Vous êtes sur la page 1sur 1

Quelques mises au point sur le lyrisme

Je vous ai donné sur cette question un certain nombre de documents pour aborder la question :
 la photocopie « Etude d'un registre : le lyrisme »
 le texte su le mythe d'Orphée de Virgile
Je ne peux que vous y renvoyer, ils me semblent contenir tout ce que vous avez à savoir sur la
question. Je vous avais invités à plusieurs reprises à me poser des questions sur ces documents
durant les cours, je n'en ai eu aucune. Reportez-vous donc sur ces documents et envoyez-moi vos
questions si ce n'est toujours pas clair.

Pourquoi le texte de Virgile ?


Il est au fondement du registre lyrique, il explique ce qu'il est.

Le lyrisme est lié à la musique : chant et lyre du poète Orphée.


Il s'agit de la musicalité de la poésie : au départ, elle était chantée, accompagnée par la musique des
instruments; on retrouve la trace de cette musicalité dans le travail sur le retour des rythmes, des
sons, l'élan des poèmes.

Le lyrisme célèbre le pouvoir de la parole poétique : symbolisé par la capacité d'Orphée à séduire
tous les éléemnts de la nature y compris les forces de la mort. Par son chant, il est capable de faire
revenir Eurydice des Enfers. C'est le pouvoir de la poésie, forme de langage plus intense que le
langage ordianire, plus belle et plus mémorable, que de faire durer dans les mémoires le souvenir
des êtres disparus qui ainsi ne meurent jamais complètement.

Le lyrisme est l'expression du sentiment de la perte et du deuil : Orphée par son impatience finit
par perdre de nouveau Eurydice, il chantera alors en errant dans le monde entier cette perte. D'où
une poésie qui met en avant l'expression du moi, de la douleur, de la souffrance. L'être poétique
cherche à trouver dans la nature un état qui s'accorde au sien. D'où le recours à la première personne
du singulier, à la modalité exclamativen aux champs lexicaux de la douleur, de la souffrance,du
deuil, de la perte, mais aussi de la nature.

Le lyrisme chez Baudelaire :


Le sentiment de la perte : le poète a perdu un état idéal de bonheur et d'harmonie, d'où le spleen.
Comme Orphée, il va errer pour tenter de le retrouver tout en déplorant sa perte. Cet état de bonheur
est symbolisé dans les poèmes étudiés par des terres exotiques, sensuels, où le poète a goûté à
l'harmonie des corps et de l'amour. Il y a errance dans Parfum Exotique, avec le voyage en mer, il y
a errance dans Invitation au voyage. Cette errance c'est le voyage de l'âme comme dans Rêve
parisien ou de manière plus abstraite encore dans Correspondances. Elle côtoie parfois la mort
comme dans Rêve Parisien ou dans Invitation au voyage.

Le pouvoir de la parole poétique : c'est par le poème, par la création, en peinture ou en poésie
(Rêve parisien et Correspondances, voir aussi le « chant » dans Parfum Exotique) que le poète peut
retrouver cet état d'harmonie qui est symbolisée par une nature avec laquelle il se sent en harmonie :
harmonie des sens dans Correspondances, harmonie des corps et d'une nature paradisiaque dans
Parfum exotique, paysage magnifique et paisible dans Invitation au voyage, et ville transfigurée
dans Rêve Parisien.

Un élan musical: cette recherche, qui est un voyage, est liée à un élan musical : harmonie des sons
et des rythmes dans Correspondances et Parfum exotique, berceuse dans Invitation au voyage,
expansion rythmique et chute brutale dans Rêve parisien.