Vous êtes sur la page 1sur 4

Université 20 Août 1955-SKIKDA 1ère Master Hygiène et Sécurité Industrielle

Département : Pétrochimie & Génie des procédés Enseignant : M.Hamaidia


Matière : Systèmes d’Informations Industriels

Sommaire -Le système de pilotage : Il est aussi dénommé système de


management ou de gestion ou de commande ou encore
de décision. Il se situe à la tête de toute organisation car
1. Système d’information
c'est lui qui pilote le système opérant car c'est lui qui fixe
2. Sécurité des systèmes d’informations les objectifs et prend les décisions.

3. Méthode MERISE Exemple : système de management des ventes, de la


gestion de la production ...
-Le système d’information : Il intervient entre les deux
Chap.1 Système d’information : autres. Il apporte les informations opérationnelles
nécessaires aux activités et les informations indispensable
Les principaux enjeux des entreprises Atteindre ces à la gestion (contrôle, ordres...) : l'information apparait
objectifs (satisfaction des clients, amélioration de la ainsi comme la base de la décision.
qualité...) et éliminer les contraintes (les coûts de
fabrication...) Finalités du système d’information :

Définition du système : Un système est un ensemble -Aide à la prise de décisions (informations sur le futur).
d’éléments en interactions transformant les éléments -Coordonner les activités (détecter les
d’entrée en éléments de sortie. dysfonctionnements et les règles à appliquer).
Définition de l’informatique: Ensemble des méthodes -Contrôle l’évolution de l’organisation (informations sur le
scientifiques et techniques applicables au traitement de présent).
l’information par les moyens automatiques (matériels et
logiciels). Fonctions du système d’information :

Définition de la bureautique : Ensemble des outils tendent -La collecte : L’origine de l’information peut être interne
à automatiser les activités du bureau (traitement de la (comptes, stocks,…), ou externe (information sur le
communication : la parole, l’écrit, l’image...). concurrent, …).

Définition de la téléinformatique : Combine -Le traitement : La phase de traitement va commencer


l’informatique, la téléinformatique et l’audiovisuel pour avec le choix du support utilisé puisqu’il va falloir trouver
transmettre et traiter les données. une construction formalisée pour traiter l’information.

Définition du système d’information: Ensemble Soit la centralisation (réalisée à un seul endroit donc un
d’éléments chargés d’acquérir, traiter, stocker et seul niveau dans l’entreprise), soit la décentralisation (elle
communiquer les informations. L’objectif premier du SI permet à chaque poste de travail d’échanger des
consiste à restituer l’information à la personne appropriée informations et de travailler en autonomie) ou soit la
et au moment opportun. distribution (elle permet un traitement au niveau d’un site
unique ; la saisie et la diffusion s’effectue grâce à des
Vision globale d’une entreprise : terminaux).
-La mémorisation : Une fois saisie l’information doit être
stockée de manière durable et fiable. Aujourd’hui la
Prendre les
décisions mémorisation se fait au moyen de deux principales
techniques (les fichiers et les bases de données).
-La diffusion : elle doit répondre à 4 critères :
Colleter, traiter,

mémoriser et -Quelle est son origine et sa destination ?
distribuer l’information
-Quelle est sa forme ? (orale, écrite,…)

Exécuter les -Dans quel délai l’information devra-t-elle parvenir à son
fonctions destinataire ?

-La diffusion sera-t-elle large ou restreinte ?

-Le système opérant : Il est aussi qualifié de système Exemple d’une entreprise commerciale : voici un exemple
technologique ou physique ou de production. Il se trouve à d'une entreprise commerciale, nous verrons ce qui va se
la base de toute organisation car c'est lui qui effectue les passer depuis la réponse d’un appel d’offre jusqu’à la
opérations de transformation permettant d'atteindre les facturation du produit.
finalités retenues. C'est le niveau de la production, des Étapes :
opérations, de chaque service, chaque unité ou chaque
entreprise considérés. 1. Envoi des tarifs.

1

2. Acceptation de la proposition concrétisée par un bon
Origines des problèmes :
de commande.
-Problèmes techniques (sinistre des ordinateurs, vol,
3. Validation du bon de commande si solvabilité du client. pannes, coupure d’alimentation électrique, maladresse
humaine [mauvaise manipulation], dégradation
4. Déclenchement de la livraison, émission d’un bon de
volontaire...).
livraison.
-Malveillances (un programme malveillant, une fraude,
Tableaux des flux d’information :
une exploitation indésirable de la messagerie...).
-Carences (négligence, ignorance, incompétence, non
respect d’une procédure, méconnaissance de la loi...).
Prévention des risques sécuritaires : repose sur l’audit du
système d’information (l’identification) puis sur
l’établissement et la mise à jour des plans de sécurisation.
Face à des détériorations, des pannes... :
-Sécurité des locaux.
-Inventaire périodique des matériels.
-Installer des onduleurs et des serveurs redondants.
Face à des malveillances humaines sur les éléments
immatériels :
-Définir les actions de sécurisation (logiciels antivirus...).
Flux de décision
-Gérer les droits d’accès.
Face à des incompétences, négligences et ignorances :

Flux d’information
-Sensibiliser le personnel.
-Mettre à jour les droits d’accès.
-Effacer des données en cas de besoin de sécurité.
-Confirmer les pratiques liées aux données et législations.
Flux Physique
Les fonctions de responsable de la sécurité informatique:
-Il assure une veille technologique et règlementaire.

Chap2. Sécurité des systèmes d’informations : -Il pratique un audit régulier.

Principe : La sécurité des systèmes d’informations sert à -Il propose des solutions (notamment l’organisation du
protéger le SI contre les pannes, les accidents, les système d’information, des locaux...).
malveillances et les maladresses. Elle repose sur -Il sensibilise l’ensemble du personnel.
l’identification des risques pouvant résulter d’un audit de
la sécurité. La sécurisation est une préoccupation partagée -Il s’assure de bonne installation de l’antivirus, pare-feu...
dans l’organisation où elle concerne tous les niveaux, de la -Définir le plan de sauvegarde des données.
direction générale à l’utilisateur d’un post informatique
(Motivation, Définition des règles et procédures,
Organisation des secours...).
Chap3. Méthode MERISE (Méthode d’Étude et
Les conséquences possibles d’un défaut de sécurité : de Réalisation Informatique pour les systèmes
-Discontinuité de service. d’Entreprise):
-Perte des données. Crée en 1978-1979 par Peter Chen et Hubert Tardieu.
-Communication d’informations confidentielles à la presse Niveau d’abstraction (Niveau conceptuel) :
ou à la concurrence.
*Ce qu’il faut faire ?
-Perte de temps.
*Quoi ?
-Responsabilité civile et pénale (usage illégal de logiciel ou
Par exemple : J’ai besoin d’une application pou améliorer
de données, publication d’informations erronées...).
une des activité de mon entreprise (service de
-Coût (réparations techniques, charges occasionnées par comptabilité, de commerce, gestion des dossiers des
des dysfonctionnements juridiques et commerciales...). étudiants…)

2

Niveau organisationnel : -Identifier les acteurs internes et externes.
-Modéliser les échanges d’informations.
*La manière de faire ça ?
Acteur :
*Quels outils j’utilise pour les traitements? *Acteur (personne, femme, logiciel, ordinateur, téléphone
portable...).
Par exemple : un logiciel de calcul automatique
*Intervenant dans le fonctionnement du système (stimulé
(calculatrice, logiciel…)
par des flux d’informations, transformer et émettre les flux
Niveau logique : d’informations).
*Il peut être un service ou un guichet.
*Choix des ressources et moyens.
*L’acteur est un rôle plutôt qu’une personne physique.
*Relier logiquement les données. *Les acteurs peuvent être internes ou externes (clients,
banques...).
Niveau physique :
*L’acteur interne est représenté par un cercle alors que
*Comment ? l’acteur externe est représenté par un cercle pointillé.
*Si l’acteur interne est complexe, ce dernier peut être
*Les moyens pour le faire ?
détailler en sous domaines dans un MCC.
Entre chaque étape, il existe une validation de Flux d’informations :
l‘utilisateur. *Représenté par une flèche étiquetée entre deux acteurs.
Le schéma suivant montre les étapes de réalisation d’un *Le flux d’information peut être se forme de (documents,
appels téléphoniques, données informatiques, chèque...).
système d’information utilisant la méthode MERISE.
*De préférence le flux d’information doit être numéroté.

Réel perçu
Acteur A


Niveau Acteur B
conceptuel Flux 1-1
Modèles

Niveau *Traitements Acteur C
organisationnel
*Données

*Communication
Niveau Acteur x
logique Organisation

Niveau
Acteur y
physique


2. Le modèle conceptuel de traitement (MCT) :
Ce modèle représente formellement le acticités exercées

par le domaine (à la base de la connaissance du SI).
On verra dans ce chapitre les diagrammes des différents Le MCT éclaire le MCC et représente un zoom pour
modèles conceptuels. représenter le rôle exact de l’acteur.
Dans le MCT, on représente les messages échangés entre
Le modèle conceptuel de communication (MCC) : définit
les acteurs et comment un acteur de l’organisation réagit
les flux et les domaines (délimitation, inventaire des
quand il reçoit ce message et quelle opération il effectue.
informations et données).

Le modèle conceptuel de traitement (MCT) : décrit les
Message reçus
règles et les contraintes générales du SI.

Le modèle conceptuel de données (MCD) : décrit

l’organisation des données.

1. Le modèle conceptuel de communication (MCC) : ce
modèle représente l’échange d’informations entre les
acteurs (dans une organisation le MCC modélise les Acteur
habitudes de travail). Le MCC a pour objectif de :

-Délimiter le domaine d’étude.
-Réduire les problèmes complexes en sous problèmes.
Message émis

3

Identifiant : une ou plusieurs propriétés d’une entité ou
d’une association qui ont une valeur unique pour chaque
occurrence de l’entité ou de l’association.
Exemple :
*Le numéro CIN d’un citoyen, N° d’immatriculation d’une
voiture.
* Les identifiants d’une entité doit être souligné.
*L’identifiant d’une association est un sous ensemble des
identifiants des entités liées.
Les cardinalités d’une association : le nombre de fois
minimal et maximal qu’une occurrence d’une des entités
associés peut intervenir dans l’association.
Exemple : un client peut commander entre 1 et n produits.
*Il est parfois difficile de faire un choix entre entité et
association (le contexte aide à décider).
Exemple d’un modèle (jeux de vidéo) :
1. Créer une entité (jeux de vidéo).
2. Créer les attributs pour cette entité et les valeurs
associées.
Erreurs de modélisation fréquentes : 3. Ajouter une entité (marque) pour chaque jeu.
*Les règles d’émission doivent être : 4. Créer un lien (association).
-Mutuellement exclusive. 5. Modifier les cardinalités.
-Couvrir tous les cas possibles. 6. Ajouter l’entité (console).
*Ne pas répéter les actions et les événements résultants.
*Problème de synchronisation (simplifier les
synchronisations).
*Problème structurel (éviter les chaines d’opération, dire
le nécessaire).
3. Le modèle conceptuel de données (MCD) :
Ce modèle permet de décrire un ensemble de données
relatives à un domaine défini afin de les intégrer ensuite
dans une base de données.
Le MCD repose sur les concepts (Entité, Association,
Propriété).
Décrit la relation Entité/Association.
Entité : est un objet concret ou abstrait qui peut être
reconnu distinctement.
Exemple : France, Skikda, Youcef, Ta voiture, Mon stylo.
Entité type : représentation que l’on adopte pour les
entités qui possèdent les mêmes caractéristiques.
Exemple : Youcef, Ville, Voiture, Stylo.
Attributs (propriété): caractéristique associée à une entité
type.
Exemple : l’âge d’une personne, la puissance d’une
voiture, le numéro d’un produit.
Valeur : que prend une propriété (à l’intérieur du
domaine) pour une entité particulière.
Exemple : 28 ans pour l’âge d’une personne, 150 cv pour
un 4x4.
Association : lien entre plusieurs entités.
Exemple : le mariage de Youcef et Halima.
Association type : comme pour Entité type, elle
représente les associations qui possèdent les mêmes
caractéristiques.
Exemple : le mariage de deux (2) personnes.
Remarque : On parle beaucoup plus d’entité et occurrence
d’entité et association et occurrence d’association au lieu
de (entité type et entité) et (association type et
association).