Vous êtes sur la page 1sur 8
REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progras ASSEMBLEE NATIONALE Les honorables Députés soussignés A Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement Objet : Motion de censure Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Varticle 76 de la Constitution du 25 novembre. 2010 dispose: «Le Gouvernement détermine et conduit la politique de Ia nation. Il est responsable devent i’Assemblée Nationale dans les conditions prévues aux articles 107 et 108 ». La motion de censure est l'une de ces conditions que formule l'article 107 de notre loi fondamentale en ces termes : «La responsabilité du Gouvernement engogée devant f’Assemblée nationale soit par le vote d'une 2 censure, soit par un vote de défiance ». nier Ministre, UOpposition parlementaire a décidé de se saisir de cette voie de droit que iui offre fa Constitution, par devoir envers le peuple pour réprouver la gouvernance catastrophique qui caractérise votre gestion de la chose publique en vous disant que trop c’est trop et qu'il va vous falloir rendre le tablier. En effet, en notre qualité de représentants élus de la nation, nous signataires de cette motion de censure avons décidé clairement d’étre les porte-voix obligés mais avisés d’un peuple en désarroi, car sévérement éprouvé et meurtri par tant de trahisons et d’injustices, tant d’atteintes a sa dignité, tant de mensonges et de forfanteries de la part d’un Gouvernement a la téte duquel vous trénez depuis huit ans. puisque de toute évidence, rien de ce que notre peuple si acquis en matiére de gouvernance démocratique nce économique et sociale, de libertés et de n’a été épargné par votre Gouvernement. Et Trop c’est trop, courageux a engrangé comme et républicaine, de gouverna justice, d’éducation et de santé, Pour causes a Patrimoniale et Ty sketisation des nigériens, la politique d’exclusion, la gestion de clans, impose ton des ressources nationales au profit d’individus et aporalisation des ra de la pensée unique, la corruption gangreneuse, la justice, jg promotia stitutions de la République, i instrumentalisation de la baillonnement ‘le 7 des parents, amis et connaissances, le clientélisme, le Civile ; toutes ch Opposition politique, de la presse privée et de la société Consti Oses, sur fond de violations Braves et récurrentes de la 2 tution et des lois de la République, sur lesquelles repose la gouvernance ne prétendue renaissance du Niger. Pour ce qui concerne ces violations flagrantes de la Constitution, les Constitutionnalistes de Notre pays en ont dénombré, déja en 2017, plus de rent. Monsieur le Premier Ministre, votre nomination en 2011 juste quelques heures aprés linvestiture du Président de la République en est d’ailleurs une illustration. C’est a juste titre que le rapport 2018 de Economist Intelligence Unit (EIU), du groupe de presse britannique The Economist, vient de classer le Niger dans la catégorie des pays & régime autoritaire. S‘agissant toujours de la démocratie et des droits de V'Homme, le rapport pays 2018 du Département d’Etat des Etats Unis, sur les pratiques en matiére des droits de l'Homme, est on ne peut clair. On y cite, sans étre exhaustif, Vorganisation d’élection tropicalisée en 2016 avec pratiquement toute la direction du principal parti d’opposition en prison, le refus d/obtempérer aux arréts de la Cour Constitutionnelle, une CENI taillée sur mesure, les atteintes aux droits de réunion et d’association, la détention arbitraire des responsables politiques et de la société civile, la pratique de la corruption en toute impunité, Vingérence arbitraire ou illégale dans la vie privée et méme la privation arbitraire de la vie. En réalité, il ne s‘agit la que de principes et d’ingrédients qui les accommodent d’une gouvernance extravertie et tyrannique, donc en totale rupture d’avec les aspirations du peuple nigérien alors condamné a en payer le prix le plus lourd. C’est ainsi qu’aprés le concassage des Partis politiques, le hold-up électoral de 2016, conjuguées aux arrestations arbitraires érigées en mode de gouvernance sont venus consacrer _—’asservissement de notre _ peuple. Cette situation fait aujourd’hui le lit de la corruption, de la rupture d’égalité des citoyens, des passe-droits, des prévarications et de la concussion, des trafics en 2 tous genre, délinquants nai les faux médicaments, les armes de guerre et la drogue. Les du PoUuvoir, avec Arua les narcotrafiquants, sont tapis dans les arcanes a Assemblée a la clé le titre de conseillers a la présidence de la République, d’évoluer en Sai au cabinet du Premier Ministre, leur permettant verte surément autant de facteurs qui concourent a l'expansion d’une grandissant ‘Onomie criminelle participant de |'insécurité meurtriére ees ce que, du reste, le pouvoir en place peine a juguler en raison de inconséquences quant a sa stratégie de sécurisation du pays. En effet, s’agissant de l’insécurité, force est de constater que contrairement au discours officiel et aux fanfaronnades de certains ténors du régime, la menace terroriste monte en puissance. Les nombreuses victimes civiles et militaires qu’elle a fait subir & notre peuple attestent de I’incapacité du Gouvernement a enrayer le cycle de tueries et 4 apporter les réponses Politiques claires 4 la lutte contre le terrorisme dans notre pays. Nous présentons, aux familles des victimes civiles et militaires, nos condoléances les plus émues. Nous prions Allah, le Tout Puissant, pour que les femmes et filles enlevées & Nguélwa et & Toumour par la secte Boko Haram regagnent leurs foyers, sains et saufs. Cest également le lieu de rendre un hommage tout particulier 4 nos vaillantes forces de défense et de sécurité pour leur dévouement a la patrie. Monsieur le Premier Ministre, La derniére attaque de Tongo Tongo a fait une trentaine de morts dans les rangs de nos forces de défenses et de sécurité malgré les aveux de votre Ministre de la Défense selon lesquels le Gouvernement était au courant de Vimminence de cette attaque. Le nombre croissant de pertes en vies humaines et de graves blessés, malgré l'état d’urgence et le concours des forces étrangéres, autorise le commun des mortels a se poser la question de savoir oti vont les milliards de francs destinés a lutter contre le terrorisme. En d’autres termes, les Forces de Défense et de Sécurité sont-elles les vrais destinataires de ces fonds censés permettre leur équipement idoine. A ce sujet, ’opinion la plus répandue est que I’insécurité est devenue un véritable fonds de commerce pour certains individus véreux, sans foi ni loi, tapis dans les rouages du pouvoir qui les couvre et leurs garantit fimpunité. Un article paru dans un journal de la place, de surcroft du proche du 3