Vous êtes sur la page 1sur 19
C A N A D A Province de Québec District de Longueuil No. 505-05-000313-954 Cour

C A N A D A

Province de Québec District de Longueuil

No.

505-05-000313-954

Cour Supérieure

AZ-96021847

Le 27 août 1996

SOUS LA PRÉSIDENCE DE :

L'Honorable DENIS DUROCHER, J.C.S.

VILLE DE MONTRÉAL, personne morale de droit public légalement constituée, ayant son siège à son Hôtel de Ville, au 275, rue Notre-Dame Est, dans les ville et district de Montréal, H2Y 1C6,

c.

Requérante,

100979 CANADA INC., faisant affaires sous le nom et raison sociale de CONSTRUCTION & RÉNOVATION PARAMOUNT, personne morale ayant son siège social au 7115, rue St-Urbain, dans les ville et district de Montréal, H2S

3H4,

et

Intimée,

OFFICIER DE LA PUBLICITÉ DES DROITS DE LA CIRCONSCRIPTION FONCIÈRE DE CHAMBLY, 2555, boul. Roland-Therrien, bureau RC05, dans les ville et district de Longueuil, J4M 2J4,

Mis-en-cause.

J U G E M E N T

AZ-96021847

La requérante demande la radiation des inscriptions d'un avis d'hypothèque légale et d'une action, publiés par l'intimée contre un lot dont elle est propriétaire, soit l'Île Notre- Dame.

Les parties ont plaidé par écrit et convenu entre elles d'exclure du débat les éléments suivants : la fin des travaux et le respect des délais; l'existence d'une plus-value donnée par les travaux; la dénonciation au propriétaire l'existence, ou non, d'un bail emphytéotique. L'intimée fait affaires sous le nom de Construction et Rénovation Paramount, (Paramount, ci-après). Les parties ont aussi convenu de produire certaines pièces, admettant qu'elles font preuve de leur contenu.

La requérante invoque d'abord que des travaux exécutés en vertu d'un contrat conclu entre un locataire et un entrepreneur ou un sous-entrepreneur, ne peuvent donner lieu à une hypothèque légale sur l'immeuble du locateur. En second lieu, il n'y a pas de lien juridique entre la Ville et Paramount. La désignation de l'immeuble est erronée, et donc sans droit et irrégulière. Et cet immeuble fait partie du domaine public et ne peut être l'objet d'une hypothèque légale.

L'intimée soumet que les ententes entre les parties constituent plutôt un contrat "d'entreprise conjointe" ou "joint venture", et non un bail. En vertu du mandat réciproque des parties, la Ville devient soumise aux effets juridiques du contrat de construction, comme si elle avait elle-même commandé les travaux. L'immeuble impliqué n'est pas du domaine public. Et le fait de grever un immeuble plus vaste que celui sur lequel les travaux ont porté, ne suffit pas à invalider l'hypothèque sur ce dernier.

I.- LES FAITS

AZ-96021847

La Ville est propriétaire de l'Île Notre-Dame. Elle a confié la gestion de ses biens et l'animation des activités se déroulant sur l'Île à la "Société de gestion des activités communautaires de l'Île Notre-Dame", (ci-après appelée la "Société").

Le 22 mai 1992, la Société signait, avec Dinasaurium Productions Inc., (le "Promoteur"), un document intitulé "entente". On y voit que le Promoteur "désire organiser et réaliser une exposition de dinausauriens animés", et que la "Société désire accorder l'utilisation d'un site" sur l'Île. Il s'agit de l'ancien pavillon du Québec et du Théâtre des Îles.

Dans une autre entente signée le 10 juillet 1992, le Promoteur reconnaissait que ce bâtiment était condamné par la Ville, et devait être l'objet de travaux pour être rendu conforme aux exigences d'utilisation publique imposées par la réglementation visant la sécurité, la protection contre les incendies, et cetera. Il convenait d'assumer tous les coûts à cette fin.

Selon la pièce P-5, le contrat de construction aurait été confié à J.R. Côté Construction (Canada) Ltée qui émettait un appel d'offres pour la pose de gypse le 11 janvier 1993. Cet appel mentionne: "le contrat sera signé directement avec "Dinasaurium Productions Inc.". Une directive de l'entrepreneur le 13 janvier suivant remplaçait le nom de cette société par "171231 Canada Inc.".

Un document signé par le représentant de 171231 Canada et un représentant de Paramount, le 22 janvier 1993, constitue le contrat pour la pose du gypse par cette dernière.

Le 28 avril 1994, Paramount inscrit son hypothèque légale pour 221 292 $, suivie de l'inscription de son action le 22 septembre suivant.

La transcription de l'interrogatoire de monsieur Marc Campagna, directeur général de la Société, est versée au dossier. Au cours de cet interrogatoire, il utilise à plusieurs reprises les expressions "bail" et "location". Il en ressort aussi que le principal intéressé,

AZ-96021847

du nom de Barry Sendel, entendait à l'origine seulement y exposer des reproductions de dinosaures. Mais il donna plus d'ampleur à son projet, de sorte que pour rendre l'édifice conforme aux exigences de sécurité, les travaux exigés étaient évalués par les divers services de la Ville à environ 750 000 $. Il a fait procéder à des travaux considérables sans autorisation de la Ville ou de la Société. Les travaux étant suspendus, il semble que les parties envisageaient de conclure un bail emphytéotique, qui ne fut pas signé. Sendel disparut.

II.- ANALYSE

Les arguments des parties reposent principalement sur la qualification à donner aux contrats intervenus entre la Société et Dinasaurium Productions Inc.

La convention des parties n'est pas très limpide à ce sujet. Cet état s'éxplique en partie du moins, alors que le projet du promoteur n'était pas encore très précis.

On peut néanmoins retrouver à cette entente les éléments correspondants à la définition du bail trouvée à l'article 1851 C.c.Q.: "contrat par lequel le locateur procure la jouissance d'un bien", ici immeuble, "pendant un certain temps, moyennant un loyer".

Certes, et dans le cadre de son mandat de gestionnaire, la Société a-t-elle imposé d'autres conditions, obligations et exigences à son co-contractant. Ainsi, certaines ont trait à l'image et à la réputation de la Ville et de la Société. On lui demande de répondre à la réglementation applicable à la tenue d'événements du même type; d'avoir des employés qualifiés en nombre suffisant pour assurer la sécurité let le nettoyage du site. Bien que responsable de ceux-ci, le Promoteur s'engage à respecter les conventions collectives liant la Société. De même, sa publicité ne doit pas nuire aux autres activités de la Société ou de la Ville; et la Société peut utiliser le matériel dans sa propre publicité.

Bien que l'on puisse ne pas retrouver de telles clauses dans des baux commerciaux, en général, on retrouve tout de même assez souvent des conditions analogues dans de tels

AZ-96021847

baux. Ainsi on voit fréquemment des clauses restreignant l'affichage et les enseignes; ou encore portant sur la publicité conjointe; et sur l'entretien et la propreté des lieux.

Il en est de même lorsque le locataire doit apporter aux lieux loués des transformations pour l'exploitation d'un commerce. Il doit faire approuver les plans et les travaux par le locateur. Et à la fin du bail, les travaux et améliorations sont acquis à ce dernier, même s'ils ont été effectués par le locataire.

Les parties n'ont pas employé le terme de "loyer" pour décrire la contrepartie payable par le Promoteur. On lit cependant:

"En considération des obligations de la Société aux termes des présentes, le Promoteur s'engage à verser à la Société les montants suivants:

a) annuellement un montant minimum garanti de cent mille dollars (100 000 $)

b) plus un montant égal aux pourcentages suivants du montant total de billets payés:

- de 400,001 à 499,999 visiteurs, 6% de la billetterie; - de 500,000 visiteurs et plus, 8.5% de la billetterie "

Encore ici, il n'est pas inusité qu'un loyer minimum soit majoré, selon les ventes réalisées par un locataire commercial, avec certains moyens de contrôle pour le locateur.

Ce survol des conditions particulières de l'entente du 10 mai 1992 ne permet pas d'induire qu'on doit ignorer la présence des éléments du contrat de bail.

La Société s'engage à enlever une passerelle dans le bâtiment, moyennant le paiement de 25 000 $ par le Promoteur, et à mettre vingt (20) gicleurs automatiques en opération.

AZ-96021847

Par ailleurs, il est clairement stipulé que "tous les autres travaux ou améliorations relatifs au site seront exécutés par le Promoteur, à ses frais, et ils devront être préalablement approuvés par écrit par la Société avant leur exécution".

À l'entente du 10 juillet 1992, il est clairement et davantage stipulé que les travaux, qui y sont précisés, seront effectués aux seuls frais et coûts du Promoteur, qui "s'engage à assumer seul l'opération, la mise en ordre, l'entretien et les réparations de toute nature "

relatifs au Bâtiment et à son contenu

De l'avis du tribunal, on ne peut concevoir comment la Société - et par incidence, la Ville - pourrait être devenue l'entrepreneur, le constructeur ou l'associée de ce Promoteur. Dans leur ensemble, les conditions, éléments et clauses se rapprochent bien davantage de ceux d'un bail que de ceux d'un contrat d'entreprise conjointe. D'une part, on a assujetti l'entrepreneur à rendre l'édifice conforme à des normes et règlements de sécurité publique. Et, d'autre part, la Société s'est réservé le droit de veiller à la protection de son "image" et même de faire la promotion de l'entreprise du Promoteur s'il y a lieu.

L'intimée cite au soutien de ses arguments "La compagnie au Québec", (Martel, "Les aspects juridiques", vol. I, p. 668)

"Le "joint venture" ou "regroupement momentané d'entreprises" peut être défini comme un accord de collaboration entre deux ou plusieurs entreprises en vue de la réalisation d'un projet spécifique"."

Ces auteurs renvoient à un article de Me Pierre A. Cossette intitulé "Les groupements momentanés d'entreprises (joint ventures) : nature juridique en droit civil et en common law", ([1984] R.du B. 463).

Bien que les deux parties puissent avoir en vue des objets précis, il manque ici plusieurs éléments requis pour qu'on puisse conclure à un "joint venture". Essentiellement, et

AZ-96021847

surtout, l'intention de former une société particulière, même pour un temps plus ou moins long et dans un but précis. Comme le soulignent Martel et Martel (cités plus haut) : "Encore faut-il qu'il découle clairement des clauses utilisées dans la convention que le projet est défini, et que sa durée est limitée, ou à tout le moins déterminée".

Pour sa part, Me Cossette (cité plus haut), estime que le groupement momentané d'entreprises, en droit québécois, peut être formé soit par la création d'une troisième société distincte par deux ou plusieurs sociétés, ou par un contrat de groupement "sui generis". Dans le premier cas, on doit d'abord retrouver la notion "d'affectio societatis", avec mise commune et participation aux projets et pertes. On ne retrouve pas dans le contrat qui nous concerne, les attributs d'une telle société. Il y manque l'intention évidente de la créer; l'obligation réciproque de rendre compte; les éléments relatifs aux apports précis de chacun; la forme de participation et les droits et obligations des parties. Et surtout, on ne peut pas concevoir comment la Société puisse être appelée à contribuer aux coûts de réalisation du projet ou de la construction; et non plus comment elle pourrait être responsable des pertes.

De même, on ne retrouve pas les éléments requis pour conclure à la formation d'un contrat "sui generis". Il y manque les mentions d'éléments précis indiquant une telle intention : création momentanée et limitée dans le temps d'une entreprise commune, avec dissolution prévue. Le fait de faire varier la rétribution de la Société en fonction du nombre de visiteurs n'est pas ici déterminant.

Sous diverses formes de contrat, on retrouve des éléments communs aux parties; cela ne suffit pas à les transformer en contrat de société. Dans le cas qui nous concerne, la Société réalise son objectif d'animation culturelle en fournissant un immeuble au Promoteur; ce dernier obtient un immeuble pour réaliser son projet commercial. Cela ne crée pas une société pour autant.

Dans Royal Bank of Canada c. Cam Meyers, ([1989] R.J.Q. 514), les faits établissent clairement l'existence d'une co-participation de deux entités constituant une troisième,

AZ-96021847

donnant lieu à l'application de certains articles du titre de la société. Le cas sous étude n'en révèle pas autant.

L'intimée plaide qu'on doit appliquer ici les règles du mandat, puisque "la responsabilité des associés à raison des actes les uns des autres est sujette aux règles contenues au titre du mandat, lorsqu'elle n'est pas réglée par quelqu'article du présent titre", selon l'article 1856 C.c.B.-C. Et "les associés sont censés s'être donné réciproquement le pouvoir d'administrer l'un pour l'autre". Ainsi, le contrat donné par Dinasaurium Productions Inc. à Paramount était nécessaire à la réalisation du but commun, (soit une exposition). La Société et la Ville requérante "sont soumises aux effets juridiques d'un tel contrat, comme si elles avaient elles-mêmes commandé les travaux, rendant ainsi l'hypothèque légale publiée par l'intimée tout à fait valide", soumet l'intimée.

D'une part, (et on l'a vu plus haut), il n'a existé entre les parties aucune société ou "joint venture". Et de l'autre, les termes mêmes du contrat établissent clairement que tous les travaux sont à la charge et aux frais de Dinasaurium Productions Inc. On ne saurait donc induire que la Société a donné mandat à Dinasaurium de construire ou d'aménager un édifice.

Ceci étant, force est de constater que l'intimée Paramount n'est pas un entrepreneur ou un sous-entrepreneur qui a fourni des travaux demandés par le propriétaire de l'immeuble, au sens de l'article 2726 C.c.Q.

Tant sous l'ancien que sous le nouveau droit, il y a lieu d'appliquer le jugement de la Cour Suprême dans l'affaire de Kolomeir c. Les Industries Providair Inc., ([1988] 1 S.R.C. 1132).

À l'arrêt, on note ce qui suit :

"En règle générale, le locataire d'un immeuble qui effectue des travaux de construction ou apporte des améliorations

aux lieux loués n'agit pas en tant que constructeur et n'engage pas le propriétaire des lieux vis-à-vis l'entrepreneur ou le sous-entrepreneur. Ceux qui

contractent

donc

ainsi

avec

le

locataire

ne

peuvent

AZ-96021847

prétendre à un privilège sur l'immeuble à moins qu'ils aient contracté directement avec le propriétaire.

Toutefois, on ne saurait conclure à l'existence d'un contrat de construction, et conférer au locataire le statut d'entrepreneur, en absence de créance entre le propriétaire et le locataire, créance que constitue l'engagement par le propriétaire de payer le prix des travaux de construction. L'existence d'une telle créance entre le propriétaire et le constructeur est de l'essence même du mécanisme des privilèges prévus aux articles 2013 e) et 2013 f) du Code civil. C'est à même le prix du contrat de construction que le propriétaire pourra retenir les argents "

Citant cette cause, Me Denise Pratte ("Priorités et hypothèques", p. 168) note que "les travaux demandés par le locataire d'un immeuble ne sauraient donner droit à une hypothèque légale. Me Louis Payette, ("La réforme du Code civil", vol. 3 p. 201) est aussi de cet avis.

À raison, la requérante invoque aussi que la Société ne peut se joindre à une autre entreprise dans un groupement momentané selon l'interprétation restrictive à apporter aux articles 528, 4) et 528 d) de la Charte de la Ville. De tels pouvoirs ne lui sont pas délégués. La Ville ne peut agir à l'encontre de la loi sur l'interdiction de subventions municipales, (ch. I-15).

AZ-96021847

Ces éléments suffisent au maintien la requête, l'hypothèque étant inscrite sans droit.

La requérante invoque aussi que Paramount a signé un contrat avec 171231 Canada Inc., faisant aussi affaires sous le nom de Dinasaurium Productions International Inc. Cependant, c'est avec Dinasaurium Productions Inc. que la Société a signé son contrat; (voir P-5, P-6 et P-2). L'intimée n'a pas démontré ou expliqué comment ce dernier

contrat pouvait donner naissance au privilège issu d'un contrat avec une autre entité, soit

171231 Canada. L'intimée réplique qu'il est allégué à son action que Dinasaurium

International est mandataire de Dinasaurium Productions, cette dernière étant mandataire de la Ville de Montréal. Et au stade de la présente requête, on doit prendre les allégués à leur face même comme véridiques et qu'elle n'a pas à faire cette démonstration.

Les règles concernant les privilèges sont de droit strict; (voir 2753-0732 Québec Inc. c. Caslelco Construction Inc., [1992] R.D.I. 535; 2841-4761 Québec Inc. c. Fondations André Lemaire Inc., (J.E. 95-1723)). Dans les circonstances présentes, alors qu'il apparaît que le contrat de construction est signé avec Dinasaurium Productions ou

171231 Canada, à la face même des procédures et pièces, il aurait été nécessaire de

démontrer autrement que par l'allégation simple d'un autre mandat, en vertu de quel lien ce contrat peut lier Dinasaurium Productions. Cet argument, subordonné au précédent, n'est pas déterminant. Il n'en révèle pas moins l'absence d'un lien permettant de conclure au "joint venture" invoqué.

La requérante soulève de plus que l'hypothèque légale est inscrite sur le lot 306 du cadastre de la Paroisse de St-Antoine de Longueuil, division d'enregistrement de Chambly. Or ce lot désignait au moment de sa cession par l'autorité fédérale à la Ville une île alors connue sous les nom de Île Moffat ou à la Pierre; et c'est à partir de celle-ci qu'on a constitué ce qui allait devenir l'Île Notre-Dame. Par contre, le pavillon du Québec fut érigé dans le Fleuve St-Laurent et n'avait pas alors été cadastré. En vertu d'un acte entre la Ville de Montréal et Casiloc Inc., (filiale de la Société des loteries du Québec), le 2 novembre 1995, la Ville s'engage à fournir une description cadastrale au plus tard le 1er mars 1996.

AZ-96021847

L'hypothèque légale porte donc sur l'Île Notre-Dame et non sur la portion non cadastrée sur laquelle la structure du pavillon est érigée. Une telle hypothèque est inopposable et doit être radiée, ne respectant pas les dispositions de l'article 2168 C.c.B.-C. et 3032 C.c.Q. À cet effet, la requérante cite :

- Sacchetti c. Lockheimer, ([1988] 1 R.C.S. 1049);

- Ferrailleurs du Québec c. Équipements Hardy Inc., (J.E. 90-1073);

- 2841-4761 Québec Inc. c. Fondations André Lemaire Inc., (J.E. 95-1723).

Dans le premier cas, on voit qu'un privilège inscrit sur les parties non subdivisées des lots originaires n'est pas opposable parce qu'il ne l'a pas été "sur les numéros de lots officiels mais sur des numéros qui n'existent pas". Dans le cas qui nous concerne, le lot 306 est l'Île Notre-Dame, qui ne comprend pas la portion où est érigé le "Pavillon du Québec". Le fait qu'on ajoute "avec bâtisse dessus érigée, sans adresse connue, et reconnue comme étant le Pavillon du Québec" ne suffit pas. L'article 3032 C.c.Q. indique que "dès le jour de l'entrée en vigueur du plan cadastral, le numéro donné à un lot est sa seule désignation et suffit dans tout document qui y fait référence".

Il faut convenir que la description technique n'est pas ici la désignation du lot. Le privilège est inscrit selon la description technique annexé au contrat entre la Société et Paramount, qui elle mentionne, entre autres, le lot 306 qui fait partie du cadastre de la Paroisse St-Antoine-deLongueuil, division d'enregistrement de Chambly.

L'intimée cite Georges-M. Giroux, ("Le privilège ouvrier", p. 167) où cet auteur estime que le privilège porte sur l'exploitation. "L'exploitation, c'est toute l'étendue du terrain, avec ses constructions et ses accessoires, que le propriétaire utilise pour une même fin et qui forme une entité complète". Par contre, l'auteur note bien que cette théorie n'est pas admise par tous. La jurisprudence a depuis évolué à ce sujet.

Par ailleurs, l'article 2976 C.c.Q. prévoit un registre pour un territoire non cadastré. Ainsi, dit l'intimée, l'hypothèque apparaît à l'index aux noms, comme la mention de

AZ-96021847

l'action. À tout événement, il est permis de radier les inscriptions affectant les lots autres que celui du pavillon du Québec, ce dernier devant demeurer affecté. Elle produit d'ailleurs un plan et description technique réalisé par un arpenteur, à sa demande, et qui délimite ce lot. De plus, l'article 3036 C.c.Q. prévoit que, dans un territoire non cadastré, un immeuble doit être désigné par ses tenants et aboutissants.

Dans leurs notes et autorités, le parties énoncent divers arguments appuyés de jurisprudence, au soutien de leur thèse respective.

Le tribunal est d'avis que ce débat demeure "académique", dans les circonstances. D'une part, vu les conclusions énoncées plus haut, il y a lieu à la radiation demandée. D'autre part, l'article 2731 C.c.Q. permet au tribunal de déterminer le bien que l'hypothèque pourra grever. Cette demande est faite par le propriétaire; on peut cependant se demander si elle n'est pas maintenant le recours approprié. Me Louis Payette, ("La réforme du code civil", vol. 3, p. 214), écrit: "Il fait maintenant partie des caractéristiques de l'hypothèque légale que de pouvoir être modifiée, restreinte, déplacée ou remplacée par le tribunal".

Dans ce contexte, il ne serait pas juste de radier cette hypothèque au seul motif qu'elle est inscrite sur un immeuble qui n'est pas immatriculé et qui n'a pas de numéro de lot. Par contre, il ne serait pas davantage approprié de permettre la vente de toute l'Île Notre- Dame, suite à des travaux effectués sur un autre immeuble. Le tribunal n'est pas saisi de ces questions et la radiation n'est pas ordonnée pour ces motifs.

Dans un jugement rendu le 13 mai 1996 (présentement en appel), l'honorable juge André Denis refuse l'application de la notion de "l'exploitation immobilière" et radie un

privilège global inscrit sur dix (10) maisons attachées. Il écrit: "En enregistrant une seule hypothèque légale sur tout le bloc de dix (10) maisons, Bonneville rend chaque propriétaire responsable d'une somme de plus de 40 000 $ de portes et fenêtres installées

chez le voisin. Il y a là une incongruité que la loi n'a pas voulue

l'hypothèque légale de Bonneville constituaient dix (10) unités

Les dix (10) maisons

visées par

AZ-96021847

d'exploitation distinctes et nécessitaient l'enregistrement de dix (10) avis distincts, ce qui n'a pas été fait". (Bonneville Portes et Fenêtres c. Denault et al., 500-05-008129-957 et 500-05-004235-956, C.S. Montréal, le 13 mai 1996).

Comme dernier motif, la requérante soulève que cet immeuble est du domaine public et ne peut être affecté d'une hypothèque légale. À l'appui, elle invoque que l'article 528, 4) de sa charte qui ne lui permet que d'exploiter elle-même les Îles ou céder par bail emphytéotique ou droit de superficie; ou encore par cession à une société sans but lucratif. L'Île est donc inaliénable, et la Société ne peut modifier cet état. En fait, ce n'est que le 22 juin 1995 que la charte a été modifiée par loi pour autoriser la vente pour fins d'un casino. Lorsque l'hypothèque légale fut inscrite, l'immeuble était hors commerce.

Il est acquis que la dualité domaniale subsiste dans le nouveau Code civil. L'article 916 stipule que "nul ne peut s'approprier les biens des personnes morales de droit public qui sont affectés à l'utilité publique". Il est permis de retenir que certains biens des municipalités sont du domaine public et d'autres, du domaine privé. Divers arrêts, cités par l'intimée, restreignent ceux de la première catégorie à ce qui est fourni comme essentiel aux citoyens d'une municipalité. Le fait de confier à une entreprise privée un immeuble servant à une exposition commerciale de dinosaures qualifie fort bien la destination que la Ville a donné à son immeuble. Cette activité n'a rien de conforme aux objets essentiels d'une municipalité, propose l'intimée.

Cette thèse paraît attrayante, à première vue. Il faut cependant, de l'avis du tribunal, distinguer le cas où la municipalité elle-même entreprend une affaire qui n'a rien à voir avec ses objets publics, et celui qui nous concerne. Les cas de la seconde espèce sont illustrés par les arrêts de J. Serrentino Construction Co. Ltd. v. Laval-sur-le-Lac, ([1966] C.S. 425); et Concordia Concrete Floors Ltd. c. Louis Laflamme Construction Inc., ([1980] R.P. 251). Dans ces affaires, les municipalités elles-mêmes avaient fait construire un "curling" et un chalet pour les baigneurs.

Dans notre cas, en louant un emplacement à un entrepreneur, la municipalité n'a pas

AZ-96021847

modifié la vocation du parc public de ce territoire. L'immeuble, à ce moment du moins, demeurait inaliénable, selon les dispositions de sa charte. Le bail consenti ne lui a pas enlevé cette vocation. Les municipalités ont le pouvoir d'ériger des parcs pour les mettre à la disposition du public de leur ville; de tels parcs sont du domaine public de la municipalité. La concession temporaire d'une partie ne saurait les priver de ce caractère.

Le tribunal retient donc que l'immeuble impliqué est du domaine public. Cette conclusion s'impose aussi face à l'inaliénabilité de cet immeuble, comprise à la loi constitutive de la requérante. Il a fallu l'intervention subséquente du législateur pour en permettre l'aliénation. Encore ici, toutefois, ce motif devient secondaire, vu la première détermination.

PAR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL

ORDONNE la radiation l'inscription de l'avis d'hypothèque légale en date du 28 avril

1994 au bureau de la publicité des droits de la circonscription foncière de Chambly, sous

le numéro 958923, contre l'immeuble désigné ci-dessous;

ORDONNE la radiation de l'inscription de l'action sur contrat en date du 22 septembre

1994 au bureau de la circonscription foncière de Chambly, sous le numéro 5875, contre

l'immeuble désigné comme suit :

"1.- Lot no. 306 de la Paroisse de Saint-Antoine de Longueuil, circonscription foncière de Chambly.

2.- Un lot de grève et en eau profonde, sans désignation cadastrale, situé dans le Fleuve Saint-Laurent, vis-à-vis des lots nos 306 (Île Moffat ou à la Pierre), 311 et une partie du lot no 310 de la Paroisse de Saint-Antoine de Longueuil.

AZ-96021847

Un certain lot de grève et en eau profonde, incluant la grève de l'Île Moffat ou à la Pierre, les îlets et battures, situés dans le Fleuve Saint-Laurent, et dans les limites de la Cité de Montréal, vis-à-vis des lots connus et désignés aux plan officiel et livre de renvoi du cadastre de la Paroisse de Saint-Antoine de Longueuil, division d'enregistrement de Chambly, comme étant les lots numéros trois cent six, trois cent onze et une partie du lot numero trois cent dix (306 Île Moffat ou à la Pierre, 311 et Ptie. 310).

Cedit lot de grève et en eau profonde qui est entouré dans sa plus grande étendue par le Fleuve Saint-Laurent, est plus explicitement décrit comme suit :

Commençant à un point indiqué sur le plan ci-annexé comme étant le point "A-1" lequel est situé sur la ligne centrale du Pont Jacques Cartier, à son intersection avec la limite sud-ouest du lot de grève et en eau profonde qui a été exproprié par l'Administration de la Voie Maritime du Saint-Laurent;

Dudit point "A-1" dans une direction Sud douze degrés, vingt-et-une minutes et quarante-six secondes Est (S 12° x 21'46" E) une distance de neuf mille trois cent dix-neuf pieds et quatre-vingt-treize centièmes de pied (9 319.93') mesurée le long de ladite limite sud-ouest jusqu'au point

"A-2";

De là, dans une direction Sud soixante-quatorze degrés, quatorze minutes et dix-huit secondes Ouest (S 74° 14'18"

AZ-96021847

O) une distance de vingt-sept pieds et quatre-vingt-huit centièmes de pied (27.88') jusqu'au point "A-3";

De là, dans une direction Sud quinze degrés, quarante-cinq minutes et quarante-deux secondes Est (S 15° 45' 42" E) une distance de quatre cent vingt-huit pieds et trente-cinq centièmes de pied (428.35') jusqu'au point "A-4" lequel est situé sur la limite de la Cité de Montréal, et coïncide avec une ligne parallèle et à une distance perpendiculaire de trente pieds (30') mesurée de la limite nord-ouest du lot numéro trois cent douze (312);

De là, dans une direction Sud soixante-quatre degrés, quinze minutes et dix-huit secondes Ouest (S 64° 15' 18" O) une distance de dix-neuf pieds et quarante-cinq centièmes de pied (19.45') mesurée le long de ladite limite de la Cité de Montréal jusqu'au point "A-5";

De là, dans une direction Nord soixante-et-un degrés vingt- neuf minutes et vingt-huit secondes Ouest (N 61 ° 29' 28" O) une distance de mille vingt-neuf pieds et cinquante-huit centièmes de pied (1 029.58') jusqu'au point "A-6";

De là, suivant l'arc d'une courbe ayant un rayon de trois mille six cent quarante-six pieds (3 646.0') pour une distance de quatre mille neuf cent quatre-vingt-quatorze pieds et soixante-seize centièmes de pied (4 994.76') jusqu'au point "A7.,;

De là, dans une direction Nord dix-sept degrés zéro minute et une seconde Est (N 17° 00' 01" E) une distance de huit

AZ-96021847

cent trente pieds et cinquante-et-un centièmes de pied (830.5l') jusqu'au point "A-8";

De là, suivant une direction générale nord le long de l'arc d'une courbe ayant un rayon de deux mille sept cent quatre-vingt-dix-neuf pieds et soixante-dix-neuf centièmes de pied (2 799.79') pour une distance de mille cinquante pieds et soixante-et-un centièmes de pied (1 050.6l') jusqu'au point- "A-9";

De là, dans une direction Nord quatre degrés et trente minutes Ouest (N 4 ° 30' 0) une distance de deux cent quinze pieds et quatre-vingt-dix-huit centièmes de pied (215.98') jusqu'au point "A-10";

De là, dans une direction Nord sept degrés vingt-et-une minutes et trente-sept secondes Ouest ( N 7° 2l' 37" O) une distance de trois cent pieds et trente-huit centièmes de pied (300.38') jusqu'au point "A-11";

De là, dans une direction Nord quatre degrés et trente minutes Ouest (N 4° 30' 0) une distance de cent pieds (100.0') jusqu'au point "A-12";

De là, dans une direction Nord quatre degrés cinquante- huit minutes et trente-neuf secondes Ouest (N 4° 58' 39" O) une distance de six cent pieds et deux centièmes de pied (600.02') jusqu'au point "A-13";

De là, dans une direction Nord trois degrés et quarante-sept minutes Ouest (N 3° 47' O) une distance de douze cents

AZ-96021847

pieds et un dixième de pied (1 200.l') jusqu'au point "A-

14";

De là, dans une direction Nord quatre degrés et trente minutes Ouest (N 4 ° 30' O) une distance de mille six cent vingt-cinq pieds 1 625.0') jusqu'au point "A-15";

De là, suivant l'arc d'une courbe ayant un rayon de quatre cent cinquante-et-un pieds et quatre-vingt-dix-sept centièmes de pied (451.97') pour une distance de cinq cent pieds et quatre-vingt-treize centièmes de pied (500.93') jusqu'au point "A-16";

De là, dans une direction Sud douze degrés vingt-et-une minutes et quarante-six secondes Est (S 12° 2l' 46" E) une distance de quinze cent quarante-huit pieds et soixante- trois centièmes de pied (1 548.63') jusqu'au point "A-1" le point de commencement.

Le territoire Île Notre-Dame a ainsi une superficie approximative de deux cent quatre-vingt-six acres et neuf cent quatre-vingt-quinze millièmes (286.995 acres). Les relèvements sont astronomiques et se rapportent au quadrillage établi par l'administration de la voie maritime du Saint-Laurent. Les dimensions sont données en mesures anglaises, le tout étant conforme au plan daté le 7 avril 1964 qui est annexé aux présentes et qui en fait partie, ledit plan ayant été préparé par C.-L. Mercier, arpenteur- géomètre de la province de Québec, de la maison C.C. Lindsay & R.J. Lindsay et figurant au procès-verbal numéro quarante mille quatre cent quatre-vingt-douze tiret

AZ-96021847

un M (40,492-IM) des dossiers de cette maison.

Avec une bâtisse dessus érigée, sans adresse connue, et

reconnue comme étant le Pavillon du Québec".

ORDONNE à l'officier de la publicité de la circonscription foncière de Chambly

d'effectuer lesdites radiations aux registres et index appropriés;

AVEC DÉPENS.

DENIS DUROCHER, J.C.S.

JALBERT, SÉGUIN, VERDON & ASSOCIÉS Me Diane Comtois Procureurs de la requérante

ZAURRINI, L'ANGLAIS, DI BATTISTA Mes Dominique Zaurrini et Sylvie Champagne Procureurs de l'intimée.