Vous êtes sur la page 1sur 2

David VIEL – Le 15 06 2019

La république, est-elle une chance ?

Est-elle une révolution ou est-ce le meilleur emploi du temps (milieu pour s’affairer).

L’histoire essaie de convaincre les gens « ordinaire »


qu’elle est une chance.
L’histoire
ou devrai-je dire ceux qui font des histoires,
insistent pour que les gens « ordinaires »,
en aient conscience,
puisque ça ne ressort pas réellement.
Et cela malgré l’H istoire,
censée enchanter les gens « ordinaire ».

C’est une révolution pour qui ?


Pour des personnes qui aiment marchander,
qui aiment faire de l’argent,
mais pour les autres,
elle est où la révolution.
La seule liberté dans ce sens,
c’est de se faire un nom
ou de l’argent,
sinon ce sera pour éprouver du mal.
Non pour le réaliser ça,
mais belle et bien s’y faire
et/ou arrivé à se faire un nom et/ou de l’argent,
pour renforcer le cadre,
qui a eu raison de cette terre,
de France.

Ce n’est pas une révolution


sauf pour eux,
qui sont « cadres »
= qui se sont « élevés »
dans ce qui est pour eux,
immuable
et/ou une révolution
= la meilleure chose qui puisse arriver à une personne,
en étant sur « terre »
ou en « en vie »
= entre les mains,
d’une entreprise marchande (qui est là pour faire de l’argent,
et non pour être juste,
puisque ce qui est juste pour cet esprit,
c’est de se faire un nom et/ou de l’argent,

David VIEL – Le 15 06 2019


sinon ne rien « valoir »
pour continuer à le « pouvoir »).

L’histoire ventilée
par ceux qui se le sont permis,
est censée convaincre les gens « ordinaires »
qu’il s’agisse d’une révolution,
d’une « chance » pour eux,
pour continuer à le « valoir »,
à le « pouvoir »
sinon ça leur coûtera (puisqu’ils n’ont rien réalisé).

Il faudrait croire,
que la « révolution » ait permis de se libérer
du joug de personnes intéressées.
MAIS on est où là !
On est en plein « dedans ».
Dans un système qui profite,
à des personnes intéressées,
intouchables,
qui ont autant perdu le sens,
du sacré
que de leur devoir.

Demander la confiance,
non pour en être digne,
mais en profiter
sans voir le mal,
mais belle et bien un mal nécessaire ;
« je ne sais pas comme ça s’appelle »
mais c’est tout,
sauf ce que ça prétendra,
pour encore le « pouvoir » (faire le « mal »
celui qui leur est nécessaire,
pour continuer à croire en leur histoire
et/ou « légende »).

Titre + Intro

La République, est-elle une chance … ?


De perdre son écoute, OUI. Mais de trouver à la fin, ce qu'elle prétendra pour encore le pouvoir ...
Assurément, NON.
La "révolution" est-elle, ce qu'elle paraît ? Posez-vous des questions. Vous avez le droit ; je dirais
même le devoir, puisque c'est votre vie jusqu'à preuve du contraire.

David VIEL – Le 15 06 2019