Vous êtes sur la page 1sur 6

David VIEL – Le 18 06 2019

Ça ressortira

C’est une victoire.


Non pour supporter une personne,
vis à vis d’une autre
mais parce que la vérité doit ressortir.
Quel que soit l’histoire,
il faut que ça ressorte,
sinon ça prendra forme,
pour ressortir ;
avec les conséquences que ça impliquera (il est impossible de tuer ça ; de l'avoir à la fin dans ce
sens là).
Là,
il y avait un « corps » sans vie.
Et le fautif aurait pu insister dans le sens,
qui lui a "pris"
pour avoir raison du monde,
c'est à dire "réussir" à sauver la face
et/ou à croire en son histoire ("pouvoir").
Si ça avait « marché »
les autres, l’Autre,
aurait été RÉELLEMENT
Conquis,
Sans le savoir,
ou, plus « là ».
Je peux assurer,
qu’avant que la vérité éclate,
ce n’était pas si « évident » que ça.
La fautif avait cette influence là,
sur les autres, l’Autre
sans que ça ressorte réellement ...
Pour réellement le « pouvoir »
et/ou avoir cette influence là
= avoir la main
= raison,
dans l’histoire dont il était à l’Origine = « responsable »,
Le mal-fait,

David VIEL – Le 18 06 2019


celui qui lui permettait d’avoir cette influence là,
ne serait pas ainsi ressorti
... au contraire !
Avec ça,
vous pouvez convertir le monde,
à votre sujet,
pour oublier le mal fait,
= vous oublier,
ou couper vos liens,
avec ce que vous avez alors, oublier (et dans ce sens, c’est sans fin).
Là,
le fautif peut croire
qu’il a tout perdu.
En fait,
c’était perdu,
dès que le mal,
ait été fait.
Sauver les apparences,
ce sera ensuite,
pour entrer dans un autre « ordinaire »,
= avoir une influence,
dont il risquera d’être séduit,
car ils ressentira ce « pouvoir ».
Je peux assurer,
que ceux,
que celles,
qui vont dans ce sens,
ne voient pas le mal,
mais belle et bien « jour ».
Quoi que vous fassiez,
assumez-le.
Malgré la suggestion d’un "pouvoir"
... à force de volonté,
vous ne pouvez rien faire contre ça ;
ça Vous Aura,
avant même d’avoir cru réellement
= le « pouvoir »,
afin de pouvoir sauver les apparences,
au détriment du sens
ou de ce qui se passe concrètement (de ce dont vous serez "responsable").
Quoi que vous fassiez,
reconnaissez-le,

David VIEL – Le 18 06 2019


ça ne sera pas pire ...
au contraire.
Vous serez « dedans »,
ou dans ce que vous auriez pas reconnaître,
et par extension ne pas faire.
Reconnaissez,
le mal fait,
car vous perdrez bien plus,
que ce vous penserez "gagner"
dans ce sens (avec cet esprit) là.
Moi,
je pense sincèrement,
qu’une personne ne veut pas de mal,
au fond d’elle.
Je pense sincèrement,
que tout ça,
le fait d’être « en vie »,
la dépasse totalement ;
malgré sa volonté.
Il faut bien « avancer »
et le saisir,
ce n'est pas donné à tout le monde.
Je suis convaincu,
que la personne ne le voulait pas ça au fond d'ele
= il ne l'a pas prémédité,
où il ne s’est pas dit,
je vais sortir avec quelqu’un,
pour la tuer.
Tout ce que je sais avec ça,
c’est qu’il est impossible,
de détacher ça de soi,
sans le reconnaître.
Autant je sais,
que faire du mal,
sans le reconnaître,
permet d’avoir cette influence là,
sur les autres, l’Autre,
pour sentir un « pouvoir »,
qui provient de cette influence là ;
celle où les autres, l’Autre,
sont dans l’ombre,
condition à ce sentiment,
de « réussite ».

David VIEL – Le 18 06 2019


Le mal,
« est »
sans aller jusqu’à tuer les autres, l’Autre,
pour « s’en sortir ».
Le mal,
c’est seulement les apparences,
dont le sentiment est à l’Origine,
pour avoir un « crédit »
qui ne lui revient pas (sauf si ça "prend" dans ce sens là,
pour que ça s'étende).
Généralement,
le mal arrive,
lorsqu’une personne,
n’est pas au final, à sa place,
et/ou reconnu pour ce qu’elle est (capable) ;
elle n'est pas ainsi compris
ou bien, saisi.
Ou alors,
lorsqu’une personne a une ambition,
qui est décalé
avec ses propres capacités.
Le mal d’une manière général,
est dû au jugement de valeur.
Raison pour laquelle,
je dis,
et redis,
que le temps d’une vie (quel que soit l’histoire)
- soit ça (les choses) aura raison de la personne,
voire de l’être,
- soit l’être le saisira (traversera) ça (les apparences projetées par elle-même et les autres)
sauf que ça «tue » (ça ne « rapportera » rien
ou ça ne fera pas plaisir personnellement parlant
= ça ne « renforce » pas le Je,
quel qu’il soit d'ailleusr).
... Soit l’ego aura raison de la conscience,
et par extension de l’être
ou de ce que la personne aurait dû reconnaître.
- Soit la conscience prendra le dessus,
pour le reconnaître ça.
Là l’être lâche ça
et ainsi,
il choisit la vérité,
la vie,

David VIEL – Le 18 06 2019


à sa vie
= à sa vérité
... si ça, avait « pris »,
pour réellement, le « pouvoir ».
Je rappelle que dans ce sens,
ça s’appelle posséder son monde,
sans que ça ressorte
= les autres, l’Autre est, sont
de fait
conquis, neutres ou plus « là »
tellement ça « prend ».
Quel que soit le fait,
la vérité doit ressortir,
sinon ça,
« profitera » à des personnes,
qui seront incapables de le reconnaître avec le temps ;
ce temps.
Puisque tout leur sentiment de se connaître
repose sur un mensonge,
ou sur du monde,
qui leur revienne, à tort.
Il ne faut pas tricher avec ça ;
il ne faut pas jouer avec la vie.
Réalisez lorsqu’une personne est là pour avoir « + »
= lorsqu’elle sent ce "pouvoir",
pour être « bien » personnellement (au « centre »)
vis à vis de ceux,
de celles,
qui sont concrètement autours,
ou en « bas ».
Afin de pouvoir réellement,
s’apprécier,
dans ce sens,
avec cet esprit,
et/ou cette intention là
sans que rien ne risque de l’en empêcher,
de l’arrêter
dans son « ascension » (elle sera là,
pour avoir ce qu’elle « veut »,
à la fin ;
pour le « pouvoir »
et/ou le plaisir

David VIEL – Le 18 06 2019


= pour sa «gueule »,
sans que ça ressorte,
et ainsi que ça,
« prenne »).

David VIEL – Le 18 06 2019