Vous êtes sur la page 1sur 12

Lambert.michelp@orange.

fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Rappel concernant les composantes symétriques.


Observons au point P du réseau HTA le système électrique déséquilibré par un défaut à la terre sur la phase 1.
V3

V1
I1

I2
V2 I2 et I3 sont confondus
I3

On démontre que les grandeurs électriques (I ; U ; Z ; P etc) d’un tel système peuvent être représentées par leurs
composantes dans les systèmes direct, inverse et homopolaire.
a) Composantes symétriques de courant au point ( P)
Système direct Système inverse Système homopolaire
           
3Id = I 1 + aI 2 + a²I3 3Ii = I1 + a²I 2 + aI3 3Io = I1 + I 2 + I3
I1
aI2 a²I3 aI3 a²I2
3Id1 3Ii1
3Io I2
I1 I1
I3
Id3 Ii2
Id1
Ii1

Io1
Io2
Io3
Ii3
Id2
          
Id1 + Id2 + Id3 = 0 Ii1 + Ii2 + Ii3 = 0 Io1 + Io2 + Io3 = 3Io = Ir

b) Composantes symétriques de tension au point ( P)

Système direct Système inverse Système homopolaire


           
3Vd = V1 + aV2 + a²V3 3Vi = V1 + a²V2 + aV3 3Vo = V1 + V2 + V3
V1
3Vd1
3 Vo
a²V3 V1
V3
aV2 aV3 a²V2
Vd3

V1

3Vi 1 V2
Vd1
Vo1
Vi2 Vo2
Vi3
Vd2 Vo3

Vi1

          
Vd 1 + Vd 2 + Vd 3 = 0 Vi1 + Vi2 + Vi3 = 0 Vo1 + Vo 2 + Vo 3 = 3Vo = Vr

21/11/2009 1
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

A la découverte des courts-circuits monophasés


1.1 Généralités
Observons le système électrique d’un réseau HTA en défaut dont le neutre est mis à la terre par une résistance.

Composante résiduelle et composante homopolaire


Au point P, En un point du réseau, le module du courant résiduel
    -9° est le triple du courant homopolaire. Ils ont même
Id = Ii = Io = 54 A
  argument.
Ir = Jd = 162 A  
Ir = 3Io

-176° La tension résiduelle est, dans ce cas particulier, en


Vo = 6952 V
  -176°
opposition de phase avec l’intensité résiduelle.
Mlb
Vr = 3Vo = 20856 V
Qo
Le signe des puissances homopolaires dépend
du déphasage  entre Vo et Io.
Au point P /2    3/2. capacitive
La puissance active homopolaire est donc
naturellement négative. Le signe de la Po < 0 Po > 0
Qo > 0 Qo > 0
puissance réactive homopolaire dépend de
l’impédance homopolaire. 
Zo résistive  Qo  0
Zo inductive  Qo < 0 Vo Io Po
Zo capacitive  Qo > 0 Po < 0 Po > 0
Nous verrons plus loin l’utilisation de cette Qo < 0 Qo < 0
propriété.
inductive

Tensions Courants Impédances Puissances


active réactive
 1 Pr = 9.Po Qr = 9.Qo
    Zr = Zo
Vr = 3Vo Ir = 3Io 3 Pr = 3Vo.3Io.cos  Qr = 3Vo.3Io.sin 
Vr
Zo =
Ir
20856 V 162 A -3,3 MW* -0,76 MVAR*
128

*Avec  = 2 - (176°- 9°) = 193°

21/11/2009 2
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Réalité physique des composantes homopolaires


Elles n’interviennent qu’en présence d’un déséquilibre homopolaire. Le courant homopolaire traverse alors les
éléments constituant l’impédance homopolaire du réseau. Pour mettre en évidence cette propriété, nous ajoutons
au réseau précédent une impédance homopolaire transversale « Zo » représentant le capacitif homopolaire du
réseau de câble.

Le réseau est équilibré Le réseau est le siège d’un déséquilibre homopolaire

Dans ce réseau à vide, la composante directe de tension Les composantes symétriques sont surtout représentées
est égale à la tension simple du réseau. Les tensions par les composantes directes et homopolaires1.
inverses et homopolaires sont nulles. Les tensions simples et composées sont déséquilibrées.
Il existe un courant dans le neutre du réseau.
Les impédances homopolaires Zo sont traversées par
1
un courant Io = 12 A .
3

On peut considérer qu’une composante homopolaire est l’expression mathématique d’un déséquilibre
homopolaire. La composante résiduelle en est sa manifestation physique. La composante résiduelle d’une
grandeur électrique est la valeur que l’on mesure pour détecter un déséquilibre homopolaire.
Pour mesurer le courant résiduel, on effectue la somme des courants qui transitent dans les phases en un point du
réseau. Les sommes géométriques des courants dans les systèmes direct et inverse étant nulles (§0), l’intensité
résiduelle est donnée par la relation
    
I1 + I2 + I3 = 3Io = Ir

On peut alors par réaliser le montage suivant:

On effectue la somme des courants au secondaire


des transformateurs de mesure (TC)

I'1

I'2

I'r I'3

On déduit de la valeur de I’r, la valeur I’o telle que


I' r
I’o = et Io = K.I’o où K est le rapport de
3
transformation des TC

On peut également utiliser un tore homopolaire.

1
Si le neutre est relié à la terre par une faible impédance, les composantes inverses ne sont plus négligeables.

21/11/2009 3
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Pour mesurer la tension résiduelle, on effectue en un point du réseau la somme des tensions simples « phase-
neutre » ou « phases-terre ». Les sommes géométriques des tensions dans les systèmes directe et inverse étant
nulles, la tension résiduelle est donnée par la relation
    
V1 + V2 + V3 = 3 Vo = Vr

la mesure de Vr est obtenue par le montage suivant

On utilise trois transformateurs de


tension (TT) dont les secondaires
sont couplés en série de manière à
alimenter le relais par
    
V' 1+ V' 2 + V' 3= V' r = 3 V' o .

On en déduit la valeur de Vo telle que


V' r
Vo = K
3
On verra dans le livre 3 qu’il existe
des variantes à ce montage.

A l’aide des deux montages précédents, on peut mesurer ou calculer les impédances et les puissances
homopolaires.

Vr Vr Vr
Zo = , Ro = . cos, Xo = . sin,
Ir Ir Ir

Vr . Ir Vr . Ir Vr . Ir
So = , Po = . cos, Qo = . sin
9 9 9

Les impédances
L’impédance directe Zd d’un composant est déduite directement des caractéristiques constructeur ou calculer

par la relation Zd  .
Scc
L’impédance directe d’un composant est indépendante du champ tournant de son alimentation.
Un transformateur triphasé par exemple présente une impédance directe constante quelque soit l’ordre des
phases.

L’impédance inverse d’un composant est le plus souvent égale à l’impédance directe. Les moteurs ou les
génératrices présentent toutefois une impédance directe différente de l’impédance inverse. En effet si l’on croise
deux phases sur un moteur, il ne présente pas la même impédance.
Le constructeur d’un moteur précise les valeurs directes et la valeur inverse des impédances ainsi que les
constantes de temps qui y sont associées.

L’impédance homopolaire d’un circuit linéaire est égale à trois fois l’impédance directe ou l’impédance spécifiée
si celle ci est uniquement résistive.
Une RPN par exemple de 40  présente une impédance homopolaire de 120 

Lorsque le composant comporte des éléments inductifs, l’impédance homopolaire est le triple de l’impédance
directe augmentée de la mutuelle inductance. Seule la mesure de l’impédance homopolaire est de nature à
préciser le rapport entre l’impédance directe et l’impédance homopolaire.
Lorsque l’on étudie les impédances homopolaires d’une ligne par exemple, il convient d’évaluer l’impédance
longitudinale et l’impédance transversale. C’est cette dernière qui fixe la valeur du capacitif de la ligne.
Vous trouverez en annexe quelques valeurs.

21/11/2009 4
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Annexes

1.2 Modélisation des éléments d’un réseau


La puissance de court-circuit

C’est un élément essentiel du réseau électrique.


De sa valeur dépend la qualité du produit offert par le
réseau.
La connaissance de la puissance de court-circuit en un
Scc = 3. Vn. Icc
point du réseau permet de déterminer le générateur
équivalent en ce point.


avec Z =
Scc

Comme l’argument de l’impédance est rarement précisé, on considère par défaut qu’elle est constituée d’une
réactance telle que


Xd = avec U en kV, Scc en MVA et Zd en .
Scc

La valeur de la puissance de court-circuit est indépendante de la tension nominale du réseau. On modélise une
puissance de court-circuit de 400 MVA de la manière suivante.

63²
En 63 kV Zd = = 9,92j 
400

20²
En 20 kV Zd = = 1j 
400

A l’exception des machines tournantes, les impédances dans les systèmes direct et inverse sont égales.

21/11/2009 5
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Les lignes aériennes


Dans les systèmes direct, inverse et homopolaire, une ligne est représentée par des impédances longitudinale et
transversales réparties. Elle peut ainsi être modélisée sous la forme d’un schéma en « P » ou en « T».

schéma en « P » schéma en « T»

où r, x , c, etc... sont les valeurs linéiques

Les impédances transversales sont constituées

 Des capacités de lignes en HTA et en HTB


 En THT, des pertes dans les diélectriques et par effet couronne.

Celles-ci étant très grandes devant les impédances longitudinales, elles sont, conformément à la CEI 909,
négligées pour les études de réseaux en charge.

Le schéma équivalent d’une ligne en charge devient alors

Les impédances linéiques longitudinales dans les systèmes direct et inverse sont données dans le tableau suivant:

Nature Section (mm²) r+jx W/km r+jx W/km r+jx W/km IMAP
En HTB En 20 kV En BT (A)
Almélec 34,4 Aster 0,96+0,36j 145
54,6 Aster 0,6+0,36j 190
75,5 Aster 0,44+0,36j 240
117 Aster 0,27+0,36j 315
148 Aster 0,224+0,36j 365
228 Aster 0,146+0,36j 480
288 Aster 0,115+0,36j
Alu-acier 37,7 Phlox 1,176+0,36j 130
59,7 Phlox 0,882+0,36j 155
75,5 Phlox 0,697+0,36j 175
116,2 Phlox 0,59+0,36j 300
147,1 Phlox 0,467+0,36j 345
147,1 Pastel 0,279+0,36j 345
228 Phlox 0,3+0,36j 460
228 Pastel 0,18+0,36j 460
288 Phlox 0,238+0,36j 525
288 Pastel 0,142+0,36j 525
Cuivre 22 0,83+0,35j 152
29,3 0,63+0,35j 182
38,2 0,486+0,35j 213
48,3 0,384+0,35j 243

21/11/2009 6
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Dans le système homopolaire, les impédances longitudinales sont obtenues d’une manière très approximative par
les relations:

ro = rd et xo = 3xd

zo rd + 3xd
Ces égalités montrent que le poids du rapport F = = est déterminant pour le profil du facteur de
zd rd + xd
mise à la terre d’une ligne. L’impédance homopolaire d’une ligne augmente plus vite que l’impédance directe.

Les câbles

Les caractéristiques dans les systèmes direct et inverse


Les caractéristiques linéiques d’un câble sont représentées dans le système direct et inverse par les schémas
équivalents.

schéma en « P » schéma en « T»

« q » représente les pertes capacitives définie par la relation q= U²C



avec C / km =
D
18 ln
d
 est la permittivité de l’isolant,
D est le diamètre sur l’isolant en mm,
d est le diamètre du semi-conducteur en mm
C est la capacité transversale en F

Pour une permittivité de 2,5 on obtient les résultats moyens suivants (Câbles HN 33 S 23).

Tension
nominale Section en mm² Nature CF /km

24 kV 240 Cu 0,291
400 Cu 0,367
630 Cu 0,462
50 Al 0,165
95 Al 0,210
150 Al 0,245
240 Al 0,3
400 Al 0,361
630 Al 0,441
1200 Al 0,597

En HTA et en HTB, les pertes capacitives ne sont pas négligeables. Cependant, pour les études de courant de
court-circuit et conformément aux recommandations de la CEI 909, il n’en est pas tenu compte.

21/11/2009 7
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

La connaissance des pertes capacitives permet de déterminer le fonctionnement du réseau en régime équilibré
notamment lorsqu’il s’agit d’étudier la compensation varmétrique2.

Les caractéristiques des câbles dans les systèmes direct et inverse sont regroupés dans le tableau ci-dessous.

Nature Section r+jx r+jx /km r+jx /km q /phase/km IMAP


(mm²) /km (sous 21kV) (A)
En HTB En 20 kV En BT en kVAR Câbles enterrés
Hiver

Câbles
Cuivre 240 0,0767+0,108j 13 625
400 0,0493+0,101j 16 805
630 0,0321+0,093j 21 1025

50 0,64+0,138j 0,64+0,1j 7,5 205


Câbles 95 0,32+0,124j 0,32+0,1j 9,5 290
Aluminium 150 0,21+0,117j 0,21+0,1j 11 375
240 0,126+0,108j 0,126+0,1j 13,5 490
630 0,0494+0,087j 20 825
1200 0,0294+0,087j 27 1105
Aluminium 50 0,64+0,1j 205
(Faisceau) 70 0,5+0,1j 240
150 0,21+0,1j 375

Les impédances des câbles dans le système homopolaire

schéma en « P » schéma en « T»

Les documents fournis par les constructeurs ne précisent pas les caractéristiques des câbles dans le système
homopolaire. Il est donc nécessaire d’effectuer la mesure sur des échantillons de câble3.

Les mesures effectuées sur des échantillons disposés en trèfle ont montré qu’il existait des relations entre les
impédances dans le système direct et les impédances dans le système homopolaire.

Ro = rd , xo  3xd et C Co
où C représente la capacité transversale dans le système direct

L’exploitant définit souvent le capacitif homopolaire comme étant la valeur du courant résiduel transitant par la
réactance transversale du réseau lors d’un court-circuit franc avec la terre.

2
Une ligne 20kV constituée de 20 km de câble 240² alu est équivalent à une batterie de condensateurs de 540 kVAR.
3
La méthode est exposée au livre 2

21/11/2009 8
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Pour un câble 240 Al « HN- 33- S-23 » en 20 kV


U 20000
3Ico / km = 3 =3 = 3,38A / km
xo 3 10240 3

Section Nature C /km Réactance transversale Capacitif résiduel/ km


par phase /km pour Un = 20,8 kV
mm² F xd  = xo  (50 Hz) A
240 Cu 0,291 10944 3,3 A
400 Cu 0,367 8677 4,15 A
630 Cu 0,462 6893 5,22 A

95 Al 0,225 14154 2,57 A


150 Al 0,258 12344 2,95 A
240 Al 0,311 10240 3,55 A

La norme CEI 909 précise que les impédances transversales dans le système homopolaire sont prises en compte
dans les études si le facteur de défaut  1,4.

Calcul des courants de capacité homopolaire


On calcule ces valeurs à partir des caractéristiques des lignes. Pour cela, Il est nécessaire de tenir à jour les
données informatiques relatives aux ouvrages constituant le réseau.
Attention: Par courant de capacité homopolaire, on désigne souvent ce qui est en réalité le courant de capacité
résiduel. Un capacitif de 3 A/km est vraisemblablement un courant de capacité résiduel.

Mesure des courants de capacité homopolaire


Pour mesurer les courants de capacité homopolaire d’un réseau, il est nécessaire de se rapprocher des conditions
d’un défaut.
Sur un réseau dont le courant de neutre n’excède pas 300 A, la méthode la plus simple consiste à créer un défaut
monophasé contrôlé à l’aide d’un disjoncteur shunt. L’enregistrement du courant de capacité résiduel Ir est
effectué à l’aide d’un perturbographe ou d’un ampèremètre à blocage d’équipage.
Ir
On en déduit la valeur du courant de capacité homopolaire Ico = .
3
Les essais peuvent être réalisées à l’aide d’un disjoncteur shunt ou d’une cellule HTA disponible dont un des
pôles sera relié à la terre. Ces dispositifs doivent alors être associés à un automatisme limitant le temps de
fermeture du disjoncteur à 0,3s.
Conduite des essais :
Compte tenu que le réseau HTA est utilisé comme moyen d’essai, ces opérations sont conduites dans le cadre
d’un régime d’essai défini par la publication UTE C 18-510. L’opérateur doit prendre les dispositions
nécessaires pour garantir la sécurité des biens et des personnes et éviter les déclenchements non justifiés des
départs, de l’arrivée ou du transformateur. De tels essais sont incompatibles avec l’existence d’un régime spécial
d’exploitation. Ils ne peuvent être réalisés sur des réseaux présentant des risques de doubles défauts
monophasés.

Dans le cas où le courant nominal de neutre est trop important ou lorsque le réseau ne présente pas une bonne
tenue diélectrique, on peut effectuer les essais en insérant une impédance constituée d’une résistance de point
neutre ou d’un condensateur HTA. On utilise, dans ce dernier cas, le départ condensateurs comme moyen
d’essai. Il suffit alors de compléter le dispositif par un relayage destiné à contrôler le temps de fermeture du
disjoncteur.

21/11/2009 9
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

On obtient la valeur du courant de capacité


homopolaire de la ligne à mesurer par la relation
ir 3Vn
3Ico = x
3 Vr
où ir et Vr sont les grandeurs résiduelles mesurées par
le perturbographe et Vn la tension simple du réseau au
moment des essais.

L’utilisation d’un perturbographe permet de mesurer simultanément les capacitifs de plusieurs lignes.

Les transformateurs à deux enroulements


Rappelons qu’un système électrique est la superposition de trois systèmes équilibrés comportant les modèles des
éléments constitutifs du réseau. La modélisation d’un transformateur comporte donc trois modèles:

Modèle dans le système direct 

Modèle dans le système inverse 

Modèle dans le système homopolaire 

Les impédances dans le système direct

L’impédance d’un transformateur est indépendante du champ tournant:


 
Zd = Zi

La modélisation dans le système inverse est donc déduite de la modélisation dans le système direct.

21/11/2009 10
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Impédance et puissance de court-circuit


Pour une puissance de court-circuit infinie en amont du
transformateur, la puissance de court-circuit disponible
au secondaire est donnée par la relation
Sn
Scc =
ucc

On en déduit Zd = ucc
Sn
« U » (en kV), est la tension nominale prise comme
référence.
« Sn » (en MVA), est la puissance nominale du
transformateur,
« ucc » (en %), est la tension de court-circuit du
transformateur dont les valeurs usuelles sont
regroupées dans le tableau qui suit.

Puissance du transformateur Tension secondaire Ucc%


100 MVA HTB 12 à 15 %
36 MVA HTA 14 à 18 %
20 MVA HTA 10 à 13 %
10 MVA HTA 8 à 10 %
 600 kVA BT 6%
 600 kVA BT 4%

Représentation d'un transformateur en charge dans le système direct.

20 MVA 21²
Zd = 0,121 = 2,68 
20

Vue du
secondaire
21²
36 MVA Zd = 0,1695 = 2,08
36

62,5²
20 MVA Zd = 0,121 = 23,63 
21

Vue du primaire

62,5²
36 MVA Zd = 0,1695 = 18,4 
36

21/11/2009 11
Lambert.michelp@orange.fr
Extrait de l’ouvrage « LA PRATIQUE DES REGIMES DE NEUTRE »

Les impédances dans le système homopolaire


Valeurs des impédances homopolaires prises par défaut (par rapport à la terre)

Tr 63 kV / 20 kV 36 MVA Flux forcé Flux libre


Ucc = 17%
21²
Zd(20) = 0,17 = 2,1j
36
62,5²
Zd(63) = 0,17 = 18,5j
36
Z Tvide  5000 Zd
Vue du primaire Vue du secondaire Vue du primaire Vue du secondaire

Zo =  Zo =  Zo =  Zo = 

Zo =  6 Zd Zo  10 Zd Zo =  Zo  XdV

12,5j Zo 21j Zo  10000j

6 Zd Zo  10 Zd Zo = Zd Zo  XdV Zo = Zd
111j Zo 185j
Zo = 2,1j Zo  100000j Zo = 2,1j

Zo =  Zo =Zd Zo =  Zo =Zd

Zo = 2,1j Zo = 2,1j

U² U²
Zo =  Zo  1% Zo =  Zo  1%
Sn Sn
Zo = 0,1j Zo = 0,1j

21/11/2009 12