Vous êtes sur la page 1sur 4

Bac 2019

Épreuve de français
Bac L (1re)

OBJET D’ÉTUDE : LE TEXTE THÉÂTRAL ET SA REPRÉSENTATION DU XVIIE SIÈCLE À NOS JOURS

Corpus :
Texte A : Molière, Le Bourgeois Gentilhomme, I, 2, 1670.
Texte B : Beaumarchais, Le Barbier de Séville, I, 6, 1775.
Texte C : Victor Hugo, Ruy Blas, II, 1, 1838.

1eres impressions sur le sujet : A priori, il s’agit d’un sujet très classique sur le genre théâtral. Toutefois,
l’originalité réside dans une thématique commune inattendue qui peut désarçonner : la chanson ! Ainsi, le
candidat devra réfléchir sur l’innutrition des arts au théâtre, sur la représentation comme un « spectacle
total ».

QUESTION DE CORPUS

La question invite le candidat à caractériser les rôles de la chanson dans les textes.

Méthode :
- La réponse doit être organisée : introduction (présentation des textes, reformulation de la question),
développement construit en paragraphes thématiques qui confrontent les textes et développent chacun un
aspect de la réponse et conclusion brève.
- Chaque texte doit être cité au moins une fois.
- Pas d'analyses de détails type commentaire mais une comparaison globale des textes du corpus sur un
point précis (ressemblances/différences).
- Faire référence aux textes par le nom de l'auteur et/ou le titre (et non pas « texte A », ...)

Pistes pour le développement en paragraphes :


La présence de la chanson au sein du corpus revêt différents rôles :

- un rôle social : Molière + Beaumarchais


Dans le texte de Molière, la chanson fait partie de l’apanage culturel du gentilhomme du XVIIe siècle, la
maîtrise des arts est vecteur d’ascension sociale pour Monsieur Jourdain qui prétend devenir noble. À
l’instar de chez Molière, chez Beaumarchais, la chanson joue également un rôle de reconnaissance sociale :
elle devient un mode d’expression codé qui témoigne d’un certain bagage culturel et langagier, propre à la
noblesse.

- un rôle émotionnel : Beaumarchais + Victor Hugo


Beaumarchais dévoie le but initial de la chanson : elle ne sert pas à divertir mais devient le moyen de
communication entre les amants. Victor Hugo assigne également un rôle émotionnel à la chanson,
toutefois moins heureux : la chanson joyeuse des paysannes agit en miroir inversé et accentue encore
davantage la nostalgie de la reine.

- un rôle comique : Molière + Beaumarchais


Chez Molière comme chez Beaumarchais, la chanson est utilisée pour renforcer le comique de la scène.

Conclusion : la chanson est à la fois un outil comique propre à l’intrigue de comédie, un moyen de
caractériser indirectement les personnages mais aussi un miroir des émotions !

COMMENTAIRE : BEAUMARCHAIS

Plan possible :

I. Des personnages de comédie légère : un trio comique

1) La distance feinte de Rosine


2) La mascarade du comte (travestissement de l’identité)
3) Le rôle du valet comme assistant

II. Une mascarade qui dévoile un enjeu sérieux : un duo amoureux

1) Le sérieux de la déclaration : structure des couplets


2) La mise à nu de la sincérité du personnage du comte
3) La chanson comme duo amoureux

III. Une mise en abyme du principe théâtral

1) Le comte, auteur d’un récit d’amour ?


2) Figaro metteur en scène ?
3) Lecteur ou spectateur : une réception différente de la chanson ?

DISSERTATION

Le sens d’une pièce de théâtre et le plaisir qu’elle nous donne reposent-ils uniquement sur les mots ?

Analyse du sujet
- « le sens »
• la pièce envisagée comme œuvre à décoder, à comprendre (rôle didactique du théâtre)
• polysémie : le sens, c’est la signification immédiate des mots mais aussi la portée philosophique de
la pièce.
- « le plaisir » :
• la pièce envisagée comme objet de divertissement
• plaisir de qui ? du dramaturge / des acteurs / du lecteur / du spectateur
- « nous donne » : expression à nuancer !
• conception simpliste du théâtre comme moyen simple de fournir une matière à penser ou du plaisir
à consommer. Démarche passive du public !
• or, c’est aussi au spectateur et au lecteur de trouver, d’aller chercher ce plaisir et de conquérir le
sens. Envisager une démarche active du public.
- « les mots »
• sont-ils la quintessence du théâtre ? Peut-on limiter le théâtre à un simple dialogue ?
• envisager le théâtre comme spectacle total : fusion des arts (présence de la chanson dans le
corpus), intérêt de la mise en scène

Méthode :
- organiser le devoir avec rigueur en paragraphes
- se référer aux mots du sujet dans l’ensemble du devoir, les citer et les réinterpréter constamment.
- sélectionner les exemples en lien direct avec l'argument à défendre de façon à prouver ce dernier.
- développer l'analyse des exemples dans le sens de l’argumentation, ne pas se contenter de citer
des œuvres ou d’en faire le résumé !
- utiliser le corpus et des exemples personnels

Plan possible :

I. La pièce de théâtre ou l’art vivant du dialogue

1) La comédie ou le plaisir du bon mot (plaisir du rire)


2) La tragédie ou la purgation des passions comme vecteur d’émotion (plaisir de ressentir)
3) La diversité des genres comme une tentative de représentation du monde (pluralité des
sens)

II. Toutefois, la concrétisation de la pièce n’est-elle pas sa mise en scène, véritable acte de naissance d’un
spectacle ?

1) Mettre en scène, c’est donner un « sens » à la pièce


2) La mise en scène comme plaisir sensoriel du spectateur
3) La tentation du spectacle total comme apothéose artistique

III. Le théâtre, espace transgénérique ?

1) Le théâtre emprunte aux autres genres littéraires (récit, poésie)


2) Théâtre et musique (comédie ballet, chanson, etc.)
3) Théâtre d’avant-garde (association entre spectacle et numérique, théâtre et cinéma,
happenings, etc.)

INVENTION

Sujet : En tenant compte des caractères des personnages et de la tonalité du texte de Molière, écrivez la
scène au cours de laquelle Monsieur Jourdain rend compte de sa leçon de musique à son épouse et à sa
servante Nicole. L’une et l’autre désapprouvent ses prétentions.

Critères de réussite et pistes pour l’écriture de la scène :

- prise en compte des caractères des personnages :


• le ridicule de Monsieur Jourdain et sa naïveté.
• on peut imaginer en face de lui des femmes lucides qui tentent de le rappeler à la réalité. Le
contraste sera d’autant plus intéressant !

- prise en compte de la tonalité : comique/satirique

- enjeu narratif : le récit de Monsieur Jourdain doit être dynamique et fidèle au texte source. Il est
forcément entrecoupé des réactions des femmes. Une longue tirade serait moins pertinente car elle ne
tiendrait pas compte de la vivacité du texte d’origine et risquerait d’atténuer la dimension comique. C’est là
que réside la difficulté de l’exercice : raconter mais de façon théâtrale, en accentuant le comique de
caractère.

- enjeu argumentatif : Monsieur Jourdain explique quelles sont ses prétentions, les raisons pour lesquelles il
souhaite maîtriser les arts.

- enjeu générique : respecter la présentation d’un dialogue théâtral


• noms des personnages en présence
• nom du locuteur devant chaque réplique
• didascalies bien insérées
• recours aux 4 types de comique : mots, gestes, situation, caractère

- enjeu stylistique : un pastiche de Molière sera apprécié


• réemploi de tournures caractéristiques
• vocabulaire d’époque
• alternance de style élevé et de style bas