Vous êtes sur la page 1sur 3

L'antiquité classique

Carlos Miralles et Jaume Portulas, Archilochus and the lambic


Poetry
Annie Bonnafé

Citer ce document / Cite this document :

Bonnafé Annie. Carlos Miralles et Jaume Portulas, Archilochus and the lambic Poetry. In: L'antiquité classique, Tome 54, 1985.
pp. 316-317;

https://www.persee.fr/doc/antiq_0770-2817_1985_num_54_1_2165_t1_0316_0000_2

Fichier pdf généré le 18/12/2018


316 COMPTES RENDUS

47-50), la mère d'Oenée, d'Alcathoos, d'Agrios, de Mêlas et de Pylos (v. 51-54) ;


Tydée, le fils d'Oenée, tue ceux de ses oncles qui avaient détrôné son père (v.
55-57). Aethlios épouse Calycé, qui enfante Endymion le père d'Aetolos (v. 58-63),
lequel engendre Calydon et Pleuron (v. 63-64) ; ce dernier engendre Agénor (v.
65, mais le début du vers est manquant). Les vers 66 à 76 sont mutilés de même ;
on y trouve les noms de Polycasté, d'Elector et d'Ares (dont on sait qu'il épousa
Démodicé la fille d'Agénor), enfin de Déidaméa. Après une lacune de six vers, suit
l'histoire d'Alcyoné et de son époux Céyx (v. 83-98), puis la descendance de
Myrmidon et de Pisidicé, dont sont issus Actor et Antiphos (v. 99-101). Une autre
Éolide épouse Poseidon (v. 102-103) ; il s'agit de Canacé, dont le nom n'apparaît
pas dans ce passage, les débuts des vers 91 à 107 étant seuls conservés. Des
en prose 10b, 10c et lOd, le premier se rapporte aux vers 17-19 du fr. 10a,
le second corrige une erreur du fr. 245, le troisième reprend l'histoire d'Alcyoné
et de Céyx (= 10a 83-98). Les quelques syllabes initiales conservées des neuf vers
du fr. 71 A 3-11 semblent indiquer que ce fragment se rapporte aux mariages des
fils de Boutés avec les filles d'Hyllos. Le vers 12 du même fragment concernait
peut-être Atalante. Le fr. 188A dit que la nymphe Aréthuse fut changée en source
par Héra. Vient ensuite une addition au fr. 194 sur l'ascendance des Atrides et
spécialement sur Plisthène (repris à M. Papathomopoulos, Nouveaux fragments
d'auteurs anciens, 1980, p. 11). Le fr. 217A raconte la métamorphose et la mort
d'Actéon en mélangeant, semble-t-il, deux versions de la légende. Suit la
de l'apparat du fr. 276. Enfin, en tête du fr. 294, au dessous du titre de l'Aigi-
mios, s'ajoute une scolie de Tzetzès qui attribue l'Aigimios à Clinias de Caryste.
Comme dans la première édition, les auteurs omettent les brèves analyses des
qui se trouvent au bas des pages des Fragmenta Hesiodea ; je l'ai déjà noté
dans mon compte rendu de 1971 (A.C. XL fase. 1). C'est le seul regret qu'on
puisse exprimer.
Ce volume est un précieux instrument de travail.
Marcel Hofinger.

Carlos Miralles et Jaume Portulas, Archilochus and the lambic


Poetry. Rome, Ateneo, 1983. 1 vol. 14,5 x 22,5 cm, 157 pp.
Critica. 45).

Ce ouvrage réunit cinq études (deux de Portulas et trois de Miralles) qui


s'étaient mutuellement, utilisent le même type de méthodologie et se réfèrent à
une même école de pensée : celle qui ne recule ni devant les hypothèses ni devant
l'idée que notre compréhension de la littérature et de la pensée grecques puisse
tirer profit de l'application à ce domaine d'un point de vue résolument compara-
tiste. Les travaux que les anthropologues ont consacrés au personnage mythique
du trickster et à la fonction sociale des récits où il tient une place centrale
dans les cultures amérindiennes) se trouvent ici constamment utilisés pour
point de départ de la réflexion au même titre que ceux qui ont étudié les represen-
COMPTES RENDUS 317

tations symboliques liées aux fêtes carnavalesques du Moyen Âge français ou les
caractéristiques essentielles de certains genres poétiques de la littérature de langue
d'oc.
Le lecteur un peu trop étroitement spécialisé s'en trouvera sans doute dès
l'abord désorienté et peut-être irrité. On peut regretter que les auteurs ne lui aient
pas facilité la tâche en établissant conjointement une bibliographie des travaux très
divers auxquels ils se réfèrent (ceux-ci sont simplement indiqués en notes dans le
corps des chapitres) et, surtout, en tirant des conclusions communes de leurs
puisqu'ils se déclarent d'accord sur toutes les hypothèses qu'ils émettent
séparément dans l'ouvrage.
Portulas dresse d'abord le catalogue des traits qui rapprochent du trickster
mythique (et plus particulièrement, en ce qui concerne le domaine grec, d'Hermès
tel qu'il apparaît dans l'hymne homérique qui lui est consacré) le personnage et
le rôle qu'Archiloque et Hipponax paraissent s'attribuer dans les fragments de
leurs uvres dont nous disposons (ch. I : The iambic poet as a trickster). Malgré
l'absence regrettable d'une ligne de démonstration véritablement ferme et de
explicites, le rapprochement, s'il n'est pas absolument inédit, ne manque
pas d'intérêt. Il apporte en outre certains arguments à l'appui de la thèse déjà
établie de l'aspect «représentatif et non biographique» (Miralles p. 157) du
«je» d'Archiloque et, plus généralement, du «je» de la poésie archaïque. L'étude
suivante (ch. II Miralles : The iambic poet as a wolf) va dans le même sens, ainsi
que l'intéressante interprétation de l'épode de Cologne proposée dans le dernier
chapitre (ch. V Miralles : Archilochus and the young girl from Paros). Dans les
III et IV (III : Miralles : The inscription of Mnesiepes and Archilochus' poetic
initiation ; IV Portulas : The fight of Hermes and Apollo for the lyre), les auteurs
s'appuient sur une comparaison entre l'inscription relatant la rencontre
avec les Muses, l'histoire de Thamyris (77. 2.594-600), le prélude de la
et le premier hymne homérique à Hermès pour essayer de définir le domaine
poétique réservé à l'origine au dieu-trickster et aux poètes iambiques (domaine lié
aux fêtes paysannes organisées dans le cadre du culte de certaines divinités de la
fécondité) ainsi que la manière dont Apollon et les Muses apolliniennes ont pu se
substituer peu à peu à ces divinités et à Hermès pour, finalement, les évincer.
Tout n'est pas également convaincant dans les hypothèses émises, malgré l'intérêt
que présentait par elle-même cette tentative.
Annie Bonnafé.

Dirk Meyerhoff, Traditioneller Stoff und individuelle Gestaltung.


Untersuchungen zu Alkaios und Sappho. Hildesheim-Zurich-New York,
Olms- Weidmann, 1984, 1 vol. 15 x21cm, 264 pp. (Beiträge zur
Altertumswissenschaft. Bd 3). ISBN 3 487 07463 X

Cet ouvrage, issu d'une dissertation doctorale présentée à l'Université de


se fixe pour objectif d'analyser la fonction exercée, la place occupée par