Vous êtes sur la page 1sur 7

ÉCOLE HASSANIA DES TRAVAUX PUBLICS

LABORATOIRE DE BETON

Professeur : Pr. Khaled LAHLOU Date : 23/10/2018

COMPTE RENDU DU TP N° 1 Groupe N° 4 CLASSE : 2GC3


Titre : Noms des élèves :

FORMULATION DU BETON Leila BOULAOUZ


APPROCHE EXPERIMENTALE Anas RACHYD
Mohamed OUBOUR
Imane ECHEHBANI

APPRECIATION cadre réservé au


correcteur
PARTICIPATION EN SEANCE :

RESULTATS DE LA MANIP :

SYNTHESE :

NOTE FINALE : /20


TRAVAIL DEMANDE

Indiquer les étapes réalisées lors de la gâchée d’étude et les éventuelles corrections
effectuées avec vos commentaires :

La formulation théorique du béton a été précisée par notre professeur M. K. LAHLOU, avec
les différentes caractéristiques du béton, et on devait faire une gâchée de 120 kg.

Figure 1 – Eau, sable, graviers et ciment utilisés dans la formulation

A partir de la formulation théorique, nous avons calculé la masse nécessaire de chaque


constituant en multipliant son dosage par le quotient : (masse de la gâchée/masse volumique du
120
béton théorique) = 2383 (en kg).

Pour tenir compte du fait que les sables ne sont pas à l’état saturé superficiellement sec (sss) on
doit faire des corrections sur leurs masses. Nous avons mesuré la teneur en eau des deux sables
: le sable de mer et le sable concassé.

𝟂s1 = 11.5 %, 𝟂s2 = 6.5%

Avec 𝟂i la teneur en eau mesurée, et abs l’absorption du sable donnée.


Pour se ramener à l’état SSS, on doit adopter la formule corrective suivante :
mhumide = msss (1 + 𝟂 - abs)

Avec abs l’absorption du sable, donnée.


On a donc :
ms1, humide = 11.87 Kg
ms2, humide = 20.91 Kg

Pour l’eau, on doit soustraire la part apportée par les des deux sables humides :
meau, fin = meau, init - (ms1, humide - ms2, sss) - (ms1, humide - ms2, sss)
= 8.06 - (11.87 - 1073) - (20.91 - 19.10) = 5.91 kg

Figure 2 – Ajout de l’eau au malaxeur

On introduit ensuite les masses des constituants dans le malaxeur dans cet ordre : graviers,
sables, ciment puis eau. Après le malaxage on obtient un mélange très raide et peu maniable
avec un affaissement mesuré par le cône d’Abrams nul. On procède à l’ajout successif de
quantités d‘un superplastifiant, mais la maniabilité du béton varie lentement même après avoir
dépassé la quantité limite conventionnelle du superplastifiant. Avec un volume de 1.25 L on a
n’obtenu qu’un affaissement de 4 cm, bien loin des 18 cm visés initialement.

Figure 3 – Cône d’Abrams


Figure 4 – Affaissement mesuré faible

On mesure la masse d’un volume du béton et on en déduit sa densité réelle.


dréelle = 2.375 t/m3
𝑑𝑟é𝑒𝑙𝑙𝑒
On calcule les masses corrigées des constituants en les multipliant par le rapport : 𝑑 𝑡ℎ𝑒𝑜𝑟𝑖𝑞𝑢𝑒

Calculer la formule corrigée en Kg/m3 (reporter sur la fiche de la gâchée expérimentale) :

GACHEE D’ETUDE (Groupe 4)

Date de confection 23/10/201 Gâchée Pesée Correction Formule


8 de 120 Kg s sur corrigée en Kg/
N° gâchée 1 gâchée m3
Rapport E/C 0.4 Etat SSS Etat Etat SSS
humide
Eau (litre / 160 8.06 Kg 5.91 Kg 5.92 Kg
3
m)
Ciment (kg / 18.13 Kg 18.13 18.13 Kg
3
m) 360 Kg
Type : CPJ45
d = 3,1
Gravillon 1 (kg/ 26 Kg 26 Kg 26 Kg
3
m) 516
Type : Grains riz
d = 2.67 T/m3
Abs = 0.7%
Gravillon 2 (kg/ 37.11 Kg 37.11 37.11 Kg
m3 ) 737 Kg
Type : Granulats 5/15
d = 2.67 T/m3
abs=0.7%
Sable 1 (kg/ 10.73 Kg 11.87 11.87 Kg
m3 ) 213 Kg
Type : Sable de mer
d = 2.69 T/m3
Abs = 0.9%
w = 11.5%
Sable 2 (kg/ 19.9 Kg 20.91 20.91 Kg
m3 ) 395 Kg
Type : Sable concassé
d = 2.68 T/m3
Abs = 1.4%
w = 6.5%
Adjuvant (litre/ V= 1.25 l
m3 ) <= (masse
Type : Superplastifiant volumique
2%*C=35 non
0ml communiquée
)
Total 2381 120 Kg
kg/m3
(Sans adj)
Affaissement cible 18 Affaissement mesuré 4 cm
(cm)
air occlus …………
(%) ………..
Masse volumique théorique 2.838 Masse vol mesurée 2.375
(T/m3) T/m3

Remarques générales Malgré l’ajout d’une grande quantité du superplastifiant, qui


dépasse même la limite de la quantité à ajouter théorique, nous
avons eu un béton très sec, dont l’affaissement ne dépasse pas 4
cm. Nous sommes sortis avec les hypothèses suivantes :

1) Ou bien le superplastifiant était de mauvaise qualité, ou


qu’il est un plastifiant et non un superplastifiant.
2) Ou bien, la formulation théorique du béton était erronée,
et ne correspond pas à l’affaissement cible, auquel cas il
fallait ajuster une portion de l’eau à la gâchée.

Nous avons cependant décidé de ne pas ajouter de l’eau, pour


respecter la formule théorique initiale, et ne pas affecter la
résistance du béton en augmentant le rapport E/C
A l’aide du tableur EXCEL, tracer les courbes granulométriques des constituants à part
et du mélange réalisé lors de la gâchée. Comparer avec la courbe optimale de Dreux-
Gorisse (voir chap. formulation du cours) :

Tableau de la distribution granulométrique des granulats utilisés ainsi que le mélange

BEN
KENITRA SLIMAN HOLCIM
S1 S2 G1 G2
Ouverture
tamis SD SC SC05 G515
16 100 100 100 100
12,5 100 100 100 90
10 100 100 100 55
8 100 100 100 20
6,3 100 100 99 5
5 100 100 97 2
4 100 89 89 0
3,15 100 72 82 0
2,5 100 58,1 71 0
1,25 100 30,8 48 0
0,63 100 17,6 34 0
0,315 90,1 11,3 24 0
0,16 2 7,7 17 0
0,08 0,6 6,1 13 0

Coordonnées des points de la courbe de référence :

X Y
o 0,08 0
A 8 46
B 16 100
On remarque que la courbe réelle suit pratiquement la courbes de Dreux-Gorisse pour les
éléments fins. Mais pour les éléments de grand diamètre il y une différence importante entre
les deux courbes.

Conclusion :

La quantité des graviers n’est pas optimale.