Vous êtes sur la page 1sur 307

iii

NOTIONS
D’HYDRAULIQUE EN
MILIEU RURAL
(Cours GAE--3005)

par

Robert Lagacé, ing. et agr., professeur

Université Laval
Septembre 2011
iii

TABLE DES MATIÈRES


CHAPITRE 1
Définitions et caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2 DÉFINITIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2.1 Aval et amont . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2.2 Rives gauche et droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3 COURS D’EAU --- VUE TRANSVERSALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3.1 Lit du cours d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.3.2 La berge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.4 COURS D’EAU --- VUE LONGITUDINALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.5 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.5.1 Définitions des caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.5.2 Canaux et cours d’eau naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.6 TYPES D’ÉCOULEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
CHAPITRE 2
Notions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.2 LOI DE LA CONTINUITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.3 L’ÉNERGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.3.1 Loi de conservation de l’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.3.2 Énergie spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.3.3 Régime d’écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.4 QUANTITÉ DE MOUVEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
PROFONDEUR CRITIQUE D’ÉCOULEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
CHAPITRE 3
Écoulement uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.2 PRINCIPALES ÉQUATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.2.1 Chézy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.2.2 Ganguillet et Kutter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.2.3 Manning . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.2.4 Autres formules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
3.3 COEFFICIENT DE RUGOSITÉ ”n” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
3.3.1 Variabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
3.3.2 Méthode des facteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
3.3.3 Tableaux des valeurs typiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.3.4 L’examen des cours d’eau et des canaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.3.5 Équations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.3.6 Méthode analytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
3.4 COEFFICIENT DE RUGOSITÉ DE LA VÉGÉTATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.4.1 Rôle de la végétation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
3.5 SECTION COMPLEXE D’ÉCOULEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3.6 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
ANNEXE A SOLUTION DE LA FORMULE DE MANNING . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
ANNEXE B PROFONDEUR NORMALE D’ÉCOULEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
ANNEXE C COEFFICIENT DE RUGOSITÉ ”n” . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
iv

CHAPITRE 4
Vie et stabilité des cours d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.2 STABILITÉ DES COURS D’EAU ET ÉCOULEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.2.1 Principes de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
4.2.2 La pente de compensation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.3 STABILITÉ DES TALUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.3.1 Pente des talus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.3.2 Résistance mécanique des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.3.3 Dégradation des pieds de talus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
4.3.4 Suintement des parois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
4.3.5 Détérioration par les glaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
4.4 L’ENVASEMENT ET L’ENSABLEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
4.5 LES COURBES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
4.6 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
CHAPITRE 5
Géomorphologie des cours d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.2 CARACTÉRISTIQUES MORPHOLOGIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.1 Densité de drainage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.2 Largeur et profondeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.3 Caractéristiques du lit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
5.2.4 Méandres et sinuosité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
5.3 DÉBIT PLEIN BORD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
5.4 PUISSANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
5.5 CLASSIFICATION DES COURS D’EAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
5.5.1 Classification en quatre types . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
5.5.2 Classification de Rosgen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
5.6 ÉVOLUTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
CHAPITRE 6
Section stable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
6.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
6.1.1 Principes de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
6.1.2 Possibilités d’intervention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
6.2 SECTION DU COURS D’EAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
6.2.1 Profondeur minimale des cours d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
6.2.2 Revanche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
6.3 SECTION STABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
6.3.1 Vitesses maximales acceptables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
6.3.2 Méthode de la force d’arrachement (tractive force) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
6.4 PENTE DES TALUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
6.5 LES COURBES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
6.6 DÉTERMINATION DE LA SECTION STABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
6.7 LES VOIES D’EAU ENHERBÉES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
v

CHAPITRE 7
Enrochement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
7.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
7.2 DIMENSIONS ET ANGLE DE REPOS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
7.3 L’ENROCHEMENT DES TALUS ET DU FOND . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
7.4 PROTECTION DANS LES COURBES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
7.5 ENROCHEMENT DE PENTES FORTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
7.6 EFFONDREMENT DES TALUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
7.7 L’ENGAZONNEMENT DES TALUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
7.8 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
CHAPITRE 8
Courbe de remous . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
8.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
8.2 CONCEPTS DE BASE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
8.3 FRICTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
8.4 CANAL TRAPÉZOÏDAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
8.5 CALCUL DE LA COURBE DE REMOUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
8.6 EXEMPLE DE COURBE DE REMOUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
CHAPITRE 9
Ponceaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
9.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
9.2 TYPES DE PONCEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
9.2.1 Matériaux utilisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
9.2.2 Forme de la canalisation hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
9.2.3 Type d’installation et entonnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
9.3 HYDRAULIQUE DES PONCEAUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
9.3.1 Écoulement avec contrôle à l’entrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
9.3.2 Écoulement avec contrôle à la sortie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
9.3.3 Écoulement critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
9.4 TYPE RÉEL D’ÉCOULEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
9.5 COURBES DE PERFORMANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
9.5.1 Contrôle à l’entrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
9.5.2 Contrôle à la sortie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
9.6 DESIGN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
9.6.1 Facteurs hydrauliques régissant le choix des ponceaux de ferme . . . . . . . . . . . . . . . 122
9.6.2 La hauteur admissible de l’eau dans la canalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
9.7 CONSTRUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
9.7.1 Implantation des ponceaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
9.7.2 Préparation de la fondation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
9.7.3 Mise en place et remblayage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
9.7.4 Protection contre l’affouillement et contre l’érosion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
CHAPITRE 10
Érosion et conservervation des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
10.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
10.2 PROCESSUS ET EFFETS DE L’ÉROSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
10.2.1 Le processus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
10.2.2 Les effets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
vi

10.3 MÉCANISMES PROVOQUANT L’ÉROSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146


10.3.1 L’impact des gouttes de pluie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
10.3.2 La force d’arrachement de l’écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
10.3.3 Le transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
10.3.4 La déposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
10.4 TYPES D’ÉROSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
10.4.1 L’érosion par l’impact des gouttes de pluie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
10.4.2 L’érosion en nappe (sheet erosion) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
10.4.3 L’érosion en rigoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
10.4.4 Le ravinement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
10.4.5 L’érosion dans les cours d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
10.4.6 Une classification réaliste et pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
10.5 FACTEURS INFLUENÇANT L’ÉROSION HYDRIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
10.5.1 La nature du sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
10.5.2 Le couvert végétal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
10.5.3 Les facteurs climatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
10.5.4 Les facteurs topographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
10.6 MOYENS DE CONTRÔLE OU DE CONSERVATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
10.6.1 Les principes de conservation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
10.6.2 Régie des cultures et des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
10.6.3 Les méthodes culturales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
10.6.4 Les méthodes de conservation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
10.6.5 Les cultures en contour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
10.6.6 Les cultures en bandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
10.6.7 Les terrasses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
10.7 LUTTE AU RAVINEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
10.8 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
CHAPITRE 11
Équation universelle des pertes de sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
11.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
11.2 L’ÉQUATION UNIVERSELLE DES PERTES DE SOL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
11.3 INDICE D’ÉROSIVITÉ POTENTIELLE DES PRÉCIPITATIONS (R) . . . . . . . . . . . 162
11.3.1 La méthode du El30 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
11.3.2 Validité de la méthode du EI30 au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
11.3.3 Une méthode approximative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
11.3.4 L’indice R au Québec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
11.4 INDICE D’ÉRODIBILITÉ DES SOLS (K) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
11.5 FACTEURS TOPOGRAPHIQUES (LS) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
11.5.1 Pour une pente régulière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
11.5.2 Pour une pente irrégulière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
11.6 FACTEUR DE CULTURE (C) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
11.7 FACTEUR DE CONSERVATION (P) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
11.8 LIMITES DE L’ÉQUATION UNIVERSELLE DES PERTES DE SOL . . . . . . . . . . . . 176
11.9 UTILITÉ DE L’ÉQUATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
11.10 SA VALIDITÉ AU QUÉBEC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
11.11 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
vii

CHAPITRE 12
Concepts d’intérêt pour le design . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
12.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
12.2 FONCTIONNALITÉ ET PÉRENNITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
12.2.1 Cours d’eau et voies d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
12.2.2 Ponceaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
12.3 BRIS CONTRÔLÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
12.4 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
CHAPITRE 13
Cours d’eau et écologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
13.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
13.2 LA BERGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
13.3 VÉGÉTATION DES BERGES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
13.4 FAUNE RIVERAINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
13.5 MULTIPLES FONCTIONS DES BERGES NATURELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
CHAPITRE 14
Cours d’eau et paysage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
14.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
14.2 RÔLE PAYSAGER DE LA BERGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
14.3 CARACTÉRISTIQUES PAYSAGÈRES DE LA BERGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
14.3.1 Hauteur apparente de la berge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
14.3.2 Pente de la berge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
14.3.3 Degré d’artificialisation des matériaux constitutifs et de leur mise en œuvre . . . 196
14.3.4 Diversité longitudinale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
14.4 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
CHAPITRE 15
Ressaut hydraulique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
15.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
15.2 RESSAUT DANS UN CANAL RECTANGULAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
15.3 RESSAUT DANS UN CANAL NON RECTANGULAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
15.4 LOCALISATION DU RESSAUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
15.5 DÉBIT VARIABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
15.6 RESSAUT SUBMERGÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
15.7 RESSAUT SUR PLAN INCLINÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
CHAPITRE 16
Seuils dissipateurs d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
16.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
16.2 COURS D’EAU, DISSIPATION DE L’ÉNERGIE ET SEUILS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
16.3 COMPOSANTES ET TYPES DE SEUILS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
16.4 CONCEPTION D’UN SEUIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
16.5 ZONE D’APPROCHE ET DÉVERSOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
16.6 CHUTE INCLINÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
16.7 CHUTE VERTICALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
16.8 BASSINS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
16.9 FOSSES NATURELLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
viii

CHAPITRE 17
Design des seuils dissipateurs d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
17.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
17.2 ÉTAPES NÉCESSAIRES A LA CONCEPTION DES SEUILS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
17.2.1 Caractéristiques du milieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
17.2.2 Aménagement du cours d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
17.2.3 Pente maximale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
17.2.4 Hauteur du seuil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
17.2.5 Déversoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
17.2.6 Chute et bassin de dissipation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
17.3 CARACTÉRISTIQUES DU COURS D’EAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
17.4 PENTE MAXIMALE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
17.5 HAUTEUR DU SEUIL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
17.6 DÉVERSOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
17.6.1 Aménagement de seuils avec recreusage du cours d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
17.6.2 Aménagement de seuils dans un cours d’eau dégradé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 246
17.6.3 Chute et bassin de dissipation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
17.6.4 Chute inclinée avec bassin en dépression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
17.6.5 Chute verticale avec bassin en dévers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
17.6.6 Chute verticale avec fosse de dissipation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
17.7 SEUIL EN ENROCHEMENT LIBRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
17.7.1 Déversoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
17.7.2 Angles d’enrochement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258
17.7.3 Diamètre des pierres de l’enrochement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
17.7.4 Longueur de la crête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
17.7.5 Diamètre des pierres du bassin de dissipation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
17.7.6 Considérations pratiques pour la construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260
17.8 SIPHONNEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261
CHAPITRE 18
Bassins de rétention et de sédimentation . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
18.1 BASSIN DE RÉTENTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
18.2 BASSINS DE SÉDIMENTATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
18.2.1 Bassin sec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
18.2.2 Bassin humide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
18.3 BASSIN DE RÉTENTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
18.3.1 Structures de contrôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274
18.3.2 Impact hydrologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275
18.4 BASSIN DE SÉDIMENTATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276
18.4.1 Bassin sec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277
18.4.2 Bassin humide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 278
ix

CHAPITRE 19
Génie végétal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281
19.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 281
19.2 BOUTURE (Cutting/slip) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
19.3 MARCOTTAGE (Layering (plant) ; layer) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
19.4 PEIGNE (Live brush gully plugging) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284
19.5 FASCINE D’HÉLOPHYTES (Marsh reed roll/swamp reed roll) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285
19.6 TRESSAGE DE SAULES (Willow weaving) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286
19.7 FASCINE DE SAULES (Willow fascine) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287
19.8 COUCHE DE BRANCHES À REJETS (live brush mattress) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
19.9 LIT DE PLANTS ET PLAÇONS (Hedge brush layer) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 290
19.10 CAISSONS VÉGÉTALISÉS (Log cribwall with branchlayers) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
19.11 TREILLAGE---BOIS (Wooden grating) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
19.12 TECHNIQUES MIXTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293
CHAPITRE 20
Aménagement / Restauration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
20.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
20.2 TERMINOLOGIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
20.3 APPROCHE UTILITAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296
20.4 AGIR OU LAISSER FAIRE LA NATURE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 296
20.5 LE COURANT RESTAURATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
20.6 L’APPROCHE DU USDA---NRCS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
20.6.1 Design au seuil limite (threshold channel design) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
20.6.2 Cours d’eau alluvionnaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
20.6.3 Cours d’eau à deux niveaux (Two stage channel design) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
20.7 L’APPROCHE BIOTEC --- GÉNIE VÉGÉTAL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
20.8 LA NATURALISATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
20.9 CONCLUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299
1
CHAPITRE

Définitions et caractéristiques

1.1 INTRODUCTION
Ce premier chapitre présente la terminologie décrivant les cours d’eau, les vues transversales
et longitudinales, les caractéristiques géométriques et les types d’écoulement susceptible
d’être rencontrés.

1.2 DÉFINITIONS
De nombreux termes sont utilisés pour désigner les structures dans lesquelles l’eau s’écoule.
Voici les principaux termes et les définitions que le dictionnaire Larousse en donne :
Cours d’eau : tout chenal dans lequel s’écoule un flux d’eau continu ou temporaire. Il est
un terme général pour désigner un fleuve, une rivière, un ruisseau, un torrent, un
oued. Au Québec, le cours d’eau a une définition juridique.
Canal : un chenal artificiel creusé par l’homme et utilisé soit pour la navigation ou le flot-
tage, soit pour l’irrigation ou l’assèchement de certaines régions. Les canaux sui-
vent en général de longues lignes droites.
Il existe un grand nombre de mots pour désigner les différents types de cours d’eau.
Ruisseau : petit cours d’eau, de faible largeur et de longueur limitée, alimentée par des
sources d’eau naturelles, souvent affluent d’un étang, d’un lac ou d’une rivière.
Les ruisseaux se trouvent à la tête des bassins versants.
Rivière : cours d’eau moyennement important, à écoulement continu ou intermittent, sui-
vant un tracé défini et se jetant dans un autre cours d’eau, un lac, une mer. abon-
dant, et particulièrement celui qui se jette dans un fleuve.
Fleuve : cours d’eau important, long et au débit élevé, comptant de nombreux affluents et se
jetant dans la mer.
Oued : terme d’origine arabe désignant un cours d’eau temporaire dans les régions arides
ou semi--arides. Son écoulement dépend des précipitations et il peut rester à sec
pendant de très longues périodes.
2 DÉFINITIONS ET CARACTÉRISTIQUES

Torrent : cours d’eau au débit rapide et régulier, situé sur une pente plus ou moins pronon-
cée. Les torrents se retrouvent sur des terrains accidentés ou en montagne. Ce
terme est utilisé principalement pour désigner les cours d’eau de montagne avec
un lit rocheux et encaissé.
Fossé : fosse creusé en long dans le sol servant à l’écoulement des eaux, à la séparation des
terrains (ex. fossé de voie publique ou privée, fossé mitoyen, fossé de drainage).
Émissaire : canal d’évacuation des eaux de drainage.
Dans ce document, nous n’utiliserons que les termes ”cours d’eau” et ”canal”.

1.2.1 Aval et amont


L’amont (vers la montagne) est la partie la plus élevée du cours d’eau du point de vue de l’ob-
servateur et l’aval (vers la vallée) est la partie la plus basse.

1.2.2 Rives gauche et droite


La rive gauche et la rive droite d’un cours d’eau sont identifiées par un observateur se dépla-
çant dans le sens de l’écoulement de l’eau, de l’amont vers l’aval.

1.3 COURS D’EAU -- VUE TRANSVERSALE

1.3.1 Lit du cours d’eau


Le niveau d’eau et l’espace occupé par le cours d’eau varie en fonction de son débit. Un cours
d’eau analysée selon sa coupe transversale (figure 1.1) présente une section principale occu-
pée par les écoulements normaux (appelé lit mineur) et une plaine d’inondation occupée lors-
que le cours d’eau est en crue.

Figure 1.1 Coupe transversale d’un cours d’eau.


COURS D’EAU - VUE TRANSVERSALE
3

Les principaux termes sont :


Lit : désigne tout l’espace occupé, en permanence ou temporairement, par un cours d’eau.
Lit mineur : lit du cours d’eau en écoulement normal.
Lit majeur : lit qu’occupe le cours d’eau lors des crues, incluant les zones inondées.
Lit d’étiage ou chenal d’étiage : partie du cours d’eau occupé lors des étiages.
Plaine d’inondation : zone de terrain inondée lors du chenal du cours d’eau lorsque le
cours d’eau est en crue.

1.3.2 La berge
La berge est la portion de terrain qui limite tout cours d’eau et elle est subdivisée en deux par-
ties (figure 1.2) : :

Figure 1.2 La berge dans un cours d’eau (Verniers, 1995).

talus proprement dit, qui n’est qu’occasionnellement en contact avec le courant et qui est
situé au--dessus du niveau moyen des eaux.
pied de talus : la zone du talus soumise à l’action quasi permanente du courant et qui est
située sous le niveau moyen des eaux ;
La limite inférieure de la berge est le point le plus bas du pied (fond du lit); la limite supérieure
étant le point le plus haut du talus au--delà duquel on considère la plaine alluviale. Ces limites
déterminent ce que l’on appelle le lit mineur du cours d’eau.
La berge, c’est aussi la zone de transition entre le milieu aquatique et le milieu terrestre. De par
cette situation, elle possède une grande valeur écologique. En effet, la constitution d’une
lisière augmente la gamme des microhabitats favorisant de ce fait la diversité et la densité des
espèces végétales et animales.
4 DÉFINITIONS ET CARACTÉRISTIQUES

1.4 COURS D’EAU -- VUE LONGITUDINALE


L’espace longitudinal et latéral qu’occupe un cours d’eau et ses composantes (chenal principal
et plaine d’inondation) est appelé “corridor du cours d’eau” (figure 1.3). La figure présent
aussi les principaux termes utilisés.

Ligne des hautes eaux


Boisé

Berges

Ligne de vallée

Plaine d’inondation

Boisé Ligne de talweg

Boisé Lit

Ligne des hautes eaux

Boisé

Figure 1.3 Concept de corridor d’un cours d’eau.

La description longitudinale d’un cours d’eau est souvent représentée par le profil longitudinal
(figure 1.4) qui représente l’élévation du fond du cours d’eau en suivant la ligne du talweg du
cours d’eau (endroit le plus profond). Le haut de la berge et les structures (ponceaux, barrages,
etc.) installées le long du cours d’eau peuvent aussi y être présentés.
Un cours d’eau peut être divisé en tronçons à l’intérieur des quelles les caractéristiques sont
similaires ou relativement uniformes.
CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES
5

48
Niveau supérieur de la berge

Élévation (m)
46
Ponceau

44

Ligne de talweg

42

0+00 5+00 10+00 15+00 20+00


Chaînage (m)
Figure 1.4 Profil longitudinal d’un cours d’eau.

La sinuosité est définie comme le rapport de la longueur de la ligne de talweg sur la longueur de
la ligne de vallée pour un tronçon.
L ta [1.1]
Sin =
L va
Sin = sinuosité
Lta = Longueur de la ligne de talweg (L)
Lva = Longueur de la ligne de vallée (L)
Lorsque cette valeur est supérieure à 1,3, le tronçon du cours d’eau est considéré comme
sinueux.

1.5 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES

1.5.1 Définitions des caractéristiques


Avant de présenter les lois de l’hydraulique, la connaissance des caractéristiques géométri-
ques se rapportant aux canaux et aux cours d’eau s’impose. Voici les principales caractéristi-
ques utiles (Figure 1.5) :
Section “A“ : Section normale à la direction de l’écoulement et au travers de laquelle l’eau
s’écoule (L2).
Périmètre mouillé “P“ : Longueur de la ligne de contact entre le canal et l’eau dans un plan
normal à la direction de l’écoulement (L).
6 DÉFINITIONS ET CARACTÉRISTIQUES

yr

d
1
y
z

Figure 1.5 Canal trapézoïdal et définition des termes.

Rayon hydraulique “Rh“ : Rapport entre la section d’écoulement “A“ et le périmètre


mouillé “P“ (L).

Rh = A [1.2]
P
Profondeur d’écoulement ou hauteur d’eau “y“ : Épaisseur d’eau dans le cours d’eau
au--dessus du fond (L).
Pente des talus “z:1“ : La pente d’un talus est le déplacement horizontal pour une élévation
unitaire du talus (L/L). Chaque talus peut avoir sa pente propre.
Largeur au fond ou largeur au plafond “b“ : Largeur du cours d’eau au bas de la sec-
tion (L)
Largeur de surface ou largeur au miroir “t“ : Largeur de la surface libre de l’eau dans le
canal (L).

t = dA [1.3]
dy

Largeur du canal ou largeur d’ouverture “T“ : Largeur du canal d’une rive à l’autre (L).
Revanche “yr“ : Hauteur libre considérée au--dessus du plan d’eau lors du design ou différ-
ence entre la profondeur du cours d’eau “d” et la profondeur d’écoulement (L).
Profondeur hydraulique “D“ : Rapport entre la section d’écoulement et la largeur de la
surface libre de l’eau (L).
[1.4]
D = At
TYPES D’ÉCOULEMENT
7

Facteur d’écoulement critique “Z“ : Facteur considéré lors du calcul de l’écoulement cri-
tique (L).

A 3 [1.5]
Z = A D = t

Facteur d’écoulement uniforme “A Rh 2/3“ : Facteur considéré lors du calcul de la profon-


deur d’écoulement (L5/3).

1.5.2 Canaux et cours d’eau naturel


Le tableau 1.1 présente les équations des principales caractéristiques précédemment définies
pour les principaux types de canaux réguliers.
Lorsque nous sommes en présence de cours d’eau naturels, la géométrie est irrégulière et com-
plexe. La section d’un cours d’eau est représentée par une coupe transversale détaillée. La sec-
tion peut être parfois décrite par une combinaisons de sections régulières. Dans les cas plus
complexes, la géométrie peut être représentée par les élévations du terrain (lits, berge et zone
d’inondation) prise de façon perpendiculaire au cours d’eau. Le talweg est considéré comme le
centre de la section. Les propriétés sont calculées par des méthodes graphiques ou numériques
en fonction de la hauteur d’eau au--dessus du fond (talweg) et elle sont présentées sous forme
de tableau.

1.6 TYPES D’ÉCOULEMENT


Les différents types d’écoulement sont classifiés selon les variations du débit ou les variations
des sections dans un cours d’eau.
Écoulement stable : L’écoulement est considéré stable lorsque le débit demeure constant à
une section donnée. L’écoulement tend à être stable dans les rivières sauf pendant
les périodes de ruissellement intense.
Écoulement instable : L’écoulement est considéré instable lorsque le débit varie à une sec-
tion donnée. Ce type d’écoulement se rencontre dans les canaux de diversion, les
canaux de terrasse, les évacuateurs de crue, etc.
Écoulement uniforme : L’écoulement est considéré uniforme lorsqu’il est stable et que sa
vitesse d’écoulement est stable d’une section à l’autre. Le canal ou le cours d’eau
doit avoir une section et une pente constantes.
Écoulement non uniforme : L’écoulement est considéré non uniforme lorsque sa vitesse
moyenne change d’une section à l’autre du cours d’eau. L’écoulement est non uni-
forme lorsque la section d’un cours d’eau varie. Il est aussi non uniforme à l’entrée
d’un ponceau, au--dessus d’un barrage. Il existe deux types d’écoulement non uni-
forme : l’écoulement graduellement modifié et l’écoulement rapidement modifié.
Écoulement graduellement modifié : Lorsque la section d’écoulement change graduelle-
ment à cause de la présence d’un obstacle comme un barrage, un pilier ou un pon-
ceau, l’écoulement est considéré comme graduellement modifié.
8 DÉFINITIONS ET CARACTÉRISTIQUES

Écoulement rapidement modifié : L’écoulement rapidement modifié se produit en géné-


ral lorsque l’écoulement passe du régime fluvial au régime torrentiel ou l’inverse.
Ce type d’écoulement se rencontre dans les chutes, les ressauts et les ponceaux. Si
l’équation d’énergie décrit l’état final ou initial de cet écoulement, elle nous per-
met difficilement d’en prédire les états intermédiaires. En général, ces situations
d’écoulement rapidement modifié sont décrites par des modèles semi--empiri-
ques.

BIBLIOGRAPHIE

Verniers, G. 1995. Aménagement écologique des berges des cours d’eau -- techniques de stabi-
lisation. Presses Universitaires de Namur, Belgique, 77 pages.
Tableau 1.1 Caractéristiques géométriques des principales formes de canaux.
9
10 DÉFINITIONS ET CARACTÉRISTIQUES

PROBLÈMES SÉRIE 1.

1.1. Déterminez la section d’écoulement, le périmètre mouillé et le rayon hydraulique d’un


canal trapézoïdal possédant une base de 2 m, une profondeur de 1 m, une profondeur
d’écoulement de 1 m et des talus de pente 1:1.

1.2. Déterminez la section d’écoulement, le périmètre mouillé et le rayon hydraulique d’un


canal triangulaire possédant une profondeur de 0,5 m, une profondeur d’écoulement de
0,4 m et des talus de pente 4:1.

1.3. Déterminez la section d’écoulement, le périmètre mouillé et le rayon hydraulique du


cours d’eau suivant coulant dans une plaine d’inondation.
30 m

1 1
4 3m 4
2m

8m
4m
Canal principal : pente des talus 1:1

1.4. Déterminez la section d’écoulement, le périmètre mouillé et le rayon hydraulique du


cours d’eau de la question précédente en fonction de la hauteur d’eau dans le cours
d’eau. Vous pouvez procéder par des pas de 20 cm de hauteur.
2
CHAPITRE

Notions de base

2.1 INTRODUCTION
Le présent chapitre présente sommairement les lois et les notions de base d’hydraulique que
l’ingénieur ou le technicien doit connaître. Il présente la loi de de la continuité, les lois et élé-
ments liés à l’énergie des écoulements et le concept de quantité de mouvement.

2.2 LOI DE LA CONTINUITÉ


La première loi qui décrit un écoulement est la loi de la continuité :

Q
V= [2.1]
A
V = vitesse moyenne de l’eau (L/T)
Q = débit (L3 /T)
A = section d’écoulement (L2)

2.3 L’ÉNERGIE

2.3.1 Loi de conservation de l’énergie

L’énergie par unité de poids en un point peut être décrite en terme de hauteur de colonne d’eau :

E = Énergie potentielle + Énergie de pression + Energie cinétique [2.2]


12 NOTIONS DE BASE

2
E = z + y + αV [2.3]
2g

α = coefficient de répartition des vitesses (1.0 -- 1.3) *


g = constante d’accélération gravitationnelle (L/T2)
En accord avec la loi de la conservation de l’énergie, l’énergie totale d’un point aval est égale à
l’énergie totale d’un point amont plus les pertes d’énergie par friction que cause l’écoulement
(Figure 2.1) et permet d’écrire la loi de la conservation de l’énergie :
2 2
V1 V
z1 + y1 + α1 = z2 + y2 + α2 2 + hf [2.4]
2g 2g

hf = perte d’énergie en terme de hauteur de colonne d’eau**

2 hf
V1
2g
2
V2
y1 2g

1 y2
S0

z1 z2

NIVEAU DE RÉFÉRENCE
Figure 2.1 Répartition de l’énergie dans un écoulement à surface libre.

La ligne décrivant l’énergie totale en tout point est la ligne d’énergie (Figure 2.1) et la variation
de cette ligne correspond à la perte d’énergie absorbée par l’écoulement. Lorsque les coeffi-
cients de répartition de vitesse ”α1“ et ”α2“ égalent l’unité et que les pertes de charge “hf ” sont
nulles, nous retrouvons l’équation de Bernouilli.
Dans le cas d’un écoulement uniforme où la section d’écoulement est constante, la ligne
d’énergie, la surface d’écoulement et la ligne de fond du canal sont parallèles. Dans un tel cas,
la pente du canal “S” ou “So ”, le gradient hydraulique “Sw ” et le gradient d’énergie sont égaux :

hf
S = Sw = [2.5]
L

* Égale à l’unité lorsque les pentes sont faibles (cas général).


** Aussi connu sous le nom de ”perte de charge”.
L’ÉNERGIE
13

2.3.2 Énergie spécifique


L’énergie spécifique est définie comme l’énergie par rapport à la ligne de fond du canal ou
cours d’eau. En considérant l’équation [1.7] où z = 0, l’énergie spécifique s’écrit :
2
Es = y + α V [2.6]
2g

Q2 Q2
Es = y + α = y + α [2.7]
2 g A2 2 g A(y) 2

L’équation [2.7] montre que pour une section et un débit donnés, l’énergie spécifique est uni-
quement fonction de la profondeur d’écoulement (la section étant fonction de la forme et de la
profondeur d’écoulement). Lorsque nous traçons la courbe d’énergie spécifique pour un débit
donné et un type de section donnée (Figure 2.2), nous remarquons qu’il existe deux profon-
deurs d’écoulement pour un même niveau d’énergie, sauf lorsque le niveau d’énergie est mini-
mum. Le ressaut (Figure 2.3) est le cas le plus familier qui démontre l’existence de deux pro-
fondeurs d’écoulement pour un même niveau d’énergie spécifique.

Figure 2.2 Courbes d’énergie spécifique.

Lorsque le niveau d’énergie est minimum, nous sommes en présence de la profondeur critique
d’écoulement “yc “. Cette dernière est obtenue lorsque la première dérivée de l’équation [2.7]
par rapport à la profondeur d’écoulement devient nulle :

dE s Q 2 dA
=1−α =0 [2.8]
dy g A 3 dy
14 NOTIONS DE BASE

Figure 2.3 Le ressaut.


Comme dA/dy = t et D = A/t, l’équation [2.8] peut être réécrite :
dE s Q2 t V2 = 0
=1−α = 1 − α [2.9]
dy g A2 A gD

et la profondeur critique est obtenue et correspond lorsque le nombre de Froude (Fr ) égale
l’unité :
2
α V =D
2g 2 [2.10]

Q V
= = 1 = Fr
A g Dα g Dα [2.11]

Fr = nombre de Froude
Pour un canal rectangulaire “A = by”, l’équation [2.11] s’écrit :
Q
=1
b y c g y cα [2.12]

Q
= y c 32
b gα [2.13]

13
 
Q2
yc = α 2
b g [2.14]

L’énergie spécifique minimale correspondant à la profondeur critique peut aussi être obtenue :
2
y
Es = yc + α V = yc + D = yc + c = 3 yc [2.15]
2g 2 2 2
L’ÉNERGIE
15

yc = 2 Es [2.16]
3
Z = facteur de profondeur critique d’écoulement = F(yc )
Dans les canaux non rectangulaires, la profondeur critique peu déterminée par itérations ou
essais et erreurs en utilisant les équations [2.8], [2.11] et [2.10]. Les débits et les dimensions
des canaux doivent être connus.
Des équations empiriques ont aussi été développées pour quelques sections typiques.
Pour un canal trapézoïdal (French, 1999) :
0,27
y c  0, 81  α Q2
2 g z 0,75 b 1,25
 − b
30 z [2.17]

Pour un canal triangulaire (French, 1999) :


1,20
yc  
2 α Q2
g z2
 [2.18]

Pour une conduite circulaire (French, 1999) :


0,25
1, 01
y c  0,26
d
  Q2
α g
[2.19]

d = diamètre de la conduite (L)


La figure 2.6 présente une abaque permettant de calculer la profondeur critique des écoule-
ments dans les canaux trapézoïdaux.
À une profondeur critique d’écoulement correspond une vitesse critique d’écoulement (Vc ) et
une pente critique d’écoulement (Sc ). La vitesse critique se calcule facilement à l’aide de
l’équation [2.1] lorsque la profondeur critique d’écoulement est connue et la pente critique
s’évalue par l’un des modèles décrivant l’écoulement uniforme (chapitre 3).

2.3.3 Régime d’écoulement

La notion de profondeur critique d’écoulement permet de classifier les différents régimes


d’écoulement uniforme (Figure 2.4).
Régime critique d’écoulement : lorsque la profondeur d’écoulement égale la profon-
deur critique d’écoulement, ou que la pente du canal (ou cours d’eau) égale
la pente critique de l’écoulement.
Régime fluvial (subcritique) : Lorsque la profondeur d’écoulement est plus grande
que la profondeur critique, ou que la pente du cours d’eau est plus faible
que la pente critique de l’écoulement.
16 NOTIONS DE BASE

Régime torrentiel (supercritique) : lorsque la profondeur d’écoulement est plus fai-


ble que la profondeur critique, ou que la pente du cours d’eau est plus
grande que la pente critique de l’écoulement.

ÉCOULEMENT
FLUVIAL

ÉCOULEMENT
CRITIQUE

ÉCOULEMENT
TORRENTIEL

Figure 2.4 Régimes d’écoulement.


QUANTITÉ DE MOUVEMENT
17

2.4 QUANTITÉ DE MOUVEMENT


Nous venons de voir que dans tout phénomène hydraulique, l’énergie est conservée et il en est
de même pour la quantité de mouvement en accord avec la seconde loi de Newton. La variation
de quantité de mouvement par unité de temps d’une masse d’eau coulant dans un canal est
égale à la résultante des forces extérieures agissant sur cette masse. En appliquant ce principe à
une masse d’eau coulant sur une pente (Figure 2.5) nous obtenons l’équation de base suivante :

Qw  
g β 2V 2 − β 1V 1 = P 1 − P 2 + W sin θ − F f [2.20]

w = poids spécifique de l’eau


ß = coefficient de la quantité de mouvement en fonction de la répartition
des vitesse (1.01 -- 1.12)
P1 et P2 = forces de pression
W = poids de la masse d’eau
Ff = force externe de friction

Figure 2.5 Application du principe de conservation de la quantité de mouvement.

L’utilité de cette équation est de pouvoir évaluer la hauteur en aval de l’écoulement d’un res-
saut (Figure 2.3). La difficulté avec l’équation d’énergie [2.4] réside dans le fait qu’il est diffi-
cile d’évaluer la perte d’énergie par friction interne alors que l’équation de la quantité de mou-
vement ne requiert que la connaissance des forces externes.
18 NOTIONS DE BASE

PROFONDEUR CRITIQUE D’ÉCOULEMENT

1000,00

y 1
z z = 12

b z=6
100,00 z=4
z=3
z=2
z = 1,5
z=1

10,00

Q αg
b 2,5

1,00

0,10

0,01
0,10 1,00 10,00
y cb

Figure 2.6 Courbes de la profondeur critique d’écoulement (canal trapézoïdal).


BIBLIOGRAPHIE
19

BIBLIOGRAPHIE

Anonyme, 1954. Handbook of Channel Design for Soil and Water Conservation. United State
Department of Agriculture, Soil Conservation Service. SCS--TP--61.

Chow, Ven Te, 1959. Open--Channel Hydraulics. McGraw--Hill, Toronto.

French, R. H. 1999. Hydraulics of Open Channel Flow. Dans : Mays, L. W. (éd.). 1999.
Hydraulic Design Handbook. Mc Graw Hill, New York.

Schwab, G.O., R.K. Frevert, T.W. Edminster et K.K. Barnes, 1966. Soil and Water Conserva-
tion Engineering. John Wiley and Sons, New York.

Simon, A.L., 1976. Practical Hydraulics. John Wiley and Sons, Toronto.
20 NOTIONS DE BASE

PROBLÈMES SÉRIE 2.

2.1. Déterminez la profondeur critique d’écoulement lorsqu’un débit de 1 m3/s coule dans
un canal rectangulaire ayant une largeur de 2 m.

2.2. Déterminez la profondeur critique d’écoulement lorsqu’un débit de 1 m3/s coule dans
un canal trapézoïdal ayant une largeur de 2 m et une pente de 1:1 pour les talus.

2.3. Déterminez la profondeur critique d’écoulement lorsqu’un débit de 1 m3/s coule dans
un canal triangulaire ayant une pente de 2:1 pour les talus.

2.4. Déterminez la profondeur critique d’écoulement lorsqu’un débit de 1 m3/s coule dans
un tuyau de 1,8 m de diamètre.
3
CHAPITRE

Écoulement uniforme

3.1 INTRODUCTION
Le présent chapitre présente les équations décrivant l’écoulement uniforme, principalement
l’équation de Manning.

3.2 PRINCIPALES ÉQUATIONS

3.2.1 Chézy

Chézy a été, en 1769, le premier à présenter une formule pour décrire les écoulements à surface
libre et uniforme dans les canaux. Elle est présentée sous la forme :

V = C Rh S [3.1]

V = vitesse moyenne de l’écoulement (L/T)


Rh = rayon hydraulique (L) )
S = pente hydraulique ou pente du cours d’eau (L/L)
C = coefficient de résistance (L1/2/T)
Elle est considérée comme l’équation générale en hydraulique et peut facilement être démon-
trée théoriquement. Elle est basée sur les hypothèses que la force de résistance à l’écoulement
est proportionnelle au carré de la vitesse de l’écoulement et que la surface de résistance est
égale au produit du périmètre mouillé et de la longueur du canal.
Les modèles qui ont été développés par la suite, utilisent, en général, l’équation de Chézy dans
laquelle ils cherchent à mieux décrire le coefficient ”C”.
22 ÉCOULEMENT UNIFORME

3.2.2 Ganguillet et Kutter


En 1869, deux ingénieurs suisses, suite à de nombreux relevés principalement sur de grandes
rivières, présentent une équation pour décrire le coefficient ”C” de l’équation de Chézy. Elle
est connue sous le nom de formule de Kutter :
0,00155
23 + S + 1n
C= [3.2]
1+ 
0,00155 n
23 + S Rh

n = coefficient de rugosité
Elle a été largement utilisée en Allemagne, en Angleterre, aux U.S.A. et au Québec. Elle peut
être présentée sous forme d’abaque ou de tables.

3.2.3 Manning
En 1809, un ingénieur irlandais nommé Manning présenta une formule qui, par la suite, a été
réduite à la forme que l’on connaît :

V = 1n Rh 23S 12 [3.3]

où le coefficient de Chézy a pour valeur :

C = 1n Rh 16 [3.4]

V = vitesse de l’écoulement (m/s)


Rh = rayon hydraulique (m)
S = pente (m/m)
n = coefficient de rugosité de Manning
Cette formule a été dérivée des formules existantes et vérifiée par 170 relevés qui sont tirés
principalement des expériences de Bazin (Chow, 1959).
En 1936, le comité exécutif de la Third World Power Conference recommande l’utilisation de
la formule de Manning à l’échelle internationale (Chow, 1959). Par la suite, elle est devenue la
plus usitée pour le calcul des écoulements uniformes en canaux ouverts. Les ingénieurs la pré-
fèrent à cause de sa simplicité et de sa facilité d’utilisation.
Plusieurs noms sont associés à la formule de Manning, soit parce qu’ils aient présenté la forme
simplifiée ou qu’ils aient obtenu une formule semblable de façon indépendante. Ces noms sont
G.H.L. Hagen en 1876, Philippe--Gaspard Gauckler en 1868 et Strickler en 1923 (Chow,
1959).
Chow (1959) rapporte que Bankhmeteff et Feodoroff ont comparé la formule de Manning,
Kutter et Bazin en utilisant les équations de distribution de vitesse. Leurs résultats montrent
que la formule de Manning est la meilleure de celles considérées.
COEFFICIENT DE RUGOSITÉ
23

À cause de sa simplicité, la formule de Manning peut se transposer en une abaque simple d’uti-
lisation (Appendice A). Pour les sections de géométrie simple, la formule de Manning présen-
tée sous forme de figure permet de calculer directement la profondeur normale d’écoulement
(Appendice B).

3.2.4 Autres formules


Plusieurs autres formules ont été dérivées mais elles ont connu une utilisation plutôt restreinte,
car elles possédaient souvent une précision moindre que celle de Manning ou Kutter sans être
plus simples. Les plus connues sont celles de Bazin (en 1897), Powell (en 1950).
À cause de la variabilité observée de l’exposant du rayon hydraulique Rh (0,65 à 0,84), certains
hydrauliciens ont essayé de décrire cet exposant. Ces formules sont plutôt présentées comme
des cas particuliers. Elles sont rencontrées principalement dans le cas des conduites fermées
comme celles des égouts.
L’écoulement uniforme peut aussi être estimé avec l’équation de Darcy--Weisbach avec le
coefficient “f”.

3.3 COEFFICIENT DE RUGOSITÉ ”n”

3.3.1 Variabilité
L’une des plus grandes difficultés lors de l’utilisation de la formule de Manning ou de Kutter,
est la détermination du coefficient de rugosité ”n”. Pour les deux formules, les coefficients de
rugosité ”n” sont presqu’identiques lorsque les pentes sont supérieures à 0,0001 et que les
rayons hydrauliques sont compris entre 0,3 m et 10 m. Les coefficients de rugosité ”n” sont
identiques pour les deux formules lorsque le rayon hydraulique égale 1.0 m.
Le coefficient de rugosité ”n” est influencé par plusieurs facteurs dont voici une description
sommaire :
Rugosité du lit et des parois : La granulométrie du lit du cours d’eau ou de son péri-
mètre mouillé influence le coefficient de rugosité. Plus la granulométrie est
grossière, plus la rugosité est élevée.
Irrégularités dans le lit : Les irrégularités dans le fond du cours d’eau telles que les
dépressions, les lames de sable occasionnées par l’envasement, l’ensable-
ment ou de l’affouillement dans le cours d’eau. Le matériel transporté dans
le fond du cours d’eau par l’écoulement contribue à augmenter la rugosité.
Changement dans la section : Des changements graduels et peu fréquents dans la sec-
tion du cours d’eau ont peu d’influence sur la rugosité générale du cours
d’eau. Par contre, des changements fréquents et brusques influent sur
l’écoulement d’une façon équivalente à une augmentation de la rugosité du
cours d’eau.
Obstacles : La présence d’obstacles, tels que les grosses pierres, ponceaux, freinent
l’écoulement et amènent une augmentation équivalente de la rugosité.
24 ÉCOULEMENT UNIFORME

Végétation : La présence de végétation sur les berges (talus) et dans le fond du cours
d’eau accroît la rugosité. Lorsque cette végétation est plus basse que la
demi hauteur de l’écoulement, les crues couchent la végétation et ramènent
le coefficient de rugosité à un ordre de grandeur de 0,05 à 0,06. Les plantes
en période végétative sont plus fortes et résistent mieux à l’écoulement. En
période morte, elles sont moins résistantes; en hiver et au printemps, le
coefficient de rugosité peut être plus faible qu’en été.
Rectitude ou sinuosité du cours d’eau : Les méandres et les courbes augmentent la
résistance à l’écoulement et amènent une augmentation équivalente de la
rugosité. Une courbe raide offre une plus grande résistance à l’écoulement
qu’une courbe longue et régulière. Pour une seule courbe, l’accroissement
équivalent est inférieur à 0,003.
Le coefficient de rugosité ”n” peut être déterminé selon quatre méthodes :
1. la méthode des facteurs;
2. les tableaux des valeurs typiques;
3. la comparaison avec des cours d’eau dont le coefficient de rugosité ”n” est
connu;
4. l’utilisation d’équations;
5. l’approche analytique en fonction de la répartition des vitesses.

3.3.2 Méthode des facteurs

Compte tenu de l’influence des différents facteurs, le coefficient de rugosité est évalué en addi-
tionnant à la valeur de rugosité du lit, l’influence des autres facteurs, de la façon suivante :

n =  n 0 + n 1 + n 2 + n 3 + n 4 n 5 [3.5]

n0 = coefficient dû à la rugosité du lit


n1 = coefficient dû à l’influence des irrégularités
n2 = coefficient dû à l’influence des variations de section
n3 = coefficient dû à l’influence des obstructions
n4 = coefficient dû à l’influence de la présence de végétation
n5 = coefficient dû à la sinuosité du cours d’eau
Cette méthode est utilisable pour les petits et moyens cours d’eau, mais elle est douteuse pour
les grands cours d’eau dont le rayon hydraulique est supérieur à 4.5 m (15 pieds ).
Le tableau C.1 de l’appendice C présente les valeurs des différents coefficients.
COEFFICIENT DE RUGOSITÉ
25

3.3.3 Tableaux des valeurs typiques


Les relevés de nombreux cas où les sections d’écoulement, le débit et les pentes ont été mesu-
rés ont permis de construire des tableaux utilisés par les ingénieurs. Le tableau C.2 présente
une synthèse des valeurs pour les canaux en terre et les cours d’eau naturels en présence de
différentes conditions de végétation. Le tableau C.3 présente une synthèse des valeurs recom-
mandés pour les canaux dont la surface est recouverte d’un revêtement.

3.3.4 L’examen des cours d’eau et des canaux


Chow (1959), Faskin (1963) et Barnes (1967) présentent les photographies de nombreux cours
d’eau, canaux en terre ou bétonnés dont le coefficient de rugosité ”n” a été mesuré. L’observa-
tion de ces photographies peut donner aux débutants une bonne idée des coefficients de rugo-
sité. Le document de Barnes (1967) fournit des photographies en couleurs et les données
détaillées des mesures pour l’estimation des coefficients. Le document de Faskim (1963) four-
nit des photographies en noir et blanc et les données détaillées des mesures pour l’estimation
des coefficients. Les documents de Faskin (1963) et Barnes (1967) sont disponibles sur le site
WEB du cours.
Les cas présentés correspondent à des coefficients de rugosité variant de 0,012 à 0,125.

3.3.5 Équations
De nombreux chercheurs ont essayé d’établir une relation entre le facteur “n” et la grosseur des
particules formant le lit des cours d’eau, tout particulièrement pour les lits composés de maté-
riel granulaire. Une des formules les plus utilisée est celle de Meyer--Peter et Muller (French,
1999) :
16
d 90
n= [3.6]
26
d90 = diamètre des particules dont 90 % sont plus petites (m)
Le NEH 654 ( ,2008) présente la formule de Strickler (Chang 1988, Chow, 1959) :
16
n = 0, 0474 d 50 [3.7]

d50 = diamètre des particules dont 50 % sont plus petites (m)


Ces formules sont d’intérêt lorsque le matériel du lit est grossier et que la grosseur des particu-
les domine par rapport aux aspérités du fond du cours d’eau.

3.3.6 Méthode analytique


Des méthodes analytiques ont été développées pour évaluer le coefficient de rugosité à partir
de la distribution de vitesse dans un canal et des aspérités de son périmètre mouillé. Ces métho-
des ne sont pas utilisables lors du design et leur intérêt est beaucoup plus de vérifier la validité
des lois empiriques comme celle de Manning ou les tableaux existants.
26 ÉCOULEMENT UNIFORME

3.4 COEFFICIENT DE RUGOSITÉ DE LA VÉGÉTATION

3.4.1 Rôle de la végétation

Face à l’écoulement, la présence de végétation augmente considérablement le coefficient de


rugosité de Manning. Tant que la végétation n’est pas submergée, le facteur de friction peut
facilement être augmenté de dix (10) fois par rapport au sol nu (figure 3.1). La résistance de
traînée des tiges est le principal facteur d’accroissement du coefficient de rugosité.

Figure 3.1 Rugosité d’un canal enherbé (”Bermuda grass” de longueur moyenne) possé-
dant une pente de 5%. (adapté de Ree, 1949).

Dans les canaux enherbées, le facteur de rugosité de Manning est variable et une relation a été
identifiée avec le produit de la vitesse et du rayon hydraulique (figure 3.2) et les nombreuses
expériences de Ree (1949) ont permis de préparer une synthèse (figure 3.3). La figure 3.3 a
permis de préparer des abaques de l’Annexe D (figures 3.5 à 3.8) pour calculer directement les
vitesses en fonction des différents types de résistance à l’écoulement et la formule Manning.
Les types de résistance à l’écoulement selon la végétation sont déterminés selon le tableau 3.1.
27

Coefficient de rugosité

Vitesse x Rayon hydraulique

Figure 3.2 Variation du coefficient de rugosité en fonction du produit de la vitesse et du


rayon hydraulique pour un canal enherbé de type “C” (Ree, 1949).

Figure 3.3 Coefficient de rugosité de la végétation en fonction de différentes classes de


résistance.
28

Tableau 3.1 Guide de sélection du type de résistance de la végétation (U.S. Soil Conservation
Service 1954).

Implantation Longueur moyenne Type de résistance


(cm)

> 90 A très élevée


30--60 B élevée
Bonne 15--25 C moyenne
5--15 D faible
<5 E très faible

> 90 B élevée
30--60 C moyenne
Satisfaisante 15--25 D faible
5--15 D faible
<5 E très faible

Les différentes courbes de la figure 3.3 peuvent être représente par des équations dont celle
incluse dans la figure 3.3 mais limités aux valeus de “n” < 0,2. HEC--15 (Chen et Cotton, 1998)
utilise les formules simplifiées suivantes pour les types de résistance A, B, C et D :

nA = Rh 16
[3.8]
15, 8 + 19, 97 log(Rh 1,4 S 0,4 )

nB = Rh 16
[3.9]
23, 0 + 19, 97 log(Rh 1,4 S 0,4 )

nC = Rh 16
[3.10]
30, 2 + 19, 97 log(Rh 1,4 S 0,4 )

nD = Rh 16
[3.11]
34, 6 + 19, 97 log(Rh 1,4 S 0,4 )
SECTION COMPLEXE D’ÉCOULEMENT
29

3.5 SECTION COMPLEXE D’ÉCOULEMENT


L’évaluation du coefficient de rugosité ”n” et du débit d’un cours d’eau s’écoulant dans une
plaine d’inondation (Figure 3.4) est plus complexe que dans le cas d’un simple canal possédant
une géométrie simple. Dans un tel cas, le cours d’eau présente plusieurs périmètres qui ont des
coefficients de rugosité différents. Il suffit de mentionner que le lit de la rivière est en général
nu et que les berges sont couvertes d’une végétation plus ou moins abondante.

Figure 3.4 Section d’un cours d’eau en période d’inondation.

La méthode la plus simple divise le cours d’eau en sections d’écoulement homogène et le débit
total est égal au débit de chacune des sections (Figure 3.4).
Q = V 1A 1 + V 2A 2 + V 3A 3
[3.12]

A 23 A 23 A 23


Q = n 1 Rh 1 S 12 + n 2 Rh 2 S 12 + n 3 Rh 3 S 12 [3.13]
1 2 3

et le coefficient de rugosité moyen ”n” est :

 AiRhi23
n=
 An Rhi23
i
i
[3.14]

Chow (1959) présente d’autres méthodes d’évaluation qui sont semblables à celle--ci.

3.6 CONCLUSION
Ce chapitre nous a permis de connaître les principales notions d’hydraulique nécessaires à la
compréhension des phénomènes hydrauliques qui existent dans les cours d’eau. Ces connais-
sances alliées à celles des procédures de design et de dimensionnement des cours d’eau fourni-
ront l’ossature de base pour entreprendre toute étude ou toute intervention dans les cours
d’eau.
30

BIBLIOGRAPHIE

Anonyme, 1954. Handbook of Channel Design for Soil and Water Conservation. United State
Department of Agriculture, Soil Conservation Service. SCS--TP--61.

Chow, Ven Te, 1959. Open--Channel Hydraulics. McGraw--Hill, Toronto.

Schwab, G.O., R.K. Frevert, T.W. Edminster et K.K. Barnes, 1966. Soil and Water Conserva-
tion Engineering. John Wiley and Sons, New York.

Simon, A.L., 1976. Practical Hydraulics. John Wiley and Sons, Toronto.

Ree, W.O. 1949. Hydraulic characteristics of vegetation for vegetated waterways. Agr. Eng.
Vol. 30: 184--187, 189.

U.S. Soil Conservation Service. 1954. Handbook for channel design for soil and water con-
servation. USDA, Soil Conservation Service. SCS--TP--61.

Fasken, G. B. 1963. Guide for selecting roughness coefficient “n” values for channels. U.S.
Department. of Agriculture, Soil Conservation Service. Lincoln, NE.

Barnes, H.H. 1967. Roughness Characteristics of Natural Channels. U.S. Geological survey--
supply paper 1849. United States Government printing office. Washington, DC.

Chen et Cotton, 1986.


ANNEXE A SOLUTION DE LA FORMULE DE MANNING
31

ANNEXE A SOLUTION DE LA FORMULE DE MANNING


32

ANNEXE B PROFONDEUR NORMALE D’ÉCOULEMENT

1000,00

y 1
z z = 12

b z=6

100,00 z=4
z=3
z=2
z = 1,5
Qn
S 12b 83 z=1

10,00

ARh 23
b 83

1,00

0,10

0,01
0,10 1,00 10,00
yb

Figure B.1 Courbes de la profondeur normale d’écoulement (Manning).


ANNEXE C COEFFICIENT DE RUGOSITÉ
33

ANNEXE C COEFFICIENT DE RUGOSITÉ ”n”

Tableau C.1 Coefficient de rugosité ”n”: méthode des coefficients

n = n 0 + n 1 + n 2 + n 3 + n 4n 5

Caractéristiques Valeurs
Terre 0.020
Matériel Roc n0 0.025
Gravier fin 0.024
Gravier grossier 0.028
Absentes 0.000
Irrégularités Faibles n1 0.005
Modérées 0.010
Importantes 0.020
Graduelles 0.000
Variations de la section Alternance occasionnelle n2 0.005
Alternance fréquente 0.010--0.015
Négligeables 0.000
Obstructions Faibles n3 0.010--0.015
Appréciables 0.020--0.030
Importantes 0.040--0.060
y* < 3--4 hauteur de végétation 0.005--0.010
Végétation y < 2 hauteur de végétation n4 0.010--0.025
y = 1 hauteur de végétation 0.025--0.050
y < 1/2 hauteur de végétation 0.050--0.100
Degré de sinuosité Faible 1.0 -- 1.2** 1.00
Modéré 1.2 -- 1.5 n5 1.15
Sévère > 1.5 1.30

* hauteur d’écoulement
Longueur de méandre
** =
Ligne droite
34

Tableau C.2 Valeurs typiques des coefficients de rugosité ”n” (Chow, 1959)

Type de cours d’eau et description Minimum Normal Maximum

A. EXCAVE OU DRAGUE
a. En terre, droit et régulier
1. Propre et récent 0.016 0.018 0.020
2. Propre, après quelques crues 0.018 0.022 0.025
3. En gravier, section uniforme, propre 0.022 0.025 0.030
4. Avec herbes courtes, un peu de mauvaises her- 0.022 0.027 0.033
bes
b. En terre, sinueux et paresseux
1. Sans végétation 0.023 0.025 0.030
2. Enherbé, quelques mauvaises herbes 0.025 0.030 0.033
3. Mauvaises herbes denses et plantes aquatiques 0.030 0.035 0.040
dans un canal profond
4. Lit pierreux et mauvaises herbes sur les talus 0.025 0.035 0.040
5. Lit caillouteux et talus propres 0.030 0.040 0.050
c. Excavé par une ”Dragline”
1. Sans végétation 0.025 0.028 0.033
2. Quelques broussailles sur les talus 0.035 0.050 0.060
d. Excavé dans le roc
1. Sans aspérité et uniforme 0.025 0.035 0.040
2. Déchiqueté et irrégulier 0.035 0.040 0.050
e. Non entretenu
1. Mauvaises herbes denses, hautes eaux 0.050 0.080 0.120
2. Lit propre, broussailleux sur les talus 0.040 0.050 0.080
3. Idem, avec hautes eaux 0.045 0.070 0.110
4. Broussailles denses, hautes eaux 0.080 0.100 0.140
B. COURS D’EAU NATURELS
B.1 Ayant moins de 30 m de large en période de crue
a. Cours d’eau dans une plaine
1. Propre, droit, sans cuvette, section pleine 0.025 0.030 0.033
2. Idem, mais avec plus de pierres et de mauvaises 0.030 0.035 0.040
herbes
3. Propre sinueux, avec quelques cuvettes et ban- 0.033 0.040 0.045
des de sable
4. Idem mais avec quelques pierres et mauvaises 0.035 0.045 0.050
herbes
ANNEXE C COEFFICIENT DE RUGOSITÉ
35

Type de cours d’eau et description Minimum Normal Maximum


5. Idem, basses eaux, sections et pente moins effi- 0.040 0.048 0.055
caces
6. Idem que (4) mais plus pierreux 0.045 0.050 0.060
7. Paresseux, cuvettes profondes, mauvaises her- 0.050 0.070 0.080
bes
8. Beaucoup de mauvaises herbes, cuvettes profon- 0.075 0.100 0.150
des ou section inondée avec une grande partie
occupée par des broussailles ou des débris
b. Cours d’eau de montagne, sans végétation dans le cours d’eau, berges abruptes,
recouvertes de broussailles et d’arbres et inondées en périodes de hautes eaux
1. Lit: graviers, cailloux et quelques grosses pierres 0.030 0.040 0.050
2. Lit: cailloux et d’énormes pierres 0.040 0.050 0.070
B.2 Cours d’eau en plaine d’inondation
a. Pâturage, sans broussailles
1. Herbe courte 0.025 0.030 0.035
2. Herbe longue 0.030 0.035 0.050
b. Surfaces cultivées
1. Sans culture (sol nu) 0.020 0.030 0.040
2. Culture sarclée mature 0.025 0.035 0.045
3. Culture de plein champ, mature 0.030 0.040 0.050
c. Broussailles
1. Broussailles éparses et grandes mauvaises her- 0.035 0.050 0.070
bes
2. Un peu de broussailles, arbres, en saison morte 0.035 0.050 0.060
3. Idem, mais en été 0.040 0.060 0.080
4. Broussailles de moyennes à denses, en saison 0.045 0.070 0.110
morte
5. Idem, mais en été 0.070 0.100 0.160
d. Arbres
1. Saules denses, cours d’eau droit, en été 0.110 0.150 0.200
2. Sol déboisé, souches d’arbres sans repousses 0.030 0.040 0.050
3. Idem, mais avec une forte croissance de repous- 0.050 0.060 0.080
ses
4. Grands arbres, quelques arbres renversés, sous-- 0.080 0.100 0.120
bois clairsemé, niveau de l’eau sous les branches
5. Idem, mais où le niveau d’eau atteint les branches 0.100 0.120 0.160
36

Tableau C.3. Coefficients de rugosité “n” pour des canaux recouverts -- faible gradient
hydraulique (<10%) (Chen et Cotton, 1986).
Catégorie Type de recouvrement Gamme de profondeurs d’écoulement
0--0,15 m 0,15 -- 0,6 m > 0,6 m
Rigide Béton 0,015 0,013 0,013
Roche bétonnée 0,040 0,030 0,028
Maçonnerie 0,042 0,032 0,030
sol--ciment 0,025 0,022 0,020
Asphalte 0,018 0,016 0,016
Non recouvert Sol nu 0,023 0,020 0,020
Roc excavé 0,045 0,035 0,025
Temporaire Papier tissé 0,016 0,015 0,015
Jute 0,028 0,022 0,019
Paille avec filet 0,065 0,033 0,025
Matelas de fibres de 0,066 0,035 0,028
bois
Fibres de verre 0,028 0,021 0,019
Matelas de fibres de verre 0,036 0,025 0,021
Garviers D50 25 mm 0,044 0,033 0,030
D50 50 mm 0,066 0,041 0,034
Enrochement D50 150 mm 0,104 0,069 0,035
D50 300 mm -- 0,078 0,040
ANNEXE C COEFFICIENT DE RUGOSITÉ
37

ANNEXE D VITESSES D’ÉCOULEMENT EN PRÉSENCE D’HERBES


Vitesse (m/s)

Rayon hydraulique (m)

Figure 3.5 Détermination de la vitesse d’écoulement dans un canal enherbé de type ”A”
(adapté au SI à partir du U.S. Soil Conservation Service, 1954).
38

Vitesse (m/s)

Rayon hydraulique (m)

Figure 3.6 Détermination de la vitesse d’écoulement dans un canal enherbé de type ”B”
(adapté au SI à partir du U.S. Soil Conservation Service, 1954).
39

Vitesse (m/s)

Rayon hydraulique (m)

Figure 3.7 Détermination de la vitesse d’écoulement dans un canal enherbé de type ”C”
(adapté au SI à partir du U.S. Soil Conservation Service, 1954).
40

Vitesse (m/s)

Rayon hydraulique (m)

Figure 3.8 Détermination de la vitesse d’écoulement dans un canal enherbé de type ”D”
(adapté au SI à partir du U.S. Soil Conservation Service, 1954).
41

PROBLÈMES SÉRIE 3.

3.1 Déterminez le débit que peut transporter un canal trapézoïdal possédant une base de
2 m, une profondeur de 1 m et des talus de pente 1,5:1. La pente du cours d’eau est de
0.15% et et le coefficient de rugosité est de 0,022.
3.2 Déterminez la vitesse de l’écoulement de l’eau et le débit dans le canal de la question
1.1 du chapitre 1. La pente du canal est de 0.1% et le coefficient de rugosité est de 0,018
3.3 Déterminez la vitesse de l’écoulement de l’eau et le débit dans le canal de la question
1.2. La pente du canal est de 0.4% et le coefficient de rugosité est de 0,025.
3.4 Estimez le coefficient de rugosité (Manning) d’un cours d’eau droit, propre et dont le
fond est en limon argileux.
3.5 Estimez le coefficient de rugosité (Manning) d’un cours d’eau légèrement sinueux dont
le fond est recouvert de cailloux d’environ 10 cm de diamètre.
3.6 Estimez le coefficient de rugosité (Manning) d’un cours d’eau de la question 3.1 si la
section du canal est occupé par des quenouilles de 90 cm de hauteur. Déterminez la
vitesse de l’écoulement de l’eau et le débit que peut transporter le canal dans ces condi-
tions.
3.7 Estimez la profondeur normale d’écoulement lorsque le canal de la question 3.1 trans-
porte 0,8 m3/s.
3.8 Estimez le coefficient de rugosité (Manning) d’un cours d’eau de la question 3.1 si les
talus sont occupés par des saules d’environ 90 cm de hauteur. Déterminez la vitesse de
l’écoulement de l’eau et le débit que peut transporter le canal dans ces conditions.
3.9 Quel serait la vitesse de l’eau dans une voie d’eau enherbé en alpiste roseau très luxuriant
(hauteur 90 cm) et de section trapézoïdale (base de 3 m, pente des talus de 4:1) s’il y
coule 30 cm d’eau. La pente de la voie d’eau est de 3 %. Quel serait alors le débit?
3.10 Quel serait la vitesse de l’eau dans la voie d’eau du problème précédent si l’alpiste
roseau était fauché? Quel serait alors la capacité?
3.11 Quel serait la profondeur d’écoulement si le débit du problème 3.9 était transporté alors
que l’alpiste roseau serait fauché?
42

3.12 Déterminez le débit que transporte le cours d’eau suivant coulant dans une plaine
d’inondation.
30 m

1 1
4 3m 4
2m

8m
4m
Type de sol : loam sableux.
Canal principal : en terre, présence de quelques cailloux au fond, pente des talus 1:1
Berme / plaine d’inondation : enherbées, mais l’herbe est fauchée (longueur 10 cm).
Pente du cours d’eau : 0.0001.
3.13 Déterminez le débit que transporte le cours d’eau de la question précédente en en fonc-
tion de la hauteur d’eau dans le cours d’eau. Vous pouvez procéder par des pas de 20 cm
de hauteur. Effectuez les calculs en considérant un coefficient de rugosité “n” constant
pour la berme en utilisant les tables de coefficients.
3.14 Pour le problème de la question 3.13, effectuez les calculs en considérant un coefficient
de rugosité “n” variable selon la profondeur d’écoulement et la classe de végétation.
3.15 Est--ce que la capacité du cours d’eau serait considérablement changée si la plaine
d’inondation était occupé par du mil (fléole des prés) (graminée de 70 à 90 cm de hauteur
à sa maturité.
4
CHAPITRE

Vie et stabilité des cours d’eau

4.1 INTRODUCTION
Avant d’entreprendre toute action dans un cours d’eau, il est nécessaire de connaître les princi-
pes qui régissent sa vie, soit sa stabilité ou son érosion. Ce chapitre traite de :
1. la stabilité des cours d’eau en fonction de l’écoulement;
2. la stabilité des talus;
3. la détérioration par les glaces;
4. l’ensablement, l’envasement et la croissance de la végétation;
5. l’érosion dans les courbes.

4.2 STABILITÉ DES COURS D’EAU ET ÉCOULEMENT

4.2.1 Principes de base

La stabilité ou l’érosion d’un cours d’eau est un problème complexe qui dépend non seulement
du type de matériel qui compose le lit du cours d’eau et de ses vitesses d’écoulement, mais
aussi de la granulométrie des particules de sol dans le lit, la présence ou l’absence de cohésion
dans le sol, la présence ou l’absence de végétation, l’âge du cours d’eau ou du canal, la profon-
deur d’écoulement, la présence ou l’absence de matériel charrié par l’eau.
De façon schématique, un cours d’eau s’érode lorsque les forces d’arrachement provoquées
par l’écoulement sont plus grandes que les forces de résistance des particules de sol ou des
VIE ET STABILITÉ DES COURS D’EAU
44

agrégats qui forment le périmètre mouillé. Les forces d’arrachement sont le résultat des forces
de cisaillement provoquées par le gradient de vitesse de l’écoulement au contact de la paroi :
τ = −  dV [4.1]
dy

τ = taux de cisaillement (M/L T2 ou F/L2)


µ = viscosité dynamique du fluide (M/L T)
Le gradient de vitesse dV/dy comme le montre la figure 4.1 est très élevée au contact de la
paroi. Dépendamment de la forme du canal ou du cours d’eau (figure 4.2), la concentration des
courbes d’égale vitesse montre des gradients plus élevés en certains points du canal. Plus le
canal est étroit et plus les talus ou les parois font face à un gradient de vitesse élevé par rapport à
celui du fond. Dans le cas du canal rectangulaire étroit (figure 4.2d), les talus auront tendance à
s’éroder plus facilement que le fond et le matériel érodé aura tendance à se déposer au fond du
canal car les vitesses et le gradient de vitesse sont plus faibles.

Figure 4.1 Répartition des vitesses au--dessus d’une surface régulière.

Il existe plusieurs méthodes pour évaluer les limites où le processus d’arrachement est suscep-
tible de s’amorcer :
1. Méthode des vitesses maximales
2. Méthode des forces d’arrachement
En se basant sur les principes énoncés précédemment où la force d’arrachement est fonction du
gradient de vitesse, il est facile de voir que, pour des conditions normales de section, cette force
d’arrachement sera fonction de la vitesse moyenne dans le cours d’eau. En effet, plus la vitesse
STABILITÉ DES COURS D’EAU ET ÉCOULEMENT
45

a) canal trapézoïdal
b) canal triangulaire

c) canal semi--circulaire

e) cours d’eau naturel d) canal rectangulaire étroit

Figure 4.2 Lignes d’égale vitesse dans différents types de sections d’écoulement
(Chow, 1959).

moyenne est grande, plus le gradient est normalement grand. Cette méthode considère qu’il y
aura érosion du cours d’eau lorsque la vitesse d’écoulement dépasse la vitesse maximale tolé-
rable.
La méthode de la force d’arrachement considère qu’il y aura érosion du cours d’eau lorsque la
force d’arrachement provoquée par l’écoulement dépasse la résistance du sol ou du matériel
constituant l’interface avec l’écoulement.
Lorsque la vitesse dépasse la vitesse maximale ou que les forces d’arrachement dépassent les
forces de résistance, le fond du cours d’eau s’érode, le cours d’eau s’approfondie et nous parlos
de régression de fond.

4.2.2 La pente de compensation

La pente de compensation (Llamas, 1978) se définit comme la pente du cours d’eau où la quan-
tité de matériel déposé correspond à celle érodée; c’est--à--dire que la section du cours d’eau a
un gain nul de sédiments. Cette perte correspond à la stabilité et elle est fonction du débit
moyen du cours d’eau et de la quantité de sédiments transportés.
Cette méthode arrive simplement à nous dire que si nous avons peu d’influence sur la pente du
cours d’eau (pente du terrain) et sur le débit moyen, le seul facteur que nous pouvons influen-
cer est la charge de sédiments. Cette dernière provient de l’érosion des talus du cours d’eau ou
de l’érosion des sols environnants, qui est influencée par la régie des sols et des cultures.
VIE ET STABILITÉ DES COURS D’EAU
46

4.3 STABILITÉ DES TALUS

4.3.1 Pente des talus

La stabilité ou l’instabilité d’un talus est influencée par :


1. La résistance mécanique du sol
2. La résistance aux forces d’arrachement de l’écoulement
3. Le suintement des parois
4. Les glaces

4.3.2 Résistance mécanique des sols

En terme de mécanique des sols, un talus est stable lorsque les forces de cisaillement ou de
friction à l’intérieur du sol dans le plan de rupture sont plus grandes que la composante gravita-
tionnelle de la masse de sol au--dessus de ce plan.
Les différentes situations limites peuvent être schématisées en deux catégories. La première
(figure 4.3a) représente les sols pulvérulents (sans cohésion) où les particules de sol roulent sur
le talus lorsque la pente est plus grande que l’angle de repos du matériel (la force de friction est
insuffisante). En général, cet angle se situe entre 30° et 37°.
Pour les sols cohésifs, la cohésion offre une résistance additionnelle à la friction. Le sol est
retenu en une masse et son effondrement survient suite à un mouvement de cette masse (figure
4.3b et 4.3c). Le premier cas (figure 4.3b) a son origine dans une pente trop forte, alors que le
second (figure 4.3c) est causé beaucoup plus par la profondeur du cours d’eau que par la pente
du talus. La rupture se produit selon le plan de la plus faible résistance.
Dans les argiles à forte porosité comme celles de la Plaine du St--Laurent, la teneur en eau de
saturation correspond à un état de plasticité élevée et à une faible résistance au cisaillement. En
général, les argiles de la plaine de Montréal ont, selon des essais effectués par J.P. Morin de
l’Université de Sherbrooke et par nous, des résistances au cisaillement très faibles à partir de
profondeur de 2 à 3 m. Cette situation accentue les possibilités du cas de la figure 4.3c si nous
excavons à des profondeurs supérieures à 2 ou 3 mètres.
Le calcul de la stabilité des talus dans de telles argiles s’effectue par les méthodes classiques de
rupture des talus par cisaillement.
STABILITÉ DES TALUS
47

a) sol pulvérulent

b) sols cohésifs -- glissement ou rupture en coin

c) sols cohésifs -- rupture profonde selon le cercle de rupture


Figure 4.3 Effondrement des talus lorsque la stabilité mécanique n’est plus respectée.

4.3.3 Dégradation des pieds de talus

Dans les cours d’eau où la vitesse d’écoulement provoque des forces d’arrachement supérieu-
res aux forces de cohésion et de friction du sol dans le pied du talus, ce dernier va s’éroder
comme présenté à la figure 4.4.

Comme le haut du talus offre en général une plus grande résistance à cause du type de sol ou de
l’armature racinaire, le haut du talus peut se retrouver momentanément suspendu au--dessus
du cours d’eau et il va se rupturer un jour ou l’autre. Le talus développe une verticalité qui n’est
pas stable mécaniquement et il va se dégradé par la suite selon le mode présenté à la section
précédente. Les racines des arbres aident généralement à la stabilisation des talus grâce au rôle
d’armature qu’elles jouent. Si des arbres avec un faible enracinement se trouvent sur le haut du
talus comme dans les situations de rupture de la figure 4.4, les arbres peuvent accentuer les
VIE ET STABILITÉ DES COURS D’EAU
48

problèmes de rupture à cause de leur poids additionnel et le moment qu’ils peuvent créer par
leur inclinaison.

Figure 4.4 Processus d’érosion du pied de talus et de sa rupture (adapté de Escarameia,


1998).

4.3.4 Suintement des parois

Lorsqu’une nappe suinte sur les parois d’un cours d’eau, les vitesses de filtration peuvent être
suffisamment grandes pour provoquer le phénomène de boulance (figure 4.5). Alors le cours
d’eau se dégrade selon le schéma de Hunter (1976) (figure 4.6). .

Figure 4.5 Phénomène de boulance du au suintement.

Ce phénomène se produit surtout dans les sables fins ou les limons. L’angle de stabilité du talus
pour de telles conditions est la moitié de l’angle de repos du matériel. Le moyen de contrôler ce
phénomène est de donner aux talus une pente suffisamment faible pour empêcher le phéno-
mène de boulance ou d’installer un drain parallèle au cours d’eau qui intercepte cette nappe. La
deuxième solution est plus sûre que la première car elle est souvent très difficile à définir.
STABILITÉ DES TALUS
49

Figure 4.6 Schéma de l’ensablement d’un cours d’eau à l’effondrement d’un talus par
suintement (Hunter, 1976).

4.3.5 Détérioration par les glaces

En hiver, une partie du talus gèle avec la lame de glace de la surface du cours d’eau pour former
un bloc monolithique. Lorsque le niveau d’eau baisse ou s’élève (figure 4.7) le morceau de
glace se rompt et déplace une partie du talus avec lui. Moins le sol est cohésif, plus ce phéno-
mène pourra être important. Un moyen de minimiser ce phénomène est de construire les cours
d’eau les plus larges possibles avec une pente des talus la plus faible possible.
VIE ET STABILITÉ DES COURS D’EAU
50

Figure 4.7 Détérioration d’un cours d’eau par les glaces.

4.4 L’ENVASEMENT ET L’ENSABLEMENT


L’envasement, l’ensablement ou la croissance excessive de la végétation dans un cours d’eau
surviennent lorsque les vitesses d’écoulement sont trop faibles pour provoquer le transport des
sédiments et empêcher la végétation de croître ou encore lorsque la pente des cours d’eau est
plus faible que la pente de compensation.
En général, les sédiments déposés proviennent de trois sources :
1. de l’effondrement des talus;
2. de la charge de sédiments que l’écoulement en amont charrie;
3. de l’érosion des terrains riverains.
Les deux premières causes peuvent être corrigées à l’origine du problème par la création du
talus stables et l’aménagement d’un cours d’eau stable à l’amont. Quant à la dernière, elle est
difficile à corriger.
Nous pouvons minimiser le problème en créant des conditions favorables au transport des
sédiments qui pourraient se déposer mais en sachant que nous ne faisons que de déplacer le
problème vers l’aval. Autrement, il faut accepter l’envasement et considérer le curage régulier
comme la solution.
Pour qu’il n’y ait pas de dépôts dans les canaux, il faut, selon Poiré et Olier (1978) que la
vitesse moyenne ne descende pas au dessous de 0,20 m/s lorsque le limon est très fin et 0,40
m/s lorsque le limon est très sableux. Avec des eaux claires, une vitesse de 0,5 m/s à 0,9 m/s est
LES COURBES
51

suffisante pour éviter les dépôts et assez fortes pour empêcher la pousse des herbes qui peuvent
encombrer le lit et gêner l’écoulement. Schwab et al. (1966) considèrent que les vitesses mini-
males sont plutôt imprécises et que les vitesses de 0,6 à 0,9 m/s sont généralement suffisantes
pour prévenir la sédimentation. De même, une vitesse de 0,75 m/s serait suffisante pour préve-
nir la croissance de la végétation.
Quant à la végétation, une croissance contrôlée est bienvenue sur les talus car elle les protège
de l’érosion. Celle qui pousse dans le fond des cours d’eau est de type aquatique (joncs, que-
nouilles, etc.) et obstrue considérablement l’écoulement.

4.5 LES COURBES


Dans une courbe, le courant d’eau vient frapper le talus et concentre les grandes vitesses
d’écoulement près de la paroi. Ceci provoque une augmentation des forces d’arrachement sur
la paroi. Dans les courbes, lorsque l’écoulement rencontre un talus, il est dévié vers le talus
opposé (figure 4.8). Lorsque les vitesses sont suffisamment élevées pour provoquer l’érosion
des points faibles, le phénomène de ”méandrisation” s’amorce. Le patron d’écoulement dans

Figure 4.8 Écoulement dans une courbe et érosion du talus.


une courbe est différent de celui dans un tronçon droit. La figure 4.9 présente quelques points
importants qui peuvent être observés dans dans un cours avec méandres :
S le talweg (ligne de profondeur maximale) se retrouve proche de la partie extérieure de
la courbe saute d’un côté à l’autre du cours d’eau;
VIE ET STABILITÉ DES COURS D’EAU
52

S des dépôts de sédiments se forme dans la partie intérieure de la courbe;


S les plus grandes vitesses d’écoulement se situent généralement près de la ligne de talweg.
S le point d’inflexion est localisé au point où la la ligne de talweg traverse la ligne du centre
du cours d’eau.

Figure 4.9 Exemple de canal avec méandres (Escarameia, 1998).

La figure 4.10 présente la répartition des vitesses d’écoulement dans une section située au
point d’inflexion et au sommet de la courbe. Dans le cas du sommet de la courbe, les vitesses
sont très élevées au pied du talus et favorisent son érosion.

a) point d’inflexion

b) au sommet de la courbe

Figure 4.10 Répartition des vitesses d’écoulement dans une section située au point d’in-
flexion et au sommet de la courbe. Les vitesses sont présentées sous forme du
rapport de la vitesse par rapport à la vitesse maximale (adapté de Bathurst,
1979).
CONCLUSION
53

4.6 CONCLUSION

C chapitre démontre que la stabilité d’un cours d’eau (section et talus) n’est pas un phénomène
simple à décrire. La stabilité générale d’un cours d’eau est fonction de la vitesse d’écoulement
ou de la force d’arrachement, ou de la pente de compensation alors que celle des talus est fonc-
tion de la stabilité mécanique du sol, de la résistance aux forces d’arrachement, de la résistance
au suintement et à la glace. De façon générale, nous pouvons dire que plus un cours d’eau est
large par rapport à sa profondeur, et que plus la pente des talus est faible, plus il est stable.

La connaissance et l’expérience des phénomènes reliés à la vie et à la dégradation des cours


d’eau devraient nous aider à aménager des cours d’eau plus stables.
VIE ET STABILITÉ DES COURS D’EAU
54

BIBLIOGRAPHIE

Bird, R.B., W.E. Stewart et E.N. Lightfoot, 1966. Transport phenomena, John Wiley & Sons,
New--York

Chow, Ven te, 1959. Open--channel hydraulics. McGraw--Hill, Toronto.

Escarameia, M. 1998. River and channel revetments -- A design manual. Thomas Telford Pub-
lications, London, Great Britain.

Hunter, R.D., 1976. Stabilisation of drainage channels. De: Proceeding of the drainage engi-
neers conference. Eng. Tech. Pub. 126--35, School of Engineering, University of
Guelph.

Llamas, J., 1978. L’aménagement rationel des cours d’eau en fonction de leur régime. De:
Hudrologie des cours d’eau agricole, 6e Colloque de Génie rural : 117--139

Poiré, M. et C. Olier, 1978. Assainissement agricole. Eyrolles, Paris.

SOIL CONSERVATION SERVICE, 1973. Drainage of agricultural land. Water information


Center. Port Washington, New--York

Schwab, G.O., R.K. Frevert, T.W. Edminster et K.K. Barnes, 1966. Soil and water conserva-
tion engineering. John Wiley and Sons, New--York

USACE, 1991. Engineering and design -- tidal hydraulics proponent. U.S Army Corps of
Engineers, EM 1110--2--1607, Washington, DC.
5
CHAPITRE

Géomorphologie des cours d’eau

5.1 INTRODUCTION
La géomorphologie est une discipline de la géographie physique et des géosciences qui décrit
les formes de la surface de la terre (relief) et explique leur formation et leur évolution sous
l’effet de la tectonique et de l’érosion.
La géomorphologie des cours d’eau étudie la formation et l’évolution des cours d’eau dans un
contexte naturel ou modifié par l’homme et la nature (climat, crues, etc.).
Les cours d’eau coulent au travers du paysage, grandissent en taille, se joignent à d’autres
cours d’eau. Le réseau de cours d’eau forme ce qui est appelé le réseau de drainage et il adopte
différentes formes qui sont influencées par le relief et la géologie du sous--sol. Les cours d’eau
transportent l’eau et les sédiments dans un processus dynamique qui façonne leur lit.
Les ingénieurs se sont surtout intéressés à intervenir dans les cours d’eau pour répondre à des
impératifs de développement (irrigation, drainage), de protection (protection contre les inon-
dations, protection des propriétés) ou d’intervention contre la dégradation des berges avec des
approches principalement hydrauliques. La géomorphologie peut aider l’ingénieur à analyser
les cours d’eau et identifier des solutions.
GÉOMORPHOLOGIE DES COURS D’EAU
56

5.2 CARACTÉRISTIQUES MORPHOLOGIQUES


Cette section présente les principales caractéristiques morphologiques des cours d’eau. Cette
section détaille principalement les caractéristiques qui n’ont pas été présentées au chapitre 1.

5.2.1 Densité de drainage


La densité de drainage a été définie par R.E. Horton en 1932 afin de décrire le degré de déve-
loppement d’un réseau hydrographique :

 Li
Dd = [5.1]
A

Dd = densité de drainage
Li = longueur de chacun des tronçons (m)
A = superficie du bassin versant (m2)
La longueur totale de cours d’eau représente la somme des longueurs des cours d’eau de tous
les ordres du réseau hydrographique.
La densité de drainage est un indice de l’intensité du réseau de drainage. Les bassins versants
agricoles ont en général des densités de drainage plus élevées que les bassins versants naturels.

5.2.2 Largeur et profondeur


La largeur et la profondeur du cours d’eau sont des caractéristiques très étudiées en géomor-
phologie des cours d’eau. Des relations empiriques ont souvent été développées sur une base
régionale en fonction du débit plein bord. Elles sont représentées par les formes suivantes :

w = a Q cb [5.2]

d = e Q fb [5.3]

w = k Dm
x
[5.4]

Qb = débit plein bord


w = largeur du cours d’eau
d = profondeur du cours d’eau
Dx = Diamètre caractéristique du matériel du lit du cours d’eau
a, c, e, f, k, m = constantes
CARACTÉRISTIQUES MORPHOLOGIQUES
57

5.2.3 Caractéristiques du lit


Une des principales caractéristiques du lit d’un cours est la grosseur du matériel constituant le
lit ou les talus du cours d’eau. Le matériel est souvent décrit par la composition des consti-
tuants suivants (Fangmeier et al., 2006) :
argile/limon (clay/silt) (0 -- 0,062 mm)
sables (sand) (0,062 -- 0,13 mm), (0,13 -- 0,25 mm), (0,25-- 0,5 mm),
(0,5 -- 1,0 mm), (1 -- 2 mm)
graviers (gravel) (2 -- 4 mm), (4 -- 6 mm), (6 -- 8 mm), (8 -- 11 mm),
(11 -- 16 mm), (16 -- 22 mm), (22 -- 32 mm), (32 -- 45 mm),
(45 -- 64 mm)
Cailloux (cobble) (64 -- 90 mm), (90 -- 128 mm), (128 -- 180 mm),
(180 -- 254 mm)
Gros cailloux et blocs (boulder) (254 -- 362 mm), (362 -- 512 mm),
(512-- 1024 mm), (1024 -- 2048 mm)
roc (bedrock)

5.2.4 Méandres et sinuosité


Les méandres (figure 5.1) peuvent être décrits par les caractéristiques suivantes :
λ = longueur d’onde du méandre
a = l’amplitude
r = rayon de courbure
w = largeur du lit

Figure 5.1 Éléments morphologique d’un méandre (Bravard et Petit, 2000).

Le rapport de méandre est :


a
Rm = w [5.5]
GÉOMORPHOLOGIE DES COURS D’EAU
58

La sinuosité ou l’indice de sinuosité (Is) qui est le rapport de la longueur du talweg sur la lon-
gueur d’onde permet de caractériser la sinuosité des cours d’eau :
Is < 1,05 : cours d’eau rectiligne
1,05 < Is < 1,5 : cours d’eau sinueux
Is > 1,05 : cours d’eau à méandres

5.3 DÉBIT PLEIN BORD


En géomorphologie, le débit plein bord (bankfull discharge) est le débit caractéristique le plus
utilisé. Il correspond au débit que peut supporter le lit mineur d’un cours d’eau avant que
celui--ci déborde dans la plaine d’inondation. Il est difficile à déterminer dans les vallées
encastrées où la plaine d’inondation est peu existante.
Il varie d’un cours d’eau à l’autre en fonction des caractéristiques du cours d’eau, de la compo-
sition du lit, des caractéristiques du bassin versant et caractéristiques hydroclimatiques.
Le débit plein bord correspond à des débits ayant une récurrence de 1 à 5 ans et avec des
moyennes de 1,5 à 2 ans selon les études. C’est pourquoi les débits de récurrence de deux ans
sont souvent utilisés comme les débits plein bord.
Le débit plein bord est associé au débit dominant (dominant discharge) ou débit effectif (effec-
tive discharge) responsable du développement et du maintien des dimensions de la section du
cours d’eau.

5.4 PUISSANCE
La puissance d’un cours d’eau (stream power) est une caractéristique géomorphologique des
cours d’eau qui a été beaucoup étudiée. La puissance d’un cours d’eau est la quantité d’énergie
que possède l’écoulement pour transporter sa charge sédimentaire et qui doit être absorbée par
friction. Si l’énergie est non suffisante pour transporter la charge sédimentaire, les sédiments
se déposeront au fond du cours d’eau. Si l’énergie ne peut être absorbée par friction, le fond du
cours d’eau et/ou le talus seront érodés par l’écoulement.
La puissance peut être définie comme la puissance brute (Ω) :

Ω =  g Qb S [5.6]

Ω = puissance (kg m s--2) (W m--1)


ρ = masse spécifique de l’eau (1000 kg m3)
g = accélération gravitationnelle (9,8 m s-- 2)
Qb = débit plein bord (m3 s-- 1)
S = pente du cours d’eau (m m-- 1)
CLASSIFICATION DES COURS D’EAU
59

ou la puissance spécifique (unit stream power) :


 g Qb S
ω=Ω
w= w
[5.7]

ω = puissance spécifique (W m--2)


w = largeur du cours d’eau (m)
Brooke (1988) a étudié la puissance spécifique de plusieurs cours d’eau qui ont été redressés
au Danemark dans des sols alluvionnaires et il a constaté que les cours d’eau tendent à se méan-
driser à nouveau lorsque la puissance spécifique dépasse 35 W/m--2. Brooke (1990) a résumé
ses observations comme suit :
ω > 100 W/m--2 cours d’eau se tressant activement
35 W/m--2 < ω < 100 W/m--2 cours d’eau se méandriasant activement
5 W/m--2 < ω < 35 W/m--2 cours d’eau stable
ω < 8 W/m--2 cours d’eau avec sédimentation
Ferguson (1981) a établit une classification des méandres suivant leur activité et la puissance
du cours d’eau. Les méandres libres se rencontrent en général dans les cours d’eau dévelop-
pant des puissances spécifiques de 10 à 100 W/m--2. Les méandres actifs non confinés requiè-
rent des puissances spécifiques supérieures à 30 W/m--2 et les méandres libres inactifs se ren-
contrent lorsque les puissances spécifiques sont inférieures à 15 W/m--2. Un méandre confiné
est un méandre qui ne peut se développer librement à cause de l’étroitesse de la vallée.

5.5 CLASSIFICATION DES COURS D’EAU


Il existe une grande variété de types de cours d’eau, des cours d’eau rapides des montagnes aux
cours d’eau de faible pente dans les plaines. Différents systèmes de classification ont été déve-
loppés pour permettre la classification cours d’eau et faciliter les comparaisons entre eux.
Deux systèmes de classification sont présentés.

5.5.1 Classification en quatre types


Leopold et Wolman (1957) ont proposé une classification des cours d’eau en trois types à
laquelle un quatrième type (anastomosé) a été ajoutée par Schumm (1968) (figure 5.2) :
S lits rectilignes dont l’indice de sinuosité est inférieur à 1,05;
S lits à méandres;
S lits à chenaux tressés qui sont caractérisé par des bancs d’alluvions non végétalisés,
une charge de fond abondant ou une bonne disponibilité de sédiments, l’érodibilté
des berges et une grande variabilité des débits;
S lits anastomosés qui sont caractérisés par des cours d’eau à chenaux multiples mais
stables, chenaux sinueux à faible pente (0,0001) dont le lits est composé de maté-
riaux fins et cohésifs.
GÉOMORPHOLOGIE DES COURS D’EAU
60

Figure 5.2 Classification développée par Loepold et Wolman (1957) et Schumm


(1968) (adapté de Bravard et Petit, 2000).

5.5.2 Classification de Rosgen

La figure 5.3 présente une modification de la classification de Rosgen (1996) qui classifie les
cours d’eau en huit types. L’avantage de cette classification est de classifier les cours d’eau
selon des paramètres quantifiables :
W/D = rapport largeur sur la profondeur pour l’écoulement plein bord
ER = rapport entre la largeur de la plaine d’inondation sur la largeur
plein bord.
La largeur de la plaine d’inondation est défini comme la largeur du cours d’eau lorsque sa pro-
fondeur d’écoulement est deux fois la profondeur d’écoulement pour le débit plein bord.
Les huit types sont définis en trois classes :

Étroits et profonds (W/D < 12)


cours en ravin (entrenched) -- G : Cours d’eau dans des ravins qui ont des problèmes de
stabilité de la pente, des problèmes d’érosion du lit et des talus. Ces cours d’eau
n’ont aucune plaine d’inondation et ont généralement des pentes supérieure à 4 %.
modérément encastré (moderately entrenched) -- A : se différentient des précédents des
précédents avec une faible plaine d’inondation. Ils se rencontrent dans les régions
montagneuses dans des vallées avec des pentes fortes. Le lit est souvent du roc ou
composé de blocs ou gros cailloux car le matériel fin a été emporté.
CLASSIFICATION DES COURS D’EAU
61

Figure 5.3 Classification dérivée de la classification de Rosgen (Fangmeier et al., 2006).

non encastré (not entrenched) -- E : se retrouvent dans les vallées constituées d’allu-
vions, sont très sinueux et stables et ont des rapports de méandre aussi grand que
20 à 40.

Larges et peu profonds (W/D > 12)


encastré (entrenched) -- F : cours d’eau instable où le processus dominant est l’érosion
des berges et se différentient des cours d’eau de type G où le lit s’érode et s’appro-
fondit.
modérément encastré (moderately entrenched) -- B : cours d’eau dans des vallées étroi-
tes avec des rapides et des fosses et la présence de blocs et gros cailloux
non encastré (not entrenched) -- C cours d’eau dans des vallées de dépôts alluvionnaires,
avec des pentes inférieures à 2 % et une plaine d’inondation bien développée.

En tresse (braided) - D et DA
Cours d’eau tressés qui montrent des canaux multiples et se rencontrent dans les deltas et les
terres humides .
GÉOMORPHOLOGIE DES COURS D’EAU
62

5.6 ÉVOLUTION
L’un des intérêts de la géomorphologie et la classification des cours d’eau est de prédire leur
stabilité et leur évolution comme le montre la figure 5.4.

Figure 5.4 Classification des types de cours et de leur stabilité en fonction de diffé-
rents paramètres (Bravard et Petit, 2000).
BIBLIOGRAPHIE
63

BIBLIOGRAPHIE

Bravard, J.P. et F. Petit, 2000. Les cours d’eau -- Dynamique du système fluvial. Armand Colin,
Paris.

Brookes, A., 1988. Channelized rivers. John Wiley & Sons, Chichester, 326 p.

Brookes, A. 1990. Restauration and enhancement of engineered river channels: some Eropean
experiences, Regulated Rivers: Research and Management, 5:45--56.

Brookes, A. et F. Douglas Shields jr. (éd.), 1996. River channel restauration -- Guiding princi-
ples for sustainable projets. John Wiley & Sons, Chichester, 343 p.

Fangmeier, D. D., W. J. Elliot, S. R. Workman, R. L. Huffman, G. O. Schwab. 2006. Soil and


Water Conservation Engineering. 5th Edition.Thomson Delmar Learning.

Ferguson, R. I., Channel forms and channel changes. Dans : Lewin J. (éd.) British Rivers, Lon-
don, G. Allen & Unwin. pp. 90--125.

Leopold, L. B. et M. G. Wolman, 1957. River channel patterns--braided, meandering and


straight. U. S. Geol. Surv. Prof. Paper, 282 D, p.111--134.

Schumm, S. A., 1968.


GÉOMORPHOLOGIE DES COURS D’EAU
64

PROBLÈMES SÉRIE 5.

5.1. Décrivez la section plein bord du tronçon du cours d’eau que vous avez relevé cet
automne et estimez le débit plein bord.

5.2. Estimez la puissance et la puissance spécifique pour le débit plein bord du tronçon du
cours d’eau que vous avez relevé cet automne.

5.3. Classez le tronçon du cours d’eau que vous avez relevé cet automne selon chacun des
deux systèmes de classification présentés.

5.4. Estimez le débit plein bord du cours d’eau du problème 3.12.

5.5. Estimez la puissance du cours d’eau du problème précédent.

5.6. Estimez la puissance spécifique du cours d’eau du problème précédent.


6
CHAPITRE

Section stable

6.1 INTRODUCTION
Le but d’un cours d’eau est d’évacuer les eaux de ruissellement provenant des fossés, voies
d’eau et de celles provenant du drainage souterrain et des nappes souterraines (sources). Ce
chapitre présente l’approche la plus ancienne et la plus utilisée de design lors d’intervention
dans les canaux et les cours d’eau, la méthode de la section stable appelée en anglais “threshold
channel”.

6.1.1 Principes de base


Lors de tout projet d’amélioration (augmenter sa capacité ou corriger des problèmes de dégra-
dation) de cours d’eau, l’étude et le design doivent être effectués en respectant les principes
suivants :
1. La section du cours d’eau doit être suffisante pour évacuer l’eau sans provoquer d’inonda-
tion ou de dégâts importants.
2. Tout aménagement ne devra pas provoquer d’érosion dans le cours d’eau ou sur les berges
car cette érosion signifie la modification de la section d’écoulement, la perte de terrain
riverain, le transport de sédiments, l’ensablement et l’envasement de la partie en aval du
cours d’eau.
3. Les talus du cours d’eau et la section d’écoulement devront être les plus stables possibles
pour que le cours d’eau ait la durée de vie la plus longue.
4. Les coûts de construction et d’entretien devront être minimisés ou le rapport bénéfices--
coûts devra être maximisé. Ce dernier est plutôt difficile à évaluer.
66
SECTION STABLE

6.1.2 Possibilités d’intervention


Pour augmenter la capacité d’un cours d’eau, l’ingénieur peut envisager différentes possibili-
tés :
1. Nettoyage des berges : Le nettoyage des broussailles diminue considérablement le coef-
ficient de rugosité et augmente la vitesse dans la même proportion. Cette mesure est à
envisager lorsque l’on permet au cours d’eau de déborder dans la plaine. Dans certains
cas, cette mesure est suffisante sans avoir à modifier la section du cours d’eau.
2. Curage du fond du cours d’eau : L’enlèvement des sédiments accumulés restaure la sec-
tion d’écoulement et l’enlèvement de la végétation diminue le coefficient de rugosité.
3. Calibrage du cours d’eau : Le calibrage d’un cours d’eau consiste à lui donner une nou-
velle section pour répondre à de nouveaux besoins en débits d’eaux de ruissellement ou
en évacuation des eaux de drainage souterrain. Les sections trapézoïdales sont en général
les plus populaires lors de la réfection des cours d’eau.
4. Redressement du cours d’eau : Un cours d’eau sinueux ralentit l’écoulement. Le
redressement consiste à couper les méandres, ce qui contribue à augmenter la vitesse
d’écoulement (pente plus grande).
Les deux dernières solutions ne sont pas considérées comme très environnementales et sont
très questionnées.

6.2 SECTION DU COURS D’EAU


Dans une plaine, le souhait des riverains est que tout le débit doit s’écouler dans la section prin-
cipale d’écoulement. Lorsqu’un cours d’eau s’écoule dans une vallée, la superficie inondée est
généralement faible et il n’est pas justifié économiquement d’obliger toute l’eau à s’écouler
dans la section principale (lit mineur). Dans ce cas, il est raisonnable de considérer qu’une par-
tie des berges soient inondées et que cette bande de terrain ne soit jamais labourée pour la ren-
dre résistante à l’érosion. Alors, la section du cours d’eau doit être suffisante pour évacuer les
débits moyens.

6.2.1 Profondeur minimale des cours d’eau


La profondeur minimale dépend du rôle du cours d’eau. Lorsque ce dernier sert à évacuer uni-
quement les eaux de ruissellement, il doit être suffisamment profond pour évacuer les eaux des
fossés. Une profondeur minimale de 1.0 m est en général suffisante pour répondre à ce rôle.
Lorsqu’il évacue aussi les eaux de drainage souterrain, une profondeur de 1.3 m à 1.5 m est un
minimum dans les régions de pente nulle. Dans les régions où la pente est régulière et que les
sorties de drain ne sont pas un problème, une profondeur minimale de 1.20 m est acceptable.
Une profondeur de 30 cm sous le niveau des sorties des drains est généralement considérée
comme acceptable.

6.2.2 Revanche
La revanche est la hauteur libre entre le niveau d’eau et le niveau du sol riverain. Cette revan-
che est un facteur de sécurité et elle veut compenser l’envasement pendant la vie du cours
d’eau (entre chaque curage).
SECTION STABLE 67

Une revue de littérature montre qu’il existe plusieurs méthodes de déterminer cette revanche.
En général, elle varie de 5 à 30% de la valeur de la profondeur d’écoulement. Au Québec, une
revanche de 20% de la profondeur avec un minimum de 20 cm est souvent considérée.

6.3 SECTION STABLE


L’approche de design d’un canal ou un cours d’eau stable considère que sa section est statique
dans le temps, qu’aucun matériel du lit ou des talus n’est érodé et que le cours d’eau ne trans-
porte pas de quantité significative de sédiments pouvant se déposer dans le lit. Cette approche
considère que les forces dues à l’écoulement sont inférieures (avec un facteur de sécurité) à la
résistance des matériaux composant le fond et les talus. Cette stabilité est assurée pour tous les
débits inférieurs aux débits de design. Pour les débits supérieurs au débit de design, ces canaux
ou ces cours d’eau peuvent être déstabilisés et s’éroder sévèrement. Dans cette approche, deux
méthodes de design sont considérée, celle des vitesses maximales acceptables et celle des for-
ces d’arrachement.

6.3.1 Vitesses maximales acceptables

La vitesse maximale acceptable est la plus grande vitesse moyenne qui n’amènera pas l’éro-
sion du lit et des talus du canal ou du cours d’eau. Comme cette vitesse est un paramètre de
design qui doit avoir un facteur de sécurité, elle est inférieure à la vitesse qui amorcera la mise
en mouvement du matériel.
Les vitesses maximales acceptables peuvent être déduites de tableaux qui mettent en relation
les vitesses maximales acceptables avec différent matériaux composant le lit et les talus.
Fortier et Scobey présentèrent en 1926 un tableau des vitesses maximales acceptables pour des
canaux d’irrigation en terre sans végétation ni protection. Leurs résultats ont été compilés à
partir de questionnaires remplis par des ingénieurs d’expérience en irrigation et l’utilisation de
ces résultats a été recommandée en 1926 par le Special Committee on Irrigation Research of
the American Society of Civil Engineers. Ce tableau 6.1 a été repris dans de nombreux
manuels d’hydraulique (Chow, 1959; Schwab et al., 1966; Fangmeier et al., 2006) et est tou-
jours recommandé par le NRCS (USDA--NRCS, 2007). Les vitesses permises sont définies
pour des canaux longs, réguliers et possédant une profondeur d’écoulement inférieure à 0,9 m
et une pente inférieure à 0,2%. Poiré et Olier (1978) présentent un tableau semblable (tableau
6.2) où les vitesses maximales sont comparables sauf qu’ils tolèrent des vitesses plus faibles
pour les sols à granulométrie fine. Fortier et Scobey (tableau 6.1) considèrent différemment la
situation où une eau claire sans érosion est considérée et celles où il est toléré que l’eau puisse
transporter des sédiments cohésifs et non cohésifs. Les vitesses maximales pour une eau claire
devraient être utilisées pour un design correspondant à un débit de faible récurrence (moins de
2 ans) sachant fort bien que ce cours d’eau devra accepter de plus grands débits où les vitesses
seront plus grandes. Les vitesses maximales, pour une eau pouvant contenir des sédiments,
sont justifiées que lorsque des débits de grande récurrence sont considérés.
68
SECTION STABLE

Tableau 6.1 Vitesses maximales recommandées par Fortier et Scobey pour des canaux droits
avec une faible pente, des profondeurs inférieures à 0,9 m et après vieillissement
(USDA--NRCS, 2007)
Nature du lit n Eau claire Eau trans- Eau transportant
portant des des limons,
colloïdes sables, graviers
ou des frag-
ments rocheux
m/s m/s m/s
Sable fin non cohésif 0.020 0.46 0.76 0,46
Loam sableux non cohésif 0.020 0.53 0.76 0,61
Loam limoneux non cohésif 0.020 0.61 0.91 0,61
Limon alluvionnaire non cohésif 0.020 0.61 1.07 0,61
Loam ferme ordinaire 0.020 0.76 1.07 0,69
Cendres volcaniques 0.020 0.76 1.07 0,61
Argile dure, très cohésive 0.025 1.14 1.5 0,91
Limon alluvionnaire cohésif 0.025 1.14 1.5 0,91
Schistes argileux et sols compacts 0.025 1.83 1.8 1,5
Gravier fin 0.020 0.76 1.5 1,14
Loam pierreux non cohésif 0.030 1.14 1.5 1,5
Limon pierreux cohésif 0.030 1.2 1.7 1,5
Gravier grossier 0.025 1.2 1.8 2,0
Cailloux et galets 0.035 1.5 1.7 2,0

Tableau 6.2 Vitesses maximales recommandées (Poire et Olier, 1978)


Vitesses maximales en m/s
Nature du lit à la surface Vitesse moyenne au fond
dans la section
Terres détrempées et terres glaises 0.15 0.11 0.08
Argiles grasses 0.30 0.23 0.16
Sables 0.60 0.46 0.31
Graviers 1.22 0.96 0.70
Pierres cassées 1.52 1.23 0.94
Schistes tendres, poudingues 2.22 1.86 1.49
Roches tendres 2.75 2.27 1.82
Roches dures 4.27 3.69 3.14

Les tableaux 6.1 et 6.2 doivent être utilisés avec discernement où l’expérience appuie ces
valeurs. En général, un canal ou un cours d’eau d’un certain âge est plus stable que lorsqu’il
vient d’être creusé. À titre d’exemple, lorsqu’un sol contient des graviers et des cailloux, les
crues survenant après sa construction emporteront le matériel fin. Ceci provoquera une grande
SECTION STABLE 69

érosion mais laissera sur le lit les cailloux et les graviers. Ce canal sera alors plus stable pour
affronter les crues subséquentes. L’établissement d’une végétation naturelle sur les talus ou
une partie de ceux--ci contribue à augmenter leur résistance. Le USACE (1991) présente aussi
un tableau (tableau 6.3) des vitesses maximales recommandées en fonction du matériel du lit.

Tableau 6.3 Vitesses maximales recommandées (USACE, 1991)


Matériel du lit Vitesse maximale (m/s)
Sable fin 0,61
Sable grossier 1,22
Gravier fin 1,83
Sol
Limon sableux 0,61
Argile limoneuse 1,07
Argile 1,83
Roc fragile (roche sédimentaire) 3,05
grès fragiles 2,44
schistes fragile 1,07
Roc solide (généralement volcanique ou métamorphique) 6,08

Fischenich (2001) a compilé les vitesses maximales acceptables et les forces de cisaillement
recommandées pour différents matériaux pouvant composer ou recouvrir le lit et les talus
(tableau 6.4). Les vitesses maximales recommandées pour les sols correspondent à celles pour
une eau claire du tableau 6.1. L’utilisation des vitesses moyennes dans les canaux et les cours
d’eau comme critère pour limiter l’érosion est questionnée car d’autres facteurs doivent être
considérés comme la profondeur d’écoulement comme le montre la figure 6.1 adaptée de
USACE (1991). Cette figure permet que le lit du cours d’eau puisse se déplacer légèrement.

10,00
6m
Profondeur d’écoulement 3m
1,5 m
Vitesse (m/s)

1,00

0,10
0,10 1,00 10,00 100,00 1000,00
D50 du matériel du lit (mm)

Figure 6.1 Vitesse maximale recommandée en fonction de la profondeur d’écoulement


pour les sols pulvérulents (USACE, 1991).
70
SECTION STABLE

Tableau 6.4 Vitesses maximales et forces de cisaillement compilées par Fischenich (2001).
Catégorie Matériel Vitesse Taux de Sources
maximale cisaillement
(m/s) (N/m2) (Pa)
Sols Sable fin cohésif 0,45 1,0 - 1,5
Loam sableux non cohésif 0,53 1,5 - 1,9
Limon alluvionnaire non cohésif 0,61 2,1 - 2,4
Loam limoneux non cohésif 0,53 - 0,69 2,1 - 2,4
Loam ferme 0,76 3,6
Graviers fins 0,76 3,6
Argile dure 0,9 - 1,37 12
Limon alluvionnaire cohésif 1,14 12
Loam pierreux 1,14 18
Limon pierreux 1,2 21
Schiste argileux et sols compacts 1,8 32
Gravier / 25 mm 0,76 - 1,5 16
cailloux 50 mm 0,91 - 1,8 32
150 mm 1,2 - 2,3 96
300 mm 1,7 - 3,6 190
Végétation Herbes Classe A 1,8 - 2,4 180
Herbes Classe B 1,2 - 2,1 100
Herbes Classe C 1,06 48
Herbe indigène longue 1,2 - 1,8 57 - 81
Herbe indigène courte et 0,9 - 1,2 34 - 45
Plantation d’héliophytes N/A 5 - 29
Plantation bois dur N/A 20 - 120
Géotextiles tissé de jute 0,3 - 0,75 22
dégradable paille avec filet 0,3 - 0,9 72 - 79
fibre de coco avec filet 0,9 - 1,2 108
Matelas de fibre de verre 0,75 - 2,1 96
Enroche- d50 - 150 mm 1,5 - 3,0 120
ment d50 - 225 mm 2,1 - 3,3 180
d50 - 300 mm 3,0 - 4,0 240
d50 - 450 mm 3,7 - 4,9 360
d50 - 600 mm 4,3 - 5,5 480
Surface Gabions 4,3 - 5,8 480
dure Béton > 5,5 600
SECTION STABLE 71

En 1977, le Soil Conservation Service (SCS, 1977) a proposé une méthode pour estimer la
vitesse maximale acceptable et cette approche est celle toujours retenue par le USDA--NRCS
(2007). Cette méthode a été développée en utilisant les données de Fortier et Scobey (1926),
Lane (1955) et des études soviétiques (USSR, 1936). Pour les sols pulvérulents, la vitesse
maximale nominale est déterminée (figure 6.2) selon le D75 du matériel du lit du cours d’eau et
en fonction de la concentration en sédiment que transporte le cours d’eau. Pour les sols cohé-
sifs, la vitesse maximale nominale est déterminée (figure 6.3) en fonction de l’indice de plasti-
cité et selon le type de sol en utilisant le système de classification unifiée des sols. Quelque soit
le cas, la vitesse maximale nominale est supérieure à 0,6 m/s.

4,0
3,5
3,0
Vitesse (m/s)

2,5
Sédiments > 20 000 ppm
2,0
1,5
Sédiments < 1000 ppm
1,0
0,5
0,0
0,10 1,00 10,00 100,00 1000,00
D75 du matériel du lit (mm)

Figure 6.2 Vitesses maximales nominales pour les sols pulvérulents (SCS, 1977; USDA--
NRCS, 2007).

Pour les sols pulvérulents, la vitesse maximale nominale doit être corrigée pour tenir compte
de la profondeur d’écoulement “FD” , la pente des talus “FB” et le rayon de courbure “FA”
selon l’équation suivante :

V m = V bp F D F B F A [6.1]

Vm = vitesse maximale acceptable (m/s)


Vbp = vitesse maximale nominale pour les sols pulvérulents (m/s)
(figure 6.2)
FD = facteur de correction pour la profondeur d’écoulement (figure 6.4)
FB = facteur de correction pour la pente des talus (figure 6.4)
FA = facteur de correction pour la rayon de courbure (figure 6.4)
Le facteur de correction pour la rayon de courbure est fonction du rapport du rayon de cour-
bure sur la largeur du cours d’eau.
72
SECTION STABLE

Eau peu chargée en sédiment < 1000 ppm Eau chargée en sédiment > 20 000 ppm
1,6 2,0
GC
GC CH CH
1,4 1,8
Vitesse (m/s)

Vitesse (m/s)
SC
1,2 1,6
GM, CL, SC GM, CL
1,0 1,4
MH, OH MH, OH
0,8 1,2
ML, OL, SM ML, OL, SM
0,6 1,0
10 12 14 16 18 20 22 24 10 12 14 16 18 20 22 24
Indice de plasticité Indice de plasticité

Figure 6.3 Vitesses maximales nominales pour les sols cohérents (SCS, 1977; USDA--
NRCS, 2007).

Pour les sols cohésif, la vitesse maximale nominale doit être corrigée pour tenir compte de la
profondeur d’écoulement “FD”, “FB” et le rayon de courbure “FA”, l’indice des vides “Fe” et
de la récurrence “FD” selon l’équation suivante :

V m = V bc F D F A F e F R [6.2]

Vm = vitesse maximale acceptable (m/s)


Vbc = vitesse maximale nominale pour les sols cohérents (m/s)
(figure 6.3)
FD = facteur de correction pour la profondeur d’écoulement (figure 6.4)
FA = facteur de correction pour la rayon de courbure (figure 6.4)
Fe = facteur de correction pour l’indice des vides (figure 6.4)
FR = facteur de récurrence (figure 6.4)
Les facteurs de corrections sont présentés à la figure 6.4.

La méthode de la vitesse maximale est très populaire car très simple d’utilisation.
73

Facteur de profondeur d’écoulement FD Facteur de pente de talus FB

1,5 1,0
1,4
1,3
0,8
1,2
FD FB
1,1
1,0 0,6
0,9
0,8 0,4
0 1 2 3 4 5 6 1,0 2,0 3,0
Profondeur d’écoulement (m) Pente de talus ”z”

Facteur de rayon de courbure FA

1,0

0,9
FA
0,8

0,7
4 6 8 10 12 14 16
Rayon courbure
Largeur

Facteur d’indice des vides Fe


Facteur de récurrence FR
1,2
1,8
1,1 1,6
Fe
1,0 FR 1,4
CH, MH
SM, SC, GM, GC
0,9 1,2
CL, ML

0,8 1,0
0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2 1,4 10 30 50 70 90 110
Indice des vides “e” Récurrence (an)

Figure 6.4 Facteurs de correction (SCS, 1977; USDA--NRCS, 2007).


74

6.3.2 Méthode de la force d’arrachement (tractive force)

La méthode de la force d’arrachement développée par le Soil Conservation Service évalue que
cette force est approximativement :

τ 0 = K  Rh S [1.1]

τ 0 = force unitaire d’arrachement (N/m2) ou (Pa)


ρ = poids unitaire de l’eau (10 000 N/m3)
Rh = rayon hydraulique (m)
S = pente du canal (m/m)
K = rapport entre la force d’arrachement capable d’arracher le sol au
talus et celle nécessaire pour arracher le même sol au fond du
cours d’eau.
Cette méthode semble limitée car elle est surtout basée sur des études théoriques. Son utilisa-
tion pratique doit être faite avec circonspection. Elle est surtout utile à améliorer le design de
base car les forces unitaires d’arrachement peuvent être converties en vitesse équivalente.
Ainsi, elle peut nous permettre de connaître les points faibles de différents types de section ou,
du moins, les sections les plus efficaces pour lutter contre l’érosion. Selon cette méthode, la
base d’une section trapézoïdale doit être deux fois plus grande que la profondeur d’eau pour
que les talus soient aussi stables que le fond du cours d’eau. Ceci est confirmé par l’observation
des cours d’eau naturels où leur largeur est de trois à quatre fois leur profondeur d’écoulement.

Cette méthode semble intéressante mais doit être développée. Son intérêt se manifeste davan-
tage pour les cas de sols pulvérulents comme les sables, graviers et cailloux où la pente des
talus et le type de section ont une grande influence sur la stabilité du cours d’eau.
PENTE DES TALUS 75

6.4 PENTE DES TALUS

L’instabilité des talus d’un cours d’eau peut amener une contribution importante au processus
d’érosion d’un cours d’eau. Le tableau 6.5 donne un ordre de la grandeur de la pente qui peu-
vent être donnée à un talus pour qu’il soit stable et en fonction des différents types de sol.

Tableau 6.5 Pentes des talus des cours d’eau recommandées aux USA.
Type de sol Pente des talus
(NRCS, 2001), (Chow, 1959,
(Frangmeir et al., 2006) Schwab et al., 1966)
Roc 0,25 : 1 Presque verticale
Roches libres et gravier cimentés 0,75 : 1
Tourbe et terre noire 1:1 1/4 : 1
Argile dure / lourde 1:1 1/2 à 1 : 1
Argile lourde de classification CH 4:1
Sol protégé par de la pierre ou sol 1:1
pour grands canaux
Argile ferme ou sol pour petits 1 1/2 : 1
canaux
Loam 2:1
Sable ou limon avec argile 1,5 : 1
Sols sableux 2:1
Loam sableux ou argile poreuse 3:1
Limons et sables avec nappes 3,5 : 1

6.5 LES COURBES

Le USDA--NRCS (2007) recommande de respecter les valeurs du tableau 6.6 pour les courbes
qui ne sont pas protégée.

Schwab et al. (1966) recommandent de réduire les vitesses maximales permises de 5% lorsque
les canaux sont légèrement sinueux, de 15% lorsqu’ils le sont modérément et de 25%
lorsqu’ils le sont fortement. La méthode des vitesses maximales du USDA--NRCS (2007)
inclue un facteur de correction pour le rayon de courbure dans la figure 6.4.
76

Tableau 6.6 Rayons minimaux de courbure suggérés dans les sols stables où les talus ne sont
pas protégés (USDA--NRCS, 2007)

Type de cours d’eau Pente Rayon de cour- Longueur


bure minimum approximative
(m) de la courbe
(degrés)

Petits cours d’eau avec une largeur < 0,0006 90 19


d’ouverture inférieure à 5 m 0,0006 - 0,0011 125 14

Cours d’eau moyen avec une lar- < 0,0006 150 11


geur d’ouverture de 5 m à 11 m 0,0006 - 0,0011 180 10

Grand cours d’eau avec une largeur < 0.0006 180 10


supérieure à 11 m 0.0006 - 0,0011 240 7

6.6 DÉTERMINATION DE LA SECTION STABLE


La détermination de la section stable d’un cours d’eau est une des étapes du design. En général,
le design suit la procédure suivante :
1. Détermination des débits à évacuer (Q)
2. Détermination des caractéristiques du terrain (type de sol, pente du cours d’eau, etc.)
3. Détermination des contraintes à respecter (talus, érosion, environnement, etc.)
4. Détermination des possibilités de solutions
5. Étude des possibilités
6. Vérification du respect des contraintes
7. Évaluation des coûts
8. Décisions
Dans le cas d’un cours d’eau droit et de débit régulier, l’écoulement est uniforme et une procé-
dure simple peut être utilisée pour déterminer la section nécessaire. Les figures 6.5 et 6.6 pré-
sentent deux algorithmes simples. Ces algorithmes permettent aussi de déterminer les hauteurs
d’écoulement dans un cours d’eau de forme déterminée pour différentes conditions de débit,
d’estimer les vitesses d’écoulement et la stabilité actuelle du cours d’eau. Dans ce cas,
l’étape 3) est remplacée par la caractérisation de la section actuelle et les deux dernières étapes
sont omises.
Lorsqu’un cours d’eau possède des structures qui sont un obstacle à l’écoulement (ponceaux,
barrages, etc.), l’écoulement est graduellement varié et les niveaux d’eau de même que les sec-
tions nécessaires doivent être déterminés à l’aide des courbes de remous. Des combinaisons de
structures et de sections sont étudiées en déterminant les courbes de remous propres à chaque
DÉTERMINATION DE LA SECTION STABLE 77

situation et cela, jusqu’à ce que les contraintes soient respectées. La détermination des courbes
de remous sera présentée au prochain chapitre.

1) Débit de design (Qo ), pente du cours d’eau (S)


2) Coefficient de rugosité “n”
3) Choix du type de section
4) Contraintes à respecter : dmin , dmax , ymax , Mesures de protection
bmin , Vmax , Vmin , Amin , Zmax
5) Largeur du fond “b”
Solution
impossible
6) y (choix arbitraire à la première itération)
7) Calcul de la section A > Amin
8) Calcul du rayon hydraulique Rh
9) Calcul de la vitesse d’écoulement V < Vmax
10) Calcul Q = V A > [1.0--1.1] Qo
11) Revanche
12) Dimensions du canal

Figure 6.5 Algorithme pour dimensionner les canaux droits avec écoulement uniforme,
méthode générale.

1) Débit de design (Qo ), pente du cours d’eau (S)


2) Coefficient de rugosité “n”
3) Choix du type de section
Mesures de protection
4) Contraintes à respecter : dmin , dmax , ymax , bmin ,
Vmax , Vmin , Amin , Zmax
Qn
5) Calcul Solution
S 12 impossible
6) Largeur au fond “b”
7) Détermination de y selon la figure B.1 (Chapitre 3)
8) Calcul de la section A du rayon hydraulique Rh
9) Calcul de la vitesse d’écoulement V < Vmax
11) Revanche
12) Dimensions du canal

Figure 6.6 Algorithme pour dimensionner les canaux droits avec écoulement uniforme
en utilisant la figure B.1 du chapitre 3.
78

6.7 LES VOIES D’EAU ENHERBÉES


Le rôle d’une voie d’eau engazonnée est de transporter les eaux de ruissellement lors des pluies
importantes ou de la fonte des neiges sans provoquer d’érosion. En dehors des périodes de ruis-
sellement, ces voies d’eau sont à sec. De plus, tout canal en terre qui ne transporte de l’eau que
de façon intermittente est envahi par la végétation et il doit être considéré comme un canal
enherbé lors de la détermination de sa capacité de transport.
La présence d’herbe accroît la résistance du lit à l’écoulement, ce qui permet de tolérer de plus
grandes vitesses d’écoulement. Le tableau 6.7 présente les vitesses maximales permises dans
les canaux enherbés et les voies d’eau engazonnées.
Au Québec, les principales espèces recommandées sont les graminées, car elles sont plus résis-
tantes aux conditions humides et à l’hiver. Elles sont présentées au tableau 6.8 avec leur taux
approximatif de semis.
Les voies d’eau doivent être ensemencées de préférence lorsque le sol est humide, ce qui per-
met une meilleure germination. La meilleure période est le printemps, car elle permet un bon
établissement de la plante pour affronter les pluies d’automne. Le début août est la période
limite pour l’ensemencement. L’implantation des graminées fourragères est recommandée
avec une plante abri. Pour une bonne germination et une protection temporaire, il est recom-
mandé de couvrir le sol d’un paillis (paille), car il aide à retenir l’humidité.
Pour une bonne longévité, les voies d’eau enherbées doivent être entretenues et fertilisées
comme un champ. Dans les régions où les productions laitières et bovines prédominent, ces
surfaces ne sont pas perdues, car la plante peut être récoltée comme foin. Toutes les plantes
hautes nécessitent une fauche régulière, mais la fétuque rouge est moins exigeante.
Dans les voies d’eau enherbées, le facteur de rugosité de Manning est variable et dépend des
caractéristiques physiques de l’écoulement dont le produit de la vitesse et du rayon hydrauli-
que (figure 3.3). L’expérimentation de Ree (1949) a permis de préparer des abaques (figures
3.5 à 3.8) pour calculer les vitesses en fonction des différents types de résistance à l’écoule-
ment et la formule Manning. Les types de résistance à l’écoulement selon la végétation sont
déterminés selon le tableau 6.9.
Les pentes des talus des voies d’eau doivent être suffisamment faibles pour permettre la circu-
lation des machines. Une pente de 4:1 est jugée maximale.
Lors du design du voie d’eau, il est nécessaire de considérer les conditions critiques suivantes :
1. le canal a une section suffisante lorsque l’herbe est longue;
2. les vitesses ne sont pas critiques lorsque l’herbe est fauchée;
3. le canal est suffisamment protégé ou les vitesses ne sont pas critiques lors de l’implanta-
tion de la végétation.
Le design des voies d’eau enherbées s’effectue selon l’algorithme de la figure 6.7.
LES VOIES D’EAU ENHERBÉES 79

Tableau 6.7 Vitesses maximales recommandées dans les canaux enherbés adaptées de Ree
(1949) pour les espèces recommandées au Québec et pour les conditions québé-
coises.

Vitesses maximales (m/s)


Sol résistant Sol sensible
Espèces Pente (%)
0--5 5--10 > 10 0--5 5--10 > 10
Alpiste roseau 2.4 2.1 1.8 1.8 1.5 1.2
Fétuque élevée 2.1 1.8 1.5 1.5 1.2 0.9
Pâturin des prés
Agrostides
Mil 1.5 1.2 NR* 1.2 0.9 NR
Mélange de graminées
Fétuque rouge
Plantes annuelles pour une pro- 1.0 NR NR 0.8 NR NR
tection temporaire
*Non recommandé
Tableau 6.8 Espèces recommandés au Québec et taux de semis pour la protection des voies
d’eau.
Espèces Taux de semis* Remarques
kg/ha g/100 m
Alpiste roseau 5--10 60--100 Très résistante
Fétuque élevée 7--10
Fétuque rouge 11--13 110--130 Ne nécessite pas de fauche
Pâturin des prés 7--9 70--90
Agrostides 7--10 70--90
Mil 10--12 100--200
Mélange de graminées 6--10 60--100
Plantes annuelles** Comme protection temporaire
- avoine 95 950
- blé 135 1350
- seigle 125 1250
* Pour le semis à la volée, doubler le taux.
** Comme plante abri, utiliser 75 % du taux de semis
80

Tableau 6.9 Guide de sélection du type de résistance de la végétation (U.S. Soil Conservation
Service 1954).
Implantation Longueur moyenne Type de résistance
(cm)
> 90 A très élevée
30--60 B élevée
Bonne 15--25 C moyenne
5--15 D faible
<5 E très faible
> 90 B élevée
30--60 C moyenne
Satisfaisante 15--25 D faible
5--15 D faible
<5 E très faible

1. Données : • Débit à évacuer (Q)


Mesures de
• Pente (S)
protection
• Espèce (naturelles ou choix)
• Type de résistance (Tableau 3.1)

2. Détermination des vitesses maximales (V max )-- Tableau 6.7

3. Détermination du type de section Solution impossible

4. Profondeur ”y” d’écoulement


(choix arbitraire à la première itération)

5. Calculs de la section
et du rayon hydraulique Rh

6. Calcul de la vitesse V (Figures 3.5 à 3.8)

V calculée < V max ? Non

7. Q ≤ A * V < 1,1 Q ? Non

8. Vérification des autres conditions critiques

9. Profondeur du fossé ou de la voie d’eau = 1,2 y

Figure 6.7 Algorithme pour déterminer la capacité d’une voie d’eau enherbée.
BIBLIOGRAPHIE 81

BIBLIOGRAPHIE

Bird, R.B., W.E. Stewart et E.N. Lightfoot, 1966. Transport phenomena, John Wiley & Sons,
New--York

Chow, Ven te, 1959. Open--channel hydraulics. McGraw--Hill, Toronto.

Escarameia, M. 1998. River and channel revetments - A design manual. Thomas Telford Pub-
lications, London, Great Britain.

Fangmeier, D. D., W. J. Elliot, S. R. Workman, R. L. Huffman, G. O. Schwab. 2006. Soil and


Water Conservation Engineering. 5th Edition.Thomson Delmar Learning.

Hunter, R.D., 1976. Stabilisation of drainage channels. De: Proceeding of the drainage engi-
neers conference. Eng. Tech. Pub. 126--35, School of Engineering, University of
Guelph.

Llamas, J., 1978. L’aménagement rationel des cours d’eau en fonction de leur régime. De:
Hudrologie des cours d’eau agricole, 6e Colloque de Génie rural : 117--139

Poiré, M. et C. Olier, 1978. Assainissement agricole. Eyrolles, Paris.

Ree, W.O. 1949. Hydraulic characteristics of vegetation for vegetated waterways. Agr. Eng.
Vol. 30: 184--187, 189.

SCS, 1954. Handbook for channel design for soil and water conservation. USDA, Soil Con-
servation Service. SCS--TP--61.

SCS, 1973. Drainage of agricultural land. Water information Center. Port Washington, New--
York

SCS, 1977. Design of open channels. Technical Release No. 25. Engineering Division. Wash-
ington DC.

Schwab, G.O., R.K. Frevert, T.W. Edminster et K.K. Barnes, 1966. Soil and water conserva-
tion engineering. John Wiley and Sons, New--York

USDA--NRCS, 2007. Stream Restauration Design. National Engineering Handbook Part 654.
United State Department of Agriculture - Natural Resources Conservation Service.

USACE, 1991. Engineering and design - tidal hydraulics proponent. U.S Army Corps of
Engineers, EM 1110--2--1607, Washington, DC.
82

PROBLÈMES SÉRIE 6.

6.1. Pour un loam limoneux Kamouraska (description pédologique jointe), estimez les vites-
ses maximales nominales recommandées selon les recommandations de :
a) Fortier et Scobey,
b) Poiré et Oilier,
c) USDA--NRCS
d) USACE

6.2. Si le cours d’eau transporte une concentration en sédiments inférieure à 500 ppm, esti-
mez les vitesses maximales nominales recommandées pour des lits de cours d’eau com-
posés de sols granulaires ayant respectivement des D50 de 1 mm, 5 mm, 10 mm, 50 mm,
100 mm et 500 mm selon les recommandations de :
a ) USDA--NRCS
b ) USACE
Le D75 est environ 1,5 D50.
BIBLIOGRAPHIE 83

6.3. Quel est le facteur de correction à appliquer aux vitesses maximales nominales recom-
mandées si la profondeur d’écoulement est respectivement de 60 cm, 90 cm, 120 cm,
150 cm et 200 cm?

6.4. Quel est le facteur de correction à appliquer aux vitesses maximales nominales recom-
mandées si les pentes des talus sont respectivement de 1:1, 1,5:1, 2:1, et 3:1?

6.5. Quel est le facteur de correction à appliquer aux vitesses maximales nominales recom-
mandées si le cours d’eau a une largeur d’ouverture de 3 m et un rayon de courbure de
10 m?

6.6. Pour un cours d’eau droit dont la largeur à la base est de 10 m, la pente des talus de 2:1,
la profondeur d’écoulement de 2,6 m et le D75 du matériel du lit est d’environ 60 mm,
quelle est la vitesse maximale recommandée? La concentration en sédiments est infé-
rieure à 600 ppm. (source : SCS, 1977)

6.7. Pour le cours d’eau du problème précédent, quelle est la vitesse maximale recommandée
si le sol est une argile limoneuse (classification CL) possédant un indice de plasticité de
18 et un indice des vides de 0,83? (source : SCS, 1977)

6.8. Vous avez la responsabilité de faire l’étude de l’aménagement des cours d’eau d’un bas-
sin versant. À une étape de votre étude, vous avez à drainer une superficie de 280 hecta-
res dont le débit à évacuer pour une récurrence de 10 ans est de 1,8 m3 par seconde. A
ce point du bassin versant, le sol est un loam limoneux Kamouraska (description pédolo-
gique jointe). Le cours d’eau actuel est légèrement sinueux et a une pente de 0,15%, une
profondeur de 25 cm et une largeur de 1,1 m. Sa section est quasi rectangulaire avec une
végétation arbustive (aulnes) de 2 mètres de hauteur sur ses bords. Cette végétation se
croise au--dessus du cours d’eau et occupe une bande de 1 mètre de chaque coté du cours
d’eau. Les abords du cours d’eau ont une pente de 1% et sont cultivés en foin.
a ) Quelle capacité la section actuelle du cours d’eau peut--elle évacuer sans provoquer
de débordement?
b ) Dans les conditions actuelles, quelle serait la largeur du terrain inondé lorsque le
débit de design s’y écoule?
c ) Quelle serait la capacité de ce même cours d’eau si les broussailles étaient enlevées
et les talus refaits avec une pente acceptable pour ce type de sol? Quelle serait la
pente acceptable des talus?
d ) Quelle serait la vitesse maximale recommandée?
e ) Si le cours d’eau doit être recreusé, quelle serait la section nécessaire (dimensions :
largeur à la base, pente des talus, profondeur d’écoulement, profondeur du cours
d’eau) pour évacuer adéquatement le débit de design?
84

6.9. Vous devez construire une voie d’eau enherbée pour intercepter les eaux de ruisselle-
ment de terrasses où se pratique une rotation de maïs, luzerne et céréales. La pente du
terrain est de 3 % et le sol est de type sablo--limoneux. Le débit de design est de 0,5 m3/s.
L’agriculteur souhaite l’enherber avec de l’alpiste roseau.
a ) Quelle vitesse maximale recommanderiez--vous d’utiliser?
b ) Quelle pente des talus de la voie d’eau recommanderiez--vous?
c ) Quelles dimensions (largeur à la base, profondeur) recommanderez--vous pour la
voie d’eau?
d ) Quelles sont les vitesses et la profondeur d’écoulement lorsque l’alpiste roseau est
fauchée?
e ) La voie d’eau peut--elle être fauchée?

6.10. Vous devez construire une voie d’eau enherbée pour intercepter les eaux de ruisselle-
ment de terrasses où se pratique une rotation de maïs, céréales et luzerne. La pente du
terrain est de 2 % et le sol est de type loam--argileux. Le débit de design est de 0,6 m3/s.
L’agriculteur souhaite l’enherber avec de la mil (fléole).
a ) Quelle vitesse maximale recommanderiez--vous d’utiliser?
b ) Quelle pente des talus de la voie d’eau recommanderiez--vous?
c ) Quelles dimensions (largeur à la base, profondeur) recommanderez--vous pour la
voie d’eau?
d ) Quelles sont les vitesses et la profondeur d’écoulement lorsque la fléole est fau-
chée?
e ) La voie d’eau peut--elle être fauchée?
7
CHAPITRE

Enrochement

7.1 INTRODUCTION
Il se présente parfois des situations de cours d’eau naturels ou de canaux où il est impossible de cons-
truire ou d’aménager en respectant les critères de stabilité précédemment définis. Lorsque le sol ne
permet pas des conditions suffisamment stables, il faut rendre le cours d’eau et les structures résis-
tants à l’érosion en les protégeant.

L’utilisation de cailloux, de roches et plus récemment de roc concassé s’est montré une solution inté-
ressante pour protéger les cours d’eau et les canaux de l’érosion et réaliser certaines structures
hydrauliques. Les roches et les cailloux sont des matériaux souvent disponibles et accessibles près de
plusieurs chantiers. Pour être efficace, leur utilisation dans des projets d’hydraulique nécessite une
bonne connaissance de leurs propriétés et des lois de l’hydraulique.

Les roches, les cailloux ou la pierre concassée peuvent être utilisés pour protéger le fond des cours
d’eau, leurs talus et construire des barrages et des seuils dissipateurs d’énergie.

7.2 DIMENSIONS ET ANGLE DE REPOS


Les cailloux et les roches peuvent être de différentes formes : sphérique, arrondie, cubique, angulaire
ou allongée.

La dimension des petits cailloux est généralement déterminée par tamisage. Les tamis sont constitués
de mailles carrées et la dimension des cailloux tamisée est définie comme la largeur de l’ouverture
entre les mailles au travers duquel la roche ou le cailloux passe pour être retenue sur le tamis aux
mailles de plus petites dimensions. Pour un cailloux arrondi ou sphérique, la dimension des mailles
du tamis sera plus grande que la dimension moyenne. Pour les cailloux de forme allongée, la plus
petite section du cailloux passera dans l’ouverture des mailles du tamis de sorte que la dimension
moyenne sera près de l’ouverture des mailles du tamis.
86
L’ENROCHEMENT DES TALUS ET DU FOND

Pour la stabilité des roches dans les structures hydrauliques, Stephenson (1979) considère que c’est la
surface exposée à l’écoulement qui est importante. La plus grande face est souvent la plus critique et
la plus petite dimension de cette face contrôle la stabilité.

L’angle de repos des pierres et des cailloux dépend de leur grosseur et de leur angularité comme le
montre la figure 7.1.

46
1:1
44
Angle de repos (θ )

42
Roc concassé
40 1,25:1
Angulaires
38

Pente
36
34 Arrondies 1,5:1
32
30 1,75:1
28
26 2:1
1,00 10,00 100,00 1000,00
Diamètre des particules (mm)
Figure 7.1 Angle de repos du matériel granulaire (d’après, Simons, 1961).

7.3 L’ENROCHEMENT DES TALUS ET DU FOND


Lorsque la vitesse d’écoulement est supérieure au maximum acceptable pour le type de sol rencontré,
le cours d’eau peut être protégé en recouvrant le périmètre mouillé de matériaux pouvant résister aux
vitesses rencontrées. En général, la pierre et les roches sont utilisées.

L’analyse de la stabilité d’une particule (grain de sable ou caillou) sur un talus ou dans le fond d’un
canal est analysé en détails par Julien (2002).

Plusieurs organisations et auteurs ont proposé différentes méthodes ou équations pour déterminer la
grosseur minimale des roches ou des pierres à être utilisée pour réaliser des canaux ou cours d’eau
stable aux forces érosives. Prakash (2004) présente une revue exhaustive des différentes équations
qui ont été proposées. Escarameia (1998) et FHWA (2005) sont deux publications récentes traitant de
la protection des cours d’eau et présentes différentes approches dont celle de l’enrochement (riprap).

Dans la pratique, la dimension minimale des roches ou cailloux est déterminée par différentes métho-
des et la valeur de design est choisie en portant un jugement parmi les différentes valeurs calculées.
Les principales équations utilisées sont présentées dans cette section et elles sont regroupées selon
deux approches.
87 ENROCHEMENT
sin 2 φ

7.3.1 Approches non basées sur la turbulence


La méthode de Maynord (Maynord et al., 1989) estime la dimension des roches et des cailloux par
l’équation suivante :
2,5
 γ 0,5
V 
d 30
D
= 0, 30 SF (γs − γ)
 g D [7.1]
 
d30 = diamètre des roches dont 30 % sont de diamètre inférieur (m)
D = profondeur moyenne de l’eau (m)
SF = facteur de sécurité utilisé
V = vitesse locale moyenne (m s--1)
g = accélération de la gravité (9,8 m s--2)
γ = masse spécifique de l’eau (kg m--3)
γs = masse spécifique de la roche (kg m--3)
Le facteur de sécurité SF recommandée est 1,2. La masse spécifique de la roche normalement utilisé
est de 2640 kg/m 3. Pour des masses spécifiques de la roche de 2560 kg/m 3 et 2480 kg/m 3, il est
recommandé de multiplier le d30 par un facteur de 1,06 et 1,114 respectivement.

La méthode No l du U.S. Army Corps of Engineers (USACE, 1994) propose l’équation suivante :
2,5
 γ 0,5 V 
= SF C s C v C t(  g Da K
d 30
Da γs − γ) [7.2]
 
K = facteur de correction pour la pente du talus = [ 1 − sin2 θ ]
θ = angle du talus par rapport à l’horizontale
ϕ = angle de repos des cailloux ou des roches
SF = facteur de sécurité (1.1 -- 1,5)
Da = profondeur locale de l’écoulement
Cs = coefficient de stabilité
Cv = coefficient de distribution verticale de la vitesse
Ct = coefficient d’épaisseur
Pour la protection du lit d’un canal ou d’un cours d’eau, K = 1 puisque θ ≅ 0. Le coefficient de stabi-
lité Cs est égal à 0,30 pour les pierres angulaires et 0,375 pour les pierres rondes. Le coefficient de
distribution verticale de la vitesse Cv est égal à 1,0 pour les canaux droits et peut atteindre 1,283 dans
les courbes. Le coefficient d’épaisseur Ct est égal à 1,0 lorsque l’épaisseur de l’enrochement est égale
au d100 .
88
L’ENROCHEMENT DES TALUS ET DU FOND

Le modèle de l’ASCE (Vanoni, 1977) calcule le d50 minimum :


0,333

6W
d 50 = π γ50
s
 [7.3]

Gs V6 [7.4]
W 50 = 0, 0232
( Gs − 1 ) 3 cos3 θ
W50 = poids des pierres (kg) pour un diamètre d50 des pierres
Gs = densité relative des pierres
Le modèle empirique du U.S. Bureau of Reclamation {Peterka, 1958) spécifie simplement le d50 en
fonction de la vitesse moyenne dans le canal ou le cours d’eau :

d 50 = 0, 043 V 2.06
a
[7.5]

Va = vitesse moyenne dans le canal ou le cours d’eau (m s--1)


Pour permettre les comparaison entre les différents modèles, le d50 est estimé à 1,5 d30 .

Pour des raisons de stabilité, il est recommandé d’utiliser des pierres de différentes dimensions dans
l’enrochement de sorte que les plus petites pierres occupent les espaces vides entre les plus grandes
pierres. Différentes répartitions de la grosseur des pierres sont recommandées par différentes organi-
sations et le tableau 9.1 présente celle de Barfield et al. (1981).

Tableau 7.1 Répartitions de la grosseur des pierres (Barfield et al., 1981).


Dimension des pierres Pourcentage du poids total des pierres plus petites
2 d50 100
1,7 d50 85
1,0 d50 50
0,42 d50 15
0,10 d50 0

L’épaisseur de l’enrochement généralement recommandée est de 2 d50 ou de la dimension de la plus


grande pierre.

7.3.2 Approche basée sur la turbulence


La vitesse d’écoulement en un point donné d’un cours d’eau ou d’un canal n’est pas constante et varie
localement. Ces variations locales sont d’autant plus grandes que l’écoulement est turbulent, ce qui
est généralement le cas dans les cours d’eau. Ces variations de vitesse peuvent causer des problèmes
d’érosion.

La turbulence est définie en terme de niveau ou d’intensité de turbulence (turbulence intensity) et


représente la variation de vitesse par rapport à la vitesse moyenne. Comme la turbulence est difficile à
89 ENROCHEMENT

mesurer, elle est souvent définie de façon qualitative. Des mesures effectuées en Angleterre (Escara-
meia et al., 1995) ont permis de quantifier les niveaux de turbulence (turbulence intensity) présents
dans différents tronçons. Le niveau de turbulence a été défini comme le rapport de la racine carrée des
vitesses au carré (root mean square) sur la vitesse moyenne. Les vitesses étaient mesurées près du
fond, à une profondeur correspondant à 10 % de la profondeur d’eau au--dessus du fond. En l’absence
de mesures, Escarameia (1998) d’utiliser les données du tableau 7.2.

Tableau 7.2 Niveaux de turbulence (Escarameia, 1998).


Niveau de turbulence
Situation Qualitatif Intensité (TI)
Cours d’eau ou tronçon droit et courbes Normal (faible) 0,12
naturelles (R/W > 26)
Bordures des revêtements dans des tronçons Normal (élevé) 0,20
droits
Piliers de ponts, caissons, brise--lames; Moyen à élevé 0,35 -- 0,50
transitions
À l’aval de structures hydrauliques (déversoirs, Très élevé 0,60
ponceaux, bassins de dissipation)

L’équation de Escarameia et May (1992) qui a été développée à partir d’essais en laboratoire utilise le
concept de turbulence :

V 2b
d 50 = C [7.6]
2 g (γ s γ − 1)

d50 = diamètre des roches dont 50 % sont de diamètre inférieur (m)


g = accélération de la gravité (9,8 m s--2)
Vb =vitesse près du fond (à 10 % de l’épaisseur de l’eau au--dessus du fond
(m s--1)
C = coefficient intégrant l’intensité de la turbulence
1 3
Le d50 est estimé du poids d’un cube W 50 γ s .

Pour l’enrochement, la valeur du coefficient “C” est estimée avec l’équation suivante qui est valide
pour des TI > 0,05 et des pentes de talus inférieures 1:2 :

C = 12, 3 TI − 0, 20 [7.7]

TI = intensité de la turbulence (tableau 7.2)


Pour des intensité de turbulence TI < 0,5, la vitesse au fond peut être estimée :

v b = (− 1, 48 TI + 1, 04) V [7.8]
90
PROTECTION DANS LES COURBE

Pour des intensité de turbulence TI > 0,5, la vitesse au fond peut être estimée par l’équation approxi-
mative suivante :

v b = (− 1, 48 TI + 1, 36) V [7.9]

L’équation [7.6] inclut un facteur de sécurité et elle estime alors de façon sécuritaire la taille des pier-
res.

7.3.3 L’enrochement des talus des cours d’eau


L’équation [7.2] permet de calculer la grosseur des roches et cailloux pour la protection des talus des
cours d’eau. Le facteur K permet de tenir compte de la pente du talus par rapport à l’angle de repos des
roches ou cailloux. Lorsque l’angle du talus se rapproche de l’angle de repos, la grosseur des roches
doit être augmentée de façon importante car les roches deviennent plus instables.

L’équation [7.2] est valide pour les pentes de talus inférieure 2:1. Pour des pentes de 1,5:1, il est
recommandé de multiplier le d30 par un facteur de 1,3.

7.4 PROTECTION DANS LES COURBES


Les points sensibles dans les courbes (figures 4.8 à 4.10) doivent être protégés par un enrochement
car les vitesses localisées sont fortement supérieures aux vitesses moyennes. La correction à appli-
quer aux vitesses moyennes pour tenir compte de la concentration des vitesses près des talus dans les
courbes a été présentée dans le document de l’USACE (USACE, 1991) et elle est recommandée par
le USDA--NRCS (2007). La méthode est basée sur un grand nombre de cas observés en laboratoire et
comparés avec les données de prototypes (Maynord, 1988). La méthode est applicable pour des pen-
tes de talus égales ou inférieures à 1,5:1. Cette méthode utilise la vitesse caractéristique Vss sur la
pente des talus, vitesse moyenne locale qui est localisée à 20% de la pente mouillée au--dessus du pied
du talus. Ce point a été déterminé comme étant la partie du talus qui fait face à la plus grande vitesse.
L’accroissement de cette vitesse par rapport à la vitesse moyenne (Vss /Vmoy ) est fonction du rapport
du rayon de courbure de la ligne de centrale du cours d’eau dans la courbe sur la largeur au miroir de
l’écoulement (R/W). La figure xx.1 présente les valeurs recommandées pour les cours d’eau naturels
alors que la figure xx.2 présente le cas des canaux trapézoïdaux. Les données présentées à la figu-
re xx.2 sont basées sur les calculs de modèles numériques décrits par Bernard (1993). Les facteurs
affectant la distribution des vitesses sur les talus dans les courbes enrochées sont R/W, l’angle de la
courbe et le rapport de la largeur au fond “b” sur la profondeur d’écoulement “y”. USDA--NRCS
(2007) spécifie que les valeurs de Vmoy, R et W doivent être basées sur l’écoulement dans le canal
principal et ne doivent pas inclure la pleine d’inondation.
91 ENROCHEMENT

1,6

1,4
V ss
V moy 1,2

1,0

0,8
2 4 10 20 40
R/W
Figure 7.2 Rapport de la vitesse à 20% du pied de la pente du talus sur la vitesse moyenne
pour les canaux naturels (Source : USDA--NRCS, 2007).
Ces éléments ont été repris dans les études réalisées par les USACE (1994) traitant de la protection
dans les courbes et les résultats sont inclus dans l’équation [7.2] par le coefficient de distribution de
vitesse Cv. Ce dernier est définie de la façon suivante lorsque le R/W est inférieur à 26 :

C v = 1, 283 − 0, 2 lg 10 R [7.10]
W
R = rayon de courbure de la ligne de talweg la courbe
W = largeur au miroir
Dépendant de la géométrie de la courbe, ce coefficient va typiquement accroître la taille des pierres
jusqu’à 30% par rapport aux conditions d’un cours d’eau droit. Bien que ce coefficient aie été déve-
loppé pour l’équation [7.2], Escarameia (1998) recommande de l’utiliser avec les autres équations.
92

1,5
Angle de la courbe 120_ b = 3, 3
y
1,4
80_
V ss 1,3
V moy
1,2 40_

1,1

1,0
2 4 10 20 40
R/W
1,4
b = 6, 7
Angle de la courbe 120_ y
1,3
V ss
V moy 1,2 80_

1,1
40_
1,0
2 4 10 20 40
R/W
1,4
b  10
Angle de la courbe 120_ y
1,3
V ss
V moy 1,2
80_
1,1
40_
1,0
2 4 10 20 40
R/W
Figure 7.3 Rapport de la vitesse à 20% du pied de la pente du talus sur la vitesse moyenne
pour les canaux trapézoïdaux (Source : USDA--NRCS, 2007). Les courbes sont
basées sur le modèle STREMR (Bernard, 1993) pour des Vmoy = 1,8 m/s, n = 0,038
et y = 4,6 m.
93

7.5 ENROCHEMENT DE PENTES FORTES


Dans le cas des cascades, des chutes enrochées, les seuils dissipateurs d’énergie et les tronçons à très
fortes pentes, les équations précédentes ne peuvent être utilisées. Les deux équations suivantes sont
proposées.

7.5.1 Équation de l’USACE


Dans le cas des canaux ou des cours d’eau à forte pentes (2 à 20 %), les débits par unités de largeur et
l’épaisseur de l’écoulement sont généralement faibles et les vitesses d’écoulement sont générale-
ment grandes. L’USACE (1994) recommande le modèle suivant :

K S 0,555 q 2 3
d 50 = 1, 95 [7.11]
g 1 3

K = facteur de concentration de l’écoulement, généralement 1,25


S = pente du lit (m/m)
q = débit par unité de largeur (m3 m--1 s--1)

7.5.2 Équation de Stephenson


Le modèle développé par Stephenson (1979) permet de déterminer l’angle aval de l’enrochement en
fonction du diamètre des pierres de l’enrochement, de l’angle de repos des pierres et du débit unitaire.
Son modèle a été développé par l’analyse des conditions de déséquilibre. La détermination du diamè-
tre des pierres requises se fait simultanément avec celle de l’angle aval de l’enrochement. L’équation
obtenue est :
2
0, 35 g 2 3 10000
D85e
5 3
tan θ =  (γ s γ − 1) cos θ (tan − tan θ)  [7.12]
q 4 3

θ = angle d’enrochement;
φ = angle de repos des pierres
g = constante gravitationnelle (9,815 m s--2);
D85e = diamètre pour lequel 85% des pierres de l’enrochement sont plus
petites (mm);
q = débit unitaire (m3 s--1 m--1).
Cette équation étant implicite, elle doit être résolue par itération. Les figures 7.4 à 7.9 permettent de
simplifier ces calculs. Ces fleures montrent la variation de l’angle aval de l’enrochement en fonction
du diamètre des pierres pour des débits spécifiques variant de 0,25 m3/s à 3,0 m3/s et pour des angles
de repos des pierres de 38°,--40° et 42°. La densité des pierres a été choisie égale à γs = 2,7.
94

Figure 7.4 Diamètre des pierres de l’enrochement (D85e) en fonction de l’angle aval
d’enrochement et du débit spécifique (0,25 < q < 1,00 m3 /s--m) pour un
angle au repos de 38°.

Figure 7.5 Diamètre des pierres de l’enrochement (D85e) en fonction de l’angle aval
d’enrochement et du débit spécifique (1,00 < q < 3,00 m3 /s--m) pour un
angle au repos de 38°.
95

Figure 7.6 Diamètre des pierres de l’enrochement (D85e) en fonction de l’angle


aval d’enrochement et du débit spécifique (0,25 < q < 1,00 m3 /s--m)
pour un angle au repos de 40°.

Figure 7.7 Diamètre des pierres de l’enrochement (D85e) en fonction de l’angle


aval d’enrochement et du débit spécifique (1,00 < q < 3,00 m3 /s) pour
un angle au repos de 40°.
96

Figure 7.8 Diamètre des pierres de l’enrochement (D85e) en fonction de l’angle aval
d’enrochement et du débit spécifique (0,25 < q < 1,00 m3 /s--m) pour un
angle au repos de 42°.

Figure 7.9 Diamètre des pierres de l’enrochement (D85e) en fonction de l’angle aval
d’enrochement et du débit spécifique (1,00 < q < 3,00 m3 /s--m) pour un
angle au repos de 42°.
97

7.6 EFFONDREMENT DES TALUS


Il est difficile de rendre stables les talus sableux qui souffrent d’instabilité mécanique ou qui sont
soumis au suintement. Il arrive aussi que, suite à une forte crue, certains talus ou rives soient littérale-
ment emportés. Dans ce cas comme dans le premier, il faut stabiliser les talus pour qu’ils puissent
résister aux prochaines crues sans provoquer un phénomène accéléré d’affouillement. L’enroche-
ment (figure 7.10) est selon Dickinson (1975) la méthode la plus économique de stabiliser les talus.

Clef

a) tel que proposé par Dickinson (1975).

b) tel que réalisé au Québec.

Figure 7.10 Enrochement d’un talus a) d’après Dickinson (1975) b) tel que réalisé au Québec.

Le point le plus sensible est en général le pied du talus. C’est là que doivent être les plus grosses
roches. Cet enrochement doit être bien ancré dans le fond du cours d’eau pour empêcher que l’écoule-
ment puisse faire bouger le fond du lit et créer des conditions favorables à l’affouillement sous les
roches. L’enrochement est nécessaire sur une hauteur correspondant à celle provoquée par une crue
annuelle (Shanklin, 1976). La grosseur des roches peut être déterminée selon les modèles présentés
précédemment et la pente des talus est, en général, de 1,5 :1 à 2 :1. Au Québec, quelques expériences
98
L’ENGAZONNEMENT DES TALUS

d’enrochement pour réparer des rives fortement endommagées ont été réalisées avec des pentes plus
fortes que celles recommandées et semblent donner de bons résultats.

7.7 L’ENGAZONNEMENT DES TALUS


Dans les cours d’eau transportant en général de faibles débits sauf lors des crues, l’implantation d’une
plante herbacée sur les talus est une solution économique et généralement suffisante. Les talus enga-
zonnés peuvent supporter des vitesses de 1,0 -- 2,0 m/s. L’établissement de la végétation ne peut être
effectué sous le niveau moyen des eaux d’été. La fin du printemps est la période la plus propice pour
l’établissement de la végétation car le sol est encore humide et la saison suffisamment longue avant
les crues d’automne.

7.8 CONCLUSION
De nombreux moyens existent pour protéger les cours d’eau de l’érosion et ils reposent tous sur les
principes suivants : il faut respecter les contraintes limites (vitesses maximales, forces d’arrache-
ment) dans les conditions naturelles ou rendre les structures résistantes aux conditions que nous leur
imposons. Dans ce dernier cas, l’utilisation de roches et de pierres est un moyen efficace de protec-
tion.
99

BIBLIOGRAPHIE
Barfield, B. J., R. C. Warner et C. T. Haan. 1981. Applied hydrology and sedimentology for disturbed
areas. Oklahoma Technical, Stillwater, Oklahoma, 603 p.
Chow, Yen te, 1959. Open--Channel Hydraulics. McGraw--Hill, Toronto.
Bernard, R.S. 1993. STREMR; Numerical model of depth--averaged incompressible flow. Tech.
Report REMR--HY--11. U.S. Army Corps of Engineers, Waterways Experiment Station,
Vicksburg, MS.
Dickinson, T., 1975. Design of Riprap Protection. De : Proceeding of Drainage Engineers Confe-
rence. Eng. Tech. Pub. 126--32. School of Engineering, University of Guelph.
Escarameia, M., 1998. River and channel revetments -- A design manual. Thomas Telford Publica-
tion, London.
FHWA, 2005. Design of Roadside Channels with Flexible Lining. Hydraulic Engineering cicular No
15, (3e edition). Federal Highway Administration, Publication No FHWA--NHI--05--114
Hunter, R.D., 1976. Stabilization of Drainage Channels. De : Proceeding of the Drainage Engineers
Conference. Eng. Tech. Pub. 126--35. School of Enginnering, University of Guelph.
Julien, P Y. 2002. River mechanics. Cambrige University Press, Cambrige, Angleterre
Maynord, S. T. 1988. Stable riprap size for open channel flows. Technical report HL--88--4. U.S.
Army Corps of Engineers, Waterways Experiment Station, Vicksburg, MS.
Maynord, S. T., J. F. Ruffet S. R. Abt. 1989. Riprap design. J. Hydraul. Eng. 115(7) 937--949.
Peterka, A. J. 1958. Hydraulic design of stilling bassin and energy dissipators. Engineering Mono-
graph No 25. U. S. Bureau of Reclamation, Denver, Colorado., 222 p.
Prakash, A. 2004. Water Resources Engineering -- Handbook of Essential methods and Design. Ame-
rican Society of Civil Engineers, Reston, Virginia, USA, 348 p.
Schwab, G.O., R.K. Frevert, T.W. Edminster et H.K. Barres, 1966. Soil and Water Conservation
Engineering. John Wiley and Sons, New York.
Shanklin, D.W, 1976. Emergency Protection for Flood Damaged Streams. De: Environmental
Aspect of Irrigation and Drainage. Proceeding of Am. Soc. Civ. Eng. : 85--96.
U.S. Army Corps of Engineers (USACE). 1991. Engineering and design -- tidal hydraulics propo-
nent. EM--1110--2--1607, Washington, D.C
U.S. Army Corps of Engineers (USACE). 1994. Hydraulic design of flood control channels.
EM--1110--2--1601, Washington, D.C.
USDA--NRCS, 2007. Stream Restauration Design. National Engineering Handbook Part 654. Uni-
ted State Department of Agriculture -- Natural Resources Conservation Service.
Vanoni, V A. 1977. Sedimentation engineering. ASCE Manuals and Reports on Engineering Practice
No 54, New--York.
100
CONCLUSION

GAE--21287 PROBLÈMES SÉRIE 8.

8.1. Un cours d’eau trapézoïdal ayant une base de 2,0 m, une profondeur de 0,9 m et une pente des
talus de 1,5:1 coule dans un loam argileux avec une pente de 0,006. Si le débit du cours d’eau
est de 2,6 m3/s,
a) Estimez la profondeur normale et la vitesse d’écoulement.
b) Quelle est la vitesse maximale acceptable?
c) Comme cette vitesse est non sécuritaire, vous devez envisager d’enrocher ce cours
d’eau. Calculez la grosseur des roches à mettre au fond et sur le talus pour le protéger
adéquatement, ce par les différentes formules.

8.2. Calculez la dimension de la voie d’eau et la grosseur des roches du problème 4.4 si la voie d’eau
devait être enrochée au lieu d’être enherbée.

8.3. Calculez la dimension de la voie d’eau et la grosseur des roches du problème 4.5 si la voie d’eau
devait être enrochée au lieu d’être enherbée.
8
CHAPITRE

Courbe de remous

8.1 INTRODUCTION
La construction de ponceaux ou de toute autre structure hydraulique dans un cours d’eau
amène une modification du régime d’écoulement en amont de la structure. Si l’écoulement
dans la structure peut être rapidement modifié, l’écoulement en amont y est graduellement
modifié sur une certaine distance pour redevenir uniforme si la distance est suffisamment
grande. La profondeur d’écoulement est variable et la courbe représentant la profondeur
d’écoulement est communément appelée “courbe de remous”.

8.2 CONCEPTS DE BASE


La courbe de remous se calcule à partir de l’équation de l’énergie qui s’exprime en un point ::
2
[8.1]
E = z + y + αV
2g

E = énergie (L)
z = élévation du fond du cours d’eau par rapport au niveau de référence
(L)
y = profondeur d’eau (L)
V = vitesse moyenne d’écoulement (L/T)

α = coefficient de répartition des vitesses (1.0 -- 1.3)


g = constante d’accélération gravitationnelle (L/T2)
102 COURBE DE REMOUS

∆x

2
hf V2
2g
2
V1
2g
y2

y1 1
S0

z z1 z2

NIVEAU DE RÉFÉRENCE

Figure 8.1 Répartition de l’énergie dans un écoulement graduellement modifié.

Lorsque la pente est faible, la variation d’énergie entre deux points peut s’exprimer sous forme
de différence :
E2 − E1 z − z1 y2 − y1
∆x
= 2
∆x
+
∆x
+ 1 α V2 − V1
∆x 2g
2 2
  [8.2]

ou de dérivée :

dE = dz + dy + d α V
dx dx dx dx 2g
2
  [8.3]

La variation du niveau d’énergie est due à la perte de charge par friction hf et correspond à la
pente de la ligne d’énergie (Sf ) :

dE = h f = S [8.4]
dx ∆x f

La variation de la cote z du fond du cours d’eau correspond à la pente du fond du cours d’eau
(S0 ) :
dz = S [8.5]
o
dx
FRICTION
103

Dans l’équation [8.3], la vitesse peut être exprimée en terme du débit Q et de la section d’écou-
lement A(y) qui est fonction de la profondeur d’écoulement :

Q [8.6]
V= ( )
Ay

d V2 = d
dx
Q2
 
dx A 2(y )
= Q2 d 1
dx A 2( y )
  [8.7]

d V2 = Q2 − 2
dx
 
A 3( y )
dA( y ) dy
dy dx
[8.8]

d V 2 = − 2 Q 2 dA( y ) dy [8.9]
dx A 3( y ) dy dx

Après substitution et en considérant α = 1.0, l’équation [8.3] s’écrit :

dy Q 2 dA(y ) dy [8.10]
Sf = So + −
dx g A 3(y ) dy dx

dy Sf − So
= [8.11]
dx Q 2 dA( y )
1− g A 3( y ) dy

Cette dernière équation est l’équation générale qui permet de déterminer la courbe de remous.

8.3 FRICTION
En considérant que la friction est uniquement fonction de la vitesse moyenne dans la section et
que l’écoulement peut être considéré comme uniforme dans cette section infinité décimale, la
perte d’énergie par friction peut être estimée par n’importe laquelle des équations de l’écoule-
ment uniforme. En utilisant l’équation de Manning :

V = 1n Rh 23 S f
12
[8.12]

2 n2 Q2 n2
S f = V 43 = [8.13]
Rh A 2( y ) R h 43

L’équation [8.11] s’écrit alors :


Q2 n2
43 − S o
dy A 2( y ) R h
= Q 2 dA( y ) [8.14]
dx 1 − g A 3(y ) dy
104 COURBE DE REMOUS

8.4 CANAL TRAPÉZOÏDAL


Dans le cas du canal trapézoïdal, qui est le cas le plus fréquent, les paramètres suivants peuvent
être définis :

A( y ) = ( b + z y ) y = b y + z y 2 [8.15]

P( y ) = b + 2 y  1 + z 2 [8.16]

A( y ) (b + z y ) y
Rh = ( ) = [8.17]
Py b + 2 y  1 + z2

43
Q2 n2 Q 2 n 2 b + 2 y 1 + z 2
S f = f 1( y ) = = [8.18]
A 2( y ) R h 43 [( b + z y ) y] 103

dA( y ) [8.19]
=b+2zy
dy

Q 2 dA(y ) Q2 (b + 2 z y )
f 2( y ) = = [8.20]
g A 3(y ) dy [( b + z y ) y] 3

Après substitution, l’équation [8.14] s’écrit :

dy f (y) − So
= 1 [8.21]
dx 1 − f 2( y )

8.5 CALCUL DE LA COURBE DE REMOUS


À partir de l’équation d’Euler explicite, la courbe de remous peut être calculée par différnces
finies en connaissant la profondeur d’eau en une section de référence.

dy
y x+∆x = y x + ∆x  [8.22]
dx x

y x+∆x = y x + ∆x f1(−y )f−(yS)

1 x
2 x
o
[8.23]

Pour améliorer la prédiction, une correction est effectuée en utilisant la méthode de Crank--
Nicholson modifiée :

y x+∆x = y x + ∆x α dy
dx
 x + (1 − α)
dy

dx x+∆x

[8.24]
EXEMPLE DE COURBE DE REMOUS
105

Lorsque α = 0,5,

f (y )+f ( y +∆x )
1 x 1 x
− S o
y x+∆x = y x + ∆x 2
( ) ( ) [8.25]
 1 − f y +f 2 y +∆x 
2 x 2 x

Dans le cas des écoulements en régime fluvial, la courbe de remous est calculée de l’aval vers
l’amont. Lorsque l’écoulement est torentiel, la courbe de remous est calculée de l’amont vers
l’aval.

8.6 EXEMPLE DE COURBE DE REMOUS


La figure 8.2 présente les différentes courbes de remous et les vitesses à l’amont de la crête du
déversoir d’un seuil dissipateur d’énergie en fonction du type de déversoir (rectangulaire, tra-
pézoïdal, sans restriction -- seuil épais) installé au--dessus de la crête. L’Utilisation d’un seuil
sans restriction amène une augmentation de la vitesse d’écoulement à l’approche de la crête du
seuil, vitesse qui dépasse la vitesse maximale. Le chapitre traitant des seuils dissipateurs
d’énergie reprendra plus en détail les choix d’aménagement.
106

COURBE DE REMOUS

Cote (m)

CHAINAGE (m)

VITESSE
Vitesse (m/s)

CHAINAGE (m)

Figure 8.2 Courbes de remous et vitesses à l’amont de la crête d’un seuil dissipateur
d’énergie en fonction du type de déversoir utilisé (rectangulaire, trapézoïdal,
sans rectriction -- seuil épais).
107

GAE--21287 PROBLÈMES SÉRIE 8.

8.1. Vous avez un cours d’eau trapézoïdal possédant une base de 1,0 m de largeur, une pente
des talus de 1,5:1, une profondeur de 0,9 m et une pente de 0,001. Le débit de design est
de 1,0 m3/s. Le sol est un loam argileux. Un ponceau doit y être installé.
a) Déterminez la profondeur normale d’écoulement du cours d’eau,
b) Si le ponceau crée une hauteur d’eau à l’entrée du ponceau de 0,85 m, détermi-
nez la courbe de remous à l’amont du ponceau,
c) Déterminez la zone d’influence du ponceau,
d) Un ponceau doit être installé à 300 m à l’amont de votre ponceau, quelle est la
hauteur d’eau tolérable à l’entrée de votre ponceau si vous ne voulez pas que
votre ponceau influence l’écoulement dans le ponceau à l’amont.

8.2. Vous avez un cours d’eau trapézoïdal possédant une base de 1,0 m de largeur, une pente
des talus de 1,5:1, une profondeur de 1,0 m et une pente de 0,003. Le débit de design est
de 2,0 m3/s. Le sol est un loam argileux. Un ponceau doit y être installé.
a) Déterminez profondeur normale d’écoulement du cours d’eau,
b) Si le ponceau crée une hauteur d’eau à l’entrée du ponceau de 0,85 m, détermi-
nez la courbe de remous à l’amont du ponceau,
c) Déterminez la zone d’influence du ponceau,
d) Un ponceau doit être installé à 300 m à l’amont de votre ponceau, quelle est la
hauteur d’eau tolérable à l’entrée de votre ponceau si vous ne voulez pas que
votre ponceau influence l’écoulement dans le ponceau à l’amont.
108
9
CHAPITRE

Ponceaux

9.1 INTRODUCTION
Un ponceau est une structure hydraulique aménagée sous un remblai qui permet le passage de
l’eau tout en permettant aux humains, animaux, machines et équipements de traverser le cours
d’eau. Les ponceaux sont plus économiques à aménager que les ponts et c’est ce qui explique
leur popularité.
Un ponceau (figure 9.1) est constitué d’une structure de canalisation hydraulique installée sur
un radier et recouvert d’un remblai.

Remblai
Canalisation hydraulique

Radier

Figure 9.1 Éléments constituant un ponceau.

Il est à peu près impossible de bien planifier l’aménagement des cours d’eau en milieu rural,
sans en même temps considérer l’influence des ponceaux ou des ponts de ferme sur les caracté-
ristiques de l’écoulement des eaux de ruissellement.
110 PONCEAUX

Ce chapitre traitera des sujets suivants:


1. la description des types de ponceaux,
2. l’hydraulique des ponceaux,
3. les courbes de performance,
4. le design,
5. la planification et la construction des ponceaux.

9.2 TYPES DE PONCEAUX


Les ponceaux sont caractérisés par leur forme, le type de matériaux utilisés et leur installation
dans le remblai.

9.2.1 Matériaux utilisés


Le matériel utilisé pour la canalisation hydraulique est la tôle d’acier galvanisé ondulé, le
béton, le bois et le polyéthylène pour les ponceaux de petite taille. La base sur laquelle la cana-
lisation hydraulique est installée est appelée le radier et elle est en béton ou utilise le matériel
originel ou de remblai mais ce matériel doit être suffisamment stable pour recevoir la structure
de canalisation et les charges du remblai et des véhicules y circulant.
Le remblai est généralement constitué de matériel grossier (gravier, concassé et pierres de dif-
férentes tailles. Dépendant de la hauteur du remblai, le matériel doit être compacté pour mieux
résister à l’infiltration et à l’affouillement.

RECTANGULAIRE VOUTÉ

Canalisations hydrauliques à contour ouvert

CIRCULAIRE ELLIPTIQUE
RECTANGULAIRE ARQUÉ

Canalisations hydraulique à contour fermé

Figure 9.2 Formes de ponceaux.


TYPES DE PONCEAUX
111

9.2.2 Forme de la canalisation hydraulique


Les canalisations hydrauliques peuvent être à contour ouvert ou fermé (figure 9.2). Les canali-
sations à contour ouvert sont principalement rectangulaires ou voutés. Les canalisations fer-
mées sont de formes rectangulaire, circulaire, elliptique et arqué. Les canalisations rectangu-
laires sont principalement en béton et parfois en pièces de bois. Les formes circulaires utilisent
des tuyaux en acier ondulé, en béton et pour les ponceaux de petite taille, en polyéthylène
ondulé. Les formes elliptiques, arquées et voutées sont généralement en acier ondulé.
Pour les canalisations à contour ouvert, la base de la structure est installée sur une semelle ou
un radier généralement en béton.

9.2.3 Type d’installation et entonnement


Les ponceaux sont aussi caractérisés par le type d’entonnement ou la configuration de l’entré
de la canalisation hydraulique face à l’écoulement. Les types d’entonnement sont (figure 9.3) :
Saillant du remblai : La canalisation est installé au--dessus du radier et le matériel de rem-
blai est déversé au--dessus de la canalisation. Compte tenu que le remblai doit respec-
ter l’angle de repos du matériel, celui--ci a une pente et la longueur de la canalisation
doit être augmentée pour respecter cette réalité.
Mur de tête : Une structure verticale est installée à chaque bout de la canalisation pour y
retenir le matériel de remblai. Cette structure peut être en béton, en pièces ou billes de
bois (d’intérêt en milieu forestier) ou en gabions. L’utilisation d’un mur de tête per-
met de diminuer la longueur de la canalisation par rapport au remblai. Les murs de
tête sont fréquents avec les ponceaux rectangulaires en béton.

Tuyau en béton armé (TBA) Tuyau en tôle ondulée (TTO)


Saillant du ramblai Saillant
du ramblai Ke = 0,9
Arête vive Ke = 0,5
bout mâle
Biseauté ll à la
pente du remblai Ke = 0,7
Convergent Ke = 0,2
bout femèle
Mur de tête Mur de tête Ke = 0,5

Ponceau rectangulaire en béton armé (PBA)


Arête vive Ke = 0,5
bout mâle
Mur en aile Ke = 0,5
arête vive

Convergent Ke = 0,2
bout femèle Mur en aile
entonnement Ke = 0,2
convergent

Figure 9.3 Type d’entonnement.


112 PONCEAUX

Biseauté parallèlement à la pente du remblai : Les bouts des canalisations en tôle


d’acier ondulé peuvent être coupés pour épouser la pente du remblai. Cette coupe
augmente la surface d’entré de l’eau, diminue la résistance à l’écoulement à l’entré et
augment la capacité du ponceau de l’ordre de 10 %.

9.3 HYDRAULIQUE DES PONCEAUX


Techniquement, un ponceau est essentiellement une structure hydraulique. À ce titre, la mise
en place d’un tel ouvrage doit se faire en respectant les principes de base de l’hydraulique des
ponceaux. En milieu rural comme en milieu urbain, il est très important d’intégrer le design
des ponceaux à l’aménagement des cours d’eau si nous voulons bâtir un système rationnel qui
rencontre les besoins du milieu.
Les écoulements dans les ponceaux sont classifiés en deux grandes catégories : l’écoulement
avec ”contrôle à l’entrée” et l’écoulement avec ”contrôle à la sortie”. Il existe un troisième type
d’écoulement à la limite entre ces deux types d’écoulement, l’écoulement critique.

9.3.1 Écoulement avec contrôle à l’entrée


L’expression “contrôle à l’entrée” signifie que la géométrie (forme du ponceau, dimensions,
type d’entonnement) de l’entrée du ponceau détermine la capacité du ponceau pour une hau-
teur d’eau à l’entrée (Figure 9.4). Par définition, un écoulement est “avec contrôle à l’entrée”
se rencontre lorsque la profondeur de l’eau à la sortie du ponceau est moindre que la profon-
deur critique d’écoulement. Pour cette condition, la hauteur de 1’eau à l’amont Ham ne dépend
que du débit et de la géométrie du ponceau et de son type d’entonnement.

Ham

Figure 9.4 Ponceau avec contrôle à l’entrée.

L’entrée du ponceau peut être submergée ou non submergée. La figure 9.5 montre que lorsque
l’entré du ponceau n’est pas submergée, le ponceau se comporte hydrauliquement comme un
déversoir. Lorsque la hauteur d’eau à l’entrée du ponceau est nettement supérieure à la hauteur
libre du ponceau, celui--ci se comporte hydrauliquement comme un orifice submergée. Entre
ces deux conditions se situe une zone de transition. Les équations de la capacité des ponceaux
en contrôle à l’entrée intègre ces deux conditions et la zone de transition par une équation
continue.
HYDRAULIQUE DES PONCEAUX
113

Hauteur d’eau à l’entrée

Orifice submergée
Zone de transition

Déversoir non submergée

Débit

Figure 9.5 Types d’écoulement dans un ponceau en fonction de la hauteur d’eau à l’en-
trée lorsqu’en contrôle à l’entrée (adapté du U. S. Department of Transporta-
tion. 2005).
La hauteur à l’amont Ham et la capacité du ponceau Q s’expriment :
H am = f ( Q, D, Te ) [9.1]

Q = f ( H am, D, Te ) [9.2]

Ham = Hauteur d’eau à l’entrée du ponceau (L) [m]


Q = Débit (L3/T) [m3/s]
D = Dimensions du ponceau (L) [m]
Te = Type d’entonnement
Pour ce type d’écoulement, il existe une série d’abaques (figures 9.15 à 9.19) produites par le
Ministère des Transport du Québec (MTQ, 1995) donnant directement les hauteurs d’eau
”amont” et ceci pour les ponceaux de type standard.
En général, les cours d’eau ayant une pente supérieure à 1% favorisent un écoulement avec
contrôle à l’entrée pour les ponceaux qui y sont installés.
114 PONCEAUX

9.3.2 Écoulement avec contrôle à la sortie


Un écoulement est ”avec contrôle à la sortie” lorsque la friction dans le ponceau contrôle
l’écoulement. Dans ce cas, la hauteur d’eau à l’amont dépend non seulement des pertes provo-
quées par les conditions d’entrée mais également des pertes de charge dynamiques et des per-
tes de charge par friction à l’intérieur de la conduite (Figure 9.6). Comme le montre la
figure 9.6, l’écoulement avec contrôle à la sortie peut être regroupé en quatre cas. Le premier
représente un écoulement où la sortie est submergée. Dans le deuxième cas, la conduite coule
pleine malgré que la sortie soit non submergée car la profondeur critique de l’écoulement est
supérieure à la hauteur libre du ponceau. Dans le troisième cas, la conduite coule partiellement
pleine et la hauteur d’eau à la sortie se trouve à mi--chemin entre la profondeur critique d’écou-
lement et la hauteur libre du ponceau. Le quatrième cas représente une conduite coulant par-
tiellement pleine sur toute sa longueur mais où la profondeur d’eau est supérieure à la profon-
deur critique de l’écoulement. .
Pour un écoulement est avec contrôle à la sortie, la hauteur amont Ham ) s’exprime :

H am = ∆H + H av − LS 0 [9.3]
∆Η = Perte de charge dans le ponceau (L)
Hav = Hauteur d’eau à la sortie du ponceau (L)
L = Longueur du ponceau (L)
S0 = pente du radier du ponceau (L/L)

Q = f ( ∆H ) [9.4]


∆H = 1 + K e +
19, 63 n 2 L
R 1.33
 V2g2
[9.5]

Ke = Coefficient de résistance à l’entrée


n = coefficient de rugosité
R = Rayon hydraulique du ponceau
V = Vitesse de l’eau dans le ponceau
Dans les conditions de contrôle à la sortie, la hauteur de l’eau à l’amont est influencée par les
conditions de l’écoulement à la sortie. Les abaques (figures 9.20 à 9.24) produites par le Minis-
tère des Transport du Québec (MTQ, 1995) permettent de calculer les pertes de charge totales
dans les cas où la sortie est complètement submergée (cas A). Les abaques sont aussi considé-
rées comme valables pour les cas B et C. D’une façon pratique, il faut s’attendre à retrouver
une condition de contrôle à la sortie lorsque la pente du cours d’eau est inférieure à 0.5%.
Dans le cas où la sortie est complètement submergée, la hauteur d’eau aval (Hav) correspond à
la profondeur d’écoulement à l’aval du ponceau (y), ce qui correspond généralement à la pro-
fondeur normale d’écoulement dans le cours d’eau. Dans le cas B, la hauteur d’eau aval (Hav)
correspond à la hauteur libre du ponceau (H). Dans le cas C, la hauteur d’eau aval (Hav) est à
mi--chemin entre la profondeur critique d’écoulement (yc ) et la hauteur libre du ponceau; alors,
la plus grande valeur entre ( (yc + H) /2 ) et la profondeur d’écoulement à l’aval du ponceau (y)
est utilisés. Dans le cas D, aucune abaque n’a été construite car il est plus simple de déterminer
la hauteur à l’entrée du ponceau (Ham) à l’aide de la courbe de remous dans le ponceau.
115

∆H
Ham
H Hav y0

CAS A : CONDUITE PLEINE -- SORTIE SUBMERGÉE (Hav > H), Hav = yo

∆H
Ham
H
Hav

CAS B : CONDUITE PLEINE (Hav = H)

∆H
Ham
H
yc Hav
y0

CAS C : CONDUITE PLEINE SUR UNE PARTIE DE LA LONGUEUR

Ham ∆H
H

CAS D : CONDUITE PARTIELEMENT PLEINE

Figure 9.6 Ponceau avec contrôle à la sortie.


116

9.3.3 Écoulement critique


La profondeur critique est associée à l’écoulement critique qui se produit lorsque le niveau
d’énergie spécifique est minimum (Section 1.5.3). Cette profondeur est la hauteur de la lame
d’eau dans une conduite ou un canal qui est la limite entre un écoulement turbulent et un écou-
lement fluvial. Cette profondeur critique est fonction du débit et de la géométrie de la conduite.
Les abaques (figures 9.25 à 9.28) produites par le Ministère des Transport du Québec (MTQ,
1995) permettent de déterminer la profondeur critique de plusieurs types de ponceaux.

9.4 TYPE RÉEL D’ÉCOULEMENT


Le type réel d’écoulement dans un ponceau ne peut être déterminé à priori. Pour un débit donné
et une situation donnée (dimensions du ponceau, hauteur d’eau à la sortie, type d’entonne-
ment), c’est le type d’écoulement provoquant la plus grande hauteur d’eau à l’entrée du pon-
ceau qui contrôle l’écoulement. Les deux types d’écoulement doivent être analysées pour cha-
que situation.
La courbe de performance d’un ponceau donnée peut être déterminée pour un ponceau donnée
en étudiant une gamme de débit comme le montre la figure 9.7. Le ponceau opère en contrôle à
l’entrée pour les faibles débits, en contrôle à la sortie pour de plus grands débits. Lorsque la
hauteur d’eau dépasse le niveau du remblai, le dessus du remblai fonctionne comme un déver-
soir épais et le débit de celui--ci s’additionne à celui du ponceau. L’ensemble ponceau--remblai
à une grande capacité à condition que le remblai soit construit en conséquence, sinon ce sera la
catastrophe.

9.5 COURBES DE PERFORMANCE


L’utilisation des courbes de performance permet de choisir la dimension d’un ponceau pour un
débit donné, un niveau d’eau amont donné et une longueur donnée. Comme le nombre de types
de ponceaux est plutôt restreint en agriculture et que la longueur des ponceaux ne dépasse rare-
ment 6 mètres, les courbes de performance s’avèrent être une solution intéressante et rapide.
Les caractéristiques d’écoulement d’un ponceau ainsi que sa capacité hydraulique sont
contrôlées par des conditions à l’entrée ou à la sortie.

9.5.1 Contrôle à l’entrée


Pour un ponceau de type et de matériel donné opérant avec contrôle à l’entrée, son débit est
fonction de la hauteur d’eau à l’entrée (Ham) et de son diamètre comme le montre l’équation
9.2. La figure 9.8 présente les débits des ponceaux circulaires en acier et en saillie du remblai.
Elle a été construite à partir de l’abaque 5.3.1b du Ministère des transport du Québec.
117

Haut du
Hauteur d’eau à l’entrée

remblais

Contrôle à
Contrôle à l’entrée
la sortie

Haut du
ponceau

Débit réel

Débit

Figure 9.7 Courbe de performance d’un ponceau (adapté du du U. S. Department


of Transportation. 2005).
118

10,00
180
150
5,00 135

120

Diamètre (cm) 105


2,00
90

75
1,00

60
0,50

45

0,20

30
0,10

0,05

0,02

0,01
0,10 0,20 0,50 1,00 2,0

Hauteur d’eau amont (Ham) (m)

Figure 9.8 Débit des ponceaux circulaires en acier et en saillie de remblai avec contrôle
à l’entrée.
119

9.5.2 Contrôle à la sortie


Dans le cas d’un ponceau opérant avec contrôle à la sortie, la capacité hydraulique est fonction
de la géométrie à l’entrée, de la hauteur d’eau à l’entrée, de la longueur et de la pente du pon-
ceau, de la rugosité du ponceau et de la hauteur d’eau a la sortie.
L’énergie nécessaire pour laisser passer une quantité d’eau donnée à travers un ponceau plein
sur toute sa longueur avec contrôle à la sortie est équivalente à la somme de la charge dynami-
que, des pertes de charge à l’entrée et des pertes de charge par frottement (équation 9.5).
Si la hauteur d’eau dans le cours d’eau aval est à un niveau égal ou supérieur à celui de la voûte
à la sortie, le ponceau opère sous contrôle à la sortie avec sortie submergée. La hauteur d’eau à
l’entrée sera définie comme suit:

H am = ∆H + y o − LS 0 [9.6]

À partir des abaques (5.3.2a à 5.3.2h) du Ministère des transport du Québec (contrôle à la sortie
submergée), il est possible de déterminer la perte de charge (∆H) dans le ponceau pour les dif-
férents diamètres d’un même type de ponceau. La figure 9.9 présente les débits des ponceaux
circulaires de six mètres de longueur en saillie du remblai opérant en contrôle à la sortie sub-
mergée.
Si la hauteur d’eau dans le cours d’eau aval est inférieure à celle de la voûte du ponceau à la
sortie, le ponceau opère sous contrôle à la sortie avec sortie non submergée. La hauteur d’eau
”Ham” est définie par la même équation sauf que ”Hav‘’ n’est plus la hauteur d’eau en aval du
ponceau, mais fonction de la profondeur critique d’écoulement. Elle est approximée:

H av = max  y +2 H , y 
c
o [9.7]

yc = profondeur critique
yo = profondeur dans le canal à la sortie du ponceau
H = diamètre du ponceau ou hauteur libre
La profondeur critique “yc ” est obtenue des abaques ((5.3.3a à 5.3.3g) produites par le Minis-
tère des Transport du Québec selon la configuration du ponceau. Comme “∆H” et “yc ” sont
fonction du débit, ce dernier peut être porté en graphique en fonction de “∆H + yc /2 + H/2” qui
est aussi égal à “Ham + L So” (équation 9.3). La pente étant une valeur connue, il est facile de
déterminer la hauteur d’eau ”Ham”. La figures 9.10 représente les débits des ponceaux circu-
laires en acier de six mètres de longueur en saillie du remblai opérant avec contrôle à la sortie
avec sortie non submergée.
120

10,00
Diamètre (cm)

180

150

135

120

105

90

75
1,00

60

45

30

0,10
0,10 1,00
Perte de charge ∆H (m)

Figure 9.9 Débit des ponceaux circulaires en saillie de remblai avec contrôle à la sortie sub-
mergée.
121

10,00
180
Diamètre (cm)
150

135

120

105

90

75
1,00

60

45

30

0,10
0,30 3,00

Ham + LSo = ∆H + (D + dc)/2

Figure 9.10 Débit des ponceaux circulaires en saillie de remblai avec contrôle à la sortie non
submergée.
122

9.6 DESIGN

9.6.1 Facteurs hydrauliques régissant le choix des ponceaux de ferme


Deux (2) types de cours d’eau peuvent traverser des fermes agricoles:
1. D’une part ceux qui, en raison de leur pente et de leur géométrie ont une
grande capacité hydraulique (grande récurrence).
2. D’autre part ceux qui sont à la limite du rendement hydraulique souhaitable
au point de vue drainage (faible récurrence).
Dans le premier cas, les critères du choix sont établis en fonction de la capacité de la conduite,
de sa durabilité et du niveau de service.
Dans le deuxième cas, il faut ajouter le principe suivant: ”Lorsque quelqu’un veut construire
un ponceau de ferme, il devrait normalement avoir l’obligation morale et légale d’installer une
structure de drainage qui maintienne la capacité drainante du cours d’eau à un niveau accepta-
ble pour le propriétaire constructeur et pour ceux qui sont situés à l’amont de l’ouvrage”.
Les facteurs importants, dont il faut tenir compte, sont les suivants: la hauteur admissible de
l’eau dans la canalisation, la courbe de remous, l’érosion et les efforts ascendants sur les struc-
tures.

9.6.2 La hauteur admissible de l’eau dans la canalisation


Dans le cas des cours d’eau de type (1) mentionné ci--haut, la hauteur admissible de l’eau est
choisie fonction du degré d’inondation accepté et de sa conséquence sur l’érosion des rives. Ce
niveau peut être déterminé suite à une visite des lieux.
Dans le cas des cours d’eau de type (2), cette hauteur admissible doit être fixée suivant les critè-
res de dimensionnement. Il est bien entendu que cette hauteur admissible de l’eau doit être
appliquée non seulement au niveau amont immédiat d’un ponceau mais également sur tout le
tronçon du cours d’eau affecté par les effets de la courbe de remous.

Il existe très peu de critères connus en agriculture. Les critères suivants sont proposés de ma
part :
S La hauteur amont (Ham ) doit être inférieure à la profondeur du cours d’eau.

S La hauteur amont (Ham ) doit être inférieure à la profondeur normale d’écoulement plus
30 cm pour éviter que le ponceau, en agissant comme barrage, puisse voir éroder son rem-
blai par l’infiltration de l’eau dans le remblai compte tenu de la faible compaction du rem-
blai en l’absence d’équipement spécialisé. Cette valeur semble sécuritaire pour les pon-
ceaux remblayés sans compactage contrôlé.

S La hauteur d’eau amont (Ham ) ne doit provoquer une courbe de remous qui affecte la hau-
teur d’eau à la sortie du ponceau situé à l’amont. Sinon, deux ou plusieurs ponceaux sous
dimensionnés peuvent provoquer un effet d’enfilade comme illustré à la figure 9.11.
CONSTRUCTION
123

Figure 9.11 Effet d’enfilade d’une série de ponceaux.

L’exemple de la figure 9.11, sur des cours d’eau à faible pente, montre qu’un agriculteur qui
construit un ponceau de capacité insuffisante peut rendre inadéquats tous les ponceaux amonts
qui par ailleurs pouvaient avoir été construits en suivant les exigences.
L’effet d’enfilade est déterminé en calculant la courbe de remous à l’amont d’un ponceau. La
courbe de remous s’établit à partir du calcul de la hauteur d’eau à l’amont d’un ponceau tel
qu’établit au chapitre sur les courbes de remous.
Toutefois, il est souvent avantageux de tolérer pour des ponceaux de ferme un débordement du
ruisseau qui, lors des crues, permet à l’eau de contourner en partie la structure en maintenant
son niveau à une valeur inférieure à la limite fixée par le projeteur. Le calcul de ce niveau d’eau
se fait alors suivant les principes généraux de l’hydraulique des cours d’eau.

9.7 CONSTRUCTION
Si nous voulons construire un ponceau pour lequel une inondation complète (déversoir) est
tolérée, la précaution à prendre en plus des recommandations mentionnées ci--après, ce sera de
prévoir remblayer le ponceau avec de la pierre de façon à ce qu’il demeure en place en tout
temps. La pierre doit être la plus grosse possible de façon à ce que le facteur de sécurité soit
suffisant pour assurer une bonne protection.
Si nous voulons construire un pont ou un ponceau pour lequel il est toléré qu’il soit contourné
par l’eau pendant les crues, la précaution supplémentaire à prendre c’est de prévoir à l’appro-
che de ces structures, un remblai constitué de pierres suffisamment grosses pour résister à la
force érosive des courants.
Pour tout ponceau, il faut suivre les recommandations des sections qui suivent.

9.7.1 Implantation des ponceaux

I1 est toujours avantageux d’implanter un tuyau de 30 à 60 cm en contrebas du lit d’un cours


d’eau. En plus d’augmenter, au moment des crues, sa capacité hydraulique, cette méthode
améliore également le facteur de sécurité contre les affouillements et les sous--pressions.
Pour les ponceaux ou petits ponts construits sur fondations séparées, il convient de les implan-
ter à 60 cm en contrebas du lit et ceci pour les mêmes raisons de sécurité.
124

9.7.2 Préparation de la fondation


I1 faut toujours tenter de construire les ponceaux à sec. Très souvent, il s’agit de dévier tempo-
rairement l’écoulement ce qui ne pose que peu de difficultés durant la période estivale.
Les tuyaux doivent reposer sur un coussin de gravier. Pour les tuyaux métalliques, ce gravier
ne doit pas contenir de pierres de grosseur supérieure à deux pouces.
Si le matériel de fondation est une argile molle, il est recommandé de construire un coussin en
pierre de façon à obtenir une capacité portante suffisante pour permettre le passage de charges
lourdes sur la structure sans risque de déstabiliser l’ouvrage.
I1 est également recommandé de compacter ce coussin en circulant avec un tracteur ou tout
autre équipement lourd, excepté pour les cas où il est difficile d’éliminer l’eau du cours d’eau
afin d’assécher la fondation.
En résumé, le temps pris pour faire une bonne fondation est un très bon investissement car il est
une garantie de durabilité pour la structure.

9.7.3 Mise en place et remblayage


Dans un projet bien conçu, il est recommandé de faire la mise en place des ponceaux en utili-
sant la machinerie disponible.
Le ponceau doit être remblayé le plus tôt possible après sa mise en place afin de le protéger
contre les efforts de soulèvement dus aux forces de la pression hydraulique. En général, pour
les ponceaux de moins de 240 cm, un remblai de l’ordre de 60 cm au--dessus de la structure
semble suffisant pour compenser ces efforts.
Le matériel de remblai, si possible, doit être un matériel granulaire, surtout pour les tuyaux
métalliques.
Il est fortement recommandé de placer le remblai en maintenant le niveau de remblayage à peu
près égal de chaque côté de la structure, afin d’éviter les déplacements dus aux poussées des
terres. Il convient également de compacter le matériel à l’aide de la machinerie disponible.

9.7.4 Protection contre l’affouillement et contre l’érosion


Pour protéger l’ouvrage contre l’érosion, il faut à chaque extrémité de la conduite, construire
un enrochement avec de la pierre d’environ 30 cm. Cette protection doit s’étendre sur toute la
partie du remblai menacé par les hauts niveaux de crue.
Cette opération doit se faire immédiatement après le remblayage de la structure afin d’éviter
les surprises désagréables d’une crue subite qui pourraient mettre en danger l’ouvrage.
Contre l’affouillement à la sortie du ponceau, il est recommandé de construire un tapis de pier-
res sur toute la largeur du lit et sur une distance d’environ deux fois le diamètre du ponceau ou
deux fois sa portée.
En résumé, lorsque la construction d’un ponceau de ferme est projetée, il faut s’astreindre
comme pour tout ouvrage de génie à un processus de ”design” qui soit rationnel; ce qui permet
de trouver la solution la plus adéquate et la plus économique.
CONSTRUCTION
125

Il faut soigner la réalisation de l’ouvrage. C’est la meilleure garantie de durée et par consé-
quent d’économie.
Sont connus : Débit (Q), longueur (L) et dimensions du ponceau (H), épaisseur d’eau
à la sortie du ponceau (yo )

1. Calcul en contrôle à l’entrée


H am−ce = f (Q, H, K e) selon les abaques du contrôle à l’entrée

2. Calcul en contrôle à la sortie


∆H = f (Q, H, K e, n, L) selon les abaques du contrôle à la sortie submergée

A. Sortie submergée y o ≥ H
H am−cs = y o + ∆H − S o L

B. Sortie non submergée yo < H

Calcul de yc selon les abaques



H av = max y o,
H + yc
2

H am−cs = H av + ∆H − S o L

3. Hauteur d’eau à l’entrée et du mode de contrôle


H am = max (H am−ce, H am−cs)

Mode de contrôle = mode produisant le plus grand Ham

Figure 9.12 Algorithme pour calculer la hauteur à l’entrée d’un ponceau et déterminer le
type de contrôle.
126

Sont connus : Hauteur d’eau à l’entrée du ponceau (Ham ), longueur (L) et dimensions
du ponceau (H), épaisseur d’eau à la sortie du ponceau (yo )

1. Calcul en contrôle à l’entrée


Q ce = f (H am, H, K e) selon les abaques du contrôle à l’entrée

2. Calcul en contrôle à la sortie


A. Sortie submergée y o ≥ H
∆H = H am − y o + S o L
Q cs = f (∆H, H, L, n, K e) selon les abaques du contrôle à la sortie submergée
B. Sortie non submergée yo < H
∆H = H am − y o + S o L
Q cs = f (∆H, H, L, n, K e) selon les abaques du contrôle à la sortie submergée

Calcul de yc selon les abaques



H av = max y o,
H + yc
2

∆H = H am − H av + S o L

3. Détermination du débit et du mode de contrôle


Q = min (Q ce, Q cs)
Mode de contrôle = mode produisant le plus petit débit

Figure 9.13 Algorithme pour déterminer la capacité d’un ponceau.


127

Sont connus : Débit de design (Q ), longueur (L) , épaisseur d’eau à la sortie du ponceau (yo )

1. Détermination de H am−max et ∆H = H am − y o + S o L
2. Calcul en contrôle à l’entrée
H ce = f (Q, H am−max, K e) selon les abaques du contrôle à l’entrée

3. Calcul en contrôle à la sortie


H cs = f ( Q, ∆H, L, n, K e) selon les abaques du contrôle à la sortie submergée

Si sortie non submergée y o < H cs

Calcul de yc selon les abaques



H av = max y o,
H + yc
2

∆H = H am − H av + S o L

H cs = f ( Q, ∆H, L, n, K e) selon les abaques du contrôle à la sortie submergée

4. Détermination de la taille et du mode de contrôle


H = max (H ce, H cs)
Mode de contrôle = mode produisant la plus grande taille

Figure 9.14 Détermination de la taille requise pour un ponceau.


128

BIBLIOGRAPHIE

Tuncok, I. K. et L. W. Mays. 1999. Hydraulic Design of culverts and highway structures. Dans:
May, L. W. (éd.) Hydraulic design handbook Ch--15. McGraw--Hill Handbook, New--
York.

MTQ. 1995. Manuel de conception des ponceaux. Service de l’hydraulique, Ministère des
transports, Gouvernement du Québec, Québec (édition 1995).

Portland Cement Association. 1964. Handbook of Concrete Culvert Pipe Hydraulics. Portland
Cement Association. Skokies, Illinois. 267 pages.

U. S. Department of Transportation. 2005. Hydraulic design of highway culverts. U. S.


Department of Transportation -- Federal Highway Administration. HDS No 5. Publica-
tion No FHWA--NHI--01--020. National Highway Institude.
BIBLIOGRAPHIE
129

GAE--21287 PROBLÈMES SÉRIE 9.

9.1. Vous avez un cours d’eau trapézoïdal ayant une base de 1,0 m de largeur et une pente des
talus de 1,5:1. La profondeur normale d’écoulement est de 0,71 m pour un débit de 1,0
m3/s avec une pente de 0,001. Un ponceau circulaire en acier de 0,9 m de diamètre et de
6 m de longueur y est installé saillant du ramblai.
a) Déterminez la hauteur d’eau à l’entrée du ponceau si celui--ci opère en contrôle à
l’entrée,
b) Déterminez la profondeur critique d’écoulement dans le ponceau,
c) Déterminez la hauteur d’eau à l’entrée du ponceau si celui--ci opère en contrôle à
la sortie,
d) Sous quel mode le ponceau opère--t--il?

9.2. Quelles seraient les réponses au problème précédent si le ponceau était remplacé par :
a) un ponceau circulaire en béton de 0,9 m de diamètre saillant du remblai et partie
femelle face à l’écoulement,
b) un ponceau rectangulaire en béton de 0,90 m x 0,90 m,
c) un ponceau arqué en acier de 0,930 m x 0,645 m,
d) un ponceau vouté (demi cercle) de 0,9 m de hauteur.

9.3. Remplacez les ponceaux des deux questions précédentes par des panceaux de 50 m de
longueur et refaites les calculs.

9.4. Vous avez un ponceau circulaire en acier de 0,9 m de diamètre installé saillant du remblai
sur le fond d’un cours d’eau possédant une pente de 0,15%. Les profondeurs d’eau à l’en-
trée et à la sortie du ponceau sont respectivement de 1,0 m et 0,8 m. La longueur du pon-
ceau est de 6 m.
a) Quel est le débit de ce ponceau s’il opère en contrôle à l’entrée?
b) Quel est le débit de ce ponceau s’il opère en contrôle à la sortie?
c) Sous quel mode le ponceau opère--t--il réellement?

9.5. Estimez le débit d’un ponceau circulaire en acier de 1,2 m de diamètre installé saillant
du remblai sur le fond d’un cours d’eau possédant une pente de 0,2% si les profondeurs
d’eau à l’entrée et à la sortie du ponceau sont respectivement de 1,25 et 1,0 m. La longueur
du ponceau est de 6 m.
130

9.6. À une étape de votre étude de l’aménagement des cours d’eau d’un bassin versant, vous
avez à drainer une superficie de 280 hectares dont le débit à évacuer pour une récurrence
de 5 ans est de 1,8 mètres cube par seconde. A ce point du bassin versant, le sol est un loam
limoneux Kamouraska et le cours d’eau possède une pente de 0,15%.
a) Quelle serait la section nécessaire (profondeur du cours, largeur au fond, profon-
deur d’écoulement) pour évacuer adéquatement le débit de design?
b) Déterminez les dimensions des ponceaux circulaires en acier à être installés dans
cette région (l’intervalle moyen entre les ponceaux est de 350 mètres)?
c) Déterminez les dimensions des ponceaux circulaires en béton à être installés
dans cette région (l’intervalle moyen entre les ponceaux est de 350 mètres)?
d) Déterminez les dimensions des ponceaux rectangulaires en béton à être installés
dans cette région (l’intervalle moyen entre les ponceaux est de 350 mètres)?
e) Déterminez les dimensions des ponceaux arqués en acier à être installés dans
cette région (l’intervalle moyen entre les ponceaux est de 350 mètres)?
f) Déterminez les dimensions des ponceaux voutés (demi cercle) à être installés
dans cette région (l’intervalle moyen entre les ponceaux est de 350 mètres)?

9.7. Un ponceau rectangulaire en béton de 2,0 m de largeur par 2,2 m de hauteur est installé
dans un cours d’eau possédant une base de 3,0 m, une profondeur de 1,2 m , une pente
de 0,005 et une pente des talus de 1:1.
a) Estimez la capacité de ce ponceau si la profondeur normale d’écoulement est de
1,0 m.
b) Quelles sont les hypothèses que vous devez poser?
c) Qu’elle est l’influence de ponceau sur la partie amont du cours d’eau (courbe de
remous)?
131

PONCEAUX CIRCULAIRES EN ACIER ONDULÉ -- CONTRÔLE À L’ENTRÉE

Figure 9.15 Capacité des ponceaux circulaires en acier ondulé fonctionnant en mode
de contrôle à l’entrée (adapté de MTQ, 1995).
132

PONCEAUX CIRCULAIRES EN BÉTON -- CONTRÔLE À L’ENTRÉE

Figure 9.16 Capacité des ponceaux circulaires en béton fonctionnant en mode de


contrôle à l’entrée (adapté de MTQ, 1995).
133

PONCEAUX ARQUÉS EN ACIER ONDULÉ -- CONTRÔLE À L’ENTRÉE

Figure 9.17 Capacité des ponceaux arqués en acier fonctionnant en mode de contrôle
à l’entrée (adapté de MTQ, 1995).
134

PONCEAUX RECTANGULAIRES EN BÉTON -- CONTRÔLE À L’ENTRÉE

Figure 9.18 Capacité des ponceaux rectangulaires en béton fonctionnant en mode de


contrôle à l’entrée (adapté de MTQ, 1995).
135

PONCEAUX VOUTÉS EN ACIER ET RADIER EN BÉTON --


CONTRÔLE À l’ENTRÉE

Figure 9.19 Capacité des ponceaux voutés en acier et radier en béton fonctionnant en
mode de contrôle à l’entrée (adapté de MTQ, 1995).
136

PONCEAUX CIRCULAIRES EN ACIER ONDULÉ -- CONTRÔLE À LA SORTIE

Figure 9.20 Capacité des ponceaux circulaires en acier (n=0,024) fonctionnant en


mode de contrôle à la sortie (adapté de MTQ, 1995).
137

PONCEAUX CIRCULAIRES EN BÉTON -- CONTRÔLE À LA SORTIE

Figure 9.21 Capacité des ponceaux circulaires en béton (n=0,012) fonctionnant en mode
de contrôle à la sortie (adapté de MTQ, 1995).
138

PONCEAUX ARQUÉS EN ACIER ONDULÉ -- CONTRÔLE À LA SORTIE

Figure 9.22 Capacité des ponceaux arqués en acier (n=0,024) fonctionnant en mode de
contrôle à la sortie (adapté de MTQ, 1995).
139

PONCEAUX RECTANGULAIRES EN BÉTON -- CONTRÔLE À LA SORTIE

Figure 9.23 Capacité des ponceaux rectangulaires en béton fonctionnant en mode de


contrôle à la sortie (adapté de MTQ, 1995)..
140

PONCEAUX VOUTÉS EN ACIER ET RADIER EN BÉTON --


CONTRÔLE À LA SORTIE

Figure 9.24 Capacité des ponceaux voutés en acier et radier en béton fonctionnant en
mode de contrôle à la sortie (adapté de MTQ, 1995).
141

PROFONDEUR CRITIQUE D’ÉCOULEMENT -- PONCEAUX CIRCULAIRES

Figure 9.25 Profondeur critique d’écoulement des ponceaux circulaires (adapté de


MTQ, 1995).
142

PROFONDEUR CRITIQUE D’ÉCOULEMENT -- PONCEAUX ARQUÉS

Figure 9.26 Profondeur critique d’écoulement des ponceaux arqués en acier (adapté de
MTQ, 1995).
143

PROFONDEUR CRITIQUE D’ÉCOULEMENT --


PONCEAUX RECTANGULAIRES

Figure 9.27 Profondeur critique d’écoulement des ponceaux rectangulaires en béton


(adapté de MTQ, 1995).
144

PROFONDEUR CRITIQUE D’ÉCOULEMENT -- PONCEAUXC VOUTÉS

Figure 9.28 Profondeur critique d’écoulement des ponceaux voutés (adapté de MTQ,
1995).
10
CHAPITRE

Érosion et conservervation des sols

10.1 INTRODUCTION
La fonte rapide des neiges et les pluies diluviennes provoquent parfois des phénomènes spec-
taculaires d’érosion tels que l’apparition des ravins, le sectionnement d’une route ou l’affouil-
lement d’un pont ou d’un ponceau. Généralement, les phénomènes d’érosion par l’eau sont
réguliers et presque imperceptibles, mais leur action n’est pas moins dévastatrice à la longue
que les quelques phénomènes spectaculaires que nous avons pu observer.

Il importe d’identifier deux principaux types d’érosion, l’érosion géologique et l’érosion accé-
lérée. L’érosion géologique est le processus normal de dégradation de la roche mère, de forma-
tion des sols, de leur destruction sous les conditions environnantes, tant climatiques que biolo-
giques. Par ses activités et son intervention, l’homme accélère le processus de détérioration
des sols. On dit alors qu’il provoque une érosion accélérée qui s’additionne à l’érosion géolo-
gique. Dans l’usage courant, le terme érosion fait généralement référence à cette érosion pro-
voquée par l’homme qui est beaucoup plus importante que l’érosion géologique et qui dété-
riore le milieu. C’est de cette érosion accélérée dont nous traiterons sous les aspects des
processus, des effets, des mécanismes qui la provoquent, des facteurs qui l’influencent et des
mesures qui permettent de la contrôler.

10.2 PROCESSUS ET EFFETS DE L’ÉROSION


10.2.1 Le processus
L’érosion est un processus selon lequel les particules de sol sont arrachées de leur milieu, trans-
portées par un agent de transport (l’eau, l’air) et déposées en un autre milieu. Ce processus
peut s’écrire:

ÉROSION = ARRACHEMENT → TRANSPORT → SÉDIMENTATION


146 ÉROSION ET CONSERVERVATION DES SOLS

L’érosion se produit lorsque les forces d’arrachement en présence sur les particules de sol sont
plus grandes que leurs forces de résistance. Le phénomène est d’autant plus important que le
déséquilibre est grand. La déposition survient lorsque les forces de transport sont plus faibles
que le poids des particules.

10.2.2 Les effets


Les effets de l’érosion se font sentir sur le milieu d’origine comme sur celui où se déposent les
particules de sol. Ces effets sont d’ordres physique et chimique. Au niveau du milieu d’ori-
gine, le plus grand effet de l’érosion est la perte de sol. Ces pertes sont d’autant plus néfastes
qu’elles sont plus grandes que le taux de formation de la couche arable. Ce sol perd graduelle-
ment son potentiel de production et la culture devient impossible après un laps de temps plus
ou moins long.

Ce sol enlevé devient à un moment ou l’autre des sédiments qui envasent les cours d’eau et les
réservoirs. Ils amènent des nettoyages plus fréquents et nécessairement des coûts supplémen-
taires. Lors de l’utilisation de l’eau d’un cours d’eau comme source d’alimentation, la pré-
sence de sédiments oblige une plus grande filtration et des coûts additionnels.

Au niveau chimique, la perte d’éléments nutritifs (azote, potassium et phosphore) représente


une valeur économique importante. Les nitrates sont facilement emportés car ils sont très solu-
bles. Quant aux phosphates, ils sont surtout liés aux sédiments. Connaissant le prix des engrais
chimiques, ces pertes peuvent être évaluées pour le Québec et la valeur de ces pertes monétai-
res pourrait surprendre.

Ces éléments nutritifs sont une cause principale de pollution en diminuant la qualité de l’eau.
La présence de phosphates stimule la croissance des algues. Certains herbicides ou insectici-
des délavés peuvent atteindre des niveaux de toxicité élevés pour les utilisateurs éventuels.

10.3 MÉCANISMES PROVOQUANT L’ÉROSION


Les mécanismes provoquant l’érosion sont liés à l’énergie de la pluie ou à l’énergie de l’écou-
lement de l’eau.

10.3.1 L’impact des gouttes de pluie


La goutte de pluie qui arrive au sol entre en collision avec les agrégats du sol (figure ) et forme
un cratère. L’énergie de cette goutte de pluie est absorbée par la projection de ces agrégats, par
la déformation ou le bris de ceux--ci (cas le plus fréquent), ou par les deux en même temps. Les
projections des particules de sol sont les éclaboussures, phénomène facilement visible après
une pluie au bas des murs ou sur la partie inférieure des tiges et des feuilles des plantes.
MÉCANISMES PROVOQUANT L’ÉROSION 147

0 sec

1 sec
1400

1 sec
700

1 sec
400

1 sec
150

1 sec
70

Figure 10.1 Les étapes de la création d’un cratère lors de l’impact d’une goute de pluie su
le sol (adapté de Mihara, 1952).

La force d’impact d’une goutte d’eau est égale à sa décélération multipliée par sa masse. Son
énergie est proportionnelle à sa masse et à sa vitesse au carré. En chute libre, la vitesse de cette
goutte d’eau est d’autant plus grande qu’elle est grosse. Les gouttes de pluie possèdent une
distribution de grosseur qui dépend de l’intensité de la pluie (I). L’énergie d’une pluie (E) a été
évaluée par Wischmeier et Smith (1958) :

E = 0, 1190 + 0, 0379 ln i [10.1]

E = énergie cinétique ( MJ ha--1 mm--1)


i = intensité de la pluie (mm h--1)
Les particules de sol pulvérisées entrent facilement en suspension dans la lame d’eau à la sur-
face du sol et elles ont deux choix :

S si l’eau s’infiltre, elles seront déposées et formeront une croûte (phénomène de bat-
tance) qui deviendra peu perméable lors de la prochaine précipitation.
S si l’eau ruisselle, elles seront, pour un grand nombre, emportées par l’eau et le proces-
sus dynamique d’érosion est amorcé.
148 ÉROSION ET CONSERVERVATION DES SOLS

10.3.2 La force d’arrachement de l’écoulement


L’eau qui coule sur une surface exerce une force de traction qui essaie d’arracher les particules
de sol se trouvant sur son chemin. Cette force est proportionnelle au gradient de vitesse de
l’écoulement au contact de la surface:

T =  ∂V [10.2]
∂x
T = force de traction
∂V = gradient de vitesse
∂x
µ = viscosité
L’augmentation de la quantité de sédiments accroît la viscosité de l’eau et nécessairement cette
force de traction. En un sens, l’érosion est génératrice d’érosion. Le gradient de vitesse pour un
écoulement uniforme est généralement proportionnel à la vitesse d’écoulement. Cette vitesse
d’écoulement est influencée par la pente du sol, l’épaisseur de la lame d’eau et la rugosité de la
surface. L’équation de Manning montre bien l’importance de chacun des termes.

EV = 1n Rh 23 S 12 [10.3]

V = vitesse d’écoulement (m s--1)


n = coefficient de rugosité
Rh = rayon hydraulique de la lame d’eau ou du canal en fonction de la
profondeur d’écoulement ”y”
S = pente hydraulique (m m--1)
10.3.3 Le transport
Les particules arrachées peuvent être transportées de trois manières par l’écoulement :
a) en suspension : l’écoulement ou l’impact des gouttes de pluie sur la lame d’eau provo-
que une turbulence qui maintient les particules fines en suspension. Ces
particules fines sont alors transportées sur de grandes distances.
b) par roulement : lorsque l’écoulement devient important, il peut arracher de plus grosses
particules mais ne peut les mettre en suspension. La force de l’écoule-
ment les roule sur le fond.
c) par saltation : lorsque les particules sont de grosseur moyenne, elles peuvent se dépla-
cer par sauts successifs (saltation). Ce phénomène est surtout important
avec le vent.
10.3.4 La déposition
Lorsque pour une raison ou une autre, la vitesse de l’écoulement diminue, le poids des particu-
les devient plus important que les forces de turbulence ou de roulement et les particules se
déposent. Les plus grosses se déposent en premier et les plus petites par la suite.
TYPES D’ÉROSION 149

10.4 TYPES D’ÉROSION


10.4.1 L’érosion par l’impact des gouttes de pluie
Le processus de l’impact des gouttes de pluie a été décrit dans la section 10.3.1. En général,
c’est l’une des formes d’érosion les plus importantes en termes de dégradation du sol. Selon
Schwab et al. (1966), le sol éclaboussé est de 50 à 90 fois plus important que le sol emporté par
l’écoulement. L’impact des gouttes de pluie peut projeter une particule de sol à plus de 1.5 m de
son point d’origine.

10.4.2 L’érosion en nappe (sheet erosion)


L’eau qui ruisselle en une mince lame à la surface du sol arrache les particules de sol comme une
mince couche uniforme (une nappe) et les entraîne. C’est un concept plutôt idéalisé car l’eau se
concentre rapidement dans les micros dépressions pour provoquer l’érosion en rigoles.

10.4.3 L’érosion en rigoles


Les micros dépressions du terrain causées par les raies de labour et les sillons plus ou moins
creusés par le semoir ou le planteur provoquent rapidement la concentration de l’eau qui ruis-
selle. Cette concentration de l’écoulement augmente le débit, la vitesse d’écoulement et les
forces d’arrachement. Avec l’arrachement du sol, ces micros dépressions s’accentuent pour
former des rigoles. L’érosion en rigoles est considée tant que les rigoles creusées peuvent être
réparées par les opérations normales de travail du sol.

10.4.4 Le ravinement
Par la suite, l’eau des rigoles se concentre avec leurs sédiments dans de plus grandes dépres-
sions topographiques ou les talwegs du terrain. Avec les grandes vitesses d’écoulement, les
masses d’eau importantes et la faible résistance du sol, le sol peut être profondément entaillé.
Le processus survient généralement comme ceci:

1. une modification dans l’environnement (changement des cultures, modifications des


aménagements) et des pluies importantes occasionnent des débits et des vitesses plus
grands que normalement. Alors, la végétation et le sol de l’horizon de surface sont
graduellement arrachés. Le phénomène de ravinement vient de s’amorcer;
2. les horizons inférieurs étant en général de résistance plus faible que celui de surface,
le phénomène s’accélère à un rythme considérable. En général, le processus s’amorce
en un point où la pente change pour s’accroître;
3. après un certain temps, le ravin atteint un nouvel équilibre, se stabilise et la végétation
s’y installe pour le consolider. Mais les dégâts sont faits.
150 ÉROSION ET CONSERVERVATION DES SOLS

10.4.5 L’érosion dans les cours d’eau


Dans les cours d’eau, l’érosion est de deux types. Le premier est causé par les grandes vitesses
d’écoulement qui arrachent le matériel de faible résistance sur le lit du cours d’eau. Le
deuxième est dû à l’instabilité mécanique des talus qui s’effondrent dans le lit et dont le maté-
riel est emporté. Ces processus sont décrits au chapitre 4.

10.4.6 Une classification réaliste et pratique


L’érosion en nappe ne se produit presque jamais. Localement l’érosion provoquée par l’impact
des gouttes de pluie est beaucoup plus importante que celle provoquée par la vitesse du film
d’eau. À la surface du sol, les vitesses de chute des gouttes d’eau (6 à 10 m/s) sont générale-
ment beaucoup plus grandes que celles de l’écoulement de la lame d’eau (0,3 à 0,5 m/s)
(Schwab et al, 1966). À cause des micros dépressions, l’écoulement cherche à se concentrer si
bien que l’érosion par rigoles apparaît rapidement. Au niveau de la parcelle, ces trois formes
d’érosion (si nous acceptons le concept d’érosion en nappes) sont très liées et très difficiles à
séparer. Pour cette raison, la classification suivante est propososée :

S l’érosion de surface (ou au champs) qui inclut l’érosion par les gouttes de pluie et par
rigoles et le concept théorique d’érosion en nappe;
S le ravinement;
S l’érosion dans les cours d’eau.

10.5 FACTEURS INFLUENÇANT L’ÉROSION HYDRIQUE


10.5.1 La nature du sol
Le facteur sol le plus important est la résistance (stabilité) des agrégats à l’impact des gouttes
de pluie. Cette résistance ou cette stabilité est influencée positivement par la présence d’agents
liants tels que les argiles, la matière organique et le calcium. Ainsi, les sols de texture limo-
neuse sont généralement plus sensibles que les sols argileux à cause de leur faible stabilité
structurale. Au niveau de la stabilité des agrégats, la matière organique est un des facteurs les
plus importants. La grosseur des agrégats ou des particules de sol joue un rôle primordial. Plus
ils sont gros, plus ils sont difficiles à briser et plus ils sont difficiles à transporter.

La porosité du sol influence indirectement le potentiel d’érosion des sols. Une plus grande
porosité favorise une plus grande infiltration et un volume de ruissellement moindre, ce qui
diminue les possibilités d’érosion. Lorsque le sol possède une plus grande capacité de stoc-
kage de la pluie, cela diminue le volume de ruissellement et l’érosion. Cette capacité est favori-
sée par une plus grande épaisseur de la couche arable, une teneur en eau faible avant la précipi-
tation et la capacité intrinsèque de stockage du sol.
FACTEURS INFLUENÇANT L’ÉROSION HYDRIQUE 151

10.5.2 Le couvert végétal


Sur un sol nu, ce sont les particules de sol qui absorbent directement l’énergie des gouttes de
pluie. Par contre, un couvert végétal peut absorber une partie importante de l’énergie de la
pluie.
TYPE D’ÉCOULEMENT
Faible Intermédiaire Élevé

Début de la submersion
Coefficient de rugosité ”n”

Submergé à 30%

Submersion
totale

Épaisseur de la lame d’eau (pi)

Figure 10.2 Rugosité d’un canal enherbé (”bermuda grass” de longueur moyenne) possé-
dant une pente de 5% (adapté de Ree, 1949).

Face à l’écoulement, la présence de végétation augmente considérablement le facteur de fric-


tion de Manning. Tant que la végétation n’est pas submergée, le facteur de friction peut facile-
ment être augmenté de dix (10) fois par rapport au sol nu (figure 10.2). Sous un autre aspect, le
système radiculaire enlace considérablement les agrégats et accroît considérablement leur
résistance à l’arrachement. De plus, les racines sont un excellent apport de matière organique
pour le sol, ce qui augmente la porosité du sol, augmente l’infiltration et diminue le ruisselle-
ment.

La végétation possède un taux d’évapotranspiration supérieur à celui d’un sol nu, ce qui contri-
bue à diminuer les réserves en eau du sol et augmente sa capacité de stockage pour la pluie
suivante. Le ruissellement potentiel et l’érosion seront alors moindres.

Face à l’érosion, la végétation joue plusieurs rôles : elle absorbe l’énergie de la pluie, protège le
sol et influence positivement les propriétés physiques du sol.

10.5.3 Les facteurs climatiques


Nous avons présenté précédemment le rôle important que jouent l’intensité de la pluie et son
énergie sur l’érosion. Le volume de précipitation joue un rôle similaire. En général, un plus
grand volume de précipitation provoque un plus grand volume de ruissellement et nécessaire-
ment une plus grande érosion.
152 ÉROSION ET CONSERVERVATION DES SOLS

En climat sec ou chaud, où l’évapotranspiration est plus grande que les précipitations, le sol
possède un plus grand déficit, ce qui augmente sa capacité d’absorber une précipitation et
diminue le ruissellement et l’érosion. Pour deux précipitations identiques, les conditions
météorologiques antérieures jouent un rôle important sur leur potentiel respectif d’érosion.
Une longue période sans pluie augmente les capacités de stockage du sol et d’absorption de la
précipitation et diminue le ruissellement et l’érosion. Tous les facteurs qui influencent positi-
vement l’évapotranspiration contribuent à diminuer le potentiel d’érosion. Une mauvaise
répartition des précipitations provoquent une concentration de celles--ci qui augmentent le
volume de ruissellement et le potentiel d’érosion.

10.5.4 Les facteurs topographiques


La pente du terrain est le facteur topographique le plus important. L’influence première de la
pente est l’augmentation des vitesses d’écoulement comme le montre l’équation de Manning
(Eq. 10.3). Sur des pentes plus grandes, l’infiltration est plus faible et le volume de ruisselle-
ment augmente. La longueur de la pente joue un rôle similaire. Elle augmente le volume de
ruissellement et ainsi l’érosion.

Les micros dépressions du terrain provoquent une concentration de l’écoulement qui aug-
mente le potentiel érosif par rapport à un même volume de ruissellement coulant selon une
lame uniforme. Par contre, les dépressions fermées limitent les effets de l’érosion en permet-
tant aux sédiments en suspension de se déposer au lieu de poursuivre leur chemin.

10.6 MOYENS DE CONTRÔLE OU DE CONSERVATION


Sous notre climat humide où les précipitations sont plus importantes que l’évapotranspiration,
nous ne pouvons empêcher le ruissellement et l’érosion de se produire. Tout ce que nous pou-
vons faire est de minimiser cette érosion à un niveau acceptable par des mesures de conserva-
tion (pour conserver le sol). Ce niveau acceptable peut être défini selon deux aproches, soit :
1. d’une façon physique où les moyens de conservation amènent une érosion du sol plus
faible que le taux de formation des sols;
2. d’une façon économique où les coûts des moyens de conservation sont compensés
par la diminution des coûts des dégâts, l’économie des engrais et la valeur du main-
tien du niveau de productivité.
Quant à l’agriculteur, il doit envisager les mesures de conservation non comme un coût, mais
comme moyen d’augmenter ses revenus en diminuant sa facture d’engrais et en empêchant ses
rendements de diminuer par le maintien du potentiel de productivité de ses champs.

10.6.1 Les principes de conservation


Pour minimiser l’érosion, l’homme ne peut intervenir que sur les facteurs affectant les condi-
tions de surface (sol et végétation) et à un degré moindre sur les facteurs topographiques. Il ne
peut intervenir (pour le moment) sur les facteurs climatiques.
MOYENS DE CONTRÔLE OU DE CONSERVATION 153

Comme l’érosion est générée par l’impact des gouttes de pluie et l’écoulement de l’eau qui
ruisselle, nous devons, si nous voulons la minimiser, intervenir sur ces deux causes. Pour avoir
une action efficace, l’analyse des facteurs influençant l’érosion montre que les moyens d’in-
tervention doivent favoriser un des objectifs suivants :
1. augmenter la stabilité et la résistance des agrégats;
2. absorber l’énergie de la pluie;
3. limiter ou ralentir les vitesses d’écoulement;
4. réduire le ruissellement en favorisant l’infiltration.
Les deux premiers ont un effet sur l’impact des gouttes de pluie et les deux derniers sur l’écou-
lement. Nous devrions toujours avoir ces principes en tête lors de toutes nos interventions. Au
niveau du champ, l’érosion peut être minimisée en intervenant au niveau de la régie des cultu-
res et des sols, des méthodes de culture et des méthodes de conservation.

10.6.2 Régie des cultures et des sols


Par la régie des cultures, nous devons favoriser une végétation plus luxuriante et donner au sol
une plus grande stabilité structurale. Une série de mesures agronomiques bien connues peu-
vent jouer ce rôle telles que la fertilisation, l’application de fumier et de chaux. La chaux est
connue comme jouant un rôle considérable sur la structure du sol. L’application de fumier, en
plus d’apporter des éléments fertilisants comme les engrais chimiques, contribue à accroître
ou à maintenir le taux de matière organique. L’application de fumier peut facilement réduire
l’érosion de 20 à 30%. Le maintien du taux de matière organique est primordial. Ces mesures
favorisant l’infiltration, diminuent le ruissellement, augmentent la résistance du sol et permet-
tent d’absorber l’énergie de la pluie.

10.6.3 Les méthodes culturales


Le choix des méthodes culturales peut jouer un rôle important pour prévenir l’érosion. La pré-
sence de résidus de récolte sur le champ protège le sol en absorbant une partie de l’énergie de la
pluie, ralentit l’écoulement et offre une couche de protection entre le sol et l’écoulement.

Le choix de la période et des types de travaux du sol peut être important. Sur les sols couverts
de résidus ou de végétation, les labours de printemps (quand ils sont possibles) soustraient le
sol nu de la fonte des neiges. Les techniques de travail du sol laissant des mottes plutôt grossiè-
res en surface sont préférables à une pulvérisation fine des mottes. Ces grosses mottes sont plus
difficiles à briser par la pluie et offrent une meilleure infiltration. Le degré de pulvérisation des
sols est un point important à surveiller. Les techniques qui travaillent peu les sols telles que le
travail minimum du sol et le no--till permettent de diminuer considérablement l’érosion car
elles soustraient le sol de la possibilité d’être nu.

Les cultures herbagères de graminées ou de légumineuses sont très efficaces pour réduire
l’érosion. Elles absorbent presqu’entièrement l’énergie de la pluie, favorisent considérable-
154 ÉROSION ET CONSERVERVATION DES SOLS

ment l’infiltration et ralentissent l’écoulement. De plus, elles contribuent à maintenir un taux


de matière organique élevé. Elles peuvent réduire l’érosion de 100 fois par rapport à une
culture continue de maïs. Leur introduction dans une rotation a un effet très bénéfique. Là où
l’érosion est sévère, elles sont souvent la seule solution avant le reboisement. Tout en étant une
solution très économique, elles apportent souvent des rendements aussi élevés qu’une culture
de maïs où les rendements décroissent d’année en année à cause de la perte de fertilité causée
par l’érosion.

10.6.4 Les méthodes de conservation


Au contraire des méthodes liées à la régie des cultures et des méthodes culturales, les méthodes
de conservation interviennent au niveau de l’organisation physique d’une parcelle et exigent
une intervention technique.

10.6.5 Les cultures en contour


Pour empêcher l’eau de se concentrer dans les sillons laissés par le semoir ou les instruments
de travail du sol, les travaux sont effectués en suivant les lignes de niveau. Alors, ces sillons
sont perpendiculaires à l’écoulement normal et le billon entre les sillons devient un obstacle à
l’écoulement qui est ralenti.

Pour être efficace, cette technique doit être utilisée avec soin. Elle exige la mise en place de
lignes de référence après un relevé topographique. Ces lignes de référence doivent être suffi-
samment rapprochées pour que les labours suivent une pente située entre 1 et 2%. Le labour est
la clef de tous les autres travaux et demande le plus d’attention. Les raies et les ados sont géné-
ralement utilisés comme lignes de référence permanente. Pour labourer entre deux lignes de
niveau, deux méthodes peuvent être utilisées et elles sont présentées à la figure 10.3.

L’opération des outils aratoires et autres équipements au travers du sens de la pente accroît
l’efficacité des machines d’environ 10 % et amène une économie de carburant d’environ 10 %
(Schwab, 1966) car les machines montent peu de pente. Pour certaines récoltes telle que l’ensi-
lage de maïs, un tracteur de 25 à 30 HP de moins peut être suffisant. Cette technique tout en
étant peu dispendieuse réduit l’érosion de 30 à 50%. Par contre, elle devient moins efficace et
même dangereuse pour les pentes supérieures à 10%. Alors le danger de ravinement croît prin-
cipalement avec les cultures sur billon car le bris d’un billon amène un volume d’eau considé-
rable et risque d’engendrer le phénomène d’avalanche ou de bris successif des ”digues” for-
mer par les billons. Pour les cultures en rang, la culture selon les lignes de niveau est aussi
pratiquement limitée à des pentes de 10% car les machines deviennent plus difficiles à
conduire à cause de la poussée latérale créer par la pente.
MOYENS DE CONTRÔLE OU DE CONSERVATION 155

MÉTHODE 1 MÉTHODE 2

Labourez jusqu’à ce que la partie non En utilisant les rangs comme guide,
labourée soit d’environ 9 m dans les parties commencez par labourerla partie irré-
étroites. gulière en débutant à ce point.

Continuez de labourer les parties larges Quand les parties labourées se rejoi-
jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une bande de gnent, labourez d’une façon continue.
9 m non labourée.

Labourez la bande restante. Continuez de labourer jusqu’à com-


plétion de la bande.

Figure 10.3 Méthodes de labour et travail du sol pour les cultures en contour (adapté de
Schwab et al., 1966).

10.6.6 Les cultures en bandes


En addition à la culture en contour, la culture en bande (figure 10.4) introduit des bandes enher-
bées et/ou de cultures moins susceptibles à l’érosion qui captent et retiennent les sédiments des
bandes supérieures plus susceptibles à l’érosion. Le travail général de l’érosion sur la parcelle
est ainsi ralenti.

Il existe trois méthodes de culture en bandes,


1. suivant les lignes de contour;
2. en bandes parallèles, possible sur les pentes régulières;
3. en bandes avec tampons enherbés.
Cette dernière est la plus facile d’utilisation.

La culture en bande est surtout utilisée avec la rotation maïs--céréales--foin--foin. Elle réduit
l’érosion de 50 à 75 %. La culture en bande exige les mêmes études topographiques et un sys-
tème de lignes de référence comparable à celui des cultures en contour. La largeur des bandes
varie généralement de 15 à 40 m dépendant des pentes et des régions.
156 ÉROSION ET CONSERVERVATION DES SOLS

Direction des vents


dominants ou direction
de la pente

a) Bandes suivant les lignes de contour. b) Bandes parallèles.

TAMPON

BANDE

TAMPON
BANDE

c) Bandes avec tampons enherbés.

Figure 10.4 Types de cultures en bandes (adapté de Schwab et al., 1966).

10.6.7 Les terrasses


Le but des terrasses est de diminuer la longueur de la pente de l’écoulement en construisant un
fossé intercepteur qui acheminera sécuritairement l’eau vers l’extérieur de la parcelle.

Il existe trois types de terrasse (figure 10.5),

1. terrasse en escalier;
2. errasse avec un fossé d’interception;
3. terrasse de conservation.
Le premier type est utilisé de concert avec l’irrigation des cultures et sert aussi bien de structure
d’irrigation comme de protection contre l’érosion. Le troisième est utilisé dans les régions
semi--arides pour conserver l’eau des rares précipitations et permettre une meilleure infiltra-
tion dans la zone aplanie. Les terrasses avec fossés d’interception sont celles qui conviennent à
nos conditions.

La largeur des terrasses est généralement déterminée à l’aide de l’équation universelle des per-
tes de sol. Leur longueur maximale peut varier de 300 à 550 m. La pente du fossé intercepteur
est généralement de 0.4%, mais peut varier de 0,1 à 2%. En aucun cas, les vitesses d’écoule-
MOYENS DE CONTRÔLE OU DE CONSERVATION 157

Excavation Remblais
6%

0 15 m 30 m

a ) Terrasse avec fossé d’interception en Amérique du nord.

2% Horizontal

0 30 m 60 m 90 m

b ) Terrasse de conservation.

25 %

Horizontal ou
pente inverse

0 7,5 m 15 m

c ) Terrasse en escalier.

Figure 10.5 Les types de terrasses.

ment dans le fossé intercepteur ne doivent excéder les vitesses qui y provoqueraient l’érosion.
Ces vitesses sont les mêmes que celles utilisées pour les cours d’eau et les canaux.

En général, ces fossés intercepteurs sont cultivés et la pente des talus doit être suffisamment
faible pour permettre la circulation des machines. La pente maximale doit être alors de 4:1. La
pente des talus peut parfois être aussi faible que 12:1.

Ces fossés intercepteurs se déversent dans les voies d’eau enherbées ou protégées par la pierre.
Le design des voies d’eau enherbées est présenté au chapitre 4. Le dimensionnement d’un
canal protégé par la pierre est identique à celui d’un cours d’eau.

En plus de l’effet de réduction de la longueur de la pente, le fossé intercepteur joue un second


rôle qui est d’intercepter les sédiments provenant de la pente. C’est ce qui accroît l’efficacité
des terrasses. Les terrasses réduisent l’érosion de 85 à 90% sur la parcelle. Par contre, sur la
pente elle--même, outre de réduire la longueur d’écoulement, les terrasses ont la même effica-
cité qu’une culture en contour ou même en bande lorsqu’elle y est cultivée en bandes.
158 ÉROSION ET CONSERVERVATION DES SOLS

10.7 LUTTE AU RAVINEMENT


Le ravinement est causé aux endroits où d’importants débits coulent. Lors d’un aménagement,
il faut prévoir ces endroits et y installer des voies d’eau enherbées ou protégées par de la pierre.
Les talwegs sont des emplacements idéaux pour ces voies d’eau. De plus, elles doivent être
aménagées de la sorte que le moindre obstacle ou le débordement n’amène l’eau à prendre une
nouvelle direction pour y creuser un ravin.

Dans les conditions naturelles, le ravinement peut être souvent prévenu en maintenant une
bonne végétation dans les voies d’eau naturelles et en surveillant le moindre signe de manifes-
tation de points faibles et en les protégeant davantage. De chaque côté de ces voies d’eau, ils est
essentiel qu’une bande de 3 à 5 m soit enherbée pour retenir les sédiments, les empêcher d’em-
plir la voie d’eau ou de contribuer à augmenter le pouvoir abrasif de l’écoulement.

Lorsqu’un ravin est créé, il incombe lorsque la situation le permet, de le combler, de compacter
ce sol, de l’ensemencer le plus tôt possible et de le recouvrir d’un paillis comme protection
temporaire. Lorsque le comblement n’est pas possible, on doit l’aménager pour le stabiliser et
l’empêcher de s’agrandir.

10.8 CONCLUSION
L’érosion des sols est causé par l’impact des gouttes de pluie et l’écoulement de l’eau qui ruis-
selle. Pour lutter contre cette érosion, les moyens d’intervention devront:

1. augmenter la stabilité et la résistance des agrégats;


2. absorber l’énergie de la pluie;
3. réduire le ruissellement en augmentant l’infiltration;
4. imiter ou ralentir les vitesses d’écoulement.
Les sols étant la base de la productivité agricole, il importe de les protéger au niveau du champ
par des régies adéquates de cultures et du sol, des pratiques culturales et des méthodes de
conservation. La protection contre le ravinement réside dans le maintien de bonnes voies
d’eau enherbées naturelles ou construites.
BIBLIOGRAPHIE 159

BIBLIOGRAPHIE

Clyde, C.G., C.E. Israelson, P.E. Packer, E.E. Farmer, J.E. Fletcher, E.K. Israelson, F.W.
Haws, H.V. Rao et J. Hanson. 1978. Manual of erosion control principles and practice.
Utah Water Reasearch Laboratory, Utah State University, H--78--002.

Dubé, A. 1975. L’eau et l’érosion des sols. Ressources. Ministère des Richesses Naturelles du
Québec. Vol Vl (4),: 8--15.

FAO. 1977. Soil conservation and management in developing countries FAO Soils Bulletin,
No. 33, FAO, Rome.

Lagacé, R. 1 979a. La vie et la stabilité des cours d’eau. Dans: Construction et aménagement
des cours d’eau en milieu agricole. 7e colloque de génie rural, Université Laval: 49--64.

Lagacé, R. 1979b. Mesure de protection des cours d’eau. Dans: Construction et aménagement
des cours d’eau en milieu agricole. 7e colloque de génie rural, Université Laval: 85--96.

Lagacé, R. (Ed.) 1990. Les seuils dissipateurs d’énergie dans les cours d’eau. Compte rendus
du 15e colloque de génie rural, tenu le 31 octobre 1990. Université Laval. Pub.
#CGR90--02. R. Lagacé, Editeur. 191pp.

Ree, W.O. 1949. Hydraulic characteristics of vegetation for vegetated waterways. Agr. Eng.
Vol. 30: 184--187, 189.

Ripley, P.O. W.M. Kalbfleisch, S.J. Bourget et D.J. Cooper. 1962. Érosion du sol par l’eau:
dommages, moyens préventifs et répression. Agriculture Canada, Publication 1 083.

Schwab, G.O., K.K. Frevert, T.W. Edminster et K.K. Bernes. 1966. Soil and water conserva-
tion engineering. John Wiley and sons, New York.

Scott, A. 1948. Le contrôle de l’érosion. Agriculture, Vol. 5(3): 1--7.

Wischmeier, W. H ., D. D. Smith . 1958. Rainfall energy and its relation to soil loss. Trans. Am.
Geophys. Union. Vol. 39: 285--291.

U.S. Soil Conservation Service. 1954. Handbook for channel design for soil and water con-
servation. USDA, Soil Conservation Service. SCS--TP--61.
160 ÉROSION ET CONSERVERVATION DES SOLS
11
CHAPITRE

Équation universelle des pertes de sol

11.1 INTRODUCTION

Les ingénieurs, les techniciens et les scientifiques ont toujours désiré pouvoir quantifier les
phénomènes qui les entourent pour mieux les évaluer, les prédire et mieux les contrôler. La
quantification des pertes de sol n’a pas échappé à ce phénomène et le tout a véritablement
débuté au début du siècle dernier, lorsque le problème de l’érosion devenait de plus en plus
préoccupant aux États--Unis.

Les premières parcelles de mesures ont été établies en 1914 à l’Université du Missouri. En
1930, un programme systématique est lancé avec la création d’un réseau de stations de mesu-
res de l’érosion à travers les États--Unis. De 1930 à 1950, 48 stations sont mises sur pied dans
26 états. Les premières tentatives de création de modèles sont apparues en 1940 (Zingg, 1940).
Ce n’est qu’en 1957 que Smith et Wischmeier (1957) présentent un modèle mathématique
complet de prédiction des pertes de soi connu sous le nom de l’équation universelle des pertes
de sol (USLE Universal Soil--Loss Equation).

11.2 L’ÉQUATION UNIVERSELLE DES PERTES DE SOL

L’équation universelle des pertes de sol regroupe toutes les variables sous six facteurs majeurs
(Wischmeier et Smith, 1965). Elle prédit les pertes moyennes de sol au champ, pertes qui sont
occasionnées par l’érosion de surface (érosion par l’impact des gouttes de pluie ou la battance,
érosion en nappe et érosion en rigole). Elle s’exprime :
162 ÉQUATION UNIVERSELLE DES PERTES DE SOL

Xa = R K L S C P [11.1]
Xa --1 --1
= perte annuelle moyenne de sol (t ha an )
R = indice d’érosivité potentielle de la précipitation (MJ mm ha--1 h--1 an--1 )
K = indice d’érodibilité des sols à l’érosion hydrique (t ha--1 MJ--1 mm--1 ha h)
LS = facteur topographique dépendant de la pente et sa longueur
C = facteur de culture, incluant la régie des cultures et des sols et les prati-
ques culturales;
P = facteur de conservation et d’aménagement.
Le modèle est présenté dans l’Agricultural Handbook N° 537 du U.S.D.A. (Wischmeier et
Smith, 1978) et ses versions subséquentes.

11.3 INDICE D’ÉROSIVITÉ POTENTIELLE DES PRÉCIPITA-


TIONS (R)
La précipitation joue un rôle premier pour provoquer l’érosion. Wischmeier et al. (1958) ont
corrélé plus de 40 facteurs climatiques ou météorologiques (hauteur de précipitation, différen-
tes intensités caractéristiques, les conditions antécédentes de précipitations ou d’humidité,
etc.) et leur relation avec l’érosion sur des parcelles standards nues et cultivées dans le sens de
la pente. La plus grande corrélation a été obtenue avec le produit de l’énergie de la pluie (E) et
de l’intensité maximale de la pluie pour une période de 30 minutes (I30 ). Le taux de corrélation
était d’environ 90% (R = 0.90) et l’introduction d’autres variables accroissait très peu la préci-
sion. De plus, cette nouvelle variable (E130 ) s’avérait indépendante des facteurs sols, topogra-
phiques, de culture et de conservation.

11.3.1 La méthode du El30


La méthode E130 utilise les relevés des pluviographes pour les différents orages. Pour chaque
orage, la méthode calcule la somme des énergies par chaque portion de l’orage. Le E130 d’un
ensemble d’orages s’exprime ainsi :

n
 m

EI 30 =  I 30j h j,i − h j,i−1 E j,i [11.2]
j=1 i=1 
EI30 = indice d’érosivité potentielle de la pluie pour une période donnée
(MJ mm ha--1 h--1 )
I30 = intensité maximale de la pluie de durée de 30 min pour l’orage consi-
déré (mm h--1)
h = hauteur totale de la pluie pour la durée considérée (mm)
n = nombre d’orages
m = nombre de portions pour l’orage donnée
Ej,i = énergie cinétique de la pluie pour la portion de l’orage “j” d’intensité
“i” (MJ ha--1 mm--1).
INDICE D’ÉROSIVITÉ POTENTIELLE DES PRÉCIPITATIONS
163

L’énergie cinétique de la pluie dans un orage (Wischmeier et al., 1958) s’exprime :

E i = 0, 1190 + 0, 0379 ln I i [11.3]


Ei = énergie cinétique de la pluie (MJ ha--1 mm--1).
Ii = intensité de la pluie pour la durée considérée (mm h--1).
Deux méthodologies sont utilisées pour déterminer le E130. La première utilise directement
les chartes des pluviographes et divise l’orage en intervalles variables où l’intensité pour cha-
que intervalle est relativement constante. La seconde utilise les hauteurs maximales d’une
durée de 5 min, 15 min, 30 min, 1 h, 2 h, et 6 h. déjà déterminés par les services météorologi-
ques pour chaque orage. Dans ce dernier cas, les hauteurs et les intensités considérées sont
mutuellement exclusives de la précédente. Cette dernière méthode sous--estime l’énergie
totale d’une précipitation et le résultat doit être multiplié par 1.04 (Wischmeier et al. 1958). Un
exemple de calcul est présenté aux tableaux 11.1 et 11.2. Pour déterminer l’indice R, le E130 est
calculé pour chaque année et la courbe de distribution de fréquence cumulée de ces E130
annuels est tracée sur papier de probabilité correspondant à une distribution log--normale. Le
E130 moyen ou l’indice R correspond à une récurrence de 2 ans. La série de données doit être
pour une période minimale de 22 ans (Wischmeier, 1962).

Tableau 11.1 Exemple de calcul du EI30 pour un orage -- méthode des intensités constantes.
Heure h1 h1 -- hi--1 Temps I E (h1 -- hi--1) E
Hauteur Intensité Énergie
de pluie
(mm) (mm) (min) (mm/h) (MJ/ha--mm) (MJ/ha)
2h00 -- 3h30 1,2 1,2 90 0,8 0,111 0,133
3h30 -- 3h45 1,8 0,6 15 2,4 0,152 0,091
3h45 -- 3h55 3,6 1,8 10 10,8 0,209 0,376
3h55 -- 4h00 5,4 1,8 5 21,6 0,235 0,423
4h00 -- 7h00 6,4 1,0 180 0,3 0,073 0,073
7h00 -- 7h20 10,0 3,6 20 10,8 0,209 0,752
7h20 -- 8h00 10,4 0,4 80 0,6 0,100 0,040
I30 max = 8,4 mm h--1 (3h30 -- 4h00)
 = 1, 888
EI30 = 1,888 MJ ha--1 x 8,4 mm h--1 = 15,86 MJ mm ha--1 h--1
164 ÉQUATION UNIVERSELLE DES PERTES DE SOL

Tableau 11.2 Exemple de calcul du EI30 pour un orage -- méthode des intensités maximales.
Heure h1 h1 -- hi--1 Temps I E (h1 -- hi--1) E
Hauteur Intensité Énergie
de pluie
(mm) (mm) (min) (mm/h) (MJ/ha--mm) (MJ/ha)
5 minutes 1,8 1,8 5 21,6 0,235 0,424
15 minutes 3,6 1,8 10 10,8 0,209 0,377
30 minutes 4,2 0,6 15 2,4 0,152 0,091
1 heure 5,2 1,0 30 2,0 0,145 0,145
2 heures 5,6 0,4 60 0,4 0,084 0,034
6 heures 10,4 4,8 240 1,2 0,126 0,604
I30 max = 8,4 mm/h  = 1, 675
E I30 = 1,675 MJ ha--1 x 8,4 mm h--1 x 1,04(1) = 14,86 MJ mm ha--1 h--1
1 Facteur de correction suggéré par Wischmeier et al. (1958) pour tenir
compte des effets de distribution des intensités dans les orages.

Le E130 est aussi intéressant, car il permet de classifier les précipitations et de comparer leur
niveau potentiel d’érosion. Cet indice ne tient pas compte de l’érosion occasionnée par l’eau
qui ruisselle lors de la fonte des neiges ou lors de précipitations de faible intensité mais de lon-
gue durée et où le sol est saturé. Cette contribution à l’érosion est importante pour nos condi-
tions nordiques. Un indice additionnel devrait être ajouté à celui de la pluie pour tenir compte
de ce phénomène. Wischmeier et Smith (1978) suggèrent comme indice provisoire d’érosivité
potentielle de la neige, la hauteur de précipitation en pouces sous forme de neige. Madramoo-
too (1988) multiplie l’indice R basé sur les précipitations par un facteur tenant compte de la
proportion des précipitations annuelles sous forme de neige (N) pour obtenir l’indice R ajusté.

R ajuste = R (1 + N) [11.4]

11.3.2 Validité de la méthode du EI30 au Québec


L’équation universelle des pertes de sol a comme hypothèse que lorsque tous les facteurs
autres que la précipitation sont constants, les pertes de sol par érosion sont proportionnelles à
l’indice d’érosivité potentielle de la précipitation R (ou EI30 ). Cette hypothèse a été validé par
Salehi et al. (1991) en utilisant les données de trois années de parcelles d’érosion de sol à nu sur
la ferme expérimentale d’Agriculture Canada à Lennoxville (tableau 11.3). Les données sont
considérées sur un base d’évènements individuels, regroupées par mois individuels et regrou-
pées pour chaque mois pour les trois ans. Le tableau 11.3 montre un excellent coefficient de
corrélation lorsque les données sont regroupées pour chaque mois pour les trois ans (R2 = 0,87)
et un faible coefficient de corrélation lorsque les données sont considérées individuellement.
Cette conclusion est en accord avec le modèle qui a été développé pour prédire les moyennes à
long terme des pertes de sol par érosion.
INDICE D’ÉROSIVITÉ POTENTIELLE DES PRÉCIPITATIONS
165

Tableau 11.3 Coefficient de corrélation en le EI30 et les pertes de sol de parcelles de sol à nu à
Lennoxville (Québec) (Salehi et al. 1991)
Regroupement des données Nombre d’observations R2
Évènements individuels 38 0,15
Mois individuels 10 0,36
Chaque mois pour les trois ans 5 0,87

11.3.3 Une méthode approximative


Wischmeier (1962) compara l’indice E130 moyen avec plusieurs facteurs climatiques et
trouva une corrélation significative (R2 = 0.95) avec le produit des paramètres suivants, pour
les régions à l’est du Mississipi : la précipitation moyenne annuelle (Pa ) et les précipitations
d’une heure et de 24 heures pour une récurrence de 2 ans (Plh--2 ans et P24h--2ans ). Ainsi, l’équa-
tion suivante peut être utilisée pour une bonne approximation :

R = 1, 038 10 −3 P a P 1h−2ans P 24h−2ans [11.5]


R = érosivité potentielle annuelle (MJ mm ha--1 h--1 an--1)
Pa = précipitation moyenne annuelle (mm)
Plh--2ans = précipitation d’une durée de une heure et de 2 ans de récurrence
(mm)
P24h--2ans = précipitation d’une durée de 24 heures et de 2 ans de récur-
rence (mm)
Madramootoo (1988) s’est penché plus récemment sur l’évaluation de l’indice R pour le Qué-
bec. Son approche est basée sur les cartes disponibles de la fréquence des intensités des préci-
pitations d’une durée de 6 h pour une période de récurrence de 2 ans, P2h--2ans (mm) dans le
calcul de l’indice R.

R = 0, 417 P 2,17
6h−2ans [11.6]

11.3.4 L’indice R au Québec


Le traitement manuel pour déterminer les E130 annuels en différentes stations est une tâche de
trop grande envergure en général. Une première estimation de cet indice au Québec est pré-
senté à la figure 11.1, basée sur l’équation 11.5. Cette carte a été élaborée en combinant la carte
19 (Ferland et Gagnon, 1967) et les cartes 18 et 40 (Ferland et Gagnon, 1974) par une méthode
basée sur l’intersection des isolignes. De plus, nous avons effectué le calcul à partir de données
climatiques locales en 55 stations et nous avons comparé ces résultats avec les précédents. Ces
stations étaient surtout réparties dans le sud--ouest du Québec. Les résultats étaient compara-
bles, sauf en trois stations (déviation de plus de 10%). De plus, sur la frontière Québec--États--
Unis, nos résultats sont semblables à ceux présentés par Clyde et al. (1978). Nous avons utilisé
166 ÉQUATION UNIVERSELLE DES PERTES DE SOL

Figure 11.1 Indice R d’érosivité annuelle des précipitations au Québec selon l’équation
11.5 (pour obtenir les unités en MJ mm ha--1 h--1 an--1, multipliez par 17,01).
la précipitation totale annuelle en supposant que la fraction nivale apportait une contribution
semblable à celle de la pluie. C’est la moins mauvaise approximation que nous pouvions faire.
Depuis, Well et al. (1983) ont présentés des cartes établissant l’indice R pour neuf provinces à
l’est des montagnes Rocheuses. Madramootoo (1988) a aussi produit des cartes plus précises
pour l’Ontario et le Québec (figure 11.2).

11.4 INDICE D’ÉRODIBILITÉ DES SOLS (K)


Le facteur ”K” exprime la vulnérabilité du sol à être érodé par la pluie. Ce facteur dépend des
propriétés physiques et chimiques du sol (granulométrie, agrégation, stabilité structurale,
porosité, teneur en matière organique, etc.).

Cet indice représente, pour une unité d’érosivité de la pluie, les pertes de soi d’une parcelle
standard de 22.1 m (72.6 pi) de long, possédant une pente de 9%, labourée suivant le sens de la
pente et maintenue en jachère (sol nue). Cet indice est déterminé expérimentalement sous des
conditions de précipitations naturelles et de plus en plus sous des précipitations artificielles.

Cette méthode est dispendieuse et longue. Après plusieurs tentatives pour relier cet indice aux
propriétés du sol, Wischmeier et al. (1971) présente un nomogramme permettant d’évaluer cet
167

a) En négligeant les conditions nivales

b) En considérant les conditions nivales

Figure 11.2 Indice de l’érosivité potentielle annuelle au Québec en MJ mm ha--1 h--1 an--1
selon Madramootoo (1988).
168

indice avec une précision acceptable (±0,05 t ha--1 MJ--1 mm--1 ha h) pour treize sols du
Midwest américain lorsque l’on possède la connaissance des cinq paramètres du sol suivants :
% de limon et de sable très fin, % de sable (0.1 mm -- 2.0 mm), % de matière organique, la
structure et la perméabilité du sol. Ce nomogramme est présenté à la figure 11.3 et a été établi
suite à l’analyse des résultats des nombreuses parcelles de mesures.

Figure 11.3 Nomogramme de Wischmeier pour estimer l’indice d’érodibilité des sols à
l’érosion hydrique (adapté de Foster, 1981).

Une équation de régression a été établie pour estimer la valeur de K :

K = 2, 8 10 −7 M 1,14 (12 − M.O.) + 0, 0043 ( b − 2 ) + 0, 0033 ( c − 3 ) [11.7]

M = facteur granulométrique = (% limon + % sable très fin) (100 -- % argile)


M.O = matière organique (%)
b = code de la structure du sol (granulaire très fine : 1; granulaire fine : 2;
granulaire moyenne et grossière : 3; en blok ou massive : 4)
c = code de la classe de perméabilité (rapide : 1; modéré à rapide : 2; modé-
rée : 3; lente à modérée : 4; lente : 5; très lente : 6)
Ce nomogramme est valable pour les États--Unis, mais sa validité au Québec peut être grande-
ment affectée par les différences que possèdent nos sols. Salehi (1989, 1990) a mesuré l’indice
de susceptibilité des sols à l’érosion K à l’aide de simulateurs de pluie pour quelques séries de
sols au Québec et ces mesures sont présentées au tableau 11.4. Le tableau 11.4 présente les
valeurs mesurées avec un C de 1,0 et 0,35. Avec les simulateurs de pluie, une parcelle de sol nu
169

est utilisée et assume un facteur de culture de 1,0. Par contre, comme le sol était en prairie avant
la transformation en parcelle de sol nu, le facteur C devrait plutôt être d’environ 0,35. Comme
les mesures d’érosion sur de vraies parcelles n’ont été réalisées que sur la station de recherche
d’Agriculture Canada à Lennoxville, nous n’avons qu’un seul point de comparaison. Ces par-
celles ont un sol de la série Coaticook et la valeur moyenne de K mesurée sur trois ans est de
0,067 t ha--1 MJ--1 mm--1 ha h, ce qui est prêt de la valeur 0,071 t h ha--1 MJ--1 mm--1 ha h utilisant
un C de 0,35 et justifie l’utilisation de cette valeur pour l’estimation de K lorsque les simula-
teurs de pluie sont utilisés. Le tableau 11.4 présente aussi la valeur estimée à partir du nomo-
gramme. L’auteur a conclu que les valeurs de l’indice K tel qu’estimé à l’aide du nomogramme
de Wischmeier risquent d’être imprécises pour les sols du Québec. Les écarts entre les valeurs
mesurées et observées sont attribuées aux différences texturales et structurales entre les sols
québécois et les sols du Midwest américain. II faut toutefois noter que ces études préliminaires
n’ont été conduites que sur quelques séries de sols.

Tableau 11.4 Indices d’érodibilité des sols à l’érosion hydrique (K) mesurés par simulateur
de pluie et estimés par le Nomogramme de Wischmeier pour quelques séries
de sols au Québec (Salehi et al., 1993)
Indice de susceptibilité du sol
Série de sol % limon + % sable Matière (t ha--1 MJ--1 mm--1 ha h)
sable très fin (0,1 -- 2,0 mm) organique Simula- Simula- Nomo-
(20 -- 100 µm)
teur teur gramme
(C=1,0) (C=0,35)
Greensboro 67,5 20,4 4,7 0,012 0,034 0,036
Magog 61,4 28,0 6,2 0,009 0,026 0,022
Berkshire 73,0 17,4 6,7 0,022 0,063 0,025
Dufferin 66,8 18,7 2,0 0,027 0,077 0,052
Calais 66,4 24,4 6,1 0,078 0,223 0,025
Ascot 66,6 24,1 5,2 0,017 0,049 0,032
Sherbrooke 65,2 20,0 2,0 0,014 0,040 0,055
Sheldon 56,8 38,3 1,1 0,030 0,086 0,058
Coaticook 59,4 22,2 3,9 0,027 0,071 0,033
Danby 40,5 49,1 3,8 0,011 0,031 0,035
St--Nicolas 35,6 51,0 3,3 0,042 0,120 0,022
170

11.5 FACTEURS TOPOGRAPHIQUES (LS)


Ce facteur représente l’effet combiné de la longueur et l’inclinaison de la pente.

11.5.1 Pour une pente régulière


Suite à l’analyse de régression des résultats des parcelles d’érosion, Smith et Wischmeier
(1962) établirent les relations suivantes pour le facteur ”L” :

m
L= λ 
22, 1 [11.8]

L = facteur de longueur de la pente


λ = longueur de la pente (m)
m = exposant, généralement 0,5

Et pour le facteur ”S”:

S = 0, 065 + 0, 045 s + 0, 0065 s 2 [11.9]


S = facteur d’inclinaison de la pente;
s = inclinaison de la pente (%).,
La longueur de la pente représente le trajet que peut faire l’écoulement depuis le haut de la
pente jusqu’à une structure d’interception. L’influence de la longueur de la pente a été expéri-
mentée pour des longueurs variant de 22.1 m à 192 m, mais où seulement deux cas possédaient
des longueurs plus grandes que 44.2 m (82 m et 192 m) sur un total de 15 cas.
L’exposant ”m” est variable et est grandement influencé par les caractéristiques des sols, l’in-
teraction pente--longueur et l’ampleur des tempêtes. L’influence de l’inclinaison de la pente a
été expérimentée pour des pentes variant de 3% à 22%.

11.5.2 Pour une pente irrégulière


Pour les pentes irrégulières et complexes (figure 11.5), Foster et Wischmeier (1974) ont mis au
point une méthode pour évaluer le facteur LS. La pente est divisée en plusieurs tronçons et le
facteur LS calculé ainsi pour un exposant m de 0.5.

n
LS = 1
λ e 22, 1 0,5
 Si λ1,5
i
− S i λ 1,5
i−1 [11.10]
i=1
λe = longueur totale de la pente depuis le haut jusqu’au point d’intercep-
tion
n = nombre de tronçons
λi = longueur depuis le haut de la pente jusqu’à la fin du tronçon ”i”
λi--1 = longueur depuis le haut de la pente jusqu’au début du tronçon ”i”
FACTEURS TOPOGRAPHIQUES
171

Un nomogramme a été préparé pour simplifier les calculs (figure 11.4). Un exemple de calcul
est présenté au tableau 11.5 pour le cas présenté à la Figure 11.5.

500

200 20 %
15 %
100
12 %
10 %
50
S i l 1,5 8%
i
ui = 6%
22, 1
20 4%
2%
10

1
1 2 5 10 20 50 100 200
Longueur de la pente li (m)

Figure 11.4 Nomogramme de calcul du facteur LS pour les pentes complexes.

Figure 11.5 Pente complexe.


172

Tableau 11.5 Calcul du facteur LS pour la pente complexe de la figure 11.5.


Tronçon λi λi--1 pente u2* u1* u2 -- u1 u2 -- u1 LS %**
(m) (m) (%) λe
1 50 0 5 34 0 34 0,28 0,28 13
2 90 50 8 153 63 90 0,75 1,03 35
3 120 90 11 378 245 133 1,11 2,14 52
257 2,14
1,5
*u i = S i λ i
22, 1
** contribution de chaque tronçon

La méthode permet aussi de connaître les tronçons qui contribuent le plus à l’érosion et d’y
concentrer notre action. Dans ce cas, le tronçon no 3 contribue à plus de 50% de toute l’érosion
de la pente. Le même nomogramme peut être utilisé pour calculer le facteur LS sur une pente
uniforme.

11.6 FACTEUR DE CULTURE (C)


Le facteur de culture exprime l’influence des méthodes culturales et de la régie des sols et des
cultures sur les pertes de sol par érosion. Ce facteur incorpore les effets du couvert végétal de la
séquence des cultures, du niveau de productivité, de la longueur de la saison de croissance, des
méthodes culturales, de la quantité de résidus laissés sur le sol et de la distribution de l’indice
de l’érosivité de la pluie (R). Ce facteur est égal à l’unité pour un sol labouré et, maintenu en
jachère. Pour permettre une évaluation plus significative, Wischmeier (1960) proposa de divi-
ser la saison de végétation en cinq périodes bien définies :

0 Jachère Du labour à la préparation du sol.


1 Semis La préparation du sol et 1er mois après les semis.
2 Établissement Le 2e mois après les semis.
3. Croissance et maturation Du 3e mois après les semis jusqu’à la récolte.
4. Chaume De la période de récolte jusqu’aux labours.
Les nombreux sites de mesure aux États--Unis (10 000 années--stations accumulées en 1976)
[En collaboration, 1977] ont permis de dresser un tableau des facteurs de culture pour différen-
tes cultures (incluant la régie et les méthodes culturales) et correspondant aux différents stades
de la saison de végétation. Le tableau 11.6 présente les facteurs de culture tirés de Wischmeier
(1965) pour quelques cultures d’intérêt pour le Québec. Le tableau 11.7 présente les valeurs
des facteurs de culture mesurés sur les parcelles d’érosion de la station de recherche d’Agricul-
ture et agroalimentaire Canada de Lennoxville et les compare aux valeurs proposées par le
USDA Handbook No 537 (Wischmeier et Smith, 1978) et reprises par le tableau 11.6. Les
valeurs mesurées et celles proposée sont très comparables.
FACTEUR DE CULTURE
173

Tableau 11.6 Facteurs de cultures (C) pour quelques pratiques culturales et rotations typi-
ques (Wischmeier et Smith, 1965).
Facteur C x 100 pour le stade de culture
S Culture, rotation, méthode culturale
0 1 2 3 4L1 4R2
MAÏS
1ière année
S après foin, méthode conventionnelle 17 35 19 12 18 40
S après foin, labour de printemps et semis direct -- 10 10 7 18 40
2ième année
S après maïs--grain & foin, méthode conventionnelle 39 58 41 22 26 --
S après maïs ensilage & foin, méthode conventionnelle 67 72 51 24 -- 65
S après maïs--grain & foin, labour de printemps -- 32 32 13 26 60
3ième année ou 4ième année de mais après foin ou
2ième année de mais après céréales
S après maïs--grain, culture conventionnelle 52 73 54 29 40 --
S après maïs ensilage, culture conventionnelle 82 87 60 30 -- 70
S après maïs ensilage, 20 t/ha de fumier, culture conven- 67 77 52 28 -- 62
tionnelle
S après mais--grain, semis direct -- 45 45 17 40 --
S no--till -- mais--grain -- 7--20 7--16 7--9 7--15 --
CÉRÉALES GRAINÉES
S après foin 17 35 19 6 3 --
S après 1 an de maïs ensilage ou céréales (paille enlevée) 60 65 42 6 3 --
S après 1 an de maïs--grain ou céréales (paille laissée) 35 51 34 5 3 --
S après 2 ans de maïs ensilage ou céréales (paille enlevée) 65 70 45 7 4 --
S après 2 ans de maïs grain ou céréales (paille laissée) 55 70 45 7 4 --
CÉRÉALES NON GRAINÉES
S (culture conventionnelle) idem 10--12 10--12 20
FOIN
S implantation idem céréales grainées
S graminées et légumineuses (1 an et plus) 0.4
S luzerne (1 an et plus) 0.6
POMME DE TERRE
S 1 et 2ième année après céréales 55 66 60 28 40(3) 70
S 3ième année 70 76 64 32 40(3) 80
0 Labour (1) Les résidus sont laissés ( mais--grain)
1 Semis (1er mois après les semis) (2) Les résidus sont enlevés (mais ensilage)
2 Établissement (2ième mois après le semis) (3) Défannage
3 Croissance et récolte
4 Chaume
174

Tableau 11.7 Facteurs de culture C mesurés sur les parcelles d’érosion de Lennoxville
(Salehi et al. 1991)
Système de culture Stade de culture Facteur C
Mesuré (±s) USDA Handbook
Prairie permanente 3 0,006±0,002 0,003
Maïs -- No till 2 0,03±0,01 0,01 -- 0,02
3 0,03±0,02 0,01 -- 0,02
Maïs -- conventionnel 2 0,73±0,21 0,72 -- 0,73
3 0,29±0,03 0,23

Pour tenir compte de la répartition inégale de l’érosivité des pluies durant l’année, le facteur de
culture est calculé en pondérant le facteur de culture de chaque stade avec la contribution de ce
stade à l’indice annuel de l’érosivité de la pluie. Cette contribution de chaque stade est détermi-
née avec la courbe relative de l’indice cumulatif de l’érosivité de la pluie (un exemple est pré-
senté à la figure 11.6). Wall et al (1983) et Madramootoo (1983) ont déduit la contribution
mensuelle de l’indice R pour le Québec (tableau 11.8). Le calcul s’effectue ainsi :

m 4
1
C=m   ∆R Cij [11.11]
j=1 i=0

∆R = pourcentage (%) de la contribution du stade ’i’ à l’indice annuel de


l’érosivité de la pluie
C = facteur de culture pour le stade ”i”
m = nombre d’années de la rotation
% DE L’ÉROISION ANNUELLE

MOIS
Figure 11.6 Distribution mensuelle de l’indice de l’érosivité de la pluie (R) pour quatre
régions américaines (A, B, C, D) (Adapté de Smith et Wischmeier, 1962).
FACTEUR DE CONSERVATION
175

Tableau 11.8 Distribution mensuelle de l’indice d’érosivité potentielle pour l’est du Canada.
Pourcentage mensuel de l’indice R
Région / localité
J F M A M J J A S O N D
Sud--ouest de l’Ontario 1 4 4 4 9 7 13 17 14 11 7 5 5
(long. 85--80)
Est de l’Ontario et Ouest du 0 0 5 10 8 15 19 16 13 8 4 2
Québec 1 (long. 85--80)
Montréal 2 0 0 0 6 5 17 19 22 15 9 7 0
Lennoxville3 0 0 0 2 10 15 25 32 11 4 1 0
Est du Québec 1 (long. 85--80) 0 0 8 11 10 14 18 16 9 8 6 0
1 Source : Madramootoo (1988)
2 Source : Wall et al. (1983)
3 Source : Salehi et al. (1991)

11.7 FACTEUR DE CONSERVATION (P)


Le facteur de conservation exprime l’influence des méthodes de conservation sur l’érosion. II
est égal à l’unité pour un sol cultivé dans le sens de la pente. Avec l’analyse des nombreuses
parcelles où différents systèmes de conservation ont été expérimentés, les facteurs de conser-
vation ont été déterminés et sont présentés au tableau 11.9.

Le facteur de conservation pour les terrasses ne considère pas le sol déposé dans le fossé d’in-
terception comme perdu pour l’ensemble du champ. Si l’on veut considérer la perte de sol sur
la pente (entre les fossés d’interception), on utilise le facteur de culture en contour ou de
culture en bandes selon le cas. L’implantation de terrasse modifie le facteur topographique.

Tableau 11.9 Facteurs de conservation recommandés et adaptés par Schwab et al. (1966) à
partir des travaux de Smith et Wischmeier. (1957, 1962)
Pente En Contour En bandes * Terrasse avec
(%) cultures en contour
Parallèles aux limites 0,8** ---- ----
des champs
1 -- 2 0,6 0,30 ----
2.1 -- 4 0,5 0,25 0,10
4.1 -- 7 0,5 0,25 0,10
7.1 -- 12 0,6 0,30 0,12
12.1 -- 18 0,8 0,40 0,16
> 18 0,9 0,45 ----
* rotation de quatre ans : maïs, céréales, foin, foin
** pour des pentes jusqu’à 12%
176

11.8 LIMITES DE L’ÉQUATION UNIVERSELLE DES PERTES


DE SOL
L’équation universelle des pertes de sol n’évalue que les pertes moyennes à long terme causées
par l’érosion de surface (pluie et ruissellement). Elle ne tient pas compte du ravinement, ni de
la déposition dans les dépressions, les ”baisseurs”, les fossés ou les bordures des champs. Elle
n’est pas conçue pour prédire les pertes de sol hors des champs. Elle ne peut pas prédire les
pertes de sol d’une année particulière, d’une saison particulière ou d’un orage particulier. Mais
elle peut prédire la moyenne normale à long terme pour des années semblables, pour des sai-
sons semblables ou des orages semblables. Beaucoup d’autres variables secondaires peuvent
influencer les pertes de sol à court terme, mais leurs effets tendent à s’annuler à long terme.

L’équation universelle des pertes de sol a prédit les pertes annuelles moyennes sur les parcelles
expérimentales américaines avec une déviation standard moyenne de 15% (0--40%) (Wisch-
meier, 1976). La variation est énormément influencée par la longueur de la période d’observa-
tion. Une période d’observation de 20 à 22 ans est considérée nécessaire.

11.9 UTILITÉ DE L’ÉQUATION


L’équation a été conçue pour être simple et facile d’utilisation. Elle peut être utilisée de plu-
sieurs façons:

1. Elle peut prédire les pertes annuelles moyennes de sol pour une culture donnée, une
culture dans une rotation, une rotation et même pour un stade de croissance. C’est
ainsi que nous l’avons présentée.
2. Elle peut servir de guide dans l’établissement d’une régie des cultures ou des modes de
conservation pour limiter l’érosion à un niveau acceptable :

X tol.
CP≤ [11.12]
RKLS
Xtol. = pertes annuelles tolérées de sol (t/ha)
La connaissance du facteur CP maximal permet de déterminer les types de culture, les
rotations, la séquence des cultures et les régies acceptables pour une méthode de conser-
vation donnée ou de déterminer la méthode de conservation nécessaire pour un système
de production.

Aux États--Unis, les pertes de sol tolérées varient de 4 à 11 t/ha dépendant des régions et
de l’épaisseur de la couche de sol. Cette limite correspond au taux de formation ou régé-
nération du sol à partir de la roche mère. Pour le Québec, où le climat est froid et le taux
de formation des sols est plutôt lent, le maximum tolérable des pertes de sol ne devrait
pas dépasser les 4 t/ha. Au Nouveau Brunswick, une valeur de 9 t/ha est communément
utilisée pour le design de structures de conservation (Daigle, 1989).
SA VALIDITÉ AU QUÉBEC
177

3. Elle permet d’estimer la réduction des pertes de sol suite aux changements que l’agricul-
teur effectue.
4. Elle permet d’évaluer l’effet de l’intensification d’une culture sur les pertes de sol par
érosion.
5. Elle permet d’évaluer la longueur critique d’une pente pour une culture donnée, soit la
distance entre les fossés intercepteurs :

2
λ < 22, 1
X tol.
RKSCP
 [11.13]

Aux États--Unis, l’équation universelle des pertes de sol est un outil que les techniciens et les
professionnels utilisent tous les jours.

11.10 SA VALIDITÉ AU QUÉBEC


L’équation universelle des pertes de sol est utilisée à plusieurs endroits dans le monde (En col-
laboration, 1977). Le problème de l’utilisation de l’équation pour des régions extérieures aux
États--Unis n’est pas l’adaptation de l’équation aux conditions locales, mais l’obtention des
coefficients locaux, représentatifs des conditions très variables d’une localité à l’autre.

Au Québec, l’érosion nivale étant importante (Dubé et Mailloux, 1969; Dubé, 1975) un coeffi-
cient représentatif de ce type d’érosion devra être trouvé et additionné à l’indice de l’érosivité
de la pluie. De plus, la répartition mensuelle de l’indice de l’érosivité de la pluie devra être
déterminée pour les grandes régions agricoles. L’analyse des quelques mesures d’érosion dis-
ponibles (Dubé et Mailloux, 1969; Dubé, 1975; Mehuys, 1979) peuvent nous permettre de
dériver quelques coefficients C et K approximatifs, compte tenu des courtes périodes d’obser-
vation (3 ans, 6 ans, 10 ans).

Dans les conditions actuelles et avec l’empirisme de nos coefficients, la variabilité de la pré-
diction de l’équation serait de l’ordre de grandeur de 100%. Les recherches en cours doivent
être poursuivies pour préciser les coefficients s’appliquant à nos conditions et nos régions.

11.11 CONCLUSION
L’équation universelle des pertes de sol est un modèle simple et pratique, tout en étant un
excellent moyen de planification dans la prévention de l’érosion. Son fonctionnement a été
présenté. Pour qu’elle puisse être valablement utilisée au Québec, la recherche devra expéri-
menter pour préciser les valeurs locales des coefficients de l’équation.
178

BIBLIOGRAPHIE

Archambault, J.L., 1966. Méthode de mesure de l’érosion adaptée à certaines conditions de


climat et de sol. Agriculture, Vol. XXIII (1):2--6.
Clyde, C.G., C.E. Israelson, P.E. Packer. E.E. Farmer, J.E. ,Fletcher, E.K. Israelson, F.W.
Haws, H.V. Rao et J. Hanson. 1978. Manuel of erosion control principles and practice.
Utah Water Research Laboratory, Utah State University, H--78--002.
Daigle J.L. 1989. Planification à l’échelle de la ferme des ouvrages de contrôle des eaux de
surface. Présenté à la Session de formation en conservation du soi et des eaux organisée
par le MAPAQ à Ste--Hyacinthe (nov.--déc. 1989); à la page 75 du présent document.
Dubé, A. et A. Mailloux, 1969. La mesure de l’érosion à Cap--aux--Corbeaux. Agriculture,
Vol. XXVI (2):32--36.
Dubé, Armand, 1975. L’eau et l’érosion des sols. Ressources, Ministère des Richesses Natu-
relles du Québec, Vol. 6 (4):8--15.
Dupont, C. et M. Vallé, 1976. L’érosion. Services de protection de l’environnement, Québec.
En collaboration, 1976. Soil erosion : prediction and control. Soil Conservation Society of
America. Special publication No. 21.
FAO, 1977. Soil conservation and management in developing countries. FAO Soils Bulletin
No. 33, FAO, Rome.
Ferland, M.G. et R.M. Gagnon, 1967. Climat du Québec méridional. Ministère des Richesses
Naturelles du Québec. MP--13.
Ferland, M.G. et R.M. Gagnon, 1974. Atlas de hauteur, fréquence et durée des pluies au Qué-
bec méridional. Ministère des Richesses Naturelles du Québec. .MP--51.
Foster, G.R. et W.H. Wischmeier, 1974. Evaluating irregular siopes for soil loss prediction.
Trans. ASAE 17:305--309.
Madramootoo C.A., 1988. Rainfall and runoff erosion indices for Eastern Canada. Trans
ASAE 31(1): 107--110.
Mehuys, G., 1979. L’érosion du sol par l’eau. Document de travail. C.P.V.Q. Québec.
Ripley, P.O., W.M. Kalbfleisch, S.J. Bourget et D.J. Cooper, 1962. Erosion du sol par l’eau,
dommages, moyens préventifs et répression. Agriculture Canada, Publication 1083.
Salehi F. 1989. Validation de l’équation universelle de perte se dol pour le Québec et mesure de
quelques facteurs C et K. Mémoire de maîtrise. Université Laval, 100 pp.
Salehi, F., A. R. Pesant et R. Lagacé. 1991. Validation of the Universal Soil Loss Equation for
three cropping systems under natural rainfall in Southeastern Quebec. Can. Agric. Eng.
33:11--16.
Salehi F., A. R. Pesant, A. Bédard et R. Lagacé. 1993. Preliminary estimates of erodibility of
ten Quebec Eastern Townships soil series. Can. Agric. Eng. 35:157--164.
CONCLUSION
179

Schwab, G.O., K.K. Frevert, T.W. Edminster et K.K. Barnes, 1966. Soil and water conserva-
tion engineering. John Wiley and Sons, New York.
Scott, Auguste, 1948. Le contrôle de l’érosion. Agriculture, Vol. 5(3):1--7.
Smith, D.D. et W.H. Wischmeier, 1957. Factors affecting sheet and till erosion. Trans. Am .
Geophys. Union 38:889--896
Wall G.J., W.T. Dickinson et J. Greuel. 1983. Rainfall erosion indices for Canada east of the
Rocky mounstains. Can. J. Soil Sci. 63: 271--280..
Wischmeier, W.H. et D.D. Smith, 1958. Rainfall energy and its relation to soil loss. Trans. Am.
Geophys. Union. Vol. 39:285--291.
Wischmeier, W.H., D.D. Smith et R.E. Uhland, 1958. Evaluation of factors in soilloss equa-
tion. Agr. Eng. ASAE 39(8):458--464, 474.
Wischmeier, W.H., 1959. A rainfall erosion index for a universal soil--loss equation. Soil Sci.
Soc. Am. Proc. 23:246--249.
Wischmeier, W.H., 1960. Cropping--management factor evaluations for a universal soil zloss
equation. Soil Sci. Soc. Am. Proc. 24:322--326.
Wischmeier, W.H., 1962. Rainfall erosion potential -- geographic and locational differences of
distribution. Ag. Eng. ASAE 43(4):212--215, 225.
Wischmeier, W.H. et D.D. Smith, 1965. Predicting rainfall--erosion losses from crop land east
of the Rocky Mountains. Agricultural Handbook No. 282, USDA, Washington.
Wischmeier, W.H.; C.B. Johnson et B.V. Cross, 1971. A soil erodibility nomograph for farm-
land and construction sites. J. Soil and Water Cons. 26:189--193.
Wischmeier, W.H., 1976. Use and misuse of the universal soil loss equation. J. Soil and Water
Cons. 31:5--9.
Wischmeier, W.H. et D.D. Smith, 1978. Predicting rainfail erosion losses -- A guide to con-
servation planning. Agricultural handbook No. 537, USDA, Washington.
Zingg, A.W., 1940. Degree and length of land slope as it affects soil loss in runoff. Agr. Eng.
ASAE 21:59--64.
180
CONCLUSION
181

GAE--3005 PROBLÈMES SÉRIE 11.


11.1. Une des techniques pour évaluer la susceptibilité d’un sol à l’érosion (facteur K de
l’équation universelle des pertes de sol) est l’utilisation de simulateurs de pluie. Lors de
l’été 1986, nous avons entrepris d’évaluer la susceptibilité à l’érosion du loam argileux
St--Nicholas de l’Île d’Orléans en utilisant cette technique. Ce sol est principalement uti-
lisé pour la culture de la pomme de terre. Les essais ont été effectués sur trois parcelles
ayant des pentes respectives de 5.4%, 7.1 % et 14.6%. Chaque parcelle mesurait 4 mètres
de largeur par 5 mètres de longueur (sens de la pente). Chaque essais durait 30 minutes
et était répété 4 fois pour chaque parcelle. Le simulateur de pluie générait une intensité
de 63 mm/h. Pour évaluer la quantité de sol érodée, le volume d’eau ruisselé ainsi que
la concentration en sédiments étaient mesurés. Le tableau 11.10 présente les résultats
bruts.
Tableau 11.10 Essais d’érosion par l’eau pour le loam argileux St--Nicholas situe a St--
Jean (Ìle d’Orléans).
Volume de Concentration
Parcelle Pente ruissellement en sédiments Sol érodé
(%) (litres) (g/L) (kg)
1 5,4 463 15,6 7,22
448 14,8 6,63
576 13,1 7,55
611 11,1 6,79
2 7,1 319 12,3 3,92
490 13,4 6,57
483 12,0 5,80
508 11,8 6,00
3 14,6 499 31,9 15,9
656 28,0 18,4
668 26,4 17,6
634 25,8 16,4
a ) Déterminez le facteur d’érodibilitê de la pluie (R) de l’équation universelle des pertes de
sol pour chaque essais.
b ) Un essais équivaut à quelle portion du potentiel d’érosion d’une année pour cette localité?
c ) Déterminez l’indice moyen d’érodibilité (K) de l’équation universelle des pertes de sol
pour ce sol.
d ) L’analyse granulométrique de ce sol est de 20% d’argile, 25% de limon et 55% de sable
dont 3% de sable très fin, 6% de sable fin, 10% de sable moyen et 36% de sable grossier.
Le % de matière organique est de %. Déterminez l’indice d’érodibilité (K) selon le nomo-
gramme de Wischmeier et comparer le résultats avec l’indice mesuré.
e ) Quelle est la quantité potentielle de perte de sol si un agriculteur de l’Île d’Orléans culti-
vait ce sol en pomme de terre d’une façon continue dans le sens de la pente? Ses champs
ont une largeur de 120 m, une longueur de 450 m et une pente de 6%.
11.2. Quel est l’effet sur l’érosion lorsque l’on passe d’un système de cultures herbagères (1
an céréales -- 3 ans foin) à une culture intensive de mais ensilage?
182

11.3. A. Pesant, G. Mehuys et A. Dubé présentent quelques données (tableau 11.11) de pertes
de sol au Québec dans leur conférence intitulée ”l’érosion des sols par l’eau au Québec”
(Érosion et Conservation des sols -- 8ième Colloque de génie rural, tableau 2, page 72).
Tableau 11.11 Quelques mesures de pertes de sol au Québec
Traitement Sol érodé
(kg/ha--an)
Loam Taillon, Saint--Coeur--de--marie sur pente de 18% (6 ans)
Prairie permanente 3
Foin (perpendiculaire à la pente) 11
Foin (sens de la pente) 9
Céréales (perpendiculaire à la pente) 150
Céréales (sens de la pente) 500
Sol nu 34000
Loam sablo--graveleux Charlevoix, Cap--aux--Corbeaux sur pente de 15% (10 ans)
Prairie 60
Foin 560
Céréales 3800
Pomme de terre (perpendiculaire à la pente) 3300
Pomme de terre (sens de la pente) 6000
Sol nu 28100
Loam argileux Coaticook, Lennoxville sur pente de 10% (4 ans)
Prairie permanente 190
Mais sur chaume (culture minimum, sens de la pente) 1000
Mais continu (sens de la pente) 12700
Sol nu 31100
a ) Si les parcelles d’érosion ont 15 m de longueur, évaluez l’indice de susceptibilité à l’éro-
sion (K) pour le loam argileux Coaticook (Lennoxville), le loam Taillon et le loam sablo--
graveleux Charlevoix en utilisant l’équation universelle de pertes de sol.
b ) Si l’analyse granulométrique du loam argileux Coaticook donne 20.5% d’argile, 57.7%
de limon, 14.5% de sable très fin, 6.2% de sable fin et 1.1% de sable moyen et grossier
et le contenu en matière organique est de 4.9%, comment se compare l’indice de suscepti-
bilité à l’érosion (K) mesurée avec celui calculé par l’abaque de Wischmeier?
c ) Comment se comparent leurs données de perte de sol pour les cultures de prairie, de foin,
de céréales, de pomme de terre, de mais continu et de mais sur chaume avec les valeurs
prédites par l’équation universelle des pertes de sol et les coefficients dérivées de la
recherche américaine?
11.4. Pour un agriculteur résidant dans la région de Ste--Marie de Beauce,
a ) évaluez les pertes pertes moyenne de sol pour un champ possédant une pente de 8% et
une longueur de 350 m s’il cultive du mais ensilage dans le sens de la pente de façon conti-
nue. Le sol est un loam graveleux Ste--Marie (sable (0.10--2.0 mm) :50%, limon et sable
très fin: 30%, matière organique: 3%, structure granulaire fine, perméabilité modérée).
b ) est--il possible de cultiver ce en mais avec un niveau tolérable d’érosion? Si oui, com-
ment? Si non, pourquoi?
12
CHAPITRE

Concepts d’intérêt pour le design

12.1 INTRODUCTION
Lors de la construction d’ouvrages hydrauliques tels que cours d’eau, ponceaux et barrages,
l’ingénieur doit choisir une récurrence pour déterminer le débit de design. Cette récurrence est
généralement choisie en fonction de critères économiques, de sécurité et d’expériences anté-
rieures et varie généralement entre 2 ans et 20 ans. Suite au grand orage qu’a connu la région
du Saguenay en 1996, une question se pose: qu’arrivera--t--il à ces ouvrages s’ils rencontrent
un orage correspondant à une très grande récurrence? C’est à cette question que va essayer de
répondre cette présentation en présentant quelques approches.

12.2 FONCTIONNALITÉ ET PÉRENNITÉ


Deux aspects doivent être considérés lors de la conception d’ouvrages:
fonctionnalité : caractéristique de l’ouvrage qui doit être capable de remplir la mission
pour lequel il est construit,
pérennité : caractéristique de l’ouvrage qui le rend capable de durer très longtemps et
de résister aux événements extrêmes.
En hydraulique agricole, l’aspect fonctionnalité a été considéré dans le passé mais l’aspect
pérennité a peu été considéré. Traditionnellement, les ouvrages ont été construits pour une
récurrence correspondant aux besoins économiques et auquel un coefficient de sécurité est
ajouté pour compenser pour les erreurs et pour palier aux plus grands débits qu’ils pourraient
rencontrer. Au delà de ce coefficient de sécurité, comment se comportera l’ouvrage? Sera--t--il
capable de résister aux grandes crues? Cet aspect est important lors de la conception d’un
ouvrage.
CONCEPTS D’INTÉRÊT POUR LE DESIGN
184

Pour des récurrences au--delà des conditions de design, deux situations peuvent se présenter
dans la conception d’un ouvrage:
1. l’ouvrage ne devient plus fonctionnel mais ne présente aucun danger d’être
détruit,
2. l’ouvrage risque de rencontrer des conditions critiques et d’être endommagé ou
détruit.
L’ingénieur doit essayer d’éviter cette dernière situation.
Pour expliquer cette nouvelle approche de design, la construction de cours d’eau ou de voies
d’eau et de ponceau est examinée.

12.2.1 Cours d’eau et voies d’eau

Un cours d’eau construit avec une plaine d’inondation (figure 12.1) perdra une partie de sa
fonctionnalité (prévenir les inondations) lors des crues de grande récurrence mais ne risquera
jamais de problème de destruction si la vitesse maximale est respectée lors du design. Les
débits de crue n’augmenteront pas la vitesse d’écoulement car le rayon hydraulique n’aug-
mentera pas avec le niveau d’eau.

Figure 12.1 Cours d’eau avec plaine d’inondation.

Par contre, le cours d’eau de la figure 12.2 risque d’éprouver des problèmes pour les crues plus
grandes que les crues de design. Le rayon hydraulique et la vitesse augmenteront avec le
niveau d’eau et la vitesse pourra dépasser la vitesse maximale sécuritaire. Alors, le cours
d’eau risque de subir une érosion importante et entraîner l’amplification du ravinement. Pour
ce dernier cas, l’ingénieur doit considérer son design pour des crues extrême.
La construction de canaux d’interception pour les terrasses illustre davantage le danger.
Lorsqu’un canal d’interception (figure 12.3) reçoit un débit plus grand que celui correspon-
dant à sa pleine section, il débordera. Comme le canal n’est pas construit avec une bordure
uniforme, il se trouvera un endroit plus bas que les autres où le débordement commencera à se
produire. Ce débordement localisé amènera généralement la destruction du talus. La majorité
FONCTIONNALITÉ ET PÉRENNITÉ
185

Figure 12.2 Cours d’eau dans un ravin.

du débit s’échappera par cet échancrure nouvellement créée pour provoquer du ravinement et
souvent, une plus grande érosion (parfois catastrophique) que si la terrasse n’avait pas été
construite. Ici, les crues extrêmes sont dangereuses et doivent être considérées lors du design.

Figure 12.3 Canal d’interception.

12.2.2 Ponceaux

Le ponceau de la figure 12.4 n’est fonctionnel que pour de très faibles récurrences mais peut
supporter des débits de très grande récurrence car il gênera très peu l’écoulement. Par contre,
le ponceau de la figure 12.5 risque d’être détruit lors des grandes crues. Lorsque le tuyau ne
fournira plus, le niveau d’eau s’élèvera à l’arrière du barrage et lorsque le niveau d’eau dépas-
sera le niveau du tablier, tout le matériel de remplissage risquera d’être emporté. Le ponceau
sera alors détruit. Cette situation arrive très souvent.
CONCEPTS D’INTÉRÊT POUR LE DESIGN
186

Figure 12.4 Ponceau pour bas niveaux d’eau.

Figure 12.5 Ponceau barrage.

12.3 BRIS CONTRÔLÉ


Il existe une approche de design en mécanique qui pourrait être utilisée en hydraulique agri-
cole; c’est le bris contrôlé. Cette approche a comme hypothèse qu’il est impossible de prévoir
un design à toute épreuve et qu’alors, il est préférable de forcer le bris sur une pièce spécifique
qui n’entraînera pas la destruction de la machine en sous dimensionnant cette pièce par rapport
aux autres. En hydraulique agricole, nous pourrions prévoir les points de débordement et les
aménager pour qu’il puissent résister.

12.4 CONCLUSION
Cette présentation a voulu conscientisé l’ingénieur au sujet de concepts de pérennité et de bris
contrôlé, concepts qui étaient surement présent dans le subconscient de beaucoup d’ingé-
nieurs.
13
CHAPITRE

Cours d’eau et écologie

13.1 INTRODUCTION
Les cours d’eau peuvent aussi être analysés d’un point de vue écologique, point de vue qui est loin
d’être négligeable compte tenu que les cours d’eau et leurs berges sont les sites d’une vie biologique
intense et diversifiée. Les cours d’eau et leurs berges ont un impact économique souvent sous--estimé
car ils sont les lieux de la reproduction de plusieurs espèces de poissons, d’oiseaux, de reptiles et d’in-
sectes. Il suffit que de penser à la pêche à la truite, la chasse au canard. L’impact de l’aménagement
des cours d’eau ou des perturbations qu’ils peuvent subir n’est pas que local mais souvent régional.
La diminution de la population de l’éperlan dans la région de Québec est attribuable en partie à la
dégradation de la rivière Boyer et des sites de fraie. La reproduction du saumon de l’Atlantique est
tributaire de la qualité des cours et des rivières dans lesquelles il fraie.

Les travaux de curage, de reprofilage et de redressement des cours d’eau réalisés au cours des années
passées ont dénaturés plusieurs cours d’eau. Dans plusieurs cas, les cours d’eau ont été transformés
en de véritables canaux d’écoulement sans tenir compte de leur caractère naturel et de leur rôle écolo-
gique. De plus, les caractéristiques paysagères n’ont pas été prises en compte lors des projets d’amé-
nagement de cours d’eau. Le texte qui suit est tiré principalement du chapitre 1 de Verniers (1995) et il
traite principalement des berges.
188

13.2 LA BERGE
La berge est la portion de terrain qui limite tout cours d’eau, elle est subdivisée en deux parties (figure
13.1) ::
S le pied de talus, qui est la zone soumise à l’action quasi permanente du courant et qui est située
sous le niveau moyen des eaux ;
S le talus proprement dit, qui n’est qu’occasionnellement en contact avec le courant et qui est situé
au--dessus du niveau moyen des eaux.
La limite inférieure de la berge est le point le plus bas du pied (fond du lit); la limite supérieure étant le
point le plus haut du talus au--delà duquel on considère la plaine alluviale.

Ces limites déterminent ce que l’on appelle le lit mineur de la rivière.

La berge, c’est surtout la zone de transition entre le milieu aquatique et le milieu terrestre. De par cette
situation, elle possède une grande valeur écologique. En effet, la constitution d’une lisière augmente
lu gamme des microhabitats favorisant de ce fait la diversité et la densité des espèces végétales et
animales.

Figure 13.1 La berge dans un cours d’eau (Verniers, 1995).

13.3 VÉGÉTATION DES BERGES


La végétation des berges et des rives est soumise à des conditions de vie très contrastées. Elle doit
s’adapter à des changements brusques, résister aux inondations, recoloniser des zones d’érosion, etc.

En cas d’inondations, les plantes courent le risque d’être emportées, déchaussées ou ensevelies sous
les alluvions. Elles doivent donc présenter une grande capacité de régénération (ex. saules). Par
189

contre, aux basses eaux prolongées, les talus sont affectés par une forte dessiccation superficielle,
c’est pourquoi les végétaux de ces milieux possèdent de longues racines allant puiser l’eau jusqu’à la
nappe phréatique. Les sols des zones régulièrement inondées s’avèrent très riches en éléments nutri-
tifs.

Les facteurs physiques locaux exercent une influence très visible sur la répartition des plantes. À
mesure que les terrains s’élèvent, la fréquence et la durée des submersions diminuent, et avec elles
l’apport des fertilisants et l’impact des crues, tandis qu’augmente la longueur des périodes sèches où
la végétation n’est pas perturbée. En conséquence, une zonation végétale s’établit (Imboden, 1976).

Cette zonation de la végétation (figure 13.2) depuis le milieu aquatique jusqu’au milieu terrestre
dépend principalement de la forme, de la pente et du substrat du talus de la berge mais aussi de la
profondeur des eaux, de leur richesse en éléments nutritifs, de la vitesse du courant et de l’éclaire-
ment. Cette végétation et plus particulièrement les espèces arborescentes ou arbustives jouent de
nombreux rôles non négligeables à la fois vis--à--vis du milieu aquatique mais aussi par rapport aux
zones terrestres adjacentes.

La ripisylve, formation végétale ligneuse et herbacée, transition entre le milieu aquatique et le milieu
terrestre, est donc une zone particulièrement riche du point de vue biologique, grâce à sa diversifica-
tion procurée par l’effet lisière.

La ripisylve consiste en un groupement de végétaux résultant de l’existence au sein du lit majeur de


facteurs physiques tels que la vitesse d’écoulement des crues, la granulométrie des sédiments, la pré-
sence de la nappe, la durée des inondations. Deux types forestiers la caractérise principalement :
S les bois durs qui colonisent les régions élevées du lit majeur où l’inondation est de courte durée,
en étiage l’eau reste accessible aux racines (frêne, orme, peuplier... ),
S les bois tendres qui peuplent les régions basses où l’inondation est de plus longue durée, celle--ci
exerce un effet sélectif très marqué (saule, aulne ... ).
Originellement, la plupart des rivières évoluaient à l’intérieur d’un large couloir occupé par une
végétation ligneuse bien adaptée au milieu. Sa largeur était assez importante, ce qui lui permettait de
jouer un rôle de tampon.

Actuellement, peu de rivières possèdent encore une ripisylve. Le défrichement des terrains en bor-
dure de rivière, l’aménagement artificiel des berges, la progression des terres agricoles ont réduit ou
détruit la ripisylve.

De plus, lorsqu’elle existe, cette zone n’est généralement pas entretenue; les arbres vieillissent et
dépérissent. C’est le cas des têtards (saules) non taillés qui éclatent; des cépées d’aulnes qui prennent
une ampleur démesurée menaçant la stabilité de la berge.

La ripisylve ne peut donc plus répondre à ses fonctions naturelles essentielles qui sont de :
S fixer et stabiliser les berges des cours d’eau,
S participer à l’équilibre biologique de la rivière.
190

Figure 13.2 Zonation végétale de la coupe d’un cours d’eau (Verniers, 1995).

13.4 FAUNE RIVERAINE


L’effet de lisière, la densité et la diversité de la végétation au niveau espèces mais aussi au niveau
strates, la présence de l’eau, la variété des microclimats font que ce milieu riverain comporte aussi un
grand nombre d’espèces animales qui y trouvent un habitat de qualité (abris, lieux de reproduction) et
une nourriture abondante.
Ainsi pour les insectes aquatiques, les végétaux aquatiques et semi--aquatiques des berges servent de
lieu d’émergence pour le passage du stade larvaire aquatique au stade adulte terrestre. Par la suite,
c’est sur ces plantes que les insectes vont pondre leurs neufs.
Pour les populations piscicoles, la végétation riveraine (plantes, racines...) joue un rôle d’abri lors de
conditions défavorables (crues) ou pour se protéger de prédateurs. C’est dans les zones riches en
191

végétation semi--aquatique que certaines espèces de poissons viendront pondre leurs neufs (brochet
notamment); les jeunes poissons ou alevins y trouvant des conditions idéales pour leur croissance et
leur alimentation.

Les amphibiens, quand à eux, s’accouplent et se reproduisent dans les zones humides proches des
cours d’eau.

De nombreuses espèces d’oiseaux sont liées également au milieu riverain, certaines parce qu’elles
nichent dans les berges hautes en terre comme le martin--pêcheur ou l’hirondelle de rivage. D’autres
parce qu’elles préfèrent les berges riches en végétation (canards, poules d’eau, foulques) ou les pla-
ges de gravier (bergeronnette des ruisseaux).

Il faut souligner aussi que les vallées sont des ”corridors” de passage pour certains migrateurs, qui
peuvent trouver au niveau des berges nourriture et abris pour se reposer.

Enfin, différents mammifères fréquentent les berges : le campagnol aquatique, le ragondin, le rat
musqué, peu apprécié pour les galeries qu’il construit. Mais ce sont sans conteste la loutre et le castor,
espèces très menacées et quasi disparues de nos contrées, qui sont les plus exigeantes quant au cou-
vert végétal de la bande riveraine.

13.5 MULTIPLES FONCTIONS DES BERGES NATURELLES


Selon Verniers (1995), les multiples fonctions des berges naturelles se définissent à plusieurs
niveaux.

Au niveau du bassin versant, elles se définissent :


S rôle de régulation du micro--climat : en freinant l’évapotranspiration, en maintenant l’humidité
et en favorisant les pluies. La présence d’arbres réduit les écarts de température défavorables
aux cultures et aux élevages,
S effets de régulation et d’assainissement des eaux, donnant aux pluies le temps de s’infiltrer dans
le sol (pompage végétal) et limitant les risques de crues dans les cours d’eau.
Au niveau de la vallée, elles se définissent :
S effet brise--vent freinant l’érosion éolienne et protégeant les cultures,
S effet de ”haie” et de protection du bétail contre le vent, le froid et le soleil,
S rôle de protection du sol contre l’érosion,
S rôle paysager, pôle attractif pour le tourisme et les loisirs,
S lieu de passage pour les oiseaux.
Au niveau du cours d’eau, elles se définissent :
S apports exogènes de nourriture pour la faune aquatique,
S rôle d’ombrage :
192

-- diminution des différences d’amplitude thermique;


-- réduction du développement de la végétation aquatique; protection contre l’érosion,
S rôle de protection du sol contre l’érosion,
S rôle paysager, augmentation de la diversité,
S accueil pour un grand nombre d’insectes adultes à stade larvaire aquatique,
S rôle des racines d’arbres et de plantes herbacées comme support de ponte et caches pour la faune
aquatique et les poissons en particulier.

BIBLIOGRAPHIE

Verniers, G. 1995. Aménagement écologique des berges des cours d’eau -- techniques de stabilisa-
tion. Presses Universitaires de Namur, Belgique, 77 pages.
14
CHAPITRE

Cours d’eau et paysage

14.1 INTRODUCTION
Les cours d’eau jouent un rôle paysager important. Le texte qui suit est extrait de Aménage-
ment écologique des berges des cours d’eau -- techniques de stabilisation par G. Verniers
(1995) et il présente les éléments importants surtout associés aux berges.

14.2 RÔLE PAYSAGER DE LA BERGE


Outre son important rôle biologique, le milieu riverain est un élément essentiel et particulière-
ment sensible de notre paysage. Dans les différentes méthodes d’évaluation du paysage, les
cours d’eau sont associés à des valeurs de qualité souvent très élevées; l’attrait touristique et
récréatif de ces milieux le prouve à suffisance. Or, ce sont les berges qui identifient la rivière
dans le paysage. Il est donc essentiel d’en tenir compte lors des aménagements.
Le paysage est un élément qui est surtout perçu de façon visuelle. Sa protection fait partie des
préoccupations grandissantes que doivent intégrer les équipes qui travaillent à l’aménagement
ou à la restauration d’une rivière. C’est un élément du cadre de vie des habitants, des riverains,
et un élément de valeur touristique essentiel, la rivière étant un lieu privilégié de loisirs.
Un cours d’eau est bien intégré au paysage lorsqu’il est, en surface et sous--eau, en état de rela-
tion et d’échange équilibré avec lui. Cette insertion est réalisée, entre autres, au moyen de pay-
sages de transition caractérisés par une stabilité en profondeur et par des ceintures végétales
spécifiques et adaptées, correspondant aux particularités climatiques (Kirwald, 1974).
L’intégration est un concept général qui doit être pris en considération lors de toute interven-
tion. Le contraire de l’insertion est l’artificialisation du cours d’eau, par exemple par la conso-
lidation des rives et du lit par des ouvrages bétonnés ou empierrés, les plantations éventuelles
n’étant plus ici qu’une parure étrangère au cours d’eau.
COURS D’EAU ET PAYSAGE
194

Ces considérations sont très importantes. Elles signifient qu’un cours d’eau ne doit être empri-
sonné entre des berges maçonnées que uniquement là où cela s’avère absolument indispensa-
ble.

14.3 CARACTÉRISTIQUES PAYSAGÈRES DE LA BERGE


La diversité des situations de berges (naturelles ou artificielles, en érosion, en équilibre ou en
sédimentation, plantées ou non, en site rural ou en site urbain, etc.) montre qu’il ne peut exister
une berge idéale mais des berges conçues idéalement pour chaque situation particulière envi-
sagée et qui prennent en compte dans leur conception tous les facteurs qui s’exercent sur elles.

Du point de vue du paysage de la rivière, la berge remplit deux rôles, qui ne sont pas nécessaire-
ment compatibles :
S la berge est un élément du paysage, parmi d’autres bien sûr, mais particulièrement sensi-
ble car il s’agit d’un élément de transition entre l’eau et la rive; ce lien ne peut être brutal
et doit être progressif, il doit participer à la caractérisation et à l’identification du pay-
sage de la rivière,
S la berge est également un support de découverte par lequel les promeneurs découvrent
de façon privilégiée les multiples facettes du paysage de la rivière.
La berge idéale doit assumer pleinement le premier rôle dans le contexte paysager où elle est
établie et le second, si le contexte social de la région le demande (ex. zone touristique, zone
urbaine...), et ce sans nuire au premier.

La distinction entre berges naturelles et berges artificielles se fait au niveau de chaque caracté-
ristique paysagère, certaines réflexions étant applicables aux deux grands types de berges.

Les caractéristiques paysagères retenues comme représentatives de l’aspect paysager de la


berge, comme quantifiables par des paramètres simples et comme intégrables dans la concep-
tion de la berge sont les suivantes
S la hauteur apparente de la berge (pour un plan d’eau moyen),
S la pente de la berge,
S le degré d’artificialisation des matériaux constitutifs et de leur mise en oeuvre,
S le type d’aménagement du talus de berge,
S la nature de l’aménagement du pied de berge,
S la diversité longitudinale,
S le recouvrement par la végétation.
CARACTÉRISTIQUES PAYSAGÈRES DE LA BERGE
195

14.3.1 Hauteur apparente de la berge


La hauteur apparente (Ha) de la berge est la différence de niveau entre sa crête et le plan d’eau
tel que montré à la figure 14.1.

Figure 14.1 Hauteur apparente de la berge.

Le principe de qualité lié à cette caractéristique est le suivant : plus une berge est proche du
niveau de l’eau, plus sa qualité paysagère est grande car la rivière jouit d’une meilleure acces-
sibilité et il y a un contact visuel direct entre l’eau et le spectateur. Dans le cas de berges artifi-
cielles, il semble que 2 m soient le maximum acceptable (du point de vue impact paysager) car
au--delà, l’aménagement artificiel devient fort visible et la sensation de relation directe avec
l’eau s’amenuise.

14.3.2 Pente de la berge


La pente de la berge considère l’inclinaison par rapport à l’horizontale du talus de la berge
(figure 14.2).
L’influence de la pente sur la qualité paysagère est fonction de la hauteur apparente de la berge
et de la nature de la berge (matériaux constitutifs et mise en oeuvre).
Si la hauteur est élevée, une pente faible accroît l’importance visuelle de la berge. Si l’aména-
gement est strictement minéral, la qualité paysagère baisse ; si l’aménagement est écologique
(plantations), à priori la qualité paysagère croît.
Si la hauteur apparente est faible (< 50 cm), la pente n’a guère d’importance du point de vue
paysager sinon pour la visualisation de la partie de berge sous une faible profondeur d’eau.
COURS D’EAU ET PAYSAGE
196

Figure 14.2 Pente de la berge.

Une berge à pente faible garnie de végétation favorise l’accessibilité et donne un ”plus” paysa-
ger.
Il est préférable, quand le talus de la berge est long et de pente forte, de le scinder en plusieurs
paliers (replats et versants de pente plus forte).

14.3.3 Degré d’artificialisation des matériaux constitutifs et de leur mise


en œuvre
La végétation valorise la berge par ses formes douces et arrondies, par sa diversité, ses aspects
multiples changeant avec les saisons. Elle constitue un complément qualitatif appréciable
pour l’intégration (et non le camouflage) de certains ouvrages techniques.
Une première distinction sépare la végétation herbacée (hauteur maximum 100 cm) de la
végétation arbustive ou arborescente.
La première couvre des surfaces (ex. talus de berges, pan de mur, gazon, etc.) et influence la
texture et la couleur de celles--ci.
La seconde, en fonction de sa hauteur, de son volume et de son implantation (en bosquet, iso-
lée, en alignement, etc.) donne une dimension verticale à la berge, renforce la visibilité de la
rivière, crée des effets de transparence et de lisière et influence la perception générale du pay-
sage.
L’une et l’autre participent à la stabilisation et au renfort du talus de la berge naturelle et éta-
blissent un raccord harmonieux entre la rive et la rivière. Dans cette situation, la berge n’ appa-
rait pas comme un élément du paysage, elle est uniquement un raccord progressif entre deux
milieux qui se rencontrent.
CARACTÉRISTIQUES PAYSAGÈRES DE LA BERGE
197

Nous définissons le degré d’artificialisation des matériaux mis en oeuvre pour la construction
d’une berge, autre que naturelle, comme étant leur capacité à permettre la croissance dans un
laps de temps relativement court et le maintien d’une végétation herbacée couvrante. Celle--ci
ne peut se développer que si des surfaces dégagées lui sont réservées ou si des interstices suffi-
samment profonds lui permettent de s’enraciner solidement dans la berge.

Par le développement de ses racines, sa plus grande rigidité et sa meilleure prise au vent, une
végétation arborescente mal choisie et isolée peut mettre en péril la stabilité d’une berge cons-
truite si elle se développe dans des interstices non prévus à cet effet. Par contre, certaines
essences peuvent contribuer largement à la stabilisation de la berge sans nécessiter l’interven-
tion d’autres matériaux.

Chaque type de matériau mis en couvre peut recevoir un degré d’artificialisation progressif en
fonction du temps nécessaire à l’installation et au développement d’une végétation herbacée.

Une végétation de volume plus important peut être établie sur des banquettes ou dans des bacs.
Cette naturalité ne tient cependant pas aux matériaux utilisés mais bien à la conception géné-
rale de la berge qui est analysée au point suivant.

14.3.4 Diversité longitudinale

La qualité paysagère d’une rive dépend de la diversité des situations qu’elle présente sur une
distance donnée. Une trop grande uniformité sur un parcours le rend monotone et inintéres-
sant.

Ainsi des berges sinueuses, comportant des encoches, des zones humides, des petites mares
présenteront une diversité écologique et paysagère bien plus importante.

On considère comme modifications de situation : une variation sensible de la hauteur de la


berge, de la pente, des matériaux, de la sinuosité, de la couverture végétale, des aménagements
supérieurs.

La diversité ne doit cependant pas aboutir à la ”cacophonie” des aménagements ; il est essen-
tiel de maintenir à l’ensemble de l’ouvrage sa cohérence et sa lisibilité.

L’attention du promeneur doit être soutenue et le paysage doit offrir à son regard de nouvelles
sensations. L’aménageur alternera avec fruit et en fonction des sites traversés, des situations
dominantes et dominées, des situations de lisières, des plantations et des espaces dégagés.
COURS D’EAU ET PAYSAGE
198

14.4 CONCLUSION
En conclusion, la berge ”idéale” du point de vue de l’écologie et du paysage est une berge
diversifiée, à hauteur apparente faible, en pente douce, à substrat naturel ou à matériaux favori-
sant un recouvrement maximal par la végétation.

C’est une berge qui doit assurer une bonne transition entre le milieu aquatique et le milieu ter-
restre par le biais de sa zone littorale.

BIBLIOGRAPHIE

Verniers, G. 1995. Aménagement écologique des berges des cours d’eau -- techniques de stabi-
lisation. Presses Universitaires de Namur, Belgique, 77 pages.
15
CHAPITRE

Ressaut hydraulique

15.1 INTRODUCTION
Le ressaut est le principal moyen qu’utilisent les ouvrages hydrauliques pour dissiper l’énergie. Ce
ressaut est formé lors de la transition brusque d’un écoulement torrentiel à un écoulement fluvial.
Durant cette transition une onde stationnaire se forme et l’énergie est alors dissipée par turbulence.
Un rôle important des ouvrages sera donc d’amener l’écoulement du cours d’eau (généralement flu-
vial) à un écoulement torrentiel afin que le ressaut puisse se former. Ceci est obtenu soit par l’écoule-
ment sur une pente inclinée supérieure à la pente critique (chute inclinée), soit par la chute libre de la
nappe d’eau (chute verticale).

Afin de bien dimensionner ces ouvrages hydrauliques, une bonne connaissance des caractéristiques
des ressauts est essentielle. Celles--ci sont principalement les hauteurs d’eau en amont et en aval du
ressaut (hauteurs conjuguées), l’efficacité en terme d’énergie et la longueur nécessaire pour l’accom-
plissement de ce ressaut. Ces caractéristiques seront d’abord évaluées pour un canal rectangulaire,
puis une généralisation à d’autres types de canaux sera présentée.

15.2 RESSAUT DANS UN CANAL RECTANGULAIRE


De façon générale, le ressaut nécessite que certaines conditions soient rencontrées afin qu’il se réali-
se. Ces conditions sont le respect de l’équation de continuité [15.1] et de l’équation de Newton sous la
forme ”impulsion--quantité de mouvement” (équation15.2). De la figure 15.1a et pour un canal rec-
tangulaire nous avons :

V1 y1 = V2 y2 [15.1]

1  g y2 + q  V = 1  g y2 + q  V [15.2]
2 1 1 2 2 2
200 RESSAUT HYDRAULIQUE

V1 et V2 = vitesses moyennes en amont et en aval du ressaut (m/s).


y1 et y2 = hauteurs d’eau en amont et en aval du ressaut (m)
ρ = masse spécifique de l’eau (kg/m3)
g = constante d’accélération gravitationnelle (m/s2)
q = débit unitaire (m3/s--m)

Figure 15.1 Ressaut hydraulique dans un canal rectangulaire.

La solution de ces équations est :


y2 1
y1 = 2 1 + 8 F21 − 1 [15.3]

F1 = nombre de Froude de l’écoulement torrentiel en amont du ressaut


y1 et y2 = hauteurs conjuguées du ressaut.
Le nombre de Froude est donné par l’équation suivante :

F= V [15.4]
g  Al 
V = vitesse d’écoulement (m/s)
g = constante gravitationnelle (9,82 m/s2)
l = largeur au miroir (m)
A = section d’écoulement (m2)
La figure 15.2 représente graphiquement la solution de l’équation 15.3.
RESSAUT DANS UN CANAL RECTANGULAIRE 201

30
28
26
24
22
20
18
y2
y1 16
14
12
10 y2 1
y1 = 2 1 + 8 F 1
2

−1
8
6 F 1 = V 1  g y 1

4
2
0
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22
F1
Figure 15.2 Relation entre F1 et y2 /y1 pour un ressaut hydraulique dans un canal rectangu-
laire horizontal.

Il faut noter ici les points suivants :


1. Le ressaut ne se réalisera qu’à la condition que le niveau d’eau en aval y3 dans le canal soit
supérieur à la hauteur conjuguée y2 . Ce niveau est souvent déterminé par l’ouvrage situé en
aval du ressaut.
2. Dans les petits cours d’eau (Q < 10 m3/s), les nombres de Froude varient généralement de 2
à 6, ce qui entraîne des hauteurs y2 de deux à huit fois supérieures à y1 .
La perte d’énergie et l’efficacité du ressaut sont calculés à partir de l’équation de l’énergie :
V 21 V 22
y1 + = y 2 + + ∆E [15.5]
2g 2g
∆E = perte d’énergie.
Des équations 15.1 et 15.5, nous trouvons :

y 2 − y 1 3
∆E = E 1 − E 2 = [15.6]
4 y1 y2
202 RESSAUT HYDRAULIQUE

L’efficacité de la dissipation η est alors :


E
η = ∆E = 1 − 2 [15.7]
E1 E1

Cette efficacité peut être évaluée de façon analytique et ne dépend que de F1 . En effet, dans le cas du
canal rectangulaire, le rapport E2 /E1 peut s’exprimer ainsi :
32
E2  8 F 1 2 + 1 − 4 F12 + 1
= [15.8]
E1 8 F 1 2 2 + F 1 2 

La figure 15.1b indique la transition effectuée sur le graphique d’énergie spécifique. La figure 15.3
donne graphiquement le rapport E2 /E1 en fonction de F1 (équation 15.8) ainsi que l’efficacité de dissi-
pation η (équation 15.7).

E2 η
E1

F1
Figure 15.3 Efficacité du ressaut.

Il est possible de distinguer différents types de ressaut. Pour 1 < F1 < 2,5, la turbulence est faible, et
donc l’efficacité de la dissipation est faible. Pour 2,5 < F1 < 4,5, un ressaut oscillant se forme et pro-
duit des ondes de surface. Celles--ci rendent difficile la protection des berges en aval et ce, malgré une
efficacité de l’ordre de 35%. Pour 4,5 < F1 < 9, un ressaut direct, stable, présentant une efficacité de
45 à 70% a lieu. Ce type de ressaut est recherché à cause de sa stabilité, de sa régularité et de la sécurité
RESSAUT DANS UN CANAL RECTANGULAIRE 203

qu’il présente. Pour F1 > 9, le ressaut est très efficace (85%) mais produit également des ondes de
surface nécessitant une protection importante des berges et ce, sur une grande distance.

Finalement, la longueur L sur laquelle s’effectue le ressaut détermine la longueur de protection qu’il
faut assurer aux berges du cours d’eau ou encore la longueur du bassin de dissipation. Cette valeur n’a
pu être évaluée analytiquement, d’où l’utilisation de relations empiriques ou de courbes expérimen-
tales. Ces dernières indiquent la variation du rapport L/y1 ou L/y2 ou L/(y2 - y1 ) en fonction de F1 . Les
courbes obtenues par le U.S. Bureau of Reclamation (Peterka, 1964) sont les mieux connues. Elles
donnent le rapport L/y1 ou L/y2 (figure 15.4) en fonction de F1 . La courbe L/y2 est plus utile et présente
une portion presque constante dans la région des ressauts directs (4,5 < F1 < 9).

L
y2

V1
F1 =
g y
1

Figure 15.4 Longueur du ressaut en terme de y2 (adapté de Peterka, 1964).

Les hydrauliciens utilisent souvent une équation simplifiée représentant la longueur maximale Lmax
du ressaut libre :

L max = 6, 9 y 2 − y 1 [15.9]
204 RESSAUT HYDRAULIQUE

15.3 RESSAUT DANS UN CANAL NON RECTANGULAIRE


Les caractéristiques du ressaut se formant dans un canal non--rectangulaire sont sensiblement diffé-
rentes de celles obtenues dans la section précédente. Silvester (1964) a déterminé des solutions ana-
lytiques pour calculer les hauteurs conjuguées et la dissipation d’énergie et une solution semi--empi-
rique pour la longueur du ressaut. Cette section résume son travail pour les canaux rectangulaires,
triangulaires, paraboliques et trapézoïdaux.
Reprenant l’équation 15.2 de Newton et l’équation 15.1 de la continuité, il en résulte pour un canal
quelconque :
Q Q
 g A 1 k 1 y 1 +  Q =  g A 2 k 2 y 2 +  Q [15.10]
A1 A2

k1 ’ et k2 ’ = proportions des profondeurs y1 et y2 auxquelles se situent les cen-


tres de gravité des sections A1 et A2 .(figure 15.5)

Figure 15.5 Caractéristiques de la section d’un canal.

Cette équation nous amène à la solution générale pour les hauteurs conjuguées du ressaut :

k 2
A2 y2
y
A1 1
 A
− k 1 = F 1 2 1 − 2
A1
 [15.11]

F1 ’ = nombre de Froude modifié


Le nombre de Froude F1’ modifié est évalué pour la profondeur d’eau y1 et non pour la profondeur
hydraulique moyenne A1 /l1 :
Q2
F 1 2 = [15.12]
A 21 g y 1

L’équation 15.11 peut être exprimée en fonction de y1 , y2 et F1 ’ seulement pour les canaux rectangu-
laires, triangulaires et paraboliques. Dans le cas déjà connu du canal rectangulaire :
RESSAUT DANS UN CANAL NON RECTANGULAIRE 205

k 1 = k 2 = 12
A1 y
= y1
A2 2

et l’équation 15.11 peut alors se ramener à :

y 22
y 21
y
− 1 = 2 F 1 2 1 − y 1
2
 [15.13]

Il est à noter que pour le canal rectangulaire F1 ’= F1 . Cette dernière équation est équivalente à l’équa-
tion 15.3.

Pour le canal triangulaire,

k 1 = k 2 = 13
A1 y2
= 12
A2 y 2

et l’équation 15.11, s’écrit :

y 32
y13
− 1 = 3 F 1 2   1−
y 21
y 22
[15.14]

Dans le cas du canal parabolique,

k 1 = k 2 = 25
32
A1
A2
y
= y1
2
 
et l’équation 15.11 s’écrit :

yy21
52
 y
− 1 = 2, 5 F 1 21 − y 1   
32
[15.15]
 2 
Il est donc possible de déterminer le rapport des hauteurs conjuguées y2 /y1 de ces types de canaux en
trouvant les racines des équations 15.13, 15.14 et 15.15. Dans le cas du canal rectangulaire, la solu-
tion à partir de l’équation 15.3 est explicite. Cependant, il est possible de déterminer ce rapport en
traçant graphiquement ces équations en fonction de F1 ’ (figure 15.6).

Le cas du canal trapézoïdal est plus complexe car le centre de gravité de la section d’écoulement, pour
deux débits différents dans un canal donné, n’est pas toujours situé à la même fraction de la profon-
deur d’eau (k1 ’ et k2 ’ ne sont pas égaux pour le même canal). Se référant au diagramme de la
figure 15.5, si b1 ’ et b2 ’ sont les largeurs équivalentes (ou largeurs moyennes), nous avons :
206 RESSAUT HYDRAULIQUE

y2
y1

F 1

Figure 15.6 Rapport entre les hauteurs conjuguées du ressaut pour différents types de canaux
(adapté de Silvester, 1964).

A1 b y
= 1 1 [15.16]
A2 b2 y2

et l’équation 15.11 devient :

k 2
y 22 b 2
y 21 b 1
− k 1 1  
 = F 2 1 − b1 y1
b 2 y 2
 [15.17]

Il est possible de montrer que :

k 1 = 13 + 16 bb 1

k 2 = 13 + 16 bb 2

Massey (1961) a défini un facteur de forme k pour le canal trapézoïdal :

k = z by [15.18]
1
RESSAUT DANS UN CANAL NON RECTANGULAIRE 207

b = largeur au fond du canal (m)


z = fruit de la pente des talus
Selon cette définition, le facteur de forme k tend vers l’infini (k → ∞) pour un canal rectangulaire et il
est égal à zéro (k = 0) pour un canal triangulaire. Le nombre de Froude F1 ’ peut alors être évalué en
terme de k :
Q 1
F 1 = [15.19]
z g y 51 k + 1

Étant donné que k1 ’, k2 ’, b1 ’ et b2 ’ sont fonction de y1 et y2 , l’évaluation numérique des racines de


l’équation 15.17 est plus difficile à réaliser. Une résolution graphique à partir de la figure 15.6 s’avère
donc satisfaisante. Sur cette figure, le rapport y2 /y1 est tracé en fonction de F1 ’ et ce pour différentes
valeurs de k.

L’efficacité de ces ressauts est évaluée analytiquement à partir de l’équation 15.7 qui devient sous sa
forme généralisée :

2−
2 y2 2
y1 + F 1 1 − 
A 21
A 22
η = ∆E = [15.20]
E1 2 + F 2
1

Dans l’équation 15.20, le rapport des hauteurs conjuguées y2 /y1 est déterminé par les équations 15.13,
15.14, 15.15 et 15.17 pour les différents types de canaux et le terme entre parenthèses par :

A 21 y 21
1− 2
=1− (rectangulaire) [15.21]
A2 y 22

y 41
=1− (triangulaire) [15.22]
y 42

y 31
=1− (parabolique) [15.23]
y 32

b 2 y2 k + 1 y21
=1− 1 1
= 1 −k + y2 y2 (trapézoïdal) [15.24]
b 2
2 2
y2  y1 2
L’équation 15.20 est présentée graphiquementé à la figure 15.7 pour les divers types de canaux en
fonction de F1’. Cependant, la figure 15.3 peut toujours être utilisée pour le canal rectangulaire.

Contrairement aux rapports y2 /y1 , la longueur du ressaut ne peut être déterminée qu’à partir de rela-
tions semi--empiriques. La longueur du ressaut pour le canal trapézoïdal est difficile à évaluer à cause
de courants qui remontent vers l’amont de chaque côté de la portion centrale du canal.
208 RESSAUT HYDRAULIQUE

ou

∆E
E1


F1

Figure 15.7 Courbes théoriques de la perte d’énergie dans un ressaut selon différentes formes
de canaux (adapté de Silvester, 1964).

Pour des facteurs de forme de k de 4, 8 et 16, Sylvester (1964) a obtenu les équations suivantes pour la
longueur du ressaut libre :

L = 35  F  − 1  0,836 ; k=4 [15.25]


y1 1

L = 23  F  − 1  0,885 ; k=8 [15.26]


y1 1

0,905
y 1 = 17, 6  F 1 − 1 
L 
; k = 16 [15.27]

Suite aux résultats théoriques et semi--empiriques obtenus, plusieurs points importants sont à retenir :

1. Les résultats ont été obtenus à partir d’un ressaut hydraulique libre, donc en négligeant le frot-
tement sur les parois et en l’absence de structures connexes dans le canal lui--même (blocs,
déversoir, élévation ou abaissement du fond, etc.).
2. Pour une valeur de F1 ’ donnée :
a) Le rapport y2 /y1 diminue en passant du canal rectangulaire au canal trapézoïdal et au
canal triangulaire (figure 15.6).
b) L’efficacité de la dissipation d’énergie augmente en passant du canal rectangulaire au
canal triangulaire.
LOCALISATION DU RESSAUT 209

c) La longueur du ressaut augmente du canal triangulaire, au canal rectangulaire et au canal


trapézoïdal.
3. Dans un canal trapézoïdal, le facteur de forme (k = b/zy) indique le degré de similitude avec
le canal rectangulaire. Quand b >> zy, k est grand et le canal trapézoïdal se comporte comme
un canal rectangulaire. Silvester (1964) considère le canal comme rectangulaire lorsque
k ≥ 25.
4. La longueur de ressaut obtenue dans un canal trapézoïdal peut être de 2 à 3,5 fois supérieure
à celle obtenue dans un canal rectangulaire pour la même valeur de F1 ’. La présence des
contre--courants de chaque côté du canal trapézoïdal en aval du ressaut explique ce phénomè-
ne. En effet, ceux--ci diminuent la force de pression disponible pour supporter le ressaut.
5. En conséquence du point 4, le ressaut libre dans un canal trapézoïdal sera très peu utilisé car
il nécessite des protections sur de grandes longueurs. L’adjonction de structures connexes
pour favoriser le ressaut sera préférée et le dimensionnement sera basé sur la longueur du res-
saut dans un canal rectangulaire pour la même valeur de F1 ’.
6. La présence de surface rugueuse rend le ressaut plus efficace et également plus court (Leu-
theusser et Schiller; 1975 et Hughes et Flack; 1984).

15.4 LOCALISATION DU RESSAUT


La connaissance de l’endroit exact où se produit le ressaut après l’ouvrage de chute (inclinée ou verti-
cale) est très importante. Si le ressaut est libre, cette position est déterminée par la hauteur de l’écou-
lement y3 du cours d’eau en aval du ressaut. En effet, celui--ci ne peut avoir lieu que si la condition
donnée par l’équation 15.3 ou par l’équation générale 15.11 est respectée. Trois cas peuvent alors se
présenter (figure 15.8) :
1. Si la hauteur de l’écoulement aval y3 et la hauteur conjuguée du ressaut y2 sont égales, alors
le ressaut s’effectue immédiatement après la chute et sa longueur L est calculée d’après les
résultats des sections 15.2 et 15.3. Ce cas est idéal mais ne peut se présenter (sauf coïncidence)
pour tous les débits rencontrés dans un cours d’eau.
2. Si la hauteur y3 en aval est inférieure à la hauteur conjuguée du ressaut y2 , le ressaut se déplace
vers l’aval. Ainsi immédiatement après la chute, l’écoulement sera torrentiel et graduelle-
ment varié. La hauteur d’eau y1 avant le ressaut augmentera jusqu’à ce qu’elle respecte les
équations 15.3 ou 15.11. La hauteur d’eau sera alors y1 ’ > y1 , la vitesse V1 ’ < V1 et le nombre
de Froude sera également plus petit. Connaissant la hauteur d’eau de l’écoulement aval y3
(égale à y2 correspondant à la réalisation du ressaut), on calcule la hauteur y1 ’ à laquelle devrait
s’initier le ressaut. À l’aide des courbes de remous et de la valeur de y1 immédiatement après
la chute, la position à laquelle le ressaut s’effectue peut être calculée. Dans ce cas , la longueur
totale nécessaire à la réalisation du ressaut est supérieure à celle obtenue dans le premier cas
(y3 = y2 ).
3. Si la hauteur d’eau en aval y3 est supérieure à la hauteur conjuguée du ressaut y2 , le ressaut
est submergé (partiellement ou totalement). Dans ce cas également, la longueur nécessaire
à la réalisation du ressaut est supérieure à celle obtenue dans le premier cas (y3 = y2 ). Cepen-
dant, ce troisième cas est plus sécuritaire que le deuxième cas car le ressaut se forme en partie
dans la région protégée du canal et n’est pas repoussée vers l’aval du canal.
210 RESSAUT HYDRAULIQUE

Cas 1 : y3 = y2

Cas 2 : y3 < y2

Cas 3 : y3 > y2

Figure 15.8 Effet de la hauteur d’eau du canal en aval sur la position du ressaut (adapté de
Chow, 1959).

15.5 DÉBIT VARIABLE


Dans la section précédente, nous avons considéré une situation unique où le débit est fixe. Cependant,
dans la majorité des cas qui nous intéressent, ce débit sera variable dans le temps. Il est utile de tracer
les courbes de la hauteur y3 dans le canal aval et de la hauteur conjuguée du ressaut y2 en fonction du
débit. Nous distinguons cinq cas (figure 15.9).

Le cas 1 est le cas où la hauteur conjuguée est égale à la hauteur d’eau en aval (y2 = y3 ) quelque soit le
débit. Il s’en suit que le ressaut se formera toujours immédiatement après la chute et qu’il ne sera
jamais submergé. Cette condition n’est que très rarement rencontrée dans les cours d’eau naturels.

Le cas 2 est celui pour lequel la hauteur conjuguée du ressaut est supérieure à la hauteur d’eau aval
(y2 > y3 ) pour tous les débits. Le ressaut se déplace donc vers l’aval du cours d’eau. Afin de mainte-
RESSAUT SUBMERGÉ 211

Figure 15.9 Courbe de y2 et y3 en fonction du débit Q (adapté de Chow, 1959)..

nir celui--ci dans la zone de protection, la création d’un bassin de dissipation à l’aide d’un déversoir
(bassin en devers) ou de l’élévation du lit (bassin en dépression) sera nécessaire.

Le cas 3 présente une hauteur conjuguée toujours inférieure à la hauteur d’eau en aval (y2 < y3 ), donc
des conditions de submersion à tous les débits. Bien que le ressaut sera initié plus en amont que dans
le cas 1, sa longueur pour un même débit sera plus importante et son efficacité moindre. Afin d’amé-
liorer la situation, l’utilisation du ressaut sur un plan incliné (section 15.7) ou l’abaissement du lit du
cours d’eau permettra d’assurer un ressaut court et efficace.

Les cas 4 et 5 présentent des situations mixtes. Dans le cas 4, un bassin de dissipation sera efficace à
faible débit et un ressaut sur plan incliné assurera l’efficacité à haut débit. Dans le cas 5, malgré la
submersion à faible débit, un bassin de dissipation pourrait suffire à assurer une efficacité convenable
pour tous les débits.

15.6 RESSAUT SUBMERGÉ


Un ressaut devient submergé lorsque la hauteur d’eau du canal en aval y3 est supérieure à la hauteur
conjuguée de ressaut y2 . Afin de quantifier cette submersion, le facteur de submersion S suivant peut
être défini :
y3 − y2
S= y2 [15.28]
212 RESSAUT HYDRAULIQUE

On notera que pour un ressaut libre, y3 égale y2 et S égal zéro. La submersion se produit fréquemment
lorsque le rapport h/yc est petit (< 1), donc lorsque la chute est faible ou lorsque le débit est élevé.

Malgré que le traitement analytique ne soit pas présenté, il importe de retenir à titre indicatif certaines
conclusions auxquelles sont arrivés Rao et Rajaratnam (1963) relativement à la longueur et à l’effica-
cité du ressaut submergé.

Ces auteurs ont d’abord montré que la longueur du ressaut submergé varie linéairement avec le degré
de submersion. Pour un canal rectangulaire cette relation est donnée par :

Ls
y 2 = 6, 1 + 4, 9 S [15.29]

Ls = longueur du ressaut submergé.


On constate que pour un ressaut libre non submergé, Ls /y2 égale 6,1, soit la valeur observée sur la
figure 15.4 pour des valeurs de F1 supérieures à 4,5.

Un autre résultat obtenu par ces auteurs est que pour une submersion donnée (S fixe), le rapport Ls /y2
augmente avec une diminution de F1 . Ainsi, pour des petits cours d’eau où F1 est faible, l’augmenta-
tion relative de la longueur du ressaut submergé sera plus importante que pour un cours d’eau où l’on
peut obtenir des valeurs F1 plus élevées.

Finalement, bien que l’efficacité de dissipation du ressaut soit supérieure pour une légère submersion
(S≅ 0,1 pour F1 > 5,0), les auteurs recommandent l’utilisation du ressaut libre à cause de sa plus faible
longueur ou une légère submersion d’au plus 10% (S = 0,1). Cette submersion sera également une
garantie supplémentaire pour que le ressaut soit confiné dans la structure.

15.7 RESSAUT SUR PLAN INCLINÉ


L’utilisation d’un ressaut sur plan incliné est recommandé lorsque la hauteur d’eau en aval y3 est
supérieure à la hauteur conjuguée y2 du ressaut. Le ressaut sur plan incliné a été décrit par Chow
(1959) et Peterka (1964) mais ne sera pas présenté ici car il est peu utilisé.

Seuls les points suivants concernant le ressaut sur plan incliné sont à retenir (Peterka, 1964):

1. Si les dimensions du bassin de dissipation obtenues sont respectées, la dissipation d’énergie


sur plan incliné est aussi bonne que sur plan horizontal.
2. La hauteur conjuguée du ressaut sur plan incliné est supérieure à celle sur plan horizontal.
3. La longueur du ressaut sur plan incliné est supérieure à celle sur plan horizontal.
4. La longueur du ressaut effectué sur plan incliné et sur plan horizontal est la même que celle
sur plan incliné seulement.
BIBLIOGRAPHIE 213

BIBLIOGRAPHIE
Argyropoulos, P.A. 1957. Theoritical and Experimental Analysis of the Hydraulic Jump in a Para-
bolic Flume. International Association for Hydraulic Research, 7th Conference, Paper D12,
Vol. II.
Argyropoulos, P.A. 1961. The Hydraulic Jump and Effect of Turbulence on Hydraulic Structures :
Contribution to the Research of the Phenomenon. Proceedings of the 9th Conference of the
International Association for Hydraulc Research, p. 173.
Bakhmeteff, B.A. et N.V. Feodoroff. 1943. Energy loss at the base of a free overfall : discussion.
ASCE Transactions, 108 (2204) : 1364--1373.
Blaisdell, F.W. 1954. Equation of a free--falling nappe. ASCE Proceedings, 80 (482) : 1--16.
Blaisdell, F.W. 1981. Tropical Agricultural Hydrology. John Wiley and Sons Ltd.
Chow, V.T. 1959. Open--channel Hydraulics. McGraw Hill, New York.
Christiansen, J.E. 1943. Energy loss at the base of a free overfall : discussion. ASCE Transactions,
108 (2204) : 1375--1378.
Diskin, M.H. 1961. Hydraulic jump in trapezoidal channels. Water Power, Janvier 1961 : 12--17.
Forster, J.W. et R.A. Skinde. 1950. Control of the hydraulic jump by sills. ASCE Transactions,
115(2415) : 973--987.
Gill, M.A. 1979. Hydraulics of rectangular vertical drop structures. Journal of Hydraulical Research,
17 (4) : 289--302.
Hager, W.H. 1985. B--Jumps at abrupt channel drops. Journal of Hydraulical Engineering, 111 (5) :
861--866.
Hall, L.S. 1943. Energy loss at the base of a free overfall. ASCE Transactions, 108 (2204):
1378--1383.
Hsu, E.Y. 1950. Control of the hydraulic jump by sills. ASCE Transactions, 115 (2415) : 988--991.
Hughes, W.C. et J.E. Flack. 1984. Hydraulic jump properties over a rough bed. Journal of Hydrauli-
cal Engineering, 110 (12) : 1755--1771.
Ingram, L.F. , R.E. Ottman et H.J. Tracy. 1956. Surface profiles at a submerged overfall. ASCE Pro-
ceedings. Journal of the Hydraulics Division, Vol. 81, No. HY4, Paper 1038 : 12--16.
Kay, M.D. et L.D. Medlin. 1986. Gabion chute spillways for grade control. ASAE, Summer Meting
1986. ASAE Paper 862132.
Kindsvater, C.E. 1943. Energy loss at the base of a free overfall : discussion. ASCE Transactions, 108
(2204) : 1373--1375.
Leutheusser, H.J. et E.J. Schiller. Hydraulic jump over a rough channel. Water power and Dam
Construction, 27 (5) : 186--191.
Mason, P. J. et K. Arumuzam. 1985. The jet scour below dams and flip buckets. Journal of Hydraulic
Engineering. Vol. 111 (2) : 220--235.
214 RESSAUT HYDRAULIQUE

Massey, B.S. 1961. Hydraulic jump in trapezoidal channels. Water Power, Juin.
Moore, W.L. 1943. Energy loss at the base of a free overfall. ASCE Transactions, 108 (2204):
1343--1360.
Moore, W.L. 1943. Energy loss at the base of a free overfall. ASCE Transactions, 108 (2204):
1387--1392.
Naïb, S.K.A. 1984. Hydraulic research on irrigation canal falls. Proceedings of the 1st International
Conference on Hydraulic Design in Water Ressources Engineering. University of Southamp-
ton. Springer--Verlag.
Noutsopoulos, G.C. 1984. Hydraulic characteristics in a straight drop structure of trapezoidal cross
section. Proceedings of the 1st International Conference on Hydraulic Design in Water Res-
sources Engineering. University of Southampton, Springer--Verlag.
Peterka, A.J. 1964. Hydraulic Design of Stilling Basins and Energy Dissipators. US Bureau of Recla-
mation, Engineering Monograph No.25.
Rand, W. 1955. Flow geometry at straight drop spillways. ASCE Proceedings, Journal of the Hydrau-
lics Division, 81 (791) : 1--13.
Rao, N.S.G. et N. Rajaratnam. 1963. The submerged hydraulic jump. ASCE Proceedings, Journal of
the hydraulics Division, Vol. 89, No. HY1, Paper 3404 : 139--162.
Rouse, H. 1943. Energy loss at the base of a free overfall : discussion. ASCE Transactions, 108
(2204) : 1383--1387.
Scimemi, E. 1947. Discussion : Model study of Brown Canyon Debris Barrier. Transactions Amer.
Soc. Civil Eng. Vol. 112: 1016--1019.
Shih, C.C. et D.F. Parson. 1967. Some hydraulic characteristics of trapezoidal drop structures. Pro-
ceedings of the 12th Congress of the International Association for Hydraulic Research, Fort
Collins, Colorado, Vol. 3 : 249--260.
Shukry, A. 1957. The efficacy of floor sills under drowned hydraulic jumps. ASCE Proceedings,
Journal of the Hydraulics Division, Vol. 82, No. HY3, Paper 1260 : 1--9.
Silvester, R. 1964. Hydraulic jump in all shapes of horizontal channels. ASCE Proceedings, Journal
of the Hydraulics Division, Vol. 92, No. HY1, Paper 3754 : 23--55.
USBR. 1967. Canal and Related Structures. Chapter 5. US Bureau of Reclamation, Washington,
D.C.
Veronese, A. 1937. Erosioui di fonda a valle di uno scarico. Annali dei Lavori Publici. Vol. 75 (9) :
717--726.
White, M.P. 1943. Energy loss at the base of a free overfall : discussion. ASCE Transaction, 108
(2204) : 1361--1364.
16
CHAPITRE

Seuils dissipateurs d’énergie

16.1 INTRODUCTION
L’érosion du lit et des berges du cours d’eau survient lorsque les forces générées par l’écoulement
sont supérieures aux forces stabilisatrices du cours d’eau. L’augmentation de la résistance à l’écoule-
ment par l’enrochement ou la stabilisation des talus par l’implantation de végétation sont des moyens
pour diminuer cette érosion. Lorsque ces moyens s’avèrent inefficaces ou trop onéreux, l’utilisation
de seuils dissipateurs d’énergie devient nécessaire.

Le design et la construction de ces ouvrages, afin qu’ils soient efficaces et sécuritaires, nécessitent
une connaissance des principes de base. Le but de ce texte est de présenter les éléments théoriques
permettant d’effectuer un design approprié des seuils dissipateurs d’énergie.

Le design des seuils dissipateurs d’énergie a fait l’objet de plus de 50 publications. Ainsi, les élé-
ments théoriques et pratiques ont été abondamment traités car les seuils sont des éléments hydrauli-
ques essentiels dans la construction des déversoirs de sécurité dans les barrages. L’utilisation des
seuils dissipateurs d’énergie dans les cours d’eau profitent de ces développements théoriques.

16.2 COURS D’EAU, DISSIPATION DE L’ÉNERGIE ET SEUILS


L’eau qui s’écoule dans un canal ou un cours d’eau doit dissiper son énergie potentielle à un rythme
proportionnel à la pente d’écoulement (figure 16.1). Cette énergie est dissipée par la friction de l’eau
avec les talus et le fond du cours d’eau. Tant que les forces stabilisatrices sont plus grandes que les
forces d’arrachement provoquées par la friction, le cours d’eau ne s’érode pas. La notion de force
d’arrachement s’exprime aussi en terme de vitesse maximale, terme bien connu des ingénieurs et des
traités d’hydraulique.

Lorsque les forces d’arrachement sont plus grandes que les forces de résistance ou que la vitesse est
supérieure à la vitesse maximale, l’érosion du cours d’eau s’amorce et le cours d’eau se dégrade
216 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

Figure 16.1 Schéma de l’écoulement dans un cours d’eau normal.

d’une façon plus ou moins importante. Lorsque cette situation se présente au niveau du design, le
rayon hydraulique peut être diminué en diminuant la profondeur du cours d’eau et en l’élargissant.
Cette situation a ses limites. Il est aussi possible d’augmenter la résistance du cours d’eau par l’enro-
chement ou la stabilisation des talus avec l’implantation de végétation. Par contre, l’implantation de
végétation au fond des cours d’eau est impossible. Si l’enrochement est techniquement réalisable, ses
coûts sont un handicap à son utilisation à grande échelle.

Une autre approche existe et consiste à aménager le cours d’eau (figure 16.2) pour qu’il dissipe
l’énergie qu’il peut dissiper naturellement et à aménager à intervalles réguliers des structures hydrau-
liques qui dissipent le surplus d’énergie. Ces structures sont des seuils dissipateurs d’énergie. Ainsi,
la protection est concentrée en des endroits localisés représentant une faible portion du tronçon.
Maintenant, l’étude des seuils dissipateurs d’énergie est justifiée.

Figure 16.2 Schéma d’un cours d’eau avec structure de dissipation d’énergie.
COMPOSANTES ET TYPES DE SEUILS 217

16.2.1 Pente maximale


En supposant un écoulement uniforme entre les seuils et en considérant la notion de vitesse maxi-
male, l’équation des vitesses de Manning permet d’exprimer la pente maximale de l’écoulement et
du fond entre les seuils :

V 2max n 2
S max ≤ [16.1]
Rh 43
Smax = pente maximale de l’écoulement et du fond du cours d’eau (m/m)
Vmax = vitesse maximale d’écoulement (m/s)
n = coefficient de rugosité (s/m1/3)
Rh = rayon hydraulique de la section mouillée du cours d’eau (m)

16.3 COMPOSANTES ET TYPES DE SEUILS


Avant d’entreprendre l’étude théorique du fonctionnement des seuils dissipateurs d’énergie, il est
nécessaire d’identifier les composantes et les principes de fonctionnement.

16.3.1 Composantes
La figure 16.3 présente les composantes d’un seuil dissipateur d’énergie dans une perspective de
design. Un seuil est composé d’une zone d’approche, d’un déversoir, d’un coeur qui provoque une
chute, d’un bassin de dissipation et d’une zone aval.

Figure 16.3 Schéma d’un seuil dissipateur d’énergie en terme de structure.

La figure 16.4 présente les écoulements rencontrés dans un seuil dissipateur d’énergie. En amont de
la zone d’approche, l’écoulement est considéré comme uniforme avec une profondeur d’écoulement
normale yn . L’écoulement qui est alors fluvial y devient graduellement modifié dans la zone d’appro-
che. Il y devient critique au--dessus de la crête du déversoir (profondeur critique yc ) avant de passer à
218 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

un écoulement torrentiel (supercritique) dans la zone de chute. Le ressaut hydraulique se forme dans
le bassin avec les hauteurs conjuguées y1 et y2 respectivement à l’entrée et à la sortie du ressaut.
L’écoulement redevient fluvial dans la zone aval avec la profondeur y3 .

Le ressaut est l’élément clé du seuil car le passage de l’écoulement torrentiel à l’écoulement fluvial
provoque un bouillonnement de l’eau qui dissipe une grande quantité d’énergie.

Écou. fluvial Ressaut Écou. fluvial


graduellement varié graduellement varié
Écou. critique Écou. torrentiel
grad. varié

Figure 16.4 Schéma des écoulements rencontrés dans un seuil dissipateur d’énergie.

16.3.2 Types de seuils


Les seuils sont classifiés en fonction des types de coeur (chute) et de bassin qui les composent. Nous
rencontrons deux types de coeur ou chute (figure 16.5) :

S chute verticale;
S chute inclinée.

Chute inclinée Chute verticale

Figure 16.5 Type de chute.


COMPOSANTES ET TYPES DE SEUILS 219

et quatre principaux types de bassin (figure 16.6)

S fosse naturelle;
S fosse naturelle avec contre--épi;
S bassin en dépression;
S bassin en devers.

Fosse naturelle
Fosse naturelle avec contre--épi

Bassin en dépression Bassin en devers


Figure 16.6 Type de bassin de dissipation d’énergie.

Si les quatre types de bassin peuvent se rencontrer théoriquement avec les deux types de chute, les
fosses naturelles se rencontrent principalement avec la chute verticale alors que les bassins en devers
ou en dépression peuvent se rencontrer avec les deux types de chute. Le terme bassin suppose la cons-
truction d’un radier sur son fond.

Dans les cours d’eau de petite taille, les types de seuils dissipateurs qui semblent présenter le plus
d’intérêt sont (figure 16.7) :

S la chute inclinée avec bassin en dépression;


S la chute verticale avec fosse naturelle;
S les seuils en escalier.
Les seuils en escalier sont une succession de chutes verticales avec, en général, des bassins en devers.
Les bassins en devers sont peu d’intérêt pour les seuils de faible dénivellation car le contre--épi provo-
que en aval la création d’un deuxième ressaut qu’il faut dimensionner et protéger. Son intérêt n’est
manifeste que pour les chutes importantes et dans les seuils en escalier. Dans ce dernier cas, le contre--
épi joue le rôle de déversoir de crête.
220 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

Chute inclinée avec bassin en dépression

Chute verticale verticale avec fosse naturelle

Seuil en escalier

Figure 16.7 Exemples de types de seuil.

16.4 CONCEPTION D’UN SEUIL

Le seuil dissipateur d’énergie comporte quatre parties : un canal d’approche en amont de la chute, un
déversoir au--dessus de la crête, un bassin de dissipation qui comprend la chute (inclinée ou verticale)
et le ressaut ainsi que le canal de sortie.

La philosophie générale de design est de concevoir l’ensemble déversoir, chute et bassin pour ne pas
influencer l’écoulement amont et pour être le moins indépendant de l’écoulement aval.
ZONE D’APPROCHE ET DÉVERSOIR 221

16.5 ZONE D’APPROCHE ET DÉVERSOIR


Il existe deux façons de concevoir le déversoir du seuil (le déversoir) et la zone d’approche :
1. le déversoir du seuil occupe la pleine largeur du cours d’eau;
2. le déversoir provoque un rétrécissement de l’écoulement.

16.5.1 Déversoir occupant la pleine largeur du cours d’eau


Lorsque le déversoir occupe la pleine largeur du cours d’eau, l’écoulement à l’amont du déversoir
passera d’un écoulement uniforme à un écoulement graduellement varié pour devenir un écoulement
critique quelque part au--dessus de la crête du seuil (figure 16.8). Cela implique que la vitesse de
l’écoulement va graduellement augmenter pour atteindre la vitesse critique au--dessus du seuil.
Ainsi, il faut déterminer la longueur de cette zone d’approche où la vitesse sera plus grande que la
vitesse maximale permise car cette zone devra être protégée. Pour minimiser la zone d’approche à
protéger, il serait prudent de choisir une pente du cours d’eau entre les seuils plus faible que la pente
maximale. La détermination de la zone de protection s’effectue en calculant la courbe de remous
(profondeur d’écoulement et vitesse d’écoulement) à l’amont de la crête du seuil en solutionnant
l’équation de l’écoulement graduellement varié (chapitre 8).

Figure 16.8 Schéma de l’écoulement lorsque la crête du seuil occupe la pleine largeur du
cours d’eau.

16.5.2 Déversoir de contrôle


La deuxième approche consiste à concevoir un déversoir sur la crête du seuil qui influence peu
l’écoulement à l’arrière du déversoir. Pour maintenir l’écoulement normal à l’arrière du déversoir, il
faut que celui--ci soit plus étroit que le cours d’eau. Ce rétrécissement est bénéfique car il permet de
concentrer l’écoulement au centre du canal, de diminuer les vitesses d’écoulement sur les talus dans
la zone très proche de la crête et d’éliminer virtuellement la nécessité de protéger la zone d’approche
222 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

car celle--ci devient négligeable. Pour atteindre cet objectif, le déversoir doit provoquer à l’amont une
hauteur d’écoulement supérieure à la hauteur normale d’écoulement dans les cours d’eau.

Le déversoir peut être de section rectangulaire ou trapézoïdale. Les sections trapézoïdales sont plus
stables mécaniquement mais plus difficiles à réaliser que les sections rectangulaires.

Pour calculer la largeur du déversoir, les équations des déversoirs à seuil épais sont utilisées.

16.5.3 Seuils dans un cours d’eau dégradé


Lorsque les seuils sont installés dans des cours d’eau dégradés pour corriger la situation, la section
d’écoulement sera non régulière et l’écoulement sera non uniforme. Le calcul de la courbe de remous
et des vitesses d’écoulement devra être effectué à l’amont du seuil en considérant les deux cas extrê-
mes : cours d’eau non remplis de sédiments à l’amont du seuil et cours d’eau remplis de sédiments à
l’amont du seuil. Cette vérification permet de s’assurer que les vitesses d’écoulement seront toujours
en deçà de la vitesse maximale tolérée.

16.5.4 Courbe de remous en amont de la crête


Le calcul de la courbe de remous en amont de la crête nous oblige à considérer certains aspects.

L’écoulement en amont de la chute étant généralement fluvial, c’est l’extrémité du canal d’approche
(le déversoir) qui devient la section de contrôle. Comme le calcul des courbes de remous s’effectuent
à partir de la section de contrôle, il importe de connaître les caractéristiques de l’écoulement dans
cette région. Deux hauteurs sont à retenir : la hauteur critique yc et la hauteur sur la crête yb
(figure 16.9). L’écoulement, passant de fluvial à torrentiel, devra être critique en un certain point.

Figure 16.9 Canal d’approche (adapté de Skogerboe et al., 1971).

En première approximation, celui--ci se situerait complètement à l’extrémité du canal d’approche.


Cependant, à cause de la courbure des lignes de courant non parallèles, l’écoulement critique de hau-
CHUTE INCLINÉE 223

teur yc sera situé à une distance d’environ 4 yc en amont de l’extrémité du canal. La hauteur sur la crête
yb sera la hauteur d’eau mesurée directement sur l’extrémité du canal amont. Cette valeur dépend de
la forme du canal, de la pente critique Sc et de la pente actuelle So de ce canal et aussi de la hauteur
critique. La figure 16.10 indique la variation de yb /yc en fonction du rapport So /Sc pour différents types
de canaux. Le rapport yb /yc pour un canal trapézoïdal varie avec le facteur de forme k = b/zy et se
situera entre les extrêmes qui sont le canal rectangulaire (k → ∞) et le canal triangulaire (k = 0).

yb
yc

So  Sc
Figure 16.10 Hauteur sur la crête en terme de hauteur critique (adapté de Skogerboe et al., 1971).

16.6 CHUTE INCLINÉE


Le dimensionnement d’un ouvrage hydraulique utilisant la chute inclinée (figure 16.11) peut être
effectué à partir des notions exposées jusqu’à maintenant. Connaissant le débit, la forme, la pente et
la rugosité du canal d’approche, la hauteur critique yc et la pente critique Sc sont déterminées. Puis à
partir de ces dernières, la hauteur sur la crête yb est trouvée. Cette hauteur yb avec les caractéristiques
de la chute inclinée (forme, rugosité, hauteur de la chute h, longueur horizontale Lx ) nous permettent
d’effectuer le calcul de la courbe de remous afin d’obtenir la hauteur d’écoulement y1 en aval de la
chute. L’écoulement étant maintenant torrentiel, un ressaut se formera et sa hauteur conjuguée y2 et sa
longueur L pourront être évaluées à l’aide des notions du chapitre 14.

Une approche conservatrice existe pour évaluer la hauteur d’écoulement y1 au pied de la chute. Elle
suppose la conservation d’énergie dans la chute inclinée. Pour une fosse de section rectangulaire (lar-
geur la) et en utilisant le fond de la fosse comme niveau de référence, l’équation de Bernouilli s’écrit :
224 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

Figure 16.11 Chute inclinée (adapté de Skogerboe et al., 1971).

Q2 Q2
y0 + z0 + = y 2 + [16.2]
2 g A 20 2 g y 22 l 2a

y0 = épaisseur d’écoulement à l’amont de la crête


z0 = dénivellation entre le fond du cours d’eau et le fond de la fosse à l’amont
de la crête
A0 = section d’écoulement à l’amont de la crête
La section critique au--dessus du réservoir peut être utilisée comme section de contrôle (Ao , Yo , Zo ). La
profondeur y2 est obtenue par itération et les valeurs de y2 et longueur de la fosse L sont obtenues
comme précédemment. Cette approche amène un design très sécuritaire de la fosse.

16.7 CHUTE VERTICALE


Le ressaut peut s’obtenir également à partir d’une chute verticale (figure 16.12). L’écoulement
d’abord fluvial devient critique légèrement en amont du seuil. Il accélère ensuite en chute libre pour
devenir torrentiel au contact du fond du canal en aval. Le ressaut se forme alors et l’écoulement rede-
vient fluvial. Afin de dimensionner l’ouvrage, les paramètres suivants sont déterminées : h, yc , y1 , y2 ,
L et Ld .

White (1943) a développé à partir de l’équation de la quantité de mouvement, une équation permet-
tant de déterminer la hauteur d’eau y1 :
y1 2
yc = [16.3]
1, 5 + 2 yh + 32
c

et une équation permettant de déterminer l’énergie spécifique E1 :

E1 y1 y 2c
yc = +
yc 2 y2 [16.4]
1
CHUTE VERTICALE 225

Figure 16.12 Chute verticale (adapté de Skogerboe et al., 1971).

L’équation 16.4 est représentée graphiquement à la figure 16.13. On note qu’il y a une perte impor-
tante d’énergie EL au cours de l’impact de la nappe d’eau avec le fond du canal en aval.

Connaissant la hauteur de la chute ainsi que les caractéristiques du canal (débit, géométrie, rugosité,
pente), la hauteur critique et par la suite la hauteur avant ressaut y1 sont calculées. À partir des notions
vues au chapitre 11, la hauteur conjuguée y2 et la longueur du ressaut L sont déterminées.

Afin d’établir la longueur du bassin de dissipation, la distance horizontale Ld parcourue par la nappe
d’eau en chute libre doit être évaluée. Cette distance est déterminée par les équations développées par
Donnelly et Blaisdell (1965) qui tiennent compte de la submersion possible de la nappe. Ils obtien-
nent les équations suivantes :

xf + xs
Ld = [16.5]
2
xf 0,5
 h
y c = − 0, 406 + 3, 195 − 4, 386 y c  [16.6]

x 2
xs 0, 691 + 0, 228 y ct  − yhc
yc = 0, 185 + 0, 456 yct
x [16.7]

Dans ces équations, Xf est la distance horizontale parcourue par la partie supérieure de la nappe en
chute libre, Xs est la distance horizontale parcourue par cette nappe après submersion et Xt est la dis-
tance horizontale à laquelle la nappe en chute libre atteint la surface de l’eau dans le canal aval. Cette
distance Xt est évaluée à l’aide de l’équation 16.6 où l’on remplace h par yt (yt = h + y2 ) et Xf par Xt .
226 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

h
yc

E
yc

Figure 16.13 Perte d’énergie au pied d’une chute verticale (adapté de Skogerboe et al., 1971).
L’origine du système d’axes étant située sur la crête de la chute, h sera négatif, y2 et yc seront positifs et
yt pourra être positif ou négatif.

La solution graphique de ces équations est donnée par la figure 16.14. On doit noter que la distance
retenue Ld est la distance moyenne entre la nappe en chute libre et la nappe submergée.

Suite à ces calculs, la valeur y2 est connue de même que la longueur totale du bassin de dissipation.
Cette longueur comprend la longueur de chute de la nappe Ld et la longueur du ressaut L.
BASSINS 227

h
yc

Ld
yc
Figure 16.14 Solution graphique à la trajectoire de la nappe (adapté de Skogerboe et al., 1971).

16.8 BASSINS
Les bassins sont la zone où le ressaut se forme et l’énergie se dissipe. Ils doivent être conçus pour
permettre la réalisation sécuritaire du ressaut. Ils doivent être de longueur suffisante et la hauteur
conjuguée y2 doit se réaliser sécuritairement.
228 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

16.8.1 Bassin en dépression


L’élément important lors du design des bassins en dépression est la détermination de la profondeur du
bassin. Cette profondeur doit être suffisante pour permettre à la cote du niveau d’eau de la hauteur
conjuguée y2 d’être égale ou inférieure à la côte au niveau d’eau dans le cours d’eau à l’aval du bassin.
Ce calcul s’effectue en assurant la conservation d’énergie entre la fin du ressaut (écoulement fluvial)
et la section du cours d’eau à l’aval du bassin. Si l’énergie de vitesse est négligée, la profondeur du
bassin correspond à la hauteur conjuguée y2 moins la hauteur y3 d’eau dans le cours d’eau à l’aval du
bassin.

Comme la profondeur du bassin modifie la hauteur de chute, il est souhaitable de recalculer les carac-
téristiques du ressaut avec la nouvelle hauteur de chute.

16.8.2 Bassins en devers


Avec la construction d’un contre--épi dans les bassins en devers, la formation du ressaut est rendue
complètement indépendante des conditions d’écoulement à l’aval. Le contre--épi est en réalité un
déversoir à seuil épais qui est dimensionné (hauteur) pour assurer à l’arrière de celui--ci une hauteur
d’eau correspondant à la hauteur conjuguée y2 du ressaut. Les équations des déversoirs à seuils épais
sont utilisées

Comme le contre--épi est un déversoir à seuil épais et provoque un écoulement critique sur sa crête et
un ressaut par la suite, on doit s’assurer que ces conditions sont respectées si l’on veut que le ressaut
principal soit indépendant des conditions avals. Le ressaut aval doit aussi être calculé pour assurer
une protection adéquate à l’aval du contre--épi.

Les bassins en devers sont d’intérêt lors des chutes importantes mais devraient être peu utilisés dans
les cours d’eau de petites dimensions car le contre--épi et la protection aval nécessaires occasionnent
des coûts additionnels.

16.9 FOSSES NATURELLES


Quoique les fosses naturelles ne provoquent pas un ressaut au sens strict, elles dissipent l’énergie par
turbulence dans la masse d’eau. La fosse se creuse naturellement par le jet d’eau et atteint son équili-
bre lorsque les vitesses périphériques des contre--courants deviennent égales ou inférieures aux vites-
ses maximales provoquant l’arrachement des particules.

Les éléments importants dans la conception des fosses naturelles (figure 16.15) sont la localisation de
la profondeur maximale de la fosse (point de chute) et la profondeur maximale de la fosse. La
connaissance de cette dernière valeur est essentielle pour construire le coeur suffisamment profond
pour éviter le déchaussement.

La distance du point de chute Ld peut être calculée en utilisant les équations 16.5, 16.6 et 16.7 de la
chute verticale.
FOSSES NATURELLES 229

Figure 16.15 Schéma d’un seuil avec fosse naturelle.

La profondeur maximale de la fosse Zd peut être évaluée par l’équation développée par Veronese
(1937) et utilisée par la USBR :

Z d = 1, 9 h 0,225 q 0,54 [16.8]

h = différence d’énergie totale entre le haut et le bas de la chute (m)


q = débit unitaire (m3/m--s)
Cette équation est une équation limite car elle suppose un matériel fin.

Schoklitsch (1932) a développé une équation qui tient compte de la grosseur des particules compo-
sant le matériel au fond de la fosse.

4, 75 h 0,2 q 0,57
Zd = [16.9]
d 90 0,32

d90 = diamètre où 90% de la masse des particules ont un diamètre inférieur à


celui--ci (mm)
Les deux équations ont la même forme à l’exception de l’addition du d90 par Schoklitsch. De plus, les
exposants pour les facteurs communs sont pratiquement les mêmes.

Si l’on considère l’équation de Veronese comme limite, l’équation de Schoklitsch est d’intérêt lors-
que le d90 est supérieur à 17.5 mm. Dans la pratique, nous devrions utiliser l’équation de Veronese
lorsque le d90 est inférieur à 20 mm et l’équation de Schoklitsch dans les autres cas.
230 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

Il serait possible comme le montre l’équation de Schoklitsch de diminuer la profondeur de la fosse en


tapissant celle--ci de matériel plus grossier (roches, cailloux, etc.). Par contre, l’épaisseur du matériel
n’est pas connue.

Quant à la largeur de la fosse, la littérature ne présente aucun détail. Le bon sens dicte que le fond de la
fosse doit être aussi large que le jet d’eau (déversoir) et que les talus de la fosse doivent respecter les
pentes d’équilibre des talus.

BIBLIOGRAPHIE
Agostini, R., A. Conte, G. Malaguti et A. Papetti. 1985. Revêtements souples en matelas Reno et en
gabions en matière de canaux et de cours d’eau canalisés. Officine Maccaferri S.P.A. Bologne,
Italie, 119 pages.
Agostini R., A. Bizzarri et M. Masseti. 1982. Ouvrages flexibles pour les tronçons torrentiels et flu-
viaux. Première partie: ouvrages transversaux pour aménagement hydraulique et dérivation
d’eau. Officine Maccaferri S.P.A. Bologne, Italie. 86 pages.
Blaisdell, F.W. 1981. Tropical Agricultural Hydrology. John Wiley and Sons Ltd.
Chow, V.T. 1959. Open--channel Hydraulics. McGraw Hill, New York.
Christensen, N.A. et D. Gunder. 1943. Hydraulic design of drop structures for gully control : discus-
sion. ASCE Transactions, 108 (2198): 927--930.
Christiansen, J.E. 1943. Hydraulic design of drop strutures for gully control: discussion. ASCE
Transactions, 108 (2198): 927--930.
Donnelly, C.A. et F.W. Blaisdell. 1965. Straight drop spillway stilling basin. ASCE Procedings, Jour-
nal of the Hydraulic Division, Vol. 91, No. HY3, Paper 4328 : 101--131.
Gill, M.A. 1979. Hydraulics of rectangular vertical drop structures. Journal of Hydraulical Research,
17 (4) : 289--302.
Hall, L.S. 1943. Hydraulic design of drop structures for gully control. ASCE Transactions, 108
(2198) : 919--921.
Harrold, J.C. 1954. Equation of the free--falling nappe : discussion. ASCE Proceedings, Journal of
the Hydraulics Division, 80 (604) : 16--19.
Hassan, N.M.K.N. et R. Narayanam. 1985. Local scour downstream of an apron. Journal of hydrauli-
cal Engineering, 111 (11) : 1371--1385.
Hickox, G.H. 1943. Hydraulic design of drop structures for gully control : discussion. ASCE Trans-
actions, 108 (2198) : 932--935.
Kay, M.D. et L.D. Medlin. 1986. Gabion chute spillways for grade control. ASAE, Summer Meting
1986. ASAE Paper 862132.
Mason, P. J. et K. Arumuzam. 1985. The jet scour below dams and flip buckets. Journal of Hydraulic
Engineering. Vol. 111 (2) : 220--235.
BIBLIOGRAPHIE 231

Morris, B.T. et D.C. Johnson. 1943. Hydraulic design of drop structures for gully control. ASCE
Transactions, 108 (2198) : 887--918.
Morris, B.T. et D.C. Johnson. 1943. Hydraulic design of drop structures for gully control. ASCE
Transactions, 108 (2198) : 935--940.
Naïb, S.K.A. 1984. Hydraulic research on irrigation canal falls. Proceedings of the 1st International
Conference on Hydraulic Design in Water Ressources Engineering. University of Southamp-
ton. Springer--Verlag.
Noutsopoulos, G.C. 1984. Hydraulic characteristics in a straight drop structure of trapezoidal cross
section. Proceedings of the 1st International Conference on Hydraulic Design in Water Res-
sources Engineering. University of Southampton, Springer--Verlag.
Pelech, H. 1979. Developpement and use of a flexible grade control structure. ASAE, Summer Meet-
ing 1979. ASAE Paper 79--2014.
Peterka, A.J. 1964. Hydraulic Design of Stilling Basins and Energy Dissipators. US Bureau of Recla-
mation, Engineering Monograph No.25.
Rhone, T.J. 1977. Baffled apron as spillway energy dissipator. ASCE Proceedings, Journal of the
Hydraulics Division, Vol. 103, No. NY12 : 1391--1401.
Schoklitsch, A. 1932. Kolkbindung unter Ueberfallstrahlen, ”Die wasserwistschaft”, Nr. 24.
Scimemi, E. 1947. Discussion : Model study of Brown Canyon Debris Barrier. Transactions Amer.
Soc. Civil Eng. Vol. 112: 1016--1019.
Skogerboe, G.V., V.T. Somoray et W.R. Walker. 1971. Check--Drop--Energy Dissipators Structures
in Irrigation Systems. Colorado State University, Fort Collins, Colorado.
Smith, C.D. et D.K. Strang. 1967. Scour in stone beds. Proceedings of the 12th Congress of the Inter-
national Association for Hydraulic Research, Fort Collins, Colorado, Vol. 3 : 65--73.
Soil Conservation Service, 1976. Hydraulic Design or Riprap Gradient Control Structures. Technical
Release No. 59. US SCS, Engineering Division .
Trencia, G. 1986. L’habitat du poisson et la canalisation des cours d’eau à des fins agricoles. Mini-
stère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche, Québec.
Veronese, A. 1937. Erosioui di fonda a valle di uno scarico. Annali dei Lavori Publici. Vol. 75 (9) :
717--726.
White, M.P. 1943. Energy loss at the base of a free overfall : discussion. ASCE Transaction, 108
(2204) : 1361--1364.
Wilson, W.T. 1943. Hydraulic design of drop structures for gully control : discussion. ASCE Trans-
actions, 108 (2198) : 926--927.
232 SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE
17
CHAPITRE

Design des seuils dissipateurs d’énergie

17.1 INTRODUCTION
Le dimensionnement hydraulique complet des seuils dissipateurs d’énergie nécessite la réali-
sation séquentielle de plusieurs étapes de prise de décisions et de calculs. La première section
présente ces étapes ainsi que quelques règles de base à respecter pour obtenir un fonctionne-
ment efficace de ces seuils. Chaque étape est reprise par la suite dans le cadre d’exemples.

17.2 ÉTAPES NÉCESSAIRES A LA CONCEPTION DES SEUILS

17.2.1 Caractéristiques du milieu

Le dimensionnement des seuils dissipateurs d’énergie nécessite d’abord la connaissance du


bassin versant, des caractéristiques hydrauliques du cours d’eau à aménager, de même que les
caractéristiques du sol que traverse ce cours d’eau. Ces différentes caractéristiques permet-
tront d’évaluer les paramètres suivants :
1. Débit de projet, Q [m3/s] ;
2. Section du cours d’eau (largeur “b” [m] et la pente des talus “z”);
3. Pente du cours d’eau avant aménagement, “So “ [mlm] ;
4. Coefficient de rugosité de Manning, “n” [s/ml/3] ;
5. Hauteur normale d’écoulement, “yn “ [m] ;
6. Vitesse d’écoulement, “V” [m/s] ;
7. Nombre de Froude, F (F > 1, écoulement torrentiel; F < 1, écoulement fluvial) ;
8. Profondeur critique d’écoulement, “yc “ [m];
9. Vitesse d’écoulement maximale permise, “Vmax “ [m/s].
234 DESIGN DES SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

17.2.2 Aménagement du cours d’eau

L’aménagement d’un cours d’eau afin de contrôler son érosion s’avère essentiel lorsque la
vitesse d’écoulement calculée est supérieure à la vitesse maximale d’écoulement que peut
tolérer le sol, soit V > Vmax . Le cas échéant, différents aménagements sont possibles :
1. Creusage d’une nouvelle section (diminution de la vitesse d’écoulement);
2. Ensemencement des talus (augmentation de la résistance à l’érosion des talus et de la
rugosité du cours d’eau, donc diminution de la vitesse d’écoulement);
3. Enrochement du talus et/ou du fond du cours d’eau (augmentation de la résistance à
l’érosion et de la rugosité du cours d’eau, donc diminution de la vitesse d’écoulement
et augmentation de la vitesse maximale permise);
4. Aménagement de seuils (diminution de la pente effective et dissipation ponctuelle de
l’énergie hydraulique).

17.2.3 Pente maximale

Une fois le choix arrêté sur l’aménagement de seuils, la pente maximale du cours d’eau est
déterminée et elle est la pente pour laquelle la vitesse d’écoulement est égale à la vitesse maxi-
male “Vmax ” que le sol peut tolérer. Le calcul est effectué à l’aide de l’équation de Manning en
utilisant le débit de projet “Q” et les caractéristiques de la section (”A” et “Rh”) et de rugosité
“n” du cours d’eau déterminés à la section précédente :

Q2 n2 [17.1]
S1 =
A 2 Rh 43

17.2.4 Hauteur du seuil

Le choix de la hauteur du seuil est guidé par des considérations de différents ordres.

Efficacité hydraulique

Du point de vue de l’efficacité hydraulique la hauteur du seuil “h” devrait rencontrer les deux
exigences suivantes (figure 17.1) :
1. La hauteur du seuil devrait être supérieure à 1.2 fois la hauteur critique d’écoulement
sur la crête du déversoir yc (h > 1,2 yc ). Cette condition assure que le ressaut sera de
type direct, soit F1 > 1,7, d’où une dissipation minimale de l’énergie hydraulique.
2. La cote de la crête du seuil devrait préférablement être supérieure à la cote de l’eau en
aval du seuil (h > h’ + y3 ). Cette condition assure que le déversoir est complet et donc
que l’écoulement en amont du seuil n’est pas influencé par le niveau de l’eau en aval.
ÉTAPES NÉCESSAIRES A LA CONCEPTION DES SEUILS 235

S’il s’avérait impossible de remplir cette condition, il serait nécessaire de s’assurer que
la cote de l’eau sur le seuil soit supérieure à la cote de l’eau en aval du seuil (h + yc >
h’ + y3 ). Si cette condition n’est pas respectée, aucun ressaut n’a lieu et donc peu
d’énergie est dissipée par le seuil.
Conditions à respecter :
1. h > 1,2 yc ; et,
2a. h > h’+ y3 (préférablement) ou
2b. h + yc > h’ + y3 (absolument)

Figure 17.1 Contraintes sur la hauteur du seuil afin de maintenir une efficacité mini-
male de la dissipation de l’énergie hydraulique.

Revanche du cours d’eau et stabilité du sol


L’aménagement d’un seuil a pour effet de diminuer la vitesse de l’écoulement par une diminu-
tion de la pente effective du cours d’eau. II en résulte donc une augmentation de la cote de la
ligne d’écoulement de l’eau en amont du seuil. Il est donc nécessaire de s’assurer que la revan-
che du cours d’eau et la stabilité mécanique du sol sont suffisantes pour contenir l’écoulement
de l’eau dans les nouvelles conditions. Dans les cas de ravinement, cette revanche est générale-
ment suffisante. Par contre, ce n’est pas le cas en terrain relativement plat où les cours d’eau
sont peu profonds et où des sorties de drains souterrains limitent cette hauteur d’eau.
Faune
Les cours d’eau dans lesquels existe une faune migratrice ou dans lesquels celle--ci est souhai-
tée, la hauteur des seuils devra être limitée. De façon plus juste, il faut tenir compte de la diffé-
rence entre la cote de la crête du seuil et celle de l’eau en aval du seuil, soit h - (h’ + y3 )
(figure 17.1) et ce, au moment de la migration des poissons. I1 est à noter que celui--ci ne cor-
respond pas nécessairement à la période d’étiage alors que le poisson semble plutôt rechercher
la fraîcheur des fosses.
236 DESIGN DES SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

Dans tous les cas, afin de déterminer la hauteur du seuil qui répondra le mieux aux exigences de
la faune existante ou souhaitée, il est conseillé de consulter des spécialistes en aménagement
de la faune aquatique.

17.2.5 Déversoir

Rôle du déversoir

Le déversoir remplit deux tâches importantes dans le fonctionnement du seuil. D’abord il


concentre l’écoulement vers le centre du cours d’eau évitant ainsi l’affouillement des berges.
Puis, s’il a été choisi judicieusement, il permet également de créer une zone de courant lent en
amont du seuil, limitant la vitesse d’écoulement à une vitesse inférieure à la vitesse maximale
permise. Le déversoir évite donc de devoir protéger cette partie du cours d’eau.

Forme du déversoir

Les matériaux utilisés pour la construction du seuil de même que le fonctionnement qu’on en
désire conditionnent le choix de la forme du déversoir (figure 17.2). Ainsi, une structure en
bois ou en gabions s’adaptera bien à un déversoir rectangulaire tandis qu’une structure en
enrochement ou en blocs de béton supportera facilement un déversoir de forme trapézoïdale.

À cause de sa forme, Pour ce qui est de l’écoulement obtenu, par l’augmentation de st, le déver-
soir trapézoïdal limite la hauteur d’eau en amont du seuil en comparaison avec le déversoir
rectangulaire car sa largueur au miroir croit avec une augmentation du débit. Quant au déver-
soir à section composée (figure 17.2), il assure une bonne efficacité hydraulique à grand débit
grâce à une hauteur moyenne du seuil élevée tout en permettant, même à petit débit, la migra-
tion des poissons par la section basse et étroite du déversoir.

Dimension

Le débit d’un déversoir rectangulaire à seuil épais (figure 17.3) est estimé par l’équation sui-
vante :

Q = Cd B 2
3
23g (H) 32 [17.2]

Q = débit [m3/s]
B = largeur du déversoir [m]
Cd = coefficient de débit du déversoir
g = constante gravitationnelle [9,8 m/s2]
H = énergie spécifique à l’amont au--dessus de la crête du déversoir [m]
L’énergie spécifique est considérée pour les conditions de l’écoulement à l’amont du déversoir
et en référence à la crête du déversoir.
ÉTAPES NÉCESSAIRES A LA CONCEPTION DES SEUILS 237

a) Déversoir rectangulaire;
structure en bois

b) Déversoir trapézoïdal;
structure en enrochement

c) Déversoir à section
composée;
structure en gabions

Figure 17.2 Formes de déversoirs possibles et matériaux utilisés.

Figure 17.3 Déversoir rectangulaire dans un cours d’eau de forme trapézoïdal.

2
H=h+ V [17.3]
2g

h = hauteur d’eau au--dessus de la crête du déversoir à l’amont [m]


V = vitesse de l’écoulement à l’amont du déversoir [m]
238 DESIGN DES SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

La charge H est mesurée à l’amont du déversoir où la courbure de l’écoulement ne se fait plus


sentir (figure 17.3).
L’équation [17.2] peut être réécrite :
32

Q = 1, 7 C d B h + V
2g
2
 [17.4]

Le coefficient de débit “Cd “ peut être estimé par l’équation suivante :

Cd = 1 − 0, 006 L
B
 1 − 0, 003
h
L
 [17.5]

L = longueur de la crête du déversoir [m]


Pour des objectifs de design, Herschy (1995) recommande l’équation suivante, une version
simplifiée de l’éqaution [17.4] :
32

Q = 1, 8 B h + V
2g
2
 [17.6]

Le débit d’un déversoir trapézoïdal (figure 17.4) à seuil épais est estimé par l’équation sui-
vante :
32

Q = 1, 7 C d C s b h + V
2g
2
 [17.7]

b = largeur de la base du déversoir [m]


Cs = coefficient de forme

Cd = 1 − 0, 006 k L
b
 1 − 0, 003
h
L [17.8]

k = (1 + z 2) − z [17.9]

La figure 17.5 permet d’estimer le coefficient Cs pour les déversoirs trapézoïdaux.


La longueur de la crête, dans le sens de l’écoulement, devrait être de trois (3) fois la hauteur
d’eau sur la crête du déversoir (Stephenson, 1979). Comme la hauteur considérée est la hauteur
critique yc , alors L = 3 yc . Cette longueur permet de stabiliser l’écoulement sur la crête en
diminuant la turbulence sur celle--ci. Dans le cas d’une section rectangulaire, yc = 2/3 H.
Pour réduire la vitesse à l’amont du déversoir et réduire la nécessité de protection, il est recom-
mandé que la hauteur d’eau à l’amont du déversoir soit d’au moins 1,1 fois la hauteur normale
ÉTAPES NÉCESSAIRES A LA CONCEPTION DES SEUILS 239

d’écoulement dans le cours d’eau, les valeurs étant déterminées par rapport à la crête du seuil.
La vitesse est estimée pour la section à l’amont du déversoir avec cette hauteur.

h 1
z 1
b
Z

L B

B b

Figure 17.4 Déversoir trapézoïdal dans un cours d’eau de forme trapézoïdal.

10

Cs

1
0,10 1,00 10,00


z h + V2
b 2g

Figure 17.5 Coefficient Cs.
240 DESIGN DES SEUILS DISSIPATEURS D’ÉNERGIE

La largeur de déversoir (cas rectangulaire) ou de la base du déversoir (cas trapézoïdal) est faci-
lement déterminé :

Q [17.10]
b=
32
 V2
1, 7 C d C s h + 2 g 

Dans le cas du déversoir rectangulaire, Cs = 1. Dans le cas du déversoir trapézoïdal, Cs étant


fonction de “b”, la largeur doit être déterminée par itération.

17.2.6 Chute et bassin de dissipation

La dernière étape dans la conception d’un seuil est le dimensionnement du bassin de dissipa-
tion. Celui--ci se situe directement à la suite du déversoir et permet d’amener l’écoulement à
une cote inférieure tout en dissipant localement le surplus d’énergie hydraulique. Les princi-
paux éléments fonctionnels du bassin de dissipation sont (figure 17.6) :
1. Chute, entre les sections 0 et 1;
2. Dissipation d’énergie, entre les sections 1 et 2 ; et,
3. Jonction au cours d’eau aval, entre les sections 2 et 3.
Chute

Deux types de chute sont utilisés dans les dissipateurs : la chute inclinée et la chute verticale
(figure 17.6). Pour les fins de dimensionnement, il est possible de ne pas considérer la perte
d’énergie dans cette chute : il en résultera un facteur de sécurité plus élevé dans le fonctionne-
ment du dissipateur. Cependant, il pourra être avantageux, économiquement ou pratiquement,
de tenir compte de ces pertes d’énergie.

Dissipation d’énergie

La dissipation d’énergie est réalisée au moyen du ressaut hydraulique réalisé dans le bassin
(figure 17.6 a) et b)) ou par simple turbulence dans une fosse de dissipation (figure 17.6 c)).

Jonction

La jonction entre l’écoulement après le ressaut (section 2) et le cours d’eau en aval du seuil
(section 3) nécessite généralement une modification dans la structure. En effet, la hauteur
d’eau “y2 “ nécessaire à la formation du ressaut est presque toujours différente de la hauteur
d’eau “y3 “, de sorte que l’on doit maintenir artificiellement cette hauteur “y2 ”. Ceci se fait à
l’aide de structures connexes telles que le bassin en dépression et le bassin en dévers dans les
cas où la hauteur y2 est plus grande que la hauteur “y3 ”, ce qui est généralement le cas. Le
contre--épi utilisé dans le bassin en dévers permet de plus de rendre l’écoulement à la section 2
indépendant de l’écoulement aval à la section 3. La formation du ressaut est alors assurée à
tous les débits inférieurs au débit de projet.
ÉTAPES NÉCESSAIRES A LA CONCEPTION DES SEUILS 241

Dimensionnement

Le dimensionnement du bassin (ou de la fosse) de dissipation signifie la détermination de la


longueur du bassin (ou de la fosse), de la hauteur du contre épi ou de la dépression du bassin et
de la profondeur de la fosse de dissipation. La détermination de ces paramètres nécessite à
priori la connaissance des caractéristiques de l’écoulement sur le déversoir (section 0) et celles
de l’écoulement en aval du seuil (section 3). Par la suite, les caractéristiques de l’écoulement à
la section 1 (avant le ressaut) seront déterminées. Si on ne considère aucune perte d’énergie
dans la chute, ces caractéristiques s’obtiennent par l’équation de conservation d’énergie entre
les sections 0 et 1. Si ces pertes sont considérées, les caractéristiques de l’écoulement à la sec-
tion 1 s’évaluent de la façon suivante
1. Dans le cas de la chute inclinée, un calcul de la courbe de remous entre les sections 0
et 1 permettra d’évaluer la hauteur d’eau avant ressaut. Connaissant le débit et la géo-
métrie du fond, les autres caractéristiques sont alors déterminées.
2. Dans le cas de la chute verticale, l’équation [16.3] permet d’évaluer la hauteur d’eau
“y1 “ avant ressaut. Cette équation tient compte de la perte d’énergie lors de l’impact
de la nappe d’eau avec le fond du cours d’eau.
L’écoulement à la section 2 est déterminé à partir de l’écoulement avant ressaut (section 1) et à
l’aide des équations et graphiques reliés au ressaut (sections 15.2 et 15.3). Les caractéristiques
obtenues pour l’écoulement à la section 2 tiennent alors compte de la perte d’énergie occasion-
née par ce ressaut. Pour ce qui est de la longueur du bassin, celle--ci correspond à la longueur du
ressaut dans le cas de la chute inclinée. Dans le cas de la chute verticale, la longueur de la chute
de la nappe d’eau doit être ajoutée à cette longueur. Cette dernière est obtenue par la
figure 16.14 ou par les équations [16.5] à [16.7].

La jonction entre les sections 2 et 3 est généralement nécessaire pour que le ressaut puisse se
réaliser. Dans le cas d’un bassin en dépression (figure 17.6 a)), le principe de la conservation
d’énergie entre les sections 2 et 3 est utilisée. Connaissant les caractéristiques d’écoulement à
ces deux sections, la hauteur “h’ “ sera facilement obtenue. Si, d’autre part, la jonction se fait
par l’intermédiaire d’un contre--épi (figure 17.6 b)), sa hauteur sera déterminée en le considé-
rant comme un déversoir (section 17.2.5). Il faut cependant noter que l’utilisation d’un contre--
épi nécessite la protection du cours d’eau en aval de celui--ci, contrairement à l’élévation du
fond du cours d’eau.

Finalement, dans le cas de la chute verticale avec fosse de dissipation, la profondeur de cel-
le--ci est évaluée à l’aide de l’équation [16.8] de Veronese ou de l’équation [16.9] Schoklitsch .
Le contre--épi n’est utilisé ici que pour diminuer la profondeur de la fosse. Une protection doit
alors être assurée en aval du contre--épi.
242

a) Chute inclinée avec bassin en dépression

b) Chute verticale avec bassin en dévers

c) Chute verticale avec fosse de dissipation

Figure 17.6 Bassins de dissipation utilisant différentes chutes et différentes structures


connexes..
CARACTÉRISTIQUES DU COURS D’EAU 243

17.3 CARACTÉRISTIQUES DU COURS D’EAU


Le cours d’eau retenu pour les fins de d’exemple cause du ravinement au travers des champs
cultivés. Aussi, la revanche est de plusieurs mètres et aucune espèce de poisson n’y est pré-
sente. Les paramètres de base concernant ce cours d’eau avant son aménagement sont les sui-
vants (figure 17.7) :
Débit (Q) : 1,5 m3/s
Section trapézoïdale
Largeur au fond (b) : 2,0 m
Fruit des talus (z) : 2,5
Pente avant aménagement (So) : 0,009 m/m
Coefficient de rugosité (n) : 0,022
Vitesse maximale permise (Vmax.) : 1,2 m/s

Figure 17.7 Caractéristiques du cours d’eau retenu avant son aménage-


ment. Ecoulement uniforme..

De ces caractéristiques et à l’aide de l’équation de Manning pour un écoulement uniforme, on


détermine les paramètres hydrauliques suivants :
Profondeur normale d’écoulement (yo ) : 0,320 m
Vitesse d’écoulement (V) : 1,67 m/s
Nombre de Froude (F) : 1,07
Hauteur critique d’écoulement (yc ) :: 0,333 m
L’écoulement est donc torrentiel et la vitesse d’écoulement est supérieure à la vitesse maxi-
male que peut tolérer le sol ( V > Vmax ). L’aménagement du cours d’eau s’avère alors néces-
saire et certaines alternatives sont possibles (voir section 17.2.2).

17.4 PENTE MAXIMALE


Dès le choix arrêté de l’utilisation de seuils, la pente maximale du cours d’eau est calculée.
Cette pente permet de faire transiter le débit de projet à une vitesse égale ou inférieure à la
vitesse maximale permise. Le calcul s’effectue ainsi.
244

Section minimale requise :

Q [17.11]
A min = = 1, 25 m 2
V max

Cette section requiert une hauteur normale d’écoulement de : yn = 0,413 m

En utilisant l’équation [17.1], la pente maximale devient (figure 17.8) :: S1 = 0,0035 m/m

Figure 17.8 Caractéristiques du cours d’eau après recreusage à la pente d’équilibre. Ecou-
lement uniforme..

II est à noter que cette pente peut s’obtenir par un nouveau creusage du cours d’eau. II s’en
suivra un cours d’eau de section régulière. Par contre, si un seuil formant une saillie sur le fond
du cours d’eau est érigé, la pente d’équilibre sera obtenue par dépôt de sédiments à l’amont du
seuil. Il en résultera un cours d’eau de forme irrégulière, la largeur au fond étant plus élevée
près du seuil (à cause du remplissage) que loin en amont de celui--ci.

17.5 HAUTEUR DU SEUIL


Dans le cas présent, aucune contrainte ne s’applique sur le choix de la hauteur du seuil : la
revanche du cours d’eau est de quelques mètres et aucune espèce de poisson n’y est présente.
Afin de limiter le nombre de structures, une hauteur de h = 1,5 m a été retenue.

Cette hauteur rencontre les exigences posées à la section 15.2.4. En effet, h > 1,2 yc (yc =
0,333 m) et h > h’ + y3 ( ≅0,80 m pour h’ ≅ h/4 et y3 = 0,413 m, hauteur normale d’écoulement
avec la pente maximale).

Dans ces conditions, la distance entre chaque seuil DS serait :

DS = h = 270 m [17.12]
So − S1
DÉVERSOIR 245

17.6 DÉVERSOIR
Dans cette section, nous étudierons et comparerons le fonctionnement de différents déversoirs
dans les deux situations suivantes :
1. Aménagement de seuils avec recreusage du cours d’eau; et
2. Aménagement de seuils dans un cours d’eau dégradé.

17.6.1 Aménagement de seuils avec recreusage du cours d’eau

Dans ce cas, le recreusage du cours d’eau se fait avec la pente maximale S1 . Le seuil constitue
alors une ”marche” dans le cours d’eau (figure 17.9) et sa crête est à la même cote que le fond
du cours d’eau.

Déversoir sans restriction

Ce type de déversoir est fréquent actuellement et sa forme correspond à la section du cours


d’eau (figure 17.9). Dans l’exemple qui nous concerne, c’est une section trapézoïdale d’une
largeur à la base b = 2 m (largeur au fond du cours d’eau) et dont le fruit est de z = 2,5.

Figure 17.9 Déversoir trapézolidal sans restriction et avec recreusage du cours d’eau.

La forme et les dimensions du déversoir, de même que le débit étant connus, seule la hauteur
d’eau sur la crête reste à déterminer pour caractériser l’écoulement en amont du seuil. Cette
hauteur s’obtient en supposant la formation de l’état critique sur la crête du seuil, soit :

V =1 [17.13]
g Al

d’où yc = 0,333 m

À partir de cette hauteur d’eau, le calcul de la courbe de remous permet de caractériser l’écou-
lement en amont du seuil, soit la hauteur d’eau (figures 17.11 et 17.13) et la vitesse de l’écoule-
ment (figure 17.12).
246

Déversoir rectangulaire

Ce déversoir impose une restriction à l’écoulement sur les côtés seulement, la crête étant à la
même cote que le fond du cours d’eau. Afin d’évaluer sa largeur, on impose que la hauteur
d’eau en amont de la crête soit supérieure à au moins 1.1 fois la hauteur normale d’écoulement
du cours d’eau à la pente aménagée, 1,1 x 0,413 = 0,453 m.

L’énergie spécifique “H” sera :


2 1, 2 2
H = 1, 1 y n + V = 1.1 0.453 + = 0, 454 + 0, 073 = 0, 527 m
2g 2 9, 8

En utilisant l’équation [17.6], la largeur du déversoir sera :


Q 1, 5 [17.14]
B= 32
= = 2, 20 m
1, 8 C d H 1, 8 0, 990 0, 527 32

Par le calcul de la courbe de remous, la hauteur d’eau (figures 17.11 et 17.13) et la vitesse
d’écoulement (figure 17.12) sont obtenues en amont du seuil.

17.6.2 Aménagement de seuils dans un cours d’eau dégradé

L’établissement de la pente maximale S1 se fait ici par sédimentation en amont du seuil.


Celui--ci forme une saillie dans le fond du cours d’eau existant et la cote de la crête est ajustée
pour obtenir la pente maximale sur la partie aménagée du cours d’eau (figure 17.10).

Afin d’établir les caractéristiques de l’écoulement, les deux situations suivantes seront consi-
dérées. Immédiatement après l’aménagement, le seuil forme une saillie de 1,5 m de haut sur le
fond du cours d’eau. Celui--ci conserve une pente Sn de 0,009 m/m et une largeur au fond de
b = 2 m. Puis, lorsque la sédimentation s’est réalisée, la pente devient la pente maximale
S1 = 0,0035 m/m et la largeur au fond varie de b = 2 m à b’ = 9,5 m (où b’= b + 2 z h ).

Déversoir rectangulaire

Afin d’évaluer la largeur de ce déversoir, le calcul est le même qu’en 17.6.1. La largeur obte-
nue est de B =2,20 m (figure 17.10).

Les courbes de remous pour ces situations sont présentées aux figures 17.14 et 17.15 et la
vitesse d’écoulement au graphique 17.16.

Comparaison des déversoirs

Dans le cas de l’aménagement de seuil avec recreusage, les conclusions sont nettes. Des gra-
phiques (17.11 et 17.13), il apparaît que le seuil sans restriction procure une profondeur d’eau
inférieure à la profondeur normale d’écoulement de 0,41 m sur les premiers 50 m en amont du
seuil. Ceci se répercute au niveau de la vitesse d’écoulement (figure 17.12). La vitesse est alors
DÉVERSOIR 247

Figure 17.10 Déversoir rectangulaire dans un cours d’eau dégradé après sédimentation.
supérieure à la vitesse maximale permise sur cette portion du cours d’eau (Vmax = 1.2 m/s),
d’où la nécessité de protéger le cours d’eau sur cette distance.

II est possible de corriger partiellement ce problème en choisissant une pente plus faible que la
pente maximale. La distance à protéger sera moindre mais elle subsistera et, de plus, le nombre
de seuils requis pour aménager le cours d’eau augmentera.

D’autre part, les déversoirs rectangulaire et trapézoïdal permettent de maintenir une hauteur
d’eau supérieure à la hauteur normale et donc une vitesse inférieure à la vitesse maximale per-
mise. Aucune protection du cours d’eau n’est alors requise en amont du seuil.

Il faut également remarquer qu’à une distance supérieure à 100 m en amont du seuil, tous les
déversoirs procurent une hauteur d’eau égale à la hauteur normale d’écoulement.

Dans le cas de l’aménagement de seuils dans un cours d’eau dégradé, les conclusions diffèrent
si la sédimentation a eu lieu ou non (figures 17.14 à 17.16). Lorsque celle--ci s’est réalisée, la
vitesse est toujours inférieure à la vitesse maximale permise et ce, même si à cause de la largeur
variable au fond du cours d’eau, la hauteur d’eau peut être inférieure à la hauteur normale. Par
contre, avant la sédimentation, la vitesse augmente à une valeur supérieure à la vitesse maxi-
male permise à des distances de plus de 200 m en amont du seuil. II y a donc risque d’érosion
dans cette section du cours d’eau. Cette érosion s’estompera au fur et à mesure de la sédimenta-
tion.
248

Figure 17.11 Courbes de remous obtenues par différents déversoirs dans un cours d’eau
recreusé.

Figure 17.12 Vitesse calculée pour différents déversoirs dans un cours d’eau recreusé.
249

Figure 17.13 Courbes de remous obtenues près du déversoir par différents déversoirs
dans un cours d’eau recreusé.

Figure 17.14 Courbes de remous obtenues par différents déversoirs dans un cours d’eau
dégradé et avant sédimentation..
250

Figure 17.15 Courbes de remous obtenues par différents déversoirs dans un cours d’eau
dégradé et après sédimentation..

Figure 17.16 Vitesses d’écoulement calculées pour différents déversoirs dans un cours
d’eau dégradé avant et après sédimentation..
251

17.6.3 Chute et bassin de dissipation

Dans cette dernière section, nous allons effectuer le dimensionnement du bassin de dissipa-
tion. Celui--ci comprend de façon plus concrète la chute, inclinée ou verticale, le bassin de dis-
sipation lui--même et la structure connexe (figures 17.17 à 17.19). Dans le but de passer en
revue les différents types de composantes, trois exemples sont donnés.

Pour dimensionner les différents bassins de dissipation, nous avons retenu ur seul déversoir,
soit le déversoir trapézoïdal aménagé après le recreusage du cours d’eau (section ). Les condi-
tions d’écoulement pour les sections 0 et 3 sont donc les suivantes

Section 0 :
Hauteur d’écoulement yo = 0,413 m
Vitesse d’écoulement Vo = 1,20 m/s
Énergie spécifique Ho = 0,555 m
Énergie totale Eo = 2,055 m
Section 3 :
Hauteur d’écoulement y3 = 0,413 m
Vitesse d’écoulement V3 = 1,20 m/s
Énergie de vitesse V 23  2 g = 0,073 m
Énergie spécifique H3 = 0,486 m
Énergie totale (p/r base de la chute) E 3 = H 3 + h

17.6.4 Chute inclinée avec bassin en dépression

Cette combinaison de composantes est illustrée à la figure 17.17. Elle représente la structure la
plus utilisée jusqu’à maintenant au Québec. La pente aval de la chute est de 1:1,5 et le coeffi-
cient de rugosité de Manning est de n = 0,04. Nous supposerons pour ce dimensionnement
qu’aucune énergie n’est dissipée dans la pente de la chute, entre les sections 0 et 1. L’écoule-
ment à la section 1 sera donc régi par l’équation de conservation d’énergie :

E1 = Eo

ou H1 = Ho + h
Q2
y1 + = 2, 055 m
2 g A 21
252

Connaissant le débit Q = 1,5 m3/s, nous trouvons les paramètres d’écoulement suivants :

Section 1 :
Hauteur d’écoulement y1 = 0,107 m
Vitesse d’écoulement V1 = 6,18 m/s
Facteur de forme (k = b/zy1) k= 7,5
Nombre de Froude modifié F1’ = 6,0
Les conditions avant le ressaut étant connues, nous déterminons la hauteur d’écoulement après
le ressaut, y2 , à partir de la figure 13.6, soit y2 / y1 = 7,0. Les paramètres de l’écoulement à la
section 2 sont donc les suivants :

Section 2 :
Hauteur d’écoulement y2 = 0,75 m
Vitesse d’écoulement V2 = 0,52 m/s
Énergie spécifique et totale H2 = E2 =0,764 m
La longueur de la fosse est donnée de façon sécuritaire par la longueur maximale du ressaut :

L = 6, 9 y 2 − y 1 = 4, 4 m

Pour déterminer la hauteur de l’élévation du lit, nous poserons que l’énergie totale de l’écoule-
ment à la section 3 doit être égale ou supérieure (ce cas n’est pas réel) à l’énergie totale à la
section 2, soit :

E 3 = H 3 + h ≥ E 2

soit h ≥ 0, 28 m

Rappelons que la dépression du bassin est essentielle car la hauteur d’eau nécessaire à la réali-
sation du ressaut (y2 ) est supérieure à la hauteur d’eau en aval du seuil (y3 ). Ce dernier paramè-
tre complète donc le dimensionnement hydraulique du seuil.

Il est à noter que si nous avions tenu compte de la dissipation d’énergie dans la chute inclinée,
les résultats auraient été sensiblement modifiés. Considérant que la chute inclinée est un canal
de pente S = 0,667 m/m et de rugosité n = 0,04, nous aurions trouvé, par le calcul de la courbe de
remous, une valeur différente pour yj et par conséquent, de tous les paramètres qui en décou-
lent. Les résultats sont les suivants :
Hauteur d’écoulement avant ressaut y1 = 0,137 m
Hauteur d’écoulement après ressaut y2 = 0,62 m
Longueur de la fosse L = 3,33 m
Élévation du lit h’ = 0,16 m
253

II est donc permis de constater qu’en considérant la conservation d’énergie entre les sections 0
et 1, nous disposons d’une sécurité. accrue quant à la longeur du bassin de dissipation et de
l’importance de l’élévation du lit.

17.6.5 Chute verticale avec bassin en dévers


Cette structure est illustrée à la figure 17.18 La chute verticale est actuellement utilisée pour les
constructions en bois et en gabions. Quant au contre--épi, il est peu utilisé à cause principale-
ment du fait qu’un faible ressaut se produit en aval de celui--ci et qu’il faut y protéger le cours
d’eau. Il pourrait être utilisé lorsque l’excavation d’une fosse présente des problèmes majeurs.
Encore ici, dans une première approche, nous supposerons qu’il y a conservation d’énergie
entre la section 0 et la section 1 : nous ne considérons donc pas la perte d’énergie qui se produit
lors de l’impact de la nappe avec le fond du cours d’eau. Pour cette raison, les paramètres
d’écoulement à la section 1 et à la section 2 sont exactement les mêmes qu’à l’exemple précé-
dent, soit
Section 1 :
Hauteur d’écoulement y1 = 0,107 m
Vitesse d’écoulement V1 = 6,18 m/s
Section 2 :
Hauteur d’écoulement y2 = 0,75 m
Vitesse d’écoulement V2 = 0,52 m/s
Énergie spécifique et totale H2 = E2 =0,764 m
Longueur du ressaut L = 4,4 m
Pour ce qui est de la longueur de la fosse, nous devons considérer en plus de la longueur du
ressaut, la distance horizontale parcourue par la nappe durant sa chute. Cette distance est obte-
nue à partir de la figure 14.14 ou des équations [14.5] à [14.7]. Par la méthode graphique, nous
trouvons avec yt = -- h + y2 = -- 0,75 m et yc = 0,413 m, soit :

y t  y c = − 1, 8 et h  y c = 3, 6

L d  y c = 3, 9

d’ou L d = 1, 6 m

La longueur de la fosse est donc Ld + L = 6,0 m, où la longueur du ressaut est de 4,4 m (section
15.6.1).
Si nous utilisons un contre--épi pour favoriser le ressaut, sa hauteur sera évaluée en le considé-
rant comme un déversoir trapézoïdal dont la base est approximativement la largeur au fond du
254

cours d’eau. Encore ici, le contre--épi est nécessaire pour la réalisation du ressaut (Y2 > Y3). II
est important de comprendre qu’une élévation du lit aurait également résolu ce problème.
Nous supposons alors la formation de l’état critique sur le contre--épi, donc

V= glA
c
c

avec b ≅ 2 m. Par résolution de cette équation, nous trouvons

Section 4 :
Hauteur d’écoulement y4 = 0,75 m
Vitesse d’écoulement V4 = 0,52 m/s
Énergie totale H4 = 0,764 m
Finalement, par conservation d’énergie entre les sections 2 et 4

E4 ≥ E2

h + H 4 ≥ H 2

donc h ≥ 0, 30 m

La hauteur minimum du contre--épi nécessaire à la réalisation du ressaut est donc de


h’ = 0,30 m. Cependant, ce déversoir n’est pas complet car y3 > h’. Ceci signifie que l’écou-
lement sur le déversoir est influencé par la hauteur d’eau y3. II y aura donc une légère submer-
sion du ressaut qui, dans le cas présent, influencera très peu le fonctionnement du seuil.

Si nous considérons la perte d’énergie lors de l’impact de la nappe avec le fond du cours d’eau,
la hauteur d’eau avant ressaut y1 est obtenue par l’équation [16.3]. Nous trouvons alors les
valeurs suivantes :
y1 = 0,176 m
V1 = 3,50 m/s
F’ = 2,7
k1 = 4,6
y2/y1 = 3,2
y2 = 0,56 m≥≥
V2 = 0.782 m
H2 = 0.59 m
Ld = 1,6 m L = 2,69 m
E 4 ≥ E2
h’ ≥ 0,59 -- 0,462 = 0,13 m
255

Encore ici, le fait de considérer la conservation d’énergie entre les sections 0 et 1 permet une
sécurité accrue dans le fonctionnement du seuil. Cette sécurité est procurée par un bassin de
dissipation plus long et par un contre--épi plus haut.

17.6.6 Chute verticale avec fosse de dissipation

Dans cette utilisation de la chute verticale, l’énergie n’est pas dissipée par un ressaut hydrauli-
que mais par la diffusion de la nappe dans la fosse de dissipation (figure 17.19). Dans ce cas, la
nappe vient en contact avec l’eau de la fosse à une distance :

x = V o t 01

= Vo  2 h − y 3
g

Vo est la vitesse initiale de l’eau sur la crête, considérée ici comme étant la vitesse critique et,
t01 est le temps de chute de la nappe entre le haut du seuil et la surface de l’eau en aval du seuil.

Nous trouvons x = 0,79 m.

La profondeur d’excavation du lit est obtenue par l’équation [14.8] de Veronese dans le cas où
les particules composant la fosse de dissipation ont un diamètre d90 inférieur à 17,5 mm et par
l’équation [14.9] de Schoklitsch dans les autres cas. Cette profondeur est donc fonction du dia-
mètre dgo des particules composant le fond de la fosse quand celui--ci est supérieur à 17,5 mm.
Ce diamètre peut être modifié par l’ajout, dans le fond de la fosse, de pierres d’un diamètre
approprié.

Le tableau 2 indique la profondeur de la fosse de dissipation pour différents diamètres de pier-


res utilisées pour les conditions d’écoulement présentées au début de cette section. Par exem-
ple, pour un enrochement de la fosse composé de pierres dont le d90 est de 100 mm, la profon-
deur de la fosse serait de 40 cm (figure 17.19).

Tableau 2 Profondeur de la fosse de dissipation en fonction du diamètre des pierres utilisées


dans le fond de cette fosse.

d90 (mm) 1 5 20 50 100

s (m) 1,0 1,0 0,9 0,6 0,4


256

Figure 17.17 Chute inclinée avec bassin en dépression.

Figure 17.18 Chute verticale avec bassin en dévers.


SEUIL EN ENROCHEMENT LIBRE 257

Figure 17.19 Chute verticale avec fosse de dissipation utilisant des pierres d’un diamètre
d90 de 100 mm.

17.7 SEUIL EN ENROCHEMENT LIBRE


Le dimensionnement d’un seuil constitué d’un enrochement libre consiste à déterminer :
1. la forme et la dimension du déversoir
2. l’angle amont et l’angle aval de l’enrochement;
3. le diamètre des pierres de l’enrochement;
4. la longueur de la crête du déversoir dans le sens de l’écoulement;
5. le diamètre des pierres de même que l’épaisseur du recouvrement du bassin de dissipa-
tion.
Les figures 17.20 et 17.21 présentent une vue en coupe longitudinale et une vue, en coupe
transversale d’un seuil en enrochement dans un cours d’eau dégradé. On y retrouve également
la représentation symbolique des différents paramètres qui s’y rattachent.

17.7.1 Déversoir

Pour les enrochements libres, la forme trapézoïdale pour le déversoir est préconisée. Cette
forme permet de calculer ses dimensions à l’aide de logiciels déjà existants et de plus, elle est
facilement réalisée sur le terrain.

La cote des ailes du seuil, de chaque côté du déversoir, devrait être supérieure de 200 à 300 mm
à la cote de l’eau en amont du seuil. Cette surélévation des ailes permettront d’assurer la pro-
tection de la structure pour des débits supérieurs au débit du projet.
258

Figure 17.20 Coupe longitudinale d’un seuil en enrochement (coupe B -- B’ de la


figure 17.21).

Figure 17.21 Coupe transversale d’un seuil en enrochement (selon coupe A -- A’ de


la figure 17.20) .

17.7.2 Angles d’enrochement

La forme de l’enrochement est caractérisée par l’angle amont (α) et par l’angle aval de celui--ci
(θ): Le côté amont de l’enrochement n’étant soumis qu’à une pression hydrostatique, sa stabi-
lité mécanique sera assurée par un angle amont d’enrochement égal à l’angle de repos des pier-
res (φ). À titre indicatif, la figure 7.1 donne l’angle de repos des pierres en fonction de leur
diamètre et de leur forme. Cette figure a été obtenue à partir d’enrochement à granulométrie
SEUIL EN ENROCHEMENT LIBRE 259

uniforme. Dans les cas d’un enrochement à granulométrie étendue, le D85e de l’enrochement
sera utilisé.

D’autre part, à cause de la pression hydrostatique exercée par l’écoulement de l’eau sur les
pierres du côté aval de l’enrochement, l’angle aval de cet enrochement doit être égal ou infé-
rieur à l’angle de repos des pierres. Cette pression est d’autant plus grande que le débit unitaire
(débit par mètre de largeur de crête) est grand. Par contre, la stabilité de l’enrochement du côté
aval augmentera avec le diamètre des pierres et l’angle de repos des pierres utilisées. Cet angle
aval d’enrochement ne peut donc être déterminé qu’en tenant compte de plusieurs paramètres.
Son évaluation est présentée à la section suivante.

17.7.3 Diamètre des pierres de l’enrochement

La détermination du diamètre des pierres requises pour la partie aval est déterminée par le
modèle développé par Stephenson (1979) (équation [7.12]) en connaissant l’angle aval de
l’enrochement, l’angle de repos des pierres et le débit unitaire.

17.7.4 Longueur de la crête

La longueur de la crête, dans le sens de l’écoulement, devrait être de 3 fois la hauteur d’eau sur
la crête du déversoir, considérée comme étant la hauteur critiqué yc, soit T = 3 yc (Stephenson,
1979). Cette longueur permet de stabiliser l’écoulement sur la crête en diminuant la turbulence
sur celle--ci.

17.7.5 Diamètre des pierres du bassin de dissipation

Le bassin de dissipation étant horizontal, le diamètre des pierres nécessaires à son recouvre-
ment pourra être plus petit que le diamètre des pierres de l’enrochement du seuil. Selon le
modèle développé par Stephenson (1979), ce diamètre est fonction de la vitesse maximale de
l’écoulement dans le bassin de dissipation et de l’angle de repos des pierres. II est donné par:

250 V 21 V 21
D 85b = ≈ 15 [17.15]
g ( γ s − 1 ) tan  tan 

D85b = diamètre pour lequel 85% des pierres du bassin de dissipation


sont plus petites (mm); et,
V1 = vitesse de l’écoulement avant le ressaut (m/s).
L’épaisseur du recouvrement du bassin (e) sera de l’ordre de 1,5 fois le diamètre D85b calculé
pour les pierres du bassin si une membrane (géotextile ou géomembrane) est utilisée entre
l’enrochement et le sol de fondation. Si aucune membrane n’est prévue, une épaisseur mini-
male de 2,0 fois le diamètre D85b devra être utilisée.
260

17.7.6 Considérations pratiques pour la construction


Afin d’obtenir une structure plus compacte, un enrochement à granulométrie étendue est pré-
férable à une granulométrie uniforme. Ce type d’enrochement diminue la porosité et augmente
la possibilité de son colmatage, rendant la structure plus stable à long terme.
La réalisation d’un remblai en amont de l’enrochement permet de mieux fixer le géotextile et
de rendre son utilisation beaucoup plus efficace. D’autre part, ce remblai contribue à stabiliser
la pente amont de l’enrochement.
Dans le cas de structures plus importantes, il est possible d’envisager l’utilisation d’un noyau
en terre (figure 4.10). Le géotextile sera alors placé entre le noyau et le recouvrement fait d’en-
rochement qui sera dimensionné comme précédemment et dont l’épaisseur devra être d’au
moins E = 1,5 D85e.

Figure 17.22 Seuil en enrochement avec un noyau..

Lorsque l’enrochement se fait sur un cours d’eau recreusé, il est possible de n’utiliser que le
recouvrement de la chute inclinée (figure 4.11). Le diamètre D85e des pierres et l’épaisseur du
recouvrement se calculent alors comme précédemment.
La clé, située à la base de l’enrochement et sous le déversoir, remplit normalement une double
fonction. D’abord elle assure la stabilité du seuil contre le glissement horizontal sous la pous-
sée hydrostatique et la poussée des terres en amont de la structure. D’autre part, lorsque les
vides entre les pierres de la clé sont comblés par des particules de sol sédimentées, cette clé
augmente la distance de percolation sous la structure et assure la stabilité du seuil contre l’af-
fouillement. Il est à noter que cette clé n’est pas toujours nécessaire. En effet, l’enrochement
libre tel que proposé est déjà stable par rapport au glissement horizontal, de sorte que dans ce
cas l’utilisation de la clé à cette fin ne peut qu’améliorer la stabilité contre des poussées plus
importantes qui pourrait être occasionnées par les glaces ou par la formation d’embâcle au
niveau du déversoir. Dans le cas de l’affouillement, le calcul de la distance minimale de perco-
lation permettra d’évaluer la pertinence de l’utilisation de cette clé de même que ses dimen-
sions.
SIPHONNEMENT 261

Figure 17.23 Seuil en enrochement dans un cours d’eau recreusé.

17.8 SIPHONNEMENT
La construction d’un seuil dissipateur d’énergie dans un cours d’eau entraîne inévitablement
une différence de charge piézométrique entre l’amont et l’aval de ce seuil. Cette différence de
charge force l’eau à percoler au travers du sol de fondation et du sol de remblai. Lorsque la
structure est perméable (enrochement, gabions, bois) cette percolation a également lieu au tra-
vers de la structure elle--même (figures 3.3 et 3.4). Les forces de percolation peuvent alors
entraîner les particules fines du sol dès que le gradient hydraulique critique est atteint, soit
ic =ρs/ρw , rapport du poids volumique immergé du sol au poids volumique de l’eau. Ce phé-
nomène peut se produire en aval ou en--dessous de la structure. Le siphonnement de ces parti-
cules procède alors de l’aval vers l’amont, réduisant ainsi la longueur de percolation de l’eau.
Il en résulte une augmentation du gradient hydraulique et une accélération de la dégradation du
sol de fondation.

Afin de prévenir le siphonnement des particules fines du sol, les distances de percolation
devront être suffisantes pour réduire le gradient hydraulique à une valeur inférieure au gra-
dient critique (ic). Cette percolation s’effectuera préférentiellement par le chemin ayant la plus
petite longueur hydraulique et donc celui qui offre le moins de résistance à l’écoulement. Ce
chemin ne correspond pas nécessairement au plus court chemin géométrique. Il se situe géné-
ralement sur la ligne de contact entre la structure et le sol de fondation (ou de remblai) lorsque
ce dernier est très argileux ou de granulométrie très étendue. Par contre, pour des sols de fonda-
tion très perméables, le chemin hydraulique le plus court correspond globalement au chemin
géométrique le plus court.

La distance de percolation nécessaire pour éviter le siphonnement sera alors fonction de la tex-
ture du sol de fondation (et/ou de remblai) et également de la différence maximale entre la
charge piézométrique en amont de la structure et celle en aval. Pour les petits ouvrages tels
262

Figure 17.24 Percolation de l’eau avec siphonnement des particules fines du sol de
remblai et du sol de fondation au travers et sous le seuil en enrochement.

Figure 17.25 Percolation de l’eau avec siphonnement des particules fines du sol de rem-
blai et du sol de fondation au travers et sous le seuil en bois.

ceux concernés par ce rapport, cette distance peut être évaluée sécuritairement en utilisant la
règle de Lane, soit :

L p = c p ∆H [17.16]

∆H = différence de charge piézométrique (m)


Lp = distance de percolation (m)
cp = coefficient de percolation (tableau 15.2).
SIPHONNEMENT 263

Tableau 15.2 Coefficient de percolation pour différentes textures de sol (Agostini et al, 1982 et
Houk, 1956).
Matériau de fondation Coefficient de
(ou de remblai) percolation (cp)
Limons et sables très fins (< 0,125 mm) 8,5
Sables fins (< 0,250 mm) 7,
Sables moyens (0,500 mm) 6,0
Sables grossiers (< 2,0 mm) 5,0
Graviers fins (< 8 mm) 4,0
Graviers moyens (<16 mm) 3,5
Graviers grossiers avec galets (<130 mm) 3,0
Gros galets avec graviers (<250 mm) 2,5
Argile plastique 3,0
Argile consistante 2,0
Argile dure 1,8
Hardpan 1,6

La distance de percolation Lp est cependant une distance pondérée. En effet, selon les observa-
tions de Lane, les distances verticales de percolation contribuent de façon plus importante que
les distances horizontales à la résistance à l’écoulement. De sorte que la distance pondérée Lp
est évaluée par :

Lh
Lp = Lv + [17.17]
3

Lv = somme des distances verticales de percolation (m);


Lh = somme des distances horizontales de percolation (m).
Si la percolation s’effectue le long d’une pente, la distance sera prise verticale si l’angle de la
pente est supérieur à 45° et horizontale si l’angle de la pente est inférieur à 45°.

Le coefficient de percolation est donné au tableau 15.2 pour différents types de sol. Ce coeffi-
cient est élevé pour des sols relativement perméables composés de particules fines car ces par-
ticules sont entraînées même à de faibles vitesses de percolation. Par contre, les sols composés
de matériaux grossiers, bien que très perméables, résistent à des vitesses de percolation éle-
vées. Quant aux argiles, les vitesses de percolation sont très faibles et leur cohésion est élevée.
Ceci explique donc que le coefficient de percolation pour ce dernier type de sol soit très petit.

Afin d’empêcher le siphonnement des éléments fins du sol de fondation vers l’aval du seuil,
deux solutions sont à considérer. La première consiste en l’installation d’une membrane syn-
264

thétique imperméable (géomembrane) entre la structure et le sol de fondation (et de remblai).


Cette membrane force l’eau à percoler sous la structure ou autour de celle--ci sur une distance
minimale déterminée par la règle de Lane. L’eau émerge donc en aval de cette structure (figure
17.26). La deuxième solution consiste en l’utilisation d’un filtre. Ce dernier peut être fait de
matériaux synthétiques tel que les géotextiles ou d’un filtre naturel inversé, c’est--à--dire un
filtre dont la granulométrie est proportionnelle au sens de l’écoulement (figure 17.27). Ce fil-

Figure 17.26 Percolation de l’eau sans siphonnement des particules fines du sol de
remblai et du sol de fondation sous le seuil en enrochement recouvert
d’une membrane imperméable..

Figure 17.27 Percolation de l’eau sans siphonnement des particules fines du sol de rem-
blai et du sol de fondation au travers et sous le seuil en bois recouvert d’un
géotextile.
SIPHONNEMENT 265

tre permet de retenir les particules fines du sol de fondation tout en permettant à l’eau de le
traverser. Il a donc pour effet d’éviter le siphonnement de la structure même en présence d’un
gradient hydraulique supérieur au gradient critique. Cependant, dans l’éventualité de son col-
matage, le filtre devra également s’étendre sur une distance évaluée à l’aide de la règle de
Lane, tout comme pour la membrane imperméable.

Pour effectuer le choix de la membrane imperméable ou du géotextile requis, il est fortement


recommandé de consulter les représentants techniques des fournisseurs. En effet, les produits
offerts sont très nombreux et variés et ils diffèrent d’un fournisseur à l’autre. De plus, chaque
fournisseur garantit la qualité de ses produits dans la mesure où ils sont utilisés selon leurs cri-
tères de dimensionnement ; ces derniers diffèrent également selon les fournisseurs.

De façon générale, pour les petites structures concernées par ce document, les principales
caractéristiques recherchées pour une géomembrane seront sa résistance à la perforation et à la
traction de même que son élasticité.

En plus des qualités requises pour une géomembrane, le géotextile utilisé à des fins de filtra-
tion devra répondre à des critères de perméabilité, de rétention de particules de sol et de com-
patibilité à long terme avec les sols de fondation et de remblai.

La dimension des pores de même que la porosité du géotextile lui confèrent une perméabilité
relativement élevée par rapport à la majorité des sols. Lorsque les pores du géotextiles ne sont
pas colmatés, cette perméabilité permet de diminuer la pression hydrostatique en amont de la
structure hydraulique. Cette diminution de la pression statique permet à son tour d’augmenter
la pression effective dans le sol de remblai et donc d’améliorer la stabilité mécanique de l’ou-
vrage. La perméabilité du géotextile devrait idéalement se rapprocher de celle du sol a filtrer
tout en lui étant supérieure. Dans les sols cohérents cependant, la perméabilité du géotextile
pourra être de deux ordres de grandeur plus élevée que celle du sol (Polyfelt, 1991), soit :

k g ≥ 100 k s (sol cohérent) [17.18]

kg = perméabilité du géotextile
ks = perméabilité du sol à filtrer
Cependant, dans les sols à faible cohésion, à cause de leur sensibilité à la mise en boulance, la
perméabilité du géotextile devra être dix fois plus grande que celle du sol à filtrer (Koerner,
1986), soit :

k g ≥ 10 k s (sol pulvérulent) [17.19]

Toutefois, à cause de sa souplesse, la perméabilité du géotextile est fonction de la charge méca-


nique qui s’exerce sur celui--ci. Cette perméabilité diminue avec une augmentation de la
charge mécanique. Les spécifications fournies par le fabricant permettra de connaître les
conditions pour lesquelles la perméabilité du géotextile a été mesurée.
266

Le deuxième rôle que remplit le géotextile est la rétention des particules de sol. À cet égard, le
géotextile ne retient pas directement les particules fines du sol, mais il encourage plutôt la for-
mation de ponts entre les particules grossières. Ces ponts favorisent la formation d’un filtre
naturel en amont du géotextile. Il s’en suit que les pores du géotextile peuvent être de dimen-
sion supérieure aux particules de sol, ceci étant particulièrement vrai pour les sols à granulo-
métrie étendue et pour les sols cohérents. Plusieurs approches ont été développées pour éva-
luer la dimension idéale des pores du géotextiles (Polyfelt, 1991; Koerner, 1986; Rollin, 1985;
Rollin et al, 1985; Rankiler, 1980). Toutes ces approches comparent la granulométrie du sol
avec la dimension des pores du géotextile (la distribution des pores du géotextile selon leur
diamètre est très rarement disponible). Les ouvrages hydrauliques concernés par ce rapport
étant en majorité à faible risque, le critère suivant est recommandé (Koerner, 1986):

O 95 < 2, 5 d 85s [17.20]

O95 = diamètre pour lequel 95 % des pores du géotextile sont plus petits
d85s = diamètre pour lequel 85 % des particules de sol sont plus petites.
Il est à noter que le diamètre des pores O95 est comparable à l’ouverture apparente (AOS) et à
l’ouverture effective des pores (EOS). Cette règle est applicable dans tous les types de sol et est
particulièrement sécuritaire pour les sols à granulométrie étendue et pour les sols cohérents.

La compatibilité à long terme du géotextile avec le sol de remblai et le sol de fondation réfèrent
au colmatage du géotextile. Ainsi, un risque élevé de colmatage se présente lorsque les condi-
tions suivantes sont réunies: a) sol sans cohésion; b) sol composé de deux ou plusieurs sols à
granulométrie étendue (gap--grandd); c) gradient hydraulique important.

Dans ces conditions, la porosité d’un géotextile non--tissé devra être supérieure à 40 % tout en
respectant les conditions déjà mentionnées pour la perméabilité et pour l’ouverture des pores
(Koerner, 1986).

Le filtre naturel inversé, à cause de la difficulté de son installation et des coûts élevés qui en
découlent, n’est pas recommandé pour les ouvrages traités dans ce document.
SIPHONNEMENT 267

GAE--3005 PROBLÈMES SÉRIE 17.

17.1. À une étape de votre étude d’un cours d’eau, celui--ci a une profondeur de 1,25 m, une
pente de 0,0028 m/m, une base de 1,5 m et une pente des talus de 1,5: l. Les données de
votre étude montre que le débit de design est de 2,5 m3/s et que la profondeur normale
d’écoulement et la vitesse sont respectivement de 0,77 m et 1,22 m/s pour un coefficient
de rugosité de 0,028. Le sol est un loam sableux Beaurivage (description pédologique
ci--jointe).
a ) Comme la vitesse est trop élevée, une solution serait d’enrocher le fond du cours
d’eau. Quelle grosseur de roches recommanderiez--vous?
b ) Si vous construisiez des seuils dissipateurs d’énergie au lieu d’enrocher le fond du
cours d’eau, déterminez la vitesse maximale et la pente sécuritaire du cours d’eau
aménagé entre les seuils.
c ) Avec la construction de seuils dissipateurs d’énergie, vous auriez besoin de calculer
la profondeur critique d’écoulement. Quelle est cette profondeur critique d’écoule-
ment?
d ) Pour la construction de seuils dissipateurs d’énergie, quelle hauteur de chute recom-
manderiez--vous?

17.2. Un cours d’eau se ravine et vous êtes appelé sur les lieux pour faire des recommanda-
tions. Le cours d’eau actuel et raviné a une pente de 0,32 m/100 m et une section approxi-
mativement trapézoïdal avec une base de 2,0 m et une pente des talus de 1,4:l. Le sol est
sable St--Samuel (description pédologique ci--jointe). Les données de votre étude mon-
tre que le débit de design est de 2,2 m3/s. Une option que s’offre est de construire des
seuils dissipateurs d’énergie en enrochement libre.
a ) Déterminez la vitesse maximale et la pente sécuritaire du cours d’eau aménagé entre
les seuils.
b ) Avec la construction de seuils dissipateurs d’énergie, vous avez besoin de calculer
la profondeur critique d’écoulement. Quelle est cette profondeur critique d’écoule-
ment en considérant la section actuelle du cours d’eau?
c ) Quelle hauteur de chute recommanderiez--vous et pourquoi?
d ) En faisant l’hypothèse de conservation de l’énergie dans le déversoir et la chute,
déterminez la hauteur d’énergie au pied de la chute. Vous considérez que vous avez
la profondeur critique d’écoulement sur le déversoir.
e ) Si la chute et le bassin de dissipation d’énergie sont de forme trapézoïdal avec une
base de 1,8 m et une pente des talus de 2:1, déterminez les profondeurs à l’amont et
à l’aval du ressaut dans le bassin de dissipation.
268
269
18
CHAPITRE

Bassins de rétention et de sédimentation

18.1 BASSIN DE RÉTENTION

18.2 BASSINS DE SÉDIMENTATION

18.2.1 Bassin sec

18.2.2 Bassin humide

Ferguson, B. K. 1998. Introduction to Stormwater -- Concept -- Purpose -- Design. John Wiley,


Toronto

SCS, 1986. Urban Hydrology for Small Watersheds. Technical Release 55, second edition,
Soil Conservation Service, Washington.

MDDEP/MAMROT, 200?. Guide de gestion des eaux pluviales. téléchargeable


http://www.mddep.gouv.qc.ca/eau/pluviales/guide.htm. Consulté le 8 décembre 2011.
BASSINS DE RÉTENTION ET DE SÉDIMENTATION
272

18.3 BASSIN DE RÉTENTION

Figure 18.1 Schéma d’un bassin de rétention.

Figure 18.2 Bassin de rétention.

Figure 18.3 Laminage d’une crue par un bassin de rétention.


BASSIN DE RÉTENTION
273

Figure 18.4 Volume de stockage du bassin.

Figure 18.5 Volume de stockage des bassins (Soil Conservation Service, 1986)
BASSINS DE RÉTENTION ET DE SÉDIMENTATION
274

18.3.1 Structures de contrôle

Figure 18.6 Structures de contrôle


BASSIN DE RÉTENTION
275

18.3.2 Impact hydrologique


BASSINS DE RÉTENTION ET DE SÉDIMENTATION
276

18.4 BASSIN DE SÉDIMENTATION


La vitesse de sédimentation est selon Loi de Stoke :

980 (G − 1) D 2
V= [18.1]
30 η

30 η L
T= [18.2]
980 (G − G l) D 2

V = vitesse de sédimentation (cm / min)


∆ = diamètre effectif (mm)
η = vixcosité de la soltion (Poise)
G = densité des particules
L = distance parcourue par la particule entre la surface du liquide et le
niveau d’enfoncement de l’hydromètre (cm)
T = temps de sédimentation(min)

Temps de sédimentation des particules

Dimension des particules Temps de sédimentation sur 1 m


Graviers 1 sec
Sable grossier 10 sec
Sable fin 2 min
Limons + 100 min
Argiles + 800 jours
BASSIN DE SÉDIMENTATION
277

18.4.1 Bassin sec

V = Ruissellement pluie de 12 heures − 3 jours [18.3]

Qh = t V [18.4]
sed

2 h max [18.5]
h=
3
BASSINS DE RÉTENTION ET DE SÉDIMENTATION
278

18.4.2 Bassin humide

Figure 18.7 Efficacité des bassins humides en fonction du temps de séjour.

V piscine = T sejou Q in [18.6]

Profondeur moyenne = V sed t sejour [18.7]

V piscine
Surface = [18.8]
Profondeur moyenne

Débit moyen = le plus grand débit mensuel


BASSIN DE SÉDIMENTATION
279

Figure 18.8 .
280
19
CHAPITRE

Génie végétal

19.1 INTRODUCTION
Le génie végétal se définit comme l’utilisation de plantes vivantes, de parties de celles--ci et de
semences afin de résoudre les problèmes de l’ingénieur dans les domaines mécaniques de la
protection contre l’érosion , de la stabilisation et de la regénération des sols (Lachat, 1995)

Adam, P., N. Debiais, F. Gerber et B. Lachat. 2008. Le génie végétal -- Un manuel technique au
service de l’aménagement et de la restauration des milieux aquatiques. Ministère de
l’écologie, du développement et de l’aménagement durables. La documentation fran-
çaise, 290 p.

Adam, P., Malavoi, J.R. & Debiais, N. 2007. Manuel de restauration hydromorphologique des
cours d’eau. Agence de l’Eau Seine--Normandie. DEMAA -- Service eaux de surface.

Lachat, B. 1994. Guide de protection des berges de cours d’eau en techniques végétales (en
collaboration avec Ph. Adam, P.--A. Frossard, R. Marcaud). Ministère de l’Environne-
ment. Paris. DIREN Rhône--Alpes.
GÉNIE VÉGÉTAL
282

19.2 BOUTURE (Cutting/slip)

Figure 19.1 Schéma type d’implantation de boutures de saule (Adam et al., 2008).
MARCOTTAGE
283

19.3 MARCOTTAGE (Layering (plant) ; layer)

Figure 19.2 Schéma de principe pour la mise en ceuvre d’une marcotte (Adam et al., 2008).
GÉNIE VÉGÉTAL
284

19.4 PEIGNE (Live brush gully plugging)

Figure 19.3 Coupe type d’un peigne (Adam et al., 2008).


FASCINE D’HÉLOPHYTES
285

19.5 FASCINE D’HÉLOPHYTES (Marsh reed roll/swamp reed roll)

Figure 19.4 Coupe type d’une fascine d’hélophytes (Adam et al., 2008).
GÉNIE VÉGÉTAL
286

19.6 TRESSAGE DE SAULES (Willow weaving)

Figure 19.5 Coupe type d’un tressage de saules (Adam et al., 2008).

Figure 19.6 Détails de mise en oeuvre à travers une vue en plan (Adam et al., 2008).
FASCINE DE SAULES
287

19.7 FASCINE DE SAULES (Willow fascine)

Figure 19.7 Coupe type d’une fascine de saules (Adam et al., 2008).

Figure 19.8 Détails de mise en ceuvre à travers une vue en plan de l’ouvrage en cours
d’exécution (Adam et al., 2008).
GÉNIE VÉGÉTAL
288

19.8 COUCHE DE BRANCHES À REJETS (live brush mattress)

Figure 19.9 Coupe type de couches de branches à rejets (Adam et al., 2008).
289

Figure 19.10 Détails de réalisation de couches de branches à rejets à travers une vue en plan
(Adam et al., 2008).
290

19.9 LIT DE PLANTS ET PLAÇONS (Hedge brush layer)

Figure 19.11 Coupe type de lits de plants et plançons renforcés au moyen de «boudins»
de géotextile (Adam et al., 2008).
CAISSONS VÉGÉTALISÉS
291

19.10 CAISSONS VÉGÉTALISÉS (Log cribwall with branchlayers)

Figure 19.12 Coupe type de caissons végétalisés à double parois (Adam et al.,
2008).
292

19.11 TREILLAGE--BOIS (Wooden grating)

a) Vue de face

b) Vue en coupe.

Figure 19.13 Treillage--bois (Adam et al., 2008).


TECHNIQUES MIXTES
293

19.12 TECHNIQUES MIXTES

Figure 19.14 Exemple de profil type d’aménagement associant empierrement de pied


et techniques végétales (en l’occurrence des lits de plants et plançons ren-
forcés au moyen de boudins de géotextile) (Adam et al., 2008).
294
20
CHAPITRE

Aménagement / Restauration

20.1 INTRODUCTION
Ce chapitre présente d’une façon plutôt succincte différents courants liés à l’aménagement et à
la restauration des cours d’eau. Ce chapitre n’a pas la prétention de couvrir toutes les appro-
ches et les philosophies qui sont derrière elles. La restauration des cours d’eau est domaine
plutôt récent et les approches présentées ne font pas toujours l’unanimité. Les approches ou
visions actuelles sont à la jonction de la vision hydraulique des ingénieurs (évacuation des
débits, protection contre les inondations, stabilité hydraulique, protection contre l’érosion,
drainage, etc.), la vision géomorphologique de géographes (morphologie des cours d’eau,
corridor, méandrisation, zone de liberté, etc.) et la vision écologique des biologistes (préserva-
tion des habitats, frayères, etc.).

20.2 TERMINOLOGIE
Il est important de présenter les définitions des différentes termes qui sont utilisés concernant
les interventions dans les cours d’eau.

Restauration (restauration) : le retour complet du cours d’eau aux structures et fonction-


nalités antérieures. La restauration écologique (USDA--NRCS, 2007) est le proces-
sus de ramener un écosystème dans un état aussi près que possible des conditions et
des fonctions connues avant les perturbations.
Réhabilitation (rehabiltation) : le retour partiel à certaines conditions antérieures. L’ob-
jectif de la réhabilitation est de rendre à nouveau la ressource fonctionnelle et pro-
ductive. Elle implique la récupération de fonctionnalités et des processus d’un habi-
tat dégradé. Elle n’implique pas nécessairement le rétablissement des conditions
AMÉNAGEMENT / RESTAURATION
296

avant perturbation mais implique l’établissement de conditions qui supportent les


attributs de l’écosystème naturel
Amélioration (enhancement : toute technique permettant d’améliorer la qualité environ-
nementale d’un cours d’eau.
Création (creation) : développement d’une ressource non existante sur le site. C’est une
action très rare.
Naturalisation (naturalization) : utilisation des processus naturels pour créer un sys-
tème fonctionnel.
Mitigation (mitigation) : mesures pour compenser les inconvénients d’une intervention.

20.3 APPROCHE UTILITAIRE


Dans le passé, l’aménagement des cours d’eau était vu dans une vision utilitaire. Les cours
d’eau étaient creusés, redressé, canalisés dans un objectif de drainage des terres agricoles, de
protection contre les inondations et de régularisation des débits. Le redressement avait souvent
comme objectif de faire des parcelles de terrain les plus rectangulaires possible pour faciliter
les opérations culturales par les équipements. Des barrages étaient construits comme retenus
d’eau pour les besoins de l’irrigation.

Les aspects environnementaux et écologiques étaient très peu considérés et souvent, pas du
tout. Les écologistes et les géographes ont remis en cause cette approche.

Cette approche en en voie d’être abandonnée.

20.4 AGIR OU LAISSER FAIRE LA NATURE


Il existe une philosophie qui considère que la nature retrouve toujours ses droits et qu’un cours
d’eau a besoin de liberté. Un cours d’eau dans une plaine cherchera toujours à se méandriser.
Son lit est mobile et il faut le respecter. Les plus ardents défenseurs de cette philosophie consi-
dèrent qu’il est préférable de laisser faire la nature que d’intervenir et ils considèrent que la
nature trouvera toujours un équilibre.

À l’autre extrême, se retrouvent ceux qui considèrent que l’homme fait partie de la nature et
qu’il est justifier d’utiliser la nature à ses fins. Cette philosophie peut être résumée par l’énoncé
suivant “Nous devons intervenir pour protéger la sécurité des gens et de leurs biens”.

L’équilibre se retrouve probablement entre ces deux extrêmes. Il existe des situations où les
conditions naturelles actuelles sont en déséquilibre. Le climat changeant avec le temps est sou-
vent une cause des perturbations. Une bonne connaissance des lois de la nature est fondamen-
tale pour bien analyser les situations. Les connaissances fines de ces lois et des mécanismes
d’action sont parfois déficientes.
LE COURANT RESTAURATION
297

20.5 LE COURANT RESTAURATION


Les interventions passées dans les cours d’eau (redressement, canalisation, construction de
barrages, régulation des débits, etc.) et les modifications de l’utilisation des sols dans le bassin
versant (urbanisation, culture intensives) amènent souvent un dégradation des cours d’eau
(érosion des talus, régression de fond, disparition de la végétation riveraine, aspect visuel dés-
olant et monotone, disparition d’espèces, etc.). Cette dégradation amène les responsables et la
population à demander des actions. Ce courant est très important en Europe. Il signifie pour
certains, de ramener le cours d’eau dans son état initial avec la reconstruction de méandres et
d’un nouveau lit et le rétablissement de l’écosystème avant perturbations.

Dans un ouvrage qui regroupe le travail de plusieurs auteurs, Brooke and Shields (1996) pré-
sente les différents éléments théoriques reliés à la restauration, les différentes approches et plu-
sieurs exemples. Les aspects hydrauliques, géomorphologiques et habitats sont traités. Une
approche hollistique est préconisée. La restauration doit considérer les aspects multifonction-
nels qu’ils soient hydrologiques, morphologiques, écologiques, qualité de l’eau ou esthéti-
ques. La restauration ne doit pas considérer que le lit du cours d’eau mais tout son corridor.

La restauration des cours d’eau est une discipline en plein développement.

20.6 L’APPROCHE DU USDA--NRCS


Aux États--Unis, il y a plus d’un siècle que l’état intervient dans l’aménagement des cours
d’eau. Les vingt dernières années ont vu l’apparition d’une approche orientée restauration et
réhabilitation. Le USDA--NRCS ont développé deux ouvrages (USDA--NRCS, 1998;
USDA--NRCS, 2007) traitant de la restauration et de la réhabilitation des cours d’eau. USDA--
NRCS (2007) présente trois approches : design au seuil limite, cours d’eau alluvionnaires,
cours d’eau à deux niveaux.

20.6.1 Design au seuil limite (threshold channel design)


L’approche de design au seuil limite considère que les forces d’écoulement (vitesse, force trac-
tive) sont inférieures à une valeur seuil (vitesse maximale, force tractrice maximale) qui puisse
mettre en mouvement les particules de sol sur le fond ou les talus. Les limites (section, géomé-
trie, frontières) du cours d’eau sont considérées comme stables.

C’est l’approche la plus connue et la plus utilisée par les ingénieurs depuis de nombreuses
années. C’est l’approche utilisée au chapitre 6.

20.6.2 Cours d’eau alluvionnaires


Les cours d’eau alluvionnaires ont un lit et des talus formés de matériaux transportés par le
cours d’eau. Il y a un échange de sédiments entre ceux transportés par le débit et les talus et le lit
AMÉNAGEMENT / RESTAURATION
298

du cours d’eau. Les sédiments transportés par un cours d’eau alluvionnaire ont tendance à être
plus grossiers et en plus grande quantité que dans un cours d’eau conçu au seuil limite. Comme
les cours d’eau alluvionnaires naturels peuvent ajuster leur largeur, leur profondeur, leur pente
et leur forme aux changements de débits ou de charges sédimentaires, il ne sont pas aussi stati-
ques que les cours d’eau au seuil limite. Le lit des cours d’eau alluvionnaires est mobile dans la
plaine d’inondation. Le but du design ’un cours d’eau alluvionnaire est de réaliser un cours
d’eau qui est en équilibre dynamique ou a une stabilité géomorphologique. L’érosion des talus
et la migration du lit sont considérés comme des phénomènes naturels Lorsque la migration du
lit devient inacceptable, l’ingénierie doit intervenir.

La prise en considération de la charge sédimentaire, du débit plein bord et des phénomènes


géomorphologiques sont des aspects importants du design. Ce type de design n’est pas consi-
déré dans ce document.

20.6.3 Cours d’eau à deux niveaux (Two stage channel design)


Les canaux traditionnels trapézoïdaux nécessitent souvent beaucoup d’entretien et ne permet-
tent pas des considérations écologiques lors du design. L’approche à deux niveaux (USDA--
NRCS, 2007) considère un gradin qui fonctionne comme une plaine d’inondation et qui essaie
de reproduire les processus alluvionnaires. Cette approche est destinée pour les canaux
conventionnels mais elle pourrait s’appliquer au cours d’eau avec incision profonde.

20.7 L’APPROCHE BIOTEC -- GÉNIE VÉGÉTAL


Adam et al. (2008a) présentent une approche pragmatique à la restauration et à la réhabilitation
des cours d’eau dans un contexte d’utilisation du génie végétal pour solutionner des dysfonc-
tionnements.

Ils présentent une typologie de classification des cous d’eau en fonction de la puissance spéci-
fique, l’état de l’érodabilité des berges et du potentiel d’apport solide en sédiments. De plus, ils
définissent un indice d’efficience probable de la restauration envisagée basée sur les trois para-
mètres énoncés précédemment et de deux autres qui sont l’emprise disponible et l’état de la
qualité de l’eau.

Ils énoncent les concepts généraux de restauration et de niveaux d’ambition. Une opération de
restauration hydromorphologique peut être menée passivement ou activement. La restaura-
tion passive est associée à une réduction des forces de dégradation. Plus un cours d’eau est
puissant, avec des berges facilement érodables et des apports solides importants, plus sa res-
tauration sera facile, peu coûteuse et avec des effets rapides. Les actions utilisent le potentiel de
régénération du cours d’eau. Une restauration active (interventions lourdes) sera nécessaire
sur les cours d’eau peu puissants, peu actifs et à faible apports solides.
LA NATURALISATION
299

Ils définissent trois grandes catégories d’actions (niveaux d’ambition des travaux de restaura-
tion) :

S si le fonctionnement morpho--écologique est encore bon : des actions de préserva-


tion comme des opérations de sensibilisation, de protection ou de maîtrise foncière
des secteurs menacées (achats de terres, contrats d’exploitation extensive, etc.);
S si le fonctionnement morpho--écologique est légèrement dégradé mais encore cor-
rect : des actions qui bloquent les dysfonctionnements (stabilisation d’une incision,
meilleure gestion des débits, etc.);
S si l’état est dégradé, trois niveaux d’objectifs sont possible :
S objectif de restauration d’un compartiment de l’hydrosystème souvent pisci-
cole (restauration d’habitats) au moyen de déflecteurs, petits seuils, caches,
frayères, etc. et avec intervention dans l’emprise actuelle;
S objectif de restauration fonctionnelle plus globale avec l’amélioration de tous
les compartiments aquatiques et rivulaires (transport solide, habitat aquati-
que, nappe alluviaire et ripisylve) qui nécessite une emprise foncière plus
importante (exemple : reméandrage léger);
S les objectifs précédents plus un espace de mobilité et de fonctionnalité, ce qui
entraîne une restauration complète de l’hydrosystème incluant la dynamique
de l’érosion et du corridor fluvial. L’emprise nécessaire est au minimum de
l’ordre de dix fois la largeur du lit mineur avant restauration.

20.8 LA NATURALISATION
L’approche de la naturalisation a été présenté par Rhoads et Herricks dans Brooke and Shields
(1996). L’objectif de la naturalisation est déterminer les configuration morphologiques et éco-
logiques qui sont compatibles avec les taux et les grandeurs des processus fluviaux contempo-
rains. Le terme compatible réfère aux configurations qui produisent des systèmes géomorpho-
logiques et écologiques stables, diversifiés, auto--régulés dans un contexte de l’utilisation des
ressources naturelles par l’homme. Le système, quoique différent du système avant interven-
tion, peut être d’intérêt.

Un exemple de naturalisation est la revégétalisation de la rives de la rivière St--Charles à Qué-


bec. Les conditions d’urbanisation et de modification du bassin versant ne permettaient pas de
restaurer la rivière dans son état antérieur. Un nouveau système de végétalisation des berges a
été créé dans le contexte actuel.

Le contexte d’exploitation des terres agricoles ne permet pas de ramener les cours d’eau dans
leur état original mais des systèmes intéressants peuvent y être créés.

20.9 CONCLUSION
Cette présentation est très sommaire et ne donne qu’un aperçu.
AMÉNAGEMENT / RESTAURATION
300

BIBLIOGRAPHIE

Adam, Ph., Malavoi, J.R. & Debiais, N. 2008a. Manuel de restauration hydromorphologique
des cours d’eau. Agence de l’Eau Seine--Normandie. DEMAA -- Service eaux de sur-
face. 161 p. (téléchargeable à : http://www.biotec.ch/pubannee.html)

Adam, Ph., Debiais, N., Gerber, F. & B. Lachat. 2008b. Le génie végétal -- Un manuel techni-
que au service de l’aménagement et de la restauration des milieux aquatiques. Ministère
de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du terri-
toire. La Documentation Française. 290 p.

Brookes, A. et F. D. Shields (éd.). 1996. River Channel Restauration -- Guiding Priciples for
sustainable Projects. John Wiley. 433 p.

Lachat, B. 1994. Guide de protection des berges de cours d’eau en techniques végétales (en
collaboration avec Ph. Adam, P.--A. Frossard, R. Marcaud). Ministère de l’Environne-
ment. Paris. DIREN Rhône--Alpes. 143 p. (téléchargeable à : http://www.biotec.ch/
pubannee.html)

USDA--NRCS, 2007. Stream Restauration Design. National Engineering Handbook Part 654.
United State Department of Agriculture -- Natural Resources Conservation Service.