Vous êtes sur la page 1sur 123

Dédicaces

Nous aimons dédier ce modeste travail, le fruit de nos efforts et notre


réussite.

A nos chers Pères.

A nos chères Mères.

A nos familles

Qui n’ont jamais cessé de nous entourer de leur affection, de leur soutien et
de leur amour.

Que dieu vous préserve tous, bonne santé et longue vie.

A nos enseignants et nos amis pour leurs ententes toute cette période.

Que ce travail soit l’expression de notre grande affection et le signe de notre


amour et attachement.

Ahmed & Ghassene


Remerciements

Au terme de ce travail, nous tenons à remercier vivement toutes les personnes


qui ont contribué de près ou de loin et qui ont participé d’une façon ou d’une autre
au déroulement de notre projet de fin d’études dans les meilleures conditions.

Nous tenons également à remercier, d’exprimer nos sentiments de gratitude


et de reconnaissance vers notre cher encadrant Monsieur Mohamed SELLAMI
pour le temps qu’il nous a consacré et les aides qu’il nous a prodigués pour le bon
déroulement de ce projet.

Il nous est très agréable de remercier tous nos professeurs qui ont assuré
notre formation à l’Ecole nationale d’ingénieur de Gabes(ENIG).

Enfin, je saisie cette occasion pour remercier les membres du jury


tout en espérant qu’il trouve les qualités de clarté et de motivation qu’ils
attendent.
Table des matières
Listes des figures ........................................................................................................... v
Liste des tableaux ....................................................................................................... viii
Introduction générale .................................................................................................... 1
Chapitre I : Présentation générale ................................................................................. 2
I.Présentation du projet ................................................................................................. 2
II. Conception ................................................................................................................ 3
II.1 Choix de l’ossature ................................................................................................. 4
II.1.1 Les Portiques.................................................................................................... 4
II.1.2 Les contreventements ...................................................................................... 5
III. Caractéristiques des matériaux et hypothèses du calcul.......................................... 6
III.1 Caractéristiques du béton ...................................................................................... 6
III.2 Caractéristiques de l’acier ..................................................................................... 6
IV. Hypothèses de calcul............................................................................................... 7
IV.1 Coefficients de sécurité ......................................................................................... 7
IV.2 Déplacements limites ............................................................................................ 7
IV.3 Règlements et normes ........................................................................................... 8
Chapitre II : Charges et action du vent.......................................................................... 9
I. Charges permanentes et d’exploitations .................................................................... 9
II.Surcharges climatiques : Action du vent ................................................................... 9
II.1 Calcul du l’action du vent..................................................................................... 10
Chapitre III : Etude comparative de la section à parois minces des pannes par des
différentes méthodes ............................................................................................................. 12
I.Introduction ............................................................................................................... 12
II.Dimensionnement des pannes ................................................................................. 12
II.1 Charges appliquées sur les pannes ....................................................................... 12
II.2 Pré-dimensionnement ........................................................................................... 13
II.2.1 Propriétés de la section du profilé C200x3 .................................................... 14
II.2.2 Sollicitations .................................................................................................. 15
II.2.3 Vérification à l’état limite de service ............................................................. 15
II.3 Première Méthode : Vérification selon la norme NF EN 1993-1-3 ..................... 16
II.3.1 Considération du maintien latéral des pannes par la plaque nervurée ........... 16

i
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.3.2 Combinaisons d’actions à l’ELU ................................................................... 17
II.3.3 Vérification de la section à mi- portée ........................................................... 18
II.3.3.1 Vérification sous charges descendantes ...................................................... 18
II.3.4 Vérification de la section sur appuis .............................................................. 33
II.3.5 Dimensionnement avec Robot ....................................................................... 34
II.4 Deuxième Méthode : Vérification de la stabilité au déversement selon l’Eurocode
3 ............................................................................................................................................ 36
II.5 Troisième méthode : Vérification vis-à-vis au Flambement : (semelle inférieure)
.............................................................................................................................................. 38
III.Conclusion.............................................................................................................. 39
Chapitre IV : Calcul de la section des liernes et de l’élément comprimé ................... 40
I.Dimensionnement des liernes ................................................................................... 40
II.Dimensionnement des éléments de compression .................................................... 41
Chapitre V : Dimensionnement de la ferme ................................................................ 42
I.Introduction ............................................................................................................... 42
II.Contreventement...................................................................................................... 42
III.Evaluation de charge .............................................................................................. 43
IV.Dimensionnement des éléments de la ferme .......................................................... 44
IV.1 Vérification de la membrure supérieure ............................................................. 45
IV.2 Vérification de la membrure inférieure : ............................................................ 46
IV.3 Vérification des diagonales : ............................................................................... 48
IV.4 Vérification des montants ................................................................................... 50
V.Vérification de la flèche .......................................................................................... 53
Chapitre VI : Etude du chemin de roulement .............................................................. 54
I.Introduction ............................................................................................................... 54
II.Etude du chemin de roulement du pont roulant externe .......................................... 54
II.1 Présentation .......................................................................................................... 54
II.2 Sollicitations ......................................................................................................... 55
II.3 Pré-dimensionnement ........................................................................................... 55
II.4 Vérifications des contraintes ................................................................................ 56
II.5 Vérification de la stabilité au déversement de la section...................................... 57
II.6 Vérification du Flambement de la semelle supérieure ......................................... 58
II.7 Calcul du Raidisseur d’appuis .............................................................................. 61
II.7.1 Dimensionnement du raidisseur..................................................................... 61

ii
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.7.2 Vérification du flambement du raidisseur ..................................................... 62
II.8 Vérification des contraintes locales ..................................................................... 64
II.9 Vérification des contraintes planes ....................................................................... 65
III. Etude du chemin de roulement du pont roulant interne ........................................ 65
III.1 Présentation ......................................................................................................... 65
III.2 Effets dynamiques du pont roulant ..................................................................... 66
III.3 Forces horizontales engendrées par le pont roulant ............................................ 66
III.4 Predimensionnement de la poutre de roulement ................................................. 67
III.4.1 Vérification de la flèche ............................................................................... 67
III.5. Vérification des contraintes .......................................................................... 68
III.6 Vérification de la stabilité au déversement ..................................................... 69
III.7 Vérification au flambement de la semelle supérieure ......................................... 70
III.8 Vérification des contraintes locales .................................................................... 72
III.9 Vérification des contraintes planes : ................................................................... 72
Chapitre VII : Dimensionnement des poteaux ............................................................ 73
I.Introduction ............................................................................................................... 73
II. Evaluation des charges ........................................................................................... 73
III. Sollicitations dans le poteau de rive P1 ................................................................. 74
IV. Dimensionnement du poteau................................................................................. 75
V.Vérification au cisaillement .................................................................................... 75
VI.Vérification du flambement ................................................................................... 75
VI. Vérifications à l’ELS ............................................................................................ 78
Chapitre VIII : Etude des Contreventements .............................................................. 79
I.Introduction ............................................................................................................... 79
II.Calcul de la poutre au vent ...................................................................................... 79
III. Calcul de la croix de Saint-André ......................................................................... 81
Chapitre IX : Calcul des assemblages ......................................................................... 84
I.Introduction ............................................................................................................... 84
II.Assemblage type 1 : Membrure supérieure-Montant-diagonale ............................. 84
II.1 Calcul des longueurs des soudures lc1, lc2, lc3 et lc4............................................... 85
II.2 Calcul de la résultante des efforts R ..................................................................... 86
II.3 Vérification des soudures gousset-membrure supérieure ..................................... 86
II.4 Vérifications du gousset ....................................................................................... 87

iii
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.Assemblage ferme -poteau ..................................................................................... 88
III.1 Assemblage type 2 : au niveau de la membrure supérieure ................................ 88
III.1.1 Calcul des longueurs des soudures ............................................................... 89
III.1.2 Calcul des efforts N et T ............................................................................... 89
III.1.3 Vérifications des soudures gousset-platine .................................................. 90
III.1.4 Vérification du gousset (section a-a) ............................................................ 91
III.1.5 Vérifications des boulons d’assemblage platine-poteau ............................... 92
III.1.6 Vérification de la platine .............................................................................. 94
III.2 Assemblage type 3 : au niveau de la membrure inférieure ................................. 95
III.2.1 Calcul de longueur de soudure lc4 et lc5 ...................................................... 95
III.2.2 Calcul des efforts N, T et M ......................................................................... 95
III.2.3 Vérification de soudure ................................................................................ 96
III.2.4 Vérifications du gousset (section a-a) .......................................................... 97
III.2.5 Vérifications des boulons d’assemblage platine-poteau ............................... 97
III.2.6 Vérification de la platine .............................................................................. 98
Chapitre X : Etude du pied de poteau ......................................................................... 99
I.Introduction ............................................................................................................... 99
II.Calcul des dimensions de la plaque d’assise ......................................................... 100
II.1 Calcul de la largeur B et la longueur L ............................................................... 100
II.2 Détermination du moment de flexion maximal sollicitant la plaque d’assise .... 101
II.3 Epaisseur de la plaque d’assise ep ...................................................................... 103
III.Calcul des boulons d’ancrages ............................................................................. 104
IV.Longueur de scellement ....................................................................................... 105
Chapitre XII : Calcul de fondation ............................................................................ 106
I.Introduction ............................................................................................................. 106
II.Dimensionnement de la semelle ............................................................................ 106
II.1 Predimensionnement de la semelle .................................................................... 106
III.Vérification des contraintes.................................................................................. 107
IV.Calcul des armatures de la semelle ...................................................................... 108
V.Vérification vis-à-vis le poinçonnement ............................................................... 110
I. Calcul des armatures du fut ....................................................................................... 110
Conclusion générale .................................................................................................. 112

iv
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Listes des figures

Figure I.1: Coupe transversale n°1 ............................................................................... 2


Figure I. 2: Coupe transversale n°2 .............................................................................. 2
Figure I. 3: Les deux ponts roulants externes .............................................................. 3
Figure I. 4: Structure 3D ................................................................................................ 3
Figure I. 5: Ferme en V .................................................................................................. 4
Figure I. 6: Contreventement de la toiture ................................................................... 5
Figure I. 7: Coupe longitudinale .................................................................................... 5

Figure II. 1: Directions du vent ..................................................................................... 9


Figure II. 2: Données du vent ...................................................................................... 10
Figure II. 3: Paramètres du calcul du vent 1 .............................................................. 11
Figure II. 4: Paramètres du calcul du vent 2 .............................................................. 11

Figure III. 1: Schémas mécaniques des pannes .......................................................... 12


Figure III. 2: Profilé C200x3 ........................................................................................ 14
Figure III. 3: Schéma de calcul .................................................................................... 15
Figure III. 4: Tôle nervurée utilisée comme couverture et bardage ........................ 17
Figure III. 5: Charge latérale équivalente .................................................................. 19
Figure III. 6: Comportement de la section ................................................................. 19
Figure III. 7: Détermination de Kh .............................................................................. 20
Figure III. 8: Conversion de la torsion et de la flexion latérale en une charge latérale
équivalente Kh.qEd .................................................................................................................. 21
Figure III. 9: Position de centre de cisaillement......................................................... 22
Figure III. 10: Valeurs du moment initial M0,fz,Ed et du coefficient de correction Kr
.................................................................................................................................................. 23
Figure III. 11: Semelle libre ......................................................................................... 23
Figure III. 12: Caractéristiques de la semelle libre ................................................... 24
Figure III. 13: Positionnement de la plaque ............................................................... 25
Figure III. 14: Coefficient de rotation C100 ............................................................... 26
Figure III. 15: Résistance au voilement de cisaillement ............................................ 30

v
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 16: Coefficient pour une charge descendante ......................................... 31
Figure III. 17: Coefficient pour une charge de soulèvement ................................... 31
Figure III. 18: Définition des paramètres de la panne .............................................. 34
Figure III. 19: Paramètres de la panne en profilé mince .......................................... 34
Figure III. 20: Note du calcul du Robot ...................................................................... 35
Figure III. 21: Résultat ROBOT ................................................................................. 37
Figure III. 22: Détermination de la section du semelle inférieure ............................ 38

Figure IV. 1: Schéma du calcul des liernes ................................................................. 40


Figure IV. 2: Section en L ............................................................................................ 41

Figure V. 1: Forme de la ferme ................................................................................... 42


Figure V. 2: Contreventement des membrures .......................................................... 42
Figure V. 3: Profilé L 50x5 ........................................................................................... 44
Figure V. 4: Paramètres du flambement de la membrure supérieure ..................... 45
Figure V. 5: Paramètres du flambement de la membrure inférieure ...................... 47
Figure V. 6: Paramètres du flambement des diagonales ........................................... 49
Figure V. 7: Positionnement de la plaque ................................................................... 49
Figure V. 8: Paramètres du flambement des montants ............................................. 51
Figure V. 9 : Résultats du dimensionnement sur Robot ........................................... 52
Figure V. 10: Valeur de la flèche maximale sur Robot ............................................. 53

Figure VI. 1: Présentation du pont roulant ................................................................ 54


Figure VI. 2: Ponts roulants externes ......................................................................... 54
Figure VI. 3: Diagramme de moment My, max ............................................................. 55
Figure VI. 4: Diagramme de moment Mz, max ............................................................. 55
Figure VI. 5: Section PRS ............................................................................................ 56
Figure VI. 6: Poutre de roulement renforcée par treillis .......................................... 59
Figure VI. 7: Dimensionnement de poutre treillis à partir de robot ........................ 59
Figure VI. 8: Section résistante au flambement ......................................................... 60
Figure VI. 9: Largeur du raidisseur............................................................................ 61
Figure VI. 10: Section A ............................................................................................... 62
Figure VI. 11: Contrainte locale .................................................................................. 64
Figure VI. 12: Pont roulant interne ............................................................................ 65
Figure VI. 13: Chemin de roulement .......................................................................... 66
Figure VI. 14: Emplacement des points ...................................................................... 68
Figure VI. 15: Section renforcée par 2 cornières L 50 x 5 ........................................ 71

vi
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure VII. 1: Poteau de rive P1 .................................................................................. 73
Figure VII. 2: Les Diagrammes des sollicitations ...................................................... 74
Figure VII. 3: Dimensionnement du poteau P1 sur Robot ....................................... 75
Figure VII. 4: Facteur de distribution de rigidité ...................................................... 76
Figure VII. 5: Vérification des familles sur Robot .................................................... 78
Figure VII. 6: Disposition des poteaux........................................................................ 78

Figure VIII. 1: Poutres au vent.................................................................................... 79


Figure VIII. 2: Charges appliquées sur les poutres au vent ..................................... 79
Figure VIII. 3: Section nette ........................................................................................ 80
Figure VIII. 4: Résultat sur ROBOT .......................................................................... 81
Figure VIII. 5: Croix de Saint-André ......................................................................... 81
Figure VIII. 6: Charges appliquées sur la croix de Saint-André ............................. 82
Figure VIII. 7: Résultat Robot..................................................................................... 83

Figure IX. 1: Schéma de l’assemblage type 1 ............................................................. 84


Figure IX. 2: Effort Appliqués sur les soudures ........................................................ 85
Figure IX. 3: Résultante des efforts ............................................................................ 86
Figure IX. 4: Effort appliqué sur les soudures ........................................................... 86
Figure IX. 5: Diagrammes des contraintes ................................................................. 87
Figure IX. 6: Schéma de l’assemblage type 2 ............................................................. 88
Figure IX. 7: Détermination de N et T ........................................................................ 89
Figure IX. 8: Détermination de N et T ........................................................................ 90
Figure IX. 9: Sollicitations ........................................................................................... 90
Figure IX. 10: Les diagrammes des contraintes ......................................................... 90
Figure IX. 11: Disposition des boulons ....................................................................... 92
Figure IX. 12: Schéma de l’assemblage type 3 ........................................................... 95
Figure IX. 13: Les efforts appliqués sur la soudure .................................................. 95
Figure IX. 14: Disposition des boulons ....................................................................... 97

Figure X. 1: Schéma de conception ............................................................................. 99


Figure X. 2: Contrainte maximale ............................................................................. 100
Figure X. 3: Différentes zones de la plaque .............................................................. 102
Figure X. 4: Diagramme de contrainte ..................................................................... 102
Figure X. 5: Disposition des tiges .............................................................................. 104
Figure X. 6: Effort dans la tige .................................................................................. 104
Figure X. 7: Longueur de scellement ........................................................................ 105

Figure XI. 1: Schéma du ferraillage .......................................................................... 109


Figure XI. 2: Conception du fut ................................................................................ 110
Figure XI. 3: Schéma de ferraillage de la fondation ................................................ 111

vii
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Liste des tableaux

Tableau 1: Coefficients de sécurité ................................................................................ 7


Tableau 2: Calcul du vent ............................................................................................ 11
Tableau 3: Combinaison de charges à l'ELS.............................................................. 16
Tableau 4: Combinaisons des charges à l'ELU .......................................................... 17
Tableau 5: Tableau comparatif ................................................................................... 39
Tableau 6: Les profilés des éléments de la ferme ....................................................... 44
Tableau 7: Caractéristique des profilés DCED .......................................................... 44
Tableau 8: Caractéristiques des profilés CAE ........................................................... 44
Tableau 9: Caractéristiques du pont roulant ............................................................. 55
Tableau 10: Caractéristiques de la section ................................................................. 56
Tableau 11: Contraintes en travée .............................................................................. 56
Tableau 12: Caractéristiques du pont roulant ........................................................... 65
Tableau 13: Caractéristiques du profilé HEA 280 .................................................... 67
Tableau 14: Sollicitations dans la poutre de roulement ............................................ 68
Tableau 15: Coordonnées des points ........................................................................... 68
Tableau 16: Valeurs des sollicitations ......................................................................... 69
Tableau 17: Valeurs des contraintes ........................................................................... 69
Tableau 18: Vérification de déversement ................................................................... 69
Tableau 19: Caractéristiques du profilé HEA 220 .................................................... 75
Tableau 20: Paramètres du flambement .................................................................... 77
Tableau 21: Les profilés des poteaux après vérification à l’ELS ............................. 78
Tableau 22: Les épaisseurs des goussets vis-à-vis les efforts appliqués ................... 84
Tableau 23: Calcul des soudures diagonale-gousset .................................................. 85
Tableau 24: Calcul des soudures ................................................................................. 89
Tableau 25: Calcul de soudure .................................................................................... 95
Tableau 26: Résultats du calcul .................................................................................. 97

viii
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
ix
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Introduction générale

Le présent travail s’inscrit dans le cadre du projet de fin d’études. Le


projet s’intéresse essentiellement à l’étude de la structure d’un bâtiment
industriel en charpente métallique.

Ce rapport contient dans ses chapitres les différentes étapes d’étude qui passent
de la conception à la modélisation sur le logiciel Robot, arrivant à l’analyse des
principaux problèmes de la structure détaillée par des calculs basés sur les normes
européennes EUROCODES.

La richesse du projet résulte d’une diversité des modules intégrés dans l’étude
du projet accompagnée par des justifications et des calculs des principaux éléments
structuraux.

Les deux premiers chapitres donnent une présentation générale du


projet et les hypothèses du calcul avant de développer la conception et la
modélisation de la partie étudiée dans les chapitres qui restent.

1
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre I : Présentation générale

I.Présentation du projet

Notre projet nous a été proposé par le bureau d’étude « OUNI Kamel ». Il consiste à faire le
dimensionnement d’une structure en charpente métallique d’une usine destinée à la fabrication des
briques à Djebel Elouest dans le gouvernorat de Zaghouan en Tunisie.
La structure est composée de :
-Un hangar de profondeur 222 mètres et d’une ouverture de 84 mètres sur une distance de 198
mètres et de 99 mètres sur une distance de 24 mètres avec une hauteur 14.27 mètres.
-Deux ponts roulants externes de 15 tonnes et deux ponts roulant de 5 tonnes à l’intérieur.

Figure I.1: Coupe transversale n°1

Figure I. 2: Coupe transversale n°2

2
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure I. 3: Les deux ponts roulants externes

II. Conception

La conception structurale est la phase initiale de l’étude d’une ossature de bâtiment. Elle est
considérée comme étant la phase la plus importante, puisque le dimensionnement des éléments porteurs
et des fondations dépendent fortement de ses résultats.
Elle doit être conduite en respectant les règles d’art de la construction et en satisfaisant au mieux
les contraintes architecturales et celles du site.

Figure I. 4: Structure 3D

3
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.1 Choix de l’ossature

II.1.1 Les Portiques

Au niveau de notre conception, nous avons opté pour des portiques en treillis car l’utilisation de
ces structures permet d’obtenir une rigidité et une résistance aux charges relativement élevées tout en
réduisant au minimum l’utilisation de matériaux. Ce type de structure simplifie l’intégration des
équipements techniques, outre leur aptitude à créer des travées de grande longueur.
 Structure de la ferme
 Les fermes en V présentent le bon choix pour le projet étudié car on a des
charges : alternées chargement descendant et chargement ascendante.
 On ajoute des montants supplémentaires afin de minimiser la longueur de
flambement de la membrure inférieur dans le plan de la ferme et par suite
réduire leur section.
 Pré dimensionnement de la ferme :
b 30
h  1.8 m
16 16

Figure I. 5: Ferme en V

4
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.1.2 Les contreventements

Afin d’assurer la stabilité de la structure, nous avons retenu le contreventement horizontal


communément appelé poutre au vent, ce type de contreventement est disposé au niveau de la toiture et
permet d’assurer l’invariabilité des longueurs du flambement des traverses des portiques.

Figure I. 6: Contreventement de la toiture

 Pour le contreventement vertical, nous avons utilisé les croix de Saint-André.

Figure I. 7: Coupe longitudinale

5
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III. Caractéristiques des matériaux et hypothèses du calcul

III.1 Caractéristiques du béton

Les caractéristiques du béton utilisé sont les suivantes :


 Résistance caractéristique à la compression à 28 jours :
fc28  30 MPa
 Masse volumique du béton armé : ρ = 25 KN/m3
 Résistance caractéristique à la traction à 28 jours :
ft 28  0,6  0,06  fc 28  2, 4 MPa
 Module de déformation instantanée du béton :

Eij  11000 3 fcj  34179.56 MPa


 Contrainte ultime du béton à la compression :
0,85.f c28
f bu   17 MPa
1,5
 Contrainte admissible à la compression :

  0, 6.fc28  18 MPa
bc

III.2 Caractéristiques de l’acier

 Pour les chemins de roulement des ponts roulants externes, l’acier de


construction est de nuance S355 de limite d’élasticité fy=355 MPa.
 Pour l’ossature l’acier de construction, est de nuance S235 de limite d’élasticité
fy = 235 MPa
 Module d’élasticité longitudinale : E  2.1105 MPa

 Module d’élasticité transversale : G  0.808 105 MPa

 Coefficient de poisson :   0.3


 Masse volumique : ρ = 7850 Kg/m3

6
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
IV. Hypothèses de calcul

IV.1 Coefficients de sécurité

Résistance Concernée Symbole Domaine d’application Valeur

Résistance des sections M 0


- Résistance des sections 1.0 ou 1.1

M * de classes 1,2 ou 3 1.1


1

* de classe 4 1.25
M 2

- Résistance de section
nette au droit des trous de
boulons

Résistance des éléments M 1


Résistance aux 1.1
instabilités

Résistance des M b
Assemblages boulonnées
assemblages
M *résistance au 1.25
w
cisaillement
1.5
* résistance à la traction
1.25
Assemblages soudés

* acier S235

Résistance des M s
* aux ELU 1.1
boulons HR au
glissement M * aux ELS 1.2
s

Tableau 1: Coefficients de sécurité

IV.2 Déplacements limites

L L
 Chemin de roulement : f v  et f h 
800 400
L
 La flèche limite pour les pannes : f v 
750
L
 La flèche limite pour la ferme : f v 
750

7
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
L
 La flèche limite pour le corbeau : f v 
200
H
 Le déplacement limite en tête du poteau : f h 
250
H
 Le déplacement limite en tête du poteau (  pont roulant) : f h 
500

IV.3 Règlements et normes

 Eurocode 3 : Le dimensionnement, le calcul et les vérifications manuelles


sur logiciel ROBOT des éléments en acier, ont été menés conformément
aux règlements de l’Eurocode3.

 Règle NV65 : Le calcul des valeurs des surcharges climatiques et les


méthodes d’évaluation des efforts correspondants, sur l’ensemble de la
construction, est basé sur les règles NV 65 modifiées 199.

 NF EN 1993 : pour le calcul des pannes en profilés à parois minces

8
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre II : Charges et action du vent

I. Charges permanentes et d’exploitations

 Charges permanentes (G) :


- Poids propre de l’ossature

- Poids propre de la couverture (tôle nervurée)

- Poids propre forfaitaire des pannes 6 daN/m2


 Charges d’exploitations :
- Charges verticales Rmax et Rmin du pont roulant
- Charge horizontale transversale FT due au freinage du chariot
- Charge horizontale longitudinale FL due au freinage du pont roulant
- Charge d’entretien Q = 25 daN/m2

II.Surcharges climatiques : Action du vent

Pour la détermination de l’action du vent sur une construction, on s’est référé au


règlement NV 65. On distingue, d’une part, les caractéristiques du vent d’une autre part les
dispositions des constructions.

Figure II. 1: Directions du vent

9
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure II. 2: Données du vent

II.1 Calcul du l’action du vent

Wn  qH  K s  m    C
H  18
qH  2.5   q10
H  60
Ks = 1 (site normal, région II)
m = 1 (cas le plus défavorable)

10
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Elément q10 (daN / m²) Ks qH (daN / m²) m  C W (daN/m²)

Panne 70 1 78.4 1 0.803 -0.731 -55.2

Potelet 70 1 78.4 1 0.701 -0.8 -52.8

Tableau 2: Calcul du vent

Figure II. 3: Paramètres du calcul du vent 1

Figure II. 4: Paramètres du calcul du vent 2

11
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre III : Etude comparative de la section à
parois minces des pannes par des différentes
méthodes

I.Introduction

Ce chapitre est réservé au dimensionnement des pannes en profilés à parois minces formés à froid.

II.Dimensionnement des pannes

Les pannes, dans la variante choisie, ont une longueur de 6m. Elles sont simplement appuyées sur
les traverses des portiques.
Une lierne est accordée aux pannes. Elle est disposée à mi- travée et a comme rôle d’apporter aux
pannes un maintien latéral, c’est-à-dire :
 Limiter la portée de la panne stabilisée vis-à-vis des actions latérales.
 Limiter la longueur de déversement sous moment négatif et/ou positif.

Les pannes sont posées sur un plan incliné d’un angle 8.53°, elles sont soumises alors à la flexion
déviée.

Figure III. 1: Schémas mécaniques des pannes

II.1 Charges appliquées sur les pannes

Les pannes sont soumises à des charges permanentes, des charges variables et des charges climatiques.

12
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Charges permanentes
Les charges permanentes sont les suivantes :

Poids propre estimé des pannes G1  6 daN/m2

Poids propre de la couverture G 2  9.58 daN/m2

 Charges variables
Les charges variables sont composées de :

Charge d’entretien Q  25 daN/m2

 Charges climatiques
Le vent est la seule charge climatique appliquée sur les pannes.

Vent ascendant W   55.2 daN/m2

II.2 Pré-dimensionnement

Nous avons mené le dimensionnement des pannes sur Robot pour des différentes sections, en
introduisant à chaque fois les charges appliquées en fonction de l’espacement choisi, afin de
trouver le profilé qui vérifie l’état limite de service et l’état limite ultime et qui a, en même
temps, le ratio le plus élevé. Le profilé adopté est C200x3 (du catalogue des profilés minces
SADEF) en acier E24.

13
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 2: Profilé C200x3

II.2.1 Propriétés de la section du profilé C200x3

 Propriétés de la section brute

Les propriétés de la section brute sont les suivantes :


 aire de la section : A  11.5 cm²

 moment d’inertie par rapport à l’axe y : I y  704 cm4

 moment d’inertie par rapport à l’axe z : Iz  99.2 cm4

 moment d’inertie de torsion : I t  0,332 cm4

 module de résistance à la flexion de la section brute par rapport à l’axe y :

Wel,y  70.4cm 3

 module de résistance à la flexion de la section brute par rapport à l’axe z de la


droit
partie droite : Wel,z  18.04 cm3

 module de résistance à la flexion de la section brute par rapport à l’axe z de la partie


gauche
gauche : Wel,z  39.68 cm3 II.2.1 Propriétés de la section du profilé C200x3

14
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Propriétés de la section efficace

Les caractéristiques de la section efficace, obtenues à partir du Robot, sont les suivantes :

 module de résistance à la flexion de la section efficace par rapport à l’axe y : Weff,y  70.4cm3

 module de résistance à la flexion de la section efficace par rapport à l’axe z : Weff ,z  17.2 cm3

II.2.2 Sollicitations

Les diagrammes des moments fléchissants et des efforts tranchants :

Figure III. 3: Schéma du calcul

𝑞𝑦 ×(𝐿/2)2 𝑞𝑧 ×𝐿2
𝑴𝒛.𝒂𝒑𝒑𝒖𝒊 = 8
𝑴𝒚 𝒎𝒂𝒙 = 8

3 𝐿 𝐿
𝑉𝑦𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖−𝑟𝑖𝑣𝑒 = × 𝑞𝑦 × 𝑉𝑧 = 𝑞𝑧 ×
8 2 2

5 𝐿
𝑉𝑦𝑎𝑝𝑝𝑢𝑖−𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟 = 8 × 𝑞𝑦 × 2

II.2.3 Vérification à l’état limite de service

 Combinaisons des charges

Pour le dimensionnement des pannes, nous avons appliqué les combinaisons simplifiées
proposées dans l’EC1.
Les combinaisons des charges à l’état limite de service sont présentées dans le tableau suivant :

15
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Combinaisons des charges qz (daN/m²) qy (daN/m²)

Combinaison 1 G1  G 2  Q 40.13 6.02

Tableau 3: Combinaison de charges à l'ELS

 Détermination de l’espacement entre les pannes

La détermination de l’espacement entre les pannes est basée sur la condition de flèche :

5 q z  ep  L
4
L
f max  tel que f max = f z =  .
200 384 E  I y,fic

Or I y,fic  I y , car Weff,y  Wel,y

L’espacement entre les pannes est déterminé comme suit :


384×E×Iy 384×2,1×106 ×704
ep    654cm
200×5×qz ×L3 200×5×40.13×104 ×6003
En tenant compte de la portée maximale de la couverture qui ne doit pas dépasser les 2,60 m,
L 42.47
Le nombre d’espacement devient : Nespac = traverse   16.33
ep 2, 6
Soit alors 19 pannes en C200x3 espacées de 2,36 m.

II.3 Première Méthode : Vérification selon la norme NF EN 1993-1-3

II.3.1 Considération du maintien latéral des pannes par la plaque nervurée

D’après 10.1.1 de l’EN 1993-1-3 : Un maintien latéral continu total peut être assuré par des
plaques nervurées en acier possédant une rigidité suffisante, assemblées de façon continue sur la semelle
de la panne en creux d’ondes.
La panne est considérée maintenue latéralement dans le plan de la toiture lorsque l’équation
suivante est satisfaite :
 2 2  70
S   E  I W  2  G  I t  E  Iz 2  0, 25  h 2   2 (10.1.1(6))
  h
 L L 
Où :
S : Rigidité partielle apportée à la panne par la plaque assemblée à chaque nervure.
IW : moment d’inertie de gauchissement de la panne IW = 8230 cm6
It : moment d’inertie de torsion de la panne It = 0,332 cm4
Iz : moment d’inertie par rapport l’axe faible Iz = 99.2 cm4

16
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
L : portée de la panne L = 600 cm
H : hauteur de la panne h = 20 cm

La rigidité au cisaillement des plaques nervurées assemblées à la panne au droit de chaque nervure
se calcule comme suit :


S = 1000  t 3  50  10  3 broof   s
hw
(N), t et broof en mm (10.1.1(10))

Où :
t : l’épaisseur de calcul des plaques en mm (tôle nervurée) t = 0,75 mm
broof : la largeur du toit en mm broof = 42.47 103 mm
s : l’espacement entre les pannes en mm s = 2,36 103 mm
hw : la hauteur des nervures de la plaques en mm hw = 45 mm

 3
S = 1000  0, 753  50  10  42.47 103   2.36 103
45
= 1,36 107 N

 2 2 2  70
S   2,1 106  8230   808000  0,332  2,1  10 6
 99.2   0, 25  20   2
 2 2
 600 600  20
Donc, S  13, 6 106 N  0, 23.106 N

Alors, la tôle nervurée possède la rigidité suffisante pour maintenir les pannes latéralement dans
le plan de la toiture.

Figure III. 4: Tôle nervurée utilisée comme couverture et bardage

II.3.2 Combinaisons d’actions à l’ELU

Afin de vérifier la résistance des sections transversales, nous avons déterminé les combinaisons
des charges à l’ELU.

Combinaisons des charges qz (daN/m²) qy (daN/m²)

Combinaison 1 1,35   G1  G 2   1,5  Q 57.89 8.86

Combinaison 2  G1  G2   1,5  W  -67.39 2.31

Tableau 4: Combinaisons des charges à l'ELU

17
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.3.3 Vérification de la section à mi- portée
II.3.3.1 Coefficient de sécurité sur la résistance

D’après 10.1.4.1(2),  M   M0 si Aeff  Ag ou si Weff ,y  Wel,y et NEd  0

N Ed : Effort normal dans la panne.

Dans notre cas Weff ,y  Wel,y et NEd  0 , alors  M   M  1 .


0

II.3.3.1 Vérification sous charges descendantes


La section à mi- portée est soumise aux moments M y,Ed et M z,Ed . Ils sont calculés à partir de

la première combinaison d’action.

q z L2 57.89  2,36  62
M y,Ed  = = 614.74 daN.m
8 8
q y  L 2 8.86  2,36   6 2 
2 2
M z,Ed  = = 23.05 daN.m
8 8
 Vérification de la résistance de la semelle supérieure (comprimée et maintenue)

D’après 10.1.4.1 (2) de l’EN 1993-1-3, nous devons vérifier, pour la semelle maintenue, que les
contraintes maximales dans la section transversale satisfont le critère suivant :
M y,Ed M z,Ed fy
max,Ed   
Weff ,y Weff ,z  M0

61474 2305
La contrainte maximale est égale :   1007.23 daN cm2  2350 daN cm 2
70.4 17.2
D’où la résistance de la semelle supérieure est vérifiée.

 Vérification de la résistance de la semelle inférieure (tendue et libre)

En se basant sur le même paragraphe de l’EN 1993-1-3, les contraintes maximales dans la section
transversale, pour la semelle libre, doivent satisfaire le critère suivant :

M y,Ed M z,Ed Mfz,Ed f yb


max,Ed   + 
Weff ,y Weff ,z Wfz  M0

Avec :

Mfz,Ed : Moment fléchissant dans la semelle libre dû à la charge latérale q h,Ed . ( q h,Ed est
déterminée ultérieurement). Elle peut être pris égale à zéro dans le cas où la semelle libre est en traction,
et c’est d’après 10.1.4.1(5).

18
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Wfz : Module de résistance élastique de la section brute de la semelle libre plus la partie
participante de l’âme (1/5 de la hauteur de l’âme) pour la flexion par rapport à l’axe z-z.

Figure III. 5: Charge latérale équivalente

M y,Ed M z,Ed
max,Ed    1007.23 daN cm2  2350 daN cm2
Weff ,y Weff ,z
D’où la résistance de la semelle supérieure est vérifiée

II.3.3.2 Vérification sous charges ascendantes

Figure III. 6: Comportement de la section

Les moments fléchissant dans la section à mi- portée sous charges ascendantes sont calculés à
partir de la troisième combinaison des charges :
M y,Ed = -715.707 daN.m
M z,Ed = 6.13 daN.m

19
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.3.3.3.1 Détermination de la charge latérale équivalente q h,Ed pour les charges
ascendantes

Pour tenir en compte de la tendance de la semelle libre de se déplacer latéralement sous l’effet
des charges ascendantes, il convient de traiter la panne comme si elle est soumise à une charge latérale

q h,Ed agissant sur la semelle libre, résultant de la torsion et de la flexion latérale déterminée à partir de
l’équation suivante : q h,Ed  k h  q Ed (10.1.4.1(3))

Avec
kh : coefficient de charge latérale équivalente.
qEd : charge ascendante appliquée à la panne.

Figure III. 7: Détermination de Kh

20
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 8: Conversion de la torsion et de la flexion latérale en une charge
latérale équivalente Kh.qEd

Pour le cas des pannes en C, et sous des charges de soulèvement, le coefficient k h peut être

f I yz  gs
déterminé de la manière suivante : k h  k h 0  avec k h 0 
h Iy  h
Tel que :
a: distance entre la fixation panne/couverture et l’âme de la panne.
f: distance entre la fixation et le centre de cisaillement.
k h0 : Facteur de charge latérale sur la semelle inférieure libre.

I yz : Produit d’inertie par rapport aux axes y et z.

gs : position du centre de cisaillement par rapport à la semelle supérieure.

f a  ysc
I yz = 0 d'où k h 0  0 et k h   = 
h h
avec ysc : distance entre le centre de cisaillement et l'ame, ysc   3.65 cm

21
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 9: Position de centre de cisaillement

3   3.65
d'où k h =  =  0,33
20
qh,Ed  (0,33)  (67.39)  2,36 = 52.49daN m .

III.3.3.3.2 Détermination du moment fléchissant latéral Mfz,Ed

Le moment fléchissant latéral peut être déterminé à partie de l’expression suivante :

Mfz,Ed  R  M0,fz,Ed (10.1.4.1(5))

Avec :
M0,fz,Ed : Moment de flexion latéral initial dans la semelle libre sans appui élastique.

R : Coefficient de correction pour tenir compte de l'appui élastique (On prend R =1)

M0,fz,Ed Peut être déterminé à l'aide du Tableau 10.1 de l’EN 1993-1-3 pour les différentes
sections d'intérêt de la travée, au droit des appuis, au droit des liernes et entre les liernes.
Pour la section au droit du lierne :
1
M0,fz,Ed    q h,Ed  L a2 La : La distance entre le lierne et l'appui
8
1
M0,fz,Ed   (52.49)  32 = -59.04 daN.m
8

22
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 10: Valeurs du moment initial M0,fz,Ed et du coefficient de correction Kr

1  0, 0314  R
Le coefficient de correction se calcule de la manière suivante : R 
1  0,396  R
Avec R est la rigidité de l’appui élastique

K  La 4
R=  40 (10.1.4.1(7))
4  E  Ifz
Où :
K: est la rigidité par unité de longueur de l’appui latéral élastique. (10.1.5.1)
Ifz : est le moment d'inertie de la section brute de la semelle libre plus la partie participante

de l’âme pour la flexion par rapport à l’axe z-z.

Ifz  37.33 cm4

Figure III. 11: Semelle libre

23
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 12: Caractéristiques de la semelle libre

Pour déterminer la rigidité de l’appui latéral élastique par unité de longueur, il est nécessaire de
déterminer la rigidité élastique en rotation CD.
 Détermination de la rigidité élastique en rotation CD

D’après 10.1.5.2 de l’EN 1993-1-3, la rigidité totale en rotation CD peut être calculée à partir de
l’équation suivante :
1
CD 
 1 1 
  
 CD.A CD.C 
Où :
CD,A est la rigidité en rotation de l'assemblage panne-couverture.
CD,C est la rigidité en rotation correspondant à la rigidité de flexion de la plaque nervurée.
CD,C peut être négligé si les effets de distorsion de la section transversale KB sont pris en compte
dans le calcul, étant donné que la rigidité de l’appui élastique est principalement influencée par la valeur
de CD,A et par la distorsion de la section transversale. (10.1.5.2(8))
Donc CD  CD.A avec CD.A  C100  k ba  k t  k bR  k A  k bT (10.1.5.2(5))

Où :
C100 : Coefficient de rotation déterminé à partir du tableau 10.3 de l’EN 1993-1-3 qui dépend du
positionnement de la plaque, l’emplacement de fixation de la tôle et l’espacement des fixations.
La position des plaques est déclarée positive lorsque le creux d’onde est en contact avec
la panne, et déclarée négative lorsque le sommet d’onde est en contact avec la panne.
Dans notre cas, la position de la plaque est positive.

24
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 13: Positionnement de la plaque

L’emplacement de la fixation de la tôle à la panne peut être en fond de nervure comme


il peut être en sommet de nervure. Pour les pannes en question, la fixation est en fond de nervure.
L’espacement des fixations bR: les fixations peuvent être à chaque pas de nervure ou
chaque deux pas. Dans notre cas, la fixation tôle-panne est à chaque pas de nervure.
C100  260 daN

25
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 14: Coefficient de rotation C100

2
 b 
k ba  a  avec ba : largeur de la semelle de la panne (ba  80mm  125mm)
 100 
1,1
t 
k t   nom  avec t nom : épaisseur nominale après formage à froid, incluant le revêtement de zinc
 0, 75 
ou autres revêtements métalliques.
185
k bR  avec b R : largeur de nervure (b R  333.3mm  185mm)
bR
kA  1 pour les charges de soulèvement.

26
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
bT,max
k bT  avec bT : largeur de la semelle de la plaque nervurée dans laquelle la panne est fixé
bT
bT  59mm ; bT,max  40mm
2 1,1
 80   0, 75  185 40
CD  CD.A  260        1 = 76.04 daN.m/m
 100   0, 75  333,33 59

 Détermination de la rigidité de l’appui latéral élastique K par unité de longueur

L’appui élastique latéral conféré à la semelle libre de la panne par la plaque nervurée est modélisé
comme un ressort latéral agissant sur la semelle libre. La rigidité élastique latérale totale K par unité de
longueur peut être déterminée à partir de la formule suivante :
1 1 1 1
   (10.1.5.1(1))
K K A K B KC
Avec
K A :Rigidité latérale correspondant à la rigidité en rotation de l’assemblage entre la couverture
et la panne.
K B :Rigidité latérale résultant de la distorsion de la section transversale de la panne.
K C :Rigidité latérale résultant de la flexion des plaques nervurée.

1
D’après (10.1.5.1(2)), il est acceptable de point de vue de la sécurité de négliger étant donné
KC
que la valeur de KC est très grande par rapport aux valeurs de KA et KB. Il convient alors de déterminer
K par :
1
K
1 1
(  )
KA KB
1 1
La valeur de (  ) peut être déterminée soit par des essais, soit par le calcul.
KA KB
La rigidité de l’appui élastique latéral K par unité de longueur peut être déterminée par le calcul
à l'aide de l'équation suivante :
1
K
 
(10.1.5.1(4))
4  1    h   h d  b mod 
2 2
h2

E  t3 CD

27
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Avec :
 : coefficient de poisson   0,30
CD : rigidité élastique totale en rotation
t : épaisseur de la panne t = 3 mm
h : hauteur hors tout de l'âme, h = 200 mm
h d : hauteur développée de l'âme de la panne h d = h  2t = 200  2  3 = 194 mm
bmod  a = 30 mm puisque l’effort latéral amène la panne en contact avec la plaque nervurée
au droit de l’âme de la panne
.
Ce qui nous donne :
1
K
 
= 1713.665 N.m m = 1405.3 daN.m m
4  1  0,302  0, 202   0,194  0, 03 0.20 2

2,110  0, 003
11 3 76.04

1713.665  34
La rigidité de l’appui élastique vaut alors : R = = 0,19  40
4  2,1102  37.33
1  0, 0314  0.19
Le coefficient de correction est égal ainsi à : R  = 0.93
1  0,396  0.19

Ce qui nous donne : Mfz,Ed  0.93 (59.04) =  54.91 daN.m

III.3.3.3.3 Vérification de la résistance de la semelle supérieure (tendue et maintenue)

D’après 10.1.4.1 (2) de l’EN 1993-1-3, nous devons vérifier, pour la semelle maintenue, que les
contraintes maximales dans la section transversale satisfont le critère suivant :
M y,Ed M z,Ed fy
max,Ed   
Weff ,y Weff ,z  M0

La contrainte maximale est égale :


71570.7 613.5
  1007.23 daN cm2  2350 daN cm 2
70.4 17.2
D’où la résistance de la semelle supérieure est vérifiée.

28
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.3.3.3.4 Vérification de la résistance de la semelle inférieure (comprimée et libre)

M y,Ed M z,Ed Mfz,Ed f yb


max,Ed   + 
Weff ,y Weff ,z Wfz  M0

Etant donné que Wfz  6.8cm3 , la contrainte maximale calculée est égale à

71570.7 613.5 5491.2


max,Ed   + = 1859.8daN cm2  2350daN cm 2
70.4 17.2 6.8
D’où, la résistance de la semelle inférieure est vérifiée.

II.3.3.3 Vérification vis-à-vis le cisaillement de la section soumise à Vy,Ed

Les efforts tranchants maximaux dans la section au droit des liernes sont calculés comme suit :
5  q y   L 2 5  8.86  2,36   6 2 
Vy,Ed  = = 38.4 daN
8 8

D’après 6.1.5 de l’EN 1993-1-3, il convient de déterminer la résistance au cisaillement Vbrd à


partir de :
hw
 t  f bv
sin 
Vb,Rd 
 M0

Où :
hw
: est la largeur des semelles entre les fibres moyennes.
 : est l'angle d'inclinaison des semelles par rapport à l'âme.

f bv : est la résistance au cisaillement compte tenu du voilement conformément au tableau 6.1

de l’EN 1993-1-3. fbv dépend de l’élancement relatif de l’âme  w qui se calcule, pour les âmes sans
raidisseurs longitudinaux, de la façon suivante :

sw f yb
 w  0,346  
t E
Où :
s w : est la largeur des semelles entre les points médians des arrondis.

 
s w  h  t  2g r avec g r  rm (tan( )  sin( )) et rm  r  t
2 2 2
0.3
rm  0.4   0.55cm
2

29
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
90 90
g r  0.55  (tan( )  sin( ))  0.161cm
2 2
D’où s w  2  (8  0.3  2  0.161)  14.75cm

14.75 2350
Et ,  wy  0.346   =0,56
0.3 2.1106

Figure III. 15: Résistance au voilement de cisaillement

 wy  0.56  0,83 donc f bv  0,58  f yb = 1363 daN/cm 2


D 'où, Vyb,Rd  6297.06 daN

Vy,Ed 38.4
  0,006  1 vérifiée
Vyb,Rd 6297.02

II.3.3.4 Résistance de la semelle libre au flambement « à mi- portée » :

Sous l’effet des charges ascendantes, la semelle libre est comprimée. Il convient alors, de vérifier
sa résistance au flambement comme suit :

1  M y,Ed  M z,Ed Mfz,Ed f yb


   +  (10.1.4.2(1))
LT  Weff ,y  Weff ,z Wfz  M1

Avec :
LT : Coefficient de réduction pour le déversement (flambement par flexion de la semelle
libre).
 M1  1

30
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.3.3.5.1 Longueur de flambement de la semelle libre :

D’après 10.1.4.2(7), il convient de déterminer la longueur de flambement de la semelle libre à


partir de l’expression suivante :

 
4
Lfz  1  La  1  2  R 3

Où :
La : est la distance entre les liernes.

1, 2 , 3 et 4 sont des coefficients qui dépendent du type de chargement (ascendant ou


descendant), du nombre des liernes ainsi que du type de travée. Ils sont déterminés à partir des tableaux
10.2.a et 10.2.b de l’EN 1993-1-3.

Figure III. 16: Coefficient pour une charge descendante

Figure III. 17: Coefficient pour une charge de soulèvement

Dans notre cas, il s’agit d’une simple travée ayant un lierne et les charges sont ascendantes. D’où :
1  0,8; 2  6,75; 3  1, 49; 4  0,155

31
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
La longueur de flambement est égale alors :

 
0,155
lfz  0,8  3  1  6, 75  0, 0181.49 = 2,25 m

II.3.3.5.2 Elancement relatif λ fz de la semelle libre


Il convient de déterminer l’élancement relatif  fz pour le flambement par flexion de la semelle
libre par :
lfz
ifz
 fz  (10.1.4.2(1))
1
Où :
lfz : est la longueur de flambement de la semelle libre (10.1.4.2(3) à (7)).

i fz : est le rayon de giration de la section transversale brute de la semelle libre plus la partie

participante de l’âme, pour la flexion par rapport à l’axe z-z. ( ifz  4,1cm )

225
fz = 3.02 = 0.78
93.91
II.3.3.5.3 Coefficient de réduction pour le déversement

Le coefficient de réduction pour le déversement peut être calculé en se basant sur l’application
6.3.2.2 de l’EN 1993-1-1 en utilisant la courbe de flambement b ( LT  0,34 ) et l’élancement relatif

 fz .
1
LT  0,50
LT  LT 2   fz 
2
 
Avec


 
LT = 0,5  1   LT  fz  0, 2  fz  = 0,5  1  0,34   0,78  0, 20   0,782   0,91
2
  
1 1
LT  =  = 0,73
2  0,50 0,50
LT  LT 2   fz 0, 78  0,912  0, 782 
 
 

La résistance de la semelle libre et comprimé au flambement se calcule comme suit :


1  71570  613.55 5491.25
  + = 2235.8 daN cm2  2350 daN cm2 vérifiée
0, 73  70.4  17.2 6.8

32
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.3.4 Vérification de la section sur appuis
Vy,Ed V
La section sur appuis est soumise à et z,Ed .
0.3
rm  0.4   0.55cm
2
90 90
g r  0.55  (tan( )  sin( ))  0.161cm
2 2
D’où s w  20  0.3  2  0.161  19.37cm

19.37 2350
Et ,  wy  0.346   =0,74  0,83 donc f bv  0,58  f yb = 1363 daN/cm2
0.3 2.110 6

D ' où, Vzb,Rd  8055.33 daN

3 q y   L 2 3  8.68  2.36   6 2 
Vy,Ed  = = 23.04 daN
8 8
Vz,Ed  qz   L 2  =  67.39   2.36   6 2  =  202.17daN
Ainsi :
Vy,Ed 23.04
  0,004  1 vérifié
Vyb,Rd 6297.06

Vz,Ed 202.17
  0,025  1 vérifié
Vzb,Rd 8055.33

33
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.3.5 Dimensionnement avec Robot
Pour définir les paramètres de la panne, nous sommes allés dans la boite de dialogue "Définition
- NF EN 1993-1:2005/NA : 2007" puis nous avons coché « sections à parois minces ».

Figure III. 18: Définition des paramètres de la panne


Dans l’onglet « parois minces », nous avons fixé les paramètres de calcul (détaillés auparavant).

Figure III. 19: Paramètres de la panne en profilé mince

34
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure III. 20: Note du calcul du Robot

35
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.4 Deuxième Méthode : Vérification de la stabilité au déversement selon
l’Eurocode 3

Paramètres de déversement :

w .Wpy  f y  
 LT    LT  w
M cr  1 

Elancement Réduit pour le déversement.

 
0.5

 
2 2
C   E.Iz  k
2
  
 3 j 
I Lk G.I
M cr  1 
    w
 t
 (c z  c z ) 2
  c z  c z
 E.I z
2 g 3 j 2 g
 k w  I z 
2 2
(kL)  
 
K : facteur de longueur de flambement : k=1.
L : longueur de déversement : L=3m

Wey  70.95 cm3 :Wpy =82.98 cm3

kw : facteur de gauchissement de la section : kw=1.


C1, C2 et C3 sont des coefficients en fonction du diagramme des moments et des
conditions de maintien aux extrémités.
Dans notre cas on prend : C1=1.132 C2 = 0.459, C3=0,525

Z g  Za -Zs

 z( y  z 2 )dA
2

Z j  Zs  A
2I y

It : (ou J)le moment d'inertie à la torsion de la poutre

IW : le moment d'inertie au gauchissement

E
G : module d’élasticité transversale. G   0.81.106 daN
2(1  )

 Détermination de Zg  Za -Zs

Za : coordonnées de point d'application de la charge:Za  ZG  10cm

Z s ; coordonnées de centre de cisaillement

36
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
(b1c13t1 )  (b2c23t2 )
Z s 0
(c13t1 )  (c23t2 )

 Détermination de Z j

1  8c23t2 b3 d 8c3t b3 d 
Z j  Zs  b2 (  2c2t2b22  2 )  b1 ( 1 1  2c1t1b12  1 )   0
2I y  12 4 12 4 

It  0.38cm4 I w  8230cm6

 Mcr  161626.9daN.cm

W  1(sec tiondedeclasse1)

w  w py  fy
  LT   1.1  0.4  risque de déversement
Mcr

On passe donc à la vérification de la formule suivante ;

 LT W  Wpy  f y
M max  M brd 
 M1
1
or  LT  = 0.6 avec LT  0.5  1   LT ( LT  0.2)   2 LT   1.2
0.5  
LT  LT 2   LT 2 
 
Avec LT  0.21

Mmax  715.707daN.m  Mbrd  1058.508daN  m vérifiée

Figure III. 21: Résultat ROBOT

37
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.5 Troisième méthode : Vérification vis-à-vis au Flambement : (semelle
inférieure)

Il faut vérifier la condition suivante :


N 1 Mz
 . 1
fy  N  fy
 z .Asi . 1   Wez . 
 M1  N cr  M1

Mzmax  345 daN.cm

1  2 si
N max  A avec 1  1019daN / cm² ; 2  978daN / cm²
2

Asi  3.12 cm2

Figure III. 22: Détermination de la section du semelle inférieure

978  1019
N Max   3.12  3115.32daN
2

2 .E.I z
N cr  avec IZ(si)  37.33cm4 ; lkz  300cm Ncr  8596.754daN
l2kz ;

Wez (si)=6.8 cm3

38
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Détermination de z ;

lkz 300 E
z  si
  86.73 ; 1      93.91 ;   1 (Acier S235)
i z 3.46 fy

_
 z 86.73
z    0.92
1 93.91

z  0.52
N 1 Mz
 .  0.89  1 vèrifiée
fy  N  fy
 z .A .
si
1   Wez . 
 M1  N cr  M1

III.Conclusion

Méthode Parois minces Déversement Flambement S.I


Ratio 0.88 0.67 0.89
Tableau 5: Tableau comparatif

En comparant les résultats des trois méthodes, on peut remarquer que la méthode de déversement
nous permet de diminuer la section, mais en pratique on peut se limiter à la méthode de vérification au
flambement de la semelle inférieure ou la méthode des parois minces puisqu’elles présentent le ratio le
plus élevé.

39
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre IV : Calcul de la section des liernes et
de l’élément comprimé

I.Dimensionnement des liernes

Les liernes, soumis à la traction, ne nécessitent qu’une vérification de résistance de section.


ep l 2.36 6
T1 = R = 1.25  (q sy  )  1.25  (8.86  )   39.20 daN
2 2 2 2
T2 = T1 +R = 3R ; T3 = 5R ; T4 = 7R ; T5 = 9R ,..., T17 = 33R ; N c =  T1
Avec R est la réaction d’appui de la panne au niveau des liernes.
L’effort dans le lierne N°14 est l’effort maximal, il se calcule de la manière suivante :

2R + R + 33R 36  R
On a 2  T18  sin  N c -T17 = 2R donc T18  =
2  sinβ 2  sinβ
 2.36  36  39.2
avec β = tg 1    38.19° d’où :T18  Tmax   2282.5 daN
 3  sin(38.19)
Nous devons vérifier que : Tmax  Min(N p ,N u ,N Net )
A.f y T18   M 0 2282.5 1
Or N p  d'où A  = = 0.97 cm 2
 M0 fy 2350
 2
avec A    1.11cm
4
on prend   1.2cm

Figure IV. 1: Schéma du calcul des liernes

40
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.Dimensionnement des éléments de compression

L’élément de compression se fait généralement en simple cornière. Comme il est soumis à un


effort de compression, il nécessite une vérification de résistance d’élément vis-
à-vis le flambement. Soit une cornière L50x5.

E 2,1106
λ1 = π ε =π = 93,91 (ε  1 puisque S235)
fy 2350

L’axe v représente l’axe de la faible inertie, d’où :


l0 236
χ min = χ v et λ max = λ v = =  243.3
iv 0,97
5
50  Figure IV. 2: Section en L
c 2  9,5  10

tf 5
Donc la section est de classe 1 et βA=1
λv 243.3
λv    2, 6  0, 2
λ1 93,91
Donc il existe un risque de flambement suivant l’axe v-v

λ v =2.6  χ min  0.1234


Courbe c

Nbrd = χ v  βA  A  f y /γ M1  0,1234  1  4,8  2350 /1,1  1265.41 daN

N= 39.2 daN  Nbrd = 1265.41 daN


Donc, l’élément de compression, en cornière L50x50x5 est vérifié.

41
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre V : Dimensionnement de la ferme
I.Introduction

Dans cette partie on s’intéresse à l’étude de l’élément porteur présentant les sollicitations
y appliquées avec une description des vérifications aux états limites ultimes et services accompagnées
des résultats du robot.
Les fermes en V présentant le bon choix pour notre projet car on a des charges alternées :
chargement descendant (G et Q) et chargement ascendant W.

Figure V. 1: Forme de la ferme

II.Contreventement

La longueur du flambement des barres (membrure supérieure et membrure inferieure) qui


conditionne leur dimensionnement se détermine en fonction de la distance entre les points fixes dans le
plan de flambement.
- La longueur du flambement latérale de la membrure supérieure dépend de la poutre au vent.
-La longueur de flambement latérale de la membrure inferieure dépend du contreventement
longitudinal des fermes appelé ciseaux.

Figure V. 2: Contreventement des membrures

42
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
D’où la nécessité de faire une bonne conception du contreventement qui nous permet
d’économiser et même faire plusieurs conceptions pour choisir la meilleure.

III.Evaluation de charge

Cette ferme est soumise à :


-Une charge permanente qu’on la note G qui est la somme de son poids propre ainsi que le
poids des pannes et de la couverture :

G  Gpanne  Gcouverture  G ferme


G panne  6 daN / m²
avec
Gcouverture  9.58 daN / m²

-Une charge d’exploitation Q due à la charge d’entretien de la toiture :

Q  25 daN / m²

-Actions dues aux variations de température T générées automatiquement par le


Logiciel ROBOT.

-Les Charges du vent dans le cas de surpression et de dépression en tenant compte des
vents W1et W2 sont générées automatiquement par le logiciel ROBOT.

Pour dimensionner la ferme, il faut étudier les combinaisons qui peuvent engendrer des
sollicitations maximales sur ses éléments.

 Combinaisons de charges

Combinaisons descendantes : 1.35G + 1.5Q+T


1.35G+Q+1.5T

Combinaisons ascendantes : G + 1.5W+T


G+W+1.5T

43
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
IV.Dimensionnement des éléments de la ferme

Effort de Effort de
Famille N° de barre plus compression traction Profilé DCED
sollicité (daN) (daN)

43 -20710.66 -
Membrure supérieure DCED 90x9x8
159 - 19364.17
50 -15986.66 -
Membrure inférieure DCED
135 - 19388.9
100x10x8
29 -12290.86 -
Diagonales DCED 70x7x8
26 - 10720.99
96 -9562.68 -
Montants DCED 50x5x8
16 - 236.23

Poids totale
7902
(Kg)
Tableau 6: Les profilés des éléments de la ferme

DCED A(cm²) I y (cm4 ) I z (cm4 ) iy (cm) iz (cm)


50x5x8 9.6 21.9 53 1.5 2.34
60x6x8 13.82 45.6 106 1.82 2.77
70x7x8 18.8 84.6 190 2.12 3.18
80x8x8 24.54 145 318 2.43 3.6
90x9x8 31 232 500 2.74 4.02
100x10x8 38.3 353 751 3.04 4.43
Tableau 7: Caractéristiques des profilés DCED

CAE A(cm²) iv (cm) iu (cm)


50x5 4.8 0.97 1.9
60x6 6.91 1.17 2.29
70x7 9.4 1.36 2.67
80x8 12.27 1.6 3.1
90x9 15.52 1.8 3.4
100x10 19.15 2 3.8
Tableau 8: Caractéristiques des profilés CAE

Figure V. 3: Profilé L 50x5

44
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
IV.1 Vérification de la membrure supérieure

Les efforts maximaux dans la membrure supérieure sont :


Effort de compression N c max   20710.66 daN
Effort de traction N t max  19364.17 daN

N c max  Nt max
fy
 Il suffit de vérifier que N c  N brd   min . A . A.
 M1

Flambement Y-Y Flambement Z-Z


lky  0.9  l0  0.9  2.36  2.124m lkz  2  ep  2  2.36  4.72m
lky 212.4 lkz 472
y    77.52 z   117.41
iy 2.74 iz 4.02

 min = ?   z 117.41
z   A   1  1.25
1 93.91

courbe (c )

min  0.4113
  1.25

2350
Nbrd  0.4113  31  27239.27 daN
1.1
Nc  20710.66 daN  Nbrd OK

Figure V. 4: Paramètres du flambement de la membrure supérieure

45
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Vérifions que les deux profilés en L travaillent ensemble :

Flambement par rapport l’axe de la faible inertie v-v :


lkv  l0  2.36
lkv 236
v    131.11
iv 1.8
 v 131.11
v   A   1  1.4
1 93.91

courbe (c )

min  0.3492
  1.4

2350
Nbrd  0.3492 15.52   11578.2 daN
1.1
N c max
  10355.33 daN  N brd (vérifiée )
2

IV.2 Vérification de la membrure inférieure :

Les efforts maximaux dans la membrure inférieure sont :


Effort de compression N c max   15986.66 daN
Effort de traction N t max  19388.9 daN

N c max  N t max
 Il faut vérifier l 'é lément à la traction et à la compression
f
N c  N brd   min . A . A. y
 M1
fy
N t max  N p  A.
M0
 Vérification à la compression
Détermination de la disposition des ciseaux : (selon l’Eurocode 3)
z  210  lkz  210.iz
lkz  210  4.43  930 cm
On fixe un ciseau chaque 3 espacements (3l0) : lkz= 7.08 m

46
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
lky  0.9  l0  0.9  2.36  2.124m lkz  7.08m
lky 212.4 lkz 708
y    69.87 z   159.81
iy 3.04 iz 4.43

 min = ?   z 159.81
z   A   1  1.7
1 93.91

courbe (c )

min  0.2577
  1.7

2350
Nbrd  0.2577  38.3   21085.72 daN
1.1
Nc  15986.66 daN  Nbrd OK

 Vérification à la traction :

fy 2350
N p  A.  38.3   90005 daN
M0 1

Nt max  19388.9daN  N p

Figure V. 5: Paramètres du flambement de la membrure inférieure

47
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Vérifions que les deux profilés en L travaillent ensemble :
Flambement par rapport l’axe de la faible inertie v-v :
lkv  l0  2.36
lkv 236
v    118
iv 2
 v 118
v   A   1  1.25
1 93.91

courbe (c )

min  0.4113
  1.25

2350
Nbrd  0.4113 19.15   16847.3 daN
1.1
N c max
  7993.33 daN  N brd (vérifiée )
2

IV.3 Vérification des diagonales :

Les efforts maximaux dans les diagonales sont :


Effort de compression N c max   12290.86 daN
Effort de traction N t max  10720.99 daN

N c max  Nt max
fy
 Il suffit de vérifier que N c  N brd   min . A . A.
 M1
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
lky  0.8  l0  0.8  2.97  2.376m lkz  l0  2.97m
lky 237.6 lkz 297
y   112.07 z    93.39
iy 2.12 iz 3.18

 min = ?   y 112.07
y   A   1  1.2
1 93.91

48
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
courbe (c )

min  0.2141
  1.2

2350
Nbrd  0.4338 18.8   817422.98 daN
1.1
Nc  12290.86 daN  Nbrd OK

Figure V. 6: Paramètres du flambement des diagonales

 Vérifions que les deux profilés en L travaillent ensemble :

Flambement par rapport l’axe de la faible inertie v-v :


lkv  l0  2.97
lkv 297
v    218.38
iv 1.36
 v 218.38
v   A   1  2.32
1 93.91

courbe (c )

min  0.1595
  2.32

2350
Nbrd  0.1595  9.4   3203.05 daN
1.1
N c max
  6145.43 daN  N brd non vérifiée
2
Il faut ajouter une plaque.
Figure V. 7: Positionnement
49 de la plaque
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
lkv  1.485m
lkv 148.5
v    109.19
iv 1.36
 v 109.19
v   A   1  1.16
1 93.91

courbe (c )

min  0.45396
  1.16

2350
Nbrd  0.45396  9.4   9116.34 daN
1.1
N c max
  6145.43 daN  N brd Vérifiée
2
Donc il faut ajouter des plaques aux éléments suivant : 6, 25, 29, 30, 52, 71, 75 et 76

IV.4 Vérification des montants

Les efforts maximaux dans les montants sont :


Effort de compression N c max   9562.68 daN
Effort de traction N t max  236.23 daN

N c max  Nt max
fy
 Il suffit de vérifier que N c  N brd   min . A . A.
 M1
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
lky  0.8  l0  0.8 1.8  1.44 m lkz  l0  1.8m
lky 144 lkz 180
y    96 z    76.92
iy 1.5 iz 2.34

 min = ?   y 96
y   A   1  1.02
1 93.91

courbe (c )

min  0.529
  1.02

50
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
2350
Nbrd  0.529  9.6   10849.3 daN
1.1
Nc  9562.68 daN  Nbrd OK

Figure V. 8: Paramètres du flambement des montants

 Vérifions que les deux profilés en L travaillent ensemble :

Flambement par rapport l’axe de la faible inertie v-v :


lkv  l0  1.8 m
lkv 180
v    185.56
iv 0.97
 v 185.56
v   A   1  1.97
1 93.91

courbe (c )

min  0.2016
  1.97

2350
Nbrd  0.2016  4.8   2067.32 daN
1.1
N c max
  4781.34 daN  N brd non vérifiée
2
On ajoute une plaque dans les montants qui se trouvent au-dessus des poteaux.

51
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
lkv  0.9 m
lkv 90
v    92.78
iv 0.97
 v 92.78
v   A   1  0.98
1 93.91

courbe (c )

min  0.5878
  0.98

2350
Nbrd  0.5878  4.8   6027.62 daN
1.1
N c max
  4781.34 daN  N brd Vérifiée
2

Figure V. 9 : Résultats du dimensionnement sur Robot

52
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
V.Vérification de la flèche

La flèche maximale doit être :


L
f v ,max  f v 
750

Figure V. 10: Valeur de la flèche maximale sur Robot

3094
f v ,max  2.9 cm  f v   4.12 cm
750
Vérifiée

53
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre VI : Etude du chemin de roulement

I.Introduction

Dans les bâtiments métalliques et plus précisément dans les usines dont on trouve des charges
énormes à transférer, on a besoin d’un engin s’occupant de cette tâche qu’on l’appelle «pont roulant »
et qui diffère les unes des autres selon leurs capacités portantes. Ces derniers sont guidés par un « chemin
de roulement » qu’on essaye de le dimensionner.

Figure VI. 1: Présentation du pont roulant

II.Etude du chemin de roulement du pont roulant externe

II.1 Présentation

Figure VI. 2: Ponts roulants externes

54
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Longueur
Niveau de
de la
Capacité Portée Rmax Rmin chemin de
Rail e (m) poutre de
(tonne) (m) (tonne) (tonne) roulement
roulement
(m)
(m)

15 30 A75 17.5 8 4.6 7.55 10

Tableau 9: Caractéristiques du pont roulant

II.2 Sollicitations

Figure VI. 3: Diagramme de moment My, max

Figure VI. 4: Diagramme de moment Mz, max

II.3 Pré-dimensionnement

Puisque la distance entre les poteaux est égale à 10 mètres, on va travailler avec les profilés
reconstitués soudés (PRS S355) pour éviter les pertes des matériaux.
L 1000
fz  f    1.25 cm
800 800
Condition de la flèche :
L 1000
fy  f    2.5 cm
400 400

55
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Remarque : On a dimensionné la poutre de roulement sur robot avec les profilés HEA pour avoir
une idée sur l’inertie adéquate qui vérifie les conditions de flèche.
Pour satisfaire ces conditions il nous faut une section tq :
I y  237448 cm4
I z 19403.1cm4
C’est pour cela qu’on a essayé de reconstituer plusieurs PRS qui vérifient essentiellement

les contraintes en jouant à chaque fois sur leurs dimensions d , c, t f , tw pour aboutir à la valeur

optimale.

c
  14
tf

d
  124 Avec  acier SJ355 classe 3
tw

Prenons tout d ’abord H  H min  100 cm


b1  b2  bmin  30 cm
Figure VI. 5: Section PRS
On obtient : t f  2 cm et tw  1.5 cm
Cette section ne vérifie pas la condition de flèche. Après plusieurs itérations on a choisi la section
suivante :
H(cm) b1(cm) b2(cm) tf(cm) tw(cm) A(cm2) Iy(cm4) Iz(cm4)
100 40 40 2 1.5 304 494805.33 21360.33
Tableau 10: Caractéristiques de la section

II.4 Vérifications des contraintes

contrainte (daN/cm²)

σ1 1964.55

σ2 -261.25
En travée
σ3 252.04

σ4 1973.32

Tableau 11: Contraintes en travée

N My M fy
i =  Z  z y  3227.27 daN / cm² (OK)
A Iz Iz  M1

56
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.5 Vérification de la stabilité au déversement de la section

On commence par le calcul de l’élancement réduit :

w .Wpy  f y  
 LT    LT  w
Mcr  1 

Moment critique de déversement

 
0.5

  k  I w  Lk  G.I t
2 2
C  2 E.I z 
M cr  1       (c2 z g  c3z j )    c 2 z g  c3z j  
2

(kL) 2   k w  I z  E.I z
2
 
 
K : facteur de longueur de flambement : k=1.

Wey  9896.11 cm3 : Wez  1068.02 cm3 :Wpy =11294.52 cm3 : Wpz =1653.99 cm3

kw : facteur de gauchissement de la section : kw=1.


C1, C2 et C3 sont des coefficients en fonction du diagramme des moments et des
conditions de maintien aux extrémités.
Dans notre cas on prend : C1=1.046, C2 = 0.43, C3=1.12

Z g  Za -Zs

 z( y  z 2 )dA
2

Z j  Zs  A
2I y

It : Moment d’inertie à la torsion de la poutre

Iw : Moment d’inertie au gauchissement

E
G : module d’élasticité transversale. G   0.808 106 daN
2(1  )

Détermination de Zg :

Za : Coordonnées de point d’application de la charge :


Za  Z rail  ZG  8.5  50  58.5cm
avec Z rail  8.5cm (Rail A75)

Zs : coordonnées du centre de cisaillement

Zj=Zs=0 ;(section doublement symétrique)


57
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
ei3 96 1.53 40  23
It   h i ( )  2  321.33cm4
3 3 3
I w  0.25  I Z  (h  t f )2 =0.25  21360.33  (100-2)2  51286152 cm6

Wey
W (classe3)   0.88  M cr  16.21106 daN.cm
Wpy

w  w py  fy
  LT   1.47  0.4  risque de déversement
Mcr

On passe donc à la vérification de la formule suivante ;

 LT W  Wpy  f y
M max  M brd 
 M1
1
or  LT  = 0.32 pour LT  0.5  1   LT ( LT  0.2)   2 LT   1.9
0.5  
LT  LT 2   LT 2 
 
Avec LT  0.49 (profilés soudés)

Mmax  8.83 106 daN.cm  Mbrd  10.34 106 daN  cm (vérifiée)

II.6 Vérification du Flambement de la semelle supérieure

Il faut vérifier la condition suivante :


N 1 Mz
 . 1
fy  N  fy
 z .Ass . 1   Wez . 
 M1  N cr  M1

Mz  1244880daN.cm
1  2 ss avec 1  1964,55daN / cm² ; 2  261,06daN / cm²
N A
2

1 1
Ass  b.t f  h w .t w  40  2   96 1.5  104cm 2
6 6

1964.55  261.06
N  104  115731.7daN
2

2 .E.I z
N cr  2
avec IZ(ss)  10680.17cm4 ; lkz  1000cm Ncr  221358.9daN
lkz ;

I zss 10680
Wez (ss)= = =534 cm3
Vy 20

58
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Détermination de  z :
lkz 1000
z    98.68 ; 1   E    61.89 ;   0.81 (Acier Sj355)
issz 10.13 fy

z 98.68
z    1.6
1 61.89

z  0.2842  courbe C
N 1 Mz
 .  2.7  1 Non vèrifiée
fy  N  fy
 z .A .
ss
1   Wez . 
 M1  N cr  M1

On choisit entre deux solutions : soit augmenter la section soit renforcer la poutre de roulement
avec une poutre en treillis. D’où, on prévoit une poutre frein en treillis (voir résultats Robot ci-après)

Figure VI. 6: Poutre de roulement renforcée par treillis

Figure VI. 7: Dimensionnement de poutre treillis à partir de robot

59
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Vérification du flambement de la semelle supérieure après renforcement

Figure VI. 8: Section résistante au flambement

Mz  1244880daN.cm
1  2 ss avec 1  1964,55daN / cm² ; 2  261,06daN / cm²
Nss  A
2

Ass  149.25cm2

1964.55  261.06
Nss  149.25  166086.1daN
2

 Flambement local « lkz  100 cm » :

2 .E.I z(ss)
N cr  2
avec IZ(ss)  188961.5cm4 ; lkz  100cm Ncr  391.64 106 daN
l ;
kz

Wez (ss)=3082.57cm3

Détermination de  z :
lkz 100
z  ss
  2.81 ; 1   E    61.89 ;   0.81 (Acier Sj355)
i z 35.58 fy

60
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
_
 z  0.04

z  1 courbe C 
N 1 Mz
 .  0.47  1 vèrifiée
fy  N  fy
 z .A .
ss
1   Wez . 
 M1  N cr  M1

 Flambement total « lkz  1000 cm » :

2 .E.I z
N cr  2 avec IZ(ss)  188961.5cm4 ; lkz  1000cm Ncr  3.92 106 daN
lkz ;

Wez (ss)=3082.57cm3

Détermination de  z :
lkz 1000
z  ss
  28.1 ; 1   E    61.89 ;   0.81 (Acier Sj355)
i z 35.58 fy

_
 z  0.87

z  1 courbe C 
N 1 Mz
 .  0.53  1 vèrifiée
fy  N  fy
 z .A .
ss
1   Wez . 
 M1  N cr  M1

II.7 Calcul du Raidisseur d’appuis

II.7.1 Dimensionnement du raidisseur

b r  d / 30  40mm
b r min  100mm
 r  b r /15
 r : epaisseur du raidisseur ;d: hauteur de l'ame
Figure VI. 9: Largeur
du raidisseur

61
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Au début on commence par la détermination de l’inertie I s d’un raidisseur minimal en
vérifiant la condition :

I s  0.75  d  tw3  0.75  96 1.53  243 cm4

a 1000
  10.42  2 ; I s 
  r  br 3 
d 96 12

br 
 Largeur semelle inf . – largeur âme   40  1.5  19.25cm  b
r min
2 2

Is 
  r  br 3 
 243cm 4   r 
(12  243) b
 0.41 et  r  r =1.28cm soit  r  1.5cm
3
12 19.25 15

II.7.2 Vérification du flambement du raidisseur


fy
N s  N R    A  A 
M1

A  (2  br   r )  (30    tw2 )  (2 19.25 1.5)  (30  0.811.52 )  112.43cm2 et  A  1

Figure VI. 10: Section A

 Détermination de  z :

lK  0.75  d  0.75  96  72cm


lK l
  K avec I tot  (2  I s )  I w
i I tot
A

62
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
(30    tw )  tw3 30  0.811.54
Iw    10.25 cm 4
12 12

I tot  2
1.5 19.25   10.25  17793.58cm4   
3
72
 15.79
12 2336.4
112.43
 15.79
Donc   A   0.25 ( Sj 355  1  61.86)
1 61.86

  0.25  0.2 Donc il existe risque de flambement

courbe C
   0.9608
  0.46
fy 3350
NR     A  A  N R  0.9608 1112.43   230775.86 daN
 M1 1.1

(d  tw  bb )
Ns  V 
 M1

Avec : V  Tz  43327.89 daN ; d  96cm ; tw  1.5cm ;  M 1  1.1

 Détermination de contrainte critique moyenne de cisaillement  bb :

On a  bb dépend de w

d
tw
Donc w  ; avec K  5.34 car il n’existe pas de raidisseurs
(37.4    K )
intermédiaires autres que les raidisseurs d’appuis

96
( )
w  1.5  0.91
(37.4  0.81 5.34)

fy
0.8  w  1.25   bb  1  0.8  (w  0.8)  
3
3550
Donc  bb  1  0.8  (0.91  0.8)  
3

 bb  1869.23 daN / cm²

63
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
(96 1.5  1869.23)
AN : N s  43327.89   201371.21daN
1.1

 Ns  NR Vérifiée

II.8 Vérification des contraintes locales

Figure VI. 11: Contrainte locale

1,5.Fmax(z) 1,5   R max fy


z    e 
t w .lef lef  t w  M1
Fmax(z)  28875 daN
3
Iz
avec lef  3.2 
tw
I: somme des moments d'inertie du rail et de l'aile supérieur ( rail pincé )
I z  I z(rail)  Iz ss
t w : Epaisseur de l 'ame
3

1010  10680.17
lef  3.2   63.456 cm
1.5
28875
 z   303.36 daN / cm 2  e  3045.45 daN / cm 2  OK vérifiée 
1.5  63.456

64
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.9 Vérification des contraintes planes

En absence d’effort tranchant, une âme soumise à une charge transversale dans son plan, s’ajoute
à toute combinaison de moment et d’effort axiale appliquée à la section transversale, doit satisfaire en
tout point aux critères limite d’élasticité suivant :

x 2  z 2  x  z  e2
 x : Contrainte longitudinale au point considéré du au moment et à l’effort axial
x  181.37 MPa
 z : Contrainte locale au point considéré due à la charge transversale
z  74.16 MPa
2
 355 
181.37 2  74.162  81.37  74.16   
 1.1 
24944.33 MPa 104152.9 MPa Vérifiée

III. Etude du chemin de roulement du pont roulant interne

III.1 Présentation

Figure VI. 12: Pont roulant interne

Capacité Rmax Rmin


Portée (m) Rail e (m)
(tonne) (tonne) (tonne)
5 30 A45 5.96 2.91 4.8
Tableau 12: Caractéristiques du pont roulant

65
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure VI. 13: Chemin de roulement

III.2 Effets dynamiques du pont roulant

Q
  1  Coefficient de majoration dynamique
 Rmax
 : Coefficient de levage = 0,15
Avec
Q : Capacité de levage du pont roulant

R max : Somme des charges maximles des galets


 Q   5 
 = 1+     =1+  0.15   =1.063 1.1
  R max   2  5.96 
III.3 Forces horizontales engendrées par le pont roulant

 Force de freinage transversal (FT/galet) :

FT  .R max
L 30
  0, 025.  0, 025   0,16
e 4.8
FT  0,16  5960  953.6 daN

 Force de freinage longitudinal (FL) :

FL =0,2.R max =0,2  5960=1192 daN

66
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.4 Predimensionnement de la poutre de roulement

III.4.1 Vérification de la flèche


 La flèche verticale

.R max .l3 l


fv  f 
E.I y 750
 (travée de rive) determiné à partir de l'abaque 1 :   f (e / l)  f (4.8 / 6)  0.8
  0.0175
750..R max .l2 750  0.0175  5960  6002
 Iy   6
 13410 cm 4
E 2,1.10
Choix de HEA dans le tableau de profilé :
Soit I y = 13670 cm 4  HEA 280

 La flèche horizontale

Hypothèse : Charge horizontale reprise intégralement par la semelle supérieure.


fh  fh
  FT  l3 l
fh   fz 
E  Iz
ss
750
Issz : Inertie de la semelle supérieure.
  FT  l2  750 0.0175  953.6  6002  750
I ss
z  6
 2145.6 cm 4
E 2,1.10
Issz  2145.6 cm 4
I profilé 4703
I z  profilé   z   2351.5 cm 4  Issz  2145.6 cm 4
2 2

Vy It
A (cm2) Iy (cm4) Iz (cm4) Wey (cm3) Wez(cm3) Vz (cm) Iw (cm6)
(cm) (cm4)
97.26 13673.3 4762.64 1012.84 340.19 14 13.5 62.37 785367
Tableau 13: Caractéristiques du profilé HEA 280

67
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.5. Vérification des contraintes

En travée sur appui


N
My Mz My Mz
g * 27175.63 * -36934.6 *
ɸRmax * 699512.9 * 716069.2 *
Ftss * * -126095 * 129079.9
Ft
Ftsi * * -24348.1 * 24924.38
FL 1192 -22648 * 22648 *
Tableau 14: Sollicitations dans la poutre de roulement

Les combinaisons des charges :

Comb 1 :1,35G+1,5 R max +1,5FT +0,8FL


à l'ELU :
Comb 2 :1,35G+1,5 R max +0,8FT +1,5FL

Comb 1:
N  0,8N(FL )
M y  1,35M y (G rail  G profilé )  1,5M y ( R max )  0,8M y (FL )
M z  1,5M z (FT )

Comb 2 :
N  1,5N(FL )
M y  1,35M y (G rail  G profilé )  1, 5M y ( R max )  1,5M y (FL )
M z  0,8M z (FT )

point 1 2 3 4
y 14 -14 14 -14
z -13.5 -13.5 13.5 13.5

Tableau 15: Coordonnées des points


Figure VI. 14: Emplacement
des points

68
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
travée appui
Points Sollicitations Comb1 Comb2 Comb1 Comb2
N 953.6 1788 953.6 1788
1 My 1067838 1051984 1042360 1058214
Mz -189143 -100876 193619.8 103263.9
N 953.6 1788 953.6 1788
2 My 1067838 1051984 1042360 1058214
Mz -189143 -100876 193619.8 103263.9
N 953.6 1788 953.6 1788
3 My 1067838 1051984 1042360 1058214
Mz -36522.1 -19478.5 37386.56 19939.5
N 953.6 1788 953.6 1788
4 My 1067838 1051984 1042360 1058214
Mz -36522.1 -19478.5 37386.56 19939.5
Tableau 16: Valeurs des sollicitations

travée appui
Comb1 Comb2 Comb1 Comb2
1 -1600.49 -1316.8 -450.19 -722.869
2 -488.504 -723.737 -1588.5 -1329.97
3 956.75 999.777 1148.853 1121.799
4 1171.467 1114.293 929.0544 1004.573
Tableau 17: Valeurs des contraintes

N My M fy
  .z  z .y   2136.36 daN / cm 2 Ok
A Iy Iz 1,1
III.6 Vérification de la stabilité au déversement

Mcr (daN.cm)  LT LT  LT Mbrd(daN.m) Mmax(daN.cm)


3.503x106 0.82 0.9 0.78 1.857x106 1.074x106
Tableau 18: Vérification de déversement

Mmax < Mbrd (vérifiée)

69
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.7 Vérification au flambement de la semelle supérieure

Il faut vérifier la condition suivante :


N max 1 Mz
  1
 fy   N   fy 
z  A  
ss
 1   Wez   
  M1   N cr /z    M1 
M z,max (FT )  152621 daN.cm
1  1 
A ss  b  t f    h w  t w   28 1.3    24.4  0.8   39.65 cm 2
6  6 
  2 1600.5  723.657
N max  1  A ss   39.65  46081.87 daN
2 2
Issz I profilé
W ss el,z  avec Issz z
V 2
2381.32
W ss el,z   170.1cm3
14
Détermination de χz :
L kz  600 cm
L kz 600 Issz 2381.32
z    77.43 avec issz    7.75 cm
issz 7.75 A ss
39.65
 z 77.43
   0,82
1 93,91
h 27 
  0.96 
b 28   courbe C
t f  13 mm  100 mm 
 z  0, 6497

2  E  Issz 2  2,1106  2381.32


N cr,z    137099 daN
L2kz 6002

46081.87 1 152621
   1, 47  1  Non vérifiée  .
2350 46081.87 2350
0, 6497  39.65  1 170.1
1,1 137099 1,1

On choisit de renforcer la section de la poutre de roulement plus précisément au niveau


de la semelle supérieure.

70
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure VI. 15: Section renforcée par 2 cornières L 50 x 5

1 
A ss  b  t f    h w  t w   2A cornières  39.65  4.8  49.25 cm 2
6 
  2 1198.61  480.62
N max  1  A ss   49.25  41353.84 daN
2 2
Iss
z,profilé renforcé I z,profilé renforcé  Iss
z  7758.64  2381.32  5377.32 cm
4

Iss I zprofilé
W ss el,z  z avec Iss
V 2
z

5377.32
W ss el,z   283.02 cm 3
19

 Détermination de χz :
L kz 600 Issz 5377.32
z  ss
  57.42 avec i ssz  ss
  10.45 cm
iz 10.45 A 49.25
 z 57, 42
   0, 61
1 93,9
 z  0, 7854 (courbe c)

2  E  Issz 2  2,1106  5377.32


N cr,z    309586.8 daN
L2kz 600²

N 1 Mz
   0.79  1  Ok vérifié  .
fy  N  fy
z  A  ss
1    W 
 M1  M1
ez
 N cr,z 

71
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.8 Vérification des contraintes locales

1,5.Fmax(z) 1,5   R max fy


z    e 
t w .lef lef  t w  M1
Fmax(z)  6556 daN
3
Iz
avec lef  3.2 
tw
I: somme des moments d'inertie du rail et de l'aile supérieur
t w : Epaisseur de l'ame
3
169  5377.32
lef  3.2   61.02 cm
0,8
9834
 z   201.45 daN / cm 2  e  2136.36 daN / cm 2  vérifiée 
0.8  61.02

III.9 Vérification des contraintes planes :

En absence d’effort tranchant, une âme soumise à une charge transversale dans son plan, s’ajoute
à toute combinaison de moment et d’effort axiale appliquée à la section transversale, doit satisfaire en
tout point aux critères limite d’élasticité suivant :

x 2  z 2  x  z  e2

 x : Contrainte longitudinale au point considéré du au moment et à l’effort axial


x  146.8MPa

 z : Contrainte locale au point considéré due à la charge transversale


z  82.2 MPa

16240.12 MPa  45640.5MPa Vérifiée

72
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre VII : Dimensionnement des poteaux

I.Introduction

Dans cette partie, on va présenter le dimensionnement du poteau de rive avec les


vérifications nécessaires et les sections finales des autres poteaux.

Figure VII. 1: Poteau de rive P1

II. Evaluation des charges

G : Charges permanentes :
-poids propres du poteau.
-poids propres des couvertures et des pannes.
-poids propre de la ferme.

Q : Charge d’exploitation.
W : Vent G/D qui engendre l’effort le plus défavorable sur la structure.
PR : Charge due au pont roulant
Rg : Poids propres du rail et de la poutre de roulement.
Rv= Charge verticale du pont roulant.
Rh= Charge horizontale du pont roulant.

73
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Combinaisons des charges
A l’ELU : A l’ELS :
(1) : 1.35G+1.5Q+PR (5) : G+Q+0.67PR
(2) : 1.35G+Q+1.5PR (6) : G+w+0.67PR
(3) : 1.35G+1.5PR+W (7) : G+PR+0.67W
(4) : 1.3G+PR+1.5W

III. Sollicitations dans le poteau de rive P1

On trouve que la combinaison (2) est celle qui engendre les sollicitations les plus
défavorables.

Figure VII. 2: Les Diagrammes des sollicitations

74
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
IV. Dimensionnement du poteau

Figure VII. 3: Dimensionnement du poteau P1 sur Robot

A(cm²) I y (cm4 ) I z (cm4 ) iy (cm) iz (cm) we,y (cm3 ) we,z (cm3 ) wp,y (cm3 ) wp,z (cm3 )
64.34 5409.7 1954.56 9.17 5.51 515.21 177.69 568.46 270.59
Tableau 19: Caractéristiques du profilé HEA 220

V.Vérification au cisaillement

On doit vérifier que si V  0.5 Vpz

fy 2350
V pz  0.58  Avz   0.58  15.9   21671.7 daN
M0 1
V  3406.02 daN  0.5  V pz  10835.85 daN

VI.Vérification du flambement

HEA220 de classe 1, on vérifie que :

1 N My
.  Ky.  1
 min Np M py
 M1  M1

75
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure VII. 4: Facteur de distribution de rigidité

K c  K1
 1  avec K1  k12  0
K c  K1  K11  K12
kc : Rigidité du poteau concerné

k12 : Rigidité des poutres associées au nœud considéré (rigidité de la ferme)

Iy 5409.7
kc    5.51cm3
l0 982 1  0.03
I ferme 523536.38
k12    174.51cm3
Portée 3000
Kc  K 2

2  = 0 (poteau avec pied encastré)
K c  K 2  K 21  K 22

0.5
1  0.2(1  2 )  0.1212  1  0.2  0.03 
0.5
lky
    1.01  lky  1.01 l0
l0  1  0.8(1  2 )  0.612  1  0.8  0.03 

76
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Flambement Y-Y Flambement Z-Z
lky  1.01 l0  1.01 8.98  9.06m lkz  0.7  l0 (encastré encastré avec noeud fixe)
lkz  5.6 m
lky 906 lkz 560
y    98.8 z   101.63
iy 9.17 iz 5.51

t f  11 mm
h  210 mm
b  220 mm
h h
 0.95  1.2  0.95  1.2
b b
t f  11 mm 100 mm t f  11 mm 100 mm
flambement Y  Y flambement Z  Z

Co Co
urbe b urbe c
  98.8   101.63
 y  y  A   1  1.05  z  z  A   1  1.08
1 93.91 1 93.91

 z  0.5661 min   z  0.4953

Tableau 20: Paramètres du flambement

42.94
  0.025
1730.51
  M  1.8  0.7   1.8  0.7  0.025  1.7825
 MQ  1.4 (diagramme triangulaire)
M Q 1472.11 daN .m
M 12085.39 daN .m
M 1472.11
  M   M  Q (  MQ   M )  1.7825   1.4  1.7825   1.73
M 12085.39
 w w 568.46  515.21
 y   y  (2 M  4)  py ey  1.05  (2 1.73  4)   0.46
wey 515.21
y  N 0.46  22619.51
ky  1  1  1.12
 y N p 0.5661 64.34  2350

77
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
1 22346.95 709786
.  1.12.  0.98  1
0.4953 64.34  2350 568.46  2350
1.1 1.1
Le poteau HEA 220 est bien vérifié vis-à-vis le flambement

fy 2350
V  0.5  V pz ; V pz  0.58  Avz   0.58 15.9   21671.7 daN
M0 1
V  3406.02 daN  0.5  V pz  10835.85 daN

VI. Vérifications à l’ELS

Figure VII. 5: Vérification des familles sur Robot

Figure VII. 6: Disposition des poteaux

Elément Poteau n°1 Poteau n°2 Poteau n°3 Poteau n°4 Poteau n°5 Corbeau
Profilé HEA340 HEA300 HEA300 HEA320 HEA260 HEA220
Tableau 21: Les profilés des poteaux après vérification à l’ELS

78
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre VIII : Etude des Contreventements

I.Introduction

Pour assurer la stabilité de la structure contre les effets du vent, on a utilisé les poutres vents
et les croix de Saint-André. Ce chapitre est consacré pour le calcul et les vérifications des
sections de ces éléments.

II.Calcul de la poutre au vent

Figure VIII. 1: Poutres au vent

Les forces appliquées sont :


W  94.08 1 0.701 0.8  52.8daN / m²
F  W  2.ep  h moy  52.8  2  2.36 13  3239.8daN

Figure VIII. 2: Charges appliquées sur les poutres au vent

Après le calcul sur robot, on obtient : Nsd  Tmax  12828.8daN

79
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Nsd . M0 12828.8
Nsd  A.f y / M0  A    5.46 cm2
fy 2350

Soit une cornière L 60 x 6 avec A = 6.91 cm2

 Vérification max :

Il faut vérifier que : max  400


Lkv L
  v  or Lkv 
iv 2
L 645
On a : i v  L60  6   1.17 cm    0.8cm Vérifiée
800 800

 Vérification de la section nette au droit des trous d’assemblages :

fu
Il faut vérifier que : Nsd  N u  0.9  A net 
 M2
1
Nsd  Fv  0.6  f ub  As 
 Mb
Nsd   Mb 12828.8 1.25
 As    5.35cm²
0.6  f ub 0.6  5000

Figure VIII. 3: Section nette


Soit boulons 3 boulons M18 de classe 5.6 tq As=5.76 cm²

d0=d+2=20 mm

Anet  Aprofilé  t  d0  6.91  0.6  2  5.71cm²


3600
N u  0.9  5.71  14800.32daN
1.25
Nsd 12828.8daN  N u Vérifiée

80
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure VIII. 4: Résultat sur ROBOT

III. Calcul de la croix de Saint-André

Figure VIII. 5: Croix de Saint-André

81
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Les forces appliquées sur les croix de Saint-André sont :

R  21797.17daN
On a
FL  0.2  R max  0.2  5960  1192daN

Figure VIII. 6: Charges appliquées sur la croix de Saint-André

Après calcul sur robot on obtient :


T1  33117.95daN
et
T2  30296.08daN

Nsd . M0 33117.95
Nsd  A.f y / M0  A    14.09 cm2
fy 2350
Soit une cornière L 90 x 9 avec A = 15.52 cm2

82
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Vérification de max :

Il faut vérifier que : max  400


Lkv L
  v  or Lkv 
iv 2
L 927
On a i v  L90  9   1.76cm    1.16cm Vérifiée
800 800

 Vérification de la section nette au droit des trous d’assemblages :

Il faut vérifier que : Nsd  Nu


1
Nsd  Fv  0.6  f ub  As 
 Mb

As  13.8cm²

Soit boulons 4 boulons M24 de classe 5.6 tq As=14.12 cm²

d0=d+2=26 mm  Anet  13.18cm²

3600
N u  0.9  5.71  343162.56daN
1.25
Nsd  33117.95daN  Nu Vérifiée

Figure VIII. 7: Résultat Robot

83
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre IX : Calcul des assemblages

I.Introduction

Un assemblage est un dispositif qui permet de réunir et solidariser plusieurs pièces entre elles, en
assurant la transmission et la répartition des diverses sollicitations entres les pièces. Les assemblages se
réalisent soit par soudure, soit par boulonnage ou par les deux techniques. Notre structure présente
plusieurs détails d’assemblages.

II.Assemblage type 1 : Membrure supérieure-Montant-diagonale

A partir de l'effort maximal dans les éléments de treillis (Nmax =125.1 KN) l'épaisseur du gousset
est pris égale à 8mm.

Tableau 22: Les épaisseurs des goussets vis-à-vis les efforts appliqués

Figure IX. 1: Schéma de l’assemblage type 1

84
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.1 Calcul des longueurs des soudures lc1, lc2, lc3 et lc4

N2  208.97daN
V1  1.4cm
Montant DCED 50x5x8
V2  3.6cm
N 2  V2 208.97  3.6
F2    150.45daN
V1  V2 3.6  1.4 Figure IX. 2: Effort Appliqués
F  Max sur les soudures
N 2  V1 208.97 1.4
F1    58.51daN
V1  V2 3.6  1.4
 F=150.45 daN

t min  min(eg ;em )  min(8mm;5mm)  5mm


a  0.7  tmin  3.5mm  a  3mm
On prend a = 3 mm
On a des cordons latéraux :

F 3
Ac  2  a  lc 
fu

F 3 150.45  3
lc    0.12cm (f y  235MPa  f u  360 MPa)
2  a  f u 2  0.3  3600

D’où lc2  lcmin  sup(5cm,10a)  5cm

N(daN) section V1(cm) V2(cm) F(daN) tmin(mm) a(mm) lc1, lc3(cm)

12508.6 DCED70x7x8 2 5 8934.71 7 5 4.3

Tableau 23: Calcul des soudures diagonale-gousset

On prend lc1= lc3 = lc,min= 5 cm

On applique la soudure sur toute la largeur du gousset ; lc4  bg  53cm

85
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.2 Calcul de la résultante des efforts R

Figure IX. 3: Résultante des efforts

N1  12508.6daN N3  10953.22daN

R  N12  N 22
R  12508.62  10953.222  16626.42 daN

II.3 Vérification des soudures gousset-membrure supérieure

Figure IX. 4: Effort appliqué sur les soudures

86
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Il faut vérifier que :

R2  3
2  a  bg 
fu

t min  8mm  a  6 mm
 v  2.5cm 
DCED90  9  8   1   R 2  12007.97 daN
 v 2  6.5cm 
12007.97  3
2  0.6  53  63.6 cm2   5.77 cm2 vérifiée
3600

II.4 Vérifications du gousset

Figure IX. 5: Diagrammes des contraintes

Il faut vérifier que :


fy
R  VP  0.58  Av ( g ) 
M 0

2 2
Av ( g ) : air cisaillée de gousset ; Av ( g )   bg  eg   53  0.8  28.27cm²
3 3
2350
VP  0.58  28.27   38532.01 daN
1
R  16626.42 daN  VP (Vérifiée)

87
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
fy
M  M e  We 
M0
Ig eg  bg3 0.8  533 b 53
We  avec I g    9925.13 cm 4 et Vg  g   26.5 cm
Vg 12 12 2 2
9925.13
doncWe   374.53 cm3
26.5
alors M e  374.53  2350  880153.04 daN .cm
M  R  V2
M  16626.42  6.5  108071.73 daN .cm

 M  Me

III.Assemblage ferme -poteau

III.1 Assemblage type 2 : au niveau de la membrure supérieure

Figure IX. 6: Schéma de l’assemblage type 2

88
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.1.1 Calcul des longueurs des soudures

Elément Section N(daN) V1(cm) V2(cm) F(daN) tmin(mm) a(mm) lc (cm)


M-sup DCED90x9x8 5814.7 2.5 6.5 4199.5 8 6 1.68
Diagonal DCED70x7x8 9148.58 2 5 6534.7 7 5 3.14
Tableau 24: Calcul des soudures

 On prend lc1=lc,min=6cm et lc2=lc,min=5cm


 On applique la soudure sur toute la hauteur du gousset : lc3=hg =21cm

III.1.2 Calcul des efforts N et T

Figure IX. 7: Détermination de N et T

N  Ndiag  cos(28.8)  N m _ sup  cos(8.53)


N  2266.7 daN

T  N m _ sup  sin(8.53)  N diag  sin(28.8)


T  5269.9daN

89
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.1.3 Vérifications des soudures gousset-platine

Figure IX. 8: Détermination de N et T

On a deux cordons externes et adjacents et apparaissent sur le gousset.


En transmettant R au centre des soudures, on aura deux sollicitations :
Un cisaillement T, un effort normal N et un moment M=T.d+N.b.

M  5269.9 14.1  2266.7  5.1  85865.76daN.cm


Figure IX. 9: Sollicitations

Figure IX. 10: Les diagrammes des contraintes

On a deux sections critiques à vérifier : La section d’abscisse 1-1 et la section d’abscisse 2-2 :
fu
 2  3( // 2    2 ) 
 w   Mw
Is
Ws 
(bg / 2)
0.6  213
bg3
avec I s  a   463.05 cm 4
12 12
463.05
 Ws   44.1cm3
(21/ 2)

90
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Section d’abscisse 1-1

N 2 M 2 2266.7  2 96926.83  2
       1617.74 daN / cm²
Ac 2 Ws 2 2  0.6  21 2 44.1 2

 //  0
( S 235   Mw  w  1)

 2  3( / / 2    2 )  2    2 1617.74  3235.49 daN / cm²  fu  3600 daN / cm²

(Vérifiée)

 Section d’abscisse 2-2

N 2 2266.7  2
     63.6 daN / cm²
Ac 2 2  0.6  21 2

T 5269.9
 //    209.12 daN / cm²
2  a  lc 2  0.6  21

 2  3( / / 2    2 )  63.6²  3  (63.6²  209.12²)  383.9 daN / cm²  fu  3600 daN / cm²

(Vérifiée)

III.1.4 Vérification du gousset (section a-a)

Il faut vérifier que :


fy
T  VP  0.58  Av ( g ) 
M 0

Av ( g )  11.2 cm²

T  5269.9 daN  VP  15265.6 daN


Vérifiée

91
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
fy
M  M e  We 
M0
I g  617.4 cm 4 , Vg  10.5 cm We  58.8 cm3
M  85865.76 daN .cm  M e  138180 daN .cm
Vérifiée

III.1.5 Vérifications des boulons d’assemblage platine-poteau

N  2266.7 daN
On a
T  5269.9daN
Soit 4 boulons M16 de classe 6.8

Figure IX. 11: Disposition des boulons

d  d 0  2  18 mm
hplatine  hg  210 mm
Les conditions de pince :

92
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Soit une platine 21x20x1.5 cm

Effort sur chaque boulon de la rangée supérieure :


T 5269.9
T1    1317.48 daN
n 4
N M 2266.7 85865.76
N1   0.5   0.5   3869.2 daN
n h 4 21

On a un assemblage par boulons ordinaire soumis à N et T, il faut vérifier que :

 Pour les boulons

As 1.57
N1  FT FT  0.9  fub   0.9  6000   5652 daN
 Mb 1.5
T1 N1 Avec
 1 As 1.57
Fv 1.4  FT Fv  0.5  fub   0.5  6000   3768 daN
 Mb 1.25

N1  3869.2 daN  FT  5652 daN


1317.48 3869.2 (Vérifiée)
  0.84  1
3768 1.4  5652

 Pour les pièces :


T  n  m  Fb
1
Fb  2.5    fu  d  t 
 Mb

 e1 p 1 f 
  min  , 1  , ub ,1
 3d0 3d 0 4 f u 
t : épaisseur minimale des pièces assemblées

 40 130 1 600 
  min  ,  , ,1  min  0.74, 2.15, 2.55,1  0.74
 3 18 3 18 4 235 
1
n  m  Fb  4 1 2.5  0.74  3600 1.6 1.5   51148.8 daN
1.25
T  5269.9daN  n  m  Fb  51148.8 daN Vérifiée

D’où l’assemblage avec les boulons M16 de classe 6.8 est bien vérifié

93
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.1.6 Vérification de la platine

On doit vérifier que :

N  p2
tp  Avec leff : longueur efficace de la 1ere rangée
f y  leff
La valeur de leff dépend du mode de rupture :
Mode 1 :

leff ,1  0.5  P1  e1  105mm (boulons extremes)

Mode2 :

P2 eg
leff ,2  4  m  1.25  e2 or m   56mm
2 2
leff ,2  4  56  1.25  40  274mm

Mode3 :

leff ,3  2  m    351.86mm

 leff  leff
min
 105mm

2266.7 12
tp  1.05cm
2350  10.5

D’où le choix de tp = 1.5 cm est vérifié

94
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.2 Assemblage type 3 : au niveau de la membrure inférieure

Figure IX. 12: Schéma de l’assemblage type 3

III.2.1 Calcul de longueur de soudure lc4 et lc5

N(daN) section V1(cm) V2(cm) F(daN) tmin(mm) a(mm) lc4(cm)

-4772.38 DCED100x10x8 2.8 7.2 3436.11 8 6 6

Tableau 25: Calcul de soudure

On applique la soudure sur toute la hauteur du gousset ; lc5  h g  15cm

III.2.2 Calcul des efforts N, T et M

Figure IX. 13: Les efforts appliqués sur la soudure

95
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
N  Nm _ inf  cos(8.53)  4719.58daN T  Nm _ inf  sin(8.53)  707.87 daN

M  N  b 18406.36 daN .cm

III.2.3 Vérification de soudure

On a deux sections critiques à vérifier : La section d’abscisse 1-1 et la section d’abscisse 2-2 :

fu
 2  3( // 2    2 ) 
 w   Mw

 Section d’abscisse 1-1

On a Ws  22.5 cm3
     763.86 daN / cm²

 //  0

 2  3( / / 2    2 )  1527.72 daN / cm²  fu  3600 daN / cm²


(Vérifiée)

 Section d’abscisse 2-2

     185.4 daN / cm²

 //  39.33 daN / cm²

 2  3( / / 2    2 )  338.07 daN / cm²  fu  3600 daN / cm²


(Vérifiée)

96
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.2.4 Vérifications du gousset (section a-a)
Il faut vérifier que :
T  707.87 daN  VP  10904 daN
Vérifiée

M  18406.36  M e  70500 daN .cm


Vérifiée

III.2.5 Vérifications des boulons d’assemblage platine-poteau

Soit une platine 15x15x2 cm, encastrée par 4 boulons ordinaire M14 de classe 4.8
d  d 0  1  15 mm
hplatine  hg  150 mm

N(daN) T(daN) M(daN.cm) e1(mm) p1(mm) e2(mm) p2(mm) h(cm) N1(daN) T1(daN)

4719.58 707.89 18406.36 25 100 25 100 10 2100.21 176.97


Tableau 26: Résultats du calcul

N1 et T1 sont les efforts appliqués sur chaque boulon de la rangée inférieure

Figure IX. 14: Disposition des boulons

97
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 On a un assemblage par boulons ordinaire soumis à N et T, il faut vérifier que :
 Pour les boulons

N1  2100.21 daN  FT  2760 daN


T1 N1 (Vérifiée)
  0.64 1 ( Fv  1840 daN )
Fv 1.4  FT

 Pour les pièces :

T  707.89 daN  n  m  Fb  36960 daN (Vérifiée)

D’où l’assemblage avec les boulons M14 de classe 4.8 est bien vérifié

III.2.6 Vérification de la platine

On doit vérifier :

N  p2
tp  Avec leff : longueur efficace de la 1er ranger
f y  leff
leff  leff
min
 75mm

4719.58 
tp  1.63cm
2350  7.5

D’où le choix de tp = 2 cm est vérifié

98
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre X : Etude du pied de poteau

I.Introduction

Les poteaux doivent être munis des plaques d’assise capable de répartir les efforts de compression
du poteau sur une aire d’appui de telle sorte que la pression de contact ne dépasse pas la résistance de
calcul de la liaison.
La résistance du calcul de la liaison entre la plaque d’assise et la fondation doit d’être déterminée
en tenant compte des propriétés et des dimensions de la fondation en béton.
La plaque d’assise est maintenue à la fondation par des tiges d’ancrage qui doivent être
dimensionnées pour résister convenablement à la traction due aux forces de soulèvement et aux moments
de flexion et qui sont ancrées dans la fondation par un crochet noyé dans le béton et assurant une
répartition adéquate des efforts.

Figure X. 1: Schéma de conception

99
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
II.Calcul des dimensions de la plaque d’assise

II.1 Calcul de la largeur B et la longueur L

 La largeur B
On se fixe B=bc+2x0.5 avec bc : la largeur de la semelle du poteau.

B =30+2x 0.5=31cm
 La longueur L

La longueur L de la platine est choisie de telle façon qu'on respecte les dispositions constructives
relatives au positionnement des boulons et satisfaire la condition du non écrasement du béton de
fondation suivante :
_
 max   bc  k f
bu
K : coefficient de pression localisée (K = 1.5).
0.85  f
f
bu

1.5
c 28
 fc28  30 MPA
  25.5 MPA
max

Figure X. 2: Contrainte maximale

100
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
La valeur de  max est donné par :

N M N 6M
 max     Donc
A W B L B L2

2
 
L
N 
 
N   6 M
2  B   2  B    B 
bc  bc  bc

M et N sont les valeurs du moment fléchissant et de l’effort normal de compression


pour le cas de sollicitation maximale :

M  9456.7 daN .m
Combinaison 1.35G  1.5W  Pr :
N 14982.08 daN

2
14982.08  14982.08  6  945670
L      27.75cm
2  31 255  2  31 255  31 255

Soit la longueur du raidisseur Lraidisseur  10 cm


Lmin  h HEA340  2  Lraidisseur  33  2 10  53 cm
 L = 55 cm

II.2 Détermination du moment de flexion maximal sollicitant la plaque


d’assise

Pour augmenter la résistance de la plaque vis-à-vis les moments et par suite réduire son épaisseur,
on ajoute des raidisseurs. On utilise la théorie des plaques pour chercher le moment de flexion maximal
dans les différentes zones de la plaque comme le présente la figure suivante :

101
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Figure X. 3: Différentes zones de la plaque Figure X. 4: Diagramme de contrainte

 Zone 1 :

Cette zone est modélisée par une plaque encastrée de deux bords dont les dimensions sont
Be
a  Lr = 11 cm et b avec e : épaisseur du raidisseur  20 mm
2

31  2
b  14.5cm
2

La valeur maximale de la contrainte est déterminée à partir de la formule suivante :


a²  b²
M1max  M x-x'  1.5  b1 
6  a²  b² 
N 6 M 14982.08 6  945670
avec b1  max      69.29daN / cm ²
B L B L2 31 55 31 55²
11² 14.5²
M1max  M x-x'  1,5  69.29   1330.38 daN.cm / cm
6  11²  14.5² 

102
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Zone 2 :

Cette zone est dans le cas d’une plaque encastrée à trois bords dont les dimensions sont
a   h  2.t fc   33  2 1.65  29.7 cm et b = 14.5 cm
b 14.5 k  b / a   0,06
  0,5  2
a 29.7 M max  k . b2 .a 2

N 6M 14982.08 6  9456.7
 min       51.72 daN / cm ²
BL BL2 31 55 31 552

x y
 b2    b1 ; y  Lraidisseur  t f  11  1.65  12.65 cm
x
 max 69.29
x L   55  31cm
 max   min 69.29  51.72
31  12.65
 b2   69.29  41 daN / cm²
31

M2max  0,06  41 29.7  2169.94 daN.cm/ cm

II.3 Epaisseur de la plaque d’assise ep

6  M max
Donc ep 
e

M  M max  2169.94 daN.cm / cm
2
avec  max

 e  235 MPa

6  2169.94
ep   2,35 cm
2350

Soit ep=2,5 cm

103
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
III.Calcul des boulons d’ancrages

- Les dimensions de la tige d’ancrage sont calculées en équilibrant les efforts appliqués : Le diamètre
 est calculé par la formule des boulons.
- La longueur de scellement est calculée par les formules de BAEL.
- F représente la traction maximale dans la tige d’ancrage.

Figure X. 5: Disposition des tiges Figure X. 6: Effort dans la tige

Soit une rangée à droite du centre du poteau et une rangée à gauche, dans chaque rangée on a
deux tiges d’ancrage alors l’effort F du à M et N (effort de traction donné par la combinaison G+1.5W)
dans chaque tige est égale à :

M N
F  0.5 
h nt
9456.7 2752.65
F  0.5    11684.33 daN
0.43 4

nt : nombre des tiges d’ancrage


h : la distance entre les tiges d’ancrage suivant l’axe z-z
(h = HHEA340 + 5x2 = 33cm + 5cm x 2= 43cm)

104
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
 Calcul du diamètre des tiges d’ancrage

En utilisant des boulons ordinaires de classe 5.6, il faut vérifier la condition de résistance du
boulon à la traction :
As
F/ tige  FT  0.9  f ub  avec  Mb  1.5
 Mb
F   Mb 11684.33 1.5
As / tige    3.26cm²
0.9  fub 0.9  6000

On opte alors pour 4 boulons M24 tq As  14.12 cm²

IV.Longueur de scellement

Ancrer une barre, soumise à un effort de traction F, c’est assurer la transmission intégrale de cet
effort au béton par adhérence.

Selon les règlements du BAEL, la force de traction maximale


dans une barre de diamètre  et de longueur L est donnée par la relation
suivante :

F/ b   s  (L  26.2 )


Avec τs  0,6  ψs2  f t28  1.44 MPa (Pour un rond lisse ψs  1 ).
F/ /b 11684.33
l  26.2     26.2  2.4  44.74cm.
    s   2.4 14.4
Figure X. 7: Longueur de
scellement
 Lmin  20  20  2.4  48 cm
Soit L = 50 cm

 Nécessité de la bêche

Lorsque le poteau est soumis à une compression concomitante suffisante, les efforts tranchants
peuvent être directement transmis par frottement entre la platine et le béton : on adopte en principe pour
ce calcul un coefficient de frottement égal à 0,3. Lorsque cette justification ne peut être apportée,
l’équilibre de l’effort tranchant doit être assuré par une bêche noyée dans le béton qui exerce directement
une pression latérale sur le béton.
Puisque : T = 2325.14 daN < 0.3  N = 0,3  23013.4 = 6909.42 daN
 Il n’est pas nécessaire d’utiliser la bêche pour équilibrer le pied de poteau

105
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Chapitre XII : Calcul de fondation

I.Introduction

Pour cette construction les semelles sont isolées transmettent les charges de la superstructure au
sol, ces charges sont les efforts de compressions N et de moments au niveau de pied de poteau.

La valeur de la contrainte admissible du sol est fournie par le rapport géotechnique σ = 4 bars
pour niveau d’assise à 1.5m. On a choisi une fissuration préjudiciable et un enrobage de 2.5 cm.

 Acier fe 400
 Béton fc28 =30 MPa
0,85  f c28
 f bu   17 MPa
1,5

II.Dimensionnement de la semelle

Cette semelle est sous un seul poteau, elle est soumise à ces sollicitations :

 Ns  14008.94 daN
  N u  23031.4 daN

a l 'ELS Ms  6252.77 daN.m à l 'ELU M u  9456.7 daN.m
Vs 1515.47 daN
 Vu  2325.14 daN

La semelle est rectangulaire de dimensions  A  B 


II.1 Predimensionnement de la semelle

A a
On choisit les dimensions de la semelle pour qu’elle soit homothétique =
B b
La plaque d’assise est reposée sur un fût de dimensions a = 0,6m ; b = 0,85 m et hf = 1.3 m

Poids propre de fût Pp   béton  (a  b  h f )  2500  0,6  0.85 1.3  1657.5daN

 Calcul de l'excentricité :

Mser  Vser  h f 6252.77  1515.47 1.3


e0 =   0.52 m
Nser  Pp 14008.94  1657.5
B
Soit : e0  donc :
6

106
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
2  N ser
 1,33.
B 
3 A   e0 
 2 
Avec :

A et B : dimensions de la semelle  A  0.7  B  .


e0  0.52 m.
  contrainte admissible de la surface d’assise  4 bar.

 B  1.49 m soit B  1.5 m


Condition vérifiée

A=0.7x1.5=1.05 m, soit A=1.1 m

Bb
 da  db  A  a
4
1.5  0.85
 0.1625 m  d a  d b  1.1  0.6  0.5m
4
d = 0.3m
h = d+ c = 0.35m

Les dimensions de la semelle AxBxh = 1.1m x 1.5m x 0.35m

Le poids propre de la semelle :

Pp   A  B  hs  a  b  h f  béton  1.11.5  0.35  0.85  0.6 1.3  2500  3101.25daN

III.Vérification des contraintes

2  N ser
On doit vérifier:  1,33.
B 
3 A   e0 
2 
Nser  Nser  Pp  14008.94  3101.25  17110.19daN
Mser  Vser  h f 6252.77  1515.47 1.3
e=   0.48 m
Nser  Pp 17110.19

107
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
2 17110.19
  38406.71 daN / m²  1,33  30000  39900 daN / m²
 1.5 
3 1.1   0.48 
 2 
Vérifiée

IV.Calcul des armatures de la semelle

 Armatures suivant B

M u  Vu  h f 9456.7  2325.14 1.3


e0u   0.46 m
N u  1.35  Pp 23031.4  1.35  3101.25

B
On a e0u 
24
M1
 Ab 
d . s
2
B 
 2  0,35  b  N u
Avec : M1   4  B  0,35  b  9  e0u     
B
  e0u  27
 2 
 1.5 
 2  0.35  0.85  27218.1
M 1  (4 1.5  0.35  0.85  0.9  0.46)   
1.5 27
  0.46 
 2 
M 1  14440.12 daN .m
1444012
 Ab   13.84 cm2
30  3478.3

 Armatures suivant A

 e   0.46 
Pu 1  3 0   A  a  27218.1 1  3    1.1  0.6 
Aa   B
  1.5 
 3.23 cm²
8 da  s 8  0.29  347.83 105

Remarque :
La fissuration est préjudiciable  Il faut majorer la section d’armature de 10%
Ab  15.22cm2  6 HA20 ( Ab  18.85cm2 )
Aa  3.55cm2  8HA8 ( Aa  4.02cm2 )
Soit un espacement :

108
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
A  2  c  b
15 cm   25 cm
nbr esp
110  5  2
15 cm   25 cm  espb  20.6 cm
5
B  2  c  a
15 cm   25 cm
nbr esp
150  5  0.8
15 cm   25 cm  espa  20.6 cm
7
 Arrêt des barres

f c 28  30 MPa
 Ls  30.9  
Fe E 400
Et par suite on a :
B
Lsb  30.9    30.9  2  61.8 cm   37.5 cm
4
A
Lsa  30.9    30.9  0.8  24.72 cm   27.5 cm
4
B
Lsb   Toutes les armatures doivent être prolongés jusqu’aux extrémités
4
de la semelle et comporter des ancrages courbes.
A A
 Lsb   Barre rectiligne  sans crochets  .
8 4

Figure XI. 1: Schéma de ferraillage

109
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
V.Vérification vis-à-vis le poinçonnement

Il s’agit de vérifier que la hauteur de la semelle est suffisante pour empêcher le phénomène de
poinçonnement de se produire, on doit vérifier l’expression suivante :
Nu'  0.045  c  h  fc 28

Avec : µc = 2(a+b) +4h périmètre du feuillet moyen

  a  2 h    b  2h  
Nu'  1    Nu
 AB 

μ c = 2   0.6 + 0.85 + 4  0.35  4.3m

  0.6  2  0.35   0.85  2  0.35  


Nu'  1    27218.1   6020.97 daN
 1.11.5 

Nu'  0.045  c  h  fc 28  0.045  430  35  300  203175 daN Vérifiée

I. Calcul des armatures du fut

a  0.6 m

Pour le fût b  0.85 m
h  1.3 m

On détermine les armatures verticales :
F   s  c 171411.25  62.5
Av    4.18 cm2
fe  a 4000  80
avec :
F  17141 kN
 s  1.25
a  80 cm
b  17.5 cm
c  62.5 cm
f e  400 MPa
Figure XI. 2: Conception du fut
 6HA10 ( Av  4.71 cm2 )

110
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
On détermine les armatures longitudinales résistantes à l’effort tranchant et la résultante R due au
moment.
La relation suivante doit être vérifiée :
Al  f e
   Ru  H u
s
1.5  tg  
avec   0.5 ;  30
1  1.5  tg  

Et Ru  23031.4 daN ; Hu  2325.14 daN

  Ru  H u 0.5  23031.4  2325.14


Al   s  1.25  4.32 cm2
fe 4000

 6HA10 ( Al  4.71 cm2 )

Figure XI. 3: Schéma du ferraillage de la fondation

111
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene
Conclusion générale

Ce projet porte sur la conception et l’étude de la structure en charpente


métallique d’une nouvelle briqueterie détaillant le calcul et le dimensionnement des
différents éléments.

Vue la richesse du projet et le cadre d’étude limité, on a concentré à traiter


les principaux problèmes structuraux en valorisant le recours aux normes
d’Eurocode dans les différentes phases d’étude. Ce qui permet de les comparer aux
règlements du calcul classique, parallèlement à la maitrise du logiciel « Robot
Structural Analysis Professional » qui aide beaucoup à la modélisation des ossatures
complexes et composées.

112
BEN HASSOUNA Ahmed – BEN TAGHALINE Ghassene