Vous êtes sur la page 1sur 118

RAPPORT FINAL

EVALUATION DES
CAPACITES DE LA
PLATEFORME
NATIONALE DES
ORGANISATIONS
DE LA SOCIETE
CIVILE A
MADAGASCAR
(PFNOSCM)
ET DU
CONSORTIUM
NATIONAL POUR
LA PARTICIPATION
CITOYENNE
(CNPC)

MARS 2010
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESUME EXECUTIF

Contexte de l’étude

Depuis 2005, le PNUD apporte des appuis aux organisations faîtières de la société civile
malagasy telles que la Plateforme Nationale des Organisations de Société Civile de
Madagascar (PFNOSCM) et le Consortium National de la Participation Citoyenne (CNPC)
dans le cadre de la mise en œuvre de l’UNDAF et des CPAP. Aussi, afin d’améliorer et,
éventuellement, de réorienter cette stratégie d’appui à la société civile, une évaluation des
résultats et des effets obtenus s’avère indispensable et opportune.

En effet, la crise sociopolitique actuelle a entraîné des bouleversements dans l’exercice des
rôles et attributions des institutions concernées par l’équilibre des pouvoirs. La société civile
est aujourd’hui sollicitée à jouer un rôle de médiation dans la résolution de la situation
politique conflictuelle qui prévaut dans le pays. Cependant, l’on perçoit qu’elle-même a
encore à s’imposer dans ses rôles essentiels d’interpellation, de watchdog, de partenaire de
développement et de contre pouvoir.
Une appréciation exacte des capacités d’organisation, de gestion, de plaidoyer et de
réseautage des deux organisations faîtières va alors permettre au PNUD de mieux identifier
les contraintes et les facteurs de réussite des actions menées et, ainsi, de disposer des
éléments d’analyse nécessaires au développement d’une stratégie de renforcement des
capacités de la PFNOSCM et du CNPC.

Objectifs de l’étude

L’objectif général de l’étude est de développer une stratégie de renforcement des capacités
de la PNFOSCM et du CNPC.

Les objectifs spécifiques consistent à :


- Evaluer les actions d’appui à la PNFOSCM et au CNPC initiées par le PNUD,
- Analyser les capacités d’organisation, de communication, de gestion, de réseautage
et de plaidoyer de la PFNOSCM et du CNPC dans des domaines-clés leur
permettant de jouer pleinement les rôles qui leur sont dévolus,
- Proposer un plan de renforcement de capacités de la PFNSCOM et du CNPC vers
une autonomisation effective desdits organismes.

Définitions de la Société Civile

Au cours des ateliers nationaux préparatoires de mise en place de la PFNOSCM, une


définition malgache du concept de société civile, de sa mission ou de son rôle dans le
processus du développement a été adoptée à travers la charte commune. C’est ainsi que
« la société civile est l’un des acteurs principaux du développement au sein de la société, les
trois autres étant l’Etat, le secteur privé et la société politique. Plus spécifiquement, elle est
l’ensemble des organisations volontaires, sans but lucratif, indépendantes vis-à-vis de la
société étatique, de la société politique et du secteur privé, œuvrant au sein de et auprès
des populations pour leur autopromotion sur le plan socio-économique, civique et culturel. La
société civile existe et œuvre pour la mise en place de la bonne gouvernance (…) » Son
objectif n’est ni la conquête ni l’exercice du pouvoir public.

Les acteurs des organisations de la Société civile ont chacun leur propre définition de la
société civile. Si le terme société civile est aujourd’hui utilisé à Madagascar, sa définition
n’est pas jusqu’à présent harmonisée. Comme la PFNOSCM, le CNPC, la SeFaFi ont
chacun leur propre définition.

2
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

L’accord de Cotonou ne donne pas une définition précise des acteurs de la Société Civile,
mais reconnaît plutôt la diversité du secteur en appelant à la participation de la société civile
sous toutes ses formes selon les caractéristiques nationales.

Diagnostic de la PNFOSCM

Forces de la PFNOSCM

Forces en organisation

Les membres fondateurs de la PFNOSCM ont été mobilisés et unis autour d’une charte
fondatrice élaborée et partagée au cours d’un processus participatif préparatoire de 2 ans
(2003-2005). Adoptée en juin 2005 au cours de la convention nationale de mise en place de
la PFNOSCM, la charte définit les éléments du cadre stratégique global de la PFNOSCM.

La 1ère convention nationale a été tenue en juin 2005. Les membres du CNOSS ont été élus
en juin 2005 pour un mandat de deux ans, puis rallongé par les statuts à quatre ans c’est-à-
dire jusqu’en juin 2009. Le Secrétariat Exécutif a été mis en place en fin 2006 et opérationnel
depuis 2007 grâce au recrutement d’une équipe de consultants appuyés par des projets
financés par les PTF (PNUD, Southern Africa Trust au niveau de la zone SADC). Enfin 11
groupes thématiques nationaux ont été mis en place fin 2007.

Depuis juin 2005, Cinq Plate-Formes Régionales (PFR) ont été mis en place de façon
formelle, à savoir les PFR d’Atsimo Andrefana, d’Amoron’Imania, d’Ihorombe, d’Anosy, et la
PFR d’Androy.

Forces en Communication

Un dispositif de communication existe au niveau national, en l’occurrence:


- Le recrutement d’un responsable de Communication au niveau du Secrétariat
Exécutif national,
- La mise en place des outils de communication interne et externe (logos, brochures,
banderoles, bulletin, etc.).

Forces en Gestion de projet

L’équipe du SEN est opérationnelle depuis 2007. Ses éléments ont une expérience dans la
gestion opérationnelle et financière des projets. En effet, cette équipe a géré principalement
3 projets financés par 3 partenaires depuis sa mise en place : FNUAP, SAT, et PNUD.

Forces en Réseautage

La PFNOSCM est organisée, structurée d’une façon formelle au niveau de 5 régions : à


Atsimo Andrefana, Amoron’Imania, à Ihorombe, à Anosy, à Androy. Les 17 autres régions
sont toujours des plate-formes régionales représentées par un noyau informel autour duquel
se regroupe principalement quelques organisations membres issues des chefs lieux des
régions.

Il existe 11 plate-formes thématiques :


- Droits de l’Homme
- Protection sociale (Syndicats, Handicapés, Humanitaires)
- Santé
- Environnement et gestion des ressources
- Genre
- Développement économique

3
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Développement rural
- Gouvernance (Élection, Démocratie, Lutte contre la Corruption)
- Education, Formation et culture
- Foncier
- Eau et assainissement

Forces en Plaidoyer

Cette organisation réalise ses actions de suivi des politiques et de plaidoyer en investissant
les espaces de concertation, de décision, de pilotage ou d'influence sur les stratégies et
politiques globales ou sectorielles de développement (Conseils d'Administration, Comités
multipartites, comité de pilotage, ateliers de planification ou de revue, etc.). Exemples : CA
CREAM, CA FID, CA ANRE, Comité ad hoc backbone, Office des Travaux d'Urgence,
Conseil Supérieur de la Magistrature, Focus group SNISE/MAP, Comité pour l'intégrité dans
la Fonction publique, Conseil Supérieur de l'Intégrité,...). Comme valeur ajoutée, dans ces
espaces de dialogue, les représentants de la plate-forme portent les voix des populations et
défendent leurs intérêts. A titre d’illustration, au niveau du « Comité ad hoc backbone », les
représentants de la plate-forme ont défendu devant les opérateurs privés de la
télécommunication les intérêts des populations des régions enclavées de Madagascar et ont
plaidé pour qu’elles ne soient pas lésées dans la mise en place du réseau backbone
national. Il en est de même pour les représentants de la PFNOSCM qui se réunissent dans
les réunions de prise de décision (ou de planification) dans les différents conseils
d’Administration cités ci-dessus. Sinon, la Plate-forme crée parfois des actions de plaidoyer
sous forme de forums comme les 2 forums régionaux réalisés à Atsimo Andrefana et Anosy
en décembre 2008 sur financement du PNUD et le FORUM MAP de la société civile réalisée
en 2007 sur financement de l’Union Européenne. Là où un certain nombre de
problématiques socio-économiques du pays ou de ces régions ont été débattus avec les
autorités.

Faiblesses de la PFNOSCM

En organisation

Il semble avoir une confusion et complication de la terminologie utilisée dans la charte et les
statuts de la PFNOSCM dans la formulation du cadre stratégique de la PFNOSCM selon les
avis de certaines personnes ressources de la Plate-forme spécialistes en planification
stratégique.

A part cela, les données collectées au cours d’une analyse de la structuration institutionnelle
et de la gouvernance du PFNOSCM font état de :
- Structures mises en place de façon différente, non standardisée d’une Plate-forme à
l’autre,
- Cloisonnement entre les organisations membres du fait de la diversité des intérêts à
soutenir,
- Manque de capacité en leadership de certains dirigeants freinant l’adhésion de nouvelles
organisations et affectant la redevabilité envers les membres,
- Faible relation entre la Plate-forme nationale et les structures décentralisées limitant la
qualité de représentativité et de représentation des OSC vis-à-vis des dirigeants,

L’éparpillement et l’éloignement géographique de la plupart des organisations membres


par rapport au siège qui se trouve dans la capitale, même si le CNOSS peut selon le statut
changer d’emplacement, ne permettent pas d’avoir la participation active aux différentes
réunions de réflexion et de conception qui pourraient intéresser tout le monde.

4
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

En communication

L’insuffisance de la communication et information entre le bureau national et régional se fait


cruellement sentir au niveau des plate-formes régionales.

Sinon, en raison du manque de communication, les membres de la PFNOSCM ne se


connaissent pas très bien entre eux (entre plate-formes régionales surtout) hormis les
membres du CNOSS (représentants des régions) qui se sont fait connaissance au cours des
ateliers et réunions au niveau national. Il manque la communication entre ces plate-formes
régionales.

Gestion de projet

La PFNOSCM dispose de plan d’action pluriannuelle suivant les orientations décidées par le
CNOSS en octobre 2006. Si le plan d’action 2008 a été mis en œuvre grâce à l’appui du
PNUD, le plan d’action 2009 a été en partie mis en veilleuse en raison de la crise politique
qui secoue le pays. Le plan d’action 2010 est en gestation.

Les plate-formes régionales n’ont pas de siège ou point focal régional. Egalement, il y a une
absence de dirigeants professionnels rémunérés au niveau national et régional.

En réseautage

Certains réseaux thématiques sont non fonctionnels. D’autres sont plus dynamiques pour ne
citer que les groupes thématiques éducation, genre, foncier qui mènent chaque année, en
mobilisant leurs membres, des activités de plaidoyer en faveur de leurs secteurs. Au niveau
des districts et des communes, l’Organisation et la structuration sont quasi-absentes.

En plaidoyer

Il y a un manque d’outils de suivi des politiques de développement en particulier au niveau


des thématiques et des régions. Selon nos informations, la PFNOSCM a mis en place des
outils d’analyse diagnostique de la pauvreté au niveau de 11 thématiques nationales et des
22 régions grâce à l’appui de la SAT au niveau de la zone SADC. Mais le système de
collecte, de traitement, voire de publication de ces données ne sont pas encore bien au
point.

Certains responsables de la PFNOSCM au niveau national et au niveau régional ont encore


des craintes de faire le suivi des politiques publiques pour diverses raisons : peur de
représailles par les autorités, non maîtrise des problématiques et des situations des
politiques sectorielles publiques.

Diagnostic du CNPC

Forces du CNPC

En organisation

La gouvernance interne du CNPC semble correcte. Il y a un manuel des procédures suivi en


général, des documents de travail assez précis et bien classés, des réunions périodiques
répertoriées dans la majeure partie des cas, des assemblées générales régulières et des
rapports disponibles et compte rendu des différentes séances de travail et réunions envoyés
aux membres par e-mail.

5
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

On note également une clarté de la vision et une bonne compréhension de la mission et de


l’approche méthodologique par les responsables stratégiques. La cohérence des
activités est démontrée par la disponibilité du schéma structurel et organisationnel. Sinon,
on constate que la structure du CNPC est indépendante.

En communication

Des outils de Marketing institutionnel modernes et pertinentes ont été élaborés. La cause de
la promotion de la participation citoyenne est soutenue et reconnue par les personnalités
politiques. Ainsi, on peut citer l’intégration de la promotion de la participation citoyenne dans
le document cadre de politique de réduction de la pauvreté (MAP) et dans le document de
planification des Partenaires Techniques et Financiers (PGDI).

En gestion de projet

Des documents de planification des projets de promotion de la participation citoyenne ont été
élaborés.

En réseautage

Le schéma organisationnel du réseau du CNPC montre une large structure de réseautage.

En plaidoyer

Les acteurs au niveau de la base connaissent les réalités locales. Cette situation conduit à
la pertinence dans l’identification et la formulation des Questions d’Intérêts Publics faisant
l’objet d’actions de plaidoyer.

Faiblesses du CNPC

En organisation

La composition de chaque structure du CNPC se veut être très représentative et très


stratégique à tous les niveaux et devient donc lourde.

En communication

Le dispatching des informations et des différents comptes rendus est non disponible pour
ceux qui n’ont pas de e-mail.

En gestion de projet On note une absence d’expérience en matière de gestion directe d’un
projet (fonds mis à disposition par un partenaire technique et financier). A cela s’ajoute
l’insuffisance en matière de capacités matérielles : local, matériels et outils de travail. Il y a
enfin un faible budget de fonctionnement.

En réseautage

Il semble avoir une faiblesse dans la capitalisation et la mise en synergie des diversités
régionales.

En plaidoyer

Il semble avoir une faible capacité de lobbying.

6
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

En terme d’analyse comparative entre les deux structures, il faut reconnaître que :
- Le CNPC n’est opérationnel que depuis janvier 2008.
- Le dispositif de participation citoyenne est conçu et permet de cerner le travail à faire.
- Les principaux responsables sont identifiés au niveau national et régional mais au niveau
intermédiaire et de la base, beaucoup reste à faire.
- Le mécanisme permettant de collecter, formuler et formaliser les propositions, les
doléances, les problèmes et les efforts relatifs à la vie de la Nation n’est pas mis en
place.
- Les instruments garantissant la participation citoyenne ne sont pas encore disponibles
- La pérennisation du programme de participation citoyenne n’est pas encore assurée.

Enfin, en perspective d’autonomisation, le CNPC envisage la mise en place d’un système


d’information permettant la mise à disposition de bases de données fiables à tous les
niveaux et susceptibles d’être vendues à tout utilisateur, l’exploitation de centre de formation
à la démocratie et à la participation citoyenne peuvent devenir des sources de pérennisation
du dispositif de la participation citoyenne. Le CNPC développe le partenariat en échangeant
des services avec d’autres acteurs.

Evaluation des actions d’appui du PNUD à la PNFOSCM et du CNPC

Forces des actions d’appui du PNUD au CNPC

En termes de pertinence

Les activités réalisées dans le cadre du programme gouvernance de la République de


Madagascar cadraient bien avec les priorités des autorités du moment inscrites dans le
MAP. Elles répondaient également aux besoins de structuration de la participation citoyenne
à tous les niveaux pour restaurer la confiance entre les gouvernants et les gouvernés.

En termes d’efficacité

La mise en place du réseau CNPC est effective dans deux zones de Madagascar : La Zone
Nord regroupe 3 ex- Chef lieux de Province : Toamasina, Antsiranana, Mahajanga ; La Zone
Sud regroupe 3 ex- Chef lieux de Province : Antananarivo, Fianarantsoa, Toliary.

L’édition et le dispatching du Journal « Fanjakana Tsara Tantana » ont permis le


développement du réseau du CNPC. Les Séances de team building des acteurs ont renforcé
la capacité du CNPC à mobiliser et animer les forces de la participation citoyenne a tous les
niveaux. L’établissement de l’état des lieux de la participation citoyenne Haute Matsiatra,
Atsinanana, Alaotra Mangoro, Sava - Diana, Analamanga a permis de cerner les ententes et
potentialités locales. La sensibilisation et la formation à la participation Citoyenne du
FI.MPI.MA (Fikambanan’ny Mpikabary eto Madagasikara) ont permis de la dissémination
des informations. La mise en place d’un cadre de partenariat entre le Gouvernement et
l’OSC dans les Régions de Vatovavy Fito Vinany et d’Atsimo Andrefana (AMAP/PNUD)

Faiblesses des actions d’appui du PNUD au CNPC

En termes de pertinence

Les spécificités des missions en faveur des populations et pour la mise en œuvre de
l’UNDAF et du CPAP du CNPC par rapport à celles de la PFNOSCM ne sont pas bien mises
en exergue alors que ce sont tous deux organismes qui bénéficient directement ou
indirectement de l’appui du PNUD.

7
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

En termes d’efficacité

Il n’y a pas de suivi et d’évaluation des actions d’appui du PNUD de la part du PNUD et du
CNPC. En effet, la mission n’a pas trouvé de document officiel rapportant les résultats de
ces actions. Le changement fréquent du staff auprès du PNUD n’a pas favorisé la continuité
des actions du PNUD dans l’appui à la société civile malgache.

L’appui du PNUD a été réalisé à travers la direction de la Bonne Gouvernance de la


Présidence de la République de l’époque. L’approche du PNUD et de la PRM n’était pas
nécessairement cohérente et le bénéficiaire était un peu perdu dans la conduite des
activités.

La gestion des ressources du PNUD n’étaient pas communiquée au CNPC. C’était la


direction de la bonne gouvernance de la PRM qui gérait ces ressources.

Les communications et informations concernant les actions du PNUD n’étaient pas


transmises directement de PNUD mais étaient entendu à travers les actions de la direction
de la bonne gouvernance de la PRM. Il y avait même des flous sur les initiateurs des
directives.

Le renforcement de la capacité de réseautage et de plaidoyer ne faisait pas partie des


actions de l’appui du PNUD.

En termes de durabilité

Il n’y a pas de stratégie claire d’autonomisation ou de pérennisation du Cnpc.

Forces des actions d’appui du PNUD à la PFNOSCM

En termes de pertinence

L’appui à la mise en place de la PFNOSCM et au renforcement de ses capacités répond


aux volontés politiques des autorités d’impliquer la société civile au processus de
développement à tous les niveaux pour améliorer la gouvernance au sein de l’Administration.
Cet appui répond également aux attentes des populations de porter et défendre leurs voix et
leurs intérêts dans les espaces de dialogue, sachant que les populations font de moins en
moins confiance aux élus politiques.

En termes d’efficacité

La Plate-forme nationale s’est montrée capable dans le renforcement des structures


existantes dans les zones d’intervention du projet, l’élaboration de plans de renforcement
des capacités, la mise en place de structures thématiques nationales.

L'organisation et le système de gouvernance interne des 2 plates-formes régionales ainsi


que leurs capacités en networking se sont améliorés : plates-formes régionales d’Atsimo
Andrefana et d’Anosy. L’élaboration des stratégies de renforcement de capacités, de
communication et de suivi des politiques et plaidoyer était un exercice participatif
d’autoévaluation organisationnelle et technique. A cela s’ajoute la disposition d’outils de
planification des renforcements des capacités des plates-formes régionales (Atsimo
Andrefana et Anosy).
Les organisations de société civile au niveau de tous les districts d’Atsimo Andrefana et
d’Anosy sont sensibilisées et mobilisées autour de la charte commune des OSC.

8
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Enfin, on note également que les capacités de la Plate-forme Nationale des OSC de
Madagascar à mobiliser et présenter les perspectives de la société civile sur la gouvernance,
le développement humain et les stratégies nationales ont été renforcées.

En termes de durabilité

L’appui à la coordination, gestion et fonctionnement de la Plate-forme Nationale des OSC de


Madagascar a permis de maintenir le recrutement de l’équipe du projet (Secrétariat Exécutif
de la PFNOSCM), la dotation d'équipements et matériels informatiques, la prise en charge
des frais de communication et des missions de suivi du PNUD. Ces appuis ont permis de
développer davantage les capacités de gestion de projets de la PFNOSCM. Son équipe
permanente assurait la gestion opérationnelle et financière des projets du « Southern Africa
Trust » (SAT) en matière de suivi du MAP et de l’UNFPA en matière de promotion du genre
auprès des autorités politiques et de la société civile. La gestion technique et financière de
ces projets a suivi les procédures de la PFNOSCM ainsi que celles de ces partenaires
techniques et financiers grâce à la collaboration étroite des chargés de programme et des
assistants administratifs et financiers de ces organismes (exigence des procédures).

Faiblesses des actions du PNUD à la PFNOSCM

En termes de pertinence

Nombre d’activités prévues à être appuyées par le PNUD n’ont pu être réalisées malgré les
attentes exprimées par les membres de la Plate-forme (ateliers de mobilisation
interprovinciaux, base des données, etc.).

En termes d’efficacité

Après la convention nationale de mise en place de la PFNOSCM où le PNUD assurait le


leadership du consortium des bailleurs de fonds qui se sont engagés pour accompagner la
PFNOSCM dans la mise en œuvre de sa vision, aucun document cadre de partenariat
pluriannuel n’a été signé officiellement entre les 2 parties avant le projet d’appui en juin
2008. Le recrutement de l’équipe du Secrétariat Exécutif et l’appui en équipement ont été
effectué entre fin 2006 et fin 2007 sur la base des PV de réunion servant de protocoles
d’accord entre le PNUD et la PFNOSCM et qui sont rédigés au nom d’une personne au lieu
de la PFNOSCM

En termes de durabilité

L’instabilité et le changement fréquent de staff auprès du PNUD n’a pas favorisé la continuité
des actions du PNUD. L’équipe technique de la PFNOSCM recruté sur financement du
PNUD a vécu des moments de flottement entre 2007, 2008 et a été lâchée par le PNUD en
2009 au cours de la crise politique qui secoue le pays. Cela n’a pas permis de capitaliser les
acquis réalisé au niveau des régions d’intervention en 2008 (Atsimo Andrefana et Anosy).

Propositions de Plan de renforcement de la capacité de la PNFOSCM et du CNPC

Les propositions de plan de renforcement de capacités des deux structures de l’étude sont
résumées dans deux tableaux séparés.
Elles s’articulent autour de 4 axes stratégiques :
• Renforcement des capacités organisationnelles et structurelles
• Renforcement des capacités techniques et opérationnelles
• Renforcement des capacités de communication
• Renforcement des capacités de suivi des politiques publiques et de plaidoyer

9
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

La recommandation sur l’appui du PNUD à ces deux structures serait la mise en place de
Comité de suivi pour la mise en œuvre du PRC et des recommandations. Pour assurer la
continuité des actions de suivi de la mise en œuvre des recommandations, la composition de
ce comite de suivi devrait s’élargir a des personnes autres que le staff du PNUD Il faudrait
également assurer la stabilité au niveau des stratégies d’appui du PNUD à la société civile
malagasy

10
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

TABLE DES MATIERES

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ..................................................................................... 13


LISTE DES TABLEAUX ................................................................................................................ 15
LISTE DES FIGURES ................................................................................................................... 15
1.1 PRESENTATION DE L’ETUDE ...................................................................................................... 16
1.2 OBJECTIF DE L’ETUDE ET RESULTATS ATTENDUS........................................................................ 16
1.3 APPROCHE METHODOLOGIQUE ................................................................................................. 16
1.4 LIMITES DE L’INTERVENTION ET SOLUTIONS APPORTEES ............................................................. 18
1.5 LES SOURCES .......................................................................................................................... 18
1.6 DEROULEMENT DE LA MISSION .................................................................................................. 19
1.7 RESTITUTION DES LIVRABLES.................................................................................................... 19
II. ANALYSE DES CAPACITES DE LA PFNOSCM....................................................................... 20
2.1 DESCRIPTION DE LA PFNOSCM .............................................................................................. 20
2.1.1 HISTORIQUE DE LA PFNOSCM ................................................................................................ 20
2.1.2 DEFINITION DE LA SOCIETE CIVILE ............................................................................................. 21
2.1.3 MISSIONS DE LA PFNOSCM .................................................................................................... 23
2.1.4 LES OBJECTIFS DE LA PFNOSCM............................................................................................ 23
2.1.5 CARACTERISTIQUES ET ROLES DE LA PFNOSCM ...................................................................... 23
2.1.6 VALEURS IDENTITAIRES DE LA PFNOSCM ................................................................................ 23
2.1.7 STRUCTURE DE LA PFNOSCM ................................................................................................ 24
2.1.8 REALISATIONS DE LA PFNOSCM ............................................................................................. 25
2.2 ANALYSE DES FORCES ET FAIBLESSES DE LA PFNOSCM ............................................ 31
2.2.1 FORCES DE LA PFNOSCM ...................................................................................................... 31
2.2.2 FAIBLESSES DE LA PFNOSCM................................................................................................. 36
2.3 PROPOSITIONS D’ACTIONS DE CAPITALISATION DES FORCES ET D’AMELIORATION DES FAIBLESSES DE
LA PFNOSCM .................................................................................................................................... 39
2.3.1 CAPITALISATION DES FORCES DE LA PFNOSCM ....................................................................... 39
2.3.2 AMELIORATION DES FAIBLESSES DE LA PFNOSCM: .................................................................. 39
III. ANALYSE DES CAPACITES DU CNPC ............................................................................... 47
3.1 CARACTERISTIQUE DU CNPC ................................................................................................... 47
3.1.1 HISTORIQUE DU CNPC ............................................................................................................ 47
3.1.2 DEFINITION DU CNPC .............................................................................................................. 48
3.1.3 MISSION DU CNPC .................................................................................................................. 48
3.1.4 CARACTERISTIQUES ET ROLES DU CNPC .................................................................................. 49
3.1.5 LES COMPOSANTES DU CNPC.................................................................................................. 49
3.1.6 LES VALEURS IDENTITAIRES DU CNPC ...................................................................................... 50
3.1.7 LES STRUCTURES DU CNPC .................................................................................................... 50
3.1.8 LES REALISATIONS DU CNPC ................................................................................................... 50
3.2 ANALYSE DES FORCES ET FAIBLESSES DU CNPC ........................................................ 52
3.2.1 FORCES DU CNPC .................................................................................................................. 52
3.2.2 FAIBLESSES DU CNPC ............................................................................................................. 53
3.3 PROPOSITIONS D’ACTIONS DE CAPITALISATION DES FORCES ET D’AMELIORATION
DES FAIBLESSES DU CNPC ........................................................................................................... 53
3.3.1 CAPITALISATION DES FORCES DU CNPC ................................................................................... 53
3.3.2 AMELIORATION DES FAIBLESSES DU CNPC: .............................................................................. 54
3.4 PROPOSITION DE PLAN DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DU CNPC PAR
REGROUPEMENT DES ACTIONS EN AXE D’INTERVENTION...................................................... 55
IV ANALYSES DES OPPORTUNITES ET DES MENACES DE L’ENVIRONNEMENT EXTERNE
DE LA PFNOSCM ET DU CNPC ....................................................................................................... 59
4.1 ANALYSES DES OPPORTUNITES................................................................................................. 59
4.2 ANALYSES DES MENACES ......................................................................................................... 60

11
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

4.3 PROPOSITION D’ACTIONS D’EXPLOITATION DES OPPORTUNITES ET DE PREVENTION DES MENACES


SUR LA PFNOSCM ET DU CNPC ......................................................................................................... 61
4.3.1 LES ACTIONS D’EXPLOITATION DES OPPORTUNITES AU NIVEAU DE LA PFNOSCM ET DU CNPC ... 61
4.3.2 LES ACTIONS DE PREVENTION DES MENACES AU NIVEAU DE LA PFNOSCM ET DU CNPC ............ 61
V. EVALUATION DES ACTIONS D’APPUI À LA PFNOSCM ET AU CNPC .................................. 63
5.1 APPUI DU PNUD AU CNPC ...................................................................................................... 63
5.1.1 FORCES DES ACTIONS D’APPUI DU PNUD AU CNPC.................................................................. 63
5.1.2 FAIBLESSES DES ACTIONS D’APPUI DU PNUD AU CNPC ............................................................ 63
5.2 APPUI DU PNUD A LA PNFOSCM ............................................................................................ 64
5.3 FORCES DES ACTIONS D’APPUI DU PNUD A LA PFNOSCM ....................................................... 66
5.4 FAIBLESSES DES ACTIONS DU PNUD A LA PFNOSCM .............................................................. 67
CONCLUSION ................................................................................................................................... 68
ANNEXE ............................................................................................................................................ 69
ANNEXE 1 : GRILLES D’ANALYSE ............................................................................................. 70
ANNEXE 2 : STATUTS PFNOSCM .............................................................................................. 78
ANNEXE 3 : CHARTES COMMUNES DE LA PFNOSCM ........................................................... 90
ANNEXE 4 : STATUT CNPC......................................................................................................... 95
ANNEXE 5 : REGLEMENT INTERIEUR CNPC ............................................................................ 99
ANNEXE 6 : CODE DE CONDUITE CNPC ................................................................................ 106
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................. 115
PERSONNES RENCONTREES ..................................................................................................... 116
TDR ................................................................................................................................................. 117

12
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

ABC : Analyse des besoins de compétences


ACBF : African Capacity Building Foundation
ACP-UE : Afrique Caraïbe Pacifique - Union Européenne
AGR : Assemblée générale Régionale
ANE : Acteurs Non Etatiques
APE : Accord de Partenariat Economique
BER : Bureau Exécutif Régional
CADPC : Cellule d’Appui de District pour la Participation Citoyenne
CANPC : Cellule d’Appui Nationale pour la Participation Citoyenne
CARO : Centre d’Appuis et de Ressources aux ONG
CARPC : Cellule d’Appui Régional pour la Participation Citoyenne
CCEM (FFKM): Conseil Chrétien des Eglises de Madagascar
CDPC : Consortium de District pour la Participation Citoyenne
CIVICUS : Alliance Mondiale pour la participation citoyenne et procède à la mise en
réseau des acteurs
CN : Convention Nationale
CNOSS : Comité National de l’Orientation et de Suivi Stratégiques
CNPC : Conseil National pour la Participation Citoyenne
CNPC : Consortium Nationale de la Participation Citoyenne
CROSS : Comité Régional d’Orientation et de Suivi Stratégique
CRPC : Consortium Régional pour la Participation Citoyenne
CSI : Conseil Supérieur de I’ Intégrité
ECPDM : Centre européen de gestion des politiques
EITI : Initiative de transparence de gestion des ressources minières
ENMG : Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffiers
EPT : Education pour Tous
FED : Fond Européenne pour le Développement
FID : Fonds d’Intervention pour le Développement
FI.MPI.MA : Fikambanan’ny Mpikabary eto Madagasikara
MINSAN : Ministère de la Santé
NLIM : National Leadership Institut of Madagascar
OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement
ONG : Organisation non Gouvernementale
OSC : Organisation de la Sociétés Civiles
OSCM : Organisation de la Société Civile Malgache
OTU : Office des Travaux d’Urgence
PACT : Pacific Association Community Trade
PCM : Participation Citoyenne de Madagascar
PDPC : Programme de District pour la Participation Citoyenne
PFN : Plateforme Nationale
PFNT : Plates-formes Nationales Thématiques
PFNOSCM : plateforme National des Organisations de la Société Civile
PFR : Plateforme Régionale
PFROSCM : Réseautage des Organisations de la Société Civile de Madagascar
PNPC : Programme National de la Participation Citoyenne
PNUD : Programme de Nations Unies pour le Développement
PREA : Programme de Reforme pour l’Efficacité de l’Administration
PRC : Plan de Renforcement de Compétences
PRPC : PROGRAMME REGIONAL DE LA Participation Citoyenne
PTA : Plan de Travail Annuel
PTF : Partenaires Techniques Financiers
QIP : Questions d’intérêt Public
SADC : South Africa Development Community

13
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

SEN : Secrétariat Exécutif National


TAFO : TAnjona FOtotra
TAN.TSA.H. : Tany Tsara Honenana
TANIVO : TANjona IVOM-pandrosoana
TDR : Termes de références
USAID : United States Agency International Development

14
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : COMPOSITION DE CHAQUE STRUCTURE ......................................................... 110

Tableau 2 : RÔLES ET FONCTIONS AU NIVEAU DE CHAQUE STRUCTURE : ................ 111

Tableau 3 : COMPOSITION DE LA CELLULE D’APPUI : Composée de Simples Citoyens,


des techniciens disposant de diverses expertises à différents niveaux ................................... 113

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Les 4 acteurs principaux au sein de la société malgache (Source : PFNOSCM) .. 22

Figure 2 : Diagramme de la structure organisationnelle du système « participation


citoyenne » ........................................................................................................................................ 107

Figure 3 : Schéma organisationnel du réseau du CNPC ........................................................... 108

Figure 4 : L’organigramme du CNPC ............................................................................................ 109

Figure 5 : Dispositif de la participation citoyenne ........................................................................ 114

15
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

I. INTRODUCTION

1.1 Présentation de l’étude

Il est important de rapporter que l’une des préoccupations des acteurs du développement
actuel est la résolution de la crise socio-politique dans le pays. Les institutions concernées
par l’équilibre du pouvoir sont très sollicitées à intervenir et jouer leurs rôles essentiels de
médiation dans la résolution de la situation conflictuelle qui prévaut dans le pays. Les
partenaires techniques et financiers de Madagascar appuient ces organisations pour leur
permettre d’assumer leur rôle.
Dans le cadre de l’évaluation des capacités des organisations faîtières de la société civile
malagasy, le PNUD apporte des appuis à la Plateforme Nationale des Organisations de la
Société Civile (PFNOSCM) et du Consortium National de la Participation Citoyenne (CNPC)
depuis 2005. Les termes de référence rapportent qu’on perçoit encore de la société civile
d’aujourd’hui des difficultés à s’imposer dans ses rôles essentiels d’interpellation, de « watch
dog », de partenaire de développement et de contre-pouvoir. Aussi, afin d’améliorer et
éventuellement de réorienter cette stratégie d’appui à la société civile, une évaluation des
résultats et des effets obtenus s’avère indispensable et opportune.

C’est donc dans ces contextes général et spécifique qu’il est fait appel à une équipe de
consultants pour réaliser une Mission d’évaluation des capacités de la PFNOSCM et du
CNPC. Les prestations préconisées constituent donc un ensemble cohérent d’actions
successives (i) d’évaluation des actions d’appui à la PFNOSCM et au CNPC, (ii) d’analyse
des capacités d’organisation, de communication, de gestion, de réseautage et de plaidoyer
de la PFNOSCM et du CNPC dans les domaines clés leur permettant de jouer pleinement
les rôles qui leur sont dévolus ; (iii) de proposition de plan de renforcement des capacités de
la PFNOSCM et du CNPC vers une autonomisation effective des dits organismes.

L’association de consultants multidisciplinaires « Tany Tsara Honenana » (TAN.TSA.H)


répond à cet appel par la présente proposition. Il s’agit d’un paquet de service offert par son
expert en élaboration de plan de renforcement des capacités et de son expert en analyse
organisationnelle. Cette option permet d’offrir une solution pour répondre aux besoins
d’interventions nécessitant des compétences pluridisciplinaires.

1.2 Objectif de l’étude et résultats attendus

Les objectifs spécifiques sont (i) d’évaluer les actions d’appui a la PFNOSCM et du CNPC
initiées par le PNUD ; (ii) d’analyser les capacités d’organisation, de communication, de
gestion, de réseautage et de plaidoyer de la PFNOSCM et du CNPC dans les domaines clés
leur permettant de jouer pleinement les rôles qui leur sont dévolus ; (iii) de proposer un plan
de renforcement de capacités de la PFNOSCM et du CNPC vers une autonomisation
effectives des dits organismes.

1.3 Approche méthodologique

La mission a adoptée la méthode d’analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities


and Threats) ou FFOM (Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces) pour l’analyse
diagnostique organisationnelle des deux organisations. Il s’agit d’analyser les structures de
l’organisation, leur fonctionnement, ses missions, son environnement externe ainsi que les
besoins des bénéficiaires afin d’identifier les gaps collectifs.
En général, notre analyse SWOT a suivi 5 étapes.

16
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Etape 1 : La préparation des entretiens

Il nous a fallu réunir les meilleures conditions de réussite de l’analyse en préparant les
entretiens sur les plans :

- Logistique : salles de travail, tableaux mous, etc


- Information : les participants ont été informés de l’évaluation organisationnelle,
- Objectifs : expliquer pourquoi l’analyse est-elle menée ? quel changement est envisagé
par l’organisation?

Etape 2 : L’identification des forces, faiblesses, opportunités et menaces

Les personnes interviewées proposent ce qu’ils/elles pensent être des forces, faiblesses,
opportunités et menaces. Pour identifier les forces et les faiblesses, il était utile de penser à
des exemples où l’organisation a pu exploiter des opportunités et où, à l’inverse, elle a
échoué, et pourquoi. Il était important de garder à l’esprit qu’une « force » est un atout qui
s’est déjà matérialisé, qui a fait ses preuves. C’est, au mieux, une « potentialité » interne, à
différencier des « potentialités » externes offertes par l’environnement de l’organisation. Les
opportunités doivent être comprises comme un potentiel qui n’est pas encore exploité par
l’organisation (financements, lois, projets, etc.).

Etape 3: La hiérarchisation

La hiérarchisation a permis de se fixer sur l’ordre d’importance des facteurs identifiés. Il n’y a
pas de méthode standard pour la hiérarchisation. On peut utiliser un classement plus ou
moins sophistiqué selon des critères identifiés.

Etape 4 : L’analyse

L’analyse SWOT est un processus continu et ne se limitait pas à cette dernière étape.
L’étape précédente en particulier - la hiérarchisation - est une phase analytique car elle
permet aussi de découvrir pourquoi certains facteurs sont plus importants que les autres.

La dernière phase permet surtout de tirer les conclusions et recommandations de l’analyse,


en se basant sur la hiérarchisation. Les questions suivantes ont guidé ce processus :

- Parmi tous ces facteurs, quels sont les plus urgents à résoudre ou à exploiter ?
- Quels sont les facteurs qui peuvent s’équilibrer les uns les autres? Par exemple,
comment capitaliser les forces ou résoudre les faiblesses?
- Quelles tendances représentent la menace la plus importante ? Comment y répondre ?

En conclusion, l’analyse devait déboucher sur une stratégie qui servira à planifier les
activités de renforcement des capacités des deux organisations. Deux types de stratégies
peuvent être considérés :
- Une stratégie « d’adaptation » (fit strategy): exploiter les forces existantes dans
l’organisation et saisir quelques unes des opportunités
- Une stratégie « d’étirement » (stretch strategy) : résoudre les faiblesses et prendre de
nouvelles mesures pour éviter les menaces.

Etape 5: Outils utilisés dans l’analyse organisationnelle (Cf. Annexe) :

Quelques outils ont été utilisés pour la collecte des données au cours de cette analyse
SWOT :

17
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Fiche synthétique de description des activités de chaque organisation, pour les


enquêtes menées auprès des responsables des 2 organisations,
- Grille d’analyse SWOT, pour les enquêtes menées auprès des responsables des 2
organisations, des partenaires ou des personnes ressources identifiées,
- Guides d’entretien pour les « bénéficiaires », pour les entretiens auprès des parties
prenantes (partenaires, groupes cibles ou bénéficiaires) des 2 organisations.

Cette étude a utilisé une approche participative intégrant les parties concernées en
l’occurrence la PFNOSCM et le CNPC dans toutes les étapes de l’étude. L’approche a
également mis l’accent sur l’approche de genre en impliquant de manière effective toutes les
parties prenantes qui interviennent et qui sont concernées par l’appui et la promotion de la
société civile.

Par ailleurs, l’étude a recouru à toutes les possibilités pour rassembler, exploiter et valoriser
les informations documentées et la banque des données (des activités réalisées) qui se
trouvent au niveau du siège (Secrétariat exécutif de la plate forme par exemple ). Il y a eu
lieu d’élaborer les différents outils (collecte, traitement et synthèse) sur la base des
informations recherchées et les critères d’évaluation retenus face à l’inexistence de
« baseline » suite à la non réalisation de l’indice de la société civile. Finalement, l’étude a
identifié des indicateurs d’appréciation de l’organisation, la gouvernance, etc.et qui sont en
relation avec la charte commune et les statuts. A cela s’ajoute les indicateurs pris comme
référence dans les documents de planification du projet de la PFNOSCM financé par le
PNUD en 2008, à savoir les résultats attendus : charte commune de la SC maitrisée ;
Organisation et système de gouvernance interne de la PFN et des PFR améliorée ainsi que
leur capacité en « networking » ; capacité de la PFNOSCM à mobiliser et présenter des
perspectives de la SC sur la gouvernance , le développement humain et les stratégies
nationales sont renforcées. En d’autres termes, la mission a vérifié à travers ses enquêtes
SWOT si ces résultats ont été atteints et expliqué pourquoi. Les réponses sont donc dans les
éléments de forces ou de faiblesses de la PFNOSCM.

1.4 Limites de l’intervention et solutions apportées

L’étude a été handicapée par l’inexistence de « baseline » du fait de la non réalisation de


l’indice de la société civile ainsi que des mesures pour faire face à cette contrainte. L’étude
a donc défini les grilles d’évaluation en rapport avec les objectifs spécifiques énoncés dans
les TDR.

Le temps alloué à la collecte d’information n’a pas permis l’extension des entretiens à des
personnes responsables au niveau des OSC membres de la PFNOSCM et du CNPC et les
autres partenaires des deux structures de l’étude, limitant ainsi l’apport de regards
extérieurs plus critiques et objectifs. La participation en grande partie des partenaires
techniques et financiers des OSC à la restitution du rapport a permis de collecter les points
de vue manquants.

Les TDR ainsi que l’opportunité de l’étude n’étaient pas discutés avec les deux structures de
l’étude et les autres partenaires intervenant dans le domaine de la société civile à
Madagascar. La tenue de la séance de restitution du rapport final a été mise à profit par les
participants pour émettre les attentes non satisfaites par la présente étude.

1.5 Les sources

Les sources des données et information pour exécuter cette étude incluent :
- Des documents et rapports des activités concernant la PFNOSCM et le CNPC
fournis par les responsables de ces structures;

18
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Des documents et rapports des activités de l’appui du PNUD mis à la disposition par
le bureau du PNUD;
- Le staff du PNUD
- Les informations fournis par les interlocuteurs interviewes ;
- Interviews des différents organismes partenaires

1.6 Déroulement de la mission

Conformément à la note méthodologique, le déroulement de la mission se faisait par étape.


Toutefois, il n’y avait pas de limite temporelle entre les étapes. Il y a des étapes entamées
avant que ses précédentes soient achevées. Par exemple, la collecte d’information continue
pendant l’identification et l’analyse des forces et faiblesses et même jusqu'à l’élaboration du
plan de renforcement des capacités.

Toutefois les actives suivantes ont été entreprises :

- Une revue et analyse détaillée de tous les documents et rapports des activités de la
PFNOSCM et du CNPC;
- Une revue et analyse détaillée de tous les documents et rapports des activités de
l’appui du PNUD ;
- Une rencontre avec le staff du PNUD et les interlocuteurs au sein des OSC à tous les
niveaux ;
- Interviews des différents organismes partenaires ainsi que des représentants des
bailleurs de fonds à Madagascar.
- Une analyse préliminaire des informations recueillies ;
- Une identification et analyse des forces et faiblesses de l’approche, des leçons
apprises ;
- Une identification et analyse des forces et faiblesses des capacités respectives de la
PFNOSCM et du CNPC;
- Une analyse détaillée des contraintes liées à l’environnement dans lequel ces deux
organismes évoluent ;
- Une élaboration du bilan de la performance des opérations ;
- Une élaboration de plan de renforcement des capacités de la PFNOSCM et du CNPC
- Une élaboration et la validation des livrables contractuels en l’occurrence la note
méthodologique, le Rapport préliminaire, le Plan de renforcement des capacités de la
PFNOSCM et du CNPC, et le Rapport final.

1.7 Restitution des livrables

Les livrables contractuelles de l’étude sont :


- Note méthodologique
- Rapport préliminaire
- Plan de renforcement des capacités
- Rapport final
Des séances de restitution des livrables intermédiaires ont été prévues.

19
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

II. ANALYSE DES CAPACITES DE LA PFNOSCM

2.1 Description de la PFNOSCM

2.1.1 Historique de la PFNOSCM

La PFNOSCM a été mise en place à travers un processus qui a duré deux ans à partir de
l’année 2003. Ce processus a été caractérisé par :
- La mobilisation des organisations de la société civile issues des communes, des
districts et des régions,
- La clarification de la définition de la « société civile »,
- L’appui progressif « d’un consortium » de partenaires techniques et financiers.

Les grandes dates historiques qui ont marqué le processus de mise en place de la
PFNOSCM sont:
- Année 90 : Prise de conscience par un certain nombre de leaders de la société civile
de l’importance de structurer la société civile pour mieux influencer les politiques de
lutte contre la pauvreté et la gouvernance des affaires publiques à répondre au mieux
aux intérêts de la population,
- Avril – juin 2003 : prise de contact entre OSCM et avec la FFE (Fondation Friedrich
Ebert),
- 07 juillet 2003 : mise en place officielle du COMITE NATIONAL PREPARATOIRE de
la Plate forme nationale de la Société Civile Malgache à Maibahoaka avec le
partenariat technique et financier de la FFE,
- Août-septembre 2003 : processus de mise en place du Programme, des structures et
des moyens du CNP dont une Cellule de Coordination nationale et 5 Commissions
techniques,
- Octobre 2003 - mars 2004: Mobilisation- contacts et rencontres pour la mise en place
partielle de quelques structures de pilotage régional et pour l’appropriation du
processus par les OSCM des 6 provinces. Contacts et négociations avec des
partenaires techniques et financiers à Madagascar et à l’extérieur,
- 5 mars 2004 : présentation officielle du CNP aux différents partenaires, au grand
public au grand Amphithéâtre de la Direction générale du Plan à Anosy,
- Avril-juin 2004 : préparatifs du premier Atelier National Préparatoire pour la mise en
place de la PLATE FORME NATIONALE,
- 21-23 juin 2004 : ATELIER NATIONAL PREPARATOIRE avec 140 représentants des
OSCM venus des 20 régions GTDR des 6 provinces de Madagascar à Antananarivo,
- Juillet-septembre 2004 : préparatifs de l’Atelier interrégional NORD,
- 20-23 septembre 2004 : ATELIER PREPARATOIRE INTER-REGIONAL NORD des 3
provinces de Toamasina, Mahajanga et Antsiranna à TOAMASINA,
- Octobre 2004 : préparatifs de l’Atelier interrégional SUD,
- 03 au 05 novembre 2004 : ATELIER PREPARATOIRE INTER-REGIONAL SUD des
3 provinces de Tuléar, Fianarantsoa et Antananarivo à TULEAR,
- novembre 2004-juin 2005 : préparatifs de la CONVENTION NATIONALE DES OSCM
pour la mise en place de la PLATE-FORME NATIONALE DE LA SOCIETE CIVILE,
- 20 au 23 juin 2005 : tenue de la CONVENTION NATIONALE DES OSCM à
ANTANANARIVO : mise en place de la PLATE-FORME NATIONALE avec l’adoption
de la CHARTE COMMUNE de la Société civile par les 450 délégués des
organisations des 22 régions des 6 provinces de MADAGASCAR.

Par la même occasion, les structures au niveau national (Comité national d’Organisation et
de Suivi Stratégique) et au niveau régional ont été mises en place. Finalement, les
participants ont procédé à l’adoption de la Charte commune de la Société civile de
Madagascar et à l’élection de la Présidente, du Secrétaire Général et des membres du

20
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Comité National de l’Orientation et de Suivi Stratégiques (CNOSS), à raison de deux


personnes par région.

2.1.2 Définition de la société civile

Un des objectifs de l’atelier national préparatoire de mise en place de la plate forme


nationale des OSCM1 a été d’obtenir une définition consensuelle du concept de société
civile, de sa mission ou de son rôle dans le processus du développement au niveau national,
régional et mondial ainsi qu’une concertation sur la caractérisation de la vision commune de
la société civile malgache sur le projet de société à promouvoir à Madagascar. A l’issue de
cet atelier, suivi des ateliers de validation inter régionaux Nord et Sud2, la définition retenue
et la caractérisation s’articulent autour des 4 acteurs principaux au sein de la société
malgache :

- La société étatique
- La société politique
- Le secteur privé
- La société civile

La société civile est l’un des acteurs principaux du développement au sein de la société, les
trois autres étant l’Etat, le secteur privé et la société politique. Plus spécifiquement, elle est
l’ensemble des organisations volontaires, sans but lucratif, indépendantes vis-à-vis de la
société étatique, de la société politique et du secteur prive, œuvrant au sein de et auprès
des populations pour leur autopromotion sur le plan socio-économique, civique et culturel.
Elle rassemble au sein de ses différentes organisations plusieurs individus, d’origine sociale
et ethnique différente, de tendance religieuse et politique diverse, mais unis par des objectifs
communs qui consistent a œuvrer ensemble pour le bien-être des populations des
fokontany, des communes, des régions et du pays.
Elle est composée par des organisations non partisanes contrairement aux partis politiques
et œuvre pour l’éducation a la citoyenneté.

Son but fondamental : l’instauration d’un développement humain durable effectif avec
l’éradication a terme de la pauvreté.

1
OSCM en marche pour la plate forme nationale, Comité national préparatoire, rapport de synthèse, Atelier
national préparatoire Antananarivo 21, 22 et 23 Juin 2004
2
Atelier inter régional Nord, 20-23 septembre 2004 à Toamasina et Atelier Inter régional Sud, 3-5 Novembre
2004 à Toliara

21
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Services publics:
SOCIETE ETATIQUE
tous les ministères,
hôpitaux, postes, fisc,
douanes, enseignement
public, cours de justice,
tribunaux, Armée, services
de sécurité/police,
Parlement (sénat,
assemblée nationale),
services déconcentrés, etc.
Médias publics
Entreprises publiques
syndicats (en cas de
Mécanismes consensuels de monolithisme, etc.
régulation des rapports sociaux
Constitution, règlements, lois,
décrets, convention, contrats

SOCIETE SECTEUR SOCIETE


POLITIQUE PRIVE CIVILE

ONG et associations de
Partis politiques développement
Regroupements politiques Organisations communautaires
Parlement (en cas de Entreprises Organisations paysannes
pluralisme) Cabinets d’études, d’audit… Associations des femmes
Médias de partis Sociétés, compagnies Corporations professionnels :
Syndicats de partis Banques, groupements chambres de commerce, chambres
Idéologues de partis bancaires de métiers, ordres (avocats, juristes,
Propagandistes Groupes financiers médecins, architectes, ingénieurs…)
Unionistes, Séparatistes, Assurances Organisations des droits de l’homme
fédéralistes Etc. Associations culturelles et sportives
Manipulateurs politiques Mouvements de jeunesse
Gauche, Droite, Centre Sociétés savantes, académies
Organisations confessionnelles
Syndicats (libres et autonomes), etc.

Figure 1 : Les 4 acteurs principaux au sein de la société malgache (Source :


PFNOSCM)

22
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

2.1.3 Missions de la PFNOSCM

La raison d’être de la PFNOSCM réside principalement dans la nécessité de structurer,


d’organiser et de renforcer la Société Civile malgache pour la promotion d’une bonne
Gouvernance à Madagascar en vue d’un Développement Humain Durable effectif.

Ses missions se déclinent comme suit :


- Pilier des la bonne gouvernance aux côtés et en partenariat avec l’Etat et le secteur
Privé.
- Acteur décisif dans le développement économique, social et culturel
- Levier essentiel des conditions pour la réalisation des OMD dans la sensibilisation
des populations et des dirigeants autour de ces objectifs.

2.1.4 Les Objectifs de la PFNOSCM

Le statut de la PFNOSCM liste les objectifs suivants :


- Mobiliser, assurer, structurer les organisations de la société civile de Madagascar aux
différents niveaux et dans tous les secteurs d’activité,
- Assurer une représentation coordonnée et légitime de la société civile de
Madagascar vis-à-vis des acteurs du développement a tous les niveaux et dans le
concert des nations au niveau régional et mondial,
- Instaurer, sauvegarder et promouvoir la vision commune des organisations de la
société civile de Madagascar, ses valeurs identitaires et ses principes de bases,
- Relever le défi de l’unité dans la diversité, en étant la porte parole reconnu des
organisations de la société civile de Madagascar en les représentants dans la
défense des intérêts des populations et de la société civile en général,
- Favoriser le renforcement des capacités de la société civile, le réseautage des
organisations de la société civile de Madagascar ou PFROSCM,
- Promouvoir l’existence et le renforcement de systèmes d’information tous les niveaux
pour une bonne circulation des informations au sein des organisations de la société
civile de Madagascar et a l’adresse de ses différents partenaires,
- Faciliter l’instauration et le développement de structures de dialogue et de
coopération avec les différents partenaires dans la réalisation des Questions d’intérêt
Public (QIP),
- Assurer le dialogue et la coopération avec les partenaires techniques et financiers.

2.1.5 Caractéristiques et rôles de la PFNOSCM

La PFNOSCM n’est ni une union, ni une fédération, ni une confédération, ni un consortium,


mais :
- Un organe d’orientation générale, de coordination, de suivi évaluation et de
représentation du mouvement d’ensemble de la Société Civile Malagasy.
- Un espace d’échanges, de dialogue, de coopération entre les organisations de la
Société Civile et avec les différents acteurs partenaires.
- Un espace de renforcement de capacités organisationnelles et techniques des
Organisations de la Société Civile.

2.1.6 Valeurs identitaires de la PFNOSCM

Selon les statuts de la PFNOSCM, les valeurs identitaires de la PFNOCM sont :

- Le respect de la vie
- Le respect de la dignité humaine
- Le respect et sauvegarde de la terre ancestrale
- La sauvegarde et la promotion de la solidarité

23
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- La sauvegarde et le renforcement de l’unité : unité nationale et unité au sein des


acteurs
- La recherche et la défense permanente de l’intérêt collectif, de l’intérêt national au
service du bien commun
- La sauvegarde de l’entraide et de l’appui mutuel au service du bien-être de tous
(tantsoroka, valintanana, atero ka alao)
- La sauvegarde et la promotion de l’intégrité
- défense de l’Egalité, de l’Equité et de la Justice
- La promotion de la modestie et du respect mutuel

2.1.7 Structure de la PFNOSCM

Au niveau national, les organes de la PFNOSCM sont :


- La convention Nationale (CN) qui est l’Assemblée générale de la PFNOSCM. La
Convention Nationale est l’organe suprême de la PFNOSCM. Elle se réunit
périodiquement tous les 4ans.
- Le Comité National d’Orientation et de Suivi Stratégique (CNOSS) dont la mission est
stipulée dans l’article 14 du statut de la PFNOSCM.

La concrétisation stratégique des grandes orientations définies par la Convention nationale,


le suivi de leur mise en œuvre et le contrôle du respect de la Charte commune incombent au
CNOSS qui se réunit deux fois par an et qui est composé par : Un Président élu ; Un
Secrétaire général élu ; Deux représentants élus de chaque PFROSCM et Un représentant
élu de chaque Plate forme thématique nationale ; le Secrétaire exécutif national en tant que
secrétaire du CNOSS.

Concernant les pouvoirs et responsabilités du CNOSS, l’article 16 du statut stipule :


Le CNOSS dispose des pouvoirs les plus étendus pour agir en toutes circonstances au nom
de la PFNOSCM dans les limites de l’objet social et des pouvoirs qui lui sont expressément
attribués par la CN

Dirigé par la Présidente, et sans que les pouvoirs suivants ne soient limitatifs, le CNOSS est
chargé de :
- Elaborer et proposer à la CN les grandes orientations, les stratégies et les plans
d’action à moyen et à long terme de la PFNOSCM ainsi que les budgets subséquents
pour examen et validation ;
- Superviser la mise en œuvre et le suivi des orientations et des décisions de la CN
ainsi que l’application de la politique financière et budgétaire ;
- Etablir le règlement intérieur préparé par le Secrétaire Exécutif et que le CNOSS
soumet à l’approbation du CN ;
- Fixer les actes, établir l’ordre de jour de la dite Convention et diriger les travaux de la
CN ;
- Mettre en place des commissions fixées par le Règlement intérieur ou décidées par
la CN ;
- Assurer les Termes de référence, les modalités de recrutement, la désignation et la
détermination des conditions de travail du Secrétaire Exécutif National ;
- Agir au nom de la Plate-forme, dans toutes les occasions de représentation, de la
collaboration et de partenariat avec des entités extérieures à la Plate-forme.

• Le Conseil des Sages

Selon l’article 19 des statuts de la PFNOSCM, en référence à l’article 4 qui définit la mission
de la PFNOSM et à la Charte commune de la société civile de Madagascar qui est le
document fondateur de la PFNOSM et qui développe les valeurs identitaires de la société
civile et le Code de conduite des membres, un Conseil des sages est crée auprès du

24
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

CNOSS qu’il peut consulter ou qui peut le conseiller collectivement ou individuellement dans
l’exercice de sa mission ou dans le respect de la Charte commune ou pour toute autre
question que le CNOSS juge nécessaire d’avoir son avis.

• Le Secrétariat Exécutif National (SEN) :

Les articles 22 et 23 du statut donnent les détails sur la mission du secrétariat exécutif
national. Le Secrétariat Exécutif National (SEN) est l’organe technique permanent de mise
en œuvre de la PFNOSCM :
- Anime et dirige par le Secrétaire exécutif national, l’équipe du SEN recrutée par le
CNOSS est composée essentiellement d’un responsable administratif et financier, d’
un responsable chargé de l’information et de la communication, d’un responsable du
secrétariat technique.
- Sans être limitatif, les fonctions du Secrétaire exécutif national consistent à :
o Participer aux réunions du CN et du CNOSS,
o Assurer le secrétariat de la CN et du CNOSS, soit personnellement, soit en
déléguant aux membres du secrétariat exécutif,
o Assurer la programmation des activités au sein du SEN dans la mise en
œuvre des objectifs de la PFNOSCM selon les orientations de la Convention
nationale et du CNOSS,
o Rentabiliser tous les investissements de la PFNOSCM en matière de
ressources : humaines, financières et budgétaires, techniques et logistique,
etc. et développer les ressources propres de l’organisation de façon a assurer
durablement son fonctionnement et a pérenniser les actions et les impacts,
o Assurer le développement organisationnel et technique du SEN et des
différentes instances de la PFNOSCM,
o Animer, coordonner et contrôler le travail de l’équipe du SEN dans la mise e
œuvre des décisions de la CN et du CNOSS,
o Préparer et soumettre au CNOSS les rapports périodiques : semestriels,
annuels, triennaux ou quinquennaux,
o Entreprendre toutes les missions et taches déléguées par la Présidente ou le
Secrétariat général,
o Assurer le dépôt légal des Statuts de l’organisation auprès des autorités et
instances compétentes,
o Assurer l’ouverture et le fonctionnement des comptes bancaires et postaux de
la PFNOSCM en étant co-signataire des lesdits comptes avec la Présidente et
le Secrétaire Général,
o Superviser le renforcement des capacités des cadres du SEN et du personnel
d’exécution,
o Prendre les initiatives nécessaires à la réalisation des objectifs de la
PFNOSCM.

Au niveau régional, les organes de la Plateforme sont :


- L’Assemblée générale Régionale (AGR)
- Le Comité Régional d’Orientation et de Suivi (CROS)
- Le Bureau Exécutif Régional (BER)

2.1.8 Réalisations de la PFNOSCM

Organisation et structuration

La PFNOSCM mène des actions de sensibilisation sur le contenu de la charte commune de


la société civile malagasy depuis sa mise en place en juin 2005.

25
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

05 Plate-Formes Régionales (PFR) ont été mis en place de façon formelle jusqu’ici, à savoir
la PFR d’Atsimo Andrefana, la PFR d’Amoron’Imania, la PFR d’Ihorombe, la PFR d’Anosy, et
la PFR d’Androy. Les 17 autres régions sont toujours des plate-formes régionales
représentées par un noyau informel autour duquel se regroupe principalement quelques
organisations membres issues des chefs lieux des régions.
Des actions d’appui au renforcement ou à la mise en place des plates-formes régionales ont
été menées à Analamanga, Amoron’i Mania, Atsimo Atsinanana, Menabe, Vatovavy
Fitovinany, Atsimo Andrefana, Anosy, Atsinanana, Boina, Haute Matsiatra, Analanjirofo.

Un appui à la mise en place et à la restructuration des plates-formes régionales et au niveau


des districts a été également mené à :
- Atsimo Andrefana et Anosy avec l’appui du Pnud en 2008 : mise en place des plate-
formes de la société civile au niveau des districts
- Analamanga (Janvier à Sept 2007) : Séances de travail de mobilisation des autorités
locales et des organisations de la société civile, sensibilisation par voie médiatique et
mise en place des antennes locales de la société civile réalisées dans 13 districts qui
constituent la Région d’Analamanga ( Anjozorobe, Avaradrano, Atsimondrano,
Andramasina, Manjakandriana, Ankazobe, Ambohidratrimo.Antananarivo I,
Antananarivo II, Antananarivo III, Antananarivo IV, Antananarivo V et Antananarivo
VI).
- Atsimo Andrefana (Octobre 2007): organisation d’une Assemblée Générale (AG) de
restructuration de la Plate-forme régionale pour élire les nouveaux Présidents et
Secrétaire Général après les départs pour des anciens pour de nouvelles fonctions
politiques (élus député et maire de Toliara I).

Sur le plan sectoriel, la PFNOSCM a mis en place 11 plates-formes thématiques nationales


qu’elle a appuyées dans les travaux d’analyse diagnostique sectorielle sur la pauvreté à
Madagascar (Novembre 2007) :
- Thématique Droits de l’Homme
- Thématique Protection sociale (Syndicats, Handicapés, Humanitaires)
- Thématique Santé
- Thématique Environnement et gestion des ressources
- Thématique Genre
- Thématique Développement économique
- Thématique Développement rural
- Thématique Gouvernance (Élection, Démocratie, Lutte contre la Corruption)
- Thématique Education, Formation et culture
- Thématique Foncier
- Thématique eau et assainissement

L’ENMG a apporté également son concours dans l’appui au renforcement des capacités
techniques des responsables et membres de ces groupes thématiques.

Renforcement des compétences techniques des organisations de la société civile

En partenariat stratégique avec le programme FORMGED de l’Union Européenne, la


PFNOSCM a réalisé des actions de renforcement des compétences techniques des acteurs
dans les Plate-formes régionales suivantes :
- Vatovavy Fitovinany (Avril à juillet 2007) : Renforcement (enquêtes ABC ou Analyse
des besoins de compétences, élaboration PRC ou Plan de Renforcement de
Compétences, séances de travail et ateliers de formation sur le terrain) de la plate-
forme d’Ifanadiana pour conduire la mobilisation au niveau des districts de
Mananjary, Ikongo, Vohipeno et Manakara,
- Atsimo Atsinanana (Avril à juillet 2007): Renforcement (enquêtes ABC ou Analyse
des besoins de compétences, élaboration PRC ou Plan de Renforcement de

26
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Compétences, séances de travail et ateliers de formation sur le terrain) de la plate-


forme de Farafangana pour conduire la mobilisation au niveau des districts de
Vangaindrano, Vondrozo, Befotaka et Midongy du Sud,
- Menabe (Avril à juillet 2007): Renforcement (enquêtes ABC ou Analyse des besoins
de compétences, élaboration PRC ou Plan de Renforcement de Compétences,
Séances de travail et ateliers de formation sur le terrain) des responsables du
CNOSS de la région pour conduire la mobilisation au niveau des districts de Menabe,
- Menabe : Atelier de formation en structuration (juin 2007),
- Atelier de formation en planification opérationnelle de projets (juillet 2007),
- Atelier de formation des formateurs de la plate-forme régionale en ABC et PRC à
Fianarantsoa (juin 2007),
- Formation-accompagnement des formateurs de la plate-forme régionale en
élaboration de modules et animation de formation (juillet 2007).

Renforcement des capacités de gestion de projet

Plus d’un an après la convention nationale de la PFNOSCM, une équipe de professionnels


permanents a été recruté auprès du Secrétariat Exécutif et rendu opérationnelle à partir de
2007. La PFNOSCM dispose d’un siège et d’équipements matériels. Sur la base d’un
manuel des procédures de gestion de projet de la PFNOSCM et des PTF qui lui transfère
des financements, l’équipe technique assure la gestion directe de la mise en œuvre de 3
projets depuis 2007 :
- Projet de suivi des politiques du Southeren Africa Trust (2007-2008-2009)
- Projet genre de l’Unfpa (2008-2009)
- Projet de renforcement des capacités de la PFNOSCM, financé par le Pnud (2008)

Suivi des politiques et Plaidoyer

Au niveau National,a PFNOSCM investit les espaces de concertation, de décision, de


pilotage ou d’influence sur les stratégies et politiques globales ou sectorielles de
développement (Conseils d’Administration, Comités multipartites, comité de pilotage, ateliers
de planification ou de revue, etc.). ’’’…A cela s’ajoute la participation active de la PFNOSCM
aux prparations et réalisation du dialogue présidentiel

La PFNOSCM a également pris part à l’organisation d’un « Forum de la Société Civile » :


- Préparation au sein du comité de lancement depuis mars 2007 en partenariat avec le
BAON de la Délégation de la Commission Européenne à Madagascar
- Réalisation à l’ININFRA et à l’Université d’Ankatso les 22 et les 23 Novembre 2007

En termes de participation à la programmation, au suivi évaluation des politiques publiques


de développement, la PFNOSCM a réalisé les activités suivantes :
- Participation à la formulation du MAP (National et régional),
- Participation à la mise en place du PMO (Plan de mise en œuvre) du MAP,
- Participation à la mise en place du SNISE (Système National de Suivi- évaluation du
PMO-MAP),
- Participation de la PFNOSCM au Sommet des Chefs d’Etat de la SADC à Maurice en
Avril 2008,
- Participation aux revues du Secteur Santé (MINSAN) (Octobre 2007),
- Participation à la revue annuelle sur le programme de lutte contre le VIH/SIDA
(février 2007),
- Mise en place et validation du cadre stratégique pour l’implication de la société civile
dans la lutte contre le SIDA,
- Participation au Dialogue Présidentiel (Octobre-Novembre 2007),

27
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Participation à la formulation du PTA du programme EITI pour la mise en place d’un


observatoire pétrolier et minier à Madagascar (avec la Présidence et le Ministère des
Energies et Mines) (Décembre 2007),
- Participation aux travaux du Comité de pilotage et du Groupe de travail pour la mise
en œuvre du programme Extractive Industries Transparency Initiative (EITI) pour le
suivi et le contrôle de l’extraction et la gestion des ressources pétrolières et minières,
dans la transparence à Madagascar (avec la Présidence et le Ministère des Energies
et Mines) (Décembre 2007),
- Participation à la formulation du nouveau système éducatif 2007-2012 à Madagascar,
- Participation à la Revue de l’EPT (MENRES) (Décembre 2007),
- Participation aux séances de travail dans les structures multipartites : Participation
aux séances de travail du Conseil d’Administration de l’ANRE/Primature, Conseil
Supérieur de I’Intégrité (CSI), Conseil National de la Justice, Fonds d’Intervention
pour le Développement (FID), Office des Travaux d’Urgence (OTU), CREAM, etc.
- Participation à l’évaluation des services publics dans les Régions d’Atsimo Andrefana
et de Vatovavy Fitovinany novembre-décembre 2008
- Formation en matière d’approche participative sur la Réforme de la Fonction
publique dans le cadre du partenariat de la PFNOSCM avec le Ministère de la
Fonction Publique et avec l’appui du PNUD (Turin -Italie et Paris – France, novembre
2009)

Il faut également noter que la PFNOSCM participe dans les structures étatiques
multipartites. Citons, entre autres, les structures suivantes :
- AAH (Appropriation, Alignement, Harmonisation) : Membre d’un comité à la Primature
dans le processus de réalisation de la Déclaration de Paris par l’Etat Malagasy
- ANRE (Agence Nationale de Réalisation de l’E-gouvernance) membre du Conseil
d’Administration
- FID (Fonds d’Intervention pour le Développement) : membre du conseil
d’administration
- Justice : Membre du Conseil National de la Justice, membre du Conseil National de
la Magistrature, membre du comité de réforme des droits des enfants, CSI : Membre
du Conseil Supérieur de I’Intégrité
- Economie, Commerce et Industrie : membre du conseil d’administration du CREAM
(Centre de Recherches et d’Etudes d’Appui à l’Analyse Economique à Madagascar)
- Travaux Publics et Météorologie : membre de l’OTU (Office des travaux d’urgence)
- Postes et Télécommunications : membre du Comité National ad hoc des
infrastructures de communication
- Santé et Protection Sociale : partenariat dans l’élaboration, la mise en œuvre et le
suivi des politiques
- Education et Recherche Scientifique : partenariat dans l’élaboration, la mise en
œuvre et le suivi des politiques
- Fonction publique, du travail et des lois sociales :
 membre du Comité de pilotage de la réforme de la fonction publique
 membre du Comité national et des comités régionaux pour le
développement de la déontologie et de la bonne conduite dans
l’administration publique
- EITI (Extractive Industries Transparency Initiative) collaboration avec le Ministère des
Mines et la Présidence

Avec les partenaires techniques et financiers à Madagascar, la PFNOSCM entretient des


relations partenariat stratégique. Par exemple :
- Avec le Système des Nations Unies, la PFNOSCM est membre du Comité de
pilotage de l’UNDAF : Etant membre de ce comité de pilotage, la plate-forme a
participé à l’alignement de l’UNDAF au MAP
- Avec le PNUD,

28
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

 Réalisation du projet « Appui au renforcement des capacités de la


Plateforme Nationale des Organisations de la Société Civile en
mobilisation et plaidoyer en faveur des populations » dans les régions
d’Anosy et Atsimo Andrefana en 2008
 Participation à l’évaluation des services publics dans les Régions
d’Atsimo Andrefana et de Vatovavy Fitovinany novembre-décembre
2008
 Formation en matière d’approche participative sur la Réforme de la
Fonction publique dans le cadre du partenariat de la PFNOSCM avec le
Ministère de la Fonction Publique et avec l’appui du PNUD (Turin -Italie
et Paris – France, novembre 2009)

Avec l’UNFPA, la PFNOSCM a participé à la formulation du CPD et du CPAP de l’UNFPA. Il


s’agir en 2008 - 2010 de la mise en œuvre de projet de promotion du Genre correspondant
au produit : « Capacités techniques et institutionnelles du Gouvernement et des
organisations de la société civile à formuler et à mettre en œuvre les politique et programme
relatif au genre pour l’autonomisation de la femme sont renforcées », dans le cadre du
partenariat de la PFNOSCM avec l’UNFPA, dirigé par la Direction Générale de la Protection
Sociale, du Genre, de la Famille et de l’Enfance au sein du Ministère de la Population et des
Affaires Sociales.

Avec SOUTHERN AFRICA TRUST (SAT) : Participation de la PFNOSCM à différents autres


ateliers de programmation et d’évaluation de programme de développement : EISA,
FORMGED-UE, etc.

En 2009-2010 dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Suivi des politiques


publiques », la PFNOSCM a rédigé les Rapports alternatifs sur la pauvreté

Avec le CENTRE DE RENCONTRES INTERNATIONALES D’INITIATIVES ET


CHANGEMENT (CAUX, SUISSE) en Août 2009, la PFNOSCM a bénéficié de renforcement
des capacités en gestion de conflit sur le theme « Des outils pour changer – Devenir un
artisan de la paix ».

Au niveau des régions, on peut noter les réalisations suivantes :


- Mise en place d’un mécanisme de dialogue et de concertation structuré entre la
société civile et les autorités régionales. Exemples : dans la région d'Atsimo
Andrefana : les semaines thématiques sur le MAP, Comité GUIDER, réunion
bimestriel de coordination ; Au niveau de l'Anosy : programmation des rencontres
régulières avec le Chef de Région et son staff dans le cadre d'une cellule de
communication.
- Forums de la société civile sur le développement régional à Atsimo Andrefana et
Anosy (Etat des lieux de la société civile, consultations thématiques sur le
développement régional, table-ronde avec les autorités locales, Mise en place d’un
mécanisme de dialogue et de concertation structuré entre la société civile et les
autorités régionales, Séance de travail sur le renforcement des capacités
organisationnelles et techniques des plate-formes régionales et des districts) :
 Thématiques traitées à Atsimo Andrefana : Eau et assainissement
(Problème d’eau dans le Sud), Education et alphabétisation (La reforme
éducative à Sakaraha), Gouvernance (L’insécurité), Projets stratégiques
(Analyse socio-écnomiques par rapport à l'exploitation du calcaire de
Soalara pour Dynatec, Ilménite d'Andranobe, Charbon de terre de la Sakoa,
etc.)
 Thématiques traitées à Anosy : Environnement et ressources naturelles à
Fort-Dauphin (Ilménite), Eau et assainissement (région et ville de Fort-
Dauphin), Gouvernance (Insécurité en particulier à Betroka), Education

29
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

(Reforme de l’éducation à Betroka), Sécurité alimentaire (Menace de famine


à Amboasary)

A l’extérieur, la PFNOSCM a également essayé d’occuper les espaces d’influence sur les
enjeux en matière de développement humain en menant les partenariats stratégiques à
l’extérieur ci-après :
 La plate-forme nationale siège au sein du conseil national des ONG de la
SADC à la demande de la SADC
 COMESA : Délégation à la Plate-forme de la mobilisation et de
l’organisation des activités concernant la société civile à Madagascar
(Genre-Femme)
 Fondation ACBF (African Capacity Building Foundation) : Elaboration et
présentation d’un dossier de projet de renforcement des capacités de la
Plate-forme Nationale des Organisations de la Société Civile en décembre
2007.
 ACP-UE : Atelier de Lusaka : Participation à la réunion d’information
organisée par l’Union Européenne sur l’APE ; Participation de la Plate-forme
Nationale à la réunion à Lisbonne de la Société Civile européenne et
africaine en préparation du Sommet Euro-Afrique des Chefs d’Etat en
décembre. Représente l’Afrique sur le thème concernant la migration.
 Francophonie : représentation de la société civile malagasy dans un certain
nombre de conférence internationale et régionale (Développement humain
durable à Paris en 2006, Symposium internationale sur le genre à Maurice
en 2007)
 La PFNOSCM est membre du réseau mondial de la société civile visant la
mise en place de l’Alliance mondiale des PFNOSC des cinq continents
 a PFNOSCM a établit un partenariat avec le COMESA dans le cadre de
programme de paix et de sécurité

 Participation à des ateliers internationaux :


 Février 2007 : 7ème Forum Social Mondial de Nairobi (Kenya) en
février 2007 ;
 Mai 2007 : « L’égalité de genre dans le processus démocratique et les
institutions à Madagascar et dans la région de la SADC : succès et
défis
 Juin 2007 : atelier national sur le NEPAD pour inviter les parties
prenantes malgaches à la mise en œuvre du NEPAD au niveau
national, et pour intégrer les programmes et principes de NEPAD dans
le contexte du Madagascar Action Plan (MAP) 2007-2012 et aussi
pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement
(OMD)
 Juin 2007 : « Atelier de bilan annuel à l’intention des organisations de
la société civile et du secteur privé », à Kampala
(Ouganda) (Programme Paix et Sécurité - COMESA) ;
 Octobre 2007 : Consultation nationale sur la pauvreté à Maurice
 Novembre 2007 : atelier d’échange d’expérience sur le suivi des
politiques publiques à Maputo (Mozambique), organisé par PNUD.

 Partenariat avec les ONG internationales à l’extérieur :


 La PFNOSCM mène des actions avec les ONG Coordination Sud,
Forhim, Consortium de Solidarité avec Madagascar, SoaMad, autres
plates-formes et organisations à l’extérieur. La PFNOSCM est
également membre de l’Alliance des Plates-formes Nationales des
Organisations de la Société Civile Mondiales

30
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

 Auprès de l’Etat malagasy, la PFNOSCM a mené quelques campagnes


de plaidoyer en faveur des populations. Citons par exemple les
campagnes de plaidoyer : pour la valorisation et la mise en place d’une
politique nationale de l’alphabétisation à la base du système éducatif
national en partenariat avec d’autres organismes dont le PNUD
 pour la reforme du système électoral à Madagascar : existence d’une
coalition de la société civile composée par la Plate-forme Nationale des
Organisations de la Société Civile de Madagascar (PFNOSCM), le
KMF/CNOE, l’ACCES Droit de l’Homme, l’UNMDH et le Plate-forme
Matsiatra Ambony. Activités réalisées : tables rondes avec les autorités,
conférences de presse sur les points de reforme proposés, ateliers de
mobilisation et de sensibilisation des acteurs de la société civile et des partis
politiques sur les axes Antananarivo-Mahajanga, Antananarivo-
Tsiroanomandidy, Antananarivo-Toamasina et Antananarivo- Toliara.
 pour le renforcement du programme de réfection et de construction des
routes rurales des zones enclavées et des routes reliant les chefs lieux de
communes aux chefs lieux de districts des 22 régions
 pour la restructuration du Comité Régional de chaque région après la mise
en place des plate-formes régionales (pour que le quota de la société civile
soit bien respecté)
 pour l’adéquation des programmes nationaux et régionaux sur la lutte contre
la pauvreté avec les réalités vécues par les populations (consultation
nationale par la plate-forme en préparation pour ce Sommet)
 Auprès des Chefs d’Etat et de Gouvernement d’Europe et d’Afrique pour un
partenariat équitable et équilibré entre les deux partenaires

2.2 ANALYSE DES FORCES ET FAIBLESSES DE LA PFNOSCM

2.2.1 Forces de la PFNOSCM

Forces en organisation

Les membres fondateurs de la PFNOSCM ont été mobilisés et unis autour d’une charte
fondatrice élaborée et partagée au cours d’un processus participatif préparatoire de 2 ans
(2003-2005). Adoptée en juin 2005 au cours de la convention nationale de mise en place de
la PFNOSCM, la charte définit les éléments du cadre stratégique global de la PFNOSCM :

- Vision : « Devenir une Société civile forte, structurée, représentative, crédible,


solidaire, interlocuteur incontournable des différents acteurs partenaires au niveau
local, national et international ».

- La vision par rapport au pays se trouve dans la charte commune en annexe.

- Mission : « La société civile existe et œuvre en tant que pilier du système de bonne
gouvernance (démocratie participative, état de droit, décentralisation, transparence,
intégrité…) car il n’y a pas de Bonne Gouvernance sans une Société Civile forte,
structurée et organisée, étroitement liée aux populations des différentes régions,
notamment aux plus pauvres. Elle existe et œuvre également en tant que force de
proposition, d’alerte, d’interface entre les populations et les décideurs aux différents
niveaux et dans les différents domaines pour l’existence effective d’une synergie et
d’une coordination harmonisée entre les différents acteurs en vue du développement
durable du pays»

31
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- But Fondamental : « Le but ultime de la société civile est l’instauration d’un


développement humain effectif et durable à Madagascar »

Les statuts de la PFNOSCM, adoptés en octobre 2006 par les représentants permanents
issus des 22 régions (membres du CNOSS) clarifient les structures de la PFNOSCM et
prévoient la représentativité au niveau des régions et des secteurs d’activités thématiques
nationales.

Au niveau national, les organes de la PFNOSCM sont :


- La Convention nationale (CN) qui est l’Assemblée générale de la PFNOSCM ;
- Le Comité National d’Orientation et de Suivi Stratégique ou CNOSS ;
- Le Conseil des Sages ;
- Le Secrétariat Exécutif National (SEN).

La 1ère convention nationale a été tenue en juin 2005. Les membres du CNOSS ont été élus
en juin 2005 pour un mandat de 2 ans, puis rallongé par les statuts à 4 ans c’est-à-dire
jusqu’en juin 2009. Le Secrétariat Exécutif a été mis en place en fin 2006 et opérationnel
depuis 2007 grâce au recrutement d’une équipe de consultants appuyés par des projets
financés par les PTF (PNUD, Southeren Africa Trust au niveau de la zone SADC). Enfin 11
groupes thématiques nationaux ont été mis en place fin 2007 :
- Groupe thématique Droits de l’Homme
- Groupe thématique Protection sociale (Syndicats, Handicapés, Humanitaires)
- Groupe thématique Santé
- Groupe thématique Environnement et gestion des ressources
- Groupe thématique Genre
- Groupe thématique Développement économique
- Groupe thématique Développement rural
- Groupe thématique Gouvernance (Élection, Démocratie, Lutte contre la Corruption)
- Groupe thématique Education, Formation et culture
- Groupe thématique Foncier
- Groupe thématique eau et assainissement

Au niveau régional, les organes de la Plate-forme sont :


- L’Assemblée Générale Régionale (AGR) ;
- Le Comité Régional d’Orientation et de Suivi (CROS) ;
- Le Bureau Exécutif Régional (BER).

Depuis juin 2005, Cinq Plate-Formes Régionales (PFR) ont été mis en place de façon
formelle les PFR d’Atsimo Andrefana, d’Amoron’Imania, d’Ihorombe, d’Anosy, et la PFR
d’Androy

Le fonctionnement de chaque organe de la PFNOSCM est clairement définit dans les statuts
: mode de désignation, compétences et/ou mission, pouvoirs et responsabilités, etc.

L’analyse de la structuration institutionnelle et de la gouvernance du PFNOSCM réalisée au


cours d’une évaluation réalisée dans le projet de l’année 2008 fait état de :
- Dynamisme et motivation de la majorité des dirigeants des structures
- Régularité de la tenue de réunions
- Solidarité entre les individus membres
- Existence reconnue par tous les acteurs (population, dirigeants politiques) au niveau
régional

Forces en Communication

Il y a l’existence d’un dispositif de communication au niveau national, en l’occurrence:

32
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Le recrutement d’un responsable de Communication au niveau du Secrétariat


Exécutif national
- La mise en place des outils de communication (logos, brochures, banderoles,
bulletin, etc.)

Ensuite, l’adoption d’un reflexe de communication interne au niveau des plate-formes


régionales par:
- L’information et communication entre les membres actifs
- La pratique de la communication par téléphone en particulier l’usage des sms
- La pratique de la communication par Internet

Forces en Gestion de projet

L’équipe du SEN est opérationnelle depuis 2007. Ses éléments ont une expérience dans la
gestion opérationnelle et financière des projets. En effet, cette équipe gère principalement 3
projets financés par 3 partenaires : FNUAP, SAT, PNUD

L’équipe du SEN a des Compétences en planification des projets et prend part à des
transferts des compétences auprès des organisations membres de la Plate-forme au niveau
des régions à travers les programmes de formation du FORMGED (PRC dans les zones Sud
d’Intervention de la PFNOSCM) et de la Banque Mondiale (Civil Society Fund).

L’équipe du SEN dispose d’un local et des équipements pour les travaux de coordination et
de mise en œuvre des projets.

De par sa structure, la Plate Forme semble bien fonctionner et ce au travers de la mise en


place des organes nécessaires pour son bon fonctionnement. En effet, l’une des branches
opérationnelles de l’organisation qui est le CNOSS est appuyée par un Secrétariat exécutif
national dont les membres disposent des profils requis pour la mise en œuvre et le suivi de
l’ensemble des activités. A titre d’exemples, la mobilisation des concernés pour les
différentes réunions, la production des différents rapports.

Une analyse des capacités des dirigeants et des membres de la PFNOSCM conclut que :

- Les capacités réellement acquises sont difficiles à évaluer en ce moment du fait que
les conditions et le contexte permettant la mise en application sont très aléatoires et
ne sont pas toujours favorables.
- Les actions de structuration et de mobilisation ont été nombreuses en 2007 et en
2008. En effet, la PFN s’est montrée capables dans le renforcement des structures
existantes, l’élaboration de plans de renforcement des capacités, la mise en place de
structures thématiques nationales.
- La PFN emprunte toujours la voie médiatique dans ses actions de mobilisation. Dans
sa stratégie, les représentants régionaux ou locaux sont informés de la tenue des
rencontres, puis ils sont à leur tour chargés de mobiliser les membres de la société
civile concernée.
- Quelques actions de renforcement individuel des membres au niveau régional et
local ont pu être réalisées en partenariat avec l’Union Européenne à travers le
Programme FORMGED en 2008. Les régions touchées étaient l’Atsimo Atsinanana,
le Menabe, l’Amoron’i Mania, le Vatovavy Fitovinany, la Haute Matsiatra et l’Atsimo
Andrefana et les thèmes traités qui étaient différents d’une région à l’autre ont été
pris dans les plans de renforcement de capacité de chaque structure ont concerné la
planification stratégique – l’analyse des besoins de compétence – la planification
opérationnelle – techniques de négociation et de plaidoyer – techniques d’animation
et de communication – ingénierie pédagogique.

33
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- La PFN a eu plusieurs occasions lui permettant de participer à différentes séances de


travail, telles que la mise en place du plan de mise en œuvre et de suivi du MAP, la
Revue du secteur Santé, la Revue de l’Education Pour Tous, le dialogue présidentiel,
la formulation du PTA du programme EITI pour la mise en place d’un observatoire
pétrolier et minier à Madagascar,…
- Ces différentes sollicitations combinées à la qualité manifeste de son (ses)
représentant(s) étaient à la fois causes et conséquences de l’acquisition de sa
notoriété.
- Des actions de plaidoyer ont été réalisées auprès de l’Etat quant à la reforme du
système électoral à Madagascar, pour le renforcement du programme de réfection et
de construction des routes rurales des zones enclavées et des routes reliant les
chefs lieux de communes aux chefs lieux de districts des 22 régions et enfin pour la
restructuration du Comité régional en vue du respect du quota de la société civile.
- D’autres actions ont également menées au niveau international, à savoir les chefs
d’Etat de la SADC, les Chefs d’Etat et de Gouvernement d’Europe et d’Afrique.
- En termes de partenariat, nombreux sont les réalisations aussi bien au niveau
national qu’à l’extérieur.

Forces en Réseautage

La PFNOSCM est organisée, structurée d’une façon formelle au niveau de 5 régions : à


Atsimo Andrefana, Amoron’Imania, à Ihorombe, à Anosy, à Androy. Les 17 autres régions
sont toujours des plate-formes régionales représentées par un noyau informel autour duquel
se regroupe principalement quelques organisations membres issues des chefs lieux des
régions.

L’existence des 11 plate-formes thématiques aura été une étape importante dans son
processus de structuration :
- Droits de l’Homme
- Protection sociale (Syndicats, Handicapés, Humanitaires)
- Santé
- Environnement et gestion des ressources
- Genre
- Développement économique
- Développement rural
- Gouvernance (Élection, Démocratie, Lutte contre la Corruption)
- Education, Formation et culture
- Foncier
- Eau et assainissement

La Plate Forme semble avoir suffisamment pris en compte les normes et attitudes
socioculturelles locales. Des groupes thématiques sont par conséquent mis en place à partir
des besoins différenciés des organisations membres, dont un groupe chargé de la promotion
du genre. Pratiquement, chaque groupe fonctionne suivant les préoccupations de ses
membres, étant donné qu’il n’est pas toujours évident de tenir des réunions systématiques et
d’avoir la participation de tous les concernés.

L’existence des différentes associations avec diversité de compétences améliore la


représentativité des organisations de la société civile issues des secteurs de développement.
Un tableau synopsis de la PFNOSCM présenté au cours du forum régional de la société
civile réalisée à Atsimo Andrefana et Anosy fait état de la répartition par secteur
d’intervention suivante :
- 35 % Développement rural
- 20 % Social
- 8 % Santé

34
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- 11 % Environnement
- 2 % Gouvernance
- 13 % Education
- 3 % Genre
- 3 % Eau
- 3% Droit humain
- 2% Foncier

Forces en Plaidoyer

Comme nous l’avons évoqué à la présentation des réalisations de la PFNOSCM, cette


organisation réalise ses actions de suivi des politiques et de plaidoyer en investissant les
espaces de concertation, de décision, de pilotage ou d'influence sur les stratégies et
politiques globales ou sectorielles de développement (Conseils d'Administration, Comités
multipartites, comité de pilotage, ateliers de planification ou de revue, etc.). Exemples : CA
CREAM, CA FID, CA ANRE, Comité ad hoc backbone, Office des Travaux d'Urgence,
Conseil Supérieur de la Magistrature, Focus group SNISE/MAP, Comité pour l'intégrité dans
la Fonction publique, Conseil Supérieur de l'Intégrité,...). La Plate-forme crée également des
actions de plaidoyer sous forme de forums comme les 2 forums régionaux réalisés à Atsimo
Andrefana et Anosy en décembre 2008 sur financement du PNUD et le FORUM MAP de la
société civile réalisée en 2007 sur financement de l’Union Européenne.

Au niveau des régions Sud (Atsimo Andrefana, Anosy, Amoron’Imania, Haute Matsiatra,
Vatovavy Fitovinany et Atsimo Atsinana), l’analyse de la pertinence du cadre stratégique et
institutionnel de la PFNOSCM réalisée au cours de l’évaluation réalisée dans le projet de
l’année 2008 a fait ressortir que :

- Les autorités qui se succèdent font toujours appel à la société civile : élaboration PTA
régions, contrôle et suivi MAP (chefs de missions), consultations régionales, etc.
- La société civile alerte les autorités sur certains problèmes, par exemple ceux relatifs
à la sécurité et au foncier.
- Certaines organisations assurent déjà l’interface des populations avec les techniciens
(Par exemple le Fitafibe).
- La plate-forme de la société civile mise en place au niveau de district participe à de
nombreuses activités de développement au niveau du district : assainissement de la
ville, sécurité, mise en place commission juridique chargée de faire des animations
dans le domaine juridique.
- La plate-forme de la société civile mise en place commence à devenir un être acteur
incontournable dans les consultations régionales. Les membres de la plate-forme
s’appui mutuellement (exemple en matière de montage de dossier de projet)
- La plate-forme de la société civile est très visible et incontournable dans les
consultations régionales des forces vives.
o Les structures de représentation sont déployées jusqu’au niveau des districts
o Participation à la gestion de crise
o Action de Participation citoyenne au niveau de la commune urbaine, par exemple
dans le domaine de la sauvegarde des patrimoines

La PNOSCM a démontré ses capacités de mobilisation dans un contexte de crise à travers


ses différentes interventions et actions de résolution de crise depuis l’éclatement de la crise
politique 2009. Il s’agit d’adoption d’un positionnement commun des membres du CNOSS
des 22 Régions dans la recherche d’une solution à la crise au mois de février-mars 2009.
Ceci constitue une solution consensuelle, inclusive et pacifique, basée sur les valeurs du
« Fihavanana malagasy ». Ce positionnement a été entériné et renforcé par la deuxième
réunion statutaire des membres du CNOSS à Antananarivo les 16 et 17 octobre 2009.

35
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Au niveau national, les contributions suivantes ont été entreprises dans cette cette
résolution de la crise:
- mise en place d’une Cellule nationale de crise au sein de la PFNOSCM composé de
représentants des plates-formes thématiques et régionales pour suivre et analyser
l’évolution de la situation en vue de définir les stratégies et les actions appropriées,
- renforcement des capacités des responsables nationaux et régionaux sur la
spécificité de la crise dans le contexte mondial, continental et national, sur la gestion
de conflit, sur les dispositifs des sanctions des Nations-Unies, de l’Union Européenne
et de l’Union Africaine, etc.
- recueil d’informations, analyse et diffusion sur l’aggravation et la gravité de la
pauvreté sous toutes ses formes, sur la violation des droits de l’Homme,
- contribution active dans la mise en place d’un FRONT UNI plus large des
organisations de la société civile en vue de renforcer l’impact des actions et des
plaidoyers en faveur de la sortie de crise : CCOC, Alliance des OSC signataires des
accords de Maputo et de l’Acte additionnel d’Addis-Abeba ;
- participation active dans les actions de facilitation du dialogue et des négociations
entre les quatre mouvances auprès de leurs délégations à Madagascar et de leurs
chefs de file à l’extérieur,
- participation active dans les actions menées auprès de la communauté internationale
dans son ensemble, auprès du GIC et auprès du Président de la Commission de
l’Union Africaine et du Président de l’équipe de médiation,
- actions de communication sur la crise au niveau du continent africain (CNGO-SADC,
COMESA, UA), européen (Coordination Sud, FORIM, SOAMAD, Consortium de
solidarité avec Madagascar) et mondial (Alliance des Plates-Formes Nationales des
ONG des cinq continents,…)

Au niveau des Régions :


- Partage d’informations sur l’évolution de la crise politique ;
- Actions de prévention et de maitrise des actes de violence en tous genres et des
conflits ethniques durant les moments chauds de la crise à Antananarivo, Manakara,
Toliara, Antsiranana, Toamasina, Farafangana,
- Actions de médiation par les responsables des plates-formes régionales pour
favoriser le dialogue entre les protagonistes : Fianarantsoa, Toamasina,

2.2.2 Faiblesses de la PFNOSCM

En organisation

Il semble avoir une confusion et complication de la terminologie utilisée dans la charte et


les statuts de la PFNOSCM dans la formulation du cadre stratégique de la PFNOSCM
selon les avis de certaines personnes ressources de la Plate-forme spécialistes en
planification stratégique. A titre d’exemple, dans la charte adoptée en juin 2005, la
Mission est libellée comme suit : « La société civile existe et œuvre en tant que pilier du
système de bonne gouvernance (démocratie participative, état de droit, décentralisation,
transparence, intégrité…) car il n’y a pas de Bonne Gouvernance sans une Société Civile
forte, structurée et organisée, étroitement liée aux populations des différentes régions,
notamment aux plus pauvres. Elle existe et œuvre également en tant que force de
proposition, d’alerte, d’interface entre les populations et les décideurs aux différents
niveaux et dans les différents domaines pour l’existence effective d’une synergie et d’une
coordination harmonisée entre les différents acteurs en vue du développement durable
du pays» . Dans les Statuts adoptés en octobre 2006, les missions sont libellées
autrement dans l’article 3 de ces Statuts. A ceux-là s’ajoutent des objectifs de l’article 4
qui s’apparentent plutôt à des démarches et des approches de la Plate-forme.

36
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Les données collectées au cours d’une analyse de la structuration institutionnelle et de la


gouvernance du PFNOSCM font état de :
- des structures mises en place de façon différente, non standardisée d’une Plate-
forme à l’autre
- Cloisonnement entre les organisations membres du fait de la diversité des intérêts à
soutenir
- Manque de capacité en leadership de certains dirigeants freinant l’adhésion de
nouvelles organisations et affectant la redevabilité envers les membres
- Intégration faible des groupes thématiques au niveau des régions
- Faible relation entre la Plate-forme nationale et les structures décentralisées limitant
la qualité de représentativité et de représentation des OSC vis-à-vis des dirigeants.
- Manque de ressources financières pour réaliser les activités

Cette analyse révèle aussi qu’à cause des moyens disponibles et aussi des termes de
partenariat, les actions de restructuration se sont limitées dans quelques régions dont
Analamanga, Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana, Menabe, Anosy et Atsimo Andrefana.

Dans cette pratique, sans la ferme conviction des individus membres à participer aux
rencontres et à mobiliser des ressources propres, les taux de présence restent relativement
faibles, donc les décisions éventuelles prises ne reflètent pas toujours l’avis de tous.

Malgré la reconnaissance de cette notoriété de la part des dirigeants publics et partenaires


et l’envergure de partenariat, toujours est-il question de prendre en considération la
représentativité et l’implication des structures régionales.

L’éparpillement et l’éloignement géographique de la plupart des organisations membres par


rapport au siège qui se trouve dans la capitale, même si le CNOSS peut selon le statut
changer d’emplacement, ne permettent pas d’avoir la participation active aux différentes
réunions de réflexion et de conception qui pourraient intéresser tout le monde.

Au niveau des régions, on peut déceler les lacunes suivantes :


- La vision au niveau des régions ne sont pas encore formulée
- L’approche de l’interpellation n’est pas encore maîtrisée et encore confondue aux
approches occidentales très avancées en termes d’implication de la société civile.
- La méconnaissance du Code de déontologie et de la Charte
- Au niveau de la coordination, toutes les associations ne sont pas encore intégrées au
niveau de la plate-forme régionale
- Quant à l’existence de données, aucune information documentée n’est disponible au
niveau central quant au nombre de sociétés civiles regroupant uniquement des femmes ;
aucun document sur les réalisations des groupes thématiques à part les fiches de
présence n’est non plus consultable.

En communication

L’insuffisance de la communication et information entre le bureau national et régional se


fait cruellement sentir. A cela s’ajoute le manque d’échanges entre les membres et la
rétention d’informations et le manque d’information

La Règle de communication interne n’est pas encore fixée, par exemple, en termes de
convocation aux réunions

En raison du manque de communication, les membres de la PFNOSCM ne se


connaissent pas très bien entre eux (entre plate-formes régionales surtout) hormis les
membres du CNOSS (représentants des régions) qui se sont fait connaissance au cours

37
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

des ateliers et réunions au niveau national. Il manque la communication entre ces plate-
formes régionales.

Gestion de projet

La PFNOSCM dispose de plan d’action pluriannuelle suivant les orientations décidées


par le CNOSS en octobre 2006. Si le plan d’action 2008 a été mis en œuvre grâce à
l’appui du Pnud, le plan d’action 2009 a été en partie mis en veilleuse en raison de la
crise politique qui secoue le pays. Le plan d’action 2010 est en gestation.

Les plate-formes régionales n’ont pas de siège ou point focal régional et il y a l’absence
de dirigeant professionnel rémunéré au niveau national et régional.

En dépit de la volonté de l’Etat et aussi des partenaires financiers à soutenir


financièrement la PFNOSC, les ressources permanentes sont encore faibles et sont
limitées aux cotisations des membres, des dons divers provenant des sympathisants. En
fonction des priorités des partenaires, des financements extérieurs ponctuels et à durée
limitée sont toutefois obtenus et gérés par la Plate forme. Ces ressources ont permis
jusqu’à maintenant de réaliser toutes les activités prévues dans la Convention Nationale
et au respect de la Charte commune de la société civile à Madagascar, en l’occurrence,
l’appui financier aux plates formes régionales.

En réseautage

Certains réseaux thématiques sont non fonctionnels. D’autres sont plus dynamiques pour
ne citer que les groupes thématiques éducation, genre, foncier qui mènent chaque année,
en mobilisant leurs membres, des activités de plaidoyer en faveur de leurs secteurs.
L’Organisation et la structuration sont absentes au niveau de district et de commune

En plaidoyer

Il y a une manque d‘outils de suivi des politiques de développement en particulier au


niveau des thématiques et des régions. Selon nos informations, la PFNOSCM a mis en
place des outils d’analyse diagnostique de la pauvreté au niveau des 11 thématiques
nationales et des 22 régions grâce à l’appui de la SAT au niveau de la zone SADC. Mais le
système de collecte, de traitement, voire de publication de ces données ne sont pas
encore bien au point.

Certains responsables de la PFNOSCM au niveau national et au niveau régional ont


encore des craintes de faire le suivi des politiques publiques pour diverses raisons : peur
de représailles par les autorités, non maîtrise des problématiques et des situations des
politiques sectorielles publiques.

Le problème de coordination des actions de plaidoyer se fait souvent sentir entre les
différentes entités à tous les niveaux.

L’action de plaidoyer reste souvent au stade individuel mais n’est pas au nom de la PF et
le manque de leadership crédible et légitime se fait souvent sentir selon les partenaires de
la Plate-forme nationale ou celles des régions. L’OSC est souvent non convaincante en
raison de la non-maîtrise des données techniques du secteur qui fait l’objet de plaidoyer.

38
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

2.3 Propositions d’actions de capitalisation des forces et d’amélioration des


faiblesses de la PFNOSCM

2.3.1 Capitalisation des forces de la PFNOSCM

Vision, missions
- Renforcer la sensibilisation sur la Charte commune et les Statuts
- Renforcer les mécanismes de consultation et de restitution en interne
- Renforcer les capacités de leadership et de dialogue

Organisation et mise en réseau


- Renforcer la mobilisation et la structuration des OSC au sein des PFROSC en vue
d’une meilleure représentativité régionale
- Capitaliser les compétences diverses au sein des PFROSC à travers des co-
formations à l’interne
- Développer l’esprit d’appartenance à la PFNOSCM des associations et ONG
membres

Information/Communication
- Adopter une règle de communication interne et externe
- Identifier des personnes ressources susceptibles d’être relais de la circulation de
l’information entre les membres de la société civile

Suivi des politiques publiques/ Redevabilité sociale


- Renforcer les capacités de dialogue
- Mettre en place un mécanisme de dialogue structuré avec les autorités publiques et
le secteur privé
- S’intégrer et améliorer la participation au sein des espaces de concertation et de
décisions existants
- Organiser à l’interne des séances d’information et de discussion thématique pour
améliorer et préciser les positionnements sur divers secteurs d’activités

Plaidoyer
- Renforcer les capacités techniques en plaidoyer
- Renforcer la qualité de l’image de la société civile
- Capitaliser le partenariat avec les autorités locales issues de la société civile
- Structurer les actions de plaidoyer pour un meilleur impact

2.3.2 Amélioration des faiblesses de la PFNOSCM:

Vision, missions

- Rendre SMART la formulation du cadre stratégique dans la charte et les statuts et


Clarifier le cadre stratégique (cadre des résultats) et la logique d’Intervention de la
PFNOSCM pour faciliter la planification stratégique et opérationnelle des activités de
la plate-forme :
 Vision
 Mission et/ou Rôles
 Objectifs
 Stratégies et démarches
 Activités principales
- Elaborer une déclinaison de ce cadre stratégique au niveau des PFROSC
- Renforcer la maitrise de la Charte commune et des statuts

39
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Organisation et mise en réseau

- Renforcer la structuration de la société civile au niveau des régions


- Intégrer les réseaux thématiques dans le mécanisme de dialogue avec les autres
acteurs de développement
- Mettre en place un RI bien partagée par l’ensemble des organes de la Plate-forme
nationale des organisations de la société civile
- Mettre en place des outils et des mécanismes de concertation et de suivi des
politiques publiques au niveau des communes et de la Région

Information/Communication

- Mettre en place une stratégie de communication partagée


- Adopter une règle de partage d’information
- Mettre à jour des bases de données
- Respecter et établir un délai de convocation au cours des réunions
- Développer des outils de rapportage et de monitoring entre le bureau national et
régional

Gestion de projet

- Capitaliser les compétences diverses au sein de la PFROSCM à travers des co-


formations à l’interne
- Organiser des échanges d’expériences et des bonnes pratiques entre OSC
- Finaliser et mettre en place les dispositifs de mise en œuvre des plans d’action
- Il faut confier certaines activités aux prestataires externes pour que l’équipe puisse se
concentrer plus sur la coordination, la supervision et le suivi de la qualité des livrables

Suivi des politiques publiques/ Rédévabilité sociale

- Mettre en place un mécanisme de concertation et de suivi des politiques publiques à


tous les niveaux
- La qualité de la participation des acteurs de la société civile aux dialogues politiques
doit être renforcée pour être plus pertinente et influente dans tous les mécanismes de
dialogue et d’influence des politiques et stratégies de développement

Plaidoyer

- Renforcer le leadership et les capacités de persuasion des acteurs de la plate-forme

40
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

2.3 PROPOSITION DE PLAN DE RENFORCEMENT DES CAPACITES


DE LA PNFOSCM PAR REGROUPEMENT DES ACTIONS EN AXE
D’INTERVENTION

RESULTATS
INTERVENANT(
ACTIVITES ATTENDUS CIBLES CALENDRIER
S)
(Livrables)

AXE 1 : RENFORCEMENT DES CAPACITES ORGANISATIONNELLES ET STRUCTURELLES


(MISE EN RESEAU)
Mettre en place un Un diagramme - CNOSS 2010 Consultant
diagramme institutionnel institutionnel - SEN
clarifiant les fonctions et de la - PFROSC
les responsabilités à tous PFNOSCM est - PFDOSC
les niveaux de la plate- disponible
forme de la société civile
Mettre en place des .Procédures de CNOSS A partir de 2010 Consultant
organes consultatifs : consultation SEN
Comité d’experts Conseil interne
scientifique, Cellule de adoptées
veille stratégique, Cellule . Comité
de veille informative d’experts,
Conseil
scientifique,
Cellule de veille
stratégique,
Cellule de veille
informative mis
en place
Clarifier les procédures .Procédures de organes de A partir de 2010 Consultant
de prise de position ou de prise de délibération
décision au niveau des décision (CNOSS,
organes de délibération adoptées CROS, CDOS,
(CNOSS, CROS, CDOS, Convention
Convention nationale, nationale, AG)
AG)

Mettre en place un .Les membres CNOSS A partir de 2010 Consultants


dispositif organisationnel de la Cellule SEN
d’appui et de d’Appui et de Personnes
renforcement des Formation ressources
capacités techniques : nommés
Cellule d’Appui et de . Stratégie de
Formation formation et
modules de
formation
disponibles
Mettre en place des Commissaire CNOSS A partir de 2010 CNOSS
organes de contrôle aux comptes SEN
interne (Commissariat désigné
aux comptes)
Mettre en place des . Règles CNOSS A partir de 2010 CNOSS
organes de recours, de d’éthique et de PFROSC SEN
réclamation et de saisine déontologie PFDOSC
en cas de violations des adoptées
règles d’éthique et de . Organe de
déontologie contrôle

41
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESULTATS
INTERVENANT(
ACTIVITES ATTENDUS CIBLES CALENDRIER
S)
(Livrables)
d’éthique et de
déontologie mis
en place (TDR
et désignation
disponible)
Mettre à jour ou ajuster la Charte CNOSS A partir de 2010 Consultant
Charte éthique, les commune, SEN
statuts et le Règlement Statuts et le PFROSC
Intérieur Règlement
Intérieur mis à
jour disponibles

Mettre en place des outils Outils de CNOSS A partir de 2010 Consultant


de monitoring des monitoring des SEN
activités à tous les activités PFROSC
niveaux de la plate-forme élaborés et
partagés
Restructurer et formaliser Plateformes Plateformes A partir de 2010 SEN
les plateformes thématiques thématiques
thématiques nationales nationales nationales
formalisées (PV
rédigés et
légalisés)
Restructurer et formaliser 22 plateformes 22 plateformes A partir de 2010 SEN
les 22 plateformes régionales et régionales et
régionales et ses groupes ses groupes ses groupes
thématiques thématiques thématiques
formalisées ou
restructurées
(PV AG
disponible)
Restructurer et formaliser Plateformes au Plateformes au A partir de 2010 PFROSC
les plateformes au niveau niveau des niveau des
des districts et les districts et les districts et les
antennes communales antennes antennes
(régions pilotes) communales communales
formalisées (PV
AG disponible)
Renforcer les structures Structures Structures A partir de 2010 Consultant
communautaires de communautaires communautair
participation de la société de participation es de
civile niveau des citoyenne au participation
Fokontany des niveau des citoyenne au
communes pilotes Fokontany des niveau des
d’Atsimo Andrefana et communes Fokontany des
Vatovavy Fitovinany pilotes communes
(Kalony pour les activités mobilisées et pilotes (Atsimo
de gouvernance, Fomiray formées Andrefana
pour les activités (ateliers ou
sociales, Harea pour les réunions)
activités économiques)

AXE 2 : RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET OPERATIONNELLES


Renforcer les capacités capacités CNOSS A partir de 2010 Consultant
en leadership et en techniques en PFROSC

42
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESULTATS
INTERVENANT(
ACTIVITES ATTENDUS CIBLES CALENDRIER
S)
(Livrables)
dialogue politique leadership et en SEN
dialogue
politique
renforcées
(ateliers de
formation)
Capitaliser les plan de CNOSS A partir de 2010 SEN
compétences diverses au formation SEN
sein des PFROSC à disponible PFROSC
travers des co-formations
à l’interne : Mettre en
place un plan de
formation en interne

Organiser des échanges Visites- PFROSC A partir de 2010 SEN


d’expériences et des échanges
bonnes pratiques entre réalisées (TDR,
OSC Rapports
disponibles)
Renforcer les capacités capacités SEN A partir de 2010 Consultant
de recherche de techniques en PFROSC
financement recherche de
financement
renforcées
(ateliers de
formation)

Renforcer les capacités capacités SEN A partir de 2010 Consultant


en montage, en techniques en PFROSC
planification et en gestion montage, en
de projet planification et
en gestion de
projet
Renforcer les capacités capacités PFROSC A partir de 2010 Consultant
en négociation techniques en
négociation
renforcées
Renforcer les capacités capacités PFROSC A partir de 2010 Consultant
de mobilisation des techniques de
ressources pour mobilisation des
l’autonomie de la ressources
structure renforcées

Renforcer l’organisation Des personnes CNOSS 2010 Consultant


des structures ressources ou SEN
d’exécution et de gestion des équipes PFROSC
de projet (Secrétariat permanentes
Exécutif, commissions et sont mis en
cellules techniques, place ou
bureaux exécutifs renforcées au
régionaux) niveau de la
PFNOSC et les
PFROSC
formelles (TDR
et/ou contrats
des disponibles)

43
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESULTATS
INTERVENANT(
ACTIVITES ATTENDUS CIBLES CALENDRIER
S)
(Livrables)
Mettre en place des outils Des outils de Secrétariat A partir de 2010 Consultant
de gestion transparente, gestion élaborés Exécutif,
avec obligation de rendre commissions
compte et cellules
techniques,
bureaux
exécutifs
régionaux
Mettre en place les Manuel de PFROSC A partir de 2010 SEN
dispositifs et procédures procédures de
de gestion de projets, gestion de
gestion financière de la projets, gestion
plate-forme régionale des financière
osc disponible au
niveau des
régions
Mettre à disposition des Des coachs SEN A partir de 2010 SEN
plateformes régionales régionaux PFROSC
un système de coaching désignés
de qualité

Mettre en place des Maisons pilotes PFROSC A partir de 2010 Consultant


Maisons pilotes de la de la société
société civile en civile mises en
capitalisant l’expérience place
des MOSC du CEDII à
Fianarantsoa

Apporter un appui en Matériels et PFROSC A partir de 2010 CNOSS


matériels et équipements équipements
aux plate-formes dotés
régionales pilotes
AXE 3 : RENFORCEMENT DES CAPACITES DE COMMUNICATION
Promouvoir une large Stratégie de CNOSS A partir de 2010 SEN
diffusion de l’information communication SEN
sur le rôle, la mission et de masse PFROSC
l’éthique de la société élaborée et mise
civile en veillant à son en œuvre (plan
ancrage socio-culturel à de mise en
travers des campagnes œuvre)
de communication de
masse et d’éducation au
niveau des populations
sur les notions d’éthique
et de déontologie (à
travers des théâtres,
films….)
Capitaliser les
expériences porteuses en
communication au sein
des associations

Faciliter l’accès des Mise en place PFROSC A partir de 2010 Consultant


plate-formes régionales des banques et
aux banques et bases de bases de

44
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESULTATS
INTERVENANT(
ACTIVITES ATTENDUS CIBLES CALENDRIER
S)
(Livrables)
données données

Soutenir la réalisation de Site Web et SEN A partir de 2010 Consultant


sites web et d’Intranet par réseau CNOSS
les plateformes d’Intranet mis en PFROSC
régionales place
Identifier des personnes Personnes CNOSS A partir de 2010 SEN
ressources susceptibles ressources PFROSC
d’être relais de la relais désignés
circulation de
l’information entre les
membres de la société
civile

Renforcer le partage Outil CNOSS A partir de 2010 SEN


d’information entre le d’information PFROSC
bureau national et interne mis en SEN
régional place

AXE 4 : RENFORCEMENT DES CAPACITES EN SUIVI DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DE


PLAIDOYER
Mettre en synergie les Plan d’action PFNOSCM A partir de 201O Consultant
actions de suivi des commun de la CNPC
politiques et de plaidoyer PFNOSCM et
de la PFNOSCM et du du CNPC
CNPC et valoriser les disponible
spécificités de chaque
structure
Elaborer la stratégie, les Stratégie, CNOSS A partir de 2010 Consultant
approches et les outils de approches et les SEN
suivi des politiques outils de suivi Thématiques
(Rapports alternatifs des politiques PFROSC
thématiques, CRC, CSC, élaborés et
Suivi de la traçabilité des disponibles
dépenses, …)
Lancer une Stratégie de CNOSS A partir de 2010 Consultant
expérimentation au plaidoyer et plan SEN
niveau de quelques de mise en PFROSC
secteurs au plan national œuvre
et quelques régions disponible

Organiser des rencontres Rencontres CNOSS A partir de 2010 Consultant


ou forums thématiques, thématiques, SEN
sectorielles, régionales sectorielles, PFROSC
périodiques de dialogue régionales
et de plaidoyer périodiques de
dialogue et de
plaidoyer
organisées
Faciliter l’intégration des Désignation des CNOSS A partir de 2010 CNOSS
OSC membres de la représentants PFROSC
plate-forme nationale des OSC
dans les cercles de membres de la
concertation et de plate-forme

45
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESULTATS
INTERVENANT(
ACTIVITES ATTENDUS CIBLES CALENDRIER
S)
(Livrables)
décision multipartites nationale dans
les cercles de
concertation et
de décision
multipartites
Renforcer les capacités Capacités CNOSS A partir de 2010 SEN
techniques des techniques des PFROSC
représentants de la plate- représentants SEN
forme de la société civile de la
dans les espaces PFNOSCM
multipartites de renforcées
concertation et de (formations)
dialogue
Mettre en place un Cadre de PFROSC A partir de 2010 CNOSS,
mécanisme de dialogue partenariat en PFROSC
structuré avec les termes de
autorités publiques et le dialogue
secteur privé (par structuré avec
exemple, une rencontre les autorités
d’une fois par trimestre publiques et le
avec le maire de Toliara secteur privé
ville et avec le chef de
région)
Appuyer les actions de Stratégie PFNOSCM ET A partir de 2010 Consultant
plaidoyer pour l’équité du plaidoyer pour PFROSC
genre l’équité du genre
disponible
Appuyer les perspectives Actions de PFNOSCM ET A partir de 2010 PTF
d’actions de résolution de résolution de PFROSC
crise menées par la crise appuyées
PFNOSCM

46
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

III. ANALYSE DES CAPACITES DU CNPC

3.1 Caractéristique du CNPC

3.1.1 Historique du CNPC

Le CNPC est un réseau qui met en synergie tous les acteurs de la vie publique dont la
société civile. Au même titre que les 6 autres collèges, la société civile est un partenaire de
mise en œuvre de la politique de participation citoyenne (la promotion de la participation
citoyenne, la promotion de la redevabilité et de la transparence de l’Etat, la promotion et le
développement d’outils de participation citoyenne). Au niveau des régions par exemple, le
Consortium Régional pour la Participation Citoyenne est constitué par les Plateformes
Régionales des Organisations de la Société Civile et les Conseils Régionaux des ONG.
Le CNPC a conçu le dispositif de participation citoyenne qui permet de valoriser les rôles et
missions de tous les acteurs auxquels il ne se substituera jamais. Le CNPC développe
l’engagement citoyen pour que l’ensemble des structures soit plus efficaces avec des
éléments conscients de leurs droits et devoirs.

Le CNPC est née d’une prise de conscience des membres sur la nécessité d’indépendance
et de liberté d’actions d’où la décision de se constituer en association régie par l’ordonnance
60 133 dénommée Consortium National pour la Participation Citoyenne (CNPC) le 18
octobre 2007. Le récépissé d’enregistrement a été délivré par la Région Analamanga en
date du 08 Janvier 2008 sous numéro 001RGA/CR/SG/DAGT.01/08.

La participation citoyenne, constituant le troisième pilier de la bonne gouvernance avec


l’efficacité de l’Administration (attribution du PREA : Programme de Réforme pour
l’Efficacité de l’Administration) et l’intégrité de l’Administration (Attribution du CSI : Comité
pour la Sauvegarde de l’Administration) est devenue une nécessité pour impulser un réel
développement durable.

Le processus a commencé par la mise en place de la direction de la Bonne Gouvernance


auprès de la Présidence de la République. Différents partenaires techniques et financiers,
dont le PNUD, ont appuyé le processus et ont mis en place un groupe de lancement dont la
PFNOSCM était membre. Ce groupe de lancement a confié la mise en place d’un Comité
préparatoire qui était chargé de concevoir une proposition de structure et les outils de travail
du futur Conseil National pour la Participation Citoyenne (version initiale). La structure et les
outils ont été adoptés lors d’un atelier national auquel participait quelques centaines
d’organisations issues des 7 collèges le 18 Mai 2006.

Cette première version était prévue être instituée par décret. Ce qui n’a pas été le cas
jusqu’en octobre 2007, soit 18 mois après l’atelier malgré que la conception du décret par un
consultant a été payé par les partenaires techniques et financiers. Deux membres ont
démissionné verbalement à la suite de la décision de tous les autres élus de poursuivre le
but du CNPC au sein d’une association : un représentant de la société civile et un
représentant de la société politique. En effet, la majeure partie de ces membres élus est
consciente de l’importance de leur mission, la confiance de leurs électeurs et les espoirs du
peuple en eux. Ainsi, l’assemblée générale de constitution du CNPC avec la dénomination
« Consortium National pour la Participation Citoyenne » (Rodoben’ny Olompirenena ho
amin’ny Fandraisana Andraikitra) reconnue sous le sigle CNPC sous la forme d’association a
été le 18 octobre 2007. Cette structure a repris la mission du Conseil National pour la
Participation Citoyenne dans son ensemble.

Le CNPC est une association à but non lucratif, régie par l’ordonnance 60-133 du 03 octobre
1960, modifiée par l’ordonnance N°75-015 du 13 Août 1975 portant sur le régime général
des associations.

47
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

3.1.2 Définition du CNPC

C’est une structure de coordination des activités de participation citoyenne des acteurs de la
vie publique, une structure d’appui et un espace de concertation et de dialogue entre les
différents acteurs, pour influencer les politiques publiques en faveur des populations et en
particulier des populations défavorisées : participer à réfléchir sur comment les lois sont
pensées, élaborées et mises en œuvre.

La CNPC sert de forum pour que les secteurs traditionnellement bien cloisonnés puissent
engager un dialogue constructif pour contribuer ensemble au renforcement de l’espace civile
: “dialogue et participation – aux niveaux des régions et des communes, ainsi qu’avec le
secteur privé et la société civile”. Les activités de la participation citoyenne axées sur la
transparence et redévabilité de l’Etat sont des outils garants de la transparence de la gestion
des affaires publiques améliorant la qualité de fournitures de services publiques à la
population.

3.1.3 Mission du CNPC

Le Consortium National pour la Participation Citoyenne a pour mission principale de


promouvoir la participation citoyenne à Madagascar pour tous les leaders d’entités et les
citoyens, ainsi que la participation citoyenne dans tous les domaines et dans le respect des
valeurs identitaires et culturelles malagasy, à savoir :
- mise à disposition de toutes les entités des instruments garantissant la participation
citoyenne dans tous les secteurs de tous les acteurs,
- utilisation de manière coordonnée les moyens afin d’asseoir cette participation
citoyenne,
- facilitation des actions devant être effectuées par tous les acteurs de la participation
citoyenne, et incitation des acteurs au professionnalisme.

En particulier, il promeut, l’éducation à la vie sociale, économique, professionnelle, publique


et citoyenne avec ses partenaires.

Pour ce faire, le Consortium National pour la Participation Citoyenne est chargé de:

- promouvoir la mise en œuvre des actions de communication et de sensibilisation afin


d’informer, d’éduquer, de communiquer pour le Changement de Comportement ;
- promouvoir la transparence des affaires publiques ;
- promouvoir sa propre autonomie vis-à-vis des autres parties prenantes ;
- se mettre en relation avec toutes les forces vives et les acteurs de développement et
les mettre en relation;
- favoriser la culture de dialogue, de débat et de tolérance entre citoyens et leaders
d’entités à tous les niveaux et dans tous les domaines ;
- coordonner, cadrer, appuyer et suivre les actions de participation citoyenne ;
- faciliter et de faire du lobbying à l’endroit de tous les secteurs ;
- servir d’interface pour les leaders d’entités dans tous les domaines et à tous les
niveaux ;
- collecter, formuler et formaliser les propositions, les doléances, les problèmes et les
efforts relatifs à la vie de la Nation ;
- interpeller l’Administration, le secteur privé, la société civile, les organisations
politiques, etc.… sur la vie de la Nation ;
- veiller et de s’assurer à ce que les instruments garantissant la participation citoyenne
soient disponibles et appliqués dans tous les secteurs ;
- veiller à la pérennisation du programme de participation citoyenne.

48
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Le but commun étant de promouvoir un état de droit et un état prospère pour construire
une démocratie visant le développement économique, social et culturel. Le CNPC apporte
ses contributions dans l’élaboration et l’appui de ses réseaux pour la mise en œuvre
des politiques publiques, entre autres :

- Politique sociale
- Politique alimentaire, eau, assainissement, énergie
- Politique de l’habitat, infrastructures,
- Politique de la communication
- Politique de la sécurité
- Politique de l’éducation
- Politique culturelle
- Politique de l’emploi
- Politique économique : production, distribution, consommation
- Politique financière, fiscale, douanière, monétaire

Il promeut, l’éducation à la vie sociale, économique, professionnelle, publique et citoyenne à


travers ses partenaires.

3.1.4 Caractéristiques et rôles du CNPC

Le CNPC ambitionne d’assurer les actions suivantes:

- Prendre connaissance et transmettre les besoins et les aspirations et préférences


des citoyens pour identifier les solutions les plus adaptées à leurs problèmes

- Mobiliser et éduquer les citoyens pour acquérir la faculté de négocier avec les
institutions publiques et les administrations et ainsi la faculté d’influencer l’action
gouvernementale au mieux des intérêts de la population

- Eduquer les citoyens à tous les niveaux pour qu’ils puissent exercer leurs droits et
honorer leurs obligations.

- Rendre l’État redevable de ses décisions et activités en les rendant transparentes au


public.

-
Développer et renforcer les mécanismes de participation des citoyens afin de rendre
constructif et dynamique l’interaction entre les gouvernés et les gouvernants
- Appuyer les acteurs non étatiques dans leur démarche d’acquisition de la faculté de
négocier pour qu’ils puissent disposer d’entités structurées, organisées et outillées
3.1.5 Les composantes du CNPC

Les acteurs de la participation citoyenne comprennent actuellement:


- Société confessionnelle 9
- Secteur Privé 15
- Société civile 147
- Société de la communication 15
- Représentation du Peuple 3 22
- Société politique 19
- Secteur Public 10
 -----
237 entités faîtières ou associatives

3
Les élus, conseillés dans le système décentralisé

49
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Cette composition ne présente pas de contradiction avec le texte 60 133. Selon le


CNPC, la difficulté rencontrée se trouve dans l’incompréhension des partenaires sur le fait
que la participation citoyenne est transversale et doit inclure tous les acteurs pour une
meilleure efficacité et synergie (en particulier les partenaires ont du mal à admettre que les
partis politiques et les organisations confessionnelles sont constitués aussi de citoyens qui
ont de rôles importants dans la vie publique et qu’il faut s’en occuper au même titre que les
autres collèges).

3.1.6 Les valeurs identitaires du CNPC

Les valeurs identitaires du CNPC sont partagées dans la majeure partie avec la PFNOSCM.
Ses actions s’inscrivent dans 3 volets :
Volet 1 : Développement social (Vivre dans la dignité)
Volet 2 : Sécurité physique et des biens (Vivre à l’abri de la peur)
Volet 3 : Développement économique (Vivre à l’abri des besoins)

3.1.7 Les structures du CNPC

La structure du CNPC est composée des Collèges d’acteurs représentés au niveau national,
régional, de District, Communal et du Fokontany. Les 7 collèges sont présentés ci-après :
- Société civile
- Secteur prive
- Media
- Organisations confessionnelles
- Structures régionales
- Société politique
- Secteur public (universités….)

Ils jouent essentiellement les rôles Stratégique, Organisationnel et opérationnel et assurent


5 fonctions d’Education et Sensibilisation, de Fourniture de services et actions de
développement (12 thématiques), d’Observation – Recherche – Développement,
d’Interpellation et d’Informations – Réflexions et promotion du dialogue.

La structure organisationnelle du système « participation citoyenne » est présenté dans le


diagramme en Annexe 1

La Cellule Technique d’Appui est un organe constitué par des simples citoyens qui veulent
contribuer à l’avancement du processus en mettant leur expertise au service de la
Participation Citoyenne.

Elle comprend pour chaque niveau :


- un comité stratégique
- un comité organisationnel
- un comité technique et opérationnel
- un comité d’évaluation, de suivi et de contrôle

3.1.8 Les réalisations du CNPC

Structuration et organisation

Grâce à la contribution de ses membres, le CNPC a à sa disposition :


o un bureau de travail
o une salle de réunion pouvant contenir une quinzaine de personnes
o une secrétaire administrative permanente,
o un PC de bureau et deux ordinateurs portables

50
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Le CNPC continue actuellement le diagnostic sectoriel de la participation citoyenne. Il est


appuyé par la Banque mondiale, le PNUD, l’Union Européenne, la Norvège dans ses plans
d’actions

Les conseillers (assistés par des commissions de travail), sont chargés de la coordination de
Consortium Régional outre la coordination de leur collège d’origine.

Communication

Un partenariat avec le CEDII de la Haute Matsiatra est à l’étude pour améliorer l’accès à
l’information exigé par le fonctionnement du système. Ce type d’appui est également prévu à
être mis en place dans les 5 autres Chef lieux de Province à terme.

Gestion

Pour améliorer la performance de l’organisation et grâce à l’appui de l’Union Européenne et


la contribution de ses membres, le Président du CNPC a pu suivre un cours à l’Institut
Supérieur en Travail Social pour l’obtention d’un Master II en Travail social.

- Le CNPC a assisté à la formation sur l’EITI (Initiative de transparence de gestion des


ressources minières) au Canada.
Réseautage

Le CNPC est actuellement membre de CIVICUS ou Alliance Mondiale pour la participation


citoyenne et procède à la mise en réseau des acteurs. Avec PACT Madagascar, il est agréé
par CIVICUS pour mener l’étude sur l’Indice de la Société Civile à Madagascar. Il procède à
la mise en réseau des acteurs de la vie publique et s’attelle à :
- Développer l’engagement civique de ses membres de réseau,
- Améliorer leur niveau de structuration, de représentation et d’organisation
- Améliorer leur pratique des valeurs.

La réhabilitation d’un bâtiment destiné à devenir un Institut de Formation à la Démocratie et


à la Participation Citoyenne est en cours grâce au partenariat avec un membre du collège
des organisations confessionnelles. Ce type d’institut est prévu dans les 5 autres Chef lieux
de Province à terme.

Actuellement la mise en place du réseau CNPC est effective dans deux zones de
Madagascar :
- ZONE NORD regroupe 3 ex- Chef lieux de Province :Toamasina, Antsiranana,
Mahajanga et comprend : Atsinanana, Analanjirofo, Alaotra Mangoro, Diana, Sava,
Boeny, Sofia, Betsiboka, Melaka
- ZONE SUD regroupe 3 ex- Chef lieux de Province : Antananarivo, Fianarantsoa,
Toliary et comprend Analamanga, Vakinankaratra, Itasy, Bongolava, Amoron’i Mania,
Haute Matsiatra, Ihorombe, Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fitovinany, Anosy, Androy,
Atsimo Andrefana, Menabe

Plaidoyer

Douze responsables ont suivi les cours de « Leaders et Managers niveau I et II » auprès du
Centre d’Appuis et de Ressources aux ONG (CARO), grâce à l’appui de l’Union Européenne
et la contribution des membres. Ce partenariat va être étendu avec la signature d’une
convention entre les deux entités concernant Analamanga, Vakinankaratra et Boeny

51
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Etant membre actif du Comite d’Orientation du Budget Participatif, le CNPC a beaucoup


contribué à la mise en œuvre du Budget participatif au niveau des Régions

Le CNPC est également membre du Conseil d’Administration de l’Office de l’Education de


Masse et du Civisme et contribue à la mise en œuvre de son programme en dehors de la
sphère de l’éducation formelle.

Le CNPC a participé à l’évaluation d’une décennie de réformes du secteur public par la


Banque Mondiale à Addis Abeba.

Par rapport à la crise 2009 , le CNPC essaie de rapprocher les acteurs à la base et
les incite au dialogue relatif aux objectifs de développement de la localité qui sont partagés
dans la majeure partie des cas, partagés par l’ensemble des acteurs qui sont devenus
protagonistes politiques. Le fait d’impliquer les citoyens à cette réflexion leur fait prendre
conscience qu’ils peuvent devenir les vrais acteurs de leur destin et leur donne une autre
perception de la situation et réduit le degré de manipulation politique.

3.2 ANALYSE DES FORCES ET FAIBLESSES DU CNPC

3.2.1 Forces du CNPC

En organisation

La gouvernance interne du CNPC semble correcte. Il ya un manuel des procédures suivi


en général, des documents de travail assez précis et bien classés, des réunions
périodiques répertoriées dans la majeure partie des cas, des assemblées générales
régulières et des rapports disponibles et compte rendu des différentes séances de travail
et réunions envoyés aux membres par e-mail.

Une clarté de la vision et bonne compréhension de la mission par les responsables


stratégiques ainsi que celle de l’approche méthodologique et de la cohérence des
activités est démontrée par la disponibilité du schéma structurel et organisationnel. La
structure du CNPC est indépendante.

Malgré les divergences compte tenu de la diversité des origines des acteurs, les
membres affichent une cohésion autour du concept et de la mission et esprit d’équipe.
Ils ont répertorié l’existence de noyaux de bonne volonté.

En communication

Des outils de Marketing institutionnel modernes et pertinentes ont été élaborés. La


cause de la promotion de la participation citoyenne a été soutenue et reconnue par les
personnalités politiques. Ainsi, on peut citer l’intégration de la promotion de la
participation citoyenne dans le document cadre de politique de réduction de la pauvreté
(MAP) et dans le document de planification des Partenaires Techniques et Financiers
(PGDI).

En gestion de projet

Des documents de planification des projets de promotion de la participation citoyenne ont


été élaborés.

En réseautage

52
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Le schéma organisationnel du réseau du CNPC montre une large structure de


réseautage.

En plaidoyer

Les acteurs au niveau de la base connaissent les réalités locales. Cette situation conduit
à la pertinence dans l’identification et la formulation des Questions d’Intérêts Publics
faisant l’objet d’actions de plaidoyer.

3.2.2 Faiblesses du CNPC

En organisation

La participation citoyenne est un concept nouveau à faible visibilité. Le programme


national de la participation citoyenne n’est pas encore finalisé.

La composition de la structure du CNPC se veut être très représentative et très


stratégique et devient donc devenant lourde.

Au niveau intermédiaire, la capacité stratégique, organisationnelle et technique est


faible. Egalement, il n’existe pas de bureau permanent au niveau intermédiaire.

Les programmes régional et local de la participation citoyenne ne sont pas disponibles.

En communication

Le dispatching des informations et des différents comptes rendus est non disponible pour
ceux qui n’ont pas de e-mail. La circulation d’informations est faible

En gestion de projet

Une absence d’expérience en matière de gestion directe d’un projet (fonds mis à
disposition par un partenaire technique et financier) reste à ce jour une faiblesse de la
structure en matière de gestion. A cela s’ajoute, l’insuffisance en matière de capacités
matérielles : local, matériels et outils de travail. Son budget de fonctionnement reste
encore faible jusqu’ici.

En réseautage

La capitalisation et la mise en synergie des diversités régionales est faiblesse.

En plaidoyer

La capacité de lobbying est encore faible.

3.3 PROPOSITIONS D’ACTIONS DE CAPITALISATION DES FORCES ET


D’AMELIORATION DES FAIBLESSES DU CNPC

3.3.1 Capitalisation des forces du CNPC

Vision, missions

- Renforcer les capacités de leadership et de dialogue

Organisation et mise en réseau

53
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Renforcer la mobilisation et la structuration de CNPC a tous les niveaux en vue d’une


meilleure représentativité régionale
- Capitaliser les compétences diverses au sein du CNPC à travers des co-formations à
l’interne
- Développer l’esprit d’appartenance à la CNPC des associations, ONG et branches
membres
- L’acceptation et le respect du processus d’institutionnaliser le CNPC sans sauter les
étapes même si c’est beaucoup plus long sont une condition nécessaire pour la
bonne mise en place de la structure
- L’importance du team building des acteurs
- La capitalisation des acquis par les différents collèges d’acteurs
- L’importance du développement de partenariat

Information/Communication

- Adopter une règle de communication interne et externe


- Identifier des personnes ressources susceptibles d’être relais de la circulation de
l’information entre les membres de la société civile
- Développer la bonne circulation d’informations, de la concertation et partage
d’expériences entre les acteurs
- Produire le journal Fanjakana Tsara Tantana pour la mise en synergie des acteurs et
le partage de la vision avec l’environnement

Suivi des politiques publiques/ Redevabilité sociale

- Renforcer les capacités de dialogue


- Mettre en place un mécanisme de dialogue structuré avec les autorités publiques et
le secteur privé
- Organiser à l’interne des séances d’information et de discussion thématique pour
améliorer et préciser les positionnements sur divers secteurs d’activités
- S’intégrer et améliorer la participation au sein des espaces de concertation et de
décisions existants

Plaidoyer

- Renforcer les capacités techniques en plaidoyer


- Capitaliser le partenariat avec les autorités locales issues de la société civile
- Structurer les actions de plaidoyer pour un meilleur impact

3.3.2 Amélioration des faiblesses du CNPC:

Vision, missions

- Rendre SMART la formulation du cadre stratégique dans les codes de conduites et les
statuts et clarifier le cadre stratégique (cadre des résultats) et la logique d’Intervention
du CNPC pour faciliter la planification stratégique et opérationnelle des activités
 Vision
 Mission et/ou Rôles
 Objectifs
 Stratégies et démarches
 Activités principales
- Elaborer une déclinaison de ce cadre stratégique au niveau intermédiaire et de base
- Renforcer la maitrise des statuts et des codes de conduite

54
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Organisation et mise en réseau

- Renforcer la structuration du CNPC au niveau des régions


- Intégrer les réseaux thématiques dans le mécanisme de dialogue avec les autres
acteurs de développement
- Mettre en place un mécanisme de concertation et de suivi des politiques publiques au
niveau des communes et de la Région

Information/Communication

- Mettre en place une stratégie de communication partagée


- Développer une règle de partage d’information
- Mettre à jour des bases de données
- Mettre en relation les branches
- Renforcer le partage d’information entre le bureau national et régional

Gestion de projet
- Capitaliser les compétences diverses au sein du CNPC à travers des co-formations à
l’interne
- Organiser des échanges d’expériences et des bonnes pratiques entre les membres
- Finaliser et mettre en place les dispositifs de mise en œuvre des plans d’action

Suivi des politiques publiques/ Rédévabilité sociale

- Mettre en place un mécanisme de concertation et de suivi des politiques publiques à


tous les niveaux
- Accepter de la différence pour bâtir une solide synergie
- Préparer le terrain depuis la base (approche progressive)
- Adopter une approche méthodologique claire

Plaidoyer
- Renforcer le leadership et les capacités de persuasion des acteurs du CNPC
- Impliquer les leaders d’opinion à tous les niveaux

3.4 PROPOSITION DE PLAN DE RENFORCEMENT DES CAPACITES DU CNPC


PAR REGROUPEMENT DES ACTIONS EN AXE D’INTERVENTION

RESULTATS
ACTIVITES CIBLES CALENDRIER INTERVENANT (S)
ATTENDUS
AXE 1 : RENFORCEMENT DES CAPACITES ORGANISATIONNELLES ET STRUCTURELLES (MISE
EN RESEAU)
Faire apparaître spécificités du CNPC 2010 CNPC
les spécificités CNPC définis et
du CNPC pour démontrées pa
éviter le doublon ses actions
avec la
PFNOSCM par
la concentration
de ses actions
dans ses
domaines
spécifiques
Elaboration des Documents CNPC 2010 Consultants

55
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESULTATS
ACTIVITES CIBLES CALENDRIER INTERVENANT (S)
ATTENDUS
documents standards de CRPC
standards de gestion
gestion administrative
administrative édités
pour tous les
membres affiliés
au réseau CNPC
Tenue de 6 Assemblées CRPC 2010 CNPC
assemblées régionales et CNPC
régionales et de nationales
1 Assemblée tenues
Générale
Nationale
Finaliser la Politique CRPC 2010 CNPC
politique nationale de la CNPC
nationale de la participation
participation citoyenne
citoyenne finalisée
Finaliser et éditer Charte du CRPC 2010 CNPC
la charte du citoyen éditée CNPC
citoyen
Mobiliser les 8 réseaux Acteurs clés A partir de 2010 CNPC
acteurs locaux et régionaux régionaux
mettre en place 8 d'acteurs clés
réseaux mis en place
régionaux (assemblées
d'acteurs clés constituantes
des réseaux
régionaux)
AXE 2 : RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET OPERATIONNELLES
Organiser des 6 tables-rondes CNPC A partir de 2010 Consultant
dialogues inter inter régionaux CRPC
régionaux sur la sur la
Participation Participation
Citoyenne (dans Citoyenne
les 6 Chef lieux organisés
des ex- Faritany)
et d’un dialogue
national (lequel
pourrait être
combine avec
AG inter régional

Développement Acteurs CNPC A partir de 2010 CNPC


et dissémination sensibilisés sur CRPC
des outils de la les outils de la
participation participation
citoyenne (charte citoyenne
du citoyen,
budget
participatif, fiche
d’évaluation des
services publics
par les citoyens,
standards de
service),

56
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESULTATS
ACTIVITES CIBLES CALENDRIER INTERVENANT (S)
ATTENDUS
technique de
lobbying,
d’observation
Renforcer les capacités CNPC A partir de 2010 CNPC
capacités de techniques de CRPC
mobilisation des mobilisation des
ressources pour ressources
l’autonomie de la renforcées
structure

AXE 3 : RENFORCEMENT DES CAPACITES DE COMMUNICATION


Promouvoir une Stratégie et CNPC A partir de 2010 Consultants
large diffusion de outils de CRPC
l’information sur communication
la participation de masse
citoyenne à disponibles
travers des
campagnes de
communication
de masse et
d’éducation au
niveau des
populations sur
les notions
d’éthique et de
déontologie (à
travers des
théâtres,
films….)
Elaborer et Plan de CNPC 2010 Consultant
mettre en œuvre communication CRPC
un plan de pour la
communication mobilisation des
pour la ressources
mobilisation des disponible
ressources
Soutenir la Sites web et CNPC A partir de 2010 Consultant
réalisation de Intranet mis en CRPC
sites web et place
d’Intranet par les
branches
régionales
Reprise de Journal ANE 2010 CNPC
l’édition nationale Fanjakana Tsara
du journal Tantana réedité
Fanjakana Tsara
Tantana
Assurer la disponibilité et CNPC A partir de 2010 Consultant
disponibilité et la compréhension CRPC
compréhension par tous et à
par tous et à tous tous les niveaux
les niveaux de la de la politique
politique publique publique
AXE 4 : RENFORCEMENT DES CAPACITES EN SUIVI DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DE
PLAIDOYER
Elaboration de Programme CNPC 2010 CNPC

57
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

RESULTATS
ACTIVITES CIBLES CALENDRIER INTERVENANT (S)
ATTENDUS
programme local, local, régional et CRPC
régional et national de la
national de la participation
participation citoyenne
citoyenne disponible
Acquisition Equipement, de CRPC 2010 CNPC
d’équipement, de local de bureau,
local de bureau, de secrétaire
de secrétaire permanent au
permanent au niveau national,
niveau national, régional et de
régional et de district
district disponibles
Appui dans Consultations Membres et A partir de 2010 CNPC
l’organisation et régionales sur le affiliés
la conduite des premier draft des
consultations droits et devoirs
régionales sur le du citoyen
premier draft des organisés (TDR,
droits et devoirs Rapports ateliers
du citoyen disponibles)
Appui dans la Documents de CNPC A partir de 2010 Consultant
Vulgarisation des droits et devoirs CRPC
droits et devoirs du citoyen
du citoyen vulgarisés

Appuyer Cadre légal pour CNPC A partir de 2010 CNPC


l’autonomisation le travail social CRPC CRPC
et la mise en autonome Consultant
place d’un cadre élaboré
légal pour le
travail social

58
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

IV ANALYSES DES OPPORTUNITES ET DES MENACES DE L’ENVIRONNEMENT


EXTERNE DE LA PFNOSCM ET DU CNPC

4.1 Analyses des opportunités

Opportunités par rapport à l’Organisation

On peut noter l’existence des documents cadres de politiques du gouvernement (MAP,


politiques sectorielles) qui encourage globalement l’implication de la société civile. A cela
s’ajoute la reconnaissance des personnalités politiques des rôles et missions de l’OSC et la
reconnaissance par l’Etat : La PFN est parmi l’Interface à la société civile pour le
gouvernement, les ministères et la plupart des Partenaires techniques et financiers
La PFNOSC et le CNPC a été mise en place et continue de fonctionner dans un
environnement politique qui est essentiellement favorable à la promotion des Organisations
de la société civile. La politique du gouvernement et celle de la plupart des partenaires
financiers et techniques actuelle accordent un rôle important aux Sociétés Civiles dans le
développement du pays ; le gouvernement reconnaît plus particulièrement l’importance du
renforcement institutionnel, de la gouvernance, de l’amélioration de la représentativité des
OSC.

Opportunités en Communication

Deux opportunités essentielles sont à noter :


- L’existence de nombreuses agences et professionnels de la communication
- Le développement du NTIC (par exemple avec le projet Fibre optique)

Opportunités en Gestion de Projet

Malgré, le manque d’expérience en matière de gestion de projet, on peut saisir l’’existence


des partenaires techniques qui peuvent donner des actions de renforcement des capacités
techniques dans la gestion de projet.
Sinon, ces organisations de la société civile peut également de se réjouir de l’existence des
personnes ressources compétents dans le domaine de la société civile en général, et en
particulier dans la gestion de projet pour les valoriser.

La mission a noté également en termes d’opportunité à saisir le financement 10ème FED de


l’Union Européenne qui prévoit une importante enveloppe pour le renforcement de la société
civile à Madagascar.

Enfin, on peut noter également en termes d’opportunité à saisir pour les régions concernées
le fait que le programme PNUD a défini des zones de concentration de ces activités.

Opportunités en Réseautage

On peur noter la volonté des différents partenaires à appuyer le processus de mise en


réseau de la société civile à tous les niveaux.

Opportunités en Plaidoyer

La prise de conscience générale sur l’importance de la démocratie et de la bonne


gouvernance (dont la participation citoyenne) pour une stabilité politique pérenne représente
une opportunité pour faciliter les actions de plaidoyer.
La coopération entre OSC dans des fronts unis ou coalition favorise l’efficacité des actions
de plaidoyer de la société civile en mettant bout à bout leur énergie en faveur d’une cause
commune en particulier dans le contexte de crise actuelle.

59
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Au niveau de certaines, régions l’existence des autorités ex-OSC permet aux OSC d’avoir
des alliés potentiels dans le cercle du pouvoir et facilite le cas échéant leur action de
lobbying en faveur d’une cause partagée.

4.2 Analyses des menaces

Menace en Organisation

L’existence de certaines autorités qui connaissent mal la vision, les missions et rôle des
OSCs conduit souvent au classement de la société civile dans le camp des oppositions par
certains dirigeants.

Le problème de leadership national a été déterré une fois que la PFNOSCM a été mise en
place en juin 2005. Les personnalités fortes féminines se perdent dans une lutte infernale qui
nuisent au développement de la société civile : elles dirigent chacune des mouvements qui
ont du mal à se converger du fait du manque de vision partagé même du rôle et des
approches de la société civile en matière d’interpellation par exemple. , le mouvement
associatif étant noyauté pour la plupart par des femmes.

Le climat politique reste instable et ne permet pas à la société civile de tracer en toute
sérénité ses perspectives de développement. A cela s’ajoute la profonde pauvreté qui risque
de bloquer ou de dévier les actions entreprises en faveur d’une minorité
-
La mission de la société civile se complique due à la non disponibilité de politiques publiques
claires à tous les niveaux.

Enfin, l’analyse de la pertinence du cadre stratégique et institutionnel du PFNOSCM fait


ressortir que :

- Il n’y a pas de protocole de partenariat, mais juste un arrêté officiel de formalisation de


l’existence juridique de la plate-forme régionale de la société civile.
- La place et le rôle de la société civile n’est pas toujours inscrite dans la constitution :
droit de consultation, d’interpellation et d’expression dans les domaines sociales et
politiques.
- La plate-forme de la société civile ne prend pas toujours ses responsabilités
- La répartition et l’équilibre des responsabilités entre les différentes structures de la
plateforme ne sont pas encore clairs
- Pas de moyens financiers et matériels de ses ambitions.
- Méconnaissance de nombre d’associations sur le rôle de la société civile.
- Manque d’interpellation face aux abus des pouvoirs publics.
- La société civile est un terrain où joue également des mouvances politiques.
- C’est également un terrain où se réfugient des politiciens au moment des dictatures
- Méconnaissance des rôles de la société civile par la plupart des populations et les
autorités publiques.
- Nombreux sont ceux qui adhérent aux plates-formes pour rechercher juste des
opportunités en prestations de service
- Nombre d’OSC ne connaît pas toujours le rôle que doit jouer la société civile dans le
processus de développement

Menace en matière de Communication


Le déficit d’informations de base fiable à tous les niveaux de la nation induit souvent en
erreur les actions de suivi des politiques ou de plaidoyer de la société civile.

Menace en matière de Gestion de projet

60
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

La lenteur du processus de financement entrainent la démotivation des organisations de la


société civile et limitent leur chance de pouvoir gérer des projets et développer leurs
capacités en gestion pour qu’on leur fasse confiance un peu plus davantage dans leur
capacité d’absorption.

Menace en matière de Réseautage

L’enclavement des communes et districts et leur ’éloignement géographique rendent toujours


difficile la structuration de la société civile à tous les niveaux territoriaux du pays.

Menace en matière de Plaidoyer

L’existence gênante des acteurs des OSC par rapport à certains élus, l’insécurité et le
risque de répression représentent toujours autant de menaces pour les actions de suivi des
politiques et de plaidoyer de la société civile.

4.3 Proposition d’actions d’exploitation des opportunités et de prévention des


menaces sur la PFNOSCM et du CNPC

4.3.1 Les actions d’exploitation des opportunités au niveau de la


PFNOSCM et du CNPC

Vision, missions

Exploiter l’existence des cadres politiques favorables à l’implication de la société


civile pour améliorer et renforcer la participation de la société civile dans la gestion
des affaires publiques au niveau de communes, des districts, de la Région voire au
niveau national

Information/Communication

- Capitaliser les expériences porteuses en communication


- Tirer profit des avantages du NTIC pour utiliser la communication sur Internet

Gestion de projet

- Renforcer les capacités techniques en montage, en planification et en gestion de


projet
- Mobiliser les ressources locales
- Renforcer les capacités en négociation

Suivi des politiques publiques/ Redevabilité sociale

- Capitaliser la volonté de collaboration des CTD (Région et Commune) et des


institutions publiques

Capacités de plaidoyer

- Appuyer les actions de plaidoyer pour l’équité du genre

4.3.2 Les actions de prévention des menaces au niveau de la


PFNOSCM et du CNPC

Vision, missions

61
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Médiatisation sur le Programme National de Décentralisation et de Déconcentration


- Renforcer la médiatisation sur la société civile, sa définition, ses rôles et ses
responsabilités, les enjeux de sa structuration

Organisation et mise en réseau

- Renforcer la coopération entre les OSC et les responsables des cadres


institutionnels et juridiques

Gestion de projet

- Contribuer au renforcement de leurs compétences techniques


- Renforcer les capacités de mobilisation des ressources

Suivi des politiques publiques/ Redevabilité sociale

- Bien analyser les cibles des actions de plaidoyer et adopter une approche de
dialogue et de coopération efficace avec chaque cible (Chef de région,
parlementaires, maires, chefs fokontany)

Plaidoyer

- Mettre en place une stratégie de plaidoyer mobilisant tous les acteurs

62
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

V. EVALUATION DES ACTIONS D’APPUI À LA PFNOSCM ET AU CNPC

5.1 Appui du PNUD au CNPC

Les actions d’appui du PNUD au CNPC se résumaient à des appuis financiers pour la mise
en place des structures de création et de sensibilisation à travers le programme de
gouvernance de la République de Madagascar. Les documentations rapportent :

- L’organisation du premier atelier national pour la mise en place du Comité


préparatoire
- L’organisation du deuxième atelier de la Participation Citoyenne en vue de la mise en
place du Conseil National pour la Participation Citoyenne
- L’organisation d’ateliers de travail pour la conception d’outils de travail,
- Séances de team building des acteurs
- L’établissement de l’état des lieux de la participation citoyenne Haute Matsiatra,
Atsinanana, Alaotra Mangoro, Sava - Diana, Analamanga
- La sensibilisation et la formation à la participation Citoyenne du FI.MPI.MA
(Fikambanan’ny Mpikabary eto Madagasikara) en vue de la dissémination
- L’édition et le dispatching du Journal Fanjakana Tsara Tantana
- La mise en place d’un cadre de partenariat entre le Gouvernement et l’OSC dans les
Régions de Vatovavy Fito Vinany et d’Atsimo Andrefana (AMAP/PNUD)

5.1.1 Forces des actions d’appui du PNUD au CNPC

En termes de pertinence

Les activités réalisées dans la cadre du programme gouvernance de la République de


Madagascar cadraient bien avec les priorités des autorités du moment inscrites dans le
MAP. Elles répondaient également aux besoins de structuration de la participation citoyenne
à tous les niveaux pour restaurer la confiance entre les gouvernants et les gouvernés

En termes d’efficacité

La mise en place du réseau CNPC est effective dans deux zones de Madagascar : La Zone
Nord regroupe 3 ex- Chef lieux de Province : Toamasina, Antsiranana, Mahajanga ; La Zone
Sud regroupe 3 ex- Chef lieux de Province : Antananarivo, Fianarantsoa, Toliary

L’édition et le dispatching du Journal « Fanjakana Tsara Tantana » ont permis le


développement du réseau du CNPC. Les Séances de team building des acteurs ont renforcé
la capacité du CNPC à mobiliser et animer les forces de la participation citoyenne a tous les
niveaux. L’établissement de l’état des lieux de la participation citoyenne Haute Matsiatra,
Atsinanana, Alaotra Mangoro, Sava - Diana, Analamanga a permis de cerner les ententes et
potentialités locales. La sensibilisation et la formation à la participation Citoyenne du
FI.MPI.MA (Fikambanan’ny Mpikabary eto Madagasikara) ont permis de la dissémination
des informations. La mise en place d’un cadre de partenariat entre le Gouvernement et
l’OSC dans les Régions de Vatovavy Fito Vinany et d’Atsimo Andrefana (AMAP/PNUD)

5.1.2 Faiblesses des actions d’appui du PNUD au CNPC

En termes de pertinence

Les spécificités des missions du CNPC par rapport à celles de la PFNOSCM ne sont pas
bien mis en exergue alors ce sont tous deux organismes qui bénéficient directement ou
indirectement de l’appui du PNUD.

63
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

En termes d’efficacité

Il n’y pas de suivi et d’évaluation des actions d’appui du PNUD de la part du PNUD et du
CNPC. En effet, la mission n’a pas trouvé de document officiel rapportant les résultats de
ces actions. Le changement fréquent du staff auprès du PNUD n’a pas favorisé la continuité
des actions du PNUD dans l’appui à la société civile malgache.

L’appui du PNUD a été réalisé a travers la direction de la bonne gouvernance de la


Présidence de la République de l’époque. L’approche du PNUD et de la PRM n’était pas
nécessairement cohérente et le bénéficiaire était un peu perdu dans la conduite des
activités.

La gestion des ressources du PNUD n’étaient pas communiquée au CNPC. C’était la


direction de la bonne gouvernance de la PRM qui gérait ces ressources.

Les communications et informations concernant les actions du PNUD n’étaient pas


transmises directement de PNUD mais étaient entendu à travers les actions de la direction
de la bonne gouvernance de la PRM. Il y avait même des flous sur les initiateurs des
directives

Le renforcement de la capacité de réseautage et de plaidoyer ne faisait pas partie des


actions de l’appui du PNUD

En termes de durabilité

Il n’y a pas de stratégie claire d’autonomisation ou de pérennisation du CNPC.

5.2 Appui du PNUD à la PNFOSCM

A travers le programme Gouvernance, le PNUD a soutenu le processus de mise en place de


la Plateforme nationale de la société civile à travers différents ateliers nationaux et
interrégionaux. Par ailleurs, la mise en place de cette Plate forme nationale a été appuyée
techniquement et financièrement par le PNUD et le programme MISONGA/ USAID lors de
l’organisation de la CONVENTION NATIONALE qui s’est déroulée du 20 au 23 juin 2005.

En octobre 2005, le PNUD avait déjà donné son aval pour appuyer le fonctionnement du
Secrétariat exécutif. Il s’agit donc d’établir quelles dépenses seront prises en charge par le
PNUD. Dans ce sens, la Présidente du PFNOSCM a soumis une proposition de budget
estimatif pour la création et le fonctionnement du Secrétariat exécutif, ainsi que les TDR du
personnel de ce dernier au cours de la présente réunion. Elle a aussi souligné que la mise
en place du Secrétariat exécutif national est un préalable à toute autre activité de la
Plateforme.

En 2008, un projet d’Appui au Renforcement des capacités de la PFNOSCM en mobilisation


et plaidoyer en faveur des populations a été mis en œuvre par la PFNOSCM (du 1er juin au
31 décembre 2008)

On peut articuler les domaines d’appui du PNUD par rapport à la Plateforme nationale de la
société civile autour des axes d’intervention suivants :

Structuration et renforcement des capacités du réseau au niveau national et régional

En octobre 2005, il a été prévu l’organisation d’un Atelier national de formation à l’intention
des membres du Comité National d’Orientation et de Suivi Stratégiques (CNOSS) de la
Plateforme nationale pour renforcer en particulier leur maîtrise de la Charte commune de la

64
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

société civile ainsi que le cadre mondial, régional et national de l’intervention de la société
civile. Le PNUD avait donné aussi son aval à apporter un appui en matière de structuration
du réseau au niveau régional. Six (6) ateliers étaient prévus dans ce sens (1 atelier
interrégional par province).

En 2008, le projet d’Appui au renforcement des capacités de la PFNOSCM a été mis en


œuvre. Ce projet poursuivait les 2 principaux résultats suivants :
- L'organisation et le système de gouvernance interne de la Plate-Forme Nationale des
OSC de Madagascar et des plates-formes régionales ainsi que leurs capacités en
networking sont améliorés
- Les capacités de la Plate-Forme Nationale des OSC de Madagascar à mobiliser et
présenter les perspectives de la société civile sur la gouvernance, le développement
humain et les stratégies nationales sont renforcées

En termes d’activités, ce projet a permis de réaliser les activités suivantes :


- Réaliser une évaluation organisationnelle et des capacités de la Plate-forme
Nationale des OSC et de deux plates-formes régionales (Atsimo Andrefana, Anosy)
suivant l’approche ABC (Analyse des Besoins en Compétences) initiée par le
programme FORMGED et renforcé par une étude réalisée par deux consultants
externes au niveau des régions d’intervention et d’autres régions de la zone Sud
- Elaborer les stratégies de renforcement de capacités, de communication et de suivi
des politiques et plaidoyer
- Mettre en œuvre les stratégies adoptées par la Plate-forme dans les deux régions
ciblées : Mettre en œuvre les Plans de Renforcement des Compétences des PFR
Atsimo Andrefana et Anosy
- Appui à la coordination, gestion et fonctionnement de la Plate-forme Nationale des
OSC de Madagascar : Rémunération de l’équipe du projet (Secrétariat Exécutif de la
PFNOSCM), Dotation d'équipements et matériels informatiques, Frais de
communication, Missions de suivi du PNUD
- Mettre en place des plate-formes de districts dans les régions d’Atsimo Andrefana et
Anosy grâce au soutien financier du PNUD.

Communication

En octobre 2005, il a été convenu entre le PNUD et la Présidente du PFNOSCM que la


communication est un outil important de la Plateforme nationale pour transmettre toutes les
informations relatives à ses activités à tous les niveaux et à grande échelle. Elle a souligné la
nécessité impérative d’élaborer une Stratégie de communication qui permettra à toutes les
organisations de la société civile de participer activement aux activités de la Plateforme et de
mieux assumer leur rôle spécifique.

En 2008, le PNUD a appuyé la PFNOSCM pour, entre autres, mettre en place une stratégie
de communication.

Mobilisation et plaidoyer en faveur des populations

En 2008, le projet d’Appui du PNUD a permis d’avoir les résultats suivants en termes de
mobilisation et plaidoyer en faveur des populations :
- mise en place d’un mécanisme de dialogue et de concertation structuré entre la
société civile et les autorités régionales. Exemples : dans la région d'Atsimo
Andrefana : les semaines thématiques sur le MAP, Comité GUIDER, réunion
bimestriel de coordination ; Au niveau de l'Anosy : programmation des rencontres
régulières avec le Chef de Région et son staff dans le cadre d'une cellule de
communication.

65
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Réalisation des Forums de la société civile sur le développement régional à Atsimo


Andrefana et Anosy qui a permis de faire les activités suivantes :
 Etat des lieux de la société civile,
 consultations thématiques sur le développement régional, table-ronde avec
les autorités locales,
 Mise en place d’un mécanisme de dialogue et de concertation structuré entre
la société civile et les autorités régionales,
 Séance de travail sur le renforcement des capacités organisationnelles et
techniques des plate-formes régionales et des districts) :

- Problématiques et Thématiques traitées à Atsimo Andrefana : Eau et assainissement


(Problème d’eau dans le Sud), Education et alphabétisation (La reforme éducative à
Sakaraha), Gouvernance (L’insécurité), Projets stratégiques (Analyse socio-
écnomiques par rapport à l'exploitation du calcaire de Soalara pour Dynatec, Ilménite
d'Andranobe, Charbon de terre de la Sakoa, etc.)

- Problématiques et Thématiques traitées à Anosy : Environnement et ressources


naturelles à Fort-Dauphin (Ilménite), Eau et assainissement (région et ville de Fort-
Dauphin), Gouvernance (Insécurité en particulier à Betroka), Education (Reforme de
l’éducation à Betroka), Sécurité alimentaire (Menace de famine à Amboasary)

5.3 Forces des actions d’appui du PNUD a la PFNOSCM

En termes de pertinence

L’appui à la mise en place de la PFNOSCM et au renforcement de ses capacités répond


aux volontés politiques des autorités d’impliquer la société civile au processus de
développement à tous les niveaux pour améliorer la gouvernance au sein de l’Administration.
Cet appui répond également aux attentes des populations de porter et défendre leurs voix et
leurs intérêts dans les espaces de dialogue, sachant que les populations font de moins en
moins confiance aux élus politiques.

En termes d’efficacité

La Plate forme nationale s’est montrée capable dans le renforcement des structures
existantes dans les zones d’intervention du projet, l’élaboration de plans de renforcement
des capacités, la mise en place de structures thématiques nationales.

L'organisation et le système de gouvernance interne des 2 plates-formes régionales ainsi


que leurs capacités en networking se sont améliorés : plates-formes régionales d’Atsimo
Andrefana et d’Anosy. L’élaboration des stratégies de renforcement de capacités, de
communication et de suivi des politiques et plaidoyer était un exercice participatif
d’autoévaluation organisationnelle et technique et disposition d’outils de planification des
renforcements des capacités des plates-formes régionales (Atsimo Andrefana et Anosy)
Les organisations de société civile au niveau de tous les districts d’Atsimo Andrefana et
d’Anosy sont sensibilisées et mobilisées autour de la charte commune des OSC

Les capacités de la Plate-forme Nationale des OSC de Madagascar à mobiliser et présenter


les perspectives de la société civile sur la gouvernance, le développement humain et les
stratégies nationales sont renforcées.

En termes de durabilité

66
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

L’appui à la coordination, gestion et fonctionnement de la Plate-forme Nationale des OSC de


Madagascar a permis de maintenir le recrutement de l’équipe du projet (Secrétariat Exécutif
de la PFNOSCM), la dotation d'équipements et matériels informatiques, la prise en charge
des frais de communication et des missions de suivi du PNUD. Ces appuis ont permis de
développer davantage les capacités de gestion de projets de la PFNOSCM. Son équipe
permanente assurait la gestion opérationnelle et financière des projets du Southern Africa
Trust en matière de suivi du MAP et de l’UNFPA en matière de promotion du genre. La
gestion technique et financière de ces projets a suivi les procédures de la PFNOSCM ainsi
que celles de ces partenaires techniques et financiers grâce à la collaboration étroite des
chargés de programme et des assistants administratifs et financiers de ces organismes
(exigence des procédures).

5.4 Faiblesses des actions du PNUD a la PFNOSCM

En termes de pertinence

Nombre d’activités prévues à être appuyé par le PNUD n’ont pu être réalisée malgré les
attentes exprimées par les membres de la Plate-forme (ateliers de mobilisation inter-
provinciaux, base des données, etc.).

En termes d’efficacité

Après la convention nationale de mise en place de la PFNOSCM où le PNUD assurait le


leadership du consortium des bailleurs de fonds qui se sont engagés pour accompagner la
PFNOSCM dans la mise en œuvre de sa vision, aucun document cadre de partenariat
pluriannuel n’a été signé officiellement entre les 2 parties avant le projet d’appui en juin
2008. Le recrutement de l’équipe du Secrétariat Exécutif et l’appui en équipement ont été
effectué entre fin 2006 et fin 2007 sur la base des PV de réunion servant de protocoles
d’accord entre le PNUD et la PFNOSCM et qui sont rédigés en mentionnant le nom de la
Présidente du PFNOSCM au lieu de la PFNOSCM

En termes de durabilité

L’instabilité et le changement fréquent de staff auprès du PNUD n’a pas favorisé la continuité
des actions du PNUD. A preuve, l’équipe technique de la PFNOSCM recruté sur
financement du PNUD a du vivre des moments de flottement entre 2007, 2008 pour
finalement être lâché par le PNUD en 2009 au cours de la crise politique qui secoue le pays
et cela en faveur d’une équipe de gestion directe du projet. Cela n’a pas permis de
capitaliser les acquis réalisé au niveau des régions d’intervention en 2008 (Atsimo Andrefana
et Anosy).

67
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

CONCLUSION

L’exploitation des forces existantes, la saisie des opportunités, la résolution des faiblesses
et la prise de nouvelles mesures pour éviter les menaces, conduisent à articuler la stratégie
de renforcement des capacités de la PFNOSCM et du CNPC autour de 4 axes suivantes :
• Renforcement des capacités organisationnelles et structurelles comprenant entre
autres des actions de développement de la vie associative, la poursuite de la
structuration à tous les niveaux, la mise en place des mécanismes de gouvernance
interne,
• Renforcement des capacités techniques et opérationnelles comprenant des actions
de formation technique et d’appui à la capacité de gestion de projets des 2 structures,
• Renforcement des capacités de communication interne et externe,
• Renforcement des capacités de suivi des politiques publiques et de plaidoyer.

Toutefois, chaque structure doit garder sa spécificité dans le contenu de ces axes de
renforcement des capacités en particulier dans le suivi des politiques et le plaidoyer. Si le
CNPC devrait jouer le rôle d’offrir un espace de concertation et de dialogue, les actions de la
PFNOSCM devraient se concentrer dans le suivi et le plaidoyer de la société civile vis-à-vis
des autres acteurs (décideurs politiques et secteur privé).

L’environnement auquel ces deux structures évoluent ne leur facilite pas à s’imposer dans
leurs rôles essentiels d’interpellation, de watchdog, de partenaire de développement et de
contre-pouvoir. Cet environnement est caractérisé par :
- Un climat politique instable,
- Une profonde pauvreté qui risque de bloquer ou de dévier les actions entreprises en
faveur d’une minorité,
- Un déficit d’informations de base, une indisponibilité de bases de données fiables,
- Une complication de leur mission due à l’indisponibilité de politiques publiques claires
à tous les niveaux.

La PFNOSCM et le CNPC ont encore besoin de renforcement de leurs capacités de


mobilisation de ressources leur permettant à terme une autonomisation effective.

La recommandation sur l’appui du PNUD à ces deux structures serait la mise en place de
Comité de suivi pour la mise en œuvre du PRC et des recommandations. Pour assurer la
continuité des actions de suivi de la mise en œuvre des recommandations, la composition de
ce comite de suivi devrait s’élargir a des personnes autres que le staff du PNUD Il faudrait
également assurer la stabilité au niveau des stratégies d’appui du PNUD à la société civile
malagasy.

68
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

ANNEXE

69
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

ANNEXE 1 : GRILLES D’ANALYSE

FICHE DE DESCRIPTION DES ACTIVITES DE


L’ORGANISATION

REPONSES

QUESTIONS

Description générale des activités

Quels sont les produits des activités?

Qui sont les bénéficiaires des activités ?

Quels objectifs sont liés aux activités;


exemple:

Ceux du plan de développement de la


Province / Région, des Plans Opérationnels,
etc….

Les clients des activités sont-ils satisfaits ?

70
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

REPONSES

QUESTIONS

Quelles sont les possibilités d’amélioration ?

71
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

GRILLE D’ANALYSE SWOT

1- IDENTIFICATION DE L’ORGANISME

1- Nom de l’Organisme:

2- Siège :

3- Date de création :

4- Domaines principaux
d’intervention :
5- Activités principales en
cours
6- Zones d’interventions :

7- Partenaires techniques :

8- Partenaires financiers :

9- Organigramme général
(catégories de poste)
10- Effectif des cadres
dirigeants (H/F)
11- Effectif des chefs de
volets/départements/Service
s (H/F)
12- Personnes de contact

13- Nombre et catégorie des


personnes
interviewées/rencontrées :
14- Dates de réalisation du
diagnostic
15- Noms des personnes qui ont
réalisé la collecte

72
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

2- FICHE DES RESULTATS DE L’ANALYSE FFOM (à remplir sur ordinateur)

FORCES FAIBLESSES
Domaines Commentaires et Commentaires et
Manifestations Manifestations
interprétations interprétations

1- Organisation

 Vision, stratégies et
objectifs de l’Organisme
 Organigramme

 Système de gouvernance
(prise de décision,
restitution, etc.)
 ……..

2- Communication/information

 Communication interne

 Communication externe

 ….

3- Gestion de projet

 Elaboration des plans de


travail
 Procédures de gestion

73
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

FORCES FAIBLESSES
Domaines Commentaires et Commentaires et
Manifestations Manifestations
interprétations interprétations

 ….

4- Réseautage

 Démarche de mise en
réseau
 …

5- Plaidoyer

 Outils et mécanismes de
suivi des politiques
 Stratégies de plaidoyer

 ….

1- Listes des pratiques prioritaires à capitaliser ou à renforcer à partir des FORCES :


2- Pistes d’actions d’amélioration à, partir des FAIBLESSES :

Domaines OPPORTUNITES MENACES

74
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Commentaires et Commentaires et
Manifestations Manifestations
interprétations interprétations

6- Organisation

 Vision, stratégies et
objectifs de l’Organisme
 Organigramme

 Système de gouvernance
(prise de décision,
restitution, etc.)
 ……..

7- Communication/information

 Communication interne

 Communication externe

 ….

8- Gestion de projet

 Elaboration des plans de


travail
 Procédures de gestion

 ….

9- Réseautage

 Démarche de mise en
réseau

75
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

OPPORTUNITES MENACES
Domaines Commentaires et Commentaires et
Manifestations Manifestations
interprétations interprétations

 …

10- Plaidoyer

 Outils et mécanismes de
suivi des politiques
 Stratégies de plaidoyer

 ….

1-Liste des OPPORTUNITES prioritaires à faire exploiter :

2- Pistes d’actions pour réduire ou éviter les MENACES :

76
Guide d’entretien « bénéficiaires » de l’organisation

Exemples de questionnaire sur la satisfaction des bénéficiaires

 Quels sont les problèmes à l’origine de votre partenariat avec cette organisation ?
 Pourquoi étés-vous adressés à cette organisation pour la résolution de vos problèmes ?
 Est ce qu’il y des critères établis ? quelles sont ses spécificités?
 Est ce que l’organisation a effectué une analyse approfondie sur les problèmes exprimés ?
 Comment l’organisation considère vos suggestions, opinions sur le sujet ?
 Quelles sont d’après vous les méthodes d’action utilisées par cette organisation pour réaliser ses
rôles ?
 Quelles sont celles que vous appréciez le plus ? Pourquoi ?
 Quels sont les points à améliorer ?
 Etc.
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

ANNEXE 2 : STATUTS PFNOSCM

STATUTS

PREAMBULE

Dans le cadre général du développement humain durable à Madagascar et de l’amélioration des


e
conditions de vie des populations, il est essentiel, en ce début du 3 millénaire, que la société civile
malagasy qui a une longue histoire derrière elle, composée actuellement des organisations
communautaires, des associations et des groupements d’associations des différents secteurs
d’activités et des organisations non gouvernementales (ONG), joue pleinement son rôle au niveau
local, national et mondial et soit reconnu à tous les niveaux comme un acteur clé et un partenaire à
part entière des autres acteurs dans la construction démocratique et le développement économique,
social et culturel du pays.

En effet, par leurs liens étroits et privilégiés avec la population, les organisations de la société civile
s’imposent comme un acteur clé de la mobilisation, de la sensibilisation et du rassemblement des
citoyens pour le développement et la réduction de la pauvreté. Par sa connaissance concrète et
quotidienne des besoins et des aspirations des citoyens ainsi que des solutions les mieux adaptées
aux problèmes des pauvres, elles constituent une composante essentielle de l’élaboration, de la mise
en oeuvre et du suivi des plans et programmes nationaux et locaux de développement, et s’imposent
également comme un acteur incontournable du dialogue social et politique pour la formulation des
objectifs nationaux et la mise en oeuvre des plans ou programmes. De ce point de vue, la société
civile est aussi la clé de voûte de la gouvernance participative à travers laquelle les groupements, les
communautés et les organisations non étatiques d’une manière générale acquièrent la faculté de
négocier avec les institutions publiques et les administrations et celle d’influencer l’action
gouvernementale et de contrebalancer le pouvoir de l’Etat.

La mise en place d’une Plate-Forme Nationale des Organisations de la Société Civile de Madagascar
pour renforcer la société civile, afin qu’elle puisse assumer pleinement son rôle et exercer
efficacement ses fonctions multiples s’impose comme une nécessité impérative et urgente.

TITRE I
CREATION-DENOMINATION-OBJET-SIEGE SOCIAL-DUREE

ARTICLE 1 : CREATION ET DENOMINATION.

Entre les Associations, les Organisations Non Gouvernementales (ONG) les groupements
d’organisations (fédérations ou Confédérations), les collectifs, les réseaux et les Plates-formes, il est
créé une Plate-Forme Nationale des Organisations de la Société Civile de Madagascar ou
PFNOSCM, à but non lucratif, régi par la loi 60 133 du 03 octobre 1960.

ARTICLE 2 : OBJET

La raison d’être de la PFNOSCM réside principalement dans la nécessité de structurer et d’organiser


la Société Civile malagasy, pour la promotion d’une Bonne Gouvernance à Madagascar en vue d’un
Développement Humain Durable effectif.

ARTICLE 3 : MISSIONS

Ainsi, la PFNOSCM n’est ni une union ni une fédération ni une confédération ni un consortium mais :

Un lieu de dialogue, d’échanges, d’orientation, d’inspiration et de coopération pour les organisations


de la société civile ayant une vision commune des problèmes de développement de Madagascar et
décidés à travailler ensemble afin d’apporter leur contribution à la résolution de ces problèmes au
profit des populations des 22 régions, notamment les plus pauvres ;

78
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Un espace d’échanges, de dialogue et de renforcement de partenariats constructifs entre les


organisations de la société civile de Madagascar et ses différents partenaires : Etat, secteur privé,
partenaires techniques et financiers…au plan national et mondial. A cet égard, la PFNOSCM est
l’interlocuteur naturel de l’Etat et des autres partenaires dans les dialogues nationaux autour des
questions de développement. Elle pourra servir également d’interface avec d’autres acteurs au niveau
régional et mondial ;

Un lieu de sauvegarde et de développement de l’unité et de l’autonomie de la société civile vis-à-vis


des autres acteurs ;

Le lieu de rencontre de diverses sensibilités des organisations de la société civile, de la préservation


de leur diversité et de leur esprit d’entreprise tout en renforçant leur cohésion basée sur une vision
commune et des objectifs communs ;

Un lieu de renforcement de capacités des organisations de la société civile malagasy et un réseau de


compétences multisectorielles ;

Un lieu d’Informations et de communication de la société civile malagasy à l’interne et à l’externe ;

L’organe d’orientation générale, de coordination, de Suivi et d’Evaluation du mouvement d’ensemble


de la société civile de Madagascar ;

La gardienne de la CHARTE COMMUNE des organisations de la société civile de Madagascar

ARTICLE 4 : OBJECTIFS

A l'exclusion de toute activité confessionnelle et partisane, il incombe à la PFNOSCM de :

Mobiliser, renforcer, structurer les organisations de la société civile de Madagascar aux différents
niveaux et dans tous les secteurs d’activité ;

Assurer une représentation coordonnée et légitime de la société civile de Madagascar vis-à-vis des
acteurs du développement à tous les niveaux et dans le concert des nations au niveau régional et
mondial ;

Instaurer, sauvegarder et promouvoir la vision commune des organisations de la société civile de


Madagascar, ses valeurs identitaires et ses principes de base ;

Relever le défi de l’unité dans la diversité, en étant le porte parole reconnu des organisations de la
société civile de Madagascar en les représentant dans la défense des intérêts des populations et de la
société civile en général ;

Favoriser le renforcement des capacités de la société civile, le réseautage des organisations de la


société civile de Madagascar, la promotion des Plates-Formes Régionales de la Société Civile de
Madagascar ou PFROSCM ;

Promouvoir l’existence et le renforcement de systèmes d’information à tous les niveaux pour une
bonne circulation des informations au sein des organisations de la société civile de Madagascar et à
l’adresse de ses différents partenaires ;

Faciliter l’instauration et le développement de structures de dialogue et de coopération avec les


différents partenaires dans la résolution des Questions d’Intérêt Public (QIP) ;

Assurer le dialogue et la coopération avec les partenaires techniques et financiers.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL

La PFNOSCM a son siège social à Antananarivo, à Madagascar. Le siège pourra être transféré à tout
autre endroit de la République de Madagascar sur décision du Comité National d’Orientation et de

79
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Suivi Stratégiques-CNOSS à tout autre endroit de la ville d’Antananarivo et entérinée par l'Assemblée
Générale.

ARTICLE 6 : DUREE.

La durée de l’organisation est illimitée, sauf en cas de dissolution définie ci-après.

TITRE II
STRUCTURE ET FONCTIONNEMENT

ARTICLE 7: COMPOSANTE.

Les composantes de la PFNOSCM sont les Plates-Formes Régionales de la Société Civile de


Madagascar ou PFROSCM, les Plates formes nationales ou régionales thématiques ainsi que des
fédérations et des confédérations d’organisations, des collectifs, des réseaux, et de simples
associations qui ont adhéré directement à la PFNOSCM.

ARTICLE 8: ORGANISATION

Au niveau national, les organes de la PFNOSCM sont :

La Convention nationale (CN) qui est l’Assemblée générale de la PFNOSCM ;

Le Comité National d’Orientation et de Suivi Stratégique ou CNOSS ;

Le Conseil des Sages ;

Le Secrétariat Exécutif National (SEN).

Au niveau régional, les organes de la Plate-forme sont :

L’Assemblée Générale Régionale (AGR) ;

Le Comité Régional d’Orientation et de Suivi (CROS) ;

Le Bureau Exécutif Régional (BER).

SECTION 1 : LA CONVENTION NATIONALE

ARTICLE 9 : SA COMPOSITION

Elle est composée

Des délégués mandatés des organisations membres de la PFNOSCM qui disposent chacune d’une
voix délibérative et des membres de ces organisations présents mais à titre d’observateurs ;

D’autres personnes morales et physiques n’ayant pas droit de vote mais officiellement invités par la
PFNOSCM, à titre de collaborateurs, experts, partenaires, personnalités.

ARTICLE 10 : SES COMPETENCES

La Convention nationale est l'organe suprême de la PFNOSCM. Elle se réunit périodiquement tous les
4 ans.

Sans que la présente énumération soit limitative, la Convention nationale :

Procède à l’examen, à l’amélioration, au contrôle du respect de la Charte commune de la société


civile, et à l’adoption des orientations de la PFNOSCM ;

80
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Procède à l’élection du (de la) Président (e) et du de la) Secrétaire général (e) de la PFNOSCM ;

Entérine l’élection du Président et du Secrétaire général des bureaux décentralisés exécutifs des
PFROSCM et ceux des Plates-formes thématiques nationales qui siègent au sein du CNOSS ;

Entérine la décision d’exclusion d’une organisation membre ou statue sur son appel ;

Délibère sur la Charte commune des organisations de la société civile de Madagascar, sur les
grandes orientations de la PFNOSCM relatives à ses objectifs et approches stratégiques, sur les
grandes lignes des Plans d’action décennal, quinquennal ou triennal ainsi que sur le Programme
d’Activités proposés par le CNOSS et le Bureau exécutif ;

Discute, approuve le rapport du CNOSS sur la marche de l’organisation en matière d’activités ;

Analyse et approuve la politique financière et budgétaire orientée et suivie par le CNOSS et appliquée
par le Secrétariat exécutif ;

Crée toute structure qu’elle juge utile pour la bonne marche de l’organisation et ratifie l’organigramme
de la Plate-forme ;

Traite de toutes les autres questions relatives à l’orientation, à la gestion et à l’administration de la


PFNOSCM qui excèdent les pouvoirs ou les compétences du CNOSS ;

Adopte ou modifie tous les documents nécessaires au bon fonctionnement de la PFNOSCM tels que
Charte, Statuts, Règlement intérieur, Pactes sociaux, etc.

ARTICLE 11 : CONVOCATION ET ORDRE DU JOUR

La Convention nationale se réunit tous les quatre (4) ans sur convocation du Président qui en établit
l’ordre du jour avec le Secrétaire général.

L’Ordre du Jour comprend nécessairement le rapport d’activités et le rapport financier du Secrétariat


Exécutif National vérifié et certifié par des audits internes et externes, la délibération sur les futures
orientations et la politique de la PFNOSCM en matière de programme, de ressources (humaines,
techniques, financières…), de budget, de collaboration et de partenariat.

Sauf disposition contraire au Règlement intérieur de la PFNOSCM, la convocation doit être adressée
aux membres par écrit et par voie de média au moins 45 jours et au plus tard 10 jours avant la date
fixée pour la tenue de la CN.

La convocation doit indiquer le lieu, la date et l’heure de la CN ainsi que les questions inscrites à
l’ordre du jour.

La CN doit s’assurer au début de chaque réunion de la régularité de la procédure de convocation et


de réunion.

ARTICLE 12 : VOTE

La CN ne peut délibérer valablement qu’à la majorité absolue, c’est-à-dire avec plus de la moitié des
voix des représentants mandatés des organisations membres présentes.

L’élection des membres des organes de la PFNOSCM au niveau national et au niveau décentralisé et
toute autre décision sont soumises aux mêmes règles de majorité.

En cas de partage des voix, le Président de la Plate-forme a voix prépondérante.

ARTICLE 13 : TENUE DE LA CONVENTION NATIONALE

81
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Les délibérations de la CN sont constatées par des procès-verbaux signés du Président, du


Secrétaire général, du Secrétaire exécutif qui assure le secrétariat de séance.

Le secrétariat de séance est assuré par le Secrétaire exécutif et son équipe et également par un
délégué à la CN désigné en début de séance.

Une feuille de présence est tenue à chaque CN, dressant la liste des délégués et des participants,
dûment émargée par ces derniers et arrêtée par le Président de séance, le Secrétaire général, le
secrétaire de séance ainsi que par les scrutateurs quand il y a vote.

SECTION 2 : LE COMITE NATIONAL D’ORIENTATION ET DE SUIVI STRATEGIQUES-CNOSS

ARTICLE 14 : MISSION

La concrétisation stratégique des grandes orientations définies par la Convention nationale, le suivi de
leur mise en œuvre et le contrôle du respect de la Charte commune incombent au Conseil National
d’Orientation et de Suivi Stratégiques (CNOSS) qui se réunit deux (2) fois par an et qui est composé
par :

- 1 Président (e) élu ;

- 1 Secrétaire général élu ;

- 2 représentants élus de chaque PFROSCM et 1 représentant élu de chaque Plate forme thématique
nationale ;

- le Secrétaire exécutif national en tant que secrétaire du CNOSS.

ARTICLE 15 : DESIGNATION ET DUREE DES MANDATS

Le (la) Président (e) de la PFNOSCM est élu (e) par la Convention nationale par scrutin secret et
séparé pour un mandat de 4 ans
Le Secrétaire général est élu (e) par la Convention nationale par scrutin secret et séparé pour un
mandat de 4 ans
Les autres membres du CNOSS sont élus par leurs assemblées décentralisées respectives pour une
durée de 4 ans et présentés au CNOSS et à la CN pour approbation s’il n’y a pas d’objection de la
part du Président, du Secrétaire général et/ou du CNOSS.
Le Secrétaire exécutif national est recruté par le CNOSS.

ARTICLE 16 : POUVOIRS ET RESPONSABILITES:

Le CNOSS dispose des pouvoirs les plus étendus pour agir en toutes circonstances au nom de la
PFNOSCM dans les limites de l’objet social et des pouvoirs qui lui sont expressément attribués par la
CN.

Dirigé par le (la) Président (e), et sans que les pouvoirs suivants soient limitatifs, le CNOSS est
chargé de :

Elaborer et proposer à la CN les grandes orientations, les stratégies et les plans d’action à moyen et à
long terme de la PFNOSCM ainsi que des budgets subséquents pour examen et validation ;
Superviser la mise en œuvre et le suivi des orientations et des décisions de la CN ainsi que
l’application de la politique financière et budgétaire ;
Etablir le règlement intérieur préparé par le Secrétariat Exécutif et que le CNOSS soumet à
l'approbation de la CN.;
Fixer les actes, établir l'ordre du jour de la dite Convention et diriger les travaux de la CN ;
Mettre en place des commissions fixées par le Règlement intérieur ou décidées par la CN ;
Assurer les Termes de référence, les modalités de recrutement, la désignation et la détermination des
conditions de travail du Secrétaire exécutif National ;

82
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Agir, au nom de la Plate-forme, dans toutes les occasions de représentation, de collaboration et de


partenariat avec des entités extérieures à la Plate-forme.

ARTICLE. 17 : LE (LA) PRESIDENT (E) DE LA PFNOSCM DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE


CIVILE DE MADAGASCAR

Elu par la Convention nationale au suffrage direct selon les règles de la démocratie participative,
responsable devant elle et investi à cet égard de pouvoirs relativement étendus dans le cadre de son
mandat, le (la) Président (e) de la PFNOSCM:

Convoque et préside les réunions de la CN et du CNOSS ;

Supervise l’élaboration et la mise en place de plans d’action et de stratégies élaborées par le CNOSS
pour concrétiser les orientations de la Convention nationale ;

Supervise l’animation, la coordination et le suivi de l’ensemble des activités du CNOSS dans


l’application de la Charte commune, des principes de base et des objectifs de la PFNOSCM ;

Supervise le travail de mise en œuvre des orientations réalisées par le Secrétariat exécutif en matière
d’activités, de finances et de budget selon le Programme de Travail Annuel (PTA) et dans le respect
des Termes de référence et du Contrat ;

Représente la PFNOSCM devant les instances administratives et judiciaires.et auprès des personnes
physiques et morales tierces au niveau international, régional et national ;

Est le cosignataire des chèques et de tout autre titre ou effet engageant le Comité avec le Secrétaire
général et le Secrétaire exécutif national ;

Est habilité (ée) à déléguer par écrit certaines des attributions mentionnées à l’alinéa c) au Secrétaire
général de la PFNOSCM. Il (elle) a également la faculté de déléguer ses pouvoirs pour une action
précise et de désigner à cet effet des collaborateurs parmi les membres du CNOSS.

En cas d'absence ou de maladie de longue durée de plus de 3 mois, ses fonctions sont assumées
provisoirement par le Secrétaire général.

ARTICLE 18 : LE SECRETAIRE GENERAL

Elu par la Convention nationale au suffrage direct selon les règles de la démocratie participative,
responsable devant elle, devant le Président et devant le CNOSS, le (la) Secrétaire général (e) de la
PFNOSCM :

Propose au Président et au CNOSS la concrétisation stratégique des orientations de la Plate-forme


définies par la Convention nationale (stratégies, grandes lignes et plans d’action) ;

Assure le suivi de la mise en œuvre des orientations exécutée par le Secrétariat exécutif et s’assure
de la conformité de cette mise en œuvre avec la Charte commune, les principes de base et les
objectifs de la PFNOSCM ;

Anime et supervise le développement organisationnel de la PFNOSCM (Statuts, Règlement Intérieur,


Manuel de procédures, Pactes…) ;

Supervise le Secrétariat exécutif dans les préparatifs et la tenue de la Convention nationale, des
réunions du CNOSS et des Ateliers nationaux et interrégionaux ;

Assiste le Président dans les fonctions de représentation de la PFNOSCM auprès des personnes
physiques et morales tierces au niveau international, régional et national ainsi que devant les
instances administratives et judiciaires. ;

83
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Est le cosignataire des chèques et de tout autre titre ou effet engageant la PFNOSCM avec le
Président et le Secrétaire exécutif national ;

Est habilité en cas d’absence du Président à assumer provisoirement ses fonctions.

SECTION 3 : LE CONSEIL DES SAGES

ARTICLE 19 :
En référence à l’article 4 des présents statuts qui définit la mission de la PFNOSCM et à la Charte
commune de la société civile de Madagascar qui est le Document fondateur de la PFNOSCM et qui
développe les valeurs identitaires de la société civile et le Code de conduite des membres, un Conseil
des sages est créé auprès du CNOSS qu’il peut consulter ou qui peut le conseiller collectivement ou
individuellement dans l’exercice de sa mission ou dans le respect de la Charte commune ou pour
toute autre question que le CNOSS juge nécessaire d’avoir son avis.

ARTICLE 20 :
Il appartient au CNOSS le droit de proposer à l’AG l’entrée d’une personnalité ou d’un membre des
organisations de la PFNOSCM au sein du CNOSS selon les critères définis dans la Charte commune
de la société civile de Madagascar auxquels doivent s’adjoindre le fait d’avoir une longue expérience
reconnue au niveau national et/ou mondial au sein du mouvement associatif et de la société civile et
celui d’avoir œuvre étroitement à la fondation de la Plate-forme Nationale, notamment durant les deux
années du processus préparatoire.

ARTICLE 21 :
Les membres du Conseil des Sages assistent en tant qu’observateurs à toutes les rencontres
nationales organisées par le CNOSS. Les Plates-formes régionales peuvent également les inviter à
leur réunion si elles le jugent nécessaires.

SECTION 4 : LE SECRETARIAT EXECUTIF NATIONAL (SEN)

ARTICLE 22 : MISSION

Le Secrétariat Exécutif National (SEN) est l’organe technique permanent de mise en œuvre de la
PFNOSCM.

Animé et dirigé par le Secrétaire exécutif national, l’équipe du Secrétariat exécutif national recrutée
par le CNOSS est composée pour l’essentiel d’un (e) responsable administratif et financier, d’un (e)
responsable chargé (ée) de l’Information et de la communication, d’un (e) responsable du secrétariat
technique.

ARTICLE 23 : LES FONCTIONS DU SECRETAIRE EXECUTIF NATIONAL

Sans être limitatives, les fonctions du Secrétaire exécutif national consistent à :


Participer aux réunions de la CN et du CNOSS ;
Assurer le secrétariat de la CN et du CNOSS, soit personnellement, soit en déléguant aux membres
du secrétariat exécutif ;
Assurer la programmation des activités du SEN dans la mise en œuvre des objectifs de la PFNOSCM
selon les orientations de la Convention nationale et du CNOSS ;
Rentabiliser tous les investissements de la PFNOSCM en matière de ressources : humaines,
financières et budgétaires, techniques et logistiques, etc. Et développer les ressources propres de
l’organisation de façon à assurer durablement son fonctionnement et à pérenniser les actions et les
impacts ;
Assurer le développement organisationnel et technique du SEN et des différentes instances de la
PFNOSCM ;

84
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Animer, coordonner et contrôler le travail de l’équipe du SEN dans la mise en œuvre des décisions de
la CN et du CNOSS ;
Préparer et soumettre au CNOSS les rapports périodiques : semestriels, annuels, triennaux ou
quinquennaux ;
Entreprendre toutes les missions et tâches déléguées par le (la) Président (e) ou le Secrétaire
général.
Assurer le dépôt légal des Statuts de l’organisation auprès des autorités et instances compétentes ;
Assurer l'ouverture et le fonctionnement des comptes bancaires et postaux de la PFNOSCM en étant
le co-signataire des lesdits comptes avec le (la) Président (e) et du Secrétaire général ;
Superviser le renforcement des capacités des cadres du SEN et du personnel d’exécution ;
Prendre les initiatives nécessaires à la réalisation des objectifs de la PFNOSCM.

SECTION 5 : LES PLATES FORMES REGIONALES DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE


CIVILE DE MADAGASCAR

ARTICLE 24 : COMPOSITION
Dans chacune des Régions de Madagascar est fondée une Plate-Forme Régionale de la Société
Civile de Madagascar (PFROSCM) composée par les organisations de la société civile implantées
juridiquement dans la Région, c’est-à-dire dans les districts et les communes, qui sont opérationnelles
dans les différents secteurs du développement et qui sont mobilisées et rassemblées autour de la
Charte commune de la société civile malagasy, autour de sa vision, de ses valeurs identitaires, de son
code de conduite et de ses objectifs.

ARTICLE 25 : UNITE ET AUTONOMIE


Unie au sein de la PFNOSCM par la Charte commune de la société civile malagasy, par les présents
Statuts et par ses deux représentants qui siègent au sein du CNOSS, chaque PFROSCM dispose des
pouvoirs les plus étendus pour agir en toutes circonstances en faveur du développement régional et
du renforcement des associations et des organisations de la société civile de la région dans les limites
de l’objet social de la PFNOSCM.

ARTICLE 26 : ORGANISATION

En se référant à l’article 7 conforme aux décisions de la Convention nationale, les organes de chaque
PFR sont :

L’Assemblée Générale Régionale (AGR) ;

Le Comité Régional d’Orientation et de Suivi (CROS) ;

Le Bureau Exécutif Régional (BER).

ATICLE 27 : COMPETENCES ET MISSIONS

Par son autonomie et son unité vis-à-vis de la PFNOSCM affirmées dans l’article 21, il appartient à
chaque PFR de disposer de Statuts, Règlement intérieur, Manuel de procédures… adaptées aux
conditions spécifiques du champ de son intervention mais conformes à la Charte commune et aux
présents Statuts.

SECTION 6 : LES PLATES FORMES THEMATIQUES (PFT)

ARTICLE 28 : DEFINITION
Les Plates-formes thématiques rassemblent les associations et organisations intervenant dans le
même secteur ou sur le même thème de développement (droits humains, santé, foncier, promotion du
e
genre/femme, jeune, 3 âge, foncier, handicapés, citoyenneté…)

ARTICLE 29 : ORGANISATION

Au niveau des Régions, les organisations thématiques rassemblés ou non en collectifs ou en réseaux
sont les membres des Plates-formes régionales.

85
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Au niveau national, les organisations thématiques ou sectorielles rassemblées en plates-formes


thématiques nationales, c’est-à-dire mobilisées et unies autour de la Charte commune de la société
civile malagasy, sont représentées au sein du CNOSS par 1 (un) représentant élu par l’Assemblée
générale Thématique (AGT), qui est le Président ou le Secrétaire général.

ARTICLE 31 : COMPETENCES ET MISSIONS

Par son autonomie et son unité vis-à-vis de la PFNOSCM, il appartient à chaque PFT de disposer de
Statuts, Règlement intérieur, Manuel de procédures… adaptées aux conditions spécifiques de son
objet social et du champ de son intervention mais conformes à la Charte commune et aux présents
Statuts.

TITRE III
MEMBRES - ADHESION - DROITS ET DEVOIRS - DEMISSION

ARTICLE 31 : LES ORGANISATIONS MEMBRES

Peuvent devenir membre de la PFNOSCM les personnes morales, associations et Organisations Non
Gouvernementales ou ONG constituées sous le régime de la loi 60 - 133 du 03 Octobre 1960 ou de
l’ordonnance n°96 030 du 09 novembre 1996 ayant ado pté et signé la Charte commune des
Organisations de la société civile de Madagascar ainsi que les présents Statuts.

Les membres actifs de la PFNOSCM sont toute association, ONG, groupement national ou local
œuvrant effectivement pour le développement et la lutte contre la pauvreté dans tous les secteurs du
développement, la lutte contre la pauvreté, dont les principes directeurs de participation sont le
dévouement, l'esprit d’abnégation, le bénévolat, qui ont adopté la Charte commune et les présents
Statuts et qui sont en règle avec les exigences des Statuts et du Règlement intérieur.

ARTICLE 32 : ADHESION.
La demande d'adhésion est formulée par écrit. L'organisation candidate désigne son (sa)
représentant,
seul habilité à agir officiellement au nom et pour le compte de son association.

Par le même acte, l’association s’engage à respecter la Charte commune des organisations de la
société civile avec les présents statuts et à verser la cotisation annuelle. Il y est joint deux exemplaires
certifiés conformes des statuts de l'Association candidate.

Sur décision du Comité National d’Orientation et de Suivi Stratégiques CNOSS, l’agrément, dont les
critères sont exposés dans le règlement intérieur de la PFNOSCM, tient compte en premier lieu du
contenu de la Charte commune et des présents Statuts et en second lieu des objectifs et de l'impact
effectif des activités du groupement candidat sur le développement et la lutte contre la pauvreté.

ARTICLE 33 : DROITS ET DEVOIRS DES ORGANISATIONS MEMBRES.

1. Les DROITS des membres consistent à :

Participer aux Conventions Nationales (CN) et disposer chacun d'une voix délibérative ;

Participer aux Assemblées générales de leurs plates-formes décentralisées (régionales ou


communales) de leurs régions et disposer chacune d’une voix délibérative ;

Pouvoir se porter candidat aux différents postes des organes de la PFNOSCM et des plates-formes
décentralisées de leur région ;

Participer aux différentes activités organisées par la PFNOSCM, par les Plates-formes régionales et
par les différentes instances et groupements membres de la PFNOSCM, dans le respect des règles
qui régissent l’organisation de ces activités ;

86
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Bénéficier des différents avantages offerts par la PFNOSCM et ses partenaires en matière d’appui
selon les missions et les objectifs de la PFNOSCM, notamment en matière de renforcement des
capacités (formation), rencontres, conseils et orientations, informations, intermédiation (mise en
relation avec des partenaires de la PFNOSCM) ;

Démissionner à sa convenance.

2. Ses DEVOIRS consistent à :

Respecter la Charte commune des organisations de la société civile de Madagascar, les Statuts, le
Règlement intérieur (RI), et toute autre convention nécessaire au bon fonctionnement de la
PFNOSCM pour la réalisation de ses objectifs ;

Respecter et promouvoir la vision, les valeurs et le Code de comportement présentés dans la Charte
commune ainsi que les grandes orientations de la PFNOSCM ;

Contribuer activement à la réalisation des objectifs de la PFNOSCM relatifs au développement


humain durable à Madagascar, à la lutte contre la pauvreté, à la promotion de la bonne gouvernance
et au renforcement de la société civile malagasy ;

Se conformer aux décisions de la Convention nationale, du Conseil National d’Orientation et de Suivi


Stratégiques-CNOSS et d’autres instances décisionnelles en contribuant à l’application efficiente des
décisions prises ;

Participer activement aux Conventions nationales et aux différentes réunions des organes de la Plate-
forme au niveau national et régional définis par les Statuts et le Règlement intérieur ou organisés
dans le cadre des programmes d’activité ;

Verser sa cotisation annuelle dont le montant est fixé par la CN ou par le CNOSS ;
défendre la PFNOSCM contre toute diffamation ou dénigrement.

ARTICLE 34 : LA PERTE DE LA QUALITE DE MEMBRE

La qualité de membre se perd par :

1. La démission constatée par une lettre adressée au Président de la PFNOSCM émanant du


Représentant de l'Organisation membre, habilité à la transmettre, et comportant en annexe un extrait
certifié conforme de la délibération de l'organe statutaire de ce même organisme ayant décidé la
démission. L'organisation démissionnaire demeure redevable envers le Comité de la cotisation échue
à la date de la réception de la lettre de démission ;

2. L’exclusion sur décision du CNOSS prise aux 2/3 de ses membres et entérinée par la Convention
nationale pour faute lourde, à savoir 1)-le non-respect de la Charte commune et/ou des dispositions
des présents statuts ; 2)- le dénigrement ou la diffamation du Comité ; 3)-des agissements contraires
aux objectifs et aux intérêts des populations représentés par les organisations rassemblées au sein du
Comité (actes de corruption flagrant, détournement de fonds, agissement favorisant des conflits et des
divisions au sein des populations…). L’exclusion est décidée également en raison de la modification
des statuts de l’organisation membre qui ne lui permettrait plus de faire partie de la PFNOSCM.

L’exclusion est précédée de la suspension jusqu’à l’entérinement par la Convention nationale. Le


membre exclu est obligatoirement entendu par la CN devant laquelle elle peut faire appel de la
décision du CNOSS.

3. la dissolution s’il s’agit d’une personne morale ou le décès dans le cas d’une personne physique.

TITRE IV
RESSOURCES – TENUE DES COMPTES

ARTICLE 35 : RESSOURCES

87
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Les ressources sont composées de :


Cotisations versées par les personnes morales et physiques membres dont le montant est fixé par la
CN ou le CNOSS ;
Recettes obtenues par l’organisation d’activités bénéfiques sur le plan financier et en accord avec
l’objet social de la PFNOSCM ;
Appuis financiers accordés par certains collectifs ou réseaux membres de la Plate-forme ;
Dons et subventions alloués par les membres bienfaiteurs de la Plate-forme et par les pouvoirs
publics ;
Subventions venant des agences de l’Organisation des Nations Unies, d’autres organismes de la
coopération bilatérale et des ONG internationales, basés à Madagascar ou dans d’autres pays,
concernés ou intéressés par les questions du développement et du renforcement de la société civile
malagasy en général, par la vision, les objectifs et les programmes multisectoriels de la PFNOSCM,
des Plates-formes régionales, des Plates-formes thématiques et des organisations de la société
civile ;
Appuis de toutes sortes que des sympathisants pourraient apporter à la PFNOSCM.

ARTICLE 36 : COTISATION

La cotisation annuelle des membres - personnes morales et physiques - est fixée par la CN sur
proposition du CNOSS. Elle est due à compter du jour de l’admission de l’adhérent et payable
immédiatement et au plus tard à la fin du trimestre qui suit.

ARTICLE 37 : AFFECTATION DES RESSOURCES

Les ressources servent à :


Financer la réalisation des objectifs de l’organisation notamment par les affectations de fonds
autonome à diverses actions spécifiques dans le cadre de l’objet social ;
Financer des enquêtes, des recherches, des études, des conférences, des colloques, des séminaires,
des ateliers, des réunions, différentes manifestations et activités de nature socio-économique,
culturelle, artistique, artisanale, scientifique, technique…organisées par la pfnoscm pour la mise en
œuvre de ses plans d’action, projets et programmes d’activité ;
Couvrir les frais administratifs, techniques et médiatiques de l’organisation ;
Financer toute autre activité servant les objectifs de la PFNOSCM.

ARTICLE 38 : TENUE DES COMPTES

Les fonds de la PFNOSCM doivent être déposés dans une Banque ou/et au CCP où un compte
courant sera ouvert à son nom

Le CNOSS est engagé vis-à-vis des tiers par la signature du (de la) Président (e). Ce (celle) dernier
(ère) peut déléguer cette signature au SG pour une activité précise dont le plafond est fixé par le
CNOSS dans le Règlement intérieur ou dans le Manuel de procédure.

Toutefois, aucune opération bancaire ne peut être effectuée sans deux (2) signatures conjointes, celle
du (de la) Président (e), celle du Secrétaire général et/ou celle du Secrétaire Exécutif National ;

Sous la direction du Responsable administratif et financier du SEN, le comptable est chargé (ée) de
tenir les livres et registres de comptabilité des deniers et des matières, lesquels sont côtés et
paraphés par les autorités compétentes et dans lesquels sont inscrits respectivement et
journellement, sans rature ni surcharge, les recettes et les dépenses d’une part et l’entrée et la sortie
des articles en matériel d’autre part. Il doit établir les états financiers de la PFNOSCM.

ARTICLE 39 : VERIFICATION

Les comptes de l’organisation sont vérifiés à la fin de chaque année budgétaire par les auditeurs
financiers et sont soumis à la CN pour approbation et ratification et au CNOSS entre 2 CN.

TITRE V
PROCES-VERBAL, REGLEMENT INTERIEUR, STATUTS, DISSOLUTION DE L’ORGANISATION

88
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

ARTICLE 40 : LES PROCES-VERBAUX

Les procès-verbaux des délibérations des instances statutaires sont rédigés, diffusés aux
organisations membres et conservées sous la responsabilité du Secrétariat Exécutif National.

Le CNOSS peut délivrer toute copie conforme certifiée qui fait foi vis-à-vis des tiers.

ARTICLE 41 : REGLEMENT INTERIEUR (RI)

Le Règlement Intérieur doit préciser par des dispositions plus détaillées et adaptées au cadre général
de ces statuts les modalités pratiques particulières du fonctionnement interne de la PFNOSCM et de
ses diverses instances.

ARTICLE 42 : LE DEPOT LEGAL DES STATUTS

Les Statuts doivent être signés par le (la) Président (e) du CNOSS et déposés comme tels auprès des
autorités compétentes

ARTICLE 43 : LA MODIFICATION DES STATUTS ET LA DISSOLUTION DE L’ORGANISATION

Les Statuts ne peuvent être modifiés et la dissolution de l’organisation prononcée que par une
Convention nationale et ce dans les conditions exposées dans le Règlement Intérieur.

89
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

ANNEXE 3 : CHARTES COMMUNES DE LA PFNOSCM

CHARTES COMMUNES DE LA PFNOSCM

I. INTRODUCTION

I.1 : Contexte

La mise à l’écart de la société civile de l’élaboration des politiques nationales et de la prise de


décision constitue l’une des caractéristiques principales de l’histoire de Madagascar de ces
dernières décennies, bien que l’existence de cette société civile remonte très loin dans le passé à
e e
travers les 1ères formes d’organisation sociale existant aux 14 et 15 siècles. D’autre part, la
possibilité très limitée laissée aux citoyens pour participer aux affaires nationales alliée à l’absence
de structures de rassemblement et de concertation des citoyens a favorisé quotidiennement la
division et la mentalité du « chacun pour soi ».

Toutefois, au cours des années 90, plusieurs associations, collectifs, réseaux ont mené un
processus de réflexion sur la nature, la mission et le rôle de la société civile en général et de la
société civile malgache en particulier. En réalité, ces interrogations ont puisé leur source dans
« la convergence d’exigences endogènes et exogènes » en s’inscrivant dans un contexte mondial
et national bien déterminés.
e
Au niveau mondial, en ce début du 3 millénaire, les instances et conférences internationales
multiplient leurs recommandations et résolutions quant au rôle irremplaçable et incontournable de
la société civile dans la promotion du développement et de la bonne gouvernance et l’encouragent
à assumer pleinement sa mission aux faces multiples pour la sauvegarde et la promotion des
intérêts des populations (lutte contre la pauvreté, respect des droits humains fondamentaux…

I. 2 : Historique de la mise en place de la Plate-forme nationale de la Société civile malagasy

Avril – juin 2003 : prise de contact entre OSCM et avec la FFE (Fondation Friedrich Ebert

07 juillet 2003 : mise en place officielle du COMITE NATIONAL PREPARATOIRE de la Plate


forme nationale de la Société Civile Malgache à Maibahoaka avec le partenariat technique et
financier de la FFE

Août-septembre 2003 : processus de mise en place du Programme, des structures et des


moyens du CNP dont une Cellule de Coordination nationale et 5 Commissions techniques

Octobre 2003 - mars 2004: Mobilisation- contacts et rencontres pour la mise en place partielle de
quelques structures de pilotage régional et pour l’appropriation du processus par les OSCM des 6
provinces. Contacts et négociations avec des partenaires techniques et financiers à Madagascar et
à l’extérieur

5 mars 2004 : présentation officielle du CNP aux différents partenaires, au grand public au grand
Amphithéâtre de la Direction générale du Plan à Anosy

Avril-juin 2004 : préparatifs du premier Atelier National Préparatoire pour la mise en place de la
PLATE FORME NATIONALE

21-23 juin 2004 : ATELIER NATIONAL PREPARATOIRE avec 140 représentants des OSCM
venus des 20 régions GTDR des 6 provinces de Madagascar à Antananarivo

Juillet-septembre 2004 : préparatifs de l’Atelier interrégional NORD

Octobre 2004 : préparatifs de l’Atelier interrégional SUD

03 au 05 novembre 2004 : ATELIER PREPARATOIRE INTER-REGIONAL SUD des 3 provinces


de Tuléar, Fianarantsoa et Antananarivo à TULEAR

90
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Novembre 2004-juin 2005 : préparatifs de la CONVENTION NATIONALE DES OSCM pour la


mise en place de la PLATE-FORME NATIONALE DE LA SOCIETE CIVILE

20 au 23 juin 2005 : tenue de la CONVENTION NATIONALE DES OSCM à ANTANANARIVO :


mise en place de la PLATE-FORME NATIONALE avec l’adoption de la CHARTE COMMUNE de
la Société civile par les 450 délégués des organisations des 22 régions des 6 provinces de
MADAGASCAR
I.3 : Définition consensuelle de la société civile

Les 4 principaux acteurs dans la société


Dans la société, il y a 4 principaux acteurs, à savoir :
- La société étatique (l’Etat et ses démembrements)
- La société politique (les partis, mouvements politiques, etc.)
- Le secteur privé
- La société civile

 La société civile (SC) est l’un des 4 principaux acteurs du développement au sein d’une
société donnée, les trois autres étant l’Etat, la société politique et le secteur privé

 Plus spécifiquement, elle est l’ensemble des organisations volontaires, sans but lucratif,
indépendantes vis-à-vis de la société étatique, de la société politique et du secteur privé,
oeuvrant au sein de et auprès des populations pour leur auto-promotion sur le plan socio-
économique, civique et culturel.

 Les organisations de la société civile rassemblent en leur sein plusieurs individus venant de
différents horizons, de tendance religieuse et politique diverse, d’origine sociale et ethnique
différente mais dont les objectifs communs consistent à œuvrer ensemble pour le bien
être des populations d’une ou de plusieurs localités, d’une ou de plusieurs régions, pour la
sauvegarde et la promotion de l’intérêt collectif local ou national.

Les composantes de la société civile


o les ONG et associations de développement
o les Organisations communautaires de base,
o les Organisations paysannes
o les Associations de femmes
o les Corporations professionnelles
- chambres de commerce,
- chambres de métiers,
- ordres (avocats, juristes, médecins, architectes, ingénieurs, experts comptables …)
o les Organisations des droits de l’homme
o les Associations culturelles et sportives
o les Mouvements de jeunesse
o les Sociétés savantes, académies, instituts...
o les Organisations confessionnelles
o les Syndicats (libres et autonomes)
o les organisations des handicapés
o les organisations des consommateurs
e
o les organisations du 3 âge, etc...

II. LA VISION DE LA SOCIETE CIVILE MALAGASY SUR ELLE-MÊME ET SUR


MADAGASCAR

II.1 : Sur la Société civile malagasy

Devenir une Société civile forte, structurée, représentative, crédible, solidaire, interlocuteur
incontournable des différents acteurs partenaires au niveau local, national et international
II.2 : Sur Madagascar et son développement
Devenir :
- une nation libre et fière d’être elle-même

91
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- pays jouissant d’une grande notoriété et d’une bonne image au plan régional et mondial
- pays bien gouverné où chaque citoyen connaît ses droits et assume ses devoirs
- pays incorruptible
- pays économiquement fort
- pays non endetté, comptant avant tout sur ses propres ressources multiples et non sur
l’aide extérieure
- développement équilibré des différentes régions
- pays lettré où l’analphabétisme est éradiqué
- éducation et santé Pour Tous
- sécurité dans tous les domaines
- une nation bien informée
- respect et développement de l’identité culturelle et de la diversité régionale
- culture et langue malgache valorisées

III. LA MISSION DE LA SC
La société civile existe et œuvre en tant que pilier du système de bonne gouvernance (démocratie
participative, état de droit, décentralisation, transparence, intégrité…) car iI n’y a pas de Bonne
Gouvernance sans une Société Civile forte, structurée et organisée, étroitement liée aux
populations des différentes régions, notamment aux plus pauvres. Elle existe et œuvre également
en tant que.force de proposition, d’alerte, d’interface entre les populations et les décideurs aux
différents niveaux et dans les différents domaines pour l’existence effective d’une synergie et d’une
coordination harmonisée entre les différents acteurs en vue du développement durable du pays

IV. LE BUT FONDAMENTAL

Le but ultime de la société civile est l’instauration d’un développement humain effectif et durable à
Madagascar

B. LA RAISON D’ETRE DE LA PLATE-FORME NATIONALE (PFN)

Elle réside donc principalement dans cette nécessité de structurer et d’organiser la Société Civile
malagasy, pour la promotion d’une Bonne Gouvernance à Madagascar en vue d’un
Développement Humain Durable effectif

V. LES VALEURS IDENTITAIRES ET LES PRINCIPES FONDAMENTAUX

V.1 : Les valeurs identitaires de la Société civile


Il s’agit de tout le patrimoine national et local au plan éthique, moral, culturel, historique,
technique..créé et enrichi par toutes les générations successives au cours des siècles depuis les
origines qui demeurent des bases pérennes de l’avancement de la société malgache vers le
progrès (différentes des us et coutumes qui peuvent changer en fonction de l’évolution de la
société). Les plus significatives sont
- le respect de la vie
- le respect de la dignité humaine
- le respect et la sauvegarde de la terre ancestrale
- la sauvegarde et la promotion de la solidarité
- la sauvegarde et le renforcement de l’unité (unité nationale, unité u sein de la société
civile...)
- la recherche et la défense permanentes de l’intérêt collectif, de l’intérêt national, au service
du bien commun)
- la sauvegarde de l’entraide et de l’appui mutuel au service du bien-être de tous
(tantsoroka, valin-tanana, atero ka alao,
- la sauvegarde et la promotion de l’Intégrité
- la défense de l’Egalité, de l’Equité et de la Justice
- la promotion de la modestie, du respect mutuel
V.2 : Les principes fondamentaux de la Société civile

- Indépendance/autonomie vis-à-vis de l’Etat et de ses démembrements


- Indépendance/autonomie vis-à-vis de la société politique et du secteur privé

92
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- Relations très étroites avec les populations, d’où son rôle d’Interface entre l’Etat et les
populations
- Uni pluralité, à la fois un et pluriel
- Espace de dialogue, d’échanges, de concertation, de rassemblement et de renforcement
des capacités
- Force incontournable en tant qu’acteur décisif (acteur/partenaire) pour le développement
national et local sous toutes ses formes
- pour la bonne gouvernance et la démocratie
- pour la lutte contre la corruption
- pour une décentralisation effective
- Force de proposition, de plaidoirie, de lobbying, d’interpellation, d’alerte vis-à-vis des
sphères de décision locales, nationales, internationales
- Force d’élaboration, de mise en oeuvre (réalisation) et de suivi-évaluation des stratégies,
politiques, programmes et projets de développement
- Partenaire permanent et incontournable de l’Etat et des autres acteurs au niveau national et
local

V.3 : L’Ethique et le code de conduite


Les valeurs et les principes fondamentaux affirmés précédemment exigent une Ethique et un
Code de Conduite clairs et rigoureux des membres de la société civile

A cet égard, il s’agit pour l’essentiel de :


- Promouvoir en actes et en paroles le PACTE D’ENGAGEMENT basé sur la Charte, tout le
patrimoine national et local au plan éthique, moral, culturel, historique, technique
- Etre un modèle d’Intégrité, de Justice et d’Equité
- Rester modeste dans les relations sociales avec son entourage et dans la collaboration
avec les partenaires

VI. LE PACTE D’ENGAGEMENT

Chaque membre de la société civile malgache est lié à ce Pacte et tenu de le respecter en
s’efforçant de :
- Œuvrer de toutes ses forces pour contribuer au maximum à la réalisation par la société
civile de sa mission pour que le but fondamental choisi soit atteint à savoir l’instauration
d’une bonne gouvernance à tous les échelons et dans tous les domaines pour que la
pauvreté soit éradiquée et s’instaure à Madagascar un développement humain durable,
effectif

- Respecter et defender les valeurs identitaires, les principes fondamentaux, l’éthique et le


Code de conduite présentés dans la partie IV à travers l’accomplissement de tous ses
devoirs et engagements

- Respecter le cadre juridico-organisationnel aux différents niveaux ainsi que les règlements
statutaires basés sur la Charte commune

- Travailler dans la transparence et combattre la corruption

- Chercher sans relâche à faire respecter les droits humains, notamment ceux des plus
démunis, des couches les plus vulnérables, des laissés pour compte

- Lutter contre toutes les formes de discrimination, directe ou indirecte

- Combattre et dénoncer le non-droit et l’injustice dans la vie nationale

- Promouvoir la position citoyenne de la société civile sans jamais adopter des positions
partisanes dans le domaine politique ou religieux ou autre.

- VII. LE CADRE ORGANISATIONNEL

- (Cf. le Cadre Juridique en chapitre à part”)

93
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- VIII. DIFFERENTES RECOMMANDATIONS

- VIII.1: Sur les rectifications-améliorations

- La Charte commune de la Société civile Malagasy est susceptible de rectifications -améliorations


en fonction de l’évolution du contexte national et international.

- Cependant, ces transformations doivent être faites et adoptées en Assemblée générale

- VIII.2: L’adoption de la Charte

- L’adoption de la Charte doit être faite par l’Assemblée générale.

94
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

ANNEXE 4 : STATUT CNPC

STATUT DE L’ASSOCIATION
« CONSORTIUM NATIONAL POUR LA PARTICIPATION CITOYENNE » (CNPC)

CHAPITRE I : Dénomination, Siège, Objectifs

Art. 1 - Il est créé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent au présent statut
une association à but non lucratif, régie par l’ordonnance 60-133 du 03 octobre 1960, modifiée par
l’ordonnance N°75-015 du 13 Août 1975 portant sur le régime général des associations.
Cette association porte le nom de : « CONSORTIUM NATIONAL POUR LA PARTICIPATION
CITOYENNE » reconnue sous le sigle CNPC.

Art. 2 - L’Association est apolitique et indépendante de toute appartenance confessionnelle.

Art. 3 - La durée de l’Association est illimitée.

Art. 4 - Le siège social est fixé au LOT IPS 18 Andranonahoatra 102 Antananarivo. Il peut être
transféré en tout autre lieu par décision de l’Assemblée Générale réunie à cet effet sur proposition
du Conseil d’Administration.

Art. 5 - Le Consortium National pour la Participation Citoyenne a pour mission principale de


promouvoir la participation citoyenne à Madagascar pour tous les leaders d’entités et les citoyens,
ainsi que la participation citoyenne dans tous les domaines et dans le respect des valeurs identitaires
et culturelles malagasy, à savoir :
- mise à disposition de toutes les entités des instruments garantissant la participation
citoyenne dans tous les secteurs de tous les acteurs,
- utilisation de manière coordonnée les moyens afin d’asseoir cette participation
citoyenne,
- facilitation des actions devant être effectuées par tous les acteurs de la participation
citoyenne, et incitation des acteurs au professionnalisme.

En particulier, il promeut, l’éducation à la vie sociale, économique, professionnelle, publique et


citoyenne avec ses partenaires.

Pour ce faire, le Consortium National pour la Participation Citoyenne est chargé de:

- promouvoir la mise en œuvre des actions de communication et de sensibilisation afin


d’informer, d’éduquer, de communiquer pour le Changement de Comportement ;
- promouvoir la transparence des affaires publiques ;
- promouvoir sa propre autonomie vis-à-vis des autres parties prenantes ;
- se mettre en relation avec toutes les forces vives et les acteurs de développement et les
mettre en relation;
- favoriser la culture de dialogue, de débat et de tolérance entre citoyens et leaders d’entités
à tous les niveaux et dans tous les domaines ;
- coordonner, cadrer, appuyer et suivre les actions de participation citoyenne ;
- faciliter et de faire du lobbying à l’endroit de tous les secteurs ;
- servir d’interface pour les leaders d’entités dans tous les domaines et à tous les niveaux
- collecter, formuler et formaliser les propositions, les doléances, les problèmes et les efforts
relatifs à la vie de la Nation ;

95
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- interpeller l’Administration, le secteur privé, la société civile, les organisations politiques,


etc… sur la vie de la Nation ;
- veiller et de s’assurer à ce que les instruments garantissant la participation citoyenne soient
disponibles et appliqués dans tous les secteurs ;
- veiller à la pérennisation du programme de participation citoyenne.

CHAPITRE II : Organisation et Administration

Art. 6 – Les membres de l’Assemblée Générale sont les fondateurs qui sont issus de l’élection
par les collèges d’acteurs définis lors de l’atelier sur la Participation Citoyenne tenu à Anosiavaratra
le 17 et 18 Mai 2006 et qui acceptent la création de la présente association avec les présents statuts
sans plus tenir compte du projet de décret, renforcé par les représentants de collèges d’acteurs :

1. La société confessionnelle
2. Le secteur privé
3. La société civile
4. La société de communication
5. Les représentations du Peuple
6. La société politique
7. le secteur public

Les collèges d’acteurs sont des domaines de travail, constitués de vastes réseaux de partenaires de
mise en œuvre.

Art. 7 - L’Association CNPC est administrée et gérée par :


• le Conseil d’Administration, l’organe délibérant et qui est composé de :
- un Président
- deux Vice – Président
- un Secrétaire Général
- un Secrétaire Général Adjoint
- un Trésorier
- six conseillers inter – régionaux : ce sont des membres reconnus pour leurs compétences
particulières dans leur domaine et chargés de la coordination d’une zone d’activité avec ses
collèges d’acteurs. Ils sont nommés par le Conseil d’Administration après approbation de
l’Assemblée Générale.

Le Conseil d’Administration se réunit au moins une fois par an en session ordinaire et autant de fois
que le bon fonctionnement de l’Association l’exige. Il délibère à la majorité absolue. Il peut se réunir
en session extraordinaire sur demande écrite de la moitié des membres ou sur demande écrite de la
moitié des membres du Conseil d’Administration.

• le Bureau Exécutif : est composé du Président (et ses vices), du secrétariat général (et ses
adjoints), et du trésorier.

Le mandat du Conseil d’Administration et du Bureau Exécutif est de 3ans renouvelables.

Dans l’accomplissement de sa mission, le Consortium National pour la Participation Citoyenne peut


se doter d’un Secrétariat Exécutif pour l’appuyer. Il peut solliciter de toute personne ou de toute
autorité publique des observations, remarques ou avis et recueillir tous renseignements ou tous
documents nécessaires à la réalisation de sa mission. A cet effet, les organismes à caractère public ou
privé peuvent lui prêter concours.

96
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Il peut aussi faire appel à tout expert national ou international qui siègera, pour les besoins de sa
mission, de façon ponctuelle et à titre consultatif au sein d’une cellule technique.

Des réunions d’orientation stratégique des actions de la participation citoyenne peuvent être tenues
en cas de nécessité (à titre indicatif tous les 3 ans), avec la participation d’une assez large
participation des représentants des collèges d’acteurs à l’instar de ce qui ont été tenues à
Mandriambero en décembre 2005 et à Anosiavaratra en Mai 2006.

CHAPITRE III : Structure et Fonctionnement

Art. 8 - Le Consortium National pour la Participation Citoyenne établit son règlement


intérieur, son code de conduite, et son manuel de procédure qui lient tous ses membres et son
personnel.

Art. 9 - Le Consortium National pour la Participation Citoyenne dispose d’un organe à 3


niveaux : le Consortium National pour la Participation Citoyenne, le Consortium Régional pour la
Participation Citoyenne (CRPC) et le Consortium Local pour la Participation citoyenne (CLPC) et, si
besoin, d’un secrétariat exécutif permanent dirigé par le bureau exécutif.

Art. 10 - Le Bureau Exécutif, se dote d’organes techniques et financiers nécessaires pour la


réalisation de ses missions sur décision des membres du Consortium National pour la Participation
Citoyenne. Il recrute le personnel du Consortium National pour la Participation Citoyenne.

Art. 11 - Le Consortium National pour la Participation Citoyenne est autorisé à ouvrir en son
nom des comptes bancaires auprès des banques primaires pour recevoir les fonds destinés à la mise
en oeuvre de ses activités.

Les ressources de l’Association sont constituées par


• les droits d’adhésion, si l’assemblée générale en décide
• les cotisations des membres, si l’assemblée générale en décide
• les contributions en sa faveur,
• les produits tirés des activités de l’Association,
• les revenus des biens, meubles et immeubles ainsi que toute autre recette régulière ou
imprévue non contraire à la loi et aux règlements,
• les subventions, emprunts, dons et legs de particuliers, d’organismes nationaux ou
internationaux autorisés par le Conseil d’Administration, qui est l’autorité compétente.

Art. 12 - Le Président du Conseil d’Administration est assisté par le Vice Président qui le
remplace en cas d’indisponibilité. Il a voix prépondérante.

Art. 13 - Le Président du Conseil d’Administration représente l’Association dans tous les


actes civils, administratifs et juridiques.

Il est chargé d’assurer le bon fonctionnement de l’Association et du suivi des relations de celle-ci
avec les autres organisations nationales et/ou internationales et est assisté par l’un des Vice
Président qui le remplace en cas d’indisponibilité. Il a voix prépondérante.

97
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Art. 14 - Les commissaires aux comptes vérifient les comptes de l’Association et présentent
un rapport financier annuel au Conseil d’Administration et un rapport annuel à l’Assemblée
Générale.

Art. 15 - Des commissions spécialisées peuvent être créés au sein du Bureau Exécutif en cas
de besoin.

CHAPITRE IV : Modification du statut

Art. 16 - Le présent statut peut être modifié


• sur proposition du Bureau Exécutif, du Conseil d’Administration ou
• sur demande écrite de la moitié des membres régulièrement inscrits.

Art. 17 - Les modifications sont validées à la majorité des deux tiers (2/3) des membres
régulièrement inscrits et convoqués à cet effet en Assemblée Générale extraordinaire, à la première
convocation, ou après un mois, à la majorité simple des membres présents après une deuxième
convocation.

CHAPITRE V : Dissolution

Art. 18 - La dissolution de l’Association est décidée à la majorité par les deux tiers (2/3) des
membres présents ou représentés réunis suivant les modalités de l’article 19.

Art. 19 - Un ou plusieurs liquidateurs sera ou seront désignés par l’Assemblée Générale.

Art. 20 - L’actif et les biens de l’Association seront dévolus à une ou plusieurs organisations
nationales poursuivant les mêmes objectifs et désignées par l’Assemblée Générale.

Art. 21 - Le Procès Verbal relatif à cette dissolution doit être publié et diffusé dans les
masses média au plus tard 1 (une) semaine après cette Assemblée Générale extraordinaire.

Fait à Antananarivo le 18 octobre 2007

98
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

ANNEXE 5 : REGLEMENT INTERIEUR CNPC

REGLEMENT INTERIEUR
DE
L’ASSOCIATION CONSORTIUM NATIONAL POUR LA PARTICIPATION
CITOYENNE
( CNPC )
**********************
I - OBJET – SIEGE – DUREE

ARTICLE 1 : OBJET ET SIEGE

Le présent Règlement intérieur complète les Statuts de l’association Consortium National pour la
Participation Citoyenne et en précise les modalités d’application. Il régit les rapports entre ses
membres et fixe les mécanismes de son fonctionnement.

Le siège Social de l’association Consortium National pour la Participation Citoyenne se trouve au Lot
IPS 18 Sakambahiny Andranonahoatra Antananarivo Atsimondrano.

Il peut être transféré en tout autre lieu sur décision du Conseil d’administration.

Des organes de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne, peuvent être
créés dans toute localité, sur décision du Conseil d’Administration selon les besoins de la mission.

La durée de l’Association Consortium National Pour La Participation Citoyenne est illimitée sauf en
cas de dissolution anticipée prononcée par l’Assemblée Générale Extraordinaire ou sur décision de
justice.

II – LES ORGANES DE L’ASSOCIATION CONSORTIUM NATIONAL POUR LA


PARTICIPATION CITOYENNE

ARTICLE 2 : L’ASSEMBLEE GENERALE

Elle comprend au maximum 75 personnes dont 23 membres fondateurs et 52 représentants de


collèges d’acteurs au niveau national :

1. La société confessionnelle : 3 membres (1 FFKM, 2 Autres religions)

2. Le Secteur Privé : 3 (1 secteur Primaire, 1 secteur secondaire, 1 secteur tertiaire)

3. La Société Civile : 12 (1 Droits Humains, 1 Gouvernance, 1 Santé et Nutrition, 1 Education et


Renforcement des capacités, 1 Foncier – Habitat – Energie, 1Sécurité des personnes et des
biens – Actions d’urgence – Gestion des catastrophes, 1 Environnement – Gestion des
ressources naturelles – Assainissement Hygiène – eau potable, 1 Infrastructures
administrative – économique – sociale – culturelle, 1 Jeunes, 1 Sports et Loisirs,
1Entreprenariat social – économique – développement rural, 1 Information –
Communication interne)

99
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

4. La Société de Communication : 4 [1 Presse écrite – 1orale – Audiovisuelle, 1 Artiste, 1


Communication traditionnelle (Rhéteurs)]

5. La Représentation du Peuple : 24 (22Région, 1 Chambre basse, 1 Chambre Haute)

6. La Société Politique : 3 (1 parti au pouvoir, 1 parti d’opposition, 1 Autres)

7. Le Secteur Public : 3 (1 Présidence, 1 Primature, 1 Corps Militaire)

Ils ont une voix délibérative.

ARTICLE 3 : LE CONSEIL D’ADMINISTRATION


Le Conseil d’administration est chargé de l’orientation stratégique de l’association. Il formule une
vision concrète de la vocation de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne
en terme de cible et d’objectifs.

Le Conseil d’administration est composé de :


- un Président : élu par l’Assemblée Générale Ordinaire
- deux Vice – Président : élus par l’Assemblée Générale Ordinaire
- un Secrétaire Général : élu par l’Assemblée Générale Ordinaire
- un Secrétaire Général Adjoint : par l’Assemblée Générale Ordinaire
- un Trésorier : élu par l’Assemblée Générale Ordinaire
- quatre conseillers : ce sont des membres reconnus pour leurs compétences
particulières dans son domaine ou représentatifs d’une zone ou d’un collège d’acteurs,
nommés par le Conseil d’Administration après approbation de l’Assemblée Générale.

ARTICLE 4 : LE BUREAU EXECUTIF

Le Bureau Exécutif est chargé de la bonne exécution des activités de l’association Consortium
National Pour La Participation Citoyenne.

Le Bureau Exécutif comprend :

- le Président (ou ses vices)


- le Secrétaire Général (ou son adjoint)
- le Trésorier

Le Conseil d’Administration nomme parmi les membres de l’association Consortium National Pour La
Participation Citoyenne ou en dehors d’eux, un Commissaire aux comptes, soumis à l’approbation de
l’Assemblée Générale Ordinaire. Le Commissaire aux comptes ne fait pas partie du Bureau Exécutif ni
du Conseil d’Administration.

Le Bureau Exécutif peut se faire assister par un Secrétariat Exécutif constitué par un personnel
permanent et salarié.

Le mandat des membres du Conseil d’Administration est de 03 ans, renouvelable. Tout membre du
Conseil d’Administration sortant est rééligible.

Si une place devenait vacante, provisoirement ou définitivement au sein du Conseil d’administration


en cours de mandat, le conseil procède à son remplacement. Les modalités de ce remplacement

100
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

doivent être consignées dans un Procès-verbal et cette nomination doit recevoir l’approbation de
l’Assemblée Générale lors de sa prochaine session.
Cette nomination est faite pour les fonctions et pour le temps qui reste à faire par le membre ainsi
remplacé.

Le Bureau Exécutif, tel qu’il se compose ci-dessus, se réunit aussi souvent que l’intérêt de
l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne l’exige.

Le délai minimum de convocation est de trois jours. La convocation peut être verbale. Ce délai n’est
pas requis si les trois membres du bureau Exécutif sont disponibles.

Le Conseil d’Administration, régulièrement convoqué délibère valablement si la moitié des membres


au moins sont présents ou représentés. Les décisions sont prises à la majorité des voix des membres
présents, chaque membre n’ayant qu’une seule voix.

Le vote par procuration est admis.

Le Bureau Exécutif peut également s’adjoindre les personnes ressources qu’il lui plaira pour l’assister
en séance, mais avec voix consultative seulement.

Les décisions du Conseil d’Administration sont constatées par des procès-verbaux dressés par le
secrétaire et signé par tous les membres ayant pris part à la délibération.

Le Conseil d’Administration a les pouvoirs les plus étendus pour l’administration et la gestion de
toutes les affaires de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne ainsi que
pour la poursuite de l’exécution des décisions des Assemblées Générales, de même pour toute
affiliation ou partenariat avec d’autre entités Nationale ou Internationale.
Les membres du Conseil d’Administration ne contractent, en raison de leur gestion, aucune
obligation personnelle ou solidaire envers les membres de l’association Consortium National Pour La
Participation Citoyenne ou les tiers.

ARTICLE 5 : COMPOSITION

L’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne comprend :

- des membres fondateurs : Toute personne physique ou morale ayant participé à


l’Assemblée générale constitutive. Ils ont une voix délibérative.

- des membres d’honneurs : Est membre d’honneur, toute personne physique ou


morale dont le statut peut être d’une utilité à l’association Consortium National Pour
La Participation Citoyenne (caution morale…). Le titre de membre d’honneur est
décidé par le Conseil d’Administration pour une durée déterminée conformément au
délai spécifié dans le Procès-verbal de nomination comme membre d’honneur. Le
Conseil d’Administration peut mettre fin par un procès-verbal, avant terme, à cette
nomination si l’intérêt de l’association pourrait être mis en jeu. Ils ont une voix
consultative.

- des membres actifs : Est membre actif, toute personne physique ou morale
directement concernée par les objectifs de l’association Consortium National pour la
Participation Citoyenne présentée par un collège ayant soumis une demande
d’adhésion et ayant reçu l’approbation du Conseil d’Administration. Ils ont une voix
délibérative.

101
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

- des membres partenaires (partenaires techniques, sociaux, financiers) : Est membre


partenaire, toute personne physique ou morale adhérant à la cause de l’association
Consortium National pour la Participation Citoyenne et qui porte une assistance
directe ou indirecte, matérielle, technique et/ou financière à l’association. Le titre de
membre partenaire est décidé par le Conseil d’Administration.

ARTICLE 6 : ADMISSION

Toute personne physique présentée par un membre de l’association Consortium National Pour La
Participation Citoyenne

L’adhésion est acceptée ou refusée par le Conseil d’Administration qui n’a pas à motiver sa décision
en cas de refus.

Les nouveaux membres admis sont présentés à l’Assemblée Générale lors de la prochaine réunion
suivant leur adhésion.

Le nombre des membres est illimité.

ARTICLE 7 : DROITS

En réunion ainsi que dans toutes les activités de l’Association Consortium National Pour La
Participation Citoyenne, les membres disposent des mêmes droits.

Tout membre peut démissionner librement sur une demande écrite adressée au Président de
L’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne.

La démission prendra effet dès réception de ladite lettre et après acceptation du Conseil
d’Administration. Toutefois, tout membre qui a déclaré expressément son intention de démissionner
ne peut plus prétendre participer ni aux délibérations ni aux votes.

ARTICLE 8 : OBLIGATIONS

Chaque membre a le devoir de tenir informé l’association Consortium National Pour La Participation
Citoyenne de tout fait marquant relatif à ses objectifs.

Les membres ont l’obligation de participer aux réunions périodiques de l’association Consortium
National Pour La Participation Citoyenne ainsi qu’aux activités décidées.

Les membres sont tenus de prendre part aux discussions et d’animer les réunions.

Pendant les réunions, les membres sont tenus de se respecter mutuellement, de se conformer aux
temps de parole accordés par le Président de séance et de ne pas perturber les réunions en discutant
de sujet autre que ceux prévus par l’ordre du jour.

Le Conseil d’administration est habilité à prendre des sanctions à l’encontre de tout membre ayant
contrevenu aux dispositions du présent article. Le Conseil d’administration peut exclure tout
membre ayant un comportement contraire aux objectifs de l’association Consortium National Pour
La Participation Citoyenne et / ou des agissements portant atteinte à l’honneur et à l’image de
l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne.
III - ORGANISATION ET COMPORTEMENT

102
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

A - MODE D’ELECTION

ARTICLE 9 : ELECTEURS

Tous les membres de l’Assemblée Générale sont considérés comme électeurs.

ARTICLE 10 : ELIGIBILITE

Tous les membres ayant au moins un an d’ancienneté sont considérés comme éligibles.

ARTICLE 11 : CONVOCATION

La convocation des membres de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne à


une élection doit se faire au moins quinze jours avant la date des élections.
Cette convocation peut être soit individuelle par lettre, par courrier électronique, par téléphone, soit
collective par voie de presse.

ARTICLE 12 : CANDITATURE

Toute candidature sera présentée sur papier libre dûment signé par le candidat et déposé quinze
jours avant la date des élections.

La liste des candidats pour chaque poste sera affichée au siège ou bureau de l’association
Consortium National Pour La Participation Citoyenne au moins 03 jours avant la date des élections.

A défaut de déclaration de candidature, tout membre peut proposer, verbalement, le jour de


l’élection, un candidat au poste à pourvoir sous réserve de l’acceptation expresse du candidat
proposé et des dispositions de l’article 7 ci-dessus.

ARTICLE 13 : MODE DE SCRUTIN

Les votes se feront selon le scrutin uninominal majoritaire à un tour.


Les fonctions de scrutateurs sont assurées par deux membres présents.

En cas d’égalité des voix obtenues par les candidats, un deuxième tour de scrutin aura lieu
immédiatement ou au plus tard dans les quinze jours suivants.

ARTICLE 14 : PROCURATION

Un membre absent peut donner une procuration écrite et dûment signée à un autre membre pour
voter à sa place.

Un membre peut être mandaté pour une ou plusieurs procurations.


ARTICLE 15 : RESULTAT

Les résultats des élections sont affichés au plus tard dans les quinze jours au Siège Social ou au
bureau de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne.
ARTICLE 16 : PASSATION ET PRISE DE FONCTION

Les membres élus prennent leur fonction tout de suite après la validation des résultats officiels par
l’assemblée Générale.

103
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Les membres sortants sont tenus de procéder à la passation avec leurs successeurs dans les quinze
jours au plus tard.

B - FONCTIONNEMENT

ARTICLE 17 : CONTRIBUTION

Tout membre contribue à la réalisation des objectifs de l’association.

En outre, selon ses possibilités, chacun peut contribuer en numéraires, en bien matériels ou sous
toute autre forme une contribution pour assurer le bon fonctionnement de l’association.

Les cotisations annuelles sont fixées en Assemblée générale sur proposition du Conseil
d’Administration et consignées dans un procès-verbal.

ARTICLE 18 : EMPLOI DES RESSOURCES FINANCIERES

Les ressources propres de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne sont
utilisables pour la réalisation des objectifs et le fonctionnement de l’association Consortium National
Pour La Participation Citoyenne.

Le Président du Conseil d’Administration et le Trésorier sont, conjointement, les seuls signataires des
comptes bancaires de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne. En cas
d’absence de l’un deux, le Vice – Président est autorisé à signer à la place de celui qui est absent.

ARTICLE 19 : ASSISTANCE

Toute demande d’assistance est à adresser au Président de l’association Consortium National Pour La
Participation Citoyenne qui statuera avec les membres du Bureau Exécutif en fonction des priorités
définies par le plan d’actions et la disponibilité des ressources.

Toute assistance est fournie dès que la possibilité de l’association Consortium National Pour La
Participation Citoyenne le permet.

ARTICLE 20 : ASSEMBLEE GENERALE

Les Assemblées Générales régulièrement constituées, représentent l’universalité des membres de


l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne, leurs décisions sont obligatoires
pour tous, même pour les absents.
Pour être valables, les décisions doivent être prises à la majorité des voix des membres présents ou
représentés.

En cas de partage des voix, celle du Président est prépondérante.

Tout membre, de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne peut se faire
représenter aux Assemblées Générales par un autre membre de l’association Consortium National
Pour La Participation Citoyenne muni d’une procuration.

Les AGO et AGE sont convoquées par le Président ou, à défaut par le Vice – Président selon les
mêmes dispositions prévues par l’article 9.

104
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

L’Assemblée Générale Ordinaire et l’Assemblée Générale Extraordinaire sont convoqués quinze


jours à l’avance pour délibérer sur un ordre du jour défini par le Conseil d’Administration. La
convocation peut être individuelle (par écrit, par courrier électronique, ou par téléphone) ou
collective (par voie de presse et affichage)

L’ordre du jour fixé par le Conseil d’Administration doit être indiqué sur les convocations en
Assemblée Générale.

L’Assemblée Générale est présidée par le Président du Conseil d’Administration, ou à défaut par le
Vice-Président. Si le Président et le Vice – Président sont absents c’est un des membres du Conseil
qui les remplace.

Le Secrétaire Général remplit les fonctions de secrétaire de séance ou à défaut un des membres du
Conseil d’Administration.

Il est tenu une liste de présence. Elle contient les noms des membres présents ou représentés. Cette
liste est annexée au procès-verbal.

Les délibérations des Assemblées Générales sont constatées par des procès-verbaux. Ceux-ci sont
signés par le Président ou le Vice – Président.

Les procès – verbaux des Assemblées Générales sont dressés par le Secrétaire Général qui en assure
la répartition aux membres.

Les procès-verbaux des réunions périodiques ordinaires sont dressés par le Secrétaire Général qui lit
au début de chaque réunion périodique et le fait adopter par les membres présents.

L’Assemblée Générale annuelle Ordinaire peut, pour des raisons graves dont elle juge et sur la
proposition du Conseil d’administration, prononcer l’exclusion d’un membre.

Une Assemblée Générale Extraordinaire est convoquée dans les mêmes conditions que l’AGO
lorsqu’il y a lieu de statuer sur les questions suivantes :

Modification à apporter aux Statuts


Dissolution de l’association Consortium National Pour La Participation Citoyenne

IV - DISPOSITIONS FINALES

ARTICLE 21 : MODIFICATIONS

Les dispositions fixées par le présent Règlement Intérieur peuvent être modifiées par l’ Assemblée
Générale Ordinaire, sur proposition du Conseil d’Administration.

*******************************

Antananarivo le 18 octobre 2007

Pour l’Association Consortium National Pour La Participation Citoyenne

Le Secrétaire Général Adjoint Le Président

105
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

ANNEXE 6 : CODE DE CONDUITE CNPC

CODE DE CONDUITE DU CONSORTIUM NATIONAL POUR LA PARTICIPATION CITOYENNE

Article 1 : Chaque membre doit être à la hauteur de sa présence au sein du Consortium National. En
cela, il doit :
 Etre représentatif de son collège
 Etre reconnu officiellement
 Faire preuve d’une honnêteté intellectuelle
 Etre intègre, objectif et compétent
 Faire valoir sa personnalité et son identité
 Maîtriser la mission du Consortium National
 Avoir une bonne connaissance et le respect des us et coutumes malgaches
 Honorer ses engagements
 Avoir le sens du discernement

Article 2 : Dans l’accomplissement de ses tâches, chaque membre du Consortium National a un


devoir de performance (maîtriser les stratégies, accomplir ses devoirs, atteindre les objectifs du
Consortium National).

Article 3 : Durant son mandat, le membre du Consortium National doit être :


- Un modèle et une référence dans sa vie active et professionnelle
- Animé par un sentiment patriotique
- Un fervent défenseur des droits du peuple
- Juste et transparent
- Discipliné
- Assidu et disponible
- Persuasif, responsable, efficace et efficient

Article 4 : Le membre du Consortium National doit produire des actions à effet multiplicateur dans
un esprit dévoué et plein de motivations, avec obligation de compte-rendu auprès de son collège.

Article 5 : Il doit privilégier :


- La rigueur dans le travail
- Le sens du dialogue
- La communication
- L’esprit d’ouverture
- L’esprit critique (constructif)
- L’écoute active

Article 6 : Le membre du Consortium National ne doit pas :


- Chercher des intérêts individuels (argent, honneur, pouvoir)
- Dévier de l’objectif premier du Consortium National

Les membres du Consortium National doivent se conformer à ces mêmes principes et se soumettre
au présent code de conduite durant leur mandat.

106
1
COLLEGE DES
8
2 ORGANISATIONS
CELLULE TECHNIQUE
COLLEGE DU SECTEUR CONFESSIONNELLES
D’APPUI
PRIVE

3 BUREAU CENTRAL 7
COLLEGE DE LA CNPC COLLEGE DU SECTEUR
SOCIETE CIVILE PUBLIC

4
COLLEGE DE LA 5
COLLEGE DES 6
SOCIETE DE LA COLLEGE DE LA
COMMUNICATION REPRESENTANTS DU
SOCIETE POLITIQUE
PEUPLE

Figure 2 : Diagramme de la structure organisationnelle du système « participation citoyenne »


Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010
CELLULE D’APPUI CNPC
STRATEGIQUE, 23 membres élus
ORGANISATIONNEL,
OPERATIONNEL… par les collèges

3. Consortium 2. Consortium 1. Consortium 6. Consortium 5. Consortium des 4. Consortium de 7. Consortium


NATIONAL
de la Société du Secteur de la Société de la Société Représentants du la Société de la du Secteur
Civile Privé Confessionnelle Politique Peuple Communication Public

CELLULE D’APPUI 22 CRPC


STRATEGIQUE,
ORGANISATIONNEL,
composés des
OPERATIONNEL… 7 collèges

3. Consortium 2. Consortium 1. Consortium 6. Consortium 5. Consortium des 4. Consortium de 7. Consortium


REGIONAL
de la Société du Secteur de la Société de la Société Représentants du la Société de la du Secteur
Civile Privé Confessionnelle Politique Peuple Communication Public

CELLULE D’APPUI 119 CDPC


STRATEGIQUE,
ORGANISATIONNEL,
composés des
OPERATIONNEL… 7 collèges

3. Consortium 2. Consortium 1. Consortium 6. Consortium 5. Consortium des 4. Consortium de 7. Consortium


DISTRICT
de la Société du Secteur de la Société de la Société Représentants du la Société de la du Secteur
Civile Privé Confessionnelle Politique Peuple Communication Public

Figure 3 : Schéma organisationnel du réseau du CNPC

108
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

PRESIDENT

1 er Vice Président 2ème Vice Président


Chargé de la Zone Nord Chargé de la Zone Sud
Coordination Inter- régionale Coordination Inter- régionale

Coordinateurs Coordinateurs
régionaux régionaux

Coordinateur du Coordinateur du Coordinateur de Coordinateur Coordinateur de Coordinateur de la Coordinateur du


NATIONAL
Consortium de Secteur Privé la Société de la Société Représentation du Société de la Secteur Public
la Société Confessionnelle Politique Peuple Communication
Civile

Délégué du Délégué du
Conseil National des Conseil National
Délégué du Délégué du
Associations des ONG
Conseil Conseil des non
Œcuménique des FFKM
Eglises

Délégué du Délégué du Délégué du


Secteur Secteur Secteur
Primaire Secondaire Tertiaire

Par branche Par branche Par branche


d’activité puis d’activité puis d’activité puis
filière filière filière
Figure 2 : L’organigramme du CNPC

109
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Tableau 1 : COMPOSITION DE CHAQUE STRUCTURE


CNPC CRPC CDPC FAKA SOA
CLPC FO MIRAY
CONSORTIUM CONSORTIUM CONSORTIUM DE FOTOTRA
ANTENNE DE LA NOYAU DE LA
NATIONAL POUR LA REGIONAL POUR LA DISTRICT POUR LA RACINE DE LA
PARTICIPATION PARTICIPATION
PARTICIPATION PARTICIPATION PARTICIPATION PARTICIPATION
CITOYENNE CITOYENNE
CITOYENNE CITOYENNE CITOYENNE CITOYENNE

Les élus par les collèges Ce sont les représentants Ce sont les représentants Ce sont des commissions Ce sont des C’est la Racine,
d’acteurs lors de la mise des collèges d’acteurs au des 7 collèges d’acteurs au de travail qui traitent des commissions de fondement de la
en place du Conseil niveau des régions niveau du District différentes questions travail qui traitent participation
National pour la locales de la des différentes citoyenne.
Participation Citoyenne à communauté au niveau questions locales (raiamandreny : une
Anosiavaratra lors de de la Commune: de la communauté personne de
l’atelier financé par le émanation du Fo Miray et au niveau du confiance, reconnue
PNUD travaille en partenariat Fokontany : par la majorité)
avec les conseillers émanation du Faka
communaux. Soa Fototra ou Une personne par
Racine quartier (peut être le
chef quartier) qui
23 membres élus 154 pers (22 régions 833 pers (119 districts avec 4 647 pers connaît les
avec 7 collèges par 7 collèges par district) (1 549communes X 52 707 personnes différentes
région) 3pers) préoccupations de la
(17 569 Fokontany communauté
X 3 pers/Fokontany
(1sécurité, Nombre à définir
1affaires sociales (données non encore
et 1 disponibles)
développement
économique)

Composition de la cellule technique d’appui :


- Cercles de réflexions - Pool de facilitateurs
- Universités, Académie, Instituts Supérieurs - Pool de formateurs
- Associations des Natifs - Pool d’évaluateurs
- Economiste planificateur - Pool de techniciens de l’Efficacité
- Ingénieur statisticien - Agronome
- Gestionnaire

110
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Tableau 2 : RÔLES ET FONCTIONS AU NIVEAU DE CHAQUE STRUCTURE :


CNPC CRPC CDPC CLPC FAKA SOA
FO MIRAY
CONSORTIUM CONSORTIUM CONSORTIUM DE CONSORTIUM FOTOTRA
NOYAU DE LA
NATIONAL POUR LA REGIONAL POUR LA DISTRICT POUR LA LOCAL DE LA RACINE DE LA
PARTICIPATION
PARTICIPATION PARTICIPATION PARTICIPATION PARTICIPATION PARTICIPATION
CITOYENNE
CITOYENNE CITOYENNE CITOYENNE CITOYENNE CITOYENNE
SON DOCUMENT DE SON DOCUMENT DE SON DOCUMENT DE SON DOCUMENT DE SON DOCUMENT DE SON DOCUMENT
TRAVAIL : TRAVAIL : TRAVAIL : TRAVAIL : TRAVAIL : DE TRAVAIL :

PROGRAMME PROGRAMME PROGRAMME DE TANIVO (TANjona TAFO ( TAnjona TAFO (TAnjona


NATIONAL DE LA PC REGIONAL DE LA PC DISTRICT POUR LA PC IVOM-pandrosoana) FOtotra) FOtotra)
(PNPC) (PRPC) (PDPC)

- élabore ou met à jour le - c’est un espace de - c’est un espace de - rassemble les


PNPC en Conseil concertation et de concertation et de besoins des différents - rassemble les - identifie les
-développe l’engagement dialogue entre les dialogue entre les Fokontany et leur besoins des différents besoins de la
civique et la participation différents acteurs de la différents acteurs de priorité quartiers ou villages et communauté et leur
citoyenne région toutes les communes - élabore et met en leur priorité priorité
- promeut la - rassemble les besoins - coordonne les activités œuvre le TANIVO - fait un plaidoyer et - fait un plaidoyer et
transparence et des différentes des CLPC - participe à lobbying pour la lobbying pour la
l’efficacité des services communes après le - rassemble les besoins l’élaboration et à la défense des intérêts défense des
publiques ; premier traitement au des différentes mise en œuvre du des quartiers ou intérêts des
- promeut sa propre niveau CDPC et leurs communes et leurs PDPC villages ménages
autonomie vis-à-vis des priorités communes pour priorités communes pour - centralise les - centralise les - collecte les
autres parties servir de base au PNPC servir de base au PRPC données de bases et données de bases et données de bases
prenantes ; - prépare et contribue à - anime la vie des CLPC, les transmet au CDPC les transmet au CLPC - participe à
- se met en relation avec la réalisation de toute FOMIRAY et FAKA SOA - fait un plaidoyer et - élabore et met en l’élaboration et à la
toutes les forces vives et manifestation ou FOTOTRA avec la lobbying pour la œuvre le TAFO mise en œuvre du
les acteurs de évènement sur la CADPC (Cellule d’Appui défense des intérêts (TAnjona FOtotra ou TAFO (TAnjona
développement ; Participation Citoyenne à de District pour la de la Commune Plan du Fokontany) FOtotra ou Plan du
- favorise la culture de l’échelle régionale Participation Citoyenne) - renforce les - participe à Fokontany)
dialogue, de débat et de - renforce les capacités - centralise les données capacités locales et l’élaboration et à la - renforce les
tolérance entre citoyens locales et partages ses de bases et les transmet partages ses mise en œuvre du capacités locales et
et leaders d’entités à expériences avec les au CDPC expériences avec les TANIVO (TANjona partages ses
tous les niveaux et dans CDPC et CLPC - fait un plaidoyer et FOMIRAY Ivom-pandrosoana) expériences
tous les domaines ; - traite les données lobbying pour la défense - joue le rôle - renforce les - joue le rôle
- coordonne, cadre, collectées par les CDPC des intérêts de la d’interface avec les capacités locales et d’interface avec les
appuie et suit les actions - coordonne, cadre, Commune autres entités partages ses autres entités
de participation appuie et suit les actions - renforce les capacités - harmonise les expériences aux Faka - harmonise les

111
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

CNPC CRPC CDPC CLPC FAKA SOA


FO MIRAY
CONSORTIUM CONSORTIUM CONSORTIUM DE CONSORTIUM FOTOTRA
NOYAU DE LA
NATIONAL POUR LA REGIONAL POUR LA DISTRICT POUR LA LOCAL DE LA RACINE DE LA
PARTICIPATION
PARTICIPATION PARTICIPATION PARTICIPATION PARTICIPATION PARTICIPATION
CITOYENNE
CITOYENNE CITOYENNE CITOYENNE CITOYENNE CITOYENNE
citoyenne à l’échelle de participation locales et partages ses interventions des Soa Fototra interventions des
nationale citoyenne au niveau de la expériences aux différents acteurs à - joue le rôle différents acteurs à
- facilite et fait du Région FOMIRAY son niveau d’interface avec les son niveau
lobbying à l’endroit de - assure le renforcement - joue le rôle d’interface - collecte les rapports autres entités - fait un rapport
tous les secteurs ; des capacités des avec les autres entités des FOMIRAY et les - harmonise les d’évaluation de
- sert d’interface pour les collèges d’acteurs au - harmonise les condense pour obtenir interventions des l’évolution des 3
leaders d’entités dans niveau régional interventions des le rapport d’évaluation différents acteurs à volets dans son
tous les domaines et à différents acteurs à son de l’évolution du son niveau quartier (dignité,
tous les niveaux niveau niveau des 3 volets - collecte les rapports sécurité,
- collecte, formule et - collecte les rapports des dans la Commune des Faka Soa Fototra développement
formalise les FOMIRAY et les (dignité, sécurité, et les condense pour économique)
propositions, les condense pour obtenir le développement obtenir le rapport - promeut la
doléances, les rapport d’évaluation de économique) d’évaluation de participation
problèmes et les efforts l’évolution du niveau des - promeut la l’évolution des 3 volets citoyenne dans sa
relatifs à la vie de la 3 volets dans la participation citoyenne dans le Fokontany localité, forme les
Nation ; Commune dans sa localité, forme (dignité, sécurité, citoyens aux outils
- interpelle (dignité, sécurité, les FOMIRAY aux développement de participation
l’Administration, le développement outils de participation économique) citoyenne,
secteur privé, la société économique) citoyenne, et à la - promeut la
civile, les organisations - promeut la participation transparence des participation citoyenne
politiques, etc.… sur la citoyenne dans sa services publics dans sa localité, forme
vie de la Nation ; localité, forme les ALPC - prépare et contribue les Faka Soa Fototra
- veille et s’assure à ce aux outils de participation à la réalisation de aux outils de
que les instruments citoyenne, et à la toute manifestation ou participation citoyenne,
garantissant la transparence des évènement sur la et à la transparence
participation citoyenne services publics Participation des services publics
soient disponibles pour Citoyenne à l’échelle
tous les collèges régionale
d’acteurs et appliqués
dans tous les secteurs ;
- veille à la pérennisation
du programme de
participation citoyenne

112
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Les consortiums d’acteurs (Consortium de la Société Confessionnelle, du Secteur Privé, de la Société Civile, de la Société de Communication,
des Représentants du Peuple, de la Société Politique, et du Secteur Public):
- développent l’engagement civique et la participation citoyenne de leurs membres
- renforcent leur pratique des valeurs et leur participation à l’amélioration de la transparence et de l’efficacité des services publics
- promeuvent auprès de leurs membres respectifs et mettent à leur disposition les outils de participation citoyenne

Tableau 3 : COMPOSITION DE LA CELLULE D’APPUI : Composée de Simples Citoyens, des techniciens disposant de diverses
expertises à différents niveaux

CELLULE D’APPUI
CELLULE D’APPUI CELLULE D’APPUI CELLULE D’APPUI
CELLULE D’APPUI CELLULE D’APPUI A LA
TECHNIQUE ET A LA GESTION ET A AU SYSTEME
STRATEGIQUE ORGANISATIONNEL COMMUNICATION
TECNOLOGIQUE L’EFFICACITE D’INFORMATIONS
ET LA PROMOTION

- réfléchit sur l’orientation - assure le bon - identifie les différentes - appuie dans la - assure la fluidité de - veille à la bonne
des activités de déroulement du techniques que chaque gestion de chaque la circulation des communication du
l’ensemble du système processus de mise en acteur devrait maîtriser structure informations entre système à son
et des 7 collèges réseau : standardisation pour chaque poste - fait un suivi de les différents environnement
d’acteurs - détecte les forces et les - réalise les l’efficacité des membres du réseau - assure la qualité de
- conçoit et élabore des faiblesses renforcements de différents acteurs (communication l’image du système
propositions de plans organisationnelles et capacités techniques et - appuie dans interne) et de ses
d’actions pour le réseau définit un plan de technologiques des l’identification, le - assure la collecte, composantes auprès
du CNPC renforcement des ressources humaines à montage et la gestion le traitement des des différents
- effectue une veille capacités pour chaque chaque niveau et pour les des projets des bases de données partenaires
stratégique du système niveau d’organisation différentes tâches différents collèges - fait savoir les
d’acteurs produits du
système et leurs
impacts dans la vie
de la communauté

113
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

Schéma du dispositif de la participation citoyenne est présenté dans le ci-après

Consortium CELLULES LES 7 COLLEGES D’ACTEURS DE LA PARTICIPATION CITOYENNE


NIVEAUX National pour la D’APPUI
Participation (Simples
Citoyenne citoyens)

NATIONAL
CNPC CANPC 1 2 3 4 5 6 7

REGIONAL
CRPC CARPC 1 2 3 4 5 6 7

DISTRICT
CDPC CADPC 1 2 3 4 5 6 7

Figure 5 : Dispositif de la participation citoyenne

CNPC : Consortium National pour la Participation Citoyenne


CRPC : Consortium Régional pour la Participation Citoyenne
CDPC : Consortium de District pour la Participation Citoyenne
CANPC : Cellule d’Appui Nationale pour la Participation Citoyenne
CARPC : Cellule d’Appui Régional pour la Participation Citoyenne
CADPC : Cellule d’Appui de District pour la Participation Citoyenne

114
BIBLIOGRAPHIE

Rapport d’activités 2009; Conseil Supérieur de la Magistrature


La lettre de la Société Civile; Bulletin bimestriel de la PFNOSCM numéro : 01 Décembre -
Janvier 2009
Rapport de revue annuelle de projet; Date de la revue : mardi 17 mars 2009
Rapport Finale annexe
Rapport finale "Cartographie des Acteurs Non Etatiques et acteurs de la société civile
malgache"; Décembre 2005
Projet de Manuel des procédures; Consortium National pour la Participation Citoyenne
Organisation générale du dispositif participation citoyenne a Madagascar
Code de conduite et profil du consortium national
Statut de l’association « consortium national pour la participation citoyenne » (cnpc)
Règlement intérieur de l’association consortium national pour la participation citoyenne
(cnpc)
Procès-verbal de constitution de l’association dénommée « consortium national pour la
participation citoyenne cnpc »
Code de conduite du consortium national pour la participation citoyenne
Organisation opérationnelle du CNPC; dispositif de la participation citoyenne
Réseau cnpc par collège d’acteurs
Présentation de la participation citoyenne
Synthèse des données des Focus Group Evaluation PFNOSCM
Accord Relatif au Projet de Coopération entre le Programme des Nations Unies pour le
Développement et la Plateforme Nationale des Organisations de la Société Civile de
Madagascar; Juin 2008
Plan de Travail Annuel 2008 "Appui au renforcement des capacités de la Plateforme
Nationale des Organisations de la Société Civile en mobilisation et plaidoyer en faveur des
populations"
Cadre de résultats pluriannuels Plate-forme Société Civile/ PNUD période 2008-2011
Document référentiel : compte-rendu de la réunion du PNUD avec les représentants de la
plate-forme nationale de la société civile et du comite DRV; Vendredi 28 juillet 2006
Rapport annuel du projet (Année 2008)
Rapport de synthèse des consultations sur la pauvreté à MADAGASCAR (Mars 2008)
Rapport synthétique Année 2007, Janvier 2008
Outils de collecte de données Manakara, Ambositra, Fianarantsoa, Ifanadiana, Ihosy,
Sakaraha, Toliara
Présentation générale, Plate-forme Nationale des Organisations de la Société Civile de
Madagascar, Octobre 2008
Statut, Le Comité National d’Orientation et de Suivi Stratégiques (CNOSS), Antananarivo,
Octobre 2006
Projet de règlement intérieur (PFNOSCM), version 05/06/09
Etat des lieux PFNOSCM, Octobre 2008
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC, chapitre II : Approche
méthodologique et plan de travail
Tosika : Actions à conduire dans chaque zone d’intervention ; 24 Avril 2009
Document de présentation du Conseil national pour la Participation citoyenne (CNPC) Août
2006
Programme National de Bonne Gouvernance (PNBG) ; 30 Mai 2006
Cartographie de Acteurs Non Etatiques et acteurs de la Société civile malgache ; Décembre
2005
Note méthodologique, Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

PERSONNES RENCONTREES

RANDRIAMAMPIONONA Lalao, PFNOSCM


MAHAMOUDOU Ndriandahy, PFNOSCM
RAMAROSON Edmondine, CNPC
RATOVONIRAINY Tahina, CNPC
RAMANANKAMONJY Guy Laurent, ex-membre équipe technique PFNOSCM
RANDRIANOELISON Jean Jacques, Coordonnateur PREA
RAZAFIMANANTSOA Deleau, PNUD
SALAME Abdou, PNUD
RASOANIRINA Joeline, PNUD

116
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

TDR

TERMES DE REFERENCE SUR L’EVALUATION DES CAPACITES


DE LA PFNOSCM ET DU CNPC

1. CONTEXTE

Depuis 2005, le PNUD apporte des appuis aux organisations faîtières de la société civile
malagasy telles que la Plateforme Nationale des Organisations de la Société Civile à
Madagascar (PFNOSCM) et le Consortium National pour la Participation Citoyenne (CNPC).
Aussi, afin d’améliorer et, éventuellement de réorienter cette stratégie d’appui à la société
civile, une évaluation des résultats et des effets obtenus s’avère indispensable et
opportunes.

En effet, la crise sociopolitique actuelle a entraine des bouleversements dans l’exercice des
rôles et attributions concernes par l’équilibre des pouvoirs. La société civile est aujourd’hui
sollicitée a jouer un rôle de médiation dans la résolution de la situation politique conflictuelle
qui prévaut dans le pays. Cependant, l’on perçoit qu’elle a encore à s’imposer dans ses
rôles essentiels d’interpellation, de watchdog, de partenaire de développement et de contre
pouvoir.

Une appréciation exacte des capacités d’organisation, de gestion, de plaidoyer et de


réseautage des deux organisations faîtières va alors permettre au PNUD de mieux identifier
les contraintes et les facteur de réussite des actions menées et, ainsi, de disposer des
éléments d’analyse nécessaires au développement d’une stratégie de renforcement des
capacités de la PFNOSCM et du CNPC

2. OBJECTIFS DE L’ETUDE

L’objectif général de l’étude est de développer une stratégie de renforcement des capacités
de la PNFOSCM et du CNPC.

3. OBJECTIFS SPECIFIQUES
- Evaluer les actions d’appui à la PNFOSCM et au CNPC initiées par le PNUD,
- Analyser les capacités d’organisation, de communication, de gestion, de réseautage
et de plaidoyer de la PFNOSCM et du CNPC dans des domaines-clés leur
permettant de jouer pleinement les rôles qui leur sont dévolus,
- Proposer un plan de renforcement de capacités de la PFNSCOM et du CNPC vers
une autonomisation effective desdits organismes.

4. METHODOLOGIE

La méthodologie adoptée doit tenir compte aussi bien des attentes des bénéficiaires que
celles des OSC ciblées à tous les niveaux

5. LIVRABLES

- Une note méthodologique de l’étude (version électronique et version imprimée)


- Un rapport préliminaire (version électronique et version imprimée) mettant en
exergue :
o Les forces et faiblesses des appuis apportées par le PNUD à la PFNOSCM et
au CNPC
o Les forces et faiblesses des capacités respectives de la PFNOSCM et du
CNPC

117
Evaluation des capacités de la PFNOSCM et du CNPC 2010

o Une analyse détaillée des contraintes prenant en considération


l’environnement dans lequel ces deux organismes évoluent
o Un plan de renforcement de capacités de la PFNOSCM et du CNPC
- Un rapport final intégrant les remarques et recommandations du comite de validation
du PNUD (version électronique et version imprimée)

6. DUREE DE LA PRESTATION

La durée totale de la mission est de 2,5 hommes / mois incluant la validation du rapport par
le PNUD. En relation avec les parties concernées, le groupe de consultants organisera son
travail selon un programme approprié, lui permettant notamment de procéder aux
consultations requises. Il travaillera sous la supervision générale du Charge de programme
et sous la supervision directe de l’Expert national.

7. MODALITES DE MISE EN ŒUVRE

Le paiement du prestataire se fera à la fin des travaux après certification satisfaisante des
services faits mais une avance évaluée sur le cout réel des frais d’approche suivant un plan
de décaissement préalable pourrait être effectuée

8. PROFIL DU GROUPE DE CONSULTANS

Le groupe est compose de deux consultants ayant au moins 05 années d’expériences


professionnelles :
- Diplôme(e)s de l’enseignement supérieur de niveau Bac+5 en management, gestion,
science de l’organisation, communication, sciences sociales ou diplômes équivalent ;
- Disposant d’expériences probantes dans le domaine de l’analyse des capacités et
des audits organisationnels
- Ayant une très bonne capacité de rédaction en français
La connaissance du domaine de la société civile malagasy est un atout

118