Vous êtes sur la page 1sur 2

Bac 2019

Épreuve d’histoire-géographie
Série ST2S

Première partie :
1. Possibilité de citer l’un des chefs d’États (Staline, Krouchtchev, Kennedy, Reagan) et si possible, ses
dates et ce qu’il a fait.
2. Le Tiers-Monde, c’est l’ensemble des pays qui ne sont associés ni au Bloc de l’Ouest ni au Bloc de
l’Est, et qui ont un niveau de développement faible, à cause d’une économie très rurale.
3. C’est l’affirmation grandissante du rôle du Président dès la mise en place de la constitution en
1958. Donnez des exemples précis : rôle du président par rapport à l’Assemblée avec le droit de
dissolution, mais surtout, élection du suffrage universel du président en 1962.
4. Deux États francophones : la Tunisie, la Belgique, le Maroc, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, etc. Deux
ports : Shanghai, Rotterdam, Rio, Los Angeles, etc. Deux villes mondiales : Londres, New York (ou
Tokyo, Paris)
5. La nouvelle division internationale du travail (NDIT) fonctionne par la séparation des secteurs de
conception et de production, et par l’utilisation de réseaux de transports. Un produit comme la
basket Nike ou le téléphone iPhone illustre cette NDIT, car ils sont conçus aux États-Unis et
assemblés en Asie du Sud-Est.
6. Deux acteurs qui contribuent au rayonnement mondial de la France peuvent être des acteurs
économiques (Total, Areva, Carrefour, Renault) ou des acteurs culturels (Le Louvre à Abu Dhabi ou
l’industrie cinématographique française).

Seconde Partie :

Exercice 1 : Berlin
1. Berlin réunissait les deux grands blocs sur un territoire extrêmement réduit et jusqu’en 1961,
relativement ouvert.
2. Le coup de force, c’est la construction du mur en 1961, décidé unilatéralement par les autorités
soviétiques.
3. La population est assez stupéfaite, abattue : « La dépression », « remonter le moral ».
4. Le vice-président est vu comme un libérateur, car il rappelle aux Berlinois le souvenir du pont mis
en place pour contrer le blocus imposé par Staline en 1947.
5. L’affirmation suivante montre que la réunification de l’Allemagne va se heurter désormais aux
volontés des deux grands, et n’est pas simplement un choix des deux gouvernements allemands.

Exercice 2 : L’Espagne
1. L’auteur de ce discours électoral prononcé en 1977 est Adolfo Suarez, le chef du gouvernement
espagnol, à la veille des premières élections démocratiques et libres depuis la mort de Franco, chef
d’État autoritaire mort en 1975.
2. La « Réforme politique » est la transition vers une société démocratique que souhaite Suarez après
près de quarante ans de dictature, avec la mise en place d’une Constitution nouvelle et qui satisferait
l’ensemble des partis politiques.
3. L’Espagne sort d’une longue période de dictature, et la rédaction d’une constitution fixerait les
nouvelles règles d’une démocratie, avec des rôles définis pour chacun : Roi, assemblée des Cortes.
Suarez parle de la nécessité de « consolider » cette nouvelle monarchie démocratique.
4. Adolfo Suarez s’engage à faire des réformes pragmatiques, marquées par un rejet des idéologies
(paragraphes 2 et 3). Il veut notamment une réforme fiscale pour plus de redistribution, une réforme
juridique pour garantir les libertés de chacun et la fin des privilèges.
5. L’Espagne s’engage dans une voie originale, car elle restaure la monarchie, garante de l’unité de
pays, tout en allant vers plus de démocratie.

Exercice 3 : Les migrations internationales


1. Les migrations se sont généralisées, grâce à l’établissement de réseaux, aux demandes
grandissantes dans certains secteurs d’activités, mais demeurent bloquées par les politiques de
certains États. Les migrations ne touchent finalement qu’un tiers de la population et ces migrations
ont tendance à se régionaliser toujours plus.
2. Les migrants quittent leur pays pour rejoindre leur famille, pour faire valoir une qualification dans
un pays étranger et en l’occurrence plus développer, pour étudier. D’autres utilisent des voies plus
informelles, pour quitter une situation plus complexe, liée aux conflits ou à l’absence de travaux dans
leurs pays d’origine.
3. Les frontières sont contrôlées par les États et certaines sont très difficiles à franchir. La frontière
entre le Mexique et les États-Unis ou la frontière entre l’Europe et l’Afrique et le Moyen-Orient sont
peu poreuses et ont des conséquences humanitaires importantes. Les autres conséquences sont la
régionalisation des migrations, comme au sein de l’UE avec beaucoup de mouvements entre Europe
de l’Est et Europe de l’Ouest.
4. Les migrations sont un phénomène mondialisé, par l’utilisation de réseaux et de vecteurs comme
la langue. Cependant, les États émetteurs sont souvent affaiblis par le départ de populations jeunes
et/ou qualifiées, ce qui rend leur société plus vulnérable et difficilement capable de se développer.
Inversement, les États qui reçoivent sont réticents à recevoir tout type de population, au nom d’une
« immigration choisie » et sont complices des nombreuses morts aux frontières. Les sociétés
réceptrices, elles, sont divisées. Une partie de celle-ci craint parfois d’importants bouleversements
liés à l’arrivée de populations, tandis qu’une autre partie de ces sociétés militent pour un accueil plus
large. Cela varie beaucoup selon les pays.

Exercice 4 : Transports et routes maritimes


1. La position de Malacca, à proximité de Singapour, est un passage stratégique entre la Chine, le
Japon et l’Inde, Le Moyen-Orient et l’Europe.
2. Les menaces qui pèsent sur Malacca sont la piraterie, les tensions en mer de Chine entre le Japon
et la Chine et la congestion maritime.
3. Le trafic croît (multiplication par 10), car la demande de matières premières (les ressources
énergétiques, notamment, mais aussi le soja) s’est accrue en direction de la Chine, mais aussi du
Japon, de la Corée du Sud et de Taiwan. La production industrielle localisée en Asie du Sud-Est
provoque le départ de beaucoup de bateaux vers l’Europe ou le reste de l’Asie.
4. Les détroits sont des points de passage obligés, car tout détour est extrêmement couteux, et ces
détroits sont contrôlés par les États. Cela donne à ces états un atout stratégique décisif.