Vous êtes sur la page 1sur 4

1

Les grands courants de la pensée et de la recherche en éducation : résumé de


textes

Condorcet

 Rapport sur l’organisation générale de l’Instruction publique (1792)

But de l’instruction : offrir à tous les moyens de pourvoir à leurs besoins, de


connaître et ‘exercer leurs droits,….  DEVOIR DE JUSTICE POUR LA
PUISSANCE PUBLIQUE

But vers lequel toute institution sociale doit être dirigée : contribuer à un
perfectionnement général et graduel de l’espèce humaine.
= (pour la puissance publique) un devoir imposé par l’intérêt commun de la société.

Sur le plan de l’organisation générale, il faut rendre l’éducation aussi égale


qu’universelle et aussi complètes que possible. Il faut donner le niveau minimum
d’éducation à tous et ne pas refuser un niveau plus élevé à ceux qui en sont
capables.

Obligations de l’instruction :
 N’enseigner que des vérités
 Être la plus indépendante possible mais puisque l’indépendance totale est
impossible, il vaut mieux qu’elle soit dépendante de l’assemblée des
représentants du peuple. Pourquoi ? pcq c’est le pouvoir le moins
corruptible, le moins ennemi du progrès et le plus soumis à l’influence des
hommes éclairés.
 Etre universelle.
 Embrasser toutes les connaissances humaines.

L’instruction ne doit pas abandonner les individus au moment où ils quittent


l’école  c’est une des causes principales de l’ignorance des classes pauvres. En
effet, l’obligation de travailler pour se nourrir sitôt sorti de l’école efface les
connaissances.

Aucun pouvoir public ne doit avoir la possibilité de réfuter de nouvelles


connaissances sous prétexte qu’elles sont contraires à sa politique.

Condorcet distingue 5 degrés d’instruction :


2

1° Les Ecoles primaires : on y enseigne le minimum nécessaire à chaque individu


pour connaître ses droits et en jouir. Cet enseignement sera suffisant pour
répondre aux devoirs pour lesquels chaque citoyen peut être appelé (ex : juré,…).
Programme :
 lecture
 écriture
 notions grammaticales
 règles d’arithmétique
 description élémentaire de productions du pays ; de l’agriculture et des
arts
 dvpt des idées morales
 règles de conduite

Chaque dimanche, l’instituteur donnera une conférence destinée aux citoyens de


tous les âges. Les vérités premières de la science sociale précèderont leurs
applications : les droits de l’homme ne doivent pas être idolâtrés, ils ne sont que
le développement des principes simples dictés par la nature.
Tant qu’il y aura des hommes ne raisonnant pas par leur esprit mais se contentant
d’une opinion étrangère, le monde restera divisé en 2 classes : ceux qui
raisonnent et ceux qui croient (maîtres et esclaves). En continuant l’instruction
pendant toute la durée de la vie, on empêchera les connaissances de s’effacer et
on continuera à apprendre aux citoyens.
D’un autre coté, dans la discipline intérieure des écoles, on prendra soin
d’apprendre aux enfants à être bons et justes.

2° Les Ecoles Secondaires : destinées aux enfants de milieux favorisés.


Enseignement identique dans toutes les écoles.
Programme :
 notions de mathématiques
 // d’histoire naturelle
 // de chimie
 Leçons élémentaires de commerce
 Dvpt plus étendus des principes de la morale et des sciences sociales

Les instituteurs donneront des conférences hebdomadaires ouvertes à tous.


Chaque école aura une bibliothèque et un cabinet contenant quelques outils
météorologiques ainsi que quelques outils issus de différents métiers  nouveau
moyen d’instruction.
3

3° Les Instituts : embrasse les éléments de toutes les connaissances humaines.


Instruction complète  nécessaire pour remplir des fonctions importantes ou
entamer des études plus approfondies.
C’est là que se forment les instits des écoles secondaires et que se
perfectionnent les maîtres des écoles primaires.
Les matières n’y sont pas distribuées selon une division philosophique : la
physique et les maths y occupent une très grande place tandis que les matières
« anciennes » semblent négligées. Pourquoi ?  Chaque science met toutes les
facultés de l’esprit en activité ds le but de les développer et de les
perfectionner. Par ex, la mémoire est développée par toutes les matières alors
qu’auparavant, la mémoire était réservée à la connaissance des faits. Mais, le
même objet, suivant la manière de l’envisager, appartient à des sciences
différentes. Ainsi, puisqu’il fallait absolument une division des matières,
Condorcet a préféré celle qui s’était librement établie.
Pourquoi préférer les maths et les sciences physiques ?
 pour les citoyens ne désirant pas approfondir leurs études, l’étude même
élémentaire de ces matières est le plus sur moyen de dvp leurs facultés
intellectuelles et de leur apprendre à raisonner.
 Ces sciences sont contre les préjugés.
 Elles sont utiles dans toutes les professions
 Elles sont à la base de tous les progrès.

Les instituts doivent embrasser tous les domaines du savoir  envie de créer
des hommes éclairés, pas seulement des théologiens. Dans l’ancien temps, le fond
de l’apprentissage était le latin or, aucun ouvrage vraiment important n’avait été
traduit. Les livres des anciens doivent enrichir l’éducation sans la corrompre car
tous les préjugés doivent disparaître. L’époque où il fallait émouvoir le peuple
pour le convaincre doit être révolue  il faut aujourd’hui chercher à l’éclairer.
L’instruction donnée à la génération contemporaine doit déjà préparer et
devancer la raison des générations futures. C’est d’après cette philosophie libre,
affranchie de toute autorité et de toute habitude ancienne qu’ont été choisis et
classés les objets de l’instruction publique.

La laïcité chez Condorcet


Les principes de morale enseignés dans les écoles seront basés sur les
sentiments naturels et sur la raison  ils appartiendront donc à tous les
hommes. Afin de ne pas créer d’inégalités entre les enfants de culte différent, il
était nécessaire de séparer de la morale les principes religieux et de n’admettre
dans l’instruction publique l’enseignement d’aucun culte religieux. Les religions
doivent être enseignées dans les temples. La morale doit être basée sur la raison
4

car qu’importe les changements que les hommes subiront au cours de leur vie, ces
principes resteront toujours invariables.

4° Le Lycée : toutes les sciences y sont enseignées dans toute leur étendue.
C’est là que seront formés les savants et les professeurs. Les lycées sont au
nombre de 9 dans le but de répondre à la demande française.

Dans ces 4 degrés d’instruction, l’enseignement sera totalement gratuit.

5° La société nationale des sciences et des arts :


Rôles : surveiller et diriger les établissements d’instruction ; s’occuper du
perfectionnement des sciences et des arts, du perfectionnement général de la
raison humaine.
Cette société doit être uniquement composée de savants, c'est-à-dire d’hommes
qui ont embrassé une science dans toute son étendue.

Conclusions
L’indépendance de l’instruction fait en quelque sorte partie des droits de l’espèce
humaine. Pourquoi ? Pcq l’homme a reçu de la nature une perfectibilité sans
bornes et il n’y a pas de puissance qui puisse lui dire ce qu’il doit apprendre et où
s’arrêter,…. Solution : l’indépendance absolue des opinions pour tout ce qui s’élève
au dessus de l’instruction élémentaire.

Danger de soumettre l’enseignement à l’autorité  pour preuve, le cas des


égyptiens, premiers maîtres dans toutes les sciences et qui retombèrent dans
l’ignorance la plus totale au moment où la puissance religieuse s’empara du droit
d’instruire les hommes.

Un jour, les lumières seront répandues avec égalité sur tous les lieux d’un même
territoire et dans toutes les classes sociales ; chaque homme sera libéré du
poids des différentes doctrines et trouvera dans ses propres connaissances les
armes nécessaires pour repousser les charlataneries mais ce temps est encore
éloigné. Notre objet devrait être d’en préparer et d’en accélérer l’époque.