Vous êtes sur la page 1sur 3

Les équations de Navier stokes pour un fluide newtonien incompressible sont données par:

 Equation de continuité:

𝜕𝑢𝑖
=0 (1)
𝜕𝑥𝑖
 Equations de conservation de quantité de mouvement:

𝜕𝑢𝑖 𝜕𝑢𝑖 1 𝜕𝑝 𝜕 2 𝑢𝑖
+ 𝑢𝑗 =− +𝜈 (2)
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗

Pour utiliser l'approche RANS (Reynolds-Averaged Navier-Stokes), on introduit la


décomposition de Reynolds.

Décomposition de Reynlods:

𝑓 = 𝑓 ̅ + 𝑓′ (3)
̅
où 𝑓 est une moyenne temporelle, et 𝑓′ est la fluctuation. la moyenne est donnée par:
𝑇
1
𝑓 ̅ = ∫ 𝑓(𝑥⃗ , 𝑡)d𝑡 (4)
𝑇
0
par définition, 𝑢̅′ = 0.

On a les propriétés suivantes (𝛼 is a constant):

̅̅̅̅̅̅̅
𝑓 + 𝑔 = 𝑓 ̅ + 𝑔̅ (5)
̅̅̅̅ = 𝛼𝑓 ̅
𝛼𝑓 (6)
𝑓̿ = 𝑓̅ (7)
̅̅̅̅
𝑓 ̅𝑔 = 𝑓 ̅𝑔̅ (8)
̅̅̅̅ = 𝑓 ̅𝑔̅ + ̅̅̅̅̅
𝑓𝑔 𝑓′𝑔′ (9)
̅̅̅̅
𝜕𝑓 𝜕𝑓 ̅
= (10)
𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖
̅̅
𝜕𝑓̅̅ 𝜕𝑓 ̅
= (11)
𝜕𝑡 𝜕𝑡

Donc pour obtenir les équations moyennées, on remplace les variables: 𝑢𝑖 et 𝑝 par leurs
décomposition.

On applique l'opérateur moyenne sur l'équation (1) et en substituant, 𝑢𝑖 par 𝑢̅𝑖 + 𝑢𝑖′ , on obtient:

̅̅̅̅
𝜕𝑢𝑖 ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢𝑖′
=0 ⇒ + =0 (12)
𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖
En vertu de la propriété (5), on peut écrire:

̅̅̅̅̅
𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢 ̅̅̅̅̅𝑖′
+ =0 (13)
𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖
En vertu de la propriété (10), on peut encore écrire:
𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢̅𝑖′
+ =0 (14)
𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖
Par définition, 𝑢̅𝑖′ = 0, et en vertu de la propriété (7), on obtient finalement:

𝜕𝑢̅𝑖
=0 (15)
𝜕𝑥𝑖
Par soustraction de cette équation de l'équation de continuité du champ instantané (1), on obtient
pour les fluctuations de vitesse:

𝜕𝑢𝑖′
=0 (16)
𝜕𝑥𝑖
On remarque donc que les quantités moyennes et fluctuantes vérifient toutes les deux l'équation de
continuité.

Equations de conservation de quantité de mouvement moyennées

En appliquant l'opérateur de la moyenne sur l'équation (2)

𝜕𝑢𝑖 𝜕𝑢𝑖 ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅


̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅ 1 𝜕𝑝 𝜕 2 𝑢𝑖
+ 𝑢𝑗 =− +𝜈 (17)
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗

et en substituant 𝑢𝑖 par 𝑢̅𝑖 + 𝑢𝑖 et 𝑝 par 𝑝̅ + 𝑝′:

̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢𝑖′ 𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢𝑖′ ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
1 𝜕𝑝̅ 𝜕𝑝′ 𝜕 2 𝑢̅𝑖 𝜕 2 𝑢𝑖′
+ ′
+ (𝑢̅𝑗 + 𝑢𝑗 ) ( + (18)
)=− ( + )+𝜈( + )
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗
En vertu de la propriété (5):

𝜕𝑢𝑖′ ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢̅𝑖 ̅̅̅̅̅
̅̅̅̅̅ 𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢𝑖′ ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
1 𝜕𝑝̅ 𝜕𝑝′ ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕 2 𝑢̅𝑖 𝜕 2 𝑢𝑖′
+ + (𝑢̅𝑗 + 𝑢𝑗′ ) ( + )=− ( + )+𝜈( + ) (19)
𝜕𝑡 ⏟ 𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗
=0
En vertu des propriétés (7), (10), et (11):

𝜕𝑢̅𝑖 ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢𝑖′ 𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢𝑖′ 1 𝜕𝑝̅ 𝜕 2 𝑢̅𝑖
+ 𝑢𝑗 + 𝑢̅𝑗 + 𝑢𝑗′ + 𝑢𝑗′ =− +𝜈 (20)
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗

𝜕𝑢̅𝑖 ̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢̅𝑖 ̅̅̅̅̅̅̅̅ 𝜕𝑢̅𝑖 ̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢𝑖′ ̅̅̅̅̅̅̅̅ 𝜕𝑢𝑖′ 1 𝜕𝑝̅ 𝜕 2 𝑢̅𝑖
+ 𝑢𝑗 + 𝑢̅𝑗 + 𝑢𝑗′ + 𝑢𝑗′ =− +𝜈 (21)
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗

En vertu de la propriété (8) et (10):

𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢̅𝑖′ ̅′ 𝜕𝑢̅𝑖 ̅̅̅̅̅̅̅̅


𝜕𝑢𝑖′ 1 𝜕𝑝̅ 𝜕 2 𝑢̅𝑖
+ 𝑢𝑗 + 𝑢̅𝑗 + 𝑢𝑗 + 𝑢𝑗′ =− +𝜈 (22)
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗
Donc, en simplifiant:

𝜕𝑢̅𝑖 𝜕𝑢̅𝑖 ̅̅̅̅̅̅̅̅



𝜕𝑢𝑖′ 1 𝜕𝑝̅ 𝜕 2 𝑢̅𝑖
+ 𝑢̅𝑗 + 𝑢𝑗 =− +𝜈 (23)
𝜕𝑡 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜌 𝜕𝑥𝑖 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗
̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢 ′
Pour obtenir l'expression du terme 𝑢𝑗′ 𝜕𝑥 𝑖 , on peut l'écrire:
𝑗
𝜕𝑢𝑖′ ̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅̅
̅̅̅̅̅̅̅̅ 𝜕𝑢𝑖′ 𝜕𝑢𝑗′ 𝜕𝑢𝑗′ ̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢𝑖′ 𝑢𝑗′ ̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢𝑖′
𝑢𝑗′ = 𝑢𝑗′ + 𝑢𝑖′ − 𝑢𝑖′ = − 𝑢𝑖′ (24)
𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗
Le dernier terme à droite (en jaune) disparait (Equation(16)).

Donc, on a:

̅̅̅̅̅̅̅̅
𝜕𝑢𝑖′ 𝜕𝑢̅̅̅̅̅̅̅
′ ′
𝑖 𝑢𝑗
𝑢𝑗′ = (25)
𝜕𝑥𝑗 𝜕𝑥𝑗

̅̅̅̅̅̅
Sachant que 𝜌𝑢 ′ ′
𝑖 𝑢𝑗 est appelé le tenseur de Reynolds.