Vous êtes sur la page 1sur 1

LE GÉRONDIF PRÉSENT

Le gérondif a toujours le même sujet que le verbe de la proposition principale.

En allant au lycée, j’ai rencontré Julien.


(sujet d’aller = je) / (sujet de rencontrer = je)

A. Le gérondif est employé pour :


 indiquer la simultanéité de deux actions réalisées par le même sujet.
Exemple :
Ne buvez pas en mangeant.

B. Le gérondif peut marquer différents rapports circonstanciels. Il peut donc exprimer :


 la cause.
Exemple :
Elle a perdu tout ton argent en jouant au loto. (Parce qu’elle a joué au loto…)
 la condition.
Exemple :
En s’entraînant bien, il gagnera aussi le prochain match. (S’il s’entraîne bien…)
 la manière.
Exemple :
Il est rentré à la maison en chantant. (La manière dont il est rentré à la maison)
 l’opposition (le gérondif est alors obligatoirement précédé de « tout »).
Exemple :
On peut très bien travailler, tout en regardant la télé. (Bien qu'on regarde la télé...)

C. Construction du gérondif présent

On rajoute la terminaison « ant » à la racine du verbe. Pour les verbes qui changent de racine, on se base sur la
racine de la 1ère personne du pluriel de l'indicatif.

Exemple :
- trouver -> 1ère personne du pluriel de l'indicatif : nous trouvons -> gérondif : trouvant
- prendre -> 1ère personne du pluriel de l'indicatif : nous prenons -> gérondif : prenant
- finir -> 1ère personne du pluriel de l'indicatif : nous finissons -> gérondif : finissant
Exceptions :
Savoir = en sachant Avoir = en ayant Être = en étant

Attention !!
 Ne confondez pas.
J'ai aperçu Paul sortant du métro. (Participe présent : c'est Paul qui sortait.)
J'ai aperçu Paul en sortant du métro. (Gérondif : c'est moi qui sortais.)

DELATOUR (Y.), JENNEPIN (D.), LÉON-DUFOUR (L.) et TESSIER (B.), Nouvelle grammaire du français,
Cours de civilisation française de la Sorbonne. Paris : Hachette, 2004, p.154

MONNERIE, A. Le français au présent. Paris: Didier/Hatier,1987, p.138-140