Vous êtes sur la page 1sur 7

Mécanique des fluides - Ch.

2 : STATIQUE DES FLUIDES ISET de Sousse

Ch.2- STATIQUE DES FLUIDES

Contenu
Loi fondamentale de l’hydrostatique : cas d’un seul fluide, cas de plusieurs fluides, loi de Pascal. Action d’un
fluide sur une paroi : paroi horizontale, paroi verticale, paroi inclinée, détermination du centre de poussée.
Poussée d’Archimède : corps flottant, corps immergé, calcul de la poussée d’Archimède et stabilité de l’équilibre.

1. Introduction

Nous abordons ici le domaine des fluides en équilibre, ou encore des fluides au repos.
La statique des fluides est la science qui étudie les conditions d’équilibre des fluides au repos. Plus
précisément, elle concerne toutes les situations dans lesquelles il n’y a pas de mouvement relatif
entre les particules fluides :
 fluides au repos.
 fluides en mouvement uniformément accéléré.
Il n’y a pas de contraintes dues aux frottements entre particules.
Les forces mises en jeu sont uniquement des forces de volume dues au poids et de forces de surface
dues à la pression
2. Pression en un point d'un fluide au repos

Par définition, la pression p en un point A d'un fluide en équilibre est égale au quotient d'une force
dF par l'aire dS d'un élément de surface sur laquelle elle s'exerce.
Elle est définie en un point A d'un fluide par l'expression suivante :

dF
pA 
dS

avec :
dS : surface élémentaire de la facette de centre A en mm2.
n : vecteur unitaire en A de la normale extérieure à la facette;
dF : force élémentaire de pression qui s'exerce sur la facette en N.
pA : pression en A en MPa.

Remarque
La pression en A est indépendante de l'orientation de la facette autour du point A.
Sur la surface de centre A, d’aire dS, orientée par sa normale extérieure n , la force de pression
élémentaire dF s’exprime par :

dF   p A .dS .n
3. Équation fondamentale de la statique des fluides

Les lois de la statique des fluides s’appliquent aussi bien aux fluides parfaits qu’aux fluides
visqueux (réels).
Considérons un élément de volume d’un fluide incompressible (liquide homogène de poids
volumique ϖ = ρ.g). Cet élément de volume a la forme d’un cylindre d’axe ( G , u ) qui fait un angle
 
α avec l’axe vertical O, z d’un repère R ( O , x , y , z ) .

8
Mécanique des fluides - Ch.2 : STATIQUE DES FLUIDES ISET de Sousse
Soit G1 d’altitude z1 et G2 d’altitude z2, les centres des sections droites extrêmes.
Soit l la longueur du cylindre et soit dS sa section droite.

Figure 1: schéma d'un volume fluide élémentaire

Etudions l'équilibre du cylindre élémentaire; celui-ci est soumis aux :


- actions à distance : son poids dP   ω . l . dS z
- actions de contact : dues au reste du fluide
 forces de pression s'exerçant sur la surface latérale,  dFi ;
 forces de pression s'exerçant sur les deux surfaces planes extrêmes. Soient p1 et p2 les pressions
du fluide respectivement en G1 et en G2 :
dF1   p1 . dS . (  u )  p1 . dS . u
et dF2   p2 . dS . ( u )   p2 . dS . u

Le cylindre élémentaire étant en équilibre dans le fluide, écrivons que la résultante des forces
extérieures qui lui sont appliquées est nulle:
dP   dF  dF  dF  0
i 1 2

En projection sur l’axe de symétrie ( G , u ) du cylindre :


 ω . l . cos α . dS  0  p1 . dS  p 2 . dS  0
On remarque que l.cos = z2 - z1
En divisant par dS on obtient :
 ω . ( z 2  z 1 )  p1  p 2  0
p1  p 2  ω ( z 2  z1 )
p1  ω . z1  p2  ω . z 2 : relation fondamentale de la statique des fluides.

Autre forme plus générale de cette relation, en divisant les deux membres par  = ρ. g
p1 p p1 p
 z1  2  z 2 ou encore  z1  2  z 2
ω ω ρg ρg

9
Mécanique des fluides - Ch.2 : STATIQUE DES FLUIDES ISET de Sousse

Comme G1 et G2 ont été choisis de façon arbitraire à l'intérieur d'un fluide de poids volumique ,
on peut écrire en un point quelconque d'altitude z, où règne la pression p :
p p
 z  Cte ou  z  Cte
ω ρg
L'une ou l'autre des deux expressions est : la relation fondamentale de l'hydrostatique.
4. Théorème de Pascal
Supposons qu'au point G2 (figure 1), il se produit une variation de pression Δp2, calculons la
variation de pression Δp1 qui en résulte en G1.
Soit : p1  p 2  ω ( z 2  z1 )
Entre G1 et G2, avec le nouvel état de pression :
p  p1    p2   p2   ω ( z 2  z 1 )
1

p1   p 2  p1  p 2  ω ( z 2  z1 )
p1   p2  ω ( z 2  z 1 )  p1  p 2 , avec p1  p 2  ω ( z 2  z1 )
On a : p1  p2  0 ⇨ p1   p 2

Enoncé du théorème :
Dans un fluide incompressible en équilibre, toute variation de pression en un point entraîne la
même variation de pression en tout point.
5. Force de pression (poussée)
5.1. Poussée d’Archimède :
Un corps immergé dans un réservoir contenant un fluide de masse volumique ρ .
Ce corps est soumis aux :
- Poids P ,
- Résultante de l’action du fluide appelée poussée d’Archimède FA

On considère un corps immergé dans un fluide de masse volumique ρ . Il subit au niveau de sa


surface les forces de pression exercées par le fluide qui l’entoure. Comme la pression augmente
avec la profondeur, le corps est soumis globalement à une force qui est dirigée vers le haut et qui
peut compenser la force de gravité (le poids) dirigée vers le bas. Cette force notée FA est la
poussée d'Archimède.

10
Mécanique des fluides - Ch.2 : STATIQUE DES FLUIDES ISET de Sousse

Pour déterminer la norme de FA il faut noter que les forces de


pressions qui s’exercent sur le corps, de volume V, ne
dépendent que de sa forme géométrique extérieure et non pas
de sa composition interne (répartition de masse, présence de
cavités, etc…). On isole alors par la pensée la parcelle de fluide
qui a la même géométrie que le corps immergé. Cette parcelle
P
étant en équilibre, son poids P ρ fluide .V .g , est compensé
par la résultante des forces de pression FA . Ainsi on obtient :
FA   ρ fluide .V .g

Flottaison des corps :


Dans un fluide (E) de poids volumique , imaginons un certain volume de fluide (E1) délimité par
un contour fermé (S).

Si le fluide est au repos, il est évident que (E1) est en équilibre sous l'effet des actions mécaniques
extérieures suivantes :
- Action de la pesanteur; modélisable par le torseur :
τ ( pes . E1 )

- Action des forces de poussée du fluide (E2) qui entoure (E1); modélisable par le torseur :

τ ( E2  E1 )

On peut donc écrire l'équation d'équilibre de (E1) :

τ ( pes . E1 )
  τ  E2  E1 
  0
Nous savons qu'en G, centre de gravité du fluide (E1) le torseur des forces de pesanteur se réduit à
un glisseur :
 P 

τ ( pes . E1 )    
G
0 
Il est donc évident qu'au même point G le torseur des forces de pression telles que dF se réduira lui
aussi à un glisseur :
 dF 
 

τ ( E2  E1 )   ( S ) 
 0 
G

L'équation d'équilibre de la portion de fluide (E1) s'écrit :

 dF  P  0
(S)

(E1) est ici une portion de fluide et P est le poids du fluide occupant le volume (E1). Si le volume
(E1) est occupé par un solide immergé, les forces de poussée sur le contour (S) sont les mêmes; ce
qui revient à dire que la force de poussée ne dépend que du volume du «fluide déplacé» et non pas
de la nature du solide immergé (plomb, polystyrène, etc., ...)
11
Mécanique des fluides - Ch.2 : STATIQUE DES FLUIDES ISET de Sousse

Théorème d'Archimède
Tout corps solide immergé dans un fluide en équilibre est soumis de la part de celui-ci à des forces
de pression dF dont les actions mécaniques sont modélisables au centre de gravité du fluide
déplacé par un glisseur dont la résultante est directement opposée au poids du fluide déplacé.
  P 
 
τ ( E2  E1 )   
G
 0 
Remarques :
• Si le fluide dans lequel est immergé un solide est homogène, le centre de poussée G du fluide sur
le solide est confondu avec le centre de gravité G1 du fluide déplacé.
• Si le solide immergé est homogène, son centre de gravité G2 est confondu avec celui du fluide
déplacé G1 et sa position d'équilibre est indifférente.
• Si le solide immergé n'est pas homogène (exemple : navire) le centre de gravité G2 de celui-ci n'est
pas confondu avec le centre de gravité G1 du fluide déplacé, l'équilibre du solide n'est alors assuré
que dans la position pour laquelle le centre de poussée G est au-dessus et sur la même verticale que
le centre de gravité G2 du solide .

5.2 . Action des forces de pression sur une paroi


Soit un point M d’un fluide à la pression statique p et entouré d’une surface élémentaire dS de
normale extérieure n .
air atmosphérique
dS dF 1
dF 2 M
liquide

Le fluide exerce sur la surface dS une force élémentaire dF 1 telle que :


dF 1  p dS n
du coté de l’atmosphère, il s’exerce une force dF 2 telle que :
dF 2   patm. dS n
La force élémentaire de pression sur la surface dS sera donc :
dF  dF1  dF2
dF  ( p  patm. ) dS n
D'où : dF  peffect . . dS
 Si la surface est plane, le vecteur normal n a une direction constante et nous pourrons
sommer directement :
F   peffec . dS
12
Mécanique des fluides - Ch.2 : STATIQUE DES FLUIDES ISET de Sousse
peff : pression effective (relative) c’est la pression lue sur le manomètre sans tenir compte des
pressions extérieures.
Avec pabsolue = peffective + patmosphérique

a) - Force de pression sur une surface horizontale


On considère un réservoir ouvert à l'air libre de surface de base S contenant une hauteur h de liquide
de masse volumique ρ.

h S
ρ

F
Surface horizontale  pression uniforme sur toute la surface
peffe .  ρ . g . h
et F  p
S
eff . dS

F   ρ . g . h dS
S

F  ρ . g . h  dS  F  ρ . g .h . S
S

b) - Force de pression sur une paroi verticale :


La paroi verticale possède un axe de symétrie (G, y ); G est son centre de surface. D'un côté de la
paroi il y a un fluide de poids volumique , de l'autre côté, il y a de l'air à la pression atmosphérique
po . On désigne par pG la pression effective au centre de surface G.

y p0 
dF Air
M , dS patm = p0

z y 
Fluide de  G x
G y0
G0

On va chercher les éléments de réduction en G du torseur associé aux forces de pression sur la
paroi .

Soit M Є ( G, y ) : centre d’ une facette d’aire dS
En M la pression effective s’écrit :
pM - pG =  ( y G  y M )
   yG = o
dans R (G, x, y, z) on a
yM = y
d’ ou pM - pG = -  y pM = pG -  y

La force de pression relative en M s’écrit:



dF = (pG -  y ) dS x
Soit {  poussée } : le torseur associé aux forces de pression relative

13
Mécanique des fluides - Ch.2 : STATIQUE DES FLUIDES ISET de Sousse

    
{
 R   dF
poussée }= M G   GM  dF
G 
( s) ( s)


Calcul de la force de pression (poussée ) R :
R
(S )
 p G  ω . y  dS x

 
R   pG  dS  ω  y . dS  x
 (S) (S ) 
on a :  dS  S
(S)
(aire de la paroi ) et
(S)
 y . dS  y
G .S  0

 y . dS : est le moment statique de la surface (S) par rapport à l’axe (G , z)
(S)
passant par le centre de

surface G,
 
D’où R  pG S x

Calcul du moment au centre de surface G des forces de pression M G :
  
M G =  GM  dF
( s)
   
Avec GM  y. y et dF = (pG -  y ) dS x
  
Donc 
M G   y . y   pG  ω . y  dS x avec y  x   z 
(S )

 
M G   pG  y . dS  ω  y 2 . dS   z  
 (S) (S) 
2 
avec y . dS  I G , z  : Moment quadratique de la surface (S) par rapport à l’axe (G , z) passant par
(S )

le centre de surface G.  
d’où : M G =  I ( G , z ) . z

donc { poussée }G =
G
 R  p G
  
S x M G   I ( G , z ) . z 
Centre de poussée:
 Existe-t-il un point G0 où le moment résultant des forces de pression est nul ? 
Compte tenu de l’hypothèse de symétrie, si ce point existe , il appartient à l’axe ( G, y ) .
         
Soit G0 ce point : M G 0  M G  G 0 G  R tel que M G 0  0 donc M G  G 0 G  R  0
    
 M G  GG 0  R avec GG 0  y 0 . y et
 
R  pG S x    
    I ( G ,z) . z  y 0 . y  p G S x
  I ( G , z)
M G   I ( G ,z) . z
   y 0  
  pG S
  y0 . pG S. z 
donc G0 existe, c’est le « centre de poussée » de la paroi , il est toujours situé au dessous du centre
de surface G.
c) - Force de pression sur une paroi inclinée (sous forme d'application en travaux dirigés)

14