Vous êtes sur la page 1sur 4

 

 
 
 
 
Bac  2019  
Épreuve  de  maths  obligatoire  
Série  S  
 

Éléments  de  réponse  

Exercice  1.  

Partie  A.  

1a)  Comme  la  limite  en  +  ∞  de  ex  est  +∞  et  celle  de  e  –x  est  0  on  a    donc    au  total  -­‐  ∞    b)  f’(x)  =  (e  x  –  e  –x)/2  
or  x  ≥  0  donc  e  x  ≥  e  –x  et  f’(x)≤  0,  f  est    strictement  décroissante.  

c)  TVI  sur  l’intervalle  [0  ;      +  ∞  [  f  continue  car  dérivable,  strictement  décroissante  et  comme    f(0)  =  2.5  on  a  
bien  0  compris  entre  –  ∞  et  0,  l’équation  f(x)  =  0  aura  une  seule  solution  strictement  positive.  

2)    f(-­‐α)  =  f(α)  =  0  donc  on  a  bien  deux  solutions  réelles.  

Partie  B.  

1)  f(0)  =  2.5  (  m).  

2a)  1  +  (f’(x))²  =  1  +(ex  –  e  –x)²/4  =  (4  +(ex)²  +(e-­‐x)²  -­‐2)/4  =    (ex  +  e-­‐x)²/4.  

b)  si  on  pose  g(x)  =  (ex  +  e-­‐x)/2  on  a  pour  primitive  G(x)  =  (ex  –  e-­‐x)/2  et  I  =  G(α)  –G(0).  

Donc  I  =  (e  α  –  e  –α)/2  puis  en  doublant  (par  symétrie)  on  obtient  le  résultat  annoncé.  

Partie  C.  

1)  l’aire  vaut    deux  fois  l’intégrale  entre  -­‐  α    et  α  (donc  4  fois  sa  moitié)  moins  l’aire    de  l’ouverture  qui  vaut  
2.    

2)  au  total    42  m²  (deux  façades  et  la  bâche  qui  a  une  aire  de  4.5  fois  la  valeur    du  B2b).  

Exercice  2.  

Partie  A.  

1.    

a)  m  =  (9+25)/2  =  17  
 
 
 
b)  m’  =  17  aussi  (par  symétrie).  

2.  Probabilité  de  11/16  dans  le  cas  de  la  loi  uniforme  et  0.841  pour  la  loi  normale  donc  en  moyenne  0.76.  

Partie  B.  

1)  les  valeurs  P(Bn)    =  1  -­‐  an    puis  PAn(An+1)  =  0.8  et  PBn(A  n  +1)  =  0.3  permet  d’obtenir  

 an  +1  =  0.8an  +  0.3(1-­‐an)  qui  donne  la  formule  demandée.  

2)    

a)  Récurrence  :    pour  a1  et    pour  le  passage  entre  l’hypothèse  à  la  conclusion  :  sans  problème.  

b)  On  a  an+1  –  an  =  0.5an  +0.3  –  an  =  -­‐  0.5(a  n  -­‐  0.6)  or  an  -­‐  0.6  est  négatif  donc  la  différence  est  positive    et  la  
suite  est    croissante.  

c)  Suite  croissante  et  majorée  par  0.6  converge  vers  l  qui  vérifie  l  =  0.5l  +  0.3    (point  fixe)  soit  l  =  0.6.  

3)    

a)    un+1  =  an  +1  –  0.6  =    0.5an  -­‐  0.3  =  0.5(  an  -­‐  0.6  )  =  0.5  un.  Nous  avons  une  suite  géométrique  de  raison  0.5  et  
de  premier  terme  u  1  =  a  -­‐  0.6.  

b)  Un  =  (a  -­‐  0.6)  0.5n-­‐1  et  an  =  un  +  0.6.  

c)  Comme  -­‐1  <  0.5  <  1  la  suite  géométrique  converge  vers  0  et  la  suite  (  an  )  vers  0.6.  

d)  A,  car  plus  souvent  (limite    p  =  0.6)  vue  que  B.  

Exercice  3.  

Affirmation  1  :  vraie    car  zA  =   3  +  i    et  zB  =   3  –  i    donc  OA  =  OB  =  AB  =  2.  

Affirmation  2  :  fausse    car  la  formule    vaut  0  (elle  vaut  2  2019(2cos  (  ᴨ  /2))  

Affirmation  3  :  vraie    car  le  signe  de  f’n(x)  dépend  du  signe  de    1-­‐  nx  qui  sera  positif  avant  1/n  donc  fonction  
croissante  entre  0  et  1/n  puis  décroissante.  

Affirmation  4  :  vraie    car  la  limite    de  la  fonction  en  +∞  vaut  0  par  encadrement    on  a  :  -­‐  e  –x  ≤  f(x)  ≤  e-­‐x.  

Affirmation  5  :  fausse    car  on  aura  l’arrêt    du  programme  quand  2  15  >  A  soit                15ln(2)  >  ln(A).  

Exercice  4,  Obligatoire.    

Partie  A    

Voir  dessin  en  fin  de  document.  

Partie  B  

1a)  𝐹𝐻  (  -­‐1  ;1  ;0)  et  𝐹𝐾  (  -­‐1  ;  0.25  ;  -­‐1)  sont  deux  vecteurs,  non  colinéaires  du  plan,    orthogonaux  au  vecteur    
𝑛  (  produits  scalaires  nuls).  
 
 
 
b)  En  utilisant  les  coordonnées  du  vecteur  normal  et  du  point  F  on  a  bien  la  formule.  

c)    4x  +4y  -­‐3z  +1  =  0  (même  vecteur  normal  mais  le  plan  passe  par    I(  0.5  ;  0  ;  1)).  

d)  les  points  de  la  droites  (AE)  ont  tous  une  abscisse  et  une  ordonnée  nulle  donc                z  =  1/3  et  M’  
(0  ;0  ;1/3).  

2)  a)  pour  la  droite  (Δ)  on  prend  n  comme  vecteur  directeur    et  le  point  E(0  ;0  ;1)    
𝑥 = 4𝑘  
𝑦 = 4𝑘  k  reel.  
𝑧 =   −3𝑘 + 1
b)  le  plan(ABC)    a  pour  équation  :  z  =0  et  donc  en  utilisant  la  représentation  précédente  on  trouve  k  =  1/3  et  
L(  4/3;  4/3;  0).  

c)  voir  dessin  en  fin  de  doc.  

d)  pour  5BF)  on  a  x=  1  et  y  =  0  qui  est  contradictoire  avec  les  valeurs  de  x  et  y  trouvées  dans  le  système  2a)  
donc  pas  d’intersection  avec    la  droite  (Δ)  en  revanche  avec  la  droite  (CG)  on  a  x  =  y  =  1  qui  permet  de  
trouver  k  =  0.25  et  une  intersection  au  point  de  coordonnées  :  (1  ;1  ;  0.25).