Vous êtes sur la page 1sur 2

Jean-Louis Hoffet, président

En 1968, j’avais 27 ans. Le mouvement étudiant de contestation se


développait des USA à l’Europe. Et le rêve des étudiants contestataires était
de partir pour Katmandou. Je n’ai pas pu y aller, je débutais des études de
théologie. Quarante-cinq ans plus tard, j’ai eu envie de visiter le Népal et
Katmandou. Depuis, j’y suis retourné trois fois, pour y découvrir un pays
pauvre, mais souriant, accueillant et étonnant, interculturel et interreligieux. Avec Christiane, mon
épouse, nous avons décidé de nous y engager dans une œuvre caritative. Des amis suisses nous
ont fait découvrir une structure d’accueil pour 46 enfants vivant sans leurs parents : le centre
Sagarmatha. Depuis nous parrainons un petit garçon du centre, qui porte le joli nom de Serjan.
Nous irons certainement le revoir.

Elizabeth Clerc, vice-présidente


C’est un de mes collègues qui nous a fait découvrir le projet Sagarmatha dès
notre arrivée à l’Ecole Internationale de Genève en 2009. Ensuite, mon mari
et deux de mes filles ont participé à différents voyages organisés par
l’Ecolint, et ils sont revenus tous très touchés par l’investissement de Phinzo
et Beena auprès de ces jeunes Népalais. En 2018, j’ai eu à mon tour
l’opportunité d’aller au Népal pour la première fois. Depuis 2011, nous
parrainons une jeune fille qui a effectué toute sa scolarité au centre Sagarmatha et qui va bientôt
commencer des études universitaires. S’investir dans ce projet me donne l’occasion d’aider
d’autres enfants qui n’ont pas eu la chance de grandir dans un cadre familial typique.

Charles Clerc, secrétaire


En septembre 2009, fraichement arrivé à l’Ecole
Internationale de Genève en tant que professeur
de français, j’ai rencontré Olivier Revaz qui m’a
fait part avec beaucoup de ferveur de son
engagement pour les enfants au Népal.
Intéressé, j’ai rapidement choisi de suivre ses
pas. J’ai alors rencontré Francis Laune, Beena,
Phinzo, Babu et toute la grande famille de
Sagarmatha. Impossible de changer de route !
Depuis, je prends régulièrement le chemin du
Népal pour rendre visite au centre Sagarmatha.
Que ce soit en compagnie d’élèves de l’Ecole De gauche à droite, Elizabeth Clerc, Geeta, Mia et
Internationale, de mon épouse ou de mes filles, le Charles Clerc.
voyage à Sagarmatha est toujours un bonheur.
Les sommets mythiques du Népal ont toujours eu un écho profond dans mon âme de marcheur. Et
pourtant, ce n’était pas suffisant ! Je souhaitais rencontrer davantage les « gens » du Népal.
Sagarmatha m’a donné cette possibilité d’aller au-delà, de passer de l’amateur de trek à
l’implication humaine. Mon épouse et moi avons parrainé une petite fille du Centre Sagarmatha,
Geeta, qui est devenue aujourd’hui une jeune adulte, étudiante capable et dynamique. J’ai
accompagné plusieurs voyages scolaires qui ont permis de lever des fonds et d’ouvrir les yeux de
jeunes Européens. Je souhaite que tous les enfants de Sagarmatha puissent trouver leur voie et
devenir des adultes indépendants. Pour cela, je sais qu’il faut que nous soyons nombreux à nous
impliquer.

Catherine Goury, trésorière
C’est par mes amis, Charles et Elizabeth Clerc que j’ai entendu parler du
centre de Sagarmatha. Puis j’ai eu la chance de rencontrer Phinzo, Beena et
toute leur « petite » famille au mois d’avril 2019, lors d’un voyage au Népal.
Une rencontre joyeuse, pleine de sourires, des explications concrètes sur
comment les choses fonctionnent dans leur « grande » maison. Le sentiment
que c’est un endroit où des enfants et adolescents peuvent trouver un
équilibre. J’ai demandé à Charles et Liz comment je pouvais à mon niveau
m’investir, pour que continue d’exister un tel endroit, ils m’ont parlé du parrainage et de
l’association française qui aurait besoin d’une trésorière. Je suis très heureuse d’avoir rejoint
l’équipe de Sagarmatha-France et mettrai toute mon énergie pour soutenir ce projet.

Christiane Hoffet
Pour moi, notre premier voyage au Népal en 2013 fut une découverte
importante d’un monde tout autre, d’un peuple très pauvre, si souriant et
accueillant, malgré ses difficultés à vivre. Nous y sommes allés pour faire la
connaissance de nonnes bouddhistes dans un monastère, et pour les inviter à
Strasbourg pour chanter leurs prières. Depuis nous y sommes retournés et
avons eu la chance de découvrir le centre Sagarmatha grâce à Catherine et
Olivier, membre de l’association suisse de soutien au centre. Un troisième voyage nous a fait
mieux connaître le centre et notre « filleul » Serjan. Je pense qu’il vaut la peine d’aider ce lieu
d’accueil pour que ces enfants puissent être scolarisés et vivre dans de bonnes conditions.

Anne Ziegelmeyer
Lors de notre voyage au Népal en avril 2019, nous avons d’abord marché
dans une belle vallée népalaise et découvert progressivement la culture des
habitants des montagnes. De retour à Katmandou nous attendions avec
impatience de découvrir le centre Sagarmatha, dont nous avaient beaucoup
parlé nos amis Charles et Liz. Ce fut une belle rencontre chaleureuse, simple
et gaie. Il régnait une ambiance familiale et tous les enfants paraissaient en
forme et épanouis. L’attention et l’investissement à tous les niveaux de
Phinzo et de Beena forçaient l’admiration. Prendre part à ce projet c’est partager une expérience
enrichissante avec des amis tout en apportant mon soutien à des enfants népalais défavorisés. Je
souhaite contribuer à leur éducation, aux soins dont ils ont besoin et leur permettre d’évoluer dans
un cadre bienveillant, bien accompagnés.

Matthieu Ziegelmeyer
Ce sont nos amis Liz et Charles qui nous ont fait découvrir le centre
Sagarmatha, tout d’abord au travers de leurs récits de voyages à
Katmandou, puis lors d’un séjour en leur compagnie au Népal en avril 2019.
Nous avons été accueillis au centre Sagarmatha par Phinzo, Beena, Babu,
Anil, et tous les enfants. Mon engagement dans la nouvelle association
française ? C’est une occasion de soutenir un projet, des actions, avec des
gens que nous connaissons, que nous apprécions et en qui nous avons confiance. C’est
consacrer un peu de mon temps pour soutenir un beau projet qui concrètement donne sa chance
à des enfants, les aide à grandir et à se réaliser.