Vous êtes sur la page 1sur 41

BTS

Brevet Technicien Supérieur De SAFI

Département : Systéme Eléctronique

Rapport de Stage de Fin d’Etude effectué à l’Office Chérifien des


Phosphates
(OCP)

Application : Amélioration d’une trappe à


guillotine

Laboré par :Benammoune Encadré par :Mr.Baggari


Taha

Stage du 08/05/2019 à 08/06/2019


1
STAGE FIN D’ETUDE

Dédicace
Au nom du Dieu,

Je dédie cet humble et modeste travail avec grand amour, sincérité et fierté :

A mes chers parents,

Aucun mot, aucune dédicace ne saura exprimer mon respect, ma considération et


l’amour éternel pour les sacrifices que vous avez déployés pour mon instruction et
mon bien être dans les meilleures conditions. Votre générosité et votre bonté ont
toujours été un exemple pour moi.

A mes professeurs,

Qui ont déployés tous leurs efforts pour me préparer à affronter la vie professionnelle.

A mon frère,

En témoignage de la fraternité, avec mes souhaits de bonheur, de santé et de succès.

A tous mes amis,

Pour leur affection, compréhension et patience, tous ceux qui ont une relation de
proche ou de loin avec la réalisation du présent rapport.

J’estime être chanceux de les avoir à mes côtés et que Dieu m’aide à être une fierté
pour eux.

Trouvez en ce travail le fruit de votre dévouement et l’expression de ma gratitude et


mon profond amour.

2
STAGE FIN D’ETUDE

Remerciement
Dieu merci pour nous avoir donné la santé, la volonté et le courage sans lesquels ce travail
n’aurait pas été réalisé.

Je profite par le biais de ce rapport, pour exprimer mes vifs remerciements à toute personne
contribuant de près ou de loin à l’élaboration de cet humble travail.

Je tiens à présenter mes vifs remerciements et ma profonde gratitude à la Direction Maroc


Chimie Safi, de m'avoir accueillie dans son organisme.

J'exprime mes sincères remerciements également à Mr. Baggari et Mr. BOUCHE Aziz
qui m'ont prêté main forte afin d'accomplir mon stage dans les bonnes conditions.

Je ne peux passer sous le silence des efforts fournis par tout individu travaillant au sein de
l'OCP pour leur contribution durant la période de mon stage, de leur encadrement et de leurs
précieuses informations et conseils.

Le succès et la réussite de mon stage n’auraient pas été possibles, sans la participation
effective de ces personnes, qui ont assuré mon encadrement durant toute la période de
formation alternance prévue dans mon cursus scolaire.

Et par la même occasion, je remercie le Brevet Technicien Supérieur de SAFI, direction et


professeurs, de l'effort précieux qu'ils fournissent afin de nous offrir une formation complète.

Que tous ceux qui ont contribué à mener à bien ce stage trouvent ici l’expression de ma
parfaite considération.

3
STAGE FIN D’ETUDE

Résumé

Ce stage a était effectué à l’office chérifien des phosphates Safi, au sein de la division
Maroc chimie, précisément l’atelier PPII. Dans ce rapport, nous allons pencher, premièrement
sur la présentation générale de l'entreprise et du service d’accueil, puis nous présenterons le
sujet étudié un équipement critique qui est la trappe à guillotine, ainsi que les Problèmes
résolus durant la période de stage, afin de terminer par une conclusion de cette expérience.

4
STAGE FIN D’ETUDE

Abstract

This internship was carried out at the Sherifian Office of Phosphates Safi, within the
Morocco Chemical Division, specifically the PPII workshop. In this report, we will focus,
first on the general presentation of the company and the reception service, then we will
present the subject studied a critical equipment which is the guillotine hatch, as well as the
problems solved during the internship period.,in order to end with a conclusion of this
experiment.

5
STAGE FIN D’ETUDE

Table des matières


Introduction ........................................................................................................................ 10
Partie 1 :.............................................................................................................................. 11
Groupe Office Chérifien des Phosphates ........................................................................... 11
I. Prologue du groupe office chérifien des phosphates .................................................. 12
II. Aperçu sur le pôle chimie de Safi « Pcs » ................................................................... 13
I. MAROC CHIMIE ................................................................................................... 13
II. MAROC PHOSPHORE 1 ....................................................................................... 14
III. MAROC PHOSPHORE 2 ....................................................................................... 14
III. Historique du groupe O.C.P .................................................................................... 14
IV. OCPAfrica ................................................................................................................ 15
V. Filiales de groupe OCP : ............................................................................................. 16
VI. Organigramme groupe OCP ................................................................................... 16
Partie 2 :.............................................................................................................................. 18
Maroc Chimie : Atelier PP2 ............................................................................................... 18
Introduction ........................................................................................................................ 19
I. Organigramme du Maroc Chimie .............................................................................. 20
II. Atelier phosphorique ................................................................................................... 21
1. Introduction ............................................................................................................... 21
2. Description des unités de l’atelier phosphorique II de Maroc chimie .......................... 21
III. Description du Procédé ............................................................................................ 23
IV. Principales difficultés ............................................................................................... 27
Conclusion .......................................................................................................................... 28
Partie 3 :.............................................................................................................................. 29
Etude d’une trappe guillotine ............................................................................................ 29
Introduction ........................................................................................................................ 30
I. Doseur à bande ............................................................................................................ 30
1. Définition .................................................................................................................. 30
2. Description ................................................................................................................ 30
3. Principe de fonctionnement ........................................................................................ 31
II. Trappe guillotine ......................................................................................................... 31

6
STAGE FIN D’ETUDE

1. Définition .................................................................................................................. 31
2. Description ................................................................................................................ 31
3. Types ......................................................................................................................... 32
4. Commande................................................................................................................. 32
III. Problème situé .......................................................................................................... 34
IV. Solutions proposées .................................................................................................. 35
V. Solution réalisée ........................................................................................................... 36
1. Trappe à commande par motoréducteur (trappe motorisé) .......................................... 36
2. Le choix du motoréducteur ........................................................................................ 36
Conclusion .......................................................................................................................... 39
Conclusion globale .............................................................................................................. 40
Référence ............................................................................................................................ 41

7
Liste des figures

Figure 1: OCP Group Phosphate Map.......................................................................... 13


Figure 2:Organigramme groupe OCP .......................................................................... 17
Figure 3: Organigramme Maroc Chimie(MC) ............................................................. 20
Figure 4: Schéma synoptique du procède d’acide phosphorique (PROCEDE RP) .... 26
Figure 5:Doseur à bande ................................................................................................ 30
Figure 6: Trappe à guillotine ......................................................................................... 32
Figure 7: Trappe à commande manuelle (Vis).............................................................. 32
Figure 8: Trappe à commande manuelle (Crémaillère) ............................................... 33
Figure 9: Trappe à commande pneumatique ................................................................ 33
Figure 10: Trappe à commande par motoréducteur .................................................... 34
Figure 11:Trappe à commande par volant installée dans un doseur à bande ............. 34
Figure 12: les outils utilisés pour ouvrir la trappe ........................................................ 35
Figure 13: Trappe à commande par motoréducteur (trappe motorisé) ...................... 36
Figure 14: Schéma démarrage du moteur à deux sens avec capteur de fin de course 38

8
Liste des tableaux

Tableau 1: Les différentes difficultés dans la fabrication d’acide phosphorique ............. 28

9
STAGE FIN D’ETUDE

Introduction

Dans le cadre de notre formation théorique en Système Electronique au Brevet Technicien


Supérieure de SAFI, il s'avère nécessaire de compléter cette formation par une expérience
pratique pour acquérir les connaissances et les compétences indispensables afin d'accéder au
marché d'emploi.

Dans ce sens, j'ai effectué un stage durant 1 mois dans le Groupe d’Office Chérifien des
Phosphates Précisément dans l’atelier phosphorique.

J'ai ciblé en premier lieu l’acquisition de l'expérience et du savoir-faire dans le domaine


Electronique et en second lieu, l’établissement des relations précieuses avec le personnel, une
action qui apparait nécessaire dans le monde de l'entreprise.

L’objectif de mon stage était de réaliser une étude sur les trappes à guillotine afin
d’identifier les éventuelles difficultés liées à ce substrat, et dans un deuxième temps trouver
des solutions pour rendre l’utilisation de ces organes plus facile et plus simple.

Suite à ce stage de quatre semaines, un travail personnel et théorique en découle. Il


convient d’abord de commencer par une présentation de l’entreprise OCP et du lieu de stage,
ensuite de décrire l’atelier phosphorique et le procédé de fabrication d’acide phosphorique.
Enfin, la dernière partie sera dédiée à la problématique et aux différentes solutions dégagées
pendant cette période.

10
STAGE FIN D’ETUDE

Partie 1 :
Groupe Office Chérifien des
Phosphates

11
I. Prologue du groupe office chérifien des phosphates

Le Groupe Office Chérifien des phosphates (OCP) opère dans le domaine de l’industrie
du phosphate et des produits dérivés.
Le phosphate est une matière naturelle, qui est utilisée principalement dans la fabrication
des engrais : 85% du phosphate extrait dans le monde sont destinés à la production des
fertilisants, les autres 15% sont dirigés vers des usages techniques (alimentation animale,
détergence, traitement de surface, conservation des aliments, pharmacie…).
Le Groupe OCP extrait le phosphate brut du sous-sol marocain, au moyen de chantiers à
ciel ouvert ou de mines souterraines. Le minerai est ensuite épierré et ciblé, puis séché ou
calciné. Parfois, il subit une opération de lavage ou de flottation pour une concentration de sa
teneur en phosphore, avant d’être séché.
Le minerai traité est exporté tel quel ou livré aux industries chimiques du Groupe à Jorf-
Lasfar ou à Safi pour être transformé en produits dérivés commercialisables : acide
phosphorique de base, acide phosphorique purifié, engrais solides.

Opérateur international, le groupe OCP livre aux cinq continents de la planète : ses
exportations représentent 25% environ du commerce international du phosphate et de ses
dérivés.
A l’écoute du client et œuvrant en permanence pour la satisfaction de ses exigences
techniques, le Groupe dispose de laboratoires de recherches et de stations d’essais pilotes,
regroupés au sein de son centre d’études et de recherches : le Cerphos.
Le Groupe OCP est présent dans cinq zones géographiques du pays (trois sites
d’exploitation minière : Khouribga, Benguerir Youssoufia, BoucrâaLaâyoune et 2 sites de
transformation chimique : Safi et Jorf-Lasfar).

12
STAGE FIN D’ETUDE

Figure 1: OCP Group Phosphate Map

II. Aperçu sur le pôle chimie de Safi « Pcs »


Le pôle industriel de Safi est le premier site chimique du Groupe OCP, il a été démarré
en1965 pour valoriser les phosphates de Gantour (Youssoufia). Le complexe de Safi se
compose de trois unités industrielles chacune d’elles à sa capacité et sa spécialité :

I. MAROC CHIMIE
L'inauguration du complexe MAROC-CHIMIE le 17 juin 1965 n'était qu'un départ pour
notre pays pour pénétrer dans le monde de l'industrialisation des phosphates.
Ce complexe dispose de :
- Une usine de production d'acide sulfurique.
- Une usine de production d'acide phosphorique.
- Un gigantesque atelier pour la réparation des machines et pièces de rechange.

13
STAGE FIN D’ETUDE

II. MAROC PHOSPHORE 1


Mise en service en 1975, l’unité Maroc Phosphore I s’étend sur 36 hectares. Elle est
équipée d’un atelier sulfurique, un atelier phosphorique, un atelier énergies et fluides, et un
atelier de production des engrais. Aujourd’hui la production des engrais n’est plus un objectif,
le Maroc phosphore I produit seulement de l’acide phosphorique.

III. MAROC PHOSPHORE 2


Sur une superficie de 76hectares, le complexe MPII a été mis en service en 1981. Ce
complexe utilise le phosphate humide en provenance de Ben Guérir, et le soufre importé (de
l’Ukraine surtout) et livré à l’état liquide à partir de MPI, pour la production de l’acide
phosphorique

III. Historique du groupe O.C.P


L’OCP (l’office chérifien des phosphates) est un organisme à caractère industriel et
commercial à la fois. Il a été créé par le dahir du 07 Aout 1920 et ce n’est qu’en 1921 qu’il
s’est organisé en groupe nommé : Groupe OCP. Ce groupe bénéficie de l’autonomie d’une
entreprise privée, l’état n’intervient en aucun cas dans la gestion financière de l’OCP, son
Directeur Général est nommé par DAHIR Royale.il est doté d’un conseil d’administration
présidé par M. le premier ministre.
En 1965, avec la mise en service de Maroc Chimie à Safi, le Groupe devient également
exportateur de produits dérivés. En 1998, il franchit une nouvelle étape en lançant la
fabrication et l’exportation d’acide phosphorique purifié.

Parmi les principales dates qui ont marqué son historique, on site :

1931 : Ouverture du centre minier de Youssoufia


1952 : Mise en œuvre de l’extraction en découverte à Khouribga
1965 : Démarrage de Maroc chimie I : première unité de valorisation pour la
fabrication d’acide phosphorique et d’engrais à Safi.
1975 : Création du groupe OCP intégrant les filiales.
1976 : Intégration d’un nouveau centre minier Phosboukrâa.
1976 : Démarrage de Maroc chimie II et Maroc Phosphore I
1980 : Ouverture de la mine de Benguérir.
14
STAGE FIN D’ETUDE

1981 : Démarrage de Maroc Phosphore II à Safi


1986 : Démarrage du site de valorisation de phosphate à JorfLasfar(El Jadida).
1998 : Réalisation de l’usine EMAPHOS pour l’acide phosphorique purifié (Maroc –
Belgique- Allemagne).
1999 : Réalisation de l’usine IMACID de fabrication d’acide phosphorique (Maroc
Inde).
2002 : Prise de participation dans la société indienne PPL en joint-venture avec le
Groupe Birla.2003 : L’OCP est devenu le seul actionnaire de Phosboucraâ
2004 : Création de la Société "Pakistan Maroc Phosphore" S.A en Joint-venture entre
l’OCP et FaujiFertilizer Bin Qasim Limited (Pakistan)
2006 : Projet nouvelle ligne DAP 850 000 t/an à JORF LASFAR.
2009 : Démarrage de Bunge Maroc Phosphore.
2010 : Partenariat avec Jacobs Engineering Inc. Lancement de 4 unités de production
d’engrais à JorfLasfar.
2011 : Lancement d’une unité de dessalement d’eau de mer à JorfLasfar.
2013 : Démarrage du pipeline reliant Khouribga à JorfLasfar.

IV. OCPAfrica
En Février 2016, le groupe OCP créé une nouvelle filiale nommée OCPAfrica, chargée de
piloter le développement du groupe sur le marché africain des engrais par le biais d'un réseau
de filiales dans 5 pays d'Afrique. La filiale a obtenu le statut Casablanca Finance City (CFC)
permettant aux investisseurs sur le continent africain de pouvoir bénéficier d'un package
attractif d'incitations fiscales ainsi que d'autres facilités. Les projets du groupe OCP en
Afrique couvrent l’ensemble de la chaine de valeur, incluant la construction d’usines
d’engrais localement, le développement de capacités de logistique et distribution, ainsi que
l’investissement dans la recherche pour le développement de formules adaptées aux besoins
des sols et des cultures (cartographie) de la fertilité des sols africains et besoins respectifs en
engrais). La Banque Africaine de Développement (BAD) s’est engagée à accompagner ces
différentes initiatives du groupe OCP en faveur du continent africain.

Le groupe OCP prévoit l'ouverture de 14 nouvelles filiales en Afrique Subsaharienne afin


de faire une entrée prometteuse sur le marché africain. Les principaux pays visés par cette
opération sont : la Cote d’Ivoire, le Sénégal, la République démocratique du Congo, le Bénin,
15
STAGE FIN D’ETUDE

le Cameroun, le Nigéria, la Tanzanie, l’Angola, la Zambie, le Zimbabwe, le Mozambique, le


Kenya, le Ghana, et l’Ethiopie.

V. Filiales de groupe OCP :

L’office chérifien des phosphates a créé plusieurs filiales qui forment à ce jour le groupe
O.C.P :

SOTREG :(Société des Transports Régionaux) comme son nom l’indique, elle assure le
transport des agents O.C.P.

SMESI :(Société Marocaine d’Etudes Spéciales et Industrielles) chargée d’assurer des


études industrielles objectives et pratiques pour le compte de l’O.C.P.

MARPHOCEAN :(Société de Transport Maritime des Produits Chimiques) cette dernière


est chargée d’assurer le transport maritime des produits chimiques du groupe.

MAROC PHOSPHORE I, II, III et IV : chargé du traitement industriel du phosphate et


de sa mise en valeur en produisant les principales dérivées de ce minerai.

PHOSBOUCRAA : Extraction et traitement (lavage et séchage) du phosphate du


gisement Boucrâa.

CERPHOS : Centre d’Etude de Recherche des Phosphates Miné

VI. Organigramme groupe OCP

Depuis 2003, le Groupe OCP vit au rythme de sanouvelle organisation. Objectif :


mobiliser, responsabiliser et capitaliser plus fortement sur les ressources de l’entreprise pour
lui assurer un développement rentable et durable.
Pour faire face au xévolutions accélérées d’un marché de plus en plus concurrentiel et aux
nouveaux enjeux en termes de gestiondes ressources humaines avec des départs massifs à la
retraite, laDirection Générale entend donner plus de responsabilités auxstructures
managériales. Elle souhaite également renforcer l’adhésion aux valeurs du Groupe et favoriser
l’épanouissement individuel par lavalorisation des compétences.

16
STAGE FIN D’ETUDE

Figure 2:Organigramme groupe OCP

17
STAGE FIN D’ETUDE

Partie 2 :
Maroc Chimie : Atelier PP2

18
STAGE FIN D’ETUDE

Introduction

L'inauguration du complexe MAROC-CHIMIE le 17 juin 1965 n'était qu'un départ pour


notre pays pour pénétrer dans le monde de l'industrialisation des phosphates.

Sur le plan juridique, Maroc Chimie fait partie intégrante de Maroc Phosphore depuis
1996. L’unité peut produire chaque année 400.000 tonnes P2O5 d’acide phosphorique et trois
types d’engrais : 500.000 tonnes de TSP, 30.000 tonnes d’ASP et 250.000 tonnes de NPK.
Ces deux derniers sont destinés au marché national.

Maroc chimie est l’une des divisions de IDS, cette division comprend les services
suivants :

Matériel

 Mécanique ;
 Electrique et Instrumentation ;
 Le bureau de méthode o Génie civil.

Production

 Engrais : ce sont les plus importants produits du IDS car ils sont les seuls
produits qu’on vend entièrement ;
 Acide Sulfurique : c’est un produit utilisé pour la production de l’acide
phosphorique et les engrais, une faible quantité de ce produit sera vendue ;
 Energie Electrique : A l’aide d’une centrale thermique, Maroc chimie
produit l’énergie électrique utilisée pour les installations et l’éclairage.
 des magasins et des citernes pour la conservation de la production du
complexe.

19
STAGE FIN D’ETUDE

I. Organigramme du Maroc Chimie

Figure 3: Organigramme Maroc Chimie(MC)

20
STAGE FIN D’ETUDE

II. Atelier phosphorique


1. Introduction

L’acide phosphorique H3PO4 est une source de composés industriellement très


important. À température ambiante, l'acide phosphorique est un solide cristallin de densité
1,83 qui fond à 42,35 °C. L'acide phosphorique est ordinairement stocké et vendu sous forme
de solution. Au Maroc, pour obtenir l'acide phosphorique, on traite la roche phosphate de
calcium par l'acide sulfurique, puis on filtre le liquide résultant afin de retirer le sulfate de
calcium. L'acide est très utilisé en laboratoire, car il résiste à l'oxydation, à la réduction et à
l'évaporation. L'acide phosphorique est, entre autres, employé comme ingrédient de boissons
non alcoolisées et de ciments dentaires, comme catalyseur, dans les métaux inoxydables, il est
utilisé aussi dans les adoucisseurs d'eau, les engrais et les détergents.

Au sein de Maroc Chimie, il y a deux unités de production phosphorique PPI et PPII.


Dans le pressent rapport on décrira le procédé utiliser à PPII ainsi que tous les équipements.
Et pour bien approuver nos connaissances théoriques sur le plan réel on fera deux bilans : de
matière et le bilan thermique.

L’atelier phosphorique II de MAROC CHIMIE est composé de 6 sections principales :

- Une unité de stockage et de manutention du phosphate brut


- Une unité de broyage du phosphate
- Une unité de production d’acide 30%
- Une unité de concentration d’acide 30%
- Une unité de stockage et conditionnement de l’acide 30% et du stockage
d’acide 54% non clarifié
- Une unité du conditionnement et du stockage de l’acide 54% clarifié.

2. Description des unités de l’atelier phosphorique II de Maroc chimie

 Généralités sur l’acide phosphorique

21
STAGE FIN D’ETUDE

L’acide phosphorique de formule H3PO4est utilisé, selon le degré de son traitement, dans
plusieurs industries ; la pharmaceutique et les industries alimentaires entre autres ne peuvent
s’en passer.

L’obtention de ce produit se fait par deux voies :

 La voie sèche ou thermique consistant à la combustion des phosphates dans un


générateur électrique (abandonnée pour sa consommation énergétique élevée).

 La voie humide utilisée au Maroc, comme presque partout au monde, et elle est basée
sur l’attaque des phosphates par un acide tel qu’il suivra dans le tronc de ce rapport.
Selon donc quel acide est utilisé, l’attaque est expliquée par les équations chimiques
suivantes :

 Ca3 (PO4)2 + 6 HNO3 3Ca (NO3)2 + 2H3PO4


 Ca3 (PO4)2 + 6 HCl 3CaCl2 + 2H3PO4
 Ca3 (PO4)2 + H2SO4 + 3xH20 3(Ca SO4, xH20) + 2H3PO4 (*)
(*) x est le degré d’hydratation du phosphogypse, ce dernier se cristallise sous la forme
d’hem hydrate (x =1/2) ou de di hydrate (x = 2) tenant compte bien sûr de la température du
milieu.

La première attaque donne lieu à des nitro-phosphates. La deuxième dépend de la


présence d’une source d’acide chlorhydrique, tandis que l’attaque par l’acide sulfurique est la
plus utilisé, notamment au niveau du complexe Maroc phosphore qui dispose des ateliers
destinés à la fabrication de cet acide à base de souffre importer.

 Les matières premières utilisées

- L’acide phosphorique recyclé : Cette acide est appelé acide moyen contient 82% d’eau
et 18% de P2O5.

22
STAGE FIN D’ETUDE

- L’acide sulfurique : de formule H2SO4 est un acide fort, c'est-à-dire qu'en solution
aqueuse, il se dissocie totalement en ions (H+) et en ions sulfate (SO42-). Chaque molécule
d'acide libère deux ions hydrogène H+, dans la fabrication de l’acide phosphorique l’acide
sulfurique est utilisé à 98%.

- Le phosphate : le phosphore, élément chimique non métallique réactif, il est largement


répandu dans la nature, jamais à l'état libre, mais généralement sous forme de phosphate et
d'apatite. Il existe également à l'état combiné dans tout sol fertile et dans de nombreuses eaux
naturelles. Important dans la physiologie végétale et animale, il est présent dans tous les os
des animaux sous forme de phosphate de calcium. Le phosphore existe sous trois principales
formes allotropiques : le phosphore ordinaire (ou blanc), le phosphore rouge et le phosphore
noir. Seuls les phosphores blanc et rouge ont une importance commerciale. Il réagit avec l'eau
pour former de l'acide phosphorique et s'utilise comme agent de séchage. La majeure partie
des composés phosphoreux est utilisée comme engrais. On utilise également les composés du
phosphore pour clarifier les solutions de sucre, pour charger la

Soie, dans l'ignifugation et dans certains alliages, tels que le bronze phosphoreux et le
cuivre phosphoreux. Le phosphore blanc est utilisé dans certains poisons et le phosphore
rouge

Dans les allumettes. On obtient les phosphates en remplaçant tous les atomes d'hydrogène
de l'acide phosphorique (ou une partie d'entre eux) par des atomes de métaux. Le composé
résultant est un phosphate primaire, secondaire, ou tertiaire selon le nombre d'atomes
d'hydrogène remplacés.

III. Description du Procédé


 Stockage et manutention du phosphate brut
Le phosphate brut provenant de la mine de YOUSSOUFIA est déchargé à la gare haute
puis acheminé vers le hall de stockage par les convoyeurs SA et SB. L’alimentation des unités
en phosphate brut est assurée par un système de convoyeurs en série TA à TF puis L1 à L5.

 Broyage
Une première sélection du phosphate s’effectue dans le séparateur dynamique. Le
phosphate dont la granulométrie est conforme (100% < 400µ) est acheminé vers la réaction et
le refus vers le broyeur.

23
STAGE FIN D’ETUDE

Le broyage s’effectue dans le broyeur à galets. Celui-ci est équipé d’un ventilateur qui
assure la circulation de l’air de transport en boucle fermé à travers le broyeur et le cyclone.

La finesse est réglée par le cône du séparateur statique incorporé au broyeur et la


séparation du phosphate et de l’air de transport s’effectue dans le cyclone.

L’excès d’air dû aux entrées parasitaires dans la boucle est traité dans un filtre à manches.

Le traitement des poussières générées au niveau de tous les jetés de phosphate dans
l’atelier est assuré par un filtre à manche (filtre à NEU)

Le phosphate broyé alimente en priorité la réaction et l’excédent est stocké dans le silo et
en cas de besoin, l’alimentation directe, à partir du silo, est déclenchée au moyen de la
fluidisation.

La manutention du phosphate entre les divers points de l’atelier est assurée par
convoyeurs, transporteurs à chaîne et élévateurs à godets via des trémies tampons

 Réaction – Filtration
La fabrication de l’acide phosphorique est réalisée selon le procédé di hydrate (RP).

Les réactifs, phosphate broyé, acide sulfurique et l’acide phosphorique moyen produit à
l’étape de la filtration, sont introduits dans la cuve d’attaque. La réaction est exothermique.
Le refroidissement de la bouillie formée est assuré par un ventilateur. Le courant d’air généré
par ce dernier associé à la dispersion de la bouillie dans la cuve par les mobiles permet de
maintenir la température.

Les gaz et la vapeur d’eau dégagés par la réaction sont lavés dans une colonne avant d’être
rejetés à l’atmosphère

L’acide phosphorique ainsi produit est ensuite séparé par filtration. Cette opération est
réalisée sous vide sur un filtre UCEGO N°10. Le filtre est muni d’un séparateur unique qui
permet la séparation (Gaz/Liquide) des différents filtrats, acide fort, acide moyen et l’acide
faible.

 Concentration d’acide phosphorique


L’atelier dispose de quatre unités de concentration. CAP2 X, CAP2Y, CAP3X et CAP3Y.

24
STAGE FIN D’ETUDE

La concentration de l’acide phosphorique consiste à éliminer une partie d’eau contenue


dans l’acide d’alimentation 30% P2O5 pour le transformer en acide 54% P2O5.

Dans l’échangeur l’acide est chauffé au moyen de la vapeur saturée (obtenue à partir de la
vapeur 8 bars après détente et désurchauffe).

Dans le bouilleur l’évaporation se fait sous vide à 70 tors et à 80 °C. Ces paramètres
associés au niveau dans le bouilleur permettent d’économiser l’énergie nécessaire pour
l’évaporation, d’optimiser la capacité d’évaporation de la boucle et d’éviter les entraînements
d’acide.

La pompe de circulation permet de maintenir en circuit fermé un débit important d’acide


concentré chaud dans la boucle. L’acide 30% est introduit à l’entrée du bouilleur et la
production en acide 54% est soutirée du bouilleur par trop plein et envoyé au stock 54% non
clarifié.

Le vide est maintenu au sein du bouilleur au moyen d’éjecteurs pour les CAP2X, 2Y, 3X et
par une pompe à vide pour la CAP3Y

La vapeur produite dans le bouilleur est condensée dans le laveur condenseur au moyen
d’eau de mer.

 Stockage et traitement d’acide phosphorique


L’acide 30%produit à l’étape de la filtration est stocké dans les bacs T6501a et B. avant
l’étape de concentration il subit d’abord une dessus saturation (T6504) et une décantation
(T6505). L’acide 54% produit est stocké dans le bac d’acide non clarifié T6501C.

L’acide 54% non clarifié est ensuite dessus saturé (T6701) puis décanté (T6702) avant
d’être stocké dans le bac d’acide clarifié T6704.

Les boues issues de la décantation du 54% sont collectées dans le bac à boues T6705 et
envoyées au-dessus saturateur d’acide 30% T6504. Les boues de la décantation du 30% sont
recyclées dans la cuve d’attaque.

25
STAGE FIN D’ETUDE

Figure 4: Schéma synoptique du procède d’acide phosphorique (PROCEDE RP)

26
STAGE FIN D’ETUDE

IV. Principales difficultés


Unité Difficultés

Instabilité suite à la variation du profil


Procédé
des qualités des phosphates reçus

Déchargement Usure des bandes des convoyeurs


phosphate brut Présence de zones mortes dans le hall

Usure des chemins de roulement des


galets des broyeurs

Fuites multiples sur les séparateurs


Broyage
dynamiques
Matériel

Fuites multiples et dégradation du filtre


d’assainissement

Fissurations multiples des plaques


Attaque /Filtration d’usure des chemins de roulement des galets du
filtre UCEGO

Fuites multiples sur les paniers filtres des


CAP2XY

Dégradation avancée des bâches à


Concentration
condensats des CAP2XY

Indisponibilité fréquente des pompes


d’envoi au stock des CAP2XY et CAP3X

Fuites fréquentes sur la paroi des bacs A


Stockage
et B et décanteur de récupération des eaux usées

27
STAGE FIN D’ETUDE

Manque pièces de rechange :

- Pour les séparateurs, les filtres à


manches, les convoyeurs et les broyeurs
Général - Les vannes (eau, vapeur et acide)
- Les courroies
Manque équipement de rechange :

- Les paniers filtres


- Les pompes

Tableau 1: Les différentes difficultés dans la fabrication d’acide phosphorique

Conclusion

L’atelier phosphorique II demeure sans aucun doute un névralgique parce qu’il est le pilier
de l’export de l’acide phosphorique. La troisième partie, là où j’ai traité mon sujet de stage en
détail.

28
STAGE FIN D’ETUDE

Partie 3 :
Etude d’une trappe guillotine

29
STAGE FIN D’ETUDE

Introduction
Cette partie a pour objectif de traiter le sujet du mon stage de fin d’étude, qui est une étude
de l’équipement « trappe », un moyen qui permet la fermeture et l’ouverture manuel d’une
trémie de stockage, utilisé au niveau d’un doseur à bande. Ainsi que les problèmes trouvés
dans ce système et les solutions proposées.

I. Doseur à bande
1. Définition
Le doseur à bande a une fonctionnalité très importante dans le processus de production de
l’acide phosphorique à l’atelier PP2, il délivre une quantité constante du produit à une vitesse
variable pour répondre à une consigne de l’acide Phosphorique. Ce système est utilisé pour
doser et peser la donnée du débit de phosphate, matière première, et essentielle entrant dans la
préparation de la bouillie au niveau de la cuve d’attaque.

2. Description
Un doseur fusant est un appareil qui à partir d’une première consigne, va réguler la
quantité de matière qui circule dans le sas alvéolaire, et va réguler la quantité de matière qui
circule dans la bande à partir d’une 2éme consigne.

Figure 5:Doseur à bande

30
STAGE FIN D’ETUDE

3. Principe de fonctionnement
Une trémie de stockage alimente un sas alvéolaire qui alimente d'une façon contenue la
chambre de calmage, le doseur extrait à section constante le produit, et à partir d'une
consigne de débit fixée, corrige par la variation da la vitesse de la bande, le volume extrait
afin de maintenir constant un débit pondérable.

La vitesse de bande est mesurée par un codeur incrémental et réglée par un groupe
motoréducteur à vitesse variable.
Le niveau du produit dans la chambre de calmage est maintenu constant par la
régulation du débit d’un organe d’alimentation qui s’appelle le sas alvéolaire.
Le doseur à bande peut également être utilisé comme peseur en continu pour mesurer
un flux de produit et totaliser le poids passé ou comme doseur de présélection de charges.

II. Trappe guillotine


1. Définition
Les trappes sont généralement montées en pointe des trémies ou des silos afin d’isoler
l’appareil récepteur situé en dessous, lors de visite d’entretien ou pour protéger la vanne
de remplissage, lorsqu’un poids de produit trop important risquerait l’ouverture de cette
dernière. Les Trappes Guillotine s’adaptent à toutes les situations d’isolement de trémies
ou de coupure de flux. Elles sont spécialement conçues pour la distribution et la
manutention des granulats (sable, gravier, engrais…).
Les trappes à guillotine TG sont utilisées dans toutes les applications extra-lourdes qui
exigent l'interception des flux de matériaux déplacés par gravité. Les trappes à guillotine
TG sont parfaitement adaptées à tout secteur, y compris le secteur alimentaire.

2. Description

La trappe à guillotine TG entièrement réalisée en acier au carbone ou acier inoxydable.


Interception sécurisée du matériau et excellente durabilité garanties. Ce type de trappe est
conçu pour répondre aux applications les plus exigeantes et dans les applications extra
lourdes, lors de la manipulation de matériaux abrasifs tels que sable, gravier, phosphate ou
grains. La trappe TG est disponible en plusieurs tailles selon le diamètre de la trémie. Elle
est équipée de deux joints remplaçables anti-usure. Les trappes sont disponibles dans
diverses configurations. Dans la version TG la section de passage du matériau est carrée.
31
STAGE FIN D’ETUDE

Figure 6: Trappe à guillotine

3. Types

Il existe différents types de trappes :


 Trappes horizontales carrées
 Trappes transversales

4. Commande
Pour chaque modèle de trappes, il existe différentes commandes :

Commande manuelle par volant

Figure 7: Trappe à commande manuelle (Vis)

32
STAGE FIN D’ETUDE

A : Poignée de manœuvre
B : Volant de manœuvre
C : Roux à noix pour chaine

Figure 8: Trappe à commande manuelle (Crémaillère)

D : Poignée de manœuvre
E : Roux à noix pour chaine
F : Option : protection de crémaillère

Commande électropneumatique

Figure 9: Trappe à commande pneumatique

33
STAGE FIN D’ETUDE

Commande par moto réducteur

Figure 10: Trappe à commande par motoréducteur

III. Problème situé


Les trappes sont utilisées par tout au sein de l’atelier phosphorique. J’ai fait l’étude sur une
trappe qui est positionnée dans un doseur à bande au sein de l’unité broyage, ce dernier est lié
à une trémie qui contient du phosphate broyé par² une trappe à commande manuelle par
volant. Cette commande nécessite une force, qui devient de plus en plus importante puisque le
mécanisme de commande est situé au milieu du phosphate fin. Aussi, il est difficile de la faire
bouge manuellement puisque la trappe ne se ferme pas beaucoup (une fois chaque trois mois
et dans les arrêts urgents).Alors il est difficile de faire bouger cette trappe manuellement.

Figure 11:Trappe à commande par volant installée dans un doseur à bande


34
STAGE FIN D’ETUDE

Les ouvriers qui assurent l’ouverture et la fermeture de cette trappe utilisent des outils pour
augmenter le couple des bras.

Figure 12: les outils utilisés pour ouvrir la trappe

L’objectif prescrit, est de développer une étude technique relative à la mise en place d’un
système de commande à distance (logique câblée) de l’ouverture et la fermeture de la trappe à
fin de remédier audit problème.

IV. Solutions proposées


Pour pallier au problème de trappe à guillotine qui se bloque à la fermeture, plusieurs
solutions sont envisageables :

1. pignon chaine lié à un motoréducteur


2. pignon crémaillère lié à un motoréducteur
3. vérin pneumatique à commande électrique
4. un motoréducteur lié directement à la vis sans fin

Après avoir définit clairement l’effet sur lequel on souhaite directement agir, classé et
regroupé les causes potentielles de ce problème selon les agents qui ont occupé par cette
35
STAGE FIN D’ETUDE

trappe. Le choix entre les solutions s’est fait sur la base du cout et des moyens disponibles
sur place. Dans ce sens, la solution la plus efficace et efficiente est celle relative à celle
qui correspond au quatrième (un motoréducteur lié à la vis sans fin).

V. Solution réalisée
1. Trappe à commande par motoréducteur (trappe motorisé)

Figure 13: Trappe à commande par motoréducteur (trappe motorisé)

2. Le choix du motoréducteur
Définition

Les motoréducteurs à engrenages permettent d’adapter la vitesse du moteur électrique à


celle de la machine entraînée. Ils se déterminent donc par la puissance du moteur (P)
exprimée en kilowatts (kW) et la vitesse de rotation en sortie du réducteur (nS) en tours par
minute (min-1).

Critère de choix

Le type d'application oriente le choix de la technologie. Si le moteur doit fonctionner en


continu, avec peu de changements de vitesse, un moteur asynchrone est suffisant. Pour des
applications dynamiques, un moteur synchrone est plus indiqué. Dans certains cas, les deux

36
STAGE FIN D’ETUDE

technologies peuvent convenir : le choix se fait alors selon un compromis entre coût et
précision.

Le mouvement voulu détermine la puissance et le couple à déployer. Quelles doivent être


la force et la vitesse en sortie du moteur ? Le mouvement doit-il être linéaire ou rotatif ? Cela
s'ajuste à l'aide d'un réducteur, qui transforme le mouvement.

L'environnement définit les caractéristiques d'encombrement et de solidité. À puissance


égale, la taille des moteurs est variable. Pour les environnements difficiles, il existe des
carcasses renforcées, étanches, faciles à nettoyer, adaptées aux risques de chocs, de
projections ou d'encrassement.

Méthode

 Déterminer le couple résistif auquel sera soumis l'ensemble de motorisation


et la puissance nécessaire.
 Déterminer quelles sont les variables à choisir (puissance, vitesse...) pour
dimensionner le moteur.
 Déterminer à partir de quoi les "variables à choisir" seront déterminées
(choix arbitraire ? fonction du pays ou on est installé ?...).
 Trouver le moteur qui convient.
 Découvrir l’accouplement convenable.

37
STAGE FIN D’ETUDE

Schéma démarrage

Figure 14: Schéma démarrage du moteur à deux sens avec capteur de fin de course

38
STAGE FIN D’ETUDE

Mode opératoire

 Poser un support de fixation pour maintenir en place le motoréducteur.


 Installer les deux capteurs de fin de course.
 Avant la mise en service il est absolument nécessaire de contrôler le sens de rotation
de l’entraînement du moteur. Contrôler le sens d’ouverture de la trappe. Il faut
également veiller à ce que les fins de course correspondant au sens d’ouverture font
bien effet.
 Il est fortement préconisé d’effectuer après le montage un test sans qu’il y ait du
matériel dans le silo.
 Lors du montage de la flasque veiller à ce que les vis soient bien serrées et respecter
la planimétrie et le parallélisme. Serrer successivement les vis de l’assemblage en
diagonale. Pour un fonctionnement correct une flasque intermédiaire est nécessaire.
 Le dosage n’est pas possible si la trappe est inclinée. Le débit indiqué se réfère à une
trappe installée horizontalement avec de bonnes conditions d’alimentation. Du
matériel homogène avec une granulométrie constante est également nécessaire.
 La distance entre la trappe et la bande collectrice doit être minimale pour qu’une
perte latérale du matériel soit évitée. Un cadre de connexion peut être fixé en option
sur la trappe (utiliser éventuellement une goulotte d’entrée).
 Après avoir raccordé au réseau électrique, contrôler le fonctionnement du palpeur de
matière et de la fin de course.
 Après l’ouverture de la boîte de connexion, celle-ci doit être refermée correctement
pour ainsi éviter que de l’humidité y pénètre.

Conclusion
Cette étude m’a permis de se familiariser au monde du travail et j’ai compris à travers cela
qu’il n’est pas facile de mettre en place un projet quelconque, vu les difficultés qu’on a
confronté. Et dans notre cas, on n’a pas réussi à trouver l’accouplement nécessaire pour
protéger l’arbre de se détériorer.

39
STAGE FIN D’ETUDE

Conclusion globale
Les trappes à commande manuelle par volant sont infectées à cause de problème de
colmatage ainsi qu’elles rarement fermées. C’est pour cela, la seule solution pour éviter ces
pires problèmes c’est d’installer une trappe à commande électrique et télécommandable à
distance et un plan de maintenance préventive et systématique.

Ce stage était une expérience importante, il m’a offert un appui estimable pour approfondir
mes connaissances théoriques et surtout pratiques requises pendant ma formation à BTS Safi.

D’une part ce stage m’a permet de toucher le côté pratique sous forme de plusieurs
problèmes réels que j’ai vécus avec les techniciens, que j’ai analysé et pour lesquels j’ai
donné mon avis sur ses causes et ses solutions.

D’autre part le thème que j’ai traité était une source qui m’a fournie énormément
d’informations et de connaissances dans le domaine électrique en générale et en particulier en
Electronique.

Enfin, j’aimerais conclure ce rapport par mes remerciements les plus vifs à tous les
participant à ma formation du début jusqu’à la fin.

40
STAGE FIN D’ETUDE

Référence
Site web
1. https://sotramet.com/produits/trappes/
2. https://www.axess-industries.com/stockage/bennes/tremies/tremie-a-guillotine-p-
123868
3. https://www.usinenouvelle.com/expo/tremie-a-trappe-guillotine-p293468.html
4. https://docplayer.fr/8403672-Wohwa-trappe-de-dosage-trappe-d-etancheite-trappe-de-
secours.html
5. https://wamgroup.fr/fr-FR/WAMFR/Product/VL/Vannes-guillotine-en-
SINT#videoDiv0
6. https://www.slideshare.net/medaminemah/rapport-de-stage-de-perfectionnement-
mahmoudi-mohamed-amine
7. https://www.revue-technique-auto.fr/livres-techniques/1710-moto-optimiser-les-
performances-du-moteur-9782726895658.html?codeVariant=

PDF
1. https://www.woehwa.com/pdf/dosierflachschieber/100203dosierflachschieber-
einsatzhinweise-fr.pdf
2. http://www.leroy-somer.com/catalogue-industrie/fichiers/16-Compabloc-fr.pdf
3. http://www.ocpgroup.ma/sites/default/files/2019-
01/82401544192002_RA%20OCP%202009%20VF_0.pdf

Ouvrage
1. Le grand livre d'ELECTRICITE
2. ÉLECTRICITÉ mode d'emploi
3. MOTO : OPTIMISER LES PERFORMANCES DU MOTEUR
4. Démarrage et protection des moteurs

41