Vous êtes sur la page 1sur 2

 

Appel  à  communication  
 
Noir  Caraïbe  
2ème  journée  d’étude  sur  l’écriture  policière  dans  la  zone  caribéenne  
Productions  policières  en  langue  espagnole,  française  et  anglaise  
 
28  &  29  mai  2020  
Aix  Marseille  Université  (AMU),  Aix-­‐en-­‐Provence  
 
Organisation  et  contacts  :  
Centre  Aixois  d’Etudes  Romanes  (CAER  EA854),  Axe  roman  policier  :  http://caer.univ-­‐
amu.fr/recherche/axe-­‐5/    
Nelly  Rajaonarivelo  :  nelly.rajaonarivelo@univ-­‐amu.fr    
Dante  Barrientos  Tecún  :  dante.barrientos-­‐tecun@univ-­‐amu.fr  
 
L’axe   «  Roman   Policier  »   du   Centre   Aixois   d’Etudes   Romanes   (CAER)   développe   depuis  
2012   un   programme   de   recherche   intitulé   «  Les   territoires   hétérogènes   du   policier  ».   Ce  
programme   est   centré   sur   l’étude   des   transformations   qu’a   connues   le   genre   au   fil   des  
dernières   décennies   dans   les   littératures   européennes   –   italienne,   espagnole   –   et   latino-­‐
américaines.   En   effet,   si   le   roman   policier   s’est   construit   dès   ses   origines   comme   genre   très  
codé,   son   évolution   s’est   caractérisée   par   une   constante   remise   en   question   de   ses   formes  
conventionnelles  ;   transformations   que   l’on   peut   interpréter   comme   une   réponse   aux   défis  
sociopolitiques  du  monde  contemporain.    
Devenu   globalisé   et   multimédial   (en   se   déployant   dans   la   bande   dessinée,   le   roman  
graphique,   les   séries   télé,   le   cinéma),   le   genre   policier   s’appuie   souvent   sur   des  
représentations  de  la  violence  et  des  dysfonctionnements  des  sociétés  et  systèmes  politiques  
actuels,   devenant   support   de   la   mémoire   refoulée   et   vecteur   de   multiples   interrogations  
sociétales  et  politiques.    
La   globalisation   que   connaît   le   polar   donne   lieu   à   une   déclinaison   des   récits   dans  
presque  toutes  les  traditions  littéraires  et  culturelles  nationales,  avec  leurs  spécificités,  mais  
entre  aussi  dans  le  champ  plus  vaste  des  littératures  transnationales  ou  migrantes.  
Dans   les   dernières   décennies   du   XXe   siècle,   les   écritures   policières   ont   connu   une  
véritable   éclosion   dans   l’ensemble   des   littératures   latino-­‐américaines,   en   particulier   avec   le  
développement   du   «  néo-­‐polar  ».   A   partir   de   cette   période,   les   littératures   possédant   une  
tradition   propre   du   policier   (Argentine,   Mexique,   Cuba,   Chili)   ont   continué   l’exploration   de  
nouvelles   stratégies   d’écriture,   tandis   que   les   pays   jusqu’alors   dépourvus   d’une   telle   tradition  
ont   connu   une   émergence   du   policier.   C’est   justement   le   cas   des   littératures   caribéennes  
insulaires,  tant  hispanophones  (hormis  Cuba,  donc)  qu’anglophones  ou  francophones.  
 
Cette   journée   d’études   est   le   troisième   volet   d’un   projet   plus   ample   portant   sur   les  
nouvelles   productions   policières   dans   les   différents   systèmes   littéraires   et   culturels   de  
l’Amérique   latine   (Mexique   et   Amérique   centrale,   les   Caraïbes,   la   Colombie   et   le   Venezuela,   le  
Cône  Sud),  à  travers  l’organisation  de  plusieurs  manifestations  consacrées  à  chaque  région1.  
                                                                                                               
1  Dans   le   cadre   de   ce   projet   deux   journées   du   CAER   ont   déjà   eu   lieu   à   la   Maison   de   la   Recherche   d’AMU   à   Aix-­‐en-­‐

Provence  :   la   première,   centrée   sur   l’Argentine,   autour   de   l’écrivain   Mempo   Giardinelli,   le   24   mars   2014,   et   la  

  1  
Centrée   cette   fois   sur   le   bassin   caribéen,   elle   fait   suite   à   une   première   journée   d’études  
«  Écriture   policière   dans   la   zone   caribéenne  »   (23   mars   2018)   qui   a   proposé   de   partir   de   la  
tradition   cubaine   bien   connue   dans   le   domaine   du   roman   policier   pour   explorer   les   nouvelles  
formes  du  polar  qui  émergent  dans  des  systèmes  littéraires  insulaires  restés  relativement  en  
marge  de  la  critique,  et  qui  présentent  des  traditions  et  des  évolutions  qui  leur  sont  propres  
en  raison  de  leurs  conditions  géographiques,  historiques  et  socioculturelles.    
Dans   la   continuité   de   la   première   journée,   cette   manifestation   «  Noir   Caraïbe.   2ème  
Journée   d’études   sur   l’écriture   policière   dans   la   zone   caribéenne  »   propose   de   confronter   et  
de   comparer   les   écritures   policières   des   différentes   zones   culturelles   et   linguistiques   de   la  
Caraïbe  (productions  en  langue  espagnole,  française  et  anglaise,  voire  néerlandaise),  afin  de  
préciser   les   spécificités   du   genre   policier   dans   ce   bassin   très   marqué   par   des   caractéristiques  
communes  :  l’insularité  et  le  rapport  à  la  mer,  l’héritage  colonial  récent  et  le  mélange  culturel,  
le   peuplement   africain   et   la   mémoire   de   l’esclavage,   notamment.   Elle   se   propose  
d’approfondir  nos  recherches  et  d’explorer  les  pistes  qui  ont  émergé  à  l’issue  de  la  précédente  
manifestation  :  l’imaginaire  caribéen  produit-­‐il  une  écriture  policière  spécifique  en  termes  de  
contenus,   de   construction   des   histoires,   de   caractéristiques   linguistiques  ?   La   diversité   et   le  
métissage   propres   au   bassin   caribéen   se   traduisent-­‐ils   concrètement   dans   une   hybridité  
générique  ou  linguistique  des  œuvres  produites  ?  
 
Les  communications  pourront  s’articuler  autour  des  thématiques  suivantes  :  
-­‐ Les  stratégies  d’appropriation  locale  du  genre  policier  ;  
-­‐ Les   convergences   dans   les   écritures   policières   de   la   région   caribéenne,   zone  
profondément   métissée   et   hybride   sur   le   plan   culturel   de   par   son   histoire,   sa  
construction,   et   son   rapport   ancien   ou   actuel   à   la   colonie   (française,   espagnole,  
britannique…)  ;  
-­‐ L’hybridité   générique  :   œuvres   (romans,   nouvelles)   qui   gomment   les   frontières   entre  
fiction  policière  et  histoire,  ou  science  fiction,  roman  social,  roman  familial,  roman  de  
formation,  thèse  politique,  enquête  de  non  fiction…  ;  
-­‐ L’hybridité  dans  la  langue  d’écriture,  jeux  linguistiques,  oralité  ;  
-­‐ La  marginalité  (ethnique,  culturelle,  sociale)  représentée  dans  la  production  policière  ;    
-­‐ La  représentation  du  quartier  dans  les  intrigues  ;  
-­‐ L’héritage   africain   et   la   dimension   religieuse   et   syncrétique   dans   la   construction   des  
intrigues.  
 
Dates  :  jeudi  28  et  vendredi  29  mai  2020    
Lieu  :   Université   d’Aix   Marseille,   Maison  de  la  Recherche  du  campus  ALLSH  Schuman,  Aix-­‐
en-­‐Provence.  
Les   propositions   en   langue   française   et   en   espagnol   sont   à   adresser   par   mail   aux  
organisateurs  de  la  journée  :  titre  et  résumé  de  la  communication,  accompagnés  de  quelques  
lignes  de  présentation  de  l’auteur  (une  demi-­‐page  maximum),  avant  le  30  septembre  2019.  
Réponse  le  30  octobre  2019.    
La   publication   des   actes   est   prévue   dans   les   Cahiers   d’études   romanes   courant   2022  
(https://journals.openedition.org/etudesromanes/  )  
 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             
seconde,   intitulée   «  Les   territoires   hétérogènes   du   polar   :   écritures   policières   en   Argentine   et   la   zone   andine  
aujourd’hui  »,  le  28  septembre  2015.  

  2