Vous êtes sur la page 1sur 2

L a T r i n i t é – 16 juin 2019 Evangile : St Jean 16, 12-15

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « J’aurais
encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. En effet, ce qu’il dira
ne viendra pas de lui-même : il redira tout ce qu’il aura entendu ; et ce qui va venir, il vous le fera
connaître. Il me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. Tout ce
qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour
vous le faire connaître. »

On raconte que st Augustin était si préoccupé par le mystère de la Trinité qu’il cherchait à
comprendre : cela occupait ses pensées de jour comme de nuit. Un jour, il marchait le long de la
Méditerranée, réfléchissant intensément à ce qui était pour lui un problème à résoudre et une vérité à
traduire en mots. Il rencontre un enfant qui avait creusé un trou dans le sable ; avec un gobelet, il allait
chercher de l’eau dans la mer et venait en vider le contenu dans le trou, puis il recommençait.
Interloqué, Augustin lui demande ce qu’il fait là ; l’enfant lui répond qu’il va vider toute l’eau des océans
dans le trou. « Mais tu n’y arriveras jamais ! » s’exclame Augustin. « J’y arriverai avant que vous ayez
résolu le problème de la Trinité », lui répond l’enfant - qui, vous l’aurez compris, était un ange,
disparaissant aussitôt.

Et nous, qu’allons-nous en dire ? Le choix est assez clair : ou bien on se tait car le mystère est
insaisissable et nous dépasse ; ou bien on se lance dans un exposé théologique de grande envergure qui,
rapidement, vous ferait bâiller d’ennui. Alors, quoi ?

Je vous propose une première piste : la contemplation. Vous connaissez l’icône de la Trinité de
Roublev : on y voit trois personnages dont l’intensité et la discrétion des regards nous font sentir qu’il y
a beaucoup d’amour dans cette relation. C’est bien le message que l’artiste veut nous transmettre : Dieu
est relation. Il faut savoir que Roublev s’est inspiré d’un passage de la Bible (Genèse 18 : l’apparition au
chêne de Mambré), où Dieu se manifeste à Abraham sous la forme de trois personnes. Abraham est
tellement saisi par cette intervention divine qu’il se met à bafouiller, disant tantôt « Tu », tantôt
« Vous », comme s’il était en train de se demander s’il voyait simple ou triple ... alors qu’il est en train
de se laisser saisir par cette évidence bouleversante : Dieu est relation, Dieu est amour.

Relation ? Ok, cela nous ramène au quotidien de notre existence, qui est faite de relations en
trois dimensions. Celles-ci, on peut les classer en trois niveaux.

Il y a d’abord la relation avec les personnes qui sont au-dessus de nous : le chef de bureau, le
directeur, le contremaître, le supérieur, le père ... Bref, tous ceux vis-à-vis de qui nous vivons une
forme de dépendance.

Ensuite, il y a les égaux : les frères & sœurs, les collègues de travail, les citoyens ... C’est
l’aspect social, fraternel de notre vie en communauté et en société.

Et puis, il y a cette indéfinissable relation avec l’intérieur de moi-même, où je ne sais plus très
bien s’il s’agit de moi ou d’un principe spirituel qui, à la fois, me dépasse et me comble.

Bien sûr, on pourrait y ajouter le rapport que nous avons avec la nature, l’environnement, ... la
création. Mais là, il ne s’agit pas de relations entre personnes humaines.

N’est-ce pas ainsi que nous redécouvrons comment l’humain est image et création d’un Dieu
Relation ? N’est-ce pas l’illustration de ce que le poète mystique, auteur du Livre de la Genèse,
exprimait ainsi : « Dieu dit : ‘’Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance.’’ [...] Et Dieu
créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa. » (Gn 1, 26-27)
Surprise : on a l’impression que, comme Abraham, Dieu lui-même emmêle ses pinceaux et manie
allègrement le singulier et le pluriel ! Que veut dire notre poète écrivain, sinon que Dieu est Alliance
(Relation) et qu’il ne peut faire autrement que de reproduire son Alliance en ses créatures ?

Bonne fête de la Trinité !


P. Marc Chodoire
aumônerie chc
mchodoire@jesuites.be