Vous êtes sur la page 1sur 11

I. Introduction : ......................................................................................................................

3
II. Marché financier : .............................................................................................................. 4
III. Les circuits de financement : .............................................................................................. 4
1. Finance indirecte : .......................................................................................................... 4
2. Finance directe : ............................................................................................................. 4
3. Sources de financement : ................................................................................................ 4
A. Origine interne (autofinancement) : ........................................................................... 4
B. Origine externe : ......................................................................................................... 4
IV. Marché de capitaux : .......................................................................................................... 4
1. Marché de change : ........................................................................................................ 4
2. Marché hypothécaire : .................................................................................................... 4
3. Marché à terme : ............................................................................................................. 5
4. Marché de capitaux : ...................................................................................................... 5
A. Marché monétaire : ..................................................................................................... 5
a. Marché interbancaire : ............................................................................................ 5
i. Formation des taux intérêt (1) : ............................................................................ 5
ii. Formation des taux d’intérêt (2) : ..................................................................... 5
iii. Formation du taux d’intérêt (3) (par le taux d’intérêt moyen pondéré TMP) : 5
iv. Evolution du MIB : ........................................................................................... 5
v. Pourquoi la BAM intervient dans le MIB ? ...................................................... 5
vi. Natures des opérations : .................................................................................... 6
 Avances en blanc : ........................................................................................ 6
 Pension livrée : .............................................................................................. 6
 Prise en cession : ........................................................................................... 6
b. Marché de TCN : .................................................................................................... 6
i. Les bonds de trésor : ............................................................................................. 6
Caractéristiques du BT : ......................................................................................... 7
ii. Les billets de trésorerie : ................................................................................... 7
iii. Les certificats de dépôts : ................................................................................. 7
B. Marché financier : ...................................................................................................... 7
a. Définition du marché financier : ............................................................................ 7
i. Valeurs mobilières : ............................................................................................. 7
 Les actions : .................................................................................................. 8
 Les obligations : ............................................................................................ 8
b. Les impératifs du MF : ........................................................................................... 8
c. Compartiments du MF : ......................................................................................... 8
i. Le marché primaire : ............................................................................................ 8
 Acteurs du MP : ............................................................................................ 8
ii. Le marché secondaire : ..................................................................................... 8
 Les fonctions principales du marché secondaire : ........................................ 8
iii. Le lien entre MP et MS : .................................................................................. 9
iv. Remarque : ........................................................................................................ 9
 La société gestionnaire : ................................................................................ 9
 Les sociétés de bourse : ............................................................................... 10
 OPCVM : .................................................................................................... 10
 Conseil d’ontologique de valeurs mobilières : ............................................ 10
 Le dépositaire centrale (Maroclear) : .......................................................... 10
v. Remarque : ...................................................................................................... 10
 Marché centrale : ......................................................................................... 10
 Marché de bloc : .......................................................................................... 11
 Marché hors cote : ....................................................................................... 11
Marché Financier
I. Introduction :
Investir s’est engagé des ressources financière aujourd’hui dans l’espoir de générer des
ressources plus importantes que celles engagées dans le départ.
Trois éléments méritent d’être signaler à savoir :
 La variable du temps.
 La rentabilité.
 Le risque.
Une fois le projet rentable, les sources de financement s’imposent. Dans ce cadre il existe
plusieurs types de marché où on peut se financer.

Marché des
capitaux

Marché de Marché Marché Marché de


change derivé Hypoteque capitaux

Marché Marché
monétaire financier

Marché titres
Marché Marché Marché
créances
interbancaire primaire secondaire
négociables

Marché Marché de Marché hors


centrale bloc coté

Marché dirigé Marché dirigé Marché


par les prix par les ordres hybrid

D’une manière générale investir cela suppose des moyens de financement important :
Quel que soit le type de financement l’entreprise est appelée à faire une gestion financière
rationnelle. L’idéal pour elle est de choisir son indépendance financière (autofinancement).
Dans le cas contraire, (ressources<besoins) les ressources doivent correspondre aux besoins
réels de l’entreprise. Ces besoins doivent être définis sur la base d’investissements rentables.
II. Marché financier :
Le marché financier joue un rôle fondamental dans le financement de l’économie ; la
croissance et le développement.
Deux acteurs opèrent sur ce marché, les acteurs à capacité de financement et ceux à besoin de
financement.
Le marché financier permet de mobiliser les ressources financières (l’épargne) des premiers et
de les affecter de la manière la plus optimale aux seconds.
Leur comportement des uns et des autres dépend du type de marché sur lequel où ils opèrent
en tenant compte des variables temps, risques et rentabilité.

III. Les circuits de financement :


1. Finance indirecte :
Système bancaire : dont la fonction consiste à collecter sous forme de dépôts les ressources
des agents ayant une capacité de financement pour les affecter sous forme de crédits aux
agents ayant un besoin de financement.

2. Finance directe :
Le marché des capitaux où la rencontre des agents a besoin de financement et ceux à capacité
de financement s’opère de manière directe.

3. Sources de financement :
A. Origine interne (autofinancement) :
Bénéfice découlant de l’activité courante de l’entreprise. Opérations de cessions
d’immobilisations corporelles ou opérations de cessions d’immobilisation financières.

B. Origine externe :
Le système financier qui est en mesure de fournir les moyens de financement. Il a pour rôle de
mobiliser l’épargne auprès des agents à capacité de financement et de l’affecter de manière la
plus optimale aux agents à besoin de financement (emprunts ou dettes).

IV. Marché de capitaux :


1. Marché de change :
Appelé aussi marché de devises, il est le marché ou se rencontrent les offres et les demandes
de devises et révèlent leurs cours en termes de monnaies nationale. Autrement dit c’est le
marché où se change la monnaie nationale entre les monnaies étrangères et inversement.

2. Marché hypothécaire :
C’est le marché sur lequel les établissements de crédit peuvent refinancer leur crédit de
logement (garanti par une hypothèque). Il a pour but de permettre un allongement de la durée
et un abaissement de couts du crédit immobilier aux particuliers avec la possibilité de
négocier leurs créances hypothécaires.
3. Marché à terme :
Appelé aussi marché dérivé où les agents économiques peuvent se couvrir contre les risques
de variation des taux d’intérêt, des taux de change et de cours. Au Maroc, il n’existe pas de
marché à terme en tant que tel.

4. Marché de capitaux :
A. Marché monétaire :
C’est le marché sur lequel sont offerts et demandés les capitaux à moyen terme et à court
terme ; voir même le très court terme. Il est composé de deux marchés à savoir le marché
interbancaire et le marché des titres négociables (TCN).

a. Marché interbancaire :
Marché de très court terme, marché de gré à gré décentralisé et délocalisé et qui a pour
vocation de permettre aux banques de gérer leurs excédents et déficits de trésorerie en
monnaie nationale. A côté des banques, la CDG peut intervenir sur le marché monétaire en
tant que préteur.
i. Formation des taux intérêt (1) :
Ils se forment en fonction de la loi de l’offre et de la demande. En cas de resserrement de la
trésorerie, cela se traduit par une augmentation de la demande en monnaie centrale par rapport
à l’offre ce qui a pour conséquence une augmentation des taux et inversement, une
augmentation de l’offre (trésorerie excédentaire) a pour conséquence la baisse des taux.
ii. Formation des taux d’intérêt (2) :
La BAM se fait communiquer tous les jours par le biais de sa succursale de Casablanca la
situation globale des opérations (Montant échangés, durée des prêts/emprunts et les taux). A
partir de cette situation, la BAM calcule un taux moyen pondéré le jour des transactions au
jour le jour lequel taux est communiqué ou diffusé le jour j+1.
iii. Formation du taux d’intérêt (3) (par le taux d’intérêt
moyen pondéré TMP) :
CDM BMCI SGMB BCP
300 M (E) 140 M (E) 300 M (E) 140 M (P)
3.25% 3.26% 3.25% 3.26%
(C1 ∗ T1) + (C2 ∗ T2) + (C3 ∗ T3) + (C4 ∗ T4)
𝑇𝑀𝑃 =
εT
iv. Evolution du MIB :
 Evolution des volumes échangés.
 Evolution des taux d’intérêt.
 Evolution de la part des banques au niveau des volumes traités.
 Evolution de la nature des opérations.
 Evolution des échéances pratiquées.
v. Pourquoi la BAM intervient dans le MIB ?
 Le MIB est un marché structurellement déséquilibré.
 Dépendance des banques de la BAM (question de financement du second degré).
 Nécessité d’agir sur la liquidité bancaire et le coût de la liquidité bancaire (politique
monétaire).
vi. Natures des opérations :
 Avances en blanc :
Ce sont des échanges classiques de liquidité sans aucune garantie ou contrepartie. En d’autres
termes consiste à emprunter ou prêter des liquidités sans aucune contrepartie sur une période
déterminée moyennement une rémunération librement négociée sur la base d’un taux fixe ou
un taux réalisable.
Exemple : Une banque X prête aujourd’hui le 7 Octobre 40 Millions de DH pour 244 au taux
de 3.26% à la banque Y. Quelle somme devra la banque Y rembourser le vendredi 8
Octobre ?
1
𝐼 = 𝐾 ∗ 𝑇% ∗
360
Capital remboursé = Principal + Intérêt
 Pension livrée :
C’est l’opération par laquelle une personne morale, cède en pleine propriété à une autre
personne morale moyennement un prix convenu des valeurs, des titres ou effets et par laquelle
le cédant et le cessionnaire s’engagent respectivement et irrévocablement, le premier à
reprendre les titres, les valeurs et les effets, le second les rétrocéder à un prix et une date
convenues.
 Prise en cession :
Inversement une prise en pension consiste à prêter des liquidités contre des valeurs, des titres
ou des effets qui garantissent le remboursement du prêt.

b. Marché de TCN :
Les TCN sont des droits de créances émis au gré de l’émetteur. Toute personne morale ou
physique résidente ou non résidente a le droit de souscrire à ces titres ; Cependant l’émetteur
doit établir un dossier d’information relatif à :
 Situation financière et économique.
 Information sur la dénomination (siège sociale).
 Programme d’émission.
On distingue trois types de TCN :
 Les bonds de trésor émis par le trésor.
 Les billets de trésorerie émis par les entreprises.
 Les certificats de dépôts émis par les banques.
i. Les bonds de trésor :
Ce sont des certificats représentatifs d’une dette du trésor, donc de l’Etat, en d’autres termes
ce sont des titres de créances émis par le trésor d’une durée déterminée et donnant droit au
remboursement du principal ainsi qu’au paiement d’intérêt.
Caractéristiques du BT :
 Absence du risque.
 Formes des titres : les BT sont dématérialisés.
 Emis à taux fixe ou révisable.
Exemple des BT : BT, TCT, CT, MT, LT.
Toute personne physique ou morale résidente ou non résidente peut souscrire aux
adjudications des BT.
ii. Les billets de trésorerie :
Les billets de trésorerie sont des titres émis par les personnes morales (les sociétés par action,
les établissements publics à caractère non financier). Le fonds de placement collectif par
titrisation et les coopératives dématérialisés stipulés au porteur et faisant l’objet d’une
inscription en compte auprès du dépositaire centrale au nom des établissements affiliés à cet
organisation.
iii. Les certificats de dépôts :
Ce sont des titres négociables, d’une durée déterminée émis au gré de l’émetteur en
représentation d’un droit de créance qui portent intérêt. L’émission des certificats de dépôts
par les banques a pour but de faire face à la diminution de leurs dépôts à vue. Dans ce cadre
une banque peut émettre des certificats de dépôts pour répondre à la demande des
investisseurs.
Elément BT BT CD
Emetteur Trésor Personnes morales Banque
Durée TCT, CT, MT, LT 1<an 10 j<CD<7 ans
>1 an=Taux fixe
Selon les conditions
Rémunération Fixe <1 an=Taux révision
de la conjoncture
able
Montant unitaire 100000 100000 100000
B. Marché financier :
 Qu’est-ce que un marché financier ?
 Quelles sont les compartiments de ce marché ?
 Quels sont les acteurs qui interviennent sur ce marché, et quels sont leurs rôles ?
 Quelles sont ses fonctions ?
 Quels sont les produits échangés sur ce marché ?

a. Définition du marché financier :


C’est marché de capitaux à long terme où se rencontrent l’offre et la demande à long terme. Il
est composé de deux compartiments à savoir le marché primaire et le marché secondaire.
C’est un marché de capitaux à LT sur lequel sont émis et négociés les titres financiers (valeurs
mobilières) à savoir les actions et les obligations.
i. Valeurs mobilières :
Sont des titres émis par les ABF sur le marché primaire et ils sont acquis par les ACF, ils
peuvent être considérés comme des supports d’interventions sur le MF. Elles sont deux types
à savoir les actions et les obligations.
 Les actions :
Sont des titres de propriété présentant une partie du capital social d’une société de capitaux.
Ces titres peuvent être émis au moment de l’augmentation du capital de la société émettrice.
Le revenu de l’action porte le nom de dividende.
 Les obligations :
Sont des titres de créances à LT émis par un ABF (trésor public, organisme public, semi-
public ou privé) au moment d’un emprunt. Les obligations sont assorties d’un taux
généralement fixe, c’est la raison pour laquelle, elles sont appelées des valeurs mobilières à
revenu fixe.

b. Les impératifs du MF :
 Allocation optimale des ressources.
 Equité.
 Transparence.
 Liquidité.
 Rentabilité.
 Sécurité.

c. Compartiments du MF :
i. Le marché primaire :
Appelé aussi marché du neuf, c’est un marché sur lequel s’effectue l’émission des VM par les
ABF et qui sont souscrites par les ACF. Il permet aux entreprises de diversifier leurs sources
de financement. Il n’a pas de lieu précis, mais qui peut être étalé sur l’ensemble du réseau des
établissements de crédit.
 Acteurs du MP :
 A besoin de fin :
Entreprises publiques.
Trésor publique.
Collectivités locales.
Institutions financières.
 A capacité de fin :
Caisses de retraite.
Compagnies d’assurances.
Organes de placement collectifs.
ii. Le marché secondaire :
Appelé aussi marché d’occasion (à ne pas confondre avec le second marché ou deuxième
marché). C’est un marché sur lequel sont négociés les titres émis sur le marché primaire et qui
sont inscrits sur le marché secondaire. C’est un marché d’occasion qui permet la création des
liquidités et l’allocation adéquate des capitaux. Les épargnants y trouvent l’occasion
d’investir en actifs financiers relativement coûteux et moins risqués.
 Les fonctions principales du marché secondaire :
 Offrir la possibilité d’acheter ou de rendre n’importe quelle quantité de titres à tout
moment sans provoquer de grand décalage aux niveaux des prix.
 Permettre à l’Etat et aux organismes privés et publics de collecter des capitaux pour
financer leur projet. Ainsi, ces institutions ont la possibilité de proposer une fraction
de leur capital sous formes d’actions ou s’endetter en émettant des obligations.
 Permettre aux particuliers de faire fructifier leur épargne en la plaçant dans valeurs
immobilières à savoir les actions et les obligations.
iii. Le lien entre MP et MS :
Importance du MP dépend du niveau d’activité du MS c’est-à-dire son degré de liquidité. Plus
le MS d’un titre est liquide et plus le coût de financement est faible et plus l’entreprise sera
même de recourir au MS.
Les conditions d’émission de nouveaux titres, c’est-à-dire les prix dépendent de ceux affichés
au niveau de MS au moment d’émission.
Est-ce que le marché secondaire joue pleinement son rôle dans le financement de l’économie
marocaine ? Non, vue l’existence d’un certain nombre de facteurs qui entravent d’une
manière ou une autre la dynamique du marché boursier.
Certes après 1993, on assistait à un développement aussi bien au niveau des structures de la
bourse qu’au niveau de la mobilisation d’épargne. Et donc les objectifs ne sont pas escomptés.
Cela est dû à un certain nombre de facteurs qu’on peut résumer dans les points suivants :
 Manque d’une culture boursière.
 Absence d’esprit capitaliste.
 La majorité des entreprises sont des PME.
 La présence d’une société familiale.
 La thèse de l’effet d’éviction : Dans ce cas le trésor public participe au niveau du
marché financier et de cette manière il entraine une partie importante de l’épargne et
de cette manière il pénalise les autres intermédiaires qui ont pour fonction principale la
production des biens et services.
iv. Remarque :
Il faut savoir qu’il existe plusieurs acteurs qui interviennent sur le marché boursier
(secondaire). Chaque acteur remplis une ou plusieurs fonctions il existe une certaine
interdépendance entre ces différents acteurs. Ces acteurs sont nombreux à savoir :
 La société gestionnaire.
 Les intermédiaires financières.
 Les organismes de placement collectif de valeurs mobilières.
 Le conseil déontologique de valeurs mobilières.
 Le dépositaire centrale : Maroclear.
 La société gestionnaire :
Elle s’occupe de la gestion quotidienne de la bourse. Son capital est détenu à ports égales par
l’ensemble des sociétés de bourse.
 Prononcer l’introduction des sociétés à la bourse et leurs radiations.
 Prendre en charge l’organisation et le fonctionnement de marché financier.
 Faire parvenir tous les jours à chaque société de bourse une physionomie des
transactions réalisées au cours de la journée avec cette société.
 De porter à la connaissance du CDVM toutes les infractions qu’elle aura relevées
pendant l’exercice de sa mission.
 D’interrompre la création d’une ou plusieurs valeurs lorsque les cours de celles-ci
connaissent pendant une même séance de bourse une variation à la hausse comme une
variation à la baisse de 3%.
 Les sociétés de bourse :
Ce sont des personnes morales qui jouent le rôle des intermédiaires boursiers c’est-à-dire
l’exécution des ordres d’achat ou de vente de leurs clients (ABF) ou (ACF). Ce n’est qu’à
travers les SB seules que s’effectuent les négociations des valeurs mobilières cotées en
bourse.
 OPCVM :
Ce sont des organismes financiers qui jouent le rôle d’intermédiaire entre le grand public et le
marché boursier. Il collecte l’épargne des ACF et l’investissent dans un portefeuille de valeurs
mobilières ou en actif liquide (TCN sur le marché monétaire).
Les OPCVM sont nombre de deux à savoir :
 SICAV (Société d’investissement à capital variable).
 Fonds communs de placement.
Quelles sont les principales fonctions de ces intervenants de la bourse ?
 Conseil d’ontologique de valeurs mobilières :
En tant que autorité de contrôle c’est un établissement public doté de la personnalité morale et
financière et a pour mission de veiller au bon fonctionnement, la transparence à l’integrité et
la pérennité du marché des valeurs mobilières. Il est aussi chargé de la protection des
épargnants. Administré par un conseil d’administration et présidé par le ministre des finances.
 Le dépositaire centrale (Maroclear) :
Organisme créé par la loi n°35 Janvier 1997, et institué sous forme d’une société anonyme,
d’où le capital est détenu à 55% par l’Etat (TP, BAM, CDG) et 45% par le secteur privé.
Il détient le monopole de la garde des valeurs mobilière et gère les comptes courants de
valeurs mobilières ouverts aux noms des intermédiaires financières (BAM, Banques, TG, SF),
il est né pour faciliter les transactions des valeurs mobilières.
v. Remarque :
Au niveau du marché boursier (Secondaire) existe plusieurs intervenants qui assurent une ou
plusieurs fonctions, sachant qu’il existe bien une interdépendance entre ces différents
intervenants mais il’ y a lieu de signaler l’existence de plusieurs marchés à savoir :
 Marché centrale.
 Le marché de bloc.
 Le marché hors cote.
 Marché centrale :
Marché sur lequel sont négociés publiquement les titres inscrits à la cote officielle et qui
doivent probablement remplir les conditions nécessaires. C’est le marché par lequel doit
obligatoirement nécessairement transiter toute transaction sur les valeurs mobilières et dont la
quantité est inférieure à une certaine taille (TMB).
 Marché de bloc :
Marché de cessions directes sur lequel les transactions ne se font pas publiquement, mais par
entente directe et généralement par téléphone et elles portent sur des quantités importantes.
 Marché hors cote :
Marché réservé à la négociation des titres de sociétés ne remplissent pas les conditions pour
être admises au marché centrale.
Remarque :
Au niveau du marché centrale où la négociation des valeurs mobilières (actions ou
obligations), il faut noter trois types de marché à savoir :
 Marché dirigé par les prix.
 Marché dirigé par les ordres.
 Marché hybride.