Vous êtes sur la page 1sur 90

COMPTES RENDUS.

HISTOIRE CULTURELLE

Éditions de l'EHESS | « Annales. Histoire, Sciences Sociales »

2013/3 68e année | pages 851 à 939


ISSN 0395-2649
ISBN 9782713223716
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-annales-2013-3-page-851.htm

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Éditions de l'EHESS.


Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

© Éditions de l'EHESS. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


HISTOIRE CULTURELLE

Giovanni Careri et al. (dir.) strates temporelles. De ce point de vue,


Traditions et temporalités des images l’article de Karim Ressouni-Demigneux pré-
Paris, Éditions de l’EHESS, 2009, 255 p. et sente une étude de cas tout à fait stimulante :
104 p. de pl. l’auteur y commente à la fois un tableau – le
Saint Sébastien soigné par sainte Irène de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


Le présent ouvrage rassemble quatorze contri- Francisco Pacheco (1616), qui contient lui-
butions qui interrogent principalement la caté- même un tableau reproduit dans le coin supé-
gorie de la temporalité et sa visibilité dans les rieur droit, la Sagittation de saint Sébastien de
images, comprises au sens large puisqu’il est Jan Muller (1598) – et la description écrite
question aussi bien d’œuvres bidimension- qu’en offre Pacheco dans son Art de la peinture.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

nelles que tridimensionnelles. Les directeurs Non seulement l’image montre deux moments
de l’ouvrage optent pour une acception large différents de la vie de saint Sébastien, sa sagit-
du terme de temporalité, « qu’il s’agisse du tation puis les soins qu’il reçoit, mais elle
temps de production de l’image, du temps de prend position dans un débat sur la licéité de
sa mise en scène ou des temps historiques et la représentation d’un saint Sébastien jeune
mémoriels auxquels l’image renvoie » (p. 12), et avenant : Pacheco, inspecteur des peintures
sans oublier la question centrale de la manière pour le tribunal inquisitorial de Séville, affirme
dont on figure le temps. Les moyens visuels qu’il faut représenter saint Sébastien comme
de restituer la notion de temps sont un objet un homme de quarante ans, tel qu’il le peint
d’interrogation de longue date en histoire des au premier plan, tandis qu’il cite Muller, à
images, que l’on pense à la réflexion médié- l’arrière-plan, pour le réfuter, pour le brandir
vale sur l’image comme istoria, c’est-à-dire sur en exemple de toute une tradition de saints
son potentiel narratif, ou bien à l’apport de Sébastien jeunes qui trouve ses racines dans le
l’anthropologie visuelle articulée à l’esthé- Quattrocento italien. Le tableau de Pacheco,
tique, interrogé de manière approfondie dans détruit durant la guerre d’Espagne, articule
l’article de Carlo Severi sur le primitivisme de ainsi un premier niveau de temporalité que
l’art européen du début du XXe siècle. l’on pourrait qualifier de narratif ou fiction-
Ce collectif offre une gamme d’enquêtes nel – l’image raconte une histoire et, en
particulièrement variées illustrant ces enjeux, l’occurrence, deux moments de la vie d’un
explorant avant tout le territoire européen, saint – à un second niveau, historique et cri-
Italie et Espagne au premier chef, sans négli- tique – le peintre se positionne en rupture
ger néanmoins une incursion passionnante avec la tradition picturale des deux siècles qui
dans l’art catholique des Indiens du Mexique le précèdent.
aux XVIe et XVIIe siècles (Alessandra Russo). L’article de Jérôme Baschet sur le juge-
Le nombre et la qualité des reproductions en ment des âmes et le Jugement dernier dans
couleur sont particulièrement appréciables les enluminures, les retables et les vitraux du
dans un ouvrage où les auteurs recourent tous Moyen Âge français et catalan illustre l’impor-
à un niveau détaillé de description des images tance de la temporalité dans les images desti-
afin d’y pointer la présence d’un discours sur le nées à un usage religieux. L’auteur souligne à
temps et, dans la plupart des cas, de plusieurs quel point il est parfois ardu, même pour un 851

305227 DE10 10-07-13 11:09:47 Imprimerie CHIRAT page 851


COMPTES RENDUS

œil expert, de distinguer les deux scènes de sélénaire » (p. 145) dans les nocturnes de
jugement. Une confusion sans doute entre- Goya, nombreux parmi les Caprices, et inter-
tenue à dessein par les artistes, tant elle per- prète le choix du jour de vente, publicisé par
met de construire une image « à deux », voire un encart dans le Diario de Madrid, comme une
« à trois temps » selon les cas, lorsqu’elle « farce qui prolonge la fête au-delà de ses
« conjoint le présent de la lecture dévote, le limites », un geste qui, « au lieu de limiter son
futur proche de l’âme séparée au lendemain de imaginaire aux jours réservés aux folies et aux
la mort et le futur ultime du grand Jugement » licences, projette [le carnaval] dans le temps,
(p. 109). Dominique Donadieu-Rigaut, quant [...] en impose un autre, imaginaire cette fois,
à elle, analyse avec finesse la profondeur his- illimité et perpétuel » (p. 146-147).
torique biaisée des images de fondation de La problématique de la temporalité figurée
l’ordre olivétain, au XIVe siècle, qui se dotent emprunte, à l’époque contemporaine, des
de renvois clairs à l’ordre bénédictin, parent voies nouvelles, parmi lesquelles surgit la
idéal du nouvel ordre italien, tandis que les question de la vitesse. L’article d’André
autres branches inspirées de la règle de Gunthert est, de ce point de vue, exemplaire,
saint Benoît – les clunisiens et les cisterciens tout entier consacré à restituer le climat

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


par exemple – sont délibérément ignorées. d’émulation dans lequel, à la fin du XIXe siècle,
L’auteur pointe donc la capacité de l’image les photographes ont avant tout recherché à
à forger une mémoire ad hoc puisque, dans le réduire la vitesse de prise de vue. La « pré-
cas olivétain, une part de l’histoire du mona- occupation de la promptitude » trouve ainsi
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

chisme issu de l’ordre de saint Benoît fait une solution dans l’invention de l’obturateur
l’objet d’une ellipse figurative dans le but de qui marque « le passage de la chambre à
relier l’ordre du Monte Oliveto au fondateur l’appareil photographique » (p. 197). L’article
dont il se réclame. de Claude Frontisi paraît apporter une réponse
L’amplitude chronologique ainsi que la à la conclusion en forme de provocation de
variété des objets étudiés constituent sans nul celui d’A. Gunthert, où ce dernier pointe la
doute la richesse de l’ouvrage : elles offrent crise traversée par la peinture au moment où
l’opportunité de constater des permanences, la photographie semble se révéler plus efficace
à des siècles et des lieues de distance, à dans sa capacité à saisir et restituer la réalité
l’exemple de la lune et ses cycles au Moyen en image. La peinture futuriste s’empare réso-
Âge central et à la toute fin de l’époque lument des questions de vitesse et utilise la
moderne. Jean-Claude Schmitt commente matière picturale pour travailler la décomposi-
ainsi les enluminures illustrant la vision de la tion de l’image. Le tableau devient le lieu où
relation entre le corps humain et le cosmos le peintre offre son interprétation de la capa-
chez Hildegarde de Bingen (1098-1179) : pour cité de l’œil humain à percevoir mouvement et
la visionnaire du XIIe siècle, la lune est mater vitesse. C’est dans le rendu du « dynamisme »
omnium temporum, mère de tous les temps, et que C. Frontisi identifie la contribution
d’elle dépendent l’homme comme la nature majeure des futuristes à l’expression du temps
pour des phénomènes cycliques tels que la fer- dans l’image (p. 215).
tilité, à l’échelle humaine, ou les marées, à La catégorie de temporalité est ainsi
l’échelle cosmique. Quant à Victor Stoichita, déployée dans ses multiples significations
il enquête sur la signification du jour choisi par (bien davantage que celle de tradition), aussi
Francisco de Goya pour mettre en vente ses bien dans l’introduction du volume que dans
Caprices, à savoir le dernier jour du carnaval de chacun des articles, où il est appréciable de la
1799. Ce mercredi des Cendres, qui correspon- voir convoquée et discutée à chaque fois dans
dait à la fois à la fin du carnaval et à la luna un contexte différent et appliquée à un objet
sicca, la nuit sans lune, place Goya en situation nouveau. Il existe bien sûr un risque de dilu-
de « vendre l’imagerie de la licence le premier tion de la notion puisqu’elle est utilisée pour
jour de carême », au lieu de la vendre durant désigner à la fois le temps, la durée, la vitesse,
le carnaval lui-même. V. Stoichita relève de l’histoire, l’historicité. Les auteurs lancent par
852 plus « l’absence impressionnante d’éclairage ailleurs certaines pistes qui demeurent inex-

305227 DE10 10-07-13 11:09:47 Imprimerie CHIRAT page 852


HISTOIRE CULTURELLE

plorées. On serait curieux de savoir si ce qu’il fortes, les morceaux de bravoure qui frappent
est convenu d’appeler les décors ornementaux par leur caractère novateur et les formulations
(mentionnés sans commentaire ultérieur) des audacieuses qui appellent le débat.
mosquées, par exemple, peut receler une Fidèle au souci d’une inscription chrono-
dimension temporelle. Ne serait-il pas intéres- logique fine qui caractérisait les volumes pré-
sant de s’interroger sur la tendance de ces deux cédents, J. Wirth inaugure celui-ci en plongeant
termes, « décor » et « ornemental », à exclure au cœur de la « révolution picturale » de Giotto,
les objets figuratifs qu’ils qualifient du champ dans les années 1290. Il analyse les expé-
d’une analyse dotée de profondeur tempo- riences qui conduisent à une « représentation
relle ? L’échantillon d’études rassemblées cohérente de la troisième dimension » (p. 16),
dans l’ouvrage a néanmoins le mérite d’ouvrir en relation directe avec le savoir optique de
des pistes fécondes sur le rapport entre tempo- l’époque, et notamment les écrits de Witelo
ralité et image, et on ne peut qu’espérer les que Giotto dépasse cependant sur certains
voir emprunter pour d’autres contextes, en aspects. Ce n’est qu’avec le traité de Blaise
particulier non européens. de Parme, en 1390, que le savoir scolastique
rompt avec l’axiome classique des angles et

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


GIULIA PUMA permet le saut vers la perspective mesurée
du Quattrocento. Si l’on peut regretter que
l’ouvrage d’Hubert Damisch, L’origine de la
Jean Wirth perspective, ne soit pas pris en compte – car il
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

L’image à la fin du Moyen Âge établit clairement que la perspective mesurée


Paris, Éditions du Cerf, 2011, 465 p., ne supposait nullement la conception d’un
187 ill. espace homogène et infini –, cette première
partie souligne judicieusement que l’essor de
Avec ce livre qui fait suite à L’image à l’époque la perspective n’est pas seulement affaire de
romane et à L’image à l’époque gothique 1, Jean technique picturale et qu’il faut prendre en
Wirth achève sa grande trilogie, à la fois hom- compte les fortes résistances auxquelles elle
mage appuyé à l’œuvre fondatrice d’Émile se heurte. Ces réticences sont liées aux pra-
Mâle et dépassement de celle-ci. D’une tiques auxquelles les images sont associées
approche nationale, soucieuse de la grandeur et qui poussent à faire valoir la matérialité
française, l’analyse est étendue à la chrétienté de l’œuvre, le caractère précieux de l’objet
occidentale, mais elle est aussi nettement plus qu’elle orne, l’articulation entre l’image et son
ample par la diversité des types d’œuvre pris environnement. Il est clair pour J. Wirth que
en compte. À la notion d’art est préférée celle les évolutions des images sont liées aux trans-
d’image, ce qui implique un examen appro- formations sociales, mais ce lien n’est ni direct
fondi de ses enjeux théologiques, ainsi que des ni univoque. Ainsi, il met en garde contre les
pratiques rituelles, dévotionnelles ou somp- lieux communs qui invoqueraient le « réa-
tuaires qui obligent à considérer non point de lisme » (mieux vaut parler de naturalisme,
pures représentations mais des objets en situa- entendu comme valorisation de « l’aspect acci-
tion. Il s’agit aussi – autre différence forte avec dentel du visible »), l’essor de la bourgeoisie
l’œuvre mâlienne – de récuser toute familia- (ce sont plutôt les cours princières qui donnent
rité supposée avec le christianisme médiéval le ton) ou l’individualisme (que le nomina-
et de travailler à la dénaturalisation d’un lisme épistémologique n’implique pas).
système religieux dont l’étrangeté appelle La deuxième partie dresse un tableau
une démarche résolument analytique. De fait, extrêmement suggestif de la prolifération des
J. Wirth n’aime rien tant que d’en prendre les œuvres et des objets liés aux formes de
énoncés à rebrousse-poil afin d’en faire appa- dévotion privée des élites ainsi qu’à l’essor des
raître la logique sous-jacente. Autant dire que donations pour le salut des âmes. En découle
la synthèse ne se referme pas sur une appa- la multiplication des messes, des chapelles,
rence descriptive et platement accumulative ; des autels, avec leurs retables et l’ensemble
elle multiplie au contraire les interprétations du mobilier liturgique nécessaire. L’espace 853

305227 DE10 10-07-13 11:09:47 Imprimerie CHIRAT page 853


COMPTES RENDUS

ecclésial devient le lieu d’une compétition nourricier et utérus fusionnel, dans lequel un
somptuaire qui est l’un des moteurs essentiels dévot comme Jacques de Milan désire entrer
de la commande artistique mais qui aboutit et demeurer, sans plus risquer d’en être délogé
aussi à un surencombrement des églises, très par un accouchement.
précisément décrit, qui sera bientôt la cible Dans l’impossibilité de rendre compte de
des réformateurs. C’est dans cette même pers- la richesse des analyses (par exemple en ce qui
pective qu’est interprété l’essor du macabre : concerne l’iconographie du cœur, des bour-
l’esprit de mortification dont témoignent les reaux du Christ ou de l’homme sauvage), on se
transis, à partir de la seconde moitié du contentera d’évoquer un point de discussion
XIVe siècle, serait une concession au discours possible. J. Wirth s’emploie à mettre en évi-
chrétien sur la mort et la vanité des choses dence la féminisation du système religieux à
mondaines, sous couvert de laquelle s’inten- la fin du Moyen Âge : tout en soulignant l’inca-
sifie, dans la partie du tombeau qui exalte la pacité à développer une iconographie convain-
trajectoire terrestre du défunt, la représenta- cante de Dieu le Père, il argumente que le
tion ostentatoire des statuts sociaux. Christ, ayant perdu « ce qui lui restait de viri-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


Consacrée à la « mythologie chrétienne », lité », ne demeure une figure d’identification
la troisième partie revient sur plusieurs ques- que pour les femmes et les clercs et que c’est
tions amplement débattues depuis L’image désormais la Vierge qui est le personnage cen-
médiévale 2, notamment la figuration du corps tral et « règne sur la cour céleste ». Pourtant,
du Christ sexué (en discussion avec les thèses on peut objecter que la Majesté divine conserve
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

de Leo Steinberg) ou asexué (comme le dévoile un rôle important et que le Jugement dernier,
le perizonium transparent du crucifié, à partir centré sur le Christ seul (sauf tentative sans
de 1300). Sur ce point, il n’est pas sûr que le suite de Buonamico Buffalmacco à Pise), est
rapprochement avec la posture de Bonaventure, toujours en plein essor, de sorte que, si la fémi-
déniant au Fils la potentia generandi, soit la voie nisation du système religieux est patente, rien
la plus féconde pour éclairer un tel choix (au- n’oblige, pour la faire valoir, à dénier la part
delà de l’insistance sur la nudité du Christ, massivement paternelle des figures divines. Il
pertinente en milieu franciscain) : ne devrait- serait sans doute plus pertinent de souligner
on pas s’en tenir à l’idée d’une tension entre que le cœur théophanique de la chrétienté,
la volonté d’accorder une pleine corporéité jadis centré sur le seul couple Christ/Marie,
humaine au Christ et le fait que le corps du privilégie désormais l’intégration de Marie
crucifié représente l’image de l’Église en tant dans le noyau trinitaire, soit l’expression aussi
que corps spirituel excluant la reproduction complète que possible des relations constitu-
charnelle ? Dans cette partie qui ne néglige ni tives de la parenté divine, laquelle est fondée
l’affirmation iconographique des pouvoirs laïcs sur la dénégation de l’ordre des générations
ni les manifestations visuelles de la critique et la conjonction licite de l’alliance et de la
sociale et de l’anticléricalisme (voir le remar- filiation.
quable dossier des versions de l’histoire du La dernière partie retrace les étapes qui
prêtre crucifié et châtré), J. Wirth analyse le conduisent du triomphe presque absolu des
renforcement du rôle de la Vierge et propose images au XIIIe siècle à l’explosion iconoclaste
une belle lecture des questions associées au du XVIe siècle, analysée ici dans ses multiples
débat relatif à l’Immaculée Conception qui en dimensions et configurations. Un des maillons
est l’expression la plus manifeste. Et, tandis en est la critique théologique croissante des
que l’essentiel de l’imagerie christique répond images à partir d’Henri de Gand et Durand
à la nécessité de donner une forme visible au de Saint-Pourçain et jusque dans les traités
mystère eucharistique, devenu le « moteur de hussites. Malgré les tentatives de réforme du
l’iconographie », l’auteur amplifie notre com- système iconographique (notamment avec la
préhension des images féminisées du corps du réorganisation flamande ou l’austérité d’un Fra
854 Christ, notamment de la plaie, à la fois sein Angelico), la dénonciation des images s’accen-

305227 DE10 10-07-13 11:09:47 Imprimerie CHIRAT page 854


HISTOIRE CULTURELLE

tue et conduit, dans les régions où la Réforme Franck Thénard-Duvivier


l’emporte, à la destruction du système ecclé- Images sculptées au seuil des cathédrales.
sial, qui rend l’iconographie antérieure sans Les portails de Rouen, Lyon et Avignon,
objet et oblige à une reconversion de la pro- XIIIe-XIVe siècles
duction artistique. Étendant d’une certaine Mont-Saint-Aignan, Publications des
manière cette conclusion au domaine catho- universités de Rouen et du Havre, 2012,
lique, J. Wirth suggère que le clergé a perdu 338 p.
l’essentiel de son pouvoir, que le pape n’est
plus qu’un souverain comme les autres et que Issu d’une thèse remaniée, l’ouvrage de
Franck Thénard-Duvivier est une étude compa-
le domaine de l’image religieuse, dont « l’art »
rative de cinq ensembles sculptés gothiques,
se serait retiré, ne fait que se survivre à lui-
répartis entre Rouen (portails du transept de
même. Il est permis de ne pas partager ce
la cathédrale Notre-Dame et portail dit des
schéma historique qui, après l’apogée du siècle
Marmousets de l’abbatiale Saint-Ouen), Lyon
de l’ange au sourire, conduit le système ecclé-
(portails de la façade occidentale de la prima-
sial vers un effondrement totalement consommé
tiale Saint-Jean) et Avignon (portail de la Grande

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


dès le XVIe siècle. J. Wirth ne minimise-t-il pas
Chapelle du Palais des papes). S’éloignant
l’essor de l’iconographie morale et l’amplifica- de l’étude monographique classique, l’auteur
tion des thèmes judiciaires et des figurations s’intéresse au contenu et à la fonction de ces
de l’au-delà, qui participent d’une intensifica- programmes décoratifs – en particulier des
tion du contrôle clérical sur les conduites (et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

décors rouennais sur lesquels se fonde la


les consciences) ? Le « temps des chrétiens recherche – placés au seuil de quatre édifices
conformes » qu’Hervé Martin situe à la fin ecclésiaux de statuts différents. Il se penche
du Moyen Âge ne perdure-t-il pas aux siècles sur les relations et interactions tant politiques
suivants ? Que le pouvoir de l’institution ecclé- que culturelles que ces portails nouent avec
siale soit de plus en plus contesté est une évi- l’espace urbain qui les entoure et le cadre
dence, mais on aurait sans doute tort d’en hâter historique dans lequel ils prennent forme.
la disparition complète. Ne passe-t-on pas plu- L’ouvrage se place ainsi dans la continuité
tôt d’une domination ecclésiale expansive à une d’études historiques sur la spatialisation du
domination ecclésiale tensive, déjà sur la défen- sacré qui ont renouvelé depuis une vingtaine
sive, reculant sur certains aspects mais se ren- d’années l’approche du bâtiment ecclésial. Il
forçant sur d’autres ? C’est peut-être en fonction fait suite à plusieurs publications qui ont spé-
de ce caractère de plus en plus conflictuel et cifiquement interrogé, notamment à partir
disputé qu’il serait possible d’affiner l’analyse des images monumentales, les pratiques reli-
de bien des transformations iconographiques gieuses et enjeux séculiers liés à la porte de
si judicieusement mises en évidence par le l’église et à sa fonction tant liminale que de
dernier volet du grand triptyque wirthien. passage 1.
À partir d’un corpus de 861 bas-reliefs
étudiés de manière sérielle et contextuelle,
JÉRÔME BASCHET
l’auteur réussit à montrer toute la richesse de
la sculpture gothique au tournant des XIIIe et
1 - Jean WIRTH, L’image à l’époque romane, XIVe siècles, ainsi que le travail d’élaboration
Paris, Éd. du Cerf, 1999, et L’image à l’époque
iconographique savamment orchestré pour
gothique, 1140-1280, Paris, Éd. du Cerf, 2008. Pour
réaliser les cinq programmes analysés.
une discussion de ces deux volumes, voir Jérôme
BASCHET, « Jean Wirth, la Vierge aux longues
Construits suivant un même procédé icono-
nattes et l’ange au sourire. À propos de L’image à graphique et ornemental (des soubassements
l’époque gothique (et de L’image à l’époque romane) », composés majoritairement de piliers en éperon
oct. 2008, http://www.editionspapiers.org/node/26. ornés de quadrilobes historiés), ces bas-reliefs
2 - Jean WIRTH, L’image médiévale. Naissance voient le jour dans le cadre d’une politique
et développements, VIe-XVe siècle, Paris, Méridiens monumentale de prestige qui sert des ambi-
Klincksieck, 1989. tions politiques et religieuses proches ou 855

305227 DE10 10-07-13 11:09:48 Imprimerie CHIRAT page 855


COMPTES RENDUS

rivales. Dans la ville de Rouen, elle est initiée l’ouvrage se situe dans l’analyse de la concep-
par l’archevêque Guillaume de Flavacourt tion des décors qui s’organisent suivant « plu-
(1278-1306) à la cathédrale et par l’abbé Jean sieurs types d’axes structurants » (dualité
Roussel (1303-1339), dit Marc d’Argent, à latérale, opposition intérieur/extérieur, verti-
l’abbatiale Saint-Ouen. À Lyon, elle est portée calité, polarité centre/périphérie, p. 104) et
par l’archevêque Pierre de Savoie (1308-1332), dans une interrogation sur leur réception à tra-
tandis qu’à Avignon, la réalisation du portail vers des dispositifs narratifs plus ou moins éla-
de la Grande Chapelle s’insère dans le chantier borés suivant les programmes (dont l’impact
d’agrandissement du vieux palais voulu par le de la polychromie a en revanche été oublié).
pape Clément VI (1342-1352). Plus particulièrement étudiées dans trois cha-
Respectivement situés au nord et au sud pitres monographiques, les images des portails
du transept de la cathédrale de Rouen, le por- rouennais sont considérées comme de véri-
tail des Libraires et le portail de la Calende tables sources iconographiques suivant une
sont élevés dans un contexte de réaffirmation approche « libéré[e] notamment de l’obsession
de la « puissance en partie perdue – au profit des sources textuelles » (p. 291) et ne sont pas
de Notre-Dame de Paris – depuis le ratta- soumises coûte que coûte à une vision pro-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


chement de la Normandie au domaine royal grammatique d’ensemble. La recherche pri-
en 1204 » (p. 33), même s’ils s’inspirent de vilégie l’étude suivant différentes échelles
modèles franciliens. S’appuyant sur les data- spatiales et en fonction de relations icono-
tions renouvelées des façades latérales pro- graphiques au sein même des décors et entre
eux. L’auteur met ainsi en évidence que la
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

posées par Markus Schlicht 2, l’auteur montre


cohérence d’un programme peut se trouver
comment est conçu, au portail des Libraires,
dans la savante articulation entre des thèmes
un modèle iconographique et structurel (1281-
ordonnés et des motifs volontairement désor-
1300) ensuite amplifié au portail de la Calende
donnés.
(v. 1320-1340), et comment ces deux «modèles»
Organisé en huit chapitres, l’ouvrage se
sont diversement repris à Rouen même, à
présente comme un travail conçu de manière
Lyon et à Avignon. Le premier est ainsi suivi
didactique qui se lit aisément, quitte à en
dans l’élaboration de la façade occidentale de
devenir répétitif. Les contraintes éditoriales
la cathédrale de Lyon (1308-1332), pour des l’ont sans doute amené à certaines ellipses au
raisons à la fois politiques et religieuses liées regard du plan initial de la thèse, ce qui expli-
aux prétentions primatiales de l’archevêché. querait le caractère presque indépendant des
Il est également cité intentionnellement au deux derniers chapitres consacrés à la méta-
portail de la Grande Chapelle du palais des morphose ou hybridation humaine et au culte
papes à Avignon (v. 1347-1351), commande de des saints, chapitres qui contrastent avec la
l’ancien archevêque de Rouen devenu pape. forte cohérence des trois premiers. Par ailleurs,
Enfin, c’est dans un contexte rouennais de on reprochera à l’éditeur d’avoir choisi une
concurrence entre la cathédrale, détentrice des mise en page qui ne reflète que très partielle-
reliques de saint Romain, et l’abbaye Saint- ment la richesse du corpus iconographique,
Ouen que le second modèle est emprunté et tant en quantité qu’en qualité. Exception faite
amélioré visuellement au portail sud de l’abba- d’un cahier central d’illustrations couleur, le
tiale (vers la fin des années 1330 mais dont le reste des images en noir et blanc est d’une
décor n’est monté que vers 1420) pour pro- taille limitée et l’impression est fort médiocre.
mouvoir le culte de saint Ouen. On regrette également le manque de photo-
L’étude s’attache à mettre en avant la graphies en pleine page qui auraient permis
composition spatiale des cinq programmes et une vue d’ensemble des différents programmes
à montrer le souci d’« efficacité visuelle » étudiés. En revanche, il faut souligner la très
(p. 19) recherchée par leurs concepteurs : par grande qualité des schémas construits et pro-
exemple, un dédoublement narratif au portail posés par l’auteur. Sa formation d’historien
de la Calende, une lecture en boustrophédon explique aussi une utilisation des outils statis-
– rare pour le XIVe siècle – à Saint-Ouen et une tiques tout à fait probante dans le cadre de
856 logique centrifuge à Lyon. Un des intérêts de l’analyse d’un corpus aussi vaste.

305227 DE10 10-07-13 11:09:48 Imprimerie CHIRAT page 856


HISTOIRE CULTURELLE

Véritables « tapis ornementaux » selon interroger l’écart supposé entre une Europe
l’expression de F. Thénard-Duvivier (p. 33), pleinement entrée dans la modernité linguis-
les bas-reliefs rouennais, lyonnais et avignon- tique et un monde arabo-islamique qui ne le
nais avaient jusqu’ici été peu étudiés. L’ana- serait que de manière incomplète. Il apparaît,
lyse sérielle et « multiscalaire » ici proposée à la lecture du livre, que la prise en compte
offre une meilleure connaissance de la culture de la complexité du Moyen Âge des langues
visuelle de la fin du XIIIe siècle et de la pre- constitue un antidote efficace aux descriptions
mière moitié du XIV e siècle, et confirme la linéaires et univoques qui rejouent, consciem-
grande pluralité fonctionnelle de l’espace de ment ou non, le « Grand partage ».
seuil des églises médiévales, fonctions soute- Ce qui caractérise fondamentalement le
nues ou engendrées par le décor monumental. Moyen Âge du point de vue linguistique, c’est
l’existence d’une hiérarchie conceptuelle des
NATHALIE LE LUEL langues, fondée sur la Révélation, qui conduit
à distinguer les langues du sacré de celles en
1 - Par exemple, Françoise MICHAUD-FRÉJAVILLE usage dans les pratiques de communication
sociale. L’auteur propose de discerner non

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


(dir.), no spécial « La porte et le passage : porches
et portails », Art sacré, 28, 2010. pas deux mais trois niveaux dans cette échelle
2 - Markus SCHLICHT, La cathédrale de Rouen hiérarchique, dont les tensions engendrent
vers 1300. Un chantier majeur de la fin du Moyen Âge : le dynamisme linguistique médiéval. Aux
portail des Libraires, portail de la Calende, chapelle langues référentielles que sont le latin et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

de la Vierge, Rouen, Société des antiquaires de l’arabe classique, pôles d’une stabilité factice,
Normandie, 2005. s’oppose la rhapsodie locale des langues par-
lées, vulgaires et populaires, soumises à la
variation et aux pressions de la société. Entre
Benoît Grévin ces deux niveaux, B. Grévin distingue le
Le parchemin des cieux. Essai sur le Moyen domaine des langues courtoises, dont l’usage
Âge du langage excède la communication ordinaire et qui pos-
Paris, Éditions du Seuil, 2012, 407 p. sèdent une dimension supra-locale liée aux
enjeux réels et symboliques du développe-
L’ouvrage de Benoît Grévin propose, en sui- ment d’une culture aristocratique, sur laquelle
vant une approche comparatiste des aires lin- vient progressivement se greffer le processus
guistiques du Moyen Âge dominées par l’arabe historique de genèse des pouvoirs étatiques,
et par le latin, de mettre au jour certaines dont la dimension culturelle a été très tôt mise
constantes du régime linguistique des civi- en évidence par Jean-Philippe Genet 1.
lisations traditionnelles qui se caractérise par L’ouvrage est construit en cinq parties.
le poids des langues du sacré. Le livre se Partant d’une description positive du paysage
démarque de l’hypothèse relativiste d’Edward linguistique médiéval, il peut se lire comme une
Sapir et Benjamin Lee Whorf. Tout en recon- tentative pour réintroduire, dans un second
naissant la pertinence passée d’une thèse qui temps, les acteurs médiévaux des langues. La
a permis à la linguistique de se déprendre d’un séparation des formes de théorisation linguis-
héritage issu du XIX e siècle, qui exprimait tique, produite par les savants du Moyen Âge,
une conception hiérarchique des langues du de l’analyse des rapports pratiques que les
monde et de leurs locuteurs – théorie dont les personnes entretenaient avec la diversité des
relents affleurent encore dans certains travaux langues souligne à juste titre la difficulté,
récents –, B. Grévin appuie l’ensemble de ses caractéristique du régime linguistique ancien,
analyses sur la possibilité de déployer en un d’articuler les deux niveaux. B. Grévin explore
lieu de convergence de la diversité du monde ensuite les formes de création rendues pos-
un comparatisme linguistique rationnel. sibles par ce feuilletage étagé des langues,
L’histoire du passé pré-moderne des aires avant d’envisager, à une échelle plus vaste,
culturelles contemporaines, en décrivant les les phénomènes de transferts linguistiques et
cultures linguistiques médiévales, contribue à culturels. 857

305227 DE10 10-07-13 11:09:48 Imprimerie CHIRAT page 857


COMPTES RENDUS

L’histoire du Moyen Âge en Europe comme sions sociales. À quelques exceptions près,
en Orient est présentée en quatre temps : au parmi lesquelles figure Isidore de Séville,
temps des invasions et des bouleversements l’Occident a ainsi conçu de très grandes diffi-
(v. 400-v. 800) succède celui de la mise en cultés à penser le rapport génétique du vul-
place de l’unité de la latinité et du processus gaire au latin et à adopter, plus généralement,
d’arabisation des élites du califat (v. 800- un point de vue évolutionniste. En Orient,
v. 1100), puis de l’épanouissement des langues l’unité de l’arabe a facilité, comme chez Ibn
vulgaires et de la turquisation de l’Asie cen- Khaldûn, la description de l’apparition des par-
trale (v. 1100-v. 1300), qui conduisent, durant lers contemporains à partir de l’arabe classique.
les deux derniers siècles du Moyen Âge, à la D’autres travaux de savants hispaniques – tel
stabilisation de la géographie linguistique de Juda ibn Quraysh –, rapidement tués dans
l’Occident. l’œuf par la normalisation almohade, ont posé
L’immense difficulté à laquelle se heurtent la question des rapports entre araméen, hébreu
les savants réside dans la force d’une conception et arabe. Reste que, dans la pensée grammati-
des langues pensée sur le mode d’une fixité cale médiévale, latin et arabe pèsent de tout

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


hiérarchique, la place de chacune dépendant le poids que leur confère leur autorité sacrée,
de son éloignement plus ou moins grand avec si bien que les langues vulgaires demeurent de
le sacré. B. Grévin décrit cette situation singu- ce point de vue maintenues dans une position
lière en s’inspirant de la théorie des systèmes mineure – ainsi qu’en atteste l’omniprésence
de Niklas Luhmann qui propose de remplacer, du nom Donat vulgarisé dans les titres des
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

pour penser l’évolution, le modèle de la subs- grammaires de l’occitan et du français.


titution linéaire par celui de la superposition Mais parce que les langues ne s’apprennent
concentrique, dont la dynamique procède d’un pas par la théorie, le « répertoire mental » des
mouvement de complexification progressive individus fait fi de ces rigidités et réserve des
des éléments constitutifs par dissociation à possibilités de création foisonnante. B. Grévin,
partir de l’existant. La proposition paraît parti- élargissant les acquis du travail qu’il a consacré
culièrement pertinente car elle permet de se au dictamen, montre l’importance fondamen-
représenter et de penser de manière plus juste tale de l’imprégnation orale et mémorielle
les phénomènes très concrets de discordance dans la formation de l’habitus linguistique des
entre langues et registres d’usage, ainsi que scripteurs, singulièrement de ceux ayant accédé
l’existence de continuums horizontaux et ver- à une culture lettrée. Aux textes sacrés, tels
ticaux nécessaires à l’intercompréhension des le Psautier et le Coran, s’ajoutent des corpus
acteurs. Il en est ainsi des scriptae mixtes qui poétiques qui nourrissent les hommes en pro-
associent latin et langues vulgaires, si pré- fondeur, rendant simplificatrice la tendance
sentes dans les documents administratifs des des médiévistes à surévaluer l’importance des
XIII e et XIV e siècles – corpus il est vrai peu formules et des formulaires, au détriment
exploité par l’auteur –, comme des scriptae des processus par lesquels les savoirs sont
supra-locales qui assurent une compréhension incorporés. Dans ce domaine, le rythme, pour
écrite à vaste échelle. Les trois niveaux dis- la poésie comme pour la prose, tient une place
tingués – référentiel, local et courtois – appa- centrale. Aide mnémotechnique, il sert de
raissent de ce fait comme des balises utiles, guide à la composition des textes, par recombi-
mais ils réifient une réalité qui se caractérise, naison des éléments assimilés. Comme l’auteur
dans les faits, par une très grande ductilité. le souligne, la « carte mentale » du scripteur
Lorsque l’on bascule du côté de la théorisa- (p. 314), que l’arme philologique permet de
tion médiévale des langues, la perception de reconstituer par fragments, fait figure de point
ce continuum est obscurcie par la fixité pré- d’articulation entre les microcosmes textuels
sumée des langues référentielles – arabe et et le macrocosme linguistique et constitue de
latin – qui sont pourtant, sous des formes parti- la sorte une espèce de Graal scientifique que
858 culières, soumises aussi à de très fortes pres- l’auteur appelle à poursuivre.

305227 DE10 10-07-13 11:09:48 Imprimerie CHIRAT page 858


HISTOIRE CULTURELLE

Le rapprochement de la rigidité hiérar- Jean-Marie Fritz


chique dans la théorie médiévale des langues La cloche et la lyre. Pour une poétique
et de la fluidité des formes d’incorporation des médiévale du paysage sonore
savoirs dans ce domaine permet de reposer à Genève, Droz, 2011, 472 p.
nouveaux frais la question centrale, pour les
médiévistes, de la dialectique de l’immo- Cet ouvrage analyse les « paysages sonores »
bilisme et de la créativité, dans la mesure des textes littéraires médiévaux, principale-
où l’autorité de l’écrit et des discours vient ment en langue d’oïl et langue d’oc, du XIIe au
s’adosser à un système hiérarchique – dont les XVe siècle, avec quelques exemples tirés du
langues sont parties prenantes – alors que le latin, de l’anglais, de l’italien, de l’allemand et
mode de production des textes, reposant sur de l’espagnol. Il fait suite aux Paysages sonores
des savoirs incorporés, laisse libre cours au du Moyen Âge, une étude de la théorie médié-
déploiement d’une créativité textuelle dont vale du son basée sur des textes philosophiques,
l’efficience est garantie par le travail de la com- théologiques et encyclopédiques 1, et forme
binatoire et du remploi. Il crée, par le tissage avec ce dernier une somme incontournable.
des motifs repris, des proximités et des trans- L’idée d’étudier l’environnement acous-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


ferts de légitimité, et parfois même, comme tique ou « paysage sonore » (soundscape) à tra-
dans le domaine des mystères linguistiques de vers le temps vient de Raymond Murray
l’État, une langue commune diffusée à la fin Schafer, musicien-acousticien canadien, qui a
du Moyen Âge à l’échelle des chancelleries commencé son The Tuning of the World (1977)
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

européennes. avec un survol rapide des paysages sonores dis-


B. Grévin rappelle aussi que, dans ce travail parus. J.-M. Fritz est un des rares médiévistes
de création et de transfert, la traduction ad litte- à avoir appliqué le concept de « paysage
ram et ad sensum n’est qu’une portion somme sonore » à la littérature, « victime d’une
toute réduite du champ bien plus vaste de approche esthétique presque exclusivement
la transposition que l’on voit à l’œuvre au visuelle » (p. 9) 2. Il ne se contente pas d’une
XIIe siècle avec la rédaction du Roman d’Énéas, étude lexicologique ni de l’analyse du champ
ou bien encore avec l’écriture du Shâh Nâmeh sémantique du sonore dans la littérature du
de Firdawsî (v.1000). Transposition des motifs Moyen Âge. Il assume l’anachronisme du
narratifs et de la trame factuelle, mais aussi de terme « paysage » et le pousse plus loin en
la forme – rythmes, empreintes étymologiques désignant par les termes « bande sonore » et
pour le français du XVe siècle, rétif aux schèmes « partition » l’agencement de sons évoqués
rythmiques – qui contribue à la légitimation dans nos imaginaires par les mots d’un texte
progressive des langues vulgaires. littéraire.
Il revient au livre de B. Grévin de tenter Le but n’est pas d’étudier « le matériau
au sujet du Moyen Âge des langues une syn- phonique » de la poésie (ses rimes et ses autres
thèse a priori impossible tant la matière utili- effets sonores) mais de « faire sonner et
sée se révèle complexe et foisonnante, sujette d’écouter » les sons auxquels les mots du texte
à des variations infinies qui rendent le travail font allusion (le chant des différents oiseaux,
de comparaison très ardu. C’est dans son le vacarme de la bataille, les cris de détresse) et
apport global, dans la rigueur de son approche ainsi d’imaginer la « bande sonore » de chaque
comparatiste et dans sa capacité à donner des texte littéraire. J.-M. Fritz établit des limites
outils pour penser le régime linguistique des à cette audacieuse entreprise d’imagination
civilisations traditionnelles que cet ouvrage par sa méthode ; il nous livre un jardin à la
apparaît important. française, symétrique et bien rangé en trois
grandes parties, chacune divisée en trois cha-
PIERRE CHASTANG pitres.
La première partie s’intitule « Écarts »,
1 - Jean-Philippe GENET, « Une révolution mais le premier chapitre est dédié à « L’hori-
culturelle du Moyen Âge ? », Le Débat, 14-7, 1981, zon [d’attente] du genre », cadre fondamental
p. 158-165. sans lequel il serait impossible d’apprécier ces 859

305227 DE10 10-07-13 11:09:48 Imprimerie CHIRAT page 859


COMPTES RENDUS

écarts. Ce sont les trois genres poétiques J.-M. Fritz écrit qu’une étude « reste à faire
majeurs de la littérature de divertissement des [...] dans les chroniques et mémoires de la
XIIe et XIIIe siècles – lyrique, épique (chanson fin du Moyen Âge » pour déterminer si les
de geste) et roman – qui fournissent les normes, « portraits », auparavant entièrement visuels,
les codes sonores de base. Par exemple, commencent à évoquer des qualités de voix
l’oreille médiévale expérimentée attend la distinctives (p. 169). S’il laisse de côté les récits
mention du chant mélodieux des oiseaux en historiographiques, La cloche et la lyre fournit
ouverture des chansons des troubadours ; de multiples points de repère, à la fois norma-
l’évocation inattendue d’un cri de corbeau ou tifs et novateurs, pour faciliter d’éventuelles
de grenouille crée un paysage sonore distinctif comparaisons 3. Il offre aussi de nombreuses
et marque la subjectivité particulière du poète. pistes à explorer aux spécialistes de la littéra-
Les lyriques attribués au troubadour Marcabru, ture médiévale en d’autres langues ; les spé-
par exemple, sont caractérisés par des paysages cialistes de Geoffrey Chaucer, en particulier,
sonores avec des points de dissonance, des devraient se sentir interpellés.
« grondements ». Le plaisir de lire La cloche et la lyre est de
Ayant établi les aspects qui caractérisent découvrir des détails sonores que J.-M. Fritz

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


les paysages sonores des chansons de geste, nous fait remarquer dans des textes souvent
comme la résonance et la réverbération de sons connus mais mal « entendus » jusqu’ici, ou de
forts, J.-M. Fritz démontre qu’« à l’intérieur découvrir que certains sons aujourd’hui fami-
d’un même genre, fortement codé sur le plan liers, comme le clapotis de la pluie, n’ont pas
formel, et dans une même tranche chrono- laissé de trace dans les paysages sonores litté-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

logique, les variations du paysage sonore sont raires du Moyen Âge. L’utile index des « objets
massives » (p. 142). Il en déduit que ce sont sonores » permet des sondages rapides. Le
des choix d’« auteurs » qui expliquent ces plaisir de lire cette somme est aussi d’être
variations à l’intérieur d’un genre et d’une guidé par l’orchestration des extraits en langue
époque. médiévale d’origine, toujours accompagnés de
Il n’y a pas eu jusqu’à présent de mono- traductions fidèles, qui nous font entendre
graphies consacrées à l’oreille d’un poète successivement le chant des oiseaux, la noise
médiéval en particulier, au paysage sonore de de la bataille, les cris du bonimenteur, l’éton-
ses œuvres. Cela est d’autant plus regrettable, nant surréalisme sonore des Fatrasies d’Arras.
d’après J.-M. Fritz, que le développement On ne peut lire ce livre sans être conscient de
d’un « perspectif acoustique » subjectif, d’un l’oreille de celui qui l’a composé.
« point d’écoute » unique (comparable à la
perspective linéaire en peinture), fait son LAURA KENDRICK
apparition au XIVe siècle. Il donne des exemples
frappants de mise en scène d’un sujet qui 1 - Jean-Marie FRITZ, Paysages sonores du Moyen
écoute et nomme les différents sons autour de Âge. Le versant épistémologique, Paris, Honoré Cham-
lui, par exemple le « je » d’Eustache Deschamps pion, 2000.
dans une ballade de guet de nuit. Bien qu’il 2 - Son seul précurseur est Brigitte CAZELLES,
Soundscape in Early French Literature, Tempe/
y ait des nouveautés sonores aux XIV e et
Turnhout, Arizona Center for Medieval and
XVe siècles, comme le canon ou l’horloge méca-
Renaissance Texts Studies/Brepols, 2005.
nique, et des sons qui commençaient à être
3 - Certains aspects des paysages sonores des
remarqués (ou ridiculisés), comme les sons des récits historiographiques du Moyen Âge ont déjà
langues ou dialectes étrangers, le changement été traités par des historiens de la sensibilité, par
le plus important, selon l’auteur, est le déve- exemple Isabelle GUYOT-BACHY, « Cris et trom-
loppement d’un perspectivisme acoustique pettes : les échos de la guerre chez les historiens et
dans la littérature. les chroniqueurs », et Murielle GAUDE-FERRAGU,
Avec un champ d’étude aussi large, il serait « Le cri dans le paysage sonore de la mort à la fin
difficile de déplorer que les récits historio- du Moyen Âge », in D. LETT et N. OFFENSTADT
graphiques aient été très peu traités dans (dir.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen
l’ouvrage, surtout quand l’auteur lui-même Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, res-
860 signale certaines de ses lacunes. Par exemple, pectivement p. 103-115 et 93-102.

305227 DE10 10-07-13 11:09:48 Imprimerie CHIRAT page 860


HISTOIRE CULTURELLE

Jürgen Leonhardt propres à l’Europe des XIX e et XX e siècles,


La grande histoire du latin absents d’Afrique, d’Asie et des États-Unis,
trad. par B. Vacher, Paris, CNRS Éditions, multilingues. Heureusement, la linguistique a
[2009] 2010, 382 p. évolué, et l’on considère aujourd’hui le latin
comme un précurseur de l’anglais en tant que
Jürgen Leonhardt a publié en 2009 une his- langue internationale. Or une langue inter-
toire du latin conçu comme « langue univer- nationale est stricto sensu une langue morte,
selle », ou « internationale », dont l’ouvrage expression à laquelle il faut préférer celle de
recensé ici est une traduction. Disons « langue fixée » (p. 27), à savoir partiellement
d’emblée qu’une plus grande fidélité au titre codifiée, avec un fonds commun inamovible à
original, Latein. Geschichte einer Weltsprache, travers toute son histoire. Pour autant, « fixée »
aurait mieux servi la version française du livre ne signifie pas « figée », et si le latin apparaît
et plus fidèlement reflété les intentions de comme tel, ce serait une pure illusion d’optique
l’auteur. Celles-ci sont clairement exprimées entretenue par notre système scolaire, qui
dans le premier chapitre et éclairées par son bannit, à quelques rares exceptions près, la
parcours personnel évoqué dans la postface, pratique active du latin. À ce stade, d’un point

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


avec, comme points forts, l’enseignement du de vue plus réaliste, on peut suggérer que
latin tardo-antique et « une certaine pratique l’enseignement du latin postérieur à l’époque
active du latin ». Ce dernier point l’a convaincu classique (médiéval par exemple) suffit géné-
que « nous ne faisons que commencer à entre- ralement à faire apparaître la vitalité et la
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

voir ce que peut représenter le fait d’employer diversité de cette langue. L’auteur écrit
réellement une langue ‘morte’ » (p. 351). d’ailleurs lui-même que les humanistes, en
La problématique centrale du livre est pré- formalisant le latin à outrance, l’ont « figé » ;
cisément de résoudre l’opposition entre le c’est loin d’avoir été le cas au Moyen Âge, où
point de vue historique qui prend en compte le latin vivait encore.
la longévité et l’adaptabilité du latin, encore Un des intérêts majeurs du livre est son
parlé aujourd’hui dans certains cercles, et le point de vue comparatiste, malgré quelques
point de vue linguistique traditionnel selon jugements étonnants. On admet volontiers
lequel le latin ne serait pas une langue « nor- que, si l’écrasante majorité des textes latins
male ». Toute cette question est résumée en jamais écrits l’ont été alors que l’Empire
un clin d’œil par la photo de couverture, qui romain n’était plus qu’un lointain souvenir, le
met en scène un soldat romain casqué à latin ne se distingue pas sur ce point du grec
l’antique, vêtu de bric et de broc, et pilotant ancien, de l’arabe « littéraire », du sanskrit et
une Vespa à travers une rue pavée jalonnée de du chinois classique. Il s’agirait pourtant de la
chariots et de figurants sans âge ! Cette icono- langue la plus malchanceuse : tandis que le
graphie, que l’on trouvera séduisante ou latin se serait trouvé victime d’une « mise à
kitsch, ouvre sur des propos assez ardus, par- l’écart du monde moderne qui équivaut à une
fois un peu obscurs. véritable ségrégation », le sanskrit aurait quant
L’idée générale du livre est militante : il à lui, en tant que langue véhiculaire religieuse
faut tirer le latin de l’ornière des « langues et culturelle, « continué d’exercer sa fonction
mortes » dans laquelle l’a enfermé un ensei- de langue active, et bien mieux réussi son
gnement scolaire aujourd’hui dépassé (j’ose à adaptation aux langues modernes » (p. 52).
peine ajouter que ce même enseignement C’est, me semble-t-il, raisonner sans aucune
l’aura bientôt totalement tué !). La démonstra- attention aux rythmes différenciés de l’histoire
tion est évidemment linguistique, et de haut des continents et des pays ; il y a moins d’un
niveau. Pendant longtemps, dit J. Leonhardt, siècle, en France, les thèses complémentaires
ont triomphé les notions de langue naturelle de l’université devaient encore s’écrire en
(celle qui viendrait du cœur et dont l’élément latin.
central est l’oralité) et de langue maternelle Du point de vue diachronique, cette
(seule capable d’exprimer les pensées pro- « grande histoire du latin » annoncée par le
fondes de l’individu), clichés nationalistes titre (« longue » conviendrait mieux) fait 861

305227 DE10 10-07-13 11:09:48 Imprimerie CHIRAT page 861


COMPTES RENDUS

l’objet d’analyses stimulantes, même si poésie des goliards », p. 197) ? Des concepts
d’autres sont sujettes à caution. La mise en étonnent, par exemple celui de « langue spon-
évidence du rôle privilégié de l’Afrique tanée », à laquelle nous aurions accès pour la
romaine dans le maintien culturel du latin du période romaine tardo-antique : quelle part de
IIe au IVe siècle est très pertinente et l’on pour- spontanéité peut donc enregistrer l’écrit et
rait d’ailleurs compléter par cette remarque qu’est-ce qu’une langue spontanée ?
qui n’est paradoxale qu’en apparence : beau- Ces critiques elles-mêmes sont la preuve
coup d’attestations de ce que les linguistes ont de la variété et de l’intérêt des thèmes abordés
appelé le « latin vulgaire » viennent, elles aussi, dans ce livre, qui ouvre sur un univers lin-
de cette région ; dans une langue vivante, tous guistique immense, tant géographiquement
les niveaux sont représentés. Ces formes « vul- que chronologiquement. Traduire le livre de
gaires » (c’est-à-dire les formes latines qui J. Leonhardt était donc une excellente initia-
produiront les langues romanes) se retrouvent tive, car beaucoup de lecteurs français auraient
dans le latin mérovingien, dont il est très peu sans doute reculé devant l’effort requis par
question dans le livre alors qu’il aurait pu la lecture de la version allemande. Mais, si
abondamment documenter la question de la le contenu, très riche et stimulant, mérite

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


diglossie vs le bilinguisme, dans laquelle les d’accroître ainsi sa diffusion, sur le plan formel
VIe et VIIe siècles jouent un rôle majeur. Et, la version française est catastrophique. D’un
puisque l’ouvrage s’adresse à des lecteurs bout à l’autre, la lecture est gênée par une
francophones et que le traducteur a conçu des kyrielle de fautes d’orthographe et de gram-
notes de bas de page spécialement à leur maire ; de plus, un remplacement automatique
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

intention, on aurait pu accroître et surtout intempestif a affublé d’une majuscule toutes


actualiser la bibliographie de Michel Banniard, les occurrences du mot « état », ce qui nous
le sociolinguiste français vraisemblablement vaut de grotesques « États de langue » ou « État
le plus productif sur la question des rapports des lieux ». Il y a d’autres bévues moins for-
entre latin et roman. melles, comme celle-ci, où le célèbre linguiste
Qui trop embrasse mal étreint. Parfois, la Tore Janson – auteur de A Natural History Of
« grande histoire du latin » s’accorde mal avec Latin et de A Short History of Language – est
la petite, qui contient quelques approxima- désigné par l’expression « une Danoise ».
tions : la reprise du cliché traditionnel sur le Certes, ces défauts sont à mettre au débit du
Xe siècle, qualifié de « siècle de fer et de plomb » traducteur, mais n’est-ce pas in fine à l’éditeur
par Caesar Baronius, est regrettable ; les histo- de garantir la qualité scientifique de ses publi-
riens de la littérature vont tous vers une réhabi- cations ? Un livre d’intérêt linguistique perd
litation du siècle ottonien. À toute « renaissance » forcément de sa crédibilité s’il est émaillé de
(en l’occurrence la carolingienne) succède une fautes graves de langue et de traduction, au
période plus calme ; l’outil d’évaluation de détriment de l’auteur ; on attend de C NRS
l’auteur, qui privilégie la réception des clas- Éditions qu’il assume plus sérieusement les
siques, fausse la mesure. Il faudrait, dit-il obligations scientifiques imposées par le nom
encore, parler non pas du latin médiéval, mais qu’il porte.
des latins médiévaux, tant la période médiévale
est longue et prolifique ; certes, mais le latin MONIQUE GOULLET
dit classique est-il uniforme ? D’ailleurs, que
signifie « classique » quand l’adjectif est appli-
qué indifféremment à l’Antiquité (« La lati- Ronald G. Witt
nité scolastique développe en effet un certain The Two Latin Cultures and the Foundation
nombre de tournures absolument étrangères of Renaissance Humanism in Medieval Italy
aux règles classiques comme l’emploi de quod Cambridge, Cambridge University Press,
pour introduire une subordonnée complétive » 2012, 604 p.
(p. 191), ce qui n’est pas exact et, en tout cas,
un peu court) et au Moyen Âge (« parallèlement Avec la parution de The Two Latin Cultures, une
aux figures classiques de la médio-latinité, de histoire se termine. Ce livre aux allures de
862 nouveaux courants apparaissent tels que la somme a en effet un statut textuel particulier.

305227 DE10 10-07-13 11:09:48 Imprimerie CHIRAT page 862


HISTOIRE CULTURELLE

Comme son auteur l’explique en préface, il l’objectif original (en l’absence de synthèse
s’agit d’un prequel du désormais fameux essai articulée sur les cultures latines italiennes
sur les origines de l’humanisme In the Footsteps entre 800 et 1250) mais problématique. En
of the Ancients, qui retraçait le développement effet, dans la mesure où les cultures textuelles
du mouvement humaniste en Italie depuis les italiennes précédant 1250 ne présentent pas
origines padouanes (v. 1270) jusqu’en 1400 1. de trace de mouvements analogues à l’huma-
Ronald Witt s’est toujours intéressé aux condi- nisme mais au contraire, comme l’explique
tions de naissance de l’humanisme et à ses rap- R. Witt, souffrent d’une certaine carence de
ports avec les cultures textuelles qui l’avaient production en latin classicisant, comparées par
précédée en Italie, plus particulièrement la exemple à la France du XIIe siècle, pourquoi
culture rhétorico-juridique de l’ars dictaminis. postuler qu’il faille remonter si loin pour
Il avait tôt annoncé une enquête sur le dévelop- comprendre la naissance de l’humanisme ? Et
pement des cultures textuelles italiennes dans comment marquer le point de départ de
la très longue durée. En 1991, devant l’ampleur l’enquête : 1200, 1080, à la naissance de l’ars
de la tâche, il a choisi d’écrire d’abord la dictaminis, 600 ? Pour qui considère que les
seconde partie de cette histoire, pour retourner cultures textuelles italiennes d’avant 1250 ne

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


ensuite aux origines (800-1250). Un dispositif doivent pas être abordées sous l’angle de
qui fait du dernier chapitre de The Two Latin l’obsession humaniste, la démarche est contes-
Cultures le premier d’In the Footsteps invite à table. Elle répond à une logique précise.
lire ces deux ouvrages comme les moitiés La rénovation carolingienne correspond en
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

d’une arche créant une perspective sur l’his- effet, en Italie du Nord, à la mise en place
toire textuelle de l’Italie, de Charlemagne à de nouvelles structures socio-institutionnelles
1400. qui évoluent dans les siècles suivants, et parti-
À l’ampleur de ce défi correspond l’inten- culièrement après 1050, de manière originale
sité d’une attente longtemps prolongée. On le (culture communale), avec un poids respectif
sait, l’histoire de l’humanisme et de ses pro- des cultures nobiliaires, citadines et cléricales
dromes occupe une place obsessionnelle non différent de celui de nombreuses régions du
seulement dans l’historiographie italienne, reste de l’Europe. Les spécificités des pro-
mais aussi aux États-Unis, où elle s’est taillé ductions latines qui correspondent à cette
un espace autonome (Renaissance studies). Or organisation socio-institutionnelle méritent
les analyses de R. Witt sur l’humanisme ont effectivement d’être étudiées sur le temps
acquis un statut d’autorité dans ce champ. Il long. C’est ce que fait R. Witt à travers cinq
faut en tenir compte car, à l’heure de la domi- scansions qui mènent le lecteur du contexte
nation de l’anglais, ses thèses conditionnent des cultures du livre du IXe-Xe siècle, encore
une part considérable des études sur la tran- marquées par l’excellence grammaticale héri-
sition vers l’humanisme. D’où l’importance tée de traditions tardo-antiques, jusqu’aux
d’un débat qu’il appelle d’ailleurs de ses prodromes de l’humanisme, à travers l’examen
vœux. Sans prétendre épuiser la richesse de ce de la culture rhétorico-juridique de l’ars dicta-
volume, suggérons certaines des implications, minis, à partir de 1080.
des points forts et des problèmes du nouvel Un point fort de l’essai est la volonté de
opus « wittien ». replacer ces cultures textuelles dans leur enca-
Son postulat de départ participe d’une drement socio-institutionnel. Les « deux
vision de la culture médiévale qui peut être cultures » du titre reflètent cette préoccupa-
qualifiée de téléologique. Il s’agit, à travers tion. Il s’agit de comprendre comment une
l’examen des cultures textuelles (essentielle- culture grammaticale et philologique partagée
ment latines) italiennes depuis la fin du avec d’autres régions de l’Europe interagit
royaume lombard (774) jusqu’en 1250, de avec une culture rhétorico-légale, liée au main-
reconstituer, étape par étape, la mise en place tien puis à la renaissance italienne du droit
d’une exceptionnalité qui rendrait compte du écrit, civil et canonique, à partir du XIe siècle.
« décollage » de l’humanisme dans l’Italie du La place spécifique du notariat et des études
Nord, à partir de 1270. Le pari est passionnant, juridiques dans l’Italie des XIIe et XIIIe siècles, 863

305227 DE10 10-07-13 11:09:49 Imprimerie CHIRAT page 863


COMPTES RENDUS

les liens entre les nouvelles cultures de l’ars valeur intrinsèque des styles latins qui donne
dictaminis (art de la composition latine étroite- une prime « conceptuelle » au latin classicisant
ment lié au notariat et au droit) apparues à la et dévalue les autres formes d’écriture latine
fin du XIe siècle et cette mentalité juridique (ars dictaminis, latins pragmatiques de la pra-
sont mis en relation avec un déficit de produc- tique...). L’emploi de catégorisations rigides
tions classicisantes (par rapport aux milieux pour qualifier les différents styles aboutit de
monastiques et cathédraux de l’Europe du plus à renforcer des barrières génériques (écri-
Nord). C’est paradoxalement de cette dyna- tures « littéraires » et « non-littéraires ») en
mique que surgit (en partie par réaction) la contradiction avec l’effort accompli pour histo-
mouvance idéologique et stylistique humaniste. riciser cette histoire textuelle. Si le livre est
L’essai pose à nouveaux frais nombre de tiré vers l’histoire sociale par l’explicitation des
questions centrales, rarement prises à bras-le- conditions d’émergence des textes invoqués,
corps, dont celle des rapports entre le déploie- il est aussi régulièrement entraîné en sens
ment des cultures juridiques nord-italiennes contraire vers une logique littéraire, à travers
et les mutations des cultures latines, à travers l’exaltation des moindres essais d’imitation

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


cet éclairage où l’histoire littéraire dialogue d’un latin classique. R. Witt explique les rai-
avec l’histoire sociale. L’architecture et les sons de ce choix, dont on peut se demander
analyses du livre doivent toutefois être discu- s’il aide à analyser de manière constructive des
tées, car elles soulèvent plusieurs problèmes. productions textuelles qui peuvent être parfois
Le conditionnement téléologique déjà évoqué extraordinairement complexes d’un point de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

n’aide pas à un examen dépassionné de ces vue conceptuel, sans pour autant être « clas-
cultures textuelles italiennes d’avant 1250, siques ». On retrouve là le poids « téléologique »
puisqu’il les fait rentrer de force dans le moule d’une enquête exceptionnellement riche mais
d’une préhistoire de l’humanisme. Un autre conditionnée par l’« attente » de l’avènement
problème est la restriction de l’analyse aux humaniste.
centres urbains de l’Italie du Nord, à l’exclu- Suggérons enfin l’existence d’un problème
sion du patrimoine de saint Pierre et du lié à la non prise en compte de divers travaux
Mezzogiorno. Ce choix conforte dès le départ récents. Des omissions sont certes inévitables
le postulat d’un particularisme nord-italien. dans un essai de cette ampleur. Cependant, les
Le livre donne certes sa place aux courants développements (voire certaines conclusions)
d’échanges entre l’Italie et l’espace « post- auraient sans doute été différents si l’auteur
carolingien » au nord des Alpes. Il exclut ou avait utilisé les travaux d’Anne-Marie Turcan-
minore les interactions avec l’Italie du Sud. Verkerk ou plusieurs éditions scientifiques
Emblématique à cet égard est l’exclamation récentes qui ont profondément renouvelé nos
d’étonnement (p. 254) devant l’apparition de connaissances de textes fondamentaux (par
l’ars dictaminis au Mont-Cassin, et non dans le exemple le Breviarium de dictamine d’Albéric
Nord de l’Italie. Cette césure, qui recouvre un de Mont-Cassin). R. Witt n’a pas intégré une
débat historiographique classique (celui des partie des travaux, notamment italiens, les
deux Italie), est-elle vraiment toujours opé- plus novateurs sur ce champ et publiés après
rante pour l’histoire italienne culturelle des 2002. L’importance de son œuvre pour le lec-
XIe-XIIIe siècles ? Le poids d’une Italie centrale torat anglophone aura des conséquences à cet
(Latium, Campanie, Ombrie) où d’autres égard : ces absences, dans une somme qui sera
cultures urbaines se conjuguent à l’influence lue comme faisant date, risquent d’accentuer
de la papauté et de la royauté sicilienne peut la distance entre la recherche textuelle de
difficilement être nié aux XIIe et XIIIe siècles. langue non-anglaise et les Renaissances studies.
Reste une question qui touche à la défini- Il ne s’agit pas de rester sur un constat négatif,
tion même de ces cultures latines. Comme mais d’inviter les chercheurs italiens, alle-
dans ses opus précédents, l’analyse de R. Witt mands ou français concernés à relever le défi,
864 est conditionnée par une appréciation de la en discutant à la lumière de leurs recherches

305227 DE10 10-07-13 11:09:49 Imprimerie CHIRAT page 864


HISTOIRE CULTURELLE

les thèses stimulantes de cette œuvre qui sou- Il s’agit de savoir quelle part les cardinaux
lève des questions passionnantes sur la trans- peuvent et veulent prendre à ces transforma-
formation d’une culture textuelle dans le tions, dans un système pontifical centralisé au
temps long, sur les rapports entre culture litté- sein duquel ils n’occupent qu’une place margi-
raire et culture pragmatique, sur le concept nale, sinon lors des élections, puisque leur
d’humanisme. principale fonction au sein de l’Église consiste
à désigner le pape. Dans le cas de Clément VI,
BENOÎT GRÉVIN plus encore, il s’agit de faire la part entre
légende dorée et légende noire entourant
1 - Ronald G. WITT, In the Footsteps of the le personnage dans l’historiographie, et de
Ancients: The Origins of Humanism from Lovato to s’affranchir des sources narratives présentant
Bruni, Leyde/Boston, Brill, 2000. les cardinaux tantôt comme des personnages
de second ordre, tantôt comme des factieux
capables de manipuler un pape également
Ralf Lützelschwab soupçonné d’être le jouet du roi de France.
Flectat cardinales ad velle suum ? C’est tout l’intérêt du livre de R. Lützelschwab

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


Clemens VI. und sein Kardinalskolleg. Ein d’y parvenir, et c’est toute son originalité que
Beitrag zur kurialen Politik in der Mitte des de le faire avec des sources jusqu’alors trop
14. Jahrhunderts négligées, les « collations » de Clément VI,
Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2007, c’est-à-dire les discours en forme de sermons
prononcés devant les cardinaux à l’occasion de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

509 p.
la création de nouveaux cardinaux, ou de leur
Ce livre est une contribution importante à départ et retour de légation.
l’histoire de la papauté dite « d’Avignon », en Après une longue introduction composée
même temps qu’à l’histoire de la prédication d’une présentation de l’historiographie, de
au XIVe siècle, encore largement dans l’ombre la position des cardinaux sous le règne de
par rapport au XIIIe siècle. Issu d’une thèse de Clément VI puis du parcours de ce dernier,
doctorat, son organisation en porte l’empreinte, l’essentiel du livre consiste en une série
ce qui lui permet de conjoindre les qualités de d’explications de texte des principales colla-
l’essai à celles de l’instrument de travail. Ralf tions, regroupées selon les deux grandes thé-
Lützelschwab se propose d’éclairer les rap- matiques de la création et de la légation. Ce
ports entre le pape Clément VI (1342-1352) et dispositif qui pourrait sembler répétitif est
le Sacré Collège, formé des cardinaux, à un rendu nécessaire par la complexité de la docu-
tournant de l’histoire pontificale : installé à mentation utilisée : non seulement ces dis-
Avignon depuis quatre décennies, la papauté cours se plient à la rhétorique élaborée du
continue à poursuivre le rêve théocratique tout « sermon moderne », mais leur interprétation
en entamant en réalité une mue monarchique est obscurcie à nos yeux par la multiplicité des
qui conduit le pape à devenir, de plus en plus, registres littéraires mobilisés, de la Bible aux
un prince territorial parmi d’autres, et non auteurs scolastiques en passant par les clas-
plus le souverain spirituel et temporel de la siques latins et les Pères de l’Église, et par la
chrétienté. Dans ces temps troublés qui voient place tenue par des lieux communs. C’est donc
le début de la guerre de Cent Ans, le pape se grâce à une étude méticuleuse de la construc-
trouve dans une situation géopolitique diffi- tion, des métaphores, des emprunts et des cita-
cile le conduisant à agir en tant que médiateur tions que R. Lützelschwab parvient à rendre
du conflit entre France et Angleterre, en intelligible ces textes souvent considérés
même temps qu’il prolonge la lutte contre jusque-là comme stéréotypés et de peu d’inté-
l’empereur Louis de Bavière et qu’il tente de rêt. Il dévoile ainsi un horizon nouveau à la
reprendre pied en Italie. Au sein d’une Curie recherche sur la papauté médiévale, montrant
où l’administration pontificale est elle-même comment l’histoire culturelle, appuyée sur la
en pleine évolution, la place des cardinaux sus- philologie, peut renouveler le domaine de
cite dès lors l’interrogation, alors même qu’elle l’histoire politique, diplomatique et institu-
a été fort peu étudiée dans l’historiographie. tionnelle. 865

305227 DE10 10-07-13 11:09:49 Imprimerie CHIRAT page 865


COMPTES RENDUS

Le livre donne ainsi une analyse remar- 1 - Ralf LÜTZELSCHWAB et Jürgen DENDORFER
quable d’une parole politique et souveraine au (dir.), Geschichte des Kardinalats im Mittelalter, Stuttgart,
milieu du XIVe siècle, permettant de mieux Anton Hiersemann, 2011.
comprendre pourquoi Clément VI était consi-
déré comme le meilleur orateur de son
époque, exploitant toutes les ressources du Torsten Hiltmann
sermon scolastique au service de démonstra- Spätmittelalterliche Heroldskompendien.
tions nourries d’un nombre très important de Referenzen adeliger Wissenskultur in Zeiten
citations, mais conservant une clarté générale gesellschaftlichen Wandels (Frankreich und
et un souci rythmique et mélodique de nature Burgund, 15. Jahrhundert)
à séduire et convaincre son auditoire. Il montre Munich, Oldenbourg Verlag, 2011, 513 p.
aussi que cette parole, s’adressant à des cardi-
Si l’histoire de l’héraldique est désormais bien
naux dont la place, au sein de l’Église, était
couverte par des monographies, articles et
ambiguë, mettait en évidence une conception
autres études spécialisées, celle des hérauts
du pouvoir pontifical, de l’équilibre des rela-
d’armes l’est moins. Les rois d’armes, maré-
tions entre pontife et cardinaux et du rôle
chaux d’armes et poursuivants transmettaient,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


de l’intervention papale sur la scène politique
certes, la connaissance de l’héraldique mais
européenne souvent suivie d’effets. Derrière
leurs activités étaient plus diversifiées. Ils
les codes et les figures obligées d’une langue
jouèrent, à partir du XIVe siècle, un rôle dans
ecclésiastique qui était aussi diplomatique,
la représentation du pouvoir, les enterrements,
apparaissent des conflits, des rapports de force
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

les tournois, la guerre, la diplomatie, ou encore


et des ambitions : accepter, comme le propose
comme messagers. Au XIVe siècle, si les hérauts
l’auteur, de prendre au sérieux ce qui se dit
étaient encore souvent assimilés aux musi-
dans ces moments de solennité conduit à relire
ciens et ménestrels, ils bénéficièrent d’une
l’histoire du pontificat de Clément VI. Plutôt
ascension sociale progressive. Nos connais-
que de voir en lui un pape faible et corrompu
sances de ce phénomène d’envergure inter-
soumis à la cour de France et, dans les cardi-
nationale que constituèrent les hérauts d’armes
naux, des aspirants ou des asservis à la puissance à la fin du Moyen Âge se fondent en partie
pontificale, on découvre un pape soucieux sur un corpus de textes souvent utilisé jusqu’à
de jouer un véritable rôle d’arbitre européen, maintenant mais jamais étudié dans son
conscient des limites de son pouvoir mais ensemble ou comme phénomène propre, et
désireux de plier les cardinaux à sa vision du sans que ne soit pris en compte le contexte
monde, moins pour rogner leurs prérogatives de transmission.
que pour en faire des agents de la papauté, Torsten Hiltmann relève le défi de traiter
comme cela apparaît clairement dans le cadre intégralement le corpus de ces Herolds kompen-
des légations. On y voit concrètement comment dien, les compendia ou compilations de hérauts.
l’exégèse biblique et l’écriture scolastique sont Il n’est pas difficile au demeurant de com-
devenues la langue d’un pouvoir en acte, mais prendre que ce sujet ait été laissé en friche
aussi comment l’Église a élaboré, au cours des jusqu’à maintenant, car il s’agit d’un corpus
siècles, un dispositif de gouvernement origi- difficile à définir et à circonscrire. T. Hiltmann
nal, se tenant à bonne distance d’une véritable a réussi un tour de force avec l’étude de ces
collégialité tout en instituant, avec les cardi- « compilations de textes qui renseignent tant
naux, des rouages nécessaires à la transmission sur la fonction des hérauts que sur des cérémo-
du pouvoir pontifical et à l’expression de sa nies nobiliaires, le monde de la noblesse et
volonté. Complété par des annexes de très ses signes. Ils transmettent des compétences
grande qualité, ce livre pionnier ouvre donc la spécifiques et des connaissances générales qui
voie à des recherches nouvelles et promet- furent utiles pour l’exercice de la fonction des
teuses, qui ont déjà été pour partie brillam- hérauts ou qui correspondaient aux intérêts de
ment prolongées par l’auteur lui-même 1. leur métier » (p. 82).
L’ouvrage est structuré en cinq grandes
866 ÉTIENNE ANHEIM parties. La première introduit la fonction et

305227 DE10 10-07-13 11:09:49 Imprimerie CHIRAT page 866


HISTOIRE CULTURELLE

l’exercice du héraut d’armes, avant d’établir dans un manuscrit) et que ce détail ne révèle
un état de la recherche pour constater que, pas une modification ultérieure, mais plutôt la
jusqu’alors, le caractère compilatoire de ces présence de textes mentionnés dans un autre
sources n’avait pas été saisi et qu’une véri- manuscrit et donc une pratique de copie en
table critique de cet ensemble manquait. La masse de ce genre de recueil. T. Hiltmann
deuxième partie a pour but de définir le cor- souligne également que l’intention initiale
pus, partant du cas le plus connu, le compen- d’un texte n’est pas automatiquement trans-
dium du héraut Sicile. La troisième partie mise sur ses copies, même lorsque les mots et
aborde la structure des compendia et leur trans- le contenu ne changent pas, et qu’il est donc
mission : T. Hiltmann distingue neuf compen- essentiel d’en étudier la réception.
dia qui nous ont été transmis à travers vingt- Cette force a son côté sombre. Le but de
quatre manuscrits et une édition, datant dans l’étude – présenter les compendia des hérauts
l’ensemble du XVe et du début du XVIe siècle. et les rendre accessibles – me semble quelque
Dans la quatrième partie, un choix raisonné de peu ambivalent. D’une part, l’analyse fine du
textes est analysé avec précision : deux textes livre de T. Hiltmann est bien plus qu’une pré-
directement liés à la fonction des hérauts (ori- sentation de sources mais, d’autre part, elle

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


gine légendaire et rôle dans les cérémonies), en reste très proche. On peut regretter que
deux sur les cérémonies nobiliaires (obsèques l’auteur n’ait pas lancé plus de pistes pour une
et gages de bataille) et quatre concernant la analyse sociohistorique des résultats – par
société de la noblesse et ses signes (blasonne- exemple, ce que l’étude des compendia nous
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

ment, signification des couleurs, hiérarchie apprend des modifications du rôle social des
nobiliaire). Une cinquième partie résume hérauts ou de la société nobiliaire (il y fait
l’ensemble et conclut. seulement allusion dans la courte cinquième
Le sous-titre de l’étude annonce l’argu- partie) –, mais il convient de se réjouir que
mentation de T. Hiltmann : les compendia T. Hiltmann ait construit une base solide pour
contiennent moins un Handlungswissen (connais- d’autres études de la sorte.
sances directement applicables pour les actions Il reste que l’apparat critique n’est pas tou-
des hérauts) qu’un Referenzwissen (connaissances jours simple d’utilisation, ni assez explicatif.
secondaires concernant la compréhension de Un texte qui ne figure dans l’index que sous
la culture nobiliaire). Les compendia reflètent le nom de l’auteur Lefèvre de Saint-Rémy, le
donc surtout les signes et le cérémoniel d’un Traktat zu den Wappenminderungen, est réperto-
groupe social en perte de vitesse au Moyen rié dans la liste des plus importants compendia
Âge tardif : la noblesse. Les hérauts d’armes en tant que le Traktat des Toison d’Or zu den
représentent en quelque sorte cette transition, Wappenminderungen, sans mention de l’auteur
à la fois parce que leur fonction est essentielle- (qui fut, en effet, roi d’armes Toison d’Or entre
ment cérémonielle, et donc progressivement 1430 et 1468). En outre, dans un livre qui parle
coupée de la réalité sociale, mais aussi de par de compendia, donc de manuscrits contenant
leur origine sociale de plus en plus bourgeoise des ensembles de textes, il est surprenant de
qui s’éloigne donc du monde féodal et chevale- ne pas y trouver d’index ou de schéma des
resque. manuscrits cités.
Un des grands mérites du volume est que, L’étude de T. Hiltmann reste toutefois
tout en restant une étude véritablement histo- essentielle pour une meilleure compréhension
rique, il traite du manuscrit dans sa matérialité du monde nobiliaire, de ses cérémonies et de
pour le replacer dans son temps : genèse, la place des hérauts d’armes au Moyen Âge
contexte, fonction, diffusion, transmission. tardif. La naissance et le développement de
Grâce à cette attention, T. Hiltmann peut l’héraldique ont déjà été interprétés comme
noter que, dans un manuscrit actuellement la transposition d’un langage symbolique du
conservé au Vatican, la table ne correspond pas monde du sacré au monde de la noblesse 1.
au contenu (mention du traité de Jacques de Dans la même veine, ces compendia de hérauts
Valère finissant sur le mot « folio », apparem- occupent une place importante dans la « laïci-
ment pour pouvoir indiquer l’endroit exact sation » du livre qui accompagne l’insertion de 867

305227 DE10 10-07-13 11:09:49 Imprimerie CHIRAT page 867


COMPTES RENDUS

l’écrit dans les pratiques laïques. Les recueils fondamental de l’économie anglaise, qui ali-
de vies de saints et d’autres textes didactiques mente le commerce avec le continent. Elle a
en vernaculaire furent de plus en plus courants donc une importance singulière dans la com-
aux XIVe et XVe siècles et ces compendia s’ins- préhension de soi de l’Angleterre de la fin du
crivent dans ce mouvement. À côté de nom- XVIe et du début du XVIIe siècle. Il s’agit pour
breuses nouvelles traductions vernaculaires, l’auteure de montrer que ces aspects matériels
ces textes jouent donc un rôle dans l’éducation sont étroitement liés à l’idée abstraite de
d’une noblesse toujours plus lettrée. Avec nation, l’étoffe devenant un catalyseur du sen-
cette étude, les compendia des hérauts ont plei- timent d’appartenance à cette dernière.
nement acquis leur place dans un automne du L’ouvrage s’appuie sur l’analyse d’un
Moyen Âge où ils reflètent un monde nobi- corpus varié de textes édités entre 1575 et
liaire qui se replie sur lui-même, utilisant des 1615, et qui participent alors à la constitution
références et un système de signes propre dont de l’identité nationale anglaise : pastorales,
la clé est tenue par les hérauts d’armes. romans, textes de propagande, satires, textes
pour le théâtre et pour les spectacles urbains.
HANNO WIJSMAN Conçus selon les canons littéraires, ou en

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


marge de ceux-ci mais reçus avec popularité,
1 - Voir, par exemple, Michel PASTOUREAU, ces textes construisent un discours selon
L’art héraldique au Moyen Âge, Paris, Éd. du Seuil, lequel la draperie est un trésor de l’Angleterre
2009, p. 39-41, et les travaux en cours de Laurent qu’il faut promouvoir et protéger. Un des inté-
Hablot.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

rêts de l’ouvrage est que l’auteure les analyse


à la lumière du contexte économique et social
Roze Hentschell de cette manufacture et qu’elle les y articule
The Culture of Cloth in Early Modern de près : « Textes et textiles sont inextricable-
England: Textual Constructions of a ment noués dans leur pouvoir d’articuler maté-
National Identity riellement l’identité nationale » (p. 9).
Aldershot/Burlington, Ashgate, 2008, Ainsi propose-t-elle par exemple, dans le
209 p. premier chapitre, une relecture de The Countess
of Pembroke’s Arcadia, une pastorale publiée en
L’ouvrage de Roze Hentschell aborde ce 1580 par Philip Sidney. Elle met en relation
qu’elle nomme « la culture du drap » dans ce genre littéraire avec le monde matériel de
l’Angleterre de la première modernité. Elle la production de la laine et avec les débats qui
analyse la façon dont la draperie y était perçue l’entourent. Un parallèle est établi entre les
ainsi que le rôle de celle-ci dans la constitution scènes de révolte de paysans enivrés contre
de l’identité nationale anglaise. Le livre part leur duc, introduisant le désordre dans la buco-
en effet du principe que l’on ne peut com- lique Arcadie, et les émeutes anti-enclosures
prendre l’émergence du nationalisme anglais du milieu du siècle contre les landlords. L’éra-
sans prendre en considération la culture de dication de la révolte dans la pastorale conforte
l’industrie drapière. la position cruciale donnée par les proprié-
La question des identités individuelle ou taires terriens à l’élevage ovin, dont la laine
nationale imprègne les abondantes publica- alimente la production et le commerce du drap
tions anglophones consacrées, dans la dernière anglais jusque-là en plein essor. Haï par la
décennie, à la culture vestimentaire de la pre- résistance agraire mais emblème, pour le poète
mière modernité, dans l’élan des nombreux au lectorat aristocratique, d’un monde imagi-
travaux portant sur la culture matérielle 1 . naire bucolique qui l’idéalise, le mouton est
R. Hentschell se démarque cependant de ces doté d’une « toison d’or », miroir de l’activité
travaux en déplaçant, des apparences vesti- drapière dont dépend la santé de la nation.
mentaires vers le produit manufacturé lainier, La draperie constitue encore en 1615 une part
le questionnement sur l’identité. À la base de vitale de l’économie anglaise. Cette manufac-
l’habillement, l’étoffe de laine est également, ture est pourtant en déclin du fait notamment
868 depuis le Moyen Âge, un produit manufacturé des perturbations du commerce avec les Pays-

305227 DE10 10-07-13 11:09:49 Imprimerie CHIRAT page 868


HISTOIRE CULTURELLE

Bas, en révolte contre l’Espagne durant la luxe qui se font au détriment de la production
guerre de Quatre-Vingts Ans, et du blocus drapière et de l’identité anglaises. Devenu un
d’Anvers. Ce déclin ne détrône cependant pas English Monsieur, le vaniteux à la mode fran-
la draperie dans l’imaginaire anglais, confortée çaise n’est plus identifiable dans son apparte-
par le boom drapier du milieu du XVIe siècle nance nationale, argumente une épigramme
qui fait dorénavant figure d’âge d’or pour des de Ben Jonson de 1616. La dernière partie du
Anglais nostalgiques. Dans le contexte de crise livre examine le discours véhiculé par le
qui est celui des années de publication des théâtre et les spectacles civiques londoniens
textes, les discours sur le drap anglais et sur son du premier quart du XVIIe siècle. Le premier
industrie cultivent sa réputation d’ancienneté, dénonce la corruption des marchands drapiers,
de qualité et de richesse pour le pays. Ils cata- agents du déclin de la manufacture et de son
lysent donc autour du drap une part de l’iden- commerce. Dans les rues de Londres, les spec-
tité nationale anglaise. tacles offerts par les drapiers aux nouveaux
La composition de l’ouvrage peut paraître dirigeants urbains en 1614 et 1615 critiquent
surprenante : son développement rassemble la politique royale de régulation sévère qui
en effet des chapitres qui sont des études de accroît la ruine de la draperie et appellent à la

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


cas érudites, constituées autour de corpus de restauration de la gloire anglaise en la matière,
textes d’un genre précis (la pastorale dans le « toison d’or » à reconquérir par un lord maire-
chapitre 1) ou autour des écrits d’un auteur Jason.
particulier (Thomas Deloney sur le monde des L’ouvrage est doté d’une solide biblio-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

tisserands dans le chapitre 2). De ce fait, l’ou- graphie concernant la littérature et l’histoire
vrage tient plus du rassemblement d’articles sociale et économique anglaises de la période
rédigés indépendamment au départ, deux étudiée. Néanmoins, le lecteur reste sur sa
d’entre eux ayant été déjà publiés auparavant. faim quant à la démonstration de l’articulation
Ce mode de publication est fréquent dans entre cette « culture of cloth » et la construc-
l’édition anglophone. Néanmoins, l’auteure le tion de l’« identité nationale » anglaise. Celle-
compense, d’une part, en dotant l’ouvrage ci aurait mérité d’être davantage précisée,
d’une solide introduction qui s’achève par une au moins dans l’intéressante introduction au
synthèse des résultats de ses travaux et, volume qui porte plus sur le contexte écono-
d’autre part, en articulant chacun des chapitres mique que sur le sens donné à ces deux
avec l’ensemble dans des paragraphes intro- notions qui titrent pourtant l’ouvrage. Enfin,
ductifs. même si l’objet d’étude de l’auteure est
Enfin, l’ouvrage est structuré autour de l’Angleterre, on peut regretter le manque de
trois sections. La première montre que la comparaisons avec d’autres espaces euro-
pastorale et le roman en prose populaire véhi- péens. La bibliographie de l’ouvrage est
culent, pour l’une, des sentiments de protesta- uniquement anglophone. Or les questions
tion sociale dans le contexte du mouvement d’identité – par exemple sur le point de la
contre les enclosures et, pour l’autre, un natio- confusion qu’entraînent les modes étrangères
nalisme populiste qui voit dans les travailleurs notamment – et de menaces sur l’économie
du textile des éléments vitaux pour la santé locale se posent, elles aussi, sur le vieux conti-
de la nation, auxquels le roi doit prêter nent. Si l’emblème du Naked Englyshman, tiré
l’oreille. La deuxième partie enquête sur les du livre d’Andrew Boorde (1562), qui illustre
sentiments subjectifs qu’inspire le commerce la couverture du livre, signifie que, dans son
du drap anglais. D’un côté, la littérature de obsession à suivre la mode, instable de nature,
propagande pour l’exploration et la colonisa- et à s’habiller selon les modes étrangères,
tion de l’Amérique argumente sur le fait que l’homme finit par rester nu et donc vulnérable
celles-ci feront revivre l’industrie drapière par dans son identité, ni l’emblème ni le discours
la promesse d’un nouveau débouché (civiliser qui l’accompagne ne sont à proprement parler
les « sauvages nus » par le vêtement). De « anglais ». Ils relèvent d’un poncif « européen »
l’autre, la prose satirique diabolise les impor- repéré au XVIe siècle en France, en Espagne,
tations de modes et de textiles étrangers de en Italie ou en Allemagne 2 , et témoignent 869

305227 DE10 10-07-13 11:09:49 Imprimerie CHIRAT page 869


COMPTES RENDUS

qu’en matière d’identité, les interrogations L’un des principaux intérêts de l’ouvrage
concernant les textiles et les vêtements sont est de montrer que bien avant le célèbre Malleus
loin d’être insulaires. maleficarum (1486), longtemps considéré
comme le point de départ théorique de la
ISABELLE PARESYS chasse aux sorcières, la pensée scolastique tar-
dive avait déjà amplement fixé les termes et
1 - Ann R. JONES et Peter STALLYBRASS, Renais- les enjeux du sujet. La volonté de remonter
sance Clothing and the Materials of Memory, Cam- « la filière française » (p. 13) du sabbat a mis
bridge, Cambridge University Press, 2000 ; Susan
M. Ostorero sur la piste de plusieurs théolo-
VINCENT, Dressing the Elite: Clothes in Early Modern
giens qui, chacun de leur côté et selon leur
England, Oxford/New York, Berg, 2003 ; Catherine
propre sensibilité, ont tenté, dans le courant des
RICHARDSON (éd.), Clothing Culture (1350-1650),
Aldershot/Burlington, Ashgate, 2004. années 1450-1460, de s’approprier et d’adapter
2 - Marie VIALLON (éd.), Paraître et se vêtir au ce nouveau fantasme répressif. Prenant acte
XVIe siècle, Saint-Étienne, Publications de l’univer- de l’état récent des recherches sur la question,
sité de Saint-Étienne, 2006 ; Thomas LÜTTENBERG, l’auteur a volontairement porté son choix sur
« Der Nackte Mann mit Schere und Tuchballen. les textes les plus méconnus, à savoir le Tracta-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


Ein Sinnbild der Verhaltensnormierung und seine tus contra invocatores demonum de Jean Vinet
Entwicklung im 16. Jahrhundert », in A. BEUCHLAGE, (v. 1450-1452), le Flagellum hereticorum fascina-
A. PRIEVER et P. SCHUSTER (dir.), Recht und Verhalten riorum de Nicolas Jacquier (1458) et un autre
in vormodernen Gesellschaften. Festschrift für Neithard « fouet » des sorciers, le Flagellum maleficorum
Bulst, Bielefield, Verlag fur Regionalgeschichte,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

de Pierre Mamoris (avant 1462). Ces trois trai-


2008, p. 123-138. tés constituent autant de clés pour essayer de
comprendre comment des esprits savants ont
Martine Ostorero réellement cru et tenté de faire croire que des
Le diable au sabbat. Littérature hommes et des femmes se rassemblaient clan-
démonologique et sorcellerie, 1440-1460 destinement en des lieux écartés pour adorer
Florence, Sismel-Edizioni del Galluzzo, le diable. La conviction que ces traités repré-
2011, 806 p. sentent un authentique effort intellectuel pour
penser scientifiquement, selon les critères de
Le présent ouvrage, qui reprend la substance l’époque, un objet qui faisait encore débat vers
d’une thèse de doctorat soutenue en 2008, le milieu du XVe siècle anime ce projet ambi-
s’impose d’emblée comme une contribution tieux et érudit : « bien qu’elle ait des airs de
majeure à l’étude de la genèse médiévale de pseudo-science au caractère un peu occulte, il
la grande chasse aux sorcières. Dans le prolon- faut concevoir la démonologie comme une véri-
gement des travaux de l’École de Lausanne table ‘science naturelle’ » (p. 11). Forte de ces
consacrés aux premiers textes fondateurs de principes, M. Ostorero entreprend de reconsti-
« l’imaginaire du sabbat », Martine Ostorero tuer, sur la base de cette littérature démono-
s’engage dans une nouvelle « aventure intellec- logique « française », l’histoire complexe de
tuelle » qui la conduit à s’éloigner de la matrice la réception de l’imaginaire du sabbat à la
alpine de cet imaginaire pour considérer, vers périphérie du royaume (Toulousain, Poitou,
le milieu du XVe siècle, son implantation pro- Bourgogne). Cette histoire se divise en cinq
gressive et inégale sur les marges du royaume moments.
de France. Ce déplacement du sabbat dans La première partie revient à dresser et
le temps et dans l’espace n’a pas été sans susci- actualiser le bilan des recherches consacrées
ter de nombreux débats parmi l’élite savante. à la première phase de l’installation du sabbat
Le but de cet ouvrage est d’abord de clarifier dans l’arc alpin occidental entre les années
ces débats en reprenant les discussions et les 1430 et 1440. Cette approche initiale du phé-
modèles théoriques qui ont accompagné la nomène sorcier s’avère largement informée
diffusion de l’imaginaire du sabbat et surtout par la lutte contre l’hérésie et n’est pas encore
son inscription, ou du moins ses tentatives foncièrement misogyne. M. Ostorero repère
870 d’inscription, dans le réel. surtout une inflexion majeure dans l’évolution

305227 DE10 10-07-13 11:09:50 Imprimerie CHIRAT page 870


HISTOIRE CULTURELLE

du discours savant sur la sorcellerie : au primat sa capacité à résister aux assauts des démons
de la description qui caractériserait la première ou, au contraire, à entrer en contact avec eux.
génération des textes sur le sabbat (1430-1440) Ces trois traités constituent ainsi le témoi-
succéderait celui de la persuasion par les gnage d’un puissant effort intellectuel pour
moyens les plus sophistiqués de la scolastique. intégrer la nouvelle sorcellerie aux schémas de
Les traités placés au centre de l’étude appar- pensée dominants. Les emprunts massifs aux
tiennent à cette seconde génération. autorités du passé, en particulier à Thomas
La deuxième partie s’attache précisément d’Aquin, n’empêchent pas une réelle inventi-
à présenter les textes retenus pour l’étude. vité conceptuelle quand il s’agit notamment
L’auteur renonce ainsi délibérément à étudier de démontrer la forte présence des démons
le discours démonologique en général pour dans le monde. À ce stade de la démonstration,
mieux se focaliser sur un nombre réduit de M. Ostorero excelle à rendre compte des nom-
traités qui retrouvent aussi, du même coup, breux et subtils déplacements qui s’opèrent au
leur véritable statut de texte, avec des auteurs fil du temps dans le discours sur la magie, la
bien identifiés et une histoire singulière. Car possession ou l’action des anges jusqu’à, par
ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage exemple, faire dévier la démonologie d’inspi-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


que d’avoir reconstitué, avec la plus grande ration thomiste de sa vocation initiale – limiter
érudition, l’intégralité textuelle de ces trois l’influence des démons sur l’humanité – pour
traités (quitte à retrouver parfois des manus- la mettre au service de la nouvelle cause des
crits perdus ou oubliés de la tradition), tout en démonologues du XVe siècle, qui est d’accroître
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

éclairant du mieux possible le parcours bio- la pression diabolique sur le réel.


graphique de leurs auteurs respectifs. De ce Dans un quatrième temps, l’auteur s’attache
dernier point de vue, les résultats sont inévi- à préciser la vision spécifique que chacun des
tablement contrastés : si la personnalité du trois théologiens se fait du sabbat proprement
dominicain et inquisiteur Vinet se dégage dif- dit. Si tous partagent globalement le même
ficilement de l’ombre, celle de Jacquier est plus imaginaire du sabbat (qui était déjà celui qui
aisée à discerner au moins sur le plan spirituel prévalait dans le monde alpin vers 1430), ils
et pastoral, car son implication concrète dans divergent sensiblement sur la manière de le
les procès demeure incertaine. Mamoris est présenter : un simple maléfice parmi d’autres
sans doute le plus original. Ce clerc séculier, pour Mamoris qui est pourtant le premier démo-
professeur à la jeune université de Poitiers, se nologue à utiliser le mot de « sabbat », un objet
distingue des précédents par une ouverture relativement abstrait pour Vinet qui préfère en
d’esprit proche de la « curiosité ethnologique » traiter séparément les composantes, une réa-
et une ample culture qui le conduit à mobiliser lité matérielle incontestable pour Jacquier,
des savoirs plus diversifiés. Un autre apport dans lequel M. Ostorero reconnaît le plus fana-
essentiel, par-delà l’aspect biographique, réside tique des partisans du réalisme diabolique.
dans l’essai de recontextualisation de la rédac- Dans une ultime partie, elle revient sur
tion de chacun de ces traités qui s’inscrivent l’aspect le plus aberrant du sabbat, du moins
aussi dans différentes perspectives politiques. aux yeux de notre modernité, c’est-à-dire le
Si Vinet, dans le Sud de la France, se révèle assez vol magique des sectateurs du diable. Déter-
proche de la ligne pontificale, Jacquier, plus minés à démontrer la réalité des accusations
au nord, gravite autour des ducs de Bourgogne. portées contre les sorciers et les sorcières, tous
La troisième partie vise à replacer la pen- les auteurs se heurtent à l’autorité d’un texte
sée de ces trois théologiens au sein d’un vaste de référence, le fameux canon Episcopi, véri-
savoir sur les anges et les démons capitalisé table « pierre d’achoppement de tous les théo-
depuis plusieurs siècles. C’est que l’émergence riciens de la sorcellerie au XVe siècle » (p. 568).
du sabbat soulève de multiples questions Là encore, M. Ostorero s’attache à remettre en
détaillées et complexes qui interrogent aussi perspective la discussion de cette autorité en
bien les théologiens que les juges en charge de faisant le point sur sa tradition textuelle, sa
la répression. Cas-limite, le sabbat sert d’outil réception dans la longue durée – qui ne se
conceptuel pour penser la personne humaine, réduit pas, loin s’en faut, à son insertion dans le 871

305227 DE10 10-07-13 11:09:50 Imprimerie CHIRAT page 871


COMPTES RENDUS

droit canonique – jusqu’à sa rencontre, dans fait uniquement pour lui : « Ce livre a été écrit
le premier tiers du XVe siècle, avec la construc- pour un public d’étudiants en même temps
tion nouvelle du sabbat. Relativement discrète qu’il est destiné aux experts dans le domaine.
dans les premiers textes sur la nouvelle sorcel- Une de mes préoccupations est de soulever
lerie, la référence au vol magique passe alors certaines questions générales sur la manière
curieusement au premier plan dès lors qu’il dont nous devrions étudier la société politique
s’agit d’évaluer scientifiquement le sabbat selon anglaise du XVIIIe siècle 1. » J. Brewer a prati-
les critères de la démonologie savante. qué à plusieurs reprises ce double registre si
Au final, Le diable au sabbat se révèle une important en politique – s’adressant, si on peut
étude passionnante de ce moment décisif, situé extrapoler, et à l’individu et à la collectivité –
entre 1440 et 1460, où une culture savante afin de convier un large public à ses travaux.
cesse de penser comme elle l’avait fait jusque- Tout comme un autre livre de J. Brewer qui
là pour se mettre à penser autrement. Le déca- lui ressemble, Sentimental Murder: Love and
lage épistémologique est parfois infime, mais Madness in the Eighteenth Century (2004), The
ses conséquences peuvent être considérables, Devil in Disguise commence avec un crime – la
jusqu’à repousser les limites du réel comme dans noyade, en apparence un suicide, d’une jeune

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


le cas du vol nocturne magique. M. Ostorero quakeresse de bonne famille à Hertford en
montre bien, surtout, que l’émergence du 1699 – pour ensuite analyser les répercussions
sabbat ne constitue pas l’expression d’un délire de ce drame à travers la société anglaise : des
personnel ou collectif, mais se présente d’abord faits et des fictions dans le débat politique,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

et avant tout comme le résultat d’un prodigieux dans la presse et dans les domaines littéraires
travail intellectuel d’adaptation et d’invention et médico-scientifiques.
que cet ouvrage s’attache à dévoiler avec beau- L’étude de M. Knights trouve dans la forme
coup de finesse et d’érudition. Par l’ampleur de contradictoire du procès un dispositif idéal pour
ses vues et la précision de ses analyses, Le diable aborder une période d’affrontements confes-
au sabbat constitue un ouvrage majeur sur le sionnels et politiques tranchants. Le livre est
sujet. Il vaut aussi comme une invitation à sor- organisé autour d’une série de « cas » plus ou
tir l’histoire de la sorcellerie du « pathologique » moins connexes, le fil rouge étant la vie d’une
dans lequel elle est encore trop souvent confi- famille whig importante de Hertfordshire, les
née (au titre des « superstitions » ou des égare- Cowper. Cependant, tous ces cas ne deviennent
ments de la Renaissance) pour l’inscrire au cœur pas objets de procès, pas plus que le propos
d’une histoire qui est davantage celle de la ne se réduit à la microhistoire d’une petite
vérité, de la science et des pouvoirs qui l’accom- ville à une trentaine de kilomètres au nord
pagnent inévitablement. de Londres. Après avoir décrit la défense de
Spencer Cowper, l’assassin présumé de la
quakeresse, M. Knights examine les rivalités
FRANCK MERCIER
politiques entre les grandes familles whig ou
tory à Hertford. C’est ensuite la situation des
quakers, et un procès intenté précédemment
Mark Knights à leur égard, qui permet à l’historien de mettre
The Devil in Disguise: Deception, Delusion, en relief les particularités de la vie sentimen-
and Fanaticism in the Early English tale dans cette communauté en principe proche
Enlightenment des whigs. L’auteur se penche aussi sur le jour-
Oxford, Oxford University Press, 2011, nal intime de Sarah Cowper, la mère de Spencer
279 p. et 35 ill. et de William, un futur Lord chancelier. Ce
journal est lu comme un document sur les
En 1976, l’historien anglais John Brewer a infortunes du mariage en général, et en parti-
publié une version fortement remaniée de sa culier celui avec Sir William Cowper, un whig
thèse sous le titre Party Ideology and Popular influent qui, au grand dam de son épouse, vit
Politics at the Accession of George III. Une préface encore dans un monde patriarcal. À cela s’ajoute
872 informait le lecteur que ce travail n’était pas la découverte de la polygamie pratiquée par

305227 DE10 10-07-13 11:09:50 Imprimerie CHIRAT page 872


HISTOIRE CULTURELLE

William fils et les échos donnés à celle-ci dans langage moderne (on peut parfois regretter ces
la presse et la littérature de l’époque. Le cas ajustements, par exemple quand les Cowper
strictement juridique reprend ses droits dans deviennent « une famille d’égoïstes qui dys-
les derniers chapitres qui abordent deux pro- fonctionne », p. 241). Mais, si une liste des per-
cès clés du XVIIIe siècle britannique : en 1711, sonnages au début du livre invite à penser que
le procès londonien instruit par un gouverne- nous allons lire un récit dramatique, un glos-
ment whig (et qui mobilise Spencer et William saire, une chronologie et des illustrations très
Cowper) contre le pasteur Henry Sacheverell variées montrent que cette histoire se sert de
à la suite de son prêche contre les principes de tous les moyens à sa disposition. En termes
la révolution de 1688 et le procès contre Jane de méthode et de contenu, la tâche est plus
Wenham pour sorcellerie, à Hertford, en 1712. rude : il faut réarmer l’histoire en montrant
Cette femme allait devenir la protégée des combien il peut être utile de penser au présent
Cowper mais sa place dans le récit est essen- en étudiant le passé. La méthode casuistique
tiellement justifiée par le fait qu’après son aide à toucher un lectorat peu sensible aux
acquittement, plus aucun procès ne sera tenu charmes des grands récits. Se servant d’une
en Angleterre contre la sorcellerie. métaphore théâtrale, M. Knights propose de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


Ce qui rapproche les travaux de M. Knights redonner une réalité « in the round » (p. 9) à
et de J. Brewer montre combien les temps ont l’histoire de sa période, ce qui veut dire lui
changé. Dès la première page, M. Knights fait conférer une profondeur en trois dimensions qui
part de la même volonté de parler aux étudiants : relie des phénomènes épars afin de recréer une
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

« J’ai voulu expliquer pourquoi la période [la vision générale de l’époque. Cette méthode
fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle] est laisse entendre aussi (par le biais de cette image
importante et vivante, et donne à penser, afin où le public entoure la scène) que tous les
de persuader les étudiants et un lectorat plus spectateurs pourront faire valoir leur perspec-
général que la période est intéressante et mérite tive sur les sujets. C’est au moins un encoura-
d’être étudiée » (p. v). Si J. Brewer pouvait gement.
compter sur l’engagement politique de nom- Ainsi, des années après la « crise générale »
breux lecteurs et sur la pertinence évidente du du XVIIe siècle, crise politique et sociologique
XVIIIe siècle et des questions de représenta- qu’on associe aux noms d’Eric Hobsbawm et
tion, il n’en est rien pour M. Knights. En 1976, Hugh Trevor-Roper 2, M. Knights avance l’idée
le premier se demandait par quelle manière d’une « révolution culturelle » ou d’une « crise
(how) exposer son sujet alors qu’en 2011, le morale [...] générale » qui aurait eu lieu en
second est obligé d’expliquer pourquoi (why) Angleterre au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles
il voudrait le faire. Pour ce professeur d’his- (p. v et 98). Cette crise s’exprime par maints
toire à l’université de Warwick et grand spécia- phénomènes plus ou moins négatifs : les pres-
liste de l’histoire parlementaire, la culture et sions sur l’institution du mariage, la recru-
la pratique du passé sont menacées, y compris descence des suicides, la crise provoquée dans
à l’université. Nous sommes nombreux à l’Église officielle par la tolérance religieuse,
reconnaître ce défi. l’incroyance et la crainte des fanatismes ;
The Devil in Disguise assume très discrète- l’extension des domaines où la science natu-
ment la tâche de recréer une sorte de lettrisme relle devient interlocutrice et même autorité ;
public qui « parlera » à des jeunes gens sou- les prémices d’un « tournant visuel » (p. 172),
cieux de comprendre la vie contemporaine. l’essor du journalisme et de l’opinion publique,
Du point de vue formel, cette mission à mi- et l’émergence de l’individu. Qui plus est,
chemin entre pédagogie et démocratie est rela- pour M. Knights, la culture anglaise est remo-
tivement aisée. M. Knights présente le résultat delée en profondeur par le transfert du « mal »
de ses recherches dans un style simple et direct, hors de la sphère confessionnelle ; les agisse-
un plain style moderne, pour les étudiants qui ments du diable sont naturalisés et relèvent
gagnent toujours à ce qu’on leur rappelle les désormais des prérogatives du politique, de la
informations fondamentales sur la période ou science et du débat public. La densité de tous
qu’on traduise la réalité de la période dans le ces phénomènes dans la vie des Cowper de 873

305227 DE10 10-07-13 11:09:50 Imprimerie CHIRAT page 873


COMPTES RENDUS

Hertford encourage même l’idée que leur cas Anaïs Wion


représente une « introduction » à la période Paradis pour une reine. Le monastère
(p. 1), en quelque sorte un manuel. de Qoma Fasilädäs, Éthiopie, XVIIe siècle
Au lieu de soutenir que l’essor de la société Paris, Publications de la Sorbonne, 2012,
britannique résulte du puritanisme, ou de 479 p.
ses deux grandes révolutions politiques du
XVIIe siècle, The Devil in Disguise met en avant Paradis pour l’historienne, le monastère de
ce troisième moment que l’auteur appelle « les Qoma où nous entraîne le livre d’Anaïs Wion,
Lumières anglaises ». L’expression n’est pas minutieuse enquête de microhistoire tirée de
courante, encore moins à la mode, mais c’est sa thèse de doctorat, offre le fascinant exemple
sûrement la partie la plus importante du titre. d’une communauté qui n’a cessé pendant plus
L’auteur en propose une définition qui sou- de trois siècles de raconter sa propre histoire.
ligne la complexité de la nouvelle culture : Commencée comme une enquête sur la tradi-
« Avec les Lumières anglaises, il ne s’agit pas tion orale (l’afä tarik) du monastère auprès de
simplement du triomphe d’un jeu d’idéaux ses derniers dépositaires – les habitants de la

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


‘modernes’ par rapport à d’autres qui furent paroisse qui ont encore connu l’Ancien Régime
tournés vers le passé ; il s’agit plutôt d’une auquel mit fin, en 1974, la dictature militaire
lutte, d’un processus, d’un engagement où les du Därg –, l’étude d’A. Wion révèle bientôt
deux parties [sides] se modelaient mutuelle- comment cette tradition n’a cessé d’interroger
ment » (p. 46). Le sujet n’est ni les Lumières et de commenter, à la manière d’une exégèse
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

britanniques (bien que tant de thèmes abordés tissée de références scripturaires, les documents
par M. Knights anticipent la carrière de David fondateurs du monastère pieusement conser-
Hume), ni les Lumières provinciales. D’après vés depuis le XVIIe siècle.
le récit de M. Knights, la modernité anglaise Situé au nord-ouest de l’Éthiopie dans la
aurait pu être l’occasion d’une grande et contrai- région du lac T ø ana – où, depuis la seconde
gnante réforme des mœurs, tant les signes moitié du XVIe siècle, les rois des rois préfèrent
d’une corruption sociale furent manifestes. établir leur résidence pour mieux se prémunir
Mais la société fut sans doute trop divisée pour de la double menace, à l’est et au sud, des
y parvenir, trop empêtrée dans une « guerre royaumes musulmans et des pasteurs oromo –,
civile culturelle » (p. 111). Ainsi, ce fut par le le monastère de Qoma occupe le cœur d’un
biais de compromis, d’arrangements et, en fin vaste domaine – une paroisse de quarante-quatre
de compte, d’un rapprochement mimétique églises tributaires – protégé du monde exté-
des opposants whig et tory – serait-ce ce qu’on rieur par ses frontières naturelles et ses limites
appelle la politesse ? – que la paix sociale a légales, statut particulier que résume une for-
été assurée. C’est ce qui explique, dans cette mule coutumière : « aux confins, le feu, au
période, la circulation d’insultes si absolues, centre, le paradis ». Le centre en est précisé-
chacun pouvant accuser l’autre d’incarner le ment l’église de Qoma, peut-être l’une des plus
diable, le fanatique, l’injurieux ou l’impie, tant anciennes du pays à avoir été bâtie selon un plan
« les deux parties se modelaient mutuellement » circulaire et dont le saint des saints (mäqdäs),
(p. 46). C’est dans ce sens aussi que M. Knights orné sur ses quatre faces d’une iconographie
écrit de l’histoire pour tous. savante, abrite la traditionnelle pierre d’autel
consacrée (tabot), ainsi que la dépouille de la
ROBERT MANKIN fondatrice élevée au rang de relique, que l’on
sort une fois l’an pour la fête commémorative
1 - John BREWER, Party Ideology and Popular de la (sainte) reine. L’accès à l’église se faisait
Politics at the Accession of George III, Cambridge, autrefois par la « maison des objets » (eqabét),
Cambridge University Press, 1976, p. VII-IX. le principal bâtiment de l’enceinte où sont
2 - Voir, par exemple, l’anthologie préparée par déposés les manuscrits, bannières et objets
Trevor ASTON (éd.), Crisis in Europe, 1560-1660, liturgiques qui constituent le trésor de l’église et,
874 New York, Basic Books, 1965. dans la sacristie qui occupe le rez-de-chaussée,

305227 DE10 10-07-13 11:09:50 Imprimerie CHIRAT page 874


HISTOIRE CULTURELLE

les livres liturgiques les plus usuels qui servent donnèrent naissance à la paroisse : dans un pre-
également de registres d’archives. mier temps, des actes de fondation en waqf,
L’histoire que raconte cette véritable sainte établis en arabe par le métropolite Marqos à la
chapelle d’Éthiopie, à travers le programme manière d’une fondation pieuse perpétuelle
iconographique original qui orne son mäqdäs et de droit islamique, indice de l’entre-deux poli-
les documents d’archives copiés dans les pages tique et juridique où se trouvait le monastère
blanches des livres liturgiques offerts par sa en 1641 ; dans un second temps, des actes de
fondatrice, est celle d’une entreprise audacieuse donation foncière (gult) et de fondation, dres-
menée par la reine Wäld Śä’ala au cours d’une sés une dizaine d’années plus tard en ge’ez par
période troublée de l’histoire du royaume : son successeur, le métropolite Mika’él, appelé
l’établissement, en 1618, d’un monastère d’Alexandrie par le roi Fasilädäs pour rétablir
fidèle à l’orthodoxie du siège d’Alexandrie la foi orthodoxe et l’autorité royale sur l’Église
représenté à la tête de l’Église d’Éthiopie par d’Éthiopie. C’est là que furent copiées égale-
un métropolite égyptien, quand son époux le ment la liste des objets liturgiques et celle
roi Susneyos (1607-1632) faisait le choix, en des manuscrits donnés par la fondatrice à son

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


1620, de s’appuyer sur les jésuites et d’adopter monastère. Là que fut copiée surtout la liste
la foi catholique pour refonder son pouvoir ; la des 318 « savants », les bénéficiaires de la fon-
mise en place de la fondation, confirmée en dation nommément désignés, choisis dans
1641 sous la seule autorité du métropolite, l’entourage de la reine et répartis en cinq col-
en appui aux prétentions à monter sur le trône lèges en fonction de leur statut et de leur rôle
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

de son fils cadet Gälawdéwos, alors que l’aîné précis dans la vie économique et religieuse de
Fasilädäs (1632-1667) avait succédé à leur père, la communauté. Cette liste de noms est non
chassé les jésuites et rétabli la foi orthodoxe ; seulement au principe de la répartition ori-
enfin, le compromis passé entre la reine mère ginelle des terres de la paroisse, mais aussi
et son fils aîné après l’élimination du cadet à au fondement des droits et des devoirs des
la fin des années 1640, de manière à garantir la descendants des 318 « savants », qui n’ont cessé
pérennité de sa fondation et que traduit, dans d’habiter et de faire vivre le monastère depuis
la liturgie et la mémoire du monastère, la substi- le XVIIe siècle. La tradition orale de Qoma ne
tution de sa dédicace de saint Gälawdéwos à s’y est pas trompée, qui entretient fidèlement
saint Fasilädäs, les martyrs d’Antioche, Claude la mémoire des premiers membres de la com-
et Basilide, dont les princes portaient le nom. munauté tout en réajustant en permanence le
Ainsi une page cruciale de l’histoire du royaume compromis social établi par cet acte fondateur
chrétien d’Éthiopie, mal documentée par entre leurs descendants.
l’historiographie royale, peut-elle être subtile- Ainsi, au-delà de ses apports à la connais-
ment revisitée à la lumière des repentirs, des sance positive d’une période mal connue de
silences et des grattages qui, en un demi-siècle, l’histoire éthiopienne, le livre d’A. Wion met en
ont modifié la lecture et l’interprétation des pleine lumière le rapport intriguant qu’entre-
documents fondateurs du monastère de Qoma tiennent la mémoire et l’écrit dans un univers
Gälawdéwos, devenu Qoma Fasilädäs. intellectuel et visuel saturé de références scrip-
C’est bien là, dans les pages blanches des turaires. Nul doute que la tradition orale vieillis-
livres liturgiques encore en usage au monas- sante de la paroisse aura trouvé dans son travail
tère – le synaxaire, dont chaque fête est l’occa- la matière d’une nouvelle exégèse de ses ori-
sion de commémorer les noms de la reine et gines. Depuis son passage à Qoma, en effet,
de son fils victorieux, et plus encore les deux la transcription des entretiens de l’historienne
manuscrits des Miracles de Marie offerts par la avec les représentants de la communauté, épais
fondatrice –, que réside le trésor mémoriel de dossier donné en annexe du livre, a rejoint dans
Qoma. C’est là que fut copiée la généalogie la « maison des objets » les archives constituées
de la reine dont le monastère devait entretenir par la reine il y a près de quatre siècles.
la mémoire. Là que furent copiés les documents
légaux attestant des donations foncières qui JULIEN LOISEAU 875

305227 DE10 10-07-13 11:09:50 Imprimerie CHIRAT page 875


COMPTES RENDUS

Laurence Giavarini Laurence Giavarini, à qui l’on doit notam-


La distance pastorale. Usages politiques de la ment une édition de La Sylvanire et la traduc-
représentation des bergers (XVIe-XVIIe siècles) tion du Compendio de Giambattista Guarini
Paris, J. Vrin/Éditions de l’EHESS, 2010, « sur la poésie tragicomique » (1601), s’inscrit
365 p. ici dans une filiation plus proprement histo-
rienne, celle des travaux de Robert Descimon
Le roman pastoral, paru d’abord en Italie puis et Christian Jouhaud sur les débuts de l’abso-
en Espagne, dont l’exemple le plus connu lutisme. Il s’agit d’une lecture des « usages
en France est l’Astrée d’Honoré d’Urfé (auquel politiques de la représentation des bergers »,
est consacrée la partie médiane de l’ouvrage), ce qu’il ne faut pas craindre d’entendre en un
n’aura duré comme genre que quelques sens étroit : très attentive aux contextes de
décennies, et guère plus si on lui adjoint les production et de réception des œuvres, en par-
formes versifiées qui semblent l’annoncer ticulier aux « postures auctoriales » qui s’y
(Bergeries de Pierre de Ronsard et de Rémi révèlent, elle marque les enjeux particuliers à
Belleau) et les formes théâtrales qui l’ont pro- chaque cas, en situation – ce qu’elle qualifie
longé (les « tragicomédies pastorales », dont fréquemment par l’adjectif « éthique ». Le texte

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


La Sylvanire d’Urfé, La Sylvie et La Silvanire pastoral est « éthique en deux sens : parce qu’il
de Jean Mairet). Émergeant des guerres de traite des mœurs (du poète, de son ou de ses
Religion, il « fait événement » à la fin du règne protecteurs) » et « formule des propositions de
d’Henri IV (la première partie de l’Astrée paraît conduite qui ont une valeur modalisatrice [...].
en 1607, la deuxième en 1610) et se poursuit Mais aussi parce qu’il est lisible comme une
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

jusque dans les années 1630 – Le Berger extra- présentation se voulant tempérée, distanciée,
vagant de Charles Sorel pouvant en apparaître de questions sociopolitiques », distance « en
comme le « tombeau ». soi politique, quel que fût son rapport à la
Son étude relève donc pour l’essentiel de centralité du pouvoir » (p. 314). La littérature
l’histoire littéraire du premier XVIII e siècle, pastorale se révèle en effet liée à des milieux
longtemps occulté par le Grand Siècle, mais excentrés (sans quoi ils ne pourraient d’ailleurs
largement réhabilité par l’historiographie des se rallier au pouvoir central, comme le fit Urfé),
cent dernières années : l’invention de « l’huma- ceux par exemple des cours de Savoie ou de
nisme dévot » par l’abbé Bremond (1916), dont Chantilly ; milieux proches des « catholiques
la grande figure est François de Sales ; celle du zélés », héritiers de la Ligue convertis à la
« libertinage érudit » par René Pintard, en une « dévotion civile » salésienne, mais « liber-
grande thèse (1943) dont l’influence sera déter- tins » du point de vue qui va s’imposer avec
minante après-guerre ; celle du « baroque » Richelieu du « catholicisme d’État ». La der-
avec Jean Rousset, dans les années 1950 ; la nière partie du livre explore ainsi un « moment
vaste enquête de Marc Fumaroli sur la « civili- libertin » dont l’étude a été profondément
sation littéraire » de l’Europe de la première renouvelée ces dernières années, notamment
modernité (1980), son unité de principe (la par les travaux de Jean-Pierre Cavaillé. Mais
rhétorique, sa place dans la culture juridique la dette la plus sensible est envers C. Jouhaud,
et gallicane, sa fécondité dans l’accommoda- dont l’auteure retrouve la notion d’« actions
tion de l’héritage antique par les pédagogues d’écriture » et, surtout, la perception d’un
jésuites) et, en un contexte encore largement paradoxe au cœur de ce premier XVIIe siècle :
irrigué par le latin, l’émulation entre les comme l’écrit C. Jouhaud à propos de l’un
nations avec, pour la France, la création de des acteurs des mazarinades, Claude Dubosc-
l’Académie ; plus récemment la découverte Montandré, il existe « un lien très solide entre
d’un « théâtre de la cruauté » français, quasi conscience (et revendication) d’une identité
contemporain de l’élisabéthain. Le quatrième d’auteur et affirmation de l’appartenance à
centenaire du début de la publication de l’Astrée un réseau clientélaire dans une position de
a donné l’occasion d’un important travail d’édi- loyauté 2 ». La naissance de l’écrivain doit se
tion 1, l’histoire éditoriale de l’ouvrage étant décrire par conséquent en termes moins d’auto-
d’une rare complexité et son intertexte d’une nomisation que de distanciation, soit un jeu
876 redoutable richesse. complexe d’engagement/dégagement.

305227 DE10 10-07-13 11:09:51 Imprimerie CHIRAT page 876


HISTOIRE CULTURELLE

Dans une telle perspective, l’approche ne matique éternelle sous les circonstances chan-
saurait être strictement générique : la « distance geantes » ; c’est l’émergence au contraire très
pastorale » déborde le roman. Une première datée, très circonstanciée, d’une forme (la pas-
partie est ainsi consacrée à une sorte d’archéo- torale) et, à travers elle, non la conscience de
logie du thème, depuis le petit traité de Jean soi de la poésie, mais celle de l’écrivain, être
de Brie, Le bon berger (écrit vers 1379, plusieurs social, et la « conscience historique » (p. 13)
fois édité durant la Renaissance), jusqu’aux elle-même, à l’œuvre aussi bien dans son
œuvres, surtout des poèmes, du temps des propre travail que, par exemple, dans l’écriture
« troubles de Religion » ; elle se projette aussi de l’Astrée.
brièvement à la fin du XVIIe siècle, lors de ce
qui semble un processus d’éloignement dans FRANÇOIS TRÉMOLIÈRES
la « fable » – l’allusion au Télémaque de Fénelon
fait regretter de ne pas avoir poussé au-delà 3 – 1 - Honoré d’URFÉ, L’Astrée. Première partie,
jusqu’à Jean-Jacques Rousseau, puis à l’imagi- éd. critique établie sous la direction de D. Denis,
naire révolutionnaire (et pas seulement « curial ») Paris, Honoré Champion, 2011 ; Deuxième partie, à
des « bergeries ». Mais ce qui fait l’unité de paraître en 2013 ; en ligne sur http://www.astree.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


la période privilégiée (1565-1635 environ), ce paris-sorbonne.fr.
sont bien des « usages » repérés par une « lec- 2 - Christian JOUHAUD, Les pouvoirs de la littéra-
ture politique », lesquels conjoignent pour un ture. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000,
p. 259.
temps « la présentation éthique de questions
3 - Comme y invitait Françoise LAVOCAT, Arca-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

politiques et protestataires et la condition de


dies malheureuses. Aux origines du roman moderne,
plume de l’auteur » (p. 321). La forme pasto- Paris, Honoré Champion, 1998, p. 479.
rale a ceci de particulier qu’elle « produit une 4 - Iacopo SANNAZARO, Arcadia. L’Arcadie, éd.
représentation qui prend en charge la distance par F. Erspamer, trad. par G. Marino, Paris, Les
qui la fonde » (p. 322) ; elle réfléchit à sa Belles Lettres, 2004.
manière, mélancolique (non à proprement par-
ler utopique, ni exactement uchronique comme
a pu le soutenir Thomas Pavel), une écriture Sandro Landi
de l’histoire, produit de l’exil et de l’étrangeté. Stampa, censura e opinione pubblica in età
Il est difficile de tirer d’une telle méthode, moderna
par principe défiante à l’égard des généralités Bologne, Il Mulino, 2011, 160 p.
et demandant à être évaluée pour ses apports à
chaque cas étudié, une théorie de la « distance » Le petit volume de Sandro Landi n’est pas
(comme rapport nécessaire de l’époque à elle- seulement une remarquable synthèse de la
même), que l’auteure prend beaucoup de soins réflexion historique récente sur le livre et
à nuancer dans les emprunts qu’elle fait à Paul l’opinion publique à l’époque moderne, c’est
Ricœur, Michel Foucault, Michel de Certeau, une proposition pour repenser les dynamiques
Louis Marin surtout. Mais il est clair qu’elle culturelles et politiques de l’Ancien Régime
résiste à l’idée que l’Arcadie, dans sa reprise et, à travers elles, celles de notre temps. Ses
« dialectique » par les modernes, puisse témoi- cinq chapitres thématiques sont organisés par
gner de ce qu’Yves Bonnefoy, en introduction une problématique forte : mettre à distance
à la récente édition du chef-d’œuvre d’Iacopo un lieu commun central de notre imaginaire
Sannazzaro 4, nomme « présence », c’est-à-dire occidental, la relation entre multiplication des
– pour la poésie qui selon lui, au risque de livres et individualisation des pratiques de
l’illusion, en fait son bien propre – différence lecture d’une part, l’émergence de la pensée
radicale, donc tension, d’avec l’histoire, le critique et l’entrée dans la modernité d’autre
« monde » et ses désordres (mais non refus part. Forgé dans le contexte des conflits reli-
de la « finitude », comme l’illustre le fasci- gieux du XVIe siècle, laïcisé par les Lumières,
nant tableau de Nicolas Poussin). Ce n’est pas consolidé dans les années 1960-1970 par l’histo-
l’« intelligence du poétique » qui l’intéresse, riographie complémentaire de la « révolution
selon la formule d’Y. Bonnefoy, « en sa problé- de la lecture » et de la « naissance de l’opinion 877

305227 DE10 10-07-13 11:09:51 Imprimerie CHIRAT page 877


COMPTES RENDUS

publique », ce lien héroïque entre lecture et ment de la question dans un monde arabo-
sens critique a, depuis, été mis en cause. Il musulman longtemps réticent au dévelop-
mérite d’être complètement dénoué pour pou- pement des presses. Quoique tributaire d’une
voir questionner, à rebours, les modalités historiographie encore insuffisante, ce décloi-
d’expression du débat d’opinions dans les popu- sonnement est fécond et pourrait sans doute
lations actuelles de « faibles lecteurs » : celles être élargi à des espaces sous influence occiden-
dans lesquelles la Contre-Réforme aurait dura- tale et longtemps sans imprimerie, comme le
blement et efficacement altéré le rapport au Canada français.
livre (Italie), comme celles où l’imprimerie a Dans cette représentation canonique que le
connu un développement tardif (monde arabo- XVIIIe siècle reprend en la laïcisant, la censure
musulman). La démonstration croise les apports constitue une entrave posée à l’expression poli-
d’une bibliographie quadrilingue, qui permet tique, morale ou religieuse. Là encore, le travail
une contextualisation chronologique et géo- de recontextualisation permet d’éviter les
graphique large des phénomènes envisagés, et écueils d’une interprétation réductrice. La cen-
des éclairages originaux issus des précédents sure, c’est-à-dire stricto sensu la procédure de
travaux de l’auteur, où l’histoire des concepts révision des textes avant impression, s’inscrit

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


et des institutions vient croiser, nourrir et com- dans un ensemble plus large de contraintes
pliquer l’« histoire instrumentale de la pensée », réglementaires, corporatives et judiciaires
pour reprendre la formule d’Alain de Libera, imposées à la production des livres. À l’inverse,
celle « de la lecture, du livre, de l’écriture et pour les intellectuels de la première modernité
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

de la discussion 1 ». comme Nicolas Machiavel ou Jean Bodin,


Consacrés à l’histoire du livre et de la lecture l’archéologie des institutions de la Rome antique
à l’époque moderne, les premiers chapitres conduit à considérer la censure comme un
sont l’occasion de revenir sur le mythe de instrument relativement large des pratiques
l’imprimerie comme ferment de notre moder- culturelles, du contrôle social et de la police
nité. Évaluer la rupture provoquée par cette des populations. Reprenant l’hypothèse forte de
invention suppose d’abord de la replacer dans ses précédents travaux, S. Landi propose ainsi
la série des transformations matérielles qui, de considérer la censure comme « un ensemble
depuis l’invention du codex, de la pecia et du complexe de pratiques institutionnelles et
papier, ont durablement construit notre culture culturelles qui ont limité mais aussi, dans le
du livre comme celle d’un objet sériel de struc- même temps, déterminé les conditions d’exis-
ture feuilletée. La dimension « révolution- tence publique de la communication imprimée
naire » du nouvel art tient plus certainement pendant l’époque moderne » (p. 73). La très
à son articulation avec les bouleversements utile typologie des régimes de censure euro-
contemporains de l’espace du possible et du péens met en effet en évidence l’universalité
pensable, et à sa capacité à amplifier de manière de ces pratiques de contrôle du discours, y
inouïe les conséquences des Grandes Décou- compris dans les pays protestants, ainsi que
vertes et des mouvements réformateurs. C’est leur propension à ménager, à la faveur des
d’ailleurs à la faveur des conflits religieux de conflits de juridiction, des espaces interstitiels
la première modernité, dans un monde protes- où s’exerce une tolérance contrôlée : c’est le
tant pourtant encore largement analphabète, régime des permissions tacites, mais égale-
que se forge le mythe du « livre sauveur », ment le monde de la circulation manuscrite.
instrument d’une liberté individuelle, d’une Dans les pays catholiques, la liberté d’impri-
conscience critique libérée des autorités mer n’est donc jamais à entendre comme alter-
obscurantistes. native au contrôle mais toujours comme « une
C’est ce legs que le paradigme montant liberté interstitielle, coextensive à la censure »
de l’« histoire de la communication » invite à (p. 83). En outre, les effets de la censure sur
repenser, en mesurant l’efficacité de l’imprimé la production intellectuelle doivent être évalués
à l’aune de son interaction avec les formes au cas par cas dans les différents champs du
de l’oralité et de la publication manuscrite, savoir, puisque des dynamiques originales
878 comme invite également à le faire le dépayse- peuvent se développer à la faveur des

305227 DE10 10-07-13 11:09:51 Imprimerie CHIRAT page 878


HISTOIRE CULTURELLE

contraintes, comme le montre l’exemple de peut se cristalliser en actions collectives. On


l’« italien d’Église » en ancêtre de la langue doit chercher jusque dans l’histoire des insti-
unitaire italienne ou les formes de communi- tutions et des pratiques politiques (votes, péti-
cation obliques mises en œuvre par le monde tions) la trace du potentiel politique de l’opinion
scientifique. populaire, qui apparaît par exemple a contrario
Le dernier chapitre, le plus long, s’attache dans le travail institutionnel, législatif et poli-
à la question de l’opinion publique. Sortir cier de « dépolitisation de l’espace public »
de l’ornière habermassienne d’une opinion (p. 121) mis en œuvre à Florence par les ducs
publique bourgeoise et rationnelle suppose de médicéens et lorrains. C’est finalement sous
distinguer la construction discursive de sa les auspices de Pierre Bourdieu que S. Landi
consistance sociale. L’auteur propose donc place une réflexion aux conclusions désenchan-
une série d’éclairages sur l’élaboration de tées. La « naissance » de l’opinion publique à la
cet outil dans la pensée politique et philoso- fin de l’époque moderne ne signifie pas l’exis-
phique moderne. Pour les intellectuels italiens tence d’un véritable débat d’opinions : horizon
de la Renaissance, au premier rang desquels d’attente aux attendus contradictoires, c’est
Machiavel, l’efficacité politique des opinions l’atelier où se tissent les nouveaux oripeaux de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


de la multitude – folles ou instinctivement la domination sociale et politique.
sages – impose au pouvoir de les connaître et
de les maîtriser 2. Chez les philosophes anglais EMMANUELLE CHAPRON
du XVIIe siècle, le statut ontologiquement faible
des opinions justifie que la construction d’un 1 - Alain de LIBERA, Penser au Moyen Âge, Paris,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

consensus politique naisse de leur confron- Éd. du Seuil, 1991.


tation (John Locke, John Milton), plutôt que 2 - Sandro LANDI, Naissance de l’opinion publique
de leur gouvernement autoritaire (Thomas dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir de
Hobbes). Enfin, en France, en Prusse ou dans gouvernement de Machiavel aux Lumières, Rennes,
les États des Habsbourg, l’avènement d’un PUR, 2006.
« public », entendu comme sujet rationnel
investi de droits politiques, s’inscrit dans le
contexte des réformes politiques et fiscales de Andrew Pettegree
l’absolutisme éclairé : c’est un être en projet, The Book in the Renaissance
qui doit être façonné par les pédagogies poli- New Haven, Yale University Press, 2010,
tiques plus que par la libération de l’expres- XVI-421 p.
sion imprimée.
L’historicisation de l’opinion publique Andrew Pettegree, spécialiste de l’histoire
comme notion clé du vocabulaire politique européenne de la Réforme 1 et fondateur, en
européen montre la nécessité d’un élargisse- 1993, de l’Institute for Reformation Studies de
ment conjoint de sa compréhension en tant que Saint Andrews, est à la tête du plus ambitieux
réalité sociale, en tant que « capacité des gens programme de bibliographie collective en
ordinaires à produire des opinions à contenu ligne concernant le livre ancien : l’Universal
politique et religieux » (p. 114). Les exemples Short Title Catalogue (USTC). Celui-ci recense
tirés de travaux récents procèdent ainsi d’une les livres publiés aux XVe et XVIe siècles dont
série de décalages : classiquement, des élites des exemplaires subsistent dans les collections
vers les couches populaires, particulièrement du monde entier (désormais mieux connues
les plèbes urbaines ; des Lumières vers la pre- grâce à la multiplication des catalogues numé-
mière époque moderne, notamment dans les riques), en incorporant aussi les données de
aires politiques d’antique tradition républicaine, projets nationaux, tels que Edit 16 pour l’Italie
Venise ou Florence ; du livre sorti des presses et VD 16 pour l’Allemagne. L’USTC a succédé
vers le système de communication tout entier, au St Andrews French Vernacular Book Project,
incluant les éphémères, le manuscrit et les mené de 1997 à 2007, qui a donné lieu à un
mauvais discours ; enfin, de l’opinion conçue catalogue sur papier 2. Cette entreprise est
comme l’exercice d’une parole critique vers étroitement liée à des préoccupations d’histo-
un « secret et tacite consensus » qui, menacé, rien : le recensement fait apparaître quantité 879

305227 DE10 10-07-13 11:09:51 Imprimerie CHIRAT page 879


COMPTES RENDUS

d’éditions inconnues, notamment parmi les du jeune Lucas Cop, sévèrement puni à Genève
ouvrages dont les chances de conservation pour ses mauvaises lectures, en 1570. Ainsi
étaient les plus faibles (les petits livres pra- préparé à percevoir l’ambivalence du rôle joué
tiques, les pamphlets, etc.), et, ce faisant, il par le livre, on découvre ensuite les diverses
modifie notre perception du rôle culturel réel- façons dont celui-ci a irrigué la vie sociale et
lement joué par le livre. culturelle de la Renaissance.
Ces informations sont utiles, même si La succession des parties fait avancer dans
A. Pettegree ne les donne complètement que le temps : après celui des incunables, l’ouvrage
dans les quatre pages qui servent de conclu- aborde la première moitié du XVIe siècle, mar-
sion. Cette façon d’attendre la fin pour livrer quée par la pleine révélation des pouvoirs spé-
une clef importante est bien dans le style de cifiques du nouveau média qui a enfin trouvé
l’ouvrage. S’adressant à un public plus large un modèle économique viable, et les deux
que celui d’une histoire savante du livre (sans dernières parties portent principalement sur la
pourtant exclure ce dernier), l’auteur utilise dernière période de la Renaissance. La division
une pédagogie efficace qui évite aussi bien la en chapitres est cependant plus significative
lourdeur du manuel scolaire (avec sa démarche car elle permet d’explorer différents dossiers.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


trop prudente et trop attendue) et celle des Les plus nombreux concernent des domaines
démonstrations de spécialistes (avec leur d’activité du livre : la propagande et la polé-
construction systématique et leur souci mique religieuses, la diffusion des nouvelles,
d’exhaustivité dans la preuve). Il parvient à le loisir des élites, l’éducation, la diffusion des
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

entretenir jusqu’au bout l’attention et la curio- sciences, la santé, la constitution de biblio-


sité en faisant découvrir le monde du livre de la thèques. D’autres permettent de suivre la
Renaissance comme un objet complexe, intri- construction progressive d’un marché du livre,
gant et nouveau. après les difficultés initiales dues à l’écart mal
« Nouveau », justement, prend deux sens maîtrisé entre production et débouchés. Dans
dans son ouvrage. Parmi les données ou idées la deuxième partie, est abordée la « Création
qui y sont présentées comme telles, certaines d’un marché européen du livre » et dans la troi-
apportent effectivement du neuf au savoir sur sième, la logique de l’internationalisation, à la
le livre, mais d’autres semblent gagner cette fois dans son triomphe, avec les foires de la fin
qualité simplement parce qu’elles s’opposent de la Renaissance, et dans ses difficultés. La
aux représentations communes. Les admirateurs réglementation par les pouvoirs civils est trai-
d’Henri-Jean Martin, Jean-François Gilmont, tée dans un chapitre qui se clôt curieusement
Roger Chartier, Natalie Zemon Davis ou par un exposé sur les livres d’emblèmes.
Anthony Grafton doivent admettre cette pers- The Book in the Renaissance n’a pas d’introduc-
pective pour jouir sereinement de leur lecture. tion programmatique ni de conclusion-bilan,
Sans cela, ils auront plus d’une fois l’impres- mais sa visée est claire : montrer où l’imprimé
sion que les efforts depuis longtemps dépensés s’est le plus révélé un « ferment », sans se lais-
par ces historiens pour remplacer les préjugés ser séduire par le prestige des « grands » ou
par une connaissance plus fine et mieux docu- des « beaux » livres, mais en identifiant objec-
mentée ont été méconnus. Par exemple, un tivement les lieux de plus grande créativité
novice ne risque-t-il pas de se figurer, en lisant et effervescence, en se basant sur une évalua-
le « Prélude », qu’avant l’exploitation complète tion quantitative de la production et de la dif-
des recensements numériques, l’histoire du fusion. Il est donc naturel de le confronter avec
livre avait tendance à se reposer sur une sorte l’ouvrage qui a imposé ce type d’approche,
de « fable humaniste » en sous-évaluant les fac- L’apparition du livre 3. Celui-ci n’a jamais été
teurs économiques et sociaux ? remplacé, dans la mesure où personne n’a
L’ouvrage commence par juxtaposer deux tenté de recommencer une enquête et une
exempla : le ravissement d’un visiteur lettré démonstration aussi complètes, mais son
découvrant, vers 1490, les boutiques des libraires impressionnante documentation (qui ne repose
de Venise (d’après un dialogue de Marco pas seulement sur la compilation de catalogues
880 Antonio Sabellico) et les infortunes judiciaires et de travaux d’historiens, mais aussi sur des

305227 DE10 10-07-13 11:09:51 Imprimerie CHIRAT page 880


HISTOIRE CULTURELLE

recherches de première main en archives) se Un traité de la sphère vénitien (1490), présen-


limite évidemment à ce qui était accessible en tant un essai aussi inventif qu’ingénieux de
1957 – les corrections de la réédition de 1971 pédagogie par l’image, sert à montrer la diffi-
ne portent que sur la bibliographie. Comme culté des premiers imprimeurs à marier texte
A. Pettegree a particulièrement œuvré à préci- et gravures ; la légende signale la « combinai-
ser la connaissance de l’activité éditoriale, on son maladroite d’un texte dense et de gravures
peut se demander quels aspects de L’apparition d’une qualité et d’une pertinence mitigées »
(p. 59). Il n’en demeure pas moins que l’ou-
du livre son propre ouvrage conduit à réviser.
vrage d’A. Pettegree est une passionnante
Certaines parties du tableau ressortent sûre-
introduction à la complexité de l’univers
ment mieux grâce à la profonde connaissance européen du livre de la Renaissance. Remar-
qu’a A. Pettegree de la Réforme européenne quablement complet et documenté, très bien
et des modes et circuits de communication à écrit, il en donne une perception particulière-
la Renaissance – il a consacré un ouvrage à la ment vivante.
« culture de la persuasion » –, grâce aussi à son
intérêt pour les idiosyncrasies des cultures ISABELLE PANTIN

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


nationales. Mais l’axe majeur de la composi-
tion reste inchangé : la logique capitaliste qui 1 - Andrew PETTEGREE, Reformation and the
a gouverné l’évolution du marché du livre et Culture of Persuasion, Cambridge, Cambridge Uni-
versity Press, 2005.
les transformations successives de sa géographie,
2 - Andrew PETTEGREE, Malcolm WALSBY et
appelant un élargissement continuel du public
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

Alexander WILKINSON (éd.), French Vernacular


grâce à l’émergence de nouvelles formes de Books: Books Published in the French Language Before
livres et rendant son équilibre très sensible aux 1601, Leyde, Brill, 2007.
aléas sociaux et politiques. De plus, s’agissant 3 - Lucien FEBVRE et Henri-Jean MARTIN,
de l’évaluation quantitative de l’impact de L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, [1958]
l’imprimé, le lecteur reste un peu sur sa faim. 1999.
Pour le nombre des éditions et l’importance
des tirages, les chiffres d’A. Pettegree sont
Roger Chartier
souvent plus élevés que ceux d’H.-J. Martin,
Cardenio entre Cervantès et Shakespeare.
mais ils sont donnés de façon dispersée, aux
Histoire d’une pièce perdue
fins de souligner tel ou tel aspect. Le style Paris, Gallimard, 2011, 375 p.
de l’ouvrage exclut de toute façon l’usage de
graphiques, de tableaux ou de notes détaillées Par la mise en récit d’une enquête ludique
sur l’origine des valeurs indiquées. et érudite, Roger Chartier trace une histoire
D’autres réserves peuvent être formulées. de l’appropriation. Racontant la circulation à
Ainsi, la mise au premier plan du critère du travers l’Europe de la nouvelle dramatisée de
succès (ou de l’échec) commercial semble Cardenio, personnage de Miguel de Cervantès,
parfois réductrice, voire anachronique : même il en analyse les voies de transmission et les
s’il s’agit de corriger les excès des obsédés du déplacements et inflexions de sens à travers
« grand » livre, est-ce le meilleur angle, par ses appropriations successives, d’un genre à
exemple, pour aborder la Bible polyglotte l’autre, d’une langue à l’autre. Avec ce dernier
ouvrage, il enrichit encore son histoire de la
d’Alcalá ? Et l’opposition posée par l’auteur
réception. Le point de départ de l’enquête
entre livre humaniste et livre pour le public ordi-
européenne, que l’historien va dévoiler en six
naire est un peu schématique, d’autant qu’elle
jalons chronologiques, est le croisement de
n’est nullement nuancée par une approche deux courtes mentions d’archives formant une
« empathique » de l’objet, telle que la pratique énigme qui met en scène des protagonistes pour
A. Grafton. Chacun de ses exemples a pour le moins prestigieux. Deux traces indiciaires
fonction d’illustrer un trait particulier : on n’a d’une pièce de théâtre intitulée Cardenio et
jamais le temps de s’arrêter pour comprendre représentée à la cour d’Angleterre durant
l’intelligence et la subtilité d’une mise en page, l’hiver 1612-1613, qui aurait été composée
d’où quelques jugements à l’emporte-pièce. par William Shakespeare et John Fletcher. 881

305227 DE10 10-07-13 11:09:51 Imprimerie CHIRAT page 881


COMPTES RENDUS

Disparue, cette pièce est pourtant depuis une éditeurs du « Folio de 1623 », première compi-
quinzaine d’années l’objet non seulement de lation des pièces attribuées à Shakespeare. La
travaux d’érudition importants, mais surtout collaboration entre Shakespeare et Fletcher
de nombreuses expérimentations théâtrales est par ailleurs attestée pour au moins deux
sur les scènes américaines et anglaises. En épi- pièces.
logue, R. Chartier a choisi de révéler l’attention L’historien ne s’attarde pas sur l’irrémé-
soutenue, voire la fascination, que cette énigme diable perte et reconstruit alors l’histoire des
irrésolue entretient encore aujourd’hui. Le cas adaptations théâtrales de cette nouvelle diffu-
est remarquable, il est vrai, par les noms des sée très rapidement en Europe. Don Quichotte,
deux monstres de la littérature qu’il expose, dont la fortune fut rapide et exceptionnelle,
mais l’auteur souligne que son exemplarité a en effet fonctionné comme un réservoir
tient à sa représentativité : 60 % des pièces d’histoires pour le théâtre. R. Chartier suit
de théâtre jouées en Angleterre aux XVIe et deux pistes qui l’emmènent en Espagne, où
XVIIe siècles seraient perdues. est jouée entre 1605 et 1608 une comedia du
La première mention, datée du 9 juillet dramaturge Guillén de Castro, qui met en scène
1613, se trouve dans un registre de comptes don Quichotte et Cardenio, et en France, où

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


du trésorier de la Chambre du roi d’Angleterre. fut jouée par les comédiens de l’Hôtel de
Il s’agit d’un paiement de treize shillings et Bourgogne, en 1628, une tragi-comédie, Les
quatre pence versé à John Heminges, un des folies de Cardenio, d’un certain Pichou. En 1638,
acteurs de la troupe des King’s Men pour la repré- une autre comédie intitulée Dom Quixote de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

sentation d’une pièce « called Cardenna », devant la Manche, attribuée sans certitude à Guyon
l’ambassadeur du duc de Savoie à Londres. Guérin de Bouscal, fut représentée.
Cardenio est l’un des personnages du Don Quittant ces fausses pistes, R. Chartier
Quichotte de la Manche de Cervantès, paru à revient au fil principal de son enquête sur la
Madrid en 1605. En 1612, la traduction de pièce perdue pour exposer l’épisode majeur
Thomas Shelton du chef-d’œuvre de la litté- de cette complexe histoire textuelle. En 1727,
rature espagnole venait d’être publiée en le Théâtre royal donne la représentation de
Angleterre. L’histoire du chevalier, de ses Double Falsehood, une adaption de Cardenio par
folies et de ses compagnons, était néanmoins Lewis Theobald. Ce dernier, connu comme
connue depuis plusieurs années. Histoire dans l’un des premiers éditeurs des œuvres de
l’histoire des exploits du chevalier errant, la Shakespeare, prétend posséder un manuscrit
nouvelle, qui narre les aventures et les amours du Cardenio datant du XVIIe siècle. La présen-
contrariées du malheureux Cardenio, est insé- tation de cette pièce comme une relique
rée dans la première partie du récit principal et shakespearienne sauvée de l’oubli participe
met en intrigue les amours croisés entre quatre de l’entreprise de monumentalisation de
jeunes gens. Les passions de Cardenio offraient Shakespeare en tant que poète national et de
une belle matière pour le théâtre. la canonisation d’un répertoire. Quant aux per-
La seconde trace de la pièce disparue appa- sonnages de Cervantès, ils étaient connus et
raît quarante ans plus tard, en 1653. Parmi la présents à la mémoire des lecteurs et specta-
liste des pièces du libraire Humphrey Moseley teurs à travers les estampes et gravures illus-
pour lesquelles il possède un exclusif right in trant les éditions imprimées anglaises de Don
copy, enregistré par la Stationers’ Company, Quichotte. L’authenticité shakespearienne du
communauté des libraires et imprimeurs texte de Theobald a rapidement été contestée
londoniens, un titre : The History of Cardenio, by au cours du XVIIIe siècle. À quoi ont assisté les
M. Fletcher. & Shakespeare. Rien de plus sur spectateurs du Théâtre royal le 13 décembre
cette pièce fantôme, co-écrite semble-t-il. 1727 ? R. Chartier, en un dernier chapitre,
L’écriture théâtrale à plusieurs mains était une s’interroge sur le degré de mystification du
pratique courante. R. Chartier rappelle cepen- projet de Theobald et sur la controverse qui
dant comment la pratique collective du théâtre s’ensuit.
élisabéthain fut effacée par la construction de Au terme de l’épilogue, l’historien, sortant
882 la fiction de l’auteur singulier, effectuée par les du mode du récit, lève le voile sur les enjeux

305227 DE10 10-07-13 11:09:51 Imprimerie CHIRAT page 882


HISTOIRE CULTURELLE

de son enquête et la portée de son analyse : la création, en amont de sa mise à l’écrit. Il reste
propriété littéraire. Celle-ci s’organise autour à examiner avec précision les processus de réa-
de trois notions, que R. Chartier distingue : justement qui se mettent en place au moment
l’individualisation de l’écriture, l’originalité même du travail de création et de répétitions
des œuvres et la canonisation de l’auteur. Cette d’une compagnie théâtrale. Un texte de théâtre
définition de la propriété littéraire se parfait à est, par exemple, écrit en plusieurs versions
la fin du XVIIIe siècle (p. 282). La controverse selon les capacités et compétences humaines
sur l’authenticité du Double Falsehood y a parti- et techniques du groupe d’acteurs qui va le
cipé. On comprend alors que l’une des vues jouer. Le texte autorisé est donc multiple,
principales de l’ouvrage était d’offrir une date avant même le réemploi et la réécriture. Sur
de naissance à la fonction-auteur de Michel cette question, la discussion devra s’ouvrir.
Foucault 1 , que R. Chartier circonscrit à la
construction de l’auteur singulier, propriétaire MARIE BOUHAÏK-GIRONÈS
et responsable d’une œuvre sienne et origi-
nale. Il semble pourtant que le paradigme fou- 1 - Michel FOUCAULT, « Qu’est-ce qu’un
caldien entendait couvrir une fonction-auteur auteur ? », Bulletin bibliographique de philosophie,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


moins restrictive. C’est dans une acception 63-3, 1969, p. 73-104, repris dans Dits et Écrits,
plus ample que les médiévistes trouvent vol. I, 1954-1969, éd. par D. Defert et F. Ewald,
d’ailleurs, en la fonction-auteur, un concept Paris, Gallimard, 1994, p. 789-821.
opérant pour leurs objets et leurs problèmes 2 - Roger CHARTIER, Culture écrite et société.
(voisins de ceux ici évoqués). R. Chartier avait, L’ordre des livres (XIVe-XVIIIe siècle), Paris, Albin
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

en d’autres ouvrages, précisé de beaucoup Michel, 1996, p. 65.


l’analyse foucaldienne en soulignant que la
responsabilité pénale de l’auteur est introduite
dans la législation royale française quand l’édit Jean Starobinski
de Châteaubriant rend obligatoire l’apposition L’encre de la mélancolie
du nom de l’imprimeur et du nom de l’auteur Paris, Éditions du Seuil, 2012, 662 p.
le 27 juin 1551 2. Tout en suivant M. Foucault
qui accordait à la notion de responsabilité juri- Thème essentiel de la culture de la Renaissance
dique une importance majeure, R. Chartier et de l’époque moderne, la mélancolie a suscité
contredisait l’intuition du philosophe qui de nombreuses études. De toutes les enquêtes
estimait, prudemment, au XVIII e siècle ce d’histoire culturelle ou d’histoire de la litté-
changement capital. Quant à l’émergence de la rature, Jean Starobinski se démarque par
fonction-auteur, R. Chartier, comme certains une approche, un style, un souffle spécifique,
médiévistes, l’avait également reconnue dans recherchés et mis en œuvre depuis ses études
la singularisation de la figure de l’auteur litté- de lettres et de médecine. Ce livre nous pré-
raire, que l’on peut voir dès les derniers siècles sente la thèse de médecine encore inédite de
du Moyen Âge avec Dante, Pétrarque ou même l’auteur sur l’Histoire du traitement de la mélan-
Jean de Meung. colie (1960) et une succession d’articles, parfois
Enfin, en un élégant post-scriptum, réédités dans leur version originale, parfois
R. Chartier esquisse une réflexion sur l’insta- remaniés, parus entre 1962 et 2008. En même
bilité et la plasticité des œuvres. Sans doute temps qu’il propose une sorte de somme rétro-
est-ce sur cette question que la spécificité des spective sur la mélancolie, ce recueil invite à
textes de théâtre mérite maintenant d’être se demander pourquoi ce trouble mérite un
étudiée davantage. Car la notion de texte pre- tel intérêt.
mier, qui sous-entend que la démultiplication J. Starobinski affirme d’emblée sa double
du texte a lieu en aval de sa création, lors des formation, son double regard littéraire et médi-
temps de sa transmission, de sa circulation, de cal, qui ne fait pas de lui un « médecin défro-
sa diffusion, de sa réception, ne peut pas être qué » (p. 10). De fait, sa thèse de médecine
efficace pour l’analyse des situations théâ- pose les jalons d’une pensée déjà mûre. Écrite
trales. Le spectacle exige une plasticité fonc- pour des médecins, elle s’ouvre sur Homère
tionnelle de l’œuvre, multiple et instable dès sa et s’achève presque sur un vers de Charles 883

305227 DE10 10-07-13 11:09:52 Imprimerie CHIRAT page 883


COMPTES RENDUS

Baudelaire (« Ô juste, subtil et puissant ment de porter un masque, ils se sont délibé-
opium ! », p. 144). En une singulière écono- rément composé un personnage pour mieux
mie de notes de bas de page – on y trouve démasquer le mensonge, jeter les masques
déjà presque une forme essayiste –, l’auteur – un geste auquel J. Starobinski avait voulu,
brosse l’histoire de la description médicale de dans sa jeunesse, consacrer une étude initiale
la mélancolie, de ses diagnostics et médi- suscitée par l’affirmation d’idéologies totali-
cations. Attachée aux humeurs et à la bile taires et par l’engagement de certains écrivains
noire comme cause et conséquence jusqu’au dans la Résistance. Ce regard phénoméno-
XVIIIe siècle, puis aux nerfs à partir du milieu logique, l’auteur le pose aussi sur la relation
du XVIIIe siècle, elle est identifiée au début du entre l’artiste et le médecin – ainsi sur le méde-
XIXe siècle à une idée fixe et un tempérament, cin de Vincent Van Gogh, Paul Ferdinand
reliée au voyage et à l’exil, et devient un objet Gachet, lui-même peintre et graveur anxieux,
d’expérimentation. Vers 1900, à la veille du que Van Gogh considérait comme son double.
développement de la psychanalyse freudienne, Ce regard ne réduit pas la littérature à une glose
les médecins renoncent à administrer un trai- pathologique – Baudelaire, auquel J. Starobinski
tement causal et hésitent fortement à parler consacre près de quatre-vingts pages, « anticipe »

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


de guérison. J. Starobinski clôt sa thèse sur ce sur les observations des cliniciens. L’analyse
moment et cette note humble. Au XXe siècle, des Études sur les maladies cérébrales et mentales
le classement de la mélancolie comme forme (1882) de Jules Cotard permet d’éclairer le thème
de la dépression conduit en effet à renfermer poétique de la mort à soi-même, « un tourment
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

l’objet et à entraver ses ressorts existentiels, où la conscience, face à l’image de la mort,


culturels, artistiques et éthiques. trouve en elle-même l’aiguillon immortel de son
Les articles qui forment le reste de anxiété » (p. 434 et 535). Ni diagnostic rétro-
l’ouvrage développent en une sorte de varia- spectif, ni quête des similitudes entre l’écri-
tion polyphonique un thème central. Attitude vain et l’écriture, la démarche de J. Starobinski
et expérience de repli, d’inertie, voire de sclé- s’engage en une semi-empathie réflexive dans
rose, qui mène au mutisme tout en ne pouvant la pensée spectatrice de sa sclérose. « Je ne
être perçue que médiatisée par le langage, la tiens nullement à faire de Baudelaire, poète
mélancolie constitue à la fois un déni, un défi du spleen, un mélancolique. Je préférerais dire
et une invitation à la création artistique. Pour qu’il mime admirablement – avec le secours
J. Starobinski, l’histoire de la mélancolie de ce qu’il appelait son ‘hystérie’ – les atti-
relève en effet d’une histoire des idées (l’ico- tudes de la mélancolie et ses mécanismes pro-
nologie de la mélancolie par Erwin Panofsky fonds » (p. 469). La forme de l’essai participe
et Fritz Saxl et, plus généralement, l’history of de cette approche réflexive, en mouvement,
ideas d’abord pratiquée aux États-Unis), de de laquelle la mélancolie constitue le revers.
l’histoire et de la critique littéraires, et d’une Une hypothèse, développée dans la remar-
histoire médicale attentive aux relations quable postface de Fernando Vidal, sur la
entre les états corporels et psychologiques, aux nécessité de la mélancolie dans l’œuvre de
concepts qui les désignent, aux expériences J. Starobinski consiste précisément en l’exa-
dans lesquelles ils s’enracinent et à leurs men de la rencontre entre le regard critique
contextes culturels. et la « rêverie pétrifiante » (Gaston Bachelard,
Quittant la description purement exté- repris par un commentateur du poème « J’ai
rieure à laquelle s’arrêtent les autres études plus de souvenirs que si j’avais mille ans »,
sur le sujet, J. Starobinski pose un regard phéno- Spleen LXXVI ). La mélancolie a été stylisée
ménologique sur le mélancolique. Les grands sous les traits, d’une part, de l’agitation fié-
mélancoliques de l’histoire – à commencer vreuse, désespérée, de celui qui a perdu une
par Démocrite qui se rit de sa mélancolie et relation active au monde – ainsi chez Miguel
qu’Hippocrate ne trouva pas fou, Montaigne, de Cervantès – et, d’autre part, du regard isolé,
Robert Burton, La Rochefoucauld et Søren matériel, immobile et absent de la statue –
Kierkegaard – n’ont eu de cesse de vouloir ainsi chez Baudelaire, Pierre Jean Jouve et
884 dénoncer le mensonge. Hantés par le senti- Roger Caillois. Les mélancoliques ont trouvé un

305227 DE10 10-07-13 11:09:52 Imprimerie CHIRAT page 884


HISTOIRE CULTURELLE

remède dans le travail et dans la création artis- sum de René Descartes, et, plus récemment,
tique. La mélancolie, chez Charles d’Orléans, les Sources of the Self de Charles Taylor 1, qui
est donc transmutée en « ancre d’estude » et fait une part belle au boom autobiographique,
« l’impuissance d’écrire est surmontée dans aux pratiques de soi et à la quête d’« authenti-
l’œuvre même qui la déclare » (p. 621-622). cité » dans l’Angleterre puritaine du XVIIe siècle.
L’écriture, néanmoins, nous dit F. Vidal, ne Sur cette base, il s’agit, pour les auteurs, de
délivre pas de l’inquiétude tant qu’elle ne ren- réfléchir sur la transition cruciale entre, d’une
contre pas l’écoute qui définit la critique litté- part, les nouveaux modes d’individualisation
raire et où s’enracine le lien entre le médecin et, d’autre part, les nouveaux chemins d’explo-
et son patient. « Dans la situation extrême que ration des identités et de construction des
la mélancolie incarne, le critique découvre une subjectivités, cela en « situation », c’est-à-dire
virtualité qui l’incite à agir contre la force de à l’étude des contextes sociaux et des artefacts
l’inertie mélancolique », son regard engage un qui permettent d’accéder aux expressions
mouvement, une relation propre à « donner à multiformes du « moi » : images, mots, sculp-
autrui la possibilité et les ressources de la réci- tures, cartes... Pour convaincre pleinement de
procité » (p. 639) – apte à faire en sorte que la la modernité spatiale, il n’aurait pas été inutile

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


statue s’anime. de préciser d’emblée que notre conception de
l’espace – un, homogène, isotrope – est un
acquis de la modernité des années 1500 et que,
CLAIRE GANTET
depuis Leon Battista Alberti (1404-1472) au
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

moins, l’art de peindre et d’édifier est une opé-


ration cadrée qui suppose de circonscrire et de
David Warren Sabean décomposer 2. Or, du point de vue de l’édifica-
et Malina Stefanovska (dir.) tion, il en va du « moi » comme de n’importe
Space and Self in Early Modern European quelle construction de la main de l’homme.
Cultures Le propos d’ensemble du volume est orga-
Toronto, University of Toronto Press, nisé selon trois axes inégalement représen-
2012, 353 p. tés. Suivant la logique de l’« habitat » et de
l’« habitus », Space and Self examine tout
Placé dans l’ombre portée des autorités d’abord la façon dont l’existence individuelle
conjointes de Thomas Browne – « Le monde est concrètement incorporée dans l’espace de
que je contemple, c’est moi-même » (Religio règles et de pratiques obéissant à une logique
Medici, 1643) – et de Blaise Pascal – « Le silence binaire : public/privé, contemplation/action,
éternel de ces espaces infinis m’effraie » inclusion/exclusion, avec passage d’un terme
(Pensées, Sellier no 233) –, cet ouvrage a pour à l’autre suivant un mouvement pendulaire
objectif ambitieux de revenir sur la question entre les deux « royaumes », celui de l’écart per-
rebattue et controversée de la naissance du sonnel et celui de l’emprise collective, comme
« moi » moderne, en faisant mesurer l’ampleur si, pour se contenter d’un exemple, la Trappe de
du vacillement identitaire vécu par la culture l’abbé de Rancé ne pouvait se concevoir qu’au
européenne aux XVIIe et XVIIIe siècles. miroir de la cour royale, la solitude du désert
Les chercheurs en sciences sociales réunis ne prenant sens qu’à l’aune de l’apparat public
dans ce collectif (pour l’essentiel des histo- de la société de cour. Le grand intérêt du livre
riens, des historiens de l’art, des spécialistes est de travailler dans le détail des reconfigura-
de littérature et des philosophes) partagent la tions sociales et culturelles propres à docu-
thèse courante suivant laquelle la modernité menter la modernité de règles et de pratiques
du « moi » est une invention du XVIIe siècle. nouvelles : l’invention de la perspective, les
En cela, ils s’inscrivent dans le sillage de deux arts du jardin et du paysage ; la nouvelle mesure
œuvres marquantes de la philosophie contem- du cosmos et du monde ainsi que la sortie de
poraine : le tournant cartésien défendu par la « clôture » marquée par la science astrono-
Martin Heidegger, avec le passage du subiectum mique et les pratiques de la « mesure » géogra-
à l’ego dans la fameuse définition du cogito ergo phique et humaine (cartographie, ethnographie, 885

305227 DE10 10-07-13 11:09:52 Imprimerie CHIRAT page 885


COMPTES RENDUS

ingénierie) ; enfin, les cadres du contrôle éta- XVIIIe siècles, des Essais de Michel de Montaigne
tique à l’âge de la police des populations si à l’Émile de Jean-Jacques Rousseau. Dans cette
bien mis en valeur par Michel Foucault 3. Les optique, on lira avec intérêt l’étude des lettres
différents contributeurs partagent le sentiment de Jean Calvin que Lee Palmer Wandel met en
que ces règles et pratiques nouvelles sont affaire regard de la cartographie de Gerardus Mercator,
de cadres : lieux physiques (studiolo, cabinet avec une confrontation entre la thématique de
d’étude, café, club, scène, paysage), représen- l’exil intérieur et la nouvelle représentation
tations spatiales (cartes, descriptions orales ou géométrique et abstraite de l’espace extérieur ;
écrites), mais aussi « lieux » de la rhétorique à l’inverse, Christopher Wild insiste sur la
(topoï poétiques ou « lieux théologiques »). Ainsi, liberté spirituelle offerte par le voyage dans le
à partir de l’étude des clubs londoniens du temps et l’espace qu’offrent les cartes abstraites
XVIIIe siècle, tel le célèbre Witehagamot, David des nouveaux géographes et cosmographes.
Shields montre comment se forge l’excentri- La troisième partie, fort peu fournie, est
cité commune au milieu de la lecture et du pour l’essentiel consacrée à l’ailleurs et à l’entre-
débat, générée par la sociabilité de lieux à mi deux. Dans une approche d’ensemble sur la
chemin entre le café, la librairie et le forum, où modernité culturelle d’une Europe en expan-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


s’élabore l’« opinion publique » de la société sion, mise au défi d’autres horizons et d’autres
bourgeoise chère à Jürgen Habermas. S’atta- agencements humains, bref à la remise en cause
quant à ces autres lieux que dévoilent poétique de ses cadres sociaux et mentaux, Space and
et rhétorique, Michael Taormina (sur l’éthos Self invite à prendre la mesure de l’« écart »
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

nobiliaire dans la poésie française) et Frédéric en situation de rencontre avec des catégories
Gabriel (sur la construction du self puritain) exogènes, l’espace et le « moi » de la culture
montrent quelle science de l’écart offrent les européenne n’étant pas des catégories aisé-
pratiques de l’écrit savant dans la construction ment transposables. Ainsi, Robert Batchelor,
d’une topique de la liberté, du loisir, de l’indé- avec l’étude de la notion de jian qui permet à
pendance, ou, inversement, dans le déni de soi la culture chinoise de décrire une place dans
pour faire place à l’Autre divin, instance finale l’espace sous la forme d’un « entre-deux », suit
de soi. l’entreprise de Matteo Ricci dans sa traduction
Le second axe de réflexion tourne autour en mandarin de la « ligne » d’Euclide. Pour
des « perméabilités » du « moi » qui n’est jamais autant, aucune contribution du volume n’aborde
que la résultante des règles et des pratiques la question du « moi » en situation interculturelle
sociales, « je » étant un « autre », comme disait alors que l’on sait, depuis les beaux travaux de
Arthur Rimbaud. À l’étude de dossiers divers, Vincent Descombes 4, que la subjectivité est
et qui pourraient se multiplier à plaisir (traités d’abord une affaire de langage, un acte d’appro-
des passions, autobiographies puritaines, récits priation de la langue, une convention gramma-
d’exil, rêves, ruines de la mélancolie dans la ticale, une question structurellement liée au
poésie baroque allemande), il s’agit de montrer déterminant linguistique.
comment la cohérence biographique – l’iden- Dans un ouvrage amené à consacrer une
tité moderne étant définie comme le passage place de choix aux questions du « moi » entre
de la conformité (être identique à) à la conti- hétéronomie et autonomie, dans un univers
nuité de soi-même –, la profondeur psycho- culturel marqué par l’affrontement de chré-
logique, l’individualité et l’« authenticité » du tientés plurielles, par la remise en cause iden-
« moi » sont des constructions en situation, des titaire face à des mondes nouveaux et à des
réactions à un « extérieur » socioculturel qu’on logiques anthropo-sociales singulières et par la
peut qualifier, comme le font les éditeurs du tentation de constructions communautaires
volume, en termes d’« impacts », d’« invasion » sinon sans Dieu tout du moins à bonne dis-
ou de « colonisation », mais dont on peut dire tance de Dieu, on est étonné de la faible place
plus sobrement qu’ils sont des formes d’appren- réservée à l’équation chrétienne de l’espace et
tissage – une question au cœur des réflexions du « moi ». La matrice trinitaire (trois « per-
sur la socialisation de l’être humain à l’âge de sonnes » d’une même substance) oblige à pen-
886 la modernité européenne aux XVI e , XVII e et ser le fidèle chrétien comme un « être dans »,

305227 DE10 10-07-13 11:09:52 Imprimerie CHIRAT page 886


HISTOIRE CULTURELLE

comme le suggère l’Évangile de Jean (14,11) : le caractère factice de l’assemblage des autres
« Je suis dans le Père, et le Père est dans moi. » communications autour de thèmes plus lâches
D’où la conception chrétienne de l’apparte- (successivement : secret de famille, solitudes et
nance en termes de contenants, qui fait dire à solidarités, secret des corps, ordres et désordres
saint Augustin que « nous sommes en Dieu, et de soi, la religion, l’événement).
que Dieu habite en nous ». Dès lors, comme La présentation des recherches sur les
le montre très bien F. Gabriel, la question de livres de raison en Europe offre un panorama
la modernité (en l’espèce la modernité extré- passionnant des démarches suivies chez nos
miste rêvée par les puritains qui dénient toute principaux voisins ; on y adjoindra le rappel
propriété sur soi pour mieux affirmer la pro- inaugural par Pascal Even de l’inventaire des
motion du moi en Dieu) revient à penser le livres de raison dans les archives départemen-
problème du corps d’appartenance : du corps tales françaises en 1954. Les études sur l’écri-
mystique de l’Église à un corps civil non moins ture personnelle prennent leur essor il y a une
mystérieux puisqu’il est investi des pouvoirs vingtaine d’années en Espagne (Antonio Castillo
transformateurs de la substance communau- Gómez) comme en Allemagne (Claudia
taire. Ulbrich), dans les années 1980 en Italie et aux

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


Pays-Bas. Si ce mouvement s’était amorcé
DOMINIQUE IOGNA-PRAT dans les années 1950 en URSS (Yuri Zaretsky),
il s’est ensuite interrompu, n’étant pas, comme
en Pologne, lié à un élément d’une identité
1 - Charles TAYLOR, Sources of the Self: The
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

collective. Les auteurs de ces premiers articles


Making of the Modern Identity, Cambridge, Harvard
University Press, 1989. consacrent une part significative de leur pro-
2 - Philippe CARDINALI, « Leon Battista Alberti : pos à une analyse générique : elle détermine
l’espace et l’art d’édifier », in T. PACQUOT et l’étude des manuscrits italiens conduite par
C. YOUNÈS (dir.), Espace et lieu dans la pensée occi- Raul Mordenti, elle donne la clef des silva rerum
dentale de Platon à Nietzsche, Paris, La Découverte, des nobles polonais que présente Stanisław
2012, p. 63-80. Roszak, elle justifie les regroupements opérés
3 - Michel FOUCAULT, Sécurité, territoire, popu- par Arianne Baggerman parmi les textes hol-
lation. Cours au Collège de France, 1977-1978, éd. landais. Quoique cette dernière traite des rap-
par M. Senellart, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2004. ports entre journaux et mémoires et qu’Antonio
4 - Vincent DESCOMBES, Le complément de sujet. Castillo Gómez signale également des lettres,
Enquête sur le fait d’agir de soi-même, Paris, Gallimard, les livres de raison restent l’archétype d’une
2004. écriture personnelle à dimension familiale. Il
est donc normal que ce soit à l’édition des livres
de raison que Christine Nougaret consacre la
Jean-Pierre Bardet, précise synthèse qui figure dans la huitième
Élisabeth Arnoul partie. En revanche, la passionnante présenta-
et François-Joseph Ruggiu (dir.) tion par France Martineau de l’édition numé-
Les écrits du for privé en Europe rique d’écrits privés de Canadiens francophones
du Moyen Âge à l’époque contemporaine. sort largement du champ géographique retenu
Enquêtes, analyses, publications et traite autant de lettres que de mémoires ou
Bordeaux, Presses universitaires de de journaux. De même, la contribution de
Bordeaux, 2010, 657 p. Cécile Dauphin et Danièle Poublan justifie
surtout l’édition électronique des lettres de la
La remarquable richesse de ce volume consti- famille Duméril et « la question sur la place
tue sa principale faiblesse. Les quelque qua- des lettres dans les écrits du for privé » mérite
rante textes qu’il rassemble se répartissent en en effet d’être posée (p. 638).
effet en huit parties. L’homogénéité de la pre- Quand Verónica Sierra Blas et Laura
mière sur les écrits personnels (un thème de Martı́nez Martı́n scrutent les secrets confiés
recherche européen) et de la dernière intitulée dans des lettres par les émigrés espagnols en
« Éditer les écritures du for privé » fait ressortir Amérique, traitent-elles du même genre que 887

305227 DE10 10-07-13 11:09:52 Imprimerie CHIRAT page 887


COMPTES RENDUS

Sylvie Mouysset s’interrogeant sur les secrets fait... On en trouvera confirmation en rappro-
confiés aux livres de raison français ou que chant l’attention portée par Robert Beck au
James Amelang réfléchissant au lieu de rédac- livre de raison d’un artisan bavarois du XIXe et
tion et de conservation des livres de raison ? le discours tenu par Martin Wrede sur le sou-
Les lettres fictives qui composent le journal venir des fautes dans la (grande) noblesse à
du chevalier de Corberon, dont Dominique l’époque moderne. La savante contribution que
Taurisson-Mouret mène une analyse exem- Philippe Martin donne dans la sixième partie
plaire, autorisent-elles les mêmes questionne- sur l’écriture dévote marque à sa manière le
ments que les correspondances mises en œuvre besoin de tracer des frontières au sein des écri-
par Scarlett Beauvalet à propos des couples tures du for privé : la copie, même agrémentée
séparés à Paris au XVIIIe siècle ? Puisqu’elle a de dessins à la plume, vise une circulation
initié l’expression « écriture du for privé », il manuscrite ; l’assemblage de textes distincts
convient de rappeler la mise en garde de ébauche une écriture personnelle.
Madeleine Foisil, dont l’étude du Journal de Que de qualités, pourtant, dans chacune
Gouberville reste la référence : « tous ces textes des contributions ! Sous prétexte de réfléchir

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


d’époque et de nature différente ne peuvent à l’apparition de l’intimité dans le journal, celle
être traités, compris, interprétés sur le même de Philippe Lejeune (à tout seigneur tout hon-
plan par l’historien, sous peine de considérables neur) montre l’absolue nécessité de considérer
contresens ». le document dans sa totalité (dans son inté-
Jean-Pierre Bardet le constate d’ailleurs en grité ?) pour l’interroger dans les formes. Le
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

conclusion, il serait important de discuter des livre de raison est hétérogène, mais c’est un fait
problèmes de technique et de méthode. La anthropologique dont l’on peut rendre compte
formulation qu’il donne de l’objectif des histo- par un effort de définition, comme le mène
riens explique fort bien le malaise suscité par R. Mordenti, et de chronologie, à la manière
ce volume : « contribuer à la mise en place d’A. Baggerman ou de Jean Tricard, dont on
d’une anthropologie historique consistante en doit saluer la part active dans la redécouverte
partant de l’observation des cheminements des livres de raison, avec une approche d’ailleurs
personnels » (p. 646). Parce que l’écrit du for transnationale. Si les écarts transparaissent
privé est appréhendé comme un moyen et non jusque dans les dénominations, ils n’empêchent
comme un objet d’étude en soi, son utilisa- pas Colette Winn de conduire une belle lec-
tion ne permet guère d’aller au-delà de l’anec- ture de la Généalogie de messieurs Du Laurens.
dote – il ne suffit pas de convier les spécialistes C’est en les acceptant pour ce qu’ils sont que
des autres disciplines à s’asseoir au « banquet l’on poussera l’analyse le plus loin. Anna Iuso
du for privé » si c’est pour reproduire la fable en administre une démonstration aussi puis-
du Renard et la Cigogne. Comment ne pas sante qu’émouvante en rendant compte de ses
avouer sa frustration devant les études de la discussions avec un collègue anthropologue
septième partie ? De même que les adoles- à propos d’un livre de raison tenu par un
cents de la fin du XIXe siècle ne mentionnent employé de ministère romain pendant les
pas directement dans leur journal les transfor- années 1960 : « il a choisi l’argent comme code
mations de leur corps (Marilyn Himmesoëte), d’écriture » (p. 421), et la succession des
on recherche en vain l’événement dans « ces dépenses finit par exprimer des règles de vie
textes brefs, informatifs, d’un laconisme puis- comme des sentiments, des usages comme des
sant » (Michel Cassan, p. 532), où ce qui n’est préférences ; que l’anthropologue soit le fils de
pas décrit est aussi intéressant que ce qui l’est l’auteur du cahier retrouvé dans des archives
(Lûdmina Pimenova). Si les efforts de Georges publiques n’affecte que notre réception de
Pichard sont plus fructueux, c’est sans doute son travail.
parce qu’il traite congrûment un corpus homo- L’inventaire des barbouillages du comte
gène de livres de raison provençaux – les pro- de Thorenc dressé par Valérie Piétri est élo-
888 priétaires fonciers sont attentifs au temps qu’il quent : toute écriture personnelle ne relève

305227 DE10 10-07-13 11:09:52 Imprimerie CHIRAT page 888


HISTOIRE CULTURELLE

pas du for privé ni ne revêt une dimension Jean-François Lattarico


mémorielle. Le remarquable dossier constitué Venise incognita. Essai sur l’académie
par Anne Béroujon autour de Pierre Bouscault, libertine au XVIIe siècle
officier lyonnais du XVIIe siècle, en administre Paris, Honoré Champion, 2012, 488 p.
une preuve encore plus éclatante ; si elle ne
travaille pas à partir d’un livre de raison, n’est- Les Incogniti, réunis entre 1630 et 1660 autour
ce pas aussi parce son « héros » a perdu la de la figure du patricien Giovanni Francesco
sienne ? Il apparaît pourtant essentiel, dans Loredan, ont été essentiellement étudiés pour
l’effort de définition à mener, d’assumer la l’accueil chaleureux qu’ils firent aux sujets
diversité du genre au lieu d’en faire un faux- libertins classiques. Composée en bonne part
fuyant. Isabelle Luciani s’engage dans une de membres recrutés dans les rangs de la
voie prometteuse : revenant sur les écrits de noblesse vénitienne et italienne et de religieux,
l’officier arlésien François Rebatu, elle met en l’académie a sans aucun doute constitué l’inter-
valeur la diversité de ses centres d’intérêt et médiaire littéraire par lequel l’aristotélisme
la complexité d’une écriture de soi qui joue hétérodoxe padouan de Cesare Cremonini put
avec les chronologies et crée sciemment un largement pénétrer aussi bien le patriciat

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


effet d’authenticité ; elle nous offre ainsi les vénitien que d’autres milieux. Sous certains
moyens de rendre compte d’une écriture très aspects, sa production ne fut pas très différente
proche des cahiers d’exempla des humanistes de celle des autres académies qui, elles-
et des juristes. Plus profondément, la présen- mêmes, se caractérisaient par leur ostentation
tation des enquêtes européennes fait ressortir
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

littéraire, par le triomphe du conceptisme et


combien la définition du genre est inséparable des discussions infinies sur des sujets inutiles
de la constitution du corpus de référence, des pris surtout comme prétexte. Mais l’inquié-
considérations pratiques imposant parfois la
tude spirituelle et biographique d’une grande
sélectivité dans la collecte. Le témoignage de
partie de ses membres les plus actifs, aventu-
Frédéric Meyer sur les livres de raison qu’il a
riers – de la plume entre autres –, incroyants,
repérés dans les archives de Savoie et de Haute-
tels que Ferrante Pallavicino, Antonio Rocco,
Savoie, notamment dans le fonds de l’ancien
Maiolino Bisaccioni, Girolamo Brusoni et bien
sénat de Savoie, mérite d’autant plus d’atten-
d’autres, se distinguant tous par une vie
tion qu’il s’était auparavant distingué par
dissolue et instable, en orienta les traits carac-
l’édition d’un de ces livres de raison d’ecclé-
siastiques sur lesquels revient Stéphane téristiques vers un goût de la contestation de
Gomis : si l’enquête a déjà permis d’identifier la morale établie, tout en la rapprochant des
bien des ego-textes inconnus jusqu’alors, le thèmes, chers aux libertins érudits, de la
travail de collecte reste largement ouvert et il liberté sexuelle, de la religion comme impos-
ne pourra être conduit dans de bonnes condi- ture, de la mortalité de l’âme, de la religion
tions qu’avec un cahier des charges précis. naturelle, etc. Agrémentant le tout d’une très
Cette dernière expression renvoie aux condi- vaste opération de propagande anti-papale,
tions mêmes de l’enquête car, dans son excès contre Urbain VIII en particulier.
de richesse, le volume montre que les cher- Ce serait toutefois une erreur que de pré-
cheurs doivent apprendre à faire la part du senter la production des Incogniti de manière
contexte institutionnel : cette production d’un univoque. Comme l’affirme Jean-François
GDR aurait-elle été aussi foisonnante sans un Lattarico – et c’est là un des principaux
contrat A NR ? On se réjouit enfin que se mérites de son livre –, l’académie fut loin
côtoient dans la table des matières des spé- d’être « un ensemble homogène et compact,
cialistes confirmés du livre de raison, telle constitué d’un nombre régulier des lettrés fré-
Élisabeth Arnoul, et de nouveaux chercheurs quentant ensemble le cénacle pendant une
comme Hugo Billard ou Emmanuelle Berthiaud, durée déterminée » (p. 10). La charge contes-
dont les contributions constituent l’une des tataire exprimée par l’un de ses membres les
réussites de cet ouvrage collectif. plus en vue, Pallavicino, ne constitue qu’un
des aspects de la production de l’académie. En
CHRISTOPHE BLANQUIE ce sens, l’objectif de J.-F. Lattarico est moins 889

305227 DE10 10-07-13 11:09:52 Imprimerie CHIRAT page 889


COMPTES RENDUS

d’entreprendre une analyse sociologique et dans la décennie 1640 – révèle ses liens pro-
politique de l’activité académique – questions fonds avec l’académie : presque tous les libret-
que l’auteur garde bien à l’esprit, du reste, et tistes en étaient membres, et Bisaccioni, un
qui apparaissent en toile de fond – ou de pro- Incognito lui-aussi, en devint l’imprésario. Il
poser une histoire de l’institution que de mieux s’agit d’une relation qui a suscité récemment
cerner à la fois l’émergence de nouvelles formes l’intérêt, entre autres, d’Edward Muir 1, et que
littéraires et une relation nouvelle entre l’écri- J.-F. Lattarico s’emploie à approfondir notam-
vain et le public. Il s’agit dans ce cas de privilé- ment grâce à l’étude rigoureuse des œuvres
gier une approche véritablement littéraire de de Giulio Strozzi : allusives, imprégnées d’éro-
l’histoire de l’académie, en prenant comme tisme et souvent apologétiques – suivant un
angle d’approche l’étude des formes rhéto- motif largement diffusé dans le discours liber-
riques élaborées par ses membres et, surtout, tin – à l’égard de l’homosexualité, essentiel-
en interrogeant directement les textes, pour lement masculine. Dissimulant habilement
laisser les contextes au second plan. Ainsi l’im- l’apologie derrière une condamnation faible et
portance de la rhétorique paraît-elle centrale inconsistante, Strozzi, d’un côté, fait écho aux
dans la production de nombreux membres de positions de Giovanni Battista Marino et donne,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


l’académie et dans une production qui consi- de l’autre, la possibilité d’une large diffusion
dère que la forme écrite et la performance à des thèmes qui allaient ensuite se trouver
orale sont encore solidement liées et s’inter- dans les œuvres et déclarations publiques
roge sur les questions de l’éloquence, des ver- d’Antonio Rocco (L’Alcibiade fanciullo a scola
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

tus de la voix, etc. entre toutes) et s’insérer dans le filon anti-


S’explique donc le choix de J.-F. Lattarico clérical de la critique des religions et de l’idée
d’identifier un fil rouge commun au sein de la même de péché conçu comme moyen de
production de l’académie, en s’intéressant aux contrôle social.
nouveaux genres qu’elle propose et en procé- De ce point de vue, la grande attention
dant à l’analyse des œuvres reconnues comme des Incogniti pour l’homosexualité masculine
paradigmatiques dans une période (entre 1625 s’exprime aussi avec grande clarté dans les
et 1645) où « ceux-ci baignent dans un climat œuvres de Pallavicino. En particulier dans Il
de grande instabilité formelle » (p. 12). Ainsi principe ermafrodito, la question de l’andro-
la première partie de l’œuvre est-elle desti- gynie, largement présente dans l’Adone de
née à l’analyse de genres, telle que la reprise, Marino, revient au centre du discours. Mais
sous forme parodique, de l’épopée héroïque. chez Pallavicino, à la différence de ce que l’on
L’Iliade giocosa de Loredan et les œuvres de trouve chez Marino, le jeu des genres et des
Giovanni Battista Lalli constituent un cas sexes ne se cache pas, aussi complexe soit-il,
d’étude important illustrant l’affirmation de et, tout en passant par les artifices classiques
genres et de sensibilités qui allaient mener, un du théâtre baroque, le thème du désir sexuel
peu plus tard, à la création du romanesque. est ici absolument évident.
Le roman, précisément, est analysé dans ses L’érotisme – c’est le thème de la troisième
intersections variables avec l’histoire, la rhé- partie de l’ouvrage – est présent de manière
torique et la poésie, par rapport aux œuvres capillaire dans les écrits provenant des rangs
d’Agostino Mascardi, de Brusoni, auteur plus de l’académie. Il peut être sublimé, pétrarqui-
actif et plus célèbre, et surtout du médecin de sant et marinisant, il peut trouver une place
Vérone, Francesco Pona, qui écrivit des œuvres dans les drammi per musica ; reste que le
surprenantes comme La lucerna, La maschera thème de l’amour revient dans presque toutes
iatropolitica et La Messalina. les œuvres des Incogniti. Il s’agit toutefois d’un
La seconde partie de l’ouvrage est consa- amour « pragmatique, charnel », dénué de toute
crée à une thématique importante, bien que préoccupation morale, excepté celles liées au
peu connue, les drammi per musica (le théâtre plaisir (p. 337). C’est une dimension absolu-
musical) qui connurent à Venise une saison ment évidente chez des auteurs tels que Rocco
très heureuse. L’histoire du Teatro novissimo et Pallavicino chez qui, cependant, l’érotisme
890 – quand il ne fut actif que quelques années et la sexualité deviennent un prétexte philoso-

305227 DE10 10-07-13 11:09:53 Imprimerie CHIRAT page 890


HISTOIRE CULTURELLE

phique pour attaquer la morale traditionnelle des années durant lesquelles le libertinisme
et défendre le naturalisme le plus extrême : avait trouvé dans l’académie des Incogniti un
les désirs sexuels sont considérés comme tout centre culturel actif et influent, un noyau
aussi naturels que les besoins primaires et leur d’élaboration, un pôle d’attraction qui façon-
satisfaction doit donc être recherchée, malgré nait l’hétérodoxie vénitienne, du moins dans
la méfiance des systèmes de pouvoir qui la manière dont elle était perçue dans certains
veulent en empêcher la réalisation, poursui- milieux.
vant des buts purement « politiques ». En d’autres termes, un climat libertin se
La quatrième partie est consacrée à Giovanni développait, dans lequel l’académie des Inco-
Francesco Busenello, un auteur encore peu gniti s’épanouissait sous les auspices et la
connu si ce n’est pour avoir écrit Il coronamento protection ouverte du patriciat. Ceci ne pré-
di Poppea, mis en musique en 1642 par Claudio suppose pas évidemment l’existence d’une
Monteverdi. Mais Busenello est l’auteur d’autres ligne politique et d’une conscience univoque
livrets et de nombreux textes inédits (dont le et dénuée de contradiction dans le milieu gou-
roman La Floridiana), qui constituent un point vernant de Venise, pas même au cours d’une
d’observation privilégié pour examiner de près période, brève somme toute, telle que celle

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


la production des Incogniti. J.-F. Lattarico lit ces qui est examinée, et il est évidemment diffi-
œuvres à la lumière d’un traité de Busenello cile de retrouver des tendances unitaires dans
resté à l’état de manuscrit, le Della retorica, qui un contexte qui fut marqué au contraire, bien
constitue la conclusion du livre et, d’une cer- plus qu’il ne semble et qu’on ne le croie tradi-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

taine manière, un retour à l’idée initiale, celle tionnellement, par une multiplicité d’aspects
d’une exploration destinée à définir le rapport souvent opposés les uns aux autres. Mais c’est
entre les textes et leur dimension rhétorique. de là, justement, qu’il s’agit de repartir.
C’est dans le succès de cette tentative que
tient le principal mérite d’un livre qui, comme FEDERICO BARBIERATO
nous l’avons dit, ne se donnait pas pour objec- Traduction de FRÉDÉRIQUE BORDE
tif de proposer une histoire de l’académie des
Incogniti ainsi que de leur rôle au sein de la 1 - Edward MUIR, The Culture Wars of the Late
société et de la culture de Venise et des États Renaissance: Skeptics, Libertines, and Opera, Cambridge,
italiens. C’est là une histoire qui reste à faire. Harvard University Press, 2007.
Demeurent, en toile de fond, des probléma-
tiques que les historiens et chercheurs en litté-
rature pourront aborder armés de ce livre : le Jane McLeod
« libertinisme » des Incogniti, par exemple, ou Licensing Loyalty: Printers, Patrons,
encore leur relation complexe avec la situation and the State in Early Modern France
politique de l’époque. Le conflit de nombre University Park, Pennsylvania State
d’entre eux avec Urbain VIII et la protection, University Press, 2011, 302 p.
parfois insuffisante ou inefficace, du gouver-
nement de la république de Venise. C’est sans L’opposition mise en exergue par l’Histoire de
doute de là qu’il faudra repartir : les Incogniti l’édition française entre la « prééminence de la
peuvent constituer une articulation fonda- librairie parisienne » et l’« anémie provinciale »
mentale pour la compréhension de la première a longtemps cantonné les recherches sur
moitié du XVIIe siècle en Italie, y compris dans l’imprimerie et la librairie provinciales sous
ses aspects politiques. Il s’agit en effet d’une l’Ancien Régime dans le cadre d’espaces
période complexe durant laquelle la France, régionaux bien délimités 1 . Empruntant la
Venise et la Toscane partagèrent une même même perspective que Thierry Rigogne 2,
opposition au pape. Des années durant les- Jane McLeod choisit a contrario d’envisager la
quelles, avec l’épisode éphémère de la guerre question à l’échelle du royaume, en étudiant
de Castro, un front serré et puissant semblait l’extension progressive en province du prin-
être né et avoir trouvé le moyen de tenir tête cipe de régulation du nombre des ateliers
aux prétentions pontificales. En outre, ce furent d’imprimerie, adopté par la monarchie dans le 891

305227 DE10 10-07-13 11:09:53 Imprimerie CHIRAT page 891


COMPTES RENDUS

dernier tiers du XVIIe siècle, et les relations l’imprimerie dans plusieurs villes et, ailleurs,
nouvelles que cette politique instaure entre d’âpres luttes entre typographes pour la sauve-
les imprimeurs et l’État. garde de leur officine. L’application de la nou-
Un premier chapitre introductif retrace velle règle repose sur la collaboration active
l’historique de l’installation et du dévelop- des officiers élus des communautés profes-
pement des ateliers typographiques jusqu’au sionnelles avec les agents chargés localement
milieu du XVIIe siècle et identifie quatre élé- de veiller à la mise en œuvre de la politique
ments susceptibles de fonder alors l’« identité » royale, les lieutenants de police, les intendants
des imprimeurs : leur appartenance à l’uni- et leurs subdélégués et, un peu plus tard au
versité, leur position de client de la noblesse XVIIIe siècle, avec des agents spécialisés, les
ou du clergé, leur qualité de marchand ou inspecteurs de la librairie, présents dans vingt-
d’homme d’affaires et celle de membre d’une sept villes en 1737. Solidement argumentés,
communauté de métier. Durant cette période, ces chapitres sont illustrés par des exemples
l’intervention de l’État pour contrôler les nombreux et précis tirés des vastes dépouil-
imprimeries en province se manifeste de façon lements que J. McLeod a effectués dans les
sporadique à l’occasion des conflits religieux archives du Conseil du roi et confirment ainsi,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


ou des grèves ouvrières, mais trouve surtout à mais de façon plus systématique, les observa-
s’exprimer à partir du XVIIe siècle dans la poli- tions déjà mises en évidence par les études
tique d’attribution et de renouvellement des menées dans le cadre régional.
privilèges d’édition, qui favorise les impri- Avec le cinquième chapitre, consacré à l’ar-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

meurs parisiens au détriment des provinciaux. gumentation développée dans les demandes
Les chapitres suivants sont consacrés à de licence d’imprimeurs, s’ouvre un second
l’analyse de la mise en œuvre et de la générali- ensemble d’analyses plus novateur, centré sur
sation de la politique de limitation du nombre l’étude des relations établies, à la faveur de
des ateliers d’imprimerie dans le royaume. la nouvelle réglementation, entre imprimeurs
Inaugurée par deux arrêts du Conseil rendus provinciaux et institutions centrales. Comme
en février et octobre 1667, cette politique le note à juste titre l’auteure, le portrait
consiste, dans un premier temps, à suspendre idéal du « bon imprimeur » que dressent les
toute nouvelle entrée dans le métier, au motif requêtes au Conseil du roi est le produit des
qu’il est préférable de réduire le nombre des échanges entre trois types d’acteurs : les impri-
professionnels mal connus ou économiquement meurs, les juristes qui rédigent les requêtes
vulnérables, soupçonnés d’être tentés de s’en- et les représentants de l’autorité royale qui
gager dans des activités illicites. J. McLeod, y réagissent. Cette conjonction de points de
qui souligne le caractère rhétorique d’un argu- vue est synthétisée par une rhétorique assez
ment inspiré selon elle aux autorités par les stéréotypée, fondée sur les arguments jugés
imprimeurs eux-mêmes, montre, à travers plu- les plus recevables pour emporter la décision
sieurs exemples, que la décision du Conseil de l’administration royale. Compétence et
connaît une amorce d’exécution en province, mérite professionnels, appartenance familiale
contrairement à ce qui était communément au métier, valeur personnelle, moralité et
admis. Ce n’est toutefois qu’après la réalisation, loyauté des individus, sont les plus fréquem-
à la demande du chancelier de Pontchartrain, ment mis en avant et se combinent avec d’autres
d’une enquête générale sur les imprimeries et arguments faisant plus directement référence
librairies du royaume en 1701 et l’organisation au principe même de la fixation du nombre
d’un véritable appareil de contrôle sous l’égide des imprimeurs, pour le défendre ou pour le
du Conseil privé et l’autorité du « Bureau de contester. Au cours du temps, dimension
la librairie » que la réduction du nombre des familiale et mérite tendent cependant à se
imprimeurs est généralisée à toutes les villes confondre au bénéfice principal des familles
de province par un arrêt du Conseil d’État du d’imprimeurs en place.
20 juillet 1704. Le chapitre suivant, particulièrement vivant,
Cet arrêt provoque de véritables « purges » évoque à travers cinq études de cas les par-
892 dans les rangs des imprimeurs, la disparition de cours d’imprimeurs bien établis sous le règne

305227 DE10 10-07-13 11:09:53 Imprimerie CHIRAT page 892


HISTOIRE CULTURELLE

de Louis XVI, Jean-Marie Bruyset et Aimé le versant illicite de la production, pose éga-
Delaroche à Lyon, Jean Mossy à Marseille, lement question, car cette absence pourrait
les membres des familles Vatar à Rennes être susceptible de simplifier l’interprétation.
et Lallemant à Rouen, et met en évidence Les deux listes publiées en annexe, l’une sur
l’importance des relations de patronage locales la fortune des imprimeurs et l’autre sur leur
et des liens avec l’administration royale dans implication dans des activités illicites, indé-
les réussites brillantes que tous ont connues, pendamment de leur intérêt documentaire
parfois même, dans le cas de Mossy, en rupture intrinsèque, symbolisent une volonté peut-
ouverte avec la communauté professionnelle être un peu appuyée de l’auteure de soutenir
de sa ville. la thèse qu’elle défend en mettant en scène
Enfin, le dernier chapitre examine les – sans l’évaluer – l’écart entre la position res-
répercussions du contingentement des ateliers pectable des imprimeurs et les limites de la
sur le statut social des imprimeurs provin- loyauté qu’ils revendiquent.
ciaux et sur les attitudes que ceux-ci adoptent
à l’occasion des conflits politiques opposant les SABINE JURATIC

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


parlements à l’autorité royale dans la seconde
moitié du XVIIIe siècle. Sur le premier plan, 1 - Roger CHARTIER et Henri-Jean MARTIN
la mise en œuvre de la politique royale (dir.), Histoire de l’édition française, vol. 2, Le livre
s’accompagne dans les villes de province triomphant, 1660-1830, Paris, Fayard/Cercle de la
d’une incontestable valorisation du statut des Librairie, [1984] 1990, p. 331-384.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

imprimeurs, qui se traduit par l’élévation de 2 - Thierry RIGOGNE, Between State and Market:
Printing and Bookselling in Eighteenth-Century France,
leur niveau de fortune, par leur inscription
Oxford, Voltaire Foundation, 2007.
dans un environnement social élargi au monde
de la magistrature et même de l’aristocratie, et
par leur accession à des responsabilités poli- Avi Lifschitz
tiques urbaines. Leur notabilité fait parfois de Language and Enlightenment: The Berlin
leurs officines de véritables lieux de rencontre Debates of the Eighteenth Century
pour les élites locales et des imprimeurs, des Oxford, Oxford University Press, 2012,
intermédiaires culturels ouverts aux valeurs 256 p.
des Lumières. Paradoxalement pourtant,
J. McLeod observe que leur position sociale Il s’agit, à plus d’un titre, d’un ouvrage sur le
peut les conduire à rompre le pacte de loyauté langage et sur l’écriture de l’histoire. L’ambi-
conclu avec le pouvoir royal pour s’impliquer, tion d’Avi Lifschitz est de donner à comprendre
par intérêt commercial, par conviction person- comment et pourquoi, à l’apogée des Lumières,
nelle ou en raison de leurs liens de sociabilité les penseurs français et allemands liés à l’Aca-
locale, dans le commerce de livres et libelles démie de Berlin se sont autant intéressés à la
interdits, particulièrement lors des crises poli- problématique du langage. Il a également pour
tiques des règnes de Louis XV et Louis XVI. but d’expliquer la diversité des travaux, tant
L’ouvrage de J. McLeod éclaire d’un jour synchroniques que diachroniques, sur les ori-
nouveau la position occupée par les impri- gines et le développement du langage que
meurs dans les sociétés urbaines provinciales ces intellectuels proposent, c’est-à-dire les
et rend compte des dynamiques qui la ren- différentes raisons pour lesquelles le langage
forcent au XVIIIe siècle. On peut regretter néan- devient essentiel aux conceptions de l’histoire
moins que le contrôle de l’imprimerie exercé développées au milieu du XVIIIe siècle. Pour
par la monarchie ne soit pas situé, même briè- autant, le livre nous en dit peu, directement
vement, dans le contexte de sa politique éco- ou indirectement, sur la façon d’appréhender
nomique d’ensemble. Le fait que le quotidien l’importance du langage dans l’écriture de
des activités d’impression et de commerce du l’histoire aujourd’hui. En termes de méthodo-
livre en province et le partage des responsabi- logie, le travail d’A. Lifschitz s’inscrit dans
lités entre imprimeurs et libraires soient si peu une démarche assez classique consistant à
évoqués, alors que J. McLeod met l’accent sur expliquer les textes à la lumière des contextes 893

305227 DE10 24-09-13 13:38:33 Imprimerie CHIRAT page 893


COMPTES RENDUS

intellectuels et institutionnels plutôt que des questions lors des concours précédents et les
problèmes de langue et de communication. tensions entre francophones et germanophones
A. Lifschitz commence par défendre la dans le Berlin du XVIIIe siècle) ainsi que par
thèse selon laquelle la philosophie des une trajectoire intellectuelle germanique spé-
Lumières est un mouvement animé du souci cifique et par des débats linguistiques exté-
théorique central et permanent de fournir rieurs à l’Académie et de portée régionale. En
une explication naturaliste (et non divine) de d’autres termes, bien que l’universalité des
l’ensemble des inventions et des réalisa- problèmes soumis au débat nous permette de
tions de l’esprit humain. Cette préoccupation, continuer à parler « des Lumières », A. Lifschitz
argumente-t-il, explique que le langage soit – comme son père spirituel, l’historien John
devenu un objet d’étude si important pour les Robertson – insiste également sur l’importance
penseurs européens du XVIIIe siècle. Le lan- qu’il y a à explorer le « contexte intellectuel »
gage – et, plus particulièrement, le processus local pour faire apparaître les tournures parti-
par lequel les signes naturels ont été rempla- culières que prennent les débats dans les diffé-
cés par des signes artificiels – était considéré rents espaces concernés par les Lumières.
par des philosophes d’horizons, d’apparte- Quelles étaient ces caractéristiques propres

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


nances religieuses et de convictions politiques dans le cas de la Prusse ? Les figures clés de
différents, comme la clé d’une histoire plus cette histoire – Johann Gottfried von Herder
globale de l’émergence de l’ordre social et (qui en constitue l’aboutissement) et Johann
politique et d’une pensée complexe. David Michaelis (qui est au centre de l’ou-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

Mais Language and Enlightenment, comme vrage) – empruntent beaucoup à l’abbé de


l’indique son sous-titre, est aussi un ouvrage Condillac, le penseur français à qui l’on
sur l’importance des particularismes locaux, doit l’histoire spéculative du langage la plus
s’agissant non seulement de l’utilisation du influente du XVIII e siècle ; ni Herder ni
langage, mais aussi des idées sur le langage. Michaelis ne tournent le dos à la tradition
L’ouvrage s’articule, de manière assez restric- naturaliste française, mais ils prennent aussi au
tive, autour des débats qui ont animé l’Acadé- sérieux les critiques de cette position, qu’elles
mie des sciences et des belles lettres de Berlin émanent du côté français ou allemand. Finale-
au milieu du XVIIIe siècle. Le but de l’auteur ment, une synthèse se dégage. Le langage est
n’est ni de suivre la thèse classique d’Isaiah vu sous un nouveau jour, comme une aptitude
Berlin mettant l’accent sur les racines alle- ou une disposition innée, mais une aptitude
mandes de la pensée anti-Lumières, ni de qui nécessite une activation environnementale
fondre complètement les penseurs prussiens et qui est également destinée à refonder le
dans un débat paneuropéen ou dominé par les monde duquel elle a émergé.
Français. A. Lifschitz réussit à dégager des A. Lifschitz décrit comment cette concep-
arguments solides en faveur d’une position tion s’est peu à peu imposée en retraçant une
alternative. Tout en montrant comment les série de débats antérieurs, dans et en dehors
concours de l’Académie de Berlin s’inscrivent de l’Académie, au sujet du langage, de l’esprit
dans des préoccupations intellectuelles à humain, de la société et de leur évolution
l’échelle de l’Europe, il souligne les motiva- parallèle. Les deux premiers chapitres sont
tions spécifiques des principaux concours sur principalement des résumés des grandes ten-
la langue organisés à Berlin entre 1759 et 1771, dances intellectuelles depuis le XVIIe siècle.
à savoir une constante obsession germanique L’auteur se penche tout d’abord sur la renais-
quant à la faiblesse de la thèse naturaliste sance de l’épicurisme – avec sa suggestion
sur l’origine du langage. Il va même plus loin d’une approche diachronique du langage –
en mettant en évidence la spécificité des dans le foyer de l’épistémologie sensualiste
réponses primées lors de ces concours. Pour qu’est la France. Puis il nous invite à découvrir
l’auteur, celles-ci étaient fortement influen- la tradition synchronique allemande, associée
cées par la culture et les institutions locales à Leibniz puis à Christian Wolff et aux pié-
(l’histoire particulière de l’Académie, l’impact tistes, dont l’attention accordée à la pensée
894 du piétisme sur la façon d’appréhender les symbolique a fermement établi la nécessité

305227 DE10 10-07-13 11:09:53 Imprimerie CHIRAT page 894


HISTOIRE CULTURELLE

de penser les signes et le développement de mêmes à cette invention ? », citée p. 178) et


la pensée comme étroitement liés. Il faut celui de la réponse primée (celle de Herder).
attendre le troisième chapitre pour arriver fina- Peut-être est-il injuste, dans ces conditions,
lement à Berlin, où le Discours sur les origines de reprocher à l’auteur d’éluder la question de
de l’inégalité de Jean-Jacques Rousseau surgit l’impact de ces débats, exception faite de
à point nommé pour susciter une remise quelques pages superficielles à la fin du livre
en cause de toutes ces conceptions. Pour où l’on apprend que celle-ci, ainsi formulée,
A. Lifschitz, il s’agit là du contexte indispen- est vite passée de mode. Le but d’A. Lifschitz
sable – auquel il faut ajouter la prise en compte n’est pas de nous dire comment ces débats ont
des intrigues politiques qui se jouent au sein pesé sur les conceptions ultérieures de l’his-
de l’Académie et de la permanence d’un ques- toire ou comment ils ont influencé la culture
tionnement parallèle pour déterminer si le allemande de manière générale, mais simple-
caractère d’un peuple est reflété par sa langue ment de nous renseigner sur les raisons pour
nationale – pour comprendre la décision lesquelles ce débat a eu lieu. Néanmoins, il
d’inviter le public à participer, à la fin des est difficile de ne pas voir dans ce livre une
années 1750, à un concours sur la question de opportunité manquée. Dans un ouvrage inti-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


l’influence réciproque des opinions d’un tulé Language and Enlightenment et entièrement
peuple sur le langage et du langage sur les consacré à une réflexion sur les moteurs du
opinions. changement historique, l’auteur en dit peu sur
Les deux chapitres suivants sont axés sur la façon dont pourrait se penser la relation
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

Michaelis, l’orientaliste et piétiste de Göttingen du langage à l’histoire telle qu’elle est écrite
qui remporta le concours en 1759 avec son aujourd’hui. Contrairement à Quentin Skinner et
essai sur les relations entre le langage et l’es- à John Pocock, qu’il cite au début, A. Lifschitz
prit, considérées en termes politiques. Mal- ne s’intéresse que très peu aux termes, aux
heureusement, il est difficile de juger de la phrases ou aux structures de la langue dans les
variété des thèses soumises ou de l’originalité textes qu’il lit. Certes, le résumé des idées clés
de celle de Michaelis dans la mesure où les qu’il propose au fil des chapitres est d’une
autres textes proposés ont été perdus. Suit un admirable clarté. Mais comment ces idées sur
chapitre sur une querelle, aujourd’hui peu le langage sont-elles reliées à la langue dans
connue, dans le Berlin des années 1760, à pro- laquelle elles sont formulées et disséminées ?
pos de la signification et de l’importance de Et comment ces idées, à leur tour, façonnent-
la langue française à Berlin. L’auteur cherche elles la langue et le contexte culturel des-
à montrer comment ces questions, qu’elles quels elles ont émergé ?
touchent à la culture ou à la connaissance, A. Lifschitz s’efforce de suggérer que la
étaient liées entre elles et, plus généralement, culture institutionnelle, et non les seuls argu-
comment elles s’articulaient à celle persis- ments antérieurs, joue un rôle formatif en
tante de la validité de la thèse naturaliste sur termes de production de nouvelles idées. C’est
les origines du langage humain. Le concours, pourquoi les différents débats qui ont lieu à
mieux connu, de 1771, dont traite le dernier cha- Berlin sur l’origine, la nature et les consé-
pitre et qui a fait l’objet d’une étude détaillée quences des signes linguistiques sont influen-
de Cordula Neis 1 , était, selon A. Lifschitz, cés par les besoins et les préoccupations
encadré de manière à susciter des réponses spécifiques des éditeurs, des censeurs, des
permettant de sortir enfin de « l’impasse » et mécènes, des pasteurs, des leaders politiques
de résoudre cette question une bonne fois pour et des autorités au sein des universités et des
toutes. En fait, Language and Enlightenment sociétés savantes et sont, en tant que tels,
peut se lire comme l’esquisse d’une sorte reliés entre eux par des personnes, des ques-
d’arrière-plan qui éclairerait à la fois le sens de tions politiques ainsi que par une proximité
la question classique posée (« En supposant conceptuelle. C’est ce qu’A. Lifschitz appelle
les hommes abandonnés à leurs facultés natu- le « contexte intellectuel ». Mais quelle est
relles, sont-ils en état d’inventer le langage ? l’influence de ces débats, à leur tour, sur la
Et par quels moyens parviendront-ils d’eux- culture qui les nourrit – et pourquoi ? Quel rôle 895

305227 DE10 10-07-13 11:09:53 Imprimerie CHIRAT page 895


COMPTES RENDUS

joue le langage dans ce processus ? A. Lifschitz plus ou moins censurées mais sans que l’esprit
nous indique la réponse qu’auraient pro - de la démarche soit radicalement altéré. Si le
bablement donnée les penseurs allemands de titre sonne comme un projet encyclopédique
la seconde moitié du XVIII e siècle. Ce qu’il de savoir complet, une démarche de compa-
nous dit moins, c’est comment y répondre raison presque militante – dont la généalogie
aujourd’hui. Cet ouvrage suggère que l’ambi- intellectuelle est retracée par Jacques Revel –
tieux travail qui attend les historiens de la pen- l’informe néanmoins de bout en bout. Le
sée ne se limite pas à prendre en compte le parallèle établi par les commentateurs avec
souci de l’histoire culturelle dans leurs travaux. l’Encyclopédie n’est pas innocent : même cen-
Il s’agit de démontrer comment les mots, les tralité des planches, même prix prohibitif qui
concepts, les genres, les idées et les courants le réserve aux élites, même usage de la neutra-
politiques et culturels sont connectés. L’his- lité au service d’un message contestataire. Le
toire de l’écriture de l’histoire, et notamment livre promeut en effet la tolérance religieuse
de l’histoire linguistique, pourrait être le ter- par le texte mais aussi par l’image, en montrant
rain idéal pour cet exercice. qu’on peut fréquenter tout le monde : Bernard
Picart se représente ainsi partageant le Seder

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


de Pâque à la table des Judéo-Portugais
SOPHIA ROSENFELD
d’Amsterdam.
Traduction d’ANTOINE HEUDRE
L’analyse qu’en proposent Lynn Hunt,
Margaret Jacob et Wijnand Mijnhardt est
1 - Cordula NEIS, Anthropologie im Sprachdenken
empreinte de la volonté de redonner une place
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

des 18. Jahrhunderts: Die Berliner Preisfrage nach dem


Ursprung der Sprache, Berlin, De Gruyter, 2003.
aux « artisans » des Lumières à côté de ses phi-
losophes patentés. Le qualificatif peut pour-
tant prêter à discussion, tant les deux auteurs
étudiés sont partie prenante du monde du livre
Lynn Hunt, Margaret C. Jacob
sans être véritablement des artisans. Du moins
et Wijnand Mijnhardt (éd.)
ne revendiquent-ils rien de plus que leur sta-
Bernard Picart and the First Global Vision
tut de libraire pour l’un et de graveur pour
of Religion
l’autre, plaçant leurs activités intellectuelles
Los Angeles, Getty Publications, 2010,
sous le signe de leur investissement profes-
364 p.
sionnel. Les Cérémonies jouissent en outre
d’une position singulière dans le parcours
Lynn Hunt, Margaret C. Jacob de chacun. Leur commercialisation, réussie,
et Wijnand Mijnhardt n’était pas indispensable à l’existence maté-
The Book That Changed Europe: Picart and rielle des producteurs : le graveur Picart (1673-
Bernard’s Religious Ceremonies of the 1733), déjà célèbre dans toute l’Europe, dirige
World alors un important atelier qui lui assure des
Cambridge/Londres, Harvard University revenus conséquents ; quant au libraire Jean-
Press, 2010, 383 p. Frédéric Bernard (1680-1752), il a acquis une
solide indépendance financière en spéculant
Ces deux livres – un collectif richement illustré lors des crises financières de 1720. Son gendre
envisageant surtout la circulation des images posthume, Marc-Michel Rey, sera l’un des
et une synthèse portant plutôt sur le projet grands éditeurs des Lumières.
intellectuel – sont consacrés à l’élaboration et Malgré leur position établie, Bernard et
au devenir des Cérémonies et coutumes religieuses Picart sont présentés comme pensant depuis
de tous les peuples du monde, publiées à Amsterdam les marges : tous deux sont des « incertains »
en sept volumes in-folio entre 1723 et 1737. de la foi. Ils ont fréquenté les cercles hétéro-
Cet ouvrage, aujourd’hui relativement oublié, doxes de la première franc-maçonnerie, les
a pourtant connu un retentissement et un « chevaliers de la Jubilation », ainsi que le
succès commercial considérables. La papauté quaker Benjamin Furly, dont la bibliothèque
l’a d’ailleurs mis à l’Index dès 1738. Les tra- à Rotterdam fut un lieu d’effervescence intel-
896 ductions et éditions pirates sont nombreuses, lectuelle, accueillant notamment John Locke.

305227 DE10 10-07-13 11:09:53 Imprimerie CHIRAT page 896


HISTOIRE CULTURELLE

Mais, à titre plus personnel, ils sont à la péri- Les Cérémonies sont construites à partir
phérie de leur propre communauté, celle des d’autres livres (récits de voyage, polémiques
huguenots : Bernard vient d’une famille de religieuses, etc.) et d’autres images. Bernard
pasteurs provençaux marquée par le passé vau- et Picart sont des explorateurs de cabinet qui
dois ; Picart est un cas d’espèce puisqu’il s’est effectuent un tour du monde sans sortir de leur
converti au calvinisme après la Révocation de bibliothèque, ne visitant guère que leurs voi-
l’édit de Nantes, apparemment à Paris même. sins des Provinces-Unies, il est vrai fort divers
On peut probablement imputer à ces parcours (juifs et protestants de multiples obédiences,
une vision latitudinaire du salut, dépourvue minorité catholique). Assumant cette volonté
de visée apologétique ou missionnaire, mais de compilation plutôt que de création origi-
désireuse de rapprochement entre les hommes. nale, ils ont pris en compte quasi exhausti-
Certains silences sont éloquents : Bernard vement l’ensemble de la littérature alors
évoque le Christ enseignant mais ne le pré- disponible en Europe, que ce soit sur l’Inde
sente jamais comme Fils de Dieu. (Sanjay Subrahmanyam), la Chine (Marcia
Il s’agit aussi de restituer la contribution Reed, Catherine Clark) ou l’Amérique du Sud
(Verónica Gutiérrez). Les longues citations de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


des croyants aux Lumières, même françaises
ou radicales, en montrant combien celles-ci sources sont légion et les interventions person-
s’ancrent dans des logiques religieuses, contre nelles de Bernard limitées, en dehors des dis-
sertations théoriques liminaires, comme sur le
une vision matérialiste et spinoziste dont le
sens du péché par exemple. L’énorme masse
chef de file (assez nettement pris pour cible)
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

de savoir accumulée par les Européens reste


serait Jonathan Israël 1. Car Bernard et Picart
encore assimilable par des individus singuliers
sont bien issus du milieu qui discute le Traité
et susceptible d’être traitée de manière rela-
des trois imposteurs, emblème de la pensée anti-
tivement objective. Cette démarche renvoie
religieuse, et le publie. Le refus de la croyance
surtout au choix de proposer une étude
ne semble pas si communément partagé. La
contemporaine des religions d’où les cultes
synthèse penche donc plutôt du côté des
du passé sont absents. Ce sont les fidèles
analyses de John Pocock ou de David Sorkin,
d’aujourd’hui qui les intéressent : non les
pointant une transformation interne du reli- juifs du Temple, mais ceux que l’on croise
gieux qui mènerait de la théologie à l’histoire à Amsterdam. L’efficacité des réseaux de la
des religions, voire à leur science 2. S’il n’y a République des Lettres explique en partie la
donc pas d’athées dans cette histoire, l’anti- qualité de l’information. Elle fait circuler les
cléricalisme est en revanche bien présent. La images européennes de « reportage » ou indi-
détestation des clergés tyranniques, des super- gènes, toutes retravaillées par Picart sans que,
stitions et des gestes pharisiens affleure sans sauf exception, leur origine soit précisée, à la
cesse sous la plume de Bernard qui exprime différence des citations scripturaires systéma-
son attachement à retrouver une foi « pure », tiquement référencées.
une religion naturelle d’avant son altération La démarche de comparaison procède avant
par l’histoire des hommes. L’origine commune tout par juxtaposition des cas, sans jugement
des religions réside dans leur désir de purifica- de valeur explicite, afin de laisser le lecteur
tion, d’effacement du péché ; leur sort ordi- trancher. Il en est de même des images : il faut
naire est de se transformer progressivement en aller soi-même d’un chapitre à l’autre pour
crainte d’un enfer. Ce que Bernard et Picart établir des liens entre les représentations. La
entendent par religion n’est d’ailleurs pas très similitude des thèmes simplifie la tâche :
clair. L’attention aux pratiques prédomine Picart propose ainsi dans deux volumes diffé-
assurément mais sans empêcher l’examen des rents une semblable apparition du feu sacré
corpus doctrinaux et des légendes des origines. chez les Péruviens et les Grecs orthodoxes.
Bernard s’intéresse en particulier à l’extension L’enthousiasme des premiers est visiblement
et aux différentes formes de la métempsychose plus maîtrisé que l’hystérie des seconds,
chez les peuples du Nouveau Monde, mais encore faut-il disposer des deux volumes côte
aussi chez les Brahmanes. à côte pour le remarquer. Reste que certaines 897

305227 DE10 10-07-13 11:09:54 Imprimerie CHIRAT page 897


COMPTES RENDUS

mettent très visiblement l’accent sur la débauche de faciliter la comparaison tout en illustrant le
de luxe des pratiques et que Bernard tisse sou- propos : les différences entre les hommes sont
vent dans les notes des analogies entre deux minces. Une telle démarche s’inscrit bien dans
peuples. Les Cérémonies jugent donc quand la tendance du premier âge moderne, sous-
même parfois. Elles ne sont pas non plus tendue par le monogénisme, à justifier les
exemptes de préjugés : la vraie religion selon idolâtres par rapprochement avec l’Antiquité
Bernard et Picart ressemble beaucoup à une européenne ; et ce, alors même que le souhait
forme ultra-minoritaire de calvinisme, les col- de Bernard et Picart de cerner la singularité
légiants, une secte égalitariste sans clergé et à propre de chaque peuple tendrait à les en éloi-
la foi très épurée (Jesse Sadler). Le livre est gner. Mais ce parallèle pourrait aussi inciter à
cependant dépourvu de mépris envers les une forme d’introspection de l’Occident chré-
autres peuples, y compris les juifs germa- tien au miroir des autres.
niques ou les musulmans. L’expressivité des Ces deux ouvrages apportent donc une
visages à laquelle Picart se montre attentif per- contribution majeure à la thématique du croi-
met de « sensibiliser » le lecteur à cette égalité sement entre religions et Lumières. Donnant
théorique des hommes (Kishwar Rizvi), même à voir les auteurs au travail intellectuel, ils

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


si les indigènes n’ont pas vraiment la parole. mettent en évidence les formes différenciées
En outre, les préventions de Bernard et Picart et l’ampleur variable de la circulation de pro-
sont justiciables d’une lecture plus politique ductions culturelles européennes et extra-
que philosophique. Si la polémique anti- européennes. Si l’ampleur et la radicalité du
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

catholique est abondante, elle est surtout tour- fascinant projet de Bernard et Picart appa-
née contre Rome et l’Inquisition (Guillaume raissent dès lors clairement, l’absence d’étude
Calafat), tandis que les hétérodoxes, jansé- consacrée précisément aux modalités de
nistes et quiétistes notamment, apparaissent réception et de lecture des contemporains,
sous un jour favorable. La démarche est aussi assurément difficile à réaliser, empêche toute-
informée par le contexte géopolitique des fois d’en saisir nettement la portée et les
alliances des Provinces-Unies. Cette influence modalités d’appropriation.
transparaît dans la comparaison entre Ottomans
sunnites, alliés de la France, et Perses chiites, NICOLAS LYON-CAEN
favorables aux Provinces-Unies (K. Rizvi) : les NATALIA MUCHNIK
premiers, comme les catholiques, confondent
allègrement sacré et profane tandis que les 1 - Jonathan I. ISRAËL, Les Lumières radicales. La
seconds sont graves et austères. Des stéréo- philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité,
types qui correspondent sans doute à ce que 1650-1750, trad. par P. Hugues, C. Nordmann et
pensent Bernard et Picart et aux attentes du J. Rosanvallon, Paris, Éd. Amsterdam, [2001] 2005.
public local. 2 - David SORKIN, The Religious Enlightenment:
Les Cérémonies témoigneraient ainsi d’une Protestants, Jews, and Catholics from London to
pensée antérieure au colonialisme domina- Vienna, Princeton, Princeton University Press,
teur et à la folklorisation des peuples extra- 2008.
européens, qui s’amorcent dans la seconde
moitié du XVIIIe siècle. Les images d’origine
non européenne subissent pourtant un proces- Dan Edelstein
sus de traduction, passées au moule de la pers- The Enlightenment: A Genealogy
pective et du naturalisme, comme le plan de Chicago, The University of Chicago
La Mecque (David Brafman). Les cérémonies Press, 2010, 209 p.
sont installées dans des décors répondant aux
canons du classicisme, comme le Convoi funèbre En proposant une nouvelle « généalogie » des
d’un grand de la Chine qui s’apparente aux Lumières, Dan Edelstein entend poser à nou-
processions catholiques (C. Clark). Mais plus veaux frais les questions balisées de l’historio-
qu’une réduction à un universalisme européo- graphie de ce mouvement : comment accorder
898 centré, il faut probablement y voir un moyen élaborations théoriques et pratiques cultu-

305227 DE10 10-07-13 11:09:54 Imprimerie CHIRAT page 898


HISTOIRE CULTURELLE

relles ou sociales ? Faut-il envisager une « dif- niques. La thèse polémique de l’ouvrage surgit
fusion » ou une « dissémination » des idées ici : les Lumières pourraient devoir davantage
fortes à partir d’un centre investi par l’élite ? aux Anciens – plus conscients que le progrès
Où et quand commencèrent les Lumières et scientifique et technique peut s’accompagner
quelle fut l’étincelle de leur déclenchement ? d’une admiration renouvelée pour les auteurs
À contre-courant de la littérature récente, sou- classiques – qu’aux Modernes.
cieuse de pluraliser, de décentrer les Lumières L’abbé Dubos constitue, à cet égard, un pro-
ou de les penser à partir des « marges », le parti tagoniste de tout premier plan : ses influentes
pris de l’ouvrage est résolument classique : les Réflexions critiques sur la poésie et la peinture
Lumières européennes furent bien françaises, (1719) ont donné le ton d’une réflexion sur
et parisiennes, avant tout autre chose. La ques- « l’esprit philosophique » et les « Lumières »
tion de l’origine se trouve ainsi réassignée non qui sont désormais considérées comme la
plus dans la philosophie de tel ou tel auteur caractéristique majeure du siècle 1. Dubos est
(René Descartes, John Locke, Isaac Newton ou un bon connaisseur de Locke, dont il partage
Baruch Spinoza), mais dans une polémique pré- le sensualisme ; il est donc un « moderne »
cise : la Querelle des Anciens et des Modernes. sur le plan épistémologique. Lui-même situe

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


D. Edelstein est conscient qu’une théorie ne l’origine du « tournant » des Lumières vers
se diffuse pas comme un dogme. Aussi ne s’agit- 1650-1660, ce qui correspond non seulement à
il pas de dupliquer la méthode de Jonathan la fondation de certaines académies en France,
Israël : l’origine des Lumières, telle qu’il la mais aussi aux travaux de Francis Bacon,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

conçoit, est plutôt la généalogie d’une expres- Descartes et William Harvey. Pourtant, ce
sion précise – celle de l’« esprit philosophique » moderne est aussi un grand admirateur des
ou du « siècle éclairé » qui s’interroge de Anciens dans le domaine esthétique et un
manière réflexive et comparative sur ses thuriféraire de la thèse royale, absolutiste,
mérites et sur ses failles. contre Henri de Boulainvilliers. Enfin, Dubos
Associées à une prise de conscience – plu- a eu l’immense mérite de comprendre le nou-
tôt qu’à une crise de conscience, selon la for- veau rôle octroyé à la « société » et au « public »
mule de Paul Hazard –, rapportées au « récit » cultivé qui la compose. Aussi peut-on résumer
(narrative) élaboré par l’élite éclairée avant la première thèse provocatrice de l’ouvrage :
d’être diffusées aux philosophes puis aux en faisant de la « société » le sujet de leur nar-
sociétés européennes, les Lumières ne font ration historique (historical narrative), Dubos
l’objet d’aucune déconstruction postmoderne : mais aussi Bernard Le Bouyer de Fontenelle
l’auteur s’attache plutôt à retisser la trame et Nicolas Fréret ont été à la source de la philo-
d’une narration cohérente, contre toutes les sophie des Lumières, autant sinon plus que
visions morcelées et fragmentaires du phéno- les grands auteurs du « canon » (Montesquieu,
mène. Empruntant à Peter Gay la vision des Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Denis Diderot,
Lumières comme « paganisme moderne », il etc.). Par ailleurs, ces auteurs du canon n’ont
restaure la grandeur d’un projet philosophique pas été à l’origine d’une rupture radicale avec
dont les sources, selon lui, furent d’abord les Anciens : tout au contraire, il est possible
antiques. de relire leur philosophie en réévaluant l’in-
L’élément-phare de la prise de conscience fluence classique qui les oriente.
qui permet de redonner leur unité aux La deuxième idée majeure de l’ouvrage
Lumières, par-delà la diversité des contextes porte sur les institutions qui ont rendu possible
nationaux et des modes d’expression insti- l’éclosion des Lumières. L’auteur récuse la
tutionnels, réside dans la réflexivité : les thèse en vogue selon laquelle les Lumières
Lumières eurent conscience de faire époque se seraient érigées contre les institutions
et se désignèrent elles-mêmes comme « siècle caduques de l’Ancien Régime, en France du
éclairé ». L’intérêt de l’auteur se cristallise sur moins, pour mieux bâtir une forme de « contre-
les années 1675-1730 qui virent naître une culture » extérieure à la sphère publique aris-
forme particulière de discours académique, tocratique. Pour D. Edelstein, les Lumières
éloignée des doctrines philosophiques cano- ont principalement émané des académies, et 899

305227 DE10 10-07-13 11:09:54 Imprimerie CHIRAT page 899


COMPTES RENDUS

même des universités, moins désuètes qu’on Il faut prendre la mesure de la transposition
ne pourrait le croire ; surtout, elles n’ont pas subie par l’analyse entre les Politiques et
joué contre l’État mais ont trouvé en lui (ou L’esprit des lois : dans sa théorie politique,
plutôt dans certaines de ses parties, selon un Montesquieu substitue à une théorie téléo-
modèle polyarchique) le soutien indispensable logique finalisée par la vertu (entendue
et la condition sine qua non de leur existence. comme excellence de l’homme, associée à la
S’érigeant contre la vision du philosophe en perfection de sa nature) une théorie moderne
exil, l’auteur brosse le tableau d’une société orientée par la liberté – opinion que l’on a de
philosophique bon teint désireuse, en respec- sa sûreté. La cité régie par la vertu politique,
tant les codes de la politesse, de se ménager entendue comme amour de la patrie et amour
la protection des puissants (Madame de des lois, préférence continuelle pour l’intérêt
Pompadour, Étienne-François de Choiseul, public au détriment de son intérêt propre,
Jacques Necker...) et souvent complice avec la est bel est bien, comme le soulignera Georg
censure (de Jean-Baptiste Suard à Malesherbes). Wilhelm Friedrich Hegel, « chose du passé ».
L’esprit philosophique n’aurait pu émerger Telle est la raison pour laquelle il est déli-
sans l’alliance, dans les salons, entre « gens du cat de souscrire à la formule selon laquelle

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


monde » et « gens de lettres » 2. Montesquieu « regrette » l’économie morale
La troisième hypothèse « révisionniste » de de l’Antiquité (p. 56-57) et plus encore à l’idée
l’ouvrage concerne les rapports entre Lumières selon laquelle la séparation des pouvoirs ne
et radicalisme, ou Lumières et Révolution. serait qu’une reformulation de l’idée classique
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

J. Israël est une cible de choix : à l’évidence, de « gouvernement mixte » (concept que
les Lumières ne se départagent pas entre l’auteur de L’esprit des lois prend soin, tout au
l’ivraie modérée et le bon grain radical (maté- contraire, de n’employer jamais). Disposer
rialiste, démocrate, athée). Mais faut-il consi- d’une connaissance parfaite de l’histoire
dérer pour autant que les philosophes n’étaient romaine ou de Tacite n’implique pas d’adhé-
audacieux que dans la mesure où ils voulaient rer à un « modèle classique » du politique
satisfaire leur public ? En voulant à tout prix que l’essor de l’économie moderne, pour
établir qu’il n’existe aucun lien substantiel Montesquieu, rend définitivement caduc.
entre Lumières et Révolution, et en ne citant Cet exemple permet de nuancer la « réha-
pas la « littérature grise » de réaction (jésuite, bilitation » des Anciens promue par l’ouvrage :
janséniste, etc.) aux ouvrages des philosophes, marquer l’importance des effets de la querelle
l’auteur minore leur portée subversive, que ce sur la définition de l’esprit philosophique est
soit dans le registre du libertinage, de la cri- une chose ; assurer que les Anciens exerçaient
tique de l’orthodoxie religieuse, de la critique sur les philosophes un magistère moral et poli-
sociale de l’aristocratie ou de la critique poli- tique en est une autre. Aussi faudrait-il revenir
tique de la monarchie absolue. à la critique finale que D. Edelstein adresse à
Surtout, ce que l’on pourrait nommer le Michel Foucault qui aurait produit un « mythe »
« révisionnisme classique » de l’auteur appelle des Lumières en les associant à la conscience
une réflexion sur la nature de l’influence exer- de soi de la modernité. Prolem sine matre crea-
cée par les Anciens, pour peu qu’on les identi- tam, écrivait Montesquieu à la fin de sa préface
fie de manière précise : comment mesurer leur à L’esprit des lois – « une œuvre née sans
autorité sur les philosophes du canon ? Il va de mère ». La citation latine fournit certes au
soi que les grands auteurs des Lumières ont public cultivé une référence implicite à Ovide,
lu et admiré Platon, Aristote, Plutarque ou de même que la citation en italien (ed io anche
Cicéron. Mais « l’Antiquité n’est pas un bloc » son’ pittore) qui renvoie au Corrège admirant
et les philosophes eux-mêmes ne sont pas un tableau de Raphaël – lui-même dans un
monolithiques. Pour ne donner qu’un seul rapport ambigu de noble émulation sans ser-
exemple, l’idée selon laquelle Montesquieu, vile imitation. Mais l’idée d’« une œuvre née
contrairement aux idées reçues, n’aurait pas sans mère » permet précisément à l’auteur de
surmonté son admiration pour la cité classique manifester la rupture inhérente à son projet,
900 et son modèle de vertu peut être discutée. qui entend transposer la méthode moderne

305227 DE10 10-07-13 11:09:54 Imprimerie CHIRAT page 900


HISTOIRE CULTURELLE

des sciences de la nature dans la science nou- lieu à des montagnes d’écrits et d’images. Qui
velle des sociétés (ce pourquoi Charles Bonnet plus est, bien que les vols les plus mémorables
a nommé Montesquieu le « Newton du monde aient eu lieu au-dessus de Paris, le vol en
moral »). Prolem sine matre creatam : le paradoxe ballon n’était pas qu’une activité exclusive-
de l’esprit philosophique n’est-il pas là ? ment urbaine et prit racine en profondeur en
province et à l’étranger, tout particulièrement
CÉLINE SPECTOR en Angleterre et en Allemagne. D’amples
recherches dans des bibliothèques et archives
1 - Céline SPECTOR, « Les lumières avant ont permis à M. Thébaud-Sorger d’étudier
les Lumières : tribunal de la raison et opinion tous les aspects du phénomène et, ce faisant,
publique », 2009, revolution-francaise.net. de découvrir des douzaines de vols en ballon
2 - Antoine LILTI, Le monde des salons. Socia- d’une moindre renommée.
bilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris,
Cette étude propose une exploration à la
Fayard, 2006.
fois subtile et originale de la production des
ballons et de leur réception jusqu’à la pratique.
L’auteur montre comment la route de l’inno-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


Marie Thébaud-Sorger
L’aérostation au temps des Lumières vation aérostatique s’est tracée dans un
Rennes, Presses universitaires de Rennes, contexte où l’on assimilait de plus en plus la
2009, 350 p. science au progrès, comme en attestent les
débats de l’époque au sujet des paratonnerres
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

L’histoire de l’aérostation s’est souvent ins- et du mesmérisme. Au début des années 1780,
crite dans une perspective éminemment téléo- la chimie, notamment les propriétés et divers
logique et a souvent porté ses inventeurs aux usages des gaz et fluides invisibles, était très
nues, si bien que c’est avec un certain soulage- en vogue. La conjoncture politique de l’époque
ment ainsi qu’un plaisir considérable que l’on fut propice à l’innovation des frères Montgolfier.
découvre l’excellent ouvrage de Marie Thébaud- Elle fit coïncider l’intérêt du Contrôleur géné-
Sorger, issu de sa thèse de doctorat. ral des finances, Charles-Alexandre de Calonne,
Une des caractéristiques les plus frappantes pour les investissements technologiques et
de cet ouvrage est le fait qu’il offre une d’infrastructures, l’engouement de la haute
réflexion, à différentes échelles, sur l’aéro- aristocratie, pétrie de rivalités, pour les entre-
station en tant que phénomène culturel qui prises hasardeuses attirant un large public
procède d’une interaction entre des facteurs (jusqu’à un certain point, le roi soutint les
sociaux, technologiques, scientifiques, intel- frères Montgolfier et le duc de Chartres leur
lectuels et politiques. M. Thébaud-Sorger rival), ainsi que les élites urbaines avides
place son analyse sous le signe de la « micro- d’innovations scientifiques. La production de
histoire » (p. 26) et se concentre sur les deux ballons ne se fondait pas seulement sur les
années qui succèdent aux premiers vols en réseaux urbains et ruraux préexistants, mais en
ballon en 1783. Néanmoins, bien que cette créait de nouveaux. Les villes qui imitèrent le
perspective micro-historique s’accorde avec plus efficacement les expériences parisiennes
son souci des détails ainsi qu’avec la dimen- étaient des centres manufacturiers très axés
sion sociale des opérations qu’elle décrit, elle sur la communication et les échanges (Bordeaux,
montre en réalité que l’aérostation fut égale- Nantes et Lyon, en particulier). Il fallait avoir
ment un phénomène de la grande histoire. Les l’esprit d’initiative pour se lancer dans la
exploits des frères Montgolfier avec leurs fabrication matérielle des ballons, ces entités
ballons à air chaud (et ceux de leur rival complexes nécessitant une grande variété de
Jacques Charles, qui préférait l’hydrogène, matières premières et exigeant une main-
gaz qui deviendra la technologie privilégiée d’œuvre aux compétences diverses. L’esprit
par défaut) suscitèrent un intérêt des plus d’entreprise et un sens aigu des affaires étaient
répandus à travers l’Europe. Ils nourrirent un également requis pour ce qui était du finan-
engouement quasi universel pour un phéno- cement des projets : des opérations incluant
mène perçu comme marquant et donnèrent le patronage, l’inscription, la vente des billets, 901

305227 DE10 10-07-13 11:09:54 Imprimerie CHIRAT page 901


COMPTES RENDUS

etc. Les entrepreneurs dans le secteur du ment leur public. Durant la Révolution, une
ballon devaient également faire en sorte de école d’aérostation fut créée et l’on se mit à
défendre leur légitimité en tant que scienti- utiliser des ballons de reconnaissance à partir
fiques (plutôt qu’hommes de spectacle) face de la bataille de Fleurus. Néanmoins, les bal-
aux savants et aux académiciens, tout en fai- lons ne se révélèrent pas à la hauteur sur les
sant, si possible, des bénéfices. L’aérostation champs de bataille et Bonaparte les utilisa
permit la rencontre entre la science et le davantage comme des instruments de pression
commerce dans des unions nouvelles, parfois psychologique que comme des armes opéra-
risquées, mais généralement fructueuses. tionnelles. Le ballon était synonyme de pro-
Les deux années à l’étude (1783-1785), eu grès et de civilisation, certes, mais d’une façon
égard à la réception de l’aérostation par le relativement lacunaire.
public, nous permettent de suivre la trajectoire Cette monographie bien écrite et joliment
du phénomène depuis l’émerveillement et la illustrée est un modèle du genre. Avec une
stupéfaction des débuts jusqu’à la déception, érudition exemplaire, M. Thébaud-Sorger
à peine dissimulée, suivie par un sentiment offre une contribution importante à l’histoire
d’indifférence face à un processus de banali- culturelle des sciences et des technologies à

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


sation, tout particulièrement après quelques la veille de la Révolution française. Une fois
échecs (et décès) spectaculaires, ainsi que par assimilées, les leçons tirées de cette étude
le sentiment qu’il fallait rapidement trouver nous permettront d’explorer de nouvelles
une utilité, quelle qu’elle fût, à cette nouvelle interactions entre la science, le commerce et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

technologie. En outre, hors des villes, les bal- l’État après 1789.
lons étaient généralement vus d’un œil soup-
çonneux, hostile et même craintif. Il est arrivé
COLIN JONES
qu’à cette époque, des ballons qui atterrissaient
Traduction d’AURORE VINCENTI
en zones rurales se fassent attaquer par des
paysans armés de leur fourche, persuadés
qu’ils massacraient un monstre aérien.
Parmi les diverses réactions examinées par Noémie Étienne
M. Thébaud Sorger, une attention toute parti- La restauration des peintures à Paris (1750-
culière est portée aux sensations décrites par 1815). Pratiques et discours sur la matérialité
les aéronautes. L’expérience du vol était si des œuvres d’art
nouvelle que nul langage existant ne leur per- Rennes, PUR, 2012, 354 p.
mettait de retranscrire avec justesse et nuance
les paysages qu’ils survolaient. Ils avaient par
conséquent tendance à recourir à des méta- Pierre-Yves Kairis, Béatrice Sarrazin
phores exaltantes dignes d’une sensibilité et François Trémolières (dir.)
vaguement préromantique, ainsi qu’à des rele- La restauration des peintures et des
vés de mesures prises à l’aide des instruments sculptures. Connaissance et reconnaissance
scientifiques (thermomètres, baromètres, etc.) de l’œuvre
qu’ils emportaient avec eux. L’aérostation au Paris, Armand Colin, 2012, 464 p.
temps des Lumières restait fidèle aux innova-
tions mathématiques de l’époque. En 1750, la Charité d’Andrea del Sarto, transposée
Dès 1785, l’échec des aéronautes et de leurs sur toile par le restaurateur Robert Picault, est
nombreux défenseurs à trouver une utilité exposée au palais du Luxembourg, placée sur
sociale au ballon commença à ternir son poten- un chevalet auprès de son ancien support en
tiel. Toutefois, des entrepreneurs ingénieux, bois. Quelques années plus tard, en 1754, c’est
tels que Jean-Pierre Blanchard, parvinrent à au tour des fameux tableaux de Pierre Paul
établir l’aérostation comme une branche de Rubens, peints pour la galerie du Luxembourg,
l’industrie des loisirs populaires de la France d’être montrés en cours de restauration avec
urbaine. Les réalisations spectaculaires de la des zones provisoirement soustraites au net-
902 science des Lumières trouvaient invariable- toyage, les vernis encore opaques, afin de

305227 DE10 10-07-13 11:09:54 Imprimerie CHIRAT page 902


HISTOIRE CULTURELLE

montrer au public l’ampleur des transforma- rateur François-Toussaint Hacquin, et à divul-


tions. Inédite jusqu’alors, la mise en scène par guer ainsi sa technique de transposition. En
la monarchie de ces interventions de restau- dépit des débats très vifs autour du droit de
ration est spectaculaire. Elle témoigne des l’inventeur et de la propriété intellectuelle,
nouveaux enjeux esthétiques, techniques et l’administration impose la publicisation de
politiques de la restauration au XVIIIe siècle, au cette invention. C’est que la restauration est
moment où l’art s’affirme comme valeur mar- devenue très politique, soumise à l’opinion
chande et patrimoniale dans l’espace public. publique, française mais aussi européenne, qui
Longtemps peu explorée, à l’exception scrute avec attention le devenir des chefs-
des travaux d’Alessandro Conti et de Gilberte d’œuvre détachés, mis en caisse puis déballés
Émile-Mâle, l’histoire de la restauration est un dans la cour du Louvre afin d’être exposés
domaine en plein essor. Si la restauration est dans le nouveau Musée central des arts.
d’abord un fait matériel et un geste technique, Comme le montre admirablement N. Étienne,
des travaux récents nous montrent qu’elle a la restauration des œuvres devient un enjeu
aussi une histoire, dont témoigne son évolu- politique majeur sous le Directoire et sert à
tion depuis les restaurations irréversibles du justifier en partie la politique d’annexion des

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


passé jusqu’à la réversibilité des interventions œuvres d’art à travers l’Europe. Les partisans
actuelles. Les ouvrages recensés ici montrent des réquisitions en font un argument central
les promesses de ce champ historiographique, de leur discours : il faut sauver ces chefs-
ouvert à l’histoire et à l’histoire de l’art, à la d’œuvre, voués à la destruction par la fumée
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

sociologie et à l’anthropologie, aux spécialistes des églises et la crasse des collections privées.
de l’imagerie scientifique et aux profession- La responsabilité de la France en matière de
nels des musées (conservateurs, restaurateurs). conservation et de restauration des œuvres
Issu d’une thèse, le livre de Noémie Étienne devient européenne, comme le montre en
dresse le premier panorama global de l’histoire 1797 l’affaire Marin – du nom d’un député au
de la restauration à un moment fondateur de Conseil des Cinq-Cents qui publie un rapport
cette activité, entre les premières transposi- alarmant sur les restaurations des œuvres
tions réalisées à Paris dans les années 1750 et annexées à Paris. Dans la controverse publique
le retour, en 1815, des œuvres d’art réquisi- qui s’en suit, l’administration muséale et le
tionnées pendant le Directoire et la période ministère de l’Intérieur doivent faire la preuve
napoléonienne 1. de leur bonne gestion des œuvres, tandis que
L’ouvrage commence comme une enquête le rapport Marin est publié et commenté dans
d’histoire sociale et décrit l’activité du res- les grands périodiques européens. La tendance
taurateur dans son atelier. On y découvre un s’inversera ensuite, et les visiteurs, souvent
monde de praticiens souvent polyvalents, res- étrangers, découvrant le musée Napoléon avant
taurateurs, marchands, peintres eux-mêmes, 1815 feront l’éloge de la présentation et de
dont l’identité socioprofessionnelle est labile la restauration des œuvres. Ces belles pages
en fonction des situations institutionnelles ou permettent d’envisager à nouveaux frais
marchandes. La transmission des savoirs est l’historiographie du « patrimoine de la liberté »,
souvent familiale, dans les ateliers des restau- en y introduisant un changement d’échelle, au
rateurs, comme chez les Picault, les Godefroid, plus près des œuvres et de leur matérialité.
les Hacquin, qui travaillent tantôt pour les col- Elles mettent au jour le fonctionnement des
lections privées et le marché, tantôt pour le roi. premières commissions d’experts au musée et
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le la publicité débattue des nouvelles techniques
statut du restaurateur se dévalue lentement au (vernis, transpositions, déposes, contextes des
cours du siècle : Picault, pensionné par le roi, œuvres). Elles témoignent enfin de l’attention
jouit d’un grand prestige lié à son aura d’inven- nouvelle portée aujourd’hui à la matérialité de
teur de la transposition. En revanche, en 1802, la politique patrimoniale sous le Directoire
l’administration muséale n’hésite pas à rendre et l’Empire.
public le rapport de restauration de la Madonne Dans la partie centrale du livre, N. Étienne
de Foligno de Raphaël, contre l’avis du restau- revient sur les parcours des tableaux au 903

305227 DE10 10-07-13 11:09:54 Imprimerie CHIRAT page 903


COMPTES RENDUS

moment de leur entrée en collection. Elle une conception dynamique et évolutive de


donne à voir des œuvres sans cesse transfor- l’œuvre et d’envisager la restauration comme
mées, actualisées, réinterprétées par le geste un acte matériel d’interprétation esthétique.
du restaurateur. Ici affleurent les réflexions Avec cette histoire de la restauration, elle par-
menées en anthropologie sur la « vie sociale vient à « effrange(r) la ligne de séparation
des objets ». Dépose des peintures murales souvent maintenue en histoire de l’art entre
comme celles de Charles Le Brun qui ornaient approches spéculative et matérielle des
l’escalier des Ambassadeurs à Versailles, au tableaux » (p. 140) et, ce faisant, impose l’his-
mépris de leur contexte architectonique ; toire de la restauration comme une voie
modification des formats et des supports pour nouvelle de dialogue entre histoire de l’art et
le cabinet de l’Amour et le cabinet des Muses sciences sociales.
d’Eustache Le Sueur, transportés de l’hôtel Un autre ouvrage, issu de la collabora-
Lambert au Louvre. Les œuvres sont recon- tion exemplaire entre l’Institut royal du patri-
textualisées, transformées en « musealia », moine artistique de Belgique et le Centre
encadrées et accrochées sur des parois ver- de recherche et de restauration des musées de
ticales. Ces transformations matérielles et France, s’emploie également à bâtir cette his-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


contextuelles mobilisent une conception, en toire pluridisciplinaire de la restauration, en
acte, des œuvres : leur valeur d’usage décline partant de la singularité des œuvres et des
en faveur de leur perception esthétique. De dossiers d’œuvres constitués dans les musées.
même, le succès de la transposition montre Il serait impossible de résumer les nombreuses
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

comment « autour de 1750 s’impose en France contributions qui composent l’ouvrage. Le


une conception de l’œuvre comme image » livre vaut précisément par la confrontation des
(p. 140) – et non pas comme objet. N. Étienne points de vue, tantôt techniques (fonte en
parvient à retisser brillamment les liens entre creux à la cire perdue), tantôt philosophiques
histoire matérielle et approche spéculative des (conception du faux, de l’œuvre prise entre
œuvres : les longs développements accordés matérialité et image), qui témoignent de la
aux débats sur la qualité des vernis utilisés par nécessaire interdisciplinarité de toute approche
les restaurateurs au XVIIIe siècle, bien connus des œuvres d’art – celles-ci étant implicite-
par ailleurs, révèlent des conceptions opposées ment définies, ainsi que dans l’ouvrage pré-
du tableau : les partisans des vernis brillants cédent, comme des artefacts patrimonialisés.
valorisent la surface de l’œuvre tandis que les L’essentiel des contributions repose sur
tenants du vernis mat, comme Denis Diderot, des dossiers d’œuvres, privilégiant des études
font porter l’attention sur leur profondeur, par cas, qui nuisent parfois à une bonne com-
mobilisant également la question du spectateur. préhension des enjeux plus généraux soulevés
L’originalité du livre réside dans son dia- par cette approche pluridisciplinaire de la res-
logue avec les sciences sociales, sans jamais tauration. Pourtant, les historiens de l’art et de
perdre de vue l’œuvre dans sa singularité. la culture y trouveront de nombreuses pistes
L’auteure s’inscrit dans les pas de l’anthropo- documentant les processus de création des
logue Daniel Miller pour défendre l’« exis- œuvres grâce aux technologies modernes et à
tence matérielle du tableau » (p. 17), mais l’imagerie scientifique, qui viennent ainsi enri-
aussi du sociologue Howard Becker en mon- chir les sources classiques de l’histoire sociale
trant la place pleine et entière de la restaura- et culturelle : importance des pratiques
tion dans les chaînes de coopération collective collaboratives au sein de l’atelier autorisant
qui concourent à la création des œuvres. Au Catherine Périer-d’Ieteren à écrire que « le
total, N. Étienne démontre l’importance de rôle personnel d’un peintre apparaît comme
l’histoire de la restauration pour l’histoire de moins important que celui qui lui était dévolu
l’art ; car son histoire sociale et culturelle de la traditionnellement par les historiens de l’art
restauration reste toujours au service d’une depuis le XIXe siècle » (p. 350), traces de des-
démarche interprétative et critique de l’œuvre sins sous-jacents, types de pigments utilisés
d’art, entendue comme work in progress. Son – parfois peu courants comme l’indigo chez
904 horizon théorique est bien de mettre au jour Jean-Antoine Watteau, dévoilant des consom-

305227 DE10 10-07-13 11:09:55 Imprimerie CHIRAT page 904


HISTOIRE CULTURELLE

mations nouvelles. Les résultats livrés par les p. 399. Sur ce point, voir Delphine BURLOT, Fabri-
dossiers d’œuvres restaurées offrent de nom- quer l’Antique. Contrefaçons de peintures romaines
breux aperçus sur les parcours des objets patri- antiques au XVIIIe siècle, Rome, École française de
monialisés : loin d’être toujours identiques à Rome, 2013.
eux-mêmes, ceux-ci ont été transformés, recy-
clés, falsifiés. Ils nous montrent, s’il le fallait,
que la patrimonialisation ne constitue pas le Pascal Labreuche
stade terminal de la vie de l’objet, mais seule- Paris, capitale de la toile à peindre,
ment une étape de son actualisation. XVIIIe-XIXe siècle
Venus d’horizons différents, ces deux Paris, CTHS/INHA, 2011, 367 p.
ouvrages partagent la conscience d’une pluri-
disciplinarité nécessaire pour l’étude de la res- Voilà un titre inattendu : l’on savait Paris capi-
tauration. Leur dialogue s’inscrit dans ce que tale de beaucoup de choses, mais pas de cet
l’on peut appeler un material turn de l’histoire objet trivial, et sans doute quelque peu oublié
de l’art, riche d’une dimension théorique et aujourd’hui, qu’est la toile à peindre. Le livre
interprétative qui fait retour sur les concep- n’en est pas pour autant farfelu, bien au

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


tions classiques de l’œuvre. Tous deux mettent contraire : d’abord parce qu’il est remarqua-
en suspens la question de l’original, véritable blement mis en page et illustré, ensuite parce
Graal de l’historien de l’art, pour mettre au qu’il met en œuvre une démarche originale
jour des processus continus de réactualisation en matière d’histoire de l’art, en s’intéressant
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

et de réinterprétation de l’œuvre. Par-delà ces uniquement à sa dimension la plus matérielle


thèmes propres à l’histoire de l’art, la restaura- que sont les matériaux du peintre – toile, châs-
tion est aussi une plongée dans les représen- sis, couleurs. Bref, il s’agit d’une originale et
tations du passé, au sens où « peu d’activités exemplaire illustration de ce que peut être une
concrètes sont amenées comme [elle] à cons- histoire matérialiste de l’art.
tamment ‘faire’ de l’histoire au sens le plus « Histoire » est d’ailleurs ici un peu réduc-
matériel 2 » : la quête de la blancheur du marbre, teur, tant le fil conducteur de la recherche
qui caractérise les XVIIe et XVIIIe siècles, au prix – suivi grâce à un patient travail aux archives,
de polissages invasifs et destructeurs est le assorti de statistiques et de reconstitutions
produit d’une représentation de l’Antiquité généalogiques – nous promène entre histoire,
bien éloignée de la polychromie de la statuaire technologie, économie, sociologie et esthé-
grecque et romaine dont témoigne l’imagerie tique, sans qu’il soit toujours possible de clai-
actuelle. La restauration est interprétation cri- rement délimiter ce qui relève de l’une ou
tique d’une œuvre, elle est aussi interprétation l’autre discipline, tant ces dimensions sont,
et fabrique matérielle du passé. Marqués par dans la réalité, étroitement mêlées, et sans
une belle envie de dialogue, ces deux ouvrages que, surtout, l’ordre des causalités entre l’une
montrent de manière exemplaire ce que l’his- ou l’autre dimension soit toujours univoque.
toire de la restauration peut apporter à l’his- Loin de trahir un défaut de l’analyse, cette
toire, à l’histoire de l’art et, plus généralement, constante imbrication des causes et des effets,
à l’anthropologie de l’objet. ainsi que du technique et du politique, du
marchand, du hiérarchique et du stylistique,
CHARLOTTE GUICHARD est à mettre au crédit d’une approche non
dogmatique, respectueuse de la réalité.
De la dimension historique, l’on retient
1 - Voir également Ann MASSING, Painting Res-
toration before La Restauration: The Origins of the notamment l’influence, à la toute fin du
Profession in France, Turnhout, Brepols, 2012. XVIII e siècle, de l’ouverture du musée du

2 - Selon Antoine HENNION, « La restauration, Louvre et de l’afflux des trésors de guerre sur
un atelier de l’histoire », in N. ÉTIENNE et l’activité des copistes et des restaurateurs,
L. HÉNAUT (dir.), L’histoire à l’atelier. Restaurer les contribuant à l’augmentation de la demande
œuvres d’art, XVIIIe-XXIe siècles, Lyon, Presses uni- auprès des marchands de couleurs. Ensuite,
versitaires de Lyon, 2012, p. 399-412, citation l’institution des musées de province ainsi que 905

305227 DE10 10-07-13 11:09:55 Imprimerie CHIRAT page 905


COMPTES RENDUS

la restauration de la monarchie, en incitant à la du XVIIe siècle, et la séparation de plus en plus


réparation des destructions révolutionnaires et marquée, au XVIII e siècle, entre l’atelier du
à la décoration des églises, fournissent une peintre et la boutique du marchand de cou-
nouvelle dynamique, notamment en direction leurs : suite aux lois d’Allarde et Le Chapelier,
des pièces de grandes dimensions. qui libéralisent l’exercice de la profession
L’innovation technologique est donc étroi- des « marchands de couleurs », ces derniers
tement liée à ces circonstances historiques. deviennent « les fabricants quasi exclusifs des
L’auteur souligne le rôle important joué par la couleurs et supports à peindre » (p. 15-16)
création de l’École polytechnique en 1794, du – cette activité étant auparavant répartie, dans
fait que l’enseignement y fait « la part belle aux le système corporatiste, entre épiciers et
recherches autour des couleurs et autres maté- maîtres-peintres. Cette autonomisation des
riaux de la peinture, ce qui eut une influence marchands entraîne, au XIXe siècle, une dépen-
sur l’émergence d’une nouvelle catégorie de dance accrue des peintres – désormais entiè-
fabricants et spécialistes du domaine » (p. 159). rement dissociés des corps artisans – envers
L’organisation, à partir de 1798, d’expositions eux. Mais pour que s’opère cette « mainmise
des produits de l’industrie nationale, sur le progressive du corps de l’épicerie sur toute

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


modèle des Salons de peinture, contribue éga- l’activité de fabrication et de commerce des
lement à la promotion de l’innovation. Cet couleurs », il fallut des « litiges incessants »,
encadrement institutionnel de la recherche dont témoignent les sources judiciaires, et qui,
technologique se manifeste aussi par la créa- sous l’Ancien Régime, poussèrent des épiciers
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

tion, en 1802, de la « Société d’encouragement à se faire recevoir peintres, ou inversement


pour l’industrie nationale » qui joue un rôle (p. 88). Ce processus est progressif : dans la
important en lançant des concours ou en décer- première moitié du XIXe siècle, il n’existe pas
nant des prix. Une interaction se crée ainsi entre encore de séparation stricte entre « couleurs
chercheurs et manufacturiers, notamment grâce fines » et « couleurs pour bâtiment ».
aux progrès de la chimie et à sa « forte visibilité De même que les vendeurs de couleurs, les
sociale » (p. 246). fabricants de châssis s’autonomisent à partir de
Circonstances historiques et innovations leur corps initial qu’était celui de la menuiserie-
technologiques sont inséparables de la forme ébénisterie : « Une demande de plus en plus
économique des échanges entre producteurs forte pousse des professionnels à se spécialiser
et utilisateurs de matériaux picturaux. Il existe dans la production de châssis d’artistes » (p. 288)
longtemps un double marché de la toile à – jusqu’à ce qu’à la toute fin du XIXe siècle,
peindre avec, d’un côté, un marché du grand et la mécanisation des méthodes de fabrication
très grand format alimenté par un petit nombre prenne le dessus, avec la mise en place de véri-
d’entreprises et, de l’autre, un marché du tables usines de matériel pour artistes. Cette
tableau de chevalet, « ou plutôt du petit format demande est elle-même étroitement corrélée
normalisé », destiné aux portraits, paysages, à la démultiplication des consommateurs de
marines, scènes de genre, natures mortes, « qui peinture, les élites étant de grandes consom-
se peignent par milliers » et que fournissent matrices de toile pour décor et la bourgeoisie,
« une multitude de petites entreprises » (p. 245). de portraits aux formats standardisés.
Dans le cas du portrait, la tendance à la stan- L’augmentation du nombre de peintres
dardisation des formats indique la prégnance dans le Paris du XIXe siècle, en raison tant de
d’un « marché de commande » plutôt que d’un l’intensification de la demande que de l’éléva-
« marché d’offre » (p. 35). tion hiérarchique de leur statut, est un phéno-
Voilà qui nous amène directement à une mène déjà bien repéré par les historiens et
dimension plus spécifiquement sociologique sociologues, et sur lequel Pascal Labreuche
du phénomène étudié – dimension sur laquelle revient avec des éléments de statistique affi-
cet ouvrage fournit des éclairages particuliè- nés. Si l’on se fie à l’Almanach du commerce de
rement suggestifs. L’on y comprend mieux, Paris, l’on constate un quasi quadruplement
notamment, le lien entre l’élévation du statut des effectifs de « peintres-artistes » entre le
906 des peintres, suite au mouvement académique début du siècle et les années 1840, puis un

305227 DE10 10-07-13 11:09:55 Imprimerie CHIRAT page 906


HISTOIRE CULTURELLE

doublement dans les quarante années sui- Reste, pour finir, la question esthétique.
vantes. Mais l’annuaire de l’Association des Elle apparaît par exemple dans la redécou-
artistes peintres, sculpteurs, architectes, gra- verte des procédés de la Renaissance italienne,
veurs et dessinateurs, fondée en 1944, donne des primitifs flamands ou de l’École vénitienne,
pour l’année 1855 « plus de 4 600 membres, puisque « le lancement de toiles dites ‘absor-
presque tous Parisiens et en grande partie bantes’ et ‘à la vénitienne’, à Paris comme
peintres », ce qui suggère un nombre de à Londres, est un résultat de ce climat de
consommateurs de toiles « plus proche de recherches et une résurgence de techniques
3 000 ou de 4 000 que de 1 000 » (p. 243-244). anciennes réinterprétées » (p. 158). On la
Ce phénomène trouve son répondant dans retrouve aussi dans la correspondance étroite
l’augmentation du nombre de marchands de entre les genres picturaux et les formats fixes
toile à peindre – ils sont environ 200 en 1840. de la toile à peindre, dont l’auteur reconstitue
La demande sociale accrue (notamment avec précision les tabulations. De même,
via les commandes de l’État) va donc de pair l’apparition de nouveaux standards de genres
avec l’augmentation de la production, les pro- – les formats « Paysage » et « Marine » – est
contemporaine de l’École de Barbizon puis de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


grès techniques et l’industrialisation de la
fabrication, qui touchent aussi bien les très l’École impressionniste, laquelle coïncide en
grands formats destinés à la peinture d’histoire outre avec le recul du châssis traditionnel, fait
à la main, au profit du châssis mécanique. Il
que les plus petits formats destinés au pastel.
est intéressant de constater que le processus
L’industrialisation opérée vers la fin des
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

de personnalisation stylistique propre à l’im-


années 1860, notamment avec le déplacement
pressionnisme va de pair, paradoxalement,
de la première usine en banlieue parisienne,
avec une standardisation matérielle des « for-
signale et renforce à la fois le processus de
mats dictés par les fournisseurs et par l’indus-
démocratisation de la pratique culturelle, qui
trie de la toile à peindre » (p. 312).
fait de la toile à peindre « un produit de grande
À la lumière de cet éclairage inédit sur
consommation » (p. 288) – d’où une considé-
l’histoire de la peinture, on peut aussi regarder
rable baisse des prix entre le début et la fin du
autrement l’activité des grands noms de la
siècle. Et il en va de même pour les châssis. peinture et, par exemple, convertir leur pro-
Après ce mouvement constant d’intensifi- duction en mètres carrés de toile : ainsi, la
cation et d’industrialisation de la production, consommation de toile par Paul Cézanne, de
corollaire d’une démocratisation de la consom- 1860 à 1875, serait d’environ 67 m2, soit 5 m2
mation et de la pratique de la peinture, ainsi par an. Voilà qui ne nous dit pas grand-chose,
que d’une élévation du statut des peintres et certes, sur la qualité proprement esthétique de
d’une forte augmentation des amateurs, le la production picturale ou, comme on dit par-
XXe siècle connaît une évolution bien diffé- fois dans les disputes entre sociologues et
rente : dans la seconde moitié du siècle, la historiens d’art, sur « l’œuvre même ». Mais
concentration de la production industrielle va s’interroger sur les effets des modes de pro-
de pair avec la raréfaction des marchands de duction du matériel pictural sur la peinture
matériel pour artiste et le resserrement de la serait aussi peu pertinent que de s’interroger
gamme des produits, tandis que la toile tout sur les conséquences du prix du pain sur les
apprêtée fait son apparition dans les grands pratiques gastronomiques, ou des technologies
magasins. C’est ainsi que, de nos jours, « il ne de la filature sur le style des grands couturiers.
reste semble-t-il pour toute la France qu’une Car une histoire matérielle de la production
dizaine de fabricants de couleurs fines, dont culturelle a son intérêt en elle-même, sans
six fabricants de toile et châssis, et un de châs- avoir à être subordonnée aux problématiques
sis » (p. 313). Il est vrai que la peinture est de l’histoire de l’art, qui ne concernent qu’un
devenue, de plus en plus, une pratique ama- pan très restreint de l’activité artistique. C’est
teur, tandis que les artistes professionnels se au prix de cette extension des problématiques
tournent plutôt vers le genre de l’art contem- au-delà des cadres dictés par les hiérarchies
porain où elle tient une place marginale. esthétiques que peuvent advenir de véritables 907

305227 DE10 10-07-13 11:09:55 Imprimerie CHIRAT page 907


COMPTES RENDUS

avancées dans l’histoire et la sociologie des S’arrêtant sur certaines œuvres en particu-
pratiques. Ce livre en est une excellente illus- lier, elle prolonge notamment la lecture de
tration. Thomas Crow et propose d’envisager Le serment
des Horaces du peintre Jacques-Louis David
NATHALIE HEINICH comme l’image d’une société divisée, séparant
le masculin – guerrier et triomphant – du fémi-
nin – domestique et éploré. L’auteur étudie
Marie-Josèphe Bonnet ensuite plus particulièrement l’année 1789 et
Liberté, égalité, exclusion. Femmes peintres en les initiatives prises par les femmes artistes
révolution, 1770-1804 pour soutenir le projet révolutionnaire. M.-J.
Paris, Éditions Vendémiaire, 2012, 220 p. Bonnet détaille alors les étapes juridiques et
politiques de l’exclusion des femmes des
Les historiens et historiennes de l’art portent sociétés artistiques et savantes, en s’appuyant,
depuis les années 1970 une attention particu- par exemple, sur le journal du graveur alle-
lière aux femmes artistes, et notamment aux mand Johann Georg Wille. Elle étudie aussi
peintres qui travaillent en France durant les les tentatives de résistance de ces artistes,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


XVIIIe et XIXe siècles. La bibliographie sur le notamment par le biais des autoportraits ana-
sujet s’est ainsi considérablement enrichie en lysés comme autant de manifestes identitaires
une quarantaine d’années, sous l’impulsion – rejoignant ainsi L. Auricchio ou M. Sheriff,
des recherches menées par Linda Nochlin qui mettent toutes deux l’accent sur la dimen-
et, plus récemment, par Mary Sheriff et par
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

sion performative de ces représentations. Dans


Laura Auricchio, qui signent respectivement ce contexte, elle analyse aussi attentivement
les biographies critiques des deux plus une œuvre allégorique : La liberté de Nanine
célèbres femmes peintres françaises de la fin Vallain. Enfin, elle s’intéresse aux réactions
du XVIIIe siècle : Adélaïde Labille-Guiard et des femmes artistes après leur exclusion des
Élisabeth Vigée-Lebrun 1. Outre ces ouvrages, différentes assemblées et écoles.
essentiels, plusieurs expositions, mono- L’ouvrage s’articule autour d’un argument
graphiques ou thématiques, aussi bien en
central : la Révolution, malgré son idéal d’éga-
France qu’aux États-Unis, ont apporté d’im-
lité, a coïncidé avec un évincement progressif
portantes informations sur les carrières de ces
des femmes de la sphère artistique. M.-J. Bonnet
artistes. Ainsi, le catalogue de l’exposition
s’oppose ainsi à des lectures des temps révolu-
consacrée à la peintre de genre Anne Vallayer-
tionnaires comme une période favorable aux
Coster au musée d’art de Dallas en 2002 com-
femmes, telle celle proposée par Gen Doy dans
prend notamment un article de Melissa Hyde
qui esquisse un panorama des femmes actives son livre Women and Visual Culture in Nineteenth-
à l’époque de Marie-Antoinette. Bien balisé Century France 2 . Centré sur les institutions
dans le monde anglo-saxon, le sujet reste peu officielles, et en particulier sur l’Académie
travaillé en France. Le livre de Marie-Josèphe royale, l’ouvrage de M.-J. Bonnet néglige
Bonnet participe à combler cette lacune, cependant les carrières moins visibles et moins
contribuant toutefois plus à la diffusion du documentées, comme celles des peintres de
savoir qu’au renouvellement de la recherche. l’Académie de Saint-Luc, à laquelle appartenait
La période étudiée s’étend de 1770, année d’ailleurs Labille-Guiard. L’auteur délaisse
de l’admission de Vallayer-Coster comme aussi de nombreux lieux d’exposition, telle la
peintre de natures mortes à l’Académie royale place Dauphine, où les femmes sont pourtant
de peinture et de sculpture, à l’an 1804, date de très présentes : elle ne s’intéresse pas non plus
la promulgation du Code civil par Napoléon. aux femmes peintres, copistes ou restaura-
L’auteur examine d’abord la carrière de plu- trices, par exemple, travaillant à la fin de
sieurs femmes en regard de la hiérarchie des l’Ancien Régime et après la Révolution de
genres picturaux, soulignant leur spécialisa- manière souvent discrète, mais intense, au
tion dans les natures mortes et les portraits. sein des ateliers. Ce faisant, elle évalue l’ac-
Elle met l’accent sur les lieux d’apprentissage tivité féminine à l’aune des catégories de
908 ou d’exposition, tels les Salons de l’Académie. l’époque étudiée. S’aventurer hors des struc-

305227 DE10 10-07-13 11:09:55 Imprimerie CHIRAT page 908


HISTOIRE CULTURELLE

tures hiérarchiques permettrait cependant même de la culture. Sur la base de plus de dix
d’opérer une réévaluation en profondeur des ans de travail empirique, puisqu’il s’agit d’une
carrières féminines ainsi que des critères de version totalement remaniée d’une thèse de
réussite sociale. doctorat, il traite en effet de questions impor-
Sans annoncer de découvertes historiques tantes pour l’histoire économique et politique
majeures, le livre de M.-J. Bonnet soutient une de la France du XIXe siècle. À la manière des
thèse claire et convaincante. Malheureusement, travaux de Daniel Roche, il utilise le marché
l’auteur mentionne trop peu d’ouvrages issus des biens culturels pour parler non seulement
de la bibliographie récente et omet l’intégra- de leurs spécificités, mais aussi plus générale-
lité des recherches publiées en anglais ces ment de la régulation des marchés.
vingt dernières années. M.-J. Bonnet a néan- Du Premier au Second Empire – un épi-
moins le mérite de repeupler d’un certain logue ouvrant des perspectives à plus long
nombre d’actrices le monde de l’art des années terme –, on suit ainsi l’émergence d’un nou-
1800, de manière simple et accessible. À sa veau métier, celui d’éditeur, et plus spécifi-
manière, ce livre participe donc à un travail quement des grands éditeurs parisiens qui se
véritablement nécessaire de réécriture d’une considèrent comme des entrepreneurs. Cette

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


histoire de l’art caractérisée par des lacunes émergence ne répond à aucune nécessité
majeures – omettant fréquemment les femmes, technologique mais passe par des conflits de
mais aussi les enfants, les artisans, le personnel juridiction avec des métiers plus anciens
de renfort, etc. – et déjà entamé dans le monde – celui d’imprimeur au premier chef, ainsi que
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

anglophone depuis plusieurs dizaines d’années. celui des libraires de province. Gouvernements
Il permet, enfin, de s’interroger sur la place et assemblées parlementaires restent les desti-
des femmes au sein des révolutions passées, nataires de la plupart des revendications des
présentes et futures. uns et des autres et in fine décident des grandes
inflexions en termes de régulation du marché
NOÉMIE ÉTIENNE du livre. Contrairement au travail plus récent
de Viera Rebolledo-Dhuin 1 , l’ouvrage de
1 - Mary D. SHERIFF, The Exceptional Woman: Christine Haynes ne propose donc pas une his-
Élisabeth Vigée-Lebrun and the Cultural Politics of toire sociale des métiers du livre mais bien des
Art, Chicago/Londres, The University of Chicago politiques publiques du livre, une histoire qui
Press, 1996 ; Id., Moved by Love: Inspired Artists donne la plus grande place à la construction
and Deviant Women in Eighteenth-Century France, collective et conflictuelle de leurs différentes
Chicago/Londres, University of Chicago Press, revendications.
2004 ; Laura AURICCHIO, Adélaïde Labille-Guiard:
Les chapitres, très clairement construits,
Artist in the Age of Revolution, Los Angeles, J. Paul
alternent ainsi narrations agréables – malgré
Getty Museum, 2009 ; Id., « Self-Promotion in
le caractère intrinsèquement peu aimable de
Adélaïde Labille-Guiard’s 1785 Self-Portrait with
Two Students », The Art Bulletin, 89-1, 2007, p. 45-62. sources comme les travaux des commissions –,
2 - Gen DOY, Women and Visual Culture in conclusions fermes et, à l’occasion, analyses
Nineteenth-Century France, 1800-1852, Londres/ pertinentes d’images pour raconter l’histoire
New York, Leicester University Press, 1998. du passage d’un système de régulation à un
autre. Un premier équilibre est trouvé sous le
Premier Empire, après bien des débats liés à la
Christine Haynes fin des corporations et à l’affirmation du droit
Lost Illusions: The Politics of Publishing in naturel pendant la Révolution : malgré ces
Nineteenth-Century France deux ruptures, il instaure une propriété intel-
Cambridge/Londres, Harvard University lectuelle relativement limitée, dans le temps
Press, 2010, 328 p. en particulier, et un système de brevets, c’est-
à-dire une autorisation administrative pour
Le public de cet ouvrage, d’une lecture par- l’établissement comme imprimeur ou comme
ticulièrement agréable, devrait largement libraire. L’objet du livre est dès lors de com-
dépasser le cercle des historiens du livre et prendre comment les grands éditeurs, opposés 909

305227 DE10 10-07-13 11:09:55 Imprimerie CHIRAT page 909


COMPTES RENDUS

à ces deux mesures, finissent par obtenir, à d’éditeur, qui peut pratiquement être vu
la toute fin du Second Empire, l’équilibre comme une création jurisprudentielle, puis
inverse qui les avantage. L’extension du dans les luttes sur les formes admissibles de la
« droit d’auteur », principalement aux dépens concurrence sur le marché du livre, que ce soit
du domaine public, est en effet envisagée lors de saisies retentissantes d’éditions pirates
avant tout comme une amélioration des droits ou quand le monopole obtenu par Hachette
de l’éditeur, plus à même, à la fin du siècle pour la vente de livres dans les gares est
qu’au début, d’imposer des contrats exclusifs contesté.
de longue durée aux auteurs et même des Le livre de C. Haynes nous plonge ainsi
modifications au contenu des ouvrages. dans un XIXe siècle où les combats entre liberté
Pour C. Haynes, ce passage d’un système et protection, ou entre laissez-faire et interven-
de régulation à un autre est principalement tion de l’État, se jouent sur des scènes parfois
permis par l’organisation collective des édi- inattendues et surtout avec des alliances bien
teurs, plus précoce et davantage liée aux plus malléables qu’on ne l’a longtemps cru : à
milieux politiques que celle des imprimeurs cet égard, il illustre et prolonge à merveille les
(tenants dans l’ensemble de l’ancien système).

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


travaux de Jean-Pierre Hirsch sur les « deux
La création du Cercle de la librairie joue ici rêves du commerce » 2. L’ouvrage est pour-
un rôle crucial, analysé dans l’important cha- tant, de ce point de vue, paradoxal puisqu’il
pitre 4 qui, notamment grâce aux archives conserve ostensiblement les vieilles caté-
conservées par l’Institut mémoires de l’édition gories, avec des équivalences explicites
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

contemporaine (IMEC), nous fait entrer dans entre « corporatisme », « protectionnisme » et


le monde encore trop méconnu des chambres archaïsme (associés aux imprimeurs) et entre
syndicales, et cela par la grande porte, car le « libéralisme », « marché » et hommes nou-
Cercle en est sans conteste une des plus veaux (les éditeurs) – ce qui finit par gêner la
importantes. Dans la foulée des travaux de lecture, tant ce qui est par ailleurs fort bien
William Sewell, mais en les appliquant très raconté n’entre pas dans ces dichotomies. On
justement à un monde non ouvrier, l’auteure oubliera donc ici quelques introductions et
montre que le rapide succès du Cercle, tant conclusions intermédiaires pour retenir l’in-
pour obtenir des adhérents que pour s’imposer térêt d’une des rares études existantes sur
comme expert auprès des administrations les usages du privilège et du monopole au
(alors même que corporations et syndicats XIXe siècle, de la mise en avant d’une défense
restent en théorie interdits), se fonde sur un du libéralisme opérée par le biais d’une quasi-
mélange délibéré des inspirations, entre corporation et du récit de bien des débats
« idiome corporatif », sociabilité des clubs méconnus et riches d’enseignements. Citons
anglais et revendication de places dans des
ainsi pour finir celui qui porte sur la présence
commissions.
des éditeurs dans les expositions universelles :
Les autres chapitres sont centrés sur la
il pose la question de la définition du « produc-
naissance du métier d’éditeur, les deux grands
teur », qui ouvre sur la reconnaissance, comme
moments de choix de l’administration et deux
tels, d’entrepreneurs-organisateurs plutôt que
grandes figures de l’organisation collective
des seuls industriels ou artisans.
des éditeurs, Laurent-Antoine Pagnerre puis
Louis Hachette, à travers leurs procès et
campagnes publiques. Ils mêlent la relecture CLAIRE LEMERCIER
d’une bibliographie abondante, mais souvent
monographique, et les apports de sources 1 - Viera REBOLLEDO-DHUIN, « La librairie et
jusqu’ici moins sollicitées : outre les archives le crédit. Réseaux et métiers du livre à Paris
du Cercle et les débats des commissions admi- (1830-1870) », thèse, université de Versailles-
nistratives ou parlementaires, il s’agit notam- Saint-Quentin-en-Yvelines, 2011.
ment de facta et d’autres écrits de juristes. 2 - Jean-Pierre HIRSCH, Les deux rêves du com-
Ceux-ci soulignent à quel point les procès sont merce. Entreprise et institution dans la région lilloise,
910 centraux dans la naissance même du métier 1780-1860, Paris, Éd. de l’EHESS, 1991.

305227 DE10 10-07-13 11:09:55 Imprimerie CHIRAT page 910


HISTOIRE CULTURELLE

Sylvain Venayre logue qu’il doit en partie à Alain Corbin, fai-


Panorama du voyage (1780-1920). sant le pari que le repérage de l’apparition d’un
Mots, figures, pratiques mot, d’une image ou d’une valeur associée à
Paris, Les Belles Lettres, 2012, 648 p. ce mot permet de faire surgir des moments de
rupture et de dater un phénomène.
Sylvain Venayre, l’un des spécialistes français Pourtant, et c’est sans doute un des pre-
les plus éminents de l’histoire des représenta- miers faits surprenants dans cet ouvrage d’his-
tions de l’espace et du temps au XIXe siècle 1, toire, S. Venayre insiste moins sur les ruptures
propose un ouvrage fin, érudit et absolument que sur les continuités. Pour lui, l’imaginaire
passionnant sur le voyage de 1780 à 1920, à du voyage dominant le siècle résulte d’une
la fois synthétique (il va devenir un usuel matrice créée dès 1780-1810 qui perdure jusque
incontournable pour toute histoire des repré- dans l’entre-deux-guerres, lorsque se met en
sentations au XIXe siècle) et très original par la place un autre paradigme du voyage avec ses
méthode qu’il utilise, revendiquée dès le sous- grandes explorations, ses nouvelles représen-
titre. L’auteur part des mots, en passe par les tations de l’espace de la planète, la diffusion
figures du voyage – modèles et postures – pour de l’automobile et de l’avion, le goût nouveau

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


tenter de saisir les pratiques. pour les mers chaudes l’été, pour les mon-
L’introduction souligne les enjeux métho- tagnes l’hiver...
dologiques : cette histoire emprunte à toutes Cette histoire sans rupture explique le plan
les autres formes d’histoires – histoire du tou- thématique en six parties. La première partie
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

risme, histoire des techniques, histoire reli- propose une histoire des moyens de transport
gieuse, histoire des sciences, post-colonial mais aussi de certaines utopies de la communi-
studies, histoire du gender, études littéraires, cation. Dans un deuxième temps, qui étudie
histoire de l’art, histoire politique – pour pro- les relations entre la philosophie libérale, fonde-
poser une histoire globale du voyage. En même ment du triomphe du commerce au XIXe siècle,
temps, elle n’est pas fondée sur l’identification et la philosophie du voyage, le livre commence
de quelques voyageurs particuliers (le lecteur à se faire physiologie en faisant émerger le
n’est donc pas encouragé à noter telle ou telle type du Gaudissart, le voyageur de commerce.
absence de globe-trotters prestigieux), ni sur Le troisième temps, absolument passionnant,
l’intérêt accordé à tel ou tel type de destination étudie les liens qui unissent colonisation et
particulière (même s’il est bien montré com- voyage : il montre comment certains voyageurs
bien, au cours du XIXe siècle, les modes via- scientifiques et touristes ont été des instru-
tiques changent). Comment donc inventer une ments plus ou moins conscients de l’avancée
histoire totale du voyage – véritable gageure coloniale.
dans une discipline que seuls l’ouvrage collec- La deuxième partie analyse dans le détail
tif ou le dictionnaire ont paru susceptibles le renouvellement des arts apodémiques au
d’appréhender jusqu’à présent ? XIX e siècle. La troisième partie montre, à
La méthode est dépliée dans une très inté- travers les motifs anthropologique et archéo-
ressante annexe. S. Venayre a étudié l’histoire logique, que le voyage dans l’espace est aussi
du vocabulaire du voyage et de ses usages à souvent voyage dans le temps. Elle s’intéresse
partir de 2 739 ouvrages publiés au XIXe siècle, également, parallèlement à l’étude de l’explo-
présents dans le catalogue de la Bibliothèque rateur et des sociétés savantes, à l’émergence
nationale de France et qui contiennent dans de la figure de l’enquêteur et du reporter. La
leur titre « voyageur », « pèlerin », « touriste », quatrième partie traite du rapport entre le
« explorateur », « excursionniste », « flâneur », voyage et la santé. Le goût de S. Venayre pour
« globe-trotter », « promeneur », ou le féminin le lexique trouve alors à s’exercer à plein dans
et/ou le pluriel d’un de ces mots. Son enquête l’énumération de tous les synonymes du mot
ne s’appuie pas en priorité sur de grands récits « nostalgie » : la pothopadridalgie, la philopa-
littéraires légitimés par la tradition mais implique tridomanie, la nostopatridalgie, la nostopatri-
tout type de texte à condition qu’y apparaisse domanie, la nostomanie... La cinquième partie
ce lexique. Il convoque une méthode de philo- montre comment le voyage religieux est lui 911

305227 DE10 10-07-13 11:09:55 Imprimerie CHIRAT page 911


COMPTES RENDUS

aussi peu à peu appelé à devenir recherche de et sans rien céder aux impératifs académiques,
la joie par les sens. Enfin, la sixième partie de produire un objet légèrement anachronique,
étudie le développement du tourisme : un sen- à la tonalité dix-neuviémiste. S’expliquent alors
timent de démocratisation, peut-être plus ima- le titre de l’ouvrage, la structure parfois typo-
ginaire d’ailleurs que réel, explique les griefs qui logique et physiologique du plan, l’élégance
commencent à s’exprimer à l’égard du voyage et le soin de la langue. Il s’agit de jouer en
organisé dès la seconde moitié du XIXe siècle. palimpseste avec ces formes dix-neuviémistes
En fait, malgré sa construction thématique, que sont le panorama, la physiologie et la litté-
ce plan révèle une évolution chronologique rature panoramique pour composer une sorte
tant il paraît motivé, travaillé par l’émergence de pastiche contemporain de ces écritures.
du touriste moderne dont le type s’épanouit Avec une grande prudence, une extrême élé-
complètement à la Belle Époque et à la fin de gance, une érudition et une précision chrono-
l’ouvrage. logique qui font de ce livre un ouvrage indis-
L’ouvrage est passionnant mais peut-être pensable, S. Venayre compose aussi une œuvre
aura-t-on déjà compris que la fécondité de la qui ravira les littéraires, les bibliophiles, les philo-
méthode prônée par S. Venayre a pour contre- logues et les amateurs d’histoire. S. Venayre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


partie quelques biais. D’abord, le mode de est également l’auteur de deux publications
constitution du corpus a pour conséquence récentes ludiques appelant à réfléchir sur les
de surestimer certains voyages, ceux qui écritures possibles de l’histoire 2. À sa manière,
s’appuient justement sur l’édition, et d’en sérieuse, Panorama du voyage relève aussi de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

sous-estimer d’autres, ceux qui ne font pas cette réflexion sur l’écriture de l’histoire.
l’objet, pour des raisons diverses, d’une égale
énonciation ou promotion. Disons que, globa- MARIE-ÈVE THÉRENTY
lement, le livre met en avant les voyages qui
ont un intérêt commercial, médiatique, scien- 1 - Sylvain VENAYRE, La gloire de l’aventure.
tifique, politique à se dire et qu’il est moins Genèse d’une mystique moderne, 1850-1940, Paris,
disert sur les voyages des sans-paroles, des Aubier, 2002, et Rêves d’aventures, 1800-1940,
marginaux, des exclus de la société et de la Paris, La Martinière, 2006.
librairie. Étant donné que S. Venayre prend en 2 - Patrick BOUCHERON et Sylvain VENAYRE,
L’histoire au conditionnel. Textes et documents à l’usage
compte, outre son corpus de travaux primaires,
de l’étudiant, Paris, Mille et une nuits, 2012 ;
l’ensemble de la littérature secondaire sur le
Sylvain VENAYRE, Disparu ! Enquête sur Sylvain
voyage au XIXe siècle – une très complète biblio- Venayre, Paris, Les Belles Lettres, 2012.
graphie nourrit l’ouvrage –, cet inconvénient
est en partie comblé. Il n’en reste pas moins
que l’on trouve peu de gens du voyage, de Dominique Kalifa
forains, de vagabonds, d’immigrants pauvres, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire social
dans les pages du Panorama du voyage qui ren- Paris, Le Seuil, 2013, 395 p.
voie plutôt globalement à une vision élitiste et
généralement privilégiée du déplacement. Cela fait vingt-cinq ans maintenant que
De plus, la méthode, du fait de la contrainte Dominique Kalifa explore les représentations
nominaliste, donne une vision très dix- du crime. À partir d’une première étude sur
neuviémiste du voyage. S. Venayre dresse les récits de crimes à la Belle Époque, il a élargi
l’inventaire de ce qu’on pouvait appeler voyage le spectre chronologique et thématique de ses
à cette époque en France (ce qui explique sans recherches, remontant vers la première moitié
doute la faible représentation des immigrés). du XIXe siècle et descendant vers l’entre-deux-
Mais apparaît nettement, à cette occasion, une guerres, s’intéressant aux policiers, aux bagnes
autre dimension de l’ouvrage, son caractère à militaires, aux formes de saisie du social et à
la fois ludique et mimétique. L’ambition de la culture de masse. Son dernier ouvrage est
S. Venayre excède sans doute le désir de pro- celui de la maturité. Il ré-embrasse ces diffé-
duire un livre de référence sur le XIXe siècle ; rents objets pour en proposer une configura-
912 son exigence est aussi, autant que faire se peut tion neuve.

305227 DE10 10-07-13 11:09:56 Imprimerie CHIRAT page 912


HISTOIRE CULTURELLE

Comme son titre l’indique, l’ouvrage ne est bien « social » car les bas-fonds engagent
livre pas une histoire du crime, car l’objet est la manière de penser le monde social et ses
ici déplacé vers la sinistre liaison du crime, de composants : l’auteur montre comment des
la misère et du « vice », qui définit les « bas- élites découpent dans l’espace social un « bas »
fonds » et réunit tout un monde hétéroclite qu’ils isolent comme un « monde » à part et
peuplé de malfrats, vagabonds, mendiants, qu’ils pensent comme une contre-société, le
prostituées et détenus. L’expression que tant double contrefait de la société ordonnée. De
d’œuvres ont popularisée – de Victor Hugo à cet imaginaire social attaché aux dessous visi-
Auguste Renoir en passant par Maxime Gorki – tés, observés, fantasmés, inventés des sociétés
relève à l’origine de la topographie et du registre contemporaines, D. Kalifa étudie avec talent
maritime (« un fonds où il y a peu d’eau ») avant la production, les principaux lieux, motifs,
d’émerger dans son sens social, moderne, en intrigues et fonctions.
1840, à Paris, dans les trois registres du roman Parce qu’il est « social », cet imaginaire est
(Honoré de Balzac), de la réforme sociale aussi « historique ». Même si des motifs frappent
(Constantin Pecqueur) et de la police (Louis par leur stabilité (à commencer par le modèle
Frégier). Malgré son origine française, cette de la descente aux Enfers qui commande

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


émergence lexicale touche d’autres pays qui l’exploration de ces antres des Babylones
adaptent l’expression ou adoptent des termes modernes), il n’est pas ce répertoire de schèmes
au sens proche (par exemple slums ou under- éternels étudié naguère par l’anthropologue
world dans le monde anglophone). Gilbert Durand, dont l’approche a durable-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

Pourquoi et dans quels contextes les socié- ment pesé sur les études de l’imaginaire et en
tés occidentales ont-elles éprouvé le besoin a sans doute d’ailleurs éloigné les historiens.
d’inventer un terme neuf pour renommer les Aussi les bas-fonds relèvent-ils d’une étude
réalités liées à la misère et à la transgression ? généalogique qui identifie les strates succes-
La réponse passe par une histoire culturelle sives ayant constitué cet imaginaire et les lieux
des bas-fonds : si la notion renvoie assurément dans lesquels il a cristallisé. La charnière du
à des réalités sociales et à des expériences Moyen Âge et des Temps modernes constitue
effectives d’indigence et de délinquance, un temps fort avec l’invention du « mauvais
D. Kalifa propose d’envisager les bas-fonds pauvre », puis le projet de « grand renferme-
comme un imaginaire, une construction cultu- ment » qui tente la réunion de toutes les figures
relle par laquelle les hommes du XIXe siècle de l’exclusion sociale dans un même espace
ont renouvelé leur pensée des marges sociales. dont Bicêtre reste, jusqu’au cœur du XIXe siècle,
Parmi les apports multiples de ce livre riche l’horrible symbole. La strate suivante, fruit de
et très maîtrisé, on insistera sur celui qui a trait l’inflation de la production imprimée, est
à la mise en œuvre de cette notion d’imagi- constituée par la littérature de la gueuserie et
naire. Il ne s’agit pas d’une réflexion théo- le motif dominant de la cour des miracles, puis
rique, historiographique ou épistémologique, par la translation progressive de l’imaginaire,
mais d’une étude historique construite autour de la figure du mendiant et du vagabond à
de cette notion. Ce n’est d’ailleurs pas tant celle du bandit. Ces héritages se réordonnent,
d’« imaginaire » qu’il est question que d’un au XIXe siècle, autour de l’association « classes
« imaginaire social », notion définie en intro- laborieuses » et « classes dangereuses », que
duction comme « un système cohérent, dyna- Louis Chevalier a naguère mise en évidence,
mique, de représentations du monde social, dans un contexte renouvelé par l’émergence
une sorte de répertoire des identités collectives du paupérisme, de l’urbanisation et de la ques-
dont se dote chaque société à des moments tion sociale, ainsi que par l’essor de la culture
donnés de son histoire » (p. 20). Les auteurs de masse, et marqué, en France, par les réacti-
convoqués, philosophes comme Bronisław vations de l’événement révolutionnaire sem-
Baczko et Cornelius Castoriadis, ou spécia- blant révéler la solidarité entre l’émeute et les
listes de littérature comme Pierre Popovic, bas-fonds.
suggèrent que cette notion reste encore à De même, si l’auteur peut déceler la perma-
acclimater chez les historiens. Cet imaginaire nence des scénarios qui organisent le récit des 913

305227 DE10 10-07-13 11:09:56 Imprimerie CHIRAT page 913


COMPTES RENDUS

bas-fonds (l’inventaire naturaliste, la déambu- en pleine lumière, loin de l’ombre qui enve-
lation nocturne du prince-justicier déguisé, la loppait naguère misérables et gueux, accom-
tournée des grands ducs, la fuite poétique), il pagne cette sortie de l’âge des bas-fonds. Reste
y montre pour chacun le poids des héritages que les différents composants de cet imaginaire
(sous les traits du prince Rodolphe des Mystères ne disparaissent pas pour autant, et l’auteur
de Paris d’Eugène Sue, le calife des Mille et d’en traquer les multiples rémanences, qu’elles
une nuits...), ainsi que le renouvellement des soient institutionnelles (ainsi dans le cas des
représentations : comment, par exemple, on transportés et des relégués qui perdurent res-
passe des taxinomies de voleurs chez le poli- pectivement jusqu’en 1953 et 1970), théoriques
cier de la monarchie de Juillet (boucardiers, (avec les débats sur l’underclass aux États-Unis)
détourneurs, voleurs, careurs, etc.) aux nou- ou fictionnelles (ces « bas-fonds de l’ailleurs »),
veaux types de la pègre qui émergent dans véritables antimondes, peuplés de monstres,
les années 1920 (cocaïnomanes, « métèques », zombies ou races maléfiques, qui prolifèrent
danseurs mondains, etc.). Tout n’est bien sûr dans les films, comics ou jeux vidéos.
pas neuf dans un propos qu’alimentent en Sans doute tout ne rentre-t-il pas dans le
partie les travaux d’une historiographie cultu- tableau dépeint, et l’on peut s’interroger par

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


relle du XIXe siècle redynamisée – à laquelle, exemple sur l’articulation à cet imaginaire des
d’ailleurs, l’auteur a beaucoup contribué. Mais bas-fonds de tout un pan du romantisme axé
l’ouvrage, servi par une langue efficace, est sur l’héroïsation du criminel. Peut-être le regard
admirable dans sa manière d’articuler dans « panoptique » tend-il parfois à araser les visages
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

l’étude de l’imaginaire les motifs et les et les destins singuliers, fussent-ils de papier,
contextes et de suivre les méandres des héri- et à désincarner quelque peu les expériences
tages et les reconfigurations successives des sociales. Mais il a l’avantage de voir de haut
représentations. et d’embrasser large. Centré sur le XIXe siècle
Historique, cet imaginaire est datable et français, ce volume parvient magistralement à
fini. Raconter son histoire, c’est en retracer la restituer la longue durée d’une histoire des
naissance dans le contexte des années 1840, marges et de la misère, depuis les pauvres
quand les sociétés occidentales affrontent les médiévaux jusqu’aux exclus et S DF de ces
bouleversements sociaux liés à l’industrialisa- dernières décennies, brassant les multiples
tion, à l’essor des villes (les bas-fonds sont fon- références historiques, sociologiques, cinémato-
damentalement urbains). C’est suivre ensuite graphiques. Il réussit aussi le beau tour de force
son développement et mesurer son exten- de promener le lecteur de la « caverne sociale »
sion – l’imaginaire des bas-fonds comme « le hugolienne aux workhouses de Charles Dickens,
premier grand fait de mondialisation culturelle » et des égouts de New York aux bajos fondos
(p. 67). C’est retracer, enfin, son épuisement. mexicains en passant par les bouges d’Alger.
À compter de la première moitié du XXe siècle, À cet égard, le livre a ceci d’exceptionnel qu’il
le socle de représentations des bas-fonds se ouvre l’histoire contemporaine du crime à la
défait : les nouvelles réalités sociales du non- française aux éclairages comparés. Dans un
travail et de la pauvreté désavouent les dis- article récent, D. Kalifa constatait que l’his-
tinctions anciennes (bons/mauvais pauvres), toire culturelle n’était plus aujourd’hui ce
disjoignent les deux figures du pauvre et du front pionnier qui lui avait permis de dominer
criminel, congédient le modèle du voyage en pour une large part le renouvellement historio-
terre inconnue au profit de grilles sociologiques graphique de ces trente dernières années,
et quantifiées dont témoigne la grande enquête paraissant éclipsée par les approches inno-
de Charles Booth à partir de 1886. Au renou- vantes d’une histoire globale, mondiale ou
vellement du regard sur la misère, il faut ajou- connectée 1. Ce livre démontre en tout cas sa
ter aussi les transformations du milieu criminel belle capacité à sortir des confinements natio-
et de ses représentations avec l’invention du naux : des lendemains de bataille nullement
« Milieu » : la promotion sociale des nouveaux désolés.
truands enrichis par le trafic de stupéfiants et
914 la prostitution internationale, qui plastronnent ANNE-EMMANUELLE DEMARTINI

305227 DE10 10-07-13 11:09:56 Imprimerie CHIRAT page 914


HISTOIRE CULTURELLE

1 - Dominique KALIFA, « Lendemains de puisqu’il offre désormais, à partir de tech-


bataille. L’historiographie française du culturel niques qui vont progressivement être simpli-
aujourd’hui », Histoire, économie & société, 31-2, fiées, un moyen de communiquer avec ses
2012, p. 61-70. morts.
En France, l’ossature du mouvement se
dessine avec l’idéologie kardéciste formalisée
Guillaume Cuchet en 1857, la fondation de la Revue spirite et la
Les voix d’outre-tombe. Tables tournantes, constitution d’une société d’études en 1858.
spiritisme et société au XIXe siècle Le profil d’Hyppolite Rivail (Kardec) apparaît
Paris, Éditions du Seuil, 2012, 458 p. dans toute sa complexité de réformateur de
l’éducation, de philanthrope, de féministe,
À travers ce livre, Guillaume Cuchet prolonge autant que de prophète d’une nouvelle utopie
son travail sur l’histoire des croyances au religieuse révélant au monde la nature des
XIXe siècle et sur la période des années 1850- esprits frappeurs et un « nouveau » dogme de
1860 qu’il présente comme un moment char- la réincarnation. Avec une grande précision
nière dans l’histoire religieuse et dans celle des fondée notamment sur des outils biblio -

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


représentations de la mort. La démonstration métriques, l’auteur établit le rythme de pro-
est convaincante et l’ouvrage d’une clarté gression de la mode spirite en deux temps,
exemplaire. En concentrant son attention et décollage en 1853-1854 puis popularisation au
ses dépouillements sur une phase brève, celle début des années 1860. Il construit également
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

du Second Empire, l’auteur réussit à faire une une sociologie du spiritisme, celui des cercles
histoire totale du phénomène spirite en incluant familiaux, des intellectuels parias, des couches
ses aspects doctrinaux, ses dimensions sociale nouvelles ou des ouvriers lyonnais, ce alors que
et culturelle, ses enjeux religieux et politiques. les sources primaires manquent à l’historien.
Le premier des apports de cet ouvrage fort Pourquoi le spiritisme s’est-il implanté si
riche est d’observer le phénomène à l’échelle rapidement en France ? Outre le talent person-
mondiale et d’établir le spiritisme comme un nel et le sens de l’organisation de Kardec, cette
des premiers américanismes de la société fran- diffusion dépend selon l’auteur de facteurs
çaise. La diffusion du modern spiritualism, portée culturels, politiques et religieux qui donnent
par les reconfigurations religieuses améri- à cette histoire du spiritisme une profondeur
caines et l’essor des courants non conformistes, réelle. Dans une période de retour du religieux
est très rapide à partir de 1850. Une des hypo- qui profite notamment au catholicisme alors à
thèses émises par l’auteur est de relier cette son apogée, la conversion au spiritisme atteint
vogue à l’arrivée massive d’émigrants euro- une population d’incrédules, de matérialistes,
péens qui pouvaient trouver dans cette tech- de dépris récents du catholicisme, de croyants
nique de communication avec l’au-delà une attirés par une doctrine rationnelle conforme à
possibilité de conserver un lien avec leurs morts. l’esprit du temps. L’intransigeance catholique
La « danse des tables » migre ensuite sur le des années 1860 contribue sans aucun doute
vieux continent : les premiers articles français à pousser cette population « flottante » vers
qui en font état en insistant sur son excentri- cette religion moderne qui fait également fonc-
cité et son caractère protestant datent de 1852. tion de transition vers la sortie de la religion.
Le succès immédiat emprunte les voies de la Dans cette optique, le spiritisme peut être
modernité puisque le « télégraphe spirituel » considéré à la fois comme une contribution à
– c’est ainsi qu’on le nomme à l’époque – une forme de transfert de l’espérance de la
montre notamment son efficacité sur les pre- religion vers la science, mais aussi comme une
mières photographies. Dans toute l’Europe forme de repli spiritualiste face au monde
on évoque la nouvelle « épidémie » des tables industriel et technologique qui s’annonce.
tournantes dont l’expérience s’apparente, dans Chemin faisant, il suscite l’intérêt des ama-
un premier temps, à la physique amusante du teurs de sciences occultes et des praticiens du
XVIII e siècle. Les tables se mettent alors à magnétisme tout en renouvelant certaines
parler, le phénomène changeant de nature formes de sociabilité qui existent dans la pre- 915

305227 DE10 10-07-13 11:09:56 Imprimerie CHIRAT page 915


COMPTES RENDUS

mière moitié du siècle. Il représente également également servi de matrice au développement


un nouveau point d’ancrage pour la génération du spiritisme – comme on peut en juger par
républicaine et socialiste déboussolée par le les nombreuses références éparses présentes
coup d’État. Les fouriéristes ont, par exemple, dans le livre (conception fluidique, anthropo-
été de fervents pratiquants des tables tour- logie des esprits, modèle du baquet mesmérien,
nantes et parlantes, à l’image de Jean Baptiste reconversion des somnambules, etc.) –, ne soit
Godin, le héros du familistère de Guise. Il pas évoqué en tant que tel. Mais le projet
représente, enfin, une forme de philosophie de l’auteur, fondé sur l’étude prioritaire des
populaire démocratique qui vient satisfaire une années 1850 et 1860, n’en souffre guère. L’étude
nouvelle demande métaphysique des classes des facteurs de déclin du mouvement est brève
populaires. mais convaincante. Les effets conjugués de
Les chapitres qui portent sur l’histoire des la réaction catholique et de la critique anti-
croyances et du deuil sont aussi convaincants spiritualiste de la gauche laïque affaiblissent
et comptent parmi les plus belles pages du le mouvement. La grande époque du spiri-
livre. Si l’Église catholique finit par s’opposer tisme semble bien terminée lorsque débute la
au spiritisme sur le plan doctrinal dans les IIIe République même si la pratique subsiste

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS


années 1860, elle est de fait confrontée à la au XXe siècle en réorientant parfois son action
même demande de consolation qui porte dans le champ thérapeutique. Bien avant le
l’essor de ce mouvement. En replaçant catholi- New Age des années 1970, dans la France de la
cisme et spiritisme dans la conjoncture socio- Belle Époque, de nouvelles synthèses partiel-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 42.60.191.222 - 16/06/2019 08h01. © Éditions de l'EHESS

religieuse de ce temps, G. Cuchet montre bien lement inspirées de la doctrine spirite et de


qu’il s’agit dans les deux cas de se démarquer nouveaux courants spirituels comme la théo-
d’une pastorale de la peur trop effrayante en sophie sont portées par une nouvelle vague en
apportant une réponse doctrinale nouvelle provenance des États-Unis.
répondant notamment aux inquiétudes des
familles confrontées à la mort des enfants en
bas âge (privées des anciens sanctuaires à répit HERVÉ GUILLEMAIN
qui s’affaiblissent). L’auteur place de manière
remarquable l’histoire du spiritisme là où on ne
l’attendait pas, entre démographie et histoire
France Nerlich
des sensibilités : « les hommes et les femmes
de ce temps se sont mis de plus en plus à aimer La peinture française en Allemagne,
leurs enfants comme des modernes tout en 1815-1870
continuant à les perdre comme des anciens » Paris, Éditions de la MSH, 2010, 548 p.,
(p. 346). Car rappelons que le spiritisme a pour 95 ill. noir et blanc, XVII pl. couleur.
principal objectif de mettre en contact une
personne endeuillée avec ses chers morts. « Pour le dire rapidement, l’art français a joui
G. Cuchet avait déjà montré dans sa thèse de d’une grande visibilité en Allemagne et les
doctorat comment la dévotion catholique aux artistes français ont été très présents dans
âmes du purgatoire venait répondre à un nou- l’esprit du public allemand avant 1870 » (p. 3).
veau besoin en matière de culte des morts. Le La thèse de cet ouvrage est énoncée simple-
spiritisme s’inscrit donc dans un mouvement ment et clairement dès l’introduction, mais le
plus large de transformation des formes du réseau d’arguments qui la sous-tend est lui
deuil et peut être considéré comme une nou- extrêmement dense et complexe, tout comme
velle « communauté de deuil de substitution » le sont ses conséquences. Il s’agit là, en effet,
destinée à composer avec « les morts qui ne d’une vraie thèse. Non parce que cet ouvrage
passent pas » (p. 334). Il apparaît bien difficile est tiré du doctorat de l’auteur, mais parce que
dès lors de tracer une frontière nette entre France Nerlich défend ici une position nou-
esprits, âmes du purgatoire et revenants. velle, s’inscrivant en faux contre une certaine
On peut certes regretter que le magné- idée de la réception de la peinture française
916 tisme du premier XIXe siècle, qui a visiblement en Allemagne, idée selon laquelle les amateurs

305227 DE10 10-07-13 11:09:56 Imprimerie CHIRAT page 916


HISTOIRE CULTURELLE

allemands n’auraient commencé à s’intéresser venir de l’Empire alors même que les œuvres
à l’art français et à le collectionner qu’avec du maréchal Blücher sont au contraire présen-
l’impressionnisme. tées comme un butin de guerre, tout particu-
Dans le cadre d’une histoire de l’art moder- lièrement le Bonaparte franchissant le col du
niste fondée sur l’idée d’une autonomisation de Grand-Saint-Bernard par Jacques-Louis David.
l’art, il est vrai que les noms de Jean-Auguste- Le comte de Schönborn s’appuie quant à lui
Dominique Ingres ou d’Eugène Delacroix sur une certaine tradition aristocratique de
n’apparaissent que peu, ou pas, dans les collec- protecteur des arts, privilégiant toujours les
tions allemandes de l’époque. Mais nombre de commandes directes aux artistes, alors que
peintres aujourd’hui considérés comme acadé- les raisons de la présence du Portrait de Juliette
miques, ou tout simplement oubliés, bénéfi- Récamier par François Gérard dans les collec-
cient au contraire d’une large réception et ont tions du prince Auguste de Prusse sont d’ordre
un impact aussi grand que celui qu’on veut absolument sentimental.
généralement limiter aux modernes. Il en est Parallèlement, les peintres français com-
ainsi des œuv