Vous êtes sur la page 1sur 2

45 DE L’URSS À LA RUSSIE

Au fil du XX e siècle, la Russie est passée de l’autocratie tsariste à la dictature du prolétariat, avant que l’URSS ne s’effondre pour faire place à une Russie nouvelle qui n’a pas abandonné l’espoir de redevenir une très grande puis- sance.

LA FORMATION DE L’URSS

Après le «dimanche rouge» (22 janvier 1905), une Première Guerre mondiale coûteuse en hommes et désastreuse sur le plan économique, Lénine et les bolcheviks gagnent la guerre civile et installent le communisme, mettent en place une nouvelle politique écono- mique (la NEP) et créent l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) en 1922. L’ère stalinienne (1924-1953) compose un état fédéré où les Russes sont partout majori- taires, instaure une politique de terreur (procès de 1934 à 1938), collectivise les campagnes (kolkhoses – collectivités communales —, sovkoses – fermes d’État). Conformément aux accords de Yalta, l’URSS réalise en 1945 un glacis de protection contre ses anciens alliés, s’installe dans la Gueere froide et se rapproche de la Chine de Mao.

108

DE LA DÉSTALINISATION À LA PERESTROÏKA

Krouchtchev (1953-1964) atténue les contraintes politiques, augmente le niveau de

vie, dénonce les «erreurs et crimes» de Staline ainsi que le culte de la personnalité. Mais il rétablit brutalement l’ordre en

1956 en Pologne et en Hongrie dési- reuses d’ouverture politique, construit le mur de Berlin, recule devant J.F. Kennedy lors de la crise des fusées de Cuba, est obligé d’importer des céréales améri- caines. La période de Brejnev (1964-1985) est marquée par les avantages accordés aux membres du parti (nomenklatura), l’écra- sement du printemps de Prague (1968), les débuts de la guerre en Afghanistan (1979) et la poursuite les accords de limi- tation des armes nucléaires (SALT 1, 1972; SALT 2, 1979). Mais c’est Gorbatchev qui s’ouvre le plus à la démocratie au point de ne pou-

voir endiguer ensuite le mouvement social et les revendications nationales des Kazakhs, Arméniens, Azerbaïdjanais, Tatars et Baltes. Il assiste à l’effondrement du Mur de Berlin, à la disparition de l’URSS et à la

du Mur de Berlin, à la disparition de l’URSS et à la Les atouts de l’URSS

Les atouts de l’URSS

22 millions de km 2 (20% favorables aux activités humaines) ; aménagement volontariste du territoire (centres miniers, combinats sidérurgiques, bar- rages hydroélectriques, mais sans souci des rejets industriels et de la salinisa-

tion des sols). Mise en valeur de la Sibé- rie (dite 3 e Bakou).

1 er rang mondial pour le pétrole (80%

des devises en 1989) et gaz naturel; 2 e pour le charbon (45 % des réserves

mondiales) ; près de 147 000 km

de

voies ferrées, 3 600 agglomérations desservies par Aeroflot.

naissance de l’éphémère CEI (Communauté des États indépendants). Il démissionne en 1991 laissant la place à Boris Eltsine (1991-1999). À l’époque l’URSS, c’était 15 républiques fédérées au sein desquelles existaient 20 républiques autonomes et 8 régions autonomes. Le passeport soviétique portait la mention de la citoyenneté soviétique et celle de la nationalité. Mais, dès 1991, les pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) retrouvent leur indépendance.

LA RUSSIE DU DÉBUT DU XXI e SIÈCLE

Le nouvel État de 17,1 millions de km 2 (74,7% en Asie, 25,3 en Europe) est peuplé de 144 millions d’habitants (73% en milieu urbain, natalité 10,4‰, mortalité 16‰, 55% d’or- thodoxes, 15% de musulmans, 8% de protestants, 3% de juifs, 128 nationalités). Moscou a plus de 10 millions d’âmes, Saint-Pétersbourg 4,4. La fédération de Russie qui possède près de 20000km de frontières terrestres avec

14 pays, a des différends frontaliers avec plusieurs d’entre eux : Estonie (région de Pskov), Lettonie (districts de Pytalovo et Palkino), Pologne, Lituanie (enclave de Kaliningrad), Ukraine (Touzla, détroit de Kertch), Georgie (gorges de Dariali), Azerbaïdjan (embouchure de la Samour), USA (île Wrangel, Aléoutiennes), Japon (Kouriles du Sud), Chine (îles sur l’Amour et l’Argoun) (Courrier international 2005). Sa puissance est indéniable. Elle est détentrice du plus vaste arsenal nucléaire mondial, possède encore une armée de 1,1 million de soldats, ne cache plus sa détermination à s’op- poser aux USA et à conserver son influence régionale et internationale. Sa croissance éco- nomique depuis 7 ans tourne autour de 6%, ses exportations en 2005 étaient le

double de ses importations. Grâce à l’accé- lération des exportations de bois, de pétrole, de gaz naturel, de métaux les finances publiques ont enregistré des excédents records qui ont permis de rem- bourser quasiment la dette publique. La structure de ses activités évolue rapide- ment : agriculture 5%, industrie 34%, services 61% (Atlaséco 2006). Cependant l’inflation est forte (10,9% en 2005), les prix des produits alimen-

taires montent (30% pour le bœuf), les transports, l’énergie, les soins médicaux également, et 14 millions de Russes vivent en des- sous du seuil de pauvreté. En outre les vagues de privatisations ont généré une vague consumériste, la multiplication des exactions fiscales et l’émergence d’une classe excep- tionnellement riche (Atlaséco 2006) dont, parfois, les liens avec la mafia sont perceptibles. Dans un contexte peu démocratique, où le président Poutine accentue son pouvoir, des mouvements sociaux ou libéraux apparaissent aussi bien qu’une certaine nostalgie du communisme. Intégrée dans le G8, partenaire convoitée de l’Union européenne, la Russie a dans le monde une situation paradoxale.

la Russie a dans le monde une situation paradoxale. Rang mondial Gaz 590 milliards m 3

Rang mondial

Gaz 590 milliards m 3 (1); avoine, orge, seigle (1), pommes de terre (2); dia- mants gemmes (2), pétrole 459 mil- lions de tonnes (2), fer 49 millions de tonnes (3); lait de vache (3); bette- raves à sucre, blé (4) ; uranium (4),

acier 66 millions de tonnes (4), électri- cité nucléaire (5).

Source : Images économiques du monde 2007

(4), acier 66 millions de tonnes (4), électri- cité nucléaire (5). Source : Images économiques du

109