Vous êtes sur la page 1sur 39

Exploitation et Maintenance

Table des matières


Chapitre I : Généralité 2
1. Fiche technique de l’ONEP :................................................................................................................3
2. Historique et les objectifs de l’ONEP :................................................................................................4
3. Organigramme de l’ONEP................................................................................................................5
4. Complexe Bouregreg :..........................................................................................................................6
a) Le Barrage : 8
b) La station de pompage : 8
c) L’ouvrage de départ : 9
d) Réactive : 9
e) Station de traitement : 10
f) Les décanteurs : 11
g) Les filtres : 11
h) L’ouvrage de départ : 12
Chapitre II : Technique 13
1. La Mécanique :...................................................................................................................................14
a. Les pompes volumétriques ( pompes à piston ) : 14
b. pompe centrifuge 16
c. Type de Pompe centrifuge : 16
2. Electronique et Instrumentation :........................................................................................................18
a. Turbidimètre : 18
b. Capteur de niveau et de pression : 19
c. Détecteur de fuite de chlore : 19
Chapitre III : Automatisme 20
1. Introduction :.......................................................................................................................................21
2. Automate « Alspa c80-35 » :..............................................................................................................21
3. Fiche technique de Groupe électrogène :............................................................................................21
4. Travail demandé :................................................................................................................................22
5. Les équipements :...............................................................................................................................23
6. Programme :........................................................................................................................................24
a) Les conditions des postes : 24
b) Les Défauts : 25
c) Les Constants : 26
d) Mémorisation : 36
e) Exécution du poste : 37
f) Les voyants (Signalisation) : 38

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Chapitre I : Généralité
1. Fiche technique de l’ONEP.
2. Historique et les objectifs de l’ONEP.
3. Organigramme de l’ONEP.
4. Complexe Bouregreg
a) Barrage.
b) Station de pompage.
c) L’ouvrage d’arrivée.
d) Réactive.
e) Station de traitement.
f) Les décanteurs.
g) Les filtres.
h) L’ouvrage de départ.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

1. Fiche technique de l’ONEP :

Promoteur ONEP (office nationale de l’eau potable).


Activité Traitement des eaux.

Directeur Général M. Ali Fassi Fihri .

Date de création 1972.

Numéro de la patente 1.537.885.177.

Situation juridique Semi Publique.

Adresse Avenue Bel Hassan El Ouazzani. Rabat. Maroc

B.P Rabat-Chellah 1002-Rabat Maroc.

Tel (+212-5)37-75-96-00.

Fax (+212-5)37-75-91-06.

Site www.onep.ma

E-mail www.communication@onep.org.ma

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

2. Historique et les objectifs de l’ONEP :

Concèdent de la nécessité d’une maîtrise rationnelle de l’eau, le Maroc s’est attaché depuis de
nombreuses années à mettre en œuvre une politique de planification des ressources en eau à long terme.

Au seuil de la décennie 1960, Sa Majesté le Roi Hassan II que dieu glorifie son âme a impulsé une
dynamique exceptionnelle à la mise en valeur de l’eau.

Dans ce cadre, un plan directeur d’approvisionnement en eau potable à l’échelle nationale a été
élaboré.

La création de l’office nationale de l’eau potable compte parmi les premières réalisations de ce
plan.

Les objectifs permanents de l’office consistent à :

 La définition des besoins en eau potable et industrielle pour l’ensemble des consommateurs.

 La mobilisation et la réservation à moyen et à long terme, dans l’espace et dans le temps


ressources en eaux nécessaires.

 L’assurance dans les meilleures conditions de la satisfaction des besoins des consommateurs.

 La coordination de tous les programmes d’investissements relatifs aux adductions d’eau


potable la prévision des fonds nécessaires pour la réalisation d’ensembles cohérents
d’investissements auxquels des organismes de financement participeront à un rythme de plus
en plus croissant. Le contrôle de la qualité des eaux dans susceptibles d’être utilisée pour
l’alimentation humaine.

 L’incitation à utilisation rationnelle de l’eau potable.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

3. Organigramme de l’ONEP :

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

4. Complexe Bouregreg :

Le complexe de production d’eau potable Bouregreg traites les eaux mobilisées par la retenue du
barrage Sidi Mohammed Ben Abella.

Il est constitué des ouvrages suivants :

a) Barrage.
b) Station de pompage et refoulement.
c) L’ouvrage d’arrivée.
d) Réactive.
e) Station de traitement.
f) Les décanteurs.
g) Les filtres.
h) L’ouvrage de départ.

Les démarches de productions sont simplifié et représentant dans la figure suivante :

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Ba
Exploitation et Maintenance rraBa
gerra
ge

To
urTo
deur
Pride
sePri
Stase
tioSta
ntio
den
Pode
Ou
mp Po
vraOu
agmp
vra
gee ag
d’agee
rrid’a
vérri
Stati evé
Stati Stati
Stati e
Stati Stati
on on on
deon deon deon
de
trait de
traite de
trait
trait
eme traite
ment trait
eme
eme
nt 1 ment
2 eme
nt 2
nt3 1
1m 2m32 nt3 2
5m
1m3 2m3 5m3
2 3 4
dé2 dé3 dé4
cadé cadé cadé
nteca nteca nteca
nte
urs nte
urs ursnte
cirurs urs
rec recurs
culcir rec
tan tanrec
aircul tan
gul gultan
esair gul
air gul
air
8es 10 12
esair esair
filt8 filt10
es filt12
es
resfilt resfilt resfilt
res res res

Ou
Ou
vra
vra
ge
ge
de
de


par
par
t Figure 1 : démarche de production
t

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

a) Le Barrage :

Édifié en 1974 pour mobiliser les eaux des bassins versant des oueds Bouregreg, Grou et
Korifla, le barrage SIDI MOHAMED BEN ABDELLAH est exclusivement réservé à la production
d’eau potable et industrielle permettant la satisfaction des besoins en eau de la zone côte atlantique.

L’eau du barrage est prélevée grâce à une tour de prise de 56 m immergée dans la retenu au
voisinage de la confluence des oueds Grou et Bouregreg.

Cette tour comporte 7 pertuis de prise d’eau, une qui doit être ouverte selon la qualité de l’eau
brute qui est déterminé par les laborantins de l’office.

b) La station de pompage :

La station de pompage est destinée à alimenter en eau brute pré chlorée la station de traitement à
2.8 km en aval sous des charges statiques de 100 à 130 m suivant la hauteur d’eau de la retenue du
barrage. A partir du barrage l’eau s’écoule suivant un mouvement gravitaire jusqu’à la station de
pompage, mais vu que la station de traitement se trouve à 150 m NGM (Niveau Général au-dessus de la
Mer) il était nécessaire d’implanter cette station pour que l’eau remonte jusqu’à l’ouvrage d’arrivée.

La station est équipée de :

 6 Groupes (G2-G3-G4-G5-G6-G7) de débit nominal de 3m3/s, ayant chacun une


puissance de 4.4MW.
 3 Groupes (G8-G9-G10) de débit nominal 1.5m3/s, ayant chacun une puissance de 2.2
MW.
 3 Transformateur 60 KV/5.5 KV ayant chacun une puissance de 18 MVA.
 5 Transformateur 5.5 KV/380 V pour les auxiliaires (3 TRS de 160 KVA et 2 TRS de
500 KVA).
 3 conduites de diamètre 1.4m, 1.6m et 1.6m.

Caractéristique des Moteurs :

Moteur Type Tesion Pn Vitesse Refroidissement Marque


Tr/min
G2 à cage 5.5 KV 4.4 MW 1000 Air SIEMENS
G3 à cage 5.5 KV 4.4 MW 1000 Air JEUMONT SCHNEIDER
G4 à cage 5.5 KV 4.4 MW 1000 Air JEUMONT SCHNEIDER
G5 à cage 5.5 KV 4.4 MW 1000 Air SIEMENS
G6 à cage 5.5 KV 4.4 MW 1000 Air ----
G7 à cage 5.5 KV 4.4 MW 1000 Air ----
G8 à cage 5.5 KV 2.2 MW 1000 Air SIEMENS
G9 à bague 5.5 KV 2.2 MW 1000 Eau CGE-ALSTOM
G10 à bague 5.5KV 2.2 MW 1000 Eau SIEMENS

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Caractéristique des Pompes :

Groupe Marque Type D.M.E.S H.M.T Vitesse Débit


G2 KSB HE – 800/960 1982 124 m 990 tr/min 10080m3/h
G3 KSB HE – 800/960 1982 124 m 990 tr/min 10080m3/h
G4 KSB HE – 800/960 1982 124 m 990 tr/min 10080m3/h
G5 KSB HE – 800/960 1982 113.5 m 990 tr/min 10565m3/h
G6 KSB HE – 800/960 1990 124 m 990 tr/min 10080m3/h
G7 KSB HE – 800/960 1982 124 m 990 tr/min 10080m3/h
G8 KSB HE – 800/960 1974 113.5 m 990 tr/min 5200 m3/h
G9 KSB HE – 800/960 1974 113.5 m 990 tr/min 5200 m3/h
G10 KSB HE – 800/960 1974 113.5 m 990 tr/min 5200 m3/h
HTM : Hauteur Manométrique Totale

Alimentation et équipement électrique de la station de pompage :

L’alimentation de cette station vient d’un poste de 60 kV, ce dernier est composé de trois lignes
(AMEUR, ZAER 1, ZAER 2) et trois transformateurs de 60KV/5.5 KV et de 18 MVA pour l’alimentation
des moteurs. Il y a cinq autres transformateurs, pour les auxiliaires de la station en général (trois de 160
KVA et deux de 500 KVA).

NB : la station de pompage à un facteur de puissance

c) L’ouvrage de départ :

L’eau refoulée traverse une cheminé d’équilibre avant d’atteindre l’ouvrage d’arrivée.

Ce dernier comporte un bassin d’entrée d’eau brute pré chlorée où a lieu l’injection des réactifs
mélangés par brassages hydrauliques dû à la dispersion d’énergie à l’arrivée, et d’un répartiteur à une
capacité de 825 m³.

d) Réactive :

Pour que l’eau soit potable il faut éliminer les matières qui causent des problèmes

Dans l’ouvrage d’arrivée, on procède à une injection des réactifs suivants :

o Le chlore : utilisé pour son pouvoir oxydant et bactéricide.


o Floculant : utilisée surtout en hiver comme adjuvant de floculation, et surtout
pour augmenter la viscosité de l’eau. Ces adjuvants sont soit dérivés de produits
naturels comme l’alginate de sodium soit d’origine minérale comme le silice
activé.
o Sulfate d’alumine : pour neutraliser la charge électrique négative des matières en
suspension dans l’eau pour les piéger au sein d’hydroxydes insolubles et former
des agglomérats de dimension et poids suffisants afin de faciliter leur
décantation.
1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance
o L’acide sphérique : pour lutter contre l’alcalinité élevée au niveau du barrage.
o Le charbon actif : ajouté au cas où la qualité de l’eau n’est pas parfaite. Il élimine
les micros polluants et aussi le mauvais goût, la mauvaise odeur et couleur

e) Station de traitement :

La station se compose de trois stations de traitements, chaqu’un à des caractéristiques différents de


l’autre.

 Station e traitement 1 (S1) :


 Technique LURGUI .
 Date de mise en service : 1969.
 Débit nominale : 1m3/s .
 Deux décanteurs circulaires avec un diamètre de 32m à circulation de boue avec
dispositif de raclage au fond.
 8 Filtres à faible hauteur d’eau de 9 m chacun.
 Citerne d’eau filtrée de 3500m3.
 Station de traitement 2 (S2) :
 Technique DEGREMONT
 Date de mise en service : 1976
 Débit nominale : 3m3/s
 Trois décanteurs à lit de boues type PULSATOR
 Dix filtres AQUZUR type v
 Citerne d’eau filtrée de 10.000m3
 Station de traitement (S3) :
 Technique DEGREMONT
 Date de mise en service : 1983
 Débit nominale : 5m3/s
 Quatre décanteurs à lit de type PULSATOR
 Douze filtres AQUAZUR type v
 Citerne d’eau filtrée de 10.000m3
 Deux bassins de recyclage des eaux de lavage des filtres.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

f) Les décanteurs :

La décantation est l’opération qui permet le dépôt des particules en suspension sous l’effet de la
pesanteur.

On trouve deux types de décanteurs dans le complexe BOUREGREG, le premier type se trouve
dans la station 1 qui est équipée de deux décanteurs circulaires, tandis que les stations 2 et 3 sont dotées
respectivement de 3 et 4 décanteurs pulsateurs.

o Les décanteurs circulaires :

Le sédimat est de font incliné vers le centre sous forme conique. Les dépôts se posent donc au fond
du décanteur.

Pour les ramasser, on utilise un système de raclage entraîné par un moteur. Toute cette boue passe à
travers un collecteur qui sera purgé en ouvrant la vanne de boue.

A sa partie supérieure est disposé un réseau de goulottes de reprise de façon à recueillir l’eau
décantée sur toute la surface.

o Les décanteurs pulsateurs :

Le fonctionnement d’un cycle de pulsation s’effectue en deux temps :

1ère temps : les vannes automatiques étant fermées, le ventilateur aspire l’air emmagasiné dans la
cloche, l’eau suit le sens d’aspiration de l’air.

2éme temps : lorsque l’eau atteint le niveau supérieure de la cloche, les vannes s’ouvrent et l’eau
de la cloche pénètre dans le décanteur, la boue contenue dans les lits de boue s’élève à l’eau (l’excès de
boue se diverse dans les concentrateurs) une fois l’eau atteint le niveau inférieure de la cloche, la vanne
automatique se ferme et le cycle reprend. L’eau décantée est évacuée par les goulottes vers les filtres.

g) Les filtres :

Après le décantage, l’eau est acheminée vers une galerie de répartition d’où elle est
distribuée vers les filtres.

Contenant du sable répondant à certaines caractéristiques mécaniques, ces filtres consistent à


séparer l’eau des petites particules.

o Les filtres sont composés de :

Deux lits de sable de taille différente pour la filtration de l’eau. 54 buteurs par m² montées sur
des dalles préfabriquées pour assurer une parfaite collectent d’eau filtrée et une répartition
uniforme de l’eau et de l’air de lavage.

Une citerne sous les filtres Sept vannes papillons.

La régulation automatique des filtres est assurée par action hydraulique sur une vanne à
papillon, l’ouverture de celle-ci se fait en fonction du niveau d’eau au-dessus du sable dans le filtre.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

o Lavage de filtre :

Le lavage du filtre, se fait par la production d’air comprimé et d’eau sous pression nécessaire à
l’action hydropneumatique des différentes vannes est qui est assuré par des équipements
électromécaniques.

Le lavage de filtre est de type semi-automatique en cas de colmatage de l’un d’eux, une
signalisation se dirige vers la salle de contrôle. L’opérateur déclenche les opérations de lavage
manuellement par un programme préétabli à l’aide d’un combinateur.

Les opérations de lavage se font de la manière suivante :

 Arrêt de filtrage
 Démarrage de lavage
 Fermeture de la vanne de régulation
 Ouverture de la vanne de vidange d’eau de lavage
 Ouverture de la vanne d’air surpression et démarrage de sur presseurs
 Ouverture de la vanne d’eau de lavage et démarrage des pompes de lavage
 Arrêt des sur presseurs et fermeture de la vanne d’eau sur pressé.
 Arrêt des pompes de lavage et fermeture de la vanne d’eau de lavage.
 Mise en marche du filtre.
 Remise en filtration.
h) L’ouvrage de départ :

Les citernes d’eau traitées des trois stations sont raccordées à un ouvrage cylindrique d’une
capacité de 1500m3 à partir duquel l’eau traitée est acheminée par des canalisations de transport
vers les points de consommation.

L’eau traitée des stations 2 et 3 peut transitée par un réservoir de 50000 m3 puis acheminée
vers l’ouvrage de départ, des contrôles de débit et des vannes d’isolement sont installées à la sortie
du bassin.

Des analyses continues de l’eau traitée admise dans ce bassin qui sont assurées par turbidimètre
et un appareil de contrôle du chlore résiduel.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Chapitre II : Technique
1. La Mécanique.
2. Electronique et Automatisme

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Techniquement la station de traitement contienne de plusieurs domaines :

La Mécanique

Pneumatique

Hydraulique

L’Electronique et Instrumentation

L’Automatisme et Automatique

Tous ces domaines se manipulent pour nous donner une industrie de haute performance et une
production énorme.

1. La Mécanique :

Une pompe est un dispositif permettant d'aspirer et de refouler un fluide. Elle consu
pour transformer l’energie mecanque en energie hydrplique.

La station contient des differents types des pompes, pour deplacer l’eau de plusieur
manier depand du besoin. Transfert ou dosage

On peut classer les pompes de plusieurs façons.

Les mouvements retransmis aux organes des pompes sont comme tous les mouvements
mécaniques de deux grands types :

 Rotatif
 Rectiligne (alternatif)

Le mode de déplacement du fluide au travers des pièces en mouvement de la pompe et leur


fonction permet de classer les pompes en plusieurs familles :

 Pompes de transfert
o Pompe rotative - axiale.
o Pompe rotative - centrifuge.
 Pompes de dosage
o Pompe rotative - volumétrique.
o Pompe alternative - volumétrique.
o Pompes à queue.

a. Les pompes volumétriques ( pompes à piston ) :

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance
Figure 2 : Les composants d’une pompe à piston

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance
b. Pompe centrifuge

Il s'agit d'une application concrète de la force centrifuge. Le principe utilisé est celui de la
roue à aubes courbe. La roue est placée dans une enceinte (le corps de pompe) possédant deux
ou plusieurs orifices, le premier dans l'axe de rotation (aspiration), le second perpendiculaire à
l'axe de rotation (refoulement). Le liquide pris entre deux aubes se trouve contraint de tourner
avec celle-ci, la force centrifuge repousse alors la masse du liquide vers l'extérieur de la roue où
la seule sortie possible sera l'orifice de refoulement. L'énergie fluide est donc celle provenant de
la force centrifuge.

Pour une même pompe, le débit varie :

 proportionnellement à la vitesse de rotation;


 avec la différence de pression entre l'entrée et la sortie : plus celle-ci est élevée, plus le
débit est faible ;
 en fonction des caractéristiques du fluide, telle que la viscosité, la température, la
densité.

Cette variation de débit est donnée par la courbe de fonctionnement de la pompe, indiquée
par le fournisseur de celle-ci. La courbe indique le débit de la pompe centrifuge, qui est fonction de
la hauteur totale qu’elle engendre pour une vitesse de rotation donnée. Cette courbe est d’allure
parabolique.

c. Type de Pompe centrifuge :

 Pompes horizontal (Pompe surface) :


ces pompes sont installées à sec, hors du puis ou forage, la hauteur d’aspiration ne doit
jamais être supérieur à 8 mètres. Utilisée Principalement pou refoulement des eaux des bâches,
réservoirs et puits.
 Pompe vertical :
ces pompes sont généralement multi-cellulaires et elles sont placées au fond du puits,
l’entraînement de la pompe se fait par un moteur depuis le sol par l’intermédiaire d’une ligne
d’arbre placée à l’intérieur de la colonne de refoulement, le guidage des arbre se fait par des
paliers placés à des intervalles réguliers de 3 m environ.
 Pompe immergée :
la pompe et le moteur forment un ensemble qui immergé dans le puits ou le forage, cet
arrangement ne nécessite pas de ligne d’arbre pour entraîner la pompe, seulement les moteurs
électrique doivent être étanches, le câble qui sert à l’alimentation du moteur de la pompe doit
être imperméable. Résistant et le joint, entre câble et le moteur, parfaitement étanche, une
particularité intéressante de ce type de pompe est l’amorçage automatique puisque la pompe est
dans l’eau.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance
Figure 3 : Schéma d’une pompe centrifuge :

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance
2. Electronique et Instrumentation :
a. Turbidimètre :

Le turbidimètre (HACH Surface Scatter 5) est un néphélométre en continue très


sensible destiné aux mesures précises de turbidité dans les fluides.
L’appareil est gradué en unités néphélométrique (NTU) et possède 5 gammes se mesure.
Le Surface Scatter 5 peut délivrer au choix un signal de 0-10 mV, 0-100 mV, 0-10 V.
Un circuit de sortie en courant (en option) permet d’obtenir 0-100 microA, 0-20 mA, 4-20
mA ou 10-50 Ma.
Le turbidimètre peut être livré avec ou sans alarmes. Les modèles avec alarmes
possèdent des circuits d’alarmes haute et basse pour commander des équipements extérieurs.
Les points d’alarmes haute et basse peuvent être réglé manuellement sur toute la gamme de
mesure.
 Principale Caractéristiques :
o Gammes : 0-1 ; 0-10, 0-100 ; 0-1000 ; 0-5000 (N.T.U).
o Temps de réponse : 30s pour détecter un changement de turbidité.
o Cellules photoélectriques : au silicium.
o Signale : -en tension : 0-10 mV, 0-100 mV, 0-1 V, 0-10 V.
o Intensité : 0-20 mA, 4-20 mA, 10-50 mA.
o Lampe : alimentation à 74% de sa tension nominale pour augmenter sa durée
de vue.
o Alimentation : commutable 95-135 V – 190-270 V - 50/60 Hz - 60W
 Fonctionnement :
Le turbidimètre est un néphélométrie conçu pour la mesure en continu de la lumière
dispersée par les particules en suspension dans un fluide. Le fluide à analyser s’écoule à
travers le corps de l’appareil à un débit de 1 à 2 litres/minute.
Lorsque le liquide déborde au sommet du corps, une surface plane, stable se forme
permettant la mesure.
La lampe, alimentée sous tension régulée, fournit un puissant faisceau lumineux
ajuster pour frapper la surface sous un angle défini.
La majeure partie de la lumière atteignant la surface du liquide est soit réfléchie vers
le coin supérieur gauche et absorbée, soit réfractée dans l’axe du tube.
Une petite quantité de lumière est dispersée par les particules en suspension est
détectée par la cellule photoélectrique.
Le signal produit par la cellule est proportionnel à la concentration des particules en
suspension dans le liquide. Le signal est amplifié et lu sur le galvanomètre et peut également
être enregistré.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance
b. Capteur de niveau et de pression :

Les parties en contact avec le fluide sont disponible en différents matériaux, de se


fait ces appareils sont susceptible d’être utilisées sur des liquides des gaz et des vapeurs
chimiques agressifs jusqu’a une pression de 500 bar et une température de 400°c.
Le transmetteur délivre un signal électrique de 4 à 20 mA proportionnel à la pression
mesurer. Ce signal peut être transmis à des appareils de contrôle tels que : indicateur,
enregistreur, intégrateur, régulateur, calculateur.
Fonctionnement :
Capacitance différentielle : les deux membranes de mesures sont reliées
mécaniquement à la tige de liaison, au milieu de cette tige est fixée la plaque mobile,
maintenue en position par la membrane ressort.
Quand applique une pression différentielle sur ce système, la plaque mobile est
déplacée et les distances D1 et D2. Par rapport aux plaque fixes variant simultanément.
Il en résulte une modification des capacitances du condensateur différentiel. Ce
changement est amplifié électroniquement et transmis sous forme d’un signal 4-20 mA
directement proportionnel à la pression différentielle.
Que ce soit pour mesure des pression, niveau, débit. C’est appareil en un large
champ d’application dans la plupart des industries.

c. Détecteur de fuite de chlore :

Le détecteur de fuite comporte une cellule dont la sonde de détection est immergée
continuellement dans un réservoir d’électrolyte U9006, la cellule est raccordée à un boîtier
électronique qui délivre un courant électrique proportionnel à la concentration du gaz
détectée.
La valeur du seuil de concentration est réglable, le dépassement de ce seuil déclenche
une alarme optique qui reste tant que la concentration est toujours supérieure au seuil, cette
alarme permet la mise en service d’un ventilateur et de tuyères de pulvérisation situés sur
l’alimentation en chlore gazeux.
Lorsque la durée dépasse 10 secondes le klaxon se déclenche.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Chapitre III : Automatisme


1. Introduction
2. Automate Alspa C80-35
3. Fich technique de Groupe électrogène
4. Travail demandé
5. Les équipements
6. Programme

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

1. Introduction :

La station dispose du plusieurs gammes des Automates programmables


Par exemple au niveau des filtres de S1 et S2, on trouve les automates de Schneider : la gamme
« PREMENIUM » et la gamme « MICRO TSX », au niveau de télégestions de station de traitement
il y’a les gammes d’IDS.
Notre travail consiste à automatisé un groupe électrogène à l’aide d’un API « Alspa
C80-35 » de Cegelec.

2. Automate « Alspa c80-35 » :

Ce sont des automates programmables industriels (API) « Alspa C80–35 » qui servent au
traitement des défauts et les instructions de programmation, les API « Alspa C80–35 » sont des
membres de la gamme d’automates programmables industriels (API) « Alspa 8000 » de Cegelec.

ALSPA 8000 regroupe les composants d’automatisme d'ALSTOM. Lancée en 1993, la


gamme couvre trois familles d’automates programmables (C80-05, C80-35 et C80-75), utilisant des
langages communs, deux familles d’E/S sur bus de terrain et deux systèmes de supervision. Les
réseaux ALSPA permettent d'ajuster le système ALSPA 8000 aux divers secteurs de l'industrie
mondiale, la famille ALSPA C80-35 offre des fonctions de programmation évoluées avec
notamment des instructions de type PID et du calcul flottant.

3. Fiche technique de Groupe électrogène :

Fiche technique
Model P250
Numéro de série C1952C/001
Année de construction 1997
Puissance service continu 250 kVA
200 kW
Facteur de puissance
Tension 380/220 V
Phase 3
Fréquence 50 Hz
Courant 379.8 A
Vitesse 1500 tr/min
Altitude max 152.5 m
Température ambiante max 27°C
Couplage alternateur S’star (Etoile)
Tension d’excitation 42 V
Courant d’excitation 2.3 A
Régulateur de tension SX440

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

4. Travail demandé :
Un groupe Electrogène est appelé à démarrer automatiquement en cas de coupure de tension
au niveau d’un poste quelconque des postes suivant : P3-P4-P2 et P5 dans l’ordre et à intervalles
réguliers et l’alimenter.
On distingue deux modes de fonctionnement du GE : Exploitation normale et Entretien
Position des commutateurs :
Dans le poste de livraison général les commutateurs doivent être sur :
 MAGE
 Exploitation Normale
Dans tous les postes secondaires les commutateurs doivent être sur :
 MAGE
 Entretien
Manque de tension au niveau d’un poste :
En cas de coupure de la tension au niveau d’un poste électrique, après une temporisation de
30s le GE démarre. Le contacteur générale de l’armoire de basse tension au niveau de local GE se
ferme après 30s et alimente dans l’ordre : P3, P4, P2 et P5 après un intervalle de 20s.
Une signalisation au niveau de la supervision de la salle de contrôle indique :
« Marche Groupe Electrogène ».
Retour de tension au Poste:
L’exploitation doit passer
a) Au poste livraison général
- Fermer le disjoncteur général en service
b) Au niveau des postes secondaires (P2 et P5) :
- Mettre le commutateur « Ma-Ar/GE » sur la position « ArGE » ce qui
coupe l’alimentation secours dans ce poste
- Réarmer le disjoncteur général du poste
- Remettre le commutateur « Ma-Ar/GE »sur la position « MaGE »
c) Pour le poste P3 :
- Mettre le commutateur « Ma-Ar/GE »sur la position « ArGE »
- Réarmer le disjoncteur général du poste.
- Remettre le commutateur « Ma-Ar/GE » sir la position « MaGE »
d) Pour le poste P4 :
- Mettre le commutateur « Ma-Ar/GE » sur la position « ArGE »
- Après ouverture automatique du contacteur secoirs et fermeture di
contacteur normal au niveau des deux reactifs 1 et 2, remettre le
commutateur en position « MaGE ».

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

5. Les équipements :

Poste 2 :
Les Capteurs : Symbole :
Disjoncteur de poste 2 Dj2
Détecteur de manque de tension RTG2
Commutateur « Ma-Ar/GE » Cm2
Les Actionneur :
Contacteur De Poste 2 KM2

Poste 2 :
Les Capteurs : Symbole :
Disjoncteur de poste 3 Dj3
Détecteur de manque de tension RTG3
Commutateur « Ma-Ar/GE » Cm3
Les Actionneur :
Contacteur De Poste 3 KM3

Poste 4 :
Les Capteurs : Symbole :
Disjoncteur de poste 4 Dj4
Détecteur de manque de tension RTG4
Commutateur « Ma-Ar/GE » Cm4
Les Actionneur :
Contacteur De Poste 4 KM4

Poste 5 :
Les Capteurs : Symbole :
Disjoncteur de poste 5 Dj5
Détecteur de manque de tension RTG5
Commutateur « Ma-Ar/GE » Cm5
Les Actionneur :
Contacteur De Poste 5 KM5

Groupe Electrogène :
Les Capteurs : Symbole :
Acquittement Ac
Détecteur de manque de tension RTGF
Tension Dynamo 24V Dyn
Commutateur « Ma-Ar/GE » CmGE
Les Actionneur :
Contacteur General KMG

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

6.Programme :
a) Les conditions des postes :

 Manque Tension en Poste2


MT2
RTG2 Dj2 Cm2

 Manque Tension en Poste 3


MT3
RTG3 Dj3 Cm3

 Manque Tension en Poste 4


MT4
RTG4 Dj4 Cm4

 Manque Tension en Poste 5


MT5
RTG5 Dj5 Cm5

 Manque Tension en n’importe poste :


MTG
RTG5

RTG5

RTG5

RTG5

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

b) Les Défauts :
PAlter
Ac
 Problème alternateur
R

PAlter
RTGf Dyn Dfg TM8
S

 Probleme ventilation
PVenti
Ac
R

PVenti
RTGf Dyn Dfg TM8
S

 Probleme Démarrage
PDmr
Ac
R

PDmr
RTGf Dyn Dfg TM8
S

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

c) Les Constants :
 Temporisateur :
TM1
ET1
TMR
0.10s

CONST PV
+00200

T01 TM2
ET2
TMR
0.10s

CONST PV
+000100

T02
TM3
ET3
TMR
0.10s

CONST PV
+00020

T03
TM4
ET4

TMR
0.10s

CONST PV
+00280

T04

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

TM5
ET5

TMR
0.10s

CONST PV
+00200

T05 TM6
ET6

TMR
0.10s

CONST PV
+00100

T06
TM7
ET7

TMR
0.10s

CONST PV
+00050

T07
TM8
ET8
TMR
0.10s

CONST PV
+00050

T08

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

 Compteur :
Cp0
Et10
UPCTR

Et0

RESET

CONST PV
+00003

C01

PTtv

 Des contacteurs supplémentaires :


Ttv
Et4
R

Ttv
Et3
S

PTtv
Et0
R

PTtv
Et4
S

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

etape 0

Et0
Et1
R

Et18

Et0
Et8 Pdmr
S

Et14 Ac

Et15

Et16

Et18

Etape 1
Et1
Et0
R

Et2
h

Et18

Et1
Et0 MTG CmGE
S
Et2
Etape 2 Et3 Et18
R

Et2
Et1 MTG TM1
S 1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance
h

Et3
Etape 3 Et4
R
Et14

Et15

Et16

Et18

Et3
Et2 TM2
S

Et10 PDmr Cp0 Ttv

Et4
Et5
Etape 4
R
Et14

Et15

Et16

Et18

Et4
Et3 RTGf Dyn Dfg TM3
.

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

hEtape 5 Et5
Et6
R
Et14

Et15

Et16

Et18

Et5
Et4 RTGf Dyn Dfg TM4
S
Etape 6
Et6
Et7
R
Et14

Et15

Et16

Et18

Et6
Et5 RTGf Dyn Dfg TM5
S

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Et7
etape 7

Et8
R
Et14

Et15

Et16

Et18

h
Et7
Et6 RTGf Dyn Dfg MTG TM6
S

Etape 8 Et8
Et0
R

Et18

Et8
Et7 Pdmr
S
Etape 10

Et10
Et11
R

Et3

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Et10
Et3 Pdmr
S
Et4

Et5

Et6

Et7

Etape 11

Et11
Et10
R

Et11
Et10 Pdmr Cp0
R

Etape 14

Et14
Et0
R

Et14
Et11 Pdmr
S

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Etape 12

Et12
Et15
R
Et12
Et3 Pventi
S
Et4

Et5

Et6

Et7

Et15
Etape 15

Et0
R

Et15
Et12 Pdmr
S
Etape 13
Et13
Et16
R

Et13
Et3 PAlter
S
Et4

Et5

Et6

Et7
1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Etape 16

Et16
Et0
R

Et16
Et13 Pdmr
S

Etape 17

Et17
Et18
R

Et17
Et0 Dfg
S
Et1

Et2

Et3

Et4

Et5

Et6

Et7

Etape18 Et18
Et0
R

Et18
Et17 PDmr
S

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

d) Mémorisation :
 D’électrode d’arrêt :
MEA
Et8
R

Et11

Et12

Et13

Et17

MEA
Et2
S

 Exécution Electrode d’arrêt :

MEA EA

 Contacteur General MKMG


Et8
R

Et11

Et12

Et13

Et17

MKMG
Et5
S
1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

 Exécution de contacteur générale :

KMG
MKMG

e) Exécution du poste :

KM3
Et6 MT3

KM4
Et6 MT4

KM2
Et6 MT2

KM5
Et6 MT4

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

f) Les voyants (Signalisation) :

 Problème Démarrage :
PblmDmr
Et14

 Problème ventilation :
PblmVenti
Et15

 Problème alternateur :
PblmAlter
Et16

 Défauts Générale
DefGen
Et18

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées
Exploitation et Maintenance

Conclusion
Ce stage nous a été très bénéfique, car il nous a permis, d’une part d’avoir plus

d’informations concernant l’Automatisation des machines, des tâches et d’autre part, il m’a

permis de reconnaître des gens et exploiter mes connaissances de la formation professionnel

et aussi acquérir des nouvelles expériences et gérer des situations quasi nouvelles.

Et c’est bien en ce sens que nous considérons cette expérience très déterminante

parce qu’elle nous a permis de mettre à l’épreuve notre savoir et perfectionner nos études

et établir des communications avec les intervenants internes et externes de l’ONEP ainsi

nous avons utilisé la documentation des constructeurs (catalogues techniques et

commerciaux, manuels d'utilisation et de maintenance).

1
Nawfal Chial | Electromécanique des Systèmes Automatisées