Vous êtes sur la page 1sur 41

Médecine ostéopathique

Intégration et principes
appliqués
en ostéopathie

Luc Peeters & Grégoire Lason


Intégration et principes
appliqués
en ostéopathie

Luc Peeters & Grégoire Lason


Copyright par Osteo 2000 sprl © 2015. Aucun élément de cette édition ne peut être copié et /ou
publié par impression, photocopie, microfilm ou tout autre procédé que ce soit, sans
l’autorisation préalable écrite de l’éditeur.

Contact: Osteo 2000 sprl, Kleindokkaai 3-5, B – 9000 Gand, Belgique


Tel: +32 9 233 04 03
Fax: +32 55 70 00 74
Mail: info@osteopathy.eu
Web: http://osteopedia.iao.be et www.osteopathy.eu
Tél: +32 (0)9 233 04 03 - Fax: +32 (0)55 70 00 74
ISBN: 9789491434389

The International Academy of Osteopathy – I.A.O.


2
Table des matières
Table des matières .................................................................................................... 3
1. Introduction .......................................................................................................... 14
Chapitre 1: Anamnèse ............................................................................................. 16
1. Introduction ...................................................................................................... 16
2. Structures pouvant causer une plainte .......................................................... 17
3. Douleur projetée ............................................................................................... 19
4. Etat qualitatif des grands systèmes corporels ............................................. 19
5. Antécédents du patient ................................................................................... 21
6. Durée de la plainte ........................................................................................... 21
7. Sécurité ............................................................................................................. 22
Chapitre 2: Tests de provocation ........................................................................... 24
1. Palpation ........................................................................................................... 24
2. Os ...................................................................................................................... 24
3. Capsules et ligaments ..................................................................................... 25
4. Muscles ............................................................................................................. 26
5. Artères ............................................................................................................... 28
6. Veines ................................................................................................................ 28
7. Lymphatiques ................................................................................................... 29
8. Neurologique central ....................................................................................... 29
9. Neurologique périphérique ............................................................................. 29
10. Neurovégétatif ................................................................................................ 29
11. Viscéral ........................................................................................................... 30
Chapitre 3: Examen clinique ostéopathique ......................................................... 31
1. Généralités ........................................................................................................ 31
2. Pensée ostéopathique ..................................................................................... 31
3. Examen clinique ostéopathique de la région en lésion ............................... 37
4. Examen clinique ostéopathique général ....................................................... 40
4.1. Généralités .................................................................................................. 40
4.2. Identification des dysfonctions somatiques ................................................. 40
4.3. Tests de mobilité ......................................................................................... 42
4.4. Posturologie ................................................................................................. 44
4.4.1. Généralités ............................................................................................ 44
4.4.2. Plan horizontal ...................................................................................... 46
4.4.2.1. Régions pour lesquelles la rotation est dominante dans le plan
horizontal: .................................................................................................... 46
4.4.2.2. Présentation ................................................................................... 47
4.4.3. Plan frontal ............................................................................................ 48
4.4.3.1. Régions pour lesquelles le sidebending est dominant dans le plan
frontal: ......................................................................................................... 48
4.4.3.2. Présentation ................................................................................... 48

3
4.4.4. Plan sagittal .......................................................................................... 49
4.4.4.1. Régions pour lesquelles la flexion/extension est dominante dans le
plan sagittal: ................................................................................................ 49
4.4.4.2. Présentation ................................................................................... 50
4.4.5. Composante crânio-caudale ................................................................. 51
4.4.5.1. Régions pour lesquelles la composante crânio-caudale est
dominante: ................................................................................................... 51
4.4.5.2. Chaînes lésionnelles ...................................................................... 51
4.4.5.2.1. Chaîne lésionnelle centrale ..................................................... 51
4.4.5.2.2. Chaîne lésionnelle latérale ...................................................... 53
4.5. Ligne antérieure ........................................................................................... 55
4.5.1. Situation normale .................................................................................. 55
4.5.2. Signes cliniques possibles .................................................................... 55
4.6. Dysfonctions somatiques possibles ............................................................. 56
4.6.1. Dysfonctions somatiques du sacrum .................................................... 56
4.6.1.1. Signes cliniques ............................................................................. 56
4.6.1.2. Posturologie ................................................................................... 56
4.6.1.3. Perte de mobilité ............................................................................ 56
4.6.1.4. Cause ............................................................................................. 56
4.6.1.5. Tendances du bassin ..................................................................... 58
4.6.1.5.1. Définition .................................................................................. 58
4.6.1.5.2. Bassin instable ......................................................................... 59
4.6.1.5.3. Bassin fixé ............................................................................... 67
4.6.1.5.4. Remarques .............................................................................. 68
4.6.1.6. Examen clinique viscéral ................................................................ 69
4.6.1.6.1. Généralité ................................................................................ 69
4.6.1.6.2. Observation viscérale .............................................................. 70
4.6.1.6.3. Tests viscéraux généraux ........................................................ 72
4.6.1.6.4. Signes cliniques viscéraux possibles ....................................... 74
4.6.1.7. Examen clinique crânio-sacré ........................................................ 78
4.6.1.7.1. Bassin instable ......................................................................... 78
4.6.1.7.2. Bassin fixé ............................................................................... 80
4.6.2. Dysfonctions somatiques L5 .................................................................. 80
4.6.2.1. Signes cliniques ............................................................................. 80
4.6.2.2. Posturologie ................................................................................... 80
4.6.2.3. Perte de mobilité ............................................................................ 80
4.6.2.3.1. Quelle lésion de rotation? ........................................................ 81
4.6.2.3.2. Chaîne descendante ................................................................ 82
4.6.2.3.3. Chaîne ascendante .................................................................. 84
4.6.2.3.4. Antérolisthésis de L5 ................................................................ 85
4.6.2.4. Cause ............................................................................................. 86
4.6.2.5. Examen clinique viscéral ................................................................ 86
4.6.2.6. Examen clinique crânio-sacré ........................................................ 86
4.6.3. Dysfonction somatique L5 + dysfonction somatique sacrum................. 87

4
4.6.3.1. Signes cliniques ............................................................................. 87
4.6.3.2. Posturologie ................................................................................... 87
4.6.3.3. Perte de mobilité ............................................................................ 87
4.6.4. Dysfonction somatique L5 + dysfonction somatique T6-10 ..................... 89
4.6.4.1. Signes cliniques ............................................................................. 89
4.6.4.2. Posturologie ................................................................................... 89
4.6.4.3. Perte de mobilité ............................................................................ 89
4.6.5. Dysfonction somatique L4 ..................................................................... 91
4.6.5.1. Signes cliniques ............................................................................. 91
4.6.5.2. Posturologie ................................................................................... 91
4.6.5.3. Perte de mobilité ............................................................................ 91
4.6.5.4. Cause ............................................................................................. 93
4.6.5.5. Examen clinique viscéral ................................................................ 93
4.6.6. Dysfonction somatique L4 + dysfonction somatiqueT11-L2 .................... 93
4.6.6.1. Signes cliniques ............................................................................. 93
4.6.6.2. Posturologie ................................................................................... 93
4.6.6.3. Perte de mobilité ............................................................................ 95
4.6.6.4. Cause ............................................................................................. 95
4.6.7. Dysfonction somatique L4 + dysfonction somatique sacrum................. 96
4.6.7.1. Signes cliniques ............................................................................. 96
4.6.7.2. Posturologie ................................................................................... 96
4.6.7.3. Perte de mobilité ............................................................................ 96
4.6.8. Dysfonction somatique L4 + dysfonction somatique L5 + dysfonction
somatique sacrum ........................................................................................... 98
4.6.8.1. Signes cliniques ............................................................................. 98
4.6.8.2. Posturologie ................................................................................... 98
4.6.8.3. Perte de mobilité ............................................................................ 98
4.6.9. Dysfonction somatique L3 ..................................................................... 99
4.6.9.1. Signes cliniques ............................................................................. 99
4.6.9.2. Posturologie ................................................................................... 99
4.6.9.3. Perte de mobilité ............................................................................ 99
4.6.9.4. Cause ............................................................................................. 99
4.6.9.5. Remarque ..................................................................................... 100
4.6.10. Dysfonction somatique T11-L2 ........................................................... 101
4.6.10.1. Signes cliniques ......................................................................... 101
4.6.10.2. Posturologie ............................................................................... 101
4.6.10.3. Perte de mobilité ........................................................................ 101
4.6.10.4. Cause ......................................................................................... 101
4.6.10.5. Examen clinique viscéral ............................................................ 102
4.6.10.5.1. Généralités .......................................................................... 102
4.6.10.5.2. Tests viscéraux généraux .................................................... 102
4.6.10.5.3. Signes cliniques viscéraux possibles ................................... 102
4.6.11. Dysfonction somatique T11-L2 + dysfonction somatique T6-10 ........... 104
4.6.11.1. Signes cliniques ......................................................................... 104

5
4.6.11.2. Posturologie ............................................................................... 104
4.6.11.3. Perte de mobilité ........................................................................ 104
4.6.11.4. Cause ......................................................................................... 104
4.6.11.5. Remarque pour la dysfonction somatique de la zone T10-12 ....... 104
4.6.12. Dysfonction somatique T6-10 .............................................................. 105
4.6.12.1. Signes cliniques ......................................................................... 105
4.6.12.2. Posturologie ............................................................................... 105
4.6.12.3. Perte de mobilité ........................................................................ 105
4.6.12.4. Cause ......................................................................................... 106
4.6.12.5. Examen clinique viscéral ............................................................ 106
4.6.12.5.1. Généralités .......................................................................... 106
4.6.12.5.2. Tests viscéraux généraux .................................................... 106
4.6.12.5.3. Signes cliniques viscéraux possibles ................................... 109
4.6.13. Dysfonction somatique T1-5 ............................................................... 112
4.6.13.1. Signes cliniques ......................................................................... 112
4.6.13.2. Posturologie ............................................................................... 112
4.6.13.3. Perte de mobilité ........................................................................ 112
4.6.13.4. Cause ......................................................................................... 112
4.6.13.5. Tendances thoraciques hautes .................................................. 113
4.6.13.5.1. Définition .............................................................................. 113
4.6.13.5.2. Normal ................................................................................. 113
4.6.13.5.3. Tendance en flexion ............................................................ 113
4.6.13.5.4. Tendance en extension ....................................................... 113
4.6.13.6. Examen clinique viscéral ............................................................ 116
4.6.13.7. Examen clinique crânio-sacré .................................................... 118
4.6.14. Dysfonction somatique C7 ................................................................. 120
4.6.14.1. Signes cliniques ......................................................................... 120
4.6.14.2. Posturologie ............................................................................... 120
4.6.14.3. Perte de mobilité ........................................................................ 120
4.6.14.4. Cause ......................................................................................... 120
4.6.14.5. Examen clinique viscéral ............................................................ 120
4.6.15. Dysfonction somatique C6 ................................................................. 121
4.6.15.1. Signes cliniques ......................................................................... 121
4.6.15.2. Posturologie ............................................................................... 121
4.6.15.3. Perte de mobilité ........................................................................ 121
4.6.15.4. Cause ......................................................................................... 121
4.6.15.5. Examen clinique viscéral ............................................................ 121
4.6.15.6. Remarque: le « Thoracic Inlet/Outlet Syndrome » ..................... 122
4.6.15.6.1. Définition .............................................................................. 122
4.6.15.6.2. Région ................................................................................. 123
4.6.15.6.3. Biomécanique lésionnelle .................................................... 123
4.6.15.6.4. Test de provocation ............................................................. 126
4.6.16. Dysfonction somatique C2-5............................................................... 127
4.6.16.1. Signes cliniques ......................................................................... 127

6
4.6.16.2. Posturologie ............................................................................... 127
4.6.16.3. Perte de mobilité ........................................................................ 127
4.6.16.4. Cause ......................................................................................... 127
4.6.16.5. Examen clinique viscéral ............................................................ 128
4.6.17. Dysfonction somatique C1 ................................................................. 128
4.6.17.1. Signes cliniques ......................................................................... 128
4.6.17.2. Posturologie ............................................................................... 128
4.6.17.3. Perte de mobilité ........................................................................ 128
4.6.17.4. Cause ......................................................................................... 128
4.6.18. Dysfonction somatique C0 ................................................................. 128
4.6.18.1. Signes cliniques ......................................................................... 128
4.6.18.2. Posturologie ............................................................................... 129
4.6.18.3. Perte de mobilité ........................................................................ 129
4.6.18.4. Cause ......................................................................................... 129
4.6.18.5. Examen clinique viscéral ............................................................ 129
4.6.18.6. Examen clinique crânio-sacré .................................................... 129
4.7. Membre inférieur ....................................................................................... 130
4.7.1. Définition ............................................................................................. 130
4.7.2. Absence de dysfonction somatique .................................................... 130
4.7.3. Chaîne descendante ........................................................................... 130
4.7.4. Remarque concernant la relativité ...................................................... 131
4.7.5. Chaîne ascendante ............................................................................. 133
4.8. Membre supérieur ..................................................................................... 133
4.8.1. Chaîne descendante ........................................................................... 133
4.8.2. Chaîne ascendante ............................................................................. 137
4.9. Articulation temporo-mandibulaire (ATM) .................................................. 138
4.9.1. Tests ................................................................................................... 138
4.9.2. Lésions possibles ................................................................................ 138
4.9.2.1. Lésion de compression bilatérale ................................................. 138
4.9.2.2. Lésion de compression unilatérale ............................................... 139
4.9.2.3. Lésion unilatérale postérieure ...................................................... 139
4.9.2.4. Lésion bilatérale postérieure ........................................................ 140
4.9.2.5. Lésion bilatérale antérieure .......................................................... 140
4.10. Symphyse sphénobasilaire (SSB) ........................................................... 141
5. Diaphragmes .................................................................................................. 143
6. Remarque ........................................................................................................ 145
7. Résumé ........................................................................................................... 146
Chapitre 4: Techniques ......................................................................................... 150
1. Manipulations ................................................................................................. 150
1.1. Objectif ...................................................................................................... 150
1.2. Technique .................................................................................................. 151
1.3. Contre-indications ...................................................................................... 151
2. Mobilisations .................................................................................................. 153

7
2.1. Objectifs ..................................................................................................... 153
2.2. Technique .................................................................................................. 155
2.3. Contre-indications ...................................................................................... 155
3. “Muscle Energy Techniques” (M.E.T.) ......................................................... 155
3.1. Objectif ...................................................................................................... 155
3.2. Techniques ................................................................................................ 156
3.2.1. Techniques concentriques .................................................................. 156
3.2.2. Techniques isométriques .................................................................... 156
3.2.3. Techniques isolytiques (ou excentriques) ........................................... 156
3.3. Contre-indications ...................................................................................... 157
4. Techniques fasciales ..................................................................................... 157
4.1. Techniques viscérales ............................................................................... 157
4.1.1. Objectif ................................................................................................ 157
4.1.2. Technique ........................................................................................... 157
4.1.3. Contre-indications ............................................................................... 157
4.2. Techniques crânio-sacrées ....................................................................... 158
4.2.1. Objectif ................................................................................................ 158
4.2.2. Technique ........................................................................................... 158
4.2.3. Contre-indications ............................................................................... 159
Chapitre 5: Traitement ostéopathique ................................................................. 160
1. Généralités ...................................................................................................... 160
1.1. Composantes de la lésion ......................................................................... 160
1.2. Chaînes ..................................................................................................... 161
1.3. Congestions ............................................................................................... 162
2. Stratégie de traitement d’une dysfonction somatique du sacrum avec une
instabilité pelvienne ........................................................................................... 163
2.1. Généralités ................................................................................................ 163
2.2. Composante articulaire .............................................................................. 163
2.3. Composante capsulo-ligamentaire ............................................................ 166
2.4. Composante musculaire ............................................................................ 169
2.5. Composante fasciale viscérale .................................................................. 172
2.6. Composante fasciale crânienne ................................................................ 173
2.7. Composante caudale ................................................................................. 174
2.8. Composante congestive ............................................................................ 174
3. Stratégie de traitement d’une dysfonction somatique du sacrum avec un
bassin fixé ........................................................................................................... 178
3.1. Généralités ................................................................................................ 178
3.2. Composante articulaire .............................................................................. 179
3.3. Composante capsulo-ligamentaire ............................................................ 182
3.4. Composante musculaire ............................................................................ 185
3.5. Composante fasciale viscérale .................................................................. 188
3.6. Composante fasciale crânienne ................................................................ 191
3.7. Composante congestive ............................................................................ 191

8
4. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique L5 associée à une
chaîne descendante ........................................................................................... 193
4.1. Généralités ................................................................................................ 193
4.2. Composante articulaire .............................................................................. 193
4.2.1. L5 ......................................................................................................... 193
4.2.2. Le bassin ............................................................................................. 195
4.2.3. La hanche ........................................................................................... 196
4.2.4. Le genou ............................................................................................. 196
4.2.5. Le pied ................................................................................................ 198
4.3. Composante capsulo-ligamentaire ............................................................ 200
4.3.1. L5 ......................................................................................................... 200
4.3.2. Le bassin ............................................................................................. 201
4.3.3. La hanche ........................................................................................... 202
4.3.4. Le genou ............................................................................................. 203
4.3.5. Le pied ................................................................................................ 204
4.4. Composante musculaire ............................................................................ 204
4.4.1. L5 ......................................................................................................... 204
4.4.2. La hanche ........................................................................................... 208
4.4.3. Le pied ................................................................................................ 209
4.5. Composante fasciale viscérale .................................................................. 210
4.6. Composante congestive ............................................................................ 211
5. Stratégie de traitement pour un antérolisthésis de L5 ................................ 212
5.1. Généralités ................................................................................................ 212
5.2. Composante articulaire .............................................................................. 212
5.3. Composante capsulo-ligamentaire ............................................................ 213
5.4. Composante musculaire ............................................................................ 215
5.5. Composante fasciale viscérale .................................................................. 216
5.6. Composante fasciale crânienne ................................................................ 218
5.7. Composante congestive ............................................................................ 218
6. Stratégie de traitement pour une D.S. L5 et une D.S. du sacrum............... 218
7. Stratégie de traitement pour une D.S. L5 et une D.S. T 6 –10........................ 218
8. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique L4 ..................... 218
8.1. Généralités ................................................................................................ 218
8.2. Composante articulaire .............................................................................. 219
8.3. Composante capsulo-ligamentaire ............................................................ 220
8.4. Composante musculaire ............................................................................ 222
8.5. Composante fasciale viscérale .................................................................. 225
8.6. Composante congestive ............................................................................ 226
9. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique L4 et une
dysfonction somatique du sacrum ................................................................... 227
10. Stratégie de traitement pour des D.S. L4, L5 et sacrum ............................ 229
11. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique L3 ................... 231
11.1. Généralités .............................................................................................. 231
11.2. Composante articulaire ............................................................................ 231

9
11.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 232
11.4. Composante musculaire .......................................................................... 233
11.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 234
11.6. Composante congestive .......................................................................... 235
12. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique T11 – L2 .......... 236
12.1. Généralités .............................................................................................. 236
12.2. Composante articulaire ............................................................................ 236
12.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 239
12.4. Composante musculaire .......................................................................... 240
12.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 241
12.6. Composante congestive .......................................................................... 241
13. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique T11–L2 et une
dysfonction somatique T6-10 .............................................................................. 242
13.1. Généralités .............................................................................................. 242
13.2. Composante articulaire ............................................................................ 242
13.2.1. T11-L2 ................................................................................................. 242
13.2.2. T6-10 ................................................................................................... 247
13.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 248
13.3.1. T11-L2 ................................................................................................. 248
13.3.2. T6-10 ................................................................................................... 250
13.4. Composante musculaire .......................................................................... 253
13.4.1. T11-L2 ................................................................................................. 253
13.4.2. T6-10 ................................................................................................... 254
13.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 257
13.5.1. Le foie ............................................................................................... 257
13.5.2. Le petit omentum .............................................................................. 262
13.5.3. Le cardia ........................................................................................... 265
13.5.4. Le pancréas, le duodénum et la racine du mésocolon transverse .... 267
13.5.5. La rate ............................................................................................... 268
13.5.6. La racine du mésentère .................................................................... 269
13.6. Conseil ..................................................................................................... 270
13.7. Composante congestive .......................................................................... 270
13.8. Remarque ................................................................................................ 270
14. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique T6-10 ............... 272
14.1. Généralité ................................................................................................ 272
14.2. Composante articulaire ............................................................................ 272
14.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 275
14.4. Composante musculaire .......................................................................... 277
14.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 278
14.6. Composante congestive .......................................................................... 281
15. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique T1-5 ................. 282
15.1. Tendance en flexion ................................................................................ 282
15.1.1. Généralité ......................................................................................... 282
15.1.2. Composante articulaire ..................................................................... 282

10
15.1.3. Composante capsulo-ligamentaire ................................................... 284
15.1.4. Composante musculaire ................................................................... 286
15.1.5. Composante fasciale viscérale ......................................................... 287
15.1.5.1. Etirement de la chaîne centrale du fascia intrathoracique ......... 287
15.1.5.2. Etirement de la chaîne latérale du fascia intrathoracique .......... 289
15.1.6. Composante fasciale crânienne ........................................................ 289
15.1.7. Composante congestive ................................................................... 290
15.2. Tendance en extension ........................................................................... 291
15.2.1. Généralité ......................................................................................... 291
15.2.2. Composante articulaire ..................................................................... 291
15.2.3. Composante capsulo-ligamentaire ................................................... 293
15.2.4. Composante musculaire ................................................................... 294
15.2.5. Composante fasciale viscérale ......................................................... 295
15.2.6. Composante fasciale crânienne ........................................................ 296
15.2.7. Composante congestive ................................................................... 298
16. Stratégie de traitement d’un “Thoracic Outlet Syndrome” ...................... 299
16.1. Généralité ................................................................................................ 299
16.2. Composante articulaire ............................................................................ 299
16.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 302
16.4. Composante musculaire .......................................................................... 305
16.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 308
16.6. Composante fasciale crânienne .............................................................. 308
16.7. Composante congestive .......................................................................... 309
17. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique C2–5 ................ 310
17.1. Généralités .............................................................................................. 310
17.2. Composante articulaire ............................................................................ 310
17.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 312
17.4. Composante musculaire .......................................................................... 313
17.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 314
17.6. Composante congestive .......................................................................... 314
18. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique C1................... 315
18.1. Généralité ................................................................................................ 315
18.2. Composante articulaire ............................................................................ 315
18.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 316
18.4. Composante musculaire .......................................................................... 316
18.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 317
18.6. Composante congestive .......................................................................... 317
19. Stratégie de traitement pour une dysfonction somatique C0................... 320
19.1. Généralité ................................................................................................ 320
19.2. Composante articulaire ............................................................................ 320
19.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 321
19.4. Composante musculaire .......................................................................... 321
19.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 323
19.6. Composante fasciale crânienne .............................................................. 323

11
19.7. Composante congestive .......................................................................... 323
20. Stratégie de traitement pour une chaîne descendante dans le membre
supérieur ............................................................................................................. 324
20.1. Généralités .............................................................................................. 324
20.1.1. Test dans le plan horizontal .............................................................. 324
20.1.2. Test dans le plan sagittal .................................................................. 325
20.1.3. Test dans le plan frontal .................................................................... 325
20.2. Composante articulaire ............................................................................ 326
20.3. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 328
20.3.1. L’articulation acromio-claviculaire ..................................................... 328
20.3.2. L’articulation gléno-humérale ............................................................ 329
20.3.3. Le coude ........................................................................................... 332
20.3.4. Le poignet et la main ......................................................................... 333
20.4. Composante musculaire .......................................................................... 335
20.4.1. L’articulation acromio-claviculaire ..................................................... 335
20.4.2. L’articulation gléno-humérale ............................................................ 337
20.4.3. Le coude ........................................................................................... 338
20.4.4. Le poignet et la main ......................................................................... 339
20.5. Composante fasciale viscérale ................................................................ 340
20.6. Composante fasciale crânienne .............................................................. 340
20.7. Composante congestive .......................................................................... 340
21. Stratégie de traitement pour les lésions de la SSB .................................. 344
21.1. Généralités .............................................................................................. 344
21.2. Lésion en flexion ...................................................................................... 344
21.3. Lésion en extension ................................................................................. 345
21.4. Lésion en vertical strain, sphénoïde en flexion ........................................ 346
21.5. Lésion en vertical strain, sphénoïde en extension ................................... 347
21.6. Lésion en compression ............................................................................ 348
21.7. Lésion en torsion ..................................................................................... 349
21.8. Lésion en strain latéral ............................................................................ 350
21.9. Lésion en rotation / sidebending .............................................................. 351
21.10. Harmonisation des tension membranaires autour du sinus droit .......... 352
21.10.1. Lift temporal .................................................................................... 352
21.10.2. Synchronisation des temporaux ...................................................... 353
21.10.3. Lift occipital ..................................................................................... 354
21.10.4. Lift pariétal ...................................................................................... 355
21.10.5. Lift frontal ........................................................................................ 356
21.10.6. Sphenoid lift .................................................................................... 357
21.11. Remarque .............................................................................................. 357
22. Stratégie de traitement pour les dysfonctions temporo-mandibulaires . 358
22.1. Composante capsulo-ligamentaire .......................................................... 358
22.1.1. Lésion de compression ..................................................................... 358
22.1.2. Lésion postérieure ............................................................................ 358
22.2. Composante musculaire .......................................................................... 359

12
Chapitre 6: Principes ostéopathiques ................................................................. 362
1. Structure et fonction ...................................................................................... 362
2. L’unité du corps ............................................................................................. 362
3. La loi de l’artère .............................................................................................. 362
4. Autocorrection ............................................................................................... 363
5. Maladie et santé ............................................................................................. 363
Terminologie ostéopathique ................................................................................. 364
1. Les 3 axes anatomiques ................................................................................ 364
2. Les 3 plans anatomiques .............................................................................. 365
3. Biomécanique vertébrale .............................................................................. 366
Abréviations générales ......................................................................................... 368
Terminologie spécifique ....................................................................................... 369
Les auteurs ............................................................................................................. 371
Remerciements ...................................................................................................... 372
Toutes les vidéos ................................................................................................... 373

13
1. Introduction
De nombreux livres ont été écrits sur l’ostéopathie et les spécificités de la profession.
Cependant, l’approche générale de l’examen et des stratégies de traitement
ostéopathiques semble avoir été quelque peu négligé.

Ce livre donne un aperçu global de la façon dont un ostéopathe peut appliquer les
principes ostéopathiques dans sa pratique quotidienne.

Certains aspects de l’ostéopathie commencent à avoir une certaine « notoriété ».


Différentes formes de thérapies manuelles utilisent entre autres des techniques
ostéopathiques; des « thérapies » crânio-sacrées ésotériques ont été
commercialisées et sont enseignées à toute personne intéressée; des cours de
techniques viscérales apparaissent de nulle part et sont appelés « techniques
ostéopathiques ». Ces développements salissent l’ostéopathie et amènent les
patients à penser que l'ostéopathie se compose uniquement de techniques crânio-
sacrée ou que toute forme d'approche manuelle d’une plainte est de l’ostéopathie.

Rien n’est plus éloigné de la vérité. L’ostéopathie est une philosophie médicale, un
concept avec des résultats clairs lorsqu’il est basé sur les principes importants de
l’ostéopathie. Au sein même de ce système, de nombreuses techniques sont
applicables si elles sont employées de manière appropriée.

Dr. A.T. Still, le père de l’ostéopathie, a décrit le premier ces principes. Avec le
temps, ces principes originels ont été ajustés et modernisés en fonction des
connaissances actuelles des sciences médicales. L’ostéopathie ne cherche pas à
rivaliser avec la médecine conventionnelle. Celle-ci traite parfaitement les maladies,
les infections et les inflammations – en un mot: les dysfonctions structurelles. Après
tout, où serions-nous sans les antibiotiques ou les techniques chirurgicales?

Mais la « santé », c’est beaucoup plus que cela. Tous les jours, nous sommes
exposés à des stress mécaniques lorsque nous pratiquons un sport ou que nous
bougeons. Il n’est pas difficile d’imaginer que la fonction mécanique peut être
interrompue; une articulation peut se bloquer à la suite d’un effort traumatique, une
chute ou un choc direct peut causer une hémorragie qui entrainera à son tour des
adhérences. Nous sommes aussi sous l’influence d’un stress métabolique quotidien;
l’alimentation moderne n’est pas toujours optimale et peut mener au
dysfonctionnement d’un organe (viscéral).

L’ostéopathe prend en compte la qualité des tissus associés à la plainte du patient et


tend à optimiser cette qualité tissulaire en réduisant tout stress fonctionnel
mécanique, vasculaire, neurologique, et métabolique. La qualité de vie est alors
influencée de manière positive et la résistance naturelle du corps contre la maladie
est renforcée.

Il faut clairement mettre en évidence que les schémas lésionnels décrits dans cet e-
book sont des scénarios fréquemment rencontrés dans la pratique. Cela ne signifie

14
pas que le corps réagira toujours de la même façon que celle que nous présentons.
D’autres chaînes et relations existent certainement dans le corps humain dû au fait
que chaque organisme est unique et par conséquent, peut réagir et réagira
différemment au stress, quel qu’il soit.

Le lecteur éclairé ne prendra jamais ces chaînes lésionnelles et ces stratégies


de traitement tels quels pour les appliquer aveuglément mais pourra les utiliser
comme un guide illustrant une façon d’appliquer la philosophie et les principes
ostéopathiques.

Figure 1 - Dr. A.T. Still, père-fondateur de l’ostéopathie

15
Chapitre 1: Anamnèse
1. Introduction
Un examen et un traitement ostéopathiques prennent approximativement 30
minutes. Une anamnèse complète (interrogatoire du patient) prend environ 5 minutes
et doit être effectuée de façon structurée.

Le patient explique sa plainte pendant que l’ostéopathe l’écoute attentivement, en


accordant une attention particulière aux mots-clés qui permettront d’identifier la
structure à l’origine de la plainte.

Figure 2 - Anamnèse

Un des objectifs majeurs de l’anamnèse est l’identification de la (ou des)


structure(s) à l’origine de la plainte, en accordant une attention toute particulière
aux détails et en utilisant des questions spécifiques.

Les plaintes provenant de certaines structures montreront des caractéristiques


spécifiques. L’ostéopathe doit connaître ces caractéristiques typiques et peut même
poser certaines questions spécifiques afin de cibler davantage encore les structures
éventuellement impliquées dans la plainte.

Il est également essentiel d’avoir une bonne connaissance anatomique de la région


en question et que leurs caractéristiques typiques soient prises en compte. De
multiples structures peuvent potentiellement être impliquées et des questions
supplémentaires peuvent toujours être ajoutées au cours de l’examen.

16
2. Structures pouvant causer une plainte
Le plan général suivant est un guide d’inventaire anatomique. Il utilise des mots-clés
et les caractéristiques typiques des plaintes trouvant leur origine dans des structures
spécifiques. Utilisez ces mots-clés afin de poser les bonnes questions à votre
patient.

STRUCTURE PATHOLOGIE MOTS-CLES PROVOCATION


A L’ORIGINE (Que doit-on
DE LA envisager?)
PLAINTE
Os Cancer, tumeur * Sensibilité permanente de la région Compression
Processus expansif * Progression dans l’intensité Percussion
Fracture (aggravation sur plusieurs jours ou Palpation/compres
semaines) sion directe
* Douleur nocturne
* Douleur à la mise en charge / à l’usage
* Traumatisme (toujours suspecter une
fracture)
Intra- Arthrite (avec ou * Sensibilité permanente de la région Compression
articulaire sans infection) * Progression dans l’intensité
(aggravation sur plusieurs jours ou
semaines)
* Douleur nocturne
* Douleur à la mise en charge / à l’usage
* Infections récentes
* Fièvre (en cas d’infection)
Capsule/ Elongation * A la suite de positions spécifiques Palpation/compres
ligament Rétraction * Douleur au démarrage sion directe
* Raideur matinale Etirement prolongé
* Amélioré en décharge Traction
* Aggravé à la mise en charge
* Douleur permanente mais stable
Muscle Spasme * Irradiation intense au mouvement, à la Palpation/compres
Elongation résistance ou à l’étirement sion directe
Changements de * Irradiation dans la longueur du muscle Etirement et
trophicité * Indolore au repos (dans certaines contraction
positions)
* En cas de changements de trophicité,
le muscle réagit davantage comme un
ligament
Artériel Sténose * Crampes Palpation des
* Perte de la coloration normale pouls avant et
* Empiré par la charge circulatoire après la charge
* Position-dépendant circulatoire
* Irradiations parfois profondes
Veineux Entrapment sur le * Sensation de lourdeur Changements de
trajet du retour * Fatigue dans la région de la plainte position
veineux * Sensation de gonflement Observation
* Couleur bleue-violacée
* Chaleur

17
* Position-dépendant
* Varices veineuses
Lymphatique Entrapment sur le * Sensation de lourdeur Palpation des
trajet du retour * Fatigue ganglions (nœuds)
lymphatique * Gonflement Observation
* Pâleur
* Peau moite
* Striations rougeâtres
Nerf Entrapment * Irradiation sur le trajet du nerf Tests de traction
périphérique radiculaire- * Perturbations motrices Reflexes
pseudoradiculaire * Perturbations sensitives Sensibilité
Tractions Force musculaire
Neurologique * Conscience Fonctions des
central * Fonctions des nerfs crâniens nerfs crâniens
* Symptômes bilatéraux Réflexe de
Babinski
Coordination /
équilibre / 5 sens
Système Hyper/hypo- * Etat général (hyper/hypo sympathique) Observation
neurovégétatif fonctions * Symptômes segmentaires
Métabolique Régime alimentaire * Symptômes généralisés
Organes excréteurs * Localisation difficile
Apport en oxygène
Pathologies Diabète, * Caractéristiques typiques Examen classique
systémique rhumatismes,… associé à un
examen
ostéopathique

Remarques:

Un phénomène osseux ne sera symptomatique que lorsque le périoste sera irrité.

Métabolique: représente une situation dans laquelle le corps est dans un état général
d’acidose, de surcharge toxique liés à de mauvaises habitudes alimentaires et à une
fonction excrétrice faible (intestins, reins, foie, poumons).

Plusieurs de ces structures affectées ne sont pas une bonne indication pour un
traitement ostéopathique direct et nécessitent un renvoi vers le professionnel
adéquat.

Ce résumé n’est ni exhaustif ni absolu. Il se propose de fournir une identification des


mots-clés afin de faciliter l’identification des origines ou des causes de la plainte.

Lorsque la réponse à la question indique une origine osseuse, cela ne donne pas de
certitude diagnostique mais signifie que cette possibilité ne peut être écartée sans
examen complémentaire.

18
3. Douleur projetée
Alors même que l’ostéopathe recherche la structure à l’origine de la plainte, le
concept de douleur projetée ne peut être oublié.

On peut distinguer deux types de douleur projetée:

• La douleur projetée viscérale: l’origine d’une douleur d’apparence musculo-


squelettique se situe au niveau d’un vaisseau sanguin ou d’un organe.
• La douleur projetée somatique: l’origine d’une douleur d’apparence
musculo-squelettique se situe au niveau d’une autre structure musculo-
squelettique.

4. Etat qualitatif des grands systèmes corporels


De même que l’identification de la structure à l’origine de la plainte est primordiale, il
est essentiel de se faire une idée de l’état général du patient. Il s’agit d’une question
de sécurité. Un patient présentant de sérieux problèmes cardiaques ne pourra pas
être traité selon une stratégie de traitement ostéopathique totale en raison du risque
potentiel de surcharge du système circulatoire.

De même, un patient ayant une faible fonction excrétrice présentera un certain degré
de dysfonction métabolique au sein même de sa plainte. Les techniques de
traitement devront alors être choisies de manière appropriée.

Grands systèmes corporels:

• Cardiaque/vasculaire.
• Pulmonaire/respiratoire.
• Système urinaire.
• Système digestif.
• Système excréteur.
• Système génital.
• Système endocrinien.

Exemple de questions: cœur et vaisseaux sanguins:

• Avez-vous ou avez-vous eu des problèmes liés à votre cœur ou à vos


vaisseaux sanguins?
• Avez-vous été examiné ou traité pour ces problèmes?
• Prenez-vous des médicaments pour traiter ces problèmes?

19
Exemple de questions: poumons et respiration:

• Avez-vous ou avez-vous eu des problèmes liés à vos poumons ou à votre


système respiratoire?
• Avez-vous été examiné ou traité pour ces problèmes?
• Prenez-vous des médicaments pour traiter ces problèmes?

Exemple de questions: système urinaire:

• Avez-vous ou avez-vous eu des problèmes liés à votre vessie, votre prostate


ou vos reins?
• Avez-vous été examiné ou traité pour ces problèmes?
• Prenez-vous des médicaments pour traiter ces problèmes?

Exemple de questions: système digestif:

• Avez-vous ou avez-vous eu des problèmes liés à votre foie, votre vésicule


biliaire, votre estomac, votre pancréas ou vos intestins?
• Avez-vous été examiné ou traité pour ces problèmes?
• Prenez-vous des médicaments pour traiter ces problèmes?
• Avez-vous souffert de constipation ou de diarrhée?

Exemple de questions: système génital:

• Avez-vous ou avez-vous eu des problèmes liés à votre utérus ou vos ovaires?


• Avez-vous été examiné ou traité pour ces problèmes?
• Prenez-vous des médicaments pour traiter ces problèmes?
• Prenez-vous la pilule? Cette question est justifiée en raison du nombre de
femmes qui prennent un traitement contraceptif hormonal dont le dosage est
incorrect et qui peut entrainer un état de congestion généralisée.
• Avez-vous accouché? Y a-t-il eu des complications?

Exemple de questions: système endocrinien:

• Avez-vous ou avez-vous eu des problèmes liés à votre thyroïde ou votre


pancréas, etc.…?
• Avez-vous été examiné ou traité pour ces problèmes?
• Prenez-vous des médicaments pour traiter ces problèmes?

20
5. Antécédents du patient
Les antécédents du patient sont également importants.

L’ostéopathe doit s’enquérir des antécédents suivants:

• Traumatismes.
• Traumatismes crâniens.
• Opérations.
• Autres traitements.
• Médications.
• Pathologies congénitales.
• Maladies systémiques.
• Profession.
• Activité sportive.
• Tabagisme.
• Poids.
• Grossesses.

6. Durée de la plainte
La durée de la plainte est souvent un bon indicateur d’un pronostic raisonnable.

En général:

• Aigüe (la plainte dure depuis moins de 3 semaines).


• Subaigüe (la plainte dure depuis 3 à 6 semaines).
• Chronique (la plainte dure depuis plus de 6 semaines).

21
7. Sécurité
Pendant l’anamnèse et ensuite plus tard pendant les tests de provocation, il est
essentiel de reconnaître toute contre-indication aux techniques spécifiques ou à un
traitement ostéopathique en général.

Celles-ci peuvent être classées selon:

• Pathologies « drapeau rouge ».


• Pathologies « drapeau orange ».
• Pathologies « drapeau jaune ».

Pathologies « drapeau rouge ».

• Les pathologies « drapeau rouge » ou critères d’exclusion au traitement


ostéopathique sont les fractures, cancers et infections.
• Ces pathologies sont peu fréquentes et on ne peut pas les manquer en raison
d’un manque d’examen clinique spécifique mais plutôt en raison d’une
anamnèse ou d’un examen clinique de base insuffisant.
• Parfois, on peut passer à travers un « drapeau rouge » parce que la
pathologie se trouve dans les stades précoces et que les premiers signes
cliniques sont absents.
• Lorsque l’ostéopathe reconnaît un « drapeau rouge », il doit renvoyer le
patient vers le professionnel adéquat.
• Fractures: les indicateurs primaires sont les traumatismes, un usage excessif
de certaines zones du corps (fracture de stress ou de fatigue), âge du patient
(> 50 ans), et un traitement aux corticostéroïdes.
• Cancer: les indicateurs primaires sont l’absence d’amélioration avec le repos
au lit strict, une gêne permanente dans la région concernée, perte de poids,
antécédents de cancer et la résistance au traitement.
• Infection: les indicateurs primaires sont la fièvre, plaies liées à l’usage
d’aiguilles ou d’autres objets (couteaux,…), infections cutanées.

Pathologies « drapeau orange ».

• Les pathologies « drapeau orange » sont les critères d’exclusion pour


certaines techniques comme les manipulations.
• Ces pathologies sont l’ostéoporose, la grossesse, l’inflammation, certaines
thérapies (corticostéroïdes, anticoagulants), et l’artériosclérose.
• Ostéoporose: l’indicateur primaire est l’âge.
• Grossesse: doit (devrait) être connue de la patiente.
• Inflammation articulaire: les indicateurs primaires sont les antécédents
familiaux, une progression lente des symptômes chez les patients de plus de
30 ans, une douleur constante qui s’aggrave avec le mouvement.
• Utilisation de certains médicaments: cela est en général connu du patient et
une connaissance minimale des effets de certains médicaments est

22
essentielle. Par exemple, manipuler un patient sous traitement anticoagulant
post-opératoire augmentera le risque d’hémorragie et d’embolie.
• Artériosclérose: l’indicateur primaire est l’âge.

Pathologies « drapeau jaune ».

• Les pathologies « drapeau jaune » sont les pathologies psychosociales


comme la dépression, le manque de motivation professionnelle, les attitudes
passives et indifférentes vis à vis du traitement et de la rééducation.
• Les pathologies « drapeau jaune » ne sont ne sont pas à proprement parler
des contre-indications au traitement ostéopathique mais il est indispensable
pour l’ostéopathe de reconnaître ces situations de façon à adapter les
objectifs du traitement et éventuellement renvoyer le patient vers une aide
psychologique appropriée.

CONCEPT
L’objectif de l’anamnèse est:
• D’identifier la structure à l’origine de la plainte.
• D’évaluer l’état ou la fonction des grands systèmes du corps.
• De mettre en évidence les contre-indications.

CONCEPT
Utiliser la liste de mots-clés pour identifier la (les) structure(s) à l’origine de la plainte.

CONCEPT
Si l’ostéopathe n’est pas à même de mettre en évidence la structure à l’origine de la
plainte, le traitement ostéopathique adéquat ne peut être envisagé et effectué dans son
ensemble. Les lésions et dysfonctions ne peuvent être corrigées sans une bonne
compréhension des liens entre celles-ci et la structure à l’origine du problème. Il ne s’agit
pas seulement d’un problème de manque d’efficacité mais également d’un risque de
pratique dangereuse.

CONCEPT
Soyez attentifs aux pathologies « drapeaux rouges, oranges, et jaunes ».

23
Chapitre 2: Tests de provocation
1. Palpation
Le test de provocation le plus important est la palpation (ou pression) manuelle
directe. Il est par conséquent indispensable que l’ostéopathe puisse palper
topographiquement chaque structure corporelle.

A la suite de l’anamnèse détaillée et spécifique, l’ostéopathe doit avoir une idée de la


structure à l’origine de la plainte.

Figure 3 - Palpation directe

Un inventaire anatomique des structures situées dans la zone de la plainte est ainsi
effectué et ces structures sont alors palpées de manière systématique à la recherche
d’une douleur.

Concomitamment à la provocation douloureuse, les structures impliquées sont


également évaluées pour leurs qualités intrinsèques (résistance, élasticité, …).

2. Os
Si lors de la palpation, le périoste est douloureux, cela peut être la
conséquence de:

• Un processus expansif intra-osseux.


• Une fracture.
• Une dysfonction segmentaire (par exemple, en cas de douleur du périoste sur
la crête iliaque, l’ostéopathe vérifiera la région T12-L1-L2).
• Une irritation locale liée à la traction d’une insertion musculaire.

L’ostéopathe doit être prudent lorsqu’il examine une périostite si la provocation


entraine une douleur qui persiste après la palpation ou s’il sent des crépitations
évidentes associées à une contraction musculaire.

24
La provocation d’un problème intra-osseux (phénomène expansif) peut également se
faire par la compression de l’os suspecté dans sa longueur. On s’attend alors à une
douleur qui persiste après la provocation. Les problèmes intra-osseux ne sont pas
toujours identifiables aux stades précoces.

3. Capsules et ligaments
Lorsque la palpation est positive au niveau d’une capsule ou d’un ligament,
l’ostéopathe doit systématiquement faire la distinction entre une élongation et une
rétraction. Il utilise pour cela les tests de mobilité spécifiques.

Par exemple, lorsque la palpation de la capsule postérieure de l’articulation SI est


douloureuse, la mobilité de l’articulation SI doit être testée. En cas de lésion en
antériorité, elle est étirée; en cas de lésion en postériorité, elle est rétractée.

Capsule étirée Capsule rétractée

Normal Lésion iliaque antérieure Lésion iliaque postérieure

= capsule postéro-supérieure

Figure 4 - Capsule SI étirée ou rétractée

Axe normale Axe antérieur Axe postérieur

Normal Lésion iliaque antérieure Lésion iliaque postérieure

Répartition équivalente de la Etirement de la capsule Etirement de la capsule


charge capsulaire postérieure antérieure
Rétraction de la capsule Rétraction de la capsule
antérieure postérieure

Figure 5 - Capsule rétractée ou étirée

En cas de rétraction, l’axe aphysiologique de l’articulation doit être traité. Si la


structure à l’origine de la plainte est la rétraction capsulaire, on conseillera

25
généralement au patient de mobiliser l’articulation doucement et de manière
rythmique après le traitement.

Si la plainte est la conséquence d’un traumatisme, l’ostéopathe ne doit pas perdre de


vue la possibilité de lésion structurelle de la capsule ou des ligaments.

Note: le concept “d’axe aphysiologique” est expliqué dans la figure 13.

4. Muscles
Les muscles sont palpés, si possible, aux points d’insertions. La palpation directe
des grands muscles au niveau du ventre musculaire n’est pas toujours utile.

Le problème musculaire est d’autant plus vraisemblable que la palpation des


insertions est encore plus douloureuse lorsqu’elle est associée à la contraction ou à
l’étirement du muscle.

Lorsque la compression directe des points d’insertions entraine une douleur intense,
l’ostéopathe doit systématiquement envisager la possibilité d’une hypertonie
musculaire.

Cet état hypertonique peut être dû à:

• Une élongation.
• Un problème segmentaire.
• Des adhérences.

Position normale du bassin Bassin fixé Bassin instable

Position normale de la Hanche en rotation externe Hanche en rotation externe


hanche

Longueur normale du Piriforme du bassin rétracté Piriforme du bassin étiré


piriforme du bassin

Figure 6 - Le muscle piriforme réagit à la lésion du bassin

26
• Un étirement du muscle (par exemple, un bassin instable peut donner lieu à
un étirement irritant des muscles piriformes avec une rotation externe des
hanches).
• Des problèmes segmentaires (le muscle est généralement rétracté et
spasmé),
• Des adhérences myofasciales avec les fascias des structures environnantes
(De cette façon, une adhérence avec le fascia du rectum peut entrainer une
irritation du muscle piriforme).

L’ostéopathie est souvent concernée par les adhérences. Il s’agit en effet d’une
situation fréquente qui intègre aussi le concept par lequel le tissu conjonctif entre
deux structures « adhérentes » présente des changements trophiques et se rétracte
à un point tel que ces structures ne peuvent plus bouger l’une par rapport à l’autre
comme elles le devraient normalement. Cela n’engendre pas seulement une perte
mécanique de mobilité mais aussi une diminution de la perfusion locale et donc un
affaiblissement de l’homéostasie, une acidose tissulaire, l’accumulation de toxines et
de déchets métaboliques. Ces changements aboutiront à une diminution de la
fonction des structures impliquées et fourniront par conséquent une bonne
explication de certains symptômes.

M. piriforme Rectum

Figure 7 - Adhérence m. piriforme - rectum

Ces différentes possibilités doivent être différenciées au moyen de:

• Testing de la mobilité articulaire locale.


• Testing des articulations entre les muscles et les structures environnantes.
• Testing du segment vertébral correspondant.

Le traitement local et la stratégie de traitement doivent viser:

• La correction de la perte de mobilité dans les articulations environnantes de


façon à diminuer l’élongation du muscle lésé. On conseillera ensuite du repos.
• L’étirement de toutes les adhérences myofasciales.

27
• La correction de toutes les dysfonctions dans le segment vertébral
correspondant.

Lorsque la palpation directe d’un muscle chez un patient âgé n’entraine qu’une
douleur modérée mais que celle-ci est accompagnée d’une induration nettement
palpable, l’ostéopathe doit envisager la probabilité de changements trophiques au
sein même du muscle. Cela peut être présent en cas d’élongation ou de contracture
musculaire.

Lorsque la plainte est post-traumatique, l’ostéopathe ne peut écarte la possibilité de


lésions structurelles du muscle.

5. Artères
Le pouls artériel est palpé et évalué qualitativement.

Si l’ostéopathe sent un murmure ou un souffle lors de la palpation au repos, un


problème structurel doit être envisagé (artériosclérose).

Lorsqu’aucun signe pathologique évident n’a pu être mis en évidence lors de la


palpation des pouls au repos, on demande alors au patient d’effectuer plusieurs
exercices à but hémodynamique. Les pouls sont alors à nouveau palpé et comparés
avec les pouls au repos. Si cela permet de mettre en évidence une différence
qualitative, on peut vraisemblablement envisager un problème fonctionnel.

Un problème artériel fonctionnel peut être la conséquence de:

• Une dysfonction segmentaire (orthosympathique).


• Un entrapment de l’artère elle-même.

6. Veines
Une congestion veineuse n’est pas toujours clairement visible ou palpable.

L’ostéopathe doit être attentif à:

• Une décoloration.
• La présence d’une proéminence veineuse influencée par la gravité (par
exemple, dans les jambes en position debout).
• La présence de varices veineuses.
• La présence d’une proéminence veineuse lorsque le patient est en décharge
(par exemple, un patient en décubitus dorsal avec des veines proéminentes
au niveau de la ceinture scapulaire peut indiquer une dysfonction cardiaque
structurelle).
• Un gonflement (par exemple, au niveau des pieds en cas de problème
cardiaque structurel).
• La présence d’une convexité ou d’un reflux au niveau de certaines veines
(une convexité au niveau de la veine située au dessus et en dedans de la

28
clavicule lorsque le patient est en décubitus dorsal peut indiquer un
dysfonctionnement du retour veineux vers le cœur).

La palpation des veines est indiquée en cas de suspicion de phlébite. Une douleur
profonde palpable au niveau du site d’inflammation sera alors mise en évidence.

7. Lymphatiques
L’œdème lymphatique est généralement visible.

La palpation n’est pas à la recherche d’une douleur, mais d’un gonflement clair et
impressionnant prenant le godet.

La palpation des ganglions lymphatiques est aussi très importante et peut indiquer
éventuellement de graves problèmes (par exemple, pour les ganglions infra-
claviculaires, supra-claviculaires, et axillaires en cas de cancer du sein) ou même
une infection ou inflammation située distalement.

Lorsque la rougeur est clairement visible sur le trajet du vaisseau lymphatique, en


aval d’une plaie, il s’agit d’une urgence médicale et le patient doit être
immédiatement référé pour un traitement médical.

8. Neurologique central
Les tests neurologique centraux spécifiques sont utilisés, tels que les tests pour les
dysfonctions des nerfs crâniens.

Un test de Babinsky positif indique également un problème neurologique central.

Il faut toujours accorder une attention particulière aux plaintes bilatérales.

9. Neurologique périphérique
Lorsque l’anamnèse indique un éventuel problème neurologique périphérique
(douleur irradiante, faiblesse musculaire, perturbations sensitives), on utilise des
tests neurologiques spécifiques pour identifier le problème:

• Test de provocation par traction sur le nerf (Lasègue).


• Tests de la sensibilité.
• Tests des réflexes.
• Tests des fonctions motrices (myotome).

10. Neurovégétatif
Un problème neurovégétatif n’est pas facile à provoquer.

Si l’ostéopathe remarque que, pendant son examen général de la colonne


vertébrale, par exemple lors du test d’oscillation, une réaction de sudation
généralisée se produit, il peut alors suspecter un problème neurovégétatif central.

29
La région crânienne, et en particulier la zone du thalamus et de l’hypothalamus, doit
alors être examinée.

Lorsque l’ostéopathe remarque qu’au cours du test d’oscillation de la colonne


vertébrale ou lors de la palpation de la musculature paravertébrale, il se produit une
réaction de sudation localisée, un problème neurovégétatif segmentaire peut être
suspecté.

Le “Red Reflex” test est alors une option. Si on peut observer une “Triade de Lewis”
au niveau d’un ou plusieurs segments, un problème neurovégétatif segmentaire peut
alors être suspecté au niveau de la réaction.

11. Viscéral
En cas de douleur nette au cours de la palpation viscérale, l’ostéopathe doit
différentier deux causes possibles. La première est une inflammation de la structure
viscérale, la seconde est un spasme de cette structure.

Le diagnostic différentiel est simple si le patient présente également d’autres signes


d’inflammation, comme la fièvre. Dans les cas où ces autres signes inflammatoires
sont absents, il n’est pas facile de faire la différence et l’ostéopathe peut alors partir
de l’hypothèse qu’il s’agit d’un spasme viscéral. Lorsque le segment correspondant
est corrigé, le spasme viscéral, et donc la douleur palpatoire, doit être nettement
diminuée. Si ce n’est pas le cas, il s’agit alors très probablement d’une inflammation
et il faut référer le patient en conséquence.

Si la douleur palpatoire disparaît, le traitement peut alors être poursuivi. En raison du


fait qu’une inflammation et un spasme se produisent souvent de manière
combinée, l’ostéopathe ne peut jamais être vraiment sûr qu’aucune inflammation
n’est présente. Si la douleur palpatoire revient après quelques jours, il est préférable
de renvoyer le patient pour des examens complémentaires.

On conseillera à un ostéopathe peu expérimenté de renvoyer le patient sans hésiter


dans de tels cas.

CONCEPT
Practical topographical knowledge of anatomy is essential for an osteopath.

CONCEPT
Une connaissance de la pathologie et sémiologie est essentielle pour l’ostéopathe.

30
Chapitre 3: Examen clinique ostéopathique
1. Généralités
L’examen clinique ostéopathique du patient peut être fait de deux manières
différentes, c’est à dire soit en partant de la structure à l’origine de la plainte, ou via
l’examen ostéopathique général. Ces deux options se chevauchent et aboutissent
aux mêmes conclusions cliniques.

CONCEPT
L’ostéopathe examine le patient de deux manières différentes et qui se chevauchent

Via la structure à l’origine de la plainte Via l’examen ostéopathique général

C’est dans cette perspective que commence le concept de « pensée


ostéopathique ».

2. Pensée ostéopathique
L’ostéopathe doit toujours examiner la structure à l’origine de la plainte de manière
ostéopathique. Cela signifie que toutes les possibilités pouvant influencer la structure
doivent être examinées et, le cas échéant, traitées.

Quelles sont les contraintes qui ont une influence négative sur la structure et
comment peut-on les aborder de manière ostéopathique?

31
Le tableau ci-dessous est une aide à l’intégration de la pensée ostéopathique:

LA STRUCTURE A L’ORIGINE DE LA PLAINTE EST-ELLE SOUS CONTRAINTE?

STRESS MECANIQUE? Stress mécanique local?


Stress mécanique distant?
Influence de la pesanteur?
STRESS NEUROLOGIQUE? Stress neurologique central?
Stress neurologique périphérique?
Stress neurovégétatif?
STRESS VASCULAIRE? Stress vasculaire artériel?
Stress vasculaire veineux?
Stress vasculaire lymphatique?
Stress vasculaire interstitiel?
Stress vasculaire du liquide cérébrospinal?
STRESS METABOLIQUE? Régime alimentaire déficient?
Fonction des organes excréteurs déficiente?
Perte de mobilité locale?
Hypoxie fonctionnelle?

Parallèlement à ces facteurs de stress, on trouve d’autres éléments tels que les
maladies génétiques congénitales, les stresses émotionnels ou environnementaux
(comme résider dans une zone insalubre) qui peuvent jouer un rôle chez certains
patients. Le traitement ostéopathique n’a un effet vraiment significatif que sur les
quatre stresses décrits plus haut.

Illustration du raisonnement ostéopathique

Le raisonnement ostéopathique est expliqué à l’aide de l’exemple pratique suivant:

Le patient présente des symptômes provenant du muscle piriforme. Le raisonnement


ostéopathique sera le suivant:

Le muscle piriforme subit-il un stress mécanique local?

On examine alors la mobilité des articulations sur lesquelles le muscle a une action
et les adhérences possibles entre le muscle et le fascia musculaire. Une lésion de
sacrum en antériorité (en cas de bassin instable) provoquera une élongation du
muscle. Une adhérence entre les structures fasciales autour du rectum et le
myofascia pourra irriter le muscle.

32
Grande échancrure
sciatique sous le
muscle piriforme
du bassin
contenant la veine,
l’artère et le nerf
fessiers inférieurs.

Figure 8 - Bassin instable Figure 9 - Foramen Infrapiriforme

Un bassin instable emmène la partie inférieure du sacrum vers crânial et étire le


muscle piriforme.

Le muscle piriforme subit-il un stress mécanique à distance?

On examine la mobilité des articulations distales pertinentes. Un blocage postéro-


externe de l’articulation subtalaire entrainera une rotation externe de hanche, qui à
son tour, avec le temps, entrainera des changements trophiques et une rétraction du
muscle piriforme.

Le muscle piriforme subit-il une influence négative de la gravité?

Un patient en surcharge pondérale et présentant une instabilité pelvienne subira


mécaniquement une élongation des deux muscles piriformes.

Le muscle piriforme subit-il un stress neurologique central?

Un patient avec une hyperorthosympathicotonie généralisée présentera un seuil à la


douleur diminué.

Le muscle piriforme subit-il un stress neurologique périphérique?

Une lésion L5, une dysfonction au niveau du segment sacré ou un entrapment au


niveau du grand foramen sciatique influencera l’innervation normale du muscle
piriforme.

Le muscle piriforme subit-il un stress neurovégétatif?

Une dysfonction de la partie antérieure de T12, L1 ou L2 influencera l’innervation


orthosympathique normale des membres inférieurs, y compris le muscle piriforme.

33
Le muscle piriforme subit-il un stress artériel?

Une dysfonction de la partie antérieure de T12, L1 ou L2 influencera l’innervation


orthosympathique normale des artères du membre inférieur, y compris le muscle
piriforme.

Le muscle piriforme subit-il un stress veineux?

Un entrapment au niveau du grand foramen sciatique réduira le retour veineux du


muscle et entrainera une acidose et une congestion.

Le muscle piriforme subit-il un stress lymphatique?

Un entrapment au niveau du grand foramen sciatique réduira le retour lymphatique


du muscle et entrainera une congestion.

Le muscle piriforme subit-il un stress métabolique généralisé?

Une alimentation médiocre et/ou un mauvais fonctionnement du système excréteur


entrainera un stress métabolique généralisé, incluant le muscle piriforme.

Le muscle piriforme subit-il un stress métabolique local?

La mobilité (perte) de l’articulation sacro-iliaque influence la perfusion de tous les


tissus locaux, y compris le muscle piriforme.

Alors qu’il examine les possibles facteurs de stress, l’ostéopathe doit garder à
l’esprit les points suivants:

34
Stress mécanique local Y a-t-il une adhérence fasciale avec la structure à l’origine de la plainte?
Y a-t-il une perte de mobilité ou un changement positionnel dans les
articulations proches de la structure à l’origine de la plainte?
Stress mécanique distal Y a-t-il une perte de mobilité ou un changement positionnel dans les
articulations distales liées à la structure à l’origine de la plainte?
Stress dû à la gravité La structure à l’origine de la plainte subit-elle un stress résultant d’une
surcharge pondérale du patient?
Le patient se tient-il dans une mauvaise posture?
Stress neurologique central La structure à l’origine de la plainte subit-elle un stress provenant d’une
dysfonction neurovégétative générale?
Y a-t-il des dysfonctions sensorielles qui auraient des conséquences sur la
structure à l’origine de la plainte?
Stress neurologique périphérique Y a-t-il un entrapment nerveux?
Y a-t-il une élongation d’un nerf?
Stress neurovégétatif Y a-t-il des dysfonctions dans les segments ortho ou parasympathiques?
Stress artériel Y a-t-il une dysfonction dans les segments orthosympathiques
correspondants?
Stress veineux Existe-t-il un entrapment sur le trajet du retour veineux jusqu’au cœur?
Stress lymphatique Existe-t-il un entrapment sur le trajet du retour lymphatique?
Stress métabolique Généralisé: Y a-t-il une intoxication alimentaire, une réaction allergique
et/ou existe-t-il un mauvais fonctionnement des organes excréteurs (foie,
reins, intestins, poumons)?
Local: Y a-t-il une perte de mobilité dans la zone proche de la plainte?

Remarque concernant le stress émotionnel:

Lorsque l’ostéopathe met en évidence l’influence d’un stress émotionnel sur


certaines plaintes, la difficulté est qu’il n’existe pas suffisamment de tests de
différentiation entre un stress émotionnel dominant et secondaire. Le patient est-il
malheureux parce qu’il souffre d’une douleur cervicale ou souffre-t-il d’une douleur
cervicale en raison de son état dépressif?

Tout en gardant cela à l’esprit, l’ostéopathe doit traiter les facteurs de stress en
cause et en évaluer l’effet sur l’aspect émotionnel de la plainte. Si, malgré un
traitement ostéopathique adapté, la plainte revient, les facteurs émotionnels doivent
être considérés de manière égale avec les facteurs structurels et, si nécessaire, le
patient doit être renvoyé vers le professionnel adéquat.

Remarque à propos du holisme:

Parallèlement à ces facteurs de stress, d’autres types de stress existent et peuvent


avoir une influence sur la plainte.

• Stress génétique: s’il existe un problème génétique, cela peut aussi être un
facteur de stress ayant une influence sur la plainte.
• Stress environnemental: Vivre ou travailler dans un environnement insalubre
peut aussi être un facteur de stress ayant une influence sur la plainte.

35
• Stress énergétique: l’acupuncture traite de manière spécifique ce type de
stress.
• …

S’il existe un thérapeute susceptible d’avoir une influence positive sur TOUS ces
facteurs de stress, alors celui-ci pourrait être considéré comme holistique absolu.

Les ostéopathes travaillent en quelque sorte de manière holistique puisqu’ils ont une
influence significative sur les stresses mécaniques, neurologiques, vasculaires et
métaboliques qui affectent la structure à l’origine de la plainte. Dès lors que l’on
élimine ou diminue ces facteurs de stress, le corps verra sa capacité de cicatrisation
augmentée.

CONCEPT
L’ostéopathe examine et traite les stresses mécaniques, neurologiques, vasculaires et
métaboliques qui affectent la structure à l’origine de la plainte.

36
3. Examen clinique ostéopathique de la région en
lésion
L’ostéopathe suit le concept de « Raisonnement Ostéopathique ».Quels sont les
facteurs de stress à l’origine de la plainte et que peut faire l’ostéopathe les
concernant?

Exemple: patient présentant des problèmes au niveau du cardia (comme du


reflux ou une cardio-œsophagite).

Insertions musculaires Cardia


avec le diaphragme
Plèvre
Diaphragma

Péritoine
Fond

Figure 10 - Le cardia et sa région

Le patient se présente avec une plainte provenant de la région du cardia (par ex.:
cardio-œsophagite chronique). La réflexion, l’examen et le traitement ostéopathique
seront les suivants:

Le cardia subit-il un stress mécanique local?

La mobilité du cardia à travers l’hiatus œsophagien peut être diminuée.

Le cardia subit-il un stress mécanique distal?

Consécutivement à une lésion thoracique en flexion, le cardia peut être fixé de


manière répétée dans l’hiatus œsophagien.

Le cardia subit-il une influence négative liée à la gravité?

Une surcharge pondérale augmentera la pression abdominale et entrainera une


diminution de la mobilité du cardia dans l’hiatus œsophagien.

Le cardia subit-il un stress neurologique central?

Un patient avec une hyperorthosympathicotonie généralisée présentera un seuil à la


douleur diminué.

Le cardia subit-il un stress neurologique périphérique?

Ne s’applique pas dans ce cas.

37
Le cardia subit-il un stress neurovégétatif?

Une dysfonction des segments T6-9 ou de l’OAA peut perturber l’innervation


orthosympathique ou parasympathique normale du cardia.

Le cardia subit-il un stress artériel?

Des dysfonctions dans les segments T6-9 peuvent perturber la vascularisation


artérielle du cardia.

Le cardia subit-il un stress veineux?

Des dysfonctions hépatiques, des lésions thoraciques supérieures, des dysfonctions


du diaphragme, des rétractions du petit omentum ou de la petite courbure de
l’estomac, tout cela peut perturber le retour veineux du cardia. Il s’agit d’une
importante zone d’anastomoses porto-caves.

Le cardia subit-il un stress lymphatique?

Une congestion ou d’autres lésions de la jonction thoraco-lombaire peuvent


influencer le drainage lymphatique du cardia.

Le cardia subit-il un stress métabolique généralisé?

Une alimentation médiocre et/ou un mauvais fonctionnement du système excréteur


entrainera un stress métabolique généralisé, incluant le cardia.

Le cardia subit-il un stress métabolique local?

Une perte de mobilité dans la région du cardia aura une influence négative sur la
qualité tissulaire du cardia.

Cette exemple illustre bien le fait que l’ostéopathe ne traite pas l’inflammation elle-
même, mais cherche plutôt à améliorer tous les différents paramètres de la région
concernée.

Grâce à ces techniques, le traitement médicamenteux devient souvent superflu,


puisque le corps retrouve sa capacité d’auto-guérison (autorégulation). Dans d’autres
cas, le traitement médical gagnera encore en efficacité ou gardera la même efficacité
à doses moindres. L’évaluation ou les modifications éventuelles du traitement
prescrit restent à la charge du prescripteur.

38
Stress mécanique Stress vasculaire
•  Locale •  Artériel
•  Distale En raison des •  Veineux
•  Gravitaire différentes •  Lymphatique
combinaisons de ces •  Interstitiel
facteurs de stress, le •  LCR
corps subit
suffisamment de
stress pour entrainer
Stress neurologique des symptômes.
•  Central
•  Périphérique Stress métabolique
•  Radiculaire •  Général
•  Pseudo radiculaire •  Alimentation
•  Neurovégétatif •  Organes excréteurs
•  Central •  Autres désordres métaboliques
•  Segmentaire •  Local
•  Quadrant •  Perte de mobilité

Figure 11 - Stresses

CONCEPT
L’ostéopathe ne traite pas l’inflammation, les infections ou la maladie. Par contre, son objectif
est d’améliorer les paramètres mécanique, neurologique, vasculaire et métabolique de la
structure (tissus) à l’origine de la plainte de façon à ce que la capacité d’auto-guérison
(résistance) du corps soit maximisée.

39
Les auteurs

Grégoire Lason Luc Peeters


Gent (B), 21.11.54 Terhagen (B), 18.07.55

Les deux auteurs sont titulaires d'un diplôme universitaire, à savoir le Master of
Science in Osteopathy (MSc.Ost. – University of Applied Sciences), et sont très actifs
dans la promotion et la structuration académique de l'ostéopathie en Europe. En
1987, il ont ouvert The International Academy of Osteopathy (IAO) et occupent, à ce
jour, les postes de directeurs adjoints de cette académie. L'IAO est, depuis plusieurs
années, la plus grande école d'enseignement de l'ostéopathie en Europe.
Ostéopathes, ils sont dans le cadre de leur mission pour améliorer le développement
de l'ostéopathie tous deux membres de diverses organisations professionnelles,
telles que l'American Academy of Osteopathy (AAO), l'International Osteopathic
Alliance (IOA) et la World Osteopathic Health Organisation (WOHO).

Cette encyclopédie ostéopathique a pour objectif de démontrer qu'un examen et un


traitement ostéopathique corrects sont basés sur l'intégration de trois systèmes: les
systèmes musculo-squelettique, viscéral et crânien.

371
Cet e-book est un produit de Osteo 2000 bvba.

Si vous êtes intéressé par la publication d’un e-book ou si vous avez des questions
ou des suggestions, merci de nous contacter:

Mail: ebooks@osteopathy.eu

Fax: +32 (0)55 70 00 74

Tél: +32 (0)9 233 04 03

Web Osteopedia: http://osteopedia.iao.be

Web The International Academy of Osteopathy – IAO: http://www.osteopathy.eu

374