Vous êtes sur la page 1sur 14

TD : Efficacité Energétique dans le Bâtiment

Exercice 1 : Calcul de la résistance thermique d’une paroi homogène et non homogène


Cas 1 : Paroi homogène
Nous tenons à calculer la résistance thermique d’une paroi homogène. Soit le modèle suivant :

Couche Epaisseur en mm (λ) en W/m.°C


(1) Enduit extérieur : 10 1.4
(2) Isolation : laine de verre 100 0.04
(3) Maçonnerie : briques réfractaires 200 0.96
pleines
(4) Enduit intérieur : plaque de plâtre 13 0.29

Remarque : Les couches dont l'épaisseur est inférieure à 1mm ne sont pas prises en compte.
Question : Calculer la résistance thermique (Rth) en m2.K.W-1, puis le coefficient de
transmission U en W/ (m2 .K) de ce mur.
Cas 2 : Paroi non homogène
Nous tenons à calculer la résistance thermique d’une paroi non homogène.

Page 1 sur 14
Nous appelons paroi non homogène, tout ensemble n’ayant pas des composantes semblables
(homogène). Le calcul numérique précis de la résistance thermique de la paroi peut se faire
suivant une méthode numérique conformément à la norme NBN EN ISO 10211.
La résistance thermique totale de la paroi est comprise entre deux limites :
 La limite supérieure de la résistance thermique totale (R’T) ;
 La limite inférieure de la résistance thermique totale (R’’T) ;
Pour calculer la limite supérieure (R’T)

 On divise la paroi en i sections dont toutes les couches sont homogènes.


 Pour chacune de ces sections, on détermine la transmission thermique Ui (=1/RT,i).
 On détermine U de la paroi comme la moyenne pondérée (en fonction des surfaces)
des Ui des sections.
 On obtient R’T à partir du U moyen : R’T = 1/U

U = % a x Ua + % b x Ub + % c x Uc + % d x Ud x …
1/R'T = % a/RTa + % b/RTb + % c/RTc + % d/RTd + ⋯
Pour calculer la limite inférieure (R’’T)

 On divise la paroi en j couches homogènes ou non homogènes.


 Pour chacune de ces couches, on détermine la transmission thermique équivalente Uj
(=1/Rj) de la couche comme la moyenne pondérée (en fonction des surfaces) des
transmissions thermiques Uj (= 1/Rxj) des sections de matériaux différents dans la
couche.

1/Rj = % aj/Raj + % bj/Rbj + % cj/Rcj + % dj/Rdj + ⋯

 On obtient ainsi le Rj de chacune des couches.


 On calcule R’’T comme pour une paroi avec couches homogènes :

R’’T = Rsi + R1 + R2 + R3 + R4 + … + Rse


Pour calculer la résistance thermique (RT)
On effectue la moyenne arithmétique des limites supérieures et inférieures de la résistance
thermique.
RT = (R'T + R''T) / 2
Application:
Soit le modèle suivant :

Page 2 sur 14
Prenons le découpage suivant :

Données :

λ1= 0.5 W/m.°C ha= 4m d1= 4m (1/hi +1/he) = 0.17 m2.K/W

λ2= 0.05 W/m.°C hb= 4m d2= 4m


λ3= 0.1 W/m.°C hc= 1m d3= 1m
hd= 3m

Question : Evaluer la RT : résistance thermique en m2.K.W-1 de ce mur.

Page 3 sur 14
Exercice 2 : Calcul des déperditions surfaciques
Les déperditions surfaciques en Watt correspondent à la somme des déperditions de l’ensemble
des surfaces de l’enceinte chauffée/climatisée.
Soit le modèle suivant :

L3
L

L2

L1 L12

Ch1

L4
L10 L11
L9
L8
L5 L7

L6

Données :
Porte 1 : 2,15 x 1,50 L=22.5m L5= 7m L10=2m

Porte 2 : 2.15 x 1 L1= 4.5m L6= 5m L11= 6m

Fenêtre : 1,50 x 1,20 L2= 5m L7= 5m L12= 3m

Tint = 21°C L3= 10m L8=13m

Text = 10°C L4= 6m L9= 3m

Vitrage porte (balcon) : Simple vitrage ;


Porte intérieure : épaisseur : 4cm en bois ;
Composition des murs extérieurs : modèle de l’extercice1 ;
Composition des murs intérieurs : Enduit (2cm), Brique 8 trous (10 cm), Enduit (2 cm).
Composition du plancher sur sol : Carrelage (1 cm), Enduit (2 cm), Béton + hourdis (20 cm) et
gravier et sable (7 cm).

Page 4 sur 14
Composition de la toiture : Etanchéité (0.5 cm), Mortier de pose (3 cm), Béton (10), Plancher
unidirectionnel (Béton armé (4 cm) + Corps creux (hourdis) (16 cm)), Enduit (2 cm).

1- Evaluer le TGBV de cette construction. En déduire l’approche à adopter


(performancielle/ prescriptive) conformément au RTCM.
2- Evaluer les déperditions surfaciques en Watt dans le cas de la chambre 1 (Ch1 sur la
figure).
Exercice 4 : Calcul des apports internes
Nous nous intéressons à évaluer les apports thermiques internes dans une salle de cours et
dans un atelier de fabrication pendant 2h de travail.
1- Soit le modèle suivant : Salle de cours

 Superficie : 7*10 = 70 m²
 Equipements :
Equipement Nombre Mode de Puissance/équipement
fonctionnement
Ecran couleur 21’ 1 Activé 110 W
Imprimante laser 1 En attente 70 W
Data show 1 Activé 270 W
Chauffage 1 Activé 70 W/ m²

 Occupants : 30 personnes

activité Tint Chaleur Apport


sensible en eau
Travail de 21°C 83 W 71g/h
bureau/hiver

 Eclairage :

Page 5 sur 14
Mode d’éclairage Nombre des luminaires Puissance
Eclairage uniforme 3 14W/m²

Question : Evaluer les apports internes dans cette salle de cours en Wh.

2- Soit le modèle suivant : Atelier de fabrication des films en plastique


 Superficie : 20*10= 200 m²
 Equipements :
Equipement Nombre Mode de Puissance/équipement
fonctionnement
Extrudeuse 5 Activée 500 W
Imprimante 5 Activée 300 W
Découpeuse 5 Activée 220 W
 Occupants : 40

activité Tint Chaleur Apport


sensible en eau
Travail 29°C 72 W 337 g/h
intense/été
 Eclairage :
Mode d’éclairage Nombre des luminaires Puissance
Eclairage uniforme 9 14W/m²

Question : Evaluer les apports internes dans cet atelier de fabrication en Wh.
Exercice 3 : Calcul du besoin énergétique annuel
Le besoin annuel prend en considération le nombre d’heures où la température extérieure est
différente de la température intérieure souhaitée et le nombre de Kelvin (ou °C) d’écarts entre
l’intérieur et l’extérieur également.
Nous nous intéressons à évaluer le besoin énergétique pendant le mois de décembre (2004) au
niveau de la ville de Dijon.
ANNEE MOIS JOUR PLUIE TMINI TMAXI Tsouhaitée DJ DJ Cumulé
2004 12 1 0.0 2.8 9.4 18
2004 12 2 5,5 0,0 10,4 18
2004 12 3 0,0 5,7 9,4 18
2004 12 4 0,0 4,9 7,2 18
2004 12 5 0,0 3,8 4,8 18
2004 12 6 0,0 -1,2 4,9 18
2004 12 7 0,0 -2,0 1,7 18
2004 12 8 0,0 0,2 1,1 18
2004 12 9 0,0 0,3 1,1 18
2004 12 10 0,0 -0,5 0,5 18

Page 6 sur 14
2004 12 11 0,0 -1,7 -0,6 18
2004 12 12 0,0 -2,1 -0,9 18
2004 12 13 0,0 -2,8 -1,5 18
2004 12 14 0,0 -3,7 -2,1 18
2004 12 15 0,0 -4,1 -1,9 18
2004 12 16 2,0 -3,3 6,7 18
2004 12 17 7,0 4,1 9,1 18
2004 12 18 9,5 2,5 6,6 18
2004 12 19 10,0 1,9 7,4 18
2004 12 20 0,0 -2,5 2,0 18
2004 12 21 0,0 -5,9 1,4 18
2004 12 22 0,5 -7,9 0,8 18
2004 12 23 0,5 -0,8 7,0 18
2004 12 24 0,0 3,8 8,5 18
2004 12 25 1,5 3,3 6,8 18
2004 12 26 0,5 1,8 4,0 18
2004 12 27 0,0 -0,3 2,0 18
2004 12 28 0,5 -1,6 3,2 18
2004 12 29 0,5 -7,5 3,6 18
2004 12 30 0,0 -1,4 0,6 18
2004 12 31 0,0 -1,4 4,4 18

Page 7 sur 14
Annexe1 : Conductivité thermique lambda (λ) des différents matériaux de construction
en W/m.°C

Air 0,024

Aluminium 200

Bois 0,13 – 0,2

Brique 0,30

Eau 0,58

Pierre naturelle (poreuse) 0,55

Pierre naturelle (non poreuse) 3,5

Terre sèche 0,75

Béton
Béton ordinaire 2,1

Béton allégé (+ granulats


0,47 à 1,2
poreux)

Béton allégé (+argile


0,3 à 073
expansé)

Béton cellulaire 0,14 à 0,23

Béton léger (+ granulats


0,81 à 1,2
non poreux)

Béton léger (+ granulats


0,22 à 1,2
poreux)

Béton léger (+ pierre


0,15 à 0,46
ponce)

Page 8 sur 14
Béton léger (+ argile
0,18 à 0,46
expansé)

Bois perpendiculairement aux fibres (dans le sens des fibres le λ


est 2,2 fois plus élevé)
Bois épicéa, pin, sapin 0,13

Bois hêtre, chêne 0,2

Panneau en contreplaqué ou
0,15
aggloméré

Panneau de particules disposées à


0,13
plat

Panneaux de fibres extrudés 0,17

Panneaux fibres tendres 0,17

Panneaux fibres bitumés 0,050

Panneaux fibres durs 0,17

Isolant thermique
Polystyrène de soubassement 0,032 à 0,038

Laine de verre 0,04

Fibre de bois
Panneau fibre de bois UdiReco 0,041

Panneau fibre de bois UdiSpeed 0,051

Page 9 sur 14
Panneau en fibre de bois enduisable ITE 0,045

Panneau en fibre de bois UdiTherm 0,04

Brique en fibre de bois Udi Stone 0,049

Panneau UdiClimate 0,049

Panneau UdiTop 0,049

Panneau UdiTop premium 0,042

Isolants à insuffler
Ouate de Cellulose 0,038

Fibre de bois à insuffler 0,038

Fibre de chanvre
Rouleau de technilaine laine de chanvre 0,04

Fibre de chanvre pour calfeutrage 0,048

Fibre de chanvre et argile en vrac 0,06

Chanvre en vrac 0,048

Fibre de lin
Panneau en laine de lin 0,038

Laine de mouton
Panneau en laine de mouton thermalan 0,036

Page 10 sur 14
Laine de mouton en vrac 0,041

Liège
Panneau de liège expansé 0,04

Liège en granules 0,042

Granulats en fibre de verre


Granulats de fibre de verre Technopor 0,045

Maçonnerie hourdée au mortier


Maçonnerie briques réfractaires
0,96
pleines

Maçonnerie briques réfractaires


0,81
perforées

Maçonnerie briques pleine, perforées à 0,5 à


haute résistance 0,96

0,3 à
Maçonnerie briques perforées allégées
0,45

0,5 à
Maçonnerie briques silico-calcaires
1,3

0,47
Maçonnerie briques de laitier granulé à
0,76

0,22
Maçonnerie blocs de béton cellulaire à
0,29

Page 11 sur 14
0,29
Maçonnerie parpaings
à 0,9

Matériaux d’étanchéité, bâches d’étanchéité


Mastic d’asphalte 0,7

Bitume 0,17

Bardeaux bitumeux 0,17

Mortiers, chapes et enduits


Asphalte coulée (15mm) 0,9

Chape d’anhydride 1,3

Chape de ciment 1,4

Chape de ciment de magnésie 0,47

Mortier de chaux 0,87

Mortier de ciment 1,4

Mortier au plâtre et chaux 0,7

Enduit de plâtre 0,35

Panneaux de construction
Panneaux Béton allégé 0,29 à 0,58

Panneaux Béton cellulaire non


0,22 à 0,29
armé

Page 12 sur 14
Panneaux Fibrociment 0,58

Panneaux plâtre 0,29 à 0,58

Panneaux carton plâtre 0,21

Panneaux acoustix 0,053

Source: L'isolation écologique de Jean-Pierre Oliva.

Page 13 sur 14
Annexe2 : Apport des occupants par type d’activité en W

– Lorsque la population est entièrement féminine, on diminuera les valeurs du tableau de 20


%.
– Si la population homme-femme n'est pas connue, on diminue forfaitairement les valeurs du
tableau de 10 %.
– S'il s'agit d'enfants, on diminue les valeurs de 20 % à 40 % selon l'âge.

Page 14 sur 14