Vous êtes sur la page 1sur 169

N° d’ordre :……..……../….

UNIVERSITE MOHAMMED PREMIER


ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES
D’AL HOCEIMA

Département: Génie Environnement & Génie Civil

Mémoire de Projet de Fin d’Etudes


Pour l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état
en Génie Civil

ETUDE PARASISMIQUE D’UN IMMEUBLE DE


R+4 PAR DEUX SYSTÈMES DE
CONTREVENTEMENTS : PORTIQUE ET
VOILE
Réalisé Par :

Mme. BELKADI Chaimae

Effectué à

Sté. Nord Projets S.A.R.L à Al-Hoceima

Membres de jury :

Encadré à l’ENSAH par : Encadré à NORD PROJETSpar :


Prof. Issam HANAFI Mr. Abdelmonaim BELLOUKI

Soutenu le 27/06/2015 devant le jury composé de :

Pr. Khadija HABBOUBI Examinateur


Pr. Issam HANAFI Encadrant (ENSAH)
M. Abdelmonaim BELLOUKI Encadrant (Nord projets)

Année Académique: 2014-2015


Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

2
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Dédicace :
Que ce travail témoigne de mes respects :

À mes parents,Aucune dédicace ne saurait être assez éloquente pour exprimer ce que

vous méritez pour tous les sacrifices que vous n’avez cessés de me donner depuis ma
naissance, durant mon enfance et même à l’âge adulte.

À mon âme sœur, celui que j’aime beaucoup, mon mariOMAR, qui m’a soutenue le

long de ces trois années, ainsi que sa famille.

À mes Frères et ma sœur, Mohamed Amine, Youssef et Boutaina.

À toute ma famille, et mes amis,

À mes honorables professeurs, pour leurs efforts fournis et leurs soutiens, je vous présente
mon profond respect et ma loyale considération,

À tous ceux qui ont contribués de près ou de loin pour que ce projet soit possible. Je vous
dis merci.

Chaimae BELKADI

3
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Remerciements :
Je remercie dieu le tout puissant de m’avoir donné la santé et la volonté d’entamer
et de terminer ce projet de fin d’étude.

Tout d’abord, je tiens à remercier mon encadrant, le respectueux professeur


M.Issam HANAFI, pour son soutien, ses remarques pertinentes et son encouragement
durant ma préparation de ce projet.

Mes remerciements et ma profonde reconnaissance au directeur du bureau M.


Abdelmonaim BELLOUKI, qui m’a accompagné de près durant tout ce travail, pour sa
disponibilité, pour la confiance qu’il m’a accordé et les conseils précieux qu’il m’a
prodigués tout au long de la réalisation de ce projet. Mes remerciements vont aussi à M.
Haddou DIRA et M. Nour-eddine BOUKHEYAR pour leur aide et soutien pendant la
période du stage, Et à toute l’équipe du bureau NORD PROJETS qui m’ont accueillies
considérés comme l’une d’entre eux.

Je tiens aussi à exprimer mes vifs remerciements à tous mes professeurs,


enseignants et toutes les personnes qui m’ont soutenus jusqu’au bout, et qui n’ont pas
cessé de me donner des conseils très importants en signe de reconnaissance.

4
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Résumé:
Le présent document constitue le rapport de projet de fin d’étude traitant l’analyse
d’une structure d’un logement économique à cinq niveaux, rez-de-chaussée et quatre étages
avec deux systèmes de contreventement : portiques et voiles.

Cette étude d’analyse m’a permis de concrétiser mes connaissances techniques


acquises durant mon cursus d’études en génie civil , et vu que la pratique d’analyse
parasismique est assez récente au Maroc, l’étude comparative de contreventement des
structures au séisme est un sujet de grande utilité pour les jeunes ingénieurs, qui leur permet
d’appréhender les aspects techniques de la conception parasismique et de maitriser ses
dispositions constructives.

Dans le présent rapport, je vais commencer par une présentation générale du projet et
les objectifs de mon étude. Ensuite j’aborderai la conception structurale du bâtiment tout en
essayant de respecter à la fois l’architecture du projet et les exigences sismiques
réglementaires.

Une fois la conception structurale du bâtiment établie, je définirai les hypothèses


devant servir dans l’étape suivante au calcul de la structure, sachant que les conditions
permettant l’usage d’une méthode statique équivalente ne sont pas remplies, le calcul a été
mené en mode dynamique par l’analyse modale, moyennant le logiciel de calcul ARCHE
OSSATURE et qui a pour objectif de déterminer les effets maximaux du séisme sur la
structure.

Je présenterai finalement les résultats des calculs menés précédemment et le


dimensionnement de quelques éléments structuraux qui en découle ainsi que le coût estimatif
de chaque type de contreventement afin de choisir la variante la plus adaptée à mon bâtiment.

Les mots clés : logement économique, systèmes de contreventement, portiques, voiles, génie
civil, parasismique, ARCHE OSSATURE, analyse modale, statique équivalente.

5
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Abstract:
This document constitutes the report of the final study project treating the analysis of a
structure of an economic housing with five levels, ground floor and four stages with two
bracing systems: gantries and shear walls.

This study of analysis enabled me to concretize my technical training acquired during


my course of studies in civil engineering, and considering the par seismic practice of analysis
is rather recent in Morocco, the comparative study of the bracing of the structures to the
earthquake is a subject of great utility for the young engineers, which allows them to
apprehend the technical sides of the anti-seismic design and to control its constructive
provisions.

In this report, I will start with a general presentation of the project and the objectives
of my study. Then I will approach the structural design of the building while trying to respect
at the same time the architecture of the building and the seismic regulatory requirements.

Once the structural design of the building is established, I will define the assumptions
useful on the following stage which is the structural calculation, knowing that the conditions
allowing the use of an equivalent static method are not filled. The calculation was carried out
in the dynamic mode by the modal analysis, with the help of the computation software
ARCHE OSSATURE and which aims to determine the maximum effects of the earthquake on
the structure.

In the end, I will present the results of calculations carried out previously, and the
dimensioning of some structural elements which results from this, as well as the estimated
cost from each type of bracing in order to choose the most adapted variant to my building.

Key words: economic housing, bracing systems, gantries, shear walls, civil engineering, anti-
seismic, ARCHE OSSATURE, modal analysis, static equivalent.

6
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Table des matières


Dédicace : ................................................................................................................................................ 3

Remerciements : ...................................................................................................................................... 4

Résumé:.................................................................................................................................................... 5

Abstract:................................................................................................................................................... 6

Liste des tableaux : ................................................................................................................................ 13

Présentation de la société : .................................................................................................................... 14

Chapitre 1 : Introduction générale ......................................................................................................... 16


I. Introduction : .............................................................................................................................. 17
II. Présentation du projet : .............................................................................................................. 18
1. Présentation générale du projet : .......................................................................................... 18
2. Description détaillée du projet : ............................................................................................ 18
3. Situation géographique : ........................................................................................................ 20
III. Les variantes à étudier : ........................................................................................................... 21
Chapitre 2 : Généralités de calcul .......................................................................................................... 22
I. Étude de contreventement: ......................................................................................................... 23
1. Introduction : ......................................................................................................................... 23
2. Les différents types de contreventement : .............................................................................. 23
II. Méthodes de calcul : .................................................................................................................. 33
1. Méthodes statiques équivalentes :.......................................................................................... 33
2. Analyse modale : .................................................................................................................... 34
Chapitre 3 :Conception parasismique .................................................................................................... 36
I. Conception du bâtiment : ............................................................................................................ 37
1. Conception général des bâtiments : ....................................................................................... 37
2. L’architecture du bâtiment : .................................................................................................. 37
3. Règlement en vigueur : .......................................................................................................... 38
4. Principes parasismiques de base : ......................................................................................... 39
II. Vérification du contreventement : ............................................................................................. 45
1. Vérification des déplacements latéraux inter-étages : ........................................................... 45
2. Vérification du déplacement latéral total du bâtiment : ........................................................ 46

7
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

3. Vérification de la stabilité au renversement : ........................................................................ 46


Chapitre 4 :Données du calcul ............................................................................................................... 47
I. Caractéristiques des matériaux : ................................................................................................. 48
II. Données géotechniques : ........................................................................................................... 48
III. Données sismiques : ................................................................................................................. 48
1. Classe de priorité : ................................................................................................................. 48
2. Coefficient du site : ................................................................................................................ 48
3. Coefficient d’accélération du sol : ......................................................................................... 49
4. Niveau de ductilité : ............................................................................................................... 49
5. Facteur de comportement : .................................................................................................... 49
6. Coefficient d’amortissement : ................................................................................................ 50
7. Facteur d’amplification dynamique :..................................................................................... 50
Chapitre 5 :Étude statique...................................................................................................................... 51
I. Pré-dimensionnement des éléments de la structure: ................................................................... 52
1. Planchers : ............................................................................................................................. 52
2. Poutres : ................................................................................................................................. 52
3. Poteaux : ................................................................................................................................ 53
4. Les Voiles : ............................................................................................................................. 53
II. Définition des charges : ............................................................................................................. 54
1. Charges permanentes : .......................................................................................................... 54
2. Charges d’exploitation : ........................................................................................................ 54
III. Descente de charge : ................................................................................................................ 55
1. Le cas où la structure est contreventée par portique :........................................................... 55
2. Le cas où la structure est contreventé par voile : .................................................................. 63
IV. Dimensionnement des éléments en B.A: ................................................................................. 69
1. Poteaux : ................................................................................................................................ 69
2. Poutres : ................................................................................................................................. 74
3. Semelles : ............................................................................................................................... 82
Chapitre 6 :Étude dynamique à l’aide de ARCHE Ossature ................................................................. 85
I. Introduction : .............................................................................................................................. 86
1. Critères de régularité : .......................................................................................................... 86
2. Conclusion : ........................................................................................................................... 89
II. Modélisation sur Arche ossature : ............................................................................................. 89

8
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

1. Les étapes à respecter : .......................................................................................................... 89


III. Calcul et exploitation des résultats :....................................................................................... 101
1. Étapes de calcul : ................................................................................................................. 101
2. Exploitation des résultats : .................................................................................................. 103
IV. Les résultats du déplacement : ............................................................................................... 121
1. Introduction : ....................................................................................................................... 121
2. Variante 1 : Contreventement par portique ......................................................................... 123
3. Variante 2 : Contreventement par voile ............................................................................... 127
V. Note de calcul :........................................................................................................................ 129
1. Variante 1 : Contreventement par portique ......................................................................... 129
2. Variante 2 : Contreventement par voile : ............................................................................ 133
VI. Conclusion : ........................................................................................................................... 141
Chapitre 7 :Étude financière ................................................................................................................ 142
I. Introduction : ............................................................................................................................ 143
II. Ratios par élément de structure : ............................................................................................. 143
III. Métré : .................................................................................................................................... 144
1. Variante 1 : Contreventement par portique ......................................................................... 144
2. Variante 2 : Contreventement par voile ............................................................................... 144
IV. Le coût global : ...................................................................................................................... 145
1. Variante 1 : Contreventement par portique ......................................................................... 145
2. Variante 2 : Contreventement par voile ............................................................................... 145
V. Comparaison financière : ........................................................................................................ 146

Conclusion : ......................................................................................................................................... 147

Bibliographie : ..................................................................................................................................... 149

Annexe 1 :............................................................................................................................................ 150

Annexe 2 :............................................................................................................................................ 159

9
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Liste des figures :

Figure 1: Les façades principale et arrière de l’immeuble .................................................................... 19


Figure 3: Image satellitaire montrant la situation géographique de la zone d’étude ............................. 20
Figure 2: Vue 3D de la structure par Arche ossature (système de voile et portique) ............................ 20
Figure 5: Dégradation des zones critiques des poteaux. ........................................................................ 25
Figure 4: Formation des rotules plastiques et apparition d’un mécanisme dans les poteaux d’un étage
souple .................................................................................................................................................... 25
Figure 6: Fendage de nœud non fretté : En l’absence d’armature transversale convenable, le
cisaillement alterné détruit les sections. ................................................................................................ 26
Figure 7: Rupture d’un poteau court par effort Tranchant .................................................................... 27
Figure 8 : État de déformation d’une structure en voiles et en portiques ............................................. 28
Figure 9: Diminution de la résistance du voile en fonction du nombre et l'importance des ouvertures.29
Figure 10: Formation des rotules Plastiques dans les linteaux .............................................................. 30
Figure 11: Refend à ouvertures décalées, elle évite les poutres de couplage ........................................ 30
Figure 12: Modes de rupture ................................................................................................................. 31
Figure 13: Plan archi d’un étage courant ............................................................................................... 38
Figure 14: Rez-de-chaussée flexibles à éviter. ...................................................................................... 39
Figure 15: Étages supérieurs flexibles à éviter. ..................................................................................... 40
Figure 16: Éviter les stabilisations non symétriques. ............................................................................ 41
Figure 17: Éviter les discontinuités de stabilisation. ............................................................................. 41
Figure 18: Éviter les sauts de rigidité et de résistance. .......................................................................... 42
Figure 19: La disposition des murs de refend. ...................................................................................... 43
Figure 20: Décomposition de la structure en plans compacts .............................................................. 43
Figure 21: L’effet des sols sablonneux sur la stabilité de la structure. .................................................. 44
Figure 22: Transmission des charges sismiques horizontales par les diaphragmes sur les murs de
contreventement .................................................................................................................................... 44
Figure 23: Carte de zonage au Maroc.................................................................................................... 49
Figure 24: Plan de coffrage d’un étage courant (contreventement par portique) .................................. 55
Figure 25: Les charges en tête de chaque poteau du RDC .................................................................... 58
Figure 26: Les charges en tête de chaque poteau du 1er étage .............................................................. 59
Figure 27: Les charges en tête de chaque poteau du 2éme étage .......................................................... 60
Figure 28: Les charges en tête de chaque poteau du 3éme étage .......................................................... 61
Figure 29: Descente de charge en tête de chaque poteau du 4éme étage .............................................. 62
Figure 30: Plan de coffrage du plancher d’un étage courant (Contreventement par voile) ................... 63
Figure 31: Les charges accumulées en tête des voiles du RDC ............................................................ 64
Figure 32: Les charges accumulées en tête des voiles du 1er étage ...................................................... 65
Figure 33: Les charges accumulées en tête des voiles du 2éme étage................................................... 66
Figure 34: Les charges accumulées en tête des voiles du 3éme étage................................................... 67
Figure 35: Les charges accumulées en tête des voiles du 4éme étage................................................... 68
Figure 36: Zones critiques dans un poteau ............................................................................................ 72
Figure 37: La poutre A-D 7 à ferrailler ................................................................................................. 74
Figure 38: Calcul des moments sur appuis (Caquot)............................................................................. 75
Figure 39: Cas de charge à prendre en considération dans la méthode de Caquot ................................ 76

10
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 40: Position poteau-poutre ......................................................................................................... 80


Figure 41: La zone critique d’une poutre .............................................................................................. 81
Figure 42: Règles d’arrêt des armatures des poutres. ............................................................................ 82
Figure 43: Conditions de symétrie sur le plan ....................................................................................... 86
Figure 44: Conditions de régularité sur parties saillantes...................................................................... 87
Figure 45: Conditions de régularité dans notre cas sur les parties saillantes......................................... 87
Figure 47: L’icône de Arche ossature sur la plateforme OMD ............................................................. 90
Figure 46: Configuration de la localisation ........................................................................................... 90
Figure 48: Listes des matériaux............................................................................................................. 91
Figure 50: L’affichage de la grille sur Arche Ossature ......................................................................... 92
Figure 49: Choix des unités ................................................................................................................... 92
Figure 51: Définition de la grille ........................................................................................................... 93
Figure 52: Générateur climatique .......................................................................................................... 93
Figure 53: Hypothèses de calcul/ séisme............................................................................................... 94
Figure 54: Spectre au Maroc selon RPS2000 ........................................................................................ 95
Figure 55: Choix des méthodes de calcul .............................................................................................. 95
Figure 56: Exemple de saisie d’un poteau ............................................................................................. 96
Figure 57: Exemple de saisie d’un voile ............................................................................................... 97
Figure 58: Exemple de saisie d’une poutre ........................................................................................... 97
Figure 59: Exemple de saisie d’une dalle .............................................................................................. 98
Figure 60: Le chargement d'une dalle en 1er étage ............................................................................... 99
Figure 61: La répartition des charges dans le plancher ......................................................................... 99
Figure 62: Méthodes de Calcul - pré dimensionnement ...................................................................... 100
Figure 63: Le choix de la contrainte du sol à l’ELU ........................................................................... 101
Figure 64: La fusion de la structure vérifiée ....................................................................................... 102
Figure 65: Vérification des erreurs ...................................................................................................... 102
Figure 66: Lancement du calcul .......................................................................................................... 103
Figure 67: Calcul du ferraillage ........................................................................................................... 103
Figure 68: Hypothèses de ferraillage d’une poutre ............................................................................. 104
Figure 69: Le plan de ferraillage d’une poutre continue de 3 travées ................................................. 105
Figure 70: Le résultat de ferraillage de la poutre continue .................................................................. 106
Figure 71: Vue en 3D de la poutre continue........................................................................................ 107
Figure 72: Méthode de calcul d’un poteau .......................................................................................... 107
Figure 73: Plan de ferraillage d’un poteau .......................................................................................... 108
Figure 74: La vue en 3D du poteau ..................................................................................................... 109
Figure 75: Les résultats de ferraillage du poteau ................................................................................. 109
Figure 76: Hypothèses de calcul d’un voile ........................................................................................ 110
Figure 77: Le choix des aciers Haute Adhérence pour les voiles ........................................................ 110
Figure 78: Plan de ferraillage d’un voile ............................................................................................. 111
Figure 79: Les résultats de ferraillage d’un voile ................................................................................ 111
Figure 80: Vue en 3D du voile ............................................................................................................ 112
Figure 81: Hypothèses de calcul des semelles isolées ......................................................................... 113
Figure 82: Le choix de fissuration préjudiciable pour les semelles..................................................... 114
Figure 83: L’enrobage des semelles .................................................................................................... 114

11
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 84: Plan de ferraillage d’une semelle isolée............................................................................. 115


Figure 85: Les résultats du ferraillage de la semelle isolée ................................................................. 116
Figure 86: Vue en 3D de la semelle isolée .......................................................................................... 117
Figure 87: Hypothèses de calcul d’une semelle filante ....................................................................... 118
Figure 88: Le plan de ferraillage d’un mètre linéaire de la semelle filante ......................................... 119
Figure 89: Les résultats de ferraillage de la semelle filante ................................................................ 120
Figure 90: Vue en 3D de la semelle filante ......................................................................................... 121
Figure 91: Le sens d’inertie des poteaux dans le modèle de contreventement par portique ............... 123
Figure 92: Le modèle éléments finis ................................................................................................... 124
Figure 93: Choix du cas de charge ...................................................................................................... 125
Figure 94: Le déplacement de la structure suivant X .......................................................................... 125
Figure 95: La valeur du déplacement suivant X .................................................................................. 126
Figure 96: Le déplacement de la structure suivant Y .......................................................................... 126
Figure 97: La valeur du déplacement suivant Y .................................................................................. 127
Figure 98: Le déplacement de la structure suivant X .......................................................................... 127
Figure 99: La valeur du déplacement suivant X .................................................................................. 128
Figure 100: Déplacement de la structure suivant Y ............................................................................ 128
Figure 101: La valeur du déplacement suivant Y ................................................................................ 129
Figure 102: Structure en portique avec le centre de masse confondu avec le centre de torsion.......... 133

12
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Liste des tableaux :

Tableau 1: La surface de chaque niveau................................................................................................ 19


Tableau 2: Caractéristiques des matériaux ............................................................................................ 48
Tableau 3: Période fondamentales du bâtiment ..................................................................................... 50
Tableau 4: Charges apportées par la terrasse ........................................................................................ 54
Tableau 5: Charges apportées par les étages et le RDC ........................................................................ 54
Tableau 6: Descente de charge sur le poteau B5 ................................................................................... 57
Tableau 7: Espacement maximal entre armatures transversales du poteau ........................................... 73
Tableau 8: Dimensions et chargement sur la poutre A-D7 ................................................................... 74
Tableau 9: Moments aux appuis (ELU) ................................................................................................ 77
Tableau 10: Moments maximaux en travée(ELU) ................................................................................ 78
Tableau 11: Le centre de masse et la masse totale (Portique) ............................................................. 130
Tableau 12: Valeurs du calcul modal (Portique) ................................................................................. 130
Tableau 13: Vérification de la masse modale suivant X (Portique) .................................................... 131
Tableau 14: Vérification de la masse modale suivant Y (Portique) .................................................... 132
Tableau 15: Masse totale et le centre de masse (Voile) ...................................................................... 133
Tableau 16: Valeur de calcul modal (Voile) ....................................................................................... 135
Tableau 17: Vérification de la masse modale suivant X (Voile) ......................................................... 137
Tableau 18: Vérification de la masse modale suivant Y (Voile) ......................................................... 139
Tableau 19: Coordonnées des centres de torsion et centres de masse ................................................. 140
Tableau 20: Notations utilisées ........................................................................................................... 140
Tableau 21: Valeurs des ratios par élément de structure ..................................................................... 143
Tableau 22: La quantité de béton et d’acier des différents types de la structure en portique .............. 144
Tableau 23: Surface totale de la dalle à hourdis 15+5......................................................................... 144
Tableau 24: La quantité de béton et d’acier des différents éléments de la structure en voile ............. 144
Tableau 25: Le coût global de la structure contreventé par portique .................................................. 145
Tableau 26: Le coût global de la structure contreventé par voile ........................................................ 145

13
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Présentation de la société :
1. Description :

La société Nord projet est crée en 1993, elle est situé au centre de la ville d’Al-Hoceima,
Son capital social est de 10 000 000 Dhs.

2. Usages:

C’est une société qui travaille sur plusieurs activités, on cite : travaux publics , Étude des
structures, hydraulique, étude de lotissement, étude des restructurations, étude des
aménagements et réhabilitations, établissement des cahiers de charges, environnement, étude
de faisabilité, étude socio-économique, et assistance aux travaux.

Ce bureau d’étude se charge de plusieurs projets dans le cadre local, provincial et parfois
national.

Il s’est occupé des plus grands projets au niveau provincial dont on trouve :

 Les travaux de construction du marché mirador (7.5 M.Dh).


 Les travaux de construction de direction régionale de l’agriculture de la région
Taza-Al-Hoceima-Taounat (1.5 M.Dh).
 Travaux extensifs du stade dans la ville d’al Hoceima (2 M.Dh).
 Le Programme ville sans bidonville dans la ville d’Al Hoceima (1.8 M.DH).

3. Organisation administrative de la société :

Chaque société nécessite un cerveau qui gère, qui dirigent, qui oriente le personnel et qui
veille le bon déroulement du travail afin d’assurer la satisfaction du client.
Nord projet, étant l’une des grandes sociétés à Al-Hoceima, a comme leader M.
Abdelmonaim BELLOUKI, ingénieur génie civil, en béton armé.
Le personnel est constitué d’une secrétaire et cinq techniciens spécialisés en différents
domaines et deux ingénieurs en génie civil.

14
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Bref, l’organisation administrative de cette société peut être représentée comme suit :

Directeur

Techniciens Ingénieurs Secrétaire

Interne Externe Interne Externe

4. Déroulement du travail :

 Dés le dépôt d’un projet par un client qui détermine un délai précis et un
pourcentage limité. Le directeur distribue les tâches à ses ingénieurs et à ses
techniciens et leurs explique les détails et la méthode à suivre dans la réalisation
du projet pour atteindre de bon résultats.
 Les ingénieurs et les techniciens se basent sur le plan d’architecte qu’ils
transforment en un plan béton armé en mettant toutes les modifications nécessaires
et leurs tâches exigées par le directeur. Ce travail nécessite l’utilisation de certains
logiciels, comme AUTOCAD et Arche Ossature.
 Après la réalisation du travail, les ingénieurs et les techniciens le mettent à la
disposition du directeur qui prend la responsabilité de le vérifier et le signer.

15
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Chapitre 1 :Introduction générale

16
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

I. Introduction :

Parmi les catastrophes naturelles, les tremblements de terre sont sans doute celles qui
ont le plus d’effets destructeurs dans les zones urbanisées. Pouvons-nous prévoir un séisme ?
Il semble que nous pouvons l’anticiper de seulement quelques heures, en effet les
phénomènes sismiques ne sont pas parfaitement connus. Toutefois, à chaque séisme nous
observons un regain d’intérêt pour la construction parasismique. Au Maroc, le tremblement de
terre de 2004, survenu à la région d’Al-Hoceima, a certainement contribué à la prise en
compte de ces phénomènes dans la construction.

Lors de toute catastrophe naturelle, on se doit de protéger avant tous les personnes
qui, près des lieux du désastre, courent un danger. Cela implique à la fois une connaissance
scientifique du phénomène ainsi que la maîtrise des moyens techniques pour y faire face, et
une considération totale du problème : les risques du séisme dépendent de l’activité
tectonique, ainsi que de la nature du sol, caractéristiques régionales mises en relation avec les
informations provenant du reste du monde, ce qui nécessite une bonne organisation à l’échelle
planétaire. Dans le cœur de tous les scientifiques étudiant ce problème, l’objectif principal est
la protection des personnes et des biens. Ainsi, pour assurer cette protection, il existe plusieurs
méthodes : d’une part la prévision et la prédiction des séismes, mettant en œuvre des
méthodes mathématiques diverses, visant à avertir les populations dans les zones à risques, et
d’autre part la prévention, qui consiste à concevoir des bâtiments pouvant résister aux
secousses telluriques : c’est l’objet de la construction parasismique. Une combinaison des
deux méthodes étant bien plus efficace.

Depuis ma tendre enfance, j’entends parler de tremblement de terre et de construction


parasismique. C’est pourquoi, j’ai décidé de comprendre ce phénomène et les applications
faites dans la construction. Dans cette optique, j’ai recherché un projet lié aux structures
parasismiques. Je vais donc vous présenter mon travail réalisé.

17
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

II. Présentation du projet :

1. Présentation générale du projet :

Ce projet, sera réalisé dans le cadre d’un partenariat public/privé sur une superficie globale de
10.000 m2, avec le maitre d’ouvrage le groupe Al-Omrane. Ce projet intégré, traduit la
sollicitude constante dont Sa Majesté le Roi entoure les classes moyennes et ménages à
revenus limités, en leur permettant d'accéder à un logement décent à des conditions
avantageuses. Il ne manquera pas de donner une forte impulsion à la politique de lutte contre
l'habitat insalubre, comme il contribuera à la diversification de l'offre en logements.

Ce projet fait partie intégrante du nouveau pôle urbain Sidi Abid qui s’étend sur une
superficie globale de 53 ha et abritera, à terme, 99 lots pour villas, 58 lots (R+4), 179 lots
(R+3), 87 lots (R+2), 7 lots dédiés aux logements sociaux, ainsi que 30 équipements sociaux
et économiques.

Doté d’une enveloppe budgétaire de 459 millions de dirhams, le nouveau pôle


urbainSidi Abid assurera, pour les années à venir, une urbanisation équilibrée qui serait en
mesurede mettre un terme à l’habitat insalubre, d’atténuer les pressions sur la ville d’Al
Hoceima etsurtout de mettre sur le marché un habitat correspondant aux besoins de toutes les
couchessociales, principalement celles à revenu moyen.

2. Description détaillée du projet :

On a choisi le type le plus courant pour les projets d’habitat social, un bâtiment constitué de
Rez-de-chaussée et quatre étages (R+4) avec ossature en béton armé.

18
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 1: Les façades principale et arrière de l’immeuble

 Le RDC consacré aux magasins ;


 Les étages courants à usage d’habitation, avec quatre appartements dans chaque
étage ;

Niveaux Surface de niveau (m²)


Rez-de-chaussée 283.24
1er étage 245.93
2éme étage 245.93
3éme étage 245.93
4éme étage 245.93
Terrasse 245.93
TOTAL (m²) 1512.89

Tableau 1 : La surface de chaque niveau

Le bâtiment étudié représente une irrégularité au niveau de la forme en plan;

19
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 2: Vue 3D de la structure par Arche ossature (système de voile et portique)

3. Situation géographique :

La zone d’étude est située à Sidi Abid, au centre nord de la ville d’Al-Hoceima au bord de la
mer méditerranéenne.

Figure 3: Image satellitaire montrant la situation géographique de la zone d’étude

20
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

III. Les variantes à étudier :

On va étudier deux variantes basées sur le type de contreventement :

 Contreventement par portique ;


 Contreventement par voile ;

L’objectif de cette étude est de faire une comparaison entre ces deux types de
contreventement, afin de choisir la conception optimale de la structure que ça soit sur le plan
technique ainsi que sur le plan économique.

21
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Chapitre 2 :Généralités de calcul

22
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

I. Étude de contreventement:

1. Introduction :

En génie civil, un contreventement est un système statique destiné à assurer la stabilité


globale d'un ouvrage vis-à-vis des effets horizontaux issus des éventuelles actions sur celui-ci
(par exemple : vent, séisme, choc, freinage, etc.). Il sert également à stabiliser localement
certaines parties de l'ouvrage (poutres, colonnes) relativement aux phénomènes d'instabilité
(flambage ou déversement).
Afin d'assurer la stabilité globale d'un bâtiment, il est nécessaire que celui-ci soit
contreventé selon au moins 3 plans verticaux et un plan horizontal ; on distingue donc les
contreventements verticaux (destinés à transmettre les efforts horizontaux dans les fondations)
des contreventements horizontaux (destinés à s'opposer aux effets de torsion dus à ces
efforts).
Un contreventement peut être réalisé par des voiles (contreventements verticaux) ou des
plaques (contreventements horizontaux) en béton armé, en maçonnerie, en bois ou en tôle
ondulée; ou par des treillis en bois ou en acier. Un contreventement est particulièrement
utilisé dans la création d'une ossature ou d'une structure d'un bâtiment ou
d'une charpente métallique.

2. Les différents types de contreventement :

i. Systèmes de portique :
 Principe de fonctionnement :

Il s’agit d’une ossature composée de poteaux et poutres à nœuds rigides, capable de


résister aussi bien aux charges verticales qu’aux charges horizontales.
Les structures en béton armé contreventées par portiques sont relativement répandues dans
les constructions courantes de bâtiment, vu la simplicité de leurs exécutions ainsi que
l'économie sur les matériaux utilisés. Cependant, ce type de structure ne convient pas pour des
bâtiments élancés étant donnée leur flexibilité.

23
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Le choix de la forme et le dimensionnement des portiques devraient être faits de sorte que
les zones plastifiées (rotules plastique) ne puissent se former qu'entre les appuis des poutres,
c'est à dire que la résistance des poteaux et des nœuds soit supérieure à celle des poutres, le
cas contraire pourrait avoir pour conséquence l'instabilité de la structure (l'effondrement
prématuré de la structure).
Le dimensionnement doit conférer aux poutres une déformabilité suffisante pour que leur
rupture potentielle soit due à la flexion et non pas au cisaillement.
Pour ce type de structures, la dissipation d'énergie se fait par des déformations importantes
aux droit des zones d'extrémités dans les quelles sont susceptibles d'apparaître des rotules
plastiques. Dans ces zones, sous l'effet des forces sismiques, apparaît une concentration des
efforts avec dépassement des limites élastiques des matériaux et une diminution de la rigidité.
Les nœuds subissent des efforts élevés et constituent les zones les plus vulnérables d'une
ossature, cela explique le souci de la plupart des règlements des constructions parasismiques
de conférer aux poteaux une résistance supérieure à celle des poutres.

 Modes de ruptures :

Les modes de rupture indésirables souvent observés dans les structures contreventées par
portiques sont dus à la formation de rotules plastiques dans les poteaux mal dimensionnés au
niveau des zones critiques d’un étage souple (figure 4), ou dans les nœuds (jonctions poteaux-
poutres) (figure 5), la rupture est due à la concentration des contraintes à ses endroits à cause
de leur rigidité élevée.

24
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 4 : Formation des rotules plastiques et apparition d’un mécanisme dans les
poteaux d’un étage souple

Figure 5: Dégradation des zones critiques des poteaux.

25
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

a – Zones critiques situées aux extrémités du poteau


b – Fissuration au droit d’arrêt de bétonnage
c – Fissures dues à l’allongement des armatures longitudinales.
d – Fissures en X
e – dislocation total du béton accompagnée du flambage des armatures longitudinales.

Les dégradations dues au cisaillement alterné de poutres ou poteaux rendent les


structures inutilisables ou causent leur effondrement.
Ces dégradations résultent de fissurations inclinées alternée à 45° en cas de
cisaillement pur, générées par l’alternance des mouvements de la structure. Cet ensemble de
fissures croiséestransforme le matériau béton en un amas de pierres disjointes, ce qui entraîne
une perte totalede résistance et de raideur tant axiale que flexionnelle de l’élément structural.
On assure un dimensionnement surabondant des armatures transversales d'effort
tranchant.
Le volume des nœuds doit être fretté afin de prévenir leurs gonflements et l’éclatement
du bétonainsi que pour lui assurer une bonne ductilité, l’insuffisance de frettage a souvent
entraînél’éclatement des nœuds ou la rupture des têtes de poteaux (figure 6).

Figure 6: Fendage de nœud non fretté : En l’absence d’armature transversale


convenable, le cisaillement alterné détruit les sections.

La rupture par cisaillement de ce qu’il est convenu d’appeler des «colonnes courtes»
est une cause majeure d'effondrement lors de tremblements de terre. Il s'agit de colonnes
trapues, qui sont souvent encastrées dans de solides poutres ou sommiers, ou qui sont
rigidifiées par le remplissage ultérieur d'un cadre (figure 7) .Les poteaux courts d'une manière
générale amènent à de graves désordres à l'occasion de séismes, même modérés. Si leur usage

26
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

ne peut-être évité il est recommandé que des contreventements par voiles ou palées prennent
l'essentiel de l'effort horizontal.

Figure 7 : Rupture d’un poteau court par effort Tranchant

ii. Contreventement par voile :


 Principe de fonctionnement :

Au fur et à mesure que la nécessite de construire des immeubles de plus en plus hauts
se faisait sentir, les portiques ont commencé à être remplacés par des refends disposés au droit
des cages d’escalier et des ascenseurs.
Le système est constitué de plusieurs murs isolés ou couplés, destinés à résister aux
forces verticales et horizontales. Les murs couplés sont reliés entre eux par des linteaux
régulièrement espacés et adéquatement renforcés.
Les bâtiments avec voiles en béton armé ont montrés un excellent comportement sous
l'action sismique même lors des séismes majeurs. Ils ne comportent pas de zones aussi
vulnérables tel que les nœuds de portiques et la présence de murs de remplissage n'entraîne
pas de sollicitations locales graves.
Les dégâts subis par les voiles sont en général peu importants et facilement réparables.
La grande rigidité des voiles réduit par ailleurs les déplacements relatifs des planchers, et par
conséquent, les dommages causés aux éléments non structuraux, ainsi que les effets
psychologiques sur les personnes. Dans les terrains meubles, les bâtiments en voiles imposent
au sol des déformations qui permettent de dissiper une quantité importante d'énergie à

27
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

laquelle l'ossature est donc soustraite. Par ailleurs, même largement fissurés, les voiles
peuvent supporter les planchers et réduire le risque d'effondrement. Toutefois, les voiles non
armés ou faiblement armés peuvent subir, en cas de séisme violent, des dommages
importants.

Figure 8 : État de déformation d’une structure en voiles et en portiques

Les voiles ou murs de contreventement peuvent être généralement définis comme des
éléments verticaux à deux dimensions, dont la raideur hors plan est négligeable. Dans leurs
plans, ils présentent généralement une grande résistance et une grande rigidité vis-à-vis des
forces horizontales. Par contre, dans la direction perpendiculaire à leurs plans, ils offrent très
peu de résistance vis-à-vis des forces horizontales.
On doit toutefois renforcer les extrémités des voiles par des poteaux ou des retours
d'angle cette mesure est particulièrement recommandée. Elle confère également aux voiles
une plus grande résistance dans le domaine élastique (meilleure résistance au flambement des
bords comprimés). De plus, après le dépassement de la résistance du voile, l'élément continue
à porter les charges par effet de portique.
Les dégâts souvent observés sur les voiles sont des fissures du béton au droit des zones
de reprises de bétonnage, un soin particulier doit donc être apporté à leur exécution.

28
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

La rigidité et la résistance des voiles diminuent avec le nombre et l'importance


d'ouvertures, par ailleurs, elles devraient être superposées afin de préserver les trumeaux
résistants comme le montre la figure 9.

Figure 9 : Diminution de la résistance du voile en fonction du nombre et l'importance


des ouvertures.

Dans le cas des murs à ouvertures, les rotations subies par les sections horizontales se
traduisent par de fortes courbures et, donc, par de fortes exigences de ductilité de linteaux qui
seront appelés à dissiper une partie importante de l’énergie par la formation des rotules
plastiques.
Les linteaux sont fortement sollicités a l’effort tranchant, leur endommagement dépend
directement des dispositions d’armatures. Pour le calcul, les linteaux sont traités comme des
poutres ou pièces courtes.
Il est parfois possible d’éviter l’exécution d’éléments de construction fortement armés
par des choix architecturaux judicieux. Ainsi plutôt que de réaliser deux murs couplés, qui ne
donnent comme inertie totale que la somme des 2 inerties individuelles de chaque mur et qui
impliquent des poutres de couplage fortement armées, on peut gagner en inertie flexionnelle,
en faisant travailler l'ensemble comme une seule poutre, simplement en alternant les
ouvertures au lieu de les aligner.
Pour la répartition des efforts on ne tient pas compte des ouvertures (refend plein).

29
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 10: Formation des rotules Plastiques dans les linteaux

Figure 11: Refend à ouvertures décalées, elle évite les poutres de couplage

La réalisation des structures en voiles nécessite un coût plus au moins élevé, du fait
que la quantité du béton et des aciers de la structure est importante, comparée à celles d'une
structure en portiques, ainsi que l'utilisation d'un équipement coûteux tel que l’investissement
sur le coffrage (coffrage tunnel, tables et banches, coffrage glissant), grues d'une certaine
capacité de levage). Mais d’un autre côté, un gain considérable dans la durée d’exécution du
projet (une réduction dans le temps de décoffrage des planchers), la facilité d'exécution et la

30
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

possibilité d'amortissement des équipements sur plusieurs blocs réalisés. En plus, de multiples
raisons d’ordre structural et économique poussent à promouvoir l’utilisation de ces structures
en zone sismique.

 Modes de ruptures:

Les modes de ruptures des voiles élancés sont représentés sur les figures ci-dessus :

Figure 12: Modes de rupture

 Rupture en flexion :

Mode a : rupture par plastification des armatures verticales tendues et écrasement du béton
comprimé.

C’est le schéma de ruine le plus satisfaisant qui correspond à la formation d’une rotule
plastique dans la partie inférieure de voile avec une importante dissipation d’énergie. On

31
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

observe que ce mode de ruine dans les voiles très élancés soumis à un effort normale de
compression faible et à cisaillement modéré.

Mode b : rupture par écrasement du béton. Ce mode de ruine se rencontre pour les voiles
assez fortement armés soumis à un effort normal important. Le mode b est moins ductile que
le mode a, surtout dans le cas d’une section rectangulaire.

Mode c : rupture fragile par ruptures des armatures verticales tendues. C’est un mode de
rupture qui se rencontre dans les voiles faiblement armés, lorsque les armatures verticales sont
essentiellementréparties et non concentrés aux extrémités. La ductilité et la capacité
d’absorption d’énergie peuventêtre améliorées en concentrant les armatures verticales aux
extrémités.

 Rupture en flexion – Effort tranchant:

Mode d : rupture par plastification des armatures verticales de flexion et des armatures
transversales.

C’est ce qui se produit dans les voiles moyennement élancés où la flexion n’est plus
prépondérante etoù les armatures horizontales sont insuffisantes.

 Rupture par effort tranchant :

Mode e : rupture des bielles de compression développées dans l’âme du voile. On observe
dans lesvoiles munis de raidisseurs fortement armés longitudinalement et transversalement et
soumis à descisaillements élevés.

iii. Contreventement mixte voile-portique:

Dans certains cas ou les voiles ne suffisent plus à assurer le contreventement pourvu
que les charges verticales soient, à 80% et plus, prises par les portiques. Une liaison avec des
portiques permet d’augmenter leur capacité de résistance. Le calcul manuel est laborieux mais
les avancées informatiques ont rendu possible l’étude d’exécution de telles structures.
Les difficultés d’exécution dues à la complexité de la structure de résistance confèrent
à ce type de construction un caractère assez limité.

32
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

II. Méthodes de calcul :

Le choix des méthodes de calcul et la maitrise de la modélisation de la structure


doivent avoir pour objectif, une approche aussi fidèle que possible du comportement réel de la
structure compte tenu, non seulement du type d’ossature, mais aussi des caractéristiques du
matériau constitutif et, bien entendu, des conséquences dues aux approximations habituelles
telles que la non prise en compte des éléments non structuraux. Par ailleurs, la mauvaise
connaissance des données relatives au sol de même que la modélisation qui est faite de
l’interface sol-structure peut être à l’origine des imprécisions les plus importantes dans le
modèle considéré du bâtiment.

Pour effectuer un calcul sismique, il s’agit de s’orienter vers l’une ou l’autre des
méthodes suivantes :

1. Méthodes statiques équivalentes :

Pour la méthode statique équivalente ou la méthode simplifiée, les forces sont


déterminées par une approche réglementaire simplifiée, basée sur le règlement parasismique
Marocain : RPS2000, elles impliquent ainsi la substitution des sollicitations dynamiques, par
des équivalents statiques qui sont censés produire les mêmes effets.
Le mouvement du sol peut se faire dans une direction quelconque dans le plan horizontal.
Les forces sismiques horizontales équivalentes seront considérées appliquées successivement
suivant deux directions orthogonales caractéristiques choisies par le projeteur.
Dans le cas général, ces deux directions sont les axes principaux du plan horizontal de la
structure.
L’utilisation de cette méthode ne peut être dissociée de l’application rigoureuse des
dispositions constructives garantissant à la structure :
 Une ductilité suffisante.
 La capacité de dissiper l’énergie vibratoire des secousses sismiques majeures.

D’après l’article 6.2.1.2 du RPS 2000; L’approche statique équivalente adoptée,est


requise dans les conditions suivantes :

33
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Le bâtiment doit être régulier conformément aux critères définis dans l’article
4.3.1 du RPS.
 La hauteur du bâtiment n’excède pas 60 m et sa période fondamentale ne
dépasse pas 2 secondes.

2. Analyse modale :

L’analyse modale est la méthode de calcul des effets maximaux d’un séisme sur une
structure.

 Un spectre de réponse caractérise la sollicitation sismique.


 La structure est supposée à comportement élastique ce qui permet le calcul des
modes propres.
 La réponse d’une structure est prépondérante au voisinage des fréquences de
résonance.
 Le comportement de la structure pour ces fréquences de résonances est appelé
mode de vibration.
 Le comportement global est considéré comme la somme des contributions des
différents modes.

Le calcul des modes doit être poussé de façon à satisfaire les deux conditions suivantes
issues du RPS 2000 :

 atteindre la fréquence minimale de 33 Hz dite “fréquence de coupure ” dans


chaque direction d’excitation.
 Solliciter 90% de la masse M totale du système dans chaque direction
d’excitation.

Au-delà de la fréquence de coupure l’apport des modes supérieurs est négligeable.


Ou bien :La suite des modes peut être interrompue avant la fréquence de 33 Hz

% de la masse totale vibrante M.

34
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Pour un séisme donné, la réponse globale de la structure n’est constituée que de


quelques modes principaux. Ces modes principaux sont retenus en fonction des masses
modales effectives. La masse modale étant pour un mode donné la masse effective dans la
direction du séisme étudié.
Les réponses modales (déplacements et efforts maximaux) calculées pour les différents modes
retenus sont ensuite combinées de façon à restituer l’ensemble des effets du séisme réel.

35
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Chapitre 3 :Conception
parasismique

36
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

I. Conception du bâtiment :

1. Conception général des bâtiments :

La conception d’un bâtiment doit toujours satisfaire les critères suivants :

 La fonctionnalité : la forme du bâtiment, son architecture et sa fonction doivent être


cohérentes.
 La stabilité : le bâtiment doit résister aux sollicitations ou charges dans des conditions
habituelles (état service,…) ou même exceptionnelles (état ultime, séisme,..)

 La durabilité : critère essentiel pour des raisons économiques évidentes et qui tend à
occuper un rôle de plus en plus important.

2. L’architecture du bâtiment :

Dans un premier temps il s’agit d’adapter la conception à l’architecture technique


retenue, tout en répondant aux exigences de stabilité et de résistance, et aux contraintes
architecturales de viabilité de sécurité et d’esthétique.
Les conditions architecturales prises en considération se résument à:
 Eviter d’avoir des poteaux qui aboutissent au hasard au milieu des salons,
chambres, etc. ...
 Eviter les grandes retombées de poutres dans les milieux visibles, ce qui va
compromettre l’esthétique du bâtiment.
 Eviter les grandes portées de poutres (ne pas dépasser 7m).

37
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 13: Plan archi d’un étage courant

3. Règlement en vigueur :

Tous les calculs effectués dans ce travail sont basés sur les règlements suivants :

 Règlement de construction parasismique RPS 2000 :

C’est un règlement officiel qui s’applique aux constructions nouvelles et aux


bâtiments existants subissant des modifications importantes telles que changement
d’usage, transformation pour des raisons de sécurité publique ou construction d’un
ajout. Il est homologué par le décret n°2-02-177 du 9 Hija 1422 (22 février 2002), et a
pour objectif de :

38
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Définir l’action sismique sur les bâtiments ordinaires au cours des tremblements
de terre.
 Présenter un recueil d’exigences minimales de conception et de calcul ainsi que
des dispositions constructives à adopter pour permettre aux bâtiments ordinaires
de résister convenablement aux secousses sismiques.

Les administrations, les maîtres d'ouvrage et les professionnels dans l'acte de


construire au Maroc sont donc tenu de respecter ses articles.

 Règles BAEL 91 modifié 91: pour le dimensionnement des éléments en béton


armé.

4. Principes parasismiques de base :

Il est obligatoire de concevoir les bâtiments selon les règles parasismiques si on veut
les doter d'une bonne tenue aux tremblements de terre.

 Eviter les rez-de-chaussée flexibles :

De nombreux effondrements de bâtiments lors des tremblements de terre sont à mettre


sur le compte d’éléments de stabilisation présents dans les étages supérieurs, mais absents au
rez-de-chaussée où seules des colonnes relativement minces subsistent.
Cela entraîne un rez-de-chaussée flexible horizontalement, et conduit au dangereux
mécanisme de colonnes (mécanisme d’étage).

Figure 14: Rez-de-chaussée flexibles à éviter.

39
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Eviter les étages supérieurs flexibles :

Lorsqu’à un étage supérieur la stabilisation horizontale est affaiblie ou même


totalement absente, cela entraîne un étage flexible et par conséquent un mécanisme de
colonnes dangereux (mécanisme d’étage).

Figure 15: Étages supérieurs flexibles à éviter.

 Eviter les stabilisations non symétriques :

Sur les plans des bâtiments de la figure suivante,seules les parois constituant les
éléments de lastabilisation horizontale sont représentées. Lescolonnes conçues uniquement
pour reprendre descharges verticales n’y figurent pas. Les refendssont disposés de façon
fortement asymétrique. Lecentre de résistance W ne coïncide pas avec lecentre de masse M,
ce qui entraîne une forte torsionavec rotation autour du centre de cisaillement S et surtout la
rupture des colonnes les plus éloignéesdu centre S.

40
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 16: Éviter les stabilisations non symétriques.

C’est pour cette raison, qu’on a essayé de rapprocher au maximum le centre de torsion
au centre de masse en effectuant une série de modifications sur la conception initiale.

 Eviter les discontinuités de stabilisation :

Les discontinuités de stabilisation, c’est-à-dire une disposition différente en plan et/ou en


élévation sur la hauteur des bâtiments, sont toujours des points sensibles et conduisent
souvent à l’effondrement des bâtiments. C’est pourquoi toute discontinuité de stabilisation est
absolument à éviter.

Figure 17: Éviter les discontinuités de stabilisation.

 Les sauts de rigidité et de résistance sont problématiques :

Des sauts de rigidité et de résistance du contreventement principal sur la hauteur de la


structure porteuse peuvent entraîner un comportement dynamique irrégulier et engendrer des
problèmes lors de la transmission locale des efforts. Une augmentation de la rigidité et de la

41
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

résistance de bas en haut (à gauche dans la figure) est nettement moins favorable
qu’inversement. En tout cas, le plus grand soin doit être apporté au dimensionnement et aux
dispositions constructives des zones de transition.

Figure 18: Éviter les sauts de rigidité et de résistance.

 Dans les bâtiments stabilisés par des murs de refends, souvent deux refends
élancés en béton armé par direction principale sont suffisants :

Pour une zone de faible sismicité, en général deux refends élancés par direction
principale en béton armé s’étendant sur toute la hauteur du bâtiment suffisent. Ceci est
particulièrement valable dans le cas de cloisons intermédiaires non-porteuses plutôt flexibles
ou séparées de la structure porteuse par des joints (pas de remplissage en maçonnerie sans
joints). Pour diminuer les effets de torsion, les refends devraient être disposés symétriquement
et, si possible, à la périphérie du bâtiment. Il faudrait également éviter de disposer les refends
dans un angle du bâtiment à cause de la difficulté de diffuser les forces de réaction
correspondantes dans le sol. Des refends avec une section en L (parois d’angle) et des refends
avec une section en U sont souvent nettement moins favorables que ceux de section
rectangulaire, car ils peuvent difficilement être conçus de manière ductile. Par contre, des
refends en béton armé de section rectangulaire peuvent être facilement adaptés pour
augmenter leur ductilité, ce qui permet d’atteindre une grande sécurité parasismique pour
l’ensemble du bâtiment.

42
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 19: La disposition des murs de refend.

 Préférer des plans compacts :

Les parties gauche et droite du bâtiment sur la figure ci-dessous voudraient vibrer de
façon différente, mais elles se gênent mutuellement. Ceci conduit en particulier dans la zone
de transition à de fortes sollicitations. Le comportement s’avère nettement meilleur si l’on
sépare le plan en deux parties compactes par un joint.

Figure 20: Décomposition de la structure en plans compacts

 En cas de sols sablonneux, tenir compte d’une éventuelle liquéfaction du sol :

Certains sols sablonneux à teneur en eau plutôt élevée sont très stables et supportent
bien les charges statiques, mais se comportent subitement comme un liquide sous l’effet de
vibrations –comme lors d’un tremblement de terre. Les bâtiments peuvent s’affaisser ou si le

43
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

sol est inhomogène ou lors d’une liquéfaction inégale, s’incliner, ce qui peut aboutir à un
effondrement total. Un examen soigneux du sol de fondation et des mesures spéciales telles
que renforcement par injections, fondation profonde (pieux), etc., peut éviter ce phénomène.

Figure 21: L’effet des sols sablonneux sur la stabilité de la structure.

 Choix du type de la dalle :


Dans le cas d’une conception parasismique, le plancher doit constituer un
diaphragme : un ouvrage plan rigide, assurant trois fonctions principales :
 Transmission des charges sismiques horizontales.
 Raidir le bâtiment.
 Coupler les éléments verticaux.

Figure 22: Transmission des charges sismiques horizontales par les


diaphragmes sur les murs de contreventement

44
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Pour remplir ces rôles, le plancher doit satisfaire quelques exigences :

 Ne pas être trop long et étroit pour éviter sa flexibilité dans le plan horizontale.
 Dans le cas où la rigidité du diaphragme est moins importante que celle des éléments
de contreventement vertical (voile), se limiter à des portées modérées afin de limiter la
flexibilité du plancher.
 Placer les trémies et les ouvertures au milieu des diaphragmes et non à leurs
extrémités.
 S’assurer de certaines dispositions constructives, à savoir :
o Diaphragme efficacement ancré dans les chaînages sur toute leur
périphérie.
o Les éléments constructifs du plancher doivent impérativement être
solidarisés entre eux pour assurer la continuité mécanique.

Les diaphragme en dalle pleine en B.A ou en corps creux peuvent toutes les deux satisfaire les
exigences cités si elles sont exécutés soigneusement sur chantier. Dans la mesure du possible,
on a essayé de vérifier toutes les exigences, et de porter la dalle sur la plus courte direction
dans la plupart des cas.

II. Vérification du contreventement :

Le système de contreventement doit vérifier les conditions suivantes :

1. Vérification des déplacements latéraux inter-étages :

Le but est de vérifier que la structure évolue dans le domaine de ses propriétés qui est
pris encompte dans le calcul et contenir les dommages structuraux dans des limites
acceptables.
a) Il doit être vérifié que sous l’effet des actions d’ensemble les déformations des élémentsde
la structure restent limitées aux valeurs maximales fixées par le présent règlement.
b) Les déplacements latéraux inter-étages ∆el évalués à partir des actions de calcul
doiventêtre limités à :
K. ∆el ≤ 0.007 h pour les bâtiments de classe I
K. ∆el ≤ 0.010 h pour les bâtiments de classe II

45
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

h : étant la hauteur de l’étage.


K : coefficient du comportement

2. Vérification du déplacement latéral total du bâtiment :

Le déplacement latéral total du bâtiment ∆g doit être limité à :

 ∆g ≤ 0.004 H avec H : étant la hauteur totale de la structure

3. Vérification de la stabilité au renversement :

La structure doit être dimensionnée pour résister aux effets de renversement dû aux
combinaisons des actions de calcul. Un ancrage est exigé si l’effet des charges de calcul
tendant à provoquer ce phénomène est supérieur à l’effet de stabilisation.

a) La stabilité est considérée satisfaite si :


0.10 ≥ Ɵ = K W Δel / V h

b) l’effet du second ordre est à prendre en compte dans le calcul pour


0.20 ≥ Ɵ ≥ 0.10

c) La stabilité est considérée non satisfaite si :


Ɵ> 0.20

 Ɵ : indice de stabilité
 W : poids au-dessus de l’étage considéré
 V : action sismique au niveau considéré
 h : hauteur de l’étage
 Δel : déplacement relatif
 K : coefficient de comportement

46
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Chapitre 4 :Données du calcul

47
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

I. Caractéristiques des matériaux :

Les valeurs prises dans le calcul se résument dans le tableau suivant :

La résistance caractéristique du béton Fc= 25Mpa


La limite élastique de l’acier Fe= 500Mpa
La contrainte de calcul du béton σbc= 14.17Mpa
La contrainte de calcul de l’acier a l’ELU σs=Fe/1.15= 434.8MPA
Fissuration Peu préjudiciable (préjudiciable pour les
fondations)
L’enrobage des aciers 3cm pour tous les éléments en BA et 5cm
pour les fondations
Tableau 2: Caractéristiques des matériaux

II. Données géotechniques :

Le sol d’assise est constitué principalement d’une formation rocheuse, les matériaux
répandus sont des carbonates massifs et rigides qui apparaissent en surface.

Le rapport géotechnique indique qu’il n’y a pas de problème de liquéfaction, et pour


des tassements faibles et admissibles, la valeur de surpression admissible du sol est de 2.5
bars (25 t/m³).

III. Données sismiques :

1. Classe de priorité :

C’est un bâtiment à usage d’habitation : CLASSE II

 Coefficient I=1.0 (RPS2000 tableau 3.1)

2. Coefficient du site :

Le sol est rocheux toute la profondeur et ferme, épaisseur ≤15m.

48
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Le site est de type: S1 (RPS2000 tableau 5.2).

3. Coefficient d’accélération du sol :

Al-Hoceima se situe dans la zone 3 selon la carte du zonage sismique au Maroc

 A= 0.16 (RPS2000 tableau 5.1).

Figure 23: Carte de zonage au Maroc

4. Niveau de ductilité :

D’après le tableau 3.2 du RPS2000, le niveau de ductilité est ND1.

5. Facteur de comportement :

Dans le cas du contreventement par portique, K=2.

49
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Dans le cas du contreventement par voile, K=1.4.

6. Coefficient d’amortissement :

On a une structure en Béton armé, d’après le tableau 3.4 du RPS2000 ξ = 5%

7. Facteur d’amplification dynamique :

D’après la formule 6.5 du RPS, la période fondamentale : T = 0.09H/√L


Où H : hauteur totale du bâtiment
L : longueur du bâtiment selon chacune des directions X et Y.

H (m) 15
Lx (m) 12.25
Ly (m) 24.3
Tx (s) 0.38
Ty (s) 0.27
Tableau 3: Période fondamentales du bâtiment

 Selon le tableau 5.5 du RPS2000, le facteur d’amplification dynamique est D=2.5.

50
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Chapitre 5 :Étude statique

51
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

I. Pré-dimensionnement des éléments de la structure:

1. Planchers :

J’ai travaillé avec un plancher à corps creux pour les raisons suivantes :

 Gain important du temps de réalisation ;


 Facilités de stockage, de transport et de mise en œuvre
 Economie importante en béton
 Légèreté par rapport à la dalle pleine
 Meilleure isolation thermique et acoustique

L’épaisseur du plancher est déterminée à partir de la condition de flèche : e ≥ L/22,5

Où e : l’épaisseur totale du plancher


L : la portée maximale entre nus d’appuis

On a L/22.5 = 290/22.5 = 12.89cm

On optera pour des dalles de 20 cm d’épaisseur (15cm de corps creux + 5cm de la dalle
de compression.)

2. Poutres :

D’après le BAEL 91, les dimensions d’une section rectangulaire isostatique sont :

 La hauteur h :

L/ 15 ≤ h ≤ L/10

On ce qui concerne les poutres continues, la hauteur h de la poutre doit vérifier la


condition de la flèche suivante:
Lmax/16 ≤ h ≤ Lmax/12

52
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 La largeur b :

Selon le BAEL, la largeur de la poutre doit vérifier la relation suivante :

0.4*h ≤ b ≤ 0.7*h

Les dimensions de la section de la poutre, h et b étant respectivement la plus grande et


la plus petite dimension, doivent satisfaire les conditions exigées par le RPS 2000 :

 Le rapport largeur/hauteur doit être :

b/h ≥ 0. 25
 La largeur b de la poutre doit être :

b ≥ 200 mm.

Dans notre cas, pour plus de sécurité, on a fixé les hauteurs des poutres à la valeur de
L/12 arrondie à 5 cm près.

Les hauteurs des poutres principales varieront alors de 30 à 50cm, la hauteur des
poutres secondaires a été fixée à 25 cm

D’autre part on a fixé les largeurs des poutres à 25 cm (dimension minimale des
poteaux).

3. Poteaux :

Le règlement parasismique Marocain impose la valeur 25cm comme dimension


minimal dans chaque direction des poteaux, les dimensions à retenir sont obtenues par la
descente de charges.

4. Les Voiles :

L’épaisseur des voiles a été fixée sur la valeur de 20cmpour tous les niveaux.

53
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

II. Définition des charges :

1. Charges permanentes :

Élément Charges (Kg/m²)


Protection du revêtement 120
Etanchéité 20
Forme de pente 200
Dalle 15+5 280
Enduit sous plafond 30
Total 650
Tableau 4: Charges apportées par la terrasse

Élément Charges (Kg/m²)


Revêtement 140
Dalle 15+5 280
Cloison 75
Enduit sous plafond 30
Total 525
Tableau 5: Charges apportées par les étages et le RDC

2. Charges d’exploitation :

 Q (terrasse accessible) = 150 Kg/m²


 Q (étage) = 150 Kg/m²

54
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

III. Descente de charge :

1. Le cas où la structure est contreventée par portique :

i. Schéma de conception :

Figure 24 : Plan de coffrage d’un étage courant (contreventement par portique)

ii. Charges transmises aux poteaux :


Exemple détaillé de calcul sur le poteau B5 :

La surface d’influence Sb₅ = 12.5m²

 La charge permanente :
G (KN/m) = Gp*S + PP poteau + Ʃ PP Poutre * (L/2)

 La charge d’exploitation:
Q (KN/m) = Qp * S

55
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Avec:
GP: la charge permanente sur les planchers supérieurs.
QP: la charge d’exploitation sur les planchers supérieurs.
L: portée entre axe de la poutre appuyant sur le poteau.
PP poteau = section du poteau × hauteur × densité du béton (25KN/m³)
PP poutre = section de la poutre × densité du béton (25KN/m³).
S: l’aire de la surface du plancher supporté par le poteau.

 Charge permanente apportée par la terrasse :


G= (12.5 * 0.650) + (2.5*0.25*0.4*2.8) + (2.5*0.4*0.25*3.91/2) + (2.5*0.4*0.25*4.5/2) +
(2.5*0.25*0.25*2.98)
 G = 10.34 T

 Charge permanente apportée par l’étage courant :

G= (12.5*0.525) + (2.5*0.25*0.4*2.8) + (2.5*0.4*0.25*3.91/2) + (2.5*0.4*0.25*4.5/2) +


(2.5*0.25*0.25*2.98)

 G = 8.78 T

 Charge d’exploitation apportée par la terrasse ainsi que l’étage:

Q = 12.5 * 0.15

 Q = 1.875 T

Afin de pré-dimensionner un poteau on est tenu à suivre les étapes suivantes :


 Calculer la charge supportée par le poteau Nu.
 Se fixer un élancement λ = 35
 Calculer le coefficient de flambage :

56
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

On a λ= 35 donc α = 0.708
 Calculer la section réduite du béton avec ℎ = 0 à partir de la relation qui permet de
calculer l’effort normal :

On simplifie la relation et on obtient celle-ci :

On a α= 0.708 et γb = 1.5

Calcul des dimensions du poteau.

 La largeurb :

Afin de mieux organiser les résultats, je les ai mis dans le tableau ci-dessous :

Charges permanentes (T) Charges d’exploitation (T) Dimensions du


Poteau B5 Partielle Cumulée Partielle Cumulée 1.35G+1.5Q poteau (cm)
Terrasse 10.34 10.34 1.875 1.875 16.7715 25*25
4éme étage 8.78 19.12 1.875 3.75 31.437 25*25
3éme étage 8.78 27.9 1.875 5.625 46.1025 25*30
2éme étage 8.78 36.68 1.875 7.5 60.768 25*30
1er étage 8.78 45.46 1.875 9.375 75.4335 25*35
RDC 8.78 54.24 1.875 11.25 90.1 25*35
Total 54.24 11.25 90.1
Tableau 6 : Descente de charge sur le poteau B5

57
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

iii. Les résultats fournis par le logiciel ARCHE Ossatures :


Lors de l’étude statique en utilisant le logiciel de calcul Arche ossature, on a eu les
résultats suivants dans chaque poteau de l’étage :

Figure 25: Les charges en tête de chaque poteau du RDC

58
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 26: Les charges en tête de chaque poteau du 1er étage

59
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 27: Les charges en tête de chaque poteau du 2éme étage

60
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 28: Les charges en tête de chaque poteau du 3éme étage

61
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 29: Descente de charge en tête de chaque poteau du


4éme étage

/!\ Remarque :Les résultats fourni par le logiciel au poteau B5 sont presque égales a celles
qu’on a trouvé manuellement.

62
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

2. Le cas où la structure est contreventé par voile :

i. Le schéma de conception :

Figure 30: Plan de coffrage du plancher d’un étage courant (Contreventement par voile)

ii. Les résultats fournis par le logiciel ARCHE Ossature :

63
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 31: Les charges accumulées en tête des voiles du RDC

64
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 32: Les charges accumulées en tête des voiles du 1er étage

65
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 33: Les charges accumulées en tête des voiles du 2éme étage

66
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 34: Les charges accumulées en tête des voiles du 3éme étage

67
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 35: Les charges accumulées en tête des voiles du 4éme étage

68
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

IV. Dimensionnement des éléments en B.A:

1. Poteaux :

i. Calcul des dimensions :

D’après le tableau 8, le poteau B5 subit un effort ultime au niveau du plancher haut


jusqu’au RDC Nu= 90.1 T.
- On fixe un élancement ≤ 35.
- On calcul le coefficient de flambage α ;
Avec :

On prend λ = 35 d’où α = 0.708.

- On Calcule la section réduite du béton avec ℎ = 0 à partir de la relation qui


permet decalculer l’effort normal :

D’où :

Avec α = 0.708,γb= 1.5 et γs = 1.15

Donc on aura

Afin de calculer les dimensions du poteau, Le règlement parasismique de construction


RPS2000 exige une section minimale du poteau de 25*25.
On fixe a= 25 cm, Et on calcul b grâce à la formule ci-dessous :

= 31.87cm

D’où les valeurs adoptées sont : 25*35

69
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

ii. Calcul du ferraillage :

 Armatures longitudinales :
On doit vérifier la condition du non flambement :
Pour les poteaux, le pré-dimensionnement est basé sur la limitation de l’élancement
mécanique λ. Cependant, Pour limiter le risque de flambement on doit vérifier que
l’élancement est inférieur à 70.

; Avec

D’où

On a λ= 29.1 ≤ 35 ≤ 70
 Vérifié.

Avec :
- L f : longueur de flambement
- i min : rayon de giration minimum

- I : moment d’inertie de la section I=

- B : aire total de la section du poteau.


- a : petite dimension de la section du béton du poteau.
- b : grande dimension de la section du béton du poteau.

On a pour les valeurs de flambage :

 Pour λ< 50 = 0.74

 Pour 50 ≤ λ ≤ 70

 Pour 70 ≤ λ, On ne peut pas calculer le poteau par la méthode forfaitaire.

 La section d’acier minimale :

70
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Amin ≥ max (4u ; )

Avec u : périmètre de la section du poteau en mètre.


B : La section du poteau en cm²

Dans mon cas : 4u = 4x (35x2 + 25x2) = 4.8cm² et =


 Amin = 4.8 cm².

 La section d’acier théorique :


On a:

D’où


= (0.25*0.02) x (0.35-0.02) = 0.0851 m².

Avec :
- Nu : Effort normal ultime en MN
- Br : Section réduite de béton en m²
- α: Coefficient de flambage
- Ath : Section d’acier en m²
- fc28 et fe : en MPa

 La section d’acier maximale
≤ 5. /100 = 43.75 2
Avec :
A : section d’acier en cm²
B : section de poteau en cm²
As = max (Ath ; Amin) = 4.8cm2
Donc : As = 4.8 cm² → 3HA12 3HA10 = 5,75cm²
0.2B/100 = 1.75 ≤ As = 4.8≤Amax= 43.75 vérifié.

71
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Armatures transversales :

Le rôle principal des armatures transversales est d’empêcher le flambage des aciers
longitudinaux.
 Leur diamètre est tel que :


 Valeurs de leur espacement :
Pour l’espacement des armatures transversales, on adopte :
≤ min ( + 10 ; 40 ; 15 )
 ≤ min (35 ; 40 ; 18 )

iii. Dispositions constructives :

La Longueur critique dans le poteau :

Figure 36 : Zones critiques dans un poteau

Le but de la détermination de cette longueur critique est de confiner le béton pour


augmenter sa résistance d’adhésion et de résister aux forces de cisaillement.

72
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Les extrémités du poteau sur une longueur lc égale à laplus grande des longueurs
suivantes :

la plus grande dimension de la section du poteau hc


1/6 de la hauteur nette du poteau he
45 cm

On aura lc = 50 cm
Pour les armatures transversales, on utilisera des tores de 6mm (le tiers du diamètre de
l’armature longitudinale)
L’espacement maximal à respecter est fixé par le RPS et donné par le tableau suivant :

Tableau 7: Espacements maximal entre armatures transversales du poteau

L: diamètre des barres longitudinales

- En zone critique, on aura 5T6 espacés de s=9 cm


- En zone courante, on aura 12T6 espacés de s=14 cm

73
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

2. Poutres :
On étudie le cas de la poutre A-D 7 continue de 3 travées et 4 appuis.

Figure 37: la poutre A-D 7 à ferrailler

i. Chargement et dimensions :

Travées Travée 1 Travée 2 Travée 3


Chargement G 1.685 1.685 1.03
(T/ml) Q 0.41 0.41 0.22
L (m) 4.27 4.75 1.38
Dimensions b (m) 0.25 0.25 0.25
h (m) 0.40 0.40 0.40
Tableau 8: Dimensions et chargement sur la poutre A-D7

74
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

ii. Principe de la méthode de Caquot :

Les différentes valeurs du moment sur un appui sont déterminées en prenant seulement
en compte les travées adjacentes. La poutre continue est remplacée par une succession de
poutres à deux travées dont les moments sont nuls sur les appuis extrêmes :

Figure 38: Calcul des moments sur appuis (Caquot)

Dans ce schéma, les portées réelles sont remplacées par des portées fictives, Lw’et Le’
avec L=L’ pour une travée de rive, et L’=0 ,8L pour une travée intermédiaire.

Lorsque les deux travées aboutissant à l'appui étudié ont le même moment d'inertie et
que les charges sont uniformément réparties, l'expression du moment sur l'appui considéré
est :

Sinon :

75
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

et étant les moments d’inertie respectifs des travées à gauche et à droite de l’appui
concerné.

On commence par déterminer, pour chaque appui, les valeurs du moment de flexion
(négatif) correspondant aux cas de charge suivants :

 Charges permanentes seules (régnant donc sur l’ensemble des travées) :


Ou

 Charge variable sur la travée à gauche de l’appui considéré :

 Charge variable sur la travée à droite de l’appui considéré :

Figure 39: Cas de charge à prendre en considération dans la méthode de


Caquot

76
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

iii. Dimensionnement :

 Les moments en appuis :

Moments aux appuis Appui A Appui B Appui C Appui D


(T.m) 0 6.97 6.03 0
Tableau 9: Moments aux appuis (ELU)
 Les moments en travées :

( )= × /2 − ²/2 − +( – )× /

 Pour la travée [AB] :

= M(A)= 0

On considère que la travée [AB] est chargé et la travée [BC] déchargé ;

D’où le calcul de = M(B) :

= [(2.89x4.27³) + (0.615x4.75³)]/[8.5x(4.27+4.75)]

 = 3.79 T.m.

Donc : [AB]= [(2.89 4.27) /2 ] – [2.89 ²/2 ] – [3.79 /4.27]

 [AB]= 5.29 – 1.445 ²

Pour ;

D’où Mu = M [AB] max = 4.839T.m = 48.39KN.m

 Pour la travée [BC] :

 On considère que la travée [AB] est déchargé et la travée [BC] chargé ;

D’où le calcul de = M(B) :

= [(0.615x4.27³) + (2.89x4.75³)]/[8.5x(4.27+4.75)]

 = 4.66 T.m.
 On considère que la travée [BC] est chargé et la travée [CD] déchargé ;

77
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

D’où le calcul de = M(C) :

= [(2.89x4.75³) + (0.33x1.38³)]/[8.5x(4.75+1.38)]

 = 5.96 T.m.

Donc : [BC]( )= [(2.89 4.75) /2 ] – [2.89 ²/2 ] – 4.66 +[(4.66-5.96) /4.75]

 [BC]( )= 6.59 – 1.445 ² - 4.66

Pour ;

D’où Mu = M [BC] max = 2.853 T.m = 28.53 KN.m

 Pour la travée [CD] :

 On considère que la travée [BC] est déchargé et la travée [CD] chargé ;

D’où le calcul de = M(C) :

= [(0.615x4.75³) + (1.7205x1.38³)]/[8.5x(4.75+1.38)]

 = 1.35 T.m.

Et on a M(D) = =0

Donc : [CD]( )= [(1.7205 1.38) /2 ] – [1.7205 ²/2 ] – 1.35 +[(1.35-0) /1.38]

 [CD]( )= 0.21 – 0.86 ² - 1.35

Pour

D’où Mu = M [CD] max = -1.34 T.m = -13.4 KN.m

Moment Max en Travée 1 Travée 2 Travée 3


travée
(T.m) 4.83 2.85 -1.34

Tableau 10: Moments maximaux en travée(ELU)


 Ferraillage:
 Les armatures en travées :

 Pour la travée [AB] :

78
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

On a Mu= 48.39 KN.m


fbu= 14.17 MPa
fsu= 434.78 MPa
b= 25cm ; h= 40cm ; d= 36 cm et d’=4 cm
D’après l’organigramme de calcul à l’ELU d’une section rectangulaire en flexion simple ; On
a:
μ = Mu/ bd² fbu = 0.04839/ 0,25 × 0,36² × 14,17 = 0.1054

< = 0,371 500; ′ = 0

Et < 0,186 → Pivot A


D’où
α =0.168 → β = 0.1013

Donc : Asu = 0.1013x36x25x 14.17/434.78


 Asu = 2.97cm²et A’su = 0

 Condition de non fragilité :

La section d’acier minimale suivant la condition de non fragilité est :


As min ≥ 0.23 b d ftj / fe = 0.8694 cm²
 As min ≥ 0.8694 cm²
En utilisant la même méthode, on obtient les sections d’aciers pour les autres travées.

 Les armatures en appuis :

 Appui B :

On a le moment dans l’appui B : Mu = 69.7 KN.m

= 0.0679/ (0.25x0.36²x 14.17)= 0.148


≤ 0.1859 et ≥0.1042
 Pivot A
D’où α =0.214 → β =0.147

79
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Donc Asu = 4.326 cm² et A’su = 0


En utilisant la même méthode, on obtient les sections d’aciers pour les autres travées.

iv. Dispositions constructives :

Le respect des dispositions constructives définies en RPS 2000 permet :

- une correcte mise en œuvre du béton dans le coffrage (entrave des armatures au passage
du béton frais, du vibrage),
- un parfait fonctionnement mécanique des armatures de la poutre.

Figure 40: Position poteau-poutre

La distance entre les axes de la poutre et du poteau support ne doit pas dépasser 0.25
fois la largeur du poteau. Figure 40 (Excentricité e ≤ 0.25 fois la largeur du poteau)

Les zones critiques pour un élément poutre sont les suivantes :


a) Les extrémités non libres de la poutre sur une longueur lc égale à 2 fois la hauteur h de la
poutre. (Figure 41).
b) Les zones nécessitant des armatures de compression.

80
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

c) Les zones de longueur égale à 2 fois la hauteur h de la poutre pour une ductilité
ND2,situées de part et d’autre de la section de concentration maximale de contraintes
(rotuleplastique). Dans le cas d’une structure de ND3 lc est supérieur à 2 fois la hauteur h.
Les armatures transversales ont les caractéristiques suivantes :
- Le diamètre minimal est = 6 mm.
- Les premières armatures doivent être placées à 5 cm au plus de la face du poteau.
- Pour les structures de ductilité ND1 et ND2, l’espacement ne doit pas excéder le
minimumdes grandeurs suivantes :
s = Min (8 L ; 24 T ; 0.25 h ; 20 cm)

L: diamètre des barres longitudinales

T: diamètre des barres transversales


- Pour les structures de ductilité ND3, l’espacement s ne doit pas excéder le
minimumdes grandeurs suivantes :
s = Min (6 L, 0.25 h ; 15 cm)

Figure 41: La zone critique d’une poutre

81
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

v. Arrêt des armatures :

- Les armatures inférieures du premier lit sont prolongées jusqu’aux appuis, les
armatures du second lit sont arrêtées à une distance des appuis égale à 1/10 de la
portée.
- La longueur des chapeaux à partir des nus d’appuis est au moins égale à :

 1/5 de la plus grande portée des 2 travées encadrant l’appui considéré s’il s’agit d’un
appui n’appartenant pas à une travée de rive.
 1/4 de la plus grande portée des deux travées encadrant l’appui considéré s’il s’agit
d’un appui intermédiaire voisin d’un appui de rive.

Figure 42: Règles d’arrêt des armatures des poutres.

3. Semelles :
 Calcul de l’effort normal :

La semelle (S5) supporte la charge concentrée appliquée sur le poteau et transmet cette
charge au sol.
La charge totale appliquée au pied du poteau (P5) est :
- = 901 KN
- = 654.9 KN

82
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Détermination du coffrage :

La contrainte du sol à l’ELS : = 0,25


La contrainte du sol à l’ELU : = 0,25 × 1,33 = 0,33

= × = max ( / ; / )
= max (27303.03 ; 26196) = 27303.03 ²

Il faut vérifier La condition : − = – :


On a :
− = −
Et × = 27303.03 ²

D’où − 50 = − 30
Et × = 27303.03 ²

Après la résolution du système, on trouve :


= 175,5 et = 155.5
 = 180 = 160
 Calcul de h :

h = d + 0.05

Avec ∶ d = max {A−a/4 ; B−b/4} = 32,5 cm


 h = 40cm

On dimensionne la semelle en tenant compte de son poids propre :

- Poids propre de la semelle :


= 25x 1,80x 1,60x 0,40 = 28.8

 La charge totale appliquée au pied de la semelle (S5) est :


Pu= 901 + (1,35 ×28.8) = 939.88KN
Pser = 654.9+28.8 = 683.7 KN

83
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

De nouveau, S= A x B = = × = max ( / ; / )

On trouve le système :
A - 50 = B - 30
Et A x B = 28481.21

Après résolution du système on trouve :


A = 179,06 B = 159,06
 A = 185 cm B = 165 cm

Donc on prend une nouvelle dimension de la semelle (185 x 165) cm

σs = Nser + (h × A× B × 25) × 10−3 / (A × B) = 0.23 MPa


 s sol = 0,25 MPa vérifié

 Calcul du ferraillage de la semelle:


= ( − ) /8 = 11,22 2
= ( − ) /8 = 11,22 2

La fissuration est préjudiciable, donc on majore les sections d’aciers trouvées à l’ELU
par un coefficient égal à 1.1 :
= 12,35 2 et = 12,35 2

84
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Chapitre 6 :Étude
dynamique à
l’aide de ARCHE Ossature

85
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

I. Introduction :

La modélisation de la structure a été effectuée par le logiciel de calcul des structures


Arche Ossature ;
Arche est un logicieldédié à la conception, l’analyse et la production de plans de
ferraillage en béton armé. Le module Arche ossature permet de modéliser rapidement en 3D
le bâtiment et de mener une descente de charges jusqu’aux fondations. On peut ensuite
exporter un ou plusieurs éléments de structures (Poutres, Poteaux, Voiles, Dalles,
Fondations,…) vers le module de ferraillage correspondant pour produire les plans
d’exécutions.

1. Critères de régularité :
Si les conditions de régularité ou de hauteur d’une structure, exigées par l’approche
statique équivalente ne sont pas satisfaites, l’approche dynamique reste la plus fiable pour
l’analyse de l’action sismique.
Une structure est dite régulière (selon le RPS2000 4.3.1.1), si elle répond aux
conditions suivantes :

i. Le cas de la forme en plan :

 La structure doit présenter une configuration sensiblement symétrique vis-à-vis des deux
directions orthogonales ;

Dans notre cas, nous ne pouvons considérer aucun


axe de symétrie ni suivant x, ni suivant y
 Le bâtiment n’est pas symétrique.

Figure 43: Conditions de symétrie sur


le plan

86
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 En présence de parties saillantes ou rentrantes leurs dimensions ne doivent pas dépasser


0.25 fois la dimension du coté correspondant :
a+b ≤ 0.25 B

Figure 44: Conditions de régularité sur parties saillantes

Dans notre cas :


B = 12.23m
a = 3.04m
b = 4.95m
 a + b = 7.99m et
0.25*B = 3.0575
 donc a+b ≤ 0.25*B
N’est pas vérifié.

Figure 45 : Conditions de régularité dans notre cas sur les parties


saillantes

87
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 A chaque niveau, la distance entre le centre de masse et le centre de rigidité, mesurée


perpendiculairement à la direction de l’action sismique, ne doit pas dépasser 0.20 fois la
racine carrée du rapport de la raideur de torsion sur la raideur de translation.

 L’élancement (grand côté L/ petit côté B) ne doit pas dépasser la valeur 3.5.
L/B ≤ 3.5
Dans notre cas L/B = 24.31/12.23 = 1.99
 Donc L/B ≤ 3.5 est vérifié.

 Conclusion : La structure n’est pas régulière en plan.

ii. Le cas de la forme en élévation :

 La distribution de la rigidité et de la masse doit être sensiblement régulière lelong de la


hauteur. Les variations de la rigidité et de la masse entre deux étages successifs ne doivent
pas dépasser respectivement 30% et 15 %.
 N’est pas Vérifié.

 Dans le cas d’un rétrécissement graduel en élévation, le retrait à chaque niveaune doit pas
dépasser 0.15 fois la dimension en plan du niveau précédent sans que le retrait global ne
dépasse 25% de la dimension en plan au niveau du sol.
 N’est pas Vérifié.

 Dans le cas d’un élargissement graduel sur la hauteur, la saillie ne doit pasdépasser 10%
de la dimension en plan du niveau précédent sans que le débordement global ne dépasse
25% de la dimension en plan au niveau du sol.
 Vérifié.

 Pour les bâtiments dont la hauteur totale ne dépasse pas 12 m, les pourcentages relatifs à
la configuration peuvent être ramenés à 40%.
 Dans notre cas la hauteur totale du bâtiment est 18 m

 Conclusion :La structure n’est pas régulière en élévation.

88
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

2. Conclusion :
Après la vérification des critères de régularité de la forme en plan et en élévation de la
structure, on conclut que notre bâtiment est irrégulier ; Donc on ne peut pas utiliser la
méthode statique équivalente.

D’après les règles du RPS2000, une analyse modale est donc nécessaire pour
rechercher les effets d’un séisme sur la structure.

II. Modélisation sur Arche ossature :

1. Les étapes à respecter :


Afin de modéliser notre structure sur Arche Ossature, on doit suivre les étapes suivantes :

 Étape 1 :Après avoir ouvert la plateforme Graitec OMD, On clique sur


Options puis localisation pour choisir les normes relatives au calcul Béton
armé et les règlements sismiques au Maroc.

89
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 46 : Configuration de la localisation

 Étape 2 :Afin de modéliser notre structure en béton armé, ouvrir la fenêtre


« Arche Ossature"

Figure 47: L’icône de Arche ossature sur la plateforme OMD

90
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Étape 3 : Une fois sur la plateforme de Arche ossature, il faut tout d’abord
commencer par la configuration des paramètres ;
 Matériaux :
En cliquant sur le menu hypothèses, on choisit la commande "matériaux" :
On saisie les types et caractéristiques des matériaux que j’ai mentionné dans le chapitre 4, la
partie caractéristiques des matériaux.

Figure 48: Listes des matériaux

 Unités :
On clique sur le menu Option puis on choisit la commande Unités, pour choisir les unités
à utiliser durant notre modélisation.

91
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 49: Choix des unités

On a choisi les forces en Tonne, les contraintes en Mpa (N/m²), Les longeurs en mètre,
et les déplacement en centimètre.

 La grille :

Figure 50: L’affichage de la grille sur Arche Ossature

92
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

On choisit une grille d’un pas de 1m suivant les deux directions x et y, En cliquant sur
le menu outils puis la commande Grille.

Figure 51: Définition de la grille

 Le vent :
Vu que la hauteur totale du bâtiment n’est pas assez importante par rapport à la
surface en plan on décoche l’option du vent de la boite de dialogue hypothèses/neige et vent.

Figure 52: Générateur climatique

 Séisme :
Toujours dans le menu hypothèses, on clique sur la commande séisme, pour saisir les
donnés sismiques afin d’avoir une étude dynamique de la structure.

93
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 53: Hypothèses de calcul/ séisme

On étudie le mouvement sismique suivant x et y, et on néglige le mouvement selon z


parce qu’on n’a pas le cas des porte à faux et les poutres consoles.
On a pris 10 modes pour l’étude dynamique modale.
Pour les méthodes de sommation des modes, on a choisi CQS et Abs CQS
Avec :
CQS : Complete Quadratique Combination (combinaison quadratique complète) ;
Abs CQS: Absolute CQS: peak values are addedtogether( l’addition des valeurs de cête );
SRSS:Square Root of the Sum of the Squares (La somme carrée de la somme des carrés).

On définit le spectre en cliquant sur "Définition du spectre"

94
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 54: Spectre au Maroc selon RPS2000

On saisie les données que j’ai mentionné dans la partie données sismiques, dans le
chapitre 4.
Selon RPS2000 le coefficient de masse partielle est 1 pour les charges permanentes et
0.2 pour les charges d’exploitation.

/!\ Remarque :Le coefficient de comportement K est égale à 2 dans le cas de


contreventement en portique, et 1.4 dans le cas de contreventement en voile.

 Méthodes de calcul :

On choisit la méthode de calcul par le biais de


commandes suivantes :
Hypothèse/ Méthodes de calcul-DDC/Choix des
méthodes.

Figure 55: Choix des méthodes


de calcul

95
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Étape 4 : après avoir importer les axes de notre bâtiment, on crée les différents
éléments de la structure en utilisant la barre d’outils en Mode Saisie.

← Créer des dalles à l’étage actif


←Créer des poutres à l’étage actif
←Créer des poteaux à l’étage actif
←Créer des voiles à l’étage actif
←Créer des semelles à l’étage actif
←Créer des semelles filantes à l’étage actif

On peut naviguer entre les étages et changer les hauteurs des étages à l’aide de cette
commande :

Le numéro de l’étage actif →


Le nom de l’étage actif →
La hauteur de l’étage actif →

 Saisie des poteaux :

On commence par la saisie des poteaux.


On choisi le type de matériau (BETON), ainsi que la forme
(Rectangle) et les dimensions obtenues lors du pré-
dimensionnement.
Le ferraillage sismique n’est pas mentionné comme
principal dans ce cas, car c’est le cas d’un poteau dans le
système de contreventement par voile. Les voiles sont
considérés principal à absorber les charges sismiques.

Figure 56: Exemple de


saisie d’un poteau

96
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Saisie des voiles :

Pour saisir les voiles, on doit signaler la situation (externe),


Le type de matériau (Béton), et les dimensions (Dans notre cas on a
pris l’épaisseur 0.2m).
Le ferraillage sismique est considéré principal, comme je l’ai
indiqué dans la partie précédente, Les voiles sont conçus pour
assimiler les charges sismiques.

Figure 57: Exemple de


saisie d’un voile

 Saisie des poutres :

L’exemple à côté illustre les informations nécessaires pour


saisir une poutre ; telle que la classe (principale), en Béton armé et
les dimensions.

Figure 58: Exemple de


saisie d’une poutre

97
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Saisie des dalles :

Le dessin d’une dalle a pour propriétés le sens de la dalle, le chargement, le type de


matériau (Hourdis 15+5), l’épaisseur
(0.2), Hypothèses Méthode Éléments finis on a choisi le maillage de coques et pour le report
de charges on a pris les lignes de rupture.

Pour le chargement de la dalle, le logiciel Arche ossature prend en considération la


charge de la dalle à hourdis 15+5, donc on fait entrer la valeur des charges permanentes qu’on
a trouvé dans la partie de définition des charges dans le chapitre 5 moins la charge de la dalle.

Figure 59: Exemple de saisie


d’une dalle

98
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Pour la terrasse accessible :


G= 650 – 280 = 370 Kg/m².
 Pour l’étage courant :
G= 525 – 280 = 245 Kg/m²

Figure 60: Le chargement d'une


dalle en 1er étage

Figure 61: La répartition des charges dans le plancher

99
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Copie d’étages :
On copie l’étage en cours en cliquant une fois sur l’icône suivante. Cette action permet
degénérer toutes les propriétés de structure et de chargement de l’étage concerné.

Créer un étage identique au dessus de l’étage actif.

 Saisie des semelles :


En étant au 1er étage, on saisit automatiquement les semelles, en cliquant sur
l’icône« générer automatiquement des semelles adaptées sous chaque porteur".

Générer automatiquement des semelles adaptées sous chaque porteur.

 Étape 5 : Avant de lancer la procédure de modélisation, on a à fixer les


hypothèses de pré-dimensionnement sur la commande Hypothèses/méthodes
de calcul-pré dimensionnement.

Figure 62: Méthodes de Calcul - pré dimensionnement

100
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Pour chaque type d’élément de structure on a choisi l’option Calcul rapide et par
abaques pour le pré dimensionnement et le ferraillage.

On cliquant sur Global, on saisit la contrainte de référence du sol à l’ELU (Dans notre
cas on a pris 0.33MPa).

Figure 63: Le choix de la contrainte du sol à l’ELU

III. Calcul et exploitation des résultats :

1. Étapes de calcul :
 Étape1 :Vérification que la structure est cohérente

Il vaut mieux vérifier la cohérence de la structure et sa validité avant de lancer le


calcul ;

En utilisant la commande Modifier/Fusionner on peut corriger la structure si on a des


éléments confondus.

101
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 64: La fusion de la structure


vérifiée

À l’aide de la commande Analyser/vérifier/saisie on prépare notre structure au calcul.

Figure 65: Vérification des erreurs

 Étape 2 : Lancer la modélisation

Après avoir vérifié qu’aucune erreur n’est détectée, on clique sur l’icône Modéliser.

Une fois la commande lancée, on passe du mode Saisie au mode d’analyse.

 Étape 3 : Lancer le Calcul

Le calcul de pré dimensionnement et descente de charge se lance avec la commande


Calculer du menu Analyser.

102
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 66: Lancement du calcul

Une fois le lancement de la commande, on passe du mode d’analyse au mode


d’exploitation.

 Étape 4 : Calcul de ferraillage

Le calcul de ferraillage se lance à l’aide de la commande analyser/calcul ferraillage.

Figure 67: Calcul du ferraillage

2. Exploitation des résultats :


On peut exploiter les résultats soit graphiquement soit sous forme de documents écrits (Note
de DDC, Métré quantitatif et estimatif, descente de charge graphique).

Les éléments Poutres, Poteaux, Semelles, Voiles et Dalles peuvent être exportés vers
les modules de ferraillage appropriés avec reprise automatique des résultats de la descente de
charge.

103
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

i. Les poutres :
Afin de dimensionner les poutres de chaque étage, j’ai pris en considération les
critèressuivantes :
 Les poutres principales (chargées) et secondaires (Non chargées) ;
 Les poutres qui ont le même pré-dimensionnement ;
 La symétrie des éléments ;

En sélectionnant la poutre concernée, on lance le module Arche Poutre BAEL


automatiquement en cliquant sur l’icône "Appel du module ARCHE correspondant à l‘entité
sélectionnée".

Après d’export d’une poutre, un fichier du module Arche Poutre correspondant à la poutre
sélectionnée sera créé.

Le calcul est effectué après le paramétrage des différentes options et la saisie des
hypothèses.

Figure 68: Hypothèses de ferraillage d’une poutre

104
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Les résultats obtenus sont résumés dans le plan de ferraillage correspondant à la poutre
sélectionnée.

Figure 69: Le plan de ferraillage d’une poutre continue de 3 travées

105
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 70: Le résultat de ferraillage de la


poutre continue

106
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 71: Vue en 3D de la poutre continue

ii. Les poteaux :


De même pour les poteaux de chaque étage, on essaye de trouver des compromis entre les
critères suivants :
 Les poteaux qui ont le même pré-dimensionnement (par Arche Structure).
 Les poteaux qui ont les mêmes sollicitations.
 La symétrie des éléments.

L’exportation se fait du logiciel Arche Ossature


au module Arche Poteau en cliquant su le poteau
concerné, puis on lance le module Arche Poteau BAEL
automatiquement en cliquant deux fois sur l’icône «
Appel du module ARCHE correspondant à l’entité
sélectionnée ».
Le calcul est effectué après le paramétrage des
différentes options et la saisie des hypothèses.

Figure 72: Méthode de calcul


d’un poteau

107
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Les résultats obtenus sont résumés dans le plan ci-dessous :

Figure 73: Plan de ferraillage d’un poteau

108
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 75: Les résultats de Figure 74: La vue en 3D


ferraillage du poteau du poteau

iii. Les voiles :


L’exportation du logiciel Arche Ossature au module Arche voile se fait comme suit :

 Sélectionner le voile concerné ;

109
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Lancer le module Arche Voile BAEL automatiquement en cliquant sur l’icône "Appel
du module ARCHE correspondant à l’entité sélectionnée".

On effectue le calcul après le paramétrage des différentes options et la saisie des


hypothèses.

Figure 76: Hypothèses de calcul d’un voile

Figure 77: Le choix des aciers Haute


Adhérence pour les voiles

Les résultats obtenus sont disposés dans le plan de ferraillage suivant :

110
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 78: Plan de ferraillage d’un voile

Figure 79: Les résultats de ferraillage d’un voile

111
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 80 : Vue en 3D du voile

iv. Semelles isolées :


Pour dimensionner les semelles isolées on a respecté les critères suivants :
 Les semelles isolées qui ont le même pré-dimensionnement (par Arche
Structure).
 Les semelles isolées qui subissent les mêmes sollicitations.
 La symétrie des éléments.

112
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

L’exportation du logiciel Arche Ossature au module Arche Semelle 3D se fait comme


suit :

 Sélectionner le voile concerné ;


 Lancer le module Arche Voile BAEL automatiquement en cliquant sur l’icône
"Appel du module ARCHE correspondant à l’entité sélectionnée".

Après l’export d’une semelle, un fichier du module Arche semelle correspondant à la


semelle concernée sera créé.

On fait le calcul après le paramétrage des différentes options et la saisie des


hypothèses.

Figure 81: Hypothèses de calcul des


semelles isolées

113
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 82: Le choix de fissuration préjudiciable pour les semelles

Figure 83: L’enrobage des


semelles

114
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Les résultats obtenus sont présentés dans le plan de ferraillage ci-dessous :

Figure 84: Plan de ferraillage d’une semelle isolée

115
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 85: Les résultats du ferraillage de la semelle


isolée

116
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 86: Vue en 3D de la semelle isolée

117
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

v. Semelles filantes :

Pour dimensionner les semelles isolées on a respecté les critères suivants :


 Les semelles isolées qui ont le même pré-dimensionnement (par Arche
Structure).
 Les semelles isolées qui subissent les mêmes sollicitations.
 La symétrie des éléments.

L’exportation du logiciel Arche Ossature au module Arche Semelle 3D se fait comme


suit :

 Sélectionner le voile concerné ;


 Lancer le module Arche Voile BAEL automatiquement en cliquant sur l’icône
"Appel du module ARCHE correspondant à l’entité sélectionnée".

Après l’export d’une semelle, un fichier du module Arche semelle correspondant à la


semelle concernée sera créé.

On fait le calcul après le paramétrage des différentes options et la saisie des hypothèses.

Figure 87: Hypothèses de calcul d’une semelle filante

118
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Le reste des paramétrages reste le même que celui des semelles isolées.

Les résultats obtenus se résument dans le plan de ferraillage ci-dessous :

Figure 88: Le plan de ferraillage d’un mètre linéaire de la semelle filante

119
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 89: Les résultats de ferraillage de la semelle filante

120
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 90: Vue en 3D de la semelle filante

IV. Les résultats du déplacement :

1. Introduction :
On a déjà vu dans la partie de vérification du contreventement dans le chapitre 3 qu’on
doit vérifier Le déplacement latéral total ainsi que les déplacements latéraux inter-étages.

i. Vérification du déplacement latéral total du bâtiment :


∆g ≤ 0.004 H d’où la hauteur totale de notre structure est 18m,

Donc ∆g ≤ 0.004*18
 ∆g ≤ 0.072m = 7.2cm

121
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

ii. Vérification des déplacements latéraux inter-étages :


Dans le cas de notre bâtiment ; Le coefficient de priorité est I=II.

Donc K. ∆el ≤ 0.010 h avec h= 3m et k dépend du type de contreventement

 Contreventement par voile :

K=1.4 d’où ∆el ≤ 0.010/(3*1.4)

 ∆el ≤ 0.24cm
 Contreventement par portique :

K= 2 d’où ∆el ≤ 0.010/ (3*2)

 ∆el ≤ 0.17cm

 Conclusion :

Le déplacement latéral total de la structure de chacune des variantes ne doit pas dépasser
7.2 cm.

Les déplacements latéraux inter-étages ne doivent pas dépasser 0.24cm dans le cas du
système de contreventement par voile ; et 0.17cm dans le cas du système de contreventement
par portique.

Si on des déplacements supérieurs aux résultats trouvés, on redimensionne les poteaux et


les voiles en augmentant leurs dimensions jusqu’à obtenir une structure stable vis-à-vis des
charges sismiques.

/!\ Remarque :Afin d’obtenir une structure stable on doit dimensionner les poteaux et les
voiles de façon à obtenir l’inertie suivant X égale à l’inertie suivant Y ; comme le montre la
figure ci-dessous :

122
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 91: Le sens d’inertie des poteaux dans le modèle de


contreventement par portique

2. Variante 1 : Contreventement par portique


En cliquant sur la commande "visualisation et exploitation du modèle éléments finis "
on obtient le modèle ci-dessous :

123
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 92: Le modèle éléments finis

On obtient les déplacements de la structure en cliquant sur l’icône "Visualiser les


déplacements de la structure".

124
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 93: Choix du cas de charge

 Séisme suivant la direction X :

Figure 94: Le déplacement de la structure suivant X

125
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Le déplacement maximal est de 5.21cm ≤ 7.2cm

 ∆g ≤ 7.2cm vérifié

Le déplacement inter-étages est de 0.52 ≥ 0.17

 ∆el ≤ 0.17cm n’est pas vérifié

Figure 95: La valeur du


déplacement suivant X

 Séisme suivant la direction Y :

Figure 96: Le déplacement de la structure suivant Y

126
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Le déplacement maximal est de 4.18cm ≤ 7.2cm

 ∆g ≤ 7.2cm vérifié

Le déplacement inter-étages est de 0.42 ≥ 0.17

 ∆el ≤ 0.17cm n’est pas vérifié

Figure 97: La valeur du


déplacement suivant Y

3. Variante 2 : Contreventement par voile


 Séisme suivant la direction X :

Figure 98: Le déplacement de la structure suivant X

127
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Le déplacement maximal est de 1.56 ≤ 7.2 cm

 ∆g ≤ 7.2cm vérifié

Le déplacement inter-étages est de 0.16 ≤ 0.24 cm

 ∆el ≤ 0.24cm vérifié

Figure 99: La valeur du


déplacement suivant X

 Séisme suivant la direction Y :

Figure 100: Déplacement de la structure suivant Y

128
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Le déplacement maximal est de 1.97 ≤ 7.2cm

 ∆g ≤ 7.2cm vérifié

Le déplacement inter-étages est de 0.20 ≤ 0.24 cm

 ∆el ≤ 0.24 cm vérifié

Figure 101: La valeur du


déplacement suivant Y

V. Note de calcul :

1. Variante 1 : Contreventement par portique

i. Masses modales :
Le nombre de mode est pris en tenant en compte de 2 critères principaux :

- On doit atteindre une masse modale participante égale au moins 90% de la masse
totale de la structure.
- On ne doit pas dépasser la fréquence de coupure fc = 33Hz

Dans le cas de la 1ère variante on a pris 10 modes.

129
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Masse totale :

Centre de masse Composantes

Xm (m) Ym (m) Zm (m) MX (T) MY (T) MZ (T)

49360.68 12758.55 9.09 1022.54 1022.54 /

Tableau 11: Le centre de masse et la masse totale (Portique)

 Grandeur des modes propres :

Mode n° Pulsation Période Fréquence Amortissement


(Rad/s) (s) (Hz)
1 10.69 0.59 1.70 0.04
2 11.45 0.55 1.82 0.04
3 12.09 0.52 1.92 0.04
4 29.61 0.21 4.71 0.04
5 32.12 0.20 5.11 0.04
6 33.66 0.19 5.36 0.04
7 38.96 0.16 6.20 0.04
8 41.18 0.15 6.55 0.04
9 51.82 0.12 8.25 0.04
10 55.52 0.11 8.84 0.04
Tableau 12: Valeurs du calcul modal (Portique)

On constate, d’après le tableau qu’au bout de 10 modes, la fréquence égale à 8.84 Hz ≤


fc=33Hz.

 2éme condition vérifiée.

130
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Grandeur du séisme en X :

Mode n° Masse modale Facteur de Accélération


participation sismique
(T) (%) (-) (m/s²)
1 751.99 73.54 -867.17 3.36
2 2.38 0.23 48.78 3.48
3 30.18 2.95 173.73 3.57
4 116.16 11.36 -340.83 3.92
5 0.00 0.00 -1.49 3.92
6 0.38 0.04 19.47 3.92
7 10.52 1.03 102.56 3.92
8 0.02 0.00 4.38 3.92
9 47.22 4.62 217.31 3.92
10 0.02 0.00 4.03 3.92
Total 958.87 93.77
Tableau 13: Vérification de la masse modale suivant X (Portique)

D’après le tableau, on trouve que la participation de la masse modale suivant X est


égale à 93.77 ≥ 90% ;

131
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Grandeur du séisme en Y :

Mode n° Masse modale Facteur de Accélération


participation sismique
(T) (%) (-) (m/s²)
1 0.71 0.07 26.63 3.36
2 773.22 75.62 879.33 3.48
3 12.88 1.26 -113.48 3.57
4 0.00 0.00 0.98 3.92
5 116.66 11.41 341.56 3.92
6 1.17 0.11 34.22 3.92
7 0.04 0.00 6.11 3.92
8 12.02 1.18 -109.62 3.92
9 0.00 0.00 -1.72 3.92
10 43.10 4.21 207.60 3.92
Total 959.80 93.86
Tableau 14: Vérification de la masse modale suivant Y (Portique)

De même, Suivant Y, la participation de la masse est égale à 93.86% ≥ 90%.

 1ère condition vérifiée.

ii. L’inertie équivalente :

Dans le cas d’un contreventement par portique, le centre de torsion est toujours
confondu avec le centre de masse.

132
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 102: Structure en portique avec le centre de masse confondu avec le centre de
torsion

Une étude d’inertie est menée lorsque je vais étudier la conception en voile dans la
prochaine partie.

2. Variante 2 : Contreventement par voile :

i. Masse modale :

Dans ce cas, on a pris 50 Modes afin d’atteindre les critères mentionnés.

 Masse totale :

Centre de masse Composantes


Xm (m) Ym (m) Zm (m) MX (T) MY (T) MZ (T)
49360.74 12758.47 9.02 1206.39 1206.39 /
Tableau 15: Masse totale et le centre de masse (Voile)

133
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Grandeur des modes propres :

Mode n° Pulsation Période Fréquence Amortissement


(Rad/s) (s) (Hz)
1 19.88 0.32 3.16 0.04
2 20.85 0.30 3.32 0.04
3 23.03 0.27 3.67 0.04
4 73.68 0.09 11.73 0.04
5 76.43 0.08 12.16 0.04
6 85.57 0.07 13.62 0.04
7 89.71 0.07 14.28 0.04
8 91.17 0.07 14.51 0.04
9 94.89 0.07 15.10 0.04
10 103.73 0.06 16.51 0.04
11 105.45 0.06 16.78 0.04
12 119.66 0.05 19.04 0.04
13 121.45 0.05 19.33 0.04
14 122.01 0.05 19.42 0.04
15 127.45 0.05 20.28 0.04
16 128.83 0.05 20.50 0.04
17 133.84 0.05 21.30 0.04
18 135.46 0.05 21.56 0.04
19 137.17 0.05 21.83 0.04
20 137.74 0.05 21.92 0.04
21 138.36 0.05 22.02 0.04
22 138.88 0.05 22.10 0.04
23 141.35 0.04 22.50 0.04
24 143.75 0.04 22.88 0.04
25 144.28 0.04 22.96 0.04
26 145.65 0.04 23.18 0.04
27 146.54 0.04 23.32 0.04
28 148.29 0.04 23.60 0.04

134
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

29 148.89 0.04 23.70 0.04


30 152.11 0.04 24.21 0.04
31 152.66 0.04 24.30 0.04
32 155.22 0.04 24.70 0.04
33 155.27 0.04 24.71 0.04
34 155.95 0.04 24.82 0.04
35 156.75 0.04 24.95 0.04
36 156.95 0.04 24.98 0.04
37 157.74 0.04 25.11 0.04
38 157.99 0.04 25.14 0.04
39 158.63 0.04 25.25 0.04
40 158.96 0.04 25.30 0.04
41 160.84 0.04 25.60 0.04
42 162.68 0.04 25.89 0.04
43 162.92 0.04 25.93 0.04
44 163.22 0.04 25.98 0.04
45 163.36 0.04 26.00 0.04
46 164.16 0.04 26.13 0.04
47 164.84 0.04 26.23 0.04
48 166.42 0.04 26.49 0.04
49 168.54 0.04 26.82 0.04
50 169.51 0.04 26.98 0.04
Tableau 16: Valeur de calcul modal (Voile)

Au bout de 50 modes, la fréquence est égale à 26.98 Hz ≤ 33Hz

 f= 26.98Hz ≤ 33Hz vérifiée.

135
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Grandeur du séisme en X :

Mode n° Masse modale Facteur de Accélération


participation sismique
(T) (%) (-) (m/s²)
1 13.24 1.10 115.05 3.92
2 816.51 67.68 -903.61 3.92
3 20.09 1.67 -141.74 3.92
4 0.42 0.03 20.39 3.92
5 17.10 1.42 -130.78 3.92
6 160.95 13.34 401.18 3.92
7 41.50 3.44 -203.72 3.92
8 0.42 0.03 20.39 3.92
9 0.46 0.04 -21.38 3.92
10 0.03 0.00 5.12 3.92
11 0.04 0.00 5.99 3.92
12 0.11 0.01 10.32 3.92
13 0.01 0.00 3.62 3.92
14 0.00 0.00 -0.14 3.92
15 1.33 0.11 36.48 3.92
16 3.74 0.31 -61.12 3.92
17 0.47 0.04 21.71 3.92
18 0.32 0.03 17.77 3.92
19 0.02 0.00 3.92 3.92
20 0.37 0.03 19.21 3.92
21 0.34 0.03 -18.50 3.92
22 0.53 0.04 -23.10 3.92
23 0.07 0.01 8.27 3.92
24 0.02 0.00 -4.21 3.92
25 0.01 0.00 -3.58 3.92
26 0.10 0.01 -9.91 3.92
27 0.31 0.03 -17.57 3.92

136
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

28 0.10 0.01 10.23 3.92


29 0.15 0.01 -12.44 3.92
30 0.47 0.04 21.62 3.92
31 0.17 0.01 -12.95 3.92
32 0.03 0.00 -5.19 3.92
33 0.63 0.05 -25.17 3.92
34 0.09 0.01 -9.33 3.92
35 0.04 0.00 -6.48 3.92
36 0.00 0.00 -0.88 3.92
37 0.76 0.06 27.65 3.92
38 0.44 0.04 21.08 3.92
39 1.70 0.14 41.29 3.92
40 0.00 0.00 0.41 3.92
41 0.77 0.06 -27.68 3.92
42 0.47 0.04 21.59 3.92
43 13.28 1.10 -115.23 3.92
44 0.15 0.01 12.41 3.92
45 16.23 1.35 -127.38 3.92
46 1.35 0.11 -36.75 3.92
47 1.38 0.11 -37.18 3.92
48 0.19 0.02 13.77 3.92
49 0.17 0.01 12.93 3.92
50 1.25 0.10 35.31 3.92
Total 1118.30 92.70
Tableau 17: Vérification de la masse modale suivant X (Voile)

Le pourcentage de participation de la masse est égal à 92.70% ≥ 90%.

137
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

 Grandeur du séisme Y :

Mode n° Masse modale Facteur de Accélération


participation sismique
(T) (%) (-) (m/s²)
1 757.53 62.79 -870.36 3.92
2 25.93 2.15 -161.02 3.92
3 104.50 8.66 323.26 3.92
4 194.71 16.14 -441.26 3.92
5 0.40 0.03 -20.05 3.92
6 2.50 0.21 49.96 3.92
7 3.59 0.30 59.96 3.92
8 0.06 0.00 -7.52 3.92
9 0.07 0.01 -8.15 3.92
10 0.04 0.00 6.39 3.92
11 0.02 0.00 -4.20 3.92
12 0.27 0.02 -16.45 3.92
13 0.55 0.05 -23.54 3.92
14 0.00 0.00 1.63 3.92
15 0.03 0.00 5.24 3.92
16 0.30 0.02 17.35 3.92
17 0.04 0.00 6.49 3.92
18 2.34 0.19 48.42 3.92
19 22.95 1.90 151.48 3.92
20 32.80 2.72 -181.12 3.92
21 0.04 0.00 -6.21 3.92
22 1.54 0.13 39.25 3.92
23 2.25 0.19 -47.41 3.92
24 0.73 0.06 -27.11 3.92
25 0.01 0.00 -2.78 3.92
26 0.46 0.04 -21.46 3.92
27 0.07 0.01 -8.42 3.92

138
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

28 0.00 0.00 -1.77 3.92


29 0.55 0.05 -23.49 3.92
30 0.02 0.00 -4.36 3.92
31 0.22 0.02 14.80 3.92
32 0.00 0.00 0.36 3.92
33 0.15 0.01 12.07 3.92
34 0.00 0.00 -2.04 3.92
35 0.02 0.00 -4.27 3.92
36 0.00 0.00 1.29 3.92
37 0.10 0.01 9.89 3.92
38 0.04 0.00 6.05 3.92
39 0.35 0.03 18.74 3.92
40 0.00 0.00 1.66 3.92
41 0.05 0.00 6.98 3.92
42 0.05 0.00 6.88 3.92
43 0.15 0.01 -12.20 3.92
44 0.04 0.00 5.94 3.92
45 0.12 0.01 -11.05 3.92
46 0.02 0.00 4.39 3.92
47 0.05 0.00 -6.72 3.92
48 0.00 0.00 1.65 3.92
49 0.01 0.00 3.07 3.92
50 0.00 0.00 -0.61 3.92
Total 1155.67 95.80
Tableau 18: Vérification de la masse modale suivant Y (Voile)

 La participation de masse est supérieure à 90%.

139
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

ii. L’inertie équivalente :

Les résultats relatifs au centres de Gravité/ centre de Torsion se résument dans le tableau
suivant :

RECAPITULATIF DU BATIMENT
N° Etage Xg( m) Xt( m) Surface Ix ( m⁴) J ( m⁴) a ( °)
Z ( m) Yg( m) Yt( m) ( m²) Iy( m⁴) JO ( m6)
6 49363.20 49363.20 2.08 0.31 0.03 -0.00
18.00 12757.96 12757.96 2.62 /
5 49360.54 49360.91 6.38 1.38 0.09 -0.00
15.00 12758.24 12758.05 3.78 /
4 49360.54 49360.91 6.38 1.38 0.09 -0.00
12.00 12758.24 12758.05 3.78 /
3 49360.54 49360.91 6.38 1.38 0.09 -0.00
9.00 12758.24 12758.05 3.78 /
2 49360.54 49360.91 6.38 1.38 0.09 -0.00
6.00 12758.24 12758.05 3.78 /
1 49360.54 49360.91 6.38 1.38 0.09 -0.00
3.00 12758.24 12758.05 3.78 /
Tableau 19: Coordonnées des centres de torsion et centres de masse
Avec :

Notation Description
Xg, Yg Centre de gravité de l'étage
Xt, Yt Centre de torsion de l'étage
Ix, Iy Les inerties de flexion dans le repère de travail
Surf Surface équivalente de l'étage
J Inertie de torsion pure
JO Moment sectoriel
a Angle des axes principaux par rapport à Ox
Tableau 20: Notations utilisées

140
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Conclusion : d’après le tableau ci-dessus, les coordonnées du centre de gravité sont


confondues pour tous les étages.
 ΔXmax ≈ 0m Et ΔYmax ≈ 0m

/!\ Remarque : Une distance de 1 mètre entre le centre de masse et le centre de torsion est une
valeur tolérée.

VI. Conclusion :
Après exploitation des résultats de déplacements pour les deux variantes, on trouve que la
structure est beaucoup plus rigide et stable dans le cas d’un système de contreventement par
voile, avec un déplacement plus petit que celui dans le cas d’un contreventement par portique.

Au niveau technique, le choix d’un contreventement par voile reste le meilleur.

141
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Chapitre 7 :Étude financière

142
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

I. Introduction :
Le coût de 1m³ de béton est estimé à 1200 Dh à la ville d’Al-Hoceima, incluant le coût
des matériaux nécessaires, le coffrage, la main d’œuvre, de plus les frais généraux du chantier
et de l’entreprise et le bénéfice de l’entreprise.
Ce prix varie aussi en fonction des prix élémentaires des matériaux de construction sur
le marché qui sont publiés par le ministère des équipements, sachant que ces prix diminuent
ou augmentent.
De même, le coût d’un Kg d’acier est estimé à 12 Dh à la ville d’Al-Hoceima, y
compris, le coût du coffrage, la main d’œuvre, et les frais généraux du chantier et de
l’entreprise ainsi que son bénéfice.

II. Ratios par élément de structure :


Afin de calculer la quantité du ferraillage des différents éléments, on a pris les valeurs
dans le tableau ci-dessous :

Ouvrages Ratios (Kg/mᶾ)


élémentaires Minimal Moyen Maximal
Poteaux 50 80 150
Poutres 80 130 180
Voiles 120 140 180
Semelles isolées 30 40 50
Semelles filantes 20 30 40
Tableau 21: Valeurs des ratios par élément de structure

Dans ce tableau, on a défini trois ratios d’acier par ouvrages élémentaires :


 minimum: qui correspond en général au % minimum d’armature,
 moyen: qui correspond à un ordre de grandeur courant pour un ouvrage moyennement
sollicité. Le ratio moyen défini une section économique
 maximum: qui correspond à un ouvrage très sollicité.

143
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Ces ratios représentent l’ensemble des aciers et pas seulement les actifs. Ilspermettent une
première approche mécanique et surtout de pouvoir estimer au plus juste les coûts des
ouvrages élémentaires.

III. Métré :

1. Variante 1 : Contreventement par portique


La quantité du béton est fournie par le logiciel Arche, et on calcule la quantité de l’acier grâce
aux ratios indiqués dans le tableau précédent.

Éléments Béton (m³) Barres HA (Kg)


Poteau 50.00 6500.00
Poutre 48.37 8706.6
Semelle isolée 21.88 984.6
Tableau 22: La quantité de béton et d’acier des différents types de la structure en
portique

Épaisseur de la dalle à hourdis en cm Surface totale (m²)


15+5 961.77
Tableau 23: Surface totale de la dalle à hourdis 15+5

2. Variante 2 : Contreventement par voile

Éléments Béton (m³) Barres HA (Kg)


Poteaux 22.779 2961.27
Poutres 39.772 7158.96
Voiles 97.931 12731.03
Semelles isolées 12.094 544.23
Semelles filantes 6.032 301.6
Tableau 24: La quantité de béton et d’acier des différents éléments de la structure en
voile

144
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

IV. Le coût global :

1. Variante 1 : Contreventement par portique

Éléments Béton Prixunitaire Barres HA Prix unitaire Montant


(m³) (DH) (Kg) (DH) (DH)
Poteaux 50.00 1200 6500.00 12 138000.00
Poutres 48.37 1200 8706.60 12 162523.20
Semelles isolée 21.88 1200 984.60 12 38071.20

Planchers à Surface (m²) Prix unitaire (DH) Montant


Hourdis (15+5) (DH)
961.77 240 230824.80
Total 569419.20
Tableau 25: Le coût global de la structure contreventé par portique

2. Variante 2 : Contreventement par voile

Éléments Béton Prixunitaire Barres HA Prix unitaire Montant


(m³) (DH) (Kg) (DH) (DH)
Poteaux 22.779 1200 2961.27 12 62 870.04
Poutres 39.772 1200 7158.96 12 133 633.92
Voiles 97.931 1200 12731.03 12 270 289.56
Semelles isolée 12.094 1200 544.23 12 21 043.56
Semelle filante 6.032 1200 301.6 12 10 857.60

Planchers à Surface (m²) Prix unitaire (DH) Montant


Hourdis (15+5) (DH)
961.77 240 230824.80
Total 729 519.48
Tableau 26: Le coût global de la structure contreventé par voile

145
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

V. Comparaison financière :
On remarque que le coût de la structure contreventée par voile est plus élevé par rapport à
celle contreventée par portique.
 Le surcoût = Coût (Variante 2) – coût (variante 1) = 729 519.48 - 569 419.20 =
133 100.28Dh
 Le pourcentage du surcoût = 133 100.28 / 569 419.20 = 23.37%.

146
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Conclusion :
Mon travail de fin d’études a consisté en la conception et le dimensionnement
parasismique d’un immeuble à usage d’habitation, en étudiant deux variantes de
contreventement : voiles et portiques.

Après avoir établis la conception des plans de coffrage des deux variantes, et calculé la
descente de charge sur les différents éléments porteurs, j’ai ensuite modélisé la structure avec
le logiciel de calcul Arche Ossature, pour déterminer les effets extrêmes du séisme sur le
bâtiment ainsi que le ferraillage de quelques éléments structuraux.

Toutefois, mon travail de fin d’études fut l’occasion à ne pas rater d’une part :
L’approfondissement de mes connaissances dans le métier d’ingénieur civil, soit sur le volet
calcul manuel des structures en améliorant mes connaissances concernant le calcul des
structures, ou même sur la familiarisation avec le logiciel de calcul des structures de bâtiments
Arche Ossature.

D’autre part, j’ai pu mettre en valeur l’esprit de critique chez l’ingénieur, ce qui m’a
procuré les résultats suivants :

 Caractère itératif de la conception :

La conception d’une structure est jugée en fonction des résultats obtenus, entre autres
la distance entre le centre de masse et le centre de torsion, ainsi j’étais obligée d’effectuer une
série de modifications sur la conception initiale pour rapprocher le maximum ces deux points,
ce travail n’était pas simple vu l’architecture contraignante de la structure.

 Comparaison entre les deux systèmes de contreventement :

147
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Les résultats obtenus pendant toutes les phases de mon étude montrent une grande
différence entre les deux conceptions, en effet, la conception en voile vérifie tous les critères
de fonctionnalité et de stabilité alors que la conception en portique ne vérifie pas les
déplacements inter-étages même quand je prends des dimensions des poteaux très
importantes.

Or la conception par voiles s’avère comme solution à adopter car elle concentre
lacapacité de résister à l’effort sismique dans un seul élément structural, alors que dans le
casdes portiques on fait appel à d’énormes quantités de béton et d’acier qu’il faut
disposersoigneusement, précisément au niveau des nœuds poteau-poutre qui représente le
pointfaible vis-à-vis des actions sismiques. L’exécution judicieuse de ces nœuds est d’une
grandeimportance.

Enfin l’estimation du coût, même si dans mon cas le prix du contreventement par
voiles fût plus élevé que celui d’un système contreventé par portique, le meilleur système
parasismique reste celui en voile. Le prix d’un contreventement par portique devient plus
important si on cherche à vérifier tous les critères de stabilité,ce qui exige de grandes
dimensions des poteauximpliquant une grande quantité de béton et d’aciers.

En ce qui concerne le calcul informatique des deux structures, le contreventement par


voilesaugmente la complexité de la structure, ce qui s’illustre par les nombreux modes
(50modes pour les voiles et seulement 10 pour les portiques) nécessaires pour arriver à une
participation de masses satisfaisante, et quidemandent parsuite des stations de calcul assez
performantes pour réduire les temps decalcul.

148
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Bibliographie :
 RPS 2000: règlement parasismique marocain applicable aux

bâtiments.

 PS 92 : règles parasismique.

 Règles BAEL 91: Règles techniques de conception et de calcul des

ouvrages et des constructions.

 Béton armé : Guide de calcul : Hervé Renaud & JackyLamirault.

 Cours « Dynamique des structures » : Prof. Dr. Abdelouafi EL

GHALBZOURI, ENSAH.

 Conception parasismique : Milan Zacek.

 Principes de base pour la conception parasismique des bâtiments :

Hugo Bachmann.

 Conception et calcul des structures : Henry Thonier.

 Calcul pratique des ossatures : Albert Fuentes.

 Guide de formation Arche ossature

 Etude géotechnique du sol de fondation

149
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Annexe 1 :
Les plans architecturaux de l’immeuble

Plan du Rez-de-chaussée

150
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Plan d’un étage courant

151
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Plan terrasse

152
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

La façade principale

153
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

La Façade arrière

154
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Les plans de coffrage

Fondation en portique

155
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Fondation en voile

156
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Plan de coffrage d’un plancher d’un étage courant en portique

Détail de la cage d’escalier en portique

157
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Plan de coffrage d’un plancher d’un étage courant en voile

Détail de la cage d’escalier en voile

158
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Annexe 2 :
Extraits du règlement RPS 2000

I. LES OBJECTIFS DU REGLEMENT :

Les objectifs essentiels du « Règlement de Construction Parasismique (RPS 2000) » visent à:


a) Assurer la sécurité du public pendant un tremblement de terre
b) Assurer la protection des biens maté riels.

II. CLASSIFICATION ET PERFORMANCE DES BATIMENTS :

1. CRITÈ RE DE CLASSIFICATION :

Le niveau minimal de performance requis pour une construction dé pend des conséquences
socioéconomiques des dommages qu’elle aurait pu subir en cas de séisme. L’évaluation de
l’importance de ces conséquences est relié e essentiellement à la nature de l’usage du
bâtiment et à son intérêt pour le pouvoir public.

i. CLASSES DE PRIORITÉ PARASISMIQUE

Le RPS 2000 ré partit les bâtiments selon leur usage principal en deux classes de priorité. A
chaque classe de bâtiments correspond un facteur d’importance ou de priorité I, donné dans le
tableau 3.1, qui est un facteur additionnel de sécurité .Toutefois, le maître d’ouvrage peut
surclasser un ouvrage particulier par sa vocation. Un sur classement des bâtiments sera dé fini
par décret.
 CLASSE I (IMPORTANCE VITALE)

Sont groupé es dans cette classe les constructions destiné es à des activités sociales et
économiques vitales pour la population et qui devraient rester fonctionnelles, avec peu
dedommage, pendant le séisme. On distingue notamment selon l’usage :
 Les constructions de première nécessité en cas de séisme tels que : les hôpitaux,
lesétablissements de protection civile, les grands réservoirs et châteaux d’eau, les

159
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

centralesélectriques et de télé communication, les postes de police, les stations de


pompage d’eau,etc.…
 Les constructions publiques, tels que les établissements scolaires et
universitaires, lesbibliothèques, les salles de fêtes, les salles d’audience, de
spectacles et de sport, les grandslieux de culte, les établissements bancaires,
etc.…
 Les constructions destinées à la production ou au stockage des produits à haut
risque pour lepublic et l’environnement.

 CLASSE II

Sont groupé es dans cette classe les constructions n’appartenant pas à la classe1, tels que :
 Les bâtiments courants à usage d’habitation, de bureaux ou commerciaux.

ii. COEFFICIENT D’IMPORTANCE OU DE PRIORITE I

Le coefficient d’importance I est égal à 1,3 pour les bâtiments de classe I et à 1 pour tous
les autres bâtiments.
Tableau 3.1 – Coefficient de priorité I

III. IMPORTANCE DE LA DUCTILITÉ :

1. DÉFINITION :

La ductilité d’un système structural traduit sa capacité de dissiper une grande partie de
l’énergie sous des sollicitations sismiques, par des déformations inélastiques sans réduction
substantielle de sa résistance. La ductilité dé pend des caractéristiques des matériaux de la
structure, des dimensions des éléments et des détails de construction.

i. EXIGENCE ET NIVEAUX REQUIS DE DUCTILITÉ

160
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Le système structural de tout bâtiment conçu pour résister aux efforts sismiques doit
présenter une ductilité suffisante au cours du séisme. Trois niveaux de ductilité sont
définis selon le comportement requis de la structure. Chaque niveau traduit la capacité de
la structure à dissiper l’énergie provenant du séisme.
A) STRUCTURES PEU DUCTILES (NIVEAU 1 DE DUCTILITE : ND1)
Ce niveau de ductilité correspond aux structures dont la réponse sismique doit
évolueressentiellement dans le domaine élastique et pour lesquelles le règlement
n’exige pas deprescriptions spéciales.

B) STRUCTURES A DUCTILITE MOYENNE (NIVEAU 2 DE DUCTILITE :


ND 2)
Ce niveau est relié aux structures pour lesquelles on adopte des dispositions
spécifiques leurpermettant de travailler dans le domaine inélastique au cours du
mouvement sismique avec uneprotection raisonnable contre toute rupture
prématurée.

C) STRUCTURES DE GRANDE DUCTILITE (NIVEAU 3 DE DUCTILITE :


ND3)
Ces structures sont appelées à avoir une grande capacité de dissipation d’énergie,
un certainnombre de prescriptions et dispositions techniques est exigé afin de
minimiser la probabilité derupture prématurée et de détérioration de résistance.

ii. DUCTILITE ET CLASSES DE BATIMENTS

Le tableau 3.2 illustre le niveau de ductilité requis pour les deux classes de bâtiments en
fonction de l’intensité du séisme.

161
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Tableau 3.2 : Ductilité et classes de bâtiments

iii. FACTEUR DE COMPORTEMENT

Le facteur de comportement, ou coefficient de ductilité K, caractérise la capacité de


dissipation de l’énergie vibratoire de la structure qui lui est transmise par les secousses
sismiques.
Ce coefficient est donné par le tableau 3.3. En fonction du type du système de
contreventement et du niveau de ductilité choisi.
Tableau 3.3 : Facteur de comportement K

Commentaire 3.3
- Pour que les membrures d’une structure en béton puissent présenter une ductilité
adéquate et avoir un comportement stable sous des déformations cycliques
importantes, il est demandé que les qualités du béton soient supérieures à celles du
béton utilisé dans les cas non sismiques.
- Si différents types de système de contreventement résistent ensemble dans la même
direction aux charges sismiques, la valeur de K à retenir est la plus faible valeur
correspondant à ces systèmes.

162
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

IV. AMORTISSEMENT :

L’amortissement représente les frottements internes développés dans la structure en


mouvement.
Il est fonction des matériaux composant la structure, du niveau des contraintes dans le
matériau et de l’intensité du mouvement. On distingue l’amortissement frictionnel, où la force
est constante, l’amortissement visqueux, où la force est proportionnelle à la vitesse, et un
amortissement interne où la force est fonction de l’amplitude.
L’amortissement pris en compte est du type visqueux. Il est défini par un coefficient ζ,
exprimé en pourcentage d’un amortissement critique, donné par le tableau 3.4. Le coefficient
d’amortissement est pris en considération dans le spectre de réponse utilisé pour l’analyse de
la structure.
Tableau 3.4 : Coefficient d’amortissement 

Commentaire 3.4 :
Dans l’approche d’analyse préconisée par le règlement, l’effet de l’amortissement autre que
visqueux est exprimé par le facteur de comportement K qui tient compte de l’amortissement
dûaux hystérésis.

V. SEISME DE CALCUL :

1. ZONAGE SISMIQUE (ACCÉ LÉ RATION MAXIMALE)

a) Pour simplifier le calcul des charges sismiques et uniformiser les exigences de


dimensionnement des structures à travers de grandes régions du pays, le RPS 2000
utilise l’approche des zones. Il s’agit de diviser le pays en plusieurs zones de sismicité
homogène et présentant approximativement le même niveau de risque sismique pour
une probabilité d’apparition donnée.

163
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

b) Dans chaque zone, les paramètres définissant le risque sismique, tels que
l’accélération et lavitesse maximales horizontales du sol, sont considérées constants.

c) La carte de zones sismiques adoptée par le RPS 2000 comporte actuellement trois
zonesreliées à l’accélération horizontale maximale du sol, pour une probabilité
d’apparition de10% en 50 ans. Cette probabilité est considérée raisonnable, car elle
correspond à desséismes modérés, susceptibles de se produire plusieurs fois dans la
vie d’une structure. La carte des zones sismiques du Maroc est présentée dans la figure
5.2.

Figure 5.2 : zonage sismique au Maroc selon RPS2000

Le rapport A (dit coefficient d’accélération), entre l’accélération maximale Amax du sol


etl’accélération de la gravité g, dans les différentes zones, est donné dans le tableau 5.1.

164
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Tableau 5.1 – Coefficient d’accélération


(Probabilité 10% en 50 ans)

2. SPECTRE DE CALCUL

i. DEFINITION

Le deuxième paramètre dé finissant le séisme est le spectre de calcul. Le spectre proposé est
déduit du spectre élastique représentant l’idéalisation de l’enveloppe de divers spectres
deréponse normalisés rapportés à la valeur unité de l’accélération horizontale maximale du
sol. Il définit le facteur d’amplification (ou de résonance) dynamique de la réponse en
fonction de la période fondamentale de la structure.

ii. INFLUENCE DU SITE

L’intensité avec laquelle un séisme est ressenti en un lieu donné, dépend dans une large
mesure de la nature des sols traversés par l’onde sismique et des conditions géologiques et
géotechniques locales. Les conditions locales du sol sont très importantes en effet si la
fréquence du sol est proche de celle de la structure, on est en présence d’une amplification
dynamique du sol.
Pour tenir compte de ces effets sur le spectre de réponse du mouvement du sol, un classement
des sites en trois types est adopté en fonction de la classe des sols. Les sols sont classés selon
leurs caractéristiques mécaniques comme présenté à l’article 9.1.
Le choix du site tient compte à la fois de la classe de sol et de son épaisseur tel que présenté
dans le tableau 5.2
En cas de manque d’informations sur les propriétés du sol pour choisir le type de site
adéquat,on adopte le coefficient et le spectre du site S2.

165
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Tableau 5.2 : Type de sites

A chaque type de site correspond un coefficient d’influence donné dans le Tableau 5.3.

Tableau 5.3 : Coefficient de site

iii. FACTEUR D’AMPLIFICATION

a) Les spectres de calcul définis pour un coefficient d’amortissement égal à 5 % pour les
trois types de sites préconisés par le présent règlement sont représentés dans la figure
5.3. Chaque spectre est constitué de trois branches définies par les expressions
analytiques illustrées dans le tableau 5.5 La courbe représentant le spectre de calcul est
constante dans la plage des périodes inférieures à la période de transition Tc et décroît
au delà de cette période. Pour les sites S1 et S2 la courbe décroît linéairement entre Tc
et T= 1 sc. et continue à décroître avec un exposant égal à β= 2/3 pour les périodes
supérieures à l’unité. Pour le site S3, après la plage, la courbe décroît avec le
coefficient β = 2/3

166
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

b) Les valeurs de Tc pour les différents sites sont données dans le tableau 5.4. Tc dépend
des paramètres suivants: le contenu fréquentiel du mouvement, le rapport entre la
durée du mouvement et la période fondamentale de la structure, la probabilité choisie
du dépassement.
c) Alors que l’accélération nominale identifie le niveau du risque sismique, le
facteurd’amplification qualifie le comportement de la structure en fonction de sa
période devibration. Il est représenté par l’ordonnée du spectre de calcul. Ses valeurs
sont données dans le tableau 5.5 pour les trois types de site et pour T allant jusqu’à 2
secondes.
d) Pour des valeurs du coefficient d’amortissement différentes de 5 %, les corrections
desspectres normalisés sont obtenues en multipliant les ordonnées du spectres de la
figure 5.3 par le coefficient μ= (5/ξ) 0.4

Tableau 5.4- Période de transition Tc

Tableau 5.5- Facteur de l’amplification dynamique

167
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Tableau 5.6 : Facteur d’Amplification Dynamique

168
Étude parasismique d’un immeuble de R+4 par deux systèmes de 2015
contreventements : portique et voile

Figure 5.1

169