Vous êtes sur la page 1sur 23

1

SOMMAIR
1. Introduction générale…………………………………………………………………… 3

2. Pompe (Définition générale) : ......................................................... 3

3. Types des pompes........................................................................... 4

1. Les domaines d’application des pompes…………………………………4


2. Les différents types de pompes………………………………………………4
a) Les pompes volumétriques………………………………………………5
b) Les pompes centrifuges…………………………………………………..11

4. Etude comparative: avantages et inconvénients…………………..12

1. Critères de choix d’une pompe…………………………….12


2. Caractéristiques technique d’une pompe ……..
3. Matériaux utilisées dans la fabrication des pompes…..

5. Choix du modèle à étudier


1. Architecture de la pompe centrifuge ………………………………..
2. Description et principe de fonctionnement……………………..
3. Domaine d’application………………………………………………………

6. Analyse Fonctionnelle …………………………………………………………………


1. Définition ………………………………………………………………………………
2. Bête à cornes …………………………………………………………………………
3. Pieuvre ……………………………………………………………………………….
4. FAST……………………………………………………………………………………..
5. SADT……………………………………………………………………………………

7. Conception CATIA V5………………………………………………………………..

8. Conclusion………………………………………………………………………………..22

2
INTRODUCTION

Ce rapport représente le contenue d’une étude bibliographique


concernant les pompes dans le cadre de la matière : Outils de
Conception, qui consiste à suivre ce projet jusqu'à la fin du volume
horaire. Dans cette étude nous essayons de vous définir ces
machines, donner des exemples sur ses différents types, montrer ses
caractéristiques et faire une étude comparative entre les différents
types.

Les pompes :

Définition générale :

 Une pompe hydraulique est un générateur de débit qui transforme


l’énergie mécanique en énergie hydraulique Une pompe fournit
le débit nécessaire pour l’établissement de la pression, mais ne
peut d’elle-même produire une pression. Elle ne crée pas de
résistance à son propre écoulement. Cette résistance est causée
par les appareils du circuit : appareils traversés, étranglements,
tuyauteries, coudes et surtout par l’effort de travail. Elle doit
supporter les pressions nécessaires à l’installation pour laquelle
elle est prévue.

 Une pompe est un dispositif permettant d'aspirer et de refouler


un fluide. La plus ancienne pompe connue est la pompe à godets
inventée en Chine à l’Ier siècle. Les pompes modernes ont été
développées à partir du XVIIIe siècle. Les pompes diesel et
électriques, utilisées de nos jours, peuvent avoir des débits
de pompage très élevés. En basse pression pour la circulation de
l'eau et en haute pression plus de 400 bars pour l'oléo
hydraulique.

3
Les differents types des pompes :

1. Les domaines d’application des pompes :

Les pompes sont très présents dans les différentes domaines de


notre vie tel que :

 Installations pétrochimiques
 Industrie automobile
 Génie civile Construction….
 Les barrages
 Refroidissement des centrales nucléaire
 Aéronautique
 Les Mines
 Chimie : production et élaboration de produits de base
 Processus chimiques industriels
 Traitement des métaux en général
 Galvanique, circuits imprimés, décapage et dégraissage
 Protection civile et des services d’incendie et de secours
 Agriculture
 Traitement de l'eau de mer, dessalement
 …….

2. Les différents types des pompes :

Les pompes sont classées en deux catégories principales : Celles dont


le déplacement du liquide est obtenu en agissant sur la vitesse du
liquide. Elles sont dites « Centrifuges ».
Elles sont utilisées dans les transmissions dans le domaine automobile.
Elles entrainent des turbines centripètes. Celles dont le déplacement

4
du liquide est obtenu en faisant varier, par un moyen mécanique, le
volume d’une cavité. Elles sont dites « volumétriques».
La variation de volume est créé par le déplacement d’un ensemble
mobile selon un mouvement de :

- Translation rectiligne alternative pour les pompes alternatives.


- Rotation continue pour les pompes rotatives.

a) Les pompes volumétriques :

Un volume V0 de fluide emprisonné dans un espace donné (le


récipient de départ) est contraint à se déplacer de l’entrée vers la sortie
de la pompe par un système mécanique. Ce volume prélevé dans la
conduite d’aspiration engendre une dépression qui fait avancer le
fluide vers la pompe par aspiration. Cet effet confère aux pompes
volumétriques d’être auto amorçant. Dans le cas des liquides, la
pression d’aspiration ne doit pas s’abaisser en-dessous de
la pression de vapeur saturante sous peine de voir le liquide entrer en
ébullition. Ce phénomène peut d’ailleurs intervenir sur n’importe quel
le machine. On obtient un débit théorique moyen proportionnel à la
vitesse de rotation. Par contre, si le volume aspiré ne

5
peut s’évacuer dans la canalisation de sortie (vanne fermée, ou
canalisation obstruée) l’augmentation de pression aboutirait soit à
l’éclatement de la conduite, soit au blocage du moteur d’entraînement
de la pompe. C’est pourquoi une soupape de sûreté doit être
impérativement montée à la sortie de la pompe.

 Pompe à piston

Les machines ont un fonctionnement alternatif et nécessitent un jeu


de soupapes ou de clapets pour obtenir tantôt l’aspiration du fluide,
tantôt le refoulement. Le principal défaut de cette machine est de
donner un débit pulsé et par suite des à-coups de pression, qu’on
peut atténuer grâce à un pot anti-bélier sur la conduite de
refoulement. On peut aussi concevoir une machine mieux
équilibrée par association de plusieurs pistons travaillant avec un
déphasage judicieux…

Les pompes à piston sont robustes et ont de bons rendements au-


dessus d’une certaine taille. Elles peuvent être utilisées comme
pompes doseuses, on les trouve d’ailleurs assez souvent avec des
pistons à course réglables. L’étanchéité de ce type de pompes ne leur
permet pas de travailler avec des fluides possédant des particules
solides.

6
 Pompe à engrenage :
Deux pignons tournent en sens inverse dans un carter. Le fluide
situéentrela paroi du carter est contraint d’avancer au cours de la ro
ation, tandis qu’au centre, le contact permanent entre les
deux pignons empêche le retour du fluide vers l’amont malgré la
différence de pression et le déplacement des dents qui se fait en
direction de l’entrée. Ces pompes peuvent fournir un débit de
l’ordre de 80 à100 m3/h et des pressions maximales de l’ordre de
10 à 15 bar. Le point faible de ces pompes est l’usure des dents qui
se traduit par des fuites.

 Pompe à palettes rigides :

C’est la classique « pompe à vide ». Un rotor excentré tourne dans un


cylindre fixe. Sur ce rotor, des palettes, libres de se mouvoir
radialement, et poussées par des ressorts s’appliquent sur la face
intérieure du cylindre fixe. Les espaces ainsi délimités varient au
cours de la rotation et créé les dé pressions nécessaires au
fonctionnement d’une pompe volumétrique. Ces pompes conviennent
bien aux gaz.

7
 Engrenage interne :

Les pompes à engrenages internes trouvent une application courante


dans l'automobile:
la pompe à huile nécessaire pour lubrifier l'ensemble des pièces
frottantes du moteur, dans les fontaines à eau,...
Son avantage est d'être très silencieuse et de posséder un meilleur
rendement volumétrique, surtout à bas régime de rotation

8
 Pompe péristaltiques

Son principe de fonctionnement est plutôt simple : un tuyau souple est


écrasé par des galets, le fluide est alors repoussé sans turbulence, ni
cisaillement. Il n’y a pas non plus de contact entre le fluide et les
pompes mécaniques. Son débit est limité à des valeurs de l’ordre de
60 à 80 m3/h. Par contre, le rendement est de 100 % et elle est la
pompe doseuse par excellence.

 Pompe à vis :

Deux (ou trois) vis de sens inverses tournent en sens contraires à


l'intérieur d'un carter. L'entraînement mutuel des vis est assuré par un
engrenage .La chambre, limité par le fond et les flancs des filets, le
carter et les lignes de contact des vis, est fermée et à volume constant.
Lors de l'engrènement des vis, le déplacement des lignes de contact
des vis transfèrent progressivement le fluide.

9
 Pompe à plateau:

Les pistons sont animés d'un mouvement de translation rectiligne


alternatif par l'intermédiaire du plateau incliné appelé aussi glace.

b) La pompe centrifuge :

Les pompes centrifuge sont de construction très simple : en version de


base, elles sont essentiellement constituées d’une pièce en rotation, le
rotor appelé aussi roue ou hélice qui tourne dans un carter appelé
corps de pompe.

10
Une certaine vitesse est ainsi communiquée au fluide. La différence
entre les pompes centrifuge hélico-centrifuge et à hélice porte
essentiellement sur la direction de la vitesse donnée au fluide.

 ASPIRATION :
La pompe étant amorcée (c’est à dire pleine de liquide), la vitesse du
fluide qui entre dans la roue augmente, et par conséquent la pression
dans l’ouïe diminue, engendrant ainsi une aspiration et le maintien de
l’amorçage.

 ACCELERATION:
La rotation augmente la vitesse du fluide tandis que la force centrifuge
qui le comprime sur la périphérie augmente sa pression.
Les aubes sont le plus souvent incurvées et inclinées vers l’arrière par
rapport au sens de rotation, mais ce n’est pas une obligation.
Dans un même corps de pompe on peut monter des roues différentes
en fonction des caractéristiques du fluide.

 REFOULEMENT:
Dans l’élargissement en sortie, qui se comporte comme un divergent,
le liquide perd de la vitesse au profit de l’accroissement de pression:
l’énergie cinétique est convertie en énergie de pression.

11
Etude comparative: avantages et inconvenients

Le choix du système de pompage doit être fait en prenant en compte


non seulement les contraintes techniques (type de pompe, énergie,
hauteur de refoulement, débit, turbidité de l’eau), mais aussi les
contraintes liées au contexte socio-économique (système de pompage
accepté, disponibilité des pièces détachées, facilité de manipulation).

1. Critères de choix d’une pompe :

 Caractéristiques du fluide :

-fluide et son agressivité


-viscosité et ses variations
-pertes de charges- pression

 Caractéristiques sociaux économiques :

-Bruit
- Encombrement, poids, esthétique
-Maintenance
-Installation

 Caractéristiques techniques de la pompe :

- puissance de la pompe
- rendement : h
- cylindrée : débit par cycle : c

12
2. Caractéristiques technique d’une pompe:

 La cylindrée :

C'est le volume de fluide aspiré et expulsé pour un mouvement. Dans


le cas des pompes rotatives, la cylindrée s'exprime en (cm³/tour) ou en
(m³/rad).

 Le débit :

C'est un volume de fluide transvasé par unité de temps, il se calcule en


fonction de la cylindrée. Dans le cas d'une pompe rotative, le débit
Q (en m³/s) est le produit de la cylindrée (en m³/rad) et du nombre de
tour par seconde N (en rad/s) du moteur entraînant la pompe :
Q =V. N

 La différence de pression :

Elle caractérise la capacité de la pompe à augmenter la pression du


fluide qui la traverse. La différence de pression est faible pour une
pompe centrifuge, elle peut être importante pour une
pompe volumétrique. Dans le cas où le liquide pompé est l'eau, on
parle plutôt de hauteur manométrique totale ou HMT.

 Le rendement volumétrique:

C'est le rapport entre le débit effectivement obtenu et le débit


théorique (calculé avec la cylindrée).
Le rendement volumétrique est toujours inférieur à 1 en raison des
fuites.

13
 La puissance hydraulique :

C'est le produit P (en Watt) du débit Q (en m³/s) et de la différence de


pression
Δp (en Pascal) : P =Q.Δp.

3. Matériaux utilisées dans la fabrication des pompes :


Il s'agit d'un domaine assez complexe et difficile à couvrir d'une
manière exhaustive. On va se contenter néanmoins de présenter
succinctement les avantages et les désavantages des différents
matériaux généralement utilisés pour en tenir compte dans l'évaluation
des caractéristiques des équipements.
Les aspects essentiels à prendre en compte dans la sélection des
matériaux de construction des équipements de pompage sont les
suivants :
 La résistance mécanique, les éléments sujets à des efforts
intenses doivent pouvoir fonctionner pour une longue période
sans risques de défaillance suite à une sur charge ou plus
vraisemblablement par fatigue.
 La résistance à la corrosion et à l'humidité.

 La résistance à l'usure et à l'abrasion. Cette propriété est


surtout importante pour les éléments glissants ou bien sujets
aux forces de frottement, ainsi qu'à ceux en contact avec les
filets liquides chargés de matières solides en suspension.
 Le coût.

14
La plupart des matériaux ferreux ou à base de fer sont sujets aux
problèmes de corrosion. Par contre, ils sont sans doute les matériaux

les plus résistants, les mieux connus, bon marché et facilement


disponibles. En règle générale, le fer et l'acier conviennent
plus particulièrement aux éléments de structure dont la résistance est u
ne caractéristiqueimportante, et où la présence d'une couche
superficielle de rouille n'est pas un problème majeur.
L'acier doux ordinaire est l'un des matériaux les plus vulnérables à la
corrosion. Les coulis de fer (fonte) et d'acier, excepté au cas où ils
sont travaillés en usine, sont généralement couverts d'une couche
d'oxyde de fer noir qui se forme lorsque la fonte est encore à haute
température. Il y a plusieurs méthodes de protection de l'acier contre la
corrosion, notamment la peinture classique, les inhibiteurs modernes
de corrosion qui adhérent à la surface du métal et empêchent la
corrosion. Il y a aussi d'autres méthodes de protection telle que le
placage, l'enduit et l'enrobage métallique, tel que le placage au zinc
(galvanisation) et au cadmium. D'autres alliages d'acier à base de
chrome et de nickel, appelés aussi aciers inoxydables, sont également
résistant à l'oxydation cependant ils ne sont pas bon marché.

15
Choix du modele a etudier :

Notre choix doit être lié aux performances les plus efficaces et les plu
optimales. Apres une étude comparative sur les différents types des
pompes, et en prenant compte des différentes caractéristiques
techniques et sociaux-économiques, aussi après l’évaluation des
avantages et des inconvénients de chaque type, nous tendons
à choisir la catégorie : pompes centrifuges.

1. Architecture de la pompe centrifuge :

Les différentes roues

La roue à pales a une fonction particulièrement importante,


suivant le cahier des charges, le fluide et la performance
recherchée.

16
Roue Vortex Turbo
Roue à passage libre pour les boues homogènes et les matières en
suspension. 85 %du fluide refoulé quittent la pompe sans avoir été en
contact avec la roue. Convient pour les fluides sensibles et difficiles à
traiter jusqu'à une teneur en gaz de 5 %.

Roue semi-ouverte
Roue spéciale pour les liquides homogènes, chargés en matières
solides. Convient pour les fluides à haute teneur en solides et
contenant jusqu'à 25 % de gaz.

Roue axiale
Roue pour les débits important avec une faible hauteur de
refoulement. Pales à profil épais avec un réglage individuel pour une
longue durée de vie. Convient également pour les fluides abrasifs.

17
2. Description et principe de fonctionnement:
Une pompe centrifuge comporte essentiellement une roue a aubages
dans un corps appelé volute. La rotation de la roue chasse par
l’intermédiaire des ailettes, l’eau vers la périphérie et crée une
d´expression au centre. La roue communique de l’énergie cinétique à
l’eau.
Cette énergie cinétique se transforme en énergie potentielle (de
pression) partiellement dans la roue et dans la volute qui joue le rôle
de collecteur. On interpose, dans certains cas, un diffuseur entre la roue
et la volute. Son rôle est de transformer l’énergie cinétique en énergie
potentielle.

3. Domaines d’application :

Les pompes centrifuges ont un domaine d’application vaste, entre


autres dans des installations d’arrosage, le nettoyage de réservoirs, le
transvasement et la circulation de l’eau dans l’horticulture et
l’industrie ou encore pour le remplissage et le vidage de conduites et
bassins de stockage. L’assortiment comprend divers types de pompes
à moteur électrique, comme les pompes normalisées, les pompes multi
cellulaires horizontales et verticales et les pompes dites « splitcase ».

18
Analyse Fonctionnelle
1. Définition :
Le système dont on étudie doit d'abord être "décortiqué".
A quoi sert-il ? Quelles fonctions doit-il remplir ? Comment
fonctionne-t-il ? L'analyse fonctionnelle doit répondre à ces
questions, de façon rigoureuse. Le système est analysé sous ses
aspects :
 externes : relations avec le milieu extérieur (qu'est ce
qui rentre, qu'est ce qui sort, …).
 internes : analyse des flux et des activités au sein du
procédé ou de la machine

2. bête à cornes :

Pour décrire le besoin auquel répond notre circuit (besoin


fonctionnel), on utilise le diagramme « Bête à cornes » qui
répond à 3 questions :
A qui rend-il service ?
Sur quoi agit-il ?
Dans quel but ?

19
3. La méthode Pieuvre :

Elle est utilisée principalement pour décrire les relations du


système avec le milieu extérieur :

Les fonctions sont :


FP1 : Doit permettre le transfert de l’huile.
FC1: Doit Faciliter l’entretient.
FC2 : Doit Être réglé par l’opérateur.
FC3 : Doit Assurer la sécurité du personnel.
FC4 : Doit Être alimenté en électricité.
FC5 : Doit Evacuer les calories produites.
FC6 : Doit Être étanche et résister à l’ambiance extérieure

20
4. FAST

5. SADT

 NIVEAU 0 :

21
 NIVEAU A1 :

CONCLUSION
Ce rapport est le résultat d’une recherche au long de quelque semaines
dans laquelle nous essayâmes de donner le plus possibles des
informations sur ces machines en se basant sur des sources solides
(livres, cours …etc.) et des sites internet afin de comprendre mieux
ces machines et faire un avis personnel pour sélectionner un modèle
convenable à étudier

22
23