Vous êtes sur la page 1sur 29

LLS_1_ILF_1

Istoria literaturii franceze 1

MULTIPLE CHOICE

1. Le texte médiéval écrit français concerne surtout :


a. Le clerc.
b. Le jongleur.
c. Le latin.

2. La performance du texte français médiéval signifie au début de cette époque :


a. Lire à haute voix, chanter, réciter.
b. Lire à haute voix, chanter, réciter, psalmodier.
c. Chanter, réciter.
d. Lire, écrire.

3. Les textes de la littérature médiévale au début de l’époque sont :


a. Recopiés, récités, remaniés, édités, chantés.
b. Copiés, remaniés, chantés, lus à haute voix, récités.
c. Chantés, récités.
d. Chantés, récités, copiés, édités.

4. Identifiez le personnage qui agit pour restaurer l’Empire de Rome :


a. Louis le Pieux. c. Charlemagne.
b. Alcuin.

5. L’enseignement à l’époque carolingienne est représenté par :


a. L’École Palatine.
b. Les écoles épiscopales.
c. L’École Palatine et les écoles épiscopales.

6. Les membres de L’École Palatine sont :


a. Alcuin d’York, Paul le Diacre, Théodulfe, Eginhard.
b. Alcuin d’York, Paul le Diacre, Charles le Chauve.
c. Alcuin d’York, Théodulfe, Nithard.
d. Alcuin d’York, Eginhard, Charles le Chauve

7. Les « Serments de Strasbourg » sont consignés par :


a. Eginhard.
b. Paul le Diacre.
c. Nithard.
d. Théodulphe.

1
8. Indiquez le texte exprimé par deux souverains :
a. « Cantilène de sainte Eulalie ».
b. « Vie de saint Alexis ».
c. « Serments de Strasbourg ».
d. « Chanson de Roland ».

9. Identifiez le texte dont le personnage est connu aussi dans l’Eglise d’Orient.
a. « Cantilène de sainte Eulalie ».
b. « Vie de saint Alexis ».
c. « Serments de Strasbourg ».

10. Datez le texte « Cantilène de sainte Eulalie » :


a. 880.
b. 1040.
c. 842.

11. Datez le texte « Serments de Strasbourg » :


a. 880.
b. 1040.
c. 842.

12. Indiquez le personnage dont la mort intéresse le texte:


a. « Cantilène de sainte Eulalie ».
b. « Vie de saint Alexis ».
c. « Serments de Strasbourg ».

13. Indiquez l’auteur de la biographie de Charlemagne :


a. Suétone.
b. Eginhard.
c. Nithard.
d. Alcuin.
e. Ganelon.

14. Les chansons de geste sont :


a. Poèmes épiques.
b. Chroniques.
c. Faits historiques

15. Les chansons de geste emploient :

a. Les récits légendaires.


b. L’adoubement

2
16. Les thèmes des chansons de geste sont :
a. La défense de la chrétienté contre les musulmans et les récits hagiographiques.
b. La défense de la chrétienté et la vengeance féodale.
c. La vengeance féodale et les voyages.

17. Le genre littéraire qui fait l’éloge du chevalier est :


a. La chanson de geste.
b. La canso.
c. Le roman.

18. Quel est le personnage envoyé par Charlemagne à Saragosse :


a. Roland.
b. Olivier.
c. Marsile.
d. Ganelon.

19. Identifiez le héros qui « est preux » et défend son honneur en mourant le visage tourné vers
l’ennemi :
a. L’archevêque Turpin.
b. Olivier.
c. Charlemagne.
d. Roland.

20. Le « Grand chant courtois » peut être chanté par :


a. Le seigneur occitan, le troubadour, le jongleur, l’homme « courtois ».
b. Le clerc, le chroniquer, l’écrivain.
c. Le trouvère, l’écrivain, le jongleur

21. Le premier troubadour est :


a. Guillaume IX.
b. Jaufré Rudel.
c. Bernard de Ventadour.

22. Lequel des personnages suivants reçoit le commandement de l’arrière-garde :


a. Ganelon.
b. Olivier.
c. Roland.
d. Marsile.

23. La légende médiévale peut être :


a. Hagiographique, héroïque, esthétique, celtique, religieuse.
b. Hagiographique, héroïque, celtique.
c. Héroïque, celtique.

3
24. La poésie du Midi affirme une valeur particulière :
a. La « fin’amour ».
b. La fidélité envers le seigneur.
c. L’honneur.
d. La prouesse

25. Identifiez les ressemblances des versions de Béroul et de Thomas :


a. L’amour tragique, la durée de l’action du philtre, l’origine bretonne, forme
fragmentaire.
b. L’amour tragique, forme fragmentaire, l’origine bretonne.
c. L’amour tragique, forme fragmentaire, l’origine latine.

26. Chrétien de Troyes est :


a. Le créateur du roman français moderne, clerc cultivé, chrétien, champenois,
protégé de Marie de Champagne et d’Aliénor d’Aquitaine.
b. Le créateur du roman français moderne, clerc cultivé, chrétien, champenois,
protégé de Marie de Champagne.
c. Clerc cultivé, protégé de Marie de Champagne.

27. À la suite d’une erreur d’un personnage se déclenche la passion, indiquez-le !


a. Brangien.
b. La mère d’Yseut.
c. Morholt.
d. Yseut.
e. Blanchefleur.

28. Les chansons de geste peuvent se définir :


a. Poèmes épiques qui valorisent la défense de la chrétienté contre les musulmans et
la vengeance féodale.
b. Poèmes épiques qui valorisent l’amour chevaleresque et la « faide ».
c. Poèmes lyriques qui affirment les valeurs guerrières

29. Identifiez l’affirmation correcte :


a. Le public des chansons de geste est français.
b. Le créateur des chansons de geste est international.
c. Le public des chansons de geste et des jongleurs est international.

30. Les chansons de geste sont :


a. Des poèmes épiques qui valorisent la défense de la chrétienté contre les
musulmans et qui ont une signification nationale et historique.
b. Des poèmes épiques qui valorisent la vengeance féodale et les légendes celtiques.
c. Des poèmes épiques qui valorisent la catégorie des paysans.

4
31. L’Église veut humaniser la société féodale par :

a. L’adoubement.
b. L’interdiction temporelle des violences

32. La version la plus célèbre de la « Chanson de Roland » date de :


a. Fin du XIe siècle.
b. Fin du XIIe siècle.
c. Fin du IXe siècle

33. La « Chanson de Roland » présente surtout la vie des :


a. Bellatores et laboratores.
b. Bellatores et oratores.
c. Laboratores et oratores

34. La chanson de geste est interprété par :


a. Le chroniqueur.
b. Le troubadour.
c. Le jongleur

35. L’un des personnages invoque la sagesse qui recommande la paix et par conséquent
accepter l’offre du roi Marsile.
a. Roland.
b. Ganelon.
c. Saragosse.

36. Identifiez l’attitude contenue dans la « Chanson de Roland » :


a. Roland ne consent pas à sonner du cor dès le moment où se manifeste le danger.
b. Roland consent à sonner du cor dès le moment où Charlemagne le lui offre.
c. Roland consent à sonner du cor dès le moment où Olivier exprime ses instances.

37. Les arguments de Roland pour ne pas sonner du cor :


a. Ne pas perdre sa réputation, défendre l’honneur de sa famille et de son peuple.
b. Protéger les Sarrasins et les Français.
c. Ne pas perdre son honneur et son « olifan ».

38. Les traits définissant les héros de la chanson de geste :


a. Loyauté, honneur, action, violence.
b. Subtilité, sentiment de l’amour, patriotisme.
c. Patriotisme, action, honneur.

39. La genèse des chansons de geste doit être considérée à partir de :


a. Les idées traditionalistes.
b. La théorie individualiste.
c. La théorie de l’oralité.

5
40. Définir les chansons de geste :
a. Poèmes épiques, productions narratives amples, récits fragmentés en laisses.
b. Productions narratives amples, « poèmes lyrico-épiques », récits attestés jusqu’au
XVe siècle.

41. Les chansons de geste sont attestés entre :


a. Le XIe siècle et le XIVe siècle.
b. Le XIIe siècle et le XIIIe siècle.
c. Le XIe siècle et le XVe siècle.

42. L’amour courtois concerne :


a. La « fin’amour », l’engagement librement consenti, l’honneur, la valorisation de
la femme (le pretz).
b. Les manières élégantes, l’honneur, l’amour dans le mariage.

43. L’amour chevaleresque concerne :


a. La « fin amour », l’engagement librement consenti, l’honneur, la valorisation de
la femme (le pretz).
b. Les manières élégantes, l’honneur.

44. L’univers de la « canso » suppose :


a. Troubadours, trobar clus, « Garin de Monglane », fin’amor.
b. « Dit », trouvères, fin’amor, l’amour à première vue.
c. Troubadours, trobar leu, fin’amor, le pretz de la dame aimée.

45. Identifiez les troubadours :


a. Bertrand de Ventadour, Peire Vidal, Jaufré Rudel, Marcabrun, Guillaume IX,
Thibaut IV.
b. Bertrand de Ventadour, Peire Vidal, Jaufré Rudel, Marcabrun, Guillaume IX.

46. Valoriser la femme c’est la mentalité retrouvée :

a. Chez les troubadours, dans l’état de l’amoureux, dans le pretz de la dame, dans
l’innovation manifestée au Midi de la France.
b. Chez les troubadours, dans le « Traité de l’amour » d’André le Chapelin, dans
l’attitude misogyne de certains poètes.
c. . Chez les troubadours, dans l’état de l’amoureux, dans le pretz de la dame, dans
l’état de l’amoureux, dans l’innovation du Sud, chez « Marcabrun, le fils de la
dame Brune ».

47. La poésie du Midi est imitée dans le Nord à partir de :


a. La seconde moitié du XIIe siècle.
b. La fin du XIIIe siècle.
c. La seconde moitié du XIIIe siècle.

6
48. La canso se manifeste :
a. Dès la fin du XIe siècle.
b. Dès la moitié du XIIe siècle.
c. Dès le début du XIe siècle.

49. Identifiez les genres qui se manifestent dès la fin du XIe siècle :
a. La canso et la chanson de geste.
b. La chanson de saint et la chanson de geste.
c. La canso et la chanson de saint.

50. Identifiez le trouvère qui rappelle par son style la poésie du troubadour Jaufré Rudel :
a. Guy, châtelain de Coucy.
b. Marcabru.
c. Thibaut IV, comte de Champagne.
d. Adam de la Halle.

51. Attitudes poétiques retrouvées chez les trouvères :


a. Humour, ironie, méchanceté, misogynie, attitudes sans noblesse.
b. L’adoration de la femme, les joies de la vie rustique.

52. Le trouvère qui chante la gloire de la ville d’Arras est :


a. Thibaut IV.
b. Adam de la Halle.
c. Jean Bodel.

53. Les trouvères qui disent adieux aux amis dans leurs « Congés » sont :
a. Adam de la Halle et Jean Bodel. c. Jaufré Rudel et Marcabru.
b. Thibaut IV et Jean Bodel.

54. Dans la « Complainte de Rutebeuf », le poète exprime le thème incluant :


a. La misère du poète, les malheurs de la vie, l’absence des amis pour le secourir.
b. L’amour courtois, la joie de vie.

55. Identifiez le trouvère parisien qui compose au XIIIe siècle :


a. Jean Bodel.
b. Rutebeuf.
c. Jaufré Rudel.

56. Le texte « Tristan et Yseut » représente :


a. Le roman fragmentaire, le mythe européen de la fidélité de
l’amour, l’incompatibilité de l’amour dans le mariage, le roman reconstitué par
Joseph Bédier, le roman des versions, le roman des sensibilités différentes.
b. Le roman reconstitué par Joseph Bédier, le roman des versions, le roman des
sensibilités différentes, le bonheur dans le mariage.

7
57. Identifiez le piège inventé par le nain Frocin :
a. Brangien livrée aux serfs.
b. La rencontre de Tristan et d’Yseut, à la fontaine.
c. Yseut est sauvée pour ne pas être livrée aux lépreux.

58. Identifiez le piège inventé par le nain Frocin :


a. Brangien livrée aux serfs.
b. Yseut est sauvée pour ne pas être livrée aux lépreux.
c. La fleur de farine répendue autour du lit d’Yseut.

59. Identifiez Yseut qui a bu le philtre d’amour :


a. La reine d’Irlande Yseut.
b. Yseut aux cheveux d’or.
c. Yseut aux Blanches Mains.

60. Les ennemis de Tristan soumettent Yseut à un serment solennel, identifiez-le :


a. Le chien envoyé par Tristan à Yseut.
b. L’anneau d’Yseut la Blonde.
c. Le jugement par le feu rouge.
d. Yseut veut perdre Brangien.

61. Lancelot ou Le Chevalier à la Charrette illustre :


a. Le culte de la dame, les traditions initiatiques, une suite d’épreuves à la recherche
de Guenièvre, l’amour utile à la société, le chevalier qui « n’a qu’un cœur », le
déshonneur par la charrette employée au transport des criminels.
b. Le culte de la dame, les traditions initiatiques, une suite d’épreuves à la recherche
de Guenièvre, l’amour utile à la société, le chevalier qui « n’a qu’un cœur », le
déshonneur par la charrette employée au transport des criminels, l’attitude
misogyne.

62. L’univers narratif des romans de Chrétien de Troyes se caractérise par :


a. Des éléments des légendes celtiques provenant de la Petite Bretagne ou du Pays
de Galles, la figure du « chevalier errant », l’espace étrange évoquant l’Autre
Monde des légendes celtiques, l’intervention de l’amour dans toutes les aventures,
la place centrale que la femme occupe dans l’action, l’amour emprunté à la poésie
lyrique.
b. Des éléments des légendes celtiques provenant de la Petite Bretagne ou du Pays
de Galles, la figure du « chevalier errant », l’espace étrange évoquant l’Autre
Monde des légendes celtiques, l’intervention de l’amour dans toutes les aventures,
la place centrale que la femme occupe dans l’action, l’amour emprunté à la poésie
lyrique, la figure de Charlemagne.
c. L’amour adultère voué à la mort comme dans « Tristan et Yseut ».

8
63. Le « Roman de la Rose » est l’œuvre de :
a. Guillaume de Lorris et Chrétien de Troyes.
b. Guillaume de Lorris et Jean de Meung.
c. Guillaume de Lorris et Marie de France.

64. Le « Roman de la Rose » représente le roman :


a. Antiféministe, didactique, encyclopédique, allégorique.
b. Antiféministe, didactique, encyclopédique.
c. L’œuvre courtoise proche de la chanson d’amour, antiféministe, didactique,
encyclopédique, allégorique.

65. Le « Roman de la Rose » est l’œuvre :


a. Destinée à moraliser, qui oppose à la doctrine courtoise la Raison, qui défend les
valeurs courtoises promues par la fin’amour et le « grand chant courtois », de
l’amour exemplaire symbolisé par la Rose, comprenant 4050 octosyllabes,
comprenant 17000 vers, proclamant le culte de la Raison humaine et de la Nature,
prenant pour objet des réalités morales sans référence particulière, dont les
personnages n’ont pas de nom de baptême, d’une fiction racontant un songe.
b. Destinée à moraliser, qui oppose à la doctrine courtoise la Raison, qui défend les
valeurs courtoises promues par la fin’amour et le « grand chant courtois », de
l’amour exemplaire symbolisé par la Rose, comprenant 4050 octosyllabes,
comprenant 17000 vers, proclamant le culte de la Raison humaine et de la Nature,
prenant pour objet des réalités morales sans référence particulière, dont les
personnages n’ont pas de nom de baptême, d’une fiction racontant un songe, des
poèmes épiques.

66. Le « Roman de Rose » représente :


a. L’art d’aimer et encyclopédie du savoir du XIIIe siècle, l’œuvre ayant plus de 300
manuscrits, le texte de référence au XIVe siècle, l’œuvre imprimée dès 1480 et
ayant plusieurs éditions au XVIe siècle.
b. L’art d’aimer et encyclopédie du savoir du XIIIe siècle, l’œuvre ayant plus de 300
manuscrits, le texte de référence au XIVe siècle, l’œuvre imprimée dès 1480 et
ayant plusieurs éditions au XVIe siècle, le texte anonyme.

67. Retrouvez les traits dominants des fabliaux :


a. Récits versifiés, présentent l’univers du « vilain », illustrent l’univers de l’homme
de cour, leur ton est comique et moralisant, contrastent avec le roman courtois,
opposent les motifs nobles aux plus communs, genre homogène, genre pas
homogène.
b. Récits versifiés, présentent l’univers du « vilain », leur ton est comique et
moralisant, contrastent avec le roman courtois, opposent les motifs nobles aux
plus communs, genre pas homogène.

9
68. Les fabliaux représentent :
a. Un genre homogène, des situations types, des récits versifiés à intention
humoristique et moralisante, souvent la narration d’une tromperie, des narrations
développées à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle, un genre éteint vers le
milieu du XIVe siècle.
b. Des situations types, des récits versifiés à intention humoristique et moralisante,
souvent la narration d’une tromperie, des narrations développées à partir de la
deuxième moitié du XIIe siècle, un genre éteint vers le milieu du XIVe siècle.

69. Les fabliaux illustrent des personnages et des situations types :


a. Le mari cocu, la femme lointaine inaccessible, la fin’amour, le prêtre indécent,
l’amant courtois et son désir non accompli, la femme rusée, des personnages
ironisés pour leur bêtise.
b. Le mari cocu, le prêtre lubrique, la femme rusée, la sottie, la querelle de ménage.

70. Le « Roman de Renart » représente :


a. Des récits, nommés branches, reprenant chacun un personnage central, parodiant
la société féodale.
b. Le monde féodal parodié dans des poèmes lyriques, des personnages pris dans le
monde des animaux.

71. Le théâtre médiéval français trouve ses origines dans :


a. La représentation par les prêtres de scènes des Evangiles ornant la liturgie.
b. La représentation de scènes religieuses par les jongleurs pendant les fêtes
importantes.

72. Le théâtre sérieux quitte le décor de l’église :


a. Au XIIIe siècle par la pièce le « Jeu d’Adam ».
b. Au XIe siècle par le « Miracle de Théophile », écrit par Rutebeuf.
c. Au XIe siècle par le « Jeu de saint Nicolas ».
d. Au XIIe siècle par le « Jeu d’Adam ».

73. Un trouvère arrageois donne le plus ancien miracle :


a. Le « Jeu de saint Nicolas », de Jean Bodel.
b. Le « Miracle de Théophile », de Rutebeuf.

74. Un clerc qui renie Dieu et donne son âme au diable est sauvé par la Vierge dans un des
miracles :
a. Le «Jeu d’Adam».
b. Le «Miracle de Théophile».

10
75. Indiquez l’auteur de la pièce le «Jeu d’Adam» :
a. Rutebeuf.
b. Jean Bodel.
c. Adam de la Halle.
d. Anonyme.

76. Indiquez l’auteur de la pièce le «Miracle de Théophile» :


a. Rutebeuf.
b. Jean Bodel.
c. Adam de la Halle.
d. Anonyme.

77. Indiquez l’auteur de la pièce le «Jeu de saint Nicolas»:


a. Rutebeuf.
b. Jean Bodel.
c. Adam de la Halle.
d. Anonyme.

78. Les miracles contiennent:


a. L’intervention d’un saint ou de la Vierge.
b. Des scènes de l’Evangile représentant les souffrances de Jésus.

79. Les mystères contiennent:


a. L’intervention d’un saint ou de la Vierge.
b. Des scènes de l’Evangile représentant les souffrances de Jésus.

80. Les mystères enregistrent leur apogée:


a. À la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle.
b. Au début du XIVe siècle jusqu’à la fin du XVe siècle.
c. À la fin du XVIe siècle.

81. Indiquez le texte contenant la critique des ridicules et des vices de la société arrageoise :
a. Le «Miracle de Théophile».
b. Le «Jeu d’Adam».
c. Le «Jeu de saint Nicolas».
d. Le «Jeu de la Feuillée».

82. Les textes des miracles contiennent :


a. Jusqu’à 60 000 vers.
b. Un nombre beaucoup plus réduit de vers par rapport aux mystères.

83. Les mystères peuvent contenir:


a. Jusqu’à 700 vers.
b. Jusqu’à 60 000 vers.

11
84. Indiquez le texte contenant des scènes de la Genèse:
a. Le «Jeu de saint Nicolas».
b. Le «Miracle de Théophile».
c. «Miracles de Notre Dame».
d. Le «Jeu d’Adam».

85. Indiquez le texte où l’on retrouve l’univers religieux auprès de celui des tavernes et des
voleurs :
a. Le «Jeu de saint Nicolas».
b. Le «Miracle de Théophile».
c. «Miracles de Notre Dame».
d. Le «Jeu d’Adam».

86. La période de floraison du théâtre médiéval français se produit :


a. Au XVe siècle.
b. Au siècle de la Renaissance

87. Dans l’une des pièces suivantes l’auteur prend congé de ses amis et son père avare lui refuse
l’argent nécessaire.
a. Le «Jeu de la Feuillée» par Adam de la Halle.
b. Le «Jeu de la Feuillée» par Jean Bodel.
c. Le «Miracle de Théophile» par Jean Bodel.
d. Le «Jeu de saint Nicolas».

88. Au début du XIVe siècle Philippe le Bel autorise:


a. La société de la Basoche, où jouaient des étudiants d’Arras.
b. La «Confrérie des Jongleurs et des Bourgeois d’Arras»
c. La société de la Basoche, où jouaient des avocats et des procureurs du Parlement
de Paris.

89. Indiquez le vrai devenir des deux tendances à l’intérieur du genre dramatique :
a. Le théâtre comique et le théâtre sérieux se distinguent dès leurs premières
manifestations.
b. Le théâtre comique se manifeste au début dans les entractes des mystères.

90. Indiquez le vrai devenir des deux tendances à l’intérieur du genre dramatique :
a. La farce se retrouve dans les Mystères comme intermède.
b. Le genre de la farce ne se rapproche pas du genre du mystère.

91. La «Farce de Maître Pathelin» est composée :


a. Dans la deuxième moitié du XVe siècle.
b. Au XIVe siècle.
c. Au XIIIe siècle.

12
92. La morale de la «Farce de Maître Pathelin» est:
a. «À trompeur trompeur et demi».
b. «Fais ce que tu voudras».

93. La morale de la «Farce de Maître Pathelin» est:


a. «Revenons à nos moutons». b. « À trompeur trompeur et demi».

94. Indiquez ce qui arrive dans la «Farce de Maître Pathelin»:


a. Pathelin est contraint de s’avouer vaincu.
b. Par ses manœuvres Pathelin réussit à tromper les autres personnages.
c. Pathelin réussit à conduire Agnelet jusqu’à la fin comme il lui plaît.

95. Indiquez la vraie situation de la «Farce de Maître Pathelin»:


a. Le «délir» de Guillaume qui lui épargne de payer sa dette.
b. Le «délir» de Pathelin aidé par sa femme quand il ne reconnaît pas Guillaume.
c. Le «délir» du juge manifesté devant l’avocat.

96. Dans la farce de Pathelin le mécanisme du comique:


a. Progresse par étapes.
b. Développe une seule séquence.

97. Identifiez l’image correcte :


a. Marc se cache dans un pin pour surprendre les amants.
b. Frocin, le nain, se cache dans un pin pour surprendre les amants.
c. Frocin avertit les amants avant d’arriver dans le verger.

98. Identifiez l’image correcte :


a. Frocin répand de la fleur de farine autour du lit d’Iseut.
b. Morois répand de la fleur de farine autour du lit du Tristan.

99. Identifiez l’affirmation correcte :


a. Après avoir appris la vérité au sujet du mariage de sa sœur, Kaherdin reproche à
Tristan de mépriser sa famille.
b. Kaherdin reproche à sa sœur de mépriser Tristan.

100. Indiquez l’œuvre du chroniqueur qui participe et négocie lors de l’expédition de la quatrième
croisade :
a. « Chronique » par Geoffroi de Villehardouin.
b. « Mémoires » par Philippe de Commynes.
c. « Chroniques » par Jean Froissart.
d. « Livres des saintes paroles et des bons faits de notre saint roi Louis » par Jean de
Joinville.
e. « Vie » de Charlemagne par Eginhard.

13
101. Indiquez l’auteur dont les mémoires évoquent le roi Louis IX qui dirige la septième
croisade :
a. Eginhard.
b. Philippe de Commynes.
c. Jean Froissart.
d. Jean de Joinville.
e. Geoffroi de Villehardouin.

102. Indiquez le chroniquer contemporain de Dante et de Pétrarque, dont les « Chroniques »


présentent aussi la guerre de Cent Ans :
a. Jean de Joinville.
b. Jean Froissart.
c. Philippe de Commynes.
d. Geoffroi de Villehardouin.

103. Indiquez le mémorialiste qui visant les puissants donne par son œuvre un « miroir du
prince » :
a. Geoffroi de Villehardouin.
b. Jean Froissart.
c. Philippe de Commynes.
d. Jean de Joinville.

104. Indiquez le créateur du genre littéraire des mémoires :


a. Geoffroi de Villehardouin.
b. Jean Froissart.
c. Philippe de Commynes.
d. Jean de Joinville.

105. Quel est le cycle de Guillaume d’Orange ?


a. La geste du roi.
b. Garin de Monglane.
c. Doon de Mayence.

106. Initialement le mot roman signifie :


a. Une œuvre traduite en langue vulgaire.
b. Le roman antique.
c. Le roman latin.

107. Identifiez l’univers celtique :


a. L’espace de l’Autre monde, le roi Arthur et ses chevaliers.
b. Les légendes et les récits historiques de l’Antiquité.
c. Le Roman de Troyes.

14
108. Marie de France compose ses lais :
a. Vers 1300.
b. Vers 1160.
c. Vers 1000.

109. Indiquez l’auteur qui a composé le « Lais du chèvrefeuille » :


a. Wace.
b. Marie de France.
c. Bédier.

110. Les textes de Tristan sont enregistrés :


a. À partir de 1135 jusqu’au XIIIe siècle.
b. À partir de XIIIe siècle jusqu’au XIVe siècle.

111. « Tristan et Yseut » représente :


a. Un éloge à l’adultère.
b. Une lamentation de la condition humaine.
c. La conséquence du respect des normes de la famille, du vassal, de la religion.

112. « Tristan et Yseut » se retrouve dans des textes regroupés dans :


a. Une version dite « magique ».
b. Une version dite « passionnelle ».
c. Une version dite « courtoise ».

113. « Tristan et Yseut » se retrouve dans des textes regroupés dans :


a. Une version dite « magique ».
b. Une version dite « passionnelle ».
c. Une version dite « commune ».

114. Indiquez l’écrivain dont les romans présentent le « chevalier errant », des espaces étranges,
l’Autre monde :
a. Marie de France.
b. Chrétien de Troyes.
c. Lancelot.

115. Indiquez le roman dont le héros ne représente plus l’emblème d’une nation, mais sa propre
personne :
a. Le « Roman de Renart ».
b. « Lancelot ou Le Chevalier à la Charrette ».
c. Le « Roman de la Rose ».

116. Trouvez le roman où le nain promet au chevalier de le mener à la reine.


a. « Tristan et Yseut ».
b. « Lancelot ou Le Chevalier à la Charrette ».
c. Le « Roman de la Rose ».

15
117. Indiquez le roman où dans un duel judiciaire Keu est défendu contre Méléagant :
a. « Tristan et Yseut ».
b. « Lancelot ou Le Chevalier à la Charrette ».
c. Le « Roman de la Rose ».

118. Indiquez le roman où la reine condamne le héros pour avoir hésité de monter dans la
charrette infamante :
a. « Tristan et Yseut ».
b. « Lancelot ou Le Chevalier à la Charrette ».
c. Le « Roman de la Rose ».

119. Quel est le roman où l’identité du héros est confirmée par la femme aimée ?
a. « Tristan et Yseut ».
b. « Lancelot ou Le Chevalier à la Charrette ».
c. Le « Roman de la Rose ».

120. Eléments contribuant à la naissance d’un genre, le roman :


a. « Roman de Brut », « Roman de Thèbes », lai, canso, « Tristan ».
b. « Roman de Troyes », « Testament », odes.
c. « Roman d’Enéas », « Tristan », lai, essai.

121. Eléments déterminant la naissance du genre qu’on appelle aujourd’hui roman :


a. « Roman d’Enéas », lai, canso, « Tristan et Yseut», mystères, chansons de geste.
b. « Roman d’Enéas », lai, « Tristan et Yseut», chansons de geste.

122. Identifiez les traits définissant les branches de Renart :


a. Longueur variable, autonomie du récit, la reprise d’un personnage central, parodie
de la société féodale, origines folkloriques des récits, la domination de la russe.
b. Longueur variable, autonomie des récits, personnages types, la domination du
comique.

123. Identifiez les fabliaux :


a. « Contes à rire en vers ».
b. Branches.
c. Farces.

124. Indiquez les termes employés pour les fabliaux :


a. Conte, branche, dit.
b. Conte, dit.

125. Indiquez l’époque des fabliaux :


a. Du XIIe siècle au début du XIVe siècle.
b. Du XIIe siècle au XIIIe siècle.

16
126. Indiquez l’époque de Roman de Renart :
a. Du XIIe siècle au début du XIVe siècle.
b. Du XIIe siècle au XIIIe siècle.

127. Identifiez le fabliau :


a. Le Vilain mire.
b. Ysengrimus.

128. Identifiez l’origine des récits de Renart :


a. Le Vilain de Farbus.
b. Ysengrimus.

129. Précisez le sens contenu dans Ballade des pendus :


a. Se considérant égaux parmi tous les humains, également sujets à la mort, les
pendus répètent la prière, devenue l’expression de l’humanité entière priant pour
le salut.
b. Les pendus se considèrent coupables et prient leur « Frères humains » de ne pas
avoir « les cœurs… endurcis » contre eux.

130. Précisez le sens contenu dans Ballade des pendus :

a. La répétition de la prière des pendus suggère l’humanité entière priant pour le


salut.
b. La répétition de la prière des pendus suggère l’insistance de préciser leur état
particulier de coupables.

131. Indiquez l’appartenance des vers suivants :


« De notre mal personne ne s’en rie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ».
a. Villon.
b. Renart.

132. Indiquez l’appartenance des vers suivants :


« Humains, ici n’a point de moquerie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ».
a. Ronsard.
b. Villon.

133. Indiquez l’appartenance des vers suivants :


« Frères humains qui après nous vivez,
N’ayez les cœurs contre nous endurcis ».
a. Marot.
b. Villon

17
134. Précisez si dans Ballade des dames du temps jadis :
a. La succession des personnages suggère le retour, le revenir de la beauté féminine
semblablement à la succession des saisons de la nature.
b. La succession des personnages disparus suggère la perte de la beauté féminine.

135. Précisez la signification du Lais chez Villon :


a. L’insignifiance de l’existence humaine.
b. L’ordre spirituel de l’existence humaine.

136. Précisez la signification du Testament chez Villon :


a. L’insignifiance de l’existence humaine.
b. L’ordre spirituel de l’existence humaine.

137. Ballade des pendus, Ballade des dames du temps jadis appartiennent à :
a. Marot.
b. Villon.
c. Ronsard.

138. Précisez ce qui caractérise l’univers de Villon :


a. Sa vie tranquille se reflète dans le contenu de ses poèmes
b. L’opposition des deux sens, comique et grave, traverse les poèmes de Villon.
c. Sa vie agitée ne laisse pas de traces dans les poèmes.

139. Précisez la signification du motif déclaré par Villon en composant le Lais :


a. Villon suggère l’idée de la dame inaccessible du lyrisme courtois, dans les
premiers huitains du Lais.
b. Villon simule l’amoureux courtois, obligé de quitter Paris pour Angers dans les
premiers huitains du Lais.
c. Villon dit son regret pour la jeunesse perdue, pour le temps qui passe et exprime
l’angoisse devant la mort, dans ses vers.

140. Précisez quelques idées contenues dans le Testament :


a. Villon dit son regret pour la jeunesse perdue, pour le temps qui passe et exprime
l’angoisse devant la mort, dans ses vers.
b. Villon simule l’amoureux courtois, obligé de quitter Paris pour Angers.
c. Villon suggère l’idée de la dame inaccessible du lyrisme courtois.

141. Précisez les traits définissant Villon « le premier poète des temps modernes » :
a. Les formes que revêt sa poésie, la thématique du testament, les figures
allégoriques : Fortune, Pauvreté, Vieillesse, Mort, Temps.
b. L’omniprésence du je, dévoilant ses obsessions, ses contradictions et proposant
une vérité personnelle et une vision individuelle du monde.

18
142. La Renaissance italienne se déroule :
a. Du XIVe siècle au XVIe siècle.
b. Au XVIe siècle.

143. La Renaissance se manifeste en France, en Allemagne et aux Pays-Bas :


a. Du XVe siècle au XVIe siècle.
b. Au XVIe siècle.
c. Du XVe siècle au XVIIe siècle.

144. Indiquez l’artiste célèbre de la Renaissance :


a. Villon.
b. Léonard de Vinci.
c. Marot.

145. Traits définissant les représentants de la Renaissance :


a. Erudition, connaissance du monde antique, souci de l’homme et de sa grandeur,
recherche de la vérité dans tous les domaines.
b. Erudition, connaissance du monde antique, souci de l’homme et de sa grandeur,
recherche de la vérité dans tous les domaines, continuation des genres littéraires
lyriques du Moyen Âge.
c. Erudition, connaissance du monde antique, souci de l’homme et de sa grandeur,
recherche de la vérité dans tous les domaines, connaissance des textes grecs dans
des traductions latines.

146. Les humanistes:


a. Etudient les textes originaux grecs et latins de l’Antiquité, considèrent que
« l’étude des lettres rend plus digne du nom d’homme ».
b. Etudient les textes originaux grecs et latins de l’Antiquité, considèrent les études
religieuses supérieures aux études profanes.
c. Emploient la liberté de la pensée, l’esprit critique, respectent l’autorité religieuse
de la Sorbonne.

147. Les humanistes :


a. Admirent la perfection de l’art antique, utilisent les proverbes de l’Antiquité,
reprennent la vision de la condition humaine retrouvée chez les auteurs de
l’Antiquité.
b. Admirent la perfection de l’art antique, utilisent les proverbes de l’Antiquité,
reprennent la vision de la condition humaine retrouvée chez les auteurs de
l’Antiquité, considèrent l’homme par rapport à la philosophie médiévale.

148. Identifiez la Renaissance italienne par ses représentants :


a. Léonard de Vinci, Platon, Pétrarque.
b. Léonard de Vinci, Pétrarque, Pic de la Mirandole, Boccace.
c. Léonard de Vinci, Platon, Pétrarque, Pic de la Mirandole, Boccace, Marot.

19
149. Identifiez les conséquences de la Réforme sur la Renaissance :
a. L’autorité des textes sacrés latins cesse, la liberté de la pensée, l’esprit critique, le
souci de l’homme et de sa grandeur, la recherche fébrile de la vérité dans tous les
domaines.
b. L’autorité des textes sacrés latins cesse, la liberté de la pensée, l’esprit critique, le
souci de l’homme et de sa grandeur, la recherche fébrile de la vérité dans tous les
domaines, la traduction des textes du Moyen Âge, accompagnés des nombreux
commentaires menés à éclairer le sens véritable.

150. Les guerres d’Italie :


a. Déterminent l’accroissement du territoire de la France, favorisent les contacts et
les échanges culturelles, artistiques et littéraires, mettant les artistes français à
l’école de l’Italie.
b. Favorisent les contacts et les échanges culturelles, artistiques et littéraires, mettant
les artistes français à l’école de l’Italie, François Ier s’entoure d’artistes célèbres,
comme Léonard de Vinci, et fait édifier de magnifiques châteaux.

151. Identifiez le poète dénoncé par la Sorbonne pour avoir mangé du lard en carême :
a. Villon.
b. Marot.
c. Ronsard.
d. Rutebeuf.

152. L’expérience de la prison est décrite dans l’Enfer par le poète :


a. Villon.
b. Ronsard.
c. Du Bellay.
d. Marot.

153. L’expérience de la prison et la réflexion humaniste sur la liberté individuelle se retrouve


chez :
a. Villon, dans Ballades des pendus.
b. Ronsard, dans Discours des misères de ce temps.
c. Du Bellay, dans Regrets.
d. Marot, dans Enfer.

154. Au début du XVIe siècle dans la poésie française, un poète marque le passage des formes
héritées du Moyen Âge (ballade, rondeau) et des Grands Rhétoriqueurs vers une poésie
plus personnelle :
a. Ronsard.
b. Du Bellay.
c. Marot.
d. Villon.

20
155. Réfugié en Italie mais regrettant la cour de France, l’un des poètes exprime sa fidélité
envers François Ier dans Epître au Roi, indiquez-le !
a. Ronsard.
b. Du Bellay.
c. Marot.

156. Identifiez l’évolution de ce qu’on peut considérer la première école poétique française :
a. Après la connaissance de la poésie grecque et latine antiques mais également
moderne italienne (Pétrarque), le groupe de la Pléiade exprime des opinions sur la
langue française, sur le poète, sur la création, sur l’imitation des Anciens.
b. L’expression des opinions des poètes de la Pléiade concernant la langue française,
le poète, la création, l’imitation des Anciens et finalement le contact du groupe de
la Pléiade avec la poésie grecque et latine antiques mais également italienne
(Pétrarque).

157. Identifiez ce qu’on appelle « manifeste littéraire » :


a. Un groupe de jeunes poètes connaissent avec le savant helléniste Jean Dorat les
poètes grecs et latins de l’Antiquité.
b. Le groupe des poètes de la Pléiade expose leur position concernant la création
littéraire dans Defense et illustration de la langue française.

158. Identifiez le manifeste littéraire de la Pléiade :


a. Art Poétique.
b. Defense et Illustration de la langue française.

159. Defense et Illustration de la langue française est signé par :


a. Thomas Sébillet.
b. Jean Dorat.
c. Joachim du Bellay.
d. Pierre de Ronsard.

160. Identifiez les idées contenues dans le manifeste littéraire de la Pléiade :


a. Les Anciens représentent un modèle qui doit nourrir la poésie française ; ce
modèle doit s’exercer également dans le domaine de la langue ; le refus des genres
du Moyen Âge pour prendre les genres nouveaux (le sonnet).
b. Les Anciens représentent un modèle qui doit être imité par la poésie française ; ce
modèle doit s’exercer également dans le domaine de la langue ; le refus des genres
du Moyen Âge pour prendre les genres nouveaux (le sonnet).

161. Le manifeste littéraire du XVIe siècle affirme :


a. La nécessité de nourrir et la poésie et la langue française par le modèle de
l’Antiquité.
b. La nécessité de soutenir les genres traditionnels du Moyen Âge et généralement
les poètes français passés ou contemporaines.
c. La nécessité de soutenir les genres traditionnels du Moyen Âge et généralement
les poètes français passés ou contemporains et de suivre le modèle de l’Antiquité.

21
162. L’exile en Italie exprimé dans Regrets appartient à :
a. Marot.
b. Ronsard.
c. Du Bellay.
d. Jean Dorat.

163. Les Regrets, recueil de sonnets, appartenant à Du Bellay expriment :


a. La nostalgie du pays natal, la critique sociale du monde romain.
b. L’amour pour Cassandre.

164. Ronsard suit le modèle de Pétrarque dans :


a. Antiquités de Rome.
b. Amours de Cassandre.
c. Hymnes.

165. L’image de l’instabilité, préfigurant la poésie baroque, se retrouve chez Ronsard dans :
a. Discours des misères de ce temps.
b. Odes.
c. Hymne à la mort.

166. Les Regrets de Joachim du Bellay rappelle :


a. L’ode pindarique.
b. L’élégie des traditions grecques et latins.
c. Les sonnets de Pétrarque.

167. Les Antiquités de Rome sont:


a. Des sonnets de Ronsard.
b. Des sonnets de Marot.
c. Des sonnets de Du Bellay.

168. Dans les Odes, Ronsard emploie le modèle de :


a. Anacréon et Pindare.
b. Pétrarque.
c. Des figures « courtoises ».

169. Le XVIe siècle représente :


a. Les découvertes, l’harmonie, la tradition médiévale, l’attitude essentiellement
pacifiste.
b. La diversité, le paradoxe, les contradictions, ce qui engendre le baroque.

170. Identifiez l’écrivain engagé:


a. Ronsard dans Discours des misères de ce temps.
b. Du Bellay dans Antiquités de Rome.
c. Marot dans Enfère.

22
171. Les humanistes manifestent le souci de l’être humain en tant que valeur en soi, manifesté :
a. Dans le domaine pédagogique chez Rabelais et Montaigne.
b. Dans le domaine religieux chez Rabelais.
c. Chez les catholiques.

172. Montaigne appartient:


a. À la Renaissance.
b. À la Renaissance et au Baroque.
c. Au Baroque.

173. Dans l’écriture de Montaigne on retrouve :


a. Des « fantaisies informelles et irrésolues », « des songes ».
b. Des formes traditionnelles empruntées à l’Antiquité.
c. Des genres appartenant au Moyen Âge et à l’Antiquité.

174. Les Essais de Montaigne découvrent :


a. La « dignité » de l’homme conçue par la Renaissance.
b. La faiblesse de l’homme et un monde des contradictions.
c. L’importance de l’éducation collective.

175. La matière de l’œuvre de Montaigne se construit:


a. À partir du moi.
b. À partir de l’homme en général et de Dieu.

176. L’oeuvre de l’écrivain humaniste et baroque Montaigne est créée à partir :


a. Du désir de connaître l’Antiquité avec son histoire et ses coutumes qui étaient les
siennes.
b. De l’effort d’étudier les textes originaux latins et grecs.
c. De « Tout ce qui appartient au moi » et du « sentiment de soi ».

177. Les « Essais » de Montaigne découvrent :


a. « Un homme universel et abstrait ».
b. « Un être qui se découvre unique et différent de tous les autres ».
c. Un être « différent de tous les autres », « différent de lui-même ».

178. Le scepticisme détermine Montaigne :


a. À abandonner toute forme de connaissance.
b. À adopter une forme de doute qui engendre des questions.
c. À ne plus chercher la vérité.

179. L’humaniste Montaigne se retrouve dans :


a. « Je suis né […] à la société et à la lecture ».
b. L’homme « toujours au milieu entre le naître et le mourir ».
c. « Je ne peins pas l’être. Je peins le passage ».

23
180. Le doute engendré par les « Essais » de Montaigne trouve ses racines dans :
a. La violence et les guerres civiles de ses contemporains.
b. Le passé des Anciens, repris dans un dialogue avec le présent de son époque.
c. Le « commerce » avec les livres.

181. Montaigne désapprouve :


a. La méthode qui oblige l’élève à « redire » ce qu’on lui dit.
b. Le professeur qui a « plutôt la tête bien faite que bien pleine ».

182. Montaigne confirme:


a. La méthode qui oblige l’élève à « redire » ce qu’on lui dit.
b. Le professeur qui a « plutôt la tête bien faite que bien pleine ».

183. L’intérêt pour le corps humain, tel qu’il est, se retrouve également :
a. Chez les écrivains humanistes, chez Montaigne en particulier, chez Léonard de
Vinci.
b. Chez les écrivains humanistes, chez Montaigne en particulier, chez Léonard de
Vinci, chez Du Bellay.

184. Les « Essais » représentent :


a. La première autobiographie véritable, dont l’auteur perçoit, le premier, la
complexité du moi « moderne ».
b. La fiction d’une vie, modelée selon les exigences des humanistes de la
Renaissance.

185. «L’éducation humaniste commence pour Montaigne avec sa propre enfance :


a. « Nous sommes nés à quêter la vérité ; […] ».
b. « Quant au latin qui m’a été donné pour naturel ».

186. Montaigne réagit devant les événements de son époque :


a. Dans la fiction de son œuvre en défendant sa ville contre les protestants et les
ligueurs.
b. Dans le dialogue avec les Anciens, en tant que modèle.

187. En ce qui concerne l’éducation Montaigne reprend :


a. Rabelais.
b. Erasme.
c. La Boétie.

188. Identifiez la vision baroque chez Montaigne :


a. L’homme « ondoyant et divers » d’un monde où « toutes choses branlent ».
b. L’homme « ondoyant et divers » d’un monde où « toutes choses branlent », le
« commerce » des livres « est plus sûr et plus à nous que les autres ».

24
189. La devise des humanistes « litterae humaniores » se retrouve chez Montaigne dans :
a. « […] livre consubstantiel à son auteur.
b. Le « commerce » des livres.

190. Rabelais connaît le milieu religieux :


a. Comme moine chez les Franciscains et chez les Bénédictins.
b. Par l’ « Affaire des Placards ».
c. Pendant la Saint-Barthélemy.

191. Le thème de la guerre se retrouve chez Rabelais :


a. Dans le massacre de la Saint-Barthélemy.
b. Dans la guerre de Picrochole.

192. Faisant l’éloge du roman, Rabelais présente :


a. Les « propriétés occultes » de son livre qui peut guérir les maux, le mal de dents
par exemple, dans Gargantua.
b. Les « propriétés occultes » de son livre qui peut guérir les maux, le mal de dents
par exemple, dans Pantagruel.

193. L’enfance, la jeunesse du héros mais surtout l’éducation occupe plus d’espace et une
structure plus élaborée dans :
a. Pantagruel.
b. Gargantua.

194. Le petit héros se distingue en mangeant la moitié d’une vache, en dévorant un ours et portant
son berceau sur le dos dans :
a. Pantagruel.
b. Gargantua.

195. La naissance des langues, la lecture des écrivains de l’Antiquité, la curiosité scientifique, la
sagesse morale représente :
a. L’éloge de l’éducation humaniste fait par Gargantua.
b. L’éloge de l’éducation humaniste fait par Pantagruel.

196. La description de la bibliothèque de Saint-Victor, qui est l’emblème de la simple


compilation des connaissances, se retrouve dans :
a. Pantagruel.
b. Gargantua.

197. L’éloge de l’idéal éducatif humaniste se retrouve dans:


a. La lettre de Gargantua contenant le devoir des humanistes : la connaissance des
langues, la lecture des écrivains de l’Antiquité, la curiosité scientifique, la sagesse
morale.
b. La description de la bibliothèque de Saint-Victor, emblème de la compilation des
connaissances.

25
198. Le nom folklorique d’un petit diable, connu avant l’apparition de l’œuvre de Rabelais
donne :
a. Le nom du premier livre, du point de vue chronologique.
b. Le nom du deuxième livre, du point de vue chronologique.

199. Le personnage qui provoque la soif aux ivrognes est le héros de :


a. Gargantua.
b. Pantagruel.

200. Paris, Pantagruel :


a. Prouve sa sagesse dans le procès qui oppose Baisecul et Humevesne et dans le
débat où les gestes et les grimaces de Panurge suscitent l’admiration du savant
anglais Thaumaste.
b. Devenant célèbre par sa sagesse, un savant anglais Thaumaste le défie dans un
débat muet. Les gestes et les grimaces de Pantagruel déterminent Thaumaste à le
déclarer le plus savant des hommes.

201. Rabelais invite le lecteur à réfléchir sur la signification de son roman dans le prologue de :
a. Pantagruel. b. Gargantua.

202. Le roman humaniste de Rabelais s’identifie dans :


a. La critique de l’enseignement de la Sorbonne, l’apologie de l’éducation
érasmienne, en faisant appel autant aux connaissances livresques qu’aux savoirs
pratiques.
b. La recommandation de l’enseignement de la Sorbonne à côté de l’éducation
humaniste.

203. La guerre picrocholine représente :


a. L’épopée comique qui exploite l’univers de la « générosité » au sens
chevaleresque du terme (goût du risque, don de soi au service du royaume) mais
également la démeusure.
b. L’épopée comique qui exploite l’univers de la « générosité » au sens
chevaleresque du terme (goût du risque, don de soi au service du royaume) mais
surtout l’harmonie et l’équilibre du monde gigantesque.

204. Le monde des Thélémites représente :


a. L’espace de la liberté (l’absence de murs autour de l’abbaye), l’image d’une
utopie.
b. L’image de la Faculté de Théologie, le modèle des humanistes.

205. En 813 le Concile de Tours ordonne aux prêtres de prêcher:


a. Le fief
b. L’adoubement
c. La fidélité
d. <<In linguam rusticam gallicam>>
e. L’allégeance

26
206. Les croisades signifient:
a.Les plus importants mouvements militaires de l’Europe médiévale.
b.La révélation des splendeurs byzantines.
c.Le pèlerinage guerrier.
d.L’objet de certaines chroniques françaises.
e.Des bénéfices pour certains participants.
f.La lutte chrétienne contre l’Infidèle.
g.L’expérience vécue par des chroniqueurs français

a. a,f,g
b. b,d,f,g
c. a,b,c,d,e,f,g
d. c,d,f,g

207. La littérature médiévale concerne d’abord:


a.Le domaine linguistique.
b. Le cadre bilinguistique.
c. La langue vulgaire.
d. Le latin.
e. Le roman.
f. <<Mettre en roman>>
a. c,d,e
b. a,d,e,f
c. a,b,c,
d. a,b,c,d,e,f

208. Les premiers textes littéraires médiévales sont:

a. Souvent anonymes.
b. Le plus souvent des fabliaux.
c. Diffusés oralement par des <<oratores>>
d. Issus des milieux représentant les <<laboratores>>

209. Dans l’épopée des Français:


a.Les païens sont attaqués à Roncevaux par les Sarrasins.
b.Les Français se défendant contre le complot de Ganelon.
c.Saint Michel, saint Gabriel et Chérubin aident les Sarrasins.
d.Les montagnards basques sont attaqués par l’arrière-garde de Durendal et de Marsile.
e.La croisade devient une simple attaque espagnole.
f.L’univers mental reflète une conscience du bien et du mal opposés sans aucune nuance.
a. a,d,f
b. b,f
c. a,b,c
d. e,f

210. L’univers stylistique et thématique de la Chanson de Roland


a. Diminue les antithèses opposant les chrétiens et les païens.
b. Réitère les contrastes opposant personnages et civilisations.

27
211. Les héros des chansons de geste:
a.Sont catégoriques et cruels.
b.S’expriment par l’action.
c.Evoquent souvent des héros historiques.
d.Glorifient les luttes des Sarrasins.
e. Evoque toute la société médiévale en égale mesure.
a. a,d,e
b. c,e
c. a,b,c
d. b,c,d

212. Le terme roman:


a.Renvoie au domaine linguistique.
b. Renvoie au domaine littéraire.
c.Désigne dès son apparition le genre littéraire actuel.
d.Désigne la langue vernaculaire.
e.Emploie le vers
a. c,d,e
b. a,e
c. a,d,e
d. a,b,d,e

213. La Chanson de Roland s’exprime par la voix de :


a. Turold
b. Joseph Bédier
c. Gaston Paris
d. L’homme de bonne culture scolaire.
a. a,d
b. b,d
c. a,c
d. a,b,c,d

214. La Chanson de Roland renvoie à:


a.Un créateur et un public du premier âge féodal.
b. Une conscience opposant sans nuances le bien au mal.
c.Au style formulaire.
d.À la théorie de l’oralité.

a. a,c,d
b. a,b,c,d
c. b,c,d

215. Tristan est orphelin de:


a. Blanchefleur et Governal
b. Rivalin et Blanchflor
c. Morhlot et Brangien

28
216. Le cheveu d’or appartenant à la Belle aux cheveux d’or et apporté à Marc par:
a. Le gentil perdrix.
b. Deux hirondelles
c. L’oiseau d’argent.
d. Le rossignol.

217. Se sentant responsable de la faute commise:


a. Ogrin prend la place d’Iseut dans le lit conjugal
b. Brangien remplace Iseut dans le lit conjugal
c. Iseut aux Blanches Mains prend la place d’Iseut la nuit de noce

218. Identifiez la (les) phrase(s) correcte(s):


a. Brangien prend la place d’Iseut pendant la nuit de noce
b. Malgré l’épreuve de la trahison de sa maîtresse, Brangien reste fidèle et se manifeste avec
noblesse même devant la mort.
c. Pendant que le roi chasse, Iseut paie deux serfs pour emener sa servante en forêt.
a. b,c
b. a,c
c. a,b,c

219. Identifiez le héros civilisateur:


a. Tristan possède l’art et la technique de la chasse à courre (vénerie), il est aussi bon
chanteur de lais, et maître en art de jouer de la harpe.
b. Pendant une chasse, Froncin étonne les veneurs par sa science dans la coupe d’un cerf.
c. Après avoir été vaincu par Morgan, Rohalt fait passer Tristan pour son propre fils.

220. Identifiez les fragments où Tristan illustre le chevalier preux et courtois:


a.Dans la lutte contre le guerrier d’Irlande réclamant aux familles de Cornouailles le tribut de
jeunes gens et de jeunes filles.
b.Dans la lutte contre le dragon d’Irlande.
c.Grâce à ces qualitésTristan obtient en Irlande la belle Iseut pour le roi Marc.
a. a,c
b. a,b
c. a,b,c

29