Vous êtes sur la page 1sur 7

1Bac SM I Dénombrement A.

KARMIM

DEN0MBREMENT
I) LES ENSEMBLES FINIS
1) Définitions
Notation :

On note l’ensemble {1,2,3, … , 𝑛} par ⟦1, 𝑛⟧

𝐼𝑛 = ⟦1, 𝑛⟧ = [1, 𝑛] ∩ ℕ
Définition :

Soient 𝐸 et 𝐹 deux ensembles ; on dit que les deux ensembles sont équipotents s’ils sont liés par une bijection.

On dit qu’un ensemble 𝐸 est fini si il est vide ou équipotents à un ensemble 𝐼𝑛 où 𝑛 ∈ ℕ∗

L’entier 𝑛 s’appelle dans ce cas le cardinal de 𝑬 et se note 𝒄𝒂𝒓𝒅 𝑬

Exemple

 Pour tout 𝑛 dans ℕ∗ on a : 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐼𝑛 = 𝑛


 𝐸 = {𝑎, 𝑏, 𝑐, 𝑑} on a 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = 4

Remarque :

 Le cardinal d’un ensemble fini 𝐸 est le nombre de ses éléments.


 L’intervalle [0,4] est un ensemble borné mais pas fini.
 ∅ est un ensemble fini et 𝑐𝑎𝑟𝑑 ∅ = 0.
 Si 𝐹 ⊂ 𝐸 et 𝐸 et 𝐹 sont finis alors 𝑐𝑎𝑟𝑑𝐹 ≤ 𝑐𝑎𝑟𝑑𝐸 (noté bien que la réciproque n’est pas vraie)
 Si 𝐸 et 𝐹 sont finis et équipotents alors : 𝑐𝑎𝑟𝑑𝐹 = 𝑐𝑎𝑟𝑑𝐸.
 Si 𝐸 et 𝐹 sont finis et 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐹 < 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 alors il n’existe aucune application injective de 𝐸 dans 𝐹 ;c’est le
principe de Dirichlet (Ce principe à apparence simple à beaucoup d’application en mathématique)

2) Le cardinal de la réunion de deux ensembles finis.


2.1 Deux ensembles finis disjoints
On dit que deux ensembles 𝐴 et 𝐵 sont disjoints si 𝐴 ∩ 𝐵 = ∅.

Activité :

Soient 𝐴 = {𝛼1 , 𝛼2 , 𝛼3 , … , 𝛼𝑛 } et 𝐵 = {𝛽1 , 𝛽2 , 𝛽3 , … , 𝛽𝑚 } deux ensembles finis disjoints on a :

𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴 = 𝑛 et 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐵 = 𝑚 et 𝐴 ∪ 𝐵 = {𝛼1 , 𝛼2 , 𝛼3 , … , 𝛼𝑛 , 𝛽1 , 𝛽2 , 𝛽3 , … , 𝛽𝑚 }

Déterminer une bijection entre 𝐴 ∪ 𝐵 et 𝐼𝑛+𝑚 = ⟦1, 𝑚 + 𝑛⟧.

Propriété :

Soient 𝐴 et 𝐵 deux ensembles finis et disjoints, on a : 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 ∪ 𝐵) = 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴 + 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐵

Généralisation :

Soit (𝐴𝑖 )1≤𝑖≤𝑛 une famille d’ensembles disjoints deux à deux c’est-à-dire :
𝑖 ≠ 𝑗 ⇒ 𝐴𝑖 ∩ 𝐴𝑗 = ∅.

et si ⋃𝑛𝑖=1 𝐴𝑖 = 𝐸 alors 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = ∑𝑛𝑖=1 𝐴𝑖

1
1Bac SM I Dénombrement A.KARMIM

Définition et propriété :

Soit (𝐴𝑖 )1≤𝑖≤𝑛 une famille d’ensembles disjoints deux à deux et ⋃𝑛𝑖=1 𝐴𝑖 = 𝐸

La famille (𝐴𝑖 )1≤𝑖≤𝑛 s’appelle une partition de l’ensemble 𝐸 et 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = ∑𝑛𝑖=1 𝐴𝑖

Cas particulier

Soit 𝐸 un ensemble et 𝐴 ⊂ 𝐸 on a : 𝐴 et 𝐴̅ forme une partition de 𝐸 donc : 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴̅ = 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 − 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴

2.2 Cardinal de deux ensembles finis quelconques


Soit 𝐴 et 𝐵 deux ensembles finis :

On a ; 𝐴 ∩ 𝐵 et 𝐴\𝐵 est une partition de 𝐴

Donc 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴 = 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 ∩ 𝐵) + 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴\𝐵)

d’où : 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴\𝐵) = 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴 − 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 ∩ 𝐵)

d’autre part : 𝐴\𝐵 et 𝐵 forme une partition de 𝐴 ∪ 𝐵

donc : 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 ∪ 𝐵) = 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐵 + 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴\𝐵)

= 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴 + 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐵 − 𝑐𝑎𝑟𝑑(𝐴 ∩ 𝐵)


Propriété :

Si 𝐴 et 𝐵 sont deux ensembles finis alors 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 ∪ 𝐵) = 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴 + 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐵 − 𝑐𝑎𝑟𝑑(𝐴 ∩ 𝐵)

Application :

Dans un meeting internationale on a constaté que :

25 participants parlent le français

15 participants parlent l’anglais

10 participants métrisent les deux langues.

Quel est le nombre des de participants ?

2.3 Cardinal de trois ensembles finis quelconques

𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 ∪ 𝐵 ∪ 𝐶) = 𝒄𝒂𝒓𝒅 𝑨 + 𝒄𝒂𝒓𝒅 𝑩 + 𝒄𝒂𝒓𝒅 𝑪 − 𝑐𝑎𝑟𝑑(𝐴 ∩ 𝐵) − 𝑐𝑎𝑟𝑑(𝐴 ∩ 𝐶) − 𝑐𝑎𝑟𝑑(𝐵 ∩ 𝐶) + 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 ∩ 𝐵 ∩ 𝐶)


Application :

Dans une association il y a 40 adhérents :

10 pratiquent le foot

14 pratiquent le basket-ball

9 pratiquent la natation

8 pratiquent le foot et le basket-ball

2
1Bac SM I Dénombrement A.KARMIM

7 pratiquent la natation et le basket-ball.

6 pratiquent le foot et la natation

5 pratiquent les trois sports.

1- Combien y-a-il d’adhérent qui pratique le foot uniquement.

2- Combien y-a-il d’adhérent qui ne pratique aucun sport.

3 Le cardinal du produit cartésien


3.1 Définition
Rappelle :

 Soient 𝐴 et 𝐵 deux ensembles ; le produit cartésien de 𝐴 et 𝐵 est l’ensemble noté par 𝐴 × 𝐵 et définie
par : 𝐴 × 𝐵 = {(𝑥, 𝑦)/ 𝑥 ∈ 𝐴 𝑒𝑡 𝑦 ∈ 𝐵}.
 Si 𝐴 est un ensemble le carré cartésien est l’ensemble 𝐴 × 𝐴 noté 𝐴²
𝑝 𝑝
 𝐴1 × 𝐴2 × … × 𝐴𝑝 est noté ∏𝑖=1 𝐴𝑖 et défini par ∏𝑖=1 𝐴𝑖 = {(𝑥1 , 𝑥2 , … , 𝑥𝑝 )/ 𝑥𝑖 ∈ 𝐴𝑖 }.
 𝐴𝑛 = {(𝑥1 , 𝑥2 , … , 𝑥𝑝 )/ 𝑥𝑖 ∈ 𝐴}

Exemples

𝐴 = {1,2} déterminer 𝐴3

3.2 Cardinal du produit cartésien.


Soient 𝐴 = {𝛼1 , 𝛼2 , 𝛼3 , … , 𝛼𝑛 } et 𝐵 = {𝛽1 , 𝛽2 , 𝛽3 , … , 𝛽𝑚 } deux ensembles finis.

On a 𝐴 × 𝐵 = {(𝛼1 , 𝛽1 ), (𝛼1 , 𝛽2 ), … . (𝛼1 , 𝛽𝑚 ), (𝛼2 , 𝛽1 ), … … (𝛼𝑛 , 𝛽𝑚 )}

On pose 𝐴𝑖 = {(𝛼𝑖 , 𝛽1 ), (𝛼𝑖 , 𝛽2 ), … , (𝛼𝑖 , 𝛽𝑚 )} on a : 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴𝑖 = 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐵 = 𝑚

les 𝐴𝑖 (1 ≤ 𝑖 ≤ 𝑛) forment une partition de 𝐴 × 𝐵 donc :

𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 × 𝐵) = ∑𝑛𝑖=1 𝐴𝑖
=⏟𝑚 + 𝑚 + ⋯+ 𝑚
𝑛 𝑓𝑜𝑖𝑠
= 𝑛. 𝑚
= 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴 × 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐵
Propriétés :
 Si 𝐴 et 𝐵 sont deux ensembles finis non nuls alors 𝑐𝑎𝑟𝑑 (𝐴 × 𝐵) = 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴 × 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐵
 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴𝑛 = (𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐴)𝑛
𝑝 𝑝
 𝑐𝑎𝑟𝑑(∏𝑖=1 𝐴𝑖 ) = ∏𝑖=1 𝑐𝑎𝑟𝑑(𝐴𝑖 )

II) PRINCIPE FONDAMENTAL DU DENOMBREMENT.


Propriété :

Soient 𝐸 et 𝐹 deux ensembles finis et non vides tels que : 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐹 = 𝑝.


Si 𝑓 une application de 𝐸 dans 𝐹 telle que chaque élément 𝑦𝑖 de 𝐹 admet exactement 𝑛 antécédents par
l’application 𝑓 alors 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = 𝑛. 𝑝.

C’est le principe fondamental du dénombrement.

Applications :

 On jette une pièce de monnaie 3 fois d’affilé, déterminer tous les cas possibles.

 On jette un dé numéroté de 1 à 6 ; quatre fois d’affilé et on construit ainsi un nombre 𝑁 = 𝑎1 𝑎2 𝑎3 𝑎4 où 𝑎𝑖 est le


chiffre obtenu dans le jet 𝑖

3
1Bac SM I Dénombrement A.KARMIM

1- Combien de nombre peut-on ainsi obtenu

2- Combien de nombre paire peut-on obtenir

Une société veut étiqueter ses produits par un code alphanumérique constitué de 4 chiffres suivis de 3 lettres
différents.

Chiffres Lettres

1- Combien de produit peut-on étiqueter de cette façon ?


2- Combien de codes contenant uniquement des chiffres paire et ne contient pas la lettre "A"
3- Combien de codes contenant la lettre "M" et des chiffres différents deux à deux.

III) LES ARRANGEMENTS ;LES PERMUTATIONS ; LES COMBINAISONS


1) Les arrangements avec repitition
1.1 Définition
Activité :

Une urne contient 5 boules numéroté de 1 à 5 ; on tire une boule on note son numéro et on la remet dans l’urne on tire
de la même façon une deuxième puis une troisième boule. (ce tirage s’appelle tirage avec remise)

Déterminer le nombre d’éventualité.

Définition :

Soit 𝐸 un ensemble fini, 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = 𝑛 on pose 𝐸 = {𝑥1 , 𝑥2 , … . , 𝑥𝑛 }.

Chaque élément (𝑎1 , 𝑎2 , 𝑎3 , … , 𝑎𝑝 ) de 𝐸 𝑝 s’appelle un arrangement avec répétition d’ordre 𝑝 de 𝑛 éléments.

Exemple :

𝐸 = {1,2,3,4}

 les triplets (1,1,2) (2,4,3) (4,3,2)…. sont des arrangements avec répétition d’ordre 3 de 4 éléments.
 les 5-uplet (1,2,1,2,4) ; (3,2,4,1,2) …. sont des arrangements avec répétition d’ordre 5 de 4 éléments.

Propriété :

Soit 𝐸 un ensemble fini, 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = 𝑛 ; le nombre des arrangements avec répétition d’ordre 𝑝 de 𝑛 éléments est
le cardinal de 𝐸 𝑝 qui est 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 𝑝 = (𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸)𝑝

Exercice :

Une urne opaque contient :

5 boules blanches numéroté 1,1,1,2,3


4 boules noires numéroté 1,2,2,3
2 boules rouges numéroté 2,3
On tire arbitrairement, successivement et avec remise trois boules de l’urne.
1- Quel est le nombre des cas possibles ?
2- Dénombrer le nombre des éventualités des évènements suivants :
A " les trois boules sont de la même couleur"
B " la première boule tirée est noire"
C " Parmi les boules tirées il y-a exactement une boule noire"
D " Les couleurs des boules tirées sont différentes 2 à 2"
E " Parmi les boules tirées il y-a au moins une boule noire"
4
1Bac SM I Dénombrement A.KARMIM

F " les trois boules tirées portent le même chiffre"


2) Les arrangements sans répétition.
Activité :

Dans le cadre des sports scolaire et après les éliminatoires préliminaires , 8 élèves restent en finale, et sont près pour
une course de 100m

1- Combien d’élèves courent pour la 2éme place.


2- Quel est le nombre des éventualités pour les trois premières places.
3- Quel est le nombre éventualités pour toute la course.
Définition :

Soit 𝐸 un ensemble fini, 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = 𝑛 on pose : 𝐸 = {𝑥1 , 𝑥2 , … . , 𝑥𝑛 }.

Chaque élément (𝑎1 , 𝑎2 , 𝑎3 , … , 𝑎𝑝 ) de 𝐸 𝑝 où 𝑝 ≤ 𝑛 et les 𝑎𝑖 (1 ≤ 𝑖 ≤ 𝑝) sont différents 2à2 s’appelle un


arrangement sans répétition d’ordre 𝑝 de 𝑛 éléments.

Exemple

𝐸 = {1,2,3,4}

 les triplets (1,4,2) (2,4,3) (4,3,2)…. sont des arrangements sans répétition d’ordre 3 de 4 éléments.
 On ne peut pas avoir des arrangements sans répétition d’ordre 5 de 4 éléments.

Nombre des arrangements sans répétition d’ordre 𝒑 de 𝒏 éléments

Soit 𝐸 = {𝑥1 , 𝑥2 , … . , 𝑥𝑛 } et (𝑎1 , 𝑎2 , 𝑎3 , … , 𝑎𝑝 ) un arrangement sans répétition d’ordre 𝑝 de 𝑛 éléments. (𝑝 ≤ 𝑛)

On a :

𝑛 manières de choisir 𝑎1

(𝑛 − 1) manières de choisir 𝑎2

(𝑛 − 2) manières de choisir 𝑎3

⋮ ⋮ ⋮ ⋮
(𝑛 − (𝑝 − 1)) manières de choisir 𝑎𝑝

Donc et d’après le principe fondamental du dénombrement on a 𝒏 × (𝒏 − 𝟏) × … × (𝒏 − 𝒑 + 𝟏) façons de choisir le p-


𝒑
uplet (𝑎1 , 𝑎2 , 𝑎3 , … , 𝑎𝑝 ) , le nombre : 𝒏 × (𝒏 − 𝟏) × … × (𝒏 − 𝒑 + 𝟏) se note 𝑨𝒏 .

Théorème :

Soit 𝐸 = {𝑥1 , 𝑥2 , … . , 𝑥𝑛 } le nombre des arrangements sans répétition d’ordre 𝑝 de 𝑛 éléments. (𝑝 ≤ 𝑛) est :
𝒑
𝑨𝒏 = 𝒏 × (𝒏 − 𝟏) × … × (𝒏 − 𝒑 + 𝟏)

Exercice
3
Calculer les entiers suivant : 𝐴10 ; 𝐴57 et 𝐴44

Cas particulier :

Si 𝑝 = 𝑛 ; l’arrangements sans répétition d’ordre 𝑛 de 𝑛 éléments s’appelle une permutation d’ordre 𝑛

le nombre des permutation d’ordre 𝑛 est 𝑨𝒏𝒏 = 𝒏 × (𝒏 − 𝟏) × … × (𝒏 − 𝒏 + 𝟏) = 𝒏 × (𝒏 − 𝟏) × … . 𝟐 × 𝟏

ce nombre entier naturel s’appelle 𝑛 factoriel ; on le note 𝑛!

5
1Bac SM I Dénombrement A.KARMIM

Exercice 1:

Une urne opaque contient :

5 boules blanches numéroté 1,1,1,2,3


4 boules noires numéroté 1,2,2,3
2 boules rouges numéroté 2,3
On tire arbitrairement, successivement et sans remise trois boules de l’urne.
1- Quel est le nombre des cas possibles ?
2- Dénombrer le nombre des éventualités des évènements suivant :
A " les trois boules portent la même couleur"
B " la première boule tirée est noire"
C " Parmi les boules tirées il y-a exactement une boule noire"
D " Les couleurs des boules tirées sont différentes 2 à 2"
E " Parmi les boules tirées il y-a au moins une boule noire"
F " les trois boules portent le même chiffre"

Exercice 2 :
Dans la bibliothèque d’un élève il y a 4 livres de math 3 livres de physique et 2 livres SVT
1- De combien de façon l’élève peut arranger ses livres ?
2- De combien de façon l’élève peut arranger ses livres par matière ?.

3) Les combinaisons
Activité :

Soit 𝐸 = {1,2,3,4,5} ; extraire de 𝐸 toutes les triplettes {𝑥, 𝑦, 𝑧}

Définition :

Soit 𝐸 un ensemble fini, 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = 𝑛 tout sous ensemble 𝐴 de 𝐸 contenant 𝑝 éléments (𝑝 ≤ 𝑛) s’appelle une
combinaison d’ordre 𝒑 de 𝒏 éléments

Remarque :

On sait que 𝐴 = 𝐵 ⟺ [(∀𝑥 ∈ 𝐸)(𝑥 ∈ 𝐴 ⟺ 𝑥 ∈ 𝐵)]

Dans un ensemble l’ordre d’écriture des éléments n’est pas important, {𝑥, 𝑦, 𝑧} = {𝑦, 𝑥, 𝑧} ce qui n’est pas le cas pour
les arrangements : (𝑥, 𝑦, 𝑧) ≠ (𝑦, 𝑥, 𝑧)

Nombre des combinaisons


𝒑
𝒑 𝑨𝒏
Soit 𝐸 un ensemble fini, 𝑐𝑎𝑟𝑑 𝐸 = 𝑛 le nombre de combinaisons d’ordre 𝑝 de 𝑛 éléments est : 𝑪𝒏 = 𝒑!

Preuve en exercice.

Propriété :

Soient 𝑛 et 𝑝 deux entiers naturels tels que 𝑝 ≤ 𝑛 :


𝑝
𝑝 𝑛! 𝑝 𝐴𝑛 𝑛!
 𝐴𝑛 = 𝑛 × (𝑛 − 1) × … × (𝑛 − 𝑝 + 1) = (𝑛−𝑝)!  𝐶𝑛 = 𝑝!
= 𝑝! (𝑛−𝑝)!

𝑛−𝑝 𝑝 𝑝−1 𝑝 𝑝
 𝐶𝑛 = 𝐶𝑛  𝐶𝑛−1 + 𝐶𝑛−1 = 𝐶𝑛

Exercice :

Démontrer les assertions de la propriété précédente.

6
1Bac SM I Dénombrement A.KARMIM

Application :

Une urne opaque contient :

5 boules blanches numéroté 1,1,1,2,3


4 boules noires numéroté 1,2,2,3
2 boules rouges numéroté 2,2,3
On tire arbitrairement, simultanément trois boules de l’urne.
1- Quel est le nombre des cas possible ?
2- Dénombrer le nombre des éventualités des évènements suivant :
A " les trois boules portent la même couleur"
C " Parmi les boules tirées il y-a exactement une boule noire"
D " Les couleurs des boules tirées sont différentes 2 à 2"
E " Parmi les boules tirées il y-a au moins une boule noire"
F " les trois boules portent le même chiffre"

IV) DENOMBREMENT ET APPLICATIONS.


Propriété :

Le nombre d’applications d’un ensemble 𝐴 de cardinal 𝑝 vers un ensemble 𝐵 de cardinal 𝑛 est 𝑝𝑛