Vous êtes sur la page 1sur 371

Dépôt Institutionnel de l’Université libre de Bruxelles /

Université libre de Bruxelles Institutional Repository


Thèse de doctorat/ PhD Thesis

Citation APA:

Gosselain, O. (1995). Identités techniques: le travail de la poterie au Cameroun méridional (Unpublished doctoral dissertation). Université libre de

Bruxelles, Faculté de Philosophie et Lettres, Bruxelles.

Disponible à / Available at permalink : https://dipot.ulb.ac.be/dspace/bitstream/2013/212622/1/a8e8ed86-3fa5-4f33-8c10-336ed4848350.txt

(English version below)

Cette thèse de doctorat a été numérisée par l’Université libre de Bruxelles. L’auteur qui s’opposerait à sa mise en ligne dans DI-fusion est invité à

prendre contact avec l’Université (di-fusion@ulb.ac.be).


Dans le cas où une version électronique native de la thèse existe, l’Université ne peut garantir que la présente version numérisée soit
identique à la version électronique native, ni qu’elle soit la version officielle définitive de la thèse.
DI-fusion, le Dépôt Institutionnel de l’Université libre de Bruxelles, recueille la production scientifique de l’Université, mise à disposition en libre
accès autant que possible. Les œuvres accessibles dans DI-fusion sont protégées par la législation belge relative aux droits d'auteur et aux droits
voisins. Toute personne peut, sans avoir à demander l’autorisation de l’auteur ou de l’ayant-droit, à des fins d’usage privé ou à des fins
d’illustration de l’enseignement ou de recherche scientifique, dans la mesure justifiée par le but non lucratif poursuivi, lire, télécharger ou
reproduire sur papier ou sur tout autre support, les articles ou des fragments d’autres œuvres, disponibles dans DI-fusion, pour autant que :
- Le nom des auteurs, le titre et la référence bibliographique complète soient cités;
- L’identifiant unique attribué aux métadonnées dans DI-fusion (permalink) soit indiqué;
- Le contenu ne soit pas modifié.
L’œuvre ne peut être stockée dans une autre base de données dans le but d’y donner accès ; l’identifiant unique (permalink) indiqué ci-dessus doit
toujours être utilisé pour donner accès à l’œuvre. Toute autre utilisation non mentionnée ci-dessus nécessite l’autorisation de l’auteur de l’œuvre ou
de l’ayant droit.
------------------------------------------------------ English Version -------------------------------------------------------------------

This Ph.D. thesis has been digitized by Université libre de Bruxelles. The author who would disagree on its online availability in DI-fusion is

invited to contact the University (di-fusion@ulb.ac.be).


If a native electronic version of the thesis exists, the University can guarantee neither that the present digitized version is identical to the
native electronic version, nor that it is the definitive official version of the thesis.
DI-fusion is the Institutional Repository of Université libre de Bruxelles; it collects the research output of the University, available on open access
as much as possible. The works included in DI-fusion are protected by the Belgian legislation relating to authors’ rights and neighbouring rights.
Any user may, without prior permission from the authors or copyright owners, for private usage or for educational or scientific research purposes,
to the extent justified by the non-profit activity, read, download or reproduce on paper or on any other media, the articles or fragments of other
works, available in DI-fusion, provided:
- The authors, title and full bibliographic details are credited in any copy;
- The unique identifier (permalink) for the original metadata page in DI-fusion is indicated;
- The content is not changed in any way.
It is not permitted to store the work in another database in order to provide access to it; the unique identifier (permalink) indicated above must
always be used to provide access to the work. Any other use not mentioned above requires the authors’ or copyright owners’ permission.
UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES
Faculté de Philosophie et Lettres

IDENTITES TECHNIQUES
Le travail de la f)oterie au Cameroun
méridional.

Thèse présentée pour l’obtention du grade


de Docteur en Philosophie et Lettres
par Olivier Gosselain

Volume I

Directeur; Monsieur le Professeur Pierre de Maret


Année Académique 1994-1995
UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES
Faculté de Philosophie et Lettres

IDENTITES TECHNIQUES
Le travail de la j)oterie au Cameroun
méridional.

Thèse présentée pour l’obtention du grade


de Docteur en Philosophie et Lettres
par Olivier Gosselain

Directeur: Monsieur le Professeur Pierre de Maret


Année Académique 1994-1995

2
Producteur: P. de Maret

Artisans: P. Abbe, B. Aboki, T. Adawa, A. Adji, M. Aguap, F. Bea, A. Belek, V. Bikay, M.


Binele, Z. Bonkus, G. Buinwi, A. Dang Amoumbo, 'maman' Djama, L. Djossak, M. Djouri, J.
Dowan, A. Ebengue, M. Gie, M. Gomoko, S. Gonté, M.-L. Guibang. E. Kakanou, S. Kame, M.
Kende, V. Kgejn, M. Kon, M. Kouba, B. Ladi, J. Lougba, H. Mabira, S. Makae à Baban, F. May,
F. Mbochim, T. Mbochim, R. Mboke, J. Mbog, B. Mbom, E. Mbom, J. Mbouyap, E. Memba
Taku, A. Momble, M. Momni, A. Mopoua, M. Mwegne, E. Nalou, E. Ndjengwes, D. Nemchak,
G. Ngo Maon, P. Nguénou, R. Nsanga, C. Nwuyobué, A. Nyankak, M. Nyebe, F. Ongnibo, A.
Polewa, T. Satou, S. Seutieu, S. Sindza, John Tchufor, Jonas Tchufor, A. Telibe, J. Tencha, F.
Tiah, E. Tobe, F. Yanimbi, T. Yéné, M. Youb, T. Youwoué, A. Zari, M. Zarmou et plusieurs
anonymes

Assistant sur le terrain: J.-J. Ayiboto

Dactylographie/mise en page: G. Vendemmia

Illustrations: Y. Baele-Paquay, J. Renard, A. Smith

Mise en page photos: L. Forest, A. Smith

Conseillers scientifiques: J.-M. Decroly, B. Diallo, H. Doutrelepont, C. Grégoire, B. Janssens, J.


Moeyersons, P. Piron, A. Smith, P.-L. van Berg, M. Vanhaelen

Conseillers 'stylistiques': J. Gosselain, P. Gosselain, P.-L. van Berg

Intendance: B. Ghesquière

Sans ces personnes et la bourse 'Mini-ARC que m'a octroyée le Conseil de la Recherche de
l'Université Libre de Bruxelles (1990-1993), rien n'aurait été possible.

Merci également: Famille à Goufan; T. Arimin à Nyoung; R. Assombang; Chef traditionnel de


Babwantou; V. Baeke; N. Barley; R. Booto à Kandi; S.T. Childs; E. Comelissen; N. David; R.
Dechamps; E. De Crits; M. Delneuf; M. Dietler; M. Elouga; M. Féron; M. Ghodsi; L. Gosselain;
P.A. Gosselain; G. Guarisma; C. Gueguan; I. Herbich; E. Huysecom; R. Impedovo; T. Ingold; J.D.
Kam Kam; M. Kanimba; K. Klieman; U. Knecht; P. Lavachery; B. Likouk; F. Maes; A. Manima;
B. Martinelli; A. Mayor; C. Mbida Mindzié; S.K. Mcintosh; Mister Bungle; L. Mpika; C. Ndoumbé;
Nerofen; L. Pellé; C. Perlés; Pyrindus S.A.; M. Riflet; Famille Rikong; V. Roux; D. Van Aubel;
J.-M. Vandyck; F. Verhulst; P. Tastenoy; M.S. Tite; M. Yachou; D. Zeitlyn; Zem Paul.

I
TABLE DES MATIERES

Volume 1

INTRODUCTION.......................................................................................................................... 1
1. Interprétation desfaits techniques: premières orientations et perspectives
nouvelles................................................................................................................................... 2
1.1. De l'écologie au techno-fonctionnalisme................................................................ 2
1.2. Critique du modèle fonctionnaliste et perspectives anthropologiques................. 6
1.3. Style Qt techniques, style ou techniques! ................................................................ 8
1.4. Nouvelles pistes d'investigation................................................................................. 10
2. Choix du terrain..................................................................................................................... 12
3. Enquêtes et analyses . ............................................................................................................ 13
4. Présentation des résultats .................................................................................................... 13

ZONE D'ETUDE.......................................................................................................................... 18
1. CONTEXTE GEOGRAPHIQUE ......................................................................................... 18
1.1 Oro-hydrographie .................................................................................................... 18
1.2 Climat.......................................................................................................................... 19
1.3 Végétation .................................................................................................................. 21
2. POPULATIONS ETUDIEES........................................................................................ 23
Yamba ..................................................................................................................................... 23
Mambila................................................................................................................................... 25
Nsei ........................................................................................................................................... 27
Bamileke fe'fe' .......................................................... 29
Bamum..................................................................................................................................... 32
Tîkar ........................................................................................................................................ 35
Bafeuk .................................................................. 37
Djanti........................................................................................................................................ 38
Balom........................................................................................................................................ 39
Bafia........................................................................................................................................... 40
Banen........................................................................................................................................ 42
Yambasa................................................................................................................................... 43
Sanaga ..................................................................................................................................... 44
Basaa........................................................................................................................................ 46
Eton........................................................................................................................................... 47
Vute................................................................................................................................ 49
Gbaya........................................................................................................................................ 50
Kepere ..................................................................................................................................... 52
Pol.............................................................................................................................................. 53
Kwakum................................................................................................................................... 54
Mkako ..................................................................................................................................... 54

n
3. CONTEXTE DE L’ACTIVITE ............................................................................................ 56
3.1. Statut des artisans.................................................. ................................................. 56
3.2. Organisation du travail............................................................................................ 58
3.3. Apprentissage des techniques................................................................................. 59
3.3.1. Identité des instructeurs .............................................................................. 59
3.3.2. Age d'apprentissage............................................ 60
3.3.3. Modalités d'apprentissage........................................................................... 61
3.3.4. Diffusion spatiale des connaissances........................................................... 62
3.3.5. Remarques .................................................................................................... 64

SELECTION ET TRAITEMENT DES MATIERES PREMIERES................. 68


1. INTRODUCTION .................................................................................................................. 68
2. EMPLACEMENT ET IDENTinCATION DES SOURCES D'ARGILE....................... 74
2.1. Données collectées au Cameroun........................................................................... 74
2.1.1. Mode d'exploitation...................................................................................... 75
2.1.2. Distance......................................................................................................... 75
2.1.3. Emplacement................................................................................................. 76
2.1.4. Identification des sources ........................................................................... 77
2.1.5. Abandon éventuel et relocalisation.............................................................. 79
2.2. Données collectées dans le reste de l'Afrique sub-saharienne.......................... 80
2.2.1. Type d'exploitation ...................................................................................... 80
2.2.2. Distance......................................................................................................... 88
2.2.3. Emplacement................................................................................................. 89
2.2.4. Identification des gisements, sélection et durée d'exploitation ............... 90
3. PRELEVEMENT..................................................................................................................... 92
3.1. Données collectées au Cameroun et comparaison éventuelle avec d'autres
populations sub-sahariennes.................................................................................... 92
3.1.1. Extraction en fosse ...................................................................................... 93
3.1.2. Extraction en surface.................................................................................... 94
3.1.3. Galerie souterraine...................................................................................... 94
3.1.4. Extraction sous le niveau de Teau.............................................................. 95
4. TRAITEMENT ........................................................................................................................ 96
4.1. Données collectées au Cameroun............................................................................ 96
4.1.1. Simple malaxage........................ 97
4.1.2. Adjonction ou retrait d'éléments plastiques ou non-plastiques............... 98
4.1.3. Outils et procédés: relations avec d'autres systèmes techniques .... 100
4.2. Données collectées dans le reste de l'Afrique sub-saharienne........................ 106
4.2.1. Traitements préalables.............................................................................. 106
4.2.2. Adfonction d'éléments plastiques ou non-plastiques ............................ 107
4.2.3. Homogénéisation ...................................................................................... 108
4.2.4. Signification et distribution des techniques............................................. 109

m
5. CARACTERISATION DES ARGILES UTILISEES AU CAMEROUN...................... 123
5.1. Plasticité - maniabilité ......................................................................................... 123
5.1.1. Plasticité initiale......................................................................................... 124
5.1.2. Plasticité au terme du traitement............................................................. 126
5.2. Granulométrie ....................................................................................................... 127
5.3. Discussion ............................................................................................................... 129
6. CONCLUSIONS .................................................................................................................. 131
FAÇONNAGE ............................................................................................................................. 135

1. INTRODUCTION ............................................................................................................... 135


2. DONNEES COLLECTEES AU CAMEROUN................................................................ 139
2.1. Supports .............. 140
2.2. Ebauchage............................................................................................................... 144
2.3. Préformage ............................................................................................................ 151
2.4. Diversité technique .............................................................................................. 168
2.5. Evaluation des contraintes liéesau façonnage .................. 172
2.5.1. Matières premières ................................................................................... 172
2.5.2. Forme et taille des récipients................................................................... 176
2.6. Distribution des techniques ............................................................................... 180
3. PERSPECTIVE SUB-SAHARIENNE ET DISCUSSION................................................ 195
3.1. Classification et description destechniques....................................................... 196
3.2. Diversité technique .............................................................................................. 205
3.3. Evaluation des contraintes................................................................................... 207
3.4. Distribution des techniques ............................................................................... 209
3.4.1. Identité technique, identité ethnolinguistique.......................................... 209
3.4.2. Distribution des langues et des techniques............................................. 211
4. CONCLUSIONS .................................................................................................................. 213

CUISSON........................................................................................................................................ 216
1. INTRODUCTION .............................................. 216
2. DONNEES COLLECTEES AU CAMEROUN................................................................ 220
2.1. Organisation............................................................................................................ 220
2.2. Emplacement .......................................................................................................... 222
2.3. Sélection et collecte du combustible................................................................... 223
2.4. Disposition des récipients etdu combustible, allumage et déroulement de
la cuisson.................................................................................................................. 226
2.4.1. Simples foyers ............................................................................................ 226
2.4.2. Simples foyers/récipient(s) surélevé(s)...................................................... 227
2.4.3. Dépressions...................................... 228
2.4.4. Distribution des techniques ...................................................................... 231
3. DONNEES COLLECTEES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE ............................... 236
3.1. Organisation............................................................................................................. 236

IV
3.2. Emplacement ......................................................................................................... 239
3.3. Sélection et collecte du combustible................................................................... 239
3.4. Types de structures et déroulement del'opération ......................................... 240
3.4.1. Simple foyer .............................................................................................. 241
3.4.2. Simple foyer entouré de matériaux ignifuges.......................................... 242
3.4.3. Simple foyer/récipients ou combustible recouvert(s) de matériaux
ignifuges...................................................................................................... 243
3.4.4. Foyer surélevé........................................................................................... 243
3.4.5. Dépression ou fosse................................................................................... 244
3.4.6. Dépression/fosse avec séparation entre les récipients et le
combustible................................................................................................. 246
3.4.7. Fourneau .................................................................................................... 246
3.4.8. Four ("updraft kiln")................................................................................. 247
3.4.9. Origine et signification de la diversité technique: une première
évaluation................................................................................................... 247
4. APPROCHE THERMOMETRIQUE: EVALUATION DES PERFORMANCES ET
COMPARAISONS ............................................................................................................... 254
4.1. Données collectées au Cameroun........................................................................ 256
4.1.1. Evolution de la température...................................................................... 256
4.1.2. Températures atteintes.............................................................................. 261
4.1.3. Exposition aux différents seuils de température ..................................... 266
4.2. Données collectées dans la littérature................................................................. 271
4.2.1. Evolution de la température...................................................................... 271
4.2.2. Températures atteintes.............................................................................. 276
4.2.3. Temps d'exposition aux seuils de température....................................... 278
5. CONCLUSIONS............................................................................................................................. 280

TRAITEMENTS APRES CUISSON .............................................................................. 284


1. INTRODUCTION ............................................................................................................... 284
2. TECHNIQUES ET INGREDIENTS ................................................................................ 285
2.1. Données collectées au Cameroun........................................................................ 285
2.1.1. Enduits organiques ................................................................................... 285
2.1.2. Application de résine................................................................................. 289
2.1.3. Application de goudron végétal par enfumage....................................... 290
2.2. Données collectées dans le reste de l'Afrique sub-saharienne........................ 290
2.2.1. Enduits organiques................................................................................... 290
2.2.2. Application de résine................................................................................. 297
2.2.3. Application de matériaux organiques ..................................................... 298
2.2.4. Enfumage................................................. 298
2.2.5. Cuisson de matériaux organiques dans les récipients ......................... 299
2.2.6. Application d'eau ...................................................................................... 299
3. DISCUSSION....................................................................................................................... 300

V
ASPECTS SYMBOLIQUES 308

1. INTRODUCTION ......................................................................................................... 308


2. APPLICATION ET SIGNIHCATION DES INTERDITS.......................................... 310
3. THEMES DES INTERDITS.............................................................................. 311
3.1. Données collectées au Cameroun.................................................................... 311
3.2. Données collectées dans le reste de l'Afrique sub-saharienne..................... 313
4. DISCUSSION................................................................................................................. 315
5. CONCLUSION .............................................................................................................. 321

CONCLUSION GENERALE......................................................................................... 325

BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................................. 330

Volume 2

QUESTIONNAIRE D’ENQUETE............................................................................... 363


ANALYSES ET DONNEES COMPLEMENTAIRES ........................................ 367
YAMBA................................................................................................................................... 370
MAMBILA.............................................................................................................................. 402
NSEI........................................................................................................................................... 427
BAMUM.............................................................................. ,.................................................... 437
BAMILEKE (fe'fe )............................................................................................................ 448
TIKAR...................................................................................................................................... 465
BAFEUK ................................................................................................................................. 513
DJANTI .............................................................. 532
BALOM................................................................................................................................... 557
BAFIA ...................................................................................................................................... 572
BANEN............................................................ 611
YAMBASA.............................................................................................................................. 631
SANAGA ................................................................................................................................. 635
BASAA . .................................................................................................................................... 646
ETON................................................................................. 676
VUTE........................................................................................................................................ 698
GBAYA ................................................................................................................................... 721
MKAKO, REPERE, POL ET KWAKUM............................................................... 761
Annexe...................................................................................................................................... 783
DONNEES RELATIVES A L’APPRENTISSAGE................................................ 783

VI
INTRODUCTION

Tu es mon seul souci, mon dernier espoir.


Jean-Miché Kankan

Invention majeure après la maîtrise du feu, premier produit de synthèse dans l'histoire de l'humanité,
la céramique contient les germes de tous les développements ultérieurs dans le domaine des
pyrotechnologies. Résultant d'un savoir-faire transmis de génération à génération, décorée souvent
avec soin, utilisée de multiples façons, elle participe aussi bien de la sphère profane que rituelle et
constitue à ce titre un témoin privilégié des sociétés qui l'ont produite et utilisée. Comme elle se
révèle en outre plus résistante que beaucoup d'autres objets et souvent abondante, elle joue un rôle
essentiel dans la reconstitution du passé de ces sociétés.
Les archéologues s'en sont d'abord servi pour situer les cultures dans l'espace et le temps,
puis pour reconstituer les circuits d'échange de biens et de personnes, les contextes de production et
de consommation, les structures socio-politiques et, plus récemment, les systèmes de pensée.
Toutefois, si les modèles d'interprétation se sont multipliés et affinés à mesure qu’évoluait
la discipline, l'attention est restée focalisée sur les aspects les plus visibles de l'artefact: forme, décor,
caractéristiques principales de la pâte. C'est dans ce cadre que l'on s'est généralement efforcé de
cerner l'étendue des traditions culturelles, tandis que les contextes de fabrication et d'utilisation
restaient largement ignorés.
Depuis une vingtaine d'années, le développement de nouvelles méthodes d'analyse et
l'implication croissante de spécialistes appartenant à d'autres disciplines (chimie, minéralogie,
céramique industrielle) permettent d'appréhender la poterie sous un jour nouveau. Les aspects moins
visibles semblent après tout accessibles et, pour peu que l'on ait recours à une démarche expérimen­
tale ou analogique, il paraît envisageable de reconstituer l'ensemble ou la plupart des étapes de la
chaîne opératoire.
La question se pose alors de savoir ce que l'on peut tirer de cette somme d'informations
nouvelles. Jusqu'il y a peu, l'étude de la culture matérielle n'intéressait guère les anthropologues et
ces derniers se sont donc rarement interrogés sur la signifîcation des procédés de fabrication. Si

1
l'ethnoarchéologie offrait une excellente opportunité de pallier ce manque, elle n'a pas entièrement
rempli son rôle. Trop souvent en effet, ce sont les objets qui ont retenu l'attention, et non les
processus mis en oeuvre pour en assurer la réalisation.
Ne disposant en fin de compte que d'informations très limitées - et parfois fantaisistes - sur
les techniques de fabrication, certains archéologues ont choisi de les ignorer ou de les considérer
comme un attribut typologique complémentaire. D'autres, comme nous allons le voir, se sont réfugiés
dans la théorie et l'expérimentation, sans plus chercher à valider leurs résultats.
n semble que l'analyse des comportements techniques puisse pourtant jouer un rôle central
dans le raisonnement archéologique et constituer, le cas échéant, tm appoint indispensable à l'analyse
des formes et des systèmes ornementaux.

1. Interprétation des faits techniques: premières orientations et perspectives nouvelles

Au début des années soixante, l'étude technologique de la poterie se limitait encore à une simple
caractérisation des pâtes. Suivant l'exemple de Shepard (1936) et de Matson (1939), il s'agissait d'en
déterminer la composition chimique et minérale, la texture, les propriétés physiques les plus
élémentaires (couleur, dureté, porosité) et, plus rarement, d'apprécier leur degré de cuisson. Lorsque
ces informations n'étaient pas tout bonnement reléguées en annexe des monographies (par ex. Balfet
1964), elles étaient exploitées dans une perspective typologique, et combinées aux attributs plus
'traditionnels', afin de subdiviser les assemblages et d'y reconnaître d'éventuels découpages chrono-
ou géo-culturels. On parlait alors - et l'on parle encore - de 'Céramique dégraissée à l'os' (Constantin
& Courtois 1985), de 'Fiber-tempered ceramic' (Willey 1945) ou de 'Bumished ware', de la même
manière que de 'Céramique rubanée' ou 'Campaniforme', attribuant aux paramètres techniques un
poids stylistique égal à celui des variations formelles ou ornementales. Une réflexion de Weaver, au
sujet de la pâte des céramiques Tchula du Mississipi Inférieur, traduit bien l'esprit de cette époque:

If the paste variations*” arose from deliberate additions on the part of the potter, then one would expect
to find a corrélation between paste varieties and surface décoration within the types forming the Tchula
complex. No such corrélation has been found, and this lack has strengthened Üie suspicion that Tchula
pottery was untempered (1963:53).

1.1. De l'écologie au techno-fonctionnalisme

Matson, l'im des pionniers de la céramologie, sera le premier à s'interroger sur l'origine et la
signification de la diversité technique. Recommandant aux archéologues de mettre désormais l'accent
sur le contexte de .production et d'utilisation des récipients et s'inspirant des travaux de Steward
(1955), il lance le concept de ceramic ecology:

Ceramic ecology may be considered as one facet of cultural ecology, that which attempts to relate the
raw materials and technologies that the local potter has avaUable to the functions in his culture of the
Products he fashions (1965a:203).

*” Présence ou absence de chamotte et de fibres organiques.

2
Selon lui, les comportements techniques constituent une 'médiation' entre les impératifs culturels
(champ d'utilisation des produits) et les possibilités offertes par le milieu naturel. Il s'agit dès lors de
connaître les caractéristiques des ressources disponibles et des besoins sociaux pour pouvoir
comprendre les choix initialement effectués par l'artisan. Quoique les variations techniques ne soient
plus imputables aux seules contingences culturelles, Matson ne sous-estime pas l'influence du milieu
social sur les prises de décision. Il montre par ailleurs qu'une série d'options sont fonctionnellement
équivalentes, ce qui signifie que les choix pourraient comporter une part d'arbitraire.
Avec l'apparition de 'l'archéologie processuelle' (la 'New Archaeology'), les perspectives
vont malheureusement se réduire et l'écologie culturelle se transformer en déterminisme fonctionnel
et environnemental. L'objectif des processualistes est en effet d'effacer toute subjectivité du
raisonnement archéologique. Postulant l'existence d'tm lien causal entre les comportements humains
et l'environnement, ils souhaitent dégager les mécanismes universels qui régissent la diversité et le
changement. Ainsi par exemple, Bindford assimile-t-il la culture matérielle à 'un moyen d'adaptation
extra-somatique'. Il soutient que chaque artefact a une double dimension: la première, 'technique' ou
'fonctionnelle', résulte d'une adaptation forcée au milieu physique; la seconde, 'stylistique', est le
reflet de traditions endogènes et de sphères d'interactions.

[W]e need [therefore] to study traditions (based on styles), interaction spheres (based on intersocial
relations) and adaptative spheres (based on common means of coping with the physical environment) and
treat these three isolâtes as indépendant variables (Bindford 1965:209).

S'inspirant du raisonnement de Bindford, Dunnell y ajoute une touche de darwinisme:

Styles dénotés those forms that do not hâve détectable sélective values. Function is manifest as those
forms that directly affect the Danvinian fimess of the population in which they occur (1978:199).

Pour mieux comprendre les phénomènes culturels, il s'agit désormais de distinguer les variations
stylistiques des variations fonctionnelles, les premières permettant d'établir des chronologies et de
délimiter les zones d'interactions sociales; les secondes, de reconstituer les processus d'adaptation et
d'évolution. Nous ne sommes pas loin de cette distinction initialement proposée par Leroi-Gourhan
entre le 'fait' et la 'tendance'.

La tendance a un caractère inévitable, prévisible, rectiligne; elle pousse le silex tenu à la main à acquérir
un manche, le ballot traîné par deux perches à se munir de roues. [...] Le fait, à l'inverse de la
tendance, est imprévisible et particulier. C'est tout autant la rencontre de la tendance et des mille
coïncidences du milieu, c'est-à-dire l'invention, que l'emprunt pur et simple à tm autre peuple
(1971:27).

Les faits se décomposent par ailleurs en plusieurs degrés, les premiers encore tributaires des
contraintes de fabrication et d'usage, les derniers suffisamment libres pour pouvoir être le siège d'une
expression stylistique. Ainsi, dans le cas de la poterie, on considérera que la forme des conteneurs
et leur mode de fabrication ne livrent aucun indice quant à l'identité des producteurs ou des
utilisateurs - puisque ces caractéristiques résultent de choix inévitables - et l'on devra, pour en
apprécier la signification culturelle, porter son attention sur les décors, les micro-variations du profil
ou tout autre trait 'fonctionnellement indépendant'.

3
Cette conception binaire de la culture matérielle (technique-fonction/style-culture) a été très
rapidement critiquée en archéologie, notamment par certains lithiciens (par ex. Bordes & de
Sonneville-Bordes 1970, Sackett 1973); elle constitue pourtant la ligne directrice d'une quantité de
travaux consacrés tant au problème du style qu'aux modes de fabrication et d'utilisation des récipients.
En ce qui concerne la poterie, la persistance dés approches fonctionnaliste et évolutionniste (par ex.
Neff 1992, 1993, O'Brien et al. 1994) relève d'une appréhension très pessimiste des contraintes qui
pèsent sur la production et l'utilisation. En effet, les céramologues estiment généralement que
l'utilisation d'un matériau aussi complexe que l'argile et la mise en oeuvre des procédés assurant sa
transformation définitive et son adéquation fonctionnelle posent d'innombrables difficultés.

Pottery manufacture is ffaught with danger: accidentai breakage can cxxnir at just about any point in the
production sequence, and quite often does (Kaiser 1989:1).

La chaîne opératoire - perçue ici comme un système à l'équilibre, au sein duquel tous les éléments
interagissent - se situerait à la croisée d'un triple faisceau de contraintes: environnementale, technique
et fonctionnelle. Le moindre changement, le moindre écart dans les procédés de transformation
auraient des conséquences catastrophiques, tant du point de vue des techniques que des contextes
d'utilisation. Aucune place n'est donc laissée au hasard et le rôle de l'artisan se réduit à celui de
simple technicien.
Fort de cette conception et ne faisant aucun cas des critiques dont ils font l'objet (par ex.
Feinman 1989, Miller 1985, Spriggs & Miller 1979, van der Leeuw 1984, van der Leeuw et al.
1991) ou des progrès enregistrés dans d'autres domaines de recherche, bon nombre de céramologues
vont s'efforcer de dégager les lois qui sous-tendent les variations techniques dans l'espace et le temps.
A cet effet, ils se fonderont aussi bien sur des travaux ethnographiques et expérimentaux que sur des
concepts empruntés aux sciences des matériaux*”.
Arnold (1975, 1976, 1985) reprend le flambeau de la 'ceramic ecology'. Dans un ouvrage
qui constitue à ce jour la seule tentative de synthèse des données ethnographiques®, il cherche à
identifier "... the processes which favored or prevented the origin of pottery making, maintened it
once it began and stimulated or prevented its évolution into a full-time craft" (1985:19). Ces
processus, soutient-il, résultent d'une conjonction entre les 'feedback positifs' et 'négatifs' qui
caractérisent l'environnement de chaque artisan et en font un milieu 'hostile' ou 'favorable' à
l'activité. Quoique les phénomènes sociaux ou politiques puissent également engendrer des
mécanismes de feedback, il préfère mettre l'accent sur le milieu naturel et plus particulièrement sur
les contraintes climatiques. Celles-ci auraient un impact régulier, inévitable et dès lors prédictible.
Si l'artisan réside par exemple dans une région soumise à d'importantes fluctuations
météorologiques, U ne peut pratiquer l'activité que durant la période la plus sèche et la plus chaude
de l'année, car la pluie, le vent et/ou le froid ont des conséquences néfastes sur le processus de
manufacture: inaccessibilité des gisements, altération de la plasticité initiale des matériaux, séchage
incomplet, stress supplémentaire durant la cuisson. Ainsi confinée à certaines saisons, la fabrication

Dès la fin des années '70, le Journal of the American Ceramic Society, les Transactions of the British Ceramic Society,
de même que les ouvrages de Grim (1968), Grimshaw (1971), Lawrence & West (1982) ou Norton (1952) deviennent des
références obligées.
Mais la place accordée aux travaux des africanistes est dérisoire.

4
de poteries ne peut constituer un artisanat spécialisé et c'est la raison pour laquelle les artisans des
régions tropicales ou tempérées mènent généralement l'activité en marge de leurs tâches principales.
Pour assurer son développement économique, ils doivent nécessairement adopter une série de procédés
ou de dispositifs qui permettent de contrecarrer les effets du climat; traitements des matières
premières visant à en renforcer la cohésion et à faciliter l'évaporation de l'eau de plasticité, techniques
de façonnage plus performantes (le moulage permettrait par exemple d'utiliser des argiles moins
plastiques, de réduire le temps de séchage et de produire un plus grand nombre de pièces durant les
périodes 'météorologiquement favorables'), séchoirs, précuisson et fours. En d'autres termes, le
choix, la nature et l'impact des innovations techniques seraient entièrement conditionnés par le milieu
naturel, l'artisan n'ayant guère d'alternatives s'il souhaite accroître sa productivité ou simplement
garantir la réussite de son travail*^. Comme le résume Arnold dans son style si particulier,

Some... innovations create new feedback mechanisms. Other mitigate the effects of ... regulatory
mechanisms and free the craft from the adverse effects of négative feedback. The resuit is tfiat these
innovations provide déviation amplifying feedback for part tinte specialization, its expansion into new
areas and its évolution into a full tinte craft (1985:202).

Sans avoir jamais été remise en cause (Kolb 1989, Rice 1987:315-6), cette approche 'environnemen-
taliste' n'a qu'exceptionnellement été appliquée à l'archéologie (par ex. Allen & Zubrow 1989,
Arnold 1975). En revanche, l'approche 'fonctionnaliste' ou 'techno-fonctionnelle'®, bénéficie d'une
attention considérable dans les milieux archéologiques. A l'origine de cet engouement, un article de
Braun (1983), qui nous rappelle que les récipients sont avant tout des outils destinés à remplir
certaines fonctions et que l'artisan se voit donc contraint, pour en assurer la compatibilité, d'ajuster
leurs propriétés mécaniques. L'idée n'est pas nouvelle: elle constituait déjà la ligne directrice d'un
programme de recherche proposé par Ericson, Read & Burke (1972)® et Rye (1976) avait, quelques
années plus tard, émis une série d'hypothèses quant aux relations entre la composition minérale des
pâtes et les performances physiques des récipients. L'apport de Braun est de montrer qu'en réunissant
plusieurs approches ou domaines de recherche (archéométrie, sériation, céramique industrielle,
analyse des styles), il est possible (1) de caractériser finement l'évolution de certains attributs, (2)
d'identifier ceux qui délimitent les propriétés mécaniques des récipients, (3) d'évaluer l'adéquation
de ces dernières à certaines contraintes d'utilisation et, cela fait, (4) de déterminer l'origine des
comportements techniques, définis ici comme un compromis entre la sélection des matériaux, les
procédés de fabrication et la morphologie des produits.

Variation in mechanically sensitive attributes of morphology and composition indicates variation in the
relative importance of the factors conditioning the compromise. In theory, then, these mechanically

Car il existe des environnements tellement 'hostiles'- le Japon par exemple - que l'activité ne petrt même être menée de
façon saisonnière.
^ Suivant la terminologie de Rathje & Schiffer, directement inspirée des travaux de Bindford. "Olqects may carry out one
or more functions in a society's technology {techno-fimction), a society's social organisation {socio-fimction), and a society's
ideology (ideo-Junction). Techno-functions include extracting, processing, and storing ressources, maintaining technology, and
fulfilling the biological needs of people' (Rathje & Schiffer 1982:65).
"The underlying assumptions... are the following: (1) that certain physical properties of ceramics set a limit on the
kind(s) of primary function(s) that ceratnic can perform making it impossible of extremely inefficient to perform certain other
tasks; (2) that the sets of physical properties can be specified (Ericson et al. 1972:86).

5
sensitive attributes, when their mechanical meaning is recognized, provide the archaeologist with the
means for explaining ceramic technical variation, rather than just describing it (Braun 1983:109).

Pour étayer son hypothèse, il se livre à une analyse détaillée de la céramique Woodland de l'Illinois
et du Missouri'” et montre que l'évolution de certains attributs (épaisseur des parois, callibre et
densité des inclusions) correspond à un changement de régime alimentaire; parce que le maïs occupe
en effet une place de plus en plus importante et parce qu'il est consommé sous forme de bouillie
plutôt qu'à l'état brut, sa préparation nécessite des récipients capables de supporter de long cycles de
cuisson et des températures élevées. Dans ce cas, les performances des différentes configurations
d'attributs® sont évaluées et comparées à la lumière d'une série de concepts issus des recherches
en céramique industrielle: conductivité thermique, élasticité, résistance à la fracture et à la propagation
des fissures, résistance au choc thermique.
Cette démarche va être adoptée par un nombre croissant d'archéologues, certains y apportant
une dimension expérimentale® (Bronitsky & Hammer 1986, Reid 1984, Schiffer & Skibo 1987,
Schiffer et al. 1994, Steponaitis 1983, Wallace 1989, Young & Stone 1990) ou s'efforçant de
multiplier les pistes d'investigation et les méthodes d'analyse (Bronitsky 1986, Rice 1987:226-32,
347-70), d'autres s'interrogeant sur le degré d'interdépendance des différentes étapes de la chaîne
opératoire ou sur les contraintes initialement imposées par les matières premières (Kaiser 1989,
Klemptner & Johnson 1986, McGovem 1986, Stimmell et al. 1982, Stimmell & Stromberg 1986).
Outre leur caractère strictement fonctionnaliste, l'aspect le plus frappant de ces travaux tient en ce
qu'ils accordent, à l'inverse de celui de Braun (1983), une place très limitée aux données
archéologiques. Le postulat implicite veut en effet que chaque action résulte d'une combinaison de
contraintes de fabrication et d'usage et puisse dès lors être isolée de son contexte culturel. Dans cette
perspective, les éléments de comparaison empruntés à la céramique industrielle ou aux sciences de
la nature sont érigés en dogmes, assurant a priori l'explication des comportements techniques et la
reconstitution des 'besoins sociaux'®.

1.2. Critique du modèle fonctionnaliste et perspectives anthropologiques

La démarche paraît hautement discutable. D'une part, on ne doit pas s'attendre à ce que des notions
telles que la plasticité, le retrait au séchage, la résistance au choc thermique, à l'abrasion ou à la
fracture aient la même signification pour un ingénieur ou un artisan préhistorique. En cherchant à
évaluer la qualité d'une argile ou les capacités mécaniques d'un récipient suivant les critères des
céramistes industriels, on oublie que ces derniers utilisent non seulement des matériaux et des
procédés différents, mais fabriquent aussi des produits dont le mode d'utilisation n'a aucun rapport

Centre-est des Etats Unis; 600 BC-900 AD.


Sensées refléter une adaptation progressive à ces nouvelles contraintes d'utilisation.
Voir le chapitre consacré à la sélection et au traitement des matières premières.
Les travaux expérimentaux de Schiffer, Skibo et Reid illustrent parfaitement cette tendance: s'interrogeant sur la fonction
des fibres organiques incorporées dans la pâte de la 'Late Archaic Woodland potteiy' (sud-est des Etats Unis; 2500-500 BC),
ces auteurs constatent qu'elles permettent un allègement des produits mais n'ont aucune incidence sur leur résistance au stress
thermique. Ds en concluent que les sociétés de l'époque cherchaient avant tout à faciliter le transport des récipients, ce qui
signifie qu'elles étaient probablement nomades (Schiffer & Skibo 1987, Skibo et al. 1989).

6
avec celui que leur assignaient les sociétés anciennes. S'il est clair qu'une argile grossière, cuite à
basse température, s'avère moins appropriée qu'un carbure de silicium dès lors qu'il s'agit de
confectionner le revêtement d'une navette spatiale ou les pièces d'un moteur, ses performances en
termes de cuisson, de transport ou de conservation des aliments ne doivent pas pour autant être mises
en doute. Comme on ne dispose par ailleurs d'aucunes données précises quant aux conditions
d'utilisation des récipients*”, la notion 'd'adéquation fonctionnelle' n'a pratiquement aucun sens.
D'autre part, les 'techno-fonctionnalistes' ne semblent guère conscients du caractère
contradictoire de leurs résultats ou des nombreux contre-exemples apportés par l'ethnographie ou
l'archéologie. Considérant par exemple que la pâte de 'leurs récipients' a été préparée de façon à en
accroître la résistance au choc thermique, certains affirment qu'une adjonction de coquillages broyés
est à cet égard plus performante qu'une adjonction de sable (Steponaitis 1984), d'autres que le sable
fin (Braun 1983) ou la stéatite (Kaiser 1989) sont des matériaux parfaitement appropriés, d'autres
encore qu'il est préférable d'utiliser de la chamotte ou des éléments organiques (Rye 1976; contra
Schiffer & Skibo 1987)®. Appliquées à certains contextes archéologiques, ces propositions se
révèlent souvent inexactes. Ainsi par exemple. Woods démontre-t-elle que les caractéristiques
texturales et morphologiques des jarres de cuisson® fabriquées en Angleterre durant les périodes
romaine et médiévale

... contradict most of the current théories conceming tfie theimal shock résistance properties of pottery.
Many flat-based vessels are represented and the greater proportion of vessels hâve a sandy fabric, two
factors which should, according to theory, resuit in pots totally unsuitable for putting on a fire
(1986:170)<‘».

Ces restrictions valent également pour les travaux des 'environnementalistes'. En effet, si l'on admet
que les contraintes du milieu naturel surdéterminent les choix, comment expliquer que des artisans
qui partagent le même environnement adoptent parfois des comportements très contrastés (par ex. P.
Arnold 1990, David & Hennig 1972, Gallay et al. 1994, Reina & Hill 1978)? Dès lors qu'il existe
plusieurs façons d'atteindre un même objectif ou de faire face aux mêmes difficultés, les techniques
ne se ramènent pas à des chemins obligés et l'on peut s'attendre à ce qu'elles reposent - en tout ou
en partie - sur des choix arbitraires.
C'est du moins ce que soutiennent les quelques anthropologues qui, à l'instar de Mauss (1935,
1941), Merrill (1968) ou Haudricourt (1987), se sont efforcés de replacer les faits techniques dans
leur contexte culturel®. S'appuyant sur des études réalisées tant en milieu traditionnel que dans le
monde moderne et touchant à des sujets aussi divers que la fabrication des vêtements d'écorce,
l'agriculture ou le piégeage des cochons sauvages en Nouvelle Guinée (Lemonnier 1984,1986,1992),
les formes d'architecture domestique à travers le monde (Rapoport 1972), les systèmes d'irrigation

*” Skibo (1992) vient de consacrer un livre à ce problème mais il ne fournit, par exemple, aucun détail sur les fluctuations
thermiques auxquelles sont exposés les récipients lors de la cuisson des aliments.
La liste n'est guère exhaustive, mais on notera que la plupart des ajustements sont sensés intervenir lors de la préparation
des matières premières, comme si les autres étapes de la chaîne opératoire n'avaient aucune incidence sur les propriétés des
récipients.
Dans ce cas, la fonction est connue et non plus inférée.
Voir Rands (1988) pour un exemple similaire en Amérique du Sud.
® Voir Pfaffenberger (1992) pour un survol des travaux les plus récents et Lemonnier (1992) pour une introduction à
l'anthropologie des techniques.

7
en Inde médiévale (Heitzman 1987, cité par Pfaffenberger 1992:499-500) ou l'histoire de l'aviation
civile et militaire (Lemonnier 1989), ces derniers montrent que les techniques sont des productions
sociales à part entière, qu'elles constituent de véritables systèmes dans lesquels le choix des acteurs,
des matériaux, des outils et des modes d'action répondent à des exigences symboliques, religieuses,
économiques et politiques. Cela ne revient pas à dire, comme le fait Pinçon (1993:4), que les actes
techniques sont des 'nécessités sociales plus que matérielles', mais tout simplement que les notions
de 'sens' et de 'fonction' sont pratiquement indissociables lorsqu'il s'agit de transformer un matériau
ou de satisfaire un besoin biologique. Comme le souligne Lemonnier,

the logic and cohérence of ... technological knowledge - or whatever we call the information and mental
operations that underlie individual action and behavior - are not related solely to the physical phenomena
that are set in motion by a given technique. Social représentation of technology are also a mixture of
ideas conceming realms other than matter and energy. In short, the mental processes that underlie and
direct our actions on the material world are embedded in a broader, symbolic System (1993:3).

En ce sens, une contribution essentielle de l'anthropologie des techniques est de révéler l'existence
de choix arbitraires à chaque niveau des processus de manufacture. Il semble en effet que les lois de
la nature - ces fameuses contraintes de fabrication et d'usage - aient peu d'impact sur les prises de
décision ou, en tout cas, un impact plus limité qu'on ne le croit habituellement. Quels que soient ses
objectifs, son environnement, ou les caractéristiques des matériaux dont il dispose, l'artisan a toujours
le choix entre plusieurs solutions et rien ne permet de savoir, a priori, sur quel chemin il va
s'engager. D'autre part, les notions 'd'efficacité', de 'performance' ou de 'compatibilité' n'ont pas
une valeur universelle: elles sont définies et perçues de façons différentes d'une société à l'autre, tout
simplement parce qu'elles répondent à une logique culturelle autant que matérielle. Tel élément ou
tel procédé peut nous sembler fonctionnellement ou économiquement inadéquat, mais il 'fait sens'
pour ses utilisateurs et apparaît dès lors comme un choix parfaitement approprié (par ex. Cresswell
1993, Mahias 1993). Enfin, si les actes techniques ont une portée symbolique, ils sont également le
fruit d'un apprentissage et constituent à ce titre des comportements socialisés.

1.3. Style et techniques, style ou techniques!

Contrairement à la 'New Archaeology' et à ses multiples avatars, l'anthropologie des techniques met
l'accent sur le rôle social de l'artisan et montre que ses actes, comme ses réalisations, participent du
discours culturel et permettent à ce dernier de se perpétuer dans l'espace et le temps. C'est à ce titre
que Lechtman assimile les comportements techniques à des 'styles' (Lechtman 1977, Lechtman &
Steinberg 1979; voir également Childs 1986, 1991).

Technological behavior is characterized by the many éléments that make up technological activities - for
example, by technical modes of operation, attitude toward materials, some speciHc organizadon of labor,
ritual observances - éléments which are unified nonrandomly in a complex of formai relationships. It
is die format or 'package' defined by these relationships that is styllsdc in nature, and it is the style of
such behavior, not only the rules by which any of its constituent activities is govemed, diat is leamed
and transmitted through time (Lechtman 1977:6).

8
Etant donné la place accordée au problème du style dans le débat archéologique (voir Conkey &
Hastorf 1990, Hegmon 1992, Plog 1983, Shennan 1989), cette dimension technologique (ou
'technique' [Ingold 1990]) aurait du susciter un intérêt considérable. Elle renvoie en effet à un
phénomène d'apprentissage et l'on pourrait donc s'attendre à ce que le comportement de l'artisan
constitue un excellent marqueur culturel. C'est oublier que, dans le domaine du style également, la
plupart des archéologues continuent à faire une distinction entre l'enveloppe extérieure de l'artefact
et son mode de fabrication ou d'utilisation. Laissant à d'autres le soin d'apprécier la signification et
l'origine des variations techniques, ils concentrent leurs efforts sur les caractéristiques les plus
visibles, et tout particulièrement sur les systèmes ornementaux ou les attributs formels. Cette position
leur semble d'autant plus justifiée qu'ils souscrivent au modèle de Wobst (1977) et abordent les
phénomènes stylistiques sous l'angle fonctionnel, c'est-à-dire en tant que stratégie de communication
destinée à affirmer une identité culturelle. Puisque le style n'est rien d'autre qu'un marqueur social,
il a forcément un rôle actif, il ne touche qu'aux aspects immédiatement perceptibles de l'artefact et
ne concerne, au sein de la culture matérielle, que les objets susceptibles d'apparaître en dehors de leur
contexte de production. Ainsi, ce n'est pas en préparant l'argile ou en façonnant le récipient que l'on
peut négocier des 'relations intersociales' (par ex. Hodder 1977,1979) ou tout au moins émettre un
message relatif à son identité, mais en couvrant le conteneur d'un verni symbolique - une sorte de
valeur ajoutée - et en s'assurant qu'il sera vu par autrui. Si l'on parle alors de 'style emblématique'
ou 'assertif (Wiessner 1983, 1990), de 'style iconologique' (Sackett 1982) ou encore de 'protocole'
et de 'panache' (Macdonald 1990), toutes ces formules reviennent à dire que les comportements
stylistiques sont une affaire de surface et qu'ils constituent une simple affirmation de statut.
Ce modèle est aujourd'hui remis en cause par certains archéologues. Au travers d'exemples
ethnographiques, ceux-ci démontrent en effet que l'expression stylistique ne concerne pas toujours les
aspects les plus visibles de la culture matérielle ni les éléments susceptibles d'évoluer en dehors de
leur sphère de production (David et al. 1988, Dietler & Herbich 1989, Stemer 1989). Il apparaît en
outre que cette expression est structurée et délimitée par les systèmes de pensée (en fonctionnant, par
exemple, dans un rapport d'homologie) et que son message, parce qu'il vise à renforcer la cohésion
sociale, s'adresse avant tout aux producteurs et aux utilisateurs des artefacts (David et al. 1988,
Hodder 1988, 1991, MacEachem 1994, R. Mcintosh 1989, S. Mcintosh 1994). Comme le
remarquent David, Stemer et Gavua au sujet de la décoration des récipients chez les Mafa et les
Bulahay du Cameroun:

Designs on pottery, far firom being "mere décoration", art for art's sake, or messages consciously
emblemic of etfinicity, are low-technology channels tfarough which society implants its values in the
individuel - every day at mealtimes (1988:379).

Quoique l'objectif soit de replacer le style dans un contexte plus large et de renouveler ainsi les
modèles d'interprétation, l'attention reste focalisée sur l'enveloppe extérieure de l'artefact, comme
si le discours culturel ne pouvait se manifester qu'au travers des attributs ornementaux et formels
plutôt que dans les attitudes et les manières de faire.
Sackett (1977, 1982, 1990) est le seul*'^ à offrir une perspective différente. Il soutient que

Voir également Dietler & Herbich (1989, 1994) qui se fondent en partie sur son raisonnemoit et sur celui de Lemonnier
(1986, 1992).

9
l'on peut parler de 'style' chaque fois qu'un choix est possible entre plusieurs options fonctionnelle­
ment équivalentes - ce qu'il appelle des 'variations isochrestiques' - et que toutes les facettes de la
culture sont donc susceptibles d'avoir une dimension stylistique, depuis les façons d'orner le corps
ou d'utiliser une arme jusqu'aux façons de fabriquer des objets usuels. Il considère en outre que les
choix ne sont pas nécessairement conscients ou investis de sens: dans la plupart des cas, l'artisan -
ou tout autre membre du corps social - applique simplement les gestes et les 'recettes' qu'on lui a
apprises ou qu'il peut observer autour de lui.

Style enters the picture when we see that the artisans of any given fratemity (or sorority) are aware of
only a few, and often choose but one, of the isochrestic options potentially available to them when
performing any given task, and that the choices diey make are largely dictated by the technological
traditions within which they hâve been enculturated as members of the social groups that delineate their
ethnicity (Sackett 1990:33).

Cette définition du style, fort proche de celle de Lechtman (1977)^*\ semble parfaitement adaptée
au problème des techniques de production. En effet, ces dernières apparaissent comme des comporte­
ments socialisés - elles résultent d'un apprentissage - et tout donne à penser que la routine y occupe
une place plus importante que l'expression consciente d'un lien ethnique ou d'une quelconque vision
du monde. Lors d'une étude consacrée aux potières luo du Kenya, Dietler et Herbich (1989, 1991)®
constatent d'ailleurs que chaque communauté se singularise par un certain nombre de variations
techniques et que ces 'micro-styles' - toujours associés à des réseaux d'apprentissage différents - n'ont
aucune fonction sémiologique. Le style technique, perçu ici comme une combinaison de choix
fonctionnellement équivalents, constituerait donc un témoins passif, mais fidèle, de l'ethnicité.

1.4. Nouvelles pistes d'investigation

L'hypothèse d'une relation entre l'identité technique et l'identité ethnique est évidemment séduisante,
mais rien ne permet encore de la généraliser. Est-il toujours opportun, par exemple, de parler de
'variations isochrestiques' dans le cas d'un processus de transformation aussi complexe que celui de
la poterie? Sans verser dans les excès du fonctionnalisme, il est probable que les propriétés physiques
des matériaux, de même que les modèles formels et les impératifs fonctionnels auxquels se conforme
l'artisan, imposent certaines contraintes de fabrication. Parallèlement, si l'ensemble ou une partie des
étapes de la chaîne opératoire sont intimement liées, on devrait s'attendre à ce qu'un choix puisse en
entraîner un autre et que toutes les variations n'aient donc pas une même portée.
Lemonnier écarte ces objections, en affirmant que les comportements répondent d'avantage
à une logique culturelle qu'à des contraintes physiques; toutefois, son argumentation repose trop
souvent sur des exemples de produits finis (forme et nombre de barbelures sur les pointes de flèches,
systèmes de piégeage, typologie des habitations... [1992: 51-66]), là où il aurait fallu évoquer le
problème des contraintes de fabrication et de l'organisation des chaînes opératoires. Ce n'est pas en
postulant l'existence de choix arbitraires que l'on pourra entamer une réflexion sur la portée culturelle

Et qui n'est pas sans évoquer Vhabitus de Bourdieu (1977), comme le remarquent Dietler & Herbich (1994:465).
® Voir également Herbich (1987), Herbich & Dietler (1991).

10
des systèmes de production ou convaincre les fonctionnalistes qu'ils font fausse route, mais en
utilisant des outils d'analyse appropriés et en démontrant que le choix des matériaux et des modes de
transformation est libre de contraintes. A l'heure actuelle, quels arguments pouvons-nous opposer
lorsqu'un 'spécialiste' affirme qu'une argile doit être cuite en four pour assurer sa déshydroxylation
complète ou que son comportement plastique la rend incompatible avec certaines techniques
d'ébauchage?
Un autre problème est celui de la signification des choix. Selon Sackett (1982, 1990) ou
Dietler & Herbich (1989, 1994), ces derniers seraient inconscients et rarement chargés de sens. Ils
correspondraient aux traditions acquises lors de l'apprentissage et délimitant le champ des possibles
dans le domaine des décors, des formes et des techniques. A l'inverse, Lemonnier (1992, 1993)
insiste sur le caractère conscient, actif et éminemment symbolique des comportements, tout en
reconnaissant que ceux-ci n'ont pas toujours la même portée culturelle et qu'il existe une part
d'automatismes dans chaque procédé de fabrication.
Ces deux positions ne sont pas incompatibles, dans la mesure où une technique initialement
investie de sens pourrait perdre de sa valeur au cours du temps et apparaître comme un simple moyen
d'action pour celui qui en est l'héritier. Toutefois, s'il est vrai que certains choix sont conscients et/ou
socialement significatifs, on doit s'attendre à ce qu'ils soient non seulement le reflet d'un phénomène
d'apprentissage mais aussi, et peut-être d'avantage, d'un souci de différenciation, d'intégration ou
d'expression symbolique. En Inde par exemple, les artisans des différentes castes s'individualisent
aussi bien par leurs décors que par la forme de leurs récipients, la façon de traiter les matériaux ou
leurs techniques de façonnage. Or, si la plupart d'entre eux tiennent à conserver leurs habitudes et
se justifient parfois en évoquant l'impureté de certaines pratiques (Mahias 1993, Miller 1985, Nicklin
1971), d'autres tendraient à imiter le comportement des membres de castes supérieures, afin de
s'élever dans l'échelle sociale (Dumont 1952:83).
Nous en arrivons ainsi au problème de l'identité technique. Dans la plupart des travaux
consacrés au style, les variations sont assimilées à d'éventuels marqueurs de l'ethnicité, un concept
désignant tour à tour 'l'identification consciente de l'individu à un groupe social particulier' (Shennan
1989:14) ou l'expression de son 'enculturation' au sein de ce groupe (Sackett 1990). Quoique la
nature et la forme des groupements sociaux soient très variables, leur association avec la culture maté­
rielle a été fréquemment mise en valeur (voir Hegmon 1992:527-8). Il semble néanmoins que certains
traits, parmi les plus visibles et les plus aisément manipulables, puissent être intentionnellement
modifiés et/ou traduire une identité intra-ethnique. Ainsi, dans le cas de la poterie ou d'autres types
de conteneurs, les attributs formels et ornementaux varient parfois selon les individus (lorsque ces
derniers cherchent par exemple à se démarquer de leurs proches), les groupements familiaux ou
claniques, les communautés, les classes d'âge ou le sexe (DeBoer 1990, Friedrich 1970, Hardin 1977,
Herbich 1987, Hodder 1991, Kramer 1985, London 1991, Longacre 1991). Il n'est pas exclu qu'il
existe également des phénomènes de mode ou que ces aspects soient plus perméables aux influences
extérieures. Nous serions donc en présence d'éléments stylistiques qui, s'ils permettent parfois
d'approcher l'ethnicité, peuvent être soumis à des modifications assez rapides ou se désolidariser des
grands découpages sociaux.
L'analyse des procédés de fabrication offre peut-être une perspective différente. En effet, si
ces derniers comportent une part d'automatismes, s'avèrent plus difficilement manipulables et ne se
révèlent pas dans l'enveloppe extérieure des artefacts - ou alors sous une forme plus discrète - on peut

11
s'attendre à ce qu'ils connaissent un devenir moins fluctuant que les aspects formels ou ornementaux
et servent moins souvent de support à l'expression des différentes configurations intra-ethniques.
Soumis par exemple à diverses sphères d'influence ou souhaitant répondre aux besoins d'un groupe
social particulier, l'artisan peut aisément modifier la forme et/ou le décor de ses récipients, tout en
conservant les mêmes procédés de fabrication. Parallèlement, des ateliers ou des communautés dont
les produits sont typologiquement distincts pourraient, parce qu'ils participent d'un même ensemble
culturel et/ou ont une histoire commune, utiliser des techniques similaires. En ce qui concerne les Luo
du Kenya par exemple, chaque communauté se caractérise par un micro-style, mais Vensemble des
potières partagent la même technique d'ébauchage (Herbich & Dietler 1991), se démarquant ainsi des
autres groupes ethnolinguistiques de la région (Barbour & Wandibba 1989).
Au-delà de la diversité des produits ou de l'apparente imprévisibilité des processus
d'individualisation stylistique, certaines étapes de la chaîne opératoire permettraient donc de
reconstituer des liens sociaux plus profonds ou de rapprocher des groupes historiquement apparentés.
*

Je pense avoir ainsi résumé l'essentiel des débats théoriques actuels. Avant d'envisager une
exploitation archéologique des informations relatives aux techniques de fabrication de la poterie, il
s'agit donc de comprendre ce qui motive les comportements. Répondent-ils uniquement à des
contraintes de fabrication et d'usage ou l'artisan a-t-il toujours le choix entre des solutions
fonctionnellement équivalentes?
Si, comme je le soupçonne, les comportements sont principalement - voire exclusivement -
arbitraires, il faut alors déterminer la signification des choix opérés aux différents niveaux de la
chaîne opératoire. Pour autant qu'on sache, ceux-ci relèvent non seulement d'un apprentissage, mais
peuvent aussi être le reflet d'une identité ethnique ou de préoccupations essentiellement symboliques.
C'est pour évaluer ces différentes possibilités que j'ai décidé d'entreprendre une étude ethno­
graphique et expérimentale systématique. Le travail en situation réelle constitue en effet une
expérience irremplaçable: il permet d'apprécier la diversité des comportements, d'analyser et de tester
des matériaux comparables à ceux qu'utilisaient les artisans préhistoriques, de déterminer les effets
et les limites des différents processus de transformation et d'étudier les rapports entretenus avec
d'autres aspects de la culture.

2. Choix du terrain

Le choix de la zone d'étude s'est très rapidement imposé. En effet, l'ULB est active au sud du
Cameroun depuis une vingtaine d'années et je disposais ainsi d'un important soutien logistique.
D'autre part, cette partie du continent africain connaît une extraordinaire diversité culturelle et
écologique. Près de 150 groupes y sont implantés, qui appartiennent à 8 grands ensembles
linguistiques et se répartissent dans des zones de forêt, de savane et de montagne. La région est
d'autant plus intéressante qu'elle témoigne d'un riche passé archéologique et est considérée par les
linguistes comme le berceau des populations de langue bantu. Enfin, si plusieurs études ont déjà été
consacrées à la poterie dans la partie septentrionale du pays (Barreteau & Delneuf 1990, David &

12
Hennig 1972, David et al. 1988, Delneuf 1987, 1991, Stemer 1989) ou dans les états voisins/”, la
partie méridionale est restée relativement ignorée. Outre la possibilité d'entreprendre une comparaison
à grande échelle, il était urgent de réaliser des enquêtes dans cette zone du Cameroun, car l'activité
de la poterie y est aujourd'hui menacée de disparition.

3. Enquêtes et analyses

Mon travail s'inscrivant dans une perspective comparative, j'ai entrepris, entre 1990 et 1992, une
prospection systématique dans une série de populations du Cameroun méridional, en commençant par
le centre de cette zone et en me déplaçant progressivement par cercles concentriques. Au total, 82
artisans furent localisés, dans 44 villages (figure 1, tableau 1). Ceux-ci appartiennent à 21 groupes
ethnolinguistiques et représentent 7 grands ensembles: Bantu, Ring Grassfields, Eastem Grassfields,
Mambiloïde, Tikar, Oubanguien et Adamawa. Quoique mon intention ait été de couvrir l'ensemble
du territoire occupé par chaque groupe, la répartition spatiale des artisans et des lieux d'observation
reste très inégale. Cette situation est liée en partie à l'inaccessibilité de certaines zones, au temps dont
je disposais pour effectuer mes recherches, mais également à l'abandon généralisé de l'activité dans
une série de régions. La zone de comparaison s'élargit toutefois de façon considérable lorsque l'on
tient compte du lieu d'apprentissage des artisans et/ou du lieu d'origine de leurs instructeurs.
Sur le terrain, mon premier objectif était d'observer chaque processus de manufacture dans
le détail, depuis l'extraction des matières premières jusqu'à la mise en circulation des produits. Il
s'agissait de collecter des matériaux de base en vue d'une analyse comparative. Dès le départ, j'ai
tenté cependant d'évaluer les raisons qui sous-tendent les choix opérés aux différents niveaux de la
chaîne opératoire, en commençant par interroger les artisans sur l'origine de leurs connaissances, leur
façon de sélectionner les matériaux ou d'assurer le bon déroulement des opérations, et en procédant
ensuite à une série de mesures et d'expériences®: plasticité des argiles avant et après leur traitement,
échanges de matériaux entre les artisans ayant recours à des techniques différentes, conditions et
temps de séchage, étude thermométrique des cuissons, appréciation des classes morpho-fonctionnelles
au sein des produits.
Ce travail s'est prolongé en laboratoire par une nouvelle série d'analyses et d'expériences.
Il s'agissait essentiellement de caractériser les matériaux collectés sur le terrain, mais aussi d'en
évaluer les propriétés respectives: composition granulométrique des argiles et, pour certaines d'entre
elles, composition chimique et minéralogique; comportement au séchage et à la cuisson (à l'état brut
et après traitement); nature des combustibles et des écorces servant à confectionner les enduits
organiques, composition chimique de ces derniers et évaluation de leur rôle effectif par simulation.

4. Présentation des résultats

Si les informations collectées au Cameroun permettent de réaliser une vaste étude comparative
et d'entamer une réflexion générale sur la signification des comportements techniques, il m'a paru

Comme nous le verrons tout au long de ce travail.


Voir le chapitre 'Méthode d'enquête' dans le volume consacré à la description des chaînes opératoires.

13
FIGURE 1: Localisation des groupes ethnolinguistiques, des lieux d'observation et des lieux d'apprentissage de certains artisans.
TABLEAU 1: Informations relatives aux populations étudiées. Certains villages sont situés sur le territoire d'un autre
groupe; ainsi: (Ma) = Mambila; (Bf) = Bafeuk; (Sa) = Sanaga; (Ya) = Yambasa; (Po) = Pol; (Ke) = Kepere; (Vu) =
Vute.

GROUPES LANGUES ENSEMBLES NOMBRE VILLAGES


LINGUISTIQUES D'ARTISANS

Nsei kdnswei nsei Ring Grassfields 2 Bamessing

Yamba yamba Eastem Grassfields 9 Mbui, Mbem, Sarki Mbaka (Ma)

Bamiun sh-u- pamdm Eastem Grassfields 4 Marom

Bamileke fe'fe' Eastem Grassfields 4 Babwantou

Mambila mambila MambiloTde 6 Atta, Kouroum, Ngonnkor

Vute v»te Mambiloîde 5 Yangba, Nguila (Bf), Mangal, Doumé

Tikar tikari Tikar 9 Mambioko, Akouen, Kong, Massaroum

Banen tunfn Banni 3 Ndikinimeki, Longdeng

Basaa basaa Bantu 4 Likound, Mbay

Bafeuk bafdk Bantu 4 Yassem, Ndimi, Nguila

Djanti t-i-bea Banni 2 Ngoro (Sa)

Balom lafa"» Bantu 2 Mouzi, Benyandon

Bafia r4-kpa‘> Bantu 9 Goufan I, Kikl, Biamo, Mouko, Bouraka


(Ya)

Sanaga tuki Bantu 2 Ngoro, Nguété

Yambasa yambasa Banni 1 Kellende

Eton eton Bantu 3 Emana, Kela (Sa), Koussé (Sa)

Kwakum kwakum Bantu 1 Hona (Po)

Pol pori Bantu 2 Hona, Deng Deng (Ke)

Mkako kak> Bantu 3 Dalguéné, Momdjomo

Gbaya gbaya Oubanguien 5 Manbarla, Moïnam, Andingkol, Yoko


(Vu)

Kepere gbetf Adamawa 2 Deng Deng

indispensable d'élargir la comparaison au reste de l'Afrique sub-saharienne. Aussi contrastés soient-


ils, les comportements observés au sein de la zone d'étude ne constituent en efi'et qu'une faible
proportion des possibilités en termes techniques et culturels, et l'analyse d'ime série de procédés de
fabrication inédits permet non seulement d'isoler les variantes les plus significatives, mais d'envisager
également une étude systématique des mécanismes d'emprunt, d'innovation ou d'adaptation.
D'autre part, la littérature consacrée à la poterie africaine a été largement ignorée dans les
travaux de synthèse (par ex. Arnold 1985, Kramer 1985, Rice 1987), phénomène d'autant plus
curieux que le continent connaît en ce domaine une richesse et une continuité pratiquement unique

15
au monde. Drost (1967) s'est efforcé de combler ce vide, mais son ouvrage”' paraît aujourd'hui
dépassé, à la fois parce que les techniques y sont abordées d'un point de vue typologique et
évolutionniste, et parce que les recherches se sont considérablement multipliées et affinées depuis la
fin des années '60, en raison du succès de la démarche ethnoarchéologique.
U y a peu. De Crits (1991) a tenté une nouvelle comparaison des données disponibles, sans
se départir toutefois d'une approche typologique. Il fait par ailleurs l'impasse sur une série de
variantes essentielles et ne dit rien de l'origine des choix opérés aux différents niveaux de la chaîne
opératoire.
Dans la mesure du possible et sans viser pour autant à l'exhaustivité^, j'ai donc réalisé une
synthèse des connaissances relatives à la fabrication de la poterie au sud du Sahara, en mettant
l'accent sur les aspects qui me semblaient les plus fondamentaux, en confrontant ceux-ci aux données
que j'avais collectées au Cameroun et en tâchant de comprendre les phénomènes plutôt que de
simplement les décrire. Outre l'intérêt strictement scientifique de la démarche, il s'agit d'une première
étape dans l'accomplissement d'un projet qui me tient à coeur depuis plusieurs années: réaliser un
atlas de la poterie en Afrique sub-saharienne.
*
4c 4c

Cette étude est divisée en trois parties. Dans la première, je présente d'abord la situation
géographique et culturelle de la zone d'enquête, en consacrant un tableau récapitulatif à chacune des
populations considérées. Cela fait, je décris brièvement le contexte dans lequel se déroule l'activité
et se transmettent les connaissances techniques. Nous verrons que ces informations sont capitales
lorsqu'il s'agit d'évaluer les raisons de certains choix ou d'expliquer la distribution spatiale des
procédés.
La seconde partie - qui constitue le corps de ce travail - est consacrée aux principales étapes
de la chaîne opératoire: sélection et traitement des matières premières, façonnage, cuisson, traitements
postérieurs à la cuisson. En comparant les données collectées tant au Cameroun que dans le reste de
l'Afrique sub-saharienne, je m'efforce de dégager la signification des comportements techniques et,
le cas échéant, d'évaluer les moyens qui nous permettraient de les identifier au travers du matériel
archéologique. Cette partie est clôturée par une analyse des interdits relatifs au travail de la poterie,
dans laquelle je cherche aussi bien à déterminer la portée symbolique de certains choix que les
rapports entretenus avec d'autres sphères d'activité.
Enfin, la troisième partie (volume 2) est consacrée à la description des chaînes opératoire dans
les différentes populations étudiées au Cameroun. On y trouvera également une présentation des
méthodes d'enquête et d'analyse.
Quoique la lecture de ces chapitres ne soit pas indispensable, j'ai tenu à réunir l'ensemble des
données recueillies sur le terrain, car elles constituent une documentation inédite dont tous les aspects
ne seront pas exploités ici, faute de temps.
On notera par ailleurs que les travaux relatifs à la composition et à la fonction des enduits
organiques® sont encore en cours. Plutôt que de présenter des résultats partiels - dont certains

Publié en allemand, celui-ci n'a pas connu la diffusion qu'il méritait.


Faute de temps par exemple, je n'ai encore dépouillé qu'une petite partie de la littérature allemande.
^ Voir le chapitre consacré aux traitements postérieurs à la cuisson.

16
ZONE D'ETUDE

1. CONTEXTE GEOGRAPHIQUE

La zone d'étude couvre la majeure partie du Cameroun méridional. Comprise entre 3° et 7' de
latitude nord et 10° et 14° de longitude est, elle a grossièrement la forme d'un rectangle, allongé d'est
en ouest. Sa superficie atteint quelques 100.000 km^. Ce territoire est limité à l'ouest par les hautes
terres du Cameroun occidental, au nord par la frontière avec le Nigéria et le plateau de l'Adamawa,
à l'est par la frontière avec la République Centrafricaine et au sud par le bassin de la Sanaga. Il
comprend une population de l'ordre de 2 millions d'habitants (non compris Douala et Yaoundé), qui
se répartissent en 21 groupes ethnolinguistiques.

1.1 Oro-hydrographie

Le sud du Cameroun constitue un vaste plateau qui s'abaisse respectivement vers la plaine du Congo,
au sud-est, et vers les plaines côtières du golfe de Guinée, au sud-ouest. Au nord et à l'ouest, ce
plateau est pris en écharpe par un ensemble montagneux, la dorsale camerounaise, qui s'étend des
hautes terres de l'Adamawa au Manengouba et se prolonge jusqu'au Mont Cameroun. Cet ensemble
est dominé par un arc de cercle de massifs, en partie volcaniques, de plus de 1500 mètres, dont les
sommets culminent à plus de 3.000 mètres.
Dans la partie occidentale, la transition entre les hautes terres et le plateau est graduelle et
s'exprime par une grande diversité de reliefs. Elle comprend à la fois des paysages de moyennes
montagnes (plateau Bamileke), de plateaux étagés parsemés de massifs volcano-tectoniques (plateau
Bamoun) et des bassins déprimés (plaines des Mbo et de Ndop). Les formes s'adoucissent vers le sud,
le paysage étant alors dominé par une succession de collines convexes et d'interfluves émoussés.
Toutefois, quelques accidents de relief (bombement de la dorsale Nyong-Sanaga, barres de Bafia,
massifs du Ntem) viennent rompre la monotonie.
Dans la partie orientale en revanche, la transition entre le plateau sud-camerounais et les

18
FIGURE 1: Oro-hydrographie de la zone d'étude (d'après Amou'ou Jam et al. 1985:5)

hautes terres de l'Adamawa est plus brutale. Elle se marque par escarpement majeur, situé entre Yoko
et Linté. Au sud, le plateau, entaillé par un réseau hydrographique dense et surmonté de quelques
inselbergs, s'abaisse doucement vers la cuvette congolaise.
Le réseau hydrographique se confond pratiquement avec le bassin de la Sanaga (920
kilomètres de long pour un bassin de 140.000 km^). Le fleuve collecte à la fois les eaux de
l'Adamawa méridional (par le Djérem, le Meng, la Vina et le Lom) et des hautes terres de l'ouest
(par le Mbam et ses affluents [Noun, Kim]). Elle franchit les principaux escarpements par de
multiples chutes et rapides.

1.2 Climat

Le sud du Cameroun est soumis aux influences contradictoires de deux masses d'air principales,
situées de part et d'autre de l'équateur. La première, au sud, instable et humide, correspond à l'alizée
du sud-est (mousson); la seconde, au nord, stable et sèche, est originaire de l'anticyclone saharien et
correspond à l'alizée du nord-est (harmattan). La zone de convergence entre ces deux masses (ou
front intertropical) se déplace en latitude au cours de l'année. Pendant l'été boréal, elle remonte vers
le nord, provoquant une invasion d'air humide sur l'ensemble du plateau (saison des pluies). Pendant

19
--------------- Isotherme (en °C)
................. Isohyète (en mm)

I. CLIMAT EQUATORIAL

1. Type guinéen à quatre saisons : 2 mois "moins humides"


Précipitations 1500-2000 mm
Température moyenne annuelle 25°
Amplitude moyenne annuelle : 2°4
2. Type de mousson équatoriale ou camerounien : de 0 à 3 mois "moins humides"
Précipitations 2000-10000 mm
Température moyenne annuelle variable,
avec sous type côtier: 26° (Amplitude moyenne annuelle: 2°8)
avec sous type d'altitude: 21° (Amplitude moyenne annuelle: 2°2)

II. CLIMAT SOUDANIEN OU TROPICAL HUMIDE : 3 à 6 mois secs


______ Précipitations: 1500-9(X) mm
Température moyenne annuelle: 28°
Amplitude moyenne annuelle: 6°4

FIGURE 2: Caractéristiques du climat (d'après Moby Etia 1979)

20
l'hiver boréal, elle descend vers le sud, sans dépasser toutefois 5 ou 6' de latitude nord. Les régions
situées au nord de cette latitude sont alors envahies par de l'air sec, celles plus au sud restant encore
soumises à un air humide. La position par rapport à la zone de balancement du front intertropical,
nuancée par des effets liés à l'altitude ou à la proximité du littoral, détermine les principales
caractéristiques du climat. Dans la partie méridionale, entre la Sanaga et le 6e degré de latitude nord,
s'étend le domaine équatorial, caractérisé par l'abondance et le caractère continu des précipitations.
Ce domaine se subdivise en deux sous-ensembles : (1) le t)q)e guinéen à quatre saisons (température
moyenne annuelle de 25° C, précipitations totales annuelles comprises entre 1.500 et 2.000 mm), (2)
le type camerounien très humide et chaud (température moyenne annuelle de 26° C, précipitations
totales annuelles comprises entre 2.000 et 11.000 mm). Le premier, qui couvre l'ensemble du
territoire compris entre la Basse-Sanaga, la Mékié et le Lom, est caractérisé par deux maxima de la
courbe pluviométrique, l'un en septembre (grande saison des pluies) et l'autre en mars-avril (petite
saison des pluies). Le second, qui concerne les régions situées à l'ouest de Yaoundé, est caractérisé
par une courbe pluviométrique à un seul maxima (de juillet à septembre). Sur les plateaux bamileke
et bamoun, ainsi que dans les hautes terres du Nord-Ouest, on observe une variante d'altitude de ce
climat, marquée à la fois par le caractère plus accusé de la saison sèche (d'octobre à février), la baisse
de la température et une augmentation de l'insolation.
Au-delà du 6e degré de latitude nord, dans la partie septentrionale de la zone d'étude, apparaît
le domaine soudanien, tropical humide. Celui-ci se différencie du domaine équatorial par des
températures plus élevées, une insolation plus importante, une amplitude thermique plus marquée et
des précipitations à la fois moins abondantes (moins de 2.000 mm par an) et moins régulières
(présence d'une véritable saison sèche, d'octobre à février).

1.3 Végétation

La zone d'étude se divise en trois ensembles principaux. Dans la partie méridionale, au sud de la
Sanaga, s'étend la forêt dense humide équatoriale et ses différentes variantes : forêt semi-caducifiolée
dans la région de Batouri, forêt dégradée aux alentours de Yaoundé, forêt littorale le long du cours
inférieur de la Sanaga. La première est caractérisée par une structure étagée où coexistent des espèces
arborescentes (parasolier, fromager, azobé, douka, acajou), arbustives (caoutchouc sauvage,
otoungui,...), des épiphytes et de nombreuses plantes de sous-bois. Elle témoigne d'un grand
dynamisme, qui lui permet de s'étendre vers le nord en gagnant sur les savanes périforestières non
cultivées. La forêt dégradée, au contraire, est soumise à d'intenses pressions liées aux activités
humaines (exploitation, cacaoyer, palmier à huile, bananier, caféier, installation urbaine,...). La forêt
littorale, également soumise à de rudes attaques, se différencie des précédentes par l'abondance du
bidou au tronc difforme et de l'azobé, propagé grâce aux défrichements anciens.
Du nord de la Sanaga au plateau de l'Adamawa, le Cameroun "central" est par excellence une zone
de transition entre la forêt dense du sud et les savanes soudaniennes du nord. Elle voit coexister
différentes formes de savanes périforestières: savanes herbeuses à sissongo, résultant de la destruction
des lisières de la forêt; savanes herbeuses à Imperata, d'origine agricole; savanes chétivement
arbustives à doukouhi et boroborohi (arbustes répartis au milieu d'un tapis de grandes herbes);
savanes arbustives avec tapis herbeux plus diversifié. A grande échelle, la transition entre la forêt et

21
FIGURE 3: Zones de végétation (d'après Amou'ou Jam et al. 1985:12)

la savane est marquée par la présence de vallées marécageuses à bahia, de raphiales, de marécages
intraforestiers herbeux, de prairies inondées, de savanes herbacées intraforestières et, surtout, de
galeries forestières d'épaisseur variable. Au pied de l’escarpement de l'Adamawa apparaissent les
premières savanes arbustives et arborées soudano-guinéennes, constituées pour l'essentiel de kaharlahi
et de méné, avec un tapis de graminées.
A l'ouest, enfin, la zone de transition entre le plateau et les hautes terres est caractérisée par
la présence de lambeaux de forêt montagnarde, soumis à d'intenses pressions agricoles ou pastorales.

22
2. POPULATIONS ETUDIEES'”

Ya.mbd, (également désignés sous le nom de Kaka, Kaka-Mbem ou Mbem).

Langue yamba (Eastem GrassHelds), groupe nord - avec le sh-u- pamdm et le


fe'fe'.

Localisation Groupe localisé à l'extrémité septentrionale de l'escarpement de


Bamenda, dans une région enclavée, à la topographie accidentée et aux
altitudes élevées (plafond à 2500 mètres). Ce territoire de vallées
profondes, a servi de refuge lors des raids Fulani de la fin du XIXe
siècle. Il est resté à l'écart des régions environnantes et du monde
extérieur en général, au moins jusqu'aux années '60.

Superficie estimée: 500 km^.

Environnement

- Cadre physique Relief très escarpé, comprenant un chapelet de pics rocheux bien
découpés et fortement disséqués (grottes et ravins). La partie septen­
trionale du pays, plus hospitalière, est constituée de plateaux faible­
ment ondulés.
Dans les hauteurs rocheuses, les sols sont peu fertiles: seule une
agriculture de subsistance peut y être pratiquée. C'est la raison pour
laquelle la population s'est surtout implantée sur les bandes de terrain
plus fertiles et moins escarpées qui bordent les cours d'eau.

- Climat Il s'agit d'une variante d'altitude du climat de type "camerounien" ou


de mousson équatoriale (Moby Etia 1979). Celui-ci se caractérise par
des précipitations relativement abondantes (2000 mm par an) mais
discontinues, avec deux saisons bien marquées: une saison des pluies,
d'avril à novembre, et une saison sèche, de novembre au début du
mois de mars. Les précipitations n'atteignent toutefois leur maximum
qu'au mois d'août (± 400 mm). La moyenne des températures men­
suelles reste relativement stable au cours de l'année (± 20 °), avec
une légère baisse durant les mois d'août et septembre et une légère
hausse de janvier à mars. En raison de l'altitude, l'amplitude des
variations thenniques journalières est importante, surtout durant la
saison sèche.

Deux formations végétales sont associées à ce type de climat: herbe


dure et rabougrie sur les sommets et herbe haute sur les pentes et dans
les vallées (Jikong 1978). Quelques poches forestières subsistent çà et
là.

On trouvera une carte de chaque territoire ethnolinguistique dans le volume consacré à la description des chaînes
opératoires.

23
Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


1947 12.873 25.7 (McCulloch ef a/. 1954)
1953 17.167 34.3 (Chilver & Kaberry 1967)
1976 32.000 64 (Jikong 1978)

- Répartition La population se répartit en 17 villages (Jikong 1978). Généralement


situés en fond de vallée, ceux-ci entretiennent peu de relations (Ge-
bauer 1964). Selon Jikong (1978), ce 'cloisonnement' a été favorisé
par la crainte des raids extérieurs.

- Mobilité Plusieurs sources mentionnent un exode massif au début des années


50, vers les plaines du sud-ouest (pays mambila) plus propices à la
culture du café et du cacao (McCulloch et al. 1954, Jikong 1978).

- Parenté Les informations sont modestes et contradictoires. Gebauer (1964)


décrit la famille Yamba comme étant à la fois matrilinéaire et matrilo-
cale. A l'inverse, Jikong (1978) soutient que le mariage est de type
virilocal, les épouses ayant exceptionnlement la possibilité de retourner
dans leur famille d'origine.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Les Yambas se consacrent surtout à l'agriculture de subsistance, mais


organisent également durant la saison sèche, des parties de chasse
(pour les honunes) ou de pêche (pour les femmes) (Gebauer 1964). De
nombreux hommes pratiquent par ailleurs ime forme de végéculture
sur les palmiers à huile, pour obtenir des matériaux de construction,
de l'huile et du vin de palme.

- Culture L'agriculture de subsistance est fondée sur l'exploitation du maïs, de


l'igname, de l'arachide, de la patate douce et surtout du sorgho (Ji­
kong 1978). Ces produits constituent, avec certains fhiits, noix ou
baies sauvages, la base du régime alimentaire (Gebauer 1964)

- Répartition Ce sont les hommes qui assurent l'essentiel des travaux agricoles, les
sexuelle femmes participant uniquement aux labours (Sieber 1935, McCulloch
et al. 1954). Selon Sieber (1935), ce mode de répartition est lié aux
caractéristiques de la formation végétale: les femmes n'auraient pas
une force suffisante pour déMcher les prairies d'herbes à haute tige et
racines profondes.

Aspects de la Au début du XXe siècle, les colonisateurs allemands ont contraint les
modernisation Yamba à participer aux travaux de construction de l'infrastructure
routière (Gebauer 1964), une forme d'exploitation abolie par les
anglais dès 1915. Les habitants de la région se sont alors repliés sur
eux-mêmes, les britanniques considérant d'ailleurs la zone comme une
"restricted area". Une mission baptiste a été établie «i 1935, à Mbem
(Jikong, 1978), mais celle-ci n'a hnalement exercé qu'une influence
mineure sur les pratiques économiques et sociales de la population. La
modernisation n'a commencé à se faire sentir qu'au début des années
'70, suite à la construction de la route reliant Ndu à Nwa et au désen­
clavement subséquent des différents villages (Jikong 1978).

24
Organisation Chaque village œnstitue une chefferie indépendante. En règle généra­
politique le, le pouvoir est transmis de génération à génération au sein d'une ou
de deux familles. Le chef choisit lui-méme son successeur (Jikong
1978) et assume un rôle à la fois politique et religieux. Il est consulté
pour toutes les matières qui concernent l'ensemble de la communauté,
mais n'intervient pas dans les affaires propres aux différentes familles
(mariage, disputes entre membres, relations entre générations).

Mambila

Langue mambila (classé, avec le vute, dans le groupe mambiloïde [Dieu &
Renaud]. L'apparentement avec le vute semble toutefois peu évident,
du moins en termes lexicostatistiques (Piron, thèse en préparation).

Localisation Population d'une cinquantaine de milliers d'individus, vivant de part et


d'autre de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria, à hauteur des
monts Mambila. Près du quart d'entre eux résident au Cameroun, sur
un territoire de 650 km^, situé au pied du versant sud de l'escaipe-
ment, dans la partie septentrionale de la plaine Tikar.

Environnement

- Cadre physique Deux types de paysages découpent le territoire du nord au sud. Dans
la partie septentrionale, s'étendent les monts Mambila, qui culminent à
une altitude de 1800 m. Le couvert est de type forestier.
Au sud débute une vaste plaine alluviale, prise en édiarpe par les
hautes terres de l'Ouest et le plateau de l'Adamawa. Emaillée de
quelques massifs isolés, elle est couverte d'une savane arbustive. De
petites galeries forestières apparaissent toutefois le long des cours
d'eau.

- Climat Le climat est comparable à celui du pays Yamba: variante d'altitude


du climat de type "camerounien" ou de mousson équatoriale (Moby
Etia 1979). Les précipitations sont relativement abondantes (2000 mm
par an) mais discontinues, avec deux saisons bien marquées: ime
saison des pluies, d'avril à novembre et une saison sèche, de novem­
bre au début du mois de mars.

Population

- Effectifs (Les chiffres ne concernent que la frange camerounaise des Mambila)


Date Effectif Densité Source
±1930 13.000 20 (Meek 1931)
1976 15.000 23 (Zeitlyn 1993)

- Répartition La population se répartit dans une vingtaine de villages, dont les plus
importants sont Atta, Somié et Sonkolong. Bien qu'il soit surtout
peuplé de Tikar, le village de Sabongari, entre le mont Nam Bwra et
les contreforts du plateau de Bamenda, est traditionnellement intégré
dans le territoire (Zeitlyn 1993).
A l'exception de Djang et Vam Ngo, situés sur versant sud des Monts
Mambila, les villages se localisent exclusivement dans la plaine, au
pied de l'escarpement.

25
- Mobilité Le développement des cultures commerciales a engendré d'importants
mouvements migratoires, aussi bien permanents (Yamba venus s'ins­
taller dans la région dès le début des années *50), que temporaires
(Mambila du Nigéria, qui servent de main d'oeuvre d'appoint).

- Parenté Le mariage est virilocal. La compensation n'est perçue par la famille


de la mariée que lorsque le couple est installé dans sa propre résiden­
ce. Anciennement, il s'agissait de houes. Aujourd'hui, cette compensa­
tion est monétaire, son niveau étant fîxé par le chef de village. La
fîliation est patrilinéaire.

Activités
traditionnelles

- Secteurs L'essentiel des activités de production étaient consacrées à l'agriculture


de subsistance. Colains Mambila pratiquais! parallèlemst le travail
du fer et de la poterie.

- Culture L'agriculture de subsistance est fondée sur l'exploitation du maïs, du


manioc, de l'igname, du sorgho et de l'arachide (Zeitlyn 1993).
Quoique ces produits forment la base du régime alimstaire, celui-ci
comprend également de la viande de boeuf (vsdue sur les marchés
par des pasteurs Mbororo), du gibier et surtout du poisson (pèche au
barrage pour les femmes, pêche à la ligne pour les honunes). Le mil
est encore occasionnellemst cultivé. Il est destiné à la fabrication
d'une bière utilisée lors de certains rituels.

- Répartion Selon Meek (1931), les tâches agricoles étaient accomplies par les
sexuelle honunes, les femmes n'apportant qu'une aide occasionnelle. De nos
jours cependant, les semailles, l'entretien des champs et les récoltes
font plutôt partie des activités féminines.

Activités Malgré de nombreuses tentatives (Kerbellec 1932), la culture intensive


modernes du café ne s'est développée qu'au cours des années '50. Depuis lors,
celle-ci n'a cessé de croître, particulièrement sur les terrains situés au
pied des Monts Mambila (Sablayrolles 1954). Cette restructuration
agricole a provoqué une monétarisation de l'économie, en même temps
qu'elle entraînait une déforestation (Zeitlyn 1993). Le café constitue
aujourd'hui la principale culture commerciale de la région. Par ail­
leurs, certains agriculteurs vendent une partie de leur production de
maïs ou d'arachides.

Aspects de la La monétarisation de l'économie a eu un impact important. Au­


modernisation jourd'hui, les produits d'importation (radio, torche, paraffine, vête­
ments, conteneurs en alumium ou en plastique, ...) sont disponibles
sur les marchés des trois principaux villages. Dans de nombreuses
agglomérations, la plupart des cases comportent un toit en tôle ondu­
lée.
Le pays mambila a connu un désenclavement rapide, en raison de sa
position le long de la "route de la cola”, reliant la province du Nord-
Ouest à la ville de Yola (Wamier 1985). Toutefois, les Mambila n'ont
jamais participé aux réseaux commerciaux traditionneb de la région
des Grassfields (échange d'huile de palme, biens manufacturés) (War-
nier 1985) ou à la traite des esclaves.

26
Organisation Le pouvoir se décompose en deux niveaux hiérarchiques. Au niveau
politique supérietu* apparaissent 3 chefs principaux imgbe ti ) résidant dans les
villages de Somié, Sonkolong et Petit Atta. Ceux-ci ont un pouvoir à
la fois rituel et politique. Les chefs des autres villages et ceux des
principaux hameaux constituent le niveau inférieur. Leur mission est
d'arbitrer les conflits, superviser les rituels et représenter leur conunu-
nauté auprès des chefs principaux.

Certains villages disposent toutefois d'une plus grande autonomie


politique. Leur chef assure lui-même les principales fonctions d'arbi­
trage et de décision.

NS61 (également désignés sous le nom de Bamessing)

Langue kdnswei nsei (Wide GrassHelds, Ring, Ring-sud [Dieu & Renaud
1983]). La langue la plus proche est le \drp, parler des Babungo
(Piron, thèse en préparation).

Localisation Les Nsei, comme bon de nombre de groupes de la région des Grass-
fields, occupent une seul chefferie (Bamessing), située à la limite
septentrionale de la plaine de Ndop, à l'est de Bamenda.

Les habitants de la région se disent originaires de la plaine de Ndobo,


au sud du lac Tchad et seraient arrivés dans la plaine de Ndop à la
suite des déplacements de population associés aux raids Fulani (Chil-
ver & Kabenry 1967). Les nouveaux arrivants auraient créé une série
de petits villages, politiquement autonomes, dont aucun n'était suffi­
samment puissant pour imposer son dictât aux autres (Drummond-Hay
1925; McCulloch et al. 1954). L'absence d'unité politique s'est
traduite, au XIXe siècle, par ime multiplication de conflits larvés entre
les différentes chefferies (luttes pour la possession des terres agricoles,
vengeances, exploitation de la main d'oeuvre d'autres villages, ...).
Jeffreys (s.d.) signale, cependant, qu'à la fin du XIXe siècle, la
chefferie de Balikumbat, située une dizaine de kilomètres au sud de
Bamessing, a contraint la plupart des villages environnants à lui payer
un tribut, sous forme de peaux de léopard.

Environnement

- Cadre physique La plaine de Ndop est un bas-plateau situé à près de 1000 m au-dessus
du niveau de la mer, ponctué d'importants affleurements de basalte et
de granité. La région est recouverte d'tme savane arbustive, compor­
tant quelques ilôts de palmiers à huile et de forêt secondaire. Bames­
sing se situe dans la vallée du Mukie, affluent du Nun, en bordure
d'une importante étendue marécageuse qui s'étend en auge vers le
sud.

Population Date Effectif Source


1927 2.237 (Drummond-Hay 1925)
- Effectifs 1953 4.459 (Chilver & Kaberry 1967)

27
Activités
traditionnelles

- Secteurs Comme dans l'ensemble de la plaine de Ndop, l'activité économique


est très diversifiée (Wamier 1985). Les femmes se consacrent princi­
palement à l'agriculture de subsistance et pratiquent la pêche durant la
saison sèche. Bon nombre d'entre elles fabriquent également de la
poterie. Les hommes, en dehors de l'aide apportée aux travaux agrico­
les, sont spécialisés dans la production de sacs en raphia, de bonnets
en coton et de céramique à usage cérémoniel ou de prestige. Vers
1940, la répartition de la population masculine adulte par classe
d'activité s'établissait comme suit (Schmidt 1951):

Activité Effectif %
Artisanat 259 37,6
Collecte du vin de palme 125 18,2
Commerce 124 18,0
Chasse, pêche et élevage 121 17,6
Autres 59 8,6
Total 688 100,0

Selon Wamier (1985), la "spécialisation artisanale" masculine trouve


son origine dans les échanges commerciaux établis dès le XIXe siècle
avec les populations peuplant le plateau de Bamenda.

- Culture Les principales ressources vivrières sont le maïs, les arachides, le


macabo et les haricots. On trouve également, mais de façon secondai­
re, des ignames, du manioc, des patates douces et différentes variétés
d'épinards (Schmidt 1951).

- Répartition Bien que la division du travail entre les sexes soit accusée (voir
sexuelle ci-dessus), la répartition des tâches agricoles est relativement équili­
brée entre les hommes et les femmes. Ces dernières sont responsables
des labours, de la plantation, de l'entretien du champ et de la récolte,
tandis que les hommes se chargent du défrichement et de la prépara­
tion du sol. Ils participent aussi à la récolte.

Aspects de la Les Nsei sont tournés vers l'extérieur. Depuis le XIXe siècle, ils ont
modernisation tissé d'importants liens commociaux, tant dans la plaine du Ndop
qu'avec des régions plus éloignées (plateau de Bamenda, pays bami-
léké, côte atlantique). Schmidt (1951) constate, par ailleurs, que la
plupart des jeunes hommes se rendaient temporairement sur la côte,
afin d'amasser le capital nécessaire pour prendre une épouse. Elle
affirme que l'influence européenne ne s'est pas manifestée de façon
directe avant la première moitié du XXe siècle. A l'inverse, Wamier
(1985) soutient que la colonisation allemande avait déjà porté un coup
irrémédiable aux structures traditionnelles de la région.

Organisation Le village de Bamessing est ime chefferie autonome.


politique

28
Bamîleke fe'fe' (également désignés sous le nom de Bafang).

Langue fe'fe' (Eastem Grassfields, Mbam-Nkam). Il s'agit d'un des 10 parlers


bamileke (Dieu & Renaud 1983), un groupe dont l'unité linguistique
est aujourd'hui contestée (Piron, thèse en préparation).

Localisation Le pays est constitué d'une mosaïque de près de 200 chefferies autono­
mes, de taille et de population variables, localisées dans la partie
occidentale du Cameroun, entre les monts Bamboutos au nord et au
nord-ouest, la vallée du Noun à l'est et les massifs montagneux de
Ndikinimeki, Nkondjok et Nkongsamba au sud. Le territoire couvre
tme superficie approximative de 6.000 km^. Avant la colonisation, ces
chefferies, bien que présentant des traits similaires sur le plan culturel
et social, n'avaient aucune conscience de leur unité, en raison notam­
ment de différences linguistiques. En ce sens, c'est le regard d'autrui,
le colonisateur puis les autres camerounais, qui les a unifiés; avec
efficacité, car ils forment aujourd'hui un bloc remarquablement cohé­
rent (Marguerat 1983:496). De nos jours, le pays bamileke correspond
approximativement aux 5 départements occidentaux de la province de
l'Ouest: Bamboutos (Mbouda), Menoua (Dschang), Haut-Nkam
(Bafang), Mifi (Bafoussam) et Nde (Bangangté).

Le sous-groupe Fe'fe', dont il sera question ici, est localisé au sud-


-ouest du pays bamileke, autour de la ville de Bafang. Il comprend une
dizaine de chefferies, dont la plus importante est Bana. Les limites de
son territoire correspondent approximativement au département du
Haut-Nkam.

Environnement

- Cadre physique Complexe de hauts plateaux situés entre 800 et 1.800 m d'altitude,
pour l'essentiel entre 1.200 et 1.600 m. Les lignes des plateaux,
voisines de l'horizontale, sont interrompues pas des massifs monta­
gneux d'origine volcanique, bien découpés et s'alignant en direction du
nord-nord-est.

- Climat Sur les plateaux comme sur les massifs montagneux, la formation
végétale dominante est une savane arbustive. La forêt apparaît surtout
dans les vallées, à des altitudes souvent inférieures à 1 000 m. Il s'agit
alors de 'galeries'.

Avec une température plutôt modérée en raison de l'altitude (à Dsch­


ang, le minimum moyen annuel est de 14*5 et le maximum moyen
annuel de 25*3) et de faibles variations saisonnières, le pays bamileke
se caractérise par un régime pluviométrique bi-saisonnal de mousson,
les précipitations étant très faibles de novembre à février, augmentant
progressivement par la suite pour atteindre un maximum en septembre.
Les pluies sont abondantes (moyenne anuelle à Dschang = 1 925
mm), mais les moyennes restent inférieiu^ à celles que l'on enregistre
sur les versants septentrionaux et méridionaux de la dorsale camerou­
naise.

29
Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


1933 320.000 50 (McCulloch ef a/. 1954)
1949 420.000 70 -

1976 775.000 130 (Direction de la statistique


1980 920.000 150 et de la comptabilité nationale)
1987 925.000 155 -

- Répartition Avec les régions de peuplement Yoruba au Nigéria, le pays bamileke


figure parmi les zones de plus forte densité en Afrique subsaharienne.
Longtemps attribuée à l'influence conjointe d'un climat rafraîchi par
l'altitude et d'une fertilité exceptionnelle des sols volcaniques, cette
situation s'expliquerait davantage par des facteurs historiques et
sociaux: les populations des hautes terres ont mis au point des techni­
ques d'encadrement qui leur permettent de résister aux agressions
extérieures et de supporter des excédents démographiques importants
(Champaud 1983).

Avec une superficie de l'ordre de 800 km* et une population de près


de 90.000 habitants en 1987, le pays fe'fe' se caractérise par une den­
sité relativement modérée en contexte bamileke (110 habitants par
km*). Si l'on ne tient pas compte de Bafang (près de 50.000 habitants
en 1987), la densité s'abaisse presque de moitié.

- Mobilité Dans les phases initiales de la colonisation, le pays bamileke a servi de


réservoir de main-d'œuvre pour les plantations et les grands travaux
de la région côtière. Le recrutement forcé et souvent brutal des ma­
nœuvres est à l'origine du vaste mouvemoit d'émigration qui caracté­
rise l'histoire récente de la région. Sur place, ce phénomène a renforcé
les effets du développement caféier (voir ci-dessous): vieillissement de
la population s'adonnant à la production vivri^e, disparition progres­
sive de l'élevage caprin, abandon du système bocager,...

Le recrutement forcé de main-d'œuvre a fait place à une émigration


volontaire et abondante, à partir des terres médiocres du sud (Haut-N-
kam, Ndé), mais aussi depuis le centre et le nord. Au total, près de
800.000 Bamileke vivent aujourd'hui oi-dehors de la province de
l'Ouest.

- Parenté Le mariage était traditionnellement virilœal (Egerton 1938). Une fille


pouvait être demandée en mariage dès son plus jeune âge, mais les
noces n'avaient lieu qu'après que celle-ci soit pubère et que le futur
époux ait été circoncis. Tant que le mariage n'était pas célébré, la fille
ou ses parents avaient la possibilité de répudier le futur époux.

Activités
traditionnelles

Secteurs Si la production vivrière constituait le principal secteur d'activité,


certains pratiquaient également la sculpture, la gravure, la poterie, le
tissage et, dans une moindre mesure, la métallurgie.

Culture Les différents terroirs présentent une structwe analogue: le bas de


pente est occupé par les palmiers-raphia, dont on récolte le vin et la

30
matière première pour l'artisanat de la construction et de la vannerie;
les colluvions du tiers inférieur sont exploitées pour les cultures les
plus riches (maïs, arachide, ...); au-dessus, les sols les plus pauvres
sont réservés aux cultures moins exigeantes (manioc, patate douce) et
à l'élevage (chèvres). Les techniques agraires sont diversifiées et
performantes: semailles sur billons, enfouissement d'engrais verts,
usage de légumineuses, fumures par les chèvres,...

- Répartition Les travaux agricoles sont menés par les femmes, qui assurent toute la
sexuelle production vivrière. Les hommes se consacrent à l'élevage, à l'arbori­
culture (cola jadis, café actuellement), à la culture de quelques plantes
nobles (tabac, cannes à sucre), à la collecte du vin de palme et à la
réparation des clôtures.

Activités Dès 1923, de larges pans des hautes terres ont été consacrés à la
modernes cnilture du café arabica. Réservées dans im premier temps aux chefs et
aux notables, les plantations se sont multipliées à partir de 1945-50,
submergeant le territoire sous les caféiers (12 % de la superficie totale
en 1970). Aujourd'hui, tous les paysans peuvent devenir planteurs,
mais seuls les notables, les chefs ou les citadins enrichis, disposant
d'une main-d'œuvre abondante, possèdent d'importantes plantations.
Le développement de la culture du café a été acompagné de plusieurs
mutations socio-économiques: mise en place de coopératives chargées
de la collecte, du conditionnement, du paiement et de l'exportation de
la production caféière locale, mais également de l'encadrement techni­
que des planteurs; amélioration et accroissement du réseau routier;
modernisation de l'habitat; renforcement de l'appropriation indivi­
duelle du sol; développement du salariat; recul de l'élevage - et par
voie de conséquenœ du bocage; essor de la scolarisation,...

La chute des cours mondiaux du café a entraîné une revitalisation des


productions vivrières destinées aux marchés régionaux et nationaux.
Le système agricole semble toutefois avoir atteint ses limites, comme
en témoigne la dégradation du bocage et l'apparition de fnches sur les
tenures abandonnées. Grenier des villes camerounaise, le pays bami-
leke donne toujours une impression d’abondance généralisée, mais
celle-ci est largement factice: la lutte contre l'épuisement des sols est
loin d'être victorieuse et, de fait, les paysans se privent pour vendre
leur vivrier [sic] (Marguerat 1983:498-9).

Autres aspects Un des aspects les plus spectaculaires est l'urbanisation rapide du pays
modernisation bamileke. Depuis l'indépendance, les principales villes n'ont cessé de
croître. Ainsi, Bafoussam est passée de 10.000 à 40.000 puis à 60.000
habitants entre 1960, 1970 et 1985. La population de ces villes est
essratiellement originaire du pays bamileke. On parlera volontiers
d'un processus d'appropriation collective: les villes sont devenues le
territoire commun de la coitaine de peuples qui cœxistaient dans le
pays. Ce mouvement trouve son origine dans un subtil mélange de
patriotisme de clocher et de sens aigu des affaires: un Bamileke se
rend compte qu 'un équipement donné (hôtel, cinéma, collège) est
absent ou insuffisant. Pour rendre service à sa ville et en même temps
se faire de l'argent, il réalise le dit équipement (Dongmo 1981: 14).

Organisation La chefferie constituait autrefois la seule cellule politique, sociale,


politique religieuse et économique. Chacune d'elles était organisée selon une

31
structure simple, dans laquelle les familles disposaient d'tme grande
autonomie. Autour du chef s'articulait la vie religieuse, matérielle,
judicaire et politique de chaque groupement. Considéré comme l'inter-
médaire privilégié entre les ancêtres et les vivants, il exerçait avant
tout une fonction de prêtre (rites agricoles, rites de passages,...), mais
était aussi considéré comme le juge suprême de la communauté. Enfin,
en tant que propriétaire du sol, il pouvait redistribuer les tmes à sa
guise. Le chef était assisté d'un conseil comprenant en général une
dizaine de notables. Ceux-ci contrôlaient l'ensemble des activités de la
chefferie et faisaient exécuter les décisions par une série de servants
ou d'ofriciels.

De nos jours, les fonctions de la chefferie sont devenues relativement


symboliques. La société repose davantage stu* des associations et des
confréries, qui réunissent la population par classe d'âges, par affinité
ou par voisinage. La société bamileke modrane se fonde par ailleurs
sur un principe de promotion individuelle, selon lequel chaque individu
se doit de progresser en permanence s'il veut éviter de disparaître ou
de reculer. Les pratiques d'héritage reflètent parfaitement ce phéno­
mène: seul le nis le plus courageux et le plus habile au travail est
désigné comme héritier universel, les autres fils étant poussés à fonder
une exploitation nouvelle ou, le plus souvent, à émigrer pour s'établir
soit sur des terres libres, soit en ville.

Bamum

Langue sh-u- pamdm (Eastem Grassfields, Mbam-Nkam, groupe Noun [Dieu


& Renaud 1983]. L'unité de ce groupecest mise en question par Piron
(thèse en préparation). Les langues les plus proches sont le ngemba,
les différents parlers bamileke et d'autres langues étiquetées 'Noun'

Localisation Le pays bamum couvre l'ensemble du département du Noun. Il est


limité, à l'est, par le Mbam et son affluent la Mapé, à l'ouest par le
Noun et au nord par l'ancienne frontière séparant les Cameroun
britannique et français. Jusqu'à l'arrivée des colonisateurs français, ce
vaste territoire, de près de 7.300 km^, formait le Royaume Bamoun, le
plus vaste, le plus peuplé et, selon certains, le plus puissant des Etats
de la région montagneuse de l'ouest du Cameroun.

Environnement

- Cadre physique Le pays est constitué de hauts-plateaux, s'inscrivant à l'intérieur de


l'arc de cercle par lequel le massif de l'Adamawa s'articule avec la
dorsale camerounaise. Leur altitude est comprise entre 1.200 m au
nord, 700 m au sud et moins de 600 m à l'est, à proximité des vallées
du Mbam et de la Mapé. Ces plateaux sont surplombés par plusieurs
massifs volcaniques, alignés selon un axe nord-sud, et s'élèvent
jusqu'à 2.500 m (massifs du Mbam, du Nkogam et du Mbabpit). A
l'ouest, leurs versants basaltiques sont à l'origine des terres noires et
des argiles rouges qui bordent la faille de la vallée du Noun. A l'est,
s'étendent successivement le plateau de Foubam - zone de savane au
sol assez pauvre et comportant de vastes espaces dénudés - et la vallée
du Mbam - zone forestière large d'une vingtaine de kilomètres. Au

32
sud, le haut-plateau de savane s'incline en une série de pitons, de
tables rocheuses et de déchirures vers une plaine au relief peu marqué
et baignée par quelques affluents secondaires du Mbam.

- Climat Situé dans la zone de contact des climats "camerounien de mousson


équatoriale" et "guinéen à quatre saisons", le pays bamum connaît à la
fois des températures relativement douces et constantes et des précipi­
tations abondantes mais variables.

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


1920 68.000 9,3 (Tardits 1980)
1949 91.000 12,4 -

1962 112.000 15,3 -

1976 197.529 27,0 (Direction de la statistique


1980 235.101 32,2 et delà comptabilité nationale)
1987 258.016 35,3 -

- Répartition Bien que la population soit importante, la densité reste modérée et


largement inférieure à celle du pays bamileke. Selon Desbois (1945),
ce sous-peuplement ne doit pas être attribué aux conditions physiques
ou climatique - elles sont identiques de part et d'autre du Noun - mais
aux spécificités historiques de l'occupation sur le plateau.

Depuis le XIXe siècle, l'implantation humaine demeure inégale, avec


une forte concentration dans la zone centrale du pays, c'est-à-dire dans
le coeur historique du Royaume, sur la partie du plateau comprise
entre les bassins de la Lotira et du Mfou (± 500 km^). Vers 1900,
celle-ci comptait 34.000 habitants, soit près de la moitié de la popula­
tion totale (densité = 50 hab./km^). La ville de Foumban à elle seule
abritait près de 18.000 habitants (Ankerman 1910) et plus des 2/3 des
570 patrilignages recensés. Zone de concentration humaine, le coeur
historique était également le centre des activités politiques, artisanales
et commerciales. La zone "domaniale", beaucoup plus vaste, était
constituée par les territoires conquis au XIXe siècle. Au début du XXe
siècle, sa population comprraait essentiellement des esclaves, établis
sur leur lieu de transplantation, des agnats de lignages urbains partis se
fixer à la campagne et des serviteurs envoyés par leur maître. Il
s'agissait donc d'une véritable "périphérie fonctionnelle".

Bien que les anciennes institutions aient aujourd'hui disparu, un


contraste subsiste entre le coeur et les marges du pays: sur les 250.000
habitants du département du Noun, près du tiers vivent à Foumban et
dans sa proche périphérie.

Mobilité Au cours des cinquante dernières années, le seul mouvement important


s'est effectué vers la vallée du Noun, à la suite de l'introduction du
café dans cette partie du territoire (vers 1950).

- Parenté Société polygame, les Bamum connaissent un système de parenté


patrilinéaire et patrilocal.

33
Activités
traditionnelles

- Secteurs Au XIXe siècle, l'essentiel de la population se consacrait aux activités


agricoles (± 85 % selon Tardits 1980). La production vivrière n'était
pas seulement destinée à la consommation familiale. En effet, tous les
bénéficiaires d'une tenure foncière devaient remettre un tribut en
vivres à leur chef de lignage, qui le faisait apporter chez le roi. En
outre, une partie des denrées était mise en vente sur les marchés ou
exportée vers la ville de Foumban.

Deux artisanats spécialisés étaient pratiquées dès la fin du XYIIe


siècle, le travail du fer et la poterie. Ceux-ci ont connu un essor très
important au XDCe siècle, au moment de l'apogée du Royaume (extai-
sion des frontières, croissance de Foumban, ...).

- Culture Avant le XIXe siècle, les activités agricoles se caractérisaient par une
coexistence des cultures de zones forestières (plantain, taro, igname) et
de zones de savane (sorgho, haricots doliques, voandzou, arachides).

De nouvelles plantes furent introduites dans la seconde moitié du XIXe


siècle et au début du XXe siècle. Ainsi, le maïs a peu à peu remplacé
le sorgho; le manioc a été largement adopté car il permettait, en raison
de ses faibles exigences, de pallier les pénuries vivrières des mois de
soudure; le macabo et la patate douce se sont substitués au taro; de
nouvelles variétés de haricots et d'arachides ont été utilisées, en raison
de leur rendement supérieur.

Les cultures vivrières ont toujours été complétées par une forme de
végéculture sur les palmiers raphia, plantés en galeries le long des
cours d'eau, ainsi que par l'élevage de volaille (poules et canards) et
de petit bétail (chèvres). La chasse était pratiquée partout et la pêche
lorsque les cours d'eau le permettaient.

- Répartition Chez les esclaves, comme chez les colons des terres domaniales, les
sexuelle femmes exerçaient l'essentiel des tâches agricoles: elles procédaient à
l'ensemencement, au sarclage, à la récolte et même au transport des
biens vers les marchés ou vers le palais du roi. Le travail du fer et du
bois, comme la fabrication des fourneaux de pipes en terre, était du
ressort des hommes. La fabrication de poterie était et reste une activité
féminine, même si l'on observe quelques potiers aux abords de Foum-
bam.

Activités Les activités commerciales et artisanales se sont diversifîêes depuis la


modernes fin du XIXe siècle. Sous l'impulsion du roi, par exemple, sont ^parus
un artisanat du vêtement et c^laines cultures d'exportation (coton,
cola, noix de palme). L'administration coloniale a également déve­
loppé de vastes plantations de café, notamment au sud-ouest de Foum-
bam et dans la vallée du Noun. Plus récemment, quelques exploita­
tions piscicoles se sont implantées dans la région de Foumbam.
Si les produits d'importation circulent sur le territoire depuis le début
du siècle, on notera qu'un déséquilibre subsiste entre le centre et
l'ouest de pays - plaçés sous la sphère d'influence de grosses agglomé­
rations (Foumbam, Foumbot, Bafoussam) et bénéficiant d'une bonne

34
infrastructure routière - et les zones périphériques, beaucoup plus
enclavées.

Organisation Au début du XXe siècle, le Royaume Bamoum passait pour l'état le


politique plus puissant des massifs montagneux de la dorsale camerounaise
(Tardits 1980). Il avait connu une importante extension territoriale au
cours du siècle précédent, celle-ci se traduisant entre autre, par l'in­
corporation, l'asservissement et le déplacement des populations locali­
sées à la périphérie du royaume. L'organisation politique reposait sur
une hiérarchie complexe, au sonunet de laquelle le roi disposait d'un
pouvoir considérable. Parmi ses nombreuses fonctions, les plus impor­
tantes concernaient l'allocation des richesses (attribution des terres aux
chefs de lignage, don de femmes, distribution des domaines et des
esclave, ...), la justice (litiges conunerciaux ou financiers, infractions
aux décisions d'intérêt public et affaires "oiminelles"), la guerre
(commandement des armées) et la religion. Les diefs de lignage
dépendaient directement du souverain. Leurs principales fonctions
consistaient à répartir les terres cultivables, régler le mariage des
filles, gérer les flux en nature et en argent entre le palais royal et le
groupe lignager, rendre les jugements ne relevant pas de la compé­
tence du roi et organiser les fêtes ou les rituels. Les colonisateurs
allemands et français ont porté un coup fatal à cette organisation
politique. Bien que les lignages aient préservé leur unité et leur hiérar­
chisation, le roi-devenu sultan suite à l'islamisation - a perdu la
plupart de ses fonctions traditionnelles.

Tikar

Langue tikari. Deux langues au moins - twumwu et tikar d'Akouen - consti­


tuent l'ensemble tikar, qui lui-même est une branche indépendante du
groupe bantoïde. Les langues les plus proches sont le r-i-kpa*^ (Bafia)
et le lâfa*^ (Balom) (Piron, thèse en préparation).

Localisation Le terme 'Tikar' a longtemps été appliqué à une série de chefferies de


la région des Grassfields (McCulloch et al. 1954). Il désigne en réalité
un groupe de quelques milliers d'individus, localisé dans la plaine
comprise entre les cours supérieurs du Mbam et du Kim. Leur terri­
toire est constitué de 6 chefferies principales - Bankim, Gâ, Nditam,
Ngoumê, Kong et Ngambê - et de plusieurs dizaines de villages. Ses
limites sont restées stables depuis l'arrivée des Allemands.

Superficie estimée: 6.480 km* (Dugast 1949) ou 6.800 km* (Price


1987).

Environnement

- Cadre physique Le pays apparaît comme une vaste plaine accidentée, dont l'altitude
moyenne est de 500 mètres. Il est disséqué par le réseau hydrographi­
que très dense du bassin supérieur du Mbam. Le paysage est dominé
par la présence de larges forêts galeries - s'étendant sur plusieurs
kilomètres de part et d'autre des cours d'eau - et de poches de savanes
interstitielles.
- Climat (Voir Bamiun)

35
Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


±1950 8.860 1,6 (Dugast 1949)
1976 5.000 0,75 (Price 1987)

- Répartition La population se distribue en une soixantaine de villages, dont les


effectifs varient entre une dizaine et trois cents individus. Ces villages
apparaissent à intervalles réguliers le long de la route Bafia-Banyo et
de ses appendices, ainsi que le long des 3 pistes principales situées au
sud du Mbam. Les zones intermédiaires sont pratiquement inoccupées.

- Parenté Le mariage est virilocal et exogamique (interdiction de relations


sexuelles et de mariages entre membres d'un même lignage). La filia­
tion est patrilinéaire.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Les sources ethnographiques restent très discrètes sur les activités des
Tikar. Dugast (1949) mentionne simplement qu'ils sont à la fois
agricultetu^, éleveurs de petit bétail, chasseurs, mais également bons
artisans ...

Activités Contrairement au pays mambila, le territoire tikar n'a pas connu de


modernes transformation radicale de ses activités agricoles. Les cultures com­
merciales (café essentiellement) restent encore marginales et une très
large majorité de la population continue à pratiquer l'agriculture de
subsistance.

Aspects de la Le processus de modernisation s'est surtout déployé au nord du


modernisation Mbam, sur le territoire de la chefferie de Bankim. Située le long de la
route qui relie Bafia à Banyo, celle-ci comprend une importante
population migrante et apparaît comme un petit centre commercial. En
revanche, la zone située au sud du Mbam est restée très enclavée: le
réseau de communications se limite aux sentiers reliant les différents
villages et à quelques pistes mal entretenues. Ainsi par exemple,
Ngambe, la capitale, reste-t-elle coupée de toutes voies d'accès carros­
sables. Les contacts avec les principaux centres urbains (Tibati, Yoko,
Bafia et Foumban) sont sporadiques et seuls quelques produits d'im­
portation sont disponibles sur les marchés (vêtement, sel, savon,
allumettes).

Organisation Chacune des six chefferies est organisée selon un même modèle. Situé
politique au sommet de la hiérarchie sociale, le "roi" (Price 1979, 1985, 1987)
dispose de pouvoirs étendus: il distribue les terres entre les chefs de
village et de lignage, ratifie et supervise les successions au sein des
lignages, intervient comme juge dans les conflits qui ne sont pas
résolus par les autorités locales, etc. En édiange, les chefs de village
ou de lignage lui payent un tribut en nature (cola, bétail, cartouches,
femmes, vin de palme). Les relations entre le pouvoir royal et les
villages sont assurés par deux intermédiaires, désignés par le roi
lui-même. L'un d'eux est chargé du domaine spirituel (respect des
règles morales et des rituels), l'autre du domaine matériel (organisa­
tion des travaux communautaires).

36
Bafcilk (également désignés sous les noms de Fuk, Fôk, Bafôk, Baveuk, Bavëk, Yangafouk, Yangafuk,
Yangavok, Yasem et Asem).

Langue bafdk (Bantu A72d). Groupe beti-fang classé dans l'ensemble basaa-
beti par Dieu et Renaud (1983) (voir également Basaa et Eton).

Localisation Les Bafeuk forment im petit groupe dispersé du centre du Cameroun,


dont la population se répartit en trois enclaves, respectivement situées
(1) autour du village de Yassem, à environ cinquante kilomètres au
nord de Bafia, en bordure des territoires tikar, djanti et vute, (2)
autour du village de Yangafok, à vingt kilomètres à l'est de Bafia, en
bordure des territoires sanaga et vute, (3) le long de la route Ntui-
Yoko, entre les villages de Ossombé et Njolé, au sein du territoire
vute. La superficie cumulée des trois enclaves atteint à peine 400 km^.

Selon Dugast (1949), ce phénomène de dispersion est assez récent. Il


remonterait tout au plus à l'époque des dernières migrations tikar et
vute, dues à l'avancée des Fulani.

Environnement

- Cadre physique L'enclave de Yassem est située dans la plaine du Mbam, à une altitude
de 700 m, au pied du mont Naptchéré (1200 m). Celle de Yangafok
appartient également à la plaine du Mbam, mais se trouve à plus basse
altitude (±500 m). La troisème enclave est localisée dans la plaine
bordée par le massif volcanique de Nguembé (culminant à 900 m) et la
vallée de la Sanaga, en amont de la confluence avec le Mbam.

- Climat Le climat est identique à celui du pays vute.


Les trois enclaves sont localisées en zone forestière, sur des sols
considérés comme très fertiles (Dugast 1949).

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


±1950 5.352 13 (Dugast 1949)
1976 4.200 10 (Barbier 1985)

- Mobilité Le pays bafeuk connaît une émigration importante, celle-ci se tradui­


sant entre autre par l'abandon des villages les plus enclavés.

- Mariage On observe une forte tendance à l'endogamie de lieu: à Yassem, en


1976, 78% des épouses étaient originaires du village même (Barbier
1985).

Activités
traditionnelles

- culture Jusqu'en 1950, le mil a été la principale production vivrière. Il a par


la suite été progressivement remplacé par le maïs, plus facile à culti­
ver.

37
Activités Le pays bafeuk n'a pas connu de transformation radicale de ses activi­
modernes tés agricoles. Quelques cacaoyères ont fait leur apparition depuis la
colonisation, mais ce type de culture reste marginale, la très large
majorité de la population continuant à pratiquer l'agriculture de subsis­
tance.

Aspects de la U convient de distinguer les deux premières enclaves (Yassem et


modernisation Yangafok) de la troisième. Cette dernière, située le long d'un impor­
tant axe routier, a connu une modernisation plus sensible, comme en
témoigne l'abondance des produits d'importation sur les marchés de
Ndimi, Nguila et Njolé et la présence de constructions en parpaing
recouvertes de tôles ondulées.

Organisation Les Bafeuk sont organisés en petites chefferies dirigées par les descen­
politique dants du patrilignage fondateur. Le pouvoir se transmet de père en
fils. Barbier (1985) soutient, cependant, que la chefferie de Yassem a
été dirigée par "une reine" jusqu'à l'arrivée des Allemands. Celle-ci
était choisie par les membres masculins des quatre familles principa­
les. Fait remarquable, toutes les femmes du village étaient susceptibles
de devenir "reine", indépendamment de leur situation lignagère. La
seule contrainte était de changer de patrilignage royal à chaque nou­
veau règne.

Djanti

Langue xAr6ea (Bantu A54). Un des trois membres du groupe bafia selon Dieu
et Renaud (1983).

Localisation Le pays djanti est constitué d'une dizaine de chefferies, situées le long
des pistes reliant la localité de Ngoro aux villages tikar de Nditam et
Ngambe. Sa superficie est de l'ordre de 300 km^.

D'après certaines traditions orales, les Djanti étaient établis légèrement


plus au nord avant l'arrivée des Tikar ou étaient originaires des
montagnes de Banyo (Wilhelm 1981:441). Dispersés à la suite de
luttes contre les Tikar, les Fulani, les Vute et même les Balom, ils
n'auraient été regroupés qu'au moment de la colonisation allemande.

Environnement

- Cadre physique Le territoire dievauche le massif de Ngoro (1.200 - 1.500 m.), mais
s'étend essentiellement dans la plaine accidentée de la rive gauche du
Mbam.

- Climat Identique à celui du pays bafia

38
Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


±1950 ±1.000 3 (Dugast 1949)
1976 ±1.100 3 (Wilhebn 1981)

- Répartition La population est concentrée dans les villages de Nyafianga, Nyabidi


et Nyamoko, soit au centre du territoire.

- Mobilité La région connaît un exode rural important, surtout vers les localités
de Ngoro et Bafia, situées plus au sud.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Outre l'agriculture, les Djanti pratiquent la chasse ainsi que la pêche à
la ligne et au barrage.

- Culture Les principaux produits vivriers sont le maïs, le manioc, l'arachide et


la patate douce.

Aspects de la La région demeure assez enclavée. A ce jour, la plupart des produits


modernisation d'importation sont acquis en-dehors du territoire, sur les marchés de
Nditam, Ngoro et Yangba.

Organisation Petites chefferies autonomes.


politique

Hstlonni (également désignés sous le nom de Fak)

Langue lâfa'^ (Bantu A51). Selon Dieu et Renaud (1983), ce parler du groupe
bafia fait partie d'un sous-ensemble dialectal comprenant, entre autre,
le r-i-kpa'^ (langues des Bafia). Piron (thèse en préparation) le distin­
gue du r-i-kpa'’, tandis que Guarisma et Paulian (1986) l'associent
systématiquement à cette langue.

Localisation Le territoire est constitué d'une quinzaine de chefferies qui se répartis­


sent de part et d'autre du Mbam, au nord de Bafîa. Sa superficie est
de l'ordre de 2.000 km^.

Selon les sources recueillies par Wilhelm (1981), les Balom occupe­
raient la région depuis de nombreuses générations. Dugast (1949) leur
attribue une origine septoitrionale, mais reconnaît que la plupart des
déplacements ont eu lieu au sein du territoire.

Environnement

- Cadre physique Le pays est divisé en deux zones, présentant des caractéristiques
distinctes. Sur la rive droite du Mbam, il s'agit d'un plateau s'incli­
nant vers la vallée du Noun et traversé de nombreuses galeries fores­
tières. Sur la rive gauche, dans un paysage dominé par la forêt, le
relief est plus accidenté. Cette partie de la plaine du Mbam est prise
en échaipe par le massif de Ngoro, qui culmine à 1.500 m.

39
- Climat Identique à celui du pays bafîa.

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


± 1950 3.846 2 (Dugast 1949)
1976 5.000 2.5 (Wilhebn 1981)

- Répartition La population est concentrée autour de la localité de Deuk, au centre


du territoire.

- Mobilité D'après Dugast (1949) et Wilhelm (1981), certains villages et certaines


pistes ont été déplacés à plusieurs reprises.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Les Balom se consacrent essentiellement à l'agriculture de subsistance.


Ils pratiquent également la pêche et la diasse et certains d'entre eux
font une exploitation intensive du palmier à huile.

- Culture Le maïs, le manioc, l'arachide, le taro et la macabo constituent les


principales ressources vivrières.

Activités Sur la rive droite du Mbam, quelques habitants possèdent de petites


modernes cacaoyères, dont la production est destinée à l'exportation.

Aspects de la En 1949, Dugast signale encore la présence d'habitations en pisé.


modernisation rondes, d toit conique, fait d'herbes sèches. De nos jours, toutes les
cases sont rectangulaires et la plupart d'entre elles comportent une
toiture métallique. Le pays Balom n'en reste pas moins très enclavé;
de nombreux villages ne peuvent être atteints qu'à pied et les produits
d'importation ne sont disponibles que dans les agglomérations situées
aux alentours de Deuk ou à l'extrême sud du territoire.

Organisation politique La société est traditionnellement organisée en communautés autono­


mes, placées sous l'autorité d'un chef. Selon Dugast (1949), les
familles de certains villages disposent cependant d'une plus grande
autonomie et constituent parfois la principale structure politique et
sociale.

B&Hâ. (également désignés sous le nom de Bekpak).

Langue r-i-kpa'^ (Bantu A53) (voir Balom).

Localisation Le pays bafia est limité au nord et à l'est par le Mbam et à l'ouest
par le massif de Bapé. Sa superHcie est de 350 km^ environ.

Environnement

- Cadre physique Située dans la plaine du Mbam, entre 500 et 600 m d'altitude environ,
la région se caractérise par un environnement de savane d'origine
probablement anthropique (Kuete 1989). Certains ilôts de forêt an­
cienne subsistent ça et là et la plupart des cours d'eau (petits affluents

40
du Mbam et tributaires de la Sanaga) sont bordés de galeries forestiè­
res.

- Le climat Le climat est de type équatorial avec deux saisons des pluies, la
"grande" avec un maximum de pluviosité au mois d'octobre et la
"petite" avec un maximum de pluviosité en mai.

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


± 1950 12.093 35 (Dugast 1949)
1976 ±25.000 70 (Leiderer 19821)

- Répartition Les villages se répartissent de façon relativement homogène au sein


du territoire, avec quelques concentrations le long des axes goudron­
nés reliant la ville de Bafia aux localités de Bokito et d'Ombessa.
L'essentiel de la population réside cependant à Bafïa, une ville de
près de 18.000 habitants en 1976 (Direction de la statistique et de la
comptabilité nationale 1983).

- Parenté Société patrilocale et patrilinéaire, les Bafia pratiquent l'exogamie au


niveau des lignées maternelles et paternelles. Deux formes de maria­
ges coexistent: le mariage par compensation et le mariage par enlève­
ment ("raptage") avec l'accord de la future épouse (Leiderer 1982
1:21).

Activités
traditionnelles

- Secteur En dehors de l'agriculture, les Bafia élèvent des moutons, des chè­
vres, des chiens et des poules, pour leur propre consommation ou à
fins commerciales. Réputés autrefois pour la poterie et la fonte du
laiton (Tessmann 1934a), ils sont aujourd'hui davantage reconnus
pour la qualité de leur vannerie. La chasse et la pêche constituent une
ressource économique substantielle.

- Culture Les principaux produits vivriers sont le maïs, l'arachide, la banane


plantain, le manioc, le macabo, le taro, la patate douce ainsi que
l'huile et le vin de palme.

- Répartition Les hommes préparent les terrains agricoles et récoltent le vin et les
sexuelle noix de palme, les femmes se consacrent à la fois aux semailles et à
la récolte, préparent l'huile de palme et écoulait les principaux
produits vivriers sur les marchés. Certaines d'entre elles pratiquent en
outre la vannerie ou sont encore spécialisées dans le travail de la
poterie.

Activités La modernisation se manifeste sous des formes variées: dévelop­


modernes pement de la culture du cacao, explosion du secteur informel et com­
mercial (surtout à Bafia et dans les villages avoisinants) et présence
d'un secteur tertiaire actif (administrations, banques, télécommunica­
tions, ...).

41
Autres aspects La région est traversée par d'importants axes routiers qui assurent une
modernisation liaison directe avec Yaoundé. Le marché quotidien de Bafia attire les
habitants de toute la région. On y trouve les principaux produits
d'importation.

Banen

Langue tunen (Bantu A44). Les résultats convergents d'une série d'études
lexicostatistiques et dialectométriques (Bastin et al. 1983, Dieu &
Renaud 1983, Mous & Breedveld 1986) permettent de regrouper le
tunen avec l'ensemble des langues du groupe A60 (par ex. yambasa,
tuki).

Localisation Les limites du territoire ne correspondent pratiquement à aucune fron­


tière netwelle. Formant une sorte de parallélépipède potuvu de deux
excroissances à l'ouest, il s'étend entre les parallèles de 4*15 et 4*80
de latitude nord et les méridiens de 10* 15 et 11 *0 de longitude est. Sa
superficie est de 3.800 km^ environ.

Environnement

- Cadre physique Parcouru de vallées profondes et de massifs montagneux (800-1.200


m), le pays s'élève depuis la plaine de la Sanaga jusqu'au plateau de
Ndikinimeki, à 800 m d'altitude. Il comprend trois bassins hydrogra­
phiques: celui de la Sanaga à l'est et au sud, celui de la Makombé au
centre et au nord-ouest, celui de la Dibamba au sud-ouest.
Le couvert est de type forestier, avec quelques îlots de forêt primaire
dans les fonds de vallée. Au nord de Ndikinimeki, débute une vaste
étendue de savanes arbustives.

- Climat Type guinéen à 4 saisons, variante d'altitude (températures moyennes


plus fraîches).

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


± 1950 24.500 6,4 (Dugast 1949)
1953 21.600 5,7 (Dugast 1955)

- Répartition L'essentiel de la population réside aux alentours de Ndikinimeki.


Dans cette région, l'habitat se déploie de façon pratiquement continue
le long de la route et des pistes qui mènent à Ndom, en pays basaa. A
l'autre extrémité du territoire, aux abords de Yingui, apparaît une
seconde zone de concentration, de moindre importance. Le reste du
pays est pratiquement inhabité.

- Mobilité Dugast (1949, 1955) décrit les Banen comme une population en
perpétuelle mobilité, mais dans un périmètre restreint. Depuis la colo­
nisation, de nombreux villages ont été abandotuiés, leurs habitants
cherchant à se rapprocher des pistes principales. Ce phénomène est
encore apparent dans la région de Yingui.

42
- Parenté Société patrilinéaire et patrilocale, les Banen pratiquaient autrefois
l'échange de femmes entre familles. Dès les années '30, le mariage
par compensation est devenu la forme la plus courante. Toutefois, en
raison de contacts avec les BaBa et les Demandé, la population a com­
mencé à pratiquer le mariage par enlèvement (ou raptage) (McCulloch
étal. 19M).

Activités
traditionnelles

- Secteurs Peuple d'agriculteurs, les Banen pratiquent également la pêche et la


diasse, mais de façon plus ponctuelle. Les activités artisanales (sculp­
ture, vannerie, tissage, poterie et métallurgie) commençaient déjà à
décliner dans les années '30-'40, au moment où Dugast a réalisé ses
enquêtes. Aujourd'hui, seule la vannerie connaît encore un certain
succès, les autres artisanats ayant complètement disparu ou n'étant
plus pratiqués que par quelques spécialistes.

- Culture Les principaux produits vivriers sont le maïs, le manioc, l'igname, les
courges, les patates douces et les pois wandzou.

- Répartition Hommes et femmes prennent part aux travaux agricoles, les premiers
sexuelle en préparant les terres, les secondes en les ensemençant, les entrete­
nant et en récoltant les produits. La construction de cases est une
activité commune.

Activités Plusieurs plantations de cacao ont été installées dans les régions de
modernes Ndikinimeki et de Yingui. La culture du café est également pratiquée
dans la partie nord-est du pays, mais la plupart des planteurs sont
d'origine bamileke. A Ndikinimeki, les activités tertiaires sont en
développement constant.

Aspects de la En raison de sa position le long de l'axe routier Yaoundé-Bafia-Ba-


modernisation foussam, la ville de Ndikinimeki est un centre commercial important.
On y trouve les principaux produits d'importation. Yingui est égale­
ment connecté au réseau routier national, mais le reste du pays
demeure très enclavé. Comme c'était le cas dans les années '30-'40,
les habitants des régions périphériques s'approvisionnent sur les
marchés des populations voisines.

Organisation Les patriclans forment la base de l'organisation sociale et politique.


politique Ils s'articulent autour d'un chef au pouvoir h^éditaire. Selon Dugast
(1955), sa position est d'autant plus forte qu'il dispose de ressources
économiques.

Yambasa

Langue yambasa (dialectes nu gunu, nu libie, mmaala, nu yaqbea et nu baca;


Bantu A62) (voir Banen).

Localisation Bordé à l'est par le Mbam, au sud par la Sanaga et à l'ouest par le
massif montagneux de Bokito, le pays yambassa s'étend sur près de
1.100 km*.

43
Environnement

- Cadre physique L'essentiel du territoire se situe dans les plaines alluviales du Mbam et
de la Sanaga. Le paysage est dominé par ime savane arbustive, sillon­
née de quelques forêts galeries. La partie occidentale, plus élevée,
appartient au massif forestier de Ndikinimeki.

- Climat Identique à celui du pays baHa.

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


± 1950 27.000 24 (Dugast 1949)
1976 33.000 30 (Wilhelm 1981)

La population est répartie en villages, de tailles variables, avec une


concentration notable à proximité de Ombessa.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Si les Yambassa se consacrent avant tout à l'agriculture de subsistance,


ils pratiquent également l'élevage, la chasse et la pêche. Selon Dugast
(1949:50), le pays est particulièrement fertile et la population tire ses
principales ressources de l'exploitation du palmier à huile.

- Culture Comme c'est le cas dans les populations voisines, le maïs, le manioc,
le taro, le macabo et la banane plantain constituent les principaux
produits vivriers.

Aspects de la Bien qu'il soit traversé par l'axe routier reliant Yaoundé à Bafia et aux
modernisation villes du nord-ouest, le territoire yambassa a connu un développement
inégal. Ombessa et Bokito constituent des centres commerciaux de
moyenne importance, dans lesquel il est possible de se procurer les
principaux produits d'importation. En revanche, les villages situés au
sud de Yangben ont été moins touchés par le modernisme.

Ss.na.g3. (également désignés sous le nom de Ngoro).

Langue tuki (Bantu A65) (voir Banen).

Localisation Le pays sanaga prend en écharpe la pointe sud occidentale du pays


vute. Formant une sorte de U, il s'étend de part et d'autre des pistes
reliant Ngoro à Bafia, Bafia à Ntui et Ntui à Nguila. Son bras occiden­
tal est limité à l'est par le Mbam, son bras méridional au sud par la
Sanaga et son bras oriental contourne les monts Tdiamongo et Bondjé-
ré. La superficie est de 925 km* environ.

44
En vironnement

- Cadre physique Les paysages sont contrastés. A l'extrême nord du bras occidental, la
région est plutôt montagneuse (massif de Ngoro). Vers le sud, le long
des bras du Mbam et de la Sanaga (plus particulièrement au niveau de
leur confluence), s'étendent de larges plaines alluviales couvertes de
savanes et parsemées çà et là de forêts galeries. Enfin, les abords de
Ntui se caractérisent par un terrain plus accidenté où domine le cou­
vert forestier.

- Climat Identique à celui du pays bafia.

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


1976 ±10.000 10 (Wilhelm 1981)

- Répartition La population se répartit de façon homogène le long des pistes princi­


pales. On observe quelques concentrations villageoises aux alentours
de Ngoro, BaHa, Ombessa et Ntui.

- Mobilité Selon Dugast (1949), les Sanaga auraient connu de nombreuses migra­
tions, en raison des guerres avec les Vute, les Bafîa et les Yambassa.
Ce fait expliquerait le caractère extrêment dispersé de la population,
qui n'aurait été regroupée qu'au moment de l'arrivée des occupants
allemands.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Population d'agriculteurs, les Sanaga pratiquent également l'élevage


(moutons, chèvres, poules, ...), la pêche et la chasse. Il semble par
ailleurs que la poterie ait constitué un débouché économique substan­
tiel, notamment dans la région de Ngoro.

- Culture Les principaux produits vivriers sont le maïs, le manioc, le taro,


l'igname, la banane plantain, le vin et l'huile de palme.

- Répartition Les tâches se répartissent de façon traditionnelle, les hommes prépa-


sexuelle rant les champs et les femmes s'occupant de l'entretien des plantations
et de la récolte.

Aspects de la Le développement de la culture du cacao, la présence de nombreuses


modernisation habitations en parpaing couvertes de tôles ondulées, l'activité des
marchés de Ngoro et de Ntui et la présence de manufactures modernes
(scierie à Ngoro, industrie sucrière de Mbandjok - à proximité de
Ntui) sont les principaux témoins de la modernisation. Toutefois, les
villages situés en dehors des aires d'influence de Ngoro et de Ntui sont
moins directement touchés par ces changements.

Organisation Chaque village constitue une chefferie indépendante, mais il faut noter
politique que le pouvoir des chefs est de moins en moins significatif.

45
Basaa

Langue basaa (bantu A43). Ce membre du groupe A40 (exception faite du


tunen et du nomande - voir 'Banen') est regroupé par Dieu et Renaud
(1983) dans le plus vaste ensemble 'basaa-beti'. Sur bases grammatica­
les, Janss^is (1993) confirme ce regroupement. Toutefois, Piron (thèse
en préparation) soutient que le basaa n'est pas plus proche du beti-
fang, sur le plan lexical, que des autres langues de la zone A, à
l'exception du bantu du Mbam et du groupe bafia.

Localisation Le territoire bassa correspond à peu près aux départements de la


Sanaga et du Nyong et Kellé, ainsi qu'à la partie méridionale du
département du Nkam. Sa superficie est de 11.700 km^ «iviron. La
Sanaga, qui le traverse d'est en ouest, constitue une sorte de ligne
médiane.

Environnement

- Cadre physique Châtre zones découpent le paysage: (1) une plaine maritime organisée
par les cours inférieurs du Wouri, de la Dibamba et de la Sanaga, (2)
une zone de transition à couvert forestier en bordure des hauts-pla­
teaux, (3) les hauts-plateaux eux-mêmes (600 - 700 m d'altitude) où
subsitent quelques lambeaux de forêts primaires, (4) les ressauts
montagneux qui forment une ceinture à la lisière nord et nord-est.

- Climat Le plateau, qui constitue l'essentiel du territoire, est soumis à un


climat équatorial à quatre saisons: deux saisons relativement sèches et
deux pluvieuses. Les précipitations annuelles décroissent à mesure que
l'on s'écarte de la côte, mais atteignent néanmoins 1.500 à 1.750 mm
par an (Champeaud 1973:11).

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


± 1950 158.000 14 (Dugast 1949)

- Répartition La population est concentrée au sud de la Sanaga, où elle se répartit


de façon linéaire le long des routes et des pistes. Au nord et à l'ouest,
le territoire comporte d'importantes zones inhabitées, l'habitat étant
regroupé en villages et hameaux. Il faut souligner que le pays basaa
comprend la banlieue de Douala, ainsi que les agglomérations d'Edéa
(± 25.000 hab.) et d'Eséka (± 10.000 hab.).

- Mobilité La région a été le théâtre d'importants déplacements humains au cours


de ce siècle (Champeaud 1973). Ainsi par exemple, les colonisateurs
allemands et français ont-ils fait appel à une abondante main-d'œuvre
lors de la construction de la voie ferré reliant Douala à Yaoundé. Un
certain nombre de travailleurs se sont définitivement installés le long
du tracé. A la suite de la révolte upéciste de 1957, menée par un
leader basaa, l'armée a par ailleurs organisé des regroupements forcés
dans certaines zones. Enfin, les régions méridionales connaissent un
important exode rural.

46
- Parenté Le mariage, virilocal, intervient en principe au moment de la puberté.
La future épouse est imposée au jeune homme par ses proches parents
(père, grand frère ou oncle maternel). La compensation matrimoniale,
versée aux parents de l'épouse, était généralement constituée de houes,
de poudre, de chèvres ou de sel gemme. Formellement interdit entre
jeunes gens de même famille ou de familles voisines, le mariage donne
souvent lieu à des déplacements importants, parfois supérieurs à 100
kilomètres (Pouka 1950). La fîliation est patrilinéaire.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Population d'agriculteurs, les Basaa élèvent également des ovi-caprins


et pratiquent la chasse, de même que la pêche collective. Certains
travaillent le bois (sièges, coffres, ...), le fer (houes, machettes,
javelots et autres armes de diasse) ou fabriquent de la poterie.

- Culture La production vivrière comprend à la fois des tubercules (macabo,


manga, ignames), des "graines" (matop, ngond, haricot vert) et des
fruits (melon, ananas, papaye, goyave, mangue). Le maïs, le manioc,
le riz et l'arachide, introduits plus récemment, connaissent im succès
grandissant.

- Répartition Ici, comme dans la plupart des groupes étudiés, les hommes sont
sexuelle responsables du débroussaillage et les femmes des semailles, de la
récolte et de l'entretien des champs. Le travail du fer est réservé aux
hommes, celui de l'argile aux femmes (Pouka 1950).

Activités Au début des années '60, près de 60% des terrains agricoles étaient
modernes consacrés à la culture du cacao (Marticou 1962).

Aspects de la Dans la partie méridionale du pays, le mode de vie est de type urbain;
modernisation les maisons, construites en dur et meublées à l'européenne, sont
raccordées aux réseaux de distribution d'électricité et d'eau courante;
les biens d'importation sont aisément disponibles; un nombre croissant
d'habitants possèdent une voiture; toutes les localités sont desservies
par les réseaux de communication.
Dans la partie septentrionale par contre, et plus particulièrement à
l'extrême est ou à l'extrême ouest, les villages demeiu'ent relativement
enclavés, faute de voies d'accès carrossables.

Organisation Les villages étaient traditionnellemrat peuplés de familles de même


politique origine. La fonction de chef était assumée par un membre de la famille
la plus ancienne. Elle consistait à distribuer les terres, à organiser les
activités collectives (chasse, pêche ou travaux de terrassement) et à
superviser les mariages et les différents rituels. Aujourd'hui, le chef a
perdu une part de son pouvoir et remplit plutôt une fonction d'intermé­
diaire auprès de l'administration régionale.

Eton

Langue eton (Bantu A71). Fait partie de l'ensemble dialectal traditionnellement


appelé beti-fang (voir également Basaa et Bafeuk).

47
Localisation Les limites du territoire correspondent pratiquement au département de
la Lékié, exception faite de la partie septentrionale, formée par im
coude de la Sanaga, et peuplée de Mangisa. Sa superficie est de 3.000
km^ environ.

Environnement

- Cadre physique Constitué en alternance de plateaux et de collines, le pays descend peu


à peu des hauteurs de la région de Yaoimdé vers la plaine de la Sana­
ga. Les deux tiers sud-est sont couverts par la forêt, le tiers restant par
une savane arbustive sillonnée de quelques forêts galeries.

- Climat (voir Basaa)

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


±1950 112.000 37 (Dugast 1949)
1976 250.000 80 (Delpech 1985)

- Répartition (voir Basaa)

- Mobilité Le pays eton est une terre d'émigration. Il conjugue en effet plusieiuï
facteurs favorables à l'exode rural: proximité de Yaoundé, peuplement
dense, saturation des terroirs, monétarisation en extension et niveau
d'instruction élevé dans les couches les plus jeunes (Delpech 1985:26-
2-3).

- Parenté Le mariage est patrilocal, la fîliation patrilinéaire.

Activités
traditionnelles

- Secteur Comme le souligne Delpech, la vocation du pays est exclusivement


agricole: 96% des habitants sont des paysans (1985:262). La pêche,
pratiquée collectivement par les femmes, occupe toutefois une place
importante, notamment dans les régions septentrionales. L'artisanat de
la poterie est encore pratiqué dans certains centres.

- Culture ( voir Basaa, Bafia et Sanaga)

Activités Aujourd'hui, le cacao constitue la principale production du pays. A ce


modernes titre, celui:ci occupe une place prépondérante dans l'économie agricole
du Cameroun.

Aspects de la Située dans la sphère d'influence de Yaoundé et trav^ée de part en


modernisation part par l'axe goudronné qui relie cette agglomération à BaHa et aux
villes du nord-ouest, la région jouit d'une infrastructure moderne
(électricité dans de nombreuses localités) et comporte plusieurs centres
à vocation commerciale où l'on trouve tous les produits d'importation.

Organisation Comme c'est le cas chez les Ewondo, la société eton est acéphale et
politique traditionnellement organisée autour des lignages. Le pouvoir revient
aux ainés, qui exercent un contrôle foncier et organisent les alliances
matrimoniales.

48
VUtC (également désignés sous le nom de Wute ou Babute)

Langue v-u-te (Mambiloïde) (voir Mambila)

Localisation Le territoire est bordé au sud par la Sanaga, au nord par les contreforts
de l'Adamawa, à l'est par le Djérem et à l'ouest par les cours du
Mpem et du Ndjim. Sa superficie est de 12.000 km^ environ.

Environnement

- Cadre physique Le paysage constitue une transition entre la forêt équatoriale et les pla­
teaux de l'Adamawa. Depuis la Sanaga jusqu'au rebord méridional de
cette formation (à la hauteur de Lintê et de Yoko) s'étend une péné­
plaine faiblement inclinée, couverte d'une mosaïque de savanes et de
galeries forestières (devenant de plus en plus denses dans la partie
méridionale). Sur les plateaux septratrionaux (plus de 1.000 m d'altitu­
de), le couvert est de type savanicole, avec encore quelques galeries
forestières le long des cours d'eau.

- Climat (voir Gbaya)

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


±1950 16.000 1.3 (Dugast 1949)
1976 10.000 0,8 (Siran 1980)

- Répartition Quelques 50 villages et hameaux sont regroupés le long des pistes


reliant respectivement Nguila à Sengbé, Yangba à Yoko (via Linté) et
Yoko à Nanga-Eboko. En-dehors de ces axes, le pays est pratiquement
inhabité.

- Mobilité Peuple de guerriers ayant pris part à la traite des esclaves, les Vute
seraient originaires de la région de Tibati. Ils n'auraient cessé de
s'étendre vers le sud et d'effectuer des raids dans les populations Beti
et apparentées qu'à l'arrivée des colonisateurs allemands (Siran 1981a).
Aujourd'hui, bon nombre de communautés se sont repliées sur elles--
mêmes ou connaissent un exode massif vers les principales villes du
pays. En une soixantaine d'années, par exemple, les populations de
Nguila et Linté ont été respectivement divisées par un facteur 10 à 12
(Siran 1980:56).

- Parenté Le mariage, généralement virilocal, est proscrit à l'intérieur du lignage


mais courant à l'intérieur du clan. La fîliation est matrilinéaire (Siran
1981b).

Activités
traditionnelles

- Secteurs Si la chasse constituait - avec la guerre - la principale activité mascu­


line au début du siècle (Sieber 1925), elle n'est plus pratiquée au­
jourd'hui que par quelques spécialistes (Siran 1980). La pêche (œllec-
tive ou individuelle) demeure une ressource importante, mais l'essentiel
du régime alimentaire provient de l'agriculture.

49
En ce qui concerne les activités artisanales, seules la fabrication de
nattes et de poteries est encore assurée, la seconde de façon sporadi­
que.

- Culture Les principaux produits vivriers sont le maïs, le manioc, l'arachide, le


sésame et, dans une moindre mesure, la banane plantain, le macabo,
l'igname et le riz. Le mil constituait autrefois un aliment de base; il a
été remplacé par le riz et, plus récemment, par le manioc (Siran 1980,
1981a).

- Répartition Les hommes préparent les terres cultivables, collaborent aux semailles
sexuelle et à l'ratretien des champs. Les femmes assurent la récolte et s'occu­
pent seules de la culUue des arachides et du manioc. Elles pratiquent
également la pêche au barrage, tandis que les hommes se limitent à la
pêche 'aux hameçons'.

Activités La culttire commerciale du riz a été encouragée par l'administration


modernes coloniale et a connu un certain succès jusqu'au moment de l'indépen­
dance, époque à laquelle le cours de ce produit s'est effondré. Les
tentatives ultérieures de développer la culture du cacao ont pratique­
ment échoué. Siran (1980), comme Dugast (1949), stigmatisent le repli
économique des Vute. Ainsi par exemple, la raffinerie de sutre de
Mbandjok a-t-elle été pratiquement boycottée par les travailleurs locaux
(90% de la main-d'œuvre est issue des populations voisines). Rares
sont les femmes vute sur le marché de cette localité: il semble bien que
ce soit un rejus catégorique de particper au développement qu 'expri­
ment à Mbandjock les Voûté, où ils manifestent une nette tendance à
s'isoler de l'autre côté de la route (Siran 1980:34).

Aspects de la L'infrastructure routière, mise en place par les colonisateurs, a été à ce


modernisation point négligée que la plupart des localités sont aujourd'hui inaccessi­
bles. Linté, par exemple, ne peut être atteint en voiture. Il s'ensuit que
les produits d'importation et les matériaux de construction moderne ne
sont disponibles que dans les communautés situées le long de la piste
reliant Ntui à Tibati.

Organisation Les lignages ont toujours constitué la principale armature sœiale et


politique politique. Toutefois, en raison des activités militaires du XIXe siècle,
certains villages sont devenus de véritables "principautés guerrières"
(Siran 1980:52) organisées autour d'un chef omnipotent. La pacifica­
tion allemande a porté un coup fatal à cette nouvelle forme d'organisa­
tion, les Vute apparaissant depuis lors comme une peuple totalement
déstructuré.

Gbsya. (également désignés sous le nom de Baya).

Langue gbaya (une des seules langues qui n'appartienne pas au groupe Be-
noué-Congo dans cette étude). Les parlers gbaya font partie de la
branche oubanguienne du groupe Adamawo-Oubangui de la famille
Niger-Congo (Boyd 1989).

50
Localisation Les Gbaya peuplent un vaste territoire, s'étendant de part et d'autre
de la frontière entre le Cameroun et la République Centrafricaine. Sa
superficie totale est de 400.000 km^ environ, dont 130.000 km^ du
côté camerounais. Au Cameroun, sa partie méridionale est constituée
d'une bande de soixante kilomètres de large environ, qui s'évase vers
l'ouest, jusqu'à hauteur de la ville de Tibati, en longeant au nord les
falaises septentrionales du massif de l'Adamawa. A cette latitude, son
extension méridienne atteint près de 200 kilomètres.
Quelques enclaves sont signalées au sein des territoires mkako et
fulani.

Environnement

- Cadre physique Pays de hauts-plateaux culminant à 1.300 m dans le nord et s'abais­


sant peu à peu jusqu'à une altitude de 400 m vers le sud. Deux
systèmes de collines s'orientant nord-sud, dominent le paysage à l'est
et à l'ouest. Quelques vallées importantes apparaissent dans la partie
centrale. La région est un des noeuds hydrographique du Cameroun
(bassin de la Mbéré au nord, bassin du Djérem à l'Ouest, bassin de la
Boumbé au sud-est).

- Climat Dans la partie septentrionale, le climat est de type soudanien ou


tropical-humide (précipitations comprises entre 900 et 1.500 mm). Il
présente ici certains traits continentaux, notamment d'importantes
variations entre les températures diurnes et nocttimes. Dans la partie
méridionale, en revanche, le climat est de type guinéen à quatre
saisons (précipitations comprises entre 1.500 et 2.000 mm).

Ces différences climatiques ont des répercussions sur le biotope; au


nord s'étend une immense savane herbacée, émaillée de quelques
galeries forestières de 20 à 30 m de large seulement; vers le sud, les
forêts galeries s'épaississent pour se transformer en massif; la partie
occidentale constitue une zone de transition entre ces deux couverts.

Population (Les chiffres concernent uniquement la frange camerounaise de la


population).

- Effectifs Date Effectif Densité Source


± 1950 66.000 0.5 (Dugast 1949)
1976 100.000 0,8 (Copet-Rougier 1987)

- Répartition L'implantation humaine est très inégale. La population se concentre


dans 5 poches principales, situées respectivement autour de Tibati
(nord-ouest), Meiganga (nord-est), Bétaré Oya (centre), Bertoua
(sud-ouest) et Batouri (sud-est). Les territoires compris entre ces
zones sont pratiquement inhabités, ce qui explique la très faible
densité moyenne de peuplemrat.

- Mobilité Les Gbaya seraient originaires d'une zone située au nord et à l'ouest
de l'Oubangui (République Centrafrïcaine). Leur extension vers
l'ouest, vraisemblablement entamée au début du XIXe siècle, se serait
réalisée en plusieurs vagues successives (Bumham 1981, Bumham et
al. 1986, Dugast 1949, Tessmann 1934b). Se heurtant d'abord aux
Fulani et aux Vute, leur progression aurait été interrompue par les
colonisateurs allemands. Il faut noter que cette population reste très

51
mobile, comme en témoigne par exemple la présence de nombreuses
familles gbaya sur les territoires banen et bassa.

- Parenté Société patrilocale et patrilinéaire, les Gbaya pratiquent l'exogamie de


clan (Bumham et al. 1986). Les observations effectuées sur le terrain
montrent que les femmes, après leur mariage, ont tendance à s'instal­
ler à une grande distance du lieu de naissance.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Activité prédominante au début du siècle (Tessmann 1934b), la chasse


continue a être pratiquée de façon intensive, notamment dans les
parties occidentale et méridionale du pays. L'essentiel du régime
alimentaire repose toutefois sur les produits de l'agriculture. L'artisa­
nat de la poterie est toujours florissant, de même que la confection de
nattes et de paniers. La métallurgie, par contre, s'est complètement
éteinte.

- Culture Les principaux produits vivriers sont le maïs et le manioc.

Activités A la fîn du XIXe siècle, les Gbaya entret^aient d'étroites relations


modernes commerciales avec les Fulani. Pourvoyeurs d'esclaves, d'outils en fer,
d'ivoire, de plumes de perroquet et de cola, ils recevaient en échange
des vêtements, du sel, des perles, du savon, du tabac, quelques
chevaux et du bétail (Burham 1981). Au début de la période colonia­
le, ces échanges ont été remplacés par l'exploitation et le commerce
du caoutchouc. Aujourd'hui, malgré l'importance des exploitations
aurifères (région de Bétaré Oya), le pays gbaya est peu intégré à
l'économie nationale.

Aspects de la Les principales localités sont desservies par un réseau de pistes en bon
modernisation état. On y trouve l'essentiel des produits d'importation et un secteur
tertiaire naissant. Les villages et les hameaux, constituant l'essentiel
du pays, demeurent relativement enclavés. U faut souligner que le
territoire gbaya est une des rares zones du Cameroun méridional où
l'habitat a conservé sa forme traditionelle (cases circulaires couvertes
d'un toit de chaume).

Organisation Les Gbaya, comme les Mkako, forment une société relativement
politique égalitaire. La vie sociale et politique s'articule autour des clans
patrilinéaires. Dans la partie méridionale, cependant, de véritables
chefferies se sont formées et le cadre politique est plus fortement
centralisé (Bumham étal. 1986, Copet-Rougier 1987).

ICcpcrC (également désignés sous les noms de Mbum et Gbete)

Langue gbet5. Appartient à la branche Adamawa du groupe Adamawo-Ouban-


gui de la famille Niger-Congo (Boyd 1989). (Voir aussi Gbaya).

Localisation Situé au nord-ouest de Bertoua, le territoire s'étend de part et d'autre


du cours inférieur de la Sanaga et de son affluent le Lom. Sa superfi­
cie est de 3.500 km* environ.

52
Environnement

- Cadre physique Le territoire appartient à la partie septentrionale du plateau sud-came­


rounais, qui s'abaisse doucement vers la cuvette congolaise. Le
paysage constitue une transition entre la forêt équatoriale et les
savanes de l'Adamawa. Dans les parties méridionale et occidentale, le
couvert est de type forestier. Plusieurs poches de savane arbustive
apparaissent au centre et au nord.

- Climat (voir partie méridionale du pays gbaya)

Population

- Répartition Les quelques vingt villages et hameaux kepere sont disséminés le long
des pistes reliant respectivement Deng Deng à Haman, Deng Deng à
Woutchaba et Woutchaba à Giwa.

Remarque A ma connaissance, aucune étude n'a encore été consacrée aux


Kepere. L'existence de ce groupe est signalée par Dugast (1949),
Bumham et al. (1986) et Copet-Rougier (1987), qui lui attribuent ime
origine plus septoitrionale et associent ses déplacements à ceux de
certains clans gbaya. L'installation des Kepere dans la région remon­
terait à la fin du XIXe siècle.

Pol

Langue pori (Bantu A92). Selon Dieu et Renaud (1983), le groupe A90 se
différencie par des traits morpho-syntaxiques et lexicaux des autres
langues bantu de la zone A.

Localisation La population se répartit en deux enclaves, respectivement situées (1)


au nord de Bertoua, le long de la route Bertoua -Daig Deng, entre les
villages de Dondi et Honan (ou Ona); (2) au sud de Bertoua, le long
de la piste Doumé-Batouri, autour des villages de Petit Pol et Grand
Pol. La superficie cumulée atteint environ 1.500 Km*.

Environnement

- Climat (voir partie méridionale du pays gbaya)

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


±1950 2.200 1.5 (Dugast 1949)

- Répartition Les villages et hameaux sont regroupés le long des trois seules pistes
qui traversent les enclaves.

Activités Aucun renseignement n'est disponible. Les obsm^ations réalisées sur


traditionnelles le terrain donnent à penser que l'économie n'est guère différente de
celles des Gbaya et des Mkako.

53
ICwâ.kui11 (également désignés sous les noms de Bakum, Pakum ou Akpwakiun).

Langue kwakiun (Bantu A93) (voir Pol).

Localisation La population se répartit en deux enclaves, respectivement situées au


nord et au sud de Bertoua (en bordure des deux enclaves Pol). La
première est constituée de 4 villages (Dondi, Nola Mbéten, Yoko
Betougou et Koundi). La seconde s'articule autour de la piste Dou-
mé-Dimako et comprend 6 villages (Goumbéjérong, Kempong,
Loumbou, Tchandja, Kwèn et Toungrelo). La superficie cumulée est
de 500 km^ environ.

Environnement

- Cadre physique (voir Pol)

- Climat (voir partie méridionale du pays gbaya)

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


±1950 6.128 12 (Dugastl949)
- Répartition
Les villages et hameaux sont regroupés le long des trois seules pistes
qui traversent les enclaves.

Activités Aucun renseignement n'est disponible. Les observations réalisées sur


traditionnelles le terrain donnent à penser que l'économie n'est guère différente de
celles des Gbaya et des Mkako.

IVIks.ko (également désignés sous le nom de Kaka).

Langue kak> (Bantu A93) (voir Pol).

Localisation Situé dans la partie orientale du Cameroun, le territoire mkako


s'étend pour l'essentiel sur les bassins de la Kadeï et de la Doumé,
jusqu'à la frontière avec la République Centrafricaine, entre les
quatorzième et quinzième parallèles. Sa superfîcie est de 3.450 km^
environ. Dugast (1949:133), comme Bumham et al. (1986:113),
signalent l'existence d'une enclave mkako en territoire gbaya, regrou­
pant les villages de Dai'guéné, Letté et Boulembé

Environnement

- Cadre physique La région est constituée d'un vaste plateau (± 700 m d'altitude) qui
s'abaisse du nord-ouest au sud-est et se caractérise par la fréquence
des inselbergs et l'abondance des cuirasses femigino-bauxitiques.
Dans la partie septentrionale, le relief est légèrement vallonné et le
couvert de type savanicole; au sud, le paysage, plus accidenté,
marque la transition entre la forêt dégradée et la forêt primaire.

54
- Climat La région est soumise à un climat équatorial à quatre saisons: une
grande saison des pluies de mi-août à début novembre, suivie d'une
grande saison sèche jusqu'à la mi-avril; une petite saison des pluies
en mai-juin et une petite saison sèche en juillet-août. Les précipita­
tions annuelles sont abondantes (1.732 mm à Batouri) et plus élevées
que dans les régions voisines, pourtant situées sous tme même latitu­
de.

Population

- Effectifs Date Effectif Densité Source


1926 30.093 9 (Copet1978)
1976 36.108 10 (Copet1978)

- Répartition La densité est près de trois fois supérieure à celle des territoires
voisins. Selon Copet, cette situation s'expliquerait par des conditions
bio-physiques plus favorables que dans la grande forêt ou les savanes
herbeuses.
L'habitat est regroupé en villages, comprenant de 100 à 500 indivi­
dus, séparés par des zones inhabitées. Nombre de ces villages étaient
autrefois plus importants. Contrairem^t à la politique menée dans
d'autres régions, en effet, l'administration coloniale a forcé l'éclate­
ment des zones d'habitat.

- Mobilité L'économie reposant en partie sur la diasse et la cueillette, les villa­


ges étaient fréquemment déplacés au sein d'un t^toire aux limites
floues. Non astreints à des tâches collectives, les groupes familiaux
disposaient d'une grande autonomie spatiale. Les groupements
territoriaux se sont toutefois stabilisés lors de l'arrivée des colonisa­
teurs.

Activités
traditionnelles

- Secteurs Selon Copet-Rougier (1987:350), les Mkako "combinaient une écono­


mie mixte de chasse-cueillette et d'agriculture (...) dont l'importance
respective a pu varier selon les situations". Néanmoins, le maïs, le
manioc et le plantain constituent la base de leiu* production vivrière.
Parmi les artisanats les plus représentatifs, on relèvera la poterie et la
vannerie.

- Répartition Le système est assez original, puisque les hommes s'occupent entiè­
sexuelle rement de la culture du maïs et destinent celui-ci à la confection
d'une boisson alcoolisée, tandis que les femmes se chargent de la
culture du manioc. Ce dernier fournit l'essentiel de l'alimentation
(Copet 1978).

Activités Au début du XXe siècle, les Allemands ont introduit la collecte et le


modernes commerce du caoutchouc. Cette innovation a engradré des déplace­
ments saisonniers de la population et le développement d'importants
centres commerciaux, tels que Bimba et Ndjassi (Copet 1981).

Aspects de la Le territoire est traversé par la piste reliant Bertoua à Batouri et


modernisation Berberati (en République Centrafricaine). Si les villages situés le long
de cet axe sont aujourd'hui désenclavés, la majeure partie de la popu­
lation est peu touchée par le modernisme. Ainsi par exemple, la

55
mortalité infantile reste-t-elle très élevée et des enquêtes médicales
soulignent le mauvais état de santé de la population, en raison notam­
ment d'une sous-alimentation permanente (Copet 1978).

Organisation La société mkako est traditionnellement acéphale et témoigne d'un


politique idéal égalitaire vigoureusement affirmé (Qjpet-Rougier 1986, 1987).
On observe néanmoins une tendance à la compétition et une appro­
priation du pouvoir par des individus faisant preuve de diarisme et
disposant de ressources matdielles plus importantes. Ce pouvoir
n'est toutefois pas héréditaire.

3. CONTEXTE DE L'ACTIVITE
3.1. Statut des artisans

Quatre situations sont observées:


(1) Dans la plupart des groupes, la fabrication de poteries est assurée par les femmes. Il s'agit
d'une activité de temps libre, menée en marge des tâches agricoles et domestiques. Si les spécialistes
sont aujourd'hui peu nombreuses et regroupées parfois dans certaines localités, elles affirment que
l'on fabriquait autrefois de la poterie dans la plupart des villages. L'activité aurait progressivement
décliné, en raison de la concurrence des produits d'importation et de la volonté des plus jeunes de ne
plus apprendre un métier jugé fatigant et peu lucratif.
Anciennement comme aujourd'hui, aucune femme ne pouvait vivre de ce travail. En commerciali­
sant ses récipients*”, elle s'assurait tout au plus une certaine indépendance financière et pouvait, le
cas échéant, subvenir aux besoins les plus pressants de sa famille. Certaines se contentaient d'ailleurs
de fabriquer de la poterie lorsqu'elles souhaitaient acquérir des 'produits de luxe' (sel, riz, savon,
pétrole, pagnes...), d'autres répondaient uniquement aux commandes de leurs proches ou des habitants
de la région. Les potières résidant aujourd'hui aux alentours des grands marchés ou jouissant d'une
meilleure réputation ont la possibilité d'écouler un plus grand nombre de pièces. Leurs revenus restent
cependant peu élevés et aucune d'elles n'accorde une priorité à ce travail.
Activité d'appoint, tâche essentiellement domestique, le travail de la poterie est accessible à tous,
sans restriction de statut ou de sexe. Il suffit de vouloir apprendre la technique® et de trouver
quelqu'un qui accepte de transmettre ses connaissances (voir paragraphe 3.3.). La plupart des potières
affirment que les hommes peuvent pratiquer l'activité s'ils le souhaitent, mais qu'ils 'n'ont pas le
courage' de réaliser certaines des opérations les plus pénibles (extraction, transport et préparation des
matières premières) ou estiment simplement que ce travail est du ressort des femmes (comme
l'entretien des champs, la récolte ou la confection des paniers). Certains potiers sont pourtant signalés
chez les Mambila, les Bafeuk, les Bafia, les Eton, les Sanaga, les Vute et les Gbaya, et j'ai eu
l'occasion de travailler avec trois artisans masculins en pays banen et vute. Ceux-ci avaient acquis
leurs coimaissances dans les mêmes conditions que les femmes mais n'avaient jamais pratiqué
l'activité de façon régulière.
(2) Chez les Bamum et les Bamileke fe'fe', le travail de la poterie est aujourd'hui l'apanage de

*” Sur les marchés de la région (dans un rayon généralement inférieur à 15 km) ou auprès des membres de sa communauté.
^ D n'y aurait aucune obligation en ce domaine, ce qui explique peut-être le déclin de l'activité.

56
certains centres (Marom et Njikatnkié pour les premiers; Babwantou pour les seconds). Il semble que
l'on ait pourtant fabriqué de la poterie à d'autres endroits, dans un contexte analogue à celui qui vient
d'être décrit.
A Marom comme à Babwantou, la plupart des femmes pratiquent l'activité, réservant tout leur
temps libre à ce travail et se faisant le plus souvent assister de leurs filles ou de leurs parentes. Les
produits sont écoulés sur les marchés hebdomadaires ou destinés aux centres artisanaux des grandes
villes (Foumbam, Bafoussam, Duala, Yaoundé...); toutefois, les revenus demeurent trop peu élevés
pour qu'elles puissent abandonner leurs activités agricoles ou se décharger des tâches domestiques.
Le métier est accessible à tous, mais on notera que plusieurs hommes fabriquent de la poterie à
Marom, alors que ce travail reste une spécialité féminine chez les Bamileke. La présence d'artisans
masculins en pays bamum serait due à l'orientation essentiellement touristique de l'activité et à la
possibilité - réelle ou supposée - de se procurer des revenus plus conséquents que par le passé.
(3) Chez les Nsei de Bamessing, la poterie est fabriquée par les deux sexes et constitue un
important débouché économique. De façon générale, les femmes pratiquent l'activité en marge de
leurs tâches agricoles et domestiques et se spécialisent dans la fabrication de récipients d'usage
courant (cuisson, conservation et transfert des aliments). Les hommes, moins nombreux, réalisent
également ce type de produit, mais se limitent en général à la fabrication de récipients de prestige et
de cérémonie, de masques et de figurines en argile. Plus de la moitié d'entre eux pratiqueraient
l'activité à plein temps (Knecht, com. pers.).
La poterie de Bamessing était autrefois exportée sur l'ensemble du plateau de Bamenda ainsi que
dans la plaine de Ndop (Wamier 1985). Elle était principalement échangée contre de l'huile de palme.
Aujourd'hui, les récipients sont destinés la consommation locale ou exportés sur les marchés
artisanaux de Bamenda, de Foumbam, de Yaoundé et de Duala. L'activité a été redynamisée dans le
courant des années '70, suite à l'installation d'un atelier de poterie dans le village, sous l'égide de la
mission presb5^érienne suisse*”. Pourvus de tours mécaniques et de fours à bois, plusieurs hommes
y travaillent, qui effectuent des copies de récipients traditionnels.
(4) Chez les Yamba, la fabrication de poterie est assurée par les hommes, les femmes n'ayant pas
le droit d'apprendre la technique ni même de prendre part aux différentes étapes de la chaîne
opératoire. Des nombreux témoignages recueillis sur le terrain, il ressort que deux villages seulement
étaient (et sont encore) spécialisés dans ce travail. Jusqu'au milieu de ce siècle, l'ensemble des
hommes pratiquaient l'activité, y consacrant tout leur temps et échangeant leurs produits dans les
communautés voisines, contre de l'huile de palme, des outils en fer, des sacs, ou des produits
vivriers. Certains possédaient un champ, cultivé par leur femme; d'autres vivaient exclusivement de
ce travail. Pour s'assurer des revenus réguliers, ils devaient exercer un monopole absolu sur l'activité.
C'est la raison pour laquelle les femmes étaient tenues à l'écart: en s'installant dans d'autres villages
après leur mariage, elles auraient diffusé leurs connaissances, rompant ainsi le monopole des deux
centres de production.
De nos jours, quelques hommes seulement fabriquent encore de la poterie, chacun d'eux se
consacrant essentiellement aux travaux d'agriculture. Ce déclin rapide serait du â la concurrence des
produits d'importation et à un mouvement d'émigration vers les zones méridionales du pays, plus
propices à la culture du café et du cacao.

Prespot Nsei, Presbyterian Pottery Project.

57
3.2. Organisation du travail

La situation varie à nouveau d'un individu ou d'une population à l'autre, sans relations obligées avec
les contextes économiques ou géographiques.
(1) La plupart des personnes interrogées jugent préférable de fabriquer de la poterie en saison sèche
(de novembre à mars environ). C'est à ce moment que les périodes d'ensoleillement sont les plus
longues, les récipients séchant alors de façon plus rapide et plus homogène, et pouvant demeurer à
l'extérieur en l'absence des artisans. D'autre part, certains prélèvent l'argile aux abords de cours
d'eau ou de marécages: l'opération est beaucoup moins pénible lorsque le niveau de l'eau a baissé ou
lorsque le sol n'est pas détrempé. Enfin, c'est au moment de la saison sèche que les femmes ont le
plus de temps libre, en raison de l'interruption ou de la réduction des travaux agricoles.
A l'exception de deux potières djanti, tous les artisans reconnaissent toutefois qu'il leur arrive de
fabriquer de la poterie à d'autres moments, pour répondre à une commande, par exemple, ou pour
faire face à des difficultés financières. U suffit alors de prendre certaines précautions lors du
séchage**' et de subordonner son travail aux tâches de première nécessité.
(2) Dans une série de populations®, l'ensemble ou une partie des artisans estiment que l'on peut
travailler toute l'année, indépendamment des conditions météorologiques. Certains se constituent
simplement des réserves d'argile en saison sèche - à la fois parce que les gisements sont plus
accessibles et parce qu'ils sont moins pris par leurs activités agricoles - ou évitent de travailler
lorsqu'il pleut ou lorsque le soleil est trop intense (en ce cas, il s'agit d'empêcher que les récipients
ne se fendent, suite à une séchage trop brutal). D'autres ont l'habitude d'effectuer une précuisson
durant les périodes humides, tout particulièrement s'ils souhaitent s'en tenir à un cycle de production
de 7, 8 ou 10 jours (en fonction des marchés hebdomadaires; Bamum et Bamileke).
(3) Chez les Gbaya, les Sanaga et les Eton, certaines potières évitent de travailler durant la saison
sèche. Les premières expliquent que le vent est assez violent en cette période et qu'il risque
d'endommager les récipients lors de la cuisson. Les secondes (Sanaga, Eton) craignent par contre les
feux de brousse, estimant que le bruit des herbes et des arbustes qui se consument peut entraîner des
accidents de cuisson.
On notera, enfin, qu'aucun artisan ne dispose d'un emplacement particulier pour effectuer son
travail. La plupart s'installent à domicile, devant ou derrière leurs cases, certains s'isolant pour éviter
les visites incongrues ou la présence de personnes potentiellement impures®. D'autres travaillent
dans leur champ, devant l'abri qui leur sert de grenier et d'habitation temporaire. En ce cas, il s'agit
de se rapprocher des gisements d'argile, d'éviter d'être dérangé et/ou de pouvoir combiner l'activité
de la poterie aux tâches agricoles. Quel que soit, l'endroit où se déroule l'activité, l'emplacement est
le plus souvent ponctuel et rien ne permet de différencier l'habitation ou la plantation d'un artisan de
celui ou celle des autres membres de sa communauté.

Voir le chapitre consacré à la cuisson.


^ Yamba, Bamileke, Bamum, Tikar, Bafeuk, Eton et Gbaya.
Voir le chapitre consacré aux interdits.

58
3.3. Apprentissage des techniques

Les informations demeurent superficielles car l'apprentissage de la poterie constitue aujourd'hui im


évènement exceptionnel au sein de la zone d'étude. Lors de mes enquêtes, j'ai demandé à chaque
artisan de me décrire le contexte dans lequel il avait acquis ses connaissances et de nommer la
personne qui les lui avait transmises, en spécifiant son lien de parenté et son origine. Je leur ai
également demandé d'indiquer l'endroit où s'était déroulé cet apprentissage, d'en préciser l'époque
et d'expliquer, le cas échéant, dans quelles circonstances ils avaient été obligés de modifier leur
comportement.
Parallèlement, j'ai eu l'occasion d'observer quatre séances d'apprentissage, après avoir persuadé
certaines potières de prendre leur fille, une jeune parente ou une voisine pour apprentie. Ces
observations complètent les témoignages recueillis lors de l'interview et permettent d'apprécier les
modalités d'apprentissage dans les populations du Cameroun méridional^*\

3.3.1. Identité des instructeurs

La quasi-totalité des personnes interrogées (n = 77) affirment avoir acquis leurs connaissances auprès
d'un parent. Comme on le voit sur la figure 4, il s'agit le plus souvent d'un membre de la famille
nucléaire (mère, père, soeur), de la famille étendue (grand-mère, tante, oncle) ou, dans une plus
faible mesure, de la famille par alliance (coépouse, belle-mère, coépouse de la mère). Cinq artisans
seulement ont effectué leur apprentissage auprès d'une personne non apparentée. En ce cas, il
s'agissait aussi bien d'une voisine ou d'une amie que d'une personne ayant simplement servi de
modèle et avec laquelle aucune relation n'a été nouée ([Bafeuk/ASE.Ol], [Banen/DIK.Ol])®.

E] MERE/PERE

B SOEUR

□ GRAND-MERE

0 TANTE/ONCLE

□ COB=OUSE

B BELLE-MERE

S COEPOUSE DE LA MERE

□ AUTRE FEMME/AUTRE HOMME

n=77

FIGURE 4: Identité des instructeurs chez les artisans interrogés.

Toutes les données sont réunies en annexe du volume consacré à la description des chaînes opératoires.
^ Pour ne pas alourdir le texte, les individus sont désignés par le nom de leur groupe et par tm code symbolisant le village
dans lequel ils ont été observés. Ceux-ci sont détaillés dans les chapitres consacrés à la description des chaînes opératoires.

59
En ventilant les données suivant le sexe de la personne interrogée, on observe le même mode de
distribution chez les femmes (n = 64), à ceci près qu'aucun instructeur n'est de sexe masculin. Chez
les hommes (n = 13), les possibilités se réduisent*’’ mais la préférence pour les parents biologiques
reste très marquée. Ainsi, huit potiers ont effectué leur apprentissage auprès de leur père, trois autres
auprès de leur mère et les deux derniers auprès de leur oncle ou d'une personne non apparentée. On
se souviendra que la majorité des artisans masculins sont des Yamba (n = 9), un groupe dans lequel
l'activité est réservée aux hommes et se transmet le plus souvent de père en fils ou d'oncle à
neveu®. A l'exception de [Vute/NUL.02], les autres potiers ont appris la technique auprès de leur
mère, dans un contexte où l'activité est traditionnellement aux mains des femmes (Banen, Vute) ou
pratiquée par les deux sexes (Nsei). Si une femme peut transmettre ses connaissances à un homme,
il semble donc que l'inverse ne soit pas vrai.
En termes ethnolinguistiques, les rapports entre l'instructeur et l'apprenti sont le plus souvent
homogènes au sein de la zone d'étude. Six artisans (± 8%) seulement ont acquis leurs connaissances
auprès d'une personne originaire d'un autre groupe que le leur, n s'agissait alors de leur mère (n =
3), de leur grand-mère maternelle (n = 1), de leur coépouse (n = 1) ou d'une amie (n = 1), ces
femmes - généralement issues d'une population limitrophe - s'étant déplacées suite à leur mariage.
Enfin, on notera que le choix de l'instructeur ne répond à aucune règle préétablie. Il s'agit en
général d'une personne que l'apprenti fréquente de façon régulière et, lorsqu'un choix est possible,
de la personne avec laquelle il entretient les meilleures relations. Ainsi par exemple, une fillette
préfèrera-t-elle travailler avec sa grand-mère plutôt qu'avec sa mère ou une autre choisira-t-elle
d'effectuer son apprentissage avec sa soeur, bien que la plupart des membres de sa famille pratiquent
l'activité.

3.3.2. Age d'apprentissage

Les données relatives à l'âge d'apprentissage étant souvent imprécises, j'ai regroupé les réponses en
larges catégories (enfance [< 12 ans]; adolescence [13 > 18 ans]; âge adulte [> 19 ans]) et
confrontré celles-ci sur un diagramme circulaire (figure 5).
On voit que plus des deux tiers des artisans ont acquis leurs connaissances étant encore enfants
(vers l'âge de 8-10 ans pour la plupart). Parmi ceux qui ont effectué un apprentissage plus tardif -
et tout particulièrement à l'âge adulte - d'aucuns expliquent qu'ils est normal d'acquérir son savoir-
faire durant l'enfance, mais qu'ils n'ont pas eu l'occasion de côtoyer un spécialiste â cette époque,
ou qu'ils n'étaient pas encore suffisamment 'motivés'.
Deux potières® auraient cependant été contraintes de postposer leur apprentissage jusqu'à leur
mariage, alors qu'elles avaient la possibilité et le désir de l'effectuer plus tôt. Craignant en effet que
ce travail ne les rende stériles®, leurs mères les avaient empêchées d'extraire l'argile ou de façonner
des récipients, les laissant tout au plus prendre part â l'étape de cuisson.
n s'agit du seul exemple de restriction que j'ai rencontré sur le terrain.

Probablement en raison de la taille de l'échantillon disponible.


L'un des potiers a pourtant effectué son apprentissage auprès d'une personne non apparentée, mais il s'agissait d'un ami
de son père.
® [Bafeuk/ASE.Ol], [Balom/UZI.Ol].
Voir le chapitre relatif aux interdits.

60
■ ENFANCE ■ ADOLESCENCE ffl AGE ADULTE

FIGURE 5: Epoque à laquelle les artisans interrogés ont effectué leur apprentissage.

3.3.3. Modalités d'apprentissage

Quoique l'apprentissage des techniques ne paraisse faire l'objet d'aucune formalisation, on peut y
distinguer deux phases, selon qu'il s'agit d'acquérir un savoir ou un savoir-faire. Les connaissances
empiriques et symboliques, c'est-à-dire les 'recettes' de fabrication, les critères de sélection des
matériaux, la localisation des zones d'approvisionnement et les interdits touchant à certaines étapes
du processus de manufacture, s'acquièrent en effet sur le tas, de façon passive, en prenant part au
travail d'un spécialiste. Il faut noter que cette assistance s'inscrit le plus souvent dans un contexte de
participation collective aux travaux de la maisonnée (ou du voisinage) et que rien, à ce stade, ne
permet de distinguer l'apprentissage de la poterie de celui des autres activités. Filles et garçons
peuvent d'ailleurs être mis à contribution, quand bien même ce travail est l'apanage d'un sexe.
Progressivement, le futur apprenti se familiarise avec le déroulement de la chaîne opératoire et
apprend à gérer certaines opérations, telles que le prélèvement et la préparation des matières
premières, la mise en place de la structure de cuisson ou les traitements postérieurs à la cuisson. Ces
opérations ne demandent en fait aucune aptitude motrice ou intellectuelle particulières.
S'il ne montre pas un intérêt plus marqué ou s'il ne continue pas à côtoyer im spécialiste, ses
connaissances ne dépasseront guère ce stade. C'est la raison pour laquelle il n'est pas rare de
rencontrer des personnes n'ayant jamais pratiqué l'activité mais capables néanmoins de localiser un
site d'extraction, de préparer les matériaux et de décrire, dans les grandes lignes, les principales
étapes du processus de manufacture. Le cas échéant, les artisans peuvent les charger de collecter
l'argile ou le combustible à leur place.
Dès la phase suivante, l'apprentissage prend une tournure active et suppose une réelle motivation,
tant de la part de l'apprenti que de celle de l'instructeur. Il s'agit en effet d'acquérir les conduites
motrices liées à l'étape de façonnage et tout semble indiquer que cette acquisition ne puisse se faire

61
par simple imitation ou par essai et erreur.
L'enfant ou l'adolescent joue*** d'abord à imiter l'adulte, récupérant quelques poignées d'argile
et s'efforçant de confectionner un récipient. Toutefois, il éprouve d'inévitables difficultés, car l'argile
ne se prête pas à toutes les manipulations: les parois de l'ébauche se déforment au fur et à mesure
qu'il en accroît la taille, les pressions exercées sont tantôt trop faibles, tantôt trop fortes, les parties
du profil se désolidarisent, la forme finale du récipient demeure très irrégulière, etc.
En fonction de son entêtement, de ses capacités mais également de la relation entretenue avec
l'instructeur, ce dernier va progressivement abandonner son rôle de modèle et montrer à l'apprenti
les gestes et les postures qu'il doit adopter s'il souhaite surmonter ses échecs. A cet effet, il s'installe
à ses côtés, l'interrompt constamment pour rectifier une erreur ou un geste maladroit et, le cas
échéant, prend ses mains dans les siennes afin de décomposer les mouvements.
Selon les personnes interrogées, cette phase d'interaction entre l'instructeur et l'apprenti dure
quelques semaines à quelques mois, au terme desquels l'ensemble des conduites motrices liées à
l'étape de façonnage sont enseignées. Tout semble indiquer que ce transfert entraîne une véritable
reproduction du comportement technique, d'une part parce que l'instructeur n'a d'autres alternatives
que de montrer ses propres gestes pour aider l'apprenti à progresser, et d'autre part parce que ce
dernier ne maîtrise pas encore suffisamment la matière pour se permettre d'improviser ou de modifier
les conduites motrices qui lui sont enseignées.
Continuant à s'exercer, il intègre progressivement l'ensemble des gestes jusqu'à ce que ceux-ci
deviennent, comme pour son instructeur, des automatismes difficilement modifiables. Ce stade serait
atteint au bout d'un ou deux ans.

3.3.4. Diffusion spatiale des connaissances

L'étude des filières et des modes d'apprentissage permet d'apprécier la diffusion verticale des
connaissances, c'est-à-dire leur transmission de génération à génération. Il reste à aborder la question
de leur diffusion spatiale et celle-ci est évidemment liée à la mobilité des artisans.
Comme on le voit sur la figure 6, la quasi-totalité des personnes interrogées (86%) ont appris à
fabriquer de la poterie dans leur village natal. Toutefois, près de la moitié d'entre elles (41%) résident
aujourd'hui dans ime autre localité.
Parmi les personnes restantes, la plupart (10%) ont acquis leurs connaissances après avoir quitté leur
village natal, suite à un mariage (et il s'agit de la situation la plus fréquente) ou parce que leur famille
avait changé de lieu de résidence®. Trois artisans seulement se sont déplacés pour apprendre à
fabriquer de la poterie, revenant ensuite s'installer dans leur village natal. En ce cas, l'apprentissage
a eu lieu lors d'im séjour effectué chez un parent ou lors d'tme installation temporaire dans une autre
communauté.
Au total, 45% des personnes interrogées pratiquent donc l'activité dans un village différent de celui
où s'est déroulé l'apprentissage.
Pour apprécier l'importance des déplacements, j'ai calculé les distances à vol d'oiseau séparant les

La plupart des personnes interrogées insistent sur le caractère initialement ludique de cene phase de l'apprentissage. Elles
affirment n'avoir qu'ultérieurement pris conscience des revenus que pouvait leur procurer le travail de la poterie.
® [Djanti/GOR.Ol], [BalomAJZI.Ol], [Vute/OUM.Ol].

62
FIGURE 6: Mobilité par rapport au lieu d'apprentissage chez les artisans interrogés.

lieux de résidence actuels des lieux d'apprentissage (figure 7). On voit que la mobilité est de faible
amplitude: plus de la moitié des artisans se sont déplacés dans un rayon de 25 km, plus des trois
quarts dans un rayon de 50 km (un tiers au moins des distances sont d'ailleurs inférieures à 10 km).

DISTANCE (KM)

FIGURE 7; Distance séparant le lieu de résidence actuel du lieu d'apprentissage lorsque ce dernier est différent.

En ce qui concerne les distances parcourues par les instructeurs (figure 8), la distribution est
pratiquement identique, avec un net regroupement des valeurs dans l'intervalle compris entre 1 et 50
km. Toutefois, il s'agit toujours de la distance séparant le lieu de résidence du lieu de naissance, car
aucun artisan n'a été capable de préciser l’endroit où son instructeur avait effectué son apprentissage.

63
DISTANCE (KM)

FIGURE 8: Distance séparant le lieu de résidence du lieu de naissance des instructeurs lorsque ce dernier est différent.

Afin de déterminer l'extension spatiale des filières d'apprentissage, j'ai schématisé les déplacements
sur la carte de répartition ethnolinguistique, en indiquant le lieu de résidence et d'apprentissage des
artisans ainsi que le lieu de naissance de leur instructeur (figure 9). On constate que l'absolue majorité
des déplacements s'effectuent dans les limites des territoires ethnolinguistiques, quand bien même ces
derniers sont de petite Uiille. En d'autres termes, les connaissances circulent essentiellement de façon
intra-ethnique.
Seules les potières gbaya dépassent fréquemment les limites de leur territoire et parcourent
d'ailleurs des distances beaucoup plus importantes que les artisans des autres groupes^“. On notera
que le pays gbaya est ime des régions les moins peuplées du Cameroun (la distance entre les villages
est parfois supérieure à 100 km) et qu'il s'agit d'une population extrêmement mobile (Dugast
1949:140).
D'autre part, il est probable que les déplacements soient aujourd'hui plus importants qu'ils ne
l'étaient par le passé, non seulement parce que les voies et les moyens de communication se sont
améliorés, mais également parce que le contexte socio-économique a changé, certaines régions
connaissant un exode rural important, d'autres étant colonisées par les cultivateurs de café et de cacao.

3.3.5. Remarques

Si la situation observée au sud du Cameroun est souvent comparable à celle qui prévaut dans les
autres zones du continent®, certaines populations restreignent le choix des instructeurs ou imposent
de sévères contraintes sur le déroulement de l'apprentissage ou l'époque à laquelle il peut avoir lieu.
Ailleurs, l'activité de la poterie ne peut être pratiquée que par certaines familles, certains groupements
sociaux ou ethnolinguistiques, ou certaines communautés, cette situation ayant évidemment un impact

Toutes les valeurs supérieures à 75 km (figures et ) ont été relevées dans cette population.
® Voir, par exemple, Bedaux (1983), David & Hennig (1972), Delneuf (1987), Ibigbami (1984), Kanté & Emy (1993),
Krause (1985), Nicklin (1979), O'Hear (1986), Okpoko (1987), Pinçon (1984), Quarcoo & Johnson (1968), Waane (1977).

64
sur l'extension spatiale des filières d'apprentissage.
Chez les Luo du Kenya par exemple, les femmes se marient généralement en dehors de leur
communauté et subissent, sous la supervision de leur belle-mère, un véritable processus de
'resocialisation'.

Potting is one of the things a new wife may be expected to learn. If a woman marries into a homestead of potters,
she may eventually be expected to join in this activity to demonstrate that she is wiUing to take up ber
responsabilities by working hard to provide for her family and to show that she does not consider herself too good
to participate in such work. (...) Leaming to pot in this context, of course, aiso means leaming to pot in the local
way. Mucb as non-potter women will leam to use the local names for pots and 'unieam' the names they used to
employ, potters will leam to reproduce the local forms and apply décoration from a limited répertoire used in the
community. (...) Significantly,... even those whose mothers were potters almost always conform to the local pattern.
This is both because they probably did not really leam the craft in eamest from their mothers and because they are
profoundly influenced by the women working around them in their husband's home and in neighbouring homestead
in the community (Herbich 1987:200-1).

Chez les Senufo-Kpeenbele de Côte d'ivoire, les filles n'ont pas le droit d'apprendre à fabriquer de
la poterie avant leur mariage, d'une part parce que les potières plus âgées tiennent à conserver leur
monopole, et d'autre part, parce que l'on craint

that a skilliul young potter might be able to eam an 'indépendant income'. This would go against the values of
traditionnal Senufo society, which is based on age-class hierarchy in which elders rule juniors (Spindel 1989:71).

Knops (1980) observe pourtant une situation différente dans un autre groupe senufo: ici, les apprenties
sont regroupées pendant un mois à l'écart du village et initiées par la doyenne des potières. Après les
avoir excisées, celle-ci leur enseigne les techniques de fabrication et les interdits qu'elles devront
désormais respecter. Cet apprentissage ne constitue pourtant qu'un complément d'éducation, car les
apprenties assistent déjà leurs ainées depuis l'enfance. Comme le remarque Knops, il s'agit de leur
décerner 'en quelque sorte leur diplôme de potière' (1980:255).
Comme c'est le cas chez les Kpeenbele, les potières diola du Sénégal n'effectuent leur
apprentissage qu'après leur mariage, mais elles se justifient en expliquant qu'il faut éviter de travailler
avec sa mère car celle-ci 'will boss them to much and they will run away' (Linares de Sapir 1969:2).
L'impact des processus d'éducation sur les filières d'apprentissage est également mis en valeur par
Delneuf, dans une étude consacrée aux populations du nord-Cameroun. Ainsi,

la mère est l'enseignante privilégiée pannl les potières de groupes non islamisés (...). A l'inverse, les potières
islamisées de longue date, fulbé, kanuri, arabes soa, apprennent leur métier d'autres membres féminins de la famille
restreinte ou après leur mariage, de co-épouse. Le choix des acteurs de la transmission des 'savoir-faire' est dû aux
modes de vie familiaux: éducation continue auprès de la mère dans les ethnies non islamisées et non peules ou, à
l'inverse, éducation éloignée du giron maternel chez les femmes islamisées, et surtout chez les Peules (1991:72).

Des restrictions relatives à l'âge d'apprentissage sont également relevées chez les Ovambo d'Angola
(Powell-Cotton 1940:42) et les Yaka du Zaïre (Devisch 1993:63), les premiers n'autorisant qu'aux
mères de famille à apprendre la technique, les seconds aux veuves ou aux femmes 'whose husbands
hâve left home for a time as migrant workers'.
Chez les Yoruba de Ilorin (Nigéria), seules les filles s'installant dans certaines concessions après

66
leur mariage apprennent à fabriquer de la poterie. O'Hear observe pourtant que de jeunes novices
maîtrisent déjà la technique, indépendamment de l'endroit où elles résident. Elle en conclut que les
contraintes de transmission

... may be modifïed, for example, according to the level of demand. (...) It seems also that constraints may be
modified by the wish of the more senior operating potters to conserve their own markets until they are too old to
continue; while at Üie same time they desire in the long run to pass on their skills to the younger génération
(1986:188).

A Bida, au Nigéria, les femmes n'ont le droit de fabriquer de la poterie que si elles sont originaires
d'un des quatre centres de production de la région. Pour que leurs filles apprennent le métier, il
faudra donc qu'elles retournent dans un de ces centres après leur mariage (Vemon-Jackson 1960). De
même, chez les Ibibio du Nigéria, l'activité n'est pratiquée que dans un seul village. Si une potière
part s'installer ailleurs, elle n'a pas le droit de continuer à fabriquer de la poterie ni, par conséquent,
de transmettre ses connaissances à ses descendants ou à ses proches (Nicklin 1979:451). Bedaux
observe une situation analogue chez les Dogon du Mali:

[i]l y a des villages où la fabrication est interdite, comme par exemple à Sanga et plusieurs villages du plateau. C'est
ainsi qu'une femme potière du village de Péguê en bas de la falaise, ne peut plus pratiquer son métier quand elle
marie un homme du village proche de Sanga sur le plateau, la résidence étant patrilocale (1986:127).

Enfin, dans certaines sociétés ou certaines régions, les connaissances ne peuvent être transmises qu'au
sein d'une 'caste'® (ou 'classe artisanale' [Gallay et al. 1994:29]), d'un clan® ou d'une famil­
le®, ou à l'exclusion d'un groupe social particulier (par ex. clan des forgerons chez les Hausa du
Niger [Dupuis & Echard 1971]). n s'ensuit que les traditions restent confinées à de petites zones ou
se développent au contraire sur de vastes territoires, indépendamment des frontières ethnolinguisti­
ques.

D s'agit le plus souvent de la 'caste' des forgerons mais égalem^it de celle des tisserands, des griots ou des sculpteurs
sur hois. Par exemple: Bambara (Raimbault 1980), Sarakolé (Gallay 1970, Zeltner 1915), Malinké (Kanté & Emy 1993),
Mandé (Frank 1993), Bamana (idem), Peul, Som^, Bobo et certains Dogon (Gallay et al. 1994) du Mali, Mossi et Kurumba
du Burkina Faso (Mattinelli, sous presse), Sénufo de Côte d'ivoire (Knops 1980), Gurensi du Ghana (Smith 1989), populations
du Sud-Bénin (Rivallain 1981), Mafa. Bulahay (David et al. 1988, Stemer 1989), Kapsild (Jest 1956), Fali, Guidar, Daba,
Hina, Mofu, Gisiga (Delneuf 1987,1991) et Dowayo (Barley 1984) du Cameroun, Zaghawa (Tobert 1988) et autres populations
du Darfur (Soudan) (Haaland 1978).
® Akamba du Kenya (Brown 1989d, Wagner 1956).
^ Certains Yoruba du Nigéria (Macfie 1913), B Charnus du Kenya (Brown 1989b).

67
SELECTION ET TRAITEMENT DES
MATIERES PREMIERES

1. INTRODUCTION

Etant donné la facilité et la précision avec lesquelles s'effectuent désormais les analyses de pâte (Rice
1987:371-404), il n'est guère étonnant que la gestion des ressources soit au centre des préoccupations
dans les études consacrées à la poterie tant préhistorique que traditionnelle (par ex, Arnold 1971,
1985, Braun 1983, DeBoer & Lathrap 1979, Echallier 1983, 1985, Freestone et al. 1982, Hughes
1981, Matson 1989, Neff 1993, Nicklin 1979, Olin & Franklin 1982, Rye 1976, Schiffer & Skibo
1987, Steponaitis 1983, 1984, Stimmell et al. 1982, Woods 1986). Depuis quelques années, les
recherches se développent essentiellement dans deux directions: (1) interprétation synchronique et
diachronique des choix opérés lors de la sélection et du traitement des matériaux, (2) mise en valeur
des circuits d'échange^*’ et reconstitution des contextes de production. Bien que certains aient tenté
de concilier les deux approches (par ex. Arnold et al. 1991, Neff 1993, Rands 1988), nous avons trop
souvent tendance à désolidariser l'étude des objectifs techno-fonctionnels de celle des contextes socio­
économiques. Outre une évaluation des contraintes environnementales et matérielles, je m'efforcerai
donc de comprendre comment ces derniers influencent les choix à ce niveau de la chaîne opératoire.
Au terme d'un survol des données ethnographiques collectées dans différentes parties du
monde®, Arnold (1985:38, 50) constate que la distance séparant les zones d'extraction des lieux de
manufacture (et/ou de résidence) est souvent inférieure ou égale à 1 km (33% des cas) et rarement

Par le biais des fameuses "études de provenance”. Le "postulat de provenance” veut que les zones d'extraction se
caractérisent par une composition chimique [et minéralogique] distincte, que celle-ci soit reconnaissable anal)itiquement et que
les différences soient moins prononcées au sein des zones qu'entre les zones (Rice 1987:413-4). En comparant la composition
des pâtes au sein d'un ensemble de récipients et en déterminant leur origine gêograf^que, il est possible de différencier les
productions endogènes des productions exogènes et, par là, de reconstituer les éventuels circuits d'échange. A ce sujet, voir
également Adan-Bayewitz & Perlman (1985), Adan-Bayewitz & Wieder (1992), Bishop et al. (1982), Buko (1984), Hughes
(1981), Lemoine et al. (1982), Peacock (1970), Wilson (1978).
® 111 relevés.

68
supérieure à 7 km (16% des cas). Se référant à la "loi des rendements décroissants" {input / output)
et notamment aux travaux de Browman (1976), il considère que le coût de l'approvisionnement est
probablement supérieur aux revenus lorsque la source est située au-delà de 7 km {upper limît of the
maximum range of exploitation), tandis qu'il demeure nettement inférieur lorsqu'elle se situe dans un
rayon de ± 1 km ipreferred territory of exploitation). On peut lui rapprocher de ne pas tenir compte
des moyens de transport ni, surtout, des contextes de production (l'un et l'autre étant susceptibles de
varier, le concept de "coût" n'est pas forcément comparable d'une société à l'autre), mais l'intérêt
de son étude est de souligner cette tendance à s'approvisionner aux alentours du lieu de manufacture,
une situation qui traduit peut-être l'une des principales exigences de l'activité. Toutefois, comme la
nature et la disponibilité des argiles sont extrêmement variables d'une région à l'autre (par ex. Mason
1981, Ries 1927), l'exploitation de ressources locales ne paraît envisageable que (1) si l'artisan
s'installe à proximité d'un gisement adéquat, (2) s'il a des objectifs techniques et fonctionnels
suffisamment souples pour s'accommoder de matériaux fort différents, ou (3) s'il est toujours capable
de corriger les défauts de l'argile lors de sa préparation.
Quoique souvent invoquée, la première hypothèse trouve peu d'écho en ethnographie (Nicklin
1979:441-3, 450-2; voir également Herbich & Dietler 1991:115-6, Okpoko 1987:448): de nombreux
artisans s'approvisionnent à l'écart de leurs zones d'activités principales^^\ achètent l'argile à des
vendeurs itinérants, ou exploitent un gisement dédaigné par les populations riveraines. Cette situation
ne devrait pas nous étonner, dans la mesure où la poterie constitue souvent une activité marginale,
menée par quelques spécialistes. Les membres de leur communauté ayant d'autres préoccupations,
remplacement des ressources n'aurait pas à être pris en compte lors de l'implantation d'un site
d'habitat.
Pour expliquer les résultats obtenus par Arnold (1985:38,50), il faut donc admettre que les
contraintes de la matière et de la fonction sont plus souples qu'on ne le suppose, ou que l'artisan peut
moduler les propriétés de son matériau - quelle qu'en soit la nature - en fonction des impératifs
techniques et des contraintes d'utilisation. Selon les ouvrages de synthèse (Rice 1987:118, Rye
1981:36, Shepard 1957:51, Sinopoli 1991:16), l'argile n'est qu'exceptionnellement utilisée à l'état
brut: on se contentera par exemple de l'homogénéiser par simple malaxage, ou l'on aura recours à
des traitements plus complexes, susceptibles de se décomposer en plusieurs opérations (par ex.
pourrissage, lévigation, adjonction de divers éléments non-plastiques, piétinage,..). Il paraît dont
inévitable de procéder à certains ajustements, mais la question est de savoir, d'une part, si ces
derniers répondent aux exigences propres de l'artisan ou s'il s'agit de se conformer à des impératifs
laniversels et immuables, et d'autre part, si l'interaction entre les ressources et les objectifs techniques
et fonctionnels peut surdéterminer les choix à ce niveau de la chaîne opératoire®. Confronté par
exemple à des problèmes de plasticité et de texture, et souhaitant fabriquer des récipients destinés à
la cuisson, l'artisan a-t-il le choix entre plusieurs types d'adjonctions ou doit-il s'en tenir à un
matériau particulier?

Une situation analogue est signalée par Poncet (1983:205) dans le cas de la sélection du minerai de fer au Niger.
® Comme le remarque Matson, "[t]he addition of aplastics [...] to clay helps potters in the forming of vessels but not
always in tbeir firing or long life; Is there a degree of control in its use with respects to the clay near the village site and shape
of the vessel being formed?" (1981:451). Selon Sideroff (1980:181), "[clhoice of temper for the ancient porter was probably
determined, in large part, by availability; however, there may be a possibility that the choice of temper was based on the
demands of the clay".

69
En ce qui concerne le processus de manufacture, plusieurs contraintes sont évoquées qui - bien
qu'assez vagues - semblent faire l'objet d'un consensus. On considère ainsi que le matériau ne peut
être mis en forme qu'après avoir acquis une maniabilité optimale, que la masse doit comporter une
part d'inclusions suffisante afin de ne pas se retracter au séchage et permettre une élimination
complète et rapide de l'eau de plasticité, ou que la composition granulométrique de l'argile et les
techniques de cuisson doivent être mutuellement compatibles, un récipient de trop fine texture risquant
d'éclater s'il est cuit à l'air libre, en raison de la rapidité de l'ascension thermique et de l'évaporation
consécutive de l'eau encore contenue dans la pâte. Le cas échéant, des relations sont envisageables
entre la plasticité initiale ou résultante”* des matériaux et les techniques de façonnage (Bronitsky
1986:213, 217-9, Franken 1971:237-8, Leroi-Gourhan 1971:215, Rice 1987:124, van der Leeuw
1993:261; cet aspect sera développé dans le chapitre suivant). Comme le remarque van der Leeuw
(1993:261), il est probablement plus facile de modifier les caractéristiques de la matière que d'y
ajuster son comportement lors des étapes ultérieures de la chaîne opératoire. Il existe en outre un tel
nombre d'options que l'artisan peut aisément moduler ses choix en fonction des matériaux ou des
instruments dont il dispose, ou du temps et de l'énergie qu'il peut consacrer à l'opération. Un apport
d'éléments plastiques ou non-plastiques permettra par exemple de modifier la consistance de l'argile
(accroissement ou diminution de sa plasticité), de réduire son retrait au séchage, d'accélérer
l'évaporation de l'eau, de consolider les récipients crus et de limiter les risques d'accidents en cours
de cuisson (Amal 1986:10, Braun 1982:183-4, Jacobs 1983, Rye 1981:31, Shepard 1957:25-7, van
der Leeuw 1976:84-5), une argile trop humide pourra être préalablement mise à sécher (Gertjejansen
& Shenkel 1983:38), tandis qu'une simple humidification permettra d'en accroître la maniabilité (van
der Leeuw 1993:261, Vitelli 1984:115), une argile trop grossière pourra être affinée par lévigation
ou par tamisage (Rye 1981:36-7).
Quelques auteurs vont plus loin cependant, en affirmant qu'une série de matériaux n'offrent
qu'un petit nombre d'options ou que certains comportements sont plus appropriés que d'autres. Ainsi
par exemple, les argiles appartenant au groupe des montmorillonites sont-elles fort peu maniables et
ont-elles tendance à se rétracter lors du séchage, entraînant de la sorte de sévères déformations (Rice
1987:49). Selon Gertjejansen et Shenkel (1983), l'extrême plasticité du matériau constitue plutôt un
avantage, mais il convient - pour éviter les accidents - de le faire sécher et de le cuire progressive­
ment. Au contraire, Stimmell, Heimann et Hancock (1982) estiment qu'il s'agit d'un obstacle, et
interprètent la présence de coquillages calcinés dans la pâte des céramiques indiennes du Mississipi
(800-1500 AD) comme tme réponse obligée à ce problème de plasticité®: "[t]he CaO created by
buming the shell acts in two ways: first, it takes up water ffom the paste very quickly, making it
more workable®. Second, the Ca(OH)2 formed provides calcium ions wich cause a flocculation,
further enhancing the workability" (Stimmell et al. 1982:220).
S'interrogeant sur la fonction des "dégraissants" organiques, London (1981) dresse une liste
de leurs avantages et propose d'en interpréter l'utilisation en termes strictement fonctionnels. Dans
la bouse ou le crottin par exemple, la présence de "polymères organiques hydratés" permet la
formation d'un "gel" qui "cimente" l'argile et en accroît immédiatement la plasticité {idem:\9'i).

n s'agit de la maniabilité atteinte au terme du traitement.


^ Dans le chapitre consacré à la cuisson, nous verrons que l'adjonction de coquillage peut entraîner d'autres problèmes
en raison de la réhydratation des particules de CaO et de leur dilatation consécutive (par ex. Rye 1976).
Mais on devait s'attendre, au contraire, à ce que cette adsorption d'eau oigendre un accroissement de plasticité.

70
D'une manière générale, les éléments organiques faciliteraient l'évaporation de l'eau, réduiraient le
stress dû au séchage, favoriseraient l'adhésion de l'engobe et des décors peints (en raison de la
porosité des parois) et permettraient une meilleure pénétration de la chaleur durant la cuisson - cette
dernière pouvant alors être plus courte et nécessitant une moins grande quantité de combustible (voir
également Stimmell & Stromberg 1986:244). Au terme d'une étude expérimentale. Schiffer et Skibo
(1987:603-4; voir également Skibo et al. 1989:140) confirment certaines des hypothèses de London
(1981), en constatant par exemple que l'adjonction d'herbe hachée ou de crottin engendre un
accroissement immédiat de la plasticité***, ces matériaux étant à cet égard plus "performants" que
le sable ou la chamotte. Reid (1984:63) préfère mettre l'accent sur le caractère consolidant des fibres
organiques, tant en ce qui concerne la pâte que les récipients non-cuits. Enfin, indépendamment de
la nature et de l'origine des inclusions, certains auteurs estiment que leur proportion et leur taille
doivent être modulées en fonction de la morphométrie des récipients (Braun 1982:184, Franken &
Kalsbeek 1969, Rye 1981:27, Sideroff 1980:180).
En ce qui concerne les contraintes techno-fonctionnelles, l'attention se focalise sur les
récipients destinés à la cuisson, probablement parce qu'il s'agit d'une fonction universelle, souvent
reconnaissable dans les assemblages archéologiques (par ex. Hally 1983, Skibo 1992), mais également
parce qu'une part importante des recherches en céramique industrielle® sont consacrées au problème
des performances thermiques (par ex. Aliprandi 1979, Davidge 1979, Grimshaw 1971) et parce que
l'on souscrit implicitement à l'hypothèse de Rye, suivant laquelle "... the body is compounded to give
suitable physical properties for cooking pots, and for other purpose vessels are either also suitable or
are modified subséquent to firing" (1976:119)®. Que le problème soit abordé de manière théorique
ou expérimentale, l'accent est donc mis sur la résistance au choc thermique®, la conductibilité
thermique et la résistance à la fracture (initiation et propagation des fissures).
Selon Rye (1976) par exemple, un récipient cuit à basse température ne peut supporter des
cycles de chauffe et de refroidissement répétés que dans la mesure où (1) sa pâte est suffisamment
poreuse (les pores constituent un obstacle â la propagation des fissures®), (2) les inclusions
naturelles ou ajoutées en cours de préparation ont un coefficient de dilatation thermique comparable
à celui de la matrice argileuse. Pour obtenir une porosité idéale, la meilleure solution est de mêler
des matériaux organiques â la pâte® (voir également London 1981:193); s'il faut en outre y ajouter
des inclusions minérales, on utilisera de préférence de la chamotte, de la calcite, du feldspath ou de
l'homblende. En raison de son haut coefficient de dilatation, le quartz sera par contre inaproprié (Rye
1976:117; fig. 3).
Braun (1982, 1983) se fonde partiellement sur les hypothèses de Rye dans l'étude qu'il
consacre à la céramique Woodland de l'Illinois et du Missouri (600 BC - 900 AD). Il remarque
néanmoins (1) qu'une forte densité d'inclusions peut - comme la porosité - constituer un obstacle à

“* Mais ils se bornent à une appréciation subjective et ne définissent pas ce qu'ils entendent par "plasticité".
Lesquelles constituait, rappelons-le, un modèle de référence pour de nombreux archéologues.
En ce qui concerne la poterie grecque du Néolithique Ancien et Moyen, Vitelli (1989) montre au contraire que les
premiers récipients n'étaient pas destinés à la cuisson des aliments, en sorte que les comportements techniques n'ont guère été
conditionnés par les contraintes inhérentes à ce type de fonction.
Capacité à supporter - sans dommage - de brusques écarts de température ou des cycles de chauffe et de refroidissement
répétés (Rice 1987:483).
^ Mais leur volume ne doit pas êue trop important, afin de garantir une bonne conductibilité thermique.
Leur élimination en cours de cuisson permet d'obtenir des pores de forme et de taille contrôlables.

71
la propagation des Assures, et (2) que la taille des particules est un facteur essentiel lorsqu'il s'agit
de minéraux à fort coefficient de dilatation. Constatant, d'une part, que les inclusions présentes dans
la pâte des céramiques Woodland sont principalement constituées de cristaux de quartz et de sable,
et d'autre part, que leur densité augmente à travers le temps, tandis que leur taille diminue‘'\ il
conclut que les récipients ont été utilisés dans des conditions thermiques de plus en plus critiques
(durée et répétition des cycles de cuisson), les artisans étant obligés d'adapter leur comportement à
ces nouveaux paramètres.
Le scénario proposé par Steponaitis (1984) est pratiquement similaire, mais il s'agit ici de la
céramique de Moundville (Alabama 500 BC - 1550 AD), dont la pâte se caractérise tour à tour par
une prépondérance de sable grossier, de sable fin, de chamotte grossière et de coquillages grossière­
ment broyés. Après avoir montré que le coquillage constitue une réponse idéale au problème du choc
thermique - pour autant que les fragments soient de grande taille (voir également Steponaitis 1983:37-
45) - il interprète les variations de pâte "as a logical progression® resulting in the graduai
improvement of cooking vessels" (Steponaitis 1984:112).
Bronitsky et Hammer (1986) confirment son hypothèse au terme d'une étude expérimentale,
mais ils soutiennent que le coquillage, pour être plus efficace que le sable, doit être préalablement
calciné. On peut toutefois s'interroger sur la portée de leur étude: échantillons confectionnés au départ
d'une argile industrielle et évaluation de leur résistance à l'impact après les avoir fait bouillir et les
avoir plongé dans de l'eau glacée â plusieurs reprises. Si le protocole est acceptable d'un point de vue
théorique, il n'a en tous cas aucun rapport avec les conditions d'utilisation de la poterie en contexte
traditionnel ou préhistorique.
Ces restrictions valent également pour les travaux de Schiffer, Skibo et Reid (Schiffer &
Skibo 1987, Skibo et al. 1989; voir les critiques formulées par Feinman [1987:609]). Ici, l'objectif
est de déterminer la fonction des fibres organiques incorporées dans la pâte de [a Late Archaic
Woodland Pottery (sud-est des Etats-Unis; 2500-500 BC). Après s'être aperçu que ce type de matériau
n'est pas plus performant que le sable en termes de conductibilité et de résistance au choc
thermique®, ils concluent, d'une part, que l'argile utilisée lors de l'expérience "... has excellent
thermal shock résistance without added temper and so the test is not very sensitive" (Schiffer & Skibo
1987:617) et d'autre part, que les sociétés de l'époque étaient probablement nomades, et dès lors
moins préoccupées par les performances thermiques des récipients que par leur poids (l'utilisation de
fibres organiques permettant un allègement des produits, leur transport s'en trouve facilité).
L'ethnographie se fait parfois l'écho de ces raisonnements fonctionnalistes®. Chez les Maya
de Ticul par exemple, la pâte des récipients destinés à la cuisson est mêlée à de la calcite®, tandis
que les matériaux de moindre qualité (calcite crypto-cristalline, dolomite, attapulgite, montmorillonite)

Quoique la période envisagée soit de 1500 ans, il fonde ses observations sur 11 tessons seulement.
® Ce concept de progression linéaire a été dénoncé par DeBoen "you hâve two thousand years of ceramics, and you
interpret these in a progressive way, as if potters are almost asymptotically approaching the perfect solution. (...) [E]ach thing
makes sense in its own time, rather than being directed toward any future (shell) solution, wich is 2000 years ahead"
(1984:126-7).
® En suivant le même protocole d'expérience que Bronitsky et Hammer (1986).
® A titre anecdotique, voir également Kaiser (1989) et Reid (1984).
® Rye (1976:120) observe une situation similaire en Jordanie.

72
sont réservés aux autres classes techno-fonctionnelles (Arnold 1971)^^^ Au Pakistan, certains potiers
mêlent du sable fin ou grossier à l'argile, selon que le récipient est destiné à la conservation des
liquides ou à la cuisson (Rye & Evans 1976:28). Enfin, les Shipibo-Gonibo du Pérou sélectionnent
non seulement des argiles et des inclusions différentes^ en fonction du contexte d'utilisation des
récipients, mais modulent également les proportions du mélange suivant les parties du profil (base/col;
DeBoer & Lathrap [1979])®. D'une manière générale, il semble pourtant que les artisans tendent
a appliquer la même recette aux différentes classes techno-fonctionnelles ou à effectuer des choix qui
vont à l'encontre des prédictions théoriques® (par ex. Plog 1980:86-7). Cette absence de corrélation
est également mise en valeur dans une série d'études archéologiques (par ex. Rands 1988, Woods
1986).
On peut dès lors se demander si des propriétés telles que la résistance au choc thermique ou
à l'impart ont une quelconque pertinence lorsqu'il s'agit de poterie traditionnelle ou préhistorique,
si ces propriété sont réellement ajustables lors de la sélection et/ou du traitement des matières
premières, si l'artisan est contraint de les adapter à ses objectifs techno-fonctionnels et, conséquem­
ment, si l'évolution des techniques est toujours solidaire de celle des contextes d'utilisation. Les
populations étudiées au Cameroun destinant leurs récipients aux mêmes fonctions et utilisant ces
derniers dans des conditions similaires, la comparaison des matériaux et des modes de préparation
devrait nous permettre d'apprécier la part des contraintes et de l'arbitraire à ce niveau de la chaîne
opératoire.
En ce qui concerne les rapports entre la gestion des ressources et les contextes de production,
la situation est plus difficile à cerner. De façon intuitive, Rice (1981, 1989) estime que la
spécialisation artisanale engendre une standardisation des produits (tant d'un point de vue
"typologique" que "technique"), à la fois parce que les procédés se simplifient et deviennent
routiniers®, parce que l'artisan répond à des demandes plus spécifiques et parce que le phénomène
est concomitant à la complexification des sociétés et donc à une régulation/restriction de l'accès aux
ressources. Elle propose alors un modèle d'évolution en quatre stades, chacun d'entre eux étant
susceptible d'avoir un impact sur la gestion des ressources (Rice 1981:222-3):
(1) la poterie constitue d'abord une activité domestique, pratiquée par chaque "maisonnée". Dans
une société égalitaire ou acéphale, l'accès aux ressources n'est pas régulé, en sorte que l'on
devrait enregistrer d'importantes variations dans le choix des matières premières;
(2) une sorte de "spécialisation informelle" se développe, certaines maisonnées choisissant
d'abandonner l'activité, d'autres d'y accorder une plus grande importance. Dans ce contexte,
les individus ou les familles qui résident à proximité des lieux d'extraction ou qui présentent
un plus haut degré de compétence sont favorisés. Parce qu'ils excercent un éventuel monopole

Les critères de sélection sont également très étroits, puisque les artisans n'entendent exploiter qu'un seul ^sement et
s'assurent que le matériau a un goût salé avant de l'extraire (dans le chapitre consacré à la cuisson, nous verrons que la
présence de chlorure de sodium peut s'avérer capitale lorsque la pâte comporte des inclusions de carbonate de calcium).
Argile "noire" riche en matériaux organiques, kaolin et argile "rouge"; écorce pilée de LUxaiia sp., chamotte et - plus
raremoit - cendres de shama.
Mais il s'agit d'une situation idéale, les "recettes" variant d'un individu et d'une session à l'autre, en fonction des
matériaux disponibles.
Ainsi par exemple, les indiens Yuma du sud-ouest des Etats Unis utilisent de la chamotte pour tous les récipients, à
l'exception des jarres de cuisson (Rogers 1936:31, 37; cité par Plog 1980:86).
® Voir également Feinman et al. (1984).

73
sur les ressources et parce que leurs critères de sélection sont plus étroits, les pâtes tendent
à se standardiser;
(3) le processus de différenciation socio-économique se poursuit et l'on assiste à l'émergence
d'une élite sociale, consommatrice de "biens de prestige". Leur production est assurée par un
petit groupe d'artisans qui excercent un contrôle sur certaines ressources. La "poterie
commune" étant produite dans un contexte comparable à celui du stade 2, sa pâte est moins
standardisée que celle de la "poterie de prestige".
(4) dans une société stratifiée, centralisée et orientée vers la production de surplus, l'activité est
aux mains de spécialistes. L'appropriation des ressources étant généralisée, la pâte de chaque
catégorie de récipient devrait présenter un haut degré de standardisation.
Si le caractère linéaire et évolutionniste de ce modèle a été mis en cause (par ex. Davis 1987, Earle
1987, Pybum 1994, Stark 1987), la relation entre spécialisation artisanale et standardisation des
produits semble généralement acceptée (Arnold & Nieve 1992, Blackman et al. 1993, Feinman et al.
1984, Sinopoli 1988)'”. En contexte ethnographique, les tests n'ont cependant porté que sur la
standardisation métrique et morphologique des récipients (Arnold & Nieve 1992, Sinopoli 1988) et
l'on peut se demander si les relations sont aussi univoques que ne l'affirme Rice (1981) lorsqu'il
s'agit de la sélection et du traitement des matières premières. Quoique que l'on ne puisse guère parler
de spécialisation'^ dans le cas des populations sud-camerounaises, certaines différences se font
sentir, tant au niveau de l'organisation de l'activité que de la distribution des produits. Je tâcherai
donc de vérifier si ces variations coïncident avec une gestion différenciée des ressources.

2. EMPLACEMENT ET IDENTIFICATION DES SOURCES D'ARGILE

Afin de dégager les stratégies relatives à la sélection et à l'exploitation des gisements, j'ai choisi
d'analyser cinq de leurs caractéristiques les plus significatives: (1) mode d'exploitation et
appartenance; (2) distance par rapport au lieu de manufacture; (3) situation par rapport aux autres
zones d'activité; (4) contexte d'identification; (5) abandon et/ou relocalisation éventuelle. Nous
verrons que la disparité des données collectées dans la littérature interdit toute comparaison
systématique avec le reste de l'Afrique sub-saharienne.

2.1. Données collectées au Cameroun

Quarante-neuf sources ont pu être identifiées lors des enquêtes de terrain, lesquelles sont utilisées de
manière sporadique ou régulière par 68 des artisans interrogés (tableau 1). Bien que je me sois
généralement rendu sur place - lors du prélèvement ou quelque temps après - certaines d'entre elles
n'ont été évoquées qu'au moment de l'interview; les informations relatives à la distance ou à la nature

Comme le remarquent Blackman, Stein et Vandiver cependant, ”[t]he differing measuiement standards [and materials]
used by competing independent woricshops in a non centralized System can [...] be expected to generate higher levels of metric
[and pastel vaiiability among the products of these workshops than would be seen in the products of a single workshop, even
thou^ eveiy pot is made by a craft specialist” (1993:75; voir également Arnold & Nieve [1992]).
Du moins suivant la défînition de Rice (1981).

74
de remplacement sont par conséquent moins fîables.

2.1.1. Mode d'exploitation

A ce niveau, quatre comportements sont observés: (1) l'ensemble des artisans du village ou de la
région'^’ s'approvisionnent au même endroit; (2) la source est prioritairement ou exclusivement
exploitée par des personnes apparentées; (3) elle est exploitée par un seul artisan®, mais celui-ci
en autorise l'accès à toute personne qui le souhaite; (4) elle est exploitée par un seul artisan qui s'en
estime propriétaire. On notera que la seconde et la quatrième catégorie sont assez rares dans la zone
d'étude, la majorité des gisements étant accessibles à tous, sans aucune restriction. En ce qui concerne
les exploitations collectives par exemple, il importe peu que le terrain appartienne à la communauté
ou à un individu, car la découverte du gisement est toujours attribuée aux ancêtres®, personne
n'ayant dès lors le droit de se l'approprier. D'autre part, comme l'argile est matériau ubiquiste, dont
l'exploitation ne permet pas de réels profits et ne concerne qu'un petit nombre d'individus, elle ne
peut faire l'objet d'un enjeu économique. C'est en tous cas l'explication la plus fréquemment apportée
par ceux qui utilisent des emplacements collectifs.
Si les exemples d'exploitations restreintes relèvent de situations souvent fort différentes, toutes
les sources concernées ont été découvertes par les artisans eux-mêmes ou par des personnes dont ils
connaissent l'identité®. Lorsque le prélèvement s'effectue sur leur propre terrain ou sur un terrain
qui appartient à leur famille, ils se réservent ainsi le droit d'en interdire l'accès aux personnes non-
apparentées® ou exigent un important dédommagement chaque fois qu'elles s'y approvisionnent*®.
D'autres estiment qu'il n'est pas possible de les tenir à l'écart® et conservent alors le secret de leur
emplacement pour éviter qu'une exploitation massive ne l'épuise trop rapidement®. Lorsque la
source se situe sur un terrain qui ne leur appartient pas, ils peuvent tout simplement se l'approprier®^
ou établir une sorte de contrat d'exclusivité avec l'éventuel propriétaire*'®. Bien que les témoigna­
ges soient rarement explicites, il semble que ces comportements résultent le plus souvent d'antago­
nismes intra-communautaires ou de jalousie. En exploitant sa source de manière individuelle, l'artisan
éviterait également que des personnes "impures" ne la détériorent par leur simple présence*"^

2.1.2. Distance

Comme on le voit sur le tableau 1, la quasi-totalité des artisans (95%; n = 65) s'approvisionnent à

Dans im rayon excédant rarement 3 à 4 km (voir, par exemple, [Basaa/BAY.01-02]).


II s'agit le plus souvoit d'artisans géographiquement isolés.
Perçus, dans ce cas, comme les premiers occupants du village.
^ Mais cette situation ne se solde pas toujours par une appropriation du gisement.
® [Bafeuk/ASE.01], [Bafia/KIK.Ol], [Bafia/BIA.Ol], [Basaa/BAY.031.
[Bamileke/BAB.02].
^ On les accuserait de jalousie et on pourrait leurs interdire de s'approvisionner à d'autres endroits.
® [Yamba/MEM.03], [Bamileke/BAB.04].
[Sanaga/GET.Ol].
[Banen/DDC.Ol]; cette potière lui a offert un coq lorsqu'elle a commencé à s'approvisionner sur son terrain.
Voir le chapitre consacré aux interdits.

75
moins de 3 km du lieu de manufacture, cette distance étant d'ailleurs inférieure ou égale à 1 km pour
plus de la moitié d'entre eux. Une potière se rend néanmoins à 17 km du village, mais elle est la
seule à transporter l'argile en voiture, la longueur du trajet n'ayant dès lors aucune importance”’.
Si l'on compare ces résultats à ceux d'Arnold (1985:38, 50), on s'aperçoit que le seuil
d'exploitation préférentiel® est identique - ± 1 km - mais que la situation est nettement plus
fréquente au sud du Cameroun que dans d'autres régions du monde, puisqu'elle concerne 57% des
artisans et non plus 33% iidem:50). D'autre part, si la distribution des données collectées dans la
littérature permet de situer la limite maximale d'exploitation® aux alentours de 7 km, celle-ci serait
de l'ordre de 3 km seulement au sein de la zone d'étude, n semble donc que les artisans camerounais
aient tendance à exploiter un territoire comparativement plus restreint.
En ce qui concerne la durée des trajets - ce qu'Arnold appelle la pheric distance (ibid. :37),
les données sont remarquablement homogènes en dépit de la diversité des contextes topographiques
(zones savanicoles, forestières ou montagneuses). Il est rare en effet qu'un artisan marche plus de 30
à 40 minutes pour se rendre au lieu de prélèvement, 15 minutes étant une moyenne assez
représentative. L'opération semble prendre une tournure critique au-delà de ce seuil, non pas en
raison de l'effort demandé, mais par rapport au temps qui peut être consacré à ce travail, à la
nécessité d'effectuer d'autres tâches au même moment, et aux revenus que procure l'activité. Comme
me l'ont expliqué certaines potières tikar*'*, les femmes ont l'habitude de parcourir de longs trajets
à pied et de transporter des charges extrêmement lourdes; l'effort doit cependant en valoir la peine
et elles considèrent - comme la plupart des artisans interrogés - qu'une activité aussi marginale et peu
lucrative que la poterie ne justifie qu'un faible investissement en temps et en énergie. Dès lors, pour
peu que la source soit trop éloignée ou difficile d'accès, elles s'y rendent aussi peu souvent que
possible ou tentent de concilier les opérations de prélèvement avec leurs autres activités. Nous allons
voir que ce comportement a une influence déterminante sur le choix des emplacements.

2.1.3. Emplacement

Lors des interviews, j'ai souvent été frappé par la manière dont les artisans parlaient de leurs sources.
Plutôt que de fournir des détails topographiques, ils faisaient surtout référence aux activités menées
à cet endroit, comme si l'exploitation de l'argile ne constituait qu'un objectif subsidiaire. Les résultats
de l'enquête sont du reste très révélateurs, puisque l'on s'aperçoit que quatre cinquièmes des sources
se situent dans des zones essentiellement exploitées à d'autres fins, l'extraction s'effectuant, dans le
reste des cas, en bordure des sentiers, des pistes ou des lieux d'habitation.
n s'agit le plus souvent d'un champ ou d'une plantation appartenant à l'artisan lui-même, à
un membre de sa famille ou à une autre personne. Dans ce cas, l'argile est aussi bien extraite au sein
de la zone cultivée que le long d'un cours d'eau, dans un marigot, au fond d'un ravin ou dans un

[Bafeuk/DIM.Ol]; bien que cette potière ait longtemps exploité une source située à quelques kilomètres du village, elle
s'approvisionne aujourd'hui a proximité d'un important marché, profitant de ses déplacements mensuels pour ramener de
l'argile.
® "Preferred territoiy of exploitation".
® "Upper Omit of the maximum range of exploitation'. A partir de cette limite, le nombre d'exemples devient négligeable:
16% des cas chez Arnold (1985:50), 5% au Cameroun.
[MBl.Ol] et [AKU.01-03]; celles-ci s'approvisionnent à plus d'une heure de mardie de chez elles.

76
talus. C'est avec ce type d'emplacement que l’on enregistre les distances les plus variées: si certains
champs sont établis à proximité des habitations, d'autres se situent en effet à plus de 2 ou 3 km du
village. On notera cependant que l'artisan peut s'y installer lorsqu'il fabrique de la poterie, en sorte
que la distance entre le lieu de manufacture et le lieu de prélèvement est considérablement réduite.
Plusieurs potières s'approvisionnent également à l'endroit où se pratique la pêche au barrage,
l'argile étant alors prélevée sur la berge, dans le lit de la rivière, ou à proximité de celle-ci, le long
des ravines d'écoulement, n s'agit en général de cours d'eau assez étroits et peu profonds, car la
technique de pêche consiste à établir deux barrages (à l'aide de branchages et de terre), à écoper l'eau
qui y est retenue et à attraper les poissons ou les crustacés à la main. Ici, les distances sont souvent
plus élevées que pour les autres types d'emplacements: 2.8 km en moyenne, entre 1.2 et 4.5 km.
Comme on le voit sur le tableau 1, un même nombre d'artisan exploitent des sources situées
sur le territoire du village, ou à quelques centaines de mètres des dernières habitations. Dans ce cas,
l'argile peut aussi bien être prélevée au bord d'une rivière que sur un terrain en friche, le long de la
piste ou dans le talus de soubassement d'une case, la distance séparant ces sources du lieu de
manufacture étant systématiquement inférieure à 500 mètres**’. Enfin d'autres gisements sont situés
le long des sentiers de chasse ou à l'endroit où l'artisan collecte le combustible pour la cuisine.
Si cette coïncidence entre les zones d'activité et les lieux de prélèvement est intimement liée
au contexte d'identification, elle se révèle également indispensable, car elle permet aux artisans de
subordonner la collecte et le transport des matériaux aux tâches de première nécessité. Comme je l'ai
signalé plus haut, il n'est pas question en effet que la fabrication de poterie empiète sur d'autres
activités ou contreigne l'artisan à y consacrer une trop grande part de son temps de travail. Pour
éviter toute forme de conflit, il profite dès lors de ses travaux agricoles, de la collecte de certaines
denrées, de ses expéditions de chasse ou de n'importe quel autre déplacement pour ramener de
l'argile, particulièrement lorsque les sources sont éloignées du lieu de manufacture. S'il s'agit d'un
endroit qu'il ne fréquente pas de manière régulière (un emplacement de pêche par exemple) et si la
distance à parcourir est trop grande, il peut être contraint d'abandonner l'activité durant certaines
périodes ou de charger les personnes qui s'y rendent d'effectuer le prélèvement à sa place®. En
termes de zones d'exploitation, il semble donc que les artisans sud-camerounais ne se distinguent
nullement des autres membres de leur communauté, et cela malgré l'obligation de se procurer des
matériaux fort différents®. La pratique d'une activité spécialisée n'a, dans ce cas, aucune Incidence
sur les comportements.

2.1.4. Identification des sources

Quoique la majorité des personnes interrogées affirment s'être fait indiquer leur emplacement par
l'instructeur ou par certains membres de leur communauté (d'autres artisans dans la plupart des cas),
j'ai pu recueillir une série de témoignages relatifs à l'identification des sources. Vingt-quatre d'entre-

A moins que l'artisan ne réside dans une autre localité (voir [Bafia/MOU.Ol] et [Bafeuk/DIM.Ol]).
® Cette situation, assez fréquente chez les potières [Tikar/MBI.Ol] et [Tikar/AKU.01-03], a également été évoquée par
[Vute/NUL.03] et [KepereÆ>EN.01-03].
® L'argile ne sert pratiquement qu'à fabriquer de la poterie, son exploitation à fins médicinale ou rituelle étant secondaire
(voir, par exemple, Leiderer 1982, 11:194-5).

77
elles sont en effet utilisées depuis une époque suffisamment récente pour que l'on se souvienne encore
du contexte entourant leur découverte.
L'aspect le plus frappant de ces témoignages tient en ce qu'aucune stratégie d'identification
ne peut être dégagée, chaque gisement ayant été découvert de façon accidentelle, dans le cadre
d'activités étrangères à la poterie. Interrogés sur ce point, les artisans expliquent qu'il est inutile
d'entreprendre une prospection lorsque l'on souhaite changer de source, car si certains endroits
s'avèrent plus propices que d'autres (bords de rivières ou marécages par exemple), la profondeur de
l'argile est extrêmement variable, et l'on pourrait sonder le sol pendant des mois sans rencontrer
aucun succès. La perte de temps serait alors considérable et peu compatible avec une activité aussi
peu lucrative que la poterie. Par ailleurs, certains”^ considèrent l'argile comme une entité vivante,
capable de se déplacer sous le sol. Celle-ci ne choisissant de "se montrer" que si elle le souhaite, toute
prospection s'avère aléatoire.
Confronté à ces impératifs économique ou symbolique, l'artisan n'a guère que deux solutions
lorsqu'il change d'environnement et souhaite poursuivre son activité: (1) se faire indiquer les sources
les plus proches par les habitants de la région (mais encore faut-il que ces dernières soient accessibles
et/ou que l'on en connaisse l'existence); (2) attendre de les identifier par lui même. On comprend
alors l'origine de cette coïncidence entre les lieux d'extraction et les zones d'activités principales,
puisque c'est en se rendant ou en travaillant dans son champ, en participant à une expédition de
chasse ou de pêche ou en collectant certaines denrées, que l'artisan, un membre de sa famille ou un
de ses proches peut remarquer la présence d'un matériau apparemment exploitable et décider de le
tester ou d'en indiquer l'emplacement à la personne concernée. Dans bien des cas, le gisement n'est
pas directement visible, mais on peut en soupçonner l'existence lorsque l'on rencontre des flaques
d'eau stagnante durant la saison sèche®, des affleurements de matière ou, surtout, de petits tas
d'argile rejetés en surface par les crabes d'eau douce®. La contribution involontaire de ce crustacé
est d'ailleurs fréquemment évoquée par les artisans, une potière® affirmant même avoir poursuivi
un crabe qui traversait la piste, afin de voir à quel endroit se situait son terrier.
Dans d'autres cas, la couche d'argile est mise au jours lors de travaux agricoles (en défrichant
ou en retournant le sol dans un champ ou une plantation), ou lors d'une partie de pêche, en détachant
des blocs de terre pour confectionner un barrage. Ici encore, cette découverte peut être effectuée par
des personnes étrangères à l'activité (et c'est d'ailleurs ce qui se passe dans la plupart des cas), mais
on notera que ces dernières sont souvent capables de faire la différence entre une argile exploitable
et un matériau de moindre qualité, à la fois parce que les critères d'identification sont simples et
accessibles à tous, et parce que certaines d'entre elles ont déjà participé à des opérations de
prélèvement, acquérant de la sorte quelques connaissances. En termes d'aptitude à identifier une
source d'argile, il ne semble donc guère y avoir de différence entre un spécialiste et un non-
spécialiste®.
L'artisan est toutefois le seul à pouvoir juger de l'adéquation du gisement, l'évaluation

[Bafîa/KIK.OI], [Balïa/MOU.Oll, [Djanti/GOR.Ol], du moins de manière explicite.


Particulièrement si celle-ci est de couleur blanchâtre ([Mkako/DAI.01-02]) ou comporte des reflets métalliques (dus à
la présence de paillettes de mica; voir [Eton/USE.Ol]).
^ Probablement du genre Potamonautes. Celui-ci a l'habitude de s'enfouir dans les terrains argileux, aux abords des cours
d'eau ou des marécages.
[GbayaA^OO.Ol].
La situation rappelle évidemment celle des territoires d'exploitation.

78
demandant une parfaite maîtrise des procédés de fabrication. A cet effet, il commence par estimer la
maniabilité et la texture de l'argile, en écrasant celle-ci entre les doigts. Si elle lui semble
suffisamment "collante" (c'est-à-dire suffisamment plastique) et si elle n'est ni trop sableuse ni trop
chargée en impuretés organiques, il procède au test suivant. Dans le cas contraire, un nouvel essai
est effectué sur un échantillon provenant des couches inférieures, celles-ci s'avérant parfois moins
hétérogènes ou en tous cas moins humides que les couches supérieures. Pour autant que l'essai soit
concluant, il en ramène une petite quantité au village, la prépare suivant sa technique habituelle, puis
confectionne quelques récipients expérimentaux, afin de s'assurer qu'elle se comporte correctement
au séchage et à la cuisson. Ce test est d'une importance capitale, à tel point d'ailleurs que certains
artisans s'étant fait indiquer leur source par des personnes qui s'y approvisionnaient déjà, n'ont
envisagé de l'exploiter qu'après avoir façonné et cuit un petit récipient expérimental*^*. Comme on
me l'a souvent expliqué, la couleur, la texture et même l'odeur® d'un matériau permettent certaines
prédictions, mais il est impossible d'en déterminer la compatibilité tant que toutes les étapes du
processus de manufacture n'ont pas été menées à bien. Les conditions d'utilisation, par contre, ne
semblent guère devoir être prise en compte®, comme s'il suffisait qu'un récipient passe le test de
la cuisson pour être adapté à tous les usages.

2.1.5. Abandon éventuel et relocalisation

Sur les 68 personnes interrogées, 29 seulement affirment n'avoir jamais changé de source depuis
qu'elles pratiquent l'activité. Le lieu d'extraction est éventuellement déplacé de quelques mètres
lorsque l'épaisseur de la couche d'argile s'avère insuffisante, lorsque la fosse s'enfonce trop
profondément dans le sol ou lorsqu'elle se comble en cours d'exploitation, mais tous ces déplacements
s'effectuent au sein de la zone initialement indiquée par l'instructeur.
Son abandon résulte le plus souvent d'une relocalisation des lieux de résidence ou d'activité.
Ainsi, un tiers au moins des personnes interrogées n'ont changé de source qu'à une seule reprise, peu
après s'être installées dans un autre village. Bien que les déplacements postérieurs à l'apprentissage
se fassent sur de courtes distances®, quelques kilomètres suffisent pour que l'artisan abandonne son
ancienne zone d'exploitation, interrompant toute activité tant qu'il n'a pas identifié im nouveau
gisement. Une fois encore, il ne s'agit pas d'un problème d'accès, mais d'une simple restriction du
temps et de l'énergie pouvant être consacrés à l'opération. Certains ont d'ailleurs conservé leur source
après avoir changé de localité, soit parce que le trajet était identique® - et parfois même plus court -
soit parce que la distance leur paraissait encore acceptable®.
Cette constante préoccupation pour la longueur des trajets, de même que l'obligation de
subordonner la collecte et le transport des matériaux aux tâches de première nécessité, ont parfois une

“ [Yamba/KAK.Ol-03], [Basaa/BAY.Ol].
Deux potières mkako - [DAI.01-02] - affirment que les argiles de bonne qualité ont une odeur tout à fait particulière.
Toutefois, bien qu'elles m'en aient fait sentir plusieurs échantillons, je ne suis pas parvenu à en saisir les spécificités.
^ Seule la potière [Gbaya/NAM.Ol] affirme avoir utilisé ses récipients expérimentaux avant de commencer à exploiter son
nouveau gisement.
*■* Voir chapitre précédent.
® [Djanü/GOR.Ol], [Basaa/BAY.02].
[Eton/KEL.Ol]; mais elle aurait aimé découvrir une source plus proche.

79
incidence sur la durée d'exploitation des gisements. Lorsque l'artisan continue à résider sur place, il
peut en effet changer de source à plusieurs reprises, tout simplement parce qu'il déplace ses zones
d'activité principale. Dans la plupart des cas, le changement est consécutif à la relocalisation d'un
champ ou d'une plantation***, mais il arrive que l'on découvre ou que l'on se fasse indiquer une
source plus proche du lieu de résidence, l'ancienne étant alors définitivement abandonnée®. On se
souviendra par ailleurs de cette potière bafeuk® qui prélève aujourd'hui son argile à plus de 17 km
de chez elle, pour la simple raison qu'elle peut effectuer chaque trajet en voiture et améliorer de la
sorte ses conditions de transport.
L'abandon d'une source n'est cependant pas obligatoire, certains continuant à l'exploiter de
manière sporadique ou régulière, en fonction de leurs activités du moment. C'est le cas de trois
potières pol et kepere®, dont le lieu d'extraction se situe aux abords du village, mais qui ont
l'habitude de prélever l'argile dans la berge d'une rivière lorsqu'elles participent à une partie de
pêche. De même, quelques potiers yamba® s'approvisionnent à proximité de leur champ durant la
période où ils y résident, et à proximité du village durant le reste de l'année. D'autres affirment
posséder autant de sources que de zones d'activités® ou, au contraire, n'utiliser certains gisements
qu'à titre d'appoint, lorsqu'il n'est pas possible d'extraire l'argile à l'endroit habituel® (par
exemple, si la fosse s'est comblée ou remplie d'eau). Enfin, on notera que des préoccupations
strictement symboliques peuvent contraindre l'artisan à changer de source. Après avoir accouché de
jumeaux, une potière sanaga® s'est ainsi trouvée dans l'obligation de faire prélever son argile par
d'autres, sa seule présence risquant de détériorer le gisement®. Comme ces personnes préfèrent
s'approvisionner aux alentours de leurs zones de culture, cette potière peut utiliser, d'une session à
l'autre, des matériaux provenant de sources différentes.

2.2. Données collectées dans le reste de l'Afrique sub-saharienne


2.2.1. Type d’exploitation

Pour autant qu'on puisse en juger**®* la majorité des sources sont exploitées de manière collective.
Il s'agit en général d'un gisement unique, utilisé par l'ensemble ou la plupart des artisans du village
et/ou de la région****, même lorsqu'ils appartiennent à des groupes distincts (Fulani et Lame du
Cameroun [David & Hennig 1972]; région du Darfur au Soudan [Tobert 1988:65]). Si l'origine de
cette situation n'est pas toujours très claire, la mise en commun des sources semble parfois inévitable.

*** [BamUekeflBAB.02], [BamilekeÆAB.04], (Tikar/ONG.02], [BalomAJZI.Ol], [Bafia/KIK.Ol]. iVute/OUM.Ol].


® [Yamba/MEM.Ol], [Yamba/MEM.03].
® [DIM.Ol].
[DEN.01-031.
® [MEM.03], [BUI.01-02],
*‘* [Gbaya/ADN.Ol]; mais il en aurait été de même pour la mère de [Vute/NUL.02] ainsi que pour [Bafeuk/NUL.Ol],
lorsqu'elle résidait encore dans son village natal.
^ [BafiamOU.Ol].
® [GOR.03].
*’* Voir le chapitre consacré aux interdits.
Comme nous le verrons tout au long de cette partie, les informations relatives aux lieux de prélèvement sont
extrêmement limitées.
Malinke (Kanté & Emy 1993), Bambara (Raimbault 1980) et Sarakole (Gallay 1970) du Mali, Bambuba du Zaïre
(Kanimba & Bellomo 1990), Venda d'Afrique du Sud (Krause 1985).

80
TABLEAU 1: Informations relatives à l'emplacement et à l'identification des sources d'argiles exploitées au sein de la zone d'étude. Les distance marquées d'une astérisque ont simplement
été évaluées, l'information ayant été obtenue par interview, (a.p.: autre personne).

ARTISAN(S) DISTANCE EMPLACEMENT TYPE EXPLOITATION ACTIVrrÉ(S) MENEÊ(S) AU MÊME CONTEXTE D'IDENTIFICATION
ENDROIT

Yamba

KAK.01-03 ± 2 km En contrebas d'un champ Collective Agriculture (a.p.) Indiqué par d'autres artisans

MEM.01-02 ± 1 km idem idem idem idem

MEM.03 ± 500 m* Le long d'un sentier Individuelle et restric­ - Lors d'une chasse; observation d'un
tive affleurement d'argile en surface

2-3 m Soubassement d'une case idem Zone d'habitation Erosion du talus due au ruissellement

BUI.01-02 ± 3 km’’ En contrebas d'un champ" Collective Agriculture (a.p.) Indiqué par d'autres artisans

± 1 km*" ? Familiale ? Observation d'un affleurement d'argile


en surface

Mambila

ATT.01-04 ± 500 m Dans un champ Collective Agriculture (a.p.) Indiqué par l'instructeur* ([ATT.02-03])
ou par d'autres artisans ([ATT.Ol, ATT.
04])

RUM.Ol ± 1.4 km' En contrebas d'un champ idem idem Indiqué par d'autres artisans

Bamileke

BAB.02 ?* Dans un champ Familiale Agriculture (elle-même et a.p.) idem

BAB.03 ?* En bordure d'un champ, le Collective (?) Agriculture Indiqué par l'instructeur
long d'une rivière

BAB.04 ?* Dans un champ Individuelle et restric­ idem En retournant le sol pour préparer les
tive plantations
ARTISAN (S) DISTANCE EMPLACEMENT TYPE EXPLOITA’nON ACTIVITÉ(S) MENEÉ(S) AU MÊME CONTEXTE D'IDENTmCATION
ENDROIT

Bamum

MAR.01-04 ± 1.2 km Dans un ravin, le long Collective - Indiqué par l'instructeur


d'une rivière

Tikar

MBI.Ol ± 4 km Sur la berge d'ime rivière Individuelle non restric­ Pêche au barrage (elle-même et a.p.) En prélevant de la terre dans la berge
tive pour confectionner un barrage

AKU.01-03 ± 3 km Dans le lit d'une rivière Collective idem Lors d'une pêche au barrage (a.p.)

ONG.02 ± 200 m Dans un marigot, ^en bor­ Individuelle (?) Agriculture En remarquant la présence de petits tas
dure d'un champ d'argile rejetés en surface par les crabes

SAS.01-03 ± 300 m En bordure d'une rivière Collective Zone d'habitation Indiqué par d'autres artisans

Bafeuk

ASE.Ol ± 2 km Le long d'une rivière, au Individuelle non restric­ Agriculture (a.p.) Indiqué par l'instructeur
fond d'un ravin bordant un tive
champ

NUL.Ol ± 900 m Le long d'une rivière à la Collective - Lors d'une chasse; en remarquant la
hauteur d'un gué présence de petits tas d'argile rejetés en
surface par les crabes (a.p.)

DIM.Ol ± 17 km Sur la berge d'une rivière, idem Voie d'accès principale, proximité d'une Indiqué par d'autres artisans
à la hauteur d'un pont agglomération dans laquelle se tient un
important marché

?* Le long d'une rivière Individuelle non restric­ Chasse Lors d'une chasse; en remarquant la
tive présence de petits tas d'argile rejetés en
surface par les crabes
ARTISANCS) DISTANCE EMPLACEMENT TYPE EXPLOITATION ACTIVITÉ(S) MENEÉ(S) AU MÊME CONTEXTE D'IDENTIFICATION
ENDROIT

Djanti

GOR.02-03 ± 3 km Zone marécageuse en Collective - Indiqué par l'instructeur


bordure d'une rivière

Balom

UZI.Ol ± 3 km* Dans un talus en bordure Individuelle non restric­ Agriculture (à proximité) ?
d'une rivière tive

BEA.Ol ± 1 km* Sur la berge d'une rivière idem ? Indiqué par l'instructeur, après l'appren­
tissage

Bafîa

OUF.Ol ±1.2 km Dans le lit d'un cours idem Pêche au barrage En prélevant de la terre dans la berge
d'eau pour confectionner un barrage

KK.Ol ± 700 m Dans un champ Individuelle et restric­ Agriculture En retournant le sol pour préparer les
tive plantations

KK.02-03 ± 500 m Sur la berge d'une rivière Collective Zone d'habitation Indiqué par l'instructeur ([KIK.03]) ou
par d'autres artisans ([KIK.02])

KBC.04 ± 150 m En bordure d'un champ Individuelle non restric­ Agriculture - zone d'habitation Indiqué par l'instructeur
tive

MOU.Ol ± 800 m idem idem Agriculture idem

± 2 km En bordure de la route Collective Zone d'habitation Indiqué par d'autres artisans

BIA.Ol ± 1 km Dans une plantation de Familiale Agriculture (a.p.) Lors de travaux de défrichage (a.p.)
cacao
ARTISAN(S) DISTANCE EMPLACEMENT TYPE EXPLOITATION ACTIV1TÉ(S) MENEÉ(S) AU MÊME CONTEXTE D'IDENTIFICATION
ENDROIT

Sanaga

GOR.Ol ± 1 km« En bordure d'un champ Individuelle non restric­ Agriculture Indiqué par l'instructeur
tive

GET.Ol ± 2 km* En bordure d'un champ Individuelle et restric­ ? idem


tive

Banen

DQC.Ol ± 700 m Dans ime plantation, en idem Agriculture (a.p.) En traversant une plantation fraîchement
bordure d'un petit ruisseau défrichée

Basaa

LDC.Ol ± 400 m En bordure de la piste, à Collective Zone d'habitation Indiqué par d'autres artisans
proximité des habitations

BAY.01-02 ± 1.8 km Dans un talus, en contrebas idem Agriculture Indiqué par l'instructeur ([BAY.02]) ou
d'un champ par d'autres artisans ([BAY.Ol])

BAY.03 ± 500 m* Le long d'un ruisseau Individuelle et restric­ ? Indiqué par l'instructeur
tive

Eton

MAN.Ol ± 300 m En bordure d'un champ Individuelle (?) Agriculture idem

KEL.Ol ± 4.5 km En bordure de la piste, à Individuelle non restric­ Zone de pêche durant la saison sèche Lors d'une partie de pêche
proximité d'une rivière tive

USE.Ol ± 1 km Dans une zone maréca­ idem ? Indiqué par d'autres artisans, via l'ins­
geuse à proximité d'un tructeur
ruisseau
ARTISAN (S) DISTANCE EMPLACEMENT TYPE EXPLOITATION ACTIV1TÉ(S) MENEÉ(S) AU MÊME CONTEXTE D'IDENTIFICATION
ENDROIT

Vute

YAN.Ol ± 600 m Dans une ravine d'écoule­ idem - Indiqué par l'instructeur
ment

NUL.02 ± 1 km*** Le long d'une rivière à la Collective - idem


hauteur d'un gué

NUL.03 ± 1.5 km* Dans la berge d'une rivière Individuelle non restric­ Pèche au barrage (a.p.) En prélevant de la terre dans la berge
tive pour confectionner un barrage (a.p.)

GAI.Ol ± 800 m Dans la berge d'une riviè­ idem Agriculture (a.p.) Indiqué par le propriétaire de la planta­
re, au milieu d'une planta­ tion; initialement découvert en remar­
tion quant la présence de petits tas d'argile
rejeté en surface par les crabes

OUM.Ol ± 500 ml Dans le lit d'un ruisseau, idem Agriculture (anciennement) Lors de travaux de défrichement, en
au milieu d'im champ remarquant la présence de petits tas
abandonné d'argile rejetés en surface par les crabes

Gbaya

BAR.01-02 ± 800 m Au centre d'une petite Collective Indiqué par d'autres artisans
clairière, en dehors des
zones d'habitation et de
culture

YOO.Ol ± 1 km* Dans le lit d'un ruisseau Individuelle non restric­ Collecte du combustible pour la cuisine En remarquant la présence - dans le lit
tive du cours d'eau asséché - de petits tas
d'argile rejetés en surface par les crabes

NAM.Ol ± 200 m En bordure d'une rivière idem Agriculture En remarquant la présence de petits tas
longeant un champ d'argile rejetés en surface par les crabes

ADN.Ol 7* En bordure d'une rivière idem Pêche au barrage Lors d'une partie de pêche, en prélevant
de la terre pour établir un barrage (a.p.)
ARTISAN(S) DISTANCE EMPLACEMENT TYPE EXPLOITATION ACTIVITÉ(S) MENEÉ(S) AU MÊME CONTEXTE D'IDENTIFICATION
ENDROIT

Kepere

DEN.01/03 ± 400 m Le long de la piste, à Collective Actuellement aucune Lors de travaux de défrichement d'une
proximité d'une rivière plantation (a.p.)

Pol

DEN.02 idem idem idem idem idem

Mkako

DAI.01-02 ±1.8 km Zone marécageuse, en idem ? Lors d'une chasse, en remarquant des
bordure d'une rivière flaques d'eau stagnante de couleur blan­
châtre (a.p.)

OMO.Ol ± 1 km* Sur la berge d'une rivière Individuelle (?) Collecte du combustible pour la cuisine En collectant du combustible

a Lorsque l'artisan travaille à domicile


b Lorsqu'ils travaillent dans leur champ
c n s'agit de la même source que celle qu'exploitent [MEM.01-02]
d Lorsqu'ils travaillent à domicile
e Ce terme désigne la personne auprès de laquelle l'artisan a effectué son apprentissage
f U s'agit de la même source que celle qu'exploitent les potiers yamba [KAK.01-03]
g n s'agit de son ancienne source, abandonnée depuis une vingtaine d'années
h n s'agit de la même source que celle qu'exploite [Bafeuk/NUL.Ol]
i Cette source, initialement exploitée par le potier est située à proximité du village dans lesquel il réside habituellement
j n s'agit de la distance séparant le lieu de prélèvement du lieu de résidence de la potière. C'est à cet endroit qu'elle avait l'habitude de pratiquer l'activité, mais elle a aujourd'hui déplacé
son champ (à plus de 3 km de cet emplacement).
soit parce qu'elles sont réparties de manière inégale aux alentours des centres de production (Dogon
du Mali [Bedaux 1986]), soit parce qu'on les considère plus appropriées que d'autres (Diola du
Sénégal [Linares de Sapir 1969]), soit enfin parce qu'elles sont placées sous la protection d'une
prêtresse, chargée de faire respecter les interdits et d'y accomplir une série de rituels (Shai du Ghana
[Quarcoo & Johnson 1968:69]). Dans certaines zones du pays yoruba (Nigéria), chaque communauté
possède sa propre source, les potières la louant à l'éventuel propriétaire du terrain (Wahlman 1972).
Ailleurs, plusieurs sources sont indistinctement exploitées par les artisans d'un même village ou d'une
même région™.
Les exemples d'exploitations restreintes relèvent de trois situations différentes: (1) monopole
ethnique, (2) monopole clanique ou familial, (3) monopole individuel.
(1) Selon Nijembazi, les Twa du Burundi étaient autrefois propriétaires de l'ensemble des
gisements disponibles, cette situation leur garantissant le monopole de l'activité. De nos jours
cependant, "quiconque voudrait faire des poteries - car il existe des potiers non Batwa - a la liberté
d'extraire la terre argileuse" (1988:49).
(2) Dans certains groupes ou certaines communautés, seuls les membres du clan ou de la
famille qui possède le terrain ont le droit de s'y approvisionner™, mais ceux-ci peuvent aussi bien
en interdite l'accès aux personnes étrangères - pour éviter toute concurrence (Logoli [Wagner 1956]
et Kikuyu [Brown 1989d] du Kenya) - qu'exiger une rétribution pour les autoriser à s'y approvision­
ner (Mongo du Zaïre [Eggert & Kanimba 1980]). Lorsqu'aucun membre de la famille ou du clan ne
fabrique de la poterie, le propriétaire de la source peut simplement la louer ou exiger quelques
récipients en échange (Ibibio du Nigéria [Nicklin 1981a], Kikuyu du Kenya [Brown 1989d]). Enfin,
deux soeurs tswana d'Afrique du Sud ont obtenu le monopole de leur source après en avoir demandé
la permission au chef du village, car ce gisement "appartenait à Dieu" (Krause 1985:110).
(3) Les potières teke de la région de Zanaga (Congo) possèdent toujours leur propre lieu
d'extraction™ et il est rare qu'elles en autorisent l'accès à une autre personne: "[u]n fétiche
protecteur [...], petit paquet d'ingrédients [...] enveloppés dans une feuille, est suspendu à un arbre
près du gisement, à la fois pour le personnaliser et pour empêcher les étangères de venir s'y
approvisionner" (Pinçon 1984:66). Bien que l'auteur fournisse peu de détails, il pourrait en aller de
même chez certains Yoruba du Nigéria (Aiyedun 1988:78)™.
La situation ne paraît guère différente de celle qui a été observée au Cameroun, puisqu'une
large majorité des gisements sont accessibles à tous, tandis que les exemples d'exploitations restreintes
relèvent surtout de monopoles familiaux et individuels. Un autre type d'exploitation est cependant
observé dans certaines zones d'Afrique de l'Ouest et de l'Est: ici, l'artisan achète son argile au
marché (Gtm de Porto Novo, Bénin [Rivallain 1981], Edo du Nigéria [Thomas 1910]), dans un village
voisin (Igbo du Nigéria [Okpoko 1987]), auprès de vendeurs itinérants (Nupe [Nicholson 1934b] et
Bini [Willett & Connah 1969] du Nigéria, Luo du Kenya [Herbich & Dietler 1991]), auprès des
personnes qui possèdent un gisement (Ibibio [Nicklin 1981a] et certains Yoruba [Ibigbami 1984,
O'Hear 1986] du Nigéria), ou dans des conditions non-spécifiées (Peul-Adarawa du Nigéria

Zaghawa et Berti d'El Fasher au Soudan (Tobert 1984b), Luo du Kenya (Herbich & Dietler 1991), Kongo-Manyanga
du Congo (Mpika 1986).
^ Gurensi du Ghana (Smith 1989), par exemple.
Dans ce cas, les matériaux ajoutés à l'argile font cepoidant l'otget d'une exploitation commune.
S'il fallait autrefois payer le propriétaire du terrain, ce n'est plus le cas aujourd'hui.

87
[Nicholson 1929], Pokot du Kenya [Brown 1989a]). Il s'agirait de se procurer des matériaux de
meilleure qualité (ou considérés comme tels), ou de poursuivre l'activité lorsqu'il n'existe aucun
gisement aux alentours du lieu de manufacture (Brown 1989a, Herbich & Dietler 1991, Nicholson
1934b, Nicklin 1979). On notera, enfin, que certaines potières endo (Welboum 1989) et luo (Herbich
& Dietler 1991) du Kenya chargent parfois leurs clients de les approvisionner en argile, la quantité
exigée leur permettant parfois de réaliser quelques récipients supplémentaires.
Une fois encore, il semble donc que la connaissance des matériaux ne soit pas l'apanage des
seuls spécialistes.

2.2.2. Distance

Les informations réunies dans le tableau 2 montrent à quel point la longueur et la durée des trajets
sont rarement prises en compte lors des enquêtes de terrain: sur près de 150 publications, 22
seulement livrent des données exploitables*'^ Dans de telles conditions, il serait illusoire de chercher
à déterminer les limites préférentielles et maximales des territoires d'exploitation; on constatera
simplement que les données correspondent aux prédictions d'Arnold (1985:50) et s'avèrent
relativement comparables à celles qui ont été collectées au Cameroun. Ainsi, lorsque l'artisan effectue
le trajet à pied, il s'approvisionne en général dans un rayon de 3 km ou à quelques dizaines de
minutes du lieu de manufacture. Au-delà de ce seuil, les matériaux sont éventuellement transportés
par des animaux, en pirogue ou en camion, prélevés et/ou acheminés par d'autres personnes, ou
stockés aux environs du village, ces conditions étant mutuellement compatibles (voir tableau 2). Deux
exceptions sont à noter, mais celles-ci ont trait à des situations plutôt particulières: si les Bambuba
de Bukokoma n (Zaïre) parcourent en effet 6 km pour obtenir leur argile, ils s'approvisionnaient
auparavant dans le village même (Kanimba & Bellomo 1990:340; on ignore cependant pourquoi la
source a été abandonnée). Au Kenya, une potière dorobo marche environ trois heures pour atteindre
sa source, mais celle-ci est située - dans la montagne® - à proximité de l'endroit où résidait sa fa­
mille (Clarfield 1989:82). A l'époque, le trajet était assurément plus court.

TABLEAU 2: Distance séparant le lieu de manufacture du lieu d'extraction dans tme série de populations sub-sahariennes

GROUPE/PAYS DISTANCE REMARQUES RÉFÉRENCE

Longueur du trajet

Bambara/Mali 300 m - Raimbault 1980

Kongo-Manyanga/ 300 m à 3.5 - Mpika 1986


Congo km

Zaghawa/Soudan < 1 km - Tobert 1984b

Fogny-Diola/Séné- 1.5 km - Linares de Sapir 1969


gal

On parle parfois de sources "assez proches" ou "assez éloignées" du lieu de manufacture, mais il n'est pas possible de
savoir ce que recouvrent ces termes (voir, par exemple, Bedaux 1986, Brown 1989a, 1989d, Crowfoot 1933, Delneuf 1991,
Kratz 1989, Lestrange 1955, O'Brien & Hasting 1933, Powell-Cotton 1934, Waane 1977).
Ce qui explique en partie la durée du trajet.

88
GROUPE/PAYS DISTANCE REMARQUES RÉFÉRENCE

Tswana/Afr. du Sud 1.6 km - Krause 1985:110

Kongo-Ndibu/Zaïre < 2 km - Maret, com. pers.

Luba-Shaba/Zaïre < 2 km - Maret, com. pers.

Luo/Kenya < 2 km Un homme exploite des sources respective­ Herbich & Dietler 1991
ment situées à ± 7 et ± 20 km, transportant
l'argile à dos d'âne pour la vendre à certai­
nes potières

Dogon/Mali ± 2m - Bedaux & Lange 1983

Yoruba/Nigéria ± 2 km - Aiyedun 1988

Venda/Afr. du Sud 3.3 km - Krause 1985:91

Ndebele/Afr. du 4 km Transport dans une charette tirée par un âne Krause 1985:67
Sud

Yoruba/Nigéria ± 5 km L'argile, prélevée par certains hommes, est Wahlman 1972


stockée pour le reste de l'année. D'autres
potière s'approvisionnent à ± 11 km, mais
paient des transporteurs

Bambuba/Zaïre 6 km L'argile était autrefois prélevée dans le Kanimba & BeUomo 1990
village

Sarakolé/Mali 7 km Transport à dos d'âne Gallay 1970

Nupe de Bida/Nigé- ± 16 km La source est exploitée par des vendeurs Nicholson 1934b
ria itinérants

Bini/Nigéria 24 km La source est exploitée par un autre groupe Willett & Connah 1969
et l'argile est transportée en camion

Durée du trajet

Crun/Bénin < 10 min - Rivallain 1981

Fulanî 8c Lame/Ca- 15 min - David & Hennig 1972


meroim

Région de Kagera/ 15 min - ChUds 1986:108


Tanzanie

Kongo-Dondo/Con- 15-30 min - Lanfranchi 1984


go

Teke/Congo < 1 heure - Pinçon 1984

Mongo/Zaïre 1-2 heures Transport en pirogue et stockage à proximité Eggert & Kanimba 1980,
du village Kanimba 1992

Dorobo/Kenya ± 3 heures - Clarfield 1989

Toucouleur/Sénégal Plusieurs Transport souvent effectué dans une charette Lagoutte 1988
heures tirée par un âne

2.2.3. Emplacement

La plupart des auteurs ne fournissent que des détails topographiques et j'ignore par conséquent s'il

89
existe, comme au sud du Cameroun, une coïncidence entre les lieux d'extraction et les zones
d'activités principales de l'artisan. A titre anecdotique, on notera que l'argile est généralement
prélevée dans la berge ou le lit des cours d'eau^”, aux abords des marécages® et, plus rarement,
sur le flanc ou au bas des collines ou des massifs montagneux®, dans des termitières®, en pleine
forêt® ou en plaine®.
Quelques descriptions sont cependant plus précises, et montrent que la situation observée au
Cameroun ne constitue pas une exception. Ainsi par exemple, les potières teke du Congo
sélectionnent-elle leurs lieux d'extraction en fonction de l'emplacement des champs de manioc (Pinçon
1984:66; mais on ignore s'il s'agit de leurs propres plantations). Chez les Bakonjo d'Uganda, O'Brien
& Hasting (1933:186) signalent l'utilisation d'une source située dans une bananeraie. De même, une
potière kapsiki du Nord-Cameroun s'approvisionne à côté du champ de mil dans lequel elle s'installe
lorsqu'elle fabrique de la poterie (Jest 1956:48). En Tanzanie, les potières kisi exploitaient autrefois
plusieurs types de gisement, certains se situant aux abords des habitations ou des bananeraies; depuis,
les villageois ont exigé qu'elles s'approvisionnent à une plus grande distance, à la fois parce qu'ils
manquaient de place pour construire de nouvelles habitations, et parce que l'eau stagnant au fond des
fosses accroissait les risques de paludisme (Waane 1977:273). Dans la région du Darfur, au Soudan,
certains artisans utilisent parfois de l'argile de termitière, bien qu'ils considèrent ce matériau comme
étant de moindre qualité. Selon Haaland (1978:48-9), ils le choisiraient uniquement parce qu'ils ont
la possibilité de l'extraire à côté de leur case. Enfin, chez les Ijayi d'Abeokuta (Nigéria), "[t]he land
outside the walls of the town is simply pitted with holes from which the clay has been gotten" (Ling
Roth 1931:248).

2.2.4. Identification des gisements, sélection et durée d'exploitation

Ici encore les données font défaut et cette situation est d'autant plus malheureuse qu'il est préférable,
pour comprendre les stratégies d'exploitation, de savoir dans quelles circonstances les sources ont été
découvertes, comment l'artisan en a apprécié l'exploitabilité et ce qui a pu justifier leur éventuel
abandon.
En ce qui concerne les contextes d'identification, Mpika (1986:271, 275) est le seul à fournir

Shai du Ghana (Quanxx) & Johnson 1968), Peul-Adarawa (Nicholson 1929), Yoruha (Aiyedun 1988, Wahlman 1972)
et Bini (Willett & Connah 1969) du Nigéria, plusieurs groupes du Nord-Cameroun (Delneuf 1991), Zaghawa (Tobert 1984h)
et Lango (Powell-Cotton 1934) du Soudan, Punu du Gabon (Mihindou 1985), Kongo-Manyanga du Congo (Mpika 1986),
Kongo-Ndibu (Maret 1974), Pende (Pierot 1987) et Luba (Manoly 1937, Maret & Bulckens 1978) du Zaïre, Twa du Burundi
(Maquet 1965), Logoli (Barboiu: 1989), Samburu (Brown 1989c) et Kikuyu (Brown 1989d) du Kenya, Ngoni et Ndendehule
de Tanzanie (Dorman 1938), Venda d'Afrique du Sud (Krause 1985); voir également Drost (1967:18-20). D s'agit parfois d'un
cours d'eau temporairemoit ou définitivement asséché: Toucouleur du Sénégal (Lagoutte 1988), Sénufo de Côte d'ivoire (Knops
1980), Gciriku de Namibie (Woods 1984), Ndebele d'Afrique du Sud (Krause 1985).
Bambara (Raimbault 1980; la zone est inondée durant la saison des pluies) et Dogon (Bedaux & Lange 1983) du Mali,
Bariba du Bénin (Lombard 1957), plusieurs populations du Nord-Cameroim (Delneuf 1991), Teke du Congo (Pinçon 1984),
Mongo (Eggert & Kanimba 1980, Kanimba 1992) et Luba (Manoly 1937) du Zaïre, Kikuyu du Kenya (Brown 1989d).
® Plusieurs populations du Nord-Cameroun (Delneuf 1991), Kongo-Dondo du Congo (Lanfranchi 1984), Kisi de Tanzanie
(Waane 1977), Okiek du Kenya (Kratz 1989), Tswana d'Afrique du Sud (Krause 1985); voir également Drost (1967:20).
^ Yimba et Yalunka de Sierra Leone (DeCorse 1989), Gisiga du Cameroun (David & Hennig 1972), Luba-Shaba du Zaïre
(Maret, com. pers.), Nyaneka d'Angola (Lang & Tastevin 1936), région du Darfur, Soudan (Haaland 1978), Pokot et n
Charnus du Kenya (Brown 1989a, 1989b), Tewe de Tanzanie (Shropshire 1936); voir également Drost (1967:20-1).
^ Bambuba du Zaïre (Kanimba & Bellomo 1990).
Malinke (Kante & Emy 1993) et Dogon (Bedaux 1986) du Mali.

90
quelques renseignements, mais ceux-ci doivent être considérés avec prudence car il s'agit de récits
mythiques, relatifs à l'invention de la poterie. Dans certaines zone du pays manyanga (Congo), on
raconte en effet que les premières potières ont découvert leur argile en retournant le sol pour installer
un champ ou lors d'une expédition de pêche; soit dans des circonstances analogues à celles qu'ont
souvent évoquées les artisans sud-camerounais.
Ailleurs, aucune précision n'est apportée quant à la découverte du lieu d'extraction, mais
l'artisan explique comment il procéderait s'il devait en changer. Chez les Okiek du Kenya par
exemple, une potière affirme qu'il lui suffit d'observer les flancs de collines: lorsqu'elle y remarque
la présence d'un matériau argileux, elle en teste d'abord la maniabilité et la texture en l'écrasant entre
les doigts, puis elle le met en bouche, afin de s'assurer que son goût est sucré. Ce n'est toutefois
qu'après avoir façonné et cuit un récipient expérimental qu'elle a la certitude que le gisement est
exploitable (Kratz 1989:69-70). Une potière ndebele d'Afrique du Sud considère également que les
meilleurs argiles ont un goût sucré‘^\ mais elle ne les recherche que dans le lit des anciens cours
d'eau, après y avoir creusé de petites cavités (Krause 1985:67). Contrairement à ce que l'on observe
au Cameroun, il n'est donc pas exclu que certaines sources soient identifiées lors d'une prospection,
ou suite à un sondage effectué dans une zone jugée stratégique.
Pour apprécier la qualité d'un matériau, d'autres paramètres que le goût peuvent être pris en
compte, tels que la texture ou la couleur. Ainsi, un potier gciriku de Namibie croque systématique­
ment l'argile avant de la prélever, afin de s'assurer qu'elle ne contient pas trop de sable (Woods
1984:305). Chez les Ganda d'Uganda, "[c]lay is divided by the local porter into two classes; Ebumba,
any clay which is sufficiently good for the coarce earthenware, and Ebumba nasaka, a purer finèr clay
for the making of black portery, this was described by one porter as 'clay which women can eat'
because it has no stones" (Trowell 1941:61). L'utilisation d'argiles différentes pour confectionner
certains types de récipient est également attestée chez les Luba de Ngoy, au Zaïre: ici, les potières
s'approvisionnent dans un marécage lorsqu'elles fabriquent des gargoulettes et sur la berge d'une
rivière s'il s'agit des autres classes techno-fonctionnelles (Manoly 1937:3). Chez les Luo du Kenya,
les potières d'une même localité exploitent trois gisements mais l'une des argiles doit être mêlée à
d'autres matériaux, car elle est de trop médiocre qualité pour la fabrication des grandes jarres de
cuisson (Herbich & Dietler 1991:117). Dans les deux cas, on ignore cependant ce qui différencie les
gisements.
Selon les potières akamba (Brown 1989d:93) et logoli (Barbour 1989:41) du Kenya, la couleur
constituerait une excellente indication: les premières mélangent en effet une argile noire, une blanche
et une rouge - provenant de la même source - tandis que les secondes privilégient une argile rouge,
mais sont obligées de la mêler à une argile noire, car elle est beaucoup plus rare. Comme le remarque
Drost (1967:25), des préoccupations esthétiques pourraient dicter le choix de certains matériaux, et
notamment la couleur acquise au terme de la cuisson. Aux exemples qu'il fournit, on ajoutera celui
d'un potier burundais, qui sélectionne ses argiles de manière à obtenir des récipients blancs,
rougeâtres ou brun-jaunes (Maquet & Maquet 1957:19-20).
En ce qui concerne les éventuels changements de source, j'ai déjà évoqué le cas de ces
potières kisi de Tanzanie, désormais obligées de s'approvisionner à une plus grande distance du
village pour permettre la construction de nouvelles habitations et limiter les risques de paludisme

Elle évite celles qui ont un goût salé.

91
(Waane 1977:273). En pays luo, Herbich et Dietler (1991:116) constatent que certaines sources sont
utilisées depuis une très longue période, tandis que d'autres ont été abandonnées suite à un accident
(effondrement des parois), à un "affaiblissement des matériaux" (dû au non-respect d'un interdit), ou
à un épuisement des couches exploitables. Dans d'autres cas, les artisans semblent peu disposés à
changer de source, même s'ils déplacent leurs zones d'activité ou de résidence. Selon Smith (1989:61-
2) par exemple, les potières gurensi du Ghana reviennent toujours s'approvisionner au même endroit,
non-seulement parce qu'elles y trouvent un matériau de qualité, mais aussi parce que le gisement est
associé aux esprits qui ont assuré la réussite de leur travail. Toujours au Ghana, mais cette fois chez
les Shai, nous avons vu que les sources étaient protégées par une prêtresse, chargée de faire respecter
les interdits et d'y accomplir une série de rituels. Cette situation expliquerait pourquoi les potières
continuent à les utiliser, même s'il existe des gisements de qualité simiMre à une moins grande
distance du village (Quarcoo & Johnson 1968:68).
Tous ces exemples montrent à quel point les attitudes et les comportements varient lorsqu'il
s'agit de la sélection et de l'exploitation des matières premières. Comme c'est le cas au sud du
Cameroun, on s'aperçoit que les préoccupations techno-fonctionnelles ne constituent nullement une
priorité. Au contraire, des impératifs économiques, symboliques et esthétiques semblent gouverner
les choix à ce niveau de la chaîne opératoire.

3. PRELEVEMENT

3.1. Données collectées au Cameroun et comparaison éventuelle avec d'autres populations


sub-sahariennes

Les artisans n'ont pas l'habitude de conserver un surplus d'argile aux abords du lieu de manufacture.
Chaque fois qu'ils souhaitent fabriquer de la poterie, ils se rendent donc sur le site d'extraction et y
prélèvent une quantité de matière suffisante pour réaliser un certain nombre et/ou certains type de
récipients. Cette opération, nous l'avons vu, peut être menée durant leurs temps libres ou en marge
d'une série d'activités de subsistance.
Tous n'adoptent pas ce comportement cependant: en pays bamum et bamileke par exemple,
les potières prélèvent toujours une quantité d'argile supérieure à leurs besoins inunédiats et utilisent
celle-ci durant une à plusieurs semaine(s). Dans ce cas, le matériau est soigneusement emballé dans
des feuilles de bananier ou dans un plastique*” et entreposé à l'ombre pour éviter qu'il ne perde sa
plasticité naturelle. D'autres potières® conservent parfois ime petite quantité d'argile sèche à
domicile, afin de pouvoir faire face à d'éventuelles commandes durant certaines périodes de l'année.
Leur source se situant en effet dans le lit d'un cours d'eau ou dans un marécage, il est difficile - voire
impossible® - de s'y approvisionner en dehors de la saison sèche.

Après l'avoir éventuellement préparé: [Bamileke/BAB.01-04].


® [Djanti/GOR.Ol], [GbayaA'OO.Ol], [Gbaya/NAM.Ol].
A moins d'utiliser d'autres tediniques d'extraction (voir paragraphe 3.1.4.), mais celles-ci s'avèrent relativement pénibles
et peuvent nécessiter la présence de plusieurs personnes.

92
Ainsi, contrairement à ce que l'on observe dans d'autres zones du continent africain^^^ la
constitution d'une réserve d'argile n'est pas nécessairement liée à la distance séparant le lieu
d'extraction du lieu de manufacture, n peut s'agir d'une simple planification du travail (Bamum et
Bamileke: ces potières savent qu'elles auront l'occasion de fabriquer et de vendre une certaine
quantité de récipients dans les semaines à venir) ou de l'inaccessibilité saisonnière d'un gisement.
En ce qui concerne le prélèvement, quatre techniques sont observées, dont la première est de
loin la plus fréquente: (1) extraction en fosse, (2) extraction en surface, (3) galerie souterraine, (4)
extraction sous le niveau de l'eau.

3.1.1. Extraction en fosse

(1) n s'agit le plus souvent de réutiliser une fosse creusée quelques années plus tôt par
l'artisan lui-même ou par d'autres membres de sa communauté. En fonction de la durée d'exploita­
tion, du nombre de personnes qui s'y approvisionnent et de la position de la couche d'argile, son
diamètre peut être compris entre 50 cm et 5 m® (1 à 2 m dans la plupart des cas) et sa profondeur
entre 50 et 170 cm. De forme généralement conique ou tronconique, il n'est pas rare qu'une des
parois soit moins abrupte que l'autre, l'argile étant prélevée au bas de cette dernière.
Avant de procéder à l'extraction, l'artisan écope éventuellement l'eau stagnante (à l'aide d'une
bassine ou à la main), puis dégage la terre et les débris organiques qui s'y sont accumulés depuis le
dernier prélèvement. Cela fait, il élimine les premiers centimètres de la couche d'argile - jugés
inexploitables car ils peuvent encore être mêlés à de la terre - et détache celle-ci par petites mottes,
jusqu'à en obtenir ime quantité suffisante. Bien que l'opération soit souvent effectuée à l'aide d'une
houe (destinée en principe aux travaux agricoles), certains utilisent une lame rectangulaire (± 20 x
± 8 cm) fixée à une hampe de ± 1,5 m de long®.
Enfin, chaque motte est écrasée entre les doigts afin d'en évaluer la texture et la plasticité
mais également d'éliminer d'éventuelles impuretés minérales et/ou organiques (graviers et racines dans
la plupart des cas).
(2) Pour peu que la couche d'argile soit de faible épaisseur, que la fosse s'enfonce trop
profondément dans le sol®, ou qu'elle se soit partiellement ou totalement comblée®, l'artisan en
réalise une nouvelle à quelques mètres de distance®. Dans ce cas, il peut préalablement enfoncer
une machette dans le sol et tâter le matériau qui y adhère, afin de s'assurer que l'argile se situe à une

Yoruba du Nigéria (Wahlman 1972) et Mongo du Zaïre (Eggert & Kanimba 1980, Kanimba 1992), par exemple (voir
également £>rost 1967:27-9). Nous verrons plus loin que l'entreposage de l'argile peut constituer ime forme de traitement
(paragraphe 4.2.1.).
^ [Gbaya/BAR.01-02]; dans ce cas. le site s'apparente plutôt à une carrière, mais les potières affirment qu'il a été exploité
depuis la fondation du village. Chez les artisans de Dcot Ekwerre Itan Uyo (Nigéria), Nicklin a par ailleurs observé des fosses
pouvant atteindre jusqu'à 15 m de profondeur: "[t]he sides of the pit bave to be re-dug after each wet season and new steps
eut, to facilitate access to the bottom of the pit" (1979:439).
^ D s'agit de l'outil d'extraction le plus fréquent en Afrique sub-saharienne, mais Lombard signale l'utilisation de "houes
spéciales, à lame petite et très arrondie" chez les Bariba du Bàiin (1957:19). D'autres artisans utilisent une pioche (Toucouleur
du Sénégal [Lagoute 1988]), une barre de fer prolongée par une lame (Kisi de Tanzanie [Waane 1977]), ou une pointe en fer
ou en bois (Tallensi et Nankansi du Ghana [Priddy 1971]).
Au-delà de 2 mètres, on commence à craindre des accidents.
^ Cette situation est d'autant plus fréquente que les épisodes d'extraction sont espacés sans le temps.
Lors de mes enquêtes, ce fut le cas pour [E)janti/GOR.02], [Bafia/KIK.02-03], [Banen/DK.Ol], [Bafeuk/ASE.Ol] et
[Vute/GAI.Ol].

93
faible profondeur^’’. A l'aide d'une houe, d'une pelle ou d'une bêche, il dégage alors l'humus sur
une superficie de ± 2m^ et creuse une cavité de 50 à 100 cm de diamètre au centre de cet espace,
jusqu'à atteindre l'argile (située, selon les cas, à une profondeur de 30 à 70 cm). Les 10 premiers
centimètres sont à nouveau éliminés, pour éviter qu'un apport de sable ou de terre n'engendre des
accidents lors de la cuisson. Cela fait, l'artisan prélève le matériau à la houe et le trie soigneusement
avant de l'entasser dans une bassine ou un seau.

3.1.2. Extraction en surface

Deux situations se présentent:


(1) chez certains yamba’^ et basaa’^’, l'argile est directement détachée de la paroi d'un talus,
à l'aide d'une houe, d'un manche en bois dont l'extrémité est taillée en biseau’"’ ou d'une
lame fixée à une hampe®. Les zones de prélèvement étant verticales, elles ne doivent pas
être préalablement nettoyées; tout au plus se contente-t-on de dégager la couche superficielle,
lorsque celle-ci semble trop sèche. Après en avoir prélevé une quantité suffisante, l’artisan
n'a plus qu'à débarasser le matériaux de ses impuretés.
(2) Lorsque l'argile se situe à quelques centimètres de la surface, il suffit de dégager la couche
d'humus sur une superficie de ± Im^, puis de la prélever à la houe®, à la main® ou à
l'aide d'une machette®. Les mottes sont ensuite triées une à une.

3.1.3. Galerie souterraine

Cette méthode n'a été observée qu'à deux reprises, en pays mambila®. Dans chaque cas, il s'agît
d'une cavité de ± 1 m de profondeur et ± 80 cm de diamètre, se prolongeant horizontalement sous
le sol sur une longueur de 1.5 à 2 m”*”. Selon les potières, l'exploitation ne comporte aucun risque
tant que la galerie n'excède pas 3 à 4 m; il suffit alors d'établir une nouvelle structure à quelques
mètres de distance, en s'enfonçant d'abord verticalement dans la couche d'argile et en poursuivant
l'extraction de manière horizontale.
Pour effectuer le prélèvement, l'une des potières se glisse jusqu'au fond de la galerie et y
détache de petites mottes d'argile à l'aide d'une houe. Celles-ci sont entassées dans une hotte,
remontées à la surface et soigneusement triées afin d'en éliminer les éventuelles impuretés minérales
ou organiques.
On notera que ni l'épaisseur ni la profondeur du gisement ne paraissent justifier un tel mode

" [Djanti/GOR.02].
® [MEM.01-02, 04] [BUI.01-02].
® [LIK.Ol], [BAY.01-02J.
^ [LK.Ol], selon cette potière, les récipients risqueraient de se fendre si l'atple entrait en contact avec le fer. Un outil
similaire est signalé chez les Mongo du Zaïre (Eggert & Kanimba 1980) et les Kikuyu du Kenya (Brown 1989d).
® Yamba.
[Balïa/K1K.04]; mais elle préfère en éliminer les premiers centimètres, jugés trop sableux.
^ [Kepere/DEN.Ol, 03], [Pol/DEN.02].
® Idem
^ A Kouroum ([OUM.Ol]) et Atta ([Att.01-04]), mais la première source est également exploitée par les potiers yamba
de Sarid Mbaka ([KAK.01-02]).
Sa forme évoque celle d'un "L" couché.

94
d'extraction; dans un contexte similaire, d'autres artisans se seraient probablement contentés de
simples fosses. Toutefois, si nous sommes en présence d'une tradition culturelle, celle-ci ne peut être
associée à l'ensemble des artisans mambila: selon Zeitlyn (com. pers.) en effet, certains d'entre eux
pratiqueraient l'extraction en fosses*”.
Les exemples d'exploitation souterraine semblent plutôt rares en Afrique sub-saharienne,
Drost (1967:27) n'en relevant l'existence que chez les Bariba du Bénin, les Zande du Soudan, les
Nyamwezi de Tanzanie et certains artisans de l'Urua, au Zaïre. Chez les Bariba, "[cjertaines femmes
creusent [...] des galeries souterraines, peu profondes, mais cependant dangereuses, les effondrements
étant fréquents" (Lombard 1957:17). Dans l'Urua, l'"argile de premier ordre [..,] provient, parait-il,
des carrières de Kabele [...], d'où elle est retirée par le moyen de galeries souterraines creusées
jusqu'au centre du gisement" (Coart & de Haulleville 1907:33).

3.1.4. Extraction sous le niveau de l'eau

Suivant la position du gisement et la profondeur de l'eau, deux méthodes sont utilisées:


(1) s'il s'agit de prélever l'argile dans le lit d'un ruisseau*^ l'artisan dispose d'abord quelques
mottes de terre contre la berge, en demi cercle, consolide éventuellement ce barrage avec de
la boue, afin de l'étancher, et écope l'eau qui y est retenue à l'aide d'une bassine. Après avoir
entièrement dégagé le dépôt de matières organiques et de sable à la houe, il creuse une cavité
de 20 à 30 cm de profondeur et quelques dizaines de centimètres de large, jusqu'à atteindre
la couche d'argile. Celle-ci est alors prélevée à la main et triée au fur et à mesure®.
(2) Lorsque le gisement se situe dans le lit d'un cours d'eau plus profond® (20 à 40 cm en
général), l'artisan doit confectionner deux barrages transversaux, à quelques mètres de
distance, en accumulant des branches et des rondins et en colmatant les brèches avec de la
terre. Debout dans la rivière, au niveau du barrage aval, il commence alors à écoper l'eau
à l'aide d'une bassine. Si le barrage amont se révèle suffisament étanche, celle-ci peut être
complètement éliminée; dans le cas contraire, il entoure la zone d'extraction d'un petit muret
de boue et poursuit l'écopage à ce niveau. Les autres opérations sont similaires à celles qui
viennent d'ête évoquées.
On notera que la confection des barrages et l'écopage nécessitent la présence de plusieurs personnes.
Pour cette raison, mais également parce qu'il s'agit d'un travail pénible, les potières préfèrent extraire
l'argile lors d'une partie de pêche® ou charger les femmes qui y participent d'effectuer le
prélèvement à leur place. Celles-ci connaissent l'emplacement des meilleurs matériaux et sont
parfaitement capable de les trier au fur et à mesure.

Dans le village de Somié notamment.


® [Bafia/OUF.Ol], [Bafeuk/NUL.Ol].
Une technique similaire est signalée chez les Punu du Gabon (Mihindou 1985:41).
[Tikar/AKU.01-03], [Gbaya/YOO.Ol] (uniquement en saison des pluies), [Kepere-Pol/DEN.01-03] (dans le cas de leur
second gisement). Selon Pinçon (1985:66) les potières teke de la région de Zanaga, au Congo, seraient obligées d'utiliser cette
technique en saison des pluies, lorsque le niveau de l'eau est trop élevé.
Rappelons que la pêche au barrage s'effectue suivant les mêmes modalités.

95
Remarques

Quelles que soit sa technique d'extraction, l'artisan préfère souvent se faire assister par des parents,
des amis ou des voisins, particulièrement s'il se sent trop âgé pour mener l'opération à bien ou s'il
souhaite gagner du temps. Lors de mes enquêtes, tous ceux qui furent obligés de réaliser une nouvelle
fosse confièrent d'ailleurs ce travail à un adolescent ou à un adulte, se contentant de leur prodiguer
quelques conseils. D'autres ne se déplacèrent même pas, soit parce qu'ils étaient pris par d'autres
activités et pouvaient charger quelqu'un de prélever l'argile à leur place**^ soit parce qu'il leur était
interdit de s'approcher du lieu d'extraction. A ce propos, j'ai déjà évoqué l'exemple de cette femme
sanaga, désormais obligée de confier l'opération à d'autres car elle est mère de jumeaux (voir
paragraphe 2.1.5.); c'est également le cas d'une potière vute qui, parce qu'elle a eu la lèpre, risque
de détériorer le gisement par sa seule présence. Chaque fois qu'elle souhaite fabriquer de la poterie,
elle charge donc ses fils ou ses voisines de lui ramener de l'argile.
Ce type de situation n'a rien d'exceptionnel en Afrique sub-saharienne. Ainsi, lorsque
l'activité est aux mains des femmes, l'extraction peut être principalement ou exclusivement réalisée
par les hommes, tout simplement parce qu'il s'agit d'un travail pénible (Yoruba du Nigéria [Wahlman
1972], Gbanziri et Ngbandi de Centrafrique [Zigba 1993], Twa du Burundi [Maquet 1965, Nijembazi
1988]) ou pour des raisons d'origine symbolique. Chez les Babukusu du Kenya, par exemple, seuls
les hommes, les jeunes garçons et éventuellement les femmes ménopausées ou les jeunes filles ont le
droit de pénétrer dans les fosses. On craint en effet que les adolescentes et les femmes actives ne
rendent l'argile inutilisable (Wandibba 1989:48). De même, chez les Senufo-Kpeenbele de Côte
d'ivoire, les hommes se chargent de l'extraction et les femmes du transport car, comme le remarque
Spindel, "[i]t is more common for men to do work that 'break' the ground, as women are perceived
as earth nurturers" (1989:69).
Ailleurs, le prélèvement peut être réalisé en collaboration avec des forgerons (Sarakolé du
Mali [Gallay 1970:50]; ceux-ci se chargent d'éliminer la couche superficielle) ou confié aux
apprentis® (par ex. Malinké du Mali [Kanté & Emy 1993:97], Pokot du Kenya [Brown 1989:54-5]).

4. TRAITEMENT

4.1. Données collectées au Cameroun

Dans la majorité des cas, l'argile est préparée quelques dizaines de minutes ou quelques heures après
avoir été acheminée jusqu'au lieu de manufacture. Certains craignent en effet qu'ime trop longue
exposition à l'air libre ne lui fasse perdre sa plasticité naturelle, d'autres préfèrent façonner les
récipients le jour même, afin de ne pas interrompre leurs principales activités. Cette situation n'est
pas systématique cependant, plusieurs artisans ayant l'habitude de se constituer des réserves d'argile
(voir paragraphe 3.1.) ou de reporter l'opération lorsque le matériau leur semble encore trop

[Tikar/AKU.Ol-03], [Bafeuk/NUL.Ol].
Quoique cette situation n'ait jamais été observée au sud du Cameroun, plusieurs artisans l'ont évoquée.

96
humide® ou lorsqu'ils souhaitent prendre un peu de repos au terme du prélèvement®. D'autres,
nous le verrons plus loin, doivent préalablement faire sécher l'argile avant d'entreprendre sa
préparation.
En ce qui concerne les modalités de traitement, 8 techniques sont observées (tableau 3), qui
peuvent être regroupées en deux catégories, suivant qu'il s'agit ou non de modifier la texture et/ou
la composition du matériau: (1) simple malaxage, (2) adjonction au retrait d'éléments plastiques ou
non plastiques.

4.1.1. Simple malaxage

Ici, l'objectif est simplement d'accroître la maniabilité et l'homogénéité du matériau, afin de pouvoir
plus facilement le manipuler lors du façonnage. Humide et relativement plastique au départ, l'artisan
va peu à peu lui faire acquérir une consistance jugée optimale, soit par pilonnage - et c'est ce qui se
passe le plus souvent - soit par hachage, pétrissage ou broyage. En fonction de la quantité souhaitée,
des modalités de traitement et de la taille des outils (essentiellement celle du support), l'opération peut
être réalisée en une ou plusieurs étapes: dans le premier cas, toute l'argile est traitée en même temps,
l'artisan n'ayant plus qu'à la détacher du support et à l'entasser dans une bassine ou sur une feuille;
dans le second, il se contente d'en préparer quelques poignées à la fois, jusqu'à en obtenir une
quantité suffisante. Rajoutant éventuellement de l'eau lorsque la matière semble trop sèche ou trop
granuleuse et éliminant au fur et à mesure les impuretés organiques et les plus grosses inclusions, il
s'interrompt enfin pour en écraser une petite quantité entre les doigts. Ayant ainsi apprécié sa
consistance, il choisit de poursuivre ou d'interrompre l'opération.
(1) Pilonnage: l'argile est placée dans une bassine, un fragment de tambour ou une benne de
brouette, ou étalée sur une meule, une peau de chèvre, une planche, un morceau d'écorce, un
fragment de tronc évidé, une pierre plate, un demi-tonneau ou un couvercle aplati. Si les mottes sont
encore trop compactes, l'artisan peut préalablement les hacher à l'aide d'une houe®. Debout, courbé
en deux, ou assis à même le sol ou sur un petit tabouret, il percute alors la matière verticalement, à
l'aide d'un manche de houe, d'une molette, d'un pilon (± 0.30 à ± 1.50 m de long) ou d'une
branche grossièrement taillée. Durant l'opération - qui excède rarement 15 à 30 minutes - il ramène
sans cesse l'argile au centre du support ou trempe l'outil dans l'eau pour éviter qu'elle n'y adhère.
J'ai signalé plus haut qu'une potière djanti utilisait parfois un matériau sec®: dans ce cas,
elle commence par concasser les mottes dans une bassine en aluminium, à l'aide d'un marteau,
humidifie la poudre et la malaxe à la main, puis procède au pilonnage, en utilisant cette fois un
manche de houe. Une autre potière® écrase l'argile entre les mains après l'avoir pilonnée, mais il
s'agit autant d'améliorer sa consistance que de s'assurer qu'il n'y subsiste aucune inclusion grossière.
Comme on le voit sur le tableau 3, le pilonnage est de loin la technique la plus répandue au
sein de la zone d'étude: utilisé par 43 artisans - soit plus de la moitié des personnes interrogées (n

[Ban»i/DIK.01] [Vute/GAI.Ol] (dans ce cas, on laisse normalement égoutter l'argile à proximité du lieu d'extraction).
® [Bafia/OUF.Ol], [Bafia/KIK.02-03], [I^anti/GOR.02I.
® [Bafia/KIK.04], [Bafia/BIA.Ol].
[GOR.Ol] (voir paragraphe 3.1).
® [Banen/DIK.Ol].

97
= - il constitue, d'un groupe à l'autre, une simple variante ou la seule alternative connue
(Tikar, Djanti, Balom, Bafia, Sanaga, Basaa, Eton). En termes géographiques ou culturels, aucun
regroupement ne peut être dégagé.
(2) Hachage: les mottes d'argile sont entassées dans un fragment de tronc évidé ou sur une
large planche et préalablement concassées à l'aide d'une houe. Debout, courbé en deux, l'artisan
procède alors à un véritable hachage, en y enfonçant continuellement la lame et en ramenant l'outil
vers lui au fur et à mesure. Lorsque l'argile est étalée sur le support, il en fait une motte compacte
et reprend l'opération.
Jusqu'ici, cette technique n'a été observée que chez les Bamileke®, lesquels affirment ne
pas en connaître d'autres.
(3) Pétrissage: après avoir placé l'argile dans une bassine ou sur une dalle en ciment, l'artisan
se contente de la malaxer à la main, jusqu'à lui faire acquérir la consistance souhaitée. Durant
l'opération, il peut aussi bien s'assoir sur un petit tabouret, que se tenir debout, courbé en deux.
Les deux potières qui utilisent cette technique ([Bafeuk/DIM.Ol] et [Vute/OUM.Ol]) la
considèrent comme une simple alternative, la seconde affirmant d'ailleurs n'y avoir recours que
lorsqu'elle ne peut consacrer qu'une petite partie de son temps à l'activité. En principe, le pétrissage
s'effectue en effet sur un matériau préalablement broyé et tamisé® (voir paragraphe 4.1.2.).
(4) Broyage et pétrissage: quelques poignées d'argile sont placées à l'extrémité d'une grosse
meule concave, légèrement inclinée. Agenouillé devant celle-ci, l'artisan les écrase à l'aide d'une
molette, qu'il déplace horizontalement tout en y imprimant un léger mouvement de rotation. De
nouvelles poignées sont ajoutées au fur et à mesure, tandis que la matière broyée s'accumule sur un
tapis de feuilles, disposé à l'autre extrémité de la meule. Enfin, lorsqu'il estime en avoir obtenu une
quantité suffisante, l'artisan entasse l'argile sur un plateau en aluminium, l'asperge d'eau et la malaxe
à la main.
Cette technique est utilisée par trois potières seulement, lesquelles résident dans la même
localité®, mais appartiennent à des groupes différents (Kepere et Pol).

4.1.2. Adjonction ou retrait d'éléments plastiques ou non-plastiques

(1) Mélange de deux argiles: chez les Yamba, certains potiers® ont l'habitude de prélever
deux argiles dans un talus - un "noire" et une "blanche"® - à quelques dizaines de centimètres de
distance. Celles-ci sont placées sur une meule, en proportions égales, et pilonnée à l'aide d'un
fragment de poutre. Quoique ces artisans affirment devoir mélanger les matériaux pour obtenir des
récipients de bonne qualité, d'autres potiers qui exploitent la même source® ne prélèvent que l'argile
"blanche", jugée plus appropriée car elle ne comporte pas d’éléments organiques. Comme l'ensemble
de ces artisans utilisent les mêmes méthodes de fabrication et destinent leurs récipients aux mêmes
usages, tout semble indiquer qu'il s'agit d'un choix arbitraire, et non d'une adaptation forcée aux

n s'agit uniquement des artisans pour lesquels je dispose de données exploitables.


Rappelons qu'il s'agit du sous-groupe Fe'fe', dans lequel une seule communauté fut étudiée.
Selon [DIM.Ol], ce procédé serait destiné aux argiles grossières, prélevées à faible profondeur.
[DEN .01-03].
® [MEM.01-02, 04).
Si l'une d'entre elles est légèrement plus claire, la différence de couleur est peu prononcée.
[BUI.Ol-021.

98
contraintes de la matière ou de la fonction.
Une situation analogue a été évoquée par une potière basaa^’’: après s'être installée dans un
nouveau village, les femmes de l'endroit lui ont en effet expliqué qu'il fallait mélanger deux argiles,
prélevées à près d'un km de distance. Peu à peu elle s'est aperçue que l'un des matériaux était de
meilleure qualité et pouvait par conséquent être utilisé seul; toutefois, malgré l'évidente solidité de
ses récipients, personne n'a tenu à suivre son exemple.
(2) Mélange de deux argiles et adjonction de sable: chez les Nsei de Bamessing, l'unique
artisan interrogé explique qu'il mélange deux argiles (prélevées à des endroits différents) et les pilonne
sur une tôle en y incorporant un peu de sable. Bien que ce procédé soit également décrit par Mon
(1984:251) - à ceci près que les matériaux sont malaxés sur une pierre plate à l'aide d'un pilon -
Knecht (com. pers.) a relevé plusieurs types de traitement à Bamessing, utilisés en fonction de la
nature et de la provenance des matériaux: mélange d'argiles, mélange d'argiles et adjonction de sable,
simple adjonction de sable (voir également Valentin [1981:148-9]), simple malaxage.
(3) Adjonction de sable: dans ce cas, une seule argile est utilisée, à laquelle l'artisan incorpore
une petite quantité de sable® qu'il ramasse sur le sol, aux abords du lieu de manufacture®, ou
dans le lit d'une rivière®. Après avoir éventuellement préparé le matériau en le hachant à même le
sol ou en le pilonnant sur une meule à l'aide d'un manche de houe, d'un manche de hache ou d'un
fragment de pilon, il l'étale sur le support, le saupoudre de quelques poignées de sable et procède à
un nouveau pilonnage ou à un simple pétrissage. Afin de s'assurer que l'argile a acquis une bonne
texture, certains en écrasent une petite quantité entre les doigts® ou la prennent en bouche et la
croquent entre les dents.
Pour autant que je sache, ce type de traitement serait circonscrit à la partie nord-occidentale
de la zone d'étude, c'est-à-dire aux territoires occupés par les Bamum®, les Nsei (voir plus haut),
les Mambila et certains Yamba®. On notera que si ces derniers exploitent la même argile qu'une
potière mambila® - laquelle leur aurait conseillé d'y ajouter du sable - il ne s'agit pas d'un procédé
inédit: dans leur village natal en effet, une série de matériaux ne peuvent être exploitées qu'à
condition d'en modifier la texture (ce que confirment deux potiers de la région®).
Interrogés sur la fonction de ce traitement, les Yamba et les Mambila estiment qu'il s'agit
autant de rendre l'argile plus maniable ("moins collante") que d'éviter que les récipients ne se fendent
en séchant ou n'éclatent à la cuisson. Selon les Bamum, l'objectif serait également de les consolider.
(4) Broyage, tamisage et pétrissage: après avoir été grossièrement fractionnée, l'argile est
mise à sécher sur le sol durant 1 à 2 jours, puis réduite en poudre par broyage ou par pilonnage. Dans
le premier cas, l'opération est réalisée sur une meule, à l'aide d'une molette: étalant une peau de
chèvre ou un plastique sous l'une des extrémités du support, l'artisan le surélève au moyen d'une
pierre ou un bâton, s'assied ou s'accroupit en l'enserrant entre les genoux, y dépose quelques mottes

[LIK.Ol].
Bien que je n'ai jamais pu en mesurer la proportion exacte, celle-ci ne devrait pas excéder 15 à 25%.
® [Bamum/MAR.01-04], [Yamba/KAK.01-03], [Mambila/RUM.Ol].
® [Mambila/ATT.01-04]; il s'agit de la rivière qui traverse le village.
® [Mambila/ATT.03-4], [MarnbilamUM.Ol].
[Yamba/KAK.01-03].
® [KAK.01-031.
® [RUM.Olj.
® [BUI.01-02].

99
et les écrase par percussion puis par friction horizontale. Rajoutant de nouvelles mottes, il poursuit
l'opération jusqu'à ce qu'une quantité suffisante de poudre se soit accumulée sur la peau ou le
plastique. Dans le second cas, il déverse les mottes dans un mortier en bois (jusqu'à mi-hauteur
environ), se tient debout devant celui-ci et écrase la matière à l'aide d'un pilon dont les extrémités
sont légèrement épaissies.
L'opération suivante est réalisée à l'aide d'un panier à tressage serré ou d'un tamis circulaire
de fabrication non-locale. Tenant l'outil au-dessus d'une bassine, l'artisan y déverse une petite
quantité de poudre et lui imprime un mouvement de va-et-vient latéral ou vertical. Lorsqu'il n'y
subsiste plus que des particules grossières, il rejette celles-ci sur le côté, rajoute une nouvelle quantité
de poudre et reprend l'opération.
Enfin, la fraction tamisée est humidifiée et pétrie jusqu'à acquérir la consistance souhaitée.
Si le matériau s'avère trop sec ou peu plastique, l'artisan rajoute tout simplement un peu d'eau ou un
peu de poudre.
Lors de mes enquêtes, ce type de traitement n'a été observé que chez les Gbaya et certaines
potières mkako, pol et kwakum (voir tableau 3), soit à l'est de la zone d'étude. Comme je l'ai signalé
plus haut, trois autres artisans affirment utiliser le technique de façon régulière^^^ ou occasionnel­
le®, mais on notera que deux d'entre eux ont effectué leur apprentissage auprès d'une femme
gbaya®: il s'agirait donc de se conformer à une tradition plutôt que de s'adapter aux éventuelles
contraintes de la matière. Je reviendrai sur ce problème par la suite.
Interrogés sur la fonction de ce traitement, la plupart des artisans répondent qu'ils ne
connaissent pas d'autres méthodes et qu'ils n'auraient de toutes façons aucun intérêt à en changer
puisque leurs récipients sont solides et suffisamment imperméables®. Certains lui attribuent toutefois
un double avantage: (1) comme l'argile est préalablement desséchée, on ne doit pas se préoccuper de
sa consistance ou de sa teneur en eau au moment de l'extraction, (2) de même, sa texture a peu
d'importance puisqu'elle est corrigée lors du broyage et du tamisage. On peut dès lors utiliser des
matériaux autrement inexploitables et/ou prélever ceux-ci à une plus faible profondeur, ce qui rend
l'opération moins pénible®.

4.1.3. Outils et procédés: relations avec d'autres systèmes techniques

Comme c'est le cas pour d'autres étapes de la chaîne opératoire, il semble que les techniques et les
outils utilisés lors du traitement des matières premières ne soient pas spécifiques à la poterie mais
simplement empruntés à d'autres sphères et en particulier celles touchant à la production et la
préparation des aliments. Même si cette situation n'a rien d'exceptionnel (Hodder 1986:55; pour une
discussion plus concrète, voir Leroi-Gourhan 1973:346-51), elle mérite d'être détaillée.
(1) Supports: c’est à ce niveau que l'on relève les seuls exemples d'outils "spécialisés". Chez

[Vute/GAI.01], [Vute/OUM.Ol].
® [Bafeuk/DIM.Ol].
® [BafeukÆJIM.Ol], [Vute/OUM.Ol].
Deux qualités essentielles selon la majorité des personnes interrogées. J'ignore toutefois ce qu'elles entendent par
"solide" (s'agit-il de la durée de vie; de la résistance aux stress d'utilisation?) et nous verrons dans le chapitre consacré aux
traitements postérieurs à la cuisson que la perméabilité d'un récipient peut être atténuée avant sa mise en circulation.
^ C'est du moins ce qu'affirment [Gbaya/ADN.Ol] et [Bafeuk/DIM.Ol]. D semblerait que l'argile extraite à proximité de
la surface soit plus grossière ou en tous cas plus humide, donc moins plastique.

100
les Bamîleke, les Tikar, les Bafïa, les Basaa et les Bafeuk, certaines potières malaxent en effet l'argile
sur un fragment d'écorce^*^ ou de tronc évidé, ou affirment avoir utilisé ce type dé support par le
passé. Long de 0.80 à 1.50 m et large d'une cinquantaine de centimètres, sa courbure naturelle
permettrait de traiter une grande quantité de matière sans que celle-ci se répande sur le sol. Chez les
Yamba, il s'agit d'une meule dormante (plate ou concave), de 70 à 80 cm de long, 40 à 50 cm de
large et 7 à 30 cm d'épaisseur. Bien que réservée à la préparation des matériaux, rien - sinon peut-
être sa taille - ne la distingue des autres meules, normalement destinées au broyage de certaines
denrées alimentaires (graines, feuilles, fruits, tubercules). Ces dernières constituent un support de
prédilection au sein de la zone d'étude (tableau 3): de forme et de taille variables (30 à 70 cm de
long, 20 à 50 cm de large, 4 à 40 cm d'épaisseur), l'artisan peut aussi bien les utiliser sur place, à
l'endroit où se préparent les aliments®, que les sortir momentanément de la cuisine ou les récupérer
lorsqu'elles sont hors d'usage. Plutôt qu'une meule, d'autres préfèrent utiliser un mortier en bois (50
à 60 cm de haut, 30 à 40 cm de diamètre), destiné en principe à la préparation de la farine de manioc.
Enfin, une série de matériaux ou d'outils usagés servent ponctuellement de support: tôle, planche,
peau de chèvre, couvercle, bassine ou plateau en aluminium, demi-tonneau, fragment de tambour et
benne de brouette.
(2) Percuteur/broyeur: pour pilonner l'argile, bon nombre d'artisans utilisent un simple
manche de houe, après en avoir éventuellement ôté la lame®. Long de 40 à 60 cm, son extrémité
distale - recourbée - sert de surface active. Presque aussi souvent, le pilonnage peut être réalisé à
l'aide d'une molette cylindrique ou ovoïde, de 10 à 20 cm de long et 5 à 8 cm de diamètre.
Egalement récupéré dans la cuisine, cet outil est toujours utilisé en association avec une meule®.
D'autres artisans se servent de petits pilons en bois (destinés à la préparation des aliments), de
manches de hache (dont la forme est la taille évoquent celle d'un pilon), de fragments de poutre ou
de branches grossièrement taillées.
Le hachage s'effectue toujours à l'aide d'une houe, employée de la même manière que pour
retourner la terre dans les champs; quant au broyage, l'artisan le réalise à l'aide d'une molette s'il
place la matière sur une meule, ou d'un pilon s'il la déverse dans un mortier. Ici encore, gestes et
postures sont identiques à ceux que l'on adopte lors de la préparation des aliments.

Remarque

Ce rapprochement entre le traitement des matières premières et certaines techniques de production


pourrait n'être que fortuit. En effet, les artisans se contentent souvent des outils qu'ils ont sous la
main, estimant que ces derniers sont suffisamment pol)rvalents et qu'il serait fastidieux, voire onéreux,
d'en confectionner d'autres. Dès lors, comme ce sont essentiellement les femmes qui fabriquent la
poterie, et comme ce travail est réalisé au champ ou à domicile, il n'est pas étonnant de voir
apparaître des instruments et des dispositifs issus de ces deux activités féminines par excellence que

Choisie parfois en raison de son imputrescibilité.


^ [Kepere, Pol/DEN.01-03]; la meule est enchâssée dans un petit terre-plein d'argile crue et abritée à l'intérieur d'tme
case. La plupart des femmes du village l'utilisent pour broyer les céréales ou les tubercules de manioc.
Q s'agit plus généralement de manches de réserve.
Mais l'inverse n'est pas vrai.

101
sont l'agriculture et la préparation des repas^'^ Etant donné les concordances au niveau des postures
et des séquences opératoires, il devrait pourtant exister des relations plus profondes - et par exemple
symboliques - entre ces différentes activités. Interrogés sur ce point, la plupart des artisans estiment
qu'il s'agit d'un hasard ou que l'association ne dépasse guère le cadre des outils, ceux-ci n'étant tout
simplement utilisables que d'une seule manière. D'autres sont prêts à admettre l'existence de certaines
similitudes, et une potière® est tout à fait explicite à cet égard, puisqu'elle associe, terme à terme,
la préparation de l'argile à celle de la bouillie de manioc. Pour confectionner celle-ci, on laisse en
effet tremper les tubercules durant quelques jours, on les fractionne en petit morceaux que l'on fait
sécher au soleU, puis on les broie sur une meule à l'aide d'une molette®. Comme c'est le cas pour
l'argile, la farine est ensuite tamisée dans un panier®, humidifiée, et malaxée à la main. En ce qui
concerne la poterie, ce procédé semble circonscrit à la partie orientale de la zone d'étude; on notera
cependant que la bouillie et les bâtons de manioc sont confectionnés suivant les mêmes modalités dans
la plupart des autres groupes, en sorte que s'il existe une transposition technique, celle-ci n'a rien
d'obligatoire.
Sans préjuger des résultats que pourrait apporter une étude plus approfondie, on retiendra
donc que la préparation de l'argile participe de la sphère des activités usuelles de l'artisan, tant par
l'organisation du travail que par les procédés et les instruments utilisés. A ce titre, elle n'impose pas
la maîtrise de techniques spécialisées et peut entretenir des relations symboliques avec les autres
occupations féminines.

TABLEAU 3: Informations relatives aux techniques et aux instruments utilisés lors du traitement des matières premières.
♦Les dotmées ont été obtenues par interview uniquement.

ARTISAN(S) TRAITEMENT INSTRUMENTS

SUPPORT PERCUTEUR/BROYEUR

Yamba

MEM.01-02, 04 Mélange d'ime argile Grande meule réservée à cet Fragment de poutre
"blanche" (V4) et d'une usage
argile "noire" (Vè); pilon­
nage

MEM.03* Pilonnage idem Branche grossièrement


taillée

BUI.01-02* idem idem idem

KAK.01-03 Premier piloimage; ad­ idem (1) manche de houe,


jonction de sable; second (2) branche grossièrement
pilonnage taillée

Lorsque la poterie est exclusivement fabriquée par les hommes, comme c'est le cas chez les Yamba, on voit que la meule
servant de support est réservée au traitement de l'ar^le et que le pilonnage s'effectue à l'aide d'un fragmœt de poutre ou d'une
branche grossièrement taillée.
® [Vute/GAI.Ol].
Ou dans un mortier à l'aide d'un pilon.
^ Ou dans un tamis.

102
ARTISAN(S) TRAITEMENT INSTRUMENTS

SUPPORT PERCUTEUR/BROYEUR

Mambüa

ATT.01-02 Pilonnage; adjonction de Meule plate Manche de hache


sable; pétrissage

ATT.03 idem idem idem

ATT.04 idem idem Fragment de pilon

RUM.Ol Pilonnage et adjonction idem Manche de houe


graduelle de sable

Nsei

MES.Ol* Mélange de deux argiles, Tôle ?


adjonction de sable et
pilonnage

Bamileke

BAB.Ol* Hachage Tronc évidé Houe

BAB.02* idem Large planche idem

BAB.03* idem Tronc évidé idem

BAB.04* idem Large planche idem

Bamum

MAR.Ol Hachage sur le sol; pre­ Meule plate Houe, petit pilon
mier pilonnage; adjonction
de sable; second pilonnage

MAR.02 idem idem idem

MAR.03 idem idem Houe, morceau de branche

MAR.04 idem Meule concave idem

Tikar

MBI.Ol Pilonnage Petite meule Molette

AKU.01-03 idem Peau de chèvre idem

ONG.01-02 idem Petite meule idem

SAS.Ol idem Morceau de tronc évidé Manche de houe

SAS.02 idem Petite planche idem

SAS.03 idem Couvercle aplati Fragment de pilon

Bafeuk

ASE.Ol Pilonnage Petite meule Molette

ASE.02 idem idem idem

NUL.Ol idem idem Petit pilon

103
ARTISAN(S) TRAITEMENT INSTRUMENTS

SUPPORT PERCUTEUR/BROYEUR

DIM.Ol Pétrissage sur une dalle en - -


ciment

Djanti

GOR.Ol* Concassage; humidifica­ Bassine en aluminium Marteau; manche de houe


tion; pétrissage; pilonnage

GOR.02 Pilonnage Large meule Manche de houe

Balom

UZI.Ol Pilonnage Large meule Manche de houe

BEA.Ol idem idem idem

Bafîa

OUF.Ol Pilonnage Pierre plate Manche de houe

KDC.Ol idem Fragment d'écorce'’ idem

KIK.02 idem Meule idem

KIK.03 idem idem idem

KIK.04 Hachage et pilonnage Fragment d'écorce’’ Houe; manche de houe

BIA.Ol idem Demi-tonneau Houe; petit pilon

MOU.Ol Pilonnage Meule Manche de houe

Sanaga

GOR.03 Pilonnage Bassine en aluminium Manche de houe

GET.Ol idem Meule ou fragment de tam­ Petit pUon


bour*

Banen

DK.Ol Pilonnage et pétrissage Demi-tonneau‘‘ Manche de houe

Basaa

LIK.Ol Pilonnage Benne de brouette'* Pilon

BAY.01-02 idem Morceau de tronc évidé idem

BAY.03 idem idem idem

Eton

MAN.Ol Pilonnage Planche Pilon

USE.Ol idem idem idem

KEL.Ol idem Meule Manche de houe

Vute

YAN.Ol Pilonnage Grosse meule concave Petit pilon

NUL.02-03* idem Meule ?

104
ARTISAN(S) TRAITEMENT INSTRUMENTS

SUPPORT PERCUTEUR/BROYEUR

GAI.Ol idem" Petite meule plate Molette

OUM.Ol Pétrissage" Bassine -

Gbaya

BAR.Ol Argile fractionnée en Mortier (broyage) et bassine Pilon


petites mottes et mise à (pétrissage)
sécher au soleil durant 1 à
2 jours; broyage; tamisage
de la poudre, humidifica­
tion et pétrissage

BAR.02 idem idem idem

YOO.Ol idem Meule (broyage), bassine Molette


(pétrissage)

NAM.Ol idem-, mais tamisage à idem idem


l'aide d'un panier

ADN.Ol idem , idem idem

Mkako

OMO.Ol idem Mortier (broyage), bassine Pilon


(pétrissage)

DAI.01-02 Pilonnage Grosse meule concave Molette

Kepere

DEN.Ol, 03 Broyage et pétrissage Grosse meule concave (broy­ Molette


age), plateau en aluminium
(malaxage)

Pol

DEN.02 idem idem idem

BOM.Ol Pilonnage Grosse meule concave Pilon

HON.02* Séchage, broyage, tamisa­ Meule (broyage), bassine Molette


ge, humidification et (malaxage)
malaxage

Kwakum

HON.Ol* idem idem idem

a Contrairement à son habitude, la potière utilise un matériau sec.


b Arbre [itôn] (Prytrophleum suavolens); la plupart des potières bafîa auraient utilisé ce type de support par le passé,
c En fonction de la quantité d'argile qui doit être préparée,
d Elle utilisait auparavant un tronc êvidé.
e L'argile est normalement séchée, broyée et tamisée, puis humidifiée et malaxée,
f A l'aide d'un tamis destiné au filtrage de la farine de manioc,
g L'opération est réalisée en commun avec [DEN.Ol] et [DEN.03].

105
4.2. Données collectées dans le reste de l'Afrique sub-saharienne

Un simple survol de la littérature consacrée à l'Afrique sub-saharienne montre à quel point la situation
du Cameroun méridional est peu représentative (tableau 4). Ainsi par exemple, la préparation de
l'argile par simple malaxage paraît relativement exceptionnelle en Afrique^'\ alors que cette
technique est utilisée par plus de la moitié des artisans sud-camerounais (tableau 3 et paragraphe
4.1.1. ). De même, l'adjonction de sable, le mélange de matériaux ou le tamisage ne constituent que
quelques-unes des variantes possibles, et ne comptent pas parmi les plus fréquentes. De façon
générale, il semble que les traitements soient à la fois plus longs et plus complexes qu'au Cameroun,
certains d'entre eux ne pouvant être réalisées qu'en plusieurs jours ou nécessitant une série
d'opérations distinctes. Il est d'ailleurs remarquable de voir qu'un matériau aussi approprié que
l'argile de termitière® (Childs 1986:150-1; Nicklin 1979) est rarement utilisé à l'état naturel, mais
préalablement broyé et tamisé (Brown 1989b; DeCorse 1989) ou mêlé à des excréments, de la balle
de sorgho, de la chamotte ou de la terre (Haaland 1978, Lang & Tastevin 1938, Rank 1989).
n serait fastidieux de détailler l'ensemble des traitements, tant les variantes et leurs
combinaisons sont nombreuses. Afin de faciliter la comparaison j'ai choisi de mettre l'accent sur les
différences significatives et de présenter celles-ci au travers du canevas de préparation le plus
classique: (1) traitement préalable, (2) adjonction d'éléments plastiques ou non-plastiques, (3)
homogénéisation. On consultera le tableau 4 si l'on souhaite obtenir une présentation plus
circonstanciées des modes de préparation dans les différentes populations sub-sahariennes.

4.2.1. Traitements préalables

Du Sénégal au Soudan et de l'Uganda à l'Afrique du Sud, de nombreux artisans ne préparent l'argile


qu'après l'avoir fait tremper ou reposer durant une certaine période, ou l'avoir purifiée par broyage
et tamisage ou par décantation. Dans le premier cas, il s'agirait d'une simple forme de conservation,
mais nous verrons que l'entreposage peut également engendrer une série de transformations, tant au
niveau de la texture que de la plasticité. Dans le second cas, il s'agit uniquement de modifier la
composition granulométrique du matériau.
(1) Trempage-, quoique ce procédé soit de loin le plus fréquent, il n'apparaît guère en Afrique
Centrale, sinon à la périphérie de la zone interlacustre (Bwile du Zaïre [Cabu n.d.^. Pour autant
qu'on sache, l'argile est déversée dans une jarre, un tonneau, une fosse ou une bassine et
copieusement arrosée ou recouverte d'eau®. Le plus souvent, ce trempage ne dure que 10 à 24
heures, mais il peut également se prolonger durant plusieurs jours (Sarakolé du Mali [Gallay 1970],
Bimoba du Ghana [Priddy 1971], Kikuyu du Kenya [Brown 1989d]), plusieurs semaines (Malinke
[Kanté & Emy 1993] et certains Dogon [Bedaux & Lange 1983] du Mali), voire plusieurs mois

Ashanti du Ghana (Rattray 1927), Gwari (Nicholson 1934a), Kofyar (Netting 1970) et certains Yoruba (Mâche 1913,
Wahhnan 1^2) du Nigéria, Gisiga du Cameroun (David & Hennig 1972), Lango du Soudan (Powell-Cotton 1934), Bakondjo
d'Uganda (O'Brien & Hasting 1933), Kisi (Waane 1977), Tewe (Schropshire 1936), Ngoni et Ndendenhule (Dorman 1938)
de Tanzanie.
® Selon Nicklin, "[tlhe superiority of termite-heap clay for potting dérivés from the fact that in building their mounds, the
insects use only hne particles, leaving behind large and extraneous matter. A termite-heap is thus a handy source of pre-sorted
clay, the termites baving performed a levigating function" (1979:438).
® Remplacée par une décoction d'oseille chez certaines Dogon du Mali (Beaux & Lange 1983).

106
(Kanté & Emy 1993). Lorsque l'opération n'excède pas 24 heures, il s'agit simplement d'améliorer
la consistance du matériau, par absorption d'eau et homogénéisation de sa distribution au sein des
particules et des pores. Certains dessèchent et broient d'ailleurs l'argile avant de l'humidifier (Brown
1989d, Kanté & Emy 1993, Krause 1985, Okpoko 1987, Thomas 1910), procédés qui facilitent
probablement la pénétration des liquides (Rye 1981:36). Au-delà de quelques jours ou de quelques
semaines, on pourrait enregistrer un accroissement sensible de la plasticité, suite à l'altération du pH
et à la floculation consécutive des particules. Ce phénomène de "pourrissage" - dû à l'action des
bactéries et des acides (Glick 1936) - dépend toutefois des conditions d'entreposage et de la
composition chimique et minérale des matériaux; j'ignore donc s'il est susceptible de se produire dans
les contextes qui viennent d'être évoqués.
(2) Simple entreposage: l'argile est entassée à même le sol, dans une fosse, dans une jarre ou
dans un tonneau et éventuellement recouverte de plastiques ou de feuilles de bananier, de palmier ou
de ricin (Earthy 1933, Eggert & Kanimba 1980, Rivallain 1981). La durée de l'entreposage étant
rarement inférieure à quelques jours, on ne peut exclure qu'il s'agisse à nouveau de modifier la
plasticité des matériaux par pourrissage. Ce phénomène se produirait d'autant plus facilement que l'on
maintient un certain seuil d'humidité, soit en arrosant quotidiennement l'argile, comme le font les
Diola du Sénégal (Thomas 1957), soit en la couvrant de feuilles ou de plastiques.
(3) Broyage et épuration: bon nombre de descriptions sont trop imprécises pour que l'on
sache si le traitement engendre une réelle modification de la granulométrie ou si l'artisan se contente
de concasser un matériau sec afin de faciliter sa préparation. La première option est attestée avec
certitude chez les Limba et Yalunka de Sierra Leone (DeCorse 1989), les Bariba du Bénin (Lombard
1957), les Kongo-Ndibu du Zaïre (Maret 1974), les Ganda d'Uganda (Trowell 1941), les Samburu-
Dorobo (Brown 1989c) et les Somali (Rank 1989) du Kenya. Comme au Cameroun, l'artisan
commence par écraser le matériau sur une peau ou dans un mortier, à l'aide d'une molette, d'un pilon
ou d'une simple pierre, mais il peut alors tamiser® la poudre ou se contenter de la trier à la main.
Chez les Frafra du Ghana (Newman 1976), les Punu du Gabon (Mihindou 1985), les Teke
(Pinçon 1984) et les Kongo-Manyanga (Mpika 1986) du Congo ou les Gciriku de Namibie (Woods
1984), l'argile sèche est simplement écrasée sur un sac de toile ou à même le sol, émiettée à l'aide
d'un couteau de culture ou broyée sur une meule, puis humidifiée et homogénéisée. Ailleurs, on
ignore si le broyage se prolonge ou non par un tamisage ou toute autre forme d'épuration.
(4) Décantation: dans ce cas, l'artisan délaye l'argile dans de l'eau - jusqu'à lui faire acquérir
un état colloïdal - élimine le sable ou les graviers s'étant déposés au fond du récipient, puis récupère
la poudre après évaporation. Quoique cette technique d'épuration soit nettement plus efficace que le
tamisage, elle n'est guère répandue en Afrique sub-saharienne: on ne l'observe en effet que chez les
Fon du Bénin (David 1983) et certains Dogon du Mali (Gallay & Sauvain-Dugerdil 1981).

4.2.2. Adjonction d’éléments plastiques ou non-plastiques

Pour autant que les données réunies dans le tableau 4 soient représentatives, il semble que plus des
deux tiers des artisans modifient la composition de leurs matériaux, soit par adjonction d'éléments

A cet effet, les Kongo-Ndibu utilisent une sorte de panier allongé, normalement destiné au filtrage de la farine de manioc
(Maret 1974:50).

107
minéraux ou organiques, soit par mélange de 2 ou 3 argiles de couleur et/ou de texture différentes.
Ce deux options sont attestées à travers l'ensemble du continent (pour les zones plus septentrionales,
voir Balfet [1965:164], Drost [1967:29-37]), sans regroupement de type géographique ou culturel et
sans relation apparente avec les autres étapes du traitement. Ainsi par exemple, certains Fon du Bénin
mêlent-ils du sable à l'argile après avoir éliminé ce dernier par décantation (David 1983). Ailleurs,
on voit qu'une épuration par broyage et tamisage se solde parfois par un ajout de sable, de terre ou
de chamotte (Baoulé de Côte d'ivoire et Bassar du Togo [Rivallain 1985-6], Ganda d'Uganda
[Trowell 1941], Somali du Kenya [Rank 1989]) ou que l'on mêle de la chamotte à un matériau déjà
constitué de deux argiles différentes (Igbo du Nigéria [Okpoko 1987]).
En ce qui concerne les éléments non-plastiques, la première place revient incontestablement
à la chamotte. Seul ou combiné à d'autres éléments, ce matériau est en effet utilisé par près de la
moitié des artisans‘^^ à travers toute l'Afrique (voir également De Crits [1991:44-5], Drost
[1967:33, carte 2]), Pour le préparer, l'artisan broie des fragments de vieux récipients à l'aide d'une
pierre, d'un pilon ou d'une molette, tamise éventuellement les morceaux (Lagoutte 1988, Nicholson
1934b, Nicklin 1981a, Raimbault 1981, Trowell 1941) et/ou les mêle à des excréments®, du
sable® ou de la balle de mil®. Ces trois matériaux comptent également parmi les plus fréquents;
toutefois, si l'adjonction de sable est pratiquement attestée dans l'ensemble du continent (seul ou mêlé
à d'autres éléments), celle de déchets céréaliers (paille, balle de mil et de sorgho) ou d'excréments®
semble circonscrite à la zone sahélienne (tableau 4). Quoique l'élevage et la culture des céréales y
soient pratiqués de manière intensive, c'est aussi le cas dans d'autres régions de l'Afrique sub­
saharienne (Gourou 1970:68-9, Oliver & Crowder 1981:290, 295): à moins d'envisager d'improba­
bles contraintes techniques ou fonctionnelle, tout porte à croire qu'il s'agit donc d'un choix arbitraire.
On relèvera enfin l'utilisation ponctuelle d'une série de matériaux organiques ou minéraux:
herbe hachée, cendre, boue, terre de termitière, kaolin, gneiss, psamite, gravier, pierre, latérite,
coquillages. Ces derniers ne sont utilisés que par certains Diola du Sénégal: préalablement calcinés,
ils sont broyés dans un mortier (Linares de Sapir 1969) et parfois tamisés (Thomas 1957).

4.2.3. Homogénéisation

Comme c'est le cas au Cameroun, l'argile est placée sur un supporté®, éventuellement humidifiée
et/ou saupoudrée des différents matériaux® qui viennent d'être évoqués, puis malaxée jusqu'à
acquérir la consistance voulue. Cette opération peut à nouveau se réaliser par pilonnage, pétrissage

n s'aÿt uniquement de ceux qui modifient la composition de leurs matériaux.


Certains Sarakolé (Zeltner 1915) et Dogon (Gallay & Sauvain-Dugerdil 1981) du Mali, Lame du Cameroun (David &
H^inig 1972).
Ibibio du Nigéria (Niddin 1981a) Gisiga-Sud et Mundang du Cameroun (Delneuf 1991; mais les potières y ajoutent aussi
des excrémoits), Luo du Kenya (Herbich & Dietler 1991).
^ Certains Sarakolé du Mali (Gallay 1970), Haussa du Niger (Dupuis & Echard 1971), Petil-Zonimawa du Nigéria
(Nicholson 1931).
^ n s'agit alors de bouse, de fumier ou de crottin d'âne, de cheval, de chèvre ou de mouton, que l'artisan peut
préalablement broyer et éventuellement tamiser (David & Hennig 1972, Delneuf 1991, Lagoutte 1988, Tobert 1984a).
Ou à même le sol chez les Frafra du Ghana (Newman 1976) et certains Yoruba du Nigéria (Wahlman 1972).
^ Les proportions ne sont qu'exceptionnellement mentionnées: ± 1/3 de psamite chez les Kongo-Manyanga du Congo
(Mpika 1986); ± 2/5 de chamotte chez les Gciriku de Namibie (Woods 1984); ± 1/3 de terre rouge chez les Somali du Kenya
(Rank 1989).

108
ou broyage, mais également par piétinage ou par combinaison de plusieurs de ces techniques (Aiyedun
1988, Brown 1989d, Earthy 1933, Eggert & Kanimba 1980, Macfie 1913, Newman 1976, Nijembazi
1988, Powell-Cotton 1934, Rattray 1927, Trowell 1941). On notera que le pilonnage et le pétrissage
sont les procédés les plus fréquents et dont la distribution est la plus homogène, tandis que le
piétinage n'apparaît qu'en Afrique de l'Ouest (du Sénégal au Nigéria) et au nord de la zone
interlacustre. Une fois encore, aucune relation ne peut être établie avec les autres étapes de
préparation.
En ce qui concerne les outils, la situation ne semble guère différente de celle du Cameroun,
même si l'on peut relever une série de matériaux ou de dispositifs inédits: en guise de support, la
plupart des artisans utilisent en effet une meule, un mortier, une pierre ou une natte et, de façon plus
exceptionnelle, une peau (de chèvre ou de vache), un fragment d'écorce, une planche, un sac de toile,
une feuille, un fragment de pirogue ou une bassine. Certains en changent lorsqu'ils procèdent à une
opération différente (pilonnage dans un mortier et pétrissage sur un fragment d'écorce chez les
Ashanti du Ghana [Rattray 1927], broyage sur une meule et pétrissage sur une feuille ou une planche
chez les Kongo-Manyanga du Congo [Mpika 1986], broyage dans un mortier et pétrissage dans une
bassine chez les Kongo-Ndibu du Zaïre [Maret 1974]); d'autres se contentent de récupérer les
instruments qu'ils ont sous la main (meule ou pierre plate chez les Babukusu du Kenya [Wandibba
1989], mortier ou meule chez les Ngoni et Ndendenhule de Tanzanie [Dorman 1938], fragment
d'écorce ou meule chez les Damara d'Afrique du Sud [Sandelowsky 1971]. Quant aux percuteurs,
le plus courant est sans nul doute le pilon, mais certains utilisent également une molette, un manche
de houe, une pierre, un bâton ou un couteau de culture.
Chez les Peul-Adarawa du Nigéria (Nicholson 1931) et les Kongo-Ndibu du Zaïre (Maret
1974), les outils seraient normalement destinés à la préparation des aliments (il s'agit alors de pilons
et de mortiers); j'ignore cependant s'il en va de même dans les autres groupes sub-sahariens. A
l'exception des manches de houe et des couteaux de culture, bon nombres d'instruments et de
matériaux pourraient être spécifiquement destinés au traitement des matières premières.

4.2.4. Signification et distribution des techniques

Comme je ne possède guère d'informations sur les propriétés physiques et minérales des argiles
sélectionnées en Afrique sub-saharienne, et comme ces dernières ne semblent avoir fait l'objet
d'aucune étude expérimentale, il m'est difficile d'apprécier la fonction et la signification des différents
traitements. S'agit-il de corriger certaines imperfections de la pâte ou d'en accroître les performances?
L'artisan se contente-t-il d'appliquer les recettes qu'on lui a enseignées, celles-ci correspondant à de
possibles traditions culturelles?
L'existence de choix arbitraires ne saurait en tout cas être mise en doute. Dans un village du
Nord-Cameroun par exemple, l'argile provenant d'un même gisement est traitée de manière différente
par les Fulani et les Lame, les tins y ajoutant du crottin de cheval, les autres un mélange de crottin
et de chamotte (David & Hennig 1972:5). Chez les Luo du Kenya, "[t]he use of sherd temper... is
... clearly due to local tradition rather than to a dearth of naturally occuring potential temper material
[coarce sandy soil]. Such material is readily available and potters are aware that it is used in other
areas. Yet they eschew it and are willing to exchange a new pot for two old broken ones to assure
their supply of temper..." (Herbich & Dietler 1991:118). Selon Smith (1989:61), enfin, l'adjonction

109
de chamotte serait plutôt symbolique chez les Gurensi du Ghana, le réemploi d'anciens récipients
permettant de préserver un lien entre les morts et les vivants et de symboliser la perpétuation du cycle
naturel.
Parfois, les traitements semblent pourtant répondre à des exigences techniques ou
fonctionnelles. Ainsi par exemple, certains Yoruba ne font-ils tremper l'argile qu'en saison sèche, tout
simplement parce qu'elle n'est pas assez humide au moment de l'extraction (Aiyedun 1988).
Parallèment, les Okiek du Kenya broient et humidifient l'argile durant la saison sèche et l'utilisent
telle quelle en saison des pluies (Kratz 1989). Ailleurs, on voit que les matériaux sont préparés de
manière différente suivant qu'il s'agit de confectionner la partie inférieure ou supérieure des récipients
(Bedaux & Lange 1983, Delneuf 1991®, Gallay & Sauvain-Dugerdil 1981, Raimbault 1981, Tobert
1984b). Comme ces éléments ne sont pas réalisés au départ des mêmes techniques, certains estiment
qu'il s'agit de moduler la consistance de la pâte en fonction des contraintes de façonnage: plus sèche
pour le montage par martelage ou par moulage; plus grasse pour le montage par adjonction de
colombins. Je reviendrai sur ce point dans le chapitre consacré au façonnage (paragraphe 3.3.).
Les traitements peuvent également varier suivant la morphologie et la fonction des récipients.
Chez les Mossi du Burkina Faso, l'argile est mêlée à "de la chamotte de calibre plus ou moins gros
selon la taille du récipient et l'épaisseur des parois" (Martinelli, sous presse). Chez les Peul-Adarawa
du Nigéria, l'artisan ajoute (1) de la balle de mil lorsque le récipient est destiné au transport et à la
conservation de l'eau ou à la préparation de la bouillie de karité, (2) du sable ou de la terre lorsqu'il
s'agit de gobelets, d'assiettes, de lampes, de bouteilles à encre ou de jouets, et (3) de la chamotte dans
le cas des grandes jarres destinées à la conservation de l'eau (Nicholson 1929). Chez les Ganda
d'Uganda, on distingue deux types de poterie: l'une, commune, réalisée à partir d'un mélange d'argile
grossière et de chamotte, de sable ou de pierre broyée; l'autre, destinée à la cour et confectionnée à
partir d'une argile plus fine, mêlée à de la chamotte tamisée (Trowell 1941). Enfin, dans certaines
communautés luo (Kenya), "... ail pot forms in the local répertoire are made from the same mixture
of clay(s) and temper, while in other different combinations are thought to be better suited to different
functions. For example, ail potters in the community near the Tingare source make the complété
range of pots (cooking, serving^ brewing, etc.) from the same clay, while those using the Sifu)ai
source hâve their own favorite combination of clays and temper and often use different mixtures for
cooking and water-storage pots" (Herbich & Dietler 1991:117).
Si l'artisan peut être confronté à des contraintes matérielles et/ou fonctionnelles, on voit qu'il
existe toujours plusieurs façons d'y remédier®, le choix des méthodes ayant peut-être une origine -
ou du moins une signification - culturelle. En admettant toutefois qu'il existe de véritables traditions
à ce niveau de la chaîne opératoire, le problème est de savoir en quoi celles-ci nous renseignent sur
l'identité des artisans. Y a-t-il par exemple coïncidence entre la distribution des techniques et celle
des entités ethnolinguistiques, ou sommes-nous en présence d'une distribution aléatoire, sans aucune

Mais elle ne fournit aucune précision.


Pour obtenir une pâte plus sèche et plus rigide, l'artisan peut par exemple y incorporer de la chamotte (Bedaux & Lange
1983), de la balle de mil (Tobert 1984b) ou im mélange de crottin et de chamotte (Gallay & Sauvain-Elugerdil 1981). Pour
augmenter sa contenance en eau et/ou homogénéiser sa distribution au sein des particules et des pores, le matériau peut être
mis à tremper, broyé, humidifié et malaxé, ou simplement aspergé lors du malaxage. Quant aux éventuelles contraintes
d'utilisation, il existe plusieurs manières de s'y adapter (voir par ex. Arnold 1985:23-4, Rice 1987:226-32, Rye 1976:116-8),
mais encore faudrait-il s'assurer qu'elles ont un rtel impact sur les choix techniques (par ex. Gibson & Woods 1990:34-6,
Woods 1986).

110
signification géo-culturelle?
Ici encore, les données sont trop superficielles pour que l'on puisse se livrer à une évaluation
très poussée. Dans la plupart des cas en effet, les enquêtes sont réalisées auprès d'un individu ou dans
une seule localité, en sorte que l'on ignore si les données sont ou non extrapolables à l'ensemble du
groupe. En consultant des études plus systématiques ou en confrontant plusieurs sources relatives aux
mêmes populations, on s'aperçoit néanmoins que les procédés se circonscrivent plus généralement à
une localité ou une région qu'à un quelconque ensemble culturel: Diola du Sénégal (Linares de Sapir
1969, Thomas 1957), Sarakolé du Mali (Kanté & Emy 1993, Zeltner 1915), Yoruba du Nigéria
(Aiyedun 1988, Macfie 1913, Wahlman 1972), populations du Darfur, Soudan (Arkell 1939, Haaland
1978, Tobert 1984a, 1984b), Ganda d'Uganda (Roscoe 1965, Trowell 1941), Babukusu (Wandibba
1989), Kikuyu (Brown 1989d) et Luo (Herbich & Dietler 1991) du Kenya, Twa du Burundi (Celis
& Nzikobanyanka 1984, Maquet 1965, Nijembazi 1988).
Comme le remarque Tobert, au terme d'une enquête consacrée aux potières du Darfur
(Soudan), "... neither the fabric nor the filler can be used as a means of identifying the existence of
a particular ethnie group. [...] In certain centres, the Zaghawa traditionally use millet husk and
donkey dung as a filler, the first for the base and the second for the neck of the vessel. However
Zaghawa, Tama and Fur use either millet husk, donkey dung or crushed straw, though this usage can
vary within the season or within the groups" (1988:65). (Dans la même région, Haaland [1978] relève
également une variation saisonnière dans le choix des adjonctions, mais constate que la balle de
sorgho - seulement disponible au moment des moissons - est considéré comme un meilleur matériau
que le crottin). Chez les Bimoba du Ghana, les variations seraient d'ordre sexuel, les hommes faisant
tremper l'argile durant quelques jours, tandis que les femmes n'en font tremper qu'une moitié et
réduisent l'autre en poudre (Priddy 1971). Nous avons vu par ailleurs que l'artisan pouvait changer
de procédé suivant la morphologie ou la fonction de ses récipients, ou incorporer indistinctement une
série de matériaux à l'argile (David 1983, Delneuf 1991, Rivallain 1981, Trowell 1941). Bien qu'il
existe quelques exemples d'homogénéité intra-ethnique (Delneuf 1991, Mpika 1986, Pinçon 1984)^”,
on s'aperçoit que les traitements ou leurs combinaisons ne sont pas assez originaux pour être
culturellement discriminants. Seuls un petit nombre de groupes paraissent s'individualiser, mais on
ignore souvent si les procédés concernent l'ensemble ou une partie seulement de la population:
adjonction de coquillages calcinés dans certains sous-groupes diola du Sénégal (Linares de Sapir 1969,
Thomas 1957), décantation et adjonction de crottin d'âne et/ou de chamotte chez les Dogon du
Samyéré (Mali) (Gallay & Sauvain-Dugerdil 1981), mélange de deux argiles, trempage et adjonction
de chamotte chez les Igbo du Nigéria (Okpoko 1987), adjonction de psamite chez les Kongo-
Manyanga du Congo (Mpika 1986) et de latérite chez les Basoga d'Uganda (Condon 1910).
On se souviendra que certains auteurs accordent une signification culturelle aux modalités de
préparation des matières premières et particulièrement à l'adjonction d'éléments non-plastiques
(Cuomo di Caprio & Vaughan 1993, Rice 1987:409, Shepard 1957:163-5). Or, si l'hypothèse semble
acceptable en contexte sub-saharien, une simple comparaison montre qu'il n'est pas possible
d'assigner un statut univoque au mode de distribution des procédés: d'une région à l'autre en effet,
les différences correspondent aussi bien à des entités ethnolinguistiques distinctes, qu'à des ensembles

Voir également David & Hennig (1972) et Eggert & Kanimba (1980), mais leurs oiquêtes n'ont été réalisées que dans
une seule localité.

111
de populations non-apparentées, à différents types de regroupements géographiques ou sociaux (par
sexe, par famille, par communauté), à des individus ou à de simples adaptations saisonnières ou
techno-fonctionnelles.

112
TABLEAU 4: Modalités de préparation des matières premières dans une série de sociétés sub-sahariennes.

GROUPE/PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCnON(S) PRÉPARA'nON REMARQUES RÉFÉRENCE

Fogny-Diola/Sé- - Chamotte Pilonnée sur une peau de - Linares de Sapir 1969


négal chèvre à l'aide d'un pilon
en bois

Kasa-Diola/Séné- - Coquillages calcinés et broyés ? -


gal

Diola/Sénégal Entreposée dans une fosse et Coquillages calcinés, broyés Pétrie ou piétinée - Thomas 1957
arrosée tous les matins durant et tamisés
3-4 jours

Toucouleur/Séné- - Crottin de cheval + chamot­ Pétrie en y ajoutant de - Lagoutte 1988


gal te: broyés et tamisés l'eau

Cogniagi et Bas- - - Séchée, broyée et humidi­ - Lestrange 1955


sari/Guinée fiée

Limba et Yalun- Séchée, broyée à l'aide d'un - Pilonnée L'argile provient d'une termi­ Decorse 1989
ka/Sierra Leone pilon ou d'une molette et tière
tamisée ou triée à la main

Bambara/Mali Mise à tremper dans une jarre Chamotte (broyée et tamisée) Etalée sur ime peau de La chamotte la plus grossière Raimbault 1980
durant 24 heures vache, saupoudrée de est réservée à la partie infé­
chamotte et piétinée rieure des récipients (moulée)

Sarakolé/Mali Mise à tremper dans une jarre Balle de mil + chamotte ? - Gallay 1970
durant 3 à 5 jours

Sarakolé/Mali Conservée dans un jarre Bouse + chamotte ? - Zeltner 1915

Malinke/Mali Séchée puis mise à tremper Chamotte Placée sur une natte, Kanté & Emy 1993
dans une fosse durant plu­ saupoudrée de chamotte
sieurs semaines ou plusieurs et piétinée
mois
GROUPE/PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCnON(S) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Dogon/Mali Mise à tremper dans une dé­ Chamotte Pétrie sur une meule Partie inférieure des récipients Bedaux & Lange 1983
coction d'oseille durant 1 à 2
semaines Crottin idem Partie supérieure des réci­
pients

Dogon du Samyé- Décantée (?) Crottin d'âne + chamotte ? Partie inférieure des récipients Gallay & Sauvain-
ré/Mali Dugerdil 1981
Crottin d'âne ? Partie supérieure des réci­
pients

Mossi/Burkina - Chamotte Pétrie Le calibre de la chamotte Martînelli, sous pres­


Faso varie en fonction de la taille se
et de l'épaisseur du récipient

Lobi/Burkina - Chamotte Pétrie - Ruelle 1904


Faso

Songhaï/Niger - Fumier + boue(?) ? - Gaussen et al. 1969

Hausa/Niger Mise à tremper dans une Chamotte + balle de mil Pétrie sur une natte - Dupuis & Echard
bassine durant ± 20 heures

Sénufo/Côte - "Terre de termitière" broyée Pétrie - Knops1980


d'ivoire et humidifiée

Kp)eenbele-Senu- Mise à tremper dans une jarre Chamotte Piétinée - Spindel 1989
fo/Côte d'ivoire durant une nuit

Baoulé/Côte Séchée, broyée dans un mor­ Sable ou chamotte ? - Rivallain 1985-6


d'ivoire tier et tamisée dans une cale­
basse perforée

Frafra/Ghana - - Séchée, pilonnée (à même - Newman 1976


le sol), humidifîée et
pétrie

Gurensi/Ghana - Chamotte ? - Smith 1989

Nankansi/Ghana Mise à tremper dans une jarre Chamotte ? - Priddy 1971


durant quelques jours
GROUPE/PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCnON(S) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Kusasi-Ouest/Gha- idem - ? - Priddy 1971


na

Bimoba/Ghana Mise à tremper dans une jarre - ? Technique utilisée par les
durant quelques jours hommes

Vz mise à tremper, Vz séchée - ? Technique utilisée par les


et broyée femmes

Kusasi-Est/Ghana - - Broyée en une fine pou­ -


dre

Kassen a/Ghana - Chamotte ? -

Namnam/Ghana - Chamotte ? -

Tallensi/Ghana - Chamotte 7 -

Ashanti/Ghana Eventuellement pilonnée Rattray 1927


dans un mortier et ma­
laxée à la main sur un
fragment d'écorce en
ajoutant un peu d'eau

Sh ai/Ghana “ Gneiss ou gravier broyé sur Malaxée Quarcoo & Johnson


une meule à l'aide d'une 1968
molette ou dans un mortier
avec un pilon

Bassar/Togo Séchée, broyée dans un mor­ Sable ou chamotte ? - Rivallain 1985-6


tier et tamisée dans une cale­
basse perforée

Fon/Bénin Décantation Sable, cendres, paille ou Pétrie - David 1983


chamotte + kaolin

Bariba/Bénin Séchée, broyée et tamisée - ? - Lombard 1957

Gun/Bénin Triée, lavée(?) et mise à Sable ou chamotte Piétinée - Rivallain 1981


reposer sous des feuilles de
bananier ou des plastiques
GROUPE/PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCTION(S) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Peul-Adarawa/Ni- Balle de mil 7 Récipients destinés au trans­ Nicholson 1929


géria port et à la conservation de
l'eau ainsi qu'à la préparation
de la bouillie de karité

Sable ou terre ? Gobelets, assiettes, lampes,


bouteilles à encre, jouets

Chamotte 7 Grandes jarres destinées à la


conservation de l'eau

Peul-Zorumawa/- Balle de mil -1- chamotte Etalée sur une natte et Nicholson 1931
Nigéria pilonnée à l'aide d'im
pUon normalement des­
tiné au broyage du grain

Kofyar/Nigéria - - Humidifiée et pilonnée - Netting 1970


sur une pierre concave à
l'aide d'un pilon en bois

Bassa-Nkwomo/- - Chamotte (finement broyée) Malaxée sur une planche - Hawkes 1970c
Nigéria

Gwari/Nigéria - - Pilonnée dans un mortier - Nicholson 1934a


à l'aide d'un pilon

Nupe/Nigéria - Chamotte tamisée Séchée, broyée dans un - Nicholson 1934b


mortier à l'aide d'un
pilon

Ijayi/Nigéria - Chamotte ? - Ling Roth 1931

Ibibio/Nigéria - Chamotte et/ou sable (tami­ Pilonnée ou piétinée - Nicklin 1981a


sés)

Bini/Nigéria Séchée et mise à tremper - Pétrie - Thomas 1910


durant une nuit

Hausa/Nigéria Humidifiée et mise à reposer Boue séchée (?) Malaxée - Tremeame 1910
durant 1 jour
GROUPE/PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCnONlS) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Igbo/Nigéria Séchée et mise à tremper Chamotte Malaxée Deux argiles sont parfois Okpoko 1987
durant 12 à 24 heures mélangées

Aflkpo/Nigéria Eventuellement mise à repo­ Sable (parfois) Piétinée - Arua & Oyeoku 1982
ser durant quelques jours

Mumuye/Nigéria - Chamotte ? - Strybol 1985

Ogoni/Nigéria - Chamotte Pétrie - Jefîreys 1947

Yoruba de Dorin/- - - Pilonnée et piétinée - Macfie 1913


Nigéria

Yoruba/Nigéria Mise à tremper durant 10 Sable Pilonnée Dans certaines zones Wahlman 1972
heures

- - Mélange de 3 argiles idem

- - Pilonnée à même le sol idem

Yoruba/Nigéria Mise à tremper ou à reposer ? Piétinée et pétrie On ne fait tremper l'argile Aiyedun 1988
durant 24 heures que durant la saison sèche

Kapsiki/Cameroun Entreposée dans une fosse - Piétinée - lest 1956

Fulani/Cameroun - Crottin de cheval Pilonnée en ajoutant de - David & Hennig 1972


l'eau

Lame/Cameroim - Crottin + chamotte Pilonnée en ajoutant de -


l'eau

Gisiga/Cameroun - - Pilonnée en ajoutant de L'argile provient d'une termi­


l'eau tière

Molko, Gisiga- ? Mélange de deux argiles Delneuf 1991


Nord, Mofu-Sud,
Hina, Daba,
Fali/Cameroun

Kanuri/Cameroun - Bouse ou crottin d'âne pilé ? -


GROUPE/PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCTION(S) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Fulani et Mafa/- - Excréments + sable ? - Delneuf 1991


Cameroun

Gîsiga-Sud/Came- - Chamotte + sable + excré­ ? -


roun ments ou chamotte seule

Mundang/Came- - Chamotte + sable + excré­ ? -


roiin ments

Lango/Soudan - - Pilonnée et pétrie sur une - Powell-Cotton 1934


pierre plate

Zaghawa/Soudan Mise à tremper dans une jarre BaUe de mil Mélange de trois argiles Partie inférieure des récipients Tobert 1984b

Crottin d'âne Mélange de trois argUes Partie supérieure des réci­


pients

Berti/Soudan Mise à tremper dans une jarre Bouse réduite en poudre ? - Tobert 1984a

Tama, Fur, Maba Mise à tremper dans une jarre Herbe broyée ? - ArkeU 1939
et Berti/Soudan

Région du Dar- ? Crottin d'âne, de chèvre ou ? Les potière considèrent que la Haaland 1978
fur/Soudan de mouton ou balle de sorgho balle de sorgho est plus ap­
propriée mais elle ne peuvent
se la procurer qu'après les
moissons

Punu/Gabon - - Séchée, broyée, humidi­ - Mihindou 1985


fiée, pétrie et éventuelle­
ment pilonnée

Teke/Congo Séchée, émiettée et bro­ Entreposée dans un récipient Pinçon 1984


yée à l'aide d'un couteau après la préparation et éven­
de culture sur une feuille, tuellement arrosée durant une
humidifiée et pétrie semaine
GROUPE/PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCTION(S) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Kongo-Manyan- Psamite concassé au marteau Séchée, broyée sur une 2/3 d'argile, 1/3 de psamite Mpika 1986
ga/Congo et broyé sur une meule à meule à l'aide d'une mo­
l'aide d'une molette lette, humidifiée et pétrie
sur une feuille ou une
planche

Kongo-Dondo/ - - Broyée sur une meule à - Lanfiranchi 1984


Congo l'aide d'un galet et pilon­
née

Kongo-Ndibu/ Séchée, broyée dans un mor­ - Humidifiée et malaxée - Maret 1974


Zaïre tier à l'aide d'un pilon et dans une bassine
tamisée dans un panier

Songo/Zaïre Broyée dans un mortier et Chamotte ? - Beaucotps 1951


tamisée

Suku/Zaïre - Chamotte (parfois) Pilonnée dans un mortier - Nicolaï 1963

Mongo/Zaïre Entreposée et recouverte de - Pilonnée dans un frag­ - Eggert & Kanimba


feuilles de bananier ou de ment de pirogue â l'aide 1980
palmier d'un pilon et pétrie

Bambuba/Zaire - Sable Pilonnée sur un morceau - Kanimba & BeUomo


de bois à l'aide d'un 1990
pilon

Shi/Zaire Mise à reposer durant 2-3 Pierre broyée Pétrie - (Zolle s.d.
jours

Bwile/Zaïre Parfois mise à tremper durant - Pétrie - Cabu s.d.


une journée

Luba/Zaïre - Chamotte Pétrie - Maret & Bulckens


1978

Nyaneka/Angola - Chamotte Pétrie L'argile provient d'une termi­ Lang & Tastevin 1938
tière

Luchazi/Angola - Chamotte ? Observations faites en Nami­ Woods 1984


bie
GR0UPE7PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCTION(S) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Gciriku/Namibie - Chamotte Séchée, écrasée sur un 3/5 d'argile, 2/5 de chamotte Woods 1984
sac de toile à l'aide d'un
pilon, humidiEée et pétrie

GandaAJganda - Chamotte, sable ou pierre Pilonnée à l'aide d'im Argile grossière, pour la Trowell 1941
broyée bâton et piétinée fabrication de poterie com­
mune

Mise à tremper durant une Chamotte tamisée Pilonnée et pétrie Argile Ene pour la fabrication
nuit ou séchée, broyée et de poterie noire
tamisée

GandaAJganda Entreposée dans une fosse Pierre broyée Monnée - Roscoe 1965

Basoga/Uganda - Latérite broyée Piétinée et humidifiée - Condon 1910

Bakondjo/Uganda - - Pilonnée sur ime pierre à - 0'Brien & Hasting


l'aide d'un manche de 1933
houe

Logoli/Kenya - - Humidifiée et pilonnée à Mélange d'tme argile noire et Wagner 1956


l'aide d'un manche de d'une argile rouge
houe

Logoli/Kenya - Sable Humidifiée et pilonnée - Barbour 1989

Babukusu/Kenya - Sable (dans certaines localités) Pilonnée sur une meule - Wandibba 1989
ou une pierre plate

Endo/Kenya Entreposée dans une fosse ou - Pilonnée à l'aide d'une - Welboum 1989
une jarre pierre

Okiek/Kenya - - Broyée sur une meule, Durant la saison des pluies, Krate 1989
humidifiée et pétrie l'argile est utilisée telle quelle

Il Cbamus/Kenya - - Broyée sur une pierre, Argile de termitière Brown 1989b


humidifiée et pétrie

Samburu-Doroba/ - - Humidifiée et pétrie - Brown 1989c


Kenya
GROUPEfl>AYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCnON(S) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Kikuyu/Kenya Séchée, pilonnée dans un Sable (dans certaines localités) Pétrie Brown 1989d
mortier ou sur un sac de toile
et mise à tremper dans une ■
jarre durant 2 jours

Akamba/Kenya Mise dans tme jarre - HumidiHée, pilonnée et Mélange de trois argiles
pétrie provenant de la même source

Adavida/Kenya - - 7 Mélange de plusieurs argiles Soper 1989

Somali/Kenya Broyée et tamisée Terre rouge ? Argile de termitière. Mélan­ Rank 1989
ge: Vè ou 1/3 terre rouge

Luo/Kenya Matériau sableux, chamotte, ? Dans certaines communautés, Herbich & Dietler
chamotte + sable (suivant les pas d'adjonctions ou mélange 1991
communautés) d'argiles différentes; parfois
suivant la fonction des réci­
pients

Twa/Burundi - Sable Humidifiée et pétrie - Celis & Nzikobanyan-


ka 1984

Twa/Bunindi - Pierre écrasée ou chamotte Pilonnée et piétinée - Maquet 1965, Nijem-


bazi 1988

Kisi/Tanzanie - - Humidifiée et pétrie - Waane 1977

Ila/Tanzanie - Chamotte Pétrie - Smith à. Dale 1920

Tewe/Tanzanie - - Humidifiée et pétrie L'argile provient d'une termi­ Shropshire 1936


tière

Ngoni & Nden- Pilonnée dans un mortier Dorman 1938


denhule/Tanzanie ou sur une meule à l'aide
d'un pilon ou d'une mo­
lette

Rangi/Tanzanie - - Broyée sur une meule à Mélange de deux argiles Liesegang 1975
l'aide d'une molette,
humidifié et pétrie
GROUPE/PAYS TRAITEMENT PRÉALABLE ADJONCTION(S) PRÉPARATION REMARQUES RÉFÉRENCE

Yagu a/Mozambi­ - - Lavée (?) et pétrie - Fejos 1943


que

Lenge/Mozambi- Entreposée et recouverte de Chamotte et éventuellement Humidifiée, pilonnée dans - Earthy 1933
que feuilles de ricin du sable un mortier et pétrie

Damara/Afnque - Sable Malaxée sur un fragment - Sandelowsky 1971


du Sud d'écorce puis sur une
meule

Gananwa/Afrïque - - Séchée, broyée sur une Mélange de deux argiles Anonyme 1967
du Sud meule, humidifiée et
malaxée

Ndebele/Afrique Séchée, concassée à l'aide Chamotte Pétrie Krause 1985


du Sud d'un vieux pilon, mise à
tremper dans un tonneau
durant une nuit

Venda/Afrique du Entreposée dans une jarre - -


Sud

Tswana/Afrique Entreposée dans un tonneau - HumidiHée et pétrie sur -


du Sud un sac de toile
5. CARACTERISATION DES ARGILES UTILISEES AU CAMEROUN

Qu'il s'agisse de la sélection ou du traitement de l'argile, on ne peut guère apprécier les motivations
d'un artisan sans avoir déterminé, de manière expérimentale ou analytique, les principales propriétés
de son matériau. La composition et la structure des argiles étant extrêmement variables, plusieurs
paramètres devraient être pris en compte, parmi lesquels la plasticité, la composition chimique et
minéralogique, la texture et le comportement au séchage ou à la cuisson (voir Grimshaw 1971, Norton
1952, Rice 1987:54-109, Shepard 1957:6-24 pour une présentation complète des différentes
caractéristiques et de leurs implications). Toutefois, n'ayant ni le temps ni les moyens de réaliser
l'ensemble des analyses**\ je n'ai retenu que deux paramètres - plasticité et texture - à la fois parce
que ceux-ci pouvaient être facilement analysés sur le terrain ou en laboratoire et parce qu'il s'agissait
- en apparence - des seules caractéristiques prises en compte lors de la sélection et du traitement des
matières premières.
On trouvera une présentation détaillée des résultats et des méthodes d'analyse dans le volume
consacré à la description des chaînes opératoires: ici, mon objectif est de comparer les propriétés des
différentes argiles afin de déterminer le degré de flexibilités des choix. Comme aucune approche
similaire n'a encore été tentée en Afrique sub-saharienne (ni, à ma connaissance, dans d'autres parties
du monde), on se gardera toutefois d'y accorder une portée générale.

5.1. Plasticité - maniabilité

La plasticité ou capacité d'une "masse semi-solide comme l'argile humide ... [à] être plus ou moins
déformée par une force mécanique sans perdre sa cohésion et sans... reprendre sa forme initiale"
(Aliprandi 1979:243), est une propriété difficile à définir. Celle-ci dépend en effet d'un grand nombre
de facteurs (Bama 1967, Grimshaw 1971:496-504, Rice 1987:58-60) et il faudrait, pour la mesurer,
combiner plusieurs approches. Rice (1987:61-2) regroupe ces dernières en deux catégories: (1) mesure
de la force nécessaire pour engendrer une déformation, (2) mesure de la quantité d'eau requise pour
qu'une argile sèche puisse être déformée.
(1) En raison de la diversité des forces susceptibles d'être appliquées (étirement, compression,
torsion, cisaillement, indentation), plusieurs appareils de mesure ont été mis au point (Bloor 1957),
certains s'avérant fort complexes (Norton 1938). Dans chaque cas cependant, l'objectif est de
déterminer le seuil à partir duquel le matériau n'oppose plus aucune résistance à la force de
déformation. Cette limite critique -yield point ou point de fluage - est exprimée en unité de masse
(kg ou g) par unité de surface (m* ou cm^) lorsque la déformation s'effectue par compression, torsion,
cisaillement ou indentation, et en unité de longueur (m ou cm) lorsqu'il s'agit d'un étirement.
(2) Selon Rice, "[o]ne of the most commonly used quantitative assessment is a clay's
percentage water of plasticity®, or % WP, defined as the percentage (by weight) of water required
to develop optimum plasticity in a dry clay. 'Optimum plasticity' is a subjective Judgment, dépendent
upon intended use and the individual potter's sense of what feels right. Thus for any given clay, %

Bon nombre d'entre elles sont d'ailleurs difficilement interprétables lorsqu'il s'agit de matériaux traditionnels.
Eau adsorbée par les particules d'aiple.

123
WP calculations are best given as a range rather than a single number. Water of platicity is calculated
by slowly adding water from a graduated cylinder to a standard weight of dry clay [...] and noting
first the amount of water required to develop initial plasticity and then the additional amount giving
full plasticity and stickiness after continued mixing" (Rice 1987:62; l'italique est de moi).
S'il est possible de calculer la plasticité d'une argile, la maniabilité est une notion beaucoup
plus subjective, "defîned by the potter's judgment of how well suited a particular clay or body is to
the processes he envisages using" (Rye 1981:20-1). On notera qu'une argile est d'autant plus maniable
- c'est-à-dire plus aisément déformable - qu'elle est peu plastique, ces deux propriétés n'étant donc
pas synonymes. Plusieurs tests permettent d'apprécier la maniabilité d'un matériau: Shepard (1957:50)
recommande par exemple d'applatir une boulette d'argile dont la consistance est jugée optimale et de
voir à quel moment la bordure du disque commence à se craqueler. Rye (1981:13) conseille de
réaliser un colombin de 5 à 10 cm de long et de ± 1 cm de diamètre, puis de l'enrouler (éventuelle­
ment autour d'un doigt) et d'en observer la face externe: on considérera que l'argile n'est pas assez
grasse - c'est-à-dire peu maniable - s'il y a apparition de craquelures. Selon Vandiver (1987), la
simple confection d'un colombin constitue déjà un test déterminant.
N'ayant pas les mêmes objectifs ni les mêmes contraintes qu'un artisan et souhaitant surtout
disposer d'un moyen de comparaison standardisé, je n'ai retenu, pour toute caractéristique, que le
point de fluage. Ici encore il m'a fallut faire un choix, car il n'était pas possible d'utiliser un
appareillage très élaboré sur le terrain. Afin d'obtenir des résultats rapides et précis, je me suis
contenté de mesurer la résistance des matériaux à une force de cisaillement, en ne servant d'un
cisaillomètre de poche normalement utilisé par les pédologues et les géomorphologues^'^ Pour
rappel, il s'agit d'une petite plaque circulaire montée sur un ressort calibré et pourvue de huit lames
verticales rayonnant vers le centre. Après avoir enfoncé celles-ci dans l'argile, une force de rotation
est appliquée sur le ressort jusqu'au moment ou le matériau n'oppose plus aucune résistance. La limite
de résistance - ou point de fluage - est exprimée en g/cm^ et peut être considérée comme un indice
de plasticité.
Un de mes objectifs étant de voir s'il existe une relation entre la plasticité initiale et/ou
résultante d'un matériau et son mode de préparation, j'ai réparti les résultats suivant la nature des
traitements ((1) simple malaxage, (2) adjonction de sable ou mélange d'argiles, (3) broyage et
tamissage) et confronté ces catégories sur un même diagramme (figure 1). Si je dispose d'un plus
grand nombre de données pour les matériaux traités, c'est uniquement parce qu'il n'a pas toujours
été possible d'effectuer des mesures au moment de l'extraction et parce que certains artisans préparent
individuellement une argile prélevée collectivement.

5.1.1. Plasticité initiale

Comme on le voit dans la première moitié du diagramme, la consistance des matériaux est
extrêmement variable au moment de l'extraction, le point de fluage se situant, toutes catégories
confondues, entre 66 et 683 g/cm^ (soit un intervalle de 617 g/cm^). Bien qu'une bonne moitié des
valeurs se situent entre 250 et 450 g/cm^, la variation est quasiment continue, en sorte que l'on ne
peut dégager de véritables regroupements.

Voir le volume consacré à la description des chaînes opératoires.

124
Le découpage des données en fonction des modes de préparation permet néanmoins d'observer
certaines particularités. Ainsi par exemple, le point de fluage des argiles traitées par simple malaxage
s'avère-t-il presqu'aussi variable que celui de l'ensemble des matériaux (intervalle de 478 g/cm^,

AVANT TRAITEMENT (n = 37) APRES TRAITEMENT (n=52)

@
700 - 700

600 - - 600

CN 5 00 500 -0
E O
U
\
O]
LU
O
<
^ 400
I -400
D
m
-n
1“
c
>
LU
O
Q m

® (O

I 300
@
300 O
Q.

I to

200 200
i ®
i
(D t
1 00 - 1 00

FIGURE 1 : Point de fluage des argiles utilisées au Cameroun (avant et après traitement) en relation avec les méthodes de
préparation: (1) simple malaxage (les deux échantillons symbolisés par un triangle sont normalement broyés et tamisés):
(2) adjonction de saWe ou mélange d'argiles (échantillon[s] symbolisé[s] par un carré); (3) broyage et tamisage.

125
compris entre 131 et 609 g/cm^). Dans ce cas, il n'existe clairement aucune relation entre la plasticité
initiale^’’ et l'utilisation de techniques telles que le pilonnage, le hachage, le broyage ou le
pétrissage.
En ce qui concerne les matériaux traités par malaxage et adjonction de sable, on constate
qu'une partie des valeurs sont comparables à celles que l'on relève dans la catégorie précédente (360
à 400 g/cm^)®\ tandis que d'autres leur sont sensiblement ou nettement supérieures (623 à 683
g/cm^). Dans le cas, l'intervalle de variation est à la fois plus réduit et décalé vers le haut. Quoique
l'artisan puisse être obligé de mêler du sable à l'argile à partir d'un certain seuil de plasticité, on
notera, d'une part, qu'il n'y a pas de relation univoque entre cette pratique et la consistance initiale
des matériaux (jusqu'à ± 600cm^, le traitement s'effectue aussi bien par simple malaxage que par
malaxage et adjonction de sable), et d'autre part, que le nombre d'exemples est trop peu élevé pour
que l'on puisse réellement comparer cette catégorie à la précédente.
Le problème est encore plus marqué dans le cas du troisième mode de préparation (broyage
et tamisage), mais il semble néanmoins que nous soyons en présence de matériaux assez différents:
ainsi, les trois valeurs disponibles se situent en-deçà de 100 g/cm^ - soit le seuil de plasticité le plus
bas - et l'une des deux argiles traitées par simple malaxage mais normalement broyées et tamisées®
est pratiquement aussi peu plastique que les trois autres (l'autre, par contre, se situe dans les limites
supérieures de la variation).
Une argile de faible plasticité (point de fluage inférieur à ± 100 g/cm^) devrait donc être
préalablement desséchée, broyée et tamisée. On se souviendra néanmoins que ces matériaux sont
généralement prélevés à faible profondeur et qu'ils sont par conséquent plus humides (voir paragraphe
4.1.2. ). Les tests effectués sur le terrain montrent qu'un séchage de quelques heures seulement permet
d'accroître le point de fluage de 100 à 200 g/cm^, et d'obtenir ainsi une plasticité comparable à celle
des autres matériaux.

5.1.2. Plasticité au terme du traitement

Toutes catégories confondues, l'intervalle de variation connaît une nette réduction, le point de fluage
se situant désormais entre 85 et 290 g/cm^. Quelles qu'en soient les modalités, le traitement permet
donc de modifier la plasticité des matériaux et de leur faire acquérir une consistance globalement
comparable. Cette homogénéisation relève toutefois de deux processus différents. Ainsi, le simple
malaxage ou le malaxage combiné à une adjonction de sable se traduit toujours par une diminution
de la plasticité au profit d'une meilleure maniabilité. La diminution sera plus ou moins prononcée
d'un artisan ou d'une argile à l'autre (certains® passent par exemple de 623 à 194 gtcxo?,
d'autres® de 201 à 171 g/cm^), mais on constate, d'une part, que la plasticité résultante n'est jamais
proportionnelle à la plasticité initiale, et d'autre part, qu'il n'y a aucune relation entre le mode de
traitement et le degré d'abaissement du point de fluage.

Du moins dans les limites de la variation observée.


C'est également à ce niveau que se situent les deux ailles ultérieurement mêlées et l'on remarquera qu'il n'y a
pratiquement aucune différence entre leurs points de fluage respectifs.
^ Celles-ci sont symbolisées par un triangle sur le diagramme.
[Yamba/KAK.01-03].
® [Tikar/ONG.01-02].

126
Ces deux caractéristiques sont particulièrement apparentes lorsque plusieurs artisans traitent
individuellement le même matériau. Ainsi, chez les Mambila, trois potières® réduisent respective­
ment le point de fluage de 131, 197 et 203 g/cm^ (soit une différence de 72 g/cm^ entre les deux
valeurs extrêmes) par adjonction de sable et pilonnage. Un intervalle comparable (58 g/cm^) est relevé
auprès de trois potières tikar®, lesquelles préparent l'argile par simple pilonnage. Chez les Bafia,
enfin, la valeur du point de fluage passe de 280 g/cm^ à 135 et 170 g/cm^ respectivement®, soit im
intervalle de 35 g/cm^ seulement. Si ces différences proviennent de subtiles variations dans les
modalités de traitement (quantité d'eau et/ou de sable ajoutée, durée et intensité du malaxage), elles
dépendent également des critères d'appréciation individuels, chaque artisan ayant une conception
étroite et personnelle de la consistance que doit acquérir un matériau. Chaque fois que j'ai pu
effectuer des mesures chez la même personne à plusieurs semaines ou plusieurs mois d'intervalle, j'ai
d'ailleurs constaté que la valeur du point de fluage ne différait jamais de plus de 10-20 g/cm^.
D'autre part, on s'aperçoit que l'adjonction de sable n'engendre pas une diminution plus
prononcée de la plasticité. Les tests effectués sur les argiles dont le point de fluage excède 620 g/cm^
(voir paragraphe 5.1.1.) révèlent en effet qu'un simple pilonnage permet d'atteindre un seuil similaire
ou même inférieur à celui que l'on peut obtenir par malaxage et adjonction de sable. En pratique
d'ailleurs, l'incorporation de matériaux grossiers est toujours consécutive au malaxage, l'argile ayant
déjà atteint sa consistance définitive. Dès lors, si l'adjonction de sable constitue une adaptation aux
contraintes de la matière, celles-ci ne concernent pas la plasticité.
A l'inverse des deux autres, le troisième mode de préparation (broyage, tamisage,
humidification et pétrissage) se traduit toujours par un accroissement du point de fluage. Dans ce cas,
la modification est peu importante et généralement comparable d'une artisan ou d'un matériau à
l'autre (36 à 55 g/cm^). Puisque le seuil de plasticité préférentiel se situe apparement entre 100 et 200
gjccv? (voir figure 1), il paraît normal d'accroître la valeur du point de fluage lorsque celle-ci est
inférieure à 100 g/cm^. Comme nous l'avons vu plus haut cependant, un séchage de quelques heures
permet déjà d'atteindre ce résultat, l'argile pouvant alors être homogénéisée par simple malaxage. S'il
est peut-être plus facile de doser la contenance en eau lorsque le matériau est préalablement desséché
et réduit en poudre, je doute que le rôle du broyage et du tamisage se réduise à un simple ajustement
de la plasticité. Ici encore, d'autres contraintes pourraient justifier l'utilisation d'un tel type de traite­
ment.

5.2. Granulométrie

Quarante analyses granulométriques ont été effectuées sur les matériaux échantillonnés au moment
de l'extraction ou au terme du traitement, lorsque celui-ci engendrait une modification de la texture
(adjonction de sable, mélange d'argiles, broyage et tamisage). On trouvera une présentation des
modalités d'analyse dans le volume consacré à la description des chaînes opératoires. Rappelons
simplement que les proportions des différentes classes granulométriques ont été déterminées après

[ATT.Ol, 03-04],
® [SAS.01-03],
® [KIK.02-031.

127
tamisage à sec des fractions supérieures à 63/i, tamisage à l'eau des fractions comprises entre 63 et
32fÀ et décantation des fractions inférieures à 32/i. Me fondant sur le système de classification le plus
courant, je parle dQ gravier lorsque le calibre des particules est supérieur à 2000^, de sable lorsqu'il
est compris entre 2000 et 63//, de limon entre 63 et 2/i, et d'argile en-dessous de 2//.
Pour faciliter la comparaison, j'ai regroupé ces quatre classes granulométriques en trois
catégories (sable + gravier, limon, argile) et confronté les résultats sur un diagramme trinaire (figure
2). Le cas échéant, les modifications de texture ont été symbolisées par une flèche liant le/les
matériau(x) brut(s) au(x) matériau(x) traité(s).

FIGURE 2: Composition granulométrique des argUes utilisées au Cameroun, après et/ou avant leur traitement (les
éventuelles modifications sont symbolisées par des flèches liant l'échantillon brut à l'échantillon traité). Points: simple
malaxage; triangles: adjonction de sable; carrés: mélange d'argiles; losanges: broyage et tamisage; losanges vides: simple
malaxage lors de mes observation, mais broyage et tamisage en temps normal.

En dépit de leur hétérogénéité, les échantillons tendent à se regrouper dans une même zone du
diagramme, celle-ci se caractérisant par une prépondérance du sable et du gravier (40 à 80%), une
contenance moyenne en limon (15 à 45%) et une faible proportion d'argile (3 à 30%). Suivant la
terminologie pédologique (par ex. Rice 1987:39, fig. 2.3.), ces matériaux devraient donc être
considérés comme de simple terres, des terres limoneuses, des limons sableux, des argiles sablo-
limoneuses, des argiles limoneuses ou des terres argilo-limoneuses.

128
La mise en relation des propriétés granulométriques et des modes de préparation permet
d'observer plusieurs phénomènes. Ainsi par exemple, les matériaux dont la texture n'est pas modifiée
en cours de traitement se répartissent de manière pratiquement homogène au sein de la zone de
variation ou en bordure de celle-ci. Cela signifie que des argiles relativement fines (± 35% de sable
et de gravier, ± 35% de limon et ± 30% d'argile) ou extrêmement grossières (± 85% de sable et
de gravier, ± 12% de limon et ± 2% d'argile), peuvent être utilisées telles quelles, sans autre
modification qu'un abaissement du seuil de plasticité. La distribution des matériaux traités par
malaxage et adjonction de sable est beaucoup plus ambiguë: à l'état brut en effet, deux d'entre eux
se situent en dehors du regroupement, dans une zone caractérisée par une prépondérance des fractions
argileuses et limoneuses et une contenance en sable et en gravier égale ou inférieure à 25%. Après
adjonction de sable, l'un de ces matériaux est considérablement modifié, sa composition granulométri-
que le positionnant désormais au cœur du regroupement. L'autre, par contre, change à peine d'état
et conserve sa position marginale, pratiquement à la hauteur du précédent. Les deux argiles restantes
sont initialement situées au sein du regroupeemtn et y demeurent après adjonction de sable. Dans un
cas cependant, la modification est si faible que l'on peut s'interroger sur la fonction de ce traitement.
En ce qui concerne le traitement par broyage et tamisage, on voit que les trois matériaux
concernés se situent dans les limites du regroupement, leur composition granulométrique, à l'état brut,
étant comparable à celle de certaines des argiles traitées par simple malaxage. Au terme du tamisage,
une partie des inclusions les plus grossières sont manifestement éliminées, mais cette modification
prend une ampleur différente d'un artisan ou d'une argile à l'autre (selon les cas, 3, 10, 15, 18 ou
20% de sable et de gravier en moins). Au départ du même matériau et à l'aide de techniques
similaires, deux potières*^' obtiennent d'ailleurs des résultats divergents (échantillon le moins grossier
sur le diagramme). Quoique le traitement permette un certain affinage, il ne semble donc guère y
avoir de seuil granulométrique en deçà duquel le broyage et le tamisage sont obligatoires: des argiles
nettement plus grossières® sont utilisées telles quelles et un artisan au moins obtient, au terme du
tamisage, une composition granulométrique comparable à celle d'un matériau ultérieurement broyé
et tamisé.
Enfin, dans le cas où le traitement se fait par mélange d'argiles, on voit que les deux
matériaux ont une texture très différente au moment du prélèvement (l'une assez grossière, l'autre
relativement fine), leur combinaison permettant d'obtenir une sorte de moyen terme (bien que la
composition résultante soit plus prœhe de celle du matériau le plus fin). Etant tous deux situés dans
les limites de la concentration, ils sont théoriquement exploitables à l'état brut et l'on se souviendra
que certains artisans® utilisent le moins grossier d'entre eux, sans autre traitement qu'un simple
pilonnage.

5.3. Discussion

La comparaison des données relatives à la granulométrie et à la plasticité des argiles montre qu'il

[GbayaÆAR.Ol-02].
Voir également la position des échantillons simplement malaxés mais normalement broyés et tamisés (ceux-ci sont
symbolisés par un losange vide sur le diagramme).
® [YambaÆUI.01-02].

129
n'existe pratiquement aucun lien entre les propriétés de ces dernières et la façon de les traiter. Le
problème n'est donc pas de s'adapter aux contraintes de la matière ou d'en corriger l'un ou l'autre
défaut, mais d'utiliser, quelle que soit la nature des ressources disponibles, la seule méthode de
préparation que l'on connaisse. A cet égard, l'étude des matériaux traités par simple malaxage se
révèle très significative: quoique l'objectif soit toujours le même - homogénéiser la matière et faire
décroître la valeur du point de fluage pour faciliter les manipulations inhérentes au façonnage - les
artisans s'accommodent apparemment d'argiles très diverses, à tel point d'ailleurs que leur plasticité
ou leur composition granulométrique marque parfois les limites de la variation observée.
Outre une homogénéisation et une amélioration de la consistance, le broyage et le tamisage
permettent d'éliminer une partie des fractions sableuses et/ou graveleuses. On devrait donc s'attendre
à ce que les argiles les plus grossières soient toujours traitées de la sorte. Il n'en est rien cependant,
des matériaux de texture comparable ou nettement plus chargés en sable et en gravier étant utilisés
à l'état brut, sans complication apparente. D'autre part, s'il n'est pas possible de déterminer un seuil
granulométrique à partir duquel le broyage et le tamisage s'avèrent indispensable (ou du moins
préférables), on voit qu'il n'y a pratiquement aucune similitude dans les textures obtenues au terme
du traitement: certains atteignent un seuil comparable à celui d'un matériau devant encore être broyé
et tamisé, d'autres obtiennent, au départ du même matériau, des résultats totalement différents. Le
seul avantage de cette technique serait d'accroître la valeur du point de fluage, particulièrement
lorsque l'argile - trop humide - n'est pas suffisamment plastique pour être mise en forme. Toutefois,
nous avons vu qu'un simple séchage permettait d'atteindre ce résultat, le dessèchement complet et les
opérations subséquentes (broyage, tamisage, humidification et pétrissage) n'ayant dès lors aucun
fondement.
En ce qui concerne l'adjonction de sable, la situation est moins claire. Le choix de ce
traitement n'aurait en effet aucun rapport avec la plasticité initiale, ni aucune incidence sur la
plasticité résultante. En revanche, bien que la composition granulométrique de certaines des argiles
ne semble pas justifier un apport d'éléments grossiers (leur texture est comparable à celle d'une série
de matériaux préparés par simple malaxage), deux d'entre elles s'individualisent par une nette
prépondérance des fractions les plus fines. Dans ce cas, l'adjonction de sable permettrait d'améliorer
les performances du matériau (comportement au séchage, à la cuisson et/ou en cours d'utilisation) ou
de le rendre tout simplement exploitable. Or, c'est ici que la situation se complique, car les
modifications apportées ne sont pas du même ordre. L'une des argiles acquiert en effet une
composition granulométrique comparable à celle des matériaux traités par simple malaxage, sa texture
lui assurant dès lors une parfaite compatibilité; l'autre, par contre, est à peine modifiée et demeure
plusfine que la précédente à l’état brut. La décision de mêler du sable à cette dernière relèverait donc
d'un choix délibéré et non d'une quelconque adaptation à des contraintes techniques et/ou
fonctionnelles. On peut alors se demander si la première dépasse réellement le seuil granulométrique
au-delà duquel l'incorporation d'éléments grossiers s'avère obligatoire. Les tests effectués en
laboratoire”’ montrent, d'une part, que le retrait au séchage est pratiquement identique avec ou sans
adjonction de sable (la différence est de ± 4%), et d'autre part, que le matériau brut se comporte

Deux séries de 5 briquettes circulaires ont été respectivement confectionnées à l'aide des matériaux brut et traité. D
s'a^ssait, entre autre, de mesurer leur diamètre (1) à l'état humide, (2) après 48 heures de séchage et (3) après cuisson, et de
voir s'il n'y avait pas apparition de fentes et/ou de craquelures.

130
remarquablement à la cuisson, même lorsqu'on le soumet à des températures de l'ordre de 950-
1000®C**^ S'il n'est pas exclu qu'une pâte trop fine s'avère à la longue moins résistante aux cycles
de chauffe et de refroidissement (Woods 1986:169-70) ou supporte difficilement une ascension
thermique trop rapide (Gibson & Woods 1990:27), chacune des argiles traitées par adjonction de sable
serait donc utilisable à l'état brut. Puisqu'il en va de même des matériaux ultérieurement mélangés
ou broyés et tamisés, toutes les opérations ne relevant pas directement du malaxage pourraient être
considérées comme des traditions et non des adaptations ponctuelles et obligées.
On objectera qu'une évaluation reposant uniquement sur les propriétés texturales et plastiques
ne permet pas de tirer de véritables conclusions, certains comportements dépendant peut-être des choix
opérés à d'autres niveaux de la chaîne opératoire ou du contexte d'utilisation des récipients. Dans les
chapitres consacrés au façonnage et à la cuisson, je vérifierai si de telles relations sont envisageables,
mais on notera que les quelques échanges de matériaux effectués sur le terrain® ne révèlent aucune
forme d'interdépendance: confrontés par exemple à une argile sélectionnée par une autre personne,
la plupart des artisans la jugent d'abord inexploitable ou de piètre qualité ("trop fine", "trop
grossière", "trop peu plastique"... - ce qui montre d'ailleurs à quel point les critères d'appréciation
sont personnels); tous parviennent pourtant à façonner et à cuire un récipient expérimental.
En ce concerne les contextes d'utilisation, toute forme d'adaptation est d'ores et déjà à
écarter. Ainsi, contrairement à ce que l'on observe dans une série de sociétés sub-sahariennes (par
ex. Herbich & Dietler 1991, Nicholson 1929, Trowell 1941) ou dans d'autres régions du monde (par
ex. Arnold 1971, DeBoer & Lathrap 1979, Rye & Evans 1976), aucun des matériaux ou des modes
de préparation n'est réservé à l'une ou l'autre classe techno-fonctionnelle. Sans pour autant modifier
ses habitudes, chaque artisan produit quatre grandes catégories de récipients (entreposage et transport
des liquides, cuisson et consommation des aliments), lesquels sont utilisés dans des conditions
similaires. (Pour cuire la nourriture par exemple, le récipient est posé en équilibre sur trois pierres
ou trois briques de terre crue, à une vingtaine de centimètres du sol). S'il existe donc des contraintes
d'utilisation, celles-ci sont probablement plus souples qu'on ne le croit habituellement, les mêmes
objectifs pouvant être atteints au départ de matériaux et de modes de préparation forts diversifiés.

6. CONCLUSIONS

Comme le révèlent les enquêtes réalisées au Cameroun, la première préoccupation de l'artisan n'est
pas d'identifier des argiles de qualité supérieure ou d'accroître les performances de ses récipients,
mais simplement de limiter son investissement en temps et en énergie. Cette situation, intimement liée
au contexte socio-économique de l'activité®, l'entraîne à adopter certaines stratégies lors de la
sélection et du traitement des matières premières: (1) utilisation de sources situées, d'une part, à faible
distance du lieu de manufacture® (moins de 3 km dans 95% des cas) et d'autre part, dans des zones
principalement exploitées à d'autres fins (agriculture, chasse, pêche, collecte du combustible,
habitation), (2) relocalisation en cas de déplacement des lieux d'activité ou de résidence, (3) absence

Voir le chapitre consacré à la cuisson.


Voir le chapitre consacré au façonnage.
™ Voir diapitre précédent.
Pour autant que le trajet s'effectue à pied.

131
de toute prospection lorsqu'il est nécessaire d'identifier un nouveau gisement (sa découverte, toujours
accidentelle, est liée à d'autres activités que la poterie), (4) utilisation lors du prélèvement et du
traitement des matériaux, d'une série d'outils, de dispositifs et/ou de procédés empruntés à d'autres
sphères techniques (agriculture, pêche, préparation des aliments). Ainsi par exemple, certains
abandonnent-ils l'activité après avoir déplacé un champ ou s'être installé dans une autre localité, aussi
longtemps qu'ils n'ont pas découvert une nouvelle source d'argile, plus proche de leurs zones
d'activité. D'autres exploitent plusieurs sources simultanément, qu'ils sélectiorment en fonction de
leurs principales occupations ou de leurs déplacements. D'autres encore profitent par exemple d'une
partie de pêche pour extraire l'argile, puis la préparent au même endroit et suivant les mêmes
modalités que la bouillie de manioc, considérant qu'il serait fastidieux et/ou onéreux de fabriquer un
second jeu d'instruments.
D'une manière générale, de telles restrictions pourraient laisser l'artisan face à une série de
problèmes insolubles. En effet, plus ses critères de sélection sont contraignants - en termes techniques
et fonctionnels - plus il lui est difficile de se procurer une argile appropriée dans un territoire proche
(Mason 1981:17-8) ou plus il lui faut de temps et d'énergie pour, le cas échéant, la rendre utilisable
(Feinman et al. 1981:872). Or, on constate que tous les matériaux exploités avec succès sont extraits
à proximité des lieux de manufacture, tandis que les méthodes de préparation requièrent peu
d'investissement et se limitent pour la plupart à un simple malaxage. Il faudrait donc admettre (1) que
les contraintes techniques et fonctionnelles sont moins rigides qu'on ne les suppose, l'artisan
parvenant à s'accommoder d'argiles très diverses, ou (2) qu'il existe, au sein de la zone d'étude, une
remarquable continuité pédologique, garantissant à la fois l'abondance et la similarité des matériaux.
Puisque les récipients sont destinés à plusieurs usages et puisque ces derniers ne se
différencient guère de ceux que retiennent les fonctionnalistes (cuisson, transport, entreposage,
service), on voit mal pourquoi l'artisan serait soudain confronté à un plus grand nombre d'options
que ses homologues préhistoriques ou contemporains. D'autre part, la similitude et l'efficience des
comportements adoptés - tant lors du façonnage que de la cuisson - dans de vastes zones du territoire,
montrent que les ressources locales ne nécessitent aucune forme d'adaptation. Dès lors, et pour autant
qu'il existe des restrictions techniques et/ou fonctionnelles, seules la disponibilité et l'homogénéité
des gisements expliqueraient que chaque artisan obtienne - à moindre coût - des argiles appropriées.
Quoique le caractère ubiquiste des matériaux exploitables ne fasse aucun doute, les analyses
effectuées sur le terrain et en laboratoire montrent que ces derniers sont en réalité très hétérogènes.
Qu'il s'agisse de leur plasticité (évaluée ici d'après le degré de résistance au cisaillement) ou de leur
composition granulométrique, les valeurs se situent en effet dans un large intervalle de variation,
montrant ainsi que des argiles peu maniables et relativement fines peuvent être exploitées avec autant
de succès que des argiles grossières et de faible consistance. D'autre part, il ne semble pas y avoir
de relation entre les propriétés des matériaux et le choix des méthodes de préparation. Si les
traitements par adjonction de sable ou par broyage et tamisage engendrent par exemple une
modification de la composition granulométrique, cette dernière se démarque rarement, à l'état brut,
de celle des argiles traitées par simple malaxage. De façon générale, l'objectif est à la fois
d'homogéneiser la matière et de lui faire acquérir un seuil de maniabilité idéal, mais ce résultat-
tributaire des critères d'appréciation individuels - peut être atteint au départ de matériaux et à l'aide
de procédés très différents. Seules deux argiles, nettement plus fines, paraissent nécessiter une
adjonction de sable (ou de tout autre élément grossier). Comme nous l'avons vu néanmoins, l'une

132
d'elles est théoriquement exploitable à l'état brut, tandis que les modifications apportées à la seconde
ont peu d'incidence sur son comportement au séchage et à la cuisson. Il reste à vérifier s'il existe des
relations entre la nature des matériaux et les techniques utilisées à d'autres stades de la chaîne
opératoire, mais si tel devait être le cas, je doute que les contraintes se révèlent très sévères, car
aucun des échanges d'argile effectués sur le terrain n'a posé de problème lors du façonnage, du
séchage ou de la cuisson.
A ce stade, tous les éléments démontrent l'existence d'une grande flexibilité dans la sélection
et le traitement des matières premières. Si l'absence de restrictions techniques et/ou fonctionnelles
permet aux artisans de rencontrer les principaux impératifs de l'activité - en augmentant leurs chances
d'identifier une source proche du lieu de manufacture - elle signifie par ailleurs que les traitements
sont assimilables à de véritables traditions et non à des adaptations ponctuelles et obligées. Dans la
plupart des cas en effet, rien ne justifie que l'argile soit préparée par simple malaxage plutôt
qu'épurée ou mêlée à des éléments grossiers. Héritant d'une tradition technique au moment de
l'apprentissage, l'artisan pourrait la mettre en oeuvre et la transmettre à ses descendants, quelle que
soit la nature des ressources disponibles. L'hypothèse paraît d'autant plus vraisemblable, que les
individus ayant changé de source à une ou plusieurs reprises^*’, affirment utiliser les mêmes
méthodes de préparation que leurs "instructeurs". Toutefois, si la connotation culturelle de ces
traditions ne peut être remise en doute, leur portée stylistique n'en est pas pour autant élucidée.
Coïncident-elles par exemple avec certaines entités sociales, ou sont-elles distribuées de manière
aléatoire, constituant de la sorte un mauvais marqueur de l'identité?
Dans la quatrième partie de ce chapitre, nous constations que les traitements par simple
malaxage étaient essentiellement attestés dans les groupes peuplant le centre et l'ouest de la zone
d'étude, tandis que le mélange d'argiles et/ou l'adjonction de sable se circonscrivait à la partie nord-
ouest (Bamum, Nsei, Mambila, certains Yamba) et l'épuration par broyage et tamisage à la partie
orientale (Gbaya et certaines potières mkako, pol et kwakum).
N'étaient-ce les résultats des analyses granulométriques et des mesures de plasticité, ce mode
de distribution donnerait à penser que les techniques sont tributaires des conditions pédologiques
locales, les gisements du centre et de l'ouest pouvant être exploités à l'état brut, tandis que ceux du
nord-ouest nécessitent une adjonction d'éléments grossiers et ceux de l'est une épuration par tamisage.
Bien qu'ils reposent sur des choix arbitraires, les trois grands modes de préparation ne rendent donc
guère compte de l'identité des artisans, soit parce qu'ils englobent plusieurs entités ethnolinguistiques
ou plusieurs localités, soit parce qu'ils les recoupent de manière apparemment aléatoire.
Lorsque l'on se livre à une comparaison plus détaillée, en tenant compte - par exemple - des
modalités de malaxage, des outils ou des postures, la distribution se révèle plus morcelée mais tout
aussi aléatoire que la précédente. Ainsi par exemple, certaines configurations techniques sont-elles
observées auprès d'artisans isolés (tout particulièrement chez les Yamba, les Nsei, les Mkako ou les
Pol), dans une unique localité (Babwantou en pays bamileke, Deng Deng en pays Kepere), ou dans
de micro-territoires recoupant plusieurs entités ethnolinguistiques. Quel que soit le niveau où l'on se
place, la portée stylistique de cette étape de la chaîne opératoire s'avère donc particulièrement
ambiguë.
En ce qui concerne le mode d'exploitation des matières premières et la possibilité de

(1) Dans un rayon excédant parfois plusieurs dizaines de kilomètres (voir la partie consacrée à l'apprentissage).

133
reconnaître les contextes de production par caractérisation des pâtes, la situation ne paraît pas moins
complexe. Si l'on compare en effet les conrununautés dans lesquelles l'activité est menée sur base
régulière par un grand nombre d'artisans, on s'aperçoit que certaines d'entre elles témoignent d'une
véritable standardisation dans la sélection des ressources (Mamarom en pays bamum, Massaroum en
pays tikar), tandis que d'autres sont, à ce niveau, complètement hétérogènes (Mbui et Mbem en pays
yamba, Babwantou en pays bamileke). Lorsque l'activité est menée de manière sporadique, par
quelques individus isolés, les deux situations peuvent à nouveau se présenter: homogénéité à Akouen,
en pays tikar; hétérogénéité à Kiki, en pays bafia. Rien ne garantit en outre qu'un artisan conserve
le même gisement au cours de son existence. Tout en demeurant sur place, une simple relocalisation
des zones d'activités, la possibilité de participer à une extraction collective ou la découverte de
sources plus proches du lieu de nrianufacture, peut l'entraîner à changer de matériau et à abandonner,
de façon définitive ou temporaire, son ancien gisement. On se gardera dès lors d'attribuer une
signification univoque aux variations spatiale et temporelle dont témoigne la composition des pâtes.
Ne disposant d'aucune information sur les propriétés des matières premières sélectionnées en
Afrique sub-saharienne, je n'ai pas les moyens de me livrer, pour ce domaine, à une enquête aussi
approfondie. Il apparaît néanmoins (1) que les stratégies de sélection sont globalement comparables
à celles que l'on observe au Cameroun (exploitation de sources peu éloignées du lieu de manufacture
et éventuellement situées aux abords des zones d'activité), (2) que la plupart des traitements sont plus
complexes, certains étant sélectionnés suivant la technique de façonnage, la taille ou â la fonction des
récipients, d'autres relevant manifestement de choix arbitraires (parfois symboliques), (3) que la
portée stylistique des différents comportements est tout aussi ambiguë qu'au sud du Cameroun
(réunion ou partage d'entités ethnolinguistique distinctes), (4) qu'il n'y a pas de relations univoques
entre le mode d'exploitation des matières premières et le contexte socio-économique de l'activité.

134
FAÇONNAGE

1. INTRODUCTION

Souvent considéré comme la quintessence de la chaîne opératoire, le façonnage est sans doute l'étape
la plus fréquemment mise en valeur dans les descriptions ethnographiques. Il en va de même en
archéologie, dans la mesure où l'on peut parfois en reconnaître les traces sur les récipients finis (Carr
1990, Franken 1971, Henrickson 1986, Gibson & Woods 1990:36-42, Glanzman & Fleming 1985,
Krause 1984, 1985, McGovem 1986, Rye 1981, van As 1984,1989, van der Leeuw 1976, Vandiver
1987, 1988a, Vandiver & Lacovara 1985-6, Vandiver et al. 1991, Woods 1985).
Certes, les études systématiques sont encore rares et les outils d'analyse et d'interprétation
demandent à être raffinés et diversifiés (par ex. Gelbert 1994, Pierret 1994, Roux 1994), mais il
semble que la reconstitution des techniques de façonnage puisse jouer un rôle important dans les
recherches orientées vers la reconnaissance archéologique de l'identité culturelle. De toutes les étapes
de la chaîne opératoire, en effet, celles qui dépendent essentiellement de connaissances motrices,
acquises lors de l'apprentissage et progressivement enracinées, seraient les plus résistantes au
changement® (Arnold 1981, 1985, 1989a, Foster 1965, Rice 1984b, 1987:462). D'autre part,
plusieurs études ethnographiques montrent qu'il peut y avoir coextension entre la distribution des
techniques de façonnage et celle de diverses entités sociales: regroupements ethnolinguistiques
(Barbour & Wandibba 1989, Barreteau & Delneuf 1990, David & Hennig 1972, Delneuf 1991, Foster
1955, Frank 1993, Gallay 1992, Gallay & Huysecom 1991, May & Tuckson 1982, Nicklin 1973,
Pinçon & Ngoïe-Ngalla 1990, Priddy 1971, Reina & Hill 1978; voir Arnold 1981 pour une série
d'exemples similaires), castes (Mahias 1993, Miller 1985), ou sexes (Mohr-Chavez 1992, Scheans
1977 [cité par Rice 1987:142]).
Ces deux caractéristiques du façonnage - stabilité à travers le temps et coextension éventuelle
avec certaines entités sociales - sont d'autant plus importantes que leur étude pourrait déboucher sur

S'il s'agit encore d'une hypothèse, la persistance des techniques de façonnage est en tout cas fréquemment mise en valeur
dans les travaux archéologiques (voir, par exemple, Adams 1979, Henrickson 1986, Tschopik 1950, Vandiver 1988a).

135
des interprétations différentes de celles qu'autorise l'analyse des décors. Ces derniers sont en effet
susceptibles de changer plus rapidement que les habitudes motrices - ou en tous cas à im rythme
différent (DeBoer 1990, Hodder 1977,1979, Longacre 1981,1991, Stanislawski 1977) - et de refléter
des traditions individuelles, familiales ou communautaires (Friedrich 1970, Hardin 1977, Herbich
1987, Hill 1977, 1978, Livingstone Smith 1993, London 1991, van Berg 1987a). Toutefois, avant
d'attribuer au façonnage un statut de marqueur culturel, il s'agit de s'assurer (1) que le champ des
possibilités est suffisamment étendu à ce niveau de la chaîne opératoire, (2) que les variantes sont
libres de toutes contraintes, et (3) qu'il existe une coïncidence régulière entre la dispersion des
techniques et celle des groupements sociaux.
(1) Le degré de diversification technique est un paramètre capital. En effet, plus nombreuses
sont les options susceptibles d'être sélectionnées, plus grandes sont nos chances de distinguer des
ensembles culturels pertinents et d'appréhender leur évolution spatio-temporelle. A l'inverse, si les
variations sont peu nombreuses et de faible amplitude, nous risquons d'être confrontés à des
regroupements peu représentatifs de la diversité culturelle, leur extension résultant de choix inévitables
- ou de tendances - plutôt que de processus historiques.
L'apparente trivialité de ces considérations s'efface lorsque l'on consulte les quelques
ouvrages de synthèse en céramologie: quel que soit le système de classification, les techniques y
apparaissent sous l'aspect d'im nombre limité de stéréotypes, au sein desquels on n'envisage qu'une
faible variabilité. A l'exception du toumage‘'\ cinq techniques de base sont ainsi mentionnées,
lesquelles s'avèrent éventuellement combinables (Balfet et al. 1983:55-61, Orton et al. 1993:117-26,
Rice 1987: 125-37, Rye 1981:62-87, Shepard 1957:54-65, Sinopoli 1991:17-24):
(a) Pincement (pinching): une masse d'argile est déformée par pressions discontinues, à l'aide
des doigts de la main droite et/ou de la main gauche. Cette technique serait surtout utilisée
lors du façonnage des récipients de petite taille ou de la partie inférieure des grands
récipients. Elle est également désignée par le terme de modelage (voir Rice 1987:125,
Shepard 1957:55).
(b) Creusement/étirement (drawing): une motte d'argile (de forme cylindrique ou ovoïde) est
ouverte par enfoncement du pouce, des doigts ou du poing. L'amincissement et l'élèvement
des parois se fait ensuite par pression et raclage, à l'aide d'une ou des deux mains,
déplacée(s) en général du bas vers le haut. Le terme de modelage est également employé pour
décrire cette technique (voir Rice 1987:125, Shepard 1957:55).
(c) Colombin {coiling): des poignées d'argile sont pressées entre les doigts, roulées contre les
paumes ou sur une surface plane, afin d'obtenir des colombins d'épaisseur et de longueur
variables (leur diamètre serait 2 à 3 fois supérieur à l'épaisseur des parois du futur récipient).
Ceux-ci sont ensuite successivement enroulés, jusqu'à ce que l'ébauche acquiert la hauteur
souhaitée. L'enroulement peut se faire de trois manières différentes: (1) en anneaux, (2) en
segments, (3) en spirale. Dans le premier cas, chaque circonférence est réalisée indépen­
damment et constituée d'un seul colombin; dans le second, chaque circonférence est réalisée
indépendamment, mais constituée de plusieurs colombins; dans le troisième, le colombin est
placé de manière continue, plusieurs circonférences pouvant être simultanément constituées.

Comme cene technique n'est pas attestée en Afrique sub-saharienne, il n'en sera guère question dans ce chapitre. On
trouvera une excellente description des différentes modalités de tournage dans Roux & Corbetta (1990).

136
Il existe aussi des variantes dans le mode d'adjonction des colombins: superposition verticale
ou accolement partiel avec la paroi interne ou externe.
(d) Construction par plaques i^lab building): une masse d'argile est roulée ou pressée afin de
constituer une plaque. En fonction de sa taille et de sa forme, le récipient est façonné à l'aide
d'une ou de plusieurs plaque(s). S'il y en a plusieurs, les plaques sont jointes par pression ou
par adjonction de matière (Rye 1981:71). Une variante de cette technique consiste à aplatir
et à préformer de petites poignées d'argile, puis à les joindre une à une pour constituer la
circonférence de l'ébauche et accroître sa hauteur (Rice 1987: 125).
La construction par plaques serait surtout utilisée pour façonner des grands récipients ou de
parallélépipèdes.
(e) Moulage (molding): une masse d'argile est pressée contre la paroi d'un moule concave ou
convexe, soit à l'aide des mains, soit à l'aide d'une pierre ou d'un percuteur quelconque. La
totalité du récipient peut être confectionné de la sorte, ou une partie seulement. Il est possible
également d'assembler deux parties moulées séparément, celles-ci étant alors verticales ou
horizontales.
Pour les africanistes familiers des techniques de façonnage en zone sahélienne, cette dernière
description s'avère particulièrement réductrice. Elle relègue en effet le façonnage par martelage au
tampon au rang de variante du moulage, alors que le support s'apparente ici à une "enclume" et non
à un moule (Barreteau & Delneuf 1990, Delneuf 1991, Drost 1967:60-6, Gallay 1981, 1992,
Huysecom 1992, Martinelli sous presse, Nicholson 1929, 1931), et peut même être remplacé par une
simple dépression creusée dans le sol et recouverte d'une natte (Bedaux 1986, Bedaux & Lange 1983,
Bedaux & Van Der Waals 1987, Gaussen et al. 1969, Nicholson 1931, Tobert 1984b).
Il serait vain de chercher à détailler toutes les méthodes d'ébauchage, tant les combinaisons
sont nombreuses. Toutefois, on peut reprocher aux ouvrages de synthèse de ne pas suffisamment
mettre l'accent sur les variables discriminantes ou, au contraire, d'accorder de l'importance à des
détails insignifiants (le cas des colombins "en anneaux", "en segments" ou "en spirale" illustre
parfaitement cette tendance, comme nous le verrons plus loin). Ces ouvrages constituant bien souvent
l'unique référence de ceux qui cherchent à reconstituer les gestes techniques, il est à craindre que leur
caractère superficiel ne conduise à des interprétations partielles ou trompeuses.
Ainsi, dans son analyse de la céramique de l'Age du Fer de la région de Phalaborwa (Afrique
du Sud), Krause (1984:630-1, 1985:41) considère que si le façonnage de la partie supérieure d'un
récipient précède celui de la partie inférieure, alors la technique consiste à amincir et étirer un
cylindre creux, confectionné au départ d'une large bande d'argile dont les extrémités ont été réunies.
Certes, cette technique existe”\ mais elle ne représente qu'une variante du montage en cylindre, ce
dernier pouvant par exemple être constitué de plusieurs bandes d'argile (Anonyme 1967) ou réalisé
au départ d'une motte pleine (Newman 1976)®. En se préoccupant uniquement de l'ordre dans
lequel les différentes parties d'un récipient sont façonnées, et en ne considérant, dès le départ, qu'un
petit nombre de possibilités, Krause se contente d'identifier les traces d'un montage en deux étapes®

Krause l'observe d'ailleurs chez les Ndebele et les Venda d'Afrique du Sud (1984, 1985). On notera que cette technique
n'est même pas évoquée dans les ouvrages de synthèse.
Sans même parler du façonnage de la partie supérieure par moulage, martelage, assemblage de plaques ou adjonction
de colombins.
® Le haut d'abord, le bas ensuite.

137
sur certains tessons, pour postuler l'existence d'une technique unique, utilisée par les artisans d'une
vaste région durant plus d'un millénaire. Cette situation est envisageable, mais il est probable qu'en
restrei^ant le champ de ses investigations, l'auteur ait ignoré une série de variantes dont la mise en
valeur aurait permis d'autres interprétations.
(2) Contraintes susceptibles d'affecter les prises de décision. Quoique cette étape de la chaîne
opératoire ait été relativement ignorée par les fonctionnalistes, certaines relations sont envisagées entre
le choix des matières premières et celui des méthodes d'ébauchage. Ainsi par exemple, Rice
(1987:124) considère -t-elle que la sélection et la préparation de l'argile sont subordonnées aux
caractéristiques morphométriques des récipients ainsi qu'aux techniques utilisées lors de leur
réalisation. On retrouve la même conception chez Bronitsky (1986:213, 217-9) et Franken (1971:237-
8), qui mettent l'accent sur le traitement préliminaire de l'argile et sur les propriétés qui en découlent,
parmi lesquelles la plasticité et la maniabilité. Dans le même ordre d'idée, Leroi-Gourhan (1971:215)
et Shepard (1957:59) estiment que le façonnage au colombin permet d'utiliser des argiles moins
plastiques qu'une technique telle que le creusement/étirement, car ce dernier soumet la matière à des
tensions plus prononcées. La technique de martelage sur support concave imposerait elle-aussi
certaines contraintes: (1) il serait nécessaire d'incorporer à l'argile des matériaux non plastiques
(chamotte, crottin) afin d'obtenir une pâte dense et peu collante (Huysecom 1992:77, Martinelli, sous
presse); (2) la technique serait adaptée à un climat sec^" (Cardew 1970:10). Cette seconde hypothèse
n'a aucun fondement, puisqu'il existe des exemples de martelage sur support concave en milieu
tropical humide (par ex. Nkim du Nigéria [Nicklin 1981a], Gobu du Zaïre [Kanimba, com. pers.]);
toutefois, la première est plus difficile à évaluer. Delneuf, par exemple, n'exclut pas qu'il puisse
exister une relation entre les propriétés de l'argile et la technique de martelage, mais elle constate que
les modes de préparation des matières premières sont plus souvent homogènes au sein des ensembles
culturels qu'au sein des ensembles techniques (1991:74). Enfin, Coon (1931:14, cité par Nicklin
[1979:440]) signale l'exploitation de deux argiles distinctes chez les potiers du Rif Marocain; la
première, de moindre qualité, étant utilisée pour le tournage, la seconde pour le "façonnage à la
main".
Quelques études archéologiques montrent pourtant qu'il n'existe pas de relations univoques
entre la nature des matériaux et celle des procédés de façonnage: on s'aperçoit, par exemple, que la
même argile est exploitée par des artisans qui utilisent des techniques différentes® (van As 1984,
1989), ou que des argiles différentes, traitées de diverses manières, sont utilisées dans le cadre d'une
même technique® (Vandiver 1987, 1988a). Il reste qu'aucun travail n'a encore été consacré au
problème des contraintes de façonnage et que nous ignorons, dès lors, jusqu'à quel point les choix
effectués à ce niveau de la chaîne opératoire ont une incidence sur la sélection et le traitement des
matières premières.
(3) Relations entre l'identité sociale et l'identité technique. Si la distribution des techniques
de façonnage coïncide souvent avec celle des groupements sociaux, plusieurs cas de non-concordance
ont été signalés et il semble de toutes façons le phénomène doive être considéré avec prudence.
Zubrow (1992) relève ainsi quelques exemples de sociétés dans lesquelles l'artisan peut maîtriser

En raison, une fois encore, des contraintes de plasticité.


Cinq techniques sont identifiées, parmi lesquelles quatre variantes du tournage et une variante du montage au colombin
(céramique de l'Age du Bronze, 2e millénaire B.C., Tell Hadidi, Syrie).
® n s'agit de la construction par plaques (céramique provenant de 10 sites du Proche-Orient, 7000-3000 B.C.).

138
jusqu'à trois techniques différentes. Il considère que cette diversification permet d'accroître la
productivité, mais n'avance aucun argument pour étayer son hypothèse, la discussion se réduisant à
quelques considérations théoriques peu convaincantes. Dans un survol des données concernant une
série de communautés d'artisans péruviens, mexicains et guatémaltèques, Arnold constate également
que certains individus ou certains groupes d'artisans sont susceptibles d'ébaucher leurs récipients de
plusieurs manières différentes; toutefois, il va plus loin que Zubrow, en montrant que le nombre de
techniques maîtrisées est positivement corrélé à la diversité morphologique des produits (1989b:54).
L'idée n'est pas nouvelle: Balfet (1984) et Hodges (1965) soupçonnaient déjà l'existence de tendances
morphologiques inhérentes à certains modes d'ébauchage et Morris (1917) considérait qu'une
technique telle que le montage au colombin ne permettait qu'un nombre limité de variations. Dans
ces études cependant, la forme des récipients était perçue comme un résultat involontaire, tandis que
les observations d'Arnold (1989b) donnent à penser qu'un artisan peut délibérément sélectionner sa
technique en fonction de ses objectifs morphologiques. Or, si ces derniers surdéterminent les choix,
on ne doit pas s'attendre à ce que les variations observées à ce niveau de la chaîne opératoire aient
une quelconque signification culturelle. D'une société à l'autre en effet, les artisans risquent
d'ébaucher les mêmes récipients à l'aide de techniques similaires.
Les découpages géo-culturels peuvent également être masqués lorsque deux ou plusieurs
populations d'origines distinctes partagent la même tradition ou lorsque plusieurs traditions cohabitent
au sein du même ensemble culturel, sous forme de variantes individuelles, communautaires ou
régionales. Ce type de situation est fréquemment relevé en ethnographie, mais on en ignore
généralement l'origine. Existe-t-il, par exemple, des convergences techniques, auquel cas la portée
stylistique du façonnage devrait être complètement remise en question? Les relations inter-ethniques
engendrent-elles une homogénéisation ou au contraire une hétérogénéisation des procédés? Une même
tradition est-elle susceptible d'évoluer de façon indépendante dans différentes communautés (par
exemple, après qu'une population se soit scindée en plusieurs entités géographiquement distinctes)?
Les frontières culturelles sont-elles "techniquement" imperméables? Autant de questions que je me
propose d'aborder dans ce chapitre, en me fondant sur les données collectées tant au Cameroun que
dans le reste de l'Afrique subsaharienne. Dans un premier temps, il s'agit néanmoins d'apprécier
l'amplitude et la nature des variations techniques, puis de s'assurer que chacune d'elles est libre de
toute contrainte.

2. DONNEES COLLECTEES AU CAMEROUN

Qu'il s'agisse des techniques utilisées au sud du Cameroun ou dans d'autres parties du monde, le
façonnage se décompose généralement en deux opérations: (1) ébauchage, (2) préformage (voir
également Roux 1994:46-7)*^^
Durant Vébauchage, l'artisan transforme une masse d'argile, ou assemble des éléments,
jusqu'à réaliser un volume creux ("l'ébauche"), dont la forme, souvent cylindrique, ne correspond
pas encore à celle du récipient fini. Le plus souvent, toutes les parties du récipients sont constituées

Dans le cas des techniques de moulage ou de martelage sur support concave ou convexe, ces deux opérations sont
solidaires.

139
au terme de l'opération; certains commencent toutefois par ébaucher et préformer le corps, attendant
que les parois se soient rigidifîées pour procéder à l'ébauchage et au préformage des parties restantes.
Durant le préformage, il s'agit à la fois de déformer les parois pour donner au récipient ses
caractéristiques géométriques finales, et de modifier la surface de manière définitive ou préliminaire.
Nous avons vu que toutes les parties du récipient ne sont pas nécessairement ébauchées lorsque débute
cette opération; même si c'est le cas, la panse, l'épaule, le col et la lèvre sont les seuls éléments du
profil à être mis en forme, le fond n'étant préformé que lorsque la partie supérieure du récipient est
suffisamment rigide pour que l'on puisse le retourner. L'opération s'effectue alors au moment de la
finition.
Dans quelques cas, l'ébauchage et le préformage sont pratiquement solidaires. Nous verrons
en effet que certains des artisans qui confectionnent leur ébauche par assemblage d'éléments,
s'interrompent fréquemment pour régulariser la surface des parois et mettre ces dernières en forme.
Toutefois, lorsque le récipient a acquis la taille et le profil souhaités, quelques opérations sont encore
effectuées, qui relèvent du préformage; lissage des surface, galbage du col, profilage de la lèvre.
On remarquera, par ailleurs, que les opérations d'ébauchage et de préformage se distinguent
non seulement par leurs finalités, mais également par les modes d'action sur la matière. Seules les
mains interviennent en effet lors de l'ébauchage, tandis que la mise en forme des différentes partie
du profil s'effectue presque toujours à l'aide d'une panoplie d'outils.
Enfin, en ce qui concerne l'organisation du façonnage, deux comportements sont observés:
dans la majorité des cas, l'artisan réalise un récipient à la fois, n'entreprenant une nouvelle ébauche
que lorsqu'il a fini de préformer et de décorer la précédente. Chez les Basaa, les Yamba et les
Bamileke, cependant, des séries de 2, 6, 8 ou 10 récipients sont confectionnées en parallèle. Les
potières basaa s'interrompent ainsi à 2 ou 3 reprises en cours de façonnage, pour placer une poignée
de braises dans l'ébauche durant quelques minutes^'*. Pendant ce temps, elles commencent à façonner
une seconde ébauche, dans laquelle seront transvasées les braises. Chez les Yamba, la réalisation
d'une seconde ébauche permet également à la première de se rigidifier; toutefois, le séchage s'effectue
au soleil et l'interruption a lieu en cours de préformage. Il en va de même chez les potières bamileke,
à ceci près que le temps de séchage est beaucoup plus long, ce qui leur permet d'ébaucher et de
commencer à préformer 6 à 10 récipients®.

2.1. Supports

Quelle que soit sa technique, l'artisan ébauche et préforme toujours son récipient sur un support.
Celui-ci a plusieurs fonctions: il s'agit avant tout d'éviter que l'argile n'entre en contact avec des
matériaux indésirables (de la terre ou du sable par exemple, lorsque le façonnage s'effectue à même
le sol), ou que le récipient ne se déforme lorsqu'on le déplace. Le support sert également à faire
pivoter le récipient en cours de façonnage, notamment lorsque l'artisan y ajoute des colombins ou
lorsqu'il en racle les parois. Mais nous verrons plus loin que ce mouvement de rotation ne doit pas
être confondu avec du toumassage.

D s'agit d'éliminer une partie de l'eau contenue dans la pâte, afin que les parois se rigidifîent.
Jusqu'à la cuisson, toutes les opérations seront réalisées à la chaîne sur ces séries de 6, 8 et 10 récipients.

140
Neuf types de support sont utilisés (tableau 1):
(1) Assiette ou bassine recouverte de feuilles, de chiffons ou de plastiques. L'artisan se sert
en général de vieux ustenciles, troués ou déformés, dont le diamètre est compris entre 15 et 35 cm*“
et la profondeur inférieure à 10 cm. Il tapisse celles-ci de feuilles de bananier, de marantaceae, de
taro iColocasia esculenta) ou de tek {Tectona grandis) ou, plus rarement, de chiffons ou de
plastiques. Les feuilles, cueillies aux abords du lieu de manufacture, sont indistinctement
sélectionnées, pourvu qu'elles soient suffisamment souples et résistantes.
(2) Bassine remplie de terre et recouverte de feuilles. Les bassines ont une taille similaire aux
précédentes, mais elles sont rarement endommagées, l'artisan les utilisant aussi bien pour la poterie
que pour ses tâches ménagères. Après les avoir remplies de terre®, au centre de laquelle il constitue
ime légère dépression, il les recouvre de feuilles de bananier, de marantaceae, de taro, de Piper
umbellatum ou de chiffons.
(3) Couvercle aplati, n s'agit à nouveau d'un "emprunt", ces couvercles servant en général
de vans pour attiser le feu ou de supports pour transporter des braises et certaines denrées
alimentaires. Leur diamètre est de 15 à 20 cm.
(4) Liber de palmier raphia (figure 1:3). Découpé dans le tissu séparant l'écorce de l'aubier,
ce support à une forme généralement quadrangulaire. De tailles variables (10 à 20 cm de côté)
l'artisan en possède plusieurs exemplaires qu'il réserve à la fabrication de la poterie.
(5) Fragment de feuille de bananier. Ici encore, il s'agit d'un support de forme quadrangulai­
re, dont la taille est similaire à celle des fragments de liber. L'artisan en découpe plusieurs avant
d'entreprendre le façonnage et ne les utilise qu'à une seule reprise.
(6) Coussin de portage. L'artisan enroule une poignée de feuilles de palmier jusqu'à constituer
un anneau de 15 à 25 cm de diamètre et de 5 à 8 cm d'épaisseur, puis consolide celui-ci à l'aide de
fibres ou de feuilles de palmier enroulées et nouées en plusieurs points de la circonférence. Ce
support est identique à ceux que l'on utilise pour transporter des charges sur la tête.
(7) Tesson (figure 1:4). Il s'agit généralement de fragments de panse et de fond dont les bords
ont été grossièrement retouchés à l'aide d'une pierre. L'artisan en possède plusieurs, de taille variable
(15 à 30 cm de diamètre) et les recouvre parfois de feuilles de bananier ou de tek {Tectona grandis).
(8) "Assiette" en bois (figure 1:1-2). Il s'agit d'un support grossièrement taillé dans du baobab
{Adansonia sp.)‘^\ dont la forme s'apparente à celle d'une assiette. L'artisan en possède plusieurs,
qu'il confectionne lui-même et conserve jalousement. Hautes de quelques centimètres, leur diamètre
est compris entre 15 et 30 cm.
(9) Planche. De forme rectangulaire (± 20 x ± 30 cm), ce type de support est réservé à la
poterie.
Quoiqu'une série de supports aient une forme concave, il ne doivent pas être confondus avec des
moules. Lors du façonnage en effet, leurs parois n'épousent qu'exceptionnellement celles des
récipients et nous verrons que la mise en forme du fond s'effectue le plus souvent en cours de
finition. On notera, par ailleurs, que les supports en forme d'anneau ("coussins de portage") sont
indifféremment utilisés par des artisans qui confectionnent leurs récipients à partir du fond ou de la

Ce diamètre correspond toujours à celui de l'ébauche.


Ou de gravier chez une potière mambila.
Ce bois, particulièrement tendre, se taille facilement.

141
FIGURE 1: Exemples de supports utilisés lors de l'ébauchage et du préformage. (1-2) "assiettes" en bois; (3) liber de
palmier; (4) tesson.

142
TABLEAU 1: Types de support utilisés, lors du façonnage, au sud du Cameroun (YM = Yamba; NS = Nsei; BK = Bamileke; BN = Banen; BS = Basaa; MB = Mambila: TK = Tikar;
VT = Vute; FK = Bafeuk; DJ = Djanti; BL = Balom; SN = Sanaga; BF = Bafia; YB = Yambasa; ET = Eton; GB = Gbaya; KP = Kepere; PL = Pol; MK = Mkako).

SUPPORT YM NS BK BM BN BS MB TK VT FK DJ BL SN BF YB ET GB KP PL MK

Assiette ou bassine recou­ X X‘ X‘ X X X X X X X X X X


verte de feuilles, de chif­
fons ou de plastiques

Bassine remplie de terre X^ X X X X


et recouverte de feuilles
ou de plastiques

Couvercle aplati X X

Liber de palmier raphia X X

Feuille de bananier X

Coussin de portage X X

Tesson X X

"Assiette" en bois X

Planche X

(1) Les assiettes ne sont pas recouvertes.


(2) La bassine est remplie de gravier chez une des potières.
panse. Il n'existe donc aucune relation entre la technique de façonnage et le support sélectionné.
Enfin, si ces derniers permettent de faire pivoter le récipient en cours d'ébauchage et de préformage,
le mouvement reste trop lent et trop irrégulier pour que l'on puisse les assimiler à des toumettes. Lors
du toumassage*’^ en effet, l'ébauche est essentiellement façonnée par pressions continues d'une ou
des deux mains, les gestes s'apparentant alors à ceux du tournage (Roux, com. pers.). Or, à quelques
exceptions près, les artisans que j'ai observés au Cameroun s'interrompent systématiquement pour
faire pivoter l'ébauche, sa rotation n'étant d'ailleurs jamais complète, n s'agit d'un simple
repositionnement, qui permet de poursuivre l'opération tout en conservant la même posture. Il en va
différemment chez les Yamba, puisque ceux-ci actionnent le support à l'aide des pieds tandis qu'ils
déforment les parois ou ajoutent des éléments. En ce cas, l'artisan appuie le talon droit et l'orteil
gauche contre la paroi ou le bord de l'"assiette"®, pousse le pied gauche vers l'avant et ramène le
pied droit vers lui. L'opération permet d'obtenir im mouvement régulier, mais la vitesse de rotation
reste insuffisante pour qu'il soit possible de déformer la matière par pressions continues.

2.2. Ebauchage

Quatorze techniques sont utilisées au sein de la zone d'étude. Comme nous le verrons, certaines se
décomposent en deux étapes, entrecoupées par un premier préformage et une brève période de
séchage: (1) ébauchage de la partie supérieure, (2) ébauchage du fond. Par souci de clarté, je
détaillerai les modalités d'ébauchage de chacune des parties avant de décrire les techniques de
préformage.

(1) Fins colombins superposés, fond en spirale

Un colombin de 30 à 40 cm de long et de 1,5 à 2 cm de diamètre est réalisé en roulant une poignée


d'argile contre les paumes. L'artisan enroule celui-ci en spirale, en superposant les circonférences et
en les décentrant légèrement vers l'extérieur, de manière à en accroître le diamètre. Arrivé au bout
du colombin, il en confectionne un second, presse son extrémité contre celle du premier, et poursuit
l'enroulement en spirale. L'ébauche, haute d'une dizaine de centimètre, acquiert une forme
tronconique. n pose alors la face latérale de l'index droit contre la paroi externe, au niveau du fond,
et ramène la main vers le haut de manière à déplacer l'argile en surface et à masquer la jointure des
colombins sur une largeur de 2 cm environ. Arrivé au niveau du bord, il pose la face interne du
pouce droit à côté de la zone raclée, et déplace la main vers le bas. Cette opération de raclage est
répétée à plusieurs reprises, jusqu'à ce que la jointure externe des colombins ait été complètement
occultée. L'artisan pose alors l'ébauche sur le support et entreprend d'en racler la surface interne, à
l'aide d'un fragment de calebasse®. Au terme de l'opération, l'ébauche acquiert une forme de
calotte sphérique. Plusieurs colombins sont ensuite confectionnés et placés de la même manière que

Méthode de façonnage durant laquelle l'artisan se sert d'une toumette qu'il actionne lui-même (à la main ou à l'aide des
pieds), ou qu'il fait actionner par un tiers.
Ces artisans sont les seuls à se servir de "l'assiette en bois”. S'ils préférait la confectionner eux-mêmes, c'est d'ailleurs
parce que sa forme doit être adaptée à la méthode servant a la faire pivoter.
® Cette opération est décrite dans la partie consacrée au préformage.

144
les précédents. Toutefois, au fur et à mesure que le diamètre de l'ébauche s'élargit, la superposition
ne s'effectue plus en spirale mais en anneaux, ces derniers pouvant être réalisés en une fois, ou
constitués de 2, 3 ou 4 segments. D'autre part, l'artisan s'interrompt fréquemment pour racler les
surfaces externe et interne, ébauchage et préformage étant ainsi pratiquement solidaires.
Enfin, s'il s'agit de confectionner un récipient dont le diamètre d'ouverture est nettement
inférieur au diamètre maximum, l'artisan décale chacune des circonférences vers l'intérieur, de
manière à en réduire le diamètre.

(2) Fins colombins superposés, fond en anneau

Un colombin de 25 à 50 cm de long et de ± 1 cm de diamètre est réalisé, en roulant une poignée


d'argile contre les paumes. L'artisan enroule l'une de ses extrémités sur le support, de manière à
constituer un anneau de 5 à 6 cm de diamètre. Lorsqu'il rejoint son point de départ, il poursuit
l'enroulement en spirale, tout en décentrant chaque circonférence vers l'extérieur. Arrivé au bout du
colombin, il en confectionne un second, presse son extrémité contre celle du premier et poursuit
l'enroulement en spirale. L'ébauche, dont le fond est percé, atteind alors une hauteur de 10 à 15 cm.
Sa forme est tronconique. Après avoir raclé la surface interne à l'aide d'un fragment de caUebasse
et la surface externe à l'aide d'une latte de raphia, l'artisan colmate le fond en écrasant une boulette
d'argile contre le support. Il effectue ensuite un nouveau raclage de la paroi interne, puis verse des
braises dans l'ébauche pour qu'elle se rigidifie. Au bout de quelques minutes, les braises sont
évacuées et l'adjonction de colombins se poursuit suivant les mêmes modalités que pour la technique
(1). On notera néanmoins que l'artisan ne cherche pas toujours à constituer des anneaux lorsqu'il
enroule les colombins, entamant souvent une nouvelle circonférence dans le prolongement de la
précédente.

(3) Fins colombins superposés et pincés, fond en spirale

Vingt à trente colombins de ± 25 cm de long et ± 1,5 cm de diamètre sont réalisés en roulant des
poignées d'argile sur une planche à l'aide de la paume droite. L'artisan prend un de ces colombins
et l'enroule en spirale sur lui-même. Cela fait, il en prend un second, presse son extrémité contre
celle du précédent et poursuit l'enroulement en spirale, jusqu'à obtenir une petite plaque circulaire
(0; ± 10 cm) qu'il pose sur le support. Il pose ensuite un colombin sur le pourtour de la plaque, en
le pinçant au fur et à mesure entre l'index et le pouce gauche. Lorsqu'il rejoint son point de départ,
il entame directement une nouvelle circonférence, puis, arrivé au bout du colombin, en prend un
autre, presse son extrémité contre celle du précédent, et poursuit l'enroulement en spirale en
continuant à le pincer entre le pouce et l'index. L'opération se poursuit jusqu'à ce que l'ébauche ait
acquis la hauteur souhaitée. Sa forme est alors cylindrique ou légèrement ovoïde. On notera que le
pincement des colombins ne vise pas à joindre les circonférences (celles-ci sont simplement
superposées), mais à régulariser l'épaisseur de la paroi tout en accroissant légèrement sa hauteur (le
colombin acquiert ainsi une section éllipsoïde et atteint ± 2 cm de haut). Suivant sa longueur et le
diamètre de l'ébauche, il peut aussi bien être placé en spirale, qu'en anneau ou en segment d'anneau.

145
(4) Colombins écrasés, fond en spirale

Une quinzaine de colombins de ± 20 cm de long et ± 5 cm de diamètre sont réalisés en pressant des


poignées d'argile entre les doigts puis en les roulant contre les paumes. L'artisan pose l'extrémité
d'un de ces colombins contre la paume gauche, en l'enserrant entre les doigts de la main droite, et
effectue un mouvement de rotation opposé des deux mains. Le colombin est alors écrasé en spirale
sur lui-même, ce qui permet d'obtenir un petit bol concave, de 10 cm de diamètre environ. La paroi
interne de ce bol peut être raclée, de l'extrémité des doigts de la main droite. Si c'est le cas, il
s'aplatit complètement. Après l'avoir posé sur le support, l'artisan prend un nouveau colombin, place
son extrémité contre la paroi interne**^ et l'écrase par saccades, tout en le soutenant extérieurement
de la main gauche. Un ou deux colombins sont ensuite ajoutés, afin de compléter la circonférence
(leur extrémité étant chaque fois écrasée, du côté interne, contre celle du précédent). Si le dernier
colombin n'est pas entièrement écrasé lorsque l'artisan rejoint son point de départ, la partie restante
est éliminée. Le reste de l'ébauche est réalisé de manière identique. On notera que les colombins sont
systématiquement écrasés contre la paroi interne, sur la moitié de leur hauteur environ. Trois à quatre
d'entre eux sont chaque fois nécessaires pour compléter une circonférence. Au terme de l'opération,
l'ébauche acquiert une forme cylindrique ou légèrement ovoïde. Si l'artisan souhaite réaliser un
récipient dont le diamètre d'ouverture est nettement inférieur au diamètre maximum, il resserre
progressivement la circonférence en décentrant les colombins vers l'intérieur au fur et à mesure qu'il
les écrase. Le cas échéant, il effectue un raclage de la paroi interne avant de poursuivre la constriction
de l'ouverture.

(5) Colombins écrasés, fond en plaque

Une galette de ± 15 cm de diamètre et ± 1,5 cm d'épaisseur est confectionnée en aplatissant une


poignée d'argile contre la paume gauche, puis en la raclant de l'extrémité des doigts de la main
droite. L'artisan pose cette galette sur le support, puis confectionne un ou plusieurs colombins de ±
15 cm de long et ± 5 cm d'épaisseur, en roulant des poignées d'argile contre les paumes. La suite
de l'ébauchage se déroule suivant les mêmes modalités que pour la technique précédente.

(6) Anneau étiré

Un anneau de diamètre variable est constitué à partir de 2 ou 3 colombins épais dont les extrémités
sont grossièrement jointes. D'un artisan à l'autre, et suivant la taille du récipient devant être réalisé,
la longueur des colombins oscille entre 15 et 25 cm, et l'épaisseur entre 4 et 8 cm. Si ces derniers
sont de faible épaisseur, un second anneau (constitué à nouveau de 2 ou 3 colombins) est placé sur
le premier. Dans ce cas, l'artisan presse les colombins entre le pouce et les doigts des deux mains au
fur et à mesure qu'il les pose sur la circonférence®. Il procède alors au raclage et à l'étirement de
l'anneau (ou du double anneau) en posant l'extrémité des doigts à l'intérieur, au niveau du support.

Ou sur le pourtour de la plaque, si le bol a été aplati.


® D est rare qu'un troisième anneau soit superposé aux deux premiers. Toutefois, 2 artisans ([Vute/NUL.02-03])
superposent 5 ou 6 anneaux pour confectionner leur récipients: ils expliquent qu'ils ont choisi cette méthode par facilité, car
il ne maîtrisent plus suffisamment la tedmique (chacun d'eux a abandonné l'activité depuis plus de 20 ans).

146
et en ramenant la main vers le haut, tout en exerçant une pression perpendiculaire à la paroi. L'argile
est ainsi déplacée verticalement, ce qui contribue à amincir l'anneau et à en accroître la hauteur. Dans
le même temps, l'artisan soutient l'ébauche à l'extérieur, de la main gauche, s'interrompant de temps
à autre pour faire pivoter le support. Il passe ensuite au raclage externe, effectué à l'aide d'une latte
de raphia ou d'une rafle de maïs. Le mouvement est à nouveau vertical (du bas vers le haut) et le
déplacement de matière assez important pour permettre un amincissement et une élévation de la paroi.
L'ébauche, qui ne comporte pas de fond, acquiert alors une forme cylindrique. Au terme du
préformage et après une nuit de séchage, l'artisan retourne le récipient et entreprend d'en
confectionner le fond. A cet effet, il commence par dégrossir et racler la paroi externe à l'aide d'une
latte de raphia ou d'une rafle de maïs - ramenant systématiquement l'argile vers l'ouverture - puis il
confectionne de petits colombins (en roulant des poignées d'argile contre les paumes) et les presse à
l'aide des deux mains contre le bord interne de l'orifice. Trois ou quatre colombins sont nécessaire
pour compléter une circonférence. Après en avoir superposé une seconde, et parfois une troisième,
il effectue un nouveau raclage, lequel lui permet pratiquement de fermer l'orifice. L'obturation finale
se fait à l'aide d'une petite boulette d'argile, soigneusement écrasée et lissée.

(7) Anneau étiré + colombins écrasés

Deux colombins de ± 35 cm de long et ± 15 cm d'épaisseur sont confectionnés, en roulant un bloc


d'argile sur un plastique, puis en l'aplatissant à l'aide du poing droit. Recourbés en demi-cercle sur
le support, leurs extrémités sont grossièrement réunies, de manière à constituer un anneau. Le cas
échéant, l'artisan écrase des petites poignées d'argile sur la face interne de l'anneau, afin d'en
renforcer l'épaisseur. Cela fait, il en racle superficiellement la surface externe, de l'extrémité des
doigts de la main droite déplacés obliquement du bas vers le haut. L'opération vise à accroître la
hauteur de l'anneau, mais son véritable étirement ne s'effectue que du côté interne: à ce effet,
l'artisan pose l'extrémité des doigts au niveau du support et ramène la main vers le haut en exerçant
une pression perpendiculaire à la paroi. Ce mouvement lui permet de déplacer un grosse quantité
d'argile qu'il amasse au fur et à mesure au-dessus de l'anneau. Tournant progressivement autours de
l'ébauche, il poursuit l'opération de raclage jusqu'à ce que les parois atteignent une quarantaine de
centimètres de haut et une épaisseur de ± 1,5 cm. Il confectionne alors un colombin de ± 20 cm de
long et ± 5 cm de diamètre, en roulant une poignée d'argile contre les paumes. Tenant celui-ci dans
la main gauche, il le dépose sur le bord de l'ébauche et l'écrase au fur et à mesure contre la paroi
interne à l'aide du pouce droit (le mouvement est vertical, du haut vers le bas). Cela fait, il racle la
face interne du colombin par déplacement horizontal de l'extrémité des doigts de la main droite, tandis
que la main gauche soutient la paroi à l'extérieur, à la hauteur de la partie raclée. Plusieurs colombins
sont placés de façon identique, afin de compléter la circonférence. En fonction de la hauteur du
récipient, une ou deux circonférences de colombins peuvent encore être ajoutées. Après avoir
brièvement régularisé la paroi interne, l'artisan racle la surface externe à l'aide d'une rafle de maïs.
Le mouvement est à nouveau vertical, et le déplacement de matière suffisamment important pour
permettre un amincissement et im accroissement de la hauteur des parois. Le fond est façonné au
terme de préformage et d'une période de séchage de 24 heures environ. A cet effet, l'artisan retourne
le récipient et commence par dégrossir le bord de l'orifice en le raclant de l'extrémité des doigts de
la main droite. Cela fait, il confectionne plusieurs colombins et les pose sur le pourtour de l'orifice

147
en les pinçant au fur et à mesure. Lorsqu'il rejoint son point de départ, il en racle la surface externe
à l'aide de l'extrémité des doigts, puis effectue un raclage complet du bas de la paroi à l'aide de la
rafle de maïs. Cette opération permet pratiquement d'obturer l'orifice. Après y avoir introduit l'index
et le majeur, de manière à soutenir la paroi, il le recouvre d'une petite plaque d'argile circulaire, qu'il
presse sur le bord tout en retirant doucement la main. Un dernier raclage est réalisé à l'aide de la
rafle de maïs pour régulariser la surface.

(8) Creusement et étirement d'une motte

Une motte ovoïde ou cylindrique est réalisée en compactant une masse d'argile entre les mains et en
la roulant éventuellement sur une surface plane. Selon les cas, sa hauteur est comprise entre 15 et 25
cm et son diamètre entre 12 et 15 cm. Après l'avoir posée sur le support, l'artisan y enfonce l'index
droit (et éventuellement le majeur), puis ramène la main vers le haut en la décentrant légèrement vers
l'extérieur, de manière à élargir la cavité. Il répète la même opération ou enfonce directement la main
au centre de la motte. Dans ce cas, il descend un peu plus bas, recourbe les doigts en crochet et
exerce une pression perpendiculaire à la paroi lorsqu'il ramène la main vers lui. Une grosse quantité
d'argile est ainsi déplacée, que l'artisan étire et repousse sur les côtés de la motte, afin d'en accroître
la hauteur et d'élargir la dépression. Cette masse d'argile s'accumule essentiellement contre la paume
de la main gauche, posée à l'extérieur au niveau de la partie raclée.
Après avoir fait pivoter le support, ou s'être lui-même déplacé autour de l'ébauche, l'artisan
réenfonce la main dans la motte, jusqu'à atteindre le fond et ramène une nouvelle quantité d'argile
vers le haut. A ce stade, la dépression s'est considérablement élargie, de même que le diamètre de
l'ébauche, et la paroi a gagné plusieurs centimètres. Continuant à faire pivoter le support ou à tourner
autour de l'ébauche, l'artisan poursuit l'opération de raclage et d'étirement jusqu'à obtenir une
ébauche de forme cylindrique ou ovoïde, dont les parois sont épaisses de ± 3 cm et la hauteur une
à deux fois supérieure à celle de la motte initiale'”. L'artisan peut alors racler la paroi interne, de
l'extrémité des doigts de la main droite ou de la face latérale de l'index. Le mouvement est horizontal
et l'opération vise surtout à régulariser la surface. Se servant à nouveau des doigts, d'une rafle de
maïs, d'un tesson, ou d'une latte de raphia, il procède ensuite au raclage de la surface externe. Ici,
le mouvement est vertical et le déplacement de matière plus prononcé. Au terme de l'opération,
l'ébauche a conservé sa forme cylindrique, mais a gagné en hauteur et s'est considérablement amincie.

(9) Creusement et étirement d'une motte + fins colombins superposés

La première partie de l'ébauchage se déroule suivant les mêmes modalités que pour la technique
précédente. L'artisan passe alors au préformage de la partie inférieure du récipient, en raclant et en
lissant l'intérieur du cylindre à l'aide d'un fragment de calebasse. Cela fait, il roule une poignée
d'argile contre les paumes, afin de réaliser un colombin de 30 à 40 cm de long et de 1,5 à 2 cm de
diamètre, pose celui-ci sur le bord de l'ébauche et l'enroule progressivement en spirale. L'adjonction
s'effectue par simple superposition, mais l'artisan décentre au fur et à mesure les circonférences vers

Chez [Bafeuk/ASE.Ol], le raclage et l'étirement de la paroi s'effectuent horizontalement, en sorte que la hauteur de la
motte reste pratiquement inchangée.

148
l'extérieur, afin d'accroître le diamètre de l'ébauche. Un ou deux colombins sont encore ajoutés,
après quoi l'artisan procède aux raclages interne et externe de la paroi. Ce raclage, ainsi que la suite
de l'ébauchage, se déroule suivant les mêmes modalités que pour la technique (1).

(10) Creusement et étirement d'une motte + colombins superposés etpincés

La première partie de l'ébauchage se déroule suivant les mêmes modalités que pour la technique (8).
L'artisan prend ensuite une poignée d'argile et la roule sur une planche ou la presse entre les mains,
jusqu'à constituer un colombin de 20 à 30 cm de long et 3 à 4 cm de diamètre. Tenant ce colombin
à deux mains, il le pose en arc de cercle sur le bord de l'ébauche en le pinçant au fur et à mesure
entre les pouces (à l'intérieur) et les autres doigts. Pour compléter la circonférence, il réalise un
second colombin et le place de la même manière que le premier. La suite de l'ébauchage s'effectue
suivant les mêmes modalités que pour la technique (3), à ceci près que les colombins sont toujours
placés en anneau, chaque anneau étant constitué de 2 ou 3 colombins.

(11) Creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés

La première partie de l'ébauchage se déroule suivant les mêmes modalités que pour la technique (8).
L'artisan confectionne ensuite un colombin de 10 à 15 cm de long et de 4 à 5 cm de diamètre, en
roulant une poignée d'argile contre les paumes. Deux modes d'adjonction sont alors observés:
(a) l'extrémité du colombin est posée contre la paroi interne, de manière à ce qu'il la
chevauche sur la moitié de sa hauteur environ. Posant la main gauche au même niveau, sur la paroi
externe, l'artisan écrase progressivement le colombin le long de la circonférence. Celle-ci est ensuite
complétée par adjonction de deux ou trois nouveaux colombins. Le reste de l'ébauchage se déroule
de la même manière que pour la technique (4);
(b) l'artisan tient le colombin de la main gauche et le dépose progressivement sur le bord de
l'ébauche, en l'écrasant au fur et à mesure contre la paroi interne à l'aide du pouce droit (le
mouvement et vertical, du haut vers le bas). Cela fait, il racle la face interne du colombin par
déplacement horizontal des doigts de la main droite, tandis que la main gauche soutient la paroi à
l'extérieur, à la hauteur de la partie raclée. La suite de l'ébauchage se déroule suivant les mêmes
modalités que pour la technique (7).

(12) Creusement et étirement d'une motte, fond percé

La première partie de l'ébauchage se déroule suivant les mêmes modalités que pour la technique (8).
Avant d'effectuer les raclages interne et externe, l'artisan perce le fond de la motte en y retirant une
ou plusieurs poignées d'argile. D'un artisan à l'autre, mais également d'un récipient à l'autre, le fond
peut être complètement éliminé ou simplement percé, l'orifice ayant alors un diamètre de 10 à 15 cm.
Comme dans le cas des techniques (6) et (7), le fond est façonné ou obturé au terme du préformage
et d'une période de séchage de 24 heures environ. A cet effet, deux techniques sont utilisées:
a) l'artisan racle le bas de la paroi à l'aide de l'extrémité des doigts de la main droite d'abord.

149
et d'une rafle de maïs ou d'une latte de raphia ensuite®. L'argile est systématiquement ramenée vers
l'orifice, de manière à en dégrossir le bord et à en réduire le diamètre. De la main gauche, l'artisan
soutient simultanément la paroi à l'intérieur. Si la taille de l'ouverture est encore trop importante, il
presse deux ou trois colombins contre le bord, à l'extérieur, afin de constituer une circonférence
complète. Effectuant alors un nouveau raclage (à l'aide de la rafle de maïs ou de la latte de raphia),
il introduit l'index et le majeur dans l'orifice et recouvre celui-ci d'une petite plaque d'argile qu'il
racle tout en retirant progressivement les doigts. Un dernier raclage permet d'éliminer les traces
d'adjonction de matière.
b) Sans retirer la préforme du support, l'artisan y introduit une poignée d'argile et l'écrase
sur l'orifice jusqu'à complètement l'obstruer*®. A l'aide de l'index droit, il racle soigneusement la
partie nouvellement ajoutée (particulièrement au niveau de la jonction avec la paroi), éliminant un peu
de matière si celle-ci lui semble trop épaisse.

(13) Creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés, fond percé

La technique (12a) est combinée à la technique (11b).

(14) Pincement et étirement d'une galette d'argile + colombins pressés

L'artisan confectionne une galette de 15 à 25 cm de diamètre et de ± 5 cm d'épaisseur, en écrasant


et en pressant une motte d'argile entre les mains, puis en la frappant de la paume droite tandis qu'il
la fait pivoter sur la paume gauche. Après l'avoir déposée sur le support, il place la main droite à
cheval sur le bord et enfonce le pouce à quelques centimètre de ce dernier, en exerçant simultanément
une pression des doigts sur la tranche, afin d'étirer l'argile vers le haut. Il repète l'opération à
plusieurs reprises, en faisant pivoter le support de la main gauche, jusqu'à ce qu'il rejoigne son point
de départ. A ce stade, l'ébauche acquiert la forme d'un bol concave, dont le bord est constitué d'un
épais bourrelet, et au centre duquel subsiste un "trognon" d'argile". Celui-ci peut être directement
éliminé ou subsister durant la majeure partie de l'ébauchage. Plaçant les deux mains côte à côte, à
cheval sur le bourrelet (les pouces à l'intérieur, les doigts à l'extérieur), l'artisan en pince la base par
saccades, afin de l'étirer vers le haut. Il fait simultanément pivoter le support à l'aide des pieds ou
des mains. Lorsqu'il rejoint son point de départ, les parois de l'ébauche ont gagné en hauteur, tandis
que l'épaisseur du bourrelet a légèrement diminué. Sans s'interrompre, il poursuit le pincement et
l'étirement du bourrelet jusqu'à ce que ce dernier ait été complètement éliminé. L'ébauche, de forme
cylindrique, atteint alors une hauteur de 15 à 30 cm. S'il souhaite obtenir un récipient de plus grande
taille, l'artisan confectionne un colombin de 30 à 40 cm de long et de ± 5 cm d'épaisseur, en
pressant une poignée d'argile entre les mains. Il place celui-ci tout autour de la circonférence, du côté
interne, et le presse au fur et à mesure entre les doigts de la main gauche (le pouce à l'intérieur, les
autres doigts à l'extérieur). Lorsqu'il rejoint son point de départ, il élimine la partie restante et joint
soigneusement les extrémités. Il pince et étire ensuite le colombin vers le haut, comme ill'a fait pour

Une potière ([Banen/DK.Ol]) effectue d'abord un léger battage du bas de la paroi, à l'aide d'une section de rachi de
palme. L'opération vise uniquement à arrondir le bas de la panse et relève donc du préformage plutôt que de l'ébauchage.
Une des trois potières ayant recours à cette technique ([Bamileke/BAB.Ol]) réalise l'opération après l'ébauchage, mais
avant le séchage.

150
le bourrelet, et ajoute éventuellement de nouveaux colombins.

2.3. Préformage

Comme nous l'avons vu, l'ébauche acquiert une forme généralement cylindrique au terme de la
première étape du façonnage. Pour autant que ces opérations n'aient pas été entreprises lors de
l'ébauchage*”, il s'agit alors (1) d'en racler et d'en lisser les parois, (2) de galber le bord (si le
récipient doit comporter un col®) et (3) de profiler la lèvre. D'un artisan à l'autre, les différences
portent sur les modalités d'exécution et le choix des outils, mais peut-être plus encore sur l'ordre des
opérations mises en oeuvre pour atteindre chaque objectif (voir tableau 2). Deux exemples illustreront
cette variabilité: il s'agit des modalités de préformage chez les potières [Tikar/MBI.Ol] et [Gbaya/-
BAR.02].
a) [Tikar/MBI.Ol]

Opérations Outils Objectifs

Racler puis lisser la paroi Latte de raphia Masquer les colombins; régu
externe de l'ébauche [Rxp] lariser la surface et l'épais­
seur de la paroi

Racler puis lisser la paroi Fragment de calebasse Masquer les colombins; régu
interne de l'ébauche [Rip] lariser la surface et l'épais­
seur de la paroi; dilater et
arrondir la panse

Trancher le bord [Tb] Petite latte de raphia Régulariser la hauteur de la


paroi

4^

Lisser la paroi interne du Fragment de calebasse Galber le haut de la paroi


bord [Lib] pour former le col

4.

Lisser la paroi externe du Latte de raphia Accroître le galbe du col


bord [Lxb]

4^

Lisser la paroi externe de la Latte de raphia Régulariser la surface


panse et de l'épaule [Lxp]

4^

Lisser la lèvre [Lb] Face ventrale (concave) d'une Profiler la lèvre


tige de bananier

Voir la technique des fins colombins superposés, avec fond en spirale ou en anneau.
Ce qui est presque totgours le cas.

151
b) [Gbaya/BAR.02]

Opérations Outils Objectifs

Racler la paroi externe de Rafle de maïs Régulariser la surface et


l'ébauche [Rxp] l'épaisseur de la paroi; ac­
croître la hauteur de l'ébau­
che

4.

Trancher le bord [Tb] Petite latte de raphia Régulariser la hauteur de


l'ébauche

4^

Lisser la lèvre [Ll] Petite latte de raphia Régulariser la surface et


l'épaisseur de la lèvre

4.

Lisser la paroi externe du Tesson Galber le bord pour former


bord [Lxb] l'épaule et le col

4-

Racler puis lisser la paroi Tesson Régulariser la surface et


interne de la panse et de l'épaisseur de la paroi; dilater
l'épaule [Rip] et arrondir la panse; accentuer
la transition entre l'épaule et
la panse

4^

Lisser le bord [Lb] Chiffon humidifié Accroître le galbe du col;


entamer le profïlage de la
lèvre

4.

Lisser la lèvre [Ll] Chiffon humidifié Profiler la lèvre

4.

Lisser la paroi interne du col Tige de bananier Régulariser la surface


[Lie]

4.

Lisser la paroi interne de la Tesson Régulariser la surface; accroî­


panse et de l'épaule [Lip] tre la dilatation de la panse;
accentuer la transition entre la
panse et l'épaule

Bien que les objectifs soient toujours similaires, l'ordre des étapes peut ainsi être inversé et chacune
d'elles est susceptible de se décomposer en opérations distinctes. Les combinaisons sont d'ailleurs
tellement nombreuses, qu'il n'y a guère que chez les potières bamileke, mambila et basaa que l'on

152
observe une apparente homogénéité dans les modalités de préformage^*’. La description qui suit ne
constitue donc qu'une synthèse des moments essentiels de cette étape et l'on consultera le tableau 2
pour obtenir le détail des différentes variantes.

(1) Raclage et lissage des parois de l'ébauche

Paroi externe

Cinq outils sont utilisés, dont le premier est de loin le plus fréquent: (1) latte de raphia; (2) rafle de
maïs; (3) latte en bois; (4) fragment de calebasse; (5) tesson.
Les lattes de raphia (figure 2:1-5) sont découpées longitudinalement dans le pétiole du
palmier® et comportent toujours une partie de l'enveloppe externe, beaucoup plus lisse que la partie
fibreuse. De taille variable, leur longueur est comprise entre 15 et 35 cm, leur largeur entre 1 et 4
cm, tandis que leur épaisseur est de l'ordre de quelques millimètres. Certaines lattes ont des
extrémités appointées, afin de pouvoir extraire les cailloux et les grosses impuretés lors du raclage
ou du lissage. Il s'agit d'un outil facilement remplaçable, que l'artisan confectionne en général avant
d'entreprendre le façonnage®.
Les rafles de maïs (figure 2:6) font toujours l'objet d'un traitement préalable: afin de les faire
durcir, d'empêcher leur pourrissement prématuré et d'éliminer les membranes qui séparent les grains,
l'artisan les passe au-dessus d'une flamme puis les racle à la machette. Comme on le voit sur le
tableau 2, ce type d'outil n'est utilisé que dans certains groupes (en particulier les Gbaya, les Mkako
et les Kepere), bien que ces derniers ne soient pas les seuls à cultiver le maïs. Il semble en fait que
l'outil soit lié à certaines techniques d'ébauchage, sans qu'il existe pour autant une relation univoque.
Les lattes en bois (figure 2:7) sont taillées dans les branches écorcées de certains arbres et
arbustes, dont le bois est réputé pour son imputrescibilité. (Chez une potière eton, il s'agit notamment
du Musanga cecropioides). L'outil à une longueur de 15 à 20 cm et si sa section est généralement
circulaire ou ovale, il comporte toujours une partie tranchante.

Après un éventuel raclage de la paroi externe à l'aide de l'extrémité des doigts de la main droite ou
de la face latérale de l'index recourbé autour du pouce, l'artisan soutient la paroi à l'intérieur, de la
main gauche, pose l'outil® au bas de l'ébauche, et le ramène verticalement ou obliquement vers le
haut. La pression exercée lui permet de déplacer l'argile en surface et de la ramener vers le haut.
Toutefois, ce déplacement n'est jamais très important: il s'agit plutôt de masquer les irrégularités de
la surface (jointures des colombins, par exemple) et de redistribuer la matière sur la paroi, afin d'en
régulariser l'épaisseur. Si l'opération se solde par un amincissement de l'ébauche, celui-ci est de
faible importance.

Mais les outils ne sont pas toujours identiques au sein des deux derniers groupes.
^ Plusieurs espèces sont exploitées, parmi lesquelles \e Raphia vinifera et \'Elaeis.
™ Particulièrement lorsque les épisodes de fabrication sont espacés dans le temps. On notera que les pétioles de raphia sont
utilisés dans de nombreux domaines (construction, mobilier, dispositifs de séchage ...) et que l'artisan n'a donc aucune peine
à s'en procurer.
^ Sa partie tranchante s'il en comporte une.

153
FIGURE 2: Outils utilisés lors du raclage et du lissage de la paroi externe de l'ébauche. (1-5) lattes de raphia; (6) rafle de
mais; (7) latte en bois.

n en va autrement chez le artisans qui se servent d'une rafle de maïs. Ici, le déplacement de matière
est plus prononcé, l'opération contribuant à amincir la paroi et à en accroître la hauteur. Bien que la
surface soit en même temps régularisée, il ne s'agit pas de l'objectif principal, un raclage et un lissage
pouvant être subséquement effectué à l'aide d'une latte de raphia ou d'un tesson (Vute, Kepere, Pol
et Mkako). On notera que les artisans qui utilisent la rafle de maïs façonnent également leur ébauche
au départ d'une motte ou d'un anneau®. Ces deux techniques reposant essentiellement sur un
étirement et un amincissement des parois, on peut considérer que le raclage à la rafle s'inscrit dans
le prolongement direct de l'ébauchage.
(^el que soit son l'outil ou son objectif, l'artisan fait au fur et à mesure pivoter le support,
de manière à racler toute la surface de l'ébauche en conservant la même posture®. Dans certains
cas cependant, et notamment lorsque l'ébauche est de trop grande taille, il se déplace lui-même autour
du support.

Mais l'inverse n'est pas vrai (voir, par exemple, les Bamileke, Nsei, Sanaga et Banen).
11 est généralement assis (à même le sol ou sur un petit tabouret), mais certains peuvent également travailler debout ou
accroupi.

154
Après un ou deux tours, ou après avoir effectué d'autres opérations (raclage interne, galbage
du col...), le raclage se transforme en lissage^“: à cet effet, l'outil est déplacé de la même manière,
mais l'artisan utilise sa partie plate et non plus son tranchant, il y exerce une pression moins
importante et il le trempe constamment dans l'eau. Le déplacement de matière est alors plus
superficiel et l'humidifîcation de la paroi permet de faire remonter les particules les plus fines à la
surface, ce qui confère à cette dernière un aspect régulier et nettement moins grossier qu'au terme
du raclage.

Paroi interne

Six outils sont utilisés: (1) fragment de calebasse: (2) tesson; (3) gousse A'Afzelia bipindensis, (4)
graine d'Entada abyssinica; (5) cuilleron; (6) rafle de maïs. Comme on le voit sur le tableau 2, le
fragment de calebasse est, de loin, l'outil le plus fréquent. Découpé dans la paroi d'un conteneur^®
fendu ou brisé, sa forme est généralement ronde, ovale ou trapézoïdale, et sa taille extrêmement
variable (7 à 15 cm de diamètre ou de long; figure 3:1-4). L'artisan en possède plusieurs exemplaires,
de forme et de taille différentes, qu'il sélectionne en fonction de la hauteur et du diamètre de son
ébauche. Ici encore, l'outil est généralement confectionné avant que ne débute le façonnage.
Les tessons (figure 3:5) sont souvent de petite taille (une dizaine de centimètre de long) et de
forme ovale ou éllipsoïdale. L'artisan n'en possède qu'un ou deux exemplaires, qu'il conserve
soigneusement. Pour les réaliser, il prend un fragment de panse, l'ébauche grossièrement en le
percutant à l'aide d'une petite pierre, puis arrondit et régularise son contour en le polissant sur une
meule. Le bord doit être parfaitement régulier, car toute aspérité risque de strier la paroi en cours
d'utilisation.
Les gousses d'Afzelia bipindensis (un arbre de forêt ou de forêt galerie) sont en général
réniformes, bombées, et constituées de deux valves de ± 1 cm d'épaisseur, 10 à 29,5 cm de long et
5 à 8 cm de large (figure 3:6). L'artisan utilise une seule des valves et choisit généralement une
gousse qui n'excède pas 10 cm de long. Après avoir séché, celle-ci est extrêmement résistante.
L'Entada abyssinica est une liane de forêt dont les graines, lenticulaires, atteignent 3 à 7 cm
de long et 2 à 3 cm d'épaisseur (figure 3:7).
A l'exception de la rafle de maïs, on remarquera que tous les outils utilisés lors du raclage
interne sont convexes, cette forme permettant de remplir l'une des fonctions principales de
l'opération.

Après une éventuelle régularisation de la paroi interne (à l'aide d'une rafle de maïs®, de
l'extrémité des doigts de la main droite ou de la face latérale de l'index droit recourbé autour du
pouce®), l'artisan procède au raclage proprement dit: à cet effet, il pose la main gauche à l'extérieur
de l'ébauche, place l'outil (du côté convexe) contre la paroi interne, à la même hauteur, et le déplace

C'est à ce moment que certains des artisans troquent la rafle de maïs pour une latte de raphia ou un tesson.
^ Dans chacun des groupes étudiés, les calebasses servent encore à la conservation, au transfert et à la consonunation de
boissons ou d'aliments liquides.
L'opération s'apparente alors à celle qui a été décrite pour le raclage externe.
Chez les Nsei, aucun outil n'est utilisé par la suite. Les modalités du raclage et son résultat sont cependant identiques
à ceux que l'on observe chez les autres artisans.

155
horizontalement ou obliquement, tout en y exerçant ime pression perpendiculaire à la paroi. Dans un

FIGURE 3: Outils utilisés lors du raclage et du lissage de la paroi interne de l'ébauche. (1-4) fragments de calebasse; (5)
tesson; (6) gousse d'^zelia bipindensis: (7) graine d'Entada abyssinica.

156
FIGURE 4: Premières opérations de préformage (effectuées, dans ce cas, sur une ébauche réalisée par adjonction de
colombins). (1) raclage de la paroi externe: (2) raclage de la paroi interne.

premier temps, l'opération vise à masquer les irrégularités de la surface et uniformiser l'épaisseur de
la paroi. Le déplacement de matière est toutefois moins important que lors du raclage externe, et
l'argile ne s'accumule pas en haut de la paroi, mais sur l'outil. Au fur et à mesure que la surface est
régularisée, l'artisan exerce une pression plus prononcée, de manière à dilater l'ébauche et à lui faire
acquérir une forme globulaire. S'interrompant à plusieurs reprises pour faire pivoter le support, il
poursuit l'opération jusqu'à donner à la panse sa forme définitive. (3ela fait, il lisse la surface suivant
les mêmes modalités, à ceci près que l'outil est constamment trempé dans l'eau et que la pression
exercée est moins importante.
Cette opération, extrêmement simple et rapide, permet donc d'atteindre trois objectifs: (1)
régulariser la surface, (2) profiler la panse (et éventuellement l'épaule), (3) amincir la paroi^”. La
forme générale du récipient ne sera plus modifiée ultérieurement.

(2) Formation et galbage du col

n s'agit d'une étape facultative, puisque certains récipients ne comportent pas de col®. Celle-ci
consiste en général à incliner le bord de l'ébauche vers l'extérieur - soit par pincement, soit par
lissage - mais l'artisan peut également entamer l'ébauchage du col par adjonction d'un ou de plusieurs
colombins. Ces derniers sont alors orientés de façon à former un angle avec l'épaule.
En ce qui concerne le galbage proprement dit, les techniques suivantes sont utilisées:

a) l'artisan lisse le haut de la paroi interne ou externe, suivant les même modalités que lors
du raclage/lissage de la panse et de l'épaule. Il pose le tranchant ou la paume de la main gauche de
l'autre côté de la paroi et exerce une pression simultanée des deux mains (figure 5:1-2). Si le lissage

Cet amincissement est consécutif à la dilatation de l'ébaudie.


Dans ce cas, l'artisan procède directement au profilage de la lèvre.

157
s'effectue à l'extérieur, la pression exercée par la main gauche est plus forte au niveau du bord qu'au
niveau de la jonction entre l'épaule et le futur col; inversement, si le lissage s'effectue à l'intérieur,
la pression est plus prononcée au niveau de la jonction qu'au niveau du bord. Le haut de la paroi est
ainsi progressivement recourbé vers l'extérieur, le galbe du col et son orientation étant fonction des
pressions exercées lors du lissage.

b) L'artisan pince le bord entre le pouce (à l'intérieur) et les autres doigts (à l'extérieur), et
fait basculer la main vers l'avant, de manière à recourber le haut de la paroi (figure 5:3a). Il déplace
progressivement la main le long de la circonférence, s'interrompant de temps à autre pour faire
pivoter le support, jusqu'à rejoindre son point de départ. Cela fait, deux méthodes sont utilisées pour
accroître et régulariser le galbe du col: (1) lisser la paroi interne et/ou la paroi externe, suivant les
modalités qui viennent d'être décrites, (2) poser la main droite à cheval sur le col - les doigts repliés
de telle sorte que leurs extrémités atteignent la transition entre l'épaule et le col et que la lèvre soit
enserrée entre la première et la troisième phalange; le pouce replié contre la paume et appuyé au bas
du col - et faire rapidement pivoter le support, en exerçant une pression continue et en faisant
simultanément basculer la main vers l'avant (figure 5:3b).

c) L'artisan pose une ou plusieurs feuilles à cheval sur le bord, les pince entre le pouce (à
l'intérieur), l'index et le majeur (à l'extérieur) et, tout en exerçant une pression continue et en faisant
progressivement basculer la main vers l'avant, fait pivoter le support de la main gauche ou se déplace
rapidement autour du récipient (figure 5:4). Chez les Bamileke, la technique est légèrement différente:
l'artisan pose une poignée de feuilles humides à cheval sur le bord et les pince entre les doigts, mais
il décentre la main vers l'extérieur tandis qu'il exerce une pression continue et tourne autour de
l'ébauche, de manière à élargir l'orifice et à faire acquérir une forme tronconique à la moitié
supérieure de la panse. Dans certains cas, il conserve le même mouvement mais incline peu à peu la
main vers l'intérieur. Accentuant de la sorte l'élargissement de l'ébauche, il recourbe le bord, afin
de constituer un petit col rentrant. On notera que cette opération vise autant à préformer le haut de
la panse que le col, et que le raclage des parois interne et externe intervient ultérieurement.

d) L'artisan place la partie convexe d'un fragment de calebasse ou la tranche d'un tesson^'^
contre la paroi externe du bord, soutient celui-ci de la main gauche, à l'intérieur, et déplace l'outil
horizontalement en exerçant une pression perpendiculaire à la paroi (figure 5:5). Le bord épouse peu
à peu la courbure de l'outil, ce qui permet d'obtenir un petit col concave. Le cas échéant, sa face
interne peut ensuite être lissée, de manière à en accentuer le galbe.

(3) Profilage de la lèvre

Cette opération constitue en général la dernière étape du préformage. Comme on le voit sur le tableau
2, elle peut toutefois être effectuée avant le galbage du col et même avant le raclage interne ou
externe.

D s'agit du fragment de calebasse ou du tesson utilisé lors du raclage des parois. Seuls les Kepere et certaines potières
gbaya emploient cette technique.

158
FIGURE 5: Techniques utilisées pour galber le col. (1) Lissage horizontal interne et pression perpendiculaire à la paroi;
(2) lissage vertical externe et pression simultanée des deux mains; (3) pincement du bord et basculement de la main (a), suivi
d'un lissage par pincement et pression continue entre les doigts de la main droite (b); (4) lissage à l'aide d'une feuille et
basculement simultané de la main; (5) raclage horizontal externe à l'aide d'un outil convexe.

159
Dans certains cas, l'artisan écrase préalablement un petit colombin ou une boulette d'argile contre le
bord (du côté interne ou externe), afin d'en accroître l'épaisseur. Dans le même but, il peut pincer
le bord entre le pouce, l'index et le majeur et exercer une série de pressions discontinues tandis qu'il
déplace la main le long de la circonférence. Indépendamment de cet éventuel épaississement de la
lèvre, bon nombre d'artisans tranchent le bord horizontalement, à l'aide d'une petite latte de raphia,
n s'agit à la fois d’en régulariser la hauteur et d'en éliminer la partie la plus fine. A ce stade, quatre
techniques sont utilisées;
a) l'artisan pince le bord entre le pouce (à l'intérieur) et le majeur (à l'extérieur), et pose
l'index sur la tranche. En conservant une pression imiforme, il fait pivoter le support de la main
gauche ou il déplace la main le long de la circonférence (figure 6:1). La lèvre est ainsi moulée entre
les doigts et, suivant la pression exercée, acquiert un profil légèrement arrondi ou appointé.
b) L'artisan pose une feuille de Ficus thonningiî^\ un fragment de feuille de bananier, de
macabo Oùmthosoma mafaffd), de rônier (Porassus flabellifer) ou im chiffon humide à cheval sur le
bord. Tout en le pinçant entre le pouce (à l'intérieur) et le majeur (à l'extérieur), et en posant l'index
sur la tranche, il fait pivoter le support ou déplace la main le long de la circonférence (figure 6:3).
Les potières bafia exercent parallèlement une pression verticale de l'index sur la tranche, en sorte
qu'elles y impriment une large gorge® (figure 6:2). Qiez les autres artisans, le profil de la lèvre
est similaire à celui qui a été décrit pour la technique précédente.
c) L'artisan pose une petite latte de raphia sur le bord, la pince entre le pouce et l'index, et
la déplace par saccades tout au long de la circonférence (figure 6:4). Il obtient ainsi une lèvre plate
ou légèrement biseautée (suivant l'orientation de la latte et la pression exercée), dont les bords sont
généralement anguleux.
d) L'artisan pose la face interne d'une section de bambou tranchée longitudinalement ou la
face ventrale d'une nervure de bananier® sur le bord, la pince entre le pouce et l'index et la déplace
le long de la circonférence (figure 6:5), en s'interrompant de temps à autre pour faire pivoter le
support ou se déplacer lui-même autour du récipient. La lèvre, moulée dans le creux de l'outil,
acquiert ainsi une forme arrondie, éventuellement en ressaut par rapport à la paroi.
e) L'artisan écrase un fin colombin au niveau du bord, du côté externe (figure 6:6a), le pince
entre le pouce et l'index, et déplace la main tout au long de la circonférence, en conservant une
pression continue (figure 6:6b). A cet effet, il fait pivoter le support, ou se déplace autour du
récipient. En ce cas, la lèvre est légèrement appointée et forme un ressaut par rapport à la paroi
externe.

Certaines potières basaa et bafia considèrent qu'il s'agit d'un excellent matériau, car la feuille ne se déchire pas
facilement et conserve sa forme après avoir été pliée et chauffée au dessus d'une flamme. D'autres feuilles sont également
utilisées, que je n'ai pas pu identifier.
Cette forme de lèvre n'a pas été observée dans les autres groupes.
Dans les deux cas, la surface active est concave.

160
FIGURE 6: Techniques de profilage de la lèvre. (1) Pincement entre le pouce, l'index et le majeur; (2) pincement d'une
feuille entre le pouce et le majeur et pression verticale de l'index; (3) pincement d'une feuille entre le pouce et le majeur;
(4) lissage à l'aide d'une latte de raphia; (5) lissage à l'aide d'une section de tige de bananier; (6) adjonction d'un fin
colombin contre la paroi externe du bord (a) et lissage entre le pouce et l'index (b).

161
TABLEAU 2: Déroulement des opérations de préformage et nature des outils utilisés pour chacune d'entre-elles. R: racler puis lisser; L: lisser; T ; trancher; A: aplatir; I: incliner; C: ajouter
un colombin; U: replier le bord sur lui-même; i: paroi interne; x: paroi externe; p: panse (y compris l'épaule); e: épaule (si spécifique); b: bord; 1: lèvre; [...]: interruption pour un bref
séchage. Raphia = latte de raphia; pet. raphia = petite latte de raphia; calebasse = fragment de calebasse.

ARTISANS SUCCESSION DES OPERATIONS OUTILS

PANSE/EPAULE BORD/COL LEVRE

YAMBA

KAK.Ol Rxp; Cb; Ll; [...]; Rip; Lb; Lip; raphia (x); calebasse (i) main; raphia (i) feuille Borassus Jlabellifer
Lie.

KAK.02 idem idem idem idem

KAK.03 idem calebasse (x, i) main; calebasse (i) idem

MEM.Ol Rxp; Cb; Ll; [...]; Rip; Ib; Lip; idem idem feuille bananier
Lie.

MEM.02 idem idem idem idem

MEM.03 Rxp; Cb; Ll; Rip; Lb; Lip; idem idem idem
Lie.

MEM.04 idem idem idem idem

BUI.Ol idem raphia (x); calebasse (i) main; raphia (i) idem

BUI.02 idem idem idem idem

MAMBILA

ATT.Ol Rxp; Rip; C; Rxc; Rie; Ll raphia (x); calebasse (i) raphia (x); calebasse (i) tige bananier

ATT.02 idem idem idem demi-bambou

ATT.03 idem idem idem pet. raphia

ATT.04 idem idem idem idem

RUM.Ol idem idem idem tige bananier


ARTISANS SUCCESSION DES OPERATIONS OUTILS

PANSE/EPAULE BORD/COL LEVRE

NSEI

MES.Ol Rip; Rxp; Ab; Lxp; Lb; Lxp; Ll; doigts (i); pouce (x); raphia (x); doigts; main main; feuille
Lip. index (i)

BAMILEKE

BAB.Ol Rxp: Ab; Rip: Rxp; Lxp; Le; [...]; index (x); index (i); bois (x); doigts; feuilles feuilles
Lip; Lxp; Le. calebasse (i)

BAB.02 idem idem idem idem

BAB.03 idem idem idem idem

BAB.04 idem idem idem idem

BAMUM

MAR.Ol Rxp; Rip; Rip; Ll; Ll; Cl. raphia (x); tesson (i); cuilleron (i) raphia (x); tesson (i); cuilleron (i) doigts; tige bananier

MAR.02 Rxp: Rip: Ll; Ll; Cl. raphia (x); calebasse (i) raphia (x); calebasse (i) idem

MAR.03 Rip; Rxp; Rip; Ll; Cl. calebasse (i) raphia (x); cuilleron calebasse (i); raphia (x); cuilleron tige bananier
(i) (i)

MAR.04 Rip; Rxp; Ll; Ll. tesson (i); raphia (x) tesson (i); raphia (x) doigts; tige bananier

TIKAR

MBI.Ol Rxp; Rip; Tb; Lip; Lib; Lxb; Lxp; raphia (x); calebasse (i) pet. raphia; calebasse (i); raphia dge bananier
Ll. (x)

AKU.Ol Rxp; Rip; Rb; Ll; Lb; Ll. idem pet. raphia; feuille bananier pet. raphia; feuille bananier

AKU.02 Rxp; Rip; Lib; Lxb; Ll. idem calebasse (i); raphia (x) dge bananier

AKU.03 idem idem idem idem

ONG.Ol Rxp; Rip; Ib; Lxb; Ll; Ll. idem raphia (x) pet. raphia; dge bananier

ONG.02 Rip; Rxp; Ib; Lxb; Ll; Ll. idem idem idem
ARTISANS SUCCESSION DES OPERATIONS OUTILS

PANSE/EPAULE BORD/COL LEVRE

SAS.Ol Rxp; Rxp; Rip; Lib; Tb; Ll; Ll; doigts (x); raphia (x); calebasse calebasse G); pet. raphia idem
Lip. G)
SAS.02 idem idem idem idem

SAS.03 idem idem idem idem

BAFEUK

ASE.Ol Rxp; Rip; Lib; Lxb; Lie; Ll. raphia (x); calebasse G) calebasse G); index (x); tige tige bananier
bananier G)

ASE.02 idem idem idem idem

DIM.Ol Rip; Rxp; Rip; C; Rip; Rxp; Tb; doigts G); rafle maïs (x); cale­ pet. raphia pet. raphia; chiffon
Ll; Ll. basse G)

NUL.Ol Rip; Rxp; Lxb; Lib; Tb; Ll; Ll. calebasse G); raphia (x) raphia (x); raphia G); pet. raphia pet. raphia; doigts

DJANTI

GOR.Ol PI; Rxp; Lxb; Lib; PI; Rip; Ll. raphia (x); calebasse G) raphia (x); raphia G) tige bananier

GOR.02 Rxp; Rip; Tb; Ll; Lxb; Lip. idem pet. raphia; raphia (x) pet. raphia

BALOM

UZI.Ol Rxp; Rip; Lib; Ll. raphia (x); calebasse G) calebasse G) feuille bananier

BEA.Ol idem idem idem tige bananier

BAFIA

OUF.Ol Rxp, Lxb; Lib; Rip; Cb; Lb; Lxp; raphia (x); calebasse G) raphia (x); calebasse G); doigts feuille bananier
Lip; Ll.

KK.Ol Rxp; Lxb; Lib; Rip; Cb; Lb; Lxp; idem idem feuille Ficus thonningii
Lib; Ll.

KK.02 Rxp; Rip; Lib; Cb; Lb; Ll. idem idem doigts
ARTISANS SUCCESSION DES OPERATIONS OUTILS

PANSE/EPAULE BORD/COL LEVRE

KIK.03 idem idem idem idem

KK.04 Rxp: Lib: Rip: Cb: Lb; Ll. idem calebasse (i); feuille bananier feuille bananier

BIA.Ol Rxp; Rip; Lib;Cb; Lb; Ll. idem idem idem

MOU.Ol Rxp; Lxb; Lib; Rip; Cb; Lb; Lxp; idem raphia (x); calebasse (i); doigts feuille Ficus thonningii
Lib; Ll.

SANAGA

GOR.03 Rxp; Rip; Lxb; Lib; Tb; Ll. raphia (x); calebasse (i) raphia (x); calebasse (i); pet. pet. raphia
raphia

GET.Ol Rxp; Lxb; Rip; Lib; Tb; Ll. idem idem idem

BANEN

DDC.Ol Rxp; Rip; Cb; Ll; Lxb; Rip; Lip; raphia (x); doigts (i); index (i); raphia (x) feuille mwando
Lxp. calebasse (i)

BASAA

LDC.Ol Rip; Rxp; Lb; Ll; Lip. calebasse (i); raphia (x) feuille Ficus thonningii feuille Ficus thonningii

BAY.Ol idem idem carton carton

BAY.02 idem cuillèron (i); raphia (x) feuille macabo OCanthosoma feuille macabo Qianthosoma
ma/qffa) mafaffa)

BAY.03 idem calebasse (i); raphia (x) idem idem

ETON

MAN.Ol Rxp; Rip; Lxb; Tb; Ll. bois (Musanga cecropioides) (x); bois (Musanga cecropioides) (x); feuille macabo OCanthosoma
graine (Pntada abyssinica) (i) pet. raphia mafaffa)

KEL.Ol Rxp; Rip; Lxb; Tb; Ll; Ll. raphia (x); gousse (Afielia bipi- raphia (x); pet. raphia feuille bananier; pet. raphia
densis) (i)
ARTISANS SUCCESSION DES OPERATIONS OUTILS

PANSE/EPAULE BORD/COL LEVRE

USE.Ol Rxp; Rip; Lxb; Tb; Ll. idem idem feuille bananier; pet. raphia

VUTE

YAN.Ol Rxp; Rxp; Rip; Rip; Tb; Ib; Lxc; rafle maïs (x); raphia (x); index pet. raphia; doigts; raphia; eale­ pet. raphia
Lie; Ll. (i); ealebasse (i) basse

NUL.02 Rxp; Rip; Lxb; Tb; Ll. raphia (x); ealebasse (i) raphia (x); ealebasse (i) pet. raphia

NUL.03 idem idem idem idem

GAI.Ol Rxp; Rip; Tb; Lxb; Lib; Ll. idem raphia (x); ealebasse (i) doigts

GBAYA

NAM.Ol Rxp; Tb; Ll; Lxb; Rip; Lb; Ll; Lip. rafle maïs (x); tesson (i) pet. raphia; tesson (x); ehiffon pet. raphia; chiffon

ADN.Ol Rxp; Tb; Ll; Lxb; Rip; Lb; Ll; Lie; idem pet. raphia; tesson (x); feuille pet. raphia; feuille bananier
Lip. bananier; tige bananier (i)

BAR.Ol Rxp; Lxb; Ub; Rib; Ll; Rip; Lb; idem rafle maïs (x); doigts (i); ehiffon; pet. raphia; chiffon
Ll; Lie; Lip. tige bananier (i)

BAR.02 Rxp; Tb; Ll; Lxb; Rip; Lb; Ll; Lie; idem pet. raphia; tesson (x); chiffon; pet. raphia; chiffon
Lip. tige bananier (i)

YOO.Ol Rxp; Tb; Ll; Lxb; Rip; Lb; Ll; Lip. tesson (x); tesson (i) pet. raphia; tesson (x); feuille pet. raphia; feuille bananier
bananier

REPERE

DEN.Ol Rxp; Rxp; Rip; Rxb; Rib; Rip; doigts (x); rafle maïs (x); rafle rafle maïs (x); calebasse (i); pet. pet. raphia; chiffon
Lxp; Tb; Ll. maïs (i); ealebasse (i) raphia (x) raphia

DEN.03 Rxp; Rxp; Rxb; Rib; Rip; Lxp; Tb; doigts (x); rafle maïs (x); raphia idem idem
Ll. (x); ealebasse (i)
ARTISANS SUCCESSION DES OPERATIONS OUTILS

PANSE/EPAULE BORD/COL LEVRE

POL

BOM.Ol Rip; Rxp; Lib; Lip; Tb; Ll; Lxp. calebasse (i); raphia (x); cale­ raphia (i) pet. raphia
basse (x)

DEN.02 Rxp: Lxp: Rip: Lxb; Lib; Tb; Al; doigts (x); rafle maïs (x); raphia rafle maïs (x); calebasse (i); pet. pet. raphia; chiffon
Ll, (x): rafle maïs (i); calebasse (i) raphia

MKAKO

DAl.Ol Rxp; Rip; Ll; Lxb; Lib; Lxp; Lip. rafle maïs (x); rafle maïs (i); rafle maïs (i) pet. raphia
tesson (x); tesson (i)

DA1.02 idem idem idem idem

OMO.Ol Rxp; Rip; Lxp; Lxb; Lib; Tb; Ll. rafle maïs (x); calebasse (i); raphia (x); raphia (i) pet. raphia; feuille
raphia (x)
2.4. Diversité technique

Si l'on se fonde sur les classifications les plus courantes, seules trois techniques d'ébauchage seraient
utilisées au sein de la zone d'étude: montage au colombin, creusement/étirement, et pincement”^
Celles-ci étant éventuellement combinées, le nombre total de variantes serait de l'ordre de 4 ou 5. Or,
une comparaison détaillées permet d'isoler 14 techniques, les différences portant à la fois la nature
des opérations menées lors de la constitution des différentes parties du profil et sur la manière de
procéder aux adjonctions de matière.
En ce qui concerne le montage au colombin, les variables discriminantes se situent à trois
niveau: (1) diamètre des colombins, (2) mode d'adjonction et (3) mode de constitution du fond (figure
7, tableau 3). Ainsi, lorsque le récipient est ébauché à l'aide de fins colombins (diamètre: ±1,5 cm),
ces derniers sont placés par simple superposition (fig. 7:1) ou par superposition et pincement (fig.
7:2), tandis que le fond peut-être réalisé en une ou deux étapes. Dans le premier cas, l'artisan enroule
le colombin en spirale, par accolement horizontal ("spirale plate"; fig.7:5) ou par superposition
verticale ("spirale concave"; fig. 7:3); dans le second, il enroule le colombin en anneau® (fig. 7:4)
et n'en obstrue l'intérieur qu'au terme de l'ébauchage, en y écrasant une poignée d'argile. Lorsqu'il
confectionne l'ébauche à l'aide de colombins dont le diamètre est de l'ordre de 5 cm, il écrase
toujours ces derniers contre la paroi interne, sur la moitié de leur hauteur environ (fig. 7:6). Pour
constituer le fond, il peut réaliser une plaque circulaire à l'aide d'une poignée d'argile (fig. 7:7), ou
écraser le colombin en spirale contre la paume (fig. 7:8).
On se souviendra que les variantes attribuées au montage au colombin concernent
essentiellement la constitution des circonférences, réalisées selon les cas, en spirale, en anneau ou en
segments. Cette distinction n'a pas grand intérêt pour les techniques qui viennent d'être évoquées. En
effet, les artisans qui façonnent leurs récipients à l'aide de fins colombins peuvent tour à tour placer
ceux-ci en spirale, en anneau et en segment, leur choix étant fonction du diamètre de l'ébauche et de
la longueur du colombin®.
Deux techniques (6 et 7) se situent à mi-chemin entre le montage au colombin et le
creusement/étirement. Dans la première, l'artisan constitue un anneau à l'aide de deux ou trois
colombins, dont l'épaisseur est comprise entre 4 et 8 cm. En fonction de cette dernière, mais
également de la taille du récipient, un second anneau peut être ajouté, confectionné suivant les mêmes
modalités. Dans le cas de la seconde technique, il s'agit de réaliser un simple anneau, à l'aide deux
larges bandes d'argile (sa hauteur est alors de 15 cm environ). Si je distingue ces techniques du
montage au colombin, c'est, d'une part, parce que la majeure partie de l'ébauche est façonnée par
raclage et étirement®, et d'autre part, parce que le fond est toujours constitué ultérieurement, après
préformage et séchage de la partie supérieure. A cet effet, l'artisan étire la matière sur le pourtour
de l'orifice, ajoute une ou plusieurs circonférences de colombins - qu'il presse contre la paroi interne
ou externe (fig. 8:2-3) - et obture l'orifice en le couvrant d'une boulette d'argile grossièrement

Voir la description de ces techniques dans l'introduction.


^ Dont le diamètre n'excède jamais 6 cm.
Une situation analogue est signalée chez les Bena de Tanzanie (Culwick 1935: 167) et les Luo du Kenya (Herbich &
Dieüer 1991).
^ Les artisans qui utilisent la seconde technqiue ajoutent systématiquement une ou deux circonférence(s) de colombins en
fîn d'ébaudiage. Ceux-ci sont posés sur le bord et raclés verticalement puis horizontalement du côté interne.

168
FIGURE 7: Variations dans le mode d'adjonction des colombins: (1) simple superposition, (2) superposition et pincement,
(6) écrasement interne. Constitution du fond: (3) spirale concave, (5) spirale plate, (4) anneau, (7) plaque, (8) spirale
écrasée.

169
TABLELAU 3: Variables permettant de distinguer les différentes techniques de montage au colombin.

TECHNIQUE TYPE DE COLOMBIN CONFECTION DU FOND MODE D'ADJONCTION

1 0: ± 2 cm "spirale concave" simple superposition


L: 30-40 cm

2 0: ± 1,5 cm anneau -i- poignée d'argile simple superposition


L: 25-50 cm écrasée

3 0: ± 1,5 cm "spirale plate" superposition et pncement


L: ± 25 cm

4 0: ± 5 cm spirale écrasée écrasement interne


L: ± 20 cm

5 0: ± 5 cm plaque circulaire écrasement interne


L: ± 15 cm

aplatie. On s'aperçoit ainsi que les adjonctions de colombins peuvent être réalisées de deux manières
différentes sur le même récipient: superposition et accolement latéral interne pour la première
technique; écrasement interne et accolement latéral externe pour la seconde.
En ce qui concerne les techniques d'ébauchage par creusement et étirement d'une masse, les
différences se situent au niveau de la constitution du fond et des éventuelles adjontions de matière.
Si la motte est en effet toujours évidée et étirée de la même manière, l'artisan peut éventuellement
en percer le fond. Dans ce cas, il ne procède à son obturation qu'après avoir préformé et fait sécher
la partie supérieure du récipient, soit en utilisant la même méthode que pour les techniques
d'ébauchage par étirement d'un simple ou d'un double anneau, soit en écrasant une poignée d'argile
au bas de la paroi interne.
Que le fond soit percé ou non, l'artisan ajoute parfois des colombins pour accroître la hauteur
de l'ébauche. Nous retrouvons alors les quatre modes d'adjonction évoqués plus haut: (1) simple
superposition (fig.7:l), (2) superposition et pincement (fig. 7:2), (3) superposition et raclage interne
(fîg. 8:1), (4) écrasement interne (fig.7:6).
Une seule technique d'ébauchage par pincement a été observée (technique 14), celle-ci
consistant à étirer le bord d'une galette d'argile par pressions discontinues des deux mains. Lors de
la confection de la partie supérieure, d'épais colombins peuvent être pressés contre la paroi interne
(fig. 8:3) et étirés par pincement.
Dans le cas du préformage, les variantes concernent essentiellement les outils, le nombre
d'opérations et l'ordre dans lesquel celles-ci sont menées. Ainsi par exemple, le raclage et le lissage
peuvent-ils être effectués en cours d'ébauchage ou à différents moments du préformage, à l'aide de
8 sortes d'outil. Si l'on excepte la rafle de maïs^'\ ces derniers sont toujours utilisés de la même
manière et destinés à remplir des fonctions identiques: lors du raclage et du lissage externe, le
mouvement est vertical ou oblique, du bas vers le haut, et l'objectif est de régulariser la paroi (au
niveau de la surface et de l'épaisseur); lors du raclage et du lissage interne, le mouvement est
horizontal ou légèrement oblique, et l'objectif est à la fois de régulariser la paroi et de donner leur
forme définitive à la panse et à l'épaule. On notera que les outils destinés au raclage de la surface

Essentiellement utilisée Ion du raclage préliminaire de la surface.

170
FIGURE 8: Modes d'adjonction des colombins lorsque la majeure partie de l'ébauche est réalisée par pincement/étirement,
creusement/étirement ou étirement d'un simple anneau. (1) superposition et raclage interne, vertical d'abord (a), horizontal
ensuite (b); (2) accolement latéral externe et pincement; (3) accolement latéral interne et pincement.

171
externe sont plutôt longs, plats et tranchants, tandis que les autres sont plutôt courts, arrondis et
convexes. Une tendance semble donc se dégager, tant sur le plan de la morphologie que du mode
d'utilisation.
Quoique la mise en forme du col puisse débuter par une adjonction de colombins'”, il s'agit
le plus souvent de recourber le bord par pincement ou par lissage (avec ou sans pressions continues).
Ici, les différences portent aussi sur les façons de faire que sur les outils.
Enfin, en ce qui concerne le profîlage de la lèvre, l'artisan peut procéder par pressions
continues, en pinçant le bord entre le pouce et l'index ou à l'aide d'un matériau souple, ou par simple
lissage, à l'aide d'un outil plat ou concave. Alors que les opérations de galbage du col n'engendrent
pas de formes particulières, le profil de la lèvre est directement lié aux techniques et aux outils
utilisés.

2.5. Evaluation des contraintes liées au façonnage

Comme nous l'avons vu plus haut, deux types de contraintes pourraient affecter le façonnage: (1)
plasticité et texture des argiles disponibles; (2) forme et taille des récipients. Dans le premier cas,
l'artisan serait forcé de sélectionner des matériaux plus ou moins plastiques et plus ou moins
grossiers, afin d'assurer leur parfaite compatibilité avec sa technique d'ébauchage. L'éventuelle
obligation de modifier cette dernière lorsqu'il n'est pas possible de se procurer des matériaux adéquats
n'est jamais évoquée dans la littérature. S'il existe des contraintes de plasticité et de texture, celles-ci
ne seraient donc résolues qu'au moment de la sélection et/ou du traitement des matières premières.
En revanche, les restrictions de forme ou de taille auraient une influence directe sur les
modalités d'ébauchage, l'artisan étant obligé d'ajuster sa technique au type de récipient qu'il souhaite
réaliser.
Mon objectif est de vérifier l'existence de ces contraintes et, si j'obtient une réponse positive,
d'évaluer leur impact réel. Quoique les données disponibles ne permettent pas de prendre toutes les
techniques en considération, une première évaluation est envisageable pour celles qui relèvent du
montage au colombin, du creusement/étirement et du pincement. Pour faciliter la comparaison, j'ai
réparti les 14 variantes en 6 catégories; (1) superposition de fins colombins (avec ou sans pincement
simultané); (2) écrasement latéral de gros colombins; (3) étirement d'un ou de plusieurs anneau(x);
(4) creusement et étirement d'une motte + adjonction de colombins; (5) creusement et étirement
d'une motte; (6) pincement et étirement d'une galette + adjonction de colombins. On voit que les
regroupements sont établis en fonction du mode d'ébauchage de la partie centrale des récipients. Il
semble que ce soit à ce moment en effet que les matériaux sont soumis aux tensions les plus fortes
et les plus contrastées.

2.5.1. Matières premières

Pour déterminer la présence d'éventuelles restrictions quant à la sélection et au traitement des matières

Ceux-ci étant placés suivant les mêmes modalités que lors de l'ébauchage.

172
premières, j'ai d'abord regroupé les données relatives au point de fluage des argiles sélectionnées*'^
(avant et après traitement) en fonction des 6 catégories techniques (figure 9). On se souviendra que
le point de fluage - mesuré ici à l'aide d'un cisaillomètre - fournit une bonne indication de la plasticité
d'un matériau.
Comme on le voit sur le diagramme, il ne semble pas y avoir de relation entre la plasticité
initiale des argiles - c'est-à-dire leur résistance au moment du prélèvement - et les techniques
d'ébauchage. La majorité des valeurs se chevauchent dans l'intervalle compris entre ± 200 et ± 500
g/cm^ et si, technique par technique, certains intervalles sont plus réduits ou légèrement décalés, ce
phénomène est imputable au nombre de données disponibles et aux procédés utilisés lors du traitement
des matériaux. Ainsi, parmi les artisans qui ébauchent leurs récipients par creusement et étirement
d'une motte (catégorie 4 sur la figure), certains sélectionnent des argiles de faible consistance, qu'ils
traitent pas broyage et tamisage, tandis que d'autres exploitent des matériaux de plasticité comparable
à ceux que l'on utilise dans le cadre de techniques différentes.
L'absence de relation est encore plus frappante lorsque l'on compare les données obtenues
au terme du traitement. Ici en effet, les valeurs se chevauchent dans un faible intervalle, ce qui
montre qu'aucune des techniques ne requiert un seuil de plasticité particulier. On voit par exemple
que les artisans qui ébauchent leurs récipients par adjonction d'épais colombins ou par creusement
et étirement d'une motte, malaxent l'argile jusqu'à lui faire acquérir une maniabilité similaire (point
de fluage compris entre ± 90 et ± 250 g/cm^). L'hypothèse de Shepard (1957:59), selon laquelle la
seconde méthode nécessiterait des matériaux plus plastiques, ne se vérifie donc pas, chacune des
argiles sélectionnées pouvant être indifféremment utilisée pour ébaucher les récipients par adjonction
de colombins, creusement et étirement, ou pincement. On remarquera, par ailleurs, que les trois
quarts des données se situent dans un intervalle compris entre 100 et 200 g/cm^. Or, si aucun
problème ne se pose au-delà de ce seuil, l'artisan éprouve généralement des difficultés® lorsque la
résistance de son matériau est inférieure à 100 g/cm^. Dans le cas des techniques observées au
Cameroun, je situerais donc le seuil de maniabilité minimal aux alentours de 100 g/cm^.
Afin de tester le degré d'interdépendance entre les techniques et la texture des matériaux, j'ai
réutilisé le diagramme de répartition granulométrique® en indiquant, pour chaque échantillon, la
méthode d'ébauchage utilisée (figure 10). Comme c'est le cas pour la plasticitié ou la maniabilité, on
constate qu'il n'existe aucune relation entre cette propriété et les techniques d'ébauchage: à l'exception
du montage par pincement et étirement (catégorie 6 sur la figure), pour lequel je ne dispose que de
deux exemples, les techniques sont distribuées de façon asseze homogène dans les limites de la
variation. Ainsi par exemple, des matériaux comportant 5 à 15% d'argile, 15 à 25% de limon et 60
à 70% de sable et de gravier, sont-ils indifféremment utilisés pour ébaucher les récipients par simple
superposition de colombins, écrasement de colombins ou creusement et étirement d'une motte. Par
ailleurs, les traitements qui engendrent une modification de la composition granulométrique (mélange
d'argiles, adjonction de sable, broyage et tamisage) ne semblent pas répondre à des exigences
techniques particulières. Parmi les artisans qui ébauchent leurs récipients par creusement et étirement
d'une motte, nombreux sont ceux qui sélectionnent des argiles assez grossières; toutefois, si certains

Voir chapitre précédent.


^ L'ébaudie a tendance à s'affaiser (voir [Djanti/GOR.Ol] et [Banen/DDC.Ol], qui utilisent respectivement le montage par
écrasement de colombins et par creusement/étiiement).
® Voir chapitre précédent.

173
AVANT TRAITEMENT (n-37) APRES TRAITEMENT(n=52)

700 - - 700

©
600 - - 600
FLUAGE (g/cm 2)

500 - - 500

POINT
DE
I
400 - 400

f l u a g e (g/cm 2)
lïi ®
DE
POINT

©
300 - 300
©
A ©
©

©
200 ■
© 200

I
1 00 ♦ S - 1 00

FIGURE 9: Point de fluage des argiles utilisées au sud du Cameroun (avant et après traitement) en relation avec les
méthodes de préparation et les différents types d'ébauchage. (1) Superposition de fins colombins, (2) écrasement latéral de
gros colombins, (3) étirement d'un ou de plusieurs anneau(x), (4) creusement et étirement d'une motte + adjonction de
colombins, (5) creusement et étirement d'une motte, (6) pincement et étirement d'une galette + adjonction de colombins.
Cercles: simple pilonnage; triangles: adjonction de sable et pilonnage; losanges: broyage et tamisage; carrés: mélange
d'argiles. Lorsqu'une argile est exploitée par des persoruies qui utilisent des techniques de façonnage différentes, la valeur
du point de fluage est reportée dans les catégories correspondantes.

174
100%

100%
100% 50
SABLE +GRAVIER

FIGURE 10: G^mposition granulomêtrique des argiles utilisées au sud du Cameroun (avant ou après traitement) en relation
avec les méthodes de préparation et les différents types d'ébauchage. (1) Superposition de fins colombins, (2) écrasement
latéral de gros colombins, (3) étirement d'un ou de plusieurs anneau(x), (4) creusement et étirement d'une motte +
adjonction de colombins, (5) creusement et étirement d'une motte, (6) pincement et étirement d'une galette + adjonction
de colombins. Cercles: simple pilonnage; triangles: adjonction de sable et pilonnage: losanges pleins: broyage et tamisage;
losanges vides: simple pilonnage mais broyage et tamisage en temps normal; carrés: mélange d'argiles. Les éventuelles
modifications granulométriques sont symbolisées par une flèche liant l'échantillon brut à l'échantillon traité.

les utilisent telles quelles, d'autres les raffinent par broyage et tamisage. L'absence de toute forme
de contrainte a été vérifiée sur le terrain, en procédant à quelques échanges de matériaux entre les
potières qui montaient leurs récipients par superposition de colombins®, écrasement de colom­
bins® ou creusement et étirement d'une motte (avec ou sans adjonction de colombins)®. Même
si leur technique était totalement différente et/ou si elles considéraient que l'argile fournie était de
piètre qualité (trop grossière, peu plastique...), celles qui ont accepté l'échange® n'ont éprouvé
aucune difficulté à façonner un ou plusieurs récipients (s). On se souviendra, par ailleurs, qu'une série
d'artisans s'approvisionnent au même endroit, traitent l'argile de manière similaire, mais utilisent des

[Yambasa/KLD.Ol] (qui utilise l'argile de [Eton/KEL.Ol]).


^ [Bafia/OUF.Ol] (qui utilise l'argile de [Banen/DIK.Ol]).
[Sanaga/GET.Ol] et iBafeuk/DIM.Ol] (qui utilisent l'aiple de [Eton/KEL.Ol]).
Ce qui ne fut pas toujours le cas; voir notamment [Eton/USE.Ol].

175
techniques d'ébauchage différentes. C'est le cas, par exemple, des artisans yamba et mambila de Sarki
Mbaka et Kouroum (qui ébauchent respectivement leurs récipients par pincement et étirement et par
superposition de colombins), ou des potières bafeuk de Yassem, l'une d'elles utilisant la technique
des colombins écrasés tandis que la seconde utilise celle du creusement/étirement avec adjonction
subséquente de colombins.

2.5.2. Forme et taille des récipients

En ce qui concerne la forme, aucun problème ne devrait se poser puisque l'artisan commence par
réaliser une ébauche cylindrique, qu'il déforme ensuite par pression et lissage jusqu'à donner au
récipient ses caractéristiques géométriques finales. La mise en forme étant postérieure à l'ébauchage,
il est peu probable que les techniques intervenant lors de cette opération puissent surdéterminer les
choix. D'autre part, les modalités de préformage sont globalement identiques lorsqu'il s'agit de
former la panse et l'épaule. Quelle que soit sa technique d'ébauchage, l'artisan devrait donc être
capable d'obtenir n'importe quel type de profil.
Pour vérifier cette hypothèse, j'ai regroupé les différentes formes fabriquées lors de mes
enquêtes en fonction des 6 modes d'ébauchage évoqués plus haut (tableau 4). La sélection des profils
correspond aux variables les plus fréquemment rencontrées: (a) "bouteille"; (b) récipient plus haut
que large, dont le diamètre d'ouverture est nettement inférieur au diamètre maximum; (c) récipient
plus haut que large, dont le diamètre d'ouverture est supérieur, équivalent ou légèrement inférieur
au diamètre maximum de la panse; (d) récipient plus large ou aussi large que haut; (e) récipient
nettement plus large que haut; (f) récipient sans col, plus large que haut; (g) récipient sans col,
nettement plus large que haut. Toutefois, les échantillons disponibles se répartissent de façon très
inégale au sein des catégories et l'on ne peut assurer que toutes les formes connues soient
représentées. Dans le cas de la catégorie 3, par exemple, je ne dispose que de 11 récipients, alors
qu'il en existe 138 pour la catégorie 2.
D'autre part, bien que j'ai systématiquement demandé aux artisans de réaliser toutes les formes qu'ils
connaissaient, nombre d'entre eux n'ont pas eu le temps ou la volonté de le faire. Il est possible
également que certaines formes soient inconnues ou oubliées.
Ces restrictions mises à part, on constate (1) qu'une série de formes sont systématiquement
ou pratiquement présentes dans chacune des catégories (b, d, f) et (2) que celles qui ne sont guère
représentées dans certaines catégories se révèlent suffisamment proches d'autres formes pour être
théoriquement réalisables (b et c pour les catégories 1 et 6; e et f pour les catégories 5 et 6;
éventuellement f et g pour les catégories 4 et 6).
L'éventail des formes reste néanmoins fort limité dans la troisième catégorie, tandis que les
"bouteilles" ne semblent réalisables que par les artisans qui se servent de techniques appartenant aux
catégories 1 et 2. Dans le premier cas, la pauvreté des formes serait imputable au nombre
d'échantillons disponibles (11). Toutefois, il n'est pas exclu que la technique se caractérise par
certaines tendances morphologiques.
Dans le second cas, on notera que les artisans qui façonnent leurs récipient par adjonction de
colombins sont les seuls à réaliser des "bouteilles"®, cette technique s'avérant sans doute plus

Chez les Tikar et les Mambila, celles-ci sont éventuellement pourvues d'un double goulot.

176
TABLEAU 4: Relations entre la forme des récipients (a-g) et les différentes techniques d'ébauchage. (1) Superposition de
fins colombins; (2) écrasement latéral de gros colombins; (3) étirement d'un ou de plusieurs anneau(x); (4) creusement et
étirement d'une motte + adjonction de colombins; (5) creusement et étirement d'une motte; (6) pincement et étirement
d'une galette + adjonction de colombins.

177
appropriée lorsqu'il s'agit de confectionner un goulot étroit. Toutefois, si l'artisan ébauche le récipient
au départ d'une motte et en accroît ensuite la hauteur par adjonction de colombins*” (catégorie 4),
rien ne s'oppose à ce qu'il réduise le diamètre d'ouverture au fur et à mesure, jusqu'à constituer, lui
aussi, un goulot étroit. Cette situation s'appliquerait également à la catégorie 6 (pincement et
étirement d'une galette + adjonction de colombins).
En abandonnant provisoirement la troisième catégorie, nous constatons donc que les
techniques n'imposent aucune restriction d'ordre morphologique. Dès lors, l'absence ou la présence
de certaines formes ne peut s'expliquer qu'en termes culturels: soit parce qu'elles sont liées à
certaines fonctions, soit parce qu'elles correspondent à des "canons" particuliers.
Afin de vérifier s'il existe des restrictions de taille, j'ai reproduit, pour chacune des
catégories, le profil du plus grand et du plus petit des récipients collectés (figure 11).
H A U T E U R (c m )

FIGURE 11: Relations entre les techniques d'ébauchage et la taille minimale et maximale des récipients collectés. (1)
Superposition de fins colombins; (2) écrasement latéral de gros colombins; (3) étirement d'un ou de plusieurs anneau(x);
(4) creusement et étirement d'une motte + adjonction de colombins; (5) creusement et étirement d'une motte; (6) pincement
et étirement d'une galette -i- adjonction de colombins.

Bien que le nombre d'échantillons disponibles puisse à nouveau fausser la comparaison, certaines
tendances semblent se dégager: (1) les artisans qui utilisent des techniques de façonnage relevant des
trois premières catégories, réalisent des récipients dont la taille maximale excède systématiquement
40 cm (et, le cas échéant, 50 cm); (2) les artisans qui ont recours à des techniques appartenant aux
trois autres catégories, réalisent des récipients dont la taille maximale est systématiquement inférieure
à 40 cm (et, le cas échéant, à 30 cm); (3) la taille minimale des récipients est inférieure à 10 cm pour
les deux premières catégories et inférieure à 20 cm pour les quatres autres.
n faudrait donc admettre que certaines techniques imposent des restrictions de taille, les plus
grands comme les plus petits récipients ne pouvant être réalisés que par adjonction de colombins ou
étirement de plusieurs anneaux superposés. En ce qui concerne la taille minimale, aucun élément ne
permet de s'en assurer; je soupçonne néanmoins que l'absence de petits récipients dans les catégories
3 à 6 est liée au nombre d'échantillons disponibles ou à la méconnaissance (ou l'abandon) de certaines
classes morpho-fonctionnelles®. Par contre, l'impossibilité de façonner des récipients de grande

Rappelons que ceux-ci peuvent être placés suivant les mêmes modalités que pour les techniques 1 et 2.
Comme je l'ai indiqué dans les chapitres consacrés à la description des chaînes opératoires, les petits récipients sont
généralement destinés au transfert et à la consommation de nourriture, ou à la préparation de remèdes. Or, ces différentes
fonctions peuvent être remplies par d'autres types de conteneurs (casseroles ou assiettes en aluminium, calebasses, tessons...).

178
taille au départ de certaines techniques pourrait se confirmer. Ainsi, la plupart des artisans qui
ébauchent leurs récipients en creusant et en étirant une motte, ajoutent ensuite plusieurs circonférences
de colombins pour en accroître la hauteur (catégorie 4). Ces derniers étant placés, le cas échéant,
suivant les mêmes modalités que pour les catégories 1 et 2, on pourrait s'attendre à ce que des
récipients de taille identique soient réalisés. D n’en est rien cependant, certains de ces artisans
changeant de technique lorsqu'ils souhaient façonner des récipients dont la taille excède 30 à 40 cm.
C'est le cas d'une potière gbaya et de deux potières kepere, qui utilisent alors la technique de l'anneau
étiré (catégorie 3)*'*. Lorsque je leur demande ce qui les force à procéder de la sorte, elles
expliquent, d'une part, qu'il n'est pas possible de creuser et d'étirer une motte de grande dimension,
et d'autre part, que l'ébauche risque de s'effondrer si l'on y superpose un trop grand nombre de
colombins. En confectionnant un large anneau, en étirant celui-ci par raclage et en y ajoutant quelques
circonférences de colombins, on contourne aisément ces deux problèmes. L'appréciation des
'performances morphométriques' varie cependant d'une personne à l'autre. Ainsi, la potière gbaya
se sert de la technique de l'anneau dès qu'elle façonne des récipients de l'ordre de 25 à 30 cm de
haut, tandis que ses homologues kepere n'y ont recours que si elles souhaient fabriquer des récipients
dont la hauteur est supérieure ou légèrement inférieure à 40 cm.
En ce qui concerne la sixième catégorie (uniquement observée chez tes Yamba), on constate
que ta hauteur maximale des récipients collectés est légèrement supérieure à celle des deux catégories
précédentes, mais reste toutefois inférieure de 10 à 20 cm aux trois premières. Ici, il n'existe guère
de technique alternative et les artisans affirment n'éprouver aucune difficulté à produire des récipients
de grande dimension. Lors de mes enquêtes, je n'ai pourtant relevé aucun exemple de conteneur dont
la hauteur excède 35 cm, et une potière mambila (groupe limitrophe) m'a assuré que les Yamba
étaient incapables de confectionner des récipients aussi grands que les siens®. On peut alors se
demander ce qu'il advient quand l'artisan ne connaît qu'une seule méthode d'ébauchage, laquelle ne
lui permet pas de réaliser des récipients de grande dimension. Pour autant que je le sache, la plupart
de ceux qui utilisent des techniques relevant des catégories 4, 5 et 6 devraient être confrontés à ce
problème.
Trois types de réponses sont envisageables. La première consiste à rejeter la question, en
considérant (1) que l'échantillon n'est pas représentatif, (2) que l'utilisation de techniques alternatives
correspond à une tradition et non une nécessité, et (3) que la plupart des artisans ne maîtrisent plus
suffisamment leurs techniques® pour se permettre de réaliser des grands récipients, la comparaison
des tailles ayant dès lors peu de sens.
Par ailleurs, on peut penser que certaines personnes seulement connaissent une technique
alternative, comme cela semble être le cas chez les Gbaya et les Kepere. Le nombre de spécialistes
étant réduit, il semble normal que je n'en ai pas systématiquement rencontré lors de mes enquêtes.
Enfin, il est possible que certains groupes ou certaines communautés n'utilisent pas de
récipients dont la taille excède 30 ou 40 cm, soit parce que les artisans qui les approvisionnent n'ont
jamais pu en fabriquer, soit parce qu'aucune des fonctions traditionnelles ne requiert de conteneurs

Une situation analogue est signalée par Knecht (com. pers.) chez les Nsei de Bamessing.
® Voir le témoignage de [Mambila/RUM.Ol] dans le chapitre consacré à ce groupe. C’est la raison pour laquelle la potière
ne les considère pas conune des concurrents.
® Bon nombre d'entre eux, il est vrai, ont abandonné l'activité depuis plusieurs années, ou la pratiquent de manière
sporadique.

179
de cette taille. A ce titre, on notera qu'une série de potières utilisant la technique du colombin
(catégories 1 et 2), n'ont pas l'habitude de réaliser des récipients dont la taille excède 30 ou 40 cm.
Elles ont pourtant la possibilité de le faire, comme nous l'avons vu plus haut.
La situation se révèle donc assez complexe. Si les données collectées sur le terrain montrent
que certaines techniques peuvent restreindre les possibilités en termes de morphométrie, aucun
élément ne permet d'affirmer que ces restrictions correspondent à des contraintes physiques plutôt
qu'à des choix arbitraires.

2.6. Distribution des techniques

Même s'il subsiste quelques incertitudes, nous pouvons considérer que les 14 techniques d'ébauchage
observées au Cameroun sont suffisamment flexibles pour s'accommoder de modifications radicales
dans le choix des matières premières ou des objectifs morpho-fonctionnels. A ce titre, elles relèvent
plus vraisemblablement de traditions culturelles que de solutions obligées à des problèmes d'ordre
écologique ou fonctionnel.
Ce concept de 'tradition' - ou si l'on préfère, de 'style' - demeure toutefois vide de sens tant
que l'on ignore sa portée. Il s'agit donc de voir s'il existe une relation entre l'identité sociale des
artisans et le choix des techniques. Deux méthodes sont alors envisageables: (1) localiser les
occurrences de chaque tradition sur une carte et voir ensuite si leur configuration spatiale correspond
à certains découpages sociaux ou géographiques, (2) sélectionner d'emblée une série de regroupements
(famille, lignage, clan, communauté, région, groupe ethno-linguistique, famille linguistique, sexe)
déterminer leurs rapports avec la distribution des techniques.
Les lieux d'observation étant répartis de façon très inégale, j'ai choisi de m'en tenir à la
seconde méthode; toutefois ce problème de répartition, de même que l'imprécision des données
relatives à l'identité des artisans, m'oblige à écarter les regroupements d'ordre famillial, lignager,
clanique, communautaire et régional. La plus petite unité systématiquement comparable reste le
groupe ethnolinguistique, celui-ci ayant l'avantage de pouvoir être facilement circonscrit et de
constituer un excellent témoin de l'identité culturelle.
Dans les pages qui suivent, on trouvera une présentation critique des données recueillies au
sein de chaque regroupement. Mon premier objectif, en effet, est de voir s'il existe une relation entre
l'identité technique et l'identité ethnolinguistique.

(1) YAMBA
Artisans: 9 hommes.
Villages: 3 (l'un d'eux se situe en territoire mambila).
Technique d'ébauchage: pincement et étirement d'une galette d'argile -i- colombins pressés
(technique 14^*0.
Remarques: les 9 potiers sont originaires de deux communautés situées, à quelques kilomètres
de distance, au sud-ouest du pays yamba. Si l'on se fonde sur leur témoignage, ces deux
communautés détiendrait tm monopole absolu en matière de poterie, les autres villages étant

Le chiffre fait rèférraice aux descriptions figurant dans le paragraphe 2.2.

180
spécidisés dans la production d'autres artefacts ou denrées. N'ayant réalisé aucune enquête
dans le reste du territoire, j'ignore si l'on y pratique également l'activité et, dans ce cas, si
les techniques sont similaires à celle que j'ai observée. Selon Gebauer (1965:24), qui a
travaillé dans la même région aux alentours des années trente, seules les femmes fabriquaient
de la poterie, façonnant leurs récipients par adjonction de colombins. Bien que les personnes
interrogées m'aient systématiquement affirmé le contraire, on ne peut donc exclure qu'il y
ait eu autrefois des potières chez les Yamba (ou qu'il y en ait encore aujourd'hui, mais dans
d'autres régions*^) et que ces dernières aient employé une technique différente de celles des
hommes.
(2) MAMBILA
Artisans'. 6 femmes (l'une d'elles n'a été que brièvement observée, mais les informations
relatives à la technique d'ébauchage sont exploitables).
Villages'. 3
Technique d'ébauchage:
a) fins colombins superposés, fond en spirale (technique 1);
b) creusement et étirement d'une motte + fins colombins superposés (technique 9).
Remarques: la seconde technique n'a été observée qu'auprès d'une seule potière, dans un des
principaux centres de production. Celle-ci affirme ne pas connaître d'autre technique, et avoir
hérité la sienne de sa propre mère, une femme mambila originaire de Hainare®, au Nigéria.
L'"instructrice" d'une seconde potière étant également originaire de ce village, il est peu
probable que nous soyons en présence d'un particularisme régional ou communautaire.
Comme il est difficile de suivre les filières d'apprentissage au-delà de deux générations et
comme je dispose d'un trop petit nombre d'informations par rapport à la taille du territoire,
j'ignore encore si cette technique trouve son origine dans un autre groupe ou si elle est
proprement "mambila". En ce cas, il faudrait admettre que deux ou plusieurs techniques ont
été, ou sont encore, utilisées par cette population, leur transmission s'effectuant au travers de
réseaux différents. Si la seconde s'individualise au niveau de la constitution du fond et de la
partie inférieure (creusement et étirement d'une motte), on notera que la suite de l'ébauchage
s'effectue suivant les mêmes modalités que pour la première technique. Ce type de
combinaison n'ayant pas été observé dans d'autres groupes de la région (qu'il s'agisse de mon
propre travail ou des données disponibles dans la littérature), il n'est pas exclu que les deux
traditions soient attribuables aux Mambila. Toutefois, il pourrait s'agir d'un métissage, ce qui
confirmerait l'hypothèse d'une origine externe. En l'absence d'informations complémentaires,
je me bornerai donc à considérer la première technique (fins colombins superposés, fond en
spirale) comme étant caractéristique de la moitié ouest® du pays mambila.
(3) NSEI
Artisans: 1 homme et 1 femme (pour cette dernière, les données relatives à la technique
d'ébauchage ont été obtenues par interview uniquement).
Village: 1

Leith-Ross (1970:140) parle de potiers et de potières chez les Yamba du Nigéria.


^ En territoire mambila.
Pour la partie camerounaise du moins.

181
Technique d'ébauchage: creusement et étirement d'une motte (technique 8).
Remarques: les deux personnes interrogées affirment que leur technique est utilisée par
l'ensemble des artisans du village (il s'agit de l'unique chefferie occupée par les Nsei). Ils ont
acquis leurs connaissances auprès de leurs mères, lesquelles sont originaires de cette même
localité. Dans une étude consacrée aux potiers du quartiers Mbegan, Mori (1984) décrit
pourtant une technique différente: le fond du récipient est réalisé au départ d'une bande
d'argile enroulée en anneau, l'artisan racle et étire cette dernière afin de constituer une sorte
de dôme puis, lorsque l'ouverture est suffisamment étroite, y enroule un colombin et le racle
jusqu'à obturer l'orifice. Au terme d'une nuit de séchage, l'ébauche est retournée et sa partie
supérieure confectionnée par adjonction de colombins.
Selon Knecht (com. pers.), la première technique serait réservée à la fabrication de
petits récipients (jusqu'à 20-25 cm de diamètre), tandis que celle que décrit Mori est utilisée
lors du façonnage des pièces de grande taille. Quoique ces dernières soient souvent réalisées
par les hommes (voir également Valentin [1981]), Knecht affirme qu'il n'existe aucime
rapport entre l'utilisation des deux techniques et le sexe de l'artisan. J'ignore toutefois si elles
sont maîtrisées par chacun ou si chaque artisan se spécialise dans la production d'une certaine
catégorie de récipients.
(4) BAMUM
Artisans: 4 femmes
Village: 1
Technique d’ébauchage: colombins écrasés, fond en spirale (technique 4).
Remarques: les 4 potières sont originaires d'un même village (Mamarom), situé au coeur du
pays bamum, à l'ouest de Foumban. Aucune information n'a pu être collectée dans le reste
du territoire, ce qui semble confirmer le témoignage de Tardits (1980:353), selon lequel la
fabrication de poterie se serait localisée aux environs de Foumban dès le début du siècle.
Toutefois, si les potières de Mamarom partagent la même tradition, rien ne garanti que celle-
ci soit attribuable aux Bamum et/ou qu'elle ait été initialement distribuée sur l'ensemble de
leur territoire.
(5) TIKAR
Artisans: 9 femmes
Villages: 4
Technique d'ébauchage: colombins écrasés, fond en spirale (technique 4).
Remarques: la répartition des villages visités et des lieux d'apprentissage de certaines des
potières permet de comparer plusieurs zones du territoire: ouest, sud, centre, est. Bien que
la partie septentrionale ne puisse être prise en considération, l'homogénéité technique semble
avérée. D'autre part, on notera (1) que les 4 communautés étudiées entretiennent peu de
relations et (2) que la technique observée au début des années '90 est en tous points identique
à celle que décrit Thorbecke (1919:26). Ce dernier ne livre malheureusement aucune précision
. quant à la localisation de ses zones d'enquête.
(6) BAMILEKE
Artisans: 4 femmes
Village: 1
Technique d'ébauchage: creusement et étirement d'une motte, fond percé (technique 12,

182
variante b).
Remarques: les données concernent le sous-groupe Fe'fe' (ou "Bafang") et non l'ensemble
des populations dites "bamileke"‘*\ Au sein de ce regroupement, dont le territoire n’excède
guère 750 km^, Babwantou® serait le seul centre de production. A ce titre, nous pourrions
parler d'homogénéité technique au sein de l'aire fe'fe'. Les observations réalisées par Buisson
(1930) et Lecoq (1953) dans d'autres communautés, et notamment chez les Ghomalaa (sous
groupe voisin des Fe'fe'), montrent que l'ébauchage suit globalement les mêmes modalités
qu'à Babwantou. n n'est donc pas exclu que l'ensemble des populations "bamileke" partagent
la même tradition technique.
(7) BAFEUK
Artisans: 4 femmes
Villages: 3
Techniques d'ébauchage:
a) creusement et étirement d'une motte + colombin écrasés (technique 11, variante a);
b) colombins écrasés, fond en plaque (technique 5);
c) creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés, fond percés (technique 13).
Remarques: rappelons que les Bafeuk se répartissent en trois petits isolats géographiques.
Dans le premier isolat, les deux potières observées utilisent respectivement la première et la
seconde technique. Toutefois, comme les circonstances entourant leur apprentissage sont
particulièrement floues®, je ne peux déterminer l'origine de leurs connaissances et,
conséquemment, attribuer l'une ou l'autre tradition aux Bafeuk.
Dans le troisième isolat, les deux potières observées utilisent respectivement la seconde et la
troisième technique. Ici, nous savons que la première femme a effectué son apprentissage
auprès de sa grand-mère, une bafeuk originaire d'un village voisin, tandis que la seconde a
hérité de la technique de sa coépouse, une potière gbaya. Si le caractère exogène de cette
dernière ne fait aucun doute, la seconde serait par contre attribuable aux bafeuk; elle aurait
en tout cas été utilisée deux générations plus tôt par une potière de ce groupe. Le fait qu'elle
soit également observée chez une potière du premier isolat renforce cette hypothèse, mais l'on
ne peut exclure l'existence d'une ou de plusieurs technique(s) altemative(s). Etant donné la
nature des informations disponibles, il n'est pas possible de pousser l'investigation plus loin.
(8) DJANTI
Artisans: 2 femmes
Village: 1 (situé en territoire sanaga)
Technique d'ébauchage: colombins écrasés, fond en plaque (technique 5).
Remarques: comme l'activité est pratiquement éteinte chez les Djanti, les données dont je
dispose ont été collectées en dehors de leur territoire, auprès de deux potières seulement. Ces
dernières sont nées au coeur du pays djanti, de même que leurs mères, auprès desquelles elles
ont effectué leur apprentissage. Sans préjuger des résultats que pourraient apporter de
nouvelles enquêtes, on peut donc attribuer la technique à cette population, ou tout au moins

Dieu & Renaud (1983:123-5) distinguent 10 groupem^its linguistiques au sein de l'aire "bamileke", chacun d'eux se
subdivisant en plusieurs dialectes.
Le village dans lequel les 4 enquêtes ont été réalisées.
Voir les paragraphes 4 et 5.3.2. du chapitre consacré aux Bafeuk.

183
aux communautés situées dans la partie centrale de leur territoire.
(9) BALOM
Artisans: 2 femmes
Villages: 2
Technique d'ébauchage: colombins écrasés, fond en spirale (technique 4).
Remarques: les informations sont à nouveau très limitées. Toutefois, si l'on tient compte de
la position des villages visités et de celle des localités dont sont originaires les "instructrices"
des deux potières, seules les parties septentrionale et sud-orientale du pays balom ne peuvent
être prises en considération*'*. L'unique tradition attestée dans le reste du territoire serait
attribuable à l'ensemble du groupe.
(10) BAFIA
Artisans: 7 femmes
Villages: 4
Technique d'ébauchage: colombins écrasés, fond en spirale (technique 4).
Remarques: étant donné la taille du territoire (± 350 km^), la répartition des villages visités
et celle des lieux d'apprentissage de certaines potières, on peut penser qu'il n'existe qu'une
seule tradition en pays bafia. (Seules les régions nord-est et sud-ouest - quelques villages dans
chaque cas - ne peuvent être prises en considération). Au début du siècle, Tessmann
(1934a: 142-3) décrit pourtant une technique complètement différente, assimilable à celle que
j'ai observée à plusieurs reprises chez les Basaa (fins colombins superposés, fond en anneau
[technique 2]). Bien que l'auteur ne livre aucune précision quant à la localisation de ses
enquêtes ou l'identité des potières observées, certains détails me portent à croire qu'il s'agit
effectivement d'artisans bafia (nom des outils, décoration et, surtout, modalités de profilage
de la lèvre). Plusieurs explications sont alors envisageables: (1) coexistence de deux traditions
en pays bafia (la seconde n'aurait pas été observée en 1990 parce qu'elle n'apparaît qu'au
nord-est et au sud-ouest du territoire ou parce qu'elle s'est éteinte après la visite de
Tessmann); (2) origine étrangère de la seconde technique, qui sermt arrivée dans la région
par le biais des filières d'apprentissage® (en ce cas, il ne faut pas nécessairement remonter
jusqu'aux Basaa, car rien n'indique que les groupes voisins (Lémandé, Yambeta et Yambasa)
n'utilisent pas une technique similaire); (3) mauvaise interprétation de Tessmann, qui se
trouve en dehors de leur territoire lorsqu'il réalise ses enquêtes®, ou qui observe un ou plu­
sieurs artisan (s) originaire(s) d'un autre groupe.
(11) SANAGA
Artisans: 2 femmes
Villages: 2
Technique d'ébauchage: creusement et étirement d'une motte + colombins superposés et
pincés (technique 10).
Remarques: les informations proviennent des deux extrémités du territoire (nord et sud-ouest).

"* La partie centrale est inhabitée.


Si Tessmann n'a observé qu'une seule potière, il est possible que celle-ci ait appris la technique auprès d'une personne
appartenant à un autre groupe, ou que ce scénario se soit produit une ou plusieurs générations plus tôt.
n faudrait alors admettre que les détails techniques évoqués plus haut sont partagés par un autre groupe, ce qui est
parfaitement envisageable.

184
Aucune autre potière n'ayant été identifiée, j'ignore si la technique est attribuable à
l'ensemble du groupe ou s'il s'agit d'une simple variante. On notera qu'elle est cependant
différente de celles que j'ai observées dans les groupes limitrophes.
(12) BANEN
Artisans: 2 femmes et 1 homme
Villages: 2
Technique d'ébauchage: creusement et étirement d'une motte, fond percé (technique 12,
variante a).
Remarques: à l'est du territoire, une seule potière a été observée, qui a effectué son
apprentissage à une vingtaine de kilomètres du village dans lequel elle réside. Les
renseignements fournis par Dugast (1955:293-6) confirment l'existence d'une technique
similaire dans la région, à ceci près que la partie supérieure de l'ébauche est réalisée par
adjonction de colombins (soit par accolement interne et pincement, comme chez les Yamba,
soit par superposition et pincement, comme chez les Sanaga)*”. Comme la potière observée
en 1991 n'a fabriqué que des récipients de petite taille, il n'est pas exclu qu'elle procède, elle-
aussi, à une adjonction de colombins lorsqu'elle souhaite réaliser de plus grands récipients.
Nous serions alors en présence d'une tradition unique, attestée dans plusieurs commtanautés
de la zone est.
A l'ouest, la situation est plus complexe: les informations collectées chez les deux autres
artisans sont pratiquement inexploitables (aucun d'eux ne maîtrise suffisamment la technique
pour que l'on puisse en déterminer les modalités exactes) et Dugast ne livre aucun détail sur
la fabrication de poterie dans cette région. Même si la technique que j'ai observée semble
entretenir des relations avec celle des potières de l'est, toute comparaison à l'échelle
territoriale est prématurée.
(13) BASAA
Artisans: 4 femmes
Villages: 2
Technique d'ébauchage: fin colombins superposés, fond en anneau (technique 2).
Remarques: si l'on tient compte de la localisation des villages visités et de celle des lieux
d'apprentissage de certaines potières, la zone de comparaison, située au nord-est du pays
basaa, ne dépasse guère 300 km^. Pour un territoire densément peuplé®, dont la superficie
est de l'ordre de 12.000 km^, il est évidemment impossible de tirer la moindre conclusion.
Bien que l'homogénéité technique semble avérée, rien n'indique qu'il en aille de même dans
le reste du pays et/ou que les techniques utilisées soient similaires à celle que j'ai observée.
(14) YAMBASA
Artisan: 1 femme
Village: 1
Technique d'ébauchage: fins colombins superposés, fond en anneau (technique 2).
Remarques: comme je l'ai signalé dans le chapitre consacré à ce groupe, les données sont

Lhigast n'est pas très claire lorsqu'elle décrit cette partie de l'ébauchage.
® Dugast (1949:6) cite le chiffre de 13,5 hab./km*, soit le double de ce que l'on observe chez les Banen à la même époque.
Il est certain que ce chiffre est plus élevé aujourd'hui.

185
difficilement exploitables d'im point de vue ethno-linguistique. Quoique la potière soit en effet
Yambasa, elle a effectué son apprentissage auprès d'une femme qui pourrait être d'origine
bati^'^ Dans ce cas, nous nous trouverions dans l'aire linguistique beti, et non-plus dans
celle du Mbam-Central (Dieu & Renaud 1983, Janssens 1993). D'autre part, cette femme
résidait à la frontière du territoire basaa, à ± 8 km d'un des deux villages dans lesquels j'ai
réalisé mes enquêtes. Sa technique d'ébauchage étant rigoureusement similaire à celle des
Basaa, il n'est pas exclu que nous soyons en présence d'une influence étrangère.
En l'absence d'informations complémentaires®, il n'est donc difficile d'attribuer cette
technique aux Yambasa.
(15) ETON
Artisans: 3 femmes
Villages: 3 (deux d'entre eux se situent en territoire sanaga).
Technique d'ébauchage:
a) fins colombins superposés et pincés, fond en spirale (technique 3);
b) creusement et étirement d'une motte + colombins superposés et pincés (technique 10).
Remarques: comme le révèlent deux études récentes (Elouga 1983 et com. pers., Swartz
1989), la première technique est utilisée à travers l'ensemble du territoire. A ce titre, elle peut
être considérée comme typiquement eton. La seconde n'a été observée qu'à une seule reprise,
chez une potière résidant en territoire sanaga. Bien qu'elle soit issue d'une famille eton, au
sein de laquelle elle a effectué son apprentissage, son village natal est situé en bordure du
territoire sanaga. Or, la technique observée chez ces derniers est similaire à la sienne; nous
pourrions donc être en présence d'une influence étrangère. Celle-ci serait toutefois antérieure
à son installation en pays sanaga, la potière affirmant utiliser la même technique que son "ins­
tructrice".
(16) VUTE
Artisans: 2 femmes et 2 hommes
Villages: 3
Technique d'ébauchage:
a) anneau étiré (technique 6):
b) creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés (technique 11, variante b).
Remarques: la seconde technique n'est utilisée que par une seule potière. Comme celle-ci a
effectué son apprentissage auprès d'une femme gbaya et façonne ses récipients suivant les
mêmes modalités que les artisans de ce groupe, il s'agit assurément d'une influence
extérieure. La première technique serait par contre attribuable aux Vute car, d'une part, elle
est attestée à l'ouest, au centre et au sud de leur territoire et d'autre part, elle n'a jamais été
observée ou mentionnée dans les groupes voisins. Trois observations restent cependant
insuffisantes pour caractériser un groupe dont le territoire excède 25.000 km^®. J'ignore
en effet si la technique est utilisée à l'est du pays, et de nouvelles enquêtes devraient être
réalisées au centre et au sud. Quant à la moitié nord, la seule potière observée utilise, comme

Les informations fournies par la potière sont tellement laconiques qu'il est difficile de connaître l'identité exacte de son
"instructrice".
Et je crains qu'elles ne fassent à jamais défaut, car l'activité de la poterie s'est pratiquement éteinte dans ce groupe.
Comportant, il est vrai, plusieurs zones inhabitées.

186
je l'ai indiqué, une technique attribuable aux Gbaya. Elle affirme néanmoins que les autres
femmes du village (parmi lesquelles sa belle-mère), ébauchaient leurs récipients au départ
d'un anneau. Curieusement, Sieber (1925:27-8) a observé une technique différente chez les
Vute: colombin écrasés, fond en spirale [technique 4]. En l'absence d'informations
complémentaires, on peut aussi bien supposer: (1) que deux ou plusieurs techniques sont, ou
ont été utilisées dans ce groupe; (2) que Sieber se trompe en attribuant cette tradition aux
Vuté (soit parce qu'il se trouve en dehors de leur territoire lorsqu'il réalise ses observations,
soit parce qu'il travaille avec une [ou plusieurs] potière[s] originaire[s] d'un autre groupe):
(3) que la "technique vute" est bien celle que j'ai observée, mais que certains artisans ont
hérité, par le biai de leur filière d'apprentissage, d'une tradition étrangère. Comme la
technique que décrit Sieber est utilisée par l'ensemble des artisans tikar et comme le territoire
occupé par ces derniers jouxte celui des Vute sur tme centaine de kilomètres, les deux
dernières explications me semblent plus vraisemblables.
(17) GBAYA
Artisans: 5 femmes
Villages: 4 (l'un d'eux se situe au coeur du territoire vute).
Technique d'ébauchage:
a) creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés (technique 11, variante b);
b) anneau étiré + colombin écrasés (technique 7).
Remarques: si les Gbaya occupent un territoire de l'ordre de 130.000 km^^*\ les données
disponibles permettent une évaluation à l'échelle du groupe. En effet, (1) la majeure partie
du pays est inhabitée (seuls l'est, le nord-ouest et le sud connaissent une importante
implantation humaine), (2) la distribution des villags visités et des lieux d'apprentissage est
suffisamment homogène pour que l'on puisse comparer la plupart des régions habitées, à
l'exception du sud-est, de l'extrême nord-est et de la zone longeant la République
Centrafricaine.
Chacune des potières utilisant la première technique, celle-ci serait attribuable aux Gbaya ou
du moins, caractéristique de ce groupe. La seconde, réservée à la fabrication des grands
récipients (> 30 cm de haut), n'est connue que par deux potières, l'une d'elles ne la
maîtrisant d'ailleurs qu'imparfaitement. Selon la plupart des personnes interrogées, seules
quelques femmes seraient spécialisées dans ce travail. Nous serions donc en présence d'une
double tradition, la première attestée en apparence à travers l'ensemble du territoire, la
seconde connue de quelques spécialistes et réservée à la confection de certains récipients.
On se souviendra que deux femmes - l'une Vute, l'autre Bafeuk - ont respectivement effectué
leur apprentissage auprès d'une potière gbaya. La première utilise une technique comparable
à celle que l'on observe dans ce groupe; la seconde s'en démarque légèrement, car elle perce
le fond de l'ébauche en cours de façonnage et n'obture ce dernier qu'au terme du préformage
(technique 13). Pour autant que cette potière n'ait pas modifié sa technique après l'avoir
apprise, il faudrait donc admettre l'existence d'une troisième tradition en pays gbaya ou, plus
exactement, d'une variante de la première.
D'autres observations ont été effectuées chez les Gbaya au début du siècle (Poupon 1915:98-

Du côté camerounais uniquement.

187
9, Tessmann 1934b:163-6). Bien que les auteurs fournissent peu de précisions, leurs enquêtes
porteraient sur une série de communautés situées en République Centrafricaine. Dans chaque
cas, la technique d'ébauchage s'apparente à celle que j'ai observée auprès de l'ensemble des
potières. Toutefois, l'existence d'une technique réservée à la fabrication des récipients de
grande taille n'est guère évoquée et, malgré une description fort confuse, il n'est pas exclu
que les artisans étudiés par Tessmann (1934b: 164) percent également le fond de l'ébauche.
En ce cas, l'existence d'une troisième tradition pourrait se confirmer.
(18) MKAKO
Artisans: 3 femmes.
Villages: 2 (l'un d'entre eux fait partie d'une enclave mkako en territoire gbaya).
Technique d'ébauchage: creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés (technique
11, variante b).
Remarques: les données restent préliminaires car je n'ai pratiquement pas travaillé dans ce
groupe. En ce qui concerne le territoire mkako proprement dit, une seule observation a été
réalisée, au nord-ouest. La potière étant originaire de la même région, j'ignore si sa technique
est comparable à celle qu'utilisent les artisans des autres zones.
(19) KEPERE
Artisans: 2 femmes
Villages: 1
Technique d'ébauchage:
a) creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés, fond percé (technique 13);
b) anneau étiré + colombins écrasés (technique 7),
Remarques: la situation est encore plus vague que dans le cas précédent. En effet, si les
potières sont originaires de deux villages distincts, elles ont effectué leur apprentissage auprès
de la même personne, dans le village où elles résident actuellement. Celui-ci est situé au
centre-sud du pays kepere: malgré une implantation humaine peu importante (quelques 11
villages s'étendant d'est en ouest au sud du territoire), toute évaluation semble donc
prématurée. On remarquera néanmoins que les deux potières utilisent la première technique
pour réaliser la majeur partie de leurs récipients et que l'une d'entre elles a recours à la
seconde lorsqu'elle souhaite confectionner des récipients de grande taille ( > 30 cm de haut).
(20) POL
Artisans: 3 femmes
Villages: 3 (l'un d'eux se situe en territoire kepere).
Technique d'ébauchage: creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés (technique
11, variante b).
Remarques: le territoire pol se divise en deux zones, respectivement situées au nord et au sud
de Bertoua. Lors de mon séjour, je n'ai pu localiser que deux potières dans la partie
septentrionale, tandis qu'une troisième femme (résidant en territoire kwakum) a simplement
été interviewée. Ces artisans étant les derniers de la région, je suis donc forcé de m'en tenir
à ces seules données pour caractériser un groupe qui, il est vrai, n'occupe que 8 villages.
(21) KWAKUM
Artisan: 1 femme
Villages: 1 (situé en territoire pol)

188
Technique d'ébauchage: (?) creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés
(technique 11)
Remarques', les informations ayant été obtenues par interview, il est difficile de caractériser
la technique avec précision. D'autre part, (1) pour autant que la description soit fiable, il n'est
pas possible de tenter une évaluation à l'échelle du groupe, (2) la potière réside en territoire
pol et a effectué son apprentissage auprès d'une femme qui, bien que kwakum, est originaire
d'un village bobili (groupe limitrophe, faisant partie de l'ensemble Beti).

Comme le révèle ce premier survol des données, les rapports entre l'identité technique et l'identité
ethnolinguistique sont relativement ambigus. Quoique les personnes linguistiquement apparentées
tendent à partager la même tradition, on s'aperçoit en effet (1) que l'artisan peut hériter d'une
technique "étrangère" lors de son apprentissage, (2) qu'il peut changer de technique en fonction de
la taille de ses récipients, (3) que deux ou plusieurs techniques sont parfois utilisées dans le même
groupe sans qu'aucune d'elles ne lui soit univoquement attribuable, ou encore (4) que la situation
actuelle ne corresond pas toujours à celle qui prévalait au début du siècle. D'autre part, lorsqu'il
semble y avoir coïncidence entre la langue et la technique®, on peut craindre que la distribution des
villages visités et des lieux d'apprentissage ne soit pas suffisamment représentative et/ou qu'une autre
technique ait été utilisée par le passé. La première restriction vaut pour l'ensemble des populations
étudiées, même s'il est parfois justifié de parler d'homogénéité intra-ethnique (chez les Tikar par
exemple). La seconde ne concernerait que les Bafia et les Yamba. Pour ces derniers, les informations
disponibles sont tellement vagues qu'il est impossible de s'en assurer; chez les Bafia, par contre,
l'existence d'une seconde technique est envisageable bien qu'elle puisse être le fait d'artisans
appartenant à un autre groupe (appréciation erronée des limites du territoire "ethnique", installation
d'artisans "étrangers", réseau d'apprentissage trouvant son origine dans une autre population)®.
Les cas de non-coïncidence sont plus complexes car ils relèvent de quatre situations distinctes;
a) tm artisan seulement utilise une technique différente, mais il a effectué son
apprentissage auprès d'une personne originaire d'un autre groupe. C'est le cas de
deux potières - vute et bafeuk - ayant acquis une technique attribuable aux Gbaya. On
notera qu'il pourrait exister une seconde tradition chez les Vute, comme l'indiquent
les enquêtes réalisées par Sieber au début du siècle; elle n'a en tous cas aucun rapport
avec celle des Gbaya.
b) Un artisan seulement utilise une technique différente, mais il n'est pas possible d'en
déterminer l'origine. C'est le cas de deux potières - mambila et eton - ayant effectué
leur apprentissage auprès d'un parent originaire du même groupe. S'il est envisagea­
ble que ce dernier (ou une personne appartenant à sa filière d'apprentissage) ait hérité
d'une tradition "étrangère", comme c'est le cas dans les exemples précédents,
l'existence d'une seconde tradition n'est pas exclue. Celle-ci semble toutefois
marginale.
c) Tous les artisans ébauchent leurs récipients de la même manière, mais l'un d'eux a

*'* C'est le cas chez les Yamba, les Bamum, les Tikar, les Bamileke,les E)janti, les Balom, les Bafia, les Basaa, les Sanaga,
les Banen, les Mkako et les Pol, soit plus de la moitié des populations étudiées.
Les deux dernières possibilités ont en tous cas été rencontrées sur le terrain, comme nous allons le voir.

189
recours à une technique différente lorsqu'il souhaite réaliser des récipients de grande
taille (Gbaya et Kepere). D s'agirait, selon les témoignages, d'une véritable
spécialisation. Quoique cette situation prévale également chez les Nsei, la répartition
est plutôt d'ordre sexuel, car ce sont essentiellement les hommes qui réalisent les
récipients de grande taille.
d) Aucune des techniques n'est univoquement attribuable à la population. C'est le cas
chez les Bafeuk, l'une des potières utilisant une technique d'origine gbaya, tandis que
les trois autres se partagent deux traditions différentes, héritées de personnes dont
l'identité n'est pas toujours connue. On se souviendra que le territoire de ce groupe
se réparti en trois îlots comprenant respectivement 1 à 10 villages. La taille et la
position géographique de ces enclaves pourraient être à l'origine d'une certaine
perméabilité technique, les influences "étrangères" finissant par masquer les traditions
locales ou par se développer parallèlement à celles-ci.
Après avoir étudié les rapports entre l'identité technique et l'identité ethnolinguistique, la question est
de savoir si la distribution spatiale des traditions est coextensive à celle des entités ethnolinguistiques.
En d'autres termes, il s'agit de vérifier (1) s'il y a homogénéité technique au sein du territoire occupé
par le groupe, et (2) si les distinctions linguistiques correspondent à des distinctions techniques. Ici
encore, le caractère superficiel des données n'autorise qu'une évaluation préliminaire.
Plusieurs exemples d'hétérogénéité intra-territoriale ont été évoqués dans les paragraphes
précédents. Parce que les réseaux d'apprentissage débordent parfois les limites du groupe et parce
qu'une série d'artisans changent de technique en fonction de la taille de leurs récipients, nous avons
vu que deux ou trois traditions pouvaient cohabiter au sein d'un territoire linguistiquement homogène.
C'est le cas chez les Mambila, les Nsei, les Vute, les Bafeuk, les Gbaya et les Kepere.
Un autre facteur d'hétérogénéité a pourtant été observé à plusieurs reprises: il s'agit de
personnes ayant effectué leur apprentissage auprès d'un membre de leur groupe, mais s'étant ensuite
installés sur le territoire d'un groupe limitrophe. On rencontre ainsi trois potiers yamba en territoire
mambila, deux potières djanti et deux potières eton en territoire sanaga, une potière gbaya en
territoire vute, une potière pol en territoire kepere et une potière kwakum en territoire pol. Par
ailleurs, certains territoires comprennent de minuscules enclaves (1 à 3 villages) occupées par une
population différente: c'est le cas chez les gbaya (enclave mkako) et les Vute (enclaves bafeuk).
n n'y a donc qu'au sein des territoires yamba, bamum, tikar, bamileke, balom, bafia, banen,
basaa, eton et mkako que l'on enregistre, entre 1990 et 1992, une apparente homogénéité technique.
En raison de l'éventuelle mobilité des artisans et de la complexité des filières d'apprentissage, rien
ne garantit que cette situation demeure inchangée. Certains éléments indiquent en tout cas qu'elle était
légèrement différente au début du siècle.
Bien que les rapports avec la situation linguistique semblent évidents (présence de locuteurs
d'origine étrangère au sein du territoire occupé par chaque groupe), la comparaison ne peut être
établie à tous les niveaux. En effet, (1) on ne rencontre pas de "bilinguisme" technique^*\ (2) il est
peu probable qu'un locuteur isolé transmette sa langue à ses descendants ou à ses proches, ce qui
semble être le cas des techniques, (3) la langue est à la fois un outil de communication et un marqueur

Les rares potières qui utilisent deux techniques les ont acquises auprès de la même personne. Celles-ci feraient donc
partie d'un unique tradition.

190
conscient de l'identité culturelle, contrairement aux techniques de façonnage, connues et utilisées par
un petit nombre de spécialistes et masquées par les autres étapes de la chaîne opératoire. Dès lors,
on ne doit pas s'attendre à ce que l'évolution des ensembles linguistiques soit systématiquement
solidaire de celle des ensembles techniques (ou de tout autre aspect de la culture). Si, en un temps
et en un lieu donnés, il semble y avoir coextension entre la distribution d'une langue et celle d'une
pratique culturelle aussi peu visible et marginale qu'une technique d'ébauchage, il se passe assurément
quelque chose. Le problème est de savoir quoi, et nous allons voir que les éléments en jeu sont trop
complexes pour que l'on puisse dépasser le stade des hypothèses.
Pour savoir si les distinctions linguistiques correspondent également à des distinctions
techniques, il faudrait pouvoir attribuer une tradition à chaque groupe. Or, nous savons qu'il n'est
pas toujours possible de le faire et qu'aucun territoire ne peut être considéré comme totalement
homogène. Afin de faciliter la comparaison, j'ai donc généralisé les données, en considérant qu'une
technique attestée à plusieurs reprises dans le même ensemble culturel pouvait lui être attribuée et
qu'il était préférable, en cas d'ambiguité, de choisir la tradition la mieux représentée. Cette
généralisation permet d'esquisser une carte de répartition des différentes aires techniques (figure 12).
Pour mieux juger de sa représentativité, j'y ai mentionné les lieux d'observation, mais également les
lieux d'apprentissage et les lieux de naissance des instructeurs lorsque ceux-ci étaient différents du
lieu de résidence des artisans: on s'aperçoit ainsi que certaines aires sont plus fiables que d'autres
(comparer, par exemple, la répartition au sein des territoires bafia et basaa).
Une première lecture montre que la majorité des groupes ethnolinguistiques s'individualisent
par leur technique d'ébauchage: c'est le cas chez les Yamba, les Mambila, les Bamileke fe'fe', les
Banen, les Basaa, les Djanti, les Sanaga, les Eton, les Vute et les Kepere, l'ensemble ou la majorité
des artisans de ces groupes utilisant des techniques différentes de celles de leurs voisins ou de
populations plus éloignées. Il n'y a guère que deux regroupements, lesquels comprennent
respectivement des populations limitrophes: Bamum, Tikar, Balom et Bafia d'une part, Gbaya, Pol
et Mkako de l'autre.
En ce qui concerne le premier regroupement, on notera que les langues parlées par les Balom
et les Bafia sont étroitement apparentées (Guarisma 1992, Guarisma & Paulian 1986): un
regroupement technique pourrait ainsi correspondre à un regroupement linguistique. Toutefois, dans
l'état actuel des connaissances, il n'est possible de rapprocher ces langues de celles que parlent les
Tikar et les Bamum qu'à un embranchement supérieur de l'arbre généalogique*** (Dieu & Renaud
1983:362-3).
En ce qui concerne le second regroupement, nous sommes à nouveau en présence d'une
parenté linguistique (Pol et Mkako; [Dieu & Renaud 1983:364])®, mais l'une des populations
(Gbaya) n'a pas de relation avec les deux autres, et appartient même à une autre sous-famille®. On
se souviendra néanmoins que certains artisans gbaya se démarquent de leurs homologues pol et mkako
par l'utilisation d'une technique alternative, destinée à la confection des récipients de grande taille,
n pourrait donc s'agir d'une tradition différente, quoique celle-ci soit partiellement partagée par les

*'* Selon P. Piron (com. pers.), l'ensemble Bafia-Balom est probablement plus proche du bamum que du tikar. En fait, les
relations avec le tikar sont du même ordre qu'avec les autres langues considérées.
Les Kwakum font également partie de cet ensemble linguistique (Dieu & Renaud 1983:364). Or, pour autant qu'on
sache, leur technique d'ébauchage est similaire à celle des Pol et des Mkako.
L'oubanguien. Le pori (Pol) et le kak> (Mkako) sont des langues bantu au sens strict.

191
• Lieux de résidence
■ Lieux d'apprentissage
O Lieux de naissance des
instructeurs
Bf;Bafia
Fk.Bafeuk
100 km
Dj.Djanti

A. * * A.
Fins colombins superposés, fond en Creusement et étirement d'une motte,
*.*.*.*.*.*
spirale. fond percé (a).

O ®o " , Fins colombins superposés, fond en I l 111 I I, Creusement et étirement d'une motte,
II 111 II
O « anneau. I I I I I I '' fond percé (b).

'fV V▼V»V •V< Fins colombins superposés et pincés, 3 Creusement et étirement d'une motte
> ▼ » » * t
»»»»* fond en spirale. + colombins superposés et pincés.

Colombins écrasés, fond en spirale. Creusement et étirement d'une motte


+ colombins écrasés (b).

Colombins écrasés, fond en plaque. Creusement et étirement d'une motte


+ colombins écrasés, fond percé.

+♦+♦ + + ♦ Anneau étiré. Pincement et étirement d'une galette


+ ♦ + +
♦ ♦ ♦ + colombins pressés.

Colombins écrasés, fond en plaque / Creusement et étirement d'ime motte/


Creusement et étirement d'une motte Anneau étiré + colombins écrasés.
+ colombins écrasés (a)

FIGURE 12: Rêpartidon des différentes aires techniques au sein de la zone d'étude. O s'agit d'une projection effectuée au
départ des données disponibles.

192
Kepere, un groupe appartenant à l'ensemble des langues Adamawa.
Si l'on renverse le problème, en commençant par déterminer les regroupements linguistiques
et en cherchant ensuite comment ceux-ci rencontrent la distribution des techniques, les relations ne
sont pas toujours évidentes: ainsi,
(1) les Mambila et les Vute, qui font partie de l'ensemble mambiloïde (Dieu & Renaud
1983:360) ébauchent leurs récipients suivant des modalités totalement différentes;
(2) les trois populations appartenant à l'ensemble des langues bantu des Grassfïelds (Eastem
Grassfields: Yamba, Bamum et Bamileke) utilisent également des techniques divergentes;
(3) les populations de langue bantu au sens strict sont éventuellement rapprochables, pour peu
que l'on s'en tienne aux regroupements linguistiques en vigueur. En effet, (a) les Banen et les Sanaga
(Bantu du Mbam; Dieu & Renaud [1983:363], Janssens [1993]), ébauchent leurs récipients par
creusement et étirement d'une motte, bien que les premiers en percent le fond, tandis que les seconds
y ajoutent des colombins par superposition et pincement (mais nous avons vu que l'adjonction de
colombins était envisageable chez les Banen). Quoique différentes, ces deux techniques se démarquent
complètement de celles que l'on observe dans les autres groupes bantu de la région; elles sont dès lors
rapprochables d'un point de vue générique. La situation est d'autant plus intéressante, qu'il semble
que les langues parlées par les Banen et les Sanaga soient tout à fait particulières au sein de cette zone
et ne puissent être rattachées qu'à celle des Myene du Gabon et des Bulu de Guinée Equatoriale*”
(Janssens 1993 et com. pers.): il y aurait donc coïncidence entre un isolat linguistique et un isolat
technique.
b) Janssens a récemment soutenu que le basaa pouvait être rattaché à l'ensemble Beti-Fang
(1993), dont font partie les Eton. Or, ces deux populations utilisent une technique fort proche
(superposition de fins colombins), les différences portant sur la confection du fond (anneau chez les
premiers, spirale chez les seconds) et les modalités d'adjonction des colombins (simple superposition
pour les Basaa, superposition et pincement pour les Eton). Nous avons vu que ces techniques sont
complètement différentes de celles qu'utilisent leurs voisins les Banen et les Sanaga; elles se
démarquent également de celles des autres populations bantu de la région. D'autre part, comme le
révèlent les enquêtes réalisées par Tessmann (1913:240-1) et Mbida Minzié (1980:77), les Ewondo
(un autre groupe Beti) utilisent une technique similaire à celle des Eton. Il n'est donc pas exclu que
les populations Beti-Fang et apparentées partagent la même tradition.
c) Les Bafia, Balom et Djanti forment un regroupement linguistiquement homogène au nord
de la Sanaga (Guarisma 1992, Guarisma & Paulian 1986). Leur situation est cependant ambiguë:
Janssens (1993) propose de les rattacher à l'ensemble Beti-Fang sur base de critères grammaticaux,
tandis que Piron (com. pers.) envisage des relations avec les Tikar sur le plan lexical. Ces deux
positions sont mutuellement compatibles et paraissent témoigner de la position frontalière de ce
regroupement, situé entre les langues bantu au sens strict et les langues dites bantoïdes. n n'en
constitue pas moins une unité linguistique individualisable. Nous avons vu que les Bafia et les Balom
partageaient la même technique; il en va de même des Djanti. En effet, si l'on excepte la constitution
du fond (une spirale écrasée chez les premiers, une plaque modelée chez les seconds), les modalités

Je ne dispose malheureusement d'aucunes données sur les techniques d'ébauchage utilisées par ces groupes. Les premiers
auraient complètement abandonné l'activité (Clist, com. pers.) et les second n'ont fait l'objet que d'une enquête superficielle
au début du siècle (Tessmann 1923:89).

193
d'ébauchage sont rigoureusement identiques. On notera d’ailleurs que certains artisans*'^ raclent la
surface de la spirale après l'avoir écrasée, en sorte qu'ils obtiennent une plaque similaire à celle des
Djanti. Le fait de procéder directement au modelage de la plaque pourrait ainsi relever d'une variante
ou d'une évolution de la même tradition technique. D'autre part, si les Bafia, Balom et Djanti
entretiennent des relations linguistiques avec les populations Beti-Fang et apparentées, ils sont
également rapprochables d'un point de vue technique, l'ébauchage s'effectuant, dans les deux cas, par
adjonction de colombins. n y aurait donc coïncidence entre la situation des langues et celle des
techniques, les deux ensembles (Basaa et Beti-Fang d'une part, Bafia, Balom et Djanti de l'autre) étant
éventuellement apparentés (d'un point de vue générique du moins), et se démarquant nettement des
autres populations bantu de la région, Banen et Sanaga. En outre, l'existence de relations linguistiques
entre l'ensemble Bafia-Balom-Djanti et les Tikar trouverait un écho au niveau des techniques (mais
encore faut-il expliquer pourquoi les Bamum, qui n'ont pas de rapport direct avec ces populations,
partagent la même tradition).
d) Les Pol, les Kwakum et les Mkako constituent l'ensemble A 90 des langues bantu (Dieu
& Renaud 1983:360, Guthrie 1967-1970). Nous avons vu que ces trois populations utilisent une
technique similaire, laquelle n'aurait aucun rapport avec celle de leurs voisins occidentaux, les Beti-
Fang. D'un point de vue générique, cette technique se rapproche néanmoins de celle des Banen et des
Sanaga, linguistiquement distincts, et se confond avec celle des Gbaya, dont la langue se rattache à
l'ensemble Oubanguien.

Malgré d'évidentes relations entre les langues et les techniques, il apparaît donc qu'une série de
groupes limitrophes partagent la même tradition, sans pour autant entretenir de relations linguistiques.
Ici, on peut penser que la proximité géographique joue parfois un rôle plus important que la proximité
linguistique ou, si l'on préfère, historique. En effet, il n'est pas exclu (1) que certains groupes ne
pratiquaient pas l'activité de la poterie lorsqu'ils se sont installés sur leur territoire actuel et qu'ils
l'ont acquise ultérieurement, au contact d'un ou de plusieurs voisin(s), (2) que certains groupes aient
assimilé des populations locales lorsqu'ils se sont implantés dans la région, acquérant de la sorte des
traditions exogènes, (3) que les relations entretenues par des groupes d'origine différentes débouchent
à long terme sur une homogénéisation des techniques, les filières d'apprentissage finissant par
s’enchevêtrer. Dans ces deux derniers cas cependant, il faudrait pouvoir expliquer pourquoi une
tradition parvient éventuellement à en supplanter une autre.
Lorsque l'on cherche à vérifier si les regroupements proposés par les linguistes trouvent un
écho dans la distribution des techniques, on obtient à nouveau des résultats ambigus. Ainsi, certains
groupes ont manifestement une origine commune ou se sont côtoyés durant une longue période: ils
n'en possèdent pas moins des traditions différentes. On peut alors supposer qu'ils ont appris à
fabriquer de la poterie après s'être séparés, et que cette acquisition résulte d'une invention
indépendante ou d'un emprunt. Au sein de la zone d'étude, ce pourrait être le cas des populations
mambiloïdes (Mambila, Vute) et Eastem Grassfields (Yamba, Bamum, Bamileke).
Chez les populations de langue bantu au sens strict, il existe par contre un remarquable
parallélisme entre les situations linguistique et technique: quoique la plupart des groupes se distinguent

Particulièrement chez les Bamum et les Tikar, qui - rappelons-Ie - emploient la même technique que les Bafia et les
Balom.

194
l'un de l'autre, ils sont regroupables aux deux niveaux de l'analyse, un éloignement linguistique
correspondant apparemment à un éloignement technique. Toutefois, pour que le parallélisme soit
complet, il faudrait admettre (1) que des groupes d'origine commune aient initialement partagé la
même tradition, (2) que cette tradition soit différente de celle des groupes non-apparentés, (3) qu'elle
ait évolué de manière indépendante après leur séparation, (4) que l'évolution se poursuive à travers
le temps, en sorte que plus la séparation est ancienne, plus les différences sont prononcées, (5) que
chaque groupe soit resté imperméable aux traditions voisines. Or, dans l'état actuel des connaissances,
il n'est pas possible d'évaluer la profondeur historique des différentes traditions et l'on ne peut
exclure l'existence de convergences techniques, les similitudes relevant alors du hasard et non d'un
passé commun. D'autre part, les quelques études consacrées au changement et à l'évolution des
techniques donnent à penser que le façonnage serait l'une des étapes les plus stables à travers le temps
(Arnold 1981, 1985, 1989a, Foster 1965, Rice 1984b, 1987:462). Enfin, nous avons vu que
l'imperméabilité aux influences étrangères était peu probable, en raison de l'éventuelle mobilité des
artisans et de l'extension des filières d'apprentissage. Il semble donc dangereux d'utiliser l'approche
comparative dans la même perspective que les linguistes, en attribuant une origine historique
commune aux différents ensembles techniques.
En termes archéologiques, par contre, nous pouvons penser que la présence d'ensembles
techniques distincts au sein d'une même région correspond à une différentiation sociale lorsque (1)
la comparaison s'effectue sur des récipients de taille et de fonction similaires, (2) l'implantation des
populations (et donc des traditions) est récente, (3) le contexte de production est comparable à celui
que l'on observe au Cameroun (travail accessible à tous, mené en marge des tâches quotidiennes et
principalement orienté vers la satisfaction des besoins individuels ou communautaires). Il semble en
effet que les techniques puissent varier en fonction de la morphométrie des récipients^'’ et que les
réseaux d'apprentissage soient susceptibles de se développer sur de vastes territoires, masquant peu
à peu les frontières géo-culturelles. Quant au statut économique de l'activité, on ne peut exclure qu'il
soit à l'origine d'une série de variations intra-territoriales: au Nord du Cameroun par exemple, des
artisans d'origines distinctes se regroupent parfois en atelier (Delneuf 1991); de même, les potières
itinérantes du Darfur (Soudan) s'installent sur le territoire de groupes différents durant certaines
périodes de l'année (Tobert 1984b, 1988).

3. PERSPECTIVE SUB-SAHARIENNE ET DISCUSSION

Drost (1967) et De Crits (1992) ont déjà réalisé une comparaison des techniques d'ébauchage en
Afrique sub-saharienne et tenté de classer celles-ci en catégories. Leurs méthodes étant peu
systématiques, ces classifications font l'impasse sur une série de détails et débouchent sur de
redoutables ambiguités. Pour permettre la comparaison avec les données collectées au Cameroun, j'ai
donc effectué une nouvelle s)mthèse des informations disponibles, en tâchant de mettre l'accent sur
les variables les plus pertinentes. On notera qu'il ne s'agit en aucun cas d'un relevé exhaustif.

La répartition des techniques dêpmd alors du sexe de l'artisan, comme c'est généralement le cas diez les Nsei, ou d'une
sur-spécialisation individuelle (toujours marginale), comme chez les Gbaya ou les Kepere.

195
3.1. Classification et description des techniques

Modelage
Confection d'un petit récipient par pincement d'une masse, que l'artisan fait pivoter au fur et à
mesure entre les mains. Quoique le terme soit souvent utilisé dans la littérature, les cas de modelage
véritable sont extrêmement rares.
Diola du Sénégal (Thomas 1957)
Gun du Bénin (Rivallain 1981)
Swahili du Kenya (Wilding 1989)
Bena de Tanzanie (Culwick 1935)

Martelage
Martelage dans me dépression + colombins
Une masse d'argile sphérique est placée au centre d'une dépression peu profonde, généralement
recouverte d'une natte. Pour former le récipient, l'artisan martèle la motte à l'aide d'un percuteur
(tampon en céramique ou en terre crue, pierre, petit pilon en bois) et la fait pivoter au fur et à
mesure, jusqu'à obtenir une forme sphérique ou hémisphérique*” (la taille est fonction de la quantité
d'argile utilisée). Pour façonner la partie supérieure et/ou le col, il place son ébauche sur un support,
puis y ajoute une ou plusieurs circonférence(s) de colombins (les descriptions sont trop imprécises
pour déterminer le mode d'adjonction).
Peul lawBé du Mali (Gallay 1992, Gallay & Huysecom 1991, Huysecom 1992)
Songhaï du Mali (Gallay 1992, Gallay & Huysecom 1991, Gaussen et al. 1969,
Huysecom 1992)
Peul Zorumawa du Nigéria (Nicholson 1931)
Zaghawa et Berti du Soudan (Arkell 1939, Tobert 1984a, 1988)
Gobu du Zaïre (extrême nord-ouest) (Kanimba, com. pers.)

Martelage sur support concave + colombins


La technique est similaire à la précédente à ceci près que l'artisan martèle l'argile sur un support
concave (en bois, en terre cuite, en terre crue ou en pierre® et non dans une dépression. Dans
certains cas (Yanga et Bimoba du Ghana, Kanuri du Cameroun), le martelage peut être effectué à
l'aide du poing ou du talon.
Bambara-Nord, Peul maabumBé, Somono-Nord et Songhaï du Mali (Gallay 1992,
Gallay & Huysecom 1991, Huysecom 1992)
Dogon du Mali (Bedaux 1986, Bedaux & Lange 1983)
Maninka du Mali (Liesegang 1975b, cité par Martinelli, sous presse)
.Djerma du Niger (Huysecom 1992)
Mossi et Kurumba du Burkina Faso (Martinelli, sous presse)
Bisa et Gurmance du Burkina Faso (Kawada 1975, cité par Martinelli, sous presse)
Lyela du Burkina Faso (Schott 1986)

Dans ce cas, le préformage est solidaire de l'ébauchage.


® Cette dernière peut alors être recouverte d'une natte.

1%
Yanga et Bimoba du Ghana (Priddy 1971)
Peul Adarawa du Nigeria (Nicholson 1929)
Nkim, Ogoja et Obubu du Nigéria (Nicklin 1981a)
Haddad du Tchad (Le Rouvreur 1989)
Daba, Fali, Guidar, Giziga-Lulu, Kanuri, Kirdi-Mora et Mofu-Sud du Cameroun
(Barreteau & Delneuf 1990, Delneuf 1991)
Kapsiki du Cameroun (Jest 1956)
Nuba du Soudan (Crowfood 1924, 1933)

Moulage
Moulage sur forme concave + colombins
Une masse d'argile est étalée contre la paroi interne d'un fond de récipient, à l'aide d'un percuteur
en céramique. Après un temps de séchage, l'artisan extrait l'ébauche du moule et façonne le reste de
la paroi par adjonction de colombins. La différence entre cette technique et celle du martelage tient
en ce que le bas de l'ébauche épouse étroitement les parois du support et reste en place tandis que
l'artisan procède au martelage.
Senufo-Kpeenbele de Côte d'ivoire (Spindel 1989)

Assemblage d'éléments moulés sur forme concave


Deux bols hémisphériques sont réalisés suivant la technique venant d'être évoquée, puis superposés
et soigneusement joints à l'aide d'une bande d'argile, de manière à former une sphère. L'artisan
pratique alors une ou deux ouverture(s) en son sommet, à l'aide d'une lame, et ajoute un colombin
pour former le (ou les) col (s).
Yoruba du Nigéria (O'Hear 1986)
Nupe du Nigéria (Nicholson 1934b)

Moulage sur forme convexe + colombins


Une galette d'argile est placée sur la paroi externe du moule (récipient retourné, forme en terre cuite
ou en terre crue, calebasse), préalablement enduit de cendres ou de poussières. A l'aide du poing ou
d'un percuteur (tampon en terre cuite, tesson, pierre [éventuellement enrobée d’un filet], pilon),
l'artisan étale et amincit cette galette, jusqu'à obtenir une ébauche hémisphérique ou ovoïde, qu'il
détache du moule et laisse sécher quelque temps au soleil. Pour accroître la hauteur de la paroi, ou
pour former le col, il ajoute une ou plusieurs circonférence(s) d'épais colombins. Ces derniers sont
souvent placés par chevauchement et écrasement interne, mais rien n'indique qu'il en aille toujours
de même.
Diola du Sénégal (Thomas 1957)
„ Limba et Yalunka de Sierre Leone (DeCorse 1989)
Bambara du Mali (Gallay 1992, Huysecom 1992, Raimbault 1980)
Dogon du Samyere, Mali (Gallay & Sauvain-Dugerdil 1981)
Malinké du Mali (Kanté & Emy 1993)
Sarakolé du Mali (Gallay 1970, Zeltner 1915)

197
Hausa du Niger*” (Dupuis & Echard 1971)
Namnam, Kusasi et Bimoba du Ghana (Priddy 1971)
Bariba du Bénin (Lxîmbard 1957)
Gun du Bénin (Rivallain 1981)
Basaa Nge du Nigéria (Hawkes 1970a)
Hausa du Nigéria (Nicholson 1929, 1931, Simmonds 1984, Tremeame 1910)
Yoruba du Nigéria (Aiyedun 1988, Beier 1980, Macfîe 1913, Wahlman 1972)
Fulani (Hausa), Giziga, Kanuri et Mundang du Cameroun (Barreteau & Delneuf
1990, David & Hennig 1972, Delneuf 1991)
Lega du Zaïre (Franchet 1913)
Bena de Tanzanie (Culwick 1935)

Creusement et étirement d'une motte


Technique (8) dans ma description (paragraphe 2.2.).
Coniagi et Bassari de Guinée (Lestrange 1955)
Ga du Ghana (Newman 1976)
Gwari du Nigéria (Nicholson 1934a)
Ababwa et Mandja du Zaïre (Franchet 1913)
Pende du Zaïre (Pierot 1987)
Ovambo d'Angola (Powell-Cotton 1934)
Ngoni et Ndendehule de Tanzanie (Dorman 1938)
Lenge du Mozambique (Earthy 1933)
Nguni, Tsonga, Sotho, Hananwa et Venda d'Afrique du Sud (Shaw 1974)
Damara d'Afrique du Sud (Sandelowsky 1971)

Creusement et étirement d'une motte, fond martelé


Après avoir préformé la partie supérieure du récipient, l'artisan écrase plusieurs poignées d'argile
contre la paroi interne du fond, de manière à l'épaissir. Au terme d'un premier séchage, il martèle
celui-ci du côté interne, à l'aide d'un pilon, puis du côté externe, à l'aide d'un battoir en bois.
Mongo du Zaïre (Eggert & Kanimba 1980)

Creusement et étirement d'une motte + martelage sur natte


Après avoir creusé et étiré la motte, puis profilé le col et la lèvre, l'artisan pose l'ébauche au centre
d'une dépression peu profonde (recouverte d'une natte), et martèle la paroi interne à l'aide d'une
pierre, de manière à l'amincir et à en accroître la courbure. Il ne s'agit pas d'un véritable préformage,
car le récipient n'acquiert ses caractéristiques géométriques finales qu'au terme du raclage et du
lissage.
Tiv du Nigéria (Murray 1943)

Dans ce cas, les colombins sont placés par accollement externe et pincement.

198
Creusement et étirement d'une motte + colombins
Après avoir façonné le bas de l'ébauche par creusement et étirement, l'artisan y ajoute plusieurs
circonférences de colombins de manière à en accroître la hauteur. La taille des colombins et leur
mode d'adjonction ne sont pas spécifîés.
Toucouleur du Sénégal (Lagoutte 1987, 1988)
Bobo du Mali (Gallay 1992, Gallay & Huysecom 1991)
Kassena, Builsa, Nankansi, Tallensi et Namnam-Tallensi du Ghana (Priddy 1971)
Gwari du Nigéria (Simmonds 1984)
Punu du Gabon (Mihindou 1985)
Kongo du Congo (Soret 1959)
Kongo-Kunyi et Kongo-Bembe du Congo (Pinçon & Ngoïe-Ngalla 1990)
Kongo-Manianga du Zaïre (Maquet 1938)
Kongo-Sundi du Zaïre (Roosen 1951)
Bangala du Zaïre (Franchet 1913)
Lango du Soudan (Powell-Cotton 1934)
Endo du Kenya (Welboum 1989)
Bena de Tanzanie (Culwick 1935)
Kisi de Tanzanie (Waane 1977)
Rangi de Tanzanie (Liesegang 1975a)
Thonga d'Afrique du Sud (Junod 1927)

Creusement et étirement d'une motte + colombins écrasés


Technique (lia) dans ma description (paragraphe 2.2.).
Edo-Ora du Nigéria (Thomas 1910)
Bassa Nkwomo du Nigéria (Hawkes 1970c)
Jukun du Nigéria (Simmonds 1984)
Yoruba du Nigéria (Wahlman 1972)
Kongo-Manyanga du Congo (Mpika 1986)
Kongo-Ndibu du Zaïre (Maret 1974)

Creusement et étirement d'une motte + colombins accolés etpincés


L'adjonction de colombins se fait par chevauchement interne et pression simultanée. Les circonféren­
ces sont raclées au fiir et à mesure.
Kwali du Nigéria (Versluys 1981)
Kongo-Dondo du Congo (Lanfranchi 1984)

Creusement et étirement d'une motte + épais colombins superposés et pincés


Technique (10) dans ma description (paragraphe 2.2.), à ceci près que les colombins sont nettement
plus épais (0 > 5 cm).
Twa du Burundi (Celis & Nzikobanyanka 1984, Maquet 1965, Nijembazi 1988)

Creusement et étirement d'une motte + colombins aplatis et superposés


Après avoir façonné le bas de l'ébauche par creusement et étirement, l'artisan confectionne d'épais

199
colombins, puis les aplatit entre les doigts et la paume de la main droite, jusqu'à constituer des bandes
de ± 3 cm de haut et ± 1 cm d'épaisseur. Celles-ci sont superposées en plusieurs circonférences pour
accroître la hauteur de l'ébauche.
Gcsiriku de Namibie (Woods 1984)

Creusement et étirement d'une motte, fond percé


A la différence des techniques observées au Cameroun (12a et b dans ma description), il s'agit ici de
façonner la partie supérieure du récipient par creusement et étirement. Le fond est constitué au terme
d'un premier séchage, par adjonction d'épais colombins (écrasés contre la paroi externe) et par
raclage.
Ashanti du Ghana (Johnson 1984, Newman 1976, Rattray 1927)
Mongo du Zaïre (Eggert & Kanimba 1980)

Creusement et étirement d'une motte + colombins, fond percé


Aucune précision n'est apportée quant aux modalités d'adjonction des colombins ou de constitution
du fond.
Gun du Bénin (Rivallain 1981)

Creusement et étirement d'une motte, fond modelé


Après avoir réalisé un cylindre percé de part en part, l'artisan forme un petit bol hémisphérique par
modelage, le pose à l'envers sur le bord de l'ébauche et joint soigneusement les deux parties.
Nupe du Nigéria (Nicholson 1934a)

Anneau étiré
Variante (a)
Constitué en une seule pièce, l'anneau est étiré puis grossièrement mis en forme. Après un temps de
séchage, le fond de l'ébauche est constitué par adjonction d'épais colombins.
Vume du Ghana (Versluys 1981)
Yoruba du Nigéria (Beier 1980)
Adavida du Kenya (Soper 1989)

Variante (b)
Constitué de deux segments hémi-circulaires, l'anneau est étiré et mis en forme. Lorsque l'ébauche
est suffisamment rigide, l'artisan réalise le fond en pressant d'épais colombins au niveau de l'orifice
et en raclant ceux-ci au fur et à mesure à l'aide du pouce.
Akamba du Kenya (Brown 1989d)

Variante (c)
La technique s'apparente à la précédente, à ceci près que le fond est constitué avant le préformage,
par écrasement d'une masse d'argile contre le support.
Edo-Ora du Nigéria (Thomas 1910)
Ovambo d'Angola (Powell-Cotton 1940)

200
Anneau étiré + colombins
Variante (a)
Large colombin aplati, placé en anneau sur le support. Après l'avoir étiré, l'artisan accroît la hauteur
de l'ébauche en y ajoutant une ou plusieurs circonférence(s) de colombins. Ceux-ci sont placés par
superposition et pincement. Au terme d'une période de séchage, le fond est constitué par raclage et
adjonction d'une ou de plusieurs circonférence(s) de colombins, placés par accolement latéral externe
et pincement.
Pokot du Kenya (Brown 1989a)
Kikuyu du Kenya (Brown 1989d, Routledge & Routledge 1910)
Ndebele d'Afrique du Sud (Krause 1984, 1985)

Variante (b)
L'anneau est constitué à l'aide de 2, 3 ou 4 épais colombins, préalablement aplatis. Après l'avoir
étiré, l'artisan en accroît la hauteur par adjonction de plusieurs circonférences de colombins pressés
au fur et à mesure contre la paroi interne. Au terme d'une période de séchage, la partie inférieure et
le fond sont réalisés par adjonction de colombins et raclage.
Gananwa d'Afrique du Sud (Anonyme 1967)
Sotho-Transvaal d'Afrique du Sud (Shaw 1974)
Tswana d'Afrique du Sud (Krause 1984, 1985, Shaw 1974)

Variante (c)
La technique est similaire à la précédente, à ceci près que le fond est réalisé avant le préformage, par
écrasement de poignées d'argile contre le support.
Ngoni et Ndendehule de Tanzanie (Dorman 1938)

Anneaux superposés et étirés


Deux à huit anneaux^*’, réalisés en une seule pièce (o> 5 cm), sont superposés puis étirés pour
constituer l'ébauche.

Variante (a)
Le fond est réalisé par raclage de la partie inférieure, au terme d'une période de séchage.
Luchazi d'Angola (Woods 1984)
Bwile du Zaïre (Cabu s.d.)
lia de Zambie (Smith & Dale 1920)
Lamba de Zambie (Doke 1931)
Ngtini et Sotho-Sud d'Afrique du Sud (Shaw 1974)
. Venda d'Afrique du Sud (Krause 1984, 1985)

Variante (b)
Le fond est réalisé, au terme du préformage, par écrasement de poignées d'argile contre le support.
Luba du Zaïre (Maret & Bulckens 1978)

(1) Leur nombre et leur diamètre dépendent de la taille du récipient que l'artisan souhaite réaliser.

201
Ngangela d'Angola (Schachtzabel 1923)

Variante (c)
L'artisan commence par réaliser une plaque circulaire (le fond), sur laquelle il superpose les anneaux.
Luba de Kinkondja, Zaïre (Maret & Bulckens 1978)

Colombins
Dans les exemples qui suivent, aucune précision n'est apportée quant à l'épaisseur des colombins, leur
mode d'adjonction ou la méthode de constitution du fond"\
Fogny Diola du Sénégal (Linares de Sapir 1969)
Senufo de Côte d'ivoire (Knops 1980)
Fon du Bénin (David 1983)
Ogoni du Nigéria (Jeffireys 1947)
Mangbetu du Zaïre (Franchet 1913, Kerels 1936)
Ha de Tanzanie (Scherer 1959)
Yagua du Mozambique (Fejos 1943)
Mpondo, Swazi et Lovedu d'Afrique du Sud (Shaw 1974)

Colombins aplatis et superposés


Les colombins sont préalablement aplatis, en sorte que l'artisan obtient des bandes de 3-4 cm de large
et ± 1 cm d'épaisseur. Aucune précision n'est apportée quant au mode de constitution du fond.
Kasa Diola du Sénégal (Linares de Sapir 1969)

Colombins, fond en spirale


Si le fond est constitué en spirale, on ne sait rien de l'épaisseur des colombins, ni de leur mode
d'adjonction.
Diola du Sénégal (Thomas 1957)
Lame du Cameroun (David & Hennig 1972)
Latuka, Dinka et Jur du Soudan (Powell-cotton 1934)
Ganda d'Uganda (Roscoe 1%5)
Tetela du Zaïre (Kanimba, com. pers.)
Ndaka du Zaïre (Van Geluwe 1960)
Twa du Rwanda (Anquetil 1985)
Twa du Burundi (Maquet 1965)
Twa et Hutu de Tanzanie (Hall 1939)
Tewe de Tanzanie (Shropshire 1936)

Colombins superposés, fond en spirale


Technique (1) dans ma description (paragraphe 2.2.).
Bongili du Congo (Kanimba, com. pers.)
Ngombe du Zaïre (Kanimba, com. pers.)

n n'est d'ailleurs pas exclu que cette catégorie comprenne des exemples relevant de la technique précédente.

202
Suku du Zaïre (Nicolaï 1963)
Songo du Zaïre (Beaucorps 1951)

Colombins superposés et pincés, fond en spirale


Technique (3) dans ma description (paragraphe 2.2.).
Logoli du Kenya (Barbour .1989, Wagner 1956)
Samburu-Dorobo du Kenya (Brown 1989c)

Colombins accolés et pincés, fond en spirale


D'après les photos, il semble que l'accolement se fasse du côté interne lors de la confection du fond
et du côté externe lors de la confection de la partie supérieure. Dans les deux cas, les colombins (0:
± 2 cm) sont simultanément pincés entre le pouce et les autres doigts.
Dinka du Soudan (Siiriâinen 1984)

Colombins écrasés, fond en spirale


Technique (4) dans ma description (paragraphe 2.2.).
Shai du Ghana ((^arcoo & Johnson 1968)
Ibibio du Nigéria (Nicklin 1981a)

Colombins superposés (et pincés) fond en spirale moulé


Variante (a)
L'artisan confectionne une sorte de bol concave en enroulant un colombin en spirale (dans ce cas, il
y accolement partiel), le pose sur la face externe du fond d'un récipient et le racle à l'aide des doigts.
Cela fait, il "démoule" son ébauche, la place sur le support et poursuit le façonnage par adjonction
de colombins superposés et pincés.
Giziga-Nord, Mofu-Nord et Molko du Cameroun*’^ (Barreteau & Delneuf 1990,
Delneuf 1991)
Bambuba du Zaïre (Kanimba & Bellomo 1990)

Variante (b)
L'artisan réalise le fond de l'ébauche en enroulant des colombins sur le fond d'un récipient retourné.
Après l'avoir raclé, il le "démoule", le pose sur le support et poursuit le façonnage par superposition
de colombins.
Bakonjo d'Uganda (O'Brien & Hasting 1933)

Colombins écrasés, fond en plaque


Technique (5) dans ma description (paragraphe 2.2.), mais les colombins sont plus épais lorsque
l'artisan souhaite réaliser un récipient de grande taille.
Basoga d'Uganda® (Condon 1910)

Ici, on ignore comment s'effectue l'ac^'onction des colombins et il n'est pas exclu que le raclage du fond soit remplacé
par un martelage.
^ Dans ce cas, il n'est pas certain que l'adjonction se fasse par écrasement.

203
Luo du Kenya (Herbich & Dietler 1989, 1991)

Colombins superposés et pincés, fond en plaque


Teke-Lali et Teke-Ngwongwoni du Congo (Pinçon 1984, 1985)
Babukusu du Kenya (Wandibba 1989)

Fins colombins superposés, fond en anneau


Technique (2) dans ma description (paragraphe 2.2.).
Kofyar du Nigéria (Netting 1970)
Nyamwezi de Tanzanie (Culwick 1935)
Lungu de Zambie (Fagan 1961)

Colombins, fond modelé


L'artisan confectionne un bol hémisphérique par modelage. Après l'avoir posé sur le support, il
accroît sa hauteur par adjonction de colombins (on ignore toutefois comment s'effectue cette
adjonction)
Afikpo du Nigéria (Arua & Oyeoku 1982)
Igbo du Nigéria (Okpoko 1987)
Ganda d'Uganda (Trowell 1941)
Ovambo d'Angola (Powell-Cotton 1940)

Colombins accolés et pincés, fond modelé


Dans ce cas, il semble que les colombins soient placés contre la paroi externe - en sorte qu'ils la
chevauchent sur le tiers de leur hauteur environ - et pincés au fur et à mesure.
Jukun du Nigéria (Versluys 1981)
n Charnus du Kenya (Brown 1989b)
Okiek du Kenya (Kratz 1989)
Swahili du Kenya (Wilding 1989)

Colombins écrasés, fond modelé/moulé


Le fond est réalisé en aplatissant une motte d'argile contre la paroi interne d'un fragment de récipient.
Toutefois, il ne s'agit pas d'un véritable moulage, car l'artisan fait pivoter l'ébauche au fur et à
mesure qu'il la met en forme. Cela fait, il poursuit le façonnage par adjonction d'épais colombins
écrasés contre la paroi interne.
Edo-Bini du Nigéria (Thomas 1910, Willet & Connah 1%9)
Tiv du Nigéria*** (Simmonds 1984)

Colombins, fond moulé


Le fond est réalisé en étalant de l'argile dans un moule en terre cuite. L'ébauchage se poursuit alors
par adjonction de colombins.
Somono-Nord du Mali (Gallay 1992, Gallay & Huysecom 1991)

Eventuellement; la description n'est pas assez claire pour en être sûr.

204
Colombins superposés et partiellement moulés, fond en anneau
D'épais colombins sont écrasés en anneau, puis superposés, contre la paroi interne d'un demi-récipient
(il s'agit de la partie supérieure; l'ouverture est tournée vers le sol). Après avoir atteint le bord du
moule, l'artisan poursuit l'ébauchage par superposition de colombins, puis procède au préformage.
Lorsque cette partie est suffisamment dure, il la retourne sur le sol et confectionne le fond par
adjonction de colombins.
Mumuye du Nigéria (Strybol 1985)

3.2. Diversité technique

Une comparaison des données collectées tant au Cameroun que dans la littérature montre qu'il existe
au moins 46 techniques d'ébauchage en Afrique sub-saharienne. Celles-ci relèvent de 4 catégories
connues (modelage [ou pincement], moulage, creusement/étirement, colombins), auxquelles il convient
d'ajouter le martelage et le montage par étirement d'un ou de plusieurs anneau(x). Quoique le nombre
de variantes par catégorie soit assez inégal, les différences se situent souvent au même niveau.

Modelage
Cette technique, extrêmement simple et rarement attestée en Afrique sub-saharienne, ne paraît pas
offrir de nombreuses possibilités. Outre le simple modelage, une seule variante a été observée, qui
consiste à pincer et à étirer une galette d'argile, puis à y ajouter des colombins si l'on souhaite
accroître la hauteur de l'ébauche (technique 14 dans ma description; voir paragraphe 2.2.). On
pourrait considérer que l'adjonction de colombins sur un fond modelé constitue une autre variante du
modelage; toutefois, dans les exemples disponibles, la majeure partie de l'ébauche est réalisée par
adjonction de matière, en sorte qu'il semble préférable d'inclure cette technique parmi les variantes
du montage au colombin.

Moulage
Trois variantes ont été identifiées, dont la dernière est - de loin - la plus fréquente: (1) moulage dans
une forme concave + colombins; (2) assemblage d'éléments moulés dans une forme concave; (3)
moulage sur une forme convexe + colombins. Si la première et la troisième sont finalement assez
proches, la seconde s'en démarque nettement. On notera que l'assemblage de pièces moulées , une
technique fréquemment utilisée en Amérique du Sud, connaît habituellement plusieurs variantes:
parties réalisées à l'aide du même moule ou de moules différents, moulage vertical ou horizontal,
interne ou externe (Rice 1987: 125-6, van der Leeuw 1993, van der Leeuw & Papousek 1992, van
der Leeuw et al. 1991). En ce qui concerne l'Afnque sub-saharienne, nous serions donc en présence
d'une tradition fort peu développée (l'assemblage de parties moulées n'est d'ailleurs attesté qu'au
Nigéria).
Les deux autres techniques pourraient se subdiviser en plusieurs sous-catégories, car la partie
supérieure des récipients est toujours réalisée au colombin et nous savons que les modes d'adjonction
connaissent de nombreuses variantes. En raison du caractère superficiel des descriptions, deux
méthodes seulement ont été identifiées (accolement externe et pincement; écrasement interne), mais
il en existe probablement d'autres.

205
Martelage
La distinction entre le martelage sur support concave et le martelage dans une dépression est tout à
fait arbitraire. On pourrait considérer qu'il n'y a aucune différence - puisque le mode d'action sur la
matière est le même - ou, au contraire, qu'il y a autant de variantes que de types de supports et/ou
de percuteurs. Cette technique ne m'est pas suffisamment familière pour que je puisse en déterminer
les variables discriminantes; en ce qui concerne les supports, on notera néanmoins (1) que leur nature
est susceptible de varier d'une entité ethnolinguistique à l'autre, ce qui leur confère un statut de
marqueur culturel (voir, par exemple, Gallay 1992, Gallay & Huysecom 1991, Huysecom 1992); (2)
que certains d'entre eux laissent des traces distinctes sur les récipients, ce qui signifie que l'on
pourrait les reconnaître archéologiquement (Huysecom 1992).
D'autre part, des variantes sont également envisageables dans le mode d'adjonction des
colombins.

Creusement et étirement
Quatorze variantes de cette technique sont attestées en Afrique sub-saharienne les différences
portant sur les éventuelles adjonctions de matière et les modalités de constitution du fond. Ainsi,
lorque l'artisan accroît la hauteur de l'ébauche ou en confectionne la majeure partie par adjonction
de colombins, ces derniers - fins ou épais et parfois aplatis - peuvent être placés par simple
superposition, superposition et pincement, superposition et raclage interne, accolement interne et
pincement, ou écrasement interne. Les modes d'adjonction n'étant pas toujours spécifiés, on devrait
s'attendre à enregistrer d'autres variantes, telles que l'écrasement ou l'accolement externe.
D'autre part, lorsque l'artisan perce le fond de la motte en cours d'ébauchage, il peut modeler
ce dernier indépendamment et joindre ensuite les deux parties, ou obturer l'orifice par écrasement de
matière contre le support, par simple raclage ou par adjonction de colombins (ceux-ci sont alors
placés par écrasement interne ou par accolement interne et pincement).
Enfin, nous avons vu que le creusement/étirement pouvait se prolonger par un martelage, sans
que l'opération soit assimilable à un préformage.

Anneau(x) étiré(s)
Nous abordons ici une catégorie hybride, à mi-chemin entre le creusement/étirement et le montage
aux colombins. Celle-ci se subdivise en deux sous-catégories: étirement d'un anneau simple et
étirement d'une série d'anneaux superposés.
Dans le premier cas, il existe au moins sept variantes®, les différences portant sur les
modalités de constitution de l'anneau et du fond, ainsi que sur les éventuelles adjonctions de matière:
(1) l'anneau peut être réalisé à l'aide d'une à quatre pièces d'épaisseur variable, parfois aplaties; (2)
la hauteur de l'ébauche peut être accrue par adjonction de colombins et ceux-ci sont alors placés par
superposition et pincement, superposition et raclage interne, ou accolement interne et pincement; (3)
le fond peut être réalisé par écrasement d'une ou de plusieurs poignée(s) d'argile contre le support,
ou par adjonction de colombins (lesquels, pour autant qu'on sache, seraient placés par superposition
et raclage ou par accolement externe et pincement).

Parmi lesquelles les techniques (9), (10), (11b) et (12) observées au Cameroun (voir paragraphe 2.2.).
La technique (7) (paragraphe 2.2.) ne semble pas représentée en dehors du Cameroun.

206
Dans le second cas, les anneaux sont constitués en une seule pièce et simplement superposés,
mais le fond peut être réalisé (1) préalablement, en confectionnant une plaque sur laquelle sont placés
les anneaux; (2) ultérieurement, par écrasement de poignées d'argile contre le support, ou par simple
raclage.

Colombins
Quatorze variantes au moins sont attestées en Afrique sub-saharienne, parmi lesquelles les 5
techniques observées au Cameroun. Toutefois, le nombre de descriptions inexploitables est tel, que
l'on devrait s'attendre à voir s'accroître ce nombre dans le futur.
Comme je l'ai indiqué dans le paragraphe 2.4., les différences portent essentiellement sur
l'épaisseur des colombins, leur mode d'adjonction et les méthodes utilisées pour confectionner le fond
de l'ébauche. Les distinctions habituelles entre le montage en spirale, en anneaux ou en segments (par
ex. Rice 1987:125), n'ont ici aucun intérêt.
En ce qui concerne l'épaisseur des colombins, l'intervalle de variation serait compris entre
± 1 et ± 10 cm. On remarquera cependant que les données sont trop peu précises pour utiliser ce
critère de façon systématique et que l'artisan peut, le cas échéant, moduler l'épaisseur des colombins
en fonction de la taille du récipient qu'il souhaite réaliser (cette situation a été signalée chez les Luo
du Kenya [Herbich & Dietler 1991]).
En ce qui concerne les modes d'adjonction, il existerait 5 possibilités: simple superposition,
superposition et pincement, accolement interne et pincement, accolement externe et pincement,
écrasement interne.
Quant au fond, il peut être réalisé en spirale, et dans ce cas (1) l'enroulement se fait
latéralement, verticalement ou par chevauchement partiel (simple pression ou écrasement), (2) la
spirale est partiellement moulée, soit parce que l'artisan enroule le colombin sur le fond d'un
récipient, soit parce qu'il pose son ébauche contre la paroi du moule lors du premier raclage. Dans
les autres cas, le fond est réalisé en plaque, en anneau (l'orifice est obturé ultérieurement), par
écrasement d'une poignée d'argile contre le support, ou par modelage ou moulage.
Une technique alternative consiste à écraser les colombins en anneau contre la paroi d'un
moule, puis à poursuivre l'adjonction jusqu'à atteindre la hauteur souhaitée. Au terme du préformage,
le fond est réalisé par adjonction de colombins.

3.3. Evaluation des contraintes

Ne disposant d'aucune indication quant à la plasticité et la texture des argiles utilisées en Afrique sub­
saharienne, il m'est difficile d'apprécier le degré de liberté au niveau de la sélection et/ou du
traitement des matières premières.
En ce qui concerne les populations sud-camerounaises, nous avons vu que les techniques
relevant du modelage, du creusement/étirement et du montage au colombin n'imposaient aucune
contrainte à cet égard (paragraphe 2.5.1.). Quoique l'évaluation ait porté sur un petit nombre
d'exemples, les résultats sont probablement extrapolables au reste de l'Afrique sub-saharienne.
Certaines contraintes seraient par contre envisageables pour les techniques de martelage ou de
moulage, comme le soutiennent plusieurs auteurs (Delneuf 1991, Huysecom 1992, Martineili, sous

207
présse). Ainsi par exemple, les artisans qui façonnent leurs récipients par martelage se servent en
général d'un mélange d'argile et de chamotte (mêlée parfois à du crottin) pour la partie martelée, et
d'un mélange d'argile et de crottin (ou de chamotte plus fine) pour la partie montée au colombin
(Bedaux 1986: 123, Gallay & Sauvain-Dugerdil 1981:88, Martinelli, sous presse, Raimbault
1980:455). En termes de texture et de plasticité, des caractéristiques différentes seraient recherchées,
suivant que l'ébauchage s'effectue par percussion ou par adjonction de matière. Ici cependant, les
contraintes ne sont pas surmontées par une stratégie de sélection particulière, mais par une préparation
différenciée des ressources disponibles. L'environnement pédologique n'a dès lors aucune incidence.
En ce qui concerne les restrictions de forme ou de taille, la confrontation entre les données
collectées au Cameroun et en Afrique sub-saharienne permet de clarifier certains points. Dans le cas
des populations sud-camerounaises, nous constations par exemple que certaines techniques semblaient
restreindre les choix en termes de morphologie: aucune "bouteille" n'était réalisée lorsque l'ébauchage
s'effectuait par creusement et étirement, pincement et étirement ou étirement d'un ou de plusieurs
anneau(x), et les artisans ayant recours à la troisième technique ne produisaient qu'un petit nombre
de formes (paragraphe 2.5.2. et tableau 4). Une comparaison des profils réalisés au départ des mêmes
techniques, mais dans d'autres zones du continent, montre qu'il n'existe en fait aucune restriction,
l'absence de certaines formes étant attribuable aux traditions culturelles locales (par ex. Eggert &
Kanimba [1980: fig. 21-6] pour le creusement/étirement; Pinçon & Ngoïe-Ngalla [1990: fig. 1-3]
pour le creusement/étirement -t- colombins; Brown [1989a: fig. 6.1-5] pour l'étirement d'un anneau
-I- colombins). Je n'ai pas eu l'occasion de me livrer à une enquête aussi approfondie pour les
techniques non-représentées au sud du Cameroun (moulage et martelage); toutefois, un rapide survol
des planches illustrant certains travaux montre que ces techniques permettent une grande variété de
formes*** (voir par exemple David & Hennig 1972, Gallay & Huysecom 1991, Huysecom 1992,
Mayor 1992).
En ce qui concerne les restrictions de taille, rappelons que les données collectées au Cameroun
laissaient supposer que l'ébauchage par pincement et étirement ou par creusement et étirement (avec
ou sans adjonction de colombins) ne permetrait pas de réaliser des récipients de plus de 30-35 cm de
haut. La première technique n'étant pas représentée en dehors de la zone d'étude, il n'est pas possible
d'en apprécier les véritables limitations. Etant donné le nombre de récipients façonnés par creusement
et étirement (avec ou sans adjonction de colombins) dont la hauteur excède 40 cm (et parfois même
50 cm) (Eggert & Kanimba 1980, Gallay & Huysecom 1991, Mayor 1992, Simmonds 1984:56), il
semble par contre que l'hétérogénéité morphométrique observée au Cameroun résulte à nouveau de
choix culturels et non de simples restrictions techniques. Cela n'empêche pas certains artisans de
changer de méthode lorsqu'ils souhaitent confectionner des récipients de grande taille. Comme chez
les Gbaya ou les Kepere, l'utilisation combinée du creusement/étirement et du montage par étirement
d'un ou de plusieurs anneau(x) est attesté dans plusieurs sociétés sub-sahariennes: Ovambo d'Angola
(Powell-Cotton 1940), Ngoni et Ndendehule de Tanzanie (Dorman 1938), Lenge du Mozambique
(Earthy 1933). Ailleurs, l'artisan façonne la quasi-totalité des récipients par creusement/étirement,
mais (1) rajoute des colombins lorsqu'il souhaite en accroître la taille (Punu du Gabon [Mihindou
1985]) ou (2) perce le fond et le façonne ultérieurement par adjonction de colombins lorsque la

Je n'ai d'ailleurs observé aucune différence par rapport à la morphologie des récipients fabriqués par adjonction de
colombins, creusement/étirement ou pincement/étirement.

208
hauteur excède 40 cm (Mongo du Zaïre [Eggert & Kanimba 1980]. Le fait que la technique du
creusement/étirement soit parfois utilisée pour façonner les plus grands récipients, tandis que les
autres sont réalisés par moulage ou par modelage (Gun du Bénin [Rivallain 1981]), montre pourtant
que les combinaisons sont assimilables à des traditions et non à des adaptations forcées.
Si nous considérons à présent les autres techniques utilisées en Afrique sub-saharienne
(modelage, martelage, moulage), nous constatons que la première est systématiquement réservée à
la fabrication de petits récipients (Culwick 1935, Rivallain 1981, Thomas 1957, Wilding 1989) - sauf
si elle se combine à une adjonction de colombins (par exemple, Okpoko 1987) - tandis que les deux
autres permettent de réaliser des récipients dont la hauteur est comprise entre ± 10 et ± 60 cm‘*^
(par exemple, Gallay & Huysecom 1991: fig. 7-19). En d'autres termes, les restrictions morphométri­
ques ne semblent affecter que le modelage, une technique qui, rappelons-le, est particulièrement rare
en Afrique sub-saharienne.

3.4. Distribution des techniques

N'ayant pas les moyens de me livrer à une analyse aussi poussée que pour les sociétés sud-
camerounaises, je me contenterai de présenter les résultats les plus significatifs de l'analyse
comparative.

3.4.1. Identité technique, identité ethnolinguistique

En mentionnant le nom des sociétés dans lesquelles chaque variante été observée, j'ai probablement
donné l'impression qu'il existe une remarquable coïncidence entre les techniques et l'identité
ethnolinguistique en Afrique sub-saharienne. Or, il faut savoir que les enquêtes sont bien souvent
menées auprès d'un petit nombre d'individus et que l'on a tendance à attribuer leurs techniques à
l'ensemble du groupe, comme si tous les artisans partageaient la même tradition. Quoique la situation
soit envisageable, nous avons vu qu'une étude plus détaillée permettait d'observer plusieurs cas
d'hétérogénéité intra-ethnique. n est donc probable que cette coïncidence soit moins systématique
qu'elle n'apparaît.
Quelques travaux de grande envergure permettent une approche plus réaliste du phénomène.
Au nord du Cameroun, par exemple, Delneuf a observé plus de 600 potières, dans 16 groupes
ethnolinguistiques (Barreteau & Delneuf 1990, Delneuf 1991). Elle relève 4 techniques d'ébauchage
(2 variantes du martelage, une variante du moulage et une variante du montage au colombin), dont
la distribution est apparemment homogène au sein de chaque groupe. Toutefois, plusieurs de ces
groupes partagent la même tradition et nous verrons plus loin que l'homogénéité linguistique ne
correspond pas nécessairement à une homogénéité géographique.
Au Mali, la Mission Ethnoarchéologique Suisse en Afrique de l'Ouest (MESAO) a entrepris
une étude systématique des populations peuplant le Delta intérieur du Niger (Gallay 1992, Gallay &
Huysecom 1989, 1991, Gallay et al. 1994, Huysecom 1992, Mayor 1992). Cent quarante huit

n existe évidemment des récipioits de plus grande taille en Afrique sub-saharienne, mais l'essentiel des conteneurs
n'excèdent guère 60 cm de haut.

209
potières ont déjà été observées, dans 7 groupes différents. Ces derniers paraissent "se caractériser par
la dominance d'un type spécifique de montage utilisé de façon privilégiée et, parfois, (...) par
Tutilisationsecondaire de techniques empruntées aux groupes voisins" (Gallay & Huysecom 1991:42).
En d'autres termes, plusieurs groupes seraient 'techniquement homogènes', tandis que d'autres
posséderaient une double tradition, l'une d'elles résultant d'un éventuel emprunt.
D'autres travaux révèlent l'existence d'une grande homogénéité technique au sein de certains
ensembles culturels (chez les Luo du Kenya par exemple [Herbich & Dietler 1991]), mais plusieurs
cas d'hétérogénéité ont également été signalés, lesquels relèvent de situations fort différentes:
(1) comme nous l'avons vu plus haut, une série d'artisans changent de technique en fonction
de la taille ou de la forme des récipients qu'ils souhaitent ébaucher (Culwick 1935, Dorman 1938,
Earthy 1933, Eggert & Kanimba 1980, Mihindou 1985, Powell-Cotton 1940, Rivallain 1981, Thomas
1957; voir paragraphe 3.3.); c'est également le cas des Peul-Adarawa du Nigéria, qui réalisent les
bouteilles sphériques par martelage sur forme concave et les autres récipients par moulage sur forme
convexe avec adjonction subséquente de colombins (Nicholson 1929). De même, chez les Swahili du
Kenya, les petits récipients sont simplement modelés, tandis que les plus grands sont réalisés par
adjonction de colombins sur un fond modelé (Wilding 1989).
(2) Deux techniques sont parfois utilisées dans le même groupe, l'une par les hommes, l'autre
par les femmes. Les potières bimoba du Ghana ébauchent ainsi leurs récipients par moulage sur forme
convexe et adjonction de colombins, tandis que les hommes utilisent la technique du martelage sur
forme concave (Priddy 1971:75).
(3) Deux ou trois techniques sont observées dans le même groupe, sans qu'aucune d'elles ne
puisse lui être univoquement attribuée. C'est le cas chez les Diola du Sénégal, les potières de ce
groupe façonnant aussi bien leurs récipients aux colombins que par modelage ou moulage sur forme
convexe (Thomas 1957). Parallèlement, dans un village twa du Burundi, certaines potières utilisent
la technique du creusement/étirement + colombins, tandis que d'autres ébauchent entièrement leurs
récipients aux colombins (Maquet 1965). On notera la première technique est attestée dans les autres
communautés twa du Burundi (Celis & Nzikobanyanka 1984, Nijembazi 1988), alors que la seconde
semble caractéristique des Twa du Rwanda et de Tanzanie (Anquetil 1985, Hall 1939). Il pourrait
donc s'agir de variantes régionales. Enfin, chez les Nguni et Sotho-Sud d'Aftique du Sud, Shaw
(1974) relève une utilisation indifférenciée du montage par creusement/étirement d'une motte ou par
étirement de plusieurs anneaux superposés.
(4) Deux techniques sont utilisées dans le même groupe, l'une d'elles étant assimilable à une
variante régionale. Au Mali, cette situation est signalée chez les Somono et les Bambara - et il
s'agirait alors d'un emprunt aux populations voisines (Gallay 1992, Gallay & Huysecom 1991) - ainsi
que chez les Dogon. Comme l'a récemment montré Gallay (1994), ce groupe témoigne, d'une part,
d'une tradition centrale d'origine ancienne (martelage sur support concave + colombins; voir Bedaux
[1986], Bedaux & Lange [1983]), et d'autre part, de traditions périphériques résultant soit d'une
acculturation (Dogon du Samyéré, qui auraient acquis une technique d'origine peul ou rimaïbé
[moulage sur forme convexe + colombins]), soit de l'assimilation de populations étrangères.
Des variantes régionales sont également signalées chez les Yoruba du Nigéria. Dans ce cas,
la technique "centrale" serait le moulage sur forme convexe + colombins, mais les artisans de
certaines localités utiliseraient (a) l'assemblage de pièces moulées sur forme concave (O'Hear 1986),
(b) le creusement/étirement d'une motte + colombins écrasés (Wahlman 1972), (c) le montage par

210
étirement d'un anneau (Beier 1980).
(5) Une technique différente est utilisée par un artisan ayant effectué son apprentissage en
dehors de son groupe. C'est le cas d'une potière bena de Tanzanie, qui a acquis ses connaissances
alors qu'elle résidait temporairement en pays nyamwezi (Culwick 1935:166).
(6) La présence de traditions différentes est due à l'installation d'artisans étrangers. On
connaissait déjà l'exemple de Bé, ce village du Nord-Cameroun dans lequel cohabitent des potières
fulani, gisiga et lame (David & Hennig 1972), mais il semble que la situation soit courante dans la
région, puisque Delneuf (1991: fig. 2) dénombre jusqu'à 7 groupes distincts dans certaines localités.
(7) Deux techniques sont respectivement observées, dans le même groupe, par des auteurs
différents. En ce cas, les différences peuvent être peu prononcées, comme chez les Gwari du Nigéria
(creusement/étirement d'après Nicholson [1934a], creusement/étirement -i- colombins d'après
Simmonds [1984]), ou plus fondamentales: Tiv du Nigéria (creusement et étirement d'une motte +
martelage sur natte selon Murray [1943], colombins écrasés, fond modelé/moulé selon Simmonds
[1984]); Ganda d'Uganda (colombins, fond en spirale selon Roscoe [1965], colombins et fond modelé
selon Trowell [1941]).

A cours ou à long terme, divers processus peuvent ainsi engendrer une hétérogénéisation des
techniques au sein d'ensembles culturels initialement homogènes: acculturation au contact de
populations voisines, assimilation d'autres groupes, apprentissage "extra-ethnique", implantation
d'artisans étrangers (dont les traditions seront ensuite intégrées dans les filières d'apprentissage).
Certains de ces processus ont été observés ou pressentis au Cameroun; ils sont à l'origine de variantes
individuelles, régionales ou communautaires et, conséquemment, d'un masquage partiel des
découpages ethnolinguistiques. Il reste que l'identité technique tend à correspondre à l'identité
"ethnique" et, qu'à ce titre, la reconnaissance archéologique des modalités d'ébauchage pourrait
permettre de mieux cerner les regroupements sociaux. Cela ne signifie pas que chaque groupe soit
individualisable, bien au contraire, mais nous allons voir que certains regroupements géographiques
ont manifestement une signification historique ou culturelle.

3.4.2. Distribution des langues et des techniques

En ce qui concerne les populations sud-cameroimaise, nous avons vu que les rapprochements opérés
par les linguistes trouvaient parfois im écho au niveau de la distribution des techniques (paragraphe
2.6.). Je suis encore incapable de réaliser une analyse similaire pour le reste de l'Afrique sub­
saharienne, soit parce que je connais mal la situation linguistique, soit parce que les données restent
trop éparses pour tenter une étude comparative. C'est le cas, par exemple, de la répartition des
techniques d'ébauchage par étirement de plusieurs anneaux superposés; pour autant qu'on sache, ces
dernières ne sont attestées que dans le monde bantu, et presqu'exclusivement chez les Bantu du Centre
(Bwile, Luba, Lamba, Da, Luchazi, Ngangela). On les retrouve cependant chez les Lenge, Venda,
Ngimi et Sotho-Sud (Bantu du Sud-Est), dans une région où le façonnage s'effectue le plus souvent
par creusement/étirement d'tme motte ou étirement d'tm simple anneau. Ne disposant d'aucune
information pour les groupes situés entre les deux zones, j'ignore si nous sommes en présence de
deux développements distincts ou, au contraire, d'un phénomène de diffusion.
Des travaux récents montrent qu'il est possible d'aller plus loin dans l’étude des regroupe­

211
ments techniques et de reconstituer, le cas échéant, des processus historiques distints. Il s'agit, d'une
part, de la distribution des techniques de martelage au sud du Sahara, et d'autre part, de l'étude
comparative d'un ensemble linguistiquement homogène, les Kongo d'Afrique Centrale.

3.4.2.1. Techniques de martelage

Le façonnage par percussion sur forme concave connaît une distribution tout à fait particulière en
Afrique sub-saharienne: à quelques exceptions près**^ cette technique n'est attestée qu'en zone
sahélienne, au sein d'une région qui s'étend du Mali au Soudan, entre les 10e et 20e parallèles (De
Crits 1991, 1994, Drost 1967, Huysecom 1992, Martinelli, sous presse). Dans cette région, les
artisans font généralement partie de la caste des forgerons ou, plus rarement, de celle des sculpteurs
sur bois, des tisserands ou des griots (Delneuf 1991, Huysecom 1992). Bien que l'appartenance à une
caste, et notamment à celle des forgerons, ne puisse être univoquement associée à la technique du
martelage®, il semble y avoir un véritable continuum culturel en zone sahélienne, celui-ci
concernant aussi bien les techniques de fabrication que le contexte social de l'activité.
Or, comme le montre De Crits (1994), cet ensemble n'a aucune assise linguistique, les
groupes concernés appartenant aussi bien à la famille des langues Congo-Kordofanienes (Voltaïque,
Benue-Congo, Est-Adamawa), que Nilo-Sahariennes (Songhai, Saharien, Est-Soudanique) ou
Afroasiatiques (Tchadique). La présence d'une même tradition au sein de populations d'origine aussi
contrastée ne s'expliquerait dès lors qu'en termes de diffusion ou d'emprunt. C'est ce que soutient
Huysecom (1992:86-7), dans le cas des populations du Delta intérieur du Niger (Mali). Comparant
les termes qui servent à désigner les percuteurs en argile® et constatant que ces derniers ont une
racine commime, vraisemblablement peule, il en conclut que la technique a été introduite par cette
population et progressivement assimilée par leurs voisins. En dehors du Mali, les indications sont
moins claires, mais certaines ressemblances semblent confirmer l'hypothèse d'une origine
technologique commune.

3.4.2.2. Distribution des techniques au sein de l'aire kongo (Pinçon & Ngoïe-Ngalla 1990)

Les populations kongo occupent un territoire de plus de 150.000 km^, à cheval sur le Congo, le Zaïre
et l'Angola. Elles se subdivisent, selon Gruthrie (1967-1970), en 6 sous-groupes linguistiques
(ensemble HIO): Bembe, Vili, Kinyi, Dingi, Mboka et Kongo Cluster (Kongo-Sud, Kongo-Central,
Yombe, Fiote, Bwanda, Laadi, Kongo-Est, Kongo-Sud-Est). Bien que Guthrie les ait initialement
considéré comme un ensemble distinct, les Punu (B40) du Gabon entretiennent d'étroites relations
linguistiques avec les Kongo (Blanchon 1984, 1991, Coupez et al. 1983) et sont également
rapprochables d'un point de vue socio-politique, symbolique et religieux. En ce qui concerne la
poterie, les relations sont frappantes: dans chaque sous-groupe kongo ayant fait l'objet d'une enquête,
de même que chez les Punu, les récipients sont ébauchés par creusement/étirement d'une motte et
adjonction subséquente de colombins. Il existe quelques différences dans le mode d'adjonction des

Nkim, Ogoja et Obubu du Nigéria, Gobu du Zaïre.


^ Pamj les artisans qui utilisent la technique du moulage sur forme convexe, nombreux sont ceux qui appartiennent
également à la caste des forgerons.
^ Un outil univoquement associé à la technique de martelage.

212
colombins (écrasement chez les Manyanga [Mpika 1986] et les Ndibu [Maret 1974]; accolement
interne et pincement chez les Dondo [Lanfranchi 1984]), mais ces techniques n'en constituent pas
moins une tradition homogène, complètement distincte de celles que l'on observe dans les populations
voisines.
Selon Pinçon & Ngoïe-Ngalla, cette homogénéité est attribuable à l'expansion rapide et
récente des différents groupes kongo, au départ d'un noyau central. "On peut alors retenir la vitesse
de cette propagation pour expliquer le caractère unitaire de certains traits culturels, comme la
céramique, constatant que deux siècles n'ont pas permis une individualisation de phénomènes dont
la dynamique relève, le plus souvent, de la 'longue durée'" (1990:173).

4. CONCLUSIONS

L'analyse des données collectées tant au Cameroun que dans le reste de l'Afrique sub-saharienne
permet de répondre à certaines des questions évoquées dans l'introduction de ce chapitre.
En ce qui concerne la diversité technique par exemple, nous constatons que les possibilités
sont nettement plus étendues que ne le laissent entendre les ouvrages de synthèse. Une cinquantaine
de variantes ont été identifiées, qui se répartissent en 6 grandes catégories (modelage [ou pincement],
moulage, martelage, creusement/étirement, étirement d'un ou de plusieurs anneau(x), colombins). De
façon générale, les différences peuvent apparaître à trois niveaux:
(a) méthodes utilisées pour ébaucher l'ensemble ou la majeure partie du récipient. Il s'agit ici
de distinguer des techniques génériques, soumises à plusieurs variantes: la partie inférieure
ou l'ensemble d'un récipient peut être réalisé par modelage, pincement/étirement, martelage,
moulage (interne ou externe), creusement/étirement, étirement d'un ou de plusieurs anneau(x)
superposés ou adjonction de colombins, l'artisan utilisant parfois les mêmes techniques pour
réaliser la partie supérieure (col compris ou non).
(b) Adjonctions de matière. C'est à ce niveau qu'il est possible de subdiviser chaque catégorie
en plusieurs variantes. En effet, lorsque l'artisan réalise son ébauche par modelage, moulage,
martelage, creusement/étirement ou étirement d'un simple anneau, il en accroît généralement
la hauteur par adjonction de colombins (dans les deux derniers cas, il peut d'ailleurs procéder
de la même manière pour en constituer la partie inférieure). Or, que le récipient soit
entièrement ou partiellement réalisé par adjonction de colombins, la taille, la forme et le mode
d'adjonction de ces derniers varient considérablement: dimètre compris entre ± 1 et ± 10
cm; profil circulaire, ovale ou rectangulaire; àdjonction par simple superposition,
superposition et pincement, superposition et raclage latéral (interne et/ou externe, vertical
et/ou horizontal), accolement interne et pincement, accolement externe et pincement,
écrasement interne.
(c) Constitution du fond. Si l'ébauchage s'effectue par creusement/étirement d'un ou de plusieurs
anneau(x) ou par adjonction de colombins, le fond peut être réalisé préalablement ou
ultérieurement, suivant diverses modalités: simple raclage, moulage, modelage (plaque ou bol
concave), écrasement interne ou externe d'une ou de plusieurs poignées d'argile, enroulement
d'un colombin en spirale (avec accolement latéral ou vertical, chevauchement ou moulage
partiel) et écrasement en spirale.

213
D'un point de vue archéologique toutes ces distinctions n'ont évidemment aucun intérêt s'il n'est pas
possible d'en reconnaître les traces sur les récipients finis. Or, jusqu'ici, l'identification des
techniques d'ébauchage n'a pas bénéficié d'une grande attention, les méthodes d'analyse restant peu
développées et les référentiels pratiquement inexistants. L'examen macroscopique du matériel (état
des surfaces, variations d'épaisseur, mode de fragmentation et organisation des inclusions au niveau
des cassures fraîches) débouche sur une éventuelle reconnaissance des grandes catégories techniques
(Amal 1986, Balfete^û/. 1983:57-68, Gelbert 1994, Roux 1994, Rye 1981:58-81), mais la méthode
s'avère peu exploitable lorsque les récipients sont réalisés avec soin, lorsque l'artisan utilise certains
types de pâte, ou lorsque les opérations de préformage masquent complètement les traces
d'ébauchage. L'analyse radiographique permet de contourner ces problèmes, puis qu'elle fournit des
indications précises quant à l'orientation préférentielle des inclusions et des pores au sein des parois.
Selon Rye, "... different forming techniques involve different and characteristic applications of
pressure to plastic clay, and (...) inclusion in the clay take up preffered orientations which are
characteristic of the forming operations" (1977:208). On peut ainsi différencier les techniques de
tournage, de modelage, de martelage, de creusement/étirement et de montage par adjonction de
colombins (Rye 1977, 1981; voir également Carr 1990, Kerret 1994, Tartaglia 1989). Toutefois, la
reconnaissance des variables discriminantes (modalités d'adjonction de matière et de constitution du
fond) ne semble envisageable que (1) par radiographie ou xéroradiographie*^’ de coupes verticales,
perpendiculaires à la paroi® (Glanzman & Fleming 1985, Henrickson 1986, McGovem 1986,
Pierret 1994, Vandiver 1987, 1988b, Vandiver & Lacovara 1985-6, Vandiver ef a/. 1991) ou (2) par
observation de lames minces sous lumière transmise ou polarisée (Gibson & Woods 1990, Pierret
1994, Woods 1985). Quelques travaux ont livré des résultats encourageants, mais il reste à s'assurer
(a) que chaque variante se caractérise par un arrangement distinct dans l'orientation des particules et
des pores, (b) que cet arrangement n'est pas modifié en cours de préformage et, dans ce cas, qu'il
n'y a pas convergence dans les structures résultantes, (c) que les méthodes d'analyse qui viennent d'ê­
tre évoquées permettent une identification précise des différents arrangements.
En ce qui concerne les contraintes susceptibles d'affecter l'étape de façonnage, la situation
est pratiquement éclaircie. Nous avons vu que le façonnage par moulage, modelage, creusement/étire-
ment, étirement d'un ou de plusieurs anneau(x) ou adjonction de colombins s'accommode de
matériaux fort diversifiés en termes de texture et de plasticité et permet de réaliser des récipients de
forme et de taille comparables. En d'autres termes, toutes ces techniques permettent d'atteindre les
mêmes objectifs, indépendamment des autres étapes de la chaîne opératoire ou des ressources
disponibles.
Le façonnage par percussion sur support concave imposerait par contre certaines contraintes,
tant sur le plan de la plasticité que de la texture. Pour obtenir un matériau approprié, l'artisan serait
obligé d'y incorporer une série d'éléments non plastiques, tels que du crottin, de la paille ou de la
chamotte. Comme je-ne dispose d'aucun moyen de comparaison avec les autres techniques, il m'est
difficile d'évaluer la pertinence de cette hypothèse.
En ce qui concerne les rapports entre l'identité technique et l'identité ethno-linguistique.

Procédé radiographique permenant une meilleur définition d'image et un contraste plus marqué entre les zones de texture
ou de densité différente; voir Cair & Riddick (1990) et Vandiver et al. (1991) pour une présentation critique des méthodes
disponibles.
^ Ce que les Anglo-saxons appellent des thick sections, par opposition aux thin sections (lames minces).

214
l'analyse débouche sur des résultats mitigés, n apparaît en effet qu'une parenté linguistique se traduit
souvent par un partage de tradition, mais que les contre-exemples sont trop nombreux pour que l'on
puisse attribuer au façonnage un statut de marqueur culturel univoque. Dans bien des cas, la
différentiation intra-ethnique est marginale; elle fait suite à l'implantation d'artisans étrangers ou à
un apprentissage effectué dans un autre groupe. On observe cependant des variantes régionales,
communautaires, sexuelles ou pseudo-fonctionnelles*”, sans liens obligés avec l'appartenance
linguistique. Dans la partie consacrée à l'apprentissage, nous avons vu que l'acquisition d'ime
tradition technique était simplement le fruit d'une interraction entre deux individus et qu'elle était
susceptible, à ce titre, de refléter une identité aussi bien linguistique que familiale, clanique, sexuelle
ou communautaire, tous ces niveaux étant mutuellement compatibles, n n'est donc guère étonnant que
la comparaison entre la distribution des techniques et celle des langues débouche, elle aussi, sur des
résultats ambigus: certains regroupements coïncident remarquablement aux deux niveaux de l'analyse;
d'autres sont techniquement ou linguistiquement hétérogènes (aires linguistiques comportant plusieurs
traditions techniques; aires techniques chevauchant plusieurs ensembles linguistiques). Pour expliquer
ime telle situation, plusieurs scénarios sont envisageables. Ainsi par exemple, lorsqu'une population
'techniquement homogène' se scinde en plusieurs entités indépendantes, on peut s'attendre à ce que
la tradition connaisse une dispersion géographique similaire à celle des différentes entités. A court ou
à long terme, celles-ci risquent pourtant d'intégrer de nouvelles traditions - par contact avec leurs
voisins ou assimilation de ces derniers - et il n'est pas exclu que la technique initiale évolue de façon
différente dans chaque entité, jusqu'à constituer autant de traditions apparemment indépendantes. En
d'autres termes, la coïncidence entre la distribution des langues et celles des techniques pourrait
dépendre du temps écoulé entre l'éclatement d'une tradition centrale et la prise en compte de ses
actualisations. Comme le rythme et l'ampleur du processus d'hétérogénéisation technique est fonction
d'une série de facteurs indépendants - parmi lesquels l'extension sociale et géographique des réseaux
d'apprentissage ou la nature des relations inter-ethniques - il paraît pourtant difficile d'exploiter
l'analyse comparative dans la même perspective que les linguistes, rapprochements et distinctions
n'ayant pas de signification historique univoque, s'ils en ont même une. Ceci est d'autant plus vrai,
qu'une série de populations peuvent avoir assimilé les traditions de leurs voisins, soit parce qu'elles
ne pratiquaient pas l'activité de la poterie avant d'entrer en contact ave ceux, soit parce qu'elles ont
remplacé leurs propres traditions.
Les ensembles techniques connaîtraient donc une éventuelle dynamique interne - ce fameux
'changement', au sujet duquel nous ne savons pratiquement rien - et tuie perpétuelle mobilité, leur
dispersion pouvant aussi bien coïncider avec celle des populations, que s'effectuer, de proche en
proche, au travers des ensembles culturels. Cette situation ne simplifie pas la tâche des archéologues,
mais je reste persuadé que la reconnaissance des techniques de façonnage apporte des éléments
capitaux lorsqu'elle s'effectue sur de longues périodes, dans une région donnée. Comme le révèle en
effet l'exemple, des Kongo, des Dogon du Samyéré ou de la dispersion des techniques de martelage
en zone sahélienne, un changement brutal marque vraisemblablement l'arrivée d'une nouvelle
population, tandis qu'une hétérogénéisation progressive témoigne de contacts étroits avec les tenants
d'autres traditions.

*” Techniques différentes destinées à la réalisation de certains récipients.

215
CUISSON

1. INTRODUCTION

Pour une potière ou un céramiste industriel, la cuisson constitue une étape essentielle du processus
de manufacture. C'est à ce moment que les matériaux vont être irrémédiablement transformés - par
altération des minéraux argileux - et acquérir leurs propriétés physiques définitives**^ Ces propriétés,
nous le savons, dépendent de la nature des argiles mais également des paramètres de cuisson, qu'il
s'agisse de la température, de la vitesse de chauffe ou de l'atmosphère (Davidge 1979, Grimshaw
1971, Norton 1952, Rice 1987, Shepard 1957). En contrôlant ceux-ci, l'artisan aurait donc la
possibilité de modifier ou d'ajuster les caractéristiques principales de ses récipients et/ou d'utiliser des
matériaux sinon inexploitables, certaines argiles ne pouvant être exposées à des températures trop
élevées ou à une ascension thermique brutale.
Pour connue qu'elle soit, cette situation ne semble pas avoir inspiré de nombreux
archéologues et l'on peut s'étonner qu'une étape aussi cruciale en termes techniques et fonctionnels
ait à ce point été négligée par les matérialistes des années '80, pourtant habitués à ratisser large
lorsqu'il s'agit de débusquer les traces d'éventuels mécanismes d'adaptation (Braun 1983, Bronitsky
1986, Schiffer & Skibo 1987, Steponaitis 1983, 1984). Faut-il en conclure que les techniques
traditionnelles interdisent un contrôle efficace des paramètres de cuisson, en sorte que les éventuels
ajustements ne peuvent intervenir qu'au niveau de la sélection et du traitement des matières
premières? Assurément non, du moins si l'on s'en réfère aux données expérimentales et ethnographi­
ques disponibles dans la littérature (Balfet et al. 1983, Gibson & Woods 1990, Rice 1987, Rye 1981,
Shepard 1957, Sinofiôli 1991), Outre l'influence du combustible (Shepard 1957:77-80), les "cuissons
en tas" (open firing) se caractériseraient par une ascension thermique brutale, une atmosphère
fluctuante et des températures comprises entre 500“ et 900“C. Inversement, les fours permettraient
un meilleur contrôle de l'atmosphère, une réduction considérable de la vitesse de chauffe, et des

Parmi lesquelles la couleur, la texture, l'élasticité, la résistance aux différentes formes de stress (mécanique ou
thermique), la conductivité, la porosité, la perméabilité.

216
températures à la fois plus élevées et plus homogènes. Bien que les techniques intermédiaires^^^
soient rarement prises en compte, il semble que la maîtrise des paramètres de cuisson et l'accroisse­
ment des performances soient possibles, pour autant que l'artisan adopte des structures plus élaborées
et accepte dès lors d'augmenter son investissement en temps, en énergie et en capital (Arnold
1985:219, Feinman et al. 1981:872, Hagstrum 1986:5, Kaiser & Lucius 1989:83).
Le problème est de comprendre les raisons d'un tel investissement, car on ne peut se contenter
d'une interprétation évolutioniste, dans laquelle le four apparaîtrait comme le stade ultime d'une
inévitable progression. Les contraintes de la matière pourraient-elles justifier l'utilisation de certaines
techniques? Aucune réponse explicite n'est apportée dans la littérature et les rares éléments que j'ai
pu réunir montrent à quel point la situation est ambiguë.
On considère, par exemple, qu'il n'est pas possible de cuire les récipients à l'air libre
lorsqu'ils sont constitués d'une argile fine®, l'évaporation brutale de l'eau de plasticité encore
contenue dans la pâte risquant d'endommager les parois si celles-ci ne sont pas suffisamment poreuses
(Gibson & Woods 1990: 27, Shepard 1957:81, Rice 1987:156, Woods 1986:69). En permettant une
ascension graduelle de la température et, conséquemment, une élimination plus progressive de l'eau
de plasticité, le four constituerait une excellente réponse à ce problème de pâte. Personne n'a pourtant
cherché â savoir s'il existait une association systématique entre cuissons en four et utilisation de pâtes
fines et, quoiqu'il en soit, une simple précuisson est probablement suffisante si l'on souhaite réduire
les risques d'accident, l'utilisation de fours ou de structures analogues s'avérant dès lors inutile.
Un autre problème fréquemment abordé dans la littérature est celui du carbonate de calcium
(CaC03)®: transformé en chaux (CaO) â partir de 700-800°C, ce matériau a la particularité
d'augmenter de volume en se réhydratant, ce qui peut entraîner une destruction partielle ou complète
des récipients. Pour éviter ce phénomène, trois solutions sont envisageables, qui semblent avoir été
adoptées en des endroits et à des époques différentes: (1) maintenir la température en-dessous du seuil
de décomposition du CaC03 (Hammond 1971:16, Rye 1976:134, Steponaitis 1983:33, Tankersley &
Meinhart 1982:228, Vitelli 1984:117), (2) atteindre des températures supérieures à 1000°C pour
permettre une fusion de l'argile et du calcium (Maniatis & Tite 1981, Rice 1987:98), (3) mêler une
faible quantité de sel à l'argile (Klemptner & Johnson 1986, Rye 1976, Stimmell et al. 1982). On
constate donc, d'une part, que le problème pourrait être résolu à deux moments différents de la chaîne
opératoire, et d'autre part, qu'en le traitant lors de la cuisson, l'artisan a encore le choix entre deux
solutions radicalement opposées, l'une favorisant la cuisson en tas, l'autre la cuisson en four (pour
autant que les performances thermiques de ces deux structures soient aussi différentes que ne
l'affirment certains auteurs).
Les éventuelles adaptations aux contraintes d'utilisation sont encore plus vagues, mais il
semblerait préférable de cuire les récipients à basse température si l'on souhaite accroître leur
résistance au trop fameux choc thermique (Cardew 1970:12), C'est en effet aux alentours de 600-
800°C que l'argile acquiert sa porosité maximale (Rice 1987:351, Rye 1981:fig. 110), celle-ci
autorisant l'expansion thermique des inclusions présentes dans la pâte, sans risques de dommages pour
les parois. Liée â la porosité, la perméabilité permet également un refroidissement des liquides, par

Fosses, dépressions, présence de matériaux isolants.


^ Mais aucune indication n'est fournie qui permettrait d'interpréter cette Hnesse en termes granulométiiques.
Présent naturellement dans la pâte (argiles calcaires, inclusions de calcite) ou ajouté intentionnellement (coquillages
broyés par exemple).

217
percolation et évaporation en surface (Shepard 1957:126). En termes techno-fonctionnels, ces deux
propriétés s'opposeraient à toute innovation visant à accroître les températures, des structures plus
élaborées s'avérant inutiles ou franchement inadaptées.
Sans se démarquer de l'approche fonctionnaliste, Arnold (1975, 1976, 1985) préfère mettre
l'accent sur les contraintes environnementales, parmi lesquelles les conditions météorologiques. Il
considère en effet que l'humidité est la pire ennemie de l'artisan, car elle complique le séchage et
pose de sérieux problèmes durant la cuisson, en réduisant les températures (lorsque le combustible
n'est pas suffisamment sec), ou en créant un stress thermique supplémentaire. Dans les régions
humides ou soumises à d'importantes précipitations saisonnières, il serait préférable de pratiquer
l'activité durant la période la plus sèche de l'année ou d'adopter un dispositif de cuisson permettant
de contrecarrer les effets de climats. Le four - ou toute autre structure fermée - constituerait alors la
meilleure solution, puisque celui-ci offre une protection contre la pluie et l'humidité "... and thus
permits the porter to fire during conditions which would make fîring ordinarily diffïcult or impossible"
(Arnold 1985:213). Analysant les données collectées en Inde par Saraswati & Behura (1966:103,112,
120), il constate que les fours et les fourneaux sont exclusivement utilisés dans les régions qui
connaissent, chaque année, 8 à 9 mois de précipitations supérieures à 50 mm, tandis que la cuisson
en tas "... is widespread but [...] constitutes the exclusive fîring technique [...] where there are only
four to fïve months with more than 50 mm of rainfall and thus seven to eight months with less than
50 mm" (Arnold 1985:215). Il conclut à l'existence d'une étroite relation entre le climat et les choix
techniques, d'aucuns permettant un développement de l'activité dans des milieux autrement "hostiles"
{iderrr.2\6). Les retombées de cette hypothèse sont tout à fait étonnantes en archéologie, car personne
ne s'en est jamais servi pour expliquer la présence ou l'absence de certaines structures, mais plutôt
pour calculer - de manière surréaliste parfois - le nombre de jours ou de mois durant lesquels
l'activité aurait pu être pratiquée dans certaines régions (Allen & Zubrow 1989; voir quelques
critiques dans Gibson & Woods 1990:44-5). Aussi intéressante soit-elle, il reste donc à en tester la
validité dans d'autres contextes géographiques, et notamment en Afrique sub-saharienne.
Toujours dans le domaine de l'environnement, il semble que la disponibilité en combustible
puisse aussi jouer un rôle, en favorisant ou en restreignant l'usage d'une série de techniques (Rice
1984:244, Sinopoli 1991:33). Les relations sont cependant loin d'être claires, car si certains affirment
qu'il est préférable d'utiliser des structures peu élaborées (un foyer domestique par exemple) lorsqu'il
existe des problèmes d'approvisionnement (Stimmell & Stromberg 1986:244), d'autres estiment que
les fosses, les fourneaux ou les fours sont plus appropriés, car ils permettent une réduction importante
de la consommation en combustible (Arnold 1985:214®, Rice 1987:174, Rye & Evans 1976:165).
Pour autant que ces deux propositions soient réalistes, il semble donc que le même problème puisse
à nouveau être résolu de manières fort différentes.
Selon P. Arnold (1991), les techniques ne sont pas uniquement liées aux contraintes de
l'environnement, elles dépendent également - et dans une plus large mesure peut-être - des ressources
spatiales. Comparant quelques centres de production dans la région de Los Tuxlas, au Mexique, il
constate que les artisans utilisent d'autant plus volontiers des fours et des fourneaux qu'ils sont
confrontés à des problèmes de place. Son hypothèse est alors très simple: lorsque l'espace disponible

Mais il n'en est pas entièrement convaincu, puisqu'il écrit, quelques pages plus loin: "... oven fîring requires more wood
than open fîring and Idln fîring requires still more wood" (1985:219).

218
est suffisant, rien ne s'oppose à ce que la cuisson soit réalisée dans une structure ouverte, le foyer
pouvant être ponctuellement déplacé et installé à l'abri du vent ou de la pluie; dans le cas contraire,
l'opération doit toujours se dérouler au même endroit et cette absence de flexibilité nécessite quelques
aménagements, de manière à faire face aux éventuelles fluctuations météorologiques.

The decision to use kilns as opposed to open firing, therefore, is not necessarily a function of some
desire to intensify production output. Rather, the reliance on a kiln may actually be imposed upon the
potter because a number of considérations including spatial pressure within the houselot. The amount
of area available for production acdvities thus assumes a more prominent rôle in production organization
tiian previously considered (P. Arnold 1991:109).

Certains auteurs, enfin, abordent le problème d'une manière moins déterministe, en


s'interrogeant sur les relations entretenue avec d'autres activités, telles que la métallurgie - dont la
maîtrise expliquerait, selon Shepard (1971:61), le développement du four à travers le continent
européen - ou la préparation des aliments:

[i]s there a technical interdépendance between the preparing and cooking of food and the making of
pottery in the same courtyard when both skills are in their earlier stages of development, and the tasks
probably performed by the same woman? Could heailh for cooking be associated witti the fîring of
pwttery? Is there a relationship between the baking of bread and the development of kilns? (Matson
1965b:282).

Autant de questions qui n'ont pas souvent été abordées en archéologie, probablement en raison du
cloisonnement entre les différentes spécialités^*' et de cette fascination constante pour les scénarios
déterministes, plus faciles à manipuler et censément universels.
Afin de comprendre la signification et la portée des choix à ce niveau de la chaîne opératoire,
il est indispensable de comparer les comportements dans des milieux aussi contrastés que possible
(d'un point de vue écologique et social), en considérant à la fois les spécificités techniques et les
performances qui les caractérisent. C'est la raison pour laquelle ce chapitre est divisé en deux parties,
l'une consacrée aux données ethnographiques collectées tant au Cameroun que dans le reste de
l'Afrique sub-saharienne, l'autre aux relevés thermométriques provenant à la fois du continent africain
et d'autres parties du monde®. Bien qu'il soit surtout question des techniques et des stratégies de
cuisson dans la partie ethnographique, j'aborderai également des aspects trop souvent négligés, tels
que remplacement des structures, le nombre de personnes impliquées et leur statut par rapport à
l'artisan, les critères de sélection du combustible et le mode de planification de l'opération.
En ce qui concerne l'analyse des données thermométriques, mon objectif est double: il s'agit
dans un premier temps d'évaluer l'influence de chaque variante sur les paramètres de cuisson, afin
de voir jusqu'à quel point l'artisan peut contrôler ces derniers et faire face aux éventuelles contraintes
de la matière et de là fonction. Etant donné la nature et l'importance des informations disponibles,
nous verrons que cette évaluation n'est pratiquement réalisable que dans la zone étudiée au Cameroun.

Certains étudient par exemple la céramique, d'autres la métallurgie, le lithique ou les techniques de production
alimentaire, cette répartition étant également présente en ethnoanchéologie, comme en témoigne mon propre travail.
Dans ce domaine, les inforaiations sont tellement rares qu'il n'est pas possible de se limiter à une région précise si l'on
souhaite comparer les performances des différents types de structures.

219
Dans un second temps, je souhaiterais aborder la question de façon plus générale, en
cherchant à savoir s'il existe des relations suffisamment étroites entre les dispositifs et les
comportements thermiques pour qu'il soit possible, en identifiant ces derniers sur du matériel
archéologique, de reconstituer les méthodes initialement utilisées. Quoique ce problème ait
constamment retenu l'attention des archéologues depuis la fin des années trente (Matson 1939,
Shepard 1936), tous les efforts ont porté sur l'identification des températures de cuisson et la mise
au point de techniques d'analyse appropriées (Rice 1987:426-35), sans réelle interrogation quant à la
pertinence ou la signification des résultats. La situation est devenue paradoxale, puisque des
informations de plus en plus précises (les évaluations se font aujourd'hui à quelques 50° ou 100°C
près) ne peuvent être interprétées qu'en termes vagues, faute d'un cadre comparatif adéquat. On parle
par exemple de cuisson en tas lorsque la température identifiée se situe aux alentours de 500-800°C
et de cuisson en four lorsqu'elle est supérieure à 800-1000°C (Matson 1971:73, 77, MçGovem
1986:46, Rigby e/a/. 1989:8, Yileetal. 1982:113, Warashima c/a/. 1981:128), ou l'on se contente
de mentionner le résultat de l'analyse sans émettre la moindre hypothèse (Edwards & Segnit 1984,
Goodyear 1971, Kaiser 1989, Kaiser & Lucius 1989, Morariu étal. 1977, Permet & Courtois 1989).
La question est pourtant simple: soit il n'y a guère de relation entre les procédés et les températures
et l'identification de ces dernières est dès lors inutile puisque les résultats ne permettent aucune
inférence; soit il existe des relations et nous devons alors en connaître la nature pour pouvoir
interpréter les analyses. Il n'est pas exclu, par ailleurs, que la reconstitution des techniques passe par
l'identification d'autres paramètres que les températures. C'est la raison pour laquelle j'ai tenté de
comparer les données thermométriques disponibles dans une perspective aussi large que possible, en
mettant l'accent sur les critères qui me paraissaient les plus discriminants.

2. DONNEES COLLECTEES AU CAMEROUN


2.1. Organisation

Dans l'absolue majorité des cas, la cuisson ne fait l'objet d'aucune planification. Elle est simplement
réalisée lorsque les récipients sont suffisamment secs, lorsque les conditions météorologiques le
permettent et, surtout, lorsqu'il n'y a pas de tâches plus urgentes ou plus importantes à effectuer.
Comme nous le verrons plus loin, l'opération ne requiert pas un grand investissement en temps ou
en énergie, et c'est pour cette raison sans doute que l'artisan peut pratiquement décider au jour le jour
du moment qui lui convient le mieux. D'autre part, s'il doit nécessairement attendre la fin du
séchage^*’ pour y procéder, rien ne l'oblige alors à se dépêcher, car les récipients peuvent être
conservés aussi lontemps qu'il le souhaite'^. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir certaines potières
gbaya cuire des récipients qu'elles ont fabriqués plusieurs semaines ou plusieurs mois auparavant,
lorsqu'elles ont à nouveau le temps de pratiquer l'activité (dans ce cas, les cuissons sont menées
parallèlement aux autres étapes de la chaîne opératoire).
La situation est légèrement différente chez les Bamileke et les Bafia®, ces potières écoulant

Trois à quinze jours selon les cas, probablement plus durant la saison des pluies.
On les abrite alors dans une case et plus généralement dans la cuisine. C'est ce que font par exemple les Bamum, qui
attendent toujours d'en avoir confectionné une quantité suffisante (le nombre n'a pas été précisé) pour entreprendre l'opération.
® n s'agit de [KIK.Ol] et [BIA.Ol].

220
la majeure partie de leurs récipients sur les marchés de la région, qui se tiennent tous les 7 ou 10
jours. Or, même en ne s'y rendant pas de façon régulière, elles ont tendance à planifier leur travail
en fonction de ces cycles. La cuisson est ainsi réalisée la veille ou l'avant-veille du marché, au lever
du soleil‘*\ et si les récipients ne sont pas complètement secs®, elles sont obligées de les disposer
préalablement® autour ou au-dessus d'un foyer (généralement celui de la cuisine) pour éliminer
l'eau de plasticité encore présente dans la pâte. Cette précuisson - ou séchage accéléré® - est
également observée chez d'autres artisans, bien qu'il ne s'agisse plus ici d'assurer un certain rythme
de production, mais de pouvoir faire face à une commande urgente ou à des conditions météorologi­
ques défavorables. Lorsqu'il fait trop humide ou lorsqu'il risque de pleuvoir, les potières mambila,
mkako, kepere et kwakum ont en effet l'habitude de préchauffer leurs récipients autour d'un feu -
juste avant de les cuire - ou de les disposer plusieurs jours durant dans la cuisine, à proximité du
foyer. D'autres® se servent à cet effet d'une étagère normalement destinée au séchage et à
l'entreposage des denrées alimentaires®. L'intérêt est triple, puisqu'il s'agit à la fois d'éviter que
les récipients ne subissent des dommages durant la cuisson®, qu'ils ne soient surpris par la pluie
en l'absence des potières et qu'il faille constamment les manipuler®. Par crainte des accidents, cer­
tains ont toujours recours à une précuisson, quelles que soient les conditions climatiques. Us mènent
alors l'opération au même moment que la cuisson, soit en disposant les récipients à tour de rôle au-
dessus du feu®, soit en installant et en allumant le foyer, puis en attendant 10 à 40 minutes avant
de placer la couche de combustible supérieure. Je reviendrai sur ce point dans la partie consacrée aux
dispositifs de cuisson.
Lors de mon séjour, la plupart des artisans ont réalisé l'opération de façon individuelle, en
affirmant toujours procéder de la sorte. D'autres se sont associés à des voisins, des parents ou des
amis, et m'ont expliqué qu'il était beaucoup plus intéressant de travailler en commun, car cela
permettait un allégement du travail (particulièrement en ce qui concerne la collecte du combustible,
l'installation du foyer et les traitements postérieurs à la cuisson**®), une plus grande flexibilité dans
le choix des emplacements***’, et une maximalisation des ressources**®. Qu'elles soient ponctuelles
ou non, ces associations dépendent évidemment de la proximité géographique - il n'est pas question
de transporter les récipients non-cuits sur de trop longues distances - mais peut-être plus encore de

*** Si les deux potières bafia dioisissent ce moment de la journée pour ne pas devoir interrompre leurs travaux agricoles,
l'une des potières bamileke explique qu'il s'agit surtout d'éviter qu'il n'y ait trop de vent, celui-ci ayant un effet désastreux.
^ Soit parce que le temps est humide, soit parce que le façonnage a été entrepris trop tard dans la semaine.
La veille, au retour des diamps.
^ L'artisan tâche d'éviter un contact direct entre les flammes et les parois. Les mesures effectuées à l'aide de 3 à 5
thermocouple montrent que celles-ci sont soumises à des températures de l'ordre de 100-200‘*C avec, le cas échant, des pointes
de 500-600*C.
Bamum, Eljanti, Eton et certains artisans yamba, tikar ou bafia.
Simple claie constit^ de nervures de palme ou de bambou, placée au-dessus d'un foyer (à 1,5-2 mètres du sol) dans
la cuisine ou l'abri champêtre.
^ En raison de l'évaporation brutale de l'eau encore contenue dans la pâte.
Lorsque le séchage s'effectue à l'air libre, les récipients sont toujours entreposés dans une case durant la nuit.
[Eton/MAN.Ol]. La potière utilise dans ce cas un cadre métallique sur lequel elle place normalemait les casseroles
lorsqu'elle cuit de la nourriture.
Voir chapitre suivant.
On s'installera chez l'un ou chez l'autre suivant que l'on souhaite disposer d'une place suffisante, travailler à l'ombre
ou bénéficier d'une certaine tranquillité.
Cet aspect est moins clair, mais certains affirment que la quantité de combustible n'est pas vraiment différente lorsque
l'on cuit 15 ou 30 récipients à la fois.

221
la proximité sociale. Ainsi en effet, les artisans effectuent d'autant plus volontier une cuisson
commune qu'ils ont l'habitude de travailler ensemble lors des étapes antérieures de la chaîne
opératoire ou dans le cadre d'activités différentes. A l'inverse, les Bamileke et certains potiers yamba,
qui vivent pratiquement côte à côte mais travaillent toujours de façon individuelle, écartent la
possibilité d'une cuisson commune, l'un des yamba estimant d'ailleurs qu'une personne étrangère
peut, par sa seule présence, faire échouer l'opération.
On notera, enfîn, que les parents, les enfants ou les voisins participent souvent à la collecte
du combustible, l'installation du foyer et, dans une moindre mesure, aux opérations postérieures
(retrait des récipients ou application de l'enduit). Ces personnes peuvent aussi bien avoir pris part à
d'autres étapes de la chaîne opératoire qu'être jusque-là restées à l'écart de l'activité.

2.2. Emplacement

La cuisson est le plus souvent effectuée à quelques mètres de l'endroit où s'est déroulé le façonnage.
Lorsque l'artisan travaille chez lui, il s'installe en effet devant, derrière ou à côté de sa case,
éventuellement en retrait des zones d'activité ou de passage pour éviter d'être dérangé. S'il préfère
travailler dans son champ, l'opération a lieu devant l'abri qui lui sert de grenier ou d'habitation
temporaire.
Le choix d'un emplacement situé en dehors de la zone de manufacture répond à des objectifs
fort différents. On s'écarte ainsi de quelques dizaines ou centaines de mètres pour faciliter la collecte
du combustible^”, pour occuper un terrain en friche dont on revendique la propriété®, pour éviter
la présence de personnes indésirables® ou pour effectuer une cuisson commune'"'. Lors de mon
séjour, certains ont par ailleurs cuit leurs récipients dans un champ après les avoir façonné à domicile,
parce que leurs activités ne leur permettaient pas de revenir au village ou parce qu'ils souhaitaient
travailler à l'abri des regards®.
Cette apparente mobilité constitue l'une des caractéristiques essentielles de la cuisson au sud
du Cameroun, car tout en restant confinés dans les mêmes zones, il n'est pas rare que les foyers
soient déplacés d'une session ou d'une saison à l'autre. Nous avons vu que certaines potières bafïa
changeaient par exemple d'emplacement pour faire valoir leurs droits sur un terrain; une autre femme
de ce groupe a récemment décidé de cuire ses récipients au pied d'un parasolier qu'elle souhaite
abattre pour étendre son champ®. La mobilité est encore plus manifeste chez les Gbaya, car l'artisan
à l'habitude de s'installer à l'endroit de son activité principale, afin de surveiller la cuisson tout en
vaquant à d'autres occupations. Les Nsei, bien qu'ils utilisent des structures fixes®, s'abritent
parfois sous un appentis ou contre le mur d'une case lorqu'il risque de pleuvoir (Knecht, com. pers.).
n en va de même chez les Mambila. Enfin, l'artisan peut tout simplement s'installer à un autre endroit
lorsque son emplacement habituel est envahi par la végétation et qu'il n'a pas le temps ou l'envie de

"* [BafiaÆIA.Ol].
® [Bafia/KIK.Ol] et [Bafia/KIK.02-03].
[Banen/DDC.Ol], mais c'est également à cet endroit que la potière collecte le combustible.
[Mambila/ATT.03-04].
[Bafeuk/ASE.01], [Vute/GAI.Ol], [Vute/OUM.Ol].
[Bafia/OUF.Ol].
Légères dépressions entourées de briques de terre crue.

222
le dégager**^ Il n'y a guère que chez les Bamileke et certains Yamba® que la cuisson est
constamment réalisée au même endroit: les premiers utilisent en effet de larges fosses, creusées à
proximité de leur case, tandis que les seconds installent le foyer au bas d'un talus afin de l'abriter du
vent.
Ces quelques exemples montrent à quel point les possibilités sont étendues et peu prévisibles
en ce domaine. S'il s'agit parfois de faire face à des conditions météorologiques défavorables ou à
des problèmes d'approvisionnement en combustible, le rôle des contraintes environnementales semble
avoir été surestimé, l'installation d'un foyer dépendant avant tout de considérations étrangères à la
chaîne opératoire: projet de défrichement, revendication d'un terrain, poursuite des activités
principales. De là, sans doute, l'utilisation de structures mobiles, facilement relocalisables.

2.3. Sélection et collecte du combustible

En ce qui concerne le choix des matériaux, trois options sont observées: (1) l'artisan n'accorde aucune
importance à la nature du combustible, (2) il considère que plusieurs types de matériaux peuvent être
utilisés, mais qu'il faut impérativement en éviter d'autres, (3) il sélectionne un seul type de
combustible, auquel il attribue des propriétés particulières.
(1) Selon les Mambila, les Tikar et certains artisans yamba, djanti, basaa, eton ou gbaya, tous
les combustibles se valent, pour peu qu'ils soient suffisamment secs. L'essentiel, en effet, est
d'obtenir un enflammement immédiat de la structure et une cuisson rapide. Dans la majorité des cas,
il s'agit de bûches et/ou de branches, de taille et de nature variables®, ramassées aux alentours de
l'aire de cuisson (à moins de 50 mètres de distance), ou prélevée dans la réserve de combustible pour
la cuisine (par exemple lorsque le bois disponible est trop humide ou lorsque l'artisan sotahaite gagner
du temps). Pour accélérer l'embrasement ou la combustion, on peut éventuellement ajouter quelques
frondes de palme (Djanti), quelques fragments d'écorce (Eton) - également collectés aux alentours de
l'aire de cuisson - ou quelques spathes de maïs® (Mambila).
(2) Les potières bamileke n'attachent pas beaucoup d'importance à la nature du combustible;
elles considèrent simplement que celui-ci doit être "léger", de manière à brûler rapidement tout en
dégageant un forte chaleur. C'est la raison pour laquelle elles utilisent des spathes de maïs, des
frondes de palme, des petites branches, de l'herbe (sèche ou à moitié sèche) ou des roseaux, ces
matériaux étant généralement collectés à proximité du lieu de cuisson.
Cette nécessité d'employer des matériaux "légers" est également relevée chez une potière
balom, qui privilégie les frondes de palme et le bois ou l'écorce du Chlorophora excelsa, de
VEntandrophragma cylindricum ou, paradoxalement, du Lophira elata!^. Dans ce cas, chaque

[Bafeuk/DIM.Ol]. [Basaa/LIK.Ol].
® [BUI.Ol-02].
^ Parida bicolor chez les Yamba, Lannea cfr. egregia/acida diez certaines potières mambila; les autres essences n'ont
pas été déterminées.
Principalement utilisées pour la cuisson des récipients (éventuellement pour l'allumage des foyers domestiques) celles-ci
peuvoit être récupérées et oitreposées dans une case.
® Azobé; ce bois est en effet particulièrement dense (Vivien & Faïue 1985:328).

223
essence est utilisée individuellement, en fonction de sa disponibilité**\ et certaines espèces sont
systématiquement évitées: Acacia sp., Musanga cecropioides, Tectona grandis. Trop "lourd", le bois
de ces arbres risquerait d'écraser les récipients durant la cuisson.
Selon une potière basaa, en^, n'importe quel type de bois peut pratiquement être utilisé, à
l'exception du Musanga cecropioides, car celui-ci brûle trop rapidement en ne produisant aucune
braise. Lors de mes observations, elle collecte quelques grosses branches A'Hymenocardia acida à
une vingtaine de mètres du lieu de cuisson et affirme qu'il s'agit d'tm des meilleurs combustibles
qu'elle connaisse.
(3) Lorsqu'un seul matériau est sélectionné, auquel l'artisan attribue des qualités particulières,
il s'agit le plus souvent de frondes et/ou de rachis de palme {I^phia vinifera ou Elaeis guineensis).
C'est le cas chez les Bafeuk, les Bafia, les Banen et certaines potières eton ou vute, qui considèrent
que ce combustible brûle plus rapidement que les autres, dégage une plus forte chaleur et ne risque
pas d'endommager les récipients par son poids. Si l'on peut y mêler de l'herbe ou de fines branches,
l'utilisation de plus gros fragments est totalement exclue et certains affirment qu'il est même
impossible d'effectuer une cuisson avec des bûches (trop "lourdes", combustion trop lente et dangers
éventuels®). On notera que ce combustible est disponible partout, en grande quantité, et que les
artisans ont l'habitude de prélever les pétioles inférieurs (généralement desséchés) des palmiers
poussant aux alentours du lieu de cuisson, ou d'entasser les frondes à proximité de leur habitation
lorsqu'on abat un arbre pour en extraire la sève ou étendre un champ.
Deux potières basaa estiment que ce sont les bûches et les branches du Commiphora sp. qui
doivent être utilisées en priorité, ce bois ayant la particularité de brûler rapidement, en dégageant
énormément de chaleur. Collecté à quelques mètres du lieu de cuisson, elles y mêlent cependant - de
manière accidentelle ou intentionnelle - des branches A'Acacia sp. et de Fagara cfr. macrophylla.
Selon deux potiers vute, le Rhizophora sp. permettrait d'obtenir d'excéllentes conditions de
cuisson, mais on pourrait également se servir d'autres espèces (en ce qui les concerne, le Rhyzophora
sp. a l'avantage d'être disponible à proximité du lieu de manufacture). Ds ajoutent qu'il est préférable
de placer quelques frondes de palme sur les bûches, afin d'accélérer l'embrasement de la structure.
Chez les Gbaya, deux potières utilisent exclusivement l'écorce du mbâkùâ'^\ car celle-ci
permet d'atteindre des températures élevées et produit énormément de braises. Dans un cas, le
matériau est collecté sur un arbre mort, à une dizaine de mètres de l'aire de cuisson.
Enfin, une potière pol et une potière kwakum (qui réalisent l'opération en commun) estiment
que le combustible sur lesquel on dispose les récipients n'a pas beaucoup d'importance, mais qu'il
faut en revanche les recouvrir d'écorces de Musanga cecropioides pour assurer leur solidité après
cuisson.

Remarques
La préparation du foyer ne nécessite, comme on le voit, aucun investissement particulier en temps

Bien que la potière préfère utiliser des frondes de palme, elle n'a pas la possibilité de s'en procurer de suffisamment
sèches lors de mes observation. Par commodité, elle prélève alors des écorces de Chlorophoru excelsa sur un arbre abattu à
quelques dizaines de mètres de sa case.
^ Selon une potière banen, l'écorce et le bois du Chlorophoru excelsa ont la particularité "d'exploser" en se consumant,
ce qui peut endommager les récipients.
® Espèce non déterminée.

224
ou en énergie. Quels que soient les critères de sélection, le combustible est toujours collecté dans les
environs immédiats de l'aire de cuisson, certaines potières le prélevant même dans leur réserve de
bois pour la cuisine. Cette situation leur permet d'organiser l'opération à leur guise, puisqu'il n'est
pas obligatoire de faire appel à une main d'oeuvre supplémentaire*'*, de prévoir des réserves ou de
consacrer une part importante du temps de travail au ramassage et au transport des matériaux. Pour
peu que les récipients soient prêts à être cuits, l'artisan n'a plus qu'à attendre un moment favorable
pour réaliser l'opération.
En ce qui concerne la sélection des matériaux, les comportements sont beaucoup plus
contrastés. De nombreux artisans affirment en effet ne pouvoir utiliser que des combustibles légers
(rachis et frondes de palme, spathes de maïs®, fines branches, herbe, écorce), car ceux-ci ont
l'avantage de brûler rapidement, avec intensité, sans risquer d'endommager les récipients sous leur
poids.
D'autres, par contre, sélectionnent des matériaux plus lourds (bûches et branches), auxquels
ils attribuent des qualités similaires (à l'exception du poids, qui ne semble pas les inquiéter). Si
l'espèce n'a parfois aucune importance, certains effectuent des choix nettement plus restreints, ce qui
nous vaut quelques situations paradoxales: le Musanga cecropioides, par exemple, est dédaigné par
deux potières ("trop lourd" selon la première, "trop léger" selon la seconde), mais prioritairement
sélectionné chez certaines Pol et Kwakum; parallèlement, le bois et l'écorce du Chlorophora excelsa
sont rejetés par une potière banen, parce qu'ils éclatent en se consumant, tandis qu'une potière balom
les considère comme un des meilleurs combustibles possible. Cette même potière estime que le bois
du Lophira elata est moins lourd que celui du Musanga cecropioides, leurs densités respectives, à
l'état sec, étant pourtant de 1-1.15 et 0.25-0.40 (Vivien & Faure 1985:312, 328). Une autre, enfin,
affirme ne pouvoir utiliser qu'un seul type de bois, mais collecte trois essences différentes lorsqu'elle
réalise l'opération.
Outre que l'utilisation de combustibles "lourds" ou "légers" ne paraît pas avoir d'influence
significative, ces observations montrent que le choix des matériaux est probablement plus arbitraire
que ne le prétendent certains artisans, soit parce que les argiles sélectionnées peuvent s'accommoder
de conditions thermiques très différentes, soit parce que ces matériaux permettent, en dépit de leure
diversité, d'obtenir des conditions similaires. D'autre part, il ne semble pas que l'environnement de
l'artisan conditionne ses choix en matière de combustible, du moins à grande échelle: la plupart des
essences dont il vient d'être question sont disponibles dans l'ensemble - c'est le cas du palmier - ou
la majeure partie de la zone étudiée (Letouzey 1968, Vivien & Faure 1985). U s'agirait plutôt
d'effectuer ime première distinction entre des matériaux "légers" et "lourds", sans aucun rapport avec
les ressources du milieu, et de sélectionner ensuite ceux que l'on peut se procurer le plus facilement,
en rationalisant éventuellement son choix a posteriori.

En pratique, les vieilles potières se font cependant assister par des enfants ou des femmes plus jeunes.
Mais celles-ci sont essentiellement utilisées pour communiquer le feu à la structure.

225
2.4. Disposition des récipients et du combustible, allumage et déroule­
ment de la cuisson

Dans la majorité des cas, la cuisson est réalisée dans de simples foyers*^’, au niveau du sol, sans
séparation entre le combustible et les récipients, et sans isolation extérieure. Nous allons voir que
cette technique connaît plusieurs variantes - en dépit de sa simplicité - et qu'une série d'artisans ont
recours à des procédés légèrement ou totalement différents. Toutes ces variantes, remarquons-le,
permettent d'obtenir de bonnes conditions de cuisson et un taux de casse extrêmement bas^^.

2.4.1. Simples foyers

(1) Lorsque le combustible principal est constitué de matériaux "légers” (frondes et rachis de
palme, écorces), l'opération se déroule de la manière suivante: l'artisan commence par disposer les
plus gros fragments® sur le sol, parallèlement ou sans ordre, de manière à former im rectangle ou
un cercle dont la taille est fonction du nombre de récipients®. Sur cette couche, il peut ajouter
quelques nouveaux rachis ou quelques frondes de palme, de Unes branches et parfois même des galets,
qui serviront à assurer la stabilité des plus grands récipients. Ceux-ci sont toujours placés en premier
lieu, au centre de la structure. Généralement couchés, l'ouverture orientée vers l'extérieur®, ils sont
progressivement entourés de récipients plus petits, disposés de la même manière jusqu'à atteindre
l'extrémité de la couche de combustible. Le cas échéant, les plus petites pièces sont ensuite
superposées sur les premières, l'artisan veillant alors à assurer leur stabilité, sans plus se préoccuper
de leur orientation. On notera que ce type d'agencement ne vaut que pour les cuissons de 10 à 30
récipients; s'il s'agit d'en cuire un plus petit nombre®, l'artisan se contente de les placer côte à
côte, au centre du foyer.
Cela fait, il les recouvre entièrement d'une couche d'écorces ([Balom/UZI.Ol]), de fines
branches et de rachis de palme ([Bafia/BIA.Ol]), de rachis uniquement ([Bafeuk/DIM.Ol]) ou, plus
généralement, d'un mélange de rachis et de frondes de palme® jusqu'à constituer une structure de
forme pyramidale, dont la hauteur varie entre 50 cm et 2 mètres®. L'allumage se fait au moyen de
braises ou de fibres de noix de palme enflammées, que l'artisan déverse au sommet de la structure,
ou introduit au bas ou à mi-hauteur de celle-ci, au travers du combustible. Dans un cas cependant
([Bafeuk/DIM.Ol]), la potière déverse directement des braises sur la couche de combustible inférieure,
avant d'y placer les récipients. Quelle que soit la méthode utilisée, l'embrasement est assez rapide:
dans les minutes qui suivent l'allumage (ou le recouvrement), des flammes aparaissent en haut ou en

On parle habituellemoit de "feux ouverts" ou de "cuissons ouvertes", mais ces termes me paraissent peu appropriés dans
la mesure où ils découlent d'une opposition binaire entre espace *clôs*-et espace "ouvert". Nous verrons plus loin qu'il existe
de nombreuses situations intermédiaires.
7 à 18% de la production endommagés lors de cinq des trente-cinq cuissons observées.
Rachis de palme dans la plupart des cas, mais il peut s'agir d'un seul morceau d'écorce, de forme rectangulaire (voir
[Balom/UZI.Ol]).
^ Le diamètre ou la longueur n'est jamais inférieure à 50 cm et rarement supérieure à 3 mètres. Quant à la hauteur, elle
est généralement de l'ordre d'une quinzaine de centimètres.
^ Seules deux potières placent leurs récipients debout: [Balom/UZI.Ol] et [Eton/KEL.Ol].
Trois ou quatre comme chez [Bafeuk/DIM.Ol], [Eton/KEL.Ol] et [Eton/KEL.Ol].
^ Recouverts de plusieurs bottes d'herbe sèche chez les potières [BaBa/KIK.Ol] et [Bafia/KIK.04].
Celle-ci, une fois encore, est fonction du nombre de récipients.

226
bas de la structure, et quelques minutes plus tard, celle-ci s'enflamme totalement. Si la combustion
est trop rapide et/ou si les récipients se trouvent à découvert avant d'être complètement cuits, l'artisan
rajoute quelques frondes de palme ou quelques brassées d'herbe; en principe cependant, il ne modifie
plus le foyer jusqu'à la fin de la cuisson, se contentant de le surveiller à distance. Selon les cas,
l'opération est interrompue après 20 à 45 minutes, au moment ou les récipients ne sont plus
recouverts que de braises et de cendres, ou beaucoup plus tôt, lorsque le combustible n'est pas encore
complètement consumé. Comme l'affirment la plupart des artisans, il suffit en effet que les récipients
aient acquis une couleur rouge incandescente® pour pouvoir être extraits du feu. Si l'on s'en tient
à leur témoignage, l'objectif ne serait pas d'éviter certains seuils de température, mais de limiter la
consommation en combustible et, surtout, la durée de l'opération.
Le retrait s'effectue toujours au moyen de perches ou de bâtons, que l'artisan introduit dans
l'ouverture® ou qu'il utilise comme une pince, en enserrant les récipients au niveau du col. n
commence toujours par les plus petits, situés en bordure du foyer, puis progresse peu à peu vers
l'intérieur, en sorte que les grands récipients restent généralement 10 à 20 minutes de plus au milieu
des braises®. Placés au fur et à mesure à même le sol, sur une tôle ou sur ime couche de feuilles,
ils sont alors soumis à un dernier traitement, comme nous le verrons dans le chapitre suivant.
(2) Lorsque le combustible principal (ou du moins la couche de combustible inférieure) est
constitué de matériaux lourds (bûches et/ou branches), l'organisation du foyer et le déroulement de
la cuisson suivent globalement les mêmes modalités, mais l'allumage se fait toujours avant la mise
en place des récipients. Les bûches ou les rondins peuvent en effet être disposés sur un lit de
braises® (éventuel vestige du foyer autour duquel les récipients ont été préchauffés)®, ou - comme
cela se passe le plus souvent - recouverts de braises mêlées à quelques poignées de fibres de noix de
palme, de spathes de maïs, de feuilles, ou de petit bois. Sans attendre que le combustible s'enflamme,
l'artisan dispose alors les récipients, en les plaçant aussi bien à l'envers qu'à l'endroit ou sur le côté,
et éventuellement en une seule rangée ([Eton/MAN.Ol], [Pol/HON.Ol], [Kwakum/HON.02]). Ils sont
ensuite recouverts de branches, de bûches ou d'écorces, qui ne tardent pas à s'enflammer. Ici encore,
la cuisson est interrompue après 20 à 30 minutes (rarement plus), au moment oû les récipients
acquièrent une couleur rouge incandescente. Dans ce cas, le feu a déjà diminué d'intensité, mais le
combustible n'est pas encore entièrement consumé.
On notera que certaines potières tikar ([AKU.01-03], [ONG.01-02]) ne cuisent jamais plus
de trois à quatre récipients à la fois - indépendamment de leur taille - considérant qu'il n'est pas
possible d'obtenir des conditions optimales dans un foyer de grande dimension. S'il s'agit d'en cuire
un nombre plus élevé, elles établissent alors plusieurs foyers côte à côte.

2.4.2. Simples foyers/récipient(s) surélevé(s)

(1) Les Kepere, les Mkako et certaines potières gbaya ne cuisent qu'un seul récipient à la fois.

Visible à la lumière du jour, il faut cependant une certaine habitude pour être capable de la percevoir.
^ On comprend alors pourquoi les récipients sont généralement disposés horizontalement, l'ouverture orientée vers
l'extérieur.
D semble cependant peu probable qu'ils puissent encore être soumis à des températures élevées.
[Yamba/KAK.01-031.
® [Mambila/ATT.01-04] et [Eton/MAN.Ol].

227
dans une structure dont la forme s'apparente à celle d'un foyer domestique. Elles placent en effet trois
briques de terre crue ou trois grosses pierres en triangle sur le sol, intercalent des bûches ou des
branches enflammées entre celles-ci, et y déposent le récipient à l'envers. Ce dernier demeure 10 à
40 minutes dans la même position, sans être recouvert. Il s'agit, selon les potières, d'éliminer l'eau
qui pourrait encore être présente dans la pâte et d'éviter que les parois ne soient brutalement soumises
à des températures élevées”’. Cela fait, elles recouvrent le récipient d'une pyramide de petites
branches, qu'elles entourent éventuellement d'un fin cerceau de bois vert ou d'une bassine percée®.
L'embrasement est immédiat, l'ensemble de la structure prenant feu dans les minutes qui suivent le
recouvrement. Quinze à vingt minutes plus tard, lorsque le combustible est entièrement consumé ou
lorsque les parois ont acquis une couleur rouge incandescente, le récipient est retourné et extrait du
foyer à l'aide d'une perche introduite dans l'ouverture. De nouvelles branches sont alors disposées
sur les braises, afin d'entreprendre la cuisson suivante. Chez les Kepere, une série de foyers sont
installés côte à côte et utilisés simultanément; cela n'empêche pas les potières d'y cuire plusieurs
récipients d'affilée lorsque ceux-ci sont trop nombreux.
(2) Certains artisans vute et gbaya utilisent la même technique mais cuisent plusieurs
récipients à la fois. Ils considèrent en effet que leur nombre n'a auctme importance ([Vute/NUL.02-
03]), ou que seuls les plus grands d'entre eux doivent faire l'objet d'une cuisson individuelle®
([Gbaya/BAR.01-02]). Dans ce cas, la quantité de pierres ou de briques disposées sur le sol est plus
importante et l'artisan recouvre parfois les récipients de combustible avant d'allumer le foyer ([Vute/-
NUL.02-03]).
(3) Une technique légèrement différente à été observée chez deux potiers yamba ([MEM.Ol-
02]), celle-ci consistant à enfoncer de petits piquets dans le sol - en les laissant dépasser de ± 10 cm -
jusqu'à constituer plusieurs triangles. Les récipients sont posés à l'endroit, en équilibre sur chaque
trio de piquets, puis coiffés du ou des plus petit(s) d'entre eux. Cela fait, l'artisan introduit des
feuilles entre les piquets, enrobe le bas de la structure de quelques frondes de palme et recouvre les
récipients d'ime pyramide de nervures de palme. L'allumage s'effectue en enfonçant des feuilles de
palme enflammées au bas de la structure; après quelques minutes le combustible est en feu et 10
minutes plus tard, au moment où ils acquièrent une couleur rouge incandescente, les récipients sont
rapidement extraits du foyer.

2.4.3. Dépressions

(1) Chez les Nsei et les Bamum, la cuisson s'effectue dans des dépressions ovales ou
circulaires, de 15 à 25 cm de profondeur et de 1 à 2 mètres de diamètre. Celles-ci sont toujours
entourées d'une rangée de briques de terre crue, hautes d'une vingtaine de centimètres. Je n'ai pu
assister à aucune cuisson, mais les artisans m'ont expliqué qu'ils commençaient par tapisser le fond
de la dépression de combustible (feuilles et herbes chez les Nsei; section de bambou chez les Bamum),
qu'ils empilaient plusieurs couches de récipients (en commençant par les plus grands) et les
recouvraient ensuite de frondes de palme (Nsei) ou de bambou (Bamum).

Quelques mesures, effectuées à l'aide de plusieurs thermocouples chez certaines potières, montrent que la température
excède rarement 100**C durant cette opération.
^ [Gbaya/ADN.Ol] et [Gbaya/NAM.Ol]; il s'agit d'éviter que le combustible ne se disperse en se consumant.
En pratique, le nombre de petits récipient n'excède pas 3 ou 4.

228
(2) Les Bamileke réalisent l'opération dans des dépressions de plus grande taille et de forme
généralement rectangulaire (1,5 à 2 mètres de long, 30 à 50 cm de profondeur). Durant la seule
cuisson à laquelle j'ai assisté‘^\ la potière a commencé par tapisser le fond de la cavité de spathes
de maïs, puis a établi une armature en nervures de palmier à partir du niveau du sol (celle-ci
surplombait donc la dépression) qu'elle a recouvert de frondes de palme et de fines branches. Les
récipients ont été disposés à l'endroit sur cette couche de combustible surélevée, en trois rangées
parallèles, et recouverts de frondes de palme puis d'une énorme quantité d'herbe à moitié sèche. Pour
allumer le feu, la potière a déversé des braises sur les spathes de maïs. Celles-ci se sont immédiate­
ment embrasées, en sorte que l'ensemble de la structure était en flamme au bout de quelques
secondes. Dans les minutes qui ont suivi, elle a retiré les perches soutenant le combustible et les
récipients, afin de faire basculer ceux-ci au fond de la fosse. Vingt minutes plus tard, une fois le
combustible réduit en cendres, elle a commencé à les extraire à l'aide d'une perche de raphia et les
a laissés refroidir sur le côté.

Remarques
Dans l'ensemble, les différences portent sur la méthode d'allumage, le nombre de récipients cuits en
une fois, la manière dont ils sont disposés au sein de la structure et la situation du foyer (sur le sol
ou dans une dépression).
En ce qui concerne l'allumage, le choix des méthodes pourrait avoir une origine fonctionnelle:
à une exception près®, en effet, celui-ci n'est antérieur à la mise en place des récipients que lorsque
le combustible est de type "lourd" (bûches, branches), ou lorsque la cuisson s'effectue dans le
prolongement direct de la précuisson. Dans le premier cas, il est probable qu'une mise à feu
postérieure ne permette pas d'obtenir un embrasement assez rapide et homogène, particulièrement si
les matériaux sont constitués de bûches ou d'épaisses branches. Il n'est pas exclu, néanmoins, que
l'objectif soit également d'obtenir une ascension plus progressive de la température®, cette volonté
étant tout à fait explicite lorsque la cuisson s'inscrit dans le prolongement de la précuisson. L'étude
des comportements thermiques nous permettra sans doute de mieux cerner ce problème.
En ce qui concerne le nombre de récipients cuits en ime fois, deux comportements sont
observés: soit l'artisan estime que celui-ci n'a aucune importance, et il se contente alors de disposer
l'ensemble de sa production dans le foyer (3 à 30 récipients lors de mes observations), soit il estime
qu'il faut les cuire individuellement ou par groupes de trois ou quatre. Cette seconde option semble
plutôt étrange, puisque l'on observait jusqu'ici une minimisation systématique de l'investissement en
temps et en énergie (qu'il s'agisse du choix de l'emplacement, de l'organisation et du déroulement
de l'opération, ou de la collecte du combustible). Or, lorsque les récipients sont cuits individuellement
ou par petits groupes, l'opération prend plusieurs heures^"*^ et nécessite une quantité de combustible
beaucoup plus importante. Il semblerait logique de ne cuire qu'un récipient à la fois si celui-ci doit
faire l'objet d'une précuisson, réalisée au même endroit et dans les mêmes conditions®, mais on

Mais les autres potières m'ont assuré qu'elles procédaient de la même manière.
® [Bafeuk/DIM.OII.
® Plusieurs minutes s'écoulent en effet entre le moment où les récipients sont disposés sur la couche de combustible
enflammé et celui où - le recouvrement terminé - la structure s'embrase.
® Chacune des cuissons étant par ailleurs trop cotute pour que l'artisan puisse vaquer à d'autres occupations.
® Quoique le gain de temps ne soit pas significatif par rapport aux artisans qui effectuent leur précuisson à d'autres endroits
et/ou à d'autres moments.

229
voit que les deux opérations peuvent être menées à tour de rôle sans aucune limitation de nombre^^^
ou que certains artisans ne cuisent que trois ou quatre récipients dans de simples foyers, sans précuis­
son préalable. Interrogés sur leurs motivations, il répondent que l'on obtient de meilleures conditions
dans des foyers de petite taille, car il est plus facile d'éviter les écarts de température, n s'agira donc
de vérifier si l'homogénéité thermique est effectivement liée à la taille du foyer, ce qui permettrait
d'expliquer certains choix autrement peu compréhensibles.
La façon d'agencer les récipients au sein de la structure ne pose guère de problèmes. Dans
la majorité des cas, l'artisan les place côte à côte®, en commençant pa