40 Soir 3.
0.10 Chabada. Invités : Véronique Sanson,
Ludovic Tézier, Barbara Frittoli.
23.45 Soir 3.
Nolwenn Leroy, Zaz, Grand Corps Malade (50 min). 0.20 Vie privée, vie publique,
Résultats du tirage du lundi 1er novembre . l’hebdo. Spécial Michel Drucker (70 min).
Horizontalement Verticalement 1, 15, 17, 24, 28 ; numéro chance : 10. CANAL +
I. En attendant de pouvoir tout 1. Sans titre ni diplôme, mais pas Rapports : CANAL +
remettre en place. II. S’emparer sans talent. 2. Trouvera toujours 5 bons numéros et numéro chance : pas de gagnant ; 20.50 Les Vies privées
par la fraude et la violence. un bon moyen. 3. Cours primaire. 5 bons numéros : pas de gagnant ; de Pippa Lee p 20.45 Football.
Montre les dents chez le tailleur. En fuite. Le bruit de la rupture. 4 bons numéros : 1 111,60 ¤ ; Film Rebecca Miller. Avec Robin Wright Penn, Ligue des champions (1re phase, 4e journée,
III. Fait la liaison. A des enfants 4. Amusante mais pas trop. 3 bons numéros : 8,10 ¤ ; Winona Ryder, Mike Binder (EU, 2009) U. groupe F) : Zilina (Slova.) - Marseille. En direct.
22.35 Football. Ligue des champions. 22.35 Football. Ligue des champions.
vicieux. IV. Fait le joint. Conduit 5. Nettoyé avant de pouvoir 2 bons numéros : 4,50 ¤. 23.45 Le Ruban blanc p p 23.45 Poker. World Poker Tour.
tout droit au chœur. Bout de planter. En apparence. 6. Possessif. Numéro chance : grilles à 2 ¤ remboursées. Film Michael Haneke. Avec Christian Friedel, 0.35 Mad Men.
rideau. V. Vous transformera en Pape grec. 7. L’Irlande des poètes. Joker : 1 101 723. Leonie Benesch (coprod., 2009, 140 min). Série. 23 juillet (saison 3, 7/13, 50 min) U.
citron. Cadeau du ciel. VI. Bon Ses lames sont dangereuses.
pour accord. Risquent de récolter 8. Prendra grand soin. 9. Bien Les résultats du Loto sont publiés dans nos éditions datées diman- ARTE ARTE
la tempête. VII. Récupèrent les moins important que la bulle. che-lundi, mardi, mercredi et vendredi.
brebis égarées. Vierge quand elle Filet renversé. 10. Fond de cours. Tous les jours Mots croisés et sudoku. 20.40 Amen p 20.40 Les Mercredis de l’Histoire.
est prise sur la bête. VIII. Grossit Bonne adresse. 11. Ne ménage pas Film Costa-Gavras. Avec Ulrich Tukur (2002). Le Vrai Pouvoir du Vatican. [1 et 2/2].
la Seine. Faire surface. IX. Chez les beaucoup la monture. 12. Deux 22.49 Thema - La Poudrière du 22.30 Le Dessous des cartes.
Proche-Orient : Entre peur et espoir. Matteo Ricci, entre Occident et Orient.
Obama. Ouverture vers le large. points sur quatre. Mettre en Rédaction : 80, boulevard Auguste-Blanqui,75707 Paris Cedex 13
Tél. : 01-57-28-20-00 ; télex : 202806F ; 22.50 De Brooklyn au désert. Des colons 22.45 Et si c’est un garçon ?
X. Avec lui, plus rien ne devrait se bonne place. télécopieur : 01-57-28-21-21 américains en Israël. Documentaire (2010). Documentaire. Danae Elon (2009).
perdre. Courrier des lecteurs : par télécopie : 01-57-28-21-74 ; 23.20 Obama à l’épreuve. L’Alliance américano- 23.40 Les Enfants de la colère
Par courrier électronique : courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
Philippe Dupuis Médiatrice : mediateur@lemonde.fr israélienne. Documentaire (2010). Film Winfried Bonengel (All., 2002, 105 min).
Abonnements : par téléphone : de France 0-825-000-778 0.20 Débat. Présenté par Thomas Kausch (80 min).
Solution du n° 10 - 261 (0,15 TTC/min) ; de l’étranger : (33) 3-44-31-80-48.
Sur Internet : www.lemonde.fr/abojournal/ M6
Horizontalement Verticalement Changement d’adresse et suspension : M6
I. Claustration. II. Aisseau. Ocra. 1. Cabanement. 2. Lie-de-vin. 0-825-022-021 (0,15 TTC/min)
Tarif 1 an : France métropolitaine : 394 ¤
20.40 La France
III. Bec. Créatifs. IV. Adepte. Va. Ri. 3. Ascètes. Lu. 4. Us. César. 20.40 Desperate Housewives. a un incroyable talent.
Internet : site d’information: www.lemonde.fr
Série. Comment devient-on un monstre ? Les Auditions : épisode 1 (saison 5).
V. Net. Filial. VI. Evection. Vil. 5. Sectatrice. 6. Tare. Iéna. 7. Rue. finances : http://finance.lemonde.fr
Les Hommes mystérieux (S6, 20 et 21/23) U.
Emploi : www.talents.fr/ Immobilier: http ://immo.lemonde.fr 22.35 La France a un incroyable
VII. Miséréré. Réa. VIII. En. Siné. Forets. 8. Aviné. 9. Total. HLM. Documentation : http ://archives.lemonde.fr 22.25 Medium. Série. talent, ça continue.
Ha. IX. Laçât. Lied. X. Taure. 10. Ici. Ivraie. 11. Orfraie. Ee. Collection : Le Monde sur CD-ROM : CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60 Les Liens du sang U. Apocalypse... Now ? V. 23.35 Que sont devenues nos stars ?
Semées. 12. Nasillards. Le Mal à la racine V (S5, 5 à 7/19, 155 min). Présenté par Laurent Boyer (110 min).
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Carnet 25
Les membres Geneviève Balland, Monique Gaulhiac, Le maître est là, il t’appelle
du conseil d’administration André Balland, sa femme, (Jn 11.28).
de la Fédération générale des PEP Cécile Groulez
Manuel et Sylvain, De cet appel premier à l’appel dernier,
(Pupilles de l’enseignement public), et Michel, son conjoint,
Jean Deygout, Jacqueline Balland, ses fils, ce 30 octobre 2010,
Le Carnet président d’honneur,
Les présidentes et présidents
ses enfants,
Nicolas, Antoinette et Brian,
Philippe et Jacqueline,
ses parents,
sœur Myriam,
des quatre-vingt-quinze Pascaline et Fabrice, diaconesse de Reuilly,
Gabriel,
associations départementales Christophe et Valérie,
Faites part de vos et des vingt-deux unions régionales Sébastien et Sylvie, son frère, a accompli sa vie dans un bonheur profond
et une belle fécondité.
affiliées, Guillaume et Marjorie,
événements L’ensemble des personnels Julien et Gwenaële, ont la douleur de vous apprendre le décès, Elle avait quatre-vingt-cinq ans.
de la fédération, Marianne et Vincent, dans sa cinquante-troisième année, lundi
par téléphone : 01 57 28 28 28 ses petits-enfants Consacrée le 6 novembre 1949, elle fut
ont la grande tristesse de faire part et leurs conjoints, compagnes 25 octobre 2010, de
le 7e prieure de la Communauté de 1974
par e-mail : carnet@mondepub.fr du décès de et compagnons, à 1995.
par fax : 01 57 28 21 36 Caoillin (†), Aoibhgreine, Clémence, Jean GAULHIAC.
Joël BALAVOINE, Héloïse, Marguerite, Zélie, Joseph, Mona, Les obsèques seront célébrées dans
Tarifs 2010 (prix à la ligne) président Célestine, l’intimité de la Communauté.
de la Fédération générale des PEP, Merci de votre pensée.
ses arrière-petits-enfants,
Naissances, Anniversaires inspecteur général Geneviève Jeannet, Un service d’action de grâces aura lieu
de la Jeunesse et des Sports. sa sœur, 18, rue de l’Hôtel-de-Ville, le 7 décembre, à 16 heures, à Versailles,
de naissance, Mariages, 10, rue Porte-de-Buc.
Jeanine Loridan, 84130 Le Pontet.
Fiançailles… : 18 TTC Dans la continuité des grandes figures sa belle-sœur,
de la République qui ont présidé la 12, rue Tournefort, Sœur Evangéline et ses sœurs
Ses neveux et nièces,
Fédération générale des pupilles de 75005 Paris.
Décès, remerciements, l’enseignement public depuis sa création vous invitent à les rejoindre.
ont la tristesse d’annoncer le décès de
Avis de messe, Anniversaires en 1917 (fédération reconnue d’utilité
publique et agréée au titre des associations Ses amis Ceux qui l’ont aimé tendrement,
de décès, Souvenirs : 24 TTC
complémentaires de l’Enseignement Valentine BALLAND,
public), Joël Balavoine a exercé depuis ont le regret de faire part du décès de Mme Irène Zeitoun,
née MORTAGNE, Mme Michèle Zeitoun,
Thèses : 15 TTC 2003 une présidence très active.
Sa présidence s’est notamment traduite M. et Mme Eric Decker et Loan,
Réduction abonnés Mme Léona GOUPIL, M. Dov Zeitoun,
par la construction d’un mouvement survenu le 28 octobre 2010,
Un justificatif d’identité militant pour les valeurs de laïcité et de M. et Mme Moshé Simon,
sera demandé. dans sa centième année. M. et Mme Claude Zeitoun,
solidarité, valeurs fondatrices des PEP et veuve de
par le développement de multiples actions M. et Mme Gilbert Smadja,
Elle rejoint son époux Pierre DELPIROUX, M. Maurice Zeitoun,
pour une société assurant à chacun et à
AU CARNET DU «MONDE» tous l’accès aux droits communs, droit à Toute sa famille
René, dite Santa RELLI, en France, en Israël et aux USA,
l’éducation, à la culture, aux loisirs, aux
(† 1971)
soins, au travail et à l’insertion sociale. comédienne,
Naissance ont la douleur de faire part du décès de
et ses enfants
Kiya. Kongolo. Lubumbashi. Paris. Nous exprimons toute notre Roland ZEITOUN,
reconnaissance et notre gratitude pour survenu le 29 octobre 2010,
l’importante contribution qu’il a apportée Pierre-Antoine dans sa quatre-vingt-dix-septième année.
Après neuf mois en terre africaine, († 1986) survenu le 11 octobre 2010,
à la cause associative des PEP au profit des à l’âge de soixante-huit ans,
un petit prince est né à Paris, et Françoise
enfants, adolescents et adultes en situation L’incinération aura lieu au funérarium après une brève mais cruelle maladie.
le 8 octobre 2010. († 2004).
de handicap ou fragilisés par les inégalités
de notre société. de Montfermeil (Seine-Saint-Denis),
Naïs, Thadée le vendredi 5 novembre, à 14 h 45. Remerciements
KITENGE MALAMBO, Nous nous associons à la douleur de son La cérémonie religieuse sera célébrée
le jeudi 4 novembre 2010, à 10 h 30, Marignane (Bouches-du-Rhône).
épouse, de ses enfants et petits-enfants. Ni fleurs ni couronnes. Courcelles-lez-Lens (Pas-de-Calais).
a ouvert les yeux sur le monde. en l’église Saint-Etienne d’Issy-les-
Nous nous souviendrons de ses grandes Moulineaux.
Karibu sana. Ses enfants,
qualités humaines. Etables-sur-Mer. Ses petits-enfants,
L’inhumation aura lieu le lendemain
Neema, Elodie et Polydor Ses arrière-petits-enfants,
Tous ses amis et collègues se au cimetière des Bardines à Angoulême.
sont très heureux. Bruno, Parents et amis,
retrouveront pour un moment
Nous aussi ! de recueillement, le jeudi 4 novembre Geneviève Balland, son mari,
profondément touchés des marques
2010, à 14 heures, au siège de l’association 24, rue du Maréchal-Foch, Valérie, d’amitié qui leur ont été témoignées lors
De la part départementale des PEP du Pas- 78000 Versailles. Philippe, Stéphanie, du décès, survenu le 21 octobre 2010,
des familles Figeat, Blais, Egret, Kitenge. de-Calais, 7, place de Tchécoslovaquie, à l’âge de quatre-vingt-sept ans, de
Marion, Gabriel, Elisabeth, Louise,
à Arras. Le Perreux. Genève (Suisse).
Décès Hennebont. Paris. Le Mans.
ses enfants et petits-enfants, Cyrille DARRAS,
La crémation aura lieu dans l’intimité ancien secrétaire général de mairie,
Nous avons la douleur de faire part familiale. Mme Yvette Camus, ont la tristesse de faire part du décès de
du décès de prient toutes les personnes qui se sont
son épouse,
Fédération générale des PEP, associées à leur peine de trouver ici
Philippe et Laurel Camus, Mme Marie-Henriette LEGRIS, l’expression de leurs sincères
Immeuble Echats 20, Eric et Nathalie Camus,
Joël BALAVOINE, 5 / 7, rue Georges-Enesco, née DUMONT, remerciements.
inspecteur général Catherine Camus,
94026 Créteil Cedex. ses enfants, dite « Mayette »,
de la Jeunesse et des Sports, Souvenir
président de la Fédération générale Hadrien, Kim, Marie-Sophie,
Après quatre décennies d’une existence Lola, Agathe, Clément, Alexandre
des pupilles de l’enseignement public, le 29 octobre 2010, Il y a vingt ans disparaissait mon frère,
commune exaltante et six années de Et Pol-Aurélien,
descente dans les ténèbres dévastatrices à l’âge de quatre-vingt-deux ans.
ses petits-enfants Marc PAOLOZZI.
de la maladie d’Alzheimer, Ainsi que les familles Camus, Bayonne,
survenu à Vitry-sur-Seine, le 30 octobre
2010, à l’âge de cinquante-neuf ans. parentes, alliées et amies, Ses obsèques auront lieu ce mercredi Que ceux qui l’ont aimé aient une
Avner 3 novembre, à 14 heures, au Centre pensée pour lui.
Les personnes qui souhaitent rendre un ont la douleur de faire part du décès de funéraire municipal, 6, rue des Champs-
est mort le 31 octobre 2010,
dernier hommage à Joël pourront le saluer, dans sa quatre-vingt-huitième année. de-Pies, à Saint-Brieuc. Communications diverses
jeudi 4 novembre, au siège des PEP 62, M. Jean-Louis CAMUS,
7, place de Tchécoslovaquie, à Arras, Que ses cendres rejoignent celles de
de 13 heures à 17 heures. survenu le vendredi 29 octobre 2010, L’Association Simonne Ramain
sa mère,
à Cologny (Genève - Suisse), internationale (ASRI)
Les funérailles civiles se feront à l’âge de soixante-treize ans.
Chaja GRUSZOW
le lendemain, dans l’intimité familiale. a la profonde tristesse d’annoncer le décès Université populaire du quai Branly,
et de tous ceux, disparus avec elle, dans La cérémonie religieuse aura lieu à Paris,
De la part de l’abomination de l’Holocauste, qui a hanté le vendredi 5 novembre, à 10 h 30, de
Saison 2010 - 2011.
Mme Jocelyne Balavoine-Bouillez, la vie d’Avner. en l’église Saint-Jean-Baptiste du Perreux-
son épouse, sur-Marne. M. Claude MANGIN, Prochains rendez-vous du théâtre
Juliette Balavoine et Laurent Capet, Il me laisse dans une tristesse Claude Lévi - Strauss
Maxime et Alexandre, irrémédiable. Anne-Marie,
Antoine Balavoine et Muriel Fisch, survenu le 27 octobre 2010,
son épouse, Cycle Décalages : les Autres et nous
Ilana et Sacha, Claire Jacquelin, à Bouzonville (Moselle).
Sa famille,
ses enfants et petits-enfants, 24, rue des Bernardins, Le respect dans les familles européennes
Ses amis,
Mme Antoinette Balavoine-Coët, 75005 Paris. Membre titulaire d’ASRI depuis de et en Chine par Florence Weber,
sa mère,
ont la tristesse de faire part du décès de nombreuses années, Claude Mangin était sociologue et anthropologue
M. et Mme Lionel Balavoine, Annie Stora-Lamarre,
un membre actif et écouté du conseil et Zhang Ning, sinologue,
son frère et sa belle-sœur, André Burguière
M. et Mme Raymond Bouillez, André DEBON, d’administration et de son bureau qu’il le jeudi 4 novembre, à 18 h 30.
Et ses amis français,
ses beaux-parents, Franc Tireur Partisan Français, a marqué par sa qualité d’écoute et son
Ses beaux-frères et belles-sœurs ont la tristesse d’annoncer le décès de Cycle Grands Témoins
médaillé militaire, esprit d’organisation.
Et toute la famille.
Susanna BARROWS, Françoise Héritier, anthropologue
survenu le 24 octobre 2010. et professeur honoraire
Selon ses volontés, il n’est pas souhaité professeure d’histoire de la France Les membres d’ASRI s’associent
de visites aux salons funéraires des pompes à l’université de Berkeley, à la peine de sa famille et de ses proches. au Collège de France,
funèbres Crespel, 156, rue Saint-Pry, L’inhumation a eu lieu à Cuves le samedi 6 novembre, à 14 h 30.
à Béthune. survenu le 27 octobre 2010. (Manche), le 30 octobre 2010.
ASRI, Entrée libre
2 bis, impasse d’Oncy, storalamarre@aol.com 27 ter, boulevard Diderot, 92 bis, boulevard du Montparnasse, (dans la limite des places disponibles)
94400 Vitry-sur-Seine. aburg@ehess.fr 75012 Paris. 75014 Paris. www.quaibranly.fr

BULLETIN D’ABONNEMENT
Pack Info A retourner dans une enveloppe affranchie, accompagné de votre règlement à :
Le Monde - Service Abonnement - B 1200 - 60732 Sainte-Geneviève Cedex – Tél. : 0 825 000 778 (0,15 € TTC/min)
 OUI, je souhaite profiter de cette offre exceptionnelle : je reçois le journal Le Monde
Abonnez-vous pendant 10 semaines (soit 60 numéros du Monde et tous ses suppléments) + chaque week-end
le supplément Le Monde Magazine. Je paie 38  au lieu de 95  (prix de vente au numéro).
02BMQPC
U396
opt 01

Je réalise une économie de 57 .


CHAQUE 10SEMAINES POUR J’ai bien noté qu’ensuite je n’aurai aucune obligation d’aucune sorte.

 AULIEUDE95
Avec mon abonnement au quotidien, je bénéficie de l’accès intégral à l’édition Abonnés du Monde.fr
JOUR CHAQUE
SEMAINE 38 (prixdeventeaunuméro)
Nom : _____________________________________________Prénom : __________________________________________________
Adresse : ____________________________________________________________________________________________________

Code postal : _____________________________Ville : _______________________________________________________________

CHAQUE Tél. : ______________________________________________________________________________________________________


Pour faciliter nos échanges concernant uniquement mon abonnement, je vous indique mon adresse e-mail et mon numéro de téléphone portable :
MOIS E-mail : _________________________________________@ ________________________________ Tél.portable:06 / ........ / ........ / ........ / ........
MODE DE PAIEMENT
 Chèque bancaire ou postal de 38  à l’ordre de la Société éditrice du Monde
 Carte bancaire :  Visa  MasterCard  American Express
N° Expire fin Cryptogramme*
* Les 3 derniers chiffres du numéro figurant au dos de ma carte, près de la signature
Date et signature obligatoires :
Plus pratique, plus rapide, abonnez-vous via Internet sur
EN www.lemonde.fr/journal

PERMANENCE Offre valable pour un premier abonnement en France métropolitaine jusqu’au 31/12/2010.
Société éditrice du Monde - 80, boulevard Auguste-Blanqui 75707 Paris Cedex 13.
Société anonyme au capital de 149 017 497 € - RCS Paris B 433 891 850. Vous vous abonnez au Monde : vos nom,
prénom et adresse seront communiqués à nos services internes et, le cas échéant, à quelques publications partenaires,
sauf avis contraire de votre part. Si vous ne souhaitez pas recevoir de propositions de ces publications, merci de cocher la
case ci-contre 
26 0123 Mercredi 3 novembre 2010

La City, c’était
tés de son père cinq jours après avoir évo- dre à l’argent, comme la France, ils s’en Sky News, qui savent traduire en termes
qué les problèmes stratégiques du groupe prennent aux voleurs. clairs un concept complexe. Dans les
de distribution dans sa chronique. Tout cela, diront les cyniques, a tou- pages éditoriales, les observateurs des
Maladresses et imprudence, sans dou- jours existé. L’affaire Collins apparaît com- marchés ont supplanté les spécialistes de

sa deuxième vie
te? Véritable ingénuité, peut-être ? Cupidi- me une péripétie par rapport aux délits la macroéconomie. La direction des pages
té, qui sait? Le simple sens des convenan- d’initiés dont la planète finance est coutu- financières est désormais l’une des voies
ces aurait tout simplement dû lui interdi- mière. Ce type d’infraction est rare de la rapides vers le sommet.
re cette transgression de l’éthique journa- part de journalistes, grâce notamment «Longtemps reléguées au deuxième
listique. Le vétéran a tiré sa révérence aux barrières de sécurité mises en place plan face à la diplomatie ou à la politique
avant que son employeur ne le démette dans les rédactions. intérieure, les informations de la City sont
de ses fonctions. Le scandale présente toutefois un dou- désormais au cœur de la conquête des lec-

Lettre de la City Thomson-Reuters ne badine pas avec


son image morale. Il y va de sa crédibilité
ble enjeu qui lui donne un retentissement
particulier.
teurs clés en termes de recettes publicitai-
res, les classes moyennes supérieures», sou-
Marc Roche internationale. L’enseigne illustre ne peut ligne George Brock, professeur de journa-
pas se permettre d’être considérée par ses
clients comme une république bananière.
Les « business editors » lisme à la City University de Londres.
Ensuite, ce dérapage tombe mal pour la
Il n’est pas commode de dénoncer la pré- sont les stars du quatrième presse d’outre-Manche. Pour lutter contre
tendue âpreté au gain des professionnels pouvoir. La crise aidant, les fuites jugées préjudiciables au bon

D
ans les cocktails qui rythment l’or- peu trop bien au niveau personnel. A la de la finance quand on franchit soi-même fonctionnement des marchés, la Financial
dinaire de la City, la première pla- fin octobre, l’observateur des us et coutu- la ligne jaune de la morale en s’enrichis- tout le monde s’arrache Services Authority (FSA), la tutelle de la
ce boursière européenne, les plus
grands PDG se pressaient autour de Neil
mes de la tribu bancaire a démissionné. Le
motif? La vigie des marchés a triché en
sant par le truchement de tuyaux en or.
C’est pourquoi le règlement interne
les spécialistes des City, entend contrôler les conversations
entre les responsables de compagnies
Collins, le chroniqueur financier de l’agen- achetant des actions de compagnies aux- interdit aux journalistes de couvrir des subprimes ou les experts cotées en Bourse et les médias.
ce Breakingviews, filiale du groupe Thom-
son-Reuters. Celui qui avait été responsa-
quelles elle avait consacré plusieurs arti-
cles.
compagnies dont ils sont actionnaires. Le
Financial Times va même plus loin, pous-
des produits dérivés En vertu d’un projet dévoilé le mois der-
nier, la FSA veut contraindre cette « chien-
ble pendant deux décennies des pages Selon Reuters Breakingviews (dont Le sant la déontologie jusqu’à exiger de ses qui ne jargonnent pas ne de presse» à passer par la direction de
économiques du Daily Telegraph glanait Monde publie quotidiennement des analy- rédacteurs, parmi les mieux payés de la la communication pour parler aux diri-
les scoops comme le balayeur de Hyde ses dans sa page « Bourse »), l’intéressé a profession, de déclarer leurs actifs à un Tout d’abord, à l’instar de Neil Collins, geants de la haute finance. Pour les jour-
Park ramasse les feuilles à l’automne. commis «de multiples violations du code registre confidentiel auquel seule leur hié- les «business editors » sont aujourd’hui les naux et les télévisions, en réduisant l’ac-
Neil Collins avait du charme et en de conduite interne en termes de transac- rarchie a accès stars du quatrième pouvoir. La crise cès à l’état-major, pareille restriction ne
jouait. Oscillant entre faux détachement tions boursières personnelles ». «Qui aime bien châtie bien », dit le pro- aidant, tout le monde s’arrache les spécia- peut qu’entraver leurs enquêtes sur les
et vraie perplexité, ce missionnaire du Ainsi, le journaliste a acheté des actions verbe. C’est vrai de l’argent comme du res- listes des subprimes ou les experts des scandales financiers.
poil à gratter laissait aller sa plume sobre, BP avant et après avoir publié un article te. Les pays occidentaux qui aiment le produits dérivés qui ne jargonnent pas. Il en est des journalistes comme de la
synthétique, pugnace en toute liberté. Ce favorable à la compagnie d’hydrocarbures plus le veau d’or – comme les Etats-Unis et Les angoisses du grand public cherchent femme de César : ils doivent être au-des-
faux père tranquille faisait partie du britannique responsable de la marée noi- le Royaume-Uni – sont ceux où les délits comme recours les explications de journa- sus de tout soupçon…p
décor depuis des lustres. re dans le golfe du Mexique. De surcroît, il financiers sont le plus impitoyablement listes couvrant la vie des affaires, tels
Mais Neil Collins vivait de la Bourse un a vendu des titres Marks & Spencer héri- poursuivis et punis. Au lieu de s’en pren- Robert Peston de la BBC ou Jeff Randall de Courriel : roche@lemonde.fr

Le courrier du jour
Politique avaient été trompés sur leur véri-
Opportunisme ? table signification ; mais suivant
Relatant le livre de Benjamin Sto- Tocqueville, qu’il citait, « une
ra et François Malye, François Mit- nation fatiguée de longs débats
terrand et la guerre d’Algérie, dans consent volontiers qu’on la dupe
Le Monde du 15 octobre, Jean-Pier- pourvu qu’on la repose ».
re Tuquoi semble suggérer que la Lui ne se découragea jamais. En
position de l’ancien président de juin 1962, il lançait encore un
la République avait varié quant à appel à l’opinion publique avec
la peine de mort entre 1954 et 1981 les professeurs René Courtin (qui
par opportunisme. Or retenons fut parmi les fondateurs du Mon-
qu’en 1981 combattre la peine de de) et Louis Rougier. En vain.
mort, c’était aller à l’encontre de Jean-Pierre Bouère
la majorité de l’opinion publique Le Chesnay (Yvelines)
et risquer une défaite électorale.
Il y a sans doute beaucoup à repro- « Civilisation » américaine
cher à François Mitterrand par Le général de Gaulle avait lutté
ailleurs, mais en l’occurrence, contre l’américanisation de la
faut-il reprocher à un responsable France et, malheureusement, a
politique d’avoir tiré des conclu- été vaincu. Le gouvernement
sions judicieuses d’une réflexion actuel nous y amène à marche for-
profonde et d’avoir varié cée, et Robert Redeker me paraît
en conséquence ? de la même veine dans son article
Reprocherait-on, par exemple, au « La retraite, agonie d’un mythe
général de Gaulle son pragmatis- français » (Le Monde du 21 octo-
me dans le problème algérien, et bre). Pour moi, la « civilisation »
d’être donc passé de « Vive l’Algé- américaine n’est pas une civilisa-
rie française ! » et de « Je vous ai
compris » à « la paix des braves »
tion, et elle est contraire aux
valeurs de notre République.
Avec HSBC Premier,
d’abord, puis à l’autodétermina-
tion ? Il semble qu’il convienne
La Liberté n’est pas la licence, l’Ega-
lité n’est pas le communautaris-
sélectionnons ensemble les meilleures
parfois de se réjouir de l’évolu-
tion bénéfique d’un homme poli-
me mais la contribution de tous,
la Fraternité n’est pas l’individua-
possibilités d’investissement.
tique. lisme mais la juste répartition.
Roger Rossi M. Redeker a raison quand il dit 21°N – Jeddah, Arabie Saoudite
Longjumeau (Essonne) que la retraite « est le temps du
déclin, des maladies, des hospitali-
Maurice Allais sations ». C’est vrai. Au cœur des réalités locales, partout dans le monde, nos experts ont créé
Le professeur Allais, Prix Nobel D’autre part, on ne touche sa pour vous une gamme innovante de fonds d’investissement que seul HSBC
d’économie, participait au débat retraite que partiellement : après peut vous proposer : HSBC World Selection (1).
politique quand sa conscience un certain âge une partie de celle-
l’exigeait. Il s’était élevé ainsi, en ci va remplir les poches des action- • Un accès aux fonds et aux gérants que nous considérons comme
1962, contre les accords d’Evian, naires des maisons de retraite ; à les meilleurs dans leur domaine,
au moyen de nombreux articles quand les dites maisons SBL (sans • Une diversification optimale : classes d’actifs, zones géographiques,
et d’un ouvrage très documenté, but lucratif) ?
thèmes d’investissement...,
L’Algérie d’Evian. M. Redeker a donc tort quand il
Il n’était pas hostile à l’indépen- pense qu’il conviendrait de recu- • Un choix parmi 5 profils d’investissement selon votre horizon
dance de l’Algérie, mais il considé- ler l’âge de la retraite ; il faut au de placement et le risque que vous êtes prêt à accepter.
rait que la négociation avec le seul minimum le maintenir à la valeur
FLN n’était pas conforme aux actuelle. La mécanisation du tra- Prenez rendez-vous avec l’un de nos conseillers
règles de la démocratie : il ne com- vail (parfois exagérée) crée suffi- > En agence
prenait pas que la communauté samment de richesses ; une politi- > Au 0 810 17 17 17(2)
française d’Algérie ait été tenue à que adéquate et surtout une refon-
l’écart, de même que les musul- te complète du système devraient > Sur www.hsbc.fr/hsbcpremier
mans qui se voulaient français, et le permettre, l’état actuel en étant
dont il aurait fallu assurer la pro- essentiellement communautaire.
tection. Il avait soigneusement Henri Louit
analysé les accords, et constaté Toulon
que leurs dispositions n’étaient
pas contraignantes et que les Courrier et contributions des lecteurs :
garanties données étaient illusoi- courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
res ; il jugeait que les Français Fax : 01-57-28-21-74

(1) Compartiment de la Sicav de droit luxembourgeois HSBC portfolios. Avant de souscrire dans un OPCVM de droit étranger, vous devez impérativement prendre
connaissance de la version française de son prospectus approuvé par l’autorité du pays d’origine de cet OPCVM, disponible auprès des agences HSBC France. Avant toute
Demain dans 0123 décision d’investissement, il vous appartient de vous assurer que le ou les supports considérés correspondent à votre situation financière, à vos objectifs d’investissement,
ainsi qu’à la législation locale à laquelle vous seriez éventuellement assujetti. Les performances passées ne préjugent en rien des résultats futurs, les investissements
soumis aux fluctuations de marché, peuvent varier tant à la baisse qu’à la hausse. Ces informations ne constituent pas un engagement de la part de HSBC France et sont

« M » Rencontre avec l’architecte Renzo


susceptibles de modification sans avis préalable. (2) Coût d’un appel local depuis une ligne fixe France Telecom partout en France Métropolitaine. HSBC Global Asset
Management (France) - Capital social 6 459 840 euros RCS Nanterre 421 345 489 - Société de Gestion de Portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers
(n° GP99026). Adresse postale : 75419 Paris cedex 08. Adresse d’accueil : Immeuble Ile de France - 4 place de la Pyramide - La Défense 9 - 92800 Puteaux. HSBC France -
Piano ; Vietnam, les parfums d’Huê ; Société Anonyme au capital de 337 189 100 euros - SIREN 775 670 284 RCS Paris. Siège social : 103, avenue des Champs-Elysées - 75008 Paris. Banque et Société de
courtage en assurance immatriculée auprès de l’ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance - www.orias.fr) sous le n° 07 005 894.
Matisse au Cateau-Cambrésis.
pTirage du Monde daté mardi 2 novembre 2010 : 387 033 exemplaires. 123
Contes
franco-allemands

D
Maintenant que le président de la Répu-
blique s’est « aperçu» que l’Allemagne
n’avait pas de bouclier fiscal, à rebours de

La crise sociale
toutes ses affirmations publiques de ces dernières
années, sa saisine de la Cour des comptes pour
explorer les différences de fiscalité entre la France et
l’Allemagne prend tout son relief. Les groupes de
travail de la Cour viennent d’ailleurs de tenir leurs
premières réunions.

plonge les Etats-Unis


L’objectif affiché par le gouvernement est d’aboutir
à une convergence fiscale entre les deux pays. Cet objec-
tif est pour l’instant largement consensuel.
A un extrême, les milieux patronaux clament que
les entreprises allemandes sont bien moins taxées.
A l’autre extrême, les altermondialistes réclament

dans le doute
une harmonisation permettant de stopper la concur-
rence fiscale en Europe. La comparaison France-Allema-
gne risque donc de devenir un aiguillon pour la loi de
finance pour 2012 et, de fait, une première grande éta-
pe de l’élection présidentielle.
En attendant, le premier ministre François Fillon a
d’ores et déjà dessiné les grandes lignes de la comparai-

tLa croissance donne des signes de ralentissement son: il y aurait ainsi plus de prélèvements obligatoires
dans l’Hexagone (42,8 % du PIB, contre 39,3 % outre-

tLe chômage et la pauvreté atteignent des niveaux record Rhin en 2008, selon Eurostat), nettement plus sur les
entreprises, un petit peu moins sur les particuliers.

tLes experts s’opposent sur l’opportunité de mesures de soutien Mais que recouvrent ces chiffres ? Sont-ils vraiment
comparables?
La Cour des comptes avait déjà rendu en 2008 un rap-
port dubitatif, sous le titre « Sens et limites de la compa-
raison des taux de prélèvements obligatoires entre
pays développés». La conclusion était que « la principa-
le raison des écarts [de prélèvement] réside dans les
choix que retient chaque société pour financer les dépen-
ses de protection sociale». Si cela relativise les forts
écarts entre l’Europe continentale et les Etats-Unis, par
exemple, la pertinence d’une comparaison entre la
France et l’Allemagne, où les choix de financement de
la protection sociale sont assez proches, semble renfor-
cée. Malheureusement, lorsqu’on commence à prendre
une loupe, on tombe sur des obstacles majeurs.
Le premier est celui des conventions comptables.
Prenons, par exemple, les impôts locaux. En leur sein,
les taxes pour l’enlèvement des ordures ne sont pas un
prélèvement obligatoire. Pourquoi? Parce qu’elles sont
directement associées à un service rendu aux contri-
buables. Il suffirait donc de ventiler les impôts locaux
en de multiples taxes – une pour l’entretien des voiries,
une autre pour les crèches – pour faire baisser compta-
blement les prélèvements obligatoires.
aaa Lire la suite page 2

Annonces
Paroles d’experts Commerciaux Page 9
Dirigeants p Finance, administration,
juridique, RH p Banque assurance
p Conseil, audit p Marketing, commercial,
communication p Santé p Industries
et technologies p Carrières internationales
Multiposte p Collectivités territoriales
Pages 7 à 10
Consultez notre site: www.lemonde.fr

L
a croissance du produit inté- plois auront été détruits par la crise plus d’un emprunteur immobilier bre, la reprise de « l’assouplisse-
rieur brut (PIB) américain au depuis 2008. Les créations nettes sur cinq devaient à leur créancier ment quantitatif » (quantitative
3e trimestre, annoncée le de postes, qui sont reparties au plus que la valeur de leur logement easing) de sa politique monétaire,
29 octobre, a atteint comme prévu débutde l’année, ont marquéle pas et que « 33 % supplémentaires ont qui revient à créer de la monnaie
le chiffre peu vigoureux de 2 % en au second semestre. La durée du une marge de 10% seulement entre pouracheterdestitresdedette.Cet-
rythme annuel. Au moment des chômage et le nombre des bénéfi- lemontantdeleurdettehypothécai- te politique non conventionnelle
élections de mi-mandat au ciaires de l’aide alimentaire attei-
gnent des sommets. Des doutes
re et la valeur de leur habitation, et
risquentde se retrouveren danger si
met le financement de l’économie
et de l’Etat sous perfusion, quitte à LES JOURNÉES
Dossier apparaissent aussi sur la reprise de
l’activité, des indicateurs avancés
les prix baissent encore».
La Fed s’alarme du risque de
encourirultérieurementune repri-
se de l’inflation, et elle provoque la
DE L’ÉCONOMIE
signalant un ralentissement à déflation, une spirale dangereuse chute du dollar, soutenant les
Congrès, le président Barack Oba- venir.Lesprixdel’immobilieront à de baisse des prix et de l’activité. exportations américaines. Mais à
DU 9 AU 11 NOVEMBRE 2010 À LYON
ma est confronté à la fragilité de la nouveau reculé cet été. L’indice des prix hors énergie et ali- plus long terme, la persistance du
reprise et à la crise sociale qui frap- LeprésidentdelaBanquecentra- mentation est passé sous la barre dynamisme économique est
peunesociététrèsinégalitaire.Près le américaine (Fed), Ben Bernanke, des 1 % en rythme annuel. La Fed aujourd’hui mise en doute.
d’une dizaine de millions d’em- a indiqué, lundi 25 octobre, que doit annoncer, mercredi 3 novem- aaa Lire la suite page 4 GRATUIT
COMPRENDRE inscription
en ligne
obligatoire
SIENNEDESIGN

ÉCHANGER

Chronique p. 2 Entreprise p. 3 Stratégie p.6 DIALOGUER

«Barack Obama, «Résister NicolasMoreau,


le médecin à la concurrence directeurgénéral d’Axa
incompris», émergente», par
inscription en ligne obligatoire sur
France, veut distribuer www.journeeseconomie.org
par Martin Wolf Julie Battilana l’assurancesur Internet
Cahier du « Monde » N˚ 20459 daté Mercredi 3 novembre 2010 - Ne peut être vendu séparément

[PAGE: MONDE_ECO - MONDE_ECO - 1 - 03/11/10] [IMPRIMEE LE: 29/10/10 18:24 PAR: MOREL] [COULEUR: Composite] PLAQUE : B-BERLIN-SL
2 Economie Expertises 0123
Mercredi 3 novembre 2010

Contesfranco- L’éclairage La vérité n’est pas que la politique


allemands
aaa Suite de la chronique
de relance était téméraire et qu’elle a échoué,
de Philippe Askenazy

De même, si le gouvernement
mais que, trop timide, elle ne pouvait réussir

Obama l’incompris
remplaçait la taxe sur les entrepri-
ses de télécommunications (desti-
nées à financer le service audiovi-
suel public) par une hausse de la
redevance payée par les foyers –
non comptabilisée car associée à
un service identifié –, les prélève-
ments obligatoires diminueraient
en France !
Encore moins intuitif, suppo-
sons que l’Etat recrute un agent Par Martin Wolf
non titulaire au lieu d’un fonction-

U
naire pour exactement le même ne ambulance s’ar- des grandes crises financières pré- portionnellement une moindre ques soutiennent la demande, et directs de crises comparables
salaire. Le résultat de ce change- rête au bord de la sentent trois caractéristiques. La baisse de production par tête que donc la production. Leur impact ailleurs.
ment de statut est que les prélève- route afin de venir première est que l’effondrement les autres pays à hauts revenus, sur l’emploi (et le chômage) est Malheureusement, les républi-
ments obligatoires… augmentent. en aide à un hom- des marchés des actifs est profond sauf la France. Mais le chômage a indirect. Ainsi qu’on l’a constaté, la cains ont réussi à persuader une
Pourquoi ? Dans le cas du fonc- me victime d’une et durable. (…) La deuxième, que augmenté beaucoup plus vite aux hausse de la productivité a été si large portion de l’opinion améri-
tionnaire, les cotisations sociales crise cardiaque. A cet effondrement s’accompagne Etats-Unis qu’ailleurs. Cela est dû importante qu’une performance caine que si on avait laissé le mala-
des salariés et des employeurs res- force d’efforts désespérés, le d’une nette chute de la production au fait que la hausse de la producti- pourtant honorable en termes de de se débrouiller seul, il jouirait
tent dans les caisses de l’Etat. patient survit. Transporté à l’hôpi- et de l’emploi. (…) Et la troisième, vité américaine a été exceptionnel- production n’a pas réussi à empê- aujourd’hui d’une excellente san-
Dans le cas de l’agent non titulai- tal, il connaît un rétablissement que la valeur réelle de la dette publi- lement rapide, surtout en 2009. cher la montée du chômage. On té. C’est bien entendu un conte de
re, l’Etat employeur et le salarié prolongé quoique partiel. Deux que tend à exploser. » Au final, l’économie américai- aurait attendu des partisans du fées. Mais les électeurs ne prêtent
doivent verser les cotisations ans après, au lieu de leur en être Comments’est comportée l’éco- ne a enregistré de bons résultats là marché libre qu’ils en concluent généralement que peu d’attention
sociales aux caisses de Sécurité reconnaissant, il traîne en justice nomie américaine lors de cette cri- où elle s’est attaquée aux problè- que, sous ce président « socialis- aux calamités auxquelles ils ont
sociale et régimes complémentai- les infirmiers et les médecins qui se-là ? Très bien sous certains mes, et des résultats beaucoup te », l’économie américaine, et échappé. Ils ne se préoccupent que
res obligatoires ; il y a transferts l’ont sauvé. S’ils n’étaient pas inter- aspects, notamment en ce qui plus mauvais dans les secteurs où notamment son marché du tra- de la distance entre leur vie au jour
financiers… donc prélèvements venus, prétend-il, il serait aujour- concerne la production économi- rien n’a été entrepris. vail, demeurait flexible. On aurait le jour et leurs espérances. M. Oba-
obligatoires. Il suffirait de fonc- d’hui en pleine forme. Quant à sa que totale ; moins bien sur Comme l’a noté le principal attendu qu’ils en concluent égale- ma ne recueille aucun crédit pour
tionnariser les nombreux contrac- crise cardiaque, ce n’était qu’un d’autres plans, en particulier celui conseiller économique d’Obama, ment qu’il fallait adopter de nou- l’une, et beaucoup de reproches
tuels de l’Etat pour faire baisser petit accroc sans gravité. Il serait du chômage. En moyenne, le PIB Lawrence Summers, lors d’une velles mesures de relance. Ces der- pour les autres. Sa rhétorique
les prélèvements obligatoires ! en bien meilleure santé si on lui réel par tête (à parité de pouvoir conférence organisée par le Finan- nières, après tout, ont été fort ambitieuse a sans aucun doute
Le second obstacle à la compa- avait fichu la paix. d’achat) avait chuté de 9,3 % lors cial Times à New York le jeudi modestes : équivalant à moins de aggravé la déception.
raison réside dans les différences Telle est la situationdans laquel- des crises antérieures étudiées par 7 octobre, la principale préoccupa- 6 % du PIB, la relance budgétaire La volonté de Barack Obama de
de tissus productifs. En Allema- le se trouve aujourd’hui le Dr Oba- les professeurs Reinhart et Rogoff. tion de l’administration était « le n’entre que pour moins d’un cin- ne pas demander suffisamment
gne, la plupart des très nombreu- ma. Une grande partie du peuple Pendantla dernière crise, il n’a chu- retour à la stabilité, à la confiance quième dans les déficits cumulés d’efforts et de réformes a été,
ses PME sont des sociétés de per- américain a oublié la gravité de la en 2009, 2010 et 2011. s’avère-t-il aujourd’hui, une énor-
sonnes, et sont donc imposées sur
le revenu de leurs associés, et non
crise cardiaque financière que le
pays a subie à l’automne 2008. Les Avec l’impasse politique La vérité n’est donc pas que cet-
tepolitique était téméraire et qu’el-
me erreur stratégique. Cela per-
met à ses adversaires de soutenir
soumises à l’impôt sur les socié-
tés. A contrario, le statut de socié-
républicains ont réussi à convain-
cre de nombreux électeurs que qui se profile, les Etats-Unis vont le a échoué, mais que, trop timide,
elle ne pouvait réussir. Ne pas se
que les démocrates ont obtenu ce
qu’ils souhaitaient, et que cela a
té de personnes est marginal en
France. Mécaniquement, le poids
c’est l’intervention des démocra-
tes, et non la catastrophe léguée entrer dans une décennie perdue préoccuper de façon directe du
marché de l’emploi, peut-être en
échoué. Si le président n’avait pas
réussi à obtenir ce qu’il deman-
de l’impôt sur les sociétés est plus par George W. Bush, qui explique diminuant temporairement les dait, il pourrait aujourd’hui affir-
faible en Allemagne alors que l’im- le malaise actuel. C’est là un formi- té que de 5,4 % aux Etats-Unis. Le et aux flux de crédit afin de soute- taxes sur les traitements et salai- mer que la situation actuelle n’est
pôt sur le revenu des particuliers dable coup de propagande. taux de chômage avait augmenté nir un redressement solide ». Les res, fut une grande erreur. Mais pas de son fait.
est plus fort. Pour avoir une Le président Obama est-il res- en moyenne de 7 points de pour- éléments de cette politique ont été d’autres ont été commises : les Avec l’impasse politique qui se
vision claire, il faudrait donc ponsable de la tournure des événe- centage lors des crises précéden- premièrement le soutien au systè- efforts pour réduire le poids de la profile à l’issue des élections de
entrer dans le détail des déclara- ments ? Oui et non. Non, parce que tes. Pendant la dernière crise, le me financier – au travers du Trou- dette des ménages auraient dû mi-mandat,toute nouvelleinitiati-
tions fiscales de toutes les entre- le traitement qu’il a appliqué était chômage aux Etats-Unis n’a aug- bled Asset Relief Program (TARP), être plus vigoureux. ve sera désormais bloquée. Il y a
prises et de tous les particuliers juste dans son principe ; oui, parce menté que de 5,7 points de pour- hérité de l’administration précé- Même le TARP tant vilipendé fort à parier que les Etats-Unis
des deux côtés du Rhin ! qu’il fut, en pratique, trop timoré. centage. dente, d’un certain nombre de s’avère remarquablement efficace vont entrer dans une décennie per-
Si la Cour des comptes ne veut Il est essentiel de se remémorer Ce contraste entre les médio- garanties financières et de « tests a posteriori. Comme l’a relevé due. Cela serait une calamité pour
pas être instrumentalisée par les le contexte. Les grandes crises cres performances dans le domai- de résistance » auxquels ont dû se M. Summers, son coût auprès du eux… mais aussi pour le reste du
uns ou par les autres, ou pire sim- financières causent des dégâts ne de l’emploi et les performances soumettre les établissements contribuable ne devrait pas dépas- monde.p
plement servir d’alibi, son travail durables. « La plupart du temps, correctes en matière de produc- financiers ; deuxièmement les ser 0,3 % du PIB. Cela représente
se doit de lever ces obstacles. Un remarquent Carmen Reinhart, de tion se retrouve également dans la mesures de relance budgétaire ; bienmoins que lecoût des sauveta- Cette chronique de Martin Wolf,
travail titanesque. p l’université du Maryland, et Ken- comparaison avec les autres pays troisièmement les initiatives de la ges des établissements de prêt et éditorialiste économique,
neth Rogoff, de l’université Har- à hauts revenus. Alors qu’ils se Réserve fédérale américaine (Fed) d’épargne intervenus dans les est publiée en partenariat exclusif
PhilippeAskenazy,directeur de recherche vard, dans une mise à jour de tra- trouvaient à l’épicentre de la crise, visant à soutenir le flux du crédit. années 1980. C’est également bien avec le « Financial Times ». © FT.
au CNRS, Ecole d’économie de Paris. vaux antérieurs, les lendemains les Etats-Unis ont enregistré pro- Dans leur essence, ces politi- moins que les coûts budgétaires (Traduit de l’anglais par Gilles Berton)

Huit jours pour


sauver la finance,
James B. Stewart,

Le livre
Grasset, 2010,
Les acteurs de l’économie Jean-Marc Daniel
128 pages, 9 euros

Il faut sauver Wall Street KarlOttoPöhl,symboledumonétarismeallemand

T D
ous les plus grands noms de thers, celui de la direction… « Ce Il y a vingt ans, l’Alle- ministère allemand des finances. Car tout débordement en la matiè- sion aurait servi d’exemple et inci-
Wall Street ont été convo- sera Armageddon », lâche un avo- magne se réunifiait En 1980, il devient président de la re conduirait à une hausse des té les banquiers à se montrer plus
qués en urgence. Ce vendre- cat de Lehman, le dimanche 14 sep- sur un plan politi- Bundesbank, poste qu’il occupe prix que la banque centrale indé- prudents dans leurs prêts aux
di 12 septembre 2008 à 18 heures, tembre, quand il apprend que les que dans le sillage de la réunifica- jusqu’en 1991 où il démissionne. pendante sanctionnerait par une Etats et plus soucieux de l’évolu-
dans les locaux de la Réserve fédé- négociations de reprise avec l’éta- tion monétaire du printemps pré- Karl Otto Pöhl prend cette déci- hausse des taux signifiant ralen- tion de leur dette. Ainsi, les peu-
rale américaine (Fed), Henry Paul- blissement britannique Barclays cédent. Mais celle-ci, à en croire les sion pour marquer son désaccord tissement de la croissance et chô- ples auraient été plus exigeants à
son, le secrétaire américain au Tré- ontéchoué et quela banque d’affai- derniers débats des spécialistes, avec une politique étrangère qui mage. l’égard des gouvernements.p
sor, prévient l’aréopage de ban- res doit se déclarer en faillite. A rai- aurait été payée d’une acceptation tend, à ses yeux, à sacrifier la Bun-
quiers : « Le gouvernement ne don- son, car tout s’enchaîne : le rachat par le chancelier Helmut Kohl de desbank et ses principes sur l’autel Exigeance Jean-Marc Daniel est professeur
nera pas d’argent à Lehman. » Et express de Merrill Lynch par Bank la dissolution du deutsche mark de la construction européenne. En 1988, alors que les négocia- à l’ESCP-Europe
d’ajouter : « Vous n’avez que ofAmerica,lesauvetageparlespou- dans un euro à créer. Au centre de A ses yeux, l’équilibre des pou- tions sur l’union monétaire s’accé-
48 heures pour résoudre la crise. »
En clair, il faut sauver la banque
voirs publics de l’assureur AIG, le
plongeon vertigineux des mar-
cette période riche en événe-
ments, il y avait le président de la
voirs réalisés dans l’Allemagne
fédérale d’avant la réunification
lèrent, il multiplie les rapports et
les propositions pour consolider 0123
d’affaires Lehman Brothers, lami- chés, l’élaboration dans l’urgence Bundesbank, Karl Otto Pöhl, pré- avait atteint une optimalité grâce un système européen de changes Siège social : 80, bd Auguste-Blanqui
née par les subprimes, avant la du gigantesque « plan Paulson» de senté de plus en plus aujourd’hui, à l’indépendance de la Bundes- fixes centré sur le combat contre 75707 PARIS CEDEX 13
réouverture des marchés finan- 700 milliards de dollars pour sau- tant par les Allemands que par les bank. L’indépendance d’une ban- l’inflation. La tournure des événe- Tél. : +33 (0)1-57-28-20-00
ciers le lundi matin. Sauf que rien ver le système bancaire… historiens de l’économie, comme que centrale est en effet, pour lui, ments le conduit à quitter son pos- Fax. : +33 (0)1-57-28-21-21
ne va se dérouler comme prévu. Un récit nerveux, quoique des- le dernier président à part entière la garantie d’une politique moné- te. Il oriente alors sa carrière vers Télex : 206 806 F
Dans Huit jours pour sauver la servi par une traduction maladroi- de la Bundesbank. taire assurant la stabilité des prix, des activités dans le secteur privé. Edité par la Société éditrice
finance, un court récit paru dans le te par moments, qui a pour unique Karl Otto Pöhl est né à Hanovre mais aussi d’une pratique respon- Malgré son changement de cap, du « Monde » SA,
NewYorker etpubliéenFrance sous ambitionde raconter dansle moin- le 1er décembre 1929. Il entame des sabilisée des décisions politiques il s’intéresse toujours à la politique Président du directoire,
forme de livre, le journaliste améri- dre détail cette semaine où le capi- études d’économie qu’il finance et des relations sociales. et reste membre du SPD jusqu’en directeur de la publication,
cainJamesB. Stewartretracedel’in- talisme mondial a failli exploser, en faisant du journalisme sportif Face à une banque centrale 2005. En 2010, il donne une inter- directeur du « Monde » :
térieur et au jour le jour la folle sans s’aventurer dans les racines dans une Allemagne en recons- indépendante, l’Etat est obligé de view au Spiegel sur la crise grec- Eric Fottorino
semaine du 12 au 19 septembre de la crise. Et tenter notamment de truction. Son doctorat en poche, il limiter son déficit dans la crainte que, dans laquelle il condamne le La reproduction de tout article est interdite
2008, qui a vu tomber certains des répondre à cette question posée intègre, en 1957, le célèbre institut que celle-ci se refuse à assurer un plan de sauvetage des finances des sans l’accord de l’administration. Commission
paritaire des journaux et publications no 0712C 81975.
plus grands noms de Wall Street. par George Bush, quand le plan de de conjoncture IFO et gagne ensui- rôle de prêteur en dernier ressort, pays de la zone euro, adopté le ISSN : 0395-2037
Les réunions de crise au petit sauvetage d’AIG lui est présenté : te Bonn pour mener une carrière et qu’elle absorbe sans conditions 9mai. Il est alors partisan de lais-
matin, les entrevues discrètes, les « Comment est-on arrivé au point de journaliste économique. les emprunts publics. Quant aux ser la Grèce faire défaut et quitter
Pré-presse Le Monde
appels téléphoniques affolés… A la où l’on ne peut pas laisser un éta- Alors qu’il est membre du Parti partenaires sociaux, ils doivent se l’euro, plutôt que d’accepter la Impression Le Monde
Fed, au Congrès, dans des apparte- blissement faire faillite sans que social-démocrate (SPD), la victoire mettre d’accord sur une politique monétisation potentiellement 12, rue M.-Gunsbourg
ments privés ou au trente et uniè- cela affecte toute l’économie ? » p de Willy Brandt en 1969 le propul- salariale en conformité avec l’évo- inflationniste des dettes, comme 94852 Ivry Cedex
Printed in France
me étage de la tour de Lehman Bro- Clément Lacombe se à des postes à responsabilités au lution des gains de productivité. ce fut le cas. Selon lui, cette déci-
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Expertises Economie 3

Retour
Entreprise Julie Battilana
à Bretton Woods
Comment résister à la concurrence émergente ?
D
Alors que les chefs d’Etat et de gouverne-
ments du G20 affirment vouloir définir
un nouvel ordre monétaire international
en empruntant la voie proposée sans succès par
Keynes lors des accords de Bretton Woods en 1944,

D
Après le rachat des de leurs clients. Elles bénéfi- les des pays émergents. velles alliances extérieures. A l’ins- il est bon de rappeler le cadre au sein duquel les nations
emblématique du cient aussi d’un accès privilégié Dans ces conditions, comment tar des multinationales émergen- opèrent depuis 1971, en l’occurrence sur les décombres
groupe sidérurgique aux marchés des pays émergents pourront-elles résister à la concur- tes, elles devraient envisager les des accords historiques de 1944.
européen Arcelor par l’indien dont elles sont originaires. Enfin, rence croissante des nouvelles investissements à l’étranger com- Pourquoi parler de « décombres » ? Parce que les
Mittal en 2006, puis celui du sué- elles ont appris à mieux gérer les multinationales ? L’enjeu est, me un moyen d’explorer de nou- accords de Bretton Woods sont morts en 1971, quand le
dois Volvo par le constructeur instabilités politiques qui caracté- pour elles, de renforcer leurs avan- velles façons d’innover et d’accé- président américain Richard Nixon les dénonça et mit
automobile chinois Geely en risent certaines de ces régions. tages compétitifs tout en dévelop- der aux marchés. Cette explora- fin à la parité dollar-or, convenue en 1944. La situation
2009, l’année 2010 a vu, entre pant de nouvelles compétences tion peut aller des partenariats était alors devenue intenable pour les Etats-Unis
autres, le rachat du distributeur de Nouvelles compétences organisationnelles. Les investisse- ponctuels à des acquisitions, en depuis une dizaine d’années déjà. En 1961, il avait fallu,
nourriture américain Keystone De leur côté, les multinationa- ments dans la recherche et le mar- passant par des alliances stratégi- pour maintenir la parité prévue initialement de 35 dol-
Foods par le groupe d’agroalimen- les traditionnelles, qui font face à keting sont nécessaires, mais pas ques non seulement avec leurs lars pour une once d’or, créer un London Gold Pool ras-
taire brésilien Marfrig, et celui de un coût du travail plus élevé, sont suffisants. Pour s’adapter à la fournisseurs, mais aussi avec, semblant huit nations. Ce regroupement avait permis
la société pétrolière américaine souvent handicapées par leur demande, elles doivent faciliter la pourquoi pas, leurs concur- au système de survivre encore dix ans. Quand la Suisse
ConocoPhillips par l’un des géants trop grande rigidité organisation- communication et la coopération rents.p puis la France réclamèrent aux Etats-Unis l’or corres-
chinois du secteur, Sinopec. Ces nelle et par leur manque d’expé- entre les départements et les filia- pondant aux dollars accumulés, Nixon s’exécuta…
exemples ne sont pas isolés : les rience quant à la gestion des inte- les qui les constituent. Julie Battilana est professeur assistant avant de fermer le robinet une fois pour toutes.
multinationales issues des pays ractions avec les institutions loca- Il leur faut aussi forger de nou- à la Harvard Business School. Pourquoi le système mis en place en 1944 s’est-il
émergents auraient d’ores et déjà effondré ? En raison du « dilemme de Triffin », du nom
investi plus de 30 milliards de dol- de l’économiste Robert Triffin qui analysa le premier la
lars dans des acquisitions de socié-
tés nord-américaines et européen-
La guerre des étoiles par Brito contradiction qui le minait. Une nation gère sa mon-
naie en en maintenant le stock à la mesure de la riches-
nes depuis le début de l’année. se créée sur son territoire. Mais quelle quantité
Dans un ouvrage paru en octo- doit-elle en créer lorsque cette monnaie sert de référen-
bre, intitulé The New Multinatio- ce au monde entier ? Elle doit en créer plus !
nals (Cambridge University
Press), Mauro Guillen, professeur
à l’université de Pennsylvanie, et
Esteban Garcia-Canal, professeur
Chronique de la semaine
à l’université d’Oviedo (Espagne)
comparent la trajectoire des mul- Paul Jorion, économiste et anthropologue
tinationales dites traditionnelles
à celle des multinationales émer- Le seul moyen pour elle d’y parvenir est d’acheter à
gentes. Alors que les premières se l’étranger davantage que l’étranger ne lui achète, autre-
sont graduellement développées ment dit, d’avoir une balance commerciale des paie-
à l’international en favorisant la ments déficitaire. Alors que la bonne gestion de sa
croissance interne et la création devise comme monnaie domestique exige un équilibre
de filiales, les secondes ont plus de sa balance des paiements, une bonne gestion de sa
rapidement internationalisé leurs qualité d’émettrice d’une monnaie de référence exige
activités en s’appuyant avant tout au contraire que celle-ci soit déficitaire. Aucun pays ne
sur la multiplication des acquisi- peut, bien entendu, jamais faire les deux. C’est là le
tions et des alliances stratégiques, « dilemme de Triffin », qui dénonçait en 1961 «les absur-
aussi bien dans les pays dévelop- dités associées à l’usage de devises nationales comme
pés qu’émergents. réserves internationales ».
Si les multinationales occiden- La parité or ayant été abandonnée en 1971, les Etats-
tales bénéficient toujours d’avan- Unis se sont retrouvés en possession d’une machine à
tages compétitifs importants liés créer de l’argent: la modération à laquelle ils étaient
notamment à la qualité de leur autrefois astreints n’était plus de mise. Les autres pays
recherche, à la renommée interna- étant preneurs de dollars, pourquoi ne pas en créer à
tionale de certaines de leurs mar- volonté ? C’est ce que M. Bernanke, président de la Réser-
ques et au développement de tech- ve fédérale américaine (Fed), fit en 2009 à hauteur de
nologies dont elles sont propriétai- 1750 milliards de dollars, et c’est ce qu’il s’apprête à faire
res, les nouvelles multinationales encore pour un nouveau millier de milliards de dollars.
font, quant à elles, preuve d’une Mais dans l’après-Bretton Woods, la devise américaine
plus grande flexibilité organisa- vaut-elle ce que M.Bernanke suppose au nom des Etats-
tionnelle qui leur permet de s’ajus- Unis ou bien ce que le reste du monde en pense ?
ter plus rapidement aux deman- Face à la machine à créer de l’argent des Etats-Unis, les
autres nations se sont retranchées. La seule parade pour
une autre devise consiste à lier son sort à celui du dollar,
et c’est ce qu’a fait la Chine avec le yuan. En réponse, les
Américains se sont braqués sur la valeur de celui-ci.
Mais, en affirmant le vendredi 22 octobre à Gyeongju
(Corée du Sud), au cours du G20 Finances, qu’une pacifi-
cation des relations économiques entre nations doit se
Xx Xxxx
Droit social
XxxxFrancis Kessler déplacer du domaine des devises à celui d’un équilibre
de leurs comptes courants, et en proposant que ceux-ci
ne puissent dévier de plus de 4 % du produit intérieur
La valse des «mi-temps thérapeutiques» brut (PIB) – qu’il s’agisse d’un excès d’importations ou
d’exportations –, le secrétaire du Trésor américain, Tim
Geithner, a défini la problématique d’un nouvel ordre
monétaire… à la façon de John Maynard Keynes en 1944 !
Nous voilà donc enfin revenus à la bifurcation de

D
L’absence de travail Sécurité sociale permet dans ce devait être considéré, pour la par- pour origine la méthode de calcul Bretton Woods, enfin prêts à emprunter la bonne voie.
pour cause de mala- cas à l’employeur de verser le salai- tie non travaillée de son des IJSS. Bien que le taux appliqué Il s’agit maintenant d’aller résolument de l’avant. p
die du salarié sus- re global, et de se substituer au mi-temps thérapeutique, comme soit de 0,5, la rémunération de réfé-
pend, de droit, le paiement du salarié pour percevoir les IJSS de la étant en arrêt de travail pour rence est égale à 1/90e des trois der-
salaire par l’employeur. Mais il est caisse de Sécurité sociale: c’est ce maladie. Elle considère que le nières payes mensuelles, elles-
versé, à partir du quatrième jour qu’on appelle la « subrogation ». contrat de travail n’était plus sus- mêmes plafonnées à 2 885euros. SOCIÉTÉ DES LECTEURS
DU 123
d’arrêt de travail, un revenu de pendu, de sorte que le salarié ne De plus, jusqu’à six mois,
remplacement à l’assuré social Situation paradoxale pouvait se prévaloir des disposi- le maximum journalier est de
qui a dû interrompre son travail. Afin d’améliorer son état de san- tions de la convention collective 48,08euros, puis de 49,46 au-delà;
Cependant, ce revenu ne représen- té, un salarié malade peut bénéfi- accordant un maintien de salaire enfin, ces plafonds sont majorés si Lecteurs sans frontières (LSF)
te qu’une fraction du salaire. cier d’un « mi-temps thérapeuti- à taux plein en cas d’arrêt de tra- l’assuré a trois enfants à charge ! La SDL se mobilise pour favoriser la liberté de la presse et l’accès
A cette garantie minimale de que». Celui-ci doit être prescrit par vail pour maladie. Comment gommer cet étrange à l’information en alimentant le fonds « Lecteurs sans frontières »,
revenu, dénommée « indemnité le médecin traitant, sous le contrô- Enfin, la Cour de cassation traitement différencié ? Deux solu- qui finance des abonnements pour des lecteurs dans des pays en
journalière de la Sécurité sociale » le du médecin conseil de la caisse, considère que le maintien des tions non exclusives sont imagina- difficulté.
(IJSS), s’ajoute un second mécanis- et doit être organisé par le méde- indemnités journalières n’est bles. Les partenaires sociaux pour- Ces abonnements sont destinés à des personnes, ainsi qu’à des
me, dit de « maintien de salaire », cin du travail et avec l’accord de qu’une simple faculté pour la Cais- raient étendre les accords de main- associations ou institutions, engagées un peu partout dans le
figurant depuis 2008 au Code du l’employeur. Au salaire correspon- se primaire d’assurance-maladie tien des salaires aux situations des monde dans des actions citoyennes pour le développement éco-
travail. L’employeur doit, pour les dant au temps travaillé peuvent (CPAM), et non un droit pour le personnes en mi-temps thérapeu-
nomique et social, pour la défense des droits de l’homme, de la
salariés ayant un an d’ancienneté, s’ajouter les IJSS pour une durée bénéficiaire, dont la situation tique et, dès lors, financer le diffé-
compléter à partir du huitième d’un an au maximum. juridique est donc fragilisée. rentiel.
liberté de l’information ou encore la diffusion de la lecture et l’en-
jour consécutif de maladie les IJSS Mais cette « reprise douce du Résultat, un salarié qui partici- Le législateur et le pouvoir régle- seignement du français. Faute de moyens financiers ou en raison
jusqu’à hauteur de 90 % du salai- travail » ne peut pas entrer dans le pe à la démarche thérapeutique mentaire pourraient majorer les d’obstacles politiques, ces personnes ne pourraient, sans vous,
re brut puis, après un certain champ du « maintien de salaire ». d’un travail à mi-temps peut être IJSS de ceux qui retournent tra- avoir accès à une information libre qui nourrisse leur réflexion et
temps, à hauteur des deux tiers. La Cour de cassation a, dans un moins bien traité qu’un salarié qui vailler. Pourtant, c’est une baisse leur donne une ouverture irremplaçable sur le monde.
Ce dispositif est, dans de nom- arrêt de 2007, rejeté l’argument se trouve en arrêt total de travail! des IJSS qui est annoncée pour le Vous pouvez y concourir en envoyant vos dons par chèque
breuses branches ou entreprises, d’un salarié faisant valoir qu’il Cette situation paradoxale a 1er décembre 2010, baisse qui va bancaire ou postal à l’ordre de Lecteurs sans frontières à
amélioré par voie d’accord collec- également diminuer les revenus l’adresse suivante :
tif : la condition d’ancienneté ou des salariés en « mi-temps théra-
la période de carence peut être n Sur lemonde.fr peutique» et ainsi creuser les iné-
Société des lecteurs du Monde
gommée ou assouplie, le « main- « L'Allemagne sauvera-t-elle le monde ? », Michel Santi, économiste. galités de revenus ! p
80, boulevard Auguste-Blanqui - 75707 Paris Cedex 13
tien de salaire » porté jusqu’à « Investissement socialement responsable : bientôt l'âge de raison ? »,
Retrouver plus d’informations sur www.sdl.lemonde.fr
100 % du salaire net, la période de par Patrick Jolivet, responsable de la recherche de l'agence de notation BMJ Ratings. Francis Kessler est maître de conféren-
versement allongée. Le Code de la « Excès de monnaie et dette souveraine », Bruno Mortier, service des risques, Rhodia. rubrique Lecteurs sans frontières
ces à l’université Paris-I Sorbonne.
4
Dossier
0123
Mercredi 3 novembre 2010

a DURÉE DU CHÔMAGE AUX ÉTATS-UNIS a BÉNÉFICIAIRES DE L’AIDE ALIMENTAIRE


Décennies médiane, en nombre de semaines
28 50
Nombre de bénéficiaires
en millions
Part de la population
en % 14
La durée médiane du chômage aux Etats-Unis a atteint jusqu’à six mois
45 (échelle de gauche) (échelle de droite)
en 2010, un niveau jamais vu depuis des décennies. Ainsi, la moitié des 24 12
chômeurs étaient sans emploi depuis plus de six mois (et l’autre moitié 40
depuis moins de six mois). De plus, quelque 42 millions d’Américains 20 35 10
ont reçu des coupons alimentaires au mois de juillet, soit près de 14 %
de la population. 16 30 8
« Ne vous méprenez pas, le gouvernement américain ne distribue pas de 25
l’argent à l’aveuglette : les bénéficiaires de ces coupons alimentaires 12 20 6
vivent au niveau du seuil de pauvreté, actuellement défini comme un
8 15 4
revenu net de 22 056 dollars par an pour un ménage composé de 2 adul-
tes et 2 enfants », explique Albert Edwards, stratégiste de la Société géné- 10
4 2
rale. Si l’indice de confiance des ménages s’était redressé à la sortie de 5
récession mi-2009, le jugement des ménages sur leur situation présen- 0 0 0
te ne décolle toujours pas. Les prix de l’immobilier ont rechuté cet été.
Le déficit commercial avec la Chine n’a jamais été aussi profond. Et les 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 1969 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010
indicateurs avancés prédisent un ralentissement de l’activité. p SOURCES : THOMSON FINANCIAL, ODDO SECURITIES SOURCES : USDA, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE

La capacité des Etats-Unis à innover demeure intacte, mais les effets


de ce dynamisme ne pourront se faire sentir qu’à long terme

L’Amériquefaceauchoc
deladésindustrialisation
aaa Suite de la première page vont automatiquement être rele- alors que les banques américaines Pourtant, ce sont bel et bien ces Corroborant les estimations du Les experts s’inquiètent néan-
vés ensuite, pour compenser. Cela ont déjà 1 100 milliards de dollars politiques non-conventionnelles Congrèsetdel’administrationamé- moins de la capacité de l’économie
Les difficultés économiques et correspond à la théorie de l’équiva- de réserves de cash ! Le problème, qui ont permis aux Etats-Unis de ricaine, ils jugent que la politique américaine à retrouver une crois-
sociales rejaillissent sur la popula- lence ricardienne [du nom de l’éco- c’est qu’il n’y a pas d’emprunteurs. s’en sortir. Dans une étude publiée budgétaire seule a sauvé environ sance élevée. « La croissance sera de
rité du président Obama, mais aus- nomiste David Ricardo]. Du coup Cela ne sert à rien de remettre des le 27 juillet, « Comment il a été mis 2,7 millions d’emplois. Ils évaluent 3 % en 2010. Ce n’est pas le dynamis-
si ouvrent un débat sur la politi- les entreprises n’ont plus confiance liquidités dans une économie “surli- fin à la Grande Dépression », Alan donc que le soutien monétaire et me habituel de l’économie outre-
que qu’il convient de mener. en l’administration Obama, inves- quide” : aucune politique monétai- S.Blinder, professeur à la Princeton financier a eu un impact plus fort. Atlantique en phase de reprise, plus
« Le bilan économique des deux tissent peu, et créent peu d’emplois. re ne peut forcer les agents écono- University, et Mark Zandi, chef éco- « Le débat sur ces politiques est proche des 4 % à 4,5 %. De même, les
premières années de Barack Oba- Il y a une réelle peur de voir aug- miques à s’endetter », met en garde nomiste de l’agence de notation crucial car l’économie restant fai- investissements sont repartis et
ma est mi-figue mi-raisin », estime menter les dépenses publiques Patrick Artus, directeur de la Moody’s, estiment que les effets ble, davantage de soutien public 860000 emplois ont été créés dans
ainsi l’économiste Marc Touati, aujourd’hui », ajoute-t-il. recherche et des études de Natixis. macroéconomiques des mesures pourrait s’avérer nécessaire, com- le secteur privé depuis le début de
directeur général de la société de Le même scepticisme se mani- de relance sont « énormes »: sans la mecela a été vu dans l’extension des l’année, ce qui est bien, mais les
Bourse Global Equities. « Aujour- feste aux Etats-Unis à l’égard de la Mesures « énormes » réponse des pouvoirs publics, le prestations de chômage et l’exa- Américains sont habitués à
d’hui, les Américains sont déçus, lui politique monétaire très expan- Il souligne aussi que cet afflux produit intérieur brut (PIB) améri- men par la Fed d’un nouvel assou- mieux », explique M. Touati.
reprochant trop d’interventionnis- sionniste de la Fed. « Le Quantitati- de liquidités pourrait être utilisé, cain aurait été inférieur de 11,5% en plissement monétaire », prévien- Au-delà de cette reprise molle, il
me. Ils sont foncièrement contre un ve Easing 2 (deuxième phase de in fine, pour spéculer, recréant des 2010, 8 millions et demi d’emplois nent MM. Blinder et Zandi. De nou- voit « le risque que la croissance
Etat trop fort dans l’économie. Ils l’assouplissement quantitatif) bulles financières déstabilisatri- supplémentaires auraient été velles mesures seraient donc sou- tombe autour des 2,5 % à moyen et
pensent que quand les dépenses aboutira à donner davantage de ces, par exemple sur le blé ou sur détruits et les Etats-Unis seraient haitables pour assurer le cercle de long termes », les Etats-Unis appro-
publiques augmentent, les impôts liquidités au système financier, les matières premières. entrés en déflation, estiment-ils. la reprise par la création d’emplois. chant le rythme européen. aaa

Les Américains sont de plus en plus nombreux Questions-réponses


à sombrer dans le «sous-emploi» Projections
tenant à un foyer fiscal de plus commission des transports et des débat montant sur le « traitement

1 2
New York Quel bilan tire l’Orga- Quelles sont les
Correspondant d’un membre, on estime que infrastructures à la Chambre, social» du sous-emploi – même si nisation de coopéra- projections du FMI ?
42millions d’Américains (sur une James Oberstar proposait 500 mil- cette terminologie reste inconnue tion et de développe- Selon ses « Perspec-
C’est la catégorie qui croît le plus population de 308 millions) sont, liards sur six ans. A l’inverse, les aux Etats-Unis. Les initiatives se ment économiques (OCDE) sur tives de l’économie mondiale »
vite dans les statistiques américai- directement ou indirectement, tou- économistes libéraux estiment multiplient pour gérer la « recon- l’économie américaine ? publiées le mercredi 6 octobre, le
nes : celle du « sous-emploi », que chés par le sous-emploi. qu’il faudrait instaurer des réduc- version » de ces nouveaux « sous- «Les Etats-Unis se remettent len- Fonds monétaire international
l’on juge désormais plus indicati- Qui sont-ils ? Sur les 8 millions tions d’impôts du même ordre employés qualifiés» à qui sont pro- tement d’une grave récession et, (FMI) attend une croissance de
ve des évolutions profondes à d’emplois que les Etats-Unis ont pour espérer relancer l’emploi. posées des formations axées sur avec une croissance qui devrait res- 2,6 % aux Etats-Unis en 2010 et de
l’œuvre dans l’appareil de produc- détruits en trois ans, plus de la des secteurs plus prometteurs. ter faible pendant un certain 2,3 % en 2011.
tion des Etats-Unis que celle, moitié relevait soit de la produc- Baisse des salaires Parallèlement, dans une situation temps, le chômage risque de rester Cette prévision est inférieure
usuelle, du chômage. Ce dernier tion de biens, soit du bâtiment, Mais surtout, à la suite de Jan de concurrence exacerbée pour élevé pendant une période relative- de 0,7 point pour 2010 et de
recense les demandeurs d’emploi, qui s’est effondré. Sur la seule Hatzius, chef économiste de Gold- trouver du travail, les pressions ment longue. La politique monétai- 0,6 point pour 2011 à celle publiée
bénéficiaires d’indemnités chô- année 2009, le secteur manufactu- man Sachs, l’un des premiers à patronales se multiplient aussi re devra continuer de soutenir l’ac- par l’institution internationale au
mage ou chômeurs de « longue rier a perdu 11,4 % de ses postes avoir pronostiqué que les gains de pour faire baisser les salaires. tivité économique, notamment mois de juillet. Cette révision tra-
durée » qui en sont généralement – du jamais-vu. Quant aux « bons productivité ayant compensé les Pour Richard Sennett (profes- lorsque les mesures de relance bud- duit des doutes sur la vigueur de
privés. Le sous-emploi leur ajoute emplois», payés plus de 3 000 dol- pertes d’emplois manufacturiers seur à la London School of Econo- gétaire seront retirées. La poursui- la reprise américaine.
deux groupes : les travailleurs à lars mensuels, ils constituent 55 % rendent leur retour très improba- mics et à l’université de New York, te de mesures de soutien ciblées

3
Les Etats-Unis sont-
temps partiel contre leur gré et des postes supprimés depuis le ble, de plus en plus d’économistes lire ci-contre), la « grande erreur » sur le marché du travail peut égale- ils le pays développé
ceux qui, capables de travailler, début de la crise. Tous les écono- estiment que ces emplois indus- de Barack Obama aura été de privi- ment être nécessaire jusqu’à ce qui fait le plus impor-
ont renoncé à chercher un mistes jugent que les 50 milliards triels sont définitivement perdus. légier la réforme de la santé plu- que la création d’emplois par le sec- tant effort en matière de recher-
emploi. Or cette seconde catégo- de dollars (39,4 milliards d’euros) Non seulement le chômage « de tôt que la lutte contre le chômage teur privé ait regagné son dyna- che et de développement ?
rie croît deux fois plus vite que les supplémentaires, obtenus cette base» devrait se stabiliser à 7,5-8 % et la diffusion du sous-emploi. misme», estime l’«Etude économi- Les dépenses de recherche et de
chômeurs. année du Congrès par Barack Oba- (contre 4,5-5 % avant la crise), mais « Les Américains, dit-il, sont que des Etats-Unis 2010 », publiée développement totales des Etats-
Si 9,6 % des actifs américains ma pour soutenir l’emploi, seront la catégorie des sous-employés ver- aujourd’hui obnubilés par un seul le 20 septembre par l’OCDE. Unis représentaient 2,77 % de leur
sont au chômage, le sous-emploi très insuffisants. Président de la ra ses rangs se pérenniser. D’où le enjeu : garder leur emploi ou en En présentant cette étude à PIB en 2009, selon les « Princi-
total affecte 17,6% d’entre eux. En retrouver un. » New York, le secrétaire général de paux indicateurs de la science et
mars, ce taux n’atteignait encore Pour en savoir plus En repoussant à plus tard le lan- l’OCDE, José Angel Gurría, a souli- de la technologie 2009 », de
que 16,2%. Dans des Etats comme cement de la plupart des grands gné que le soutien apporté par les l’OCDE et de Natixis.
la Californie, l’Oregon et le Michi- En librairie ques.credit-agricole.com chantiers, en n’améliorant pas de politiques monétaire et budgétai- Les pays développés qui inves-
gan, plus d’un salarié sur cinq est La Crise du capitalisme américain, « How the Great Recession façon spectaculaire sur le court re demeure nécessaire. L’OCDE tissent davantage sont la Finlande
aujourd’hui soit chômeur, soit chô- par Paul Jorion. Editions du Cro- Was Brought to an End », terme la protection sociale des prévoit une croissance de 2,6 % du (3,49 %), la Suède (3,75 %) et le
meur à temps partiel ! Nationale- quant, 2009, 270 pages, 20 euros. par Alan S. Blinder et Mark Zandi, chômeurs et des nouveaux sous- produit intérieur brut (PIB) en Japon (3,50 %). Derrière les Etats-
ment, aux 14,9 millions de deman- 27 juillet 2010, 22 pages. employés, le président américain 2010 comme en 2011 aux Etats- Unis se trouvent notamment le
deurs d’emploi s’ajoutent désor- Sur le Web www.economy.com/mark- s’est massivement privé du sou- Unis, après une récession de 2,6 % Danemark (2,72 %), l’Autriche
mais 12,5millions de salariés qui « Quantitative easing 2 : les ris- zandi/documents/End-of-Great- tien de ces nouvelles couches pré- en 2009. Le taux de chômage y (2,67 %), l’Allemagne (2,60 %),
ne travaillent pas comme ils le sou- ques », par Jean-Paul Betbèze. Recession.pdf carisées qui s’en étaient large- tomberait de 9,7 % au quatrième l’Australie (2,10 %), la France
haiteraient. Soit un total de « Eco News » des études écono- « The Links Between the Finan- ment remises à lui il y a deux ans, trimestre 2010 à 8,5 % au quatriè- (2,02 %), la Belgique (1,92 %), le
27,4millions de personnes. La qua- miques du Crédit agricole n˚ 157, cial Crisis and Jobs », par Alan lorsque la crise de l’emploi ne fai- me trimestre 2011. Le déficit Royaume-Uni (1,88 %), les Pays-
si-totalité d’entre eux étant des 26 octobre 2010, 5 pages, à lire B. Krueger, 20 juillet 2010, à lire sait que commencer. p public reculerait de 10,5 % du PIB Bas (1,71 %), le Portugal (1,51 %) l’Es-
adultes et plus de la moitié appar- sur http://etudes-economi- sur www.ustreas.gov S. C. en 2010 à 8,7 % en 2011. pagne (1,35 %) ou l’Italie (1,18 %).p
0123
Mercredi 3 novembre 2010 Dossier Economie 5
a CONFIANCE DES MÉNAGES AMÉRICAINS a PRIX DE L’IMMOBILIER a DÉFICIT COMMERCIAL MENSUEL AVEC LA CHINE a CROISSANCE ET INDICATEURS AVANCÉS
janvier 1966 = 100 points indice S&P/Case-Shiller des vingt premières villes en milliards de dollars (indice ISM des directeurs d’achats)
Indice total Attentes Jugement américaines, variation sur un an en % (corrigé des variations saisonnières) Indice ISM avancé de quatre mois,
200 sur le présent 20 0 en points (échelle de gauche)
180 16 Production industrielle, variation sur un an en %
–5 70 (échelle de droite) 15
160 12
140 8 65 Expansion 10
– 10
120 4 60
5
100 0 – 15 55
80 –4 50 0
60 –8 – 20 45 –5
40 – 12 40 Contraction
Périodes – 25 – 10
20 de récession – 16 35 Périodes
0 – 20 – 30 30 de récession – 15
2000 2002 2004 2006 2008 2010 2001 02 03 04 05 06 07 08 09 2010 2001 02 03 04 05 06 07 08 09 2010 2000 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 2011
SOURCES : THE CONFERENCE BOARD, CRÉDIT AGRICOLE SOURCES : STANDARD & POOR’S & FISERV SOURCES : DATASTREAM, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE SOURCES : ISM, RÉSERVE FÉDÉRALE, CRÉDIT AGRICOLE

aaa « Le besoin de désendette-


ment est tellement violent aux
nepesaitplus que 11,4 % del’emploi
total en 2006 aux Etats-Unis,
chent un emploi à temps plein
atteint 16 %. Il faut donc recréer des
D’autres voies, plus radicales
mais plus rapides, pourraient être «Le capitalisme financier
Etats-Unis qu’il y aura probable- contre 14 % en France (Insee), alors emplois qualifiés : c’est le même empruntées. Les déséquilibres
ment moins de 2 % de croissance
l’an prochain, juge de son côté
quel’Hexagone est l’undes pays les
plus touchés par le reflux de la pro-
problème qu’en France, à une plus
grande échelle, estime M. Artus.
commerciaux avec la Chine sont à
leur sommet, souligne Albert
a exterminé l’idée même
M. Artus. Nous assistons à la fin du
modèle d’économie d’endettement
duction manufacturière.
« Les Etats-Unis sont encore plus
Cependant, les Etats-Unis gardent
un atout que nul ne peut leur
Edwards, stratégiste de la Société
générale : « Le refus de la Chine de de carrière»
qui était une béquille pour pallier désindustrialisés que l’Europe. contester aujourd’hui : leur capaci- réévaluer sa monnaie rend de plus
la faiblesse des salaires due à la L’économie perd des postes quali- té à innover, à repérer et à financer en plus probable un renforcement Richard Sennett, sociologue à la London School
mondialisation et àla désindustria- fiés dans l’industrie, par exemple des idées géniales dans le domaine généralisé des barrières douaniè-
lisation. » chez General Motors, et elle crée des de l’information, de l’énergie, de la res américaines. » La confronta-
of Economics et à la New York University
La crise accentue aussi des ten- postes peu qualifiés dans les servi- biotech ou des nanotechnologies tion est de plus en plus envisagea-
dances de fond: selon les dernières ces, comme chez McDonald’s. Le qui créeront de l’emploi à l’avenir. ble, si les pays du G20 échouaient à
données de l’institut de sondage taux de chômage incluant les Mais cela prendra beaucoup de s’entendre réellement. p Quel est l’impact du chômage
américain US Census Bureau, l’em- demandeurs d’emplois qui tra- temps. » Et cela nécessiterait un Adrien de Tricornot sur le processus électoral actuel
ploi industriel hors construction vaillent à temps partiel et qui cher- effort de formation colossal. et Mathias Thépot aux Etats-Unis ?
Plus il gonfle, plus il

Les banquiers américains pris au piège Y pousse les gens à


droite. Il accroît la
nostalgie d’un passé où le travail

delacomplexitéducircuitdesprêtsimmobiliers était acquis, le chômage inexistant


et la peur de perdre son emploi
absente. Par ailleurs, la qualité du
travail s’est beaucoup dégradée.
Un travail manuel exigeant des
compétences, en termes d’auto-
valorisation, n’a rien à voir avec un
emploi chez Walmart ou McDo.
Enfin, les connaissances exigées DR
par les nouvelles technologies financier, c’est l’idée même de car-
sont perçues comme une menace. rière. Or il est un fait statistique-
Aujourd’hui, on sait que les « bons ment vérifié : plus on préserve
emplois » et le mode de vie qu’on a des emplois de qualité, plus la
connus sont bien finis, et en même structure sociale est résistante ;
temps on ne peut pas l’admettre. plus on en perd, plus l’insécurité
Cela pousse les salariés soit vers la se développe.
nostalgie, soit vers la rage.
Ce qui apparaît comme des Quel est l’impact de la désindus-
réactions irrationnelles des Améri- trialisation sur les mentalités ?
cains est lié à leur sentiment d’in- Les gens perçoivent une forme
sécurité. La plupart des salariés de déclin qui leur est très doulou-
sont tellement dans la survie que reuse. Aux Etats-Unis il n’y a plus
chacun devient obnubilé par son assez de tissu social pour mainte-
avenir personnel. Dans le nou- nir le lien entre les gens.
veau capitalisme, la couche supé- D’abord, ici, il n’y a pas de
rieure se sent très puissante, mais culture du café ou du pub, ces
la masse se sent très menacée. La lieux où on entre en relation en
peur est source de fermeture. dehors du monde du travail. Et les
Dans un moment exceptionnel, relations interpersonnelles sont
Obama s’est fait élire en appelant de plus en plus faibles, jusqu’au
les gens à cesser d’avoir peur. sein des familles. Un collègue a
Mais les difficultés de l’emploi se comparé combien un salarié amé-
sont imposées comme l’axe de la ricain consacre à sa relation fami-
vie politique du pays. liale : manger ensemble, s’amuser
ou faire des devoirs avec les
L’Amérique découvre-t-elle enfants. Eh bien, c’est un tiers du
le « chômage structurel » ? temps moyen passé par un Euro-
Depuis 2008, j’ai interviewé péen de l’Ouest. La raison : ici il
beaucoup de chômeurs. Ils mani- faut deux jobs pour survivre,
festent d’abord une tristesse exis- trois si, comme cela existe de plus
tentielle quand ils constatent que en plus, vous n’êtes employé qu’à
la jeunesse de leurs enfants sera temps très partiel.
moins bonne que ne fut la leur. Je suis issu de la classe ouvrière
Les maisons saisies à vendre sont légion, comme ici à Los Angeles (Californie), le 25 octobre. LUCY NICHOLSON/REUTERS Plus que le chômage, l’angoisse blanche. Ces gens, c’est « mon peu-
des Américains est le sous-emploi ple ». Ce qui leur advient me rend
LA TIMIDE reprise entamée par le et à venir sont désormais suspec- des courtiers totalement dérespon- de nombreuses erreurs d’imputa- qui se généralise. Les salariés ont triste, mais pas méprisant. Leurs
marché immobilier américain se tes de tels vices de forme, voire de sabilisés, dont beaucoup ont men- tion de dettes. « Il n’existe pas, aux si peu de garanties sociales qu’on sentiments racistes masquent
trouve à nouveau contrariée par fraudes. Lundi 25 octobre, Ben Ber- ti sur les ressources réelles des Etats-Unis, de fichier immobilier trouve toujours des gens pour tra- souvent le fait qu’ils ne parvien-
le scandale des saisies immobiliè- nanke, président de la Réserve clients, pour mieux faire passer les officiel des propriétaires et de leurs vailler pour des salaires moindres nent plus à contrôler le monde
res irrégulières qui a éclaté en sep- fédérale (Fed), a indiqué qu’il dili- dossiers. Le banquier prêteur créanciers. Des compagnies d’assu- et des durées plus courtes et flexi- environnant. Or cela n’a rien d’iné-
tembre, mois qui voyait gentait une enquête, dont les pre- confie dès lors la gestion du prêt à rances privées dites "title compa- bles. Cela crée un marché du tra- luctable. Dans les années
347 420 procédures en cours. miers résultats devraient être une autre société appelée «loan nies", telle First American, sont vail où la précarité devient la nor- 1960-1970, lors des luttes pour
Selon la banque de données Real- connus mi-novembre. servicer». La dette ainsi constituée chargées de signaler, par un "lien", me. La capacité de passer d’un tra- abolir la ségrégation raciale, les
ty Trac, un propriétaire américain La chaîne télévisée communau- est ensuite vendue titrisée, les incidents de paiement auprès vail à un autre pour améliorer ouvriers blancs ont fini par bien
sur 371 se trouve ainsi aujourd’hui taire philippine Balitang America c’est-à-dire regroupée avec des comtés qui informent les éven- son statut social est très ample- réagir : ils se sont identifiés aux
en procédure de saisie. rapporte ainsi le cas de Manuel d’autres dettes, et transformée en tuels acheteurs et créanciers. Or, ment un mythe, mais elle s’inscrit « victimes ».
A la suite de plaintes de plu- Reyes. Ce propriétaire à San Jose, obligations qui peuvent être nombre de ces assureurs ne sont dans les croyances américaines. Aujourd’hui, rien n’est joué.
sieurs propriétaires, de grands prê- en Californie, a payé rubis sur l’on- cotées, par exemple, à la Bourse de pas toujours en mesure de vérifier Bref, ce qui est en train d’être Mais Barack Obama a échoué à
teurs et ordonnateurs de saisies gle toutes ses mensualités, mais a Dublin, en Irlande, puis rachetées, la réalité de la dette, du fait de la exterminé par le capitalisme offrir à ces gens un leadership, car
envers leurs clients défaillants été traumatisé par un courrier comme un investissement, par multitude des transferts de titres », il manque du capital culturel qui
ont reconnu que leurs procédures comminatoire de la Wells Fargo lui des particuliers, des fonds de pen- estime Alain Silverston, directeur Parcours corresponde à leurs attentes. Il est
pouvaient être entachées d’irrégu- réclamant 4 000 dollars de préten- sion… Au terme de ce long proces- de LBCondo, gérant de coproprié- empli de confiance en lui, il a sur-
larités. Bank of America qui, en dus impayés, sous peine de saisie. sus, on ne sait plus qui est le vérita- tés à Los Angeles et auteur d’un 1968 Diplômé de Harvard, monté ses expériences de jeu-
2008, a racheté Countrywide, pre- ble détenteur de la créance. blog sur l’immobilier sur le site Richard Sennett est cofondateur nesse et a tout réussi. Au début,
mier prêteur immobilier, a pris Irresponsabilités Face au flot d’incidents de paie- Internet Lemonde.fr. du Cambridge Institute il a insufflé de l’espoir. Mais il est
les devants et suspendu ses procé- Les banquiers sont piégés par le ment (environ 14 % des emprun- « La perte du lien contractuel à Cambridge (Massachusetts). très difficile pour un travailleur
dures dans l’ensemble des Etats. A système qu’ils ont eux-mêmes teurs sont en retard de rembourse- entre banquier et emprunteur a américain de s’identifier à lui. Le
sa suite, JP Morgan Chase, numé- mis au point, qui multiplie les ment, selon l’Association des prê- rendu impossibles des négocia- 1975 Il fonde le New York Institu- particularisme américain est ain-
ro trois américain du prêt hypo- interm