Vous êtes sur la page 1sur 174

PREMIERS PRINCIPES

DE LA

GRAMMAIRE GRECQUE
EXTR A IT S

DE LA MÉTHODE P0UR ÉTUDIER LA LANGUE GRECQUE


APPR0UVÉE P0UR LES ÉC0LES PUBLIQUES
,aº ) ,
(! t:: .. )
PAR J. L. BURNOUF
MEMBRE DE L'INSTITUT
PROFESSEUR D'ÉLOQUENCE AU CoLLÉGE DE FRANCE
INSPECTEUR GÉNÉRAL DES ÉTUDES.
-
-

Cartonné, 1 fr. 5O c.

_AA # 2 l ,
PARIS.
IMPRIMERIE ET LIBRAIRIE CLASSIQUES
De JULES DELALAIN et FILS
RUE DES ÉCOLES, VIS-A-VIS DE LA SORBONNE.

· Édition de 1868.

v4 , N. P.
Les contrefacteurs ou débitant de contrefaçons seront pour
suivis conformément aux lois ; tous les exemplaires sont revêtus
de notre griffe.

" ---- ---


PREMIERS PRINCIPES

DE LA GRAMMAIRE GRECQUE.

ALPHABET GREC.

La langue grecque a vingt-quatre Lettres, dont voici


la figure : le nom : la valeur :

A, x, à)pa, alpha, d,
B, 3, 6, ßïtx, bêta, b,
T, Y, Yágua, gamma, gh,
A, à, ôéXtx, delta, d,
E, e, ê!t)óv, epsilon, é bref.
Z, #, #ta, zêta (dzêta), z, ds.
H, q, #tz, êta, ê long.
O, s, 0, Sºtz, thêta, th.
I, t, iötz, iôta, i.
K, x, x3TtTtx, Cappa, k, c.
A,. À, Xäu6ôz, lambda, l.
M, u, ºÙ, Imu , IIl.

N, v, vÙ, Ilu, ll.

E, #, #i, xi, X (cs, gs).


O, o, ôutxpóv, omicron, o bref.
II, t, Ttt , pi, p.
P, p, - pö, rho, r, rh.
>, º, s, aiyua, sigma, S.
T, t, 7, txÙ, tau , t.
l', u, ü yt)óv, upsilon, ll.

dP, ?, #t, phi, ph, f.


X , Y, Yº, chi, ch. -
V, l, yt, psi, pS.
9, o», öué(a, Oméga, ô long.

Le tableau ci-dessus fait suffisamment connaître la prononciation généralement reçue


dans nos écoles. On remarquera seulement qu'on prononce :
Y, devant z, o, to, v, comme le g français dans gamme, gobelet, guttural; devant
e, m, t, comme notre g dans guérite, guépe, guide; devant Y, x, X, #, comme n .
àYYe)oç, messager, ange, prononcez anguélos.
x, comme k : Ktzégov, Cicéron, pron. Kikérôn.
G, comme s dans sage, ou comme ç : p.oüaz, muse, pron. mouça.
t, comme t ; cette lettre ne prend jamais le son de l's, qu'elle a dans le français action.
Enfin les diphthongues se prononcent : zt, comme ai dans faïence; et, comme éi dans
pléiades; ot, à peu près comme oy dans royaume : xv, ev, ov, comme au, eu , ou, en
français.
Burn., Abr. gr. 1
DES LETTRES.

CLASSIFICATION DES LETTRES.

VOYELLES.

S 1. Des vingt-quatre lettres de l'alphabet grec, sept sont


Voyelles :
%, e, m, t, O, Co , u.

Deux de ces voyelles sont brèves, e, o ; deux sont longues,


m , o ; trois sont communes, c'est-à-dire tantôt brèves, tantôt
longues, z, t, u.
DIPHTHONGUES.

S 2. On appelle Diphthongue la réunion de deux voyelles qui


se prononcent par une seule émission de voix, et produisent un
son double, quoique dans une même syllabe. C'est de là que
vient leur nom de ôipºoyyoç : ôíç, deux fois; p66yyoç, son.
Il y a neuf diphthongues.
Trois se forment en ajoutant t aux lettres x, e , o ; trois en y
ajoutant u; les voyelles t et u tiennent toujours le dernier rang,
ainsi :
0Xl » El , 0l ,
OKU , EU , OU).

Les trois autres diphthongues se rencontrent plus rarement ;


Ce SOnt :
7lU , GOU , Ut.

Deux voyelles placées l'une à côté de l'autre ne forment pas


diphthongue quand la dernière est marquée d'un tréma : Trxïg ,
enfant, prononcez Trx-iç. Mais si l'on ôte le tréma, il y a di
phthongue, et le mot ne forme qu'une syllabe : Traïç.
DIPIITHONGUES. CONSONNES. 3
Quelquefois l'. se retranche et se met sous la voyelle qui le
précède. Exemple : &ông ou #ôzg, enfer. Cet t ne se prononce
point; on l'appelle iötz souscrit; on le rencontre souvent sous
&, m, o, en cette forme : z, q, 9. Il tient toujours lieu d'un : re
tranché.

CONSONNES.

S 3. Les dix-sept Consonnes sont :


9, Y , à, %, 3, x, ) , [l , V , &, T , ? , G , 7, ?, / , #.
Elles se divisent en neuf Muettes , quatre Liquides, une Sif
flante et trois Doubles. .
Les muettes s'appellent ainsi, parce qu'en essayant de les
articuler sans voyelle on ne peut faire entendre aucun son. Les
Grecs les nomment & povz, sine voce.

TABLEAU DES NEUF MUETTES *.

1er ORDRE. 2e ORDRE. 3e ORDRE.


LABIALES• GUTTURALES. DENTALES•

Douces. . . . . . B I" A

Fortes . . . . . . II É(. T

Aspirées . . . . . | q) X G)

1. Il est une autre classification des muettes qui s'appuie sur l'autorité des anciens, et
offre une analogie frappante avec la prononciation moderne. La voici :

Ténues . . . . . 11 K T |
Moyennes . . . . B I" A

Aspirées. . . . . q» X 0
-
1.
li CONSONNES.

REMARQUEs. 1° Les lettres de chaque colonne sont de la même


nature, et se changent l'une pour l'autre dans certains cas dont
nous parlerons ci-après. En effet, le II produit une articulation
analogue à celle du B, mais un peu plus forte ; et le q est un II
aspiré. Il en est de même de T, K, x et de A, T, e. Chaque
douce a donc sa forte et son aspirée correspondantes.
2o Quand une muette suit immédiatement une autre muette
dans la même syllabe, si l'une est douce , il faut que l'autre
soit douce ; si l'une est forte ou aspirée, il faut que l'autre
soit forte ou aspirée ; ce qui peut s'énoncer ainsi : Toute muette
précédée d'une autre muette la veut au même degré qu'elle.
Exemples :
DOUCES. FORTES. ASPIRÉES.

é6ôogoç, septième. | éTrá, sept. p06voç, envie.


ôyôooç, huitième. | ôxt6, huit. éX0oç, haine.
Dans tous ces mots, les deux consonnes appartiennent à la
même syllabe, é-6ôouoç, é-Tvá, é-Y6oç, etc.
3° Deux syllabes de suite ne commencent pas d'ordinaire par
une aspirée; on dit rpéyo, je cours , par un t ; on ne pourrait
pas dire Spéyo par un 3, à cause du Y suivant.
Les quatre liquides sont A, M, N, P. On les appelle ainsi ,
parce qu'elles sont coulantes dans la prononciation , et s'unis
sent facilement aux autres consonnes.
La liquide M précède, dans un grand nombre de mots, les
muettes du premier ordre. Exemples : äg6po;, pluie; &ure)oç ,
vigne ; &gſpo, tous deux. Il en est de même en latin, imber,
pluie ; ambo, tous deux ; et en français, ombre, ample, tom
beau.
La liquide N a rapport au troisième ordre; c'est pourquoi on
trouve souvent cette lettre devant ô, t, 2. Exemples : àvôpe(z,
courage; &ytpow, antre; &w0o;, fleur. Il en est de même en latin
et en français.
La sifflante est X. Ajoutez-la aux muettes des deux premiers
ordres, et Vous aurez les deux doubles :
d qui remplace 8ç, trç , p;.
# qui remplace Y;, xç, Yg.
Quant au ., il remplace seulement gô.
ESPRITS. ACCENTS. - 5

Aucune muette du premier et du second ordre ne peut se


rencontrer, dans la même syllabe, devant un X, qu'il n'en ré
sulte une lettre double (un ] ou un #).
ESPRITS.

S 4. Esprit, terme de grammaire, veut dire aspiration.


Les Grecs en ont deux , l'Esprit doux et l'Esprit rude. Le
doux ne se fait point sentir en prononçant ; le rude répond à
notre h aspirée. Ils se mettent sur les voyelles et diphthongues
initiales ; le doux ressemble à une petite virgule. Exemples :
èy6, moi; le rude à un petit c, ñueïç, nous.
u prend toujours l'esprit rude ; les autres voyelles reçoivent
tantôt l'un, tantôt l'autre.
p est la seule consonne initiale qui reçoive l'esprit, et elle
prend le rude ; voilà pourquoi on la représente dans les mots
tirés du grec par rh. Exemples : rhéteur, rhétorique.
Si deux p se rencontrent de suite au milieu d'un mot, le pre
mier reçoit l'esprit doux, le second l'esprit rude. Exemples :
appx66v, arrhes; &èpevtxó;, masculin.
ACCENTS.

S 5. Il y a trois signes qu'on appelle Accents; l'aigu (^), le


grave ( ) , le circonflexe ( )
Ils ont été inventés pour noter les syllabes sur lesquelles la
voix doit s'élever plus ou moins dans la prononciation. Ils sont
quelquefois utiles pour distinguer les significations d'un même
mot, différentes suivant la position de l'accent. Exemple :
Seotózoç , mère de Dieu ; 3eótoxoç, fils de Dieu.
Quand une diphthongue doit recevoir l'accent, c'est toujours
sur la seconde voyelle qu'on le place. Il en est de même des
esprits. Exemples : eiôoç, oÙtoç, ziviz, aiuz.
APOSTROPHE.

S 6. L'Apostrophe, en grec comme en français, tient lieu


d'une voyelle retranchée. Exemple : &:' ègoÙ, pour &rò ègoÙ,
de moi.
Quand la voyelle qui suit l'apostrophe est marquée d'un esprit
rude, la muette qui la précède devient aspirée, si c'est une des
fortes T, x, T. Exemple : &p' huòv, pour àrò ñgöv, de nous.
6 - SYLLABES, PONCTUATION.

SYLLABES ET ÉPELLATION.

S 7. Les Syllabes sont une ou plusieurs lettres prononcées en


un seul temps, par une seule émission de voix : rtgá, honneur,
est de deux syllabes, rt-uſ.
La syllabe peut être formée d'une seule voyelle : #6m ,
jeunesse, est de deux syllabes ; # forme la première, 6n la se
conde.
Les consonnes qui s'unissent au commencement d'un mot
s'unissent aussi au milieu ; ainsi , comme on dit p66yoç, envie,
en faisant une syllabe de p%, on dira également & p0ovo;, exempt
d'envie, ainsi divisé &-pºo-voç. -

PONCTUATION.

S 8. Le Point annonce, comme en français, un sens fini.


Le Point en haut équivaut à nos deux points et à notre point
et virgule.
La Virgule distingue, comme chez nous, les divers membres
d'une phrase.
Enfin, le Point et Virgule tient lieu de notre point d'inter
rogation.
On trouve aussi le Point d'exclamation (!) dans quelques
éditions modernes très-correctes.
Voilà tous les signes de ponctuation usités en grec.

DIALECTES.

S9. On appelle Dialectes certaines manières de parler pro


pres à tel ou tel peuple de la Grèce , et qui s'éloignent de la
langue commune.
ll y en a quatre principaux : l'Attique, l'Ionien, le Dorien,
l'Éolien.
Le plus usité de tous est le dialecte attique.
DES MOTS.

NOTIONS PRÉLIMINAIRES.

S 10. La langue grecque se compose, comme la langue fran


çaise, de dix sortes de Mots, qu'on appelle aussi les dix parties
du discours.
Ce sont, le Nom substantif, l'Adjectif, l'Article, le Pronom,
le Verbe, le Participe, la Préposition, l'Adverbe, la Conjonction,
l'Interjection.
Le nom substantif est le mot qui désigne et qui nomme les
personnes ou les choses.
L'adjectifest un mot qui se joint au substantif pour désigner
une qualité ou une manière d'être.
L'article est lui-même une espèce d'adjectif dont nous par
lerons en son lieu. Le français et le grec ont un article ; le
latin n'en a point. En latin , populus signifie également peuple,
un peuple , le peuple; mais en grec, ôñyoç signifie simplement
peuple ou un peuple; pour exprimer le peuple , il faut dire
ô ôïgoç. L'article grec 6 répond donc exactement à l'article fran
çais le.
Le substantif, l'adjectif, l'article, ainsi que le pronom et le
participe, sont susceptibles de nombres, de genres, de cas.
NOMBRES.

S 11. Le français et le latin n'ont que deux Nombres. Le grec


en a trois : le Singulier, qui exprime l'unité; le Pluriel, qui ex
prime la multiplicité ; le Duel, qui indique qu'on parle de deux
personnes ou de deux choses.
GENRES.

S 12. Il y a trois Genres, le Masculin, le Féminin et le Neutre.


Ce dernier est ainsi appelé du latin NEUTRUM , ni l'un ni l'autre,
parce qu'il renferme les noms qui ne sont ni masculins ni fémi
nins.
Le genre des substantifs se reconnaît, soit par la terminaison,
soit par l'article, dont ils sont accompagnés, enfin par l'usage.
8 MOTS. CAS.

CA S.

S 13. Les noms reçoivent différentes terminaisons, suivant la


manière dont ils sont employés dans le discours. Ces terminai
sons s'appellent Cas.
La langue grecque a cinq cas, le Nominatif, le Vocatif, le
Génitif, le Datif, l'Accusatif. Le grec n'a point d'ablatif. Ce cas
est suppléé tantôt par le génitif, tantôt par le datif.
De ces cinq cas, il y en a plusieurs qui se ressemblent ;
ainsi :
1° Toujours au pluriel , très-souvent au singulier, le vocatif
est le même que le nominatif ;
2° Le duel n'a que deux terminaisons, une pour le nominatif,
le vocatif, l'accusatif; une pour le génitif et le datif ;
3° Le neutre a, comme en latin, trois cas semblables, nomi
natif, vocatif, accusatif. Au pluriel ces trois cas sont en x.
Décliner un nom, c'est réciter de suite tous les cas de ce
I1OIIl,

Il y a en grec trois déclinaisons qui répondent aux trois pre


mières des Latins.

Nous déclinerons d'abord l'article, dont la connaissance facilitera beaucoup


celle des deux premières déclinaisons. Comme le duel est peu usité, nous le
mettrons toujours après le pluriel.
ARTICLE. 9

DE L'ARTICLE.

S 14. L'Article a les trois genres :


Masculin , 6, le, comme 6 #)to;, le soleil.
Féminin, º, la, comme # ge)#vn, la lune.
Neutre, tó, le, comme tò ôöpov, le présent.
SINGULIER.

MASCULIN» FÉMININ. NEUTRE.

Nominatif. 6, i, v6, le, la, le.


Génitif. toÙ , tñç, Toö, du, de la, du.
Datif. tò, t#, Tö, au, à la, au.
Accusatif. Tóv, Táv, T6, le, la, le.
PLURIEL.

Nominatif. ot, ai, tx, les.


Génitif. töv, töv, vöv, des.
Datif. Toîç, Taïg , tot;, auX.
Accusatif. Toó;, Tag, vx, les.

DUEL.

N. Acc. t6, (tá*), t6, les deux. G. D. voïv, txiv, voïv, des deux, aux deux.
REMARQUEs. 1° L'article n'a pas de vocatif; ö, qui précède
quelquefois un nom au vocatif, est une interjection, comme o
en latin et ô en français.
2° L'article prend la consonne t à tous les cas , excepté au
nominatif singulier masculin et féminin ó, i, et au nominatif
pluriel masculin et féminin oi, xi, où le t est suppléé par
l'esprit rude.
3° Le datif singulier a un t souscrit à tous les genres, r$, v#,
vö, et le datif pluriel une diphthongue où entre aussi l', voïç,
vxîç, toïç. Il en est de même dans tous les noms des deux pre
mières déclinaisons.
Le génitif pluriel est terminé en ow pour tous les genres.
Il en est de même dans toutes les déclinaisons, sans exception.
1. Nous mettons entre parenthèses cette forme du duel féminin, tá, parce qu'elle est
inusitée. On trouve dans les auteurs tº pour tá avec des noms féminins.
10 NOMS SUBSTANTIFS.

DES NOMS SUBSTANTIFS.

PREMIÈRE DÉCLINAISON.

S 15. Cette déclinaison répond à la première des Latins; elle


comprend : 1° des noms féminins terminés en z et en m ; 2° des
noms masculins en xç et en mç. Ses désinences sont, en général,
Celles de l'article féminin.

I. NOMS FÉMININS.

TERMINAISON Y.

SINGULIER.

Nom. ·h xeq)x) ſi, la tête.


Voc. xepx) á, tête.
Gén. vñç xepx) ñg, de la tête.
Dat. t# xepz) #, à la tête.
Acc. tùv xepx) áv, la tête.

PLURIEL .

Nom. zi xepx) xi, les têtes.


Voc. xepz) zt, têtes.
Gén. töv xepx) öv, des têtes.
Dat. Toïç xepz) xï;, aux têtes.
Acc. vàç xeſpa) &ç, les têtes.

DUEL.

N. Acc. (tà) xspa) &, les deux têtes. G. txïv xepx) xïv, des deux têtes.
V. xepa) á, deux têtes. D. taïv xepx) xïv, aux deux têtes.
PREMIÈRE DÉCLINAISON. 11

TERMINAISON x.

SINGULIER.

Nom. i iiuép x, le jour.


Voc. ºuép z, jour.
Gén. tñç ñuéo xç, du jour.
Dat. ti h uép &, au jour.
Acc. Tùv ñuép av, le jour.
PLURIEL ,

Nom. ai ñuép zt, les jours.


Voc. iiuép xt, jours.
Gén. vöv ñuep öv, des jours.
Dat. vxïç ñuép xtç, aux jours.
Acc. vàç ñuée zç, les jours.

DUEL.

N. Acc. (tà) ºuép z, les deux jours. G. txiv ºuép xtv, des deux jours.
V. #uép x, deux jours. D. txiv ºuép atv, aux deux jours.

REMARQUEs. 1° Tous les noms en m gardent cette voyelle à


tous les cas du singulier, et se déclinent comme xepx)ſi.
2°Tous les noms en pz et en z pur, c'est-à-dire précédé d'une
voyelle, par exemple, pi)4z, amitié , gardent x à tous leurs cas,
excepté au génitif pluriel, et se déclinent comme âgépx.
3° Tous les autres noms terminés en x, mais qui n'ont devant
· cet z ni une voyelle ni la consonne p, font le génitif en m; et le
datif en . A l'accusatif ils reprennent la voyelle du nominatif.
Exemple :
N. # # 0, la gloire. D. t# ô6; m, à la gloire.
V. - # 0., gloire. Acc. t)v ôó# av, la gloire.
G. tïjç ô6# ms, de la gloire.

, Le pluriel et le duel sont toujours terminés comme ceux de


l'article féminin, quelle que soit la terminaison du singulier.
12 NOMS SUBSTANTIFS.

Déclinez :
-

1° sur xepx) ſi : 2° sur ñuépz : 3° sur ô6#x :


chevelure. otxtz, maison. Y)\ögga, langue.
«égº, voix. racine.
povm, Sépa, porte. pſ#a,
Y'm , terre. #ôpz, siége. uoÙgo , IIlU1S0.

ce)ſivm, lune. axtá, ombre. ué)taaz, abeille.


ttuá, honneur. gopia, sagesse. S3)xgaz, II10I'.
vtxn, victoire. pt)tz, amitié. &ttt))a , combat.

II. NOMS MASCUL INS.

TERMINAISON mç.

SINGULIER.

Nom. ö Trot'nt ſç, le poëte.


Voc. Trotmt &, poëte.
Gén. toÙ Trot'nt oÙ, du poëte.
Dat. tö Trovnt #, au poëte.
Acc. tòy Trot'nt ſv, le poëte.
PLURIEL .

Nom. Trotmt xi, les poëtes.


Voc. Trotmt xi, poëtes.
Gén. töv Trot'nt öv, des poëtes.
Dat. toïç Trot'nt xïç, aux poëtes.
Acc. toùç Tot'mt &ç, les poëtes.
DUEL.
-

N. Acc. tò Trotmt &, les deux poëtes. G. voiv Trotmt xiv, des deux poëtes.
/
V. Ttotnt x, deux poëtes. D. voïv Trotnt xiv, aux deux poëtes.

TERMINAISON xç.

SINGULIER.

Nom. ö vaut zç, le questeur.


Voc. tau4 x, questeur.
Gén. 5 vaut ou, du questeur.
/
Dat. Taut &, au questeur.
A
Acc. vaut xv, le questeur.
PREMIÈRE DÉCLINAISON. 13

PLURIEL .

Nom. oi rxut xt, les questeurs.


Voc. vaut xt, questeurs.
· Gén. Töv rxut öv, des questeurs.
Dat. Toïg vaut ztç, aux questeurs.
Acc. Toùç Tzut zç, les questeurs.

DUEL.

N. Acc. tô) tzui a, les deux questeurs. G. toiv taut ztv, des deux questeurs.
V. taut a, deux questeurs. D. toiv taut atv, aux deux questeurs.

REMARQUEs. 1° Ces noms ne diffèrent des précédents que par


le ç du nominatif, et par la terminaison du génitif, qui est ou,
comme l'article masculin. Dans tous les autres cas, ils suivent
l'article féminin. Les noms en m; retiennent n, comme xepx)ií;
les noms en z; gardent z, comme ºuépz.
2° Le vocatif singulier se forme en retranchant ç du nomi
natif, comme on le voit dans rzyſzç. Cependant la plupart des
noms en mç font le vocatif en z, comme Trotmtſg.
3° Le pluriel et le duel sont toujours terminés comme le plu
riel et le duel de l'article féminin.

Déclinez :

1° Sur Trotm77ſç : 2° sur rxuizç :


Tro)ttmg, citoyen. uovfxç, solitaire.
ôtxxGtí;, juge. vexvtaç, jeune homme.
ôsgTrótſ ;, maître. Atvstz;, Énée.
vzótrg, pilote. 'Avôpéxç, André.

REMARQUE. Nous avons déjà dit que cette déclinaison répond


à la première des Latins ; il est facile de s'en convaincre en
comparant les terminaisons, et en observant que la diphthongue
latine a répond à zt et à z.
1li NOMS SUBSTANTIFS.

DEUXIÈME DÉCLINAISON.

S 16. Cette déclinaison répond à la deuxième des Latins ;


elle contient : 1° des noms masculins et féminins en oç , qui ,
pour les désinences, suivent l'article masculin et ont le vocatif
en e; 2° des noms neutres en ov, qui suivent l'article neutre. Le
génitif singulier est en ou. -

I. NOM MASCULIN EN oç.

SINGULIER.

Nom. ô \áy oç, le discours.


Voc. X6Y e, discours.
Gén. voû Xóy ou, du discours.
Dat. vö )6Y (o, au discours.
Acc. tôv Xôy ov, le discours.

PLURIEL.

Nom. oi \óy ot, les discours.


Voc. Xóy ot, discours.
Gén. vöv )6Y (ov, des discours.
Dat. 7oï; )óy otç, aux discours.
Acc. voùç X6Y ou;, les discours.

DUEL.

N. Acc. tò Xóy o, les deux discours. G. toiv )óy otv, des deux discours.
V. Xóy o, deux discours. D. toiv Xóy otv, aux deux discours.

II. NOM FÉMININ EN oç.


SINGULIER.

Nom. ·i ôô óg, la route.


Voc. ôô é, l'Oute.
Gén. tï; óò o5, de la route.
Dat. 7# óà p, à la route.
Acc. Tàv ôô óv, la route.
DEUXIÈME DÉCLINAIsoN. 15

PLURIEL .

Nom. zi ôô oí, les routes.


Voc. ôô ot, I'OuteS.
Gén. töv ôô öv, des routes.
Dat. vxïç óô oïç, auX TOUteS.
Acc. vàç ôô oûç, les routes.

· DUEL.

N. Acc. (tà) ôô 6, les deux routes. G. vaiv ôô oïv, des deux routes.
V. ôô %, deux routes. D. taiv ôô oiv, aux deux routes.

III. NOM NEUTRE EN Oy.

SINGULIER. .

Nom. tò ôöp ov, le présent.


Voc. ôöp ov, présent.
Gén. Toü ôóp ou, du présent.
Dat. võ ôóp 9, au présent.
Acc. tô ôôp ov, le présent.

PLURIEL ,

Nom. và ôöp z, les présents.


Voc. ôöº z, présents.
Gén. vöv ôóp ov, des présents.
Dat. toïç ôóp otç, aux présents.
Acc. và ôöp z, les présents.

DUEL,

N. Acc. tò ô6 p o, les deux présents. G. voiv ôóp otv, des deux présents.
V ôóp o,
/
deux présents. D. voiv ôóp otv, aux deux présents.

REMARQUE. Nous avons déjà dit que les noms neutres ont
trois cas semblables, et qu'au pluriel ces trois cas sont toujours
0ll &. -

Observons encore que la terminaison du duel est la même


pOur les noms en oç, comme X6yoç, óòó;, et pour les neutres en
oy, comme ôópov.
16 NOMS SUBSTANTIFS.

Déclinez :

1° sur Xóyoç : 2° sur óòóg : 3° sur ôôpov :


ôïuoç, peuple. à utrs)o;, vigne. évôpov, arbre.
xópto;, maître. vigoç, île. #ó)ov, bois.
dôe) pó;, frère. vógoç, maladie. pº)ov, pomme.
utó; 2 . fils. atoôó;, cendre. Cöov, animal.
otxoç, maison. 7txç0évo;, vierge. téxvov, enfant.
xïjTtoç, jardin. ßí6\o;, livre. póôov, I'OS0.

S 17. Quelques noms de cette déclinaison, où les terminai


sons ov et oç sont précédées de e ou o, souffrent contraction
à tous leurs cas.
Règles de contraction : oo et eo se changent en ou *.
I. NOM MASCULIN.

S1NGULIER.

Nom. ô v6oç , voÙç, l'esprit.


Gén. voÙ vóou, voû, de l'esprit, etc.
(Ce nom n'est pas usité au pluriel.)

II. NOM NEUTRE.

SINGULIER.

Nom. tò ôgvéov, ôgToÛv, l'os.


Gén. Toü ôavéou, ôgtoÙ, de l'os, etc.
PLURIEL.

Nom. và ôg véx, ôGvx, les OS.


Gén. vöw ôGréov, ôgtöv, des Os, etc.

REMARQUE. Il est facile de voir que la déclinaison latine en us


a beaucoup d'analogie avec Xóyoç, et le neutre en um, avec
ôöpov. -

Une conformité de plus, c'est que les Latins ont aussi des |

noms féminins de cette déclinaison, par exemple , les noms


d'arbres, comme pôpulus, peuplier; ulmus, orme ; et d'autres
encore, comme carbasus, alvus, crystallus.
1. Voyez encore, pour les contractions, les SS 21 , 76, 78 et 80.
DEUXIÈME DÉCLINAISON. 17

NO MS DÉCLINÉS ATTIQUEMENT.

S 18. Dans quelques noms de cette déclinaison, les Attiques


changent o en (o à tous les cas. S'il se rencontre un t, ils le
souscrivent; s'il se rencontre un u, ils le rejettent. Les trois cas
semblables du pluriel neutre sont en o au lieu d'être en x.

I. NOM MASCULIN,

SINGULIER.

Nom. ô \xy ó;, le lièvre.


Voc. XaY 6;, lièvre.
Gén. voü \xy 6 («» pour ou ), du lièvre.
Dat. viº Axy 5, au lièvre.
Acc. vòv Axy 6v, le lièvre.

PLURIEL,

Nom. oi \xy % (tp pour ot ), les lièvres.


Voc. )ay % (9 p. ot), lièvres.
Gén. vöw \xy öv, des lièvres.
Dat. toïç \xy #ç (pç p. otç), aux lièvres.
Acc. voùç \xy 6ç (oç p. ouç), les lièvres.

DUEL .

N. Acc. , tò AxY 6, - les deux lièvres.


V. XaY 6, deux lièvres.
G. toiv )xy ſpv (9v pour otv), des deux lièvres.
D. voïv Axy 5v (9y p. otv), aux deux lièvres.

1I. NOM NEUTRE.

SINGULIER.

Nom. rà àv6ye tov, le cénacle.


Voc. àv6ye (ov, - cénacle.
Gén. roû àv6ye » (o pour ou), du cénacle.
: Dat. rip &v6ye (p, au cénacle.
Acc. rò äv6ye ov, le cénacle.
| Burn., Abr. gr.
18 NOMS SUBSTANTIFS.

PLURIEL.

Nom. rà 3v6ye » (o pour z), les cénacles.


Voc. àv6ye » (o p . 2), cénacles.
Gén. vöv &v6ye ov, des cénacles.
Dat. toïç &v6ye pç (qºç p. otç), aux cénacles.
Acc. tà àv6ye (o, les cénacles.

DUEL.

N. Acc. tò ävºye o, les deux cénacles.


V. àvºye o, deux cénacles.
G. toiv ävºye tov (ov pour otv), des deux cénacles.
D. voïv ävºye tpv (ov p. otv), aux deux cénacles.

Déclinez ainsi :

N. vx6ç, G. ta6, paon.


xá)toç, xá)to, corde. -

veó;, ve6, temple. masculins.


Meó;, Ae6, peuple.
&)ooç, &)to, aire. féminin.

TROISIÈME DÉCLINAISON.

S 19. Cette déclinaison répond à la troisième des Latins.


Elle contient des noms de tout genre, et renferme neuf termi
naisons : quatre Voyelles, z, t, u, o ; cinq consonnes, v, p,
ç, !, #. Le génitif singulier est toujours en oç.

I. NOM MASCULIN,

SINGULIER.

Nom. ÉXXmv, le Grec.


Voc. ÉXXnv, Grec.
Gén. toÙ É))mv o;, du Grec.
Dat. tö ÉXxmv t, au Grec.
Acc. vòv ÉXXmv z, le Grec.
TROISIÈME DÉCLINAISON. 19

PLURIEL.

Nom. oi É))mv e;, les Grecs.


Voc. ÉXXmv eç, Grecs.
Gén. vöv ÈXXſv ov, des Grecs.
Dat. voïç É))n at, aux Grecs.
Acc. toùç É))nv zç, les Grecs.

DUEL,

N. Acc. tò "EX\nv s, les deux Grecs. G. toiv 'EXXºv otv, des deux Grecs.
V. "E))nv e, deux Grecs. D. voïv 'E))ſv otv, aux deux Grecs.

II. NOM FÉMININ.

SINGULIER.

Nom. i )autrá;, la lampe.


Voc. )auTr&ç, lampe.
Gén. Tig Azurxô oç, , de la lampe.
Dat. v# Azurxô t, à la lampe.
Acc. vùv Azuráô z, la lampe.

PLURIEL.

Nom. ai )autráô e;, les lampes.


Voc. )zuTzô s;, lampes. .
Gén. vöv Azurxô ov, des lampes.
Dat. vxïç ) xuTrx at, aux lampes.
Acc. và; Azuráô zç, les lampes.

DUEL,

N. Acc. (tà) )auTtáô e, les deux lampes. G. taiv )autáô otv, des deux lampes.
V. Àauzáô e, deux lampes. D. taiv )auTtáô otv, aux deux lampes.
20 NOMS SUBSTANTIFS.

III. NOM NEUTRE.

SINGULIER.

Nom. võ Göux, le corps.


Voc. Göux, corps.
Gén. voû c6uxt oç, du corps.
Dat. vſp G6uxv t, au corps.
Acc. võ Göux, le corps.
PLURIEL .

Nom. và cóuxt a, les corps.


Voc. Góuxt x, cOrpS.
Gén. Töv Gouxt (ov, des corps.
Dat. Toïç Góux Gt, aux COrpS.
Acc. tà Góuxt a, les corps.
DUEL .

N. Acc. tè cºuat e, les deux corps. G. voïv atouát otv, des deux corps.
V. oóuzt e, deux corps. D. voïv gouát otv, aux deux corps.

REMARQUES. 1° Le vocatif est ordinairement semblable au


nominatif. Cependant quelques noms retranchent ç : N. 3xGt\eû;,
roi, V. 8xGi)eü ; N. Tzï;, enfant, V. Trxî ; d'autres abrégent la
voyelle : N. rxvíp, père,V. Trá rep ; d'autres prennent un v : N. Aizç,
Ajax (nom d'homme), V. Aixw.
2° Le génitif est toujours en oç. Nous voyons, par les trois
exemples ci-dessus, que la consonne qui précède cette termi
naison passe à tous les cas suivants, sauf les exceptions pour
le datif pluriel. Pour décliner un nom, il faut donc en con
naître le génitif.
3° Le datif pluriel est toujours en Gt.
Règles pour former le datif pluriel. 1° Il se forme de celui du
singulier, en mettant G devant t,
N. S ſp, bête féroce. Dat. sing. Snpt. Dat. pl. Snpat.
pitop, orateur. pſitopt. pſitopat.
S'il se rencontre au singulier une muette du 1" ordre, 8, Tr, p,
cette muette, combinée avec le G du datif pluriel, forme un q :
p)éq), veine, p)eBi, p)e!t (p. p)e6gi).
TROISIÈME DÉCLINAISON. 21

S'il se rencontre au singulier une muette du 2 ordre, y, x, Y,


cette muette, combinée avec le G du datif pluriel, forme un # :
x6px#, corbeau, xópxKt, xópx#t (p. xápxxgt).
S'il se rencontre au singulier une muette du 3° ordre, ô, r, 6,
on la retranche au pluriel : Azuráç, AzuráAt, Azurágt ; gögz,
GóuxTt, GóuxGt.
On rejette aussi le v, soit seul, ÉX)nv, ÉXXmNt, É))ngt; soit
joint à une muette du troisième ordre, Yiyzç, géant, yéyxNT.,
YiyxGt; #\utç, ver, é)utNOt, é)uïot.
Si le datif singulier est en ovvt , comme dans Xéov, lion ,
AéoNTt, après avoir retranché vt , on change o en ou, et l'on
a pour datif pluriel Xéougt.
Si le datif singulier est en evtt, comme dans les participes
en eiç , eîax, év, on change e en et, après la suppression de
vt : tup6eí;, frappé , tu pºéNTt, topûsïat.
2° Les noms qui se terminent en a précédé d'une diphthon
gue, forment le datif pluriel en ajoutant t au nominatif singu
lier : 8xGt\eóç, roi , 0xat\eûat ; ôpoueû; , Coureur , ôpoueüot ; 9oÙç,
baeuf, ßougi ; vxûç, navire, vxuat.
Excepté les suivants, qui rentrent dans la première règle :
#s, G. xtevóos,
N. xtet peig
eigne. D. s. xtevi./ D. p
pl. xtsal.
#" } masculins. -

toû;, Troôôç, pied. Ttoôt. 7tOGt.


oû;, ö)tóç, oreille. dott. öat. neutre.

Et les adjectifs en etç, egoz, ev, comme Yzpietç, gracieux,


Yapievtt, YapieGt; pováet;, vocal, pováevvt, poyſeat.
Noms masculins à décliner 4 :

N. Trotu#v, G. Trotgév oç, berger. N. Yiyaç, G. Yfyxvt oç, géant. V. yiyxv.


)éov, Xéovt oç, lion. V. Xéov. xó\x#, xó\xx oç, flatteur.
cotíp, gotip oç, sauveur. V. cötep. uiv, unv óç, mois.
Noms féminins à décliner :
N. à)ttç, G. è)ttô oç, espérance. N. Spſ#, G. tpty óç*, cheveu.
drôóv, āmôóv oç, rossignol. V. àmôóv. êc6#;, êg6ït oç, habit.
vó;, vuxt óç, nuit. à)º7:m#, d)ºTrex oç, renard.
p)é}, p)e6 óç, veine. ai#, aiy óç, chèvre.

1. Dans les noms où le vocatif n'est pas indiqué, il est semblable au nominatif.
2. Remarquez que Spt#, cheveu, prend un t au génitif tptxôç ; c'est que ce génitif
ayant un X, aurait, s'il prenait 3, deux syllabes aspirées de suite, ce qui est contre la
règle. Au datif pluriel, il reprend le 3, 3pt#t.
22 NOMS SUBSTANTIFS.

Noms neutres à décliner :

N. Trpāyux, G. Trpá (uxt o;, affaire. N. #rxp, G. #rxt oe, foie.


voux , ôvóuat o;, nom. péxp, ppéxt oç, puits.
Yá)x, Yá\axt oç, lait. üôoop, öôzt oç, eau.
gé)t, ué\tt oç, miel. Yóvu, Yóvat oç, genou.

S 20. Quelques noms en tç, v;, ouç ont deux terminaisons à


l'accusatif singulier, x et v : -

I. NOM MASCULIN ET FÉMININ EN tç.

SINGULIER,

Nom. ô, ñ ópvt;, l'oiseau.


Voc. öpvt, oiseau.
Gén. ro5, tïç ôpvt0 o;, de l'oiseau.
Dat. rô), v# öpvt0 t, à l'oiseau.
Acc. vòv, vùv öpvt6 x ou ôpvtv, l'oiseau.

II. NOM FÉMININ EN uç.


SINGULIER.

Nom. h xópuç, le casque.


Voc. x6pu, casque.
Gén. viïç xópu0 oç, du casque.
Dat. v# xópu0 t, au casque.
Acc. vùv xópu0 x ou xópuv, le casque.

Déclinez ainsi :

N. èTtn)uç, G. èr#)uô oç, Acc. êt#)uô


ôitouç, ôtttoô oç, ôtttoô
x ou èrtm)uv, étranger.
a ou ôtTrouv, bipède.
#
féminins.
èpts, éptô oç, ëptô a ou ëptv, dispute.
Yápts,
x)eſç,
xáptt oç,
x)etô óç,
Yáptt
x)eïô
a ou Záptv,
x ou x)siv,
grâce.
clef.
}--
REMARQUEs. La conformité de cette déclinaison avec la troi
sième des Latins est évidente. On peut s'en convaincre en dé
clinant )zgTzç en grec, et lampas en latin. Le cas où l'on re
marque le plus de différence est le datif pluriel.
TROISIÈME DÉCLINAISON. - 23

A la terminaison tv des Grecs correspond la terminaison im


(et par suite em) des Latins (turrim et turrem). La terminai
Son x elle-même se trouve en latin dans certains mots, comme
Nom. aer, en grec : à#p, l'air. Dat. aeri, en grec : äépt, à l'air.
Gén. aeris, dépoç, de l'air. Acc. aera, àépx, l'alr.

NoMs CoNTRACTES.
S 21. Dans les noms de la troisième déclinaison dont le gé
nitif est en oç pur, les deux dernières syllabes de certains cas
se réunissent en une seule, à cause de la rencontre des voyelles ;
ces noms s'appellent contractes. Après la contraction, l'accu
satif pluriel est toujours semblable au nominatif.
Règles de contraction :
eo se change en ou. 8CZ se change en m.
et
38 | se chang 0 GIl Et.
t,
8(t)V
80LV
se change en ov.
se change en otv.

Mais à l'accusatif pluriel des noms masculins et féminins,


pour qu'il soit semblable au nominatif, ez se change en et; et
au duel, ee se contracte en n *.
TERMINAISON mç.

S 22. La terminaison nç n'a que des noms propres et des


adjectifs, comme &)n64ç, vrai. Tpvſipmç, galère, est même un
véritable adjectif : rpvſipmç vxûç, navire à trois rangs de rames.
SINGULIER.

Nom. m vováp mç, la galère.


Voc. vpimp eç, galère.
Gén. vïç vot'ſip eoç, vpvſp ouç, de la galère.
Dat. # rováe et, rpvſie et, à la galère.
Acc. tùv tpváp ex, rpt ſip m, la galère.
PLURIEL.

Nom. zi rováp ee;, tpváp etç , · les galères.


Voc. vpvſp eeç, rpvſip etç, galères.
Gén. vöw vpvmp écov, vpvmp öv, des galères.
Dat. vxïç Tpvſp eat, aux galères.
Acc. vàç svpváp eaç, tpvip etç, les galères.
1. Voyez encore les SS 17, 76, 78 et 80.
24 NOMS SUBSTANTIFS,

DUEL,

N. Acc. (tà) vpt#p es, tptºp m, les deux galères.


V. tptºp se, tptºp m, deux galères.
G. voïv rptmp éotv, rptmp oiv, des deux galères.
D. taiv tptmp éotv, tptnp oiv, aux deux galères.

Déclinez sur rpvipng :


N. Amuooôév mç, G. eoç -ouç, Démosthène.
2oxpát , mç, eoç -ouç, Socrate.
'Aptotopáv mç, eoç -ouç, Aristophane.

Ces noms propres, et autres semblables, font aussi l'accusatif en nv, comme
s'ils étaient de la première déclinaison : Amuoa0évnv, Xoxpávnv, 'Aptotopávnv.

TERMINAISON oç.

S 23. La terminaison oç n'a que des noms neutres. Souvent


le génitif pluriel ne reçoit pas de contraction; on dit par
exemple : &v0éow, des fleurs, et non &v0öv.

SINGULIER.

Nom. vò veïy oç, le mur.


Voc. vety oç, IIlUlI".
Gén. voü vety eoç, veiy ouç, du mur.
Dat. v# veix et, veíX et, aUl IIlllI'.
Acc. vò veïy oç, le mur.

PLURIEL.

Nom. và reſy ex, reix m, les murs.


Voc. veix ez, veiX m, IIlllI'S,
Gén. vöv vety éov, vety öv , des murs.
Dat. Toïç vety eat, aUlX IIlUlI'S.
Acc. và rety ex, vety m, les murs.
TROISIÈME DÉCLINAISON. 25

DUEL .

N. Acc. tô tsix ee, ref/ m, les deux murs.


V. tetx ee, teix n, deux murs.
G. toiv vetX éotv, vetX oïv, des deux murs.
D, voïv vetX éotv, tetX oïv, aux deux murs.

Déclinez sur reïyoç :


N. Tré)aY oç, G. eoç -ouç, Imer.
&v0 oç, EOç -0Uç, fleur.
öp oç, Eoç -ouç, montagne.

TERMINAISONS tç ET t.

S 24. 1° Dans les noms en tç, l'accusatif est en v.


SINGULIER.

I0NIEN• POÉTIQUE. ATTIQUE.

Nom. # Tró) tç, la Ville.


Voc. Tró) t, ville.
Gén. tïç Tró) toç, Tró) eoç, Tró) e(o;, de la ville.
Dat. t# Tó) tt-r6) t, Tró) eï, Tró) et, à la ville.
Acc. vùv Tró) tv, la ville.

PLURIEL. $

Nom. xi Tró) teç, Tró) eeç, Tró) etç, les villes.


Voc. Tró) teç, Tró) eeç, Tró) etç, villes.
Gén. röv Tro) (ov, (ro) éov*), Tró) eov, des villes.
Dat. Toïç Tró) tot, Tró) eat, aux villes.
Acc. ràç Tró) taç, (rô) ezç), Tró) etç, les villes.

DUEL.

N. Acc. (t&) Tró) te, Tró) es, les deux villes.


V. tô) te, tô) ee, deux villes.
G. vxiv Tro) totv, to) éotv (rô) etpv), des deux villes.
D. txïv to) (otv, Tro) éotv (tô) etpv), aux deux villes.
REMARQUE. Ce tableau présente trois manières de décliner
TtôXtç ; toutes trois sont également faciles. Dans la première,
les cas se tirent du génitif en toç ; dans la seconde, du génitif
1• La parenthèse annonce une forme inusitée.
26 NOMS SUBSTANTIFS.

en eoç ; dans la troisième, le génitif est en eo;, par un o , et


quelques cas se contractent, savoir : le datif singulier, les trois
cas semblables du pluriel et le génitif du duel. L'accusatif plu
riel se contracte aussi en t;, Tró\txç, Tró\tç.

Déclinez sur TróXtç :


p &vttç, devin.
öptç, serpent.
} masculins. Trp8#tç,

2V
9
action.
VU10.
-

56ptç, injure. féminins.


pógtç, nature. } féminins.
t&#tç, ordre. Ttógtç, boisson.

2° La terminaison t n'a qu'un petit nombre de noms dont le


radical se termine par une voyelle, et ils sont tous étrangers.
Le seul substantif d'origine grecque terminé en t au nominatif
est gé\t, gé\tv-oç, miel, dont le radical, comme on le voit, finit
par une consonne.

TERMINAISON eûç.

S 25. Cette terminaison n'a que des noms masculins. Le


génitif attique en éoç est de règle en prose.
SINGULIER.

Nom. ô 8xGt) eûç, le roi.


Voc. 9xGt) eÙ, roi.
Gén. ToÙ 9xGt) éoç, 8zGt) éoç, du roi.
Dat. vſp 9xGt) ét, 9xGt) et, au roi.
Acc. tòv %xGt) éx, le roi.

PLURIEL.

Nom. oi %xGt) éeç, 8xGt) eïç, les rois.


. Voc. [3aGt) éeç, 9xGt) eîç, rois.
Gén. vöw 9aGt) écov, des rois.
Dat. Toïç @aot) eÛGt, aux rois.
Acc. Toùç 9xGt) éxç, 9xGt) eï;, les rois.

DUEL,

N. Acc. tò pagi) ée, les deux rois. G. voiv pxot) éotv, des deux rois.
V, ßact) ée, deux rois. D. voïv %xat) éotv, aux deux rois.
TROISIÈME DÉCLINAISON. 27

Déclinez sur 2xgt)eóç :

ºpa6eó;, arbitre. · poveû;, meurtrier.


tepeóç, prêtre.
-
ôpousó;, /
COUlreUlr.
-

ttttteó;, cavalier. auYYpapeó;, historien.


-

TERMINAISON uç.

S 26. 1° Les noms en uç, génitif eoç, se déclinent comme


ßzat) eû;, excepté que l'accusatif est en uv.

SINGULIER ,

Nom. ô Tré)ex uç, la hache.


Voc. Tré\ex u, hache.
Gén. voÙ Tre)éx eoç ou Tre\éx eoç, de la hache.
Dat. vð Tre)éx eï, Tre)éx et, à la hache.
Acc. ròv , Tré\ex uv, la hache.

PLURIEL.

Nom. oi Tre)éx eeç, Tre\éx etç, les haches.


Voc. Tre)éx eeç, Tre)éx etç, haches.
Gén. vöw Tre)ex éov ou Tre\éx eov, des haches.
Dat. toïç Tre\éx eat, aux haches.
Acc. voùç Tre)éx exç, Tre\éx etç, les haches.

DUEL.

N. Acc. tô) Tre)éx se, les deux haches. G. toiv te)ex éotv, des deux haches.
V. Tre)éx ee, deux haches. D. toiv Tre)ex éotv, aux deux haches.

Déclinez sur Tré)exvç : N. TriXuç, G. Trºyeo; ou Trºyetog, coudée.


28 NOMS SUBSTANTIFS.

2° Les noms en uç, génitif uo;, font les contractions du plu


riel en Ûç.
SINGULIER.

Nom. ô iy0 ó;, le poisson.


VOC. ! ix6 û, poisson.
Gén. toû iy6 ûoç, du poisson.
Dat. . v# iy0 ûï, au poisson.
Acc. vòv iy6 ûv, le poisson.

PLURIEL.

Nom. oi iy0 ûeç, iy0 Üç. les poissons.


Voc. iy6 ûeç, ix0 Ûç, poissons.
Gén. vöv iy0 ûov, des poissons.
Dat. voïç iy0 ûgt, aux poissons.
Acc. toùç ix0 óxç, iX0 Ûç, les poissons.

DUEL .

N. Acc. tò ty0 óe, les poissons. G. voïv iy0 óotv, des deux poissons.
V. iy0 óe, poissons. D. voïv iy0 óotv, aux deux poissons.

Déclinez sur iy06; :


véxuç, véxvoç,
uu6s, UIIl IIlOrt.
Tat. masculins.
-

ºüç,
Xé)vç, Yé)uo;, tortue. - • •

ôpuó;, chêne. féminins.


ôpÙç,

TERMINAISON U.

S 27. Tous les noms en u sont neutres.


SINGULIER.

Nom. võ &gt u, la ville.


Voc. &gt u, ville.
Gén. voÙ &gt eoç ou &gt eo;, de la ville.
Dat. vip &gt eï, &gt et, à la ville.
Acc. võ &gt u, la ville.
TROISIÈME DÉCLINAISON. 29

PLURIEL .

Nom. và &gt ex, &gt m, les villes.


Voc. &gt ex, &gt m, villes.
Gén. vöw &Gt écov, des villes.
Dat. Toïç &gt egt, aux villes.
Acc. và &gt ex, &gt m, les villes.

DUEL.

N. Acc. tò ãat ee, les deux villes. G. voiv &gt éotv, des deux villes.
V. àat ee, deux villes. D. voïv ãat éotv, aux deux villes.

Déclinez sur äotu : N. Tröü, G. Tr6eoc-soç, troupeau (sans contract. au pluriel).

TERMINAISONS (oç ET Co.

S 28. 1° Dans les noms en o; le génitif est en oo; ; le vo


catif, en oï.
SINGULIER .

Nom. # xiô 6ç, la pudeur.


Voc. ziô oï, pudeur.
Gén. vï; xià 6oç, ziô ouç, de la pudeur.
Dat. v# ziô ôï, xiô oï, à la pudeur.
Acc. vùv xiô óz, ziò ò, la pudeur.

Le pluriel et le duel se déclinent comme Xóyot, Xéyov : ziôot,


aiôöv, ziôoïç, xiôoû;.
Déclinez sur ziôºç : N. ñó;, G. ñóoç -oü;, aurore.

2o Dans les noms en » le génitif est également en ooç ; le VO


catif, en oï.
SINGULIER.

Nom. # #X 6, l'échO.
Voc. #X ot, écho.
Gén. vïç ñX 6oç, ix oü;, de l'écho.
Dat. v# ñx 6t, ñx oï, à l'écho.
Acc, Tùv iX 62, ñX 6, l'échO.
30 NOMS SUBSTANTIFS.

Le pluriel et le duel se déclinent comme Xóyot, X6yov : ñxot,


iYöv, etc.
Déclinez sur iy6 :
N. Tret66, G. Ttet66oç -oÙç, persuasion.
Antó, Antóo;-oÙç, Latone.

Tous les noms de cette classe sont féminins. Quant à ceux qui
ont un o au génitif, comme #po;, ooç, héros, ils sont généra
lement masculins, et se déclinent comme É))nv, É))nvo;, c'est
à-dire sans contraction.

TERMINAISON xç.

S 29. Dans les noms terminés en xç, le génitif est en xro;,


0.09 , (09 .

SINGULIER.

Nom. vò xépaç, la corne.


Voc. xépaç, COI'I1G.

Gén. toû xép zt o;, (xép xoç) xépoç, de la corne.


Dat. r$ xépxt t, (xépxï) xépz, à la corne.
Acc. và xépaç, la corne.

PLURIEL .

Nom. và xépxv a, (xépxx) xépx, les cornes.


Voc. xépar a, (xépaa) xépz, COI'I1GS.

Gén. röv xepáv ov, (xepáov) xepöv, des cornes.


Dat. voïç xépx Gt, 3lUlX COI'Il0S.
Acc. và xépxv a, (xépxx) xépa, les cornes.
DUEL .

N. Acc. tô, xépat e, (xépae) xépa, les deux cornes.


V. xépat e, (xépae) xépa, deux cornes.
G voïv xepát otv, (xspáotv) xepipv, des deux cornes.
D. toiv xspáv otv, (xepáotv) xspºv, aux deux cornes.

Cette classe ne comprend que des noms neutres en zç pur et


GIl p2;.
TROISIÈME DÉCLINAISON. 31

Pour faire la contraction, on ôte le r du génitif et des cas sui


vants : puis on contracte xo en o, xx et ze en z. On souscrit l'!
dans les cas où il se trouve.

Déclinez sur xépaç :


xpéxç, chair. Yépaç, récompense.
tépa;, prodige. Yipzç, vieillesse.

NoMs EN mp QUI PERDENT e A CERTAINS CAs.

S 30. Quelques noms en mp, génitif, epoç, rejettent à certains


cas l'e, quoique la terminaison soit précédée d'une consonne ;
ils font le datif pluriel en xat.
I.

SINGULIER.

Nom. 6 Travíp, le père.


Voc. Trávep, père.
Gén. voû (Tcxtépo;) Tcxtp6;, du père.
Dat. vip (Tzvépt) Tzvpt, au père.
Acc. vòv Trxvépa, le père.

PLURIEL.

Nom. ot Travépeç, les pères.


Voc. Trx répeç, pères.
Gén. vöv Trx répov, des pères.
Dat. Toïç TrxTpxat, aux pères.
Acc. voùç Tzvépx;, les pères.
DUEL .

N. Acc. tò Trxrépe, les deux pères. G. toiv Trxrépotv, des deux pères.
V. Trxvépe, deux pères. D. toiv tatépotv, aux deux pères.

Déclinez sur rxrſſp :


uſtmp, mère. yzotºp. l'estomac.
Suyátmp, fille. } féminins. Anuſitnp, Cérès. }feminin .
32 MOMS SUBSTANTIFS.

II.

Ayſe, homme, rejette l'e à tous les cas, et le remplace par


un ô.
SINGULIER.

Nom. ô &váp , l'homme.


Voc. &vep, homme.
Gén. voû (&vépo;) àvôpá;, de l'homme.
Dat. v# (&vépt) àvôpi, à l'homme.
Acc. vòv (&vépa) àvôpa, l'homme.

PLURIEL.

Nom. oi (&vépeç) &vôpeç, les hommes.


Voc. (&vépeç) &vôpeç, hommes.
Gén. vöw (āyépov) àvôpöv, des hommes.
Dat. voïç &vôpágt, aux hommes.
Acc. voùç (&yépzç) &vôpzç, les hommes.

DUEL.

N. Acc. rò (âvépe) àvôpe, les deux hommes.


V. (āvépe) àvôpe, deux hommes.
G toiv (āvépotv) àvôpoiv, des deux hommes.
D voïv (āvépotv) àvôpoïv, aux deux hommes.

REMARQUE. Le ô n'est introduit ici que pour faciliter la pro


nonciation. En effet, après le retranchement de l'e d'&vépo;, il
reste àvp6ç : or, en prononçant le mot écrit de cette façon, on
fait même involontairement entendre le ô ; voilà pourquoi l'on
écrit &vôpóç.
Le datif pluriel ne peut se tirer directement des radicaux
Trxrp, àvôp, qu'au moyen de l'insertion d'une voyelle (Trxrp-4-gt,
àvôp-á-at) : Trarp-gt, àvôp-ct seraient des formes qu'on ne pour
rait prononcer. -

-
S DÉCLINAISONS.
DES
RÉSUMÉ
TABLEAU
31.

TERMINAISONS TERMINAISONS TERMINAISONS

DÉCLINAISON.
PREMIÈRE
LA
DE DÉCLINAISON.
DEUXIÈME
LA
DE DÉCLINAISON.
TROISIÈME
LA
DE

SINGULIER. SINGULIER. SINGULIER.

FÉMININS.
NOMs
MASCULINS.
NOMS NEUT.
FÉM.
ET
MAsC.
NOMS NEUT.
FÉM.
ET
MASC. NEUT.
ET
FÉM.
MASC.,
NOMS
(Attiquement.)
N. OX.
T16,
»CX©•
7]
N. .(º)V.
09
OV,
(º)Ç. o».
u,
t,
x,
V.
N.
m
x.
x,
OY]u
»0{• 8.
,
OV
•(u)V•
(09
(!,
#).
,p,
çV
G. (mç).

,xOu)
,çOU)• OU)
(0•
OU).
.(º). G.
.
O9
(#ſ,
G71
,ſ).
. q). D.
t•
AcC. 0XV.
7]V,
0CV«
Yv, OV,
OV,
(º)V.
(º)V, xet
ACC.
v.

PLURIEL. PLURIEL. .
PLURIEL
NEUT.
FÉM.
ET
MAsc.
N.
s
CXt Ol.
N.
V.
.CX.
E%

CX
(t)•
(p.
V.
04t. Ot.
CX.
(u).
q). G. (1)V.
(º)V.
G.
(0V. (1)V,
Cº)V•
(u)V.
(º)V.
G.t.
C
Ol,
D.
.
0Xt9 Ot;.
.
Otç
(pç.
(pç. ACC.
.OX•
049
ACC.

0.9 OU©.
CX.
.Cº)•
(09

DUEL. ,
DUEL DUEL.

xtv.
D.
G.
2.
Acc.
V.
N. D.
otv.
G.
s.
Acc.
V.
N.
#
3li ADJECTIFS.

DES ADJECTIFS.

S 32. Les Adjectifs, étant destinés à modifier les substantifs


et à les accompagner dans le discours, reçoivent comme eux,
dans la langue grecque, les différences de genres, de cas et de
nombres. Ainsi l'on dit , par exemple :
MASCULIN• FÉMININ. NEUTRE,

N. ô äyxôòç txt#p, # āyx0) uſitnp, tò àyx0ov ôöpov,


le bon père. la bonne mère. le bon présent.
G. toÙ àyx0où Ttxtpó;, tï; &yxºïç untpó;, toÙ àyaôoü ôópoo,
du bon père. de la bonne mère. du bon présent ;
et ainsi de suite.

Il y a trois classes d'adjectifs.


PREMIÈRE CLASSE D'ADJECTIFS.

S 33. La première classe d'adjectifs comprend ceux qui sui


vent les deux déclinaisons parisyllabiques. Ils répondent aux
adjectifs latins en us, a, um (bonus , bona, bonum).
SINGULIER.
MASCULIN, FÉMININ. NEUTRE,

Nom. &yz6 6;, bon, &yz0 á, bonne, àyaº 6v, bon.


Voc. &yz0 é, &yx0 á, &yx0 óv.
Gén. &yx0 o5, àyx0 ïç, &yx0 oÙ.
Dat. &yx0 (p, &yz0 #, 3yx0 (p.
Acc. &yx0 óv, &yz0 áv, &yx0 óv.
PLURIEL.

Nom. &yx0 ot, &yx0 xt, &yx0 á.


Voc. 3yx0 oí, àyx0 xí, &yx0 &.
Gén. & yx0 öv pour les 3 genres.
Dat. &yx0 oïç, dyx0 xïç, &yx0 oïç.
Acc. àyx0 oûç, àyx0 &ç, àyx0 &.
DUEL.

MASCULIN, FÉMININ. NEUTRE•

N. V. Acc. àyx0 %, àyx0 á, âya0 %,


G. D. 3yx0 oiv, àyx0 xïv, àya0 oïv.
ADJECTIFS. 35

REMARQUE. On voit que le masculin se décline sur Xóyo;, le


féminin sur xepx)ſi, le neutre sur ôópov. Si le féminin est en z
pur, comme dans &yto;, áyíz, #ytov, saint, ou en pz, comme dans
tepó;, ispá, tepów, sacré, il garde x par tous les cas.
Déclinez pour exercice :
xa) ó;, á, óv, beau. ôfx xtoç, atz, atov, juste.
go? ó;, ſi, óv, sage. utxp 6s, &, óv, petit.
xxx ó;, á, óv, mauvais. xx0xp ó;, 4, óv, pur.

S 34. Comme la deuxième déclinaison a des noms en oç qui


sont féminins, par exemple : ñ óòóç, la route; de même aussi
dans certains adjectifs, la terminaison o; sert pour le mascu
lin et le féminin ; cela se rencontre surtout chez les Attiques,
et dans les adjectifs composés dérivés. Exemples :
MASC. ET FÉM. NEUTRE,

évôo# o;, #vôo# ov, illustre.


ā0&vxt oç, à0ávxt ov, immortel.
#aaûst O9 , ßaat)et ov, royal.
xoGu.t oç, xóaut ov, élégant.
eûôóxtu oç, eûôóxtu ov, estimable.
âiôt o;, äíôt ov, éternel.

S 35. On trouve aussi des adjectifs attiques dont le mas


culin et le féminin sont en o;, comme Xxy6ç, et le neutre en
ov, comme àvºye(ov. Exemple : eûyeo;, fertile.
SINGULIER.

MAsC. ET FÉM. NEUTRE,

Nom. eûye oç, sºye ov, fertile.


Voc. eûye oç, eûye (ov.
Gén. eûye o,
Dat. eºye q), } pour les 3 genres.
Acc. eûye (ov,
PLURIEL .

MASC. ET FÉM. NEUTRE,

Nom. eûye q», eûye o,


Voc. eûye (p, eöye o.
Gén. eûye ov,
Dat. 2/*

euYe qpç,
pour les 3 genres.
Acc. eûye (oç, eûye (o.
36 ADJECTIFS.

DUEL.

N. V. Acc. sºye
G. D.
eûye to, # pour les 3 genres.
Déclinez ainsi :

Masculin et féminin, t)eoç ; neutre, t)eov, propice.

DEUXIÈME CLASSE D'ADJECTIFS.

S 36. La deuxième classe d'adjectifs comprend ceux qui


suivent la déclinaison imparisyllabique. Ils répondent aux ad
jectifs latins de la troisième déclinaison, comme fortis, forte.
Ils ont deux terminaisons, une pour le masculin et le fémi
nin, et une pour le neutre. Le vocatif a toujours la voyelle
brève.
SINGULIER.

MASC. ET FÉM. NEUTRE,

Nom. sûôzigov, heureux, heureuse, eûôzigov, heureux.


Voc. eüôztuov,
Gén. eûôzigov oç, } pour les 3 genres.
Dat. eÛòxiuov t,
Acc. eùôaiuov a, eûôztuov.
PLURIEL. .

Nom. sûôziuov eç, eûôxiuov x.


Voc. eûôziuov eç, eûôxiuov z.
Gén.
Dat. eûôxtuów
eûôzigo ov,
gt, pour les 3 genres.
Acc. eûôaiuov xç, eûôzigov x.
DUEL.

N. V. Acc. eûôatuóv
G. D.
eôôxtuov oiv,
e, ! A
| r les
pour les 3
5ggenres. *

Déclinez ainsi :

MASC. ET FÉM. NEUTRE.


/

ºººº ov, ov, prudent. Gén. ovoç. VOC. ov.


app tov, ov, Inseuse.
ADJECTIFS. 37
MASC. ET FÉM. NEUTRE.

àpſ mv, ev, mâle.


ëptxóy mv, ev, altier.
}cen, evoç. VOC. ev.

sûyao
# te.
# t
, racieux.
§le }Gén, ttoç. VOC. t.

àôxxp uç, u, qui ne pleure pas. Gén. voç. Acc. masc. et fém. uv.
S 37. Cette classe renferme un grand nombre d'adjectifs
contractes qui se déclinent comme tpvſpmç. -

Ils se terminent en mç pour le masculin et le féminin ; en eç


pour le neutre.
SINGULIER.

MASC. ET FÉM. NEUTRE.

Nom. &)m6 ſç, Vrai, Vraie, &) m0 éç, Vrai.


VOC. &) m0 éç,
Gén. 3) m0 éoç, &) m0 oÙç, pour les 3 genres.
Dat. &) m0 éï , &\m0 et ,
Acc. &) m0 éx, &\m0 ñ, &\m0 éç.
PLURIEL .

Nom. &) m0 éeç, &\m0 eïç, 3) m0 éx, &\m% ñ.


Voc. &)70 éeç, &)n0 eïç, &)70 éx, &)m0 #.
Gén. &\m0 éov, &\m0 öv,
Dat. &\76
>
égt,
/
p0ur les 3 genres.
$

Acc. &\m0 éxç, &) m0 eïç, &) m0 éx, &)n6 #.


DUEL.

N. V. Acc. à)n0 ée, à)n0 ,


G. D. ä)x0 éotv, &) m0 oiv, pour les 3 genres.

Déclinez ainsi :
MAsc. ET FÉM. NEUTRE•

eûysv ſç, ég, bien né, noble.


à Gôev ſig, é;, faible. #n--nºi
àxpt6 ſig, és, eXaCt. Gén. éoç-oÙç. Voc. é;.
eûge6 #;, éc, pieux.
TROISIÈME CLASSE D'ADJECTIFS.

S 38. La troisième classe d'adjectifs comprend ceux qui


suivent la troisième déclinaison au masculin et au neutre, et la
première au féminin : le féminin tout entier suit invariablement
ô6#z, ô6#mç.
38 ADJECTIFS.

l. SINGULIER.

MASCULIN, FÉMININ. NEUTRE,

Nom. ué)zç, noir, pé\xtv x, noire, ué)xv, noir.


Voc. pé\xv, ué\xtv x, ué)av.
Gén. ué\xy oç, ue)aiv mg, ué\xv oç.
Dat. vé\xv t, ue)zív m, ué\xv t.
' Acc. ué\xv z, ué\xtv xv, ué)av.
PLURIEL.

Nom. ué\xv eç, ué)xtv xt, tué\xv x.


Voc. pé)xv eç, ué)atv xt, pé)av x.
Gén. ue)áv ov, ue)\xty öv, ue) &v (ov.
Dat. ué\x Gt , ue)aiv xtç, ué)a Gt.
Acc. ué\xv xç, ue)xiv xç, ué\xy 2.
DUEL .

N. V. Acc. pé\xv e , ue)atv a, ué) xv e.


G. D. ge)\áv otv, ue)xiv xtv, ue)áv otv.

II. SINGULIER.

MASCULIN • FÉMININ. NEUTREs

Nom.Voc. Tr&ç, tout, Ttxg x, tOute, Träv, tOut.


Gén. Trxvt 6ç, TrxG mç, Trxvt 6ç.
Dat. Trxvt t, , TrxG ſ, Trxvt (.
Acc. Tr&vt x, Tr&g xy, Ttčv.

PLURIEL.

Nom.Voc. Trxvt eç, Tr&G xt, Trxvt x.


Gén. Tr&vt (ov, TrozG öv, Trxvt (ov.
Dat. Trx Gt, Trxa xtç, Tt& Gt.
Acc. Trxvt xç, TrxG xç, Tr%vt x.

DUEL.

N. V. Acc. Tr&vt e, Ttág o, Trávt E.


G. D. Trávt oty, Tráa xtv, Trávt otv.
ADJECTIFS. 39

Déclinez ainsi :
MASC. FÉM. NEUTRE•

N. tépmv, tépetv a, tépev, tendre.


G. tépey o;, tepetv mç, répev oç. Voc. ev.
N. éxóv, éxoÙg a, éxóv, qui agit volontiers (libens).
G. éxóvt oç, éxoóg mç, éxóvt oç. Voc. ov.
N. àxov, àxoua a, 2xov, qui agit malgrésoi(invitus).
G. àxovv oç, âxoóa mç, àxovt o;.
N. Yzptstc, Yaptego a, Xaptev, gracieux.
G. xaotevt oç, Yaptégo me, xzofevt oç. Voc. ev.

S 39. Cette classe comprend des adjectifs contractes en u;,


et0 , U.

Le masculin se décline comme ré\exuç (génitif eo;), le neu


tre comme &gto, le féminin comme âgépz.
SINGULIER.

MASCULIN. FÉMININ. NEUTRE »

Nom. ñò óç, iô eïz, iiô 6, doux, agréable.


Voc. ñò 6, #ò eïx, #ò 6.
Gén. ñò éoç, #à eízç, ñô éoç.
Dat. #ô éï, ñô et, ñò eíz, #ô éï, ñô ei.
Acc. #ò óv, #ô eïxv, iò ó.
PLURIEL.

Nom. ñô éeç, ñô éïç, hô eïxt, ñô éx.


Voc. ñô éeç, ñò eïç, ñò eîzt, ñò éx.
Gén. ñò éov, #ô etöv, ñô éov.
Dat. #à égt, #ô eſztç, #ô égt.
Acc. ñò éxç, ñò eïç, ñô eízç, ñò éx.
DUEL .

N. V. Acc. #ô ée, #ô etx, #ô ée.


G. D. #ô éoty, ijô etxtv, ñô éotv.

Déclinez ainsi :
MASC• FÉM. NEUTRE.

820 ó; ) eix, ó, profond.


eûp ég, eto., é, large.
#uto uç, et0., U), demi (dimidius).
ô# %;, eix, é, aigu.
l10 ADJECTIFS.

REMARQUEs. 1° La terminaison exç à l'accusatif pluriel est


aussi usitée chez les Attiques que la contraction etç.
2° Quelques écrivains contractent la terminaison du génitif
eoç en ouç dans l'adjectif #utauç, pris substantivement : huigouç
pour muigeoç.
Il est très-rare que la terminaison ex du neutre se contracte.
Cependant on trouve quelques exemples d'ňuign pour huígez.
3° La terminaison uç, eoç est quelquefois employée pour le
féminin ; ñòùç &ütuá, un souffle agréable.
S 40. Les deux adjectifs ToXûç, beaucoup (multus), et uéyxç,
grand , appartiennent à la troisième classe par le nominatif
et l'accusatif du singulier, et à la première par tous les autres
CaS.

I. SINGULIER.

MASCULIN, FÉMININ. NEUTRE,

Nom. Tro)û;, Tro) ) ſí, Tro) 6, beaucoup.


Gén. Tro)\\o0, To) )ïç, TtoXXoÙ.
Dat. Tro)\Gº, TroXX#, Tro) ) $.
Acc. To\óv, To) ) ſív, Tro) 6.

Le pluriel se décline comme celui d'&yz06; : To))ot, roxxat,


TroXXá. Il en est de même du duel : TroXX6, TroXX&, TroXX6.

lI. SINGULIER.

MASCULIN. FÉMININ. NEUTRE.

Nom. uéyaç, grand. ueyá\m, grande. uéyz, grand.


Gén. ueyá)ou, ueY&)nç, ueyá)ou.
Dat. peyá\?, uey&)ſ, ueyá)@.
Acc. uéyaw, ueyä)nv, péyz.

Le pluriel se décline comme celui d'&yz06; : ueyá)ot, ueyá)at,


ueyá)a. Il en est de même du duel : ueyá\o, ueyá)z, geyá\o.
REMARQUEs. 1° On trouve aussi quelquefois dans les poëtes et
dans la prose ionienne le masculin To))óç, et le neutre TtoXX6v,
ce qui fait rentrer entièrement cet adjectif dans la classe de
CellX en oç, m, ov.
ADJECTIFS. l11
D'un autre côté, on trouve dans les poëtes le masculin TroXûç
et le neutre Tro\6 déclinés, par tous les cas du singulier et du
pluriel, comme ñòóç, iô6, et alors cet adjectif est en entier de
la troisième classe. -

2° Excepté le nominatif et l'accusatif du singulier, les cas de


ué(xç se tirent de ueyxXoç.
COMPARATIFS ET SUPERLATIFS.

S 41. Les adjectifs qualificatifs sont susceptibles de plus ou


de moins. Par exemple, on peut dire : 1° Socrate fut sage ;
2° Socrate fut plus sage que ses contemporains; 3° Socrate fut
très-sage, ou le plus sage des Grecs.
Sage, plus sage, très ou le plus sage, sont trois degrés de si
gnification de l'adjectif.
Le premier degré, sage , s'appelle Positif; le second degré,
plus sage , s'appelle Comparatif; le troisième degré, très-sage
ou le plus sage, s'appelle Superlatif.

TERMINAIsoNs repoç, rxtoç.

S 42. Les comparatifs se terminent ordinairement en repo;,


véçz, repow; et les superlatifs en rxvoç, rávn, rxrov. Ils se décli
nent sur & ſz06;, en observant de garder z à tous les cas du
féminin comparatif, parce que le nominatif est en pz.
1. ADJECTIFS EN oç. Les adjectifs en oç font leur comparatif
en 6 repo; et leur superlatif en 6rxvoç (par un o), si la syllabe qui
précède oç est longue, soit par nature, soit par position * :
xoÛpoç, léger, xoupóvepoç, xoopóvxToç.
ëvôo#oç, illustre, ëvôoºótepoç, ëvôo#ótxvoç.

Si la syllabe qui précède oç est brève, le comparatif est en


étepoç et le superlatif en 6txtoç (par un o) :
Goſpóç, sage, goſp6repoç, Goſp6ratoç.
2. ADJECTIFS EN zç, mç, uç. Les adjectifs en xç, mç, uç, forment
. 1. Une syllabe est longue par nature quand elle a une voyelle longue ou une
diphthongue; elle est longue par position quand elle a une voyelle suivie d'une con
sonne double ou de plusieurs consonnes.
l12 ADJECTIFS.

leurs comparatifs et leurs superlatifs en ajoutant simplement à


leur neutre les terminaisons repoç et rxtoç :
ué)aç, noir, neutre ué\xv, ue)xvTepoç, ue)xvtxtoç.
&)70'ſç, Vrai, &)n0éç, &)n0éatepoç, &)nºégtxvoç.
eûpûç, large, eûpû, eûpûTepoç, eûpûvxvoç.
3. ADJECTIFs EN ov, etç. Les adjectifs en toy prennent ég repoç,
égvxToç, que l'on ajoute à leur neutre :
g6ſºpov, sage, neutre Göppov, Goppovéa repoç, Goppovégtavog.
Les adjectifs en etç changent etç en égvepoç, égtxvoç :
Yzptetç, gracieux , Yaptégrepoç, XzptéataToç.

TERMINAISONS tov (ov), tatoç.


S 43. Outre la forme en repoç, rxtoç, quelques adjectifs de
deux syllabes, et principalement des adjectifs en ûg, ont une se
conde forme de comparatif en fov (oy), toy (ow), et de superlatif en
taToç, tgtm, tatov :
X X Y)uxûTepoç, Y)uxûvxToç,
Y)uxûç,/
doux, Y)uxtov, Y)óxtGToç.
/ /

L'adjectif iô6ç n'a que la seconde forme ñòíov, #ôtovoç.


Les quatre adjectifs
xxxóç, mauvais au comp. xxxíov, au superl. xxxtatoç.
xx)óç, beau font xxXXiov, — xxX)taToç.
aigYpó;, laid aiaYſov, cziaYtaToç.
-

èy0páç, ennemi — éY0íov, — éy0tatoç.


Remarquez dans les deux derniers de ces adjectifs la suppres
sion du p, et dans xx)óç le redoublement du X.
CoMPARATIFS ET sUPERLATIFS IRRÉGULIERS.

S 44. On sait qu'en latin quelques adjectifs empruntent leurs


comparatifs et leurs superlatifs à des positifs inusités, ainsi :
bonus, comp. melior, superl. optimus ;
malus, — pejor, — pessimus ;
parVuS, — minOr, — minimus ;
et en français, bon , meilleur; mauvais, pire; petit, moindre.
ADJECTIFS. l13
Il en est de même en grec, et ce sont les mêmes adjectifs qui,
dans les trois langues, offrent ces particularités. Ainsi l'on dit :
1° Bon, meilleur, très-bon ou le meilleur,
àyz06ç, poét. &ueivov, »/ -

&peſcov, aptoToç ;

9e)tíov, ßé\ttotoç ;
xpetaatov, xpávtovoç ;
- Xotov, \6ov, \6ïaToç, Aſpavoç.
2° Mauvais, pire, le pire,
xax6ç, Yetpov, YetptaToç.
Nous avons vu plus haut l'autre forme de comparatif et de
superlatif xxxíov, xxxtatoç.
3° Petit, moindre, le moindre,
utxp6; 2 #ggow ou #vtov, #xtatoç.
li° Remarquez encore la formation irrégulière des degrés de
comparaison dans les trois adjectifs suivants :
tuéyaç, grand, comp. ueſ.ov, superl. uéyvatoç ;
To)\6ç, nombreux, — Tr)eíov, — Tt)eîgtoç ;
p#ôtoç, facile, - b3ov, — p#avoç.

DÉCLINAISoN DES COMPARATIFS EN tow (ov).

S 45. Tous les comparatifs en tov (ov) se déclinent comme le


suivant.
SINGULIER.

MASC. ET FÉM. - NEUTRE.

Nom. geſ ov, plus grand, plus grande, ge# ow, plus grand.
Gén.
Dat ueſ OVL
ueſ. |
ovoç, pour les 3 genres.
Acc. ueſ . OW0., (ueſ. oz) ueſ . G), ueï . OV,
PLURIEL.

Nom. ueſ . OV8ç , (ueſ . oeç) ueſ . OU% , ueſ . ova, (-ox) -o.
Gén. uetº óvov,
Dat. ueſ oat,
} pour les 3 genres.
Acc. ueſ . ovaç, (ueſ# ozg) ueſ . OU% , usſ ovz, (-oz) -o.
lili ADJECTIFS.

DUEL.

N. Acc. ueſ ove,


G. D. uet , óvotv, } pour les 3 genres.

REMARQUES. ll faut observer ici les contractions de l'accu


satif singulier, et celles du nominatif et de l'accusatif pluriels.
Elles se font en retranchant v et en cOntractant :

1° Pour l'accusatif sing. oz en o, ueſ ovz, (oz) o».


2° Pour le nomin. plur. oeç en ouç, ueſ oveç, (oeç) ouç.
3° Pour l'accusatif plur. : ozç en ouç, ueſ ovzg, (ozº) ouç,
parce que ce cas doit être, après la contraction, semblable au
nominatif.

ADJECTIFS NUMÉRAUX
OU NOMS DE NOMBRE.

S 46. On appelle Nombres cardinaux les adjectifs qui dé


signent la quantité des objets; ce sont : un , deux , trois, cent,
mille, etc. On les nomme cardinaux, du mot latin cardo, parce
qu'ils sont la base et le fondement des autres.
On appelle Nombres ordinaux ceux qui expriment l'ordre :
premier, deuxième , troisième , etc.
NOMBRES CARDINAUX.

Les quatre premiers nombres cardinaux se déclinent :


UN,

MASC• FÉM. NEUTREs

Nom. eiç, un, tuta, une, év, un.


Gén. évóç, ut&ç, évóç.
Dat. évi, [ut&, éví.
Acc. , évz, pixv, Év.

DEUX. -

Nom. ôûo ou ôûo, deux.


Gén.
Dat.
ôuoïv,
ôuoïv, p
our les 3 genres
8 •

Acc. ôûo ou ôûo,


ADJECTIFS. l15
REMARQUE. On trouve quelquefois ôûo indéclinable pour tous
les cas et pour tous les genres. Aûo est poétique.
TROIS.

MASC. ET FÉM. NEUTRE,

Nom. Tpstç, tpix, trois.


† -
#} 2
pour les 3 genres.
Acc. Tpeï;, tpſa.
QUATRE.

MASC. ET FÉM. NEUTRE•

Nom. végazpeç, végazpz, quatre.


Gén. vegaxpov,
Dat véaaxpat, pour les 3 genres.
-
º .

Acc. végazçxç, végazpz.

On dit aussi attiquement révvzpeç, révvzpz, en mettant par


tout deux r à la place des deux G.
Les autres nombres cardinaux sont indéclinables jusqu'à
Cent.

Trévte, cinq. etxoat, vingt.


é#, six. Tptxzovtz, tI'ente,
étrtcé, Sept. vegazpázovtz, quarante.
ôx76, huit. Trevtſizovtz, cinquante.
ëvvéz, neuf. é#ázovtz, Soixante.
òézz, dix. é6ôouázovtz, soixante et dix.
évôezz, OIlZe. ôyôoſizovtz, quatre-vingts.
òóôexz, douze. évevázovtz, quatre-vingt-dix.
Tptçxxiôexz, treize. éxztóv, CeIlt.

Les autres centaines se déclinent :


MASC• FÉM, NEUTRE,

òtzzóatot, ôtaxóatzt, ôtaxóatz, deux cents.


Tptxxóatot, tptxxógtzt, rotaxógta, trois cents.
Yſ)tot, Zſ)tzt, Yſ)ta, mille.
uºptot, ºptzt, [ºptz, dix mille.
l16 ADJECTIFS.

NOMBRES ORDINAUX.

Tp5toç, premier. eixoatóç, vingtième.


òeórepoç, deuxième. TptxxoGTóg, trentième.
TptToç, troisième. éxatoatóç, centième.
tétzptoç 7 quatrième. àtaxoatoatóç, deux-centième.
TrégTtoç, cinquième. X ) togtó;, millième.

REMARQUE. Ces adjectifs se déclinent tous sur la première et


la seconde déclinaison, Ttpôtoç, m, ov; ôeûvepoç, épx, epov.
Tpixxo7vóç, trentième, est formé de rpixxovtz, trente, par le
changement de la terminaison xovvx en xoatóç.
Il en est de même des autres dizaines jusqu'à cent ; tsgazpx
xovtz, quarante ; regazpz xoató;, quarantième, etc.
Les centaines changent seulement la dernière lettre en atóç :
éxxvóv, cent ; éxxvo gtóç, centième.
ôtxxógtot, deux cents; ôtxxogto gtóç, deux-centième.

ADJECTIFS DÉMONSTRATIFS.

S 47. Certains adjectifs servent à montrer les objets ou à les


rappeler à l'esprit : on les nomme Adjectifs démonstratifs. Ce
SOIlt :

I. L'article ó, ñ, r6, le, la, le, déjà décliné ci-dessus; l'em


ploi en est généralement le même en grec qu'en français.
II. 6ôe, celui-ci; #ôe, celle-ci; róõe, ceci. Cet adjectif est
composé de l'article ô, ñ, v6, qui se décline en entier, et de ôe,
qui reste invariable. Il répond au latin hicce, haecce, hocce.
III. xûtóç, il, lui-même ; xÛTſí, elle, elle-même; xûtó, il,
cela même.
SINGULIER.

MASC• FÉM. NEUTRE.


» /
Nom. aûtóç, cxût ſi, C(UTO,

Gén. aûtoÙ, cxûtïç, cxûtoÙ.


Dat. &ût ſp, zût#, cxûtò.
Acc. aûtóv, cxûtáv, zûtó.
ADJECTIFS. li7

PLURIEL.

Nom. zûtot, zûtxt, aûtx.


Gén. &ûtöv, pour les 3 genres.
Dat. &ûtoïç , &ûtxïç, zûtoïç.
Acc. zütoó;, zützç, aût%.

DUEL.

MASC. FÉM. - NEUTRE. MASC. FÉM. NEUTRE•

N. Acc. xût6,5 xûtá,5 aûtó. G. D. xûtoiv,2 xûtxiv,2 xûtotv.

REMARQUEs. 1" Cet adjectif se décline en entier sur & ſz06ç,


excepté qu'il n'a point de v au neutre.
2° Il est toujours marqué d'un esprit doux.
Il répond au latin ipse, ipsa, ipsum.
Joint aux substantifs, il se rend par le mot même :
z)7 ) # 2perſi, la vertu même, ipsa virtus.
5 V t

zûtòç ó %xat)eû;, le roi même, rex ipse.

Remarquez que, dans ces exemples, xûvóç est devant l'ar


ticle.
Si c'est l'article qui est devant xÛ76ç, de cette manière :
6 zőtá;, ñ zőtá, tò xÙtó, il signifiera le même , la même, le
même ; et en latin , idem , eadem, idem :
6 zòtòç %xgt)eóç, le même roi, idem reac.
# zòtò &perá, la même vertu, eadem virtus.
7è zòtò épyov, le même ouvrage, idem opus.
Souvent rõ xöt6 s'écrit t'xÙt6 ; ou, sans apostrophe, Tzu76, et
au pluriel rxutx. On dit aussi au neutre rxutów avec un v. Les
meilleures éditions conservent l'esprit doux sur l'u : vxûtó ou
taûTóv, txût%.
l18 ADJECTIFS.

IV. En combinant en un seul mot l'article 6 et l'adjectif


zûtóç, on a fait oÙtoç, xütm, voûto, ce, cette, ce; celui-ci, celle-ci,
ceci; en latin, hic, haec, hoc. Il désigne les objets présents ou
Voisins. -

SINGULIER.

MASC, FÉM. NEUTRE•

Nom. oûtoç, cxÛTm, ToÙto.


Gén. Toūtou, txót mç, Toūtou.
Dat. voûtſp, vxótº, toûtſp.
Acc. ToÙtoy, vxûTmv, ToÛto.

PLURIEL.

MASC • FÉM. NEUTRE,

Nom. oÙtot, zövat, TozÙtox.


Gén. toûtov, pour les 3 genres.
Dat. toûtotç, txûvxtç, toûtotç.
Acc. toûtouç, Tzótxç, tozÙto.

DUEL ,
/

N. Acc. voûto», txótx, toûto. G. D. toótotv, txótxtv, toótotv.

REMARQUEs. 1° Cet adjectif prend t partout où l'article le


prend.
2° Il a l'esprit rude comme l'article au cas où il n'y a pas de
v : oûtoç, oÛtot ; xötn, x5txt. Au moyen de cet esprit rude et de
l'accent, on ne peut confondre ces deux nominatifs féminins
czütm, xÛtat, celle-ci , celles-ci, avec xûtſ , xûvxi , elle-même ,
elles-mêmes , Venant d'xÛtóç.
3° L'adjectif o57oç prend la diphthongue ou dans tous les cas
où l'article a un o ou un co. Il prend la diphthongue xo partout
où l'article n'a ñi o ni (o.

V. èxeïvoç, ce, celui-là ; èzeívn, cette, celle-là ; èxeïvo, ce,


cela.

On décline cet adjectif en entier comme aûtáç; il répond au


latin ille, illa, illud, et désigne les objets absents ou éloignés.
VI. Tig, quelque, quelqu'un, quelqu'une; vi, quelque chose ;
en latin, aliquis , aliqua , aliquid.
ADJECTIFS. l19

SINGULIER.

MASC. ET FÉM. NEUTRE.

Nom. tiç (rte), tt (tt).


Gén. ttvó;,
Dat Ttví pour les 3 genres.
© 2

Acc. vtv&, ti (r).


PLURIEL.

MASC. ET FÉM. NEUTRE•

Nom. ttvéç, Ttvx.


Gén. Tty6
Dat
-
- #. } 2
pour les 3 genres.
Acc. ttv&ç, ttv&.

DUEL.

N. Acc. ttvé, 1
G. D. ttvoïv, pour les 3 genres.

Cet adjectif répond très-souvent au nom indéfini français on.


Marqué d'un accent aigu, et toujours sur la première syllabe,
il est interrogatif, et répond au latin quis , quae , quid, ou
quod.
N. tíç, ri, qui, quel, quelle? que, quoi, quelle chose ?
G. vivoç. D. vivt. Acc. vivz, etc.
VII. Aeivx, tel ou tel : ce mot est ordinairement indéclinable,
et sert pour tous les genres et pour tous les nombres; quelque
fois aussi il se décline.
- SINGULIER . PLURIEL.

Nom. ôeîvx, ) Nom. ôeîveç.


Gén
9
ôeïvo;,
- ur les 3 genres.
Gén. ôeivov
©

Dat. êerv, ( " 8 Dat. (manque).


Acc. ôeîvz, Acc. ôeïvzç.
Ce mot s'emploie souvent avec l'article 6 : un tel a fait cela,
ó ôeïyz roûto èroimge.

REMARQUE. Tíç et ôeivx ont un sens indéfini. Ils sont placés


ici à la suite des adjectifs pronominaux démonstratifs, parce
que, tout indéfinis qu'ils sont, ils participent de leur nature.
Burn. Abr. gr. 4
50 ADJECTIFS.

ADJECTIF CONJONCTIF.

S 48. Si, en montrant un palais, on dit : Ce palais est


magnifique, le mot ce appelle l'attention sur l'objet , il le
montre ; c'est un adjectif démonstratif. Si l'on dit : Le palais
que vous voyez est magnifique , le mot que joint ensemble ces
deux idées : Vous voyez ce palais ; ce palais est magnifique ;
c'est un Adjectif conjonctif.
En français, cet adjectif est qui , que, lequel; en latin, qui,
quae, quod; en grec , 6ç, #, ó.
l. SINGULIER.

MASC. FÉM. NEUT,

Nom. öç, #, ö, qui, lequel, laquelle.


Gén. oû, #, oü, de qui, duquel, de laquelle, dont.
Dat. Gº, 'ſ , (º, à qui, auquel, à laquelle.
Acc. öv, #v, ö, que, lequel, laquelle.
PLURIEL.

Nom. oï, ai, à, qui, lesquels, lesquelles.


Gén. ſoy, pour les 3 genres, desquels, desquelles, dont.
Dat. oiç, xiç, oiç, à qui, auxquels, auxquelles.
Acc. oü;, &ç, ä, que, lesquels, lesquelles.
DUEL.

N. Acc. 5; &, ö. G. D. oïv, xïv, oïv.


REMARQUE. Cet adjectif prend partout l'esprit rude. Il se dé
cline comme l'article, excepté qu'il n'y a de t à aucun cas.

II. De 6ç , %, ö, réunis avec ttç, vt, on a fait óçttç, #ttç,


ö tt, qui, quiconque , qui que ce soit qui , en latin, quisquis
ou quicunque.
SINGULIER.

MASC. FÉM. NEUT,

Nom. óçttç, #ttç, ö tt.


Gén. oûttvoç, mçttvoç, oÙTtvoç.
Dat. qpttvt, #ttvt, (ºttvt.
Acc. övttvx, #vTtvx, ö tt.
ADJECTIFS. 51

PLURIEL.

Nom. oºttveç, atttveç, âvtvx.


Gén. övttvov, pour les 3 genres.
Dat. oiçTtGt, aiçttot, ot;ttgt.
Acc. oüçtvvxç, ā;Twzç, 3vvvx.

OBsERvATION. L'adjectif conjonctif s'appelle aussi relatif,


parce qu'il a toujours rapport à un nom exprimé ou sous-en
tendu, qu'on appelle antécédent. Ainsi, dans la phrase citée
plus haut, le mot palais est antécédent, le mot que est relatif.

ADJECTIFS CORRÉLATIFS.
S 49.
ANTÉCÉDENTS. RELATIFS. INTERROGATIFS.

"# } .. | " "" #:


*# # #
togoutoç, tus; au pl. tot. qui; quicunque. #
• º
#º{ºlo # | # |
REMARQUEs. 1° Ces adjectifs sont nommés corrélatifs, parce
qu'ils se correspondent par leur forme et par leur sens, et qu'ils
servent ordinairement à indiquer un certain rapport entre deux
propositions.
2° Les antécédents sont caractérisés par le t initial, les re
latifs par l'esprit rude, et les interrogatifs par le T.
3° A la colonne des relatifs il faut ajouter óTroïoç, ôTrágoç et
öttmXtxoç qui ont la même signification que oioç, ógoç et ñ\íxoç, et
Se mettent souvent entre deux verbes.

4.
52 PRONOMS,

DES PRONOMS.
--s>9G

S 50. Les Pronoms sont des mots qui désignent les trois per
sonnes du discours.
On appelle première personne celle qui parle. Pour se désigner
elle-même, elle emploie le pronom je. Exemples : Je marche,
je lis.
La deuxième personne est celle à qui l'on adresse la parole;
on la désigne par le pronom tu. Exemples : Tu marches, tu lis.
La troisième personne est celle dont on parle. Exemples :
Dieu est bon, la terre est fertile. Dieu, la terre, étant les objets
dont on parle, sont de la troisième personne.
Quand on les a déjà nommés, on les désigne par le pronom
il, elle. Exemples : Dieu est bon, il aime les hommes ; la terre
est fertile, elle nourrit ses habitants.

PRONOM DE LA PREMIÈRE PERSONNE.

Je ou moi.

SINGULIER ,

Nom. éy6, je ou moi.


Gén. ëuoö, uoÙ, de moi.
Dat. ëuoi, uot, me, à moi.
Acc. èué, ué, me, moi.
PLURIEL.

Nom. iiueïç, IlOllS,


Gén. muöv, de nous.
Dat. iiuïv, nOuS, à nOuS.
Acc. iiuäç, IlOllS,

DUEL.

- N. Acc. vöï, vº,. G. D. vöïv, vöv.


PRONOMS. 53

PRONOM DE LA DEUXIÈME PERSONNE.


Tu ou toi.

SINGULIER.

Nom. Gó, tu ou toi.


Gén. GoÙ, de toi.
Dat. Goi, te, à toi.
Acc. Gé, te, toi.

PLURIEL .

Nom. üueïç, VOUlS.


Gén. üuöv, de vous.
Dat. üuîv, Vous, à vous.
Acc. üu&ç, VOUIS.

DUEL.

N. Acc, opöï, gp4 ou ap6. G. D. gpöïv, gpſpv.

PRONOM DE LA TROISIÈME PERSONNE.

Il, elle.

L'emploi de ce pronom est rempli en grec par l'adjectif dé


monstratif xûtóç, xûTſí, xûv6, décliné ci-dessus. Cependant , au
nominatif, xôvóç signifie, non pas seulement il, mais lui-même.

PRONOM RÉFLÉCHI DE LA TROISIÈME PERSONNE.

Se, soi.

Lorsqu'on dit : Un cerf se mirait dans le cristal d'une fon


taine, le substantif cerf est représenté par le mot se; se mirait,
c'est-à-dire mirait lui-même, lui cerf. C'est ce qu'on appelle
Pronom réfléchi. Il ne peut avoir de nominatif.
5l1 PRONOMS.

SINGULIER.

Gén. ou, de soi.


Dat. ot, se, à soi.
Acc. é, se, soi.

PLURIEL .

Gén. Gſpöv, d'eux-mêmes.


Dat. gptat, se, à eux-mêmes.
Acc. Gp&ç, Se, eux-mêmes.

DUEL.

N. Acc. c poé, gp6. G. D. apotv.

REMARQUE. L'usage de ce pronom est assez rare en prose.


Au singulier il est toujours marqué d'un esprit rude.
OBsERvATIoN. Les pronoms èy6, a6 et le réfléchi o5, pouvant
représenter également tous les substantifs, sont de tout genre.
Éy6 est masculin, si c'est un homme qui parle ; féminin, si
c'est une femme, et ainsi des autres.

PRONOMS COMPOSÉS.

S 51. Des mêmes pronoms, combinés avec xûtóç, même, on


a formé des pronoms composés, qui, étant réfléchis, n'ont point
de nominatif.
PREMIÈRE PERSONNE.

MASC• FÉM. NEUTRE,

Gén. êuautoÙ, êuxuti,g, ëuzuToû, de moi-même.


Dat. êuzut@, ëuzut , àpxot@, à moi-même.
Acc. èuautóv, êuxuTſv, ëuzut6, moi-même.
PRONOMS. 55

DEUXIÈME PERSONNE.

MASC , FÉM. NEUTRE,

Gén. aexutoû, gezutñç, 7exuto5, de toi-même.


Dat. aexotö, gexot#, gexuz@, à toi-même.
Acc. gezutóv, gexotáv, gezut6, toi-même.

Ces deux pronoms composés n'ont point de pluriel. Pour ex


primer de nous-mêmes, on dit ñgöv zòtòv; à nous-mêmes, ºgiv
zÙtoïç; de vous-mêmes, öuôv xûtöv, et ainsi de suite.
TROISIÈME PERSONNE.

SINGULIER.

MASC. FÉM. NEUTREs

Gén. éxutoÙ, éxutïç, éxutoÙ, de soi-même.


Dat. éxutò, éxut#, éxutð, à soi-même.
Acc. éxutóv, éxutºv, éxutó, Soi-même.
PLURIEL.

Gén. éxutöv, pour les 3 genres. d'eux-mêmes.


Dat. éxutoïç, éxutxîç, éxutoïç, à eux-mêmes.
Acc. éxutoûç, éxutoéç, éxutx, eux-mêmes.

On dit aussi au pluriel, apôv xötöv, gpſgtv xûtoïç, gpäç xûvoûç.


REMARQUEs. 1° A la deuxième personne on contracte souvent
GexutoÙ en GoxutoÙ, etc.
2° A la troisième personne, éxutoÙ peut se contracter en
aûto5, ñg, oÙ, etc., en transportant partout sur xo l'esprit rude
de é.
Cet esprit rude empêche qu'on ne confonde ce pronom ré
fléchi avec les cas semblables d'xûtóç, ipse, qui a toujours l'es
prit doux. En outre, comme le pronom réfléchi ne peut avoir de
nominatif, xûvm (sans : souscrit) et zürzt, quoique avec esprit
rude , appartiendront toujours à oóvoç, xötn , voÛto, celui-ci,
celle-ci, ceci.
56 PRONOMS.

ADJECTIFS PRONOMINAUX POSSESSIFS.

S 52. La possession s'exprime le plus souvent en grec par le


génitif des pronoms : mon père, c'est-à-dire le père de moi,
ô Trxvío u.ou.
Cependant, des génitifs du singulier, aussi bien que de ceux
du pluriel et du duel, on a formé des adjectifs Possessifs ; ils
suivent la déclinaison d'&yx66ç, á, 6v.
PREMIÈRE PERSONNE.

MASC• FÉM. - NEUTRE,

èu6;, ëuá, ëuóv, mon, ma, mien.


iiuérepoç, épa, epov, notre.
voï repoç, épx, epov, notre (à nous deux).
DEUXIÈME PERSONNE.

Góç, G'á, Góv, tOn, ta, tien.


üuérepoç, épa, epov, votre.
apoï repoç, épz, epov, votre (à vous deux).
TROISIÈME PERSONNE.

Ou 6ç ,
éóç, #,
éſi, öw,
éóv, SOn. sa. sien
2 -'v« 2 e

G(pétepoç, épx epov, leur, leur propre.


DU VERBE.

NOTIONS PRÉLIMINAIRES.

S 53. Dans cette phrase : Dieu est bon, nous trouvons un


substantif (Dieu), un adjectif de qualité (bon), et un mot (est)
par lequel nous affirmons que cette qualité appartient à Dieu.
Le mot Dieu se nomme Sujet; le mot est, Verbe, et le mot
bon, Attribut; leur réunion forme une Proposition.
Ici le verbe énonce simplement que le sujet existe, et qu'il
existe avec telle ou telle qualité, indiquée par l'adjectif.
Dans cette autre proposition : Dieu récompense la vertu, le
verbe (récompense) exprime une action, et affirme en même
temps que le sujet fait cette action.
Le Verbe est donc un mot par lequel nous affirmons que le
sujet est ou qu'il fait quelque chose.

VOIX DES VERBES.

S 54. Examinons ces trois propositions :


1° L'homme juste honore la vertu.
2° L'homme juste est honoré par ses semblables.
3° L'homme s'honore en pratiquant la vertu.
Le sujet de toutes les trois est l'homme : dans la première
(l'homme honore), le sujet fait une action, il agit; le verbe est
Actif.
Dans la deuxième (l'homme est honoré), le sujet ne fait pas
l'action; il la reçoit, il l'éprouve, il la souffre; le verbe est
Passif. -

Dans la troisième (l'homme s'honore), le sujet fait l'action et


la reçoit tout à la fois. L'action retourne, se réfléchit vers son
auteur; le verbe est Réfléchi.
58 VERBE.

Pour exprimer ces trois situations du sujet, les verbes grecs


ont trois formes, que l'on appelle Voix : la voix Active, la voix
Passive et la voix Moyenne.
Cette dernière s'appelle ainsi, parce que, exprimant une ac
tion réfléchie, elle tient comme le milieu entre l'actif et le passif,
et participe de la signification de l'un et de l'autre.
Il y a quatre choses à considérer dans chaque voix , les Nom
bres, les Personnes, les Temps et les Modes.

NOMBRES.

S 55. La langue grecque a trois nombres pour les verbes


comme pour les noms : le singulier, quand il s'agit d'un seul,
j'aime, tu aimes, il aime; le pluriel, quand il s'agit de plu
sieurs, nous aimons, vous aimez, ils aiment; le duel, quand il
ne s'agit que de deux. Ce nombre est peu usité, surtout en
prose, et le plus souvent, même en parlant de deux, on se sert
du pluriel.
PERSONNES.

S 56. On appelle ainsi, dans le verbe, certaines désinences


qui font voir si le sujet est de la première, de la deuxième ou de
la troisième personne. Nous avons vu, en parlant des pronoms,
ce qu'on entend par personnes.
Les verbes grecs ont trois personnes au singulier, autant au
pluriel; le duel n'a souvent que les deux dernières, comme nous
le verrons en conjuguant.

TEMPS.

S 57. Les verbes ont différentes formes pour indiquer si la


chose qu'ils expriment est, sera ou a été.
Ces formes s'appellent Temps.
Celle qui annonce que la chose est actuellement s'appelle
Présent, je lis.
Celle qui la représente comme devant être s'appelle Futur,
je lirai.
Celle qui annonce simplement qu'elle a été s'appelle Parfait,
j'ai lu.
VERBE. 59

Voilà donc trois temps Principaux, le présent, le futur, le


parfait. Ce dernier mot signifie temps passé.
Mais le temps passé offre plusieurs nuances.
Si l'on dit, par exemple, je lisais quand vous êtes entré, ces
mots, je lisais, expriment une action actuellement passée, mais
qui était présente quand une autre s'est faite. Ce temps s'appelle
lmparfait. -

Si l'on dit : Je lus ce livre l'an dernier; cette forme, je lus,


annonce que cette action a été faite à une certaine époque du
passé, déterminée ici par les mots l'an dernier. Ce temps s'ap
pelle en français Parfait défini, et en grec, Aoriste.
Si l'on dit : J'avais lu quand vous êtes entré, ces mots, j'avais
lu, désignent une action comme déjà passée, quand une autre,
passée elle-même, a eu lieu. On appelle ce temps Plus-que
parfait, parce qu'il exprime doublement le passé.
Nous appellerons ces trois dernières formes temps Secon
daireS.

Il y a donc en grec trois temps principaux et trois temps


secondaires : -

TEMPS PRINCIPAUX : PRÉSENT, FUTUR, PARFAIT.

TEMPS SECONDAIRES : IMPARFAIT, AORISTE, PLUS-QUE-PARFAIT.

La valeur des temps est la même qu'en français. Aoriste veut


dire indéfini; ce temps répond à notre passé : je lus, j'allai,
je partis.
Chacun des temps secondaires est formé du temps principal
auquel il correspond dans ce tableau :
PRINC. Je délie, )óo. Je délierai, Xógo. J'ai délié, Xé)uxx.
TEMPS -

SECOND. Je déliais, ë)voy. Je déliai, #)uga. J'av. délié, ë)e)óxetv.


60 - VERBE,

MODES.

S 58. Ces mots, lire, lisant, je lis, lisez, que je lise, appar
tiennent tous au même verbe, et désignent la même action ;
mais cette action est diversement modifiée; elle est envisagée de
plusieurs manières différentes : ce sont ces différences que l'on
appelle Modes, du mot latin modus, manière.
Le verbe grec a six modes, l'Indicatif, l'Impératif, le Sub
jonctif, l'Optatif, l'Infinitif et le Participe.
L'Indicatif affirme d'une manière positive, certaine et abso
lue : j'aime la patrie; je connais mes devoirs.
L'Impératif joint à la signification du verbe l'idée d'un com
mandement fait par la personne qui parle : aime la patrie ;
connais tes devoirs.
Le Subjonctif joint à la signification du verbe l'idée de
subordination à quelque verbe antécédent, sans lequel le sub
jonctif ne formerait pas un sens parfait et achevé : tu veux que
je fasse. Ces derniers mots, que je fasse, ne formeraient point
par eux-mêmes un sens complet; ils dépendent du verbe qui
les précède.
L'Optatif s'appelle ainsi, parce qu'il exprime souvent l'idée
de désir, de souhait, comme ces mots : puissiez-vous , plût à
Dieu, etc. Le présent répond à notre imparfait du subjonctif,
que j'aimasse; et quelquefois à notre conditionnel, j'aimerais.
Infinitif signifie proprement indéfini, indéterminé. L'infi
nitif exprime l'état ou l'action, sans déterminer ni les nombres
ni les personnes. Lire , avoir lu, devoir lire, et tous les autres
termes qui répondent à ceux-là dans chaque verbe, sont desin
finitifs.
Le Participe s'appelle ainsi, parce qu'il tient à la fois de l'ad
jectif et du verbe. Il tient de l'adjectif, en ce qu'il sert à qua
lifier un substantif avec lequel il s'accorde en genre, en nombre
et en cas. Il tient du verbe, en ce qu'il marque un temps. Ajou
tez que sa forme elle-même est celle du verbe, modifiée d'une
certaine manière. Verbe Xóo, je délie ; Xûov, déliant.
Cette double nature fait du participe un mot d'une espèce
particulière; c'est à la fois un mode du verbe et une des dix
parties du discours. |
VERBE. 61

RADICAL ET TERMINAISON.

S 59. Je lis pourrait être remplacé par je suis lisant; le


disciple écoute, par le disciple est écoutant. Ces verbes je lis, il
écoute , contiennent donc en eux-mêmes l'idée du verbe être et
celle de leur propre participe.
Pour représenter ces deux idées, les verbes grecs ont deux
éléments, le radical et la terminaison.
Le radical est la partie invariable de chaque temps. La ter
minaison est la partie qui suit le radical, et qui varie selon les
nombres, les personnes , les temps, les modes et les voix. Elle
peut être composée d'une seule syllabe, comme dans X4-o, je
délie, ou de plusieurs, comme dans Xu-6mgoiueºz, que nous dus
sions être déliés.
Le verbe être se nomme verbe substantif, en tant qu'il ex
prime l'existence. Considéré comme simple liaison entre le sujet
et l'attribut, comme dans la proposition Dieu est bon , on l'ap
pelle aussi verbe abstrait. Tous les autres verbes, renfermant
l'idée d'un attribut, se nomment attributifs.
Il n'y a en grec qu'une seule conjugaison, dont l'indicatif
présent actif se termine en (o.
Quelques verbes cependant se terminent en ut, et forment
une exception qui se borne à trois temps. Nous en parlerons en
leur lieu.

VERBE SUBSTANTIF.

S 60. Nous commencerons par la conjugaison du verbe


substantif (eigí, je suis), parce qu'il fournit aux autres plusieurs
de ses terminaisons. En grec, comme en latin et en français,
cette conjugaison est fort irrégulière, sans offrir cependant au
cune difficulté.
Comme le duel est peu usité, nous le placerons toujours après
le pluriel.
62 VERBE SUBSTANTIF.

CONJUGAISON

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je suis. sois. que je sois.


7 /

et ut , ó,
ei ou eiç, tg0t, #;,

|
: -
èavi,
2
7

eguev,
eGTe,
7 /
/
/
égto,

égve,
öuev,
7178 ,
Et Gt , égvogav, öat,
7 / »/

eGtov, e Gtov, #tov,


# àGTóv. égvov. 'htoy.

j'étais, etc.
#v,
#ç 7

i ou iv,
#uev,
mte ou mgte,
-
#gav,

#voy ou #gtow,
#tmv ou #gtmv.

je serai, etc.
»/

e Gou.xt,
\
»/
-

eGº,
»/ »/

e Getxt ou 8 Gtoxt,
7 /
ëgóue0x
ººoººvz,
# ëgeg6e ,
égovtxt,
» /

ëaäus0ov,
»/

égeG6ov,
»/
égsg0ov.
VERBE SUBSTANTIF. 63

DU VERBE SUBSTANTIF EiMf, JE svrs.

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je fusse. être. étant.

einv, eivxt. M. öv,


stmç, övToç.
et +

º, F. oÙaz,
et muev, »/
»/ OUC71g.
st7Te,
et maxv, N. öv,
övToç.
ei ntov,
eiſſTºy.

que je dusse être. devoir être. devant être.

êao(unv, égeaûxt.
M. ëgóuevoç,
2 A.
égoto, eGouevou.
égotto,
» /

èaoiueºz, F. égouévn,
»/

égotgûe, égouévmç.
égotvvo,
» / N. ègáuevov,
êgotus0ov,
»/ égouévou.
égotg0ov,
2 /

égoíg6nv.
64 VERBE SUBSTANTIF,

REMARQUEs sUR LE VERBE SUBSTANTIF EiMſ.


S 61. Le verbe substantif eiui a, comme on le voit, plusieurs
irrégularités et manque de trois temps : le parfait, le plus-que
parfait et l'aoriste. On y supplée par ceux de yiyvogzt, devenir.
On doit encore faire les observations suivantes :
PRÉSENT DE L'INDICATIF. Pour la deuxième personne la forme
si est la seule qui soit usitée en prose.
IMPARFAIT. La deuxième personne est souvent #g6z, par addi
tion de la syllabe 0z. La troisième est plus souvent ºy que .
Les grammairiens citent un autre imparfait , qui a la forme
moyenne, et dont on trouve quelques exemples dans les au
teurs, particulièrement à la première personne du singulier et
à la troisième du pluriel : Sing. #umv, ñgo, ivo. Plur. #ge0z,
#a0e, ivvo.
IMPÉRATIF. Ce mode a une deuxième personne du moyen,
égo, sois, pour taût.
SUBJONCTIF. Le présent tout entier du subjonctif, ò, #;, ,
sert de terminaison au subjonctif de tous les verbes réguliers
en o, sans exception. La deuxième et la troisième personne
du singulier #g, , ont toujours t souscrit.
OPTATIF. L'optatif etmv, einç, ein, prête sa terminaison tmv à
tous les optatifs des verbes en ut.
A la première personne du pluriel, au lieu de et muev, on
dit aussi eiuev ; et à la troisième, eiev est plus usité que si maxv.
PARTICIPE. Le participe présent se décline comme les adjectifs
de la troisième classe.
SINGULIER.

MASC• FÉM. NEUTREe

Nom. dov, oÙox, öv.


Gén. övvoç, oög mç, övvoç.
Dat. övtt, oüam, övtt.
Acc. övvx, où Gav, öv.

PLURIELs

Nom, övTeç, oÙoat, övtx.


Gén. övvov, oûGöv, övtov.
Dat. oÙat, oögatç, oÙGt.
Acc. övtaç, oügaç, övtx.
VERBE SUBSTANTIF. 65

DUEL.

N. Acc. övte, oÙaa, ôvre. G. D. ôvtotv, oögztv, ôvtotv.


Ainsi se déclinent les participes en ov de tous les verbes sans
exception.
FUTUR. Le futur, à tous ses modes, est une forme moyenne.
La conjugaison primitive de ce temps est égouxt, égegxt, égetxt.
D'#gegxt, en retranchant le second G, on a fait éaext ; puis, en
contractant ez en m et en souscrivant l', égº. Cette observation
s'étend à toutes les deuxièmes personnes en 7 des verbes passifs
et moyens sans exception.
De même à l'optatif, égoto est pour égotgo.
Le participe ègágevo;, en latin futurus, se décline comme
&yx06;, á, óv.
Conjuguez sur eiuſ :
Trxp-etut, adsum ; &r-etut, absum ; uét-etut , intersum ; 76v
etut, una sum , Trp6g-stut, insum, accedo, Trept-etut, supersum ,
superior sum , et autres composés.
-–->G --

VERBES ATTRIBUTIFS.

AUGMENT ET REDOUBLEMENT.

S 62. Dans les verbes dont la première lettre est une con
Sonne, on ajoute au commencement de tous les temps secon
daires, à l'indicatif, la voyelle e, qu'on appelle augment. Ainsi,
dans le verbe Xûo, nous avons :
PRINCIP. : Présent. Xóo. Fut. Xógo. Parfait. )é)uxx.
TEMPS
SECOND. : Imparf. ë)Uov. Aor. #)uax. Pl.-parf. ê)s)éxetv.

Cet augment ne sort pas de l'indicatif.


Dans le parfait )é)uzz, nous trouvons, avant le radical Xu, la
syllabe Xe. Elle se compose de la voyelle s et de la première con
sonne du radical; on l'appelle redoublement.
Tous les verbes qui commencent par une consonne ont un re
doublement au parfait, et le conservent dans tous les modes.
Burn., Abr. gr. 5
66 VERBES ATTRIBUTIFS.

On peut comparer ce redoublement à celui de certains verbes


latins, comme fallo, fefelli ; tango, tetigi; pello, pepuli; parco,
peperci , et autres.
Comme l'e allonge d'une syllabe le temps du verbe auquel il
est joint, on l'appelle augment syllabique.
AUGMENT TEMPOREL.

S 63. Quand le verbe commence par une de ces trois voyelles,


&, e, o, il les change aux temps susceptibles d'augment, savoir :
& eIl n.
e eIl n.
O CIl ( ).

Exemples : -

lnd. prés. &vóto, achever, Imparf. #vutov.


â6é\o, vouloir, #0e\ov.
ópſ.o, borner, óptſov.
Des six diphthongues qui commencent par x, e, o, trois se
changent de la manière suivante :
&t GIl m ) , - ©

" $ töto& SOuSCTit.


ot en q)
&U GIl Yu.

Exemples :
Ind. prés. attéo, demander, Imparf. #reov.
oixéo, habiter, - dºxeov.
aÙ&&vo, augmenter, mü#xvov.
C'est ce qu'on appelle augment temporel.
Les voyelles déjà longues m, o, les communes t, u, et la di
phthongue ou, n'éprouvent aucun changement; et et eu demeu
rent aussi d'ordinaire invariables. Exemples :
Ind. prés, ñxéo, retentir, Imparf. #yeov.
dope)éo, aider, dopé\eov.
#xeveóo, supplier, ixéveuov.
56pſ o, outrager, ü6ptſov.
oûtá ,o, blesser, oÛvx.ov.
eixáſo, imaginer, etxx.ov.
eÛ0óvo, diriger, e5ºuyov.
VERBES ATTRIBUTIFS. 67

Les verbes qui commencent par une voyelle ou une di


phthongue ne prennent point de redoublement au parfait. La
première lettre de ce temps est la même que celle de l'imparfait.
Exemples :
Ind. prés. &vûvo, achever, Imparf. #vutov, Parf. #vuxx.
ziréo, demander, #reov, #tmxz.
Mais le parfait conserve l'augment temporel dans tous ses
modes.
Dans les verbes composés d'une préposition, l'augment et
le redoublement se placent entre la préposition et le radical.
Exemples :
Ind. pr. Trpoç-6xX)o, jetersur, Imp. Trpoç-é6xXXov, Parf. Trpoç-6é6)mxz.
&Tro-)ûo, détacher, &T-é)uov, &To-)é)uxx.

REMARQUE. Quelques verbes commençant par e font l'augment


en et, au lieu de le faire en 7; exemple : éſo, avoir, siyow ; é)xo,
traîner , et)xov.
• «-> ©----

AVERTISSEMENT

sUR L'USAGE DES TABLEAUX DE CONJUGAISON.

S 6h. Deux choses suffisent pour bien conjuguer :


1° Mettre, quand il le faut, avant le radical, l'augment et le
redoublement ;
2° Mettre après le radical la terminaison convenable.
On récitera d'abord le présent et l'imparfait de l'indicatif,
puis l'impératif, le subjonctif, l'optatif, l'infinitif et le parti
cipe. On passera ensuite au futur, pour lequel on suivra la même
marche, et ainsi des autres temps.
Nous donnerons successivement les tableaux des trois voix.
On y remarquera :
1° Que, hors de l'indicatif, il n'y a ni imparfait ni plus-que
parfait ;
2° Que, dans tout l'actif et à l'aoriste passif, le duel n'a ja
mais de première personne.
Nous placerons le futur immédiatement après le présent et
l'imparfait, parce que , dans la plupart des verbes, il faut con
naître le futur pour former les autres temps.
5.
68 S 65. VERBES EN o PUR. •

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je délie. délie. que je délie.


S. 1 p. Xó (o, Xó o,
2 p. X6 etç, Xó e, X6 mg,
H 3 p. Xó et, Xu éto, Xó n,
# P. 1 p. 24 ouev, Xû ouev,
# 2 p. Xó eve, Xó ete, Xó mte,
ſ-l4 3 p. Xó ouat , Xu étoGav, X6 oGt,
D.
2 p. Xó etov, Xó etov, Xü mtov,
3 p. X6 etov. Xu étov. Xó mvov.
je déliais.
S. 1 p. ë)u ov,
2 p. é)u eç,
# 3 p. ë)u e,
# P. 1 p. , ouev,
# 2 p. ,º ete ,
= 3 p. é)u ov,
D.
2 p. é)\6 etov,
3 p. ë)u évmv.
je délierai.
S. 1 p. Xó Go,
2 p. \ó Getç,
3 p. Xó Get,
# ]P. . \ó Gouev
E
E
#† Xú
/
# 9

2
3 p. )û Gouat,
D.
2 p. Xó Getov,
3 p. \ó Getov.
/ je déliai. aie délié. que j'aie délié.
S. 1 p. ëXu Ga, Xó Go,
2 p. ë\u Gaç, XÛ Gov, X6 G7g,
e 3 p. ëXu Ge, Xu Gºvo, Xó a q,
#)P. 1 p. à) 6 ozgev, Xó Gouev,
# 2 p. é)\ó Gave, Xó Gxve, Xó G'nte,
-; 3 p. ëXu Gav, Xu Góvoaxv, Xú goGt,
D.
2 p. ëX6 acxtov, X4 Goztov, )4 Gmtoy,
\ 3 p. ë)u axtmv. Xu axtov. )û Gmtov.
vERBE Afo, ye péziE. voIx ACTIVE. 69

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je déliasse. délier. déliant.


Xó otut, Xó etv. M. X4 (ov,
Xû otç, Xó ovtoç.
# Ot , F. \6 ougx,
º oºgº, \u oûg'mç.
Xó otTe,
Xó otev, N. 2º/
OV,
*, Xó ovtoç.
X6 ottov,
Xu ottmv.

que je dusse délier. devoir délier. devant délier.


Xó Gotut, Xó getv. M. \6 Gov,
X6 Gotç, X6 Govtoç.
A

24 GOt , F. \û Gouaz,
2º Gotu ev, Xu GoûGmç.
Xú Gotte, rw

/ N. XÛ Gov,
Xû Gotev, A

Xû Govtoç.
Xó Gottov,
Xu Gottmv.
que j'eusse délié. avoir délié. ayant délié.
, A6 Gatut, \ù Goxt. M. \ó Gxç,
X6 Gatç, Xó Gavvoç.
# G0Xt , F. X4 Goxaox,
Xó Gatuev, Xu Goºg'mç.
Xó Gatte, r• •

/ N. \Ù Gxv,
Xó Gatew, /

X6 coxvtoç.
Xó Gxttov,
Xu Gxítnv.
70 VERBES EN Q PUR.

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

j'ai délié. aie délié. que j'aie délié.


1 p. Xé\u xx, Xe)û xo,
2 p. XéXu xxç, Xé)u xe, Xe)\ó xmg,
- 3 p. XéXu xe, 2\e)u xévo, Xe\ó xm,
# )P. 1 p. )e) 6 xzgev, Xe)û xouev,
# 2 p. Xe\6 xxve, Xe)û xeve, Xe)û xmte,
$ 3 p. Xe\6 xxGt, )e)u xévogxv, Xe)û xoGt,
D.
2 p. Xe\6 xxvov, | )e)û xevov, Xe)û xmtov,
3 p. \e)\6 xxvov. | \e)u xévov. Xe\6 xmvov.
j'avais délié.
S. 1 p. è)e)\6 xetv,
# 2 p. ë)e\6 xetç,
: 3 p. ë)e\6 xet,
# P. 1 p. à)e) 6 xetuev,
# 2 p. ë)e\ó xette,
# 3 p. ë)e)\6 xetgxv,
# [ D. 2
ſ- p. é)e\á xettov,
| 3 p. é)e)u xeſt nv.
2- =-1

FORMATION DES TEMPS DE L'ACTIF.

S 66. INDICATIF. 1° Le présent se compose du radical et de


la terminaison o, etç, et, etc.
2° L'imparfait se forme du présent en ajoutant l'augment et en
changeant o en ov : présent, Xóo ; imp., éXuov. La troisième per
sonne du pluriel de ce temps est toujours semblable à la pre
mière du singulier.
3° Le futur se compose du radical et de la terminaison go,
GEtç , G8t.

li° L'aoriste se forme du futur en ajoutant l'augment et en


changeant go en az : \ógo, ëXuax. La troisième personne du
pluriel se forme en ajoutant v à la première du singulier : ëXuaz,
ë)ugxv.

Le G caractérise , en général, le futur et l'aoriste dans tous


les modes.
VERBE Afo, JE pÉLIE. VOIX ACTIVE. 71
•-m-

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que j'eusse délié. avoir délié. ayant délié.


Xe)\ó xotut, Xe)u xévxt.
# X.Ot3 , M. \e)u x6ç,
Xe)û xot, \e)u xóvoç.
Xe\6 xotuev,
Xe)ó xotte, F. \e)u xuix ,
Xe)û xotev, )e)u xuixç.
N. \e)u xóç,
/ /

Xe)û xotvov, \e)u xótoç.


Xe)u xoftmv.

RTT-TT S

5° Le parfait se forme du futur en changeant Go en xx, et


en ajoutant le redoublement.
Nous verrons par la suite comment la terminaison xx se mo
difie dans les verbes qui ont une consonne à la fin du radical.
6° Le plus-que-parfait se forme du parfait en ajoutant l'aug
ment e, et en changeant x final en etv : \é\uxx, é)e\óxetv.

IMPÉRATIF. 1° Le présent de l'impératif se forme en ajoutant


e au radical, ou, ce qui est la même chose, en changeant o de
l'indicatif présent en e :
Indicatif présent, Xûo. Impératif, Xüe.

2° L'impératif aoriste est toujours gov, gávo : XÛgow, Xugxto.


3° Toutes les troisièmes personnes de ce mode, au singulier,
au pluriel et au duel , ont un o.
72 VERBES EN Q PUR.

SUBJONCTIF. Tous les temps du subjonctif se terminent en


co, 0ç, ſ).
Le présent de ce mode se forme de celui de l'indicatif, en
changeant les brèves en longues, en souscrivant tôtz et en reje
· tant Ûd)i\ów à la troisième personne du pluriel :
Indicatif, Xóo, Xûetç, Xüet, Xûouat.
Subjonctif, \6o, )ónç, X47, Aûoat.
La deuxième personne du pluriel, Xónre, et le duel \óntov ,
n'ont point d' souscrit, parce qu'il n'y a point d' à l'indicatif
Xóete, )ûetov.

OPTATIF. 1° Le présent, le futur et le parfait de l'optatif se


forment en changeant en otut la dernière lettre des mêmes
temps de l'indicatif : A6 o, X6 otgt.
2° L'aoriste perd l'augment et change ga en gztgt : é)uaz,
Àógztut.
Cet aoriste a encore une autre forme, qu'on appelle éolique,
parce qu'elle vient des Eoliens. La deuxième personne du sin
gulier, Xûgetzç, la troisième \6gete, et la troisième du pluriel,
Xûaetxv, sont les seules dont on trouve des exemples.
INFINITIF. Les temps terminés à l'indicatif en o font l'infinitif
en etv, l'aoriste le fait en gxt ; le parfait en évzt.
PARTICIPEs. Les temps qui ont l'infinitif en ety font au parti
cipe ov, ouaz, ov ; l'aoriste, gzç, gzgz, gxv; le parfait, 6ç, Uïz, 6ç.
Tous ces participes se déclinent comme les adjectifs de la
troisième classe.

REMARQUES SUR LES TERMINAISONS DE LA VOIX ACTIVE.

S 67. On remarquera : 1° que, à l'actif, plusieurs temps fi


nissent par les mêmes lettres ou par les mêmes syllabes. Ainsi
le présent et le futur de l'indicatif ont pour finales o, etç, et ;
tout le subjonctif, o, çç, ſ ; trois temps de l'optatif, otut, ot;,
ot, etc. Cette ressemblance dans la désinence de la plupart des
temps simplifie beaucoup la conjugaison grecque et la rend très
facile.
2° Que ç se trouve à toutes les deuxièmes personnes du singu
FORMATION DES TEMPS DE L'ACTIF. 73

lier. Il en est de même en latin et en français, amas, tu aimes ;


amabis , tu aimeras, etc.
3° Que la troisième personne du singulier se forme de la
deuxième en retranchant ç : Xóetç, Xóet ; éXueç, éXue. Les temps
en x changent cette Voyelle en e : Xé)uxxç, \é\uxe.
li° Que toute première personne du pluriel se termine en gev,
toute deuxième en re, toute deuxième du duel en row.
5° Que tous les temps principaux ont la troisième du pluriel
en gt, et la troisième du duel en rov, comme la deuxième.
6° Que tous les temps secondaires ont la troisième du pluriel
en v, et la troisième du duel en Tmv.
7° On voit encore, par tout ce qui précède, que l'aoriste
garde x dans tous les modes, excepté au subjonctif.

TABLEAU DES DÉSINENCES


DES TEMPS PRINCIPAUX ET DES TEMPS SE C O N D AIRES.

TEMPS PRINCIPAUX.

SINGULIER• PLURIEL • DUEL•

Ind. Prés. et Fut. | o, etç, et, ouev, ete, ouat, etov, etov.
— Parf. a, xç, e, auev, ave, xGt, xvov, aTov.
Subjonctif. co, mg, m, couev, mte, coat, mtov, mvov.

TEMPS SECONDAIRES.

Ind. Imparfait. | ov, eç, e, ouev, ete , ov, etov, étnv.


— Aoriste. 0., &ç, e, xuey, xte, xv, cxvov, & rmv.
— Plus-q-parf | ew, et;, et, etuev, et re, etgay, et rov, et rmv.
• O /

Optatif. CL tut, tç , t, tu.ev, t7e, lev, tToy, tTmv.

IMPÉRATIF.

Présent et Parf. e, évo, ete, évogav, etov, évov.


Aoriste. ov, &vo, ave, &vogxv, xvov, &vov.
74 S 68. VERBES EN o PUR.
INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.
je suis délié. sois délié. que je sois délié.
S. 1 p. \6 ouat, X6 (ouxt,
2 p. \6 , Xó ou, Xû 0,
- 3 p. Xó etxt, Xu ég0o, Xú mtcxt,
# P. 1 p. Xu áue6z, Xu 6ue0x,
# 2 p. Xó eg0e, Xó eoûe, X.6 mgûe,
# 3 p. Xó ovvxt, Xu égûogxv, Xû covtxt ,
D. 1 p. Xu óus6ov, Xu (6u.e0ov,
2 p. X4 eg6ov, Xó eg0ow, Xó mg6ov,
3 p. Xó eg6ov. Xu ég6ov. Xú ma6ov.
j'étais délié.
p. ë)u óumv,
p. ë)û ou,
p. ë)û evo,
p. ë)u óue0x,
p. ë)û eg0e,
p. é)û ovvo,
D. é)u óue0ov,
D. é) 6 eg6ov,
D. ë)u ég6nv.
je serai délié.
p. Xu 6ſgouxt,
p. Xu 6ſigm,
p. Xu 07ſgetxt,
p. Xu 6mgóueûz,
# p. )u 6ſgegûe,
D. )u 6ſgovtxt,
D. Xu 6maóue6ov,
D. )u 6'ágeg6ov,
D. Xu 6ſgeg6ov.
je fus délié. sois délié. que j'aie été délié.
D.P.S. p. ë)\6 6mv, Xu 6ö,
p. ë)\6 6nç, XÜ 0mtt, Xu 0#g,
p. ë\6 6m, Xu 0%vo, Xu 6#,
p. à) 6 6muev, Xu 0öuev,
# p. ë\6 0mve,
p. é)\ó 6mgxv,
Xû 0mve,
Xu 0ſſvogxv,
Xu 6ïte ,
Xu 0öat,

ë)û 6mtow, Xó 0mtov, Xu 0ïtov,


# pp.. #)u 64vmv. Xu 0'ſſtov. Xu 0ïvov.
VERBE Afo, JE DELIE. VOIX PASSIVE. 75

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je fusse délié. être délié. étant délié.

Xu otumv, X4 eg6xt. M. Xu óuevoç,


Xó oto, \u ouévou.
#§ F. Xu
Xu
ouévn,
ouévmç.
º otueUa,
Xó otaûe, A

Xó otvto N. Xu óuevov, /
2
Xu oiue0ov, Xu ouévou.
X4 otg0ov,
Xu otg0av.

que je dusse être délié. devoir être délié. devant être délié.

Xu 6mgotp.mv, Xu 6 jaeg0xt. M. Au 0mgóuevoç,


Xu 6ſgoto, Xu 0mgouévou.
Xu #oorro,
/
F. Au 6mgouévn,
Xu 6zootue6z, Xu 6maouévmç.
Xu 0iſgoto0e,
/ N. Xu /
6mGóp.evov,
Xu 6ſgotvto, / Xu 6mgouévou. /

Xu 6mao(ue0ov,
Xu 0iſgotgûov,
Xu 6mgoíg6nv. -

que j'eusse été délié. avoir été délié. ayant été délié.
Xu 6eínv, Xu 6ïvxt. M. Xu 0et;,
Xu 6eínç, Xu 0évToç.
Xu #n, F. Au 6eïaz,
Xu # Xu 6etat ;.
Xu 6eimte
mte , N. Au 0év, /

Xu 6eímgxv, Xu 0évvoç.

Xu 0eímtov,
Xu 6et7ſTnv.
76 - VERBES EN Q PUR.

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

j'ai été, je suis délié. sois délié. q je sois,q.j'aie été délié.


Xé\u uzt, )e)uuévoç ò,
)é)u gxt, Xé\u Go, Xe)uuévoç #ç,
Xé\u rxt , Xe)û gûo, Xe)uuévoç ,
Xe\ó ueûz, \e)uuévot öuev,
| )é\u g6e,
Xé\u vtxt,
Xe)\6 ue0ov,
XéXu g6e,
Xe\6 g6ogxv,
Xe)uuévot
Xe)uuévot
#ve,
öat,
XéXu G6ov, Xé)u g6ov, Xe)uuévo #vov,
Xé)u g0ov. Xe\6 g6ov. Xe)uuévo irov.
j' vais été, j'étais délié.
ë)e)û umv,
ë)é\u go,
ë)é\u vo,
ë)e\ó ue0z,
ë)é)u g0e,
ë)\é\u vto,
à)e\ú ue0ov,
é)é\u g0ov,
ë)e\á g0mv.
j' aurai été délié.
Xe)û Gouxt,
Xe)û aſ,
)e)4 Getzt,
P )e)u Góue0x,
Xe)\ó Geg6e,
)e)û Goytxt,
)e)u Góueûov,
Xe\ó Geaûov,
)e)4 geg0ov.

FORMATION DES TEMPS DU PASSIF.

S 69. INDICATIF. 1° Le présent se forme du présent actif en


changeant o en ouzt : Xóo, Xóouzt.
2° L'imparfait se forme de l'imparfait actif en changeant ow
en 6unv : é)uov, à)uóumv.
3° Le futur se forme du futur actif en changeant go en
%gouzt : Aógo, Xu0ſaouxt.
vERBE Afo, Je déziE. VOIX PASSIVE.
OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que j'eusse été délié. avoir été, être délié. délié.


Xe)uuévoç et mv, Xe)\4 G0xt. M. Ae)u uévoç,
Xe)uuévoç etnç, Xe)u uévou.
2,vgéos sº, F. ) e)u uévn,

Xe)uuévot et muev, Xe)u uévmç.


Xe)uué vot einve,
Xe)uuévot
/
eimgxv,
>. N. )e)u uévov
uevov,
Xe)u uévou.
Xe)uuévo eimtov,
Xe)uuévo eiſſrmv.

que j'eusse dû être délié. avoir dû être délié. ayant dû être délié.
Xe)u gotumv, \e)\ó geo0xt. M. )e)u góg.evoç,
Xe)û goto, Xe)u Gouévou.
Xe)\4 gorto 2 F. )e)u gouévn,
Xe)u aoiueºz, Xe)u Gouévnç.
0,e)û Gotg0e, N. )e)u Góuevov,
)e)4 Gotyto, )e)u Gouévou.
)e)u go(ue0ov,
)e)4 gotg6ov,
Xe)u goíg6nv.

4o L'aoriste se forme du futur en changeant 6'4aouzt en 0nv,


et en ajoutant l'augment : Xoºigouxt, ë) 60mv.
La forme de cet aoriste, pour tous les modes, est active ;
nous en avons déjà vu le modèle dans l'imparfait iv, iiç, i, du
verbe eiuí. -

5° Le parfait se forme de celui de l'actif en changeant xz en


uat : )é)uxz, )é\ouat.
78 VERBES EN Q PUR.

6° Le plus-que-parfait vient du parfait en changeant uzt en


unv , et en préposant l'augment : )é)uuzt, ë)e\óumv.
7° Le futur antérieur se forme de la deuxième personne du
parfait en changeant ozt en gouzt : Xé\uazt, \e)\6gouzt.
Le redoublement se conserve dans tous les modes.
La voix passive est la seule qui ait ce temps.
IMPÉRATIF. L'impératif se forme de l'indicatif, avec les chan
gements indiqués par le tableau suivant :
INDICATIF, IMPÉRATIF.

Imparfait. 2° p. ëXûou, Xóou, XuéG0o.


Aoriste. 3° p. ë\66'm, Xó6mtt, Xu6ſſto.
Pl.-Parf. 2° p. ëXéXugo, )é\ugo, \e\óg0o.
Au passif, comme à l'actif, les troisièmes personnes de ce
mode sont toujours caractérisées par l'o.
SUBJONCTIF. 1° Le présent se forme de celui de l'indicatif, en
changeant les brèves en longues : X6 ouzt, A6 ouat.
2o L'aoriste se forme de celui de l'indicatif, en ôtant l'aug
ment et en changeant mv en ö : ë\60mv , Xu0ö.
3° Le parfait se forme par circonlocution du participe parfait
)e)upévoç, m, ov, joint au subjonctif présent du verbe eivzt,
être, &, iç, #.
OPTATIF. 1° Les temps de l'indicatif en ouzt font, à l'optatif,
oiunv par le changement de la voyelle modale o en ot : X6 ouxt,
)u oiunv.
2° L'aoriste change mv en eínv, et rejette l'augment : ëX66 av,
)u0 etmy. Au pluriel, au lieu de X00eimgev, etc., on dit aussi,
)uûeïuev, Xuûeïve, Xu0eïev.
3° Le parfait se forme du participe joint à l'optatif du verbe
eivxt : \e)uuévoç simv.
INFINITIF. 1° L'infinitif des temps en gzi se forme de la troi
sième personne de l'indicatif, en changeant txt en g6zt par un 0 :
INDICATIF, INFINITIF»

Présent. 3° p. Xüe rxt, Xóe , G0xt.


Futur. 3° p. Xu6ſge rat, Xu6ſjge g0xt.

2° L'aoriste se forme en ajoutant 6ïvxt au radical : Xu 6ïvzt.


PARTICIPEs. 1°Tous les temps en uxt font le participe en gevoç :
Xoá uevoç. Tous ces participes se déclinent comme &yx06ç, ſi, 6v.
FORMATION DES TEMPS DU PASSIF. 79

2° L'aoriste ajoute 6eíç au radical : Xu 6eíç. Ce participe se dé


cline comme les adjectifs de la troisième classe.
REMARQUES SUR LES DEUXIÈMES PERSONNES DU SINGULIER.
S70. Rappelons-nous ce qui a été dit dans les observations
sur le verbe eigí, savoir, que la deuxième personne du singulier
en ſ est une contraction pour eaz.
La même personne en , au subjonctif, est pour mazt, en con
tractant ainsi : mazt, zzt, . º

La deuxième personne en ou, à l'imparfait et à l'impératif, est


formée de ego, en retranchant le g et en contractant so en ou :
à)ûsGo, ë)\ûeo, é)ûou.
Enfin, oto , à l'optatif, est pour otgo.
La conjugaison primitive de ces temps est donc :
lndicatif. Xû ouxt, Xú eazt, Xó etat.
Subjonctif. Xó (ouxt, Xó maxt, X6 mtxt.
Optatif. Xu oiumv, Xû otao, )û otto.
lmparf. de l'ind. à)u óunv, ë)û ego, à) 6 eto.
Impératif. Xó ego, )u égûo.
Cette manière de conjuguer fait sentir le rapport qu'ont entre
elles les trois personnes, dont la première est caractérisée par u,
la deuxième par G, la troisième par T.
DÉSINENCES PERSONNELLES.

S 71. Si l'on ôte des terminaisons les voyelles modales , il


restera, pour les temps principaux et les temps secondaires de la
forme passive, les désinences personnelles comprises dans le
tableau suivant. On remarquera que tous les temps principaux
ont la troisième personne du pluriel en vtxt, et la troisième du
duel en g0ow , et que tous les temps secondaires ont la troisième
du pluriel en vvo, et la troisième du duel en g6nv.
TEMPS PRINCIPAUX. TEMPS SECONDAIRES.

1re pers. 2° pers. 3° pers. | 1"e pers. 2° pers. 3° pers.

Sing. uxt, G0&t, TCXt , umv, GO , TO ,

Plur. geºz, cûe, y70.t, u.e0z, G0e, vvo,

Duel. ue0ov, gºov, g0ov. us0ov, aºov, g6nv.


80 S 72. VERBES EN Q PUR.
INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je me délierai !.
S. 1 p. Xó Gouxt,
2 p. \6 Gſ ,
3 p. Xú Getxt,
# P. # ຠaóue0z,
->
GH
p. \6
3 p. \6 gegûe,
aovtxt,
D. 1 p. Xu gáue0ov,
2 p. Xû aeg0ov,
3 p. Xú geg0ov.
je me déliai. délie-toi. . que je me sois délié.
S. 1 p. è)u cxumv, X6 Gouzt,
2 p. ëA6 go, XÛ Goxt, Xó Gm,
- 3 p. èXó gxto, Xu G6a0o, Xó Gmtxt,
# P. 1 p. è)u g&ge0z, Xu Góue0z,
# 2 p. #)û gxg6e, X6 Gag6e, Xó Gmgûe,
<; 3 p. ë)û aavvo, Xu GaG0oaxv, X6 Govtxt,
D. 1 p. è)u g&ue0ov, Xu g6ue0ov,
2 p. é\ó aaa0ov, | X6 GaG0ov, Xó G'mg0ov,
\ 3 p. é)u gxg0nv. | Xu gxg0ov. Xó Gmg0ov.

REMARQUES SUR LA VOIX MOYENNE.

S 73. Le moyen n'a que deux temps qui lui soient particu
liers : le futur et l'aoriste.
Aux quatre autres temps, on se sert, pour exprimer une ac
tion réfléchie, de la forme passive ; ainsi :
Le présent, Xóouxt, signifie je suis délié ou je me délie.
L'imparfait, ëXuáunv, j'étais délié ou je me déliais.
Le parfait, XéXuuxt, j'ai été ou je me suis délié.
Le plus-que-parf., ë)e)öumv, j'avais été ou je m'étais délié.

1. Nous traduisons je me délierai, etc., pour plus de facilité; mais, en général, le moyen
n'est qu'indirectement réfléchi, et Aûea0at signifie plutôt délier pour soi, se faire délivrer
(par ex. un prisonnier), que se délier soi-même. On ne rendrait bien je me délie moi-même
que par Xûoo épavtóv.
VERBE Afo, JE DÉLIE. VOIX MOYENNE. 81

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je dusse me délier. devoir se délier. devant se délier.


Xu Goiunv, Xó geo0xt. M. Au Góuevoç,
Xú goto, Xu Gouévou.
XÛ ºoºo, F. )u Gouévn,
, gotu.a0z, Xu Gouévmç.
Xú gotaûe, /

Xó gotvto, N. )u Góuevov,
Xu Gouévou.
Xu goiue0ov, [.
Xó gota0ov,
Xu goíg6nv.
que je me fusse délié. s'être délié. s'étant délié.
Xo Gaiumv, Xó GxG0xt. M. Xu Gäuevoç,
Xó Gxto, Xu Gauévou.
XÛ casto, F. Au azuévn,
2º axiu.e0x, Xu Gauévmç.
X6 gxta0e, /

Xó Gxtvto, N. )u gáuevov,
Xu Gaius0ov, Xu Gauévou.
Xó Gata6ov,
Xu Gaia0mv.

Le futur moyen se forme du futur actif, en changeant go en


aouzt : Xú Go, Xó Gouzt.
L'aoriste moyen se forme de celui de l'actif, en ajoutant gav :
é)ugz, ë)uaxumv.

Conjuguez sur Xóo les verbes suivants :

Ind. Prés. Ttxtôeóo , instruire, Fut. Trxtôeógoo, Parf. TteTrxſôeuxx.


8xat)eóo, régner, ßzai)eóoo, ße6zgû\euxx.
ttoteóo», croire, Tttatsógo, Trettateuxx.
ßou)eóo», conseiller, 8ou)sûao, ße6oó\suxx.

Burn., Abr. gr. 6


$
7S4. TABLEAU
RÉSUMÉ
TROIS
DES
VOIX

DES
EN
VERBES
P
Q UR.

UBJONCT.
PTATIF.
NFINITIF.
| O|PISIMPÉR.
ARTICIPES.
INDICATIF.
"Présent

e,
(o,
otut,
etv,


(ov.
Imparf.
ov.
éXu
Futur.

g(o,
Gotut,
getv,

VOIX

gov.

ut,
azt ACTIVE.
)Aoriste.
gx,
é)u
GGov,
|)6)û
o,
Goxt,

X6
gxç.
Parfait.
xe,
)é)u
xx,
zo,
|)e)û
)e)û
ut,
xot
xévzt,
|)e)u
x6ç.
-Parf.
Pl.
ë)e)
4xetv.

Présent.
Xu
couat,
26
oo,
oiunv,
ouzt,
0,6
eg0xt,

óuevoç.
Imparf
à)u
óumv.
)u0áFutur.
aouzt,
|)6mgoigny
%ge70zt|
6m
Xu u
Góuevoç.
VOIX
Aoriste.
ëX40mv,
rntt,|

Xu
065,
0eimv,
,(0ïvzt,
)u
0eſç.
]PPASSIVE
)g)o
ao,arfait.
)é)u
uévoç
|)e)u
my|)e)\6
etö,|)e)u
uévo;
aºzt,
uévoç.
|)e)o
uxt,
Pl.-Parf.
ê)e)
6gºv.
ant.
)e)u
gotumv,
gºut.
ouzt,
6a)e)
|)e)
eg0zt,
gôuevoç.
|)e)u
XXo (FVOIX
Gotumv,
aouzt,

|)aeg0zt,
gôuevoç.
u6utur.
azt, MOYENNE.l
Aoriste.

gág.nv,
à)u
gziunv,
)gáuevoç.
|azgûzt,
6cóuouzt,
|
=-=
-!
VERBES EN Éo, Ao, 6o. 83

VERBES EN ÉQ, Ao, óo,


OU VERBES CONTRACTES.

S 75. Le verbe X6 o nous a présenté dans toute sa conju


gaison le radical )u invariable et parfaitement séparé de la ter
minaison. Il en est de même de tous les verbes dont le radical
finit par un t, un u ou une diphthongue.
Mais si le radical est terminé par une des voyelles z, e, o,
comme dans pi)é o, aimer, ttux o, honorer, ôm)6 o, montrer,
cette voyelle se contracte avec celle de la terminaison au pré
sent de tous les modes et à l'imparfait de l'indicatif. Ainsi,
pour pi)éo, on dit pi)o; pour ttuxo, ttgö; pour ôm)óo, ôm)ö.
Ces Verbes se nomment contractes.

La contraction n'a lieu qu'au présent et à l'imparfait, parce


que dans ces deux temps seulement la terminaison commence
par une voyelle.
Au futur et au parfait, ces verbes changent souvent e et x en
z, et o en o, c'est-à-dire les voyelles brèves du radical en leurs
longues ; exemples :

Indic. Prés. pi)éo, Fut. pi)ágo, Parf. Trepi)nxz.


Ttuxo, Ttuſgo, vettuxxx.
ôm)óo, ôm).6go, ôeôſſ\oxz.

Les temps sans contraction se conjuguant exactement comme


· ceux de Xûo , nous n'en donnerons que la première personne.
8li S 76. VERBES CONTRACTES EN ÉQ.

Règles de contraction : e se retranche devant les voyelles

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

j'aime. aime. que j'aime.


S. 1 p. pi) éo, ö, (pt) éo, ö,
2p. pt) éetç, eïç, ſpí) ee, et, /
pº) égç, #;,
3 p. pt) éet, et, pt) eévo, etvo, pt) éſ, #,
P. 1 p. pt) éouev, oüuev, pt) écouev, öuev,
| 2 p. pt) éeve, eïve,
3 p. pt) éouat, oÙat,
pt) éeve, eïve, pt) émte, ñte,
pt) eévogxv, et rogay, pt) écoat, ögt,
2p. pi) éetow, eïvov, pt) éetow, eïvov, pi) énvov, ïtov,
3 p. pi) éevoy, eïvov. pt) eévov, etvov. pt) énvov, ïvov.
j'aimais.
. épi) eov, ouv,
2 p. ëpû eeç, etç,
3 p. épí) ee, et,
P. 1 p. èpt) éouev, oüuev,
2 p. ëpt) éeve, eïve,
3 p. ëpû eov, ouv,
2p. ëpt) éetow, eïvov,
3 p. épi) eévmv, eívmv.
FUTUR. qpt)'á Go.
AORISTE. épí\m gx. /

qpi)n gov. pt) ſi Go.


PARFAIT. Trepſ)m %.00. /

Trepi)m xe. Trept)'á xo.


PL.-PARFAIT. ëtrept) ſi xetv.
NE-T-T-3

REMARQUES. 1° On voit que ce tableau n'offre point une nou


velle conjugaison, puisque les terminaisons sont partout les
mêmes que celles de Xóo. Si nous avons rapproché de ces termi
naisons l'e de pt)é, c'est pour mieux faire comprendre comment
il se contracte avec elles; mais en conjuguant pi)é o, pi)é etç,
pi)é et, sans faire la contraction, on voit les terminaisons re
paraître telles qu'elles sont dans tous les verbes.
Il en sera de même de ttuá (o et ôm\6 o.
VERBE pIAÉQ, J'AIME. VOIX ACTIVE. 85

longues et les diphthongues; es se contracte en et; eo en ou.

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que j'aimasse. aimer. aimant.


pt) éotut, otut, pt) éetv, eïv. |M. pt) éov, öv,
pt) éotç, oïç, pt) éovtoç, oûvtoç.
qpt) º, º, . F. pt) éouaz, oÙaz,
qpt) éottLev, oïuev, pt) eo6Gmç, oúgmç.
qºt) éotte, oîve,
/
q)t) éotev, oïev, - N. pt) éov, oÙv,
©t) éovToç, oûvToç.
/ -

qt) éottov, oïvov,


/ /

qt) eoit av, ottmv.

qpt) ſi Gotut. pt)'á getv. qpt) ſi Gow, Goyvoç.


qpt)'á aztut. pt)ï aat. pt)'á gaç, 7xvtoç.
Trept) ſi xotut. Trept)m xévxt. Trept)m x6ç, xóvoç.

2° Nous avons dit que le parfait redouble la première consonne


du présent ; ainsi, Xóo, )é)uxz; rio, réttxz. Mais dans repíxnxz,
nous voyons un T à la place de p ; c'est que deux syllabes de
Suite ne peuvent commencer par une aspirée.
On dira de même : po6éo, effrayer, Trep66mxz ; Yopéo, céder,
xe/épºxz : Sou))éo, divulguer, reºpóX)nzz.
3 Au lieu de l'optatif pi)oïut, les Attiques disent au singulier
p0otnv, pi)oimç, pi)oím.
86 S 77. VERBES CONTRACTES EN ÉQ.
=
#==
INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je suis aimé. sois aimé. que je sois aimé.


. pt) éouat, oûuat, pt) éouzt, öuat,
. pt) éº, #, pt) éou, où, pt) éº, #,
. pt) éetat, eïvxt, pt) eéa0o, eíg0o, pt) émtzt, ïitat,
. pt) eóue0x, oáus0x, pt) e6ue0x, 6u.eûz,
. pt) éegûe, eïaûe, pi) éegºe, eïgûe, pt) émg0e, ïa6e,
. pt) éovvxt, oûvtxt, qi) eég0ogav, etgûooxv, pt) écovtxt, övtat,
. pt) eóue0ov, oûue0ov, pi) sºus0ov, 6ºus0oy,
. pt) éea0ov, eïa0ov, pt) éegûov, eîgûow, pi) émaûov, ïaûoy,
. pt) éeg0ov, eïa0ov. pt) eég0ov, eía0ov. pi) émg6ov, ïGºoy.
j'étais aimé.
3 X A A'

. eſpt A eoumv, ou umv,


épt) éou, oÙ,
. épt) éeto, eïvo,
. épi) eóue0z, oóue0z,

| . épt) éegûe, eïa0e,


»

. épt) éovvo, oûvvo,


. ëot)
ep
»
eóue0ov.
ueUov, oûue0ov
/
rv

ouueUov,
-

. ëpt) ésa0ov, eïa6ov,


. êpt) eéa0mv, eía0mv.
FUTUR. pt)n 04aouxt.
AORISTE. èpt) ſi 6mv. pi) ſi 6ntt. pi)n 0ö.
PARFAIT. Trept)n uxt. Trept)'m Go. Trept)m uévoç d).
PL. -PARF. êTrept)vá unv.
FUT.ANT. Trept) ſi aouxt.

VOIX

FUTUR. qpt)'á Gouzt.


| AORISTE. à pt)m gxuny. pí)m 7xt. pt) ſi Gouat.

REMARQUEs. 1° On voit qu'ici, comme à l'actif, il n'y a de con


traction qu'au présent et à l'imparfait, et qu'en considérant pi)e )
comme radical, les terminaisons sont les mêmes que dans ) 6ouz.
2° Observez à l'impératif pi)oÙ pour pi)éou, lequel est déjà
pour pi)éego, et ne confondez pas cet impératif pt) où avec pi)ou,
VERBE dDIAÉQ, r'ArME. VOIX PASSIVE. 87

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je fusse aimé. être aimé. étant aimé.

pt). eoiunv, oiunv, pi) éeg0zt, eïo0z. pt) eóuevoç, oóuevoç,


pt). éoto, oîo, pt) eouévou, ou uévou.
q)t). éotto, oïvo,
/ /
©t) eou évº, ouuévn,
qpt). eoius0z, otus0z,
/ -
pt) eouévng, ouuévmç.
qpt) éotgûe, oïaûe, qpt) eóuevov, oóu.evov,
qpt) éotvto, otvto,
/ /
pt) eouévou, ou uévou.
qpt). eotus0ov, otus0ov,
q)t) éotaûov, oïg0ov,
/ /

q)t) eoíg6nv, oíg0mv.

pi)n 6mgotumv. pi)n 6 áaeg0zt. pt)n 0mgóuevoç, ou.


pi)n 6e#nv. pi)n 6ïvzt. pt)n 6e(ç, 0évvoç.
Trept)n uévoç etnv. Trepi)ï gûzt. Trept)7 uévoç, ou.

Trept)n aotumv. Trepi)vá aeg0zt. Trept)'m Góuevoç, ou.

MOYENNE.

p.)n got uTv. pi) á 7ea0zt. pt)7 aôuevoç, ou.


pi)n aziunv. pl):á 7za0zt. pt)7 74uevoç, ou.

génitif singulier de pi)o;, ami , dont l'accent est différent.


Conjuguez sur pi)éo :
Ind. Prés. Ttotéo, faire, Fut. Trotſſao, Parf. TteTtofmxx.
To)euéo», faire la guerre, Tro)suſſao», Treto)éuxxx.
3o70éo, secourir, ßon0%ao, 8e6oſi0nxx.
ãoxéo, eXerCer, daxágo, ijgxmxa.
88
S 78. VERBES CONTRACTES EN AQ.

Règles de contraction : contractez 1° ao, ao, zov, en to; 2° xot, en ?

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

j'honore. honore. que j'honore.


S. 4 p. rtu &o, ö, vtu áo, ö,
2 p. vtu. éºs , #, viu. aº, a, , vtu.#ºs, #,
E- 3 p. ttu. º, #, ttu xeto, xto, Ttu aſ, &,
#)P. 1 p. rtg. aogº , ºpe, Ttu äouev, öuev,
# 2 p. ttu. aere, a , rtg xévoaz
&ete, &ve, ttu &mte, &ve,
ſ-l- 3 p. rtu âouat, ögt, |ttu v, ávogxw, vtu áogt, ögt,
D.
2 p. rtu &evov, & rov, vtu &evov, &vov, vtu ántow, &tov,
3 p. ttp áerov, &voy. |ttu aérov, ávov. ttu &mtov, &vov.
j'honorais.
S. 1 p. iviu xov, ov,
2 p. èviu aeç, aç,
# 3 p. éviu xe, x,
3 )P. 1 p. èttu áouev, öuev,
# 2 p. éttu &eve, &ve,
= 3 p. éviu xov, ov,
D.
2 p. èrtu &evov, &vov,
3 p. éttu xérmv, &vmv.
FUTUR. Ttui Go.
AORISTE. ëtium COL, tium GOV. vtuſ Go.
PARFAIT. vetium xx. | vetium xe. vettuá xo.
PL.-PARFAIT. étettuſ xetv.

REMARQUEs. 1° Faites attention à la première personne du


singulier et à la troisième du pluriel de l'imparfait, qui, par la
contraction d'xo en o, se terminent en ov. Cela n'arrive que dans
les verbes en &o.
VERBE TIMAQ , J'HoNoRE. VOIX ACTIVE. 89

(t souscrit); 3° ae, an, en a; 4° «et, xſ, en g ( souscrit).

OPTATIF INFINITIF. PARTICIPES.

que j'honorasse. honorer.. honorant.


/ •r

7t U. xOttLt , qpULt , vtu &ew, #y. M. Ttu xov, öv,


§# # ttu &ovToç, övtoç.
ttu. &ot, p, F. rtu &ouaz, öox,
Ttu &otuev, Gºuev,
/ -
ttu xoôamg, 6amç.
Ttu xotte, qpte,
/ •
/ -

Ttu aotev, qpev, N. ttu xov, öv,


Tºu &ovToç, övtoç.
ttu &ottov, Gºtov,
ttu xotvmv, (ºtmv.

Ttuſ Gotut. vtuá Getv. vtuxi Gov, govtoç.


Ttuá Gatut. ttuï axt. vºuſ Gaç, aavvoç.
Tettuxi xotut. vettum xévxt. tettum x6ç, xôvoç.

2° Observez le participe neutre rtgáov, qui, par la même


contraction , devient ttuôv, comme le masculin.
3° Au lieu de l'optatif rigſºut, les Attiques disent aussi :
S. Ttu(ºnv, rtu(ºnç, ttuſºn; P. rtuſºmuev, ttu(ºnte, ttujev.
90 S 79. VERBES CONTRACTES EN AQ.

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je suis honoré. sois honoré. que je sois honoré.


/ -

: ººº ºopa , ºga, ttu &ouzt, ögz,


/ r »

· rº º, «, Ttu äou, ò, / /
Ttu aº , % , -

. ttu zetoxt, xvxt, ttu xéaûo, &g0o, ttu xntzt, xtzt,


. tt u zóp.e0z, 6ue0x, /
ttu zóus0z, 6ueºz,
-

) 2p. ttu &eaûe, &gûe, ttu &eaûe, 3g6e, ttu & maûe, &gûe,
3 p. ttp &ovtzt, övtzt, ttu xég0oazv, áa0ogxv, ttp. xovtxt, övtxt,
D. 1 p. ttg aóge0ov, %us0ov, / -
ttu zóus0ov, (ous0ov,
2 p. ttu &ea0ov, &a0ov, ttu &ea0ov, &a0ov, ttu & maûov, &a0ov,
\ 3 p. rtu &eg0ow, &a0ov. ttu xéa0ov, &a0ov. vtu &mg0ov, &a0ov.
j'étais honoré.
2 /

. éttu x6umv, óumv,


. éttu äou, ö,
. êttu &eto, &vo,
> - /

. éttu xóue0x, óue6x,


. êvtu &eg0e, &aûe,
. éttu xovto, övto,
» / /

. éttu xóue0ov, (oue0ov,


/ -

. éttu &ea6ov, &g6ov,


. éttu xég0mv, &a0mv.
| FUTUR. ttun 0 ſigouzi.
AORISTE.
èttuſi 6av. ttuſ 0ntt. ttum 6ô5.
PARFAIT.
Tett un uzt. vetium go. Tettum uévoç ö.
PL. -PARF.
êtettuá unv.
FUT. ANT.
tettuá Gouxt.

VOIX

FUTUR,
Ttuſ Gouzt.
AORISTE.
êttum gäumv. tium azt. Ttuſ Gouzt.

REMARQUEs. 1° Observez deux secondes personnes en o; d'a-


bord celle de l'imparfait de l'indicatif, èttgö, venant d'èttgáou,
lequel vient déjà d'èttgácgo; ensuite celle de l'impératif rigô
pour ttuxou.
2° Remarquez que le présent du subjonctif est le même après
la contraction que celui de l'indicatif; cela vient de ce que xe et
an se contractent également en x. Il en est de même à l'actif.
VERBE TIMAo, J'HoNoRE. VOIX PASSIVE. 94

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je fusse honoré. être honoré. étant honoré.


/ / / -

Tºu. aotumv, qpumv, vtu &eg0zt, &a0xt. M. ttu x6u.evoç , 6uevoç ,


Tºu. &oto, po, ttu zouévou, ouévou.
/ /
Tºu. cot7o, pto, F. ttu. zogº ogº 7 2

Ttu. zoíue0z.
/
•!
6us0z 2
» 9ue
- Ttu zouey7g, couevmç.
ttu. &ota0e, ſpaûs,
ttu. &otvto, Govto,
N. ttu x6u.evov, 6u.evov,
/

ttu. zot ue0ov, (ºue0ov,


/
ttg. aouévou, ouévou.
Ttu. cotaûov, ſpg0ov,
/ A

7ºu. zoíg6nv, (6a0mv.

ttum 6mgotumv. vtum 6ſgeg0zt. tt un 0mgóuevoç, ou.


vtun 6eínv. tt un bivxt. vtun 6e(g, 6évtoç.
vertum uévoç etmv. vettui g6zt. vettum uévoç, ou.

tettum aotumv. vertuſi geg0zt. tettum Góuevoç, ou.


MOYENNE.

vtum Goiunv. vtuá aeg0zt. vtun Góuevoç, ou.


tt un axiumv. ttuá gza0z. ttum a4uevoç, ou.

Conjuguez sur rtuxo :


Ind. Prés. àyxItáo, aimer, Fut. à (xt#go, Parf. àY3znxx.
à7txt&o, tromper, àTtatſgoo, iittatrxz.
àpt&o,
> /
suspendre, âpt#go, ñptmxz.
epozzo, interroger, êpotſſao, ip6tqxx.
vtx.xoo, vaincre, vtxſgo, vsvtxqxz.
to)uáto, Oser, to)g%ao», tstó)gqxz.
92 S 80. VERBES CONTRACTES EN ÔQ.

Règles de contraction : contractez 1° oe, oo, oou, en ou ;

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je montre. mOntre. que je montre.


S. 1 p. ôm) óo, ö, ôm) 6o, ö,
2 p. ôm) 6etç, oïç, òí) oe, ou,ôm) 676, oïç,
E- 3 p. ôm) º, oï, òm) 6m, oï,
òm) oéto, oûvo,
#)P. 1 p. ôm) óogev, oüuev, ôm) 6ouev,ôuev,
# 2 p. ôm) óeve, oÙve, |ôm) óeve, oÙte, òm) ónte, öte,
ſ>- 3 p. ôm) óovat, oÙat, |ôm) oérogxv, oóvoaxy|ôm) óogt, ögt,
D.
2 p. ôm) óetow, oÙvoy,|ôm) četov, oÙtov, òm) 6mtov, ötov,
3 p. ôm) óetov, oÙvoy. |ôm) oévov, oóvov. |ôm) ónvoy, ötov.
je montrais.
S. 1 p. èôſſ) oov, ouv,
2 p. ëôſ) oeç, ouç,
E- 3 p. ëôſ) oe, ou,
3 )P. 1 p. ëôm) óouev,oûuev,
#)
ſ>4
2 p. ëôm) óere, oöre,
2 /

= 3 p. ëôſ) oov, ouv,


D.
2 p. ëôm) 6e rov, oÙTov,
3 p. èôm) oérmy,oótmv.
FUTUR. ôm\6 Go.
AORISTE. ëòí\o az. ôſ\o gov. òm\6 go.
PARFAIT. ôeôſſ)o xx. ôeôſ\o xe. ôeôm) 6 xo.
PL.-PARFAIT. èôeôm\6 xetv.
E===

Remarquez 1° l'imparfait de l'indicatif en ouv, èôſXouv pour


ëòí)oov. Nous avons déjà vu épíAouw pour êpíXeov ; c'est que eo et
oo se contractent également en ou.
2° Le participe neutre ôm)oÙv, ôm)oûvtoç, pour ôm)óow, 6ovToç.
Nous avons déjà vu pi)oöv, oûvtoç, pour pi)éow, éowvoç.
La diphthongue ou résultant d'une contraction peut donc ap
partenir, soit à un verbe en éo, soit à un verbe en óo.
VERBE AHA60, JE MoNTRE. VOIX ACTIVE. 93

2° om, oo, en o» ; 3° oſ , oet, oot, en ot ; 4° à l'infinitif, óetv en oÙv.

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je montrasse. mOntrer. mOntrant.

ôm) óotut, oºut, ôm) óetv, oûv. M. ôm) óov, öv,


òm) óotç, oîç, ôm) óovtoç, oûvvoç.
ôm) óot, oî, F. ôm) óouaz, oÙaz,
ôm) óotuev, oïuev, ôm) ooûanç, oógmç.
ôm) óotte, oïre, /

òm) óotev, oïev, N. ôm) óov, oÙy,


/ • A»

ôm) óovtoç, oûvtoç.


à / ·rv

m) óottov, oïtov,
ôm) oottmv, oítnv.

ôm\6 Gotut. ôm) 6 getv. òm)6 gov, govtoç.


ôm) 6 Gatut. ôm) ö gxt. ôm) 6 gxç, gxvtoç.
ôeôm) 6 %ottLt. ôeôm\o xévxt. ôeôm)o x6ç, xôvoç.

3° Vous voyez au subjonctif ôm)oïç, ôm)ot, pour ôm)ónç, ôm)óm,


à cause de l't souscrit qu'a cet m.
Vous voyez au pluriel ôm)öte, pour ôm)ónve, parce que 'm
| du pluriel n'a point d' souscrit.
li° Au lieu de l'optatif ôm)oïut, les Attiques disent aussi : ôm
Xoºmy, ôm)oinç, ôm)oºm.
9l1 S 81. VERBES CONTRACTES EN oo.

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je suis montré. sois montré. que je sois montré.


(s. 1 p. ôm) óouxt, oÙuz, ôm) óouzt, òuxt,
2 p. ôr) 6m, oï, ôm) óou, oÙ, àm) 6m, oï,
- 3 p. ôm) áezzt, o5tzt, |ôm) oéoºo, oûoûo, |ôm) óntat, ötzt,
# P. 1 p. ôm) oáue0z, oóus0z, ôm) o6ge0z, 6u.e0z,
# | 2 p. ôm) 6ea0e, oÙgûe, |ôm) óegºe, oÙgûe, ôm) ózgûe, òa0e,
# 3 p. ôm) óovtzt, oÙytzt,|ôm) oég0oazv, oºo0oaxw,|ôm) óovtzt, @vtxt,
D. 1 p. ôm) oôus0ov, oógs0ov, ôz) o6us0ov, tºus0ov,
. ôm) 6ea0ov, oÙa0ov, ôm) óeg0ow, oÙG0ov, ôm) 6mg0ov, ô76ov,
N. • .

. òr) óegûoy, oûaûov. ôm) oégûov, oûaûov. à d) 6mgûov, 6576ov.


j'étais montré.
. èôm) oáumv, oºumy,
. ëôm) óou, oÙ,
. ëôm) óeto, oÙto,
. ëôm) oóus0a, oóus0a,
2 p. ëôm) 6ea0e, oÙaûe,
2 / -

. ëôm) óovto, oÙyto,


. êôm) oóus0ov, oûus0ov,
2 p. èôm) óegûov, oÙg0ow,
\ 3 p. ëôm) oégºnv,oûaûnv.
FUTUR. ôm)o 0%aou.xt.
AORISTE. êôm) 6 6nv. ôm) 6 6mtt. ôm)o 0ò.
PARFAIT. ôeôſ)o uzt. ôeôſ\o go. ôeôm)o uévoç ö.
PL.-PARF. èôeôm) 6 umv.
FUT. ANT. ôeôm) 6 Gouzt.

voIx
FUTUR. ôm) 6 Gouzt.
AORISTE. #ôm)o axumv. ôſſ\o gxt. ôm) 6 aouzt.
* == Si

Remarquez à l'impératif ôm)oÙ, pour ôm)óou, au passif; et


à%)ou, pour ôſſ)oe, à l'actif ; et ne confondez pas ces impératifs
avec òñ)ou, génitif de ôï\oç, évident.
VERBE AHAÔ0, Je iroNTRE. VOIX PASSIVE. 95

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je fusse montré. être montré. étant montré.

òm) ooºurv, oſurv, òſ) 6ea0zt, o0a0zt. M. ôm) oóg.evo;, oºuevoç,


òm) 6oto, oîo, ôm) oogéwoo, oupévov.
òr) 6otto, oïvo, F. ô ) oouéva, oogévn,
àr) ootus0z, otgs0z, ôz). oouévº ;, oou.évmç.
òr) óotaûs, oïaûe,
òz) óotvto, oïvto, N. ôr) oágsvoy, oógevoy,
ò7) ooiue0ov, otus0ov, ôm) oog évoo, ovuéwou.
à7) óotaûov, oïaûov, -

òr) ooſgºrav, oi70mv.

ôm)o %maoiutv. òm).o 6ſaea0xt. | ôm)o 0maôuevoç, ou.


ôm)o 6eimv. ôm)o 6 yzt. ô'c)o 0eig, 0évtoç.
ôeôz)o uévoç simv. ôeôm) @ g0z. õeôm)o Uévoç, ou.

ôeôm)o aotumv. ôeôm) 6 gegûzt. |ôeôm)o góuevo;, ou.

MOYENNE.

òr)o gotgay. òm) 6 aeg0xt. òm)o Góuevoç, ou.


ôm)o aziunv. ôm).6 gzg0xt. òr)o a%uevoç, ou.

Conjuguez sur ôm)óo :


Ind. Prés. y pugóo, dorer, Fut. Zºua6ao, Parf. xs/pógoxx.
Yetpóo saisir, Zetp67o, xe/etpoxz.
Tro)egóo», exciter à la guerre, to)euógo, ttsto)éutoxx.
96 VERBES EN Q PUR.

REMARQUES SUR LES VERBES EN Q PUR.

FUTUR ACTIF.

S 82. Nous avons dit que la voyelle finale du radical devient


ordinairement longue au futur, et nous en avons donné pour
exemples, pt)ſſao, vtuſſao, ôm\6go.
1° Cependant beaucoup de verbes en éo font au futur égo, et
non ſao, comme re)éo, finir, ve)égo.
Quelques-uns font tantôt égo, tantôt ſao, comme zivéo, louer,
zivégo et xivſigo. Cependant xivégo est la forme usitée en
prOse.

2° Parmi les verbes en &o, un grand nombre gardent x au


futur.
Ce sont d'abord ceux qui ont e ou t avant &o, comme

ê&o, permettre, Fut. ëxgo.


uetôtáo, sourire, uetôtágo.
Et même &xpoáouxt, entendre, àxpoágouat.
Ensuite ceux en páo :
Tretpáo, essayer, Fut retpágo.
ôpáo, faire, ôpágo.
Ainsi x aime en général à se trouver après une voyelle ou
un p. Nous l'avons vu, par la même analogie, se conserver à
tous les cas des noms en pz et en z pur, comme ñuépa, pº)ta.
Enfin ceux en \&co :

ye)áo , rire, Fut. Ye)ágouxt.


x)áo, rompre, x)áao.
On ditmême xpeuáo (inus.), suspendre, xpeuágo.
GTao , tirer, GTtciao.

Cependant Ypáo, prêter, fait Ypſigo.


Gu)áo, dépouiller, Gu)'ſígo.
VERBES EN Q PUR. 97

3° Parmi les verbes en óo, trois gardent o au futur. Ce sont :

&póo, labourer, Fut. &pógo.


ôuóo (primitif d'óuvuut), jurer, ôuógo, mieux ôuoüuxt.
övóo (primitif d'övouxt), blâmer, ôvógouxt.

Tous les autres prennent o comme ôm\6go.

, FUTUR ET AORISTE PASSIFS.

S 83. Nous avons dit que le futur passif se forme du futur


actif, en changeant go en 0 ſigoux. :

X6 Go, )u 07ſgouxt ; zivé go, zive 0rigouxt.

Cependant un grand nombre de verbes, que l'usage ap


prendra, ont a avant 64gop.xt au futur passif, et avant 67v à
l'aoriste :

Xpío, oindre, Ypt gºſſgouzt,


Yot Go, éYpt g6nv.
Te)éo, finir, ve)e g0ſſaouxt,
ve)é go, ête)é 76av.
x)eio, fermer, x)et gºſiaouzt,
x)et go, èx)et gºmv.
&zoûo, entendre, &zo4 gouxt, &zou a%gouzt, ñxo6 aû'mv.

PARFAIT PASSIF.

S84. 1° En général, les verbes qui ont a au futur et à l'aoriste


passifs l'ont aussi au parfait passif.Ainsi l'on dit :
A

veté\e guzt, xéypt Guat, xéx) et guat, #xou Guzt.

Cependant quelques-uns ont G à l'aoriste, et ne l'ont pas au


parfait : uvxouxt, se souvenir, aor. ègyág6nv, parf. uéuvmuzt ;
Tzóo, faire cesser, aor. èrz6g6nv, parf. Trérzouz. Réciproque
ment, a6ºo, sauver, fait au parfait passif aéaoaux ou aéaouz ;
à l'aoriste, ëg60mv.

Burn. Abr. gr. 7


98 VERBES EN Q PUR.

2º Dans les verbes qui ont a avant gzt au parfait passif, on


conjugue ainsi ce temps : -

PARFAIT. PLUS-QUE-PARFAIT.

j'ai été ou je suis entendu. j'avais été ou j'étais entendu.


S. 1 p. ixovauxt, ixoúaumv,
2 p. #zouazt, #xouao,
3 p. iixouatzt, #xouato,
INDICATIF. P. 1 p
D. ñzo6gue0z
. gue0z, izo6gue%
ºzovºgez,
2 p. #zougûe, #xougûe,
3 p. ñzouauévot eiat, ·ixoua uévot hazv,
D. 1 p. ixoúap.s0ov, ixoûa ue0ov,
2 p. iizoua0ov, #xoua0ov,
3 p. #xoua0ov. iixo6a0mv.

IMPÉRATIF. #xouao, ñzoüa0o.


SUBJONCTIF. ·iizouau évoç ö, #;, #.
OPTATIF. #zouguévoç, et av, etmç, etm.
INFINITIF. ixoÛg0xt.
PARTICIPE. 'iixou7uévoç, uévº, uévov.

REMARQUEs. En conjuguant Xóo, nous avons, de la troisième


personne du singulier )é)utxt, fait la troisième du pluriel,
Xé)uvtxt, par l'addition d'un v avant le T. Nous devrions donc
ici, d'#xougtxt, faire #zouavtxt ; mais G , v, t ne pouvant al
ler de suite dans la prononciation, on a recours à la troisième
personne du pluriel de l'indicatif présent d'eivzt, être, que l'on
joint au participe parfait, comme en latin, auditi sunt. Et de
même, au plus-que-parfait, on met l'imparfait d'eiui, izouguévot
#axy, auditi erant.
VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE. 99

VERBES QUI ONT UNE CONSONNE AVANT LA TERMINAISON Q.

S85. Nous avons parlé jusqu'ici des verbes qui, avant la


terminaison o, ont une voyelle ou une diphthongue. Il reste
quelques observations à faire sur ceux qui ont une consonne ,
comme Ypxpo, écrire; Xéyo, dire; ou deux, comme tûTzo,
frapper; Trpágao, faire.
Nous parlerons d'abord de ceux qui ont une muette ( cf.
S 3, tableau des muettes).
PRÉSENT ET IMPARFAIT ACTIFS ET PASSIFS.

Le présent et l'imparfait n'offrent aucune difficulté.


ACTIF, PASSIF•

Xéy o, je dis. XéY ouzt.


é)ey ov, je disais à)ey óumy.
FUTUR ET AORISTE ACTIFS.

S 86. Nous avons dit que le futur se forme en ajoutant au


radical la terminaison go; ainsi, comme X.6 (o fait \6 ao, de même
7pí6 o, broyer, fera tpí6 ao. Tº)éz o, tresser, fera T)éx go.
Ygxp o, écrire, Ypxp Go. $péſ (o, mouiller, ÉpéY. Go.
Xéy o, dire, Xéy Go.
Mais a , combiné avec 6, T, p, forme un !,
et avec Y, x, Y, forme un #;
ainsi, l'on écrira : tpí!o, ſpz yo, )é#o, T)é#o, Épé#o.
Par la même analogie, &vûto, achever, devrait faire &vût go ;
Treſ0o, persuader, Treſ0ao; yeûôo, tromper, yeóõao.
Mais les muettes du troisième ordre ne pouvant aller devant G,
on les retranche ; on aura donc 2vú go, treſ go, yeû go, comme
si le présent était en o pur.
Donc tout verbe qui a au radical une muette du premier
ordre, 6, 7, p, fait le futur en yo ;
Tout verbe qui a une muette du second ordre, Y, x, Y, le fait
GIl #o;
Tout verbe qui a une muette du troisième ordre, ô, r, 0, le
fait en Go.
100 VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE.

OBSERVATION. Si le radical a un t après le Tr, comme dans


vûTro, ce t disparaît au futur, et on forme ce temps comme si
le présent était en To. Exemple : tûTvo, fut. tópo.
Les aoristes sont en yz, #x, gx : étudyz, é)e#x, #vuax.
FUTUR ET AORISTE PASSIFS.

En changeant la terminaison go des futurs r6po (tûr go),


Xé#o ()éy go), en 6ſgouxt, on aurait pour futurs passifs tur
6%gouxt, \ey 64gouxt.
Mais nous avons vu que l'aspirée 6 veut une aspirée devant
elle; on changera donc T en p, y en Y, et l'on aura tup6ſigoux.,
Xeyºſígouxt ; et de même de rpi6o, tpiſpºſigoux ; de t)éxo, T)sy%-
Gouxt.
Quant aux verbes qui ont ô, t, 0, ils prennent toujours un
o au futur passif : &vûto, &vug6ſigouxt ; Treſ0o, Treta0 ſigouxt.
Donc tout verbe qui a au radical une muette du premier or
dre, fait le futur passif en p6ſgouzi ;
Tout verbe qui a une muette du second ordre, le fait en
Yºigouzt ;
Tout verbe qui a une muette du troisième ordre, le fait en
cºſigouxt.
Comme l'aoriste se forme du futur en changeant 64gouxt en
6nv, les aoristes seront, pour le premier ordre, p6nv ; pour le
second, Y0mv ; pour le troisième, g0av : ëtûp%av, à)é/6av, ñvóa0mv.
FUTUR ET AORISTE MOYENS.

Pour le futur, on change o du futur actif en ouzt :


vó po, tû youzt ; )é#o, )é#ouzt; àvûgo, àyûgouxt.
Pour l'aoriste, on ajoute unv à l'aoriste actif :
évu yz, ètuyáumv; é\e#z, è)e#áumv; #vuaz, ivvGºumy.
Ces temps n'offrent donc aucune difficulté.
PARFAIT ET PLUS-QUE-PARFAIT ACTIFS.

S 87. Nous avons vu que le parfait se forme en changeant


go du futur en xx : ainsi, &vûgo, #vuxx; absolument comme Xógo,
XéXuxx. Mais il eût été trop dur de dire, par exemple,
de vû yo (tûT go), révut xx; de Xé#o (\éy go), Aé\ey xx.
VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE. 101

On a donc remplacé le x par une aspiration qui retombe sur


la consonne du radical, et qui consiste à changer 6 et T en leur
aspirée p ; Y et x en leur aspirée Y : ainsi l'on dit au parfait
vétupz, Xé\eyz (inusité).
Si le p et le Y se trouvent déjà au présent, ils restent à plus
forte raison au parfait : Ypápo, Yéypzpz; ºpéyo, gé6peyz.
Donc tout verbe qui a le futur en yo, a le parfait en pz ;
Tout verbe qui a le futur en #o, a le parfait en yz par un Y ;
Tout verbe qui a le futur en go, a le parfait en xx par un x.
Le plus-que-parfait change, suivant la règle, x en etv, révupz,
èvetôpetv ; Yéypzpz, ëyeYp&petv.

PARFAIT ET PLUS-QUE-PARFAIT PASSIFS.

Prenons, pour exemples des muettes du premier ordre,


6, T, p :
Indic. Prés. rpi6o, broyer. Parf actif, rétptpz.
TûTto, frapper. vétuſpz.
Ypxpo, écrire. YéYpapa.
Si rétptpz est pour révpt6 xz, révu pz pour rétur xz, yéypzpz
pour Yéypxp xx, en changeant xx en uxt, nous aurions pour
parfaits passifs révpt6 uxt, vétut uzt, Yéypxp pzt.
Mais 6, T, p, ne pouvant jamais alleravant u, on les remplacera
par un autre u, et l'on aura révotu uxt, révuu uzt, yéypzu uxt.
De même, pour les muettes du second ordre, Y, x, Y :
Xéyo, dire, (\é\eyz), devrait faire au parf. pass. )é\ey uxt.
t)ézo, tresser, Trét)eyz, Tét)eX uxt.
Épéyo, mouiller, pé6peyz, gé6peY uat.
Mais la lettre douce y étant la seule muette du second ordre
que l'euphonie admette dans ces parfaits avant u, on dira, tou
jours par le Y, Xé\ey uzt, trétr)ey ux, ßé6pey uzt.
Quant aux muettes du troisième ordre, ô, t, 0, pour que ces
muettes, qui font partie du radical, ne se perdent pas entière
ment, elles sont ici, comme au futur, représentées par le G,
lettre analogue :
àvûto, #vuxx, #vuaux.
Treſ0o, Tétretxx, Tré retouzt.
4 02 VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE.

Donc tout verbe qui a le parfait actif en pz, a le parfait


passif en uuxt, par deux u ;
Tout verbe qui a le parfait actif en yz (par un y), a le parfait
passif en Yuzt ;
Tout verbe qui a le parfait actif en xz (par un z), s'il a au
présent une muette du troisième ordre, a le parfait passif en
O ULCXL.

"§s plus-que-parfaits changent, suivant la règle, uzt en umv ;


êtetûuumv, è)e)éyumv, ñvûau.mv.

1° PARFAIT PASSIF en ugzt, de tûrto, frapper.

PARFAIT. PLUS-QUE-PARFAIT.

S. 1 p. vétuuuzt, êtetûuumv,
2 p. vévu yzt, ètétudyo,
3 p. vétutttzt, êtétuTto,
P. 1 p. vetûuueûz, êtetûuueºx,
INDICATIF. 2 p. vétuſpûe, êté tup0e,
3 p. retuuuévot eigt. tetuuuévot iaxv,
D. 1 p. vetûuusºov, êtetûuue0ov,
2 p. vétuſp0ov, évétuſp0ov,
3 p. vétuſp0ov. êtetûp0mv.
IMPÉRATIF. tétu yo, retûp0o.
SUBJONCTIF. vetuuuévoç ô, #g, .
OPTATIF. tetuuuévoç et av, et mç, eim.
INFINITIF. vetûp6zt.
PARTICIPE. tetuu uévoç, uévº, uévov.

REMARQUEs. 1° Le g se conserve, comme on le voit dans ce


tableau, à toutes les premières personnes et au participe, parce
que la terminaison commence par un p.
2° Comme le T se combine avec g, il reparaît à la seconde
personne du singulier, tétu yzt (rétuzaz ).
On aura, par la même analogie , rétºt !zt de tpſ6o; yéyçzyzt
de Ypxpo.
3° Le T du radical reparaît aussi à la troisième personne du
singulier, réruTtxt. Tpi6o fait de même rétptrrzt ; Ypápo, yéygz
VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE. 103

zzz, quoique les radicaux aient 6 et p. C'est que la muette


de la terminaison , t, veut devant elle une muette du même
degré.
La deuxième personne du pluriel devrait être tétu7: 70e ,
comme celle de Xúo est )é)u g0e ; mais on ôte le G à cause de
la dureté des trois consonnes ; et le 7, se trouvant rapproché
de 0, lettre aspirée, se change en la lettre aspirée ?. On a de
même rérpºpûs de rpi6o; yé(pzp0e de Ypágo.
Au duel, rézup0ow est également pour tétuT g0ow ; à l'impéra
tif, retûpûo pour retûT gºo; à l'infin. , re7670z pour retûr gºzt.
li° A la troisième personne du pluriel, on emploie la circon
locution rezuggévot eiai pour tétuT v7zt, comme nous avons déjà
vu izouauévot eiat pour #zoua v7zt.
5° De la deuxième personne rétudyzt, se forme régulièrement
le futur antérieur retó !oux.

2° PARFAIT PASSIF en Yuzt, de Xéyo, dire.

PARFAIT. PLUS-QUE-PARFAIT.

s 1 p. 2 ººſga, ,éſº,
2 p. )é)e#xt, é),é),e3o,
3 p. )é)extxt, ë)é) exto,
P. 1 p. Xe)éyue0z, à)e)éſue0z,
INDICATIF. 2 p. )é)ey0e, ê)é)sY0e,
3 p. )s)eyvévot eiai, | )e)eYuévot ,axv,
D. 1 p. )s)é(uehov, | ë)e)é(ue0ov,
2 p. )éAsy0ov, | ë)é)e/0ov,
| 3 p. )é)sy0ov. #)e)é/6mv.
IMPÉRATIF. Xé)e#o, Ae)é/0o.
SUBJONCTIF. )s)eyyévoç ö, #;, .
OPTATIF. )e)eYuévoç einv, sing, etm.
INFINITIF. )e)éy0xt.
PARTICIPE. )e)eYuévoç, uévn, uévov.

3° PARFAIT PASSIF en guz.


Nous avons déjà donné le modele des parfaits passifs en guat,
ils se conjuguent tous comme izouauzt (cf. S84).
10li VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE.

FUTUR SECOND ET AORISTE SECOND,

S 88. Nous avons vu que les futurs se terminent en go, et


les aoristes en gz.
Mais, outre cette forme, quelques verbes ont encore des
futurs terminés en éo, et par contraction ö, et des aoristes ter
minés en oy. -

Ces deux dernières formes s'appellent Futur second et Aoriste


second. Elles se trouvent particulièrement dans certains verbes
dérivés et allongés, comme )zg6&vo, prendre, qui vient de l'inu
sité )ſ6o, aoriste second é)z6ov, je pris ;
Dans quelques verbes qui ont au présent deux consonnes,
tûTto, frapper, étuTov, je frappai;
Dans d'autres où les futur et aoriste premiers auraient
formé une mauvaise consonnance et par conséquent ne sont
point en usage.
FUTUR SECOND.

FUTUR SECOND ACTIF. Comme dans tout verbe la termi


naison exprime l'existence avec ses diverses modifications,
on peut supposer que la terminaison go du futur est une abré
viation de égo (futur actifinusité d'eiui), je serai; qu'ainsi tú yo
(rór go) a été fait de vuTrégo, en rejetant l'e par la vitesse de la
prononciation.
Cela posé, du même tuTrégo, rejetez le g, vous aurez la seconde
forme de futur ruTréo, et par contraction TuTrö. -

Le second futur actif est donc composé du radical et de la


terminaison éo, ö. Il se conjugue comme pi)éo, en faisant la
contraction à toutes les personnes et à tous les modes.
Indicatif. rutt éo, éetç , éet, Infinitif. rutt éetv,
TuT ſo, et ;, et. tutt etv.
Optatif. vutr éotut, éotç, éot, Participe. vutt éov, éovToç,
TuTv oïut, oïç, oï. tutt öv, oÛytoç.

FUTUR SECOND PAssIF. Le futur second du passif se forme de


celui de l'actif, en changeant éo en ſigoux : turéo-ò, tu7iiaouat.
Indicatif. tuT ſigouzt, #a ſ, áaetzt. Infinitif. tutt ſſgeg0xt.
Optatif. rut maoiunv, ſigoto, ſigotto. Participe. tut maóuevoç.
VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE. 105

FUTUR SECOND MOYEN. Le futur second moyen se forme du


futur second actif, en changeant éo en éogzt, et en faisant la
contraction comme dans pi)éouxt.
Indicat. rut éouxt, tuT ém, tutt éetxt, Infinit. tuT éegûzt,
tuT oüuzt, tuT #, tut sïtzt. tuT eïg0xt.
Optatif. rut eoiunv, tuT éoto, tutt éotto, Partic. rut eóuevoç,
tutt oiumv, tut oïo, tut oïto. tutt oú uevoç.
AORISTE SECOND.

AORISTE SECOND ACTIF. L'aoriste second actif se forme du


futur second actif, en changeant la terminaison éo-ö en ov,
et en ajoutant l'augment.
Ce temps se conjugue absolument comme l'imparfait; il a tous
les modes.

Indicatif. étuT ov, eç, e. Optatif. tût otut, otç, ot.


Impératif. tûT e, tuT éto. Infinitif. vuT eïv.
Subjonctif. tût o, mç, . Participe. rut 6v, óvvoç.

AoRISTE SECOND PAssIF. L'aoriste second passif se forme de


l'aoriste second actif, en changeant oy en my : actif, étuTov, je
frappai; passif, êtûTmv, je fus frappé.
Indicatif. ëtûT mv, mç, m. Optatif. vut et mv, et mç, eim.
Impératif. tût m6t, ſito. Infinitif. rut ïyxt.
Subjonctif. rut ö, #g, #. Participe. vut eiç, évtoç.
AoRISTE SECOND MoYEN. L'aoriste second moyen se forme de
celui de l'actif, en changeant oy en ágny : étuTov, êtuTágºv.
Indicat. étuTt áunv, ou, eto. Optatif. rutt oiunv, oto, otto.
Impér. Tut oÙ, tuTrég0o. Infinit. rut ég6xt.
Subj. tûT ouxt, º, mtat. Partic. rut áuevoç.
REMARQUES.

1° On voit par l'exemple de tûTro, que, quand le pré


sent a deux consonnes, le futur et l'aoriste seconds n'en Ont
qu'une, ce qui rend brève la voyelle qui précède la terminaison.
Ainsi, de zózzo, couper, battre, le futur second, qui est inusité,
serait xoTrö, d'où l'aoriste second passif, éxóTrav.
106 VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE.

Mais plusieurs changent T du présent en 6. Ainsi, de zgözzo,


cacher, vient l'aoriste second passif èzg66zv; de g)árzo, nuire,
à6)367v.
D'autres le changent en p, comme pizzo, #ipav; p3rto,
plonger dans l'eau, 36zgºv.
Cela vient de ce que ces verbes en 77o dérivent de primitifs,
les uns en 6o, les autres en po.
2° }4yo, rafraîchir, change l'aspirée Y en la douce Y : yºyo,
futur, y6&o; aoriste second passif, è yºyºv.
Il en est de même de gg4yo, consumer; aoriste second passif,
èauûyav.
3° Quand la terminaison du présent est précédée de la voyelle
longue m, on la change en z bref : )ſ6o (primitif de )zg6xvo,
prendre), é)z6ov.
Si elle est précédée des diphthongues et, eu, on les abrége en
ôtant l'e : )eſTo, laisser, é)tTov; pe4yo, fuir, épuYov.
4° Les verbes de deux syllabes qui ont avant la terminaison
un e, précédé ou suivi de p ou de ), le changent en z : tpéro,
tourner, étçzTow; T)ézo, tresser, èr)3xmv et èr)ézºv.
5° Cependant, Xéyo, dire, cueillir, et q)éyo, brûler, gardent l'e.
Mais dans ces deux verbes, ainsi que dans tous ceux où l'aoriste
second actif serait le même que l'imparfait, on n'emploie que
l'aoriste second passif : Xéyo, ë)éſav; p)éyo, èq)éyºv. '
6° En général, les verbes contractes n'ont ni futur ni aoriste
seconds. Ils n'en ont pas besoin, puisqu'ils forment tous, avec la
plus grande facilité, les futurs en go et les aoristes en az.
7° On peut dire la même chose des autres verbes en o pur.
Cependant quelques-uns ont l'aoriste second passif : péo, couler,
àðòû av; xzio, brûler, èxxmv.
On voit dans èz3nv que la diphthongue zt s'abrége par le re
tranchement de l'. È#ózy vient du radical peu, qui se trouve
dans le futur ée6aouz . -

PARFAIT SECOND.

S 89. Nous venons de voir une seconde forme de futur et


d'aoriste, ruTtô5, #tuTov. Il existe aussi une seconde forme de
parfait (rétuzz), à laquelle on donnait autrefois le nom de par
fait moyen, quoiqu'elle n'appartienne en rien à la voix moyenne.
Cette forme est proprement un second parfait actif; elle a
VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE. 107
ordinairement la même signification que l'autre parfait et se
termine également en x ; mais elle en diffère, en ce que l'on
ajoute simplement cet z au radical, sans changer ni aspirer la
consonne; ainsi türro (tûTo) fait rétuzz.
Ce parfait forme, comme l'autre, son plus-que-parfait en etv :
parfait, rétuTt x; plus-que-parfait, êtetûT etv.
REMARQUES.

1° Il s'en faut beaucoup que tous les verbes aient un


parfait second. En effet, quand le radical a une des aspirées p
ou Y, il est évident qu'il ne peut y avoir au parfait qu'une seule
forme : Ypxpo, Yéſpzpz; pztrto (primitif ºz po), pé6zpz; à)éſYo,
#)sYYz.
De plus, les verbes contractes n'ont jamais ce parfait, puis
qu'ils forment tous le parfait en xx avec la plus grande facilité.
Et, parmi les autres verbes en o pur, un très-petit nombre
seulement ont cette forme, comme ôío (primitif de ôeſôo,
craindre), ôéôiz; ôzio, brûler, ôéômz.
2° Il est même très-rare que les deux formes de parfait soient
usitées concurremment dans un même verbe.
En effet, dans certains verbes on emploie toujours le parfait
second, parce que le parfait premier eût été trop dur. Ainsi,
l'on dit, pe4yo, fuir, TrépeUyz, et non répeuyz, à cause des deux
aspirées de suite; ze50o, cacher, xéxeu0x, à cause du Son dur
qu'aurait eu xéxeuzz.
Dans d'autres on emploie le parfait second pour ne pas con
fondre les parfaits de verbes différents ; ainsi, l'on dit, XeíTro,
laisser, XéXotTz, j'ai laissé, parce que la forme )é)etpz appartient
aussi à Xe(6o, répandre.
3° Dans certains verbes qui ont les deux parfaits, l'un a la
signification active, et l'autre la signification neutre, comme
Teſûo, je persuade; parfait premier, Tréretxz, j'ai persuadé; par
fait second, Trétot6z, je crois, j'ai confiance.
li° Les verbes qui ont xt au présent prennent m à ce parfait,
comme nous le voyons dans ôxio, ôéômz. L'm n'a point d'!
Souscrit, parce que ôéômz vient de l'aoriste second, où il n'y a
point d'.
5" Ceux de deux syllabes qui ont e au présent le changent
en o : grégyo, chérir, éavogyz : déyo, blâmer, éd)oyz.
Au reste, ce changement d'e en o se fait aussi au parfait pre
108 VERBES EN Q PRÉCÉDÉ D'UNE CONSONNE.

mier dans le dialecte attique : tpéro, rérpopz, pour rérpepz, inu


sité. La seule différence consiste donc en ce que le parfait pre
mier aspire la consonne, et que l'autre ne l'aspire pas.
6° Par la même analogie, et du présent se change en ot : XeíTro,
laisser, Xé)otTrx ; &ueſ6o, changer, #uot6x; Treſ0o, persuader,
TréTrot0x.
Ce changement se fait aussi au parfait premier dans le verbe
ôetôo, craindre; futur, ôeigo, mieux ôeigouzt; parfait, ôéôotxz.
7" Le parfait second, comme on le voit par les exemples
ci-dessus, suit l'analogie du futur et de l'aoriste seconds, en ce
qu'il conserve toujours comme eux la consonne du radical sans
aucune altération.
8° Cependant, de ce que le parfait second d'un verbe est
usité, il ne faut pas toujours conclure que le futur et l'aoriste
seconds le soient aussi; mais comme nous avons vu que certains
verbes n'ont de ces trois formes que l'aoriste second passif, par
exemple Ypápo, écrire, ëypápmv, de même il en est qui n'ont que
le parfait second, comme Yſ0o, se réjouir, yéyn0z.

VERBES QUI ONT Z OU XX AVANT LA TERMINAISON,


OU VERBES EN ZQ OU XXQ.

I. VERBES EN ZQ.

S 90. 1° La plupart des verbes en ſo viennent de primitifs


en o pur, et par conséquent font le futur en go et le parfait en
xx ; le futur, l'aoriste et le parfait passifs prennent G :
ópſo, borner, ópico, éptxz, éptguzt.
2° Une vingtaine de ces verbes paraissant venir de primitifs
en yo, font le futur en #o et le parfait en yz par un Y :
avſo, piquer, gtſ#o (éatty2), éattYuz.
3° Une dizaine ont le futur à la fois en go et en #o :

épTráſo, ravir, &pTrágo et &pTr%o (poétique).


VERBES EN ZQ OU XXQ. 109

II. VERBES EN XXQ.

1° Les verbes en gao, qui semblent aussi venir de primitifs


en Yo, font le futur en #o, et le parfait en Yz par un Y :
Tpágao, faire, Tpá#o, TréTpxyz, TrérpxYuzt.
2° Six ou sept viennent d'o pur, et font le futur en go, comme
T)ágao, façonner, fut. Tr)ágo, parf pass. Trét)zaux .
REMARQUES.

1° La classe des verbes en Ço est la plus nombreuse dans la


langue grecque, après celle des verbes en o pur.
2° Les Attiques changent en tto la terminaison gao. Ainsi ils
disent Tpxtto pour Tpxago; &XX&tto, changer, pour &XXxgao, et
ainsi des autres.
3° Du futur rpzºo (Tçxyégo) ôtez le g, et faites la contraction,
vous aurez le futur second Tçxyò, comme de r6po (turégo) on a
TUT(s).

Les verbes en ggo et en ſo, qui font le futur en #o, peuvent


donc avoir les doubles temps.
li° La plupart de ceux en ſo, futur go, ne les ont point, par
la raison même qu'ils viennent de primitifs en o pur.
Cependant quelques-uns, dans lesquels le % du présent et de
l'imparfait est une altération d'un ô primitif, peuvent avoir un
second futur en ôö : ppx o, parler; futur, ppzgo ; futur second
inusité, ppzôö ; aoriste second inusité, éppzôov ; parfait second
poétique, Tréppzôz ; — é#ouxt, s'asseoir; futur second moyen,
éôoüuzt.
5° Chez les Attiques, dans les verbes en ſo de plus de deux
Syllabes, le 7 du futur se retranche souvent, et ces futurs se
conjuguent comme s'ils provenaient d'une contraction :
vouſ#o, penser, voutao, voutö, voutéï;, voutét.
Les Attiques retranchent aussi le G dans quelques futurs en
&go et égo, et contractent áo et éo comme le présent de rtuxo
et de pi)éo :
à)z6vo prim. :)ao, à)áao, àxô, è)3:, è)3.
xa)éo xa)égo, za)\ö, xa) eîç, xa)et.
110 VERBES EN AQ, MQ, NQ, PQ.
Ces futurs attiques ont beaucoup d'analogie avec les futurs
seconds que nous avons considérés aussi comme formés par le
retranchement du G.

VERBES QUI ONT UNE LIQUIDE AVANT LA TERMINAISON ,


OU VERBES EN AQ, Mſ2, NQ, PQ.

VOIX ACTIVE.

FUTUR ET AORISTE PREMIERS.

S 91. 1° Les verbes en Ao, go, vo, po, ne prennent point


de G au futur ; ils le font en éo-ö, et gardent la consonne du
présent; ainsi :
Indic. Prés. xpivo, juger. Futur, xptvö.
véuco, distribuer. veuő.
2° Si le présent a deux consonnes, on en retranche une pour
que la voyelle qui précède la terminaison devienne brève :
Ind. Prés. y%X)o, toucher du luth. Fut., yxXö.
xxgvo, travailler. zzgoüuzt (p. zzuòinus.).
Gté))o, enVOyer. Gte) ö.

3° Si la terminaison est précédée des diphthongues zt ou et,


on les abrége en retranchant l't :
Ind. Prés. pzívo, montrer. Futur, pxvö.
atte(ço, semer. GTepö.
4° Mais à l'aoriste premier, pour que la syllabe redevienne
longue, cet e du futur se change en et, quand même il n'y aurait
eu qu'e au présent :
Ind. Prés. vég.o. Futur, yeu.ô. Aoriste, évetuz.
gTéXXo. G7e)\ö. égtsl).x.
aTetpo. attepò. éa7etpz.
5° Quant à l'z du futur, il se change en n, surtout chez les
Attiques :
Ind. Prés. yxXXo. Futur, px) ò. Aoriste, éyo)z.
pxivo. (pzv6o. éqpnyx.
VERBES EN AQ, MQ , NQ, PQ. 111
Quelquefois z reste et se prononce long ; 7 mg.zivo, gagzv5,
ègágzwz. Il reste surtout quand il est précédé d'un p :
Ind. Prés. gzgz4vo, flétrir. Futur, uzpxvö. Aoriste, èuxgzwz.

t et u s'allongent dans la prononciation : futur xptvö, t bref,


aoriste #zºtyz, t long.
PARFAIT.

1° le parfait se forme du futur, en changeant ò en xx :


Ind. Prés. )x))o. Futur, yz) ò. Parfait, éyxX xx.
Le y se change en y devant le z :
Ind. Prés. pzivo. Futur, pzv ò. Parfait, répxy zz.
2º Les verbes de deux syllabes en Xo et po, qui ont s au futur,
le changent en x au parfait :
Ind. Prés. atéXXo. Futur, ate)ö. Parfait, égra)xx.
aTeº po. GTrepo). égTzpzz.
3" Les verbes de deux syllabes en tvo et ûvo, rejettent y au
parfait, et forment ce temps comnie s'ils venaient de to et ûo :
Ind. Prés. zçivo. Futur, zptvö. Parfait, zézçizz.
T),4vo, laver. T)uyö. TréTt)uzz.

Ceux en e(vo le font comme s'ils venaient de xo :

lnd. Prés. teivo, tendre. Futur, revö. Parfait, rézxzx.

4° Les cinq verbes suivants en go et gvo forment leur parfait


en ºzz, comme si le futur était en ágo :
Ind. Pr. yégo, distribuer. Fut., veuő. Parf. ,vºvégnzz
ºçéuo, frémir. (ºpeyò). (ºe6péumzz).
ôéuo, bâtir. euó. ôéôumzz (p. ôeôéunzz)
xáuvo,travailler. xzuoüuz. zézuzzz (p. xexágmxz).
7éuvo, couper. teuò. vétumxz (p. ve réunzz).
A ces verbes joignez :
lnd. Pr. pévo, demeurer. Fut., pev5. Parf., gegévazz.
92))o, jeter. [22).ö. gé6kºzz (p.9e6z)mxz.)
112 VERBES EN AQ, MQ , NQ , PQ.

VOIX PASSIVE.

FUTUR PREMIER , AORISTE PREMIER ET PARFAIT.

S92.1° Ces trois temps se tirent immédiatement du parfait


actif, en changeant xz en uxt, 6ágouxt, 6mv.
PARF. ACTIF. PARF, PASS1F. FUTUR 1°* PASSIF. AORISTE 1°* PASSIF.

éyz).. xx,
»y
éyz)
3/
uat, (yz) 6ſaouxt,
/
étyx)
2 /
6nv.
égtx) xx, égvx) uxt, gtx) 64gouxt, égtc ) 6mv.

2° Ceux en vo, qui ont Y au parf act., comme pxivo, Trépxyzz,


font, suivant les Attiques, le parf. pass. en auzt, Trépzauxt ; mais
le y reparaît devant a, t et 0 : Trépxvaat, Trépxvtxt ; aor. èpxw0mv.
On trouve encore, mais rarement , le v du radical changé en
g à la première personne : ziayóvo, faire rougir; #gYuugzt,
#gYuvazt, #aYuvvxt, fut. xiaYuv6ſaouxt, aor. jaXûvûmv.
VOIX ACTIVE ET PASSIVE.

FUTUR ET AORISTE SECONDS.

S 93. 1° Des deux formes du futur go et 5, les verbes dont


nous parlons n'ayant que la dernière, il s'ensuit qu'ils n'ont
qu'un futur.
2° Cependant ceux de deux syllabes qui ont e à ce futur
(et ceux-là seulement), comme a ré))o, ave) ð; gteipo, aTrepò ;
réuvo, veuö, changent cet e en z, et peuvent ainsi recevoir une
autre forme qu'on appelle futur second (gtx)ô), (grzpô), (rzgö),
et qui est contractée de la forme ionique, grz)éo, grzpéo, rzgéo.
3° L'aoriste second se tire du futur unique dans les verbes
qui n'en ont qu'un :
Ind. Prés. xáuvo, Fut., xzuoüuxt, Aor. sec. act. éxzgov ;
xpívo, xptvö, Aor. sec. pass. èxoivºv ;
du futur second dans les verbes qui en ont ou qui pourraient en
avoir deux :

até))o, fut. prem. ave)ö, fut. sec. (atz)ô), aor. sec. pass. êg73)nv.
4° Il en est de même du futur second passif :
Ind. Pr. paivo. Fut uniq., pxv ô. Fut. sec. pass. pzw #gogxt.
até))o. Fut. sec., (gtz) ò). Gtx) ſígouxt.
VERBES EN AQ, MQ, NQ, PQ. 113

PARFAIT SECOND,

S 94. 1° Tout verbe de deux syllabes qui a s au futur


prend o au parfait second. -

créXXo, Fut. gre)ö, (éato)z).


• ••
pºetpo, Fut. pºepô, épºopz.
/ - »/

GTsipo, atrepö, égTopz. x7etv(o, xTev(o, extova.

2° Tout verbe qui a au présent la diphthongue zt, et par


conséquent au futur la voyelle z, prend m au parfait second :
pxívo, montrer, Fut. pxvö, Parf sec. Trépnyx.
S%XX(o, fleurir, fait aussi vé6m)z.

Nous avons déjà remarqué cet m au parfait second dans ôxio,


ôéômz.

REMARQUEs. 1° Quelques verbes en po et en \o, surtout chez


les poëtes et chez les Éoliens, ont un futur en go, suivant la
règle générale :

dpo (prim. d'ögyuu), exciter, Fut. öpoo, Aor. ópaz.


xûpo, trouver, xûpGo, éxupaa.
xé))o, aborder, xé\Go, éxe)gx.

2° Un grand nombre de verbes en vo, surtout ceux qui ont


plus de deux syllabes, comme )zu6&vo, prendre, z03&vo, aug
menter, sont des formes dérivées et allongées qui font rentrer
ces verbes dans la liste des verbes défectifs de la seconde espèce
dont il sera parlé $ 119.

Burn., Abr. gr. 8


11li VERBES EN AQ, MQ, NQ, PQ.

S 95. TABLE A U

AU MOYEN DUQUEL ON PEUT REMONTER D'UN TEMPS QUELCONQUE


AU PRÉSENT DE L'INDICATIF.

VOIX ACTIVE. VOIX PASSIVE.

PRÉSENT. FUTUR. PARFAIT. PARFAIT " - FUTUR. AoR. 1°*.

to pur, GG), X.0 . uxt, 0rigouzt, 0tv.


(o pur,
ôo, vo, 0o, ſo, } ao, X.0L.
Guat, a04aouzt, G0mv.
CC (t) (rarement) 2

6o, To, (po,


#" (yo, (p2. u.u.xt, p0'ágouzt, p0mv.
Yo, xo, Yo,
GxCo, GGGo, #o, X.2. Yuxt, Y0rigouxt, X0mv.
#o (rarement) 7

\ſo, ) ö, )xa. Xuat, X0%gouxt, X07y.


po), po, pxx. puxt, p0rigouxt, p0mv.
[lat, 0 áaouzt, 6mv.
vo), vö,
#. Guat, v6rigouzt, v0mv.
u(o, -

uvco,
[L(o, umxa. umu.xt, un%gouxt, ux07v.

1. Nous rapprochons ici le parfait passif du parfait actif, parce qu'il s'en forme im
médiatement.
VERBES EN MI. 115

VERBES EN MI.

S 96. Les verbes en ut viennent de primitifs supposés en


éo, &o, 6o, 6o, et n'en diffèrent que dans trois temps, le pré
sent, l'imparfait et le second aoriste. Les autres temps se tirent
du primitif même.
Prenons pour exemples les verbes 2éo, poser; gtxo, établir;
òóo, donner; ôetxvûo, montrer.
I. Pour former de 2éo un verbe en ut, changez, 1° l'o en gt ;
2° l'e du radical en m : vous aurez 3 mg .. Préposez ensuite un t,
et avant cet : redoublez la première consonne du présent, et
vous aurez 7:0aut (t pour 0, afin de ne pas avoir deux syllabes
, aspirées de suite).
II. Pour en former un de 774o , changez de même x en m,
gzag ; puis ajoutez t, #a7ng.t. Remarquez ici que, quand le ra
dical commence par 77 ou 77, la première consonne ne se re
double point ; mais l' se marque d'un esprit rude : arzo, tavngº.;
Ttxo, voler, ÉTtmut.
III. Pour en former un de ôóo, changez l'o en o, ôog., et
avec l'. et la première consonne redoublée, ôíòog .
Ainsi les verbes en ut venant d'éto, zo, 6o, se forment : 1° en
changeant o en ut et en allongeant la voyelle qui précède; 2° en
ajoutant : au commencement ; 3° en mettant devant cet : la pre
mière consonne du radical , pourvu toutefois qu'il ne com
mence point par 77 ou Tt.
Si le radical n'a point de consonne, on ajoute simplement t :
éo, envoyer, tout.
IV. De ôetxvóo et de tous ceux en ûo, changez seulement o en
gt sans aucun redoublement : ôetzvûo, ôaºzyout.
Dans les tableaux suivants, nous mettons d'abord les trois
temps qui appartiennent à la conjugaison en ut; ensuite ceux
qui, se tirant du primitif, suivent la conjugaison ordinaire.
Nous plaçons, en outre, le moyen avant le passif, pour qu'on
saisisse mieux le rapport de l'aoriste second moyen avec l'aoriste
second actif.
116 VERBES EN MI.

S 97. VERBE TſoHMI, JE posE.


N-1

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je pose. pose. que je pose.


S. 1 p. ví0mg.t, vt6ô5,
· 2 p. rí0nç, tí6ett, tt6#g,
- 3 p. ví6mgt, tt0évo, Tt6#,
# ]P. 1 p.
ºr
ví0eu.ev, tºõgev,
# 2 p. ví0ets, Tí6ete, Tt6ïre,
# 3 p. v10eïat, vt0évogxv, tt0ögt,
D.
2 p. ví0etov, ví0evov, vt6ïtov,
3 p. ví0e7ov. tt0étov. tt0ïtov.

je posais.
S. 1 p. ëtí0nv,
2 p. êtí0nç,
E- 3 p. êtí0m,
# P. # D. #
# p. éviUeve,
# 3 p. ètí0egxv,
D.
2 p. évi0etov
3 p. èvt0étnv.
je posai. pose. que j'aie posé.
S. 1 p. ë0nv, $ô5,
s 2 p. ë0mg, 3éç, 3#;,
3 3 p. ë6n, 3éto, 3#,
#)P. 1 p. #0eu.ev, 3öuev,
# 2 p. ë0ete, $éve, 9ïte,
# 3 p. éûegxv, 3étoGxv, Sögt,
3 [ D.
2 p. ë0etov, Sérov, 9ïtov,
3 p. ë0éTmv. 3 étov. Sijtov.

FUTUR. 5ſgo.
AORISTE. #6mxx.
PARFAIT. vé0etxx. vé6etxe. ve0eíxo.
/

PL.-QUE-PARF. ête0eízetv.
' NINT-R - N=
VERBES EN MI. 117

VOIX ACTIVE.

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je posasse. poser. posant.


7i0eſtv, tt0évxt. M. rt0e(;,
Tt6eſ mç, tt0évtoç.
tºsº » F. Tt6eïgz,
#
TtUettte
tt0sigmç.
/

, --,
vt0etmgxv, N. tt0év,/

tt0évToç.
tt0eímtow,
Ti6evátmy.

que j'eusse posé. avoir posé. ayant posé.


3eínv, Seïyzt. M. Seſç,
3etmg, Sévtoç.
#º, F. Seïgx,
zººgev, 3eíamç.
S einte
/ » N. Sév,
3et mGxv, /

$évvoç.
3 eſmtow,
3evſſt'nv.

3 áaotut. $ ſſgetv. 3 ſígov, Govtoç.

veûeixotut. veûetxévxt. veûetx6ç, xôvoç.


118 VERBES EN MI.

S 98. VERBE TfOHMI, JE posE.

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

/ je me pose. pose-toi. que je me pose.


S. 1 p. ví0euzt, - tt0öuxt,
2 p. ví0eaxt, tí0ego, tt6#,
- 3 p. ví0etxt, vt6ég0o, tt6iitoxt ,
# P. 1 p. tt0éue0z, vt66ue0x,
# 2 p. Tí0ea0e, tí0egûe, tt6ïg6e,
# 3 p. ví0evtxt, tt0égûogxv, tt0öytxt,
D. 1 p. vt0éue0ov, tt%ue0ov,
2 p. ti6s g6ov, tí0eg6ov, Tt6ïgûov,
3 p. tí0ea0ov. tt0ég0ov. tt0ïg0ov.

je me posais.
S. 1 p. étt0éumv,
2 p. êtí0e7o,
E- . 3 p. évi0eto,
3 )P. 1 p. èti6éus%z,
# 2 p. êtí6eg6e,
= 3 p. êtí6evto,
D. 1 p. étt0ége0ov,
2 p. ëtí0eg6ow,
3 p. étt0ég0nv.
je me posai. pose-toi. que je me sois posé.
S. 1 p. è0éunv, 5öu.xt,
# # p. # ººoº# #éº , #,
# p. ëUeTo, Ség6o, Sitzt,
# )P. 1 p. è0ége0z, 36u.eûx,
# 2 p. ë6e g6e, Ség6e, 9#g6e,
# 3 p. ë6evto, Ség6ogoxy, Sövtxt,
# [ D. 1 p. ëûéus0ov, 36u.s0ov,
2 p. é0ea0ov, Ség0ov, 9ïG0ov,
3 p. ëûég0mv. Ségûov. Sijg0ov.

FUTUR. 3 ſigouxt.

AORISTE 1*. è0nzáumv.


VERBES EN MI. 119

VOIX MOYENNE.

n-z

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je me posasse. se poser. se posant.


tt0etunv, v(6eg6xt. M. Tt0éuevoç,
tt0sïo, tt0euévou.
Tººro, F. rt0euévn,
tºgºz
Tt6eïgûe,
9 vt0euévmç.
/

T16eïyTo, N. vt0éuevov, /

/
Ttûeiueûov, tt0euévou.
ttffeïg6ov,
T10eigûmv.

que je me fusse posé. s'être posé. s'étant posé.


3etunv, Ség0xt. M. Séuevoç,
3eïo, 3euévou.
#ro,
S #gºz 9
F. 3euévmç.
3euévm,
Seïgûe,
•-
/
N. 3éuevov,
3eïvto,
A" Seuévou. /

3 eius0ov,
Seïgûov,
3eíg0mv.

3mgoiunv. 9 ſſgeg0xt. 3mGóuevoç, ou.

9mx&uevoç , OU).
120 VERBES EN MI.

REMARQUES.
VOIX ACTIVE.

S 99. PRÉSENT ET IMPARFAIT. 1° Les trois personnes du sin


gulier, au présent de l'indicatif, ont la voyelle n ; la brève e re
paraît au duel et au pluriel. Tt6eïat , comme Xóougt, est à la fois
troisième personne plurielle indicatif et datif pluriel participe.
Pour rt6eîgt, les Attiques disent tt0ézgt.
2° Èti6zv, nç, n, se conjugue comme l'aoriste passif ëX66my,
m;, n; mais le pluriel à) 60mg ev garde l' n ; èríºegev reprend l'e.
Le subjonctif T1065, l'optatif tt6eſ av, se conjuguent comme XU0ö,
)u6e(nv. L'impératif rſ0ett et l'infinitif rt6évzt ont la voyelle brève,
tandis que ) 60mtt et XU6ïyzt ont la voyelle longue.
AoRISTE SECOND. 1° ri6mut, venant du primitif 2éo, n'a point
de futur second. L'aoriste second se forme de l'imparfait en
ôtant le redoublement rt : imparfait, êt(6nv; aoriste second, é6nv.
Il prend de même la voyelle longue au singulier et la brève
au pluriel : singulier, éºnv, mç, m ; pluriel , é6euev. Dans é6nv,
comme dans ëtí0nv, la lettre e est l'augment syllabique.
2° La deuxième personne de l'impératif 9éç, est pour Sétt,
inusité.
3° L'infinitif Seïyxt prend la diphthongue et, au lieu de l'e qui
est au présent tt0évxt.
VOIX MOYENNE.

S 100. 1° le présent moyen (ou passif) se forme en changeant


pt de l'actif en gzt, et en reprenant la brève du radical : rí0mg t,
tí0euzt. Ce temps se conjugue comme le parfait passif de Xûo :
tí0euzt, gxt, Tzt.
Nous avons vu que gzt, azt, zz est la désinence primitive de
tous les temps principaux au passif; nous voyons ici que les
verbes en ut ont conservé cette forme ancienne.
2° Le subjonctif se forme de celui de l'actif en ajoutant uxt :
tt0ö, tt0öux .
3° L'optatif se forme régulièrement de l'indicatif en changeant
uxt en tuay : ti0euzt , ttºetprºv, comme )ûouz, Xuotuſy.
li° L'aoriste second se forme, comme à l'actif, de l'imparfait
en retranchant tt : êtt0éuny, è0éunv.
5° L'aoriste premier moyen èºnzágny appartient au dialecte
10Il10Il,
VERBES EN MI. 121

TEMPS QUI SE CONJUGUENT COMME CEUX DES VERBES EN Q.

1° Le futur se tire du primitif 2éo : futur actif, 9 égo ; futur


moyen, 3 ſigouz.
2° L'aoriste premier de ce verbe n'est point en gz comme le
voudrait l'analogie ; il se termine en xz, comme si c'était un
parfait : singulier, ë0mxx, xxç , xe ; pluriel, ë6ſxzuev , 30'ázxte ,
é6mxxv ; duel, ë64xx7ov , ë6mxxvnv ; mais il n'est guère usité qu'à
l'indicatif.
Il y a encore deux autres aoristes en xx : ëòoxx, je donnai, de
ôſôogx (ôóo) ; #xz, j'envoyai, de tºut (éo).
3° Le parfait prend la diphthongue et , comme s'il venait de
3 eío : parfait, réffetxx, xxç, xe ; plus-que-parfait, éteûetxetv ,
% Et3 , %ët.
VOIX PASSIVE.

S 101. Le présent et l'imparfait, comme au moyen : ríºeuxt,


étt0éumv.

FUTUR Ier. AORISTE Ier. PARFAIT. PL.-Q.-PARF.

INDICAT. | re%gouxt, été0ny, vé0etuxt, èveûeiumv.


IMPÉR. vé0ntt, vé6et go,
SUBJ. ve6ô5, veûetuévoç ö,
OPTAT. | re0maoígny, veûeſ mv, veûet uévoç einv,
INFINIT. | ve0'ágeg0xt, Te6ïvxt, reûsïG0zt,
PARTIC. | rs0mgóuevoç. veûeſç. veûetu.évoç.

REMARQUEs. 1° On voit que le futur et l'aoriste passifs se tirent


immédiatement de 3éo. Dans ces deux temps, la syllabe radicale
est re ; elle a un t à cause du 6 de la terminaison.
2° Au parfait, la syllabe radicale est 0et ; la syllabe re qui pré
cède est le redoublement.
3° Les verbes en gt n'ont point de futur antérieur.
VERBES EN MI.

S 102. VERBE ÎXTHMI, JE PLAcE.


L'aoriste second, le parfait, et le plus-que-parfait ont

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je place. place. que je place.


S. 1 p. {atmut, igtö,
2 p. tgtmç, c,
#gtx0t,
c A"
igt#ç,
c -

E- 3 p. ïarmat, toto&to, tatº,


# )P. 1 p. fgtzgev, iatöuev,
# 2 p. ïgtzte, #gtxte, igtiite,
ſ- 3 p. igtägt, iavxvogav, iGtögt ,
D.
2 p. Égvxtov, Égvxtov, igtiitow,
3 p. tatztov. iatc{tov. igtitov.
je plaçais.
S. 1 p. #GTmv,
2 p. #atmç,
E- 3 p. tot m, -

- P 1 c/

#- - p. iatzuev,
# 2 p. #arxve,
e/

= 3 p. íavagxv,
D.
c/

2 p. Égvxtov,
3 p. iat%tnv.
je fus debout. sois debout. que j'aie été debout.
S. 1 p. éatnv, Gtö,
c5 2 p. éatnç, gti0t, at#ç,
3 3 p. éatn, »/
gtſſtoo, at#,
-

# P. 1 p. éat muev, atousv,


LLN 2 p. éatnte, gtiite, gtite,
# 3 p. égtmgxv, GTſivogoxv, GTögt,
#[ D
QD -

<r! C) »/ - •r .»

2 p. égTmtow, gtºmtov, gtntov,


3 p. ëavâtmv. GTſſroov. Gtitoy.

FUTUR. Gtſigo.
AOR. 1er. #Gt7Go.. 6t#goy. gt'ſgoo.
PARFAIT. égTnxx. égtnxe. égtſſzo.
PL.-PARF. êgtſſzety.
la= N== m=TT NT-T-i
VERBES EN M1. 123

VOIX ACTIVE.

la signification du verbe latin stare, se tenir debout.

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je plaçasse. placer. plaçant.


iatxímv, iGvxvxt. M. iatxç,
iatzínç, igvxwvoç.
t /

ºran,
t
F. igv&go.,
tatzt'muev,
c /
igvxgmç.
LG toxL7lte ,
;- … --, N. io r3v,
toto.t'mooxy, t /

totocytoç.
t / -

tGtxtmtov,
iGtzvátmv.

que j'eusse été debout. avoir été debout. ayant été debout.
atxíav, Gtïyxt. M. Gtxç,
atxtmg,
/
Gtxvvoç.
gran, F. GtaGx,
Gtxtmu.ev,
/
Gtxo'mç.
Gto.t'/te
: -, N. Gvxv,
Gtoxt'nGozv, /

Gto.vToç.
/

G7zt'mtov,
Gtzvátmv.

atſiaotut. GTágetv. gt'ſgow, Govtoç.


GTſíaztut. GTïjgat. GTſjGxç, Goxwvoç.
égTázotut. égTtxévzt. égttiz6g, zótoç.
12li VERBES EN MI.

S 103. VERBE ÎXTHMI, JE PLAcE.

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je me place. place-toi. que je me place.


S. 1 p. {atzuzt, iatöuzt,
2 p. #atxazt, #gtxGo, igt#,
E-
e 3 p. tatxtxt,
P 1 0c /
iatxg0o, igtiitxt,
t ()
/

# j 1. p. tatzu.eUz. tatoueux,
#
C-1
2 p. tgtzgûe,
e/
#gtxg0e,
t /
igtïgûe,
t •
ſ- 3 p. tatoxvtxt, igtxg6ogxv, tatoowto.t,

D. 1 p. iatzu.e0ov, tat6ge0ov,
2 p. tatxg0ow, #gtzgûov, igtïg0ow,
3 p. (gtxg6ov. igtäg0ov. igt#g6oy.

je me plaçais.
S. 1 p. iatzunv,
2 p. ÉgvxGo,
E-
p-4
3 p. ÉGtxto,
t /

3 ) P. 1 p. iavºue0z,
# 2 p. ïgtzgûe,
e/

= 3 p. ºvarto,
D. 1 p. igváue0ow,
2 p. ÉgtxG6ov,
3 p. igtxa0mv.
/
- je me plaçai. place-toi. que je me sois placé.
# | S. 1 p. èatzunv,
C/) »/ /
avöuzt,
-

E 2 p. égvxGo, GtxGo, GTſ ,


# 3 p. égvxto, Gtxg0o, gtiitxt,
3 ) P. 1 p. ègtxue0z, »/ /
atóue0x,
-

# 2 p. égvxg6e, Gtxg6e, gtija0e,


:- 3 p. égtxvto, gtxg6ogxv, Gtövtxt ,
# [ D. 1 p. êgtxge0ov, gr6usºoº,
3 2 D. # gtxg0ow » gtxg6oy 9 GT#g0oy 2
<: » / A -

3 p. èa 7xg0tv. gtxg0ov. Gtïgûov.

FUTUR. GTſíaouzt.
AORISTE 1*. ëgtmgäumy. G7#Goſt. atáaouzt.
VERBES EN MI. 125

VOIX MOYENNE.

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je me plaçasse. se placer. se plaçant.


t - •/ r /
tatztux v, tgvxG0xt. M. ta7zuevoç,
t - r /

tGtxto, tatzuevou.
ºrasro, F. iatzuévn,
ºta u.e0z, iatzuévmç.
ig7xïgûe, t /
t rv N. iatzuevov,
tGtxtvto, t /
e / LC700UL3VOU).
iatzius0ov, \

tgtxîgûov,
igtxíg0mv.

que je me fusse placé. s'être placé. s'étant placé.


atxiumv, gtxg6xt. M. Gtxu.evoç,
Gtxïo, atxuévou.
Gtxt.to, F. atzuévn,
gtzíueûz
ueUx, /
atxu.evmç.
gtxïgûe, /

gtaIyto,
N. gtxu.evov,
-

/ atxu.evou.
atxius6ov,
gtxïaûov,
gtxíg6nv.

/
grmgoiunv. g rſgeg0xt. at maouevoç, ou.
/

at naziunv. g7ſgzg0xt. at maxusvoç, ou.


126 VERBES EN MI.

REMARQUES.

VOIX ACTIVE ET MOYENNE. A

S 104. 1° Ici, comme dans rſ6ng , le singulier prend la voyelle


longue au présent tatmut, et à l'imparfait tat av. Le pluriel ta7z
uev et le moyen tazzuzt reprennent la brève du radical.
2° L'imparfait commence par la même lettre que le présent ;
c'est que jamais on ne met d'augment avec .
3° Pour former l'aoriste second, on ôte l't de l'imparfait ; et,
comme alors la première lettre se trouve être une consonne
(gtnv), on ajoute l'augment e, et l'on a égtav.
Ce temps garde la voyelle longue m au duel et au pluriel ; il en
est de même de tous les verbes en ut, venant d'%o.
li° L'impératif prend à la seconde personne 6t, par un 6, parce
qu'il n'y a pas, comme dans tí0ett, d'aspirée au radical. Il
prend la voyelle brève au présent, (gtx0 ; la longue au second
aoriste , 77ï0. La terminaison 0 est d'ailleurs rare à l'impératif
des verbes en g .
5° Le subjonctif, présent et aoriste second, prend n, comme
celui de ví0nut : iarö, #;, #; grö, gt#ç, gt# ; et de même, au
moyen ; ia7òuzt, #, ïtzt.
On dit aussi par l'z, tatô, &;, & : igrögzt, &, &txt , comme
dans les verbes contractes en 3o ; mais alors c'est le subjonctif
d'iatz(o), et non d'íatmut.
6° Le parfait actif égtnxx vient régulièrement du futur grágo ;
son augment é a toujours l'esprit rude. -

Ce parfait, ayant le sens du latin stare, signifie je suis posé,


je suis placé , je me tiens debout : il s'emploie donc bien pour
désigner un temps présent. Par la même raison, le plus-que
parfait égTſíxetv, que l'on écrit aussi eiatſixetv, signifie, j'étais
posé, j'étais debout.
7° On trouve quelquefois, mais très-rarement, un autre par
fait, ég7xxx, qui a la signification active , j'ai placé.
VOIX PASSIVE.

$ 105. Le présent et l'imparfait, comme au moyen : tarzuzt,


ta txunv.
VERBES EN MI. 127

FUTUR Ier. AORISTE Ier. PARFAIT. PL.-Q.-PARF.

INDIC. atz0iſgouzt, |èg7x0av, éatzuzt, égtzuny.


IMPÉR. gtx6m7t, | égvxgo,
SUBJ. avx0ò, égtzuévoç ô,
OPTAT. | gtx0mgotumv, | gt20et av, égtxuévoç etav,
INFINIT. | gtxºſgegûzt, | gtx6ïvzt, égrág0z.,
PARTIC. | gtz0mgáuevoç. | 7Tz0eſç. égtxuévoç. º

REMARQUE. On voit que tous ces temps se tirent immédiate


ment du primitif gtxo , et gardent constamment l'z.
Le passif signifie être placé. Le moyen signifie tantôt se
placer, tantôt faire placer, élever (par exemple un monument).
L'aoriste premier ègz mg3gſy a toujours ce dernier sens.
Voici encore d'autres formes de ce verbe :

INDICATIF |
PARFAIT. PL. Égtxuev, Égtxte, égtägt, D. Égtxtov, égtxtov.
PL.-PARF. PL. Égtxu.ev, égtxte, Égtxazv, D. égtxtov, égt&tny *.

IMPÉRATIF. #atx0t, égtáto, etc. SUBJONCTIF. | égtö, etc.

OPTATIF. |égtx(nv, etc. INFINITIF égt3vzt.

PARTICIPE. | éatzºg-éatóç, égtzögx-égtöcz, égtzó;-égtó;.


éatötoç, égtóang, Égtötoç.

Remarquez au participe : 1° Le neutre contracté en oç :


comme le masculin, à cause des deux voyelles xo : éataóç, égv6ç,
cependant de bonnes éditions lisent ég76g, d'après d'anciens ma
nuscrits ; 2" le féminin en öga, au lieu de uïx.

1. Ces formes, qui sont des syncopes pour ÉGt ^xauev, ÉGtfixate, éatíxzGt, etc., signi
fient au parfait, nous sommes debout, etc., et au plus-que-parfait, nous étions debout, ctc.
128 VERBES EN MI.

S 106. VERBE AfAOMI, JE poNNE.


Sm==
INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je donne. donne. que je donne.


S. 1 p. ôfôout, ôtôö,
2 p. ôiôoç, òíòo6t, ôtòòç,
H 3 p. ôtôoat, ôtôóto, òtòð,
#)P. 1 p. ôiôouev, ôtôöuev,
#) , 2 p. ôiôote, òíòote, ôtôöte,
# 3 p. ôtôoÙat, ôtôóvoaxw, ôtôögt,
D.
2 p. ôſôoTow, òíòotov, ôtôôtoy,
3 p. ôiôotov. ôtôóvov. ôtôötov.

je donnais.
S. 1 p. èòíòov,
2 p. ëôiôoç,
E- 3 p. éôſôo,
3 ) P. 1 p. èôiôogev,
#
ſ>-
2 p. ëôiôote,
= 3 p. ëôiôooxv,
D.
2 p. ëòíòotov,
3 p. ëòtòótnv.
je donnai. donne. que j'aie donné.
S. 1 p. éôov, ôö,
c5 2 p. éôoç, òóç, ôöç,
# 3 p. éôo, òóvo, òò,
# ) P. 1 p. éôogev, ôôuev,
# 2 p. éôote, ôóve, ôöte,
# D 3 p. éôogxv, òóvoaav, ôöat,
GD

<; 2 p. éôotov, òóvov, ôötov,


3 p. ëòóvmv. òóvov. ôötoy.

FUTUR. òógo.
AORISTE 4 er. éôoxx.
PARFAIT. ôéôoxx. ôéôoxe. ôeôóxo.
PL.-QUE-PARF. éôeôóxetv.
VERBES EN MI. 129

VOIX ACTIVE.

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je donnasse. donner. donnant.


ôtôoinv, ôtôóvzt. ôtôoû;,
òtôoºng, ôtôóvtoç.
# ôtôoÙaz,
ººººgev, ôtôoüanç.
òtòoínte, òtò6
ôtôoi maxv, ºº,
ôtôóvtoç.
ôtôotntov,
ôiôovázav.

que j'eusse donné. avoir donné. ayant donné.


ôoínv, ôoûvx. ôoû;,
ôoínç 2 òóvvoç.
/

ຠ2 ôoÙaz,
àoºngev, ôoûa'mç.
ôointe, /

ôoſ maxv
mGo.v,
òóv,
ôóvvoç.

ôotntov,
ôováznv.
ôóaotut. ôógetv. ôógov, govtoç.

õeôózotut. ôsôoxévzt. ôeôox6ç, xóvoç.

Burn., Abr. gr.


130 VERBES EN MI.

S 107. | VERBE AfAoMI, JE poNNE.

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

je me donne. donne-toi. que je me donne.


S. 1 p. ôfôouxt, ôtôögzt,
2 p. ôfôogxt, ôſôogo, ôtôſp,
- 3 p. ôiôotzt, ôtôógûo, ôtôötzt,
# P. 1 p. ôtôóus6z, ôtôóus6z,
# 2 p. òíòogûe, ôſôog6e, ôtôög6e,
# 3 p. ôfôovtzt, ôtôóg6ogxw, òtòövtxt,
D. 1 p. ôiô6geºov, òtòóue6ov,
2 p. ôſôog0ow, òíòog6ov, ôtôögûov,
3 p. ôiôog0ov. ôtôóg6ov. ôtôög6ov.

je me donnais.
S. 1 p. èôtôóunv,
2 p. ëòíòogo,
H 3 p. ëôſôoto,
# )P. 1 p. èôtôáge0z,
# 2 p. ëôiôog6e,
= 3 p. ëôiôovvo,
D. 1 p. ëôtôóue6ov,
2 p. ëòíòog0ow,
3 p. ëòtòóg6nv.
je me donnai. donne-toi. que je me sois donné.
S. 1 p. ëòóumv, òòuat,
| ô6go, òò,
cs
# 23 p. éôoto, éôov (p#
p. éôogo, usité , òóg6o, ôötxt,
#)P. 1 p. èôóus6z, òóus0z,
# 2 p. éôog6e, ô6g6e, ôög6e,
# 3 p. éôoyto, òógºogxv, ôôvtxt,
3 [ D. 1 p. èôóge6ow, òópe0ov,
2 p. éôog0ow, ô6g6ov, ôög6ov,
3 p. ëô6g6nv. ôóg0ov. ôög0ov.

FUTUR. ôógoux .

AORISTE 1er, èôoxáumv.


l =-s-N-N=TN-=
VERBES EN MI. 131

VOIX MOYENNE.

===z
OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que je me donnasse. se donner. Se donnant.


ôtôoiunv, ôfôog0xt. ôtôóuevoç,
à èoio, ôtôouéyou.
à ôºro, ôtôouéyº,
à èoigºz
òtôoïgûe,
» ôtôouévºç.
N /

òtòoïyzo, à àégºv»,
òtòoius0ov, òtôouévou.
ô.ôoïg6ov,
ôtôoíg6nv.

que je me fusse donné. s'être donné. s'étant donné.


àoiunv, òóg0xt. à6uevoç,
ôoïo, ôouévou.
àºzo,
ôot ue0z,
ôouéya
ôo (Lévºç.
»

ôoïgûe,
•v»
/
ôôuevov,
ôoïyto,
W. /
r ,
ôouévou.
òotus0ov, A

ôoïa6ov,
ôoíg6ny.

ôoaoiunv. òógeg0xt. ôogóuevoç, ou.


132 VERBES EN MI.

REMARQUES.

VOIX ACTIVE ET MOYENNE.

S 108. 1° Ce verbe prend, comme on voit, la brève du radi


cal, partout où tí0mg t la prend.
Il a, comme ti0nut, a à l'impératif aoriste second : ôóç pour
ò60 inusité, comme 9ég pour Sétt. -

Il a une diphthongue à l'infinitif du même temps : ôo5vzt ,


comme Seïyzt ; et aux deux participes : ôiôoôç et ôo6ç, comme
T,0eiç et 3eiç. Il fait, ainsi que nous l'avons déjà dit, l'aoriste
premier en zz, éôozz, comme é%nzz. Le singulier de l'aoriste
second, éôov, etc. , n'est pas usité.
2° Le subjonctif présent et aoriste second , tant actif que
moyen, garde o à toutes les personnes. Il souscrit : à celles où
les verbes en 6o prennent la diphthongue ot : ôt)ô5, oïç , oï ;
òtòò, p;, p.
VOIX PASSIVE.

$ 109. Le présent et l'imparfait, comme au moyen : ôſôouz,


èôiôóuny.
Les autres temps se tirent immédiatement de ôóo, et conser
vent partout la voyelle brève du radical.

FUTUR Ier. |AORISTE Ier. | PARFAIT. |PL.-Q.-PARF.

INDICAT.| ôo0'áaouxt, ëò60'nv, ôéôouxt, àôeôóunv.


IMPÉR. ô60'ntt, ôéôogo,
SUBJ. ôo0ö, õeôouévoç ô,
OPTAT. | ôo0zgoíg.nv, ôo0eínv, ôeôouévoç et av,
INFINIT. | ôo6ſigeaûzt, ôo%ïvzt, | ôeô6g0zt,
PARTIC. ôoûmaôuevoç. ôo0eíç. ôeôouévoç.
VERBES EN MI. 133
S 110. VERBE AEiKNYMI, Je uoNTRE. voIx ACTIvE.

INDICATIF. IMPÉRATIF. | INFINITIF. PARTICIPES.

je montre. mOntre. mOntrer. ImOntrant.


S. 1 p. ôeizvuut, -
òetxvûyzt. M. ôevxvûç,
2p. ôeizvuç, ôeixvu0, òetxvûvtoç.
# 3 p. àsºzºat, ôetxvûto, F. ôetxvÙaz,
# P. 1 p. àsºzºgºv, /
ôetxvûamç.
# 2p. ôeixvure, ôeixvute, W.
N. òetxvûv,
3p. òetxvÙat-ſzat,|ôetzvûtogzw,
D. 2p. ôeixvutov, ôeixvotov, òetxvûvtoç.
3p. òeizvu7ov. ôevxvûtov.
je montrais.
S. 1 p. èôeixvuv,
2p. èôeixvuç,
3p. #ôeixvu,
P. 1 p. èôeizvuuev,
2p. èôeixvure,
3p. ëôeixvuazv,
D. 2p. èôeixvotov,
3p. èôevxv67mv.
VOIX PASSIVE ET MOYENNE.

S. 1 p. õeſzyuuz, ôeixvvg0xt.lM. ôevxv4uevoç,


2p. ôeízvoazt, |ôeixvugo, ôetxvup.évou.
- 3 p. àstzºra , |ôetxvûaûo, F. ôevxvup.évm,
# P. 1 p. àexºgeºz, N / ôevxvuuévmç.
#
--'
2p. ôeixvugûe,
/
àeíxyug0e,
A.
/
N. òetzváuevov,
2-
ſ- 3p. ôetzvuvtat, |ôexyûgûoozw,
A- õexvouévou./

D. 1 p. ôevxvûue0ov,
2p. ôeizvua0ov, |ôeizvvg0ow,
3 p. ôeixvua0ov. |ôevxv6g0ov.
7 /

. èôeº.vºunv,
. èôetzvvao,
» N /
ëòetzvuto,
. èôetzvºus0z,
èôeixvva0e,
» /

. ëôeizvuvto,
» N /

. ëòetxvûue0ov,
. èôeíxyua0ov,
. èôetzv6g6tv.
13/1 VERBES EN MI.

REMARQUES. 1° Nous n'avons point mis dans ce tableau le


subjonctif et l'optatif de ce verbe ; il les tire de la forme 6o :
òetxvûo, mç, 7; ôevxv6 otut, ot;, ot, ainsi que l'imparfait èôeizvvow,
forme usitée.
2° Le futur et l'aoriste premier, le parfait et le plus-que
parfait se forment régulièrement du primitif ôeiz (o), dans les
rois voix : ôeſ#o, éôet#z, ôéôetyz òéôetſuzt , etC.
7

3° Ce verbe et tous ceux en out qui ont plus de deux syllabes


n'ont point d'aoriste second.
li° Ceux , au contraire, qui n'ont que deux syllabes, ne sont
usités qu'à l'aoriste second.

OBSERVATIONS GÉNÉRALES.

S 111. 1" On verra, par l'usage, que presque tous les verbes
en 6o se terminent aussi en vut, mais que les verbes en gt ve
nant d'éo, &o, 6o , sont très-peu nombreux.
2" Cependant ces désinences en forment quelques-uns sans
redoublement , et usités seulement à l'aoriste second :

(r)áo, t)ïui), supporter, Aor. second, ét)nv, je supportai.


(yv6o, Yvöut), connaître, éyvov, je connus.
(ºzo, ºut), marcher, é6mv, je marchai.
Ces aoristes seconds gardent la voyelle longue au pluriel et au
duel : ë6mgev, éyvouev ; ils prennent 6t à l'impératif : gïût, Yvöºi.
· 3° Quelques verbes forment leur redoublement d'une manière
un peu irrégulière : -

(Tr)áo), remplir, Triur)nut, Fut. t)ſigo.


(7páo), brûler, Triutpºut et Tpſ0o, Fut. Trpágo.
Le p a été attiré dans ces verbes par le T suivant.
Remarquez encore ôvxo, aider, övaut, et, en mettant un re
doublement après la première syllabe du radical, ôvtvmgt.
li° Souvent le présent et l'imparfait des verbes en ut, surtout
au singulier, se conjuguent comme ceux des verbes contractes :
Tt0éo, êtí0eov,
- 2 /
iatxo, tato.ov,
t r- e/
ôtôóo, èôſôoov,
- 2 N * W.
Tt0ö, êtí0ouy ; totoo, totoy ; ôtôö, èôſôouv.
VERBES EN MI. 135

Et à l'impératif : rſ6ee, #gtxe, ôſôoe,


tiûet ; {gvm (p. torz) ; ôiôou.
L'impératif rſ6et remplace rſ0ett, inusité.
Ceux en vut retranchent 6t : ôeixvu (pour ôeizv00).
5° On a vu que Xüegz forme, par contraction, Xóez, X47; de
même rſ0egz forme rſ0ezt, riſrº. Par la même analogie encore,
êtí0ego forme êtíûeo, êtíûou ; tatzgo, (atxo, ÉgTo; èôiôogo, èôſôoo,
ëòíòou. On trouve 9o5, pour Ségo, impératif aoriste second
moyen. Cette forme est même la plus ordinaire dans les com
posés : Ttpo0o5, rxpx0ou, etc. On ne dit pas ôoù pour ôógo; mais
en composition &rôôou, Trepiôou, etc., sont seuls usités.
6° Nous avons vu qu'au pluriel de l'optatif Xu6eſ ny, on dit
souvent Xu6eïuev, Xu0site, Xu6eïev, au lieu de )u0et muev, einte ,
etmgzw. On trouve de même à l'optatif pluriel des verbes en gt :
Prés. rt6siuev, ttºeïre, rtºeïev ; Prés. iatzïuev, igvxïre, igvxïev.
Prés. ô.ôoïuev, ôiôoïte, ôtôoïev; Aor. Seïuev, Séïre, 2eïev.

VERBES EN MI IRRÉGULIERS OU DÉFECTIFS.

S 112. Nous ajoutons ici plusieurs verbes en ut, qu'il est


utile d'apprendre par cœur , parce qu'ils sont d'un grand
usage :

I. tmgº (esprit rude), j'envoie, formé d'é(o);


II. tmgt (esprit doux), je vais ;
III. sig , je vais*, formé d'é(o), et(o), i(o) ;
IV. gng4, je dis, formé de pá(o) ;
V. ta mut, je sais;
VI. xetuxt, je suis étendu.
1. etut, je suis, a été conjugué avant Aûo.
136 VERBES EN MI.

S 113. I. VERBE ïHMI (esprit rude), J'ENvoIE, formé d'é(o).

Ce verbe se conjugue sur tſ0mut; l'aoriste premier est #xx,


=-=-

INDICATIF. IMPÉRATIF. SUBJONCTIF.

• j'envoie. envoie. que j'envoie.


E- S e/ ey #. e/() t / t -, :3 { • •

# )S. ºut,
e
ºm6,
ey
ººº,
t r »
teut,
º
teto, |!o,
t •
t7g,
·r .'
t'ſ,-

#C-3 ) P. (egev, tete, º


iéiat,
c,
|(ete, tétoazv,|iöuev, tite, tôat,
e, { r, { -»

E ( D. (etov, tetov. |(etov, tévov. tºmtov, t'ntoy.

e
j'envoyais.
c, e e/

# S. Émv, #nç, t'm,


# P. teuev, tete, teaxv,
= ( D. (etoy, iévmv.
c5 j'envoyai. envoie. que j'aie envoyé.
7- 7- 7 c/ 6/ + 7- 7
# \ S. #v, 'ſ19 » 7l , €9 , ÉT(0, Co, ſç, ſ ,
g ) P. éuev, éve, éaav, |éve, évoaxv, |óuev, ñve, óat,
$ \ D. évoy, étnv. |étov, évov. #tov, itov

FUTUR. #go, #getç, #get.


+ 7- 7 4
AORISTE. mxz, mzaç, mxe.
PARFAIT. eixx, eixxç, eixe.
PL.-PARF. eixetv, eixetç, eixet.

VODX

PRÉSENT. teuzt, teaz, tetzt. |(ego, iégûo. iôuzt, i#, iïtzt.


IMPARF. téumv, (ego, teto.
AoR. 2". éumv, égo, éto. égo, ég0o. óuzt, i, ñtxt.
FUTUR. #aouxt, #am, #aetzt.
e /

AoR. 1er mxzgºv.

VOIX

FUT. 1er. éºſigouzt.


AoR. 1er. É0my ou ei0ny. éºntt, éº#to. |éºö, éº#;, é%
PARFAIT. eiuxt, eigat, eitxt. leiao,
\ » 9 2 eïaûo. |eiu\ évoç ó.
PL.-PARF. e#utiv, eigo, eito. -
VERBES EN MI. 137

VOIX ACTIVE.

et le moyen ñxãumv, comme È0mxx, ê0mxáumv.

OPTATIF. INFINITIF. PARTICIPES.

que j'envoyasse. envoyer. envoyant.


/ t / ( / e / t / t /

tel'ny, tEl719 , tel7 , L8W0(l , M. têtç , t8vTOç.

tet muev, teinte, tetmaxw, F. teïaz, tetamç.


teíntov, ievſit nv. N. tév, tévtoç.

que j'eusse envoyé. avoir envoyé. ayant envoyé.


sºnv, et mç, eºm , eivxt. M. eſg, évtoç.
sºuev, eºmte, et maxv. F. eiaz, eiamç.
e#ntov, etátnv. N. év, évtoç.
•/ e/ e/ e/ e/ e/

maotut, mgotç, maot. 71G8ty. TG(oy, YGOyToç.

t / t / t /
3V.X.8V00L , 8txGoç , EtX0T0ç.

MOYENNE.

t / C • t r- e/ t /
tetumv, teto, L3!, TO. ïe 70xt. teuevoç, ou.

e/ 7- 7 c/ º/
et unv, eto, 8 LT7O, ég0xt. e uevoç, ou.
·igot umv, #aoto, #gotto. | #aea0zt. iGóuevo;, ou.

PASSIVE.

éºnaoiutv.
- /
é0ſgeg0xt.
c -
éûmaôuevoç, ou.
t / e /

é0eímv. é0iiyxt. é0eíç, éûévvoç.


eiuévoç etav. eig0zt. eiuévo;, ou.
138 VERBES EN MI.

REMARQUEs. On dit aussi à l'indicatif présent, (et d'#(o), pour


tngt ; à l'impératif (e d'té(o) pour teºt; au subjonctif tggt pour
#; à l'optatif forte (d'où & piotte) pour teinte ou ieïre ; à l'imparfait
(etv et ſouv, (etç, (et ; cette dernière forme est même la plus usitée.
Optatif moyen présent d'é(o), éoigny ; d'#(o), ioigny ; aoriste
second, o#uny ; d'où le composé Tpooiunv, projecissem.
Indicatifaoriste second moyen avec augment, signy, eigo, eito,
plus usité que évnv. De là les composés & peiunv, à peiunv, etc.
Même temps impératif, o5 pour égo. De là Trpoo$, 2po5, qui
sont les formes les plus ordinaires.
Pour ieïa, troisième personne plurielle présent indicatif, on
dit i2at (contracté de léza), comme pour r10eïat on dit rt6ézat.
Ce verbe, uni avec les prépositions, forme un grand nombre
de composés. Le simple se rencontre rarement.

AUTREs ACCEPTIoNs DU vERBE ſmut (esprit rude).

1° Désirer. Le présent moyen (euzt signifie je m'envoie, et


par analogie, je désire, parce qu'en désirant on porte son es
prit vers l'objet désiré. Il est employé en ce sens au présent et
à l'imparfait : teuzt, téumv.
2" Vêtir. Le parfait eiux signifie quelquefois je suis vêtu,
plus-que-parfait, e#unv, j'étais vêtu.
Au lieu de la troisième personne du duel, e#a0mv, on trouve
ég6nv. De là vient ég97ſg. ëg0ïtoç, Vêtement.
3° Etre assis. Au primitif é(o) se rattache, quant à la forme,
le verbe poétique #gzt, je suis assis, igzt, #atzt; pluriel troi
sième personne ivtxt ; #gny, j'étais assis, ñgo, ñato ; pluriel
troisième personne #yto. En prose on emploie le composé
xx0mgzt, x30mgzt, x30mtxt ; imparfait èxx0 ſiumv, èxx0mao, èxx6mto
(ou sans augment avec le g, xx%ïaro).
Impératif xx0ngo : subjonctif xx0ogzt ; optatif xx0oiunv ; infinitif
xx6ïgûzt : participe xx0 ſiuevoç.
Le présent, je m'assieds, s'exprime par é ouxt, moyen de
# inusité, placer, asseoir, qui vient d'é(o) par l'insertion
du C.
VERBES EN MI. 139

II. VERBE iHMI (esprit doux), JE vAIs.

S 114. inut, aller, qui vient régulièrement d'ë(o), esprit doux,


n'a que l'infinitif lévzi (qui se retrouvera dans le verbe suivant
eiu.), l'optatif, troisième personne du singulier leſn, l'imparfait
indicatif, troisième personne du pluriel (egxv , et les formes ci
dessous du moyen, avec le sens accessoire de se hâter.

VOIX MOYENNE. #

INDICATIF. IMPÉRATIF.lINFINITIF. | PARTICIPE.

»/ »y »/

S. teuxt, teaat, tetat, | »


2 / s/ 3/
teGo, »/ » » 2 A

P. téus0z, teaûe, tevtxt. tea0xt. iéuevoç, leuévou.


tég0o.
D. iéue6ov.
u 2
tegûoy,2 tegûov.

*
2 / »/ »/

te unv, tego, teto,


7 / »/ »/

iéue0z, tegûe, tevto.

III. VERBE EiMI, Je vais, formé d'#(o), el(o), t(o).

S 115. La forme du présent sert en même temps pour le futur.


Les formes #z et #ev, que l'on appelle parfait et plus-que
parfait seconds , se confondent dans l'usage , et servent pour
les temps passés, j'allais, j'allai, j'étais allé.
140 VERBES EN MI.

VOIX ACTIVE.

INDICATIF. IMPÉRATIF.

PRÉSENT ET FUTUR. S. t0t ou ei, {to,


»/ »/
Je vais, J'irai. ' P. º, ºoºº,
S. siut, sig ou si, siat, D. (rov, LT(!)V.

P. tuev, tte, tzat, T- "

D. ttov, tvov. 2/ stºoNcrn.


to, tmg, t , etc.
IMPARFAIT.

J'allais. - OPTATIF.
»/ »/ »/ 7 »º > > 2

S. (iov, teç), te d'#(o), totut, tot;, tot, etc.


P. iuev, tre, tgxv d'#u(), Ou tofmv.
D. t7ov, ttmv.
INFINITIF.
2 »r

AUTRE TEMPs PASSÉ d'ei(o). téyxt.

S. #z ou #z, #ïzç, ñïe,


ou S. #ew, #etç, #et,
P. #etuev, #ette, #etazv. PARTICIPE.

et #egzw, M. i6v, tóvtoç.


ou ºuev, ,te, maxw et # 7xv, F. toÙaz, toûa'mg.
· D. #ettov, mett nv. N. tóv, tóvtoç.

VOIX MOYENNE.

FUTUR. etaouat,
AoRISTE. eigáunv,
2 /
} étiques.
poetiqu

REMARQUE. fow, que l'on appelle ordinairement aoriste se


cond, est un véritable imparfait. Au lieu d'#otut à l'optatif, on
trouve aussi lo{nv. Le participe i6v , accentué comme un aoriste
second , n'en est pas moins employé partout pour exprimer le
présent et même le futur, suivant les verbes auxquels il est
joint.
VERBES EN MI. - 1l11

IV. VERBE pHMi, Je pis, formé de pá(o).

$ 116. pmg4, je dis, vient de p4(o). Il se conjugue comme


ta7ng. Il n'est usité qu'aux temps suivants :
|

VOIX ACTIVE.

INDICATIF. IMPÉRATIF.
PRÉSENT. PRÉSENT. qpx0t » q)xto.
S

le
Q07 !J.'. -
/
TGL -
SUBJONCTIF.
- - -

P. º, º,
pzuév, pzté, º,
pzat, PRÉSENT. pô, p#;,
/ l p.
|

D. pztov,
/
pztov.
/ AoRISTE. pſigo.
IMPARFAIT. A• ortArr. / /

Dans le sens de l'aoriste.) PRÉSENT. S. px4 my, ºzºs, pav,


Je dis. P. (pzïu.evp. pximu.ev, etc.
S. épav, épºç, épm, AORISTE. pſíaztut.
# sºgº, ºzts, ºaaa . INFINITIF.
- ººººº, *?*7mº. | PRÉsENT. p%vxt (sens de l'aor.).
FUTUR. AoRISTE. pïazt.
(pſ'ágo. PARTICIPE.

AORISTE. PRÉSENT. p&ç, p&az, p&v.


ép'max. AoRISTE. págzç.

VOIX MOYENNE.

» / >- | /

AoR. SEC. épxunv, épxgo, etc. | INFINIT. pxg0z.


IMPÉRAT. pxo, pág0o, etc. | PARTIC. páuevoç.
1/12 VERBES EN MI.

REMARQUE. L'imparfait épn s'emploie souvent comme le latin


inquit, et signifie dit-il. On dit à la seconde personne épng0z
pour éq)mç.

V. VERBE f>HMI, Je sais.

S 117. faºgt, je sais, vient d'icá(o) inusité. Il se conjugue


comme tatmut : mais l' est marqué d'un esprit doux. A plusieurs
personnes on retranche la voyelle qui précède la terminaison.

INDICATlF. IMPÉRATIF.

PRÉSENT. Sache, qu'il sache.

Je sais.
S. tg6t, tato,
S. (tomut), tomç, (tomat), (p. taz0t, iaºto),
P. tgte, tatoaxv,
P. tguev, tave, taxGt,
D. tatov, tatov.
(p. taauev, taave),
D ©
»/
to rov, »/
totov,

(p. taztov, toatov). INFINITIF.

Savoir.
IMPARFAIT.

Je savais.
(icávzt).
S. (ionv, tanç, tom),
PARTICIPE.
P. (iozgev, tazve, taaaaw), 2/

t.Go.W, Sachant.

D. (igavov, igávnv). taxç, taxGa, tgxv.

REMARQUEs De l'imparfait d'iamgt on ne trouve que la troi


sième personne du pluriel # 2» pour tazgay.
A l'impératif, il ne faut pas confondre toût, sache, avec toºt,
sois , du verbe substantif eiut.
VERBES EN MI. 1/13
Rapprochez du verbe tangº le verbe etôo, inusité au présent
et qui lui emprunte quelques-uns de ses temps, comme on
le verra par le tableau suivant.

INDICATIF. OPTATIF.

PARFAIT. S. siôeſ y, sîôsins, etc.


Je sais P. 1 eiôetmuev, siôeiuev; 3e eîôetngav.
d'etôo», S. otôz, ota0z, otôe, ----

d'iamut, P. ta uev, tgte, taaat, SUBJONCTIF.


oud'iôuev,D. tatov, tatov.
PLUS-QUE-PARFAIT. siôô5, sîôïç, etc.
too), etoſig,

Je savais.

d'e tôa S. #ôstv, #ôetç et#ôetg0z, #ôst, INFINITIF.


P. #ôetusv, #tte, #º, siôévat.
D. #ôettoy, #ôettmv.
FUTUR. "--========;

eigouxt, sigm, sigstxt, etc. PARTICIPE.

ÉRATIF | | PARFAIT. M. eîô6;, eîôóto;.


IMPERATIF. F. siôuix, siôutxç.
ta0t, tatoo, etc. N. siôóç, eiôôtoç.

Oiôz, qui est rigoureusement le parfait second d'etôo, signifie


je sais, et le plus-que-parfait #ôeiv, je savais, absolument
comme en latin novi , noveram.
Le subjonctif et l'optatif, ainsi qu'on vient de le voir, se for
ment comme si le présent était eiômut.
Le moyen d'#amut devrait être tazuzt ; mais on ajoute 7, et l'on
a tgtxgzt. Ce verbe diffère par l'esprit doux d'íazzgz., je me
place, marqué de l'esprit rude. Il n'est usité que dans son com
posé érigrxuxt, savoir; imparfait iitttgtágrav; futur ètrtavſigouzt ;
aoriste de forme passive, iTtatſ07v.

VI. VERBE KEIMAI, JE sUIs ÉTENDU.

$ 118. Keïpxt, jaceo, je suis étendu, est le seul moyen de


xé(o), xei(o). Il garde partout la diphthongue et.
1lili VERBES EN MI.

INDICATIF. IMPÉRATIF.

PRESENT. xeïGo, xeta0o, etc.


Je suis étendu.

S. «ºgº, zºº, º, INFINITIF.

P. xetue0z, xeïaûe, xsïvtzt,


D. xeige0ow, zeïaûov, xeïaûov. xeïg0xt.

IMPARFAIT.
- PARTICIPE.
J'étais étendu.

S. èxeiumv, éxetao, éxetto, M. xeiuevoç, ou.


P. èxeiueûz, ézetaûe, ézetvvo, F. xetu évº, mç.
D. èxeiueºov, éxeta0ov, èxeta0mv. | N. zetuevov, ou.

Le subjonctif vient de xé(o) : xéouxt, zén, xénzz ; ainsi que


l'optatif zeoiunv, oto, otto. Mais ces temps sont peu usités.
Le futur vient de xei(o).
INDICATIF. 0PTATIF, INFINIT1F. PARTICIPE •

FUTUR. xefaouzt, xetgoiunv, xeigeg0zt, xetgóuevoç.

VERBES DÉFECTIFS ET IRRÉGULIERS.

S 119. Il y a deux sortes de verbes défectifs :


1° Ceux qui, n'ayant qu'une partie de leurs temps, em
pruntent les autres de verbes qui ont la même signification, mais
non la même racine; par exemple : pépo, porter, qui tire son
futur d'oi(o), ses aoristes et son parfait de èvéſz(o).
2° Ceux qui tirent une partie de leurs temps de primitifs qui
ont la même signification et la même racine, comme )ap.6xvo
de x66(o), prendre. Ceux-ci sont plutôt irréguliers que dé
fectifs.
VERBES DÉFECTIFS. 1/15
Les verbes défectifs de la première espèce sont au nombre de
sept; en voici le tableau :
cipéo, prendre. — F. act. xipágo; Parf. act. #pmxx ; Parf. pass. #pmuxt; F.
pass. zips0%aouat; de #)(o), A. 2 act. eſ)ov ; A. 2 moy. et)óunv.
eittsiv, dire. - Il n'a que l'aoriste second, et quelques personnes de l'aoriste
premier etttz; il emprunte ses autres temps : 1° de Xéyo»; 2° de sipo, F. êpô5;
3° de pé(o), P. act. eipmxx (p. 뺺mx2); P. pass. stpmuzt; A. 1 pass. êòpé0ny ou
êôôſ0nv; F. pass. #m0ſigouxt et eipſigouzt.
#pxouxt, aller. — Imparf. ñpyóunv; d'ê)e60(o), F. ê)sógouxt; A. 2 #)0ov ;
P. 2 #X%)u0x.
êg0to», ëg0o, éôo, manger. — P. act. èôſôoxx; P. 2 #ônôz; P. pass. èôſôouzt
et êôſôeguat ; de páy(o), A. 2 ëpxYov; F. páyouxt; autre futur ëôouat.
ópáo, voir. — Il a de lui-même éópov, é%gzxz, é6pzuzt, ºpzºva ; d'eiô(o),
voir, eiôov, iôé, tôo, tôotut, îôsiv, iô6v, eiôôgnv, etc. ; d'ött(o), F. ô poux ,
je verrai ; A. öp0nv, je fus vu.
tpé/oo, courir. - F. Spé#ouzt; A. #0pe#z; de ôpéu(o), F. ôpauoüuzt; A. 2
ëôpauov ; P. ôeôpáuqxa; P. 2 ôéôpouz.
q)épo», porter.—Imparf. ëpspov; d'oi(o), F. act. oiao; F. pass. oi70%gouzt ; de
êvé(x(o), A. 1 act. #veyxz; A. moy. ivs (xáunv, ëvs /xzt, ëvéyxzg0zt, êveyx3
uevo;; A. 2 #vsYxov, ëveyxe, êveyxsiv, èveYx6ov; d'ëvéx(o), P. act. êv#vo/z,
P. pass. êvíveYuat ; A. pass. ñvé/0mv ; F. pass. ÈveX06aou.xt.

Les verbes défectifs de la seconde espèce ont diverses termi


naisons dont les plus fréquentes sont vo, xvo, xtvo; azo venant
d'o pur ; azo et gyo venant d'o non pur, et enfin vuut. Nous en
indiquerons seulement quelques-uns comme exemples :

ô4xv», mordre.— De à#x(o), A. 2 #ôaxov; F. 34#ogzt; P. pass. àéòm/gzt.


ôzg03vo, dormir. - De ôáp0(o), A. 2 ëôzp0ov, et par métathèse ëôpz0ov; F.
ôzg0ſgouxt; P. ôeô300mxz.
ëpu0zívo, rendre rouge. — F. ëpu%go»; P. ñp60qxz.
)xſ/3vo, obtenir par le sort. — De )iz(o), )áx(o), A. 2 ë)ayov ; F. )#ouat ;
P. ei)nY2 ; P. 2 )é)oY/z.
)au63vo, prendre. — De )ſſ6(o), X36(o), A. 2 ë)a6oy; F. )ſ poux ; P. et)np2;
P. pass. ei)muuat.
Xav0ávo, être caché. — De X40(o), X36(o), F. X4go; A. 2 èXa0ov ; P. 2 )é\n0x.
Aav0ávouxt, moy., oublier, F. Xſigouxt; A. ë)x0óumv; P. )é)mauxt.
uxv63vo», apprendre. — De u60(o), A. 2 ëua0ov; Infin. u20siv; F. ux04gouxt ;
P. usuá0mxx.
Ttuy0ávouat, s'informer. — De TteU0ou(at), A. 2 étu0óumy ; F. Treógouxt ; P.
TréTtuGuat.
tuYYávo» , se trouver, obtenir. — De tsóy(o), F. tsó#ouat ; A. 2 étuXov; infin.
tuyetv, d'où un autre aoriste, êtóymaz ; P. tetóxnxx. Il ne faut pas con
Burn., Abr. gr. 10
1l16 ADJECTIFS VERBAUX.

fondre la signification de ce verbe avec celle de teóyo, teó#o, téteuxx, ré


tuYuzt, fabriquer.
YtYvóaxo, connaitre-De Yvó(o), Yvög(), F. Yv6aouat; P. act. #yvoxx; P. pass.
ëyvoguat; A. 2 act. ëyvov; Partic. aor. Yvoû;, yvóvtoç.
eûptaxo, trouver. — De söp(o), A. 2 sºpov ; Inf. aor. eûpsiv; F. eûpſigo» ; P. act.
sºpmxa; P. pass. sºgmuzt; A. 1 pass. sûpé0qv.
ëxo, avoir.— Imparf. styov; F. #o; de gy(ö), A. 2 ëgYov, gyéc, ayö, ayoínv,
gyeiv; en composition : Impér. Trzpáayeç et 7tápxgye; Subj. txp4ayo», êtttayo.
De la forme gyeiv vient le futur gyſigo et le parfait ëgynxz.
xspávvuut, mêler. - De xspá(o), F. xepágo; P. pass. xexépzauxt; A. pass.
êxepág0mv, et par syncope xéxpzuzt , ëxpá0mv ; de xſpvmut, Impér. xipvn
(p. xtpv70).

ADJECTIFS VERBAUX EN TÉOx ET EN TÔx

S 120. On sait qu'en latin le participe en dus , da, dum ,


exprime mécessité, obligation ; par exemple : scribendum est ,
il faut écrire : scribenda est epistola , il faut écrire une lettre.
Les Grecs ont, pour suppléer à ce participe, des adjectifs
verbaux en réo;, réz, réov : Ypztréov èati, scribendum est, ttumtéz
èa riv # 3perá, honoranda est virtus, il faut honorer la vertu.
Ces adjectifs se forment du participe aoriste premier passif,
en changeant la terminaison 0etç en véoç :
26o, )u 0etg, )u téoç, solvendus.
ttuxo, ttum 0etç, vtun véoç, honorandus.
àxoûo, àxova 0etç, &zoua véoç, audiendus.
ôfôout, ôo ûsſç, ôo véoç, dandus.

Si p ou Y se rencontrent au participe, p se change en 7 et


Y en x à cause du t de réo; :
tûTto, tup 0eig, tuT réoç, 'verberandus.
)éyo, XeY 0etç, \ez véoç, dicendus.
Il ne faut pas confondre avec les adjectifs précédents une
classe nombreuse d'adjectifs en tóç, aussi dérivés des verbes et
formés de la même manière. De ces adjectifs en tó;, les uns
répondent aux participes latins en tus : Trovntó;, factus; YpxTTóç,
scriptus; les autres, et c'est le plus grand nombre, répondent
aux adjectifs en bilis : szugzaráç, mirabilis; ou expriment une
simple possibilité : ôpxtó;, visible, que l'on peut voir; &xougtó;,
que l'on peut entendre.
PRÉPOSITIONS. 147

DES PRÉPOSITIONS.

S 121. Ces mots, aller à Rome, nous offrent un verbe à l'in


finitif, aller, et un substantif, Rome.
Reste le mot à , qui n'appartient à aucune des espèces dont
nous avons parlé jusqu'ici.
Ce mot unit ensemble les deux termes aller... Rome, et fait
voir qu'ils se rapportent l'un à l'autre.
On l'appelle Préposition.
De même si l'on dit : Combattre pour la patrie, le mot pour
indique un rapport entre le verbe combattre et le substantif
patrie.
C'est encore une préposition.
La préposition est donc un mot qui , dans la phrase, lie deux
termes et les met en rapport.
Elle s'appelle ainsi du mot latin praepositio, dérivé de pra -
pomere, parce qu'elle se place ordinairement avant le second
terme de ce rapport. Ce second terme, c'est-à-dire le mot qui
suit la préposition, est appelé Complément de cette prépo
sition.

La langue grecque en a dix-huit, dont voici la liste , avec


les prépositions latines et françaises qui y correspondent le plus
directement :

10.
#
PRÉPOSITIONS.
DES
LISTE

EXPRIMÉS
RAPPORTS
FRANÇAIS. LATIN.
GREC.
EXEMPLES.
PRÉPOSITIONS.
PAR
LES

Trô)et.
t#
êv
ville,
.||en,
la
dans
.1.
êv in.
dans.
,
être
|àl'on
est
.1°

Lieu
| /
d2.
2
_
I
•I
-
»-
-
n.
,ians.
.|à
êç
ou
eiç ,
ds
rville,
la
dans
aller
s,ºy.
.5
va.
l'on

Lieu

t)y
Trô)tv.
Trpbç
ville,
la
vers
aller
.|ad
. à,
Ttpôç
3.
| ix
ou
•x.ê#..
ville,
|dli.
la
de
r#ººos,
venir e
....C,30.
vient
l'on
d'où
Lieu
3° -
v
laab.
a,
Ttó)eoç.
tïjç
ätò
ville,
àT6..
.|de e.
s'éloigner
.|d5.
| ôtá.
.6.
/
·N


èa
ºtºlov.
\ •
-
-
I
L
||V
|)•• -
ravers
campagne,
la
par
par,
àtper
º,
passe
l'on

.li°
par
Lieu
-

öpm.
.sur.

àvà
|p|per.
ar,
..|par
montagnes,
les
àvá
7. -

xxtá.
àxtïjç.
tïjç
s'arrête.
l'on

xxtà
rivage,
Terme

aborder
au
en.
|8.ad
...·l
à,
|a9.uprès
-Tapá.
.de.
|apud.
post.
cum,
inter,
après.
avec,
ntre,
euetá.
.|10.
et
#óv.
.góv ..•.
dVCC.
/
c
.U7rep au-dessus.
.
sur, |
. Super.
situation
de
rapports
Divers
6° /
c
U
... TO. ,.,
SOUIS. .lsub.
..
T. rp6.. devant..
. |. prae.
âup(. }autour

• .
de. .lcircum
.Trept
-

» / après.
.
sur,
S7Vl.
.-
.|18.
déplacement.

Opposition, .
àvtt .
de.
lieu
au
pour,
PRÉPOSITIONS. 1l19
REMARQUEs. 1° On voit que toutes les prépositions expriment
des rapports de lieu ; elles s'emploient aussi pour le temps , et
en général pour tous les rapports marqués par les prépositions
françaises correspondantes.
2° On pourrait encore considérer comme prépositions les six
mots suivants :
& re9,
»/

&v8U,
} sans : &veu viç ôtxxtoGóvmç, sans la justice; sine.
e/

8V8X2,
»/
à cause de, pour : évexx voûtoo, pour cela ; ob, propter.
2/04 ,/

ue/.pº,
} jusqu'à : uéypt Póumç, jusqu'à Rome ; usque ad.
T:) ſíy , excepté, hormis : Tr)ùv évóç, excepté un; praeter.

DES PRÉPOSITIONS DANS LES VERBES COMPOSÉS.

S122. Les prépositions se réunissent souvent aux verbes pour


former des verbes composés. Voici quelques exemples qui don
neront une idée de la manière dont les prépositions changent
ou modifient le sens des verbes.

ëv, ëu6&))o, (èv-6xX)o), jeter dans, injicere.


et;, eiçáyo, introduire, inducere.
Tp6ç, Trpoçáyo, amener, adducere; 7p6ç marque
aussi l'action d'ajouter.
ëx ou ë#, è#%yo
» / » /
2 faire sortir, educere.
2To , aTrxYo, (276-3yo), emmener, abducere.
N / ôtzaTreſpo, disperser, dispergere.
ôtc , ôtxtoéyo
» ®% 2 parcourir, percurrere.
avz6zívo, monter; &vx marque mouvement
av&, de bas en haut.
àvx)xu6%vo, reprendre, resumere; &vámarque
aussi redoublement d'action.
A /2.../
xxto&, xx72oxtvo, descendre ; xxtx marque mouve
ment de haut en bas.
A"
Trxoxyo
0xYo, (Tzp3-xyo, duco seorsum), dé
Tapx, A
tourner, séduire.
Trxp26xívo, passeroutre, passer à côté, trans
gresser.
150 PRÉPOSITIONS.

getzuopp6o, métamorphoser, transformer;


10. uetz, petx marque changement.
getz)zg6xvo, participer(prendreparmi, entre,
avec); cette préposition mar
que ici participation.
11. Góv, au))au6%vo, (aûy-)zg6xvo), comprendre, con
tenir, comprehendere.
12. üTrép, ûtrep6zivo, passer par-dessus, franchir, sur
passer.
ûTo6%X)o, soumettre, mettre sous, suggé
13. Û76, rer, subjicere.
ûToye)áo, sourire, rire un peu, subridere;
576 marque ici diminution.
14. Tp6, Ttpo6zívo, précéder, praire; avancer, pro
gredi.
15. &uſpí, &upt6zívo, aller autour, environner, cir
16. Trept, Trept6zívo, } cumire.
17. èTri, èTt63))o, mettre sur, injicere; mettre en
sus, ajouter, addere; èrí
marque superposition ou ad
dition; il est opposé à ÛTró.
18. &vtt (&vtt6zivo, marcher contre, résister.
- ' ( &vttôiôout, donner pour, donner en échange.
REMARQUEs. 1° Dans èv, le v se change en y devant les
muettes du premier ordre et par conséquent devant ! : èuB%))o
pour évBá))o; en Y, devant les muettes du second ordre et de
vant # : èyTpápo pour èvTpápo, inscrire; en ), devant ) : è)Aeiro
pour èvAeſtro , omettre.
Le v de gûv éprouve les mêmes changements ; de plus, il se
retranche devant ( : guZ%o, vivre avec. ll se change en g devant
g suivi d'une voyelle : gugxttéo pour guyXttéo, manger ensemble;
et se retranche devant G suivi d'une consonne : aux ré))o pour
guyx ré))o, contracter, resserrer. Il se change en p devant un p :
guppéo pour guvPéo, couler ensemble, confluere.
2° Les prépositions perdent leur voyelle finale quand le verbe
commence par une voyelle, comme nous l'avons vu dans &z4yo,
Tzp3yo.
Il faut excepter 7p64 et Trepi : Tpoxyetv, mener en avant; Trepi
&yetv, mener autour.
1. L'o de Ttpô se contracte quelquefois chez les Attiques avec la voyelle initiale du verbe,
si cette voyelle est un e : TtpoùXoov pour TtpoéXov.
PRÉPOSITIONS. 151

&upt ne conserve l' que très-rarement.


3° Quand le verbe commence par une voyelle marquée de
l'esprit rude, la consonne de la préposition se change en son
aspirée : 9pzgTxºo pour ÛTt'&pr%o, soustraire, enlever secrète
ment; xx%atnut pour xxv' tat mut, établir, constituer.
li° Les verbes qui commencent par un p, le redoublent après
la préposition : Tegtºpéo pour regtféo, couler autour.
5" Souvent il entre, dans la composition d'un seul verbe,
deux et même trois prépositions :
#yo, faire sortir (par exemple)une armée de son camp;
Tzpe#xyo , la faire sortir en face de l'ennemi;
àvttTzpsºxyo, la faire sortir en face de l'ennemi, et la mener contre lui ;
ou plus brièvement, la faire avancer contre l'ennemi.
DES PARTICULES INSÉPARABLES.

S 123. Outre les dix-huit prépositions détaillées ci-dessus, il


y a certaines syllabes qui , placées au commencement des mots,
en modifient la signification. On les appelle particules insépa
rables. Les principales sont x et ôuç.
• 1° z donne au mot dans la composition duquel il entre une
signification contraire à celle du simple. Exemples : ôízn, justice ;
2ôtzog, injuste; &ôtzéo, faire une injustice.
Quand le simple commence par une voyelle, on intercale
presque toujours un v pour éviter l'hiatus : &#log, digne; &v%toç,
indigne. -

Cet z s'appelle privatif; il répond à l'in négatif du latin et du


français.
2° ôuç marque difficulté, peine, souffrance : tºyº, fortune,
ôuçtu/ſig, malheureux ; ôuçtuyéo , être malheureux.
L'opposé de ôuç est l'adverbe eÙ, bien, qui n'est pas insépa
rable. Il marque bien-être, facilité : eÛtuyág, heureux , eÙtuyéo,
être heureuac.
Et de même ô6gxo)oç, difficile; eüzo)oç, facile; et une foule
d'autres adjectifs.
REMARQUE. Les particules z, òuç et s5, sont du plus grand
usage dans la composition. Mais, pour qu'elles entrent dans celle
des verbes, il faut que ceux-ci dérivent, ou d'un nom, comme
eÙ)oyéo, louer, d'eº et Xóyoç; ou d'un adjectif, comme &ôxéo,
d'zôtxoç ; ôuçtuyéo, de ôuçtuyá;. On ne pourrait pas dire eû)éyo
ni òuçtuYY&ve .
152 ADVERBES.

DES ADVERBES.

S 124. Si l'on dit récompenser avec magnificence , récom


penser magnifiquement , ces deux locutions offrent absolument
la même idée. Dans la première, l'action de récompenser est
modifiée par deux mots, une préposition et son complément;
dans la seconde , elle l'est par le seul mot magnifiquement; ce
mot s'appelle Adverbe.
L'adverbe est donc un mot qui équivaut à une préposition
suivie de son complément, et qui modifie l'action énoncée par
le Verbe.
Il tire son nom de cette propriété qu'il a de se joindre aux
verbes ; mais il se joint aussi aux participes, aux adjectifs, et,
en général, à tous les mots qui marquent une qualité ; on dit
lisant distinctement , vraiment généreux , vraiment roi. Cela
doit être ainsi, puisque dans le verbe même c'est l'idée de
l'attribut qui est modifiée par l'adverbe ; récompenser généreuse
ment , punir sévèrement, sont la même chose que être récom
pensant généreusement , être punissant sévèrement.
Les principales circonstances ou modifications qu'il peut
exprimer se réduisent à huit : 1° le lieu, 2° le temps, 3° la ma
nière ou la qualité, 4° la quantité, 5° l'interrogation, 6° l'affir
mation, 7° la négation , 8° le doute.

I. ADVERBES DE LIEU.

S 125. Une première espèce d'adverbes de lieu se tire des


prépositions. Nous rangeons en regard les dix-huit préposi
tions et les adverbes qui en dérivent, afin d'en faire mieux
sentir le rapport.
ADVERBES. 153

PRÉPOSITIONS. ADVERBES.

1. ë évôov, dedans.
. 8V, évtóç, en dedans, en deçà.
2. eig, siao. dedans (avec mouvement).
3. Ttpôç, Trpógo, eIl aVaIll.
- 2 /

e
2
4. é#, EXTOç ,
é#o,
> } en
Il dehors
I'S.

5. &tró, à ), en arrière.
6. ôtá, ôfyz, séparément. *

7. &v&, ävo, en haut.


8. xxvx, xxvo, en bas.
9. Tapá et ê#,
A - st 2
| Trxcé
pé#, / dehors.
TapexToç,
# | p.etx et #óv, uetz#û, entre deux.

12. ûTrép, ûTep6e, en dessus, d'en haut.


13. ÛT6, üTrx10x, devant, sous les yeux.
1l1. Trp6, Tóòpo, en avant, loin.
15. &uſpí, &uſpiç, des deux côtés.
16. Trepi, Trépt#, alentour.
17. àTrí, ôTtao, derrière.
18. &yti, &vttxp6, en face, vis-à-vis.

REMARQUE. Ces adverbes se trouvent souvent devant un gé


nitif, et par ce moyen font l'office de prépositions : Té?éo tig
Tôeoç, loin de la ville ; eigo toÙ Yápzzoç , en dedans des re
tranchements.
Il en est de même des suivants et de plusieurs autres :
vï)e, loin. Tré) xç,
Trépz et répxw, au delà. ëyyûg, } près.
Yopf;, séparément. & Y,
15/1 ADVERBES.

S 126. Il est une autre classe d'adverbes qui, au moyen de


diverses terminaisons, expriment les divers rapports de lieu :

LIEU OU L'ON EST. · LIEU OU L'ON VA.


toÙ (gén. d'un adj.
(g inus.) J Où? ubi ?
V • 4- ToGe,
/ Tot ,rv où? quo?
V

7760t
èxeï0t, èxeï, là. êxeïge, là.
otzo0t, oixot, à la maison. | oixóvôe, à la maison.
.&))o0t, ailleurs. 3))oas, ailleurs.
À0'ávngt, - à Athènes. | À0'ávx e, à Athènes.

LIEU D'oU L'ON VIENT. LIEU PAR OU L'ON PASSE.

Tr60ev, d'où ? unde ? Trñ, par où? qua ?


èxeï0ev, de là. èzetvº, par là.
otxo0ev, de la maisOn.
3))oûev, d'ailleurs. z)) q, par un autre côté.
À6'ávn0ev, d'Athènes.

REMARQUEs. 1° On voit par le tableau ci-dessus que :


Les terminaisons ou , 0 , ot, gt, marquent le lieu où l'on est ;
ôe, 7e, ſe, et quelquefois ot, le lieu où l'on va ;
0ev , le lieu d'où l'on vient ;
m, le lieu par où l'on passe.
2° ou est la terminaison du génitif; ainsi ToÙ représente ëri ToÙ
tóTou, dans quel lieu ?
ot était la forme du datif avant l'invention de l'o ; otxot est
pour év oizq).
À0'6vmgt est pour À0#yztç, datif d'À0 yzt ; cette terminaison
s'applique particulièrement aux noms de ville.
0ev paraît être une ancienne forme du génitif; les poëtes di
sent géûey pour goû, de toi , et autres ; ainsi oizo0ev équivaut à
ê# oizoo.
% est la terminaison du datif; &))ſ est pour èv &)), ôô$, par
un autre chemin.
Quand il n'y a pas de nominatif usité, en général on ne
souscrit pas l't : Tn, 67m, par où; Tzvtzyń, partout.
ADVERBES. 155

Il. ADVERBES DE TEMPS.

S 127. Les principaux adverbes de temps sont les suivants :


aâuepow, aujourd'hui (de ñuépz, jour), hodie.
züptov, demain, cras.
Y0éç, hier, heri.
Trp6y0eç, avant-hier, nudius tertius.
Tpoï, le matin, mane.
ô !é, le soir, vespere.
vöy , vuví, maintenant , nunc.
7xXxt, autrefois, jadis, olim , antea.
oÙTo, pas encore , mondum.
#òn, déjà, jam.
étt , encore , désormais, jam , amplius.
à p7t, dernièrement, naguère, modo.
zözixz, bientôt, à l'instant (d'z)76;), mox , illico.
Tóte, alors, tunc.
Toté , un jour, enfin, aliquando , tandem.
3zgá, souvent, fréquemment, sa pe, frequenter.
2et, toujours, successivement, semper, usque.
oÙTote, jamais (où, non, Toté, aliquando), nunquam.
Tpív, auparavant, prius.
eitz, ensuite, deinde.

III. ADVERBES DE MANIÈRE OU DE QUALITÉ.

S 128.1° Il y a des adverbes de manière terminés en og, qui


répondent aux adverbes français terminés en ment, et aux ad
verbes latins en e et ter.

goſpöç , sagement , sapienter.


Trezziôeouévoç , savamment, docte.
eÙôztuóvoç, heureusement, feliciter.
Ces adverbes sont dérivés des adjectifs ou des participes. Ils
se forment du cas en oç par le changement d'o en o.
Déclinaison parisyllabique : Nom. gog4;, sage. Adv. gopö;,
sagement.
Déclinaison imparisyllabique : Nom. eÙôzigov, heureux ; Gén.
eÙôzégovoç. Adv. eùôztuóvoç, heureusement.
156 ADVERBES.

Il faut rapporter à cette classe :


oúzo;, et devant une consonne oúzo, ainsi (d'oÛ7oç, celui-ci) ;
èzeſvoç, ainsi, de cette manière-là (d'èxeïvoç, celui-là);
et en général tous les adverbes terminés en oç.
2° D'autres ont la forme de génitifs ou de datifs de la pre
mière déclinaison.
é#ïç, de suite, } de nominatifs inusités.
sixï, au hasard,
#auyï, paisiblement (d'%guyoç, paisible).
L'usage a supprimé l' souscrit.
3° D'autres sont en et, ri, gti , et par conséquent ressemblent
à des datifs de la troisième déclinaison :
Trxvông et, en masse, en corps de peuple.
&uxynti, sans combat.
é))nvtati, à la grecque.
li° Quelques-uns ont la forme d'accusatifs : uármv, en vain,
d'un nominatif inusité.
Ceux de cette classe en ôów et ôny répondent aux adverbes
latins en tim :
aye)nôóv, en troupe, gregatim.
xp66ônv, en cachette, furtim.
5° Quelques-uns enfin se terminent
en tç : u6\tç ou uóytç, à peine ;
et en # : ôôx#, avec les dents; )%, avec le talon.
lV. ADVERBES DE QUANTITÉ.
S 129. Les adverbes de quantité sont susceptibles des mêmes
terminaisons que ceux de manière. En voici quelques-uns :
à yxv, trop,
Xixy, extrêmement, accusatifs de noms inusités.
3õnv, abondamment,
&)tç, aSSeZ.
Ceux qui marquent plus particulièrement le nombre se ter
minent en %xtç :
Trogáztç, combien de fois (de l'adj. Tógoç, combien nombreux).
To))áztç, bien des fois (de TroXûç, nombreux).
verpáxtç, quatre fois.
Trevväxtç, cinq fois.
ADVERBES. 157
Il en est de même de tous les adverbes formés des nombres
cardinaux, excepté les trois premiers :
#7x#, une fois, semel ;
ôíç, deux fois , bis ;
tpiç, trois fois, ter.
S 130. V. ADVERBES D'INTERROGATION.

i, }# ou 2pz Xéyetç roüvo, dis-tu cela ? en


&pz (acc. circ.),) latin, an ou ne.
uöv, est-ce que? en latin num.
Vl. ADVERBES D'AFFIRMATION.

#, , grâv, oui, certes, en vérité.


&cz (acc. aigu),
pz, dans les poëtes, certes, assurément, donc.
Tot,
ôſi,
gév, à la vérité, quidem.
Yé, du moins, certe, sallem, quidem.
vzí, attique vzty4, oui, certes (lat. na).
VII. ADVERBES DE NÉGATION.

oû, devant une consonne, \


oÙx, devant une voyelle, Il0Il.
oûy4, attique.
uſi,
oû uſi,
uù oÙY4,
} ne pas.
-

oÙôzuöç, umôzuö; , nullement.


VIII. ADVERBES DE DOUTE.

taoç, vxyz, } GUll- A


roo, sans accent, j " t-être e

ôáTou,
ôïi6ew } peut-être, apparemment.
v6, dans les poëtes , donc.
158 ADVERBES.

MoTs QUI, SANS ÊTRE ADVERBES, SONT EMPLOYÉS


ADVERBIALEMENT.

S 131. Nous avons vu des adverbes qui ont la forme de gé


nitifs, de datifs, d'accusatifs. Nous allons voir ces cas eux
mêmes tenir lieu d'adverbes.
Pour les substantifs, on s.-entend d'ordinaire une préposition.
Gén. vuxTóç, de nuit ; s.-ent. ôtá, pendant.
Dat. %x, par force ; Güv, aVec.
xûx)q), en cercle ; ëv , en.
Acc. ôíxav, en forme de ; xxtx, en.
Y&piv, en faveur de ; Tp6ç, pour.
Tpoïzz, gratuitement; (de Tpoſ#, don) ; zzzz, en.
Quelquefois la préposition est exprimée et réunie au nom :
Trxçxygïuz, sur-le-champ (Tzpà Ypïuz) ; Tpoºgyou, en avance ,
utilement (Tçà ég(ou) ; èz7oôóv , loin (èz Toôöw).
Pour les adjectifs, on sous-entend de plus un substantif, lors
qu'ils ne sont pas au neutre :
Dat. iôiz, en particulier (èv ôíz /6ºz); tre#, à pied (èv Te#
óôõ). Acc. uzzpxv, loin (eiç uzzpxw óòów).
Si l'adjectif est au neutre, comnie ce genre contient en lui
même l'idée de chose, il est inutile de rien sous-entendre.
L'adjectif est très-souvent employé ainsi : Dat. 7oX) $ , beau
coup. Acc. ñòó, agréablement ; ôetyów et ôetvá, d'une manière
terrible.
DEGRÉS DE SIGNIFICATION DES ADVERBES.

S 132. Beaucoup d'adverbes ont, comme les adjectifs, les


trois degrés de signification. Exemples :
PosITIF. CoMPARATIF. SUPERLATIF.
àvto, en haut; &votépo, plus haut; àvotátoo, très-haut ou le plus haut.
ëYYûç, près ; èYYutépo, plus près ; êYYutátoo, très-près ou le plus près.
Gopöç, sagement; Gopotépo;, plus sagement; Gopot&tooç, le plus sagement.
p.3)a, beaucoup; uā))ov, plus ; - p1á)tota, le plus.
mxz, doucement; maaov, moins ; #xtGta, le moins.
&YXt, près; &Gaov, plus près ; &YXtGta, le plus près.

REMARQUE. Au lieu des adverbes comparatifs et superlatifs


en coç, on se sert mieux de l'accusatif singulier neutre pour le
comparatif, goſp6tepow, plus sagement ; et de l'accusatif pluriel
neutre pour le superlatif, gop67xrz, le plus sagement.
CONJONCTIONS. 159

DES CONJONCTIONS.

$ 133. La Conjonction est un mot indéclinable qui sert à


lier ensemble deux propositions ou deux parties d'une même
proposition.
Les principales conjonctions sont les suivantes :
FRANçAIS. GREC. LATIN.

et, # 2 €l.

78 , que.
Ou, #, vel.
ni # (Láte, º neque , et non (composés de
7 oÙôé, grºôé, ) où et gá, avec té et ôé).
ImaIS,
- [&))&,
( ôé,
sed ; il est opposé à oÙ , non.
vero; il est opposé à pév, à la vé
rité : il signifie aussi or.
cependant, uévtot, tamen (gév-toí).
OT, zzt7ot, atqui (zzi-roſ).
à pz, ergo.
donc, oÙv, igitur (èów pour öv, cela étant).
Toivov, igitur (toſ-vÙv, certes à présent).
Cal , Yºp, nam (yé-xpz, certes du moins).
&! » -

Sl,
- \ CZY ,
»/

l#.
{sisi; par contraction #y (ei-&v).
soit que, etve, sive (ei-vé).
a mons que, | ; uii, nisi, si non.
si ce n'est que,
ei zxí, et si, etiam si (même si).
quoIque,
-

# 2 et si, etsi (zzi-&v).


que, 67t, quod (neutre d'óç7tç, adj. conj.).
afin que, # óçte,
tV% ,
tll.

de peur que, Évx uſi, ne, ul n0n.


( èreſ , quia.
parce que, tôtótt, quia (ôtà toÜto ótt).
160 CONJONCTIONS,

c'est pourquoi, Yoüv, itaque (yé-o5v, certes donc).


puisque, èTretôſi, quum ou cum (èret-ôſ).
après que, èretô&v, postquam (ètreſ-òé-&v).
öte, 0/0/77Z OUl C0/7/?.
lorsque,quand, ötxy, # ou cum (6te-&v).
tandis que, écoç , dum.
COmment , 6Troç, quomodo.
COmme, doç, óçTrep, sicut.

REMARQUES. 1" On voit par ce tableau que, parmi les con


jonctions,
Les unes sont des mots simples , comme xxi, ré ;
Les autres des mots composés, comme p.év7ot, toivov , ôtótt ;
Les autres enfin, un assemblage de plusieurs mots qui restent
séparés, comme ei uſi, Évx uſi, etc.
De même, en français, certaines conjonctions, ou plutôt
certaines locutions conjonctives, sont, ou une réunion de mots,
parce que (par cela que) ; ou même une proposition entière,
c'est pourquoi (cela est pour quoi, c'est pour cela que).
2° Outre les conjonctions indiquées ici, il y en a encore
d'autres : soit d'un mot simple, ivizz, lorsque; soit de plusieurs
mots réunis, roty&ptot, or donc; zov/zpoöv, c'est pourquoi; soit
enfin de plusieurs mots séparés, où gùy &))z, cependant; T)ùv
ei uá, si ce n'est que.
Comme l'usage gravera facilement ces mots dans la mémoire,
nous ne remarquerons plus que les deux suivants : & re, vu que,
comme étant : & re &yz06;, comme étant bon, utpote bonus ; Trég
(poétique), quoique : &yx06; trep, quoique bon. -

3° Il est certains mots employés comme adverbes, dans la


composition desquels il entre une conjonction : ôm)ovótt , évi
demment (ôï\6v ègttv ótt, il est évident que).
èvíove, quelquefois (évt pour égttv 6te, est quando, il est des
temps où).
INTERJECTIONS. - 161

DES INTERJECTIONS.

S 134. L'Interjection est un mot indéclinable qui sert à


exprimer le désir , la joie, la douleur, la surprise, le mépris ,
l'indignation , et en général tous les mouvements de l'âme.
ò, ! (signe du vocatif); &,ô! (douleur ou surprise).
to6, hélas ! ha ! bon !
teÙ, hO ! hO !
(peÙ, ah !
6x4
gz6zi,
TtoxTtxt ,
}oh ! ah ! En latin papae !
©

oûzt, malheur ! En latin vae !


&, ah !

§ 2
}hélas ! En latin hei !
i6, hélas !
eix, courage ! or çà ! En latin eia.
sÙye, courage, bien ! En latin euge.

Quelques impératifs servent aux mêmes usages que les inter


jections et en tiennent lieu :
&ye, en latin age.
pépe, allons, voyons, or çà ! courage !
t0t,
&rxye, loin, loin ! En latin apage.

Burn. Abr. gr. - 11


PREMIERS ÉLÉMENTS DE SYNTAXE.

DE LA PROPOSITION.

S 135. On ne peut exprimer une pensée sans faire ce qu'on


appelle une Proposition. Or, toute proposition renferme néces
sairement un sujet, un verbe et un attribut. Pour l'intelligence
d'une pensée quelconque, il faut donc savoir reconnaître, dans
la proposition qui l'exprime, 1° le sujet, 2° le verbe, 3° l'at
tribut.
Proposition : 9yntóç éattv ó àv0poToç, l'homme est mortel. Le
sujet est é & ºporo;; le verbe, èati ; l'attribut, 3vm76c.
DE L'ARTICLE.

S 136. 1. L'article désigne un objet dont on a déjà parlé, ou


qui est connu.
Un vieillard appelait la mort.... Comme on n'a pas encore
parlé de ce vieillard et qu'il n'est point connu, on dit sans article :
yépov tôv 24vxtov èTrexx)etto. Mais quand la mort fut venue, le
vieillard lui dit en tremblant.... Comme ici l'on parle du même
vieillard dontil a déjà été question, on dit avec l'article : ôei)tágzç
ô yépov épn.... Quant au mot 33vxtoy, il est accompagné de l'ar
ticle dès la première fois qu'il paraît dans le récit, parce qu'il
réveille une idée connue de tout le monde.

2. Les noms propres se mettent avec ou sans article. Exemple :


>oxp&vmç ou ô >ox6xvmç eiTre, Socrate a dit.
En général, ils n'en prennent pas lorsqu'ils sont déterminés
par un autre mot. Exemple :
Xoxpxvmç ô pt)ógopoç, Socrate le philosophe.
3. L'article est souvent omis devant les noms Seóç, 8zgt
Xsû;, et quelques autres. Ainsi, pour ô 8xgt)eû;, ou ô péyxç pzat
Xeóç, le grand roi, le roi de Perse, on dit simplement 8zgt)sû;.
PREMIERS ÉLÉMENTS DE SYNTAXE. 463

li. L'article se met avec les démonstratifs o5toç, éxsïvoç, votoü


To;, etc. Exemples : -

o5ro; 6 3vſp, cet homme (l'homme que voici); ô toto5ro; &vſp,


un tel homme (l'homme qui est tel).
5. L'article est nécessaire avec les mots possessifs pour éviter
l'équivoque. Exemple :
ô gôç ôoÙXoç, ou ó ôoÛ)6; gou, ton esclave (l'esclave tien, l'es
clave de toi). Si l'on disait gôç ôoÛ)o;, ou ôoû\óç gou, sans ar
ticle, ces mots signifieraient un tien esclave, un esclave de toi ,
et par conséquent un de tes esclaves.
6. 6, i, r6 signifie quelquefois celui, celle. Exemple : 6 ègò;
Txtຠxxl 6 toÙ píAou, mon père et celui de mon ami. Le mot rxrſp
est sous-entendu avec le second ó.

Ellipses avec l'article.

S 137. 1. En général, on sous-entend avec l'article un grand


nombre de substantifs faciles à suppléer. Exemples :
uióç, fils ; À)é#xvôpoç ô to5 pi)47Tou, et même sans article ,
À)é#xvôpoç pi)4TTou, Alexandre, fils de Philippe.
uxºnzzi, disciples; oi toÙ II)átovoç, les disciples de Platon.
Tó\tç, ville, république; ſ vöw À0mvziow, la république d'A-
thènes.
#uépz, jour; h 5gregziz, le jour d'après, le lendemain.
2. Le neutre de l'article exprime souvent l'idée de chose,
affaire, etc. (cf. S 146). Exemples :
t& tòv pſ)ov zoty4, tout est commun entre amis (les choses,
les biens, etc., des amis sont communs).
7à tïç Tó)eoç, les affaires de la république; tò rïç TóXeoç, la
république (elle-même); tô tïç TóXeoç yeyyzïoy zzi à)e60epów #art,
la république est magnanime et libre.
và rñç tûyng, la fortune (les choses de la fortune); rà ri,
túymç ôºeſzç éye tàç uetz6o)xç, la fortune a des retours soudains.
vò Yvö6 t aa »tôv Trxvtxyoû 'att Yºſſaty.ov, le [précepte] « Con
nais-toi loi-même » est utile partout.
DU NOM SUBSTANTIF.

Emploi du nominatif.
$ 138. Tout nom substantif servant de sujet à une proposi
tion se met au nominatif. Exemple : Syntó; è7tw 6 %ºporo;,
l'homme est mortel.
4 1.
16h PREMIERS ÉLÉMENTS

Attribut compris dans le verbe.

S 139. Le verbe et l'attribut ne forment souvent qu'un seul


mot. Exemple :
ó &yºporo; &ro0y4gxet, l'homme meurt. Verbe et attribut
&ro6váaxet , équivalant à égtiv &ro6vſgxov.
Emploi du vocatif.
S 140. Le vocatif sert, comme l'indique son nom, pour ap
peler, pour adresser la parole; et le plus souvent il ne fait pas
partie de la proposition. Exemple :
eioiv &perxi, ò IIporxyópa, il existe des vertus, Protagoras ;
& IIporxyápz n'appartient évidemment ni au sujet ni à l'attribut.
Cependant si le vocatif se trouve avec un verbe à la seconde
personne, on peut le regarder comme le sujet de ce verbe.
Exemple :
c5 &v6potrot, āyatrave voùç èy0poùç öuöv, ô hommes, aimez vos
62727007700S.

Le nominatif ni le vocatif ne peuvent jamais être le complé


ment d'un verbe ni d'une préposition.

Emploi du génitif.

S 141. Le génitif, soit qu'il appartienne au sujet ou à l'attri


but, établit entre deux termes le même rapport que fait en fran
çais la préposition de. Exemples :
üyietz ô utoºôç tï; èyxpxreizç, la santé est le prix de la tempé
rance; pógeoç xxxixç Gmueïóv ègttv ó p66voç, l'envie est la marque
d'un mauvais naturel, mot à mot : d'une méchanceté de nature.

Emploi du datif.

S 142. Le datif exprime le même rapport que fait en français


la préposition à. Exemples :
ô ui Ypſíatuoç toïç pi)ot;, oùô'éautº Yºſſatuóç èatt, celui qui n'est
pas utile à ses amis, n'est pas utile à lui-même. Sujet, é [3y6po
Troç] uù Xpíatuo; voïç pí\otç; verbe avec négation, oùôé ègtty, n'est
pas non plus; attribut, Xpíatuoç éxotö.
Treſ6ouxt vot; vóuotç, j'obéis aux lois. Sujet et verbe, je suis ;
attribut, obéissant aux lois.
DE SYNTAXE, 165

REMARQUE. Ainsi nos deux principales prépositions, de et


à, sont représentées en grec par deux cas, c'est-à-dire par deux
désinences particulières du nom , le génitif et le datif.
Ces cas, ainsi que l'accusatif, servent aussi de complément
à des prépositions, et entrent dans plusieurs constructions
propres à la langue grecque (cf. SS 149 et 154).
Emploi de l'accusatif.

S 143. Dans la proposition j'obéis aux lois, le substantif est


uni au verbe par la préposition à, et ce rapport est marqué en
grec par le datif. C'est ce qu'on appelle Régime ou Complément
tindirect.
Dans celle-ci, honore tes parents, riua voùç yovºïç gou, le sub
stantif est uni au verbe immédiatement et sans aucune préposi
tion ; et ce rapport est marqué en grec par l'accusatif. C'est ce
qu'on appelle Régime direct ou Complément direct.
Apposition.
S 144. 1. Beaucoup de substantifs qui désignent un état ou
une profession, se joignent à d'autres substantifs, et alors se
prennent adjectivement. C'est ce qu'on nomme Apposition.
Exemple :
ô Totgáv, le berger, &yùp Totuſiv, un berger (un homme qui
est berger).
On se sert souvent de l'apposition pour adresser la parole
à plusieurs. Exemple :
&vôpeç ôvxzatzí !juges! mot à mot : hommes juges !
2. Par l'apposition, un nom substantif avec tout ce qui en
dépend sert de qualificatif à un autre nom. Exemples :
xpxtïpéç eiatv, &vôpòç eûyetpoç réyym , il y a des coupes, ouvrage
d'un habile artiste (xpxtiipeç oi eigt réyym).
Yep6pzç ſeuyvóet èri toü Totzgo5, ôt46zatv r$ gtpzrſp, il construit
des ponts sur le fleuve, pour faire passer son armée (yepópzç èoo
p.évxç ò t36zgtv).
3. Quelquefois l'apposition qualifie, non pas un substantif,
mais une idée tout entière. Exemple :
É)évºv xtávogev, Mevé)e9 \örmy Trixpáv, tuons Hélène, douleur
amère pour Ménélas; c'est-à-dire, causons, en tuant Hélène,
une douleur amère à Ménélas; X4rny Ttxpáv se rapporte à l'action
de tuer Hélène.
166 PREMIERS ÉLÉMENTS

DE L'ADJECTIF.

Accord de l'adjectif avec le substantif.

S 145. Tout adjectif s'accorde en genre, en nombre et en cas


avec le substantif auquel il se rapporte. Exemple :
Synv6ç ëgvw 6 &y0poToç, l'homme est mortel. 3yntóç au nominatif
masculin singulier, parce qu'il se rapporte à 3v6poToç.
REMARQUE. Lorsque l'adjectif se rapporte à deux ou à plu
sieurs substantifs du même genre, il se met au pluriel. Exemple :
Trxthe xxi viòç àyx6oi, un père et un fils bons.

Adjectif à un autre genre que le substantif.


S 146. L'adjectif s'emploie ou comme mot qualificatif, ou
comme attribut. Dans un homme sage, il est qualificatif; dans
cet homme est sage, il est attribut.
L'adjectif servant d'attribut se met souvent au neutre, quoi
que le substantif soit au masculin ou au féminin ; alors on peut
sous-entendre Ypïuz, chose, idée qui d'ailleurs est assez indi
quée par le genre neutre (cf. S 137). Exemple :
xoûpov h veórmç xxi eûxivmtov Trpôç rà paÛ)z, la jeunesse est lé
gère et facile à porter au mal (est chose légère).
Adjectif attribut d'un infinitif.

S 147. 1. L'adjectif attribut se met au neutre quand le sujet


est un infinitif Exemple :
tôv 24vxtov &ôóvztáv ègttv &roguyeïv, il est impossible d'éviter
la mort.
Mais souvent les Attiques, au lieu du neutre singulier, mettent
le neutre pluriel : &ôûvxvá égttv.
2. Quelquefois même, surtout avec les adjectifs ôízz.oç,
juste ; ôï)oç, pxvep6ç, évident, la phrase se tourne ainsi : ôízxtot
èguev, g6ozvréç ce, xwôuveûew toùtov tôv xívôuvov, nous sommes
justes de courir ce danger après vous avoir sauvé; c'est-à-dire,
il est juste que , pour vous sauver, nous courions ce danger.
On pourrait dire aussi à la manière ordinaire , ôíxxtów ëgttv
#y2; zivôuveûetv.
DE SYNTAXE. 167

Adjectif à un autre cas que le substantif.

S 148. Souvent le nom avec lequel l'adjectif devrait s'accor


der en cas se met au génitif pluriel. Exemple :
oi Yvágtot röv píxov oùx &el èrzivoügt, les véritables amis ne
louent pas toujours. Les amis sont considérés comme un
tout , et ceux qu'on qualifie de véritables comme une partie
de ce tout : oi yvſotot èx tòv píxov, les véritables d'entre les
(l7722S,

Comparatifs.

S 149. 1. Le mot qui sert de terme à la comparaison se met au


génitif, et l'on explique ordinairement ce cas par l'ellipse de
Trp6. Exemple :
# &pet) t)oût ou uèv xgetvvov, Yºmgtutorépz ôè eûyeveizç èatt, la
vertu est meilleure que l'opulence , et plus utile que la noblesse
(Trpà Tr)oûvou, Trpà eûyeveſzç).
2. Le que est quelquefois aussi exprimé par #, quam. Exem
ples :
xpéïtrov otoTräv ègtw, à AxXeîv uxv av, mieux vaut se taire que
de parler en vain.
gāXXov eû)z6o5 y6yov à xívôuvov, appréhendez plus le blâme que
le danger.
3. Le positif suivi de # fait quelquefois l'effet du comparatif.
Exemple :
#gézç ôíxxtow éyeiv rà érepov xépzç, #trep Àººvziouç, il est plus
juste que nous occupions l'autre aile, que les Athéniens. Avec
ôfxztow, sous-entendez u3XXov, plus. Cette ellipse a lieu surtout
avec goû)ouzt et zipéouxt.
li. Le comparatif, avec # suivi de zx7&, Ttpôç, ſoç ou óçre,
entre dans certaines constructions qui répondent au français ,
trop pour, et au latin magis quam ut, ou quam pro. Exemples :
gopix ueſov à xxt" &v6potrov, une sagesse trop grande pour
un homme, plus grande que celle dont un homme est capable.
La construction pleine serait, gopix ueſ#ov à gopix xxv' &w6po
168 PREMIERs ÉLÉMENTs
Trov oÙaz, plus grande que celle qui est en proportion avec
l'homme.
# ô6#x èotiv èX4vvov ) Trpôç rà xxv6p6oux, la gloire est trop pe
tite pour le service.
ëpya ueſo à bç v# )6y9 rtç àv eiTrot, actions plus grandes
qu'on ne peut le dire. -

Superlatifs.

S 150. Les superlatifs se construisent comme en latin avec le


génitif employé dans le sens partitif Exemples :
oùpxvô; #ôtotov tôv 9ezuxrow, le ciel est le plus beau des spec
tacles. -

oi Axxeôatuóvtot &piotz röv É))ſvov èro)tte joyto, les Lacédémo


niens étaient les mieux gouvernés de tous les Grecs.

DU VERBE.

Accord du verbe avec le sujet.

S 151. Tout verbe s'accorde en nombre et en personne avec


son sujet. Exemple :
2ynv6ç èo rw 6 & 6porog, l'homme est mortel ; èati, troisième
personne du singulier, parce que &v6poToç est de la troisième
personne du singulier.
REMARQUE. La langue grecque admet sur ce point une excep
tion très-remarquable : c'est qu'avec un nominatif pluriel neutre
on met ordinairement le verbe au singulier. Exemples :
và Kôz rpéyet, les animaux courent; txûtá ëotw &yz0&, ces
choses sont bonnes.

Sujet sous-entendu.

S 152 Le mot sujet peut même être sous-entendu. Exemples :


vpéyo, je cours; rpéyet;, tu cours; tpéyet, il court. Ces trois
mots forment chacun une proposition. Les sujets sont exprimés
en français : je, tu , il; en grec ils sont généralement sous
entendus.
Dans certaines propositions, qui ont en français le substantif
indéterminé on pour sujet , le mot &w0poTot se sous-entend
en grec, comme homines en latin : pxai, Xéyouat, on dit, ei60zat,
on a coutume.; -
DE SYNTAXE. 169

Verbes considérés relativement à leurs compléments.

S 153. 1. Comme les verbes à complément direct présentent


le sujet agissant sur un objet qui est hors de lui, et sur lequel
passe son action, on est convenu de les nommer verbes actifs
ou transitifs; d'où cette règle fondamentale, en grec comme
en latin : Tout verbe actif gouverne l'accusatif.
On est convenu pareillement d'appeler verbes neutres ou
tntransitifs , ceux qui ne reçoivent pas de complément direct.
Ainsi Treſ0ouxt, quant à la signification, est un verbe neutre : Treſ
6ouzt toïç vóuot;, j'obéis aux lois ; #xo est un verbe neutre : #xo
èx tïç Póung, j'arrive de Rome.
On appelle encore verbes neutres ceux qui, exprimant par
eux-mêmes une action complète et absolue, n'ont besoin d'au
cun complément. Exemples : -

Xx)éo, je parle ; 8zôſo, je marche ; xeïuzt, je suis étendu.


2. N'oublions pas qu'un verbe peut être actif avec la forme
passive ou moyenne. Exemple :
g.tuo$ tà röv gTooôzíov #0n, imitez les mœurs des hommes de
bien.
Nous voyons de même par les exemples )z)éo, ßzôſ.o, xetuzt,
Treſ0ouxt, qu'un verbe peut être neutre, avec la forme soit ac
tive, soit passive, soit moyenne.
Il faut donc bien distinguer la signification d'un verbe de sa
forme :
Forme : Active, passive, moyenne.
Signification : Verbe actif ; Verbe neutre.
Du verbe passif. A

S 154.1. Le nom de la personne qui fait l'action, et que les


Latins mettent à l'ablatif avec a ou ab, se met Ordinairement
en grec au génitif avec la préposition ûTó. Exemple :
ô Axpeïoç èvtxſ0n ûTrò toÙ A)e#ávôpou, Darius fut vaincu par
Alexandre.
Souvent on emploie la préposition Trpôç, aussi avec le génitif.
Exemple :
Trpôç &rávrov 9 epxreüeg6zt, être honoré de tout le monde.
Quelquefois même, on emploie la préposition èx. Exemple :
470 PREMIERS ÉLÉMENTS DE SYNTAXE.
et tt Got xeYzpta uévov ê# ëuoü éôopſ0n, si vous avez reçu de moi
quelque présent agréable.
2. En grec, comme en latin, le nom de la personne qui fait
l'action est souvent aussi au datif sans préposition. Exemples :
oùx eiç Treptougíxv ètrpátveto xötoï; và tïç Tró\etoç , ils ne cher
chaient pas dans l'administration de l'Etat un moyen de fortune
(èrpávrero zôroï;, administrabantur illis).
xxXöç \é\exvxi got, vous avez très-bien dit.
3. La chose qui produit ou qui cause l'action, et que les La
tins mettent à l'ablatif sans préposition, se met généralement en
grec au datif, comme nom de manière, de cause ou d'instru
ment. Exemple : «

YpſiuzGtv êtrxtpóuevoç , enflé de ses richesses.


Passif avec l'accusatif.

S 155. 1. On peut dire avec deux accusatifs : ôtô&axo rà ;


véyyxç tôv Trxïôa, j'instruis l'enfant sur les arts.
Si l'on tourne cette phrase par le passif, on aura : ô Trxïç ôt
ô&axetxt vàç réYyxç ûTt' èuo5, l'enfant est instruit par moi sur les
(l7'lS. -

On voit que ròv Trxïôz, nom de la personne et complément


direct du verbe actif, devient ô Tzig , sujet du verbe passif;
tandis que vàç véYyxç, nom de la chose, reste à l'accusatif.
2. Parfois le nom de la personne peut devenir sujet du
verbe passif, lors même qu'à l'actif il est complément indirect.
Ainsi cette proposition : le peuple confia à Lycurgue l'adminis
tration de l'Etat, peut s'exprimer de trois manières :
Activement : ô ôïiuoç êtríaveuge Auzoûpy9 tùv viiç TróXeoç èTtué
Xetav. ",

Passivement, à la manière ordinaire : Aoxoºpy9 èrtare60m ,rà


ToÙ òíuoo # tïç Tró\eoç èTtué\etz. -

Passivement, en prenant Lycurgue pour sujet , et laissant le


nom de la chose à l'accusatif , comme objet direct de l'action :
Auxoûpyoç tùv vïç Tró)eoç ëtrtué\evxv ètrtare60m ÛTrò voÙ à# u.ou.

FIN.
TABLE DES MATIÈRES.

DES LETTRES. DES VERBES.


Alphabet grec. * | Notions préliminaires.
Voyelles. * | Voix des verbes.
Diphthongues. 2 | Nombres.
Consonnes. 3 | Personnes.
Tableau des muettes. 3 | Temps.
Esprits. 5 | Modes.
AccentS. 5 | Radical et terminaison.
Apostrophe. . º | VERBE sUBsTANTIF.
Syllabes et Épellation. 6 Conjugaison du verbe substantif eip.t. 62
Ponctuation.
Dialectes.
# Remarques sur le verbe substantif eipi. 64
DES MOTS. VERBES ATTRIBUTIFS. 65
7 Augment et redoublement. 65
Notions préliminaires. Augment temporel. 66
Nombres.
" | Avertissement sur l'usage des tableaux
Genres.
Cas.
# de conjugaison.
DE L'ARTICLE. VERBES en to pur.
Déclinaison de l'article. 9 | Verbe )óoo, voix active.
Formation des temps de l'actif.
DES NOMS SUBSTANTIFS.
Remarques sur les terminaisons de la
Première déclinaison. 10 voix active.
Deuxième déclinaison. 14 | Tableau des désinences des temps prin
Noms déclinés attiquement. 17 cipaux et des temps secondaires.
Troisième déclinaison. 18 | Verbe )óo, voix passive.
• Noms contracteS. 2º | Formation des temps du passif.
· Noms en mp qui perdent e à certains cas. º4 | Remarques sur les secondes personnes
Tableau résumé des déclinaisons. 33 du singulier.
DES ADJECTIFS. Désinences personnelles.
Première classe d'adjectifs. 34 | Verbes )óo, voix moyenne.
Deuxième classe d'adjectifs. 36 | Remarques sur la voix moyenne.
Troisième classe d'adjectifs. 37 # Tableau résumé des trois voix des
Comparatifs et superlatifs. 41 verbes en o» pur.
Adjectifs numéraux ou noms de nombre. 44 VERBES CONTRACTES.
Nombres cardinaux. * | verbes contractes en éo,.
Nombres ordinaux. 4º | verbe pt)éo, voix active.
Adjectifs démonstratifs. 46 | _ voix passive.
Adjectifs conjonctifs. #º — voix moyenne.
Adjectifs corrélatifs. " | Verbes contractes en 2o.
DES PRONOMS. Verbe ttpáoo, voix active.
Pronom de la première personne. 52 | — voix passive.
Pronom de la seconde personne. 53 | — voix moyenne.
Pronom de la troisième personne. 53 | Verbes contractes en óoo.
Pronom réfléchi de la troisième per Verbe ô'r),óoo, voix active.
SOIlIlC. 53 | — voix passive.
Pronoms composés. 54 | — voix moyenne.
Adjectifs pronominaux possessifs. 56 Remarques sur les verbes en to pur.
172 TABLE DES MATIÈRES. , •
Futur actif. 96 — la voix passive. 132
Futur et aoriste passifs. 97 Verbe ôetxvup.t, voix active, passive et
Parfait passif. 97 moyenne. 133
VERBES QUI ONT UNE CONSONNE AVANT Observations générales. 134
LA TERMINAISON (i). 99 VERBEs EN ut IRRÉGULIERs ou DÉFECTIFs. 135
Présent et imparfait actifs et passifs. 99 Verbe tmut (esprit rude), envoyer,
Futur et aoriste actifs. 99 voix active. 1 36
Futur et aoriste passifs. 100 — passive, moyenne. 136
Futur et aoriste moyens. 100 Autres acceptions du verbe tmut. 138
Parfait et plus-que-parfait actifs. 100 Verbe tmut (esprit doux), aller, voix
Parfait et plus-que-parfait passifs. 101 moyenne. 139
Futur et aoriste seconds. 104
Verbe eipt , aller, voix active et
Futur second. 104
moyenne. 139
Aoriste second. 105
Verbe pmp.t , dire, voix active et
Parfait second. 107
moyenne. 141
VERBES QUI oNT ( oU go AVANT LA TER Verbe igmp.t, savoir. 142
MINAIsoN, oU vERBES EN 4oo oU Goto. 108 Verbe xeip.xt, être étendu. 143
Verbes en Çoo. 108
VERBES DÉFECTIFS ET IRRÉGULIERS. 14/1
Verbes en Ggoo. 109
Remarques. 109
ADJECTIFs vERBAUx EN téoç ET EN vóç. 146
VERBES QUI oNT UNE LIQUIDE AVANT LA DES PRÉPOSITIONS.
TERMINAIsoN oU vERBES EN )co, uto, Liste des prépositions. 148
vto, poo. 110 Prépositions dans les verbes composés. 149
Voix active : futur et aoriste premiers. 110 Particules inséparables. 151
Parfait. 111
DES ADVERBES.
Voix passive : futur premier, aoriste
premier et parfait. 112 Adverbes de lieu. 152
Voix active et passive : futur et aoriste Adverbes de temps. 155
seconds. 112 Adverbes de manière ou de qualité. 155
Parfait second. 113 Adverbes de quantité. 156
Tableau au moyen duquel on peut re Adverbes d'interrogation. 157
monter d'un temps quelconque au Adverbes d'aflirmation. 157
présent de l'indicatif. 114 Adverbes de négation. 157
Adverbes de doute. 157
VERBES EN ut. 115
Verbe tt0mp.t, voix active. 116 Mots qui, sans être adverbes, sont em
— voix moyenne. 118 ployés adverbialement. 158
Remarques sur la voix active. 120 Degrés de signification des adverbes. 158 .
– la voix moyenne. 120 DES CONJONCTIONS.
– la voix passive. 121
Liste des principales conjonctions. 159
Verbe ta tmp.t, voix active. 122
– voix moyenne. 124 DES INTERJECTIONS.
Remarques sur les voix active et Liste des principales interjections. 161
moyenne. 126
— la voix passive. 126
ÉLÉMENTS DE SYNTAXE.
Verbe tot mut, voix passive. 127 De la proposition. 162
Verbe ôiôoout , voix active. 128 De l'article. 162
— voix moyenne. 130 Du nom substantif. 163
Remarques sur la voix active et De l'adjectif. 166
la voix moyenne. 132 Du verbe. 168

FIN.