Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 3 : Partie 1

1. La gestion des tournées :

L’organisation du transport sous la forme de tournées se rencontre chaque fois que le


poids des marchandises à enlever ou à livrer chez le client est faible par rapport au moyen de
transport utilisé. Il est donc nécessaire de regrouper plusieurs clients en une seule tournée afin
d’optimiser les moyens de transport et les ressources humaines de l’entreprise.
On constituera une tournée en regroupant les clients de façon que :
 Le poids et le volume de l’ensemble des lots soient compatibles avec la capacité
maximale du véhicule ;
 Le positionnement géographique et les contraintes horaires de ces clients permettent
d’organiser avec le véhicule un circuit qui soit compatible avec la durée allouée et les
contraintes de circulation.
1.1. Préparation de la tournée :

Le fait générateur d’une tournée dépendra de la nature de l’activité.

 En messagerie
A l’arrivée de la traction au petit matin, les récépissés sont triés par tournée et les colis
disposés dans la travée correspondante ; les colis sont ensuite chargés dans le véhicule de
livraison afin que celui-ci puisse partir généralement pas plus tard que 8 heures.
 En ramassage
La constitution de tournées sera déterminée par les demandes de transport des clients
formulées par téléphone, fax…
 En entreposage ou distribution
Le fait générateur sera la commande passée par le client avec l’indication du point de
ramasse ou de livraison, le circuit est le suivant :
• Les commandes parviennent par téléphone, fax ;
• Elles sont enregistrées directement sur papier ou dans un système informatisé ;
• Elles sont triées par jour de livraison ;
• On édite les bons correspondants pour les clients de ce jour ;
• Le responsable transport organise les tournées du jour ;
• Le dépôt réalise la préparation physique des commandes et le chargement du véhicule ;
• Le jour prévu, les véhicules partent pour leur tournée.
1.2. Les types de tournées :

Une tournée se présente toujours sous la même forme, livrer n clients à partir d’un point
central, ce qui implique les opérations suivantes :
o Chargement du véhicule au dépôt.
o Parcours d’approche jusque chez le premier client.
o Déchargement chez le premier client.
o Parcours jusqu’au client suivant.
o Et ainsi de suite jusqu’au dernier client.
o Retour au dépôt.

o Suivant l’activité concernée et la régularité constatée des flux, on optera entre trois
types de tournées :
o La tournée fixe : Dans le cas où les flux à ramasser ou à distribuer sont suffisamment
réguliers, on constitue une tournée pour laquelle seront fixées de façon permanente le
circuit et la fréquence. Elle prend l’aspect d’un camembert découpé en tranches, le
centre étant évidemment le lieu de départ et les tranches représentent la zone
géographique desservie par un même véhicule..
o La tournée variable à l’intérieur d’une zone bien définie : A l’intérieur de chaque
zone, la tournée sera organisée en fonction des besoins exprimés. Les quantités sont
cumulées en saturant les véhicules jusqu’au maximum des capacités disponibles,
lorsque l’ensemble du parc est affecté aux tournées des jours suivants.
o La tournée variable : Il s’agit là d’une tournée «sur mesure», établie strictement en
fonction des besoins. La productivité est bonne mais on y perd en taux d’utilisation
des véhicules.

2. L’organisation des tournées de livraison :


2.1. Calcul des distances :

Pour aller d’une région « i » vers une destination « j » on traverse par exemple un chemin
passant par K, L et M .
Exemple :

i
K d2 J
d1

L M d4
d3

Donc la distance parcourue est égale à la somme des distances séparant une région i vers une
destination j.

D=

Dans notre exemple D= = d1 + d2+ d3+d4

supposons un chauffeur de camion doit transporter une marchandise de Tunis vers El jem et devra passer

par Hammamet, Enfidha et Sousse pour arriver a El jem .

les distances a parcourir sont les suivants :

distance Tunis Hammamet Enfidha Sousse El jem

Tunis - 60 km

Hammamet 60km - 30 km

Enfidha 30km - 40 km

Sousse 40 km - 61 km

El jem 61km -

Donc D = = = d1 + d2+ d3+d4 = 60+30+40+61 = 191 km

2.2. Les tournées de livraison :

En logistique le défit est d’optimiser les tournées de livraison, il s’agit d’aller le plus loin
possible avec la charge maximale.
Les tournées de livraison se déroulent en deux principales étapes à savoir :

o La préparation de la tournée : elle est assurée par le responsable du transport exp


transporteur maritime, aérien, routier…. Le transporteur devrait nécessairement
vérifier la livraison ou commande et signer la livraison/ commande
o La livraison : qui est assurée par le chauffeur qui est en contact avec le client : la durée
de livraison, le temps de chargement, temps de conduite…

Le temps de conduite

2.3. Les limites réglementaires de vitesse de circulation :

PTRA : Poids total Roulant Autorisé : il est fixé pour chaque véhicule tracteur par l’autorité
compétente. Il est définit selon des éléments techniques communiqués par le constructeur lors
de la réception du véhicule et il est inscrit sur le certificat d’immatriculation

Le poids total roulant ( PTR) d’un ensemble de véhicules ne doit pas dépasser le PTRA du
véhicule tracteur.

PTAC : Poid Total Autorisé en Charge : c’est la masse maximale autorisée pour un véhicule
routier, telque spécifié dans le code de la route. Elle comprend la charge maximale de
marchandises ( charge utile) ainsi que le poids maximal du chauffeur et de tous les passagers

TMD : Transport des Marchandises Dangereuses

Ci-dessous un tableau décrivant les limites de vitesses selon le type de route et le type du
véhicule.
Type de route En dehors de l’agglomération En agglomération
Type de véhicule autoroute Route (RN, RR)
Véhicule dont le PTAC et PTRA < 3.5 100km/h 80km/h 50km/h
T
3.5 T ≤ PTAC et PTRA < 12T 100km/h 80km/h 50km/h
12 T ≤ PTAC et PTRA < 19T 90km/h 70km/h 50km/h
PTAC et PTRA ≥ 19T 80km/h 60km/h 50km/h
Véhicule TMD : 3.5 T ≤ PTAC < 12T 90km/h 70km/h 50km/h
Véhicule TMD : PTAC ≥ 12T 80km/h 60km/h 50km/h
En cas de réduction de la visibilité Réduction de 20 km/h Réduction de 10
km/h
En cas où le conducteur est stagiaire 80km/h 80km/h 50km/h
Vitesse maximale en cas de circulation 60km/h - -
maximale

2.4. La réglementation sociale du temps de conduite et du repos :

Cadre réglementaire : le temps de conduite et de repos obligatoire, journalier/ hebdomadaire


sont réglementés au plan communautaire par le règlement du conseil du 20 décembre 1985 et
en Tunisie par le décret numéro 200-145 du 24 janvier 2000 du jort.

La durée maximale de conduite :

 La conduite continue maximale : le temps de conduite continue maximale passé


devant le volant ne doit pas dépasser 4 h 30 min ( le jour) et 4 h la nuit ( entre 21h et 6
h)
 Interruption minimale de conduite continue : le conducteur doit respecter une
interruption de 45 min à la fin de chaque période de conduite continue
 Conduite journalière maximale : la durée maximale de conduite journalière est limitée
à 9 h et peut être portée à 10 h 2 fois par semaine.
 Temps de conduite hebdomadaire : il s’agit de la durée de conduite totale à cumuler
sur une semaine. Actuellement le nombre de période journalier est limité à 6 jours
constituant une durée de conduite hebdomadaire de 56 h maximum.
La durée maximale de repos :

 Temps de repos journalier : pour une période de 24h le temps de repos journalier est
de 11h consécutif et peuvent être réduit a 9h 3 fois/semaine. Les heures manquantes
peuvent être récupérées avant la fin de la semaine suivante.
 Temps de repos hebdomadaire : le règlement en vigueur impose un repos régulier de
45h consécutif et peut être réduit) à 36h consécutifs.
3. La méthode des écarts pour le choix du parcours/ itinéraire
3.1. Contexte :
Cette méthode repose sur la comparaison des parcours possibles pour joindre deux points à
partir d’un dépôt.

Soit les points O - A – B

Il existe deux solutions possibles pour desservir les clients A et B :

Cette méthode permet une économie de parcours.

Cette économie que nous définissons par le mot « écart » se calcule comme suit :

e (AB) = (OA+AO+OB+BO) – (OA+AB+BO)


= OA+AO+OB+BO-OA-AB-BO

= AO+OB- AB

= 70+110-90

= 360-270

= 90km

3.2.Application de la méthode :

Soit le tableau ci-dessous décrivant les distances entre les divers points et les tonnages à livrer

On suppose la distance, entre deux points, identique quelque soit le sens du parcours et O
étant le dépôt..
1ere étape : Recueil d’information
 Localisation géographique du dépôt et des clients.
 Distancier.
 Tonnage à livrer.
2 ème étape : Calcul des écarts entre deux points clients
e (AB) = AO + OB - AB = 6 + 13 - 10 = 9
e (AC) = AO + OC - AC = 6 + 9 - 7 = 8
e (AD) = AO + OD - AD = 6 + 5 - 6 = 5
e (BC) = BO + OC - BC = 13 + 9 - 7 = 15
e (BD) = BO + OD - BD = 13 + 5 - 10 = 8
e (CD) = CO + OD - CD = 9 + 5 - 8 = 6

3ème étape : Classement des écarts par ordre décroissant


e (BC) - e (AB) - e (AC) - e (CD) - e (AD) - e (BD)

4 ème étape: A partir du classement précédemment établi, sélectionner les couples de points
en évitant ceux formant une fourche ou une boucle avec les couples déjà retenus

5 ème étape : Après avoir sélectionné l’ensemble des liaisons «clients», nous joignons
chacune des extrémités au dépôt

Tournée retenue :
OABCDO = 11,5 tonnes = 36 km.
Cet outil a en effet pour objectif de réaliser la chaîne la plus courte possible pour joindre
la totalité des points.
Cette approche consiste à sélectionner les liaisons générant les écarts maximum pour
approcher la solution optimale.
6 ème étape : Introduction de différentes contraintes
Contraintes techniques : CU, volume, m/l, accessibilité...
Contraintes organisationnelles : horaires de livraison, moyens matériels et humains.

Modifions maintenant nos hypothèses et supposons que le dépôt ne dispose que d’un
véhicule de 7 tonnes de CU (charge utile) pour effectuer ces livraisons. En appliquant la
même méthode mais en s’arrêtant lorsque la capacité du véhicule est atteinte, on obtient alors
deux nouveaux circuits :

On note ainsi la dégradation de la solution au fur et à mesure que l’on introduit des contraintes
supplémentaires : 46 km au lieu de 36 km dans le cas de la tournée unique.
Il resterait cependant à vérifier que deux circuits avec un véhicule de 7 tonnes ne présentent
pas un coût plus faible qu’un seul avec un véhicule de 12 tonnes.
Si par exemple, les clients A et B devaient être livrés impérativement avant 10 h 00, les
tournées précédentes se transformeraient comme suit :
OABO = 7 tonnes
6 + 10 + 13 = 29 km.

OCDO = 4,5 tonnes


9 + 8 + 5 = 22 km.
Soit ici 51 km au lieu des 36 et 46 précédemment trouvés.

Vous aimerez peut-être aussi