Vous êtes sur la page 1sur 85

‫الجمهــــــــورية الجزائريـــــــــــة الديمـــــــقراطية الشعبيـــــــــــة‬

République Algérienne Démocratique et Populaire


‫وزارة التعليـــم العالــي و البحــث العلمـــي‬
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche Scientifique
‫جامعــــة الـجياللـــي بونعامـــة خميـــس مليانـــة‬
Université Djillali BOUNAAMA de Khemis Miliana
‫كليــة علــوم الطبيعــة و الحيــاة و علــوم األرض‬
Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie et des Sciences de la Terre
‫قســم علـــوم األرض‬
Département des Sciences de la Terre

Mémoire de fin d’étude en vue de l’obtention du Diplôme de Master

En Sciences de la Terre et l’Univers


Filière : géotechnique
Option : géotechnique

Thème

Importance et Intérêts des études géotechniques dans la


réalisation du barrage cas du barrage de Koudiet Rosfa
wilaya de Tissemsilt

Soutenu le : 11/07/2018 Présenté par :


-Abdelhamid Bouchair
-Tellai Nadir
Devant le Jury composé de :

Président : GHARBI Ben youcef Grade : MCB Etablissement : UDBKM

Encadreur : HENNIA Kaddour Grade : MAA Etablissement : UDBKM

Examinateurs : Etablissement : UDBKM

SAHRAOUI Abdelbassit Grade : MAA Etablissement : UDBKM

Invité :
BOUDERBALA Ahmed Grade : MCB Etablissement : UDBKM

Année universitaire : 2017/ 2018


REMERCIEMENTS

Remerciements

Travailler seul est un plaisir, mais travailler avec des sages c’est un honneur et pour
cela nous remercie à Mr. HENNIA Kaddour notre encadreur, pour tous ses efforts et
ses conseils Et sa disponibilité et son efficacité pour Fournir les conseils nécessaires
pour faciliter le travail.
Membres de jury qui accepté d'évaluer notre travail :
Mr. GHARBI Benyoucef
Mr. SAHRAOUI Abdelbassit
Mr. YAMANI Mohamed Abdel Hadi pour ses conseils est ses orientations
Mr. OUIMER Amine le 1er mentor dans notre chemin d’étude
Mr. SEDOUD Bachir et Mr. BERBERA Kaddour pour leur générosité d’offrir les
donnes pour le succès de ce travail
BOUCHAIR Abdelhamid
Tellai nadir
DEDICACE

Dédicace

Je dédie ce travail à ma chère grand-mère, la seule personne qui n'a jamais perdu
espoir en moi, et bien sûr mes chers parents que je ne serais pas ici aujourd'hui sans
leur soutien et leur attention, qu'Allah vous bénisse et vous garde de moi.

BOUCHAIR Abdelhamid
DEDICACE

Dédicace

Je dédie ce travail :
-A mon cher Père et à ma chère Mère qui sont de ma vie, la source et l’essence
-à mes chères petites sœurs la joie de ma vie.
-à mon oncle BERBAR Ibrahim
-à mes frères Toufik, Salah et Omar
-a tous mes amis
TELLAI Nadir
RESUME

:‫ملخص‬

‫تتطلب المنشئات الكبيرة مثل السدود مراحل مختلفة من الدراسة قبل تنفيذها لضمان استقرارها مع الحد األدنى من المشاكل التي‬
، ‫بدون نسيان فوائده االقتصادًية واالجتماعيًة‬، ‫يمكن أن تحدث أضرا ًرا هائلة للبيئة بشكل عام والحياة البشرية ببشكل خاص‬
‫ و التي تمر بمرحلتين رئيسيتين اختبارات في الموقع وفي المختبر لمعاينة منطقة اإلنجاز و‬،‫الدراسة الجيوتقنية احد هذه الدراسات‬
.‫معالجة مواد البناء لهدف ضمان صمود السد على المدى الطويل‬
‫ مقياس‬،‫ إن حالة الصخور فيما يتعلق بمحور السد باستخدام االختبارات الهيدروليكية غير نفوذة إلى قليلة النفاذية يختلف‬، ‫في الواقع‬
‫ حيث لوحظ أن مواد البناء ذات‬، ‫ ومن ناحية أخرى نتائج االختبارات في المختبر كانت كافية‬،‫ وحدة لوجيون‬10 ‫ الى‬5 ‫النفاذية من‬
‫ بار على الحد‬0,46 ‫ درجة و‬22,5 ‫ تختلف زاوية االحتكاك والتماسك على التوالي من‬: ‫خصائص ميكانيكية وفيزيائية جيدة‬
.‫ بارعلى الحد االدنى‬0,15 ‫ درجة و‬18,50 ‫األقصى و من‬
‫ اظهرت اختبارات الظغط أن مقاومة الصخور عالية للغاية وتتراوح بين‬, ‫بالنسبة الى مواد الركام كانت النتائج جيدة الي حد كبير‬
.‫ بار‬599 ‫ بار و‬100
.‫و على ضوء هذه النتائج المختصرة اكدت الدراسة الجيوتقنية مدى كفاءة المشروع الذي ال يزال قيد التشغيل لحد الساعة‬

‫حماية‬،‫ استقرار‬،‫ قدية الرصفة‬،‫ الحوض الساكب‬،‫ سد‬،‫ تجربة جيوتقنية‬: ‫الكلمات المفتاحية‬

Résumé

Les grands ouvrages comme les barrages nécessitent des études avant leur réalisation pour assurer
la stabilité de l’ouvrage et son bon emplacement avec des minimum problèmes qui peuvent créer
énorme dégâts à l'environnement en général et la vie humaine on particulier, sans oubliée les
bénéfices des barrage économique et sociale. L’études géotechniques fait partie de ces études, ce
dernier Passes à travers deux étapes principale, des essai in situ et au laboratoire qui traite les
matériaux de la construction et la zone de réalisation, pour but de la stabilité du barrage à long
terme.
En effet, l’état des roches concernant l’axe de la digue à l’aide des essais hydraulique est
imperméable à de faible perméabilité, elle été varié en générale de 5 à 10 UL, d'autre part, les
résultats des essais au laboratoire étaient suffisants, où il a été observé que les matériaux de
construction donnent des bonnes caractéristiques mécanique et physique : l’angle de frottement et la
cohésion varie respectivement de 22.5° et 0.46 bars au maximum et de 18.50° et 0.15 bars au
minimum.
Pour les matériaux d’enrochements les résultats sont significativement bon, les essais de
compression montrent que la résistance des roches est très élevée varies entre 100 bars et 599 bars.
RESUME

A la lumière de ces résultats brefs, l'étude géotechnique a confirmé l'efficacité du projet, toujours
opérationnel jusqu'à présent.

Mots clé : Essai géotechnique, Barrage, Bassin versant, Koudiet Rosfa, Stabilité, Sécurité.

Abstract
Large constructions as dams require different phases of study before their realization to ensure that
it will last a longer with minimal problems, that can create huge damage to the environment in
general and human life around it in particular, without ignoring its benefits economically and
socially, geotechnical investigation is one of these studies, it passes through two stages
investigation in-situ and in laboratory to treat the materials of the construction and the area of
realization, in purpose of stability of the dam in the long term.
Indeed, the state of the rocks concerning the axis of the dam using hydraulic tests is impermeable to
low permeability, it was generally varied from 5 to 10 UL, on the other hand the results of the tests
in the laboratory were sufficient, where it was observed that the building materials gives a good
mechanical and physical characteristics: the angle of friction and cohesion varies respectively from
22.5 ° and 0.46 bar at maximum and from 18.50 ° and 0.15 bar at minimum
For the rockfill materials the results are significantly good, the compression tests show that the
resistance of the rocks is very high, varying between 100 bars and 599 bars.
In the light of these short results, the geotechnical study confirmed the efficiency of the project,
which is still operational until the present time

Key Words: Geotechnical test, Dam, Watershed, Koudiet Rosfa, Stability, Security.
SOMMAIRE

Remerciements
Dédicace
Résumé
Liste des tableaux
Liste des figures
Liste des abréviations
Introduction générale……………………………………………………………………………….1
Chapitre I : Bibliographie
I.1.Introduction………………………………………………………………………………..…….3
I.2. Définition………………………………………………………………………………………...3
I.3. Fonction…………………………………………………………………………………….........3
I.4. Classification…………………………………………………..………………………………...3
I.4.1. Selon la fonction du lieu de réalisation……………………………………………………3
I.4.2. Selon le matériau de construction…………………………………………………………3
I.4.3. Selon la résistance aux effets de l’eau……………………………………………………..4
1.5. Études faisabilité…………………………...…………………………………………………...4
I.5.1. Choix du site………………………………………………………………………………..5
I.5.2. Choix de la cuvette…………………………………………………………………………5
I.6. Étude avant-projet détail (APD)………………………………………………………………..5
I.6.1. Étude topographique……………………………………………………………………….5
I.6.1.1. Topographie du bassin versent…………………………………………………………5
I.6.1.2. Topographie de site ………………………………………………………………...5
I.6.2. Étude géologique………………………………………………………………….…..……5
I.6.3. Étude hydrologie……………………………………………………………………………6
I.6.4. Étude hydraulique………………………………………………………………………….6
I.6.5. Étude génie civil…………………………………………………………………………….6
I.6.6. Étude Géotechnique……………………………………..…………………………………6
I.6.6.1. Prospection…………………………………………………………………………….7
I.6.6.2. Essai in situ…………………………………………………………………………….7
I.6.6.2.1. Essais hydraulique…………………………………………….…………........7
I.6.6.2.2. Essai Pressiometrique ……………………………………….……...………...9
I.6.6.2.3. Pénétromètre statique…………………………………….…………………..10
I.6.6.3. Essai au labo…………………………………………………….………….……...…10
SOMMAIRE

I.6.6.3.1. Échantillonnage……………………………………………………..……….10
I.6.6.3.2. Essais d’identification…………………………………………………..…....11
I.6.6.3.3. Essais mécanique…………………………………………………….............13
I.6.6.3.4. Essais de dureté…………………………………………………….…….…..17
I.7.Conclusion……………………………………………………………………………………..17
Chapitre II : Présentation de la zone d’étude
II.1. Bassin versant (Cadre générale) …………………………………………………………….18
II.1.1. Situation du bassin versant…………………………………….……………………….18
II.1.2. Cadre Morphologique et Climatique………………….................................………….18
II.1.2.1. Description du bassin versant……………………………………………………...18
II.1.2.2. Relief…………………………………………………………….………………...19
II.1.2.3. Hydrographie………………………………………………..….....………………20
II.1.2.4. Climat……………………………………………………..…………….…………21
II.1.2.5. Pluviométrie……………………………………………………………….............21
II.1.2.6. Température……………………………………………………………………….22
II.1.2.7. Vent………………………………………………………………………..............22
II.1.3. Cadre Géologique hydrogéologique et pédologique……………………………..………..23
II.1.3.1. Géologie régionale…………………………………………...…………….…...….…23
II.1.3.2. Hydrogéologie…………………………………...………………………….…….…..26
II.1.3.3. Pédologie……………………………………………………………………..……….27
II.1.3.3.1. Classification des sols…………………………………………………….…27
II.1.3.4. Végétation……………………………………………………………………….……29
II.1.4. Cadre socioculturel……………………………………………………………………....…30
II.1.4.1. Population……………………………………………………………..………….…..30
II.1.4.2. Agriculture………………………………………………………………………....…30
II.2. Présentation du Barrage (Cadre Local)……………………………………………….…….31
II.2.1. Situation géographique du barrage………………………...………..…………..……..31
II.2.2.1. Digue……………………………………………………...………………….…....32
II.2.2.2. Les ouvrages annexes…………………………………………………….………..32
II.2.2. 2.1. Prise d’Eau……………………………………….......................................32
II.2.2.2.2. Évacuateur de Crue…………………………………………………...……33
II.2.2.2.3. Vidange de Fond…………………………………………….………..……34
II.2.2.2.4. Galerie Visite (d’injection)……………………….......................................34
SOMMAIRE

II.3. Conclusion………………………………………………………………….....……………....35
Chapitre III : Étude géotechnique du barrage
III.1. Introduction………………………………………………………………………………….36
III.2. Collecte des données…………………………………………………………………………36
III.3. Essai in situ…………………………………………………………………………………...36
III.3.1. Essai hydraulique…………………….……………………………………………….36
III.3.2. Essai pressiometrique……….………………………………………………………...40
III.3. 3. Essai de pénétromètre statique (SPT)……………………………………………….41
III.4. Essai labo………………………………………………………………………………...41
III.4.1. Essais d’identification …………………………………………………………...41
III.5. Essai mécanique……………………………………………………………………………...50
III.6.Essais de dureté………………………………………………………………………………57
III.6.1. Essai los Angeles et Micro-deval……………………………………………………...57
III.7. Masse volumique est absorption…………………………………………………………….57
III.8. Conclusion………………………...………………………………….………………………58
III.9. Remarque……….……………………………………………………………………………58
Conclusion générale………………………………………………………………………………..59
Référence Bibliographie
Annexe
LISTE DES TABLEAUX

Liste des tableaux


Tableau 1 : l’études géotechnique…………………………………...…………………………6
Tableau 2 : les caractéristiques du bassin versant……………………..………………………21
Tableau 3 : les stations pluviométriques…………...………………………….………………22
Tableau 4 : la répartition des unités de sols dans le bassin versent de Koudiet Rosfa…….…..28
Tableau 5 : Cheptel……………………………………………………...…………………….31
Tableau 6 : les caractéristiques de la digue……………………………………………………32
Tableau 7 : les caractéristiques de la prise d’eau………………………………………………32
Tableau 8 : les caractéristiques de conduit d’eau……………………………………...………33
Tableau 9 : les caractéristiques d’évacuateur du crue…………………………………………33
Tableau 10 : les caractéristiques de vidange de fond…………………………………………34
Tableau 11 : caractéristique de galerie de visite……………………………………………….34
Tableau 12 : les résultats d’essais Lugeon………………………………………………...…..36
Tableau 13 : les résultats des essais Lefranc…………………………………………………..39
Tableau 14 : les résultats des essais pressiometriques………………..………………………..40
Tableau 15 : les résultats d’essai granulométrique par tamisage (zone 1)……………………..41
Tableau 16 : les résultats d’essai granulométrie par sedimentometrie (zone 1)……………….41
Tableau 17 : les résultats des essais granulométriques (zone 2)……………………………….43
Tableau 18 : les résultats des granulats par sedimentometrie (zone 2)………………………..44
Tableau 19 : analyses granulométriques (zone3 et4)………………………………………….45
Tableau 20 : analyses granulométriques (zone de recharge)…………………………………..46
Tableau 21 : les résultats des limites d’atterbergue……………………………………………48
Tableau 22 : les valeurs extrême et moyennes des résultats de cisaillement direct (zone 1)…51
Tableau 23 : les valeurs extrême et moyennes des résultats de cisaillement direct (zone 2)…52
Tableau 24 : les valeurs extrême et moyennes des résultats de triaxial (zone 1)……….………52
Tableau 25 : les valeurs extrême et moyennes des résultats de triaxial (zone 2)…………...…..52
Tableau 26 : les résultats d’essais œdométriques(zone1)………………………………..……53
Tableau 27 : les résultats d’essais œdométriques (zone2)…………………………..…………53
Tableau 28 : les résultats d’essai compression simple Carotte N°7……..……………………55
Tableau 29 : les résultats d’essai compression simple Carotte N°6…………………..………55
Tableau 30 : les résultats d’essais compression simple Carotte N°8……………….…………56
Tableau 31 : les résultats des essai Los Angeles et Micro-deval………………………..……..57
Tableau 32 : les résultats des essais masse volumique et absorption…………………………57
LISTE DES FIGURES

Liste des figures


Fig 1 : Barrage en terre zoné……………………………………………………………………4
Fig 2 : essai Lugeon……………………………………………………………….……………8
Fig 3 : Essai Lefranc……………………………………………...…………………………….9
Fig 4 : Sondage pressiometrique…………….……………………….……………………..…10
Fig 5 : méthode de quartage………………………………………………………………...…11
Fig 6 : Échantillonneur………………………………………………………………………..11
Fig 7 : différent tamis de la granulométrie……………………………………………………12
Fig 8 : représentation des limites d’Atterberg…………………………………………………13
Fig 9 : appareil triaxial…………………………...……………………………………………14
Fig 10 : essai de cisaillement a la boite………..………………………………………………15
Fig 11 : essai œdométrique……………………………………………………………………16
Fig 12 : Situation de bassin versant de Koudiet Rosfa……………………..…………………18
Fig 13 : Carte de sous bassin versant de Koudiet-Rosfa………………………………………19
Fig 14 : La carte des reliefs……………………………………………………………………20
Fig 15 : la carte réseau hydrographie…………………………….……………………………20
Fig 16 : Carte de la pluviométrie………………………………………………………………22
Fig 17 : La carte géologique. ……………………………………….…………………………26
Fig 18 : typologie des sols dans le bassin versant de Koudiet Rosfa……………………..…….29
Fig 19 : La carte de végétation………………………………………...………………………30
Fig 20 : Coupe transversale du barrage Koudiet Rosfa………………………………………..31
Fig 21 : courbe granulométrique, sedimentometrie (zone d’emprunt 1)………………………42
Fig 22 : courbe granulométrique, sedimentometrie (zone d’emprunt 2)………………..……..44
Fig 23 : courbe de limite d’Atterberg+abaque de Casagrande (zone d’emprunt 1)…………..47
Fig 24 : courbe limites d’Atterberg+abaque de Casagrande (zone d’emprunt 2)……………..48
Fig 25 : Abaque de Casagrande de puits 11…………………………………………………..49
Fig 26 : Abaque de Casagrande de puits 12……………………………………………………49
Fig 27 : courbe Proctor (zone d’emprunt 1)…………...………………………………………50
Fig 28 : courbe Proctor (zone d’emprunt 2)…………………………………………………..51
Fig 29 : situation des points de sondage sur le CW5…………………………………………..54
Fig 30 : les résultats d’essai compression simple (carotte N6 et7)…………...…..……………55
Fig 31 :la résultats d’essai compression simple (carotte N°8)…………………….....………..56
LISTE DES ABRIVIATIONS

LISTE DES ABREVIATIONS


APD : Avant-Projet Détaillée
AEP : Alimentation en Eau Potable
CW : Chemin Wilaya
RN : Retenue Normale
PHE : Plus Hautes Eaux
UTM : Transverse Universelle de Mercator
UL : Unité Lugeon
CVM : Côte du Volume Mort

CRN : Côte de Retenue Normale

CRE : Côte de la Retenue Exceptionnelle


LNA : Lombard Nord Algérie
MDS : coefficient Micro-Deval Sec
MDE : coefficient Micro-Deval en présence d’Eau
SAU : Surface Agricole Utilisée
NGA :Nivellement Générale d’Algérie
INTRODUCTION GENERALE

Introduction générale
Les barrages sont parmi les construction humaines les plus important, à la fois par leur
dimension parfois exceptionnelle et par leur utilité sociale. Ils sont notamment indispensables
à l’alimentation en eau et a l’irrigation et ils concourent, de façon importante, à la production
d’énergie. Leur maintenance, leur surveillance constituent en outre des enjeux majors pour la
sécurité des populations. [5]
Les premiers ouvrages remontent au 19° siècle où quelques barrages de petite taille ont été
réalisés dans la partie occidentale du pays. Ces réalisations n’ont pas du tout concerné l’Est
algérien.
Les premiers barrages construits dans cette région le furent au milieu du 20° siècle : Foum
El Gueiss (Khenchela) en 1939 les techniques de construction de l’époque n’étant pas au point,
certains d’entre eux ont été vite emportés par les oueds et d’autres ont été reconstruits plusieurs
fois (Cheurfas, Tlelat, Fergoug). Au moins quatre raisons peuvent expliquer cela :
- absence des études géotechnique de réalisation de barrage (le plus important l’étude
géotechnique)
- la technologie des barrages n’était pas encore maîtrisée ;
- le régime des cours d’eau était mal connu ;
- les moyens techniques mis en œuvre pour la construction de ces barrages ont souvent été
insuffisants, Ainsi, si le principe du barrage est simple, les conséquences de sa mise en place
sont multiformes et difficiles à gérer ; cela demande une réflexion préalable, ce qui n’a,
malheureusement, pas été toujours le cas. Les barrages ont donc commencé à être érigés en
Algérie à partir du 19ème siècle, c’est le cas du 1° barrage construit à Meurad en 1859 (Tipaza).
De très faible capacité (0,8 Hm3), il ne sert plus à l’irrigation mais uniquement à l’AEP des
agglomérations de Meurad et de Hadjout. Le deuxième barrage (1860) réalisé en terre à Tlelat
(Oran) possède une capacité de 0,7 Hm3 et une hauteur de 27 mètres, il s’est rompu en 1862
après sa mise en exploitation pour des raisons d’étanchéité. Il a été reconstruit en 1870 et
conforté en 1904. Il est toujours en exploitation et utilisé par la cimenterie de Zahana (Sidi Bel
Abbès) [9].
la stabilité de barrage Koudiet Rosfa basée sur les études avant la réalisation, pour cela on
a prévu le plan du travail suivant :
Le premier chapitre : présente une revue bibliographique des différents types de barrages et
des études à réaliser avant la construction.

1
INTRODUCTION GENERALE

Le deuxième chapitre : présente la zone d'étude et ces caractéristiques (le bassin versant et la
digue de barrage)
Le troisième chapitre : les résultats et l’interprétation de l’étude géotechnique.
D’abord, on premier chapitre on a essayé de comprendre les types des barrages et les déférent
études avant de la réalisation.
Généralités sur les barrages, définition, fonction, ses déférents caractéristiques, les déférent
phases à faire avant la réalisation (étude de faisabilité, étude APD, étude d’exécution) et on a
détaillée dans l’étude APD dans les essais géotechniques du barrage.
Ensuite, on deuxième chapitre qui a deux partie : présentation de la zone d’étude et ces
caractéristiques hydrologique, géologique, pédologique et sociaux culturel, et présentation du
barrage Koudiet Rosfa et ces caractéristiques (fiche technique).
En fin, le dernier chapitre on a interprète les essais géotechniques in situ et au laboratoire
avant de réalisation de barrage avec des commentaires qui assure l’importance des études
géotechnique dans la réalisation de ce barrage.

2
Chapitre I :
Bibliographie
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

I.1.Introduction
Sans eau, il n'y a pas de vie sur notre planète. Elle est notre ressource la plus précieuse, sans
parler de l'air et de la terre. Pendant les trois derniers siècles, la quantité d'eau douce utilisée a été
multipliée par 35, alors il est obligé de penser à des solutions pour satisfait ce besoin, parmi ces
solutions est de construire les barrages.
I.2.Définition du barrage
Un barrage est un Ouvrage au travers des cours d'eau de bassin versant, pour accumuler les eaux
de ruissellements dans un réservoir naturel. En vue d'y prélever une part plus ou moins importante du
débit.
I.3.Fonction des barrages
Les barrages ont plusieurs fonctions, leur construction est dictée par la nécessite, soit d’irriguer
des périmètres à l’aide de l’eau emmagasinée, soit d’alimenter en eau potable ou usage industrielle,
la production d’électricité, et à la protection contre les crues. Un barrage réservoir peut remplir
plusieurs de ces fonctions à la fois.
I.4.Classification des barrages
On peut classer les barrages selon plusieurs critères :
I.4.1. Selon la fonction du lieu de réalisation
a) Barrage d’accumulation : il établit retenue que contient grand volume d’eau appelé réservoir
b) Barrage d’élévation : ce type de barrage crie une dénivellation utilisée dans une usine au pied du
barrage ou une usine placée dans un canal de dérivation.
c)Barrage de décantation : qui protège un autre barrage principal situ en aval des dépôts solide.
d) Barrage de dérivation : un barrage de dérivation dérive une fonction du débit dans un canal ou une
galerie pour le conduire vers leur lieu d’utilisation.
e) Barrage contre inondation : un barrage implanté au bord de la mer pour faire face aux flux et au
reflex de la mer ou bien deux digues lors de la canalisation d’un cours d’eau
I.4.2. Selon le matériau de construction
a) Barrage en béton
b) Barrage en maçonnerie
c) Barrage en enrochement
d) Barrage hétérogène
e) Barrage en bois

3
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

f) Barrage en terre : les principales composantes c’est les sables, argile, argile sableuse. Actuellement
de nos jours ce type de barrage est très fréquemment construit grâce à son économie par rapport à
d’autres
Parmi des types de barrage en terre il y a :
1-Barrage en terre homogène
2-Barrage en enrochement à masque amont
3-Barrage à profil zoné ou à noyau (notre cas) : le barrage de Koudiet Rosfa fait partie de ce type des
barrages en terre, il est constitué d’un noyau étanche au centre (ou en amont) et de deux recharges en
matériau plus grossier dont le rôle est d’assurer la stabilité de l’ensemble du massif. La fonction
d’étanchéité est assurée par le noyau réalisé en matériau argileux. En outre, l’étanchéité du barrage
doit être prolongée dans ses fondations soit par ancrage du noyau, soit en réalisant au - dessous du
noyau une coupure étanche telle que rideau d’injection etc.

Fig 1 : Barrage en terre zoné [3]


I.4.3. Selon la résistance aux effets de l’eau
En fonction de leurs constructions, de leurs réactions à leurs forces qui sont appliqué et de leurs
résistances aux forces de glissement on rencontre trois types de murs
a) Barrage en poids
b) Barrage en voute
c) Barrage a contre forts
L’étude d’un barrage en Algérie elle se déroule comme suite :
1.5. Études faisabilité
Pour mener bien l’étude et plus-tard la réalisation d’un barrage, il faut faire les études
préliminaires, ces sont indispensables pour une bonne construction du mur du barrage. Elles sont au
nombre de quatre et concernent la topographie du lieu, la géologie, la géotechnique du site ainsi que
l’hydrologie du site et de bassin versant sans oublier la recherche du choix du site.

4
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

I.5.1. Choix du site


Le choix du site commence par un travail du bureau, collection des documentations existants
telle que les cartes géologiques de la région, photographie aérienne...etc. ce stade on peut considère
les investigations grâce aux caractéristiques géologique du site hydrologique à l’utilisation de valeurs
spécifique régionales ou autres.
I.5.2. Choix de la cuvette
La cuvette du barrage représente tout le réservoir d’eau devant le mur, son emplacement se
détermine par rapport à sa fonction, le choix de l’emplacement de la cuvette est guidé aussi par
l’existence ou non d’une fuite d’eau par infiltration sous le mur de barrage et latéralement par les
berges. Enfin des conditions topographiques et celles d’existence des matériaux influent aussi son
choix.
I.6.Étude avant-projet détail (APD)
I.6.1. Étude topographique
Elle concerne le bassin versant de la retenue, la vallée de la rivière, le site du barrage de la retenue
et des zones d’emprunt.
I.6.1.1. Topographie du bassin versent
Dans cette étude généralement on utilise des cartes à grand échelles avec des réseaux
hydrographie bien défini ainsi des courbes de niveau sur le bassin et des photos aérienne.
I.6.1.2. Topographie de site
Le but de cette étude est :
Distinguer la capacité de la retenue et sa surface, d’évaluer les volumes des différents ouvrages ainsi
que leur implantation De repérer les zones d’emprunt, de fournir les plans de fond au géologue et aux
ingénieurs.
I.6.2. Étude géologique
Cette étude est très importante dans le choix de site du barrage, à cause des mauvais interprétation
ou l’absence de cette étude, beaucoup des murs de barrage sont détériorés et effondrés, l’étude
géologique nous permet d’avoir une idée précise sur le substratum, sur la roche altérée, sur la
tectonique (failles, fissures…), sur l’inclinaison et le pendage des couches et sur leurs
caractéristiques.

5
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

I.6.3. Étude hydrologie


Cette étude est pour détermination des apports solides et liquides par des méthodes connues
(estimation de la crue de projet, apport annuel, etc…).et nous permette de déterminer les cotes
caractéristiques de la cuvette.
I.6.4. Étude hydraulique
L’étude hydraulique permettre d’avoir les dimensions de la digue (Hauteur, Largeur, pente des
talus, largeur de crête ...etc.) et aussi elle permettre d’étudié la stabilité de cette digue.
I.6.5. Étude génie civil
Elle permettre d’étudie les ouvrage annexe comme : l’évacuateur des crues, pris d’eau, vidange
du fond, et déterminer les différentes caractéristiques.
I.6.6. Étude Géotechnique
L’étude géologique bien quel soit nécessaire demeure insuffisante elle ne permet pas à
l’ingénieure en générale d’avoir une bonne définition des caractéristiques géomécanique et
hydrodynamique. Cette étude porte sur les matériaux terreaux, enrochement et fondation, selon la
nature des matériaux à étudier, ces études se divisent en :
a) étude géotechnique des matériaux du construction d’un barrage
b) étude géotechnique des fondations
Tableau 1 : Études géotechniques d'un barrage [4]

Reconnaissance du site Essai de laboratoire


Etude complémentaire de la Compactage
Etude initiale identification Comportement
fondation des emprunts
-Tranchées (où -Sondages Autres essais -Limites -Essai -Essai Proctor
puits) à l’aide carottés in situ : d’Atterberg Proctor (zone
d’une pelle -essais pénétromètre, des matériaux emprunts).
hydraulique d’eau pressimètre..et suffisamment -Triaxiaux non
(profondeur de type c). fins drainés
d’investigation LEFRANC -granulométrie consolidés
minimale (terrain (éventuellement CU et non
de 4 m) pour meuble) teneur consolidés
étude de la et en matières UU
fondation LUGEON organiques). -Compressibi
superficielle (roche) lité pour
et recherche -Tranchées matériaux
des emprunts. continues fins.
dans -Boîte de
-Tarière si certaines cisaillement
zones zones. pour
inaccessibles. matériaux
grossiers.

6
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

I.6.6.1. Prospection
La reconnaissance des sols doit d’abord permettre de localiser les différentes couches de terrain
et préciser la configuration générale de la zone à étudier. Pour cela, deux techniques peuvent être
utilisé : le prélèvement d’échantillon en vue de les analyser au laboratoire et les essais in situ
proprement dits, Le programme des travaux de prospection (sondages, puits, forages carottes,
tranches à la pelle, fouilles) cette procédure doit être complété par d’autres procède comme le
pénétromètre (dynamique et statique) qui offre une information rapide et sure en ce qui concerne le
bon sol et sa portance, Les travaux de prospection sont :
a) Tranchées et puits, Leurs objectifs sont généralement multiples :
-Prélèvement d’échantillon pour indentification et essai mécanique
- recherche d’un substratum sous une couverture peu épaisse
- levé d’une coupe géologique détaillée
- Réalisation des essais in situ
b) Le sondage carottier
-Principe :
L’essai consiste à réaliser un forage par battage ou fonçage (poinçonneur ou rotatif).
-But :
Déterminer la nature de la roche ou du sol, pour analyser le degré de fissuration et la pente des
fissures diaclases et stratification dans le cas d’une roche et pour y pratiquer des essais de laboratoire
(mécanique des roches ou des sols, analyses minéralogiques ou chimiques).
I.6.6.2. Essai in situ
I.6.6.2.1. Essais hydraulique
a) Essai Lugeon
L’essai d’eau Lugeon est un essai en place réalisé en sondage. Il s’applique au rocher et aux
sols cohérents de résistance mécanique compatible avec la pression d’eau imposée pendant l’essai.
-Principe et but
L’essai consiste à envoyer de l’eau sous pression dans une tranche de sondage isolé par un
obturateur, l’évolution du débit injecté en fonction de la pression appliquée permet d’obtenir la
perméabilité, des indications précieuses sur la fissuration.
Pression effective :
Pe= P0-ϒ.e. H-Pc
P0 : pression lue au manomètre
H : profondeur de la nappe phréatique

7
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

Pc : pertes de charges
Débit (Q) : est calculé en ramenant les volumes injectés par unité du temps (mn) et unité de la
longueur (m). Une fois les valeurs portées sur un graphique Q=f(P0), on évalue l’absorption du
terrain on cherche sur la courbe du débit correspondant à la pression normalisée du 10bars (01MPa).
01UL=10-7 m/s

Fig 2 : essai Lugeon


b) Essai Lefranc
-Principe :
Il consiste à créer une charge différentielle, par rapport à la charge correspondant au niveau
initial de la nappe, dans une cavité de dimension connue préalablement réalisée dans le terrain à la
base d'un forage et aménagée de telle sorte que la filtration de l'eau engendrée par cette charge
différentielle ne se fasse que par les parois de cette cavité et à mesurer l'évolution dans le temps de
cette charge différentielle qui peut être produite soit par le prélèvement soit par l'apport dans la
cavité d'un débit d'eau constant.[6]
Q = K.C.H
K : perméabilité du terrain
C : coefficient dit de poche qui dépend de la forme géométrique de la cavité
2𝜋.𝐿
C= 2𝐿
2,3log( )
𝐷

2- soit par prélèvement d’eau unique avant toute mesure :


-mesurer la charge d'eau h(t) dans le forage en fonction du temps t
𝐾.𝐶
(𝑡−𝑡0)
h=h0𝑒 𝑆

8
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

Avec :
h et h0 : les rabattements aux temps t et t0
K : la perméabilité du terrain
C : coefficient de poche
S : section du forage c
-But :
Permet d'évaluer ponctuellement la perméabilité horizontale d'un terrain aquifère situé au-
dessous de la nappe (sol saturé).

Fig 3 : essai Lefranc[site]


I.6.6.2.2. Essai Pressiometrique
-Principe et but :
L’essai pressiometrique consiste à effectuer une mise en charge du terrain grâce à une sonde
descendue dans un forage sensiblement de même diamètre par l’application d’une pression interne
sur la sonde, en détermine les déformations correspondante en mesurant la variation de volume
d’une cellule centrale. Des résultats des déformations du terrain en déduit :
-le module de déformation pressiometrique Ep
-pression du fluage Pf qui correspondant à la fin du domaine pseudo-élastique
-pression limite Pl qui caractérise la rupture

9
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

Fig 4 : Sondage pressiometrique


I.6.6.2.3. Pénétromètre statique
-Principe :
Pour le pénétromètre statique, l’enfoncement résulte d’une pression continue exercée en tête
de l’outil, la réaction du sol a l’effort du pénétration Qs est lue directement à la surface sur un
nanomètre ou un dynamomètre .et si B le diamètre de la base du cône, en obtenue la résistance à la
pénétration statique Rs par :
4𝑄𝑠
Rs=
𝜋𝐵²
-But :
Le pénétromètre statique est utilisé pour évaluer la consistance des sols, leur niveau de
compactage et la capacité portante des fondations peu profondes et des sous-couches de la chaussée.
I.6.6.3. Essai au labo
I.6.6.3.1. Échantillonnage
-But et principe de l’échantillonnage :
Les essais effectués nécessairement sur des quantités réduites de matériaux, donc il faut que
l’échantillon utilisé soit représentatif de l’ensemble des éléments des matériaux.
Le prélèvement d’échantillons se fait en deux temps :
-Prélèvent sur le chantier ou la carrière d’une quantité de matériaux plus grands que celle qui sera
utilisé pour l’essai.
-Au laboratoire prélèvement de la quantité nécessaire à l’essai et qui soit également représentatifs de
l’échantillon.
Pour le passage de l’échantillon total prélevée à l’échantillon réduit nécessaire à l’essai peut
se fait par quartage au à l’aide d’un échantillonneur.

10
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

a) Quartage
L’échantillon est divisé en quatre parties égale on retient la moitié en réunissant deux qu’arts
opposé la sélection est homogénéisée et un nouveau quartage est effectué, on obtient ainsi un
échantillon représentatif du matériau initial

Fig 5 : méthode de quartage


b) Échantillonneur
Permet de diviser facilement en deux parties représentatifs la totalité d’un échantillon initial
chaque moitié étant recueillie dans un bac de manière séparé. En retenant à chaque opération le
contenu de l’un des bacs on obtenir après deux ou trois opération la quantité de matériaux
représentatifs nécessaires à l’essai

Fig 6 : Échantillonneur
I.6.6.3.2. Essais d’identification
a) Analyse granulométrique par tamisage, sedimentometrie
Une opération qui détermine les répartitions massiques de la dimension des particules solides
exprimée en pourcentage de la masse totale du matériau

11
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

-Principe :
L’essai consiste à classer les différents grains constituant l’échantillon en utilisant une série de
tamis, emboités les uns sur les autres les dimensions des ouvertures sont décroisant du haut vers le
bas, le matériau étudiées placé en partie supérieure des tamis et le classement des grains s’obtient
par vibration de la colonne de tamis.
-But :
L’analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages des
différentes familles de grains constituant l’échantillon, elle s’applique à tous les granulats de
dimensions nominales inférieur ou égal 63 mm

Fig 7 : différent tamis de la granulométrie


On a :
𝐷60
Cc=
𝐷10
(𝐷30)²
Cu=
(𝐷60∗𝐷10)

-Principe de sedimentometrie :
L’essai utilise le fait dans un milieu liquide au repos, la vitesse de décantations des grains fins
a très fins est fonction de leur démontions. La loi de stokes donne, dans le cas des grains sphérique
de même masse volumique, la relation entre le diamètre et leur vitesse de sédimentation. Par
convention, cette loi et appliquer aux éléments d’un sol pour déterminer des diamètres équivalents
des particules
-But :
Détermination des distributions des particules fines <0,08mm
b) Limites d’Atterberg

12
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

-Principe :
L’essai s’effectuer en deux phases :
Recherche de la tenure en eau pour laquelle une rainure pratiquée dans sin sol placé dans une
coupelle de caractéristique imposée se forme lorsque la coupelle et son contenue sont soumis à des
chocs répétés.
Recherche de la teneur en eau pour laquelle un rouleur de sols de dimension fixés et confectionné
manuellement, se fissure.
-But :
Identification et classification des sols, on a :
WL : limites de liquidité
WP : limite de plasticité
IP : indice de plasticité Ip= WL- WP
WL−W
IC : indice de consistance Ic=
IP

Fig 8 : représentation des limites d’Atterberg


I.6.6.3.3. Essais mécanique
a) Proctor
-principe :
Le principe de ces essais consiste à humidifier un matériau à plusieurs teneurs en eau et à le
compacter, pour chacune des teneurs en eau, selon un procédé et une énergie conventionnels. Pour
chacune des valeurs de teneur en eau considérées, on détermine la masse volumique sèche du
matériau et on trace la courbe des variations de cette masse volumique en fonction de la teneur en
eau.[A]
D'une manière générale cette courbe, appelée courbe Proctor, présente une valeur maximale
de la masse volumique du matériau sec qui est obtenue pour une valeur particulière de la teneur en
eau. Ce sont ces deux valeurs qui sont appelées caractéristiques optimales de compactage Proctor
normal ou modifié suivant l’essai réalisé.

13
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

-But :
Le but est de tracer l’évolution de la masse volumique du matériau sec ρS en fonction de la
teneur en eau w permettant de connaître la teneur en eau optimale du sol wopt pour un compactage le
plus efficace possible (optimum Proctor) ensemble d’opérations permettant de déterminer en
laboratoire une ou plusieurs caractéristiques d’un matériau sur des échantillons prélever sur le terrain
ou reconstitues.
b) Essai Triaxial
-Principe :
L'essai triaxiale est effectué à l'aide d'une cellule triaxiale en acier inoxydable. Le dispositif
doit permettre la mesure de la quantité de fluide draine afin de contrôler la variation volumétrique, et
peut également être équipe d'un capteur de pression pour mesurer la pression interstitielle.
L'éprouvette est recouverte d'une membrane imperméable avant d'être montée dans la cellule
triaxiale. Une fois l'éprouvette montée, la cellule est remplie du liquide de Confinement (de l'eau ou
de l'huile hydraulique). Ce dispositif est ensuite placé entre les deux plateaux de la presse et branche
a l'air afin de consolider L’échantillon a la pression de confinement souhaitée. Lorsque la variation
volumétrique de l'échantillon est stable, l'échantillon a été consolide et on applique une charge
deviatorique au piston de la cellule triaxiale pour cisailler l'éprouvette jusqu'à la rupture. [B]
-But :
Détermination des caractéristiques mécanique et la résistance au cisaillement

Fig 9 : appareil triaxial

14
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

c) Le cisaillement
-Principe :
L’essai s’effectue sur une éprouvette de sol placée dans une boite de cisaillement constitue de
deux demi-boites indépendantes. Le plan de séparation de deux demi-boites constitue un plan de
glissement correspondant au plan de cisaillement de l’eprouvette.il consiste à :
-appliquer sur la face supérieure d l’éprouvette un effort vertical (N) maintenue constante pendant
tout la durée de l’essai
-produire après consolidation de l’éprouvette sous l’effort (N) un cisaillement dans l’éprouvette selon
le plan horizontal de glissement de deux demi-boites l’une par rapport à l’autre en leur imposant un
déplacement relative δl a vitesse constante.
-mesure l’effort horizontale de cisaillement (T) correspondant. [7]
-But :
L’essai pour objet de mesure en laboratoire des caractéristiques de plasticité (rupture) d’un
échantillon de sol fin soumis à un cisaillement direct.

Fig 10 : essai de cisaillement a la boite


d) Essai œdométrique
-Principe :
L’essai s’effectue sur une éprouvette de matériau placé dans une enceinte cylindrique rigide
(odomètre) un dispositif applique sur cette éprouvette un effort axial vertical, l’éprouvette étant
drainer en haut et on bas et maintenir saturer pendant l’essai.
La charge est appliquée par palier maintenus constant successivement croisant et décroisant
suivant un programme défini. Les variations de hauteur de l’éprouvette sont mesurées pendant l’essai
en fonction de la durée d’application de la charge [8]

15
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

-But :
Cette essai est pour essentiel l’étude de la consolidation d’éprouvettes saturé de sols intacts ou
remaniés, soumises à des charges verticales uniformes, drainé sur les deux faces (inférieure et
supérieure) suivant cette direction est maintenir latéralement par une paroi rigide.

Fig 11 : essai œdométrique


e) Essai de compression simple
-Principe :
Cet essai consiste à appliquer un effort de compression à un échantillon reposant sur une
surface indéformable
-But :
Mesurer la résistance d’une éprouvette, on a :
N
σ=
S

N : effort normal s'exprime en Newtons (N ou KN), la section 𝑆0 en mm², la contrainte σ en


MPa.
𝛥𝐿
ξ=
𝐿
L longueur initiale, ΔL : déformation absolue et ξ : déformation relative ou déformation

16
CHAPITRE I : BIBLIOGRAPHIE

I.6.6.3.4. Essais de dureté


a) Essai Los Angeles
-Principe et but
L’essai consiste à mesure la quantité d’élément inférieure à 1,6 mm produit en soumettant le
matériau aux chocs de boulets normaliser dans la machine los Angeles, telle qu’elle est décrite dans
la présente norme.
La granularité du matériau soumis à l’essai est choisie parmi les six classes granulaire 4-6,3
mm ; 6,3-10 mm ; 10-25 mm ; 16-31,5 mm ; 25-50 mm, de la granulaire du matériau, tel qu’il sera
mis en œuvre. La classe 10-25 mm doit contenir 60% de 10-16 mm, la classe 16-31,5 mm 60% de
16-25 mm et la classe 25-50 mm 60% de 25-40 mm La masse de la charge de boulets varie suivant
les classes granulaires.
Si M est la masse du matériau soumis à l’essai, m la masse des éléments inférieurs à 1,6 mm
produits au cours de l’essai.
b) Essai micro-deval
-Principe :
L’essai consiste à mesurer l’usure des granulats produit par frottement réciproques dans un
cylindre en rotation dans des conditions bien définie.
La granularité du matériau soumise à l’essai est choix parmi les classes granulaires : 4-6.3mm,
6.3-10mm, 10-14mm et 25-50mm.
Pour les essais effectuer sur les gravions entre 4 et 14mm une charge abrasive et utilisée si M
est la masse du matériau soumis à l’essai, m la masse des éléments inferieure a 1,6mm produits au
m
cours de l’essai, la résistance à l’usure s’exprime par la quantité 100 M

-But :
L’essai permet de mesure la résistance à l’usure des roches. Cette résistance à l’usure pour
certaines roches n’est pas là même à sec ou présence d’eau
-coefficient micro-deval sec du granulat (MDS)
- coefficient micro-deval en présence d’eau du granulat(MDE)
Conclusion
Le barrage passe par des différentes études avant de réalisation come présentée au-dessus, avec
des essais géotechniques in situ et au laboratoire à exécuter pour assure l’endroit favorable pour la
digue et les meilleurs matériaux à construire.

17
Chapitre II :
Présentation de la zone
d’étude
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

II.1. Bassin versant (Cadre général)


II.1.1. Situation du bassin versant
Le bassin versant de Koudiet Rosfa situé à Nord-Ouest Algérien est considéré comme un sous
bassin de bassin hydrographique d’Oued Fodda. Ce bassin versant à une superficie de 440 km², avec
un périmètre de 88 Km. Il constitue la partie amont du bassin du Fodda. Cette zone chevauche sur les
communes de Sidi Slimane, Beni Lahcène, Sidi Abed, Ouled Bessem, Khemisti, Beni Chaib et Sidi
Boutouchent de la willaya de Tissemsilt et la partie Sud de la commune de Bathia, wilaya d'Ain Defla.
Il est limité par les coordonnées géographiques (UTM) :
 X1 : 383055 ,47m ; Y1 : 3943781,61 m.
 X2 :406838 ,79m ; Y2 :3976609,04 m.

Fig 12 : Situation de bassin versant de Koudiet Rosfa


II.1.2. Cadre Morphologique et Climatique
II.1.2.1. Description du bassin versant
L’Oued Fodda est un affluent de rive gauche de l’Oued Chéliff .il coule du Sud vers le Nord et
est intercepté en aval du site du barrage de Koudiet Rosfa par la cuvette du barrage Fodda. Le bassin
versant à l’amont du barrage Fodda dépasse 800 km2 tandis que le bassin versant relatif au barrage
de Koudiet Rosfa est de 440 Km2 .

18
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Fig 13 : Carte de sous bassin versant de Koudiet-Rosfa [1]


II.1.2.2. Relief
Il est caractérisé par un relief montagneux assez varié et limité :
 Au Nord par le djebel Tourait et Tourit.
 Au Sud par le djebel Ahachir, Ain el Hallalif, Ben Chetouane et Azia et Kharcha.
 Au Centre-Ouest par le djebel Kalaa, Koudiet Azida et Smak.
 Àl’Est par Rokbat Ezzaoulet et djebal Meddad.
L’altitude diminue de 1900 à 800 m dans le bassin de Koudiet Rosfa alors que le barrage
d’Oued Fodda se situe à moins de 500 m.

19
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Source : ANRH
Fig 14 : La carte des reliefs
D’après la carte des reliefs, on remarque que le bassin tend vers un aspect allongé, à savoir
que notre bassin est caractérisé par un relief accidenté
II.1.2.3. Hydrographie
Le bassin versant de Koudiet Rosfa est plus riche en cours d’eaux où il existe des Oueds
permanents ou temporaires et des affluents, dont les plus importants celui d’Oued Besbes, Oued
Fodda, Oued El mellah, Oued Bou karroucha.

Source : ANRH
Fig 15 : la carte réseau hydrographie

20
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Tableau 2 : caractéristiques du bassin versant


Caractéristiques du bassin versant Valeurs
Surface 440 Km²
Périmètre 88 Km
longueur du thalweg le plus long 31 Km
Largeur moyenne 14, 19 Km
Coefficient d’allongement 2,18
L’indice de compacité Graveleus 1,17
Altitude min 600 m
Altitude max 1786 m
Altitude moyenne 904 m
Pente moyenne de l’Oued 25,9 %
Pente moyenne du bassin 11,2 %.
Pente globale 2,5 %
Densité de drainage. 6,53 Km/Km²
Apport moyen annuel 44,58 Mm3
Apport Solide moyen annuel 1,15 Mm3
Source : ENYD
II.1.2.4. Climat
Le climat de cette région est de type méditerranéen à sub-humide (l'été chaud et sec et l'hiver
froid et pluvieux), nuancé par les influences orographiques, le climat est relativement froid qui s’étend
sur le massif de l’Ouarsenis
II.1.2.5. Pluviométrie
D’après les données pluviométriques disponibles pour les stations voisinant la zone d’étude
(voir tableau.), on a considéré les années communes a toutes les stations (1969-1991).

21
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Tableau 3 : stations pluviométriques


Station Nom X (km) Y (km) Z (m) Années
012108 Fodda barrage 400,95 305,90 500 1942 - 1998
012306 Bordj Bou Naama 402,60 284,10 1050 1924 - 1991
011605 Thniet El Had 438,95 286,45 1160 1901 - 1998
011007 Layoune 436,50 266,80 900 1967 - 1998
012304 Souk El Had 395,85 272,70 550 1959 - 1998
011060 Tissemsilt 420,40 257,00 858 1916 - 1998
011903 Toutia el Hassania 430,00 294,20 220 1969 - 1998
Source : ANRH

Source : ANRH

Fig 16 : Carte de la pluviométrie

II.1.2.6. Température
La température moyenne mensuelle est d’environ 15,8⁰C. Les températures extrêmes
enregistrées sont -2,5 et 42,5⁰C, localisées en janvier et en juillet atteintes avec des fréquences faibles.
Dans le mois de janvier, la température moyenne mensuelle varie le plus souvent entre 5⁰C et
10⁰C, alors qu’en juillet elle est située entre 20⁰C et 32,5⁰C
II.1.2.7. Vent
Les vents dominants charge d’humidité soufflent dans la direction Ouest, Nord-Ouest dans la
période allant du mois d’octobre au mois de mai, et Est – Sud Est de juin à septembre, avec une
fréquence supérieure à 14 %. La vitesse moyenne mensuelle du vent varie de 2,5 à 3,5 m/s.

22
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

II.1.3. Cadre Géologique hydrogéologique et pédologique


II.1.3.1. Géologie régionale
Le bassin versant du barrage Oued Fodda est situé dans la région sud-ouest de l’Algérie. La
structure géologique de cette région est plus ou moins complexe et comprend les formations
géologiques suivantes (classé par ordre d’âge croissant) :
 Miocène
 Oligocène
 Eocène
 Crétacé
 Trias
1-Miocène
Miocène inferieur I :
Cette série est essentiellement marneuse avec des propriétés similaires à ceux de l’Oligocène et du
Crétacé.
2-Oligocéne
OB-Faciès Boghari :
Cette série est épaisse, marneuse avec intercalations gréseuses et sporadiquement calcaires, rarement
détritique de développement variable. Elle est caractérisée comme suit :
 Les marnes sont de couleur gris claire, gris verdâtre gris bleu, brunâtres ou verdâtre, bleu noir
à intercalation claire, qu’il est facile de confondre avec celles du crétacé
 Souvent, les marnes sont grasses à cassure conchoïde
 Les intercalations gréseuses ou plus rarement calcaires sont reconnaissables ; les grés sont
fins, calcaires, souvent fiables, jaunâtres, et ont un cachet légèrement différent des grés miocènes.
Leur puissance varie du décimètre à la dizaine de mètres. Leur développement est habituellement très
réduit mais elles envahissent quelquefois une partie de la série.
 Quelquefois on observe de minces passées gréso-quartziteuses à patine brune qui donnent à
la série une allure de flysch
 Les intercalations calcaires ou détritiques sont rares, peu puissantes et lenticulaires
 La glauconie, très souvent présentée à l’état de traces, peut former des bancs de plusieurs
mètres
 L’épaisseur maximale est de 2000m

23
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

ON-faciès Numidien :
Cette série est épaisse, argileuse à la base et gréseuse au sommet, caractérisée comme suit :
Série argileuse de base :
 Argiles feuilletées et souvent chargées de nodules friables brun noir ou rouge violacé, possible
de rencontrer des corps ferrugineux oblongs dont la surface est tapissée de petites pustules ovoïdes
 Teintes criantes du lit de vin au verdâtres
 Fréquent de trouver des filons de calcite fibreuse, parallèles à la stratification
Intercalations :
 Grés quartzeux micacés : couleur jaune sale, en bancs peu épais (Del ‘ordre du mètre) à Facies
rares et très lenticulaires
 Grés quartzites : grains fins et homogènes, couleur noire ou verdâtre, prenant souvent une
patine violacée. En petits bancs (de l’ordre du décimètre), peu abondants.
 Microbréches calcaire : rares peu épaisses (de l’ordre du décimètre), très caractéristique.
Série gréseuse :
 Les grés numidiens forment l’ossature d’importants massifs dont les imposantes falaises
gréseuses dominent toujours un substratum de Crétacé et Tertiaire très marneux
 Formé par une multitude de bancs durs d’une épaisseur moyenne de 10m, séparés par de
minces niveaux plus tendres, atteint plusieurs centaines de mètres
 Les grés ne contiennent que des éléments siliceux, essentiellement de quartz blanc laiteux ou
translucide, plus rarement rose ou grisâtre
 Les grés sont souvent friables et se résolvent en une arène sableuse quelquefois exploitées en
carrière
 Le ciment des grés est toujours constitué par un sable très fin, légèrement ferrugineux, une
patine brunâtre. En cassure, les grés sont blanchâtres ou teintés en jaune et brun par les oxydes de fer
 Des niveaux d’argile s’intercalent entre les barres gréseuses importantes ; ils sont eux-mêmes
chargés d’intercalations gréseuses moins importantes ; couleur gris sale, gris bleu, parfois verdâtre
3-Eocéne
E2-eocéne Moyen et supérieur :
Cette série est essentiellement marneuse sillonnée par des lits de calcite fibreuses a des faciès et
épaisseurs variables. Les faciès sont caractérisés comme suit :
Les faciès bruns :

24
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

 Feuilletés
 De couleur brun foncé, gris sale, ou gris bleu métallique
 Se chargent parfois (en intermèdes locaux et pas fréquents) de boules de calcaires à patine
brunes, grés brun glauconieux, marne grise conchoïde, calcaire marneux blanc glauconieux
Les faciès noirâtres :
 Marnes de noir prononcé, quelquefois grisâtres, chargés de boules de calcaire jaunes ou de
nodules calcaires gris-verdâtres
 Marnes grises, noires ou verdâtres, sillonnées par des intercalations peu épaisses de marnes
jaunes, aspect rayé caractéristique
 Marnes de teintes verdâtres sombres, chargées de petits bancs de grés-quartzites brunes ou
verdâtres, qu’il très difficile de séparer des marnes albiennes
E1-eocéne inferieur :
Cette série est marno-calcaire à des faciès variables, dont on peut trouver du silex noir et lames minces
localisées à la base des calcaires. Les faciès sont caractérisés comme suit :
Faciès de Marno-calcaires blancs à globigérines :
 Le plus répandu, surmonte habituellement un crétacé supérieur présentant le faciès de
marnes grises
 Il forme une barre à patine très blanche, visible de loin, apparente sur les photos aériennes
 La base des calcaires est très souvent soulignée par une barre à silex de quelques mètres de
puissance
 Plus blanches que celle du crétacé
 Se chargent vers le haut d’intercalations marno-calcaires
Faciès gréso-glauconieux :
 Apparition de niveaux phosphates
 Grés et glauconie présents
 Le faciès le moins profond
 Localisé dans la partie NE du territoire
4-Crétacé
Cette série est marneuse et marno-calcaire, a environ mille mètres de puissance. Les marno-
calcaires se présentent sous forme de petit banc out d’intercalations dans la marne.

25
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

5-Trias
Cette formation se présente sous forme d’affleurement et apparait en position anormale la
plupart du temps. Elle correspond à une suite de dépôts à faciès très caractéristiques : gypse, sel
dolomies, cargneules, argiles bariolées, grés rouge…mais la stratigraphie détaillée des dépôts
triasiques reste pratiquement inconnue ou du moins très difficile à établir

Source : ANBT

Fig 17 : La carte géologique.

II.1.3.2. Hydrogéologie
Les eaux souterraines du site du barrage sont reliées aux calcaires marneux fissurés et
partiellement karstifiés et aux dépôts alluvionnaires.
L’alimentation de la nappe aquifère liées aux calcaires marneux s’effectuer exclusivement à
partir de l’infiltration des précipitations atmosphérique tombées directement sur la superficie de leur
extension.
Les variations du niveau phréatique saisonnier et annuel atteindre entre 5-6 m et 10-15 m en
fonction du relief, pendant la saison sèche la nappe tarie.
Le degré de fissuration et de karstification des roches aquifères détermine une perméabilité
moyenne à forte sur la rive gauche et dans le lit de l’oued, et faible sur la rive droite. Dépend de la
hauteur du relief des terrasses inondables et la position du courant dans le lit de l’oued, le niveau
phréatique s’établit en profondeur de 0,8 à 2 m et de l’ordre de 1,5 à 2 m saisonnière.

26
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

II.1.3.3. Pédologie
II.1.3.3.1. Classification des sols
Selon la prospection sur terrain faite par le bureau d’étude BNEDER, et les différentes études
réalisées à travers la wilaya (étude agropédologique au 1/100 000 du plateau du Sersou 1973, étude
Ouarsenis 1982, et l’étude d’aménagement du bassin versant de Gargar 1987), la potentialité en sols
de la région se caractérise par quatre grands types de sols :
1. Les sols peu évolués
2. Les vertisols
3. Les sols calcimagnésiques
4. Les sols Isohumique
1. Les sols peu évolues :
Dans cette classe, au niveau de la zone potentielle, il existe un seul type de sol :
 Classe : sol peu évolué
 Sous-classe : non climatique
 Groupe : apport alluvial
 Sous-groupe : modal
Ces sols existent partout dans la zone potentielle. Ils prédominent cependant dans les régions
de Laayoune et dans le Sersou. Ils sont formés d’apports alluviaux et constituent les dépôts récents
des vallées où ils occupent le lit majeur.
2. Les Vertisols :
Il a été identifié au niveau de la zone potentielle, pour cette classe, un type de sol :

 Classe : vertisols
 Sous-classe : drainage extrême possible
 Groupe : structure anguleuse
 Sous-groupe : modal
3. Les sols Calcimagnésiques :
Ces sols caractérisés par la présence du calcaire dans tous leurs profils types à des taux parfois
élevés et ce, en fonction de la nature et de la composition des matériaux sur lequel ils se sont
développés. Les matériaux qui sont liés à la topographie conditionnent donc la formation et la
transformation des sols calcimagnésiques. Ce qui nous a amené à distinguer au niveau de la zone
potentielle dans le groupe brun calcaire, trois sous-groupes :

27
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

 Brun calcaire modal


 Brun calcaire à encroûtement
 Brun calcaire vertique
Ces sols sont répartis partout dans la zone potentielle où ils occupent de grandes superficies.
4. Les sols Isohumique :
Dans cette classe, il y a lieu d’identifier au niveau de la zone potentielle, un seul type de sol :

 Classe : Isohumique
 Sous classe : à pédoclimat frais
 Groupe : Marron
 Sous-groupe : Modal
Tableau 4 : Répartition des unités de sols dans le bassin versent de Koudiet Rosfa [6]

Réf Description Sup (ha) %


1 Sols minéraux bruts non climatique d’érosion lithosols 6538 15,30
2 Sols minéraux bruts non climatique d’érosion régosols 4409 10,32
3 Sols peu évolués non climatiques d’apports alluviaux modaux 714 1,67
4 Sols peu évolués non climatiques d’apports colluviaux modaux 3226 7,55
5 Vertisols à drainage externe possible à structure anguleuse sur au 4293 10,05
moins les 15cm supérieurs
6 Sols calcimagnésiques carbonatés rendzines modaux 10827 25,34
7 Sols calcimagnésiques carbonatés bruns calcaires modaux 526 1,23
8 Sols brunifiés des climats tempérés humides lessivés modaux 5125 11,99
9 Cuvette (mélange de3et 4) 279 0,65
1/5 Association de 1et 5 936 2,19
1/6 Association de 1et 6 2746 6,43
2/5 Association de 2 et5 2128 4,98
5/6 Association de 5 et6 982 2,30
Total 42729 100

28
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Fig 18 : typologie des sols dans le bassin versant de Koudiet Rosfa.

II.1.3.4. Végétation
D’après la carte de végétation et l’enquête effectuée nous observe l’ensemble de la zone du
Nord un couvert végétal peu important qui contenir 15% de sa surface globale, 13% à des bois et le
reste des broussailles et dans la zone de Sud de bassin versant l’absence de végétation naturelle
(terrain nu).

29
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Source : ANRH.
Fig 19 : La carte de végétation
II.1.4. Cadre socioculturel
II.1.4.1. Population
La population actuelle de la commune de Beni Chaïb est de 3265 habitants, dont 1445 dans le
chef-lieu et 1820 dans les zones rurales. La population de sexe féminin représente 48%. Près de la
moitié de la population (44%) est constituée de jeunes de moins de 15 ans, et (72 %) des habitants
ont de moins de30 ans.
II.1.4.2. Agriculture
L’activité agricole dans la commune de Beni Chaïb est fortement dominée par la céréaliculture
et l’élevage. Sur une SAU de 7547 ha, 3600 ha sont consacrés à la céréaliculture en irrigué. La SAU
représente 65% de la superficie totale de la commune. Avec la construction du barrage, la SAU peut
être augmentée et les rendements améliorés.
Les rendements dépendent des conditions climatiques, mais d’une manière générale ils sont
faibles. En année moyenne les rendements sont de 10 Qx/ha (1998) mais en année sèche ceux – ci
peuvent chuter de 50 %.
L’élevage pratiqué dans la région se divise comme suite :
 Les caprins : ils constituent le cheptel le plus important, car il est le plus adapté au relief. Le
nombre de caprins recensés au niveau de la commune est 2710 têtes.
 Les ovins : ils constituent le deuxième cheptel de par son importance.
 Les bovins : il faut croire que la région n’est pas adaptée à l’élevage
Bovin puisqu’on dénombre mois d’une centaine de tête.

30
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

 L’aviculture : La production a connu une baisse sensible ces dernières années, 38% pour les
viandes blanches, et 7 % pour les œufs.
Cette baisse est liée aux prix des factures de production assez élevées et à la sécheresse.
L’effectif du cheptel dans la commune de Beni Chaïb est donné dans le Tableau et la production
animale est consignée dans le Tableau :
Tableau 5 : cheptel
Cheptel Unité 1998 2002 2016
Ovins Nbre 1835 1760 2230
Caprines Nbre 2790 2710 4500
Bovins Nbre 108 96 203

II.2. Présentation du Barrage (Cadre Local)


II.2.1. Situation géographique du barrage
Le site étudier de Koudiet Rosfa se trouve dans la vallée d’Oued Fodda, a environ de 30km en
amont de barrage Fodda qui est en services depuis 1932, autrement dit, entre le village Hammam
Sliman et Beni Chaib
Les coordonnées sont :
X = 414,540 Km (LNA)
Y= 283,080 Km (LNA)
Z = 592 m
II.2.2. Caractéristique du barrage

Les différentes caractéristiques du barrage de Koudiet Rosfa sont présentées dans la figure ci-dessous

Fig 20 : Coupe transversale du barrage Koudiet Rosfa [2]

31
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

1-noyau en argile 2-filtre 3-recharge en alluvion 4-enrochement 5-voile d'injection


6-injection de peau
II.2.2.1. Digue
La digue est composée dans sa partie centrale par un noyau en argile afin d’assurer son
étanchéité vis-à-vis de l’eau emmagasinée dans la retenue.
Tableau 6 : les caractéristiques de la digue
Remblai zoné à noyau argileux et rechargés
Type de la digue
en Alluvions
Cote de crête 647,00 m
Cote du fond de l’oued 590,00 m
Largeur de la crête 8,00 m
Longueur de la crête 266,00 m
Hauteur maximal sur TN 57,00 m
Cote du fond de fouille du noyau en argile 576,50 m
Cote de la retenue normale(RN) 642,00 m
Cote des plus hautes eaux(PHE) 664,13 m
Cote de volume mort 637,00 m
Largeur à la base 300,00 m
Volume du remblai (y compris le batardeau) 1,045 Hm3/an
Volume régularisé 25,4 Hm3
Volume mort 56,00 Hm3
Volume utile 17,00 Hm3
Volume totale 73,00 Hm3

II.2.2.2.les ouvrages annexes


II.2.2. 2.1. Prise d’Eau
Ils sont constitués par des siphons, soit par des pertuis de fond avec dispositifs de mise en
service (tour d’admission, conduit, vannes, bassin de tranquillisation, passerelle de service…). Ils
sont généralement prévus pour l’irrigations
a) Tour de prise
La tour de prise est implantée en rive droite près du portail amont du tunnel de dérivation qui
est réutilisé en phase d’exploitation pour abriter la vidange de fond et la conduite métallique de prise
d’eau, est composé de :

32
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Tableau 7 : les caractéristiques de la prise d’eau


Entonnement dans la tour de prise puis conduite Ø 1400
Type
dans la partie inférieur du tunnel de dérivation
Nombres de prises 4
Hauteur de fondation 8,00m
Hauteur de la tour 49,00m
Cote de la vidange de la fond 595,50m
1er Prise : 605,00 NGA
2ème prise : 613,00 NGA
Niveaux des prises
3ème prise : 621,00 NGA
4ème prise : 630,00 NGA
Vanne de garde (Tour de prise) 4 vannes à glissière 1,50 x 2,58 m

b) Chambre des vannes


La chambre des vannes de la vidange de fond est implantée immédiatement à l’aval du tunnel
de dérivation provisoire. Elle permet de contrôler le débit de vidange au moyenne de deux vannes à
glisser, une garde et une de réglage, elle composé de :
- 1-Conduit de prise d’eau :
Cette conduit assure la vidange du barrage, si la nécessité l’exige. Les lâcheurs d’eau pour l’irrigation
et la fourniture d’eau potable à partir d’un conduit de ϕ 600mm qui lui est raccordée.
- 2-Conduit d’eau potable :
Tableau 8 : les caractéristiques de conduit d’eau
Diamètre 600 mm
Charge d’eau maximal 52,00 m
Débit d’alimentation en eau 0,8 m3/s
Longueur 5.50 m

II.2.2.2.2. Évacuateur de Crue


L’évacuateur de crue est implanté en rive droite selon une direction orthogonale aux courbes de
niveaux, L’évacuateur de crue est une structure construite pour dériver ou évacuer l’eau retenue
derrière un vannage de barrage fixe, dont la hauteur excéder une certaine limite

33
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Tableau 9 : les caractéristiques d’évacuateur du crue


Evacuateur à seuil libre en rive droite Coursier et
Type
saut de ski
Crue de projet (1/1000) 1370 m3/s
Cote de seuil 642,00NGA
Longueur déversant 51,26 m
Largeur de coursier 20m
Longueur total 115m
Débit évacué sous PHE (1/1000) 705 m3/s
Débit évacué sous PHEE(1/10000) 920 m3/s
Volume de béton 4 600 m3
Coefficient du déversoir 0,46m

II.2.2.2.3. Vidange de Fond


Le rôle d’une vidange de fond est d’assurer la sécurité en cas de problème sur l'ouvrage, rendre
possible la visite du parement amont (visites décennales) ou tout simplement maîtriser le niveau du
plan d'eau sous le niveau minimal d'exploitation pour réaliser les travaux d'entretien sur des ouvrages
comme les prises d'eau.
Tableau 10 : les caractéristiques de vidange de fond
Entonnement à la base de la tour de prise et passage
Type
par la partie supérieure du tunnel de dérivation
Largeur 3,10m
Hauteur 3,10m
Longueur 256,72m
Débit 2,5m3/s
Vanne de réparation (Tour de prise) Vanne à glissière 1,50 x 2,58 m

II.2.2.2.4. Galerie Visite (d’injection)


Cette galerie a une longueur de 305m, elle servira à réaliser le voile d’injection pour l’étanchéité de
la fondation du barrage, qui devient plus tard une galerie de visite qui aide à contrôler et surveillance.

34
CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE

Tableau 11 : caractéristique de galerie de visite


Emplacement fondation de la digue
Largeur 2,60m
Hauteur 3m
Longueur 305m
Marche 0,20 m/ 0,20 m
Puit de drainage 1,70m

Conclusion
Le bassin versant de la zone d’étude a une surface vaste avec des reliefs accidentés et une
géologie assez complexe et généralement imperméable et en plus de ça un climat Méditerranée
pluvieux qui améliore les cours d’eau et nourris le barrage qui a des caractéristiques important pour
supporter la quantité d’eau accumulé à la cuvette et les crus. La zone d’étude présent un endroit
réalisable pour le barrage.

35
Chapitre III :
Etude géotechnique du
barrage
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

III.1. Introduction
Une étude géotechnique a été établie sur le site du barrage pour déterminer les différents
matériaux à utiliser, des essais ont été effectués in site et dans laboratoire qui nous permet de préciser
la nature, les caractéristiques et la configuration des terrains et de confirmer le volume disponible des
matériaux.
III.2. Collecte des données
Avant la démarche de faire des essais sur les matériaux utiliser, il faut faire une collection des
données globale qui touche tous les zones (les données ont été prélevé de l’axe de la digue, les deux
rives, les zones d’emprunts, zone de recharge, zone d’enrochement) par des sondages, puits et
tranchés.
1-Sondage
Au totale 15 sondage carotté (8 dans l’axe de barrage et 7 dans la zone d’emprunt) de longueur
580m et 3 sondage destructifs (de longueur totale 60m) et 4 sondages carottés double dans la zone
d’enrochement.
2-Puits
Au totale 53 puits réaliser (8 dans l’axe de barrage et 45 dans la zone d’emprunt) de longueur
totale de 240 m avec des profondeurs jusqu’au substratum ou de 5m maximum
3-Tranchés
2 tranchées réaliser dans la zone de site du barrage et 24 tranchées dans la zone d’emprunt, elles
permettent de mettre à jour la structure de substratum de la rive droite.
III.3. Essai in situ
III.3.1. Essai hydraulique
a) Lugeon
Au total 110 essai de perméabilité de type Lugeon seront effectuer, systématiquement dans tous
les sondages localiser sur l’axe du barrage et l’évacuateur du crue SKR5, SKR6, SKR7, SKR8,
SKR12
Ces essais seront généralement réalisés par passe de 5m mais quelque fois suivant les conditions
de perforation des roches, il sera nécessaire de diminue la longueur de passe tester.
Tableau 12 : les résultats d’essais Lugeon
Son Localisati Profondeur Perméabilité Type de roche
dage on (m) (UL)
Effectuer 7-10 7,5 Marne, solide
dans la 10-13 3,5 Marne/schistes

36
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

SKR partie 13-16 1,5 Argilite/schistes


5 intermédia 16-19 1,3 Argilite/schistes
ire de 19-22 2,2 Argilite/schistes
l'appui 22-25 2,2 Argilite/schistes
gauche de 25-28 1,9 Argilite/schistes
déversoir 28-31 1,9 Argilite/schistes
31-34 1,8 Argilite/marne
34-37 1,7 Schistes/marne
37-40 1,9 Schistes/marne

Effectuer 14-17 9,5 Marne,compacté,fissuré


dans le lit 17-20 9 Marne,compacté,fissuré
de l'oued 20-23 8 Marne,compacté,fissuré
SKR côté 23-26 8,5 Marne,compacté,fissuré
6 gauche sur 26-29 10 Marne,compacté,fissuré
une petite 29-34 10 Marne, compacté
terrasse 34-39 14 Marne,compacté,fissuré
utilisé 39-44 6,5 Marne, compacté
comme un 44-49 15 Marne/argilites
champ 49-54 9 Marne,compacté,fissuré
agricole 54-59 8 Marne/argilites
59-64 10 Argilites, fissuré
64-69 12 Argilites, fissuré
69-74 12 Argilites/Marne, fissuré
74-79 9 Marne/argilites
79-84 14 Argilites
84-89 11,5 Marne/argilites
89-94 12 Schistes
94-99 12 Schistes
Effectuer 17-20 17 Marne,solide,fissuré
dans le lit 20-23 27 Marne, solide
SKR de l'oued 23-27 16 Marne, solide
7 coté droite 27-30 16 Marne,solide
30-35 13,5 Marne,solide
35-40 14 Marne, Marne,solide
40-45 13,5 Marne,solide,fissuré
45-50 14,5 Marne,solide,fissuré
50-55 15 Marne,solide,fissuré
55-60 11 Marne/schistes, fissuré
60-65 10,5 Schistes,fissuré
65-70 11,5 Marne/schistes
70-75 18 Marne,solide
75-80 16,5 Marne,solide,
80-85 14 Schistes,marne
85-90 14 Schistes,marne
90-95 13,5 Schistes/marne
Effectuer 40-45 Résurgence à 9bars Schistes,solide,fracturé
dans le lit 45-50 Résurgence à 5bars Marne,compacté
de l'oued 50-55 Résurgence à 5bars Schistes/marne

37
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

côté 55-60 1,2 Marne,compacté


SKR gauche sur 60-65 1,3 Schistes
8 l'argilite 65-70 1,2 Argilite,solide,fracutré
direct 70-75 1,3 Argilite
75-80 1,6 Argilite
Effectuer 9-12 5,2 Marne,solide
au bord de 12-15 6,5 Marne,solide
la route 15-18 6 Marne,solide
SKR située en 18-21 5,2 Marne très solide
12 rive 21-24 6,5 Marne très solide
gauche de 24-27 4,2 Marne,solide
l'oued 27-30 5,5 Marne,solide
30-35 3,5 Argilite
35-40 3,2 Argilite
40-45 5,6 Argilite /marne fracturé
45-50 3,8 Argilite
50-55 3,5 Argilite

Les résultats des essais Lugeon :


Sondage SKR5 les résultats des essais Lugeon dans les marnes au-dessous de 10 m de
profondeur se situant entre 7,5 et 3,5 UL, et dans les roches argileuses se situant entre 1,3 et 2,2 UL
on a mesuré une perméabilité très faible, les résultats se situent dans la gamme 1 à 5 UL (K=1.10-7 à
6.10-7m/s)
-Sondage SKR6
Les résultats des essais Legeon dans les marnes se situent entre 9,5 et 15 UL et dans les roches
situent entre 10 et 14 UL. On ne constate aucune augmentation de perméabilité dans les zones
fissurées et on a trouvé que la marne, argilite et de schistes ont une perméabilité faible. Les résultats
se situent dans la gamme 8,5 à 15 UL (K=8,5.10-7 à 1,5.10-6 m/s)
-Sondage SKR7
Les résultats des essais Legeon dans les marnes, il y a une partie entre une profondeur de 20 à
23 au la perméabilité est un peu élevé (27UL) mais en générale se situent entre 11,5 et 17,5 UL.
La perméabilité des schistes argileux se situent entre 15,5 et 14 UL. Les résultats sont dans la gamme
de 10,5 à 27 UL. (K=1,05.10-6 à 2,7.10-6 m/s).
-Sondage SKR8
Les résultats des essais ne sont pas persuasifs, mais après l'expérience, jusqu'à à une pression
5kg/cm² (bars) les roches sont étanches et estimativement la perméabilité tombe entre l'intervalle
entre 1 et 7UL ou le K= approchera de 10-7 à 5.10-7 m/s.

38
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

- Sondage SKR12
Les résultats des essais Legeon dans les marnes et dans les argilites sur tout la longueur montre
une bonne étanchéité et en peu calculer avec une perméabilité entre 3 et 6 UL.
(K=3.10-7 et 6.10-7m/s).
b) Lefranc
Au total, environ 15 essai de perméabilité de type Lefranc effectués sur les alluvions
graveleuses de la fondation aussi bien sur la digue que dans les sondages effectués à l'amont de l'axe
sont reporté le tableau :
Tableau 13 : les résultats des essais Lefranc
Sondage Perméabilité (m/s)
2,20.10-4
5 6,50.10-4
2,50.10-4
1,10.10-4
1,20.10-4
9 5,20.10-5
2,60.10-4
2,30.10-5
6,60.10-6
10 1,80.10-5
8,30.10-6
1,03.10-5
13 1,50.10-5
1,60.10-5
4,50.10-5
14 1,40.10-5
7,05.10-6
4,60.10-5
2,36.10-5
16
4,90.10-5
1,01.10-4
Moyenne 9,74.10-5
Ecart type 1,50.10-4
Min 6,60.10-6
Max 6,50.10-4

Les résultats des essais Lefranc


On y relève des perméabilités élevées avec une moyenne de l'ordre de 9,74.10-6m/s et une
valeur maximale de 6,5.10-4 m/s.

39
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

III.3. 2. Essai pressiometrique


Dans les sondages localiser dans la partie centrale du barrage (SKR5, SKR9 et SKR10), ont été
effectuer au totale 24 essai pressiometriques sur tous les deux mètres (maillage 2 x 2 m).
Les résultats obtenus, tant en pression limite qu’en module pressiometrique ainsi que le rapport
de ces deux paramètres sont fournis dans le tableau suivants :
Tableau 14 : les résultats des essais pressiometriques
Profondeur Module pressiometrique Pression limites
Sondage E/PL
(m) E (bars) PL (bars)
SKR5 1 78,2 9,6 8,14
4 38,8 9,5 4,08
6 38,5 10,5 3,64
7 76,2 6 12,7
9 36,5 86,5 4,21
11 70,7 13,8 5,12
SKR9 1 39,5 8,4 4,7
3 68,9 14,05 4,9
4 102,4 13,8 7,4
7 67,4 10 6,7
9 27,8 6,25 4,4
SKR10 1 94,8 9,3 10,2
3 83,1 16,2 5,11
4 31,5 7,7 4,1
6 93,3 12,5 3,5
9 34,3 7,05 4,9

On note que les valeurs obtenues sont juste moyennes et correspondent à des valeurs
communément obtenues pour ce type de formation. Le rapport E/PL est relativement faible.
On constat pour le sondage SKR5 le rapports E/PL varie entre 5 et 8 qu’il signifier l’existence
des terrains alluvionnaires et varie aussi entre 8 et 12 qu’il signifie des sols courants
- pour le sondage SKR9 et SKR10le rapports E/PL varie entre 5 et 8 qu’il signifie l’existence des
terrains alluvionnaires.
Les résultats obtenus des essai pressiometriques sont presque les mêmes à cause des distances
proches des sondages (maillage 2 x 2 m)

III.3. 3. Essai de pénétromètre statique (SPT)


Les essais SPT sont effectuer systématiquement chaque mètre dans les matériaux alluvionnaire
et colluvionnaire dans la zone centrale de site de barrage. Afin de déterminer la consistance des sols.

40
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

Au totale environ 30 essai SPT seront effectuer dans les matériaux meuble au cohérons si on ne
peut pas prélever des échantillons correspondant pour les essais au laboratoire
III.4. Essai au labo
III.4.1. Essai d’identification
a) Analyse granulométrie
1-Zone d’emprunt
Au totale 15 essais granulométriques ont été effectuer dans la zone d’emprunt (1,2,3 et 4) et
zone de recharge.
* Zone 1
Essai effectuer dans la zone 1 tranchée 2, profondeur 1,50 à 2,40 m, la masse sèche
totale :725,9 g et le pourcentage < 80 µm = 33%
Tableau 15 : les résultats d’essai granulométrique par tamisage
Diamètre des Poids refus Poids tamisage Parentage des tamisat
tamis(mm) cumulées(g) cumulé(g) cumulées
5 38,2 687,7 95
2 95,1 630,8 87
1 157,3 568,6 78
0,40 335,4 390,5 54
0,20 416,6 309,3 43
0,10 466,6 259,3 36
0,08 484,5 241,4 33

Tableau 16 : les résultats d’essai granulométrie par Sedimentometrie


Temps Lecture Lecture Profondeur Diamètre Pourcentage des
de densimètre densimètre effective équivalent particules de
lecture sommet du corriger Ht(cm) (µm) diamètre ≤ D
T(min) ménisque R+Cm+Cd
R(g/cm3) +Ct P Ptot
(g/cm3)
0,5 1,0160 1,1081 16,0 71,5 71,8 23,7
1 1,0140 1,0160 16,8 61,8 63,4 20,9
2 1,0130 1,0151 17,2 37,0 59,9 19,8
5 1,0100 1,0121 17,4 23,6 48,0 15,8
10 1,0080 1,0101 18,2 17,0 40,0 13,2

41
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

20 1,0060 1,0085 18,9 12,3 33,7 11,8


40 1,0040 1,0064 19,7 8,9 27,4 8,4
80 1,0030 1,0058 20,0 6,3 23,0 7,6
240 1,0010 1,0037 20,8 3,7 14,3 4,7
1440 1,0010 1,0031 20,8 1,5 12,3 4,1

Analyse Granulométrique NF P94-056/057


Cailloux Graviers Gros Sable Sable fin Limon Arg
100
90
80
70
%Tamisat Cumulé

60
50
40
30
20
10
0
100 10 1 0,1 0,01 0,001

Ouverture intérier des mailles des tamis diamétre équivalent

Fig 21 : courbe granulométrique, sedimentometrie

A partir de la forme de la courbe granulométrique on peut distinguer les résultats suivants :


D10=0,011 D30= 0,077 D60=0,55 Cu=50 Cc=0,98
Le Cu = 50 qu’il signifier que la granulométrie est étalée (ou variée).
Les distributions granulaires sont :
- La pourcentage de gravier varie de 86,9 à 94,7%
- la pourcentage de gros sable varie de 40 à 86,9%
- la pourcentage de sable fin varie de 13,2 à 40%
- la pourcentage de limon varie de 4,6 à 13,2%
- la pourcentage d’argile varie de 4,1 à 4,6 %
Les valeurs indiquent que le sol est mal gradué.
* Zone 2

42
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

La zone 2 est située à environ 700 m à l’amont de l’axe de barrage, elle occupe une basse terrasse
en rive droit de l’Oued Fodda, Son extension latérale est très faible de l’ordre de 100 à 150 m tandis
que son extension longitudinale est environ 300 – 400 m.
Plusieurs ravins découpent ce niveau et mettent à jour la nature et l’épaisseur des faciès
rencontrés. Cette zone a été reconnue à l’aide de 7 tranchée.
L'épissure mise à nu par les observations de terrain et par les travaux de reconnaissance variée
de 6 m près des berges nulles aux versant en passant par 4 m au milieu.
Le substratum marneux n’a nulle part été touché par les puits. Mais il est observable dans les ravines
et en dehors des limites des zones.
Les faciès rencontres sont identique à ceux de la zone 1. Ils sont représentés par des argiles
parfois limoneuse brunâtres sèches et compactes.
Ici également vers les versant le passage au substratum s’effectue par un léger nivaux de
matériaux hétérogènes, caillouteux à matrice argileuse.
En aucun endroit la nappe n’a été observée.
L’exploitation de ces matériaux sera probablement réalisée totalement à sec.
L’Essai effectuer dans la zone 2 tranchée 5, profondeur 0,00 à 3,60 m, la masse sèche
totale :4773 g et le pourcentage < 80 µm = 29 %
Tableau 17 : les résultats des essais granulométriques
Diamètre des Poids refus Poids tamisage Parentage des tamisat
tamis(mm) cumulées(g) cumulé (g) cumulées
20 31,1 4742 99
16 88,4 4685 98
12,50 125,5 4648 97
10 172,9 4600 96
8 203,1 4570 96
6,30 253,3 4520 95
5 273,9 4499 94
2 597,3 4176 87
1 1260 3513 74
0,40 2636 2137 45
0,20 3093 1678 35
0,10 3353 1421 30

43
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

0,08 3407 1366 29

Tableau 18 : les résultats des granulats par sedimentometrie

Lecture Pourcentage des


Temps Lecture
densimètre Profondeur particules de
de densimètre Diamètre
sommet du effective diamètre ≤ D
lecture corriger équivalent
ménisque Ht
T(min) R+Cm+Cd+Ct
R(g/cm3) P Ptot
0,5 1,0140 1,0160 16,8 72,5 63,4 18,2
1 1,0130 1,0150 17,2 51,8 59,5 17

2 1,0110 1,0130 18 37,4 51,5 14,8

5 1,0090 1,0110 17,8 23,6 43,6 12,5


10 1,0070 1,0091 18,5 17 37,1 10,3

20 1,0040 1,0063 19,7 12,4 25 7,1


40 1,0030 1,0053 20,1 8,9 21 6

80 1,0020 1,0044 20,5 6,3 17,4 5

240 1,0010 1,0036 20,8 3,7 14,3 4,1


1440 1,0010 1,0030 20,9 1,5 11,9 3,4

Analyse Granulométrique NF P94-


Ar
100 Caillou Graviers 056/057
Gros Sable Sable fin Limon
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
100 10 1 0,1 0,01 0,001

Fig 22 : courbe granulométrique, sedimentometrie

44
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

A partir de la forme de la courbe granulométrique on peut distinguer les résultats suivants :


D10 = 0,016 D30 = 0,1 D60 = 0,91 Cu = 56.8 Cc = 0,68
Le Cu = 56,8 qu’il signifier que la granulométrie est étalée (ou variée).
Les distributions granulaires sont :
-La pourcentage des cailloux est de 99%
-La pourcentage des graviers varie de 87,5 à 99%
-La pourcentage des gros sables varie de 32 à 87,5%
-La pourcentage des sables fins varie de 10,3 à 32%
-La pourcentage des limons varie de 3,5 à 10,3%
-La pourcentage d’argile varie de 3,4 à 3,7 %
Les valeurs indiquent que le sol est mal gradué.
*Zones 3 et 4
Deux zones potentiels situées en rive droite de l’oued, a environ 100 m à l’amont de l’axe du
barrage, peuvent apporter des compliments appréciables en matériaux similaire.
Elles ont été reconnue pendant l’étude faisabilité par les puits P11 et P12.
La surface totale de ces deux zones est 120.000 m².
Pour une épaisseur moyenne de 2 m, en peut estimer un volume supplémentaire de 240.000 m3
Le tableau suivant en donne les caractéristiques principales :
Tableau 19 : les résultats des analyses granulométrique
Puit N° Gravier % Sable % Argile %
P11 0 16 84
P12 5 35 60

2-Zone de recharge
Cette zone sera la carrière principale qui assurera les matériaux nécessaires pour les recharges
du barrage.
Elle est située à l’amont de l’axe et s’étend sur 3,5 Km jusqu’à l’affluent droit de l’Oued Fodda.
La reconnaissance de cette zone a été effectuée à l’aide de 11 puits, cette zone s’étend principalement
dans le lit de l’oued et partiellement dans les basses terrasser récentes, là ou affleurent les alluvions.
Au droit de l’axe, on relève 11,5 m d’épaisseur au-dessus du substratum marneux.
Ces alluvions sont caillouteuses, graveleuses, de nature gréseuse, calcaires pris dans une
matrice sablo-limoneuse.

45
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

Le niveau de la nappe alluviale varie de 0,4 m à 1,2 m de profondeur, il faut donc prévoir que
la plus grande masse de ces matériaux sera exploitée sous eau.
Tableau 20 : les résultats des analyses granulométriques
Puits n° Prof (m) cailloux gravier Gros sable Sable fin < 80µ%
(%) (%) (%) (%)
P15 1 - 2,30 45 30 12 8 10
P16 0,8 - 3,4 54 35 8 2 3
P17 1,8-2,5 50 42 6 2 1
P18 0,7-1,7 35 37 18 4 8
P19 1,20-2,50 39 35 17 4 8
P20 1,3-2,50 30 42 21 4 5
P23 0,80-2,30 30 42 20 4 6
P24 0,70-2,30 42 39 13 3 4
P25 0,40-0,90 30 40 17 6 10
P26 0,40-1,80 20 48 20 4 9
P29 0,80-2,80 30 40 20 6 8
Moyenne 36 ,82 39,09 15,64 4,27 6,55

D’après les résultats des essais granulométriques des zones (d’emprunt, de recharge,
d’enrochement) on déduire que le volume d’argile nécessaire pour le noyau d’argile est prélevé de la
zone de recharge

b) Limites d’Atterberg
1-Zone d’emprunt

* Zone 1

Le matériau extrait de profondeur 0,3 à 3,4 m fait partie de catégorie de limon peu
plastique selon l’abaque de Casagrande, de plasticité et compressibilité moyenne (07 < Ip = 16,62 <
17) et de consistance dure (Ic > 1), et pour le potentiel de gonflement la limite de liquidité
35 < WL=47,95 < 50 donc le matériau est de gonflement moyen.

46
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

Fig 23 : courbe de limite d’Atterberg+abaque de Casagrande

* Zone 2

Le matériau extrait de profondeur 0,3 à 3,8m fait partie de catégorie de limon peu plastique
selon l’abaque de Casagrande, de plasticité et compressibilité moyenne (07< Ip=15.24 <17) et de
consistance dure(Ic>1), et pour le potentiel de gonflement la limite de liquidité
35< WL=42,41< 50 donc le matériau est de gonflement moyen.

47
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

Fig 24 : courbe limites d’Atterberg+abaque de Casagrande

2-Zone de recharge
Tableau 21 : les résultats des limites d’Atterberg
Puit N° W% Wl% Wp% Ip% Ic
P11 25,61 53,2 27,34 25,86 1,07
P12 15,8 35,5 21,63 13,87 1,47

On déduit que le matériau de P11 fait partie de catégorie d’argile très plastique selon l’abaque
de Casagrande, de plasticité et compressibilité haute (07 < Ip =15,86 < 17) et de consistance dure
(Ic > 1), et pour le potentiel de gonflement la limite de liquidité (35 < WL = 42,41 < 50) donc le
matériau est de gonflement moyen, et pour le matériau de P12 fait partie de catégorie d’argile peu
plastique selon l’abaque de Casagrande, de plasticité et compressibilité haute (07 < Ip = 13,87 < 17)

48
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

et de consistance dure (Ic > 1), et pour le potentiel de gonflement la limite de liquidité (35 < WL=
35,5 < 50) donc le matériau est de gonflement moyen

Fig 25 : Abaque de Casagrande de puits 11

Fig 26 : Abaque de Casagrande puit 12

49
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

III.5. Essai mécanique


a) Proctor
1-Zone d’emprunt
* Zone 1

L’Essai effectuer dans la zone 1 tranchée 1, profondeur 0,00 à 2,10 m, la courbe de


compactage est obtenue à partir des données contenues dans le tableau de résultats des mesures. De
cette courbe, on déduit que la densité sèche maximale est 1,98 t/m³ correspondant à une teneur en eau
optimum de 10,3%.la forme de la courbe indique dans la première partie que l'augmentation de teneur
en eau est parallèle à la densité sèche ce qui signifié que le matériau devient plus dur, plus compact
et plus portant et bien sûr que le sol est pas complètement homogène (sable, argile-schisteux).

Fig 27 : courbe Proctor


*Zone 2
L’Essai effectuer dans la zone 2 tranchée 5, profondeur 0,00 à 3,60m, dans cette zone 2 la
forme de la courbe montre que la densité sèche maximale est 1,92 t/m³ correspondant à une teneur en
eau optimum de 12,3%, légèrement diffèrent que le matériau de la zone 1 que veut dire les deux
échantillons ont presque les mêmes caractéristiques (sable, argile-schisteux).

50
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

Fig 28 : courbe Proctor


b) Essais triaxiaux
1-Zone d’emprunt
*Zone 1
Tableau 22 : les valeurs extrême et moyennes des résultats de triaxial
Valeurs Cuu fuu Ccu fcu C’ f’
Max 2,50 24,00 0,45 19,00 0,35 29,00
Min 0,70 14,00 0,15 9,00 0,10 15,50
Moyenne 0,88 20,80 0,23 16,83 0,20 27,00
Ecart type 0,24 5,29 0,10 3,33 0,13 2,00

Les mêmes remarques que pour les essais de cisaillement peuvent également être formulées
ici Les valeurs obtenues aussi bien à court terme qu’à long terme correspondent à des sols de bonnes
caractéristiques mécanique.

51
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

*Zone 2
Tableau 23 : les valeurs extrême et moyennes des résultats de triaxial
Valeurs Cuu fuu Ccu fcu C’ f’
Max 0,80 19,50 0,65 23 0,50 30
Min 0,45 9,50 0,30 12 0,15 21,50
Moyenne 0,58 15,14 0,36 15,29 0,33 27,40
Ecart type 0,11 4,55 0,13 3,65 0,11 4,28

Les mêmes remarques que pour les essais de cisaillement peuvent également être formulées
ici Les valeurs obtenues aussi bien à court terme qu’à long terme correspondent à des sols de bonnes
caractéristiques mécanique

c) Essai de cisaillement direct


1-Zone d’emprunt
*Zone 1
Tableau : 24 les valeurs extrême et moyennes des résultats de cisaillement direct
Valeurs Φ’uu (°) C’uu (Bars) Φ’cu (°) C’cu (Bars)
Max 30 2 22,50 0,46
Min 20 0,64 18,50 0,15
Moyenne 24 0,78 21 0,20
Ecart type 5,29 0,17 20,18 0,05

Les valeurs d’angle de frottement et de cohésion obtenues sont très élevées. Notamment les
valeurs UU qui sont plus grandes que les CU, ce qui est difficilement explicable.
Si on considère les valeurs CU comme acceptable, elles représentent un sol de très bonnes
caractéristiques mécaniques.
Les courbes granulométriques ne permettaient pas de le prévoir, vu le fort pourcentage de fines.
*zone 2

Tableau : 25 les valeurs extrême et moyennes des résultats de cisaillement direct

Valeurs Φ’uu (°) C’uu (Bars) Φ’cu (°) C’cu (Bars)


Max 42 0,96 19,50 0,80
Min 15 0,36 9,50 0,45
Moyenne 27,36 0,69 14,50 0,50
Ecart type 0,22 0,22 3,98 0,11

52
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

Les valeurs d’angle de frottement(ϕ) et de cohésion (C) obtenues sont très élevées notamment
les valeurs UU qui sont plus grandes que les CU, ce qui est difficilement explicable.
Si on considéré les valeurs CU comme acceptables, elles représentent un sol de très bonnes
caractéristiques mécaniques.
La valeur de l’angle de frottement 42° obtenue pour la tranchée TR11 nous parait trop élevée
et inexplicable. Le même sol(sensiblement) dans la tranchée TR12 donne un résultat bien inférieur
28°
d) Essai œdométrique
1-Zone d’emprunt
*zone 1
Quatre essais ont été réaliser sur des échantillons reconstitue à l’optimum Proctor normale ils
dénotent des sols moyennement compressibles et peut sensible aux gonflement.
Tableau 26 : les résultats des essais œdométriques
Valeurs Cc (%) Cg (%) Pc (kg /cm2) Cv (cm2/s)
Min 18,8 3 2,75 4.10-4
Max 21,8 3 ?9 1,65 9,4.10-4
Moyenne 20,33 3 ;33 2,37 5 ,9.10-4
Ecart-type 1,50 0,49 0,62 1,94.10-4

*Zone2
Sept essais ont été réaliser sur des échantillons reconstituent à l’optimum Proctor normal.
Ils dénotent un son surconsolidé, moyennement compressible et peu sensible au gonflement, les
courbes de compressibilité effectuées sous charge variable montrent des Cv correspondant également
à des sols de compressibilité moyenne
Tableau 27 : les résultats des essais œdométriques
Valeurs Cc (%) Cg (%) Pc (kg /cm2) Cv(cm²/s)
Min 6,9 1,40 1,20 1.10-4
Max 23,4 3,30 3,25 9,50.10-4
Moyenne 16,01 2,21 2,16 5,33.10-4
Ecart-type 4,42 0,70 0,81 3,81.10-4

53
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

e) Essai de Compression simple


Zone d’enrochement

Fig 29 : situation des points de sondage sur le CW5


*Zone 1

L’enrochement utilisé pour la fabrication des agrégats (gravie pour le béton, et draines), et
pour la protection des talus amont et aval et le prisme de drainage.
La zone N°1 est la zone principale qui fournis les enrochements pour le rip-rap ainsi que
pour un éventuel prime drainant à l’aval, elle répondra également aux besoins de la digue en filtres et
drains. Elle est située à environ 200 m à l’aval du barrage sur la rive gauche de l’Oued Fodda, chemin
wilaya 5. Elle est constituée de calcaires marneux à silex a la base avec un réseau irrégulier de
veinules de calcite de couleur gris a gris foncée, durs, moyennement fracturée a fissuré remplies de
calcite (0.5 à12 mm) et d’orientation variable.
Les bancs sont d’épaisseur décimétrique. L’épaisseur globale de l’horizon étudier variée a de
10 m dans la partie ouest de l’affleurement a 40 m à l’Est près de lit do l’oued.
Essai effectué pour l’essai de compression simple 4 sondage carottier de type double SE11,
SE12, SE13, SE14

54
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

Tableau 28 : les résultats d’essais compression simple Carotte N°7

N° sondage Contrainte Kg/cm2 Déformation ξ .10-3 Modules élastique(bars)


Saturée Saturée
3,3
SE 11 88,16 22578 11195
6,84
Prof :0,00 à 1,50 m 176,32
9,71
Carotte N°7 190
23,32
264,84
18
264,84

Tableau 29 : les résultats d’essai compression simple N°6


N° sondage Contrainte Déformation Modules élastique(bars)
N.Saturée Saturée
7,5
SE 11 88,16
9,71
Prof :0,00 à 1,50m 105,8
8 25578 11195
Carotte N°6 105,8

26 E.n.sat =25578kg/cm²
24
déformation ξ(10-3)

22 E.sat=11195kg/cm²
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
0 50 100 150 200 250 300
contrainte σ(kg/cm²)

Fig 30 : courbe d’essai compression simple


La résultat d’essai représenter dans la Fig au-dessus effectuée dans la zone d’enrochement 1
carotte N°6 et 7, sondage SE11 de 0,00 à 1,50m.
La courbe montre qu’après l’exercions d’une contrainte σ=264,84 Kg/ cm² on a constaté une
déformation au niveau de la carotte N°7 et pour la carotte N°6 d’un même sondage la déformation
apparaitre quand l’exercions d’une contrainte σ=105,8 Kg/ cm²
La carotte N°7 est plus résistante que la carotte N°6.

55
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

Tableau 30 : les résultats d’essai compression simple N°8


N° sondage Contrainte Kg/cm2 Déformation ξ .10-3 Modules élastique(bars)
88,16 4,53 N.Saturée Saturée
SE 11 176,32 9,6 18367 /
Prof :7,50 à 9,50 267,47 16,74
Carotte N°8 317,4 16,47
317,4 14

18
16
14
déformation ξ(10-3)

12
10 E.n.sat =18376kg/cm²
8
6
4
2
0
0 50 100 150 200 250 300 350
contrainte σ(kg/cm²)

Fig 31 :courbe d’essai compression simple


La résultat d’essai représenter dans la Fig au-dessus effectuée dans la zone d’enrochement 1
carotte N°8, sondage SE11 de 7,50 à 9,50 m.
Pour la carotte N°8 la déformation a été enregistrée quand l’exercions d’une contrainte
σ=317,4kg/cm²
La résistance de compressibilité des carottes de sondages SE11 SE12 SE13 SE14 varies
entre Rc= 100 bars et Rc=599 bars qui montre que les roches ont des résistances élevées a extrême
élevés.
*Zone 2 et 3
Deux zones potentielle dénommée 2 et 3 ont été localiser en queue de cuvette.
La zone 3 représentée par l’affleurement d’un gros banc de gré sur la rive gauche de l’oued, a environ
10 Km de l’axe.
Les analyses de résistance à la compression, nous indiquent que les roches au niveau de ces
zones ont plus résistante que la zone 1

56
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

III.6. Essais de dureté


III.6.1. Essai los Angeles et Micro-deval
Les résultats d’essai los Angeles et Micro-deval représenté dans le tableau suivant :
Tableau 31 : les résultats des essai los Angeles et Micro deval
N° Profondeur (m) Los Angeles Micro deval en p. d’eau
Sondage Classe coefficient classe coefficient
SE 11 3.00 à 5.00 12,5/25 25 10/16 39
17.80 à 20.00 16/25 21 8/16 37
SE 12 0,00 à 2,00 // 20 10/16 28
13,00 à 15,00 // 19 // 26
SE 13 6,00 à 8,00 // 19 // 29
15,00 à 17,00 // 31 // 47
SE 14 10,00 à 12,00 // 17 // 32
16,50 à 19,00 // 19 // 39

a) Les résultats des essais Los Angeles


-Sondage SE11 : on déduire le Coefficient LA = 25 à 21% pour le profondeur 3 à 20 m qu’il
signifier la nature de granulat dur.
-Sondage SE12 : on déduire le Coefficient LA = 20 à 19% pour le profondeur 0 à 15 m qu’il
signifier la nature de granulat très dur.
-Sondage SE13 : on déduire le Coefficient LA = 19 à 31 %pour le profondeur 6 à 17 m qu’il
signifier la nature de granulat varie entre dur et mi-dur.
Sondage SE14 : on déduire le Coefficient LA = 17 à 19 %pour le profondeur 10 à 19 m qu’il
signifier la nature de granulat très dur.
b) Les résultats des essais Micro-Duval
Pour les essais de micro deval en présence d’eau on déduire que le coefficient MDE qui varie
entre 26 et 47 % parmi les sondage SE11 SE12 SE13 SE14 significativement haute qui montre que
ces échantillons sont peu résistants, mais pour notre cas c’est acceptable.

III.7. Masse volumique est absorption


Tableau 32 : les résultats des Essais masse volumique es absorption
N° sondage Profondeur (m) Masse Volumique (g/cm3) Coefficient d’Absorption
0,70 à 0,85 2,59 0,39
SE 11
17,00 à 17,20 2,58 0,00
4,00 à 4,10 2,60 0,03
SE12
14,20 à 14,50 2,64 0,06
5,00 à 5,15 2,59 0,25
SE 13
18,35 à 18,50 2,65 0,01

57
CHAPITRE III ETUDE GEOTECHNIQUE DU BARRAGE

4,25 à 4,50 2,62 0,23


SE 14
19,00 à19,20 2,63 0,09

Les résultats montrent que le coefficient d’absorption est < 2,5% qui varie entre 0,00 à 0,39, donc le
matériau d’enrochement n’est pas poreux, il est de bon qualité.

III.8. Conclusion
Après une série des essais réaliser au site (axe de barrage, zone d’enrochement, zone d'emprunt) et
au laboratoire on constat des bons résultats concernant les matériaux de construction et l’emplacement
de la digue.
III.9. Remarque
Parmi les essais géotechniques essentielle avant la réalisation du barrage c’est le pénétromètre
statique qui malheureusement indiquée dans les essais sans interprétation au chapitre 3 à cause
d’absence des données.

58
CONCLUSION GENERALE

Conclusion générale
Les analyses et l’interprétation des différentes données obtenues par les travaux de
reconnaissance permettent de formuler les conclusions suivantes :
Les qualités et les quantités de matériaux de chaque zone, ainsi que les conditions de leur
exploitation et mis en places.
Les volumes disponibles pour chaque type de matériaux sont plus élevés que les besoins
envisagés par les déferont alternative étudiées :
-les recharge amont aval : 1.680.000 m 3
- enrochement (filtre et drains) : 572.00m3
- argile : 432,500 m 3
Les conditions géologique et géotechniques, le déchirement de la structure synclinale dans le
site du barrage en bloc tectoniques et l’hétérogénéité du massif rocheux en plan et en
profondeur, nous permettre à proposer de réaliser un barrage en terre, construit à l’aide de
matériaux alluvionnaires avec un noyau étanche en argile.
Géotechniquement et Géomorphologiquement, les ouvrages annexes seront plantés dans la rive
droite.
La fondation de la digue sera réalisée :
-sur les rives, au-dessous des calcaires marneux après le nettoyage de la surface de bloc et des
masse rocheuse mobiles, ainsi que l’excavation des colluvions.
- dans l’axe de la digue, les alluvions doivent être coupée par une clé d’encrage imperméable,
et la réalisation d’un voile d’injection qui devra éliminée toutes les possibilités d’infiltration
amont-aval des eaux. Ce voile sera réalisé à partir d’une galerie d’injection qui doit être après
une galerie de visite, au-dessus de l’axe c’est la digue de barrage.
Pour la production des matériaux nécessaires à la construction du barrage on a exploitée les
zones suivant :
- Matériaux argileux : zones 3 et 4 située dans la cuvette du barrage montre des résultats
des essais géotechniques très bien pour la confection du noyau imperméable au-dessus
de la galerie d’injection.
- Matériaux alluvionnaires (recharge) : la carrière principale dans la cuvette du barrage
montre des résultats des essais géotechniques convenable pour la recharge de la digue
amont-aval.
CONCLUSION GENERALE

- Matériaux d’enrochement : zone 1 donne des bons résultats pour également réaliser les
recharges, ainsi que le rip-rap de la digue, matériaux de filtre, drain, et agrégats à béton
pour les ouvrage annexe.
Après les études effectuée pour la réalisation de ce barrage on preuve que les études
géotechniques c’est les plus important études avant de la réalisation, du côté de mâtereaux de
construction du barrage pour avoir des bonnes qualités qui assure une digue résistant et faisable,
et d’autre coté les études géotechniques assure la stabilité de tous l’ouvrage et facilite le choix
d’emplacement des annexe et la digue.
REFERENCE BIBIOGRAPHIE

Référence Bibliographie :
[1] ANRH

[2] ANBT

[3] DURAND J. M., ROYET P., MERIAUX P. (1999). Technique des petits barrages
en Afrique sahélienne et équatoriale, Paris, France.

[4] DEGOUTTE.G Petite barrages, recommandation pour la conception, la réalisation et le


suivi, P.16.

[5] LE DELLIOU.P. Les barrages : conception et maintenance Nouvelle Edition.P.1.

[6] NORME FRANÇAISE NF P 94-132. (1992) - "Sols : Reconnaissance et essais, Essai


d’eau Lefranc" - AFNOR, p. 16.

[7] NORME FRANÇAISE NF P 94-71-1. (1992) - "Sols : Reconnaissance et essais, Essai


Cisaillement " - AFNOR, p. 6.

[8] NORME FRANÇAISE NF P 94-91-1. (1992) - "Sols : Reconnaissance et essais, Essai


Œdométrique « - AFNOR, p. 7.

[9] TOUATI.B. (2010). Les barrages et la politique hydraulique en Algérie : état, diagnostic
et perspective d’un aménagement durable. ‘’doctorat d’Etat en Aménagement du Territoire.
Dep de l’aménagement du territoire. Univ mentouri. Constantine.
WEBOGRAPHIE

Webographie
[A] Nacer ,N.(2017,May14).TP 02 Essai de Proctor. Récupères sur
Scribd :https://fr.scribd.com/doc/348339710/ TP-02-Essai-de-Proctor

[B] Yanni.(2016, January 30à.Tp Triaxial. Récupères sur


Scribd :https://fr.scribd.com/doc/297245769/Tp-triaxial
Annexe
Reconnaissances par tranchées à l’aide d’une pelle hydraulique

Phase 1 : faisabilité

Site nécessitant des


Site favorable sous réserve reconnaissances Site à ne pas retenir car
des résultats des analyses complémentaires pour vérifier sécurité impossible ou
de laboratoire étanchéité, la stabilité, la trop couteuse à obtenir
résistance aux tassement, etc.

Sondage carottés, essais in


situ mesure géophysique

Phase : APD

Essai de mécanique des sols au laboratoire

Phase : APD

Projet : exécution

Déroulement des études géotechniques préliminaires.


Fiche de carottage du sondage se13
les carrote du sondage se13
Plan topographique du zone d’enrochement
Plan topographique du zone d’emprunt
Vu des remblais du noyau au cour de réalisation

Digue proche de l’achèvement