Vous êtes sur la page 1sur 2

Un chèque est dit « sans provision » ou en bois lorsque le compte auquel il est rattaché ne

comporte pas la somme indiquée sur ce moyen de paiement. Lorsqu'elle reçoit un chèque sans
provision, la banque est obligée d'avertir l'émetteur de la situation avant de rejeter le chèque.
Il a donc la possibilité de régulariser la situation. Si le compte n'est pas réapprovisionné dans
un délai fixé par la banque, le chèque en bois sera rejeté et son émetteur sanctionné par une
interdiction bancaire. Voici les conséquences pratiques de l'émission d'un chèque sans
provision et la conduite à tenir pour le bénéficiaire lésé.

Conséquences de l'émission d'un chèque sans provision


Si faute de provision sur un compte, un chèque ne peut pas être payé, il est rejeté et revient
impayé au bénéficiaire. Avant de refuser le paiement d'un chèque, la banque doit avertir « par
tout moyen approprié » l'émetteur des conséquences du défaut de provision. Cet agissement
peut en effet lui valoir une interdiction bancaire, des poursuites pénales pouvant aussi être
engagées si le chèque a été émis dans le dessein de tromper autrui.

Régularisation possible

Une fois averti, l'émetteur peut régulariser la situation en :

 reconstituant une provision suffisante pour que le chèque puisse être honoré ;
 réglant directement le bénéficiaire du chèque par un autre moyen (des espèces par
exemple). La récupération du chèque non payé et sa présentation à la banque sont
acceptées comme preuve de paiement des sommes dues ;
 demandant à la banque de bloquer la somme correspondant au montant du chèque
pour que celui-ci soit payé.

Comment régulariser un chèque sans provision ?

En l'absence de régularisation

Interdiction d'émettre des chèques

Si l'émetteur du chèque n'approvisionne pas son compte dans le délai indiqué par la banque, il
recevra une lettre d'injonction l'avisant de l'incident de paiement et lui demandant de ne plus
émettre de chèque. Il doit alors restituer tous les chèques (même issus d'autres banques) qu'il
détient.

En parallèle, la banque est tenue d'enregistrer les incidents de paiement et de faire une
déclaration à la Banque de France dans un délai de 48 heures. Ce signalement a pour
conséquence d'aboutir à :
 l'inscription du titulaire du compte sur le Fichier central des chèques de la Banque de
France ;
 l'interdiction d'émettre des chèques pendant une durée maximale de 5 ans (article
L.131-78 du Code monétaire et financier) si aucune régularisation n'intervient.

À noter : si le titulaire a plusieurs comptes, l'interdiction les concerne tous.

Frais bancaires

Par ailleurs, l'émetteur du chèque s'expose à supporter des frais bancaires limités à 30 euros
pour les chèques sans provision inférieurs ou égaux à 50 euros ; et à 50 euros pour ceux d'un
montant supérieur à 50 euros.

Bon à savoir : fin 2017, le Conseil consultatif du secteur financier (CCSF) a lancé une
enquête afin de vérifier si le chiffre d'affaires que les banques réalisent avec les incidents
bancaires n'est pas excessif. Selon une enquête de 60 millions de consommateurs, ce chiffre
d'affaires dépasserait « des milliards d'euros ».

À noter :si un chèque sans provision est émis sur un compte joint, tous les titulaires se
retrouvent interdits non seulement sur le compte joint, mais aussi sur leurs comptes
personnels. Toutefois, les titulaires peuvent désigner à la banque l'un d'entre eux qui, sera seul
interdit d'émettre sur l'ensemble de ses comptes en cas d'incident de paiement.

Réception d'un chèque sans provision : se défendre


Si un usager a été payé avec un chèque en bois, 2 cas de figure sont possibles :

 si le montant du chèque est inférieur à 15 euros, sa banque est tenue de le payer dans
un délai de 30 jours à partir de la date d'émission, qu'il y ait ou non provision sur le
compte de l'émetteur ;
 si le montant est supérieur à 15 euros, la banque adresse à l'usager une attestation de
rejet de chèque pour défaut de provision.

Si le chèque n'est pas honoré dans un délai de 30 jours à partir de sa première présentation, ou
faute de la constitution de provision par l'émetteur dans ce délai, l'usager lésé peut :

 demander à sa banque un certificat de non-paiement ;


 effectuer une nouvelle présentation du chèque à l'encaissement.

Il doit alors faire notifier le certificat de non-paiement au débiteur par lettre recommandée
avec AR ou mandater un huissier de justice qui signifiera le certificat de non-paiement à
l'émetteur du chèque sans provision.

Ces 2 procédés valent commandement de payer. Le débiteur doit payer la somme et les frais
dans un délai de 15 jours. Faute de quoi l'huissier pourra entamer les différentes procédures
d'exécution forcée (saisie mobilière, saisie sur rémunération par exemple) pour récupérer le
montant du chèque en bois ainsi que tous les frais engagés.